Version classiqueVersion mobile

L’enceinte des premier et second âges du Fer de La Fosse Touzé (Courseulles-sur Mer, Calvados)

 | 
Ivan Jahier

Chapitre 2. L’habitat de l’âge du Fer

Ivan Jahier et Isabelle Le Goff

Résumé

L’analyse des clôtures constitue le premier volet de cette présentation. Leur variété – fossés, palissades, mur – et leur évolution font apparaître quatre phases principales d’aménagement et, outre l’idée d’une hiérarchie possible entre ces constructions, celle d’un plan d’aménagement programmé dès l’origine. La porte principale, monumentale, jouait à l’évidence un rôle déterminant au sein du dispositif, elle était d’ailleurs précédée d’une esplanade et prolongée d’une arrière-cour. On ne lui connaît pas moins de quatre états – portique, tours-portes et porche – avant son enchâssement dans le mur de clôture. À l’intérieur de l’enceinte, les cavités, et notamment les trous de poteau, sont nombreuses – plusieurs centaines. Pour autant leur analyse, qui identifie une petite cinquantaine d’édifices au total, ne distingue que deux premières habitations légères, à pans coupés, présentant des points de convergence avec les plans du Bassin parisien, et deux habitations circulaires plus pérennes renouant au contraire avec des traditions plus « atlantiques ». L’essentiel des constructions en effet semble correspondre à des greniers ordonnés le long des fossés. La pérennité des lieux et des structures permet en outre de percevoir une organisation globalement concentrique articulée autour d’une place centrale et desservie par deux allées divergeant depuis l’entrée. On recense toutefois quelques fosses de stockage dont le nombre, le volume mais aussi la place sur le gisement, évoquent les réserves individuelles des maisonnées. Quelques installations plus énigmatiques sur poteaux – métiers à tisser, étendoirs, cadres de tannerie ? – les côtoient. En dépit de cette somme d’aménagements, les recherches d’unités d’habitation connexes susceptibles d’avoir soutenu cette entreprise se sont révélées infructueuses. Toutes les structures repérées à l’extérieur de l’enceinte s’imposent en effet comme les compléments techniques de cet étrange dispositif et ne font qu’ajouter à la longue liste de ses installations. On y distingue ainsi le débouché d’un chemin à l’ouest, une annexe métallurgique au sud-ouest, une aire agro-pastorale enclose et aménagée au sud, une carrière de pierres, et divers édicules ou annexes sur poteaux situés à proximité des passerelles enjambant les fossés. Contre toute attente, le thème funéraire n’est pas en reste lui non plus puisque une demi-douzaine de sépultures encore en place, principalement des inhumations, ainsi qu’une demi-douzaine d’ossements humains dispersés permettent d’observer un pan méconnu des usages funéraires de la période. On y découvre paradoxalement l’une des sépultures les mieux dotées en mobilier de la région (sep. 2010 : 16 parures annulaires de bronze, de fer et de plomb).

Texte intégral

1La grande enceinte quadrilatérale, fermée sur trois côtés par un fossé et à l’ouest par une palissade puis par un mur, constitue les limites de l’habitat proprement dit du site de l’âge du Fer (fig. 10). L’aire interne s’en voit investie par ailleurs d’un assez grand nombre de fosses et trous de poteau ayant pour une large part contribué au maintien des bâtiments. Autour, gravitent quelques installations complémentaires : une annexe métallurgique probable à l’angle sud-ouest à l’extérieur de laquelle plusieurs fours ont été aménagés en aire ouverte, quelques traces de bâti et, un peu plus loin au sud, un probable réseau agraire et une carrière (2046). À défaut de contact stratigraphique entre l’enceinte et l’espace agricole, non plus qu’avec la carrière au sud, le fonctionnement conjoint de ces ensembles est attesté par des séries de poteries tout à fait identiques et conservées en position de rejet primaire sur ces trois zones. En plus de cet ensemble de structures, à vocation domestique, artisanale et agricole, une demi-douzaine de sépultures de forme variable ainsi que quelques ossements isolés, dispersés les uns et les autres sur l’habitat et ses abords, rendent compte de quelques gestes funéraires sur le gisement.

FIG. 10 Plan général du site de l’âge du Fer.

FIG. 10 Plan général du site de l’âge du Fer.

© M. Dupré, L. Le Gaillard, A. Dagand.

2.1 L’enceinte

2L’une des premières caractéristiques de la grande enceinte réside dans l’étonnante cohésion géométrique de cet ensemble, celle d’un quadrilatère d’approximativement 100 m de côté (93 x 95 m) accessible par quatre ouvertures opposées. Outre son étendue, la simplicité de son plan d’aménagement la distingue également de la plupart des habitats ruraux de la période gauloise pour lesquels, en règle générale, la marque des clôtures successives au niveau du substrat fait état d’une gestion plus opportuniste des bornages du site au fil du temps. À Courseulles au contraire, l’unité du plan laisse entrevoir davantage de rigueur entre l’origine du dispositif et son abandon. Elle ouvre en conséquence deux champs d’hypothèse : celle d’une occupation éphémère – contredite par une fréquentation d’environ un siècle et demi (du début du ve au milieu du ive s. av. J.-C.) – ou celle plus crédible du respect d’un projet architectural initial.

3Aujourd’hui et sous la surface, il ne subsiste des clôtures originelles de l’enceinte que trois principaux types de vestiges : des fossés, des tranchées de palissades, ou parfois la seule empreinte de ces parois dans des remblais, et les soubassements d’un mur en pierres très arasé à l’ouest.

2.1.1 Le système fossoyé

4Deux fossés distincts participent à la clôture mais n’en soulignent pour autant que trois côtés (fig. 10). Le premier, appelé « fossé de ceinture » (45), en délimite les côtés nord, est et sud selon un plan en U de 100 m de côté. Le second, dit « fossé interne » (44), simple segment rectilinéaire de 95 m de long, en double la section nord dans un étonnant parallélisme à 7,50 m en retrait. À tous égards, les similitudes de creusement et de comblement de ces deux structures justifient leur présentation commune.

2.1.1.1 Creusement

5En premier lieu, le fossé de ceinture comme le fossé interne présentent dans leur longueur un creusement constant, manifestement totalement détaché des contraintes géologiques environnantes. Ils sont en effet invariablement encaissés de 1,80 m sous la surface actuelle (fig. 11), aussi bien dans la partie ouest du gisement, où ils sont presque intégralement taillés dans la roche, que dans la partie est où seule leur partie inférieure y est excavée.

6À l’ouest, la résistance naturelle du substrat a donc permis la conservation du profil originel de ces structures sur une assez grande profondeur. Celles-ci, en V, de 1,80 m de large au sommet de la plaquette, devaient atteindre 2,50 m à l’ouverture à la surface de l’âge du Fer. La seule irrégularité de creusement repérée au sein de ces parties presque intégralement taillées dans la roche réside dans une encoche angulaire réalisée au sommet du versant externe, ceci sur toute la longueur du fossé sud (fig. 11). Ces sections atteignent progressivement 3 m de large à la base du décapage dans les zones limoneuses, où elles présentent les traces classiques d’une altération en terrain lœssique, c’est-à-dire un profil en Y marqué par une ouverture très large et irrégulière au-dessus d’une entaille étroite et abrupte systématiquement comblée à la base par de fortes épaisseurs de sédiments fins. Selon toute probabilité, le profil originel des fossés en terrain limoneux était donc identique à celui conservé en zone calcareuse.

FIG. 11 Coupes des fossés de clôture.

FIG. 11 Coupes des fossés de clôture.

1-6 fossé de ceinture (45) :
C1 limon brun mêlé de granules et de sables calcaires ; C2 vrac de plaquettes calcaires et limon brun interstitiel ;
C3 limon brun homogène ; C4 vrac de plaquettes et cailloutis calcaires scellé de limon brun interstitiel, ponctuellement lacunaire ; C5 limon brun mêlé de granules et de cailloutis calcaires épars lités ;
C6 limon brun mêlé de lentilles de lœss (= fosse polylobée 1629) ; C6b limon brun panaché de lœss (= inhumation 1551) ;
C7 limon brun homogène ; C8 vrac de plaquettes et cailloutis calcaires mêlés de limon brun interstitiel ; C9, C9b limon brun gris mêlé d’éléments calcaires épars et lités, et de mobiliers résiduels ; C10 limon brun homogène ; C11 chape de plaquettes et cailloutis calcaires, et limon brun interstitiel.
7-9 fossé interne (44) :
C1 limon brun-gris à caractère hydromorphe mêlé de granules et de sables calcaires ; C3 vrac lacunaire de plaquettes et cailloutis calcaires ; C4 limon brun homogène ; C5 vrac de plaquettes et cailloutis calcaires mêlé de limon brun interstitiel ; C6 limon brun-gris mêlé de quelques éléments calcaires et de mobiliers erratiques protohistoriques ; C7 chape de grandes plaquettes calcaires ; C8 limon brun mêlé de quelques cailloutis calcaires et de mobiliers résiduels historiques.

© M. Dupré, A. Dagand.

2.1.1.2 Comblement et aspects architecturaux

7Au total, dix-sept couches majeures, occupant des sections de 50 à 300 m de long chacune, et une dizaine d’autres plus ponctuelles, ont été identifiées dans le comblement du réseau. Elles peuvent en fait se synthétiser en trois principaux types de remplissage :

  • des formations sédimentaires accumulées au creux des fossés au fil du temps,

  • des remblais apportés pour combler totalement ou partiellement les dépressions,

  • et des remplissages plus complexes matérialisés par des horizons bi- et tripartites, comprenant généralement l’empreinte d’une palissade et son calage et parfois un remblai sous-jacent (fig. 11).

Les formations sédimentaires

8Les formations sédimentaires se caractérisent par des matrices à dominante terreuse. Celles-ci sont parfois homogènes et fines, mais le plus souvent mêlées d’éléments lités ou encore subdivisées par des filets hydromorphes et granuleux illustrant des épisodes d’envasement combinés à un effritement des parois. Les couches succédant immédiatement au terrassement sont presque stériles (couche C1 des fossés 44 et 45). Elles tapissent le fond du réseau dans son ensemble selon une épaisseur dégressive d’est en ouest et selon des profils le plus souvent équilibrés dans la largeur des fossés ou, à minima, s’appuyant sur les deux versants. Elles peuvent atteindre près de 40 cm d’épaisseur dans les secteurs de recouvrement limoneux épais, où elles sont parfois subdivisées de quelques filets hydromorphes et chargées de place en place de quelques paquets de lœss. Elles se réduisent au contraire à de minces filets granulo-limoneux dans les zones où le socle calcaire affleure sous la surface (fig. 11). Leur épaisseur serait donc apparemment proportionnelle à la résistance de l’encaissant, c’est-à-dire d’autant plus forte que ce dernier est meuble, et inversement. Ces formations évoluent par la suite – au fond des fossés (couche C2 du fossé 44) et dans les comblements médians surtout (couche C5 du fossé 45) – vers des matrices plus hétérogènes, manifestement moins assujetties à la composition du substrat environnant. C’est ce qu’indiquent leur constitution terreuse et leur épaisseur constante sur toute la longueur du réseau en dépit des fortes variations de l’encaissant. Le profil de ces formations, comme les pierres conservées dans leur épaisseur, parfois maintenues à l’altitude des limons encaissants, indique qu’elles proviennent en majeure partie de la rive interne des fossés, voire en totalité pour les sections entièrement taillées dans la roche (couche C5 du fossé 45, section sud : fig. 11 : coupes 1, 2). Des rejets détritiques les accompagnent parfois. Il s’agit de restes de faune issus des activités domestiques environnantes, abandonnés là à leur lente dégradation et, plus exceptionnellement, de quelques grands pans de vases écrasés en place. Toute une série de petits éléments erratiques et résiduels s’y trouvent également mêlés : des silex taillés, probablement néolithiques pour l’essentiel (cf. infra, § 1.6.1), quelques pièces osseuses et des tessons de poterie centimétriques et érodés pour les plus notables. Une section seulement, sur le côté oriental de la clôture, présente sur une trentaine de mètres de long et sur toute sa hauteur un remplissage limoneux de cet ordre (couches C1, C5 et C9b : fig. 11 : coupe 4 ; fig. 12a, d, f, g). Les pierres qui lui sont associées, toujours inclinées vers la rive interne et maintenues dans le remplissage à l’altitude des limons encaissants, ne peuvent provenir que de ce rebord du fossé où sont pourtant conservées les traces d’une palissade mitoyenne de même longueur (sondage 23 : fig. 12f).

FIG. 12 Répartition des principales unités stratigraphiques du fossé de ceinture 45 (pour la légende des couches de comblement, voir fig. 11).

FIG. 12 Répartition des principales unités stratigraphiques du fossé de ceinture 45 (pour la légende des couches de comblement, voir fig. 11).

© M. Dupré, A. Dagand.

9On peut, sans grand risque d’erreur, penser que ces formations résultent de l’érosion naturelle des fossés demeurés un temps ouverts. Les couches inférieures (C1 des fossés 44 et 45), issues des premiers lessivages et des premières dégradations des versants, succèdent manifestement au creusement. Leur déficit dans les secteurs calcaires s’explique par la résistance naturelle de la roche encaissante et, dès l’âge du Fer, la faible épaisseur des recouvrements limoneux. Les couches placées au-dessus, apportées essentiellement depuis la rive interne, sont le premier témoignage d’un dépôt des terres sur ce côté, sous la forme probable de talus. Mais si l’on en juge par la relative uniformité de ces couches quelle que soit leur place sur le réseau, ces talus ne pouvaient être que d’une constitution, sinon homogène, tout au moins régulière dans leur longueur. Il est donc probable qu’afin de donner une certaine unité à ces ouvrages – 300 m pour le fossé de ceinture, 100 m pour le fossé interne – des masses importantes de matériaux ont été transportées entre l’est et l’ouest pour rééquilibrer les proportions de terre et de pierres entre ces secteurs géologiquement si différents.

Les remblais

10Les remblais sont caractérisés par des couches pierreuses ou limono-pierreuses, toujours mêlées d’éléments verticaux et obliques bloqués en vrac dans leur chute. Cette désorganisation des éléments dans l’épaisseur de ces niveaux est typique d’apports rapides et massifs, tout comme le sont les vides interstitiels parfois conservés entre les pierres aux emplacements les plus épais de ces formations. Ceci est notamment le cas aux terminaisons occidentales du réseau. La longueur de ces couches, de 50 à 150 m, exclut toute éventualité – comme la verse accidentelle d’un mur par exemple – autre que celle d’apports artificiels dans les remplissages. On notera, au rang des mises en forme de ces masses de matériaux, le profil bombé de certaines parties au fond des fossés (couche C3 : fig. 11 : coupe 7), voire leur appui exceptionnel au versant externe (couche C4 : fig. 11 : coupe 2). Les mobiliers associés à ces niveaux sont le plus fréquemment restreints à quelques pièces osseuses, silex taillés – a priori néolithiques – et tessons de poterie erratiques. Quelques rares pièces et ensembles plus complets – à peine une douzaine en tout –, des poteries et des parties de squelettes d’animaux disloqués, se sont cependant trouvés mêlés, ou associés, à ces apports. En termes de proportions, ces remblais occupent les deux tiers ou les trois quarts du remplissage des fossés. Ils se répartissent de la base au sommet selon trois principaux types.

11Les remblais de type 1 (couches C2 du fossé 45 et C5 du fossé 44 : fig. 11), conservés à la base des fossés, se cantonnent à la moitié ouest du réseau, celle qui est essentiellement taillée dans la roche. Il s’agit là de remblais secs à l’origine, constitués de plaquettes et de cailloutis. Ces remblais, épais de 50 cm aux terminaisons occidentales du réseau, s’amenuisent progressivement vers le Levant selon une épaisseur proportionnellement inverse à celle des formations sédimentaires qu’ils surmontent directement (couche C1, fossé 44 et 45), comme pour en rattraper le niveau.

12Les seconds remblais, bipartites (cf. infra, § 2.1.1.2 ; C5 dans le fossé 44 ; C5, C8, C9 et C11 dans le fossé 45 : fig. 11), leur succèdent immédiatement. Exclusion faite de l’interruption de 30 m du segment est, ceux-ci occupent toute la longueur du réseau, de telle sorte qu’ils recouvrent les premières formations sédimentaires à l’est et les premiers remblais à l’ouest. Ils s’en distinguent par une structure invariablement pierreuse à la base et progressivement terreuse vers les sommets (couches C8 et C9 du fossé 45 : fig. 11 : coupes 3-6 ; fig. 13 et 14). C’est dans ces niveaux que se retrouve la plupart des poteries et ensembles osseux évoqués précédemment (neuf sur onze : annexe 1 : fossés 44 et 45). Tous cependant sont disloqués dans leur épaisseur. Quelques-unes de ces pièces, regroupées en vagues concentrations complétées d’ossements disparates, peuvent correspondre à des rejets domestiques réalisés à l’occasion de l’apport de ces grandes masses de matériaux. Mais d’autres, plus franchement éparpillées dans ces niveaux, comme le rachis de bœuf dispersé sur quelques mètres dans le fossé de ceinture (couche C5, section sud ; sond. 50 : annexe 1) ou l’incinération répandue dans le remblai C5 du fossé interne (cf. infra, § 2.8.1.4 ; ann. 1 : 12), étaient plus certainement associées à ces masses de matériaux avant leur apport dans le fossé.

13Le dernier type de remblai est représenté par une chape de pierres conservée sur une cinquantaine de mètres de long au sommet de la section orientale du fossé interne pourtant intégralement creusée dans les limons (couche C7 du fossé 44 : fig. 11 : coupes 8, 9). Son origine n’est pas véritablement établie. Cette couche est constituée de plaquettes et de moellons de 20 à 40 cm de côté pour 6 à 10 cm d’épaisseur, issus de bancs géologiques situés à environ 1 m sous le fond du fossé à cet endroit. Ces moellons calibrés ne proviennent donc pas du creusement mais plus vraisemblablement d’une carrière. Les traces d’érosion sur ces pierres restent discrètes. La chape, épaisse de 30 cm vers le versant interne, se désagrège vers le versant externe qu’elle atteint presque. À cette altitude du remplissage, les pierres se sont réparties à plat ou selon une très légère déclivité orientée vers le creux du fossé alors comblé aux quatre cinquièmes de sa hauteur. Leur chevauchement assure qu’il s’agissait à l’origine d’un remblai sec, dont les interstices ont été colmatés depuis par des infiltrations de sédiments fins. Aucun élément datant n’a été recueilli dans l’épaisseur de ce niveau. Le limon surmontant l’ensemble renfermait en revanche plusieurs tessons gallo-romains et médiévaux, peu significatifs pour la chape elle-même, mais signes d’un tassement notable du comblement depuis l’âge du Fer. Il peut s’agir d’un apport certainement tardif, peut-être lié à une remise en forme très ultérieure des terrains pour compenser un éventuel affaissement de la surface.

FIG. 13 Section nord du fossé de ceinture. À peu près à mi-comblement par rapport à la hauteur originelle du fossé, le remblai caillouteux C8 a été apporté pour le calage des poteaux depuis le talus à l’origine édifié sur l’intérieur de l’enceinte, ici à gauche du fossé (étapes 1 et 2). Comme sur les côtés est et sud de la clôture, un groupe de grands blocs de pierres au centre de la section, ici au premier plan, motive l’hypothèse d’une maçonnerie probable des talus autour des passages. Sur cette section et au fond de la goulotte, le remblai pierreux s’est également infiltré en plusieurs points jusqu’à la rive opposée, isolant ainsi quelques cavités plus profondes. Il n’est pas exclu de voir dans cette répartition un système possible de poteaux porteurs et de panneaux ou de montants intermédiaires moins encaissés.

FIG. 13 Section nord du fossé de ceinture. À peu près à mi-comblement par rapport à la hauteur originelle du fossé, le remblai caillouteux C8 a été apporté pour le calage des poteaux depuis le talus à l’origine édifié sur l’intérieur de l’enceinte, ici à gauche du fossé (étapes 1 et 2). Comme sur les côtés est et sud de la clôture, un groupe de grands blocs de pierres au centre de la section, ici au premier plan, motive l’hypothèse d’une maçonnerie probable des talus autour des passages. Sur cette section et au fond de la goulotte, le remblai pierreux s’est également infiltré en plusieurs points jusqu’à la rive opposée, isolant ainsi quelques cavités plus profondes. Il n’est pas exclu de voir dans cette répartition un système possible de poteaux porteurs et de panneaux ou de montants intermédiaires moins encaissés.

© I. Jahier.

FIG. 14 Empreintes de palissade sur la section nord du fossé de ceinture : au-dessus du remblai calcareux C8 destiné au calage des poteaux, au premier plan, le remblai limono-caillouteux C9 apporté à sa suite depuis l’intérieur de l’enceinte (à droite) observe la même discontinuité vers le versant externe, contre une zone diffuse de limon plus homogène marquant l’emplacement des montants (C7).

FIG. 14 Empreintes de palissade sur la section nord du fossé de ceinture : au-dessus du remblai calcareux C8 destiné au calage des poteaux, au premier plan, le remblai limono-caillouteux C9 apporté à sa suite depuis l’intérieur de l’enceinte (à droite) observe la même discontinuité vers le versant externe, contre une zone diffuse de limon plus homogène marquant l’emplacement des montants (C7).

© I. Jahier.

Les empreintes de palissades

14Les empreintes de palissades dans les fossés se présentent sous la forme d’horizons bipartites à division verticale, marqués par l’arrêt d’un remblai pierreux ou limono-pierreux issu des rives internes contre une sorte de « goulotte » limoneuse longeant la rive opposée et marquant l’emplacement originel des boisages (couches C3/C4 du fossé 44, C3/C4, C7/C8, C10/C11 du fossé 45 : fig. 11 et 16). L’assise constante de ces deux parties sur un même plan, au sommet des formations sédimentaires ou des remblais sous-jacents selon leur place dans le réseau, confirme leur complémentarité. Le fait que quelques pierres soient appuyées contre le flanc interne des « goulottes » apporte de son côté le témoignage d’une discontinuité dans le dépôt de ces remblais, caractéristique de l’effet de paroi. Ces traces étaient particulièrement nettes sur la section nord et à la hauteur de l’angle nord-est du fossé de ceinture où le volume des poteaux, progressivement remplacés par des limons d’infiltration, était marqué dans le flanc des remblais pierreux, grossièrement crénelés à leur contact (fig. 15).

15À l’exception de la section de 30 m localisée sur le segment oriental du fossé de ceinture, ces horizons bipartites occupent l’ensemble du réseau (fig. 12). Ils représentent en épaisseur à peu près les deux tiers supérieurs du remplissage et se superposent sur deux niveaux sur la section sud (C3/ C4 et C10/C11 du fossé 45 : fig. 11 : coupe 1).

16Les « goulottes » sont en règle générale de section trapézoïdale. Elles sont délimitées vers l’intérieur du fossé par une paroi subverticale au contact des remblais et, vers l’extérieur, par le versant même des fossés. Ainsi, pour une profondeur de 1,20 m à 1,60 m sous la surface de l’époque, elles présentent un fond de 30 cm de large en moyenne pour une ouverture de presque 1 m à la base du décapage. Elles sont uniformément comblées de sédiments limoneux fins, à tel point que le contraste avec les remblais terreux placés à leur contact, légèrement plus hétérogènes, reste perceptible (contact C7/C9 : fig. 14). Quelques grandes plaquettes calcaires de chant, toujours plaquées aux parois externes, y constituent les restes probables de calages, trop minces cependant pour combler à eux seuls l’intervalle entre les versants et la place présumée des poteaux… Ce premier modèle de « goulotte » évolue dans sa longueur. Il est à fond plat sur la section sud du fossé de ceinture, ainsi qu’à son angle nord-est où des taches circulaires plus sombres désignent très nettement l’emplacement de poteaux jointifs de 35 à 40 cm de diamètre (fig. 15 : C7). D’après la régularité des coupes, la « goulotte » du fossé interne devait être de ce modèle. Sur la section nord de la ceinture au contraire, le fond de la « goulotte » est marqué par des empreintes de poteaux plus longs. La base des poteaux s’est trouvée ici noyée sur une vingtaine de centimètres de hauteur dans la partie inférieure des remblais ; de telle sorte que, dans l’intervalle de ces montants espacés de 0,40 à 1,20 m les uns des autres, les remblais atteignaient fréquemment le versant externe du fossé (fig. 13).

FIG. 15 À l’angle nord-est du fossé de ceinture, le curage de la goulotte limoneuse rend particulièrement bien compte de l’effet de paroi du remblai pierreux, ici crénelé au contact de trois gros poteaux jointifs dont ne subsistent que les empreintes circulaires au fond du sondage.

FIG. 15 À l’angle nord-est du fossé de ceinture, le curage de la goulotte limoneuse rend particulièrement bien compte de l’effet de paroi du remblai pierreux, ici crénelé au contact de trois gros poteaux jointifs dont ne subsistent que les empreintes circulaires au fond du sondage.

© I. Jahier.

17Le second modèle de « goulotte » est en U, de 30 à 60 cm de côté et à fond plat. Il est cantonné au segment méridional du fossé de ceinture et occupe la partie supérieure du remplissage immédiatement sous la surface décapée (fig. 11 : coupes 1 et 2 ; fig. 16). Cette « goulotte » est formée à partir d’une encoche angulaire taillée dans le sommet du versant externe. Les déblais pierreux de cet ouvrage, laissés sur place, occultent régulièrement la « goulotte » sous-jacente et débordent parfois sur la formation limoneuse qui la jouxte (couche C5 du fossé 45 : fig. 11). Le troisième côté, positionné vers l’intérieur du fossé, est formé, lui, par la tranche du remblai initialement apporté contre les poteaux (C11). Ceux-ci, sous l’action de la microfaune et des fongus, ont là aussi cédé le pas à une « veine » de limon brun fin et homogène, courant le long de la rive externe. On y décèle ponctuellement quelques plaquettes verticales appuyées à la paroi (C10 : fig. 11 : coupes 1, 2).

FIG. 16 Section sud du fossé de ceinture au niveau de laquelle se distinguent les contours du fossé primitif et, contre sa rive externe à gauche, le comblement limoneux de la goulotte ouverte à l’étape 4 pour l’installation de la seconde palissade. À sa droite, le remblai limono-pierreux apporté pour son calage. L’empreinte de palissade à poteaux espacés courant en rive à sa gauche correspond à celle marquant l’arrière de l’annexe métallurgique établie à l’angle sud-ouest de l’enceinte.

FIG. 16 Section sud du fossé de ceinture au niveau de laquelle se distinguent les contours du fossé primitif et, contre sa rive externe à gauche, le comblement limoneux de la goulotte ouverte à l’étape 4 pour l’installation de la seconde palissade. À sa droite, le remblai limono-pierreux apporté pour son calage. L’empreinte de palissade à poteaux espacés courant en rive à sa gauche correspond à celle marquant l’arrière de l’annexe métallurgique établie à l’angle sud-ouest de l’enceinte.

© I. Jahier.

18De toute évidence, ces comblements bipartites à division verticale, laquelle s’est trouvée légèrement inclinée vers l’extérieur des fossés sous l’effet du tassement, résultent de l’implantation de palissades calées par des remblais. Toutefois, l’installation de ces nouvelles clôtures a imposé un nivellement du fond du fossé passant par un remblaiement partiel des parties les plus creuses du réseau à l’ouest (couches C3 du fossé 44, C2 du fossé 45), ceci de façon à rattraper le sommet des formations sédimentaires en occupant la partie est (couches C2 du fossé 44, C1 du fossé 45). Sans cet exhaussement, l’abaissement progressif du comblement sédimentaire vers l’ouest, combiné à la section en V des fossés et à l’appui des boisages contre le versant externe, aurait eu pour effet de faire dévier les parois vers le centre du fossé en direction du Couchant tout en en réduisant progressivement la hauteur. Pour l’obtention d’un ouvrage régulier, cette étape était donc techniquement et architecturalement incontournable. On peut cependant imaginer d’autres raisons à ce nivellement du fond des fossés, comme l’emploi de poteaux réguliers et de même hauteur, c’est-à-dire de pièces calibrées facilitant grandement la chaîne opératoire de ces installations, depuis la coupe des arbres à l’assemblage des poteaux sur le site (cf. infra, § 4.1).

19En ce qui concerne la silhouette des « goulottes », celles de forme trapézoïdales restent, il faut l’admettre, d’un profil assez inattendu pour l’empreinte d’une palissade (C3 et C7 du fossé 45, C4 du fossé 44 : fig. 11). Elles ne sont pas cependant d’un profil si exceptionnel. Celles par exemple du fossé 56 de Montmartin, dans l’Oise (Brunaux, Méniel 1997), ou celles plus locales de l’enceinte hexagonale de Fleury-sur-Orne / La Casse, dans le Calvados (Jahier 1992b) sont en tout point comparables. Il est probable que ces évasements externes, comblés des mêmes sédiments fins, apportent le témoignage d’un maintien complémentaire sur ce côté. Des pièces de bois couchées – peu à peu recyclées par la microfaune et les champignons au même titre que la base des poteaux –, seraient une solution technique sans doute assez simple pour aligner et bloquer la paroi contre cette rive externe dépourvue de talus. Les quelques grandes plaquettes systématiquement plaquées à la paroi au sommet des versants externes des fossés seraient donc celles qui calaient, non pas les poteaux, mais les troncs couchés assurant la butée externe du dispositif (fig. 14).

20Le modèle de « goulotte » en U isolée au sommet de la section sud du fossé de ceinture dépend manifestement quant à lui d’une reprise de la palissade originelle (C10 : fig. 11 : coupes 1, 2 ; fig. 12g). Cette seconde installation, réalisée à partir d’une encoche taillée aux dépens de la paroi externe se superpose à l’empreinte de la première palissade édifiée à partir de la « goulotte » trapézoïdale située au-dessous (C3 : fig. 11 : coupe 1) : les poteaux en place, sans doute abîmés par leur séjour en terre, auront alors été simplement cassés taillés ou sciés à la base à cette occasion (fig. 17) ; c’est en effet l’explication la plus convaincante pour comprendre l’empreinte presque intacte de la première palissade (C3) conservée sous le niveau de cette seconde installation. On peut d’ailleurs penser que les couches et amas de pierres qui en soulignent de place en place le fondement correspondent simplement aux roches délitées lors de la réalisation de l’encoche au sommet du versant (contact C3/C10). Mais l’intrusion fréquente de ces roches dans l’épaisseur de la couche C5 (fig. 11 : coupe 1) ou à son sommet (fig. 11 : coupe 2) selon les emplacements, implique également que cette partie du fossé ait été, soit encore accessible, donc non remblayée, soit remise au jour à cette occasion. Selon toute vraisemblance, le blocage des nouveaux montants s’opérait alors, d’un côté par l’appui des bois contre la paroi de cette encoche, éventuellement complété d’une pierre de calage, et de l’autre par l’apport d’un nouveau remblai limono-caillouteux occupant toute la partie supérieure du remplissage, c’est-à-dire au minimum ses 60 cm supérieurs (C5/ C11 : fig. 11 : coupe 1 ; C11 : fig. 11 : coupe 2). Dans une certaine mesure, on peut se demander à propos de ces goulottes superposées si la différence de profondeur entre les deux modèles, de l’ordre de 80 cm à 1 m, n’est pas l’indice d’un réemploi des poteaux de la première clôture dont seules les parties enterrées devaient effectivement être abîmées lors de sa réfection. Dans les deux cas, le fond plat de ces « goulottes » trapézoïdales et en U évoque le logement de parois à poteaux jointifs dont l’emploi sur le site est par ailleurs bien validé par l’empreinte des poteaux conservée à l’angle nord-est du réseau.

FIG. 17 Hypothèse de restauration.de la palissade méridionale dans le fossé de ceinture. Après l’arrachage ou la coupe des poteaux de la première paroi probablement abîmée au pied (C3), dont la dégradation a pu être accélérée par le ruissellement dans un fossé partiellement remblayé (C5), une nouvelle paroi à poteaux jointifs est dressée depuis une goulotte latérale moins profonde et taillée dans le haut du versant (C10).

FIG. 17 Hypothèse de restauration.de la palissade méridionale dans le fossé de ceinture. Après l’arrachage ou la coupe des poteaux de la première paroi probablement abîmée au pied (C3), dont la dégradation a pu être accélérée par le ruissellement dans un fossé partiellement remblayé (C5), une nouvelle paroi à poteaux jointifs est dressée depuis une goulotte latérale moins profonde et taillée dans le haut du versant (C10).

© E. Saint.

21Le modèle de « goulotte » à poteaux espacés se réfère à un système a priori plus complexe, constitué de piliers porteurs et de claies ou de panneaux intermédiaires plus légers. Toutes proportions gardées, et malgré des intervalles irréguliers entre les poteaux porteurs à Courseulles, il s’agit dans son principe de l’assemblage d’ouvrages sans doute assez proches des modèles germaniques plus tardifs, de type Pfostenschlitzmauer recensés sur quelques oppida (Brunaux, Méniel 1997).

Le témoignage des talus

22L’une des composantes essentielles des clôtures de l’âge du Fer est le talus doublé d’un fossé, technique effectivement la plus simple pour à la fois délimiter ou s’approprier l’espace, gérer les déblais occasionnés par cette démarche et constituer d’éventuelles ceintures défensives, le talus gagnant proportionnellement autant en hauteur que le fossé gagne en largeur et en profondeur.

23Comme sur la plupart des gisements arasés, le témoignage de ces superstructures est à Courseulles éparpillé dans la stratigraphie des fossés. Les remplissages, constitués aux trois quarts depuis les rives internes, témoignent sans équivoque possible de la présence d’un talus sur ce côté ; que l’indication en soit donnée par des remblais (C2, C5, C6, C7 du fossé 44 ; C2, C4, C8, C9, C11 du fossé 45 : fig. 11) ou par des formations sédimentaires clairsemées de pierres à l’altitude des limons encaissants, c’est-à-dire par des limons chargés d’éléments étrangers à la dégradation des parois (C1, C6 du fossé 44 ; C5, C9b du fossé 45). C’est en définitive le modèle le plus fréquent sur les établissements de l’âge du Fer.

24La constitution régulière de ces couches dans la longueur du réseau, constitution curieusement peu sujette aux variations du substrat, évoque quant à elle une relative uniformité des talus sur l’ensemble du tracé. La répartition des matériaux dans les remblais, où les pierres en vrac précèdent toujours par grandes quantités des masses limono-caillouteuses plus fines, aboutit à l’image d’une organisation analogue des matériaux en rive, sous la forme probable de talus de terre parementés de pierres. Celles-ci auront été déchaussées par grands pans pour le blocage des palissades, suivies des limons déblayés à la volée. Si les maçonneries de pierres sèches sont bien validées à la fin de l’âge du Fer partout en Gaule du Nord, ne serait-ce qu’au travers des muri gallici des oppida, ou encore par quelques murs de maisons comme celle de Saint-Jacut-de-la-Mer dans les Côtes-d’Armor (Langouët 1988), de tels témoins restent plus rares pour le début de la période. Jusqu’à une date récente, les talus du Boisanne à Plouër-sur-Rance (Menez 1996), parementés de pierres, et ceux conservés à Paule (Menez, Arramond 1998), dans les Côtes-d’Armor, en constituaient les rares illustrations disponibles pour l’Ouest. Le mur occidental de Courseulles est assurément le meilleur témoin que l’on puisse proposer pour appuyer l’hypothèse selon laquelle la technique du parement pouvait aussi être employée sur le site au niveau des talus.

25Si l’image est acceptable en soi, il semble cependant que les plus beaux éléments de cet habillage aient disparu. Les plaquettes conservées à la base des remblais, de 15 à 30 cm de côté en moyenne, paraissent en effet bien petites et surtout trop peu nombreuses pour avoir recouvert l’intégralité des talus. En définitive, seuls les grands moellons retrouvés au sommet du fossé interne, que l’on peut imaginer avoir été maintenus ou fossilisés en rive jusqu’à une date tardive, sont sans doute plus représentatifs des modules retenus pour cet usage. Il semble d’ailleurs très vraisemblable, comme à Paule et à Plouër-sur-Rance, que la majeure partie de ces pierres provienne plutôt de carrières que du fond des fossés lui-même.

Un talus palissadé

26L’hypothèse d’un talus palissadé peut-être envisagée pour un aménagement particulier de la rive interne du fossé de ceinture, courant sur une trentaine de mètres le long de sa section orientale, du sondage 23 au sondage 44 (lacune des couches C7 et C8 : fig. 12f). Sur cette longueur, le fossé semble avoir été comblé sur toute sa hauteur par des apports sédimentaires clairsemés de quelques pierres systématiquement issues de la rive interne (C1, C5, C9b : fig. 11 : coupe 4). La proportion de plaquettes conservées dans le remplissage est ici à peu près cohérente avec la mince entaille du fond du fossé dans le substrat rocheux. Paradoxalement, si l’existence d’un talus interne est bien validée par ces apports, cette portion de rive qui l’accueille est aussi la seule à porter les marques d’une palissade. À l’instar des modèles 1 et 2 du Boisanne à Plouër-sur-Rance (Menez 1996), l’empreinte de poteaux espacés de 2 à 4 m fonde ici l’hypothèse selon laquelle une paroi fut vraisemblablement édifiée au sommet de la levée de terre à partir de piliers porteurs ancrés jusque dans le substrat. Deux petits plans d’édifices à quatre poteaux porteurs intégrés au tracé de cette clôture, ceux-ci de seulement 1,50 m de côté mais établis à partir de fondations proportionnellement très larges et très profondes – 60 cm de diamètre pour 1 m de profondeur sous la surface actuelle –, semblent avoir pu correspondre dans ce contexte aux fondations de deux tourelles additionnelles (fig. 10, 12f et 18 ; cf. infra, § 2.2.3.3).

2.1.1.3 Stratigraphie et évolution

27Les principaux types de remplissage identifiés dans ces structures reflètent en définitive des modifications architecturales analogues pour le fossé de ceinture et le fossé interne. On y repère deux principales étapes : dans les deux cas, un premier dispositif comprenant un talus longé par un fossé extérieur est remplacé, dans un second temps, par une palissade. Si le schéma paraît simple en soi, la stratigraphie des remplissages montre que le passage de l’une à l’autre fut plus vraisemblablement l’objet d’un long chantier où se côtoyèrent des formes de clôtures extrêmement diverses avant que celles-ci n’atteignent une certaine homogénéité d’ensemble, assez tardivement sans doute. L’une des raisons majeures en est l’aménagement par tranche de 75 à 150 m de long seulement sur les 400 m couverts par le réseau.

Le fossé de ceinture

Étape 1

28Le fossé de ceinture (st. 45), qui ne délimite que trois côtés de l’enceinte, fonctionne un temps ouvert. Les parois se dégradent sous l’action des intempéries, plus ou moins rapidement selon la résistance du terrain traversé par cette excavation. Le fond se comble assez rapidement à l’est, où il est pour l’essentiel creusé dans les limons et les lœss, et bien plus lentement à l’ouest, là où il a entaillé principalement la plaquette calcaire (C1 : fig. 12a).

Étape 2

29À l’étape 2a, la section sud du fossé est partiellement remblayée à l’ouest à l’aide de moellons et de plaquettes calcaires tirés du talus, de façon à rattraper le niveau supérieur du comblement limoneux de la partie orientale (C2 : fig. 12b). À l’étape 2b, une palissade appuyée au flanc sud (C3 : fig. 12c) et calée du côté opposé par un remblai limono-pierreux issu de la rive interne (C4 : fig. 12c) est mise en place au-dessus. Curieusement, ce remblai ne remplit pas – aujourd’hui au moins – l’intégralité du fossé. Une dépression de l’ordre de 50 à 60 cm sous la surface de l’époque semble avoir subsisté au pied des boisages, à moins qu’il ne s’agisse du résultat d’un tassement de la couche ou d’un décapage ultérieur – à l’étape 4. Les bases de ce premier ouvrage en bois, bien visibles sur les trois quarts du fossé sud se perdent à l’ouest, à la hauteur d’une courte empreinte de palissade d’une quinzaine de mètres de long courant sur la rive externe. Sur les façades nord et est, le fossé continue de se combler de façon naturelle, de limons entre lesquels s’intercalent quelques pierres et quelques rejets : de grands fragments de poterie et des ossements d’animaux (C5 : étape 2c : fig. 12d).

Étape 3

30À l’étape 3, un petit groupe de carrières de lœss est taillé en sape sur une longueur de 20 m dans le versant externe du fossé oriental (étape 3a : fig. 12e), exactement entre le toit rocheux et la base des limons bruns (cf. infra, § 2.3.3). Elles sont soigneusement remblayées ensuite à l’aide de limon brun-gris mêlé de matériaux erratiques. Sur les deux autres façades de l’enceinte, au nord et à l’est, sont implantés de nouveaux segments de palissades calées à la base par des remblais pierreux (étape 3b : fig. 12f : C7, C8) et au-dessus par des remblais terreux (C9). Visiblement, le segment nord était constitué d’un système de poteaux supportant des claies ou des panneaux intermédiaires. Le segment oriental quant à lui conservé l’empreinte d’une paroi à poteaux jointifs, d’assez fort gabarit à en juger par les quelques traces de poteaux les mieux conservées (aires limoneuses grises de 35 à 40 cm de diamètre). Dès leur mise en place, s’enclenche sur la section orientale encore ouverte entre les sondages 23 et 44 un comblement naturel qui, au fil des décennies, remblaiera le fossé jusqu’à la surface (C9b).

Étape 4

31À l’étape 4 enfin, la palissade implantée au sud lors de l’étape 2 est refaite. Elle s’étire cette fois-ci sur toute la longueur du fossé méridional (fig. 12g). Constituée de poteaux jointifs de 20 à 25 cm de diamètre, elle est à présent maintenue, pour une moitié dans une encoche taillée selon un profil en L au sommet de la paroi externe de l’ancien fossé, et pour le reste par un remblai caillouteux nivelant cette fois-ci en totalité la dépression maintenue (ou créée ?) au pied de la première palissade édifiée à l’étape 2. La palissade est désormais continue sur les trois côtés de l’enceinte, exception faite d’une section de 30 m de long demeurée ouverte sur la façade orientale qui continue de se combler lentement. Il y a de bonnes raisons de penser qu’à cet endroit cependant, la palissade édifiée au sommet du talus offrait, par la rive, une continuité architecturale tout à fait satisfaisante avec le reste de l’ouvrage en bois, exceptionnellement bordé ici d’une petite douve sur quelques dizaines de mètres (fig. 18).

FIG. 18 Restitution hypothétique de la clôture orientale : a plaquette calcaire ; b lœss ; c limon.

FIG. 18 Restitution hypothétique de la clôture orientale : a plaquette calcaire ; b lœss ; c limon.

© E. Saint.

Le fossé interne

32Pour le fossé interne (st. 44), représenté par un segment unique, l’évolution du remplissage est plus simple et plus régulière dans sa longueur. Deux arguments, celui de son appui vraisemblable au talus du fossé de ceinture à l’est, exprimé par une réserve de 3 m au sommet du substrat entre les deux structures, puis le recentrage de la porte principale entre sa terminaison occidentale et celle du fossé de ceinture au sud (phase 2 de l’évolution des clôtures : cf. infra, § 2.1.3.2 et 2.1.3.4), permettent de penser que ce segment ne fut en réalité creusé que postérieurement au fossé de ceinture. Son évolution, pourtant, demeure tout à fait identique.

Étape 1

33Ce fossé, creusé en un jet, se comble naturellement dans un premier temps. Des matériaux fins et de granulométrie moyenne détachés des parois (C1 : fig. 11 : coupes 7-9) se trouvent ainsi recouverts de limons en majeure partie apportés depuis la rive interne par les vents et les pluies (C2 : fig. 11 : coupe 8).

Étape 2

34Le fossé est ensuite en partie remblayé dans sa partie occidentale taillée dans la roche, sur une quarantaine de mètres environ, à l’aide de plaquettes et de cailloutis systématiquement déversés depuis la rive interne (C3 : fig. 11 : coupe 7). Comme pour le fossé de ceinture, l’objectif semble avoir été ici aussi, sur cette zone faiblement comblée, de rattraper le niveau supérieur du comblement oriental remblayant alors le fossé sur un peu plus du quart de sa hauteur. Sur ce comblement, naturel à l’est et artificiel à l’ouest, est implantée une palissade (C4 : fig. 11 : coupes 7-9). Vraisemblablement calée contre le flanc externe du fossé par des pièces de bois couchées le long des poteaux, elle est maintenue vers l’intérieur du fossé par un remblai de pierres surmonté de limons probablement issus de l’arasement du talus adjacent (C5, C6). Ce remblai a, comparativement aux autres couches, livré d’assez nombreux restes domestiques : 2,5 kg d’ossements de faune et quelques poteries à peu près complètes mais dont les tessons étaient dispersés dans le niveau. La découverte d’une urne cinéraire pareillement disloquée entre les pierres renforce l’hypothèse selon laquelle il pourrait s’agir de mobiliers préalablement enfouis, déposés ou jetés sur le talus et dispersés lors de son arasement (cf. infra, § 2.8.1.4).

