Version classiqueVersion mobile

L’enceinte des premier et second âges du Fer de La Fosse Touzé (Courseulles-sur Mer, Calvados)

 | 
Ivan Jahier

Chapitre 4. Synthèse

I. Jahier

Résumé

Dans un premier temps, la synthèse s’attache à établir la fonction et le statut du site. Si la monumentalité croissante des clôtures au fil du temps s’affiche bien comme le résultat de préoccupations plus ostentatoires que défensives, la somme des installations mise au jour pointe en premier lieu un déséquilibre évident entre le nombre d’unités domestiques identifiées sur le gisement et la charge de travail et de moyens mis en œuvre pour leur réalisation. L’étonnante capacité de stockage de l’établissement, qui implique la mise en valeur d’un terroir de plusieurs dizaines d’hectares alentour, est un autre volet de cette curieuse équation portée à notre réflexion. Apparaît ainsi l’image d’une résidence monumentale assise pendant un siècle et demi sur la collecte des productions agricoles environnantes. La question de leur gestion et celle – surtout – de leur redistribution ouvrent plusieurs pistes théoriques, depuis celle d’une redistribution locale à celle d’échanges à moyenne ou longue distance. C’est notamment pour répondre à cette question du statut du gisement que le thème de l’organisation de l’habitat en Basse-Normandie en cette période charnière de l’âge du Fer est abordé dans un deuxième temps. Le site est ainsi replacé dans son contexte régional au moyen d’un bilan des données acquises, tant dans le domaine de l’habitat – au travers essentiellement des données anciennes et des quelques gisements découverts depuis la fouille – que dans le domaine funéraire, mieux documenté. En dépit de ses caractéristiques inattendues, le site trouve finalement d’assez nombreuses comparaisons typologiques. Quelques-unes très vraisemblables issues des données de prospections aériennes ou de diagnostics sont déjà pointées en Basse-Normandie. Quelques autres paraissent également possibles, sur le critère de la surface des enceintes, avec certaines des rares résidences aristocratiques à ce jour explorées dans le Nord de la France. Mais c’est encore dans une aire géographique élargie à l’Europe de l’Ouest que les comparaisons s’avèrent les plus probantes, avec notamment certains établissements du Sud de la Grande-Bretagne, généralement interprétés ceux-là comme des sanctuaires, mais surtout avec plusieurs habitats ou établissements des régions plus orientales du Bade-Würtemberg ou de la Bohême, avec lesquels les parallèles sont tout à fait saisissants. Dans une dernière étape, l’abandon du site au milieu du ive s. av. J.-C. est mis en concordance avec l’émergence en Basse-Normandie – et en particulier sur la plaine de Caen – de nouvelles formes d’habitats, plus modestes mais enclos, qui renvoie à la question d’une nouvelle organisation et d’une nouvelle maîtrise des campagnes vers le premier tiers du 2nd âge du Fer. Un épilogue en brosse un rapide schéma d’évolution jusqu’à la Conquête. Il ne demandera qu’à être révisé par les découvertes en cours, notamment en ce qui concerne l’étonnante structuration des sites du 2nd âge du Fer de la plaine de Caen qui semble trouver ses racines dans la désertion de ces grands établissements monumentaux.

Texte intégral

4.1 Fonction et identité du site

1Dans ses traits généraux, le site de Courseulles-sur-Mer regroupe tous les éléments classiques d’un habitat rural enclos : maisons, clôtures, dépendances, réserves, aire agricole et aire de pacage attenantes, restes domestiques, traces d’activités artisanales – réduites – et sépultures adventices de quelques individus n’ayant pas été intégrés, pour des raisons difficiles à établir, à la très vraisemblable nécropole implantée alentour. Les mobiliers recueillis dans les fosses et les fossés de l’établissement, ainsi que ceux de la sépulture 2010, isolée au sud, évoquent une occupation relativement éphémère, de l’ordre de cent cinquante à deux cents ans, comprise entre la fin du vie s. sans doute (Hallstatt D2) et le milieu du ive s. av. J.-C. (La Tène Ia ou Ib). Il s’agit donc d’une période de transition importante dans la Protohistoire récente, illustrée entre autres choses par la fin de la culture du Hallstatt et le début de La Tène dans le Nord et le Nord-Est de la France, domaine avec lequel le site montre par ailleurs de fortes affinités.

2Deux premières caractéristiques de cet habitat résident dans ses dimensions et la permanence de son plan d’ensemble, permanence tout aussi visible dans l’ordonnancement de ses clôtures que dans son organisation interne. En ce qui concerne ses dimensions, l’enceinte de Courseulles, avec une superficie enclose de 1 ha, reste en effet trois à quatre fois plus vaste que la plupart des enclos d’habitat connus pour cette première partie de l’âge du Fer dans la région, qu’il s’agisse de celui à peu près contemporain de Beaulieu à Caen (Lepaumier, Marcigny 2003) ou de ceux un peu plus tardifs de Fierville-les-Parcs / Pré de la Val (Jahier et al. 2002), de Mosles / La Pièce du Pressoir (Marcigny et al. 1999) ou de Mosles / La Vignette (Lepaumier 1999), édifiés vers le milieu du ive s. av. J.-C.

4.1.1 Faut-il parler d’un habitat fortifié ?

3Malgré une évolution complexe de la clôture, essentiellement faite de fossés aux phases 1 et 2, de palissades à la phase 3, puis d’un mur, peut-être inachevé, à la phase 4, jamais la succession de ces aménagements ne remit en cause l’intégrité de cet espace de 100 m de côté défini dès l’origine. Loin de ce fractionnement impeccable des différents états cependant, tout au plus commode pour fixer les idées, les innombrables transformations dont les contours de l’habitat firent l’objet tout au long de l’occupation, par sections de 75 à 150 m seulement, le transformèrent plus vraisemblablement en un incessant chantier jalonné de clôtures hétéroclites : ici de palissades à poteaux jointifs, plus loin de claies et de panneaux, là de fossés ouverts bordés de talus, herbeux ou encore parementés de pierres ou hérissés de poteaux… Que dire de l’énergie et de la probable dépense de temps et de moyens consenties pour leur réalisation tout au long de l’occupation ? 400 m de fossés creusés dans la roche aux phases 1 et 2, environ 2500 pièces de bois assemblées à la phase 3 pour l’élaboration des palissades, 700 à 800 m3 de pierres mis en œuvre à la phase 4 pour la construction du mur de façade et sans doute pas loin de 450 m3 de limons décapés pour la réalisation de l’esplanade, ce sont, disons, les premiers signes d’un projet monumental. Il serait tout à fait possible de s’en tenir pour la succession de ces architectures à l’effet d’une évolution autonome des traditions, de l’esthétique et des savoir-faire dans la durée. Il serait également possible d’y voir une modification fonctionnelle des lieux ou même la marque d’une typochronologie des clôtures comme elle est implicitement suggérée parfois. Toutefois, la recherche évidente d’une unité entre la façade ouest, palissadée dès l’origine, et les trois autres côtés fossoyés, peu à peu équipés de parois analogues jusqu’au terme de la phase 3, conduit à poser l’hypothèse selon laquelle il s’agissait plus réellement d’un projet architectural établi dès l’inauguration du site. La lente progression des palissades sur les trois autres sections de la clôture, dont la mise en place s’est vue entrecoupée de longues phases sédimentaires, fonde mieux encore cette idée d’un statut provisoire pour la partie fossoyée.

4L’édification du mur de façade à la phase 4 est indéniablement une étape essentielle dans l’existence de l’établissement. En dépit de la remise en cause de l’unité palissadée antérieure si chèrement acquise, l’inauguration de ce nouveau type de clôture, une fois encore par le côté le plus visible, n’en couronne pas moins les efforts passés. Il ne fait guère de doute que le site atteint à cet instant une nouvelle représentation de son prestige. Mais au-delà de ce que suggérait déjà la succession des deux types de clôtures antérieurs, fossés puis palissades, la mise en place tardive des maçonneries dans l’histoire du site invite à penser qu’une hiérarchie très vraisemblable, d’ordre ostentatoire, existait entre fossés, palissades et mur de pierres. Dans une certaine mesure, la chronologie de ces clôtures tend à montrer qu’il était sans doute plus simple, et probablement plus commun, de creuser des fossés de 2 m de profondeur que de se procurer du bois ou à plus forte raison de la pierre.

  • 1 Comm. orale, Y. Menez : table ronde de l’UMR 6566 du CNRS, Rennes, 1er avril 2004.

5En dehors du cadre de Courseulles, on peut aussi remarquer que pour le bois, lorsqu’il n’est pas réservé dès l’origine à des établissements interprétés comme des places de statut élevé, tels possiblement celles de Grisy-sur-Seine / Les Terres du Bois Mortier (Gouge, Mordant 1990 ; Demoule 1997) ou de Bucy-le-Long/Le Grand Marais (Brun, Pommepuy 1983 ; Pommepuy et al. 1995 ; Demoule 1997) dans le Bassin parisien, celui-ci apparaît le plus fréquemment en second œuvre sur des sites de belle stature prenant de l’importance ou de l’ampleur dans la durée. Outre Courseulles, c’est également le cas de l’enceinte de Fleury-sur-Orne, dont la stratigraphie des fossés est tout à fait identique à celle des fossés de notre site. Mais c’est aussi le cas, en Armorique, de Plouër-sur-Rance, où les palissades sont également implantées à la phase 2 dans un réseau de fossés préexistant (Menez 1996), ou encore de Paule, plus au centre de la péninsule, où les palissades s’intercalent entre les fossés ouverts et les véritables fortifications (Menez 1994 ; Menez, Arramond 1998). De récentes réflexions faites à cette occasion par le Laboratoire d’archéosciences de l’université de Rennes II montrent que les grandes pièces de bois rectilignes nécessaires à l’architecture de ces clôtures, comme à celle des tourelles, des portes et des grands édifices qui leur étaient associés, ne pouvaient en réalité provenir, dans ces quantités, que de hautes futaies artificielles1. Le temps nécessaire au développement de ces futaies, éventuellement plantées quelques décennies auparavant à des fins charpentières, ou encore la négociation des bois d’œuvre auprès d’exploitants spécialisés à une époque où des sites comme Courseulles atteignaient une prospérité suffisante pour le faire, peuvent être deux explications plausibles à l’apparition différée de ces éléments dans l’histoire de ces établissements.

6Dans le même ordre d’idée, on peut s’interroger sur l’apparition si tardive de la pierre dans la clôture de Courseulles. De notre point de vue moderne, son approvisionnement depuis une ou plusieurs carrières nous paraîtrait presque plus simple que celui du bois. A priori, l’éventualité d’une évolution culturelle est à rejeter du fait de l’emploi de moellons taillés à quelques lieues de là dès le Hallstatt D1-D2, ce que montre en effet le comblement des tombes 20 et 13 de la nécropole de Basly (San Juan, Le Goff 2003). Outre l’architecture mégalithique du Néolithique moyen et final – Ernes, Condé-sur-Ifs, Colombiers-sur-Seulles et bien d’autres… –, plusieurs fortifications constituées de pierres et datées celles-ci du Bronze final et du 1er âge du Fer, comme celle de Merri dans l’Orne par exemple (Verron 2000 ; Delrieu 2007b), excluent que l’on y voit la simple conséquence d’une évolution locale des savoir-faire. Néanmoins, avec 3 m d’épaisseur « seulement » autour de l’accès principal et une hauteur sans doute guère supérieure à 4 ou 5 m, il reste difficile d’accorder une fonction véritablement défensive à cette ultime construction. Implicitement, ceci interdit également d’en poser l’hypothèse pour les clôtures antérieures. Comme les palissades précédentes, simples et de plain-pied, cette construction de pierres aurait de fait représenté un obstacle bien précaire en comparaison des fossés de la phase 1 qu’il aurait été relativement aisé de prolonger sur le côté ouest et de fortifier davantage par l’édification d’une palissade au sommet des talus.

7En dehors donc du fait qu’elle en représentait vraisemblablement l’excellence, on ne trouve guère d’autre raison dans l’immédiat pour justifier l’apparition si tardive de la pierre dans l’architecture de la clôture de Courseulles. Avec sa forme effilée, qui plus est privée de prolongement sur les trois autres côtés, ce mur de façade s’apparenterait davantage en effet à une sorte d’enseigne ou de décorum marquant le prestige de l’établissement. Aussi trouverait-il plutôt sa place auprès des murs de clôture des sites bretons de Pluvigner dans le Morbihan (Tanguy 1988) ou de Plouhinec / Kersigneau Saint-Jean dans le Finistère (Giot et al. 1995 : 268), larges d’environ 1,50 m à la base, voire auprès de quelques ouvrages hallstattiens plus ostentatoires, comme le mur de briques crues de la Heuneburg, dans le Bade-Wurtemberg, en Allemagne (Audouze, Buchsenschutz 1989).

8En deux mots, la monumentalité atteinte à la phase 4 avec la construction du mur de façade relèverait plus certainement de l’aboutissement d’un projet architectural réussi que de l’ébauche d’une fortification ratée (fig. 85).

FIG. 85 Levée axonométrique des vestiges de la phase 4.

FIG. 85 Levée axonométrique des vestiges de la phase 4.

© I. Jahier.

4.1.2 L’organisation interne

9La répartition des aménagements à l’intérieur de l’enceinte, apparemment regroupés par genres, laisse entrevoir une organisation interne tout aussi pérenne. Les rares chevauchements de structures qui s’y opèrent, concernent le plus souvent la restauration de bâtiments, respectueuse des installations environnantes (ens. 11, 38, 39 : fig. 40), ou celle de fosses de stockage dégradées. En règle générale, les principaux espaces de vie, comme les principaux espaces d’activité, sont établis très tôt et conservés dans leur fonction initiale jusqu’à l’abandon du site.

10C’est ainsi qu’au terme de l’occupation, l’espace de diverses places et celui de différentes aires de construction, parfois traversées ou desservies par des allées, sont demeurés visibles (fig. 61). L’ensemble s’organise de manière plus ou moins concentrique autour d’une place centrale de 250 à 300 m2 en périphérie de laquelle la nature des constructions révèle différentes aires fonctionnelles.

4.1.2.1 Le premier cercle

L’aire orientale

11À l’est de la place, trois plans de maison d’approximativement 80 à 100 m2 au sol en partie superposés les uns aux autres indiquent que se trouvait là une zone très certainement résidentielle. Celle-ci ouvrant sur la place, ouvrait également, la légère déclivité du terrain aidant, sur la porte principale et le Couchant. Le plan d’ensemble et la nature du comblement des fondations, différente selon les bâtiments, y révèlent l’existence de deux premières constructions contemporaines de plan rectangulaire à pans coupés et très faiblement fondées. Ces constructions, d’un type propre au Bassin parisien et manifestement éphémères, seront remplacées dans le courant de la phase 2 par une maison circulaire de tradition britannique, cette fois-ci robustement arrimée au sol et définitive. La présence d’un second édifice circulaire très vraisemblable au même moment à proximité de l’entrée pose la question d’une nouvelle répartition des unités domestiques en place, l’une occupant peut-être dès lors les abords de l’entrée, l’autre continuant de siéger au centre de l’enceinte, face à la place et à l’entrée principale.

12Sur la quarantaine de fosses mises au jour sur le gisement, c’est-à-dire fort peu au total compte tenu de la durée de l’occupation, 75 % gravitent autour de cette aire résidentielle centrale. On n’y dénombre guère plus de deux caves parallélépipédiques, de 5000 et 6000 l (1096, 1295 : fig. 52), et une vingtaine de silos réduits à profil fermé, situés dans des volumes de 400 à 1 200 l seulement et généralement globulaires. Par opposition aux réserves plus éloignées et plus vastes (750 à 3500 l), que l’on interprète, pour celles de l’extérieur, comme de vraisemblables réserves de semences à l’orée des champs (cf. infra, § 2.7.3), il s’agit plus certainement, pour les fosses internes, des chambres à provisions des occupants destinées à la consommation courante. À l’occasion de leur abandon, la plupart des rejets domestiques de l’établissement aboutiront en effet dans le remblai de ces structures situées à proximité des maisons.

L’aire occidentale

13À l’ouest de la place, un premier espace de stockage – ou de remises – est vraisemblablement aménagé au débouché de la porte principale. Une demi-douzaine de petits plans d’édifices quadrangulaires à quatre poteaux porteurs compris dans des formats de 6 à 20 m2, et que l’on peut interpréter, de par l’abondance des exemples archéologiques et ethnographiques, comme ceux de greniers (Reynolds 1979), y désigne quelques premières réserves.

14Dans les espaces vides laissés entre les greniers, plusieurs autres installations révèlent la fonction diversifiée du lieu. Deux plans rectangulaires à huit poteaux porteurs superposés (ens. 38, 39 : fig. 61), l’un de 18 m2, l’autre de 20 m2, témoignent de la reconstruction d’une remise ou d’un atelier dont l’usage véritable est cependant demeuré flou. Une demi-douzaine de constructions sur deux ou trois poteaux alignés, indique de son côté le développement vraisemblable de quelques zones artisanales réduites ou éphémères intégrées au dédale des bâtiments et utilisant des châssis ou des étendoirs. Les plus conséquentes de ces cavités ont pu correspondre aux fondations de cadres de tannerie ou de séchoirs. Mais divers mobiliers collectés sur le site, notamment des fusaïoles, des pesons ou des poids de filet et un poinçon en os, apportent également l’indication que des activités de tissage ou de fileterie ont pu aussi être effectuées à cet endroit. Un « trousseau » de cette nature constitué de deux galets perforés (fig. 80 : 1, 3) et d’un poinçon en os a été recueilli à proximité de la petite placette d’une centaine de mètres carrés délimitée au nord-est (st. 74 : fig. 61, fig. 80).

L’aire méridionale

15À la lisière sud de la place enfin, figure un grand empierrement de pierres chauffées de quelques dizaines de mètres carrés (st. 1366 : fig. 61 ; cf. infra, § 2.4.3). Par défaut, il est interprété comme les restes possibles d’un séchoir à grain.

16En conclusion, on peut voir dans ce halo d’installations organisées autour de la place centrale, le regroupement de la plupart des activités artisanales, ou péridomestiques, répondant en priorité aux nécessités quotidiennes du petit groupe des résidents.

4.1.2.2 Le deuxième cercle

17Plus éloignés, au nord et au sud de cet îlot, une trentaine de petits édifices globalement carrés de 4 à 18 m2, posés sur quatre, cinq, six ou neuf poteaux porteurs, désigne le développement vraisemblable de deux autres quartiers de stockage. Si l’essentiel semble avoir pu être conçu pour le stockage de céréales, certaines de ces constructions à cinq et neuf poteaux ont également pu correspondre aux fondations de plateformes réservées à l’entreposage de tiges, pour le fourrage, le chaume, le textile… (Reynolds 1979).

18L’organisation générale de ces réserves les unes par rapport aux autres pose les premiers indices d’une contemporanéité probable de l’ensemble. Les reprises et agrandissements dont elles ont fait l’objet d’abord, restent contraints le plus souvent par le bâti environnant. La plus large part de ces constructions ensuite, visiblement maintenues dans des distances de 5 à 10 m des fossés, fut manifestement adossée aux talus associés à la ceinture fossoyée attachée aux phases 1 et 2, donc dans les premiers temps d’existence du gisement. Une seule construction décalée au sud (n° 14 : fig. 61) est clairement postérieure à la réorganisation de cette clôture et appartient plus vraisemblablement à la phase 3, au cours de laquelle s’enclenche l’édification des palissades dans les fossés, palissades alors calées par la verse des talus.

19On peut voir dans cet ensemble de structures de stockage une organisation en batterie, telle qu’elle est parfois observée sur des habitats de l’âge du Fer en Europe tempérée, tant sur le Bassin parisien (Bucy-le-Long / Le Grand Marais : Brun, Pommepuy 1983 ; Pommepuy et al. 1995 ; Grisy‑sur‑Seine / Les Terres du Bois Mortier : Gouge, Leconte 2000 ; Hautot‑le‑Vatois : Blancquaert, Desfossés 1994 ; Blancquaert, Adrian 2007), que sur les régions de l’Ouest (Moel y Gaer, Danebury ou Little Woodbury pour les mieux documentés : Audouze, Buchsenschutz 1989).

20Au contraire de l’accès à la place centrale qui ne pouvait apparemment se faire qu’à pied par un dédale étroit et sinueux entre les constructions, l’accès à ces réserves se réalisait en fait depuis l’entrée par deux pistes divergentes de 4 à 5 m de large contournant l’îlot de constructions central (fig. 61 et 85). Sans doute ces pistes étaient-elles suffisamment essentielles elles aussi dans l’organisation et l’activité du gisement pour avoir perduré tout au long de l’occupation. Bordées par endroits de clôtures, et probablement rythmées de quelques mâts ou édicules qui pouvaient avoir une signification dans ce parcours, il est possible qu’elles aient formé à l’origine une boucle continue, comme pourrait l’indiquer la marge faiblement aménagée à l’arrière de la zone résidentielle.

4.1.3 Les installations extérieures

21À l’extérieur de l’enceinte, à l’angle sud-ouest de la clôture, une demi-douzaine de foyers encaissés et quelques déchets millimétriques de fonte et de coulée évoquent les restes vraisemblables d’un petit espace métallurgique dévolu exclusivement à la fonte d’objets en bronze. L’officine semble s’être organisée à partir d’une zone annexe palissadée de 180 m2 dotée de l’unique édifice du gisement sur lequel fût repérée la trace d’un foyer interne, posé au sol ou légèrement encaissé (surface du bâtiment : 12,5 m2). Au sud et au sud-est enfin, différents aménagements – une carrière de pierre ayant pu faire office de mare en hiver (st. 2046 : fig. 63), les fossés et les empreintes de haies d’une grande parcelle clôturée équipée de quelques fosses de stockage et de quelques greniers – composent un espace agraire vraisemblable concourant sans doute en premier lieu à la subsistance des occupants.

4.1.4 Une collectivité environnante ?

22Eu égard à la somme des aménagements identifiés sur le site, il ne serait pas apparu totalement incohérent de trouver les traces d’un habitat groupé. Avec seulement deux maisons contemporaines à l’intérieur de l’enceinte, d’environ 90 m2 au sol chacune il est vrai, donc de belle taille, il reste malgré tout difficile d’imaginer que plus de deux unités domestiques s’y trouvaient établies à demeure et en permanence… Il est difficile de leur attribuer tout à la fois la mise en œuvre des clôtures, l’installation des quatre portes monumentales successives, et l’édification d’une cinquantaine d’édifices avec ce que cela suppose de moyens (piliers, parois d’argile, charpentes, couvertures…) et de travail pour leur réalisation.

23Il faut également prendre en compte toutes les tâches afférant à l’entretien de ces structures et à celui de l’habitat lui-même au fil du temps. Bien sûr cette somme est à relativiser du fait des cent cinquante à deux cents années d’occupation qu’indique la chronologie des mobiliers. De fait, si l’installation progressive de la ceinture palissadée par sections de 75 à 150 m dans les fossés témoigne bien de ce fractionnement des aménagements dans la durée (les fossés fonctionnent à ciel ouvert avant d’être rebouchés pour le calage des palissades), elle n’en atténue finalement que très modérément la charge.

24Comme pour la plupart des établissements enclos de l’âge du Fer, mais à plus forte raison pour celui-ci, fort de 1 ha, il est évident qu’une communauté tout entière apportait sa contribution à l’ensemble. Les tranchées ouvertes tout autour de l’enceinte afin d’identifier d’éventuelles unités domestiques supplémentaires, un groupement de cultivateurs/éleveurs, voire une agglomération agropastorale à sa périphérie n’ont rien révélé dans la limite des 12 ha du projet. La communauté liée à ce dispositif était donc installée plus loin ou éventuellement dispersée sur le territoire alentour.

4.1.5 Quelle fonction envisager ?

25L’une des singularités du site, à plus forte raison en regard du petit nombre de ses occupants, réside dans son étonnante capacité de stockage.

4.1.5.1 Réserves enterrées et greniers

26La tendance qui se dégage du corpus des fosses, pour commencer par elles, demeure celle de réserves de faible capacité. La majorité d’entre elles, d’une contenance comprise entre 400 et 1 200 l, reste sans commune mesure avec les grands silos du Bassin parisien par exemple, parfois réunis en batterie comme à Berry-au-Bac / Le Vieux Tordoir, Saint-Gibrien / Dessus du Vieux Pont ou Cuiry-les-Chaudardes / Les Fontinettes (Pion, Demoule 1989 ; Allard et al. 1993 ; Villes 1992 ; Ilett 1994 cités dans Gransar 2000). On y lit davantage de ressemblances de ce point de vue avec l’organisation des sites britanniques, ponctués d’un grand nombre de dépendances sur poteaux et de seulement quelques fosses de faible capacité creusées à proximité de chaque maison, comme à Little Woodbury (Bersu 1940 cité dans Audouze, Buchsenschutz 1989) ou Whitton (Cunliffe 1987). En effet, avec une quarantaine de fosses seulement, réparties sur cent cinquante à deux cents ans, il serait sans doute plus juste, à Courseulles, de parler de succession que d’installation en batterie ou même en agrégats car, à l’exception peut-être des deux grandes caves contiguës (1096, 1295) établies sur l’aire des grands édifices, très peu d’entre elles semblent avoir coexisté. C’est de fait ce qui ressort de leur désordre relatif et de leur dispersion aux quatre coins du complexe alors qu’elles sont malgré tout regroupées par genres : les petites fosses globulaires et superficielles de 400 à 1200 l ont été placées à l’arrière de la zone résidentielle, tandis que celles parallélépipédiques aux contenances plus importantes (750-3500 l) se sont vues écartées sur sa périphérie et sur l’aire agricole attenante (cf. infra, § 2.7.3). Il faut probablement voir dans cette répartition la marque d’une chronologie relative entre les structures, inscrite dans la combinaison d’une gestion opportuniste des besoins et de la pérennité des espaces dévolus à telle ou telle activité depuis l’origine. Selon toute vraisemblance, les fosses de la zone résidentielle étaient destinées en priorité à l’approvisionnement de la maison, tandis que celles installées à l’écart sur les zones de stockage constituaient des réserves plus conséquentes et plus pérennes, et que celles de l’espace agraire accueillaient les stocks de semences conservés à poste à l’orée des champs. Chacune en fait devait être remplacée au fur et à mesure de la dégradation des plus anciennes. On ne peut pas totalement exclure non plus, comme pour les souterrains de Paule, l’hypothèse selon laquelle il ait pu s’agir, pour les plus vastes, « de cachettes dispersées de façon non prévisible sur l’habitat » (Menez 2009). Mais globalement, en nous fondant sur le postulat du remplacement des structures obsolètes, seules six à huit fosses, réservées à l’approvisionnement des occupants et au renouvellement des cultures, coexistaient sur le gisement.

27Par contraste, le monde des greniers semble mieux ordonné et plus pérenne puisque rien, hormis les réfections et les agrandissements, ne vient perturber leur disposition initiale le long des fossés et face à l’entrée.

28Exception faite de un ou deux édifices éventuellement destinés aux provisions quotidiennes, il est manifeste que ces réserves dépassaient de loin la consommation courante des résidents et leurs capacités de production. Seul un apport externe de semences ou de denrées produites par une collectivité plus large que celle représentée à l’intérieur de l’enceinte était susceptible d’approvisionner ces entrepôts. Il est bien sûr difficile de quantifier la capacité de stockage de ces batteries dont il ne reste que l’empreinte des poteaux. On peut néanmoins supposer, en se fondant sur l’hypothèse du fonctionnement contemporain de ces structures et sur une hauteur de 1 m par grenier, qui semble constituer un minimum acceptable, que la capacité de stockage offerte par cet ensemble pouvait atteindre 150 m3. À supposer toujours qu’il se soit agi de grain, dont on peut extraire un poids approximatif de 700 kg par mètre cube à partir du poids moyen du blé (800 kg) et de l’orge (620 kg) [Malrain et al. 2002], cette capacité de stockage en grenier s’élèverait sur le site à environ 1 050 quintaux.

29Sachant par ailleurs que les derniers ratios connus pour nos régions tempérées avant le développement de la culture intensive par l’apport d’engrais chimiques, étaient de l’ordre de 25 quintaux de blé dur à l’hectare en 1935 – relevés de production de quelques fermes du Calvados –, 42 ha minimum de terres labourées auraient donc été nécessaires à cette production dans les conditions d’avant-guerre. Il est évident que ceci ne constitue qu’une approximation très imparfaite et sans doute déjà très supérieure aux rendements de l’âge du Fer obtenus sur des terres cultivées à l’araire, à partir de semences peut-être répandues à la volée et d’un nombre de grains par épi que l’on sait beaucoup plus bas qu’aujourd’hui. Bien que d’autres paramètres entrent en compte, comme la variété des semences, le climat, la nature du sol, du semis… ce ratio n’en donne pas moins la surface minimum d’un probable terroir environnant. On devine qu’en amont de cette accumulation de denrées, une collectivité tout entière œuvrait donc quotidiennement à sa production.

4.1.5.2 Le rôle de la grande porte

30En définitive, c’est sans doute tout à la fois dans cette capacité de stockage et cette relation à de probables cultures environnantes que doit se comprendre le rôle de la grande porte.

31Aux multiples réagencements qu’elle connut tout au long de l’occupation, et pour lesquels furent consentis tant d’efforts et de soins, doit en effet s’ajouter l’aménagement de son sas d’entrée et de ses abords que sont les plateformes externes terrassées le long de la façade. Cette entrée, qui n’avait manifestement aucune fonction décisive dans la fermeture de l’enceinte jusqu’à la réalisation complète de la clôture palissadée à la phase 3, n’en représentait pas moins un élément sans doute déterminant pour le contrôle de ce qui entrait et sortait. Il ne paraît pas exagéré de lui accorder une valeur symbolique puisque, au-delà de sa fonction d’enseigne évidente, c’est par elle que transitait l’une des richesses essentielles de ce temps : de quoi manger à sa faim…

32Il est assez facile d’imaginer, devant et dans l’entrée, la procession des chariots chargés de grain. Après un stationnement ou un dépôt possible sur les plateformes aménagées en façade le long des palissades en bois puis le long du mur de façade à la phase 4, l’attelage s’ébranlait sous le lourd édifice. Passé le portail – devenu porte cochère à la phase 2 – il s’arrêtait dans l’avant-cour, d’une longueur tout juste suffisante pour celle cumulée du banneau et des bêtes de trait, peut-être pour le contrôle ou le comptage des marchandises entrantes. Il emportait ensuite son chargement vers l’une des deux zones de greniers par l’une ou l’autre allée. Bien que les indices collectés à la hauteur de la grande aire de pierres brûlées (dépression 1366 : fig. 61) soient un peu ténus pour en affirmer la fonction, a fortiori la fonction pérenne, il n’est pas exclu que les récoltes aient transité les années les plus humides par cette éventuelle aire de séchage, à moins que celle-ci n’ait été aménagée de façon plus improvisée pour stabiliser quelques réserves abîmées ou mises en péril par des infiltrations accidentelles…

33À en juger par la pérennité de l’infrastructure, notamment dans les complémentarités que l’on discerne entre la porte, les axes de circulation et les zones de greniers, une large part de l’activité de l’habitat tournait autour de la constitution et de l’entretien de ces réserves. Ce mode de stockage en milieu aéré, qui présente l’avantage d’un prélèvement aisé au sein de gros volumes, impose de fait en contrepartie un contrôle permanent, et entre autres choses un brassage régulier (Gransar 2000). Il est pour cette raison plus fréquemment associé à la conservation à court et moyen terme (Malrain et al. 2002). On aurait pu, comme c’est le cas sur certains sites de stockage à grande échelle du Bassin parisien (cf. supra, § 4.1.5.1), lui préférer la mise en silo, par ailleurs pratiquée sur le site, à la fois moins contraignante et plus durable. C’est donc sur cette option d’un stockage relativement éphémère et sur la permanence des installations que se fonde en grande partie l’idée d’un transit régulier des produits agricoles sur le site tout au long de l’occupation. Une rotation annuelle, en fait calée sur le cycle naturel des cultures et des récoltes, semblerait la plus à même de s’accorder à ces différentes spécificités.

