Version classiqueVersion mobile

Géoarchéologie de sites préhistoriques

 | 
Dominique Sordoillet

Chapitre 4. Le site de Saint-Alban

Résumé

Situé dans une ensellure au sommet d’un éperon rocheux, le site de Saint-Alban se caractérise par un remplissage de 2 m d’épaisseur de couches anthropiques finement stratifiées, avec des niveaux d’occupation datés du Bronze final IIIa, du Bronze final IIIb et du Hallstatt ancien. Les dépôts apparaissent essentiellement liés à l’aménagement et à l’occupation du site. Alors que l’archéologue estime à vingt le nombre de sols d’occupation, l’approche lithostratigraphique conduit à envisager quatre principaux cycles d’occupation-abandon, au cours desquels surviendraient douze phases de construction. Au fil de l’étude, ces deux hypothèses divergentes font l’objet d’une confrontation permanente. Selon les cas, cette dernière amène à réviser ou à nuancer les conclusions de chacune des parties (fig. 42).

Texte intégral

4.1 Présentation du site

4.1.1 Contexte archéologique et environnemental

1Localisé sur la commune de Creys-Mépieu (Isère), aux confins du Jura méridional, le site de Saint-Alban appartient à l’unité structurale du plateau de l’Île Crémieu (fig. 12). Situé à 240 m d’altitude, sur une butte témoin de calcaires micritiques ou graveleux du Kimméridgien inférieur, il domine d’une vingtaine de mètres le cours actuel du Rhône (fig. 38). Le fleuve débouche alors du défilé de Malarage, ancien verrou glaciaire, pour aller rejoindre quelque 700 m plus loin le bassin de Malville, vaste fossé d’effondrement tectonique surcreusé par les glaciers quaternaires (Kerrien, Monjuvent 1990 ; Salvador, Vital 1993) [fig. 39, 40]. De nombreux placages morainiques, perchés jusqu’à 470 m d’altitude, et des terrasses glacio-lacustres ou fluvioglaciaires parsèment le paysage, témoignant des fluctuations glaciaires würmiennes (Kerrien, Monjuvent 1990). Des étangs et des marais, plus ou moins comblés de limons et de tourbes, occupent les dépressions abandonnées par le glacier. Des chênaies à charmes et à frênes (Richard, Pautou 1982) bénéficient du climat actuel plus clément, caractérisé par des précipitations et des températures moyennes annuelles de 950 mm et de 11,5 °C.

FIG. 38. Vue sur le Rhône et sur le Mont de Dornieu depuis le site de Saint-Alban.

FIG. 38. Vue sur le Rhône et sur le Mont de Dornieu depuis le site de Saint-Alban.

FIG. 39. Situation géomorphologique du site de Saint-Alban (Creys-Mépieu, Isère).

FIG. 39. Situation géomorphologique du site de Saint-Alban (Creys-Mépieu, Isère).

FIG. 40. Creys-Mépieu / Saint-Alban. Topographie du site.

FIG. 40. Creys-Mépieu / Saint-Alban. Topographie du site.

2Entre 1985 et 1989, à la suite de la découverte de plusieurs tessons du Bronze final sur les pentes du site, Jean-Louis Voruz entreprend un diagnostic archéologique de la Butte de Saint-Alban. Les recherches sont partagées en deux secteurs principaux : le locus A, au sommet de la butte, où une fouille de 15 m2 est décidée après la mise au jour d’une sépulture dans le sondage SA3, et le locus B, sur une terrasse en contrebas tournée vers le Rhône, avec les deux sondages SA4 et SA5 (fig. 40). Deux autres sondages, SA1 et SA2, permettent de documenter la pente occidentale du site. Ces différents travaux révèlent l’existence de plusieurs structures aménagées et d’un abondant mobilier céramique, que l’on situe pour l’essentiel entre la fin du Bronze final IIIa et le début du Hallstatt. Quelques indices, dont deux lames de silex, témoignent également de fréquentations plus anciennes, au Chasséen, au Néolithique final et au Bronze final I (J.‑M. Treffort et J.-L. Voruz, comm. pers.).

3Au sommet de la butte, le remplissage du locus A, épais de 1,50 m, est formé essentiellement de couches limoneuses brunâtres ou noires recélant, de bas en haut, des vestiges du Bronze final IIIa, du Bronze final IIIb, du Bas Empire et du Moyen Âge (Guillet et al. 1999). Malgré plusieurs témoins d’aménagements humains, l’analyse micromorphologique révèle des dépôts fortement bioturbés et très riches en résidus végétaux plus ou moins décomposés, indiquant une forte transformation pédologique des couches d’occupation. Dans le locus B, à la hauteur du sondage SA5, ouvert sur 2 m2 seulement (fig. 41), le remplissage est beaucoup plus épais, avec 3,20 m de puissance minimale à l’arrêt de la fouille (pl. I6). Sous 1 m de dépôts humiques, comparables à ceux du locus A et comprenant des vestiges gallo-romains et médiévaux, plus de 2 m de couches protohistoriques finement stratifiées permettent l’individualisation de plusieurs niveaux d’occupation, du Bronze final IIIa, du Bronze final IIIb et du Hallstatt ancien. Des dépôts sans structure archéologique et à matériel céramique plus fragmenté sont interstratifiés dans ces différents sols d’occupation, conduisant à l’hypothèse de plusieurs phases de construction et de destruction dans le cadre d’une occupation probablement continue du site (Guillet et al. 1999). Du fait de leur bonne conservation, ces dépôts protohistoriques se prêtent à l’étude des faciès sédimentaires anthropiques et des rythmes d’occupation. Ils sont le principal objet de ce chapitre.

FIG. 41. Vue du sondage SA5 de Saint-Alban en cours de fouille.

FIG. 41. Vue du sondage SA5 de Saint-Alban en cours de fouille.

4.1.2 Stratigraphie et datation

4L’étude sédimentologique a tout d’abord consisté en un essai de corrélation lithostratigraphique des différentes couches distinguées par l’archéologue dans le remplissage protohistorique du sondage SA5 (fig. 42). Ces corrélations ont conduit à la définition de cinq formations principales, globalement équivalentes aux ensembles culturels définis par l’étude typologique, à l’exception des dépôts sommitaux bioturbés (formation 5) et de quelques minces lentilles argileuses du remplissage protohistorique (tabl. XXXVIII ; fig. 43, 44).

FIG. 42. Creys-Mépeu / Saint-Alban. Relevés stratigraphiques des parois est, sud et ouest du sondage SA5, avec numérotation archéologique des couches (indépendante de la numérotation micromorphologique).

FIG. 42. Creys-Mépeu / Saint-Alban. Relevés stratigraphiques des parois est, sud et ouest du sondage SA5, avec numérotation archéologique des couches (indépendante de la numérotation micromorphologique).

TABL. XXXVIII. Creys-Mépieu / Saint-Alban. Description du remplissage protohistorique du sondage SA5 : sur fond gris, les termes lenticulaires (occupation) ; sur fond blanc, les termes épais (abandon).

TABL. XXXVIII. Creys-Mépieu / Saint-Alban. Description du remplissage protohistorique du sondage SA5 : sur fond gris, les termes lenticulaires (occupation) ; sur fond blanc, les termes épais (abandon).

FIG. 43. Creys-Mépieu / Saint-Alban. Représentation schématique du remplissage du locus B dans le sondage SA5 avec numérotation des formations lithostratigraphiques.

FIG. 43. Creys-Mépieu / Saint-Alban. Représentation schématique du remplissage du locus B dans le sondage SA5 avec numérotation des formations lithostratigraphiques.
  • FIG. 44. Creys-Mépieu / Saint-Alban. Niveaux de sol définis par l’étude archéologique (numéroté de 1 à 20 indépendamment des couches stratigraphiques ; cf. fig. 38), et positionnement de l’échantillonnage micromorphologique.

    FIG. 44. Creys-Mépieu / Saint-Alban. Niveaux de sol définis par l’étude archéologique (numéroté de 1 à 20 indépendamment des couches stratigraphiques ; cf. fig. 38), et positionnement de l’échantillonnage micromorphologique.

5Pour la Protohistoire, la céramique extraite du SA5 permet de différencier quatre périodes culturelles successives (Guillet et al. 1999) :

  • le Bronze final IIIa, vers 950 av. J.-C. (formation 1) ;

  • une période de transition Bronze final IIIa - Bronze final IIIb, de 950 à 900 av. J.-C. environ (formation 2) ;

  • le Bronze final IIIb, de 900 à 800 av. J.-C. environ (formation 3) ;

  • le début du Hallstatt ancien, de 800 à 750 av. J.-C. environ (formation 4) ;

6Les dépôts humiques sus-jacents renferment quant à eux des témoins d’occupations gallo-romaines, médiévales et modernes (formation 5).

7Les résultats des six datations par le radiocarbone effectuées sur le remplissage présentent quelques divergences avec la chronotypologie (tabl. XXXIX, XL). Deux séries de dates peuvent être distinguées, l’une vers 950-800 av. J.-C., en concordance avec les témoins d’occupation du Bronze final IIIb, l’autre vers 1350-1050 av. J.-C., trop vieille par rapport aux céramiques du Bronze final IIIa. Cet écart important entre les résultats radiocarbones et ceux de la typologie est probablement dû au fait que les datations ont été réalisées sur de vieux arbres (J.-L. Voruz, comm. pers.). Au vu des nombreuses données régionales permettant de suivre l’évolution chronotypologique fine des productions céramiques de cette période (J.‑M. Treffort, comm. pers.), nous privilégions la chronologie culturelle, plutôt que celle fournie par le radiocarbone, pour conclure à une durée totale d’occupation d’environ deux siècles.

  • TABL. XXXIX. Creys-Mépieu / Saint-Alban. Datations radiocarbones (calibration d’après Stuiver et al. 1998) [code de localisation des échantillons dans le sondage SA5 : W : ouest, E : est, d : décapage].

    TABL. XXXIX. Creys-Mépieu / Saint-Alban. Datations radiocarbones (calibration d’après Stuiver et al. 1998) [code de localisation des échantillons dans le sondage SA5 : W : ouest, E : est, d : décapage].

TABL. XL. Creys-Mépieu / Saint-Alban. Sériations lithologique, chronologique et culturelle des dépôts.

TABL. XL. Creys-Mépieu / Saint-Alban. Sériations lithologique, chronologique et culturelle des dépôts.

8Les caractéristiques lithostratigraphiques du remplissage protohistorique permettent une première discussion sur la dynamique sédimentaire et les modalités de l’occupation. La partie inférieure des différentes formations, F1 à F4, est caractérisée par de fines couches, sableuses ou argileuses, jaunes, rouges ou grises, alternant avec des passées limoneuses brunes. Cette alternance est particulièrement nette à la base de la formation F3, où une série de dépôts lenticulaires permet la différenciation de cinq membres successifs (fig. 43). En revanche, la partie sommitale des formations consiste en d’épaisses couches de limons bruns, riches en pierres, en charbons et en nodules d’argile cuite.

9Cette succession sédimentaire peut être interprétée comme la superposition de plusieurs phases de construction, d’occupation et de destruction :

  • les lentilles argileuses et sableuses de la base des formations, dont plusieurs ont déjà été interprétées comme des sols aménagés (Guillet et al. 1999), semblent souligner les phases de construction ;

  • les lentilles de limon brun peu épaisses, accumulées entre ces sols, représenteraient les couches d’occupation, formées par des résidus d’activités humaines ;

  • les couches limoneuses brunes du sommet des formations, plus épaisses et riches en nodules d’argile cuite, correspondraient quant à elles à des phases majeures de destruction, peut-être corrélatives à des périodes d’abandon.

10Sur la base de cette hypothèse, les formations F1 à F4 correspondraient à quatre principaux cycles d’occupation-abandon, au cours desquels surviendraient douze phases de construction, matérialisées par les lentilles argileuses ou sableuses de la base des formations. L’approche archéologique révèle cependant l’existence de vingt sols d’occupation, probablement préservés grâce à leur enfouissement sous les dépôts issus de la démolition intentionnelle des habitations vétustes (fig. 44). Cette hypothèse conduit à supposer une fréquentation continue du site, avec de simples déplacements des aires d’habitat à l’intérieur du locus B. Six de ces sols n’ont pas fait l’objet d’aménagement particulier, ce qui explique leur faible lisibilité sur les coupes stratigraphiques. Dans certains cas, ils s’inscrivent dans des dépôts considérés a priori comme des couches d’abandon (sols 6 et 2, p. ex.).

11L’identification de ces vingt sols d’occupation, situés à différents niveaux du remplissage, et la déduction conséquente que l’occupation du site a été continue, tendent à remettre en cause l’hypothèse de quatre principaux cycles d’occupation, séparés par des périodes d’abandon. En revanche, les douze phases de construction suggérées par l’analyse stratigraphique semblent confortées par la chronotypologie, si l’on considère que la durée d’utilisation moyenne des habitations en terre est égale à une vingtaine d’années, en référence aux vingt-deux années calculées pour les constructions protohistoriques de Bavois-en-Raillon (Vital, Voruz 1984) et aux huit ou quinze années des maisons néolithiques des bords de lacs (Pétrequin, Pétrequin 1988). D’après les données chronotypologiques, les douze phases de construction supposées s’inséreraient dans une fourchette de deux siècles environ, attestant une durée d’utilisation moyenne de seize ans et demi pour les constructions. Notons cependant que les données sur des constructions en terre de périodes plus récentes font état de durées d’utilisation très différentes, avec vingt-cinq à trente-six années pour des maisons médiévales (Chapelot 1973 ; Chapelot, Fossier 1980) et cinquante à trois cents ans pour les maisons actuelles du village de Kovacevo en Bulgarie (Brochier 1994).

12En définitive, si l’hypothèse de plusieurs phases de construction et de destruction, dans le locus B de Saint-Alban, semble ne faire aucun doute, les questions portant sur la continuité ou la discontinuité de l’occupation, ou encore sur le nombre et de la durée des constructions réalisées, prêtent encore à discussion. L’étude micromorphologique des dépôts du SA5, et notamment la caractérisation des témoins d’occupation et d’abandon, cherchera à apporter des éléments d’information complémentaires sur ces questions.

4.2 Étude sédimentologique du remplissage

13Plusieurs échantillons micromorphologiques permettent de caractériser les dépôts des différentes formations du sondage SA5 (fig. 44). Après un rappel des caractéristiques générales de ces formations et l’exposé des principales conclusions de l’étude archéologique réalisée par Jean-Michel Treffort (Treffort 1993), les données micromorphologiques sont d’abord présentées et discutées de manière indépendante, puis elles sont confrontées aux résultats archéologiques. Selon les cas, cette confrontation conduit soit à constater le soutien réciproque des interprétations archéologiques et sédimentologiques, soit à reconsidérer les données micromorphologiques d’après le contexte archéologique, soit encore à proposer une nouvelle explication, quant à la genèse des dépôts et à leur signification quant aux modalités d’occupation.

4.2.1 La fin du Bronze final IIIa

4.2.1.1 Description de la formation 1

14La formation 1 regroupe les couches 33 à 27 (fig. 43), rattachées aux occupations de la fin du Bronze final IIIa. Elle se caractérise par des dépôts plus argileux et plus gris que dans les formations sus-jacentes, témoignant de l’existence de conditions sédimentaires spécifiques, peut-être liées à des modalités d’occupation particulières.