Étape 3

35Cette palissade se dégrade ensuite suffisamment pour que, à son arasement, les poteaux cassent au niveau ou légèrement au-dessous des sols de l’âge du Fer, à hauteur en fait des parties enterrées les plus exposées à l’humidité et à l’activité des parasites. Les terres fines occupant la place théorique de cette paroi ne peuvent en effet résulter que d’une lente infiltration faite au rythme de la dégradation des poteaux. La légère dépression formée au sommet de cet étage stratigraphique, par le tassement probable du remplissage au fil du temps, est alors comblée par une longue chape (50 m de long) de moellons calcaires. Hormis quelques rares tessons antiques et médiévaux retrouvés dans les limons qui la recouvrent, aucun mobilier ne permet de dater cette ultime phase de remblaiement artificiel du fossé.

2.1.2 La clôture occidentale

36Au contraire des trois autres côtés, aucun fossé n’a été creusé sur la façade ouest de l’enceinte supportant en son centre l’entrée principale de l’habitat (fig. 19). L’emplacement des clôtures, lesquelles se répartissent de part et d’autre de l’accès, est en effet marqué sur ce côté par d’étroites tranchées de palissades (813, 1462), des alignements de trous de poteau (ens. 56, 57) et la base d’un mur en pierre (148l, 1482) noyée dans ses éboulis (fig. 21a). Dans l’axe du passage et au-dessous du mur, ont également été retrouvés les lambeaux d’une chaussée empierrée (1496) et, au devant, les traces d’une probable esplanade excavée jusqu’au sommet de la roche en place (1625, 770). Ces vestiges présentent en revanche dans leur longueur une conservation inégale. Celle-ci est excellente à la hauteur de la porte localisée au creux du léger thalweg naturel centré sur l’entrée, lequel a notamment permis à cet endroit la conservation des sols de l’âge du Fer, mais extrêmement médiocre au nord et au sud où ces diverses installations disparaissent au fur et à mesure de leur progression sur les affleurements calcaires écrêtés par les labours (fig. 19b).

2.1.2.1 Aspects architecturaux

Les tranchées

37Les tranchées du côté ouest présentent à la hauteur du passage un creusement en U à fond régulier et plat, de 30 à 35 cm de large à l’ouverture pour 60 cm de profondeur sous le sommet du sol de l’âge du Fer (fig. 19c : coupe 5). Leur ouverture et leur profondeur s’amenuisent progressivement vers le nord et le sud, un peu trop toutefois, parce que ces parties sont elles aussi taillées dans la roche, pour être la seule conséquence de l’érosion. De fait, la conclusion d’un écrêtement uniforme du gisement, estimé à une quarantaine de centimètres à partir de la profondeur constante des fossés sur les trois autres côtés, permet de penser qu’elles atteignaient une profondeur de l’ordre de 40 à 50 cm sous la surface de l’époque vers le nord et le sud, donc un peu moins tout de même que les premiers mètres creusés autour de l’entrée.

38Le comblement de ces tranchées est constitué sur toute sa hauteur de limon brun relativement homogène, ponctué de granules et cailloutis calcaires, surtout regroupés contre les versants. Les mobiliers y sont rares, en général restreints à quelques éléments erratiques et résiduels qui ont pu glisser depuis les sols environnants – silex taillés néolithiques, tessons centimétriques de poteries de l’âge du Fer, petites pièces osseuses, pierres brûlées, nodules d’argile rubéfiée… Par places, s’observent quelques grandes plaquettes verticales appuyées aux parois qui évoquent les restes probables de calages et une dégradation du pied des poteaux en place. En d’autres points quelques concentrations pierreuses, occupant au contraire le centre des tranchées, révèlent plus certainement l’enlèvement des boisages et le remblaiement des cavités à cette occasion. C’est certainement lors de telles opérations que furent apportés ou abandonnés quelques mobiliers plus complets : la moitié d’une jatte carénée à haut col à proximité de l’entrée (ann. 1 : 197) et, par places, quelques ossements entiers.

FIG. 19 Principales composantes de la clôture occidentale : a plan ; b profil topographique de la clôture selon un axe nord-sud AA’ (l’entrée est au centre entre les maçonneries 1482 et 1481) ; c coupes des différentes structures (les nos de matrices sont en caractères standards, les nos d’US sont en caractères gras).

FIG. 19 Principales composantes de la clôture occidentale : a plan ; b profil topographique de la clôture selon un axe nord-sud AA’ (l’entrée est au centre entre les maçonneries 1482 et 1481) ; c coupes des différentes structures (les nos de matrices sont en caractères standards, les nos d’US sont en caractères gras).

Description des sédiments0
1 limon brun colluvionné
2 niveau de cailloutis calcaires arrondis et pour la plupart
brûlés (chaussée 1496)
3 éboulis du mur ; vrac de plaquettes et de cailloutis
calcaires mêlés de limon brun interstitiel
4 fourrure de plaquettes et de cailloutis calcaires mêlés
de limon brun interstitiel
5 limon brun mêlé de matériaux calcaires (granules, cailloutis,
plaquettes) et de mobiliers épars
6 pierres brûlées

© M. Dupré, L. Le Gaillard, A. Dagand.

Les lignes de trous de poteau

39Les lignes de trous de poteau, installées pour la plupart en parallèle des tranchées à environ 1,25 m en retrait sur l’intérieur de l’enceinte, sont constituées par des alignements d’excavations régulières, à peu près équidistantes et assez standardisées par ensemble (ens. 28, 56, 57, 60-62 : fig. 19a). Elles sont invariablement comblées de sédiments limono-granuleux, mêlés de quelques mobiliers erratiques et résiduels – silex taillés, fragments de terre cuite, esquilles osseuses… pour les plus notables.

40Sur les deux axes placés de part et d’autre du passage, les cavités ont un gabarit ovoïde constant, de 18 x 23 cm en général au sommet de la plaquette calcaire, et sont toujours orientées par leur grand axe dans le sens des successions (ens. 56 et 57). Elles présentent un profil régulier à parois verticales et fond plat, de 5 à 10 cm de profondeur sous le sommet de la plaquette, prévu pour le logement de pièces de bois verticales. À en juger par la forme des cavités, ces pièces de bois devaient être fendues par la moitié mais guère fondées au-delà de 30 à 40 cm sous la surface de l’âge du Fer. On peut cependant penser à cause d’un arasement légèrement plus marqué au nord et au sud qu’au niveau de l’entrée, que la clôture implantée dans ces cavités courait à l’origine sur des longueurs équivalentes à celles des tranchées parallèlement ouvertes à l’ouest. La plupart des lacunes observées dans leur longueur correspond en outre à des zones de substrat vertical arraché au décapage et au diagnostic ou occultées par le réseau des banquettes témoins. Dans la partie nord cependant, une interruption de 3 m encadrée de deux trous de poteau plus forts (815, 827 : fig. 19a) correspond plus certainement à une véritable interruption du dispositif pour un passage. Une autre, elle aussi marquée de deux trous de poteau plus importants mais implantés ceux-ci dans l’intervalle de deux fosses de plan anastomosé, a également existé à seulement quelques mètres au nord de l’entrée principale (cf. infra, § 2.1.3.1). Parallèlement à ces principaux axes, existent quelques courts alignements de trous de poteaux supplémentaires dont le rôle dans la construction d’ensemble est plus difficile à évaluer. Le long de la façade toujours, les trous de poteau de l’ensemble 62, placé à une distance de 1,25 m de l’ensemble 56 et à 0,30 m de la tranchée 813, étaient manifestement prévus ceux-ci pour le logement de pièces de bois circulaires espacées de 15 à 30 cm les unes des autres et tout au plus enfoncées de 35 à 40 cm dans le sol de l’époque, soit 5 cm sous la base du décapage. Les cavités des courtes sections perpendiculaires aménagées quant à elles aux extrémités nord et sud de la façade (ens. 28, 60, 61 : fig. 19a), correspondaient à des fondations plus importantes. Celles-ci, espacées de 20 à 35 cm selon les ensembles et d’une ouverture cylindrique de 20 cm de diamètre en général, étaient manifestement prévues pour le logement de pièces de bois verticales enfoncées de 50 cm environ sous la surface de l’âge du Fer – 10 à 15 cm sous le sommet de la plaquette calcaire –, c’est-à-dire à une profondeur suffisante pour garantir un maintien autonome des poteaux.

41Les tranchées ouvertes en façade n’avaient, c’est certain, d’autre rôle que le blocage de palissades continues à poteaux jointifs, de 20 à 25 cm de section chacun (st. 813, 1462 : fig. 19). Enfoncées de 40 et 60 cm dans le sol, qui plus est dans la roche, ces parois pouvaient atteindre sans difficulté 3 à 4 m de hauteur, et sans doute plus encore autour du passage où leur fondement est le plus important. Les montants des ensembles latéraux 28, 60 et 61, assez profondément ancrés eux aussi, pouvaient certainement se maintenir debout par eux-mêmes. Peut-être d’ailleurs ces parois ne comprenaient-elles qu’un poteau enfoncé sur deux.

42Les lignes de trous de poteau 56, 57 et 62 conservées en retrait de la façade, qui renvoient au contraire l’image de parois légères à claire-voie, ne bénéficiaient pas à l’évidence d’un tel maintien. Leur encaissement superficiel ne leur apportait qu’un fondement relatif, sans doute limité à un simple appui. Nous ne trouvons pas non plus pour elles les arguments convaincants pour imaginer que les intervalles entre les montants aient été complétés de lattes ou de perches horizontales insérées ou fixées au plat des montants. En revanche, à hauteur de la porte, plusieurs installations découvertes dans l’intervalle compris entre les lignes de trous de poteau 56 et 57 et les tranchées avant, indiquent que les parois dressées à partir de ces cavités étaient contemporaines et structurellement liées l’une à l’autre, de telle sorte que la paroi avant contribuait au maintien de la paroi arrière (cf. infra, § 2.1.3.2). La répartition de l’éboulis du mur sur ces fondations mais aussi dans l’intervalle qui les sépare (annexe 2 : pl. 1, 5) atteste également qu’aucune masse terreuse ni aucun remblai (dans l’hypothèse où il s’agirait par exemple d’un mur de terre à parements de bois antérieur au mur de pierres ; cf. infra, § 2.1.3.2) n’existaient entre les deux parois. Il s’agissait donc de structures complémentaires concourant au minimum à la constitution d’une galerie, et plus vraisemblablement encore à celle d’un chemin de ronde (fig. 20).

FIG. 20 Restitution de la clôture ouest lors de l’édification de la muraille contre la palissade antérieure maintenue en retrait.

FIG. 20 Restitution de la clôture ouest lors de l’édification de la muraille contre la palissade antérieure maintenue en retrait.

© E. Saint.

FIG. 21 Quatre vues de la clôture ouest et des fondations de la porte principale : a le passage, bordé au nord et au sud par les soubassements trapézoïdaux du mur de façade (quatrième état, second emplacement), émergeant des éboulis ; b l’installation du mur sur les multiples fondations antérieures de l’entrée principale ; sous la maçonnerie, dans l’ajour réalisé à l’occasion du démontage de la fourrure, le cailloutis damé de la chaussée 1496 ; c les quatre fondations occidentales de la tour porte (deuxième état du second emplacement) vues depuis l’intérieur de l’enceinte ; entre les fondations externes, au centre de la photo, la fosse de calage de la butée de portail (1494) ; d au premier plan, le cailloutis de la chaussée (1496) recouvert par les éléments un peu plus forts de la couche de gravats (1621) liée à la restauration du pied-droit méridional ; en coupe, au second plan à droite, la couche d’éboulis recouvrant l’ensemble ; à peu près au centre, les deux parements successifs du pied-droit méridional, le premier élevé depuis la chaussée, le second depuis une couche de sédiments accumulés au pied de la maçonnerie.

FIG. 21 Quatre vues de la clôture ouest et des fondations de la porte principale : a le passage, bordé au nord et au sud par les soubassements trapézoïdaux du mur de façade (quatrième état, second emplacement), émergeant des éboulis ; b l’installation du mur sur les multiples fondations antérieures de l’entrée principale ; sous la maçonnerie, dans l’ajour réalisé à l’occasion du démontage de la fourrure, le cailloutis damé de la chaussée 1496 ; c les quatre fondations occidentales de la tour porte (deuxième état du second emplacement) vues depuis l’intérieur de l’enceinte ; entre les fondations externes, au centre de la photo, la fosse de calage de la butée de portail (1494) ; d au premier plan, le cailloutis de la chaussée (1496) recouvert par les éléments un peu plus forts de la couche de gravats (1621) liée à la restauration du pied-droit méridional ; en coupe, au second plan à droite, la couche d’éboulis recouvrant l’ensemble ; à peu près au centre, les deux parements successifs du pied-droit méridional, le premier élevé depuis la chaussée, le second depuis une couche de sédiments accumulés au pied de la maçonnerie.

© I. Jahier.

43La fonction des courtes sections latérales longeant les fossés, suffisamment fondées pour se maintenir debout par elles-mêmes (ens. 28, 60, 61), n’est pas encore totalement établie. L’idée d’une sorte de trompe-l’œil destiné à donner un peu d’épaisseur à la clôture occidentale dans une vue de trois quarts avant a été évoquée pour les sections les plus au nord. Rien n’exclut que celle du sud, qui constitua au cours de son existence la paroi arrière d’une petite annexe attenante (annexe métallurgique ? cf. infra, § 2.6), ait au préalable rempli la même fonction. Ses différences structurelles avec les autres côtés de cette annexe (fig. 10) semblent d’ailleurs être l’un des meilleurs arguments en faveur de cette hypothèse.

La chaussée

44À l’extérieur de cette première clôture à poteaux jointifs, mais aussi dans le passage centré sur ce côté, le sol a été recouvert d’une chape de cailloutis calcaires épaisse de 5 à 10 cm (1496 : fig. 19). Ce remblai, fortement damé, est constitué sur toute son épaisseur d’éléments assez petits (3 à 7 cm de côté) roulés et usés, bloqués par un limon interstitiel plastique brun à noirâtre (fig. 21d). La teinte malgré tout rosée de ce niveau est due à la forte proportion d’éléments rubéfiés. Dans ce milieu très faiblement ferrugineux, il s’agit a priori de pierres chauffées converties pour leur dernier usage en remblai.

45Aujourd’hui, la topographie de ce remblai présente schématiquement le plan d’une croix. La branche est-ouest épouse la déclivité du thalweg située dans l’axe du passage et repose quasiment sur la roche en place. Large de 4 à 5 m, elle pénètre d’un petit mètre à l’intérieur de l’enceinte et se désagrège à une quinzaine de mètres à l’opposé, au contact du labour (fig. 22). C’est dans cette direction, vers l’ouest, que le calibre de ses pierres est le plus fort. Certaines atteignent à cet endroit de 7 à 12 cm de côté. La branche nord-sud qui longe la clôture et surplombe le passage d’une trentaine de centimètres, s’assoit au contraire sur une maigre couche de limon remanié formant terrasse. Épaisses de 15 à 20 cm autour du passage, ces terrasses ont été graduellement détruites vers le nord et le sud par l’érosion et les labours. Le remblai caillouteux de la chaussée qui les recouvre s’est donc vu conservé sur des longueurs analogues d’une quinzaine de mètres vers le sud et de 7 m vers le nord. Sa largeur, que l’on peut supposer être sa largeur conservée seulement, correspond grosso modo à l’emprise (3 m) des soubassements du mur qui le surmonte. Le niveau, qui s’appuie en effet à l’est contre l’empreinte de la clôture en bois, se disloque à environ 3,50 m à l’ouest sur les pentes de deux grandes excavations creusées le long des maçonneries, à seulement 0,50 m de leur nu extérieur (fig. 25 et 33a).

46Les mobiliers associés aux terres interstitielles de ce niveau sont centimétriques, fragmentaires et usés. Il s’agit, par ordre de fréquence, de silex taillés patinés et arrondis, de coquillages – coques et moules –, de nodules d’argile cuite, de microtessons de poterie protohistoriques roulés et émiettés, et de quelques esquilles osseuses. L’aspect le plus surprenant de ce mobilier reste la forte proportion d’éléments en bronze : trois gouttelettes millimétriques, un fragment de tôle et un autre de tige, recueillis sur les 10 à 15 m2 échantillonnés à la main. Ceux-ci peuvent être perçus comme des résidus provenant d’un petit atelier de fondeur, mariant déchets de coulée et fragments centimétriques de pièces concassées vouées à la refonte (cf. infra, § 2.4.2 et 2.6).

  • 1 Ce chemin, dont on pouvait seulement soupçonner l’existence lors de la fouille, a depuis été parfai (...)

47Selon toute probabilité, les plages nord et sud de la chaussée conservées en surplomb le long de la clôture, d’abord interprétées comme deux allées, sont plus certainement les derniers témoins d’une aire empierrée beaucoup plus vaste, en fait préservée de l’érosion et des aménagements ultérieurs dans les seules limites du mur construit directement pardessus. La partie de la chaussée conservée dans l’axe du passage, sur laquelle il n’a pas été possible de repérer de traces d’ornières en raison peut-être de la proximité de la roche sous-jacente, correspondait plus certainement au débouché d’un chemin dont le tracé se perd malheureusement à une quinzaine de mètres à l’ouest de l’entrée principale1 (ann. 2 : pl. 1, 5).

FIG. 22 Vue des fondations de l’entrée principale depuis l’intérieur de l’enceinte. Au second plan, l’empierrement de la chaussée, conservé sur une quinzaine de mètres jusqu’à la zone de labour.

FIG. 22 Vue des fondations de l’entrée principale depuis l’intérieur de l’enceinte. Au second plan, l’empierrement de la chaussée, conservé sur une quinzaine de mètres jusqu’à la zone de labour.

© I. Jahier.

Le mur

48Du mur en pierres édifié sur le côté ouest de l’enceinte ne subsistent aujourd’hui que deux soubassements conservés sur 10 et 30 cm de hauteur de part et d’autre du passage. Dépourvus de fondation, l’un et l’autre furent directement établis à la surface de la chaussée caillouteuse répandue le long de la clôture (1496 : fig. 19). La maçonnerie sud, fortement rabotée par les labours, est conservée sur 12 m de long et trois assises (1481). La maçonnerie nord, plus abîmée encore, n’est conservée que sur 2,50 m de long et sur une seule assise – deux à son angle sud-est (1482). Chacune de ces parties a le plan d’un trapèze rectangle. Implantés symétriquement l’un par rapport à l’autre, les angles droits en ont été positionnés autour de l’entrée et tournés vers l’extérieur, de telle sorte que le passage franchissait l’ensemble à la perpendiculaire. Les deux longs côtés externes, alignés sur un même axe, formaient à l’origine une façade rectiligne et plane, parallèle à la clôture en bois. Les faces internes, tangentes au contraire, donnaient à l’ouvrage une forme effilée vers le nord et le sud évoluant d’une largeur de 3 m autour du passage à 1,80 m pour la mesure la plus méridionale qu’il fut possible d’enregistrer. Néanmoins, du sol et quel que soit l’angle de vue, il n’était sans doute guère possible de percevoir cet amincissement de la construction.

49Les maçonneries par elles-mêmes, en calcaire coquillier local, étaient constituées d’une accumulation de pierrailles ceinturée d’un parement édifié en opus incertum à partir de moellons de 10 à 15 cm d’épaisseur pour 25 à 40 cm de côté (fig. 23). Quelques blocs plus imposants (60 à 80 cm de côté) étaient intégrés aux flancs arrières à proximité de l’entrée. Si la nature grossière du calcaire ici employé et son exposition à l’air libre interdisent de repérer sur ces éléments des traces de taille aussi nettes que celles par exemple identifiées sur les pierres de parement mêlées au comblement de certaines tombes de Basly, Calvados (vie s. av. J.‑C. : San Juan, Le Goff 2003), la verticalité des tranches externes témoigne très vraisemblablement cependant d’une mise en forme des moellons par cassures abruptes (fig. 21d et 34).

FIG. 23 Clôture occidentale. Le soubassement sud du mur de façade vu depuis l’extérieur de l’enceinte après décapage et nettoyage manuel : 1 passage ; 2 éboulis ; 3 tranchée de palissade 1462 ; 4 ligne de trous de poteau ens. 56.

FIG. 23 Clôture occidentale. Le soubassement sud du mur de façade vu depuis l’extérieur de l’enceinte après décapage et nettoyage manuel : 1 passage ; 2 éboulis ; 3 tranchée de palissade 1462 ; 4 ligne de trous de poteau ens. 56.

© I. Jahier.

50Il est difficile de savoir, à partir des trois assises conservées, si ces structures présentaient ou non du fruit, sauf dans le passage où l’aménagement d’une porte imposait la verticalité des pieds-droits (cf. infra, § 2.1.3.2). Malgré l’empilement régulier des trois premières assises, il n’est pas exclu que, pour des raisons d’équilibre, la façade externe ait présenté une légère inclinaison. Le blocage interne, qui regroupe paradoxalement les plus grands blocs, était au contraire réalisé à partir d’éléments bruts assez librement agencés mais répartis dans la longueur selon leur taille (fig. 23). Les plus grands, aux arêtes vives, de 20 à 50 kg chacun, étaient grossièrement accumulés à plat de part et d’autre de la porte, tandis que le reste du blocage était constitué d’un tout-venant de plaquettes et de cailloutis plus sommairement égalisé. Une petite proportion de ces éléments, émoussée, avait manifestement séjourné durablement à l’air libre auparavant. L’ensemble était lié lors de sa découverte par un limon interstitiel proche des limons environnants mais mêlé d’une petite proportion de mobiliers centimétriques – esquilles osseuses, coquillages, petits silex taillés, charbons de bois, nodules d’argile rubéfiée roulés, tessons de poterie. La présence de ces mobiliers entre les pierres à plat exclut a priori l’hypothèse d’un apport par infiltration. On peut donc penser que ces éléments étaient, sinon volontairement intégrés, tout au moins tolérés dans les remblais, et participaient fortuitement ou non à la stabilité d’ensemble.

51Exception faite de deux trous de poteau antérieurs comblés et recouverts par son installation (1502, 1503 : cf. infra, § 2.1.3.2), aucune trace d’ossature en bois, pas plus que de fiches en fer, n’a été identifiée dans les premières assises de cette maçonnerie. Aucun parallèle n’est donc à faire de ce point de vue avec les remparts à poutraisons, qu’il s’agisse de ceux de la fin de l’âge du Bronze ou de ceux du 2nd âge du Fer. À Courseulles, la seule anomalie de l’appareillage réside en fait dans une réparation du pied-droit méridional, contre lequel, dans un second temps, fut plaqué un nouveau parement. Celui-ci, établi à partir d’une mince couche de sédiments fins accumulée au pied du mur, comptait alors, à hauteur de conservation identique, une assise de moins que le reste du pied-droit, soit deux assises au lieu de trois (fig. 21d ; P1, P2 : fig. 24b : GG’).

52Avec une épaisseur moyenne de seulement 2 m, le mur de Courseulles ne peut guère être comparé aux puissants remparts de l’âge du Fer, en général cinq à dix fois plus larges. Il semble plus raisonnable de voir dans cette construction soigneusement maçonnée une clôture avant tout ostentatoire dont la mise en place serait assez tardive dans l’histoire du site. Certes, l’élargissement de la maçonnerie à 3 m autour du passage fut probablement en partie conditionné par les contraintes techniques liées à la mise en place d’une nouvelle porte (cf. infra, § 2.1.3.2). Mais l’effilement de l’ouvrage vers le nord et le sud, ceci en dépit d’un nu externe régulièrement maintenu à 3 m de la clôture de bois, pourrait aussi suggérer le souci d’une certaine économie de moyens tout en maintenant l’illusion d’un ouvrage plus massif qu’il ne l’était réellement…

53En fait, la principale inconnue quant à l’allure de cette maçonnerie réside aujourd’hui dans l’évaluation de sa hauteur originelle, difficile à restituer à partir de trois assises et du maigre éboulis conservé autour. L’hypothèse selon laquelle il pourrait s’agir d’un ouvrage inachevé est d’emblée écartée par les différentes traces de réparation que l’on y observe (cf. infra, § 2.1.3.2). Celle selon laquelle il se serait agi d’une construction basse l’est aussi par l’aménagement du dernier portail qui s’arc-boutait au sommet à un linteau de bois ancré dans les maçonneries. On peut donc penser que ce dernier était fixé à une hauteur suffisante pour permettre, au-dessous, le passage d’un homme ou plus certainement celui d’un cavalier ou d’un attelage. Une hauteur de 2,50 m à 3 m paraît donc pouvoir être retenue comme hauteur minimale. C’est à titre d’exemple la hauteur restituée de la première muraille de l’oppidum de La Tène finale de Vernon, dans l’Eure, sous le porche de laquelle il était sans doute aussi prévu de pouvoir passer à cheval (Dechezleprêtre 2000).

54À Courseulles, les pierres utilisées pour cette construction proviennent a priori du platier. Certes, si les quelques galets intégrés au blocage ont bien été remontés du littoral, peut-être d’ailleurs antérieurement pour d’autres usages, les plus grands blocs, aux arêtes régulièrement vives, ont été prélevés autour de 2,5 m sous la surface, c’est-à-dire dans des niveaux de roche situés au-dessous des plus profonds creusements repérés sur l’enceinte. L’acquisition de ces blocs devait donc se faire depuis des carrières environnantes voire, pourquoi pas, depuis les flancs de proches coteaux. La carrière 2046, localisée à une centaine de mètres au sud mais hélas simplement abordée au cours du diagnostic, a pu constituer l’un de ces points d’approvisionnement. Les parties connues de cette structure toutefois, ont été creusées dans les bancs les plus gélifs du calcaire. Ces excavations auront tout au plus produit le tout-venant de la fourrure interne des maçonneries : le blocage (fig. 10 : 2046). Rien n’exclut cependant que, en dehors de la zone observée, un creusement plus profond de la partie orientale de la carrière ait atteint des bancs de plus forte épaisseur (cf. infra, § 2.7.4). Les quelques blocs d’appareil plus émoussés intégrés à la maçonnerie, donc en théorie protégés de l’érosion, signeraient plus certainement quant à eux des prélèvements opportunistes, en surface ou sur d’anciennes constructions à l’abandon (talus des fossés ? cf. supra, § 2.1.1.3) au moment de la réalisation du mur de façade.

FIG. 24a Plan stratigraphique général de la porte ouest.

FIG. 24a Plan stratigraphique général de la porte ouest.

© M. Dupré, A. Dagand.

FIG. 24b Coupes stratigraphiques générales de la porte ouest (les nos de matrices sont en caractères standards, les nos d’US et de structures sont en caractères gras).

FIG. 24b Coupes stratigraphiques générales de la porte ouest (les nos de matrices sont en caractères standards, les nos d’US et de structures sont en caractères gras).

Description des sédiments
1 limon brun colluvionné
2 limon brun homogène ponctué de rares
cailloutis et plaquettes calcaires
3 limon brun mêlé dans une large proportion
de granules calcaires, de cailloutis et de
petites plaquettes calcaires
4 plaquettes, cailloutis calcaires et limon
brun interstitiel
5 limon brun homogène
7 niveau de cailloutis calcaires arrondis et pour
la plupart brûlés (chaussée 1496)
8 éboulis
9 limon brun mêlé de granules calcaires
10 limon brun mêlé de petites plaquettes et
cailloutis calcaires
11 limon brun clairsemé de petites plaquettes
calcaires, coiffé d’un massif de plaquettes calcaires
12 fourrure de plaquettes, cailloutis calcaires
mêlés de limon brun interstitiel et de
quelques mobiliers épars érodés
Bq banquette
P1 parement 1
P2 parement 2

© M. Dupré, A. Dagand.

55Sur le plan stratigraphique, la seule lecture du plan d’ensemble (fig. 19) montre que les maçonneries, encore en place et non perturbées par des aménagements postérieurs en dehors de leur écrêtement général par les labours, correspondent aux éléments les plus récents des dispositifs successifs aménagés sur le côté ouest. Outre la chaussée, elles recouvrent également de part et d’autre du passage un assez grand nombre de fondations liées aux premiers aménagements de l’entrée (cf. infra, § 2.1.3.2 ; fig. 21b). Mais leur position par rapport aux tranchées de palissade, notamment celle de leurs pieds-droits qui les effleurent plus qu’ils ne les recouvrent (fig. 34), implique aussi que, dans un premier temps au moins, la palissade à poteaux jointifs fut maintenue en retrait des deux ouvrages en pierres (fig. 20).

Les éboulis

56Les éboulis de l’édifice s’organisent autour des maçonneries encore en place en deux halos de faible étendue, de 2 à 3 m de large vers l’extérieur de l’enceinte, à l’ouest, pour à peine 1 m à l’opposé (annexe 2 : pl. 1, 5). Ils sont écrêtés vers le nord et le sud par les labours, mais apparemment intacts sur leurs flancs est et ouest où, à la tête du soubassement méridional surtout, le bombement du pierrier reste marqué (fig. 21a et 23). Les pierres, qui se répartissent dans le passage, reposent directement sur la chaussée. Elles recouvrent, le long des façades externes, une couche de sédiments épaisse de 15 cm accumulée sur un peu plus de 1 m de large contre les parements. À l’intérieur de l’enceinte, l’éboulis recouvre les tranchées de palissades et les lignes de trous de poteau arrières sans en pénétrer le comblement ni même en épouser une quelconque dépression (fig. 19c : coupe 5). Les tranchées étaient donc remblayées depuis longtemps à la date où les pierres les recouvrirent.

57Hormis deux ou trois zones où subsistaient quelques grandes plaquettes, l’essentiel de ces pierriers est constitué de cailloutis et de petits éléments de 7 à 10 cm de côté au maximum, auxquels se mêlent des limons interstitiels et quelques mobiliers erratiques semblables à ceux recueillis dans les maçonneries. Si l’on en suit le bombement, d’une vingtaine de centimètres au-dessus du paléosol en dehors des zones écrêtées par les labours, l’éboulis ne devait guère atteindre plus d’une soixantaine de centimètres d’épaisseur à l’origine au pied du mur, c’est-à-dire fort peu pour un tel ouvrage. Nul doute que la plupart des blocs, et notamment les plus grands, ont été directement prélevés dans les maçonneries. Les cailloutis conservés autour, accumulés essentiellement contre les parements, sont manifestement les restes d’un démontage organisé depuis le sommet. Leur répartition sur la chaussée, sans sédimentation intermédiaire, placerait donc cette opération de démontage à une date assez peu éloignée de l’abandon du site.

Des esplanades ?

58À l’extérieur de l’enceinte, deux larges excavations réalisées jusqu’au sommet de la roche en place ont été identifiées à une cinquantaine de centimètres à peine le long du mur de façade, sur une aire d’approximativement 150 m2 au sud et 70 m2 au nord du passage (st. 770, 1625 : fig. 19a). Profondes de 15 à 20 cm sous la cote inférieure des maçonneries établies sur les terrasses limoneuses, elles rattrapent au centre le dénivelé du thalweg situé dans l’axe de l’entrée avant de se perdre à une dizaine de mètres à l’ouest au contact du labour (fig. 19c : coupes 5, 6 ; fig. 25). À cette mise à nu de la roche en place, assortie de l’aplanissement de ses plus hautes crêtes, succède un recouvrement fait d’une terre noirâtre à laquelle se mêle une assez forte proportion de cailloux et de mobiliers erratiques : silex taillés, pièces osseuses, coquillages, galets et rares tessons de céramique de l’âge du Fer. On y repère également une perle ou une fusaïole en terre cuite difficile dans l’immédiat à mieux identifier (fig. 80 : 7). Sur les pentes conservées au pied du mur se remarquent quelques lambeaux de la chaussée et, à la base, plusieurs plages de pierres brûlées conservées sur la roche (fig. 19c : coupe 6). Le long des maçonneries, le sommet du comblement est occupé quant à lui par les éboulis du mur (fig. 19c : coupe 5). C’est ainsi que ces éboulis, un peu plus encaissés que les soubassements eux-mêmes, ont pu être conservés vers le nord et le sud sur des longueurs légèrement supérieures à ces derniers (un peu plus de 1 m : fig. 23 ; annexe 2 : pl. 5).

FIG. 25 Emprise supposée de l’esplanade.

FIG. 25 Emprise supposée de l’esplanade.

© A. Dagand.

59Il est relativement malaisé d’évaluer aujourd’hui l’étendue réelle de ces excavations réalisées devant l’enceinte, dont les limites, à l’ouest comme au nord et au sud, disparaissent au contact du labour. Les quantités de limons décapés apparaissent d’ailleurs considérables. Si, comme pourraient le montrer les différents déchets et artéfacts concassés retrouvés coincés dans les interstices de la maçonnerie, une partie de ces limons a pu être utilisée pour le blocage de la construction, il est difficile d’imaginer que ces deux vastes zones furent exclusivement décapées à cet effet. Il y a tout lieu de penser, notamment en raison de l’aplanissement de la roche en divers points et des traces de foyers allumés à sa surface, qu’il s’agissait plutôt d’un aménagement spécifique concourant à l’architecture générale de l’enceinte. Sa position sur le côté de toute évidence le plus ostentatoire et supportant en outre l’entrée principale, nous encourage à penser qu’il s’agissait en fait d’une plateforme ou d’une esplanade d’une superficie de 1000 à 2000 m2 (env. 15 m x 100 m), ceci en considérant qu’elle s’étendait sur toute la longueur de la façade. Il semblerait d’ailleurs possible de poser a posteriori l’hypothèse de la restauration d’un espace équivalent auparavant couvert d’une chaussée caillouteuse, dont les ultimes témoins seraient en fait ceux conservés dans l’axe de l’entrée et sous les maçonneries. On peut donc considérer que cet espace – plateforme de déchargement provisoire pour des récoltes ou des marchandises, ou esplanade pour quelque halte ou manifestation (marchés, cérémonies…) – jouait un rôle suffisamment important dans l’architectonie de l’établissement pour que l’on se soit donné la peine de son maintien et, probablement, les moyens de sa restauration ou de son amélioration.

2.1.2.2 Aspects stratigraphiques

60La somme des éléments stratigraphiques collectés sur la clôture occidentale révèle en définitive à cet endroit une évolution tout aussi complexe que pour les trois côtés fossoyés.

Étape 1

61Le premier aménagement de cette façade réside dans l’édification d’une palissade à poteaux jointifs installée dans une tranchée de fondation suffisamment profonde pour lui assurer un maintien autonome. Une subdivision du tracé de la tranchée 813 au nord, en patte-d’oie, y désigne cependant un premier état plus faiblement encaissé (étape 1a) durant lequel cette palissade se raccorde à une ouverture légèrement rentrante centrée entre les deux terminaisons ouest du fossé de ceinture (cf. infra, § 2.1.3.1). Deux larges trous de poteaux (fig. 24 : 1505, 1506) complétant manifestement l’axe des lignes de trous de poteau 56 et 57 dans l’espace de ce premier passage, tendent à indiquer que les parois à claire-voie très faiblement fondées établies à environ 2 m en retrait des tranchées étaient déjà en place à cet instant. Peut-être, en dépit d’une jonction étroite au nord du passage (env. 0,70 m), l’hypothèse selon laquelle ces deux parois parallèles – palissade d’un côté et paroi à claire-voie de l’autre – aient pu former une galerie ou supporter un chemin de ronde peut-elle être formulée pour cette étape (fig. 20). Ultérieurement, avec le déplacement de ce premier accès de quelques mètres au sud, qui sera alors recentré entre la terminaison ouest du fossé interne (st. 44) et la terminaison ouest de la section sud du fossé de ceinture (st. 45c), la palissade est redressée et son encaissement approfondi autour du nouveau passage (étape 1b). C’est à cette occasion que, pour compléter la paroi arrière de la galerie, les deux nouveaux montants (1505, 1506) sont implantés dans l’espace de l’ancien passage.

Étape 2

62À l’étape 2, une chaussée caillouteuse est étendue à l’extérieur de la clôture et dans l’entrée. Elle est conservée sur une largeur de 3,50 m le long de la clôture et sur une longueur d’au moins 15 m face à l’entrée. Le cailloutis répandu sur le sol naturel le long de la palissade s’appuie contre les poteaux, de telle sorte qu’il ne s’étend que de quelques centimètres sur le bord des comblements, et s’interrompt contre l’emplacement présumé des boisages (fig. 19c : coupe 5). Comme le montre à l’opposé la dislocation du niveau sur les pentes des excavations creusées ultérieurement le long de la façade – pour la réalisation de plateformes de dépôt ou d’une esplanade à même la roche –, le niveau s’étendait sans doute sur une surface beaucoup plus vaste à l’origine.

Étape 3

63L’étape 3 est celle de l’édification du mur en pierre (étape 3a). Celui-ci prend directement appui sur la chaussée, qu’il recouvre de toute sa longueur – conservée (fig. 24). Dans un premier temps, les pierres d’angle situées sur l’arrière des pieds-droits sont soigneusement ajustées aux derniers poteaux de la palissade encadrant l’entrée (P1 : fig. 34). À cette étape de la construction, l’ouvrage en bois fut donc visiblement maintenu en retrait des maçonneries. Sa disparition n’est évoquée que plus tardivement à l’occasion d’une réparation du pied-droit méridional (étape 3b), lequel prend alors appui sur une maigre couche de sédiments fins accumulés au pied de la maçonnerie (fig. 24b : GG’ : 3 et P2). La pierre la plus orientale de ce nouveau parement (P2 : fig. 34) prend alors la place de l’un des poteaux de la paroi en bois. Architecturalement, l’édification de cet ouvrage s’accompagne sur l’extérieur de deux grands décapages rabotant le sol naturel jusqu’à la roche sur plusieurs centaines de mètres carrés. Plusieurs feux de camp sont allumés au fil des ans sur cet espace et divers mobiliers sont perdus, traînés, émiettés à sa surface. Il est possible qu’une partie des limons décapés au cours de cette opération ait servi au blocage des maçonneries, quoique l’éboulis conservé à leur pied en comportât peu. Ces excavations n’en provoquaient pas moins un léger exhaussement du mur de façade (30 cm) qui, visuellement, pouvait avoir son importance pour la perception de l’ensemble. Mais on peut surtout voir dans le terrassement de ces plateformes le dessein de créer une esplanade aux abords de l’entrée principale ou au pied du mur de façade sur un socle sans doute plus sain et plus résistant que ne l’offrait auparavant la terre damée, même recouverte par la chaussée que l’on imagine, sur cette étendue, souple, mince et lacunaire.

Étape 4

64Après un laps de temps suffisamment long pour que soit restauré le parement du pied-droit sud et que l’on procède au remplacement de la porte (cf. infra, § 2.1.3.2), le mur est démonté. Les plus grosses pierres sont emportées, tandis que les gravats et le tout-venant répandus autour au cours du démontage sont laissés sur place. Du côté intérieur de l’enceinte ces déblais occultent le comblement des tranchées de fondation maintenant assez ancien pour qu’aucune pierre ne s’y enfonce. Dans le passage, le dépôt du pierrier sur la chaussée, sans recouvrement intermédiaire ni trace de perturbation postérieure hormis l’écrêtement par les labours, suggère que le démontage du mur de façade marque bel et bien l’abandon de l’habitat.

2.1.3 Les accès

65L’accès à l’enceinte se réalisait par quatre passages opposés, chacun centré sur un côté (fig. 10). L’accès principal cependant se fit de tout temps par l’ouest, mais selon deux emplacements successifs (fig. 24). Une première porte fut en effet aménagée à la phase 1 à mi-chemin entre les sections nord et sud du fossé de ceinture (fossé 45). Elle fut déplacée de quelques mètres au sud à la phase 2 et recentrée pour l’occasion entre la section sud du fossé de ceinture (fossé 45) et le fossé interne nouvellement terrassé (fossé 44). Jusqu’à l’abandon du gisement, cette seconde porte (nommée « porte principale » sur la figure) fit l’objet de multiples modifications pour partie liées à celles de la clôture. Les trois autres accès, secondaires, comprenaient un dispositif assez élaboré au nord et deux plus rudimentaires au sud et à l’est.

2.1.3.1 La porte ouest, premier emplacement

66L’hypothèse du premier accès repose sur la convergence des tranchées de palissade (st. 814, 1473/1495 : fig. 26) de la clôture occidentale sur deux fosses polylobées (st. 159, 1488) à peu près centrées entre les sections nord et sud du fossé de ceinture. L’ancienneté de ce dispositif est validée surtout par l’aménagement d’un deuxième accès à quelques mètres au sud, qui empiète en partie sur les fondations de la clôture primitive encore visibles (st. 1495 : fig. 24).

67Les fondations de la porte la plus ancienne, symétriques et perpendiculaires à la façade (159, 1488), autorisaient un passage utile de 2 m de large. Par la suite, celui-ci sera bouché par deux gros poteaux (1505, 1506) installés dans l’alignement de la paroi intérieure de la clôture (ens. 56 et 57) et dont les plus larges fondations les distinguent très bien des autres cavités de cette paroi à poteaux espacés.

FIG. 26 Porte ouest, premier emplacement : plan et coupes des fondations (sur les coupes, les nos de matrices sont en caractères standards, les nos d’US et de structures sont en caractères gras).

FIG. 26 Porte ouest, premier emplacement : plan et coupes des fondations (sur les coupes, les nos de matrices sont en caractères standards, les nos d’US et de structures sont en caractères gras).

© A. Dagand.

68Trop d’inconnues demeurent pour que l’on propose une restitution architecturale complète de ce premier accès. Tout au plus sait-on, à partir de la fondation méridionale (1488), que le passage se réalisait entre deux courtes parois à poteaux jointifs (20 cm de section) fichées dans des tranchées de 45 cm de profondeur. Leur jonction avec les flancs avant et arrière de la clôture s’effectuait par le biais de poteaux plus forts, de l’ordre de 35 à 40 cm de diamètre, plantés de 60 cm dans le sol de l’âge du Fer. Le rôle de ces montants latéraux n’est pas complètement établi. Il paraît toutefois possible d’y voir les fondations d’un porche surmonté par le « chemin de ronde » aménagé au sommet de la clôture occidentale. Une seule cavité accolée à la tranchée sud semble avoir pu accueillir ici l’axe d’un éventuel portail (st. 1492 : fig. 26).

2.1.3.2 La porte ouest, second emplacement

69Le second emplacement de la porte ouest bénéficie de l’état de conservation exceptionnel des sols de l’âge du Fer, fossilisés à cet endroit sous le mur de clôture et ses éboulis. Les montants et les parois de cette seconde porte aménagée dans l’épaisseur de la clôture s’y organisent de façon symétrique de part et d’autre du passage (fig. 24).

Premier état

Le portique

70Le premier état de l’accès avait pour fondation quatre fosses greffées sur les deux lignes de la clôture occidentale apparemment redressée à l’occasion de son recentrage entre la terminaison sud-ouest du fossé de ceinture et la terminaison ouest du fossé interne nouvellement terrassé (fig. 27). Les fosses encadraient alors un passage de l’ordre de 2 m de large. Comblées de limon caillouteux, elles furent recoupées par la suite et à plusieurs reprises par les fondations des états postérieurs. Les plus extérieures (1461, 1484 : fig. 27a) se virent ainsi successivement recouvertes par la chaussée puis par les soubassements du mur de clôture.

71Manifestement, ces quatre fosses étaient conçues symétriquement et par paires. Deux d’entre elles, assez superficielles (1480, 1491), furent aménagées sur la ligne arrière de trous de poteau. Celles placées à l’avant (1461, 1484), nettement plus profondes et plus régulières, furent aménagées dans la continuité de la paroi externe nouvellement redressée (st. 813, 1462). À en juger par leur ouverture ovoïde et leurs dimensions de 2,20 x 1 m, ces deux fosses, à parois verticales et fond plat, offraient un logement possible à des piliers de forte section, plus larges que ceux de la palissade et plantés de 60 cm dans le sol de l’époque et dans la roche… Les deux fosses arrières n’avaient manifestement rien à voir avec ces puissantes fondations. Tout au plus ces cavités polylobées contenues dans des aires de 1 m de diamètre pour seulement 15 à 20 cm de profondeur sous la surface de l’époque, pouvaient-elles servir de calage, sommaire, pour des montants complémentaires des boisages avants. Il s’agirait donc d’un mode d’assemblage équivalent, dans son principe, à celui déjà évoqué pour le reste de la clôture au niveau du premier emplacement de la porte, entre une paroi arrière trop faiblement fondée pour garantir un maintien autonome de ses poteaux et une paroi externe autoporteuse.

72L’interprétation la plus simple pour ce premier groupe de structures est celle d’un portique érigé dans l’alignement de la paroi externe et maintenu sur l’arrière par deux jambes de force ou deux potences. Sans que la cohésion architecturale de l’ensemble soit tout à fait suffisante pour que l’on parle véritablement de porche, cette option pouvait surtout offrir la possibilité d’installer une plateforme au-dessus du passage, dans la continuité des « chemins de ronde » (fig. 28) surmontant ce côté de la clôture dès la phase 1. Il est à peu près certain que les montants pour le moins ostentatoire qui constituent la partie avant du dispositif étaient prévus pour un portail tandis que la partie arrière, plus frêle, était surtout conçue pour en compenser le déséquilibre en position ouverte.

FIG. 27 Porte ouest, second emplacement, premier état : a plan général du dispositif ; b-g coupes stratigraphiques (sur les coupes, les nos de matrices sont en caractères standards, les nos d’US et de structures sont en caractères gras).

