Version classiqueVersion mobile

Géoarchéologie de sites préhistoriques

 | 
Dominique Sordoillet

Introduction

Résumé

Après un avant-propos qui rappelle l’importance de la pluridiscipinarité dans l’histoire de la recherche archéologique, son glissement progressif vers la transdisciplinarité et l’émergence logique de disciplines telles que la géoarchéologie, l’introduction précise comment les dépôts sédimentaires présents sur les sites archéologiques peuvent livrer des informations sur les modalités d’occupation humaine. Fonction du site, organisation de l’espace, durée des périodes d’occupation ou d’abandon sont autant d’objectifs visés par cette étude, qui dans le même temps vient grossir le référentiel micromorphologique des faciès sédimentaires archéologiques et contribue ainsi à la définition des processus sédimentaires typiquement liés à l’anthropisation. Suit la présentation des sites étudiés, deux en grotte et un en plein air.

Texte intégral

1La définition de la fonction et de la durée d’occupation des sites figure parmi les principaux objectifs de la recherche archéologique (p. ex. Gallay 1986a ; Pétrequin, Pétrequin 1988 ; Voruz 1991a ; Mordant, Richard 1992 ; Beeching, Vital 1999…). Ces modalités d’occupation peuvent être appréhendées par la mise en œuvre d’approches diverses et complémentaires, telles que l’étude du mobilier, l’analyse des structures archéologiques, l’archéozoologie, l’archéobotanique… Plus particu-lièrement concernée par cet ouvrage, la sédimentologie est également susceptible de nous renseigner sur la nature de ces occupations. Les activités domestiques ou artisanales, comme la cuisine, la poterie ou la taille de l’os, de même que la dégradation des murs en terre, des palissades ou des toits de chaume (fig. 1), sont à l’origine de nombreux déchets, souvent finement poussiéreux, qui s’accumulent sur le sol et participent à la formation des couches archéologiques (p. ex. Schnapp 1980 ; Butzer 1982 ; Pelletier 1985). Les sites archéologiques conservent en conséquence un certain nombre d’informations concernant ces activités humaines, sous la forme de sédiments anthropiques (p. ex. Goldberg 1979 ; 1983 ; Brochier 1980 ; 1982 ; 1983a ; 1983b ; 1984d ; 1986a ; Courty 1984 ; 1988a ; Stein, Rapp 1985…).

FIG. 1. Exemples de processus sédimentaires et post-sédimentaires pouvant être impliqués dans la formation des dépôts archéologiques en grotte (en italiques : les processus ; en droit : les dépôts).

FIG. 1. Exemples de processus sédimentaires et post-sédimentaires pouvant être impliqués dans la formation des dépôts archéologiques en grotte (en italiques : les processus ; en droit : les dépôts).

2La lecture et l’interprétation de ce message sédimentaire de l’anthropisation se heurtent cependant à de nombreuses difficultés, parmi lesquelles :

  • le caractère fréquemment cumulatif des couches archéologiques, où se mêlent les apports de différentes activités, voire de différentes phases d’occupation (p. ex. Butzer 1982 ; Gallay 1986b ; Djindjian 1991 ; Strauss 1993) ;

  • l’insuffisance de nos connaissances sur les sédiments antropiques et sur les processus sédimentaires dont ils résultent (p. ex. Courty 1988b ; Bar Yossef 1993) ;

  • la conservation variable des témoins d’activités humaines, en fonction de leur nature, du milieu de dépôt et des processus d’altération ou d’érosion postsédimentaire (p. ex. Brochier et al. 1999).

3Malgré ces difficultés, différentes méthodes s’attachent à comprendre la signification des sédiments archéologiques, parmi lesquelles les approches géochimique, granulométrique, minéralogique ou micromorphologique (p. ex. Goldberg 1980 ; Courty et al. 1989 ; Goldberg et al. 1993 ; Linderholm, Lundberg 1994 ; Brochier 1990 ; 2002 ; Middleton, Price 1996…). La micromorphologie présente l’intérêt particulier de ne pas déstructurer les dépôts archéologiques, dont elle peut en conséquence étudier à la fois la composition et l’organisation. Comme au cours de la fouille, tous les caractères du dépôt sont enregistrés, et les échantillons, prélevés sur des coupes stratigraphiques ou au cours des décapages, permettent une analyse détaillée, « microstratigraphique » et « microsédimentologique », de ce dépôt. L’identification des constituants et des faciès de sédimentation, ou d’altération, propres à chaque couche de terrain, de même que celle des limites d’érosion et de sédimentation séparant les différentes couches, conduit alors à proposer un ou plusieurs scénarios de formation, intégrant les processus anthropiques et naturels de la dynamique sédimentaire.