34En définitive en effet, et sans préjuger ici de son statut, il paraîtrait vraisemblable que, d’un point de vue simplement fonctionnel, la conception de cet habitat, paré d’une clôture monumentale et d’une porte contrôlée, fut sinon en totalité tout au moins en grande partie orientée sur un usage comme « entrepôt » ou comme centre de collecte des denrées agricoles environnantes. On peut donc penser qu’au sein des diverses activités identifiées sur le site, celles de collecte et de gestion des réserves, incombaient en priorité aux résidents de cet ensemble et, durant les cent cinquante ans de son occupation, accaparaient probablement la plus large part de leur attention.

4.2 Comparaisons

35D’une façon générale, mais peut-être plus encore en ce qui concerne les vie-ve s. av. J.-C., les sites auxquels l’enceinte de Courseulles peut se comparer sont peu nombreux. Pour autant, on peut lui trouver diverses ressemblances et points communs, tant au niveau local qu’à un niveau plus largement étendu au Nord de la France et au domaine européen, dès lors que l’on ne retient pour ces comparaisons que ses principaux aspects architecturaux et structurels : sa superficie de l’ordre de 10000 m2, une clôture élaborée et, bien sûr, une proportion importante de réserves en regard du nombre réduit d’habitations.

4.2.1 Comparaisons sur le plan formel

36En Normandie, l’un des rapprochements les plus évidents que l’on puisse faire sur le plan formel avec le site de Courseulles concerne l’enceinte de Fleury-sur-Orne / La Casse (Jahier 1992b), dans le Calvados (fig. 86), attribuée à la fin du 1er et aux débuts du 2nd âge du Fer (ve s. av. J.-C.). Celle-ci n’a malheureusement fait l’objet dans l’immédiat que d’un diagnostic. Le site, localisé à une quinzaine de kilomètres au sud de Courseulles, a été édifié là à environ 500 m en retrait de la vallée de l’Orne qui, au gré des divagations du fleuve, a donné naissance à une trentaine de mètres en contrebas à un marais barrant le plateau céréalier sur quelques kilomètres. En dépit d’un plan trapézoïdal légèrement arrondi au nord-ouest, l’enceinte, qui couvrait là aussi une emprise de 1 ha se trouvait dotée d’une porte monumentale comme de multiples fondations de constructions internes sur poteaux, dont au moins deux dépendances. Au-delà de ces premiers rapprochements, l’histoire de la clôture se révèle tout à fait semblable à celle de Courseulles. Le fossé, après une période de fonctionnement à ciel ouvert, a connu là aussi l’implantation d’une palissade calée par la verse d’un talus bordier positionné sur la rive interne. Pour l’heure, la nature des structures identifiées sur le site, comme les restes domestiques qui lui étaient associés, permettent de l’envisager comme un habitat de statut analogue au site de Courseulles.

FIG. 86 L’enceinte quadrilatérale de Fleury-sur-Orne / La Casse (Calvados). Superficie : 1 ha.

FIG. 86 L’enceinte quadrilatérale de Fleury-sur-Orne / La Casse (Calvados). Superficie : 1 ha.

© J. Desloges.

37En dehors des limites régionales, les possibilités de comparaisons avec l’architecture générale du site de Courseulles sont encore rares. La phase C de l’habitat de Saint-Gibrien / Dessus du Vieux Pont (Villes 2000 : 45-53) pourtant, dans la Marne, un peu plus tardive (La Tène B) que Courseulles mais résultant probablement d’une organisation approchante au Hallstatt final / La Tène ancienne (phase B), offre une physionomie assez proche de l’état fossoyé de notre enceinte normande : un enclos de 100 m de côté investi d’un bâtiment central reconstruit par deux fois (dont un à pans coupés) et plusieurs zones de réserves, ici en silo, réparties autour de l’édifice principal, le long des fossés et dans une parcelle attenante fermée de palissades et comparable à la zone agricole de Courseulles. Si l’ensemble est bien perçu comme un habitat, plusieurs grands édifices identifiés à la périphérie pour les phases B et C pourraient témoigner d’une organisation différente de celle de Courseulles, avec l’agglomération de diverses unités d’habitation sur son pourtour.

38Sur le domaine britannique, quelques sites de contours quadrangulaires, bien qu’ils soient plus petits (5000 à 6500 m2) pour ceux portés à notre connaissance, pourraient aussi trouver leur place au sein de ces comparaisons. Les datations par radiocarbone obtenues pour ces sites, parfois à partir des restes de bois calcinés issus des tranchées de palissades qui marquaient à l’origine la limite intérieure de certains de ces établissements (West Brandon : fig. 87 : 5), demeurent malgré tout assez vagues puisqu’elles oscillent entre le viiie et le ve av. J.-C. (Cunliffe 1991 : 282-285). Les sites de Whitton (fig. 87 : 4) et de West Brandon, sont perçus comme des habitats. Le premier abritait au moins quatre grands édifices derrière un fossé doublé d’un talus, le second, une seule construction centrale derrière une clôture plus complexe comprenant notamment une double palissade. Le site de Gallows Hill (Bradley 2005) qui se distingue par une individualisation plus nette de ses deux lignes de clôture et des angles mieux marqués (fig. 87 : 1), est interprété, lui, comme un sanctuaire. Mais faut-il véritablement voir deux fonctions distinctes entre ces établissements et, dans la négative, laquelle retenir ?

FIG. 87 Quelques grandes enceintes d’Europe tempérée datées des vie-ve s. av. J.-C., tantôt perçues comme celles d’habitats tantôt comme celles de sanctuaires : 1 Gallows Hill, phase ancienne (sanctuaire ?) [Bradley 2005] ; 2 Courseulles-sur-Mer ; 3 Droužkovice (Smrž 1996) ; 4 Whitton (Cunliffe 1987) ; 5 West Brandon (Cunliffe 1987) ; 6 Paule, phase I (Menez, Arramond 1998) ; 7 Winnall Down, phase 1 (Collis 1990) ; 8 Old Down farm, phase 1 (Collis 1990) ; 9 Little Woodbury (Audouze, Buchsenschutz 1989) ; 10 Gussage All Saints, phase 1 (Collis 1990).

FIG. 87 Quelques grandes enceintes d’Europe tempérée datées des vie-ve s. av. J.-C., tantôt perçues comme celles d’habitats tantôt comme celles de sanctuaires : 1 Gallows Hill, phase ancienne (sanctuaire ?) [Bradley 2005] ; 2 Courseulles-sur-Mer ; 3 Droužkovice (Smrž 1996) ; 4 Whitton (Cunliffe 1987) ; 5 West Brandon (Cunliffe 1987) ; 6 Paule, phase I (Menez, Arramond 1998) ; 7 Winnall Down, phase 1 (Collis 1990) ; 8 Old Down farm, phase 1 (Collis 1990) ; 9 Little Woodbury (Audouze, Buchsenschutz 1989) ; 10 Gussage All Saints, phase 1 (Collis 1990).

39En définitive, le rapprochement le plus probant qu’il nous soit possible de proposer au site de Courseulles dans l’immédiat en dehors des limites régionales, tant en ce qui concerne l’aspect architectural du gisement que sa datation, se situe curieusement beaucoup plus à l’est, en Bohême, sur la localité de Droužkovice (Smrž 1991 ; 1996). L’enceinte, datée du ve s. av. J.-C., y atteint 100 m de long par 93 m de large (fig. 87 : 3). Ses quatre côtés qui en ont été palissadés dès l’origine, le présentent comme un édifice tout à fait identique à ce que devait être le site de Courseulles à la phase 3 – ou inversement (fig. 88). L’un de ses côtés d’ailleurs, celui du sud-est cette fois-ci, s’est vu ici aussi doublé d’une seconde paroi placée à une distance de 7,50 m de la clôture extérieure, c’est-à-dire selon un intervalle équivalent à celui maintenu entre les deux lignes de la clôture de Courseulles. L’intérieur de l’enceinte fut en revanche trop peu exploré pour qu’il ait été possible d’évaluer la nature des « nombreuses constructions sur poteaux » repérées dans les rares fenêtres de fouille ouvertes dans son emprise. Outre cet ensemble pour lequel il fut possible de réunir quelques documents, trois autres résidences analogues sont évoquées par l’auteur : Krašovice et Prague / Hloubĕtín pour les deux portées à notre connaissance (Smrž 1991 : 185). Une dernière similitude de Courseulles avec l’établissement de Droužkovice réside dans la présence à l’extérieur de l’enceinte d’une petite annexe métallurgique enclose et adossée à la clôture qui, à Droužkovice, semble avoir joué un rôle déterminant dans l’histoire du gisement (Megaw, Megaw 2002).

FIG. 88 Évocation de l’enceinte de Droužkovice, en Bohème (Smrž 1991 : 185).

FIG. 88 Évocation de l’enceinte de Droužkovice, en Bohème (Smrž 1991 : 185).

4.2.2 Une enceinte de type Viereckschanze avant son temps ?

40Sur le plan architectural toujours, et en dépit de la restriction chronologique au vie-ve s. av. J.-C. que nous impose en théorie l’attribution du gisement, on ne saurait éluder plus longtemps la question des rapprochements formels que tout le monde aura perçus entre le site de Courseulles et les grandes enceintes quadrilatérales – plus tardives – mises au jour en différents points de la zone occidentale de l’Europe et regroupées sous le terme de Viereckschanze. Il semble cependant que l’on ne puisse bien saisir l’intérêt et l’importance de ces structures dans le cadre de notre propos qu’en se livrant à un rapide rappel de l’historique de leur identification et des analyses successives qui ont pu en être faites depuis leur découverte (Schwartz 1959 ; Buchsenschutz 1984). Notamment parce que parmi les enceintes identifiées sur cette zone se comptait un certain nombre d’enceintes bas-normandes.

41Plusieurs grandes enceintes quadrangulaires de ce type en effet, marquées par des plans carrés de l’ordre de 1 ha mais dont aucune n’est datée faute de campagne de fouille, sont repérées de longue date sur la région (fig. 89). Dès 1925, L. Delatigny, en dépit de la taille encore très réduite de l’effectif repéré à cette époque (cinq unités), souligne la fréquence (relative) et l’homogénéité de ces enceintes qu’il considère alors comme les premières unités d’un « groupe » : celui « des enceintes quadrilatérales de Basse-Normandie » (Delatigny 1925 cité dans Buchsenschutz 1984). Il ne s’agit pas là de plans arasés comme ceux de Courseulles et de Fleury, qui sont localisés sur le plateau céréalier, mais d’enceintes d’une centaine de mètres de côté pour la plupart, identifiées dans les zones de collines bordant la plaine – bocage à l’ouest et Pays d’Auge à l’est – grâce à leurs talus parfois conservés sur 2 à 3 m de haut. On peut évoquer à titre d’exemple l’enceinte de Danvou-la-Ferrière / Bois de la Ferrière (fig. 90), établie au cœur des Collines normandes. Par défaut ou à partir des rares tessons recueillis en surface, la plupart ont généralement été interprétées par les érudits locaux comme des « camps romains ». L’enceinte du Plessis-Grimoult dite « du camp romain » (fig. 89 : 8), nom également donné au lieu-dit, en est un bon exemple. C’est cependant K. Bittel qui, semble-t-il, établit en 1934 (Buchsenschutz 1984) le premier un lien formel entre ce « groupe bas-normand » et les Viereckschanzen du Sud de l’Allemagne, ce dernier terme paraissant alors relativement adapté puisque dans son sens littéral il ne signifie rien de plus que « retranchement quadrangulaire ». Plusieurs de ces sites locaux trouveront très naturellement leur place par la suite dans les inventaires de K. Schwartz (Schwartz 1959 ; 1962) qui en souligne à son tour les concordances architecturales. Mais, à partir de ses propres travaux de fouille à Holzhausen, en Bavière, K. Schwartz en réduit la définition à celle de « sanctuaires de la Tène finale ». En 1984, le dernier inventaire publié, réalisé sous le titre plus nuancé des « Enceintes carrées de type Viereckschanze » (Buchsenschutz 1984 : chap. IX), fait état pour le Nord de la France de 171 occurrences (152 publiées : Buchsenschutz 1984 : 232). Il ne fait aucun doute que les sites de Courseulles et de Fleury-sur-Orne, s’ils avaient été identifiés à cette époque sans être encore datés, auraient très naturellement trouvé eux aussi leur place au sein de ces recensements. En parallèle, la cartographie de ces enceintes (fig. 91) montre bien l’ampleur d’un phénomène couvrant, à l’intérieur d’un grand quart nord-ouest, un espace délimité par la Charente au sud et la Seine au nord, et que l’on sait – en dehors des questions d’attribution chronologique se posant pour l’ensemble – exister à l’est, sur les régions de la Suisse, du Sud de l’Allemagne et de la Bohême. Si l’on peut faire la remarque que la moitié sud de l’Armorique se voit apparemment elle aussi touchée par le phénomène et que les plus fortes concentrations occupent les vallées de la Charente, de la Loire et ses affluents, et de la Seine, on peut également faire le constat que les rives de la Manche et de l’Atlantique paraissent peu concernées en dehors, curieusement, de quelques estuaires parmi les plus septentrionaux : celui de la Somme, avec le site de Bouillancourt-en-Séry (Somme), celui de la Seine et ses abords avec les sites de Ouistreham – non daté – et à présent de Courseulles.

FIG. 89 Principales fortifications de hauteur et grandes enceintes quadrangulaires du Calvados.

FIG. 89 Principales fortifications de hauteur et grandes enceintes quadrangulaires du Calvados.

1 Courseulles-sur-Mer / La Fosse Touzé ; 2 Fleury-sur-Orne / La Casse.
3 Cricqueville-en-Bessin ; 4 Le Tronquay ; 5 Ondefontaine ; 6 Danvou-la-Ferrière ;
7 Campandré-Valcongrain ; 8 Le Plessis-Grimoult ; 9 Campandré-Valcongrain ;
10 Martainville ; 11 Moulines ; 12 Ouistreham ; 13 Villiers-sur-Mer ;
14 Manerbe ; 15 Mittois ; 16 Saint-Martin-de-Fresnay.
17 Commes ; 18 Banville / La Burette ; 19 Basly / La Campagne ; 20 Trois-Monts ; 21 Merri.
22 Saint-Jean-de-Savigny ; 23 Castillon ; 24 Blainville-sur-Orne ; 25 Hottot-les-Bagues ; 26 Curcy-sur-Orne ;
27 Soumont-Saint-Quentin ; 28 Moult ; 29 Dozulé ; 30 Cambremer ; 31 Beuvron-en-Auge ;
32 Ouilly-le-Vicomte ; 33 Le Mesnil-Simon ; 34 Saint-Martin-de-Fresnay / Écots.
35 Castillon ; 36 Saint-Désir.

© M. Dupré, A. Dagand (d’après Bernouis, San Juan 1994 ; 1996 ; Bernouis 1997 ; 1999).

FIG. 90 Exemple d’enceinte quadrangulaire bas-normande délimitée par des talus : Danvou-la-Ferrière / Bois de la Ferrière.

FIG. 90 Exemple d’enceinte quadrangulaire bas-normande délimitée par des talus : Danvou-la-Ferrière / Bois de la Ferrière.

© A. Dagand (d’après Bernouis, San Juan 1994).

FIG. 91 Carte des grandes enceintes quadrilatérales de type Viereckschanze identifiées sur le territoire français (d’après Buchsenschutz 1984 : 232), enrichie des sites de Fleury-sur-Orne et de Courseulles-sur-Mer. Le positionnement des communes mentionnées a été vérifié grâce au SIG de l’IGN.

FIG. 91 Carte des grandes enceintes quadrilatérales de type Viereckschanze identifiées sur le territoire français (d’après Buchsenschutz 1984 : 232), enrichie des sites de Fleury-sur-Orne et de Courseulles-sur-Mer. Le positionnement des communes mentionnées a été vérifié grâce au SIG de l’IGN.

1 Bouillancourt-en-Séry
2 Remilly-les-Pothées
3 Gournay-sur-Aronde
4 Longueil-Annel
5 Nampcel
6 Ouistreham
7 Saint-Martin-Saint-Firmin
8 Illeville-sur-Monfort
9 Condé-sur-Risle
10 La Londe
11 Montaure
12 Le Vaudreuil
13 Plasnes
14 Serquigny
15 Grosley-sur-Risle
16 Le Mesnil-Fuguet
17 Bosguérard-de-Marcouville
18 Incarville
19 Louviers
20 Le Mesnil-Jourdain
21 Bois-Jérôme-Saint-Ouen
22 Vienne-la-Ville
23 Lampertsloch
24 Le Plessis-Grimoult
25 Brieux
26 Conches-en-Ouche
27 Champigny-la-Futelaye
28 Saint-André-de-l’Eure
29 L’Habit
30 Champigny-la-Futelaye
31 Champigny-la-Futelaye
32 Taverny
33 Haboudange
34 Boucé
35 Francheville
36 Naix-aux-Forges
37 Villey-Saint-Étienne
38 Liverdun
39 Champsecret
40 Francheville
41 Saint-Rémy-sur-Avre
42 Rambouillet
43 Rambouillet
44 Rambouillet
45 Verrières
46 Benney
47 Benney
48 Oisseau-le-Petit
49 Origny-le-Butin
50 Origny-le-Butin
51 Le Gué-de-la-Chaîne
52 Saint-Martin-du-Vieux-Bellême
53 Courcelles-sur-Blaise
54 Séglien
55 Plonéour-Lanvern
56 Lizio
57 Ingrannes
58 Chambon-la-Forêt
59 Nibelle
60 Nibelle
61 Paucourt
62 Amilly
63 Plaudren
64 Elven
65 Azé
66 Vion
67 Vievy-le-Rayé
68 La Colombe
69 Autainville
70 Saint-Laurent-des-Bois
71 Saint-Laurent-des-Bois
72 Saint-Laurent-des-Bois
73 Lorges
74 Briou
75 Lorges
76 Lorges
77 Séris
78 Marcilly-en-Villette
79 Boismorand
80 Arbecey
81 Le Louroux-Béconnais
82 Beauvau
83 Blois
84 Offemont
85 Le Plessis-Macé
86 La Breille-les-Pins
87 La Breille-les-Pins
88 La Breille-les-Pins
89 Rivarennes
90 Vheverny
91 Santoche
92 Le Fief-Sauvin
93 Beaupréau
94 Noyant-la-Plaine
95 Morthomiers
96 La Romagne
97 Baugy
98 Mornay-Berry
99 Saint-Saulge
100 Limanton
101 Goux
102 Falletans
103 Lavans-Vuillafans
104 Villedieu-sur-Indre
105 Vineuil
106 Saint-Maur
107 Montierchaume
108 Saugy
109 Ineuil
110 Château-sur-Allier
111 Saint-Martin-du-Fouilloux
112 Jazeneuil
113 Rouillé
114 Nouaillé-Maupertuis
115 Parnac
116 Chaillac
117 Pouligny-Notre-Dame
118 Saint-Saturnin
119 Saint-Sauvant
120 Saint-Léger-Magnazeix
121 Lourdoueix-Saint-Pierre
122 Cheniers
123 Chaunay
124 Joussé
125 Mauprévoir
126 Charroux
127 Genouillé
128 Pleuville
129 Arnac-la-Poste
130 Pionnat
131 Moragne
132 Benest
133 Champagne-Mouton
134 Chassiecq
135 Cellefrouin
136 Montrollet
137 Brigueuil
138 Saint-Gence
139 Lafat
140 Saint-Georges-la-Pouge
141 Amplepuis
142 Pont-l’Abbé-d’Arnoult
143 Mainxe
144 Chasseneuil
145 Chasseneuil
146 Le Lindois
147 Verneuil-sur-Vienne
148 Châteauneuf-la-Forêt
149 Saint-Pierre
150 Espartignac
151 Rosiers-d’Égletons
152 Sérandon
153 Fleury-sur-Orne
154 Courseulles-sur-Mer

© A. Dagand, N. Le Masne de Chermont.

42Aujourd’hui, en Basse-Normandie, ce ne sont pas moins d’une vingtaine de sites de cet ordre qui ont été recensés pour le seul département du Calvados, ceci grâce à une récente campagne d’inventaire programmée assortie d’une reconnaissance pédestre et de relevés topographiques (Bernouis, San Juan 1994 ; 1996 ; Bernouis 1997 ; 1999). Aucun, hélas ! n’est pour l’heure daté, et leur fonction, en dépit de ressemblances morphologiques évidentes avec les sites de Courseulles et de Fleury-sur-Orne, échappe encore totalement à l’analyse.

  • 2 Ces dernières n’excluant d’ailleurs pas nécessairement le fait cultuel dans leur emprise, comme l’o (...)

43En dépit de sa signification littérale, la notion de Viereckschanze reste encore adossée à une chronologie restreinte à la Tène finale. C’est notamment ce que montre, pour le Sud de l’Allemagne, le tout récent travail de Caroline von Nicolaï réalisé sur un corpus d’une petite vingtaine d’enceintes de ce type (Nicolaï 2009). Mais si ce travail, sans totalement résoudre les antagonismes que ce thème a pu susciter à l’occasion du colloque de Châteaudun (Buchsenschutz, Olivier 1989), nous éloigne effectivement, pour ces sites de la fin du 2nd âge du Fer, de l’unique interprétation cultuelle qu’il était convenu d’en faire depuis les travaux de Schwartz, les deux exemples pour l’heure testés en Basse-Normandie pourraient – si tant est que l’on s’accorde à considérer qu’il s’agit bien du même genre de site sur le plan typologique – en élargir assez substantiellement la chronologie. L’attribution des sites de Courseulles-sur-Mer et de Fleury-sur-Orne à une période courant de la fin du vie au milieu du ive s. av. J.-C., offrirait de fait près de quatre siècles d’antériorité au phénomène des enceintes carrées de 1 ha qui, conséquemment, n’appartiendraient pas toutes à la fin de l’âge du Fer. Il paraît tout aussi probable qu’un certain nombre d’entre elles ait répondu à d’autres fonctions que celle de lieux cultuels et, en définitive, fasse partie d’un genre typologique recouvrant plusieurs réalités fonctionnelles au fil du temps : des centres de collecte, voire de grandes résidences aristocratiques à la fin du 1er et au début du 2nd âge du Fer (cf. infra, § 4.4), peut-être des lieux cultuels (Schwartz 1962) ou « la base de l’unité rurale » (Nicolaï 2009) à la fin de la période2, des camps romains à la Conquête, voire comme l’évoquèrent par provocation différents auteurs, des enceintes médiévales et modernes…

44Une différence pourtant entre ces enceintes, qui réside dans l’histoire de leur clôture, pourrait nous conduire à identifier quelques différences au sein de ce corpus. En effet, si au cours de leur existence les enceintes de Fleury et de Courseulles se sont vu l’une et l’autre dotées d’une palissade calée dans les fossés par la verse des talus, ce qui pourrait être le signe d’un processus relativement normé à l’intérieur d’un premier groupe, aucune de celles anciennement identifiées dans les collines grâce à la conservation de leurs talus n’aurait alors connu ce type de clôture ou – si l’on en suit l’analyse faite à Courseulles – atteint ce degré d’ostentation. C’est un peu suspect dans l’éventualité où ces structures seraient contemporaines de celles de Fleury et de Courseulles, mais pas impossible. Rien n’exclut après tout que les enceintes contemporaines de Courseulles et de Fleury soient précisément celles pour lesquelles l’histoire de la clôture fut différente. Seul un retour sur le terrain pour, au minimum, évaluer la chronologie des installations préservées dans les collines serait à même d’apporter quelques réponses aux diverses questions que ces dispositifs très spécifiques suscitent depuis maintenant près d’un siècle.

4.2.3 Comparaisons sur le plan du stockage

45Hormis le fait qu’il correspond à un habitat, relativement réduit en ce qui concerne son nombre d’occupants, le site de Courseulles se voit surtout caractérisé par sa proportion élevée de structures de stockage, stockage qui, pour sa partie excédentaire tout du moins (celle non directement attachée à la subsistance des résidents), s’effectue en greniers. Il s’agit en cela du mode le plus répandu à cette période à l’échelle de l’Europe tempérée (Audouze, Buchsenschutz 1989 ; Gransar 2000), à l’exception bien sûr de quelques zones adeptes d’autres méthodes : la Bretagne – qui a alors principalement recours au souterrain (Menez 1994 ; Tanguy 2007) – et certains sites du Bassin parisien privilégiant au contraire l’usage du silo (Gransar 2000 ; 2003).

46Au niveau local, en dehors du site de Fleury-sur-Orne dont on suspecte que l’enceinte a abrité les mêmes installations qu’à Courseulles, on évoquera en priorité, pour le domaine du stockage à grande échelle au Ve s. av. n.è. en Basse-Normandie, le site de Fontenai-sur-Orne / La Patte d’Oie (Lepaumier 2008) tout récemment découvert dans l’Orne. Le gisement, décapé sur près de 7000 m2, et dont l’interprétation peine à choisir entre l’aire d’entrepôt d’un hameau et une zone de stockage plus isolée, ne comprenait pas moins de vingt-six constructions avérées dans l’emprise de la fouille. Celles-ci étaient réparties autour de deux à trois cours contiguës selon un mode diffus que l’on pourrait qualifier de « nucléaire ». La très grande majorité de ces constructions semble avoir correspondu à des greniers établis sur quatre poteaux porteurs, greniers dans les fondations desquels un assez grand nombre de graines de céréales carbonisées étaient conservées. Malgré cette importante capacité de stockage qui n’est pas sans faire le lien avec l’une des spécificités du site de Courseulles, aucune clôture ne semble avoir délimité l’ensemble. Un seul plan d’édifice, celui d’une construction de 50 m2 à pans coupés, très proche en cela des plans d’édifices 4 et 22 de notre site, serait dans l’immédiat – selon notre connaissance actuelle de l’architecture domestique en Normandie – susceptible d’avoir correspondu à une habitation. Pour l’heure, le décapage, tributaire de l’emprise du projet, reste trop restreint pour que l’on puisse donner une interprétation définitive de cet ensemble. Si l’on exclut l’éventualité que des facteurs érosifs aient pu faire disparaître toute autre trace de construction que celles sur poteaux plantés, celles par exemple de maisons sur sablières basses, l’ensemble peut être perçu de diverses façons : soit comme une aire d’entrepôt collective établie à proximité de son habitat – c’est l’hypothèse du hameau dont seule la zone de stockage aurait été touchée dans l’emprise –, soit comme un site plus éloigné dédié au stockage, option qui l’apparenterait alors à un lieu de centralisation éventuellement géré par un tiers.

  • 3 Comm. orale, G. San Juan.

47Le deuxième exemple local, occupant une position plus inattendue, a été révélé à Basly / La Campagne (San Juan, Le Goff 2003 ; San Juan 2009), à seulement quelques kilomètres de Courseulles, au cours de la fouille programmée de 2008. La zone de stockage se développe là en aire ouverte, en avant d’une petite fortification de hauteur occupée épisodiquement depuis le Néolithique final jusqu’au début du second âge du Fer (cf. infra, § 4.2.2). Si le niveau de l’habitat des vie-ve s. av. J.-C. n’est pas encore bien défini, mais ne semble pas devoir dépasser celui de la seigneurie, l’ouverture d’une fenêtre de décapage de l’ordre de 2000 m2 a permis de mettre au jour, à une petite quarantaine de mètres en avant du fossé d’enceinte, un groupe d’une dizaine de bâtiments à quatre et six poteaux porteurs. La plupart semblent avoir correspondu à des greniers. L’ensemble est daté, par plusieurs analyses radiocarbone réalisées sur des graines calcinées directement issues des trous de poteau, du ve s. av. J.-C.3. Il est probable, d’après la topographie des lieux autour de la fenêtre de fouille, qu’une large part du plateau – sans peut-être dépasser l’hectare – ait été pareillement occupée par ce type d’installations, ce qui, parmi les fonctions possibles du site à l’âge du Fer, le positionnerait lui aussi comme un lieu tout à fait vraisemblable de centralisation des productions agricoles environnantes.

48À l’heure actuelle, aucune autre proposition de comparaison sur le plan du stockage à grande échelle ne peut être faite en Basse-Normandie pour cette période du ve s. av. J.-C.

49D’une manière générale, le 1er âge du Fer reste dans le Nord de la France une période marquée par la multiplication des aires de stockage à grande échelle. On dispose d’ailleurs de quelques témoignages précoces dans ce domaine pour cette zone : les sites de la Champagne crayeuse de Bazancourt-Pomacle / La Large Eau et de Bezannes / La Bergerie (Desbrosse et al. 2009) attribués au Bronze final IIIb / Hallstatt C comptent sans doute aujourd’hui parmi les plus anciennes illustrations du phénomène. Chacun des deux sites, dans une enceinte quadrangulaire en partie palissadée et accessible par une ou plusieurs portes monumentales, renfermait des batteries de greniers rangées le long des clôtures. Malgré tout, les références les plus nombreuses concernent dans l’immédiat l’époque de notre site : la fin du 1er et le début du 2nd âge du Fer. C’est effectivement dans ces dates que le Nord de la France et ses marges connaissent la généralisation de cette nouvelle catégorie d’habitats que l’on pourrait qualifier de « sites de centralisation des ressources agricoles », voire simplement de « zones d’entrepôts » lorsqu’il ne s’agit que de batteries de silos isolées, ou peut-être, comme à Ciry-Salsogne / La Bouche à Vesles (Hénon et al. 2002) ou encore à Lacroix-Saint-Ouen / Les Longues Rayes (Talon, Billand 1994), respectivement dans l’Aisne et dans l’Oise, lorsque les seules traces disponibles au sol sont celles de greniers groupés et de silos. Si l’on rapporte le plus souvent cet essor à l’enclenchement d’une période d’optimum climatique favorable à la céréaliculture – et à l’agriculture en général (Bouzek 1993 ; Gransar 2000…) –, cette intensification des activités culturales n’explique que modérément que les zones de stockage se concentrent alors en priorité – en ce qui concerne notamment le stockage en grenier – sur des sites affichant un certain degré d’ostentation, soit comme à Courseulles ou Bazancourt-Pomacle au niveau de l’architecture des portes et des clôtures, soit au niveau de leurs mobiliers comme par exemple à Grisy-sur-Seine / Les Terres du Bois Mortier, en Seine-et-Marne (Gouge, Leconte 2000), qui présente le témoignage d’une assez forte série de céramiques peintes.

50On peut déduire de cet état des choses que, même si la productivité fut éventuellement meilleure à cette période qu’auparavant, ce ne serait pas tant de plus hauts rendements qui auraient généré ce nouveau type de dispositifs, que des changements dans leur mode de gestion. Celui-ci aura visiblement revêtu de multiples aspects selon les régions (Gransar 2003) et même parfois selon les gisements. Si d’une façon générale la Basse-Normandie privilégie très nettement l’usage du grenier à cette époque (Jahier 2007 ; Jahier, Besnard-Vauterin à paraître), d’assez nombreux sites du Bassin parisien au ve s. av. J.-C. présentent presque exclusivement des silos, même dans le cadre d’un stockage à grande échelle. Cela serait notamment le cas à Berry-au-Bac / Le Vieux Tordoir (80 silos), Saint-Gibrien (100 silos) ou Cuiry-les-Chaudardes (40 silos) [Gransar 2000].

51Parmi les ensembles du Bassin parisien, c’est probablement dans l’immédiat au site de Bucy-le-Long / Le Grand Marais (Brun, Pommepuy 1983 ; Pommepuy et al. 1995), dans l’Aisne, que l’ensemble de Courseulles se comparerait le mieux. L’enceinte, qui atteignait une superficie de 8000 m2 (100 x 80 m), c’est-à-dire une emprise assez proche de celle de notre site se trouvait délimitée là aussi par des palissades, pour partie à poteaux jointifs implantés dans une tranchée, pour partie à poteaux ancrés dans le sol au rythme de un sur deux. Elle présentait en outre une petite vingtaine de greniers ordonnés de façon rigoureuse le long de sa clôture. À défaut de plan de maison repéré dans ses limites, l’établissement comptait au centre de son petit côté ouest l’empreinte d’un porche ou d’une tour-porte de 12 m de long par 3 m de large établie sur douze gros piliers.

