Version classiqueVersion mobile

L’enceinte des premier et second âges du Fer de La Fosse Touzé (Courseulles-sur Mer, Calvados)

 | 
Ivan Jahier

Chapitre 3. Le mobilier

Ivan Jahier, Xavier Savary, Jean-Hervé Yvinec et Emmanuel Ghesquière

Résumé

Les mobiliers, issus des diverses structures en creux mais aussi des lambeaux de sols, sont manifestement ceux d’un habitat. On y dénombre 2200 restes de faune, dont l’analyse donne une bonne image de la composition du cheptel et autorise plusieurs comparaisons avec les restes identifiés sur d’autres sites de cette période étudiés dans l’Ouest et le Nord de la France. La céramique, forte de 10500 tessons, présente pour sa part tout autant d’affinités avec le domaine armoricain qu’avec le Bassin parisien. Elle constitue à ce titre un référentiel inédit d’association des deux faciès au sein d’ensembles clos et permet ainsi plusieurs rapprochements entre collections « occidentales » et « orientales ». En dépit de divergences chronologiques, plusieurs autres rapprochements sont à faire avec le Sud de la Grande-Bretagne. L’ensemble, qui fonde l’attribution chronologique du gisement, peut-être attribué aux ve et ive s. av. J.-C. L’analyse pétrographique des pâtes répond à la question, cornélienne, du choix entre influence stylistique et échange de produits finis. Les restes métallurgiques traduisent de leur côté le résultat d’une production d’objets en cuivre intégrant le recyclage de pièces anciennes. L’ensemble se voit enrichi d’un modeste instrumentum où se reconnaissent malgré tout les outils et accessoires ayant trait à la meunerie, à la saunerie (consommation), au filage, au tissage et, peut-être, à la pêche et à la boucherie.

Texte intégral

1En dépit de la relative ampleur du site, le mobilier recueilli sur l’établissement de Courseulles est peu abondant. À peu près 10 500 tessons équivalant à un poids total de 65 kg, 2 200 restes de faune atteignant une masse de 33 kg et 1 500 silex taillés, c’est ce qui fut recueilli à hauteur de l’enceinte et de ses annexes techniques et agricoles. S’y ajoute, cette fois-ci sur l’enceinte essentiellement, une masse relativement conséquente de nodules et fragments d’argile rubéfiés, évaluée à 1 200 fragments représentant un peu moins de 8 kg. C’est assez peu pour ce qu’on était en droit d’attendre de cet habitat de 1 ha enclos, mais tout de même plus que les collections issues de certains autres grands habitats de l’âge du Fer du Nord de la France. À titre de comparaison, on peut rapidement évoquer pour les quelques sites où ces décomptes sont portés à notre connaissance : le corpus de la phase I de Paule, Côtes-d’Armor, ve-ive s. av. J.-C. (2622 tessons, 171 g de restes de faune : Menez 2009 : 87), la collection du Boisanne, également dans les Côtes-d’Armor (9 000 tessons, 1 369 restes de faune, toutes phases confondues : Menez 1996), ou encore la ferme de Jaux / Le Camp du Roi, dans l’Oise (2 047 tessons, 1 292 restes de faune : Malrain et al. 1996b).

2En dehors des outils attachés à la série de silex taillés, dont l’attribution chronologique pose encore problème, l’instrumentum de Courseulles par lui-même est extrêmement réduit. Celui-ci, qui témoigne de diverses activités domestiques et peut-être artisanales sur le site – entretien, intendance, mouture, filage, tissage, pêche (?)… – ne se constitue que d’une vingtaine de pièces en métal, en terre cuite, en os et en pierre. Les fragments de meules à eux seuls représentent déjà le tiers de ce maigre corpus (6 unités).

3Au sein des résidus et des déchets en vrac peuvent être mentionnées d’innombrables pierres brûlées investissant la plupart des remplissages et jonchant les sols d’occupation. De façon plus discrète, on dénombrera également quelques scories et déchets de bronze – ou d’un alliage à base de cuivre – témoignant davantage d’une ou plusieurs activités métallurgiques sur le site. Les macrorestes végétaux sont demeurés pour leur part extrêmement discrets et se résument aujourd’hui à un 1/4 l à peine de charbon de bois. On notera enfin pour le domaine de la toilette ou du paraître, outre les 16 parures annulaires en bronze, en fer et en métal plombifère de la sépulture 2010, la présence erratique de quelques ornements et éléments vestimentaires isolés, souvent de simples fragments, en bronze et en lignite.

3.1 Cadre technique et opératoire

3.1.1 Technique de fouille et de décompte

4Avant d’aborder le détail du matériel, il est important de rappeler le cadre technique de la fouille comme celui du décompte des artéfacts, dans la mesure où toutes les structures n’ont pas bénéficié du même niveau d’exploration. Les fosses placées à l’intérieur de l’enceinte ont par exemple été fouillées à 100 % de leur volume conservé ; les fossés, soit 500 m linéaires avec ceux de l’espace agricole, l’ont été à environ 80 % tandis que les trous de poteau relatifs aux fondations d’édifices et les lambeaux de sols ne l’ont été qu’à environ 12 %. En termes de pourcentage toujours, le volume fouillé des fosses ne représente qu’environ 5 % du volume fouillé des fossés, et celui des trous de poteau et des lambeaux de sols est évalué à 0,001 % du total…

5Toutes les structures n’ont pas non plus fait l’objet du même type d’investigation. Les fosses et les trous de poteau ont en effet été fouillés à la main, tandis que les fossés l’ont été pour l’essentiel à la pelle mécanique. Le nombre de fragments ou de tessons ne pouvait guère être utilisé en conséquence comme base de comptage, dans la mesure où les artéfacts, selon qu’ils ont été prélevés à la truelle ou au godet, présentent un degré de fragmentation très différent. Dans le cadre d’une approche comparative selon le milieu de conservation, entre fosses et fossés par exemple, le critère du poids est donc apparu plus fiable pour les matériaux fragiles – poterie, ossements, argile cuite – que celui du nombre de fragments. Pour le silex, le bronze et le fer, dont la plus grande résistance naturelle et la petite dimension des pièces assurent une plus grande intégrité aux objets dans la durée, le décompte a été réalisé à l’unité. Il est possible, notamment pour les sondages mécaniques pourtant suivis avec assiduité, qu’une large proportion de ces pièces centimétriques ait échappé à notre vigilance. Il n’en demeure pas moins que, dans sa globalité, l’échantillon de mobilier recueilli paraît susceptible de révéler quelques-unes des affinités culturelles de l’établissement et, sur un plan plus pratique, certains aspects des modes de subsistance de ses occupants.

3.1.2 Répartition, densité

6Sur les 106 kg de matériel recueilli, exclusion faite du silex et du lithique en général (meules, galets, etc. dont le comptage s’est réalisé à la pièce : cf. infra, § 3.6), 58,3 kg, c’est-à-dire environ 55 %, provient du comblement des fosses. À ce chiffre pourrait être opposé le fait que les fosses ont été fouillées à la main, et les fossés à la pelle mécanique pour leur plus large part. Cependant, malgré la différence de type de fouille, la comparaison des proportions nous paraît signifiante. En effet la mise en regard de cette proportion de matériel provenant des fosses – plus de la moitié – et des volumes fouillés, de l’ordre de vingt fois inférieurs pour les fosses que pour les fossés, laisse entrevoir de réelles disparités dans le choix des zones de rejet. Nous pouvons ainsi affirmer que la plus large proportion des rejets s’est effectuée à Courseulles dans les fosses situées à l’intérieur de l’enceinte. Les derniers endroits par le nombre à accueillir des vestiges (env. 1 %), sont les lambeaux de sols d’occupation au niveau de l’entrée principale, les limons dans la partie orientale de l’enceinte – matériel enregistré par carré – et les trous de poteau.

7Les cartes de répartition des mobiliers par types ne montrent pas d’unité évidente entre les quatre catégories les mieux représentées que sont la poterie, les restes de faune, le silex taillé et les argiles cuites, ni une dispersion uniforme des artéfacts sur le gisement (fig. 74). Plusieurs zones restent en effet clairsemées, d’autres au contraire accueillent des concentrations bien marquées, au bénéfice parfois d’un certain type de mobilier seulement. Les tessons de poterie sont par exemple nettement plus nombreux dans les fosses, à hauteur de 44 kg contre 19,5 kg dans les fossés, ce qui équivaut à un rapport de 70 % pour les fosses et de 30 % pour les fossés. Les fosses ont donc constitué des points de rejet privilégiés pour ce type de mobilier. Les restes de faune et les silex taillés au contraire, en dehors de deux concentrations plus importantes dans les grandes fosses parallélépipédiques (1096, 1295) installées au centre de l’aire résidentielle, sont mieux représentés dans les fossés : 13 kg d’ossements dans les fosses contre 19 kg dans les fossés, soit un rapport de 40 % dans les fosses contre 60 % dans les fossés ; et 479 silex taillés dans les fosses pour 873 dans les fossés, soit un rapport de 35,5 % dans les fosses pour 64,5 % dans les fossés.

FIG. 74 Cartographie synthétique de la répartition des principaux mobiliers sur le gisement (à l’intérieur de l’enceinte, une mesure par structure ; dans les fossés, une mesure par sondage).

FIG. 74 Cartographie synthétique de la répartition des principaux mobiliers sur le gisement (à l’intérieur de l’enceinte, une mesure par structure ; dans les fossés, une mesure par sondage).

© M. Dupré, L. Le Gaillard, A. Dagand.

8Néanmoins, en dépit de quelques zones de plus forte densité le plus souvent produites par une fouille manuelle de ces sections (zones m : fig. 74b‑c), la répartition des ossements et des silex taillés dans les fossés épouse globalement celle de la céramique (fig. 74a). Les plus fortes densités se retrouvent là aussi à la hauteur des passerelles et à la terminaison sud-ouest du fossé de ceinture, dans les couches sédimentaires liées au fonctionnement du réseau à ciel ouvert (C1, C5, C9b du fossé de ceinture, C2 et C6 du fossé interne, étapes 1, 2c et 3b de l’évolution des fossés [cf. supra, § 2.1.1.3] correspondant aux phases 1, 2 et 3 de l’évolution des clôtures [cf. supra, § 2.1.3.4]), mais également dans quelques couches de remblai apportées pour le calage des palissades à la phase 3 de l’évolution des clôtures (C4 du fossé de ceinture, C5 du fossé interne). Mais c’est encore entre les restes de faune et les silex taillés que la concordance des points de rejet est la plus nette, notamment dans les couches sédimentaires C5 et C9b des sections orientales et méridionales du fossé de ceinture, et dans les couches C2 et C6 du fossé interne. On peut donc penser que ces restes ont été rejetés ou se sont accumulés dans les zones les plus accessibles du réseau et les plus longtemps ouvertes. Il s’agirait donc en quelque sorte du témoignage des « rejets du quotidien » ou de piégeages régulièrement étagés dans la stratigraphie des fossés, par opposition aux fosses accueillant au moment de leur fermeture des rejets ou des dépôts plus occasionnels. Les fragments d’argile cuite enfin sont plus nombreux dans le fossé que dans les fosses (7,4 kg, pour 1,3 kg : fig. 74d). Ces vestiges sont en revanche très localisés : dans quelques fosses et trous de poteau de l’édifice circulaire central et, à l’est de la passerelle méridionale seulement, dans les formations C2 à C5 du fossé de ceinture. Ceci semblerait pouvoir soutenir l’idée d’une certaine contemporanéité entre ces unités stratigraphiques. On remarquera encore pour cette série d’artéfacts une forte corrélation avec certaines des plus importantes concentrations de silex taillés sur le site.

3.1.3 Le statut des mobiliers

9La question du statut des mobiliers, c’est-à-dire de déterminer s’il s’agit d’artéfacts résiduels mêlés aux terres environnantes ou s’il s’agit de dépôts ou de rejets conservés dans leur position d’origine, est un des points fondamentaux dont il faut débattre pour évaluer leur représentativité sur le gisement. Cette question est particulièrement importante pour la céramique et peut-être le silex taillé qui constituent en eux-mêmes les principaux marqueurs chronoculturels et, selon leur état, les principaux éléments de datation des structures dans lesquelles ces mobiliers ont été conservés. Elle est tout aussi importante pour des mobiliers et des déchets d’apparence plus fruste, tels les restes de faune, les fragments d’argile cuite ou les rejets d’activité artisanale susceptibles de constituer tantôt les témoins des ressources de l’habitat, tantôt ceux des différentes productions endogènes ou exogènes impliquées dans son économie. Ce statut est relativement simple à identifier en fonction de leur état de conservation pour tous les objets ou restes de constitution fragile, c’est-à-dire aisément cassables ou divisibles : la céramique, les objets en terre cuite et les squelettes. Il est évidemment plus complexe à établir pour les objets réduits et résistants tels les outils en silex, les ustensiles en métal et les objets en pierre.

10Au rang des éléments conservés en dépôt primaire, c’est-à-dire dans leur position de dépôt ou de rejet d’origine, peuvent être mentionnées des pièces et des ensembles complets ou volumineux, c’est-à-dire en priorité des poteries et des grands pans de vases écrasés en place (fig. 75). Il semble possible de leur associer tout ou partie des grands ossements complets, les lots osseux recomposant des ensembles anatomiques partiels, ainsi que des masses de débris relativement conséquentes, comme celles de nodules et fragments d’argile cuite déversées en vrac dans le remplissage du fossé de ceinture. Ce type de restes se voit, à Courseulles, particulièrement bien illustré dans la plupart des fosses de l’aire résidentielle et en plusieurs points du réseau des fossés. Il s’agit donc en général de mobiliers globalement contemporains des unités stratigraphiques qui les conservent. Les indications qu’ils apportent sont multiples et fonction de leur nature : chronologique, culturelle, technique, technologique, économique, vivrière…

FIG. 75 Exemple de mobilier conservé en position de dépôt primaire : le vase n° 488 écrasé dans la fosse 930 (cf. annexe 1 : 130).

FIG. 75 Exemple de mobilier conservé en position de dépôt primaire : le vase n° 488 écrasé dans la fosse 930 (cf. annexe 1 : 130).

© I. Jahier.

11Les pièces les plus abîmées et les plus fragmentaires, qui jalonnent l’épaisseur des sols d’occupation et se voient mêlées aux terres de comblement de la plupart des excavations, sont d’une autre portée. Elles résultent de la dislocation de différents ensembles ou unités mobilières dont les éléments et les fragments, au fil du temps, se sont vus éparpillés sur le site au gré des passages et des transports de terre. Bien qu’il s’agisse d’un mobilier globalement contemporain de l’occupation de l’âge du Fer, il n’en demeure pas moins un matériel erratique et résiduel conservé en position secondaire dans les différentes formations. Il constitue à ce titre un outil plus fragile pour l’analyse de ces niveaux, et ne sera donc que faiblement pris en compte dans cette présentation des résultats. Malgré tout, quelques-uns de ces mobiliers épars, parmi lesquels des restes métallurgiques millimétriques et des nodules et fragments d’argile cuite, permettent, grâce à leur plus faible diffusion sur le site (cf. supra, § 2.4.2), de définir quelques aires d’activité et de rétablir plusieurs connexions stratigraphiques entre unités isolées.

12En définitive, l’une des principales ambiguïtés quant au statut du mobilier porte à Courseulles sur le silex taillé. En dehors du rattachement traditionnel de cette industrie à la Préhistoire et à la Protohistoire ancienne, la résistance naturelle de ce matériau et la petite dimension des pièces en font effectivement un matériel résiduel tout à fait plausible, brassé et éparpillé par les terrassements de l’âge du Fer. Mais ces différents aspects n’en expliquent que modérément la répartition, analogue à celle des ossements et de la céramique dans les fossés… On ajoutera à cela, au niveau de l’entrée principale notamment, l’indication d’une plus grande fréquence dans le paléosol de l’âge du Fer que dans les limons encaissants ou dans ceux recolluvionnés au-dessus, lesquels furent malgré tout décapés avec assiduité. Ce pourrait être les principaux arguments en faveur de l’hypothèse selon laquelle il s’agirait d’une production encore en vigueur aux débuts de la Protohistoire récente, idée essentiellement fondée auparavant sur une approche typologique des artéfacts (Ghesquière, Marcigny 1997 ; Marcigny, Ghesquière 2003b ; cf. infra, § 3.4).

3.2 La céramique

13Au total, soixante-quinze formes archéologiquement complètes ou semi-complètes ont pu être reconstituées à partir du lot céramique recueilli sur l’habitat, et cent vingt éléments de bords, de fonds, d’épaules ou de décors ont été isolés. Cet ensemble compose le nombre minimum d’individus (NMI) de cette étude et le fossile directeur en vue d’une attribution chronoculturelle du site. Il constitue aussi, de par le nombre de ses éléments, l’une des séries de référence les plus importantes pour cette période en Basse-Normandie.

14Du point de vue de sa facture, le lot peut à l’œil nu se diviser en deux groupes, classiques : les poteries de facture grossière et les poteries de facture plus fine ou soignée, respectivement représentées par les lettres G et F sur la figure 76. Les céramiques de facture grossière présentent des parois épaisses, de 7 mm et plus, des pâtes souvent hétérogènes, marquées de grosses inclusions visibles à l’œil nu. Les surfaces en sont en général sommairement égalisées, pour quelques-unes peut-être à l’aide d’un bouchon d’herbe. En dépit de cet aspect, ces vases se voient fréquemment ornés d’impressions digitées ou réalisées à l’aide d’un bâtonnet, lesquelles s’organisent en cordons aux points de flexion de la silhouette et à l’ouverture. Ces poteries sont dans la plupart des cas peu cuites, ce qui en fait, aujourd’hui tout au moins, des pièces relativement fragiles et friables. Les céramiques de facture plus soignée et plus fines présentent des parois de 3 à 7 mm d’épaisseur, fréquemment associées à des pâtes homogènes dont les inclusions sont rarement identifiables à l’œil nu. Les surfaces sont a minima lissées, le plus fréquemment polies et, exceptionnellement, couvertes d’une barbotine à l’hématite de couleur orangée ou bordeaux (cinq exemplaires : annexe 1 : 7, 34, 88, 143, 187). Dans l’ensemble, la cuisson de ces poteries est bonne et, en tout état de cause, meilleure que celle des céramiques grossières. Le registre des décors en est également plus varié et se prête à des réalisations plus fines. En majorité réalisés au bâtonnet, ces décors réunissent des cannelures et des stries assez marquées, voire incisées, mais aussi des chevrons et des croisillons réalisés au brunissoir. Les uns et les autres se voient plus fréquemment positionnés dans la partie supérieure des pièces ainsi qu’aux points de flexion de la silhouette des récipients. Ils se combinent parfois à des éléments d’une plus grande plasticité, tels des cordons lisses ou striés rapportés sur l’angle des épaules et des carènes ou sur le galbe des formes sphéroïdes. Parmi ces éléments plastiques figurent également des cupules apposées sur la panse.

15Le mode de montage de ces différents récipients n’a été identifié que sur quelques céramiques grossières. Leur élaboration à partir de colombins, ou plus vraisemblablement encore de lés ou de rubans, a en effet abouti à une désolidarisation des parties hautes et basses des vases à partir du fil de la carène ou de l’angle des épaules. Avec pour autre conséquence la fragmentation schématiquement orthonormée des panses. De la même manière, les marques de pincement et les plis internes à la liaison des fonds et des panses, qui correspondent à l’ajustement des lés et des rubans sur une pièce d’argile circulaire – ou l’inverse –, indiquent pour ces pièces une mise en œuvre par modelage. Le fond de toutes ces poteries grossières est plat. Pour les céramiques fines, le mode de montage n’est pas véritablement établi en raison notamment d’une plus grande homogénéité des pâtes et, sans doute, d’une meilleure cuisson qui en renforce la cohésion. Les cassures se distribuent ici selon des directions plus libres et plus variées obéissant manifestement à d’autres règles de diffusion qu’à celle d’une résistance différentielle à la jonction de lés d’argile. Ces poteries présentent des fonds plats, mais aussi des fonds soulevés et ombiliqués auxquels s’associe un piédouche isolé (ann. 1 : 116). Leur physionomie, leur régularité générale, conjuguées à la forme de leur fragmentation, les assimileraient plutôt à des pièces réalisées ou régularisées au tour.

16Enfin, la rupture entre « céramique grossière » et « céramique fine », coïncide à peu près dans le classement typomorphologique avec la scission entre « formes hautes », toujours fermées sur le gisement (types 1, 2 et 3 : fig. 76a), et « formes moyennes et basses » (types 4 à 13 : fig. 76b-d). Quelques exceptions valident la règle : en premier lieu les hauts vases du type 1C, certainement réalisés au tour ou finis à la tournette, qui présentaient une finition très soignée (polie ?) ; le petit vase à engobe rouge de type 1A – forme haute – (fig. 76a : 1), ou encore le pot ovoïde du type 6, probablement poli sur sa face externe en dépit d’un montage à la plaque, plus exceptionnel semble-t-il (fig. 76b : 15). À l’inverse, les jattes du type 13, de forme basse, présentaient une finition très sommaire (fig. 76d), tout comme, à un degré moindre, le bassin du type 12C dont l’aspect général malgré la qualité de son décor est demeuré relativement fruste (fig. 76c : 49). Sans trop développer ici le thème de l’interprétation fonctionnelle de ces poteries, il semble que les vases de facture grossière correspondent dans leur très grande majorité à de grands volumes, que l’on orienterait plutôt pour cette raison sur le stockage et la préparation. Les traces de carbone laissées à l’intérieur des récipients lors de la cuisson de mets ou de produits, résidus communément nommés « caramels de cuisson » demeurent malgré tout rarissimes au sein du corpus. Quatre récipients seulement au sein des formes retenues pour cette étude semblent avoir été dévolus à la cuisson : un exemplaire probable du type 5, forme moyenne carénée (ann. 1 : 106), une jatte du type 13 (fig. 76d : 52) et deux formes hautes, type 1, 2 ou 3, dont les références exactes ont malheureusement été perdues. Les céramiques fines correspondent en règle générale à des récipients plus petits que l’on destinerait plus spontanément à la table et à la présentation. Elles sont de loin les plus nombreuses, avec une représentation de l’ordre de 75 % au sein du corpus.

FIG. 76a Typologie du mobilier céramique : formes hautes (F poteries de facture grossière ; G poteries de facture soignée).

FIG. 76a Typologie du mobilier céramique : formes hautes (F poteries de facture grossière ; G poteries de facture soignée).

© J.-M. Richard, M. Dupré, A. Dagand.

FIG. 76b Typologie du mobilier céramique : formes moyennes (F poteries de facture grossière ; G poteries de facture soignée).

FIG. 76b Typologie du mobilier céramique : formes moyennes (F poteries de facture grossière ; G poteries de facture soignée).

© J.-M. Richard, M. Dupré, A. Dagand.

FIG. 76c Typologie du mobilier céramique : formes basses (F poteries de facture grossière ; G poteries de facture soignée).

FIG. 76c Typologie du mobilier céramique : formes basses (F poteries de facture grossière ; G poteries de facture soignée).

© J.-M. Richard, M. Dupré, A. Dagand.

FIG. 76d Typologie du mobilier céramique : formes basses (F poteries de facture grossière ; G poteries de facture soignée).

FIG. 76d Typologie du mobilier céramique : formes basses (F poteries de facture grossière ; G poteries de facture soignée).

© J.-M. Richard, M. Dupré, A. Dagand.

3.2.1 Définition des types

3.2.1.1 Le choix typologique

17Globalement, en dehors de l’entrée principale et du comblement des fossés de clôture, la faible stratification des contextes de conservation sur le site interdisait une approche du corpus par phases. Celles-ci, pour rappel, ont été déterminées essentiellement sur la base de l’évolution des fossés de clôture (cf. supra, § 2.1.3.4) où ne fut enfouie qu’une très petite proportion de mobilier, soit environ 20 % seulement des objets en céramique. La voie typomorphologique, ouverte dans la perspective de comparaisons avec d’autres corpus, s’est finalement imposée comme l’axe d’étude le plus adapté pour l’identification chronoculturelle de l’ensemble.

  • 1 Les délais d’édition opérant, plusieurs années se sont écoulées entre la rédaction de ces quelques (...)

18L’une des principales difficultés a été d’en déterminer les critères de classement. Celui-ci s’est appuyé1 sur trois principaux critères empruntés à la méthode mise en œuvre par J. Hurtrelle et A. Villes pour la définition des faciès céramiques des débuts du 2nd âge du Fer dans le Nord de la France (Hurtrelle et al. 1990). Les formes hautes, moyennes et basses ont ainsi été croisées aux paramètres rectilignes segmentés et curvilignes, puis à la présence ou à l’absence de col, donnant naissance à la notion d’épaule (constituée de trois segments : types 1 et 2) ou de carène (constituée de deux segments : type 3). Ce premier classement a ensuite été décliné selon l’orientation des cols, déversés, verticaux, rentrants pour les formes marquées d’une épaule et, selon l’ouverture des vases, ouverte, constante, fermée pour les formes marquées d’une carène (sous-types A, B, C).