Données archéologiques

15D’après l’analyse archéologique, trois sols d’occupation subdivisent cette première formation (fig. 44).

16À la base du sondage, le sol 20 correspond à un niveau empierré. Dans les dépôts sus-jacents, la découverte d’une boulette d’argile cuite avec empreintes digitales témoigne de la fabrication possible de céramiques, tandis que des déchets de fonte en bronze et un fragment de moule en molasse révèlent la pratique de la métallurgie.

17Le sol 19 est marqué par un épandage de cendres et de gros charbons de bois, ainsi que par de gros fragments de poteries écrasées sur place. Les dépôts sus-jacents sont supposés liés au démantèlement d’une construction en terre, dont l’étalement intentionnel aurait favorisé la conservation du sol d’occupation. Dans la partie orientale du sondage, sur la hauteur de la couche 30, de nombreux blocs pourraient trahir la présence d’un radier de fondation. Une calotte crânienne humaine paraît avoir été placée intentionnellement à la base de ce mur, au moment de sa construction.

18Enfin, le sol 18 est souligné à l’est par des pierres éparses et à l’ouest par un épandage de cendres. Au-dessus, les couches 28 et 27 sont rapportées pour l’essentiel à une couche intermédiaire, dont la mise en place résulterait de la destruction et de l’aplanissement volontaires d’habitations en terre, devenues vétustes. Au sein de ces dépôts, des fragments d’encroûtements tuffacés sont interprétés comme les témoins d’un apport de matériaux fluviatiles ou lacustres, pour la construction des murs. À la base, un petit fragment de roche verte polie semble appartenir à un lissoir de potier.

Données micromorphologiques

19D’un point de vue micromorphologique (fig. 44 ; tabl. XLI), la couche 33 apparaît riche en sables, en limons, en micrite, en microcharbons, en phytolithes et en fragments végétaux plus ou moins décomposés. Des nodules argileux ou sableux, des agrégats organo-détritiques à structure lenticulaire, des tessons de poterie, des charbons et des esquilles d’os brûlé sont dispersés dans cette matrice. L’éparpillement de ces différents matériaux est dû, en partie au moins, à l’activité de la flore et de la faune du sol, révélée par la microstructure des dépôts. La composition et la structure massive des nodules argileux compris dans cette couche témoignent d’une fabrication humaine. La forme arrondie d’un grand nombre des grains sablo-limoneux, pris dans ces nodules, indique l’origine alluviale de ces grains. Parmi eux, certains minéraux, comme les feldspaths, absents des calcaires kimméridgiens encaissants, révèlent l’exploitation d’alluvions rhodaniennes. Les différents sondages réalisés à Saint-Alban n’ayant montré aucune trace de terrasses perchées, fluviatiles ou fluvio-glaciaires, ce sont probablement les alluvions plus récentes du Rhône qui ont été utilisées pour la construction. La micrite, très abondante dans cette couche, peut également avoir une origine alluviale et être issue, par exemple, de limons de débordement ou de dépôts lacustres. L’origine cendreuse de cette micrite est cependant plus probable, étant donné les nombreux microcharbons qui lui sont associés. Dans ce contexte, les nombreux résidus végétaux décomposés, dispersés dans la couche, résultent sans doute également d’apports anthropiques. Les agrégats argilo-humiques à structure lenticulaire évoquent des couches d’occupation remaniées. Au vu de sa composition et de sa microstructure, la couche 33 est interprétée comme résultant du remaniement d’apports liés à l’occupation et à l’aménagement du site.

TABL. XLI. Creys-Mépieu / Saint-Alban. Description micromorphologique des couches échantillonnées dans la formation 1.

Couche

Description micromorphologique

27-28
µ20
µ21
µ29

– Milieu (µ20) : sédiment brun-gris, microstructure grumeleuse à spongieuse ; porosité et agrégation biologiques importantes (chenaux, striotubules et cavités d’entassement) ; quelques agrégats subanguleux ; squelette assez abondant (20-30 %), sablo-limoneux (< 400 µm) avec quelques petits cailloux calcaires, à distribution porphyrique irrégulière (quartz, feldspath, calcaire, mica, quelques glauconies et silex) ; matrice très riche en micrite, en microcharbons et en phytolithes de graminées ; nombreux charbons et fragments de tissus végétaux jaunâtres à brunâtres ; imprégnations organiques jaunes ; quelques graines carbonisées ; quelques diatomées ; tessons ; nodules argileux à limoneux orangés à squelette sablo-limoneux plus ou moins abondant de quartz, feldspaths et micas et comprenant parfois des résidus végétaux (fragments de construction) ; nodules siliceux vacuolaires ; agrégats brunâtres (type couche d’habitat) ; quelques os brûlés ; revêtements limono-argileux, jaunes à brun-jaune ; manchons racinaires carbonatés remaniés.
– Base (µ21 et 29) : porosité importante, agrégats subanguleux à subarrondis ; rare squelette sablo-limoneux ; matrice gris-brun riche en micrite, imprégnée de substances organiques jaunes ; quelques formes prismatiques altérées ; nombreux fragments végétaux brun rougeâtre à noirs ; très nombreux phytolithes épars.

29
µ21

Microstructure massive à spongieuse ; agrégation faible à nulle ; porosité biologique en chenaux ; abondant squelette limono-sableux, à grains subarrondis à subanguleux (30 à 40 %, quartz, feldspath, mica, carbonate), à distribution porphyrique ou localement concentré en lentilles ; matrice brun-gris à brun-jaune, très riche en micrite, avec localement lentilles plus argileuses ; quelques phytolithes dont certains dendriformes et en connexion ; quelques cristaux prismatiques de calcite (cendres) ; nombreux manchons racinaires carbonatés ; imprégnations organiques jaunes dans et autour de ces manchons ou dans la masse.

30a
µ29

Microstructure litée, avec plusieurs lentilles de 500 µm à 1 mm, de phytolithes en connexion, pauvre en squelette et en matrice, prises dans un matériel plus détritique ; phytolithes en longs filaments, rectangulaires ou dendriformes ; squelette sablo-limoneux plus abondant entre les lits à phytolithes, (10-30 % ; quartz, feldspath, mica, calcaire) ; matrice très riche en micrite, en charbons et en phytolithes épars ; quelques cristaux de cendres de bois bien conservés ; nombreux tissus végétaux et matière organique amorphe, jaunes à noirs ; quelques graines carbonisées ; quelques diatomées ; rares nodules argileux rouges.

30b
µ21

Microstructure grumeleuse à spongieuse, plus litée au sommet ; porosité en cavités, chenaux et fissures, plus ou moins fermés ; agrégats subarrondis à subanguleux ; squelette sablo-limoneux, fin, peu abondant (< 400 µm ; quartz, feldspath, mica et carbonate) à distribution porphyrique ouverte ; matrice grise, riche en micrite, quelques cristaux prismatiques cendreux altérés, nombreux microcharbons et nombreux phytolithes de graminées épars ; nombreux fragments végétaux brun rougeâtre à noirs ; concentrations irrégulières de matière organique jaune amorphe, fréquemment associée aux résidus végétaux ; agrégats brunâtres à squelette sablo-limoneux, riches en microcharbons.

30
μ29
µ30

– µ29 : composition et structure hétérogènes ; squelette sablo-limoneux de quartz, feldspath, mica, micrite, plus abondant que dans 30a ; grains arrondis à anguleux ; distribution porphyrique ou en lentilles ; matrice riche en matière organique jaune ; poches grisâtres à phytolithes désorganisés, microcharbons, micrite ; nodules carbonatés gris-rose ; manchons carbonatés vers le sommet.
– µ30 : masse brun-gris clair ; microstructure grumeleuse à spongieuse, localement litée au sommet ; porosité en chenaux et fractures ; agrégats subanguleux à subarrondis, striotubules de lombrics ; squelette sablo-limoneux pas très abondant (< 400 µm) ; matrice riche en micrite et en phytolithes épars (chapeaux, rectangulaires, dendriformes) ; quelques cristaux d’allure prismatique semblables à des cendres de bois ; quelques phytolithes en longs filaments subhorizontaux (10 x 100 µm) et phytolithes dendriformes en paquets ; imprégnations et nodules de matière organique amorphe jaune ; nombreux fragments végétaux brun-rouge à noirs.

32
µ30

Comparable à 30, plus riche en charbons ; passée cendro-charbonneuse sommitale, à limites diffuses, avec résidus de bois et de graminées ; esquilles osseuses.

33
µ22

Détritique et bioturbée ; squelette de graviers calcaires, sables et limons de calcaire, quartz et feldspath, matrice micritique riche en microcharbons et en phytolithes ; nombreux fragments végétaux brun rougeâtre et imprégnations de matière organique amorphe jaune ; tessons, charbons, os brûlés ; agrégats argilo-humiques brunâtres à squelette sablo-limoneux (< 500 µm) et structure lenticulaire (type couche d’occupation) ; quelques nodules argileux à squelette sablo-limoneux alluvial ; manchons racinaires carbonatés.

20Sur les parois est et ouest du sondage, les couches 32, 30 et 30b apparaissent formées essentiellement de résidus végétaux plus ou moins décomposés ou brûlés (pl. J1-J3). La matrice, riche en micrite, en microcharbons et en phytolithes épars, contient de nombreux fragments végétaux brun-rougeâtre ou noirs, des imprégnations de matière organique amorphe jaune et des plages de phytolithes dendriformes, en connexion ou désorganisés. Le squelette minéral détritique n’est pas très abondant ; il est formé de sables et de limons d’origine alluviale. La microstructure apparaît globalement grumeleuse ou spongieuse, partiellement affectée par l’activité biologique. Au sommet de la couche 32, sur la paroi est, un litage est souligné par des brindilles charbonneuses subhorizontales, déposées entre des passées limoneuses à sableuses, qui semblent avoir été triées par l’eau. Dans ces couches 32, 30 et 30b, l’abondance de la micrite et des microcharbons, la présence de quelques formes cristallines typiques des cendres de bois et la rareté du squelette minéral évoquent des accumulations cendreuses. Les températures de combustion apparaissent cependant faibles, inférieures à 500 °C, puisque ni les phytolithes, ni les grains de quartz ne présentent de traces de fusion. Ces basses températures et l’absence de rubéfaction au sommet des dépôts sous-jacents, indiquent que ces couches ne correspondent pas aux restes de foyers in situ, mais résultent plus probablement de la dispersion et de l’accumulation sur le sol de fins résidus de combustion. La finesse des constituants cendro-charbonneux et la rareté du squelette détritique grossier rappellent également les dépôts décrits comme ayant filtré au travers d’un revêtement de sol (Gé et al. 1993 ; Courty et al. 1994). La compacité des dépôts permet aussi d’envisager l’hypothèse d’un placage progressif de fines poussières sur un sol de terre battue, tandis que les déchets plus gros auraient été évacués par balayage. Les nombreux fragments végétaux brun-rouge ou noirs et les imprégnations organiques jaunes associés à ces fins résidus cendro-charbonneux, sont les indices d’une combustion inachevée ou plus probablement du mélange des cendres avec des apports végétaux non brûlés.

21Au-dessus de ces dépôts, sur la paroi est du sondage, l’accumulation 30a se caractérise également par sa richesse en résidus charbonneux voire cendreux, de bois et de graminées, mais présente en plus une structure microlitée. Plusieurs lentilles, formées uniquement de phytolithes, le plus souvent en connexion, apparaissent étagées sur toute la hauteur de la couche, soit sur environ 4 cm d’épaisseur (pl. J4, K1). L’homogénéité de ces lentilles de phytolithes, pauvres en squelette et en matrice, implique pour chacune d’elle une mise en place massive qui peut s’expliquer, soit par un paillage répété du sol, soit par l’effondrement d’une palissade ou d’un toit de chaume, soit encore par le stockage de produits agricoles. L’abondance des phytolithes dendriformes, typiques des Poacées, et quelques graines carbonisées sont des indices qui plaident en faveur de l’hypothèse d’une origine agricole. Entre ces accumulations de phytolithes, des couches de limons cendreux, à squelette sablo-limoneux plus abondant, témoignent d’apports intermédiaires détritiques.

22Des successions sédimentaires quelque peu comparables sont décrites dans les dépôts du Bronze final de la Grotte de Bélesta, dans les Pyrénées-Orientales (Brochier, Claustre 2000). Des lamines de phytolithes de Graminées en connexion y sont interprétées comme les témoins probables de litières ou de compléments alimentaires, liés à l’élevage de bovins, dont la présence est révélée par quelques coprolithes. Les lamines encaissantes, plus détritiques et plus riches en cendres, sont comprises comme des accumulations résultant des allées et venues des bêtes et des hommes. À Saint-Alban, aucun fragment de coprolithe n’ayant été clairement identifié, une telle interprétation peut difficilement être retenue sur la seule base des données micromorphologiques. Les concentrations de matière organique jaune et amorphe pourraient plaider pour cette hypothèse de déjections animales mais, parce qu’elles sont le plus souvent étroitement associées à des tissus végétaux, elles semblent plutôt résulter de la putréfaction des matières végétales. L’étude archéozoologique des restes de faune compris dans ces couches apportera peut-être des éléments de discussion complémentaires sur ce sujet.

23En définitive, si l’exact mode de formation des couches 32 à 30a nous échappe encore, leur microfaciès permet néanmoins quelques constatations. La nature essentiellement végétale et cendro-charbonneuse de ces dépôts atteste leur origine anthropique. Leur composition globalement comparable d’une couche à l’autre indique une sédimentation résultant du même processus sédimentaire et donc sans doute du même type d’activité. Enfin, l’épaisseur atteinte par ces dépôts, malgré la finesse granulométrique des constituants, implique une importante production sédimentaire, qui pourrait résulter d’une occupation prolongée. Dans ce contexte, la faible représentation des éléments détritiques laisserait supposer l’existence d’un espace entretenu.

24Cette hypothèse est cependant en désaccord avec l’interprétation archéologique des couches 30, 30b et 30a comme possible couche de démolition. Cette interprétation archéologique repose sur l’identification d’un possible radier de fondation à l’est du sondage, et sur le fait qu’une telle couche de démolition permet d’expliquer la préservation de l’épandage cendro-charbonneux et des tessons, qui caractérisent le sol 19. Dans cette hypothèse, les couches 30 à 30a résulteraient de la dégradation de constructions essentiellement formées de bois et de paille. L’abondance des résidus cendro-charbonneux, constatée à la fouille et au microscope, pourrait alors témoigner de l’incendie de ces structures d’habitation. L’enfouissement des deux sols d’occupation 20 et 19, recouverts par les couches 32 et 30, indiquerait ainsi la destruction de deux édifices successifs, tandis que les indices de lessivage observés au sommet de la couche 32 souligneraient la période d’abandon séparant ces deux phases de construction.