FIG. 27 Porte ouest, second emplacement, premier état : a plan général du dispositif ; b-g coupes stratigraphiques (sur les coupes, les nos de matrices sont en caractères standards, les nos d’US et de structures sont en caractères gras).

Description des sédiments
1 limon brun homogène
2 limon brun mêlé de cailloutis épars
3 limon brun mêlé de nombreux granules
cailloutis et petites plaquettes calcaires

© M. Dupré, A. Dagand.

FIG. 28 Porte ouest, second emplacement, premier état : restitution avec positionnement possible d’une écharpe (pour des raisons de lisibilité de la structure porteuse, les vantaux de la porte, probables, n’ont pas été figurés).

FIG. 28 Porte ouest, second emplacement, premier état : restitution avec positionnement possible d’une écharpe (pour des raisons de lisibilité de la structure porteuse, les vantaux de la porte, probables, n’ont pas été figurés).

© E. Saint.

Le sas d’entrée

73L’hypothèse d’une sorte de sas au débouché de l’accès principal, c’est-à-dire sur l’intérieur de l’enceinte, repose sur la délimitation, au moyen de deux fines tranchées angulaires, d’un espace quadrangulaire de 50 m2 – 8,50 m dans le sens du passage pour 6 m de large –, appuyé au versant interne de la clôture (ens. 59 : fig. 27a). Faute de jonction stratigraphique cependant, il est impossible de valider la présence de ce dispositif dès le premier état de l’accès. Disons simplement qu’à partir de cette phase son existence devient possible. Ses tranchées au profil en U comblées de limon brun stérile étaient visiblement prévues pour le logement de parois à poteaux jointifs de 15 à 20 cm de section chacun. Les poteaux des longs côtés étaient enfoncés de 50 cm environ dans le sol de l’âge du Fer alors que ceux du petit retour oriental ne s’y trouvaient plantés que de 30 à 40 cm (st. 138 : fig. 27b). Bien que la plus large part de la tranchée méridionale ait été détruite par le creusement d’une carrière moderne, il semble à peu près certain que l’ensemble s’organisait de façon symétrique et offrait en conséquence un large débouché sur l’enceinte à son extrémité est. À l’altitude du décapage, cette ouverture de l’ordre de 5 m de large ne portait la marque d’aucun système de fermeture. Une interruption de la tranchée sur le flanc nord permettait, de l’intérieur, d’accéder latéralement à la porte principale en longeant la paroi de la clôture.

74Architecturalement, rien ne permet d’exclure qu’une couverture prenant appui sur ces parois ait abrité l’ensemble. Toutefois il convient de souligner que tous les autres exemples de toitures ou de couvertures sur le site sont établis à partir de piliers porteurs indépendants : accès nord (ens. 47 : fig. 40), maison circulaire (ens. 29), tourelles orientales (ens. 27, 46), tours-portes suivantes…

75S’il est trop tôt pour statuer sur l’usage de cet espace incontournable, celui-ci, à la façon d’un sas, remplissait à l’évidence une fonction importante dans le franchissement de l’entrée et plus sûrement encore dans l’accès à l’enceinte. Faute de trait défensif, comme d’ailleurs partout sur le gisement, peut-être faut-il davantage y voir un point de contrôle de ce qui entrait et sortait qu’un espace d’arrière-garde.

Deuxième état

La tour-porte (état 2a)

76Le deuxième état de cet accès (fig. 29) se caractérise avant tout par le comblement des quatre fosses du dispositif antérieur et le creusement d’une nouvelle série de fondations. On distingue, en premier lieu, deux tranchées segmentées, pour partie intégrées au remplissage des structures de l’état précédent et creusées pour le reste entre les deux parois de la clôture (tranchées 1464, 1468). Deux autres, plus simples, furent positionnées en avant-corps à 1 m de distance et parallèlement à la façade (1476, 1479). Ce groupe de structures partiellement recouvertes par la chaussée (cf. supra, § 2.1.2.1) trouve précisément son unité dans sa relation stratigraphique à ce remblai.

77D’un point de vue morphologique, il s’agit pour l’essentiel de fondations au profil en U capables d’accueillir des parois à poteaux jointifs de 25 à 30 cm de section. Les poteaux étaient ancrés ici sur une quarantaine de centimètres de profondeur dans la roche. C’est ainsi que les tranchées de tracé segmenté (tranchées 1464, 1468 : fig. 29a, c, d) qui prennent appui sur la terminaison des lignes avant et arrière de la clôture, les prolongent de 2 m autour du passage. C’est également de cette façon que les sections perpendiculaires qui les relient dans l’épaisseur de la clôture valident enfin, par la fermeture de l’intervalle, le fonctionnement conjoint des deux parois et, par voie de conséquence, celui des fondations antérieures de la porte aménagées sur l’une et l’autre ligne. D’un point de vue pratique, ces nouvelles fondations réutilisent pour leur plus large part les fondations de la porte antérieure. Mais leur morphologie, mal adaptée à la finesse des nouveaux montants, et sans doute à la nouvelle architecture de la porte, ont imposé quelques reprises. Les fosses externes, très larges et vraisemblablement curées pour l’occasion, se virent remblayées de pierres pour le calage des nouveaux montants. Ces derniers furent directement appuyés aux parois originelles des cavités (fosses 1461, 1484 : fig. 24b et 29a, e). Cependant, si les boisages furent directement posés au fond de la fosse sud 1461 (60 cm sous le paléosol), ceux de la fondation nord (1484), peut-être plus courts, furent au contraire rehaussés d’une vingtaine de centimètres par l’apport d’un remblai au-dessous. Au contraire, les fosses internes 1480 et 1491, sans doute trop superficielles pour les nouveaux objectifs architecturaux, se virent approfondies (tranchées 1464, 1468/1469 : fig. 29a, b) et leur fond, de part et d’autre du passage et vers l’intérieur de l’enceinte, perforé d’un trou de poteau supplémentaire (TP 154, 157).

FIG. 29 Porte ouest, second emplacement, état 2a, édification d’une tour porte : a plan général du dispositif ; b-f coupes stratigraphiques (sur les coupes, les nos de matrices sont en caractères standards, les nos d’US et de structures sont en caractères gras).

FIG. 29 Porte ouest, second emplacement, état 2a, édification d’une tour porte : a plan général du dispositif ; b-f coupes stratigraphiques (sur les coupes, les nos de matrices sont en caractères standards, les nos d’US et de structures sont en caractères gras).

Description des sédiments
1 limon brun colluvionné
2 limon brun homogène
3 remblai de plaquettes, cailloutis calcaires et
limon brun interstitiel
4 limon brun mêlé de rares cailloutis calcaires
5 limon brun mêlé de cailloutis calcaires
6 limon brun mêlé de cailloutis calcaires et
coiffé d’un massif de plaquettes calcaire

© M. Dupré, A. Dagand.

78À l’avant, les deux courtes parois parallèles à la façade, respectivement longues de 1,50 m et 2 m et privées de retour vers la clôture, constituent des compléments architecturaux plus énigmatiques. Ceux-ci, si l’on s’en tient aux seules traces disponibles au sol, étaient manifestement disjoints de la façade (tranchées 1479, 1476 : fig. 29a). La régularité de la chaussée caillouteuse autour, continue et plane, montre en effet qu’aucune fermeture n’empêchait la circulation entre elles et la clôture.

79Ce n’est qu’en prenant un peu de recul sur cet ensemble de fondations que l’on en distingue le véritable parti pris. De fait, si les traces de parois restent au premier coup d’œil les plus visibles, celles-ci ne font, en réalité, qu’accompagner une structure rectangulaire plus massive enjambant l’entrée à partir de six piliers porteurs. Ceux-ci s’organisent de part et d’autre du passage en deux rangées parallèles, la rangée nord formée par les TP 1475, 1490 et 157, la rangée sud par les TP 1460, 1463 et 154. À l’avant, quatre d’entre eux (1460, 1475, 1463, 1490), logés dans des creusements tronconiques réalisés dans la roche, de 40 à 60 cm de diamètre à l’ouverture pour 60 à 70 cm de profondeur sous la surface de l’âge du Fer, formaient la base d’une robuste structure de 2 m de large par 1,50 m de profondeur dans le sens du passage. Au contraire des dispositifs antérieurs, les trous de poteau arrières 154 et 157, encaissés d’une quarantaine de centimètres de profondeur dans les fosses internes du premier dispositif (st. 1480, 1491), soit de 80 cm environ dans le sol de l’âge du Fer, assuraient à leurs poteaux un maintien équivalent à ceux de la partie avant.

80Longtemps on a pensé que les trous de poteau extérieurs 1460 et 1475 supportaient un portique ostentatoire dissocié de la façade. Après l’identification des autres ancrages de poteau, l’hypothèse la plus convaincante reste celle selon laquelle il s’agit en réalité des fondations d’une tour-porte débordante et édifiée dans la longueur du passage. La partie occidentale, développée en avant-corps de l’enceinte à partir des quatre robustes poteaux, supportait le système de fermeture en lui-même : un lourd portail à deux ventaux. L’aménagement ultérieur d’une butée (1494) dans l’intervalle entre les deux panneaux externes le confirme (quatrième état). La partie arrière, aux piliers plus légers, maintenait quant à elle la continuité du « chemin de ronde » au-dessus du porche, tandis que les parois latérales implantées au-dessous (dans les tranchées segmentées 1464 et 1468) fermaient une sorte de corridor de 4 m de long environ débouchant sur un sas d’entrée (ens. 59). L’ensemble, en saillie et couvert d’une toiture à deux pans, revêtait en plus de ses fonctions utilitaires – fermer l’enceinte – une dimension ostentatoire évidente (fig. 30).

FIG. 30 Porte ouest, second emplacement, état 2a : restitution de la tour porte.

FIG. 30 Porte ouest, second emplacement, état 2a : restitution de la tour porte.

© E. Saint.

81La porte ainsi conçue présentait un autre avantage : en position fermée, le portail situé sur l’avant de la tour-porte laissait l’accès à deux passages piétonniers latéraux dissimulés derrières les deux courts panneaux parallèles à la façade dressés depuis les tranchées 1476 et 1479. D’une largeur de 1 m, exactement celle d’un ventail, ils se trouvaient obligatoirement fermés lorsque le portail était ouvert. Sans doute permettaient-ils au quotidien le contournement d’un dispositif peut-être trop lourd ou d’une porte cochère dont l’ouverture pouvait être plus occasionnelle. On peut penser en outre que chacun d’eux était surmonté d’une courte toiture à un pan qui prolongeait visuellement la couverture de la tour-porte.

82La véritable interrogation à propos de cet ensemble concerne en fait l’éventualité d’une deuxième porte installée dans l’axe de la clôture au niveau des piliers médians de la tour-porte, pour fermer réellement l’enceinte. Aucune trace comparable à celle de la butée observée dans l’intervalle des deux piliers extérieurs n’a été repérée. Disons simplement que sur le plan technique, le décalage des deux gros poteaux internes (1463, 1467) par rapport aux longs côtés du « corridor », dégageait un espace suffisant pour permettre d’une part le pivotement des ventaux d’une seconde porte, et d’autre part leur maintien en position ouverte le long des parois, de façon à conserver sa largeur au passage.

83Dans une certaine mesure enfin, on peut s’étonner de ce que la largeur de l’ouverture ait été maintenue à 2 m depuis l’origine. Il aurait sans doute été plus simple de perdre cette dimension que de la conserver au fil des aménagements successifs de l’entrée et de son déplacement. L’explication la plus simple et la plus naturelle pourrait être celle de la contrainte du gabarit des charrettes. Mais si elle convient au respect d’une largeur minimale de l’ouverture, elle explique moins bien que la porte n’ait pas été agrandie, même de quelques dizaines de centimètres, au fil des reprises. Sachant l’importance qui sera accordée à cet accès durant l’occupation et sa valeur probablement symbolique, que l’on perçoit mieux dans la monumentalité de son quatrième état, on peut se demander si cette surprenante rigueur concernant la largeur de l’ouverture ne découle pas de la réutilisation des ventaux du premier portail.

La mise en place de la chaussée (état 2b)

84L’autre élément caractéristique de ce deuxième état est la mise en place d’une chaussée dans l’entrée et le long de la clôture (fig. 31 : 1496). Il s’agit d’une chape de 5 à 10 cm d’épaisseur constituée de cailloutis calcaires roulés et usés, d’un calibre relativement constant de 3 à 7 cm, bloqués par un limon interstitiel plastique et noirâtre (cf. supra, § 2.1.2.1 ; fig. 21d). Cette chape avait probablement pour fonction d’assainir le terrain et de rendre plus aisés la circulation et le stationnement devant l’enceinte, mais elle n’était conservée que sur 150 m2, grâce d’une part au mur de clôture et aux éboulis qui l’ont recouverte partiellement, et d’autre part à la dépression du sol dans l’axe de l’entrée. Elle occupait sans doute à l’origine une surface beaucoup plus vaste susceptible de créer, en avant de la clôture, une sorte de plateforme d’environ 1500 m2. Elle se raccordait également dans l’axe de l’entrée à un chemin filant vers l’ouest. Curieusement pourtant, aucune trace d’ornière ne fut repérée à la fouille sur la partie conservée dans l’axe du passage, il est vrai directement posée sur la roche et aussi directement recouverte par l’éboulis.

FIG. 31 Porte ouest, second emplacement, état 2b, mise en place de la chaussée : a plan général des vestiges

FIG. 31 Porte ouest, second emplacement, état 2b, mise en place de la chaussée : a plan général des vestiges

a © M. Dupré, A. Dagand ; b © E. Saint.

85Dans le cadre de cette présentation de la porte, l’apport de la chaussée est avant tout stratigraphique (fig. 32). La mise en place de cette chape dans l’entrée, à une date probablement assez tardive (phase 3 des clôtures), permet de dresser en effet un bilan assez précis des éléments en place lors de son installation, mais aussi un plan tout aussi fiable des éléments disparus ou postérieurs. Elle constitue un repère fondamental dans l’analyse de la chronologie relative de l’entrée principale. Ainsi, sa présence sur le comblement des fondations de la première porte du second emplacement de l’entrée principale (1461, 1484), comme sur celui de la tranchée sud de la clôture occidentale (1473/1495) qui s’est greffée sur la porte primitive, montre que ces éléments avaient disparu au moment de son étalement dans le passage. Au contraire, les effets de paroi observés dans les tranchées 1464, 1468, 1476, 1479 et les trous de poteau 1460, 1475, qui se traduisent par des ouvertures plus étroites que celles des fondations sous-jacentes (fig. 32 : 2), montrent que les montants de la tour-porte édifiée en avant-corps – et qui sont pour partie dressés dans les larges fosses de calage 1461 et 1484 de la porte précédente –, étaient déjà en place lors de son installation. Il en allait de même pour les montants des deux panneaux extérieurs installés dans les tranchées 1476 et 1479, à l’exception cependant du dernier poteau du panneau méridional (1618) dont la cavité, comblée, était recouverte par la chaussée. Le long des tranchées 813 et 1462, le fait que la chaussée s’appuie contre l’emplacement présumé des poteaux alors qu’elle recouvre les bords des tranchées, indique que la façade en bois était toujours debout au moment de l’étalement de la chape le long de la clôture. Enfin, son effritement au contact des esplanades (770, 1625) créées par décapage le long du mur de pierres, comme sa perforation pour l’installation d’une butée de portail (1494) au centre du passage entre les deux panneaux externes de la tour-porte, révèlent l’existence d’autant d’aménagements postérieurs ; l’édification du mur (1481, 1482) depuis sa surface à l’étape suivante en constitue certainement l’une des meilleures illustrations.

FIG. 32 Porte ouest, second emplacement, état 2b : principaux apports stratigraphiques de la chaussée 1496.

FIG. 32 Porte ouest, second emplacement, état 2b : principaux apports stratigraphiques de la chaussée 1496.

© M. Dupré.

Troisième état

Une entrée en bois dans un mur de pierres… (état 3a)

86Le troisième état est caractérisé par l’édification d’un mur en pierres le long de la clôture occidentale depuis le sommet de la chaussée (fig. 33). À en juger par la position des parements contre les tranchées externes de la porte 2 (1476, 1479), les pieds-droits du mur – c’est-à-dire les parois latérales du passage – étaient appuyés à la tranche des panneaux externes de la tour-porte développée en saillie (fig. 24b). Dans un premier temps, cette tour-porte fut donc maintenue entre les maçonneries. Le trou de poteau situé à l’extrémité sud de la tranchée méridionale, préalablement recouvert par la chaussée puis par le mur, montre peut-être mieux encore ces deux étapes d’aménagement (TP 1618) : c’est à ce moment-là que les deux passages latéraux, sortes de « coulisses piétonnières » ménagées entre les petits panneaux externes et la palissade de la clôture, furent obturés par les pieds-droits des maçonneries. Leurs angles étaient appuyés à l’arrière, vers l’enceinte, contre les tranchées externes de la clôture (813, 1462). La palissade fermant le côté ouest de l’enceinte était donc encore en place au moment de l’édification du mur au-devant.

FIG. 33 Porte ouest, second emplacement, troisième état, édification du mur en pierre : a plan du dispositif (les limites de 1621 sont schématiques) ; b hypothèse de restitution ; c coupes stratigraphiques (sur les coupes, les nos de matrices sont en caractères standards, les nos d’US et de structures sont en caractères gras).

FIG. 33 Porte ouest, second emplacement, troisième état, édification du mur en pierre : a plan du dispositif (les limites de 1621 sont schématiques) ; b hypothèse de restitution ; c coupes stratigraphiques (sur les coupes, les nos de matrices sont en caractères standards, les nos d’US et de structures sont en caractères gras).

Description des sédiments
1 limon brun colluvionné
2 limon brun mêlé de cailloutis calcaires
3 niveau de cailloutis calcaires arrondis et
pour la plupart brûlés (chaussée 1496)
4 fourrure de plaquettes, cailloutis
calcaires et limon brun interstitiel
5 couche de petites plaquettes et
cailloutis calcaires érodés, en partie
incrustés dans les premiers centimètres
de la chaussée (1621) .
P1 parement 1
P2 parement 2 du pied-droit sud

a et c © M. Dupré, A. Dagand ; b © E. Saint.

87Parmi les modifications notables apportées à la porte au cours de cette étape figure aussi une butée de portail miraculeusement conservée au milieu du passage. Ce témoignage direct de l’existence d’un véritable système de fermeture de l’enceinte (1494) se compose de deux gros galets plats fichés de chant dans le sol de l’âge du Fer et qui émergeaient d’une vingtaine de centimètres. Placés dans l’intervalle et dans l’axe des deux petits panneaux externes de la tour-porte (tranchées 1476, 1479), ils étaient calés dans une fosse ovale (80 x 50 cm) creusée aux dépens de la chaussée, ce qui prouve la postériorité de l’installation par rapport à l’état 2b. Les galets, a priori ramassés sur le littoral et enfoncés d’une vingtaine de centimètres dans la fosse, étaient bloqués du côté extérieur par la paroi de la cavité, et du côté intérieur par un agencement serré de plaquettes verticales. Vers l’intérieur également, un troisième galet, simplement posé à plat sur le calage et maintenu en place par sa masse (d’une vingtaine de kilos), a pu former une sorte de sabot ou de cale destiné à supporter le contrepoids du portail en position fermée.

88Au final, la projection la plus crédible est que l’ensemble se présentait comme une entrée en bois enchâssée dans un mur de pierres. On peut penser que les maçonneries atteignaient au moins le sommet des petits panneaux latéraux ou le plancher supérieur de la tour-porte. Le fait qu’elles s’appuient sur les boisages de la clôture et sur ceux de l’édifice, indique en effet que tout le dispositif antérieur, y compris très certainement le « chemin de ronde », fut maintenu dans un premier temps au centre de la nouvelle installation. Enfin, à en juger par la forme de la butée et la position du sabot, le portail à présent situé à mi-course dans l’épaisseur de la clôture s’ouvrait sur l’intérieur de l’enceinte par deux vantaux.

La réfection du mur (état 3b)

89La seconde modification liée à ce troisième état est constituée par la réfection du pied-droit méridional du mur de clôture et par l’apport d’une couche de tout-venant calcaire répandue à son pied. Celle-ci, plus grossière, s’est incrustée dans les premiers centimètres de la chaussée (1621 : fig. 21d et 33). L’intérêt majeur de ces vestiges, qui n’affectent que très secondairement l’aspect de la porte elle-même, réside en fait dans le témoignage qu’elles fournissent sur les pièces alors en place.

90La réfection du pied-droit consiste dans le placage d’un nouveau parement de 25 à 35 cm de large contre le parement originel du pied-droit méridional conservé en retrait et vraisemblablement détérioré en partie haute (fig. 34). C’est avant tout son installation sur une couche de sédiments accumulée au pied du premier ouvrage qui désigne la postériorité de ce second parement, de sorte qu’à altitude et épaisseur de moellons équivalentes, le nouvel ouvrage ne compte que deux assises, au lieu de trois pour le parement originel. Dans sa longueur, cette nouvelle maçonnerie présente également moins de régularité. On repère, entre autres choses, un important défaut d’alignement entre ses parties orientales et occidentales, situées de part et d’autre de la tranchée de fondation de la tour-porte (tranchée 1479). Aux grands moellons et plaquettes bien ordonnés sur les côtés se substituent en effet, à l’aplomb de la tranchée, un agencement sommaire de petites plaquettes et de cailloutis de toute évidence apportés de biais. Les crêtes de quelques éléments verticaux, en réalité intégrés au remplissage de la cavité du poteau arraché à cette occasion, émergent parmi eux (TP 1632). On peut déduire de cet agencement que, selon toute vraisemblance, la mise en œuvre de ce second parement s’est effectuée dans l’encombrement des poteaux du panneau méridional de la tour-porte maintenu contre la maçonnerie. Du côté intérieur en revanche, l’emprise plus franche du nouveau parement sur la tranchée de la palissade (1462/1464) indique que le dernier poteau de la clôture en bois et avec lui peut-être la palissade dans son entier préalablement maintenue en retrait du mur (cf. supra, § 2.1.3.2), avaient disparu au moment de cette intervention.

FIG. 34 Les deux parements successifs du pied-droit méridional.

FIG. 34 Les deux parements successifs du pied-droit méridional.

© M. Dupré, A. Dagand.

91L’analyse de la couche de tout-venant répandue au pied de ce second parement (1621) va dans le même sens. Pierro-limoneuse et fortement damée, elle se distingue de la chaussée sous-jacente par son hétérogénéité – granules, cailloutis non brûlés, plaquettes de 6 à 12 cm de côté, limon – et une surépaisseur de quelques centimètres. Elle enserre également la tranchée méridionale du petit panneau latéral sud de la tour-porte. Bien qu’elle soit plus lacunaire dans le passage, on soupçonne que les pierres de plus grande taille observées autour de la butée de portail au centre lui appartiennent. Tout, et en particulier sa position au pied du second parement, l’apparente à une couche de gravats laissée sur place lors la reprise des maçonneries. Elle aura été progressivement aplanie par la suite et disloquée au centre par les passages.

92L’ensemble de ces vestiges montre donc sans équivoque que, à l’époque de cette reprise de la maçonnerie, du fait peut-être de l’étalement des travaux dans le temps, la tour-porte en bois édifiée à l’état 2 existait toujours dans le mur de clôture.

Quatrième état

93Contrairement aux états antérieurs, aucune nouvelle fondation n’est associée au dernier état de la porte ouest (fig. 35). Seul le comblement hétérogène des tranchées latérales de la tour-porte, ici limoneux, là caillouteux… qui produit l’effet d’un comblement quasiment fait poteau après poteau, ou section par section, témoigne de la disparition ou de la modification de cet accès (1476, 1479 : fig. 33). Outre l’empreinte des deux premiers poteaux précédemment retirés (1618 [état 2], 1632 [état 3a]), le reste du comblement de ces tranchées externes met schématiquement en opposition deux types de remplissage : un remplissage pierro-limoneux sur leur plus grande longueur, nécessairement consécutif à un arrachage des poteaux et à un remblaiement artificiel des cavités, et deux colonnes de limon brun fin contre les pieds-droits du mur évoquant plutôt une dégradation en place de ces deux derniers montants (1619, 1620). Ces empreintes de poteaux étaient en fait les seules à avoir été identifiées au décapage dans le pierrier par des aires limoneuses de 25 et 30 cm de diamètre, l’une étant conservée sous l’éboulis (1620), l’autre sur toute son épaisseur (1619). Le reste des comblements, fortement damé au sommet par les passages et marqué à cette altitude par des conglomérats pierreux aux surfaces usées, se différenciait surtout des couches de matériaux environnantes par la verticalité de ses éléments pierreux.

FIG. 35 Porte ouest, second emplacement, quatrième état, élargissement du portail : a plan du dispositif ; b hypothèse de restitution ; c coupe stratigraphique (sur la coupe, les nos de matrices sont en caractères standards, les nos d’US et de structures sont en caractères gras).

FIG. 35 Porte ouest, second emplacement, quatrième état, élargissement du portail : a plan du dispositif ; b hypothèse de restitution ; c coupe stratigraphique (sur la coupe, les nos de matrices sont en caractères standards, les nos d’US et de structures sont en caractères gras).

Description des sédiments0
1 limon brun colluvionné
2 limon brun mêlé de petites plaquettes
et cailloutis calcaires
3 limon brun clairsemé de petites plaquettes
calcaires, coiffé d’un massif de plaquettes calcaires
4 limon brun homogène
5 niveau de cailloutis calcaires arrondis et pour la plupart
brûlés (chaussée 1496)
6 couche de petites plaquettes et cailloutis calcaires
érodés, en partie incrustés dans les premiers
centimètres de la chaussée (1621)
Bq banquette

© a et c M. Dupré, A. Dagand ; b © E. Saint.

94Ces contrastes de remplissage induisent deux choses : une continuité de l’occupation après la disparition de la tour-porte et le maintien de deux poteaux adossés aux pieds-droits du mur. Mais il paraît surtout probable, en raison de l’histoire de cet accès et de la conservation de la butée centrale, que ces poteaux aient servi de base à un nouveau système de fermeture, à présent élargi à 4 m. On peut envisager en effet la mise en place d’un nouveau portail à deux ventaux de 2 m de large chacun. L’hypothèse impose la disparition de plusieurs éléments : celle de la tour-porte en premier lieu, mais également celle des parois latérales, effectivement remblayées de limon pierreux (tranchées 1464, 1468 : fig. 33). Elle implique en outre d’envisager la disparition de la passerelle lancée entre les deux parties du « chemin de ronde », bien que celle-ci ait pu déjà être partiellement ou totalement démontée en même temps que la clôture en bois (état 3b).

95En revanche, ce dispositif simple à deux vantaux imposait tout de même l’emploi de quelques pièces et éléments complémentaires : au minimum un entrait supérieur pour le logement de la partie haute des poteaux, et son ancrage dans la maçonnerie ou des appuis latéraux pour compenser la charge des vantaux en position ouverte. Faute de traces au sol, l’hypothèse d’une superstructure appuyée sur les murs paraît être la réponse la plus simple à ces contraintes et peut-être même la finalité du projet. Bien que nous ne connaissions dans l’architecture des âges des métaux que de lourds dispositifs en bois enchâssés dans l’épaisseur des murailles (à Bibracte par exemple : Buchsenschutz 1984), peut-être faut-il imaginer ici une forme plus aérienne, une sorte de plateforme ou de galerie en bois lancée d’un mur à l’autre, qui prolongerait en définitive assez fidèlement l’architecture de la tour-porte antérieure (fig. 35b).

Abandon

96L’éboulis du mur, et plus exactement la couche de gravats liée à son démontage, marque l’abandon du site. Sa répartition dans l’entrée et sur l’empreinte de la clôture arrière indique que l’intégralité des dispositifs en bois, à l’exception du montant nord du portail (TP 1619), avait disparu lorsque les maçonneries furent démantelées (cf. supra, § 2.1.2.1).

2.1.3.3 Les accès secondaires

97En plus de l’entrée principale, il était possible de pénétrer dans l’enceinte par trois autres passages, placés au centre de chacun des trois autres côtés (fig. 36). À en juger par la forme de ces dispositifs, il s’agissait vraisemblablement là d’accès secondaires.

FIG. 36 Les trois accès secondaires : a accès méridional (ens. 55) ; b accès oriental (ens. 54) ; c accès septentrional (ens. 47).

FIG. 36 Les trois accès secondaires : a accès méridional (ens. 55) ; b accès oriental (ens. 54) ; c accès septentrional (ens. 47).

© M. Dupré, A. Dagand.

Accès oriental et méridional

98L’empreinte des accès oriental (ens. 54 : fig. 36b) et méridional (ens. 55 : fig. 36a) ne laisse guère d’équivoque. Il s’agissait à l’origine de passerelles ou de ponts (1,50 m et 2,50 m de large), supportés par quatre poteaux répartis par paires sur les rives du fossé de ceinture. Les poteaux de la passerelle méridionale, qui autorisaient un passage de 1,50 m de large seulement, furent plantés dans la roche tout au bord du fossé (à 50 cm à la base du décapage) dans de modestes cavités ovoïdes (15 x 25 cm) de 5 cm de profondeur seulement sous ce niveau. Les poteaux du pont oriental, plus gros et implantés selon de plus grands intervalles (2,50 m de large), furent prudemment éloignés (de 1,50 m et 2 m) des versants de cette section creusée essentiellement dans les limons. À cet endroit, la palissade aménagée sur la rive interne du fossé se greffait sur le poteau d’angle sud-ouest du passage (TP 1048). L’accès sud, lui, était probablement précédé de deux petits parapets latéraux en clayonnage assemblés à partir de piquets espacés de 25 cm en moyenne et fichés de 10 à 15 cm dans la roche (40 à 45 cm sous la surface de l’âge du Fer). La cohésion mécanique de cette passerelle plus faiblement ancrée que celle de l’est devait être en partie assurée par l’assemblage du plancher sur les longerons et leur arrimage au sol. Mais il est probable que dans les deux cas, des rambardes et vraisemblablement une toiture consolidaient l’ensemble à partir des poteaux d’angle (fig. 37).

FIG. 37 Restitution hypothétique de l’accès méridional (ens. 55).

FIG. 37 Restitution hypothétique de l’accès méridional (ens. 55).

© E. Saint.

99Ces premiers dispositifs étaient manifestement conçus pour enjamber les fossés de la première clôture attribuables aux phases 1 et 2. Ils s’accompagnaient certainement en conséquence d’une interruption des talus à leur hauteur. Même si le remplissage des fossés n’a guère conservé de traces de ces accès, les grandes pierres d’appareil découvertes au niveau de leur emplacement et nulle part ailleurs dans les remblais destinés à caler les palissades à la phase 3, semblent devoir être considérées comme les derniers témoins des parements qui habillaient autrefois les angles et les pieds-droits de ces interruptions.

100Il est plus difficile de déterminer si les deux passerelles furent remplacées par d’autres passages à l’époque de la clôture palissadée (phase 3). Si le tracé de la première palissade méridionale se perd effectivement sur quelques mètres autour de l’accès, celui de la seconde palissade était continu. Curieusement, bien que la trace en soit peut-être moins nette à l’est, l’hypothèse à retenir resterait donc celle d’une condamnation des accès oriental et méridional après le remblaiement des fossés.

Accès septentrional

101L’accès septentrional (ens. 47 : fig. 36c) était probablement d’une conception différente. Cette hypothèse repose sur la présence de quarante-cinq cavités irrégulières délimitant au centre de la clôture nord un plan globalement quadrangulaire de 7 x 4 m (fig. 38). Celui-ci est perpendiculaire à la façade et restreint au seul intervalle compris entre les deux fossés creusés de ce côté de l’enceinte. Sur les petits côtés du plan, la succession des cavités le long des fossés suggère que l’ensemble est complet et, en conséquence, s’insérait bien entre les deux lignes de clôture dont la contemporanéité a été par ailleurs évoquée du fait de leur rigoureux parallélisme.

FIG. 38 Vue des empreintes de poteaux de l’accès septentrional entre les deux fossés de clôture (44 et 45).

FIG. 38 Vue des empreintes de poteaux de l’accès septentrional entre les deux fossés de clôture (44 et 45).

© I. Jahier.

102Individuellement, chaque cavité pourrait être interprétée comme une anomalie géologique ou une galerie de fouisseur comblée de limon brun. Toutes présentent en effet des plans alvéolés et des profils accidentés, schématiquement en cuvette. Ces creusements, d’une vingtaine de centimètres de profondeur en moyenne sous la surface du lœss (env. 60 cm sous la surface de l’époque), sont généralement stoppés au sommet de la plaquette calcaire. Ces cavités se comparent en fait à celles observées dans les fossés annulaires des monuments circulaires et interprétées, en fonction de leur répartition autour des passages et au fond des tranchées, comme des trous de poteau et des empreintes de pieux (cf. supra, § 1.6.2.1 et 1.6.2.2). Sans doute peut-on mettre ces déformations au compte d’une altération du substrat lœssique par la décomposition des boisages qui, généralement, s’accompagne d’infiltrations et d’une microfaune capable de recycler l’environnement immédiat des poteaux dans les terrains les plus meubles.

103Hormis deux lignes probables de montants rapprochés sur les longs côtés du plan, la proximité des cavités et leur uniformité ne permet guère de formuler d’autre hypothèse que celle de parois à clayonnages fermant une sorte de corridor, ou celle d’une plateforme. Aucune trace des deux passerelles – escamotables ? – qui enjambaient nécessairement les fossés n’est parvenue jusqu’à nous.

104C’est peut-être de ce côté que les pierres de grand appareil associées aux remblais pierreux destinés à caler les palissades dans les fossés, et auparavant utilisées pour parementer la brèche ouverte dans les talus, étaient les plus grandes ou, en tout état de cause, les plus nombreuses. Mais, de la même façon qu’au sud et à l’est, l’empreinte des palissades identifiée à la hauteur de l’accès septentrional témoigne aussi de son abandon probable à l’occasion de l’ultime reprise de la clôture à la phase 3.

2.1.3.4 Principales phases architecturales

105La somme des informations collectées sur la clôture révèle en définitive une évolution tout aussi complexe pour la partie occidentale, palissadée puis murée, que pour la partie fossoyée du dispositif. Ainsi, l’évolution architecturale de ces diverses parties, mais aussi la succession des portes sur le côté ouest, permet d’aboutir à un premier canevas chronologique sur lequel d’autres vestiges pourront se greffer par la suite (fig. 39 ; tabl. I).

FIG. 39 Les modifications successives de la clôture.

FIG. 39 Les modifications successives de la clôture.

© M. Dupré, A. Dagand.

TABL. I Récapitulatif des correspondances par phases entre les différentes composantes et horizons stratigraphiques de la clôture.

TABL. I Récapitulatif des correspondances par phases entre les différentes composantes et horizons stratigraphiques de la clôture.

Phase 1

106La phase 1 est définie par la jonction des tranchées occidentales (814, 1462) et des lignes de trous de poteau arrières (56, 57) sur les fondations d’une première porte (fig. 26) alors à peu près centrée entre les terminaisons nord et sud du fossé de ceinture (45). Dans cette configuration, l’accès oriental (ens. 54) est parfaitement aligné sur la porte occidentale.

107Cette répartition évoque l’édification d’une palissade à poteaux jointifs à l’ouest qui prolonge un fossé continu ceinturant les trois autres côtés, ou vice-versa. Une seconde paroi, à claire-voie et fondée en retrait de la palissade sur des poteaux verticaux faiblement ancrés au sol, a pu constituer le flanc interne d’une sorte de galerie ou, plus vraisemblablement, supporter une « promenade » ou un chemin de ronde. Les courtes lignes de trous de poteau placées dans sa perpendiculaire le long des fossés nord et sud (ens. 28, 60, 61 : fig. 19a), ont pu clore les extrémités de cet ouvrage et offrir un peu d’épaisseur à cette paroi trop mince lorsqu’on la regardait de biais depuis l’extérieur. Ce pourrait être, si cette jonction a bien existé, l’argument d’une légère antériorité de la clôture palissadée sur les trois autres côtés, fossoyés. On distinguerait ainsi deux périodes à l’intérieur de la phase 1, ou peut-être simplement deux états : l’un avec la seule clôture ouest et ses amorces latérales, l’autre avec son complément fossoyé.

108La clôture fossoyée, elle, était bordée d’un talus interne. À en juger par les inversions stratigraphiques constatées dans le remplissage du réseau et le témoignage d’un transit important de roches en rive, l’embase de ce talus était vraisemblablement appareillée. Une seule section d’une trentaine de mètres à l’est était apparemment équipée d’une palissade supérieure supplémentaire et de deux tourelles (ens. 27, 46).

109À l’est et au sud, deux premières passerelles fondées sur poteaux et lancées au-dessus des fossés au centre de chaque section, permettaient dès cette première période d’accéder au dehors par des passages latéraux.

Phase 2

110La deuxième phase est définie par le creusement du fossé interne qui s’appuie à son extrémité est sur le talus du fossé de ceinture. Sa réalisation, à un peu plus de 7 m en retrait du premier ouvrage, semble également avoir conditionné un déplacement de la porte ouest de quelques mètres au sud par rapport à son emplacement originel. Durant cette deuxième période encore, l’intégralité du réseau fossoyé fonctionne à ciel ouvert. Les formations sédimentaires conservées à la base des remplissages sont en conséquence à rattacher à ces phases 1 et 2 de la clôture. C’est vraisemblablement à l’occasion de ce nouvel ordonnancement de la clôture que la porte principale se voit assez exactement recentrée entre la terminaison du fossé 44 au nord et celle du fossé 45 au sud. La porte primitive est alors barrée de deux trous de poteau intégrés au rang arrière de la clôture à poteaux espacés (1505, 1506). La palissade, légèrement rentrante à la hauteur de la première porte (814, 1473/1495), est rétablie à environ 1 m à l’ouest dans une tranchée plus profonde (813/1462). Elle rejoint au nord et au sud les sections les plus rectilignes du premier ouvrage. La première tranchée se voit en outre recoupée en plusieurs points par les fondations de cette deuxième porte (second emplacement, état 1 de la porte). Depuis l’extérieur, l’apparence de ce nouveau dispositif devait être celle d’un portique relativement monumental (fig. 28) édifié à partir de deux puissants piliers ancrés dans des fosses de 1000 litres. Renforcé à l’arrière par deux jambes de force ou par des potences, il devait être capable de supporter un portail voire, dans le cas des potences, une éventuelle passerelle pour le « chemin de ronde ». Le portail s’ouvrait alors sur une sorte d’arrière-cour palissadée faisant sas.

111Au nord, un dernier passage latéral, correspondant plus vraisemblablement à une sorte d’allée ou de galerie, fut aménagé à cette deuxième période entre les deux fossés et leurs talus (ens. 47).

Phase 3

112À la phase 3, la clôture de l’habitat, et avec elle l’armature du site, sont définitivement établies. Les énergies se concentrent alors sur l’amélioration architecturale des limites. Les fossés sont remblayés par sections de 75 à 150 m de long, et progressivement remplacés par des palissades édifiées à leur emplacement. Celles-ci sont calées par les matériaux – pierres et terre – issus de l’arasement des talus. L’opération est amorcée par le sud où une première section de 75 m de long est édifiée entre la palissade externe longeant la rive (ens. 28) et l’angle sud-est du réseau. Après une assez longue période sédimentaire, les sections nord et est se voient à leur tour palissadées. Une courte section du fossé oriental est cependant conservée ouverte sur une trentaine de mètres, le long d’un talus déjà surmonté d’une palissade. Il est probable que cette dernière rejoignait en biais les clôtures en bois installées dans les fossés. Dans une dernière étape enfin, la palissade sud est restaurée et étendue cette fois-ci à toute la longueur du fossé. Ce deuxième ouvrage, qui se substitue alors à l’ouest à la palissade 28, se voit maintenu dans une encoche latérale creusée aux dépens du remplissage et de la paroi externe du fossé.

113Au terme de la phase 3, l’ensemble de la ceinture fossoyée a donc été remplacé par une palissade continue qui, prolongeant la palissade édifiée sur le flanc ouest dès l’origine, donne à présent toute son homogénéité à la clôture. Faute de jonction stratigraphique, il est plus difficile de situer la palissade du fossé interne dans cette histoire. Mais on peut penser, ne serait-ce qu’en raison de l’existence d’une entrée (ens. 47) dans l’intervalle des deux lignes de clôture depuis la phase 2, qu’elle se rattache à la même période. Curieusement, l’empreinte de ces nouvelles clôtures à la hauteur des passerelles des phases 1 et 2 semble indiquer que les accès latéraux (ens. 47 et 55 au moins) sont supprimés à l’occasion de ces remaniements.

114La porte principale connaît quant à elle durant cette phase des modifications importantes. C’est à cette période que le portique est remplacé par une tour-porte à présent développée en saillie par rapport à la façade (second emplacement, état 2a de la porte). Devant et sur les côtés est aménagée une sorte de plateforme ou de parvis couvert d’une chaussée caillouteuse. Au niveau de l’entrée elle-même, la répartition de la chaussée et l’empreinte des piliers dans son épaisseur révèlent que deux petites constructions latérales fermées par des panneaux à poteaux jointifs et probablement couvertes abritaient des passages piétonniers sur les côtés de l’édifice. On sait également par l’aménagement d’une butée, qui a tout autant pu être implantée à la phase 3 qu’à la phase 4, que le nu externe du bâtiment supportait un portail. Rien n’exclut en conséquence que, dans cette nouvelle configuration de l’entrée, un second portail, plus léger peut-être, ait pu fermer l’enceinte sur l’axe de la clôture lui-même. La largeur de l’ouverture, invariablement de 2 m depuis l’origine, permettrait également d’imaginer que l’un de ces deux portails ait pu être celui de la première porte. Ainsi reformé, l’accès au sas d’entrée se réalisait par un porche surmonté d’une sorte de guérite et, à l’arrière, par le « chemin de ronde » (fig. 30).

Phase 4

115La quatrième et dernière grande phase de l’évolution architecturale de la clôture est marquée par l’édification du mur de clôture sur le côté ouest de l’enceinte (second emplacement, état 3a de la porte). Le mur, divisé à la base du décapage en deux sections trapézoïdales de 3 m de large, a été directement adossé à la clôture en bois maintenue en retrait dans un premier temps. L’appui unique des pieds-droits contre l’empreinte des panneaux latéraux de la tour-porte montre que celle-ci a également été maintenue entre les deux parties de la construction en pierres (fig. 33b). Placé à mi-course dans l’épaisseur du mur, le portail, s’il s’appuie toujours en position fermée sur la butée émergeant de la chaussée, se trouve à présent enchâssé dans l’épaisseur de la clôture. Les passages piétonniers quant à eux sont à présent obturés. Face au mur, la plateforme caillouteuse est remplacée par deux sortes d’esplanades décapées jusqu’à la roche, d’une superficie de l’ordre de 1500 m2 au total, sur laquelle se repère la trace de plusieurs feux de camp. L’habitat, quant à lui, était toujours circonscrit sur les trois autres côtés par les palissades de la phase 3.

116Dans un deuxième temps (second emplacement, état 3b de la porte), une dégradation du pied-droit sud du mur impose, pour sa réparation, d’enlever le dernier poteau du panneau méridional de la tour-porte qui le jouxte. Dans l’encombrement des parties conservées, la restauration de la maçonnerie s’avère difficile. Il en découle notamment un défaut d’alignement assez sensible de part et d’autre du petit panneau de bois. La terminaison est de cette réparation occupe, du côté intérieur de l’enceinte, la place d’un des poteaux de la clôture palissadée. La pierre d’angle qui la recouvre oblige à s’interroger sur le maintien ou non de cet ouvrage en bois en retrait de la maçonnerie à cette étape – question évidemment difficile à résoudre sur la base de cette unique indication.

117Enfin, dans un dernier état (second emplacement, état 4 de la porte), la tour-porte est démantelée et ses fondations remblayées de pierres et de limon mêlés. Seuls deux montants encore plaqués aux pieds-droits du mur, et dont les cavités étaient encore comblées de limon homogène au décapage, évoquent à présent l’édification d’un nouveau portail à deux vantaux de 4 m de largeur totale. Selon cette évolution générale du dispositif, il est permis de penser que cette construction, d’assez forte épaisseur autour de l’entrée et dont les plus grosses pierres furent regroupées dans cette direction, visait à terme l’assise d’une superstructure : une plateforme ou une galerie tout à la fois capable de répondre aux contraintes mécaniques du nouveau dispositif – articulation du portail au-dessous – et de prolonger l’aspect monumental et ostentatoire des portes antérieures.

Phase 5

118L’éboulis, que l’on identifie plutôt comme une couche de gravats laissée dans le passage, est représentatif de l’abandon du gisement. La faible couche de cailloutis qu’il en reste, qui plus est sans sédimentation intermédiaire au-dessus de la chaussée, montre en effet que la fin de l’habitat s’accompagne probablement d’un démontage des maçonneries et du prélèvement de leurs plus grands blocs. L’horizontalité du niveau sur les tranchées de palissade situées à l’arrière montre également que les boisages de la première clôture avaient alors disparu depuis longtemps, le tassement du comblement des tranchées étant achevé. Une seule trouée limoneuse dans ce pierrier, contre le pied-droit septentrional du mur, suggère que cet ultime poteau du portail (1619), ou seulement sa base, émergeait encore à ce moment-là.

