Version classiqueVersion mobile

Géoarchéologie de sites préhistoriques

 | 
Dominique Sordoillet

Chapitre 5. Microfaciès sédimentaires, activités humaines et rythmes d’occupation

Résumé

L’étude comparée des données obtenues sur les différents sites archéologiques permet de dégager des régularités sédimentologiques, globalement transposables d’un site à l’autre et expliquant dans leurs grandes lignes la sédimentation anthropique et le mode de formation des sites. Les résultats obtenus dans le cadre de ce travail amènent à définir, ou à redéfinir, les notions de sols et de couches d’occupation, de niveaux et de couches d’abandon, tout en discutant le fait que ces couches peuvent être monophasées ou polyphasées, et qu’elles peuvent correspondre à des durées d’occupation très variables (fig 43, 44). Ils conduisent également à proposer une classification des faciès sédimentaires d’occupation ou d’abandon décrits sur les différents sites (fig. 46). À partir de là, l’histoire des sites peut être relatée en termes d’activités humaines, d’organisation de l’espace, de rythmes d’occupation et de conditions environnementales. Ces interprétations, et la généralisation que l’on cherche à en tirer concernant la dynamique sédimentaire anthropique, ont néanmoins des limites qui sont soulignées par l’existence de faciès de dépôt propres à chaque site.

Texte intégral

« Les faits sont ainsi toujours susceptibles d’explications concurrentes. Il y a donc lieu en rendant compte de ces alternatives, de souligner cette situation et non d’abuser le lecteur en faisant croire que l’explication que l’on donne est la seule acceptable. »
Alain Gallay (1986b : 155)

1L’étude comparée des données obtenues sur les différents sites archéologiques met en évidence quelques régularités sédimentologiques, globalement transposables d’un site à l’autre et expliquant dans leurs grandes lignes le mode de formation de ces sites. Le principal dénominateur commun étant l’homme, c’est d’abord sur lui et sur ses activités que reposent ces régularités de la sédimentation. La production de cendres et de charbons de bois, la concentration de phytolithes de Poacées ou encore la compaction des dépôts sous l’effet du piétinement apparaissent ainsi comme des processus sédimentaires caractéristiques de l’occupation humaine (p. ex. Binford 1978 ; 1982 ; Strauss 1979 ; 1993 ; Brochier 1983b ; Courty et al. 1989…). La formation des sites archéologiques résulte aussi de processus naturels, plus clairement enregistrés pendant les arrêts d’occupation, et qui doivent également être pris en considération lors de l’interprétation de ces sites. C’est en définitive l’expression variable, d’un site à l’autre ou à l’intérieur d’un même site, de ces différentes caractéristiques sédimentaires et postsédimentaires, anthropiques ou naturelles, qui permet de préciser les modalités d’occupation.

5.1 Sols, couches, phases…

2Les termes et les concepts utilisés dans cet ouvrage sont issus d’une part de l’archéologie, en référence aux principales questions posées, d’autre part des sciences de la terre, en raison de l’outil et de la méthode utilisés pour répondre à ces questions. L’observation des dépôts au microscope notamment a conduit à réutiliser, tout en les nuançant, les notions de sols et de couches, définies en archéologie (p. ex. Bordes 1975 ; Schnapp 1980 ; Pétrequin et al. 1985). La micromorphologie permet en effet de mieux définir ces couches archéologiques, en décrivant leurs microfaciès sédimentaires et en précisant leur mode de formation et leur durée approximative de mise en place. Les principaux résultats obtenus dans le cadre de ce travail amènent à opposer plus particulièrement des « faciès d’occupation » et des « faciès d’abandon ». Aux sols, niveaux et couches d’occupation ou d’abandon, définis en référence à l’archéologie, correspondent ainsi différents microfaciès sédimentaires, inhérents aux modalités d’occupation.

5.1.1 Sols et couches d’occupation

3Les sols et les couches d’occupation sont définis par des faciès de dépôt générés par l’homme pendant l’occupation du site. La composition et la microstructure de ces dépôts sont le reflet direct de la présence humaine et des activités pratiquées. Ces faciès d’occupation s’opposent ainsi aux faciès d’abandon, révélateurs quant à eux de l’interruption des occupations.

5.1.1.1 Sol d’occupation

4L’appellation « sol d’occupation » recouvre le « sol d’habitat », le « niveau d’occupation » et « l’horizon archéologique » définis en archéologie (Bordes 1975 ; Schnapp 1980 : 31 ; Pétrequin et al. 1985 : 16). Il correspond à une surface reconnaissable sur laquelle l’homme préhistorique a vécu pendant un laps de temps assez court. Cette appellation de « sol d’occupation » reste suffisamment générale pour pouvoir exprimer la diversité des activités pratiquées lors de la fréquentation des sites. En revanche, on ne parlera de sol d’habitation, que dans le cas d’une occupation strictement humaine, par opposition à un sol de bergerie par exemple.

5En lame mince, cette surface d’occupation est plus facilement identifiable lorsqu’elle se situe à la hauteur de dépôts présentant des caractéristiques lithologiques particulières, comme dans le cas des revêtements de sol argileux de Saint-Alban ou au sommet des couches d’alluvions du Gardon. Les revêtements de sol étudiés ici, également appelés sols construits, sont caractérisés essentiellement par leur microstructure massive, par le tri granulométrique et minéralogique de leurs constituants ainsi que par une distribution relative porphyrique. Ces caractéristiques micromorphologiques résultent du choix des matériaux de construction, et de leur assemblage intentionnel, en vu d’une construction durable. En l’absence de ces substrats particuliers, les sols d’occupation sont marqués par des phénomènes de compaction dans des dépôts peu différenciés d’un point de vue lithologique, comme les fumiers de bergerie du Gardon ou les dépôts de démolition de Saint-Alban. En lame mince, la compaction se traduit essentiellement par une réduction de la porosité dans la partie sommitale des dépôts piétinés, par une structuration subhorizontale plus ou moins marquée de cette porosité et, dans certains cas, par l’intégration d’éléments étrangers au substrat initial. L’identification de ces sols permet de bien séparer les épisodes successifs d’occupation, mais dans le cas d’une occupation prolongée, le sol est progressivement exhaussé et transformé en une « couche d’occupation » (fig. 47), qui devient plus difficile à définir (Bordes 1975 ; Djindjian 1991).

FIG. 47. Sol et couche d’occupation.
En l’absence de sol construit, le niveau d’occupation initial (1) n’est matérialisé que par la compaction des dépôts sur lesquels se sont installés les habitants. Au fur et à mesure de l’occupation, ce niveau de sol initial est progressivement exhaussé, conséquemment à l’accumulation des déchets sur le sol (2). L’identification des niveaux d’abandon dans les dépôts d’occupation permet d’individualiser différentes phases d’occupation (3).

FIG. 47. Sol et couche d’occupation.En l’absence de sol construit, le niveau d’occupation initial (1) n’est matérialisé que par la compaction des dépôts sur lesquels se sont installés les habitants. Au fur et à mesure de l’occupation, ce niveau de sol initial est progressivement exhaussé, conséquemment à l’accumulation des déchets sur le sol (2). L’identification des niveaux d’abandon dans les dépôts d’occupation permet d’individualiser différentes phases d’occupation (3).

5.1.1.2 Couche d’occupation

6La couche d’occupation correspond soit à un sol d’occupation progressivement rehaussé par l’accumulation continuelle de résidus anthropiques, comme cela semble être le cas notamment pour les dépôts du Bronze moyen du Gardon, soit à la superposition de plusieurs sols d’occupation, entrecoupés de périodes d’abandon peu conséquentes d’un point de vue sédimentologique, mais parfois perceptibles au microscope. Les couches d’occupation du Bronze final IIIb de Saint-Alban ou le foyer C407 du Néolithique moyen du Gardon répondent plus particulièrement à ce deuxième cas de figure. Cette définition de la couche d’occupation équivaut à celle de la couche, ou du niveau, archéologique, dans lesquels peuvent se superposer plusieurs sols, impossibles à individualiser à la fouille (Bordes 1975 ; Pétrequin et al. 1985). Au microscope, ces couches d’occupation se caractérisent par une forte proportion de constituants d’origine organique (charbons, phytolithes, esquilles osseuses…), et par la disposition fréquemment subhorizontale des éléments allongés, étagés sur toute la hauteur du dépôt. La composition et l’organisation interne de ces accumulations varient selon l’espace domestique considéré (Goldberg, Whitbread 1993 ; Matthews, Postgate 1994). Les couches d’occupation du Bronze moyen du Gardon, formées de constituants de différentes natures et modérément triés, de la taille des limons aux graviers, semblent ainsi témoigner de l’existence d’aires modérément entretenues, dans lesquelles ont été pratiquées des activités très productrices de déchets. Les couches d’occupation observées à Montou se différencient des précédentes par la taille souvent plus grande des résidus charbonneux, et par une teneur en graviers et en sables plus importante. Cette particularité s’explique sans doute par la plus forte humidité qui règne à Montou, et qui favorise l’empâtement des constituants, plutôt que leur fragmentation et leur dispersion. Cette humidité se traduit également par des vides lenticulaires subhorizontaux plus marqués que dans la Grotte du Gardon, plus sèche. Le développement d’une porosité lenticulaire apparaît également comme une caractéristique des couches d’occupation de Saint-Alban, intercalées dans des revêtements de sol argileux. Dans le cas où les résidus accumulés sur le sol sont d’origine essentiellement anthropique, on pourra parler de couche d’occupation humaine ou de couche d’habitation, tandis qu’en cas de nette prédominance de fumiers animaux on aura affaire à une couche de parcage. En fonction de la présence ou de l’absence de niveaux d’abandon interstratifiés, la couche d’occupation est considérée comme étant « monophasée », liée à une occupation continue, ou « polyphasée », résultant plus clairement de plusieurs occupations successives.