25Au-dessus, la couche 29 est décrite sur le terrain comme une argile jaune plastique et compacte. D’autres lentilles de même nature, mais plus sporadiques, lui étaient associées dans un sédiment argileux sombre feuilleté. Au microscope, cette couche présente une microstructure massive, peu poreuse, un abondant squelette sablo-limoneux, d’origine alluviale, à distribution le plus souvent porphyrique ou parfois concentré en lentilles, et enfin une matrice micritique, contenant quelques passées plus argileuses, quelques cristaux prismatiques d’allure cendreuse et quelques phytolithes dendriformes en connexion. Des imprégnations de matière organique expliquent la teinte jaune observée sur le terrain. Sa composition et son aspect massif évoquent un sol aménagé, construit à partir d’un mélange d’alluvions rhodaniennes et de cendres végétales. D’un point de vue archéologique cependant, cette couche 29, comprise entre les deux sols d’occupation 19 et 18, appartient plutôt à un niveau de démolition. Dans ce contexte, cette couche et les autres lentilles jaunes observées à la fouille peuvent représenter des lambeaux de sols aménagés ou des fragments de parois effondrées. Leur mise en place semble s’effectuer en continuité avec les couches 30 à 30a.

26Au sommet de la formation 1, les couches 28 et 27 présentent une composition et une microstructure conduisant à les interpréter comme dépôts d’abandon. Parmi les principales caractéristiques, on relève un abondant squelette sablo-limoneux d’origine alluviale, associé à quelques cailloux calcaires, et une matrice riche en micrite, en microcharbons et en phytolithes. De nombreux fragments végétaux jaunâtres ou brunâtres, parfois intégrés dans des nodules argileux à limoneux, témoignent de la dégradation d’aménagements en torchis. Des charbons et des nodules siliceux vacuolaires peuvent provenir de l’incendie de ces constructions ou du remaniement de structures de combustion. L’ensemble est fortement remanié par la flore et la faune du sol, ce qui évoque une recolonisation naturelle après l’abandon du secteur. La base de ces dépôts se caractérise par un plus rare squelette sablo-limoneux, éparpillé dans une matrice micritique, riche en tissus végétaux et en phytolithes.

27La base de l’accumulation 27-28, moins détritique, peut être interprétée comme une couche d’occupation que l’on peut raccorder au sol 18, identifié en planimétrie. Les dépôts sus-jacents, c’est-à-dire l’essentiel des couches 28 à 27, hétérogènes, détritiques, riches en résidus végétaux et en fragments de torchis, résultent plus probablement de l’effondrement de constructions en terre. L’origine alluviale d’une partie des matériaux de construction, envisagée après la découverte d’encroûtements tuffacés lors de la fouille, est confortée par la présence de grains d’alluvions d’origine rhodanienne, voire aussi par la présence de diatomées, indicatrices de milieux humides. Le seul désaccord entre la vision archéologique et la vision micromorphologique repose sur l’interprétation des mécanismes de formation du dépôt : arasement volontaire ou effondrement naturel après l’abandon des structures d’habitation ? L’importance des remaniements biologiques plaide plutôt pour la seconde hypothèse. L’absence de sol d’occupation, d’après les données planimétriques, semble aller dans le même sens. L’abandon du site, ou tout au moins du secteur étudié, marquerait ainsi la fin des occupations du Bronze final IIIa.

4.2.1.2 Synthèse des observations

28En conclusion, l’intégration des données archéologiques, lithostratigraphiques et micromorphologiques conduit à envisager l’existence de trois phases de construction-occupation principales permettant d’expliquer les dépôts associés au Bronze final IIIa. La première correspondrait au sol 20 et à la mise en place des couches 33 et 32, issues de la dégradation d’une structure d’habitation, essentiellement formée de bois et de paille. Une seconde occupation serait à l’origine du sol 19 et d’une nouvelle construction de même nature, décomposée par la suite dans les couches 30 à 30a. La troisième phase d’occupation, avec le sol 18, serait plutôt marquée par une habitation en terre, dont la dégradation aurait conduit à la formation des couches 28 et 27.

29On peut également envisager l’hypothèse de la construction d’une seule habitation en terre, dont la démolition correspondrait aux couches 28 et 27, mais dont l’aménagement interne, l’occupation et l’entretien seraient à l’origine des couches 33 à 29. Les nombreux résidus végétaux, décomposés ou brûlés, formant l’essentiel des couches 32 à 30a ne correspondraient pas au démantèlement de maisons de bois et de paille, mais à la décomposition des différents apports et aménagements humains réalisés à l’intérieur de l’habitation. Les sols d’occupation 20 à 18, identifiés en planimétrie, de même que les couches 31 et 29, souligneraient simplement des épisodes d’occupation et d’aménagement mieux marqués d’un point de vue sédimentaire.

30Parmi les activités pratiquées à cette période, la poterie et la métallurgie sont attestées par les vestiges archéologiques, et l’agriculture est suggérée par l’abondance des phytolithes dendriformes et par la présence de graines. L’hypothèse de l’élevage peut être envisagée, dans la mesure où certaines accumulations sédimentaires rappellent les fumiers de bétail de Bélesta (Brochier, Claustre 2000), mais doit être confortée par l’archéozoologie.

31Le développement des processus pédologiques et le mélange de différents constituants anthropiques que l’on observe ensuite pourraient traduire l’abandon prolongé de cette aire d’occupation.

4.2.2 La transition Bronze final IIIa - Bronze final IIIb

4.2.2.1 Description de la formation 2

32La formation 2 regroupe les couches 25 à 19 (fig. 43), et correspond à la période de transition entre le Bronze final IIIa et le Bronze final IIIb. Dans l’ensemble, les dépôts de cette période se différencient des précédents par leur texture plus sableuse. Deux principales phases de construction semblent se succéder, la première marquée par la couche 25, la seconde par la couche 22.

Données archéologiques

33Les données archéologiques témoignent de la présence de nombreux aménagements anthropiques et cinq sols d’occupation sont différenciés sur toute la hauteur de la formation 2 (fig. 44).

34Le sol 17, à la base de la couche 25, est plus particulièrement souligné par une sole de foyer, à l’est du sondage, laquelle est relayée vers l’ouest par une lentille d’argile jaune compacte. Au-dessus, la couche 25 apparaît essentiellement formée de sable et de cailloux. Vers le milieu du sondage, un trou de poteau, observable depuis la moitié inférieure de la couche 24 et jusqu’à la base de la couche 27, semble indiquer la présence d’une limite de mur pouvant expliquer le biseautage vers l’ouest de la couche 25.

35L’existence du sol 16, au sommet de la couche 25, est révélée par des pierres de calage de jarre. À l’est du sondage, la couche 24 sus-jacente est décrite comme un empierrement à matrice brun sombre, terreuse.

36Le sol 15 est marqué, vers la paroi est, par une sole de foyer (couche 22), vers les parois sud et ouest, par des tessons écrasés sur place (sommet de la couche 24). La localisation de la sole de foyer dans la partie orientale du sondage pourrait être liée au mur déjà mentionné au niveau du sol 16. À la hauteur de la couche 21, un fragment de moule en molasse atteste la pratique de la métallurgie.

37Le sol 14 apparaît sous la forme de tessons fragmentés sur place et d’un placage d’argile jaune, correspondant à un possible aménagement (base couche 20).

38Le sol 13 est caractérisé par une sole de foyer, allant du rouge-brique au jaune, à l’est du sondage (sommet couche 20).

Données micromorphologiques

39Des fragments de torchis, dans les couches 20 à 25 de la partie orientale du sondage, témoignent de la destruction probable de constructions en terre.

40Deux échantillons micromorphologiques apportent quelques éléments d’information complémentaires sur ces dépôts (fig. 44 ; tabl. XLII). Les dépôts de la partie ouest du sondage sont décrits dans un premier temps, ceux de la partie est dans un second temps.

TABL. XLII. Creys-Mépieu / Saint-Alban. Description micromorphologique des couches échantillonnées dans la formation 2.

Couche

Description micromorphologique

19
µ18

Limite supérieure nette ; microstructure grumeleuse à spongieuse, porosité (chenaux biologiques, cavités d’entassement) et agrégation très importantes, en partie d’origine biologique ; squelette sablo-limoneux, abondant, à grains subanguleux à subarrondis et à distribution irrégulière, avec fréquentes plages de grains (quartz, feldspath, mica, carbonate et silex) ; matrice argileuse brun-jaune, riche en microcharbons et en micrite ; nombreux charbons ; graine carbonisée ; esquilles d’os altérées ; tessons ; nombreux phytolithes, en épine, en trapèze, dendriformes, rectangulaires à bords droits ou ondulés ; nodules argileux à micritiques, rouges à jaunes ; agrégats cendro-charbonneux ; agrégats brunâtres à structure lenticulaire ; nodules carbonatés.

24-25
µ19

– 24 : microstructure grumeleuse à spongieuse ; porosité importante, avec chenaux biologiques et cavités d’entassement ; agrégation importante, avec striotubules de vers ; squelette sablo-limoneux épars ou concentré par plages ; plusieurs agrégats sablo-limoneux à limono-argileux, lités, d’origine alluviale ; quelques agrégats argileux jaunes à rouge-orange, à squelette sablo-limoneux quartzo-feldspathique, parfois microlités ; quelques agrégats limono-sableux à matrice carbonatée ; concentrations charbonneuses ; scories avec quartz et feldspath ; limite inférieure diffuse, avec passage progressif à 25.
– 25 : microstructure spongieuse ; porosité moyenne à importante, en cavités d’entassement, chenaux et fractures partiellement fermés ; agrégation mal définie, quelques agrégats subanguleux, quelques déjections de lombrics ; squelette abondant, sablo-limoneux, à grains anguleux à arrondis, à distribution irrégulière porphyrique ou en plages de grains (quartz, feldspath, carbonate, mica ; < 800 µm) ; matrice argilo-carbonatée, brun-gris à brun-jaune, avec micrite et imprégnations organiques ; petits charbons épars (5 %) ou regroupés (20 %) ; esquilles d’os altérées oxydées (2 %) ; nombreux phytolithes ; quelques nodules siliceux vacuolaires ; nombreux agrégats argileux, de 1 à 4 mm, massifs, brun-jaune, à squelette sablo-limoneux de quartz, feldspath et mica (< 200 µm) ; à la base un agrégat sablo-limoneux millimétrique d’origine alluviale, microlité, avec alternance de lits grossiers et fins ; agrégats argilo-limoneux brunâtres, microlités ; nodules micritiques denses à squelette sablo-limoneux alluvial, charbons et phytolithes ; manchons racinaires carbonatés, imprégnations de racines subactuelles par de la calcite.

41Sur la paroi ouest du sondage, le passage de la couche 25 à la couche 24 se caractérise par une limite diffuse. La composition et la microstructure des deux couches sont proches. La microstructure apparaît tantôt grumeleuse tantôt spongieuse, avec une porosité en cavités d’entassement et une porosité biologique, plus ouverte en 24 qu’en 25. Des charbons, des nodules siliceux vacuolaires, quelques esquilles osseuses et surtout de nombreux agrégats, argileux ou micritiques, denses et à squelette sablo-limoneux d’origine alluviale, sont dispersés dans une matrice, riche en micrite, en matière organique amorphe et en phytolithes. La composition et la microstructure des couches 25 à 24 témoignent du mélange de différents apports anthropiques, minéraux et végétaux, en grande partie sous l’effet de l’activité biologique. L’abondance des agrégats argileux ou sableux et des résidus végétaux suggère la dégradation de constructions en torchis. Les charbons et les nodules siliceux vacuolaires constituent des traces de combustion, indiquant soit le remaniement de foyers, soit l’exploitation de résidus de combustion pour la construction, soit encore l’incendie de ces constructions. La porosité plus fermée de la couche 25 s’explique par le sol de circulation 16 sus-jacent.

42Plus haut, la base de la couche 19 présente une composition similaire, mais avec de plus rares nodules argileux ou sableux et des remaniements biologiques plus importants. Des agrégats brunâtres, à structure lenticulaire, semblent provenir du démantèlement de couches d’occupation. De nombreux phytolithes et une graine carbonisée évoquent des activités agricoles, mais une partie de ces phytolithes peut également résulter de la dégradation d’aménagements en torchis. La limite supérieure nette de la couche 19 (pl. K3), surmontée par des dépôts lenticulaires brunâtres, plus ou moins cendro-charbonneux, atteste un niveau d’occupation à son sommet (sol 12).

43Toujours sur la paroi ouest, les dépôts compris entre les sols 16 et 12, macroscopiquement comparables à ceux qui viennent d’être décrits, relèvent sans doute du même type de mise en place.

44En définitive, l’ensemble des couches 24 à 19 de la paroi ouest paraît résulter du remaniement d’aménagements humains, parmi lesquels de probables constructions en torchis. L’effondrement du mur, suggéré par un trou de poteau vers le milieu du sondage, pourrait expliquer l’essentiel de cette accumulation sédimentaire, mais l’identification planimétrique de trois sols d’occupation (16, 15 et 14) plaide pour l’hypothèse d’une mise en place polyphasée, avec trois phases de construction et de destruction.

45Cette tripartition se retrouve sur la paroi est du sondage, avec les couches 25, 24 et 22. Le biseautage vers l’ouest des couches sableuses ou argileuses 25 et 22 paraît conditionné par le mur supposé du milieu du sondage. Entre ces apports anthropiques, la couche 24, décrite à la fouille comme un empierrement de pierres calcaires de 5 à 15 cm, avec de gros charbons de bois et des fragments de torchis, dans une matrice terreuse brun sombre, peut correspondre à un autre type d’aménagement au sol ou à une couche de démolition. Dans l’hypothèse d’une mise en place intentionnelle de la couche 24, une seule structure d’habitation aurait été édifiée, mais son sol aurait été refait à plusieurs reprises. Dans le cas où la couche 24 de la paroi est correspondrait à un niveau de démolition, ce qui semble conforté par l’abondance des fragments de torchis découverts à la fouille, deux structures d’habitation successives auraient été édifiées au même emplacement. Les soles de foyers et les couches sableuses mieux conservées dans la partie orientale du sondage semblent indiquer qu’il s’agit là de l’intérieur de l’habitation, tandis que l’homogénéité des dépôts à l’ouest correspondrait à l’emplacement du mur en terre ou, au-delà de ce mur, à une aire extérieure non aménagée et plus sujette aux remaniements biologiques.

4.2.2.2 Synthèse des observations

46En conclusion, la période de transition Bronze final IIIa - Bronze final IIIb paraît caractérisée par l’aménagement d’une ou de deux structures d’habitation à l’emplacement du sondage SA5. La première phase de construction correspondrait au mur probablement repéré vers le milieu du sondage et aux aménagements de la couche 25. La dégradation partielle ou totale de ce bâtiment serait à l’origine de l’essentiel des dépôts de la couche 24. Sa reconstruction serait ensuite marquée par les aménagements observés à la hauteur des couches 22 à 20. L’identification planimétrique de cinq sols de circulation, pour une durée estimée à une cinquantaine d’années, suggère que l’occupation du site s’est faite en continu. Au cours de cette période, les alluvions rhodaniennes sont toujours exploitées pour l’architecture. Vers le sommet de la formation, l’abondance des phytolithes dendriformes et une graine carbonisée permettent de supposer la pratique de l’agriculture, tandis qu’un fragment de moule atteste celle de la métallurgie.

