Version classiqueVersion mobile

Mottes castrales en Provence

 | 
Daniel Mouton

Conclusion

Texte intégral

1Comme toute recherche, ce travail est tributaire de la qualité de ses sources qui sont inévitablement partielles. Il est commun de déplorer la faible quantité des textes concernant la Provence, tout au moins pour les xe et xie s. La rédaction des écrits, et encore plus, leur conservation, résultent de tels hasards que les informations que l’on croit pouvoir y puiser sont nécessairement fragmentaires et biaisées. De plus, ces sources ont été rédigées en fonction d’intérêts qui ne sont pas nécessairement ceux des historiens ; elles existent cependant et sont donc précieuses. Il en va de même des sources archéologiques. Lorsque le nombre de sites fouillés est restreint, et c’est ici le cas, on prend beaucoup de risques à fonder des généralités sur des données aussi partielles. En outre, il est très difficile de prendre la mesure de la spécificité de chaque établissement. Or, on aimerait savoir, parmi les indices que l’on exhume, quels sont ceux qui relèvent du singulier et ceux qui sont généralisables. On accroît encore le risque lorsque les observations se font en prospection, en l’absence de fouilles. C’est la raison pour laquelle on s’est contraint de s’en tenir aux données objectives qui, de ce fait, restent souvent très limitées. Qu’aurait-on pu déduire de la prospection sur le site de Niozelles si ce n’est une occupation au xie s. et la présomption d’une fortification dont, en fait, rien ne transparaissait sur le terrain ? Ce cas suffirait à lui seul à démontrer l’utilité des fouilles archéologiques, si cela avait été nécessaire. Dans quelle mesure ce site est-il représentatif du castrum de l’an Mil ? On ne saurait avoir de certitude. La question vaut pour les sites de la Plaine de la Grande Bastide à Saint-Paul-lès-Durance ainsi que pour celui de la Petite Citadelle de Vauvenargues. C’est en conservant ces réserves à l’esprit que l’on s’est risqué, tout au long de ce travail, à proposer quelques grandes lignes d’observation rendues possibles par l’accumulation des données de terrain.

2La multiplication des petites fortifications désignées comme castra, à partir du troisième tiers du xe s. et durant le xie s. est indéniable. La question se pose alors de savoir si tout castrum des xe-xie s. est une motte ? Ce n’est certainement pas le cas des castra, peu nombreux, qui préexistaient sur le domaine fiscal (Poly 1976 : 125) mais dont nous ignorons les formes et les dimensions. Pour les autres, c’est possible, mais on ne saurait l’affirmer avec certitude. Par contre, il faut absolument bannir l’idée que seul un relief en tronc de cône « mérite » cette désignation. Ce serait une généralisation abusive des observations effectuées dans d’autres régions, plus septentrionales, qui avaient leurs propres contraintes topographiques et géomorphologiques. On a montré que les mottes de Provence sont majoritairement des reliefs d’éperon et que les hauteurs naturelles offertes par la topographie étaient propices à de telles installations. Bien plus, en se fondant sur le substrat, il était tout à fait possible d’ériger des constructions de pierre, grâce à quoi on peut penser que, jusqu’à preuve du contraire, aucun de ces castra n’a été édifié exclusivement en bois. Ce dernier type de construction était sans doute courant, mais, semble-t-il, réservé aux annexes domestiques. Lorsque le tertre était artificiel, comme à la Moutte d’Allemagne-en-Provence, des constructions mixtes, terre, pierre et bois devaient être mises en œuvre. C’est donc d’abord la topographie qui a commandé le choix des matériaux qui ont eux-mêmes permis une monumentalité certainement beaucoup plus marquée que dans le cas de constructions de bois. On retrouve, dans les exemples Provençaux, tous les attributs des mottes connues ailleurs : une position de domination, des constructions sans doute imposantes aux yeux de la population, des éléments de défense et parfois, une basse-cour. Malgré des dimensions plutôt modestes, entre 100 et 350 m2, ces établissements présentaient un réel caractère de forteresses. Florian Mazel, voulant sans doute minimiser la militarisation du phénomène, est d’avis de « ne pas s’exagérer le caractère monumental » de ces sites fortifiés (Mazel 2002 : 49). On ignore la perception que la population avait de son environnement, mais, dans ces campagnes, les seules autres constructions d’importance devaient être des églises, de hauteur évidemment limitée. La force symbolique de ces petits châteaux était, par conséquent, certaine. Dominique Barthélemy (Barthélemy 1997 : 26-28 ; Barthélemy 1992 : 767-772) voit dans les châteaux « des lieux de paix, le siège d’une justice ». C’était sans doute le cas, mais la symbolique militaire exercée sur le terroir, incontestable du point de vue archéologique, devait avoir une signification pour le moins ambivalente entre protection et domination, deux notions aux frontières incertaines. Tous les sites existant autour de l’an Mil ne seront pas retrouvés, mais la prospection déjà menée montre le nombre élevé d’établissements. Cette omniprésence des castra devait d’ailleurs s’ajouter à leur caractère défensif pour bien marquer, dans l’esprit de chacun, la présence « du pouvoir de commander et de punir », pour rappeler encore les termes de Georges Duby. Cette fonction symbolique semble à l’œuvre dans la permanence de la mise en service de ces petits sites perchés jusqu’au début du xiiie s., au moins.

