Version classiqueVersion mobile

Géoarchéologie de sites préhistoriques

 | 
Dominique Sordoillet

Chapitre 3. La Grotte de Montou

Résumé

Les caractéristiques du site de Montou, dans les Pyrénées-Orientales, sont très différentes de celle du Gardon. En effet, les occupations, au Néolithique et à l’âge du Bronze, prennent place dans une salle obscure à quelques mètres de l’entrée. L’étude stratigraphique conduit à la description d’une soixantaine de couches regroupées en six formations principales. À la différence de ce qui a été vu Gardon, les limites proposées par les découpages lithostratigraphiques et chronoculturels sont globalement concordantes, soulignant le rôle prédominant de la sédimentation anthropique. Par ailleurs, le site de Montou se particularise par la mise en évidence de différents faciès d’abandon, que l’on peut classer en fonction de la durée nécessaire supposée des abandons. Les rythmes de sédimentation amènent à envisager des occupations discontinues, assez régulières au cours du Néolithique, plus épisodiques à l’âge du Bronze. L’histoire du remplissage néolithique est découpée en sept principales périodes de mise en place, au cours desquelles se succèdent une vingtaine de phases d’occupation séparées par des abandons plus ou moins longs (fig. 33, 34). À l’âge du Bronze les occupations sont plus épisodiques bien qu’également rapportées à sept périodes principales (fig. 35).

à la mémoire de Françoise Claustre

Texte intégral

3.1 Présentation du site

3.1.1 Contexte archéologique et environnemental

1La Grotte de Montou se situe près de Corbère-les-Cabanes, dans les Pyrénées-Orientales, à une vingtaine de kilomètres à l’ouest de Perpignan. Elle est creusée dans un petit massif des Aspres, le Montou, en bordure de la Plaine du Roussillon et de la Vallée de la Têt (fig. 31). L’entrée s’ouvre vers le sud-ouest, à 270 m d’altitude, et domine une petite vallée où coule le Torrent de Sant Julià (fig. 32). Elle constitue l’une des quatre principales voies d’accès à un vaste réseau karstique, qui s’est développé dans des calcaires dévoniens et comprend plus de 1000 m de galeries et de salles sur une hauteur de 50 m (Treinen-Claustre 1987). Le Torrent de Sant Julià emprunte la partie profonde de ce réseau pour traverser le massif et resurgir au nord de la colline, dans le Ruisseau de l’Adou (Ponsich, Claustre 1990). La région, soumise à un climat méditerranéen et balayée par la Tramontane, présente une végétation dominée par les herbacées et les chênes verts.

FIG. 31. Situation géomorphologique de la Grotte de Montou (Corbère-les-Cabanes, Pyrénées-Orientales).

FIG. 31. Situation géomorphologique de la Grotte de Montou (Corbère-les-Cabanes, Pyrénées-Orientales).

FIG. 32. L’accès à la salle 2 de la grotte de Montou s’effectue par une petite galerie de 2 m de section et de 20 m de long, en moyenne, rapidement obscure.

FIG. 32. L’accès à la salle 2 de la grotte de Montou s’effectue par une petite galerie de 2 m de section et de 20 m de long, en moyenne, rapidement obscure.

2Les premières fouilles archéologiques de la grotte ont été effectuées il y a plusieurs dizaines d’années par Pierre Ponsich. Elles permirent la mise au jour d’une quarantaine de vases de style Montbolo (Néolithique moyen I), associés à un mobilier lithique et osseux (Ponsich, Claustre 1990). De 1980 à 1997, Françoise Claustre reprend l’étude du site en fouillant une galerie adjacente, occupée à plusieurs reprises entre le Paléolithique moyen et les périodes historiques (fig. 33). Dans la salle 2 de cette galerie, des vestiges du Néolithique moyen au Bronze final II-IIIa, étagés dans un remplissage stratifié, permettent une étude des premières sociétés agro-pastorales et métallurgistes nord-pyrénéennes. Cette problématique a également été appréhendée dans plusieurs cavités voisines : Caune de Bélesta en Fenouillèdes (Claustre 1992 ; Claustre et al. 1993 ; Brochier et al. 1998) ; Balme de Montbolo dans le Vallespir (Guilaine 1974) ; Abri Jean Cros (Guilaine et al. 1979) et Grotte des Châtaigniers (Claustre 1996) dans les Corbières.

3Le remplissage de la salle 2 comprend quatre grands ensembles sédimentaires successifs (pl. G4) :

  • à la base, un premier ensemble est formé essentiellement d’argiles rouges emballant de nombreux cailloux et de nombreux blocs, subanguleux ou subarrondis ; c’est dans ce type de dépôt qu’ont été trouvés les vestiges moustériens de la salle 1 ;

  • au-dessus se trouvent des limons bruns, sableux ou argileux, contenant un grand nombre de cailloux et de graviers subanguleux ; représenté sur environ 50 cm d’épaisseur, ce deuxième ensemble est stérile d’un point de vue archéologique ;

  • le troisième ensemble, plus particulièrement concerné par cette étude, consiste en une cinquantaine de lentilles subhorizontales, épaisses de quelques millimètres à plusieurs centimètres, plus ou moins largement étendues dans la cavité sur environ 1 m d’épaisseur totale ; c’est de cet ensemble que proviennent les vestiges du Néolithique moyen et de l’âge du Bronze ;

  • au sommet, 80 cm de limons bruns, assez finement stratifiés, plus ou moins riches en blocs et dans lesquels s’intercalent plusieurs foyers, ont livré un matériel archéologique attribué pour l’essentiel au Moyen Âge.

4Située à plus de 20 m de l’entrée de la grotte, la salle 2 est a priori peu affectée par les processus sédimentaires et érosifs extérieurs. Des apports par colluvionnement sont néanmoins possibles étant donné la pente qui y conduit. Aucun apport alluvionnaire ne témoigne en revanche de la participation de la rivière souterraine à la formation du remplissage. La sédimentation naturelle consiste pour l’essentiel en fragments rocheux et en argiles karstiques. À partir du Néolithique moyen, une forte production sédimentaire anthropique est suggérée par l’épaisseur et la nature cendro-charbonneuse des dépôts emballant les vestiges archéologiques. L’exiguïté de la salle 2, avec moins de 40 m2 de surface habitable, limite la dispersion des aires d’occupation au cours du temps. Il en résulte une épaisse accumulation sédimentaire, dans laquelle sont représentées différentes périodes d’occupation (pl. G5).

3.1.2 Stratigraphie et datation

5Sur les coupes étudiées, en H8-H7 et en H8/ H9 (fig. 33), les dépôts du Néolithique et de l’âge du Bronze peuvent être regroupés en six formations principales (tabl. XXVII, XXVIII). Chacune de ces formations est caractérisée par une accumulation basale assez épaisse, dont la couleur varie du brun-jaune au brun-gris, a priori peu anthropisée, surmontée par un ensemble de fines lentilles, riches en résidus cendro-charbonneux, générées par l’occupation humaine (fig. 34, 35). La première de ces formations occupe une place conséquente sur la coupe H8-H7 (couches 63 à 53). La seconde, marquée par le dépôt des couches 52 à 44, apparaît légèrement décalée vers le nord-est. Les formations suivantes sont mieux différenciées un peu plus au nord, sur la coupe H8/ H9. La dualité des faciès lithologiques observés, avec la superposition de dépôts d’allure détritique et de couches plus clairement anthropiques, paraît illustrer la succession de différentes périodes d’occupation et d’abandon. Cette alternance, à l’origine de la différenciation des principales formations, paraît également se retrouver, plus faiblement exprimée, à l’intérieur de ces formations.

FIG. 33. Corbère-les-Cabanes / Grotte de Montou. Plan des galeries et situation des fouilles.

FIG. 33. Corbère-les-Cabanes / Grotte de Montou. Plan des galeries et situation des fouilles.

TABL. XXVII. Corbère-les-Cabanes / Grotte de Montou. Description des couches en H8-H7.

TABL. XXVII. Corbère-les-Cabanes / Grotte de Montou. Description des couches en H8-H7.

FIG. 34. Corbère-les-Cabae s / Gr e de Mo tou. Coup H8-H7.

FIG. 34. Corbère-les-Cabae s / Gr e de Mo tou. Coup H8-H7.

FIG. 35. Corbère-les-Cabae s / Gr e de Mo tou. Coup H8/H9.

FIG. 35. Corbère-les-Cabae s / Gr e de Mo tou. Coup H8/H9.

TABL. XXVIII. Corbère-les-Cabanes / Grotte de Montou. Description des couches en H8/H9.

TABL. XXVIII. Corbère-les-Cabanes / Grotte de Montou. Description des couches en H8/H9.

6La typologie du matériel et dix-sept mesures radiocarbones, effectuées sur des charbons ou sur des os humains prélevés en décapage (tabl. XXIX, XXX), permettent de proposer un premier regroupement des dépôts observés sur les coupes H8-H7 et H8/H9 en quatre ensembles principaux (F. Claustre, comm. pers. ; Claustre 1992 ; 1996) :

  • couches 62 à 29 : Néolithique moyen (du Montbolo au Chasséen ancien), entre 4200 et 3550 av. J.-C. ;

  • couches 28 à 24 : Bronze ancien, entre 2300 et 1600 av. J.-C. ;

  • couches 23 à 14 (plus 13 et 12 ?) : Bronze moyen (phase récente) entre 1500 et 1150 av. J.-C. ;

  • couches 11 à 2 (plus 13 et 12 ?) : Bronze final II-IIIa,
    entre 1200 et 900 av. J.-C.

7Un ensemble du Néolithique final (Chalcolithique), associé à des activités funéraires et daté de la période 3350-2900 av. J.-C., a également été identifié au centre de la salle 2, mais n’est pas clairement identifié sur les coupes étudiées ici.

8Les limites proposées par les découpages lithostratigraphiques et chronoculturels sont globalement concordantes, à l’exception peut-être des couches 12 et 13 de la formation 5, qui peuvent correspondre, soit aux dernières occupations du Bronze moyen, soit aux premières occupations du Bronze final II-IIIa (F. Claustre, comm. pers.). Le Néolithique moyen se particularise par la différenciation de trois formations successives, résultant peut-être de trois périodes d’occupation distinctes. Afin de cerner au mieux la signification archéologique des successions sédimentaires observées, les données micromorphologiques sont présentées et discutées en tenant compte des regroupements à la fois lithologiques et chronoculturels des dépôts.

TABL. XXIX. Corbère-les-Cabanes / Grotte de Montou. Datations radiocarbones (calibration d’après Stuiver et al. 1998).

TABL. XXIX. Corbère-les-Cabanes / Grotte de Montou. Datations radiocarbones (calibration d’après Stuiver et al. 1998).

TABL. XXX. Corbère-les-Cabanes / Grotte de Montou. Sériations lithologique, chronologique et culturelle des dépôts (sur fonds gris : période non présente dans les coupes).

TABL. XXX. Corbère-les-Cabanes / Grotte de Montou. Sériations lithologique, chronologique et culturelle des dépôts (sur fonds gris : période non présente dans les coupes).

3.2 Étude sédimentologique du remplissage

9Les échantillons recoupent en partie ou en totalité les dépôts de chacune des formations 1 à 6. La mise en place des trois premières formations s’effectue au cours du Néolithique moyen et celle des trois suivantes concerne l’âge du Bronze.

3.2.1 Le Néolithique moyen

10Les vestiges du Néolithique moyen ont été découverts dans les couches 62 à 29, regroupées dans les formations 1 à 3. L’analyse micromorphologique de ces différentes formations permet de proposer quelques hypothèses sur les modalités de l’occupation.

3.2.1.1 La formation 1

11La formation 1 rassemble les couches 63 à 53, associées aux premières occupations du Néolithique moyen (tabl. XXXI).

12À la base, les couches 63 et 62 consistent en une accumulation essentiellement minérale, contenant quelques esquilles osseuses et quelques charbons d’origine anthropique. Ces dépôts traduisent l’existence d’une période d’abandon, au cours de laquelle les processus naturels de sédimentation prédominent et entraînent le remaniement de dépôts anthropiques.

TABL. XXXI. Corbère-les-Cabanes / Grotte de Montou. Description micromorphologique des couches échantillonnées dans la formation 1.

Couche

Description micromorphologique

53

Subdivisée en huit lentilles cendreuses, charbonneuses ou plus détritiques :
– 53a, 53e : limons cendro-charbonneux, avec sables et limons épars (20 %) ;
– 53b, 53d, 53g : cendres blanches, cristaux cendreux prismatiques de bois, charbons, quelques grains de sable fin, quelques grains de quartz fondus ;
– 53c, 53f, 53h : limons argileux à sableux orangés (rubéfiés), remaniés par microfaune, riches en charbons, en agrégats cendreux, quelques os ; microstructure plus lenticulaire à la base de 53h, avec notamment une lentille cendreuse.

54

Micritique massive, avec cristaux carbonatés prismatiques, microfragments végétaux brunifiés, quartz à bords fondus, quelques agrégats d’argile karstique.