Couche d’occupation monophasée

7La couche d’occupation monophasée, homogène et sans niveau d’altération intermédiaire, résulte de la surélévation du niveau de sol initial, au fur et à mesure de l’accumulation des résidus anthropiques. Son épaisseur peut dans une certaine mesure être mise en parallèle avec l’intensité de l’occupation, c’est-à-dire avec le nombre d’habitants, la nature des activités humaines ou la durée du séjour. Cette extrapolation doit tenir compte du fait qu’un dépôt initialement riche en matière organique, par exemple dans le cas d’une accumulation issue du parcage du bétail, verra son épaisseur se réduire de manière beaucoup plus importante qu’un dépôt essentiellement formé d’éléments minéraux, tels que les cendres (Brochier 1984c ; 1991 ; Matthews et al. 1997). Au Gardon, plusieurs couches du Bronze moyen et du Bronze final IIIa, caractérisées par leur épaisseur importante, leur composition constante et leur structuration horizontale, sont des exemples de couches d’occupation monophasées, illustrant des occupations prolongées (cf. § 2.3). La lentille 18h de Saint-Alban, beaucoup moins épaisse, mais également homogène et microstratifiée est également considérée comme une couche d’occupation monophasée (cf. § 4.2.3 et 4.3). D’un point de vue archéologique, une couche d’occupation monophasée, malgré son épaisseur parfois importante, reste globalement équivalente au sol d’habitation, car son homogénéité témoigne du faible déplacement des aires d’activités.

Couche d’occupation polyphasée

8La couche d’occupation polyphasée, apparemment homogène sur le terrain, résulte de plusieurs épisodes d’occupation, générant à chaque fois le même type de dépôt, séparés par des niveaux d’abandon peu marqués d’un point de vue sédimentologique. Difficilement identifiable à l’œil nu, cette couche d’occupation polyphasée peut être reconnue au microscope par la différenciation d’épisodes d’abandon, nous conduisant à individualiser plusieurs sous-couches d’occupation. La structure de combustion néolithique C407 du Gardon, ou les dépôts néolithiques de Montou, correspondent à de telles couches polyphasées. L’intermittence probable de l’occupation des sites prend l’aspect d’une alternance de dépôts clairement caractéristiques de la présence humaine (cendres de foyers in situ) et de dépôts témoignant de leur abandon (dépôts anthropiques altérés ou bioturbés ou minces couches détritiques naturelles). Comme dans le cas d’une couche d’occupation monophasée et malgré la discontinuité des occupations, la stabilité des aires d’activités est illustrée par l’homogénéité des dépôts anthropiques successifs et confère une certaine unité archéologique à ces couches polyphasées. Cette unité archéologique peut cependant n’être qu’illusoire, par exemple dans un contexte où les processus naturels d’altération et de sédimentation sont peu importants. Un groupe humain peut en effet réutiliser, plusieurs années après, les structures d’occupation abandonnées par leurs prédécesseurs, conduisant à la superposition de dépôts de même nature. À l’inverse la succession d’activités diverses au cours d’une même occupation, peut aboutir à la superposition de dépôts très différents, pouvant donner une fausse image d’occupation discontinue. Les différentes phases de construction observées à Saint-Alban, accompagnées du déplacement des aires d’activités, illustrent cette variation verticale des faciès sédimentaires, malgré des occupations le plus souvent continues. L’interprétation des couches d’occupation polyphasées implique en conséquence de pouvoir estimer au mieux possible la durée nécessaire à l’expression matérielle des processus naturels d’altération ou de sédimentation.

5.1.2 Niveaux et couches d’abandon

9Les arrêts d’occupation peuvent être révélés par l’altération ou par le remaniement biologique des dépôts anthropiques, ou encore par la formation de couches sédimentaires naturelles. Comme dans le cas des couches d’occupation, ces différents processus permettent de définir des niveaux et des couches d’abandon.

5.1.2.1 Niveaux d’abandon

10Le niveau d’abandon souligne le départ des occupants. S’étendant au sommet des couches d’occupation, il est peu marqué d’un point de vue sédimentologique et son individualisation repose essentiellement sur l’identification au microscope de processus d’altération géochimique affectant les constituants anthropiques. Au Gardon par exemple, l’abandon du site après les occupations du Bronze moyen est révélé par une brunification sommitale des cendres d’un foyer (C569). À Montou, les abandons de la cavité vers la fin du Néolithique moyen et vers la fin du Bronze moyen sont également soulignés par la dissolution des cendres et des sphérolites de calcite. De même qu’une occupation intense conduit à transformer le sol d’occupation en couche d’occupation, la prolongation d’un abandon aboutit à la genèse d’une couche d’abandon, dont la microstructure et la composition perdent peu ou prou les caractéristiques anthropiques initiales (fig. 48).

FIG. 48. Couches d’abandon anthropiques et naturelles.
L’altération ou le remaniement du sommet des couches d’occupation (1),
l’interstratification de dépôts anthropiques remaniés (dépôts d’effondrement, déblais…) (2) ou celle de dépôts naturels (éboulis, alluvions…) (3) permettent de repérer les phases d’abandon et de différencier les principales couches d’occupation.

FIG. 48. Couches d’abandon anthropiques et naturelles.L’altération ou le remaniement du sommet des couches d’occupation (1),l’interstratification de dépôts anthropiques remaniés (dépôts d’effondrement, déblais…) (2) ou celle de dépôts naturels (éboulis, alluvions…) (3) permettent de repérer les phases d’abandon et de différencier les principales couches d’occupation.

5.1.2.2 Couches d’abandon

11Parmi les événements qui suivent l’abandon du site se trouve, à plus ou moins longue échéance, l’effondrement des structures en élévation (palissades, murs, toits…), mais les faciès de dépôt résultant de ces effondrements sont difficiles, voire impossibles, à différencier de ceux relevant d’une intervention humaine, comme les rejets et les remblais. Cette difficulté peut conduire à confondre une période d’abandon avec une simple phase de réaménagement du site ou encore avec une aire de rejet. Les dépôts de démolition de Saint-Alban sont à cet égard particulièrement explicites, puisqu’ils présentent des caractéristiques intrinsèques évoquant a priori l’abandon du site, mais s’intègrent dans une série plus probablement continue de phases de construction, d’occupation et de démolition. Dans les rues ou dans les cours du site de Saar (Bahreïn, Golfe Persique), les rejets se caractérisent par une microstructure complexe avec entassement aléatoire et sans orientation préférentielle de grains et d’agrégats (Matthews et al. 1997). Cette description peut s’appliquer aux dépôts de démolition de Saint-Alban, soulignant là encore les risques de confusion possible entre dépôts d’abandon et rejets intentionnels. La prise en compte de l’ensemble des données archéologiques apparaît dès lors indispensable à une correcte différenciation des véritables dépôts d’abandon et des simples rejets d’occupation.

12Au microscope, ces dépôts de rejet ou d’abandon se différencient des couches d’occupation par une microstructure plus ouverte, agrégée ou grumeleuse, par une structuration horizontale absente ou exceptionnelle, et par une composition, une granulométrie et une distribution relative hétérogènes. Les dépôts signant plus clairement les périodes d’abandon sont caractérisés par de forts remaniements biologiques ou par l’altération géochimique des constituants. Ces couches d’abandon présentent alors des microstructures agrégées voire microagrégées résultant du développement de la microfaune du sol (pl. C5), ou se caractérisent par des constituants plus ou moins dissous ou pseudomorphosés (pl. I3). Il est à noter cependant que les remaniements biologiques peuvent éventuellement survenir au cours de l’occupation, à Saint-Alban par exemple (cf. § 4.3.2), et que leur interprétation comme témoins d’abandon reste en conséquence sujette à caution.

13Dans les grottes du Gardon et de Montou, différents types de dépôts naturels ont été identifiés, liés en grande partie à la situation de ces sites en système karstique (cf. § 2.3.2 et 3.3.2). La mise en place de ces couches naturelles entre deux dépôts plus clairement anthropiques peut dans certains cas souligner l’abandon du site. Le cas des alluvions du Gardon en est un bon exemple, mais ces apports détritiques ne surviennent pas sur tous les sites, ni à chaque période d’abandon. Par ailleurs une sédimentation naturelle rapide, par exemple dans le cas d’une crue, n’implique pas forcément l’abandon du site. Il n’existe donc pas de relation directe entre un dépôt naturel et une période d’abandon. D’autres critères doivent être pris en considération pour diagnostiquer l’arrêt des occupations, parmi lesquels le remaniement biologique et l’altération des dépôts anthropiques sous-jacents, comme dans le cas des couches néolithiques du Gardon. Si les dépôts naturels sont relativement aisés à identifier sur le terrain, dès lors qu’ils sont suffisamment épais, ils ne peuvent l’être qu’au microscope dans le cas d’un faible taux de sédimentation, ou dans celui d’une confusion possible avec des aménagements anthropiques (cf. § 2.3.2).