3En dehors des aspects physiques des mottes, que la présente étude a cherché à mettre au jour et sur lesquels il est inutile de revenir, la principale caractéristique du phénomène est la synergie que l’on perçoit entre l’établissement des castra et la constitution de territoria d’étendues assez limitées, à partir de terroirs plus grands, souvent déjà existant mais parfois, en partie au moins, inoccupés. Le maillage qui s’ensuivit, en participant parfois à la constitution du réseau paroissial, donne l’image, en quelque sorte, d’une cristallisation du territoire dans un environnement de croissance démographique et d’essor économique (Duby 1977 : 137). On n’y perçoit pas encore de regroupements de populations et les villages ne semblent s’être constitués que plus tardivement, autour de châteaux plus importants, parfois eux-mêmes successeurs directs de mottes plus ou moins transformées ou sur de nouveaux sites choisis après abandon du vieux castrum. Il ne paraît donc pas légitime d’affirmer que les mottes qui n’ont pas donné naissance à un village sont des échecs car cela supposerait que tel était l’objectif recherché. Autour de l’an Mil les populations rurales étaient réparties dans les campagnes et rien n’indique qu’on ait alors cherché à les regrouper. Par contre, quand ce phénomène d’incastellamento s’est développé, il est probable que, pour des raisons de taille critique, certains territoires se soient trouvés relégués en position d’écart qu’ils ne devaient pas nécessairement avoir auparavant, faute d’existence d’un centre. Pourquoi certains l’ont-ils emporté par rapport à d’autres ? Il faudrait sans doute chercher un faisceau de causes qui auraient généré le dynamisme de certains sites, selon les mots utilisés pour le Biterrois par Laurent Schneider (Schneider 1996 : 139). L’une de ces raisons, et sans doute non des moindres, devait être la capacité du territorium à créer une richesse suffisante à la survie de la population, par la production agricole dans la plupart des cas, mais aussi par la mise en œuvre d’autres ressources, telle la métallurgie, comme l’ont montré les recherches sur la motte de Brandes (Bailly-Maître, Bruno-Dupraz 1994). Quoi qu’il en soit, les témoignages archéologiques de ces productions restent encore extrêmement ténus en ce qui concerne la Provence ; le site du Castelas de Cucuron en constitue peut-être un premier maillon.

4De façon plus générale, la présente recherche s’insère dans un débat ouvert entre les historiens qui semblent vouloir soutenir deux positions différentes mais, somme toute, pas vraiment opposées. Les premiers, Georges Duby et, à sa suite, Jean-Pierre Poly et Éric Bournazel (Poly, Bournazel 1991 ; 1994 : 401-412 ; 1998 : 111-120), voient autour de l’an Mil une véritable mutation ou révolution au cours de laquelle se serait opérée une privatisation assez brutale des pouvoirs de domination de la classe des puissants sur le reste de la population, au détriment des autorités publiques. D’autres, comme Dominique Barthélémy et, à sa suite pour la Provence, Florian Mazel, pensent au contraire que ce mouvement de constitution des pouvoirs locaux était commencé depuis longtemps et s’est développé de façon progressive. Dominique Barthélémy affirme que la recherche archéologique peut aussi bien soutenir la thèse mutationniste que celle du simple « ajustement de l’an Mil » qu’il défend. L’archéologue bien qu’ainsi convié à prendre parti n’a pas vocation à trancher, tant ses observations sont partielles. Plus simplement, il s’en tient à livrer quelques éléments matériels aux historiens pour qu’ils fondent leurs points de vue. De ce fait, il devient légitime qu’il s’interroge sur la façon dont ses découvertes s’insèrent dans le débat, dans quelle mesure elles peuvent être utiles à celui-ci et ce qu’il est nécessaire de poursuivre sur le terrain.