4.2.3 Le Bronze final IIIb

4.2.3.1 Description de la formation 3

47La formation 3, associée aux occupations du Bronze final IIIb, regroupe les couches 18 à 6 (fig. 43). D’après les données lithostratigraphiques, elle semble correspondre à cinq phases de construction, marquées par différentes lentilles, argileuses ou sableuses, étagées dans la partie inférieure de la formation. Un abandon prolongé aurait conduit par la suite au remaniement biologique des aménagements anthropiques dans les couches limoneuses 7 et 6 du sommet de la formation.

Données archéologiques

48L’étude archéologique conduit à la définition de huit sols d’occupation successifs (fig. 44). Les cinq premiers correspondent aux lentilles argileuses à sableuses des niveaux de construction supposés, tandis que les trois derniers s’intercalent dans les couches 7 et 6, considérées d’un point de vue sédimentologique comme significatives de périodes d’abandon.

49À la base de la formation, les deux sols 12 et 11 sont soulignés par des chapes d’argile jaune ou rubéfiée. Bien individualisés à l’est du sondage, le premier à la hauteur de la couche 18, le second au niveau de la couche 15, ces niveaux de sols tendent à se confondre vers l’ouest, où la fouille a néanmoins montré la superposition de cinq couches différentes : des limons gris tachetés d’argile jaune, des limons gris à charbons, une chape d’argile tantôt rouge tantôt jaune, compacte, des limons gris à rares charbons, et enfin une chape d’argile compacte, rouge-brique, localement plus jaune. Une structure de combustion en fosse, à remplissage de cailloux calcaires brûlés et de charbons (couche 17), s’ouvre à la hauteur de ces sols, recoupant la chape d’argile de la couche 18. Sa petite dimension évoque une structure domestique à usage familial. La comparaison avec celles décrites par Jean Gascó (Gascó 1985) permet de penser qu’elle pourrait avoir servi pour des cuissons à l’étouffée.

50Le sol 10 correspond à une sole de foyer brun rouge, à l’est du sondage, et à de minces placages d’argile jaune, vers l’ouest (couche 13). Entre ces deux chapes d’argile, deux trous de piquets semblent se rattacher au même niveau d’occupation.

51Le sol 9 est plus particulièrement marqué sur la paroi sud du sondage par une lentille d’argile jaune, brûlée à son sommet. Il semble correspondre à l’ouverture d’une fosse à remplissage charbonneux (couche 10a), peut-être en continuité avec la couche 10b, riche en fragments de céramique surchauffés, presque vitrifiés, qui pourraient être les indices de l’utilisation de la fosse pour la cuisson des poteries.

52Le sol 8 est également souligné par une lentille d’argile jaune (base couche 8), qui se poursuit vers l’ouest par un niveau de nodules oranges.

53Le sol 7 comprend vers l’est une sole de foyer (sommet couche 8) et vers le nord-ouest un radier soutenant une sablière basse carbonisée. Il pourrait être en relation avec le sol 8 sous-jacent, attestant l’existence de deux phases d’occupation rapprochées dans le temps.

54Les sols 6 et 5 sont marqués par des lentilles de gravier, par de nombreux charbons et par de gros tessons, auxquels s’ajoutent des nodules d’argile cuite, pour le sol 6, et des esquilles osseuses brûlées, pour le sol 5.

Données micromorphologiques

55Les dépôts séparant les différents niveaux de sols (fig. 43) sont quelque peu différents à la base et au sommet de la formation. Dans la partie inférieure, ce sont des limons gris à charbons, plus ou moins riches en nodules argileux et en cailloux. Dans la partie sommitale, à la hauteur des couches 7 et 6, ce sont des limons bruns à brun-noir, plus ou moins caillouteux et charbonneux, contenant quelques nodules d’argile au‑dessus du sol 5. Cinq échantillons micromorphologiques apportent des données complémentaires sur ces différents dépôts (fig. 44 ; tabl. XLIII).

TABL. XLIII. Creys-Mépieu / Saint-Alban. Description micromorphologique des couches échantillonnées dans la formation 3.

Couche

Description micromorphologique

6-7
µ10, µ15 et
µ16

Hétérogène, microstructure polyédrique, grumeleuse ou spongieuse, localement lenticulaire (base de µ10) ; porosité plus ou moins importante, avec cavités d’entassement lâche à dense, chenaux biologiques, anciens et subactuels, fractures ; agrégation importante, avec agrégats subanguleux à subarrondis, millimétriques à centimétriques, et striotubules de vers ; squelette sablo-limoneux abondant (30 %), avec grains arrondis à subanguleux, à distribution porphyrique irrégulière, dense à lâche (quartz, quartzite, silex, feldspath, calcaire, mica, amphiboles, quelques grains de glauconie, rares cailloux et graviers calcaires) ; matrice limono-argileuse, brune à grise, plus ou moins riche en débris végétaux ou en particules micritiques ; nombreux charbons ; tessons ; assez fréquentes esquilles osseuses brûlées et altérées (oxydations et cavités de dissolution) ; nombreux phytolithes (en baguettes à bords rectilignes ou onduleux, dendriformes, arrondies, coniques, en épines ou trapézoïdales) ; rares résidus siliceux vacuolaires ; quelques agrégats cendreux ; agrégats poreux brun-rouille et brun rougeâtre en lumière polarisée analysée (scorie métallique ?) ; quelques nodules micritiques, gris-jaune à brun grisâtre, plus ou moins altérés, avec quartz, micas et feldspaths ; nodules argileux, jaune-orange à brun rougeâtre, avec quartz, feldspath et carbonate ; quelques agrégats argilo-humiques brunâtres ; revêtements argilo-limoneux, brun-jaune à brun-gris, plus ou moins lités et plus ou moins riches en particules végétales ou micritiques.

13
µ24

Plusieurs sous-couches avec, de haut en bas :
– 13a : lentille cendreuse ; limon brun-gris clair, riche en cristaux micritiques, en charbons, en phytolithes, et comprenant quelques cristaux rhomboédriques de calcite ;
– 13b lentille argileuse ; limite supérieure localement nette, bioturbée ailleurs, porosité faible avec quelques vésicules ; squelette limono-sableux (< 400 µm), à grains anguleux à arrondis (quartz mono- ou polycristallin, feldspath, quelques grains de mica), à distribution porphyrique ouverte à fermée ; matrice argileuse, abondante, jaune-orange à brun-rouge, à assemblage de réticulé à granostrié, rouge-orange ;
– 13c : lentille cendreuse ; 1 mm d’épaisseur, partiellement démantelée, grise à gris-jaune, riche en cendres micritiques avec cristaux prismatiques de calcite et de nombreux phytolithes ; quelques agrégats type 13b ou 13c ;
– 13d : lentille limono-argileuse ; 2 cm d’épaisseur, limite supérieure nette à bioturbée, dense, porosité d’entassement plus importante vers la base ; squelette sablo-limoneux (< 400 µm), comparable à celui de 13a, moins bien trié, avec plus de grains calcaires, quelques quartz à bords fondus ; matrice limono-argileuse, orangée, riche en micrite, en phytolithes épars, parfois fondus en amas siliceux vacuolaires, en cristaux cendreux, épars ou en agrégats ; quelques agrégats argileux rouge (type 18a) ; revêtements argilo-limoneux jaune à brun-jaune, microlités (± 100 µm).

14
(est)
µ24

– 14a : lentille brun rougeâtre : 1 à 2 cm d’épaisseur, limite supérieure diffuse, hétérogène ; grumeleuse à spongieuse ; porosité moyenne, biologique et d’entassement ; squelette abondant et mal trié, quelques petits graviers calcaires ; matrice argileuse brunâtre, pauvre en micrite, avec nombreux microcharbons ; nodules d’argile jaune et rouge ; quelques tessons ; nombreux charbons ; quelques os altérés ; revêtements brun-jaune à brunâtres ;
– 14b : lentille noirâtre : 1 cm d’épaisseur ; agrégation biologique très importante ; squelette limoneux moyennement abondant (quartz, feldspath, mica, carbonate) ; très nombreux résidus végétaux, brun jaunâtre, rougeâtres ou noirs, dont des fragments de bois ; quelques phytolithes ; rares diatomées ; quelques cristaux micritiques ;
– 14c : limon brun-jaune : limite supérieure nette ou bioturbée ; hétérogène ; microstructure spongieuse ; porosité d’entassement et biologique, plus importante vers la base ; agrégation biologique importante ; abondant squelette sablo-limoneux (< 400 µm ; quartz, feldspath, calcaire, mica) à distribution irrégulière (plages de sable limoneux) ; abondante matrice limono-argileuse à micritique, brun-jaune, riche en phytolithes, éparses ou regroupées, et en microcharbons ; quelques agrégats cendro-charbonneux ; quelques nodules argilo-micritiques orangés à phytolithes (type 13d) ; quelques tessons ; revêtements argilo-limoneux brun-jaune, poussiéreux, microlités.

15
µ24

Argile limoneuse jaune : limite supérieure nette à diffuse ; microstructure spongieuse ; porosité d’entassement et chenaux biologiques, plus ou moins fermés secondairement ; porosité et agrégation plus faibles dans les zones non bioturbées ; squelette limoneux abondant (quartz, feldspath, mica), à distribution porphyrique régulière ou concentré en plages lavées ; matrice argileuse jaune abondante riche en micrite, phytolithes et microcharbons ; quelques gros charbons ; quelques agrégats cendro-charbonneux et quelques tessons sertis dans la masse.

14
(ouest)
µ18

Limon brun-jaune : hétérogène, comparable à la couche 14 ; microstructure grumeleuse à spongieuse ; porosité importante (chenaux et chambres biologiques, plus ou moins fermées secondairement, vésicules, cavités d’entassement, fractures) ; agrégation importante (agrégats polyédriques subanguleux), quelques agrégats arrondis biologiques ; squelette rare, de sable et limon, arrondi à anguleux (quartz, feldspath, calcaire et silex), à distribution irrégulière, porphyrique ou en plages ; quelques quartz fondus ; matrice argilo-carbonatée, brun-jaune, imprégnée de matière organique amorphe et très riche en particules végétales brun-rouge ou noires ; charbons épars ; graine carbonisée ; tessons ; nodules argileux, brun-jaune à oranges, subanguleux à arrondis, à squelette sablo-limoneux (< 100 µm), moyennement abondant, de quartz, feldspath et carbonate ; nodules micritiques à sable fin et limon, de quartz, feldspath, mica et carbonate (type couche 3a) ; nombreux phytolithes (rectangulaires, prismatiques, triangulaires, dendriformes, trapézoïdaux ou en gouttelettes) ; amas de cendres carbonatées (cristaux rhomboédriques, brunâtres à blancs) ; revêtements argileux à argilo-limoneux brun-jaune.

18
(ouest)
µ18

Superposition de plusieurs lits millimétriques à centimétriques, plus ou moins remaniés par l’activité biologique, dominés selon les cas par une composante argileuse ou par un limon brun riche en résidus de combustion. De haut en bas :
– 18a : lentille argileuse de 7 mm d’épaisseur ; limite supérieure localement soulignée par un revêtement d’argile poussiéreuse brun-jaune, litée ; abondant squelette de sable limoneux (< 400 µm, 30-40 %), à distribution porphyrique irrégulière, (quartz, feldspath et mica) ; matrice argileuse, dense, rouge-orange à brun rougeâtre, très biréfringente ;
– 18b : limon cendreux au sommet, brunâtre, plus charbonneux en dessous ; 8 mm d’épaisseur ; fortement remanié par l’activité biologique, localement lité ; squelette sablo-limoneux (quartz, feldspath, mica, calcaire, < 500 µm) ; matrice argileuse riche en micrite, charbons, phytolithes en forme de poire, de trapèze ou de rectangle ; quelques os ; un agrégat siliceux vacuolaire ; agrégats brun-jaune intégrés par l’activité biologique ; revêtements argileux à limoneux, poussiéreux, brunâtres (50-100 µm) ;
– 18c : lentille argileuse brun-rouge à brunâtre ; 5 mm d’épaisseur, discontinue, limite supérieure nette, squelette sablo-limoneux (50-350 µm ; quartz, feldspath, mica ; 20-30 %) ; matrice argileuse à motif de biréfringence unistrié ;
– 18d : limon brunâtre, cendreux à charbonneux ; 6 mm ; comparable à 18b ;
– 18e : lentille argileuse brun-rouge ; 1 cm d’épaisseur ; comparable à 18a et c ; plus ou moins vitrifiée ; litée, avec passée médiane plus fine ;
– 18f : limon brunâtre ; 1,5 cm d’épaisseur ; plus cendreux au sommet et à la base, plus charbonneux au milieu ; grumeleux à spongieux ; porosité et agrégation biologiques importantes ; squelette sablo-limoneux abondant ; matrice argilo-limoneuse brun rougeâtre, riche en charbons, ou micritique avec microcharbons et phytolithes en baguette ou dendriformes ;
– 18g : lentille argileuse jaune-orange ; 5 à 10 mm d’épaisseur, dense, partiellement remaniée par l’activité biologique ; squelette comparable aux autres unités argileuses, avec quartz, feldspath et mica < 350 µm ; matrice argileuse à motif de biréfringence réticulé ;
– 18h : limons cendro-charbonneux ; 1 à 2 cm d’épaisseur ; limite supérieure nette à diffuse ; microstructure lenticulaire modérément bioturbée ; squelette sablo-limoneux abondant ; matrice micritique, plus argileuse au sommet ; nombreux charbons, fibres végétales brunifiées et phytolithes d’herbacées, à disposition subhorizontale ; agrégats siliceux vacuolaires.

56Sur la paroi ouest du sondage, entre les deux sols d’occupation 12 et 11, les couches compactées 18 à 15 se révèlent formées par la superposition de huit lentilles, de 5 à 15 mm d’épaisseur. Des lentilles argileuses, massives, jaune-orange ou brun-rougeâtre, à squelette sablo-limoneux de quartz, feldspath et mica, alternent avec des lentilles limoneuses brunes, riches en cendres et en charbons. Ces différentes lentilles sont appelées 18h à 18a, bien qu’elles puissent également correspondre aux couches 16 ou 15 de la paroi est (fig. 45).

FIG. 45. Creys-Mépieu / Saint-Alban. Faciès sédimentaire et corrélation stratigraphique.

FIG. 45. Creys-Mépieu / Saint-Alban. Faciès sédimentaire et corrélation stratigraphique.

57Dans les quatre lentilles argileuses, 18g, 18e, 18c et 18a, la granulométrie très différente du squelette et de la matrice, la minéralogie et la distribution porphyrique des grains, la compacité et la limite supérieure le plus souvent assez nette, impliquent une mise en place intentionnelle. Ces lentilles d’argile sont donc interprétées comme des revêtements de sol, aménagés par les occupants. Comme pour les aménagements vus précédemment, les alluvions rhodaniennes constituent la source probable des matériaux de construction. La rubéfaction de ces lentilles paraît résulter de l’allumage de foyers à leur sommet, dont témoigneraient les résidus cendro-charbonneux observés dans les lentilles brunâtres interstratifiées.