52Plus proche sur le plan géographique, l’enceinte de Hautot-le-Vatois / La Plaine du Bosc Renault (Blancquaert, Defossés 1994 ; Blancquaert, Adrian 2007), en Seine-Maritime, quoique incomplètement fermée au niveau du substrat, pourrait être un autre site comparable. Cependant, le gisement n’était délimité que sur deux de ses côtés : par un fossé (st. 150) au nord-ouest et par une palissade (st. 310) au sud. Pas moins d’une vingtaine de greniers répartis sur deux principales zones et un grand bâtiment à abside dont la fonction reste délicate à établir (maison, grange ?), s’y organisaient en rangées dans l’angle ouest. On peut ajouter à cette liste les sites de Bezannes et de Bazancourt-Pomacle, incomplètement clos eux aussi à l’altitude du substrat, mais comportant chacun une ou plusieurs tours-porte. La plupart des auteurs s’accordent à dire que ce type de dispositif était à l’origine fermé dans son entièreté, peut-être par des murs ou des haies. On pourrait d’ailleurs reconnaître un ensemble équivalent dans la phase ancienne du 1er âge du Fer à Grisy-sur-Seine / Les Champs Pineux (Gouge, Leconte 2000 : 159), à quelques centaines de mètres au sud des installations des Terres du Bois Mortier, elles-mêmes attribuées au Hallstatt D, où une quinzaine de greniers semble avoir été ordonnée en fonction d’une palissade implantée au sud.

53En ce qui concerne les comparaisons que l’on pourrait proposer pour les ensembles de Fontenai-sur-Orne et de Basly, dotés d’une importante aire de stockage en aire ouverte, les occurrences ne sont pas si nombreuses, même à l’échelle du Nord de la France. F. Gransar faisait déjà remarquer il y a une dizaine d’années que, à la différence des batteries de silos que l’on découvre parfois isolées (Berry-au-Bac / Le Vieux Tordoir, Saint-Gibrien, Cuiry-les-Chaudardes…), les batteries de greniers pour l’heure mises au jour sont presque toujours topographiquement liées à un habitat, qu’elles soient implantées au dedans ou en bordure (Gransar 2000 : 293). Structurellement se serait donc peut-être encore avec les sites de Ciry‑Salsogne / La Bouche à Vesles et celui surtout de Lacroix-Saint-Ouen / Les Longues Rayes, respectivement dans l’Aisne et dans l’Oise et attribués l’un et l’autre au Hallstatt final / La Tène ancienne, que le site de Fontenai trouverait le plus d’affinités. À Ciry-Salsogne, la cinquantaine de greniers mise au jour sur les 6,4 ha décapés, se trouvait inégalement répartie sur l’aire d’habitat, les uns étant isolés, les autres ordonnés en rangées ou encore en arc autour d’une cour. L’ensemble de Lacroix-Saint-Ouen, qui disposait d’une petite trentaine de greniers et d’autant de fosses sur une surface explorée de 1 ha, donc très comparable à l’ensemble de Fontenai-sur-Orne, pourrait avoir été quant à lui circonscrit dans une aire de 3 ha par un fossé (Malrain, Pinard 2006 : 82). En revanche, peut-être parce que l’on dispose d’une vue nettement plus large du site, la configuration observée à Basly nous rapprocherait plus franchement de celle identifiée à Grisy-sur-Seine / Les Terres du Bois Mortier (Gouge, Séguier 1994 ; Gouge, Leconte 2000), en Seine-et-Marne, où la zone de stockage a été établie également en marge – à une centaine de mètres – de l’enclos d’habitat.

54Pour les régions situées plus à l’est, peu de sites comportant des structures de stockage en proportions analogues ont été portés à notre connaissance dans l’immédiat. Mais on peut s’interroger sur la nature des « nombreuses constructions sur poteaux » qu’un dispositif comme celui de Droužkovice (cf. supra, § 4.1.2) semblait abriter.

55Vers l’Ouest et le Sud des Îles britanniques, qui obéissent à d’autres traditions architecturales, les plans généralement elliptiques des enceintes et leurs systèmes de clôture en priorité élaborés à partir de profonds fossés nous ont bien souvent conduit à les différencier des ensembles précédemment évoqués. Sur le fond pourtant, un certain nombre d’entre eux, si l’on fait abstraction de la forme et du mode de construction des clôtures, présentent les mêmes caractéristiques structurelles et architectoniques que les sites du Bassin parisien et de ses marges que nous venons de survoler.

56Toutefois, les exemples dans l’extrême Ouest de la France sont encore peu nombreux. La phase I (ve-ive s. av. J.-C.) du site de Paule (Menez, Arramond 1998), en Bretagne, constitue l’une des rares références disponible pour cette période et sur cette zone qui porte la marque probable d’une centralisation des ressources. L’habitat, fort alors d’environ 10000 m2 (fig. 87 : 6), était ceint d’assez puissantes clôtures comprenant fossés et talus parementés, et abritait pour principales structures de stockage une petite douzaine de souterrains disposés de façon radiale le long de la clôture. Si la nature des denrées entreposées dans ces possibles « cachettes » n’est pas établie (Menez 1994 ; 2009), on soupçonne qu’elle était sûrement différente de celle des denrées abritées dans la grande cave située sous la maison. La capacité de stockage qu’offraient ces réserves avant qu’elles ne fussent supplantées par une très vaste grange au iie s. av. J.-C., apparaît par ailleurs fort importante en regard de l’unique habitation identifiée dans l’enceinte. Nettement supérieure en tout état de cause à ce qu’elle pouvait être sur les fermes plus modestes qui, même à l’époque du plein essor de ces structures, n’en comportaient généralement qu’une ou deux, comme au Boisanne par exemple (Menez 1996). Quoique bien plus petit (0,4 ha) et organisé différemment – en cours contiguës –, le site d’Inguiniel / Kerven Teignouse (Tanguy 2000 ; 2006) regroupait lui aussi pour ses phases 1 et 2 (vie-ive s. av. J.-C.) un nombre important de souterrains (7 unités) dépassant de loin les besoins des occupants.

57De l’autre côté de la Manche existe aussi un certain nombre de comparaisons possibles avec ce principe de stockage à grande échelle et de centralisation des ressources agricoles. On évoquera en premier lieu, mais au sein de sites de 5 à 6 ha pouvant être perçus comme des hill forts, les groupements de greniers de Moel y Gaer (un peu plus ancien cependant : fin viie-début vie s. : Guilbert 1975 cité dans Audouze, Buchsenschutz 1989 : 162) et de Danebury (Cunliffe 1983). Les réserves, qui s’organisent en rangées parallèles à l’arrière d’une zone centrale occupée par les maisons, y composent de véritables quartiers de stockage. Mais comme le montre leur superficie, il s’agit d’habitats groupés. Bien qu’un peu plus petit – 3 ha seulement – le site de Great Woodbury (Collis 1984) semblerait pouvoir se rattacher à ce même type de gisement. En définitive, avec 8000 m2 de superficie, le plan de deux maisons centrales et une rangée de greniers adossés à la clôture arrière, c’est encore le site de Little Woodbury (Bersu 1940 et Megaw, Simpson 1979, cités dans Audouze, Buchsenschutz 1989 : 297 ; Collis 1984) qui serait le plus proche du site de Courseulles. Il faudrait néanmoins avoir une vision plus large de l’intérieur de l’enceinte pour valider totalement ce rapprochement qui, en l’état, ne résulte peut-être que d’un « effet de fouille ». Dans cet ordre d’idées, pour des sites avoisinant l’hectare et portant la marque de réserves relativement fournies, pourraient également être versés au débat les grands établissements de Old Down farm (Davies 1981 cité dans Collis 1990) [fig. 87 : 8], voire celui de Gussage All Saints (fig. 87 : 10). Ce dernier cependant semble avoir regroupé ses dépendances au centre de l’enceinte. Pour tous ces cas de figure, qu’il s’agisse de hill forts ou d’habitats de plus petite superficie, les volumes stockés sur ces gisements dépassent très largement à la fois les capacités de production et les capacités de consommation des unités domestiques reconnues sur les lieux (Audouze, Buchsenschutz 1989 : 303). Une partie de ces stocks était donc utilisée à d’autres fins que de satisfaire à l’alimentation des occupants. À l’inverse, un site comme celui de Winnall Down (fig. 87 : 7), qui en dépit de son fossé d’enceinte et de sa tour-porte n’abritait que très peu de structures de stockage, évoquerait davantage une ferme de statut élevé.

58Finalement, malgré leurs différences architecturales, le dénominateur commun à la plupart de ces places du Nord de la France et du Sud des Îles britanniques reste bien le stockage à grande échelle, et cela quelle que soit la forme de leurs clôtures. L’enceinte de Courseulles d’ailleurs, dont le schéma d’édification se situe à mi-chemin entre les dispositifs quadrangulaires palissadés de l’est de la Seine et les dispositifs elliptiques et délimités par des fossés identifiés dans l’Ouest et le Sud des Îles britanniques, semblerait avoir répondu aux deux tendances au cours de son histoire. On peut néanmoins soupçonner, si l’on en suit l’évolution des clôtures, que l’objectif initial des bâtisseurs était surtout de suivre le schéma oriental. Il ressort de cet aperçu que tous ces sites, invariablement définis comme des places de prestige occupant une position remarquable dans l’organisation des territoires de l’âge du Fer, tantôt perçues comme des « résidences » ou des « habitats aristocratiques », tantôt comme des « domaines seigneuriaux », trouveraient leurs fondements dans un statut spécifique englobant notamment une gestion centralisée des ressources. Si l’on se fie à la cartographie des occurrences – et cela en dépit des différences architecturales entre les gisements selon la région –, ce mode de gestion se révélerait finalement commun à une large part de la pointe européenne.

4.3 Le site de Courseulles dans son environnement régional

59Au vu des données collectées sur le terrain comme des sites comparables identifiés dans le Nord de la France et ses marges, l’hypothèse selon laquelle le site de Courseulles ait pu correspondre à une plateforme de collecte pour l’une des ressources sans doute les plus essentielles de ce temps, nous met vraisemblablement en présence d’une pièce déterminante dans les rouages de la communauté – ou plus largement de la société – qui, à la fin du 1er âge du Fer, en permit l’existence ou l’a conçue. Il paraît exclu de considérer – ainsi que nous l’avons vu au fil de ces pages, avec l’exemple de Fleury-sur Orne notamment – que le site de Courseulles soit un cas unique ou même isolé. Pour autant, même s’il revêt effectivement les traits d’un type d’établissement commun à une large part de l’Europe tempérée et remplissant des fonctions spécifiques au sein des sociétés alors en place, en évaluer le rôle et l’importance dans le tissu social, économique et culturel des vie et ve siècles av. J.-C. en Normandie reste un exercice délicat. En dépit de leur enrichissement permanent, les données acquises pour ces différents domaines restent embryonnaires pour cette période sur la région. En revanche, les domaines plus concrets de l’habitat et du monde funéraire s’avèrent de mieux en mieux documentés et permettent de poser les bases, sinon d’un premier schéma d’organisation, tout au moins d’une catégorisation relativement contrastée des sites à notre disposition.

4.3.1 Habitats et exploitations de plaine

60À ce jour, les habitats et exploitations de plaine des vie-ve s. av. J.-C. ne sont représentés que par une petite douzaine de gisements avérés. La plupart de ces références, en raison de la répartition des grands travaux surtout, se voient localisées pour l’heure sur une bande de 20 à 25 km de large depuis la côte. Elles s’égrènent ainsi pour l’essentiel le long de la vallée de l’Orne, sur une zone située au sud de l’agglomération caennaise (18 km au sud de Courseulles) et assujettie depuis maintenant une quinzaine d’années à l’aménagement de grandes infrastructures. D’autres références cependant sont ponctuellement obtenues sur des zones un peu plus éloignées dans l’Orne et dans la Manche, là aussi à la faveur des grands travaux, dans un rayon de 60 à 80 km à l’ouest et au sud de Courseulles. Pour autant, la trame de ces habitats reste encore très lâche. Ils sont par ailleurs loin de constituer un ensemble homogène. Leurs qualités mettent en effet en lumière cinq principales tendances (fig. 92) qui, si elles traduisent probablement des différences importantes quant à la fonction, au rôle ou au statut de ces ensembles les uns par rapport aux autres, expriment aussi, de façon théorique, le jeu probable de complémentarités entre les dispositifs.

FIG. 92 Les différentes formes de l’habitat de plaine identifiées en Basse-Normandie pour la fin du 1er et le début du 2nd âge du Fer.

FIG. 92 Les différentes formes de l’habitat de plaine identifiées en Basse-Normandie pour la fin du 1er et le début du 2nd âge du Fer.

© I. Jahier, A. Dagand.

4.3.1.1 Unités domestiques en aire ouverte et partiellement encloses

61Au rang des habitats les plus simples, on peut évoquer diverses unités domestiques de 500 à 1000 m2 établies en aire ouverte au sein de parcellaires agraires de plusieurs hectares (fig. 92 : 1). C’est une des particularités des données récemment acquises en différents points de la région grâce à la prescription de diagnostics de grande superficie suivis de la prescription de très larges décapages (10 à 15 ha) permettant d’aborder dans leur globalité ces dispositifs extrêmement discrets mais, au final, assez nombreux.

62À Ifs / Object’Ifs Sud, au sud de Caen, où le décapage a concerné une superficie de 14 ha, chacune de ces unités se définissait par deux à trois greniers et autant de fosses remblayées de rejets domestiques (Jahier 1999 ; 2000 ; Le Goff 2001a ; 2002 ; 2009). Les plus anciennes de ces unités auraient pu être édifiées dès la fin de l’âge du Bronze. En raison probablement d’un mode de construction n’affectant que modérément le sous-sol (solins, sablières basses ?), les maisons de ces ensembles semblent avoir pour l’essentiel disparu sans laisser de trace à l’altitude du décapage. Ce n’est qu’avec la mise en place des premiers fossés parcellaires et des chemins encaissés que certaines unités établies à la toute fin du 1er âge du Fer (à la charnière du vie et du ve s.) se seraient vu doter de quelques amorces de clôtures, celles-ci dessinant dans le substrat le plan de petites parcelles ou d’enclos incomplètement fermés et accolés les uns aux autres (Le Goff 2002 : ens. 2, ens. 4 ; Le Goff 2009). Il est encore difficile de déterminer si ces délimitations partielles doivent être perçues comme la marque d’un statut plus élevé que pour les unités en aire ouverte. Certes, les clôtures de ces habitats paraissent proportionnées aux très petites superficies encloses (800 à 1300 m2), c’est-à-dire extrêmement modestes (fossés de l’ordre de 1 m de profondeur). Mais l’ensemble 2 de Ifs, équipé de ce type de clôtures, était aussi le seul à être doté d’un espace funéraire pourvu d’un monument. Celui-ci d’ailleurs, s’il reste d’assez faible emprise (100 m2) par rapport à la plupart des autres exemples identifiés sur la région pour cette période, n’en commandait pas moins à l’organisation d’une trentaine de tombes (Le Goff 2002 : ens. 13 ; cf. infra, § 4.3.3). Cette image de parcellaire loti clairsemé de diverses unités domestiques que renvoie ainsi le site de Ifs, pourrait être pareillement évoquée pour le site d’Agneaux / Bellevue (Marcigny 2001 ; Ghesquière 2003 ; Giazzon 2004), dans la Manche. À cet endroit, et selon une distribution différente des fossés, adaptée en fait à la topographie des lieux, deux unités domestiques au moins sur les 3 ha reconnus investissent l’extrémité d’un plateau au contour curviligne dominant le cours de la Vire. La construction des maisons sur poteaux plantés a laissé des empreintes plus nettes qu’à Ifs. On y distingue ainsi, adossés aux fossés, le plan d’une bâtisse rectangulaire accompagnée d’un grenier et celui d’au moins une maison circulaire cernée de quelques fosses. Là aussi, la simplicité des installations pourrait se trouver contredite par l’arase d’un monument funéraire de fort gabarit (env. 300 m2 ; 18 m de côté) établi à une distance d’environ 160 m, plus au cœur du plateau (cf. infra, § 4.3.3). Dans les deux cas, la mitoyenneté des parcelles et la proximité des unités domestiques qui les jalonnent renvoient, sinon l’image d’une gestion collective, tout au moins celle d’une gestion concertée de ces petits espaces de culture.

63Ce premier schéma d’implantation, ordonné à partir d’unités domestiques ouvertes ou faiblement encloses dispersées au sein d’un parcellaire, pourrait être rapproché de celui évoqué par les « occupations nucléaires uniques » identifiées pour la vallée de l’Oise (Malrain, Pinard 2006). Un ordonnancement analogue à celui de Ifs et d’Agneaux semble par exemple mis en évidence sur 3 des 12 ha décapés du site de Verberie / Les Gâts. Mais d’autres rapprochements, au titre surtout de la proximité des installations et de l’idée d’un habitat concerté au sein de zones cultivées investies de champs et de prairies, peuvent être proposés sur la plus large partie du Bassin parisien. Parmi les plus précoces, il est possible d’évoquer le site de Saint-Germain-la-Ville / Le Bas de la Voie Priée (Durost 2001 cité dans Desbrosse et al. 2009), dans la Marne, et attribué au Bronze final IIIb / Hallstatt C. Mais c’est certainement avec les sites à occupation lâche en aire ouverte du Hallstatt final et des débuts de La Tène ancienne que s’offrent dans l’immédiat les comparaisons les plus nombreuses, notamment avec le site de Bucy-le-Long / Le Fond du Petit Marais (Auxiette, Pommepuy 1996), dans l’Aisne, avec les zones les plus clairsemées du site de Mairy / Les Hautes Chanvières (Villes 2000 : 42-45, d’après Marolle 1992), dans les Ardennes, ou encore avec celles du site de Rosnay-l’Hôpital / Les Grandes Pâtures (Villes 2000 d’après Copret 1997), dans l’Aube, respectivement abordés sur 4,5, 6 et 14 ha. Si l’on fait abstraction de l’éventualité de facteurs érosifs ayant fait disparaître le plan des édifices, il semblerait également possible d’évoquer, cette fois-ci pour l’Essonne, le site de Milly-la-Forêt / Le Bois Rond (Viand et al. 2008) dont ne subsistaient que des silos dispersés. Le site en outre, en dépit d’une apparente simplicité des aménagements, présentait comme pour ceux de l’Aube, de la Marne et des Ardennes, des mobiliers d’une grande qualité (céramique peinte, importations diverses depuis le Centre…) et l’indication d’une totale autonomie des productions, qu’il s’agisse du domaine agricole (culture et élevage) ou de l’artisanat (céramiques, textile et métallurgie dont la fonte de métaux tendres).

  • 4 Diagnostiqué en 2007, le site est actuellement en cours d’étude par C. C. Besnard-Vauterin.

64En Normandie toujours et pour le domaine du parcellaire loti, une ultime série d’opérations pour clore le projet de la Zac de Ifs / Object’Ifs Sud vers l’ouest (Besnard-Vauterin 20074) pourrait élargir cette perception d’un habitat essaimé sur un terroir de faible étendue découpé un peu à la façon d’une mosaïque, et faire apparaître une structuration nettement plus rigoureuse et serrée, constituée d’une dizaine d’unités domestiques ordonnées – en petites parcelles mitoyennes ? – le long d’un axe (fig. 92 : 1). Sur le plan de l’organisation, on rapprochera d’ailleurs de cet ensemble la première phase (vie-ve s. av. J.-C.) de l’ensemble 6, implanté à environ 200 m au nord-ouest (Le Goff 2002 ; 2009). Celui-ci s’ordonnait sur une superficie de 13000 m2 en quatre principales cellules d’habitat contiguës implantées le long d’un chemin et incomplètement fermées au niveau du substrat. L’idée selon laquelle chaque cellule jouissait malgré tout d’une certaine autonomie semble garantie par la correspondance d’une unité funéraire indépendante pour au moins deux d’entre elles. En outre, bien que toutes les parcelles soient contiguës, chacune bénéficie de son enclos propre. Ce n’est donc pas un fossé mitoyen qui les sépare mais deux fossés accolés, c’est-à-dire un par unité. À bien des égards, la proximité des ensembles 2 et 4 précédemment évoqués, implantés face à face et à une trentaine de mètres l’un de l’autre seulement, pourrait témoigner d’une organisation du même ordre. Comme pour l’ensemble 6 effectivement, chacune des deux unités se trouvait accompagnée d’un ensemble funéraire indépendant (groupes 12 et 13). Si les habitats du même ordre sont encore peu documentés dans le Nord de la France, il est malgré tout possible d’observer des configurations approchantes dans la catégorie des « occupations nucléaires multiples » définie pour l’Oise (Malrain, Pinard 2006), sur les habitats de Longueil-Sainte-Marie / L’Orméon II et l’Orméon III notamment. Quoique les installations y soient un peu plus denses et plus nombreuses, un autre parallèle pourrait être fait avec le site d’Oger / Midoin (Desbrosse et al. 2009 d’après Friboulet et al. 2000), dans la Marne, dont on peut penser que les fosses et la soixantaine de bâtiments décapés ont été ordonnées de façon lâche et en aire ouverte sur un peu plus de 1 ha, le long d’allées parallèles.

65Sans prétendre à analyser la structuration des sites du Bassin parisien, ces exemples d’unités domestiques bas-normandes organisées sur d’assez grands parcellaires agraires nous placeraient à la frontière entre ce qu’il conviendrait peut-être de qualifier « d’habitat concerté » et de « groupement d’habitations ». La première expression se veut recouvrir à la fois le relatif isolement dans lequel se trouvent les unités domestiques les unes par rapport aux autres et un certain degré de concertation, ayant notamment permis la réalisation de chemins et de parcellaires communs. La seconde, sans peut-être tout à fait atteindre l’unité de l’habitat groupé au sens classique où nous l’entendons, recouvrirait l’idée d’une plus grande proximité entre les unités domestiques tout en conservant à chacune l’indice d’une certaine indépendance, perceptible notamment dans l’individualisation de leur lieu funéraire respectif.

4.3.1.2 Habitats ouverts de grande superficie ou zones de stockage collectif

66La deuxième catégorie d’habitat (fig. 92 : 2), plus supposée que directement observée, l’habitat groupé et ouvert, reste encore hypothétique pour la Basse-Normandie. Perçu en priorité comme une zone de stockage à grande échelle (cf. supra, § 4.2.3) en raison de la présence quasi exclusive de plans de greniers et de fosses dans l’emprise de la fouille, le site de Fontenai-sur-Orne / La Patte d’Oie, dans l’Orne (Lepaumier 2008), reste dans l’immédiat l’un des très rares gisements à illustrer cette option sur la région. Pour rappel, sur les 7000 m2 décapés, une seule construction parmi les vingt-six plans d’édifices identifiés à l’issue du décapage, un édifice à pans coupés de 50 m2 d’une architectonie proche de celle des plans d’édifices 4 et 22 de Courseulles, serait susceptible de correspondre à une maison. Mais, comme pour l’interprétation faite du site de Lacroix-Saint-Ouen / Les Longues Rayes (Talon, Billand 1994), dans l’Oise, qui en est structurellement le plus proche, la question d’un hameau dont ne subsisteraient à l’altitude du décapage que les fondations de greniers et les fosses les plus profondes reste entière. Une autre éventualité consisterait à penser que seule la zone de stockage de l’habitat, alors collective, aurait été touchée par le projet d’aménagement (autoroute A88). Statuer sur la forme de cet habitat, réellement groupé ou au contraire dispersé et ne mettant en commun que ses ressources, n’est guère possible dans l’immédiat. Pour l’heure, l’ensemble est surtout comparé à différents sites perçus comme des places de centralisation des ressources agricoles, tels ceux de Hautot-le-Vatois / La Plaine du Bosc Renault, en Seine-Maritime, ou de Plasnes / Le Beuron, dans l’Eure (Lettereux 2004). Mais on peut lui trouver aussi de multiples affinités avec des sites avant tout définis comme des habitats, avec les zones cette fois-ci les plus denses de Mairy / Les Hautes Chanvières et Rosnay-l’Hôpital / Les Grandes Pâtures (Marolle 1992 ; Copret 1997 ; Villes 2000) ou, une fois encore, en dépit de son ordonnancement par rangées, avec le site d’Oger / Midoin, dans la Marne (Desbrosse et al. 2009 d’après Friboulet et al. 2000).

4.3.1.3 Petites unités d’habitat encloses

67L’habitat enclos, celui à la mesure d’une unité domestique, qui constitue la troisième catégorie de notre classement (fig. 92 : 3), est encore assez peu représenté en Basse-Normandie pour les vie-ve s. av. J.-C. L’enclos de Beaulieu à Caen (Lepaumier, Marcigny 2003) dont ne subsistait que le fossé ceinturant une aire pentagonale de l’ordre de 3000 m2 (69 x 48 m) ainsi qu’une large part des mobiliers, en est l’une des rares illustrations. Il s’affiche encore comme le stéréotype de l’unité la plus simple de cet autre type des habitats de plaine. Dans ce que nous en percevons, le site pourrait provisoirement se définir comme une unité domestique enclose à la seule vocation agricole. Dans une certaine mesure, la meilleure délimitation de l’aire domestique nous amènerait presque à la considérer comme plus simple que les unités précédemment évoquées. Le plus petit (4000 m2) des deux enclos récemment mis au jour à Cagny / Extension Décathlon (Hérard 2008 ; Giraud 2009a) semblerait pouvoir se rattacher à cette catégorie de l’habitat. Il est également possible, mais ce serait pour l’heure notre dernier exemple régional, que le site de Cagny / La Pièce d’Argence (San Juan 1992b), dont les carrières de lœss découvertes dans l’emprise de la fouille voisinaient avec le fossé d’un enclos situé hors emprise, appartienne à ce même type d’habitat.

68Au-delà de l’intérêt intrinsèque des deux enclos, l’un des apports majeurs du site de Cagny / Extension Décathlon en ce qui concerne l’organisation de l’habitat, est de pouvoir montrer que les deux unités s’inséraient également au cœur d’un parcellaire régulier manifestement établi à partir d’un bornage commun. L’une et l’autre, distantes d’une cinquantaine de mètres, se trouvaient en effet environnées de plusieurs fossés parcellaires appuyés aux clôtures et d’un chemin de même orientation. Les relations qui unissaient ces deux habitats, et certainement d’autres alentours, étaient donc probablement d’une assez grande complexité, tant en termes de liens intracommunautaires qu’en termes de gestion du sol. Loin de l’image de sites isolés que l’on avait il y a encore quelques années pour cette catégorie de l’habitat, les deux enclos de Cagny / Extension Décathlon témoigneraient donc d’une organisation plus complexe, très comparable en somme à celle des unités domestiques en aire ouverte de Ifs / Object’Ifs Sud et d’Agneaux / Bellevue établies, de façon concertée, en réseau.

4.3.1.4 Grandes enceintes quadrangulaires

69Les grandes enceintes quadrilatérales comme celles de Courseulles-sur-Mer et de Fleury-sur-Orne / La Casse, ainsi peut-être que le plus grand des deux enclos de Cagny / Extension Décathlon, constituent par leurs dimensions et leurs spécificités architecturales une catégorie à part au sein des habitats enclos (fig. 92 : 4). Le site de Courseulles cependant est le seul sur lequel soit validée l’hypothèse du stockage à grande échelle. Celui de Cagny, intégralement décapé, ne présente pas ces traces, et celui de Fleury n’a pas encore été suffisamment exploré pour l’affirmer. Il est possible cependant de leur trouver plusieurs liens de parenté. En dehors de leur emprise de 1 ha, la stratigraphie des clôtures comme la monumentalité accordée à leurs portes respectives sont d’autres points communs unissant l’enceinte de Courseulles à celle de Fleury. Cagny rejoint la catégorie de ces établissements par le biais de sa superficie (8000 m2) et de sa délimitation au moyen de fossés profonds (env. 2 m) et, dans une deuxième phase, de palissades. En dépit de l’ampleur des aménagements, on ne compte guère plus de deux à trois bâtiments sur poteaux plantés dans l’emprise de l’enceinte, dont un grand bâtiment à abside. Une autre spécificité de cet habitat réside dans la présence de plusieurs dépôts particuliers : des quartiers de porc, de chèvre et de cheval, et quelques bêtes entières dans ses fosses et ses fossés. En dehors de la fonction propitiatoire possible de ces dépôts (Baudry, Auxiette 2009), dont on observe plusieurs autres manifestations dès cette période en Basse-Normandie (Fleury-sur-Orne, Saint-Martin-de-Fontenay…), la part de viande sacrifiée à ces croyances à Cagny paraît bien importante. Ces différents aspects pourraient conférer à cet habitat un statut relativement élevé indépendant, celui-ci, de la possible centralisation des récoltes. On s’étonnera malgré tout, ceci en raison du petit nombre d’habitats des vie-ve s. av. J.-C. documentés en Normandie – une petite douzaine dans l’immédiat – que deux aient pu correspondre à des établissements de cette nature et au moins un autre à un site de statut élevé, et ceci sans même prendre en compte les enceintes quadrilatérales non datées repérées par ailleurs sur la région grâce à leurs talus et s’intégrant au débat sur les Viereckschanzen (cf. supra, § 4.2.2).

4.3.1.5 Très grands habitats à structuration complexe

70Le dernier modèle d’établissement de plaine identifié pour l’heure en Basse-Normandie répond, a priori, à un type de dispositif de plus grande complexité. Il est illustré notamment par l’ensemble d’Éterville / Le Pré de l’Église (Marcigny et al. 2005a) et peut-être celui de Saint-Martin de Fontenay / Le Chemin de May (Germain-Vallée 2006). Dans l’emprise du diagnostic, celui d’Éterville associerait un enclos rectangulaire de 1 300 m2 – c’est-à-dire une unité enclose conforme à celles évoquées précédemment – à ce qui semblerait pouvoir constituer le flanc sud d’une enceinte à tendance curviligne de plus de 5000 m2. L’organisation de cet ensemble, environné de fossés parcellaires et d’assez nombreuses découvertes sporadiques aux alentours (fosses et sépultures isolées…), motive la question selon laquelle il s’agirait d’un « habitat de statut élevé agglomérant autour de lui un certain nombre d’occupations » et qu’il serait peut-être plus juste de qualifier d’« installations complémentaires ». L’une des très grandes nécropoles de cette période à ce jour recensées dans l’Ouest (Éterville / Le Clos des Lilas : 140 inhumations : Hérard-Dumont 1996 ; Jahier 2005c) se situe d’ailleurs à 500 m en amont. L’ensemble, isolé à la tête d’un interfluve délimité par les cours de l’Orne à l’est et de l’Odon au nord-ouest, trouve également son unité dans les limites de cette entité topographique relativement réduite que l’on peut évaluer à environ 13 km2. C’est notamment ce qui permet de voir dans la complémentarité fonctionnelle de ces installations les différentes composantes d’une communauté élargie, structure qu’évoque en effet très bien par ailleurs l’organisation même de la nécropole (cf. infra, § 4.3.3). On peut provisoirement poser l’hypothèse que c’est à ce même type de regroupement, peut-être d’ailleurs de plus grande ampleur, que se réfère la grande enceinte curviligne de Saint-Martin-de-Fontenay / Le Chemin de May dont la superficie – à partir des clichés aériens de l’enceinte – est évaluée à 3 ha. Le site, implanté sur la plaine, a surtout été aménagé ici en bordure du plateau, à sa jonction avec les premiers vallonnements des Collines normandes. Il profitait d’un léger exhaussement du relief (75 m NGF au lieu de 60 à 65 m en moyenne sur le secteur) et d’une relative proximité de l’Orne et de la Laize dont la confluence se situe à 3 km au sud-ouest. On ignore tout pour l’heure des composantes de cet habitat. Mais la fouille du fossé sur une centaine de mètres de long à l’occasion du percement d’une route départementale a révélé un ouvrage à profil en V d’assez grandes dimensions, de l’ordre 6 m de large à l’ouverture pour 2,5 m de profondeur, éventuellement doté d’un accès en chicane pour un passage à pied. On y relève également le sacrifice de plusieurs quartiers d’animaux. L’ensemble, en raison notamment de l’étendue circonscrite par le fossé et de l’ampleur de cet ouvrage, s’apparenterait de façon relativement convaincante à la fortification d’un habitat groupé – de plaine –, habitat autour duquel il ne semblerait pas aberrant de voir graviter des installations analogues à celles identifiées à Éterville, voire identiques à celles de Ifs, de Fleury-sur-Orne ou de Cagny, dont la cohésion est plus visible encore du fait des surfaces abordées. Nous évoluerions dans ce cas, et cela paraît bien normal sur de si petites portions de territoire (quelques centaines de kilomètres carrés seulement au total), dans le schéma d’un habitat concerté finalement analogue à celui que l’on identifie pour les unités domestiques implantées au sein des parcellaires lotis (fig. 88 : 1). Ces places de plus grande ampleur rempliraient alors un rôle certainement déterminant au sein du réseau.