2.2 Les bâtiments

119Sur le petit millier de creusements réparti sur l’enceinte et sa périphérie immédiate, 85 % sont des trous de poteau (fig. 40), le reste correspondant pour 14 % à des fosses et pour 1 % à des structures de combustion et à des sépultures. Un bon tiers des excavations identifiées comme des trous de poteau, tantôt limitées à l’épaisseur des limons superficiels, tantôt inscrites dans la roche, est interprété comme les fondations des principaux piliers d’édifices de bois et de terre. À part au centre de l’enceinte où s’enchevêtrent les structures des plus grands édifices, le relatif ordonnancement des autres constructions permet d’identifier assez aisément le plan de leurs fondations.

FIG. 40 Localisation des édifices et des diverses constructions sur poteaux (pour des raisons de lisibilité, ce plan ne fait pas la différence entre alignements avérés et alignements supposés ; pour plus de précision, on se reportera à l’annexe 2).

FIG. 40 Localisation des édifices et des diverses constructions sur poteaux (pour des raisons de lisibilité, ce plan ne fait pas la différence entre alignements avérés et alignements supposés ; pour plus de précision, on se reportera à l’annexe 2).

© M. Dupré, L. Le Gaillard, A. Dagand.

  • 2 Ce comptage tient compte des trois bâtiments intégrés à l’annexe agricole.

120Cinquante-trois plans de bâtiments2 sont ainsi désignés au sol par des ensembles de trous de poteau de géométrie simple et régulière, carrés, rectangulaires et à pans coupés. Cinq autres demeurent plus équivoques en raison de leur organisation plus complexe ou de leur contour incomplet (ens. 4, 6, 63, 73, 78). Deux derniers enfin, parmi les plus remarquables, sont circulaires : l’un est édifié non loin du centre de l’enceinte (ens. 29), le second à proximité de l’entrée (ens. 58).

2.2.1 Les fondations sur poteaux

121En règle générale, les fondations des constructions les plus simples sont homogènes par ensemble. Les fondations des charpentes les plus complexes, qui se manifestent au sein de chaque ensemble par de forts écarts de diamètre et de profondeur, témoignent d’une hiérarchie entre piliers porteurs et éléments secondaires tels que les montants de parois ou les renforts. Il en va de même, dans une vue plus large du corpus, du diamètre à l’ouverture des excavations comme de leur profondeur, qui apparaissent finalement variés (de 15 à 50 cm à l’ouverture, pour 40 cm à 1 m de profondeur sous la surface de l’époque). C’est ce qu’illustre notamment le plan des deux décapages du gisement (fig. 5), avec une première carte des fondations superficielles, cantonnées à la seule épaisseur du limon brun, et une seconde relative aux fondations profondes inscrites dans la roche.

122Les fondations superficielles (fig. 5a), profondes de 50 cm au maximum sous la surface de l’époque, étaient signalées dans l’épaisseur du limon brun par des agrégats de matériels, généralement diffus, piégés dans leur comblement : des pierres calcaires éparses parfois brûlées, des nodules d’argile cuite, des tessons de poterie, des restes de faune, des silex taillés… Quelques-unes étaient cependant désignées par de véritables chapes atteignant jusqu’à 1 m de diamètre au sommet du limon brun. Mais, la plupart du temps, les parois de ces creusements sont demeurées invisibles dans le limon ambiant. On peut penser que ces fondations peu profondes soutenaient à l’origine des bâtiments ou des constructions de constitution assez légère. L’emplacement de ces édifices arasés au cours de l’occupation s’est vu recouvert au fil du temps par des sols dont les parties empierrées se sont peu à peu enfoncées dans la partie supérieure des comblements, au gré des tassements ou au rythme des passages.

123Les fondations profondes, excavées dans la roche, sont de loin les plus nombreuses (fig. 5b). De forme cylindrique ou tronconique, elles mesurent de 15 à 50 cm de diamètre à l’ouverture au sommet de la plaquette et du lœss, pour des profondeurs de l’ordre de 65 cm à 1 m sous la surface de l’époque. L’ancrage des poteaux dans le sol était donc tout à fait important. Pour une large majorité, le contour de ces cavités comblées de limon brun homogène est demeuré invisible dans le limon, tout comme l’empreinte des poteaux par elle-même, ce qui est habituel dans les terrains décarbonatés de la plaine de Caen. L’homogénéité des comblements laisse néanmoins deviner une lente infiltration des limons fins au fur et à mesure de la dégradation de la base des montants. Ce scénario plaiderait donc en faveur d’une certaine pérennité des constructions solidement ancrées dans la roche. L’hypothèse paraît d’autant plus crédible que quelques traces de remblais ont été observées dans certaines des excavations. Les remblais, prenant la forme d’accumulations pierreuses conservées au sommet du limon parfois très denses et constituées essentiellement d’éléments brûlés sans cendre ni charbon, peuvent correspondre à des piégeages de sols par le tassement des remplissages. Les remblais investissant les cavités plus en profondeur, quelquefois constitués jusqu’au fond de limon mêlé de matériels et de mobiliers en tout genre – cailloutis, esquilles osseuses, tessons de poterie… –, correspondent plus vraisemblablement à des remblais volontaires des cavités laissées par l’enlèvement des poteaux. Dans les deux cas on peut y voir une continuité de l’occupation au-delà de cette étape de démolition ou d’arasement du bâti. L’exemple de ce bâtiment à neuf appuis dont seulement six fosses de fondation étaient révélées dans le limon par du mobilier et des pierres, tandis que trois autres comblées de limon demeuraient indiscernables à cette altitude, est une très bonne illustration de ces phénomènes (fig. 41).

FIG. 41 Vues des fondations de l’édifice ens. 3 aux premier et second décapages. Véritable cas d’école, les fondations de cette petite dépendance fournissent un exemple très représentatif de la diversité possible des comblements pour une même structure : a au sommet du limon décarbonaté, six cavités désorganisées seulement étaient rendues visibles, tantôt par de larges plages compactes de pierres brûlées (au centre et sur le côté est), tantôt par des aires diffuses clairsemées d’éléments étrangers au limon (petits éléments calcaires, nodules d’argile rubéfiée…) ou par une simple plaquette calcaire à plat (angle sud-est, vers le haut du cliché) ; quelques fenêtres ont d’abord été ouvertes à l’emplacement attendu des cavités manquantes, effectivement comblées d’un limon brun homogène identique à l’encaissant ; b le décapage de l’ensemble au sommet du lœss a confirmé l’hypothèse d’un unique bâtiment à neuf poteaux porteurs.

FIG. 41 Vues des fondations de l’édifice ens. 3 aux premier et second décapages. Véritable cas d’école, les fondations de cette petite dépendance fournissent un exemple très représentatif de la diversité possible des comblements pour une même structure : a au sommet du limon décarbonaté, six cavités désorganisées seulement étaient rendues visibles, tantôt par de larges plages compactes de pierres brûlées (au centre et sur le côté est), tantôt par des aires diffuses clairsemées d’éléments étrangers au limon (petits éléments calcaires, nodules d’argile rubéfiée…) ou par une simple plaquette calcaire à plat (angle sud-est, vers le haut du cliché) ; quelques fenêtres ont d’abord été ouvertes à l’emplacement attendu des cavités manquantes, effectivement comblées d’un limon brun homogène identique à l’encaissant ; b le décapage de l’ensemble au sommet du lœss a confirmé l’hypothèse d’un unique bâtiment à neuf poteaux porteurs.

© I. Jahier.

124Pour une trentaine d’excavations seulement a été observé un calage des poteaux, signalé selon les cas par une couronne de pierres verticales ou simplement quelques dalles appuyées aux versants. Le blocage des poteaux s’opérait donc principalement par leur appui aux parois des cavités elles-mêmes et les minces filets de terre rapportés autour des montants. La stabilité des édifices, à plus forte raison pour les constructions simplement ancrées dans les limons, était donc surtout acquise par l’assemblage des superstructures.

2.2.2 Classement et répartition

125Le classement des soixante plans d’édifices identifiés à Courseulles, plans d’édifices dont les surfaces s’échelonnent de 1,5 à 106 m2, révèle quatre principaux groupes de bâtiments (fig. 42). Si la surface est souvent déterminante pour l’interprétation fonctionnelle des constructions, surtout lorsqu’elle présente de tels écarts, il faut néanmoins souvent faire appel à d’autres notions pour la valider. L’organisation des supports, en rangées parallèles et serrées ou au contraire distribués autour d’espaces vides, la profondeur des fondations, ou encore leur position sur le gisement et les mobiliers associés, sont autant de paramètres susceptibles d’orienter l’interprétation de tel ou tel ensemble vers telle ou telle fonction.

FIG. 42 Les plans d’édifices : a classement par surfaces ; b répartition statistique des petits bâtiments quadrangulaires selon leur fonction (en noir et tramé, les bâtiments se référant au thème de l’histogramme ; en gris, le reste du corpus).

FIG. 42 Les plans d’édifices : a classement par surfaces ; b répartition statistique des petits bâtiments quadrangulaires selon leur fonction (en noir et tramé, les bâtiments se référant au thème de l’histogramme ; en gris, le reste du corpus).

Groupe 1 • 1,5 à 2,5 m2 : 3 plans carrés à 4 poteaux porteurs dont 1 superficiel (ens. 77) et 2 profondément fondés inclus dans un segment de palissade longeant le fossé d’enceinte (ens. 27, 46 : tourelles ?) ;
• 3 à 6,8 m2 : 36 plans carrés à 4 poteaux porteurs, dont 27 répartis sur l’intérieur de l’enceinte, le long des fossés et autour de l’aire centrale, 7 sur la périphérie, le long des façades et à proximité des passerelles, et 2 sur l’espace agricole attenant au sud ;
• 7,8 à 12 m2 : 8 plans carrés à 4, 5 et 6 poteaux porteurs répartis sur l’intérieur de l’enceinte, le long des fossés et autour de l’aire centrale, 1 plan carré à 4 poteaux porteurs associés à l’espace agricole attenant au sud (ens. 69) et 2 plans rectangulaires à 6 trous de poteau placés en dehors de l’enceinte, l’un à la hauteur de l’accès nord (ens. 63), l’autre à hauteur d’un petit complexe artisanal établi au sud-ouest (ens. 75).
Unité "isolée" • 14,5 m2 : 1 plan carré à 9 trous de poteau placé au nord de l’aire centrale (ens. 3).
Groupe 2 • 18 à 24 m2 : 1 plan carré à 9 trous de poteau profonds (ens. 15) intégré à l’ensemble sud le long du fossé, et 4 plans rectangulaires répartis autour de l’aire centrale de l’enceinte, dont 2 profondément fondés surimposés l’un à l’autre (ens. 38, 39) et 2 superficiels (ens. 6 et 78) .
Groupe 3 • 94 à 106 m2 : 4 plans, dont 3 répartis autour de l’aire centrale et 1 à l’entrée, parmi lesquels 2 sont circulaires et profondément ancrés dans le substrat (ens. 29, 58) et 2 autres, aux fondations superficielles, sont construits sur une base rectangulaire aux angles abattus (ens. 4, 22).

© M. Dupré, A. Dagand.

126Ainsi, un rapide coup d’œil au plan d’ensemble révèle en premier lieu d’évidentes concordances entre la dimension des bâtiments, leur répartition sur le site et la profondeur de leurs fondations.

127Trois des quatre plus grands plans, compris dans des valeurs de 94 à 106 m2 (fig. 42a : groupe 3) au sol, sont en effet groupés à proximité du centre de l’enceinte, sur l’arc oriental d’une aire (place ou cour) apparemment laissée vacante ou tout au moins dépourvue d’aménagements visibles à l’altitude des deux décapages. Le plan circulaire (ens. 29), profondément ancré dans les lœss, est le plus vaste ; deux autres plans, de tendance quadrangulaire et aux angles abattus, simplement fondés dans l’épaisseur du limon brun, l’encadrent au nord et au sud (ens. 4, 22). À en juger par le croisement des tracés, le plan 22, placé au sud, ne pouvait être contemporain du plan circulaire. Deux de ces trois édifices coexistaient donc tout au plus. L’éventuel édifice circulaire placé à proximité de l’entrée (ens. 58) ferait lui aussi partie de ce premier groupe.

128Le deuxième groupe se voit défini par cinq plans quadrangulaires de 18 à 24 m2. La plupart gravitent dans la proximité du premier groupe sur une ellipse d’une trentaine de mètres de diamètre au maximum. Deux plans d’édifices simplement fondés dans les limons (ens. 6, 78) jouxtent les trois plans du premier groupe au centre de l’enceinte ; le plan 78, dont les fondations nord-ouest se confondent avec celles du grand plan 22 aux angles abattus, relativise cependant là aussi la contemporanéité exacte de ces constructions. Parmi les plus éloignés, deux plans superposés selon un décalage inférieur à 1 m indiquent, cette fois-ci en lisière ouest de l’aire centrale, la reconstruction d’un bâtiment à une nef profondément ancré dans la roche (ens. 38, 39). Un dernier plan d’édifice (ens. 15), excentré vers la clôture méridionale, lié par sa superficie au deuxième groupe (18 m2) mais organisé à partir de trois rangées de poteaux porteurs, intègre plus sûrement une troisième catégorie d’édifices dont il constitue a priori le plus grand représentant.

129Le groupe dominant en effet (fig. 42a : groupe 1), avec cinquante exemplaires d’une superficie au sol de 1,5 à 12 m2 dont 72 % compris dans des valeurs proches de 5 m2, est celui des petits édifices quadrangulaires à quatre, cinq ou six poteaux porteurs. On y distingue cependant deux principaux sous-groupes en termes de dimensions et de position sur le site :

130– le premier est illustré par trois plans de 1,5 à 2,5 m2 à quatre poteaux porteurs que l’on qualifiera en conséquence de « plans miniatures » tant leur emprise au sol et les portées entre les poteaux sont réduites ; deux de ces constructions, comportant les plus larges et les plus profondes fondations, ont été intégrées à la clôture orientale (ens. 27, 46), tandis que la dernière (ens. 77), au contraire très faiblement ancrée dans le sol, a été établie non loin de l’aire centrale ;

131– le second réunit quarante-sept exemplaires répartis selon trente-six unités dans la catégorie des plans de 3 à 6,8 m2 et onze unités dans la catégorie des plans de 7,8 à 12 m2 ; la plupart se répartissent le long des fossés, quelques-uns étant localisés à l’extérieur de la clôture, à proximité des passerelles (ens. 18, 23, 24, 51, 63, 64) et aux angles sud-est et sud-ouest de l’enceinte (ens. 50, 52, 75) ; le plan 15 évoqué précédemment (18 m2), mais aussi le plan 3, pareillement doté de neuf poteaux porteurs et isolé dans un groupe à part (14,5 m2), semblent en définitive devoir être considérés comme les plus grands exemplaires de cet ensemble d’édifices de constitution élémentaire.

132Ainsi, cette première analyse du bâti, simplement basée sur la surface au sol des plans de bâtiments et leur répartition sur l’enceinte et ses abords, permet de poser l’hypothèse d’une véritable sectorisation des édifices sur le gisement, par genre ou par type selon leur fonction et celle des aires qui les accueillent.

2.2.3 Typologie

2.2.3.1 Bâtiments circulaires

133Avec une petite trentaine d’exemplaires à présent recensés en Basse-Normandie, les plans d’édifices circulaires sur poteaux porteurs ne sont plus véritablement une étrangeté pour la région, ni d’ailleurs pour le Nord de la France en général. S’ils demeurent emblématiques de l’architecture domestique des îles Britanniques entre le Bronze ancien et le milieu du 2nd âge du Fer (Audouze, Buchsenschutz 1989 ; Haselgrove, Lowther 2000), les découvertes de ces dix ou quinze dernières années montrent qu’ils émaillent en définitive très certainement toute la rive méridionale de la Manche et la pointe Bretagne, depuis l’exemplaire de Rœux dans le Pas-de-Calais (Desfossés et al. 1992), attribué à l’âge du Bronze moyen, jusqu’à ceux de Poses (Langlois, Celly 1995), mal datés, et de Malleville-sur-le-Bec (Mare 2005) dans l’Eure, attribués au Bronze final / 1er âge du Fer, ainsi que ceux de Hennebont dans le Morbihan (Menez et al. 1990) et du Braden dans le Finistère sud (Le Bihan 1988), datés quant à eux de la Tène finale… Ceci renforce l’idée de parité culturelle entre les deux côtes précédemment évoquée pour l’âge du Bronze par l’étude des mobiliers (Verron 1976 ; 1989 ; 2000 ; Marcigny et al. 2005c).

134En Basse-Normandie, plusieurs découvertes récentes confirment l’existence de cette forme architecturale à l’âge du Bronze et à l’âge du Fer. C’est semble-t-il à la charnière Bronze final / 1er âge du Fer, qu’ils sont les plus fréquents, avec dans l’immédiat vingt-trois exemplaires répartis dans le Calvados sur les sites de Cagny (San Juan et al. 1996), de Cahagnes (Jahier 1996 ; 1997) et de Ifs / Object’Ifs Sud (plus difficile à dater cependant : Jahier 1999 ; Le Goff 2002). Un plan plus équivoque attribué à l’ambiance Bronze ancien / Bronze moyen est proposé sur l’île de Tatihou dans le Cotentin (Marcigny, Ghesquière 2003b). En dehors de Courseulles, deux exemplaires seulement sont à ce jour envisagés comme pouvant se rattacher à un 1er âge du Fer tardif (Hallstatt D ?) sur le site d’Agneaux / Bellevue, dans la Manche également.

135Ici comme ailleurs, l’équilibre de ces édifices repose sur le principe d’une toiture conique supportée par un cercle de poteaux solidarisés au sommet par des linteaux (cf. Butser ancient farm : Reynolds 1979). En règle générale, seules les fondations de ce premier cercle de poteaux qui assurait l’essentiel de la stabilité de l’édifice, ont entaillé le sous-sol. La paroi, le plus souvent en clayonnage enduit de terre, comme la base des plus longs chevrons parfois appuyés au sol, n’ont que rarement laissé de traces en profondeur. Ce sont généralement les poteaux de la porte articulée à l’origine sur la paroi qui, excentrés de 1 à 2 m par rapport au cercle des piliers porteurs, donnent en fait une idée de la surface véritablement utile des édifices. Sur certains bâtiments, deux trous de poteau supplémentaires quelquefois placés en avant-corps dans le prolongement de la porte, indiquent la présence d’un porche ou d’un auvent.

Le grand plan central (ens. 29)

136Le grand plan central de Courseulles (ens. 29 : fig. 43b), doté de trois couronnes de poteaux, bénéficie d’un état de conservation exceptionnel malgré la disparition des sols à cet endroit. Sur ses quarante-neuf trous de poteau pour la plupart comblés de limon brun, cinq seulement, placés autour du passage, étaient perceptibles dans les limons : deux en raison de la présence de calages (375, 376), les autres en raison d’une petite proportion de mobilier piégée dans leur remplissage – pierres brûlées, fragments d’argile graveleuse rubéfiée, tessons de poterie, esquilles osseuses, silex taillés…

FIG. 43 Quelques bâtiments circulaires : a-b l’ens. 29 de Courseulles, plan du bâtiment et coupes des principaux trous de poteau ; c l’ens 58 de Courseulles ; d le bâtiment 37 de Cahagnes (les coupes sont établies à partir du sommet du lœss).

FIG. 43 Quelques bâtiments circulaires : a-b l’ens. 29 de Courseulles, plan du bâtiment et coupes des principaux trous de poteau ; c l’ens 58 de Courseulles ; d le bâtiment 37 de Cahagnes (les coupes sont établies à partir du sommet du lœss).

© M. Dupré, A. Dagand.

137Le cercle interne de poteaux porteurs (couronne A), de 7 m de diamètre, est marqué de vingt et une cavités de 30 à 40 cm de diamètre chacune pour 10 à 25 cm de profondeur sous le sommet du lœss (fig. 43a), soit 60 à 75 cm sous la surface de l’époque. L’emplacement de douze principaux piliers s’y voit désigné par l’homogénéité d’un premier groupe de fondations présentant régulièrement un profil en U, de 65 à 70 cm de profondeur sous la surface de l’époque, et des espacements réguliers de 1,50 m à 2 m les uns des autres. Les poteaux, diamétralement opposés, semblent également avoir été répartis par paires symétriquement par rapport à l’axe médian de l’édifice ; lequel passe à l’avant par l’entrée, et à l’arrière par le trou de poteau surnuméraire 1388. Les autres cavités correspondent à des renforts apportés ultérieurement que l’on identifie grâce à une plus grande disparité dans les creusements et une distribution plus aléatoire par laquelle ils se retrouvent placés, pour l’essentiel, à l’extérieur de la couronne A. L’emplacement de la paroi qui délimite au sol l’aire réellement habitable de l’édifice est matérialisé par la seconde couronne (couronne B). Celle-ci se compose de onze trous de poteau plus faiblement inscrits dans le substrat, principalement des cavités étroites à base conique de 55 à 60 cm de profondeur sous la surface de l’époque, diamétralement opposées, identiques et équidistantes (3 m). L’absence de reprise sur ce deuxième cercle de fondations laisse deviner de moindres contraintes sur ces montants qui servaient d’ancrage à la paroi de terre. Avec 11 m de diamètre, l’aire interne du bâtiment atteignait donc une superficie de 95 m2 au sol.

138Quatre trous de poteaux jumelés matérialisent l’emplacement de deux portes sur ce périmètre, l’une ouvrant au nord, l’autre ouvrant à l’ouest. Cette dernière, que l’on reconnaît grâce à ses plus grosses fondations et à sa plus grande largeur (1,50 m) comme la porte principale de l’édifice, s’ouvrait dans l’axe de la porte principale de l’habitat. Les deux vastes fosses qui encadraient le passage à hauteur de la troisième couronne, outre la base de gros chevrons, accueillaient vraisemblablement les piliers d’un porche ou d’une installation ostentatoire. La porte par elle-même s’articulait apparemment sur un poteau de la couronne intermédiaire plaqué à la paroi (375), seul exemplaire, à droite en entrant, calé avec des pierres. Les mêmes renforts furent observés en leur temps sur huit des vingt et un bâtiments de Cahagnes. La porte septentrionale, un peu plus étroite (env. 1,20 m : TP 1375, 1192), constituait plus vraisemblablement un accès secondaire comparable à celui de la maison de Pimperne (Reynolds 1979).

139L’appui des plus longs chevrons de la toiture au sol n’est bien établi que sur la section ouest de la troisième couronne (alignement C), de 15 m de diamètre au total. Cinq grandes excavations peu profondes et comblée de limon brun (st. 2, 370, 382, 1193, 1300), aux contours imprécis et au profil en cuvette (de 0,6 à 1 m2 pour 60 cm sous la surface de l’époque), semblent avoir pu participer à la stabilisation de pièces obliques légèrement enfoncées dans le sol. Elles pourraient s’apparenter dans un autre contexte à des anomalies quelconques du substrat. Peut-être d’ailleurs vaudrait-il mieux conclure, pour ces « structures » aux contours diffus, au résultat d’un affouillement naturel du terrain provoqué par le ruissellement insistant des eaux de pluie sur ces pièces obliques situées, de fait, en sortie de couverture. Les fosses orientales de cette troisième couronne, pourtant placées en vis-à-vis, sont indiscutablement d’une autre nature. Le profil tronconique et cylindrique des plus profondes (st. 953, 954, 1289, 1292), de 65 à 75 cm de profondeur sous la surface de l’époque, était manifestement prévu pour le logement de pièces verticales. On peut y voir l’empreinte d’une éventuelle galerie périphérique courant sous la base de la toiture et prenant appui sur les plus longs chevrons dont il ne reste aucune trace au sommet du lœss du fait de la faible profondeur des creusements de ce côté.

140Outre sa position cohérente sur l’enceinte, la contemporanéité de l’édifice et des clôtures est confirmée par quelques éléments de poterie issus des trous de poteau, similaires aux tessons recueillis dans le comblement des fossés. Des fragments d’argile graveleuse cuite dont les dépôts les plus conséquents se retrouvent dans les remblais du fossé sud apportés pour la première palissade (C2, C4, C5 surtout), offrent un autre lien stratigraphique entre l’édifice et la clôture (cf. infra, § 3.8). Mais ces indices restent malgré tout trop diffus pour que l’on associe avec précision cette construction à l’une des quatre phases du gisement sur la base de ces seules indications (phase 2, phase 3 ?).

L’ensemble 58

141L’hypothèse d’un second édifice circulaire, situé celui-ci à proximité de l’entrée, repose sur la présence d’un arc de trous de poteau taillés dans la roche jouxtant, au sud-ouest, un plan carré à quatre poteaux porteurs (ens. 58 : fig. 43c). Ces excavations, uniformément comblées de limon brun, sont d’une profondeur dégressive vers le nord-est, tandis que celles du plan carré demeurent constantes et plus profondes. Une seule, celle de l’angle sud-ouest (TP 143), était signalée dans les limons par un calage.

142L’arc de trous de poteau, en comptant les deux cavités septentrionales du plan carré qui le prolonge selon un plan régulier (TP 132, 144), s’inscrit dans un cercle de 7,50 m de diamètre, soit dans un diamètre équivalent à celui du cercle interne du plan 29 décrit précédemment et dans les cotes standards de la plupart des bâtiments circulaires de la région : Cahagnes, Cagny, Ifs… Comme pour le plan 29 et beaucoup d’entre eux, l’un de ces trous de poteau (TP 176) est exactement situé sur l’axe de symétrie du plan carré. Tout tendrait à faire de cette structure quadrangulaire de 2 m de côté les fondations d’une entrée ; d’autant que l’on y rencontre l’un des trente-trois calages du gisement à l’emplacement présumé du pivot de la porte (TP 143), soit ici à gauche en entrant… Deux des plans à neuf poteaux porteurs de Cahagnes, site avec lesquels les rapprochements sont les plus probants (fig. 43d), présentaient d’ailleurs un calage à ce même emplacement.

143À défaut de mobilier, l’orientation du plan 58 vers le débouché de la porte principale, renforce l’hypothèse selon laquelle il pourrait s’agir d’un bâtiment circulaire contemporain de l’enceinte. Mais la mise au jour au cœur de cet édifice des fondations d’un second bâtiment de plan quadrangulaire, nécessairement asynchrone (ens. 34 : fig. 43c), montre que l’édifice circulaire n’a probablement pas existé durant toute la période d’occupation du site.

Interprétation

144Il n’y a guère de raison de déroger pour les plans d’édifices circulaires de Courseulles à l’interprétation la plus commune de maisons. À bien des égards et exclusion faite des reprises, le grand plan central (ens. 29) se rapprocherait en effet de façon fort convaincante du plan de la maison de Pimperne ayant donné naissance à la principale reconstitution de Butser ancient farm (fig. 44 et 45) [Reynolds 1979 ; Audouze, Buchsenschutz 1989 : 87]. On peut également le comparer au plan le plus central du site de West Brandon qui, comme à Courseulles, s’ouvrait vers la porte principale de l’établissement (Haselgrove, Lowther 2000 : 486).

FIG. 44 La maison circulaire centrale (ens. 29) : les fondations prises de l’ouest, face à l’entrée principale.

FIG. 44 La maison circulaire centrale (ens. 29) : les fondations prises de l’ouest, face à l’entrée principale.

© I. Jahier.

FIG. 45 La grande maison circulaire de Butser ancient farm, en Angleterre.

FIG. 45 La grande maison circulaire de Butser ancient farm, en Angleterre.

© Y. Menez.

145D’un point de vue plus technique, en raison de la relative équidistance des piliers porteurs à Courseulles, il est plus difficile de démontrer pour cet ensemble que pour d’autres l’hypothèse d’un lien des poteaux par paire dans la transversale de l’édifice, c’est-à-dire celle d’un second niveau reposant sur des entraits transversaux tel que nous le proposions il y a déjà quelques années pour les bâtiments de Cahagnes du fait d’une implantation des poteaux de circonférence plus irrégulière mais toujours symétrique par rapport à l’axe médian du plan (Jahier et al. 2000). Après quelques décennies de latence en effet, l’idée que ces constructions circulaires étaient dotées d’un étage (Bersu 1940) est de plus en plus fréquemment réévoquée par les auteurs britanniques eux-mêmes (Haselgrove, Lowther 2000 : 483). À Courseulles, le tracé théorique des plus longs chevrons, depuis le centre du plan – l’équivalent de nos arbalétriers actuels – jusqu’aux fosses de la plus grande couronne, montre que ces principales pièces porteuses de la toiture s’appuyaient plus certainement sur les linteaux solidarisant le cercle de piliers que sur les piliers eux-mêmes. Sauf à la hauteur des passages, il n’y aurait donc pas de lien direct entre le rythme des piliers et celui de ces plus longs chevrons, ceci nous poussant à considérer que le vis-à-vis récurrent des poteaux porteurs dans la largeur de l’édifice avait une autre fonction. Un étage supplémentaire permettrait de faire passer sa surface de 95 m2 à 150 m2 environ en superficie utile.

2.2.3.2 Grands bâtiments quadrangulaires

146Parmi les grandes constructions regroupées vers le centre de l’enceinte, dans la proximité du grand édifice circulaire central, deux ensembles quadrangulaires dits « à pans coupés » de 78 et 106 m2 au sol étaient faiblement fondés dans l’épaisseur du limon brun (ens. 4, 22). Les trous de poteau de ces constructions étaient signalés au sommet du limon, entre 40 et 55 cm sous la surface actuelle, par de petites concentrations de matériels piégés dans les comblements (fig. 46) : des pierres brûlées, des fragments d’argile rubéfiée, des tessons de poterie, des silex taillés… Très peu parmi ces cavités atteignaient le substrat carbonaté et, inversement, très peu parmi celles ayant été creusées jusqu’à ce niveau étaient visibles dans le limon décarbonaté. Tout conduirait donc à penser que des creusements peu profonds cantonnés à l’épaisseur du limon brun et exempts de matériels n’ont pas été vus, s’il en existe bien. C’est donc en priorité le groupement de ces cavités par ensembles et leur disposition les unes par rapport aux autres qui en font des plans d’édifices vraisemblables, sans possibilité de vérification au substrat cependant.

FIG. 46 Vue du grand plan quadrangulaire ens. 22.

FIG. 46 Vue du grand plan quadrangulaire ens. 22.

© I. Jahier.

L’ensemble 22

147L’ensemble 22, au sud, est constitué de trente-six trous de poteau dont vingt-quatre forment un plan rectangulaire de 12,50 x 8,50 m aux angles abattus orienté sud-est - nord-ouest, délimitant une surface de 100 m2 environ (fig. 47a). Douze trous de poteaux internes en divisent la surface selon une partition régulière et cohérente évoquant l’emplacement de cloisons ou de piliers relais pour la charpente et les pignons. Un poteau central évoque la présence d’un mât au cœur de la construction.

FIG. 47 Plans de fondation des grands édifices quadrangulaires faiblement arrimés au sol : a ens. 22 ; b ens. 4.

FIG. 47 Plans de fondation des grands édifices quadrangulaires faiblement arrimés au sol : a ens. 22 ; b ens. 4.

© M. Dupré, A. Dagand.

148Dans l’angle sud-est, trois trous de poteau, une chape pierreuse et un court alignement de pierres éparses doivent apparemment leur conservation au tassement du remplissage d’une grande fosse de stockage sous-jacente (1096). On y soupçonne, pour la chape pierreuse 389, les restes probables d’un sol essentiellement empierré d’éléments brûlés, l’empreinte éventuelle d’une pièce de charpente pour le trou de poteau 1118 inscrit dans son comblement, et un effet de paroi concevable contre une cloison pour la ligne de pierres et de débris calcaires superposée au nord-ouest, celle-ci étant effectivement très rectiligne sur son flanc est (388). Rien ne permet cependant d’établir que ces éléments soient directement liés à cet édifice et ne dépendent pas, par exemple, d’aménagements ou de restes de sols plus tardifs.

149On peut en effet évoquer dans ce domaine un chevauchement entre les poteaux corniers de l’ensemble 22 et le tracé du grand plan circulaire central 29. S’il s’agit bien du témoignage d’une chronologie relative entre les deux édifices, aucune de leurs cavités ne se superpose malheureusement suffisamment pour en établir l’ordre de construction par la stratigraphie. Il est possible de remarquer cependant qu’aux comblements hétérogènes et aux petits agrégats de mobilier investissant les fondations du plan 22 (fig. 46) s’oppose la relative stérilité des cavités du plan circulaire, presque exclusivement remblayées de limon homogène. On peut en déduire que, en dépit de sa position au centre de l’habitat, l’espace de l’édifice circulaire n’a manifestement pas connu la même fréquentation après son abandon ou la dégradation de ses poteaux que le grand plan rectangulaire. Sur le bâtiment 22, les cavités ont été pour partie remblayées ; elles ont également piégé, au fur et à mesure du tassement des remplissages, des lambeaux de sols nécessairement formés après la disparition des montants, ce qui n’est visiblement pas le cas de l’édifice circulaire dont les poteaux semblent s’être davantage dégradés sur place, sans trace de fréquentation postérieure. Contre toute attente, le bâtiment à pans coupés s’imposerait donc comme la plus ancienne des deux constructions.

L’ensemble 4

150L’ensemble 4 est matérialisé au sommet du limon brun par un premier groupe de vingt et un trous de poteau dont aucun n’a entaillé la roche (fig. 47b). Un second groupe de fosses plus profondes, révélé au sommet du substrat, dessine un autre plan à l’aplomb du précédent. Individuellement, aucun de ces ensembles de fondations n’offre d’image cohérente pour les appuis d’un bâtiment, ni de continuité entre les excavations superficielles et profondes, ces dernières n’ayant que rarement été repérées dans le limon. La compilation des deux ensembles de fondations permet toutefois de poser l’hypothèse qu’il existait là un bâtiment rectangulaire aux angles abattus, de 11 x 7 m, fondé sur quatre poteaux corniers et un poteau central ancré dans les lœss, assez comparable en somme au schéma de construction du plan 22. L’ensemble couvre une superficie de 80 m2 mais il n’est pas exclu, au vu de ses contours, que la partie orientale du plan ait été détruite ou n’aie pas été repérée.

151Sur les quatre côtés de la figure rectangulaire centrale, quelques trous de poteaux intermédiaires ont pu réduire la portée de linteaux ou de sablières hautes à des longueurs raisonnables, n’excédant pas 5,5 m. Le pignon ouest, aux angles abattus, semble avoir été formé à partir de quatre principaux poteaux implantés sur un même axe (TP 93, 94, 95, 96). L’alignement de quelques petites plaquettes calcaires de chant à ses terminaisons et entre chaque couple de poteaux (TP 93/94, 95/96, 95/97) évoque l’emplacement de deux courtes parois à poteaux jointifs, fichées dans une tranchée de faible profondeur n’ayant pas atteint la roche. Sur l’aire interne en revanche, dans la partie ouest de l’édifice, une fosse aux contours flous au sommet du limon brun évoque plus certainement les restes d’un sol jonché de pierres éparses conservé face à un panneau de bois solidement ancré dans la roche (20 cm). La fonction de ce panneau centré dans la largeur du bâtiment et installé dans une tranchée de 50 cm de large pour un peu plus de 2 m de long et 60 cm de profondeur (61) n’est pas établie. Peut-être faut-il imaginer une cloison ou toute autre pièce de charpente en rapport avec l’architectonie même de l’édifice, voire l’assise d’une installation à vocation artisanale ou domestique. Mais les quelques mobiliers recueillis dans la tranchée comme dans l’épaisseur du sol légèrement encaissé face à lui, quatre pièces en silex taillé – deux éclats, un grattoir et un perçoir –, quelques éclats osseux et quelques tessons de poterie similaires à ceux découverts dans le comblement des fossés, ne permettent guère de le déterminer. Un autre point de convergence avec le plan 22 réside, à l’est, dans le voisinage d’une fosse de stockage (10) occupant une place très comparable à la fosse 1295. Une seconde fosse externe (66), de plus petites dimensions (95 x 60 cm), jouxtait le pignon occidental. Malheureusement exempte de mobilier, elle était entièrement tapissée de dalles calcaires verticales et était couverte à l’origine de dalles posées à plat. Nous pensons, du fait de sa morphologie et de plusieurs exemples extrarégionaux de l’âge du Fer, en Armorique notamment (Quimper / Le Braden I, Hennebont / Le Polvern et Quiberon / Goulvars : Tanguy et al. 1990) qu’il s’agit là d’un coffre sépulcral de nourrisson appuyé contre l’édifice (cf. infra, § 2.8.1.5). Enfin, deux éventuels plans quadrangulaires à quatre poteaux porteurs sont identifiés dans son emprise (ens. 86, 87). L’ensemble 86, implanté de biais, correspond de toute évidence à une construction asynchrone. L’ensemble 87, vu sa position, a pu quant à lui correspondre à un élément de la charpente.

Interprétation

152À bien des égards, alors qu’ils pourraient apparaître compliqués ou peu crédibles, les deux plans aux angles abattus mis au jour à Courseulles trouvent d’assez nombreuses comparaisons avec plusieurs autres plans d’édifices – et notamment de maisons – mis au jour en Haute-Normandie et dans l’est du Bassin parisien (fig. 48). Le plan 22 par exemple se rapproche sans difficulté du plan 99 de Tournedos-sur-Seine (Carré 1993) [fig. 48d] ou de la cellule sud du grand ensemble de la zone 1 de Hautot-le-Vatois (Blancquaert, Desfossés 1994) [fig. 48e]. Dans l’Aisne, le long plan quadrangulaire de Bucy-le-Long / Le Grand Marais fournit également une comparaison possible par le biais d’un pignon occidental aux angles abattus (Brun, Pommepuy 1983 ; Pommepuy, Robert 1994). Toutefois, s’il est probable que cet édifice se trouvait couvert par une toiture dite « en croupe polygonale », la toiture des deux bâtiments de Courseulles s’organisait plus vraisemblablement à partir d’un mât central, c’est-à-dire sans ligne de faîtage. Le plan 4 de son côté pourrait être rapproché du plan 325 de Tournedos (fig. 48c) qui a une surface plus réduite (44 m2) mais n’en présente pas moins un pignon aux angles abattus très comparable doté lui aussi de deux tranchées de fondation. Un dernier parallèle enfin, ceci en dépit d’un schéma d’implantation nettement plus rigoureux des poteaux de leur circonférence, pourrait être proposé avec les bâtiments de Barbey / La Haye Guyonne (fig. 48b) [Gouge, Séguier 1994] et de Grisy-sur-Seine / Les Terres du Bois Mortier (Gouge, Mordant 1990), en Seine-et-Marne, attribués eux aussi au vie-ve s. av. J.-C.

FIG. 48 Planche comparative de quelques grands édifices quadrangulaires du Bassin parisien : a Courseulles-sur-Mer, plan 22 ; b Barbey / La Haye Guyonne (Gouge, Séguier 1994) ; c Tournedos-sur-Seine, plan 325 (Carré 1993) ; d Tournedos-sur-Seine, plan 99 (Carré 1993) ; e Hautot-le-Vatois / La Plaine du Bosc Renault (Blancquaert, Desfossés 1994).

FIG. 48 Planche comparative de quelques grands édifices quadrangulaires du Bassin parisien : a Courseulles-sur-Mer, plan 22 ; b Barbey / La Haye Guyonne (Gouge, Séguier 1994) ; c Tournedos-sur-Seine, plan 325 (Carré 1993) ; d Tournedos-sur-Seine, plan 99 (Carré 1993) ; e Hautot-le-Vatois / La Plaine du Bosc Renault (Blancquaert, Desfossés 1994).

© M. Dupré, A. Dagand.

153À Courseulles, ces grandes constructions ont des fondations peu profondes, nettement moins en tout état de cause que celles de l’édifice circulaire. Cela peut indiquer qu’il s’agissait de bâtiments plus légers ou, éventuellement, temporaires. L’antériorité très vraisemblable du plan 22 par rapport au grand édifice circulaire pourrait ainsi donner à penser, en accord finalement avec la monumentalité accrue des clôtures, qu’il ne s’agissait peut-être que de constructions provisoires, en attente d’une maison plus robuste ou plus ostentatoire.

2.2.3.3 Petits bâtiments quadrangulaires

154Les petits plans quadrangulaires totalisent pour rappel cinquante-six exemplaires échelonnés dans des superficies de 1,5 à 24 m2. Ils représentent ainsi 93 % des plans d’édifices identifiés sur le gisement. Trois principaux groupes de dimensions liés à une distribution relativement spécifique des appuis au sol s’en dégagent. Au-delà de ces variations exposées en introduction du chapitre (cf. infra, § 2.2.2), une lecture transversale du classement, prenant cette fois-ci en compte la position de ces constructions sur le gisement, ainsi que la dimension et la répartition de leurs appuis, fait apparaître diverses conceptions architecturales auxquelles semblent, en définitive, correspondre plusieurs catégories fonctionnelles.

Les greniers et les plateformes

155Les plans regroupés à Courseulles sous les termes de « greniers » et de « plateformes », correspondent à des constructions de base quadrangulaire de faible à moyenne étendue le plus couramment assises sur quatre, cinq, six ou neuf poteaux porteurs. Leur très grande majorité est fondée dans la roche, soit à un minimum de 60 cm sous la surface de l’âge du Fer. Il paraît toutefois important de distinguer, dans le cadre de cette approche fonctionnelle du corpus, les plans d’édifices abrités derrière les clôtures de l’enceinte ou positionnés sur l’annexe agricole (trois plans : ens. 68, 69, 82 ; cf. infra : § 2.7.2), des constructions de morphologie analogue positionnées à l’extérieur du fossé d’enceinte, au nombre de sept au total, semblant, en raison de leur position, avoir pu être destinées à d’autres fonctions.

  • 3 Les sept édicules ne sont pas pris en compte dans ce comptage.

156Cette restriction posée, l’essentiel des constructions placées dans la catégorie « greniers et plateformes » se répartit dans les plus petits groupes de dimensions c’est-à-dire principalement dans des superficies de 3 à 12 m2 (fig. 42b : greniers, plateformes et édicules) et pour deux d’entre eux seulement, au-delà (plans 3 et 15). Ces plans, relativement communs sur les établissements protohistoriques de Basse-Normandie comme sur ceux du Nord-Ouest de l’Europe en général, totalisent à Courseulles trente-neuf unités avérées, soit 64 % de l’effectif des édifices reconnus sur le site. Dans le détail, vingt-huit d’entre eux se répartissent dans des surfaces de 3 à 6,8 m2, neuf autres dans des superficies de 7,8 à 12 m2 (5, 9, 11, 14, 35, 37, 42, 69, 87)3, tandis que les deux derniers, les plans 3 et 15, atteignent respectivement 14,5 et 18 m2.

157La « norme » malgré tout, si l’on s’en tient à leur fréquence statistique (86 %, soit trente et une unités), reste celle des plans de 4 à 7 m2 assis sur quatre poteaux porteurs. Les plus grands, au-delà de 9 m2, s’accompagnent fréquemment de poteaux supplémentaires, de cinq appuis répartis en croix (ens. 35), de six appuis répartis sur deux rangées parallèles (ens. 9, 37) ou encore, pour les plus vastes (14,5 et 18,5 m2), de neuf poteaux équidistants répartis sur trois rangées (ens. 3, 15), ces dernières constructions constituant visiblement à Courseulles la limite supérieure de cette première catégorie fonctionnelle.

158En revanche, on ne discerne pour cette catégorie aucune répartition spécifique sur le site en fonction de leur appartenance à l’un ou l’autre de ces trois ou quatre groupes de dimensions. Quelle que soit leur surface en effet, la plupart de ces constructions, meilleure preuve peut-être de leur unité fonctionnelle, ont été édifiées les unes à côté des autres et réunies en deux principaux agrégats, l’un au nord - nord-ouest des grands édifices quadrangulaires et circulaires établis au centre de l’enceinte, l’autre au sud, le long du fossé de clôture.

159Conformément à la définition qu’en soumettaient déjà différents auteurs à la communauté archéologique dans les années quatre-vingt, il paraît possible d’interpréter ces plans de construction comme les fondations de greniers et peut-être de plateformes, les premiers étant destinés au stockage de céréales, les secondes plus vraisemblablement à celui de tiges – fibres textiles, fourrage, litière… –, ceci notamment pour les plans dotés d’un renfort central (Reynolds 1979 ; Buchsenschutz 1984 ; Audouze, Buchsenschutz 1989).

160À défaut d’élément pour départager l’une ou l’autre de ces deux hypothèses sur le site, le regroupement de ces constructions en deux principaux agrégats suggère l’existence de véritables zones de stockage telles qu’il en est évoqué pour plusieurs autres habitats de l’âge du Fer du Nord de la France : à Bucy-le-Long, dans l’Aisne (Brun, Pommepuy 1983), à Hautot-le-Vatois, en Seine-Maritime (Blancquaert, Desfossés 1994), ainsi qu’à Grisy-sur-Seine / Les Terres du Bois Mortier, en Seine-et-Marne (Gouge, Séguier 1994 ; Gouge, Leconte 2000). Sans atteindre leur remarquable ordonnancement en rangées parallèles, une autre comparaison pourrait être faite avec les groupements de greniers des hill forts de Danebury, dans le Sud de l’Angleterre (Cunliffe 1983 cité dans Audouze, Buchsenschutz 1989), et de Moel y Gaer, au Pays de Galles (Guilbert 1975 : 204 cité dans Audouze, Buchsenschutz 1989 : 162).

