Version classiqueVersion mobile

Géoarchéologie de sites préhistoriques

 | 
Dominique Sordoillet

Avant-propos

Texte intégral

« Dans les contrées que l’homme habite et qu il a mises en valeur, la morphogenèse est devenue une réalité composite à laquelle participent la société et l’histoire, au même titre que les pentes ou le climat. Que des facteurs relèvent des conditions naturelles, et d’autres des modalités d’utilisation du sol, constitue un truisme, mais ce serait une erreur que de commencer par faire comme si l’homme n’existait pas, pour envisager ensuite ce qui lui incombe dans la dynamique des versants. Tout se tient, et c’est comme un bilan qu’il faut aborder la morphogenèse. »
René Neboit (1991 : 13)

« Dès le Néolithique, la fabrication du paysage par l’homme est telle que le statut du site étudié, sa fonction dans un système économique, doivent largement expliquer les transformations ambiantes de l’environnement. Il y a donc une relation permanente à approfondir entre activités humaines et évolution du milieu qui conditionne toute la compréhension de la recherche. »
Jean Guilaine (1993 : 170)

1Ces deux réflexions, émises l’une par un géographe, l’autre par un archéologue, rappellent que la compréhension des interactions entre l’homme et son environnement passe par le croisement de différentes disciplines et de leurs résultats. Elles soulignent la nécessité d’approches pluridisciplinaires, voire transdisciplinaires, pour l’étude des sociétés et du milieu naturel dans lequel et avec lequel elles évoluent.

2En Europe de l’Ouest, le cadre temporel de cette recherche sur l’évolution des paysages anthropisés démarre plus particulièrement entre 7000 et 5000 av. J.-C. Au cours de cette période, l’évolution socio-économique de l’humanité, la « Néolithisation », s’accompagne des premières transformations des paysages (p. ex. Romans, Robertson 1975 ; Butzer 1982 ; Neboit 1983). Jusque-là essentiellement chasseur-cueilleur, l’homme restait peu susceptible d’affecter les équilibres écologiques naturels. En domestiquant peu à peu les plantes et les animaux, en ouvrant de nouveaux espaces pour l’agriculture et pour l’élevage, il entraîne au contraire d’importants bouleversements dans les écosystèmes. L’exploitation du milieu naturel influe, à plus ou moins longue échéance et avec plus ou moins d’ampleur, sur des processus de sédimentation et d’érosion, auparavant essentiellement conditionnés par des facteurs climatiques. Le défrichement et la mise en culture favorisent l’érosion des sols et perturbent le fonctionnement des systèmes hydrologiques (p. ex. Kwaad, Mücher 1979 ; Brochier 1980 ; 1984a ; Macphail 1986. Parallèlement, les activités du bâtiment et de subsistance contribuent à la production d’une catégorie de sédiments jusque-là rare ou inexistante : les sédiments anthropiques, particulièrement concentrés sur les sites archéologiques (p. ex. Brochier 1984d ; Stein, Rapp 1985 ; Courty et al. 1989).

3L’intervention de l’homme dans la dynamique sédimentaire holocène a naturellement conduit à la convergence des problématiques géologiques et archéologiques et à l’essor d’un nouveau concept, la géoarchéologie (p. ex. Davidson 1976 ; Hassan 1979 ; Gladfelter 1981 ; Bravard 2002 ; Goldberg, Macphail 2006). À l’appui des différentes méthodes et techniques des sciences de la terre, géomorphologie, pédologie, sédimentologie, stratigraphie… la géoarchéologie contribue à l’étude des paysages disparus et des sociétés qui y ont vécu. Son champ d’applications est vaste puisqu’il comprend aussi bien le repérage des sites archéologiques dans le paysage, que l’analyse stratigraphique et sédimentologique de ces sites, l’étude des terroirs, ou encore celle des paléoenvironnements. Cette diversité des applications a conduit à distinguer une géoarchéologie « hors site » (ou « inter-site ») et une géoarchéologie « intra-site » : la première s’attache plus particulièrement à l’étude du paysage et des paléoenvironnements, la seconde à la compréhension des sites archéologiques inscrits dans ce paysage (p. ex. Courty et al. 1994 ; Berger 1997 ; Brochier 1997). En ne traitant que des lieux occupés aux périodes préet protohistoriques, c’est essentiellement à la géoarchéologie intra-site que semble s’adresser la présente étude. Néanmoins, les processus sédimentaires naturels prenant parfois le pas sur les processus anthropiques, certaines conclusions sont plutôt d’ordre paléoenvironnemental. Elles renvoient alors aux questionnements de la géoarchéologie inter-site, soulignant une fois encore l’imbrication étroite des problématiques archéologiques et environnementales.

  • 1 – Géoarchéologue et préhistorien, chargé de recherche au CNRS.
  • 2 – Géoarchéologue, directeur du Centre d’archéologie préhistorique du Rhône aux Alpes, Valence (UMR  (...)
  • 3 – Archéologue et ethnologue, directrice de recherche au CNRS.
  • 4 – Spécialiste de la datation par le radiocarbone.
  • 5 – Archéologue protohistorien, chargé d’opération et de recherche à l’Inrap.
  • 6 – Archéologue, spécialiste du Néolithique et de l’âge du Bronze, HDR.

4Avant d’entrer dans le vif du sujet, il me reste à remercier les personnes et les institutions qui ont concouru à la réalisation de cet ouvrage. Cette publication fait suite à un travail de thèse réalisé sous la direction de Michel Campy et soutenu le 2 juillet 1999 à l’université de Bourgogne. Ce mémoire de doctorat a été entièrement réécrit pendant l’hiver 2001-2002, grâce au soutien financier du ministère de la Culture et de la Communication (sous-direction de l’Archéologie) et au congé de recherche accordé à cette occasion par mon employeur, l’Institut national de recherches archéologiques préventives. Cette publication est aussi, et ce n’est pas la moindre des choses, le fruit d’une longue recherche et d’un investissement collectif sur les différents sites étudiés. Pour cette raison, j’ai le plaisir de remercier les nombreux archéologues, géologues, géographes, pédologues, et autres fouilleurs… pour les échanges fructueux que j’ai eu avec eux. La liste de ces interlocuteurs est longue, je ne citerai donc que les principaux relecteurs de cet ouvrage : Jacques Élie Brochier1, Jacques Léopold Brochier2, †Françoise Claustre3, Philippe Sabatier4, Jean-Michel Treffort5, et enfin Jean-Louis Voruz6. Je remercie aussi le SRA de Rhône-Alpes, la Cira, l’Inrap et l’UMR 6249 Chronoenvironnement qui ont encouragé et contribué d’une manière ou d’une autre à l’aboutissement de cette publication. Mes remerciements vont enfin aux Documents d’archéologie française, qui ont bien voulu m’offrir le support de cette publication, et à monsieur le Professeur Jean Guilaine, qui me fait l’honneur de préfacer cet ouvrage.

Notes

1 – Géoarchéologue et préhistorien, chargé de recherche au CNRS.

2 – Géoarchéologue, directeur du Centre d’archéologie préhistorique du Rhône aux Alpes, Valence (UMR 5138 du CNRS).

3 – Archéologue et ethnologue, directrice de recherche au CNRS.

4 – Spécialiste de la datation par le radiocarbone.

5 – Archéologue protohistorien, chargé d’opération et de recherche à l’Inrap.

6 – Archéologue, spécialiste du Néolithique et de l’âge du Bronze, HDR.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search