Version classiqueVersion mobile

L’enceinte des premier et second âges du Fer de La Fosse Touzé (Courseulles-sur Mer, Calvados)

 | 
Ivan Jahier

Préface

Yves Menez

Texte intégral

1Les habitats enclos de l’âge du Fer, révélés dans un premier temps par les prospections aériennes, sont régulièrement mis au jour, par dizaines chaque année, dans le cadre d’opérations préventives. Cette abondance, si elle justifie pleinement les études statistiques et les synthèses régionales rédigées par certains chercheurs, conduit souvent à limiter les monographies publiées à de brefs articles présentant l’essentiel des résultats.

2Cependant, lorsqu’un de ces sites a pu être fouillé sur une superficie significative, comprenant l’habitat et une partie de sa périphérie, les éléments recueillis semblent parfois suffisants pour justifier la rédaction de véritables monographies présentant de manière détaillée l’histoire de certains de ces habitats. Tel a été le cas, entre autres, des sites du Boisanne à Plouër-sur-Rance, dans les Côtes-d’Armor, ou de celui du Pâtural à Clermont-Ferrand, dans le Puy-de-Dôme. C’est également dans cet esprit qu’Ivan Jahier s’est engagé dans la publication du site de Courseulles-sur-Mer, avec le soutien constant du service régional de l’Archéologie de Basse-Normandie et de la direction interrégionale Grand-Ouest de l’Inrap sans lesquels ce travail n’aurait pu aboutir. Le fait est suffisamment rare, en France, pour être noté.

3Le résultat est particulièrement remarquable. Les méthodes d’étude mises en œuvre sont clairement explicitées. Les vestiges mis au jour sont décrits de manière claire, prudente et précise, en s’appuyant sur une iconographie particulièrement soignée. Les interprétations proposées sont mesurées et argumentées. Le corpus mobilier, qui constitue un ensemble de référence pour la fin du 1er et le début du 2nd âge du Fer en Normandie, est intégralement présenté. La qualité de ce travail lui donne valeur de référence, tant sur le plan de la méthodologie que de l’apport historique. Son édition dans la collection nationale des Documents d’archéologie française est donc pleinement justifiée.

4D’autant que l’intérêt du site dépasse largement le cadre régional. Très peu de résidences familiales encloses des ve et ive siècles av. J.-C. ont été fouillées de manière exhaustive. Celle de Courseulles-sur-Mer apparaît comme l’une des plus vastes et l’une des plus monumentales aujourd’hui étudiées. L’ampleur des clôtures est étonnante, notamment celle du mur édifié de part et d’autre de la porte majeure de cet habitat. Il en est de même de celle de la maison environnée d’annexes et de greniers, mise en valeur par un dispositif architectural élaboré. L’habitat de Courseulles-sur-Mer diffère donc, à bien des égards, des sites ouverts ou des petits sites enclos plus habituels au cours de la période considérée. Le plan circulaire de la maison renvoie à celui des édifices habituellement mis au jour sur l’autre rive de la Manche. Celui de l’enclos, quadrangulaire, trouve des parallèles à l’Est, dans des habitats du Sud de l’Allemagne ou de l’Europe centrale.

5La synthèse rédigée met l’accent sur la pérennité de l’organisation de l’habitat qui, malgré des remaniements fréquents des clôtures et de certains bâtiments, a conservé durant deux siècles les principes architecturaux de la résidence fondée vers la fin du vie s. av. J.-C. Le grand nombre de structures de stockage retrouvées dans l’enclos, notamment des greniers servant à entreposer des céréales, permet à Ivan Jahier de poser l’hypothèse d’une centralisation dans cet enclos des récoltes produites aux alentours, où elles auraient été conservées avant d’être redistribuées. Je me demande, pour ma part, si elles ne marquent pas, plutôt, l’importance et la richesse de cette résidence, déjà signalées par l’ampleur des clôtures et des bâtiments.

6Quoi qu’il en soit, l’élargissement de la réflexion aux occupations contemporaines fouillées en Europe occidentale permet d’aborder des questions historiques concernant le statut du site et la place de ces résidences dans l’organisation des terroirs de l’âge du Fer. Le fait majeur qui caractérise cette période dans l’Ouest de la France est en effet la fondation par milliers d’habitats dispersés qui s’implantent sur la plupart des terres exploitables. Les fondations mises au jour le montrent : il s’agit de sites édifiés pour abriter des exploitations familiales, durant des générations. Mais les données aujourd’hui recueillies révèlent une diversité d’habitats bien plus grande que ne le laissaient imaginer les concepts de native farm puis de « ferme indigène » élaborés, en Grande-Bretagne puis en France, au début des recherches.

7Certains de ces sites, très modestes, étaient constitués d’une simple maison environnée de quelques annexes. D’autres, bien plus vastes, abritaient de nombreuses constructions parfois monumentales. On devine, à la lecture des fondations et des implantations topographiques de ces sites, les relations de voisinage et de hiérarchie qui devaient unir ces exploitations, sièges d’exploitations de terroirs plus ou moins vastes. Quelques uns de ces sites, fondés comme celui de Courseulles-sur-Mer vers la fin du vie s. av. J.-C., marquent une première étape de formation d’un paysage agraire organisé autour d’exploitations familiales plus ou moins vastes très dispersées sur le territoire. D’autres, fondés en bien plus grand nombre au cours des iiie et iie siècles, marquent une seconde étape, caractérisée par la mise en place d’un réseau parfois très dense d’habitats de morphologie ou de fonctions très diverses reliés par des chemins et des parcellaires.

8L’histoire de la résidence de Courseulles-sur-Mer s’inscrit donc dans des phénomènes plus larges d’évolution de nos campagnes. Cette étude a ainsi valeur d’exemple et témoigne de la qualité des recherches effectuées depuis des décennies dans cette région. Que les auteurs en soient remerciés !

9Rennes, le 13 mai 2009

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search