5.1.2.3 Couches d’abandon mono- et polyphasées

14Comme les couches d’occupation, les couches d’abandon peuvent être mono- ou polyphasées. La différenciation des unes et des autres repose sur l’existence de limites traduisant un changement de dynamique sédimentaire. Le caractère polyphasé de certaines couches d’alluvions ou des encroûtements algaires du Gardon est ainsi révélé par l’existence d’un litage, mis en rapport avec plusieurs phases distinctes d’inondation (cf. § 2.3.4). La mise en place polyphasée des déblais anthropiques est plus délicate à démontrer en l’absence de niveaux d’altération ou de dépôts naturels interstratifiés. La durée séparant deux rejets successifs n’est pas forcément suffisante pour permettre l’expression matérielle des processus naturels de sédimentation ou d’altération, et la bioturbation affectant ces rejets, peu après leur mise en place, favorise leur homogénéisation. À Saint-Alban, c’est la mise en évidence de sols de circulation dans les dépôts de démolition qui souligne le caractère polyphasé des rejets. Là encore, l’intégration de diverses données archéologiques apparaît importante pour déterminer la superposition de rejets ou de déblais issus d’occupations successives.

5.1.3 Phases, périodes, durées

15L’expression plus ou moins importante des processus sédimentaires et postsédimentaires peut servir à estimer la durée des événements dont ils témoignent. Les termes de « phase » et de « période » sont utilisés pour rendre compte de cette durée et de la continuité relative des événements considérés. Ces termes sont ainsi globalement considérés comme les équivalents temporels des niveaux et des couches, avec toutefois quelques nuances dans le cas des couches mono- et polyphasées.

16La phase de construction désigne l’étape d’aménagement initial du site, avec la fabrication de sols et de murs par exemple. Sa durée est a priori assez courte. De la même manière, les phases d’abandon, comme celles identifiées dans le foyer C407 du Gardon ou dans les occupations néolithiques de Montou, sont supposées assez courtes. Quelques semaines à quelques mois au plus semblent suffisants à l’expression sédimentaire de ces phases de construction ou d’abandon. Considérant la nature des dépôts accumulés, ces durées conduisent à envisager l’hypothèse d’occupations intermittentes mais relativement régulières au Gardon et à Montou, au cours du Néolithique moyen. À Saint-Alban, les différentes phases de construction apparaissent plutôt liées à la durée de vie des constructions en terre.

17La durée nécessaire à la formation de couches d’occupation mono- ou polyphasées distinctes est évaluée d’après la nature et l’abondance des résidus accumulés sur le sol. Dans le cas d’une couche monophasée peu épaisse, la phase d’occupation est jugée assez courte. Une couche monophasée épaisse est en revanche considérée comme le signe d’une occupation prolongée et conduit à définir une période d’occupation. Lépaisseur des couches d’occupation du Bronze moyen du Gardon et le nombre de foyers qui leur sont associés conduisent à envisager l’hypothèse d’une longue période d’occupation, également suggérée par de nombreuses autres structures archéologiques et par l’évolution chronoculturelle des vestiges (Buard 1991 ; Voruz 1996a). Dans le cas de couches d’occupation polyphasées, comme celles du Néolithique moyen de Montou, c’est l’occupation apparemment régulière du site par les mêmes occupants qui conduit à définir des périodes d’occupation sans doute assez longues, caractérisées par la succession de plusieurs phases d’occupation. Les couches 41 à 31, par exemple, illustrent des activités de nature et de durée comparables et semblent ainsi témoigner de l’occupation régulière de la cavité, pendant une période pouvant couvrir plusieurs années. Dans le cas encore différent du Bronze final IIIb de Saint-Alban, les indices d’abandon peu marqués permettent également d’envisager l’hypothèse d’une période d’occupation relativement continue, malgré la diversité des dépôts accumulés.

18La durée des périodes d’abandon est probablement plus longue lorsque les processus naturels apparaissent prédominants, comme dans le cas des alluvions polyphasées de la Grotte du Gardon ou dans celui des épais niveaux d’altération marquant la fin des occupations du Bronze moyen et du Néolithique moyen de Montou. Le bon enregistrement des processus naturels de sédimentation ou d’altération conduit alors à évoquer de longues périodes d’abandon, tandis que l’existence de phases d’abandon plus courtes est suggérée par des processus naturels plus discrets, comme l’altération des cendres du foyer C569 du Gardon. Cette relation entre l’expression sédimentaire de l’abandon et sa durée dépend cependant du contexte environnemental, qui peut être plus ou moins propice aux apports naturels et aux altérations.

5.1.4 Limites de l’interprétation

19Les distinctions proposées entre couches mono-et polyphasées, ou entre phases et périodes, peuvent aider à comprendre et à discuter les rythmes d’occupation des sites archéologiques (fig. 49). Quelques remarques déjà abordées précédemment doivent cependant être réitérées, car elles soulignent les limites de ces notions mi-empiriques, mi-théoriques. Des périodes d’abandon, soit courtes, soit survenant dans des conditions défavorables à l’expression sédimentaire des processus naturels d’altération et de sédimentation, par exemple dans le cas d’une période sèche, peuvent ne pas être enregistrées par les dépôts. Dans ce cas, une couche d’occupation peut apparaître monophasée, alors qu’elle résulte en réalité de plusieurs phases d’occupation successives, éventuellement séparées par des laps de temps importants. De la même manière, une couche d’occupation définie comme étant polyphasée au microscope peut représenter la même durée que plusieurs couches monophasées, mieux séparées par des apports sédimentaires naturels. Le site de Saint-Alban illustre bien les doutes qui peuvent subsister quant à l’interprétation des rythmes de sédimentation et d’occupation, puisque dans certains cas les arguments archéologiques et une partie des données sédimentologiques convergent vers l’idée d’une occupation continue, alors que le remaniement biologique des couches d’occupation laisse entrevoir des phases d’abandon. Ainsi, la durée mise en cause dans l’expression sédimentaire des différents événements naturels ou anthropiques reste-t-elle toujours difficile à estimer correctement (p. ex. Brochier 1983c ; 1984c ; 1999 ; Gallay 1986a ; Audouze, Farizy 1988). Sur la plupart des sites archéologiques, seuls les événements les plus importants, au regard de leur durée ou des processus sédimentaires et postsédimentaires associés, sont clairement enregistrés par les remplissages. À l’inverse, l’identification d’épisodes plus discrets de l’histoire de ces sites et de leur fréquentation humaine est plus délicate. Si l’on rajoute à cela la disparition toujours possible d’une partie des dépôts sous l’effet de l’érosion naturelle ou à la suite d’une intervention humaine, il devient évident que les remplissages archéologiques ne livrent que des bribes d’une histoire infiniment plus complexe. Il en résulte que les couches de terrain isolées dans les remplissages ne correspondent le plus souvent qu’à un nombre minimum supposé de phases d’occupation et d’abandon et que les reconstitutions archéologiques ou environnementales proposées ne révèlent finalement que les événements les plus marquants de l’histoire de ces sites, une sorte de tendance générale pour chaque période individualisée. Cette tendance générale reste globalement suffisante pour tracer les grandes lignes de l’évolution des sociétés et de leur environnement, car cette évolution est le plus souvent considérée comme un processus lent et progressif, mais sa validation, de même que la définition plus précise des différentes étapes de cette évolution, impliquent la confrontation de données issues de sites aussi nombreux et variés que possible.

FIG. 49. Exemple théorique de superposition stratigraphique.
Dans cet exemple, les sept couches identifiées sur le terrain peuvent être chacune en relation avec une ou plusieurs phases d’occupation ou d’abandon (l’érosion est supposée nulle). Dans le cas de la couche C1, des phases d’abandon, marquées par des niveaux d’altération perceptibles seulement au microscope, permettent d’isoler trois phases d’occupation successives. La couche naturelle C2 isole bien les dépôts des troisième et quatrième phases d’occupation. Sa durée de mise en place n’est pas pour autant forcément plus importante que celle des abandons a1 et a2. La couche C3 correspond à une unique phase d’occupation, pourtant son épaisseur est presque égale à celle de la couche polyphasée C1. Une occupation plus longue ou avec un plus grand nombre d’habitants ou encore accompagnée d’activités plus productrices de déchets, peut expliquer cette augmentation du taux de sédimentation. La couche C4, formée de plusieurs sous-couches, évoque la répétition de phases sédimentaires naturelles sans occupation intermédiaire. Dans chacun des cas, la reconstitution des modalités d’occupation nécessite de pouvoir estimer la durée des périodes de sédimentation et d’abandon. Il est ensuite possible de proposer le regroupement de certaines phases d’occupation, jugées à peu près contemporaines et présentant des caractéristiques sédimentologiques comparables, dans de grandes périodes d’occupation pouvant correspondre à un mode d’utilisation particulier du site pendant une certaine durée.