55

Au sommet : microstructure lenticulaire, avec litage souligné par charbons, cailloux ou sables grossiers allongés subhorizontaux, par une lentille détritique argilo-limoneuse ou par des passées cendreuses grises ; cendres altérées, avec quelques cristaux prismatiques identifiables mais le plus souvent sous la forme d’une masse micritique grisâtre brunifiée ; résidus végétaux brun rougeâtre à noirs ; quelques quartz à bords fondus.
À la base 55 : microstructure microagrégée, porosité plus importante et plus forte teneur en charbons ; quelques agrégats lenticulaires d’argile karstique subhorizontaux.

57

Microstructure grumeleuse au sommet, plus massive et compacte, à la base : entassement d’agrégats de taille et de forme irrégulière (500 µm - 5 mm), porosité interagrégats et chenaux biologiques (± 20 % au sommet ; ± 5 % à la base) ; squelette abondant avec graviers, sable et limon de calcaire, schiste, quartz et feldspath (30 %) ; fragments d’encroûtements algaires microlités ; nombreux galets d’argile rouge karstique plus ou moins altérés (grisâtres) ; fréquentes esquilles d’os jaune paille, isolées ou prises dans des agrégats limono-sableux ou argileux karstiques (2-5 %) ; des unités subarrondies, de teinte semblable à celle des résidus osseux, mais complètement isotropes et renfermant parfois des particules limoneuses.

59

Microstructure massive dans la moitié supérieure, grumeleuse en dessous, avec agrégats déstructurés de vers ; porosité et agrégation faibles dans la partie sommitale (5 % ; fractures, chenaux, empreintes végétales), plus importantes à la base (cavités d’entassement) ; squelette de calcaire altéré, schiste, quartz et feldspath ; squelette grossier à la base, plus fin au sommet avec orientation parallèle au pendage des couches ; matrice argileuse brune, à nombreux résidus végétaux brun-rouge à noirs et nombreuses particules micritiques résiduelles, brun-rougeâtre à motif tacheté en lumière polarisée analysée ; quelques agrégats orangés d’argile karstique ; fréquents os brûlés (5-10 % ; même granulométrie que le squelette) ; charbons assez abondants (5-10 %) ; quelques fragments de coquilles (2 %) ; quelques rares agrégats micritiques avec cristaux prismatiques de cendres de bois, plus fréquents vers la base à proximité de la couche 61.

61

Microstructure grumeleuse au sommet, plus lenticulaire vers la base ; porosité et agrégation assez importante ; squelette limoneux assez abondant, en partie intégré secondairement ; matrice micritique cendreuse emballant de fréquents charbons (< 1,5 cm) et des agrégats limono-argileux rubéfiés au sommet.

62-63

Microstructure grumeleuse à agrégée ; squelette abondant avec cailloux, graviers et sable ; distribution porphyrique fermée (30-40 %, calcaire, schiste) ; matrice limono-argileuse brun-jaune, rubéfiée au sommet, poussiéreuse, anisotropie à motif tacheté (paillettes de mica et quelques particules micritiques issues de l’altération du calcaire) ; charbons et os plus ou moins brûlés, sans orientation préférentielle.

13La rubéfaction de la partie sommitale (couche 62) est due à la présence d’une structure de combustion sus-jacente (couche 61). Ce foyer, cendro-charbonneux et localement lité, a été partiellement remanié après son abandon.

14Au-dessus, la couche 59, riche en cailloux, en graviers et en sables, disposés parallèlement à la pente, s’apparente à un dépôt naturel, mis en place par colluvionnement (pl. G6). Les nombreux résidus de combustion végétaux ou animaux qu’elle contient trahissent le remaniement de sédiments anthropiques.

15En H7, une nouvelle structure de combustion est marquée par une lentille cendro-charbonneuse, appartenant à la couche 58.

16La couche 57 se caractérise par la prépondérance des apports minéraux et par une microstructure grumeleuse, résultat d’une mise en place par ruissellement ou colluvionnement pendant une nouvelle période d’abandon. Les matériaux naturels (graviers et argiles karstiques), et dans une moindre mesure les matériaux anthropiques (os brûlés et végétaux brunifiés ou carbonisés), sont compactés à leur sommet par l’occupation sus-jacente. Cette dernière est matérialisée par le foyer de la couche 56, observé sur le terrain seulement.

17Dans la couche 55 sus-jacente, la superposition de plusieurs petites lentilles cendreuses et détritiques suggère l’alternance d’apports sédimentaires, anthropiques et naturels. Cette alternance est ensuite mieux marquée, avec les lentilles cendreuses 54, 53g, 53d et 53b, caractéristiques de structures de combustion, partiellement remaniées dans leur partie sommitale et recouvertes par les lentilles plus détritiques 53h, 53e-f, 53c et 53a (pl. H1). Dans les cendres, des cristaux prismatiques de calcite témoignent de la combustion de bois, et des grains de quartz partiellement fondus indiquent que les températures atteintes étaient probablement supérieures à 600 °C.

18Dans l’ensemble, les caractéristiques sédimentologiques de cette première formation évoquent une occupation humaine en plusieurs phases (matérialisées par des résidus de combustion ; couches 61, 58, 56, 54, 53g, 53d et 53b) entrecoupées de périodes d’abandon pendant lesquelles les processus naturels de sédimentation prédominent (couches 63, 62, 59, 57, 55, 53h, 53e-f, 53c et 53a). Cette alternance suggère une fréquentation intermittente de la salle 2, avec des périodes d’abandon plus ou moins longues. Les apports détritiques, à l’origine d’épaisses accumulations vers la base de la formation, se réduisent dans la partie sommitale, tandis qu’à l’inverse, les apports anthropiques sont mieux représentés. Cette évolution des apports sédimentaires semble traduire semble résulter d’occupations d’abord occasionnelles puis plus fréquentes. Elle pourrait également s’expliquer par une sédimentation naturelle plus forte dans un premier temps, occasionnée par des conditions climatiques rigoureuses, puis plus faible, en liaison avec une amélioration du climat. La faible altération des cendres dans les lentilles de la couche 53 plaide cependant pour l’hypothèse de périodes d’abandon plutôt courtes et tend à conforter l’hypothèse d’une sédimentation détritique moins marquée, conséquemment à l’augmentation des apports anthropiques.

3.2.1.2 La formation 2

19La formation 2 réunit les couches 52 à 44, toujours associées à des occupations du Néolithique moyen (fig. 34 ; tabl. XXXII).

TABL. XXXII. Corbère-les-Cabanes / Grotte de Montou. Description micromorphologique des couches échantillonnées dans la formation 2.

Couche

Description micromorphologique

44

Dépôt dense, microstratifié, à lits gris-blanc, gris ou gris-jaune, de 400 µm à 1 mm d’épaisseur, et brindilles charbonneuses subhorizontales ; dans les lits gris : cristaux cendreux prismatiques (10-20 µm), parfois microfragmentés, à teinte de biréfringence gris-rose à gris-bleu ; dans les lits gris-jaune : cristaux prismatiques beaucoup plus rares, matériel plutôt cryptocristallin, à teinte de biréfringence sombre gris bleuté ; nombreux phytolithes, en forme de selle, allongés et perforés ou en filaments superposés de 10 µm de large et de plusieurs centaines de microns de long ; quelques graviers calcaires et quelques agrégats argilo-limoneux renfermant des fragments végétaux d’orientation variée (fragments de torchis) ; limite inférieure diffuse, avec passage progressif à un substrat rubéfié.

45

Microstructure massive, lenticulaire ou microagrégée (ag ± 50 µm), avec superposition de nombreux résidus charbonneux de feuilles et une lentille subhorizontale de 1,5 mm de long et 200 µm d’épaisseur, contenant de nombreux sphérolites opacifiés (déjection animale) ; squelette sablo-limoneux (20 %, < 300 µm) avec quelques graviers (quartz, feldspath), schiste, mica, calcaire ; matrice d’argile brunâtre à particules micritiques cendreuses et esquilles osseuses subarrondies (± 100 µm), jaune pâle, isotropes (os digérés ?) ; quelques os plus gros (± 400 µm), légèrement biéfringents, jaune à gris-jaune ; limite inférieure assez nette.

46

Au sommet : microstructure d’entassement lâche ; porosité importante (secondaire, 30-40 %, due en partie à la rétraction secondaire des nombreux fragments végétaux) ; entassement d’unités denses argilo-limoneuses à sableuses, de cailloux et de fragments végétaux brunifiés à carbonisés (dont des fragments de feuilles) ; nombreuses unités jaune pâle ou jaune rosé, isotropes, subarrondies, de 20 µm à 1 mm (origine organique ; os altérés ?) ; matrice argilo-limoneuse brun orangé isotrope, avec paillettes de mica ; limite inférieure localement nette, mais le plus souvent remaniée par la microfaune.
À la base : microstructure stratifiée et lenticulaire, avec superposition de lits d’épaisseur millimétrique, formés de végétaux brunifiés à carbonisés, de cendres ou d’argiles limono-sableuses denses, brunâtres. Dans les lits cendreux : prismes calcitiques bien cristallisés ou microfragmentés. Quelques os jaunes isotropes ou oranges, légèrement biréfringents, épars < 1 mm ; limite inférieure localement nette.

47

Microstructure massive à lenticulaire, agrégation biologique modérée, porosité en cavités d’entassement ou biologiques et fissures subhorizontales (10-20 %) ; structure lenticulaire localement soulignée par surfaces tassées et par passées cendro-charbonneuses ; squelette sablo-limoneux < 3,5 mm, assez abondant (± 30 % ; quartz, feldspath, calcaire, schiste) ; matrice limono-argileuse brun-jaune poussiéreuse, riche en microfragments végétaux brun-noir, en paillettes micacées et en particules micritiques (en partie d’origine végétale) ; un agrégat argileux dense avec squelette de quartz et feldspath (fragment de céramique roulé ?) ; esquilles osseuses gris-jaune à teinte de biréfringence grise (10 %) ; tissus végétaux brun-noir à rougeâtres (± 20-30 % ; < 1 cm).

48

Microstructure massive assez homogène ; pas ou peu de litage, quelques résidus végétaux carbonisés subhorizontaux et une passée cendreuse brun-gris ; squelette sablo-limoneux pas très abondant (5-10 % ; quartz, feldspath, schiste) ; plusieurs grains de quartz fondus sur leur pourtour ; matrice micritique avec quelques cristaux prismatiques, plus ou moins fragmentés et fondus les uns dans les autres (masse spongieuse) ; vers le sommet, une petite unité gris-jaune à jaune, isotrope, à sphérolites (coprolithe) ; quelques petits agrégats argilo-limono-sableux brun orangé épars ; limite inférieure nette ou irrégulière.

49

Au sommet : microstructure lenticulaire avec nombreux résidus végétaux (30 %), brun rougeâtre à noirs, subhorizontaux dans secteurs non bioturbés ; porosité essentiellement secondaire (biologique ; 20-30 %) ; squelette sablo-limoneux de schiste, quartz, feldspath, épars (10-20 %) ; matrice d’argile micritique très riche en microvégétaux brun rougeâtre ; os rubéfiés, orangés à teinte de biréfringence grise ; au sommet, des agrégats plus cuits (roses) de cette couche sont mélangés à la couche 48.̄
À la base : comparable au sommet, mais moins cuit, matrice de plus en plus jaune clair vers le bas, avec des cristaux cendreux prismatiques (10-20 µm), microfragmentés ; quelques sphérolites ; des tessons et des esquilles osseuses jaune pâle isotropes.

50

Microstructure massive à grumeleuse ; porosité et agrégation secondaire ; squelette sablo-limoneux (5-10 %) ; matrice cendreuse avec très nombreux cristaux micritiques, résidus charbonneux, esquilles d’os jaunes à brun-gris (brûlés), agrégats argileux à fragments végétaux (couche d’occupation ou torchis), agrégats argileux rougeâtres (rubéfiés) et agrégats argileux karstiques.

51

Dépôt détritique comparable à 52, mais rubéfié.

52

Microstructure grumeleuse à massive ; remaniements biologiques importants ; squelette sablo-graveleux abondant ; matrice argileuse orangée à gris orangé, plus ou moins riche en micrite, emballant des résidus charbonneux et osseux ; passée intermédiaire avec fragments végétaux brunifiés ou carbonisés ; pas d’orientation préférentielle des constituants ; limite inférieure assez nette.

20À la base, la couche 52 résulte du mélange de matériaux anthropiques (ossements et végétaux) et naturels (graviers, sables, limons et argiles). L’absence de structuration subhorizontale et d’importants remaniements biologiques indiquent que le dépôt est en position secondaire. La couche 52 semble ainsi témoigner d’un abandon relativement prolongé de la salle 2, favorable au développement des processus sédimentaires et postsédimentaires naturels. Au-dessus, la couche 51 présente des caractéristiques similaires, mais apparaît rubéfiée par une combustion secondaire.