58Ces lentilles de limons brunâtres, intercalées entre les sols d’argile, sont caractérisées par un mélange de cendres, de charbons, de phytolithes et de particules détritiques, associés dans certains cas à quelques esquilles osseuses (18b). Fortement remaniées par l’activité biologique, certaines de ces lentilles montrent une structure litée primaire, évoquant une accumulation progressive des déchets sur le sol (18h et 18b ; pl. K2). Ces lentilles brunâtres, plus ou moins litées, riches en résidus de combustion et en fines particules détritiques sont en conséquence interprétées comme des couches d’occupation, partiellement remaniées par l’activité biologique. Cette interprétation comme couche d’occupation laisse à penser que les épisodes de combustion à l’origine de la rubéfaction des revêtements d’argile ne sont qu’occasionnels.

59L’alternance de placages argileux et de couches d’occupation évoque l’aménagement de plusieurs sols d’habitat ou le rechapage d’un même sol. L’importance des remaniements biologiques qui affectent les couches d’occupation semble témoigner de l’existence de périodes d’abandon, allant dans le sens de la première hypothèse. Dans ce cas, la superposition des lentilles 18h à 18a marquerait l’existence de quatre phases d’occupation successives. La très faible épaisseur des couches d’occupation et l’absence de dépôt illustrant l’effondrement de murs en terre indiqueraient que ces phases d’occupation ont été assez rapprochées dans le temps. Pour défendre la seconde hypothèse, on peut envisager que le développement de l’activité biologique s’est effectué, soit au cours de l’occupation, soit bien postérieurement à celle-ci. Les remaniements biologiques ne seraient plus alors des témoins d’abandon et les différents placages d’argile correspondraient à l’entretien plus ou moins régulier du sol au cours de l’occupation.

60À l’est du sondage, la couche 15 est caractérisée par une composition comparable à celles des chapes d’argile rouge qui viennent d’être décrites. Au sommet et dans les secteurs non perturbés par l’activité biologique, la limite supérieure nette du dépôt évoque un revêtement de sol (pl. K4). Dans le corps de la couche, des vides biologiques, la distribution irrégulière du squelette sablo-limoneux et l’intégration d’agrégats cendro-charbonneux, de phytolithes et de tessons, témoignent de remaniements postsédimentaires qui pourraient avoir conduit au mélange de plusieurs revêtements de sols et de couches d’occupation. De teinte jaune, cette accumulation n’a manifestement pas subi de combustion, ce qui peut expliquer son remaniement secondaire plus important, à la différence des lentilles 18, fossilisées par la combustion.

61Les lentilles d’argile jaune ou rubéfiée, comprises dans les couches 18 à 15, semblent ainsi correspondre à plusieurs revêtements de sols, séparés par des couches d’occupation plus ou moins importantes et remaniées par l’activité biologique. Ces revêtements de sol successifs paraissent traduire l’entretien d’une même structure d’habitation dans le cadre d’une occupation continue ou ponctuée de courtes périodes d’abandon.

62Le creusement ultérieur de la fosse, comblée par la couche 17, semble marquer une nouvelle étape dans l’aménagement et l’occupation de cette partie du site.

63Au-dessus, la couche 14 de la paroi est comprend trois lentilles superposées. À la base, la lentille 14c apparaît comme la conséquence du mélange, en partie par la microfaune du sol, des argiles jaunes de la couche 15 avec des résidus cendro-charbonneux et des phytolithes. Ces phytolithes, nombreux dans la matrice du dépôt, sont parfois incorporés dans des nodules argilo-carbonatés, que l’on peut en conséquence interpréter comme des fragments de torchis. De très nombreux résidus végétaux plus ou moins décomposés, dont des fragments de bois et quelques phytolithes, associés à quelques grains limoneux, composent la lentille 14b, très affectée par l’agrégation biologique (pl. K4).

64La prédominance des résidus végétaux indique un apport sélectif, pouvant correspondre à un aménagement ou à un stockage. Dans la lentille 14a sus-jacente, l’activité biologique est moins marquée, mais la diversité des apports détritiques et anthropiques augmente, avec des sables et des graviers, des nodules d’argile, des microcharbons, quelques esquilles osseuses et quelques fragments de poterie. De par sa composition et sa microstructure, la lentille 14a semble correspondre à une couche d’occupation formée par les déchets d’activités humaines. Le litage de la couche 14 s’explique probablement par l’aménagement, peu de temps après, de la sole de foyer sus-jacente (couche 13).

65Sur la paroi ouest, la couche 14, non litée et au contraire caractérisée par une composition et une structure hétérogènes, évoque le mélange de différents apports anthropiques. Elle apparaît en ce sens quelque peu similaire à la lentille 14a, décrite à l’est. Des nodules sableux, argileux ou carbonatés, arrondis à anguleux, proviennent probablement du démantèlement d’aménagements anthropiques. Des charbons et des cendres carbonatées sont issus de foyers, de même peut-être que les quelques grains de quartz partiellement fondus. Des tissus brunifiés et des phytolithes sont les indices de la décomposition d’apports végétaux. Le squelette minéral est en revanche assez peu représenté et irrégulièrement réparti dans la masse. L’activité biologique est en partie responsable de ce mélange, ainsi qu’en témoignent quelques déjections de lombrics. La présence de constituants selon les cas plus typiques de la couche 15 ou des lentilles 14c et 14b, pourrait signifier le mélange de ces différentes couches. La fermeture partielle des vides biologiques s’explique par le niveau de circulation sus-jacent (sol 10).

66Les mélanges et l’activité biologique qui caractérisent dans son ensemble la couche 14, évoquent une couche d’occupation partiellement remaniée par l’activité biologique pendant une période d’abandon. Si des fragments de torchis témoignent de la dégradation d’aménagements anthropiques, la faible représentation générale des éléments détritiques, sableux ou caillouteux, ne permet pas d’envisager l’hypothèse du démantèlement de murs d’habitation. La conservation d’un litage sur la paroi est, probablement liée à l’aménagement de la sole sus-jacente (couche 13), indiquerait au contraire un retour assez rapide des occupants.

67Sur la paroi est, la sole de foyer appartenant à la couche 13, est subdivisée en quatre lentilles superposées. À la base, la lentille 13d, limono-argileuse, renferme des cendres de bois et d’herbacées et un squelette limono-sableux moyennement trié, comprenant des grains calcaires et des quartz fondus (pl. L1, H5). Au-dessus, la lentille 13c correspond à une mince accumulation de cendres de bois et d’herbacées. La lentille 13b, argileuse, jaune-orange ou brun-rouge, à squelette limono-sableux d’alluvions, peut être assimilée aux précédents sols d’argiles cuites de la couche 18. Enfin la lentille 13a apparaît comme une nouvelle accumulation de cendres de bois et d’herbacées. La présence de lentilles argilo-limoneuses, cuites par des foyers sus-jacents, dont témoignent les lentilles cendreuses 13c et 13a, indique le rechapage répété de la sole de foyer. Les températures de combustion sont assez élevées, au moins supérieures à 600 °C, puisqu’elles ont entraîné la fusion des phytolithes et des grains de quartz.

68Au sommet de la formation 3, les couches 7 et 6 sont formées d’un abondant squelette sablo-limoneux, en grande partie d’origine alluviale, pris dans une matrice limono-argileuse, riche en résidus végétaux et en micrite. De nombreux charbons, des tessons, des esquilles d’os, des phytolithes de morphologies variées, des agrégats cendreux, des nodules argileux, jaune-orange ou brun-rougeâtre, et des agrégats argilo-humiques sont dispersés dans ces dépôts. De nombreux indices de remaniements biologiques expliquent, au moins en partie, le mélange de ces différents constituants et évoquent l’abandon du site. La structuration plus lenticulaire de la partie inférieure de l’échantillon 10 conforte cependant l’existence du sol de circulation 6, identifié en planimétrie. Le sol 5, normalement recoupé par la base de l’échantillon 15, n’a pas été reconnu. L’abondance des nodules d’argiles, des grains d’alluvions, des résidus végétaux et des phytolithes d’herbacées, semble indiquer la dégradation d’aménagements en torchis. L’importance des remaniements biologiques et l’épaisseur des dépôts peuvent s’expliquer par l’abandon et le démantèlement d’une ou plusieurs structures d’habitation. Les sols 6 et 5 qui s’intercalent dans ces couches de démolition témoignent de possibles reconstructions à l’écart du sondage SA5. Au moins deux constructions démantelées auraient ainsi servi d’assise aux niveaux de circulation 6 et 5, qui correspondraient eux-mêmes à d’autres structures d’habitation aménagées plus loin.

4.2.3.2 Synthèse des observations

69En conclusion, les différents dépôts de la formation 3 semblent témoigner de l’existence de plusieurs périodes d’occupation, accompagnées de différents aménagements et suivies d’abandons plus ou moins prolongés.

70La première période semble correspondre à la construction d’un bâtiment dont l’utilisation comprendrait trois phases. La première phase d’occupation correspondrait aux différents revêtements de sols et couches d’occupation observés à la hauteur des couches 18 à 15, entre les sols 12 et 11. Pendant cette première phase, le remaniement biologique des couches d’occupation pourrait signaler de courtes périodes d’abandon, mais aucun dépôt ne permet de supposer la destruction de murs en terre. Cette absence de dépôt de démolition indique, soit l’absence de murs, soit la perduration d’une éventuelle structure en élévation, soit encore l’évacuation ou la réutilisation des déblais. La seconde hypothèse paraît la plus à même d’expliquer la bonne conservation des différents revêtements de sol et couches d’occupation. Une deuxième phase paraît traduire un changement d’activité ou d’organisation de l’espace intérieur, avec l’ouverture d’une fosse de cuisson (couche 17) et la mise en place de la couche d’occupation 14. Comme précédemment, aucun dépôt ne permet d’envisager l’hypothèse de l’abandon prolongé ou de la destruction ultérieure d’un bâtiment. La troisième phase est marquée par de nouveaux revêtements de sols argileux, surmontés de foyers dans la partie orientale du sondage (couche 13). La démolition de ce premier bâtiment paraît être à l’origine de la couche 12, formée de limons argileux à ou sableux bruns, à charbons, nodules d’argiles et cailloux.

71La suite des occupations, associée à une seconde période, est soulignée par les placages argileux de la couche 11 et par une possible fosse de cuisson des poteries (couche 10a). Les couches 9 et 10b, limono-argileuses, brunes ou brun-noir, riches en charbons et en nodules d’argile, semblent être liées au fonctionnement de cette fosse. Plutôt significative a priori de l’existence d’un espace extérieur, la présence de cette éventuelle fosse de potier était probablement accompagnée d’une structure d’habitation un peu plus loin.

72Pour ce qui concerne la troisième période, les lentilles et les nodules d’argile jaune ou rubéfiée de la couche 8 sus-jacente paraissent témoigner de l’existence de nouveaux aménagements au sol, peut-être accompagnés d’un nouveau bâtiment. Un abandon prolongé du secteur, accompagné de la destruction des aménagements humains, explique probablement la formation des couches 7 et 6 sus-jacentes, limoneuses, brun-noir, à cailloux, charbons et nodules d’argile. Les sols de circulation 6 et 5, intercalés dans ces couches de destruction, indiquent cependant que l’occupation perdure ailleurs sur le site, probablement accompagnée de nouvelles constructions à l’écart du sondage SA5.

73Ces trois périodes d’occupation principales permettent d’expliquer la stratification des dépôts associés au Bronze final IIIb, dans le sondage SA5. La première et la troisième correspondraient à deux structures d’habitation (couches 18 à 15 et 8), la seconde à une aire extérieure éventuellement destinée à la fabrication de poteries (couches 10 et 9). L’hypothèse de deux autres phases d’aménagement plus tardives est suggérée par les niveaux de sols 6 et 5, individualisés dans les dépôts d’abandon sus-jacents. La durée de mise en place de ces différents dépôts, estimée à une centaine d’années par la chronotypologie, indique une fréquentation intense et sans doute quasi permanente du site. Les cinq bâtiments qui semblent avoir été construits auraient une durée d’utilisation moyenne de vingt ans. On peut supposer, outre la pratique d’activités liées au bâtiment, celle de la poterie – comme le suggère une probable fosse de cuisson –, et celle de l’agriculture du fait des nombreux phytolithes dendriformes dispersés dans les dépôts.

4.2.4 Le Hallstatt ancien

4.2.4.1 Description de la formation 4

74La formation 4 concerne les couches 5 à 1 (fig. 43), associées aux occupations du début du Hallstatt ancien. Deux phases de construction semblent plus particulièrement marquées par les lentilles 5b, 5c et 3a, tandis que la raréfaction des témoins d’aménagements anthropiques dans les couches 2 et 1 paraît indiquer l’abandon ultérieur du site.

Données archéologiques

75L’analyse planimétrique révèle l’existence de quatre niveaux de sols successifs (fig. 44). Le sol 4 est souligné par une sole de foyer (5a), par une chape d’argile jaune, rubéfiée par le feu dans sa partie sommitale (5b), et par un niveau de sables fins jaunes (5c). Le sol 3 est individualisé au sommet de la sole 5a et correspond à la lentille 3c, formée de sables fins gris-jaune, recouvrant des galets calcaires et alpins, de 4 à 7 cm de diamètre, affectés par le feu. Ces galets brûlés peuvent représenter des pierres de chauffe ou être associés à la sole sous-jacente 5a. Le sol 2 repose sur la lentille 3b, correspondant à une sole de foyer argilo-sableuse, et sur la lentille 3a, argilo-sableuse, gris-jaune. Des récipients écrasés sur place et une boucharde soulignent par ailleurs ce niveau de sol. Le sol 1, à la transition des couches 2 et 1 sur la paroi ouest, est marqué par des poteries écrasées sur place et par un lambeau de sole argileuse brûlée, rouge-brique, vers la base de la couche 1, sur la paroi sud.

Données micromorphologiques

76L’étude micromorphologique (tabl. XLIV) concerne les différentes lentilles supposées correspondre à des niveaux construits et les dépôts sus-jacents, peut-être associés à une période d’abandon.

TABL. XLIV. Creys-Mépieu / Saint-Alban. Description micromorphologique des couches échantillonnées dans la formation 4.

Couche

Description micromorphologique

1
µ14

Brune avec quelques unités brunâtres argilo-humiques ; porosité et agrégation biologiques importantes, striotubules à sédiment charbonneux ou argilo-limoneux orangés ; microstructure grumeleuse, polyédrique à spongieuse ; squelette sablo-limoneux, avec éléments grossiers calcaires, quelques granules de gneiss et de quartzite, des grains de calcaire rubéfié, des fragments de calcite ; matrice brun-jaune, argileuse, riche en micrite et en particules végétales, matrice des agrégats argilo-humique riche en fragments végétaux et en phytolithes ; nombreux charbons ; plusieurs tessons et nodules argileux, jaunes, beiges, oranges, brun-rouge ou brunâtres, à squelette de quartz, feldspath, mica, opaques, calcaire, calcite et phytolithes, différemment représentés selon les cas, un fragment avec une extrémité fondue (cuisson différentielle) ; plusieurs esquilles d’os altérées ou brûlées ; phytolithes fréquents ; scories de verre ; nodules jaune citron poussiéreux, isotropes, avec ou sans squelette (matière organique) ; nodules carbonatés, revêtements argilo-limoneux, brun-jaune, microlités.