FIG. 49. Exemple théorique de superposition stratigraphique.Dans cet exemple, les sept couches identifiées sur le terrain peuvent être chacune en relation avec une ou plusieurs phases d’occupation ou d’abandon (l’érosion est supposée nulle). Dans le cas de la couche C1, des phases d’abandon, marquées par des niveaux d’altération perceptibles seulement au microscope, permettent d’isoler trois phases d’occupation successives. La couche naturelle C2 isole bien les dépôts des troisième et quatrième phases d’occupation. Sa durée de mise en place n’est pas pour autant forcément plus importante que celle des abandons a1 et a2. La couche C3 correspond à une unique phase d’occupation, pourtant son épaisseur est presque égale à celle de la couche polyphasée C1. Une occupation plus longue ou avec un plus grand nombre d’habitants ou encore accompagnée d’activités plus productrices de déchets, peut expliquer cette augmentation du taux de sédimentation. La couche C4, formée de plusieurs sous-couches, évoque la répétition de phases sédimentaires naturelles sans occupation intermédiaire. Dans chacun des cas, la reconstitution des modalités d’occupation nécessite de pouvoir estimer la durée des périodes de sédimentation et d’abandon. Il est ensuite possible de proposer le regroupement de certaines phases d’occupation, jugées à peu près contemporaines et présentant des caractéristiques sédimentologiques comparables, dans de grandes périodes d’occupation pouvant correspondre à un mode d’utilisation particulier du site pendant une certaine durée.

5.2 Microfaciès sédimentaires d’occupation et activités humaines

20L’analyse des faciès de dépôt permet de définir la composition et la microstructure des sols et des couches d’occupation, et ce faisant d’entrevoir l’organisation et la fonction des sites. Différents faciès d’occupation ont été décrits au fur et à mesure de leur première identification sur chacun des sites étudiés, et ce chapitre s’attache à en faire une synthèse visant à analyser au mieux leur signification archéologique (fig. 50). Ils sont présentés en référence aux principales activités reconnues sur les sites, à savoir la construction, la combustion, l’élevage et l’agriculture. Au sein de ces différentes familles de dépôts, des variations de faciès permettent dans certains cas d’apporter des précisions sur les activités pratiquées, sur l’organisation de l’espace intra-site et sur les rythmes d’occupation.

FIG. 50. Faciès archéosédimentaires, activités humaines et processus naturels sur les sites étudiés.

FIG. 50. Faciès archéosédimentaires, activités humaines et processus naturels sur les sites étudiés.

5.2.1 Construction

21Les faciès de construction concernent principalement les aménagements architecturaux en terre, comme les murs et les revêtements de sol, mais aussi des constructions secondaires, telles que des fours ou des cloisons. Dans l’ensemble, les constructions en terre se caractérisent par une composition hétérogène, une distribution porphyrique et une cohésion assez importante de leurs constituants. Cette cohésion est cependant très vulnérable en l’absence de cuisson, et la conservation de fragments de construction en terre crue est le plus souvent exceptionnelle, notamment sous les climats tempérés humides (Brochier 1984d ; 1994). En dehors des observations en lames minces détaillées ci-après, de telles constructions peuvent être mises en évidence sur le terrain par des concentrations granulométriques anormales (Vital, Voruz 1984). Les vestiges de constructions en matériaux d’origine végétale – palissades, toits de chaume… – sont encore plus délicats à reconnaître au sein des sédiments archéologiques, étant donné le grand nombre d’activités humaines susceptibles d’entraîner des concentrations végétales. Dans la plupart des cas, l’identification de dépôts clairement issus de la destruction d’aménagements architecturaux repose non seulement sur des critères sédimentologiques, mais aussi sur l’analyse du contexte stratigraphique et archéologique.

5.2.1.1 Revêtements de sols

22Les revêtements de sols construits en matériaux d’origine minérale – argile, sable… – sont les témoins micromorphologiques les plus évidents des activités du bâtiment. Ils sont particulièrement caractéristiques des habitations de Saint-Alban, tandis qu’aucun revêtement de sol comparable n’a été observé dans les grottes du Gardon ou de Montou. Le contexte géomorphologique, avec l’opposition plein air et grotte, paraît représenter l’explication la plus évidente à cette différence d’aménagement, mais on doit sans doute y associer des modalités d’occupation vraisemblablement différentes sur chacun des sites. D’un point de vue géomorphologique, la Butte de Saint-Alban, directement exposée aux précipitations, requiert logiquement des aménagements plus importants en vu de son occupation, au contraire des sites du Gardon et de Montou déjà partiellement protégés par des parois rocheuses. À Saint-Alban, les revêtements de sol se caractérisent par des mélanges compacts de sables, de limons et d’argiles, dont la minéralogie, le litage grossier et la limite supérieure nette, évoquent l’exploitation d’alluvions transportées jusqu’au site, puis étendues et lissées sur le sol. Le rôle de ces revêtements de sol comme protection contre les remontées d’humidité est probable. Au Gardon, les occupants semblent par contre s’être installés le plus souvent à même le sol naturel, représenté, soit par les déblais des occupations précédentes, soit par les alluvions de la rivière souterraine. L’absence de sol construit, malgré des occupations humaines parfois importantes, peut s’expliquer par la nature du substrat, plus sec qu’à Saint-Alban. En revanche, elle ne peut être due à un problème de conservation. Si de tels sols avaient été construits, par exemple pendant les importantes périodes d’occupation du Bronze moyen, ils seraient au moins aussi bien conservés que les foyers de cette même époque. L’absence de sol construit au Gardon tient donc plus probablement à leur inutilité fonctionnelle et souligne que les modalités d’occupation y étaient très différentes de celles de Saint-Alban. Dans la Grotte de Montou, humide et fraîche, l’absence de sols construits n’apparaît pas liée non plus à des problèmes de conservation. Elle tient plus probablement, là encore, à la fonction du site, lequel n’a sans doute jamais été utilisé comme habitation permanente. Seule la couche 29, de type remblai, pourrait être considérée comme un indice d’aménagement de sol par les groupes du Néolithique final ou du Bronze ancien. Plus généralement, les hommes se sont installés sur les dépôts anthropiques ou naturels sédimentés lors des périodes précédentes.

5.2.1.2 Constructions en terre

23Sur tous les sites étudiés, divers indices témoignent du démantèlement de constructions en terre. Au Gardon, ce sont des agrégats massifs, sableux à argileux, plus ou moins carbonatés et contenant des fragments de paille, qui évoquent ces résidus de constructions. Les cailloux, les nodules sableux ou argileux, les excréments d’herbivores et les lentilles de phytolithes, fréquemment présents aux côtés de ces agrégats dans des dépôts peu structurés, ont également pu être utilisés à des fins architecturales. La fragilité de ces murs en terre explique leur mauvaise conservation et la rareté des fragments observés. Plusieurs couches interprétées comme déblais ou comme rejets sont probablement formées, au moins en partie, par les restes de ces aménagements. À Montou, quelques fragments de torchis, caractérisés par un mélange dense d’argile et de paille, sont présents dans des dépôts du Néolithique moyen. Ils ne correspondent sans doute pas à de véritables murs, mais plutôt à des aménagements de plus petites dimensions, comme des cloisons ou des structures de stockage. À Saint-Alban, l’effondrement de murs en terre crue est suggéré à la fois par les probables structures de fondation dégagées par la fouille, et par la nature des dépôts recouvrant les sols d’occupation, dépôts peu structurés et riches en résidus végétaux et en grains d’alluvions.

24Les observations réalisées sur les trois sites soulignent que la probabilité est faible de retrouver de gros fragments de constructions en terre. La préservation de ces fragments apparaît exceptionnelle, liée à des conditions d’enfouissement et de fossilisation particulières, parmi lesquelles la combustion peut jouer un rôle fondamental. Dans la plupart des cas, les dépôts issus de la dégradation de constructions en terre sont caractérisés par une microstructure grumeleuse et par un mélange de différents constituants, sans orientation préférentielle. Leur identification comme dépôt de démolition repose alors non seulement sur l’observation de petits fragments de constructions en terre, mais aussi sur l’analyse du contexte stratigraphique et archéologique.

5.2.1.3 Constructions en bois et en paille

25Il est possible d’envisager qu’il y ait eu des constructions en bois et en paille sur le site de Saint-Alban, et ceci grâce à l’intégration des données archéologiques et sédimentologiques. Des concentrations lenticulaires de phytolithes dendriformes, dans un dépôt interprété comme issu de l’effondrement de constructions, semblent ainsi pouvoir correspondre à des éléments d’architecture, comme des toits de chaume (cf. § 4.2.1). Au Gardon, des assemblages de phytolithes juxtaposés à des fragments de construction en terre permettent également de supposer l’exploitation de plantes herbacées pour la construction, tandis que dans d’autres cas, de telles accumulations de phytolithes dendriformes paraissent liées au stockage de récoltes agricoles. Sur d’autres sites archéologiques, des concentrations lenticulaires de phytolithes en connexion sont interprétées comme de probables restes de nattes ou de paillasses (Matthews, Postgate 1994 ; Guélat, Federici-Schenardi 1999). Dans la Grotte de Bélesta, des lentilles de phytolithes articulés sont liées à des apports de litière ou de fourrage, destinés aux bovins parqués dans la grotte (Brochier et al. 1998). Au vu de la diversité des activités susceptibles d’entraîner des concentrations de phytolithes, la seule information qui puisse être clairement tirée de leur observation en lame mince est l’introduction massive de plantes herbacées, et plus particulièrement de graminées. Leur interprétation plus précise comme éléments de constructions ou comme témoins d’autres activités implique la convergence de différentes données, micromorphologiques ou archéologiques.