19L’application de ce protocole aux cent quatre-vingt-quinze formes et éléments de formes isolés pour cette étude a abouti à la définition de treize types principaux intéressant soixante-quinze vases archéologiquement complets ou suffisamment renseignés pour s’intégrer au classement (fig. 76). L’exercice se voit en partie validé par de grandes parentés de silhouette au sein des groupes les plus fournis. Les cent vingt autres tessons, de plus petites dimensions, qui constituaient un risque d’erreur trop important pour leur association à ce classement, en ont été écartés. Ils sont néanmoins présentés dans l’annexe 1 qui regroupe la totalité des éléments exploitables – formes complètes ou simples éléments de forme ou de décor – de la collection, classés par unités stratigraphiques.

20En contrepartie, les conditions de dépôt et de conservation de certaines parties du corpus en ensembles clos ont offert l’opportunité d’associations inédites de vases, lesquelles constituent encore aujourd’hui toute l’originalité de ce corpus et sans doute son premier intérêt en termes notamment d’attribution chronoculturelle.

3.2.1.2 Les formes hautes (types 1 à 3)

21Les formes hautes, qui représentent 20 % du corpus et regroupent les types 1, 2 et 3 (quinze vases), se voient caractérisées par des silhouettes élancées tenant dans un rectangle vertical (fig. 76a). Les ouvertures s’en trouvent généralement rétrécies par un col plus étroit, constant et plutôt vertical pour les types 1A, 2A et 2B, éversé et rectiligne pour les types 1B et 2C, concave pour le type 1C, ou rentrant dans le cas des profils carénés du type 3 dits « situliformes ». Ces poteries correspondent aux plus grandes contenances de la série : 55 % d’entre elles atteignent des capacités de 6 à 10 l, tandis que les autres renvoient plutôt à des contenances de 3 à 4 l. Un gobelet d’approximativement 35 cl, à fond plat, profil segmenté et col bien développé, en constitue le plus petit modèle (type 1A : fig. 76a : 1).

2285 % des poteries de cet ensemble sont réalisées à partir de pâtes grossières sommairement égalisées symbolisées sur la figure 76a par la lettre G. Elles n’en sont pas moins décorées, d’impressions digitées en majorité et de quelques impressions au bâtonnet disposées en cordon sur l’angle vif des épaules et des carènes, ou encore en couronne au sommet des lèvres. Deux d’entre elles seulement présentent à l’intérieur un encroûtement carbonisé qui en fait de très vraisemblables pots à cuire. Les plus grandes, toutes recueillies dans des fosses interprétées comme des structures de stockage (st. 1096, 930, 1295 : fig. 52), présentent des surfaces internes propres qui, dans ce contexte, pourraient les apparenter à des vases à provisions.

23Trois vases enfin, réalisés dans des pâtes fines soigneusement lissées ou polies, symbolisées par la lettre F, illustrent la partie la plus soignée de ce maigre contingent des formes hautes. Leurs registres ornementaux et traitements de surface sont différents. Deux fines cannelures incisées, l’une sur l’angle vif de l’épaule, l’autre à la jonction col/panse, soulignent par exemple la silhouette d’un des deux vases du type 1C (fig. 76a : 5). Le gobelet à profil segmenté précédemment évoqué (fig. 76a : 1) se voyait enduit quant à lui d’une barbotine monochrome rouge à l’hématite, apparemment polie. Un cordon lisse de section triangulaire a également été appliqué sur l’angle vif de son épaule. En dépit de ces qualités un peu particulières l’orientant plutôt sur une pièce liée à la « présentation », ce gobelet se trouvait associé dans l’une des grandes fosses de stockage de l’aire résidentielle (st. 1096) aux vases des types 1A et 2A présentés à ses côtés (fig. 76a : 2, 6).

3.2.1.3 Les formes moyennes (types 4 à 7)

24Les formes moyennes, qui représentent 30 % du corpus (vingt vases), réunissent les types 4, 5A, 5B, 5C, 6, 7A, 7B et 7C de notre classement (fig. 76b). Elles se voient caractérisées par des silhouettes trapues s’inscrivant dans un format proche du carré ou d’un rectangle vertical ramassé. On y distingue trois grands groupes :

  • les formes à carène médiane (type 5), parfois dotées d’un petit col (type 4), insuffisant toutefois au regard de la silhouette générale du vase pour que l’on parle d’une épaule au-dessous ;

  • une forme subhémisphérique (type 6) ;

  • les formes trapues marquées d’une carène ou d’une épaule surbaissée, surmontées d’un haut col tronconique ou cylindrique (type 7).

25Les poteries des types 4, 5 et 6 sont plutôt des volumes fermés, à fond plat, réalisés dans des pâtes fines. Deux individus seulement sont de pâte et de facture grossières (fig. 76b : 14, 15). Il s’agit par ailleurs de types rarement ornés. Un seul vase au sein de cette série porte un décor : une ligne d’impressions digitées apposée sur le fil de la carène d’un exemplaire du type 5, déjà évoqué précédemment au rang des rares poteries marquées par des caramels de cuisson (ann. 1 : 106).

26Les poteries du type 7 correspondent à des formes évasées ou constantes. Au sein de cet ensemble, le type 7B se distingue des types 7A et 7C par la jonction du col à la panse par le biais d’une carène en lieu et place d’une épaule pour les deux autres modèles. Les fonds de ces vases sont toujours ombiliqués. Leur petit volume les désigne comme des gobelets ou des coupelles. Les pâtes sont exclusivement fines et leurs parois sont parmi les plus minces de la série (3 à 5 mm). Leur ornementation associe des couvertes monochromes variant du rouge au bordeaux – hématite ? – et une ou plusieurs cannelures très légèrement imprimées à la jonction du col et de l’épaule (types 7A, 7C). Les exemplaires peints, parfois sur leur partie inférieure seulement (type 7C : fig. 76b : 22), y sont proportionnellement bien représentés puisque trois ont été identifiés.

3.2.1.4 Les formes basses (types 8 à 13)

27Les formes basses, dont la silhouette s’inscrit dans un rectangle horizontal, représentent 45 % du corpus (trente-quatre vases) et regroupent les types 8 à 13 (fig. 76c-d). Cependant, la diversité des modèles réunis dans cette catégorie en fait un groupe hétérogène dont les six types et autant de sous-types expriment bien la diversité.

28La partie du corpus dans laquelle se rencontrent les profils segmentés rassemble des formes plutôt ouvertes : des écuelles et des coupes (types 8A, 8B, 12B, 12C), des jattes (grands modèles du type 8A, et types 9 et 13C) et un bassin (type 12C : fig. 76c : 49). La partie regroupant les profils curvilinéaires comprend des pots elliptiques, plutôt fermés (types 10, 11), et quelques exemplaires de coupelles ou de bols (type 8C) et de jattes de facture plus sommaire (type 13A, 13B). À l’exception de quelques pièces qui atteignent des volumes de 2 à 4 l – le bassin n° 748 (type 12 : fig. 76c : 49), trois pots elliptiques des types 10 et 11 et plusieurs grandes jattes du type 13 –, la contenance de ces récipients est plutôt réduite, tournant en règle générale autour du litre.

29Au-delà de la diversité des profils que regroupe l’ensemble des formes basses, le traitement général de ces poteries y désigne deux principaux groupes : 85 % sont réalisés à partir d’argiles fines et comptent parmi les pièces les plus raffinées du vaisselier. Les surfaces en sont soigneusement lissées, le plus fréquemment polies. Un exemplaire est peint d’une couverte monochrome de couleur rouge à bordeaux (hématite ? ann. 1 : 34). Le registre des décors associé à ce groupe est le plus varié du corpus. Il se compose de chevrons, de jeux de cannelures, de cupules, de lignes de stries obliques et de cordons en relief, lissés ou imprimés de stries obliques et verticales. Dans le registre des profils segmentés, ces décors sont placés plus fréquemment à la hauteur des carènes et des épaules. Dans celui des profils curvilignes, les décors sont appliqués sur toute la hauteur des pièces, avec cependant une préférence pour la partie supérieure des vases. Mais l’élément remarquable de ce dernier groupe est surtout l’association fréquente de plusieurs motifs sur une même pièce (cannelures + cupules ; cannelures + chevrons ; cupules + cordon plastique : types 10, 11). Sur les dix fonds disponibles pour ce corpus, quatre correspondent à des fonds ombiliqués (types 8C, 10, 12C : fig. 76c : 32, 35, 37, 48), quatre autres à des fonds soulevés (types 8A, 8B, 11 : fig. 76c : 25, 28, 31, 40) et deux à des fonds plats (types 13A, 13C : fig. 76d : 51, 54), ces derniers correspondant aux céramiques les moins soignées. D’une façon générale, le soin apporté à cet ensemble oriente son usage vers la présentation. L’exemplaire elliptique 985, du type 10 (fig. 76c : 35 ; ann. 1 : 12), fut utilisé quant à lui – ou réutilisé ? – comme vase cinéraire.

30Les 15 % restants correspondent à des céramiques réalisées à partir d’argiles grossières, c’est-à-dire à grosses inclusions, présentant le plus fréquemment des surfaces rugueuses ou sommairement égalisées. Il s’agit pour la plupart des grandes jattes réunies dans le type 13. Le bassin 748 du type 12 (fig. 76c : 49), de pâte grossière, présentait toutefois des surfaces soigneusement lissées, polies par endroits, sur ses deux faces. Les deux fonds disponibles dans ce groupe sont plats. L’une de ces jattes, de type 13A (fig. 76d : 51 ; ann. 1 : 146), présentait au moins deux échancrures de la lèvre sur sa circonférence, probablement cinq à l’origine, rappelant celles des luminaires. Une seule des deux échancrures cependant portait un léger halo, peut-être de carbone, mais sur sa face interne…

3.2.1.5 Les fonds

31Les fonds de vases sont de quatre types : plat, soulevé, ombiliqué et en piédouche.

32Les plus répandus sont les fonds plats. Ils sont surtout associés aux grands vases qui correspondent en général aussi aux poteries les moins soignées (vases de type 1, 2, 3, 4 (?), 5, 6, 13) avec, cependant, une exception pour un vase à tendance globulaire du type 11, de facture au contraire très fine (fig. 76c : 42).

33Les fonds soulevés ou convexes sont eux aussi largement représentés et sont associés à des céramiques plus fines des types 8 et 11, et probablement à celles du type 9. Sur les quatre fonds disponibles dans le groupe des jattes à épaulement médian du type 8, trois correspondent à ce modèle (fig. 76c : vases 25, 28, 31).

34Les fonds ombiliqués sont réservés aux céramiques fines ou très fines. Ils sont systématiques sur les gobelets à épaule surbaissée du type 7 et sur les vases elliptiques du type 10. Dans les types 8 et 12, les vases les plus abondamment décorés sont ceux munis d’un fond ombiliqué (fig. 76c : 32, 48).

35Le seul exemplaire de piédouche repéré appartenait à l’origine à une céramique fine lustrée et noire : coupe, vase tulipe ? Après le bris du vase, le pied a été renversé et régularisé à hauteur de son ancienne jonction avec la panse, et apparemment réutilisé comme récipient ou, eu égard à sa taille, comme godet (ann. 1 : 116).

3.2.1.6 Les décors

36Les décors associés à la série sont nombreux et finalement variés (onze types), compris entre le décor plastique, très en relief et réalisé par impression, enfoncement ou étirement de la pâte fraîche, et le décor estampé réalisé par lissage ou brunissage sur de la pâte en cours de séchage. Quelques pièces, parmi les plus soignées, associent les deux types d’ornementation (vases de type 8C, 10, 12C). En marge, parmi les nombreux exemplaires de céramiques polies, figurent quelques pièces enduites d’une barbotine évoluant du rouge au bordeaux – indiquée par une trame grisée sur le dessin des poteries.

Les décors plastiques

37Les décors plastiques comprennent, par ordre décroissant de représentation : les impressions digitées et les points réalisés au bâtonnet mousse (vingt-cinq exemplaires), les stries – généralement très courtes – (dix-huit ex.), les cupules (sept ex.), les cordons en relief (cinq ex.), les décors couvrants (deux ex.) et les boutons (un ex.).

Les impressions digitées ou réalisées au bâtonnet

38Les impressions digitées, ou celles réalisées à l’aide d’un bâtonnet à la terminaison arrondie, sont organisées en cordons horizontaux sur l’angle des épaules et des carènes et sur le sommet des lèvres. Ce type de décor figure essentiellement sur les grands vases de facture grossière, qui correspondent aux types morphologiques 1, 2 et 3, et au plus grand exemplaire du type 5 (ann. 1 : 106). Quelques rares exemples de ce décor sont aussi associés aux plus grossières des céramiques fines, comme c’est le cas du tesson n° 700 (ann. 1 : 59). Ce dernier est l’un des rares cordons d’impressions à avoir été encadré de deux cannelures.

Les stries

39Les stries se distinguent des impressions digitées proprement dites et de celles réalisées au bâtonnet par leur exécution à l’aide d’un outil effilé – lame ou bâtonnet pointu – qui en modifie notablement l’aspect. Cependant très courtes, celles-ci prennent à Courseulles la forme de petites virgules plutôt que de longs traits. Ce décor est aussi bien représenté sur des poteries fines que sur des poteries grossières. Toujours disposées en cordon de ponctuations obliques et parallèles, les stries occupent sur les vases une position le plus souvent comparable à celle des impressions digitées : l’angle des épaules et des carènes (ann. 1 : 38, 109, 111) et le sommet des lèvres (ann. 1 : 122, 129). Deux exemplaires à part (ann. 1 : 9, 63) présentent ce type de décor sur le haut de l’épaule ou à la liaison col/panse. Les stries du second, toujours obliques et encadrées de deux cannelures, alternent cependant par séries dans un sens puis dans l’autre.

40Pour ces deux premiers types de décors que sont les stries et les impressions digitées, la palette des comparaisons est large puisqu’il en est connu de semblables, tant sur la région que dans le Nord de la France, depuis le Bronze moyen (Tatihou par exemple : Marcigny, Ghesquière 2003b), jusqu’à la fin de La Tène ancienne (Hurtrelle et al. 1990). Il est donc difficile de fonder une attribution chronoculturelle sur ces seuls éléments. En revanche, la position privilégiée de ces décors sur l’angle des carènes et des épaules dans la série de Courseulles, rejoint les traits stylistiques se mettant en place à la transition des 1er et 2nd âges du Fer, à l’instar par exemple de la tendance ornementale des séries de Compiègne / Le Fond Pernant (phases 3 et 4 : Malrain et al. 1996a), dans l’Oise, et d’Avion / La République ou de Hamblain-les-Prés (Hurtrelle et al. 1990), dans le Pas-de-Calais. En cela, la position du décor à la jonction du col et de la panse sur les exemplaires issus des fosses 24 et 93 (ann. 1 : 9, 63) s’inscrit davantage dans la tradition stylistique du Bronze final et du début du 1er âge du Fer (Lepaumier, Marcigny 2003 ; Marcigny et al. 2005c), avec notamment pour référence les horizons du Camp de César à Catenoy (Blanchet, Talon 1987) et de Choisy-au-Bac (Talon 1987b), dans l’Oise, ou plus localement, les séries de Cagny / parcelle AE8 (San Juan et al. 1996) ou de Mondeville / Le Haut-Saint-Martin (Chancerel et al. 2006a).

Les décors couvrants

41Les décors couvrants ou « décors plastiques » (Friboulet et al. 2007) investissent tout ou partie de la panse des vases : à Courseulles celle de deux pièces de facture et de pâte grossières. Le premier est apposé sur un vase de plan ovale régulier (ann. 1 : 172) ; il est constitué d’impressions à l’ongle contiguës apparemment limitées à la base du vase, tandis que le reste en est lissé ; sa facture rappelle celle des vases situliformes du début de La Tène ancienne de la région Nord (Hurtrelle et al. 1990). Le second, vraisemblablement réalisé selon un procédé plus classique, à l’aide d’un bouchon d’herbe, est appliqué verticalement et librement sur la partie haute d’une jatte subhémisphérique du type 13 (ann. 1 : 196).

Les cupules

42Les sept exemples de décors à cupules recueillis à Courseulles sont constitués de cupules simples, de l’ordre de 16 à 20 mm de diamètre, réalisées sur la panse des vases par enfoncement de la paroi. Trois des quatre vases archéologiquement complets présentent chacun quatre cupules équidistantes sur leur circonférence (ann. 1 : 29, 133, 171), tandis que l’exemplaire issu de la carrière en présentait, d’après les données du diagnostic, au moins sept (ann. 1 : 207). Il s’agit dans tous les cas de céramiques fines.

43Sur les quatre vases conservés, trois possèdent le profil elliptique des types 10 et 11 (ann. 1 : 29, 171, 207), avec ou sans col, et un correspond au type 12C (ann. 1 : 133) ; les cupules sont localisées dans la moitié inférieure de la pièce, juste au-dessous de sa plus grande circonférence ; sur trois exemplaires elles sont associées à d’autres thèmes ornementaux :

  • le vase 1115 (ann. 1 : 171), de type 10, présente deux cannelures horizontales réalisées par incision, localisées dans le quart supérieur du vase ;

  • le vase 1395 (ann. 1 : 29), du type 10 lui aussi, présente à son diamètre le plus fort un cordon en relief décoré de stries obliques qui lui donnent l’aspect d’une cordelette ; ce cordon est surmonté d’une cannelure très superficielle ;

  • le vase 77 (ann. 1 : 133), du type 12C, présente à l’inflexion de la panse un cordon lisse mouluré surmonté de deux cannelures légèrement appuyées ; sur ce dernier modèle, chaque cupule est reliée au fond ombiliqué du vase

  • dont l’aspect est comparable à celui des cupules – par deux gorges douces et parallèles, très légèrement imprimées dans la pâte crue à l’aide d’une large pointe mousse, ou brunissoir.

44La nature de leurs décors, et plus particulièrement les cupules, permet sans erreur de comparer ces vases aux modèles armoricains en usage durant la seconde moitié du vie et le ve s. av. J.-C. (Le Goff 1992 ; Milcent 1994).

Les cordons en relief

45Les cordons en relief sont bien représentés, surtout dans le registre des céramiques fines. Les modèles en sont relativement variés : de section triangulaire simple et lisse (ann. 1 : 143 [type 1A]), en demi-rond et assortis de stries très soignées (ann. 1 : 57) leur conférant parfois un aspect de cordelette (ann. 1 : 29), ou encore soulignés de une à trois cannelures leur conférant un aspect mouluré (ann. 1 : 7, 133, 195). Il a rarement été possible de déterminer à l’œil nu s’il s’agissait de cordons réalisés dans la masse ou s’il s’agissait de cordons rapportés. Seul celui du petit pot de la structure 1096 (ann. 1 : 143), pot couvert d’une barbotine rouge, est bien identifié comme un cordon triangulaire rapporté.

Les boutons

46Le seul exemple de bouton repéré dans la série est apposé sur une céramique fine (ann. 1 : 22).

Les décors incisés et estampés

47Les décors incisés et estampés sont associés à des céramiques à pâte fine d’aspect soigné. Ils sont a priori réalisés au peigne ou à la pointe dans des pâtes fraîches, ou au brunissoir sur des pâtes en cours de séchage. Ce sont, par ordre décroissant de représentation, les cannelures (env. vingt ex.), les chevrons (quatre ex.) et les compositions libres (deux ex.).

Les cannelures

48Les cannelures sont uniques (ann. 1 : 89 [type 10]), doubles ou triples (ann. 1 : 15 et 141 par exemple) et n’intéressent, ou presque, que des poteries de facture soignée. Elles soulignent le plus souvent l’angle des carènes et des épaules, en général par le dessus, et parfois l’approche des lèvres (ann. 1 : 124). Motif de base de la série, elles se voient fréquemment associées à d’autres éléments ou thèmes ornementaux : des cupules, des chevrons, des stries, des impressions au bâtonnet et des cordons. Elles constituent notamment la délimitation des bandeaux décoratifs – lesquels sont généralement positionnés autour de la jonction col/épaule et sur la partie supérieure des pièces (ann. 1 : 112) – où elles se trouvent essentiellement associées à des jeux de chevrons (ann. 1 : 12).

Les chevrons

49Pour les quatre exemples dont nous disposons, les chevrons s’organisent en bandeau sur la partie supérieure des pièces. Ils se distinguent des cannelures qui les délimitent, par une réalisation exclusive au brunissoir qui leur donne l’aspect de très légères gorges au fond lustré. Ils se répètent ainsi sur la circonférence des vases, sur une ligne brisée unique (ann. 1 : 125), double ou triple (ann. 1 : 112) et selon des angles approximativement compris entre 90 et 110°.

Les compositions « libres »

50Les compositions « libres » sont représentées par deux exemples, l’un réalisé au peigne, l’autre vraisemblablement à l’aide d’un bâtonnet. Le premier est apposé sur la panse d’un vase à pâte fine (ann. 1 : 30). Le dessin se présente sous la forme de deux groupes de trois et quatre sillons parallèles et à peu près équidistants, tangents l’un à l’autre. La taille réduite des tessons ne permet pas d’en imaginer les prolongements, mais l’ensemble évoque une composition complexe. Le second est placé sur le plan supérieur d’une épaule, probablement sur celle d’une petite jatte du type 8 (ann. 1 : 151), réalisée dans une pâte fine. La taille réduite du tesson (3 cm2) ne permet pas là non plus d’imaginer la suite du motif qui, en l’état, présente une construction proche de celle d’un épi de blé.

Les surfaces polies et les couvertes peintes

51Les surfaces polies ne concernent que les céramiques réalisées dans des pâtes fines, c’est-à-dire quelques exemplaires des types 1A, 1C, 5 et 12, et l’intégralité des types 7, 8, 9, 10 et 11. Le polissage semble avoir été réalisé à l’aide d’un outil arrondi laissant dans la pâte des gorges douces, à peine perceptibles à l’œil nu. Elles rappellent les traces d’un travail au brunissoir ou plus certainement au galet. L’aspect obtenu est celui d’un épiderme satiné dont les couleurs dominantes sont : noir, bordeaux et orangé.

52Parmi ces surfaces polies, sept sont couvertes d’un engobe satiné rouge ou bordeaux rappelant les barbotines à l’hématite de l’Est de la France du 1er et du début du 2nd âge du Fer. Elles sont appliquées sur des vases réalisés avec des argiles fines et, pour les profils reconnus, associées aux types 1A (ann. 1 : 143), 1C ? (ann. 1 : 187), 7C (ann. 1 : 7, 88) et 8B (ann. 1 : 34). Un des deux exemplaires du type 7C n’a été peint qu’au-dessous de l’épaule (ann. 1 : 7).

3.2.2 Comparaisons

  • 2 Sauf pour le chapitre traitant des ensembles clos, les divers travaux de synthèse portant sur la ty (...)

53Les ressemblances qu’il a été possible de faire apparaître entre la série céramique de Courseulles et d’autres séries issues d’habitats ou de nécropoles concernent quelques corpus locaux, très limités du fait de l’indigence des découvertes, mais surtout des séries exogènes armoricaines et britanniques, et curieusement, pour des proportions non négligeables, plusieurs séries de l’est du Bassin parisien. C’est notamment de ce secteur – où pour des raisons d’histoire de la recherche, le phasage des corpus céramiques est le plus abouti – que proviennent les différentes typochronologies auxquelles nous avons pu avoir recours (Hatt, Roualet 1977 ; Demoule 1999)2.

3.2.2.1 Localement

54Localement d’abord, on peut citer plusieurs rapprochements avec diverses collections attribuées à la fin du 1er et au début du 2nd âge du Fer.

55Caen / Beaulieu (Calvados)

56Bien que l’on y repère de légères différences, la série de l’enclos de Beaulieu à Caen (Calvados), attribuée à la fin du vie et au début du ve s. av. J.‑C. (Lepaumier, Marcigny 2003), est sans doute l’une des plus proches sur le plan stylistique. On y retrouve par exemple de hauts vases à profil segmenté assez comparables au type 1 de Courseulles, avec cependant d’autres thèmes décoratifs en réseaux de cordons rapportés, associés à de hauts vases carénés à impressions digitées sur le sommet de la lèvre proches du type 3. Ils côtoient en outre des pots trapus marqués d’une carène médiane et d’un bord concave (type 5A de Courseulles), des petites coupes ou gobelets à épaule surbaissée prolongée d’un haut col et fond ombiliqué proches des profils dits « marniens » (type 7A de Courseulles), et de petites jattes marquées d’une épaule et d’un col bien développé et déversé (type 8A de Courseulles). Dans le registre des décors, il faut également évoquer la présence d’une cupule sur la carène d’un vase, comparable à celles figurant sur les types 10, 11 et 12 de la série de Courseulles, mais associée, à Beaulieu, à un profil plutôt angulaire et segmenté.