71Enfin, à cette première série d’habitats tirant de façon directe ou indirecte leurs ressources des travaux des champs, on peut ajouter deux gisements salicoles, établissements auxilliaires qui ont indifféremment pu dépendre de grands ou de petits établissements environnants : l’un rogné par la mer à la hauteur de Lion-sur-Mer (Edeine 1962), l’autre en bordure des marais de la basse vallée de la Dives où une tranchée EDF a révélé un réseau de fossés et « un fourneau encore muni de nombreux boudins d’argile en trompette » (Desloges 1987).

4.3.2 Établissements de hauteur et éperons fortifiés

72Comme partout en Europe tempérée, l’existence de sites de hauteur et autres retranchements protohistoriques est bien validée en Basse-Normandie, et ce depuis le milieu du XIXe s. où en furent engagés les premiers inventaires. Exception faite de quelques-unes, ces places n’ont en revanche jamais connu sur la région l’intérêt qu’elles ont pu susciter ailleurs. Très peu d’entre elles se voient donc aujourd’hui documentées. Quelques-unes toutefois, en fonction de leurs particularités ou, selon les cas, de la proximité des chercheurs et des érudits locaux, ont fait l’objet d’explorations dès le xixe s. C’est ainsi que dans l’Orne, des sites tels que celui d’Igé / Le Crochemelier ou encore celui du camp de Bierre à Merri, rendu célèbre par son rempart de pierres furent, à l’époque, attribués à la fin de l’âge du Bronze (Verron 2000 ; Delrieu 2007a ; 2008a ; 2008b).

73Depuis les années 1990, différentes recherches, réalisées pour l’essentiel dans le cadre d’opérations programmées, permettent peu à peu de redécouvrir la morphologie de ces forteresses et, dans bien des cas, d’en affiner la chronologie. Pas moins d’une cinquantaine de sites égrenés sur les promontoires rocheux des vallées fluviales (fig. 89 : vallées de la Drôme, de l’Aure, de la Seulles, de la Mue, de l’Orne, de la Dives et de la Touques) et sur les escarpements des collines environnantes, ont ainsi été répertoriés dans le Calvados et en partie retopographiés dans le cadre de prospections (Bernouis, San Juan 1994 ; 1996 ; Bernouis 1997 ; 1999). La surface de ces habitats est extrêmement variable puisque le plus petit, celui d’Igé, atteint péniblement 8000 m2, tandis que le plus grand, l’oppidum de Saint-Désir figure, avec 167 ha, parmi les plus grands d’Europe (Buchsenschutz 1984 ; Giraud 2005 ; Giraud, Boisson 2006 ; 2007 ; Giraud 2009b). Il paraît assez probable que l’Orne et la Manche dénombrent finalement autant de sites de cet ordre mais leur inventaire fait défaut.

74À ce stade des investigations il n’est évidemment pas permis de se prêter à de quelconques statistiques. Beaucoup de ces éminences ont été fréquentées ou aménagées dès le Néolithique. Mais sur les onze sites dont les remparts, les fossés ou les espaces internes ont pu être sondés ces dernières années (Delrieu, Giraud 2008), tous ont été occupés à la Protohistoire. Sept l’ont été à l’âge du Bronze final (Delrieu, San Juan 2009) dont trois, après un hiatus de l’ordre de deux siècles, auraient été réinvestis et réaménagés en profondeur à la fin du 1er âge du Fer (Basly, Banville, Merri) tandis qu’un quatrième, Commes / Le Mont Cavalier, a visiblement été créé sur un substrat un peu plus ancien (Néolithique / âge du Bronze ancien ?). L’existence de ces habitats apparaît assez éphémère. Aucun d’entre eux en effet ne semble dépasser le début du 2nd âge du Fer, la plupart se trouvant abandonnés durant la seconde moitié du ve s. av. J.‑C. Les autres sites sont plus tardifs, et même lorsqu’ils ont été bâtis sur des espaces anciennement fréquentés – à la fin de l’âge du Bronze ou à la fin du 1er âge du Fer –, ils ne l’ont été qu’après une très longue période de désertion des lieux, à la fin de l’Indépendance gauloise. Ce serait notamment le cas du site de Exmes, dans l’Orne, sur lequel ne s’observe aucune trace d’occupation entre les fortifications de l’âge du Bronze et le « vicus » qui s’y développe à La Tène D2 (Gallouin et al. 2007 ; Marcigny et al. 2007). Le site de Commes / Le Mont Cavalier (Giraud 2008) présente aussi un hiatus entre l’occupation du 1er et du 2nd âge du Fer. Sans aller trop loin dans la catégorisation d’un effectif aussi réduit, on distingue malgré tout deux principaux types d’habitat qui, provisoirement au moins, pourraient soutenir une argumentation sur la différence de leurs statuts.

75Un premier groupe se caractérise par des sites de 2 à 4,5 ha, c’est-à-dire d’assez grande superficie pour ce que l’on connaît des établissements de cette période sur la région. Il leur correspond, pour les deux exemples chronologiquement documentés dont nous disposions, Merri et Commes, des points du relief déterminants, pour ne pas dire stratégiques.

  • 5 Le comte de Caylus l’aurait évalué en 1761 à 100000 m3, Bernard Edeine en 1938, à 80 000 m3 (Delrie (...)

76Le camp de Bierre à Merri, dans l’Orne, est l’un d’entre eux (fig. 89 : 21). Le site a été établi sur l’une des barres de grès perpendiculaires à la plaine et bénéficiait ainsi, grâce à un surplomb d’une cinquantaine de mètres, d’un point de vue de plusieurs dizaines de kilomètres sur les plaines de Falaise et d’Argentan – situées au nord et au sud dans le prolongement de la plaine de Caen –, et à l’est comme à l’ouest sur les zones de collines qui les encadrent. En dépit de son éloignement – le site se trouve à une soixantaine de kilomètres au sud de Courseulles, légèrement au-delà de la limite du Calvados –, le camp de Merri apporte le témoignage de l’existence d’une place forte tout aussi monumentale qu’imprenable à cette période en Basse-Normandie. Le premier barrage néanmoins, qui fermait une aire de 4 ha, pourrait avoir été construit à la fin de l’âge du Bronze (Verron 2000 : 240 ; Delrieu 2007a ; 2009 : 39). Ce ne serait apparemment qu’à la fin du 1er âge du Fer que se rattacherait le rempart d’enceinte en pierres construit à partir de blocs de grès-quartzite ramassés dans le chaos environnant et sur les flancs de l’éminence. Si une part de la fortification actuellement visible (fig. 93) semble devoir dépendre d’une remise en forme à la période médiévale (ixe-xe s.), la masse de pierres mise en œuvre pour la réalisation de cette forteresse à l’âge du Fer est évaluée selon les dernières estimations à 50000 m3 (Verron 2000)5. La maçonnerie atteignait alors 8 m de large à la base et comprenait, entre deux parements appareillés, une âme de blocs de grès en vrac mêlés d’une forte masse de limon lœssique. Elle délimitait ainsi, avec un fruit externe placé dans le prolongement des abrupts, une enceinte de 2 ha. À l’intérieur de l’enceinte, les premiers sondages entrepris par F. Delrieu en 2007, volontairement restreints, ont néanmoins permis de mettre en évidence les fondations d’un premier bâtiment rectangulaire d’une dizaine de mètres carrés adossé à la fortification de l’âge du Fer et établi sur des radiers de pierre (Delrieu 2008a).

Fig. 93 Le rempart de pierres du camp de Bierre à Merri (Orne).

Fig. 93 Le rempart de pierres du camp de Bierre à Merri (Orne).

© F. Delrieu.

  • 6 – Aujourd’hui Port-en-Bessin.

77Dans le même type de gabarit, le site de Commes / Le Mont Cavalier (fig. 89 : 17), dans le Calvados, aussi connu sous le nom de Mont d’Escure, occupe, cette fois-ci à une vingtaine de kilomètres à l’ouest de Courseulles seulement et en bordure du littoral (2500 m), une position non moins enviable. Le camp a été implanté sur un talus parallèle à la côte. Juché lui-même sur un exhaussement du plateau littoral, qui sur une vingtaine de kilomètres de long offre une falaise verticale de 50 m de hauteur face la mer, le site dominait ainsi à 69 m NGF l’étendue maritime au nord et la plaine déclive au sud. Mais surtout, il surplombait là le seul accès possible au rivage depuis ces hauteurs. Celui-ci, empruntant le profond aber de l’Aure et de la Drôme successivement ouvert dans le talus puis le plateau, débouchait au pied de la falaise sur une large crique6 qui constituait l’unique point d’appontement possible le long de la paroi à offrir un débouché vers les terres. En d’autres termes, cette position assurait aux occupants du camp un contrôle total de ce qui pouvait transiter par ce passage. Pour autant, si la répartition des mobiliers et des structures sur le site atteste bien d’une occupation étendue à toute la partie supérieure de l’éminence au 1er âge du Fer, notamment au-dessus du passage, le barrage de cette époque est encore difficile à repérer. Il est vraisemblable que le rempart parementé et palissadé, non encore daté mais fossilisé sous le puissant rempart de la fin du 2nd âge du Fer (55 m de large à la base pour 6 à 7 m de hauteur), corresponde à la fortification de cette période (Giraud et al. à paraître). Sa palissade supérieure serait une caractéristique architecturale d’ailleurs identique à celle du barrage intermédiaire du camp de Bierre à Merri. Il délimiterait alors une aire de 4,5 ha.

78Manifestement, bien que de hauteur et fermés à l’origine par de puissants barrages, les autres établissements à notre disposition se réfèrent probablement à un autre genre de place. Loin de l’image de petites agglomérations fortifiées que pourraient évoquer les sites précédents, ces enceintes sembleraient être le lieu de résidence de groupes plus restreints. Les superficies encloses y sont en effet sans commune mesure, puisqu’elles sont comprises entre 4500 et 7000 m2. L’emplacement de ces sites, certes implantés en rebord de vallée et sur de légères éminences, concerne aussi des points plus secondaires du relief en comparaison de la position des sites du premier groupe. La situation des deux gisements à notre disposition, Basly / La Campagne et Banville / La Burette, n’en est pas moins intéressante. Les deux sites d’abord sont implantés à seulement 4000 m de distance l’un de l’autre, et cela sur les deux bras d’un même réseau hydrographique (Seulles et Mue). Hasard de la répartition des fouilles, ils ne sont éloignés que de 3000 et 4000 m de Courseulles. Toutefois, à l’âge du Fer comme aujourd’hui, ces diverses installations se trouvaient masquées les unes aux autres par le modelé du relief.

79Le site de Basly / La Campagne (fig. 89 : 19) en avant duquel a été repérée une dizaine de constructions sur poteaux plantés, des greniers probablement (cf. supra, § 4.2.3), occupe à environ 6 km à l’intérieur des terres la pointe d’un éperon triangulaire dominant d’une trentaine de mètres l’un des méandres de la Mue. Il fait l’objet depuis 1996 de différentes campagnes de fouilles pluriannuelles ayant successivement intéressé sa nécropole et ses structures d’habitat (San Juan, Le Goff 2003). Ces dernières ont été pour partie établies à la fin du 1er âge du Fer en retrait d’un assez puissant fossé de barrage à profil trapézoïdal (5 x 2 m) délimitant une aire de l’ordre de 5000 m2 à la pointe de l’éperon (San Juan 2009). Ce fossé, creusé durant le Hallstatt C ou le début du Hallstatt D, longe sur quelques dizaines de mètres l’emplacement d’un barrage antérieur à ossature de bois établi à l’âge du Bronze final. Plusieurs maçonneries en pierre découvertes durant la campagne de 2008, dont peut-être un porche d’entrée monumental, pourraient être liées à l’occupation du 1er âge du Fer. Il est malgré tout difficile d’identifier quelle forme l’habitat adoptait réellement à cette époque. La dizaine de constructions groupées à une cinquantaine de mètres en avant de la fortification, datée par analyse radiocarbone du ve s. av. J.-C., paraît correspondre à une zone de stockage extérieure de plusieurs milliers de mètres carrés. C’est un peu plus loin, à une distance d’environ 150 m vers le plateau, qu’est installée la petite nécropole liée à cet ensemble (San Juan, Le Goff 2003 ; cf. infra, § 4.3.3). Le nombre et l’organisation de ses inhumations, un peu plus d’une quinzaine répartie pour l’essentiel en trois groupes autour d’un monument de très grande ampleur (400 m2 ; 750 m2 palissade incluse), évoquent le cimetière d’un « groupe restreint » divisé en fonction de liens de parenté, que le contexte mais aussi l’architecture même du monument et la dimension de certaines tombes pourraient conduire à assimiler au cimetière d’une seigneurie.

80Le site de Banville / La Burette (fig. 89 : 18), abordé très récemment seulement et en sondage (Bohard, Kerdivel 2006 ; Kerdivel 2008), ne bénéficie pas encore d’un tel niveau de documentation. Il a été établi au-dessus d’un méandre de la Seulles, à quelques centaines de mètres seulement en aval de sa confluence avec la Mue, c’est-à-dire à 4 km en aval du site de Basly et à une distance de 3 km du littoral, tout à fait accessible par le cours d’eau. Le sondage du barrage engagé en 2005 a permis de mettre en évidence un fossé tout à fait similaire à celui de Basly (profil trapézoïdal, 5,5 x 2 m). Il fermait à l’âge du Fer une aire triangulaire d’approximativement 6000 à 7000 m2. Mais comme à Basly où le retranchement n’a pas totalement tiré parti de la topographie, l’isthme formé par le méandre, pourtant très marqué, n’a été que très partiellement mis à profit pour le barrage. Ce que l’on imagine être l’habitat n’occuperait donc en définitive qu’à peine un tiers du promontoire. Rien n’exclut en revanche que, à l’exemple de Basly toujours, d’autres constructions aient été établies à l’extérieur de l’enceinte.

81En définitive, la proximité de ces deux sites entre lesquels il est bien difficile d’établir une hiérarchie est une curiosité que l’on explique encore assez mal. De fait, si l’on accorde généralement une certaine distinction à ce type de place, seigneurie ou autre suzeraineté, il devient relativement difficile de le faire dans le cadre de ce voisinage, qui plus est sur un même réseau hydrographique. Ceci pourrait conduire à penser que, en définitive, ce n’était peut-être pas tant le contrôle de ces défilés qui importait – aucune arme n’a d’ailleurs été découverte pour l’heure sur ces ensembles – que, peut-être, les facilités d’accès qu’ils offraient ou encore la sécurité que garantissaient de façon naturelle les terrasses et les surplombs, et/ou l’ostentation qu’elles permettaient.

4.3.3 Nécropoles et ensembles funéraires

82Globalement, la documentation issue des nécropoles et des ensembles funéraires de cette période est elle aussi assez fournie, et le terrain déjà bien débroussaillé – ceci grâce à une première analyse réalisée dans le cadre du 14e colloque de l’Afeaf tenu à Évreux dans les années 1990 (Verney 1993) et de deux récents bilans effectués dans le cadre du colloque de mai 2009 à Caen (Jahier 2009a ; Chanson-Bertolio et al. à paraître). Vingt des quarante ensembles funéraires référencés en Basse-Normandie pour la séquence Bronze final - La Tène finale se réfèrent à cette tranche Hallstatt D1 - La Tène ancienne, avec une nette prédominance pour la séquence milieu du vie - milieu du ve s av. J.-C. (Hallstatt D2-D3 / début de La Tène ancienne). La plus grande visibilité qu’apporte le retour du rite de l’inhumation aux tombes de cette époque, par rapport aux rites funéraires antérieurs largement dominés par l’incinération, semble devoir être retenue comme la principale cause de ces écarts de proportion.

4.3.3.1 Quelques tendances

83En ce qui concerne la composition de ces ensembles en Basse-Normandie, il s’agit pour l’essentiel de groupements réduits, aux chronologies courtes n’excédant vraisemblablement pas la génération : 5 à 15 individus en général, parfois un peu moins (Soumont-Saint-Quentin / Les Longrais : 3 individus [Edeine 1962] ; Démouville / La Malicorne : 2 individus [Jahier 1995a]), assez sobrement parés – un torque et un ou deux bracelets filiformes – et que l’on considère communément comme membres d’une même unité familiale (Verney 1993) ou domestique, ou au minimum unis par des liens privilégiés. Ce premier type de groupement semble devoir être mis en parallèle avec la base de notre corpus de sites d’habitat, c’est-à-dire avec les petites unités isolées en aire ouverte ou les unités réduites partiellement encloses (fig. 92 : 1). Si les liaisons directes entre espace funéraire et habitat sont rarement établies faute de connexion stratigraphique, on peut penser que ces ensembles cimetériaux restreints dépendaient de diverses unités domestiques d’une assez grande simplicité implantées dans les environs. On soupçonne par exemple de telles relations à Ifs / Object’Ifs Sud entre les groupes 18 et 26 et les diverses unités ouvertes essaimées sur la Zac (Le Goff 2002 ; 2009). Mais c’est probablement entre les groupes 12 et 13, respectivement dotés de cinq et vingt-neuf tombes, et les ensembles 2 et 4 que cette relation entre de petits espaces funéraires et des habitats modestes est la mieux établie. Si le groupe 12 ne représente qu’un groupe d’inhumations mineur, on soulignera pour le groupe 13 installé à la jonction des deux ensembles, un lien tout à fait probable entre la présence de clôtures sur l’habitat et la présence au sein de cet ensemble funéraire d’un monument, certes de petites dimensions (100 m2), mais un monument tout de même. À Basly / La Campagne, la nécropole, qui fut certainement l’une des plus finement fouillées ces dernières années sur la région, complexifie encore notre perception de la situation en permettant de fonder l’hypothèse, à partir d’une petite vingtaine de sépultures réparties pour l’essentiel autour d’un monument de tradition hallstattienne, qu’il s’agit du cimetière d’un groupe restreint, celui probable de trois unités familiales, en relation avec la résidence très ostentatoire et probablement seigneuriale qui le jouxte (cf. supra, § 4.3.2).

  • 7 – L’effectif de Mondeville / L’Étoile, avec une cinquantaine d’individus répartis en deux agrégats (...)
  • 8 L’ensemble de Mondeville / La Vallée Barrey, abordé au début du xxe s., comptait une soixantaine de (...)
  • 9 Il est possible que la nécropole de Nonant-le-Pin, dans l’Orne, pour laquelle il est fait mention d (...)

84Quatre autres ensembles qui, de par le nombre et la répartition de leurs défunts, semblent être le fait de groupes plus importants que ceux de Basly et de Ifs (groupe 13), sont à ce jour repérés en Basse-Normandie. Les trois premiers demeurent d’une interprétation difficile, soit en raison d’un effectif insuffisamment marqué pour identifier la nature exacte des groupements (familiale et suprafamiliale ou communautaire : Mondeville / L’Étoile : 50 individus [Besnard-Vauterin 1996a ; 1996b ; 2009a])7, soit en raison d’une documentation trop ancienne (Mondeville / La Vallée Barrey8 : Beaurepaire 1884 ; Nonant-le-Pin9 : Vimont 1884). Le quatrième en revanche (Éterville / Le Clos des Lilas : Hérard-Dumont 1996 ; Jahier 2005c ; 2008 ; 2009b), regroupant plus de 140 inhumations et 11 monuments répartis sur environ 2 ha, suggère le fait plus évident d’une communauté.

85Pour ce dernier site, l’idée d’une cohésion sociale ou religieuse plus grande que pour les ensembles évoqués précédemment n’exclut pas pour autant que chacun des trois agrégats d’inhumations qui le composait à l’origine (groupes A, B, C) puisse matérialiser l’existence de liens privilégiés entre les individus, comme tendent à le montrer plusieurs cas avérés de réouverture de tombe pour l’ensevelissement de nouveaux défunts. Certaines de ces sépultures comptaient effectivement jusqu’à 4 individus superposés et ensevelis de façon différée. Sans être totalement affirmatif, on peut penser que l’ensemble du Clos des Lilas dépendait en priorité de l’habitat d’Éterville / Le Pré de l’Église, localisé à 500 m en aval, et perçu selon notre propre classement en fonction de son étendue et de ces spécificités architecturales comme une illustration vraisemblable du rang le plus élevé de nos habitats de plaine (cf. supra, § 4.3.1.4). Les deux sites ne pouvaient de toute façon s’ignorer, et l’un était immanquablement – en totalité ou en partie – lié à l’autre. Cependant, l’interprétation selon laquelle il s’agirait d’une nécropole d’assez grande importance en terme de nombre de défunts pourrait être pondérée par la durée d’occupation du site, beaucoup plus longue que dans les autres cas. Si l’on prend en considération la période de 250 à 300 ans, schématiquement comprise entre le Hallstatt D2 et La Tène B1 (fibules de type Müsingen) voire La Tène B2 (fibule possible de type Dux), pendant laquelle la nécropole a été utilisée, le ratio des inhumations descendrait en effet à 10 ou 15 individus par génération, c’est-à-dire fort peu et surtout guère plus que ce que devait compter une unité familiale à cette époque. Une première interprétation peut laisser entrevoir qu’il ait pu s’agir d’un groupement restreint analogue à celui de Basly sur un site tout simplement fréquenté plus longtemps. Une autre, considérant l’étendue du site, l’ampleur et le nombre des monuments comme les restes fréquents d’incinérations bouleversées, nous conduirait plus sûrement à l’idée que seuls les défunts inhumés étaient en définitive constitutifs de cet ensemble funéraire – ou tout du moins, seraient les seuls à être parvenus jusqu’à nous.

  • 10 Si les populations de Basly et d’Éterville étaient classées suivant les mêmes critères, et bien que (...)

86Globalement, si l’on en juge par les premiers résultats des études anthropologiques conduites sur quelques-uns des ensembles cimetériaux de la région (Dastugue 1961 ; Dastugue, Torre 1966 ; Alduc-Le Bagousse 1994 ; Le Goff 2002 ; Le Goff et al. 2002 ; San Juan, Le Goff 2003 ; Pluton-Kliesch à paraître), le critère de l’âge et du sexe n’intervenait pas dans la composition de ces ensembles, tout autant constitués d’hommes et de femmes que d’enfants. La proportion des immatures d’ailleurs s’y avère originale puisque, tout en restant dans les ratios standards de mortalité des populations dites « naturelle », la part des 1-15 ans atteignait tout de même 43 % à Basly et 48 % à Éterville. C’est bien supérieur aux tendances observées par exemple à l’est de la Seine où la population des immatures – dans une tranche d’âge cette fois-ci plus conventionnelle de 1-19 ans10 – évolue dans des moyennes de 7 à 18 % seulement, exceptionnellement 33 % pour le site de Gurgy / La Picardie (Baray 2003 : 27). Au-delà, dans les régions plus éloignées de l’Est et du Centre les plus jeunes paraissent tout simplement exclus des dispositifs, comme à Courtesoult, en Haute-Saône (Piningre 1996) ou à Pont-du-Château / Champ Lamet, dans Le Puy-de-Dôme (Blaizot, Milcent 2002).

4.3.3.2 Des nécropoles et ensembles funéraires, pour qui ?

  • 11 – I. Jahier et S. Pluton-Kliesch, en cours d’étude.

87On sait avec l’exemple même des sépultures de Courseulles, dispersées sur l’habitat, que tous les membres d’une communauté ou d’une famille n’intégraient pas nécessairement les rassemblements – nécropole ou ensembles funéraires – que nous venons d’évoquer. Cela n’impliquait pas que ces défunts aient été plus mal traités puisque tous (ou presque : sep. 1551) ont reçu une sépulture et que certaines – comme la sépulture 2010 de la Fosse Touzé – figurent parmi les mieux dotées de la région. On peut également évoquer en illustration de ces usages parallèles les deux défunts de Démouville, inhumés avec leur parure dans des fosses d’extraction (Jahier 1995a), à l’écart, là encore, de tout contexte funéraire. Mais les sépultures les plus représentatives restent peut-être celles récemment découvertes à Éterville/Allée de la Ferme (Carpentier 2006), dont les défunts ont été pareillement ensevelis avec leur parure dans des fossés parcellaires, à 300 m à peine de la nécropole. Dans l’évaluation des effectifs, il faut également prendre en compte le fait que certains membres d’une unité familiale ou d’une communauté faisaient à l’évidence l’objet d’autres rites funéraires et sépulcraux, plus discrets ou moins pérennes. L’une des défuntes d’Éterville / Le Clos des Lilas, datée du Hallstatt D2-D3 (fibules à timbale) fut par exemple ensevelie avec les cendres de trois adultes, chacun individualisé dans un vase cinéraire déposé à ses côtés11. Un peu partout sur le site, dans les terres de remplissage des tombes, furent également identifiées, comme indicateur de cette autre pratique, diverses esquilles d’ossements humains incinérés qui laisseraient entrevoir cette possibilité de coexistence des deux rites dont, finalement, seul celui prévoyant l’ensevelissement du corps, c’est-à-dire celui affectant le sous-sol de façon significative, aurait laissé des traces un peu tangibles. Le cas s’observe également à Basly où au moins deux incinérations se trouvaient associées au monument, l’une préservée à l’intérieur dans sa fosse d’origine, l’autre rejetée dans le comblement alors en cours du fossé. Pour deux qui ont été conservées, combien ont disparu ?

88On peut en conclure que ces nécropoles et ensembles funéraires ne concernaient en définitive qu’une partie de la population, celle qui bénéficiait d’une tombe profonde à l’intérieur d’un lieu consacré (Jahier 2009a)… Dans cette mesure, il ne paraîtrait plus véritablement surprenant de leur trouver une relative unité, tant dans le domaine de l’architecture des tombes elles-mêmes, fréquemment pourvues de coffres assemblés au fond des fosses, que dans la nature de leur mobilier d’accompagnement, relativement sobre et uniforme. Deux à trois parures de bronze ou de fer assez simples et portées du vivant des défunts – des torques et des bracelets à jonc lisse dans la majorité des cas – c’est, disons, quels que soient l’âge et le sexe, le bagage le plus commun de ces sépultures auquel s’ajoutait parfois une fibule, une perle en ambre, un bracelet de lignite ou une boucle de ceinture. Le poignard à antennes de la sépulture isolée des Longrais à Soumont-Saint-Quentin (Edeine 1962) ou encore le rachis de suidé vraisemblable d’une des tombes d’Éterville restent dans l’immédiat des mobiliers d’accompagnement inhabituels pour la région.

4.3.3.3 Des monuments pour quoi ?

89Dans cette recherche d’une organisation du monde funéraire susceptible d’être mise en concordance avec celle qui est envisagée pour l’habitat, les indicateurs d’une hiérarchie à l’intérieur des ensembles cimetériaux découverts en Basse-Normandie demeurent extrêmement discrets. Les plus visibles résideraient encore dans l’édification même des monuments, qui ne concerne dans l’immédiat que les vie et ve s., et quatre ensembles seulement sur la petite vingtaine à présent documentée en Normandie : Basly / La Campagne (San Juan, Le Goff 2003 ; San Juan 2009), Agneaux / Bellevue (Ghesquière 2001 ; 2003 ; Giazzon 2004), Éterville / Le Clos des Lilas (Hérard-Dumont 1996 ; Jahier 2005c ; 2008) et Ifs / Object’Ifs Sud (Le Goff 2002). Mais là encore, les indices apparaissent discutables et leur interprétation difficile. À Basly par exemple, loin de l’image conventionnelle de la tombe du notable ou du guerrier, la sépulture principale pour laquelle le monument aurait été élevé et autour duquel la nécropole se serait organisée par la suite, correspondait à celle d’un enfant de cinq ou six ans, certes d’un statut très certainement privilégié, mais ne bénéficiant par ailleurs d’aucun aménagement ni d’aucun mobilier remarquable. À Ifs, l’enclos de l’ensemble 13, en dépit de ses faibles dimensions (100 m2) et de son petit fossé qui le distinguent indéniablement des architectures précédentes, accueillait à lui seul plus de la moitié des défunts et, indifféremment, des femmes, des hommes et des enfants. Difficile donc là aussi d’y repérer la marque d’une structure pyramidale et sexuée aussi évidente que celle parfois évoquée pour le vie s. av. J.-C. dans d’autres régions (Demoule 1997), sauf à considérer que les sépultures externes étaient celles de groupes familiaux différents et peut-être subordonnés à ceux dont les tombes sont établies à l’intérieur du monument. L’identification de l’ADN des défunts pourrait permettre de mieux répondre à ces questions. L’ensemble funéraire d’Agneaux, lui, ne comportait en tout et pour tout qu’une tombe avérée – grâce à un fragment de bracelet – à l’intérieur du plus grand des deux monuments ; qu’en était-il des autres fosses ? À Éterville en revanche, l’identification de trois groupes contemporains autour de monuments distincts finalement très comparables en termes de gabarit et de structuration (400 m2 en moyenne, fossés de 2 m de profondeur, palissades en bois ou cercle de poteaux reliés par des linteaux) conforterait finalement assez bien l’idée de la réunion des différents groupes d’une communauté au sein d’un espace collectif peu ou prou hiérarchisé. Finalement, c’est la fonction initiale de ces grandes architectures mêmes, classiquement perçues comme les mausolées d’une élite, qui pourrait se voir remise en cause en Basse-Normandie. L’idée d’ailleurs a déjà été évoquée pour différents points du Nord de la France au cours de ces dix dernières années. À Molinons / Les Graisses, dans l’Yonne, la tombe à char installée au début de La Tène ancienne (« La Tène A1a ») a effectivement été implantée sur l’une des deux tranchées de la fondation interne du monument édifié au Hallstatt final (Sarrazin, Villes 1995 cité dans Villes 2000 : 66). À Barberey-Saint-Sulpice / Les Gravières, dans l’Aube (Rolin, Villes 2000), autre monument de type Bouranton, l’implantation du tumulus dans un deuxième temps seulement, mais aussi celle de la dalle de craie à silex dont l’une des interprétations possibles pourrait être qu’il s’agit d’un socle, a contribué à étayer l’hypothèse d’un premier usage différent ou tout au moins d’une « fonction « mixte » de ces grands enclos carrés, c’est-à-dire à la fois religieuse et funéraire » (Villes 2000 : 70). L’urne cinéraire en bronze qui y fut retrouvée n’y fut d’ailleurs enfouie que tardivement et à l’écart de la structure centrale (fosse 30 : Rolin, Villes 2000). L’analyse de la chronologie relative du monument de Basly / La Campagne, qui aboutit à l’idée que « l’emprise de l’enclos aurait pu être modifiée lors de l’installation des tombes » (San Juan, Le Goff 2003 : 95), tendrait à nous emmener vers les mêmes conclusions. En Normandie, différents indices en effet, comme l’absence de gros tumuli à l’intérieur de ces structures, la rareté des sépultures internes ou leur implantation tardive lorsque celle-ci a pu être située chronologiquement par rapport à l’édification des monuments (monuments 3 et 10 d’Éterville par exemple), pourraient conduire à se demander si elles n’ont pas été édifiées à l’origine pour d’autres fonctions (lieux de culte ?) ou éventuellement dans le cadre d’un autre rite. La section de colonne vertébrale humaine pliée en deux et conservée au centre du monument 3 d’Éterville dans une fosse de la taille d’un gros trou de poteau, ou encore la multiplication des exemples de monuments comportant les restes d’incinérations (le plus souvent associés à la verse des talus : Basly, Éterville), pourraient être autant d’arguments à l’appui de l’idée d’une implantation ad sanctos des sépultures à inhumation.