21Sur ce substrat rubéfié, la couche 50, bioturbée, pauvre en éléments détritiques et au contraire riche en cendres et en charbons, s’apparente à une structure de combustion, partiellement remaniée par la microfaune du sol après son abandon. En l’absence d’altération marquée des cendres, le recouvrement par la couche 49, riche en résidus végétaux, s’effectue probablement assez rapidement. Localement, cette couche se caractérise par sa structure lenticulaire et par sa richesse en constituants anthropiques, deux caractéristiques des couches d’occupation humaine. La présence de quelques sphérolites de calcite permet d’envisager que l’élevage était pratiqué par les occupants. Affecté par des remaniements biologiques postsédimentaires, ce dépôt est rubéfié dans sa partie sommitale par le foyer sus-jacent (pl. H2). Ce dernier, correspondant à la couche 48, est formé de cendres de bois, auxquelles sont associés quelques excréments d’herbivores.

22La couche 47, à nouveau plus détritique, trahit l’abandon du foyer, mais de fréquents constituants anthropiques et une structuration subhorizontale témoignent néanmoins de l’intervention de l’homme dans sa genèse. Sa densité et la présence de surfaces tassées conduisent à l’interpréter comme niveau de circulation. La base de la couche 46 présente également une stratification subhorizontale liée à la superposition d’apports plus ou moins riches en charbons, en cendres ou en argiles. Au sommet, l’entassement lâche d’éléments organiques et minéraux évoque un nouvel abandon du site.

23Au-dessus, la couche 45 apparaît riche en charbons, parmi lesquels on remarque plusieurs feuilles et un fragment de coprolithe écrasé, étagés dans un dépôt argilo-limoneux dense, brun-jaune, renfermant des résidus cendreux et osseux (pl. H3). La composition et la densité de cette couche sont interprétées comme la conséquence d’une période d’occupation humaine. Le passage à la couche 44 s’effectue progressivement, par raréfaction des charbons au profit des cendres. La superposition de lits gris-blanc, riches en cendres de bois, et de lits gris-jaune, plus riches en phytolithes et en limons quartzeux, laisse supposer plusieurs apports de combustibles, voire plusieurs phases de combustion successives. Interstratifiés dans ces cendres et les déformant localement, quelques fragments de torchis trahissent le démantèlement de constructions en terre (pl. H4).

24En conclusion, après la période d’abandon attestée par le remaniement biologique de dépôts anthropiques et naturels dans les couches 52 et 51, la formation 2 paraît résulter d’une occupation continue ou de plusieurs phases d’occupation rapprochées dans le temps.

25Les couches 50 à 48, comprenant deux foyers et une accumulation intermédiaire riche en résidus d’occupation (charbons, cendres et esquilles osseuses), correspondraient à une première fréquentation, marquée par l’apparition des premiers indices d’élevage. L’hypothèse de l’abandon du site par la suite est envisageable avec la mise en place de la couche 47, plus détritique.

26La couche suivante caractérise une occupation humaine, sans bétail attesté, suivie d’un abandon entraînant le remaniement de sa partie sommitale (couche 46).

27La dernière occupation est marquée par quelques témoins d’élevage et par un important foyer (couches 45 et 44). Bien que l’on puisse entrevoir que le site a été abandonné à deux reprises, aucun niveau d’altération significatif, ni aucun dépôt strictement naturel, ne permet d’attester indubitablement l’interruption de l’occupation. Une évolution dans l’utilisation de l’espace, avec notamment le déplacement des structures de combustion, ou un changement d’activités peuvent expliquer l’accumulation des apports détritiques dans la couche 47 et de l’activité biologique dans la couche 46. Si des abandons ont eu lieu, ceux-ci ont probablement été de relativement courte durée.

3.2.1.3 La formation 3

28La formation 3 (fig. 34, 35 ; tabl. XXXIII, XXXIV) concerne la dernière série de dépôts associés aux occupations du Néolithique moyen (couches 43 à 29).

TABL. XXXIII. Corbère-les-Cabanes / Grotte de Montou. Description micromorphologique des couches échantillonnées dans la formation 3.

Couche

Description micromorphologique

37

Masse gris clair, massive à litée, peu poreuse (5 %) ; matrice micritique à cristaux de ± 20 µm, prismatiques simples ou maclés, fréquemment microfragmentés et boursouflés, à teinte de biréfringence brune, beige, blanche ou gris-bleu ; quelques lentilles subhorizontales, formées de cristaux gris-brun (végétaux moins cuits) ; des petits agrégats limoneux gris clair, cryptocristallins, à teinte de biréfringence gris-bleu, contenant des limons de quartz à bords fondus (20-100 µm) ; des agrégats limono-argileux brun jaunâtre subarrondis de ± 500 µm ; des agrégats millimétriques jaunes à brun-gris, plus ou moins feuilletés, à phytolithes et/ou sphérolites, caractéristiques de coprolithes de bétail ; quelques fragments millimétriques de céramique ou de torchis (argileux à squelette sablo-limoneux de quartz, feldspath et mica, et dans certains cas des fragments végétaux) ; plusieurs charbons, quelques esquilles d’os jaunes isotropes ± 500 µm ; limite inférieure nette.

38

Lentille de 500 µm à 2 mm d’épaisseur, contenant plus d’éléments détritiques (argile et limon) que 37, mais toujours riche en résidus végétaux et en cendres grises ; aspect rubéfié, carbonisé à calciné ; structuration lenticulaire liée à la disposition subhorizontale de vides, de fragments de schistes de charbons et de brindilles végétales ; quelques esquilles osseuses gris-jaune isotropes (± 800 µm) limite inférieure diffuse, avec passage progressif à la couche sous-jacente par enrichissement en cendres.

39

Subdivisée en 39a plus cendreuse et 39b plus détritique :
– 39a : masse micritique dense, grise à gris-brun, plus terne que 37 ; porosité faible (2-5 %) ; cendres grises litées formées de très nombreux cristaux prismatiques gris-blanc ; éléments allongés subhorizontaux (fragments de céramique, sable, résidus végétaux brunifiés à calcinés) ; fragments de peau (500 µm à 1,5 mm) brun-gris à calcinés ; charbons plus nombreux au sommet (combustion inachevée ?), parfois avec différenciation de druses gris-brun ; esquilles osseuses jaune pâle isotropes à jaune-orange légèrement biréfringentes (< 600 µm) ; tessons avec dégraissant de feldspath ; cendres brun-rose au sommet, gris-blanc à la base (combustion inachevée ou pollution ?) ; squelette plus abondant au sommet (5-10 %), plus rare à la base (2-5 %) [pollution ?] ; limite inférieure diffuse ;
– 39b : lentille rubéfiée riche en cristaux cendreux gris ; structure horizontale avec surface tassée surlignée par liseré charbonneux ; porosité plus importante que dans les cendres (5-10 %) : cavité d’entassement intergrains et agrégats et porosité biologique ; matrice argileuse avec nombreux grains sablo-limoneux (20-30 %) et petits graviers ; agrégats millimétriques d’argile karstique ; esquille d’os jaune légèrement biréfringente ; un phytolithe ? (aspect tissu cellulaire vitreux blanc isotrope) ; limite inférieure nette à diffuse ; matériel plus ou moins mélangé avec celui de la couche sous-jacente cendreuse.

40

Nouvelle accumulation cendreuse massive, litée, assez semblable à 39a, comme elle plus brune que 37 ; litage souligné par des lentilles de cendres grises ou gris-jaune ou par des charbons allongés ; localement peu litée (perturbation secondaire) et relayée par (un ou des ?) amas de cendres comprenant des unités subarrondies brun-jaune (800-1600 µm) ; matrice argileuse brun-jaune poussiéreuse peu biréfringente, plus ou moins riche en micrite < 20 µm, mica < 40 µm, quartz 40-60 µm, charbons, os (avec pellicule d’argile rouge), sables grossiers ; cendres prismatiques, brun-gris ; limite inférieure nette mais avec quelques cristaux cendreux intégrés dans 41.

41

Substrat rubéfié ; structure lenticulaire soulignée par des brindilles charbonneuses allongées (surtout au sommet) localement agrégée (remaniement biologique) ; les charbons correspondent peut-être à des résidus de combustion de 40 ; teneur en résidus végétaux plus ou moins carbonisés : > 50 % ; nombreuses esquilles d’os jaune à jaune-orange à brun-rouge (peut-être rubéfiées par 40, car plus jaunes dans 42 non rubéfiée) ; un os de 1,5 x 1 cm, plus ou moins dissous et divisé en plusieurs éléments ; limite inférieure diffuse, passage progressif à 42.

42-43

Microstructure grumeleuse, assez aérée, résultant de l’entassement lâche de divers constituants et agrégats, ces derniers présentant fréquemment une microstructure interne lenticulaire plus compacte ; matériel remanié par les vers, surtout dans sa partie sommitale ; squelette minéral plus abondant que dans les couches sus-jacentes, avec des cailloux, des graviers, des grains de sables et des limons (± 50 %) ; matrice argileuse riche en micrite et très riche en microcharbons d’environ 100 µm (30 %). Sont également dispersés dans ces dépôts : des agrégats d’argile karstique rouge, de nombreux résidus charbonneux (20 %), des esquilles d’os, jaunes, jaune-orange, gris-blanc (20 %), des agrégats cendreux et des agrégats organo-détritiques rubéfiés.

TABL. XXXIV. Corbère-les-Cabanes / Grotte de Montou. Description micromorphologique des couches échantillonnées dans la formation 3 en H8/H9.

Couche

Description micromorphologique

29

Microstructure agrégée compacte ; porosité et agrégation faible, surtout au sommet ; entassement dense, hétérogène, d’agrégats détritiques ou charbonneux, de tailles et de formes variées, parfois subarrondis ; agrégats d’argile rouge plus nombreux au sommet et agrégats limono-argileux bruns plus fréquents à la base ; squelette sablo-limoneux abondant, de quartz, grès quartzeux, micaschiste et rares fragments de calcaire altéré, graviers calcaires plus fréquents dans moitié inférieure ; matrice argileuse brune à brun-jaune, riche en matière organique jaune amorphe ; très nombreux charbons, plus gros dans la moitié supérieure ; très nombreux résidus osseux.

30

Subdivisée en deux sous couches : 30a au sommet et 30b à la base :
– 30a : microstructure agrégée compacte ; porosité moyenne, avec cavités d’entassement et fissures ; agrégation moyenne, avec déjections de vers ; squelette abondant, très altéré, avec nombreux fragments de calcaire partiellement ou totalement dissous, schiste plus ou moins délité, mica exfolié, quartz et feldspath peu altérés ; matrice brun-jaune, avec nombreux fragments végétaux brun-rouge, ou gris clair, peu biréfringente voire isotrope, avec ou sans éléments figurés ; agrégats d’argile rouge plus ou moins décolorés, pseudomorphosés par matériel gris isotrope ; charbons fréquents ; fréquentes esquilles osseuses, blanches, jaune pâle, jaune-orange ou gris-rose, plus ou moins biréfringentes,
oxydées et lessivées (brûlées et/ou altérées) ; quelques phytolithes ; un tesson de céramique brun rougeâtre dans un agrégat limoneux ; – 30b : plus ou moins comparable à 30a, mais plus dense ; plus riche en matrice grise ; avec squelette minéral moins abondant et sans calcaire.

31

– 31a, au sommet : limite supérieure nette à diffuse avec front d’altération ; microstructure agrégée, bioturbée ; porosité moyenne, avec cavités biologiques et d’entassement ; agrégation moyenne ; squelette abondant, avec calcaire et schiste altérés, quartz, feldspath et mica, sans orientation préférentielle ; matrice brun-jaune, argileuse, riche en matière organique amorphe, peu ou très biréfringente ; nombreux végétaux brunifiés, charbons et esquilles osseuses brûlées ; quelques phytolithes ;
– 31b, à la base : limite supérieure nette ou bioturbée ; microstructure agrégée, bioturbée, ouverte au sommet, plus massive vers la base ; porosité importante au sommet, avec cavités d’entassement lâche, plus faible à la base ; agrégation importante, surtout biologique, quelques agrégats massifs ; squelette abondant, surtout au sommet, avec graviers, sable et limon, de calcaire (parfois rubéfié), schiste, quartz, feldspath et mica ; agrégats d’argile rouge ; matrice argileuse brunâtre riche en charbons, de plus en plus cendreuse vers la base ; nombreux gros charbons en entassement lâche au sommet ; fréquentes esquilles osseuses jaunes à gris-blanc ; tessons.

32

– 32a, au sommet : limite supérieure nette ou bioturbée ; microstructure massive à agrégée, bioturbée ; porosité faible ; agrégation biologique avec déjections de vers compactés ; squelette abondant, avec graviers, sable et limon, de calcaire altéré, de schiste, quartz, feldspath et mica ; matrice brun-jaune argileuse avec particules carbonatées ; quelques charbons ; quelques os jaunes à gris-blanc.
– 32b : limite supérieure nette ; microstructure massive ; porosité et agrégation faible ; squelette faible à moyen de quartz et feldspath ; matrice grise avec cendres carbonatées ; charbons.
– 32c : limite supérieure nette ; microstructure massive ; porosité et agrégation faibles ; squelette abondant de sable et limon de quartz, feldspath, mica, et schiste ; matrice brun-jaune, argileuse micacée avec particules micritiques au sommet ; quelques charbons ; quelques os.
– 32d, à la base : limite supérieure nette ; microstructure massive à microlitée ; porosité faible, biologique et de dessiccation ; agrégation faible à nulle, biologique ; assez fréquents agrégats jaunâtres ou rougeâtres de matière organique ; squelette faible, avec sable et limon de quartz, feldspath, oxydes, quartzite, schiste, rares fragments de calcaire, quelques quartz à bords fondus ; matrice.grise avec cristaux rhomboédriques ; charbons fréquents ; quelques petites esquilles osseuses gris-jaune ; rares phytolithes ; couche biseautée vers l’est.

