Version classiqueVersion mobile

L’enceinte des premier et second âges du Fer de La Fosse Touzé (Courseulles-sur Mer, Calvados)

 | 
Ivan Jahier

Chapitre 1. Le contexte

Ivan Jahier et Jean-Claude Ozouf

Résumé

Si l’on prend en compte la position géographique de la Basse-Normandie, et notamment celle de la plaine de Caen, celle-ci occupe à l’âge du Fer une position intermédiaire entre deux entités culturelles de Gaule du Nord que l’archéologie oppose fréquemment : le domaine armoricain à l’ouest et le Bassin parisien à l’est. C’est en 1996 que le site de La Fosse Touzé, établi à l’extrémité nord de ce long couloir sédimentaire mais à une distance de 1500 m du littoral, fut intégré au cœur d’un projet d’aménagement d’une douzaine d’hectares prévu par l’agglomération de communes du Grand Caen sur la localité de Courseulles-sur-Mer. Le site, qui avait été repéré quelques années auparavant par prospection aérienne, s’apparentait alors à un assez vaste enclos doté de seulement trois côtés. Le diagnostic de toute l’emprise du projet, à l’époque réalisé par l’Afan, permit de reconnaître dans cette curieuse « enceinte » les bornes fossoyées d’un habitat enclos de 1 ha datable de la fin du 1er et des débuts du 2nd âge du Fer. Le quatrième côté, à l’ouest, se révéla être en réalité fermé par un mur parementé de 2 à 3 m d’épaisseur. C’est l’une des premières fois qu’un habitat de cette période était identifié en Basse-Normandie. L’opportunité était donc offerte d’en étudier les principales composantes structurelles, mais aussi d’en déterminer les principaux traits de la culture matérielle. La fouille quasi exhaustive de l’ensemble fut réalisée par l’Afan durant le printemps 1997 dans le cadre d’une fouille de sauvetage urgent. À cette occasion furent également repérées les marques de plusieurs autres occupations, dont une fréquentation au Néolithique final illustrée par une petite série de silex taillés colluvionnés et un ensemble funéraire du Bronze moyen apparemment marqué par le rite de l’incinération, mais qui a surtout livré un modèle inédit de monument à paroi de bois. Les périodes postérieures à l’âge du Fer n’ont livré pour leur part que les traces de fréquentations fugaces : l’une à l’époque gallo-romaine, illustrée par une incinération et une fosse, l’autre durant l’époque médiévale, simplement désignée par des tessons de poterie erratiques.

Texte intégral

1.1 Cadre de l’opération

1Adossé à la Baie de Seine, aux confins du Bassin parisien et au seuil de la Péninsule armoricaine (fig. 1), le gisement de La Fosse Touzé à Courseulles-sur-Mer (Calvados) occupe également, pour cette période de transition entre le 1er et le 2nd âge du Fer, une position limitrophe entre deux grands domaines culturels émergeant d’une Gaule naissante : la Gaule Belgique à l’est et la Gaule Celtique à l’ouest.

FIG. 1 Localisation géographique de la commune de Courseulles-sur-Mer (Calvados).

FIG. 1 Localisation géographique de la commune de Courseulles-sur-Mer (Calvados).

© M. Dupré, A. Dagand.

2Le site, implanté à proximité du littoral, fut découvert par prospection aérienne en 1995 (fig. 2), dans le cadre du programme de « prospection-inventaire » de la carte archéologique de Basse-Normandie (J. Desloges). Seuls alors les trois côtés fossoyés d’une enceinte d’approximativement 1 ha en étaient révélés dans les cultures. Faute de référence typologique, cet ensemble plutôt singulier, en apparence entièrement ouvert à l’ouest, fut raisonnablement classé parmi les gisements énigmatiques, tant pour ce qui concernait sa fonction que son attribution chronologique.

FIG. 2 Vue aérienne du gisement prise de l’ouest en 1995. Sur un fond d’autant plus sombre que les recouvrements limoneux y sont épais, les fossés d’enceinte (1) apparaissent en gris clair. Le côté ouest, doté dès l’origine de fondations moins profondes, reste invisible. Sur les côtés, diverses taches rectangulaires, plus claires ou plus sombres que les cultures environnantes, signalent l’emplacement de carrières. Une seule est attribuable à l’âge du Fer (2).

FIG. 2 Vue aérienne du gisement prise de l’ouest en 1995. Sur un fond d’autant plus sombre que les recouvrements limoneux y sont épais, les fossés d’enceinte (1) apparaissent en gris clair. Le côté ouest, doté dès l’origine de fondations moins profondes, reste invisible. Sur les côtés, diverses taches rectangulaires, plus claires ou plus sombres que les cultures environnantes, signalent l’emplacement de carrières. Une seule est attribuable à l’âge du Fer (2).

© J. Desloges.

3En 1996, le site et ses abords se virent frappés par un projet d’aménagement intercommunal d’une douzaine d’hectares prévoyant la construction d’une station d’épuration à l’aplomb exact des vestiges reconnus. Une concertation entre le service régional de l’Archéologie de Basse-Normandie et le syndicat mixte de la Côte de Nacre, maître d’ouvrage du projet, déboucha sur un diagnostic archéologique de toute l’emprise foncière vouée aux travaux, ceci afin d’identifier la nature et la chronologie de l’ensemble archéologique et d’en évaluer l’étendue réelle. Cette opération fut à l’époque confiée à l’Afan et conduite par Hervé Morzadec (Morzadec 1996). Elle permit de définir les substructions repérées par prospection aérienne comme un habitat daté de la fin du 1er âge du Fer et du début de La Tène ancienne, bien plus vaste que les rares établissements contemporains ou à peu près synchrones jusqu’alors fouillés en Basse-Normandie. Outre une carrière et un réseau agraire attenant, c’est en définitive la partie ouest de l’établissement qui offrit la plus grande surprise avec la découverte des premières assises d’un mur arasé de 3 m d’épaisseur.

4Sur une carte régionale à l’époque presque uniquement documentée pour cette période par quelques ensembles funéraires (Verney 1993 ; San Juan, Le Goff 2003), l’importance de ces éléments inédits, qui conféraient un statut tout aussi particulier qu’inattendu à l’habitat, justifia la mise en place d’une fouille de sauvetage urgent. Toutefois, l’émergence de nouvelles problématiques au cours de la fouille imposa une exploration de la périphérie de l’enceinte beaucoup plus étendue que prévue. Cette prolongation de la phase terrain fut entièrement financée par l’État.

1.2 Situation géographique et topographique

5Sur le plan géographique, le gisement de La Fosse Touzé est implanté sur la frange littorale de la plaine de Caen, à 1,5 km en retrait du rivage et à la cote de 21 m NGF (fig. 3). Ce secteur correspond à l’une des dernières auréoles sédimentaires du Bassin parisien vers l’ouest. Il s’agit en fait, malgré son appellation de « plaine », d’un plateau jurassique de faible altitude prenant la forme d’un assez large couloir encadré par les synclinaux du Massif armoricain à l’ouest, les contreforts crétacés du Pays d’Auge et du Perche à l’est, et débouchant – au nord – sur la Manche (fig. 1). Ce plateau, qui a conservé le bénéfice d’une épaisse couche de lœss pléistocènes, associe fertilité des sols et hygrométrie constante ; il possède donc un fort potentiel cultural, notamment pour les céréales qui constituent encore l’une des premières ressources de la région. L’impressionnante densité d’exploitations protohistoriques, antiques et médiévales, souvent environnées de parcellaires repérés par prospection aérienne sur cette étendue fertile (travaux J. Desloges, G. San Juan, N. Forfait : Delacampagne et al. 1992), évoque une mise en valeur très ancienne de cette ressource. Aujourd’hui soumis au régime général de l’openfield, ces champs s’organisaient sans doute dès l’âge du Bronze et près de la côte en une mosaïque de parcelles orthogonales de dimensions très inégales (Marcigny, Ghesquière 2003a). L’idée selon laquelle ils formaient à l’âge du Fer et au Moyen Âge des paysages bocagers aux tracés plus souples et tortueux (Quétiéville, Cagny ? etc.), a été récemment révisée par deux fouilles ayant montré que certains champs gaulois s’organisaient déjà sur plusieurs hectares selon des maillages assez rigoureux quelques siècles avant la Conquête (Ifs/Object’Ifs Sud : Le Goff 2001a ; 2002 ; Fleury-sur-Orne / Parc d’Activités : Jahier 2001b ; Paez-Rezende 2001). Ceci bien avant, en somme, la généralisation, à l’époque romaine, des parcellaires normés tels ceux repérés autour de la RN 158 (Jahier 1992a) ou à hauteur de Fleury-sur-Orne (Paez-Rezende 2001), lesquels, comme partout en Gaule, étaient vraisemblablement dotés eux aussi d’une fonction administrative (Chouquer, Favory 1991).

FIG. 3 Localisation du site dans le paysage actuel à partir de la levée IGN (en noir, la parcelle fouillée). Extrait des cartes au 1/50000 nos 1511 et 1512.