5.2.1.4 Considérations générales

26L’étude des faciès sédimentaires liés à la construction apporte des éléments d’information sur les matières premières utilisées et sur les techniques architecturales, avec par exemple l’exploitation d’alluvions rhodaniennes à Saint-Alban, et celle, probable, d’excréments animaux ou de déblais anciens au Gardon. Elle traduit également l’adaptation des aménagements en fonction du site et des raisons de l’installation. Les constructions les plus importantes sont manifestement celles du site de plein air de Saint-Alban, où la présence de sols construits par l’homme apparaît conditionnée à la fois par le contexte géomorphologique, par la fonction du site (habitation) et par la durée de vie des installations. Le rôle de l’érosion en revanche apparaît le plus souvent secondaire pour expliquer la présence ou l’absence de sols construits sur les trois sites étudiés ici. Il est en effet peu probable que des revêtements de sol comparables à ceux de Saint-Alban n’aient pas résisté au temps dans les grottes du Gardon et de Montou, moins exposées aux altérations météoriques et par ailleurs caractérisées par la préservation de dépôts cendreux bien plus fragiles. Le rôle de l’érosion est plus important si l’on considère les occupations gallo-romaines et médiévales de Saint-Alban, matérialisées par des vestiges archéologiques au sommet des remplissages des locus A et B, mais pour lesquelles l’observation en lame mince révèle un important brassage biologique des dépôts. Ce constat conduit à établir une relation entre l’intensité de l’occupation et la préservation des dépôts, dans ce cas favorisée par un taux de sédimentation anthropique important.

5.2.2 Combustion

27Sur les trois sites étudiés, des accumulations lenticulaires de cendres blanches, plus ou moins importantes et sus-jacentes à des substrats brunifiés à rubéfiés, témoignent de processus de combustion. Le nombre et l’épaisseur de ces accumulations cendreuses varient selon les périodes considérées et apparaissent comme de possibles critères de différenciation des modalités d’occupation. Au microscope, ces « foyers » se différencient les uns des autres principalement par la nature des résidus de combustion et par leur caractère mono- ou polyphasé. À la lumière des travaux déjà réalisés sur la genèse des accumulations cendreuses (e.g. Brochier 1983b ; Courty 1983 ; 1984 ; Wattez 1992…), on peut chercher à comprendre leur signification par rapport au statut des occupants et au rythme des occupations.

5.2.2.1 Nature des résidus de combustion et fonction des foyers

28La quasi-totalité des accumulations cendreuses étudiées au Gardon et une partie de celles observées à Montou contiennent des excréments de bétail brûlés, en quantité plus ou moins importante. La présence de ces coprolithes parmi les résidus de combustion peut indiquer, soit le brûlage intentionnel de fumiers à des fins sanitaires, soit l’utilisation des excréments animaux comme combustible. Dans le cas du brûlage des fumiers, on peut également supposer, soit une mise à feu des fumiers laissés tels quels sur le sol de l’aire de parcage (Brochier 2002), soit le brûlage de fumiers ramassés. La comparaison des différentes accumulations cendreuses étudiées sur chacun des sites, et la prise en compte d’autres critères permettant d’inférer la fonction de ces sites, permettent de discuter ces différentes hypothèses.

29Dans un premier temps, on peut constater que les excréments brûlés et les cendres de bois prédominent dans les accumulations cendreuses du Gardon. En revanche, ce sont les cendres de feuilles et de bois qui sont le plus fréquemment représentées à Montou. Cette différence semble en relation avec le statut des occupants, qui sont manifestement des éleveurs à toutes les périodes d’occupation du Gardon, tandis que les indices d’élevage sont moins constants à Montou. Sur ce dernier site, l’opposition qui apparaît entre la régularité des phases de combustion au Néolithique moyen et la présence irrégulière des résidus d’origine animale, tend à conforter l’hypothèse de l’excrément combustible, plutôt que celle du brûlage des fumiers. Les occupants ont allumé des feux à chacun de leur passage, le plus souvent à l’aide de branchages feuillus récoltés dans les environs, parfois avec des déjections de bétail.

30Au Gardon, les excréments brûlés existent globalement dans toutes les couches et à toutes les périodes d’occupation, mais les accumulations cendreuses blanches les plus fréquentes et les plus épaisses caractérisent plus particulièrement le Bronze moyen. Elles reposent sur des couches de limons gris, également épaisses et riches en coprolithes plus ou moins brûlés, et rubéfiées dans leur partie sommitale. Au vu de leur composition, ces dépôts gris pourraient résulter du brûlage systématique des fumiers dans une bergerie du Bronze moyen. Ils s’expliqueraient alors par la dispersion et par l’homogénéisation des résidus de combustion des fumiers, tandis que les cendres blanches seraient les témoins encore en place des phases de combustion. Cependant, les lentilles de cendres blanches se différencient des accumulations grises par une représentation beaucoup plus faible de la fraction sablo-limoneuse détritique, illustrant un mode de formation très différent pour ces deux catégories de dépôts. De par leur composition et leur microstructure, les couches limoneuses grises sont considérées en fait comme des dépôts formés pendant et sous l’effet de l’occupation humaine, notamment à partir de résidus de combustion dispersés sur le sol (cf. § 2.2.4 et 5.1.1). Leur composante minérale détritique explique leur rubéfaction au contact des cendres, alors que la combustion des couches de fumiers entraîne plutôt une brunification (cf. § 2.3.1). Dans les cendres blanches, la représentation moindre de la fraction détritique exclut la combustion préférentielle de fumiers, et laisse plutôt supposer l’utilisation des excréments de bétail comme combustible, au même titre que le bois. Par ailleurs, les températures souvent importantes mises en évidence par l’état des résidus de combustion et par la rubéfaction intense des substrats, permettent d’émettre l’hypothèse d’un feu localisé et probablement entretenu. Ainsi, la relative pureté des cendres, les températures de combustion enregistrées et l’épaisseur des accumulations cendreuses semblent plutôt plus caractéristiques de foyers domestiques utilisés à plusieurs reprises. Cette interprétation est confortée par les autres aménagements anthropiques dégagés par la fouille – alignements de blocs, trous de poteaux et fosses –, qui suggèrent l’existence d’un véritable habitat, assez longuement occupé (Voruz 1991a : 177-179).

31Si les accumulations de cendres blanches du Bronze moyen résultent ainsi plus probablement de l’aménagement de foyers, d’autres faciès de dépôt traduisent l’existence d’aires plus volontiers affectées au bétail, et dans lesquelles ont pu être opérées des phases de brûlage. À l’entrée de la galerie et à l’écart des foyers décrits précédemment, des dépôts riches en coprolithes d’herbivores se caractérisent par l’interstratification de minces lentilles cendro-charbonneuses qui semblent traduire le brûlage occasionnel des fumiers (cf. § 2.2.4). Ces faciès de combustion des aires de parcage, assez discrets, apparaissent ainsi très différents des épaisses accumulations de cendres blanches interprétées comme foyers domestiques.

32D’autres lentilles cendreuses, associées aux occupations du Bronze final III du Gardon, sont interstratifiées dans des dépôts brun clair, plus clairement issus du parcage des troupeaux (cf. § 2.2.5). Malgré la présence toujours marquée d’excréments parmi les résidus de combustion, elles ne semblent pas liées non plus à la pratique du brûlage des fumiers. L’une d’entre elle notamment (C259c) est clairement séparée des fumiers sous-jacents par un niveau de circulation compacté et a été recouverte par un dépôt d’argile, sans relation évidente avec la pratique de l’élevage. En revanche, la raréfaction de ces foyers par rapport à ceux du Bronze moyen paraît en accord avec l’évolution des modalités d’occupation du site, alors plus largement utilisé pour le parcage des troupeaux.

33Eu égard à ces différentes considérations, la présence d’excréments de bétail dans les accumulations cendreuses de Montou ou du Gardon est comprise comme la conséquence de l’utilisation des excréments comme combustible, cette utilisation étant conditionnée par la pratique de l’élevage. Les quelques accumulations cendreuses observées à Saint-Alban, également dépourvues de témoins de combustion d’origine animale, semblent conduire à la même conclusion, la pratique de l’élevage n’étant pas directement démontrée sur le site.

34Si l’exploitation des excréments comme combustible peut ainsi être considérée comme une norme dans le cas d’occupation par des pasteurs, la fonction des foyers n’en est pas pour autant mieux définie. D’autres constituants mêlés aux cendres de quelques-uns de ces foyers permettent en revanche d’avancer l’hypothèse de leur fonction culinaire. À Montou, il s’agit de probables fragments de peau, observés dans l’accumulation cendreuse de la couche 39, du Néolithique moyen. Au Gardon, ce sont des petits fragments de muscle strié, qui évoquent le grillage de viande dans le foyer C475, du Bronze ancien ou du Bronze moyen. Le parasitage de cette viande par la trichine révèle dans le même temps les problèmes sanitaires auxquels pouvaient être confrontées les populations (cf. § 2.2.4).