33

– 33a, au sommet : limite supérieure nette ; microstructure bioturbée ; porosité et agrégation biologiques importantes, rares agrégats argileux orangés ou rougeâtres à sable et limon ; squelette abondant, avec sable et limon de calcaire, schiste, quartz, feldspath et mica ; matrice jaune amorphe avec particules micritiques et cristaux rhomboédriques épars ou en lentilles ; fréquentes esquilles osseuses jaunes à blanches, brûlées ; charbons ; rares phytolithes.
– 33b, à la base : limite supérieure bioturbée ; microstructure massive à microlitée, avec litage souligné par des charbons subhorizontaux ; porosité et agrégation faibles, quelques agrégats détritiques à squelette sablo-limoneux et matrice argileuse micacée abondante ; squelette faible, avec sable et limon de quartz, feldspath et mica ; matrice grise, avec très nombreux cristaux rhomboédriques et particules végétales carbonisées ; fréquentes esquilles osseuses jaune-orange à gris-blanc ; charbons assez nombreux, dont fragments d’écorce et de feuilles ; un petit amas à sphérolites à la base.

34

– 34a : microstructure bioturbée ; porosité et agrégation biologiques importantes, rares agrégats détritiques sablo-limoneux à matrice argileuse micacée ; squelette moyen, avec quelques petits graviers de calcaire altéré et de schiste, nombreux grains de sable et de limon de quartz, feldspath et mica ; matrice brun-jaune à jaune amorphe ; fréquents charbons ; fréquents cristaux cendreux gris ; nombreuses esquilles osseuses ; quelques phytolithes.
– 34b : microstructure massive à microlitée, bioturbée ; porosité et agrégation biologiques moyennes, quelques agrégats détritiques, sablolimono-argileux, brun-jaune (comparables à ceux de 33) ; rare squelette avec quelques grains de sable fin et limon de quartz, feldspath, mica, schiste, grès quartzeux ; matrice grise, avec cristaux rhomboédriques ; charbons assez fréquents ; rares petites esquilles osseuses jaunes isotropes.

35

– 35a, c, e : limite supérieure diffuse ; 35a et 35c avec microstructure massive à microlitée, plus ou moins bioturbée, 35e plus agrégée ; microlitage souligné par des empreintes charbonneuses à cendreuses de feuilles et de brindilles et par des niveaux compactés ; porosité et agrégation biologiques faibles, quelques agrégats limono-argileux bruns, souvent subhorizontaux ; squelette rare, avec sable fin et limon de quartz ; matrice micritique grise à nombreux cristaux prismatiques ; inclusions organiques jaune pâle ; feuilles et brindilles calcinées ; une enveloppe de graine ? rares charbons ; rares déjections à sphérolites ; petits fragments de céramiques.
– 35b, d, f : limite supérieure diffuse ; microstructure microlitée, bioturbée, 35f plus agrégée ; porosité et agrégation biologiques assez importantes ; squelette un peu plus abondant et plus grossier que dans 35a, b, c, avec sable et limon de quartz, feldspath, gneiss, fréquemment subhorizontaux ; matrice grise à gris-jaune, avec cristaux rhomboédriques et inclusions organiques jaune-orange ; fréquents charbons de bois et de feuilles ; fréquentes empreintes de feuilles orangées peu carbonisées ; fragment d’écorce ; fréquentes esquilles osseuses jaune-orange à gris-beige.

37

Microstructure massive à litée ; porosité et agrégation biologiques faibles, un agrégat limono-argileux microlité à phytolithes ; rare squelette sablo-limoneux ; matrice micritique grise, avec quelques cristaux prismatiques ; rares charbons ; quelques tessons.
À la base : substrat rubéfié à microstructure spongieuse, bioturbée ; porosité et agrégation faibles à moyennes ; squelette moyennement abondant, sablo-limoneux ; matrice jaune-orange amorphe ; fragments d’herbacées ; nombreux agrégats fibreux, dont plusieurs à sphérolites opacifiés.

29À la base, les couches 43 et 42 sont caractérisées par une microstructure d’entassement lâche et par le mélange, en grande partie d’origine biologique, de matériaux anthropiques (os, charbons, agrégats lenticulaires de couches d’occupation…) et naturels (cailloux, graviers…). Elles évoquent un dépôt en position secondaire, dans lequel une ou plusieurs couches anthropiques et détritiques ont été remaniées par la microfaune du sol après le départ des occupants.

30Sur la coupe H8-H7, les couches 41, 39b et 38, riches en constituants minéraux d’origine minérale et en résidus végétaux plus ou moins brûlés, présentent une structuration lenticulaire, plus fortement marquée dans leur partie sommitale. Elles apparaissent comme des apports au départ essentiellement naturels, enrichis en constituants organiques et compactés par les occupations sus-jacentes. Au-dessus de ces apports détritiques, les couches 40, 39a et 37 sont interprétées comme des structures de combustion in situ, sur la base de leur composition essentiellement cendreuse, de leur microstructure litée et de la rubéfaction des couches détritiques sous-jacentes. En plus des cendres de bois, les résidus de combustion révèlent la présence de probables fragments de peau dans la couche 39 et d’excréments de bétail dans la couche 37 (pl. H5, H6).

31Sur la coupe H8/H9, la couche 37 correspond à une épaisse accumulation cendreuse, en continuité avec celle observée en H8-H7. La rubéfaction de la couche argileuse détritique, sur laquelle elle repose, atteste sa position in situ. Au-dessus, la couche 35 est formée de plusieurs sous-couches, alternativement gris-blanc et gris-noir. Les sous-couches 35f, 35d et 35b se caractérisent par leur nature essentiellement charbonneuse et par une charge détritique assez importante. Les sous-couches sus-jacentes, 35e, 35c et 35a, sont en majorité formées de particules micritiques cendreuses. Des cristaux prismatiques et des empreintes calcinées de feuilles et de brindilles témoignent de la combustion de feuillages (pl. I1). Quelques résidus d’excréments animaux ont également pu servir de combustible. Dans les sous-couches cendreuses 35e et 35c, la présence d’agrégats détritiques lenticulaires subhorizontaux et de niveaux compactés laisse entrevoir des épisodes de piétinement (pl. I2). La lentille cendreuse 35a, homogène et microlitée, témoigne d’une combustion in situ. Elle contient un fragment carbonisé, calciné par endroits, évoquant une enveloppe de graine.

32Plus haut, les couches 34, 32 et 31 sont également subdivisées en plusieurs sous-couches, qui apparaissent cette fois alternativement jaunes et grises. Dans les secteurs épargnés par les remaniements biologiques, les limites séparant ces différentes sous-couches sont bien marquées et soulignent le changement d’apports sédimentaires. Plus précisément, les sous-couches jaunes, 34a, 33a, 32c, 32a, 31a, sont caractérisées par une texture essentiellement argileuse ou sableuse et par une microstructure, dans l’ensemble, agrégée ouverte. Elles renferment des charbons, des cendres, des esquilles d’os brûlés et des fragments de céramique, parfois pris dans des agrégats argileux roulés. Les sous-couches grises, 34b, 33b, 32d, 32b et 31b, présentent, au contraire des précédentes, une microstructure plus massive et plus litée, résultant de l’entassement dense de particules micritiques et de charbons, fréquemment disposés à l’horizontale. Quelques agrégats détritiques lenticulaires, également subhorizontaux, renforcent le caractère lité de ces accumulations. La présence de fréquents cristaux prismatiques et de quelques résidus calcinés d’écorce et de feuilles, témoigne de la nature cendreuse de ces couches grises, essentiellement issues d’une combustion de bois. L’absence de rubéfaction au sommet des couches détritiques jaunes sous-jacentes indique que la combustion n’a pas eu lieu sur place et que les couches grises résultent plutôt de la dispersion des cendres sous l’effet du piétinement.

33Au-dessus, la couche 30 se caractérise principalement par la forte altération de ses constituants. Les éléments grossiers calcaires sont très corrodés et n’existent plus parfois que sous la forme de fantômes, les schistes sont délités, les micas décolorés et exfoliés, et les argiles apparaissent également très altérées (pl. I3). L’abondance des fragments de tissus végétaux brunifiés et la présence de phytolithes, éparpillés dans la matrice de cette couche, indiquent que le matériel altéré était à l’origine riche en matières végétales (litière) ou animales (fumier). La présence de charbons et d’os brûlés trahit quant à elle d’autres apports, plus strictement anthropiques. La couche 30 apparaît ainsi comme un mélange de dépôts d’occupation et d’apports détritiques. Ce mélange est en partie d’origine biologique, puisque des déjections de vers sont localement identifiables. La forte altération qui affecte ce mélange organo-détritique implique l’arrêt des processus sédimentaires et donc l’interruption prolongée des occupations.

34Enfin, la couche 29, qui termine cette formation, est caractérisée principalement par sa composition hétérogène et par sa compacité. Sa richesse en résidus charbonneux, parfois de grandes dimensions, et en esquilles d’os, témoigne de son origine essentiellement anthropique. Des apports détritiques concomitants sont toutefois attestés par un squelette minéral abondant et par des agrégats roulés, argilo-limoneux, brun-jaune ou brun-rouge. Cette hétérogénéité des constituants, l’absence de litage et la densité du dépôt, plaident pour l’hypothèse du remaniement et de la compaction de dépôts anthropiques plus anciens, cette compaction étant probablement due à l’occupation sus-jacente.

35En conclusion, après un abandon sans doute assez prolongé, permettant le mélange biologique de différentes couches anthropiques et naturelles (couches 43 et 42), l’ensemble des couches 41 à 31 semble témoigner d’une occupation intermittente, avec des périodes d’abandon toutefois assez courtes, étant donné l’absence d’indice d’altération dans les accumulations cendreuses. Les couches d’occupation, matérialisées par des épandages cendro-charbonneux, plus ou moins proches des foyers d’origine et plus ou moins piétinés par les occupants, sont régulièrement entrecoupées de niveaux plus détritiques, laissant supposer des arrêts d’occupation favorables au développement de la sédimentation naturelle. L’alternance régulière des dépôts anthropiques et naturels, la faible épaisseur des accumulations détritiques et enfin la faible altération des cendres, évoquent des périodes d’abandon assez brèves. Les rythmes sédimentaires observés pourraient ainsi résulter de la réutilisation d’un même foyer à l’occasion de plusieurs passages successifs, par exemple dans le cadre d’activités journalières ou saisonnières. Les quelques fragments de coprolithes retrouvés dans ces couches tendent à témoigner de la pratique de l’élevage, mais dans ce cas les animaux étaient peu nombreux ou parqués ailleurs que dans la salle 2, où aucune épaisse accumulation de fumier n’a été identifiée. Au terme de ces occupations, la formation d’un important niveau d’altération (couche 30) témoigne d’un abandon sans doute prolongé du site. La couche 29, bien que contenant des vestiges du Néolithique moyen, peut être associée à des occupations ultérieures, puisqu’elle recouvre le niveau d’abandon de la couche 30. Elle pourrait résulter d’un remblayage par les groupes du Néolithique final ou du Bronze ancien.

3.2.1.4 Synthèse des observations

36La confrontation des données stratigraphiques et micromorphologiques conduit à subdiviser l’histoire du remplissage néolithique en sept principales périodes de mise en place (fig. 36).

37La première période concerne les couches 63 à 57, mises en place par des processus naturels de sédimentation, de type colluvionnement. Ces dépôts comprennent des constituants d’origine anthropique, mais aucune véritable couche d’occupation humaine n’est identifiée, même sous la forme d’agrégats résiduels. Deux structures de combustion (couches 61 et 58) attestent néanmoins le passage de l’homme. Au vu de la faible rareté générale de la sédimentation anthropique, ces structures de combustion sont interprétées comme la conséquence de courtes fréquentations de la salle 2.

38La deuxième étape de formation du remplissage intéresse les couches 56 à 53, caractérisées par des apports anthropiques plus importants que précédemment. Cinq foyers au moins ont été successivement allumés, témoignant du passage répété d’un groupe humain. À partir de la couche 53, l’altération modérée des cendres et l’épaisseur régulièrement faible des apports détritiques évoquent des périodes d’abandon de durée relativement courte et la fréquentation intermittente mais régulière du site.

39Une sédimentation à nouveau plus détritique et des remaniements biologiques importants caractérisent la troisième période et laissent supposer l’arrêt des occupations (couches 52 à 51). Une brève fréquentation humaine est néanmoins suggérée par l’intercalation d’une passée cendro-charbonneuse dans la couche 52.

