Version classiqueVersion mobile

Géoarchéologie de sites préhistoriques

 | 
Dominique Sordoillet

Chapitre 2. La Grotte du Gardon

Résumé

La grotte du Gardon, trop-plein d’un petit réseau karstique du sud du Jura, a été occupée à plusieurs reprises entre le Néolithique ancien et le Moyen Âge. L’étude stratigraphique conduit à la définition d’une centaine de couches sédimentaires, regroupées en quinze formations lithologiques (fig. 16 ; tabl. IV). Les concordances et les discordances constatées entre la lithostratigraphie et la séquence culturelle montrent l’indépendance des processus sédimentaires et culturels, tandis que les datations au radiocarbone permettent de souligner une relation de cause à effet entre la genèse de formations alluviales et les périodes de détérioration climatique (fig. 27, 28). Au fil de l’étude, les dépôts sédimentaires de chaque formation sont interprétés en termes de dynamique d’occupation et d’activités humaines. La question de la durée des occupations et des abandons est également abordée, de même que celle des conditions environnementales. Parmi les apports de cette étude, on peut souligner en ce qui concerne la Grotte du Gardon : la révision d’interprétations archéologiques de terrain, la proposition d’interprétations archéologiques basées sur la seule analyse du sédiment, et enfin la mise en évidence du potentiel chronoclimatique du remplissage archéologique.

Texte intégral

2.1 Présentation du site

2.1.1 Contexte archéologique et environnemental

1Située dans le Jura méridional, à 2 km à l’est d’Ambérieu-en-Bugey et de la plaine alluviale de l’Ain, la Grotte du Gardon appartient à un petit réseau karstique creusé dans les collines calcaires du Bugey (fig. 12). Son porche s’ouvre vers le sud, à 370 m d’altitude, au fond d’un petit vallon, et donne accès à une galerie en pente vers l’intérieur du massif (fig. 13). Cette galerie, noyée en profondeur, joue le rôle de trop-plein lors de précipitations exceptionnellement abondantes (Treffort 1991) [fig. 14]. Trois autres galeries, plus petites et plus haut dans la falaise, sont colmatées par des argiles karstiques et apparaissent totalement fossiles. À une trentaine de mètres en contrebas du site, une autre galerie, également noyée dans sa partie profonde, constitue une source temporaire du Ruisseau du Gardon. La plupart du temps, ce ruisseau émerge 50 ou 100 m plus bas, selon la saison. Ces différentes galeries, peu spacieuses et sans remplissage stratifié, n’ont livré que de rares vestiges archéologiques. Le porche du Gardon est au contraire assez vaste, avec 5 m de hauteur moyenne et environ 200 m2 de surface (fig. 15). Il s’est formé aux dépens de bancs calcaires bioclastiques d’une trentaine de centimètres de d’épaisseur, alternant avec des bancs plus marneux, feuilletés, épais d’une dizaine de centimètres. Au-dessus, des bancs plus compacts à rognons siliceux forment la falaise. Ces différentes formations géologiques sont rapportées au Bajocien inférieur (Juventin 1985).

FIG. 12. Situation géomorphologique de la Grotte du Gardon, Ambérieu-en-Bugey, Ain (d’après Chauve 1975).

FIG. 12. Situation géomorphologique de la Grotte du Gardon, Ambérieu-en-Bugey, Ain (d’après Chauve 1975).

FIG. 13. Contexte géologique de la Grotte du Gardon (Ambérieu-en-Bugey, Ain) 

FIG. 13. Contexte géologique de la Grotte du Gardon (Ambérieu-en-Bugey, Ain) 

a cartographie du site (d’après Kerrien, Monjuvent 1988) ; b coupe AA (d’après Juventin 1985).

FIG. 14. Topographie de la Grotte du Gardon (Ambérieu-en-Bugey, Ain).

FIG. 14. Topographie de la Grotte du Gardon (Ambérieu-en-Bugey, Ain).

Le réseau karstique de la grotte comporte plusieurs sorties, étagées dans les calcaires du jurassique moyen. La sortie la plus basse correspond à la source permanente de Fontelune, qui alimente en eau une partie de la ville d’Ambérieu. Plus haut, la Source du Gardon se tarit pendant la saison estivale, et la petite galerie sus-jacente ne se met en charge que dans les cas de pluies particulièrement abondantes. L’écoulement des eaux par la galerie abritant le site archéologique est encore plus exceptionnel, tandis que les sorties situées plus haut dans la falaise sont toutes fossiles et colmatées.

FIG. 15. La grotte du Gardon s’ouvre en pied de falaise par un vaste porche.

FIG. 15. La grotte du Gardon s’ouvre en pied de falaise par un vaste porche.

2D’un point de vue climatique, le Bugey, tourné vers le Rhône et vers la Plaine du Dauphiné, bénéficie d’influences méridionales et connaît les températures les plus clémentes de la chaîne jurassienne (Lebeau 1955). Le climat y est tempéré humide, avec de fréquentes alternances de gel et de dégel en hiver. La station météorologique d’Ambérieu, à 353 m d’altitude, donne des valeurs moyennes annuelles de 10,6 °C et de 1160 mm de précipitations. Le maximum de ces précipitations se produit en novembre et en décembre (Menjucq 1986). La relative douceur du climat favorise le développement d’essences thermophiles, parmi lesquelles prédominent le Chêne pubescent et le Buis, sur les sols peu évolués des plateaux et des éboulis de pente (Menjucq 1986 ; Kerrien, Monjuvent 1988). Le Hêtre, le Charme, l’Érable et le Sapin accompagnent cette chênaie ouverte, qui prend souvent la forme de taillis. Au pied des reliefs, les pentes marneuses douces, lorsqu’elles ne sont pas abandonnées aux friches, sont aménagées en pâtures ou plus rarement cultivées en fourrage, céréales ou vigne.

3Le premier sondage archéologique du site est effectué par Théophile Costa de Beauregard, en 1914 (Dumont, Treffort 1991). Les vestiges récoltés comprennent notamment quelques céramiques fines attestant d’une occupation au Bronze final III. Après quarante ans d’oubli, le site est redécouvert en décembre 1954, à l’occasion d’une importante montée des eaux souterraines entraînant le débordement du trop-plein. Des explorations spéléologiques permettent alors la récolte de nouveaux vestiges préhistoriques et conduisent à la mise en œuvre des premières fouilles archéologiques (Bornatico et al. 1957 ; 1958). En 1968, un sondage permet l’identification d’une occupation du Bronze final I sous des dépôts du Bronze final III (Bonnamour, Stabile 1968). En 1985, une importante fouille programmée est mise en place par Jean-Louis Voruz et se poursuivra jusqu’en 2000. Deux objectifs principaux guident l’étude du site : d’une part établir une séquence culturelle de référence pour le Néolithique et l’âge du Bronze, dans une région encore peu documentée, d’autre part contribuer à la problématique de la complémentarité fonctionnelle des sites (Voruz 1991a).

  • 1 – À propos des principes de la sédimentation anthropique : Brochier 1983a.

4Aucun des sondages archéologiques effectués n’a atteint la roche en place, et le substrat sur lequel se sont installés les premiers occupants du site apparaît comme un important amoncellement de blocs calcaires et de sables d’inondation. Au-dessus, les dépôts emballant les vestiges archéologiques deviennent progressivement plus limoneux, évoquant le développement de la sédimentation anthropique1, phénomène également suggéré par les nombreux aménagements réalisés en différents points du site (fig. 16 ; pl. B5). Interstratifiées dans ces limons datés du début du Néolithique au xviie s., plusieurs couches sableuses d’inondation (pl. B6) indiquent le fonctionnement occasionnel du trop-plein (Sordoillet, Voruz 2002 : fig. 6). Éparpillés dans ces couches limoneuses ou sableuses, de petits blocs et des cailloux témoignent de la dégradation des parois rocheuses sous l’effet de l’altération et de la gélifraction. Des apports détritiques proviennent également des deux vastes talus d’éboulis qui encadrent le porche. En revanche, les sédiments éoliens sont considérés comme négligeables, étant donné la végétation forestière qui protège l’entrée du porche, sans doute dès le Néolithique (Chaix, Nicod 1991). De même, l’absence de faille et de diaclase au plafond de la grotte rend improbable l’infiltration d’argile karstique et de sols depuis le plateau. Ainsi, pendant les quelques millénaires au cours desquels se sont succédé les différentes occupations, le remplissage semble s’être formé à la faveur de quatre processus sédimentaires principaux : l’érosion de la paroi rocheuse, l’alluvionnement de l’exsurgence, le colluvionnement depuis les talus d’éboulis et la sédimentation anthropique.

FIG. 16. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Profil du remplissage archéologique sous le porche : exemple de la coupe M/N 15-18.

FIG. 16. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Profil du remplissage archéologique sous le porche : exemple de la coupe M/N 15-18.

2.1.2 Stratigraphie et datation

5Les différents agents de sédimentation évoqués précédemment sont à l’origine d’une centaine de couches, formant environ 4 m d’épaisseur de remplissage. Diversement réparties dans la grotte, ces couches, d’épaisseur et d’extension variées, sont, selon les cas, clairement superposées ou sans relation géométrique évidente. Afin d’établir la chronologie relative des occupations, préalable nécessaire aux essais de reconstitution historique, la première étape de l’étude du remplissage a consisté à ordonner ces différentes couches. D’abord établie en fonction des caractéristiques lithologiques et des relations géométriques des dépôts, cette classification stratigraphique a pu ensuite être précisée au vu des résultats chronologiques, typologiques, micromorphologiques ou planimétriques.

6L’étude comparée d’une centaine de coupes stratigraphiques a permis la définition lithologique des différentes couches formant le remplissage et leur classement en chronologie relative. Le tableau I rend compte des principales caractéristiques de ces couches et mentionne quelques-unes des structures archéologiques qui leur sont associées. Une version plus littéraire de ces descriptions est donnée dans les paragraphes suivants et sera bientôt accessible sous une forme plus détaillée dans la monographie du site (Voruz à paraître). Ces différentes couches sont regroupées en formations sur la base de caractères lithologiques communs ou de leur localisation en un endroit particulier du site. Quinze formations successives sont ainsi distinguées dans le remplissage (tabl. II ; fig. 17). Cinq d’entre elles sont caractérisées par la prédominance de couches sablo-limoneuses microlitées, d’origine alluviale (F2, F5, F7, F10 et F14). Sept autres sont formées de couches ou de séries de couches définissant des termes alternativement sombres et clairs (F4, F6, F9, F11, F12, F13 et F15). Les trois dernières se particularisent par des apports détritiques grossiers majoritaires (F1 et F3) ou par la composition tout à fait originale des dépôts (F8). Dans la seconde série de formations, l’alternance de termes sombres et clairs permet de définir plusieurs membres illustrant différentes étapes de la genèse du remplissage.

TABL. I. Numération et description lithologique des couches formant le remplissage de la grotte du Gardon (Ambérieu-en-Bugey, Ain).

TABL. I. Numération et description lithologique des couches formant le remplissage de la grotte du Gardon (Ambérieu-en-Bugey, Ain).

Pour chacune sont décrits :
– la texture ;
– la couleur ;
– les artéfacts ;
– les structures associées : fosses (F), structures de combustion (C), empierrements (E) ;
– la localisation : sous le porche (P), dans la galerie (G), à l’avant du porche (avP), à l’avant de la galerie (avG), à l’arrière de la galerie (arG) ;
– l’épaisseur.
Les couches sont représentées dans l’ordre de leur succession stratigraphique, cause des « anomalies » de leur succession numérique dans ce tableau.

TABL. II. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Définition des formations à partir des caractéristiques stratigraphiques et sédimentologiques des différentes couches du remplissage.

TABL. II. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Définition des formations à partir des caractéristiques stratigraphiques et sédimentologiques des différentes couches du remplissage.

FIG. 17. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon Profil du remplissage

FIG. 17. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon Profil du remplissage
  • 2 – Depuis la réalisation de ce tableau, les travaux portant sur le mobilier archéologique ont montré (...)

7Parallèlement à ce découpage lithostratigraphique, l’étude typologique des vestiges et une trentaine de dates radiocarbones conduisent à un regroupement des différentes couches de terrain en ensembles culturels et chronologiques (Sabatier, Voruz 1998 ; Voruz 1991b ; Voruz à paraître) [tabl. III, IV]. Ces différentes sériations lithostratigraphique, culturelle et chronologique, montrent des limites, tantôt concordantes, tantôt discordantes. Dans certaines formations, F4 par exemple, l’alternance des termes sombres et des termes clairs indique la succession de divers apports sédimentaires à un rythme plus rapide que celui des changements culturels. À l’inverse, certaines coupures chronologiques et culturelles, comme celle séparant les dépôts du Néolithique ancien de ceux du Néolithique moyen, ou celle isolant le Bronze moyen du Bronze final I-IIa, ne sont pas clairement enregistrées par les faciès de dépôt (tabl. IV2). Ces discordances soulignent l’indépendance générale des processus sédimentaires et postsédimentaires par rapport à l’évolution culturelle et à l’écoulement du temps. La compréhension de ces processus fait l’objet des chapitres suivants. En grande partie appréhendée par l’analyse micromorphologique des dépôts anthropiques et alluviaux, elle apporte des informations sur la nature des activités humaines et sur le rythme des occupations et des inondations. Ces dernières s’inscrivent la plupart du temps dans les phases de détérioration climatique enregistrées par les lacs jurassiens (Magny 1995 ; 1999), soulignant le rôle du climat dans la genèse du remplissage (Sordoillet 1999b ; 2002 ; Sordoillet, Voruz 2002).

TABL. III. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Datations radiocarbones, calibrées avec le logiciel Calib rev. 4.3 (Stuiver, Reimer 2000)

Couches

Réf. date

Valeur BP

Calib. 1 sigma

Calib. 2 sigma

14a

Ly-5719

2725 ± 45

908-826

973-802

14a

Ly-4843

2770 ± 50

973-834

1016-814

18-20

Ly-5525

2874 ± 41

1126-983

1210-919

21

Ly-4841

3055 ± 55

1404-1219

1432-1129

21

Ly-5521

3102 ± 41

1425-1317

1486-1261

24-26

GrA-10178

3130 ± 50

1436-1320

1517-1263

26

Ly-5520

3170 ± 40

1495-1408

1520-1321

26-28

Ly-5091

3296 ± 55

1680-1517

1734-1436

26

Ly-5090

3302 ± 50

1680-1519

1731-1450

32

Ly-5092

3404 ± 110

1878-1527

2010-1436

33

Ly-5096

3765 ± 160

2461-1945

2619-1741

36a

Ly-8418

3815 ± 40

2302-2153

2456-2139

37d

Ly-7105

4042 ± 46

2620-2474

2855-2466

37a

Ly-7106

4115 ± 40

2860-2581

2876-2500

37

Ly-8419

4210 ± 45

2884-2703

2903-2624

35b

GrA-10182

4530 ± 50

3358-3101

3486-3032

40

Ly-8420

4935 ± 40

3761-3658

3792-3645

41

Ly-6019

4965 ± 60

3887-3661

3941-3643

42

GrA-10187

4980 ± 50

3889-3702

3940-3653

46

Ly-8421

5060 ± 40

3945-3792

3962-3713

44-45

Ly-5518

5084 ± 53

3961-3797

3980-3713

44-45

Ly-6020

5150 ± 50

3982-3944

4041-3800

47

Ly-6017

5355 ± 55

4321-4048

4335-4000

47

Ly-7111

5369 ± 46

4322-4052

4334-4044

48-49

Ly-5517

5419 ± 50

4336-4174

4351-4051

49

Ly-7102

5488 ± 45

4356-4260

4448-4248

49-50

Ly-7009

5490 ± 45

4356-4260

4448-4249

49

Ly-7103

5492 ± 43

4356-4262

4448-4250

49-50

Ly-7010

5545 ± 60

4454-4339

4496-4254

52

Ly-5095

5686 ± 140

4709-4358

4843-4251

52

GrA-10179

5690 ± 50

4576-4459

4686-4372

58b corps

Ly-5513

6124 ± 42

5205-4959

5228-4858

58b corps

Ly-8422

6325 ± 40

5336-5264

5456-5153

[en italique : attribution stratigraphique incertaine].

TABL. IV.Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Sériations lithologique, culturelle et chronologique des dépôts.

TABL. IV.Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Sériations lithologique, culturelle et chronologique des dépôts.

Dans la moitié gauche du tableau, qui concerne la description lithologique, les trait pleins matérialisent la distinction entre les formations. Ces traits sont continus sur toute la largeur du tableau lorsque le découpage lithostratigraphique en formations concorde avec les découpages culturel et radiocarbone (p. ex. la limite supérieure de F3 ne se poursuit pas, car on trouve du mobilier néolithique ancien dans les termes F4.1 F4.2). Dans la colonne Ensembles culturels, les trait pleins isolent des ensembles culturels bien définis comme par exemple le Néolithique moyen bourguignon, ou au moins bien différenciés comme le Néolithique ancien. Quand ces limites correspondent à un ensemble de dates, le trait se poursuit dans la colonne Période d’occupation. Dans cette dernière colonne, les limites en traits pleins soulignent les hiatus entre les ensembles de dates. Sur fond gris : les principales accumulations sablo-limoneuses d’origine alluviale.
Depuis la réalisation de ce tableau, les travaux portant sur le mobilier archéologique ont montré l’existence de niveaux mésolithiques interstratifiés dans les dépôts attribués ici au Néolithique ancien.

2.2 Étude sédimentologique du remplissage

2.2.1 Jusqu’au début du Néolithique ancien

8Les formations 1, 2 et 3 se caractérisent essentiellement par d’importants apports détritiques et alluviaux, au sein desquels apparaissent les premiers indices d’occupation humaine (fig. 17 ; tabl. V, VI). Leur analyse sédimentologique vise à expliquer les causes de cette sédimentation détritique prédominante et à préciser la nature des premières occupations du site.

TABL. V. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Couches échantillonnées dans les formations 1 à 3.

TABL. V. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Couches échantillonnées dans les formations 1 à 3.

TABL. VI. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Description micromorphologique des couches échantillonnées dans les formations 1 à 3.

Couche

Description micromorphologique

58

Grumeleuse avec entassement lâche à dense d’agrégats micrométriques à centimétriques, subarrondis à subanguleux, à bords irréguliers, lisses ou déchiquetés et à microstructure interne parfois litée ; le squelette des agrégats comprend des graviers, des sables et des limons ; la matrice limono-argileuse, brune à brun-gris, est riche en micrite, en sphérolites (30 %), en charbons et contient quelques esquilles osseuses ; nombreux revêtements et coiffes argileuses.

59

Base de la couche 59 (6 cm) limono-sableuse comparable à c.61 ; grains (< 2 mm) de plus en plus fins vers le sommet en entassement lâche et revêtus d’une mince pellicule argileuse ; quelques agrégats limono-argileux denses, bruns, à teinte de biréfringence basse et à assemblage tacheté ou unistrié, de même taille que les grains minéraux ; quelques papules d’argiles microlitées, jaune pâle avec parfois des lits poussiéreux ou brun-jaune poussiéreuses ; un gros caillou et quelques sables grossiers calcaires au sommet de la couche ; quelques charbons roulés. Au-dessus, cinq lits sablo-limoneux, de 1 à 3 cm d’épaisseur, à grains inférieurs à 2 mm, plus ou moins chargés en agrégats limono-argileux denses.

60a

Dépôt hétérogène, microstructure grumeleuse, quelques striotubules de lombrics ; sommet du dépôt plus dense, entassement dense de divers agrégats, à limites diffuses :
– sablo-limoneux à grains de 20 à 100 µm, de quartz (± 30 %), de calcaire (20 %) et de chaille ;
– limono-argileux, brun-jaune, riche en micrite ; chenaux racinaires et cavités d’entassement (20 %) ;
– argileux brun-rouge (sédiment rubéfié) ;
– micritiques denses grisâtres (cendres).
Dans les unités limoneuses à argileuses : abondants résidus charbonneux (10 %) ; quelques esquilles osseuses jaune orangé ; quelques sphérolithes de calcite (10 %).

60b

Cinq lits superposés. À la base, lit de sables fins et de limons, granulométriquement et minéralogiquement semblables à ceux de la couche 61 ; fraction fine, limono-argileuse, d’abord diffuse et progressivement plus abondante vers le sommet, où elle devient prédominante. Quelques chenaux biologiques ; rares charbons (< 2 %). Les trois lits suivants se caractérisent par une base sablo-limoneuse, de plus en plus grossière d’un lit à l’autre (grains < 2 mm) et par une partie supérieure où des argiles sont concentrées en agrégats, allongés et microlités, entre les grains. Le troisième de ces lits, plus développé que les deux précédents, notamment dans sa partie supérieure argileuse, s’enrichit parallèlement en charbons. Le dernier des cinq lits est un mélange aéré de sables, de limons et d’agrégats argileux comparables à ceux décrits précédemment.

60c

Comparativement à 61, net accroissement du taux d’argiles et diminution de la porosité (20 %) ; chenaux biologiques et cavités d’entassement dense entre des déjections arrondies de vers ; sables et limons de même taille et de même minéralogie que dans 61 ; distribution porphyrique dans la fraction limono-argileuse (20 %) agrégée par les lombrics ; quelques charbons millimétriques épars (5 %), une esquille osseuse blanche de 1 mm de long ; un tesson millimétrique de céramique brune à dégraissant de calcite pilée ; de minces lentilles argileuses denses discontinues marquent la limite supérieure de cet ensemble.

61a

Sommet de la couche : lit de limons sableux (grains < 1 mm) avec un petit caillou de calcaire bioclastique en voie de désagrégation ; microstructure granulaire ; porosité : 30 % ; quelques sables grossiers, nombreux limons et sables fins de quartz (15 %), calcaire (15 %) et opaques (5 %) ; fraction fine brun-jaune, rare (± 10 %), en petits agrégats de la taille des sables et des limons, ou en revêtement autour des grains ; quelques agrégats limono-argileux, denses et lités ; très rares particules charbonneuses (< 2 %).

63b

Alternance de deux types de dépôts, à pendage général concordant avec celui de la roche encaissante :
– dépôts grumeleux à porosité importante, entassement lâche d’agrégats millimétriques à centimétriques, remaniés d’alluvions fines microlitées, et de sables grossiers calcaires ; fragments végétaux brun-rouge ; charbons de bois (5 %) ; rares sphérolites de calcite altérés (< 2 %) ; quelques phytolithes rectangulaires crénelés ; quelques esquilles osseuses jaunes, brun-rouge ou blanches ; un agrégat millimétrique de micrite grisâtre, à résidus charbonneux (cendres, < 2 %) ;
– des passées limono-sableuses, de quelques millimètres d’épaisseur, grains, assez bien triés (50 à 100 µm) de quartz, calcite, opaques et en moindre proportion micas, feldspaths, glauconies, sphènes, amphiboles.

2.2.1.1 La formation 1

9La formation 1, regroupant les couches 64 à 61b, constitue l’assise du site archéologique. Étudiée dans un sondage de 3 m de profondeur, elle apparaît formée par la superposition de blocs d’effondrement de taille décimétrique à métrique, et d’alluvions karstiques (coupe S63 : fig. 18a, 19). Elle n’est pas datée, on la sait simplement antérieure à 5350 av. J.-C., âge des premières occupations du Néolithique ancien, immédiatement sus-jacentes. Son interprétation repose essentiellement sur l’organisation lithostratigraphique des dépôts et sur l’analyse de la roche encaissante.

FIG. 18. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon.

FIG. 18. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon.

Échantillonnage des formations 1 à 3  a positionnement général des coupes stratigraphiques échantillonnées ; b échantillons de la formation 2 ; c échantillons de la formation 3.

FIG. 19. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Hypothèse de mise en place de la formation 1.

FIG. 19. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Hypothèse de mise en place de la formation 1.

10Les dépôts montrent la superposition à quatre reprises, de la base vers le sommet :

  • d’un amoncellement de gros blocs de longueur fréquemment supérieure à 1 m et d’une épaisseur moyenne de 30 cm ;

  • d’une accumulation de blocs plus petits associés à des cailloux et à une fraction fine sablo-limoneuse ou limono-argileuse, à microstructure grumeleuse ;

  • et enfin d’apports fluviatiles sablo-limoneux microlités, compacts en surface et localement déformés par la nouvelle couche de blocs sus-jacente.