57Cagny / parcelle B77 (Calvados)

58Le corpus issu des fosses d’extraction de Cagny/parcelle B77, dans le Calvados (San Juan 1992b), attribué, lui, à La Tène ancienne, offre également plusieurs points de convergence avec notre série. De hauts vases situliformes décorés d’impressions digitées sur le sommet de la lèvre (type 3 de Courseulles), accompagnent des pots trapus marqués d’une carène médiane et d’un bord concave (type 5A de Courseulles), ainsi que des petites jattes à épaulement couronnées d’un col bien développé. L’épaule s’y voit-elle aussi parfois soulignée de cannelures (types 8A, 8B de Courseulles). On y retrouve également deux jattes tronconiques plus ubiquistes, proches des types 13A et 13B de Courseulles. L’une d’elles, à bord festonné, renvoie aux séries du Hallstatt final et de La Tène ancienne du Bassin parisien (Lambot 1988b).

59Fontenay-le-Marmion / Les Vergers (Calvados)

60La courte série de l’habitat de Fontenay-le-Marmion (Calvados), attribuée à la fin du 1er âge du Fer (Dumont 1990), présente elle aussi quelques pièces analogues : un haut col pouvant rappeler ceux des vases à carène et épaule surbaissées du type 7 de Courseulles, mais surtout une série de tessons décorés de cupules et de chevrons, parfois associés, comparables aux thèmes ornementaux des types 10 et 11.

Autres sites

61Plus ponctuellement, on peut mentionner :

  • la petite jatte carénée du gisement salicole de Dives-sur-Mer / zone industrielle de La Vignerie (Calvados), attribuée au ve s. av. J.-C. (Desloges 1987), à rapprocher du type 9 de Courseulles dont la carène est cependant un peu plus haute ;

  • le vase situliforme recueilli dans les premiers niveaux du comblement du fossé de l’enclos d’habitat de Fierville-les-Parcs / Pré de la Val (Calvados), attribué à la première moitié de La Tène ancienne (Jahier et al. 2002), et tout aussi comparable du point de vue de sa pâte d’argile du Kimméridgien que de ses décors à l’exemplaire 988 de Courseulles (type 3 : fig. 76a : 9 ; ann. 1 : 11).

3.2.2.2 À l’ouest

62À l’ouest, c’est-à-dire sur la péninsule armoricaine, ce sont en priorité les types 1A, 1B, 1C, 2A, 2B, 2C, 8A, 8B, 10 et 11 (tabl. IV) qui sont représentés et, dans une moindre mesure, les types 3, 4, 5A, 8C, 9 et 12A. Les types 5, 6, 7, 12B, 12C et 13 y sont quasi inexistants.

TABL. IV Tableau réorganisé des occurrences typologiques du mobilier céramique (X convergences typologiques manifestes ; / affinités typologiques secondaires).

TABL. IV Tableau réorganisé des occurrences typologiques du mobilier céramique (X convergences typologiques manifestes ; / affinités typologiques secondaires).

63Plouër-sur-Rance / Le Boisanne (Côtes-d’Armor)

64On peut en premier lieu mentionner les phases anciennes de l’habitat du Boisanne à Plouër-sur-Rance, dans les Côtes-d’Armor (Menez 1996). La phase I ancienne (vie s. et première moitié du ve s. av. J.-C.), réunit par exemple plusieurs hauts vases à profil segmenté marqués d’un col bien développé, droit ou déversé (formes 1 et 2 du Boisanne, types 1A et 1B de Courseulles), et des petites jattes à épaulement surmontées d’un assez grand col, ouvert ou droit (forme 6 du Boisanne, type 8 de Courseulles). La forme 9 de cette phase ancienne, du Boisanne toujours, pièce à épaulement haut surmonté d’un col assez court et d’une lèvre tronconique, offre également une comparaison possible avec l’unique exemplaire du type 4 identifié à Courseulles. Désignée au Boisanne aussi comme une pièce unique, elle est comparée à l’un des rares exemplaires connu en Armorique, celui du tumulus de Boquidet à Sérent (Morbihan), attribué à la fin du vie ou au ve s. av. J.-C. (Clément 1981 cité dans Menez 1996 : 99). Mais c’est la phase I, attribuée au ve s. et à la première moitié du ive s. av. J.-C., qui présente le plus de ressemblance avec notre série, avec notamment l’association de hauts vases situliformes marqués d’impressions digitées sur la lèvre et sur la carène (forme 12 du Boisanne, type 3 de Courseulles), et des pots trapus à carène médiane (forme 17 du Boisanne, type 5A ou 12A de Courseulles), de petites jattes à épaulement surmonté d’un grand col ouvert (forme 16 du Boisanne, type 8A de Courseulles) et des jattes tronconiques simples ou à bords festonnés (forme 15 du Boisanne, type 13A de Courseulles). À cet assemblage s’ajoutent également quelques pieds creux, ou « piédouches », appartenant à des céramiques fines soignées et lustrées, auxquels l’unique exemplaire de Courseulles pourrait se comparer (ann. 1 : 116). On y distingue également des fonds convexes. En revanche, les assez nombreux fonds ombiliqués présents à Courseulles sont apparemment des éléments totalement inutilisés dans les phases anciennes du Boisanne.

65Paule / Saint-Symphorien (Côtes-d’Armor)

  • 3 – La série, dont la phase ancienne (phase 1), qui nous intéresse ici, était déjà étudiée en 1998, e (...)

66Dans les Côtes-d’Armor toujours, mais cette fois-ci au centre de la Bretagne, la série de Paule (Menez, Arramond 1998)3 permet aussi quelques comparaisons avec la série de Courseulles. On observe notamment plusieurs points de parenté entre les jattes à épaulement médian et col bien développé (857.1 et 1113.1) de la phase 1 de Paule (vie-ive s. av. J.-C.), et le type 8 de Courseulles, plus particulièrement le type 8C, à épaule mousse. Abstraction faite de l’orientation de la lèvre, la forme 1219.3, à épaulement haut surmonté d’un col tronconique, offrirait elle aussi une possibilité relativement convaincante de rapprochement avec le type 4 de Courseulles. Le col vertical décoré d’impressions digitées sur le dessus de la lèvre de la forme 366.2 de Paule, ou celui légèrement éversé et plus court précédé d’une épaule bien marquée et angulaire (forme 366.1), constituent deux autres corrélations possibles avec, respectivement, les types 2A et 1B de Courseulles. En dehors de leur haute lèvre concave, plusieurs autres rapprochements peuvent être proposés entre les cols des formes 263.3 et 1219.2 de Paule et ceux du type 1C de Courseulles. Dans le domaine des décors et des spécificités stylistiques enfin, le motif dit « en marguerite » de la forme 1113.1, qui s’organise à partir d’une cupule centrale, n’est pas non plus sans rappeler l’ornementation plus sobre des types 10, 11 et 12 de Courseulles, faite à partir de cupules simples.

67Morlaix / Kervellec (Finistère)

68On peut également évoquer la série de la nécropole de Kervellec, à Morlaix dans le Finistère, attribuée par son corpus de poteries au ve s. av. J.-C., avec un prolongement possible sur le ive s. (Le Goffic 1996). L’assemblage comporte de hauts vases à profil segmentés, parfois marqués d’une épaule mousse (urnes 5, 6, 14, 28, 29, 30), auxquels peuvent se comparer les types 1A, 1B, 2A et 2B de Courseulles. Il comprend en outre deux urnes elliptiques de silhouette proche à l’origine du type 11 (cols ablatés) et d’une certaine façon du type 10 : l’une à fond soulevé abondamment décorée de motifs estampés et de motifs « en marguerite », l’autre unie et à fond plat.

69Melgven / Kerviguérou (Finistère)

70La série de la nécropole de Kerviguérou à Melgven (Finistère), attribuée par son mobilier métallique et ses formes céramiques à une fourchette chronologique comprise entre la fin du ve s. et le milieu du ive s. av. J.-C. (Le Goff, Villard 1993 ; Villard-Le Tiec 2008), présente également quelque ressemblance avec notre série. On y retrouve notamment de hautes jarres à profil segmenté, décorées d’impressions réalisées au bâtonnet sur les lèvres et les épaules (type 1 de Courseulles). S’y ajoutent, un exemplaire de pot à carène médiane et col concave réalisé dans l’esprit du type 5 de Courseulles et un haut vase situliforme proche du type 3.

71Corseul / Saint-Uriac (Côtes-d’Armor)

72En plus de ses vases à profil segmenté dont se rapprochent les types 1A et 2A de Courseulles, la nécropole à incinérations Hallstatt / La Tène ancienne de Saint-Uriac, à Corseul dans les Côtes-d’Armor (Bardel 1977), comptait plusieurs formes aux angles mousses rappelant la tendance des types 1B, 2B et 2C. Un vase globulaire à fond soulevé pourrait également être rapproché du type 11.

73Ploemeur / Lann Tinikei (Morbihan)

74Le vase elliptique du tumulus de Lann Tinikei, à Ploemeur, dans le Morbihan, attribué à « La Tène ancienne » (Giot et al. 1995 : 318), est un autre rapprochement possible avec le type 11 de Courseulles. Surmonté d’un col bien développé, il est abondamment décoré de cupules et de motifs estampés.

75Ouessant / Mez Notariou (Finistère)

76Enfin, l’assemblage d’Ouessant / Mez Notariou, attribué au ve s. av. J.-C. (Le Bihan 1988-1996 ; Le Bihan, Robic 1992 ; Le Bihan, Villard 2001), offre une autre série de convergences tout à fait intéressantes avec celui de Courseulles. L’assemblage qui réunit, comme beaucoup des ensembles précédents, divers éléments à profil segmenté, proches du type 1B de Courseulles, mais aussi, un exemplaire de vase à carène médiane (type 5A de Courseulles) et un vase elliptique à fond ombiliqué marqué d’une courte lèvre verticale (type 10 de Courseulles), intègre surtout une abondante série de coupes à épaulement et col ouvert bien développé proches du type 8A, ainsi qu’une jatte à carène haute surmontée d’une courte lèvre éversée proche du type 9 et plusieurs exemplaires ramassés offrant un compromis entre les types 7B et 7C (Le Bihan, Villard 2001 : 292). J.‑P. Le Bihan souligne à juste titre, dès les premiers rapports, de très évidentes corrélations typologiques avec « les ensembles contemporains de la région champenoise » (Le Bihan 1988-1996).

3.2.2.3 Au sud-ouest

77Au sud-ouest (tabl. IV), entre Loire et Gironde, les collections disponibles sont moins nombreuses mais deux présentent déjà quelques similitudes avec l’assemblage de Courseulles (types 1A, 1B, 2A, 7A, 7C, 8A, 8B, 9, 10, 12A, 13C).

78Chazelles / grotte du Queroy (Charente)

79Une première comparaison peut être proposée avec le vase elliptique de la grotte du Queroy, à Chazelles (Charente), orné de motifs « graphités » en chevrons encadrés de deux jeux de cannelures et attribué à la fin du ve s. av. J.-C. (Gomez de Soto 1984). Bien qu’il s’agisse de couvertes peintes, ces motifs sont très proches de ceux gravés sur certains modèles du type 10 de Courseulles (ann. 1 : 12).

80Benet / Les Teuilles (Vendée)

81La seconde comparaison, qui intéresse davantage de modèles, peut-être faite avec la série de transition 1er/2nd âge du Fer des Teuilles, à Benet en Vendée (Nillesse 2000). Celle-ci réunit notamment divers modèles de jattes très comparables aux types 8A, 8B, 9, 12A et 13C de Courseulles, ainsi que, probablement, plusieurs fragments de vases à profil segmenté et épaule mousse des types 1A, 1B et 2A. On y remarque en outre plusieurs exemplaires de coupes ou gobelets à haut col comparables au type 7C, et des modèles un peu plus évasés dont le profil pourrait être rapproché de celui des gobelets à épaule surbaissée du type 7A. On peut également poser l’éventualité, à partir du dessin figurant au rapport, d’un modèle simplement caréné (CG0021-643), c’est-à-dire sans replat au niveau de l’inflexion de l’épaule, auquel pourrait se comparer le type 5A de Courseulles.

3.2.2.4 Dans l’est du Bassin parisien

82Les rapprochements entre la série de Courseulles et celles du Bassin parisien (tabl. IV) sont particulièrement nombreux, puisque plus de quinze types de la série de Courseulles trouvent une occurrence sur ce domaine géographique (types 1C, 2A, 2C, 3, 5, 7A, 7C, 8A, 8B, 9, 10, 12B, 12C, 13A, 13B, 13C). Ceci, notamment en termes d’influence ou de parentés culturelles, reste bien entendu à relativiser par le nombre de collections disponibles sur ce secteur en regard de la part à ce jour dévoilée dans l’Ouest.

Séries

83Compiègne / Le Fond Pernant (Oise)

84La série de l’habitat du Fond Pernant, à Compiègne dans l’Oise, où figurent, dans les phases 1, 2 et 3, attribuées à la période Hallstatt final/La Tène ancienne (Lambot 1988a ; Malrain et al. 1996a), des types également présents à Courseulles, est sans doute l’une des séries avec lesquelles les parallèles sont les plus évidents. On y retrouve dès la phase 1 des gobelets et des bols – ou jattes – à épaule basse (F80) proches des types 7A et 7C de Courseulles, associés à quelques premières jattes du type 13B, lesquelles – hasard probable des découvertes – ne réapparaissent que dans les assemblages « tardifs » du gisement (phase 6). En revanche, les gobelets du type 7 se voient associés dans la phase 2 (F79) à un vase situliforme proche du type 3 de Courseulles et à des jattes à carène médiane proches des types 12B et 12C. Ces éléments sont également présents dans la phase 3 (F10), associés cette fois-ci à des jattes à carène haute comparables au type 9 de Courseulles. Une autre connexion peut être établie avec les phases 4 et 5 de cet habitat (La Tène A - La Tène B, seconde moitié du ve - début du ive s. av. J.-C.) où perdurent, sur les deux phases, les jattes carénées et les situles (types 12 et 3 de Courseulles). Apparaissent, à la phase 4, les jattes hémisphériques de type 13A et 13B de Courseulles, et à la phase 5 des gobelets plus angulaires marqués d’une épaule et d’un haut col vertical proches du type 7C de Courseulles).

85Houdancourt / Les Esquillons (Oise)

86Dans la série issue de Houdancourt / Les Esquillons (Gaudefroy 1990 cité dans Malrain et al. 1996a : 47) attribuée au début du ve s. av. J.-C. (La Tène ancienne Ia de J.-J. Hatt et P. Roualet), des gobelets à haut col semblables au type 7A de Courseulles côtoient des jattes à carène haute comparables au type 9, des terrines à épaule marquées d’un col bien développé proches des types 8A et 8B. On y retrouve également plusieurs hauts vases à profil segmenté et col déversé rappelant les types 1B et 1C, ainsi que des vases situliformes comparables au type 3 et des jattes carénées et hémisphériques respectivement comparables aux types 12B et 12C et au type 13B.

87Lacroix-Saint-Ouen / Les Longues Rayes (Oise)

88Dans l’Oise encore, il est possible d’établir un parallèle avec la série de l’habitat de Lacroix-Saint-Ouen / Les Longues Rayes (Talon 1993 ; Malrain et al. 1996a : 52-53) où des gobelets « marniens » comparables au type 7A de Courseulles voisinent avec des jattes ou écuelles à carène haute comparables au type 9, des jattes à carène médiane comparables aux types 12B et 12C, ainsi qu’avec des situles proches du type 3 et des bols et jattes hémisphériques proches des types 13A et 13B.

89Pernant / Les Grevettes (Aisne)

90L’assemblage de la nécropole des Grevettes, à Pernant, dans l’Aisne et attribuée à La Tène I de J. Déchelette (Lobjois 1969 cité dans Demoule 1999), est un autre rapprochement possible avec la série de Courseulles. On y repère, en abondance, des petites jattes et gobelets, comparables aux types 8A et 8B de Courseulles, des jattes ou écuelles à carène médiane (types 12B, 12C de Courseulles), des jattes à carène haute (type 9 de Courseulles), des vases situliformes (type 3 de Courseulles) et, issu de la tombe 5, un vase elliptique exempt de décor mais très comparable, dans sa forme, au type 10 de Courseulles.

91Villeneuve-Saint-Germain / Les Grèves (Aisne)

92On peut également mettre la série de Courseulles en parallèle avec celle de l’enclos quadrangulaire de Villeneuve-Saint-Germain / Les Grèves, dans l’Aisne (Debord 1981). Celle-ci, attribuée à La Tène ancienne Ia, regroupe des gobelets à épaule surbaissée prolongée d’un haut col proches des types 7A et 7C de Courseulles, et des assiettes ou jattes à carène médiane proches du type 12C.

93Vrigny / Le Mont de Vannes (Marne)

94On peut également citer la série de la nécropole de Vrigny / Le Mont de Vannes (Marne), attribuée à La Tène Ia avec un prolongement possible sur La Tène Ib (Chossenot et al. 1981). On y reconnaît en effet deux abondantes séries de jattes et assiettes à carène médiane proches des types 12B et 12C de Courseulles, ainsi que deux jattes carénées dans leur tiers supérieur (tombes 16, 25) comme le type 9 de Courseulles. Une coupe dont l’assise (tombe 20) peut être rapprochée de l’unique pied creux mis au jour à Courseulles (ann. 1 : 116) figure également au sein de cet ensemble.

95Tinqueux / Mont Saint-Pierre (Marne)

96La série de la nécropole de Tinqueux / Mont Saint-Pierre, attribuée à La Tène ancienne Ia (Flouest, Stead 1981), offre également un certain nombre de similitudes avec le corpus de Courseulles. On y retrouve en effet des jattes à carène médiane (type 12B, 12C de Courseulles), des gobelets à épaule surbaissée et hauts col déversé (tombes 21, 22) identiques aux types 7A et 8A de Courseulles, ainsi que des jattes ou bols tronconiques simples comparables aux types 13B et 13C. Certaines, « griffées » à l’herbe, semblent d’ailleurs tout à fait identiques à la poterie n° 2 de la série de Courseulles (ann. 1 : 196).

97Villeneuve-Renneville-Chevigny / Le Mont Gravet (Marne)

98Les vases elliptiques comme celui du type 10 de Courseulles ou celui de la grotte du Queroy, à Chazelles, en Charente, sont d’une manière générale assez peu répandus dans le Bassin parisien. On évoquera malgré tout celui de la nécropole de Villeneuve-Renneville-Chevigny / Le Mont Gravet, dans la Marne (Brisson et al. 1971 ; 1972 cités dans Roualet 1991), laquelle est attribuée à La Tène ancienne I, dont la forme et le bandeau de chevrons peints ne sont pas sans rappeler l’urne cinéraire recueillie dans le fossé 44 de Courseulles (ann. 1 : 12 [type 10]).

99Manre / Le Mont Troté (Ardennes)

100Dans les Ardennes enfin, on ne citera pour exemple que la série de la nécropole du Mont Troté à Manre, attribuée au ve s. av. J.-C. (Rozoy 1981 ; Rozoy 1986-1987), sans doute l’un des ensembles qui offre le plus de concordances avec la série de Courseulles. Aux gobelets à épaule basse (type 7A de Courseulles) s’ajoutent en effet une assez longue série de jattes ou de terrines à épaule médiane surmontées d’un haut col (types 8A, 8B de Courseulles), mais aussi des jattes à carène médiane (type 12B et 12C de Courseulles), des pots situliformes (type 3 de Courseulles), ainsi que des jattes à carène haute (type 9 de Courseulles). On y repère par ailleurs plusieurs hauts vases, habituellement plus rares dans le Bassin parisien : l’un à épaule angulaire et col vertical (tombe 121) rappelant le type 1A de Courseulles, un autre à épaule arrondie et col vertical (tombe 130) proche du type 2A, ainsi qu’un col de « campanule » (tombe 98), lequel se rapprocherait plutôt du type 2C de notre série.

Typochronologies

101Au-delà des comparaisons avec les séries brutes de l’est du Bassin parisien, il faut évidemment évoquer plusieurs comparaisons possibles avec diverses typochronologies de référence émanant de ce secteur, telle celle de J.-J. Hatt et P. Roualet (Hatt, Roualet 1977) ou celle de J.‑P. Demoule (Demoule 1999). L’une et l’autre d’ailleurs, établies à partir des collections les plus anciennes, ont généralement servi de socle à la datation des séries les plus récemment découvertes évoquées précédemment. C’est donc sans surprise que leurs principales composantes en épousent la distribution sur le tableau III.

102Sans plonger dès à présent dans le propos de la chronologie de ces séries, laquelle fait l’objet d’un chapitre spécifique (cf. infra, § 3.9), on peut tout de même noter que le modèle de jatte à épaule mousse et col bien développé du type 8C de Courseulles trouve une correspondance assez convaincante dans le type B27 de J.-P. Demoule, autrement dit dans la partie ancienne de sa chronologie, celle qui concerne l’avant-dernière période du 1er âge du Fer : le Hallstatt D2 (Aisne-Marne IA : Demoule 1999 : 144). On ne lui trouve en revanche aucun équivalent dans la chronologie de J.-J. Hatt et P. Roualet. Le type 3 de Courseulles, celui des vases en forme de situle, mais aussi les petites jattes à haut col de type 8A, les gobelets à épaule surbaissée de type 7A et 7C ainsi que les jattes à épaulement médian de type 12B se rencontrent quant à eux dans les horizons de la toute fin du 1er âge du Fer (Hallstatt D3) et dans les premiers temps de La Tène ancienne (500-450 av. J.-C.) respectivement référencées Aisne-Marne IB et Aisne-Marne IIA dans la chronologie de J.-P. Demoule et Hallstatt final IIb et La Tène ancienne Ia dans la chronologie de J.-J. Hatt et P. Roualet. Il s’agirait donc, dans les deux classifications, de types globalement synchrones. Selon le jeu des occurrences toujours, les petites jattes à épaule médiane et col plus vertical et plus strict du type 8B, comme les jattes à carène médiane plus fermée de type 12C, ne feraient ensemble leur apparition qu’un peu plus tardivement, dans la seconde moitié de la première partie de La Tène ancienne (450- 400 av. J.-C. : Aisne-Marne IIA de J.-P. Demoule, La Tène ancienne Ib de J.-J. Hatt et P. Roualet). Les situles de type 3 et les jattes à carène médiane de type 12C, dont on trouve encore des exemples dans les premiers temps de La Tène B (400-350 av. J.-C. : Aisne-Marne IIB de J.-P. Demoule, La Tène ancienne IIa de J.-J. Hatt et P. Roualet), constitueraient les dernières comparaisons possibles avec les collections de ce secteur.

3.2.2.5 Dans l’extrême nord de la France

103L’extrême nord de la France (tabl. IV), soit en l’occurrence les régions du Nord et du Pas-de-Calais, bénéficie d’un bilan collectif édité dans les années 1990 (Hurtrelle et al. 1990) qui fait toujours référence. Plusieurs séries, pour ne pas dire toutes, offrent d’assez nombreuses concordances avec celle de Courseulles, notamment avec les types 3, 7A, 7B, 7C, 8A, 9, 12B, 12C.

104À Duisans / La Briqueterie (Pas-de-Calais), un fossé et une fosse attribués à La Tène ancienne Ia (phase A de l’étude) ont fourni un profil situliforme proche du type 3 de Courseulles, une petite coupe ou bol à épaule basse et col tronconique aminci comparable au type 8A, ainsi qu’une jatte à carène médiane et bord vertical tout à fait identique au type 12B.

105À Bailleul-Sir-Berthoult / Le Chemin de Saint-Laurent (Pas-de-Calais), une fosse attribuée à La Tène ancienne Ib (phase B de l’étude) réunissait une jatte à carène haute et ouverture réduite (type 9 de Courseulles) et plusieurs jattes ou bassines à carène médiane (type 12C) ou à bord presque vertical (proche du type 12B).

106À Fontaine-Notre-Dame / Le Trou de l’Enfer (Nord), c’est un habitat attribué à La Tène ancienne Ib (phase B de l’étude) qui a fourni un rebord de pot situliforme (type 3 de Courseulles), un gobelet à carène basse surmontée d’un haut col légèrement évasé (entre les types 7B et 12A), plusieurs jattes et bassines à carène haute (type 9) et à carène médiane (type 12C), et une jatte subhémisphérique (type 13B).

107À Avion/La République (Pas-de-Calais), c’est surtout une fosse, la fosse 4, attribuée à La Tène ancienne IIa, IIb (phase C de l’étude), qui a livré deux jattes à carène médiane comparables aux types 12B et 12C de Courseulles et deux vases situliformes proches du type 3. L’un de ces deux vases, couvert d’un décor plastique réalisé à partir d’impressions digitées sur la panse, offre, malgré des parois légèrement plus cintrées, un parallèle évident avec l’ornementation du vase ovale de Courseulles (ann. 1 : 172).

108À Hornaing / La Sucrerie (Nord), la fosse 14, attribuée à La Tène ancienne, regroupait plusieurs exemplaires de vases situliformes comparables au type 3 de Courseulles, de formes à carène médiane proche du type 12B et un modèle à carène haute et lèvre torique, proche du type 9. Non loin, le secteur 178 et la couche 179 livraient une abondante série de décors couvrants, pour l’essentiel réalisés par impressions digitées, dans le même esprit que celui du vase ovale de Courseulles (ann. 1 : 172).

