Version classiqueVersion mobile

Mottes castrales en Provence

 | 
Daniel Mouton

Chapitre 4. Les mottes et leur terroir, morphologie, fonctions, insertion

Texte intégral

1À partir des sites précédemment étudiés, il devient possible de proposer des éléments de synthèse. Le phénomène n’échappe cependant pas une complexité qui transparaît dans la diversité déjà observée. Avec le souci de ne pas se réfugier dans des schémas préconçus, on se fondera exclusivement sur les observations faites à partir des sites étudiés dans les chapitres précédents, quitte parfois à laisser certaines questions sans réponse.

2L’idée de construire une typologie fondée sur la morphologie des sites a été abandonnée car on ne pourrait en déduire de données pertinentes. On s’appliquera d’abord à répondre à la question de savoir pourquoi, parmi les sites étudiés, certains sont des mottes et d’autres, éventuellement, n’en sont pas. Dans un second temps, une mise en perspective des sites dans leur environnement paraît riche d’enseignements. On tentera, enfin, de dégager des éléments chronologiques et des évolutions.

4.1 Pour une définition du château à motte

3Les castra qui se multiplièrent, on le montrera plus loin, à partir de la fin du xe s., peuvent-ils tous être considérés comme des mottes ? On ne peut se contenter de procéder par analogie de formes avec des sites d’autres régions et invoquer des variantes régionales pour les autres. Un seul cas de tertre entièrement artificiel est actuellement connu pour la Provence : la Moutte à Allemagne-en-Provence. Les autres sont des aménagements de reliefs naturels et sont à 71 % des éperons barrés par un fossé. Afin de procéder le plus objectivement possible, il faut se référer aux appellations de la famille « motte » données aux sites au cours de l’histoire par la population locale, attestation que l’on trouve soit dans les textes soit dans la toponymie. On se reportera utilement à l’argumentation développée autour de ce mot dans le § 1.3. Quand il ne désigne pas un nom de famille, ce mot semble qualifier très majoritairement certaines de ces petites fortifications. Peut-être, parfois, s’applique-t-il à des digues, comme on l’a dit plus haut. Lorsqu’il désigne une motte castrale, il semble que ce soit plutôt l’aspect physique du tertre qui soit exprimé, alors que les appellations Castelas ou Tour, avec leurs variantes, désignent les constructions ou tout au moins leurs vestiges.

4Partant de là, la véritable question est de parvenir à donner une définition de la motte. Les critères physiques sont insuffisants : un tertre artificiel n’est pas nécessaire, pas plus qu’une basse-cour. Dans ce sens, les observations faites par Michel Fixot à partir de deux sites de Saint-Martin-de-la-Brasque et de Sannes avaient évolué au fur et à mesure de l’avancement de la recherche. Dans une première publication (Fixot 1975 : 92), il affirmait : « à Sannes, à Saint-Martin-de-la-Brasque, le terme de motte est peut-être impropre puisque le substrat géologique est simplement façonné ». Puis, dans un autre article (Fixot 1976 :89) il précisait : « le terme motte […] est justifié à Sannes et à Saint-Martin-de-la-Brasque, où ce caractère artificiel n’est pas dû à un apport de terre important mais au façonnement par enlèvement de matériaux ». D’ailleurs ce point de vue était définitivement acquis par les archéologues au colloque de Caen en 1980 (CRAM 1981 : 6-38). La Provence n’est d’ailleurs, à cet égard, nullement une exception : le façonnement de reliefs naturels est connu en maints autres endroits, par exemple en Grande-Bretagne, en Irlande (CRAM 1981 : 14), en Suisse (CRAM 1981 : 21), en Auvergne (Fournier 1961 : 137-176) ou en Vivarais (Laffont 1998).