11Cette répétition traduit une mise en place polyphasée de la formation 1. Les gros blocs calcaires, de lithologie et d’épaisseur comparables à celles des bancs de la roche encaissante, résultent manifestement de l’effondrement du plafond rocheux. Les sables et les limons lités témoignent quant à eux de l’inondation du site par l’exsurgence du Gardon. Cette alternance de blocs et de sables d’inondation peut traduire les fluctuations d’un climat globalement froid et humide entraînant la gélifraction de la roche (Miskovsky 1974 ; Laville 1975 ; Campy 1982). Une autre hypothèse, envisagée pour les grottes de la Drôme, est celle d’une possible origine sismo-cataclysmique, vers le début du cinquième millénaire, pour expliquer des amoncellements de gros blocs sous les niveaux néolithiques (Brochier et al. 1995). Sur le site du Gardon, compte tenu des particularités de la roche encaissante, formée par l’alternance de bancs compacts et de bancs plus friables, l’individualisation de plusieurs niveaux de blocs, séparés par des apports détritiques moins grossiers, semble pouvoir résulter des seuls processus d’altération et de gélifraction. Le rôle de l’exsurgence dans ces processus et dans la formation conséquente du porche est sans doute loin d’être négligeable. Les inondations répétées de la galerie ont vraisemblablement favorisé la dégradation des calcaires marneux et la chute des bancs plus massifs, sous l’effet combiné du gel et de la gravité (fig. 19).

12Dans plusieurs cavités jurassiennes, la mise en place de blocs de même taille est attribuée au Dryas ancien (Campy, Chaline 1993). Au Gardon, cette attribution chronologique impliquerait un important hiatus sédimentaire, d’environ 8000 ans, entre la fin du Dryas ancien, vers 13000 av. J.-C., et les premières occupations du Néolithique ancien. Une mise en place au Dryas récent, période dont le climat d’ordinaire assez sec semble relativement humide dans le Bugey (Vivian 1991), est également envisageable. Elle impliquerait alors un hiatus d’environ 3000 ans, après 9000 av. J.-C. Bien qu’aucune datation ne permette de s’en assurer, ces processus de gélifraction ont également pu survenir plus récemment, au début de l’Holocène, qui connaît, comme le Tardiglaciaire, d’importantes phases de refroidissement et surtout de forts écarts saisonniers (Magny 1995).

13Quelques esquilles osseuses, charbons, phytolithes siliceux et sphérolites de calcite, éparpillés dans la matrice de cette formation, témoignent d’une occupation humaine (tabl. VI). Probablement issus d’une infiltration depuis des couches anthropiques sus-jacentes, ces indices d’anthropisation ne permettent pas d’attester le passage de l’homme entre les différentes phases d’effondrement rocheux.

2.2.1.2 La formation 2

14L’anthropisation du site est plus manifeste à partir de la formation 2, regroupant les couches 61a à 59 (tabl. V ; fig. 18). Localisée vers le fond de la cavité, cette formation est constituée essentiellement de sables et de limons alluviaux microlités, dans lesquels s’interstratifient deux minces lentilles limoneuses, contenant des charbons et des agrégats d’argiles rubéfiées (Sordoillet, Voruz 2002 : fig. 7). Les observations micromorphologiques (tabl. VI) permettent de discuter l’origine et le mode de mise en place de ces différents dépôts (Sordoillet 2002).

15À la base de la formation, la granulométrie fine de la couche 61a, sablo-limoneuse, laisse supposer l’existence de courants d’énergie modérée, tandis que sa composition, dominée par des grains minéraux et par des agrégats d’argiles karstiques, souligne l’origine endokarstique des apports. Ces caractéristiques tendent à indiquer que la mise en place de la couche 61 s’est faite lors de la montée des eaux dans le trop-plein.

16Dans la couche 60c sus-jacente, l’augmentation de la fraction limono-argileuse, et dans une moindre mesure des apports anthropiques, de même que le développement de la structuration biologique, indiquent le retrait des eaux. Les apports anthropiques consistent principalement en microcharbons, éparpillés dans la masse, auxquels s’associent une esquille osseuse et un fragment de poterie. Le mélange des apports anthropiques et naturels semble dû essentiellement à l’activité biologique, mais peut également résulter du piétinement humain. La compaction de 60c et l’individualisation de minces lentilles argileuses denses à son sommet rappellent en effet les caractéristiques des dépôts piétinés et pourraient indiquer l’existence d’un niveau de circulation. La faible épaisseur de cette couche anthropique peut s’expliquer par la brièveté de l’occupation ou par une érosion ultérieure.

17La couche 60b, formée d’au moins cinq lits plutôt sablo-limoneux vers leur base et plus argileux au sommet, témoigne de la remontée du niveau d’eau. Le litage est interprété comme la conséquence des fluctuations de la nappe qui atteint alors un haut niveau, tandis que la raréfaction des apports anthropiques laisse supposer l’abandon du site.

18Dans la couche 60a, les apports anthropiques augmentent à nouveau et viennent se mélanger aux alluvions déposées précédemment, indiquant le recul des eaux et la reprise des occupations humaines. Quelques charbons, des esquilles osseuses jaune-orangé et des amas micritiques grisâtres, d’origine cendreuse, témoignent d’activités de combustion, tandis que quelques sphérolites de calcite semblent résulter de l’élevage de moutons.

19Au-dessus, les apports endokarstiques et le litage de la couche 59 indiquent la remontée de la nappe d’eau. Comme pour la couche 60b, l’énergie des courants apparaît modérée au vu de la granulométrie. Le litage des alluvions est interprété comme la conséquence des fluctuations de la nappe. En conclusion, l’alternance de dépôts d’occupation et de dépôts alluvionnaires, dans la formation 2, suggère que le site a été fréquenté de façon intermittente. Ces occupations surviennent probablement vers le début du Néolithique, étant donné la présence d’un tesson de poterie dans la couche 60c et la datation vers 5350 av. J.-C. de la formation sus-jacente. Ainsi, fortement marquée par des inondations et globalement antérieure à 5350 av. J.-C., la formation 2 pourrait être contemporaine de la dégradation climatique de Cerin (Magny 1999 ; Sordoillet, Voruz 2002) [fig. 30].

2.2.1.3 La formation 3

20Au-dessus, la formation 3 consiste en un amoncellement de blocs et de cailloux à matrice interstitielle sablo-limoneuse (tabl. V). Particulièrement importante dans les m2 IJ 25-27 (fig. 18), où elle atteint presque 1 m d’épaisseur, elle se biseaute vers l’est et vers le fond de la galerie sur les sables de la formation 2 (fig. 4 : couche 58). La fouille a permis la découverte d’une structure de combustion dans la partie sommitale de cette formation, conduisant à sa subdivision en trois parties. Le sommet est caractérisé par des blocs fréquemment subhorizontaux. Dessous se trouve la structure de combustion C635. La partie basale comprend l’essentiel de l’accumulation caillouteuse. De nombreux restes osseux de faune sauvage et domestique, dont plusieurs marqués par des traces de découpe (Chaix, Nicod 1991), ainsi que des tessons du Néolithique ancien, sont pris entre les blocs de cette formation. En lame mince, les sédiments fins, présents entre les blocs, apparaissent riches en micrite, en sphérolites de calcite et en charbons. Ils présentent de ce fait une forte connotation anthropique, mais la microstructure grumeleuse des dépôts, avec l’entassement lâche d’agrégats subarrondis ou subanguleux, évoque un matériel en position secondaire (tabl. VI). Certains de ces agrégats présentent une microstructure litée typique d’une accumulation sédimentaire compactée par piétinement, tandis que l’abondance des sphérolites témoigne de la présence d’ovi-caprinés. Des agrégats anthropiques subanguleux, à contours irréguliers, paraissent provenir d’un rejet intentionnel ou résulter du glissement des blocs et des couches d’occupation sur la pente. Des agrégats subarrondis, manifestement colluviés, et de nombreux revêtements argileux, résultant de lessivages, évoquent une infiltration secondaire dans les interstices de l’amas caillouteux. En définitive, si l’origine en grande partie anthropique de la formation 3 ne fait aucun doute, les mécanismes précis de sa mise en place ne sont pas encore définitivement établis. Une ou plusieurs couches d’occupation et des blocs calcaires semblent avoir été remaniés, soit de façon naturelle, soit par l’homme. Les vestiges découverts permettent de caler cette formation dans le Néolithique ancien, entre 5350 et 4950 av. J.-C. Les occupations du site s’inscrivent alors dans une période d’amélioration climatique (Magny 1999), laissant entrevoir un risque minime d’inondation du site (fig. 30). La seconde partie de la dégradation de Cerin, vers 4900-4700 av. J.-C. va en revanche provoquer de nouvelles inondations, matérialisées à la base de la formation 4, qui peuvent expliquer la déstabilisation de la formation 3.

2.2.2 La fin du Néolithique ancien et le Néolithique moyen

21Au-dessus des dépôts essentiellement détritiques et alluviaux des formations 1 à 3, les apports limoneux sombres se multiplient nettement, tandis que les alluvions apparaissent moins fréquentes. Ce basculement dans la nature des apports sédimentaires semble lié à une fréquentation plus assidue du site au Néolithique moyen, matérialisée par de nombreux vestiges. Trois principales périodes de sédimentation sont différenciées, correspondant aux formations 4, 5 et 6 (fig. 17 ; tabl. VII).

TABL. VII. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Couches échantillonées dans les formations 4 à 6.

TABL. VII. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Couches échantillonées dans les formations 4 à 6.

2.2.2.1 La formation 4

22La formation 4 (tabl. VIII) se différencie des blocs de la formation 3 par l’accumulation de couches limono-caillouteuses sombres, entrecoupées de plusieurs passées sablo-limoneuses d’inondation, et regroupées en une vaste lentille dans la galerie (couches 57 à 49a). Les différents échantillons prélevés dans les couches ou dans les structures de cette formation, permettent de définir ses principales caractéristiques sédimentaires et d’avancer quelques hypothèses sur les modalités d’occupation (fig. 20).

⯆TABL. VIII. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Description micromorphologique des couches écantillonnées dans la formation 4.

Couche

Description micromorphologique

49a

Limite supérieure sinueuse avec niches d’arrachement ; microstructure lenticulaire assez bien conservée vers l’entrée de la première salle (fig. B7) ; microagrégée à grumeleuse vers l’arrière de la galerie (plus fortement remaniée par l’activité biologique et par les inondations) ; squelette sablo-limoneux plus abondant au sommet et à la base de la couche ; cailloux et graviers calcaires très altérés (épigénisés par des phosphates) ; plusieurs lentilles ou nodules sablo-limoneux à grains bien triés, étagés sur toute la hauteur du dépôt ; matrice brun-jaune riche en micrite, en résidus végétaux huméfiés ou carbonisés (10-20 %) et en sphérolites (20-40 %) ; assez nombreuses esquilles d’os brûlé (2-5 %) ; quelques cendres, plus fréquentes en C407 où elles sont organisées en plusieurs horizons cendreux superposés (fig. 20).

49b

Microagrégée à grumeleuse ; agrégats subarrondis à subanguleux, micrométriques à centimétriques, en entassement lâche et désordonné, recouverts par revêtements argileux microlités (lessivage) ; lentilles sablo-limoneuses.

50

Limite supérieure le plus souvent irrégulière ; microstructure agrégée, avec agrégats micrométriques à centimétriques, subarrondis à subanguleux, en entassement lâche et désordonné ; porosité importante d’entassement et biologique ; squelette abondant avec cailloux et graviers calcaires très altérés et passées sablo-limoneuses ; matrice argileuse, brun-jaune, riche en micrite ; charbons et sphérolites plus abondants au sommet de la couche ; plusieurs fragments de coprolithes d’herbivores plus ou moins calcinés ; des os brûlés ; un fragment de coquille d’œuf ; revêtements argileux microlités à la surface des agrégats, in situ ou non. Remplissage de C609, stratifié, riche en charbons de bois (± 400 °C) et en coprolithes rubéfiés à calcinés (400-600 °C) ; quelques cendres de bois et quelques esquilles osseuses gris-beige (600 °C) ; nombreux agrégats de terre et fragments d’alluvions fines noircis, parfois à quartz fondus (± 800°) ; dans F403, nombreux coprolithes d’herbivores, plus ou moins brûlés, parmi lesquels de larges fragments assimilables à des déjections de bovins (fig. B4) ; des fragments de construction (fig. B5) ; et des fragments de viande ?

51

Granulaire fermée ; squelette riche en quartz et avec quelques calcaires ; agrégats d’alluvions fines ; revêtements argileux ; striotubules de lombrics à matériel charbonneux.

52

Agrégée avec nombreux agrégats subanguleux à bords parallèles et quelques déjections de lombrics ; localement lenticulaire à la base ; porosité de fractures, cavités d’entassement et chenaux biologiques ; squelette abondant de calcaire et de quartz ; fraction fine brun-jaune à brun-gris, argileuse à micritique, riche en résidus végétaux plus ou moins carbonisés (10-20 %) et en sphérolites (20-30 %) ; quelques os peu brûlés ; quelques coprolithes à sphérolites ; nombreux agrégats remaniés d’alluvions fines ; revêtements argileux en place ou remaniés.

53

Granulaire ; porosité d’entassement importante ; nombreux sables et limons de quartz ; calcaires assez abondants altérés ou rubéfiés ; fraction fine argileuse à micritique ; fragments d’alluvions fines microlitées ; quelques charbons (10 %) ; fréquents sphérolites (30 %) ; rares os et rares phytolithes ; revêtements argileux (passée sablo-limoneuse remaniant des dépôts anthropiques).

54

Microstructure agrégée, avec déjections de vers et agrégats subanguleux ; porosité d’entassement et biologique ; fraction grossière calcaire très abondante, sables de quartz plus rares ; matrice argileuse brun-jaune riche en micrite, en charbons (10 %) et très riche en sphérolites (50 %) ; quelques os et rares phytolithes ; revêtements argileux sur les agrégats ou remaniés dans la masse (dépôt type bergerie, bioturbé et lessivé).

55

Microstructure granulaire fermée ; porosité en cavités d’entassement et chenaux biologiques ; squelette sableux abondant de quartz et de calcaire ; fraction fine argileuse brun-jaune en petits agrégats, revêtements et ponts entre les grains ; nombreux charbons et sphérolites (30 %).

56

Grumeleuse à localement lenticulaire ; porosité d’entassement ; ou lenticulaire ; squelette calcaire abondant avec éléments allongés parallèles à la pente ; sables et limons de quartz plus rares ; fraction fine riche en micrite ; nombreux charbons (10 %), sphérolites et os plus ou moins brûlés (5 %) ; revêtements argileux brun-jaune in situ dans les secteurs lenticulaires, remaniés dans les secteurs grumeleux (dépôt bioturbé et lessivé).

57

Grumeleuse avec entassement lâche d’agrégats micrométriques à millimétriques ; squelette des agrégats sablo-graveleux ; matrice riche en micrite, sphérolites (30 %) et charbons ; quelques os plus ou moins brûlés ; nombreux revêtements et coiffes argileuses.

FIG. 20. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon.

FIG. 20. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon.

Échantillonnage des formations 4 à 6 : a positionnement général des coupes stratigraphiques et structures archéologiques échantillonnées ; b-e positionnement des échantillons sur les coupes ; f positionnement des échantillons sur la structure C407.

23Les couches limoneuses sombres apparaissent dans l’ensemble assez fortement affectées par les remaniements postsédimentaires. Ces remaniements sont liés, d’une part au développement de l’activité biologique, d’autre part aux inondations du site, matérialisées par les alluvions claires. Malgré ces perturbations, il est possible de constater la forte teneur en sphérolites de calcite et en résidus végétaux plus ou moins carbonisés de la matrice tantôt argileuse tantôt micritique des couches sombres. Des restes de coprolithes d’herbivores sont également fréquents à partir de la couche 52, et jusqu’au sommet de la formation. Quelques fragments d’os, plus ou moins fortement brûlés, présents dans toutes ces couches, sont plus abondants au sommet de la formation (couche 49a). De rares phytolithes siliceux ont également été observés. D’autres constituants ont été identifiés dans les structures archéologiques de deux des derniers membres de la formation (couches 50 et 49a). Dans les structures de combustion C609 et C407, des cendres de bois sont associées à des coprolithes brûlés et à des charbons. Dans la fosse F403, l’atténuation des remaniements, sans doute liée à un comblement rapide de la structure, permet de différencier de grands fragments assimilables à des coprolithes de bovidés (pl. B4). Dans cette même fosse, des agrégats massifs sont interprétés, du fait de leur microstructure et de leur texture, comme de probables fragments de construction en terre (pl. C1).

24Au vu de ces différents constituants, la principale activité pratiquée par les occupants du site semble avoir été l’élevage du bétail. Bien que les coprolithes observés témoignent de la présence à la fois de bovins et d’ovi-caprins, la forte représentation des sphérolites de calcite laisse imaginer la prédominance des moutons et des chèvres. L’archéozoologie note également la présence de ces différents animaux, mais souligne la prépondérance de la faune sauvage (Chaix, Nicod 1991). L’abondance de cette dernière à proximité du site pourrait expliquer les accumulations excrémentales observées dans la grotte. Dans certains cas, des accumulations organiques riches en sphérolites de calcite peuvent en effet résulter du parcage spontané d’herbivores sauvages, tels que les mouflons ou les chamois (Brochier 1991). Cependant, et bien qu’elle soit due en partie aux remaniements biologiques, l’association de nombreux résidus de combustion à ces déjections animales nous conduit à privilégier l’hypothèse de l’origine anthropique des dépôts. Ces résidus cendro-charbonneux peuvent être imputés aux nécessaires activités de combustion pratiquées par les bergers, dont témoignent les deux structures de combustion C407 (pl. C2) et C609. La présence de coprolithes brûlés parmi ces résidus de combustion indique l’utilisation probable des excréments comme combustible.

25La structuration lenticulaire localement conservée dans plusieurs couches sombres (56, 52, 49a) confirme l’existence de niveaux d’occupation in situ, évoqués par la découverte de foyers dans ces mêmes couches (Joly et al. 1991). La meilleure fossilisation de cette microstructure lenticulaire au sommet de la formation 4 (couche 49a) est mise sur le compte d’un enfouissement rapide sous les alluvions de la formation 5 (pl. C3). Le départ des occupants semble ainsi avoir précédé de peu la montée des eaux. Dans les couches d’occupation sous-jacentes, les remaniements biologiques sont au contraire plus importants et tendent à indiquer que l’alluvionnement survient bien après l’abandon du site.

26La micromorphologie du foyer C407 (fig. 20f ; fig. 21), au sommet de la couche 49a, apporte quelques éléments d’informations complémentaires sur les modalités de l’occu pation. Le remplissage cendro-charbonneux de ce foyer montre l’alternance de couches cendreuses, plus ou moins bien conservées, et de couches plus hétérogènes, dans lesquelles sont mélangés des agrégats cendreux, des agrégats limono-argileux, des coprolithes et surtout de nombreux grains de limon de quartz. Ce litage indique que l’utilisation du foyer s’est faite en plusieurs phases, séparées par des périodes d’abandon favorables au remaniement biologique des cendres et à la sédimentation détritique. L’altération de certaines lentilles cendreuses conduit à envisager l’hypothèse d’interruptions de combustion assez longues. En effet, à l’inverse des cendres sommitales (fig. 21 : B, A), caractérisées par une structure interne microlitée et par des cendres de bois bien conservées, les deux premières accumulations cendreuses (fig. 21 : F, D) montrent une altération assez poussée, marquée notamment par la disparition des litages au profit d’une microstructure spongieuse. L’abandon à l’air libre de ces deux premières accumulations cendreuses peut expliquer leur altération. La durée et la cause de ces abandons restent néanmoins difficiles à établir, entre l’utilisation occasionnelle du foyer pendant une même occupation ou des occupations plus discontinues. Au sommet du foyer C407, la bonne conservation de l’accumulation cendreuse sommitale B-A témoigne d’un recouvrement assez rapide, mis en parallèle avec celui qui a permis la préservation partielle du sommet de la couche 49a.

FIG. 21. Ambérieu-en Bugey / Grotte du Gardon. Faciès sédimentaires de la structure de combustion C407.

FIG. 21. Ambérieu-en Bugey / Grotte du Gardon. Faciès sédimentaires de la structure de combustion C407.

27Concernant les alluvions interstratifiées dans les dépôts anthropiques, elles n’apparaissent pas microlitées comme celles de la formation 2. Leur mise en place semble procéder d’une seule crue conduisant au remaniement partiel des dépôts anthropiques. Indirectement datées par les couches d’occupation qui les encadrent, ces crues surviendraient avant 4950 pour la couche 55, intercalée dans les dépôts du Néolithique ancien, et entre 4700 et 4150 av. J.-C. pour les couches 49b et 51, comprises dans les dépôts du Néolithique moyen I. Si l’on se réfère aux fluctuations des lacs du Jura (Magny 1999), l’inondation de la couche 55 pourrait correspondre au tout début de la seconde partie de la détérioration de Cerin, de même que les alluvions de la couche 53, à l’interface du Néolithique ancien et du Néolithique moyen, entre 4950 et 4700 av. J.-C. En revanche, les couches 51 et 49b seraient plutôt liées à la transgression de Grand Maclu (fig. 30). L’accroissement des précipitations au cours de ces deux détériorations climatiques peut ainsi expliquer l’inondation occasionnelle du site.

28En conclusion, les faciès sédimentaires de la formation 4 évoquent une occupation discontinue du site, par des populations pratiquant l’élevage. Cette discontinuité des occupations est clairement soulignée par un phénomène d’agrégation biologique et par l’intercalation de couches d’inondation entre les principales couches anthropiques (56, 54, 52, 50 et 49). Il est plus délicat de dire si de pareilles discontinuités existent à l’intérieur de ces couches, mais c’est néanmoins ce que tend à indiquer le microlitage du foyer C407.

2.2.2.2 La formation 5

29La formation 5 (tabl. VII, IX) est représentée par une épaisse couche d’alluvions sablo-limoneuses venant largement recouvrir les dépôts anthropiques de la formation précédente (couche 48 : pl. C2). Intercalée entre les couches d’occupation 49a, datée de 4450-4150 av. J.-C., et 47, datée de 4300-4050, sa mise en place s’effectue probablement autour de 4200 av. J.-C. Malgré l’absence de hiatus chronologique, plusieurs phases d’alluvionnement impliquent l’arrêt des occupations (Sordoillet 2002 : fig. 4d, 4e). Les trois couches 48a, 48b et 48c, différenciées dans cette formation sur la base de leur texture et de leur structure, témoignent de dynamiques de mise en place quelque peu différentes (S34 : fig. 20b).

TABL. IX. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Description micromorphologique des couches échantillonnées dans la formation 5.

Couche

Description micromorphologique

48a

Limite supérieure diffuse ; limons et sables fins à moyens, de 50 µm à 1 mm, assez bien triés ; agrégats limono-argileux de même taille (remaniés d’alluvions fines) ; fortement bioturbée dans la partie supérieure de la couche (chenaux biologiques et déjections de vers) ; litée tout à la base ; assez nombreux constituants anthropiques (charbons, os, agrégats de fumier) dans la partie sommitale, intégrés par l’activité biologique ou par piétinement depuis la couche sus-jacente ; quelques charbons flottés.

48b

Limite supérieure nette ; limons et sables fins à grossiers, jusqu’à 3 mm de section, plus mal triés que dans C48a ; non lités, nombreux agrégats limono-argileux de la taille des sables grossiers (arrachés à des alluvions fines) ; constituants anthropiques rares dans l’ensemble, sauf vers l’arrière de la galerie, en JK 25/26 (S46) où un gros fragment lenticulaire de couche d’habitat est serti dans les alluvions.

48c

Limite supérieure diffuse ; superposition de lits sablo-limoneux (grains de 50 à 500 µm) et limono-argileux plus ou moins démantelés ; particules bien triées et subhorizontales (fig. 106) ; peu de constituants anthropiques. Plus précisément, 48c débute par un lit de sables limoneux assez bien trié (25-100 µm) à entassement dense, de quartz, de calcite et de nodules siliceux de chaille ; les grains sont revêtus d’une pellicule de fraction fine brun-jaune. Dans le lit suivant la grossièreté des grains augmente tandis que le tri se dégrade quelque peu (25-200 µm). Des fragments de bioclastes allongés sont déposés subhorizontalement. Avec le troisième lit, on revient à des sables plus fins et mieux triés (25- 100 µm). Cette alternance granulométrique se poursuit jusqu’au sommet.

30À sa base, la couche 48c est caractérisée par des apports endokarstiques fins et lités, déposés par des courants d’énergie modérée. La granulométrie fine et le litage des alluvions plaident pour l’hypothèse d’une sédimentation de type lacustre, liée à la montée des eaux dans le trop-plein et à de légères fluctuations du niveau de la nappe.

31Dans la couche 48b sus-jacente, la granulométrie plus grossière des alluvions, la présence d’agrégats limono-argileux arrachés à des alluvions fines et la disparition du microlitage témoignent d’un accroissement de l’énergie, imputable à une crue. Cette crue est à l’origine de l’érosion de la partie sommitale de 48c, caractérisée par une limite diffuse.