4.3.3.4 Accessoires et signes distinctifs

90Dans le détail, on ne peut nier quelques signes distinctifs dans la composition de certains assemblages individuels de mobiliers ou dans la constitution de certaines tombes. Nous avons déjà cité celle, isolée, de Soumont-Saint-Quentin, équipée d’un poignard à antennes, d’une lance et d’un vase, et celle de Courseulles, dotée d’une importante série de parures annulaires (sep. 2010). Il faut signaler également la sépulture 281 d’Éterville, dont la première défunte – puisque cette sépulture comprenait la superposition de trois femmes et un enfant – était parée d’une toilette et de quelques mobiliers d’accompagnement exceptionnels : l’assemblage comprenait notamment des fibules discoïdales en argent doré, des fibules incrustées d’ambre et de corail, une cordelière torsadée en fils de bronze et de fer portée autour de la taille, des bracelets, torques et boucles de ceinture en fer, un vase, un coffret en bois ferré et ciselé et une pince à épiler.

91Outre l’apparat, la dimension de la tombe est certainement un élément déterminant à prendre en compte dans la recherche d’une hiérarchie possible, ou simplement peut-être d’une différence de rang ou de statut social entre les défunts. Si l’on ne dispose encore que d’assez peu d’exemples de cet ordre sur la région, il faut tout de même noter une concordance statistique manifeste entre les plus grandes tombes et les défunts les mieux dotés ou les mieux placés sur le(s) site(s) : la sépulture 281 d’Éterville que nous venons d’évoquer atteignait par exemple près de 9 m3 et la tombe 8, placée au cœur du monument 1, pas moins de 5 m3 ; à Basly, la tombe 20, la plus grande de l’ensemble, atteignait quant à elle 12 m3 et renfermait aussi un dépôt de mobilier exceptionnel, en l’occurrence les quatre anneaux tors d’un brassard à oves. Pour autant, et en dépit de leur ancienneté par rapport aux autres inhumations des deux gisements (Hallstatt D1/D2 à Basly, Hallstatt D2/D3 à Éterville), aucune de ces sépultures ne semble avoir véritablement influé sur l’organisation des tombes environnantes implantées par la suite. Aussi, s’il convient d’admettre la présence en Normandie de quelques tombes exceptionnelles ou comportant pour le moins quelques signes distinctifs ayant pu correspondre à ceux d’une élite locale, il faut aussi reconnaître que l’on reste dans l’ensemble très éloigné du faste parfois évoqué dans d’autres régions du Nord, de l’Est et du Centre de la France pour cette tranche du vie-ve s. av. J.-C. (Brun, Chaume 1997 ; Villes, Bataille-Melkon 2000).

92Mise à part cette relative homogénéité par ensemble, certains contrastes apparaissent tout de même entre les sites. L’ensemble de Mondeville / L’Étoile que nous avons évoqué précédemment réunissait par exemple tout juste assez de parures pour son attribution à la transition entre les deux âges du Fer, soit une dizaine de bracelets et deux agrafes en bronze répartis sur une cinquantaine d’individus. L’ensemble de La Vallée Barrey par contre, distant de seulement 700 m au nord, ou celui encore d’Éterville / Le Clos des Lilas, localisé à 3 km à l’ouest, réunissaient en moyenne trois à quatre parures par individu, et ce quand bien même il s’agissait d’enfants.

93Au final, et en raison aussi du petit nombre de sépultures identifié par génération – ce qui est attesté notamment à Éterville –, on en arriverait presque à se demander si le fait même de recevoir une sépulture enterrée et signalée en surface par un tertre de terre ou de pierres, à plus forte raison à proximité d’un monument, ne représentait pas déjà en soi, sinon une distinction, tout au moins le signe d’une appartenance à un groupe spécifique. On ne s’étonnerait plus alors de ne lire que de faibles variations au sein de ces ensembles en définitive prédéterminés et dont il reste par ailleurs encore assez malaisé d’identifier avec certitude les critères de recrutement dont on sait toutefois qu’ils n’étaient ni d’ordre réellement social, ni d’ordre sexuel, ni déterminés par l’âge. À Basly comme à Éterville par exemple, les hommes et les femmes s’équilibrent de façon exacte au sein de la population des défunts sexuellement déterminés. On relève par ailleurs la présence régulière dans les mêmes lieux de tombes riches et architecturées et de tombes extrêmement sobres. Et concernant l’âge, tous, à l’exception des tout-petits, y sont représentés. Il ne resterait alors que l’option culturelle et peut-être l’option religieuse – plus difficile à mettre en évidence – pour expliquer la composition de ces groupements, l’une comme l’autre s’exprimant selon la qualité sociale des défunts : les tombes les plus complexes et les plus riches côtoyant les sépultures les plus simples, les tombes d’enfant voisinant avec celles des adultes, celles des hommes avec celles des femmes et l’incinération, qui ne laisse que peu de traces en sous-sol, continuant d’être employée parallèlement à l’inhumation… Mais comme on le pressent à propos de la fin du 2nd âge du Fer (Jahier 2009a), ou comme nous l’indique la découverte inattendue de la tombe à char plus fastueuse de la fin du ive - début du iiie s. av. J.-C. d’Orval / Les Pleines, dans la Manche (Lepaumier 2007), cette image d’un monde funéraire relativement uniforme pour le vie-ve s. av. J.-C. en Basse-Normandie, si on la compare à celui des régions plus orientales et centrales de la Gaule à la même époque, pourrait se trouver grandement enrichie par la prise en compte de l’environnement immédiat des sites de hauteur, sites dont l’existence pour cette période est maintenant bien établie sur la région grâce aux récents travaux de prospection programmée (Delrieu 2008a ; 2009 ; Giraud 2008 ; 2009).

4.3.4 Quelle place pour Courseulles ?

94Dans ce paysage, malgré tout relativement diversifié, de l’habitat et du domaine funéraire aux vie et ve s. av. J.-C. en Basse-Normandie, diversité que l’on peut entendre comme la marque de statuts ou de niveaux de richesse dissemblables au sein d’une société d’une assez grande complexité, la place de l’établissement de Courseulles – c’est-à-dire sa relation aux autres éléments du réseau – demeure encore assez difficile à établir. On devine néanmoins que des sites comme ceux de Courseulles et de Fleury-sur-Orne / La Casse (fig. 89 : 1, 2) se plaçaient au-dessus des rares exemples de petits habitats en aire ouverte ou partiellement enclos récemment identifiés grâce à la prescription de diagnostics et de décapages de plus en plus vastes, et auxquels peuvent probablement être raccordés les ensembles funéraires les plus simples. Ce sont sans aucun doute les exemples de parcellaires lotis de Ifs / Object’Ifs Sud (Jahier 2000 ; Le Goff 2002 ; 2009) et de Agneaux / Bellevue (Ghesquière 2001 ; 2003 ; Giazzon 2004), qui offrent dans l’immédiat la meilleure image de cette unité de base relativement modeste non enclose – ou alors dotée d’une clôture très modeste. Chacune devait se constituer alors d’une maison, de deux ou trois greniers souvent mieux arrimés au sol et d’autant de fosses de stockage remblayées de rejets domestiques et, non loin, d’un petit ensemble funéraire destiné sinon à la totalité des défunts, tout au moins à ceux relevant de la pratique de l’inhumation (trois à quinze individus en général : groupes 12, 15, 26 et peut-être 18 de Ifs / Object’Ifs Sud) et comportant parfois un monument de relative importance, comme à Agneaux / Bellevue (300 m2). Pour ce dernier site cependant, l’étendue de la prospection aux alentours de la petite enclave formée par le cours de la Vire à cet endroit, bien qu’elle soit déjà conséquente (environ 4 ha : Marcigny 2001), est encore trop restreinte pour évacuer totalement l’hypothèse qu’il ait également pu dépendre d’un habitat plus conséquent établi en un autre point du plateau.

95Il est encore difficile d’évaluer quelle relation des habitats de cet ordre pouvaient entretenir avec des places nettement plus conséquentes comme celles de Fleury-sur-Orne et de Courseulles-sur-Mer. Force est de constater pourtant que, dans le cas de Fleury au moins, plusieurs de ces sites existaient dans une relative proximité : environ 500 m pour les unités de Fleury-sur-Orne / Parc d’Activités : ens. 1 (Jahier 2001b ; Paez-Rezende 2001), et 3000 m pour celles de Ifs / Object’Ifs Sud.

  • 12 – Pour rappel, la surface d’exploitation minimum liée à l’approvisionnement des réserves de Courseu (...)

96Malheureusement, faute sans doute de décapage comparable, nous ne bénéficions pas encore d’un tel niveau d’information au nord de Caen, et notamment autour du site de Courseulles. A. Verney voyait déjà en 1993 dans l’éparpillement de petits groupes de sépultures selon des distances de 2 à 3 km les uns des autres sur ce secteur (Verney 1993 : Meuvaines, Pierrepont, Bernières-sur-Mer…), à juste titre nous semble-t-il, le reflet d’un système d’habitat analogue, pareillement égrené en petites unités dans la campagne. On peut penser que, dans le cadre d’un schéma théorique tout au moins et d’après ce que nous avons vu précédemment des rapports entre les unités funéraires réduites édifiées à proximité des unités domestiques à dimension familiale, tout ou partie de ces installations – notamment les plus modestes – pouvait alors concourir à l’approvisionnement de centres de collecte comme celui de Courseulles12.

97Le fait de posséder une clôture est traditionnellement entendu comme la marque d’une appropriation du sol (Menez 1996 ; Buchsenschutz 2000). Il est probable toutefois, en dépit de leur clôture marquée (fossés de 1,50 m à 2 m de profondeur) que des sites comme celui de Caen / Beaulieu et les plus petits des enclos accolés de Cagny / Extension Décathlon (ens. 2), dont la superficie des aires domestiques (ou pressenties telles : Beaulieu) se situait autour de 3000 à 4000 m2 (fig. 92 : 3), aient eux aussi, comme les petites unités en aire ouverte (fig. 92 : 1), correspondu à des habitats d’un rang moins élevé que ceux de Courseulles et de Fleury. À Beaulieu, il ne subsistait rien des aménagements internes de l’habitat. Les enclos de Cagny, accolés et bordés au sud par un chemin, pourraient avoir abrité au moins deux unités domestiques ; plusieurs fossés parcellaires périphériques s’appuient en outre aux clôtures ; ils permettent, avec le concours d’un second chemin perpendiculaire rejoignant un enclos plus vaste et contemporain (ens. 1 : 8000 m2) situé à moins d’une centaine de mètres au nord, de valider l’organisation en réseau de ce type d’habitat. Il est plus difficile de dire si le cimetière d’une quarantaine de tombes installé sur le devant du grand enclos et datable lui aussi des vie-ve s. av. J.-C., constituait le pendant funéraire du plus vaste des deux habitats seulement ou s’il intéressait aussi le plus petit. On pourrait par exemple y voir la marque d’une hiérarchie entre les deux habitats ; mais, en dépit d’une superficie proche de l’hectare pour le premier, la simplicité et la rareté des aménagements qui y subsistent en font un modèle assez éloigné des enceintes de Courseulles et de Fleury.

98Il s’avère en revanche nettement plus difficile de différencier ces derniers d’établissements édifiés à la tête de certains éperons environnants, comme ceux de Basly / La Campagne et de Banville / éperon de La Burette, éloignés de seulement quelques kilomètres de Courseulles. En effet, nos critères de surface et de dimension des clôtures s’avèrent inappropriés puisque le site de Basly, certes d’une surface enclose de seulement 5000 m2 (10000 m2 pour Courseulles et Fleury) mais pourvu d’une zone de stockage extérieure étendant son emprise à 15000 m2, se voit également doté d’un dispositif funéraire très ostentatoire intégrant notamment un grand monument et de vastes tombes. Le critère du stockage, déterminant pour l’interprétation du site de Courseulles et tel qu’on l’observe à Basly, pourrait nous faire relier le site de Fontenai-sur-Orne (fig. 92 : 2) à ce type de dispositif. Mais le décapage reste trop limité autour de la zone de bâti pour que l’on choisisse aujourd’hui entre un site de centralisation ou des entrepôts attachés à un groupement d’habitations (ex. Lacroix-Saint-Ouen, dans l’Oise : Talon, Billand 1994) dont la trace des maisons aurait disparu ou se situerait hors emprise.

99Les plus grands dispositifs, tels l’enceinte de Saint-Martin-de-Fontenay / Le Chemin de May, qui atteignait 3 ha, ou l’ensemble apparemment plus complexe d’Éterville / Le Pré de l’Église qui semble agréger diverses installations autour d’une enceinte de l’ordre de 2 ha (fig. 92 : 5), ont pu occuper une place plus élevée que celle envisagée pour Courseulles et Fleury. La dimension des enceintes mais aussi l’environnement de celle d’Éterville, où l’on rencontre des enclos simples du type de ceux de Caen / Beaulieu et de Cagny / Extension Décathlon, d’un parcellaire possiblement loti et surtout d’une nécropole à dimension véritablement collective (au lieu-dit Le Clos des Lilas), nous amèneraient à les considérer comme des établissements de plus grande importance, éventuellement aristocratiques, qui auraient pu, selon le nombre de leurs occupants, prendre l’aspect de petites bourgades.

100À l’évidence enfin, notre site s’inscrit dans un registre d’habitats d’un rang inférieur à celui des sites de hauteur, qui occupent des points réellement stratégiques du plateau, tels vraisemblablement celui de Commes / Le Mont Cavalier, établi à 20 km à peine à l’ouest, et plus certainement celui de Merri / le camp de Bierre, un peu plus loin vers le sud (60 km : fig. 89 : 21). Il s’avère encore difficile d’identifier quel type de relations les unes et les autres de ces places pouvaient entretenir avec des sites comme ceux de Courseulles et de Fleury.

101La connaissance de ces places fortes des vie-ve s. av. J.-C. dont on n’osait que timidement évoquer l’existence en Normandie il y a seulement quelques années, est assurément une nouveauté qui bouleverse notre perception de l’habitat de cette période. Comme ailleurs, il est assez tentant de voir dans ces forteresses de très hautes seigneuries, des places de commerce ou des centres politiques majeurs. Les indices collectés à leur niveau toutefois sont encore trop minces pour leur attribuer l’une de ces fonctions. Mais le niveau d’ostentation qu’offrait probablement la muraille de Merri en plus de son aspect défensif, supporterait relativement bien la comparaison avec l’enceinte de quelques sites prestigieux de l’Arc alpin perçus comme des places déterminantes du monde celtique (Buchsenschutz 1984 ; Brun 1988 ; 1993 ; Kœnig, Legendre 1997 ; Chaume 1997 ; Demoule 1997 ; Baray 1997…). Le mur d’enceinte de la résidence de Heuneburg (3 ha), pourvu d’une galerie couverte et ceinturant une aire à peu près équivalente à celle de Merri (4 ha), était par exemple fait de briques crues (Buchsenschutz 1984 ; Audouze, Buchsenschutz 1989). Celui du Glauberg (Herrmann 1996) au vie-ve s. av. J.-C., ou celui de l’enceinte intérieure de Vix / Le Mont Lassois qui enserrait une aire d’environ 5 ha (Chaume 1997 ; Équipe de recherches du Mont Lassois 2008), étaient faits de pierres. Nul doute que le mur Merri, élevé à 50 m de hauteur dans le prolongement des abrupts, était tout aussi impressionnant et très difficilement franchissable. On peut ainsi penser que, à leurs débuts tout au moins, sur le temps d’existence qu’ils eurent en commun durant la première moitié du ve s. av. J.-C., des habitats comme ceux de Courseulles et de Fleury étaient liés – peut-être même subordonnés – à des places fortes comme celles de Merri et de Commes occupant les points clés du paysage, en termes bien entendu d’ostentation et de défense mais surtout de contrôle sur la circulation des richesses.

4.4 Le statut

102À ce stade de notre réflexion, la question posée par le site de Courseulles est bien entendu celle de son statut et de la façon dont cet ensemble s’insérait dans la trame des habitats de la fin du 1er et du début du 2nd âge du Fer de la région. Il n’est pas certain que nous ayons aujourd’hui à notre disposition tous les éléments pour répondre.

103Sur le plan architectural, nous l’avons vu (cf. supra, § 4.3), le site trouverait sa place entre les grands ensembles fortifiés de plaine et de hauteur et des habitats plus modestes – des exploitations agricoles, encloses ou non, réparties sur la plaine (fig. 92). Il se situerait probablement en outre, sur le plan du gabarit et des composantes, à peu près au même niveau que les petites fortifications établies sur les éperons environnants de Basly et de Banville. Ceci pourrait donner une idée du rayonnement de chacune de ces places, du fait des distances de seulement 3000 à 4000 m entre les trois sites et d’un fonctionnement à peu près contemporain (vie-ve s. av. J.-C. pour Basly et Banville probablement, ve-ive s. pour Courseulles).

104L’une des spécificités du site de Courseulles toutefois, par rapport aux fortifications de Basly et de Banville, est d’avoir été établi sur la plaine, en milieu ouvert et, outre l’intégration possible de vieux monuments de l’âge du Bronze à l’architecture du site, entièrement bâti en neuf. L’architecture monumentale de la clôture, la surproportion des réserves par rapport aux unités d’habitation que l’on y découvre et, participant de l’esprit ostentatoire d’ensemble, la grande porte dont le sas d’entrée garantissait le contrôle de tout ce qui pouvait entrer et sortir en chariots, font partie des autres particularités du gisement. À l’évidence, l’ensemble de ces aménagements qui donne toute sa signification au site, était planifié dès la pose du premier cordeau.

105À partir de là, sans être très nombreuses, diverses interprétations s’avèrent possibles en ce qui concerne le statut du gisement.

4.4.1 Une place de stockage collective ?

106Une première hypothèse pourrait consister à voir dans le site de Courseulles le lieu de réserves collectives abritées dans une enceinte confiée à un gardien : une sorte d’entrepôt vers lequel convergeait la production d’un terroir en prévision d’éventuelles famines ou razzias, par exemple, ou pour une redistribution auprès des populations ayant concouru à sa production. Différents arguments excluent a priori ces deux dernières pistes.

107La faiblesse des clôtures les plus récentes par rapport aux fossés de la phase 1 est un premier obstacle à l’hypothèse défensive. La superficie du site elle-même (1 ha), qui le rend tout simplement indéfendable avec un si petit nombre d’hommes, en est un autre. La meilleure défense contre les razzias aurait encore été l’éparpillement de ces réserves dans la campagne, ou leur dissimulation dans des caches sur chacune des exploitations. On peut néanmoins s’interroger sur la position de l’enceinte à 1500 m en retrait du rivage, qui pourrait être le signe d’un repli prudent face aux risques d’incursion par la mer. L’hypothèse selon laquelle il ait pu s’agir de réserves utilisables en cas de famine n’est guère plus crédible. Le mode de stockage, moins pérenne que celui en silo par ailleurs utilisé sur le site pour de petites quantités de semences ou de vivres destinées aux occupants, semble assez mal adapté au caractère imprévisible du phénomène. En outre, la monumentalité croissante des clôtures nous renvoie l’image de contingences bien étrangères aux questions relatives à la survie d’un groupe.

108En ce qui concerne l’hypothèse d’un retour des denrées vers les populations ayant concouru à leur production, cette conception d’une société égalitaire, telle qu’elle est parfois empruntée aux modèles de l’ethnographie contemporaine ou à ceux de la Préhistoire, paraît très éloignée de ce que nous indique la structuration des sites de l’âge du Fer en général, et de ceux du Bassin parisien et de l’Armorique en particulier qui, toujours, traduisent une répartition pyramidale des tâches, du pouvoir et des richesses (analyse du site de Paule : Menez 2009 ; essais de modélisation : Pion 1990 ; Brun, Pion 1992 ; Brun, Chaume 1997 ; Demoule 1997…). Il n’y aurait guère que pour les concentrations de silos du Bassin parisien (Malrain, Pinard 2006), privées de tout apparat (voire pour les plus grandes nécropoles à partir du milieu du ve s. av. J.-C. : Demoule 1997) que la question du collectivisme pourrait être éventuellement et très ponctuellement posée.

4.4.2 Une résidence aristocratique ?

109Une seconde hypothèse consisterait à envisager le site de Courseulles comme une résidence de l’aristocratie locale. Les récents travaux de Yves Menez (Menez 2009) ont montré combien les critères pour l’identification de ce type d’habitat pouvaient être nombreux et variés selon les régions – voire selon les sites eux-mêmes – entre Paule, Inguiniel et Plouër-sur-Rance par exemple, pour le seul domaine de l’Armorique. À Courseulles, les dimensions de l’enceinte d’habitat, l’architecture monumentale de la clôture et de la porte, tout comme le très petit nombre de maisons contemporaines qui distingue indiscutablement le site d’un habitat groupé, seraient les principaux arguments en faveur de l’hypothèse d’un statut élevé.

110Curieusement, à la monumentalité de l’architecture s’oppose, à Courseulles, la relative simplicité des mobiliers. Rien n’évoque de fait dans ce registre le faste que la seule emprise de l’établissement, l’étendue des réserves et son architecture générale nous mettaient en droit d’attendre. Environ dix mille cinq cents tessons de poterie dont quatre à cinq céramiques monochromes enduites d’une barbotine rouge – à l’hématite ? –, cinq fois moins de restes de boucherie, une trentaine d’instruments sans valeur véritable ou extraordinaire, quelques traces de fonte d’objets en bronze, c’est somme toute le mobilier commun de la plupart des exploitations agricoles de la région des 1er et 2nd âges du Fer. En définitive, tout l’argumentaire afférant habituellement aux sites de prestige et plus particulièrement aux résidences de l’aristocratie, la céramique et les produits d’importation tels que le vin et l’huile, l’abondance des objets métalliques ou des parures, la présence de quelques armes, de restes de statuaire ou encore la proximité, comme à Basly / La Campagne, de monuments cultuels et funéraires de grande dimension, est absent de Courseulles. L’unique témoignage que l’on puisse évoquer dans ce sens concernerait la parure de la sépulture 2010 qui, avec ses seize bracelets et anneaux de fer, de bronze et de plomb, fait montre d’un niveau d’apparat rarement égalé dans la région. L’ensemble malgré tout, pourrait être jugé assez peu significatif en regard de la forme et de l’étendue du gisement. Mais rien dans le mobilier recueilli sur le site n’évoque non plus la pratique de l’agriculture par ses occupants. On n’y découvre par exemple ni faux, ni fourche, ni faucille, ni serpette, ni soc, ni même un pic…

111D’autres signes cependant suggèrent que ce groupe bénéficiait d’un statut particulier par rapport au reste de la communauté qui l’environnait et concourait à l’approvisionnement des réserves établies dans l’enceinte. Le plus évident de ces indices est la grande porte. Tout dans cet accès obligé à partir de la phase 3, ses esplanades extérieures, le passage sous un dispositif monumental, l’arrêt dans l’arrière-cour avant d’atteindre les entrepôts, parle d’un poste de contrôle ou de comptage. Le système de passage piétonnier et de porte charretière aux phases 2 et 3 met davantage en relief encore l’importance accordée à ce dispositif. Celui-ci, tout particulièrement dans son dernier état – il mesure alors 4 m de large –, semble devoir être distingué d’un accès défensif. Une porte étroite ou une chicane aurait été plus à même d’assurer cette fonction. On renverra ici aux travaux de O. Buchsenschutz sur les fortifications de l’âge du Fer dans le Nord de la France (Buchsenschutz 1984). On peut déduire de cette organisation particulière de l’entrée que la responsabilité ou le contrôle de ce passage s’accompagnait en fait d’une certaine précellence du lieu et de ses occupants. D’une certaine façon, tout se jouait autour de cet accès. Jusqu’alors sous la surveillance et la responsabilité du cultivateur, chacune des productions apportées ici passait effectivement à partir de l’arrière-cour sous la responsabilité des occupants. Quel que soit leur statut, ceux-ci se trouvaient dès lors chargés, non plus de la responsabilité d’une seule récolte, si eux-mêmes étaient cultivateurs – ce dont nous pouvons douter –, mais de l’intégralité de la production d’un terroir… C’est en soi le signe le plus convaincant de la supériorité déjà exposée, mais c’est insuffisant pour confirmer qu’il s’agissait bien d’une résidence aristocratique.

4.4.3 Un relais dans un circuit d’échange ?

112Les traces, sur le site, du stockage provisoire et à grande échelle de denrées agricoles, et celles probables d’un poste de comptage au niveau de la grande porte, traduisent l’association de deux notions complémentaires : celle d’une thésaurisation à court terme des ressources et celle d’une comptabilité des quantités entrantes et sortantes. Il s’agit ni plus ni moins de deux des principes fondamentaux de toute entreprise de commerce voire, mais nous avons déjà traité de ce sujet, de redistribution… L’hypothèse la plus probable est que la masse de céréales et autres produits agricoles accumulés dans les réserves en ressortait ultérieurement dans le cadre d’un système d’échange, cela dans un délai qui n’excédait probablement pas une année du fait de leur nature et de leur mode de stockage.

  • 13 – L’éventualité que les grands sites de hauteur fortifiés de la péninsule armoricaine aient corresp (...)

113Évaluer l’échelle de ces échanges sur la base de nos connaissances encore très lacunaires de l’habitat de l’âge du Fer en Normandie pourrait paraître illusoire. Une première option cependant, celle du commerce à courte distance, pourrait nous orienter vers l’approvisionnement des grands sites de hauteur situés à seulement quelques dizaines de kilomètres aux alentours. Si ces places en effet, comme celles de Merri et de Commes que l’on peut percevoir comme des habitats groupés, abritaient un grand nombre d’hommes, la question de leur ravitaillement se posait nécessairement. Il est probable en outre que la population vivant à l’abri de ces fortifications n’était pas cultivatrice – ou pas exclusivement – mais plutôt artisane, éventuellement notable, peut-être guerrière, servante ou courtisane, et assumait des fonctions de toute façon éloignées de sa subsistance directe… D’autres mains13, en d’autres lieux, devaient donc travailler à leur approvisionnement. Il ne serait pas exclu que la position du site de Courseulles auprès d’un fleuve ait été choisie pour les possibilités d’acheminement que ce cours d’eau et ses affluents, paresseux de mai à novembre, offraient vers l’amont – vers d’éventuels habitats groupés de grande ampleur, à découvrir. Les sites de Fleury-sur-Orne, de Basly et de Banville occupent d’ailleurs des positions comparables au-dessus de l’Orne, de la Seulles et de la Mue. Courseulles et Fleury seraient ainsi de simples places techniques rattachées à de plus grands dispositifs.

  • 14 Exception faite du département de la Manche, encore trop peu documenté.

114On peut imaginer, vers l’aval, d’autres voies vers des destinations plus éloignées, pour des trajets de plusieurs centaines de kilomètres vers l’intérieur du territoire cette fois-ci. Un accès assez simple depuis les estuaires de l’Orne, de la Seulles pour Courseulles, voire plus à l’est, de la Dives ou de la Touques, pour rejoindre les contrées intérieures du Bassin parisien ou des contrées situées au-delà, pourrait par exemple avoir existé par l’embouchure de la Seine, distante d’une cinquantaine de kilomètres seulement (fig. 1). Une circulation aisée vers le sud pouvait en outre se faire par les plaines successives de Caen, de Falaise et d’Argentan, Alençon, Le Mans… Malheureusement, on ne dispose sur le site (non plus qu’à Fleury) d’aucun mobilier propre à prouver l’existence de tels contacts ; hormis bien sûr avec le Bassin parisien, avec lequel Courseulles mais aussi la plus grande partie de la région14 montrent à cette période d’évidentes affinités (Verron 2000).

4.4.4 Une place d’échange et de collecte à la pointe de son temps ?

115Sur le plan des affinités culturelles en effet, il est aisé de remarquer que la fondation du site à la charnière des vie et ve s. av. J.-C. s’inscrit dans une période de profonde mutation, en Basse-Normandie d’une part, mais plus largement dans tout le Nord et l’Ouest de la Gaule.

116L’un des premiers indicateurs des mutations qu’enregistre cette période en Basse-Normandie est probablement l’apparition, dans le domaine des coutumes funéraires, des inhumations « en tombe plate » et celle des grandes architectures – funéraires ou cultuelles (cf. supra, § 4.3.3.3) – proches des étapes « talutées » des monuments du type Bouranton, ceci soutenant notamment l’idée « d’une acculturation pleinement accomplie » (San Juan, Le Goff 2003) avec les régions du Nord-Est de la France, qui regroupent encore l’essentiel de nos références dans ce domaine.

  • 15 Cette notion, qui recouvre le Bronze final IIIb et le Hallstatt ancien faute de césure claire entre (...)
  • 16 Fouille inédite A. Chancerel, mentionnée dans Marcigny et al. 2005c.
  • 17 J.-P. Giraud, en cours d’étude

117On peut en outre mentionner, dans le domaine cette fois-ci des mobiliers céramiques, l’étonnante adhésion à de nouveaux courants stylistiques, que l’on a longtemps pensés propres aux régions de l’Est et que l’on découvre finalement jalonnant les rives de la Manche et de l’Atlantique. En ce qui concerne la Basse-Normandie, ces rapprochements s’enclenchent dès le début de l’étape dite « finale du Bronze final »15 (ixe-viie s. av. J.-C.), période durant laquelle les séries locales se défont progressivement de leurs influences atlantiques (plain ware ; Marcigny et al. 2005c) avec notamment l’apparition des premiers gobelets de style RSFO dans divers corpus (à Ifs / Object’Ifs Sud dans le Calvados et à Flamanville dans la Manche16). Cependant, c’est à partir des viiie-viie s. av. J.-C. surtout que le changement de tendance devient réellement palpable avec la représentation, au sein des séries, de formes à profil segmenté de plus en plus nombreuses. Parmi ces collections peuvent être évoquées celle de Cagny / parcelle AE8 (San Juan et al. 1996) qui rend bien compte de la mixité des influences entre « domaine atlantique » et « domaine oriental », celles de Ifs / Object’Ifs Sud (Jahier 1999 : ens. 11 ; Le Goff 2002) ou encore celles de Mondeville / Le Haut Saint-Martin (Chancerel et al. 2006a). Pour la part dite « orientale » de ces séries dans lesquelles se devinent encore parfois des traits atlantiques, les corpus de référence sont ceux de Catenoy / Le Camp de César dans l’Oise (Bronze final IIIb : Blanchet 1984 ; Talon 1987a) ainsi que ceux des périodes I et II de J.-C. Blanchet (Pontpoint / Moru notamment : Blanchet 1984 ; Cuiry-les-Chaudardes / Les Fontinettes : Demoule, Ilett 1982 ; phases I et II de Choisy-au-Bac : Talon 1987b). Mais c’est à partir surtout des vie et ve s. av. J.-C. (phases III et IV de J.-C. Blanchet) que ces rapprochements sont les plus évidents, en raison de la proportion d’abord de ces nouveaux faciès dans les séries locales (Caen / Beaulieu : Lepaumier, Marcigny 2003 ; Basly / La Campagne : San Juan et al. 2000 ; Lepaumier, San Juan 2004 ; Ifs / Object’Ifs Sud : Le Goff 2002 ; Cagny / Extension Décathlon17…), et du fait de l’apparition, au ve s. av. J.-C., des gobelets et des jattes à carène surbaissée que l’on pensait jusqu’à une date récente spécifiques aux régions du Nord-Est de la France (Demoule 1999). En définitive, comme le montrent les découvertes de ces dernières années, ces formes emblématiques du groupe éponyme « Aisne-Marne » qui constituent à Courseulles notre type 7 (7A, 7C) et dans une certaine mesure nos types 7C et 8, se retrouvent également dans les séries de sites aussi occidentaux que ceux de Plouër-sur-Rance (phase I ancienne : Menez 1996) et de Ouessant (Le Bihan 1988-1996). Mais on les identifie de la même façon dans plusieurs ensembles du Centre-Ouest, au sud de la Loire, notamment dans le corpus de Benet / Les Teuilles, en Vendée (Nillesse 2000), et dans divers autres corpus des Deux-Sèvres et de la Vienne (Marchadier 2005 ; 2007 ; cf. supra, § 3.2.2).

  • 18 – Sur la remise en cause d’une assimilation d’influences orientales, on peut aussi se reporter aux (...)