5.2.2.2 Rythmes d’utilisation des foyers et modalités d’occupation

35Des ressemblances apparaissent dans les rythmes d’utilisation des foyers du Gardon et de Montou au cours du Néolithique moyen. Sur le premier site, le foyer C407, polyphasé, évoque une fréquentation intermittente de la cavité vers 4450-4150 cal BC, en relation avec la pratique de l’élevage (cf. § 2.3.3). À Montou, les faciès de combustion évoquent également des occupations régulières de la grotte entre 4200 et 3800 cal. BC, peut-être par des pasteurs, au vu des quelques indices d’élevage observés, mais sans parcage avéré du bétail dans la cavité (cf. § 3.3.3). Dans la Caune de Bélesta, à une dizaine de kilomètres au nord de Montou, les occupations humaines au Néolithique moyen sont occasionnelles et la fréquentation du site est plus particulièrement liée au parcage de petits ruminants (Brochier et al. 1998). Sur ces trois sites, la discontinuité des occupations peut s’expliquer par la faible sédentarisation des groupes humains de l’époque ou par la complémentarité fonctionnelle des sites (Beeching 1991 ; Pétrequin 1992 ; Brochier, Beeching 1994). Un parallèle semble s’établir plus particulièrement entre l’intermittence des occupations et la pratique de l’élevage, activité commune aux trois sites, même si elle apparaît de façon plus discrète et plus irrégulière à Montou (cf. § 5.2.3).

36Concernant les modalités d’occupation du site à l’âge du Bronze, les accumulations cendreuses du Gardon et de Montou conduisent à des interprétations très différentes. Au Gardon, pour la période comprise entre 1700 et 1400 cal. BC, les nombreux foyers du Bronze moyen présentent des caractéristiques micromorphologiques qui conduisent à les interpréter comme des foyers entretenus, liés à une occupation prolongée du site. En revanche, les foyers du Bronze final III, autour de 1100-950 cal. BC, apparaissent plus rares et moins intensément utilisés, peut-être en raison des nouvelles modalités d’occupation du site, alors plus largement utilisé pour le parcage des troupeaux (cf. § 2.2.5). La situation semble assez différente à Montou pour la période du Bronze moyen au Bronze final II-IIIa, vers 1500-1100 cal. BC. Les accumulations cendreuses de foyers sont assez rares et peu épaisses. Associées à des couches d’occupation également peu épaisses, et interstratifiées avec ces dernières dans des dépôts fortement bioturbés ou altérés, elles évoquent des occupations humaines discontinues et de courte durée. Les caractéristiques du site, notamment son humidité et son obscurité, amènent à considérer ces occupations occasionnelles comme le signe de périodes d’insécurité, pendant lesquelles la grotte aurait servi de refuge temporaire. Cette hypothèse, émise en référence au schéma d’occupation proposé pour la Grotte des Planches dans le Jura (Pétrequin 1984 : 279 ; Pétrequin et al. 1985), concerne plus exactement les dernières phases d’occupation du Bronze moyen et du Bronze final II-IIIa. Au Bronze ancien la cavité est en effet plus probablement utilisée comme grotte sépulcrale (Claustre 1996), tandis qu’elle apparaît affectée au parcage du bétail pendant les premières phases d’occupation du Bronze moyen et du Bronze final II-IIIa (cf. § 3.3.3). À l’inverse de ce que l’on observe à Montou, les couches d’occupation du Bronze moyen et du Bronze final du site de Bélesta mettent en évidence l’habitation fréquente et prolongée de la grotte par un groupe d’agro-pasteurs (Brochier et al. 1998). Cette différence dans les modes d’occupation des sites de Montou et de Bélesta à l’âge du Bronze s’explique facilement par la morphologie différente des deux cavités, avec une salle plus spacieuse et plus facilement accessible à Bélesta qu’à Montou.

5.2.2.3 Considérations générales

37Les différentes structures de combustion étudiées conduisent à envisager qu’il puisse exister une corrélation constante entre la nature des accumulations cendreuses et les modalités de l’occupation. Les accumulations cendreuses polyphasées (formées de lits de cendres isolés par des niveaux d’abandon) soulignent la discontinuité des occupations, dans les grottes du Gardon et de Montou, pendant le Néolithique moyen. À l’inverse, les nombreuses et épaisses accumulations cendreuses du Bronze moyen du Gardon – associées à d’épaisses couches d’occupation et à de nombreuses structures archéologiques – apparaissent plus caractéristiques d’une installation humaine prolongée. Au Bronze final III, les foyers du Gardon, plus rares et moins intensément utilisés, semblent en rapport avec l’exploitation plus importante de la cavité comme bergerie. Il en va sans doute de même à Montou, où les accumulations de fumiers sont beaucoup mieux représentées que les foyers au Bronze moyen et au Bronze final II-IIIa. La bonne représentation des accumulations cendreuses pourrait ainsi être plus particulièrement significative d’une occupation humaine importante. Ce n’est pourtant pas le cas à Saint-Alban, où ces accumulations sont rares, malgré l’intense occupation du site. Ce n’est pas le cas non plus à Montou, où les accumulations cendreuses du Néolithique moyen apparaissent d’autant plus épaisses qu’elles sont riches en excréments de bétail, évoquant un lien plus étroit entre la nature des résidus de combustion et l’épaisseur des cendres, qu’entre cette même épaisseur et la durée de l’occupation. En définitive, la seule présence d’un ou de plusieurs foyers, minces ou épais, ne permet en rien de préjuger de la nature et de l’importance d’une occupation. En revanche, les informations qui peuvent être tirées de leur étude micromorphologique, mises en regard des autres faciès de dépôts et intégrées aux autres données analytiques disponibles, participent à l’interprétation fonctionnelle de ces foyers et plus largement à la compréhension des modalités d’occupation.

5.2.3 Élevage

38Les dépôts associés à l’élevage se caractérisent principalement par une forte teneur en sphérolites de calcite et en résidus végétaux. Différentes pratiques peuvent être à l’origine de ces accumulations, parmi lesquelles le parcage temporaire et la stabulation. Le parcage temporaire est compris ici comme un séjour momentané des troupeaux dans la cavité, sans apport de végétaux par l’homme. À l’inverse, la stabulation indique le maintien des animaux à l’étable, avec apports de litière et de fourrage (Brochier 1996). Au Gardon, les différences de faciès observées entre certaines accumulations conduisent à envisager la possibilité que ces différentes pratiques pastorales s’y soient succédé.

5.2.3.1 Dépôts probablement liés à un parcage temporaire

39Au Gardon, les dépôts du Néolithique associés à l’élevage se caractérisent par la présence de fragments de coprolithes, par une grande richesse en sphérolites de calcite et par des phytolithes assez peu représentés (cf. § 2.2.2). Comme dans le cas des dépôts du Néolithique moyen de la Grotte d’Arenes Candides (Courty et al. 1991), la rareté des phytolithes laisse à penser que les animaux n’ont pas été installés sur une litière de paille, ni nourris de rebuts agricoles. Ces dépôts s’apparentent plutôt à du « migon », terme d’origine provençale désignant des accumulations d’excréments, non additionnées de paille ou de foin contrairement au fumier (Brochier 1996). Les quelques témoins d’aménagements anthropiques – observés à l’échelle du terrain ou du microscope – et la structure lenticulaire, localement préservée, de ces dépôts vont dans le sens d’un séjour assez prolongé, lors des différentes phases d’occupation. Les remaniements biologiques intenses subis par ces dépôts et leur fréquent recouvrement par des alluvions de crue, révèlent des épisodes d’abandon tout aussi prolongés. Les « migons » du Gardon semblent ainsi témoigner d’un parcage intermittent, peut-être dans le cadre d’un élevage itinérant. Les accumulations successives pourraient résulter de la pratique de la transhumance ou de l’estive, selon le sens donné par Brochier et al. (1999). Située à basse altitude, la Grotte du Gardon, représenterait alors un lieu de séjour hivernal, ce que semblent conforter les données archéozoologiques (Chiquet 1997).

5.2.3.2 Dépôts plus typiques de la stabulation

40Toujours dans la Grotte du Gardon, des accumulations à microstructure lenticulaire, riches en tissus végétaux, en phytolithes de graminées, en sphérolites de calcite et contenant des excréments d’herbivores entiers ou fragmentés, caractérisent plus particulièrement les dépôts de l’âge du Bronze. Comparativement aux « migons » du Néolithique, l’augmentation des phytolithes peut s’expliquer de différentes manières, apports fourragers, prédominance des Bovidés, saison favorable à la présence de graminées dans les pâtures (Brochier, Beeching 1994 ; Brochier et al. 1999 ; Brochier 2002). La préservation de longs fragments végétaux conduit à privilégier cependant l’hypothèse de l’apport de litières. Au Bronze moyen, ces probables fumiers sont concentrés vers le fond du porche, en arrière des aires d’habitation humaine (cf. § 2.2.4). Des variations verticales de faciès y suggèrent différentes pratiques de l’élevage, avec des phytolithes modérément représentés dans les couches 32 et 30, puis plus abondants dans les couches 26 et 24 sus-jacentes. Parallèlement les coprolithes apparaissent plus fréquemment brûlés dans les couches 32 et 30, que dans les dépôts sus-jacents. Ces variations de faciès pourraient traduire une gestion différente de l’aire de parcage, peut-être entretenue par brûlage vers le début du Bronze moyen, puis seulement accompagnée de paillages. À partir du Bronze final III, l’accumulation des fumiers sous le porche indique une intensification et une pratique encore différente de l’élevage, avec de probables phases d’utilisation du site pour le seul parcage des bestiaux. Le nourrissage par des produits agricoles y est alors est suggéré par la composition des coprolithes (cf. § 2.2.5).