32Avec la couche 48a, d’abord formée d’alluvions fines microlitées, on revient à un contexte de dépôt plus calme. La limite nette qui sépare 48b et 48a atteste l’absence d’érosion et conforte l’idée de courants modérés. Comme pour 48c, ce microlitage traduit les fluctuations d’un haut niveau de la nappe. Dans la partie sommitale de 48a, des grains plus grossiers et non lités témoignent de l’existence de courants plus importants, qui peuvent expliquer l’érosion des couches anthropiques dont des lambeaux ont été observés dans les alluvions. Des remaniements biologiques secondaires affectent le sommet des alluvions, qui sont progressivement relayées par la couche d’occupation sus-jacente. Ce passage progressif des alluvions aux couches anthropiques tend à montrer que les hommes se sont installés directement sur le sol sablonneux de la cavité, sans aménagement préalable.

33Les caractéristiques sédimentologiques des alluvions de la formation 5 révèlent ainsi la montée des eaux dans le trop-plein, accompagnée de plusieurs crues plus importantes. Si la granulométrie et le litage des alluvions témoignent bien de l’existence de plusieurs phases d’alluvionnement, il est en revanche difficile d’estimer la durée de ces différentes phases et le temps qui les sépare. Néanmoins, par comparaison avec la formation 4 sous-jacente, où des lits d’alluvions monophasés viennent s’intercaler dans les dépôts d’occupation, le caractère polyphasé de la formation 5 tend à indiquer l’arrêt de la sédimentation anthropique et donc un abandon relativement prolongé du site. Le calage chronologique de ces inondations autour de 4200 av. J.-C. permet de les rattacher à la période de détérioration climatique de Grand Maclu, entre 4400 et 3900 av. J.-C. (Magny 2004), soulignant une probable relation de cause à effet (fig. 30).

2.2.2.3 La formation 6

34Les couches 47 à 40 de la formation 6 forment une épaisse lentille, qui recouvre le sommet des alluvions précédentes (fig. 17). Les datations14C et la typologie des vestiges situent la mise en place de cette formation entre 4300 et 3600 av. J.-C., avec des faciès culturels associés à un Néolithique moyen indéterminé et au Néolithique moyen bourguignon (tabl. IV). L’intercalation de minces lentilles fluviatiles conduit à subdiviser cette formation en quatre principaux membres numérotés F6.1 à F6.4. En complément des données de terrain, les analyses micromorphologiques permettent de discuter l’origine et le mode de mise en place des dépôts (fig. 20 ; tabl. VII, X).

TABL. X. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Description micromorphologique des couches échantillonnées dans la formation 6.

Couche

Description micromorphologique

40

Limite supérieure diffuse ; sommet de la couche remanié avec sables fluviatiles de 36c ; grumeleuse avec agrégats subarrondis et déjections sparitiques de lombrics ; agrégats subanguleux et microagrégats ; porosité importante avec cavités d’entassement et chenaux biologiques ; fraction grossière abondante de graviers et de sables, calcaires ou quartzeux ; fraction fine argilo-micritique brun-jaune à brun-gris ; quelques charbons (10-20 %) ; quelques os plus ou moins brûlés (2 %) ; quelques sphérolites (10 %) ; pas de coprolithes ni de phytolithes.

41

Composition comparable à c. 40 ; plus fortement microgrégée (fig. B9) ; quelques poches sablo-limoneuses fluviatiles.

42

Composition et microstructure comparables à c. 40 ; agrégation moins importante qu’en c. 41 ; porosité plus faible ; charbons et os plus abondants ; quelques poches sablo-limoneuses et revêtements argileux vers la base (S34.µ8)

43a

Limite supérieure diffuse ; microstructure et composition globalement comparable à la couche 40, bioturbée ; quelques coprolithes (fig. B8) ; nombreux sphérolites ; rares petites phytolithes (10 µm) ; quelques cristaux de calcite prismatiques (cendres de bois).

43b
44

Sables fins et limons en minces lentilles ou en poches (fig. C1).
Limite supérieure diffuse ; faciès différents selon le secteur d’observation :
– à l’entrée de la galerie (S34 et S35) : comparable à la couche 43a, avec une microstructure grumeleuse, bioturbée, de nombreux sphérolites (30 %), des charbons (10 %), des os et quelques phytolithes ;
– plus en arrière de la galerie (S58), microstructure microagrégée à lenticulaire de type habitat, avec agrégats de fumier à sphérolites (30 %) ; un agrégat massif, brun-jaune, limono-argileux, riche en résidus végétaux (fragment de construction en terre ?).

45

mince passée sablo-limoneuse fluviatile.

46a
46b

Limite supérieure diffuse, grumeleuse à microlitée ou lenticulaire ; porosité d’entassement et biologique ; déjections sparitiques de lombrics ; fraction grossière abondante ; fraction fine brun-jaune à brun-gris, avec micrite, nombreux sphérolites, nombreux charbons, quelques phytolithes, parfois fondues, quelques cristaux cendreux prismatiques ; coprolithes ; os ; tessons ; un agrégat massif, brun-jaune, limono-argileux à squelette sableux (hypothèse : fragment de construction en terre) ; un agrégat carbonaté, microcristallin, massif, avec empreintes végétales, quartz et phytolithes fondus (hypothèse : fragment de construction brûlé).
Sables et limons fluviatiles.

46c-47

Grumeleuse, bioturbée ; agrégats résiduels lenticulaires, riches en charbons et en sphérolites ou en cendres ; os ; tessons ; phytolithes.

35Dans les trois membres F6.1, F6.2 et F6.3, la superposition de couches sombres et de couches claires (couches 47 à 44) rappelle les caractéristiques de la formation 4 et évoque des périodes d’occupation humaine alternant avec des phases d’inondation du site. Comparativement aux alluvions de la formation 4, celles de la formation 6 forment des couches moins épaisses, pouvant signifier des inondations moins importantes. Les conditions de dépôt apparaissent quelque peu différentes pour le dernier terme F6.4 (couches 43b à 40), où plusieurs couches d’allure anthropique sont différenciées sur le terrain sans qu’aucun dépôt alluvial ne vienne souligner une interruption des occupations. La diminution des inondations évoquées dans les trois premiers membres pourrait ainsi se conclure par un arrêt complet de l’alluvionnement au sommet de la formation 6.

36Cette opposition entre les membres de base et le membre supérieur se retrouve au microscope. Dans les trois premiers membres, les couches sombres sont caractérisées principalement par de nombreux sphérolites de calcite et par d’abondants résidus végétaux plus ou moins carbonisés. Des os brûlés, des cendres carbonatées prismatiques et des fragments de coprolithes ou des agrégats de fumiers leur sont associés en moindre quantité (pl. B8). Par ailleurs, la microstructure de ces couches, bien que partiellement détruite par les remaniements biologiques, se caractérise localement par une organisation lenticulaire des constituants. En comparaison, les couches sus-jacentes du membre F6.4, apparaissent moins riches en résidus végétaux et en sphérolites de calcite, et totalement dépourvues de coprolithes et de cristaux prismatiques cendreux. Seules les esquilles osseuses sont représentées en quantités sensiblement équivalentes. La microstructure lenticulaire localement préservée dans les couches sous-jacentes fait place à des microstructures grumeleuses ou microagrégées (pl. B9).

37Malgré leurs différences, toutes les couches sombres de la formation 6 semblent résulter d’occupations globalement comparables. Comme dans le cas de la formation 4, la présence de sphérolites de calcite sur toute la hauteur de la formation, et de coprolithes vers la base, témoigne de l’existence de périodes d’occupation pendant lesquelles l’élevage constitue l’une des activités principales. La raréfaction des sphérolites dans la partie sommitale des dépôts (couches 43a à 40) peut être mise en parallèle avec celle des cendres carbonatées pour avancer l’hypothèse de leur disparition par dissolution. Parallèlement, le développement plus marqué des microstructures, tantôt grumeleuses tantôt microagrégées, évoque un remaniement plus important par les micro-organismes. Ce sont donc manifestement des conditions d’enfouissement différentes qui conduisent aux variations de faciès observées entre la base et le sommet de la formation 6. Le recouvrement des dépôts anthropiques inférieurs (couches 47 à 44) par des alluvions explique sans doute leur meilleure conservation (pl. D1). Dans les couches sommitales, à la base de la couche 42 et dans la couche 41, l’observation microscopique montre la présence de petits nodules sablo-limoneux, mélangés aux constituants anthropiques. Ces sables et limons pourraient être les ultimes témoins d’inondations. Leur présence discrète serait alors à relier à la tendance à l’assèchement évoquée par l’amincissement des dépôts alluvionnaires depuis la base de la formation. Corollaire probable de cet assèchement, la digestion plus poussée des dépôts par les vers, après l’abandon du site (pl. C5).

38La composition et la microstructure des couches anthropiques permettent d’avancer quelques hypothèses sur la durée de ces occupations. Dans les trois premiers membres, on note la présence de quelques agrégats limono-argileux massifs, comparables à des fragments de constructions en terre. Par ailleurs, la présence de quelques phytolithes siliceux, éparpillés dans les dépôts, pourrait traduire l’introduction volontaire d’herbacées, utilisées soit pour la construction, soit pour l’artisanat, soit encore pour l’alimentation du bétail. Cependant peu représentés, ces phytolithes peuvent également correspondre à des apports accidentels, par exemple dans les poils ou les déjections des animaux. Toujours est-il que ces possibles témoins d’aménagements, les témoins de combustion et la structure lenticulaire des dépôts tendent à montrer que les occupations ont été relativement prolongées, dépassant certainement plusieurs jours.

39Les résultats de l’étude planimétrique des vestiges et ceux de l’archéozoologie semblent conforter ces différentes hypothèses, relatives aux modalités d’occupation. Les analyses planimétriques révèlent des aménagements dans les couches 40, 42, 44 et 46, conduisant à envisager l’hypothèse d’un habitat temporaire (Wernli 1995). Les données archéozoologiques attestent la pratique de l’élevage en au moins deux saisons de l’année : printemps et hiver (Chiquet 1997).

40Ces différentes données corrélées permettent d’interpréter la formation 6 comme la conséquence de l’occupation discontinue du site par des populations pratiquant l’élevage. Cette discontinuité, soulignée dans un premier temps par l’interstratification d’alluvions, ne l’est plus ensuite que par le remaniement biologique des dépôts, conséquence de l’assèchement du climat et de la raréfaction des inondations. D’un point de vue régional, cet assèchement, qui débute vers 3900-3800 av. J.-C. (tabl. IV), trouve son pendant dans le schéma des fluctuations lacustres jurassiennes (Magny 1995), avec l’amélioration climatique observée entre les transgressions de Grand Maclu et de Chalain 1 (fig. 30). Un abandon prolongé succède aux dernières occupations du Néolithique moyen bourguignon, avec un hiatus chronoculturel d’au moins 300 ans avant l’arrivée des groupes du Néolithique final. Peut-être existe-t-il une relation entre cette désaffection pour le site et l’assèchement du climat ?

2.2.3 Du Néolithique final au Bronze ancien

41Les formations 7 à 11 sont marquées essentiellement par des processus d’alluvionnement (formations 7 et 10) et par l’utilisation de la cavité comme sépulture au début du Néolithique final (formation 8). Les autres indices d’occupation, associés à la seconde partie du Néolithique final, au Campaniforme et au Bronze ancien, sont rares ou fortement perturbés par l’exsurgence (formations 9 et 11).

2.2.3.1 La formation 7

42Après l’abandon du site à la fin du Néolithique moyen, la reprise de la sédimentation est présidée par les processus d’alluvionnement à l’origine de la formation 7 (fig. 17). Constituée de sables jaunes et de limons sableux brun-jaune, lités, celle-ci est interprétée, à l’instar des formations 2 et 5, comme la conséquence de plusieurs phases d’inondation. Datée par les niveaux archéologiques qui l’encadrent, sa mise en place survient entre 3650 et 3350 av. J.-C., pendant la dégradation climatique de Chalain 1 (Magny 1999) [fig. 30]. En l’absence d’occupation humaine, seule l’exsurgence participe alors à l’édification du remplissage.

2.2.3.2 La formation 8

43À partir de 3350 av. J.-C., alors que les conditions climatiques sont encore sous l’influence de la dégradation de Chalain 1, la fréquentation du site apparaît essentiellement liée à l’utilisation de la grotte comme sépulture (Guillet 1991 ; Gatto, Buquet 2000). Localisée à l’arrière du porche, la formation 8 (tabl. XI ; fig. 22a, b) est caractérisée principalement par un enchevêtrement d’ossements humains dans des limons brun-rose (fig. 23). Elle est subdivisée en trois couches (tabl. XII ; fig. 17) avec, au sommet la couche 35a, d’allure cendreuse, au milieu la couche 35b, renfermant l’essentiel des ossements, et à la base la couche 35c, caillouteuse, représentant l’assise aménagée de la sépulture (Guillet 1993). La fouille et l’étude anthropologique de cette sépulture révèlent la crémation d’une centaine d’individus, soit en un seul dépôt, sous une chape d’argile, soit en plusieurs phases, à l’intérieur d’une structure en élévation (Guillet 1996 ; Gatto, Buquet 2000). Plusieurs échantillons micromorphologiques, prélevés en différents points des couches 35a, 35b et 35c, apportent des informations complémentaires sur le fonctionnement de cette sépulture.

TABL. XI. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon.

TABL. XI. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon.

Couches échantillonées dans les formations 8 et 11.

TABL. XII. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Description micromorphologique des couches échantillonnées dans la formation 8.

Couche

Description micromorphologique

35a

Grumeleuse à microagrégée ; porosité importante (cavités d’entassement et quelques chenaux biologiques) ; nombreux cailloux et graviers calcaires, fréquemment transformés en chaux ; nombreux sables et limons de quartz, parfois en lentilles microlitées ; matrice en microagrégats argileux jaune-orange, ou micritiques gris renfermant en faible quantité des cristaux de calcite rhomboédrique, des sphérolites et des particules charbonneuses ; coprolithes jaune pâle à brun-jaune, à sphérolites et phytolithes ; fragments végétaux brunâtres à carbonisés ; gros agrégats denses argilo-limoneux, brun clair à brun rougeâtre, peu biréfringents ; esquilles osseuses jaune pâle à brunâtres, modérément biréfringentes, ou grises à blanches à fins cristaux cendreux et à biréfringence gris-bleu ; rares nodules siliceux vacuolaires et quartz à bords fondus ; ligne de graviers calcinés à la base.

35b

Limite supérieure nette ; microstructure le plus souvent agrégée, localement lenticulaire.
Domaines microagrégés : porosité moyenne ; fraction grossière sablo-limoneuse de quartz épars ou en lentilles microlitées et rubéfiées ; grains calcaires transformés en chaux ; en G98µ32 des amas vitreux translucides vacuolaires comprenant quelques quartz résiduels (cuisson à très haute température) ; matrice argileuse brune à brun-rouge, poussiéreuse, en agrégats contigus ou reliés par un mince filet argileux ; tissus organiques possiblement humains et fibres végétales, de différentes teintes : brunâtres, jaune pâle, brun-rouge, plus ou moins mélangés aux argiles ; quelques fragments végétaux d’origine aquatique (F. Guibal, comm. pers.) ; petits agrégats micritiques à résidus cendreux végétaux ou osseux ; en G98µ32, quelques cristaux prismatiques évoquant des cendres de bois ; en G98µ33, quelques charbons de bois ; fragments osseux de différentes teintes : jaune pâle, brunâtres, gris-beige, ivoire ; revêtements limono-argileux microlités brun-jaune dans les vides matriciels et dans les cavités osseuses.
Domaines lenticulaires avec plusieurs lits, d’épaisseur milli- à centimétriques, de différentes natures :
– lits carbonatés : massifs à polyédriques subanguleux ; porosité faible ; rare squelette de sables fins et de limons de quartz et de calcaire, parfois concentrés en lentilles, quartz plus ou moins fondus selon les lits considérés ; matrice micritique dense, peu biréfringente ou à biréfringence gris-bleu de type chaux ; rares résidus fibreux végétaux ; très rares esquilles osseuses blanches ;
– lits limono-argileux : massifs ; squelette minéral rare ; matrice argileuse rougeâtre, parfois très marquée par combustion (aspect vitrifié) ; fibres végétales à cristaux de calcite ou imprégnées d’argiles ;
– lits sablo-limoneux : microstructure granulaire ; porosité importante ; squelette de sables fins et de limons de quartz et de micrite ; matrice en microagrégats mêlés aux sables et aux limons ; plus ou moins riche en fragments fibreux végétaux ;
– ligne de petits charbons (à la base de J20.d29.5).

35c

Microstructure grumeleuse à granulaire ; porosité importante ; fraction grossière abondante (30-50 %) avec plaquettes calcaires oxydées, graviers, sables et limons ; fraction fine, brun-rouge, en petits agrégats ou en revêtements ; quelques esquilles osseuses jaunes à périphérie brunâtre ou fortement brûlées ; quelques charbons d’herbacées, à phytolithes triangulaires ; quelques coprolithes à sphérolites et phytolithes.

FIG. 22. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon.

FIG. 22. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon.

Échantillonnage des formations 8 à 15 : a positionnement général des coupes stratigraphiques et structures archéologiques échantillonnées ; b positionnement des échantillons de la formation 8 dans le m2J20 ; c-g positionnement des échantillons sur les coupes.

FIG. 23. Vue en plan de la sépulture du Néolithique final (m2 J20).

FIG. 23. Vue en plan de la sépulture du Néolithique final (m2 J20).

44À la base du complexe sépulcral, la rubéfaction des plaquettes calcaires de la couche 35c est manifestement due aux incinérations. Entre les pierres, quelques résidus osseux de teinte gris-beige à gris-blanc évoquent en effet des températures supérieures à 550 °C (Susini et al. 1988) [cf. § 1.2.3].

  • 3 – Institut méditerranéen d’écologie et de paléoécologie, Marseille.

45Au-dessus, la couche 35b est formée d’argiles, de limons, de sables et de tissus végétaux, organisés en strates ou mélangés en agrégats de dimension micro- ou millimétrique (pl. D2, D3). Au sein de ce matériel, de très nombreux fragments osseux présentent des teintes qui varient du brunâtre au gris-blanc, résultant d’une combustion importante, avec des températures pouvant aller de 300 à plus de 600 °C. Cette cuisson est également à l’origine de la transformation d’une grande partie des graviers calcaires en chaux (pl. D4). Quelques amas siliceux vacuolaires à grains de quartz résiduels et des plages d’argiles vitrifiées montrent que, localement, la combustion a atteint des températures plus élevées, probablement supérieures à 1000 °C (Lambercy 1993). Les rares charbons et les rares agrégats cendreux à cristaux prismatiques proviennent de la combustion de bois à moins de 500 °C. Il apparaît ainsi que les différents constituants de la couche 35b ont été affectés par une cuisson d’intensité différente selon l’endroit ou l’instant, comprise entre environ 300 et 1000 °C. L’inondation occasionnelle de la zone sépulcrale est révélée par l’individualisation de lentilles tantôt sablo-limoneuses tantôt limono-argileuses, bien triées. Des revêtements limono-argileux microlités, déposés entre les os ou dans les cavités osseuses, témoignent également de ruissellements superficiels. Certains de ces apports minéraux secondaires sont affectés par les combustions, ainsi qu’en témoignent leur rubéfaction ou leur fusion. Les constituants végétaux peuvent avoir été amenés avec les alluvions, ou résulter d’un apport intentionnel, soit pour l’aménagement de la sépulture, soit comme combustible. Certains d’entre eux présentent une structure cellulaire typique d’herbacées aquatiques (F. Guibal3, comm. pers.). Leur combustion, associée à celle des os, est à l’origine de lentilles carbonatées, gris-blanc, gris-bleu ou brun-gris, au sein desquelles se reconnaissent parfois des cendres prismatiques de bois et des structures cellulaires osseuses. La superposition de lentilles carbonatées, de passées alluviales et d’accumulations végétales, observée en différents points de la couche 35b, reflète probablement l’organisation primaire du dépôt, et laisse entrevoir l’existence de plusieurs phases de crémation, séparées par des inondations. La vaste répartition des constituants peu à très brûlés, à travers l’ensemble du dépôt, tend à conforter également l’hypothèse de plusieurs phases de combustion, bien que les variations de température qui existent au sein d’un même foyer, de même que les remaniements secondaires puissent aussi en être responsables. La faible représentation générale des cendres et des charbons de bois dans cette couche 35b pose la question de la nature et de la quantité des combustibles utilisés pour brûler les corps. Indépendamment de la quantité de combustible apporté, plusieurs faits peuvent expliquer cette rareté des cendres et des charbons de bois :

  • une faible quantité de combustible peut suffire à l’incinération des corps, notamment dans de bonnes conditions d’oxygénation (Perlès 1977) ;

  • les fortes températures constatées ont pu conduire à la calcination extrême de la quasi-totalité des combustibles, limitant la préservation de charbons et de cendres caractéristiques ;

  • les cendres ont pu être lessivées à l’occasion des inondations par l’exsurgence.

46Au sommet, la couche 35a se différencie nettement de 35b à la fois par sa composition et par une limite bien marquée entre les deux couches (pl. E1). Cette limite nette souligne la mise en place en deux temps successifs de ces deux couches et semble témoigner d’un remaniement au sommet de 35b. Dans l’hypothèse d’une utilisation répétée de la sépulture, on peut se demander si des opérations de vidange n’ont pas été réalisées entre les différentes crémations. 35a est constituée de très nombreux fragments calcaires partiellement ou totalement transformés en chaux, d’ossements et de coprolithes d’herbivores plus ou moins brûlés, ainsi que de charbons de bois. Tous témoignent d’une combustion intense, à l’origine d’une cuisson secondaire du sommet de la couche 35b. Une condamnation de la sépulture par un amoncellement de blocs et un dernier feu pourrait expliquer l’abondance des fragments calcaires fortement calcinés dans 35a (Gatto, Buquet 2000). La présence conjointe d’agrégats argilo-limoneux, denses et rubéfiés, conduit à supposer également le démantèlement d’un aménagement plus soigné, dont les dalles sur chant et les dalles basilaires constitueraient les derniers témoins en place (Guillet 1996 ; Gatto, Buquet 2000).

47En conclusion, les données anthropologiques et micromorphologiques s’accordent pour nous laisser interpréter les dépôts de la formation 8 comme la conséquence de l’utilisation de la grotte pour des incinérations humaines. Plusieurs phases de crémation semblent avoir eu lieu entre 3350 et 3100 av. J.-C., parfois entrecoupées d’inondations par l’exsurgence, imputables à la dégradation climatique de Chalain 1 (Magny 1999). Ces crémations ont manifestement fait l’objet d’aménagements particuliers dont témoignent les arrangements de pierres et les dépôts sédimentaires originaux de la couche 35b.

2.2.3.3 La formation 9

48Les couches 37h à 36d de la formation 9 (tabl. I, II ; fig. 22e) se caractérisent par leur forte teneur en sables et par leur localisation à l’arrière de la galerie (fig. 17). Partiellement perturbés par l’exsurgence, ces dépôts renferment des vestiges du Néolithique final de type Chalain, datés de 2900-2450 av. J.-C. environ (tabl. IV) [Voruz à paraître]. Les données archéozoologiques attestent l’occupation du site par des populations pratiquant l’élevage et dans une moindre mesure la chasse (Chiquet 1997 ; Ansermet 1999). Ces couches n’ont pas fait l’objet d’analyse sédimentologique détaillée mais, d’aspect comparable à celles des formations 4 et 6, elles sont probablement issues en majeure partie du parcage du bétail dans la galerie. L’aspect stratifié de la formation, reflété par la différenciation des couches 36d à 37h, témoigne vraisemblablement d’une occupation intermittente de la cavité, comme c’était déjà le cas au Néolithique moyen. La recrudescence des inondations et le remaniement conséquent des dépôts peuvent être mis en relation avec le début de la dégradation climatique de Chalain 2, laquelle est plus nettement marquée dans la formation 10 sus-jacente.

2.2.3.4 La formation 10

49Déposée vers l’entrée de la galerie, la formation 10 (couche 36c) est formée d’alluvions sablo-limoneuses jaunes, organisées en plusieurs lits superposés. Sa mise en place se situe entre la fin des occupations du Néolithique final, vers 2450 av. J.-C., et le début des occupations du Campaniforme, vers 2300 av. J.-C. Plusieurs échantillons permettent de préciser ses caractéristiques lithologiques et de discuter des modalités d’alluvionnement à cette période (fig. 22c, d, f).