  • 1  Les travaux actuels de Mariacristina Varano sur le château de Lurs devraient faire avancer cette q (...)

5On a signalé la préexistence de châteaux publics, en petit nombre, avant la seconde moitié du xe s. Il serait utile de savoir s’ils étaient vraiment différents des castra des environs de l’an Mil et, pour cela, de connaître leur organisation et leur aspect matériel, mais des sites comme Lurs, Forcalquier ou Fos ont été réoccupés et les vestiges, quand ils sont observables, restent rares et plus tardifs Lagrue (1990 : 97-110)1. La nette multiplication des établissements pendant la seconde moitié du xe s. tendrait à montrer un phénomène vigoureux accréditant la thèse de la mutation. Toutefois, la faiblesse de l’échantillon s’ajoute à la bonne précision chronologique des débuts du site de Niozelles pour exagérer la soudaineté apparente de l’émergence du phénomène. Il faudrait un catalogue beaucoup plus large pour savoir si l’apparition des mottes a été plus progressive. C’est néanmoins vers cette hypothèse que semblent conduire les découvertes faites au cours des fouilles récentes. La motte de Valensole, désignée comme castrum vers l’an Mil, rappelons-le, et celle d’Allemagne-en-Provence étaient occupées par de simples maisons, comme lors de l’état 1 de Niozelles. La fortification a donc été précédée par la Kernmotte, cette grande maison perchée mais pas ou peu fortifiée qui est peut-être une sala ou une curtis comme le suggère Jacques Le Maho pour Mirville (Le Maho 1977 : 171-183). La preuve est ici faite que la militarisation n’a pas été aussi soudaine qu’on aurait pu le penser, argument en faveur d’un ajustement plutôt que d’une mutation. Il est probable, par ailleurs, qu’une des raisons de cette évolution par étapes tient à des facteurs économiques. En effet, la construction d’une maison fait appel à des techniques connues de tous tandis que l’érection d’une tour est l’affaire de professionnels et mobilise des ressources considérables. Sans doute, les maîtres d’œuvre n’ont-ils pas encore suffisamment accumulé de richesses à la fin du xe s. pour pouvoir se lancer dans la construction de forteresses. Soulignons enfin que même après l’édification de la forteresse, l’absence fréquente de basse-cour semble montrer que nombre d’installations domestiques étaient établies en milieu ouvert, à l’extérieur de l’espace fortifié, comme on le perçoit à Niozelles aux abords de la route nationale 100. Les nécessités défensives n’étaient donc pas si impérieuses, ce qui porte également à nuancer l’idée d’une militarisation brutale. À ce sujet, il serait sans doute très utile de poursuivre les recherches sur d’autres sites tardifs semblables à la motte de la Plaine de La Grande Bastide à Saint-Paul-lès-Durance pour comprendre les conditions de la démilitarisation que l’on perçoit alors.

6La recherche archéologique reste donc à poursuivre afin d’accumuler d’autres indices qui permettraient de mieux comprendre les éléments communs aux sites et les particularités de chacun. On aurait également une meilleure connaissance de la vie quotidienne et du peuplement des campagnes provençales dans des périodes encore trop mal documentées. En dehors de la prospection qu’il faut encore mener et même élargir à d’autres zones de la Provence, tâche sans fin, plusieurs sites semblent propices à produire des arguments peut-être décisifs. Montrer, par exemple, la succession supposée entre la Moutte d’Allemagne-en-Provence et la motte du Castellet serait essentiel pour une meilleure connaissance des évolutions des terroirs. On recherche également un ou plusieurs sites de mottes appelés la Salle ou les Salles où l’on pourrait montrer que ces mottes de première génération avec une simple maison sont bien les salae mentionnées dans les textes avant les mottes. La tâche restant à réaliser est considérable et demandera beaucoup de temps ; la durée est la matière même du travail de l’archéologue.

Notes

1  Les travaux actuels de Mariacristina Varano sur le château de Lurs devraient faire avancer cette question.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search