5.2.3.3 Considérations générales

41Sur le site du Gardon, l’élevage apparaît comme une composante importante de l’économie des différents groupes qui se sont succédé, depuis le Néolithique ancien jusqu’à l’âge du Fer, à l’exception toutefois des occupations du début du Néolithique final, où la fréquentation de la cavité est liée à des pratiques funéraires. L’extrême abondance des sphérolites de calcite dans les dépôts d’occupation paraît plus particulièrement significative de la présence de troupeaux à dominante ovi-caprine, mais les données archéozoologiques révèlent qu’en réalité le cheptel était plus diversifié, et ce dès le Néolithique ancien (Chaix, Nicod 1991 ; Chiquet 1996 ; 1997 ; Ansermet 1996). L’intégration des données disponibles conduit à envisager l’hypothèse d’une pratique variable de l’élevage au cours du temps : accessoire par rapport à la chasse pendant le Néolithique ancien, devenant plus important et probablement itinérant au Néolithique moyen, marqué par le développement de la stabulation au Bronze moyen, et enfin caractérisé par une plus forte spécialisation au Bronze final IIIa. Les analyses effectuées sur les fumiers de différentes cavités des Alpes et des Préalpes montrent cependant que ce schéma d’évolution n’est pas général et que les différentes manières de pratiquer l’élevage sont globalement indépendantes de la chronologie (Brochier et al. 1999). Sur le site de Coufin 2 à Choranche, en Isère, une évolution des traditions pastorales est également constatée entre le Néolithique et l’âge du Bronze, mais concerne plutôt la composition des troupeaux en relation avec l’état du couvert végétal (Thiébault 1988 ; Vital 1992). À l’inverse de ceux du Gardon, les occupants du Néolithique moyen II des sites littoraux de Chalain et de Clairvaux, dans le département du Jura, apparaissent plutôt comme des agriculteurs pratiquant peu l’élevage (Pétrequin, Pétrequin 1988 ; Pétrequin 1992 ; Arbogast et al. 1995). Ces différentes données, bien que non exhaustives, illustrent la disparité des informations actuellement disponibles et soulignent l’impossibilité d’établir un quelconque modèle sur la pratique de l’élevage au cours du temps. Il ne nous reste donc plus qu’à conclure, à l’instar de Louis Chaix (Chaix et al. 1991), que de nombreuses études complémentaires restent à effectuer avant d’aboutir à une bonne connaissance de cette activité.

5.2.4 Agriculture

42La mise en évidence d’activités agricoles sur les sites archéologiques repose le plus souvent sur la découverte de graines, d’outils spécifiques ou de structures de stockage. Lorsqu’elles ne sont pas liées à la construction ou à l’élevage (cf. § 5.2.1 et 5.2.3), les concentrations de phytolithes dendriformes dans les dépôts archéologiques peuvent également être considérées comme de possibles témoins d’activités agricoles. Cependant, étant donné la grande variété des plantes herbacées, domestiques ou sauvages, susceptibles de produire des phytolithes (Anderson-Gerfaud 1984 ; Wattez, Courty 1987 ; Brochier 1999), l’établissement d’un lien entre leur présence et la pratique de l’agriculture doit autant que possible être conforté par d’autres données.

5.2.4.1 Les phytolithes comme possibles témoins des pratiques agricoles

43À partir du Bronze moyen, l’abondance des phytolithes dendriformes, constatée dans les différents dépôts de la Grotte du Gardon, plaide pour l’hypothèse du développement de l’agriculture. Une partie des récoltes a pu servir au nourrissage du bétail (cf. § 5.2.3). Il n’en va pas de même au Néolithique, où les dépôts sont en comparaison très pauvres en phytolithes. Cette différence de représentation des phytolithes et le parallèle précédemment établi avec l’élevage semblent témoigner d’une évolution, marquée par la diversification ou par l’intensification des activités de production. À la pratique de l’élevage de manière quasi exclusive pendant le Néolithique moyen, s’associe celle de l’agriculture à partir du Bronze moyen.

44À Montou, les phytolithes sont plutôt rares, sauf dans les accumulations interprétées comme fumiers de bergerie. Cette rareté laisse à penser que le site n’a pas été utilisé dans le cadre d’activités agricoles, mais des graines témoignent pourtant de l’introduction de céréales à toutes les périodes d’occupation (Claustre 1992). Dans l’hypothèse de l’utilisation du site comme étape de parcours au Néolithique moyen, puis comme refuge au Bronze moyen et au Bronze final, il est possible d’envisager ces graines comme le minimum vital emporté depuis l’habitat normal des populations. Au Bronze ancien, ces graines sont en revanche plus probablement liées aux pratiques funéraires (Claustre 1996).

45À Saint-Alban, l’intégration des données archéologiques et sédimentologiques amène à considérer les épaisses lentilles de phytolithes en connexion, serties dans les dépôts du Bronze final IIIa, comme des éléments d’architecture (cf. § 5.2.1). Bien qu’aucun fragment de coprolithe n’ait été observé, l’hypothèse de litières animales ne peut cependant être totalement exclue pour expliquer ces concentrations de phytolithes. De même, l’hypothèse du stockage de récoltes agricoles est envisageable, notamment si l’on considère les constructions effondrées comme de possibles greniers. Force est de constater que la seule information sûre qui puisse être déduite de ces concentrations de phytolithes est l’introduction de plantes herbacées sur le site. Leur lien avec une probable utilisation de produits agricoles repose sur la découverte d’outils de broyage (cf. § 4.3.3).

5.2.4.2 Considérations générales

46À Chalain, l’accentuation des cultures céréalières à partir de 3100 av. J.-C. paraît traduire une expansion démographique (Pétrequin 1992 ; Arbogast et al. 1995). Une cause similaire pourrait expliquer l’augmentation du nombre de restes céréaliers également constaté sur le site de Couffin 2, à partir du Bronze ancien (Bui-Thi-Maï et al. 1987 ; Vital 1992). Au Gardon, une telle dynamique de croissance pourrait être à l’origine du développement de l’agriculture au Bronze moyen et de l’apparente spécialisation du site dans l’élevage pendant certaines phases du Bronze final IIIa. À Saint-Alban, la possible complémentarité fonctionnelle avec un village agro-pastoral dans la plaine pourrait témoigner d’une structuration économique et sociale importante (cf. § 4.3.3). En définitive, une certaine spécialisation et complémentarité des sites semblent exister à toutes les périodes, sans empêcher toutefois l’existence d’unités de populations relativement autonomes – familles ou villages –, comme cela semble être le cas pour les habitants du Gardon au Bronze moyen.

5.2.5 Conclusion sur les activités pratiquées

47Les faciès de dépôt caractérisant les sites du Gardon, de Montou et de Saint-Alban conduisent à discuter quelques types d’activités humaines, parmi lesquelles la construction, la combustion, l’élevage et l’agriculture. En revanche, les pratiques artisanales telles que le tissage, la taille d’outil, la poterie ou la métallurgie ne semblent pas avoir laissé de traces sédimentaires, bien que ces activités soient peu ou prou attestées sur chacun des sites étudiés. Ce manque de documentation sédimentologique sur les activités artisanales peut s’expliquer, soit par le hasard de l’échantillonnage, soit par la pratique plus ou moins importante de ces activités, soit encore par une connaissance insuffisante des faciès de dépôts qui leur sont liés. La poursuite des recherches sur les sédiments anthropiques et la multiplication des expérimentations devraient permettre une meilleure caractérisation d’un plus grand nombre de ces activités humaines. Dans tous les cas, les classifications et les interprétations des faciès de dépôt, telles que celles proposées ci-dessus, bien que nécessaires à l’étude des sites, ne doivent pas faire oublier la coexistence possible d’activités variées lors d’une même occupation, et le mélange conséquent de leurs témoins sédimentaires.

5.3 Microfaciès sédimentaires d’abandon et rythmes d’occupation

48L’abandon d’un site favorise le développement de quatre processus pédosédimentaires principaux : l’effondrement des constructions, le remaniement des couches d’occupation par les micro-organismes, l’altération géochimique et la sédimentation naturelle (cf. § 5.1.2) [fig. 50]. L’étude des faciès sédimentaires résultant de ces différents processus conduit à émettre des hypothèses sur les conditions et la durée des abandons. Ces hypothèses peuvent être intégrées aux autres approches archéologiques pour tenter d’établir des scénarios d’occupation pour chaque période considérée.

5.3.1 Démolition

49À Saint-Alban, les couches brunes ou brun-jaune qui recouvrent les sols construits et les couches d’occupation sont interprétées comme résultant principalement de l’effondrement de murs en terre. Cette interprétation repose entre autres sur la présence de nombreux éléments propres à la construction, tels que des agrégats limono-argileux massifs, des restes végétaux et des grains d’alluvions. La microstructure de ces dépôts, poreuse, agrégée ou grumeleuse, avec quelques unités subanguleuses, mais avec surtout de nombreux agrégats et striotubules de lombrics, indique que la microfaune participe activement au remaniement des apports anthropiques. L’épaisseur des dépôts et la présence ou non de résidus de couches d’occupation conduisent à différencier des abandons plus ou moins longs. Les abandons les plus longs entraînent le mélange de plusieurs couches d’occupation dans des dépôts plus épais. À Saint-Alban, la mise en place de ces épais dépôts d’abandon correspond aux principales limites culturelles établies par l’archéologue, notamment en ce qui concerne la fin du Bronze final IIIa et la fin du Bronze final IIIb. Ce parallèle tend à conforter réciproquement les découpages lithologiques et archéologiques proposés et permet d’expliquer les limites culturelles par l’existence de périodes d’abandon.