50Dans l’ensemble, la formation 10 apparaît plus grossière à la base et vers l’arrière de la galerie, plus fine au sommet et en direction du porche. Plus précisément, elle débute par un mince lit de sables fins (grains de 200 µm), bien triés, à entassement lâche (porosité de 40 %), comprenant des cristaux de quartz (40 %), des grains de calcite (5 à 10 %) et des grains opaques (5 à 10 %). Le lit suivant, sans limite inférieure nette, est beaucoup plus épais (± 8 cm), plus lâche (porosité de 50 %), et nettement plus grossier, avec des grains et des agrégats, arrondis ou subarrondis 50 µm à 2 mm, et des petits graviers calcaires. Des revêtements limono-argileux bruns entourent les grains, entre lesquels sont éparpillés quelques papules de même texture jaune-orange, poussiéreux et microlités, ainsi que des agrégats limono-argileux brunâtres et microlités. Quelques os, quelques charbons et des agrégats limono-argileux brun-jaune, de la taille des grains de sable et contenant de la micrite, des charbons et des sphérolites de calcite (10 à 20 %), sont dispersés dans ces alluvions sablo-graveleuses. Au sommet de la formation, la granulométrie s’affine avec la disparition progressive des graviers, et la couche se termine par du sable fin et du limon.

51Comme dans le cas des formations alluviales vues précédemment, le mince lit sablo-limoneux de base est interprété comme la conséquence d’une remontée de la nappe d’eau dans le trop-plein. Les alluvions, d’origine endokarstique, se déposent dans un premier temps par décantation dans des eaux assez calmes. Le lit suivant, nettement plus épais, non lité et beaucoup plus grossier, semble être l’indice d’une plus forte énergie des courants et d’une décharge rapide, que l’on peut mettre en parallèle avec une plus forte crue. La sédimentation se fait plus probablement à la décrue, étant donné la présence de différents constituants provenant de couches anthropiques. Les dernières alluvions déposées, plus fines, attestent un retour à des eaux plus calmes. Ainsi, la formation 10 résulte de la fluctuation des eaux souterraines dans le trop-plein. Sa mise en place, entre 2450 et 2300 av. J.-C., correspond à la détérioration climatique de Chalain 2 (fig. 30). À cette période, l’absence d’occupation favorise l’expression sédimentaire de l’inondation du site, par la superposition des alluvions successives.

2.2.3.5 La formation 11

52Situées pour la plupart à l’arrière du porche et à l’entrée de la galerie (fig. 17), les couches 36b à 34a, regroupées dans la formation 11, se particularisent par leur richesse en sables, en limons et en argiles (tabl. XI, XIII). En ce sens, elles montrent une certaine continuité avec la formation 10 sous-jacente et témoignent comme elle de l’activité de l’exsurgence. Cependant, à la différence de la formation précédente, ces alluvions apparaissent plus fines, ce qui semble indiquer la perte de compétence des eaux souterraines. Des apports anthropiques s’interstratifient dans ces alluvions, soulignant la reprise des occupations. Des foyers aménagés vers l’avant du porche et une fosse creusée dans la première partie de la galerie témoignent plus clairement de ces fréquentations humaines. La typologie des céramiques et les datations par le radiocarbone permettent de différencier deux principales périodes d’occupation. La première, au Campaniforme, vers 2300-2150 av. J.-C., correspond à la couche 36a, à la base la formation (tabl. IV). La seconde est matérialisée dans la partie sommitale de la formation, par la couche 33, datée du Bronze ancien, entre 2450 et 1950 av. J.-C. La couche 36b n’est pas datée, et les minces lentilles 34e à 34a, qui se sont formées au fond du porche et à l’entrée de la galerie, s’insèrent entre les dépôts du Campaniforme et du Bronze ancien, sans que l’on puisse clairement les rattacher à l’une ou à l’autre de ces périodes. En décrivant les modalités d’occupation et d’alluvionnement qui sont à l’origine de ces différentes couches, les analyses sédimentologiques conduisent à discuter l’attribution chronologique des lentilles 34e à 34a. Signalons enfin l’incertitude concernant l’attribution chronologique du foyer étudié ici comme composante de la couche 33 (tabl. I : C300). Isolé vers l’avant du porche, et sans relation stratigraphique claire avec la séquence qui se développe en arrière du porche et dans la galerie, ce foyer pourrait également correspondre au début des occupations du Bronze moyen. Les analyses planimétriques en cours permettront peut-être de préciser son attribution chronologique (Voruz à paraître).

TABL. XIII. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Description micromorphologique des couches échantillonnées dans la formation 11.

Couche

Description micromorphologique

34a
galerie et
arrière du porche

Sable fin jaune dans la galerie : microstructure granulaire ; porosité importante ; sables et limons de calcaires altérés et de quartz ; matrice brun-jaune à brun-gris en microagrégats ; charbons ; fragments de coprolithes ; os jaunes à brun rougeâtre ; tessons ; agrégats limono-argileux microlités (remaniés de dépôt de décantation).
Limons indurés beiges au fond du porche (E429) : alternance de lits ou de lentilles, de quelques centaines de microns à quelques millimètres d’épaisseur, à composante sablo-limoneuse dominante ou essentiellement constitués de charbons et de sphérolites de calcite ; lits sablo-limoneux à microstructure granulaire, grains de quartz et de calcaire de 20 à 100 µm, en entassement lâche, porosité importante (30-40 %), parfois très bien triés, ou avec quelques petits agrégats argileux, quelques charbons et quelques sphérolites intercalés entre les grains ; le plus épais de ces lits se situe à la base de l’accumulation ; lits à sphérolites à microstructure grumeleuse, porosité faible (10-20 %), gris ou brun-jaune, plus ou moins imprégnés de matière organique amorphe, riche en micrite, charbons, sphérolites et phytolithes.

33
sous le porche
S50

Limon sableux au sommet : grumeleuse à granulaire, plus ou moins lenticulaire (éléments allongés et vides fréquemment subhorizontaux) ; porosité moyenne (cavités d’entassement et chenaux racinaires) ; fraction grossière abondante (sables et limons de quartz, graviers calcaires altérés) ; fraction fine en microagrégats, argileux, ou micritiques à sphérolites, phytolithes et cristaux prismatiques de calcite ; coprolithes ; charbons ; tessons ; nombreux agrégats sablo-limoneux ou limono-argileux, microlités, parfois rubéfiés (alluvions remaniées) ; revêtements argileux dans les vides.
Limon gris-blanc à la base : plus dense ; porosité faible (fissures subhorizontales et quelques cavités) ; fraction grossière avec graviers calcaires altérés, sables et limons de quartz ; matrice grise assez dense, micritique, à nombreux cristaux rhomboédriques et quelques sphérolites ; fragments de coprolithe ; agrégats siliceux vacuolaires ; tessons ; quelques os brûlés ; rares charbons ; nodules sablo-limoneux ou limono-argileux microlités rubéfiés.

34b

Limon argileux gris-jaune : microstructure grumeleuse à localement lenticulaire ; porosité moyenne (d’entassement et biologique) ; fraction grossière abondante de calcaires altérés ou brûlés et de quartz ; fraction fine gris-beige, micritique à nombreux sphérolites, phytolithes (rectangulaires, crénelées ou trapézoïdales perforées) et fragments végétaux brun-rouge ou charbonneux ; nombreux coprolithes plus ou moins écrasés ou brûlés ; os plus ou moins cuits ; tessons ; agrégats limono-argileux microlités (remaniés de dépôt alluviaux).

34c

Sable jaune : microstructure granulaire ; porosité importante ; fraction grossière sablo-graveleuse de calcaire, de quartz et d’opaques ; fraction fine en agrégats subarrondis, argilo-limoneux, jaunâtres, contenant des sphérolites et des charbons en proportions variables ; charbons ; fragments de coprolithes ; os jaune pâle.

34d

Limon gris-bleu : microstructure lenticulaire discontinue, localement remaniée par activité biologique ; porosité moyenne ; fraction grossière sablo-limoneuse de calcaire et de quartz, moyennement à peu représentée, quelques graviers calcaires rubéfiés ; matrice brune à grise à très nombreux sphérolites, nombreux fragments végétaux, quelques petites phytolithes carrées (± 10 µm ; 5 %), des phytolithes dendriformes, éparses ou en connexion ; quelques cristaux prismatiques de calcite ; nombreux coprolithes subhorizontaux entassés ; esquilles osseuses parfois brûlées ; minces revêtements limono-argileux microlités, au sommet.

34e

Sable fin jaune : microstructure granulaire ; porosité assez importante ; fraction grossière sablo-limoneuse ; matrice jaune à orangée ; quelques coprolithes carbonisés ; charbons ; tessons.

36b

Limon sableux brun : microstructure grumeleuse à granulaire, lenticulaire au sommet ; porosité faible à moyenne au sommet, plus importante à la base (cavités d’entassement et chenaux biologiques) ; abondante fraction grossière de cailloux, graviers, sables et limons, avec parfois individualisation de plages sablo-limoneuses bien triées, de plus en plus fréquentes vers la base ; matrice brun-jaune à gris-brun, plus abondante au sommet, plus ou moins riche en argile ou en micrite, sphérolites (30-40 %) et charbons (5-10 %) ; nombreux os brûlés ; quelques phytolithes ; tessons ; agrégats d’argile jaune-orange microlités (dont un rubéfié au sommet de la couche) ; revêtements argileux bruns.

53Entrons à présent dans le détail de l’analyse sédimentologique. Recouvrant partiellement les alluvions polyphasées de la formation 10, la base de la couche 36b se présente comme un dépôt encore riche en sables et en limons d’origine alluviale. Elle s’enrichit progressivement en constituants anthropiques dans sa partie sommitale, traduisant l’arrivée de groupes humains. Au-dessus de cette interface caractérisée par le mélange d’apports alluviaux et anthropiques, les constituants issus des activités humaines prennent le pas. Des sphérolites de calcite, des charbons et des esquilles d’os brûlés témoignent d’occupations associées à la pratique probable de l’élevage. Malgré l’absence de cristaux caractéristiques et en raison de la présence de charbons et d’os brûlés, l’augmentation de la teneur en micrite est interprétée comme une conséquence du développement des activités de combustion. Dans l’ensemble fortement affectée par les remaniements biologiques, cette couche 36b présente une organisation lenticulaire à son sommet, soulignant la circulation des occupants dans cette partie de la galerie.

54Les dépôts sus-jacents, 34e à 34a, consistent en lentilles alternativement alluviales et anthropiques. Les lentilles anthropiques 34c et 34b procèdent d’occupations comparables aux précédentes, mais avec cette fois des constituants mieux conservés. On relève en particulier des cristaux prismatiques typiques des cendres de bois, de nombreux coprolithes piétinés ou brûlés et de fréquents phytolithes dont certains, dendriformes, semblent signifier l’introduction de graminées sur le site (cf. § 1.2.3). Les alluvions 34e, 34d, 33 et 34a, interstratifiées dans ces dépôts anthropiques, évoquent des périodes d’occupation discontinues. À l’arrière du porche, une couche de 2 cm d’épaisseur, très indurée et interprétée à la fouille comme un possible sol aménagé du début du Bronze moyen (E429), semble en continuité avec ces alluvions. L’observation au microscope révèle en effet l’alternance de lentilles millimétriques, alluviales et anthropiques, et conduit à interpréter ce dépôt comme résultant du biseautage des couches 34e à 34a, sur la rupture de pente qui marque la transition avec le porche. La mise en place de ces alluvions fines peut être reliée à la fin de la détérioration climatique de Chalain 2, mise en cause dans le développement de la formation 10 sous-jacente. Si c’est bien le cas, les apports anthropiques interstratifiés dans ces alluvions sont à imputer aux occupations campaniformes, entre 2300 et 2150 av. J.-C.

55Sous le porche, la base de l’accumulation, qui correspond à la couche 33, du Bronze ancien, est très riche en cendres de bois et d’herbacées, témoignant d’activités de combustion. Quelques excréments d’herbivores et quelques sphérolites de calcite attestent par ailleurs la présence de bétail, confortée par les données archéozoologiques (Ansermet 1999). Le litage créé par la disposition subhorizontale d’une partie des constituants témoigne du caractère in situ de l’accumulation. Dispersés dans les cendres, des agrégats siliceux vacuolaires révèlent les hautes températures localement atteintes, probablement voisines de 1000 °C (pl. E2). Au-dessus, la couche reste riche en résidus de combustion, mais contient plus d’éléments peu ou non brûlés. Elle témoigne alors de l’abandon du foyer et de la dispersion des cendres avec d’autres déchets anthropiques. Ces derniers restent néanmoins toujours caractéristiques d’occupations associées à des activités de combustion et d’élevage. Sur toute la hauteur de la couche, de petits agrégats microlités, à lits sablo-limoneux ou limono-argileux, rubéfiés ou non, semblent témoigner d’inondations. Cependant, la taille millimétrique de ces agrégats d’alluvions peut également signifier qu’ils ont été transportés sous les pieds des animaux ou des hommes, à la faveur des allées et venues entre la galerie et l’extérieur.

56En conclusion, les dépôts de la formation 11 laissent entrevoir l’occupation intermittente de l’arrière du porche et du début de la galerie par des populations du Campaniforme pratiquant l’élevage. Cette hypothèse de la fréquentation occasionnelle de la grotte est suggérée par l’interstratification de lentilles d’alluvions, dont la mise en place peut être due à la détérioration climatique de Chalain 2. À l’entrée du porche, une accumulation stratifiée, riche en cendres et comprenant quelques témoins d’élevage, résulte des occupations du Bronze ancien ou des premières occupations du Bronze moyen, dont les faciès sédimentaires, quelque peu comparables, sont présentés dans le chapitre suivant.

2.2.4 Le Bronze moyen et le Bronze final I-IIa

57La formation 12, seule formation à s’être mise en place au Bronze moyen et au Bronze final I-IIa, regroupe les couches 32b à 21 (tabl. XIV). Caractérisée par d’épaisses couches de limons gris, parfois entrecoupées de dépôts limono-sableux, jaunes ou brun-jaune, elle occupe toute la surface du porche et une bonne partie de la galerie (fig. 17). La typologie du matériel céramique et les datations conduisent à différencier quatre principales périodes d’occupation (tabl. IV). Les trois premières, au Bronze moyen, sont respectivement à l’origine des couches 32 à 30, vers 1700-1600 av. J.-C., 28 à 26, vers 1600-1500 av. J.-C., et 24, vers 1500-1400 av. J.-C. La quatrième période, qui regroupe les couches 21 et 22 concerne l’occupation du Bronze final I-IIa, vers 1400-1300 av. J.-C. (Buard 1991 ; Voruz 1996a). Un important échantillonnage micromorphologique permet de caractériser les dépôts de ces différentes périodes d’occupation (fig. 22, 24).

TABL. XIV. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Couches échantillonnées dans la formation 12.

TABL. XIV. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Couches échantillonnées dans la formation 12.

FIG. 24. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon

FIG. 24. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon

. Échantillonnage des formations 12 et 13 : a positionnement général des coupes stratigraphiques et structures archéologiques échantillonnées ; b-f positionnement des échantillons sur les coupes S45, S83, S10, S32 et S33.

2.2.4.1 Description de la formation 12

Les membres F12.1 et F12.2

58À la base de la formation 12, les membres F12.1 et F12.2 rassemblent les couches 32 à 29, contemporaines des premières occupations du Bronze moyen. Leur interprétation repose sur l’analyse d’échantillons prélevés dans la galerie et sous le porche (tabl. XV).

TABL. XV. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Description micromorphologique des couches échantillonnées dans les membres F12.1 et F12.2.

Couche

Description micromorphologique

30-32
au milieu du porche
µC415

Limon blanc-beige (µC415) : microstructure massive ; squelette rare de sables fins et de limons de quartz avec grains fondus sur leur périphérie ; quelques graviers calcaires ; matrice micritique dense avec quelques cristaux de calcite rhomboédriques ; nombreux coprolithes, brun-jaune à grisâtres avec sphérolites plus ou moins transformés en micrite, et avec brindilles fibreuses à cristaux rhomboédriques ; charbons de bois et de feuilles ; agrégats argilo-limoneux brun-jaune, brun-gris ou brun-rouge, à squelette de quartz et calcaire.

30
à l’entrée de la galerie
S35-µ6

Microagrégés à grumeleux, localement lités avec superposition de coprolites écrasés et de lits cendro-charbonneux ou brindilles charbonneuses subhorizontales ; deux niveaux intermédiaires plus denses avec revêtement limono-argileux ; microagrégats de 20 µm en grumeaux millimétriques à centimétriques ; porosité importante (20 %, cavités de 100 µm -2 mm et chenaux biologiques) ; fraction grossière (10-20 %) de cailloux, graviers, sables et limons calcaires plus ou moins altérés ou quartzeux ; matrice grise à brune, imprégnée de matière organique jaune, constituée de grains de micrite (10 µm), de sphérolites plus ou moins abondants (10-30 µm, 5-50 %) et de quelques phytolithes, plus ou moins abondants (2-20 %) ; résidus végétaux (5 %) ; coprolithes peu brûlés à fondus ; agrégats limono-argileux jaunes à brun-rouge, isotropes à faiblement biréfringents ; débris végétaux et charbons ; quelques os jaunes ou brunâtres.

31
entrée de la galerie
S35-µ8

Microstructure granulaire ; porosité d’entassement importante (40-50 %) ; fraction grossière abondante (40-50 %) avec cailloux, graviers, sables et limons calcaires altérés et sables ou limons de quartz ; fraction fine rare, en agrégats de la taille des grains minéraux (agrégats de sédiment brun orangé, contenant des phytolithes et des sphérolites) ; fragments de céramiques rouge brique ; quelques coprolithes ; quelques sphérolites épars ; os ; débris végétaux brun-rouge ; charbons.

32a-b
au milieu du porche
µC475

Limons crayeux blancs (C475) : denses, massifs à lités ; porosité faible à moyenne créée par rétraction des constituants végétaux ; fraction minérale grossière peu abondante, rares cailloux et graviers calcaires, sables et limons de quartz parfois à bords fondus ; fraction fine grise micritique à quelques cristaux prismatiques fragmentés ; fréquents coprolithes plus ou moins brûlés, à sphérolites opacifiés ou microfragmentés et phytolithes plus ou moins fondus ; fragments brun-rouge de muscle strié de mammifère parasité par la trichine (détermination A. Proper, laboratoire de neurosciences, Besançon, et Pr. Carbillet, faculté de médecine, Besançon) ; quelques lits plus jaunes et plus riches en agrégats sableux à argileux.

32a-b
à l’entrée de la galerie
S35-µ8

Limite supérieure diffuse avec niches d’arrachement ; microstructure grumeleuse, plus dense que couche sus-jacente ; porosité en cavités interagrégats (20-30 %) ; squelette abondant (20-30 %) de cailloux, graviers, sables et limons calcaires et quartzeux ; fraction fine micritique avec nombreux fragments végétaux brunifiés ou carbonisés, des sphérolites assez fréquents, épars ou en amas, et quelques cristaux cubiques microfragmentés ; des brindilles carbonisées subhorizontales ; des coprolithes, dont certains subhorizontaux ; quelques os, quelques agrégats sablo-argileux carbonatés (mortier) ; quelques nodules limono-argileux microlités (karstique).

32a-b
à l’entrée de la galerie
S34-µ1 et µ2

Comparable à la couche 26 ; sommet assez dense ; microstructure microagrégée à grumeleuse ; porosité importante (chenaux, chambres biologiques, vésicules et fissures subhorizontales) ; fraction grossière de cailloux, graviers et sables calcaires bioclastiques ou à chaille, très altérés ou brûlés ; fraction fine brune, riche en micrite, en microfragments végétaux brun-rouge ou charbonneux (20 %), en sphérolites (20 %) et en phytolithes (5-10 %) dendriformes ou lisses, épars ou en chaîne d’une dizaine d’éléments ; quelques coprolithes ou agrégats de fumier à sphérolites et phytolithes, plus ou moins brûlés, subhorizontaux ; tessons subanguleux millimétriques, brun orangé à rouge brique, à biréfringence tachetée à granostriée, et à dégraissant sablo-limoneux de quartz et de calcaire (10-100 µm) ; agrégats cendro-charbonneux microlités avec revêtement argileux désorientés ; agrégats beige-jaune, à limons de quartz dans masse micritique ou isotrope (mortier).

32a-b
au milieu de la galerie
S36-µ4

Limites supérieures et inférieures diffuses ; microagrégée à grumeleuse ; porosité importante (30 %) avec cavités d’entassement (500 µm) entre les microagrégats et quelques chenaux et fractures ; fraction grossière de gros cailloux, graviers et sables calcaires (20 %), sables fins et limons de quartz (20 %) ; fraction fine brune à brun-gris, micritique, avec quelques sphérolites (10 %) et phytolithes en baguettes (2 %) ; petits charbons (10 %) et petits fragments osseux (5-10 %) ; rares tessons brun rougeâtre, faiblement biréfringents, à dégraissant limoneux de calcite plus ou moins anguleuse, de quartz et de micas.

59À l’entrée de la galerie, la couche 32 est formée de divers constituants anthropiques témoignant de l’occupation du site : résidus végétaux, brûlés ou non, coprolithes d’herbivores et agrégats massifs, sablo-argileux et carbonatés, interprétés comme des fragments de construction en terre. Le litage de la couche, souligné par la disposition horizontale des coprolithes et des brindilles végétales, plaide pour l’hypothèse d’une accumulation progressive et in situ de ces témoins d’occupation. Ce n’est plus le cas quelques mètres plus loin dans la galerie (S36 : fig. 22e), où la microstructure des dépôts apparaît plus lâche, grumeleuse et sans orientation préférentielle des constituants. Les nombreux sphérolites de calcite et les quelques phytolithes siliceux associés aux coprolithes évoquent une aire fréquentée par le bétail, notamment par des ovi-caprinés. Quelques agrégats cendro-charbonneux microlités en position secondaire semblent avoir été introduits depuis une aire de combustion située dans un autre secteur du site. Des coprolithes plus ou moins fortement brûlés peuvent avoir accompagné ces rejets cendro-charbonneux ou résulter d’une combustion in situ.

60Dans sa partie sommitale, la couche 32 montre des niches d’arrachement et une limite diffuse avec la couche sus-jacente 31. Celle-ci, essentiellement formée de sables et de limons en entassement lâche, au sein desquels sont éparpillés des résidus anthropiques, révèle l’inondation du site par l’exsurgence et l’érosion partielle de la couche 32.

61Au-dessus, la composition et la microstructure de la couche 30 témoignent d’une mise en place comparable à celle de la couche 32. Une microstructure lenticulaire ou microlitée est toujours localement soulignée par des coprolithes écrasés, mais également par des lits cendro-charbonneux. Ces derniers et la présence d’excréments fortement brûlés évoquent des phases de combustion occasionnelle dans ce secteur de la grotte. Des perturbations biologiques secondaires sont mises en évidence par la présence de déjections de vers et par le développement de chenaux racinaires. Ces dépôts bioturbés sont ensuite recouverts par les alluvions sablo-limoneuses de la couche 29. L’abandon du site survient donc probablement bien avant la reprise des inondations.

62En définitive, à l’entrée de la galerie, les couches 32 et 30 apparaissent comme la conséquence d’occupations humaines accompagnées d’activités d’élevage et de combustion. Le brûlage occasionnel des fumiers est suggéré par l’interstratification de lentilles cendro-charbonneuses à coprolithes brûlés. La superposition de dépôts d’inondation sur ces deux couches anthropiques laisse supposer la présence d’au moins deux phases d’occupation distinctes, suivies de périodes favorables au débordement du trop-plein karstique. Ces inondations, approximativement situées entre 1800 et 1600 av. J.-C., semblent en relation avec le début la dégradation climatique de Pluvis (fig. 30).

  • 4 – Professeur d’université HDR, Laboratoire de neurosciences, université de Franche-Comté, Besançon.
  • 5 – Professeur d’université, Laboratoire d’anatomie pathologique, UFR des Sciences médicales et pharm (...)

63Au centre du porche, une lentille de limons crayeux blancs, interprétée sur le terrain comme une structure de combustion (C475), peut également résulter de ces premières occupations du Bronze moyen, mais son rattachement au Bronze ancien n’est pas exclu (J.-L. Voruz, comm. pers.). Au microscope, cette lentille montre l’accumulation dense et localement litée de résidus cendreux. Au sein d’une abondante masse micritique, quelques cristaux prismatiques de calcite témoignent de la combustion de bois, tandis que de fréquents fragments de coprolithes, à sphérolites et phytolithes, révèlent celle d’excréments d’herbivores. Plusieurs phases de combustion sont signalées par l’alternance de couches cendreuses grises, à limite supérieure nette, et de dépôts plus jaunes, riches en éléments détritiques – graviers et agrégats sablo-argileux. Dans les couches de cendres, les quelques cristaux cendreux prismatiques, les sphérolites de calcite opacifiés et les phytolithes partiellement fondus indiquent que les températures de combustion ont dépassé 500 °C. Dispersés au sein de ces résidus cendreux, des fragments organiques brun-rouge à structure cellulaire caractéristique rappellent fortement les tissus des muscles striés des mammifères (identification A. Propper4 et P. Carbillet5).