FIG. 3 Localisation du site dans le paysage actuel à partir de la levée IGN (en noir, la parcelle fouillée). Extrait des cartes au 1/50000 nos 1511 et 1512.

© IGN – Paris 2009. Autorisation no 80-9069.

6Topographiquement, le relief de cette longue plaine déclive vers la mer en fit longtemps un axe privilégié dans les liaisons trans-Manche. Trois cours d’eau côtiers entaillant profondément le plateau et navigables sur 20 à 50 km vers l’intérieur des terres (l’Orne, la Dives et la Seulles : fig. 1) facilitaient probablement déjà les relations avec le centre du territoire, en traversant successivement les régions de l’Orne, de la Mayenne, de la Sarthe et du Maine, où la progression pouvait se poursuivre par voie terrestre.

7C’est à proximité de la Seulles, à 1500 m au sud-est de son embouchure actuelle, que l’habitat de La Fosse Touzé a été implanté il y a environ 2500 ans, en bordure d’un paléo-vallon peu marqué menant à la mer selon une pente de 3 à 5 %. Malgré une vue panoramique de presque 180° sur le front de mer, la position du site n’est pas à proprement parler côtière. Outre cette distance au rivage, l’ancien cours de la Seulles, qui depuis la transgression flandrienne serpentait parallèlement à la côte jusqu’à la hauteur de Saint-Aubin-sur-Mer, à 3,5 km vers l’est (Elhaï 1963), barrait encore l’accès direct au littoral à l’âge du Fer (fig. 4). Jusqu’au xviie s. en effet, où un violent raz de marée l’ensabla totalement, cet ancien cours alimentait une large et profonde lagune bien drainée apparemment capable d’accueillir « de puissants navires » (Doranlo 1924-1925). À en juger par les mentions de bouchots, de parcs à huîtres et de pêcheries figurant aux annuaires du Calvados (1830 : 43-44), on peut imaginer que ce havre commode pour le cabotage à l’âge du Fer, fermé au sud par la limite du marais actuel et protégé de la houle au nord par le ressaut des Îles de Bernières et des Essarts de Langrune, constituait en outre à cette époque un vivier non négligeable pour les populations environnantes.

FIG. 4 Position du site par rapport à l’ancien estuaire de la Seulles. Les Îles de Bernières sont les témoins des formations calcaires qui ont été « isolées » du platier par l’ancien cours de la Seulles. Avant la transgression flandrienne, la côte se situait au nord des Îles de Bernières, des Essarts de Langrune et des Roches de la Valette. Jusqu’à une date récente, l’ancien cours serpentait au sud de ces récifs. Il formait alors une vaste lagune aisément accessible par la mer, au niveau de Saint-Aubin-sur-Mer. C’est à la suite de son ensablement lors d’un violent raz de marée au xviie s. que le marais s’est formé.

FIG. 4 Position du site par rapport à l’ancien estuaire de la Seulles. Les Îles de Bernières sont les témoins des formations calcaires qui ont été « isolées » du platier par l’ancien cours de la Seulles. Avant la transgression flandrienne, la côte se situait au nord des Îles de Bernières, des Essarts de Langrune et des Roches de la Valette. Jusqu’à une date récente, l’ancien cours serpentait au sud de ces récifs. Il formait alors une vaste lagune aisément accessible par la mer, au niveau de Saint-Aubin-sur-Mer. C’est à la suite de son ensablement lors d’un violent raz de marée au xviie s. que le marais s’est formé.

© M. Dupré, A. Dagand.

1.3 Les formations superficielles quaternaires

8j.-c. ozouf

9À 200 m à l’est du gisement, un sondage en rebord de plateau a permis de mettre en évidence des dépôts limoneux épais d’environ 1,70 m reposant sur un calcaire organo-détritique du Bathonien supérieur (Formation du calcaire de Ranville) altéré en plaquettes. Ce sondage présente de bas en haut, au-dessus du calcaire altéré, les horizons suivants :

  • de 1,70 m à 0,80 m, lœss carbonaté (horizon C) ;

  • de 0,80 m à 0,30 m, limon brun (horizon B) ;

  • de 0,30 m à la surface, limon remanié (horizon A) et terre arable labourée.

10À l’est et à l’ouest, sur le plateau, le limon atteint 3 à 4 m d’épaisseur. Ce limon est un lœss carbonaté déposé par le vent en contexte périglaciaire sec au cours du Pléniglaciaire supérieur weichsélien. La pédogenèse peu marquée qui s’est produite pendant le Tardiglaciaire n’a pas permis une différenciation nette des horizons de lessivage (horizon A) et d’accumulation (horizon B). Les phases d’érosion du début de l’Holocène et du Subboréal à l’Actuel ainsi que les remaniements anthropiques ont affecté essentiellement ces deux horizons. La formation se réduit à 1,20 m sur la partie orientale du décapage – 0,70 m de lœss carbonaté et 0,50 m de limon brun – et à seulement 0,30 m sur la partie occidentale, c’est-à-dire tout juste à l’épaisseur d’un labour caillouteux. Au centre de l’enceinte, les limons bruns restent épais et forment même un léger bombement du terrain. Ces variations d’épaisseur se traduisent sur la vue aérienne (fig. 2) par une zone vert foncé dans la partie supérieure du cliché – gris soutenu – correspondant aux recouvrements limoneux épais, et une zone ocre – gris moyen – à l’emplacement de la plaquette calcaire affleurante où la maturité des cultures est plus précoce. L’amenuisement de ces formations superficielles d’est en ouest, dans le sens de la pente, s’accompagne à quelque distance du site d’un dépôt de colluvions au fond du vallon, dépôt épais de 1,30 m et reposant sur la plaquette calcaire.

11L’étude de ces formations met en évidence qu’une érosion importante a affecté le versant oriental du vallon. Elle se traduit par une dénudation presque totale de sa partie amont où le calcaire est subaffleurant. Cette phase d’érosion importante se place au Préboréal et au Boréal dans un contexte climatique plus doux et plus humide qu’au Tardiglaciaire. Les horizons superficiels ont été érodés et évacués en grande partie vers la mer par le vallon qui, à cette époque, était drainé. Là où, par suite de l’érosion, le lœss carbonaté s’est retrouvé près de la surface, des encroûtements carbonatés se sont développés, les carbonates pouvant provenir des colluvions non entièrement décarbonatées et de la circulation d’eau dans les formations. Ensuite, s’est développé un nouveau processus de recouvrement depuis les parties dominantes du plateau encore recouvertes de lœss et de limons en cours de décarbonatation et auxquelles manquent en effet une cinquantaine de centimètres de sédiments. Une partie de ces colluvions encore à forte charge lœssique, et parfois grossières – conglomérats calcaires –, est alors restée bloquée avant le fond du vallon par les replats et les cuvettes du versant dénudé. Ce processus a probablement été ralenti par l’installation de la chênaie atlantique qui a favorisé le développement d’un sol brun. Vers la fin de l’épisode – partie supérieure du sol brun –, ce transfert de matériaux de l’amont vers l’aval, toujours en cours mais plus lent, a entraîné le déplacement et le piégeage de quelques artéfacts néolithiques. C’est dans cette nouvelle configuration du versant que s’implante le gisement de l’âge du Fer et auparavant, à l’âge du Bronze, une petite nécropole.

12Les mobiliers erratiques gallo-romains et médiévaux mêlés aux colluvions recouvrant les vestiges de l’âge du Fer au cœur du site se rattachent plus certainement à un rideau de culture situé à la limite des communes de Courseulles-sur-Mer et de Bernières-sur-Mer, qui passe juste à l’arrière de l’enceinte (fig. 3). D’autres témoins de ces déplacements historiques de matériaux, certainement favorisés par les cultures, se retrouvent de façon tout aussi explicite au creux du vallon où les 70 cm supérieurs de sédiments sont parsemés d’éléments comparables, tandis que les niveaux stériles sous-jacents sont plus vraisemblablement à rattacher au début de l’Holocène.

1.4 Conservation des vestiges

13Dans l’ensemble, le site est arasé. En témoignent la disparition quasi-totale des élévations et l’écrêtement par les labours de la plupart des fondations et autres excavations comblées. L’érosion naturelle du vallon en est une cause possible, l’action des charrues, anciennes et modernes, une autre plus certaine. C’est pour le moins ce que signale la plupart des pierres et des moellons mêlés au labour, notamment dans la partie orientale du gisement, qui bénéficie de recouvrements limoneux épais. En règle générale donc, seules les parties encaissées ont été préservées, c’est-à-dire les fosses, les fossés et les trous de poteau.

