Version classiqueVersion mobile

Géoarchéologie de sites préhistoriques

 | 
Dominique Sordoillet

Conclusion

Résumé

La conclusion vient souligner les principaux enseignements tirés de cette étude, qu’ils soient d’ordre méthodologique ou plus directement liés aux questions archéologiques et environnementales. Les apports et les limites de la stratigraphie et de la micromorphologie, de même que l’importance de la confrontation et de l’intégration des données issues des diverses disciplines archéologiques ou naturalistes sont rappelés. Le potentiel cognitif des sites étudiés est également souligné, pour terminer sur le fait qu’aucun contexte géomorphologique ne peut être considéré d’emblée comme sans intérêt pour la connaissance archéologique.

Texte intégral

1L’objectif de cette étude était à la fois d’apporter des informations sur les modalités d’occupation des sites appréhendés, d’enrichir le référentiel micromorphologique des faciès sédimentaires archéologiques, et enfin de mieux connaître les mécanismes généraux impliqués dans la formation des sites préhistoriques. Les différents résultats exposés dans le corps de cet ouvrage répondent peu ou prou à cet objectif, et cette conclusion vise essentiellement à souligner les principaux enseignements tirés de cette étude, qu’ils soient d’ordre méthodologique ou plus directement liés aux questions archéologiques et environnementales.

2Les diverses interprétations proposées reposent en grande partie sur les résultats des approches stratigraphiques et micromorphologiques, dont on aimerait souligner une dernière fois l’importance.

3La stratigraphie vise avant tout à établir la chronologie relative des dépôts étudiés, mais elle contribue également à l’analyse des processus sédimentaires impliqués dans la formation des sites. En regroupant les unités de dépôts (les couches) en ensembles hiérarchisés, répondant à une logique sédimentaire ou spatiale (termes, membres et formations), elle permet en effet de déceler les éventuelles régularités de la sédimentation, et d’analyser leurs liens avec les modalités d’occupation. L’interstratification de plusieurs couches d’alluvions dans le remplissage anthropique du Gardon, l’alternance régulière des accumulations cendreuses et détritiques dans les dépôts du Néolithique moyen de Montou, ou encore la superposition répétée de couches d’occupation et de dépôts de démolition à Saint-Alban, soulignent l’existence de ces régularités sédimentaires, inhérentes à la présence humaine ou au contexte environnemental. L’analyse stratigraphique fournit ainsi les premières clés de compréhension des processus de sédimentation et des conditions d’occupation, facilitant dans le même temps la mise en œuvre d’une stratégie d’échantillonnage appropriée. En conséquence, on ne saurait trop insister sur l’attention qu’il convient de lui accorder.

4En ce qui concerne la micromorphologie, la classification des microfaciès sédimentaires en deux grandes familles, où sont opposés les faciès caractéristiques de l’occupation et ceux témoignant de l’abandon des sites, présente l’avantage de rester proche de la problématique archéologique. La différenciation des faciès d’occupation et des faciès d’abandon, celle également opérée entre les couches monophasées et les couches polyphasées, et enfin l’estimation du temps a priori nécessaire à la formation de ces différents faciès, permettent d’émettre des hypothèses sur le rythme et la durée des phases d’occupation. C’est ainsi que l’on peut envisager l’hypothèse d’occupations intermittentes mais sans doute assez régulières au Gardon et à Montou pendant le Néolithique moyen, ou d’installations plus continues et plus durables pendant le Bronze moyen au Gardon, et entre le Bronze final IIIa et le début du Hallstatt à Saint-Alban.

5L’analyse des faciès sédimentaires joue également un rôle notable dans la compréhension de l’organisation spatiale des sites, avec, par exemple, la définition d’aires plus particulièrement affectées à l’habitation humaine ou au parcage du bétail.

6Ces différents résultats montrent que l’analyse des microfaciès sédimentaires participe directement à la définition des modalités d’occupation des sites archéologiques. L’impossibilité où nous nous trouvons d’interpréter de manière définitive certains faciès de dépôt indique toutefois que le référentiel micromorphologique reste à compléter, notamment à partir de reconstitutions expérimentales de diverses activités préhistoriques ou à l’aide d’échantillons prélevés dans des contextes bien définis.