40La quatrième période semble correspondre à une occupation plus intense de la cavité (couches 50 à 44). Les dépôts sont tous fortement marqués par la présence de l’homme et atteignent une épaisseur beaucoup plus importante que ceux de la deuxième période. Dans les couches 50 et 44, la présence de fragments de torchis, issus de constructions non identifiées – cloison en terre, four ou autre –, tend à conforter l’hypothèse d’une installation relativement prolongée. Un seul et même groupe humain pourrait être à l’origine des couches 50 à 44. L’hypothèse de l’interruption momentanée des occupations est néanmoins envisageable étant donné l’interstratification de quelques passées plus détritiques et le remaniement biologique de certaines couches anthropiques. L’apparition des premiers indices d’élevage semble indiquer la fréquentation par des pasteurs.

41La période 5, caractérisée par le remaniement d’une ou de plusieurs couches d’occupation humaine, marque le retour à la prédominance des processus sédimentaires et postsédimentaires naturels, traduisant l’abandon du site.

42La sédimentation caractérisant la sixième période (couches 41 à 31b) présente une certaine similitude avec celle des précédentes phases d’occupation. L’alternance régulière d’apports anthropiques et détritiques semble indiquer la fréquentation intermittente de la cavité par un même groupe humain. Une dizaine de phases d’occupation au moins sont suggérées par les accumulations anthropiques. L’altération modérée des apports anthropiques et la faible épaisseur des accumulations détritiques interstratifiées évoquent des périodes d’abandon de durée relativement courte. La présence de quelques phytolithes, sphérolites et fragments de coprolithes suggère, comme dans le cas de la période 4, que les occupants du site pratiquaient l’élevage, mais avec seulement un petit nombre de bêtes ou avec un parcage des animaux hors de la salle 2. Un résidu carbonisé interprété comme une enveloppe de graine pourrait être un indice de la pratique de l’agriculture.

43Les dépôts de la septième et dernière période, fortement marqués par des processus d’altération, révèlent que les dernières occupations du Néolithique moyen (couches 31a et 30) ont été suivies dune longue période d’abandon.

FIG. 36. Corbère-les-Cabanes / Grotte de Montou. Représentation schématique et interprétation des couches du Néolithique moyen sur la coupe H8-H7.

FIG. 36. Corbère-les-Cabanes / Grotte de Montou. Représentation schématique et interprétation des couches du Néolithique moyen sur la coupe H8-H7.

3.2.2 L’âge du Bronze

44Les couches 28 à 2, mises en place pendant l’âge du Bronze, sont regroupées en trois formations principales (tabl. XXX ; fig. 35). À la base, la formation 4 concerne les couches 28 à 24, associées au Bronze ancien. La formation 5 sus-jacente regroupe les couches 23 à 12, attribuées principalement aux périodes d’occupation du Bronze moyen, mais peut-être aussi aux premières fréquentations du Bronze final II-IIIa pour ce qui concerne les couches 13 et 12. Enfin la formation 6 rassemble les couches 11 à 2, liées aux occupations du Bronze final II-IIIa. L’analyse micromorphologique des dépôts conduit à émettre sur les modalités de cette occupation (fig. 37) des hypothèses que l’on a pu confronter dans certains cas aux premières interprétations archéologiques et archéozoologiques (F. Claustre et J.-D. Vigne, comm. pers.).

FIG. 37. Corbère-les-Cabanes / Grotte de Montou. Représentation schématique et interprétation des couches de l’âge du Bronze (coupe H8/H9).

FIG. 37. Corbère-les-Cabanes / Grotte de Montou. Représentation schématique et interprétation des couches de l’âge du Bronze (coupe H8/H9).

3.2.2.1 La formation 4

45La formation 4, attribuée au Bronze ancien, entre 2300 et 1600 av. J.-C., est formée par les couches 28 à 24. Seule la base de cette formation est documentée en micromorphologie (fig. 35 ; tabl. XXXV).

TABL. XXXV. Corbère-les-Cabanes / Grotte de Montou. Description micromorphologique des couches échantillonnées dans la formation 4.

Couche

Description micromorphologique

27

Microstructure agrégée ; porosité importante avec cavités d’entassement lâche ; agrégation importante avec nombreux agrégats arrondis de vers et quelques agrégats subanguleux lités ; squelette abondant avec quelques petits cailloux calcaires très altérés et nombreux grains de sable et de limon de quartz, mica, feldspath, schiste et grès quartzeux ; matrice argilo-limoneuse brunâtre à brun rougeâtre ; très nombreux fragments osseux brunâtres à blancs ; très nombreux charbons ; nombreuses graines carbonisées ; nombreux phytolithes ; quelques tessons.

28

Microstructure agrégée à massive ; porosité moyenne avec cavités d’entassement, fissures et cavités lenticulaires ; agrégation moyenne ; nombreux agrégats subanguleux lités au sommet ; quelques agrégats biologiques subarrondis ; agrégats plus massifs et non lités vers la base ; quelques agrégats argileux rouges ; squelette abondant, avec cailloux et graviers calcaires altérés ou brûlés ; matrice argileuse abondante, brun-jaune à brunâtre ; charbons et os brûlés plus nombreux au sommet ; quelques graines carbonisées au sommet ; tessons.

3.2.2.2 La formation 5

46À la base de la formation 5, la couche 23 est attribuée au Bronze moyen, de 1500 à 1200 av. J.-C. Pour cette couche, des données micromorphologiques complémentaires sont apportées par un échantillon, prélevé en H8-H7, à 1 m au sud de la coupe H8/H9 (tabl. XXXVI). La microstructure, agrégée à la base, dense et lenticulaire au sommet, évoque un dépôt en position secondaire, tassé dans sa partie supérieure par l’occupation sus-jacente. L’abondance des charbons, des esquilles osseuses, des agrégats cendreux et des tessons éparpillés dans le corps de la couche, témoigne du remaniement d’anciens dépôts d’occupation. L’agrégation biologique est le principal agent de ce remaniement, mais la présence d’agrégats argilo-limoneux roulés et la texture argileuse du dépôt évoquent également l’intervention de processus de ruissellement et de colluvionnement. La couche 23 est en conséquence interprétée comme un dépôt en position secondaire, remaniement d’une ou plusieurs couches d’occupation humaine, tassé au sommet par une occupation ultérieure. L’abondance des éléments anthropiques déplacés et le rôle important des vers dans ce remaniement donnent à penser que l’abandon de la salle 2 a été assez long avant la reprise des occupations.

TABL. XXXVI. Corbère-les-Cabanes / Grotte de Montou. Description micromorphologique des couches échantillonnées dans la formation 5.

Couche

Description micromorphologique

12

Limite supérieure démantelée par l’activité biologique ; microstructure lenticulaire ; porosité moyenne en lentilles ; agrégation biologique modérée ; squelette moyennement abondant de quartz, quartzite, calcaire et gneiss, à distribution porphyrique ouverte ; matrice micritique abondante, à nombreux cristaux prismatiques ; nombreux résidus végétaux brunâtres à noirs subhorizontaux, dont des herbacées ; fréquentes esquilles osseuses jaunes à gris-beige ; quelques sphérolites et quelques phytolithes, isolés ou en chaînes dans les tissus végétaux ; quelques agrégats argileux.

14

– 14a (sommet de la couche) : microstructure lenticulaire ; porosité moyenne en lentilles subhorizontales, agrégation faible à nulle ; squelette moyen à abondant, avec sable et limon de quartz, feldspath et mica, à distribution porphyrique ; matrice argileuse rouge ou jaune poussiéreuse, à biréfringence tachetée ; nombreux charbons et résidus végétaux brun-rouges, subhorizontaux ; fréquentes esquilles osseuses ; quelques phytolithes ; rares sphérolites ; rares cristaux de calcite prismatiques.
– 14b (base de la couche) : microstructure agrégée à polyédrique ; porosité plus importante, en cavités d’entassement et fractures ; agrégation moyenne à importante, avec agrégats biologiques subarrondis et agrégats subanguleux ; squelette plus abondant, avec graviers, sable et limon, de calcaire, de schiste et de quartz, à distribution porphyrique fermée ; matrice argileuse abondante, orangée, à biréfringence tachetée ou granostriée ; charbons, os et phytolithes moyennement abondants.

15

Microstructure agrégée à lenticulaire ; porosité importante ; agrégats biologiques subarrondis et agrégats subanguleux ; squelette abondant avec cailloux calcaires altérés, sable et limon de quartz, de quartzite, de schiste et de feldspath, à distribution porphyrique ; matrice argileuse brunâtre, à biréfringence basse ; nombreux charbons et tissus végétaux brunifiés (dont des herbacées), nombreux os jaune-orange à gris-jaune, quelques phytolithes ; quelques grains de micrite épars ou en agrégats.

16

Limite supérieure assez nette ; microstructure agrégée, bioturbée ; porosité faible au sommet, importante à la base ; agrégation biologique importante ; squelette abondant, avec sable et limon, de schiste, de quartz, de feldspath et de mica, mais sans calcaire ; distribution porphyrique ; matrice argileuse riche en matière organique jaune amorphe, brunifiée au sommet ; nombreux charbons et tissus végétaux brunâtres, dont fragments de tiges ou de feuilles ; quelques esquilles osseuses jaunes isotropes ; petit fragment de céramique ; nombreux phytolithes ; quelques agrégats d’argile karstique jaune poussiéreuse.

20

Limite supérieure assez nette, compactée ; microstructure agrégée, bioturbée ; porosité faible à moyenne au sommet, plus importante en dessous ; agrégation biologique importante ; squelette sablo-graveleux de calcaire, schiste, quartz, feldspath et micas ; matrice argileuse brun-jaune au sommet à argilo-micritique brun-gris à la base ; charbons et esquilles osseuses jaunes à grises très fréquents, charbons plus gros à la base ; phytolithes ; sphérolites et cristaux cendreux prismatiques absents au sommet, de plus en plus nombreux vers la base ; un agrégat feuilleté, jaune à gris, à nombreux sphérolithes et phytolithes (coprolithe d’herbivore).

21

Limite supérieure assez nette, soulignée par un changement de composition et de structure ; microstructure massive à litée au sommet, plus agrégée à la base ; squelette faible à moyen, avec sable de gneiss, de calcaire et de quartz ; ligne de grains grossiers au sommet ; fréquents charbons millimétriques, dont fragments de feuilles, souvent subhorizontaux ; quelques esquilles osseuses jaunes à grises ; cendres carbonatées, avec nombreux cristaux prismatiques de calcite ; tesson de céramique brune à dégraissant sablo-limoneux de quartz et feldspath.

22

– 22a : limite supérieure diffuse ; microstructure agrégée ; porosité et agrégation biologiques très importantes ; squelette abondant avec sable et limon de quartz, de schiste, de feldspath et de mica ; matrice argileuse gris-jaune isotrope à biréfringence tachetée ; très nombreux charbons centimétriques, parmi lesquels beaucoup de brindilles et de feuilles carbonisées ; quelques esquilles osseuses jaunes, isotropes à légèrement biréfringentes ; phytolithes abondants ; un tesson de céramique.
– 22b : hétérogène ; limite supérieure diffuse, marquée par l’apparition de cailloux et d’agrégats de sédiment brun massifs ; microstructure polyédrique subanguleuse à agrégée ; porosité et agrégation biologiques importantes ; agrégats subanguleux ; squelette abondant avec des grains de sable et de limon de quartz, de schiste, de feldspath et de mica, et quelques cailloux calcaires altérés à la base de la couche ; matrice d’argile et de cendres carbonatées plus ou moins mélangées ; gros charbons ; os ; tesson de céramique ; quelques phytolithes ; agrégats brunâtres à brun-rouge, parfois avec charbons et esquilles d’os jaunes.
À l’ouest de la coupe : quelques agrégats argilo-limoneux lenticulaires, brun-rouge, à charbons, os et phytolithes, pris entre les cendres de 21 et celles du sommet de 22c.
– 22c : limite supérieure diffuse ; partie sommitale dense cendreuse et base lâche, charbonneuse, contenant quelques graviers et quelques agrégats argilo-limoneux ; microstructure massive à litée au sommet, agrégée ouverte à la base ; squelette sablo-limoneux moyennement représenté ; matrice de cendres carbonatées très abondante au sommet, plus riche en charbons de bois et de feuilles à la base ; petites esquilles d’os, jaunes à gris-beige.
– 22d : limite supérieure diffuse ; microstructure massive à agrégée ; porosité et agrégation moyennes ; squelette sablo-limoneux ; agrégats de cendres carbonatées avec cristaux de calcite prismatiques ; agrégats argileux emballant quelques charbons ; agrégats limono-argileux bruns ; charbons ; quelques phytolithes.