109À Hamblain-les-Prés / Les Moyens Monts (Pas-de-Calais), un niveau « d’apprêt » (1802) attribué à La Tène ancienne IIa, IIb (phase C de l’étude) a offert l’association de vases situliformes comparables au type 3 de Courseulles, et de jattes et bassines à carène médiane comparables aux types 12B et 12C, ainsi que plusieurs éléments de décors couvrants réalisés à l’ongle tout à fait identiques à celui du vase 1114 de Courseulles (ann. 1 : 172).

110À cette série d’occurrences déjà longue, qui atteste de parentés stylistiques évidentes entre la série de Courseulles et celles du Nord de la France, peut s’ajouter l’assemblage bien étoffé en termes de diversité typologique de l’habitat de Monchy-le-Preux / Artoipole, dans le Pas-de-Calais (fosse F.00 : Jacques, Rossignol 1996 : 24). Dans cette série attribuée au ve s. av. J.‑C. figurent en effet plusieurs éléments de gobelets à haut col desquels peuvent être rapprochés les types 7A et 7C de Courseulles, ainsi que plusieurs exemplaires de vases situliformes proches du type 3, des jattes à carène haute et médiane proches des types 9, 12B et 12C et probablement des coupes marquées d’une épaule médiane et d’un haut col rappelant le type 8A.

3.2.2.6 Dans le Sud de la Grande-Bretagne

  • 4 L’édition de 1991, qui, à l’époque où nous avons rédigé ces lignes, était la seule disponible, a ét (...)

111Par-delà la Manche, plusieurs rapprochements peuvent aussi être proposés avec les traits céramiques de la Woodbury culture, qui couvre la période du viie s. au milieu du ier s. av. J.-C. dans le Sud de la Grande-Bretagne (Cunliffe 1991)4. On y retrouve en effet des formes analogues aux types 1A, 1B, 2A, 2C, 5A, 7B, 7C, 8A, 8B, 9, 10, 11 et 12C identifiés à Courseulles :

  • à Caburn (Sussex), une série du Kimmeridge-Caburn group attribuée au vie s. av. J.-C. réunit par exemple un haut vase à profil segmenté marqué d’un haut col, comparable au type 1A de Courseulles et une jatte à carène haute comparable au type 9 ;

  • à West Harling (Norfolk), une série du West Harling - Staple Howe group, attribuée elle aussi au vie s. av. J.-C., regroupe de son côté divers exemplaires de jattes à carène haute et médiane comparables aux types 9 et 12C de Courseulles ; on y repère également la partie supérieure d’un vase à profil segmenté de type 1A, au col un peu plus haut cependant que les modèles de Courseulles ;

  • à Winchester (Hants), cette fois-ci dans une série un peu plus récente du All Cannings Cross - Meon Hill group attribuée au ve-iiie s. av. J.-C., plusieurs cordoned bowls présentent une parenté stylistique assez probante avec le type 7C de Courseulles, du fait de leur silhouette d’abord mais aussi de leurs jeux de cannelures placés au-dessus de l’épaule ; – à Boscombe Down West (Wilts), une autre série du All Cannings Cross - Meon Hill group (ve-iiie s. av. J.-C.) comporte plusieurs hauts vases à épaulement mousse et col vertical proches du type 2A de Courseulles ; les pièces se voient par ailleurs ornées sur le dessus de l’épaule d’un bandeau de chevrons rappelant l’un des thèmes ornementaux privilégiés de la série de Courseulles ; au sein de cette série britannique toujours, une jatte ou coupe à haut col et un vase elliptique décoré d’un bandeau de stries isoclines à la liaison col/panse pourraient respectivement trouver quelques affinités avec les types 7C et 11 de Courseulles ;

  • à Park Brow (Sussex), dans le Park Brow - Caesar’s group, la série attribuée ve-iiie s. av. J.-C. réunit deux hauts vases à col bas ; l’un est comparable au type 2C (épaule mousse) de Courseulles, l’autre au type 1B (épaule angulaire) ;

  • à Great Wymondley (Herts) et à Chinnor (Oxon) dans le Chinnor-Wandlebury group, ce sont deux séries attribuées au ve-iiie s. av. J.-C. qui ont chacune livré des coupelles à épaule médiane surmontée d’un haut col déversé proches, celles-ci, des types 8A et 8B de Courseulles ;

  • à Eldon Seat (Dorset), dans une variante du All Cannings Cross - Meon Hill group, une série attribuée là encore au ve-iiie s. av. J.-C. regroupait plusieurs exemplaires (formes 6 et 9) – et même plusieurs modèles – de jattes à carène médiane comparables au type 5A de Courseulles ; fait plus rare, elles se trouvent associées à au moins un exemplaire tout à fait identique au type 7B (forme 4) ; la série compte par ailleurs une jatte à petit col vertical (forme 11) tout à fait identique au type 9 de Courseulles et plusieurs modèles de vases elliptiques dotés d’un col (formes 8, 10) avec lesquels le type 11 pourrait trouver quelques affinités, notamment dans la rupture de la silhouette à la jonction col/panse ;

  • enfin, à Ellesborough (Bucks), dans une autre série du Chinnor-Wandlebury group (ve-iiie s. av. J.-C.), ainsi qu’à Cromer (Norfolk), dans le Fengate-Cromer group, plusieurs pots sphériques surmontés d’une courte lèvre et ornés d’un décor en bandeau sur leur tiers supérieur présentent d’évidentes affinités avec les types 10 et 11 de Courseulles.

112D’une façon générale cependant, on relèvera, pour la documentation britannique, des attributions chronologiques toujours un peu plus basses – quelquefois de un à deux siècles – que celles du Continent. Mais compare-t-on les mêmes objets ? Les formes sphériques d’Armorique par exemple, ne sembleraient décliner qu’à partir de la seconde moitié du ive s. alors même que celles des collections britanniques ne semblent émerger qu’à partir de la période ve-iiie s. av. J.-C., comme nous venons de l’évoquer pour Ellesborough et Cromer, et se prolonger tardivement, jusqu’au ier s. av. J.-C., comme c’est le cas à Blewburton Hill, Hunsbury, Puddlehill, Gun Hill, Canewdon… Ceci peut pointer un problème d’attribution chronologique sur l’un ou l’autre des deux domaines, ou retranscrire deux réalités archéologiques finalement distinctes. Si la forme de ces pièces reste comparable, les décors d’arabesques et de volutes du corpus britannique attribué au iiie-ier s. av. J.-C. (Hunsbury, Puddlehill, Gun Hill, Canewdon…) coïncideraient malgré tout bel et bien avec les thèmes ornementaux de ces périodes observés par ailleurs sur le Continent, même si certains s’ornent encore de quelques cupules. En dépit de ces attributions basses (ve-iiie s. av. J.-C. en général), l’autre partie du corpus, parfois ornée de motifs plus rectilinéaires dont des chevrons (Blewburton Hill, Theale, Hunsbury…), supporterait curieusement mieux la comparaison avec les corpus d’Armorique et de Courseulles, identifiés comme légèrement plus anciens. Il conviendra donc bien entendu de réfléchir encore à ces données dans les années à venir de façon à mieux harmoniser les attributions entre les deux rives de la Manche.

3.2.2.7 Discussion

Champ des comparaisons

113L’un des premiers constats que l’on puisse faire à l’issue de ces comparaisons est qu’aucune des séries ou des typologies consultées ne regroupe tous les modèles présents dans le corpus de Courseulles. En effet, les comparaisons qu’il a été nécessaire de réaliser pour trouver un homologue à chacun des types identifiés sur le site nous ont finalement emmenés tout autant dans les séries des régions placées à l’ouest et au sud, où sont en priorité représentés les vases elliptiques (types 10, 11) et les hauts vases à épaulement (types 1A, 1B, 2A), que dans les séries des régions placées à l’est de la Seine et au nord-est où sont majoritaires les situles (type 3), les gobelets dits « marniens » (type 7A) et les bols à épaule surbaissée (type 7C) ainsi que les jattes carénées (types 9, 12B, 12C) et tronconiques (type 13B).

  • 5 Bretagne, Pays-de-la-Loire et Poitou-Charentes.
  • 6 Haute-Normandie, Picardie, Champagne-Ardenne et Nord-Pas-de-Calais.

114C’est ce jeu des affinités multiples de la série de Courseulles que tente, de façon plus synthétique que la longue présentation précédente, d’exprimer le tableau III qui, par le biais d’une légère réorganisation des occurrences par grandes zones géographiques, fait effectivement apparaître deux agrégats. L’un, défini avant tout par les types 4, 12A, 1A, 1B, 1C, 2A, 2B, 2C, 10 et 11, semble être propre à la « zone occidentale »5. L’autre, déterminé essentiellement par les types 7A, 7C, 12B, 12C, 13B et 13C, occupe sur le tableau l’espace des zones orientale et septentrionale : la partie nord - nord-est du Bassin parisien6. À la jonction des deux ensembles se définit une zone de rencontre par le biais des types 8A, 8B, 8C, 3, 9 et 5A, finalement communs aux deux domaines.

115En somme, si l’on s’en tient à la « géographie » du tableau III toujours, c’est encore avec le Sud des îles Britanniques que le corpus de Courseulles trouverait finalement le plus d’affinités, ceci s’exprimant par une plus grande diffusion des occurrences dans la largeur du tableau. Sans trop détailler ce phénomène qui ne concerne que de très loin notre propos, on fera tout de même la remarque que, outre les problèmes de datation exposés précédemment, les rares corpus attribués au vie s. av. J.-C. sur les îles Britanniques seraient dans l’immédiat les seuls à présenter des concordances avec les hauts vases à profil segmenté de type 1A attachés à la « zone occidentale » de notre classement. A contrario, si les séries plus récentes, attribuées à la période ve-iiie s., semblent maintenir quelques affinités avec ce secteur par le biais des hauts vases à épaule mousse des types 1B, 2A et 2C, elles montrent aussi d’évidentes affinités avec certains traits de la « zone orientale » par le biais de bols à carène ou épaule basse des types 7B et 7C. C’est également au sein de ces séries que les jattes à épaule médiane du type 8A et 8B, récurrentes dans les collections du Nord de la France, semblent faire leur apparition.

116Il sera bien entendu important dans l’avenir de compléter et de reconsidérer ces premiers rapprochements, à la faveur notamment de nouvelles découvertes et d’une précision des chronologies, sur le Continent comme outre-Manche. Il n’en reste pas moins que c’est bien le jeu de ces multiples occurrences typologiques et géographiques, ainsi que les diverses connexions qui ont pu être établies avec les typochronologies déjà en place (Hatt, Roualet 1977 ; Demoule 1999), qui constituent à l’évidence le premier intérêt du corpus de Courseulles, dans l’objectif notamment d’harmoniser les attributions chronologiques sur tout le Nord de la France.

L’apport des ensembles clos à Courseulles

117Ce phénomène d’affinités variées, qui est en soi intéressant si l’on prend en considération l’entièreté de la série, l’est sans doute davantage encore lorsqu’il s’observe au sein des assemblages issus de milieux clos, surtout lorsque ces assemblages, tout en témoignant d’une contemporanéité des vases qu’ils renferment, réunissent en dépôt primaire (cf. supra, § 3.1.3) et au sein d’une même unité stratigraphique des pièces dites pour les unes « de tradition armoricaine » et pour les autres « de tradition orientale », ou tout au moins entendues comme telles. C’est ce que tente de mettre en évidence le classement par ensembles et par types du tableau IV.

  • 7 – On pourrait également mentionner les quelques exemplaires identifiés dans les séries de Houdancou (...)

118L’ensemble issu de la fosse 1096 regroupait par exemple de hauts vases du type 1A et 2A (ann. 1 : 143, 147, 148), surtout référencés en Armorique (Le Boisanne par exemple : Menez 1996) et dans les niveaux des vie et ve siècles de Grande-Bretagne (Barley notamment : Cunliffe 1991)7, associés à des gobelets à épaule basse des types 7A et 7C (ann. 1 : 134, 141) et à des terrines du type 5A et 5B (ann. 1 : 142, 137), essentiellement connus l’un et l’autre à l’est de la Seine. La jatte à carène médiane de type 12C (ann. 1 : 133) associant profil segmenté typique des faciès du ve s. dans l’Est de la France et cupules propres au domaine armoricain pourrait assez bien passer à ce titre elle aussi pour le résultat d’une double influence.

119La fosse 1295 associait de son côté deux hauts vases marqués d’une épaule du type 1B (ann. 1 : 197) et 1C (ann. 1 : 192), à un col de gobelet à épaule basse du type 7A (ann. 1 : 179), un autre du type 7B (ann. 1 : 189) et une jatte à carène médiane du type 12B (ann. 1 : 178), les deux premiers types étant surtout connus dans l’Ouest de la France, les trois autres surtout dans l’est du Bassin parisien. C’est au sein de cet ensemble que se rencontrent deux vases ne trouvant que peu de correspondance dans les séries consultées, l’un du type 5C (ann. 1 : 191), à carène médiane, muni d’une lèvre légèrement renflée, l’autre du type 4 (ann. 1 : 186), de silhouette analogue – à épaulement médian – mais doté d’un petit col tronconique. Cette inflexion de la panse à mi-hauteur des vases pourrait les rapprocher, notamment pour le type 5A, de quelques exemplaires de jattes basses – ou « terrines » – émaillant la rive sud de la Manche (Graimbouville : Blancquaert, Desfossés 1996 ; Les Jogasses : Hatt, Roualet 1981 : pl. XXXII, vase 519 ; Le Boisanne : Menez 1996 : forme 17) ou encore, pour le type 4, de quelques très rares modèles de vases à épaulement médian présents dans deux de ces séries (Le Boisanne : Menez 1996 : forme 9 ; et, avec réserve, Les Jogasses : Hatt, Roualet 1981 : pl. XIII, vase 1388). En dépit d’une représentation quasi anecdotique au sein de ces ensembles, ces formes à carène médiane atteindraient à Courseulles près de 5 % du corpus, ce qui, dès lors, pourrait en désigner l’une des tendances stylistiques importantes.

120La fosse 929 réunissait pour sa part un haut vase à épaule du type 2B (ann. 1 : 122) et un vase elliptique du type 10 (ann. 1 : 128) [armoricains ?] à deux jattes à carène médiane du type 12B (ann. 1 : 120, 126) et une jatte à carène haute du type 9 (ann. 1 : 124) [orientales ?].

121Illustrant encore les affinités typologiques variées de la céramique de Couseulles, la fosse 1459 regroupait pour sa part un vase elliptique décoré de cupules, de tradition armoricaine (ann. 1 : 171 [type 10]), et la base d’un vase probablement situliforme (type 3 ?) mais habillé d’un décor couvrant réalisé à l’ongle (ann. 1 : 172). Ce dernier est à rapprocher de certains décors de situles du Nord et de l’Est de la France, celles des sites de Avion / La République et de Hamblain-les-Prés par exemple (Hurtrelle et al. 1990).

  • 8 – Pour cette raison, elle ne figure pas au tabl. V.

122La fosse 119 enfin, dont l’état des tessons donne à penser que leur position dans le comblement est résiduelle8, associait néanmoins le col d’un gobelet à épaule surbaissée de type 7A dit « marnien » (ann. 1 : 75) à deux fragments de vases elliptiques des types 10 et 11, de tradition plus occidentale (ann. 1 : 73, 77).

123En complément de ces mariages typologiques, on peut également faire mention, ceci en raison de la localisation du site très à l’ouest de la Seine, de l’assemblage issu de la fosse 362. En dehors d’un vase du type 7B (ann. 1 : 98), que l’on identifie seulement sur les sites de Eldon Seat (Grande-Bretagne) et peut-être de Ouessant / Mez Notariou, cette structure n’a livré que des profils entendus jusqu’il y a peu comme « de tradition orientale » :

  • un gobelet à épaule surbaissée (ann. 1 : 105) assez fidèle aux exemplaires marniens du ve s. av. J.-C. (Demoule 1999),

  • trois formes probables du type 5 (5A [ann. 1 : 104] et 5C ? [ann. 1 : 94, 106]), lequel est connu surtout à l’est de Seine (Les Jogasses : Hatt, Roualet 1981 ; Graimbouville : Blancquaert, Desfossé 1996) si l’on excepte l’exemple du Boisanne (Menez 1996 : forme 17),

  • une jatte subhémisphérique du type 13B (ann. 1 : 97).

124Dans le même ordre d’idées mais selon une tendance inverse, la fosse 930 n’a offert, en dehors d’une jatte du type 8B (ann. 1 : 130), type sur lequel nous reviendrons plus loin, que deux vases que l’on pourrait dire de « tradition armoricaine » : un haut vase à épaule mousse couronné d’un court rebord éversé terminé par une lèvre décorée d’impressions à la baguette, du type 2C (ann. 1 : 129), et la panse d’un vase à profil segmenté du type 1B ou 1C (ann. 1 : 131).

125Du fait de conditions de dépôt ou de conservation plus aléatoires – ou plus difficile à reconnaître – il nous a semblé opportun de distinguer de ces ensembles clos véritables les ensembles issus des différentes couches de remplissage des fossés où les risques de mélange sont plus grands, en raison notamment d’une histoire ordinairement plus complexe. Cette mise en garde posée, on mentionnera tout de même plusieurs assemblages du même ordre (tabl. V) :

TABL. V Tableau des associations des deux principaux faciès céramiques en ensembles clos.

TABL. V Tableau des associations des deux principaux faciès céramiques en ensembles clos.
  • celui de la couche C4 du fossé 45, qui associe un gobelet à épaule surbaissée surmontée d’un haut col de type 7A (ann. 1 : 26, type « marnien »), à un vase elliptique de type 10 (ann. 1 : 29), de tradition plutôt armoricaine, effectivement décoré de cupules et d’un cordon mouluré orné de stries obliques ;

  • celui de la couche C5 du fossé 44 qui associe un vase elliptique du type 10 décoré d’un bandeau de chevrons (ann. 1 : 12) et un haut vase à épaule du type 1B (ann. 1 : 14), l’un et l’autre de tradition armoricaine, à un vase situliforme du type 3, de tradition plus orientale (ann. 1 : 11) ;

  • et celui du fossé 2000, dont le remplissage – non stratifié – associe deux hauts vases à épaule du type 1B (ann. 1 : 200, 202) et un vase elliptique du type 11 (ann. 1 : 199, type « armoricain ») à un fond de gobelet à épaule basse du type 7A (ann. 1 : 201, type « marnien »).

126Dans l’état actuel des données, l’image qui se dégage des associations de formes sur le site est celle d’une diversité des affinités culturelles ou de l’origine des importations, finalement cohérente avec la position géographique du site, à la jonction de deux anciennes entités culturelles schématiquement séparées par la Seine (le « domaine atlantique » d’une part, le « domaine continental » ou « nord alpin » d’autre part : Verron 1976 ; Brun 1998) ; le simple mariage de gobelets dits « marniens » et de vases elliptiques présumés de tradition armoricaine en est l’illustration. Sans le remettre en cause, car nous sommes là au ve s. av. J.‑C., le corpus de Courseulles transcende de par sa composition et sa position le vieux clivage entre ces deux zones dont on soupçonne qu’il existe encore durant le 1er âge du Fer.

Unité culturelle ou échanges « transterritoriaux » ?

127Il n’aura échappé à personne que les petites jattes à épaulement médian surmonté d’un col bien développé des types 8A et 8B (fig. 76c) ont été exclues de cette longue présentation, ceci en dépit d’une représentation à hauteur de 20 % au sein de la série et de leur présence dans à peu près tous les assemblages évoqués précédemment. Encore considérées il y a peu comme des pièces emblématiques des faciès orientaux (Demoule 1999), leur apparente fréquence sur la frange nord du territoire, révélée à la faveur des fouilles récentes, oblige en définitive à s’interroger sur l’éventualité que ce modèle soit nettement plus ubiquiste qu’envisagé auparavant. De nombreux exemplaires similaires se voient en effet répertoriés aussi bien au Fond Pernant qu’au Boisanne, à Ouessant ou aux Teuilles, c’est-à-dire sur une zone longeant le couloir de la Manche et allant de l’Oise à la Vendée. Ainsi, bien que les jattes de type 8A et 8B aient été initialement découvertes dans l’est du Bassin parisien, leur répartition telle que nous la connaissons aujourd’hui pourrait être comprise, soit comme le résultat d’une expression stylistique propre à tout le Nord de la France, soit comme celui de la diffusion d’une pièce très spécifique sur cette zone géographique.

128En dépit du fait qu’elles ne représentent au contraire qu’une très petite partie des corpus (1 à 2 %), on peut s’interroger sur l’éventualité d’un phénomène comparable pour les jattes carénées du type 5A, dont il semble possible de suivre la dispersion sur toute la rive sud de la Manche, depuis Les Jogasses à l’est jusqu’au Boisanne à l’ouest, voire jusqu’au site des Teuilles, un peu plus au sud, sur la côte Atlantique.

129C’est donc pour répondre à la question de l’origine géographique des pièces identifiées à Courseulles, tant pour les jattes des types 8A, 8B et 5A que pour les autres composantes des assemblages, dont les provenances pourraient paraître plus localisées (Armorique ou Bassin parisien), qu’une étude pétrographique des pâtes s’imposait. Celle-ci avait pour objectif de distinguer la part des productions endogènes de celles exogènes, afin de privilégier l’une des deux hypothèses : celle du seul transport des concepts esthétiques et stylistiques, qui serait donc plutôt significatif d’un certain degré d’unité culturelle entre les régions évoquées, ou celle du transport des produits finis au sein de territoires plus indépendants.

3.2.3 Étude pétrographique

130x. savary

131Par simple observation à l’œil nu, les pâtes céramiques de Courseulles se répartissaient en deux grands types, pâtes fines et pâtes grossières, prenant en compte la taille des éléments. L’étude à la loupe binoculaire est venue confirmer la première observation, les pâtes grossières renfermant généralement des débris d’organismes fossiles très grossiers, et les pâtes fines contenant de nombreux fragments blanchâtres variant en taille et en proportion. Certaines pâtes fines ne comportaient aucun élément visible. L’analyse microscopique s’est alors appuyée sur un échantillonnage basé sur la distinction entre les deux grands types, fin et grossier, et leurs variations internes, mais également sur la forme des vases. Ainsi, les pâtes fines et certains types morphologiques particuliers ont fait l’objet d’une attention renforcée visant à déceler d’éventuelles importations. Certaines pâtes, apparaissant très originales, ont également été échantillonnées. L’intérêt d’un tel échantillonnage, basé sur la morphologie des vases, était de caractériser les pâtes de céramiques dont la typologie semblait exprimer une double influence culturelle, tantôt orientale et tantôt occidentale.

132L’analyse des pâtes aura donc pour but d’établir si cette répartition reflète l’existence d’importations de céramiques d’origines différentes ou s’il faut considérer le site de Courseulles, à travers son corpus de céramiques produites localement, comme appartenant à une aire culturelle influencée par ces deux domaines opposés.

3.2.3.1 Analyse des pâtes

Les pâtes grossières

133La grande majorité des pâtes grossières est caractérisée par la présence d’éléments carbonatés de grande taille issus de la fragmentation d’organismes fossiles (pâtes dites « à bioclastes fossiles »). Dans deux cas seulement, les pâtes contiennent des éléments carbonatés grossiers dont l’origine fossile n’a pu être mise en évidence – il s’agit de pâtes à coquilles frustes ayant une biréfringence particulière. D’autres, détectées lors de l’analyse macroscopique, ne contiennent pas d’éléments carbonatés ; elles ont été traitées en marge et regroupées dans le volet des pâtes atypiques.

134Le type des pâtes grossières à bioclastes fossiles, dominant, affiche une grande variabilité témoignant éventuellement de la présence de deux catégories de pâte. Cependant, la distinction entre ces catégories s’est révélée ardue tant à l’examen macroscopique que microscopique. En effet, la nature des bioclastes diffère peu – seule la proportion des différents bioclastes est variable – et certains échantillons sont apparus comme intermédiaires entre les deux catégories. C’est pourquoi les deux catégories ne peuvent être prises en compte comme de véritables sous-groupes mais plutôt comme deux pôles d’un groupe à part entière.

135Le premier pôle est composé de pâtes où les bioclastes de brachiopodes et de lamellibranches (bivalves) dominent les autres fragments d’organismes. Ces bioclastes sont de taille importante, régulièrement supérieure à 2 mm de longueur pour certains débris de coquilles, et peuvent atteindre 7 mm. De petits débris d’échinodermes et des pellétoïdes sont également présents en grande quantité. Les bioclastes grossiers d’échinodermes et de bryozoaires sont rares. Des grains de quartz de petite taille, en proportion très faible, sont disséminés dans la matrice argileuse. En macroscopie, les céramiques sont alors caractérisées par de nombreux fragments allongés de coquilles blanchâtres ou grisâtres associées à d’autres bioclastes grossiers plus arrondis.

136Dans le second pôle, la proportion de bioclastes de brachiopodes et de lamellibranches demeure importante mais ne domine plus le cortège. Celui-ci est enrichi par de nombreux bioclastes d’échinodermes, des fragments grossiers de bryozoaires et quelques débris calcaires. Dans ces pâtes, la proportion et la taille des grains de quartz augmentent sensiblement. En macroscopie, les céramiques sont généralement un peu plus rugueuses au toucher, les éléments arrondis dominent le cortège et sont associés à des fragments coquilliers allongés.