2
µ11 et µ8

Comparable à 1, avec quelques unités argilo-humiques brunâtres, riches en résidus végétaux, en grains micritiques et contenant d’assez fréquents phytolithes arrondis, en plaques à porosité vésiculaire ou dendriformes ; nombreuses unités brunes, argilo-carbonatées, à squelette sablo-limoneux, comprenant en plus des espèces minérales déjà citées, de la glauconie et de l’épidote ; un agrégat micritique à squelette de quartz, feldspath et amphiboles (comparable à la couche 3a) ; des agrégats de micrite très fine, de couleur crème (cendres ou chaux) ; des agrégats brun rougeâtre à structure lenticulaire, avec squelette sablo-limoneux et nombreux charbons (agrégats de sol piétiné) ; nodules subanguleux, brun orangé, à squelette sablo-limoneux ; revêtements argilo-limoneux brunâtres poussiéreux, peu épais ; manchons racinaires carbonatés remaniés ; une surface tassée à la base de l’échantillon (sol 2 ?).

3c
µet µ8

Grande homogénéité de structure et de texture ; localement remaniée par l’activité biologique ; porosité et agrégation faibles ; squelette formé essentiellement de quartz, de feldspath et de carbonate, distribués de façon irrégulière ; matrice micritique grise à fréquentes paillettes micacées ; revêtements limono-argileux brunâtres très peu développés.

3a
µ23

Subdivisée en trois sous-couches, à limites diffuses, localement remaniées par l’activité biologique :
– au sommet, sur 4 mm d’épaisseur, un dépôt sablo-limoneux, assez dense, avec grains anguleux à arrondis de feldspath, quartz, calcaire, mica, amphiboles, silex, à distribution porphyrique régulière, avec parfois orientation subhorizontale des grains ; matrice micritique à argileuse jaune, avec paillettes micacées ; quelques particules charbonneuses éparses ;
– en dessous, sur 5 à 6 mm d’épaisseur, un lit de composition identique mais contenant plus de particules grossières (nombreux grains de 400 à 800 µm) ; porosité cavitaire ou canaliculaire mieux exprimée ; revêtements d’argile limoneuse brun-jaune, microlités ;
– à la base, environ 4 mm de sédiment très fin, avec particules (< 100 µm) de quartz, feldspath, mica, carbonate, en entassement plus lâche (moins compacté). Pas d’orientation préférentielle des particules allongées ; lentilles oxydées ; manchons racinaires carbonatés à la base.

4
µ23

Brune, riche en charbons, avec agrégation et porosité biologiques bien développée ; squelette à distribution porphyrique irrégulière, avec quelques graviers et nombreux grains, arrondis à anguleux, de sable et de limon (calcaire oolithique, micritique ou sparitique, parfois rubéfié ou fondu, quartz mono- ou polycristallin, feldspath, mica, glauconie, amphiboles, zircon et divers minéraux lourds, rares fragments de silex) ; matrice limono-argileuse, hétérogène, grise, brune ou jaune, selon abondance de la micrite et des particules organiques ; nombreux fragments de tissus végétaux, brunâtres à noirs, spores, pollens ; assez fréquents phytolithes ; quelques diatomées ; scories de verre ; nodules jaune vif isotropes, contenant des particules végétales et micritiques (matière organique) ; os ; tessons argileux à argilo-carbonatés rouge-orange ; manchons racinaires carbonatés en place ou remaniés ; plages sablo-limoneuse lavées ; revêtements argilo-carbonatés, brunâtres, poussiéreux.

5a
µ8

Localement remaniée par l’activité biologique, ailleurs structure et texture homogène ; porosité et agrégation faibles ; deux sous-couches à transition diffuse :
– au sommet, squelette sablo-limoneux abondant, avec grains, arrondis à subanguleux, assez grossiers et assez bien triés (50-400 µm) à distribution porphyrique fermée, de quartz, feldspath, carbonate, mica, quelques amphiboles et minéraux lourds ; matrice argileuse avec paillettes micacées et grains micritiques plus ou moins nombreux ;
– à la base : squelette plus fin ; matrice plus abondante ; revêtements limono-argileux brunâtres très peu développés.

5c
µ23

Limite supérieure nette à diffuse ; nombreux grains grossiers au sommet (< 100 µm) ; grains plus fins et matrice carbonatée mieux représentée au milieu ; grains à nouveau plus grossiers à la base ; revêtements argilo-carbonatés, brun-jaune, lités à la base des vides, plus nombreux au sommet de la couche ; chenaux racinaires avec manchons carbonatés.

77À la base, la couche sableuse 5c, jaune ou gris-jaune, apparaît légèrement stratifiée avec la superposition de trois passées sablo-limoneuses, plus ou moins grossières, à grains sertis dans une matrice argileuse carbonatée, plus abondante dans la passée médiane, à squelette plus fin. Des revêtements argilo-carbonatés, microlités, tapissent la paroi des vides et sont plus fréquents au sommet de la couche. Cette dernière apparaît traversée secondairement par plusieurs chenaux racinaires à manchons carbonatés. La morphologie et la minéralogie des grains sablo-limoneux sont caractéristiques des alluvions rhodaniennes. La granulométrie très différente du squelette et de la matrice, la distribution porphyrique des grains, la compacité, et enfin la limite supérieure nette du dépôt attestent son origine anthropique (pl. L3). Le litage de la couche, avec un squelette alternativement grossier et fin, peut être attribué soit à la superposition de plusieurs apports d’alluvions, soit plus probablement à la redistribution des particules lors de la mise en place du dépôt à l’état humide.

78Sans doute contemporaine ou immédiatement postérieure, la couche 5a, interprétée comme sole de foyer, se caractérise par un squelette minéral comparable à 5c, également différemment réparti en passées tantôt fines tantôt grossières et associé à une matrice argileuse plus ou moins abondante (pl. L4). Les perturbations biologiques y sont moins importantes, en conséquence probable de l’induration engendrée par la combustion. La parenté de texture et de structure qui lie cette lentille rubéfiée à la couche 5c non rubéfiée, semble traduire une mise en place commune des deux couches en un vaste sol tantôt sablo-limoneux tantôt limono-argileux, rubéfié secondairement à l’emplacement du foyer. Plusieurs rechapages, comparables à ceux observés dans la sole de la couche 13, expliquent sans doute l’épaississement de cette sole, tandis que les apports sablo-limoneux adjacents non brûlés auraient été plus facilement dégradés.

79Au-dessus de 5c ou autour de 5a, la couche 4 apparaît très affectée par les remaniements biologiques (pl. L3). Elle montre un squelette limoneux ou graveleux, formé d’alluvions et de fragments calcaires, dispersés dans une matrice limono-argileuse de teinte grise, brune ou jaune, selon sa teneur en micrite et en résidus végétaux décomposés. De nombreux fragments végétaux, des phytolithes, des tessons, des esquilles d’os et des nodules sablo-limoneux sont présents, parfois affectés par des processus de combustion (quartz fondu, scories de verre…). Des revêtements argilo-carbonatés et des manchons racinaires témoignent de la mise en place de processus pédologiques secondaires. L’abondance des témoins de combustion, végétaux, animaux ou minéraux, et les fragments de céramique attestent l’origine essentiellement anthropique de la couche 4. Les nombreux grains sableux et limoneux d’origine alluviale, plus ou moins dispersés dans la couche, proviennent sans doute de la destruction d’aménagements comparables à ceux de la couche 5c. Malgré l’abondance des apports anthropiques, l’absence d’organisation microstratifiée ne permet pas de définir la couche 4 comme une couche d’habitat, formée par accumulation progressive des déchets d’occupation sur le sol. Ce défaut de structuration anthropique est cependant plus probablement lié au développement de l’activité biologique après l’abandon du site.

80Plus haut, la lentille 3a est comparable aux couches 5b et 5c par sa composition et sa distribution granulométrique en passées plus ou moins grossières (pl. L5). Comme dans les couches précédentes, ce litage peut traduire une redistribution des particules au moment de la mise en place ou plusieurs apports sablo-limoneux superposés. L’absence de constituant anthropique interstratifié conduit à privilégier la première hypothèse. La lentille sablo-limoneuse 3c, apparemment légèrement antérieure à 3a, relève du même mode de mise en place, mais apparaît moins épaisse et non litée.

81Les couches 2 et 1 se différencient des couches sous-jacentes par une altération plus importante des constituants carbonatés, par une augmentation des agrégats argilo-humiques et par un remaniement biologique plus intense, indiquant le développement des processus pédologiques. La limite établie sur le terrain entre ces deux couches est peu perceptible au microscope et semble résulter d’une horizonation pédologique graduelle, avec des processus de décarbonatation et de brunification, de moins en moins conséquents vers la profondeur. Comme dans les couches encaissantes, divers artefacts témoignent de l’origine anthropique d’au moins une partie des constituants. C’est le cas notamment des nombreux nodules argileux à sableux, jaunes ou rouges, comparables aux sols construits des couches 3 et 5. Les sables et les limons d’origine alluviale, qui constituent le squelette de ces agrégats mais aussi l’essentiel du squelette des couches 2 et 1, confirment l’exploitation des alluvions rhodaniennes pour l’aménagement du site. Quelques agrégats cendreux, dispersés dans ces dépôts, peuvent provenir du remaniement de foyers ou de l’incendie de structures en bois. L’importance des remaniements biologiques subis par les dépôts ne permet pas de retrouver les sols de circulation repérés par l’étude planimétrique. Seuls quelques agrégats organo-détritiques à structure lenticulaire, dispersés dans la couche 2, témoignent de l’existence de ces anciens niveaux d’occupation.

4.2.4.2 Synthèse des observations

82En définitive, les différentes lentilles sableuses ou argileuses, rubéfiées ou non, de la base de la formation 4, semblent témoigner d’aménagements répétés du sol, consistant en une sorte d’enduit, déposé à l’état humide et lissé. Ces revêtements de sol sont mieux conservés à la hauteur des foyers qui ont entraîné leur cuisson, mais étaient probablement plus largement étendus à l’origine. La localisation, la composition et la structure comparables de ces différents revêtements de sol soulignent la constance des techniques architecturales et évoquent l’occupation continue du site par un même groupe humain, probablement dans une même structure d’habitation. À l’inverse, l’interstratification de la couche 4, assimilable à une couche d’occupation humaine bioturbée, laisserait penser qu’il s’agit d’une occupation discontinue, avec deux phases d’aménagement (couches 5c et 3a) séparées par une période d’abandon (couche 4). Comme dans le cas de la couche 18 de la formation 3, on peut envisager que l’activité biologique s’est développée pendant une période d’occupation continue ou au terme de celle-ci, entre les différentes chapes d’argile. L’hypothèse de la poursuite de l’occupation du site, avec probablement une nouvelle construction à l’écart du sondage SA5, est suggérée par le sol 1, identifié en planimétrie. Son abandon ultérieur est à l’origine des remaniements biologiques qui ont engendré les faciès des couches 2 et 1. Des phytolithes dendriformes semblent toujours témoigner de pratiques agricoles.

4.3 Faciès sédimentaires et modalités d’occupation

83Les dépôts traversés par le sondage SA5 résultent essentiellement de processus sédimentaires liés à l’aménagement et à l’occupation du site, et de processus postsédimentaires témoignant de la démolition de ces aménagements, voire de l’abandon du site (fig. 46). Comme pour les sites précédents du Gardon et de Montou, on peut tenter d’établir une classification regroupant d’une part les faciès directement issus de la présence humaine, d’autre part ceux qui caractérisent plutôt l’abandon. Plus que dans le cas des sites du Gardon et de Montou, pour lesquels l’analyse planimétrique n’est pas entièrement terminée, les faciès sédimentaires observés à Saint-Alban sont ici discutés en étroite confrontation avec les résultats de l’étude archéologique. Outre le fait qu’elle aboutit à différents scénarios d’occupation possibles, cette confrontation permet de discuter la signification des traits micromorphologiques en regard des interprétations archéologiques. Dans tous les cas, la vision partielle des dépôts, liée à la surface restreinte du sondage, oblige à une certaine réserve quant aux interprétations proposées.

FIG. 46. Creys-Mépieu / Saint-Alban. Phases d’occupation et d’abandon identifiées dans le sondage SA5.

FIG. 46. Creys-Mépieu / Saint-Alban. Phases d’occupation et d’abandon identifiées dans le sondage SA5.

4.3.1 Microfaciès sédimentaires anthropiques

84Pour faciliter les comparaisons avec les sites du Gardon et de Montou, les faciès sédimentaires anthropiques de Saint-Alban sont classés et discutés selon un plan comparable à celui des chapitres précédents. Certaines catégories de faciès différenciées au Gardon ou à Montou ne se retrouvent pas cependant à Saint-Alban, dont les particularités sédimentologiques conduisent en revanche à la définition d’autres faciès sédimentaires.

4.3.1.1 Sols construits

85L’étude planimétrique conduit à l’individualisation de plusieurs aménagements de sols probables. Il s’agit selon les cas, d’empierrements (sol 1, couche 24 de la paroi est, et sol 20), d’épandages de gravillons (sols 1, 5 et 6), de niveaux sableux (couches 3a, 5c et 25), de placages plus argileux, crus (couches 8, 20 et 25base) ou cuits (couches 15 à 18), et enfin d’épandages cendreux (couche 31). Hormis en ce qui concerne les empierrements, une réserve est émise par l’archéologue quant à l’interprétation de ces différents dépôts comme réels aménagements ou comme possibles épandages fortuits liés aux activités humaines. Pour les exemples étudiés en lames minces, l’analyse micromorphologique permet généralement de lever cette incertitude et conduit également à préciser ou discuter certaines interprétations archéologiques.

86En lame mince, les sols construits par l’homme sont bien caractérisés par des mélanges compacts de sable, de limon et d’argile, manifestement déposés à l’état humide, puis lissés. La microstructure, la composition minéralogique, la granulométrie et la distribution relative des particules apparaissent ainsi comme des critères discriminants des aménagements de sol. Parmi ces sols construits se trouvent, comme envisagé par l’archéologie, les placages argileux ou sableux des couches 18 à 15 et des couches 5c et 3a, auxquels on est tenté d’associer les couches 13, 5a et 3b, interprétées en planimétrie comme soles de foyers. Dans ces différents dépôts, argileux ou finement sableux, la morphologie et la minéralogie des grains trahissent l’exploitation d’alluvions rhodaniennes. La granulométrie peut varier légèrement, mais moins semble-t-il que la teinte des dépôts, qui apparaît directement liée à l’allumage ou non de foyers à leur sommet.

87Dans les couches 18 à 13, la superposition de plusieurs revêtements argileux évoque de multiples rechapages du sol par un même groupe d’occupants. La présence de lentilles cendro-charbonneuses ou cendreuses, sur certaines de ces chapes d’argiles, indique que l’on a pratiqué des activités de combustion à leur sommet. Ces activités de combustion sont clairement liées à l’aménagement d’un foyer dans le cas de la couche 13, peut-être plus anecdotiques dans le cas des lentilles de la couche 18. En revanche la couche 15, de même texture mais de teinte jaune, paraît n’avoir supporté aucun foyer. La cuisson, mais aussi la superposition rapide des différentes lentilles individualisées dans les couches 18 à 13, expliquent leur bonne conservation. Le degré de cuisson variable des différents revêtements de sol révèle le déplacement des foyers au cours de trois phases d’occupation successives (cf. § 4.2.3).