14À l’exclusion de ceux recouverts par l’accumulation de colluvions historiques au centre de l’enceinte, les vestiges se distinguent dès la base du labour, autour de 40 cm sous la surface actuelle. Ce niveau correspond dans la partie occidentale du gisement au sommet des formations carbonatées, lœss et plaquette calcaire, et dans la partie orientale au sommet des limons bruns, de valeur plus sombre. La lisibilité des vestiges et leur approche étaient donc très variables selon les secteurs. Dans les zones à faible couverture limoneuse, à l’ouest, les creusements se percevaient au sommet des formations carbonatées par le simple contraste de leur comblement limoneux brun sur l’encaissant clair. Dans les zones de recouvrement plus épais, les structures, la plupart du temps comblées de limon brun identique à l’encaissant, se repéraient sous la terre végétale grâce aux mobiliers et matériels disséminés dans leur remplissage – cailloutis, pierres brûlées, tessons de poterie, silex taillés, restes de faune, etc. Il fut néanmoins très rare, sauf pour celles au comblement charbonneux, d’en identifier les contours à cette altitude. Dans ces secteurs, seul le contour des cavités les plus profondes était encore visible au sommet des lœss ou de la plaquette calcaire, autour de 60 à 80 cm sous la surface actuelle, par le contraste de leur comblement brun.

15En définitive, si l’arasement du gisement est bien validé par cette troncature générale des vestiges, la conservation d’installations aussi légères que les trous de poteau et de piquet sur toute sa surface est néanmoins le meilleur indice d’une érosion modérée et uniforme depuis l’âge du Fer. La profondeur constante des fossés perpendiculaires à la pente (fossés 44 et 45), presque entièrement creusés dans les limons à l’est tandis qu’ils sont intégralement taillés dans la roche à l’ouest, confirme que les déficits de la couverture limoneuse existaient déjà sous cette forme à l’âge du Fer. Exception faite de la surépaisseur de limons rapportés depuis au centre, et de l’entrée principale encaissée dès l’origine, la surface de circulation de l’âge du Fer devait donc à peu près correspondre à l’actuelle. Elle aura été presque intégralement remaniée depuis par les labours, sauf en de rares points du site. L’entrée principale, positionnée du côté ouest à la confluence de deux légers talwegs convergeant vers le centre est l’un d’entre eux. Les cultures retranscrivent assez bien la position de ces deux anciens chenaux courant vers le vallon par deux lignes de pousses immatures apparaissant en gris sombre dans la partie supérieure de la vue aérienne (fig. 2). Il paraît envisageable que ce modelé, aujourd’hui remblayé et aplani, ait été mis à profit à l’âge du Fer pour l’implantation de l’accès. C’est à la faveur de ce dénivelé qu’ont été conservés les restes d’un paléosol et, au-dessus, les premières assises du mur de pierres qui, lors de la dernière phase, clôturait le site à l’ouest.

1.5 Méthodologie

16Au total, le décapage du gisement a concerné une surface d’environ 2 ha, en prenant en compte les couloirs de vérification réalisés autour de l’enceinte principale. Trois banquettes témoins traversant la fouille de part en part, une d’est en ouest et deux du nord au sud, ont été préservées afin de mieux comprendre les dynamiques de formation des sols (fig. 5a).

17En raison de forts contrastes dans la conservation des vestiges entre les parties orientale et occidentale du gisement, le décapage a été réalisé en une étape dans les zones d’affleurement calcaire, et en deux étapes sur les zones limoneuses conservées au centre de l’enceinte (4000 m2). Après un premier passage stoppé à l’apparition des vestiges au sommet du limon brun en place, de 40 à 50 cm en moyenne sous la surface (90 cm sous le sommet de l’éminence limoneuse), un second décapage a été réalisé jusqu’au sommet des lœss et de la plaquette calcaire pour vérifier la nature des indices préalablement observés au-dessus.

FIG. 5 Plans des deux décapages successifs du gisement : a plan des vestiges au premier décapage, au sommet de la plaquette calcaire à l’ouest et du limon brun en place à l’est ; b plan des vestiges au second décapage, au sommet de la plaquette calcaire et des lœss.

FIG. 5 Plans des deux décapages successifs du gisement : a plan des vestiges au premier décapage, au sommet de la plaquette calcaire à l’ouest et du limon brun en place à l’est ; b plan des vestiges au second décapage, au sommet de la plaquette calcaire et des lœss.

© M. Dupré, L. Le Gaillard, A. Dagand.

18Deux cartes de répartition très complémentaires ont été obtenues à l’issue de ce travail. Sur la première (fig. 5a) se remarque un groupe de structures peu profondes aux comblements suffisamment hétérogènes pour avoir été détectés dans les limons et parmi lesquelles s’identifient, entre autres choses, la plupart des grands plans de bâtiments quadrangulaires conservés au centre de l’enceinte. La seconde carte (fig. 5b), qui est celle des fondations profondes, montre un plan d’aménagement très différent. On y repère notamment le plan d’une grande construction circulaire sur poteaux plantés dont la majeure partie des fondations était demeurée invisible dans les limons faute de mobilier. On peut donc considérer qu’un décapage unique réalisé jusqu’au calcaire aurait tronqué une dimension importante du gisement, celle au moins des installations superficielles et la partie supérieure des comblements. À terme, c’est tout un pan de la chronologie relative du site et tout un pan de ses possibilités de restitution architecturale, encore disponibles au démarrage de la fouille, qui en auraient été réduits, voire simplement détruits sans observation préalable. Rétrospectivement, l’analyse du gisement – au moins celle relative à son histoire et à la succession de ses constructions – aurait pu être assez différente. Malgré cela, faute d’indices toujours probants – jonctions stratigraphiques, mobiliers, niveaux de comblement particulier, tassements de sols, etc. – bien des structures n’ont pu être rattachées précisément à une phase.

19La méthode adoptée pour l’exploration de la majeure partie du gisement a été celle du sondage, en règle générale mécanique dans les fossés et manuel dans les fosses et les trous de poteau. Les lambeaux de sols ont été abordés, en plan comme en coupe, à la main. Les fossés ont ainsi été fouillés à 80 %, les fosses placées à l’intérieur de l’enceinte, bien dotées en rejets domestiques, à 100 %, et les trous de poteau relatifs à des édifices ainsi que les lambeaux de sols, à environ 12 % seulement. Dans les fossés, les sondages ont été organisés par sections de 4 à 8 m de long séparées par des banquettes témoins transversales ou longitudinales selon les besoins de l’étude des comblements (annexe 2 : plan de répartition des sondages). Après une approche parfois mécanique des niveaux recherchés, plusieurs longues fenêtres de fouille manuelle, de 5 à 10 m de long en moyenne, y ont été ouvertes de place en place afin de mieux identifier certains aspects des remplissages (effet de paroi, concentrations de mobiliers…). Les fosses ont été fouillées selon leur étendue par moitiés ou par quarts avant le démontage des banquettes pour la collecte exhaustive des mobiliers. Les trous de poteau, relativement nombreux (env. 900 unités) et fréquemment privés d’artéfacts comme de comblement stratifié, ont été fouillés par moitiés à raison de un à deux ensembles par type de plan (plans quadrangulaires à quatre, cinq, six ou neuf poteaux, plans circulaires, segments de palissades, etc.). Dans la zone limoneuse du gisement en revanche, afin de mieux percevoir l’étendue des structures, l’exploration des vestiges a débuté dès le sommet du limon brun par un dégagement manuel des empierrements et des mobiliers épars. Cette approche a concerné aussi bien les fosses que les trous de poteau ou certaines sections de fossés, notamment les terminaisons et quelques secteurs présentant à cette altitude d’importantes chapes pierreuses. La plupart de ces structures a fait l’objet d’un sondage manuel jusqu’au sommet du substrat calcaire avant le second décapage. Enfin, l’entrée ouest, qui accueille la base d’un long mur parementé et un grand nombre d’aménagements antérieurs au-dessous, a été entièrement fouillée et démontée à la main. La fouille des lambeaux de sols qui s’y trouvaient conservés s’est surtout attachée à identifier, par bandes de 1 à 2 m de large, leur constitution et leurs relations stratigraphiques avec les structures environnantes.

1.6 Les traces d’une fréquentation multiséculaire

  • 1 Menez, en cours d’étude.

20Hormis les vestiges de l’âge du Fer, qui constituent le propos majeur de cette étude, le site de La Fosse Touzé a livré d’autres témoignages de fréquentations éphémères. Il s’agit d’une courte série de silex taillés résiduels du Néolithique, d’un petit ensemble funéraire à enclos annulaires de l’âge du Bronze (fig. 6), de quelques installations gallo-romaines et, plus discrètement encore, de tessons de poterie médiévale erratiques conservés dans les limons superficiels. Ces vestiges témoignent d’occupations sporadiques ; encore que, sur le modèle de la forteresse de Paule, dans les Côtes-d’Armor1 ou de l’habitat d’Acy-Romance, dans les Ardennes (Lambot 1993 ; 1999 : 385), l’établissement de l’âge du Fer ait pu choisir, lors de sa fondation, de se rattacher à un passé, voire de se construire une mémoire, en intégrant des tertres funéraires très antérieurs mais peut-être encore visibles à cette époque.

FIG. 6 Plan du gisement sur le fond cadastral actuel.

FIG. 6 Plan du gisement sur le fond cadastral actuel.

© M. Dupré, L. Le Gaillard, A. Dagand.