137Les céramiques à bioclastes fossiles, sans distinction entre les deux pôles, peuvent également contenir des grains de quartz plus grossiers pouvant indiquer des mélanges de matériaux. D’autres éléments, bien visibles à l’œil nu sur certaines céramiques grossières, peuvent être interprétés comme des bryozoaires encroûtant actuels.

138Le type à bioclastes fossiles concerne la plupart des céramiques grossières du site de Courseulles. La distinction entre les deux pôles ne trouve aucun reflet dans l’approche typologique, les pâtes grossières des deux catégories se répartissant indifféremment dans les types morphologiques définis pour les céramiques grossières.

Les pâtes fines

Pâtes fines à nombreux éléments carbonatés

139Un bon nombre de pâtes fines renferme une proportion importante d’éléments carbonatés. Ce sont principalement des bioclastes de brachiopodes et d’échinodermes, accompagnés de débris de coquilles de lamellibranches et de fragments de bryozoaires souvent très arrondis. Des grains de calcite sont régulièrement présents au côté des bioclastes, ils peuvent être largement majoritaires dans quelques pâtes. La proportion de chacun des éléments carbonatés est très variable d’un échantillon à l’autre mais ne justifie pas la séparation de ces pâtes en plusieurs catégories. La matrice, phylliteuse, est envahie de quartz monocristallins et de grains carbonatés (pellétoïdes) de petite taille. Ils sont souvent associés à de petits grains de feldspath, à des grains microcristallins et à de rares silex. Cette fraction fine concerne des grains généralement inférieurs à 0,1 mm, subsphériques ou suballongés et assez anguleux. Dans plusieurs échantillons, des sables grossiers sont présents en faible quantité. Plusieurs pâtes contiennent des ponctuations noirâtres ou rougeâtres bien visibles à l’œil nu. Au microscope, ces ponctuations se présentent le plus souvent comme de petits amas ferruginisés contenant des grains de quartz comparables à ceux de la matrice. Leurs limites sont souvent confuses mais peuvent être très franches et parfois accompagnées d’un retrait de la pâte. Leur couleur, généralement très opacifiante, interdit l’observation de la structure des grains. Quelques-uns, plus clairs, présentent une structure équante nullement comparable à des fragments de céramique (chamotte). Leur taille est rarement supérieure au millimètre. Certains d’entre eux pourraient être les traces tangibles d’une évolution pédogénique des argiles originelles. D’autres ponctuations ferrugineuses, plus conséquentes, s’apparentent plutôt à des zones mal délimitées où la matrice est plus fortement chargée en oxyde de fer.

140Plusieurs échantillons disposent de pâtes particulièrement riches en grains calcaires. Ces grains, associant de la calcite et des bioclastes, sont assez anguleux et pourraient être interprétés comme des fragments de calcaire pilé. Cependant, de tels grains sont constamment présents, en quantité variable, dans les pâtes fines où ils sont toujours associés aux bioclastes. Ils apparaissent comme de minuscules grains blancs à l’examen macroscopique. Sans abandonner totalement l’hypothèse d’un ajout de dégraissant calcaire, ces fragments sont interprétés comme inclus naturellement dans les argiles. Des éléments comparables ont été détectés dans les pâtes de céramiques découvertes sur des sites voisins datés de La Tène finale (sites de Thaon et de Cairon : San Juan et al. 1999).

Pâtes à rares éléments carbonatés

141Ces pâtes renferment une fraction fine très dense et globalement comparable à celle décrite pour le groupe précédent. Les éléments carbonatés sont le plus souvent des bioclastes de brachiopodes, d’échinodermes ou de lamellibranches, rarement plus nombreux que quatre à cinq individus par lame mince. Ils sont accompagnés de rares petits fragments de calcite et de ponctuations ferrugineuses comparables à celles décrites pour le premier groupe.

Pâtes sans éléments carbonatés

142Ces pâtes sont totalement dépourvues d’éléments carbonatés. Pourtant, elles sont composées d’éléments non carbonatés qui, par leur nature et leur morphologie, sont comparables à ceux rencontrés dans les deux groupes précédents : grains subanguleux et subsphériques ou suballongés de quartz et feldspath, grains microcristallins et rares silex. Les pâtes contiennent également des ponctuations ferrugineuses en tout point comparables à celles des autres pâtes fines.

143À l’examen macroscopique, les pâtes fines sont de couleur brune ou marron foncé, les éléments les plus visibles sont les petits fragments de coquilles présents en proportion variable et les ponctuations ferrugineuses noires ou orangées. Les éléments carbonatés sont visibles à l’œil nu dans les cassures fraîches ou à la surface des céramiques – petits grains blanchâtres disséminés. Les pâtes, pauvres ou dépourvues d’éléments carbonatés, renferment rarement des inclusions blanchâtres visibles mais affichent toujours les mêmes ponctuations ferrugineuses. La présence des éléments carbonatés dans certaines pâtes n’a parfois été révélée que lors de l’analyse microscopique. La proportion de pâtes dépourvues d’éléments carbonatés reste donc faible malgré qu’elles aient fait l’objet d’un échantillonnage privilégié dans le but de détecter les éventuelles importations.

144L’observation microscopique des pâtes fines met en évidence une variation de la proportion d’éléments carbonatés. Ces variations d’un vase à l’autre peuvent apparaître brutales mais la diminution s’avère progressive au regard de la totalité du lot analysé. La nature, la taille et la morphologie de la fraction fine non carbonatée apparaissent alors comme la constante permettant d’établir le parallèle entre toutes ces pâtes.

Les pâtes atypiques

145Cette catégorie renferme toutes les pâtes présentant des faciès marginaux. Peu nombreuses sur le site de Courseulles, ces pâtes concernent des tessons difficiles à rapprocher de formes bien définies.

146On peut citer un exemplaire de pâte dégraissée à l’os, un autre comportant de la chamotte ou des grains d’altération d’un calcaire contenu dans une matrice plus épurée, de provenance très vraisemblablement locale, un autre principalement constitué d’argile à glauconie pouvant avoir pour origine la formation argileuse nommée « glauconie de base » et présente sur les contreforts voisins du Pays d’Auge, et un dernier montrant dans sa fraction grossière des débris de quartz, de feldspath très altéré, de biotite et de muscovite en gerbe évoquant comme provenance probable les granodiorites mancelliennes qui affleurent au sud de la région bas-normande.

3.2.3.2 Morphologie des vases et pâtes céramiques

147Les pâtes les plus grossières concernent essentiellement les vases à parois grossières dont la morphologie évoque globalement une utilisation axée sur le stockage. Un seul exemplaire, vase plus arrondi à col sinueux et paroi moins grossière, présente une pâte fine à nombreux éléments carbonatés (ann. 1 : 15). S’il est vrai que les pâtes grossières sont minoritaires au regard du nombre total d’individus reconstitués, leur proportion reste importante, notamment dans les fossés.

148Les pâtes fines concernent, sauf exception, les céramiques très soignées à parois fines. Quelques rares exemplaires présentent des pâtes ayant pu apparaître assez grossières à l’examen macroscopique. L’analyse microscopique, effectuée sur certaines d’entre elles, a révélé une fraction fine importante et comparable à celle des pâtes fines classiques. L’importante proportion d’éléments bioclastiques de grande taille explique alors la première attribution.

149Les pâtes des formes typiques de la culture marnienne, vases à carène basse comparables à ceux découverts au cimetière des Jogasses notamment, ne diffèrent pas du reste du lot. Elles sont généralement riches en éléments carbonatés, un à deux exemplaires seulement n’en comportent pas (ann. 1 : 26, analysé ; ann. 1 : 88, non analysé). Le cas est identique pour les céramiques à profil curvilinéaire présentant ou non des cupules. Pour cette catégorie morphologique, un seul exemplaire, à cupules, est dépourvu de grains carbonatés (ann. 1 : 171, analysé).

150Les vases présentant des traces de peinture ont également subi un examen particulier tant la finesse de certaines pâtes laissait présager d’éventuelles importations. Il en résulte une répartition comparable : nombreuses pâtes fines riches en éléments calcaires, pâtes fines à rares éléments calcaires et rares pâtes fines sans élément calcaire. Un échantillon présente une pâte grossière particulière à coquilles frustes.

151Les rares pâtes qui n’ont pas été interprétées comme locales ne concernent pas souvent des formes reconstituées. C’est le cas des pâtes dites « atypiques », qui sont généralement issues de fragments difficilement attribuables à la période. La pâte dite « dégraissée à l’os », par exemple, ne peut être prise en compte dans cette étude par manque d’information concernant sa typologie. Au contraire, une forme basse à profil segmenté, portant une carène haute (ann. 1 : 124, analysée), présente une pâte atypique à nombreux grains ferrugineux. Cette dernière est toutefois interprétée comme locale par analogie avec des pâtes céramiques du 2nd âge du Fer de Thaon et Cairon. Seule une forme basse hémisphérique à lèvre digitée (ann. 1 : 182, analysé) possède une pâte dont la provenance reste problématique (pâte de type 1.2).

3.2.3.3 Structures et pâtes céramiques

152La répartition des pâtes par structures semble peu sujette à discussion. En effet, même si elles peuvent varier d’une structure à l’autre, les proportions entre pâtes fines et pâtes grossières restent assez stables. On peut cependant noter une représentation importante des pâtes grossières dans les fossés, et inversement une proportion plus faible de pâtes grossières dans la structure 362 (ann. 1 : 94-107). Cette observation est à mettre en parallèle avec l’effectif important de céramiques à parois fines dans cette structure. Il avait été également noté dans cette structure une légère différence au niveau des pâtes. À l’œil nu, les céramiques comportaient des grains ferrugineux plus nombreux et plus souvent anguleux que dans les autres structures. Cette observation n’a pas été confirmée par l’analyse microscopique qui révèle des ponctuations ferrugineuses assez classiques, comparables à celle des autres pâtes fines.

3.2.3.4 Discussion sur l’origine des matières premières

153L’association entre des bioclastes de brachiopodes et de bivalves – probablement des huîtres –, des petits débris d’échinodermes et des pellétoïdes dans la première catégorie de pâtes dites « à bioclastes fossiles » semble être la marque d’un approvisionnement dans les niveaux supérieurs du Bathonien de la plaine de Caen. Certains échantillons présentent de nombreuses similitudes avec les faciès marneux du Bathonien terminal / Callovien basal régional. La seconde catégorie, à bioclastes de bryozoaires fossiles roulés et à gros échinodermes, pourrait indiquer que nous sommes en présence d’argiles d’altération ou de niveaux marneux plus anciens mais toujours situés dans le Bathonien régional. Cependant, la variabilité des faciès, l’identification de faciès intermédiaires entre les deux catégories et la présence de quartz moyen ou grossier dans certains échantillons nous interdisent de conclure à deux approvisionnements distincts sans exclure d’éventuels mélanges ou variations de faciès des argiles originelles. L’interprétation des bryozoaires actuels pourrait nous conduire à voir dans leur environnement d’origine un lieu proche du littoral favorisant le remaniement ou le mélange des sources argileuses. Quoi qu’il en soit, la composition des pâtes grossières à bioclastes fossiles témoigne d’approvisionnements locaux pouvant éventuellement se faire sur la façade littorale comprise entre la vallée de la Dives et le Bessin.

154L’origine argileuse des pâtes fines est plus difficile à appréhender. La présence d’un matériel quartzeux de petite taille très dense pourrait indiquer une origine limoneuse. Les bioclastes présents dans ces argiles témoignent quant à eux d’un environnement géologique calcaire. La morphologie et la taille des éléments non carbonatés, constituant la fraction fine, sont comparables d’un échantillon à l’autre. Cette observation atteste d’approvisionnements identiques dans lesquels la proportion très variable des éléments carbonatés pourrait être le fait de variations de faciès dans la matière première. Aucun parallèle n’a été mis en évidence avec la typologie des vases puisque deux vases, morphologiquement proches, peuvent être plus ou moins riches en éléments carbonatés. De même, les vases peints montrent généralement des pâtes très fines peu chargées en éléments carbonatés, mais dans certains cas affichent des pâtes particulièrement riches en bioclastes grossiers. L’hypothèse la plus recevable pour expliquer de telles variations est celle d’un approvisionnement dans des limons plus ou moins décarbonatés.

155Par ailleurs, plusieurs échantillons à pâte fine de Courseulles peuvent être comparés à des pâtes analysées sur plusieurs enclos situés sur les communes de Thaon et Cairon (San Juan et al. 1999). Ces dernières sont issues de céramiques du 2nd âge du Fer contenant une fraction fine importante, des éléments carbonatés plus ou moins fréquents et de nombreuses zones de concentration ferrugineuse. Ces céramiques, interprétées comme des productions locales très soignées, sont très fréquentes sur ces sites alors qu’elles sont presque anecdotiques sur les sites laténiens du plateau de Caen, plus en retrait par rapport au littoral. Les similitudes entre des céramiques de sites proches géographiquement – Thaon, Cairon et Courseulles sont compris dans un rayon de quelques kilomètres – viennent renforcer l’idée d’une utilisation d’argiles – ou plutôt de limons – présentes l’environnement local du site de Courseulles.

156D’éventuelles importations paraissent donc peu probables compte tenu du regroupement de la quasi-totalité des céramiques fines en un groupe plus ou moins riche en éléments carbonatés. La rareté des éléments de comparaison hors région est une difficulté supplémentaire dans la recherche de vases d’importation. En effet, peu d’analyses ont jusqu’à présent été réalisées sur les céramiques marquant la transition entre le Hallstatt final et La Tène ancienne. Les céramiques champenoises faisant référence à cette période n’ont généralement fait l’objet d’aucune investigation particulière concernant la composition minéralogique des pâtes. Parfois décrites succinctement, ces dernières semblent généralement très fines et de couleur foncée, leur extrême finesse pouvant peut-être interdire les descriptifs macroscopiques. Quelques mentions, relevées au hasard des lectures d’articles, semblent indiquer l’emploi régulier de chamotte associée ou non à des inclusions issues des formations géologiques locales. Seules les pâtes des céramiques laténiennes du Mont Troté et des Rouliers, dans les Ardennes (Rozoy 1986-1987) ont fait l’objet d’une étude très précise effectuée à la loupe binoculaire. Ces céramiques, issues d’ateliers de potiers exploitant la gaize d’Argonne, affichent des pâtes riches en quartz et en oxyde de fer. Des ajouts fréquents de chamotte et de végétaux sont signalés. Des débris coquilliers peuvent être présents mais l’auteur les relègue au rang des « dégraissants rares ». En revanche, des inclusions coquillières dans des pâtes semi-grossières sont signalées dans la vallée de l’Oise pour la période de transition Hallstatt final / La Tène ancienne (Talon 1987b ; Lambot 1988a).

157En l’absence d’éléments supplémentaires, il est difficile d’identifier des importations potentielles à Courseulles-sur-Mer ou de remettre en question l’origine locale des matières premières. Cependant, devant la difficulté d’identifier précisément la source des argiles les plus fines, les rares pâtes totalement dépourvues d’éléments carbonatés peuvent encore être considérées comme d’origine douteuse. Des comparaisons avec les pâtes picardes et champenoises pourraient apporter des éléments nouveaux sur d’éventuelles diffusions de céramiques.

3.2.3.5 Conclusion

158Grâce à l’observation de la fraction fine, nettement différente dans les pâtes fines et les pâtes grossières, et malgré la similitude des bioclastes présents dans les deux groupes, l’analyse pétrographique des céramiques de Courseulles-sur-Mer atteste d’au moins deux grands types d’approvisionnement. Le premier s’effectue dans des marnes ou argiles d’altération locales, et la matière est utilisée principalement pour la fabrication de céramiques grossières n’exigeant pas, a priori, de qualités particulières. Au contraire, le second type d’approvisionnement, probablement réalisé en terrain limoneux, témoigne de façon évidente, de la recherche d’une qualité, d’une finesse et d’une plasticité des argiles qui ont permis de fabriquer des vases à parois fines et souvent segmentées. Ce dernier type de matière est caractérisé par des variations très importantes dans la taille et la proportion des éléments. Cette observation ne reflète pas forcément une diversité des lieux d’extraction mais à tout le moins des variations importantes de faciès de la matière première – variations pouvant être latérales ou verticales, à l’échelle d’une zone élargie ou d’un simple affleurement.

159S’il est vrai que l’étude typologique des céramiques fait apparaître des formes d’influences opposées, l’étude microscopique des pâtes tend à attester d’origines argileuses communes aux différents types morphologiques. En effet, par exemple, les vases à profils dits « marniens » présentent des pâtes comparables à celle des céramiques curvilinéaires à cupules, de tradition plutôt armoricaine. Les proportions de pâtes fines à nombreux bioclastes et de pâtes fines à bioclastes rares ou absents sont également comparables dans ces deux groupes morphologiques. Toutefois, il est vrai que de nombreuses formes plutôt occidentales présentent plus volontiers des pâtes grossières. Mais, elles correspondent généralement à des formes de stockage plus volumineuses. Il apparaît donc que le choix des argiles utilisées serait plutôt à mettre en relation avec les types de vases à réaliser. Pour la grande majorité des céramiques reconstituées, peu d’éléments plaident en faveur de l’hypothèse d’importations extra-régionales. Souvent comparables avec certaines céramiques du 2nd âge du fer découvertes à Thaon et à Cairon, les vases de Courseulles pourraient être issus de productions localisées sur une large bande littorale et peut-être même dans le bassin aval de la Seulles. Manifestement, les céramiques fines, très soignées, semblent nécessiter un savoir-faire s’inscrivant dans un cadre artisanal spécialisé qui reste à découvrir. Les céramiques grossières, riches en éléments carbonatés peu résistants à la cuisson, s’apparenteraient plutôt à une ou des productions plus communes pouvant s’effectuer dans le cadre domestique. Ces productions locales reproduisent alors des formes typiques de la transition Hallstatt final / La Tène ancienne, témoignant d’une ouverture aux influences culturelles tout autant occidentales qu’orientales, et d’une réalisation totalement endogène faisant éventuellement appel à des maîtres d’œuvre ou à des investissements de travail différents selon les catégories de vases envisagées.

3.3 La faune

160j.-h. yvinec

3.3.1 Cadre opératoire

161Le site de Courseulles a livré environ 2200 restes osseux, répartis entre les fossés d’enceinte et les fosses de l’aire interne. Visiblement, la fouille des fossés à la pelle mécanique, pour une large part imposée par les volumes, n’a pas eu de véritable incidence sur la collecte. La taille des restes indéterminés et leurs proportions y sont de fait similaires à ceux des fosses. Ces deux ensembles peuvent en conséquence, sur le plan méthodologique, être comparés ou associés.

162Dans l’ensemble, le niveau de conservation du matériel est assez mauvais. Les os sont fragiles et fortement vermiculés. Dans les cas extrêmes, en particulier dans certaines sections de fossés, les mandibules ne sont plus représentées que par leur série dentaire, fortement altérée. Dans ces conditions, les probabilités de recueillir des os aussi petits que ceux d’oiseaux ou de poissons étaient quasi nulles, tout comme étaient fortement compromises les chances d’observer des traces de découpe ou autre activité sur ce matériel.

163Malgré tout, le taux de fragmentation reste normal pour le milieu rural (47,8 % d’os indéterminés en moyenne). En revanche, les poids moyens des os sont peu élevés. Ceci s’explique en partie par leur perte de substance, celle-ci ayant été provoquée par le milieu.

3.3.2 Image globale du lot

164Cet ensemble, constitué à partir de 128 contextes, a livré un assez grand nombre d’espèces (13), pour un nombre de restes utiles de 2155 pièces (tabl. VI). Le nombre d’échantillons de base est donc assez élevé et la quantité totale d’os se répartit harmonieusement entre les fossés (1025 restes) et les fosses internes (1132 restes). Aucun dépôt d’os en connexion n’a été observé lors de la fouille, mis à part un reste très ponctuel de carcasse de bovin à la surface du fossé de ceinture. Rapportée aux volumes respectifs de ces structures, la part des ossements piégés dans les fosses reste donc vingt fois supérieure à celle des fossés… En milieu rural plus qu’ailleurs, la gestion des déchets se fait beaucoup par épandage (Yvinec 1997). Les destructions postérieures au dépôt sont d’autant plus importantes que les détritus sont rejetés à l’air libre, à la surface des sols ou dans des fossés béants facilement accessibles aux carnassiers. Elles le sont d’autant moins, bien sûr, que ces rejets se font à l’occasion du rebouchage des fosses, qui les préservent dans leur quasi-intégralité. C’est une explication plausible à cette distorsion cachée.

TABL. VI Mobilier faunique : dénombrement et pourcentages globaux en nombre et poids de restes, en grammes (NR nombre de restes ; PR poids des restes ; PM poids moyen des os).

TABL. VI Mobilier faunique : dénombrement et pourcentages globaux en nombre et poids de restes, en grammes (NR nombre de restes ; PR poids des restes ; PM poids moyen des os).

165On remarquera que, parmi les trois principales espèces, les bovins sont nettement dominants avec 52,6 % du total. Les os de caprinés avoisinent les 28 %, alors que la part du porc est très faible, de 19,4 % seulement. Les équidés sont relativement bien représentés – tout particulièrement dans les fossés. La présence d’oiseaux sauvages comme la grive ou le merle, d’un corbeau ou corneille et d’une chouette hulotte, contredit l’idée que les oiseaux de basse-cour sont absents pour raisons taphonomiques. Parmi la faune sauvage se remarquent aussi le cerf, le lièvre, le sanglier et le loup.

166La part des indéterminés (48 %), due à la fragmentation des ossements, tout comme leur dispersion sur le gisement et l’association des espèces dans les différentes unités stratigraphiques, renseignent déjà sur l’origine alimentaire très vraisemblable de ces restes accumulés tout au long de l’occupation dans les différentes dépressions du gisement au gré de la consommation.

3.3.3 Réalité des principaux échantillons de base

167Dans le détail, la comparaison des échantillons de base selon le type de structure dont ils sont issus fait cependant apparaître de grandes variations de proportions pour les trois principales espèces entre les fosses et les fossés (fig. 77a). Il apparaît donc clairement que nous avons plusieurs types de lots d’ossements où domine l’une ou l’autre des espèces. Les modes d’accumulation ou de rejet des os ont éventuellement pu conduire à cette diversité des lots.

FIG. 77 Les vestiges fauniques par espèces et types de structures : a proportions en nombre de restes ; b poids moyens cumulés.

FIG. 77 Les vestiges fauniques par espèces et types de structures : a proportions en nombre de restes ; b poids moyens cumulés.

© M. Dupré, A. Dagand.

168Le remplissage des plus importantes structures internes se caractérise par des proportions des trois principales espèces plus équilibrées que dans les fossés. Mise à part la structure 362 (fig. 52) dont le remplissage rappelle ceux des fossés, les autres structures se caractérisent par une abondance de restes de caprinés. Les fosses 1096 et 1295 cependant, qui constituent les plus gros dépotoirs à proximité des maisons et où les proportions des trois principales espèces sont assez équilibrées, regroupent les plus forts taux de porc. Même si les petits os de caprinés et de suidés sont présents dans les fossés, ceux-ci sont surtout marqués par les grands ossements de bœuf et d’équidés. Il est probable que la nature des structures a influé sur cette sélection du matériel. On a pu observer à de nombreuses reprises que les fossés se caractérisent par une sélection d’os de plus grande taille que les structures dépotoirs à l’intérieur de l’habitat. À cet effet, la comparaison des poids moyens des principales catégories d’os s’est révélée en de nombreuses occasions comme un excellent traceur du mode de rejet/accumulation des os. Ce principe trouve sa confirmation à Courseulles (fig. 77b).

FIG. 77 Les vestiges fauniques par espèces et types de structures : a proportions en nombre de restes ; b poids moyens cumulés.

FIG. 77 Les vestiges fauniques par espèces et types de structures : a proportions en nombre de restes ; b poids moyens cumulés.

© M. Dupré, A. Dagand.

169Les résultats de ce test montrent que le regroupement des fosses d’une part et celui des fossés d’autre part, répond bien à une réalité. Il s’agit, dans le premier cas, d’échantillons d’os qui se distinguent par des poids moyens plus faibles. À l’inverse, les fossés se caractérisent par des poids moyens des os plus élevés que la moyenne, ce qui tend à indiquer qu’il y a eu une sélection des os par la taille lors de l’accumulation ou de la conservation. La distance de la zone de rejet par rapport à l’habitat a pu jouer un rôle dans cette sélection, de même que le fonctionnement prolongé des fossés à ciel ouvert qui constituaient autant de points d’approvisionnement réguliers pour les carnassiers. Ainsi, il s’agirait bien ici de deux images d’une même réalité alimentaire.

3.3.4 Analyse

170Le spectre faunique est important, tant en nombre d’espèces qu’en diversité. Toutefois, la liste des espèces domestiques est limitée aux plus courantes.