161À Courseulles, la répartition de ces petits entrepôts le long des fossés de clôture est aussi un élément intéressant pour les situer dans la chronologie relative du gisement. Au nord en effet, leur éloignement constant du fossé interne conforte l’idée selon laquelle leur implantation a été en partie conditionnée par le talus qui le bordait et plus certainement encore par la piste qui le longeait (cf. infra, § 2.5.3). L’implantation des édifices les plus septentrionaux se serait donc réalisée après le creusement du fossé interne à la phase 2. L’agrégat sud au contraire, dans lequel une forte proportion des édifices se situe à une distance de 5 à 6 m du fossé de ceinture, fut plus certainement construit en grande partie à la phase 1. Deux constructions pourtant, placées à la périphérie de l’agrégat principal et empiétant plus franchement sur l’espace du talus (ens. 14 et peut-être ens. 11), montrent que celles-ci furent édifiées après la disparition de la levée de terre, c’est-à-dire postérieurement à l’édification de la palissade méridionale à la phase 3 (cf. supra, § 2.1.3.4). Selon toute vraisemblance, l’agrégat sud – mais nous pensons qu’il en était de même pour l’agrégat nord – était donc encore en place à la phase 3. La pérennité des zones de stockage nous apparaît en effet dans la superposition très rigoureuse de plusieurs plans d’édifices, trahissant ainsi le jeu des contraintes inhérentes à la mise en place et à l’évolution de tels ensembles. Ce respect des emplacements antérieurs et la contrainte représentée par la présence des constructions environnantes, se devinent très bien par exemple dans la superposition rigoureuse des plans 10a et 10b et dans celle des plans 15 et 16, qui n’empiètent sur nul autre. La reconstruction de ces édifices s’est manifestement cantonnée à l’espace disponible entre les bâtiments existants, ce qui encourage l’idée d’un fonctionnement conjoint des constructions, donc celle de leur organisation en batterie ou en quartier. Le déplacement de quelques dizaines de centimètres seulement des quatre poteaux porteurs du plan 11, mais selon des portées équivalentes cette fois-ci, est sans doute lui aussi tout à fait représentatif de ce shéma d’évolution. Mais pour ce bâtiment, les fondations de la nouvelle construction sont tellement proches des premières, et d’un écartement tellement semblable, que l’on en arrive à se demander si l’édifice, peut-être pour répondre à la dégradation des poteaux, n’a pas été « simplement » déchaussé de ses fondations et replacé à quelques dizaines de centimètres pour un nouvel ancrage au sol. Au-delà de l’anecdote, il ressort de tout cela l’impression d’une certaine unité d’ensemble et donc d’installations globalement contemporaines et pérennes, par groupe tout au moins.

Des édicules et des guérites ?

162Dans cette catégorie des petits plans carrés, dominée par les modèles à quatre poteaux porteurs, s’individualisent sept plans de 3 à 6,8 m2 (fig. 42b : greniers, plateformes et édicules) que leur situation à l’extérieur de l’enceinte assigne probablement à d’autres fonctions (ens. 18, 23, 24, 50, 51, 52, 64). Peut-être, parce qu’il est difficile de les interpréter dans ce contexte comme des plans de greniers en dépit de leur exacte parenté typologique, faut-il voir pour ces structures positionnées à courte distance des passerelles orientale et méridionale (ens. 18, 23, 24, 51) ou encore à l’entrée de la petite annexe mitoyenne isolée à l’angle sud-ouest de l’enceinte (ens. 52), les fondations d’édicules ou de guérites édifiés en avant-poste de ces passages. À ce titre, le format des fondations de l’ensemble 52, dont les trous de poteau font 45 cm de diamètre et s’enfoncent de 40 cm dans la roche (80 cm au minimum sous la surface de l’âge du Fer : fig. 49), n’est pas sans rappeler celui également très conséquent des petites constructions intégrées à la clôture orientale et interprétées, celles-ci, comme de possibles tours de guet.

FIG. 49 Les fondations de l’édicule placé à l’entrée de l’annexe métallurgique (ens. 52).

FIG. 49 Les fondations de l’édicule placé à l’entrée de l’annexe métallurgique (ens. 52).

© I. Jahier.

Les remises

163Ce que nous qualifions à Courseulles de « remises » se voit illustré par quatre plans de la catégorie de 18 à 24 m2 (fig. 42b) et un plan de 10 m2 en conséquence compris dans la catégorie de 7,8 à 12 m2 : l’ensemble 75. Il s’agit de plans à une nef délimités par six à dix trous de poteau. Trois sont profondément ancrés dans le substrat (ens. 38, 39, 75), deux autres, dont un à tendance carrée, demeurent plus hypothétiques en raison de la faible profondeur de leurs fondations, inscrite uniquement dans le limon (ens. 6, 78). Outre ces nuances architecturales avec les plans de « greniers » exposés précédemment, leur situation sur l’habitat n’est pas non plus la même. Ceux répartis à l’intérieur de l’enceinte gravitent autour des grands édifices c’est-à-dire, tant en termes de surface qu’en termes de position sur le gisement, à l’interface des grandes et des petites constructions (ens. 6, 38, 39, 78). Les plans 38 et 39, de proportions similaires et superposés dans un pivotement d’à peine 1 m, désignent à l’évidence la reconstruction d’un édifice initial à l’identique (fig. 50). À l’intérieur de l’enceinte toujours, le plan 78, sécant du grand plan quadrangulaire méridional (ens. 22) témoigne également d’une chronologie relative entre ces deux constructions. Celui-ci pouvait en revanche coexister avec le grand plan quadrangulaire septentrional (ens. 4) ou avec le plan circulaire. Le regroupement de ces installations autour de l’aire centrale leur assigne en effet un rôle différent des petits plans carrés répartis le long des fossés. Leurs surfaces relativement réduites et la présence des grands édifices autour semblent écarter l’éventualité de leur interprétation comme demeures au profit de celle de remises ou d’annexes à l’aire résidentielle.

FIG. 50 Plan des fondations successives des édifices quadrangulaires 38 et 39.

FIG. 50 Plan des fondations successives des édifices quadrangulaires 38 et 39.

© M. Dupré, A. Dagand.

164À l’extérieur de l’enceinte, un seul plan d’édifice, l’ensemble 75, semble pouvoir correspondre à une remise. Cette construction à six poteaux porteurs répartis dans une aire de 10,5 m2 est placée dans l’espace de la petite annexe qui jouxte l’angle sud-ouest de l’enceinte. Le foyer qu’elle recèle, le seul à être intégré à un plan d’édifice sur le gisement, pourrait en faire un abri lié à l’activité de bronzier identifiée sur le secteur (cf. infra, § 2.6).

Des tours de guet ?

165L’hypothèse des tours de guet concerne deux des trois plans compris dans des superficies de 1,5 à 2,5 m2 (fig. 42b). Il s’agit de deux plans carrés de 1,5 m de côté intégrés à la clôture orientale et marqués par des fondations disproportionnées en apparence au regard de la surface des constructions (ens. 27, 46). De 60 cm de diamètre à l’ouverture pour un peu plus de 1 m de profondeur sous la surface de l’époque, ces cavités entaillaient la roche sur une cinquantaine de centimètres (fig. 51). À en juger par leur façonnage cylindrique extrêmement régulier et leur comblement uniformément fait de limon brun, le blocage des poteaux s’y opérait par simple coincement contre les parois. L’adossement de ces constructions à la clôture orientale, palissadée à cet endroit et noyée à la base dans le talus bordier du fossé, en parachevait probablement le maintien.

FIG. 51 Les fondations de l’une des deux tours de guet intégrées à la clôture orientale (ens. 27).

FIG. 51 Les fondations de l’une des deux tours de guet intégrées à la clôture orientale (ens. 27).

© I. Jahier.

166Étant donné la très faible emprise au sol de ces constructions, il ne fait guère de doute que ces fondations profondes visaient avant tout à maintenir des bâtiments élevés. La position de ces installations sur l’un des plus hauts points de l’habitat n’est donc probablement pas le seul fait du hasard. Sans doute peut-on voir dans ces solides fondations l’embase de deux tours, analogues à celles du camp de Saint-Symphorien à Paule (Côtes-d’Armor), lesquelles, bien qu’intégrées à un dispositif légèrement plus tardif (Menez, Arramond 1998 ; Menez 2009), jouaient vraisemblablement tout à la fois le rôle de vigie et celui d’attribut supplémentaire dans l’apparat des clôtures.

167Le plan d’une dernière construction étroite, de 1,25 m2 au sol, a été mis au jour à l’intérieur de l’enceinte, à proximité des grands édifices (ens. 77). Sa surface paraît trop restreinte pour correspondre au plan d’un grenier, et ses fondations, creusées dans le limon uniquement, sont par trop légères pour correspondre aux fondations d’une tour.

2.2.3.4 Bâtiment à abside

168À Courseulles, un seul plan peut être envisagé, de par la disposition de ses poteaux, comme un éventuel plan à abside (ens. 36). Celui-ci, constitué de cinq trous de poteau d’une quarantaine de centimètres de diamètre – non fouillés –, se compose d’une base carrée de 2,50 m de côté et d’un poteau supplémentaire, excentré de 2 m au nord et formant le dessin de l’abside. Sa surface au sol telle qu’elle est délimitée par les poteaux est de 8,75 m2.

169Ce type de plan est relativement bien référencé pour les périodes plus anciennes, comme sur l’habitat de l’île de Tatihou dans la Manche, où trois plans similaires sur les vingt-six identifiés sont attribués à l’âge du Bronze ancien/ moyen (Marcigny, Ghesquière 2003b). Trois autres sont identifiés sur les cent quinze bâtiments du site Bronze final / 1er âge du Fer de Cahagnes (Calvados), donc là aussi en position très nettement minoritaire (Jahier 1997). Dans les deux cas, la proximité d’habitations beaucoup plus vastes (> 50 m2) ne permet guère d’attribuer à ces édifices d’autre rôle que celui de dépendances. Cette forme de plan à abside se généralise apparemment sur la région vers la fin du 2nd âge du Fer, mais avec des surfaces cette fois-ci nettement plus importantes, de l’ordre de 25 à 40 m2 entre les poteaux, qui autorisent à les envisager comme des demeures. Cette fonction est évoquée notamment pour les plans de Quetteville / La Gohaigne dans le Calvados, et de Pont-Hébert / Le Rocher dans la Manche, pour lesquels l’éventualité d’une paroi périphérique est également envisagée (Jahier et al. 2000). Plus à l’est, on peut mentionner les plans de Jaux / Le Camp du Roi, dans l’Oise, interprétés eux aussi comme plans d’habitations (Malrain et al. 1996b).

170À Courseulles, l’emprise au sol des fondations comme la présence des grands bâtiments autour, à la fonction résidentielle mieux assurée, font de cet exemplaire l’empreinte très vraisemblable d’une dépendance de la maison principale.

2.2.3.5 Axes uniques de trous de poteau

171Exclusion faite de quelques traces de clôtures qui correspondent à de probables partitions internes de l’habitat dans l’angle nord-est de l’enceinte (ens. 66), autour du plan circulaire (ens. 79) et sans doute au sud des plans rectangulaires superposés 38 et 39 (ens. 72), l’établissement de Courseulles-sur-Mer offre une courte série d’aménagements simplement matérialisés au sol par des axes uniques de trous de poteau.

172La plupart de ces structures se répartit sur la lisière occidentale de l’aire centrale (ens. 40, 76, 83, 84, 85), entre les petits édifices quadrangulaires établis sur ce secteur ; une seule est isolée au nord-est (ens. 81), au centre d’une cour ou d’une petite place de 100 m2 environ. La majorité d’entre elles est constituée par l’alignement de trois trous de poteau équidistants (ens. 76, 81, 83, 84), l’une ne l’est que par deux trous de poteau seulement (ens. 40), une autre par six (ens. 85). Mais pour cette dernière, les trois poteaux supplémentaires par rapport au schéma général semblent devoir correspondre à des compléments ou des renforts.

173En dehors de cette organisation particulière des trous de poteau les uns par rapport aux autres, le second argument pour étayer l’idée que chacune de ces cavités s’intègre en réalité dans une unité archéologique plus complexe réside dans l’uniformité morphologique des creusements par ensemble. Ces rapprochements sont particulièrement évidents pour les ensembles 40 et 81, à gros trous de poteau réguliers de 40 à 50 cm de diamètre fondés dans la roche ou, à l’inverse, pour les trous de poteau de l’ensemble 76 dont le petit diamètre contraste tout autant avec les cavités environnantes. Quant à l’équidistance entre les poteaux, elle s’avère bien souvent trop parfaite pour que l’on puisse nier la réalité de ces installations. Les ensembles 81 et 84 sont par exemple des tierces régulières avec un intervalle de 1,50 m entre les poteaux ; l’ensemble 85 également, si l’on fait abstraction des renforts ou des compléments probablement postérieurs désignés par des cavités plus imparfaites entre les trois principaux appuis. Les longueurs sont elles aussi assez constantes, de l’ordre de 3 à 4 m, et par deux fois, de 3,25 m pour les ensembles 40 et 81.

174Aussi curieux soient-ils, les vestiges de ces installations sur deux à trois poteaux offrent de nombreuses similitudes avec la quinzaine d’exemplaires répertoriés sur l’établissement de Cahagnes. Bien qu’il en soit rarement question dans les rapports ou les publications, il est probable qu’un réexamen des plans d’établissements protohistoriques du Nord de la France où sont conservées des traces de poteaux en révélerait sans doute beaucoup d’autres.

175Il est bien sûr difficile dans l’état actuel des connaissances de statuer sur le rôle de ces installations, de fait indigentes et souvent délaissées à la fouille. À Courseulles, les deux champs fonctionnels envisagés pour elles sont dans l’immédiat : le domaine artisanal, pour lequel il est possible d’évoquer l’empreinte de châssis de tannage, de séchage ou de tissage, et peut-être le domaine architectural, plutôt pour les ensembles à trois poteaux et plus. De fait, il ne semblerait pas tout à fait interdit d’y reconnaître, comme l’évoquent de plus en plus fréquemment diverses réflexions sur l’architecture domestique des âges des métaux (Marion, Blancquaert 2000 ; Buchsenschutz, Mordant 2005 ; Maguer 2005), les fondations d’édifices à parois porteuses faites d’argile ou de pierres et n’ayant finalement laissé aucune trace en dessous des sols d’occupation autre que l’empreinte des poteaux faîtiers. C’est notamment ce que pourraient évoquer les emplacements exempts d’excavations autour des ensembles 81, 84 et 85.

2.2.4 Synthèse

176Au final, si l’on devait faire le bilan des surfaces au sol occupées par les différents types de bâtiments définis sur le site, on pourrait dire que 360 m2 du bâti de l’établissement furent dédiés à l’habitation (ens. 4, 22, 29, 58), tandis que 160 autres mètres carrés furent consacrés au stockage (greniers, plateformes), 84 m2 à des remises un peu plus vastes aux fonctions multiples (abris, ateliers ?), et 39 m2 à des annexes relatives à l’architecture des clôtures (tours, édicules ou guérites…). En réalité, en prenant en compte la chronologie relative des édifices, il serait certainement plus juste de conclure que deux maisons contemporaines au maximum (env. 160 m2) existaient aux côtés d’une trentaine d’édifices de stockage à peu près synchrones. C’est en effet, pour les maisons, ce qu’indique le comblement de leurs fondations parfois superposées (ens. 22, 29). De fait, si le tassement des comblements dans les trous de poteau liés aux bâtiments quadrangulaires 4 et 22 a favorisé l’enfoncement des sols d’occupation postérieurs, les comblements homogènes et stériles des bâtiments circulaires 29 et 58 ne témoignent, à peu près au même emplacement et à milieu égal, d’aucun prolongement de l’occupation après la destruction de ces édifices qui s’imposent en conséquence comme les plus récents. La quinzaine de bâtiments restants était plus certainement conçue pour répondre aux aspects techniques de l’habitat, c’est-à-dire à ceux directement liés à sa logistique et à la bonne gestion de son infrastructure, imposant notamment la construction de tours de guet, de guérites, d’édicules, d’abris, et peut-être de remises ou d’ateliers…

177Ce rapport de l’habitat au stockage, qu’il soit à Courseulles de 1 pour 10 ou de 1 pour 30 selon le nombre de maisons contemporaines qu’on lui accorde, reste dans des proportions tout à fait inhabituelles et très supérieures aux rares exemples d’habitats des débuts du 2nd âge du Fer exhaustivement décapés sur la région. Sur la ferme de Mosles / La Pièce du Pressoir (Marcigny et al. 1999), attribuée à la seconde moitié de La Tène ancienne (350-250 av. J.-C.), ce rapport entre la maison et les greniers est de l’ordre de 1 pour 4. Même sur celle de Fierville-les-Parc, dans le Pays d’Auge, où le milieu humide interdit tout stockage en sous-sol, ce rapport reste de 1 pour 3 (Jahier et al. 2002).

178Pour la tranche chronologique immédiatement antérieure et disponible dans la documentation régionale (ixe-viiie s. av. J.-C.), ce rapport n’est guère plus élevé. Sur le village de Cahagnes, dans le Bocage normand, où la fissuration du substrat – des schistes diaclasés – interdisait la réalisation de structures étanches en sous-sol, celui-ci reste de 1 pour 5 au maximum, sans prendre en compte les fortes probabilités que certains des bâtiments aient été reconstruits au sein des plus grands ensembles (Jahier 1997). La documentation issue de l’Ouest reste trop lacunaire, et compliquée par le phénomène des souterrains « armoricains » (Giot 1990), pour statuer aussi simplement sur la proportion des réserves par rapport à l’habitat (Menez 1994). C’est donc dans cette étonnante capacité de stockage que réside sans doute à Courseulles l’une des clés de la fonction ou des spécificités de l’habitat.

2.3 Les fosses

179Il s’agit à Courseulles d’excavations ponctuelles aux parois non brûlées, suffisamment larges pour remplir un autre rôle que celui de fondations de poteaux. La majorité est répartie dans les zones bénéficiant encore d’une couverture limoneuse sur la roche, c’est-à-dire, surtout dans la partie orientale du site (fig. 52). Toutes, sauf celles qui sont presque entièrement souterraines et creusées en sape depuis le versant des fossés ou de fosses antérieures, sont signalées au sommet du limon en place par des concentrations diffuses de matériel ou, au contraire, par de véritables chapes de pierres très circonscrites, localement nommées « bouchons de fosses » tant celles-ci sont fréquentes à l’âge du Fer en Basse-Normandie (fig. 55c). En termes de conservation, il s’agit donc, comme pour le reste des vestiges, de structures écrêtées de 25 à 30 cm par l’érosion et les labours, épaisseur prise en compte dans le calcul des volumes.

FIG. 52 Carte de répartition des fosses.

FIG. 52 Carte de répartition des fosses.

© M. Dupré, L. Le Gaillard, A. Dagand.

180Sur la petite cinquantaine de fosses mises au jour sur le gisement, ce qui paraît en soi réduit pour un établissement de cette ampleur, vingt-huit sont aménagées à l’intérieur de l’enceinte et, pour la plupart, regroupées au centre, dans la périphérie des grands édifices. Celles installées à l’extérieur se répartissent par petits paquets, en façade (st. 771, 775, 778), à l’angle sud-ouest de l’enceinte (1528, 766A, 766B) et sur l’espace agraire attenant au sud (2001 ? 2023, 2026, 2027, 2028, 2029).

181Au sein de ce corpus se distinguent trois principaux types de fosses (fig. 53) :

  • les fosses régulières bien encaissées dans les lœss ou la plaquette, que nous nommerons par commodité « fosses profondes » (type 1),

  • les fosses superficielles, exclusivement creusées dans le limon brun (type 2),

  • les fosses polylobées, toujours réalisées dans les flancs d’excavations préexistantes (type 3).

182Les comblements, presque toujours constitués d’une base de limon brun et qui ne marquent en fait que l’abandon et le remblai des fosses, n’apportent en définitive que peu de renseignements sur le premier usage de ces structures. Ils permettent en revanche de replacer ces installations dans leur environnement. Le comblement des fosses situées à l’intérieur de l’enceinte, toujours stratifié de lits charbonneux, accueille par exemple de grandes quantités d’artéfacts bien conservés qui témoignent de la proximité de maisons : grands tessons de poterie, restes de faune consommée, nodules d’argile rubéfiée, pierres brûlées… . Le comblement des fosses externes, plus uniforme, ne renferme au contraire que des pièces erratiques qui confirment leur éloignement des aires résidentielles.

2.3.1 Les fosses profondes (type 1)

183Parmi les fosses régulières bien encaissées dans le substrat – lœss ou plaquette calcaire – se distinguent trois principales catégories : celle des fosses parallélépipédiques de forte capacité (5000-7500 l : type 1A), celle des fosses parallélépipédiques de petite et moyenne capacité (700-3500 l : type 1B) et celle des fosses globulaires, invariablement réduites (400-1150 l : type 1C).

2.3.1.1 Fosses parallélépipédiques de forte capacité (type 1A)

184Le groupe de fosses à forte capacité (5000- 7500 1) creusées aus dépens du limon puis des lœss et de la plaquette selon leur situation sur le site, réunit sur l’enceinte trois exemplaires, lesquels sont bien datés de l’âge du Fer par les mobiliers associés à leur comblement (fosses 119, 1096, 1295). Une autre, peut-être inachevée et très excentrée au sud-est, en limite de décapage, n’est pas datée faute de mobilier (fosse 2029). L’ouverture de ces structures, d’autant plus quadrangulaire que le matériau à creuser est tendre, évolue autour de 3 m de long pour 2 m de large à la base du décapage, pour des profondeurs de 1 m à 1,20 m sous la surface de l’âge du Fer. Les parois, verticales à l’origine, s’articulent avec des fonds plats aux angles arrondis, pour celles creusées dans la roche (119 : fig. 54).

FIG. 54 Illustration des différents types de fosses identifiés sur l’établissement (le plan des fosses 119, 10 et 930 est relevé au sommet du lœss).

FIG. 54 Illustration des différents types de fosses identifiés sur l’établissement (le plan des fosses 119, 10 et 930 est relevé au sommet du lœss).

Description des sédiments
1 limon brun
2 limon brun mêlé de lentilles de lœss
3 limon brun mêlé de cailloutis calcaires
4 limon brun charbonneux
5 limon brun mêlé de mobiliers érodés et abîmés (position secondaire)
6 limon brun mêlé de nombreux cailloutis et plaquettes calcaires,
rares pierres brûlées et mobilier bien conservé (rejet primaire)
7 limon brun et mobilier (rejet primaire)
8 limon brun charbonneux mêlé de mobilier remanié (position secondaire)
9 chape ou vrac de plaquettes calcaires et de pierres brûlées
10 chape ou vrac de plaquettes calcaires, pierres brûlées mêlées
de mobilier (rejet primaire)

© M. Dupré, A. Dagand.

185Pour les fosses 1096 et 1295, mitoyennes et intégrées à l’espace des grands édifices, ces profils d’origine taillés dans les sédiments meubles ont été, pour leur plus large part, modifiés par des prélèvements opportunistes de lœss dans leurs versants, ce qui leur confère aujourd’hui cet aspect festonné. Pour la fosse 1096, remblayée après l’effondrement de certains de ses surplombs (fig. 55a), ces prélèvements coïncident en fait avec la phase d’abandon de la structure.

FIG. 55 Vues des principaux types de fosses du gisement : a fosse parallélépipédique originellement de type 1A (st. 1096) dans les parois de laquelle se distinguent les creusements en sape réalisés pour le prélèvement de lœss (type 3) ; b fosse globulaire profonde de type 1C (st. 987) ; c chape de plaquettes calcaires au sommet du comblement de la fosse 887 (type 1B) ; d fosse superficielle de type 2 remblayée de limon et de pierres éparses (st. 90).

FIG. 55 Vues des principaux types de fosses du gisement : a fosse parallélépipédique originellement de type 1A (st. 1096) dans les parois de laquelle se distinguent les creusements en sape réalisés pour le prélèvement de lœss (type 3) ; b fosse globulaire profonde de type 1C (st. 987) ; c chape de plaquettes calcaires au sommet du comblement de la fosse 887 (type 1B) ; d fosse superficielle de type 2 remblayée de limon et de pierres éparses (st. 90).

© I. Jahier.

186Deux grandes jarres écrasées en place, au fond, sembleraient dans ce contexte avoir pu correspondre à des vases à provisions laissés sur place. L’histoire de la fosse 1295 (fig. 56) est apparemment plus complexe. Le halo de festons, comblé ici de limons clairs, est en effet isolé d’un comblement central plus détritique par une limite verticale qui s’apparente à un effet de paroi, celle possible d’un cuvelage. Selon toute vraisemblance cette fosse fut donc encore utilisée après ces quelques prélèvements latéraux. En dehors de ces zones de prélèvement et malgré un encaissant fragile, les parois de ces fosses creusées dans le lœss sont demeurées verticales. On l’a vu, il est peu probable en dépit de sa position très cohérente sur le plan de l’édifice n° 22, que la fosse 1096 ait bénéficié de cet abri (cf. supra, § 2.2.3.2). La fosse 1295, d’ailleurs placée tout à côté mais en dehors du bâtiment, bénéficiait manifestement d’une autre protection.

FIG. 56 La fosse 1295 et ses traces possibles de coffrage : a plan et coupes ; b schéma d’évolution de la structure.

FIG. 56 La fosse 1295 et ses traces possibles de coffrage : a plan et coupes ; b schéma d’évolution de la structure.

Description des sédiments
1 limon brun clair mêlé de
granules calcaires
2 limon brun mêlé de granules
calcaires et de nombreux rejets
détritiques
3 limon brun charbonneux mêlé
de granules calcaires et de
nombreux rejets détritiques,
sans délimitation franche avec
la matrice 2

© M. Dupré, A. Dagand.

187Avec 7200 l, la fosse 119, excentrée au nord, en retrait de la petite zone de dépendances septentrionale, est la plus grande du groupe. La base de cette structure taillée dans la roche est a priori conservée dans son état d’origine mais ses parties supérieures creusées dans le limon sont très érodées. Le remblai, qui a peut-être été raclé sur l’aire résidentielle, est en effet limoneux et surtout parsemé d’un abondant mobilier fragmentaire et érodé ; il s’agit en priorité de tessons de céramique, d’esquilles osseuses, de nodules d’argile cuite et de pierres brûlées semblant directement issus des zones d’habitation. Dans les premiers niveaux du comblement figurait également un grand fragment de meule en granite d’une dizaine de kilos.

188Régionalement, de nombreuses structures similaires sont déjà mentionnées dans les habitats de l’âge du Fer, en particulier sur les fermes laténiennes du bassin de la Mue (San Juan et al. 1999), sur les établissements de Mondeville / L’Étoile (Besnard-Vauterin 2009a) ou encore, dans le Bessin, sur la grande ferme de Saint-Martin-des-Entrées où elles se développent en ligne le long des fossés de clôture (Marcigny et al. 2004). S’il est très rare de trouver autour l’empreinte de superstructures pour le maintien d’une quelconque couverture – par exemple des toitures à deux ou quatre pentes –, il ne fait guère de doute, ne serait-ce qu’en raison de la conservation des parois, que chacune était protégée des intempéries et du ruissellement. Peut-être faut-il imaginer dessus de simples panneaux faisant office de couvercle.

189L’analyse de ces structures conduit inévitablement, comme pour toutes celles répertoriées dans le Nord de la France, à les interpréter comme des fosses de stockage (Jonot, Villes 1977 ; Brun 1981 ; Buchsenschutz 1984 ; Audouze, Buchsenschutz 1989 ; Gransar 2000) : des silos ou des caves, à distinguer d’autres structures comme celles de la péninsule Bretonne (Paule par exemple), interprétées comme des ateliers semi-enterrés et qui se signalent par le logement de montants perçus comme ceux de métiers à tisser (Menez 1994).

2.3.1.2 Fosses parallélépipédiques de petite et moyenne capacité (type 1B)

  • 4 En réalité le tiers supérieur lorsqu’elles se situent au sommet du limon brun.

190Ce groupe réunit douze fosses dispersées sur le complexe et indifféremment creusées dans les lœss ou la plaquette calcaire. Elles se différencient surtout du groupe précédent par des capacités moindres, de l’ordre de 700 à 3500 l seulement, et des creusements cubiques, de l’ordre de 1,50 m à 2,50 m de long par 0,80 m à 1,50 m de large à l’ouverture, pour des profondeurs guère supérieures à 1 m sous la surface de l’âge du Fer. Si la base de ces structures entame franchement le lœss ou la plaquette, la bonne conservation des parties taillées dans le limon évoque elle aussi une protection sommitale à l’origine. On peut se demander dans cette perspective si les chapes de dalles et de plaquettes calcaires faiblement érodées parfois conservées au « sommet »4 ou au fond de ces remplissages (fosse 10 : fig. 54) n’étaient pas liées à l’origine à l’installation, au maintien ou à la protection de couvercles en matériau périssable.

191D’une façon générale, l’image qui prévaut pour ce modèle de fosses est celle d’une relative dispersion sur le gisement. Le regroupement le plus significatif concerne en fait les exemplaires excentrés au sud-est, sur la petite zone agricole attenante où trois d’entre elles sont établies à moins de 10 m l’une de l’autre (2026, 2027, 2028). Les trois exemplaires situés à l’intérieur de l’enceinte (10, 33, 362) se partagent les zones de dépendances nord et sud, et la dernière est creusée en retrait des grands édifices. Deux autres sont superposées à l’angle sud-ouest de l’enceinte (766A, 766B : fig. 54). Exception faite de la plus récente de ces deux fosses (766B) d’où proviennent la moitié d’une coupelle en terre cuite (ann. 1 : 112) et quelques fragments millimétriques d’objets en bronze, les remplissages sont conformes aux observations générales : d’autant plus stratifiés et détritiques qu’ils sont proches du centre de l’enceinte, et de plus en plus uniformes et stériles au fur et à mesure qu’ils s’en éloignent. Enfin, il n’est pas exclu que certaines de ces fosses aient eu, de manière opportuniste, d’autres usages au cours de leur existence. La question se pose au sud-est pour la fosse 2001, située sur l’aire agricole. Le défunt qui y fut déposé s’est vu en effet enseveli sous un comblement de limon brun, c’est-à-dire sous un comblement que l’on pourrait qualifier d’aberrant d’un point de vue géologique puisque la fosse est pour l’essentiel taillée dans le lœss et la plaquette (cf. infra, § 2.8.1.1). Un détournement d’usage analogue semble avoir concerné la fosse 362, située à l’intérieur de l’enceinte et intégrée quant à elle au quartier sud des « greniers ». Cette fosse, effectivement proportionnée aux dimensions d’un homme (1,90 x 1,00 m), contenait au niveau de son comblement médian les restes d’un nourrisson (cf. infra, § 2.8.1.6) en association avec d’abondants rejets domestiques : tessons de poterie, faune, argile cuite…

192En résumé, hormis une plus grande inconnue pour ces deux dernières structures, rien ne distingue vraiment ce deuxième ensemble des fosses du premier groupe si ce n’est leur plus petite capacité. L’hypothèse la plus crédible reste celle d’une fonction analogue de stockage pour des volumes de denrées moindres. L’idée n’est pas neuve. L’hypothèse des silos réduits était en effet déjà formulée sur le site du Braden I pour des fosses très comparables, d’une contenance de l’ordre de 1000 l (Le Bihan 1988 ; Menez 1994). Techniquement, les informations sur la conservation du grain rapportées par Reneaume (xviiie s.), qui indique, pour la période moderne, l’existence de caches rectangulaires « soigneusement fermées par des chapes d’argile ou de chaux » (Sigaut 1981) et les travaux expérimentaux de Butser ancient farm (Reynolds 1979) convergeraient assez bien aussi vers cette idée.

2.3.1.3 Fosses globulaires (type 1C)

193Six fosses globulaires sont regroupées à l’intérieur de l’enceinte, en retrait des grands édifices. Toutes, leur profil fermé l’impose, sont creusées dans les zones lœssiques jusqu’au sommet de la plaquette calcaire (fosses 887, 929, 930, 987, 1338, 1370). Les ouvertures au sommet du limon brun, circulaires ou ovoïdes, sont de l’ordre de 0,80 m à 1,00 m de diamètre, pour des profondeurs de 0,90 m à 1,10 m sous la surface de l’époque (estimation minimale) ; leur contenance va de 400 à 1 200 l. Outre quatre exemplaires globulaires à fond concave (929, 930, 1338, 1370), se distinguent deux exemplaires plutôt en cloche et à fond plat (887, 987 : fig. 55b). La bonne conservation des parois, comme les premières couches de comblement constituées d’une base de limon brun à forte charge détritique – charbons de bois, pierres brûlées, nodules d’argile rubéfiée, grands pans de vases, restes de faune mêlés… – témoignent de la présence vraisemblable de protections supérieures, sans lesquelles les surplombs se seraient effondrés sous l’effet du ruissellement. Malgré une forte proportion de pierres brûlées retrouvées dans les chapes au fond des fosses ou au sommet du comblement, aucune marque d’un assainissement du milieu par le feu n’y a été repérée.

194Morphologiquement, ces structures offrent un rapprochement avec le modèle traditionnel à profil fermé des silos protohistoriques du Bassin parisien (Jonot, Villes 1977 ; Brun 1981 ; Audouze, Buchsenschutz 1989). L’originalité de ceux de Courseulles réside dans leurs petites dimensions, 400 à 1200 l, face à plusieurs milliers de litres pour les plus grands modèles champenois ou de la vallée de l’Oise, comme ceux de Suippes (Villes 1981) ou de Bucy-le-Long / La Héronnière (Auxiette et al. 1993 cité dans Gransar 2000 : 279). En comparaison, les petites fosses globulaires de Courseulles donnent l’impression de correspondre à des réserves quasi « individuelles », limitées aux besoins quotidiens de la maisonnée.

195En marge de ces exemplaires taillés dans les lœss existe une fosse de 500 à 600 l creusée dans la roche selon un profil en U légèrement évasé. Sa forme a pu lui être imposée par la résistance du milieu et une ouverture trop étroite de 1,00 x 0,70 m au sommet du substrat (fosse 1254). Mais elle la rendait également relativement simple à fermer hermétiquement au cas où l’on aurait souhaité en faire une réserve supplémentaire, ce qui en l’état reste bien difficile à établir.

2.3.1.4 Interprétation

196Les conclusions que l’on peut tirer de l’examen du premier ensemble de fosses profondes, dites « du type 1 », sont que toutes ou presque – on exclut la fosse 2029 – s’apparentent à des structures de stockage. L’enjeu est en fait de savoir s’il s’agissait de silos, c’est-à-dire de milieux de conservation étanches, anaérobies, plutôt orientés sur la conservation du grain ou de denrées en vrac sur le long terme, ou de réserves aérées comparables, dans leur fonction, à des caves ou des celliers.

197L’ouverture étroite des silos, prévue pour la mise en place d’un bouchon étanche, est traditionnellement perçue comme l’une des garanties de l’anaérobiose nécessaire à la conservation du grain en fosse (Jonot, Villes 1977 ; Reynolds 1979 ; Gransar 2000). À l’exception de quelques fosses globulaires et « en cloche », la majorité des fosses de Courseulles correspondrait donc plutôt à des caves ou à des chambres à provisions telles qu’on se les représente, depuis maintenant fort longtemps, dans le Bassin parisien, c’est-à-dire des sortes de réserves enterrées de profondeur raisonnable (1,00-1,50 m), probablement fermées par des panneaux (Jonot, Villes 1977 ; Buchsenschutz 1984 : 190). Cependant, si l’on se réfère à ce qu’en rapporte Reneaume au xviiie s. lorsqu’il évoque les « caches rectangulaires vieilles de 50 à 80 ans pleines de grain prêt à la mouture » (Sigaut 1981), l’hypothèse selon laquelle de telles structures ont pu être rendues étanches grâce à un bouchon d’argile, complété ou non par un couvercle de bois, ne nous semble plus totalement exclue aujourd’hui.

198La portée de cette évocation fondée sur l’observation est évidemment problématique, notamment pour les trois plus grandes fosses du dispositif, dont la capacité de 5000 et 7500 l (type 1A) offre le double potentiel (119, 1096, 1295). À défaut d’élément intrinsèque qui fasse pencher l’interprétation en faveur de l’un des deux usages à Courseulles, celles placées sur l’aire résidentielle pourraient constituer des caves tout à fait convaincantes à la périphérie des maisons (fosses 1096, 1295). Il ne paraîtrait d’ailleurs pas totalement aberrant qu’une partie des réserves aient pu y être entreposée dans les grands vases à provisions retrouvés au fond de la plus grande des deux excavations (1096). En revanche, la question du silo pourrait davantage se poser pour sa voisine (1295) qui, certainement cuvelée ou boisée au cours de son existence, à tout autant pu accueillir des provisions empilées et rangées que des denrées en vrac. En raison de sa stratigraphie, on ne peut d’ailleurs pas exclure pour celle-ci la succession des deux destinations. Dans le cadre de cette approche spatiale des aménagements, la position de la fosse 119, intégrée à la zone des greniers, nous encouragerait peut-être, en dépit de sa très grande ouverture, à y reconnaître un silo.

199En définitive, cette fonction de silo est également la plus crédible pour le second ensemble, celui des petites fosses parallélépipédiques, aux capacités de 700 à 3500 l. Au-delà de la question d’une éventuelle stérilisation des semences au bout de quelques années, les fosses externes (1528, 2001 ? 2023, 2024, 2026, 2027, 2028) ont pu constituer autant de réserves à poste à l’orée des champs, pour des céréales mais aussi pour des bulbes, des tubercules ou des racines. Il n’est pas exclu non plus de percevoir les plus grandes de ces fosses comme autant de réserves pour le bétail en hiver, rationnellement aménagées dans ou à proximité des herbages enclos (cf. infra, § 2.7). L’éventualité qu’il ait pu s’agir d’autres produits que des céréales n’est pas non plus à exclure, surtout pour une destination fourragère. Il faudrait là quelques expériences ou données d’ethnologie comparée pour mieux évaluer le potentiel de ces structures pour, par exemple, le stockage de bulbes, de tubercules, de racines ou, pourquoi pas, de tiges hachées et autres mélanges exigeant un certain taux d’hygrométrie.

200Pour les petites fosses globulaires, qui toutes jouxtent l’aire domestique, les possibilités d’usage ne sont pas nombreuses. L’hypothèse selon laquelle il s’agirait de petits silos de denrées conservées en vrac et en anaérobiose, réservées celles-ci à la consommation courante, nous paraît la plus convaincante. La faible contenance de ces fosses, autour de 400 l en moyenne, pouvait être une solution pratique pour répondre à l’obligation d’une consommation rapide des produits conservés selon ce procédé, voire le reflet de leur diversité. On pourrait évoquer bien entendu d’autres motivations comme une consommation par petites quantités ou encore de façon occasionnelle ou épisodique, c’est-à-dire leur implication secondaire dans l’alimentation… Là aussi la possibilité que ces structures aient été dévolues au stockage de denrées plus variées, telle que les châtaignes, les glands et autres akènes, serait à étudier.

2.3.2 Les fosses superficielles (type 2)

  • 5 Il est difficile en effet de déterminer si les trois « fosses » mises au jour en avant de la façade (...)

201Les fosses superficielles sont caractérisées par des creusements de l’ordre de 40 à 60 cm sous la surface de l’âge du Fer, intégralement contenus dans le limon, c’est-à-dire n’entamant ni le lœss ni la plaquette. Les vingt exemplaires identifiés sur le gisement se répartissent donc par la force des choses dans les zones de placage de limon brun, mais à l’intérieur de l’enceinte essentiellement et à l’arrière des grands édifices surtout5.

202Pour autant, l’identification de ces structures ne s’est pas toujours révélée simple. Malgré plusieurs semaines d’exposition à l’air libre, ce qui permet parfois de repérer dans les limons les plus ingrats la limite des creusements par l’oxydation des remplissages, aucune de ces fosses ne s’est vue attribuer de contours précis au terme de la fouille. Certaines se trouvaient signalées par des aires diffuses de mobiliers épars (fosses 18, 20, 853, 861), d’autres par de petites chapes pierreuses mieux circonscrites, de l’ordre de 1,50 m à 2,00 m de côté pour les ovoïdes, de 2,00 x 0,80 m pour les plus allongées (fosses 24, 28, 60, 84, 88, 90, 271, 883). Épaisses de 15 à 20 cm en moyenne, les chapes les plus compactes pouvaient compter plusieurs lits de pierres (fosse 84 : fig. 54). La chape de pierres rougies obturant la fosse 333 à l’intérieur du grand édifice circulaire était totalement concassée par les passages. Ces niveaux, comportant parfois quelques mobiliers émiettés ou brésillés – pièces osseuses, tessons de poterie… –, fréquemment incurvés selon des profils en cuvette par le tassement, reposent généralement sur des horizons de limon légèrement hétérogènes renfermant parfois quelques pièces plus complètes tels que de grands éclats de poterie – un vase à peu près complet dans la fosse 853 –, témoignant mieux de la profondeur minimale de ces structures (fosse 90 : fig. 55d). Le volume de ces fosses, calculé à partir de l’emprise approximative des comblements, est par la force des choses assez réduit : il est compris entre 200 et 1 200 l ; la contenance de neuf d’entre elles est évaluée autour de 300-400 l.

203En dehors du fait qu’elles avaient un lien privilégié avec l’aire résidentielle et qu’elles furent fréquemment utilisées comme dépotoir après leur abandon, il reste difficile de faire une proposition fonctionnelle réellement fondée pour le premier usage de ces structures. Mais si l’on s’en tient à leur fréquence sur le site comme sur la plupart des habitats de l’âge du Fer en Basse-Normandie, ces fosses peu profondes jouaient malgré tout un rôle certainement important dans la logistique de l’habitat.

2.3.3 Les fosses polylobées (type 3)

204Les structures dites « fosses polylobées » (type 3) sont creusées dans les plus épaisses zones de recouvrement lœssique, à l’intérieur de l’enceinte et sur les sections est et sud du fossé de ceinture. Il s’agit en fait de creusements en sape aménagés dans les flancs de structures préexistantes : selon un plan alvéolé en corolle lorsque la structure d’accueil est elle-même une fosse (1096, 1295), en chapelet dans le cas du fossé (1627, 1628, 1629, 1630). Ces sapes progressent à l’horizontale sur le toit calcaire dans l’épaisseur exacte du lœss, dans des hauteurs tout juste suffisantes pour un homme accroupi, ou allongé pour les plus profondes. Leur longueur avoisinait parfois 2 m depuis l’embouchure, toujours ouverte dans le flanc de la structure d’accueil (1629 : fig. 57a) ; on ne pouvait donc y accéder que latéralement. Dans ce substrat tendre, la bonne conservation des surplombs est le marqueur d’un intervalle probablement bref entre leur creusement et leur rebouchage, notamment pour celles aménagées dans le flanc des fossés dont on a la certitude qu’elles étaient exposées à l’air libre. On y rencontre cependant quelques accidents : un bloc ou une languette de lœss effondrés là et laissés au fond, quelques autres emballés dans le remblai hétérogène qui constitue leur comblement, certainement décrochés au cours du rebouchage… Dans la fosse 1096, la répartition du remplissage montre que ces enlèvements latéraux précèdent de peu l’abandon de la structure d’accueil et son rebouchage ; dans la fosse 1295, apparemment cuvelée ou boisée par la suite, ils ne représentent qu’une étape intermédiaire de son fonctionnement.

FIG. 57 Carrières de lœss : a plan et coupe de la st. 1629 ; b schéma de formation de la structure 1629 : dégagement de la paroi externe du fossé (1), creusement de la carrière (2) ; comblement par refoulement (3) ; mise en place et recouvrement de la sep. 1551 (position restituée) [4] ; c carrière de lœss dans les flancs de la fosse de stockage 1096 : plan et coupes.

FIG. 57 Carrières de lœss : a plan et coupe de la st. 1629 ; b schéma de formation de la structure 1629 : dégagement de la paroi externe du fossé (1), creusement de la carrière (2) ; comblement par refoulement (3) ; mise en place et recouvrement de la sep. 1551 (position restituée) [4] ; c carrière de lœss dans les flancs de la fosse de stockage 1096 : plan et coupes.

Description des sédiments a : C1 limon brun mêlé de granules et de sables calcaires ; C5 limon brun mêlé de granules et cailloutis calcaires ; C6 limon brun mêlé de lentilles, de paquets de lœss et de mobiliers épars et érodés ; C6b limon brun grisé mêlé de lentilles de lœss ; C9b limon brun clairsemé d’éléments calcaires et de mobiliers détritiques ; 1551 inhumation (position restituée). Description des sédiments c : 2 limon brun mêlé de cailloutis calcaires et de quelques artéfacts épars ; 3 limon brun à forte charge charbonneuse mêlé de rejets détritiques parmi lesquels plusieurs poteries complètes écrasées en place (dépôt primaire) ; 4 paquets de lœss ; 5 limon brun mêlé de lentilles de lœss et de granules calcaires.