5Dans le même colloque, l’absence de basse-cour n’était pas considérée comme faisant obstacle à la qualification de motte bien qu’elle conduise à établir une restriction qui paraît injustifiée : on y notait (CRAM 1981 :8) que « les mottes sans basse-cour […] n’étaient manifestement pas des habitats ; mais la fonction militaire qu’elles ont assurée permet de les placer dans la catégorie des mottes castrales ». La fouille de la motte de Niozelles, qui était dépourvue de basse-cour, a montré de façon certaine qu’elle avait quand même un caractère d’habitat permanent. Lors de ces discussions, R. Allen Brown (CRAM 1981 : 20) remarquait que « il n’est pas possible de donner une saine définition de la motte sans faire référence à sa fonction ». À la suite de quoi Karl Ferdinand Werner (CRAM 1981 : 22) précisait : qu’il faut « réserver l’expression " motte castrale " à un ouvrage artificiel, défini par son emploi militaire et d’habitation, à l’exclusion des tertres qui avaient une destination ecclésiastique, agricole, etc. ».

6En se fondant sur l’observation des sites provençaux, on peut proposer une définition qui, sans prétendre être innovante, tente de résumer l’ensemble des données : une motte castrale, en Provence, est un relief d’au moins quelques mètres de hauteur, au sommet duquel une plate-forme de dimensions réduites servait de siège à un établissement à vocation militaire et résidentielle. Partant de là, on est obligé de prendre parfois quelques risques à conjecturer la fonction militaire et surtout la fonction résidentielle car on aura compris que, sur bon nombre de sites, les traces de constructions sont inexistantes.

4.2 Chronologie

  • 1 L’abandon des sites perchés a souvent précédé un mouvement de « recolonisation des plaines » soit à (...)

7La synthèse relative à la datation de l’apparition et du développement des premières fortifications privées s’en tient aux critères objectifs fournis, pour les sites étudiés, par les sources écrites et les fouilles. L’accumulation des données et leur superposition permettent de cadrer une séquence chronologique dont la longue durée ne saurait être la preuve d’un phénomène linéaire. La période privilégiée se place des dernières décennies du xe s. à la fin du xie s. (Mouton, Sauze 2005 : 134). Les suivantes correspondent sans doute à des survivances où l’on a continué parfois d’utiliser, peut-être faute de mieux, des châteaux anciens, alors archaïques, qui ont gardé, jusqu’à leur désertion au xiiie ou xive s.1, des dimensions vraiment réduites alors que des fortifications beaucoup plus vastes existaient depuis longtemps. Parfois aussi, des constructions tardives ont utilisé des schémas anciens.

8Les textes ont tendance à quelque peu « rajeunir » les phénomènes observés. En effet, si un site ne peut être mentionné au plus tôt que l’année de sa construction, il faut attendre qu’un événement particulier, donation, inventaire, conflit juridique ou autre, provoque la rédaction d’un acte. La motte de Niozelles constitue un exemple significatif à cet égard : la première mention, en 1031, se place à la période d’abandon alors que la fouille a montré une première occupation et la construction du château sur motte dans les dernières décennies du xe s. Benoît Cursente a relevé ce décalage pour la Gascogne (Cursente 1980 :35) où les textes mentionnent les premières mottes au xie s. alors que les travaux archéologiques de Jean-Michel Lassure sur la motte d’Astarac indiquent une chronologie nettement plus haute. À cette imprécision chronologique, due au décalage des textes, il faut ajouter la précarité des indices archéologiques glanés soit en ramassage de surface soit déduits de particularités architecturales.

9Pour chaque site, les données chronologiques ont été exposées dans les chapitres antérieurs ; beaucoup restent incertaines. Il est cependant possible de représenter, dans le graphique ci-après (fig. 101), en fonction du temps, le nombre de sites qui étaient en activité. La courbe du bas représente les datations les plus sûres, celle du haut, l’ensemble.

FIG. 101 Nombre de sites en activité du xe au xive s.

FIG. 101 Nombre de sites en activité du xe au xive s.