64Des kystes carbonatés (pl. E3), qui se sont développés dans les fibres musculaires, révèlent le parasitage des animaux par la trichine. Ces fragments de viande résultent probablement de la cuisson d’aliments et conduisent à considérer la structure C475 comme un foyer domestique.

65Vers l’avant du porche, une autre structure de combustion (C415), formée d’une accumulation lenticulaire de limons blancs compacts, est plus clairement rattachée à ces occupations du début du Bronze moyen. Des charbons et des cendres de bois et de feuilles, ainsi que des résidus excrémentaux, sont dispersés au sein d’une abondante masse cendreuse micritique (pl. E4). La faible représentation des éléments détritiques, sablo-limoneux, témoigne de l’apport préférentiel de combustibles et conforte l’interprétation de la structure comme foyer domestique. L’état des différents témoins de combustion et la fusion périphérique des grains de quartz révèlent que les températures ont atteint des niveaux proches de 500 ou 600 °C. Si le feu a manifestement été entretenu par l’apport de feuillage et d’excréments de bétail, aucun indice ne permet cependant d’attribuer une fonction spécifique à ce foyer, ni d’estimer la durée de son utilisation.

66En conclusion, les couches 32 à 30 correspondent vraisemblablement à deux périodes importantes de l’occupation du porche par des populations pratiquant l’élevage. La durée sans doute assez prolongée de ces occupations est suggérée à la fois par la microstructure lenticulaire des couches, qui témoigne d’une accumulation progressive des déchets d’occupation sur le sol, et par l’aménagement de plusieurs foyers, dont un au moins semble avoir été destiné à la cuisson des aliments.

Les membres F12.3 et F12.4

67Les membres F12.3 et F12.4 concernent les accumulations mises en place pendant la seconde partie du Bronze moyen, entre environ 1600 et 1400 av. J.-C. (couches 29 à 24). Quelques-uns des dépôts représentatifs de cette période ont été analysés à la fois sous le porche et dans la galerie (tabl. XVI).

TABL. XVI. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Description micromorphologique des couches échantillonnées dans les membres F12.3 et F12.4.

TABL. XVI. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Description micromorphologique des couches échantillonnées dans les membres F12.3 et F12.4.

68À l’entrée de la galerie, une limite diffuse sépare les alluvions de la couche 29 et les dépôts d’occupation sus-jacents. Ce passage progressif de dépôts d’origine alluvionnaire à des dépôts d’origine anthropique révèle l’absence d’aménagement au sol et le mélange conséquent des deux types de dépôt.

69Au-dessus de cette zone de mélange, les constituants de la couche 26 se caractérisent par l’entassement dense de microagrégats de quelques dizaines de micromètres, souvent rassemblés en grumeaux, mais parfois aussi organisés en une microstructure lenticulaire (Sordoillet 1999a : photo 5). De nombreux phytolithes siliceux en connexion sont étagés sur toute la hauteur de la couche, révélant l’introduction d’herbacées à plusieurs reprises. Des agrégats de fumier ou des coprolithes écrasés, riches en sphérolites de calcite, sont interstratifiés dans ces résidus d’herbacées et semblent indiquer, comme pour l’occupation précédente, l’existence d’une aire de parcage du bétail. Cette nouvelle aire de parcage pourrait avoir fait l’objet de plus grands soins, si l’on assimile les apports d’herbacées, à des apports de litière ou de fourrage. Quelques témoins plus significatifs d’activités humaines apparaissent sous la forme d’esquilles d’os brûlés et de résidus cendro-charbonneux.

70Plus haut, dans les 2 à 3 cm représentés par la couche 24, les accumulations linéaires de phytolithes sont relayées par des herbacées non complètement minéralisées. Ces dernières (pl. E5), toujours disposées à l’horizontale, se caractérisent alors par des tissus végétaux jaunes, à structure cellulaire bien conservée (Sordoillet 1999a : photo 4). Cette bonne conservation des tissus végétaux de la couche 24 plaide pour l’hypothèse d’un enfouissement rapide sous les dépôts ultérieurs. Des lentilles limoneuses, plus ou moins denses et épaisses, sont interstratifiées dans ces accumulations d’herbacées. Elles apparaissent riches en résidus végétaux brunifiés et en phytolithes, mais contiennent moins de sphérolites que la couche 26. Cette raréfaction des sphérolites peut signifier une modification dans la composition du troupeau ou un dépôt en relation avec une activité autre que l’élevage. Dans ce dernier cas, l’abondance des apports végétaux pourrait indiquer la présence d’une aire de stockage ou le paillage du sol pendant l’occupation. Au sommet, la couche 24 se termine par une mince accumulation d’herbacées brunâtres, partiellement remaniée par les vers et contenant des phytolithes et des sphérolites.

71Aucun indice de sédimentation ou d’érosion ne souligne clairement l’interruption des occupations au cours de la mise en place des couches 26 à 24, mais la dégradation plus importante des tissus organiques dans la couche 26 laisse néanmoins supposer l’abandon du site avant la mise en place de la couche 24. La meilleure conservation de cette dernière semble en revanche résulter de son enfouissement rapide sous les alluvions de la couche 23. En l’absence de cet enfouissement, la décomposition des tissus organiques aurait probablement généré un faciès comparable à celui de la couche 26. Les couches 26 à 24 sont en conséquence interprétées comme les témoins d’au moins deux phases distinctes d’occupation, celle-ci ayant été interrompue par un abandon dont la durée a été suffisamment longue pour permettre la décomposition des tissus végétaux. L’absence de lentille alluviale interstratifiée dans ces couches 26 à 24 indique que le contexte du dépôt était relativement sec. L’inondation qui suit la mise en place de la couche 24, vers 1400 av. J.-C. peut en revanche être rapportée à la détérioration climatique de Pluvis.

72Au centre du porche, le foyer C241 structure appartenant à la couche 24, d’après les données de l’étude planimétrique (S. Ballivy et J.-L. Voruz, comm. pers.). Il consiste en une épaisse accumulation cendreuse, dans laquelle se reconnaissent, au sein d’une abondante masse micritique, des cendres de bois et d’herbacées, des excréments de bétail et quelques rares charbons (C241a). Les températures enregistrées par ces différents constituants lors de leur combustion varient entre 400 et 1000 °C environ. La cuisson poussée de la plupart de ces constituants semble témoigner de l’entretien du foyer par un apport régulier de combustibles, ce que suggère également l’épaisseur de l’accumulation cendreuse. L’absence de couche détritique et de niveau d’altération tend à indiquer qu’il n’y a pas eu d’abandon du foyer, ni sans doute d’interruption prolongée de la combustion. Autrement dit, le dépôt cendreux C241a apparaît comme la conséquence de l’utilisation continue d’un foyer, régulièrement alimenté par du bois, par des herbacées et par des excréments d’herbivores. La rareté des constituants non combustibles – tessons de céramique, esquilles osseuses, sables calcaires ou agrégats limono-argileux détritiques – n’apparaît pas compatible avec l’hypothèse d’un foyer d’assainissement, destiné à l’élimination de déchets. Ce foyer, utilisé de façon prolongée et préservé des pollutions extérieures, pourrait correspondre à un foyer domestique à l’intérieur d’une habitation. Le substrat rubéfié de ce foyer (lentilles C241b et C241c) correspond globalement aux couches 26 à 24. Il est formé par l’entassement dense de multiples petits agrégats d’argile et de micrite, de 10 à 200 µm, dans ou entre lesquels sont présents quelques graviers, des grains de sable ou de limon, de quartz ou de calcaire. De fréquents sphérolites de calcite, des cristaux prismatiques de cendres de bois et des tessons de céramique sont dispersés dans ce dépôt. On y observe également la présence de plusieurs agrégats millimétriques, à matrice dense, tantôt argileuse tantôt micritique, et à squelette minéral grossier, pouvant correspondre à des fragments de construction en terre. Enfin, de nombreux coprolithes d’herbivores écrasés et des brindilles végétales (herbe, feuilles, écorce, bois) sont étagés sur toute la hauteur de la couche (pl. E6, F1). La disposition subhorizontale de ces constituants plus ou moins brûlés, parfois calcinés, confère au dépôt un aspect stratifié qui peut être interprété comme la conséquence d’une accumulation progressive au cours d’une occupation relativement prolongée, ou de la succession assez rapide de plusieurs phases d’occupation.

73Plus en avant du porche, les lentilles C569a et C569b (pl. F2), microlitées et riches en témoins de combustion – charbons, cendres de bois et d’herbacées –, s’apparentent à l’accumulation cendreuse C241a, décrite précédemment. Les niches d’arrachement qui interrompent la continuité de la limite supérieure, de même que la brunification du sommet de cette accumulation cendreuse, témoignent du développement de processus d’altération et d’érosion, et donc de l’abandon prolongé de ce foyer avant son recouvrement. Le substrat rubéfié de ce foyer C569, plus riche en apports sablo-limoneux, présente de fortes similitudes avec celui du foyer C241a. Il apparaît formé de brindilles et de coprolithes écrasés, carbonisés ou calcinés, entassés sur toute la hauteur de la couche. Plus bas, et correspondant peut-être au sommet de la couche 26, les dépôts apparaissent plus massifs sur 1 cm d’épaisseur, mais sont toujours formés essentiellement par l’accumulation de résidus végétaux et animaux, plus ou moins brûlés. Ils recouvrent une mince couche brun-jaune de coprolithes non brûlés et écrasés, qui elle-même sus-jacente à une accumulation où les mêmes constituants apparaissent à nouveau affectés par des combustions. Dessous, une nouvelle couche brun-jaune de fumier débute sans indice d’abandon intermédiaire.

74Ainsi, vers l’avant du porche, les couches 26 à 24 apparaissent formées par la superposition de deux couches riches en déjections de bétail non brûlées, surmontées sans limite nette par des dépôts microstratifiés plus riches en témoins de combustion, dont des coprolithes brûlés, le tout recouvert par les cendres du foyer C569. Ces faciès de dépôt témoignent manifestement d’occupations liées à la pratique de l’élevage. L’interstratification de lentilles de combustion dans les fumiers laisse supposer des brûlages occasionnels. Un seul abandon prolongé du site apparaît clairement, il est marqué par l’altération et l’érosion du sommet du foyer C569.

75Quelques mètres plus ou sud, la structure de combustion C420 est également formée d’une épaisse couche de cendres, massives et litées, et d’un substrat anthropique rubéfié, évoquant des modalités d’occupation comparables à celles observées à la hauteur des structures C241 et C569.

76Dans l’ensemble, les dépôts des couches 26 à 24 montrent que le site était occupé par des populations pratiquant l’élevage. Comparativement aux dépôts du début du Bronze moyen (couches 32 et 30) et plus encore du Néolithique, l’entretien des aires de parcage apparaît plus clairement marqué par de probables apports de litières. Les structures de combustion associées à ces occupations apparaissent comme des foyers probablement liés aux diverses activités de subsistance, mais de minces couches à coprolithes brûlés, interstratifiées dans les fumiers, plaident pour l’hypothèse du brûlage occasionnel des aires de parcage. On peut supposer l’existence de deux phases d’abandon au moins du fait des processus d’altération qui se sont développés, d’une part au sommet de la couche 26, à l’entrée de la galerie, d’autre part au sommet du foyer C569.

Le membre F12.5

77Le membre F12.5 regroupe les couches 23 à 21, attribuées au Bronze final I-IIa (tabl. XVII). L’abandon du site après les occupations du Bronze moyen, évoqué par l’altération du sommet du foyer C569 (formation précédente, couche 26), est également matérialisé par la structure C135, située plus en arrière du porche. Formée d’alluvions fines et d’encroûtements algaires (pl. F3), cette « structure » est probablement contemporaine de la couche alluviale 23, différenciée dans la galerie (cf. § 2.2.4). Elle révèle comme cette dernière l’inondation du site par l’exsurgence, en conséquence probable de la dégradation climatique de Pluvis (fig. 30). À la base, les alluvions sablo-limoneuses de C135 emballent des fragments d’encroûtements algaires rubéfiés et quelques résidus cendro-charbonneux, trahissant le remaniement fluviatile d’un ancien niveau de combustion. La partie sommitale du dépôt, plus ou moins transformée en chaux et contenant des grains de quartz partiellement fondus, témoigne également d’une combustion intense à sa surface. L’effet de la combustion s’atténue vers la base, mais reste encore bien marqué par la rubéfaction générale des constituants. Au sommet de la structure, quelques cendres de bois, d’herbacées et d’excréments de bétail, signent l’utilisation de combustibles comparables à ceux déjà rencontrés.

TABL. XVII. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Description micromorphologique des couches échantillonnées dans le membre F12.5.

Couche

Description micromorphologique

21
à l’ouest du porche
S45-µ9

Limite supérieure diffuse ; matériel hétérogène ; microagrégé à grumeleux ; porosité importante ; nombreux cailloux, graviers et sables épars ; matrice limoneuse brun-gris, à nombreux charbons, phytolithes et quelques sphérolites ; plusieurs chaînes de phytolithes dendriformes empilées les unes sur les autres ; plusieurs agrégats limono-argileux carbonatés, millimétriques à centimétriques, brun-jaune, brun-rouge ou brun-gris contenant des graviers, des fragments de tufs ou des assemblages de phytolithes ; quelques coprolithes à sphérolites et phytolithes ; nombreux charbons ; agrégats micritiques à cristaux prismatiques (cendres), os brûlés, nodules sableux à argileux.

21
au centre du porche
S33-µ4

Limite supérieure diffuse ; microagrégés à grumeleux ; porosité moyenne ; microagrégats en entassement plus ou moins dense ; nombreux cailloux et graviers calcaires sains, épigénisés par phosphates ou rubéfiés ; matrice brun-jaune à grise ; coprolithes brun-jaune, gris-beige à gris-bleu, à nombreux sphérolites et phytolithes, plus ou moins altérés par combustion ; plusieurs nodules siliceux vacuolaires ; charbons ; agrégats argilo-limoneux brun-jaune à rubéfiés, à squelette quartzeux et (ou non) calcaire ; esquilles osseuses ; mince lentille dense à limite supérieure nette vers la base de l’échantillon.

21-22
à l’est du porche
S83-µ10

Microagrégés ; nombreux microagrégats de 50 à 200 µm en entassement assez lâche ; agrégats biologiques de 200-500 µm en grappes ; nombreuses racines ; porosité importante (± 40 %) ; nombreux cailloux rubéfiés, sables et limons de quartz (10-20 %) ; matrice limono-argileuse brun-gris à orangée, riche en micrite, cristaux rhomboédriques microfragmentés de calcite, charbons, os brûlé ; pas de coprolithes ; rares sphérolites et phytolithes ; quelques agrégats subanguleux argileux à sables de quartz et de calcaire.

21-22
à l’entrée de la galerie
S35-µ3

Lités à lenticulaires, denses, au sommet (c. 21), microagrégés à grumeleux à la base (c. 22) ; agrégats de 50 à 100 µm et agrégats biologiques déstructurés, porosité lenticulaire au sommet, cavitaire à la base ; fraction grossière à nombreux granules et sables grossiers calcaires rubéfiés, sables fins et limons de quartz (10-20 %) ; fraction fine grise à brun orangé, carbonatée, à sphérolites (10-20 %), nombreux phytolithes (10-50 %) et débris végétaux ; agrégats à encroûtements algaires rubéfiés (comparables à ceux de S45-µ9, mais sans phytolithes) ; fragments de céramiques (5 mm) ; agrégats cendreux ; charbons et résidus végétaux huméfiés brun-rouge ; os ; revêtements limono-argileux brun poussiéreux microlités au sommet.

22
à l’entrée de la galerie
S35-µ4

Limite supérieure diffuse ; microagrégés à grumeleux, microagrégats d’une vingtaine de microns ; porosité importante ; nombreux cailloux, graviers et sables calcaires (20-30 %), sables fins et limons de quartz moins abondants (10-20 %) ; matrice brun-jaune à brun-gris ; quelques charbons millimétriques épars ; sphérolites, phytolithes et résidus végétaux très abondants ; quelques cristaux prismatiques de calcite ; un agrégat vacuolaire noirâtre (scorie métallique ?) ; agrégat brun orangé d’argiles microlitées (argiles de décantation karstique remaniées).

22
à l’entrée de la galerie
S34-µ17

Microagrégés à grumeleux ; microagrégats de ± 200-500 µm ; porosité importante ; squelette minéral de sables fins et de limons de quartz et de calcaire rubéfié (20 %) ; graviers ; matrice brun-jaune à brun-gris, constituée de micrite, de sphérolites (10-15 µm, 20 %) et de phytolithes (5-10 %) dendriformes, en baguettes ou palissadiques, parfois fondues ; esquilles osseuses fréquentes, jaune orangé à blanc-gris ; quelques agrégats argileux carbonatés massifs ; revêtement argileux brun-jaune dans un vide.

23
sous le porche
S10-µC135

Formation algaire à oncolithes dans masse carbonatée ; limite supérieure nette, avec anfractuosités remplies de cendres à cristaux rhomboédriques microfragmentés et quartz fondus, ou à sphérolites ; partie sommitale (± 5 mm) chaulée, à biréfringence gris bleuté et quartz fondus ; puis (± 1cm) brun rougeâtre sombre à quartz fondus ; puis (± 2 cm) brun-jaune, à grains de quartz non altérés, mais avec calcaires rubéfiés ; en dessous, dépôt remanié avec cailloux calcaires, fragments d’encroûtements plus ou moins rubéfiés, sables, résidus cendro-charbonneux à quelques sphérolites, surmonté d’une pellicule de limons et d’argiles bien triés et microlités.

78À l’entrée de la galerie, la couche 22 se caractérise par l’accumulation lâche et sans orientation particulière de nombreux cailloux, sables, limons, sphérolites de calcite, phytolithes et tissus végétaux. Cette accumulation quelconque de divers constituants anthropiques et détritiques peut témoigner, soit d’un rejet volontaire, soit du remaniement naturel de couches d’occupation, soit encore du démantèlement de constructions en terre. Dans les deux derniers cas, elle témoignerait, comme la couche 23, de l’abandon du site, entre le Bronze moyen et le Bronze final I-IIa.

79Au-dessus, le faciès de la couche 21 rappelle celui du substrat des foyers du Bronze moyen. Les dépôts, assez denses, riches en charbons et en cendres carbonatées, montrent une orientation subhorizontale de leurs constituants et de leur porosité. De nombreux résidus végétaux, dont la couleur varie du jaune au brun-rouge, peu décomposés, sont présents, tandis que les indices d’élevage, coprolithes et sphérolites, sont plus rares. Ces dépôts sont interprétés comme la conséquence de l’accumulation in situ de résidus d’occupation humaine.

80Plus au centre du porche, les dépôts de cette même période se caractérisent, comme ceux de la couche 22 décrite précédemment, par l’absence d’orientation préférentielle de leurs constituants, qui apparaissent cependant plus fortement compactés. L’accumulation comprend de nombreux cailloux, des graviers calcaires, des agrégats de fumier à phytolithes et sphérolites, des résidus végétaux et des agrégats argilo-limoneux à squelette sableux. Tous ces constituants sont plus ou moins fortement brûlés et organisés en une structure tantôt microagrégée tantôt grumeleuse. Aucun indice ne révèle l’existence de niveaux de circulation synsédimentaire, à l’exception peut-être d’une mince lentille à limite supérieure nette préservée à la base de la couche. L’essentiel des dépôts semble ainsi résulter du remaniement d’apports anthropiques. Les résidus de combustion et les déjections animales attestent la présence de l’homme et du bétail. L’abondance des cailloux et des agrégats limono-argileux pourrait traduire une sédimentation détritique importante ou l’effondrement d’une construction en terre.

81Dans le secteur ouest du porche, des dépôts quelque peu comparables sont considérés comme appartenant à la couche 21, ce qui reste à confirmer par l’analyse planimétrique (Voruz à paraître). Hétérogènes, microagrégés ou grumeleux, ils sont formés par l’entassement assez lâche de constituants minéraux et organiques : cailloux, graviers, sables, limons, argiles, coprolithes, sphérolites, phytolithes, charbons, cendres et os. Ces divers éléments, plus ou moins brûlés, sont parfois disposés à l’horizontale lorsqu’ils présentent un allongement. On relève plus particulièrement la présence de longs empilements de phytolithes dendriformes en connexion et d’agrégats argilo-micritiques massifs. Ces derniers, à sque-lette grossier, calcaire ou tuffacé, emballent également des amas de phytolithes et évoquent clairement des fragments de torchis (pl. F4) [Sordoillet 1999a : fig. 5]. La nature et l’organisation de ces différents constituants évoquent le déman-tèlement d’un mur ou d’un abri, construit par les bergers.

82Vers l’entrée est du porche, les dépôts assimilés à la couche 21 présentent une structure tantôt microagrégée tantôt granulaire, avec l’entassement assez lâche de petits agrégats argilo-limoneux, micritiques ou rubéfiés, de graviers, de sables, de charbons, d’os et de quelques agrégats cendro-charbonneux. L’absence de coprolithes, et l’extrême rareté des sphérolites et des phytolithes tend à montrer que le bétail n’intervient pas dans la genèse de l’accumulation. Les indices d’anthropisation se réduisent à des témoins de combustion en position secondaire, en partie intégrés au dépôt sous l’effet des bioturbations. Aucun élément subhorizontal ne vient témoigner d’une accumulation sédimentaire progressive ni de niveaux de circulation. Étant donné la pauvreté des indices d’occupation et la proximité du cône d’éboulis qui borde la paroi est du porche, ce dépôt est interprété comme étant essentiellement d’origine colluviale, alimenté par des apports naturels auxquels se mêlent quelques témoins d’occupation humaine. La pente de ce dépôt dirigée vers l’intérieur de la cavité va également dans le sens d’une mise en place colluviale (fig. 16). Ces colluvions peu anthropisées pourraient caractériser la période d’abandon qui succède aux occupations du Bronze moyen et du Bronze final I-IIa.

83En conclusion, après l’abandon du site souligné par la mise en place des faciès alluviaux de la couche 23, la nature des dépôts associés aux occupations du Bronze final I-IIa que les modalités de ces occupations sont comparables à celles du Bronze moyen, avec des activités d’élevage et de probables constructions en terre.

2.2.4.2 Synthèse des observations

84Les couches 32 à 21 sont formées par l’accumulation de nombreux et divers résidus d’activités humaines, témoignant d’une occupation intense du site au Bronze moyen et au Bronze final I-IIa, entre 1700 et 1300 av. J.‑C. Quatre faciès principaux de dépôts anthropiques ont été différenciés, et sont schématisés sur la figure 25 :

FIG. 25. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon.

FIG. 25. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon.

Faciès sédimentaires de la formation 12 : a les accumulations cendreuses, fines, massives, très chauffées et à rares constituants détritiques sont interprétées comme les restes de foyers domestiques ; b l’abondance des constituants de petite taille et la disposition subhorizontale des éléments allongés sont caractéristiques des couches d’occupation humaine ; c les dépôts riches en tissus végétaux, plus ou moins décomposés mais dont le squelette est peu déstructuré, révèlent des zones d’accumulation préférentielle d’herbacées ; d les dépôts caractérisés par l’entassement lâche et désorganisé de différents constituants, anthropiques et naturels, résultent de rejets.

  • le premier est bien représenté sous le porche par d’épaisses accumulations cendreuses reposant sur un substrat fortement rubéfié ; la combustion du bois, des herbes et des excréments de bétail y apparaît très poussée ; ce faciès semble caractéristique de foyers utilisés dans le cadre d’une installation durable et que l’on peut en conséquence qualifier de domestique ;

  • le second faciès est également bien représenté sous le porche par les accumulations rubéfiées sous-jacentes aux foyers ; microstratifié, et formé essentiellement par l’entassement dense de résidus végétaux et de témoins d’élevage plus ou moins brûlés, il évoque des couches d’occupation, dont l’épaississement résulte de l’accumulation progressive de divers résidus d’activité sur le sol ;

  • à l’entrée de la galerie, un troisième faciès de dépôt se caractérise par des constituants de même nature que ceux du second, mais en entassement moins dense et moins fréquemment affectés par les processus de combustion ; ces différences s’expliquent sans doute par l’éloignement des aires de combustion et par une circulation moins intense dans ce secteur du site ; de nombreux empilements de phytolithes en connexion ou des tissus végétaux non complètement minéralisés témoignent des grandes quantités d’herbes apportées dans ce secteur du site ;

  • le quatrième faciès, observé à la fois sous le porche et dans la galerie, présente une structure microagrégée ou grumeleuse très différente de celle des trois premiers. Les constituants, en entassement lâche et sans orientation préférentielle, sont des agrégats provenant des faciès microlités précédents, auxquels sont associés de nombreux cailloux et d’autres agrégats assimilables à des fragments de torchis. Ces dépôts peu structurés peuvent être attribués à des rejets en périphérie de l’aire d’habitation ou au remaniement des accumulations anthropiques, soit naturellement pendant des périodes d’abandon, soit volontairement à l’occasion du réaménagement du site.