7La confrontation des méthodes et des résultats reste sans doute le meilleur moyen d’aboutir à des reconstitutions archéologiques et environnementales aussi complètes et fiables que possible. L’intérêt des comparaisons entre différentes méthodes et différents sites est illustré au Gardon par la bonne corrélation obtenue entre les phases de transgression des lacs du Jura et les inondations karstiques. Dans ce cas, l’étude comparée des données vient non seulement consolider l’hypothèse des fluctuations climatiques régionales, mais permet aussi d’étayer les interprétations relatives au rythme des occupations et à la durée des abandons dans la Grotte du Gardon. À Montou, la prise en compte des données archéozoologiques contribue à l’interprétation des faciès de dépôt liés à l’élevage, tandis que la comparaison des résultats avec ceux obtenus à Bélesta souligne la diversité des modes d’exploitation possibles des cavités karstiques. À Saint-Alban, l’intégration des résultats archéologiques et sédimentologiques permet de décrire et de quantifier les constructions probablement réalisées dans le secteur étudié, tandis que la comparaison de ces résultats avec ceux obtenus au Pré de la Cour, dans le Bassin de Malville, tend à illustrer l’hypothèse de la complémentarité des sites de hauteur et de plaine. De manière générale, la confrontation des données permet de dégager des informations plus nombreuses et plus précises, soulignant une fois de plus l’intérêt des approches pluridisciplinaires.

8Une des faiblesses des reconstitutions proposées est liée à la perception chronologique qui, à défaut de datations dendrochronologiques ou de liaisons de remontage entre vestiges, reste le plus souvent insuffisante pour établir la contemporanéité des événements considérés. Ces incertitudes chronologiques peuvent conduire à associer à tort des dépôts mis en place à quelques années d’intervalle, et donc à proposer des reconstitutions erronées des modalités d’occupation. Les interprétations proposées sur chaque site doivent en conséquence être considérées comme des tendances générales et précisées au fur et à mesure de l’acquisition de nouvelles données.

9Enfin, les informations apportées par l’étude des sites du Gardon et de Montou sont également l’occasion de rappeler le potentiel cognitif des gisements karstiques, parfois décrits comme des sites accessoires, à remplissage lacunaire, et d’intérêt limité. Comparativement à d’autres milieux, les grottes présentent l’avantage indéniable de leurs parois rocheuses protectrices, qui non seulement en font des lieux attractifs à toutes les époques, même si les activités qui y sont pratiquées varient au cours du temps, mais qui limitent en plus l’extension latérale des dépôts, favorisant en conséquence leur superposition stratigraphique. Si des lacunes d’érosion ou de sédimentation existent bel et bien dans les remplissages karstiques, elles ne sont souvent ni plus ni moins importantes que dans les autres types de sites, et peuvent, quoi qu’il en soit, être perçues et discutées lors de l’analyse des processus de dépôt. Comme tout autre site et moyennant une stratégie de fouille et d’analyses appropriée, les grottes apportent sans aucun doute des informations fondamentales pour la connaissance des sociétés et des environnements passés.

« avant la nuit, les enfant construisirent une maison.
Abel était l’architecte. Il avait coupé de longs roseaux et des
branches. Avec l’aide des autre garçon il avait formé la
carcasse en ployant les roseaux en arc et en les liant au sommet
avec des berbes. Puis il avait bouché les interstices avec de
petites branches. Pendant ce temps, la petite Khaf et Augustin,
l’un des jeunes garçon, accroupis au bord du lac, fabriquaient
de la boue.
Quand la pâte fut prêt, ils l’étalèrent sur les murs de la
maison en tapotant avec les paumes de la main. Le travail
avançait vite, et au coucher du soleil, la maison était finie.
C’était une sorte d’igloo en terre, avec côté ouvert pour
entrer. Abel et Gaspar ne pouvaient y entrer qu’a quatre
patte, mais la petite Khaf pouvait s’y tenir droite. La maison
était sur le bord du lac, au centre d’une plage de sable. Autour
de la maison, les hautes hebres formaient une muraille verte.
De l’autre côté du lac vivaient les hautes palmiers. Ce sont eux
qui fournirent les feuilles pour le toit de la maison.
Après avoir bu, le troupeau s’était éloigné à travers la
plaine d’herbe. Mais les enfants ne semblaient pas s’en soucier.
Des temps en temps, ils écoutaient les bêlements qui venaient
dans le vent, de l’autre côté de l’herbe.
Quand le soir était venu, le plus jeune des garçon était
parti traire les chèvres. Ensembles ils avaient bu le lait doux et
tiède, puis ils s’étaient couchés, serrés les uns contre les autres à
l’intérieur de la maison. Une sorte de broullard léger montait
du lac, le vent avait cessé. Gaspar sentait l’odeur de la terre
muoillée sur les murs de la maison.Il écoutait le bruit des
grenoulles et des insectes de la nuit. »
J.M.G Le Clézio, Les bergers.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search