88Les revêtements de sols 5c, 5a et 3a, tantôt argileux tantôt sableux fins, témoignent également d’une sélection précise des matériaux de construction et de la réfection régulière du sol d’occupation. Comme décrit précédemment, ces revêtements argilo-sableux n’apparaissent pas systématiquement affectés par une combustion, et semblent avoir été mieux conservés lorsqu’ils ont été cuits par des foyers sus-jacents. Cette conservation différentielle pourrait dans certains cas expliquer la genèse des soles de foyers, qui correspondraient alors simplement à des lambeaux de sols, à l’origine plus étendus.

89Concernant les épandages sableux de la couche 25, les faciès observés sur la paroi ouest ne permettent pas de rendre absolument certaine leur interprétation comme aménagements de sol. L’hétérogénéité du dépôt et l’absence de lentille bien individualisée, comme dans le cas des couches 18 à 13 ou 5c à 3a, conduit plutôt à supposer le mélange de différents apports anthropiques, parmi lesquels de nombreux fragments de construction. En revanche, le sol de circulation 16, identifié en planimétrie, est marqué en lame mince par une porosité plus faible dans la couche 25, immédiatement sous-jacente, que dans les dépôts plus profonds. Cette réduction de la porosité est la conséquence probable d’un tassement sous l’effet des allées et venues des habitants. La présence de ce niveau de circulation sur un dépôt riche en fragments de construction peut indiquer, soit qu’il s’agit d’un revêtement de sol plus fragile et plus facilement érodé que ceux des couches 18 à 13 ou 5c à 3a, soit que l’on a affaire à une dégradation ultérieure plus importante de ce revêtement de sol, soit encore qu’il s’est formé sur les déblais d’une précédente construction. Dans la partie orientale du sondage, la meilleure préservation d’une lentille argileuse rubéfiée, à la base de la couche 25, pourrait traduire une fossilisation différentielle liée à la combustion. La présence d’un mur éventuel vers le milieu du sondage (cf. § 4.2.2) peut également expliquer les différences de faciès observées entre l’est et l’ouest du sondage, avec des aménagements significatifs de l’existence d’un espace intérieur à l’est, et un espace extérieur moins bien aménagé à l’ouest.

90En dehors des empierrements et des placages argileux ou sableux, les autres niveaux de sols identifiés en planimétrie ne semblent pas être liés à des aménagements particuliers. Pour les cas étudiés en lame mince, on peut différencier des sols simplement compactés sous l’effet de la circulation humaine, et de véritables couches d’occupation, issues de la surélévation progressive du sol sous l’effet de la sédimentation anthropique.

4.3.1.2 Couches d’occupation

91Parmi les couches d’occupation supposées se trouvent les couches 32 à 30a du Bronze final IIIa, formées essentiellement par l’entassement dense de fins résidus végétaux plus ou moins décomposés ou brûlés (cf. § 4.2.1). Dans ces couches, la prédominance des constituants végétaux semble traduire l’existence d’une activité spécifique ou d’un espace intérieur protégé des apports détritiques. La présence de murs ou le balayage régulier du sol peuvent expliquer la rareté des particules grossières et la concentration préférentielle d’éléments fins. Les épandages cendro-charbonneux interstratifiés dans ces dépôts résulteraient alors d’apports anthropiques simplement mieux marqués. Au sommet, à la hauteur de la couche 30a, des accumulations de phytolithes en connexion, également pauvres en éléments détritiques, pourraient attester le paillage du sol ou le stockage de récoltes agricoles. D’un point de vue archéologique cependant, ces dépôts sont plutôt considérés comme des horizons de démolition, recouvrant et protégeant les sols d’occupation 20 et 19. Les nombreuses pierres calcaires de 5 à 25 cm de diamètre dégagées par la fouille, semblent constituer les témoins les plus résistants de ces constructions. Les multiples résidus végétaux observés au microscope résulteraient alors de la dégradation ou de l’incendie de cloisons, de planchers ou de toits, de bois et de paille. Les litages observés dans les couches 32 à 30a seraient dans ce cas hérités des éléments d’architecture effondrés.

92Les lentilles 18h, 18f, 18d et 18b, différenciées sur la paroi ouest, sous les revêtements de sol argileux décrits plus haut, sont également considérées comme des couches d’occupation, issues de l’accumulation progressive de déchets anthropiques sur le sol. Comme précédemment, elles se caractérisent par de très nombreux résidus cendro-charbonneux, mais aussi par une porosité et un squelette sablo-limoneux plus importants que dans les couches 32 à 30a. La lentille 18h, à la base, est la plus épaisse, tandis que les trois autres, intercalées entre les chapes argileuses, sont plus minces. Un litage primaire est préservé dans certaines d’entre elles, mais semble avoir été détruit par des remaniements biologiques dans les autres. La genèse de ces différentes lentilles pendant une occupation continue est confortée par le fait qu’elles s’intercalent et se confondent entre les sols 12 et 11, individualisés en planimétrie. Localement séparées par des revêtements de sols argileux, elles sont considérées comme plusieurs couches d’occupation étroitement superposées.

93La couche 14, où les apports organiques prédominent encore largement sur les constituants détritiques, constitue une autre couche d’occupation, mieux conservée sur la paroi est que sur la paroi ouest du sondage. Deux phases de dépôt successives se différencient nettement, avec l’accumulation uniquement végétale de la lentille 14b, et l’accumulation de divers résidus d’activité dans la lentille 14a.

94Les lentilles 13c et 13a sont plus minces, plus cendreuses et moins détritiques que les lentilles de la couche 18, mais comme elles superposées à des chapes d’argiles rubéfiées. La combustion plus intense de ces argiles a conduit à leur interprétation archéologique comme sole de foyer. Les cendres de 13c et 13a constituent les ultimes témoins des foyers allumés sur cette sole rechapée. Cette superposition de lentilles argileuses et cendreuses s’accorde avec l’hypothèse de leur formation par accumulation progressive pendant une même phase d’occupation. Comme dans le cas de la couche 18, les lentilles de la couche 13 peuvent être considérées comme plusieurs sols et couches d’occupation finement superposés.

95En conclusion, si l’on excepte l’interprétation litigieuse des couches 32 à 30a, les couches d’occupation identifiées à Saint-Alban apparaissent toutes caractérisées par de nombreux constituants végétaux, plus ou moins brûlés et mêlés à de fins apports détritiques minéraux. Elles sont interstratifiées dans des revêtements de sol argilo-sableux et montrent une structure lenticulaire, lorsque celle-ci n’a pas été détruite par des remaniements biologiques secondaires. L’alternance de ces couches d’occupation avec des revêtements de sol indique que l’on se trouve probablement à l’intérieur d’une habitation.

4.3.1.2 Sols tassés

96Concernant les niveaux de sols caractérisés uniquement par le tassement des dépôts sous-jacents, un seul cas de figure est constaté en lame mince, celui du sol 6. La compaction des dépôts sous l’effet de la circulation se traduit alors par la différenciation d’une porosité subhorizontale. Bien que non observés au microscope, les autres sols d’occupation repérés uniquement en fouille, dans les limons bruns du sommet des formations, se caractérisent probablement par cette même structuration subhorizontale de la porosité. Dans certains dépôts plus étroitement associés à des revêtements de sols aménagés ou à des couches d’occupation, comme dans le cas des couches 14 et 25 par exemple, ces phénomènes de compaction se traduisent plutôt par une réduction de la porosité. De manière générale, la réduction et l’horizontalité de la porosité semblent ainsi constituer les principales caractéristiques des sols compactés sous l’effet de la circulation humaine. Cette modification de la porosité, lorsqu’elle n’est associée ni à des revêtements de sol, ni à des couches d’occupation, tend à indiquer que ces aires se situent à la périphérie du secteur d’occupation principal.

4.3.1.3 Aires d’activités

97La définition d’aires d’activités à Saint-Alban paraît incongrue au vu de la faible surface d’observation appréhendée, mais quelques propositions sont néanmoins proposées sur la base des résultats archéologiques et micromorphologiques.

98Les couches 32 à 30a de la fin du Bronze final IIIa résultent d’une sédimentation tout à fait originale par rapport aux dépôts ultérieurs (cf. § 4.2.1). D’un point de vue micromorphologique, la présence de graines et de phytolithes dendriformes, typiques des Poacées, évoque le stockage de récoltes agricoles, tandis que de nombreux résidus cendro-charbonneux révèlent l’existence d’épisodes de combustion. Interprétées comme dépôts de démolition par l’archéologue, ces couches pourraient résulter de l’incendie de maisons en bois et en paille, voire de greniers à céréales. La ressemblance des accumulations observées avec celles décrites à Bélesta comme fumiers de bovins (Brochier, Claustre 2000) conduit toutefois à retenir également la possibilité d’une aire de parcage du bétail. L’interprétation de ces couches 32 à 30a devra donc être rediscutée en fonction des résultats de l’archéozoologie ou en fonction des nouvelles données qui pourraient résulter d’une éventuelle extension de la fouille.

99La période de transition entre le Bronze final IIIa et le Bronze final IIIb est caractérisée par des apports argileux, limoneux ou sableux, parfois associés à des foyers, vers l’est du sondage, et par des dépôts anthropiques plus homogènes, vers l’ouest (cf. § 4.2.2). Des niveaux de circulation se suivent sur toute la largeur du sondage, indépendamment de la nature des dépôts dans lesquels ils s’intercalent. Les variations latérales de faciès pourraient traduire dans ce cas l’existence d’une aire d’habitation humaine à l’est, laquelle serait bordée vers l’ouest par un espace extérieur, non ou peu aménagé. La sédimentation proviendrait essentiellement d’aménagements au sol et de couches d’occupation à l’est, de rejets anthropiques et de la dégradation de murs en terre, à l’ouest.

100Pour les dépôts du Bronze final IIIb, les revêtements de sol argileux étroitement superposés, les restes de foyers et la probable fosse de cuisson familiale qui caractérisent les couches 18 à 13, semblent indiquer qu’il y a eu trois phases d’aménagement et d’occupation, peut-être à l’intérieur d’un même bâtiment. En revanche, l’éventuelle fosse de cuisson à céramiques qui leur succède (couche 10a) caractérise plus probablement un espace extérieur. Les aménagements de la couche 8 et les dépôts de démolition sus-jacents paraissent traduire l’existence d’une nouvelle phase de construction.

101Au Hallstatt, les revêtements de sol, les dépôts d’occupation et les traces de foyers semblent indiquer que nous sommes en présence d’une nouvelle structure d’habitation humaine, dont l’occupation prolongée expliquerait la réfection du sol à plusieurs reprises.

102En conclusion, les aires d’activités les mieux marquées semblent être liées à l’habitation humaine, avec la superposition de sols construits, de couches d’occupation et de niveaux de démolition. Cependant, l’association du placage argileux de la couche 11 et de la possible fosse de potier de la couche 10a, a priori plus compatible avec l’hypothèse d’une aire extérieure, montre que ce type de dépôt ne peut pas être systématiquement interprété comme sol de maison. C’est plus précisément la superposition sol construit / couche d’occupation qui semble être à même de caractériser ces espaces intérieurs. En revanche, les secteurs périphériques aux aires d’habitation paraissent caractérisés par des dépôts plus homogènes et par l’absence d’accumulation anthropique microstratifiée.

4.3.1.4 Témoins architecturaux

103En dehors des différents aménagements de sol décrits dans le paragraphe précédent, l’analyse planimétrique fait état de plusieurs structures pouvant indiquer la construction de murs. Parmi ces témoins d’architecture, sont mentionnés principalement : à la base de la couche 7 et à l’est du sondage, une probable sablière basse carbonisée, reposant sur un radier de fondation en pierres calcaires ; à la base des couches 27-28, dans la partie orientale du sondage, une structure de blocs calcaires, interprétée comme un radier de fondation de mur en terre ; vers le milieu du sondage, un trou de poteau, observé depuis la moitié inférieure de la couche 24 et jusqu’au sommet de la couche 28. En parallèle, la découverte de nombreux fragments de torchis dans les couches 21 à 25 de la partie est du sondage, celle d’encroûtements tuffacés dans les couches 27 à 28, et de manière plus générale la texture argilo-sableuse de la plupart des couches, sont autant d’arguments en faveur de l’hypothèse de la construction de murs en terre.

104D’un point de vue micromorphologique, les témoins architecturaux les plus probants sont également les revêtements de sol argileux ou sableux décrits plus haut. Mais d’autres indices plus discrets plaident également en faveur de l’hypothèse de constructions en torchis : ce sont les nombreux grains sablo-limoneux, repris des alluvions rhodaniennes, et les tout aussi nombreux résidus végétaux. Ces particules minérales et végétales caractérisent l’essentiel des couches du sondage SA5, et notamment celles du sommet des différentes formations, déjà interprétées comme de probables dépôts d’abandon et de destruction (cf. § 4.1.2). À cet égard, il est intéressant de noter que les deux radiers de fondation repérés en fouille se situent justement à la base de ces probables dépôts de démolition, au sommet des formations 1 et 3, et que de nombreux fragments de torchis sont issus de l’épaisse couche 24 de la formation 2, également considérée comme dépôt de destruction. À ces probables édifices en torchis, il convient d’ajouter les possibles constructions de bois et de paille évoquées par l’intégration des données archéologiques et micromorphologiques, à la hauteur des couches 32 à 30a (cf. § 4.2.1).

4.3.2 Déblais et microfaciès sédimentaires naturels

105Contrairement à ce qui a été vu à Montou et plus encore au Gardon, il n’existe pas de dépôts strictement naturels dans le sondage SA5 de Saint-Alban. On peut cependant leur associer dans une certaine mesure les épaisses couches limoneuses brunes qui caractérisent le sommet de chaque formation et que différents arguments ont conduit à interpréter comme résultant de la dégradation de murs en terre. La microstructure grumeleuse et bioturbée de ces dépôts de démolition plaide pour l’hypothèse de l’abandon du site et de sa reconquête par le milieu naturel. Cette microstructure grumeleuse peut toutefois être en partie héritée de la microstructure initiale des murs en terre et simplement accentuée au moment de la dégradation des murs. Par ailleurs, le développement de l’activité biologique dans des couches d’occupation comprises entre des revêtements de sols conduit à considérer les remaniements biologiques avec réserve quant à leur signification en termes d’abandon du site. Le cas des couches 18 à 13, pour lesquelles les arguments archéologiques et sédimentologiques permettent de supposer une sédimentation assez rapide dans le cadre d’une occupation probablement continue d’une même structure d’habitation, laisse à penser que ces remaniements biologiques peuvent être contemporains ou au contraire bien postérieurs à la sédimentation anthropique. En conséquence, l’homogénéité des dépôts, leur microstructure grumeleuse et leur remaniement secondaire par la microfaune ne semblent pas suffire pas à l’individualisation des périodes d’abandon. Ces dernières deviennent moins hypothétiques en revanche si l’on associe aux caractéristiques précédentes l’absence d’horizon compacté intermédiaire révélant l’existence de tracés de circulation humaine, comme dans le cas des couches 27 à 28 du Bronze final IIIa.

4.3.3 Activités pratiquées

106En dehors de la poterie et de la métallurgie, révélées par les données archéologiques, les différentes activités pratiquées pendant l’occupation du site peuvent être discutées d’après la nature des constituants accumulés dans les couches d’occupation.