1.6.1 Les vestiges néolithiques

21Les vestiges néolithiques prennent la forme d’une série d’environ 1600 silex taillés répartis dans le comblement des fosses et des fossés de la nécropole à enclos annulaires comme dans ceux de l’habitat de l’âge du Fer, mais surtout dans l’épaisseur du limon brun encaissant. Leur dispersion permet de privilégier l’hypothèse selon laquelle il s’agirait de matériels déplacés au cours des âges. Faute de structures domestiques associées, ou de concentration notable, ces éléments sont interprétés comme résiduels.

22Des fragments de haches polies présents dans la série se rapportent sans conteste au Néolithique moyen et final. D’autres pièces plus atypiques s’intègrent au débat régional sur une éventuelle industrie du silex taillé perdurant au-delà des limites traditionnellement admises du Néolithique final et du Bronze ancien (Ghesquière, Marcigny 1997), débat qui, faute d’argument stratigraphique irréfutable ici, reste malheureusement ouvert.

1.6.2 La nécropole de l’âge du Bronze

23I. JAHIER, avec la collaboration de I. LE GOFF

24La nécropole à enclos annulaires réunit dans un espace globalement elliptique de 1000 m2 trois monuments arasés et trois incinérations, l’une centrée sur le monument 1549, les deux autres déposées dans des fosses à la périphérie des édifices (fig. 7). Le fossé de l’enceinte de l’âge du Fer, postérieur, traverse cet espace et intègre l’un des enclos – le plus petit (1010) – dans son angle sud-est.

FIG. 7 L’ensemble funéraire de l’âge du Bronze. Plan général des vestiges et coupes de l’enclos 1540 : 1010 enclos circulaire fossoyé et palissadé ; 1540 enclos annulaire fossoyé ; 1546 dépôt cinéraire en fosse ; 1548 urne cinéraire en fosse ; 1549 enclos circulaire fossoyé et palissadé ; 1550 urne cinéraire en fosse.

FIG. 7 L’ensemble funéraire de l’âge du Bronze. Plan général des vestiges et coupes de l’enclos 1540 : 1010 enclos circulaire fossoyé et palissadé ; 1540 enclos annulaire fossoyé ; 1546 dépôt cinéraire en fosse ; 1548 urne cinéraire en fosse ; 1549 enclos circulaire fossoyé et palissadé ; 1550 urne cinéraire en fosse.

© M. Dupré, A. Dagand.

1.6.2.1 Descriptif

L’enclos 1540

25L’enclos 1540 est le plus grand des trois monuments. Ovale et ceinturé par un fossé continu, il atteint 10,25 m par 8,75 m de dimensions externes à la base du décapage. Le fossé, large à ce niveau d’environ 1,50 m à l’ouverture pour 0,50 m de profondeur, ne devait guère dépasser 1 m à l’ouverture à l’origine pour 1 m de profondeur. Bien qu’elle en fût certainement plus étroite, la silhouette devait alors s’approcher de celle en V conservée sur le côté nord-est du monument (fig. 7 : coupe B). Sur les autres côtés, la rupture anguleuse du profil à la base de son évasement supérieur résulte plus sûrement de un ou plusieurs curages. C’est en soi le meilleur indice d’un fonctionnement du fossé à ciel ouvert, et son comblement limoneux et uniforme ne paraît pas contredire cette hypothèse. En contrepartie, il est assez difficile de reconnaître la place des probables levées de terre associées à cette structure. Mais on peut penser que les 14 m3 de matériaux extraits à l’occasion de son creusement le furent pour l’élévation d’un tertre ou d’un talus, voire pour une forme d’architecture plus complexe incorporant par exemple un talus externe supplémentaire, dans l’esprit des bowls barrows britanniques (Brun, Pommepuy 1987).

26Aujourd’hui, l’aire interne de l’enclos porte l’empreinte d’une construction carrée de 2,50 m de côté fondée sur quatre poteaux solidement ancrés dans le substrat. Chaque poteau était fiché à l’origine dans une cavité de 0,40 m de diamètre pour 0,60 à 0,70 m de profondeur sous la surface. Toutes sont aujourd’hui comblées de limon brun. La construction, décentrée et franchement oblique par rapport à l’orientation générale du monument, ne possède malheureusement aucune jonction stratigraphique avec le fossé. Aucun mobilier non plus dans les fondations ne vient étayer la thèse selon laquelle il faudrait y voir une structure attachée au monument. Une construction analogue est cependant déjà localement connue sur l’un des enclos de l’île de Tatihou, à Saint-Vaast-la-Hougue dans la Manche (Marcigny, Ghesquière 2003b : enclos 514), et attribuée à un horizon Bronze ancien / Bronze moyen.

Les monuments 1549 et 1010

27Les deux autres monuments, circulaires et de dimensions plus modestes – diamètre externe : 4,70 m pour l’enclos 1549 (fig. 8a) et 3,50 m pour l’enclos 1010 (fig. 7) –, se distinguent surtout par l’empreinte des deux aménagements successifs de leur ceinture. Il semble en effet que dans un premier temps chaque enclos ait été délimité par une tranchée continue et peu profonde, l’une comme l’autre de section trapézoïdale, de l’ordre de 0,50 m de large à l’ouverture au sommet du lœss pour autant de profondeur sous la surface actuelle. Le creusement de la tranchée du plus grand cercle a ainsi fourni près de 4,5 m3 de matériaux, tandis que la seconde n’en a fourni que 2,4 m3. Chacune était uniformément comblée de limon brun. Elles présentaient néanmoins au fond l’empreinte d’une paroi à poteaux jointifs fichés dans toute une série de logements individuels mais contigus, de l’ordre de 0,15 à 0,20 m de section chacun pour 0,20 à 0,30 m de profondeur sous la base des tranchées. Le fond de ces cavités se situait donc entre 0,70 et 0,80 m sous la surface, ce qui semble tout à fait conséquent pour des creusements aussi étroits. Tous, là aussi, étaient comblés de limon brun. Deux interruptions de 1 m de large dans le rythme des poteaux, au nord-est pour le monument 1549 et au sud pour le monument 1010, désignent encore aujourd’hui l’emplacement d’une ouverture dans les parois. À hauteur de ces ouvertures pourtant, les tranchées restent continues et régulières. Ainsi, à défaut de comblement stratifié entre les différentes parties du dispositif, le profil longitudinal des tranchées, constant et régulier, cela y compris au contact des zones perforées par les poteaux, demeure dans l’immédiat le meilleur argument pour l’idée d’une mise en œuvre des fondations en deux temps. L’hypothèse la plus simple serait que les cavités destinées à accueillir les poteaux, étroites et profondes, aient été creusées en second, depuis le fond des tranchées encore ouvertes.

FIG. 8 Structures de l’âge du Bronze : a l’enclos palissadé 1549 ; b l’incinération 1548 (urne funéraire en fosse).

FIG. 8 Structures de l’âge du Bronze : a l’enclos palissadé 1549 ; b l’incinération 1548 (urne funéraire en fosse).

© M. Dupré, A. Dagand.

28À l’altitude du décapage, le monument 1549 était le seul à présenter les traces d’une sépulture interne. De cette urne cinéraire faiblement enfouie au centre de l’enclos, dans une fosse trop peu profonde pour avoir laissé une trace au sommet du lœss (st. 1550), ne subsistait que le fond du vase et quelques esquilles d’os brûlés, blanches et bleutées, conservées à la base de l’horizon limoneux brun.

29Si les tranchées semblent avoir été terrassées pour délimiter dans un premier temps un espace sépulcral vraisemblablement ourlé d’un talus (interne, externe ?), il est encore difficile de proposer une image définitive de ces constructions de bois. Pour l’heure en effet, elles peuvent tout autant être interprétées comme les limites d’enclos palissadés à ciel ouvert, cela dans l’esprit des « monuments à structures périphériques en bois » du Nord-Ouest de l’Europe (Blanchet 1984 ; Brun, Pommepuy 1987) ou des timber circles jalonnant les îles Britanniques dès l’âge du Bronze ancien (Gibson 1998), que comme les parois de huttes, en l’occurrence alors de huttes funéraires. Cette seconde éventualité, qui suppose la présence d’une couverture sur l’ensemble, les rapprocherait plutôt sur le plan architectural des ring-groove houses des îles Britanniques aux mêmes périodes (Audouze, Buchsenschutz 1989 ; Harding 2000) (cf. infra, § 1.6.2.2).

Les incinérations périphériques 1546 et 1548

30À la différence de l’incinération 1550, déposée au centre du monument 1549, les incinérations 1546 et 1548 (fig. 7), au-dessus desquelles n’était sans doute prévue aucune protection comparable à celle offerte par les monuments, furent ensevelies dans des fosses relativement profondes installées à la périphérie de ces constructions. Ces fosses, qui avoisinaient 1 m à l’ouverture pour environ 0,80 et 1 m de profondeur sous la surface, entaillaient généreusement le lœss jusqu’au toit calcaire.

  • 2 Le stade de calcification d’une 3e molaire inférieure complètement formée irait en ce sens, comme d (...)