85Les trois premiers faciès caractérisent essentiellement les dépôts du Bronze moyen (couches 32 à 24) et dans une moindre mesure ceux du Bronze final I-IIa (couche 21). Dans chacun d’eux, la finesse des constituants, le litage et l’épaisseur des accumulations évoquent des périodes d’occupation assez prolongées, accompagnées d’activités d’élevage. Comparativement aux dépôts engendrés par les parcages du Néolithique moyen, l’abondance des phytolithes d’herbacées constatée dans les fumiers du Bronze moyen et du Bronze final I-IIa révèle une modification importante dans la pratique de l’élevage. Une composition différente des troupeaux, avec par exemple un nombre de bovins plus important, mais sans doute plus encore des apports de litières et de fourrage, expliquent probablement cet enrichissement en phytolithes. Cette exploitation plus importante des herbacées peut elle-même traduire, soit le développement de l’agriculture, soit celui de la stabulation. Le quatrième faciès de dépôt, observé principalement dans la couche 22, est caractérisé par l’entassement quelconque de divers témoins anthropiques. Il évoque le démantèlement des couches d’occupation et des structures d’habitat après l’abandon du site. Ce faciès apparaît également dans les dépôts de la couche 21, localisés dans le secteur ouest du porche et formés par l’accumulation de fragments de torchis et de nombreux cailloux. Ces probables faciès de démolition tendent à conforter l’image d’une implantation durable accompagnée de divers aménagements du site. Dans ce contexte, l’hypothèse de la stabulation, évoquée ci-dessus, apparaît plus facilement recevable, ce que devra confirmer ou infirmer l’étude archéozoologique (Voruz à paraître).

86Plusieurs phases d’abandon ponctuent ces périodes d’occupation. Elles se manifestent, soit par l’altération des dépôts anthropiques, soit par la mise en place de couches d’origine alluviale. Pendant les occupations du Bronze moyen, entre 1700 et 1400 av. J.-C., les inondations liées à la dégradation climatique de Pluvis peuvent expliquer certains abandons du site. Contrairement à ce qu’évoquent les enregistrements lacustres, la détérioration climatique de Pluvis apparaît discontinue dans la Grotte du Gardon : elle est marquée par plusieurs phases d’inondation, entrecoupées d’améliorations climatiques favorables à l’occupation humaine. La dernière de ces périodes d’inondation souligne le passage aux occupations du Bronze final I-IIa. Par la suite, la dégradation climatique de Pluvis, pourtant enregistrée jusque vers 1100 av. J.-C. par les lacs du Jura, ne semble plus avoir de conséquence sur le trop-plein karstique. La grotte apparaît au contraire épargnée par les inondations pendant toute la période 1300-1100 av. J.-C. environ. Cette différence d’enregistrement climatique entre les lacs et le karst évoque, soit une transformation locale de l’environnement de la grotte, soit une amélioration climatique non perceptible dans le remplissage sédimentaire des lacs.

2.2.5 Le Bronze final IIIa

87Après les occupations du Bronze final I-IIa, le site semble abandonné pendant la période du Bronze final IIb, entre 1300 et 1100 av. J.-C. environ. La fréquentation du porche reprend au Bronze final IIIa et conduit à la mise en place de la formation 13 (fig. 17, 26 ; tabl. IV, XVIII).

TABL. XVIII. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Couches échantillonées dans la formation 13.

TABL. XVIII. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Couches échantillonées dans la formation 13.

2.2.5.1 Description de la formation 13

88Cette formation, largement étendue de l’entrée du porche à l’entrée de la galerie, est subdivisée en deux membres successifs par l’intercalation d’une mince couche d’inondation (c. 14b). À la base, le membre F13.1 regroupe les couches 20 à 18, caractérisées essentiellement par des accumulations limono-graveleuses, brun-jaune, et datées de 1100-950 av. J.-C. environ. Au-dessus, le membre F13.2, daté de 950-850 av. J.-C. environ, rassemble, sous l’appellation 14a, des dépôts limoneux gris et des foyers, postérieurs à la couche d’inondation 14b. Malgré les dates trop récentes de la couche 14a, l’étude typologique conduit à attribuer l’ensemble des dépôts de la formation 13 au Bronze final IIIa (Voruz à paraître). Ces dépôts présentent des caractéristiques variables selon leur localisation dans le site.

FIG. 26. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon

FIG. 26. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon

Echantillonage des formations 13 à 15: a positionnement général des coupes stratigraphiques et structures archélogiques échantillonées; b-c positionnement des échantillons sur les coupes 585 et 538.

Le membre F13.1 (tabl. XIX)

89À l’ouest du porche, les couches 20 à 18 se caractérisent par une microstructure tantôt lenticulaire tantôt grumeleuse, résultant de l’entassement de brindilles végétales et d’agrégats feuilletés, jaunes ou gris-beige, fréquemment subhorizontaux (pl. F5). Également riches en sphérolites et en phytolithes, ces dépôts évoquent une accumulation de fumiers de bétail, notamment d’ovi-caprinés, et conduisent à envisager la présence d’une aire de parcage dans ce secteur du porche. Quelques agrégats limono-argileux orangés, micritiques, à squelette sableux calcaire, rappellent les fragments de construction observés dans la formation 12. Dans leur partie sommitale, ces fumiers apparaissent brunâtres ou noirâtres, à la hauteur des lentilles C259d et C259e, en conséquence de leur combustion indirecte par le foyer C259b sus-jacent (pl. F6). La carbonisation de ces fumiers facilite l’identification des tissus végétaux qu’ils contiennent, parmi lesquels des fragments de tiges ou de feuilles d’herbe (S. Thiébault, comm. pers. ; Pearsall 1989 : 316), des fragments d’écorce et enfin des épidermes de glumes, caractérisés par des alignements de phytolithes dendriformes (Brochier 1999). Ces différents constituants tendent à indiquer que l’alimentation du bétail était essentiellement constituée d’herbacées, parmi lesquelles des céréales. Immédiatement sous les cendres blanches, la lentille C259c, également affectée par la combustion, est formée de copro-lithes écrasés, attestant l’existence d’un niveau de circulation au sommet des fumiers. Bien que moins net, ce niveau compacté se retrouve également en périphérie du foyer C259b et souligne le niveau de sol sur lequel se sont installés les occupants responsables des dépôts sus-jacents (F13.2).

TABL. XIX. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Description micromorphologique des couches échantillonnées dans le membre F13.1.

TABL. XIX. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Description micromorphologique des couches échantillonnées dans le membre F13.1.

90Au centre du porche, les couches 20 à 18 présentent de plus importantes variations de faciès de la base au sommet de l’accumulation. À la base, un premier dépôt limoneux variant du gris au beige, se caractérise par une microstructure tantôt microagrégée tantôt grumeleuse. L’absence de structuration lenticulaire, une porosité assez importante et des remaniements biologiques plaident laissent supposer que ces dépôts sont en position secondaire. Quelques niveaux intermédiaires plus denses, tassés, indiquent néanmoins que l’accumulation s’est faite en plusieurs temps. L’abondance des coprolithes de bétail, des sphérolites et des phytolithes suggère l’extension à cette partie du porche des fumiers observés à l’ouest. Quelques agrégats cendro-charbonneux, également en position secondaire, témoignent du remaniement de structures de combustion dans ce secteur. Au vu de ces différentes données, cette première couche peut correspondre soit à une aire d’occupation non spécifique, où se seraient accumulés les rejets de diverses activités, soit au mélange de différentes couches d’occupation, après l’abandon du site. Dans les deux cas, l’élevage reste l’activité apparemment prédominante. Vers le haut, ce dépôt devient plus homogène, plus jaune, et montre une structuration lenticulaire, résultant de l’entassement d’agrégats feuilletés, riches en sphérolites et phytolithes. Il apparaît alors plus caractéristique d’une accumulation de fumier in situ. Au sommet, un horizon plus compact permet de définir un niveau de circulation, comparable à celui observé à l’ouest du porche (C259c). Au-dessus, une nouvelle accumulation de fumier présente une teinte brun-rouge, conséquence d’une combustion indirecte par le foyer C266 installé à son sommet. La carbonisation permet d’identifier les mêmes constituants que ceux décrits à l’ouest du porche dans les lentilles C259d et C259e.

91Le foyer C266, rattaché à cette première période d’occupation (S. Ballivy et J.-L. Voruz, comm. pers.), montre la superposition de lentilles micritiques grises, à cristaux caractéristiques de combustibles ligneux, et de lentilles jaunâtres, à sphérolites opaques et phytolithes, témoignant de la combustion d’excréments d’herbivores (pl. G1). L’opacification des sphérolites, des indices de fusion sur la périphérie des grains de quartz et l’abondance de la micrite sont la conséquence de températures voisines de 500 à 600 °C. La variété des combustibles et le litage de l’accumulation laissent supposer que le foyer a été plusieurs fois rechargé. Au sommet de C266, une lentille grisâtre, modérément affectée par des remaniements biologiques et renfermant des fragments végétaux et des coprolithes différemment cuits, marque le passage à une nouvelle couche. Cette dernière apparaît constituée d’un mélange de grains minéraux, d’excréments de bétail parfois brûlés, de résidus cendro-charbonneux et d’agrégats limono-argileux massifs à squelette végétal. De nombreuses déjections de vers témoignent du remaniement biologique de ce dépôt. L’abondance des sphérolites, des phytolithes et des coprolithes révèle la présence de bétail. Les cendres de bois et de possibles fragments de constructions en terre évoquent l’occupation humaine. Comme pour la couche de base, ces caractéristiques pourraient signer l’existence d’une aire de rejet ou le mélange des dépôts anthropiques après l’abandon du site.

92Plus en arrière du porche (coupe S85), les dépôts, brun-jaune, à microstructure grumeleuse et riches en déjections de bétail, évoquent une accumulation de fumiers.

93À l’entrée de la galerie, les couches 20 à 18 sont formées par l’entassement lâche et chaotique d’agrégats subanguleux, de cailloux, de charbons et d’agrégats biologiques déstructurés. De nombreux sphérolites, phytolithes et agrégats de fumiers caractérisent toujours cette accumulation. Parallèlement aux agrégats biologiques déstructurés, des revêtements argileux désorientés indiquent que le dépôt est en position secondaire. D’autres revêtements, in situ et associés à quelques poches et lentilles sablo-limoneuses, témoignent de lessivages postérieurs à la stabilisation du dépôt. La nature et l’entassement lâche et désordonné des constituants évoquent un rejet en masse de couches comparables à celles observées sous le porche. Les lessivages qui affectent ultérieurement ces déblais résultent de l’inondation du trop-plein, également attestée par la mise en place de la couche 14b.

94En définitive, les dépôts du membre F13.1 (fig. 27a) laissent entrevoir la présence d’une aire d’activité bien définie à l’ouest du porche, apparemment réservée au parcage du bétail, ainsi que d’un secteur marqué par des activités variées au centre du porche, où se succèdent des fumiers, des niveaux de combustion et des rejets. Ils permettent de supposer l’absence d’activités spécifiques vers le fond du porche et à l’entrée de la galerie, où les dépôts sont tous en position secondaire.

FIG. 27. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon.

FIG. 27. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon.

Interprétation de la dynamique sédimentaire de la formation 13 : a F13.1 (couches 18-20), de 1100 à 1000 av. J.-C. ; b F13.2 (couche 14), de 1000 à 900 av. J.-C.

Le membre F13.2 (tabl. XVIII, XX)

95La base de ce deuxième membre de la formation 13 est soulignée par la couche 14b, repérée uniquement vers l’arrière du porche (fig. 24d, 26a : coupe S10). Cette couche consiste en alluvions limono-sableuses et en constructions algaires, interprétées sur le terrain comme sole de foyer (C134), en raison de leur compacité. Le bon tri des limons sableux et les encroûtements algaires en position de vie signent cependant des dépôts naturels, in situ, non affectés par des remaniements anthropiques (Sordoillet 1997 : fig. 3 ; Sordoillet, Voruz 2002 : fig. 10). Leur mise en place polyphasée est révélée par la superposition de plusieurs niveaux d’encroûtement et par la présence d’un épisode de rubéfaction intermédiaire, lié à l’installation d’un foyer. Des résidus cendreux observés à la surface des encroûtements algaires attestent cet épisode de combustion. La couche 14b révèle ainsi la montée des eaux souterraines dans le trop-plein, accompagnée d’une période intermédiaire d’assèchement autorisant l’occupation humaine du porche. Cette montée des eaux, située autour de 1000 av. J.-C. par les niveaux d’occupation encaissants, s’inscrit dans une période plutôt caractérisée par la régression des lacs jurassiens, mais pourrait également montrer l’existence d’un dernier épisode de crue, lié à la détérioration climatique de Pluvis (Magny 1999) [fig. 30]. Cette période d’humidité est suivie d’apports anthropiques, regroupés sous l’appellation 14a et issus d’une nouvelle occupation du site, vers 1000-900 av. J.-C. d’après la typologie des céramiques (J.-M. Treffort, comm. pers.). Des variations de faciès conduisent à distinguer plusieurs dépôts successifs, différents d’un point à un autre du site.

TABL. XX. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Description micromorphologique des couches échantillonnées dans le membre F13.2.

TABL. XX. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Description micromorphologique des couches échantillonnées dans le membre F13.2.

96À l’ouest du porche, la structure de combustion C259b, formée de limons crayeux blancs compacts, est installée au sommet des fumiers de la période précédente (couches 20 à 18). Au sein d’une masse de grains micritiques amorphes, plusieurs assemblages de cristaux prismatiques de calcite permettent d’identifier des cendres de bois. De nombreux coprolithes jaunâtres d’ovi-caprinés, assez fortement chauffés, voire fondus, sont également associés à ces cendres. D’après les caractéristiques optiques des différents résidus de combustion, les températures auxquelles ils ont été soumis varient entre 400 et plus de 500 °C. La rareté des litages observés dans cette accumulation, plutôt caractérisée par un assemblage désordonné des cendres, laisse supposer des remaniements anthropiques au cours de la combustion.

97Au-dessus de cette accumulation cendreuse, une lentille argileuse gris-rose et indurée a été interprétée à la fouille comme une sole de foyer (C259a). Au microscope, cette lentille apparaît formée d’un mélange compact d’argile, de micrite, de pierres et de quelques résidus organiques (os et charbons). Des variations de teinte et une fragmentation plus ou moins importante selon l’endroit semblent indiquer que le feu n’a pas affecté de la même manière l’ensemble de cette lentille. Celle-ci apparaît plus intensément rubéfiée et fragmentée en périphérie et à sa base que dans sa partie centrale et sommitale. Dans cette partie centrale, le sommet de la lentille argileuse se caractérise par son aspect assez massif, par une limite supérieure nette et par une teinte variant du brun au brun-jaune qui ne révèlent pas de combustion intense à sa surface. L’absence de résidus cendreux ne permet pas non plus d’attester l’installation d’un foyer à son sommet. En revanche, la fragmentation et la rubéfaction plus intense des argiles, vers la base et la périphérie, semblent indiquer leur combustion par les cendres sous-jacentes. L’absence de limite nette entre les argiles et les cendres, de même que la présence d’agrégats argileux rubéfiés dans ces dernières, tendent à montrer que des argiles ont été apportées sur des cendres encore incandescentes. Au bout du compte, sans pouvoir proposer d’hypothèse alternative quant à la fonction de cette lentille argileuse, l’observation microscopique ne permet pas de conforter celle d’une sole de foyer, sauf à considérer que cette dernière ait été très peu utilisée, voire pas du tout.

98Les dépôts sus-jacents sont constitués essentiellement de coprolithes d’herbivores, éparpillés dans une matrice organique jaune et isotrope, riche en sphérolites et en phytolithes. Dans les différents coprolithes, des nuances de teinte et la teneur variable en sphérolites et en phytolithes semblent trahir la présence de différents animaux au sein du troupeau, parmi lesquels des ovi-caprinés. Dans la partie basale de ces fumiers, les coprolithes ne présentent pas d’orientation préférentielle et apparaissent fréquemment brûlés, peut-être en raison du nettoyage par brûlage de la zone de parcage. Dans la partie sommitale, les coprolithes sont écrasés les uns sur les autres, témoignant de leur accumulation sur place, et montrent un niveau de circulation fortement compacté à leur sommet, lié à l’occupation suivante (Sordoillet 1997 : fig. 10).

99Vers l’arrière du porche (S85), la couche 14a apparaît grise et assez épaisse (20 à 30 cm). Sa teinte résulte de l’abondance des témoins de combustion parmi les constituants du dépôt. La base de la couche montre une microstructure localement lenticulaire attestant d’une accumulation progressive in situ des constituants. Vers le haut, la couche est plus fortement affectée par des remaniements biologiques, à l’origine d’une microstructure agrégée plus poreuse, et s’enrichit en graviers. Elle redevient plus massive tout au sommet, compactée par les occupations ultérieures. Au sein de la matrice, tantôt argileuse tantôt micritique, de nombreux agrégats feuilletés à sphérolites et phytolithes, correspondent à des agrégats de fumiers ou à des coprolithes écrasés. Ils apparaissent plus ou moins brûlés et fréquemment disposés à plat. Des agrégats limono-argileux carbonatés denses, renfermant des amas de phytolithes, évoquent des fragments de torchis. Dans ces derniers, la présence de sphérolites tend à indiquer l’utilisation de déjections animales ou l’exploitation des fumiers accumulés précédemment pour la construction. Des accumulations de phytolithes dendriformes, abondantes vers la base de la couche, témoignent de l’introduction de graminées.

100En conclusion, les dépôts du membre F15.2 semblent résulter d’une occupation plus nettement marquée par la présence de l’homme que précédemment, avec notamment la formation d’une épaisse couche d’occupation humaine vers l’arrière du porche. Les activités d’élevage restent néanmoins importantes avec des dépôts de fumiers toujours préférentiellement localisés dans le secteur ouest du porche (fig. 27b).

2.2.5.2 Synthèse des observations

101Quatre principaux faciès sédimentaires caractérisent les dépôts du Bronze final IIIa et permettent de discuter les modalités d’occupation du site.

102Un premier faciès est caractérisé par sa teinte brun-jaune, sa structure tantôt grumeleuse tantôt lenticulaire et sa richesse en déjections de bétail. Il conduit à identifier des accumulations de fumiers et de possibles aires de parcage. Les principales accumulations de fumiers identifiées correspondent aux premières occupations du Bronze final IIIa, vers 1100- 1000 av. J.-C. Elles apparaissent plus particulièrement épaisses dans la partie ouest du porche (15 cm) et s’amincissent au centre (moins de 10 cm), indiquant que la partie occidentale du porche a pu servir d’aire préférentielle pour le parcage du troupeau. Une seconde accumulation de fumiers est rapportée à une seconde période d’occupation du Bronze final IIIa, vers 1000-900 av. J.-C. Elle n’a été observée qu’à l’ouest du porche, au-dessus du foyer C259b, et apparaît moins épaisse que les accumulations précédentes (5 cm).

103Un faciès gris-blanc, riche en cendres de bois et en excréments de bétail brûlés, caractérise les foyers des occupants. Le foyer C266, attribué à la période 1100-1000 av. J.-C., est interstratifié dans des dépôts de fumiers au centre du porche. Probablement utilisé de façon relativement prolongée, il témoigne que pendant cette période le troupeau ne fréquente plus ce secteur de la grotte. L’autre foyer étudié, C259b, est rattaché à la seconde période d’occupation du Bronze final IIIa. Il se situe à l’ouest du porche et se caractérise par une accumulation cendreuse désorganisée, rapidement recouverte par des apports argileux.

104Un troisième faciès est caractérisé par sa teinte grise, sa structure lenticulaire et l’association de coprolithes brûlés avec d’autres résidus d’activités, dont des fragments de construction en terre et des apports d’herbacées. Ce faciès évoque des couches d’occupation humaine, formées par l’accumulation progressive sur le sol des divers résidus d’activités. Localisé vers l’arrière du porche, ce faciès correspond plus particulièrement à la base de la couche 14a, correspondant à la seconde période d’occupation. Un faciès comparable pourrait également caractériser les premières et les dernières occupations de la période précédente, vers 1100-1000 av. J.-C., à l’ouest du porche, avant et après son utilisation pour le parcage du bétail, mais des remaniements biologiques empêchent de considérer comme certaine son occupation par l’homme.

105Le quatrième faciès est caractérisé par l’entassement lâche et désordonné des différents constituants observés dans les trois premiers. Reconnu principalement à l’entrée de la galerie, il est interprété comme la conséquence du rejet en masse de dépôts initialement accumulés sous le porche.

106Si l’on en revient à un scénario historique, les occupations du site pendant la période 1100-950 av. J.-C. semblent essentiellement motivées par la pratique de l’élevage et par le parcage des troupeaux, tandis que les dépôts de la période 950-850 av. J.-C. montrent le développement de l’habitation humaine. Une relative continuité entre ces deux périodes est néanmoins suggérée par la localisation préférentielle de l’aire de parcage à l’ouest du porche et par celle des secteurs d’occupation humaine vers l’arrière du porche. Comparativement aux périodes antérieures et postérieures, les dépôts de la première période d’occupation du Bronze final IIIa se particularisent par le développement des faciès de stabulation, signant l’utilisation préférentielle, sinon exclusive, du site pour la pratique de l’élevage.

2.2.6 De La Tène moyenne aux xvie et xviie s.

2.2.6.1 La formation 14

107S’étendant à l’entrée de la galerie, la formation 14 regroupe les couches d’inondation 17 à 15, sablo-limoneuses ou limono-argileuses, litées (tabl. XXI). Sus-jacente au membre F13.1 du Bronze final IIIa, cette formation se met en place après 850 av. J.-C. Polyphasée, elle résulte manifestement de plusieurs inondations successives (fig. 22e : S36 ; tabl. XXII) [Sordoillet 2002 : fig. 4f]. Ces inondations surviennent pendant l’abandon du site, entre 850 et 200 av. J.-C., et sont probablement en relation avec l’importante péjoration climatique du Bourget (Magny 1999) [fig. 30]. Les alluvions et les encroûtements algaires de la couche 14b du membre 13.2, qui se sont accumulés vers la même période sous le porche, pourraient en être pour partie contemporains.

TABL. XXI. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Couches échantillonnées dans les formations 14 et 15.

TABL. XXI. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Couches échantillonnées dans les formations 14 et 15.

TABL. XXII. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Description micromorphologique des couches 15 et 17 de la formation 14.

TABL. XXII. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Description micromorphologique des couches 15 et 17 de la formation 14.

2.2.6.2 La formation 15

  • 6 – La formation 15.3, qui correspond à la période du haut Moyen Âge, n’a pas été étudiée dans le cad (...)

108Enfin, différentes accumulations sédimentaires, contemporaines ou postérieures aux inondations matérialisées par la formation 14, sont présentes uniquement sous le porche. Elles correspondent aux couches numérotées 13c à 2a, toutes regroupées dans la quinzième formation du remplissage (fig. 28). Cette formation 15 est subdivisée en plusieurs membres, correspondant globalement aux différentes périodes d’occupation qui y ont été reconnues : La Tène, le Bas-Empire, le haut Moyen Âge, le xve s., et les xvie et xviie s. (tabl. IV)6.

FIG. 28. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon.

FIG. 28. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon.

Échantillonnage de la formation 15 : a positionnement général des coupes stratigraphiques et structures archéologiques échantillonnées ; b-c positionnement des échantillons sur les coupes S30 et S84.

Le membre F15.1

109Le membre F15.1 regroupe les couches 13c à 13a (tabl. XXI), avec des dépôts contemporains des occupations de La Tène, vers 200 av. J.-C. À la base, la mince lentille 13c, observée seulement à l’est du porche, est formée de limons sableux jaunes (fig. 16). Elle est interprétée comme une couche d’inondation, probablement mise en place pendant la dégradation climatique du Bourget et l’abandon du site, entre 850 et 200 av. J.-C. Les dépôts des couches 13b et 13a, associés aux occupations de La Tène moyenne, vers 200-100 av. J.-C., ont été échantillonnés à l’est et à l’ouest du porche (S38 et S85 : fig. 28a ; tabl. XXIII).

TABL. XXIII. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon Description micromorphologique des couches échantillonnées dans le membre F15.1.

TABL. XXIII. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon Description micromorphologique des couches échantillonnées dans le membre F15.1.