4.3.3.1 Élevage

107En l’absence de sphérolites de calcite et de coprolithes d’herbivore dans toutes les couches traversées par le sondage SA5, l’hypothèse de la pratique de l’élevage peut difficilement être avancée sur la base des données micromorphologiques. Cette absence ne peut être justifiée par une dissolution, étant donné la bonne conservation des constituants carbonatés et notamment des cendres de bois, à plusieurs niveaux du remplissage. Elle pourrait s’expliquer par la localisation du sondage hors des zones fréquentées par le bétail, mais resterait même dans ce cas étonnante, les sphérolites de calcite pouvant normalement être dispersés bien au-delà des aires de parcage, par le seul biais de la circulation humaine. Seule la ressemblance des faciès de la couche 30a avec les fumiers de la Grotte de Bélesta permet d’évoquer une possible stabulation de bovins, mais reste néanmoins insuffisante étant donné les diverses interprétations possibles de ces dépôts (cf. § 4.2.1). Malgré l’absence de témoins sédimentaires probants, l’hypothèse de l’élevage est pourtant suggérée par la présence d’ossements de faune domestique sur le site (J.-M. Treffort et J.-L. Voruz, comm. pers.). Seule l’extension de la fouille permettrait de s’assurer de la présence ou de l’absence d’aires de parcage sur la Butte de Saint-Alban.

4.3.3.2 Agriculture

108L’hypothèse de l’agriculture est suggérée par la présence, à différents niveaux du remplissage, de quelques graines et de nombreux phytolithes dendriformes caractéristiques des céréales. Une grande partie des phytolithes observés résulte cependant de la dégradation de constructions en torchis et en paille. D’un point de vue archéologique, l’hypothèse de la pratique de l’agriculture est également avancée en raison de la découverte d’une meule et de broyons dans le locus A. La topographie accidentée de la Butte de Saint-Alban, et les sols caillouteux et peu épais qui la couvrent ne sont pas très favorables à l’agriculture. Celle-ci est en revanche plus probable sur les terrasses alluviales du Bassin de Malville (fig. 39). À cet égard, l’étude du site du Pré de la Cour, à Montagnieu, situé en bordure du Rhône, à 7 km au nord-ouest de Saint-Alban, a permis la découverte de fosses silos attestant la pratique de l’agriculture au Bronze final IIIb (Vital 1993). La production agricole, manifestement supérieure aux besoins des villageois du Pré de la Cour (Vital 1993), pourrait avoir été utilisée en partie à Saint-Alban, ce qui irait dans le sens de l’hypothèse proposée par Joël Vital, à savoir l’existence de sites aux fonctions différentes et complémentaires au sein d’une même communauté. Il n’est pas inutile de rappeler à ce propos le caractère défensif de la Butte de Saint-Alban, entourée de falaises et isolée au milieu de la vallée (J.-L. Voruz, comm. pers.).

4.3.3.3 Habitation

109De nombreux témoins de construction, d’entretien et d’occupation de probables maisons en bois, en paille et en terre, ont été identifiés, aussi bien par l’archéologie que par la micromorphologie (cf. § 4.3.1). L’habitation apparaît en conséquence comme la principale raison d’occupation du site. Les vestiges d’une dizaine de structures d’habitation sont à l’origine des différents dépôts traversés par le sondage SA5. La rénovation répétée des sols et la faible épaisseur générale des couches d’occupation indiquent l’entretien de ces habitations, dans le cadre d’une occupation prolongée et sans doute quasi continue du site (cf. § 4.3.4). Il semble possible d’envisager la présence d’un hameau ou d’un petit village, occupé pendant environ 200 ans d’après la chronotypologie, entre le Bronze final IIIa et le Hallstatt ancien.

4.3.4 Durée et rythme des occupations

110Les différentes données archéologiques et sédimentologiques convergent vers l’idée d’une occupation quasi continue du site. La question de la durée et du rythme des occupations se rapporte en conséquence plus exactement à la durée d’utilisation des différentes structures d’habitation différenciées sur la hauteur du sondage SA5, rejoignant la discussion engagée au début de ce chapitre (cf. § 4.1.2). Les douze phases de construction initialement proposées sur la base des données lithostratigraphiques sont nuancées par la différenciation plus précise des phases de construction, de réfection et de destruction des structures d’habitation.

111Concernant les occupations de la fin du Bronze final IIIa, l’intégration des données archéologiques et sédimentologiques conduit à envisager l’existence de trois constructions successives, les deux premières en bois et en paille, la troisième en terre. Aucun indice ne permet de supposer l’entretien et la restauration de ces constructions, tandis que l’hypothèse de l’abandon momentané du secteur, après leur démolition, est suggérée par des indices de lessivage et par les faciès sédimentaires du sommet de la formation 1. La datation de l’ensemble de ces dépôts, centrée autour de 950 av. J.-C., laisse entrevoir une occupation sans doute continue du site et une durée de vie probablement assez brève des différentes constructions, chacune d’elle ayant néanmoins pu perdurer plusieurs années.

112La période de transition entre le Bronze final IIIa et le Bronze final IIIb paraît ensuite caractérisée par deux constructions successives. L’entretien et la réfection probables de ces structures d’habitation se traduisent par la superposition de différentes couches de cailloux, de sable ou d’argile dans la partie est du sondage. L’hypothèse sédimentologique de l’abandon du site, émise d’après les faciès d’effondrement de ces constructions, est tempérée par la différenciation planimétrique de cinq sols de circulation. L’abandon des bâtiments traversés à la hauteur du sondage SA5 semble ainsi s’accompagner de reconstructions à d’autres emplacements du site, illustrant une occupation vraisemblablement continue de la Butte de Saint-Alban pendant cette période, estimée à une cinquantaine d’années par la chronotypologie. Si l’on se rallie à l’hypothèse selon laquelle le sondage SA5 a traversé deux bâtiments, chacun d’eux aurait duré plus ou moins vingt-cinq ans. En revanche, si chacun des cinq sols d’occupation repérés en planimétrie devait signaler une nouvelle phase de construction, la durée d’utilisation des habitations ne serait plus que d’une dizaine d’années.

113Au Bronze final IIIb, les différentes phases de construction semblent également se succéder assez rapidement. Une première série de dépôts, correspondant aux couches 18 à 13, montre la superposition rapide de revêtements de sols et de couches d’occupation, indiquant l’occupation probablement continue d’une même structure d’habitation, restaurée à plusieurs reprises. L’abandon de ce bâtiment par la suite se traduit par la mise en place de la couche 12, limoneuse brune, riche en cailloux, charbons et nodules d’argile. Les couches 11, 10 et 9 paraissent ensuite correspondre à des activités extérieures, mais qui sont sans doute accompagnées d’un nouveau bâtiment à l’écart du sondage SA5. Une troisième construction expliquerait la couche 8 et les dépôts de démolition sus-jacents, tandis que deux autres, plus récentes, seraient en relation avec les sols de circulation 6 et 5. Cette intense activité architecturale, pendant une période estimée à une centaine d’années, est le signe d’une occupation probablement ininterrompue du site au Bronze final IIIb. Les cinq bâtiments qui semblent avoir été construits à proximité du sondage SA5 auraient duré une vingtaine d’années en moyenne.

114D’un point de vue sédimentologique, la période hallstatienne paraît caractérisée par la construction d’un seul bâtiment à l’emplacement du sondage SA5, mais dont le sol et sans doute les murs auraient été refaits à plusieurs reprises, signant son occupation prolongée. D’après la chronotypologie des céramiques associées, ce bâtiment pourrait dater de 800 à 750 av. J.-C. et aurait ainsi pu perdurer jusqu’à une cinquantaine d’années. Dans l’hypothèse où il s’agit de trois bâtiments successifs, ce que suggère la différenciation planimétrique des sols 1 à 3, la durée d’utilisation moyenne des constructions ne serait plus que de seize ans et demi.

115En définitive, l’intégration des données archéologiques et micromorphologiques conduit à envisager l’hypothèse de la construction d’une dizaine de bâtiments successifs à proximité du sondage SA5 (fig. 46). Étant donné les deux cents ans d’occupation évoqués par la chronotypologie, la durée d’utilisation moyenne des bâtiments serait d’environ vingt ans. Dans le détail, il semble cependant que les différentes constructions n’ont pas eu la même durée d’utilisation. Celles du Bronze final IIIa paraissent avoir été abandonnées assez rapidement, tandis qu’à partir du Bronze final IIIb, des réfections plus manifestes semblent indiquer que l’exploitation des bâtiments s’est poursuivie sur de plus longues périodes. Cette hypothèse, qui reste à vérifier, paraît intéressante dans le sens où elle pourrait modifier la perception que l’on a de l’évolution des implantations humaines au travers des traces au sol. Des périodes où les constructions sont rapidement abandonnées et reconstruites à d’autres emplacements, et des périodes où la durée d’utilisation des habitations est prolongée par des réfections, pourraient traduire un degré d’occupation constant, alors que les seules traces au sol, à moins de pouvoir être clairement hiérarchisées en stratigraphie, conduiraient à l’idée de villages plus intensément occupés dans le premier cas. Dans un autre registre, on peut également envisager qu’il y ait un lien entre ces possibles pratiques architecturales et l’évolution du contexte socio-économique marquant le passage de l’âge du Bronze à l’âge du Fer. De même l’évolution des pratiques architecturales pourrait être en relation avec le contexte environnemental, alors marqué par la détérioration climatique du Bourget. Ces diverses questions, avancées comme simples hypothèses de travail, pourraient être développées à l’occasion de nouvelles fouilles fines.

4.3.5 Récapitulatif des grandes étapes de la formation du site

116La confrontation des données archéologiques et sédimentologiques issues de l’étude du sondage SA5, permet de proposer une reconstitution préliminaire des grandes étapes de la formation du site de Saint-Alban et des modalités d’occupation dont il témoigne. Dans ce dernier paragraphe, plusieurs chiffres sont avancés sur le nombre de constructions réalisées pendant chaque période culturelle. Ce dénombrement multiple traduit les différentes conclusions proposées par l’archéologie, par la sédimentologie et par l’intégration des résultats de ces deux approches. Cette prise en compte des différentes possibilités a pour but d’éviter des conclusions trop hâtives, alors que seuls 2 m2 d’un site probablement beaucoup plus étendu ont été étudiés.

117Vers 950 av. J.-C., à la fin du Bronze final IIIa, l’occupation de la Butte de Saint-Alban se traduit par la construction d’une à trois structures d’habitations successives, en bois, en paille et en terre. La sédimentation résulte essentiellement de la dégradation de ces constructions et de l’accumulation de déchets liés à l’occupation. Parmi ces déchets, des graines et des phytolithes dendriformes évoquent la pratique d’activités agricoles, tandis que les vestiges archéologiques attestent celle de la métallurgie et de la poterie. L’hypothèse d’épisodes d’abandon est envisagée, notamment pour la fin de cette première période, mais l’occupation se poursuit probablement à d’autres emplacements du site.

118De 950 à 900 av. J.-C., la période de transition entre le Bronze final IIIa et le Bronze final IIIb paraît marquée par l’aménagement de deux à cinq structures d’habitation, dont la destruction est à l’origine de l’essentiel des couches sédimentaires. Des phytolithes dendriformes et une graine carbonisée permettent de supposer la pratique de l’agriculture, tandis qu’un fragment de moule atteste celle de la métallurgie. Comme précédemment, des épisodes d’abandon intermédiaires semblent caractériser le secteur, mais sont très probablement accompagnés d’autres constructions, à l’écart du sondage SA5.

119De 900 à 800 av. J.-C., au Bronze final IIIb, trois à huit phases de construction-occupation se succèdent à l’emplacement du SA5. Le remaniement biologique des couches d’occupation évoque de courtes périodes d’abandon, mais la densité des sols d’occupation repérés en fouille et la superposition rapide des différents aménagements plaident néanmoins pour l’hypothèse d’une occupation continue du site. La poterie et l’agriculture restent parmi les principales activités identifiées. Entre 800 et 750 av. J.-C., au début du Hallstatt, une à quatre structures d’habitation en terre sont réalisées. Comme aux périodes précédentes, l’hypothèse de courtes périodes d’abandon est suggérée par le remaniement biologique des couches d’occupation ou de démolition, mais la superposition de plusieurs sols d’occupation et la ressemblance des différents sols construits indiquent plutôt une occupation continue du site par un même groupe d’occupants. Les pratiques agricoles sont toujours suggérées par la présence de phytolithes dendriformes.

120Malgré les incertitudes liées à la prise en compte d’une petite partie seulement du site de Saint-Alban, les diverses interprétations proposées dans ce dernier paragraphe et dans les précédents permettent de dégager un certain nombre de données, qui contribuent à une meilleure connaissance des modes de vie des populations, dans la région et aux périodes considérées. Les divers résultats tirés de l’étude du seul sondage SA5 viennent par ailleurs rappeler l’abondance des informations susceptibles d’être dégagées par l’étude de sites intensément occupés et finement stratifiés comme celui de Saint-Alban. D’un point de vue méthodologique, l’intérêt de l’intégration des données archéologiques et micromorphologiques transparaît à la fois dans la diversité des scénarios avancés et au travers des nouvelles questions qu’elle soulève.

Table des illustrations

Titre FIG. 38. Vue sur le Rhône et sur le Mont de Dornieu depuis le site de Saint-Alban.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19752/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre FIG. 39. Situation géomorphologique du site de Saint-Alban (Creys-Mépieu, Isère).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19752/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre FIG. 40. Creys-Mépieu / Saint-Alban. Topographie du site.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19752/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre FIG. 41. Vue du sondage SA5 de Saint-Alban en cours de fouille.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19752/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre FIG. 42. Creys-Mépeu / Saint-Alban. Relevés stratigraphiques des parois est, sud et ouest du sondage SA5, avec numérotation archéologique des couches (indépendante de la numérotation micromorphologique).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19752/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Titre TABL. XXXVIII. Creys-Mépieu / Saint-Alban. Description du remplissage protohistorique du sondage SA5 : sur fond gris, les termes lenticulaires (occupation) ; sur fond blanc, les termes épais (abandon).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19752/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Titre FIG. 43. Creys-Mépieu / Saint-Alban. Représentation schématique du remplissage du locus B dans le sondage SA5 avec numérotation des formations lithostratigraphiques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19752/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre FIG. 44. Creys-Mépieu / Saint-Alban. Niveaux de sol définis par l’étude archéologique (numéroté de 1 à 20 indépendamment des couches stratigraphiques ; cf. fig. 38), et positionnement de l’échantillonnage micromorphologique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19752/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Titre TABL. XXXIX. Creys-Mépieu / Saint-Alban. Datations radiocarbones (calibration d’après Stuiver et al. 1998) [code de localisation des échantillons dans le sondage SA5 : W : ouest, E : est, d : décapage].
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19752/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre TABL. XL. Creys-Mépieu / Saint-Alban. Sériations lithologique, chronologique et culturelle des dépôts.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19752/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre FIG. 45. Creys-Mépieu / Saint-Alban. Faciès sédimentaire et corrélation stratigraphique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19752/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre FIG. 46. Creys-Mépieu / Saint-Alban. Phases d’occupation et d’abandon identifiées dans le sondage SA5.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19752/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 133k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search