4L’étude micromorphologique des sites archéologiques, plus largement pratiquée depuis la fin des années 1970, a conduit à l’élaboration d’un premier référentiel de faciès « archéosédimentaires » (Courty et al. 1989), complété ensuite par de nouvelles études de cas (Goldberg, Whitbread 1993 ; Courty et al. 1994 ; Matthews et al. 1997…). Au fur et à mesure de leur acquisition, ces données micromorphologiques amènent à préciser les relations existant entre les faciès sédimentaires observés et les faits archéologiques ou environnementaux dont ils résultent. Le travail présenté ici permet d’étoffer ce référentiel micromorphologique, tout en participant à la compréhension transdisciplinaire de différents sites archéologiques. Plus précisément, on peut dégager trois objectifs à cette étude :

  • un objectif archéologique, celui d’apporter des informations sur la fonction des sites et la durée des occupations ;

  • un objectif micromorphologique, celui d’enrichir le référentiel actuel de nouveaux faciès sédimentaires archéologiques ;

  • enfin, un objectif plus globalement géoarchéologique, selon lequel l’étude comparée des différents cas étudiés doit conduire à une meilleure compréhension des mécanismes sédimentaires impliqués dans la formation des sites archéologiques.

5Au cours de cette recherche, plusieurs sites issus de différents contextes géomorphologiques et couvrant une large fourchette chronologique ont été étudiés à la faveur des fouilles archéologiques en cours. Situés essentiellement dans l’Est et le Sud de la France, ainsi qu’en Suisse romande, ces sites pré- et protohistoriques ont permis la réalisation d’un échantillonnage de dépôts archéologiques divers et variés. Face à la diversité des faciès sédimentaires rencontrés et des questions abordées, trois de ces sites seulement sont présentés ici. Ils ont été choisis en raison de la qualité de leur enregistrement sédimentaire et des nombreuses informations qu’ils apportent, non seulement d’un point de vue archéologique, mais aussi du point de vue paléoenvironnemental (fig. 2, 3). Deux de ces sites se trouvent en contexte karstique : l’un sous un porche de grotte (site du Gardon), l’autre dans une galerie plus profonde (Grotte de Montou). Le troisième se situe sur une butte calcaire en bordure du Rhône (Saint-Alban). Tous trois se caractérisent par une épaisse accumulation sédimentaire stratifiée, renfermant les témoins de différentes occupations pré- et protohistoriques. En revanche, aucune étude en milieu lacustre, palustre ou de versant n’est développée dans cet ouvrage, bien que nous en reconnaissions l’intérêt (p. ex. Brochier 1984b ; 1986b ; 1988 ; Guélat 1993…). De même, la plage chronologique appréhendée ici, centrée sur les périodes comprises entre le début du Néolithique et le second âge du Fer, a laissé à l’écart des sites plus anciens ou plus récents, dont les enseignements sont néanmoins fondamentaux (p. ex. Macphail, Courty 1985 ; Bertran 1994 ; Berger 1995…). Si tous ces types de sites n’ont pas été abordés ici, faute de temps et de place, des comparaisons inter-sites, toutes périodes et toutes régions confondues, de même que des comparaisons avec des références actuelles ou expérimentales, ont été effectuées, autant que possible, lors de l’interprétation des dépôts.

FIG. 2. Localisation géographique des sites étudiés.

FIG. 2. Localisation géographique des sites étudiés.

FIG. 3. Situation chronoculturelle des sites étudiés.

FIG. 3. Situation chronoculturelle des sites étudiés.

6Chacun des sites étudiés a d’abord fait l’objet d’une approche stratigraphique visant à caractériser et à ordonner les différentes couches archéologiques. Cette étape de terrain, réalisée en étroite collaboration avec les archéologues, a conduit à l’établissement d’une séquence stratigraphique de référence et à l’échafaudage des premières hypothèses sur la genèse du site. L’étude micromorphologique des différents dépôts échantillonnés a permis ensuite de préciser la nature des constituants et des processus sédimentaires, naturels ou anthropiques, impliqués dans la formation des sites. Au terme de ces approches stratigraphique et micromorphologique, une reconstitution de l’histoire sédimentaire est proposée pour chacun des sites, envisageant parfois plusieurs scénarios possibles.

7Le premier chapitre de ce document expose les principes de cette procédure analytique en soulignant les apports et les limites des deux principales approches mises en œuvre : la stratigraphie et la micromorphologie. Les trois chapitres suivants présentent les résultats obtenus sur les différents sites étudiés, avec pour chacun d’eux une description des faciès de dépôt rencontrés, une interprétation des processus sédimentaires à l’origine de ces faciès, puis une reconstitution de l’histoire géoarchéologique du site. Des hypothèses sont alors proposées sur l’organisation et la fonction du site, sur la durée approximative des occupations ou sur le contexte environnemental. Dans la mesure du possible, ces hypothèses sont discutées en fonction des autres données archéologiques et environnementales, disponibles sur le site ou issues de sites voisins. Le dernier chapitre fait la synthèse des observations réalisées, d’une part en rediscutant les notions de sol et de couche archéologique en termes de dynamique sédimentaire, d’autre part en proposant une classification et une interprétation archéologique des principaux faciès sédimentaires rencontrés.

Table des illustrations

Titre FIG. 1. Exemples de processus sédimentaires et post-sédimentaires pouvant être impliqués dans la formation des dépôts archéologiques en grotte (en italiques : les processus ; en droit : les dépôts).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19732/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre FIG. 2. Localisation géographique des sites étudiés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19732/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre FIG. 3. Situation chronoculturelle des sites étudiés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19732/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 69k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search