31L’incinération 1548 (fig. 8b), qui comprenait une urne renfermant la majorité des restes osseux, a été installée à seulement 2,50 m au nord du monument 1549. L’urne, en terre cuite, était malheureusement amputée de sa partie supérieure avant même de servir d’ossuaire. Aucun fragment du col ne fut en effet retrouvé à l’intérieur, pas plus que dans le comblement de la fosse, et il est exclu, à sa profondeur d’enfouissement – une douzaine de centimètres sous le niveau du décapage pour le sommet, soit env. 0,65 m sous la surface –, que sa décollation puisse être le fait de facteurs érosifs ou aratoires. Le vase, dont la base se situait entre 0,85 et 0,90 m sous la surface, renfermait un amas osseux relativement modeste de 397 g, soit entre 25 % et 17 % de ce que produit la crémation d’un individu de stature moyenne selon qu’il s’agit d’un homme (env. 2300 g) ou d’une femme (env. 1 600 g), d’après les observations faites sur diverses séries d’individus incinérés en four (Hermann 1976 ; Mckinley 1993). Pour autant, à une profondeur de presque 1 m sous la surface, qui plus est conservé dans un vase, l’amas osseux semble être demeuré intact depuis sa mise en terre ; 52 % des esquilles ont pu en être déterminées (72 % pour les diaphyses). Il regroupait les restes d’un unique individu pour lequel, l’épaisseur maximale de la partie corticale d’un fémur (7,8 mm) mesurée selon les recommandations de Gejvall (Gejvall 1981), semble indiquer qu’il s’agissait d’un adulte mature2.

32Si la conservation de l’incinération depuis sa mise en terre a de toute évidence privilégié les esquilles des os longs, il semble que la collecte sur le bûcher ait concerné toutes les parties du squelette, bien que les os de la tête soient statistiquement moins nombreux (3 % au lieu de 20 % pour sa part habituelle sur le squelette : Krogman 1978). La crémation du corps non plus n’a pas été homogène ; la combustion de sa partie supérieure est plus complète que celle des jambes : alors que les fragments du crâne, des côtes, l’unique portion de vertèbre thoracique, les bras, les avant-bras et les mains ont atteint une température de calcination (minimum 600° C) qui les a rendus blancs et crayeux (Shipman et al. 1984), avec quelques taches gris-clair sur les bras, les jambes n’ont pas dépassé le stade de la carbonisation, laissant les morceaux de fémur et de tibia noirs et marron foncé, marqués de plages blanches superficielles. Parallèlement au dépôt cinéraire structuré étaient conservées sous l’urne mais aussi dans le comblement au-dessus quelques esquilles osseuses d’un poids total de 8,9 g. Celles conservées au-dessous, qui comprenaient plusieurs fragments de fémur à l’évidence déversés ou déposés sur le fond de la tombe avant l’installation de l’urne, semblent appartenir au même squelette que les ossements placés dans l’urne, cela en raison d’une épaisseur de l’os cortical compatible et surtout d’un stade de combustion semblable. La position des esquilles en suspension dans le limon brun au‑dessus de l’urne est plus difficile à comprendre. On peut de façon au moins provisoire, s’il ne s’agit pas du fait d’un fouisseur et bien que les cendres n’y soient pas ou plus perceptibles, faire la proposition qu’elles proviennent d’un raclage des terres sous le bûcher – ou d’une partie des terres – déversées dans la fosse à la suite du dépôt du vase cinéraire.

33L’incinération 1546 a été placée à 10 m au sud du monument 1540, soit à environ 24 m de la précédente. L’amas osseux, conservé sous la forme d’un petit tas amolli (d’environ 12 cm d’épaisseur) centré sur le fond de la fosse (30 cm sous la surface décapée), atteignait un poids de 141 g. Néanmoins, s’il semble bien avoir été déposé là dans un sac ou un contenant périssable, diverses esquilles éparses furent découvertes, comme pour l’incinération 1548, à une dizaine de centimètres au-dessus. Pour cet amas, le taux des esquilles identifiées est de 63 %, 56 % seulement pour les diaphyses d’os longs. D’après l’épaisseur maximale de la partie corticale d’un fémur toujours (6 mm), les restes apportés dans cette sépulture étaient ceux d’un sujet adulte gracile ou d’un grand adolescent. L’examen permet d’identifier en outre, confondus avec ces premiers ossements, 20 g de restes de faune. La combustion en est moins aboutie. Comparés aux os blancs et crayeux du défunt, la moindre altération du cœur de l’os cortical montre que l’animal – ou simplement ses ossements – était placé sur la frange du bûcher ou n’y fut introduit que tardivement.

34En dehors du vase de l’incinération 1548 et du fond de vase de l’incinération 1550, aucun mobilier n’accompagnait ces restes.

  • 3 3030 +/- 45 BP, avec 68,2 % d’indice de confiance séquencés selon : 1380-1330 BC (20,5 %) ; 1320-12 (...)

35Sur le plan typochronologique, ces poteries nous aident peu. Sans son col, le vase de l’incinération 1548 se rapproche en effet tout autant des pièces armoricaines à profil segmenté des vie et ve s. av. J.-C. que des biconical urns du Deverel-Rimbury, voire de certaines bipartite urns de la fin du Wessex. Néanmoins, en dépit de ces ressemblances stylistiques avec plusieurs poteries issues de l’habitat de l’âge du Fer, il se démarque malgré tout du reste du corpus par une facture particulière : une terre à inclusions gréseuses et micacées que l’on ne rencontre sur aucune autre poterie du gisement. Une datation des ossements de cette incinération par radiocarbone par le Centre for isotope research de Groningen (Pays-Bas), donne un âge de 3030 +/- 45 ans BP (GrA - 19558), qui cible en date calibrée la seconde moitié du Bronze moyen ou les débuts du Bronze final (1410- 1120 BC avec 95,4 % d’indice de confiance)3.

1.6.2.2 Synthèse

36Le phénomène des « enclos circulaires », ainsi nommés la plupart du temps en raison de la seule subsistance du fossé annulaire d’où étaient tirés les principaux matériaux destinés à l’élévation d’une masse tumulaire ou d’un talus, est un des aspects récurrents des nécropoles protohistoriques comprises entre la seconde moitié du Bronze ancien et La Tène ancienne, et ce sur toute l’étendue de l’Europe tempérée, soit des rives du Rhin à celles de l’Atlantique (Baray et al. 1994). Sans doute dévolues à l’origine à la mémoire d’un seul individu, pour lequel la communauté investissait une importante somme d’efforts (Brun, Pommepuy 1987), ces constructions pouvaient aussi devenir au fil du temps des espaces sépulcraux collectifs, jusqu’à parfois accueillir l’intégralité de la nécropole – ou presque. Le monument de West Ashby (Lincs.) attribué à l’âge du Bronze moyen comptait ainsi sept phases d’utilisation (Field 1985 cité dans Marcigny, Ghesquière 2003b). Sans parler de tradition, cet usage reste visiblement étranger aux césures chronoculturelles conventionnellement admises puisqu’un site aussi tardif que celui de Courtesoult / La Saulsotte, en Haute-Saône, site de la fin du 1er âge du Fer, ne comprenait pas moins d’une cinquantaine de sépultures subséquentes à la tombe initiale, réparties dans l’épaisseur d’un tertre élevé en deux phases (Piningre 1996). À défaut d’ensembles aussi bien conservés en Basse-Normandie, en raison le plus souvent de la disparition – ou de l’absence ? – de masse tumulaire, plusieurs monuments témoignent d’une évolution semblable, et ce pour des périodes très diverses. Au lieu-dit Le Grand Parc de la commune même de Bernières-sur-Mer, mitoyenne de Courseulles, quatorze sépultures, dont une datée par analyse radiocarbone du Bronze ancien, se partagent l’espace d’un enclos annulaire ainsi que son fossé et ses abords (Marcigny, Ghesquière 2003a). Sur le site du Mir, à Mondeville (Leroy 1992), dans le Calvados toujours, une douzaine de tombes datées du Bronze moyen (Gif 9195 : 3080 +/- 60 BP, soit 1488-1171 BC : Marcigny, Ghesquière 2003b) et organisées à la file dans une répartition circulaire, ont pu être positionnées à l’origine autour d’un tertre ou simplement creusées depuis le fond d’un fossé trop peu profond pour avoir laissé une trace au sommet du lœss. De la même façon, mais pour le début du 2nd âge du Fer cette fois-ci, pourrait être évoqué le cas d’Éterville / Le Clos des Lilas, où une dizaine de sépultures disposées en cercle semblent avoir été installées, tardivement par rapport à la création du monument (Hallstatt D3), dans l’intervalle entre un petit tertre ou une construction centrale et un fossé périphérique à présent disparu (monument 10 : Jahier 2005c).