118À Courseulles, l’étude pétrographique de la série céramique, motivée par cette question des affinités culturelles et qui conclut au fait que l’intégralité des formes a bien été produite sur place, valide mieux encore, sinon l’idée d’une assimilation des influences orientales, qui semble devoir être de plus en plus fréquemment remise en cause18, tout au moins celle d’un certain degré d’unité de la culture matérielle sur le Nord et l’Ouest de la France ; et cela quand bien même chacune de ces séries conserve à la marge quelques spécificités, par exemple des ressemblances visibles à Courseulles avec certaines formes du corpus armoricain (types 10 et 11).

  • 19 La Cambe / Le Trévent et Ifs / La Dronnière (Verney 1993) ; Saint-Côme-de-Fresné (Martin 1727 cité (...)
  • 20 La Cambe / Le Trévent et Saint-Pierre-sur-Dives / le long de la Dives (Verney 1993) ; ainsi que leu (...)
  • 21 Ifs / La Dronnière (Verney 1993).
  • 22 – Saint-Pierre-sur-Dives / le long de la Dives (Verney 1993).
  • 23 Mondeville / La Vallée Barrey (dit aussi Le Champ Fourou) ; Saint-Martin-de-Fontenay / La Coite (Ve (...)
  • 24 Saint-Pierre-sur-Dives / le long de la Dives ; La Cambe / Le Trévent (Verney 1993) ; Ifs / Object’I (...)

119La situation d’ailleurs est strictement la même en ce qui concerne les parures, retrouvées pour l’essentiel dans les nécropoles et les ensembles funéraires locaux qui, à partir du vie s. av. J.-C. et génération après génération, suivent en tout point l’évolution stylistique des collections constituées aussi bien à l’est de la Seine que dans le Centre (Milcent 2004) et le Centre-Ouest (Gomez de Soto, Milcent 2000 ; 2003 ; Gomez de Soto et al. 2007). C’est le cas notamment des bracelets à oves, toriques ou hélicoïdaux, et des bracelets « en engrenage » du Hallstatt D1-D2, que l’on retrouve tout autant en Normandie19 que dans les typochronologies de l’Est de la France ou dans les séries de l’Ouest et du Sud-Ouest, du domaine languedocien à la basse vallée de la Loire. Des pièces identiques seraient d’ailleurs connues jusque dans le dépôt du temple d’Héra, à Corinthe (Verger 2000). De la même façon, les bracelets plus tardifs, ceux à jonc torique et terminaisons bouletées20 du Hallstatt D2-D3, les bracelets « barillets » en bronze21 et ceux « en rond de serviette », en bronze22 ou en lignite23 du Hallstatt D3, ou encore les bracelets à jonc lisse et terminaisons ciselées24 qui perdurent en Normandie jusque dans les temps avancés de La Tène (La Tène B2), se retrouvent sur la même zone géographique.

120Le phénomène n’est guère différent pour les fibules. C’est ainsi que sur la nécropole d’Éterville, fréquentée durant trois siècles, du Hallstatt D2 à La Tène B2, se retrouvent la plupart des modèles identifiés dans les typochronologies de l’Est de la France (Demoule 1999), du Bassin parisien (Marion 2004) et du Centre (Milcent 2004) : fibules à timbale du Hallstatt D2-D3, modèles à pied vertical plus spécifiques au Hallstatt D3, fibules filiformes en « archet de violon » (variante du type Marzabotto de La Tène A) et de type « pré-Dux » à « appendice caudal orné d’une tête de pavot », et fibules à « bec de canard » puis « de Münsingen » de La Tène B, ces dernières cédant le pas, à la fin de l’occupation, à des modèles plus ramassés proches du schéma La Tène II.

121Manifestement donc, en ce qui concerne au moins ces aspects de la culture matérielle et spirituelle, la plus large part de la Basse-Normandie faisait partie pendant les vie et ve s. av. J.-C. d’un ensemble beaucoup plus vaste englobant à l’est les contrées les plus éloignées du Bassin parisien, au sud les régions du Centre et du Centre-Ouest et à l’ouest celles de la Bretagne. Visiblement, ceci n’a pas empêché pour autant, comme cela fut le cas dans d’autres régions, que se maintiennent certaines spécificités que l’on pourrait qualifier d’« occidentales » et même percevoir comme attachées à la vieille entité « atlantique » : l’architecture circulaire de la maison centrale, le style armoricain de certaines céramiques (types 10 et 11)… Il est donc probable qu’entre la Basse-Normandie et le reste du territoire que nous venons d’évoquer existaient parallèlement aux liens culturels d’autres relations d’ordre socio-économiques, incluant notamment les échanges à moyenne et longue distance.

122Sur le plan social et économique en effet, la création de sites de centralisation à partir de la phase finale du 1er âge du Fer (vie-ve s. av. J.-C.) en Normandie, peut être perçue elle aussi comme un marqueur de cette période commun à la plupart des régions du Nord de la Gaule. Des sites comme ceux de Courseulles et de Fleury trouvent d’exacts parallèles – nous l’avons vu – dans les régions de la Seine-Maritime, de l’Oise ou de la Champagne, notamment dans des ensembles tels que ceux de Hautot-le-Vatois / La Plaine du Bosc Renault (Blancquaert, Adrian 2006), de Bucy-le-Long / Le Grand Marais (Pommepuy et al. 1995) ou bien de Bazancourt-Pomacle / La Large Eau (Desbrosse et al. 2009) ; ce dernier cependant ferait un peu figure de précurseur puisqu’il est dans l’immédiat attribué à une période légèrement plus ancienne (Hallstatt C / D1). Nous pourrions certainement associer à cette dynamique, si l’on connaissait mieux la nature de ses composantes internes, le site de Droužkovice en Bohême.

  • 25 Comme ceux de Berry-au-Bac / Le Vieux Tordoir, Saint-Gibrien / Dessus du Vieux Pont ou Cuiry-les-Ch (...)

123Il convient sûrement d’ajouter à ces sites très standardisés dans leur aspect les aires de stockage en aire ouverte telles que les batteries de silos, bien connues en Champagne-Ardenne ou en Picardie25, et peut-être divers groupements de greniers. Mais il est encore assez difficile toutefois de déterminer si les premiers, d’un aspect notablement plus sobre que les sites enclos dotés de palissades, de murs et de portes monumentales, dépendaient des mêmes processus ou relevaient bien des mêmes fonctions. Des questions du même ordre nous semblent pouvoir être posées pour les groupements de greniers en aire ouverte, comme celui de Fontenai-sur-Orne / La Patte d’Oie (Orne) en Basse-Normandie ou celui de Lacroix-Saint-Ouen / Les Longues Rayes (Oise) en Picardie, dont on n’est jamais bien sûr qu’ils ne dépendent pas d’une forme d’habitat groupé – village ou hameau diffus – situé à proximité.

  • 26 – Saint-Martin-des-Entrées / Le Parc sur l’Herbage et Bourguébus / La Main Delle, sur lesquels se r (...)
  • 27 Il est cependant assez difficile de savoir si les batteries de silos, dont le genre semble perdurer (...)

124Pour autant, conjuguées aux mutations que nous avons exposées auparavant dans le domaine des pratiques funéraires comme dans celui de l’aspect stylistique des mobiliers céramiques ou des parures, l’émergence de ces multiples sites de centralisation des ressources non seulement en Normandie mais un peu partout dans le Nord de la Gaule – et au-delà probablement –, peut être lue comme le reflet de nouveaux fondements socio-économiques : une nouvelle ère ou une nouvelle société intégrant notamment à son fonctionnement de nouvelles façons de gérer les ressources d’un terroir. En Basse-Normandie comme ailleurs, l’existence de ces enceintes abritant un grand nombre de greniers et très peu d’habitations apparaît éphémère. Aucune fondation de cette nature n’est en effet enregistrée dans l’immédiat avant le vie ni après le ve s. av. J.-C. ; hormis bien sûr quelques sites nettement plus tardifs (La Tène finale) réunissant un grand nombre de structures de stockage et associant pour le coup des mobiliers remarquables, dignes de fermes aristocratiques ou tout au moins de statut élevé26. Ceci concorde avec ce que l’on observe sur la plupart des sites de cet ordre pour l’heure repérés dans le Nord de La Gaule, dont l’occupation n’apparaît guère plus longue27 (Hautot-le-Vatois / La Plaine du Bosc Renault, Bucy-le-Long / Le Grand Marais, Bazancourt-Pomacle / La Large Eau…).

125Au bout du compte, il est bien difficile de donner une interprétation définitive du site de Courseulles sur le plan du statut à partir de notre connaissance actuelle du gisement et du contexte dans lequel il s’inscrit. Place de collecte certaine et grand entrepôt avéré sur le plan technique ; l’idée selon laquelle il aurait également pu s’agir de la résidence de l’aristocrate ou du seigneur en charge de cette collecte, ne nous paraît pas réellement acquise. De fait, le site ne présente pas une combinaison de critères aussi parlante qu’à Paule ou à Barzan (Robin, Tranoy 2004 ; Robin 2007 ; Robin et al. 2009), notamment, en plus de son architecture monumentale et des indices d’un stockage à grande échelle, la richesse individuelle (statuaire, céramique fine, vaisselle en bronze, parures remarquables, or…). La découverte d’une tombe fastueuse dans les environs se révélerait à ce titre décisive pour l’interprétation du site.

  • 28 – En Bretagne : Quimper / Le Camp de Kercaradec à Penhars (5 ha), dans le Finistère ; et peut-être (...)

126En revanche, ce que l’on perçoit aujourd’hui de l’organisation de l’habitat en Basse-Normandie pourrait nous amener à formuler d’autres propositions. De fait, si l’on met en regard, d’un côté l’importance des volumes gérés – des dizaines de quintaux – à l’intérieur d’enceintes aussi vastes que monumentales, de l’autre la place qu’occupent les grands sites fortifiés de plaine et de hauteur dans la hiérarchie des habitats ; c’est-à-dire d’un côté ce qui se rapporte à une denrée indispensable à la survie et de l’autre ce qui semble devoir s’apparenter à un centre de pouvoir, il est assez difficile d’imaginer qu’aucun lien n’existait entre les deux. Vu sous cet angle, le site de Courseulles pourrait être perçu, certes comme la propriété d’une élite soucieuse de son image et l’exprimant notamment par l’ostentation des clôtures, mais surtout comme un relais entre des cultivateurs/éleveurs et cette élite qui assumerait la gestion de ces ressources depuis un autre lieu : un lieu plus visible, plus imposant ou plus démonstratif du statut social de ses occupants, une fortification de hauteur comme celles de Commes et de Merri par exemple, ou tout autre habitat groupé ou « agglomération » de plaine comme ceux dont nous pressentons à présent l’existence à Saint-Martin-de-Fontenay / Le Chemin de May (Germain-Vallée 2005b ; 2006) et Éterville / Le Pré de l’Église (Marcigny et al. 2005a). En effet, tant en Normandie que dans l’Ouest au sens large28, l’identification de plus en plus fréquente de sites de hauteur attribuables à la phase tardive du 1er âge du Fer, sites à la fois de grande dimension (>/= 3 ha) et fortifiés, incite à réviser nos schémas quant à l’organisation de l’habitat, en prenant en compte ce nouvel élément du réseau.

127L’une des fonctions possibles du maître ou des notables des lieux pouvait être alors l’approvisionnement des populations dont il(s) avai (en) t la responsabilité, choisissant à cet effet l’emplacement le plus approprié pour l’implantation des réserves en fonction des facilités d’accès et de déchargement offertes par le site depuis les zones de culture, et des facilités d’embarquement qu’il permettait ; de préférence donc en plaine et près des cours d’eau, ce qui est le cas de Courseulles et de Fleury.

128Au vu des quantités de vivres stockées et de l’implantation des sites par rapport aux cours d’eau et aux estuaires, le négoce serait une autre fonction possible ; négoce avec des clients plus éloignés via, l’estuaire de la Seine pour Courseulles comme pour Fleury (fig. 1). Cette hypothèse d’une gestion à distance n’est pas très originale puisque c’est, à une échelle moindre, la façon dont les grandes résidences de l’Arc alpin semblent avoir administré les contrées placées sous leur contrôle (Brun, Chaume 1997…). L’exploration de quelques grands sites fortifiés de hauteur, que l’on présume correspondre à des éléments prédominants dans l’occupation du territoire, pourrait s’avérer, à ce titre, riche d’enseignements. Car en toute logique, le résultat et la preuve de ces transactions, si elles ont existé, à savoir objets luxueux et pièces d’importation, doit se retrouver non sur le site d’entreposage mais bien sûr celui de la résidence du marchand – le negotiator des romains.

129Dans l’attente de la fouille de tels ensembles, nous proposons de voir dans l’établissement de Courseulles un outil à la pointe de son temps, en l’occurrence une place de collecte conçue par l’élite – vraisemblablement une très haute aristocratie, que celle-ci résidât ou non sur place – pour la gestion et le commerce des ressources issues d’un terroir ou des territoires placés sous son contrôle ; en d’autres termes, l’entrepôt fastueux d’une sorte de port of trade tel que L. Baray les envisage pour le début de l’âge du Fer (Baray 1997) après les travaux de K. Polanyi et R.B. Revere (Polanyi 1974 ; Revere 1974), voire le port ou la place de commerce elle-même, différente donc de celles du schéma oriento-méridional mais s’intégrant elle aussi dans le cadre d’une « économie monde » (Brun 1988 ; Baray 1997 ; Brun 1998 ; Villes 2003).

  • 29 Seule la reprise de fouilles sur les sites de hauteur locaux et les grandes enceintes quadrangulair (...)

130Une dernière option consisterait à envisager qu’après le prélèvement de la quotité nécessaire à la subsistance locale, les excédents entreposés en des lieux comme Courseulles ou Fleury aient alimenté des ports de commerce plus éloignés encore. La seine pour rappel remonte par exemple jusqu’au site de Vix / Le Mont Lassois29.

4.5 Existence et déclin d’un système éphémère

4.5.1 Du vie s. au milieu du ive s., prospérité et continuité

131Jusqu’au début du ive s., période à laquelle est sans doute édifié le mur de clôture, le site affiche des signes de bonne santé et de prospérité. On imagine derrière lui toute une collectivité répartie sur la plaine, travaillant ardemment à son approvisionnement et à sa valorisation. Volontaire ou soumise, c’est là un autre débat auquel il est difficile d’apporter des éléments de réponse quelque peu concrets dans l’immédiat.

132Durant cette période, qui va de la fin du vie s. au début – voire au milieu – du ive s. av. J.-C. selon les éléments céramiques les plus tardifs, on ne remarque aucun bouleversement notable sur le site en dehors de l’expression architecturale de ses succès. Au contraire, par opposition avec un certain nombre de sites de cette période abordés en Normandie, tels la plupart des petits ensembles funéraires (3 à 15 individus), qui se voient le plus souvent cantonnés aux phases moyenne et finale du 1er âge du Fer (HD1-HD3 : Verney 1993), Courseulles fait état d’une surprenante continuité sur les deux âges du Fer. Il s’agit en cela d’un document assez neuf, le site restant totalement étranger semble-t-il, en dépit de ses affinités mobilières et culturelles avec ce secteur, aux grands événements socio-politiques qui ont agité l’est du territoire dans les premières décennies du ve s. (475 av. J.-C.), date communément admise pour l’émergence de la civilisation de La Tène et les mutations de la société qu’on lui attache (Hatt, Roualet 1977 ; Brun, Chaume 1997 ; Demoule 1997 ; Demoule 1999 ; Baray 2000 ; Villes 2000…).

133Pour autant, Courseulles n’est pas un cas isolé. D’autres exemples de continuité sont effectivement observables en différents points de la plaine de Caen. À Ifs / Object’Ifs Sud, les habitats dispersés et faiblement enclos établis sur la fin du vie et le début du ve s. (Le Goff 2002 ; 2009 : ens. 2 et 4) conserveront eux aussi leur forme d’origine jusqu’à la fin du ve voire le début du ive s. av. J.-C. Dès le début de la période, comme si cela allait de pair avec l’implantation des habitats, l’espace agraire est rationalisé par un réseau orthogonal de champs et de chemins. Les deux habitats enclos et de belles dimensions (ens. 5 et 6) qui y seront implantés par la suite, au milieu du ve s. av. J.-C. pour l’un et au milieu du ive s. pour l’autre, perdureront d’ailleurs jusqu’à la Conquête sans jamais que l’on porte atteinte à leur ordonnancement (cf. infra, § 4.5.3). Dans le domaine funéraire, outre les petits ensembles des vie et ve s. précédemment évoqués, celui d’Éterville / Le Clos des Lilas, fondé au cours du vie s. et occupé jusqu’au début du iiie s., offre également un bon exemple de cette continuité tardive. D’ailleurs, en Basse-Normandie, bon nombre de sites, comme s’ils faisaient partie d’une entité indivisible, se voient désignés à partir de leurs mobiliers sous le terme vague d’habitats ou d’ensembles funéraires « des 1er/2nd âges du Fer » pour des périodes recouvrant le Hallstatt D3, peut-être le Hallstatt D2-D3 et les premiers temps de La Tène ancienne. C’est notamment le cas de l’habitat de Fleury-sur-Orne / La Casse (Jahier 1992b), de l’enclos de Caen / Beaulieu (Lepaumier, Marcigny 2003), du site d’extraction de Cagny / parcelle B77 (San Juan 1992a) ou de la petite nécropole de Mondeville / L’Étoile (Besnard-Vauterin 1997). Dans le domaine des mobiliers, intéressante est l’association du poignard à antennes et du petit gobelet à haut col de la tombe masculine de Soumont-Saint-Quentin (Edeine 1961), ou encore celle de la fibule à grand ressort et arc cintré de La Tène ancienne Ib (seconde moitié du ve s. av. J.-C.) et de la série de parures à jonc lisse de la nécropole de Mondeville / Le Champ Fourou : elles constituent des assemblages représentatifs de cette unité possible entre la fin du 1er et le début du 2nd âge du Fer (Verney 1993). Ainsi, en Normandie, en dehors des petits ensembles à inhumations à dimension familiale, dont l’abandon a parfois pu se situer à la fin du Hallstatt D3 mais dont l’existence reste trop brève pour que l’on puisse y déceler les marques d’une modification évidente des structures sociales, la date emblématique de 475 av. J.-C. trouve bien des difficultés à se raccorder à des bouleversements aussi visibles que ceux observés à l’est avec le déclin notamment des principautés celtiques (Brun 1988 ; Chaume 1997 ; Frey 1997 ; Baray 1997 ; Villes 2003).

134Dans le détail pourtant, certaines données ne concernant qu’un certain type d’établissements normands, en l’occurrence les plus grands, pourraient donner à repenser cette apparente absence de scission – ou tout au moins de bouleversement – dans la première moitié du ve s. av. J.-C. On appellera en premier lieu l’exemple des rares sites de hauteur abordés sur la région, tels celui de Commes / Le Mont Cavalier, dans le Calvados, qui semblerait avoir été abandonné dans ces dates avant d’être à nouveau fréquenté au cours de La Tène finale (Giraud 2008 ; cf. supra, § 4.3.2). Les données concernant ces sites sont encore peu nombreuses cependant. Il n’est guère possible d’exclure que la chronologie de leur occupation y soit finalement plus complexe que ce que nous en donnent à voir les premiers sondages. Toutefois, à Merri dans l’Orne, le camp de Bierre dont la fortification pourrait elle aussi avoir été désertée à la toute fin du 1er âge du Fer avant d’être réoccupée à la fin du 2nd âge du Fer, laisse entrevoir une évolution analogue (Delrieu 2008a ; 2009 ; Delrieu, San Juan 2009). C’est également à cette période ou vers le milieu du ve s. que se situerait l’abandon du seul petit retranchement sur éperon suffisamment renseigné dans la région, celui de Basly / La Campagne qui, assimilé à la résidence d’un petit seigneur (San Juan, Le Goff 2003 ; San Juan 2009), occupait sans doute une place importante dans la hiérarchie des sites locaux. Dans les mêmes dates, sur la nécropole d’Éterville / Le Clos des Lilas, l’abandon d’un des trois groupes de sépultures, le groupe C (Jahier 2008 ; 2009b), et l’émergence d’une nouvelle génération de monuments beaucoup plus sobres qu’auparavant (Hallstatt D2 et D3) montrent que la communauté liée à cet ensemble connaît probablement elle aussi plusieurs modifications dans le domaine de ses représentations religieuses ou symboliques. Toutefois, même si ces indices tendent à laisser entrevoir, dans la Normandie du début du ve s. av. J.-C., un bouleversement des structures sociales qui n’aurait affecté que les plus hautes composantes du système, l’acquisition d’autres données sera nécessaire pour établir s’il y a eu ou non continuité socio-culturelle entre la fin du 1er et les débuts du 2nd âge du Fer sur la région.

4.5.2 350 av. J.-C., la rupture

135Il faut attendre le milieu du ive s. pour observer en Normandie des bouleversements notables dans l’habitat et les nécropoles, pour les rares exemples dont nous disposons bien sûr. Vers 350 av. J.-C. en effet, pour des raisons encore difficiles à comprendre, les choses basculent. L’établissement de Courseulles est déserté sans aucun signe avant-coureur de délitement ou de déclin. Le mur de clôture est démonté. À cet instant, la famille placée à la tête de cet édifice est donc d’ores et déjà privée de ses fonctions, a disparu ou s’est déplacée. Mais Courseulles n’est pas l’unique exemple de désertion ou de bouleversement profond dans ces dates en Normandie. Plusieurs autres sites de grande dimension enregistrent des modifications majeures. Avec un peu de réserve, car les données pour l’heure disponibles ne sont issues que d’un diagnostic, c’est à ce moment-là (milieu du ive s. av. J.-C.) que semble s’effectuer l’abandon de l’établissement de Fleury-sur-Orne / La Casse, perçu comme un habitat d’un statut équivalent à celui de Courseulles (Jahier 1992b). C’est également dans ces dates que se situe l’abandon d’un des trois groupes fondateurs de la nécropole d’Éterville / Le Clos des Lilas, le groupe A (Jahier 2005c), au profit d’un recentrage des défunts autour du groupe B. Ce déplacement s’accompagne en outre de modifications sensibles dans les domaines du recrutement et des formes sépulcrales. La population inhumée à partir de cette date correspond principalement à une population d’enfants et de jeunes adultes, étendus dans des tombes simples, non architecturées. Plus aucun monument non plus ne sera dès lors bâti à cet endroit jusqu’à l’abandon complet du site autour de 250 av. J.-C., alors que celui-ci en dénombrait onze auparavant. Il semblerait donc possible de voir dans ces premiers événements l’expression de bouleversements majeurs, au minimum généralisés au bassin littoral de la région de Caen, et que l’on retrouve sans doute au-delà.

136Comme en écho à cette désertion des grands ensembles fondés dans le courant du vie s., plusieurs habitats de forme encore assez peu répandue en Normandie voient le jour dans ces mêmes dates du ive s. av. J.-C. On évoquera pour les principaux les sites de Mosles / La Pièce du Pressoir (Marcigny et al. 1999), de Mosle / La Vignette (Lepaumier 1999), de Fierville-les-Parcs / Pré de la Val (Jahier et al. 2002), de Fleury-sur-Orne / Parc d’Activités : ens. 1 (Jahier 2001b ; Paez-Rezende 2001), de Ifs / Object’Ifs Sud : ens. 5 (Le Goff 2002), de Creully / Le Clos de l’Épinette (Jahier 2006 ; 2009c) et de Falaise / Expansia (Besnard-Vauterin 2008 ; Besnard-Vauterin 2009b). Tous prennent l’aspect d’enclos de 2000 à 3000 m2 délimités par d’assez puissants fossés, modèle quasiment absent auparavant en dehors de l’exemple de Beaulieu à Caen (vie s. av. J.-C.) et de ceux récemment découverts à Cagny / Extension Décathlon (Hérard 2008). Invariablement définis comme des fermes, tous les enclos dont il fut possible d’identifier le plan des constructions internes, abritaient un édifice principal quadrangulaire, quelques annexes sur poteaux et quelques fosses de stockage ou simplement d’extraction. Il s’agit en définitive, la clôture en plus, des mêmes installations que celles observées ou déduites pour les petites unités domestiques en aire ouverte antérieures (viie, vie et ve s. av. J.-C.), comme par exemple celles qui sont disséminées sur le parcellaire d’Agneaux / Bellevue (Ghesquière 2003 ; Giazzon 2004), dans la Manche, ou sur la Zac de Ifs / Object’Ifs Sud (Jahier 1999 : ens 11 ; Le Goff 2002). À Fierville d’ailleurs, la stratigraphie entre le fossé de la clôture et les carrières de lœss et de limon desquelles étaient tirées les terres pour le torchis et le pisé des édifices montre que, avant d’être enclos, le site fonctionna en aire ouverte sur une durée difficile à évaluer. En dépit d’une plus grande visibilité des ceintures qui permet de repérer ces ensembles plus aisément et donc de conclure – peut-être trop rapidement – à l’augmentation du nombre des sites par rapport à la période précédente, la systématisation des clôtures n’en demeure pas moins représentative de la modification sans doute assez profonde du statut de ces unités et de l’organisation de l’habitat. La ferme de Mosles / La Pièce du Pressoir par exemple, étudiée sur une plus grande superficie que les autres, livre autour de sa clôture les restes probables de son finage : plusieurs champs limités par des fossés et un chemin. L’image qui en ressort est incontestablement celle d’une plus grande souveraineté du sol.

  • 30 Avec à présent celle de Paule (Menez 2009), postérieure à la rédaction de ces lignes.

137Jusqu’à une date récente, les corpus céramiques des établissements bas-normands du ive s. révélaient des occupations curieusement synchrones et brèves, comprises entre 350 et 250 av. J.-C., ce qui est le cas de nos trois premiers sites : Fierville-les-Parcs / Pré de la Val, Mosles / La Vignette et Mosles / La Pièce du Pressoir. Durant toute cette période, les liaisons typologiques des mobiliers avec les collections du Bassin parisien restent fréquentes. Pour la partie ancienne des corpus, les séries de référence sont celles d’Avion / La République (Hurtrelle et al. 1990), d’Arras / La Flaque et de Hamblain-les-Prés / Les Moyens-Monts - Les Crêtes Vertes, dans Le Pas-de-Calais, qui présentent en priorité des formes anguleuses ornées d’impressions digitées sur le fil de la carène et la lèvre. On évoquera dans cet esprit d’autres rapprochements possibles avec la série de Saint-Aubin-Routot, situé en Seine-Maritime, à l’embouchure de la vallée de la Seine (Blancquaert, Desfossés 1996). La partie récente de ces corpus (première moitié du iiie s. av. J.-C.), aux formes mousses, épaules rondes, cols sinueux et lèvres déjetées, trouve davantage de comparaisons dans les séries de l’Oise, telles celles de La Croix-Saint-Ouen / La Prairie (Malrain et al. 1996a) ou de Chevrières / La Plaine du Marais. Ces formes à la corniche caractéristique, formée à la jonction de l’épaule et d’un col tronconique ou même galbé, participent de fait à la définition des faciès de La Tène ancienne IIb et IIIa de J.-J. Hatt et P. Roulet (Hatt, Roualet 1977 : 4), comme du Aisne-Marne IIIB et IIIC de J.-P. Demoule (Demoule 1999). Mais on les retrouve aussi sous une forme approchante en Armorique, notamment dans la série de la phase II ancienne du Boisanne (Menez 1996 : forme 18) qui constitue dans l’Ouest l’une des rares séries de cette période à en comporter et à avoir fait l’objet d’une réelle mise en phase des mobiliers30.

138Depuis, la découverte de nouveaux ensembles est venue tempérer cette représentation de l’évolution de l’habitat au profit d’une réalité sans doute plus complexe. Il s’agit cette fois-ci de quatre exemples avérés de continuité jusqu’à la Conquête d’établissements fondés au milieu du ive s. av. J.-C. : Fleury-sur-Orne / Parc d’Activités (ens 1) ; Ifs / Object’Ifs Sud (ens 6) ; Creully / Le Clos de l’Épinette et Falaise/Expansia (Besnard-Vauterin 2009b). Chacun d’ailleurs se voit marqué au ier s. av. J.-C. par un accroissement certain de la superficie à l’origine enclose et par un renforcement des clôtures au fil des générations.

  • 31 Ces nécropoles coexistaient cependant avec des ensembles plus restreints, à dimension familiale, bi (...)

139Tout en définitive semblerait donc s’opérer à partir du ive s., comme si de nouveaux petits établissements agricoles, à caractère familial vraisemblablement, trouvaient à ce moment-là l’opportunité de se développer sous des enseignes un peu plus prestigieuses qu’auparavant, une clôture fossoyée ou palissadée par exemple, alors même que les quelques places de plus haut statut – Courseulles, Éterville, Fleury-sur-Orne ? – péricliteraient. Aucun habitat de hauteur ne semble créé ou même occupé à cette période en Normandie. Ainsi, de la même façon que le 1er âge du Fer nous apparaît extrêmement tardif (Hallstatt D1-D2) et éphémère en Normandie par rapport aux contrées orientales, le 2nd âge du Fer social, que l’on caractérise par une modification profonde des structures antérieures, ne semblerait débuter dans la partie nord de la plaine de Caen que dans la première moitié ou le milieu du ive s. av. J.-C. On pourrait en retenir, en guise de bilan, l’abandon des systèmes de collecte centralisés tels ceux de Courseulles et probablement de Fleury, la désertion des plus grandes nécropoles à inhumations (Éterville/Le Clos des Lilas, Mondeville / L’Étoile)31 et l’émergence de nouvelles formes d’habitats individuels plus fortement structurés qu’auparavant (Mosles / La Pièce du Pressoir, Mosles / La Vignette et Fierville-les-Parcs / Pré de la Val).

140La question, donc, d’un écho décalé aux grandes migrations celtes du milieu du ve s., s’accompagnant localement « d’un certain recouvrement entre le Hallstatt et La Tène » (Verron 2000 : 280), est de plus en plus fréquemment évoquée. Ce pourrait être une explication au léger décalage jusqu’à présent observé entre les dates d’abandon des grands sites de collecte et de statut élevé de Basse-Normandie, et celles proposées pour des sites analogues du Bassin parisien, tel par exemple celui de Grisy‑sur‑Seine / Les Terres du Bois Mortier – un site comparable à Courseulles – dont la désertion est mise en relation avec l’émergence de La Tène (Demoule 1997). L’établissement de Courseulles aurait été fondé en effet une cinquantaine d’années auparavant seulement – autour de 500 av. J.-C. – et abandonné – aux environs de 350 av. J.-C. – un siècle après la date traditionnellement admise de 475. En dépit d’une évolution des mobiliers bas-normands tout à fait comparable à celle des autres régions du Nord de la France, et en particulier à celle de l’est du Bassin parisien où leur mutation au fil des âges est la mieux illustrée, la continuité des grands sites locaux tels Courseulles, Fleury-sur-Orne, Éterville, etc., très au-delà du premier quart du ve s. av. J.-C. pourrait de fait encourager l’idée d’un retard de la secousse sur cette zone de la Manche.