10La date d’apparition est établie de façon certaine par les fouilles et par les textes : les petites fortifications privées sont apparues dans les dernières décennies du xe s., ce qui était déjà connu (Fournier 1962 :366) et parfois débattu (CRAM 1981 : 24-26). Les fouilles de Niozelles en ont apporté la preuve. Le site de Gontard, au bord de la Durance est déclaré, en 1037, détruit depuis longtemps si bien que sa construction peut être placée, de façon très vraisemblable, vers la fin du xe s. Parce qu’on ne connaît que ces deux exemples avant l’an Mil, la représentation graphique a tendance à exagérer la soudaineté de l’apparition du phénomène. Le xie s. recense le plus grand nombre de cas : douze à vingt-deux parmi les sites ici étudiés. Ces observations appuient celles déjà avancées par les historiens : Jean-Pierre Poly a déjà montré, à partir des textes, que « On passe […] d’une douzaine de châteaux publics, dans la première moitié du xe s., à quelques dizaines peu avant l’an mil et à une bonne centaine de châteaux privés vers 1030 » (Poly 1976 : 127).

  • 2 Le creux observable pour le xiie s. sur la courbe inférieure tient d’abord à la faiblesse de la doc (...)

11Nombre d’entre eux continuent leur service aux xiie (entre 8 et 19)2 et xiiie s. (de 12 à 14). Les nécessités de la défense, de la résidence ou du prestige des propriétaires ont parfois provoqué la construction de nouveaux bâtiments soit sur place, soit ailleurs dans le terroir. Ainsi, peut-être, y a-t-il eu un déplacement de 1 600 m de la Moutte d’Allemagne-en-Provence vers le Castellet, de même qu’à Niozelles la motte a pu précéder le château médiéval, construit à 2 800 m. Il est cependant arrivé que le site soit entièrement remodelé pour recevoir des constructions plus grandes et plus complexes. Encore faut-il, pour observer ces cas, que la motte originelle soit encore perceptible. C’est le cas qui a été décrit au site de Saint-Peyre, à Saint-Paul-lès-Durance, où l’occupation se poursuit du xie s. jusqu’à la désertion du site, vers le milieu du xiiie s. Il en est de même à Saint-Martin-de-la-Brasque où les constructions du xie s. ont disparu sous le château du xive s. édifié sur la motte (Fixot 1975 : 68-93). Toutefois, des constructions ou des reconstructions tardives ont été opérées sur des modèles anciens comme on l’observe à la tour de Draix qui n’a pas été érigée avant la fin du xiie s. : belle tour carrée avec son chaînage d’angles à bossages, elle est assise sur une petite motte circulaire dont l’aspect, en l’absence des éléments d’architecture, aurait a priori suggéré le xie s. Rien n’exclut d’ailleurs qu’elle ne date de cette période haute et que la tour aujourd’hui observable ne témoigne d’un dernier état. L’utilisation de tertres naturels permettait non seulement l’érection de bâtiments de pierre mais devait également en faciliter les reconstructions éventuelles. Quoi qu’il en soit, force est de constater qu’au xiiie s. un espace aussi exigu suffisait encore à une fonction qui, d’ailleurs, nous échappe en l’absence de fouilles : résidence ou simple symbole de prestige-domination sur un territoire ? Le donjon du Tourel, on l’a dit, semble également avoir été édifié tardivement sur sa motte de très petites dimensions. La motte de Tournefort, à Rognes, est sans doute aussi tardive mais une exploration archéologique ne serait sans doute pas d’une grande aide tant les constructions modernes ont entamé le tertre originel.

12Le site de la Grande Bastide à Saint-Paul-lès-Durance est datable du début du xiiie s. mais il n’était pas fortifié : on n’a observé ni rempart ni tour évidente. Il semble que seul l’aspect symbolique du tertre ait été recherché pour établir un ensemble résidentiel. La construction simultanée de l’église traduit une volonté d’occupation du terroir et de contrôle de sa population en regroupant les supports matériels du temporel et du spirituel. On perçoit alors que la motte était encore symbole de prestige même si elle n’avait plus son véritable caractère défensif : ce site semble témoigner d’une transition entre motte et bastide. Ces évolutions avaient déjà été soulignées par Michel Fixot (Fixot 1973-1974 : 245-296).

13Le xive s. marque la fin des mottes (3 à 7 cas). Celles qui perduraient ne semblent être que des survivances qui ne résistèrent pas aux crises de cette époque : la plupart des sites ne sont plus mentionnés que comme abandonnés, voire détruits.

