Version classiqueVersion mobile

Géoarchéologie de sites préhistoriques

 | 
Dominique Sordoillet

Préface

Jean Guilaine

Texte intégral

1Les remplissages holocènes, en grotte, sous abri ou en plein air, recèlent, pour qui veut les analyser, une somme d’informations peu courantes sur les interactions entre mécanismes naturels et activités humaines. Et pourtant, ce capital fut longtemps ignoré ou peu prisé. Les premiers préhistoriens qui vidèrent bon nombre de cavités ne s’intéressaient guère qu’aux artefacts humains. Trouver dans des grottes des vestiges néolithiques ou protohistoriques, c’était un peu faire la démonstration d’une vie « primitive » qui subsistait encore dans un cadre traditionnel – la caverne –, aux portes mêmes de l’Histoire.

2Un authentique stade scientifique fut franchi, dès les années quarante, avec la fouille de la Grotte des Arene Candide en Ligurie. Là, L. Bernabo Brea fit la démonstration que le Néolithique et l’âge du Cuivre, jusque-là souvent saisis comme une période unique, se prêtaient à des découpages stratoculturels affinés et que, de façon plus large, l’étude de la Préhistoire « récente » pouvait être abordée avec les méthodes classiques de la géologie. Une première évaluation – certes en chronologie relative – de l’épaisseur temporelle du Néolithique et des âges des métaux était dès lors en marche. Elle entraîna, en France méridionale tout particulièrement, une recherche systématique de sites d’abri ou de grotte, susceptibles de bâtir un échafaudage chronoculturel appuyé sur des gisements à dépôts épais. La liste est longue de ces sites – citons notamment Châteauneuf, La Madeleine, Roucadour, Fontbrégoua, Font-Juvénal, Gazel, St-Étienne-de-Gourgas, Camprafaud et, aujourd’hui encore, Le Gardon ou Montou – mis à contribution pour élaborer – parfois au milieu des controverses – les cadres du Néolithique et de l’âge du Bronze.

3Échelonné sur près d’un demi-siècle, ce type de recherche a, par la force des choses, évolué. Au début, il s’agissait surtout de mettre en évidence l’articulation temporelle des diverses cultures. On recherchait la coupe stratigraphique la plus complète possible, celle qui intégrerait en superposition le maximum de faciès. Ainsi naquit parfois le mythe des gisements à « occupations ininterrompues » alors que tous les remplissages ne sont guère que le produit de fréquentations séparées par des plages de temps plus ou moins fortes. Au départ, on s’attachait donc à valoriser des présences ; chemin faisant on a pris conscience de l’importance des absences, des « trous » dans le temps, des strates dont la mise en place ne relevait que de facteurs naturels.

4Les couches d’occupation elles-mêmes, plus finement fouillées, révélèrent peu à peu toute la place incombant aux activités humaines dans leur constitution : aménagements de combustion, fosses de conservation, trous de poteaux ou de piquets, murets et autres « structures » lisibles, mais aussi cendres, charbons, fumiers, tissus ligneux, litières, phytolithes, sphérolites, c’est-à-dire dépôts sédimentaires dont la formation a l’homme pour principal agent. Et c’est précisément ce passage du visible (= la structure), du fait observable sur le terrain par l’archéologue, au sédiment en apparence plus neutre mais porteur lui aussi de riches informations, qui a constitué le saut qualitatif le plus important de ces dernières années.

5On qualifie souvent d’un terme général (la géoarchéologie) cette science du sédiment susceptible d’éclairer les mécanismes, anthropiques ou naturels, ayant contribué à la formation des strates. C’est elle qui inspire le présent ouvrage de Dominique Sordoillet dans son volet « intra-site », c’est-à-dire appliqué à l’analyse des habitats. Et ce n’est sans doute pas l’approche la plus facile. Pour avoir longtemps conduit des fouilles dans divers abris, grottes ou établissements de plein air, je sais les chausse-trapes qui guettent l’archéologue, confronté à démêler l’écheveau des perturbations, verticales ou horizontales, que l’homme préhistorique a fait subir à son espace de vie. Et n’oublions pas les interminables débats qui se sont noués autour des notions de sol, de couche, d’horizon, termes qui ne sont simples qu’en apparence.

6Si Dominique Sordoillet nourrit une sorte de plaidoyer en faveur de l’approche sédimentologique la plus pointue, si elle en jauge avec compétence et rigueur tous les angles d’attaque, elle n’en mésestime pas, avec lucidité, les limites. Ses pages introductives de méthodologie doivent être lues à la fois comme un catalogue actuel très complet des ressour-ces du micromorphologue mais aussi comme une sorte de mise en garde devant la complexité des situations et des interactions face à la tentation d’interprétations toutes prêtes.

