Version classiqueVersion mobile

Mottes castrales en Provence

 | 
Daniel Mouton

Résumé

Texte intégral

1L’ouvrage rend compte de près de deux décennies de recherches sur les premières étapes du phénomène castral, au moment de la militarisation des territoires qui, en Provence comme dans de nombreuses autres régions, s’est développée autour de l’an Mil. C’est le moment où se constituèrent un grand nombre de petits terroirs sous la domination de fortifications, parfois désignés Moutte, forme provençale de « motte ».

2La zone étudiée se concentre sur la partie centrale de la Provence (fig. 1), principalement sur les départements des Alpes-de-Haute-Provence et des Bouches-du-Rhône. En dehors de la zone côtière, la densité de population n’a jamais été très importante, si bien que de nombreux sites ont été conservés, le plus souvent dans des sous-bois qui rendent la prospection assez difficile. Quelques sites ont pu être trouvés à vue mais, dans de nombreux cas, on a été aidé par les textes lorsqu’ils évoquent un castrum. Les chartes des abbayes de Saint-Victor de Marseille et de Cluny ont été très précieuses à cet égard. La toponymie est également efficace mais produit une grande variété de sites. En effet ces petits établissements sont désignés par des toponymes aussi divers que Motte, Castelas et autres dérivés du castel, Roque, Tour voire Puy (podium). Il arrive qu’un site soit désigné en même temps comme motte et comme roque. Par contre, les dénominations sur la base du castel peuvent être attachées à des mottes mais aussi à des châteaux plus récents ou des fortifications protohistoriques voire des amas rocheux naturels. De nombreux sites restent à découvrir, la recherche se poursuit.

3La fouille du site de Niozelles (Alpes-de-Haute-Provence), désigné dans les textes du début du xie s. comme roca de Aldefred, a été très riche. Cette motte a été établie sur un relief naturel dont le sommet a été aplani pour recevoir la première construction. C’était une pratique courante en Provence où, pour l’instant, on ne connaît qu’un seul tertre entièrement artificiel. Vers 970-980, une grande maison rectangulaire fut édifiée en pierres locales liées à la terre (fig. 4, 5, 6 et fig. C, D, pl. h. t.). Seul le perchement constituait une défense ; aucun élément de fortification ne venait la protéger. Dans un angle, un petit édicule contenait sans doute un escalier. La confirmation d’une construction à un étage a été apportée par la fouille d’un autre site, La Moutte à Valensole. La maison de Niozelles ouvrait sur une petite cour où on a relevé des installations domestiques en bois : un petit appentis et une construction à quatre gros pieux de bois qui peut être interprétée comme un grenier sur plancher ou un gerbier. Cet établissement n’était sans doute pas très différent de certaines maisons contemporaines et n’avait nécessité, pour sa construction que des techniques vernaculaires et des moyens assez modestes. Cette première occupation fut de courte durée, environ une dizaine d’années. Vers 980-990, le site connut une transformation radicale qui en fit une véritable forteresse nécessitant alors un savoir-faire de spécialistes et des ressources importantes. Le premier édifice fut rasé et le chantier suivant fut mis en œuvre immédiatement. Un important ajout de terre et de pierres vint agrandir la plateforme au centre de laquelle un donjon rectangulaire fut élevé. Les nécessités de la construction imposèrent l’utilisation de mortier de chaux dont les fosses de gâchage ont été retrouvées. Après le dépôt de fondation d’une monnaie dans un pot, la tour fut érigée. Elle mesurait 9,25 x 6,75 m pour des murs larges à la base de 1,72 m (fig. 9, 10 et fig. E, F, pl. h. t.). Une fois achevé, cet édifice fut entouré d’un rempart polygonal également construit en pierres liées au mortier de chaux et qui protégeait un espace de 21 à 22 m de diamètre. Entre le donjon et le rempart, tout l’espace disponible était occupé par des appentis domestiques en bois pour deux d’entre eux et en pierres et bois pour le troisième. Deux d’entre eux protégeaient des foyers aménagés au sol. Le site perdit sa fonction castrale vers 1030 puis, pendant que l’édifice se dégradait, on y installa un pressoir à huile qui fonctionna sans doute quelques années avant que le site ne soit définitivement abandonné. Le mobilier mis au jour a été très abondant. Les monnaies permettent une datation assez précise. La céramique offre un catalogue de formes très utile pour la connaissance de la vie quotidienne en Provence vers l’an Mil. Le matériel métallique révèle une série d’activités domestiques. Seuls une pointe de flèche et des carreaux d’arbalète se rapportent à l’armement. L’étude de la faune, très abondante, a fourni nombre de précisions sur la nourriture carnée, l’élevage et certains modes culinaires.