4.3 La fonction militaire

14Selon les schémas les plus répandus, un château nécessite au moins une tour et un rempart. Il arrive que le rempart joue lui-même le rôle de tour, ce sont alors des shell-keeps (Mesqui 1991 : 1, 22) dont on n’a, pour l’instant, aucun exemple en Provence. Or souvent, et pas seulement en Provence, en l’absence de fouilles on n’observe plus que le tertre. Ceci n’implique pas nécessairement la disparition totale de vestiges ; le site de Niozelles est particulièrement démonstratif à cet égard : avant la fouille, la plateforme n’était qu’une surface en herbe alors que le sol recelait de nombreuses données archéologiques. Pour l’aspect militaire, on est cependant parfois aidé par la mention d’un castrum dans un texte ou par un toponyme évoquant une tour ou un château. Si ce n’est pas le cas, la simple présence d’un fossé est tout de même un indice de système défensif. En revanche, il est impossible de trancher sur l’aspect résidentiel tant que le site n’a pas été fouillé.

4.3.1 Les éléments de défense

15Ce sont donc 27 sites, soit 79,4 % du total, qui présentent au moins un indice de fortification (tabl. IX). Et, parmi ceux qui n’ont pas été nommés, Les Dourbes et Apt / Clermont sont désignés dans les textes comme castrum ainsi que Roquebrune-sur-Argens / Palayson qui est également appelé mota et castellum ; la proportion s’élève alors à plus de 88 %.

TABL. IX Sites où l’on décèle au moins un élément à caractère défensif.

TABL. IX Sites où l’on décèle au moins un élément à caractère défensif.

16En définitive, parmi les 34 sites observés, seul celui de Rousset (Bouches-du-Rhône) ne possède aucun de ces indices et demeure pour l’instant, comme cela a déjà été souligné, un site douteux. La Moutte de Villeneuve (Alpes-de-Haute-Provence) est également pauvre en indices, si ce n’est son nom : son tertre est peu élevé (5 m) et n’étant pas sur un éperon, elle est dépourvue de fossé et aucune trace de rempart n’y est visible. Le site de Notre-Dame à Puimoisson (Alpes-de-Haute-Provence) est également dépourvu d’indices précis, exception faite du tertre qui est un tronc de cône caractéristique. Enfin, à Saint-Paul-lès-Durance, le site de la Plaine de la Grande Bastide était perché mais pas fortifié et s’inscrit dans une séquence chronologique tardive (xiiie s.).

4.3.2 Le perchement

17Le perchement est une des caractéristiques de ces petites fortifications. Il ne répondait sans doute pas qu’à des préoccupations défensives (Livet 1962 : 197-198) mais semble avoir été à peu près systématiquement recherché, y compris dans les siècles suivants, pour regrouper l’habitat de la plupart des villages provençaux. Quelles étaient les véritables raisons qui déterminaient, pour un castrum, le choix de l’éminence ? En l’absence de textes explicites il est difficile de décrypter les intentions réelles des bâtisseurs. On est donc contraint d’en rester à des constatations qui ne débouchent souvent que sur des conjectures.

18La mesure du perchement est assez subjective puisqu’on se réfère à la hauteur du site par rapport au terroir qui, lui-même, se développe sur des altitudes variées. Ainsi le plus haut, le Castelas de Venelles, culminait à 200 m au-dessus de la vallée de la Durance. Mais en réalité son véritable territoire devait surtout couvrir les pentes plus proches de la Trévaresse entre le plateau et le fond de vallée. À l’inverse, la Moutte de Villeneuve est située à seulement 60 m au-dessus de la Durance mais elle est nettement moins haute par rapport à l’ensemble des terres qui l’environnent immédiatement. Pour l’ensemble des sites (fig. 102), les hauteurs par rapport au terroir proche sont comprises entre une dizaine et deux cents mètres, avec un perchement moyen de 79 m. La plus grande fréquence, 9 sites, se situe entre 55 et 65 m.

FIG. 102 Fréquence des hauteurs de perchement.

FIG. 102 Fréquence des hauteurs de perchement.
  • 3 Les tentatives pour essayer de visualiser sur les cartes le panorama visible à partir des sites son (...)