3.3.4.1 Faune sauvage

171Le taux de mammifères sauvages se situe dans la moyenne des sites de la période : comme souvent, le lièvre est l’espèce la plus abondante, mais il est accompagné ici du sanglier et du loup, qui sont nettement moins courants. La présence du loup, espèce rare, avait déjà été remarquée par P. Méniel sur le site voisin un peu plus tardif de Fierville-les-Parcs / Pré de la Val (Jahier et al. 2002). Comme sur ce site, il s’agit d’un métapode (Mt III, découvert dans le fossé 45, en C10/C5 : fig. 11 : coupes 1, 2) ce qui évoque là aussi l’utilisation de la peau de l’animal. Ce type d’os, vestiges des pattes du loup conservées dans la peau tannée non rognée, est un des rares, avec les canines, à être introduit dans l’habitat humain tant l’antagonisme entre l’homme et l’animal est puissant.

172Les oiseaux sauvages sont bien représentés, avec une grive ou un merle, un corvidé – corbeau ou corneille – et une chouette hulotte. La présence de cette dernière espèce évoque la destruction d’un prédateur, peut-être pour en limiter la population, voire pour s’approprier ses plumes ou par superstition, alors que celle des grands gibiers, sanglier et cerf, prélevés dans le milieu environnant, confirme la pratique de la chasse.

3.3.4.2 Faune domestique

173Le bœuf domine très largement dans nos échantillons et apparaît de ce fait comme l’espèce la plus importante pour la subsistance sur le site. Le porc n’intervient finalement que pour une faible part dans l’alimentation, devançant tout juste les caprinés. Cette situation est tout à fait inhabituelle.

174Ce constat a motivé un premier travail de comparaison avec deux autres sites régionaux (fig. 78) : Fierville-les-Parc / Pré de la Val est une ferme indigène datée de La Tène ancienne (Jahier et al. 2002) située dans le Calvados, et Brion / La Croix Boizard un habitat de même période, fouillé en Maine-et-Loire (Yvinec 1996). Tant au niveau local qu’au niveau régional large, les choix de consommation des trois principales espèces paraissent homogènes : le bœuf, largement dominant, fournit la plus grande partie de la viande consommée.

FIG. 78 Représentation des trois principales espèces sur quelques sites du Hallstatt et de La Tène ancienne : 1 sites de l’Ouest (Courseulles-sur-Mer, Fierville-les-Parcs, Brion / La Croix Boizard) ; 2 sites du Nord et de l’Est (Fresnes-sur-Marne / Les Sablons, Bussy-Saint-Georges, Saint-Denis-Saint-Ouen, Houdancourt / Les Esquillons, Compiègne / Le Fond Pernant, Aubigny, Breisach-am-Rhein, Mengen, Rosheim / Mittelweg, Geispolsheim / Bruechel, Tagnon, Trémont-sur-Saulx).

FIG. 78 Représentation des trois principales espèces sur quelques sites du Hallstatt et de La Tène ancienne : 1 sites de l’Ouest (Courseulles-sur-Mer, Fierville-les-Parcs, Brion / La Croix Boizard) ; 2 sites du Nord et de l’Est (Fresnes-sur-Marne / Les Sablons, Bussy-Saint-Georges, Saint-Denis-Saint-Ouen, Houdancourt / Les Esquillons, Compiègne / Le Fond Pernant, Aubigny, Breisach-am-Rhein, Mengen, Rosheim / Mittelweg, Geispolsheim / Bruechel, Tagnon, Trémont-sur-Saulx).

© M. Dupré, A. Dagand.

175Dans un second temps, cet ensemble a été comparé avec celui des sites du Nord et de l’Est. Les sites de comparaison proviennent pour partie d’Île‑de‑France – Fresnes-sur-Marne / Les Sablons (Bulardetal.1983), Bussy‑Saint‑Georges (Buchez et al. 2002) et Saint-Denis-Saint-Ouen / EDF (Frères, Yvinec 1996) –, de Picardie – site des Esquillons à Houdancourt (Méniel 1990b), site de Compiègne / Le Fond Pernant dans l’Oise (Méniel 1984) et d’Aubigny / Au Chemin de la Pierre, dans la Somme (Yvinec 1999) –, et de l’Est – Breisach-am-Rhein et Mengen, dans le Bade-Wurtemberg, en Allemagne, Rosheim / Mittelweg, dans le Bas‑Rhin (Jeunesse et al. 1994), Geispolsheim / Bruechel, également dans le Bas-Rhin (Méniel 1990a), Tagnon, dans les Ardennes (Billoin et al. 2002) et Trémont-sur-Saulx / La Garenne, dans la Meuse (Poulain 1993).

176On observe un net hiatus qui semble refléter un particularisme régional bien marqué. En effet, les sites du Nord et de l’Est forment un groupe très resserré où le porc est l’espèce la mieux représentée en nombre de restes.

177Afin d’écarter tout risque d’erreur due à la nature des remplissages, il semble utile de confirmer ces résultats. On a vu, sur le site, combien pouvait être important l’impact des sélections d’os en fonction des modes d’accumulation. Afin de nous assurer que ce que nous comparions pouvait bien être considéré comme des échantillons, nous avons appliqué notre méthode de pondération des résultats (Yvinec 1997). En croisant les proportions en nombre de restes des principales espèces avec le poids moyen de leurs os, il est possible de relativiser ces données brutes.

178Les phénomènes de sélection qui interviennent sur les sites ruraux ont des effets qui commencent à être bien connus. Pour le bœuf, plus le poids moyen des os est important et plus le pourcentage en nombre de restes augmente. Lorsqu’on a affaire à un mode d’accumulation lent et indirect d’os résiduels, comme c’est le cas dans les fossés à Courseulles, les os de grande taille sont favorisés. Ces phénomènes se traduisent par des différences de représentation des principales espèces. L’application de la méthode à ces deux groupes de sites confirme l’existence de deux séries bien individualisées (fig. 79). Dans le cas des sites du Nord et de l’Est, on possède grâce au site de Houdancourt un bon repère puisqu’il nous offre deux types de dépôts complètement opposés. Ce site comprenait des rejets classiques en fosses sur l’habitat et des accumulations résiduelles difficiles à fouiller dans la tourbe d’un petit chenal, qui renvoient à une seule et même image de l’alimentation. Dans l’autre série, Courseulles présente le même avantage avec d’un côté les fossés et de l’autre les fosses de l’aire interne. Dans les deux cas, cela nous permet de voir que nous avons une réponse cohérente puisque les deux facettes d’un site se retrouvent dans la même série. À chaque fois, ces ensembles forment les extrémités des deux alignements. Les autres sites complètent les séries et renforcent l’impression visuelle. On peut en conclure que nous avons réellement affaire à des choix agropastoraux bien différenciés. Pour l’instant c’est l’aspect régional de cette divergence qui ressort mais on ne peut, en l’état de la question, négliger l’hypothèse de la différence de statut des sites. Toutefois, on a déjà remarqué que, en ce qui concerne les sites du Nord et de l’Est, l’homogénéité observée transcende les problèmes de statut et d’implantation environnementale. En effet, dans ce second ensemble, on trouve des fermes de plateau ou de vallée et des petits habitats regroupés sans que cela n’influe sur les choix alimentaires. Il pourrait donc y avoir un déterminant culturel très puissant qui dépasserait les niveaux de hiérarchisation des sites. Les deux habitats hallstattiens de Bourges illustrent très bien cette proposition (Yvinec 1992) ; l’un est situé en plein cœur de l’agglomération hallstattienne et est caractérisé par la présence de céramique attique, tandis que le second, en périphérie, ne livre que de la céramique commune. Or ces deux sites fournissent des proportions des trois principales espèces tout à fait similaires. Du point de vue archéozoologique, la distinction sociale est marquée, mais elle n’apparaît que lors de l’examen du choix de la viande consommée – viande fraîche de porcelet ou au contraire viande de conserve produite à partir d’animaux engraissés –, ou lors de l’examen des espèces peu représentées – cheval, chien, coq et faune sauvage. C’est donc dans ces directions qu’il faudra chercher les indices du statut du site de Courseulles.

FIG. 79 Corrélation des proportions et poids moyens d’os de bœuf pour les deux ensembles de sites (PM poids moyen ; NR nombre de restes).

FIG. 79 Corrélation des proportions et poids moyens d’os de bœuf pour les deux ensembles de sites (PM poids moyen ; NR nombre de restes).

© A. Dagand.

3.3.4.3 Le choix des animaux pour l’abattage

179L’étude de l’âge à l’abattage peut être réalisée soit à partir de l’épiphysation des os longs, soit en étudiant les éruptions puis l’usure dentaire. La première méthode est fort sensible aux phénomènes taphonomiques et donc inadaptée à ce site. Les résultats qu’elle a fournis ont tendance à minorer la place des individus jeunes dont les épiphyses plus fragiles sont mal conservées, ce qui n’est pas le cas de leurs dents. On se concentrera donc sur les données issues de l’étude de la dentition.

Le bœuf

180Les données indiquent qu’il existe une petite consommation de veau de 6-12 mois. Le principal pic d’abattage a lieu entre 2 et 4 ans et concerne 50 % des individus. Ce sont donc les deux tiers des animaux qui sont élevés pour la viande et sacrifiés avant 4 ans. La réforme des autres individus se fait de manière progressive, avec un abattage plutôt précoce des bêtes de réforme durant la tranche d’âge 6,5-9 ans. Les individus âgés de 4 et 6,5 ans sont absents et les individus âgés de plus de 9 ans ne contribuent que pour une petite part au total.

181Cet abattage paraît très sélectif, avec une très forte concentration sur la tranche 2-4 ans qui correspond au bétail engraissé. On retrouve un cas similaire sur le site de Brion / La Croix Boizard (Yvinec 1996) où ces animaux représentaient 48 % du total. Mais il n’y avait pas de consommation de veau et la réforme s’effectuait plus tardivement.

Le porc

182Le regroupement des données dentaires permet d’affirmer que l’abattage d’individus de moins de 6 mois est très faible, de l’ordre de 5 %. Entre 6 mois et 1 an, 14 % des individus sont abattus, ce qui porte à environ 18 % le total des animaux probablement consommés sous forme de viande fraîche. La plupart des autres animaux ont été abattus à l’automne ou l’hiver et probablement transformés en viande de conserve – fumée, salée ou séchée. Les 82 % correspondants se répartissent de manière inégale entre les animaux de 12-18 mois (14 %), ceux de 19-27 mois (59 %) et les animaux de réforme (27 %). Donc, nous avons une majorité de bêtes abattues en hiver pour fournir de la viande de conservation.

183Ce type de choix est tout à fait similaire à ce qui a été observé à Brion où l’on retrouve une grande concentration d’animaux engraissés de 19-27 mois.

Les caprinés

184Les données dentaires nous indiquent que la part des caprinés consommés avant 2 ans est très faible. L’essentiel des animaux est abattu au-delà de 3 ans (74 %). Il s’agit donc d’animaux réformés après avoir produit du lait ou de la laine. On remarquera que les animaux sont réformés entre 4 et 6 ans ; les individus de 4-8 ans, dont les séries dentaires sont difficiles à attribuer, sont à rattacher à ce groupe vu la très faible présence des individus de 6-8 ans. Il n’y a pas d’animaux reformés au-delà de 8 ans.

185Là encore, on découvre des similitudes avec les choix de gestion mis en évidence à Brion, puisque le principal pic d’abattage se situe vers 4-8 ans. Les caprinés sont donc élevés pour la production de lait et surtout de laine. Comme pour les autres espèces, il existe à Courseulles une consommation de juvéniles qui est inexistante ou moindre à Brion.

La volaille

186Le coq est généralement la seule espèce aviaire domestique. Il n’est représenté que sur certains sites, et la proportion de cette espèce se situe entre 0 et 2 % (en proportion des porcs, bœufs et caprinés). La présence de cette espèce reste encore très discrète et variable, ainsi que le prouve son absence à Courseulles et sur bon nombre de sites.

Le chien et les équidés

187Aucune trace de découpe n’a pu être observée sur les ossements de chevaux et de chiens. Ceci ne signifie pas pour autant qu’elles n’existaient pas, car l’état de surface des os n’a pas permis la conservation de ces traces. Durant cette période le chien est généralement consommé (Méniel 1993). Par exemple, à Brion, on peut en attester la consommation. Ceci se laisse déduire des nombreuses traces de découpe au couteau relevées à la surface des os. Seule la présence d’individus juvéniles ou immatures, à hauteur de 30 %, permet de penser que cette pratique existe à Courseulles. Les restes de chiens ont été retrouvés en faible quantité sur le site (1,3 % des os déterminés).

188En revanche, la présence des équidés est élevée, avec 6,8 % du total des os déterminés. Ceci pourrait tenir pour partie aux sélections d’os qui ont favorisé les animaux de grande taille. Cependant, même si le phénomène est réel, puisque le taux d’équidés est deux fois plus important dans les fossés que dans les structures de l’aire interne (9,3 % contre 4,6 %), le niveau de représentation du cheval reste particulièrement fort. On a pu décompter trois mâles pour une femelle et les âges observés s’échelonnent de 5 ans à plus de 10 ans et même 16-17 ans.

3.3.5 Conclusion

189L’étude détaillée des échantillons et leur caractérisation fine ont permis de discerner de nettes différences de remplissages entre les fossés et les structures de l’aire interne. Toutefois, les techniques mises en œuvre montrent que les deux images de l’alimentation constatée relèvent d’une seule et même réalité alimentaire initiale. Ce sont donc les modes d’accumulation des os et l’éloignement par rapport à la zone de consommation qui ont induit ces différences. Sur ce plan, il est intéressant de constater que les échantillons livrant les plus forts taux de porc sont issus de deux structures proches du grand bâtiment.

190Ce site présente un intérêt certain car il se différencie nettement de ceux du Nord et de l’Est. L’utilisation et la consommation du bœuf ont été privilégiées à Courseulles. Plusieurs méthodes ont permis de vérifier que cette observation ne relevait pas d’une différence de conservation ou de mode de dépôt des os. L’hypothèse d’un choix d’espèce propre à l’Ouest de la France, émise lors de l’étude du site de Brion / La Croix Boizard en 1996, se trouve renforcée. Un peu comme pour la céramique, il semble y avoir une culture alimentaire qui diverge de celle observée dans le Nord et l’Est.

191Les données issues de l’étude de l’âge à l’abattage montrent que le porc n’est élevé que pour la production de viande – l’abattage se fait à maturité, vers 2 ans, pour la plus grande partie des individus. En revanche, l’élevage des bovins et des caprinés a une double vocation, alimentaire et pour les produits de l’animal vivant (force de travail, lait ou laine). Pour le bœuf, les deux tiers des animaux sont abattus pour la viande, après engraissement, entre 2 et 4 ans, avec une consommation de veau significative. Pour les caprinés au contraire, les productions de l’animal vivant – laine essentiellement ? – sont privilégiées. Étant donné que le bœuf fournit l’essentiel de la viande consommée sur le site, on peut penser qu’il s’agit d’une viande de bonne qualité. Si l’on en juge d’après la forte proportion d’individus à viande de moins de 4 ans, le statut des occupants du site pourrait être supérieur à la norme du milieu rural.

3.4 Le matériel lithique

192e. ghesquière

193L’industrie lithique est représentée sur le gisement par 1 533 artéfacts auxquels il faut ajouter un grand nombre de galets bruts. La matière première utilisée est composée de galets marins de petites, voire très petites, dimensions – moins de 5 cm de long.

194Après un premier examen de la série, il semble que le débitage soit orienté de façon quasiment exclusive vers la production d’éclats peu réguliers ; les produits allongés n’entrent qu’à concurrence de 1 % dans la composition de l’ensemble. Les nucléus sont assez faiblement représentés, aux alentours de 2 %, ce qui donne une production de 50 éclats par nucléus, chiffre probablement nettement surévalué au vu de la matière première utilisée. L’ensemble des déchets de taille et la morphologie des nucléus – globuleux à plans de frappe multiples – traduit des schémas de débitage très simplifiés, un faible investissement technique et l’usage exclusif du percuteur dur. L’outillage est représenté par 128 pièces (environ 8 %). Il est composé principalement d’éclats retouchés ou denticulés (59 %), de grattoirs (38 %) auxquels il faut ajouter quelques outils présents de façon marginale : perçoirs, armatures perçantes et tranchantes, fragments de haches polies…

  • 9 Fouille Blancquaert 1994, inédit.

195L’ensemble, après l’examen très superficiel dont il a fait l’objet, s’apparente aux séries du début de la période protohistorique. En effet, la présence presque exclusive de la production d’éclats et l’outillage largement dominé par les éclats retouchés et denticulés sont caractéristiques de ce que l’on rencontre sur les séries de l’âge du Bronze telles que celles de Rœux et Fréthun, dans le Pas-de-Calais (Martial 1995) ou de Tatihou, dans la Manche (Ghesquière, Marcigny 1997 ; Marcigny, Ghesquière 2003b). Sur le site de Courseulles, le fait que les artéfacts épousent la répartition hétérogène des autres mobiliers, mais plus particulièrement encore celle des dépotoirs osseux, pourrait évoquer un lien entre ces deux types de matériel (l’outil et la matière première ? fig. 74c). Il convient toutefois d’être prudent dans cette analyse, la série n’ayant pas fait l’objet d’une étude complète. De plus, la présence d’une perduration du débitage lithique à l’âge du Fer est loin d’être admise, même si l’étude de quelques sites en évoque la possibilité (Saint-Aubin-Routot, en Seine-Maritime, par exemple9).

3.5 Le métal

196Le métal reste très discret sur le site. Les deux tiers en effet en sont représentés par les seules parures annulaires – seize au total – en bronze, en fer et en plomb de la sépulture 2010 (fig. 68). Le reste réunit avec peine une petite dizaine d’objets exécutés dans les mêmes matériaux et une vingtaine d’éléments de base cuivre s’apparentant à des résidus de fonte.

3.5.1 Le fer

197À Courseulles, si l’on excepte toujours l’une des parures de la sépulture 2010, le fer a été utilisé surtout pour la menue quincaillerie et de petits accessoires vestimentaires. On dénombre de cette façon :

  • deux pointes à tête, l’une de section carrée, l’autre de section rectangulaire, recueillies dans le comblement de la fosse 33, au nord de l’aire résidentielle ;

  • une pointe à tête de 2,5 cm de long, de section rectangulaire, recueillie dans le comblement de la fosse 1295, qui figure parmi les plus grandes structures de stockage ;

  • une sorte de pince en U de 11 cm de long présentant un profil sinusoïdal, réalisée dans une tige de section rectangulaire effilée à ses extrémités (fig. 80 : 10), recueillie dans le comblement de la fosse 362, celle-ci perçue comme une fosse de stockage intégrée à l’aire méridionale des greniers et dans laquelle fut probablement ensevelie la dépouille d’un nouveau-né dans un deuxième temps ;

  • le fragment possible d’un ardillon (4,8 cm de long) ou d’un arc de fibule filiforme de section triangulaire, issu du comblement d’un large trou de poteau creusé à quelques mètres en retrait de la clôture occidentale (st. 691 : ann. 2 : pl. 4, carr. J16).

  • FIG. 80 Quelques pièces de l’instrumentum et parures isolées : 1-4 galets calcaires avec ou sans perforation centrale, égalisés par bouchardage et polissage sur leur circonférence (st. 74 [1, 3] ; st. 148 [2] ; st. 119 [4]) ; 5 navette en os (st. 45c, C2, sond. 46b) ; 6 fusaïole en terre cuite, pâte brune lissée à inclusions grossières (st. 45c, C2, sond. 59 ; 7 fusaïole ou perle en terre cuite, pâte fine orangée, peu cuite, sablonneuse (st. 770) ; 8 fusaïole, pâte brune à noire à inclusions grossières, lissée (st. 10) ; 9 masse en plomb (st. 872) ; 10 outil en fer, peut-être une pince ou une force (st. 362) ; 11 résidu de coulée en bronze, empreinte vraisemblable de l’embouchure d’un moule : st. 766) ; 12 fragment de tôle en bronze (st. 567) ; 13 épingle en bronze à tête enroulée (résiduelle, Bronze final : limon brun, carr. l17) ; 14 attache vestimentaire en bronze (st. 362) ; 15 fragment de bracelet en rond de serviette en lignite (st 362) ; 16 anneau filiforme en bronze formé à froid (st. 10) ; 17 fragment de bracelet en rond de serviette en lignite (st. 1295).

    FIG. 80 Quelques pièces de l’instrumentum et parures isolées : 1-4 galets calcaires avec ou sans perforation centrale, égalisés par bouchardage et polissage sur leur circonférence (st. 74 [1, 3] ; st. 148 [2] ; st. 119 [4]) ; 5 navette en os (st. 45c, C2, sond. 46b) ; 6 fusaïole en terre cuite, pâte brune lissée à inclusions grossières (st. 45c, C2, sond. 59 ; 7 fusaïole ou perle en terre cuite, pâte fine orangée, peu cuite, sablonneuse (st. 770) ; 8 fusaïole, pâte brune à noire à inclusions grossières, lissée (st. 10) ; 9 masse en plomb (st. 872) ; 10 outil en fer, peut-être une pince ou une force (st. 362) ; 11 résidu de coulée en bronze, empreinte vraisemblable de l’embouchure d’un moule : st. 766) ; 12 fragment de tôle en bronze (st. 567) ; 13 épingle en bronze à tête enroulée (résiduelle, Bronze final : limon brun, carr. l17) ; 14 attache vestimentaire en bronze (st. 362) ; 15 fragment de bracelet en rond de serviette en lignite (st 362) ; 16 anneau filiforme en bronze formé à froid (st. 10) ; 17 fragment de bracelet en rond de serviette en lignite (st. 1295).

    © J.-M. Richard, M. Dupré, A. Dagand. Cliché © I. Jahier.

3.5.2 Le bronze

198Parmi les artéfacts en bronze on relèvera pour les objets finis :

  • un anneau filiforme ouvert de 1,8 cm de diamètre mis en forme à froid (fig. 80 : 16) et recueilli dans le comblement de la fosse 10 (fig. 52), comparable par exemple à celui de la sépulture 8 de la nécropole du 1er âge du Fer de La Dronnière à Ifs (Varoqueaux 1966) ;

  • une petite attache vestimentaire constituée d’une barrette de 3 cm de long de section hémicirculaire flanquée d’un petit œillet médian (fig. 80 : 14), recueillie dans le comblement de la fosse 362, sous le niveau des ossements du nouveau-né (cf. supra, § 2.8.1.6) ; cet objet, peu courant dans les collections du Nord de la France, trouve déjà trois homologues régionaux, deux dans la sépulture 32 du Hallstatt final de La Coite à Saint-Martin-de-Fontenay, Calvados (Pilet 1987 cité dans Verney 1993 ; Pilet 1994), et un sur la nécropole de L’Étoile à Mondeville, Calvados, attribuée à La Tène ancienne (fouille C.-C. Besnard-Vauterin et M. Guillon : Guillon 1998 ; Besnard-Vauterin, Guillon 2009) ;

  • une épingle de section circulaire à tête aplatie et enroulée (fig. 80 : 13) attribuable au Bronze final III, recueillie à l’interface du limon et de la chaussée étendue le long de la façade ouest de l’enceinte (ann. 2 : pl. 5, carr. I17), certainement un objet résiduel ou erratique, et dont nous pensons qu’elle faisait partie des objets voués à la refonte (cf. supra, § 2.4.2 et 2.6).

199À ces objets manufacturés s’ajoutent quelques éléments de bronze appartenant à la chaîne opératoire de cet artisanat et dont nous avons vu que l’essentiel provient de la petite annexe enclose à l’angle sud-est de l’enceinte (cf. supra, § 2.6) :

  • une dizaine de scories centi- et millimétriques : huit réparties dans la fosse 766 à l’angle sud-ouest de l’enceinte, côté extérieur (fig. 58), une dans la fosse 119 et deux dans la fosse 1096, toutes deux situées à l’intérieur, et une dernière dans le comblement du fossé de ceinture, à son angle nord-est (C2/1 ; sond. 46b : ann. 2) ;

  • quelques petites billes ou gouttelettes millimétriques recueillies dans l’empierrement de la chaussée 1496 à l’entrée ouest de l’enceinte et le long de la façade, ainsi que dans les fosses 766 toujours (deux unités) et 1366 (une unité) cette dernière étant placée à la lisière méridionale de la place centrale ;

  • six fragments millimétriques de tôles et de tiges recueillis dans le comblement de la fosse 766 et un plus grand, plié (fig. 80 : 12), issu du trou de poteau 567, placé à la lisière occidentale de la place centrale (ann. 2 : pl. 5, carr. L17) ;

  • une gouttelette dont la forme évoque celle d’une coulure figée à l’embouchure d’un moule (fig. 60 ; fig. 80 : 11), provenant celle-ci encore de la fosse 766.