37Comme, donc, en témoignent ces premiers exemples, la tradition de l’enclos circulaire à l’âge du Bronze et à l’âge du Fer, ou plus largement du monument circulaire, est bien implantée dans la région. Outre les exemplaires fossoyés de Bernières-sur-Mer précédemment évoqués, les tumuli de La Fosse Yvon à Beaumont-Hague, dans la Manche (Vilgrain et al. 1989), élevés ceux-ci dans la tradition des « tumuli armoricains » – c’est-à-dire sans fossé périphérique – constituent un autre témoignage des tendances alors en place dans la partie la plus occidentale de la Basse-Normandie au Bronze ancien.

  • 4 Drac de Basse-Normandie : service régional de l’Archéologie.
  • 5 Conseil général du Calvados : service départemental d’Archéologie.

38Aujourd’hui, ce sont près de deux cents enclos circulaires qui ont été repérés sur l’espace bas-normand, pour l’essentiel grâce aux campagnes de prospection aérienne menées depuis un peu plus d’une vingtaine d’années par les services de l’État4 et des collectivités territoriales5. La plupart de ces découvertes se cantonnent pour l’heure à la plaine de Caen et au Bessin qui effectivement présentent les terrains les plus favorables pour ce type de détection (Delacampagne et al. 1992). Vue du ciel, la tendance générale qui se dégage de ces ensembles demeure celle d’unités isolées ou d’agrégats de deux à quatre monuments, généralement très disparates, aussi bien en diamètre qu’en largeur de fossé. Mais plusieurs découvertes faites à l’occasion de diagnostics ou de fouilles préventives – un peu plus d’une vingtaine à présent – montrent qu’il en existe certainement encore beaucoup à découvrir sur ces deux zones comme sur les régions limitrophes de bocage et de prébocage que sont le Sud Cotentin, le Bocage virois, le Perche et le Pays d’Auge. L’un des plus grands ensembles à ce jour identifié sur la région, le site d’Agneaux / Bellevue (Marcigny 2000 ; 2001 ; Marcigny et al. 2001a), dans la Manche, fréquenté celui-ci du Bronze moyen au 1er âge du Fer (Marcigny et al. 2001b ; Giazzon 2004), fut par exemple découvert à l’occasion du diagnostic lié au contournement de Saint-Lô. Cet ensemble regroupait quatorze monuments dans l’emprise du projet.

39Pour autant, si le corpus s’avère à la fois dense et varié, très peu de ces ensembles sont pour l’instant rattachés avec certitude au Bronze moyen : une dizaine tout au plus. Moins encore présentent pour cette période à la fois des sépultures internes ou centrales conservées et des indices architecturaux de la nature de ceux préservés à Courseulles.

40En ce qui concerne le premier domaine, celui du rite funéraire, les modes et les usages s’avèrent variés, et ce en dépit même du petit nombre d’occurrences dont nous disposons pour cette période. Nous avons déjà évoqué le cas de Mondeville / Le Mir qui comportait une douzaine d’inhumations organisées en cercle à la périphérie d’un tertre ou dans le creux d’un fossé peu profond et que l’on pourrait assimiler à ce titre à des « sépultures adventices ». À Saint-Martin-de-Fontenay / La Grande Chasse (Calvados), l’enclos contenait deux urnes cinéraires enfouies (Germain-Vallée 2005a ; 2007). Si la première était trop abîmée pour que l’on puisse établir les caractères anthropologiques du défunt, la seconde renfermait les restes d’un adulte jeune. On ajoutera à ces deux premiers exemples le cas d’Agneaux / Bellevue et La Croix Carrée dont l’enclos 1 accueillait une très vraisemblable inhumation centrale (Marcigny 2000). Une urne cinéraire dont la masse des esquilles osseuse n’excédait cependant pas 5 g, ce qui traduit un mode de prélèvement sur le bûcher assez différent de celui observé à Courseulles, était enfouie à ses abords. À Courseulles, la pratique de la crémation est le seul traitement du défunt reconnu. La conservation des deux incinérations enfouies dans des fosses à la périphérie des monuments semble être un bon argument pour conclure qu’aucune inhumation ne fut pratiquée sur le site, ou alors, très éventuellement, dans l’épaisseur d’un tertre au centre du monument 1540. Il paraîtrait curieux cependant qu’aucune n’ait laissé de trace sur le gisement, pas même un ossement dans le fossé… Dans les deux cas, c’est-à-dire pour les deux incinérations bien conservées sur le site (1546 et 1548), les nombreuses fissures en forme de lunules et les déformations évoquent, d’après les critères établis par Buiskra et Swegle (Buiskra, Swegle 1989), la crémation d’un cadavre plutôt que celle d’un squelette. La technique de la crémation semble d’ailleurs avoir été moins bien maîtrisée pour le sujet adulte déposé dans une urne (1548), dont la combustion des os des membres inférieurs a visiblement été ralentie, que pour le grand adolescent – ou adulte gracile – 1546, dont les restes furent ensevelis au sud dans un contenant périssable, accompagnés – et cela est une nouveauté en Normandie pour cette période – de restes animaux. Sur le plan sépulcral toujours, et cela en dépit du petit nombre de sépultures disponible pour cet ensemble, les deux incinérations en fosse, le fond d’urne 1550 au centre du monument 1549 et le monument 1010 – du fait de son très petit diamètre – pourraient être interprétés comme des sépultures individuelles empruntes de plus ou moins de monumentalité selon les cas. Cependant, même si nous n’en voyons aucune trace, il est difficile de totalement écarter l’éventualité d’un usage plus collectif au sein des plus grands monuments : le monument tumulaire 1540 et le monument 1549, a minima ceint d’une palissade. Mais surtout la faiblesse de l’effectif, finalement tout autant constatée à Courseulles que sur bien d’autres ensembles funéraires de cette période dans la région, pourrait nous amener à penser que, en définitive, seul un pan des pratiques funéraires et sépulcrales en vigueur à cette époque, celui prévoyant l’ensevelissement du corps ou des cendres du défunt, nous serait parvenu.

41Sur le plan architectural, l’analyse du comblement des plus gros fossés, proportionnellement moins arasés que les petits, permet parfois une restitution partielle de la physionomie des monuments. Cette analyse nous conduit le plus souvent à supposer l’existence d’un tertre central ou d’un talus interne édifié avec les déblais du creusement. L’hypothèse de la présence d’un talus périphérique supplémentaire, tel que le modèle en est identifié de longue date en Grande-Bretagne (Grinsell 1941 et 1974 cités dans Brun, Pommepuy 1987), est de plus en plus fréquemment évoquée elle aussi pour quelques grands enclos du Calvados grâce à la stratigraphie des fossés : sur celui de Martragny-Carcagny / Sur la Route, qui atteint 20 m de diamètre (Hérard 2000), sur ceux attribués au Bronze moyen de Ifs / Object’Ifs Sud, de respectivement 10 et 11 m de diamètre (Jahier 1999 ; 2000), ou encore sur celui de Saint-Martin-de-Fontenay / La Grande Chasse, déjà évoqué, qui atteint 19 m de diamètre.

42Le grand monument de l’ensemble de La Fosse Touzé ne renouvelle guère notre perception de ces structures dites « à gros fossé ». Bien que le creusement du fossé à l’âge du Bronze ait mobilisé près de 15 m3 de matériaux, il reste malgré tout difficile aujourd’hui, faute de stratigraphie, de définir quel projet architectural motivait ces efforts : tertre, talus interne, externe, composition mixte ? La trace de la petite construction à quatre poteaux porteurs visible à sa surface, d’abord perçue comme la fondation d’un édifice asynchrone éventuellement lié à l’enceinte de l’âge du Fer en raison de sa position très décentrée par rapport au monument, pourrait même contredire l’éventualité qu’une levée de terre ait été établie sur l’aire interne. Mais son analogie avec celle conservée à l’intérieur de l’enclos 514 de Tatihou, attribué à la phase 1 du gisement (Bronze ancien / Bronze moyen : Marcigny, Ghesquière 2003b), impose semble-t-il de s’interroger sur la trace d’un aménagement récurrent impliqué dans la conception de ces structures. Ces petites constructions à quatre poteaux cependant restent, à notre avis, à distinguer de celles parfaitement centrées sur les enclos rectangulaires d’Antran, dans la Vienne (d’âge pré-ou protohistorique : Pautreau 1988), lesquels, de ce point de vue, paraîtraient plus proches des disc barrows et des timber circles britanniques qui comportent fossé, talus périphérique et construction centrale en bois (Glasbergen 1954 cité dans Brun, Pommepuy 1987 : 68 ; Gibson 1998).

43Peut-être, parce qu’ils constituent à Courseulles comme à Tatihou un sérieux obstacle à la mise en place de levées de terre intérieures, peut-on envisager qu’il ait pu s’agir d’installations provisoires, à usage funéraire ou cérémoniel possible, précédant la constitution d’un tertre ou d’un talus. Au même titre en somme que l’hypothèse est parfois évoquée pour divers enclos des îles Britanniques et du Benelux devant l’enchevêtrement des fossés et des traces de clôtures sur poteaux qui les délimitent (Blanchet 1984 ; Brun, Pommepuy 1987).