19Cette position perchée participe d’abord du système défensif ; la visite sur les sites suffit souvent à s’en convaincre : lorsqu’il faut gravir 30 ou 40 m de dénivelée, voire davantage, sur des pentes de 30 à 40 %, la progression ne peut être que lente et pénible. Le transport de vivres ou de matériel devait être laborieux. Il est par ailleurs habituel de considérer le perchement comme le moyen de voir suffisamment loin et d’être vu3. Cela est une constatation d’évidence mais rien ne permet de prouver les intentions réelles des fondateurs. On comprend bien qu’il était nécessaire de se montrer et les rivalités de voisinage devaient pousser les uns et les autres à afficher leurs capacités militaires. Malgré tout, la position haute du castrum devait d’abord symboliser la domination qui s’exerçait sur le terroir et, par conséquent, sur la population. Force est de constater que certains sites ne devaient être visibles que dans leur propre terroir. Tel est le cas, par exemple du castrum de Valbonnette qui, bien qu’en position dominante n’est visible que de sa vallée. La même observation vaut pour la motte de Draix et celle de Gréoux-les-Bains (Aurabelle). Parfois même, le site n’était pas visible de tous les points du terroir. Par exemple, au Castelas de la Roque-d’Anthéron, lorsqu’on arrive par le sud, c’est-à-dire par le plateau, le site est largement occulté par la colline que l’on devait soit longer soit gravir pour atteindre la fortification. Par contre, côté Durance, il était visible de très loin.

20Les sites qui ne sont pas perchés sont rares. Une des raisons tient sans doute au fait que la topographie du territoire interdisait de trouver un relief plus haut. Cela semble être le cas à Rousset / le Pigeonnier ou à Gréoux-les-Bains / Aurabelle dont le territoire était restreint, entre le Verdon et les limites de Saint-Julien et de Vinon-sur-Verdon. Dans cette zone, l’éperon choisi semble avoir été le plus apte et le plus haut pour l’établissement de la motte. À La Tour-d’Aigues / le Tourel, à Rognes /Tournefort ou à Saint-Paul-lès-Durance / la Grande Bastide, sites tardifs, le faible perchement est sans doute le signe d’une ambition militaire moins marquée et, par conséquent, d’une intention plutôt résidentielle.

21Le perchement ne devait pas être le seul critère de choix du site. L’approvisionnement en eau, en l’absence de citerne, en était sans doute un autre. On a mis en évidence (Mouton, Borderie 1997 : 63-64) des sources dans les pentes au-dessous des mottes de Niozelles et de Saint-Paul-lès-Durance (Plaine de la Grande Bastide). Parfois des cours d’eau très proches devaient fournir l’eau nécessaire, à condition que le perchement ne constitue pas un obstacle trop important. Ce peut être le cas du Verdon à Gréoux-les-Bains/Aurabelle, de la Lèze à La Tour-d’Aigues / le Tourel, de l’Auvestre à Puimoisson/Notre-Dame ou de la Laye au pied des Orgues, à Saint-Étienne-les-Orgues. En tout cas, les citernes semblent tardives, comme l’ont montré les fouilles de Saint-Martin-de-la-Brasque.

4.3.3 Les fossés

  • 4 On a déjà souligné que celui de Gréoux-les-Bains / Aurabelle n’est pas significatif.

22Il n’est pas très difficile de mesurer la largeur des fossés mais on doit tenir compte du fait que l’érosion a généralement émoussé les formes si bien qu’il faut admettre une incertitude d’au moins un mètre. L’intervention ultérieure de l’homme a parfois pu modifier le site ; c’est notamment le cas à Gréoux-les-Bains / Aurabelle où le chemin qui passait au fond du fossé, depuis une époque indéterminée, a été doublé par une route moderne qui a nécessité l’élargissement du passage. La largeur des fossés est comprise entre 6 et 20 m avec une moyenne de 11,63 m. Il est à noter que les 4 sites pourvus des fossés les plus larges sont tous situés à Allemagne-en-Provence : 12 m pour la Moutte et 20 m pour Notre-Dame, Saint-Marc et le Castellet4. La raison est sans doute pratique : le poudingue de Valensole est la roche la moins difficile à creuser. Dans ce cas, on peut s’étonner que le fossé de la motte de Riez / Mauroue n’ait pas dépassé 10 m alors que le substrat est le même. La remarque vaut encore bien davantage pour la Moutte à Valensole avec son fossé large de seulement 2 m.