7Trois sites sont précisément questionnés qui mettent les techniques à l’épreuve des faits. Et d’abord, dans le Jura méridional, la belle stratigraphie de la Grotte du Gardon (Ain) dont est décortiquée la genèse du remplissage. Quelques points forts émergent de cette analyse, à commencer, ce qui a priori peut surprendre, par l’absence de tout sol « construit », l’homme ayant, à chaque fois, investi les lieux sans trop se soucier de l’aire qu’il piétinait. Ensuite, une parcellisation des activités, l’espace étant découpé et organisé : foyers domestiques, aire de fréquentation humaine, zones de stockage, secteurs de parcage. Ces phases d’occupation alternent, quand la cavité est désertée, avec des processus de comblement marqués par des dépôts d’éboulis, de collu-vions, d’alluvions, celles-ci s’accompagnant d’encroûtements algaires par suite de la remontée des eaux souterraines. On retiendra surtout que les principales étapes de fréquentation de la caverne ont eu l’élevage pour motif. Le Gardon a donc fonctionné comme une sorte de havre périodique avec toutes les variétés de témoins liée à ces activités : parcage, brûlage de fumiers, apport de litières, stockage de paille et de graminées, excréments transformés en combustible. On voit donc comment occupations, longues ou courtes, abandons et inondations, judicieusement corrélés aux péjorations de l’environnement et aux transgressions lacustres, se succèdent. Mais, souligne l’auteur, le déterminisme climatique n’est en rien le motif de la fréquentation de la grotte : l’homme s’y installe autant en période humide qu’en période sèche.

8Dans les Pyrénées méditerranéennes, la salle 2 de la Grotte de Montou a aussi été le théâtre d’occupations répétitives, coupées de désertions, au cours du Néolithique moyen. Après une phase à vocation funéraire, les fréquentations de l’âge du Bronze paraissent également discontinues : dans la seconde moitié de cette période la grotte fait régulièrement fonction de bergerie. En revanche, une utilisation liée à des pratiques agricoles est peu vraisemblable. Il est curieux d’observer une sorte d’inversion avec les données de la grotte, peu distante, de Bélesta, où le parcage des caprins paraît plutôt lié au Néolithique et les phases d’habitat à l’âge du Bronze : diversité des situations.

9Sur le site de Saint-Alban, en Isère, ce sont les dépôts des siècles situés de part et d’autre de l’an mil avant notre ère qui ont été plus particulièrement décortiqués. Ils documentent sur les épisodes qui ont scandé la vie d’un habitat protohistorique : phases de construction de bâtiments mobilisant bois, torchis, argile, terre, pierre, aménagement de sols, plusieurs fois rechapés, alternant avec des phases de dégradation ou de démolition qui ne semblent pour autant pas remettre en cause une occupation peu ou prou continue. Ces reprises, constantes, sont matérialisées par les traces d’une dizaine de constructions successives, la durée d’utilisation de chacune pouvant être évaluée entre seize et vingt-cinq ans.

10Certes, chaque site analysé constitue un cas de figure particulier. Mais Dominique Sordoillet, dépassant l’aspect ponctuel de chaque exemple, tente de repérer des traits communs, des passerelles susceptibles de fonder des modèles plus généraux, applicables ailleurs. Ainsi, à la terminologie archéologique l’auteur s’emploie-t-il à juxtaposer les définitions du sédimentologue : faciès d’occupation, faciès d’abandon, signalés par des processus d’altération géochimique, nature des constituants, couches monophasées ou polyphasées, etc. Ce tout dernier exemple renvoie à un « classique » de l’interprétation stratigraphique : là où l’archéologue voit une couche, identifiée à partir de l’unité des artefacts et de l’harmonie des aires d’activités, le sédimentologue dénonce cette homogénéité de façade et détecte, sous le microscope, plusieurs sous-couches compactées. Ici, c’est bel et bien l’approche archéologique stricto sensu qui se révèle pauvre et illusoire. Ce piège de la cohérence supposée des couches « archéologiques », tout fouilleur de sites stratifiés l’a inévitablement rencontré sur son chemin et s’y est, souvent, laissé prendre. Le sédimentologue est donc précieux car sa focale est différente, démultipliée en quelque sorte ; il rend l’archéologue plus humble.

11Même remarque s’agissant du temps. Avec ses datations absolues, l’archéologue ne dispose en fait que d’indices ponctuels répartis un peu au hasard dans le « déroulement » d’une couche. Le micromorphologue s’insinue, lui, dans la trame du temps court. Il ambitionne d’approcher les données, brèves ou longues, des événements, les dimensions temporelles nécessaires à la constitution des dépôts, les rythmes des mécanismes de présence ou d’abandon, les régularités des accumulations cendreuses. Il se fait, à sa façon, chronologue.

12Enfin, le voici aussi palethnologue. Observer que les cavités, tout particulièrement, ont pu servir d’étable ou de bergerie n’est plus un constat suffisant. Le géoarchéologue va plus loin qui propose désormais de plus fines hypothèses : ainsi, au Gardon, « migons » de caprins dominants signant, au Néolithique moyen, des parcages intermittents hivernaux en liaison avec une pratique d’élevage itinérant, apports de litières avec brûlages ou paillages dans la grotte devenue lieu de stabulation à l’âge du Bronze. L’usage de la cavité prend dès lors sa vraie dimension dans le contexte plus large de l’exploitation économique d’un espace amplifié.

13Au fond, et cet ouvrage en porte témoignage, le sédimentologue est devenu un partenaire irremplaçable de l’approche archéologique. La foule d’enseignements qu’il propose contribue pleinement à la reconstitution de la vie d’un site, autant dans ses dépôts discrets, voire anecdotiques, que dans les activités générales et essentielles dont il a été le théâtre. Souvent même, en lisant Dominique Sordoillet, j’ai eu l’impression de voir, sous mes yeux, reconstitués, de véritables tableaux d’histoire rurale.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search