23

Limite supérieure diffuse avec interpénétration de 22 et de 23 ; microstructure massive à lenticulaire au sommet, plus agrégée à la base ; porosité et agrégation biologiques moyennes ; quelques agrégats argilo-limoneux roulés ; squelette abondant, avec cailloux, graviers, sable et limon, de calcaire, schiste et quartz, à distribution porphyrique ; matrice argileuse brune à brun-jaune, plus sombre au sommet ; agrégats de matière organique jaune amorphe ; nombreux charbons ; nombreuses esquilles d’os jaunes à grises ; agrégats cendreux ; phytolithes ; tessons.

47La couche 28, caractérisée principalement par de nombreux éléments détritiques éparpillés dans une masse argileuse brun-jaune à brunâtre, évoque une accumulation naturelle. Au sommet, des agrégats argilo-limoneux lités, caractéristiques des sols piétinés, sont associés à de plus nombreux apports anthropiques, tels que des charbons, des esquilles d’os brûlées et quelques graines carbonisées. Cette sédimentation anthropique indique le retour des occupants et permet de définir un niveau de circulation au sommet de la couche 28.

48Dans la couche 27 sus-jacente, l’entassement lâche de très nombreux résidus de combustion bien conservés et de quelques agrégats argileux lités, identifiables à des fragments de couches d’occupation, témoigne du remaniement des dépôts. Les déjections de vers montrent que ce remaniement est en partie d’origine biologique. L’absence d’indice de colluvionnement et la structure ouverte du dépôt indiquent qu’il n’y a pas eu de déplacement naturel important ni de compaction sous l’effet de l’occupation. L’abondance des graines, des phytolithes et des esquilles osseuses (pl. I4) évoque des activités de subsistance, mais est peut-être liée à la fonction sépulcrale de la cavité (Claustre 1996).

49En conclusion, après l’abandon du site, matérialisé par la mise en place de la couche 28, l’existence d’une nouvelle phase d’occupation se traduit par l’accumulation et par la compaction d’apports anthropiques sur le sol. Au-dessus, la couche 27 apparaît comme un dépôt d’abandon caractérisé par l’entassement lâche des apports anthropiques. L’utilisation de la cavité comme sépulture au cours du Bronze ancien pourrait être à l’origine de cette accumulation (Claustre 1996).

50Au-dessus, les couches 22 à 12 sont mises en place entre le Bronze moyen et le Bronze final II-IIIa.

51Concernant les dépôts du Bronze moyen, l’absence de limite nette entre les différentes lentilles 22d à 21 et la présence, dans chacune d’elles, de résidus de feuillages calcinés ou carbonisés, conduisent à les regrouper en un même ensemble. À la base de l’accumulation, les couches 22d et 22c se caractérisent par leur richesse en cendres et en charbons, modérément compactés (pl. I5). Au-dessus, la couche 22b apparaît bioturbée, riche en charbons, et comprend quelques cailloux et agrégats argileux. À l’est de la coupe H8/H9, la couche 22a, également remaniée par les vers, est formée surtout de brindilles charbonneuses et de phytolithes. À l’ouest de la coupe, la couche 21 résulte de la dispersion et de la compaction de résidus cendro-charbonneux sous l’effet du piétinement. L’ensemble des couches 22d à 21 apparaît ainsi comme un vaste épandage de feuillages, assez fortement perturbé par l’activité biologique, puis plus ou moins brûlé. L’abondance des charbons témoigne d’une combustion inachevée qui, considérant l’extension latérale et verticale de l’accumulation, ne va pas dans le sens de son interprétation comme foyer domestique, et conduit à envisager l’hypothèse d’un incendie, volontaire ou accidentel. La reprise des occupations se traduit ensuite par la compaction sommitale des résidus de combustion (couche 21).

52Au-dessus, les couches 20 à 16 présentent également des caractéristiques macroscopiques communes conduisant à les considérer comme un même dépôt. À l’ouest de la coupe, la couche 20 apparaît fortement affectée par l’activité biologique, décarbonatée, brunifiée et compactée dans sa partie sommitale. Elle contient de nombreux phytolithes, ainsi que de la matière organique amorphe. Un fragment de coprolithe et des sphérolites, plus nombreux vers la base de la couche non décarbonatée, attestent l’origine animale du dépôt, produit au moins en partie par des ovi-caprinés. À l’est de la coupe H8/H9, la couche 16, bioturbée et riche en matière organique et en phytolithes, s’apparente à une accumulation de fumiers d’herbivores, brunifiée puis compactée à son sommet par une occupation ultérieure. L’absence de sphérolites, peu compatible a priori avec la présence d’ovi-caprinés, peut s’expliquer si l’on considère que le troupeau était dominé par des bovins, ces derniers ne produisant guère de sphérolites. Cependant, elle résulte plus probablement de la dissolution des sphérolites, la décarbonatation du dépôt étant suggérée par l’absence d’éléments calcaires et par le front de décarbonatation observé dans la couche 20. Les similitudes observées entre les couches 20 et 16 conduisent à les interpréter comme une même accumulation de fumiers d’herbivores. Au milieu de la coupe H8/H9, la couche 17, de teinte claire, représente une probable variation du faciès de ces fumiers. La forte bioturbation qui les affecte ne permet pas d’assurer qu’ils soient in situ, ni donc d’affirmer indubitablement que la cavité a été utilisée comme lieu de parcage. La décarbonatation marquée du sommet de ces fumiers témoigne d’un abandon postsédimentaire, sans doute assez long.

53Au-dessus, la couche 15 et la base de la couche 14, riches en argiles karstiques et en témoins d’occupation, présentent une structure agrégée, ouverte, comprenant de fréquentes déjections de vers. L’abondance des argiles peut s’expliquer par la prédominance de la sédimentation naturelle alors que le site était à l’abandon. La microstructure lenticulaire et les nombreux résidus anthropiques (charbons, os, herbacées) du sommet de la couche 14 caractérisent un sol d’occupation. Formée essentiellement de cristaux prismatiques de calcite et de tissus végétaux, brunifiés voire carbonisés, la couche 12 sus-jacente témoigne de l’accumulation préférentielle de résidus de combustion de bois et de feuilles. Ces constituants sont associés à de fréquents grains minéraux détritiques dans un assemblage à microstructure lenticulaire. Ces différentes caractéristiques sont celles d’une couche d’occupation humaine, formée par l’accumulation et par la compaction de déchets sur le sol. La couche 13 sous-jacente, d’allure cendreuse et reposant sur un matériel rubéfié, représente sans doute le foyer d’origine.

54En conclusion, les couches 23 à 12 témoignent de l’existence de différentes phases de dépôt. Après un abandon sans doute assez long, marqué par la mise en place de la couche 23, le retour des occupants se traduit d’abord par la compaction de la partie sommitale de cette couche d’abandon. Au-dessus, une importante masse de feuillages brûlés suggère qu’il s’agit d’un dépôt anthropique incendié après abandon (couches 22 à 21). La compaction sommitale des résidus de combustion souligne la reprise des occupations. Au-dessus, les couches 20 à 16 consistent en une épaisse accumulation de fumiers d’herbivores, parmi lesquels on reconnaît des ovi-caprinés, et semblent indiquer que la grotte était utilisée comme lieu de parcage. Cependant, en l’absence de microstructure lenticulaire conservée, l’hypothèse selon laquelle il s’agirait d’un simple rejet de fumier doit également être envisagée. L’importante activité biologique qui s’est développée dans ces fumiers témoigne d’un abandon postsédimentaire assez long, ce que corrobore son enrichissement par des argiles karstiques (couche 15 et base de la couche 14). Au-dessus, le sommet de la couche 14 représente le niveau de sol sur lequel a été installé le foyer de la couche 13 et s’est déposée la couche d’occupation 12. Dispersés dans ces dépôts d’occupation, quelques phytolithes et sphérolites laissent supposer la pratique d’activités agropastorales.

3.2.2.3 La formation 6

55Les dépôts de la formation 6 sont associés aux occupations du Bronze final II-IIIa (tabl. XXXVII). À la base, la couche 11, riche en matière organique jaune, en sphérolites de calcite et en phytolithes d’herbacées, conduit à envisager que ce dépôt est essentiellement la conséquence de la présence d’herbivores, et plus précisément d’ovi-caprinés (Brochier 1983a ; Brochier et al. 1992). Aucun reste de plumes ou d’arthropodes (Wattez et al. 1990) ne permet d’impliquer des oiseaux ou des chauves-souris dans la genèse de ce dépôt, bien que la fréquentation d’autres galeries du karst par les chauves-souris soit connue. Les tessons de céramique et les fréquents témoins de combustion (charbons, cendres et os brûlés) éparpillés dans ces fumiers peuvent attester la présence simultanée de l’homme et des animaux ou résulter d’un mélange postsédimentaire.

TABL. XXXVII. Corbère-les-Cabanes / Grotte de Montou. Description micromorphologique des couches échantillonnées dans la formation 6.

Couche

Description micromorphologique

5

Couche microagrégée, très remaniée par l’activité biologique ; entassement lâche d’agrégats subarrondis et de quelques agrégats subanguleux résiduels, massifs ou microlités ; squelette abondant (cailloux, sables et limons, calcaire, schiste, quartz, mica) ; fraction fine, plus ou moins riche selon les agrégats, en argile, micrite, charbons, sphérolites, phytolithes et cristaux prismatiques de calcite ; nombreux charbons et os jaunes à blancs ; quelques tessons de céramique rouge ; agrégats argileux roulés ; agrégats micritiques parfois lités.

7

Séparée en deux sous-couches de composition et de structure différentes :
– 7a : limite supérieure nette ou déchiquetée par l’activité biologique ; microstructure lenticulaire à massive, avec une lentille cendreuse partiellement démantelée ; squelette abondant ; matrice d’argile et de micrite ; charbons ; os ; cendres carbonatées ; phytolithes ; sphérolites ; quelques agrégats argileux rubéfiés ;
– 7b : limite supérieure diffuse ; microstructure en agrégats subanguleux, centimétriques et avec quelques déjections de vers ; porosité d’entassement et biologique ; matrice argileuse, jaune ou brun-rouge.

9

Couche subdivisée en trois lentilles de composition et de structure différentes :
– 9a : empilement, sur 5 mm à 1 cm d’épaisseur totale, de lentilles gris clair, gris sombre, gris-beige ou jaunâtres, denses, définissant un dépôt lenticulaire à microlité ; rare squelette sablo-limoneux de calcaire, de gneiss et de quartz, avec parfois grains à bords fondus ; abondante fraction fine micritique avec cristaux de calcite prismatiques dans les lits gris, ou organique emballant des phytolithes et des sphérolites dans les lits jaunes ; quelques gros charbons et quelques fragments de céramique.
– 9b : limite supérieure nette à diffuse, couche massive à litée, peu poreuse et modérément agrégée ; squelette sablo-limoneux abondant (quartz, feldspath, mica et schiste) ; matrice argileuse brun-rouge (rubéfiée) à biréfringence tachetée, emballant des charbons, des os et quelques phytolithes.
– 9c : limite supérieure diffuse ; dépôt comparable au précédent, plus charbonneux et plus aéré ; microstructure à tendance lenticulaire ; porosité et agrégation modérées ; squelette gravelo-limoneux (quartz, parfois à bords fondus, calcaire, schiste, feldspath, mica) ; matrice argileuse brunâtre riche en micrite, emballant de nombreux charbons, de fréquentes esquilles d’os jaune-orange et quelques phytolithes.

10

Couche subdivisée en une partie sommitale bioturbée (10a) et une base mieux conservée (10b) :
– 10a : limite supérieure diffuse ; au sommet de la couche, un agrégat millimétrique de cendres microlitées, avec lentilles grises carbonatées et lentilles jaunâtres à sphérolites opacifiés et phytolithes ; corps de la couche agrégé à microagrégé ; agrégation biologique et porosité importantes ; quelques agrégats argileux roulés ; squelette gravelo-limoneux abondant ; matrice d’argile et de grains micritiques plus ou moins mélangés ; nombreux charbons ; fréquentes esquilles osseuses jaunes à blanches ; nombreux phytolithes ; fréquents sphérolites ; tissus organiques jaunes amorphes ;
– 10b : limite supérieure marquée par la densification du matériel et par l’alignement de graviers et de charbons ; microstructure lenticulaire à microlitée avec alternance de lits brunâtres et de lits grisâtres ; squelette minéral abondant ; matrice d’argile et de grains micritiques très mélangés ; nombreux charbons et nombreuses esquilles osseuses jaunes à grises ; cristaux prismatiques de calcite ; sphérolites ; phytolithes, parfois en connexion et en lits subhorizontaux.

11

Dépôt grumeleux, très agrégé par l’activité biologique, plus dense au sommet ; porosité importante ; squelette minéral abondant ; matrice de micritique grise ou organique jaune, amorphe, très riche en sphérolites de calcite, en phytolithes et en microcharbons, et ce plus particulièrement à l’ouest de la coupe ; des cristaux prismatiques de calcite, des charbons (cendres de bois), des résidus végétaux brun-rouge, des esquilles osseuses jaunes à gris-blanc (brûlées) et des tessons de céramiques sont également fréquents, notamment dans la partie orientale de la coupe.