3.5.3 Le plomb

200Le plomb n’est représenté que par une petite masse parallélépipédique de 3 x 2 cm et 37 g, à perforation rectangulaire (fig. 80 : 9). Celle-ci a été recueillie dans le comblement du trou de poteau 872 (ann. 2 : pl. 3, carr. Q20), en bordure de la placette établie dans l’angle nord-est de l’enceinte (cf. supra, § 2.5.2). Il est difficile de déterminer si cet objet avait le même usage – et si oui lequel – que les disques de pierre perforés retrouvés de l’autre côté de cette placette dans une cavité guère plus importante (st. 74 : ann. 2, pl. 3, carr. P21) située à une quinzaine de mètres au sud, où ils furent enfouis avec un probable poinçon en os (matériel de tisserand ? fig. 81) ; mais cette coïncidence spatiale et fonctionnelle – qui conduit à y reconnaître de probables masses ou lests – mérite d’être soulignée.

FIG. 81 Le matériel de tisserand ou de ravaudage de filets de la fosse 74.

FIG. 81 Le matériel de tisserand ou de ravaudage de filets de la fosse 74.

© I. Jahier.

201En somme, la représentation du métal sur le gisement, pourtant décapé et fouillé sur un peu plus de deux hectares, apparaît extrêmement réduite. Comme le montre son inventaire, il s’agit en majorité d’objets de petites dimensions et d’accessoires – clous en fer, attache en bronze, masse en plomb –, plus rarement d’outils. Le seul exemplaire de cet ordre, mal défini, pourrait évoquer une paire de pinces courtes ou une paire de « forces » abîmées. Leurs dimensions les apparentent à des objets perdus, piégés accidentellement dans le comblement des structures, donc en position secondaire dans leur remplissage. L’autre grand domaine illustré par ces restes est celui de la métallurgie du bronze pour lequel se distingue de façon claire des éléments de coulage – gouttelettes, coulures – et probablement de refonte – fragments de tiges, de tôle, et scories de fusion. Ceux-ci complètent, techniquement mais aussi spatialement l’ensemble de foyers encaissés – braseros, « fours de fusion » ? – mis au jour à l’angle sud-ouest de l’enceinte (cf. supra, § 2.4.2). En dépit de leurs minuscules dimensions et de leur relative discrétion sur le site, leur dispersion en des points clé de l’habitat, a priori depuis un unique poste de travail qui en regroupe la plus forte densité (fosse 766 : dix-sept éléments), témoigne d’une activité sans doute assez pérenne. On en retrouve par exemple des traces aussi bien au-dessous qu’au-dessus de la chaussée, c’est-à-dire au minimum pour les phases 2 et 3 de la clôture (cf. supra, § 2.1.3.4). Toutefois, l’éloignement des sources de matière première et la nature des restes collectés sur le site en font plus certainement les résidus du travail de refondeurs dont l’officine, selon toute vraisemblance, se situait dans la petite annexe palissadée à l’angle sud-ouest de l’enceinte (cf. supra, § 2.4.1, 2.6). Celle du site de Droužkovice en Bohême (Smrž 1996), déjà évoqué pour ses ressemblances avec Courseulles, était elle aussi placée à l’extérieur de l’enceinte mais à l‘arrière. Si à Droužkovice le rayonnement du site dépendait manifestement beaucoup de l‘atelier de bronziers (Megaw, Megaw 2002), il est plus difficile d’évaluer l’importance de cette activité à Courseulles. Mais le parallèle reste intéressant. Une jatte du type 8A, à épaule médiane décorée de chevrons et surmontée d’un col bien développé (ann. 1 : 112), issue de la fosse 766 et manifestement conservée en dépôt primaire, fournit un terminus ante quem pour cette activité sur le site : le Hallstatt final IIb / La Tène ancienne Ia de J.-J. Hatt et P. Roualet (première moitié du ve s. av. J.-C.), soit a priori dès les premiers temps de l’occupation.

3.6 Le reste de l’ instrumentum

202Les objets regroupés dans cette partie sont des pièces isolées, trop peu nombreuses par genre pour se prêter à une autre approche que celle d’un inventaire. Toutes proviennent du comblement des fosses, des fossés et des trous de poteau.

3.6.1 Le matériel de mouture

203Le matériel de mouture est illustré par :

  • trois fragments de meules dormantes en granite présentant une face concave et polie, mis au jour dans la section orientale du fossé de ceinture (st. 45b, C4/C9 ; ann. 2 : sond. 38), dans le fossé 2000 (C1 ; ann. 2 : pl. 12, carr. T6) et dans la fosse 119, localisée sur la zone de greniers la plus au nord (fig. 52) ; leur concavité permet d’y reconnaître des meules à va-et-vient ;

  • un fragment vraisemblable de molette en granite (fig. 82 : 4) dont la forme se rapproche de celle d’une ébauche de hache polie ; il est issu de la base du remplissage dans la section est du fossé de ceinture (st. 45b, C1 ; ann. 2 : sond. 11).

fig. 82 Artisanat du cuir et affûtage : 1-3 galets de grès portant des traces d’usure par polissage (st. 10, 1296, 1338) ; 4 broyon ou molette en granite (st. 45b : sond. 11, C1) ; 5 affûtoir (?) en grès briovérien (st. 45b : sond. 11, C1) ; 6 aiguisoir pendentif (?) en roche métamorphique verdâtre (st. 471). En gris, les traces de polissage.

fig. 82 Artisanat du cuir et affûtage : 1-3 galets de grès portant des traces d’usure par polissage (st. 10, 1296, 1338) ; 4 broyon ou molette en granite (st. 45b : sond. 11, C1) ; 5 affûtoir (?) en grès briovérien (st. 45b : sond. 11, C1) ; 6 aiguisoir pendentif (?) en roche métamorphique verdâtre (st. 471). En gris, les traces de polissage.

© I. Jahier, M. Dupré.

3.6.2 Le matériel de filage / tissage / remmaillage

204Le matériel de filage est illustré par au moins deux fusaïoles :

  • l’une, en argile brune, assez large et haute (40 x 30 mm), corps tronconique, tête biseautée et perforation verticale, fraisée à ses extrémités (fig. 80 : 8), provient du comblement de la fosse 10 (fig. 52), située au cœur de la zone résidentielle ;

  • l’autre, en argile brune toujours mais plus petite (28 x 12 mm), au profil caractéristique « en sablier » (fig. 80 : 7), provient de la couche C2 du fossé de ceinture (st. 45c ; ann. 2 : sond. 59), à une dizaine de mètres à l’ouest du passage méridional ;

  • une dernière possible, à moins qu’il ne s’agisse d’une perle, d’un gabarit approchant (30 x 15 mm) mais de section plus elliptique et faite d’une argile orangée (fig. 80 : 6) provient du remblai de l’esplanade aménagée le long de la muraille (770 : ann. 2 : pl. 5, carr. I17).

205Le matériel de tissage, voire de remaillage des filets, se voit surtout illustré à Courseulles par la pointe d’un accessoire plat, sorte d’« aiguille » tirée de la diaphyse d’un os long et munie d’un chas (fig. 80 : 5). Ce fragment provient également de la couche C2 du fossé de ceinture (st. 45c : ann. 2, sond. 46b) mais a été recueilli à un peu plus d’une trentaine de mètres à l’est du passage méridional, presque à la hauteur de l’angle sud-est de l’enceinte. S’il est assez tentant, bien que nous n’en connaissions aucun témoignage pour la période, de voir dans cette pièce la pointe d’une navette ou d’une aiguille orientée vers le tissage, ses dimensions et la proximité du littoral pourraient aussi lui conférer le rôle très convaincant d’« aigu », pour le ravaudage des filets.

206À cet ensemble peut provisoirement être associée une courte série de poids ou de pesons en calcaire. Il s’agit pour les plus nets de disques d’un gabarit assez constant de 7 à 8 cm de diamètre (fourchette maxi. : 5-10 cm) à perforation centrale. Certains sont directement tirés de galets bruts du littoral, d’autres sont régularisés par un bouchardage des tranches (fig. 80 : 1-4). Deux d’entre eux (fig. 80 : 1, 3) provenaient de la fosse 74, intégrée au plan de l’édifice n° 1, plan à quatre poteaux porteurs de type grenier. Ils étaient associés à un probable poinçon en os (fig. 81). La faible masse de ces pièces, de 90 à 150 g (fourchette maxi. 50-200 g), en fait de possibles poids pour des métiers à rubans, bien que la perforation centrale soit assez atypique pour cet usage. Pour la même raison que la pointe en os (fig. 80 : 5), c’est-à-dire la proximité du littoral, l’hypothèse selon laquelle il s’agirait de poids de filets est envisageable. D’autres pièces discoïdales de ce type, mais celles-ci exemptes de perforation centrale, comme la pièce n° 4 de la figure 80, égalisée sur sa circonférence par bouchardage, ont été retrouvées en différents points du gisement : dans la fosse 119 un peu à l’ouest de la fosse 74, dans la fosse 148 également, sur l’espace du second édifice circulaire édifié à proximité de l’entrée (ann. 2 : pl. 1, carr. J19). Deux autres disques, plus petits – 3,5 à 8 cm de diamètre –, proviennent également du remplissage de la grande fosse 1096, située sur l’aire résidentielle centrale.

3.6.3 Le travail du cuir

  • 10 Pour le positionnement de la fosse 273, voir ann. 2, pl. 2, carr. M20 ; objet non dessiné.

207Le travail du cuir est illustré en priorité par les restes d’un poinçon taillé dans une ulna de grand herbivore (capriné ?). L’extrémité distale en est malheureusement cassée. Cet outil était conservé dans la fosse 74 aux côtés de deux disques perforés en calcaire (fig. 81). Trois galets de grès de section elliptique présentant une tranche partiellement polie par des frottements transversaux de végétaux ou de cuir sont issus de la zone résidentielle, et plus précisément de la maison circulaire centrale et des marges septentrionales de la place (fosse 10 : fig. 82 : 1 ; fosse 27310 ; fosse 1338 : fig. 82 : 3).

3.6.4 L’affûtage

208L’affûtage est illustré par une petite tablette en grès briovérien (fig. 82 : 5) de 1 cm d’épaisseur, vraisemblablement losangique à l’origine (10 x 4 cm), égalisée sur ses tranches par un polissage sommaire et marquée sur une face d’une gorge douce dans son axe longitudinal (fig. 82 : 5). Cet objet, qui a probablement servi à l’affûtage d’outils métalliques à tranchant distal – ciseaux, rabots… –, a été recueilli dans la première couche sédimentaire (C1) de la section orientale du fossé de ceinture (st. 45b ; ann. 2 : sond. 11).

209Il paraît possible d’attribuer la même fonction à un fragment centimétrique de roche métamorphique d’aspect verdâtre (fig. 82 : 6) recueilli dans le calage d’un trou de poteau situé à la jonction de l’aire résidentielle et de l’espace de stockage méridional (TP 471 : ann. 2, pl. 5, carr. N16). Perforé et profilé par polissage selon une section à peu près carrée, ce petit aiguisoir très vraisemblable dont les angles ont été émoussés au fil de son utilisation, devait être porté sur soi, attaché par un lien. Des modèles analogues réunis dans l’étude de J.-P. Pautreau et S. Cassen, sont attribués à l’âge du Bronze dans le Centre-Ouest (Pautreau, Cassen 1975).

3.6.5 Des pierres et des galets chauffés par milliers

210L’hypothèse de chaufferettes pour la cuisson de certains mets, par exemple en plongeant une pierre bouillante dans un récipient empli d’une préparation liquide, est posée pour un échantillon d’une trentaine de galets de rivière rubéfiés. Ceux-ci s’intègrent en fait à une série beaucoup plus vaste de plusieurs centaines de pièces souvent fragmentées sous l’action du feu, ou fumées, telles que l’on en retrouve en définitive sur la plupart des établissements de l’âge du Fer de la région. Ces pièces en grès, vraisemblablement choisies et collectées pour leur résistance naturelle et leurs surfaces lisses, sont probablement à distinguer des pierres calcaires brûlées, plus nombreuses encore mais dont la trop forte sensibilité au feu qui les rend pulvérulentes – c’est d’ailleurs le processus de fabrication de la chaux – les rendaient sans doute tout à fait impropres à ce mode de cuisson des aliments. On peut néanmoins imaginer, vu leur nombre – on en trouve plusieurs milliers sur le site, ce qui est ordinaire pour les sites de l’âge du Fer de la région –, qu’elles étaient régulièrement employées dans la vie quotidienne pour un usage encore difficile à cerner, peut-être pour chauffer tout ou partie des habitations, les couches, l’eau des baquets…

3.7 Les parures isolées

211Deux éléments de parure isolés en lignite ont été retrouvés sur le site aux abords de l’aire résidentielle. Il s’agit de deux fragments de bracelets de 6 mm d’épaisseur, dont les profils sont malheureusement incomplets.

212Le premier se réduit au rebord aminci d’un bracelet de 9 cm de diamètre interne, marqué de deux perforations a priori circulaires (fig. 80 : 15). Découvert sur l’espace de stockage méridional, il était conservé dans la couche de comblement de la fosse 362, qui contenait les restes d’un nouveau-né (cf. supra, § 2.8.1.6).

213Le second fragment correspond à la partie médiane d’un bracelet de 8,8 cm de diamètre interne (fig. 80 : 17) recueilli dans le comblement de la fosse de stockage 1295, celle-ci étant située immédiatement au sud de l’édifice circulaire. Sa largeur indique qu’il s’agissait à l’origine d’un bracelet « en rond de serviette ». Deux exemplaires de ce type sont déjà connus dans le Calvados sur des nécropoles attribuées à la fin du 1er âge du Fer : l’un sur la nécropole de Saint-Martin-de-Fontenay / La Coite (Pilet 1994), l’autre sur celle de Mondeville / La Vallée Barrey (Beaurepaire 1880 ; Verney 1993). Celui de Courseulles est décoré d’un bandeau central d’au moins deux rangs de stries isoclines, vraisemblablement encadrées de deux cannelures à l’origine. Ce fragment porte également une petite perforation funiculaire.

3.8 Les débris d’argile rubéfiée

214Schématiquement les débris d’argile rubéfiée recueillis sur le gisement sont de trois types et proviennent indifféremment du comblement des fosses, des trous de poteau ou des fossés.

215Les premiers fragments prennent la forme de plaques d’argile fine, plutôt homogènes, portant quelquefois l’empreinte de baguettes qui les désignent comme des enductions ou des maçonneries montées autour de clayonnages. Leur discrétion sur le gisement et leur relative minceur – 5 à 7 cm d’épaisseur – notamment si on la compare à l’épaisseur entendue d’une paroi de bâtiment – 20 à 25 cm – les apparenteraient davantage à des parois de fours qu’à celles d’édifices. En dehors de la marque laissée sur la roche par un foyer encaissé installé à l’intérieur du bâtiment 75, dans la petite annexe métallurgique, le site n’a en effet offert aucune trace de ces structures de combustion pourtant probables et vraisemblablement construites en élévation. On peut donc supposer que ces fragments sont ceux de la paroi de voûtes disparues.

  • 11 Détermination V. Carpentier / Inrap, UMR 6577 (Craham, CNRS, univ. de Caen).

216Une seconde famille de restes se voit définie par une argile coupée de nombreuses inclusions coquillières fraîches. En dehors de deux gros pains de section carrée de 15 cm de côté extrêmement indurés découverts lors du diagnostic dans une fosse de l’aire résidentielle (st. 1338) et dont la fonction est difficile à déterminer (éléments de piliers de fours ?), la plupart de ces restes semblent devoir correspondre à ceux de fours à sel. On retrouve notamment parmi eux deux très vraisemblables fragments de grille, barres de section rectangulaire de 5 x 3,5 cm et 3 x 2,4 cm (fig. 83 : 8), quelques sections de boudins modelés à pleine main (« pilettes » ? fig. 83 : 1, 2, 9) et les bords et fragments de panses très sommaires de plausibles augets modelés11 (fig. 83 : 6, 7). En l’état, les uns et les autres évoquent les restes de briquetages, à rapprocher des divers témoins d’activité salicole repérés alentours, comme ceux par exemple attestés pour cette période à une dizaine de kilomètres au nord-est à hauteur de Lion-sur-Mer (Edeine 1962) ou encore ceux un peu plus éloignés de Dives-sur-Mer (Desloges 1987). Si la présence des augets sur le site peut s’expliquer comme partout ailleurs par le transport du sel dans son récipient (Daire 1994), la présence de quelques fragments des parties immobilières (piliers, pilettes, grilles) nous renvoie au débat sur une éventuelle production de sel, en tout état de cause ici très occasionnelle, dans les habitats de l’âge du Fer en Normandie en dehors de l’embouchure des fleuves et des cordons littoraux.

FIG. 83 Éléments de briquetage : 1-7 fosse 1528, US 01 (n° inv. 1549) ; 8 fosse 1295, US 02 (n° inv. 17) ; 9 fosse 2023, US 01 (n° inv. 507).

FIG. 83 Éléments de briquetage : 1-7 fosse 1528, US 01 (n° inv. 1549) ; 8 fosse 1295, US 02 (n° inv. 17) ; 9 fosse 2023, US 01 (n° inv. 507).

© M. Dupré.

217Les derniers fragments, extrêmement friables, sont constitués d’une argile graveleuse marquée de grosses inclusions coquillières fossiles et de calcaire roulé. La plupart d’entre eux se présente sous la forme de nodules informes privés de leurs surfaces originelles. Les mieux conservés se présentent, les uns sous la forme de fragments plano-convexes aux surfaces sommairement égalisées, les autres sous la forme de plaques et d’éléments corniers aux faces planes assez bien lissées et de 1 à 2 cm d’épaisseur. L’hypothèse privilégiée pour ces éléments reste dans l’immédiat celle de débris d’augets à sel d’un modèle différent des précédents, de volume parallélépipédique, en tas de sable (renversé), voire rhomboédrique pour les plus profonds, c’est-à-dire de section rectangulaire, trapézoïdale ou en U. De tels modèles sont connus par exemple sur l’atelier armoricain des Ebihens à Saint-Jacut-de-la-Mer, dans les Côtes-d’Armor (La Tène ancienne/moyenne : Daire 1994).

218L’autre intérêt de ces éléments à structure graveleuse réside dans leur répartition sur le site (fig. 74d). Recueillis en assez grande quantité (env. 9 kg), ils sont en effet essentiellement regroupés dans la section méridionale du fossé de ceinture, dans cinq trous de poteau de l’édifice circulaire n° 29, dans cinq trous de poteau du plan quadrangulaire n° 4 et dans quelques fosses périphériques dont la grande fosse de stockage 1295. Dans le fossé, ces éléments sont présents sur toute la hauteur du comblement. Mais sur les 7,4 kg qui y ont été recueillis, 3,25 kg proviennent des remblais C2 et C4, lesquels sont issus de l’arasement des talus pour l’installation de la première palissade à la phase 3. Ces fragments d’argile étaient donc associés au talus avant leur déversement dans le fossé (phase 2 ?). Le troisième horizon bien fourni en éléments de ce type est la couche C5, qui recouvre ces premiers remblais. Elle accueille 1,4 kg de débris. Les autres couches (C1, C10, C11) ne comportent que des fragments isolés n’excédant pas un total de 450 g par horizon et pouvant aussi bien s’apparenter à des éléments résiduels qu’à des rejets plus limités. Dans les trous de poteau et les fosses, ces éléments sont plus sporadiques : ils se limitent à quelques nodules par cavité. La question de leur piégeage durant l’occupation des bâtiments ou lors de leur destruction n’est pas résolue. Toutefois, la rareté de ces vestiges sur le gisement et leur répartition par lot autorisent à les envisager comme les marqueurs de liens relativement fiables entre les différentes unités stratigraphiques qui les contiennent. Cette interprétation se voit très fortement encouragée par la découverte de deux grands tessons marqués d’impressions digitées sur leur carène, l’un recueilli dans la couche C4 du fossé de ceinture (ann. 1 : 28), l’autre dans le comblement du trou de poteau 1281 de l’édifice circulaire (ann. 1 : 159), et dont le détail des impressions mais aussi la couleur et la texture de la pâte en font les éléments très vraisemblables d’un même récipient.

219Au-delà donc d’un lien évident entre l’aire résidentielle et ces dépôts, ces associations, fragiles car reposant sur l’examen de matériels pour lesquels il est difficile de déterminer la nature des dépôts, pourraient tout de même évoquer, du fait de leur regroupement et de leur nombre, un lien privilégié entre l’édifice circulaire et l’élaboration de la première palissade dans la section méridionale du fossé de ceinture à la phase 3.

3.9 Attribution chronoculturelle

220À Courseulles, compte tenu de la nature des mobiliers, la céramique constitue le principal fossile utilisable en vue d’une attribution chronoculturelle du gisement (cf. supra, § 3.2), du fait de sa relative abondance par rapport aux autres mobiliers. L’indigence des collections locales cependant ne permet guère de fonder cette attribution sur autre chose qu’une comparaison avec les séries extérieures à la région.

  • 12 À l’époque de la rédaction de ces lignes, les synthèses typochronologiques de S. Marion (2004) et d (...)

221Exclusion faite de la Grande-Bretagne qui, pour des raisons encore difficiles à comprendre, offre systématiquement à modèles et séries comparables des datations un peu plus récentes de un à deux siècles, les séries céramiques recensées pour comparaison dans le Nord de la France s’intègrent toutes à une période courant du vie s. à la première moitié du ive s. av. J.-C. Cette attribution chronologique demeure volontairement vague pour l’instant car l’interprétation des données reste très différente selon que ces dernières proviennent de l’est du Bassin parisien ou des régions atlantiques. Ceci tient principalement à l’histoire de la recherche sur ces deux zones mais aussi, visiblement, aux coutumes de leurs populations respectives à l’âge du Fer qui associent par exemple plus ou moins de mobilier à leurs sépultures. À l’est, où l’identification des premières séries de cette période remonte à la première moitié du xxe s. (Favret 1935 cité dans Demoule 1999), cette connaissance déjà ancienne du matériel et sa relative abondance au sein des nécropoles ont déjà donné le jour à un grand nombre d’analyses et de synthèses (Bretz-Malher 1971 ; Hatt, Roualet 1977 ; Demoule 1999)12. Tant et si bien que sur ce secteur, les attributions chronologiques se réalisent aujourd’hui par tranches de vingt-cinq à cinquante ans, c’est-à-dire avec une précision de l’ordre de la génération. Les études retenues pour comparaison sont celles de J.-J. Hatt et P. Roualet, celles de J.-P. Demoule, ainsi que quelques corpus isolés choisis pour leurs ressemblances typomorphologiques avec une partie du lot de Courseulles.

  • 13 Même si elle tend à rejoindre celle de l’est à la faveur de nouvelles découvertes et de récents tra (...)

222À l’ouest de la Seine, la situation est toute différente13. La relative indigence des séries céramique de cette période sur le secteur n’a pas encore permis, du fait de fouilles moins nombreuses et de traditions funéraires différentes, l’élaboration de travaux de synthèse sur la typochronologie des mobiliers céramiques. Outre le fait que pour la partie occidentale de cette zone les traditions funéraires soient encore largement orientées sur la pratique de l’incinération, et plutôt couplée en ce cas à des dépôts hors-sol à l’intérieur de monuments ou de tertres aujourd’hui arasés (Giot et al. 1995 ; Villard-Le Tiec et al. 2007), le dépôt de mobilier, même dans le cas d’inhumations, y est aussi plus sobre – voire inexistant. Quelques chronologies sont tout de même proposées ponctuellement : par gisements en fonction de l’importance des lots, comme sur l’habitat du Boisanne, dans les Côtes-d’Armor (Menez 1996), ou par types de formes en fonction de leur représentativité dans les collections locales comme celle de la nécropole de Prat par exemple, toujours dans les Côtes-d’Armor (Le Goff 1992 ; 2001b). Pour ces phases anciennes de l’âge du Fer (vie-ve s. av. J.-C.), les attributions chronologiques, à juste titre prudentes, se réalisent donc plutôt au siècle près dans ce secteur.

223Dans cette configuration, les outils les plus aisément utilisables sont donc les périodisations de l’est du Bassin parisien. Celles-ci présentent le double avantage d’être fondées sur la comparaison de plusieurs gisements, c’est-à-dire sur l’analyse de près de 2000 tombes, ensembles clos ayant préservé leurs mobiliers, et de couvrir de très longues périodes (fin du 1er - fin du 2nd âge du Fer).

224Les rapprochements qu’il a été possible de réaliser entre la série de Courseulles et les typochronologies de J.-J. Hatt et P. Roualet et de J.‑P. Demoule concernent leurs phases anciennes (fig. 84 ; tabl. IV).

FIG. 84 Tentative de classement du mobilier céramique de Courseulles à partir des typochronologies du Bassin parisien (Demoule 1999 ; Hatt, Roualet 1977) : en trait plein, les convergences typologiques manifestes, en trait pointillé, les convergences secondaires (AM Aisne-Marne, H Hallstatt, LT anc. La Tène ancienne). Faute d’une proposition de repères chronologiques précis pour les subdivisions du Aisne-Marne II, cette période, d’une durée évaluée à une centaine d’années, comprise entre le deuxième quart du ve s. et le premier quart du ive s. (Demoule 1999 : 168), a été divisée ici en trois périodes égales de trente-trois ans.