© M. Dupré, A. Dagand.

205L’histoire est très probablement la même pour les sapes creusées à partir du fossé oriental. Le chapelet qui s’y développe sur 17 m de long prend appui sur le sommet de la couche C5 de son remplissage, couche correspondant à une phase de comblement naturel (cf. supra, § 2.1.1.3 ; fig. 57b). Équilibrée partout ailleurs dans la largeur du fossé, cette couche fut apparemment déblayée à cet endroit et rejetée sur le versant interne du fossé, dans le but probable de découvrir le front lœssique dans sa totalité sur le flanc opposé. L’extraction des lœss terminée, les cavités ont été remblayées avec soin, par refoulement, de sédiments brun-gris (C6). En définitive, la restauration du fossé fut ici si bien réussie qu’elle fut longtemps interprétée en coupe comme la marque d’une troncature des fosses par le fossé, scénario très improbable sur la longueur exacte du chapelet. Le corps d’un homme sommairement enseveli sous quelques pelletées de terre grise (1551), certainement quelques pans de terre arrachés à la berme (cf. infra, § 2.8.1.3), sera d’ailleurs déposé au sommet du remplissage du fossé en place à ce moment-là (C5), tout contre le glacis mis en forme lors du rebouchage des fosses.

206Il s’agit manifestement pour ces structures de petites carrières opportunistes de lœss, pratiquées là où cela était le plus commode et dans le souci de limiter au maximum l’extraction des morts-terrains. Ces prélèvements auraient pu s’opérer de fait comme sur la plupart des habitats de l’âge du Fer de la région par le creusement de petites carrières depuis la surface, comme celles de Démouville (Jahier 1995a) et de Cagny (San Juan et al. 1996) pour le 1er âge du Fer et La Tène ancienne, ou celles de Mosles / La Pièce du Pressoir et de Fierville-les-Parcs pour les ive-iiie s. av. J.-C. (Marcigny et al. 1999 ; Jahier et al. 2002). Il serait évidemment possible d’en évoquer bien d’autres pour les siècles suivants : Mondeville / L’Étoile, Fleury-sur-Orne / CD 120, Ifs / Object’Ifs Sud… À Courseulles, la remise en forme du fossé après le prélèvement des lœss reste un témoin inattendu de l’attention qu’accordaient apparemment les résidents du complexe à l’aspect de leur clôture.

207Les possibilités d’usage du lœss ne sont pas infinies. Plus friable que l’argile mais moins sujet à la fissuration et au fendillement au séchage, ses propriétés mécaniques et thermiques le destinent tout naturellement à l’architecture pour le torchis et le pisé. On peut donc imaginer dans le prolongement de ces extractions une ou plusieurs phases de construction ou de restauration du bâti, bien que la solution la plus simple dans ce dernier cas soit encore de rebrasser les parties effondrées avec un peu d’eau pour les réutiliser. Le volume extrait des fosses reste modeste, de 2 m3 pour la première (1096) et de 0,7 m3 pour la seconde (1295). Ceci était donc tout juste suffisant pour la paroi d’une petite dépendance de 4 à 5 m2. Considérant les 15 à 20 cm d’épaisseur moyenne des parois restituées des grands édifices de Samara ou de Butser ancient farm par exemple, les 12 m3 ici extraits du fossé auraient permis la réalisation d’une soixantaine de mètres carrés de paroi. C’est une quantité suffisante pour quatre à cinq dépendances ou un grand bâtiment. En dépit du fait qu’il n’existe aucun moyen de confirmer le rapport de l’un à l’autre, c’est à peu près le volume qu’il aurait été nécessaire d’obtenir pour réaliser la paroi de la grande maison centrale dont on suppose, de par la répartition des argiles graveleuses répandues dans le fossé sud (cf. supra, § 3.8.3), qu’elle s’implante stratigraphiquement entre les couches C2 et C5 du remplissage du fossé (fig. 12 : phase 3a), donc selon un séquençage chronologique possible pour qu’elle en ait été la destinataire. Outre ces quelques prélèvements relativement tardifs dans l’histoire de l’établissement, on peut penser que les creusements antérieurs des fossés et des fosses constituèrent autant de points d’approvisionnement pour la construction des édifices antérieurs. En d’autres termes, à moins d’envisager d’autres carrières de lœss extérieures à la fenêtre de fouille, la plus large proportion des bâtiments en terre était probablement édifiée avant le creusement de ces quelques carrières d’appoint que l’on peut, grâce à la stratigraphie du fossé, situer à la phase 3 de l’évolution du gisement (fig. 39).

2.4 Les structures de combustion

208Au total, une quinzaine de structures marquées par le feu ont été mises au jour à Courseulles. Deux principales catégories s’en dégagent : celles encaissées dans le substrat, de type four ou brasero, et celles de surface, de type foyer. À l’exception d’une seule d’un autre modèle, déterminée celle-ci par une aire de pierres rougies au feu positionnée contre l’aire centrale (1366), toutes sont réparties à l’extérieur de l’enceinte, le long de la façade occidentale et à l’angle sud-ouest (fig. 58a).

FIG. 58 Carte des structures de combustion, traces de foyers et aires de chauffe : a cartographie ; b coupe de quelques foyers encaissés.

FIG. 58 Carte des structures de combustion, traces de foyers et aires de chauffe : a cartographie ; b coupe de quelques foyers encaissés.

© M. Dupré, L. Le Gaillard, A. Dagand.

2.4.1 Les traces de foyers

209Les traces de foyers sont désignées au sommet de la roche affleurante par des aires rubéfiées, circulaires et ovoïdes, de 40 cm à 1,5 m de diamètre. Mise à part l’une d’entre elles (st. 1517), topographiquement intégrée au plan d’un bâtiment rectangulaire à l’angle sud-ouest de l’enceinte (ens. 75), aucune le long de la façade ne se voit encadrée par l’empreinte équivalente d’une superstructure. Ces traces de foyers, espacées de 1 à 7 m les unes des autres, sont écartées d’une distance assez régulière de 3 à 5 m de la façade (781, 782, 783, 785).

210Il est difficile d’établir a posteriori si la coïncidence d’emplacement entre ces traces de foyers et les zones de plus fort plissement de la roche en place a un sens dans la répartition de ces structures ou si elle est le résultat, lors de la fouille, d’un décapage moindre à leur emplacement, celui-ci ayant été stoppé à l’apparition des premières traces de coloration du substrat et terminé à la truelle. À défaut de mobilier significatif dans le maigre tampon de terre compris entre la roche et la terre végétale, l’argument majeur pour les envisager comme des installations contemporaines de l’enceinte réside dans leur répartition le long de la façade et dans la rubéfaction de la roche elle-même. Cette rubéfaction implique en effet l’existence de zones dénudées ou très faiblement couvertes de sédiments : quelques centimètres au maximum à l’aplomb des foyers. C’est en effet sur ces traces de foyers sur la roche, et sur les décaissements visibles en coupe à la base des maçonneries (cf. supra, § 2.1.2.1), que se fonde l’hypothèse du décapage réalisé devant le mur occidental à la phase 4 pour l’établissement des esplanades.

2.4.2 Les fours

  • 6 Si l’on se réfère à la hauteur originelle de la structure, soit 30 à 40 cm au-dessus de la base du (...)

211Les six fours groupés à l’angle sud-ouest de l’enceinte constituent à Courseulles l’unique illustration des structures de combustion encaissées. Il n’en subsistait au sommet de la roche en place que de simples creusements tronconiques de 70 à 90 cm de diamètre à l’ouverture pour 20 à 35 cm de profondeur sous le décapage (50 à 65 cm sous la surface de l’époque ?). Sans la rubéfaction des fonds et des parois, ces structures s’apparenteraient à de petites fosses ou à de gros trous de poteau (fig. 59). Les comblements, constitués de limon brun mêlé en égale proportion de cailloutis brûlés et non brûlés, sont manifestement étrangers à ces combustions, hormis peut-être quelques charbons épars. Une seule couche cendreuse a été repérée dans le comblement médian6 de la fosse 1515 (fig. 58b).

FIG. 59 Exemple de foyer encaissé dans la roche simplement signalé par une légère rubéfaction des parois (st. 1518).

FIG. 59 Exemple de foyer encaissé dans la roche simplement signalé par une légère rubéfaction des parois (st. 1518).

© A. Hérard.

212En l’état et au sommet du substrat, ces six unités répondent tout autant au modèle des fours à fusion dits « de type catalan » ou « braseros », aux tuyères assez hautes, qu’aux modèles de réduction du Nord de l’Italie et de l’Espagne, dont par exemple ceux d’Acqua Fredda, dans le Trento, fournissent une très bonne illustration (Perini 1992 cité dans Ambert 1998). L’hypothèse la plus crédible pour ces structures inédites en Normandie et d’une manière générale rarement abordées à la fouille, est qu’il a pu s’agir de braseros utilisés pour la fonte ou la refonte de métaux tendres. Sur le plan géographique, les exemples les plus proches sont incontestablement ceux de Fort-Harrouard en Eure-et-Loir (Mohen 1983 ; Mohen, Bailloud 1987). Mais sur le plan typologique, c’est probablement à ceux du Camp de César, à Catenoy dans l’Oise (Blanchet 1984 : 323), et aux fours expérimentaux de Beynac (Andrieux 1988) et de Cabrières (Ambert 1996), que les modèles de Courseulles se rattacheraient le mieux. Sur ces modèles légèrement excavés, les creusets étaient posés directement sur le combustible. La hauteur de la structure, et donc l’épaisseur du combustible, pouvait être augmentée par l’adjonction d’un cordon de terre ou d’argile autour de l’embouchure, lequel permettait également de donner une meilleure orientation aux tuyères. Abstraction faite de l’écart chronologique, cet aspect est plus visible dans le quartier antique d’Autun, en Saône-et-Loire, où certains exemplaires des groupes de foyers « à fusion » (groupes FC et FR) possédaient encore cet anneau d’argile rapporté (Chardron-Picault, Pernot 1999 : 191-192).

213À défaut de creusets, on peut mentionner à Courseulles la découverte d’assez nombreux débris et résidus résultant de la fonte d’objets en bronze, lesquels constituent également l’essentiel du mobilier de base cuivre conservé hors contexte funéraire sur le gisement (vingt-quatre éléments sur vingt-huit : cf. infra, § 3.5). Il s’agit par exemple pour la seule fosse 766, placée dans une relative proximité de ces structures, de dix-sept fragments millimétriques réunissant de très petites fractions de scories, mais aussi des gouttelettes, des perles et une bavure de coulage portant les plis caractéristiques du métal figé à l’embouchure d’un moule (fig. 60). Les quelques fragments de tôle et de tige qui leur sont associés évoquent en plus le recyclage de pièces anciennes ou obsolètes, peut-être mises en miettes pour une refonte plus aisée. L’ensemble était accompagné d’une jatte à épaule médiane à peu près complète attribuable au Hallstatt final IIb - La Tène ancienne Ia (type céramique 8A : cf. infra, § 3.2.1.4).

FIG. 60 Résidus de fonte et de coulées de métal cuivreux.

FIG. 60 Résidus de fonte et de coulées de métal cuivreux.

© I. Jahier.

214Il y a de bonnes raisons de penser, parce qu’elle constitue l’unique objet du Bronze final III sur le site, que l’épingle à tête enroulée recueillie dans le limon préservé sous la chaussée longeant la façade occidentale de l’enceinte, faisait elle aussi partie de ces objets voués à la refonte (fig. 80 : 13). D’autres furent perdus ou éparpillés dans des proportions moindres un peu partout sur le gisement. Les plus éloquents restent peut-être ces trois gouttelettes millimétriques coincées dans les interstices de la chaussée et fossilisées ensuite par le mur dressé à la phase 4. Parce qu’il s’agit aussi de pièces millimétriques, la scorie et la gouttelette recueillies dans les fosses de stockage 119 et 1096, plus centrales, comme celles issues des fossés de ceinture, ou encore le fragment de tôle déchiquetée issu du trou de poteau 567 (ann. 2 : pl. 6, carr. L17 ; fig. 80 : 12), témoignent d’une activité en définitive sans doute assez soutenue sur le gisement.

215Ainsi, dans ce contexte, l’hypothèse qu’il ait pu s’agir de fours de bronziers exclusivement orientés vers la refonte d’objets, pour la constitution de nouvelles pièces ou peut-être de « lingots », semblerait encore la plus vraisemblable.

2.4.3 Une aire réfractaire ?

216L’hypothèse de l’aire réfractaire (1366 : fig. 58a) repose sur la présence d’un lit de pierres rubéfiées apparemment contenu à l’origine dans une dépression ovoïde de 13,5 m2, pour 40 à 45 cm de profondeur par rapport à la surface de l’époque. Seul un ordonnancement relatif des pierres a pu permettre de constituer le lit régulier que l’on y observe, formé d’une seule assise. Aucune cendre ni charbon n’y étaient associés. La roche en place, exempte de coup de feu, confirme de son côté qu’il s’agit bien d’éléments rapportés. L’enjeu est de savoir si les pierres étaient chaudes ou froides au moment de leur apport. Nous n’avons guère de possibilité de répondre à cette question dans l’immédiat. Néanmoins, dans le contexte général de cet établissement, manifestement orienté entre autres choses vers le stockage massif de céréales en milieu sec (greniers), il ne semblerait pas totalement improbable que des systèmes de séchage utilisant les qualités réfractaires de la pierre aient été mis au point pour assurer la pérennité des récoltes les plus humides. Pour de simples raisons de conservation en effet, cette régulation du taux d’hygrométrie des céréales se pratique encore aujourd’hui à chaque moisson. L’idée d’une aire de séchage du grain, probablement parmi les plus archaïques à ce jour répertoriée, semblerait donc provisoirement la plus convaincante.

2.5 Les espaces vides

217En marge des aménagements tangibles précédemment décrits, existent aussi au sommet du substrat toute une série d’espaces vides (fig. 61), sans doute suffisamment essentiels dans l’histoire et l’organisation de l’habitat cependant pour avoir perduré sous cette forme tout au long de l’occupation.

FIG. 61 Cartographie des espaces vides à l’intérieur de l’enceinte.

FIG. 61 Cartographie des espaces vides à l’intérieur de l’enceinte.

© M. Dupré, A. Dagand.

2.5.1 L’empreinte des talus

  • 7 Éventuellement deux (ens. 11).

218Certains de ces espaces, comme les longues réserves de 5 à 10 m de large qui longent les fossés par la rive interne, sont probablement les empreintes des talus bordiers de la première clôture fossoyée (phases 1 et 2 : fig. 39), perturbée de-ci de-là par quelques creusements mal identifiés : trous de poteau, anomalies géologiques, terriers ? À en juger par la préservation de ces zones vides au nord et à l’est, où elles sont larges de 8 m en moyenne, la plupart des fosses et des édifices clairement identifiés sur ces secteurs furent en fait probablement implantés à bonne distance des levées de terre. Au sud au contraire, où la stratigraphie du fossé confirme bien la présence d’un talus interne, la plus grande proximité des édifices, fondés à environ 5 m du fossé, montre que ceux-ci s’appuyaient pour l’essentiel sur le talus ; une seule construction, l’ensemble 147, distante de seulement 1 m du bord du fossé à la base du décapage, succéderait a priori de ce côté à l’arasement du talus. Sur la section sud-est du réseau, sans doute laissée ouverte jusqu’à l’abandon du site (cf. supra, § 2.1.2.2), la perception de ce cordon est perturbée par l’empreinte d’une palissade noyée dans son épaisseur et fondée au préalable sur quelques poteaux dans la roche en place (fig. 18).

219Ainsi, il semblerait qu’au sud la plupart des édifices aient pu être campés dès la phase 1 le long du talus aménagé en rive lors du creusement du fossé. L’arasement de la levée de terre à la phase 3 donna l’occasion d’agrandir quelque peu cet espace de stockage, de un ou deux bâtiments supplémentaires (ens. 11 et 14 ?). Au nord en revanche, à moins d’envisager que le creusement du fossé interne établi à la phase 2 n’ait été planifié de longue date, les fosses et le bâti lui auraient apparemment succédé.

2.5.2 Les places

220Au centre de l’enceinte, un second espace, cette fois-ci de contours sinueux et de l’ordre de 250 m2 (21 x 13 m), évoque d’avantage l’emplacement d’une place cernée de nombreux bâtiments. Le bâtiment circulaire qui s’ouvrait sur cette place, mais aussi les grands plans rectangulaires antérieurs, en marquent de fait la lisière occidentale. À l’ouest, cet espace était fermé par la plupart des dépendances étrangères au stockage. C’est également à sa lisière sud que se trouve localisée la structure de pierres chauffées (1366) et au sud-ouest la plupart des empreintes des constructions à deux ou trois poteaux porteurs perçus comme de probables châssis artisanaux – séchoirs, cadres de tannerie, métiers à tisser éventuels… Compte tenu de l’évolution du bâti (cf. supra, § 2.2.4), cette place fut certainement agrandie au cours de l’occupation, et peut-être étendue à 700 ou 800 m2 en se développant vers l’est sur l’emprise des grands édifices rectangulaires. C’est effectivement à leur emplacement, et seulement là, que se retrouvent, au sommet de leurs fondations remblayées, des lambeaux de sols jonchés d’esquilles osseuses, de tessons de poterie et de cailloutis roulés, et de bouchons extrêmement compacts de pierres brûlées parfois concassées par les passages. Au terme de cette évolution, seul le grand édifice circulaire aux fondations stériles et homogènes surplombait cet espace, lieu certainement privilégié au centre de l’établissement et vraisemblablement ouvert à toutes sortes d’activités artisanales et domestiques, voire à quelques manifestations collectives. Il est probable qu’une place secondaire, ou une cour, de 100 à 120 m2 ait également existé au nord-est, aménagée quant à elle autour d’une tierce de poteaux dont il est difficile de comprendre la fonction (ens. 81) : structure artisanale, symbolique, cultuelle ? L’un des plus petits édifices du gisement, simplement fondé sur quatre poteaux plantés dans le limon (ens. 77 : 1,5 m2), se trouvait également à sa lisière orientale. Non loin, attenante à l’une des remises installées à l’écart contre la clôture (ens. 1), une fosse de la taille d’un gros trou de poteau (st. 74) rassemblait ce qui paraît être un petit nécessaire de tissage ou d’entretien des filets : deux disques de calcaire perforés ayant pu servir à leur lest et une ulna – de capriné ? – ayant pu servir de poinçon pour le cuir ou de longue aiguille pour le ravaudage (cf. supra, § 3.6).

2.5.3 Les pistes

221Plus délicates d’interprétation sont les deux longues bandes de 5 à 7 m de large reliant, par le contournement du groupe de constructions centrales, l’entrée principale à l’ouest aux dépendances réparties le long des clôtures nord et sud.

222En dépit de l’absence d’ornière au sommet du substrat, l’interprétation la plus crédible reste celle de deux pistes divergentes menant de l’entrée aux espaces de stockage. Il n’est d’ailleurs pas exclu qu’à différentes périodes, cette circulation autour de l’îlot central ait pu former une boucle par l’est, où effectivement seules quelques fondations de poteaux entraveraient le cheminement. Vers le nord, un élargissement du ruban autour d’un groupe de trois poteaux (ens. 88), apparemment ceinturé de deux courtes clôtures en arc de cercle, peut évoquer le contournement de quelque mât ou édicule pouvant avoir une signification dans ce parcours.

223En dehors de ces deux principaux axes, suffisamment larges pour offrir un passage à des chariots, se devinent également l’emplacement tout à fait vraisemblable de plusieurs allées. Deux d’entre elles, larges de 3 à 4 m, semblent avoir longé la clôture occidentale. Une autre un peu plus étroite (2 à 3 m), et que la levée axonométrique de l’enceinte (fig. 85) permet de mieux percevoir, semble avoir couru entre deux rangées d’édifices, depuis les bâtiments 31 et 32 à proximité de l’entrée jusqu’à l’ensemble 1 au nord-est. Curieusement en revanche, aucun passage pérenne ne fut maintenu pour accéder à la place centrale, que l’on ne pouvait semble-t-il rejoindre qu’à pied, après un parcours sinueux entre les bâtiments.

2.6 Une annexe métallurgique ?

224À l’angle sud-ouest de l’enceinte, mais à l’extérieur de l’espace circonscrit par les clôtures, une aire trapézoïdale de l’ordre de 180 m2 (15 x 12 m), ceinturée par une tranchée et des lignes de trous de poteau, permet de poser l’hypothèse de l’existence à cet endroit d’une annexe palissadée adossée au fossé sud, d’un plan comparable à celui de l’enceinte, probablement dotée d’une fonction métallurgique (fig. 62).

FIG. 62 L’annexe mitoyenne.

FIG. 62 L’annexe mitoyenne.

© M. Dupré, L. Le Gaillard, A. Dagand.

225L’annexe se trouvait délimitée au nord par une courte section de palissade (ens. 28) aujourd’hui placée sur la rive externe du fossé d’enceinte. Une légère inflexion de sa terminaison ouest permet de supposer que cette paroi se raccordait à l’origine à la clôture occidentale. Elle suppléa plus sûrement, à la phase 3, la première palissade édifiée sur tout le reste de la section méridionale de la clôture d’enceinte qui, de fait, s’interrompt à quelques mètres derrière elle. Si cet espace était donc bien en place à la phase 3, sa fondation se situerait plus certainement aux phases 1 ou 2 de l’évolution des clôtures (cf. supra, § 2.1.3.4). À en juger par les empreintes laissées dans la roche, il s’agissait d’une paroi établie sur des troncs fendus en deux et espacés de 25 cm les uns des autres. Chacun d’entre eux était planté dans une cavité ovale de 25 cm de long par 15 cm de large. Ce dispositif pouvait tout autant soutenir une paroi à claire-voie qu’une paroi continue à poteaux jointifs fondée au rythme de un poteau sur deux.

226À l’est, l’espace était plus certainement délimité par des traverses ou un treillis fixé à des poteaux porteurs espacés de 2,00 à 2,50 m les uns des autres. À l’ouest, la clôture prenait la forme d’une palissade à poteaux jointifs réalisée dans l’esprit de la clôture occidentale de l’enceinte, qu’elle prolongeait ainsi – visuellement au moins – d’une quinzaine de mètres vers le sud. Certainement plus basse néanmoins, elle se trouvait maintenue dans une tranchée moins profonde ne s’enfonçant pas de plus d’une dizaine de centimètres dans la roche (st. 768). À l’altitude de la roche en place toujours, le côté sud, juste ébauché par deux courts retours des côtés occidental et oriental de l’enclos, présentait une ouverture large d’environ 7 m. Éventuellement un peu plus étroite en surface, celle-ci était précédée d’une construction carrée (ens. 52) sur quatre poteaux porteurs d’assez fort diamètre (50 cm), analogues en fait à ceux des tourelles incorporées à la clôture orientale de l’enceinte (cf. supra, § 2.1.1.1 et 2.2.3.3). À l’angle nord-ouest, un passage plus étroit débouchant directement sur la façade occidentale de l’enceinte pourrait correspondre à la disparition progressive de la tranchée ouest (768) de l’enceinte.

227Un seul bâtiment (ens. 75) occupait visiblement l’intérieur de cette annexe. Rectangulaire, de 11 m2 et à six poteaux porteurs, il aurait pu être classé sans distinction aux côtés des autres dépendances établies à l’intérieur de l’enceinte (cf. supra, § 2.2.2.3). Cependant, cet édifice est le seul à avoir livré la trace d’un foyer (st. 1517). Celui-ci, encaissé en l’occurrence, a marqué le substrat d’une auréole bistre à rosée au droit du pignon sud du bâtiment. En dépit d’une forte érosion du secteur, qui a fait disparaître les sols d’occupation et réduit les aires de piégeage au plus juste, soit aux six trous de poteau de l’édifice, plusieurs éléments pourraient donner à interpréter ces vestiges comme les restes d’un atelier métallurgique : en premier lieu la proximité des « braseros » ou « fours de fusion », prudemment écartés peut-être des limites encloses ou placés sous le vent (cf. supra, § 2.4), mais aussi la proportion des déchets métalliques et de fusion, dont environ 75 % proviennent effectivement de la fosse 766 et de la chaussée longeant la palissade occidentale de l’enceinte principale, un peu plus au nord. On relève ainsi, rien qu’au niveau de la fosse 766, dix-sept fragments de scories, gouttelettes de coulage, billes boursouflées et autres fragments millimétriques de tiges et de tôles de base cuivre. Le reste, quelques billes millimétriques boursouflées et une épingle du Bronze final III à tête enroulée que l’on pourrait soupçonner vouée à la refonte (fig. 80 : 13), se trouvait dispersé dans les interstices de la chaussée et dans les niveaux limoneux immédiatement sous-jacents (phases 1 à 3). Nul doute qu’il ne s’agit là que d’un petit échantillon de ce qui fut réellement perdu ou emporté sous les pieds à l’époque de l’âge du Fer dans les allers-et-retours répétés entre l’annexe et l’entrée principale.

228La nature des mobiliers recueillis semblerait montrer que l’activité de l’atelier était orientée vers l’artisanat du bronze : atelier de fondeurs ou plus encore, compte tenu des restes disponibles, de refondeurs. Si les comparaisons sont encore peu nombreuses dans le Nord de la France, on peut faire un rapprochement en revanche avec la petite officine de Droužkovice, en Bohême (Smrž 1991) qui, adossée à l’arrière de l’enceinte principale, semble structurée tout à fait de la même façon et occuper une place sensiblement analogue dans l’organisation de l’habitat (fig. 87 : 3).

2.7 Un espace agraire environnant ?

229À une distance de 30 à 80 m au sud de l’enceinte, un réseau de fossés de profondeur relativement modeste, de l’ordre de 50 cm à 1 m à l’origine, évoque l’aménagement vraisemblable d’une grande parcelle clôturée dont seule la partie septentrionale s’est vue intégrée à l’emprise de la fouille (fig. 63). Globalement orientée nord-ouest - sud-est, c’est-à-dire de biais par rapport à l’enceinte, il se peut que cette parcelle ait été implantée de façon à éviter le grand tertre funéraire de l’âge du Bronze (cf. supra, § 1.6.2) situé entre elle et la grande enceinte. Plusieurs vases écrasés en place dans le comblement des différentes sections de ses fossés confirment cependant bien sa contemporanéité avec l’habitat.

FIG. 63 L’espace agricole ?

FIG. 63 L’espace agricole ?

1 comblement limoneux évoluant graduellement d’une
valeur sombre et homogène à la base vers une valeur
plus claire parsemée de granules et conglomérats
calcaires au sommet

© M. Dupré, L. Le Gaillard, A. Dagand.

230Quelques vestiges d’installations complémentaires, des fosses et plans d’édifices à quatre poteaux porteurs, sont identifiés dans le périmètre de cette parcelle et à sa périphérie.

2.7.1 La parcelle

2.7.1.1 Les fossés

231L’une des particularités de cette parcelle (95 x 55 m dans l’emprise fouillée) réside dans la diversité du gabarit de ses fossés de clôture.

232L’angle nord-est est formé par un fossé régulier en V à fond arrondi (fossé 2000), très ponctuellement trapézoïdal, de 75 cm à 1 m de large à l’ouverture pour 45 cm de profondeur sous la base du décapage, soit autour de 80 à 90 cm de profondeur à l’origine. Il s’appuie à l’ouest sur un dispositif de fermeture aménagé sur des poteaux (ens. 70), et se poursuit au sud jusqu’à la sépulture 2001 (cf. infra, § 2.8.1) dont il effleure simplement le comblement (fig. 70). Il est difficile de déterminer si les longueurs du fossé, de 34 m sur son côté est pour 17,50 m sur son côté nord, c’est-à-dire d’un rapport proche de 1 pour 2, ont une signification particulière. Mais son interruption au sud sur la sépulture 2001 pourrait donner à réfléchir sur d’éventuelles préoccupations symboliques dans le choix de son implantation. Le comblement du fossé 2000, peu ou prou stratifié, est avant tout marqué par le remplacement des lœss et de la roche extraits par des limons bruns (fig. 64). Ceux-ci évoluent graduellement, sans rupture de couche, d’un limon sombre et homogène à la base vers un limon plus clair parsemé de granules et de conglomérats calcaires dans la partie supérieure. Quelques mobiliers erratiques cassés et usés, toujours plus nombreux dans la moitié supérieure du remplissage, leur sont associés : petits tessons de poterie, pierres brûlées, silex taillés, nodules d’argile rubéfiée, un os de faune… Six grands pans de vases cependant, invariablement conservés dans les 20 cm supérieurs du remplissage (sous décapage), témoignent de la présence de quelques rejets épars dans la longueur du fossé. Trois de ces rejets étaient associés à une courte chape lacunaire de dalles et de plaquettes calcaires (3 à 4 m de long) déversée depuis la rive externe. Une seconde chape dont le gabarit des blocs assure que ceux-ci provenaient également d’autres étages géologiques que ceux atteints par le creusement du fossé, mais celle-ci exempte de mobilier et apportée depuis la rive interne, en occupait pareillement le remplissage au nord. L’hypothèse la plus vraisemblable pour ce fossé dont la quasi-totalité du matériau extrait a disparu est qu’il s’agissait là d’une structure ayant évolué à ciel ouvert, progressivement comblée par des apports naturels de sédiments. Quelques pièces cassées ou abîmées furent abandonnées dans les phases moyennes ou terminales de son colmatage. Le rôle des grandes dalles de pierre rapportées à ce moment-là est plus difficile à comprendre. L’hypothèse selon laquelle il s’agirait de restes architecturaux liés à des talus se heurte à la faible étendue des pierriers, à moins de les considérer comme des aménagements ponctuels ou de supposer une conservation différentielle de ces restes dans la longueur du fossé.

FIG. 64 Stratigraphie du fossé de la grande parcelle agricole (st. 2000) marqué, à mi-comblement et à proximité de son angle nord-est, de plusieurs grandes dalles calcaires issues de la rive interne.

FIG. 64 Stratigraphie du fossé de la grande parcelle agricole (st. 2000) marqué, à mi-comblement et à proximité de son angle nord-est, de plusieurs grandes dalles calcaires issues de la rive interne.

© I. Jahier.

233La clôture est de la parcelle se prolonge, à 2 m au sud de ce premier fossé régulier, par le fossé 2002, au tracé tortueux. Il s’agit en l’occurrence d’un tout autre modèle, au profil en cuvette à fond plat, de l’ordre de 2 m de large à l’ouverture pour 40 cm de profondeur sous la base du décapage, soit environ 80 cm par rapport à la surface de l’âge du Fer. Son inflexion à la hauteur de la terminaison du fossé 2000 et de la sépulture 2001 témoigne là aussi d’une certaine incidence de la sépulture – ou des deux structures – sur son tracé. Il est comblé de deux couches : un niveau inférieur constitué en égale proportion de cailloutis calcaires et de limon brun apportés depuis la rive interne, et, chapeautant le tout, un niveau plus fin simplement clairsemé de granules calcaires. Les quelques pierres brûlées qui y furent découvertes en constituaient le seul mobilier. L’élargissement de son ouverture à 3,25 m sur son segment septentrional résulte d’une réfection, donc d’un fonctionnement probable du fossé à ciel ouvert. Mais faute de liaison stratigraphique significative entre les deux sections, la nord et la sud, il n’est pas permis de dire laquelle fut creusée en premier.

234Au nord-ouest enfin, le prolongement du fossé 2002 s’opère par le biais d’une vague dépression linéaire au tracé diffus et hésitant. Celle-ci atteint 0,70 à 1 m de large au sommet du calcaire en place pour 5 à 8 cm de profondeur seulement sous la base du décapage, soit autour de 50 cm sous la surface de l’âge du Fer. Repérée sur 70 m de long, elle disparaît progressivement vers le nord-ouest. Son comblement est constitué de limon brun mêlé de cailloutis calcaires arrondis parmi lesquels se remarquent quelques éléments brûlés. Dans ces sols minces, la forme de cette structure dont l’origine fut longtemps discutée – ravinement périglaciaire dans le sens de la pente, structure anthropique… – s’apparente plus aux vestiges d’un modeste thalweg terrassé dans les seules épaisseurs du limon brun et de la terre végétale qu’à un véritable fossé. Il s’agit encore aujourd’hui d’une des méthodes les plus simples pour donner, au moyen d’un talus bas et fertile, l’épaisseur de terre suffisante à la création, par exemple, d’une haie de « hautes tiges ».

2.7.1.2 Le dispositif de fermeture

  • 8 Comme en fait pour le passage septentrional de l’enceinte (cf. supra, § 2.1.3.3).

235Individuellement8, pas une seule des douze cavités conservées dans l’intervalle des fossés 2000 et 2049 n’aurait été interprétée comme la fondation d’un poteau (ens. 70). Chacune, à l’altitude du décapage, prend en effet la forme d’une dépression irrégulière et festonnée de 25 à 45 cm de côté réalisée dans la seule épaisseur du lœss (15 cm environ). Elles sont uniformément comblées de limon brun. Parmi ces cavités réparties en trois groupes, deux (st. 2041, 2042), dont une à deux lobes, marquent le centre de cet intervalle de 9,50 m de large. Deux autres groupes, comptant quatre et six unités, se répartissent symétriquement sur les côtés mais à bonne distance de la terminaison des fossés, de telle sorte que le passage disponible ne devait pas excéder 5 m. Aussi, s’il paraît acquis que cet ensemble correspond bien aux fondations d’un dispositif de fermeture pour la parcelle, on ignore à peu près tout de la forme que celui-ci affectait alors.

2.7.2 Les installations sur poteaux

236Vingt et un trous de poteau supplémentaires, cette fois-ci inscrits dans la roche, ont été repérés sur ce second secteur. La plupart sont regroupés à l’intérieur de la parcelle. Très peu ont été fouillés. Ils correspondent pour leur grande majorité à des fondations globalement circulaires de 35 à 45 cm de diamètre, prévues pour des poteaux simples. Un seul logement isolé, peut-être pour un mât à poteaux jumelés, est présent au sein cet ensemble (2022). De ce corpus ressortent trois petits plans carrés à quatre poteaux porteurs, de 2,50 m à 2,75 m de côté (ens. 68, 69, 82). Deux seulement sont implantés à l’intérieur de la parcelle, mais leur orientation parallèle à la clôture les implique tous les trois dans l’organisation de cet espace et de sa périphérie. Leur configuration et leurs dimensions les rattachent d’un point de vue fonctionnel au groupe des dépendances de 3 à 6,8 m2 repérées sur l’enceinte et interprétées comme des greniers. Parmi les neuf trous de poteau restants, à l’intérieur de la parcelle toujours, se distinguent une courte tierce de 1,25 m de long et un arc de 4,50 m de long (ens. 71) difficiles à interpréter.

2.7.3 Les fosses

237Cinq des huit fosses repérées sur ce secteur étoffent le groupe des « fosses profondes parallélépipédiques de 700 à 3500 l » défini sur l’enceinte (type 1B). Il s’agit de creusements quadrangulaires aux angles arrondis, de 2 à 3 m de long pour 1,50 à 2 m de large et 60 à 80 cm de profondeur sous le sommet du décapage – exceptionnellement 15 cm pour la fosse 2026. Les profils sont rectangulaires ou trapézoïdaux selon les cas et les fonds plats (st. 2023, 2024, 2026, 2027, 2028). Même dans les zones de plus forts recouvrements lœssiques, les parois sont faiblement altérées. On peut y voir l’indice d’une protection supérieure ou d’un temps d’utilisation très bref (fosses 2026, 2027, 2028 : fig. 65). Les comblements, pas ou peu stratifiés, exception faite de la fosse 2027, sont marqués par des matériaux étrangers au creusement, généralement des limons mêlés de granules, de cailloutis calcaires et de mobiliers erratiques usés : nodules d’argile rubéfiée, cailloutis brûlés, silex taillés, tessons de poterie érodés, coquillages. Dans ce contexte de faible érosion des parois, notamment de leurs parties supérieures qui classiquement s’effondrent lorsque ces structures sont laissées à l’abandon, il s’agirait de remblais expressément rapportés pour le comblement des fosses, depuis peut-être des aires d’habitat. On peut voir dans ce premier ensemble cinq fosses de stockage vraisemblables : deux ont pu être placées à des points stratégiques de la parcelle, l’une dans l’angle nord-est (2023), l’autre à proximité de l’entrée (2024) ; trois autres lui sont extérieures.

238À cette modeste série s’ajoutent deux sépultures (2001, 2010) et une troisième fosse plus énigmatique (2029). La sépulture 2010 ne pose pas de problème en soi. Elle correspond dès son origine à une fosse sépulcrale creusée pour être utilisée comme telle jusque dans la roche et, après le dépôt du défunt, remblayée avec les matériaux issus du terrassement (cf. infra, § 2.8.1.1). Pour ce qui est de la sépulture 2001, placée à 2,50 m au sud-ouest, donc dans le même milieu géologique, le remblai limoneux brun de cette structure de 700 l conduit en revanche à se demander s’il ne s’agirait pas d’une structure de stockage réutilisée comme fosse sépulcrale. La fosse 2029, plus au sud, atteignait 3 m de côté (fig. 65). Elle fut taillée dans la roche selon un profil bipartite : un palier établi à 50 cm sous la surface de l’âge du Fer dans sa moitié ouest, jouxte un creusement parallélépipédique de 1,50 m de profondeur. L’un et l’autre se trouvaient liés par un comblement terreux uniforme, tandis que la cavité la plus profonde était remblayée au-dessous par une épaisse couche de pierres et de cailloutis calcaires. Celle-ci était stérile. Si l’éventualité d’un ouvrage de l’âge du Fer inachevé est concevable, on le rapprochera également des deux carrières modernes situées à une vingtaine de mètres à l’ouest en limite de décapage (2047, 2048).

FIG. 65 Quelques fosses représentatives de l’espace agricole.

FIG. 65 Quelques fosses représentatives de l’espace agricole.

Description des sédiments
1 limon brun mêlé de granules calcaires et de quelques
rares artéfacts érodés (tessons de poteries, nodules
d’argile rubéfiée, pierres brûlées...)
2 limon brun ponctué de quelques plaquettes calcaires,
de pierres brûlées et de rares artéfacts érodés (tessons
de poteries, coquillages, silex taillés...)
3 limon brun mêlé de lentilles de lœss

© M. Dupré, A. Dagand.

2.7.4 Une carrière ?

239Implantée à une vingtaine de mètres à l’ouest de cette seconde fenêtre de fouille, la fosse 2046 offre davantage d’arguments pour son interprétation comme carrière de l’âge du Fer. Un vase décoré de cupules, assez complet et comparable à quelques-uns des exemplaires collectés sur l’habitat, provient effectivement de son comblement (ann. 1 : 207). Son bon état de conservation, semble t-il en dépôt primaire, en fait a priori un élément datant (cf. infra, § 3.1.3). L’excavation, malheureusement, n’a pu être abordée que dans le cadre du diagnostic (Morzadec 1996). Les données qu’il en subsiste témoignent qu’il s’agissait d’un creusement à ciel ouvert d’une emprise schématique de 200 m2, en grande partie restituée sur la figure 52 à partir des vues aériennes. Vers l’ouest, le creusement fut apparemment réalisé selon un plan alvéolé ou hésitant. Du côté opposé, la netteté du contour sur les clichés aériens et le retard de maturité des cultures indiqué par une valeur plus claire dans cette direction (fig. 2 : 2), évoquent un front de taille plus abrupt et la possibilité d’une plus grande profondeur. Le profil à fond plat observé au seul emplacement sondé, vers l’ouest toujours mais en limite de paroi nord, n’atteignait guère que 1,30 m sous la surface décapée, soit 1,80 m sous la surface avant fouille. Selon les termes du rapport de diagnostic, l’excavation était comblée à cet endroit « de cailloutis et de terre indurée ». En dépit de l’aspect inévitablement sommaire de ces données du fait de leurs conditions d’acquisition, on peut en déduire que les matériaux calcaires tirés de ces niveaux superficiels fortement altérés étaient pour l’essentiel des plaquettes de 10 à 20 cm de côté pour 5 à 7 cm d’épaisseur. Des pierres d’appareil plus importantes ont pu néanmoins être extraites de la base du creusement ; il reste évidemment difficile d’en évaluer les dimensions et la quantité. Rien n’exclut en revanche qu’un approfondissement de la fosse vers l’est, hypothèse qu’encouragerait la moindre maturité des cultures dans cette direction, ait permis d’atteindre des bancs de roche plus épaisse. Provisoirement, à défaut notamment d’autres points d’approvisionnement repérés dans l’emprise de la fouille, nous adhérerons à la thèse – déjà émise au diagnostic – selon laquelle, cette grande excavation à ciel ouvert a pu servir de carrière pour la construction de diverses maçonneries sur l’habitat, et notamment pour celle de son long mur de clôture occidental.

2.7.5 Interprétation

240En l’état, les 5000 m2 décapés sur ce second secteur, révèlent les vestiges d’une parcelle incomplète clôturée sur deux côtés par des fossés disparates et, au sommet du substrat calcaire tout au moins, ouverte à l’ouest. Le système de fermeture conservé sur son flanc nord fait supposer qu’elle était néanmoins totalement enclose à l’origine par un autre type de clôture qui n’a laissé aucune trace au niveau de la base du décapage. Quelques exemples de parcelles analogues, fossoyées sur seulement deux ou trois côtés, sont connus par prospection aérienne dans la campagne normande et sont généralement regroupés sous le terme d’« enclos incomplets » (Delacampagne et al. 1992), expression par laquelle il faut surtout entendre : clos ou parcelles partiellement délimités par des fossés, fermés sur les autres côtés par des systèmes d’encerclement complémentaires, des haies ou des murets, voire des limites naturelles telles des zones boisées aujourd’hui disparues. On pourrait d’ailleurs rapprocher de cette description, mais pour une région plus accidentée que le Calvados, les massifs rocheux disparus du Boisanne, dans les Côtes-d’Armor, sur lesquels s’appuyaient à l’origine les clôtures de l’habitat (Menez 1996). Sans doute la limite nord - nord-ouest de la parcelle de Courseulles, marquée à la hauteur du substrat calcaire par le fond d’un très modeste fossé, ou plus certainement le fond d’un thalweg, fut-elle une clôture de cet ordre, végétale sans doute – une haie vive ou des buissons – plantée sur un léger talus. À l’est, manifestement, l’implantation des fossés (2000 et 2002) fut en partie conditionnée par une ancienne sépulture dont on peut imaginer qu’un marquage quelconque au sol, un tertre ou peut-être une stèle, en désignait la présence (sép. 2001).

241En dépit de leur excellent état de conservation et d’une représentation à hauteur de 15 % tout de même du corpus céramique du gisement, il reste difficile d’assimiler les quelques poteries assez complètes issues des fossés aux rejets d’un habitat situé à proximité immédiate. Ceux de l’enceinte par exemple étaient plus variés, étaient associés notamment à des restes de faune consommée et généralement conservés dans des matrices plus charbonneuses ou plus organiques. La faible profondeur des fossés de cette parcelle lui conférerait également un statut de second plan par rapport à l’enceinte.

242Par défaut, l’hypothèse la plus probable reste celle d’un espace agricole mitoyen de l’habitat enclos. Assez densément aménagé et muni d’un passage de 5 m de large doté d’un système de fermeture, cet espace secondaire semble avoir réuni les éléments nécessaires à la gestion d’un troupeau – clôtures, plateformes pour le fourrage, greniers, silos pour l’ensilage ?… – plutôt qu’à celle d’un espace de culture. Mais on pourrait formuler l’hypothèse autrement en disant que si le dispositif associé à cet espace convient bien à la gestion d’un troupeau, il ne contrarie en rien sa mise en culture. Les deux usages ont effectivement pu être complémentaires ou, si l’on considère les cent cinquante ans d’occupation du site, s’être succédé ou avoir alterné. Il faudrait dans ce domaine, comme l’ont fait les historiens pour les périodes médiévales par exemple (Bloch 1988 : 71-108 ; Duby 1977 ; Zadora-Rio 1991 ; Toubert 1998…), prolonger les réflexions récemment engagées sur ces questions agronomiques (Malrain et al. 2002), ne serait-ce que celle du maintien de la fertilité des sols dans la durée dont on peut imaginer qu’elle constituait déjà un enjeu majeur à l’âge du Fer.

243L’intégration de la carrière dans cet ensemble est tout aussi difficile à évaluer. On peut néanmoins faire la remarque que, si celle-ci est bien liée à la construction de la muraille, son terrassement n’interviendrait que tardivement dans l’histoire du site, soit à la phase 4 des clôtures (cf. supra, § 2.1.3.4).

244En revanche, il paraîtrait assez réducteur de limiter le domaine agricole du gisement à cette unique parcelle. S’il n’en subsiste aucune marque de délimitation en profondeur, on peut penser que les fosses et remises à quatre poteaux porteurs situées à l’extérieur de cet espace constituaient les diverses annexes techniques – réserves de semences, greniers, plateformes ? – à l’orée des champs environnants, ouverts ou plus vraisemblablement délimités par des haies de faible enracinement.