4.5.3 250 av. J.-C., une expansion inégalée de l’habitat

141La nouvelle vague d’habitats qui émerge au milieu du iiie s. av. J.-C. est sans commune mesure avec celle des phases précédentes. Près d’une trentaine d’enclos de cette période, d’environ 2000 à 3000 m2 chacun, donc encore assez standardisés, ont revu le jour ces quinze dernières années à l’occasion des grands aménagements du territoire sur le seul espace des plaines bas-normandes. Certains, dont nous avons déjà évoqué le nom pour les phases précédentes, sont un simple agrandissement ou un renforcement des limites d’habitats établis antérieurement, au cours du ive s. av. J.-C. en règle générale. C’est le cas pour des ensembles comme ceux de Fleury-sur-Orne / Parc d’Activités : ens 1 (Jahier 2001b ; Paez-Rezende 2001), de Ifs / Object’Ifs Sud : ens 5 (Le Goff 2002), de Creully / Le Clos de l’Épinette (Jahier 2006 ; 2009c) ou de Falaise / Expansia (Besnard-Vauterin 2008). Les exemples d’habitats enclos encore existants au iiie s. et dont la fondation est antérieure au ive s., restent exceptionnels dans la région ; dans l’immédiat, seul l’ensemble 6 de Ifs / Object’Ifs Sud, fondé au début du ve s. (Le Goff 2002 ; 2009) répond à ce schéma. Les autres correspondent à de vraies créations. Un petit nombre d’entre eux, comme Agneaux / Bellevue et La Croix Carrée, dans la Manche (Marcigny et al. 2001a ; Giazzon 2004), s’implante sur des parcellaires préexistants, fondés en l’occurrence au cours des vie et ve s. av. J.-C. La situation d’ailleurs, pourrait être moins exceptionnelle qu’il n’y paraît. À la lumière de la toute récente découverte de deux habitats des vie et ve s. effectuée à Cagny / Extension Décathlon (Hérard 2008 ; Giraud 2009a), on peut en effet se demander si certains sites jusqu’alors perçus comme des créations autonomes, comme les ensembles 1 et 3 de Mondeville/L’Étoile (Besnard-Vauterin 2009a), distants de 1 km seulement au nord-ouest, ne s’implantent pas en réalité sur un parcellaire antérieur. Dans ce cadre-là, ces nouvelles installations du iiie s. av. J.-C., que l’on aurait pu percevoir comme des créations ex nihilo, ne feraient en somme qu’affermir une trame parcellaire et une forme d’habitat déjà en place, l’une et l’autre ayant été conservées par les populations du ive s. Pour autant, un certain nombre de sites au sein des créations attribuées au iiie s. ne portent pas la marque d’une filiation évidente avec une installation plus ancienne. Ce pourrait être le cas notamment des sites du plateau de Thaon (San Juan et al. 1999) et de l’habitat de Saint-Martin-des-Entrées (Marcigny et al. 2004), dans le Calvados, de ceux de Plomb / Le Pré en Pente (Lepaumier 2000) et de Braffais/Le Petit Champ Jouanne (Aubry 2001), dans la Manche, ou encore de Marcei / Le Maréchal (Jahier 2005b) ou de Neuville-près-Sées / Les Ruisseaux (Besnard-Vauterin 2005), dans l’Orne… mais il faudrait parvenir à pratiquer autour des uns et des autres des fouilles de plus grande ampleur pour le vérifier. De la même façon, il reste bien difficile, au niveau des parcellaires qui unissent parfois ces habitats, d’identifier quelles en sont les sections nouvellement établies au iiie s. av. J.-C., s’il en est. Notons simplement dans l’immédiat que, pour les ensembles les mieux documentés – car la plupart sont aussi en cours d’étude –, la démultiplication de ces établissements enclos à partir du iiie s. renvoie l’image d’une expansion inégalée de l’habitat et des terroirs pendant cette période.

142C’est encore la périphérie sud et sud-est de Caen, où les premières études ont été engagées il y a maintenant une quinzaine d’années, qui fournit dans l’immédiat la meilleure illustration de ces paysages totalement maîtrisés et rationalisés. Les parcellaires découverts au gré des opérations menées sur les communes de Fleury-sur-Orne, de Ifs, de Cormelles-le-Royal et de Mondeville (fig. 94), visiblement ordonnés selon les limites des entités topographiques sur lesquelles ils furent implantés, s’y organisent sur plusieurs kilomètres le long de la vallée de l’Orne en lanières parallèles délimitées par des chemins. Chacune de ces lanières est cloisonnée par des fossés de refend. Les multiples fermes encloses qui les jalonnent, celles entretenues et généralement agrandies du ive s. av. J.-C. et celles nouvellement établies au iiie s., s’y répartissent dans des distances de seulement 150 à 300 m les unes des autres. Ce sont d’abord, à l’ouest, depuis le rebord abrupt de la vallée de l’Orne, les ensembles de Fleury-sur-Orne (Fleury-sur-Orne / Parc d’Activités : Jahier 2001b ; Paez-Rezende 2001 ; Demarest 2010 ; Fleury-sur-Orne / Les Mézerettes : Chanson 1994 ; Lepaumier 2010) dont la trame parcellaire s’organise selon une orientation nord-ouest - sud-est. Ce sont ensuite, de l’autre côté d’une vallée sèche d’axe nord-sud débouchant sur la vallée de l’Orne, les ensembles de Ifs / Object’Ifs Sud (Jahier 2000 ; Le Goff 2002), de Cormelles-le-Royal (Échangeur périphérique sud de Caen : Carpentier 1995) et de Mondeville (Le Haut Saint-Martin : Renault 1994 ; L’Étoile : Besnard-Vauterin 2009a ; Le MIR : Leroy 1992) dont le parcellaire, cette fois-ci ouest-nord-ouest – est-sud-est, c’est-à-dire perpendiculaire à la nouvelle direction de la vallée à cet endroit, se voit rythmé de chemins et de fossés parallèles les uns aux autres sur au moins 3 km de long. Mais on pourrait également évoquer, à une quarantaine de kilomètres au sud cette fois-ci, les ensembles identifiés à la périphérie nord de Falaise avec les sites d’Aubigny / Déviation de la RN 158 (Jahier, Peuchet 1994), de Soulangy / Déviation de la RN 158 (Peuchet, Naizet 1994) et de Falaise / Expansia (Besnard-Vauterin 2008), qui procèdent manifestement d’un ordonnancement analogue sur une trame parcellaire intéressant là aussi une surface de plusieurs centaines d’hectares. À une quinzaine de kilomètres au nord de Caen enfin, pourrait être mentionné l’ensemble du plateau de Thaon qui, logé entre Seulles et Mue et doté d’une demi-douzaine d’enclos, évoque une organisation du même ordre, laquelle a déjà suscité une première étude de microterroir (San Juan et al. 1999).

FIG. 94 Répartition des habitats et des chemins des 1er et 2nd âge du Fer connus le long de la vallée de l’Orne, au sud du marais de Caen : 1 Fleury-sur-Orne / La Casse ; 2 Fleury-sur-Orne / Les Mézerettes ; 3-4 Fleury-sur-Orne / Parc d’Activités ; 5 Fleury-sur-Orne / Les Mézerettes ; 6 Ifs / La Dronnière ; 7 Ifs / Object’Ifs Sud (dernière tranche) ; 8 Ifs / Object’Ifs Sud (ens. 1) ; 9 Ifs / Object’Ifs Sud (ens. 2 et 4) ; 10 Ifs / Object’Ifs Sud (ens. 6) ; 11 Ifs / Object’Ifs Sud (ens. 5) ; 12 Ifs / Object’Ifs Sud (parcelle AR 67) ; 13- 14 Cormelles-le-Royal / Aire des Gens du Voyage ; 15 Mondeville / Le Haut-Saint-Martin ; 16 Mondeville / La Vallée Barrey ; 17 Mondeville / L’Étoile (ens. 1) ; 18 Mondeville / L’Étoile (ens. 2) ; 19 Mondeville / L’Étoile (ens. 3) ; 20 Mondeville / Le MIR ; 21 Cagny / Extension Décathlon (ens. 2) ; 22 Cagny / Extension Décathlon (ens. 1) ; 23 Cagny / Extension Décathlon (ens. 3).

FIG. 94 Répartition des habitats et des chemins des 1er et 2nd âge du Fer connus le long de la vallée de l’Orne, au sud du marais de Caen : 1 Fleury-sur-Orne / La Casse ; 2 Fleury-sur-Orne / Les Mézerettes ; 3-4 Fleury-sur-Orne / Parc d’Activités ; 5 Fleury-sur-Orne / Les Mézerettes ; 6 Ifs / La Dronnière ; 7 Ifs / Object’Ifs Sud (dernière tranche) ; 8 Ifs / Object’Ifs Sud (ens. 1) ; 9 Ifs / Object’Ifs Sud (ens. 2 et 4) ; 10 Ifs / Object’Ifs Sud (ens. 6) ; 11 Ifs / Object’Ifs Sud (ens. 5) ; 12 Ifs / Object’Ifs Sud (parcelle AR 67) ; 13- 14 Cormelles-le-Royal / Aire des Gens du Voyage ; 15 Mondeville / Le Haut-Saint-Martin ; 16 Mondeville / La Vallée Barrey ; 17 Mondeville / L’Étoile (ens. 1) ; 18 Mondeville / L’Étoile (ens. 2) ; 19 Mondeville / L’Étoile (ens. 3) ; 20 Mondeville / Le MIR ; 21 Cagny / Extension Décathlon (ens. 2) ; 22 Cagny / Extension Décathlon (ens. 1) ; 23 Cagny / Extension Décathlon (ens. 3).

© A. Dagand, M. Besnard, L. Le Gaillard.

143Du fait de cette proximité des exploitations entre elles, et peut-être d’une vue encore trop partielle malgré l’ampleur des décapages – pas moins de 20 ha à Mondeville, 15 ha à Ifs, une dizaine à Fleury… –, il devient difficile d’identifier les limites de chacune de ces exploitations prises dans un damier inégal de parcelles contiguës régies par des chemins communs. Si elle n’est la marque d’une gestion collective attestée, l’organisation d’ensemble révèle au minimum une gestion du sol très concertée. On aurait pu s’attendre à découvrir en parallèle, comme autre manifestation de cette cohésion, de grands ou assez grands cimetières communs. Au contraire, les quelques petits groupes funéraires de cinq à dix inhumations établis au croisement des chemins et au sortir des enclos (Ifs, Mondeville), mêmes mal datés parfois faute de mobilier, continuent à donner l’image d’une juxtaposition de petites exploitations familiales autonomes.

  • 32 Types 6A, 6C et 6D de Mondeville / L’Étoile (Besnard-Vauterin 2009a), formes A1 à A6 de Fleury-sur- (...)

144Dès cette période du milieu du iiie s. av. J.-C., d’assez profondes mutations se discernent également dans le domaine des mobiliers et notamment dans celui de la poterie. Si, dans ses grandes lignes, celle-ci épouse toujours les tendances générales du Nord de la France, on constate une très nette modification des partis stylistiques et technologiques : le Massif armoricain est semble-t-il dorénavant la première source d’inspiration, ou tout au moins il en est stylistiquement le plus proche. Les pièces anguleuses des siècles antérieurs notamment, ornées d’impressions digitées, font place dans ces dates à de nouveaux assemblages. Des formes mousses à profil en esse ornées de nouveaux motifs font leur apparition : cannelures labiales, décors en arabesques, brunissage, surfaces graphitées ou tentant d’en reproduire l’aspect… ; elles sont de plus en plus fréquemment réalisées à l’aide de nouveaux procédés technologiques : l’emploi du tour rapide et d’argiles gréseuses, et la cuisson à plus haute température. Pour l’intégralité des gisements de cette période mis au jour sur les plaines de Bayeux, de Saint-Lô, de Caen, de Falaise, d’Argentan ou d’Alençon, la série de référence reste celle de la phase III du Boisanne à Plouër-sur-Rance, dans les Côtes-d’Armor (Menez 1996), même si à partir du iie s. av. J.-C. quelques microrégionalismes apparaissent, avec les hauts vases tronconiques « de la plaine de Caen » par exemple, fréquemment décorés d’un bandeau supérieur, ou des jattes tronconiques dont la panse légèrement convexe32 les distingue de la forme 21 du Boisanne.

145Bien sûr, il est encore difficile de comprendre la coïncidence de dates entre l’expansion de l’habitat à partir du milieu du iiie s. av. J.-C. et les modifications stylistiques dont attestent les mobiliers, alors même qu’un certain nombre de fermes établies un siècle auparavant disparaissent (Fierville, Mosles / La Pièce du Pressoir et Mosles / La Vignette). Mais elle est pour le moins le signe d’un second bouleversement important dans l’histoire de l’âge du Fer en Basse-Normandie. Dans l’état actuel de notre recensement, la quasi-totalité des sites d’habitat fondés au iiie s. atteindra la Conquête.

4.5.4 De 200 à 50 av. J.-C., le visage de l’opulence

146En Basse-Normandie, si le milieu du iiie s. av. J.-C. apparaît comme un moment important dans le domaine de la création d’habitats, la fin du iie s. en est semble-t-il un autre tout aussi capital. Pas moins d’une quinzaine d’enclos sur les quarante-cinq enregistrés pour la séquence milieu iiie - milieu Ier s. semblerait avoir été créée à la fin du iie s. Le fait que les nouveaux habitats s’additionnent à ceux encore en place est en soi le meilleur indicateur de cette expansion. Cependant, l’essentiel des références chronologiques qui nous conduisent à ce découpage repose sur notre connaissance actuelle des mobiliers céramiques. Il est probable qu’en fait un certain nombre des installations s’échelonne un peu plus dans le temps et voit simplement le jour dans le courant du iie s. et au début du ier s. av. J.‑C. Dans cette mesure, il serait sans doute plus juste de voir dans ces créations le résultat d’une lente expansion des habitats de plaine depuis le milieu du iiie jusqu’au début voire jusqu’au milieu du ier s. av. J.‑C. Comme pour la très grande majorité des exploitations établies au iiie s., aucune de celles fondées au iieier s. av. J.-C. non plus ne sera abandonnée avant la Conquête. Là aussi, et sauf exception, le gabarit des établissements est assez standardisé : entre 2000 et 3000 m2 à l’origine. Sur les secteurs déjà mentionnés du Calvados, beaucoup de ces nouveaux sites s’intègrent dans le maillage des parcellaires et des établissements existants (enceintes, enclos, habitats…), comme à Mondeville / L’Étoile : ens. 2 (Besnard-Vauterin 2009a), Fleury-sur-Orne / CD 120 (San Juan 1994), Fleury-sur-Orne / Les Mézerettes (Lepaumier 2010), Mondeville / Le Haut Saint-Martin (Renault 1994), Aubigny / Déviation de la RN 158 (Jahier, Peuchet 1994) ou Cairon / Eléazar : enclos 3 (San Juan et al. 1999). Si la question se doit par prudence d’être maintenue, aucune section significative de parcellaire évoquant la conquête de nouveaux espaces à cette époque n’est clairement identifiée sur le secteur… Le scénario apparaît différent sur certaines zones de l’Orne et de la Manche dont nous avons une connaissance plus approximative. Malgré cela, à Buré / La Houssaye par exemple, dans l’Orne (Forfait 1997 ; Hincker, Forfait 1998 ; Hincker 2007), le parcellaire lié à l’habitat semble avoir été établi en même temps que lui au début du ier s. av. J.-C. Il semblerait que cela soit également le cas à Saint-Pellerin / La Fourchette II, dans la Manche (fin iie s. : Gondouin 1996), ou à Saint-Gatien-des-Bois / Le Vert Buisson, dans le Calvados (fin iie s. : Paris 1997a ; 1997b), mais aux abords de la vallée de la Seine cette fois-ci. Ceci induirait donc l’idée que des espaces demeuraient disponibles à la conquête à cette époque en Basse-Normandie, mais il est vrai sur des terrains argileux ou humides, de mise en culture plus difficile que les terrains souples et bien drainés de la plaine de Caen…

147Dans leurs grandes lignes, les caractéristiques des habitats fondés au cours du iie-ier s. av. J.-C. sur la plaine de Caen ne sont guère différentes de celles des habitats implantés précédemment. Là aussi, ce qui les caractérise le mieux est la présence de structures de stockage – fosses parallélépipédiques, greniers, caves ou souterrains selon les sites et les secteurs – qui les désignent en priorité comme de nouvelles unités agricoles.

148À en juger par leur aspect, la vie de ces fermes est prospère et elles dégagent des richesses, qu’elles aient été fondées au iie-ier s. av. J.-C. ou, plus anciennement, au début du iie, au iiie ou même au ive s. av. J.-C. pour les plus pérennes (Ifs / Object’Ifs Sud : ens. 5, Falaise / Expansia…). Pour autant, les mobiliers à notre disposition dans l’immédiat n’apparaissent pas aussi remarquables que ceux que l’on connaît par exemple dans l’Ouest et le Sud-Ouest pour la même époque et en milieu rural (armes, styles, ustensiles de toilette, mobilier de la maison : Nillesse 2003a). Les ustensiles autres que ceux ayant servi aux travaux des champs ou au fonctionnement général des exploitations restent des découvertes d’exception dans la région. C’est donc encore dans le soin apporté à leur architecture que se percevrait le mieux le prestige de ces petits domaines juchés à la tête de leur finage et n’hésitant pas, au fil du temps, à remodeler leur ceinture au moyen de fossés de plus en plus larges et de plus en plus profonds. C’est ainsi par exemple que les clôtures des établissements les plus anciens refaites au cours du iie-ier s. av. J.-C. sont toujours les plus puissantes. Manifestement, l’appropriation du sol est faite : la superposition des lignes de clôture ne montre guère autre chose que la difficulté à se détacher du lieu, l’impossibilité en somme à se défaire de ces espaces anciennement acquis ou conquis. En revanche, dans le laps de temps qui les sépare de la Conquête, certaines des exploitations édifiées au iiie voire même au ive s. – mais elles ne sont pas si nombreuses – iront jusqu’à doubler, tripler, voire dans certains cas quadrupler leur superficie. Cette augmentation de la surface se fera au cours du iie-ier s. av. J.-C., à l’exemple de l’ensemble 5 de Ifs / Object’Ifs Sud (Le Goff 2002), de l’ensemble 3 de Mondeville/L’Étoile (Besnard-Vauterin 2009a), de Falaise / Expansia (Besnard-Vauterin 2008) ou encore de Marcei / Le Maréchal (Jahier 2005a ; 2005b), dans l’Orne, plus éloigné donc, mais dans le prolongement sud de la plaine de Caen.

  • 33 Les données relatives aux composantes de ces enclos abordés uniquement dans le cadre de sondages pr (...)

149En dehors des indices d’une réalité foncière probable que constituent la restauration et l’augmentation du gabarit des clôtures tout au long de l’occupation des sites les plus anciens, les innombrables fosses de stockage associées aux habitats fondés du iiie au ier s. av. J.-C. constituent l’indicateur le plus tangible de leur opulence. On évoquera en premier lieu les séries de trente à soixante-cinq fosses des trois enclos de Mondeville / L’Étoile, près de Caen (Besnard-Vauterin 2009a), celles également nombreuses des enclos 2, 3, 4 et 6 du plateau de Thaon33 (San Juan et al. 1999) ou encore les caves boisées de Ifs / Object’Ifs Sud, dotées quant à elles d’une volée de marches et sans doute surmontées à l’origine d’une petite élévation de terre coiffée d’une toiture à deux pans (Le Goff 2002). Mais on retiendra également, bien que les sites soient un peu plus vastes (1 ha et 1,3 ha), la petite centaine de fosses de l’habitat de Saint-Martin-des-Entrées, près de Bayeux (Marcigny et al. 2004), organisées elles aussi en batteries le long des clôtures, et la cinquantaine de fosses parallélépipédiques identifiées sur celui de Mondeville / Le MIR (Leroy 1992). Exception faite des caves de Ifs, éventuellement destinées à d’autres denrées, ces réserves que l’on pense préférentiellement destinées au stockage du grain ou des légumineuses (Matterne 2009), témoignent les unes et les autres de la production très excédentaire de ces deux produits durant le iie et le ier s. av. J.-C., voire dès la seconde moitié du iiie s. si l’on se réfère au site de Saint-Martin-des-Entrées.

150Si dans leur ensemble ces exploitations rappellent le cas de figure de Courseulles par la concentration de structures de stockage que l’on y observe, leur interprétation pose souvent problème. Pour Mondeville / Le MIR (fig. 95) et Saint-Martin-des-Entrées, l’étendue des deux sites et leur organisation en plusieurs cours peut motiver la question d’un statut particulier : celui d’un petit habitat groupé de type hameau pour le premier, d’une éventuelle résidence aristocratique pour le second. Pour les autres sites, leur multiplicité d’abord, souvent couplée à une très grande proximité (200 à 300 m pour des sites avérés contemporains comme Ifs, Mondeville, Falaise ou Thaon), mais aussi leur relative uniformité, interdit d’y reconnaître une hiérarchie quelconque. On pourrait provisoirement les percevoir comme les annexes d’ensembles plus grands – seigneuries ou habitats groupés éloignés des zones d’exploitation par exemple –, ce qui correspondrait à un schéma de redistribution à courte ou moyenne distance en définitive assez comparable à celui qui est envisagé pour Courseulles.

FIG. 95 Mondeville / Le MIR.

FIG. 95 Mondeville / Le MIR.

© H. Lepaumier (d’après Leroy 1992).

151En dépit de leur superficie respective, et si l’on accepte malgré tout l’idée que Saint-Martin-des-Entrées et Mondeville / Le MIR sont d’un rang plus élevé que les sites qui les entourent, il ne semble pas qu’ils aient pu être les destinataires des productions de ces derniers. Plusieurs arguments donnent en effet à penser qu’ils avaient un rôle similaire de centralisation avant redistribution. L’habitat du MIR par exemple est distant de 300 m à peine des trois exploitations de Mondeville / L’Étoile (ens. 1, ens. 2, ens. 3 : fig. 94), ce qui rend bien improbable l’hypothèse selon laquelle les ressources, avant d’y être amassées, auraient transité par l’un de ces trois lieux. Par ailleurs, l’ensemble de Saint-Martin-des-Entrées ne garde pas trace – pas plus dans ses aménagements résidentiels que dans ses restes domestiques – du grand ou de l’assez grand nombre d’hommes que l’on s’attendrait à découvrir dans une résidence aristocratique ou un petit habitat groupé. On peut donc considérer que, pour la fin du iiie et le iie s. av. J.-C. subsiste un problème d’identification du débouché des ressources accumulées. Là encore, les faits sont têtus et aucun établissement n’est susceptible d’en avoir été destinataire antérieurement à la fin du iie s., qu’il s’agisse d’un habitat groupé ou d’une résidence aristocratique portant la trace d’un grand nombre d’occupants. Il faut attendre en effet la fin du iie et le début du ier s. av. J.-C. pour constater le retour de deux types d’habitat abandonnés près de trois siècles auparavant, au milieu du ve s. : des habitats que leurs dimensions et leur structuration assimilent à de vraies – ou de grandes – résidences aristocratiques et d’autres, souvent plus vastes, que l’on peut interpréter comme des habitats groupés de plaine et de hauteur. Toutefois, la distinction entre les deux reste parfois difficile, soit que la surface des uns et des autres, lorsqu’elle tourne autour de 2 ou 3 ha, ne permette pas de trancher, soit que les aménagements soient très nombreux sur des sites de faible étendue (1 à 2 ha), comme c’est le cas à Mondeville / Le MIR (Leroy 1992) et à Creully / Le Clos de l’Épinette (Jahier 2006). On évoquera en premier lieu comme éventuels sites destinataires de ces productions en Normandie à la fin du 2nd âge du Fer – sites que l’on peut aussi bien envisager comme site « client » que comme site « ordonnateur » –, les rares exemples avérés d’oppida, tels ceux de Castillon (35 ha) et de Saint-Désir (167 ha), dans le Calvados, ou celui du Petit-Celland (19 ha), dans la Manche (Delrieu, Giraud 2008). Les éléments qui y ont été identifiés ou collectés, quelquefois anciennement (Wheeler, Richardson 1957), sont souvent trop peu significatifs pour que l’on établisse à quel moment se situe exactement leur fondation au cours de La Tène finale. On peut donc dire qu’en l’état actuel de nos connaissances, il est difficile d’établir un lien entre les grands sites – qu’ils soient de plaine ou de hauteur – et ce que l’on identifie comme des exploitations aux extérieurs cossus réparties dans la campagne avant la fin du iie - début du ier s. av. J.-C. Plus insolite est la grande fortification de plaine de Saint-Germain-la-Blanche-Herbe / Les Hameaux de l’Abbaye (Jahier 1994 ; 1995b), cloisonnée et ceinturée sur plus de 5 ha par des douves de 6 à 8 m de large pour 4 m de profondeur, qui atteste elle aussi de l’existence de cette forme d’habitat en Normandie à cette période. Sur la rive sud de l’Orne cette fois-ci, et à peu près à la hauteur de Caen toujours, le site de Bourguébus / La Main Delle (Jahier 2001a ; 2002 ; 2003), plus ramassé (3 ha) mais abrité derrière des défenses comparables et organisé en plusieurs cours dont une pourrait correspondre à un fortin, peut également faire voir dans les exploitations disséminées alentours les dépendances d’une seigneurie locale. Ainsi, l’idée d’un réseau de production et de distribution, selon des modalités sans doute différentes de celles de Courseulles, s’impose avec de plus en plus de vraisemblance pour cette ultime période de l’âge du Fer. Mais la fouille des grands dispositifs dont ces exploitations ou possibles lieux de collecte dépendaient peut-être, ou vers lesquels étaient éventuellement dirigées les ressources à partir du ier s. av. J.-C., reste à réaliser pour le vérifier.

  • 34 Nous pensons ici à quelques premiers bilans présentés dans le cadre du colloque européen sur les «  (...)

152Pour l’heure en effet, l’idée d’une exportation à plus longue distance depuis ces exploitations est exclue par défaut d’information. D’une manière générale, les mobiliers d’importation restent rares en Normandie. Les témoins de ces relations demeurent encore totalement anecdotiques à l’échelle de la région, même si quelques fragments d’amphores disséminés dans l’estuaire de l’Orne (Deniaux 1980) ou la plaine d’Alençon (Verron 2000) apportent par exemple l’indication de contacts entre la Normandie et le Bassin méditerranéen dès le iiie s. av. J.-C., contacts dont il est bien difficile de mesurer l’ampleur. Pour la fin du iie et la première moitié du ier s. av. J.-C., les exploitations normandes, comme à l’écart des grandes transactions, ne regroupent au mieux que quelques dizaines de tessons par site, là où effectivement les fragments d’amphores Dressel 1 se comptabilisent par centaines ou par milliers dans les diverses régions du Nord de la France et de la côte atlantique : embouchure de la Loire, de la Bretagne ou de l’Île-de-France pour les plus proches (habitat de Fontenay-le-Comte / Les Gênats [Nillesse 2003a ; Poux, Nillesse 2003], habitat de Marcé / Hélouine et de Marcé / Le Deffroux [Nillesse 2003b], résidence aristocratique de Paule [Laubenheimer 1999 ; Laubenheimer et al. 2008], agglomération de Nanterre…34). Dans ce domaine aussi, la nécessité d’interroger les mobiliers conservés à l’intérieur des bourgades fortifiées et des sites pressentis comme plus prestigieux que l’échantillon restreint des habitats normands que nous venons de parcourir s’impose comme une priorité pour vérifier cet étonnant oubli de la Basse-Normandie dans des relations d’échanges à longue distance attestées presque partout ailleurs dès la fin du iie s. av. J.-C. (Fajon, Lepert 2000 ; Menez 2009 ; Viand et al. 2008…).

4.6 Conclusion : les dernières places de pouvoir ?

153Il a sans doute fallu des conditions très particulières pour que l’habitat rural, c’est-à-dire principalement ces enclos fossoyés de 2000 à 3000 m2 en moyenne capables tout au mieux d’accueillir une famille élargie, connaisse entre le ive s. av. J.-C. et la Conquête l’essor que les fouilles de ces vingt dernières années nous ont permis de mettre en évidence. Il ne s’agit d’ailleurs pas d’un phénomène propre à la Normandie mais d’une dynamique beaucoup plus vaste intéressant chaque contrée du Nord de la Gaule, comme le montrent les premiers résultats de « l’enquête nationale » présentée dans le cadre du colloque de Chauvigny (Blancquaert et al. 2009 ; Nouvel et al. 2009…) ou encore le nombre de publications disponibles à leur propos.

154Si les premiers enclos de ce genre se mettent bien en place en Basse-Normandie dès le vie s. av. J.-C. (Caen / Beaulieu, Cagny / Extension Décathlon), il ne fait guère de doute que le déploiement de ce nouveau type d’habitat à partir du milieu du ive s. av. J.-C. sur les zones les plus fertiles des plaines de Caen (Ifs / Object’Ifs Sud), de Falaise (Falaise / Expansia) et d’Argentan (Marcei / Le Marais), représente une certaine forme de rupture avec l’organisation d’avant. La systématisation autour de ces petites unités de clôtures plus ostentatoires que défensives, qui semblent donc surtout avoir eu une vocation foncière, ou dans un autre domaine la multiplication des structures de stockage dans leur enceinte, sont à la fois le signe d’une plus grande indépendance et celui d’une plus grande prospérité. En somme, très peu d’habitats présentaient ces caractéristiques auparavant en dehors de Courseulles, de Fleury-sur-Orne probablement ou de Basly plus anciennement encore, qui tous sont beaucoup plus vastes. Au-delà de l’aspect exponentiel du phénomène jusqu’à la Conquête, on insistera sur le fait que l’essor de ces unités coïncide avec l’abandon de sites comme ceux de Courseulles et de Fleury-sur-Orne / La Casse. On peut y voir, pour le moins, l’indication d’une refonte sans doute assez profonde de la société gauloise à ce moment-là.

155L’hypothèse d’un « certain recouvrement en Normandie entre la civilisation du Hallstatt et celle de La Tène » (Verron 2000 : 280), formulée à partir de l’observation des usages funéraires sur la région, c’est-à-dire l’éventualité d’un écho décalé aux grands bouleversements liés, à l’est, au déclin des principautés celtiques (Verney 1993), était une piste qui pouvait encore faire sens il y a quelques années. Il semblerait plus opportun aujourd’hui, à la lumière des résultats des premières prospections engagées sur les sites de hauteur du Calvados, de l’Orne et de la Manche (Delrieu, Giraud 2008), de l’associer à la désertion même de ces fortifications dont la fréquentation, lorsqu’elle a eu lieu au 1er âge du Fer, semble avoir été cantonnée aux phases finales de la période (Hallstatt D2 - Hallstatt D3) et s’être interrompue durant la première moitié du ve s. av. J.-C. Mais dans ce domaine aussi, les premières données sont tout juste en cours d’acquisition, et il est trop tôt pour valider totalement ce scénario à partir des premiers exemples régionaux que sont notamment Merri / le camp de Bierre (Delrieu 2009) et Commes / Le Mont Cavalier (Giraud 2008). On pourrait malgré tout juger ces deux sites concordants et même représentatifs, puisqu’aucune des neuf autres fortifications de hauteur récemment testées en Basse-Normandie ne semble avoir été occupée – ou réoccupée lorsqu’elles le furent auparavant à l’âge du Bronze – avant La Tène finale (Giraud, Boisson 2006 ; 2007 ; Delrieu, Giraud 2008 ; Delrieu, San Juan 2009). À l’appui de l’idée d’un hiatus au début du ve s. av. J.-C. en Normandie on évoquera également, pour un registre d’établissements plus petits et occupant des points plus modérés du relief, l’abandon du site de Basly / La Campagne, perçu grâce à sa position, à son architecture et à son dispositif funéraire comme une seigneurie de moindre rayonnement que les sites de hauteur précédemment évoqués. La création dans le même temps d’ensembles comme ceux de Fleury-sur-Orne et de Courseulles-sur-Mer ne fait que renforcer l’idée d’une modification radicale dans les composantes de l’habitat et donc d’une rupture des structures sociales, comme à l’est, durant la première moitié du ve s. av. J.-C., soit effectivement au moment de la transition entre le Hallstatt et La Tène.

156Pour autant, si l’on conçoit assez bien les différences qui ont pu exister entre des sites de hauteur véritables tels Merri et Commes qui administraient sans doute d’assez larges territoires, et des sites plus petits comme ceux de Basly et de Banville, implantés sur des points plus modérés du relief, il demeure relativement difficile de comprendre en quoi les structures de Courseulles et de Fleury qui s’implantent à leur suite sont à ce point différentes de ces derniers petits fiefs. Hormis l’absence de mobilier spécifique ou de monument dans l’emprise des fouilles propre à les désigner comme des places de prestige, ces nouvelles enceintes ne diffèrent guère, de fait, des petites résidences seigneuriales antérieures, ni sur le plan des dimensions qui restent voisines, ni sur le plan de l’architecture qui demeure monumentale et soignée, ni même, pour l’ensemble Courseulles-Basly-Banville par exemple, sur le plan géographique puisque les unes et les autres ne sont séparées que de quelques kilomètres (fig. 89 : 1, 18, 19). En d’autres termes, pourquoi la création des unes paraît-elle si étroitement liée à l’abandon des autres alors qu’elles se ressemblent tant et sont par ailleurs si proches ?