56L’importante activité biologique qui a perturbé cette couche ne permet pas d’assurer qu’elle est in situ et la couche 11 peut ainsi témoigner, soit de la stabulation des animaux dans la cavité, soit d’un rejet de fumiers produits ailleurs, soit encore du mélange biologique de couches de stabulation et de couches anthropiques. L’hypothèse de l’utilisation de la salle 2 comme lieu de séjour pour les troupeaux du Bronze final II-IIIa est cependant également suggérée par l’analyse archéozoologique de Jean-Denis Vigne (Claustre 1992). Au vu de l’épaisseur des fumiers accumulés, ce parcage pourrait avoir duré assez longtemps, ou résulter de plusieurs passages successifs. L’importance des remaniements biologiques qui les affectent laisse supposer que la cavité a ensuite été abandonnée pendant une période assez longue. Le retour des occupants par la suite est à l’origine d’une importante compaction du sommet de ces fumiers.

57Au-dessus, la base de la couche 10, formée par l’accumulation litée de résidus de combustion, de sphérolites, de phytolithes, d’esquilles osseuses et d’argiles karstiques, apparaît caractéristique d’une couche d’occupation humaine comportant des indices d’élevage. Le sommet de la couche présente des caractéristiques comparables mais apparaît plus fortement remanié par les vers, après l’abandon du site. La base de la couche 9 est également riche en charbons mais plus argileuse ; elle semble montrer la prédominance de la sédimentation naturelle pendant l’abandon du site. Dans sa partie médiane, la couche 9 apparaît rubéfiée par un foyer sus-jacent. Celui-ci, différencié au sommet de la couche 9, consiste en résidus de combustion de bois et d’excréments d’herbivores, brûlés entre 400 et 800 °C. Dans la couche 7 sus-jacente, l’argile est à nouveau mieux représentée que les constituants anthropiques, ce qui suggère la prédominance de la sédimentation naturelle pendant une phase d’abandon. La structure lenticulaire du sommet de la couche 7, qui contient une lentille cendreuse peu destructurée, atteste l’existence d’un niveau de circulation. Au-dessus, la couche 5 apparaît remaniée par la microfaune du sol. Ce remaniement se traduit par le mélange d’agrégats d’argile karstique, d’agrégats lités de résidus de combustion (cendres carbonatées, charbons et os brûlés) et d’agrégats riches en rejets d’herbivores (sphérolites de calcite, phytolithes et matière organique amorphe). Ce mélange indique le démantèlement d’une ou de plusieurs couches d’occupation, formées par des populations pratiquant l’élevage.

58En conclusion, après l’utilisation probable de la salle 2 pour le parcage de bétail (couche 11), les dépôts suivants semblent résulter de trois phases d’occupation humaine, suivies chacune d’une période d’abandon (couches 10 à 5). La première de ces occupations humaines correspond à la mise en place des couches 10 à 9. L’abandon du site quant à lui se traduit par le remaniement biologique de ces dépôts et la reprise de l’occupation par leur compaction sommitale. Cette seconde phase d’occupation est matérialisée par l’installation d’un foyer au sommet de la couche 9, entraînant la rubéfaction des dépôts antérieurs. L’abandon qui suit se traduit par des remaniements biologiques et par le développement de la sédimentation argileuse à la base de la couche 7. La troisième phase d’occupation correspond aux dépôts anthropiques du sommet de la couche 7, remaniés par les vers dans leur partie supérieure (couche 5).

59La faible épaisseur de ces couches anthropiques et les importants remaniements biologiques qui les affectent secondairement, laissent ainsi entrevoir une occupation intermittente du site, rappelant celle évoquée pour le Néolithique moyen. La présence de sphérolites de calcite et de phytolithes, mêlés aux résidus anthropiques, semble témoigner de la fréquentation du site par des pasteurs, mais l’absence de véritable dépôt de stabulation ne permet pas d’envisager qu’une grande quantité de bétail y ait été parquée.

3.2.2.4 Synthèse des observations

60Les faciès sédimentaires des formations 4 à 6 conduisent à différencier plusieurs périodes de sédimentation et d’abandon, qui peuvent être mises en relation avec les modalités d’occupation (fig. 37).

61La première période d’occupation, au Bronze ancien, est marquée par la compaction du sommet de la couche 29. L’abandon qui suit favorise la mise en place de la couche 28, formée essentiellement d’apports naturels. La reprise des occupations se traduit ensuite par la compaction sommitale de la couche 28, tandis qu’un nouvel abandon est révélé par le remaniement biologique des apports anthropiques que constituent les couches 27 et 26. Une troisième période d’occupation, toujours attribuée au Bronze ancien, est soulignée par l’aménagement d’un foyer (couche 24), suivi d’un nouvel abandon prolongé de la cavité (couche 23).

62Au Bronze moyen, la fréquentation du site est d’abord marquée par un niveau de circulation (sommet de la couche 23), surmonté par une importante accumulation de feuillages, bioturbée puis brûlée (couches 22 et 21). La cavité apparaît ensuite exploitée, à deux reprises successives, dans le cadre d’activités pastorales, l’une à la fin du Bronze moyen (couches 20 à 16), l’autre au Bronze final II-IIIa (couche 11). À la base des accumulations de fumiers, des couches cendro-charbonneuses compactées témoignent de la présence de l’homme. La septième et dernière période d’occupation, associée au Bronze final II-IIIa, semble traduire la fréquentation intermittente de la cavité par des groupes pratiquant l’élevage, mais sans parcage attesté du bétail dans la salle 2.

3.3 Faciès sédimentaires et modalités d’occupation

63L’étude micromorphologique du remplissage de la Grotte de Montou montre l’existence de faciès sédimentaires différents selon les périodes d’occupation. Afin de faciliter les comparaisons, ces faciès et les interprétations que l’on peut en tirer sont présentés selon le plan déjà adopté pour les faciès observés dans le remplissage du Gardon.

3.3.1 Microfaciès sédimentaires anthropiques

3.3.1.1 Sols et couches d’occupation

64À l’exception du nivellement envisagé pour le début de l’occupation du Néolithique final ou du Bronze ancien (couche 29), et peut-être des feuillages incendiés du Bronze moyen (couches 22 et 21), les sols sur lesquels se sont installés les occupants ne paraissent pas avoir fait l’objet d’aménagement particulier. Ils se caractérisent le plus souvent par la compaction des dépôts antérieurs (couches 28, 23, 21, 15-14 et 9base).

65Pour leur part, les couches d’occupation se caractérisent par des dépôts microlités ou lenticulaires, denses, résultant de l’accumulation sur le sol de divers résidus anthropiques (cendres, charbons et os) ou minéraux, soit graveleux soit argileux (couches 7a, 9a, 10b, 12, 31b, 32b, 32d, 33b, 34b, 35a, 35c et 35e). Les faciès de dépôt observés à Montou se différencient de ceux du Gardon principalement par la taille souvent plus grande des résidus charbonneux, et par une teneur en graviers et en sables plus importante. Cette différence s’explique par une teneur en argile et une humidité plus importantes à Montou, favorables à l’empâtement des constituants plutôt qu’à leur fragmentation.

3.3.1.2 Aires d’activités

66Comme au Gardon, la teneur et la distribution variables des constituants conduisent à différencier plusieurs aires d’activités (cf. § 3.3.3).

Aires de combustion

67Les accumulations cendreuses microlitées, reposant sur des substrats rubéfiés, caractérisent les foyers (couche 9a, p. ex.). Les combustibles utilisés sont essentiellement du bois et des feuillages. L’aspect des résidus cendreux (nombreux prismes de calcite et os gris-beige) s’accorde avec l’idée que les températures ont pu atteindre des valeurs voisines de 500 °C (cf. § 1.2.3). En comparaison de ceux observés dans les foyers du Gardon, les coprolithes d’herbivores sont rares dans les foyers de Montou, trahissant une probable relation entre le statut des occupants et la nature des combustibles utilisés (cf. § 5.2.2).

Aires de parcage

68Des dépôts organiques jaunes, riches en tissus végétaux, en phytolithes, en sphérolites – lorsque ceux-ci n’ont pas été dissous – et comprenant exceptionnellement des restes d’excréments, sont interprétés comme des accumulations de fumier d’herbivores (couches 20 à 16 et 11). Fortement remaniés par les micro-organismes, ces fumiers peuvent résulter du parcage de bestiaux ou de rejets. Leur présence beaucoup plus occasionnelle à Montou qu’au Gardon, notamment en ce qui concerne les dépôts du Néolithique, atteste, soit d’un plus petit nombre de bêtes, soit de leur parcage hors de la salle 2, soit encore de passages trop brefs pour permettre l’accumulation de fumier.

Aires d’habitation

69Les dépôts microlités ou lenticulaires, riches en résidus cendro-charbonneux, mais contenant également des constituants minéraux et ne reposant pas sur des substrats rubéfiés, sont mis en relation avec des aires d’occupation humaine, jouxtant les foyers (couches 35e, 35c, 34b, 33b, 32d, 32b, 31b, 23, 12, 10b et 7a). Ces couches d’occupation humaine sont dans l’ensemble moins importantes que celles observées au Gardon, illustrant l’occupation sans doute moins intense des lieux. Parfois remaniées par la microfaune du sol après l’abandon du site, elles se retrouvent sous la forme d’agrégats microlités épars (couches 28 et 27, p. ex.).

Aires de stockage

70Des dépôts caractérisés par la superposition étroite de nombreuses brindilles (couche 45) signent l’introduction massive de végétaux dans la grotte. Cependant, aucune accumulation de phytolithes dendriformes en connexion ne permet d’assurer qu’elle a servi au stockage de récoltes agricoles. Seule l’abondance des graines dans la couche 27 témoigne clairement de l’exploitation de productions végétales par les populations du Bronze ancien.

3.3.1.3 Témoins architecturaux

71Des fragments de construction en terre sont présents dans la couche 44, attribuée au Néolithique moyen. Ils peuvent trahir l’effondrement d’un four, d’une cloison ou d’une autre structure en terre. Pour les autres périodes, aucun fragment de construction, de type torchis ou pisé, n’a été identifié. Seuls les groupes du Néolithique semblent ainsi avoir réalisé des constructions en terre, soulignant une utilisation particulière de la cavité, sans doute très différente de celles liées aux fréquentations de l’âge du Bronze.

3.3.1.4 Déblais

72De nombreuses couches ont été interprétées comme déblais témoignant de l’abandon du site. Ils se caractérisent selon les cas, par une microstructure ouverte, par la présence de déjections biologiques, par une altération biochimique ou encore par un enrichissement en éléments rocheux et en argiles karstiques. Le caractère plus ou moins marqué de ces traits distinctifs peut être mis en parallèle avec la durée relative des abandons (cf. § 3.3.4). Comme au Gardon, ces couches d’abandon sont difficiles à différencier d’éventuelles aires de rejet ou de remblais contemporains de l’occupation. La salle 2 a pu dans certains cas servir de dépotoir pour des groupes installés dans d’autres secteurs de la grotte. Quelques couches particulièrement riches en résidus anthropiques et non compactées par la circulation des habitants pourraient résulter de rejets. L’hypothèse de la réutilisation de dépôts anthropiques comme remblai pour le nivellement de la cavité, est suggérée par les caractéristiques stratigraphiques et micromorphologiques de la couche 29.

3.3.2 Microfaciès sédimentaires naturels

73Aucun épais dépôt naturel comparable aux alluvions du Gardon n’est intercalé dans le remplissage archéologique de Montou. Des agrégats argileux arrondis, comprenant des grains minéraux disposés de manière concentrique, témoignent néanmoins de processus de ruissellement et de colluvionnement. Ceux-ci peuvent survenir pendant les périodes d’occupation, mais leur prédominance à certains niveaux du remplissage, de même que celle des argiles karstiques, est associée à des périodes d’abandon (couches 35f, 35d, 35b, 34a, 33a, 32c, 32a, 31a, 15, 14, 9b et 7) [cf. § 3.3.4].

3.3.3 Activités pratiquées

3.3.3.1 Élevage

74Les fumiers des couches 20 à 16, du Bronze moyen, et 11, du Bronze final II-IIIa, riches en sphérolites de calcite, paraissent résulter du séjour d’ovi-caprinés dans la grotte. Pour la période du Bronze final II-IIIa, cette hypothèse de parcage est également étayée par les données archéozoologiques. En dehors de ces deux accumulations de fumiers, la salle 2 ne semble pas avoir été particulièrement utilisée pour le parcage du bétail. La présence de sphérolites de calcite, dès la couche 49, du Néolithique moyen, suggère néanmoins que l’élevage était pratiqué par les occupants de la grotte. Dans plusieurs des couches néolithiques sus-jacentes, notamment dans la couche 45 et dans les accumulations cendreuses 48, 37 et 35, quelques déjections d’ovi-caprins confortent cette hypothèse de la pratique de l’élevage, mais la rareté des fumiers indique que les animaux étaient, soit peu nombreux, soit parqués ailleurs que dans la salle 2.