2.8 Les structures funéraires et le traitement des défunts

245i. jahier, i. le goff

246(fig. 66)

247Sur le site, huit sépultures dispersées aux quatre coins du gisement, dans le périmètre de l’enceinte et sa périphérie, témoignent de différents gestes funéraires. Il s’agit de cinq sépultures à inhumation avérées (sép. 917, 918, 1551, 2001, 2010), de deux sépultures possibles d’enfants aménagées au cœur de l’aire résidentielle (st. 66, 362) et d’une urne cinéraire (vase 44-20/21 - n° 985 : annexe 1 : 12), auxquelles s’ajoutent quelques ossements isolés issus pour l’essentiel du comblement des fossés de clôture (st. 44 et 45 : 44-24, 45c-26, 45c-62) et, pour l’un d’entre eux, de la fosse de stockage 119. Malgré quelques regroupements par couples, celui de deux sujets immatures dans l’intervalle du fossé interne et du fossé de ceinture (sép. 917, 918) et celui de deux adultes à la hauteur de la grande parcelle méridionale (sép. 2001, 2010), l’image offerte par cet ensemble n’a en soi rien à voir avec l’esprit d’une nécropole. Ces défunts ne concernent au mieux qu’une infime partie de la communauté qui a occupé le site pendant cent cinquante à deux cents ans.

FIG. 66 Répartition des sépultures et restes humains de l’âge du Fer sur le gisement.

FIG. 66 Répartition des sépultures et restes humains de l’âge du Fer sur le gisement.

44-24 fragment de fémur d’enfant
44-20/21-985 incinération en vase rejetée dans le fossé
45c-26 fragment de fémur d’adulte
45c-62 fragment de tibia d’enfant
66 sépulture en coffre ? sans os conservés
119 fémur humain d’adulte ou sub-adulte
362 inhumation possible de nourisson
917 inhumation, enfant
918 inhumation, enfant
1551 sépulture sommaire, jeune adulte
2001 inhumation, grand adolescent
2010 inhumation, adulte

© M. Dupré, L. Le Gaillard, A. Dagand.

2.8.1 Présentation des sépultures

2.8.1.1 Le couple de tombes 2010 et 2001

248Les sépultures 2010 et 2001, situées à une centaine de mètres au sud de l’enceinte sur ce que l’on a identifié précédemment comme une aire agricole, s’avèrent les plus éloignées de l’habitat. Elles sont tout juste distantes de 2 m l’une de l’autre mais tête-bêche, la sépulture 2010 tête orientée nord-nord-est, la sépulture 2001 tête orientée sud-sud-ouest.

La sépulture 2010

Description (fig. 67)

249La fosse, aux angles arrondis, est à tendance parallélépipédique, de 2,10 m par 1,40 m de côté à l’ouverture au sommet du lœss pour 70 cm sous ce niveau, soit environ 1,10 m sous la surface de l’âge du Fer. Ses 30 derniers centimètres sont décaissés dans la plaquette calcaire qui fournit à cet endroit de belles pierres d’appareil de 5 à 10 cm d’épaisseur pour 15 à 25 cm de côté.

FIG. 67 La sépulture 2010. Cliché

FIG. 67 La sépulture 2010. Cliché

Description des sédiments
1 limon brun fin grisonnant et hydromorphe
2 plaquettes calcaires mêlées de lœss et de
limon brun interstitiel
3 limon brun mêlé d’une petite proportion
de plaquettes calcaires

© I. Jahier ; dessin © M. Dupré, A. Dagand.

250Il ne subsiste du squelette que les os les plus résistants, les membres et la tête, et quelques éléments plus petits conservés grâce aux oxydes de cuivre et de fer issus des parures portées par la défunte – quelques vertèbres cervicales, les os de la main gauche, ceux du pied droit – ainsi qu’une vague trace du bassin. La partie supérieure du squelette repose sur le dos. Sa tête, orientée au nord, a versé sur son côté droit, face à l’ouest. Les membres inférieurs, fortement fléchis, sont ramenés vers le tronc et se chevauchent vers la droite. La cuisse droite est la plus fortement contrainte. Les bras se trouvent le long du thorax alors que les avant-bras sont pliés à 90° et 130° environ de façon à ce que les mains se croisent à la hauteur des cuisses. La main gauche, en pronation, repose effectivement sur l’intérieur de la cuisse droite ; la main droite, placée sur la tranche ou en supination, devait être appuyée sur l’extérieur de la cuisse gauche. L’ensemble est pris dans une couche de limons fins et homogènes de l’ordre de 15 cm d’épaisseur, et maintenu sur un plan horizontal à 5 cm au-dessus du fond de la fosse. Ces terres, particulièrement hydromorphes à la base, sont contenues dans une corolle de dalles obliques et de chant. Certaines sous-tendent quelques ossements, la tête, l’humérus droit, les genoux et le bassin. L’ensemble est surmonté par un vrac de plaquettes et de cailloutis calcaires dont le profil en cuvette est dû au tassement des parties inférieures du remplissage. La dépression supérieure qui en résulte est comblée jusqu’à la base du décapage de limon et de cailloutis mêlés.

251Parmi les indices révélateurs des conditions de décomposition du corps, on notera d’abord la rareté des migrations de pièces osseuses en dehors du volume initial du cadavre : elles sont réduites à la seule déconnection du genou droit, le fémur étant 7 cm plus bas que le tibia. En fait, les déplacements ou les disjonctions articulaires sont nombreux mais le plus souvent réalisés dans le volume initial des chairs : on observe ainsi la descente de la fibula gauche, la rotation médiale du fémur droit et la rotation latérale du gauche, un écart entre le carpe et le radius gauches, une disjonction entre le métacarpe et les phalanges proximales de la main gauche, la mise à la verticale des clavicules et la mise à plat semble-t-il de la cage thoracique. Ces constatations sont interprétées comme les conséquences d’un colmatage différé du squelette, colmatage par endroits suffisamment rapide cependant pour maintenir en équilibre instable les os de la main gauche autour du fémur droit, ceux de la jambe gauche, la mandibule et l’avant-bras droit. Ainsi, la nature de l’enveloppe qui a entouré le cadavre et ralenti le colmatage du volume occupé par le corps semble avoir été perméable ou peu persistante. Certains agencements osseux laissent entrevoir par ailleurs la disparition d’un élément périssable ponctuel. Le léger mouvement vers l’arrière de la boîte crânienne, détachée par conséquent de la mandibule, évoque l’existence initiale d’un point d’appui sous la tête. La légère constriction au niveau des épaules, leur position dissymétrique – la gauche, plus basse, semble avoir été initialement surélevée – résultent d’une contrainte légère exercée par un élément enserrant le corps. Au niveau du genou gauche, on retrouve encore un effet de contention exercé sur le tibia et la fibula restés en élévation, en appui contre un élément aujourd’hui disparu. En revanche, le fémur a pu chuter de quelques centimètres. Dernier secteur probablement contraint : celui du pied gauche dont l’orientation du métatarse semble forcée.

Interprétation

252Le colmatage de l’espace autour du corps résulte de la dégradation simultanée de plusieurs éléments périssables à l’intérieur de la tombe, peu persistants ou perméables aux sédiments fins. Le point d’appui sous la tête évoque la présence d’un coussin funéraire ou d’une coiffe, ou la proximité d’une paroi. La contrainte au niveau des épaules et du pied gauche suggère la proximité d’une enveloppe – souple ou rigide – tandis que l’appui du genou gauche renvoie de son côté à un élément en élévation créant un espace vide dans lequel a effectivement chuté le fémur. Dans ce contexte, la poche de limon conservée autour du squelette évoque l’ajustage vraisemblable d’un coffre sépulcral en bois au fond de la fosse, calé et maintenu par quelques pierres et grandes dalles à 5 cm au-dessus du fond. L’empreinte malgré tout en reste floue. Le coffre, avant d’être enseveli sous le tout-venant du remplissage, fut vraisemblablement recouvert d’une première couche de sédiments fins, ce qui impliquerait un tri des matériaux en rive lors du creusement. Peu à peu, sa décomposition, ou simplement la faiblesse de son ossature, aura provoqué l’affaissement du remplissage et occasionné la formation de ce profil typique en cuvettes emboîtées.

253L’estimation de l’âge du défunt repose sur la maturation dentaire qui, ici, est achevée. Le sujet a donc plus d’une vingtaine d’années. La synostose pour le moins d’une portion de suture endocrânienne (C1), alors que l’exocrâne est encore ouvert, orienterait l’estimation vers un âge moyen. L’usure fonctionnelle des dents va également dans ce sens. L’abrasion occlusale s’avère effectivement avancée – avec disparition d’une grande partie de la couronne – et touche plus particulièrement les dents supérieures. La stature comme les indices de robustesse des diaphyses ne sont plus accessibles étant donné la mauvaise conservation des os longs. En l’absence du bassin, il est délicat de proposer une diagnose sexuelle. On considère toutefois qu’il peut s’agir d’un sujet féminin du fait de la nature des objets de parure, comme le suggèrent les travaux effectués en Champagne ou les observations faites par ailleurs en Basse-Normandie (Demoule 1999 ; Le Goff 2002).

254Si les ossements disponibles ne portent pas les traces d’affections carentielles – cribra orbitalia ou hypoplasie linéaire de l’émail dentaire –, l’état sanitaire bucco-dentaire est assez médiocre avec deux kystes, trois caries et un dépôt de tartre assez étendu concernant surtout les dents jugales. En règle générale, au sein de la population représentée sur le site, les insertions musculaires des membres supérieurs et inférieurs sont faiblement à moyennement marquées. Dans ce contexte, la crête interosseuse des radius et celles des ulnas, et le relief de l’insertion du muscle fléchisseur des doigts s’avèrent particulièrement accusés chez ce sujet. Au niveau des fémurs, se note à nouveau une certaine sollicitation musculaire qui concerne les adducteurs et le grand fessier.

Mobilier

255Le mobilier de cette sépulture, relativement exceptionnel de par le nombre des parures, constitue probablement à ce jour l’un des ensembles individuels les plus fournis de la région. Constitué de seize parures annulaires (fig. 68), il regroupe trois torques massifs à jonc lisse respectivement en bronze, en fer et en plomb, sept bracelets en bronze, ainsi que quatre anneaux de chevilles et deux boucles d’oreilles dans le même alliage.

FIG. 68 Parure en bronze de la sépulture 2010 : 1 torque ; 2 maillon de chaînette (élément de fermeture du torque en plomb ?) ; 3 boucle d’oreille ; 4 bracelets du bras gauche ; 5 bracelets du bras droit ; 6 anneaux de la cheville gauche ; 7 anneaux de la cheville droite.

FIG. 68 Parure en bronze de la sépulture 2010 : 1 torque ; 2 maillon de chaînette (élément de fermeture du torque en plomb ?) ; 3 boucle d’oreille ; 4 bracelets du bras gauche ; 5 bracelets du bras droit ; 6 anneaux de la cheville gauche ; 7 anneaux de la cheville droite.

© J.-M. Richard, M. Dupré, A. Dagand.

Les torques

256Ils sont portés au cou. Le torque en bronze, bien conservé, est placé entre le torque en plomb, au-dessous, et le torque en fer, au-dessus. Le torque en bronze (fig. 68 : 1) est une pièce parfaitement circulaire de 13 cm de diamètre interne, à jonc lisse et section torique de 8 mm d’épaisseur. Aucun système de fermeture n’est visible à l’œil nu, ni même au verre grossissant (x 10). Le torque en fer, très corrodé et fragmenté, tenait à sa découverte dans une ellipse de 20 x 15 cm, déformation résultant très certainement de la compression des terres. Il s’agissait d’après les radiographies d’une pièce à jonc lisse, torique, de l’ordre de 5 mm d’épaisseur. Aucun système de fermeture n’apparaît au sein des fragments disponibles. Le torque en métal plombifère, brésillé en esquilles millimétriques, était apparemment une pièce à jonc lisse et torique de l’ordre de 6 mm d’épaisseur. De 15 x 10 cm de côté à sa découverte, il a également pu être déformé par la compression des terres. Il était apparemment fermé par une courte chaînette en bronze, d’au moins six maillons. L’un d’entre eux était brasé à l’une des extrémités du torque (fig. 68 : 2) et trois autres ont été découverts isolés sous le crâne. Si le torque en métal plombifère constitue à notre connaissance une pièce unique sur la région, ceux en fer et en bronze sont extrêmement répandus sur les ensembles funéraires attribués au Hallstatt D3 : Éterville / Le Clos des Lilas, Ifs / La Dronnière : sép. 7, Soumont-Saint-Quentin…

Les bracelets

257Ils sont en bronze massif – ou en métal cuivreux. Les trois bracelets du poignet gauche (fig. 68 : 4), subhorizontal, sont demeurés en place. Les quatre portés à l’avant-bras droit (fig. 68 : 5), redressé par l’appui de la main sur la cuisse gauche, ont plus vraisemblablement glissé au creux du coude lors de la décomposition du corps ou lors du dépôt du défunt (fig. 69). L’assemblage du bras gauche comportait : un bracelet circulaire régulier à jonc lisse et fermé de section torique, de 5,5 cm de diamètre interne et de 6 mm de section (4c) ; un bracelet à jonc lisse probablement circulaire à l’origine mais cassé et assez étroit (5,4 x 4,8 cm de diamètre interne), de section torique plus irrégulière (6 mm) [4b] ; un bracelet ovale (3,9 x 5,2 cm) et ouvert à jonc lisse de section hémicirculaire (4 x 3 mm), orné à chacune de ses terminaisons de deux petites sphères déportées sur l’extérieur de la pièce (4a). L’assemblage du bras droit comprenait : un bracelet circulaire régulier à jonc lisse et fermé de section torique, de 5,5 cm de diamètre interne et de 6 mm de section (5d) ; deux bracelets ouverts à jonc lisse légèrement ovoïde (de 5,2 x 4,4 cm et 5 x 4,2 cm de cotes internes) de section très irrégulière à tendance torique (3 x 4 mm) [5a, 5b] ; un bracelet filiforme à jonc lisse, de section hémicirculaire (3 x 4 mm) et ouvert, orné celui-ci de deux ciselures à chacune de ses terminaisons (5c). Tout aussi nombreux que les torques filiformes sur les ensembles du Hallstatt final de la région, voire plus dans la mesure où ils fonctionnent très souvent par paires ou par tierces, ces bracelets à jonc lisse constituent manifestement les compléments classiques des toilettes du Hallstatt D2-D3. Les plus épais paraissent plutôt associés aux ensembles les plus anciens, Hallstatt D1-D2, comme c’est le cas à Basly (San Juan, Le Goff 2003), La Cambe et Caen / rue d’Isigny (Verney 1993), comme c’est le cas encore sur les plus anciennes sépultures de Ifs / La Dronnière (Varoqueaux 1966 ; Verney 1993) où quelques exemplaires analogues accompagnent des bracelets à engrenage et à bossettes. Il en va de même pour les bracelets ornés de fines ciselures autour de l’ouverture, dont plusieurs exemplaires figurent dans les mêmes séries en Normandie, bien que les typologies du Bassin parisien fassent de ce modèle un élément plutôt récent généralement attribué au début du ve s. av. J.-C. (Aisne-Marne IB, type J.8B : Demoule 1999 : 143-144). Mais on les retrouve aussi, il est vrai un peu plus tardivement, en association par exemple avec des fibules à arc en timbale attribuables au début du ve s. av. J.-C. (Éterville / Le Clos des Lilas : Hérard-Dumont 1995) que l’on peut rapprocher de celles des Hallstatt final IIb et La Tène ancienne Ia de la chronologie de J.-J. Hatt et P. Roualet (Hatt, Roualet 1977). Le bracelet à sphères terminales, qui constitue le troisième exemplaire régional, se compare à celui de Caen / Vaucelles, récemment restitué à partir d’un ancien cliché (Gervais 1860 cité dans Verney 1993), et à celui de la sépulture F 20 de Basly (Hallstatt D1-D2). Apparemment peu répandu en dehors de la Normandie (Verney 1993 ; San Juan, Le Goff 2003), il semblerait que ce modèle un peu particulier, que le désaxement de ses terminaisons distingue des « bracelets à extrémités bouletées » proprement dits, puisse être l’expression d’une certaine spécificité régionale.

FIG. 69 Parures en bronze de la sépulture 2010 portées aux poignets et aux chevilles.

FIG. 69 Parures en bronze de la sépulture 2010 portées aux poignets et aux chevilles.

© I. Jahier.

Les anneaux de chevilles

258Ils sont portés symétriquement et par paires : sur chaque jambe, un anneau fermé à jonc lisse, légèrement ovoïde (7,2 x 6,9 mm de cotes internes) et de section torique (6,5 et 7,5 mm) [6b, 7a], est surmonté d’un anneau ouvert décoré d’un motif hélicoïdal (6a, 7b). On peut penser que l’usure est responsable de la disparition du motif sur la face interne des pièces. Également fréquents sur les ensembles du Hallstatt final, les anneaux de chevilles découverts en Basse-Normandie sont le plus souvent lisses (Pierrepont, Nonant-le-Pin, La Cambe… : Verney 1993 ; Edeine, Jigan 1985). Le motif hélicoïdal des anneaux de Courseulles rappelle celui d’un des bracelets du gisement de Soumont-Saint-Quentin (Edeine 1961), site attribué au Hallstatt D3 sur la base de son poignard à antenne et d’un gobelet de type jogassien à carène surbaissée (Hallstatt D3 - La Tène Ia ?).

Les boucles d’oreilles

259Les deux exemplaires recueillis sont des anneaux filiformes ouverts de 1,4 cm de diamètre, effilés à une des extrémités. Leur fermeture se réalisait par contact, par simple déformation de la boucle à froid. L’une était enfilée autour du torque en fer, l’autre, trouvée sous le temporal droit, était sans doute simplement portée à l’oreille droite. Une pièce approchante est connue sur l’une des sépultures du Hallstatt final de la nécropole de Saint-Martin-de-Fontenay / La Coite dans le Calvados (sép. 32 : Pilet 1994).

Attribution chronologique

260Les parures filiformes à jonc lisse constituent le fond commun de la plupart des sépultures parées de la fin du 1er âge du Fer de la région en particulier et du Bassin parisien en général, voire d’Europe de l’Ouest. Elles se rencontrent de fait dans les collections locales de La Cambe (Verney 1993), de Soumont-Saint-Quentin (Edeine 1961), de Ifs / La Dronnière (Varoqueaux 1966), de la rue d’Isigny à Caen (Edeine et Gigan 1985) ou de Saint-Martin-de-Fontenay (Pilet 1994), regroupées dans un récent travail de synthèse (Verney 1993), tout autant que dans les typochronologies extraites des découvertes champenoises et picardes (Hatt, Roualet 1977 ; Demoule 1999), ou de celles du Sud-Ouest de l’Allemagne (Haffner 1976 cité dans Demoule 1999), de Belgique, de Suisse ou de Bohême (Waldhauser 1978 cité dans Demoule 1999). Elles se rattachent invariablement à la séquence fin Hallstatt D2 -Hallstatt D3 de la chronologie de P. Reinecke, soit à la fin du Hallstatt final IIa et au Hallstatt final IIb de la chronologie de J.-J. Hatt et P. Roualet (Hatt, Roualet 1977), ou encore au Aisne-Marne IA et IB de celle de J.-P. Demoule (Demoule 1999), c’est-à-dire, eu égard aux problèmes d’entités culturelles, à la période 530-475 av. J.-C., avec un essor véritable pendant le premier tiers du ve s. av. J.-C. Localement, l’ensemble le plus représentatif dans ce domaine reste certainement celui d’Éterville / Le Clos des Lilas, où plus de cinquante parures lisses et filiformes de ce type sont associées à des fibules à timbale ou à pied vertical pour les plus anciennes (Hérard-Dumont 1995), mais aussi à des fibules à pied rabattu et mouluré, orné d’une perle et d’un bec en biseau pour les plus récentes. Celles-ci, qui s’affichent comme une variante probable du type Dux, semblent confirmer localement l’usage des parures filiformes jusqu’au milieu du ive s. av. J.-C. (La Tène B1, 400-325 av. J.-C. : Jahier, Chanson 2009). En définitive, outre les cannelures autour de l’ouverture de certains bracelets, apparemment présentes dès le vie s. av. J.-C. sur la région, et le décor hélicoïdal des anneaux de chevilles qu’il faut rapprocher de celui de la sépulture de Soumont-Saint-Quentin attribuée au Hallstatt D3 (Edeine 1961), la pièce sans doute la plus à même de préciser l’attribution chronologique de cette sépulture est le bracelet à sphères terminales. Certes, des bracelets à extrémités bouletées (San Juan, Le Goff 2003) sont tout aussi connus en Normandie (Caen / rue d’Isigny) que dans les régions languedociennes (Mohen 1980) ou dans l’Est du territoire (Schaeffer 1979). Mais ce faciès à sphères déportées sur l’extérieur de l’anneau, assez spécifique à la région semble-t-il, assure surtout la jonction entre le corpus de la nécropole de Basly, par ailleurs marqué par des bracelets à bossettes (Hallstatt D1-D2 : San Juan, Le Goff 2003), et celui d’Éterville, au contraire caractérisé par des parures filiformes à jonc lisse. La position de la sépulture de Courseulles, à l’articulation de ces deux ensembles, placerait en conséquence cette inhumation dans les dernières décennies du vie s. av. J.-C.

La sépulture 2001

261• Description (fig. 70)

262La fosse est un creusement rectangulaire aux angles arrondis et au profil légèrement trapézoïdal, de 1,25 m de long par 70 cm de large au sommet du lœss, pour 40 cm de profondeur sous ce niveau (80 cm sous la surface de l’âge du Fer). Ses 35 cm inférieurs sont décaissés dans la roche. Malgré cela, le comblement est un limon clair relativement homogène, simplement mêlé de concrétions calcaires issues des lœss environnants.

FIG. 70 La sépulture 2001 : grand adolescent (15-21 ans).

FIG. 70 La sépulture 2001 : grand adolescent (15-21 ans).

1 situation du squelette
2 limon brun clair mêlé de granules calcaires,
structure hétérogène
3 poche et paquet de lœss
4 limon brun sombre mêlé de granules calcaires,
structure plus homogène

© I. Jahier ; dessin © M. Dupré, A. Dagand.

263Le squelette repose là sur le fond de la cavité. Il est couché sur son côté droit, les membres inférieurs pliés, tibias-fibulae ramenés sous les fémurs, à la perpendiculaire de l’axe du corps. Le membre supérieur gauche en pronation est étendu, en surplomb, sur le thorax, tandis que le droit est posé au fond de la fosse, en extension et légèrement écarté du buste. Ce qui caractérise ici le milieu de décomposition du corps, ce sont les indices d’un colmatage différé du volume initial du cadavre, observés principalement par la mise à plat partielle des épaules, du thorax et du bassin. Le colmatage différé du volume des chairs a favorisé la migration de quelques pièces osseuses hors du volume du corps, sans toutefois que le phénomène soit de grande amplitude : clavicule gauche, décollement de la scapula droite de la cage thoracique, déconnexion du sacrum et du coxal droit, migration des phalanges de la main gauche, disjonction des os des deux jambes. L’existence d’une enveloppe périssable est donc tout à fait probable. On en perçoit l’impact par des effets de délimitation linéaire en trois points possibles à l’arrière du corps, à la hauteur du crâne, de la cage thoracique – comme poussée avec la scapula en situation instable – et de l’aile iliaque droite – à la verticale. En avant du squelette, ce sont des effets de poussée que l’on observe – fémur en rotation vers l’arrière – et le maintien en situation instable du membre supérieur gauche et de la clavicule gauche à la verticale. L’hypothèse de la présence d’un élément périssable contraignant – de type enveloppe souple ajustée – qui a maintenu le bras sur le tronc, repoussant le fémur en arrière, semble plausible.

264Stratigraphiquement, l’ensemble est recoupé par la terminaison du fossé nord-est de la grande parcelle (fossé 2000) interrompu à sa hauteur. Le fossé est visiblement venu s’aligner sur le flanc est de la sépulture. Son creusement en a raboté le remplissage et a abîmé le genou gauche du squelette, auquel manque la patella. Il ne paraît pas exclu que l’unique gros paquet de lœss retrouvé dans le remplissage du fossé et conservé contre le genou, ait été déposé à cet endroit pour réparer une atteinte accidentelle au défunt.

265Le stade de maturation du squelette post-crânien laisse entrevoir un âge au décès de plus de 14/15 ans – la tête fémorale et le coude sont soudés, la ligne épiphysaire est visible – mais de moins de 21/24 ans, période de fusion de la crête iliaque. Quant au stade de calcification des troisièmes molaires inférieures, il correspond à un âge de 15 ans en moyenne, avec des variations entre 12 et 18 ans à deux écarts types. Il s’agirait d’un grand adolescent. Les quelques indices observables dans la région pré-auriculaire du coxal sont masculins (Bruzek et al. 2005). D’après les pièces osseuses disponibles, il n’y a pas de carences (cribra orbitalia). L’hypoplasie linéaire de l’émail dentaire est peu marquée d’après ce que permet de voir un émail abîmé. On note par ailleurs l’absence de tartre et de caries.

Mobilier

266Aucun mobilier n’accompagnait cet individu à sa découverte.

Interprétation

267L’alignement que l’on observe à l’arrière du squelette évoque un élément rigide contre lequel le corps s’adossait à l’origine. La morphologie ovalaire et les dimensions de la fosse s’avèrent toutefois peu compatibles avec la mise en place d’une boîte ou d’un coffrage rectiligne. L’aménagement ne se constituerait alors que d’une seule paroi, procédant de la sorte à une bipartition de la tombe, avec un espace destiné au défunt et un autre peut-être réservé à autre chose. La seconde série d’indices concernant le tronc évoque l’usage d’une enveloppe ajustée au niveau du buste.

268L’une des principales caractéristiques de cette sépulture réside en fait dans la nature de son comblement, totalement étranger, pour sa partie conservée – la partie supérieure a été détruite par les labours – à la nature du substrat. Faute de pierre dans le remplissage, l’hypothèse la plus vraisemblable reste celle de la réutilisation d’une fosse vouée à l’origine à un autre usage et dont la physionomie et la capacité de 700 l la rapprochent sans difficulté des nombreuses fosses de stockage repérées par ailleurs sur le gisement (cf. supra, § 2.3.1.2). Néanmoins, l’hypothèse selon laquelle il s’agirait d’une sépulture dite « de relégation » au sens dépréciatif parfois entendu (Villes 1987), se trouve fortement contredite par la situation de la structure dans le parcellaire ; le tracé du fossé oriental de la grande parcelle conduit en effet à cette tombe qui en fait manifestement un élément marquant du paysage, alors même que la sépulture 2010, voisine et dont la fosse fut creusée à cet effet pour un défunt abondamment paré – tout au moins pour la région –, n’est demeurée de ce point de vue que secondaire.

2.8.1.2 Le couple de sépultures 917 et 918

269Les sépultures 917 et 918 sont installées dans l’intervalle entre les deux fossés nord de l’enceinte, dans un endroit sans doute peu fréquenté, à l’extrémité est de ce couloir (fig. 66). Distantes de 4,50 m l’une de l’autre, elles sont globalement orientées nord-sud, les têtes au sud (sud-sud-est pour la sépulture 917, plein sud pour la sépulture 918). Les squelettes, assez abîmés, sont conservés ici dans le limon brun, entre 50 et 60 cm sous la surface actuelle. Compte tenu de leur état, puisqu’il n’en subsiste que les os les plus résistants – les os longs et le bloc crânio-facial –, les données taphonomiques restent lacunaires. Les fosses par elles-mêmes, rebouchées avec le matériau du creusement, sont demeurées invisibles dans cet encaissant. Aucun mobilier n’accompagnait ces défunts à leur découverte.

La sépulture 917

270Le squelette de la sépulture 917 (fig. 71a), très dégradé, n’a conservé que les diaphyses de ses os longs, une partie du squelette céphalique – mandibule et calotte – et des portions du bassin. Le squelette est allongé sur le dos, avec les membres inférieurs en légère flexion sur le côté droit. Si les cuisses sont parallèles, les jambes devaient se rejoindre ou se toucher peut-être au niveau des chevilles. La tête est franchement inclinée sur l’épaule droite. Le bras droit est étendu le long du corps avec l’avant-bras en pronation ; le membre supérieur gauche, ramené sur l’abdomen, est fléchi à 90°. Le principal mouvement taphonomique du squelette réside en fait dans sa mise à plat au fond de la fosse, où il est conservé sur un niveau horizontal, de sorte qu’il occupe un faible volume de 5 à 6 cm d’épaisseur seulement. On notera tout de même que l’humérus et le coxal gauches sont surélevés de 2 à 4 cm par rapport aux autres ossements. À cela s’ajoutent quelques déconnexions mineures, celles franches du radius et de l’ulna gauches, et de la fibula droite, qui s’effectuent dans le volume initial des chairs. En revanche, la migration de la fibula gauche, écartée du tibia – vue latérale – de quelques centimètres, se fait sans doute hors du volume des chairs. On notera, pour finir, le maintien en situation instable du radius sur l’ulna droite.

FIG. 71 Les deux sépultures d’enfants réunies dans l’intervalle entre les fossés interne et de ceinture : a 917 ; b 918.

FIG. 71 Les deux sépultures d’enfants réunies dans l’intervalle entre les fossés interne et de ceinture : a 917 ; b 918.

© I. Jahier.

271Il s’agit donc ici d’indices en faveur de l’hypothèse d’un colmatage différé du volume du corps ainsi que de sa périphérie immédiate. On peut penser que le défunt s’est décomposé dans un espace peu contraignant et dans quelque chose de peu persistant. L’élévation de l’humérus et du coxal gauches suggère la proximité d’une paroi, dont la nature n’est pas identifiée – bord de fosse ? Quant à la nature de l’enveloppe, on peut envisager pour le moins une enveloppe souple – vêtement, linceul, nattes… Dans le limon, aucune trace de coffre, de cercueil ou de couvercle périssable, aucun effet de paroi ou de contention.

272D’après le stade d’éruption dentaire, le sujet serait décédé entre 12 et 18 ans (Uberlaker 1978). D’après le stade de la calcification des dents, notamment celui des deuxièmes molaires supérieures à l’apex quasi fermé, le sujet serait décédé entre 12 et 14 ans (Moorrees et al. 1963). Par ailleurs, l’absence de carie et de dépôt de tartre témoigne d’une bonne hygiène dentaire. Les signes d’une hypoplasie linéaire de l’émail marquée sur toute la couronne des canines inférieures et supérieures et sur les incisives supérieures indiquent la survenue de stress entre 1 et 5 ans.

La sépulture 918

273Du squelette de la sépulture 918 (fig. 71b), ne subsistent que le crâne, les diaphyses des os longs et quelques fragments de vertèbres cervicales, de côtes et du bassin.

274La dépouille fut ici placée « en position fœtale ». La partie supérieure du corps repose sur le dos tandis que les membres inférieurs sont fortement fléchis. Plus précisément, les jambes sont repliées sur les cuisses, elles-mêmes remontées contre l’abdomen. Les membres supérieurs, avec les avant-bras en pronation, sont repliés de sorte que les mains sont jointes sur la poitrine. La tête, légèrement surélevée, est tournée sur l’épaule droite. On note donc une contradiction entre la posture du tronc à plat et celle des membres inférieurs trouvés sur le côté. Le secteur des vertèbres lombaires et du bassin, où se jouent habituellement les ajustements et les déconnections, n’est plus observable. Le plus vraisemblable reste tout de même une posture initiale du corps sur le côté gauche avec pivotement et affaissement du côté droit au cours de la décomposition.

275La position du squelette évoque pour le moins un colmatage différé du volume initial du cadavre. Les légères disjonctions des os de la jambe gauche ont lieu dans le volume des chairs. Quant aux indices d’une éventuelle contention, ils sont peu nombreux et incertains – maintien de la tête en avant – mais on ne peut exclure l’effet du bord de fosse, de lecture difficile.

276D’après le stade d’éruption dentaire, l’enfant serait décédé aux alentours de 11 ans (+/- 30 mois). D’après le stade de calcification des troisièmes molaires inférieures, les 3/4 de la couronne étant formés, l’âge au décès est également estimé à 11 ans environ. Le périmètre du fémur et du tibia (tabl. II) comparés à ceux d’enfants de deux séries médiévales de Basse-Normandie conduit l’estimation plutôt entre 8 et 11 ans (Alduc-Le Bagousse 1988). L’hygiène de la sphère buccale est correcte : ni carie, ni dépôt de tartre n’ont été observés. Des stries marquent le tiers cervical des couronnes des deuxièmes molaires inférieures, secteur qui se calcifie vers 4 ou 5 ans.

TABL. II Recherche d’appariements et estimation de l’âge au décès. Comparaison de la robustesse des pièces osseuses isolées avec celle des os issus des sépultures (mesures en mm ; D droit ; G gauche).

TABL. II Recherche d’appariements et estimation de l’âge au décès. Comparaison de la robustesse des pièces osseuses isolées avec celle des os issus des sépultures (mesures en mm ; D droit ; G gauche).

2.8.1.3 La sépulture 1551

Description

277La sépulture 1551 est localisée dans le fossé oriental de l’enceinte, à la hauteur du principal chapelet de fosses d’extraction creusé dans son flanc est. Il s’agit de l’unique section du réseau conservée à ciel ouvert durant toute la durée de l’occupation.

278Sans fosse sépulcrale évidente, le sujet semble avoir été intercalé dans le comblement sédimentaire du fossé (fig. 72). Déposé sur le dos au sommet de la couche C5, l’épaule droite contre le comblement des fosses d’extraction (phase 3), il est enseveli sous la couche C6b, issue d’un abattage ponctuel de la berme externe (fig. 57a). De ce squelette malheureusement découvert à la pelle mécanique à l’occasion du sondage de cette section du réseau, il ne reste que la partie gauche du bassin, le tronc et le membre supérieur droit. L’absence de la tête relève d’un geste post-sépulcral. L’atlas, vertèbre qui forme avec le crâne une articulation persistante, est toujours en place, comme d’ailleurs le reste du segment cervical. De ces restes lacunaires émerge l’image d’un corps en décubitus dorsal, les membres inférieurs peut-être fléchis d’après le fémur gauche en vue médiale. Le corps est légèrement déhanché à droite, les bras sont étendus le long du tronc, en pronation, et la main droite est placée sous l’iliaque droit. Outre quelques affaissements à la hauteur des côtes et la migration inexpliquée d’un métacarpien dans la région thoracique – côtes droites –, les conditions de décomposition illustrent un colmatage rapide du pourtour du corps : volume de la cage thoracique en partie conservé, maintien en situation instable de l’humérus et du radius gauches, et du coxal droit de chant. Les légers déplacements qui ont affecté le volume interne du corps – disjonction des côtes et de la scapula gauches, dislocation limitée des phalanges gauches et chute de la clavicule gauche – étayent par ailleurs l’hypothèse d’une enveloppe peu persistante et légèrement contraignante. Le basson – région préauriculaire – présente exclusivement des caractères masculins (Bruzek et al. 2005). L’âge au décès du sujet est estimé, à partir de la fusion en cours de la crête iliaque, entre 21 et 25 ans (Uberlaker 1978 ; Birkner 1980).

FIG. 72 La sépulture 1551, celle vraisemblable d’un adulte jeune (21-25 ans).

FIG. 72 La sépulture 1551, celle vraisemblable d’un adulte jeune (21-25 ans).

© I. Jahier.

279Le sujet 1551 se distingue des autres défunts par une série d’insertions musculaires en creux ; il associe en effet au total trois insertions musculaires ou ligamentaires en creux : la fosse hypothrochantérienne, la fosse costo-claviculaire (à droite et à gauche) et la gouttière du grand pectoral (à droite). Par ailleurs, ces anomalies présentent des enthèses encore discrètes, ce qui souligne l’idée d’une suractivité des muscles concernés. La fosse hypotrochantérienne témoignerait d’une phase active de la croissance, son taux au sein d’une population tendant à disparaître avec l’âge. Ce caractère est associé à d’autres également liés à la croissance comme l’insertion en creux du muscle grand pectoral sur l’humérus et l’insertion en creux du ligament costo-claviculaire sur la clavicule. La formation de ces anomalies et leur maintien peut indiquer un problème de croissance (Castex 1990) ou un surmenage au cours de cette période (Saunders 1978). Cette dernière hypothèse, fréquemment reprise, considère l’éventualité d’une interaction entre des contraintes bio-mécaniques et des modalités particulières de croissance. Le jeune homme 1551 est en particulier concerné mais aussi l’adolescent 2001 – il présente une fosse hypotrochantérienne et une insertion en creux du soléaire. Le sujet 1551 présente encore, à d’autres étages, des indices de remaniements osseux qui ont généré, malgré son jeune âge, une enthésopathie du ligament jaune au niveau des vertèbres thoraciques et une hernie (nodules de Schmorl) inscrite dans les plateaux vertébraux des premières lombaires. Ce sujet multiplie des indices que l’on propose d’interpréter comme les signes d’un surmenage dès son jeune âge.

Interprétation

280Si l’inhumation par elle-même et l’usage d’une enveloppe souple – linceul, vêtements… – évoquent une certaine attention à l’égard du corps, le choix du lieu d’inhumation, l’ensevelissement du défunt à l’aide de quelques « pelletées » de terre probablement arrachées à la berme et l’absence de creusement retiennent en revanche l’attention. La disposition du corps est assez différente de celle des autres défunts, ceux du site en premier lieu mais plus largement ceux qui bénéficient d’une tombe dite « conventionnelle ». Par ailleurs, on soulignera l’absence de la tête, peut-être prélevée, en tous les cas retirée à un moment assez avancé de la décomposition du cou pour que l’opération n’entraîne ni ne perturbe l’ordonnancement des autres vertèbres cervicales. Tous ces aspects donnent à penser que nous sommes en présence des restes d’un individu ayant bénéficié d’un traitement quelque peu particulier.

2.8.1.4 Les restes d’une incinération

281Vers le centre du fossé interne figuraient, disloqués dans le comblement, les restes d’un vase associés à des esquilles blanches et bleutées d’os humains et à celles, brûlées également, d’un animal dont l’espèce n’a pu être déterminée (st. 44-20/21 - 985). La dispersion de ces éléments sur plus de 2 m de long et 20 cm de hauteur dans l’épaisseur du remblai implique que cet ensemble a été déversé là en même temps que les matériaux du talus à la phase 3, pour le calage de la palissade édifiée sur cette section (cf. infra, § 2.1.1.3 et 2.1.3.4). Même maladroit, un simple dépôt aurait en effet constitué un niveau plus uniforme et surtout plus limité, notamment en épaisseur.

282Le vase cinéraire par lui-même affecte une forme globulaire à fond ombiliqué et courte lèvre verticale amincie. De couleur noire, il est décoré dans sa partie supérieure d’un bandeau de doubles chevrons incisés dans la pâte fraîche, encadrés de deux cannelures, à la fois plus profondes et plus mousses (ann 1 : 12). Ce profil, rattaché au type 10 du corpus céramique (fig. 76c : 35), trouve plusieurs rapprochements dans le Nord de la France et plus particulièrement bien sûr, dans le domaine armoricain et ses marges. Une forme équivalente, décorée d’un motif « en marguerite », est connue par exemple sur la nécropole de Kervellec à Morlaix, dans le Finistère, et attribuée à la période ve-ive s. av. J.-C. (Le Goffic 1996). Une autre a été mise au jour dans la grotte du Queroy, à Chazelles, Charente (Gomez de Soto 1984) ; elle est plus spécifiquement attribuée au ve s. av. J.-C. et peut-être plus proche de celle de Courseulles par son thème décoratif formé d’un bandeau de chevrons encadrés de larges traits horizontaux lissés sur la surface graphitée. Du point de vue graphique, un autre rapprochement pourrait être fait avec le vase globulaire de Villeneuve-Renneville-Chevigny dans la Marne, peint d’un motif comparable et attribué à La Tène ancienne I (Brisson et al. 1971 et 1972 cités dans Roualet 1991).

283L’association vraisemblable de ce vase cinéraire au talus qui longe le fossé d’enceinte n’est pas sans rappeler l’exposition de carcasses et d’ossements animaux et parfois humains sur les talus ou dans les fossés de sites très spécifiques de l’âge du Fer comme celui de Gournay-sur-Aronde (Brunaux et al. 1985). Bien qu’aucun site de cette nature ne soit actuellement connu en Normandie, de telles pratiques sont supposées pour quelques habitats du 1er âge du Fer - La Tène ancienne de la région (Fleury-sur-Orne / La Casse : Jahier 1991 ; 1992b) et de La Tène finale (Fleury-sur-Orne / CD 120 : San Juan et al. 1994 ; plateau de Thaon : San Juan et al. 1999). À Courseulles, les surfaces nettes et polies du vase, visiblement protégé de l’agression du gel et du soleil, suggèrent que celui-ci était plus certainement enfoui dans l’épaisseur du talus ou abrité dans une niche. On rapprochera de cette idée les dépôts, peut-être cultuels ou funéraires, parfois observés dans les remparts de sites fortifiés de la fin de l’âge du Bronze et de l’âge du Fer en Europe tempérée et continentale. Certains, comme à Luzech, dans le Lot, mais essentiellement pour l’heure dans le Sud de la Grande-Bretagne où les indications chronologiques précises font souvent défaut, ont parfois concerné des ossements humains isolés ou des squelettes complets, selon les cas intégrés ou recouverts par les fortifications (Buchsenschutz, Ralston 2007).

2.8.1.5 La fosse 66

284La fosse 66 est placée à l’intérieur de l’enceinte contre l’angle nord-ouest du bâtiment n° 4, celui-ci correspondant vraisemblablement à l’une des premières habitations de l’établissement. Orientée nord-nord-est - sud-sud-ouest, elle se manifeste au sommet du limon brun en place – 40 cm sous la surface actuelle – par une petites plage de dalles posées à plat cernée d’une corolle d’éléments verticaux posés sur chant (fig. 73a). Ces derniers, légèrement inclinés, peut-être par la compression des terres, semblent avoir été appuyés sur les parois d’un creusement rectangulaire de 80 cm de long par 60 cm de large pour 20 cm de profondeur sous le sommet du limon brun. Il reste difficile dans ce milieu de distinguer la section exacte de l’excavation : rectangulaire, trapézoïdale ? Le fond de la fosse, plat, coïncide avec le sommet du lœss. À son extrémité sud, une cavité antérieure inscrite dans une cuvette d’une vingtaine de centimètres de diamètre pour une dizaine de centimètres de profondeur s’est trouvée oblitérée par l’une des pierres de l’habillage. L’ensemble était comblé par un limon brun homogène exempt de matériel et d’ossement.

FIG. 73 Deux sépultures probables de sujets immatures : a le coffre 66, vide ; b la fosse 362, avec les ossements d’un nourrisson. Cliché

FIG. 73 Deux sépultures probables de sujets immatures : a le coffre 66, vide ; b la fosse 362, avec les ossements d’un nourrisson. Cliché

Description des sédiments
1 limon brun charbonneux et matériel bien conservé, en position de
rejet primaire probable (céramique, restes de faune)
2 limon brun et nombreuses pierres brûlées, plaquettes calcaires et
matériel bien conservé en position de rejet primaire probable
3 limon brun mêlé d’artefacts érodés et fragmentaires
(dépôt secondaire probable)

© I. Jahier ; dessin M. Dupré, L. Le Gaillard, A. Dagand.

285La vue d’ensemble évoque l’aménagement d’un coffre habillé et fermé par de petites dalles calcaires, et progressivement colmaté par l’infiltration de sédiments fins. Malgré l’absence d’ossements, sa configuration et ses dimensions en font la sépulture très vraisemblable d’un enfant ou d’un nouveau-né, gardé à proximité de la maison. À défaut d’exemples pour la période dans la région, on évoquera ceux de Quimper / Le Braden I, Hennebont / Le Polvern et Quiberon / Goulvars, en Bretagne (Tanguy et al. 1990).

2.8.1.6 Les ossements humains de la fosse 362

286Avec trois cents quatre-vingt-quinze tessons permettant la reconstitution d’une douzaine de profils céramiques (ann. 1 : 94-107) et un comblement général d’aspect détritique associant pierres, brûlées ou non, restes de faune déconnectés et cassés, charbons de bois, nodules de terre cuite…, la fosse 362, malgré la relative distance qui la sépare de la zone résidentielle, fut perçue au décapage et à la fouille comme une énième structure de stockage remblayée de déchets domestiques. Installée sur la zone de greniers établie dans la partie sud de l’enceinte, celle-ci, d’une contenance d’environ 2000 l et taillée aux deux tiers de sa hauteur dans la roche, présentait une ouverture en U de 1,90 m de long par 1 m de large pour une profondeur totale de l’ordre de 1 m sous la surface (fig. 73b). La fouille en plan et par moitié n’y révéla aucune organisation spécifique en dehors d’un certain affaissement du comblement dû au tassement. Trois principales couches de constitution totalement étrangère au contexte géologique s’y empilent selon des profils en berceau.