23Les profondeurs des fossés sont très largement sous-estimées. Leur moyenne est de 4,50 m. En l’absence de fouille, il n’est pas possible de connaître l’ampleur du comblement qui est, de toute façon, très important. La motte de Saint-Martin-de-la-Brasque est la seule dont le fossé ait été exploré : il atteint une profondeur de 9 m par rapport à la plate-forme (Fixot 1975 : 82) mais Michel Fixot pense, aujourd’hui, qu’il est peut-être tardif. Ces dimensions répondaient évidemment à des impératifs de sécurité. Il paraît évident que la profondeur des fossés avait pour but de barrer l’accès aux piétons en les contraignant à approcher par les pentes qui sont difficiles à gravir et parfois même vertigineuses. De plus, la largeur devait tenir à distance tout lanceur de projectile et en particulier les archers qui se trouvaient là en meilleure position que dans les pentes où le tir balistique est nettement moins facile.

4.3.4 La hauteur des tertres

24La mesure de la hauteur des tertres est difficile pour deux raisons : le perchement et le comblement des fossés. En effet, lorsqu’une motte a été établie sur un éperon culminant à 100 m au-dessus d’une vallée, l’ensemble du relief participe du système défensif mais le tertre proprement dit ne mesure tout de même que quelques mètres de hauteur. Dans ce cas, il faudrait en mesurer la hauteur par la différence de niveau entre le fond du fossé et la plate-forme. Rappelons que la motte de Sannes atteignait ainsi 9 m de hauteur. Mais, en l’absence de fouille, le comblement des fossés empêche une mesure précise. Les hauteurs indiquées en annexe sont donc, pour la plupart, très inférieures à leurs mesures d’origine.

25Sauf pour le cas particulier du Castelas de La Roque-d’Anthéron (23 m) les hauteurs sont comprises entre 3 et 10 m. La moyenne observée est de 6,70 m. Mais pour se faire une idée de la hauteur qui devait être considérée par les constructeurs non comme « standard » mais au moins comme suffisante, il faut considérer les sites dépourvus de fossé et non perchés. Ils sont au nombre de 9 : Villeneuve / la Moutte 5 m de hauteur, Puimoisson / Notre-Dame 5 m, La Tour-d’Aigues / le Tourel 6 m, Roquebrune-sur-Argens / Palayson 7 m, Rognes / Tournefort8 m, Niozelles / la Roca 9 m, les Dourbes 10 m et Gréoux-les-Bains / Aurabelle 10 m. La moyenne de ces sites est de 7,50 m ce qui reste proche de celle observée sur l’ensemble : 6,70 m. On peut donc en déduire que la hauteur moyenne est de 7 m avec la plus grande fréquence à 5 et 6 m, mais, en réalité, sans doute proche8 à 10 m (fig. 103).

FIG. 103 Fréquence des hauteurs de tertre.

FIG. 103 Fréquence des hauteurs de tertre.

26Seul le Castelas de La Roque-d’Anthéron, dépasse nettement les autres. Dans ce cas, c’est un piton rocheux qui a été choisi et le sommet semble avoir été retaillé dans le but de former deux plates-formes dont les dimensions sont tout à fait moyennes par rapport aux fortifications équivalentes. L’aspect du tertre est assez différent de ceux des autres sites mais, en définitive, l’organisation des constructions devait être semblable. La différence tient seulement à la verticalité des parois du rocher. Michel Fixot était d’avis de ne pas qualifier ce type de sites de « mottes » (Fixot 1976 : 89). Or, on sait désormais, comme il a été exposé plus haut, que dès le xie s. et aux siècles suivants, le mot « roque » désignait souvent des sites fortifiés et était utilisé comme équivalent de « motte ». De plus, certains sites explicitement désignés comme tels, Saint-Paul-lès-Durance / Saint-Peyre ou Gréoux-les-Bains / Aurabelle ont été entièrement façonnés dans la roche. L’utilisation de pitons rocheux comme support de fortification a d’ailleurs également été observée dans la région d’Apt (Fixot 1973-1974 : 262-263) et notamment à Saignon qui, dès le xie s. était le siège d’un rempart, d’une tour et d’une église associée (Poly 1976 : 153 ; Fixot 1973- 1974 : 263). Quoi qu’il en soit, ce dernier site semble plus élaboré que celui de La Roque-d’Anthéron sur lequel il reste très peu de vestiges.