4La motte de Niozelles s’insère dans un territoire où l’on perçoit deux centres d’occupation de l’Antiquité tardive, l’un proche du site et l’autre dans les parages du château médiéval aujourd’hui ruiné. On ne saurait dire si à l’emplacement de ce dernier une première occupation était contemporaine de la motte où si son installation a suivi l’abandon de celle-ci.

5La maison qui, sur la motte, a précédé la fortification aurait pu avoir été construite là au hasard de l’occupation du territoire et n’avoir pas de rapport avec le site castral. En réalité, il n’en est rien car, comme le montre la suite de l’étude, ce type de construction a été mis en évidence sur d’autres mottes provençales.

6L’ouvrage se poursuit sur un corpus de plus de trente sites pour lesquels les relevés ont mis en évidence caractères communs et différences d’organisation. De plus, lorsque cela a été possible, l’étude des textes a permis une approche chronologique d’ensemble. Du point de vue morphologique, la très grande majorité des sites résulte d’aménagement de reliefs naturels. Dans plus de 70 % des cas, ce sont des reliefs d’éperon barrés par un fossé qui atteint presque systématiquement une dizaine de mètres de large. À cet élément de défense s’ajoutent parfois les traces d’un mur d’enceinte et, plus rarement, les vestiges d’une tour qui peut être rectangulaire, carrée (fig. 41, 42) ou même ronde dans un cas (fig. 96, 97).

7La chronologie révélée par les textes et les fouilles montre que ces sites sont apparus dans les dernières décennies du xe s. Certains sites ont été occupés jusqu’au xive s. en ayant subi, sans doute, nombre de transformations. Toutefois, en l’état actuel des connaissances, la motte la plus récemment érigée est celle de Cadarache (fig. 71) dont l’occupation, au début du xiiie s., a été tout à fait éphémère.

8Deux autres sites retiennent particulièrement l’attention : La Moutte à Valensole (fig. 48, 49) et La Moutte à Allemagne-en-Provence (fig. 52, 53). Dans l’un et l’autre cas, l’édifice est proche de la maison mise au jour dans le premier état de Niozelles qui n’était donc pas un cas unique. Il en ressort que la militarisation des terroirs s’est opérée, à partir de la seconde moitié du xe s., de façon rapide mais tout de même progressive. Les véritables forteresses sont apparues dans un second temps, dès l’an Mil cependant. Certaines furent encore érigées au début du xiiie s.

9Dans un certain nombre de cas, on a pu observer les rapports entre la constitution du castrum et l’occupation du territoire. Dans la basse vallée de la Durance, par exemple, une dizaine de sites sont séparés les uns des autres d’environ 3500 m, donnant ainsi une indication de forte densité. À Valensole, les textes de l’abbaye de Cluny permettent d’établir que le territoire de La Moutte atteignait 16 km2 au début du xie s. À Allemagne-en-Provence, trois mottes s’ajoutent au site castral médiéval. On y perçoit des déplacements qui s’opérèrent dès l’an Mil avec destruction des établissements et reconstruction sur d’autres sites.

10Les recherches se poursuivent et montrent que les débuts de la fortification privée s’insèrent dans un vaste mouvement d’occupation des terroirs autour de fortifications aux caractères complexes.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search