110À l’est du porche, au-dessus de la couche d’inondation 13c, les limons gris de la couche 13b sont divisés en deux sous-couches non numérotées, bioturbées et tapissées à leur sommet par des revêtements limono-argileux brunâtres. Composés d’une matrice limono-argileuse variant du gris-brun au gris-jaune, riche en micrite, charbons, sphérolites et phytolithes, ces dépôts résultent du mélange de résidus de combustion et de fumiers. La forte bioturbation qui les affecte n’a pas permis la conservation d’une organisation carac-téristique, mais la nature des constituants évoque des accumulations liées à l’occupation du site par des populations pratiquant l’élevage. La limite nette et les revêtements limono-argileux qui séparent ces deux sous-couches semblent indiquer que leur mise en place s’est faite en deux temps.

111Au-dessus, la couche 13a présente une composition globalement comparable, mais apparaît plus fortement perturbée par l’activité biologique. Ces remaniements intenses ont été suivis de lessivages, dont témoignent d’épais revêtements limono-argileux brunâtres sur les parois des vides.

112À l’ouest du porche, la couche 13b montre une microstructure très différente, tantôt grumeleuse tantôt lenticulaire, compactée à son sommet. Sa fraction détritique est représentée par quelques petits graviers et des grains de sable calcaire, dont les éléments allongés sont disposés horizontalement. La matrice, en alternance brun-rouge et gris-jaune, contient de nombreux sphérolites de calcite, des charbons, des esquilles osseuses plus ou moins brûlées et des agrégats micritiques. Elle renferme également de nombreux coprolithes de bétail écrasés et d’abondants résidus végétaux, disposés à plat. La microstratification qui en résulte évoque l’accumulation progressive et in situ des différents témoins de combustion et d’élevage. La présence de déjections de bétail pourrait traduire celle d’une aire de parcage, tandis que l’abondance des résidus de combustion et des esquilles osseuses plaide plutôt pour l’hypothèse d’une aire d’occupation humaine. Au sommet de la couche, un agrégat limono-argileux dense avec un bord net provient du démantèlement d’un sol piétiné ou d’une construction en terre (Sordoillet 1999a : photo 2).

113Le passage à la couche 13a sus-jacente, marqué par une limite nette ou diffuse selon l’endroit, s’accompagne d’une modification de microstructure, avec entassement plus lâche des constituants. Les coprolithes et les résidus végétaux restent abondants mais sont associés à de plus fréquents graviers et cailloux. La couche 13a apparaît ainsi comme un dépôt anthropique, initialement comparable à 13b, remanié et enrichi en éléments détritiques après l’abandon du site. L’activité biologique participe en partie à ce remaniement. L’augmentation de la fraction détritique peut résulter de l’effondrement d’une construction ou de la prédominance des apports détritiques après le départ des occupants.

114En conclusion, les dépôts de La Tène montrent que le site a été occupé par un groupe pratiquant l’élevage. Au vu des échantillons analysés, cette occupation concerne préférentiellement l’ouest du porche, où l’hypothèse du démantèlement d’une construction en terre est envisageable. Dans la partie est, les dépôts semblent indiquer l’existence de deux phases d’occupation, entrecoupées d’une période d’inondation. Les alluvions de la couche 13c et les lessivages affectant les couches d’occupation suggèrent que la période était humide, et pourrait être rattachée à la détérioration climatique du Bourget.

Le membre F15.2

115Les couches 12 et 11 du membre F15.2, échantillonnées dans la partie orientale du porche, correspondent aux occupations du Bas-Empire et sont datées de la période iiie-ive s. (fig. 26b : S85 ; fig. 28c : S84 ; tabl. XXI, XXIV).

TABL. XXIV. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Description micromorphologique des couches échantillonnées dans le membre F15.2.

TABL. XXIV. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Description micromorphologique des couches échantillonnées dans le membre F15.2.

116La base de la couche 12, riche en sable, s’apparente à une couche d’inondation. L’hypothèse d’une mise en place poly-phasée est envisageable, du fait de la superposition en quelques endroits de plusieurs lits sablo-limoneux et limono-argileux. La période d’humidité suggérée par la présence de ces alluvions, et que les occupations encaissantes permettent de situer entre 100 av. J.-C. et la fin du iie s., pourrait correspondre à la dégradation de Petit Maclu 1 (Magny 2004). La teneur en sable diminue dans la partie sommitale de la couche, qui s’enrichit en revanche en cailloux calcaires, en limons argileux carbonatés et en produits des activités socioéconomiques, parmi lesquels des résidus de combustion et des déjections d’herbivores. La composition, la structure massive et la limite supérieure nette de ces dépôts sommitaux témoignent de l’intégration et de la compaction de constituants naturels et anthropiques dans les alluvions sableuses sous-jacentes, sous l’effet du piétinement humain.

117Au-dessus, la structure de combustion C481, incluse dans la couche 11, se caractérise par sa richesse en charbons et en fragments calcaires, modérément compactés. Au vu de la rareté des cendres et de l’absence de rubéfaction sous-jacente, cette accumulation ne résulte peut-être pas de l’aménagement d’un foyer, comme suggéré à la fouille, mais pourrait correspondre à un rejet. À la base des limons bruns sus-jacents, les résidus de combustion semblent avoir été dispersés sous l’effet du piétinement et mélangés aux apports ultérieurs. Ces derniers, riches en charbons et renfermant quelques coprolithes et quelques os, plus ou moins brûlés, ainsi que des cendres de bois, sont essentiellement d’origine anthropique. L’organisation lenticulaire des constituants témoigne qu’il s’agit d’une couche d’occupation générée par l’accumulation de divers déchets domestiques sur le sol. Dans ce même secteur du porche, une construction du Bas-Empire semble correspondre à cette couche d’habitat (André 2000). Après l’abandon du site, les dépôts de la couche 11 ont été partiellement remaniés par l’activité biologique et soumis à des lessivages. L’inondation du porche par l’exsurgence pourrait être à l’origine de ces lessivages et du dépôt des limons argileux brun-jaune observés dans les couches 10 et 9 sus-jacentes (tabl. I). Situées autour du ve s., ces inondations ne trouvent pas de correspondance avec les transgressions lacustres jurassiennes.

118En conclusion, après un abandon d’environ 300 ans succédant aux occupations de La Tène et à une période d’inondations en relation possible avec la dégradation climatique de Petit Maclu 1, les occupations durables reprennent au Bas-Empire. Elles se traduisent par la genèse d’une couche d’occupation mêlant des résidus de combustion et d’élevage, dans le secteur oriental du porche, à l’emplacement d’un bâtiment révélé par la fouille. Au cours du ve s., de nouvelles inondations marquent la période précédant les installations du Moyen Âge (tabl. IV).

Le membre F15.4

119Le membre F15.4, correspondant aux occupations du xve s., rassemble les couches 7d à 7a, lesquelles sont constituées de limons gris, de structures de combustion et de plusieurs lentilles compactes, interprétées comme des lambeaux de sol en terre battue chaulée (Viel 1996). L’analyse micromorphologique concerne différents dépôts rapportés aux couches 7c et 7a (fig. 28 ; tabl. XXI, XXV).

TABL. XXV. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Description micromorphologique des couches échantillonnées dans le membre F15.4.

TABL. XXV. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Description micromorphologique des couches échantillonnées dans le membre F15.4.

120Vers l’arrière du porche, à la base du membre F15.4, la couche 7c est formée de limons gris à poches de sables jaunes (S30). En lame mince, elle montre une limite supérieure diffuse et une structure microagrégée, localement lenticulaire, partiellement remaniée par les vers. L’origine anthropique du dépôt est signée par l’abondance des sphérolites de calcite, des charbons, des phytolithes, et par la présence de quelques esquilles osseuses brûlées. Plusieurs agrégats feuilletés, correspondant à des coprolithes ou à des agrégats de fumiers, témoignent de la présence de bétail. La structuration lenticulaire localement préservée indique que l’accumulation est en position primaire. La couche 7c est en conséquence interprétée comme un dépôt résultant de l’occupation du site par des populations pratiquant l’élevage. Les poches de sables jaunes associées à ces dépôts sont liées à la couche d’inondation 6, plus nettement individualisée vers le sud (S30).

121À l’ouest du porche, les dépôts de la couche 7c, étudiés à la hauteur de la structure C223, présentent une microstructure et une composition comparables, mais apparaissent brunifiés par l’installation d’un foyer à leur sommet. Riches en résidus végétaux, en sphérolites de calcite, en phytolithes et en agrégats de fumiers, ces dépôts témoignent comme les précédents de la présence de bétail sur le site. Des cristaux prismatiques de calcite sont les indices de la combustion de bois dans le foyer sus-jacent. Des remaniements secondaires résultent du développement de l’activité biologique après l’abandon du site et semblent également en partie imputables à des ruissellements, dont témoigne l’interstratification de lentilles limono-argileuses bien triées.

122La couche 7a est documentée par deux échantillons, prélevés l’un dans la structure C455, interprétée comme foyer (S84 : fig. 28c), l’autre dans la lentille grisâtre E190, interprétée comme sol de terre battue chaulée.

123À l’est du porche, la lentille cendreuse du sommet de C455 est formée d’une masse micritique au sein de laquelle se reconnaissent quelques cendres de bois et des limons à cristaux de quartz fondus sur leur pourtour. Des perturbations secondaires sont signalées par l’intégration de constituants non brûlés. Le passage aux dépôts brunifiés sous-jacents s’effectue sans modification importante de la nature des constituants, qui apparaissent simplement moins brûlés. L’absence de limite sédimentaire bien marquée et la similitude des constituants suggèrent que les cendres proviennent de la combustion de la partie supérieure de la couche sous-jacente. Si tel était le cas, les résidus de combustion de C455 pourraient correspondre, non pas à un foyer domestique, mais à un incendie. La stratification des dépôts sous-jacents, soulignée par des brindilles végétales plus ou moins brûlées et disposées à plat, témoigne de la présence d’une couche d’occupation in situ. L’absence de coprolithes et de sphérolites dans ces dépôts donne à penser qu’il s’agit d’une aire d’occupation non fréquentée par le bétail.

124À l’ouest du porche, la lentille E190 est subdivisée en deux parties, avec une limite intermédiaire assez nette. La partie inférieure est caractérisée plus particulièrement par le mélange de nombreux graviers calcaires avec des agrégats de fumiers. Quelques témoins de combustion y apparaissent également sous la forme de cendres micritiques charbonneuses, des esquilles d’os brunâtres et des grains de quartz partiellement fondus. Dans la partie supérieure, la fraction détritique calcaire et les cendres carbonatées, tantôt micritiques tantôt cryptocristallines, apparaissent plus abondantes. Les agrégats de fumiers ou de coprolithes, de même que les esquilles osseuses, y sont plus fortement brûlés. Vers la base de cette lentille sommitale, la présence de plages tantôt micritiques tantôt microsparitiques, dans lesquelles quelques sphérolites restent identifiables, semble indiquer la recristallisation du carbonate de calcium issu des cendres. L’abondance des déjections de bétail sur toute la hauteur du sol E190 plaide pour que l’on y voie un dépôt essentiellement issu de l’élevage. La forte combustion qui affecte la partie sommitale de ces fumiers témoigne d’un brûlage, intentionnel ou accidentel, éventuellement contemporain de C455. Le lessivage secondaire des cendres explique sans doute les précipitations carbonatées observées à la base de cette partie sommitale. Ce lessivage paraît résulter d’une inondation, comme le suggère la présence d’agrégats argileux, d’origine karstique, dans le dépôt E190. Cette inondation paraît liée à l’entrée dans le Petit Âge Glaciaire, période marquée par la transgression de Petit Clairvaux (fig. 30).

125En définitive, les dépôts du xve s. plaident pour l’hypothèse d’une occupation par des fermiers accompagnés de leur troupeau. Une aire de parcage caractérise l’ouest et l’arrière du porche, tandis que l’habitation humaine concerne plutôt l’est du porche. Un incendie semble avoir affecté ces dépôts d’occupation, qui ont également été touchés par des inondations, sans doute pendant la détérioration climatique de Petit Clairvaux.

Le membre F15.5

126Le membre F15.5 rassemble les couches 6 à 2a, associées aux occupations des xvie et xviie s.

127Mise en place vers le xve ou le xvie s., la couche d’inondation 6, bien repérée à la fouille sous la forme de lentilles limono-sableuses jaunes (S30 : fig. 28b), pourrait, comme la couche 7b, être en relation avec la dégradation climatique du Petit Âge Glaciaire et la transgression lacustre de Petit Clairvaux (Magny 1999). À l’est du porche (S84 : fig. 28a, c), les dépôts regroupés sous la dénomination de couche 6 présentent des caractéristiques quelque peu différentes (tabl. XXI, XXVI). Ils apparaissent bioturbés et composés d’une matrice plus ou moins riche en particules détritiques (micrite et quartz) ou organiques (fragments végétaux). Cette matrice emballe des agrégats limoneux, riches en fragments végétaux, en phytolithes et en sphérolites épars, des agrégats cendreux contenant des cendres de bois et des grains de quartz fondus, et enfin quelques coprolithes. Ces dépôts plaident pour l’hypothèse de l’occupation du site par des populations pratiquant l’élevage, suivie d’un abandon permettant leur remaniement par la microfaune du sol.

TABL. XXVI. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Description micromorphologique des couches échantillonnées dans le membre F15.5.

TABL. XXVI. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Description micromorphologique des couches échantillonnées dans le membre F15.5.

128Au-dessus, la couche 5 est associée aux occupations des xvie et xviie s. Pour cette période, des murs en pierres sèches montrent un bâtiment de six pièces, occupant toute la surface du porche (Voruz 1991a). Une interprétation fonctionnelle des différentes pièces est proposée sur la base de leurs caractéristiques architecturales (fig. 28a) : la pièce A correspondrait à la cuisine, les pièces B, D et E seraient destinées à l’artisanat ou au stockage, les pièces C et F auraient servi au parcage du bétail. Toutes les pièces, sauf F, possédaient un sol de terre battue chaulée (Viel 1996). Les échantillons soumis à l’examen micromorphologique proviennent des pièces C et E.

129Dans la pièce C, la couche 5 est formée essentiellement d’un mélange de cailloux, de graviers et de déjections de bétail, associés à quelques rares témoins de combustion. Ces différents constituants attestent l’occupation humaine du site et la pratique de l’élevage. La prédominance des déjections de bétail sur les témoins de combustion vient soutenir l’hypothèse archéologique d’une aire de parcage. Vers le sommet, la couche apparaît plus finement agrégée et appauvrie en matière organique et en sphérolites, traduisant l’arrêt de la sédimentation et le développement conséquent des processus d’altération.

130Dans la pièce E, la base des dépôts assimilés à la couche 5 est moins perturbée par les remaniements biologiques. Des brindilles charbonneuses et des empilements de phytolithes dendriformes en connexion dessinent une microstructure lenticulaire (pl. G2). Les autres constituants sont des sphérolites et des esquilles osseuses, dispersés dans une matrice brun-jaune, riche en micrite. La granulométrie fine des différents constituants et la structuration lenticulaire des dépôts témoignent de l’accumulation progressive des fins déchets de l’occupation. La conjonction de ces caractéristiques granulométriques et texturales et de la nature des constituants conduit à interpréter la pièce E comme étant essentiellement destinée à l’habitation humaine. L’abondance des phytolithes dendriformes, probablement issus de la décomposition de graminées, tend à conforter l’hypothèse archéologique selon laquelle cette pièce a été utilisée pour le stockage (pl. G3).

2.3 Faciès sédimentaires et modalités d’occupation

131L’étude micromorphologique des dépôts de la Grotte du Gardon aboutit à l’identification de plusieurs microfaciès sédimentaires, d’origine anthropique ou naturelle. Exposés au fur et à mesure de leur découverte dans les paragraphes précédents, ils sont repris et discutés de manière plus synthétique dans ce paragraphe. Regroupés en différentes catégories tenant compte de leur processus de formation, ces microfaciès apportent des éléments d’information sur le contexte environnemental et sur les modalités d’occupation. Appréhendés dans l’ordre chronologique de leur mise en place, ils permettent de proposer un ou plusieurs scénarios d’occupation.

2.3.1 Microfaciès sédimentaires anthropiques

132Les faciès de dépôts qualifiés d’« anthropiques » sont définis par une composition et une microstructure inhérentes aux modalités d’occupation. Différents types sont distingués qui permettent de préciser la nature des activités humaines impliquées dans leur genèse.

2.3.1.1 Sols et couches d’occupation

133Le sol d’occupation, ici compris comme le niveau de sol sur lequel s’installent les occupants à leur arrivée sur le site, est caractérisé par la compaction sommitale des dépôts sur lesquels se sont installées les populations – par exemple, le niveau de circulation identifié sous le foyer C259a de la formation 13 –, ou par l’enfoncement de constituants anthropiques dans ce sol – par exemple la couche 36b de la formation 11. Aucun sol véritablement construit par l’homme n’a pu être mis en évidence par la micromorphologie, et dans la plupart des cas les populations semblent s’être installées à même le sol « naturel », représenté, soit par les déblais des occupations précédentes, soit par les couches de sable déposées par l’exsurgence.

134Les couches d’occupation résultent de la surélévation progressive du sol d’occupation sous l’effet de la sédimentation anthropique. Elles sont caractérisées principalement par l’origine anthropique, la petite taille et la disposition fréquemment subhorizontale de leurs constituants. En l’absence d’indice d’abandon intermédiaire, ces dépôts fins et microstratifiés sont interprétés comme le résultat d’une accumulation progressive et continue des résidus d’activités humaines. Étant donné la petite taille des constituants, l’épaisseur de ces accumulations peut être mise en parallèle avec l’intensité de l’occupation. Une épaisse couche présentant ce type de faciès peut ainsi être l’indice, soit d’une occupation continue et prolongée, soit de la succession rapide de plusieurs phases d’occupation, soit encore d’une occupation plus courte mais caractérisée par un grand nombre d’habitants ou par des activités très productrices de déchets. Parmi les constituants de ces couches d’occupation, on relève principalement :

  • des éléments allongés et fréquemment disposés à plat : alignements de phytolithes, coprolithes d’herbivores écrasés, brindilles végétales, diversement brûlées, voire calcinées (herbe, feuilles, écorce, bois) ;

  • des éléments subarrondis : petits agrégats d’argile ou de micrite, de 10 à 200 µm, graviers, sables et limons, de quartz ou de calcaire, sphérolites de calcite, cendres végétales, os, tessons et fragments de construction.

2.3.1.2 Aires d’activités

135On peut émettre plusieurs hypothèses quant à la nature des différentes aires d’activités, en fonction de la représentation préférentielle de certains constituants dans les couches d’occupation :

  • aires de combustion : les épaisses accumulations cendreuses, massives ou microlitées et pauvres en éléments détritiques, nous semblent correspondre à des foyers domestiques, à usage répété ou prolongé (p. ex. C415, C475, C241 ou C266 des formations 12 et 13) ;

  • aires de parcage : la forte représentation d’agrégats feuilletés, subhorizontaux et riches en sphérolites et phytolithes, caractérise les fumiers animaux et permet de définir des aires de parcage du bétail (p. ex. les couches 18 à 20 de la formation 13) ;

  • aires d’habitation humaine : la prédominance des résidus de combustion, associés à une fraction détritique fine, conduit à identifier des aires plus spécialement fréquentées par l’homme ; comparativement aux aires de parcage, ces aires d’habitation se caractérisent également par de plus rares éléments grossiers (p. ex. C241b et c de la formation 12, ou 14a de la formation 13) ;

  • aires de stockage : l’abondance des restes de graminées ou des squelettes minéraux de ces graminées (phytolithes siliceux dendriformes) peut indiquer qu’il s’agit d’aires affectées au stockage (p. ex. dans la couche 5 de la formation 15) ;

136Dans certains cas, les faciès de dépôts se caractérisent par une combinaison des caractères évoqués ci-dessus, suggérant la succession de différentes activités.

137Sur le terrain, les couches d’occupation humaine sont caractérisées préférentiellement par des dépôts limoneux gris, tandis que les couches de parcage apparaissent plus fréquemment brunes. La cuisson secondaire des couches d’occupation humaine par des foyers sus-jacents se traduit par leur rubéfaction au contact des cendres (pl. F2), tandis que celle des fumiers animaux entraîne plutôt une brunification (pl. C2, F5).

2.3.1.3 Témoins architecturaux

138Des agrégats massifs, mélange de sable et d’argile, plus ou moins carbonatés, à squelette minéral grossier et contenant des fragments de paille, évoquent des vestiges de constructions en torchis ou en bauge (p. ex. dans les couches 49, 21 ou 14a des formations 4, 12 et 13). La mauvaise conservation générale de ces agrégats ne permet pas d’estimer l’ampleur des constructions réalisées, qui peuvent correspondre à des petites structures comme des fours en terre ou à des murs d’habitation plus importants. Les cailloux, les nodules sableux ou argileux, les excréments d’herbivores et les lentilles de phytolithes, parfois présents aux côtés des fragments de torchis, peuvent également avoir servi de matériaux de construction. À cet égard, la finesse des constituants accumulés dans les épaisses couches d’occupation de la formation 12, pourrait être la marque d’un espace protégé par des murs.

2.3.1.4 Déblais

139Les couches et les sols d’occupation alternent avec des dépôts anthropiques peu structurés, tantôt microagrégés tantôt grumeleux, dans lesquels les constituants, en entassement lâche et désordonné, comprennent des éléments en position secondaire issus des couches d’occupation. Certaines de ces couches déstructurées peuvent provenir de la dégradation, intentionnelle ou naturelle, des aménagements humains. D’autres peuvent résulter de rejets en périphérie de l’habitat. La distinction entre ces différents modes de mise en place n’est pas clairement établie. L’accumulation lâche d’agrégats et d’éléments – de nature, de taille et de forme variées – présentant quelques traces de compaction interstratifiées, pourrait être plus significative de la présence d’aires de rejet, occasionnellement piétinées, en périphérie de l’habitat principal (base des couches 18-20 de la formation 13 au centre du porche, couche 13a de la formation 15 à l’est du porche). La présence de fragments de torchis laisse supposer l’effondrement de constructions en terre (couche 22 de la formation 12). Les dépôts caractérisés par une très forte porosité, par la présence d’agrégats subanguleux et par celle de revêtements argileux désorientés, évoquent plutôt des rejets en masse, par exemple à l’occasion du réaménagement du site (couches 18 à 20, à l’entrée de la galerie).

2.3.2 Microfaciès sédimentaires naturels

140Trois catégories de dépôts liés à des processus naturels de sédimentation, sont identifiées : les éboulis, les colluvions et les formations résultant de la montée des eaux dans le trop-plein karstique.

2.3.2.1 Éboulis

141Les éboulements rocheux depuis le plafond de la cavité sont plus particulièrement caractéristiques de la formation 1, qui constitue le substrat des premières occupations néolithiques. Les processus d’altération et de gélifraction, qui ont entraîné ces effondrements massifs, se sont probablement poursuivis avec une intensité moindre au cours des périodes d’occupation humaine. Ils peuvent expliquer la mise en place d’une partie des pierres du remplissage archéologique. Toutefois, l’intervention de l’homme dans l’introduction ou le déplacement de ces éléments rocheux est probablement prépondérante à partir du Néolithique et plus encore à partir du Bronze moyen, avec le développement de l’habitat.

2.3.2.2 Colluvions

142Un seul des dépôts échantillonnés a été interprété comme résultant d’un processus de colluvionnement (couche 22 de la formation 12, à l’entrée est du porche). Ce dépôt présente une microstructure tantôt microagrégée tantôt granulaire, avec l’entassement assez lâche de petits agrégats argilo-limoneux micritiques, de graviers, de sable, de charbons, d’os, et de quelques agrégats cendro-charbonneux ou argilo-limoneux, rubéfiés. La rareté des constituants anthropiques, qui sont de surcroît en position secondaire, indique que l’homme n’est pas le principal agent sédimentaire impliqué dans la formation de cette accumulation. La pente du dépôt vers l’intérieur de la cavité et la proximité du cône d’éboulis, qui borde la paroi est du porche, rendent probable sa mise en place par l’action com binée de la gravité et de la circulation humaine ou animale.

2.3.2.3 Alluvions et encroûtements algaires

143Les dépôts liés aux inondations du site par l’exsurgence sont incontestablement les apports naturels prédominants dans le remplissage de la Grotte du Gardon. Si la reconnaissance des couches d’alluvions déposées lors de ces inondations ne pose pas de problème autre que celui de pouvoir les observer – certaines couches d’alluvions étant parfois microscopiques –, les encroûtements algaires formés sous le porche sont plus délicats à identifier. Confondus dans un premier temps avec des soles de foyers aménagées par l’homme, car affectés par des combustions secondaires, ils n’ont pu être identifiés que par l’observation au microscope (formations 12 et 13 : C135 et C134). Ces constructions algaires sont en fait assez communes dans les grottes sujettes à inondations (Barton, Clark 1993). Les formes observées, oncolithes et encroûtements travertineux, sont caractéristiques des retenues d’eaux à fluctuations saisonnières (Campy, Macaire 1989 : 140 ; Lang et al. 1992). Ces alluvions et encroûtements algaires témoignent de la remontée des eaux souterraines dans le trop-plein, parfois au-delà du seuil défini par le remplissage de l’époque, entraînant l’évacuation des eaux par le porche (fig. 29). La genèse de ces dépôts implique l’interruption complète des occupations dans la galerie et dans au moins une partie du porche. Leur interstratification avec les apports anthropiques apporte des indications sur le rythme des occupations (cf. § 2.3.4).