157La question paraît d’autant plus difficile à résoudre que l’on n’observe en parallèle ni modification profonde ni multiplication des autres composantes de l’habitat pour cette période. Les unités encloses de petite superficie sont toujours présentes et peu nombreuses (Cagny / Extension Décathlon), et les unités domestiques en aire ouverte sont toujours bien représentées, notamment si l’on en suit le rythme des unités funéraires, plus faciles à repérer (Ifs / Object’Ifs Sud : Le Goff 2002 ; littoral bas-normand : Verney 1993). On pourrait donc conclure qu’en définitive seuls les habitats au statut le plus élevé se trouveraient concernés par ces modifications au début du ve s. av. J.-C.

158Il est trop tôt pour proposer une interprétation univoque à cet état des choses. Mais, si l’on se réfère par exemple au fonctionnement des très grandes places de hauteur envisagé dans l’Est (Vix / Le Mont Lassois : Chaume 1997 ; Heuneburg : Kimmig 1983 cité dans Audouze, Buchsenschutz 1989), on peut penser que l’abandon des véritables fortifications de hauteur au début du ve s. av J.-C. en Basse-Normandie (Commes et Merri) s’accompagne ici aussi d’une refonte des territoires placés sous leur contrôle. Le fait que des habitats de moindre importance mais de statut malgré tout élevé, comme la seigneurie probable de Basly par exemple, soient désertés à la même époque n’est certainement pas non plus le fait du hasard. En effet, l’apparition des grandes enceintes quadrangulaires sur la région au même moment, c’est-à-dire comme en substitution aux places de plus haut statut fréquentées au vie s. av. J.-C., pourrait être perçue comme l’avènement d’une nouvelle aristocratie. Mais si l’on suit par exemple l’idée de la « lignée » si remarquablement évoquée pour Paule en raison de la pérennité du site (Menez 2009), on peut imaginer que des sites comme ceux de Courseulles et de Fleury aient été en fait les prolongements de places comme celles de Basly ou de Banville trouvant à cette date l’opportunité – ou éprouvant la nécessité – de se déplacer de quelques kilomètres vers des points plus centraux, plus accessibles ou simplement plus visibles, pour le contrôle d’une superficie de territoire accrue. Sous cet angle, Courseulles pourrait donc être perçu comme le nouvel habitat des occupants résidant auparavant à Basly ou à Banville… On serait alors dans le schéma d’une perduration des seigneuries ou des chefferies antérieures arborant une nouvelle enseigne : la grande enceinte quadrangulaire en zone dégagée, finalement tout aussi standardisée que l’éperon fortifié antérieur.

  • 35 Si l’on se reporte au récent inventaire des résidences à caractère aristocratique dressé par Y. Men (...)

159Le seul point qui nous empêche d’adhérer sans réserve à l’hypothèse selon laquelle il s’agirait des nouvelles résidences de l’aristocratie demeure bien sûr l’absence de mobiliers de prestige ou d’apparat sur nos deux exemples bas-normands ; des mobiliers propres par exemple à évoquer l’érudition, comme le laisse transparaître la statuaire de Paule (Menez 2009), ou le luxe, comme le donnent à voir la céramique peinte de Grisy-sur-Seine (Gouge, Leconte 2000) et les pièces d’importation de Barzan (céramique attique, bassin étrusque en bronze… : Robin, Tranoy 2004 ; Robin 2007 ; Robin et al. 2009). Force est de constater cependant que, même si l’effectif de notre étude est encore réduit, ces enceintes constituent les sites les plus vastes, les mieux structurés et les plus ostentatoires à notre disposition pour le ve et la première moitié du ive s. av. J.-C. dans la région – après les sites de hauteur, dont la chronologie toutefois ne couvre que le début de la période. Y voir les nouveaux lieux de l’aristocratie rejoindrait assez bien la tendance générale des observations faites par ailleurs dans le Nord de la Gaule qui de fait, même si cela n’en constitue pas pour autant une preuve, aboutissent toujours malgré tout – pour quelque époque que ce soit au sein de l’âge du Fer – à l’image d’un système social et politique fortement hiérarchisé (Audouze, Buchsenschutz 1989 ; Brun, Chaume 1997 ; Villes 2000 ; Baray 2003 ; Milcent 2004…). Il n’est pas exclu que d’ici quelques années, avec l’appui d’études statistiques plus nombreuses sur ce type d’habitat, c’est-à-dire avec l’aide de nouvelles fouilles, les qualités architecturales de ces enceintes suffisent sur le plan méthodologique à en démontrer le statut. Mais il serait à notre avis prématuré d’évacuer l’idée selon laquelle il ne pouvait s’agir que des entrepôts, certes fastueux, d’une aristocratie résidant peut-être ailleurs. À ce titre, la fouille des grandes fortifications de hauteur, même si aucune ne livre dans l’immédiat l’indication d’une occupation au-delà du début du ve s. av. J.-C., pourrait s’avérer déterminante si elle venait à mettre au jour les indices de périodes de fréquentation plus longues, c’est-à-dire parfaitement contemporaines des grandes enceintes quadrangulaires. Après l’abandon des enceintes au milieu du ive s. av. J.-C., l’absence de sites de cette ampleur jusqu’à la fin du iie s. av. J.-C. en Basse-Normandie – ou de sites affichant un statut plus élevé que celui des fermes relativement standardisées du milieu du ive à la fin du iie s. av. J.-C. – fait à l’évidence état d’une nouvelle tendance dans l’organisation de l’habitat. Il s’agit en soi d’une des orientations communes à une large part du Nord de la Gaule où, à part quelques cas de continuité sur les ive et iiie s. av. J.-C.35 comme Barzan, éventuellement Grisy-sur-Seine et Vermand (Lemaire et al. 2000), très peu de créations d’habitat de cette importance sont enregistrées pour le ive s. av. J.-C. Il n’est pas inintéressant d’ailleurs de remarquer que les sites de cette ampleur dans l’Ouest, mais peut-être plus spécifiquement ceux de Bretagne, feraient preuve d’une plus longue pérennité puisqu’au moins deux d’entre eux (Paule et Inguiniel, fondés au ve s. av. J.-C. : Tanguy 2000 ; 2006), contre 0 à l’est de la Seine, atteindront la réorganisation administrative des campagnes engagée sous Auguste. Paradoxalement, si la période des ive et iiie s. av. J.-C. qui suit l’abandon de ces places en Basse-Normandie semble devoir correspondre à une période de relative uniformité en terme de hiérarchie des habitats, elle est aussi une période d’apparente prospérité. Comme en beaucoup d’autres points de la Gaule, semble-t-il, la ferme aux extérieurs confortables, ceinte de clôtures fortes et ostentatoires, y constitue la norme entre le milieu du ive et la fin du iie s. av. J.-C. En d’autres termes, si les modifications intervenues au début du ve s. semblent surtout affecter les plus hauts niveaux du système, celles du milieu du ive s. intéressent plus certainement tous les échelons du dispositif. Cette nouvelle rupture dans l’organisation de l’habitat, que l’on peut d’ailleurs corréler à une modification des rites funéraires au même moment (abaissement de la pratique de l’inhumation et abandon de la plupart des cimetières et ensembles funéraires fondés aux vie et ve s. : Éterville, Ifs / Object’Ifs sud…), apparaîtrait presque de plus grande importance que les modifications enregistrées pour le début du ve s. av. J.‑C.

160Tout, en somme, à partir de l’abandon des grands sites de hauteur et des seigneuries comme Basly au début du ve s. av. J.-C., mais surtout à partir de l’abandon des grandes enceintes quadrangulaires comme Fleury et Courseulles au milieu du ive s., procéderait de la dilution ou de la dispersion des richesses et des pouvoirs, et ceci jusqu’à la fin du iie et au début du ier s. On passerait alors d’une structure aux composantes extrêmement diversifiées, probablement très hiérarchisée, combinant des sites de statut élevé à très élevé (sites de hauteur de Commes et de Merri) et des sites extrêmement modestes (unités domestiques en aire ouverte : Agneau / Bellevue ; Ifs / Object’Ifs Sud), à une structure nettement plus uniforme mais semble-t-il relativement riche qu’illustre à partir du ive s. av. J.-C. la généralisation des fermes encloses aux extérieurs prospères.

161Dans ce canevas, des sites comme ceux de Fleury et de Courseulles, placés à la période charnière entre les deux systèmes, qui continuent de jouer un rôle, au moins technique, de centralisation des ressources, n’offriraient plus qu’une sorte de répit à la structure d’antan. Finalement, c’est peut-être dans cette succession des formes de l’habitat en Basse-Normandie que se révélerait le mieux le statut social et économique de telles places qui ne semblent guère pouvoir correspondre à autre chose qu’aux entrepôts d’une élite. Et, s’il ne s’agit pas d’annexes fastueuses, il faudrait y voir les derniers fiefs d’une aristocratie, moyenne ayant probablement su, au début du ve s. av. J.-C., tirer parti du déclin des plus grands.

162Il ne fait guère de doute que, après la période de latence que nous avons vue entre le milieu du ive et la fin du iie s. av. J.-C., la réémergence à la fin du iie voire au début du ier s. de toute une gamme d’établissements n’ayant plus cours depuis près de trois siècles, est à nouveau la marque d’un réel bouleversement dans l’organisation de la société gauloise. Le ier s. av. J.-C., peut-être la fin du iie, voit effectivement renaître des résidences à caractère aristocratique probable comme celle de Bourguébus / La Main Delle, mais aussi des habitats groupés côtiers et de plaine tels ceux de Urville-Nacqueville / La Batterie Basse (Geilenbrugge-Peuchet 1996 ; Lefort, Marcigny 2009) ou de Saint-Germain-la-Blanche-Herbe / Le Clos Maulier - Zac de l’Abbaye. Dans ce domaine d’ailleurs, l’existence sporadique à partir du iiie s. av. J.-C. d’établissements un peu plus vastes (1 ha) que d’ordinaire et mieux dotés que d’autres en structures ou en mobiliers, tel celui de Saint-Martin-des-Entrées (Marcigny et al. 2004) avec ses multiples fosses de stockage, ou celui d’Orval / Les Pleines (Lepaumier et al. 2009) sur lequel on a mis au jour une tombe à char monumentale, pourraient être les premiers indices de la renaissance d’une aristocratie à cette période en Normandie. Mais il faut surtout souligner pour le iie-ier s. av. J.-C. dans la région, comme dans tout le Nord de la Gaule, la réapparition des sites de hauteur fortifiés dont certains, du fait de leur dimension peuvent recevoir le titre d’oppidum, comme Saint-Désir, près de Lisieux (167 ha), et Castillon (35 ha) dans le Calvados, voire Le Petit-Celland (19 ha), dans la Manche. Il est possible toutefois – mais les fouilles ne sont pas encore assez avancées pour le dire – qu’un certain nombre ne connaisse cette expansion qu’aux phases tardives de La Tène (La Tène D2), à l’instar du petit vicus d’Exmes, dans l’Orne, (3 ha à l’intérieur des fortifications de l’âge du Bronze). En dépit de nos efforts pour les mettre en évidence (Ifs / Object’Ifs Sud, Fleury-sur-Orne…), très peu d’unités domestiques en aire ouverte susceptibles d’évoquer le maintien en parallèle d’une population rurale plus indigente sont identifiées de façon certaine pour la fin du iie et le début du ier s. av. J.-C. Tout, au contraire, à partir de ces dates concourt à offrir l’image d’un essor global de l’habitat, des ressources en général (expansion des structures agricoles), du pouvoir mais aussi de la cohésion sociale. Tandis que les nouvelles résidences de prestige qui se mettent en place affermissent une hiérarchie probable entre les domaines, ceci au sein d’un paysage globalement enrichi si on le compare à celui du ve s. av. J.-C., les habitats groupés donnent surtout dès lors l’image d’une société d’une plus grande complexité sachant fédérer, au travers de ses bourgades, des territoires et des peuplements plus importants qu’auparavant.

163Cependant, mais les données dans ce domaine sont encore extrêmement peu nombreuses, on ne peut qu’être surpris par l’implantation des sites de très grande importance que sont les oppida sur des positions systématiquement occupées par ailleurs par les vestiges a priori plus anciens d’une fortification de type éperon barré et par une enceinte quadrangulaire de l’ordre de 1 ha morphologiquement comparable à celle de Courseulles ou de Fleury-sur-Orne (fig. 89 : 4, 23, 35, et 14, 32, 36), mais aucune il est vrai, faute de fouilles, n’est encore datée. En dépit de l’apparente uniformité de l’habitat à partir du ive s. av. J.-C., ceci pourrait placer la région au cœur du débat sur la transmission des pouvoirs et des richesses ; pouvoir qui, dans l’exercice difficile que constitue le passage « de la chefferie à l’État » (Pion 1990), semblerait malgré tout avoir été tenu, de la fin du vie s. jusqu’à la Conquête, sinon par les mêmes mains, comme à Paule, tout au moins dans les mêmes lieux. Pour ce premier groupe de sites, il s’agirait donc d’une évolution plus conforme aux schémas identifiés à l’est, où se repèrent les mêmes ruptures, qu’à ceux en cours de définition sur la péninsule Armoricaine, pourtant plus proche, où la gamme des habitats élevés fait montre, en comparaison, d’une étonnante continuité (Menez 2009).

164À l’heure donc où l’on pourrait penser que les habitats de l’âge du Fer dans le Nord de la Gaule nous ont donné tout ce qu’il était possible d’espérer, ce bilan, qui ne saurait être autre chose que local et provisoire, montre avant tout l’importance qu’il y aura d’une part à interroger dans les prochaines années ces curieux assemblages conservés sur les hauteurs normandes (enceinte quadrangulaire, éperon fortifié, oppidum), et d’autre part à maintenir un effort de fouille sur les exploitations plus simples, ceci sur des espaces géographiques cohérents, de façon à identifier leurs bornes chronologiques, l’organisation des unes par rapport aux autres, leurs schémas d’évolution et leurs complémentarités éventuelles. Dans ce domaine, nous sommes loin d’avoir atteint les limites de la connaissance ; il serait sûrement plus réaliste de dire qu’en la matière les recherches ne font que commencer.

Notes

1 Comm. orale, Y. Menez : table ronde de l’UMR 6566 du CNRS, Rennes, 1er avril 2004.

2 Ces dernières n’excluant d’ailleurs pas nécessairement le fait cultuel dans leur emprise, comme l’ont montré les travaux de P. Méniel et de G. Auxiette sur quelques habitats des 1er et 2nd âge du Fer du Nord de la France (San Juan et al. 1994 ; 1999 ; Brunaux, Méniel 1997 ; Viand et al. 2008…).

3 Comm. orale, G. San Juan.

4 Diagnostiqué en 2007, le site est actuellement en cours d’étude par C. C. Besnard-Vauterin.

5 Le comte de Caylus l’aurait évalué en 1761 à 100000 m3, Bernard Edeine en 1938, à 80 000 m3 (Delrieu 2007a).

6 – Aujourd’hui Port-en-Bessin.

7 – L’effectif de Mondeville / L’Étoile, avec une cinquantaine d’individus répartis en deux agrégats et seulement une dizaine de parures pour son attribution chronologique, est difficile à classer. On peut de fait tout autant y voir, pour l’heure, l’effectif d’un groupe familial inhumé là sur une assez longue durée que celui d’une communauté restreinte comptant au moins deux unités dont la nature reste à définir : familiale, sociale, religieuse…

8 L’ensemble de Mondeville / La Vallée Barrey, abordé au début du xxe s., comptait une soixantaine de sépultures dans la vue très partielle qu’en offraient les travaux à l’origine de la découverte.

9 Il est possible que la nécropole de Nonant-le-Pin, dans l’Orne, pour laquelle il est fait mention de « plusieurs centaines de tombes » ait appartenu à ce même type de formation. Mais il s’avère difficile de savoir aujourd’hui si, en définitive, toutes les tombes de cet ensemble concernaient exclusivement le 1er âge du Fer (Verney 1993).

10 Si les populations de Basly et d’Éterville étaient classées suivant les mêmes critères, et bien que cette séquence nous semble un peu large pour que ce que l’on pressent de la « maturité sociale » à l’âge du Fer, le ratio de mortalité pour la tranche 1-19 ans serait de 43 % à Basly et de 55 % à Éterville.

11 – I. Jahier et S. Pluton-Kliesch, en cours d’étude.

12 – Pour rappel, la surface d’exploitation minimum liée à l’approvisionnement des réserves de Courseulles est évaluée à 45 ha.

13 – L’éventualité que les grands sites de hauteur fortifiés de la péninsule armoricaine aient correspondu à des habitats temporaires (Giot et al. 1995), qui plus est dotés de grands espaces vides capables d’abriter une large population en cas de conflit ou du bétail (Giot et al. 1995 ; Menez 2009…), pourrait sans le contredire complexifier le scénario ; notamment si l’on imagine une population précisément cultivatrice une partie de l’année – de la récolte aux semailles – et « villageoise » une autre…

14 Exception faite du département de la Manche, encore trop peu documenté.

15 Cette notion, qui recouvre le Bronze final IIIb et le Hallstatt ancien faute de césure claire entre les deux périodes en Normandie, a été validée à l’occasion notamment de la table ronde sur « L’âge du Bronze en Normandie » tenue à Rouen en 2005 (Marcigny et al. 2005b). Le dépôt de Trelly, dans la Manche (Verney 1999), qui associait des haches à douille de type armoricain à des fragments de bracelets à bossettes et « en engrenage » attribuables au vie s. av. J.-C., peut être considéré comme l’un des témoins de cette césure entre les traditions de l’âge du Bronze et celles de l’âge du Fer, césure tardive dans la région (Verron 2000). Le dépôt de Kergariou (Menez et al. 2008), récemment mis au jour dans le Finistère, appelle les mêmes conclusions.

16 Fouille inédite A. Chancerel, mentionnée dans Marcigny et al. 2005c.

17 J.-P. Giraud, en cours d’étude

18 – Sur la remise en cause d’une assimilation d’influences orientales, on peut aussi se reporter aux remarques de P.-Y. Milcent à propos des mobiliers céramiques du Centre (Milcent 2006).

19 La Cambe / Le Trévent et Ifs / La Dronnière (Verney 1993) ; Saint-Côme-de-Fresné (Martin 1727 cité dans Verron 2000 : 254) ; Basly (San Juan, Le Goff 2003).

20 La Cambe / Le Trévent et Saint-Pierre-sur-Dives / le long de la Dives (Verney 1993) ; ainsi que leur dérivé local aux sphères déportées : Caen / Vaucelles (Verney 1993) ; Basly (San Juan, Le Goff 2003) ; Courseulles-sur-Mer / La Fosse Touzé.

21 Ifs / La Dronnière (Verney 1993).

22 – Saint-Pierre-sur-Dives / le long de la Dives (Verney 1993).

23 Mondeville / La Vallée Barrey (dit aussi Le Champ Fourou) ; Saint-Martin-de-Fontenay / La Coite (Verney 1993 ; Pilet 1994).

24 Saint-Pierre-sur-Dives / le long de la Dives ; La Cambe / Le Trévent (Verney 1993) ; Ifs / Object’Ifs Sud (Le Goff 2002) ; Courseulles-sur-Mer/La Fosse Touzé ; Éterville/Le Clos des Lilas (Jahier, en cours d’étude).

25 Comme ceux de Berry-au-Bac / Le Vieux Tordoir, Saint-Gibrien / Dessus du Vieux Pont ou Cuiry-les-Chaudardes/Les Fontinettes.

26 – Saint-Martin-des-Entrées / Le Parc sur l’Herbage et Bourguébus / La Main Delle, sur lesquels se retrouvent des mobiliers plus spécifiques à ce statut (amphores, broche à rôtir, moule d’accessoires vestimentaires en bronze…), et peut-être celui plus énigmatique de Mondeville / L’Étoile (site 1), car il n’atteint que 2500 m2 enclos et ne présente en comparaison que peu de mobilier.

27 Il est cependant assez difficile de savoir si les batteries de silos, dont le genre semble perdurer davantage (Soupir / Le Champ Grand Jacques, La Tène B : Gransar 2002), remplissaient exactement les mêmes fonctions socio-économiques que les ensembles pourvus de batteries de greniers, d’une clôture monumentale et de très peu d’unités d’habitation.

28 – En Bretagne : Quimper / Le Camp de Kercaradec à Penhars (5 ha), dans le Finistère ; et peut-être Carnac / Lizo, dans le Morbihan (Giot et al. 1995). En Pays-de-la-Loire : Apremont / Le Camp du Moulin des Vignes (12 ha), en Vendée, dont les niveaux anciens à proximité du barrage peuvent être attribués à cette période (Levillayer 2009). En Poitou-Charente : Aslonnes / Le Camp Allaric (2,5 ha), Lussac-les-Châteaux / Le Camp Cornoin (10 ha) et peut-être Quinçay / Le Camp de Séneret (100 ha), dans la Vienne ; et Merpins / le bourg, en Charente. En Aquitaine : peut-être Saint-Étienne-de-Lisse / Niord, en Gironde (Maitay 2009). En Limousin : Aubusson/Le Camp des Chastres (14 ha) et peut-être Sainte-Feyre / Le Puy de Gaudy, dans la Creuse.

29 Seule la reprise de fouilles sur les sites de hauteur locaux et les grandes enceintes quadrangulaires émaillant la plaine et les collines normandes, à la recherche notamment d’indices exogènes, sera à même de préciser l’implication que pouvaient avoir ces étranges plateformes de collecte dans un schéma d’organisation encore très théorique.

30 Avec à présent celle de Paule (Menez 2009), postérieure à la rédaction de ces lignes.

31 Ces nécropoles coexistaient cependant avec des ensembles plus restreints, à dimension familiale, bien que portant parfois la marque d’un statut élevé – à Basly par exemple.

32 Types 6A, 6C et 6D de Mondeville / L’Étoile (Besnard-Vauterin 2009a), formes A1 à A6 de Fleury-sur-Orne / CD 120 (San Juan et al. 1994).

33 Les données relatives aux composantes de ces enclos abordés uniquement dans le cadre de sondages programmés, proviennent de l’analyse de clichés aériens. Si les fosses y apparaissent relativement nombreuses (dix à vingt-cinq par enclos) et grandes, il demeure difficile sans le recours à un décapage d’en déterminer le nombre de façon précise.

34 Nous pensons ici à quelques premiers bilans présentés dans le cadre du colloque européen sur les « Itinéraires des vins romains en Gaule » organisé par l’UMR 5140 et tenu à Lattes au début de l’année 2007, dont seuls les résumés des communications sont pour l’heure disponibles. On évoquera, dans l’ordre de leur présentation, celui sur le « vin romain dans la péninsule armoricaine » avec le cas de la forteresse de Paule (Y. Menez, F. Laubenheimer), celui sur les « Importations et consommation du vin dans l’ouest parisien – Yvelines, Val-d’Oise et Essone – de La Tène à Auguste » (F. Laubenheimer, Y. Barat), et celui sur « La consommation des vins italiens chez les Sénons, les Meldes et les Parisii aux IIe et Ier s. av. J.-C. » (J.-M. Séguier).

35 Si l’on se reporte au récent inventaire des résidences à caractère aristocratique dressé par Y. Menez (Menez 2009).

Table des illustrations

Titre FIG. 85 Levée axonométrique des vestiges de la phase 4.
Crédits © I. Jahier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19993/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre FIG. 86 L’enceinte quadrilatérale de Fleury-sur-Orne / La Casse (Calvados). Superficie : 1 ha.
Crédits © J. Desloges.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19993/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre FIG. 87 Quelques grandes enceintes d’Europe tempérée datées des vie-ve s. av. J.-C., tantôt perçues comme celles d’habitats tantôt comme celles de sanctuaires : 1 Gallows Hill, phase ancienne (sanctuaire ?) [Bradley 2005] ; 2 Courseulles-sur-Mer ; 3 Droužkovice (Smrž 1996) ; 4 Whitton (Cunliffe 1987) ; 5 West Brandon (Cunliffe 1987) ; 6 Paule, phase I (Menez, Arramond 1998) ; 7 Winnall Down, phase 1 (Collis 1990) ; 8 Old Down farm, phase 1 (Collis 1990) ; 9 Little Woodbury (Audouze, Buchsenschutz 1989) ; 10 Gussage All Saints, phase 1 (Collis 1990).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19993/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre FIG. 88 Évocation de l’enceinte de Droužkovice, en Bohème (Smrž 1991 : 185).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19993/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre FIG. 89 Principales fortifications de hauteur et grandes enceintes quadrangulaires du Calvados.
Légende 1 Courseulles-sur-Mer / La Fosse Touzé ; 2 Fleury-sur-Orne / La Casse.3 Cricqueville-en-Bessin ; 4 Le Tronquay ; 5 Ondefontaine ; 6 Danvou-la-Ferrière ;7 Campandré-Valcongrain ; 8 Le Plessis-Grimoult ; 9 Campandré-Valcongrain ;10 Martainville ; 11 Moulines ; 12 Ouistreham ; 13 Villiers-sur-Mer ;14 Manerbe ; 15 Mittois ; 16 Saint-Martin-de-Fresnay.17 Commes ; 18 Banville / La Burette ; 19 Basly / La Campagne ; 20 Trois-Monts ; 21 Merri.22 Saint-Jean-de-Savigny ; 23 Castillon ; 24 Blainville-sur-Orne ; 25 Hottot-les-Bagues ; 26 Curcy-sur-Orne ;27 Soumont-Saint-Quentin ; 28 Moult ; 29 Dozulé ; 30 Cambremer ; 31 Beuvron-en-Auge ;32 Ouilly-le-Vicomte ; 33 Le Mesnil-Simon ; 34 Saint-Martin-de-Fresnay / Écots.35 Castillon ; 36 Saint-Désir.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19993/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre FIG. 90 Exemple d’enceinte quadrangulaire bas-normande délimitée par des talus : Danvou-la-Ferrière / Bois de la Ferrière.
Crédits © A. Dagand (d’après Bernouis, San Juan 1994).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19993/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre FIG. 91 Carte des grandes enceintes quadrilatérales de type Viereckschanze identifiées sur le territoire français (d’après Buchsenschutz 1984 : 232), enrichie des sites de Fleury-sur-Orne et de Courseulles-sur-Mer. Le positionnement des communes mentionnées a été vérifié grâce au SIG de l’IGN.
Légende 1 Bouillancourt-en-Séry 2 Remilly-les-Pothées 3 Gournay-sur-Aronde 4 Longueil-Annel 5 Nampcel 6 Ouistreham 7 Saint-Martin-Saint-Firmin 8 Illeville-sur-Monfort 9 Condé-sur-Risle 10 La Londe 11 Montaure 12 Le Vaudreuil 13 Plasnes 14 Serquigny 15 Grosley-sur-Risle 16 Le Mesnil-Fuguet 17 Bosguérard-de-Marcouville 18 Incarville 19 Louviers 20 Le Mesnil-Jourdain 21 Bois-Jérôme-Saint-Ouen 22 Vienne-la-Ville 23 Lampertsloch 24 Le Plessis-Grimoult 25 Brieux 26 Conches-en-Ouche 27 Champigny-la-Futelaye 28 Saint-André-de-l’Eure 29 L’Habit 30 Champigny-la-Futelaye 31 Champigny-la-Futelaye 32 Taverny 33 Haboudange 34 Boucé 35 Francheville 36 Naix-aux-Forges 37 Villey-Saint-Étienne 38 Liverdun 39 Champsecret 40 Francheville 41 Saint-Rémy-sur-Avre 42 Rambouillet 43 Rambouillet 44 Rambouillet 45 Verrières 46 Benney 47 Benney 48 Oisseau-le-Petit 49 Origny-le-Butin 50 Origny-le-Butin 51 Le Gué-de-la-Chaîne 52 Saint-Martin-du-Vieux-Bellême 53 Courcelles-sur-Blaise 54 Séglien 55 Plonéour-Lanvern 56 Lizio 57 Ingrannes 58 Chambon-la-Forêt 59 Nibelle 60 Nibelle 61 Paucourt 62 Amilly 63 Plaudren 64 Elven 65 Azé 66 Vion 67 Vievy-le-Rayé 68 La Colombe 69 Autainville 70 Saint-Laurent-des-Bois 71 Saint-Laurent-des-Bois 72 Saint-Laurent-des-Bois 73 Lorges 74 Briou 75 Lorges 76 Lorges 77 Séris 78 Marcilly-en-Villette 79 Boismorand 80 Arbecey 81 Le Louroux-Béconnais 82 Beauvau 83 Blois 84 Offemont 85 Le Plessis-Macé 86 La Breille-les-Pins 87 La Breille-les-Pins 88 La Breille-les-Pins 89 Rivarennes 90 Vheverny 91 Santoche 92 Le Fief-Sauvin 93 Beaupréau 94 Noyant-la-Plaine 95 Morthomiers 96 La Romagne 97 Baugy 98 Mornay-Berry 99 Saint-Saulge 100 Limanton 101 Goux 102 Falletans 103 Lavans-Vuillafans 104 Villedieu-sur-Indre 105 Vineuil 106 Saint-Maur 107 Montierchaume 108 Saugy 109 Ineuil 110 Château-sur-Allier 111 Saint-Martin-du-Fouilloux 112 Jazeneuil 113 Rouillé 114 Nouaillé-Maupertuis 115 Parnac 116 Chaillac 117 Pouligny-Notre-Dame 118 Saint-Saturnin 119 Saint-Sauvant 120 Saint-Léger-Magnazeix 121 Lourdoueix-Saint-Pierre 122 Cheniers 123 Chaunay 124 Joussé 125 Mauprévoir 126 Charroux 127 Genouillé 128 Pleuville 129 Arnac-la-Poste 130 Pionnat 131 Moragne 132 Benest 133 Champagne-Mouton 134 Chassiecq 135 Cellefrouin 136 Montrollet 137 Brigueuil 138 Saint-Gence 139 Lafat 140 Saint-Georges-la-Pouge 141 Amplepuis 142 Pont-l’Abbé-d’Arnoult 143 Mainxe 144 Chasseneuil 145 Chasseneuil 146 Le Lindois 147 Verneuil-sur-Vienne 148 Châteauneuf-la-Forêt 149 Saint-Pierre 150 Espartignac 151 Rosiers-d’Égletons 152 Sérandon 153 Fleury-sur-Orne 154 Courseulles-sur-Mer
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19993/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre FIG. 92 Les différentes formes de l’habitat de plaine identifiées en Basse-Normandie pour la fin du 1er et le début du 2nd âge du Fer.
Crédits © I. Jahier, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19993/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre Fig. 93 Le rempart de pierres du camp de Bierre à Merri (Orne).
Crédits © F. Delrieu.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19993/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre FIG. 94 Répartition des habitats et des chemins des 1er et 2nd âge du Fer connus le long de la vallée de l’Orne, au sud du marais de Caen : 1 Fleury-sur-Orne / La Casse ; 2 Fleury-sur-Orne / Les Mézerettes ; 3-4 Fleury-sur-Orne / Parc d’Activités ; 5 Fleury-sur-Orne / Les Mézerettes ; 6 Ifs / La Dronnière ; 7 Ifs / Object’Ifs Sud (dernière tranche) ; 8 Ifs / Object’Ifs Sud (ens. 1) ; 9 Ifs / Object’Ifs Sud (ens. 2 et 4) ; 10 Ifs / Object’Ifs Sud (ens. 6) ; 11 Ifs / Object’Ifs Sud (ens. 5) ; 12 Ifs / Object’Ifs Sud (parcelle AR 67) ; 13- 14 Cormelles-le-Royal / Aire des Gens du Voyage ; 15 Mondeville / Le Haut-Saint-Martin ; 16 Mondeville / La Vallée Barrey ; 17 Mondeville / L’Étoile (ens. 1) ; 18 Mondeville / L’Étoile (ens. 2) ; 19 Mondeville / L’Étoile (ens. 3) ; 20 Mondeville / Le MIR ; 21 Cagny / Extension Décathlon (ens. 2) ; 22 Cagny / Extension Décathlon (ens. 1) ; 23 Cagny / Extension Décathlon (ens. 3).
Crédits © A. Dagand, M. Besnard, L. Le Gaillard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19993/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre FIG. 95 Mondeville / Le MIR.
Crédits © H. Lepaumier (d’après Leroy 1992).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19993/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 51k

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search