  • 6 Fouille inédite, J. Desloges, I. Jahier et A. Dumont, 1989.

44En Basse-Normandie, aucun enclos autre que les enclos 1549 et 1010 en revanche ne portait la trace aussi évidente d’une paroi sur poteaux à partir d’une tranchée, modèle pour lequel effectivement les matériaux tirés du terrassement ne pouvaient guère donner naissance à autre chose qu’à une petite butte centrale ou un maigre talus. A posteriori, un exemplaire approchant fut sans doute abordé sur l’ensemble inédit de Ifs / Le Hoguet (Calvados), où des couronnes de pierres régulièrement réparties au fond du fossé de l’enclos 2 évoquaient déjà des calages de poteaux postérieurs à une phase de fonctionnement à ciel ouvert6. On peut dès lors raisonnablement poser la question de l’existence d’une architecture similaire pour bon nombre de ces enclos à faible tranchée, qui plus est parfois pourvus d’un passage désigné par une interruption du fossé, comme à Mondeville-Grentheville / Zone Industrielle Sud (Desloges 1992), à Ifs / Le Hoguet et sur bien d’autres enclos repérés par prospection aérienne qu’il reste à explorer.

45En dehors de cet espace de la Basse-Normandie en effet, d’assez nombreux « monuments à structures périphérique en bois » sont reconnus pour le Bronze ancien et moyen d’Europe tempérée : en Allemagne, en Belgique, aux Pays-Bas, au Danemark, sans oublier bien sûr ceux de la côte sud-est de l’Angleterre (Glasbergen 1954 ; Gibson 1998). Exception faite de ceux identifiés à Courseulles, les rares exemplaires connus en France étaient jusqu’à présent cantonnés à la vallée de l’Aisne, avec les sites de Berry-au-Bac / La Croix Maigret (Boureux 1977) et surtout de Pontavert / Le Marteau, moins connu mais où les poteaux semblent également avoir été installés dans une tranchée antérieure (Boureux 1974 cité dans Blanchet 1984 : 216). Certaines publications traitant de ces structures mixtes à tranchée et trous de poteau y voient cependant parfois une chronologie inverse, celle de constructions cérémonielles en bois précédant le creusement des fossés qui les gomme pour la constitution des tertres (Brun, Pommepuy 1987 : 68). D’après la profondeur des trous de poteau sous la surface à Courseulles (70 à 80 cm), il semble que ceux-ci n’aient pu être creusés que postérieurement à l’ouverture des tranchées, ce qui nous ramènerait au cas de Pontavert vu par J.-C. Blanchet. Il paraîtrait dès lors cohérent d’accorder à ces tranchées une fonction surtout symbolique, à savoir la délimitation d’un espace funéraire avant la construction du monument lui-même, que celui-ci prenne la forme d’un enclos à ciel ouvert ou celle d’une hutte.

  • 7 Cette urne peinte de facture exceptionnellement réaliste pour la zone nordique a été mise au jour e (...)

46L’image de la maison pour le domaine funéraire de l’âge du Bronze, celle alors de la maison du mort, n’est pas encore vraiment inscrite dans nos schémas d’interprétation. Elle est d’autant plus difficile à concevoir ou à démontrer à partir des données de terrain que, même réduite – pour la création d’un talus ou le calage de poteaux – la masse de matériaux extraite lors du creusement des tranchées, aussi infime soit-elle (à Courseulles, 2,4 m3 sur l’enclos 1010 et 4,5 m3 sur l’enclos 1549) suffit toujours à la constitution d’une petite butte centrale susceptible d’avoir accueilli et protégé des sépultures internes. Sous cet angle, le faible enfouissement de ces sépultures, ou même leur absence à l’altitude du décapage, ne suffit pas à démontrer qu’une autre protection que celle d’un tertre était bien apportée au-dessus du corps ou de l’incinération des défunts. Pour autant, un certain nombre d’éléments pourraient donner à penser que cette éventuelle forme de monument, à l’allure de hutte ou de maison, faisait bien partie de la gamme des monuments funéraires en place à cette période. Sur le plan structurel, une première analogie peut être faite avec le plan des maisons circulaires jalonnant les rives de la Manche à l’âge du Bronze, notamment avec celui des ring-groove houses, plans délimités par une tranchée, surtout connus dans les îles Britanniques dès l’âge du Bronze ancien (Audouze, Buchsenschutz 1989 ; Harding 2000). La paroi à poteaux jointifs ancrée dans la tranchée, qui pouvait atteindre 10 m de diamètre, donc des dimensions notablement plus vastes qu’à Courseulles, était visiblement en mesure de soutenir la plus large part de la poussée d’une toiture. Techniquement donc, l’édification de huttes quatre à cinq fois plus petites que les maisons de la période ne pose pas de problème en soi. En parallèle à ces premiers rapprochements, techniques, on peut également considérer que, proportionnellement aux chances qu’il y avait d’en retrouver des indices, le thème de la maison a été est assez largement utilisé en Europe de l’Ouest durant la Protohistoire moyenne et récente dans le domaine du mobilier funéraire. Ainsi, l’urne de Stora Hammar7, en Suède, datée du Bronze final (période V de Montelius, soit 920-730 av. J.‑C. : Almgren 1912 : 141-143), était par exemple constituée d’une boîte de forme sub-rectangulaire aux coins arrondis (Harding 2000) portant la représentation d’une porte et celle de poteaux (fig. 9). Elle était fermée par un couvercle conique peigné comme un toit de chaume. Pour des périodes un peu plus récentes, les « urnes-cabanes » du 1er âge du Fer découvertes en Allemagne et en Pologne (Audouze, Buchsenschutz 1989 : 103), à Königsaue (All.), à Willsleben (All.) et à Obliwice (Pol.), répondaient manifestement à la même symbolique.

FIG. 9 L’urne décorée de Stora Hammar, Suède (Almgren 1912 : fig. 10).

FIG. 9 L’urne décorée de Stora Hammar, Suède (Almgren 1912 : fig. 10).

47Certes, il s’avère assez difficile par la voie de ces seuls exemples de démontrer que les plans mis au jour à Courseulles sont bien ceux de maisons ou de huttes funéraires. Ils n’en présentent pas moins avec elles un certain nombre de concordances qui pourraient nous inciter à y voir l’expression d’une sorte de parallèle à la maison des vivants, métaphore qu’il conviendra de vérifier par de nouvelles explorations de ces structures en définitive encore assez mal connues sur le plan architectural. Les urnes-maisons conçues par la suite pourraient dans cette mesure être perçues comme la perduration de cette symbolique, leur forme s’inspirant de celle des monuments antérieurs.

48En dépit des incertitudes entourant la forme originelle de ses monuments, l’ensemble de Courseulles paraît trouver sa place au sein d’un schéma d’organisation en définitive assez fréquent en Basse-Normandie si on le compare aux quelques autres ensembles funéraires de l’âge du Bronze moyen à ce jour identifiés sur la région, ou plus largement à l’image que nous renvoie le résultat des prospections aériennes menées sur la plaine de Caen (Delacampagne et al. 1992). Un ou deux grands ou très grands monuments, d’ordinaire délimités par un large fossé ayant pu permettre la réalisation d’un tertre, côtoient un, deux ou trois monuments plus petits, aux tranchées de délimitation plus fines, et se voient parfois flanqués de quelques sépultures périphériques enterrées. Il nous semble qu’il peut s’agir en soi d’une différence importante avec l’ensemble Bronze ancien/Bronze moyen de l’île de Tatihou sur la commune de Saint-Vaast-la-Hougue par exemple, dont les sept monuments – parmi lesquels se compteraient deux plans quadrangulaires – se répartissent, éventuellement en deux agrégats très lâches, sur 3 ha.

  • 8 Fouilles inédites, J. Desloges, I. Jahier et A. Dumont, 1989 ; fouilles inédites C. Peuchet, 1992.

49Pour autant les occurrences d’assemblages comparables spécifiquement attribuables à l’âge du Bronze moyen restent peu nombreuses. Si le nombre de fouilles ayant concerné des ensembles de cette période n’est somme toute pas encore si élevé en Basse-Normandie, les aires d’observation, le plus souvent définies par les conditions de l’archéologie de sauvetage, ne permettent pas non plus de toujours appréhender les sites dans leur totalité. Ifs / Le Hoguet8 est sûrement dans l’immédiat l’un des ensembles qui offre le plus de ressemblances avec Courseulles dans ses composantes et son organisation. Il regroupait en effet, sur une aire de 10000 m2 environ, les fondations de quatre monuments avérés : un enclos à gros fossé de 12 m de diamètre extérieur et trois enclos délimités par une tranchée ou un mince fossé dont les deux premiers sont circulaires (diam. 7 et 14 m) et le troisième ovoïde (14 x 10 m). L’ensemble funéraire de Mondeville-Grentheville / Zone Industrielle Sud, que l’on peut attribuer a posteriori à l’âge du Bronze moyen plutôt qu’à l’âge du Bronze ancien, comprenait trois enclos établis à proximité les uns des autres, dont deux enclos circulaires de 5 et 10 m de diamètre externe et un plus grand, ovale, de 17 m de long par 12 m de large.