FIG. 29. Conditions climatiques et dynamique sédimentaire 

FIG. 29. Conditions climatiques et dynamique sédimentaire 

a période sèche ; b période humide.

2.3.3 Activités pratiquées

144Les différents faciès sédimentaires anthropiques observés dans le remplissage permettent d’avancer quelques hypothèses sur les activités pratiquées aux différentes périodes de l’occupation du site.

2.3.3.1 Élevage

145L’élevage apparaît comme une composante importante de l’économie de tous les groupes qui se sont succédé depuis le Néolithique ancien jusqu’aux périodes historiques. Les fréquents coprolithes et l’énorme quantité de sphérolites de calcite observés dans l’ensemble du remplissage en témoignent. La morphologie et la composition des coprolithes laissent entrevoir notamment la présence d’ovi-caprins et de bovins, mais l’étude de la faune révèle également la présence de suidés, tous ces animaux étant attestés dès le Néolithique ancien (Chiquet 1997 ; Ansermet 1999 ; Chaix, comm. pers.). Dans le cadre de ces activités d’élevage, les dépôts du Néolithique, dans lesquels s’intercalent de nombreuses couches d’abandon, témoignent de l’utilisation intermittente de la cavité. Un foyer du Néolithique moyen (C407), manifestement utilisé et abandonné à plusieurs reprises, pourrait être lié à des fréquentations saisonnières. Comparativement à ceux du Néolithique, les dépôts mis en place à partir de l’âge du Bronze se caractérisent par des teneurs en phytolithes d’herbacées beaucoup plus importantes. Cette évolution peut résulter d’une modification dans la composition du troupeau, d’apports de litière et de fourrage ou encore du stockage de récoltes agricoles. Dans certaines couches, la prédominance des phytolithes, des sphérolites et des coprolithes conduit à envisager l’existence de zones de parcage du bétail, qui restent cependant à discuter à la lumière des résultats de l’analyse planimétrique (Voruz à paraître). Dans l’hypothèse d’accumulations liées au parcage, les dépôts du début du Bronze moyen situés à l’entrée de la galerie, marqués par de fréquentes traces de combustion, suggèrent un possible entretien des lieux par brûlage. Dans les dépôts sus-jacents de la seconde partie du Bronze moyen, l’abondance des assemblages de phytolithes en connexion évoque des apports de litières. L’apport de graminées à partir du Bronze final III pourrait témoigner du nourrissage des bêtes à l’étable. Ces observations laissent supposer différentes manières de pratiquer l’élevage selon la période considérée. Une rupture apparaît plus particulièrement entre le Néolithique et l’âge du Bronze, avec l’intensification des apports de graminées dans la seconde période. En revanche, l’exploitation des déjections animales comme combustible caractérise toutes les époques, avec la présence de fréquents coprolithes brûlés dans les cendres des foyers. L’hypothèse de l’utilisation de ces excréments animaux pour la construction est également envisageable à partir du Bronze moyen, au vu de leur association fréquente avec des pierres et des fragments de torchis dans des dépôts déstructurés.

2.3.3.2 Agriculture

146La faible représentation des phytolithes de Graminées dans les dépôts du Néolithique, alors que les déjections de bétail y sont abondantes, permet d’émettre l’hypothèse de la nette prédominance de l’élevage sur l’agriculture. Quelques graines et une meule témoignent néanmoins d’activités agricoles (J.-L. Voruz, comm. pers.). En revanche, dans les dépôts de l’âge du Bronze et dans les dépôts plus récents, l’augmentation des phytolithes dendriformes paraît traduire le développement des pratiques agricoles, comme le montre aussi la plus grande fréquence des graines de céréales et des outils liés à l’agriculture (J.-L. Voruz, comm. pers.). Cette évolution semble indiquer le passage d’une économie pastorale dominante à une économie mixte agro-pastorale. Elle pourrait être la conséquence d’une expansion économique et sociale, plus particulièrement marquée entre le Néolithique et l’âge du Bronze (Vital 1992 ; Brochier et al. 1999). Le stockage de récoltes agricoles est plus clairement établi pour les occupations des xvie et xviie s., comme en témoignent les concentrations de phytolithes dendriformes, probablement issus de la décomposition de céréales, observées dans une des pièces du bâtiment aménagé à l’époque.

2.3.3.3 Habitation

147L’utilisation du site pour l’habitation humaine, avec réalisation d’aménagements divers et installation prolongée à diverses reprises, n’est pas clairement démontrée par les faciès de dépôt du Néolithique. Quelques indices laissent supposer l’occupation du site par l’homme, mais paraissent trop ténus en comparaison des témoins d’élevage pour que l’on y voie la trace d’importantes installations humaines. En revanche, les dépôts du Bronze moyen, caractérisés par de nombreux foyers et par d’épaisses couches manifestement formées sous l’effet des occupations humaines, et recouverts par des dépôts illustrant un possible effondrement de constructions en terre, sont plus caractéristiques d’une habitation prolongée du site. Le fait que des témoins d’élevage et d’agriculture caractérisent également ces dépôts tend à soutenir l’hypothèse d’un habitat fermier. Des occupations de même nature caractérisent la seconde partie du Bronze final IIIa et La Tène.

2.3.3.4 Pratiques funéraires

148L’utilisation du site comme sépulture caractérise le début du Néolithique final, vers 3350-3100 av. J.-C. L’hypothèse actuellement proposée, sur la base conjointe d’arguments anthropologiques et micromorphologiques, est celle de l’incinération d’une centaine de défunts, sans doute en plusieurs étapes, dans une structure aménagée à cet effet. Des indices d’inondation interstratifiés dans les dépôts sépulcraux sont probablement liés à la dégradation climatique de Chalain 1. Affectés par les épisodes de combustion, ils montrent que plusieurs jours ont pu s’écouler entre certaines incinérations.

2.3.4 Durée et rythme des occupations

149La durée et le rythme des occupations sont difficiles à évaluer, mais quelques hypothèses peuvent néanmoins être proposées, d’après la nature des accumulations sédimentaires.

2.3.4.1 Occupations « longues » et occupations « courtes »

150Des occupations plutôt longues – de plusieurs mois à quelques années ? – sont évoquées par l’absence d’indice d’altération et de sédimentation naturelle dans des couches d’habitat relativement épaisses, microstratifiées et formées essentiellement de constituants anthropiques fins. C’est le cas des dépôts d’occupation du Bronze moyen associés à l’habitation du site. L’interstratification de faciès d’abandon et/ou l’apparition de niveaux d’altération évoquent, au contraire des faciès précédents, la succession d’occupations de plus courte durée – quelques mois, saisonnières ? C’est sans doute le cas avec le foyer néolithique C407, dont l’utilisation intermittente se manifeste par l’alternance de couches cendreuses et de couches détritiques.

151Dans l’ensemble, les occupations au Néolithique paraissent avoir été plus courtes mais assez régulièrement répétées, tandis que celles qui se succèdent du Bronze moyen au Bronze final IIIa auraient été plus durables. Cette impression peut cependant être faussée par une éventuelle augmentation du nombre d’habitants à partir de l’âge du Bronze et par le développement conséquent de la sédimentation anthropique.

2.3.4.2 Occupations et inondations

152Les doublets « fluviatile-anthropique » qui caractérisent le remplissage de la galerie, constituent les traces significatives de la succession de plusieurs périodes d’occupation, interrompues par des phases d’inondation. La comparaison de ces périodes d’inondation avec les transgressions lacustres jurassiennes (Magny 1995 ; 1999) révèle une réaction globalement similaire du karst et des lacs aux dégradations climatiques (fig. 30) [Sordoillet 1999b ; Sordoillet, Voruz 2002]. En effet, les principales formations alluviales du Gardon sont en phase avec les transgressions lacustres, lesquelles sont le signe de périodes pluvieuses. Un parallèle apparaît entre la mise en place des formations 2, 5, 7, 10 et 14 et les dégradations climatiques de Cerin, Grand Maclu, Chalain 1, Chalain 2 et Bourget. Le phénomène d’alluvionnement est alors favorisé non seulement par l’augmentation de la pluviosité, mais aussi par l’absence d’occupation et de sédimentation anthropique. Toujours en l’absence d’occupation, les assèchements du climat évoqués par les régressions lacustres se traduisent par des hiatus sédimentaires. C’est le cas notamment pendant la longue période qui sépare les détériorations de Chalain 2 et Pluvis. Les principales périodes d’occupation contemporaines de dégradations climatiques, au Néolithique moyen et au Bronze moyen, se traduisent par l’interstratification de couches d’alluvions dans les dépôts anthropiques. Enfin les occupations du site pendant les périodes d’assèchement, comme vers 4700-4350 et 3900-3650 av. J.-C., génèrent des dépôts exclusivement anthropiques. La principale discordance entre les transgressions lacustres et les inondations du site concerne la seconde partie de la détérioration de Pluvis, vers 1300-1100 av. J.-C., où aucune couche d’alluvions n’est déposée malgré l’abandon du site au Bronze final II. Elle peut s’expliquer par une détérioration climatique moins importante que ne le suggèrent les lacs ou par une modification temporaire des écoulements karstiques. Pour les périodes postérieures à La Tène, l’arrêt de la sédimentation anthropique dans la galerie ne permet plus un aussi bon enregistrement des fluctuations climatiques. Seules les couches d’inondation les plus importantes et bien calées dans les dépôts anthropiques du porche peuvent être corrélées aux périodes de plus forte pluviosité, comme c’est le cas pour les couches 7b et 6, qui sont en phase avec la détérioration climatique de Petit Clairvaux.

FIG. 30. Comparaison des périodes d’occupation et d’inondation de la Grotte du Gardon avec les fluctuations lacustres et climatiques.

FIG. 30. Comparaison des périodes d’occupation et d’inondation de la Grotte du Gardon avec les fluctuations lacustres et climatiques.

153En conclusion, l’occupation du site n’apparaît pas directement liée aux conditions climatiques, puisqu’elle survient aussi bien en période humide qu’en période sèche. Néanmoins, les épisodes de débordement du trop-plein ont pu dans certains cas contraindre les occupants à l’abandon du site. Les faciès sédimentaires bien conservés de la fin du Néolithique moyen I, vers 4150 av. J.-C., suggèrent un recouvrement rapide par les alluvions, et les inondations responsables de cet alluvionnement ont pu entraîner l’évacuation prématurée du site. À l’inverse, on peut se demander si l’assèchement de la rivière souterraine n’a pas également conduit à l’arrêt des fréquentations dans certains cas. Par exemple, après les occupations du Néolithique moyen bourguignon, où l’on assiste à une longue période d’abandon entre les péjorations de Grand Maclu et de Chalain 1, ou pendant la période 1950-1700 av. J.-C., où le porche semble également inhabité. En définitive, si l’occupation de la grotte n’apparaît pas uniquement conditionnée par le climat, celui-ci peut néanmoins avoir joué un rôle déterminant dans des conditions extrêmes. Dans les autres cas, la fréquentation du site reste plus vraisemblablement inféodée au contexte socio-économique de chaque période, comme dans d’autres sites jurassiens (Pétrequin et al. 1985 : 248 ; Pétrequin 1992 ; Arbogast et al. 1995).

2.3.5 Récapitulatif des grandes étapes de la formation du remplissage

154Les blocs rocheux formant le substrat du site archéologique se mettent en place sous l’effet de processus d’altération et de gélifraction, entre le Dryas ancien et le début de l’Holocène (formation 1).

155Les premières occupations remontent au Néolithique ancien, vers 5350-4950 av. J.-C. L’alternance de couches d’occupation et de dépôts alluvionnaires suggère que la fréquentation du site était discontinue. Jusque vers 4350 av. J.-C., vers le milieu du Néolithique moyen I, ces occupations semblent essentiellement liées à des activités pastorales. Les périodes de crue sont en phase avec le climat local, l’absence d’inondation entre 4700 et 4350 av. J.-C. étant probablement liée à l’assèchement du climat entre les dégradations de Cerin et de Grand Maclu. Des installations plus conséquentes semblent caractériser la fin du Néolithique moyen I (Saint-Uze), autour de 4400-4150 av. J.-C. Au cours de cette période, les occupations sont comme précédemment associées à la pratique de l’élevage et ponctuées de phases d’abandon. Les inondations reprennent avec la dégradation climatique du Grand Maclu. Plus particulièrement marquées dans la formation 5, ces inondations peuvent avoir provoqué l’abandon du site. De nouvelles fréquentations ont lieu au Néolithique moyen II, entre 4000-3650 av. J.-C., comparables d’un point de vue sédimentologique à celles du Néolithique moyen I. Ces fréquentations par des pasteurs sont toujours ponctuées de périodes d’abandon, et une tendance à l’assèchement du climat, après la dégradation de Grand Maclu, se traduit par une raréfaction de l’alluvionnement au sommet de la formation 6 (couches 42 à 40). Le site est ensuite longuement abandonné entre 3650 et 3350 av. J.-C., période au cours de laquelle seule l’exsurgence participe à l’édification du remplissage pendant la dégradation de Chalain 1 (formation 7). Plusieurs passages sont attestés au cours du Néolithique final. Associés dans un premier temps à des pratiques funéraires, entre 3350 et 3100 av. J.-C. (formation 8), ils s’inscrivent dans la période médiane, moins pluvieuse, de la dégradation de Chalain.

156Les occupations suivantes, rattachées au Néolithique final de type Chalain, vers 2900-2450 av. J.-C., sont fortement affectées par des inondations, en conséquence de la dégradation de Chalain 2. L’abandon du site entre 2450 et 2300 av. J.-C. est matérialisé par une couche d’inondation polyphasée (formation 10, couche 36c).

157Les occupations du Campaniforme et du Bronze ancien, vers 2300-1950 av. J.-C., peu marquées d’un point de vue sédimentologique, paraissent assez brèves, et sont caractérisées par quelques témoins d’installation et par des indices d’élevage (formation 11). Du Bronze moyen au Bronze final I, entre 1700 et 1300 av. J.-C., plusieurs installations successives se traduisent par la formation d’épaisses couches d’occupation. L’existence de constructions en terre est suggérée par de probables fragments de torchis, en position secondaire dans les dépôts d’abandon. De nombreux indices témoignent de la pratique de l’agriculture et de l’élevage (formation 12). Les alluvions de crue de cette période pluvieuse (dégradation de Pluvis) paraissent anecdotiques au regard de l’importance de la sédimentation anthropique. Un abandon, marqué par l’absence d’occupation au Bronze final II, succède à ces moments d’occupation intense, vers 1300-1100 av. J.-C. Aucune couche d’alluvions n’est déposée sous le porche, ce qui laisse supposer une atténuation momentanée de la dégradation de Pluvis. Le début du Bronze final III, vers 1100 av. J.-C., correspond au début d’une amélioration climatique, et voit la partition du porche en une zone de parcage à l’ouest et une aire plus typique d’occupations humaines au centre (base de la formation 13, couches 20 à 18). Une période d’abandon, vers 950 av. J.-C., est matérialisée par une couche d’inondation (14b). L’occupation reprend ensuite jusque vers 850 av. J.-C., avec une installation plus intensément marquée par l’homme que par le bétail (couche 14a).

158L’abandon souligné par l’absence de vestiges hallstattiens n’est pas nettement marqué sous le porche. Dans la galerie, il peut correspondre à la mise en place des alluvions de la formation 14, pendant la dégradation du Bourget. Au cours de La Tène moyenne, vers 200-100 av. J.-C., des fermiers occupent à nouveau le site, avec une partition de l’espace comparable à celle du Bronze final III (formation 15).

159Par la suite, les diverses occupations constatées jusqu’au xviie s. sont toujours entrecoupées de périodes d’inondation, mais celles-ci deviennent plus difficiles à corréler aux phases de détérioration climatique, car elles n’ont été identifiées que sous le porche.

Notes

1 – À propos des principes de la sédimentation anthropique : Brochier 1983a.

2 – Depuis la réalisation de ce tableau, les travaux portant sur le mobilier archéologique ont montré l’existence de niveaux mésolithiques interstratifiés dans les dépôts attribués au Néolithique ancien.

3 – Institut méditerranéen d’écologie et de paléoécologie, Marseille.

4 – Professeur d’université HDR, Laboratoire de neurosciences, université de Franche-Comté, Besançon.

5 – Professeur d’université, Laboratoire d’anatomie pathologique, UFR des Sciences médicales et pharmaceutiques, université de Franche-Comté, Besançon.

6 – La formation 15.3, qui correspond à la période du haut Moyen Âge, n’a pas été étudiée dans le cadre de ce travail.

Table des illustrations

Titre FIG. 12. Situation géomorphologique de la Grotte du Gardon, Ambérieu-en-Bugey, Ain (d’après Chauve 1975).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19742/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre FIG. 13. Contexte géologique de la Grotte du Gardon (Ambérieu-en-Bugey, Ain) 
Légende a cartographie du site (d’après Kerrien, Monjuvent 1988) ; b coupe AA (d’après Juventin 1985).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19742/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre FIG. 14. Topographie de la Grotte du Gardon (Ambérieu-en-Bugey, Ain).
Légende Le réseau karstique de la grotte comporte plusieurs sorties, étagées dans les calcaires du jurassique moyen. La sortie la plus basse correspond à la source permanente de Fontelune, qui alimente en eau une partie de la ville d’Ambérieu. Plus haut, la Source du Gardon se tarit pendant la saison estivale, et la petite galerie sus-jacente ne se met en charge que dans les cas de pluies particulièrement abondantes. L’écoulement des eaux par la galerie abritant le site archéologique est encore plus exceptionnel, tandis que les sorties situées plus haut dans la falaise sont toutes fossiles et colmatées.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19742/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre FIG. 15. La grotte du Gardon s’ouvre en pied de falaise par un vaste porche.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19742/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre FIG. 16. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Profil du remplissage archéologique sous le porche : exemple de la coupe M/N 15-18.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19742/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre TABL. I. Numération et description lithologique des couches formant le remplissage de la grotte du Gardon (Ambérieu-en-Bugey, Ain).
Légende Pour chacune sont décrits :– la texture ;– la couleur ;– les artéfacts ;– les structures associées : fosses (F), structures de combustion (C), empierrements (E) ;– la localisation : sous le porche (P), dans la galerie (G), à l’avant du porche (avP), à l’avant de la galerie (avG), à l’arrière de la galerie (arG) ;– l’épaisseur.Les couches sont représentées dans l’ordre de leur succession stratigraphique, cause des « anomalies » de leur succession numérique dans ce tableau.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19742/img-6.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre TABL. II. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Définition des formations à partir des caractéristiques stratigraphiques et sédimentologiques des différentes couches du remplissage.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19742/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Titre FIG. 17. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon Profil du remplissage
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19742/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre TABL. IV.Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Sériations lithologique, culturelle et chronologique des dépôts.
Légende Dans la moitié gauche du tableau, qui concerne la description lithologique, les trait pleins matérialisent la distinction entre les formations. Ces traits sont continus sur toute la largeur du tableau lorsque le découpage lithostratigraphique en formations concorde avec les découpages culturel et radiocarbone (p. ex. la limite supérieure de F3 ne se poursuit pas, car on trouve du mobilier néolithique ancien dans les termes F4.1 F4.2). Dans la colonne Ensembles culturels, les trait pleins isolent des ensembles culturels bien définis comme par exemple le Néolithique moyen bourguignon, ou au moins bien différenciés comme le Néolithique ancien. Quand ces limites correspondent à un ensemble de dates, le trait se poursuit dans la colonne Période d’occupation. Dans cette dernière colonne, les limites en traits pleins soulignent les hiatus entre les ensembles de dates. Sur fond gris : les principales accumulations sablo-limoneuses d’origine alluviale.Depuis la réalisation de ce tableau, les travaux portant sur le mobilier archéologique ont montré l’existence de niveaux mésolithiques interstratifiés dans les dépôts attribués ici au Néolithique ancien.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19742/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre TABL. V. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Couches échantillonnées dans les formations 1 à 3.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19742/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre FIG. 18. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon.
Légende Échantillonnage des formations 1 à 3  a positionnement général des coupes stratigraphiques échantillonnées ; b échantillons de la formation 2 ; c échantillons de la formation 3.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19742/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre FIG. 19. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Hypothèse de mise en place de la formation 1.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19742/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre TABL. VII. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Couches échantillonées dans les formations 4 à 6.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19742/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre FIG. 20. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon.
Légende Échantillonnage des formations 4 à 6 : a positionnement général des coupes stratigraphiques et structures archéologiques échantillonnées ; b-e positionnement des échantillons sur les coupes ; f positionnement des échantillons sur la structure C407.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19742/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Titre FIG. 21. Ambérieu-en Bugey / Grotte du Gardon. Faciès sédimentaires de la structure de combustion C407.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19742/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Titre TABL. XI. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon.
Légende Couches échantillonées dans les formations 8 et 11.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19742/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre FIG. 22. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19742/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Légende Échantillonnage des formations 8 à 15 : a positionnement général des coupes stratigraphiques et structures archéologiques échantillonnées ; b positionnement des échantillons de la formation 8 dans le m2J20 ; c-g positionnement des échantillons sur les coupes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19742/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre FIG. 23. Vue en plan de la sépulture du Néolithique final (m2 J20).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19742/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre TABL. XIV. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Couches échantillonnées dans la formation 12.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19742/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre FIG. 24. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19742/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende . Échantillonnage des formations 12 et 13 : a positionnement général des coupes stratigraphiques et structures archéologiques échantillonnées ; b-f positionnement des échantillons sur les coupes S45, S83, S10, S32 et S33.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19742/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre TABL. XVI. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Description micromorphologique des couches échantillonnées dans les membres F12.3 et F12.4.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19742/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 498k
Titre FIG. 25. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon.
Légende Faciès sédimentaires de la formation 12 : a les accumulations cendreuses, fines, massives, très chauffées et à rares constituants détritiques sont interprétées comme les restes de foyers domestiques ; b l’abondance des constituants de petite taille et la disposition subhorizontale des éléments allongés sont caractéristiques des couches d’occupation humaine ; c les dépôts riches en tissus végétaux, plus ou moins décomposés mais dont le squelette est peu déstructuré, révèlent des zones d’accumulation préférentielle d’herbacées ; d les dépôts caractérisés par l’entassement lâche et désorganisé de différents constituants, anthropiques et naturels, résultent de rejets.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19742/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Titre TABL. XVIII. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Couches échantillonées dans la formation 13.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19742/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre FIG. 26. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon
Légende Echantillonage des formations 13 à 15: a positionnement général des coupes stratigraphiques et structures archélogiques échantillonées; b-c positionnement des échantillons sur les coupes 585 et 538.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19742/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre TABL. XIX. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Description micromorphologique des couches échantillonnées dans le membre F13.1.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19742/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre FIG. 27. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon.
Légende Interprétation de la dynamique sédimentaire de la formation 13 : a F13.1 (couches 18-20), de 1100 à 1000 av. J.-C. ; b F13.2 (couche 14), de 1000 à 900 av. J.-C.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19742/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre TABL. XX. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Description micromorphologique des couches échantillonnées dans le membre F13.2.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19742/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Titre TABL. XXI. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Couches échantillonnées dans les formations 14 et 15.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19742/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre TABL. XXII. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Description micromorphologique des couches 15 et 17 de la formation 14.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19742/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre FIG. 28. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon.
Légende Échantillonnage de la formation 15 : a positionnement général des coupes stratigraphiques et structures archéologiques échantillonnées ; b-c positionnement des échantillons sur les coupes S30 et S84.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19742/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre TABL. XXIII. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon Description micromorphologique des couches échantillonnées dans le membre F15.1.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19742/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre TABL. XXIV. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Description micromorphologique des couches échantillonnées dans le membre F15.2.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19742/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre TABL. XXV. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Description micromorphologique des couches échantillonnées dans le membre F15.4.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19742/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre TABL. XXVI. Ambérieu-en-Bugey / Grotte du Gardon. Description micromorphologique des couches échantillonnées dans le membre F15.5.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19742/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre FIG. 29. Conditions climatiques et dynamique sédimentaire 
Légende a période sèche ; b période humide.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19742/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre FIG. 30. Comparaison des périodes d’occupation et d’inondation de la Grotte du Gardon avec les fluctuations lacustres et climatiques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19742/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 107k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search