5.3.2 Bioturbation

50À Montou, les dépôts hétérogènes et grumeleux associés aux phases d’abandon sont dans l’ensemble plus fortement affectés par les remaniements biologiques pendant l’âge du Bronze, avec le mélange possible de plusieurs couches d’occupation. Au Néolithique, les couches d’abandon bioturbées sont plus homogènes et bien séparées des couches d’habitat. Ces différences de faciès paraissent être en relation avec la durée relative des abandons, probablement plus importante entre les différentes phases d’occupation de l’âge du Bronze qu’au Néolithique. Cette hypothèse, en partie confortée par la ressemblance des faciès d’occupation du Néolithique, au contraire de ceux plus diversifiés de l’âge du Bronze, reste cependant à discuter en fonction des autres données archéologiques. Elle semble trouver un soutien dans l’expression également variable de l’activité biologique dans les couches d’abandon de la Grotte du Gardon. Les dépôts abandonnés au terme des occupations du Néolithique moyen bourguignon comptent parmi les plus affectés par les remaniements biologiques et cette intense activité biologique apparaît en corrélation avec un important hiatus chronoculturel. Au Bronze moyen et au Bronze final, les dépôts sont dans l’ensemble beaucoup moins bioturbés, en conséquence possible de l’intensification des occupations, suggérée à la fois par l’épaississement des couches d’occupation et par les plus nombreuses structures archéologiques. Au Gardon et à Montou, les bioturbations apparaissent ainsi d’autant plus importantes que l’abandon du site est prolongé. À Saint-Alban, la prise en compte du contexte géomorphologique participe également à l’interprétation des faciès bioturbés. L’activité biologique y est en effet plus fortement marquée dans l’ensemble, car probablement favorisée par la situation du site en plein air. À intensité égale, les bioturbations observées à Saint-Alban impliquent que les périodes d’abandon ont probablement été moins longues qu’au Gardon et à Montou.

5.3.3 Altération

51L’altération géochimique des dépôts se traduit essentiellement par la dissolution des constituants carbonatés, en l’occurrence les cendres de foyers et les sphérolites de calcite produits par le bétail. À Montou, l’existence de faciès d’altération plus ou moins épais permet d’inférer la durée relative des différentes périodes d’abandon. L’hypothèse qu’il y ait eu deux phases d’abandon principales, marquées par une importante altération géochimique est envisagée : une première fois à la fin du Néolithique moyen, une deuxième fois – et dans une moindre mesure – au cours du Bronze moyen. Moins fréquents que les faciès bioturbés, ces faciès d’altération plaident pour l’hypothèse d’abandons sans doute beaucoup plus longs. Au Gardon, l’altération sommitale du foyer C569 évoque également un abandon prolongé. Toutefois la localisation de ce foyer vers l’entrée du porche, plus exposée au ruissellement des eaux de pluie, a pu favoriser les processus d’altération. À Saint-Alban, aucun dépôt n’a permis de décrire des faciès d’altération clairement marqués, malgré la situation en plein air du site, laquelle est a priori favorable au développement des phénomènes d’altération. L’enfouissement rapide des couches d’occupation, lié à une occupation quasi continue du site et à l’intensité de la sédimentation anthropique conséquente, explique sans doute cette absence. En définitive, les faciès d’altération les plus marqués sont ceux de la Grotte de Montou, probablement en raison de l’humidité ambiante et de la plus grande discontinuité des occupations.

5.3.4 Sédimentation naturelle

52L’étude comparée des périodes d’occupation ou d’alluvionnement de la Grotte du Gardon avec les périodes de transgression ou de régression des lacs du Jura montre que le karst et les lacs réagissent de manière concordante aux variations du climat (Magny 1999 ; Sordoillet, Voruz 2002) [cf. § 2.3.4]. Les principales formations alluviales polyphasées du remplissage correspondent en effet à des arrêts d’occupation pendant des périodes pluvieuses. À l’inverse, les faibles taux d’alluvionnement s’inscrivent dans des périodes d’amélioration climatique. Une fois ce premier constat établi, l’accumulation plus modeste des couches d’alluvions au Bronze moyen, malgré la dégradation climatique de Pluvis, s’explique aisément par l’intensification de l’occupation du site, qui entraîne une sédimentation anthropique prépondérante. Les périodes plus sèches avec de rares passages humains, comme cela semble être le cas au Campaniforme et au Bronze ancien, favorisent la formation de petites couches alluviales. D’où il découle qu’une relation peut être établie entre l’épaisseur des formations alluviales et la durée des abandons, pendant les périodes de détérioration climatique. En période sèche, l’abandon prolongé de la grotte est souligné par l’intensité des remaniements biologiques (cf. § 5.3.2). Dans tous les cas, les fluctuations climatiques semblent avoir eu assez peu d’incidences sur les occupations du site, qui prennent place aussi bien pendant les périodes pluvieuses que pendant les périodes sèches. Certaines de ces crues ont cependant pu surprendre et chasser les occupants du site, par exemple à la fin du Saint-Uze, vers 4150 av. J.-C. Les faciès d’habitat de cette période sont en effet peu remaniés par la microfaune du sol, en comparaison des autres dépôts du Néolithique. L’enfouissement rapide de ces dépôts d’occupation sous les alluvions de crue permet d’expliquer leur bonne conservation et d’imaginer qu’une inondation subite et inattendue ait pu provoquer l’abandon du site.

5.3.5 Conclusion sur les processus et la durée des abandons

53Le caractère plus ou moins marqué des processus d’effondrement, de bioturbation, d’altération ou de sédimentation naturelle dépend du contexte géomorphologique et du type de dépôt considéré, mais peut également être associé à la durée relative des abandons. L’effondrement des constructions et les remaniements biologiques paraissent survenir assez rapidement après l’abandon du site et sont d’autant plus conséquents que cet abandon se prolonge. À Saint-Alban, la manifestation variable de ces deux processus conduit à différencier des abandons temporaires d’habitation et des abandons beaucoup plus longs, ces derniers correspondant aux limites définies par l’archéologue entre les différents ensembles culturels. Les processus d’altération géochimique sont également porteurs d’une information chronologique à Montou et au Gardon, où ils laissent entrevoir des périodes d’abandon de durée plus longue que dans le cas des seuls remaniements biologiques. La formation des faciès sédimentaires naturels est également significative de l’abandon prolongé de la Grotte du Gardon pendant les périodes de détérioration climatique. Comme dans le cas des faciès sédimentaires anthropiques, l’interprétation des faciès de dépôts liés aux abandons, implique une réflexion sur l’ensemble des processus sédimentaires mis à contribution lors de la genèse des sites.

Table des illustrations

Titre FIG. 47. Sol et couche d’occupation.En l’absence de sol construit, le niveau d’occupation initial (1) n’est matérialisé que par la compaction des dépôts sur lesquels se sont installés les habitants. Au fur et à mesure de l’occupation, ce niveau de sol initial est progressivement exhaussé, conséquemment à l’accumulation des déchets sur le sol (2). L’identification des niveaux d’abandon dans les dépôts d’occupation permet d’individualiser différentes phases d’occupation (3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19757/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre FIG. 48. Couches d’abandon anthropiques et naturelles.L’altération ou le remaniement du sommet des couches d’occupation (1),l’interstratification de dépôts anthropiques remaniés (dépôts d’effondrement, déblais…) (2) ou celle de dépôts naturels (éboulis, alluvions…) (3) permettent de repérer les phases d’abandon et de différencier les principales couches d’occupation.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19757/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre FIG. 49. Exemple théorique de superposition stratigraphique.Dans cet exemple, les sept couches identifiées sur le terrain peuvent être chacune en relation avec une ou plusieurs phases d’occupation ou d’abandon (l’érosion est supposée nulle). Dans le cas de la couche C1, des phases d’abandon, marquées par des niveaux d’altération perceptibles seulement au microscope, permettent d’isoler trois phases d’occupation successives. La couche naturelle C2 isole bien les dépôts des troisième et quatrième phases d’occupation. Sa durée de mise en place n’est pas pour autant forcément plus importante que celle des abandons a1 et a2. La couche C3 correspond à une unique phase d’occupation, pourtant son épaisseur est presque égale à celle de la couche polyphasée C1. Une occupation plus longue ou avec un plus grand nombre d’habitants ou encore accompagnée d’activités plus productrices de déchets, peut expliquer cette augmentation du taux de sédimentation. La couche C4, formée de plusieurs sous-couches, évoque la répétition de phases sédimentaires naturelles sans occupation intermédiaire. Dans chacun des cas, la reconstitution des modalités d’occupation nécessite de pouvoir estimer la durée des périodes de sédimentation et d’abandon. Il est ensuite possible de proposer le regroupement de certaines phases d’occupation, jugées à peu près contemporaines et présentant des caractéristiques sédimentologiques comparables, dans de grandes périodes d’occupation pouvant correspondre à un mode d’utilisation particulier du site pendant une certaine durée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19757/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre FIG. 50. Faciès archéosédimentaires, activités humaines et processus naturels sur les sites étudiés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19757/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 21k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search