FIG. 84 Tentative de classement du mobilier céramique de Courseulles à partir des typochronologies du Bassin parisien (Demoule 1999 ; Hatt, Roualet 1977) : en trait plein, les convergences typologiques manifestes, en trait pointillé, les convergences secondaires (AM Aisne-Marne, H Hallstatt, LT anc. La Tène ancienne). Faute d’une proposition de repères chronologiques précis pour les subdivisions du Aisne-Marne II, cette période, d’une durée évaluée à une centaine d’années, comprise entre le deuxième quart du ve s. et le premier quart du ive s. (Demoule 1999 : 168), a été divisée ici en trois périodes égales de trente-trois ans.

Demoule
Hatt et Roualet
Les types 1C, 2C, 5B, 6, et 13C sont
sans occurrences dans les typochronologies
de Hatt et Roualet et Demoule.

© I. Jahier, A. Dagand.

3.9.1 Corrélation avec le Aisne-Marne IA

225Le plus ancien parallèle que l’on puisse proposer entre la série de Courseulles et ces travaux de référence concerne l’unique jatte à profil sinueux du type 8C (fig. 76c : 32), à épaule mousse et médiane surmontée d’un col concave, ainsi que le modèle plus dessiné et à épaule courte de type 8A, regroupés sous le type B27 du Aisne-Marne IA (deuxième moitié du vie s. av. J.-C.) de la chronologie de J.-P. Demoule. Si on ne leur trouve aucune correspondance dans l’horizon chronologiquement équivalent du Hallstatt final IIa (530-500 av. J.-C.) de J.-J. Hatt et P.-Roualet, on signalera la présence d’un modèle à épaule mousse comparable à notre type 8C dans la phase I du camp de Paule / Saint-Symphorien (vie-ive s. av. J.-C. ; Menez, Arramond 1998 : 857.1), modèle attribué au vie s. av. J.-C. (Menez 2009 : 93/857-8/1). Néanmoins, en dépit d’un bon état de conservation de l’exemplaire de Courseulles, son isolement au sein du corpus nous incite à le percevoir comme un élément résiduel hérité d’une époque légèrement antérieure à la fondation du site.

3.9.2 Corrélation avec le Aisne-Marne IB, Hallstatt final IIb

  • 14 Horizon en réalité légèrement plus ancien selon les propos de l’auteur (« fin vie - premier quart v(...)

226Les éléments de Courseulles trouvant en nombre un parallèle dans la typochronologie de J.-J. Hatt et P. Roualet comme dans celle de J.‑P. Demoule sont les gobelets à carène surbaissée surmontée d’un haut col, dont les modèles les plus évasés (type 7A de Courseulles) apparaissent au cours du Hallstatt final IIb de J.-J. Hatt et P. Roualet (500-475 av. J.-C. : type 18). Ils coexistent dans la chronologie de J.-P. Demoule, encore une fois sous un seul type (type B26), aux côtés de modèles plus larges à rebord vertical (type 7C de Courseulles), dès le Aisne-Marne IB14. Dans les deux cas, ces gobelets – dits de types 7A et 7C à Courseulles – sont associés à des situles (type 17 de J.-J. Hatt et P. Roualet, type B34 de J.‑P. Demoule, type 3 de Courseulles). Ils sont associés en plus, dans la chronologie de J.-J. Hatt et P. Roualet, à des jattes ou écuelles marquées d’une épaule médiane étroite surmontée d’un col concave bien développé (type 27) équivalentes à notre type 8A de Courseulles et présentes, nous l’avons vu, dès le Aisne-Marne IA de J.-P. Demoule. Il y aurait donc pour ce modèle 8A, et selon l’appréciation des auteurs, un léger décalage – de l’ordre de la génération – entre la typochronologie de J.-P. Demoule et celle de J.-J. Hatt et P. Roualet.

3.9.3 Corrélation avec le bloc Aisne-Marne IIA-IIB - La Tène ancienne Ia-Ib

  • 15 – Nous ignorons si à Courseulles ces pièces étaient à l’origine dotées ou non d’un pied. C’est peut (...)
  • 16 Dans la typochronologie de J.-J. Hatt et P. Roualet, les objets sont renumérotés de 1 à n pour chaq (...)

227Le Aisne-Marne IIA et IIB de J.-P. Demoule (475-405 av. J.-C.) ainsi que La Tène ancienne Ia et Ib de J.-J. Hatt et P. Roualet (475-400 av. J.-C.), sont sans doute les horizons avec lesquels la série de Courseulles trouve le plus d’affinités. Outre la perduration des vases situliformes carénés et gobelets à épaule surbaissée (types 3 et 7A de Courseulles) déjà référencés dans l’horizon antérieur (Hallstatt final IIb), on observe notamment dans l’horizon de La Tène ancienne Ia de Hatt et Roualet des jattes ou bassins à carène médiane (type 7) auxquels se comparent en tout point les modèles découverts à Courseulles (type 12C). On remarque également dans cet horizon, mais selon des parentés plus secondaires, une situle (type 2) à col évasé, de silhouette assez proche des types 1A/1B de Courseulles, mise à part la présence d’un pied bas. On identifie en outre, au sein de la série champenoise toujours, la présence d’une coupe à pied (type 10) dont la partie haute est identique à notre type 12B15, une sorte de gobelet à carène basse (type 18) évoquant dans son principe celui de notre type 7B, et une petite jatte simple, à tendance hémisphérique (type 8), de laquelle se rapproche notre type 13B. Dans l’ensemble, ces dernières pièces ne trouvent guère de prolongement sur La Tène ancienne Ib (450-400 av. J.‑C.). Seules les jattes ou bassins à carène médiane référencées sous le type 12C à Courseulles figurent dans ce nouvel horizon, sous le type 216. Elles y côtoient des jattes carénées dans leur quart supérieur (type 3) desquelles se rapproche notre type 9, ainsi que des écuelles à épaule médiane (type 14) auxquelles s’apparente notre type 8B, au col en effet rectiligne mais plus court. Les types identifiés dans l’horizon Aisne-Marne de la périodisation de J.-P. Demoule ne diffèrent guère dans leur ensemble de ceux de la typochronologie de J.-J. Hatt et P. Roualet. On y retrouve notamment au Aisne-Marne IIA, aux côtés de formes semblables à nos types 7A, 7C et 3 (types 5721, 525 et 54211 de J.-P. Demoule), déjà en place au Aisne-Marne IB, des jattes ou bassins à carène médiane (types 12B, 12C de Courseulles) ainsi qu’un modèle bitronconique inédit, à fond plat et carène médiane (type 5412), avec lequel notre type 5C trouve de nombreuses affinités. On note en plus – mais ces modèles ne semblent faire qu’une brève apparition dans la typochronologie du Aisne-Marne – la présence de vases elliptiques (issus de la nécropole de Pernant, dans l’Aisne : type 5511 de J.-P. Demoule), dont la forme se présente comme un compromis entre les types 10 et 11 de Courseulles. Enfin, on relèvera la présence, à la jonction du Aisne-Marne IIA et du Aisne-Marne IIB, de pièces à épaule médiane et grand col rectiligne évasé (type 5212) desquelles se rapprocherait notre type 8B, au col toutefois plus court. Au Aisne-Marne IIB (440-405 av. J.-C.), les types perdurants sont les vases situle à carène haute (type 3 de Courseulles, type 54211 du Aisne-Marne) ainsi que les jattes et bassins à carène médiane (type 12B de Courseulles et type 5113 à pied du Aisne-Marne ; type 12C de Courseulles et modèle sans numéro du Aisne-Marne ; Demoule 1999 : 145, colonne de droite) et les vases biconiques à carène médiane, de silhouette plus sommaire que dans l’horizon précédent (type 5C de Courseulles, type 5411 du Aisne-Marne). Les véritables innovations pour l’horizon Aisne-Marne IIB sont de hauts vases à profil segmenté et col vertical qui mettent en concordance notre type 1A et le type 5261 du Aisne-Marne, ainsi que des modèles de profil plus souples rapprochant nos modèles 2A et 2B du modèle 53211 du Aisne-Marne. Mais on distingue surtout, au rang des nouveautés, une forme haute à profil segmenté, col court éversé et petite assise en piedouche (type 5422 du Aisne-Marne) offrant, outre un exemple de cet élément quasi absent de notre série (un seul à Courseulles : ann. 1 : 116), un compromis à nos types 1B et 4. On remarquera enfin l’apparition de jattes basses tronconiques à fond plat (type 13A de Courseulles, type 512-5111 du Aisne-Marne), tout comme celle de modèles subhémisphériques (type 13B de Courseulles, type 5751 du Aisne-Marne).

3.9.4 Corrélation avec le Aisne-Marne IIC, La Tène Ancienne IIa

228Enfin, pour le terminus ante quem de la série, plus aucun rapprochement ne peut être réalisé au-delà de La Tène ancienne IIa de J.-J. Hatt et P. Roualet (400- 350 av. J.-C.) et du Aisne-Marne IIC (405-375 av. J.-C.) de J.-P. Demoule. Mais même pour ces deux horizons, le bien-fondé des comparaisons s’avère relatif. La série de Courseulles en effet ne trouve réellement de parenté avec ces deux phases qu’au travers principalement de modèles perdurants que sont les types 13 et 4 de la chronologie de J.‑J. Hatt et P. Roualet (équivalents à nos types 3 et 9), et le type 54211 ainsi qu’un modèle de jatte à carène médiane de la chronologie de J.-P. Demoule (modèle sans numéro équivalent à nos types 3 et 12C : Demoule 1999 : 145, colonne de droite). Il s’agit donc en soi d’éléments peu datants. L’unique innovation relative à cette phase, avec laquelle la série de Courseulles trouve une comparaison inédite, réside dans l’apparition de terrines à carène médiane et col concave proches de notre type 5A (types 3 et 7 de Hatt et Roualet) et que l’on retrouve notamment dans la série de Graimbouville, en Haute-Normandie (Blancquaert, Desfossés 1996). Le cantonnement de ces terrines à cette phase pourrait donc constituer une assez bonne référence chronologique pour évaluer le terminus ante quem de notre série.

  • 17 On peut de fait envisager les variations observées sur le type 8 – générique – comme une évolution (...)

229Au final, il semblerait que, d’un point de vue chronologique d’abord, ces diverses comparaisons avec les périodisations de l’est du Bassin parisien autorisent à attribuer l’occupation du gisement à une période comprise entre le Hallstatt final IIb et La Tène ancienne IIa de la chronologie de J.‑J. Hatt et P. Roualet ou entre le Aisne-Marne IB et le Aisne-Marne IIB de J.‑P. Demoule, soit entre 530/500 et 350 av. J.-C. L’attribution chronologique des parures de la sépulture 2010 au Hallstatt D2-D3 de P. Reinecke, placerait donc cette inhumation vers l’inauguration de l’habitat. Sur le plan culturel à proprement parler, force est de constater que sur le Nord de la Gaule les traits céramiques sont plus constants que nous ne l’envisagions il y a simplement quelques années pour cette période du veive s. av. J.‑C. Dans les séries consultées, la récurrence des types référencés 3 et 8 à Courseulles, en admettant leurs légères variations dans la durée17, en est probablement l’une des meilleures illustrations. Si les vases à tendance situliforme du type 3 sont un modèle bien connu et de mieux en mieux référencé dans l’Ouest, où ils sont même l’un des fossiles directeurs des séries du début du 2nd âge du Fer, les jattes à épaule médiane du type 8 (8A et 8B surtout) étaient encore considérées jusqu’à une date récente comme une spécificité orientale. Or leur fréquence est à présent constatée vers l’Ouest, aussi bien à Courseulles, où elles représentent 20 % de la série, qu’à Ouessant (Le Bihan 1988-1996, Le Bihan, Villard 2001) ou aux Teuilles, en Vendée (Nillesse 2000). Ceci inviterait plutôt à les considérer comme des éléments, sinon ubiquistes, tout au moins communs et perdurants, qui témoignent d’une certaine unité de la culture matérielle dans ces secteurs. En outre, la zone géographique qu’il a été nécessaire de prendre en considération pour comparer ce corpus, montre surtout qu’il est une combinaison équilibrée des différents faciès qui l’environnent : Bassin parisien, arc atlantique, Sud des îles Britanniques. C’est ce qui en fait, en vertu de la position géographique du gisement et comme on peut imaginer que c’est le cas pour les autres séries de cette période dans la région, une documentation déterminante pour la mise en correspondance de ces différents faciès.

Notes

1 Les délais d’édition opérant, plusieurs années se sont écoulées entre la rédaction de ces quelques pages et leur parution. Nous préférerions aujourd’hui une approche plus « sensible », s’attachant davantage à la silhouette des vases qu’à un classement géométrique comme celui présenté ici, à partir du rapport hauteur/ largeur des vases – formes hautes, moyennes, basses –, et finalement sans doute bien éloigné des préoccupations des artisans. Dans une perspective d’attribution chronoculturelle, qui demeure le premier objectif de cet exposé, la présentation du corpus aurait pris aujourd’hui la forme d’un découpage à partir de quatre principaux critères distinguant : les profils carénés (à deux pans : types 3, 5, 7, 9 [fig. 64 : 33], 12 et 13C : fig. 64c, d), les profils segmentés complexes ou composites dégageant une épaule (à trois pans : types 1, 2, 4, 8 et 9 [fig. 64 : 34]), les profils globulaires et elliptiques (types 6, 10 et 11) et les profils hémisphériques et tronconiques (types 13A et 13B). Nous ne doutons pas que le lecteur saura, s’il le souhaite, faire la jonction de l’un à l’autre de ces deux modes de classement possibles parmi d’autres.

2 Sauf pour le chapitre traitant des ensembles clos, les divers travaux de synthèse portant sur la typochronologie des ensembles céramiques de la fin du 1er et/ou des débuts du 2nd âge du Fer – ceux de M. Friboulet et al. (2007) et de S. Marion (2004) pour le Bassin parisien, comme ceux de J. Gomez de Soto et al. (2007) et de E. Marchadier (2005) pour la façade Atlantique – n’ont pu être intégrés à cette présentation très antérieure.

3 – La série, dont la phase ancienne (phase 1), qui nous intéresse ici, était déjà étudiée en 1998, est également consultable dans la thèse d’Yves Menez (2009). Citons les urnes cinéraires décorées de « marguerites » (vol. II : 78-81) et les céramiques issues de l’habitat équivalentes aux types 1B, 1C, 2A, 4 et 8/8C (8 en général, 8C en particulier) de Courseulles (vol. II : 87-93).

4 L’édition de 1991, qui, à l’époque où nous avons rédigé ces lignes, était la seule disponible, a été depuis révisée et rééditée (Cunliffe 2005).

5 Bretagne, Pays-de-la-Loire et Poitou-Charentes.

6 Haute-Normandie, Picardie, Champagne-Ardenne et Nord-Pas-de-Calais.

7 – On pourrait également mentionner les quelques exemplaires identifiés dans les séries de Houdancourt / Les Esquillons (Malrain et al. 1996a) et de Arras (Jacques, Rossignol 1996), qui demeurent malgré tout des « unithèmes » au sein de ces ensembles.

8 – Pour cette raison, elle ne figure pas au tabl. V.

9 Fouille Blancquaert 1994, inédit.

10 Pour le positionnement de la fosse 273, voir ann. 2, pl. 2, carr. M20 ; objet non dessiné.

11 Détermination V. Carpentier / Inrap, UMR 6577 (Craham, CNRS, univ. de Caen).

12 À l’époque de la rédaction de ces lignes, les synthèses typochronologiques de S. Marion (2004) et de M. Friboulet et al. (2007) pour le Bassin parisien n’étaient pas encore publiées.

13 Même si elle tend à rejoindre celle de l’est à la faveur de nouvelles découvertes et de récents travaux de synthèse (Marchadier 2005 ; Gomez de Soto et al. 2007), malheureusement postérieurs à la rédaction de ces lignes.

14 Horizon en réalité légèrement plus ancien selon les propos de l’auteur (« fin vie - premier quart ve s. av. J.-C. » : Demoule 1999 : 168), que ne l’indique l’une des rares représentations synthétiques en tableau aujourd’hui disponibles (Baray 2003 : 20).

15 – Nous ignorons si à Courseulles ces pièces étaient à l’origine dotées ou non d’un pied. C’est peut-être d’ailleurs dans la rareté de cet élément au sein de la série que résiderait l’une des principales différences stylistiques entre la série de Courseulles et celles du Nord-Est.

16 Dans la typochronologie de J.-J. Hatt et P. Roualet, les objets sont renumérotés de 1 à n pour chaque horizon chronoculturel.

17 On peut de fait envisager les variations observées sur le type 8 – générique – comme une évolution du modèle propre à tout le Nord de la Gaule ; depuis le type à profil sinueux (référencé 8C à Courseulles) que l’on retrouve dans les plus vieux horizons des typochronologies du Nord-Est (Aisne-Marne IA) mais aussi dans les plus anciens niveaux des sites occidentaux (Paule, phase I), jusqu’aux profils à la silhouette plus découpée, à grand col concave dans un premier temps (référencé 8A à Courseulles), puis à col rectiligne (référencé 8B à Courseulles) et figurant sauf exception (type 8A en AM IA) dans des horizons plus récents (Hallstatt final IIb pour le type 8A, Aisne-Marne IIA et La Tène ancienne Ib pour le type 8B).

Table des illustrations

Titre FIG. 74 Cartographie synthétique de la répartition des principaux mobiliers sur le gisement (à l’intérieur de l’enceinte, une mesure par structure ; dans les fossés, une mesure par sondage).
Crédits © M. Dupré, L. Le Gaillard, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19973/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre FIG. 75 Exemple de mobilier conservé en position de dépôt primaire : le vase n° 488 écrasé dans la fosse 930 (cf. annexe 1 : 130).
Crédits © I. Jahier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19973/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre FIG. 76a Typologie du mobilier céramique : formes hautes (F poteries de facture grossière ; G poteries de facture soignée).
Crédits © J.-M. Richard, M. Dupré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19973/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre FIG. 76b Typologie du mobilier céramique : formes moyennes (F poteries de facture grossière ; G poteries de facture soignée).
Crédits © J.-M. Richard, M. Dupré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19973/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre FIG. 76c Typologie du mobilier céramique : formes basses (F poteries de facture grossière ; G poteries de facture soignée).
Crédits © J.-M. Richard, M. Dupré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19973/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre FIG. 76d Typologie du mobilier céramique : formes basses (F poteries de facture grossière ; G poteries de facture soignée).
Crédits © J.-M. Richard, M. Dupré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19973/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre TABL. IV Tableau réorganisé des occurrences typologiques du mobilier céramique (X convergences typologiques manifestes ; / affinités typologiques secondaires).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19973/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Titre TABL. V Tableau des associations des deux principaux faciès céramiques en ensembles clos.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19973/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre TABL. VI Mobilier faunique : dénombrement et pourcentages globaux en nombre et poids de restes, en grammes (NR nombre de restes ; PR poids des restes ; PM poids moyen des os).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19973/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre FIG. 77 Les vestiges fauniques par espèces et types de structures : a proportions en nombre de restes ; b poids moyens cumulés.
Crédits © M. Dupré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19973/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre FIG. 78 Représentation des trois principales espèces sur quelques sites du Hallstatt et de La Tène ancienne : 1 sites de l’Ouest (Courseulles-sur-Mer, Fierville-les-Parcs, Brion / La Croix Boizard) ; 2 sites du Nord et de l’Est (Fresnes-sur-Marne / Les Sablons, Bussy-Saint-Georges, Saint-Denis-Saint-Ouen, Houdancourt / Les Esquillons, Compiègne / Le Fond Pernant, Aubigny, Breisach-am-Rhein, Mengen, Rosheim / Mittelweg, Geispolsheim / Bruechel, Tagnon, Trémont-sur-Saulx).
Crédits © M. Dupré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19973/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre FIG. 79 Corrélation des proportions et poids moyens d’os de bœuf pour les deux ensembles de sites (PM poids moyen ; NR nombre de restes).
Crédits © A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19973/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre FIG. 80 Quelques pièces de l’instrumentum et parures isolées : 1-4 galets calcaires avec ou sans perforation centrale, égalisés par bouchardage et polissage sur leur circonférence (st. 74 [1, 3] ; st. 148 [2] ; st. 119 [4]) ; 5 navette en os (st. 45c, C2, sond. 46b) ; 6 fusaïole en terre cuite, pâte brune lissée à inclusions grossières (st. 45c, C2, sond. 59 ; 7 fusaïole ou perle en terre cuite, pâte fine orangée, peu cuite, sablonneuse (st. 770) ; 8 fusaïole, pâte brune à noire à inclusions grossières, lissée (st. 10) ; 9 masse en plomb (st. 872) ; 10 outil en fer, peut-être une pince ou une force (st. 362) ; 11 résidu de coulée en bronze, empreinte vraisemblable de l’embouchure d’un moule : st. 766) ; 12 fragment de tôle en bronze (st. 567) ; 13 épingle en bronze à tête enroulée (résiduelle, Bronze final : limon brun, carr. l17) ; 14 attache vestimentaire en bronze (st. 362) ; 15 fragment de bracelet en rond de serviette en lignite (st 362) ; 16 anneau filiforme en bronze formé à froid (st. 10) ; 17 fragment de bracelet en rond de serviette en lignite (st. 1295).
Crédits © J.-M. Richard, M. Dupré, A. Dagand. Cliché © I. Jahier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19973/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre FIG. 81 Le matériel de tisserand ou de ravaudage de filets de la fosse 74.
Crédits © I. Jahier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19973/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre fig. 82 Artisanat du cuir et affûtage : 1-3 galets de grès portant des traces d’usure par polissage (st. 10, 1296, 1338) ; 4 broyon ou molette en granite (st. 45b : sond. 11, C1) ; 5 affûtoir (?) en grès briovérien (st. 45b : sond. 11, C1) ; 6 aiguisoir pendentif (?) en roche métamorphique verdâtre (st. 471). En gris, les traces de polissage.
Crédits © I. Jahier, M. Dupré.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19973/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre FIG. 83 Éléments de briquetage : 1-7 fosse 1528, US 01 (n° inv. 1549) ; 8 fosse 1295, US 02 (n° inv. 17) ; 9 fosse 2023, US 01 (n° inv. 507).
Crédits © M. Dupré.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19973/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre FIG. 84 Tentative de classement du mobilier céramique de Courseulles à partir des typochronologies du Bassin parisien (Demoule 1999 ; Hatt, Roualet 1977) : en trait plein, les convergences typologiques manifestes, en trait pointillé, les convergences secondaires (AM Aisne-Marne, H Hallstatt, LT anc. La Tène ancienne). Faute d’une proposition de repères chronologiques précis pour les subdivisions du Aisne-Marne II, cette période, d’une durée évaluée à une centaine d’années, comprise entre le deuxième quart du ve s. et le premier quart du ive s. (Demoule 1999 : 168), a été divisée ici en trois périodes égales de trente-trois ans.
Légende DemouleHatt et RoualetLes types 1C, 2C, 5B, 6, et 13C sontsans occurrences dans les typochronologiesde Hatt et Roualet et Demoule.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19973/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 42k

Auteurs

Archéologue spécialiste de l’âge du Fer, Ivan Jahier est chargé d’opérations et de recherches à l’Inrap. Il collabore également à l’unité mixte de recherche 6566 « Civilisations atlantiques et archéosciences » (CNRS, MCC, universités de Rennes 1 et 2, et de Nantes) et a été membre de la Commission interrégionale de la recherche archéologique Ouest de 2007 à 2010. Il a conduit l’étude de plusieurs sites importants de Basse-Normandie, notamment celle de la nécropole du Clos des Lilas, à Éterville, et de l’habitat aristocratique du Clos de l’Épinette à Creully. Ses travaux l’ont conduit à identifier des types de site jusque-là inédits en Basse-Normandie tels l’habitat groupé en aire ouverte et à architecture circulaire de Cahagnes (Bronze final - 1er âge du Fer) ou la fortification de plaine de Saint-Germain-la-Blanche-Herbe (2nd âge du Fer). Il fut parmi les premiers à mettre en évidence l’organisation en réseau des fermes d’Ifs et de Fleury-sur-Orne (2nd âge du Fer). C’est lui qui a caractérisé les grandes enceintes de Courseulles-sur-Mer et de Fleury-sur-Orne (1er-2nd âge du Fer). Il collabore à plusieurs programmes de recherche nationaux, en particulier l’« Enquête sur l’habitat rural en Gaule » (Inrap, ministère de la Culture et de la Communication) et l’« Enquête sur les formes funéraires au cours des âges » (Inrap).

Archéozoologue, ingénieur de recherche à l’Inrap, Laboratoire d’archéozoologie de Compiègne (Centre de recherche archéologique de la vallée de l’Oise), membre de l’UMR 7210 / UMR 303 « Archéozoologie, archéobotanique, sociétés, pratiques et environnements »

Archéologue, spécialiste des industries lithiques du Mésolithique à l’âge du Bronze, assistant d’études et d’opérations à l’Inrap, chercheur associé au Centre de recherche en archéologie, archéosciences, histoire (UMR 6566 : CNRS, ministère de la Culture, Inrap, universités de Rennes 1 et 2, université de Nantes).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search