3.3.3.2 Agriculture

75Les quelques phytolithes, non spécifiques, observés dans les dépôts du Néolithique moyen ne paraissent pas devoir être considérés comme des indices du stockage de récoltes agricoles. Ils résultent plus probablement de la minéralisation des feuillages introduits dans la cavité, notamment à la hauteur des formations 2 et 3 (Néolithique). Pour l’âge du Bronze, les phytolithes sont abondants dans les fumiers mais ne sont plus guère représentés dans les couches d’occupation humaine. Seules les graines carbonisées de la couche 27 pourraient signer le stockage de produits agricoles, mais leur présence semble plutôt liée en réalité à des pratiques funéraires (Claustre 1996). Dans l’ensemble, les dépôts du Néolithique et de l’âge du Bronze ne permettent pas d’attester la pratique de l’agriculture par les occupants du site.

3.3.3.3 Habitation

76Les couches d’occupation humaine, formées essentiellement par l’accumulation et par la compaction de résidus de combustion, ne sont pas très importantes dans l’ensemble et sont régulièrement entrecoupées d’apports détritiques évoquant l’abandon du site. Ces rythmes de sédimentation conduisent à envisager que l’occupation a été discontinue : assez régulière au cours du Néolithique moyen, plus épisodique à l’âge du Bronze, puis de nouveau plus fréquente au Bronze final II-IIIa. Ces occupations occasionnelles confèrent à la Grotte de Montou un possible statut de site secondaire, éventuellement complémentaire d’installations de plein air plus conséquentes. Bien que la stricte contemporanéité des occupations ne soit pas établie, les nombreux sites d’habitat du Néolithique moyen et de l’âge du Bronze mis au jour dans le bassin moyen du Tech (Vignaud 1992) tendent à conforter cette hypothèse.

3.3.3.4 Pratiques funéraires

77Seule la couche 27 peut être associée à des pratiques funéraires sur la base d’arguments archéologiques (Claustre 1996). Au microscope, l’originalité du dépôt, par rapport aux autres couches anthropiques, repose sur les nombreuses graines qu’il renferme. Ces graines sont associées à de fréquentes esquilles osseuses et apparaissent, comme ces dernières, affectées par des combustions. En revanche, aucun apport sédimentaire comparable aux dépôts de la sépulture collective du Gardon n’a été identifié.

3.3.4 Durée et rythme des occupations

78Les couches d’occupation, peu épaisses dans l’ensemble et toujours surmontées de dépôts caractéristiques de l’abandon du site, pourraient attester de séjours de durée modérée, entrecoupés d’abandons plus ou moins longs. Ces périodes d’abandon sont matérialisées, soit par des faciès de dépôt déstructurés, assimilables à des déblais, soit par des accumulations sédimentaires naturelles, soit encore par le développement de processus de bioturbation et d’altération géochimique. Le caractère plus ou moins marqué de ces différents processus paraît refléter la durée relative des périodes d’abandon :

  • les couches 34a, 33a, 32c, 32a, 31a, 27 et 22 sont caractérisées essentiellement par l’entassement lâche de résidus carbonisés, plus ou moins enrichis en apports sédimentaires naturels ; le faible développement des processus de bioturbation et d’altération dans ces dépôts plaide pour l’hypothèse d’un recouvrement rapide et d’un abandon assez court ;

  • les couches liées à la fréquentation humaine ou au parcage du bétail, par exemple les couches 55 à 53 ou 28 à 23, sont la plupart du temps affectées par des remaniements biologiques ; dans ces couches, le tassement des déjections de vers par les occupations sus-jacentes indique que les remaniements biologiques ont lieu pendant des périodes d’abandon et signent ainsi une interruption des occupations sans doute plus longue que précédemment ;

  • l’altération géochimique de certains dépôts, révélée par la dissolution des éléments carbonatés, implique un laps de temps a priori plus long que pour le remaniement biologique ; à l’origine de la décarbonatation observée à la hauteur des couches 16 et 22a, et plus encore dans la couche 30, ces processus d’altération semblent porter témoignage des plus longues périodes d’abandon enregistrées par le remplissage.

79Ces différents faciès d’abandon conduisent à émettre l’hypothèse selon laquelle la cavité aurait été utilisée comme abri intermittent, mais le plus souvent régulier, au cours du Néolithique moyen, tandis qu’à l’âge du Bronze, les occupations paraissent plus discontinues. Cette interprétation du rythme des occupations peut toutefois être remise en cause si l’on envisage une possible influence des variations climatiques sur le développement des processus naturels de sédimentation et d’altération. Le développement des processus d’altération, notamment, pourrait être indépendant de la durée des périodes d’abandon, et résulter de conditions climatiques plus humides. Cette hypothèse nous paraît cependant peu recevable étant donné l’effet tampon induit par la profondeur de la cavité. Les données actuellement disponibles ne nous permettent pas d’aller plus loin dans l’analyse d’un éventuel impact climatique sur les processus d’altération.

3.3.5 Récapitulatif des grandes étapes de la formation du remplissage

80Les données stratigraphiques et sédimentologiques conduisent à émettre quelques hypothèses sur les processus de formation du remplissage et sur les modalités d’occupation de la salle 2.

81Au Néolithique moyen, les occupations semblent d’abord occasionnelles. Elles sont matérialisées par de minces foyers, interstratifiés dans d’épaisses accumulations naturelles (couches 63 à 57). Dans les dépôts sus-jacents, l’alternance plus fréquente de lentilles cendro-charbonneuses avec des lentilles détritiques évoque une occupation intermittente, mais plus régulière, du site (couches 55 à 53). Le développement de l’agrégation biologique atteste l’abandon provisoire de la cavité après chaque phase d’occupation, mais la faible altération des cendres, notamment à partir de la couche 53, laisse supposer que ces périodes d’abandon ont été assez courtes. Au-dessus, les couches 52 et 51, caractérisées par d’importants remaniements biologiques et par une abondante sédimentation détritique semblent trahir en revanche une assez longue période d’abandon. Dans les couches 50 à 44, l’atténuation de la sédimentation naturelle au profit des accumulations anthropiques semble signifier que le site a été occupé de façon plus intense que précédemment. Des résidus d’aménagements en terre (couche 44) corroborent dans une certaine mesure cette hypothèse. Quelques indices de sédimentation détritique et de remaniement biologique pourraient traduire la discontinuité de cette occupation mais, peu nombreux, ils ne permettent pas d’envisager l’hypothèse de longues périodes d’abandon. L’arrêt prolongé des occupations apparaît plus clairement à partir des couches 43 et 42, où les remaniements biologiques et les apports naturels deviennent prépondérants. Dans la dernière partie du remplissage attribuée au Néolithique moyen, les rythmes sédimentaires semblent à nouveau traduire l’existence d’une longue période de fréquentation, discontinue mais régulière (couches 41 à 31). Après ces dernières occupations du Néolithique moyen, la formation d’un important niveau d’altération souligne un abandon vraisemblablement prolongé du site (couche 30).

82La reprise des occupations au Néolithique final ou au Bronze ancien se traduit dans un premier temps par un probable nivellement du sol, qui a bouleversé en partie les derniers dépôts du Néolithique moyen (couche 29). Trois phases d’occupation matérialisées par des niveaux de circulation compactés et par des résidus de combustion semblent se succéder, la seconde pouvant être plus particulièrement liée à des pratiques funéraires (couches 28 à 23). Entre chacune de ces occupations, d’assez longues périodes d’abandon sont révélées par d’importants remaniements biologiques et semblent indiquer que l’occupation s’est faite plus occasionnelle qu’au Néolithique moyen.

83Au cours du Bronze moyen, des niveaux de sol, compactés et séparés par des faciès d’abandon, témoignent de l’existence de trois phases d’occupation au moins. La première, marquée par un niveau de circulation au sommet de la couche 23, se termine avec une accumulation de feuillages brûlés (couches 22 et 21). La seconde est caractérisée par l’accumulation de fumiers d’herbivores, ce qui peut signer la première utilisation de la cavité comme bergerie (couches 20 et 16). L’altération du sommet de ces fumiers indique ensuite un abandon du site sans doute assez long. La troisième phase, appartenant peut-être déjà au Bronze final II-IIIa, est marquée par la compaction des dépôts sous-jacents, par l’aménagement d’un foyer et par la formation d’une couche anthropique. Elle apparaît plus caractéristique d’une installation humaine.

84L’absence d’altération et de remaniements importants au sommet de ces derniers dépôts indique que l’accumulation suivante, associée au Bronze final II-IIIa, se fait sans doute assez rapidement. Riches en matière organique amorphe, en résidus végétaux brunifiés ou carbonisés, en phytolithes et en sphérolites, les dépôts semblent témoigner d’une nouvelle utilisation de la cavité comme bergerie (couche 11). L’abandon qui suit est suffisamment long pour permettre le complet remaniement biologique de ces fumiers.

85Cet abandon est suivi de trois autres phases d’occupation humaine, probablement assez courtes, car matérialisées par des accumulations anthropiques peu épaisses (couche 10b à 5a). Elles sont entrecoupées de plusieurs périodes d’abandon, sans doute également assez brèves, n’entraînant pas d’altération ni de remaniement biologique important des dépôts anthropiques.

86Dans l’ensemble, les dépôts étudiés tendent à indiquer que la salle 2 de Montou a été utilisée tantôt pour l’occupation humaine tantôt pour le parcage du bétail, mais pas pour les deux en même temps. Dans les couches d’occupation du Néolithique moyen, dominées par les résidus cendro-charbonneux, les coprolithes et les sphérolites de calcite, principaux indicateurs de la présence des animaux d’élevage, sont rares voire absents. Ces derniers dépôts laissent supposer la prépondérance de l’occupation humaine. En revanche, l’utilisation de la salle 2 pour le parcage du bétail caractérise la fin des occupations du Bronze moyen et le début des occupations du Bronze final II-IIIa, périodes pour lesquelles les sédiments anthropiques sont peu représentés par rapport aux fumiers animaux.

87Ces résultats sont quelque peu différents de ceux obtenus sur la Caune de Bélesta, à quelques kilomètres de là (Brochier et al. 1998). À Bélesta, deux grandes périodes d’occupation sont distinguées : la phase A, qui va du Néolithique moyen au début de l’âge du Bronze, et la phase B, qui s’étend du Bronze moyen au Bronze final. Les dépôts de la phase A, caractérisés essentiellement par des faciès excrémentaux et au contraire assez pauvres en cendres de bois, sont interprétés comme la conséquence d’occupations humaines occasionnelles et de l’utilisation préférentielle de la grotte pour le parcage d’ovi-caprinés. Les dépôts de la phase B montrent au contraire des faciès mixtes, plus fréquemment cendreux, illustrant des occupations humaines plus intenses qu’au Néolithique.

88En définitive, les grottes de Montou et de Bélesta apparaissent fréquentées aux mêmes périodes, mais avec des activités et un rythme d’occupation différents. À Montou, contrairement à Bélesta, les occupations humaines apparaissent plus fréquentes et plus régulières au Néolithique moyen, tandis que l’exploitation préférentielle de la cavité pour le parcage caractérise plutôt le Bronze moyen et le Bronze final II-IIIa. Ces résultats ne doivent pas pour autant conduire à la conclusion trop hâtive d’une gestion différente, voire complémentaire, de chacune des grottes, car seule la salle 2 de Montou a été étudiée, et les salles adjacentes pourraient révéler d’autres scénarios d’occupation. Par ailleurs les études encore en cours sur le site de Montou et l’intégration des résultats des différentes disciplines mises en œuvre pourraient conduire à reconsidérer certaines des interprétations proposées ici.

Table des illustrations

Titre FIG. 31. Situation géomorphologique de la Grotte de Montou (Corbère-les-Cabanes, Pyrénées-Orientales).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19747/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre FIG. 32. L’accès à la salle 2 de la grotte de Montou s’effectue par une petite galerie de 2 m de section et de 20 m de long, en moyenne, rapidement obscure.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19747/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre FIG. 33. Corbère-les-Cabanes / Grotte de Montou. Plan des galeries et situation des fouilles.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19747/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre TABL. XXVII. Corbère-les-Cabanes / Grotte de Montou. Description des couches en H8-H7.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19747/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre FIG. 34. Corbère-les-Cabae s / Gr e de Mo tou. Coup H8-H7.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19747/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre FIG. 35. Corbère-les-Cabae s / Gr e de Mo tou. Coup H8/H9.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19747/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre TABL. XXVIII. Corbère-les-Cabanes / Grotte de Montou. Description des couches en H8/H9.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19747/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Titre TABL. XXIX. Corbère-les-Cabanes / Grotte de Montou. Datations radiocarbones (calibration d’après Stuiver et al. 1998).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19747/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre TABL. XXX. Corbère-les-Cabanes / Grotte de Montou. Sériations lithologique, chronologique et culturelle des dépôts (sur fonds gris : période non présente dans les coupes).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19747/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre FIG. 36. Corbère-les-Cabanes / Grotte de Montou. Représentation schématique et interprétation des couches du Néolithique moyen sur la coupe H8-H7.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19747/img-10.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre FIG. 37. Corbère-les-Cabanes / Grotte de Montou. Représentation schématique et interprétation des couches de l’âge du Bronze (coupe H8/H9).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19747/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 283k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search