287La base se trouvait remblayée d’un niveau charbonneux mêlé de grandes pièces bien conservées : galet, nodules d’argile cuite, restes de faune, poterie… Parmi elles, une sorte de pince en fer (fig. 80 : 10) et surtout une petite attache de vêtement en bronze munie d’un œillet (fig. 80 : 14), pièce tout à fait identique à celle attribuée au 1er âge du Fer (Verney 1993) de la nécropole de Saint-Martin-de-Fontenay / La Coite, et à celle de Mondeville / L’Étoile, attribuée à La Tène ancienne (Vauterin 1996). La partie supérieure de la fosse était comblée d’une matrice simplement terreuse parsemée de tessons érodés et d’esquilles osseuses. Entre les deux, un niveau plus chargé en pierres brûlées, lequel comportait la plupart des formes céramiques présentées en annexe 1 et un fragment de bracelet tonnelet en lignite (fig. 80 : 15), renfermait aussi quelques restes d’un nouveau-né qui ne furent identifiés qu’après coup. On y reconnaît les parties pétreuses des temporaux droit et gauche, le tiers proximal d’une diaphyse tibiale gauche et un tibia droit, ainsi que le tiers distal d’une diaphyse fémorale, sans doute droite. Il s’agit des vestiges d’un même sujet, ceux d’un nouveau-né dont l’âge estimé est de 10 à 12 mois lunaires – soit entre 1 et 3 mois de vie –, stature évaluée d’après le tibia droit (Sellier et al. 1997). Nous ne connaissons rien en revanche de l’organisation des ossements dans ce niveau. Malgré tout, l’attache vestimentaire, qui aurait pu aisément migrer dans le remplissage, mais aussi le fragment de bracelet en lignite, ajouteraient une certaine cohérence à cet ensemble, dans la perspective où il s’agirait bien d’une sépulture.

2.8.1.7 Les ossements isolés

288Au total, cinq ossements humains isolés ont été recueillis sur le gisement.

289Le fémur de la fosse 119, dont ne subsiste que la diaphyse, correspond au membre inférieur droit d’un sujet adulte ou subadulte (tabl. II). On notera l’hyperaplatissement de la diaphyse sous le trochanter avec la faiblesse des insertions musculaires.

290Dans le fossé de ceinture (st 45c-26), à peu près à hauteur de la passerelle centrale, une portion de fémur gauche d’adulte ou subadulte présente la même caractéristique, il n’est pas impossible qu’il s’agisse du même sujet. Dans le même fossé (st. 45c-62 : nos 8, 11), de la section sud toujours, se trouvent les portions d’un tibia et d’un humérus gauches correspondant à un squelette d’enfant, attribuables d’après leur robustesse (tabl. II) à un défunt d’une dizaine années. Dans ce tronçon de fossé donc, les restes de deux sujets au moins ont été ensevelis en plus du défunt 1551. Dans le fossé interne (st. 44-24), a été découvert le tiers médian d’un fémur d’enfant de stature comparable à celle du sujet 917 dont l’âge au décès est estimé aux alentours de 11 ans. L’ensemble de ces éléments, toujours cassés et épars, concerne donc au moins un sujet robuste adulte ou subadulte et un sujet immature, et au plus deux adultes et deux sujets immatures.

291Mais, en dehors du fémur de la fosse 119, l’aspect déterminant de ces fragments dispersés reste que tous proviennent des remblais de plaquettes et cailloutis calcaires apportés à la phase 3 pour le blocage des palissades dans les fossés, c’est-à-dire, comme l’incinération 44-20/21-985, des talus des phases 1 et 2 démantelés à cette occasion. Ceci renvoie donc une nouvelle fois à l’hypothèse de l’existence de dépôts particuliers dans les clôtures de l’habitat, à rapprocher de ceux évoqués pour différents sites de la fin du 1er (Fleury-sur-Orne / La Casse : Jahier 1992b) et de la fin du 2nd âge du Fer de la région (Fleury-sur-Orne / CD120 : San Juan et al. 1994 ; Thaon : San Juan et al. 1999) mais, de manière plus large, à ceux directement conservés dans certaines fortifications protohistoriques d’Europe de l’Ouest (cf. supra, § 2.8.1.4) [Buchsenschutz, Ralston 2007].

2.8.2 Synthèse

2.8.2.1 Traitement des corps et architecture funéraire

292Avec probablement sept tombes à inhumation sur huit sépultures, le mode funéraire dominant à Courseulles reste celui de l’inhumation dite en « tombe plate », caractéristique de la modification des usages funéraires observée à peu près partout dans l’Ouest de l’Europe à la fin du 1er âge du Fer. À Courseulles, quel que soit l’âge du défunt – enfant, adolescent ou adulte –, la pratique de l’inhumation s’opère apparemment de façon privilégiée dans un contenant périssable, le corps étant lui-même enveloppé dans une enveloppe souple en matière peu persistante. L’évolution de la dépouille évoque par ailleurs divers types d’architecture funéraire, notamment des coffres ou des cercueils en matériaux périssables – du bois peut-être ? – dans les tombes 917, 918 et 2010. C’est un aménagement différent de la tombe, avec bipartition de la fosse, qu’il faut envisager pour la sépulture 2001. En revanche, l’espace de décomposition du sujet 1551, qui se caractérise par un colmatage rapide, nous oriente sur une sépulture plus simple d’un genre assez inhabituel : le recouvrement du cadavre par les terres de rive ou la berme du fossé. L’agencement du coffre en pierres de la fosse 66 pour l’inhumation probable d’un très jeune sujet (0-2 ans ?), agencement qui ne semble par correspondre au calage d’un coffre en bois, est d’une conception finalement assez originale pour la période. Mais le faible investissement en moyens que représente sa réalisation en fait une construction plus sommaire que ne l’aurait été par exemple un cercueil ou d’un coffre en bois. Dans le même esprit, le sujet encore plus jeune de la sépulture 362 – un nouveau-né –, fut vraisemblablement déposé dans une fosse préexistante, une structure de stockage probablement, manifestement en cours de comblement au moment de l’inhumation.

293Le deuxième type de traitement du cadavre observé est l’incinération (44-20/21-985). Jusqu’à une date récente, faute d’élément, cette pratique était considérée comme très marginale pour le 1er âge du Fer en Basse-Normandie, voire révolue. Depuis, plusieurs incinérations découvertes à l’occasion de la fouille de quelques ensembles funéraires suggèrent la coexistence des deux pratiques. Il reste surtout à évaluer la part de chacune dans la démarche funéraire. Trois incinérations en vase accompagnaient par exemple l’une des inhumations de la nécropole d’Éterville / Le Clos des Lilas (tombe 13 : Hérard-Dumont 1996). Dans le même temps ou à peu près, la fouille du petit cimetière familial de Basly révélait les restes de deux incinérations, l’une en vase déposée dans une fosse à l’intérieur du monument, l’autre rejetée sans contenant persistant dans le fossé (San Juan, Le Goff 2003). Plus récemment, la reprise de la fouille de la nécropole d’Éterville a permis de constater que le comblement d’un certain nombre d’inhumations des ve et ive s. comportait également des esquilles éparses d’ossements calcinés (Jahier 2009b). On trouve encore mention d’os calcinés (humains ?) associés à des tessons et des charbons dans le descriptif de plusieurs tombes à inhumation des ensembles funéraires de Ifs / La Dronnière (Varoqueaux 1966) et de Soumont-Saint-Quentin (Edeine 1961). Ainsi, comme pour les ensembles bretons de Melgven / Kerviguérou (Villard 1993) ou de La Forêt-Fouesnant / Pouljigou dans le Finistère (Le Goff, Jean 1993), ces récents témoignages bas-normands indiqueraient bel et bien ici aussi et au ve s. av. J.-C. la survivance d’une pratique crématoire que l’on pensait oubliée.

294Les ossements isolés quant à eux concernent au plus deux sujets adultes et deux enfants. Ils enrichissent la série des ossements humains épars fréquemment associés aux habitats protohistoriques de la région, phénomène que l’on observe tout autant pour l’âge du Bronze que pour l’âge du Fer : Mondeville-Grentheville / Zone Industrielle Sud, Bronze moyen (San Juan 1992a ; Delrieu 2005 ; Chancerel et al. 2006b : 165-166), Mondeville / L’Étoile, Bronze moyen (Collilieux 2006), Fleury-sur-Orne / La Casse, 1er âge du Fer / La Tène ancienne (Jahier 1991), Fierville-les-Parcs / Pré de la Val, La Tène ancienne (Jahier et al. 2002), Fleury-sur-Orne / CD 120, La Tène finale (San Juan et al. 1994). À ces gestes peut-être symboliques encore difficiles à décrypter (Brunaux, Méniel 1997) s’ajoute la situation rencontrée dans la structure 1551. Si elle n’est pas le fait de quelques carnassiers, l’absence du bloc crânio-facial sans déstructuration du reste du squelette pourrait illustrer une autre facette du traitement des ossements.

295Concernant l’unité du groupe, les indices collectés au niveau de chacune des sépultures témoignent d’une assez grande variabilité des moments d’implantation. Ceci pourrait donner une explication à leur éparpillement sur le site. La sépulture 2010, installée au sud, figure sans doute parmi les plus anciennes ; les parures qu’elle recèle autorisent à lui attribuer la date probable de 530-500 av. J.-C. (Hallstatt D2). Elle se rattacherait donc a priori à la phase 1 du site et plus vraisemblablement encore à son inauguration si l’on en juge par la série de poteries issues de l’habitat (cf. infra, § 3.2). La sépulture 2001, installée tout à côté (2 m) est probablement elle aussi à rattacher à cette période. Mais, quoique moins prestigieuse en apparence, pour sa partie souterraine tout au moins, cette seconde sépulture, qui a probablement servi de point de référence pour l’implantation du fossé est de la grande parcelle, a pu être installée quelques années avant la sépulture 2010. À cette même phase se rattacherait probablement aussi la sépulture de nourrisson creusée au centre de l’enceinte (66), si son lien au bâtiment 4 est accepté. Les sépultures d’enfants installées au nord dans l’intervalle entre les deux fossés sont, de par leur position, à associer au minimum à la phase 2, que définit le creusement du fossé interne. Il n’est cependant pas exclu que leur implantation se soit réalisée plus tardivement, à la phase 3 ou même à la phase 4, puisque le « couloir » formé par le doublement de la clôture de ce côté sera maintenu jusqu’à l’abandon du site. L’incinération en vase au contraire n’a pu être abritée ou enfouie dans le talus bordier du fossé interne qu’à la phase 2. Tombée dans l’oubli, elle fut précipitée dans le fossé à la phase 3 lors de l’édification des palissades, comme d’ailleurs quatre des cinq ossements isolés.

2.8.2.2 Les défunts concernés

  • 9 S. Pluton-Kliesch, en cours d’étude.

296Il est de plus en plus manifeste que ces tombes ne forment pas un ensemble funéraire cohérent qui, au cours du temps, aurait finit par créer une nécropole ou du moins un espace dédié aux défunts. Leur dispersion sur l’habitat et sa périphérie, sur les espaces domestique et résidentiel, au niveau des lignes de clôture – fossé ou talus – ou sur l’espace agricole attenant, reste du point de vue de l’organisation le seul point commun de ces sépultures. Parmi les onze sujets identifiés – tombe et os épars – figurent un nouveau-né (st. 362), un jeune enfant d’âge indéterminé (st. 66), trois à quatre enfants dont l’âge varie entre 8 et 14 ans (917, 918, 44-24, 45c-62) et un grand adolescent masculin âgé de 15-20 ans (2001). On compte quatre adultes : un jeune homme (1551), une femme d’âge sans doute moyen (2010), un sujet incinéré (44-20/21-985) et un ou deux autres adultes (119, 45c-26) dont les os épars ne permettent pas de préciser l’âge (tabl. III). On notera tout de même que, quelle que soit la phase chronologique, il s’agit presque exclusivement d’une population jeune à très jeune – infantile, adolescente et jeune adulte – appartenant à des classes d’âge habituellement peu représentées dans les cimetières de l’âge du Fer, notamment dans ceux du Bassin parisien (Baray 2003 : 26-29). Pour autant, en Normandie, cette population n’est pas écartée des nécropoles. Les quelques cimetières régionaux connus pour la période montrent en effet que la classe des 10-14 ans y est bien présente, notamment à Basly mais peut-être plus encore à Éterville / Le Clos des Lilas où, sur la partie fouillée (cent vingt sépultures), les immatures (0-19 ans) représentent près de 55 % de l’effectif9. La norme funéraire de l’époque ne les excluait donc pas de ces espaces funéraires collectifs.

TABL. III Ossements humains : données métriques disponibles, en mm, et caractères discrets observés (T transversal ; S sagittal).

TABL. III Ossements humains : données métriques disponibles, en mm, et caractères discrets observés (T transversal ; S sagittal).

297Jusqu’à présent, peu d’individus de cette période ont été étudiés, et les données sont à publier. Aussi, ne proposerons-nous que quelques constats pour Courseulles. On note que l’état sanitaire de la sphère buccale s’avère bon pour les sujets jeunes (917, 918 et 2001) et médiocre chez la femme aux parures, plus âgée (2010). En revanche, les enfants sont porteurs de signes de carences survenus dans leur petite enfance – entre 1 et 5 ans –, stress que ne semble pas avoir connu le couple de tombes, adolescent (2001) et femme adulte (2010). Les jeunes gens se distinguent à nouveau, l’adolescent (2001) et surtout le jeune homme (1551), par une série d’indices que l’on propose d’interpréter comme les signes d’un surmenage physique au cours de la période de croissance. L’échantillon est bien modeste et les critères à croiser nombreux pour que l’on puisse espérer dégager ici une tendance liant conditions de vie, âge au décès, genre et traitement funéraire. On soulignera toutefois que le traitement funéraire du défunt qui nous a le plus interrogé (1551 : absence de la tête et ensevelissement dans un fossé) est également celui qui a livré les traces les plus tangibles d’une suractivité au cours de sa jeune existence.

298On le voit bien, il n’est pas simple de tenter d’évaluer le statut de ces défunts que l’on pressent particulier du fait même qu’il n’ont pas rejoint le lieu que l’on imagine consacré à cet usage, à savoir un ensemble funéraire structuré vraisemblablement établi quelque part à la périphérie du site ; d’autant plus difficile que les données collectées à leur sujet pourraient paraître contradictoires. La sépulture 2001, certainement opportuniste pourtant, était sans doute suffisamment importante aux yeux des occupants pour constituer l’une des références du parcellaire environnant. Il en va de même pour le soin porté à la défunte de la sépulture 2010, dotée d’une parure remarquable, et même exceptionnelle pour la région, et d’une tombe architecturée étonnamment grande, que l’on ne peut comparer qu’aux tombes les plus imposantes de l’ensemble funéraire de Basly ou de la nécropole d’Éterville. Même pour les deux enfants ensevelis quelques décennies plus tard entre les deux clôtures septentrionales (sép. 917, 918), on constate que les tombes sont architecturées, au minimum munies d’un coffre ou d’un cercueil, et cela alors même que la sépulture 1551, techniquement plus simple ou encore l’incinération 44-20/21-985, associée au talus, voire en dernier lieu les ossements épars, témoignent de pratiques relativement diversifiées. Pour le sujet isolé 1551, le lieu d’inhumation et les traces qu’a laissé sur les os une suractivité dès l’enfance conduisent à s’interroger sur le statut, peut-être marginal, de ce défunt. Au contraire, les très jeunes sujets associés aux espaces domestique et résidentiel, l’un en tombe architecturée (66), l’autre très certainement dans une fosse préexistante (st. 362), induisent plutôt l’idée de position privilégiée pour ces défunts. En effet, plus que l’intégration des morts au territoire des vivants que pourrait évoquer cette association des sépultures à l’habitat, ce qui frappe avant tout c’est que tous, à l’exception du nouveau-né (362) et du très jeune sujet (66), furent écartés de la zone résidentielle, et que tous ceux qui ont été inhumés l’ont été au-delà des clôtures.

299Certes, la compréhension du phénomène funéraire à l’âge du Fer en Basse-Normandie n’en est qu’à ses débuts. Mais la présence de ces sépultures éparses sur l’habitat de Courseulles montre que, sans doute, l’intégration à un espace funéraire consacré, ensemble de quelques tombes ou nécropole, tout comme le rite de l’inhumation en tombe plate lui-même, n’était pas l’unique traitement des défunts en cette fin du 1er âge du Fer en Basse-Normandie. D’autres critères, d’ordre social, familial et religieux vraisemblablement, intervenaient manifestement dans le choix du traitement des morts, dont ces quelques témoignages nous montrent à présent toute la complexité.

Notes

1 Ce chemin, dont on pouvait seulement soupçonner l’existence lors de la fouille, a depuis été parfaitement identifié grâce aux vues satellites. Il s’agit en fait d’une courte desserte d’environ 200 m de long ouverte entre l’enceinte et un chemin perpendiculaire menant, celui-ci, de l’éperon barré de Banville / La Burette (fréquenté au vie et au ve s. av. J.-C. : Kerdivel 2008), ou tout au moins de la confluence de la Seulles et de la Mue située en contrebas, au débouché probable de la lagune situé au niveau de Bernières-sur-Mer. À défaut de jonction exacte avec l’habitat de Banville, sa jonction à l’enceinte de Courseulles assure que les deux axes étaient au minimum en place au vie-ve s. av. J.-C.

2 Ce comptage tient compte des trois bâtiments intégrés à l’annexe agricole.

3 Les sept édicules ne sont pas pris en compte dans ce comptage.

4 En réalité le tiers supérieur lorsqu’elles se situent au sommet du limon brun.

5 Il est difficile en effet de déterminer si les trois « fosses » mises au jour en avant de la façade ouest (st. 771, 775, 778), correspondent réellement à ce type de structures. Dans cette zone de recouvrement mince, leur rattachement à ce groupe repose sur des indices bien ténus : quelques agrégats diffus de pierres et éclats de pierres brûlées associées à de rares tessons conservés sur le substrat et, considérant la topographie du lieu, plutôt dans les dépressions laissées par le très léger modelé de la roche en place. On ne sait donc pas au final s’il s’agit de la base de fosses peu profondes ou, comme nous serions davantage enclins à le penser aujourd’hui, de lambeaux de sols piégés dans les très légères dépressions du substrat décapé à l’âge du Fer pour la réalisation des esplanades (cf. supra, § 2.1.2.1). Dans le doute, ces trois structures ont été maintenues sur la figure 52.

6 Si l’on se réfère à la hauteur originelle de la structure, soit 30 à 40 cm au-dessus de la base du décapage.

7 Éventuellement deux (ens. 11).

8 Comme en fait pour le passage septentrional de l’enceinte (cf. supra, § 2.1.3.3).

9 S. Pluton-Kliesch, en cours d’étude.

Table des illustrations

Titre FIG. 10 Plan général du site de l’âge du Fer.
Crédits © M. Dupré, L. Le Gaillard, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre FIG. 11 Coupes des fossés de clôture.
Légende 1-6 fossé de ceinture (45) : C1 limon brun mêlé de granules et de sables calcaires ; C2 vrac de plaquettes calcaires et limon brun interstitiel ; C3 limon brun homogène ; C4 vrac de plaquettes et cailloutis calcaires scellé de limon brun interstitiel, ponctuellement lacunaire ; C5 limon brun mêlé de granules et de cailloutis calcaires épars lités ; C6 limon brun mêlé de lentilles de lœss (= fosse polylobée 1629) ; C6b limon brun panaché de lœss (= inhumation 1551) ; C7 limon brun homogène ; C8 vrac de plaquettes et cailloutis calcaires mêlés de limon brun interstitiel ; C9, C9b limon brun gris mêlé d’éléments calcaires épars et lités, et de mobiliers résiduels ; C10 limon brun homogène ; C11 chape de plaquettes et cailloutis calcaires, et limon brun interstitiel.7-9 fossé interne (44) : C1 limon brun-gris à caractère hydromorphe mêlé de granules et de sables calcaires ; C3 vrac lacunaire de plaquettes et cailloutis calcaires ; C4 limon brun homogène ; C5 vrac de plaquettes et cailloutis calcaires mêlé de limon brun interstitiel ; C6 limon brun-gris mêlé de quelques éléments calcaires et de mobiliers erratiques protohistoriques ; C7 chape de grandes plaquettes calcaires ; C8 limon brun mêlé de quelques cailloutis calcaires et de mobiliers résiduels historiques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre FIG. 12 Répartition des principales unités stratigraphiques du fossé de ceinture 45 (pour la légende des couches de comblement, voir fig. 11).
Crédits © M. Dupré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre FIG. 13 Section nord du fossé de ceinture. À peu près à mi-comblement par rapport à la hauteur originelle du fossé, le remblai caillouteux C8 a été apporté pour le calage des poteaux depuis le talus à l’origine édifié sur l’intérieur de l’enceinte, ici à gauche du fossé (étapes 1 et 2). Comme sur les côtés est et sud de la clôture, un groupe de grands blocs de pierres au centre de la section, ici au premier plan, motive l’hypothèse d’une maçonnerie probable des talus autour des passages. Sur cette section et au fond de la goulotte, le remblai pierreux s’est également infiltré en plusieurs points jusqu’à la rive opposée, isolant ainsi quelques cavités plus profondes. Il n’est pas exclu de voir dans cette répartition un système possible de poteaux porteurs et de panneaux ou de montants intermédiaires moins encaissés.
Crédits © I. Jahier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre FIG. 14 Empreintes de palissade sur la section nord du fossé de ceinture : au-dessus du remblai calcareux C8 destiné au calage des poteaux, au premier plan, le remblai limono-caillouteux C9 apporté à sa suite depuis l’intérieur de l’enceinte (à droite) observe la même discontinuité vers le versant externe, contre une zone diffuse de limon plus homogène marquant l’emplacement des montants (C7).
Crédits © I. Jahier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre FIG. 15 À l’angle nord-est du fossé de ceinture, le curage de la goulotte limoneuse rend particulièrement bien compte de l’effet de paroi du remblai pierreux, ici crénelé au contact de trois gros poteaux jointifs dont ne subsistent que les empreintes circulaires au fond du sondage.
Crédits © I. Jahier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre FIG. 16 Section sud du fossé de ceinture au niveau de laquelle se distinguent les contours du fossé primitif et, contre sa rive externe à gauche, le comblement limoneux de la goulotte ouverte à l’étape 4 pour l’installation de la seconde palissade. À sa droite, le remblai limono-pierreux apporté pour son calage. L’empreinte de palissade à poteaux espacés courant en rive à sa gauche correspond à celle marquant l’arrière de l’annexe métallurgique établie à l’angle sud-ouest de l’enceinte.
Crédits © I. Jahier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre FIG. 17 Hypothèse de restauration.de la palissade méridionale dans le fossé de ceinture. Après l’arrachage ou la coupe des poteaux de la première paroi probablement abîmée au pied (C3), dont la dégradation a pu être accélérée par le ruissellement dans un fossé partiellement remblayé (C5), une nouvelle paroi à poteaux jointifs est dressée depuis une goulotte latérale moins profonde et taillée dans le haut du versant (C10).
Crédits © E. Saint.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre FIG. 18 Restitution hypothétique de la clôture orientale : a plaquette calcaire ; b lœss ; c limon.
Crédits © E. Saint.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre FIG. 19 Principales composantes de la clôture occidentale : a plan ; b profil topographique de la clôture selon un axe nord-sud AA’ (l’entrée est au centre entre les maçonneries 1482 et 1481) ; c coupes des différentes structures (les nos de matrices sont en caractères standards, les nos d’US sont en caractères gras).
Légende Description des sédiments0 1 limon brun colluvionné 2 niveau de cailloutis calcaires arrondis et pour la plupart brûlés (chaussée 1496) 3 éboulis du mur ; vrac de plaquettes et de cailloutis calcaires mêlés de limon brun interstitiel 4 fourrure de plaquettes et de cailloutis calcaires mêlés de limon brun interstitiel 5 limon brun mêlé de matériaux calcaires (granules, cailloutis, plaquettes) et de mobiliers épars 6 pierres brûlées
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre FIG. 20 Restitution de la clôture ouest lors de l’édification de la muraille contre la palissade antérieure maintenue en retrait.
Crédits © E. Saint.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre FIG. 21 Quatre vues de la clôture ouest et des fondations de la porte principale : a le passage, bordé au nord et au sud par les soubassements trapézoïdaux du mur de façade (quatrième état, second emplacement), émergeant des éboulis ; b l’installation du mur sur les multiples fondations antérieures de l’entrée principale ; sous la maçonnerie, dans l’ajour réalisé à l’occasion du démontage de la fourrure, le cailloutis damé de la chaussée 1496 ; c les quatre fondations occidentales de la tour porte (deuxième état du second emplacement) vues depuis l’intérieur de l’enceinte ; entre les fondations externes, au centre de la photo, la fosse de calage de la butée de portail (1494) ; d au premier plan, le cailloutis de la chaussée (1496) recouvert par les éléments un peu plus forts de la couche de gravats (1621) liée à la restauration du pied-droit méridional ; en coupe, au second plan à droite, la couche d’éboulis recouvrant l’ensemble ; à peu près au centre, les deux parements successifs du pied-droit méridional, le premier élevé depuis la chaussée, le second depuis une couche de sédiments accumulés au pied de la maçonnerie.
Crédits © I. Jahier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre FIG. 22 Vue des fondations de l’entrée principale depuis l’intérieur de l’enceinte. Au second plan, l’empierrement de la chaussée, conservé sur une quinzaine de mètres jusqu’à la zone de labour.
Crédits © I. Jahier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre FIG. 23 Clôture occidentale. Le soubassement sud du mur de façade vu depuis l’extérieur de l’enceinte après décapage et nettoyage manuel : 1 passage ; 2 éboulis ; 3 tranchée de palissade 1462 ; 4 ligne de trous de poteau ens. 56.
Crédits © I. Jahier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre FIG. 24a Plan stratigraphique général de la porte ouest.
Crédits © M. Dupré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Titre FIG. 24b Coupes stratigraphiques générales de la porte ouest (les nos de matrices sont en caractères standards, les nos d’US et de structures sont en caractères gras).
Légende Description des sédiments 1 limon brun colluvionné 2 limon brun homogène ponctué de rares cailloutis et plaquettes calcaires 3 limon brun mêlé dans une large proportion de granules calcaires, de cailloutis et de petites plaquettes calcaires 4 plaquettes, cailloutis calcaires et limon brun interstitiel 5 limon brun homogène 7 niveau de cailloutis calcaires arrondis et pour la plupart brûlés (chaussée 1496) 8 éboulis 9 limon brun mêlé de granules calcaires 10 limon brun mêlé de petites plaquettes et cailloutis calcaires 11 limon brun clairsemé de petites plaquettes calcaires, coiffé d’un massif de plaquettes calcaires 12 fourrure de plaquettes, cailloutis calcaires mêlés de limon brun interstitiel et de quelques mobiliers épars érodés Bq banquette P1 parement 1 P2 parement 2
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre FIG. 25 Emprise supposée de l’esplanade.
Crédits © A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre FIG. 26 Porte ouest, premier emplacement : plan et coupes des fondations (sur les coupes, les nos de matrices sont en caractères standards, les nos d’US et de structures sont en caractères gras).
Crédits © A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre FIG. 27 Porte ouest, second emplacement, premier état : a plan général du dispositif ; b-g coupes stratigraphiques (sur les coupes, les nos de matrices sont en caractères standards, les nos d’US et de structures sont en caractères gras).
Légende Description des sédiments 1 limon brun homogène 2 limon brun mêlé de cailloutis épars 3 limon brun mêlé de nombreux granules cailloutis et petites plaquettes calcaires
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre FIG. 28 Porte ouest, second emplacement, premier état : restitution avec positionnement possible d’une écharpe (pour des raisons de lisibilité de la structure porteuse, les vantaux de la porte, probables, n’ont pas été figurés).
Crédits © E. Saint.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre FIG. 29 Porte ouest, second emplacement, état 2a, édification d’une tour porte : a plan général du dispositif ; b-f coupes stratigraphiques (sur les coupes, les nos de matrices sont en caractères standards, les nos d’US et de structures sont en caractères gras).
Légende Description des sédiments 1 limon brun colluvionné 2 limon brun homogène 3 remblai de plaquettes, cailloutis calcaires et limon brun interstitiel 4 limon brun mêlé de rares cailloutis calcaires 5 limon brun mêlé de cailloutis calcaires 6 limon brun mêlé de cailloutis calcaires et coiffé d’un massif de plaquettes calcaire
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre FIG. 30 Porte ouest, second emplacement, état 2a : restitution de la tour porte.
Crédits © E. Saint.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre FIG. 31 Porte ouest, second emplacement, état 2b, mise en place de la chaussée : a plan général des vestiges
Crédits a © M. Dupré, A. Dagand ; b © E. Saint.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre FIG. 32 Porte ouest, second emplacement, état 2b : principaux apports stratigraphiques de la chaussée 1496.
Crédits © M. Dupré.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre FIG. 33 Porte ouest, second emplacement, troisième état, édification du mur en pierre : a plan du dispositif (les limites de 1621 sont schématiques) ; b hypothèse de restitution ; c coupes stratigraphiques (sur les coupes, les nos de matrices sont en caractères standards, les nos d’US et de structures sont en caractères gras).
Légende Description des sédiments 1 limon brun colluvionné 2 limon brun mêlé de cailloutis calcaires 3 niveau de cailloutis calcaires arrondis et pour la plupart brûlés (chaussée 1496) 4 fourrure de plaquettes, cailloutis calcaires et limon brun interstitiel 5 couche de petites plaquettes et cailloutis calcaires érodés, en partie incrustés dans les premiers centimètres de la chaussée (1621) .P1 parement 1 P2 parement 2 du pied-droit sud
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre FIG. 34 Les deux parements successifs du pied-droit méridional.
Crédits © M. Dupré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre FIG. 35 Porte ouest, second emplacement, quatrième état, élargissement du portail : a plan du dispositif ; b hypothèse de restitution ; c coupe stratigraphique (sur la coupe, les nos de matrices sont en caractères standards, les nos d’US et de structures sont en caractères gras).
Légende Description des sédiments0 1 limon brun colluvionné 2 limon brun mêlé de petites plaquettes et cailloutis calcaires 3 limon brun clairsemé de petites plaquettes calcaires, coiffé d’un massif de plaquettes calcaires 4 limon brun homogène 5 niveau de cailloutis calcaires arrondis et pour la plupart brûlés (chaussée 1496) 6 couche de petites plaquettes et cailloutis calcaires érodés, en partie incrustés dans les premiers centimètres de la chaussée (1621) Bq banquette
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Titre FIG. 36 Les trois accès secondaires : a accès méridional (ens. 55) ; b accès oriental (ens. 54) ; c accès septentrional (ens. 47).
Crédits © M. Dupré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre FIG. 37 Restitution hypothétique de l’accès méridional (ens. 55).
Crédits © E. Saint.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre FIG. 38 Vue des empreintes de poteaux de l’accès septentrional entre les deux fossés de clôture (44 et 45).
Crédits © I. Jahier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre FIG. 39 Les modifications successives de la clôture.
Crédits © M. Dupré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre TABL. I Récapitulatif des correspondances par phases entre les différentes composantes et horizons stratigraphiques de la clôture.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre FIG. 40 Localisation des édifices et des diverses constructions sur poteaux (pour des raisons de lisibilité, ce plan ne fait pas la différence entre alignements avérés et alignements supposés ; pour plus de précision, on se reportera à l’annexe 2).
Crédits © M. Dupré, L. Le Gaillard, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre FIG. 41 Vues des fondations de l’édifice ens. 3 aux premier et second décapages. Véritable cas d’école, les fondations de cette petite dépendance fournissent un exemple très représentatif de la diversité possible des comblements pour une même structure : a au sommet du limon décarbonaté, six cavités désorganisées seulement étaient rendues visibles, tantôt par de larges plages compactes de pierres brûlées (au centre et sur le côté est), tantôt par des aires diffuses clairsemées d’éléments étrangers au limon (petits éléments calcaires, nodules d’argile rubéfiée…) ou par une simple plaquette calcaire à plat (angle sud-est, vers le haut du cliché) ; quelques fenêtres ont d’abord été ouvertes à l’emplacement attendu des cavités manquantes, effectivement comblées d’un limon brun homogène identique à l’encaissant ; b le décapage de l’ensemble au sommet du lœss a confirmé l’hypothèse d’un unique bâtiment à neuf poteaux porteurs.
Crédits © I. Jahier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre FIG. 42 Les plans d’édifices : a classement par surfaces ; b répartition statistique des petits bâtiments quadrangulaires selon leur fonction (en noir et tramé, les bâtiments se référant au thème de l’histogramme ; en gris, le reste du corpus).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 8,4k
Légende Groupe 1 • 1,5 à 2,5 m2 : 3 plans carrés à 4 poteaux porteurs dont 1 superficiel (ens. 77) et 2 profondément fondés inclus dans un segment de palissade longeant le fossé d’enceinte (ens. 27, 46 : tourelles ?) ; • 3 à 6,8 m2 : 36 plans carrés à 4 poteaux porteurs, dont 27 répartis sur l’intérieur de l’enceinte, le long des fossés et autour de l’aire centrale, 7 sur la périphérie, le long des façades et à proximité des passerelles, et 2 sur l’espace agricole attenant au sud ; • 7,8 à 12 m2 : 8 plans carrés à 4, 5 et 6 poteaux porteurs répartis sur l’intérieur de l’enceinte, le long des fossés et autour de l’aire centrale, 1 plan carré à 4 poteaux porteurs associés à l’espace agricole attenant au sud (ens. 69) et 2 plans rectangulaires à 6 trous de poteau placés en dehors de l’enceinte, l’un à la hauteur de l’accès nord (ens. 63), l’autre à hauteur d’un petit complexe artisanal établi au sud-ouest (ens. 75). Unité "isolée" • 14,5 m2 : 1 plan carré à 9 trous de poteau placé au nord de l’aire centrale (ens. 3). Groupe 2 • 18 à 24 m2 : 1 plan carré à 9 trous de poteau profonds (ens. 15) intégré à l’ensemble sud le long du fossé, et 4 plans rectangulaires répartis autour de l’aire centrale de l’enceinte, dont 2 profondément fondés surimposés l’un à l’autre (ens. 38, 39) et 2 superficiels (ens. 6 et 78) .Groupe 3 • 94 à 106 m2 : 4 plans, dont 3 répartis autour de l’aire centrale et 1 à l’entrée, parmi lesquels 2 sont circulaires et profondément ancrés dans le substrat (ens. 29, 58) et 2 autres, aux fondations superficielles, sont construits sur une base rectangulaire aux angles abattus (ens. 4, 22).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre FIG. 43 Quelques bâtiments circulaires : a-b l’ens. 29 de Courseulles, plan du bâtiment et coupes des principaux trous de poteau ; c l’ens 58 de Courseulles ; d le bâtiment 37 de Cahagnes (les coupes sont établies à partir du sommet du lœss).
Crédits © M. Dupré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre FIG. 44 La maison circulaire centrale (ens. 29) : les fondations prises de l’ouest, face à l’entrée principale.
Crédits © I. Jahier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre FIG. 45 La grande maison circulaire de Butser ancient farm, en Angleterre.
Crédits © Y. Menez.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre FIG. 46 Vue du grand plan quadrangulaire ens. 22.
Crédits © I. Jahier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre FIG. 47 Plans de fondation des grands édifices quadrangulaires faiblement arrimés au sol : a ens. 22 ; b ens. 4.
Crédits © M. Dupré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre FIG. 48 Planche comparative de quelques grands édifices quadrangulaires du Bassin parisien : a Courseulles-sur-Mer, plan 22 ; b Barbey / La Haye Guyonne (Gouge, Séguier 1994) ; c Tournedos-sur-Seine, plan 325 (Carré 1993) ; d Tournedos-sur-Seine, plan 99 (Carré 1993) ; e Hautot-le-Vatois / La Plaine du Bosc Renault (Blancquaert, Desfossés 1994).
Crédits © M. Dupré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre FIG. 49 Les fondations de l’édicule placé à l’entrée de l’annexe métallurgique (ens. 52).
Crédits © I. Jahier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre FIG. 50 Plan des fondations successives des édifices quadrangulaires 38 et 39.
Crédits © M. Dupré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre FIG. 51 Les fondations de l’une des deux tours de guet intégrées à la clôture orientale (ens. 27).
Crédits © I. Jahier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre FIG. 52 Carte de répartition des fosses.
Crédits © M. Dupré, L. Le Gaillard, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre FIG. 53 Typologie des fosses.
Crédits © M. Dupré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre FIG. 54 Illustration des différents types de fosses identifiés sur l’établissement (le plan des fosses 119, 10 et 930 est relevé au sommet du lœss).
Légende Description des sédiments 1 limon brun 2 limon brun mêlé de lentilles de lœss 3 limon brun mêlé de cailloutis calcaires 4 limon brun charbonneux 5 limon brun mêlé de mobiliers érodés et abîmés (position secondaire) 6 limon brun mêlé de nombreux cailloutis et plaquettes calcaires, rares pierres brûlées et mobilier bien conservé (rejet primaire) 7 limon brun et mobilier (rejet primaire) 8 limon brun charbonneux mêlé de mobilier remanié (position secondaire) 9 chape ou vrac de plaquettes calcaires et de pierres brûlées 10 chape ou vrac de plaquettes calcaires, pierres brûlées mêlées de mobilier (rejet primaire)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre FIG. 55 Vues des principaux types de fosses du gisement : a fosse parallélépipédique originellement de type 1A (st. 1096) dans les parois de laquelle se distinguent les creusements en sape réalisés pour le prélèvement de lœss (type 3) ; b fosse globulaire profonde de type 1C (st. 987) ; c chape de plaquettes calcaires au sommet du comblement de la fosse 887 (type 1B) ; d fosse superficielle de type 2 remblayée de limon et de pierres éparses (st. 90).
Crédits © I. Jahier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre FIG. 56 La fosse 1295 et ses traces possibles de coffrage : a plan et coupes ; b schéma d’évolution de la structure.
Légende Description des sédiments 1 limon brun clair mêlé de granules calcaires 2 limon brun mêlé de granules calcaires et de nombreux rejets détritiques 3 limon brun charbonneux mêlé de granules calcaires et de nombreux rejets détritiques, sans délimitation franche avec la matrice 2
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre FIG. 57 Carrières de lœss : a plan et coupe de la st. 1629 ; b schéma de formation de la structure 1629 : dégagement de la paroi externe du fossé (1), creusement de la carrière (2) ; comblement par refoulement (3) ; mise en place et recouvrement de la sep. 1551 (position restituée) [4] ; c carrière de lœss dans les flancs de la fosse de stockage 1096 : plan et coupes.
Légende Description des sédiments a : C1 limon brun mêlé de granules et de sables calcaires ; C5 limon brun mêlé de granules et cailloutis calcaires ; C6 limon brun mêlé de lentilles, de paquets de lœss et de mobiliers épars et érodés ; C6b limon brun grisé mêlé de lentilles de lœss ; C9b limon brun clairsemé d’éléments calcaires et de mobiliers détritiques ; 1551 inhumation (position restituée). Description des sédiments c : 2 limon brun mêlé de cailloutis calcaires et de quelques artéfacts épars ; 3 limon brun à forte charge charbonneuse mêlé de rejets détritiques parmi lesquels plusieurs poteries complètes écrasées en place (dépôt primaire) ; 4 paquets de lœss ; 5 limon brun mêlé de lentilles de lœss et de granules calcaires.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre FIG. 58 Carte des structures de combustion, traces de foyers et aires de chauffe : a cartographie ; b coupe de quelques foyers encaissés.
Crédits © M. Dupré, L. Le Gaillard, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre FIG. 59 Exemple de foyer encaissé dans la roche simplement signalé par une légère rubéfaction des parois (st. 1518).
Crédits © A. Hérard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre FIG. 60 Résidus de fonte et de coulées de métal cuivreux.
Crédits © I. Jahier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 9,1k
Titre FIG. 61 Cartographie des espaces vides à l’intérieur de l’enceinte.
Crédits © M. Dupré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre FIG. 62 L’annexe mitoyenne.
Crédits © M. Dupré, L. Le Gaillard, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre FIG. 63 L’espace agricole ?
Légende 1 comblement limoneux évoluant graduellement d’une valeur sombre et homogène à la base vers une valeur plus claire parsemée de granules et conglomérats calcaires au sommet
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre FIG. 64 Stratigraphie du fossé de la grande parcelle agricole (st. 2000) marqué, à mi-comblement et à proximité de son angle nord-est, de plusieurs grandes dalles calcaires issues de la rive interne.
Crédits © I. Jahier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre FIG. 65 Quelques fosses représentatives de l’espace agricole.
Légende Description des sédiments 1 limon brun mêlé de granules calcaires et de quelques rares artéfacts érodés (tessons de poteries, nodules d’argile rubéfiée, pierres brûlées...) 2 limon brun ponctué de quelques plaquettes calcaires, de pierres brûlées et de rares artéfacts érodés (tessons de poteries, coquillages, silex taillés...) 3 limon brun mêlé de lentilles de lœss
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre FIG. 66 Répartition des sépultures et restes humains de l’âge du Fer sur le gisement.
Légende 44-24 fragment de fémur d’enfant 44-20/21-985 incinération en vase rejetée dans le fossé 45c-26 fragment de fémur d’adulte 45c-62 fragment de tibia d’enfant 66 sépulture en coffre ? sans os conservés 119 fémur humain d’adulte ou sub-adulte 362 inhumation possible de nourisson 917 inhumation, enfant 918 inhumation, enfant 1551 sépulture sommaire, jeune adulte 2001 inhumation, grand adolescent 2010 inhumation, adulte
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre FIG. 67 La sépulture 2010. Cliché
Légende Description des sédiments 1 limon brun fin grisonnant et hydromorphe 2 plaquettes calcaires mêlées de lœss et de limon brun interstitiel 3 limon brun mêlé d’une petite proportion de plaquettes calcaires
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre FIG. 68 Parure en bronze de la sépulture 2010 : 1 torque ; 2 maillon de chaînette (élément de fermeture du torque en plomb ?) ; 3 boucle d’oreille ; 4 bracelets du bras gauche ; 5 bracelets du bras droit ; 6 anneaux de la cheville gauche ; 7 anneaux de la cheville droite.
Crédits © J.-M. Richard, M. Dupré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre FIG. 69 Parures en bronze de la sépulture 2010 portées aux poignets et aux chevilles.
Crédits © I. Jahier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre FIG. 70 La sépulture 2001 : grand adolescent (15-21 ans).
Légende 1 situation du squelette 2 limon brun clair mêlé de granules calcaires, structure hétérogène 3 poche et paquet de lœss 4 limon brun sombre mêlé de granules calcaires, structure plus homogène
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre FIG. 71 Les deux sépultures d’enfants réunies dans l’intervalle entre les fossés interne et de ceinture : a 917 ; b 918.
Crédits © I. Jahier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre TABL. II Recherche d’appariements et estimation de l’âge au décès. Comparaison de la robustesse des pièces osseuses isolées avec celle des os issus des sépultures (mesures en mm ; D droit ; G gauche).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre FIG. 72 La sépulture 1551, celle vraisemblable d’un adulte jeune (21-25 ans).
Crédits © I. Jahier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre FIG. 73 Deux sépultures probables de sujets immatures : a le coffre 66, vide ; b la fosse 362, avec les ossements d’un nourrisson. Cliché
Légende Description des sédiments 1 limon brun charbonneux et matériel bien conservé, en position de rejet primaire probable (céramique, restes de faune) 2 limon brun et nombreuses pierres brûlées, plaquettes calcaires et matériel bien conservé en position de rejet primaire probable 3 limon brun mêlé d’artefacts érodés et fragmentaires (dépôt secondaire probable)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre TABL. III Ossements humains : données métriques disponibles, en mm, et caractères discrets observés (T transversal ; S sagittal).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19963/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 99k

Auteurs

Archéologue spécialiste de l’âge du Fer, Ivan Jahier est chargé d’opérations et de recherches à l’Inrap. Il collabore également à l’unité mixte de recherche 6566 « Civilisations atlantiques et archéosciences » (CNRS, MCC, universités de Rennes 1 et 2, et de Nantes) et a été membre de la Commission interrégionale de la recherche archéologique Ouest de 2007 à 2010. Il a conduit l’étude de plusieurs sites importants de Basse-Normandie, notamment celle de la nécropole du Clos des Lilas, à Éterville, et de l’habitat aristocratique du Clos de l’Épinette à Creully. Ses travaux l’ont conduit à identifier des types de site jusque-là inédits en Basse-Normandie tels l’habitat groupé en aire ouverte et à architecture circulaire de Cahagnes (Bronze final - 1er âge du Fer) ou la fortification de plaine de Saint-Germain-la-Blanche-Herbe (2nd âge du Fer). Il fut parmi les premiers à mettre en évidence l’organisation en réseau des fermes d’Ifs et de Fleury-sur-Orne (2nd âge du Fer). C’est lui qui a caractérisé les grandes enceintes de Courseulles-sur-Mer et de Fleury-sur-Orne (1er-2nd âge du Fer). Il collabore à plusieurs programmes de recherche nationaux, en particulier l’« Enquête sur l’habitat rural en Gaule » (Inrap, ministère de la Culture et de la Communication) et l’« Enquête sur les formes funéraires au cours des âges » (Inrap).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search