50Dans ces ensembles, le contraste entre de grands monuments tumulaires (avec fossé) et de plus petits, simplement talutés ou même bâtis, est saisissant. Si la forme tumulaire des plus grands n’est pas sans rappeler celle des tombes individuelles de l’élite qui se mettent en place sur tout le domaine armoricain dès les premières phases de l’âge du Bronze ancien (Briard, Verney 1996 ; Balquet 2001), il demeure plus difficile d’établir si les plus petits monuments doivent être perçus comme l’indice d’un rang moins élevé dans une éventuelle hiérarchie des constructions ou simplement comme celui d’un écart chronologique important entre elles. C’est par exemple ce que pourrait évoquer un ensemble comme celui d’Agneaux / Bellevue et La Croix Carrée dont un seul des quatorze monuments, le plus grand et le plus complexe (tranchée de fondation et cercle de trous de poteau enchevêtrés), est attribué au Bronze moyen tandis que les autres, qui n’excèdent pas 8 m de diamètre, semblent avoir été édifiés tout au long du Bronze final et même dans les premiers temps de l’âge du Fer.

51Un ensemble comme celui de Soulangy / La Fosse Chartier (Jahier 1993) pourrait apporter un éclairage intéressant sur cette question. Sur l’emprise de la zone fouillée, il présente à peu près les mêmes composantes, en l’occurrence un enclos de grand diamètre (22 m) à très large fossé, et un autre plus petit (7 m de diam. seulement), à faible fossé. Sa création à la fin du Bronze final ou au début du 1er âge du Fer (fragment de hache à douille de type Couville), laisserait donc entendre qu’une telle variété architecturale des monuments au sein d’un même ensemble ne dépend pas du seul fait d’une évolution typochronologique mais traduit bien une hiérarchie entre les sépultures, c’est-à-dire en fait un système de représentation sociale, religieuse et/ou symbolique encore vivant aux tout premiers temps de l’âge du Fer.

1.6.3 Les vestiges gallo-romains

52Parmi les vestiges gallo-romains repérés sur le gisement se dénombrent deux fosses et quelques tessons erratiques de céramiques communes rouges et grises associés, dans les limons superficiels remaniés au centre de l’enceinte, à quelques tessons médiévaux. La première fosse est une sépulture à incinération (st. 353 : ann. 2, pl. 2, carr. P15). Celle-ci, qui recelait un vase en céramique commune grise à côté des ossements, contenait aussi une fibule en bronze dérivée du type « d’Aucissa » dont les très nombreux points communs avec le type 23a de la synthèse de Jacques Philippe permettent d’attribuer le dépôt au début de la seconde moitié du ier s. ap. J.-C. (Philippe 1999 : 103). La seconde fosse, plus superficielle et observée en coupe uniquement, prend la forme d’une petite cavité en cuvette d’une largeur d’approximativement 1,20 m. Elle comportait dans son comblement quelques grands tessons de céramiques communes rouges et grises fournissant au mieux un terminus post quem compatible avec l’incinération 353 (st. 1632 : ann. 2, pl. 6, carr. T18).

Notes

1 Menez, en cours d’étude.

2 Le stade de calcification d’une 3e molaire inférieure complètement formée irait en ce sens, comme d’ailleurs la crête du septum alvéolaire interdentaire déjà modifiée de façon à former un méplat mousse. Toutefois, l’empreinte du brachial supérieur de l’ulna gauche, qui constitue l’unique insertion musculaire observée, reste peu marquée.

3 3030 +/- 45 BP, avec 68,2 % d’indice de confiance séquencés selon : 1380-1330 BC (20,5 %) ; 1320-1250 BC (35,0 %) ; 1240-1210 BC (11,8 %) ; 1140-1130 BC (0,9 %) ; et 95,4 % pour l’intervalle 1410- 1120 BC.

4 Drac de Basse-Normandie : service régional de l’Archéologie.

5 Conseil général du Calvados : service départemental d’Archéologie.

6 Fouille inédite, J. Desloges, I. Jahier et A. Dumont, 1989.

7 Cette urne peinte de facture exceptionnellement réaliste pour la zone nordique a été mise au jour en 1890 par Oscar Montelius sur le site de Stora Hammar, près Vellinge, dans l’extrême sud de la Suède.

8 Fouilles inédites, J. Desloges, I. Jahier et A. Dumont, 1989 ; fouilles inédites C. Peuchet, 1992.

Table des illustrations

Titre FIG. 1 Localisation géographique de la commune de Courseulles-sur-Mer (Calvados).
Crédits © M. Dupré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19948/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre FIG. 2 Vue aérienne du gisement prise de l’ouest en 1995. Sur un fond d’autant plus sombre que les recouvrements limoneux y sont épais, les fossés d’enceinte (1) apparaissent en gris clair. Le côté ouest, doté dès l’origine de fondations moins profondes, reste invisible. Sur les côtés, diverses taches rectangulaires, plus claires ou plus sombres que les cultures environnantes, signalent l’emplacement de carrières. Une seule est attribuable à l’âge du Fer (2).
Crédits © J. Desloges.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19948/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre FIG. 3 Localisation du site dans le paysage actuel à partir de la levée IGN (en noir, la parcelle fouillée). Extrait des cartes au 1/50000 nos 1511 et 1512.
Crédits © IGN – Paris 2009. Autorisation no 80-9069.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19948/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre FIG. 4 Position du site par rapport à l’ancien estuaire de la Seulles. Les Îles de Bernières sont les témoins des formations calcaires qui ont été « isolées » du platier par l’ancien cours de la Seulles. Avant la transgression flandrienne, la côte se situait au nord des Îles de Bernières, des Essarts de Langrune et des Roches de la Valette. Jusqu’à une date récente, l’ancien cours serpentait au sud de ces récifs. Il formait alors une vaste lagune aisément accessible par la mer, au niveau de Saint-Aubin-sur-Mer. C’est à la suite de son ensablement lors d’un violent raz de marée au xviie s. que le marais s’est formé.
Crédits © M. Dupré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19948/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre FIG. 5 Plans des deux décapages successifs du gisement : a plan des vestiges au premier décapage, au sommet de la plaquette calcaire à l’ouest et du limon brun en place à l’est ; b plan des vestiges au second décapage, au sommet de la plaquette calcaire et des lœss.
Crédits © M. Dupré, L. Le Gaillard, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19948/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre FIG. 6 Plan du gisement sur le fond cadastral actuel.
Crédits © M. Dupré, L. Le Gaillard, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19948/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre FIG. 7 L’ensemble funéraire de l’âge du Bronze. Plan général des vestiges et coupes de l’enclos 1540 : 1010 enclos circulaire fossoyé et palissadé ; 1540 enclos annulaire fossoyé ; 1546 dépôt cinéraire en fosse ; 1548 urne cinéraire en fosse ; 1549 enclos circulaire fossoyé et palissadé ; 1550 urne cinéraire en fosse.
Crédits © M. Dupré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19948/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre FIG. 8 Structures de l’âge du Bronze : a l’enclos palissadé 1549 ; b l’incinération 1548 (urne funéraire en fosse).
Crédits © M. Dupré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19948/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre FIG. 9 L’urne décorée de Stora Hammar, Suède (Almgren 1912 : fig. 10).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19948/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 15k

Auteurs

Archéologue spécialiste de l’âge du Fer, Ivan Jahier est chargé d’opérations et de recherches à l’Inrap. Il collabore également à l’unité mixte de recherche 6566 « Civilisations atlantiques et archéosciences » (CNRS, MCC, universités de Rennes 1 et 2, et de Nantes) et a été membre de la Commission interrégionale de la recherche archéologique Ouest de 2007 à 2010. Il a conduit l’étude de plusieurs sites importants de Basse-Normandie, notamment celle de la nécropole du Clos des Lilas, à Éterville, et de l’habitat aristocratique du Clos de l’Épinette à Creully. Ses travaux l’ont conduit à identifier des types de site jusque-là inédits en Basse-Normandie tels l’habitat groupé en aire ouverte et à architecture circulaire de Cahagnes (Bronze final - 1er âge du Fer) ou la fortification de plaine de Saint-Germain-la-Blanche-Herbe (2nd âge du Fer). Il fut parmi les premiers à mettre en évidence l’organisation en réseau des fermes d’Ifs et de Fleury-sur-Orne (2nd âge du Fer). C’est lui qui a caractérisé les grandes enceintes de Courseulles-sur-Mer et de Fleury-sur-Orne (1er-2nd âge du Fer). Il collabore à plusieurs programmes de recherche nationaux, en particulier l’« Enquête sur l’habitat rural en Gaule » (Inrap, ministère de la Culture et de la Communication) et l’« Enquête sur les formes funéraires au cours des âges » (Inrap).

Géomorphologue, ingénieur d’études honoraire au CNRS, Centre de géomorphologie de Caen, UMR 6143 « Morphodynamique continentale et côtière » (CNRS, universités de Caen et de Rouen).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search