4.3.5 Apport de terre et façonnement du relief

27Comme on l’a vu, dans presque tous les exemples exposés précédemment, tous les reliefs qui servaient de supports aux fortifications sont des buttes naturelles. Avant de recevoir les constructions, elles ont subi des aménagements qui peuvent être de deux sortes : soit un apport de matériaux pour agrandir la surface disponible au sommet, soit un façonnement du relief par extraction de matière. Parmi les mottes recensées en Provence seule la Moutte à Allemagne-en-Provence semble entièrement constituée de matériaux accumulés. La même observation a été faite dans les Alpes du nord (Colardelle, Mazard 1983 :72).

28Les données archéologiques sont rares car les observations précises ne peuvent être fournies que par la fouille. Les matériaux apportés, essentiellement de la terre à laquelle s’ajoutent parfois des pierres, étaient prélevés à proximité immédiate du site ou directement dessus. Ce procédé a été observé sur les deux mottes qui ont fait l’objet d’une fouille exhaustive : Cadarache (Saint-Paul-lès-Durance) et Niozelles. Sur le premier site, le sommet a d’abord été écrêté puisqu’on a pu observer un fond de fosse dans une tranchée de fondation de l’édifice. S’il s’agit d’un silo, on peut en déduire que le niveau a dû être abaissé de 1,50 à 2 m au moins, ce qui a eu pour effet, étant donné la forme tronconique du relief, d’agrandir sensiblement la surface disponible. Les matériaux ainsi dégagés ont été versés dans la pente nord du tertre et formaient un niveau de terre grise mêlée de graviers. Ces travaux de terrassement ont ajouté environ un tiers à l’espace utile. Façonnement et apport de matériaux étaient donc mis en œuvre simultanément. À Niozelles, la première occupation avait sans doute été précédée d’un aplanissement du sommet bien qu’aucune trace explicite de ce travail n’ait pu être observée. Par contre, lorsqu’il a fallu édifier la tour et le rempart, un énorme apport de matériaux a été effectué vers le nord, puis complété après la construction des maçonneries. L’aire sommitale est ainsi passée d’une surface d’environ 230 m2 à 380 m2, soit un agrandissement de 65 % de la surface d’origine. Rappelons que le volume de terre rapporté a été évalué à environ 1 600 m3. La fouille en cours de la Moutte à Allemagne-en-Provence montre également un apport de terre et de pierres très impressionnant. Des ajouts de matériaux aussi importants sont parfois visibles sur la forme des tertres. On observe, en effet, à la base de l’éminence, du côté de l’apport de terre, à Niozelles ou à Cadarache, une rupture de pente formant une échine caractéristique due au fait que la déclivité a été accentuée par rapport à la pente naturelle. Cet indice peut aider à repérer des sites pour lesquels il n’existe aucun autre élément déterminant. Ainsi observe-t-on cette déformation du terrain au pied du site des Dourbes et à la motte de Palayson.

  • 5 Cart. Marseille, 31.

29Le façonnement du relief naturel avait deux buts. D’une part, il permettait d’agrandir ou simplement d’aplanir la plate-forme sommitale. En cela il était éventuellement complété par un ajout de matériaux comme on l’a montré ci-dessus. D’autre part, il permettait de renforcer les défenses du site. Dans ce sens, le travail le plus visible était le creusement d’un fossé, déjà décrit. À cet égard, le cas le plus exemplaire est celui du Castelas de Venelles, où le fossé a été creusé en arc de cercle dans le double but, semble-t-il, d’isoler la fortification à l’extrémité du plateau et de donner au tertre une forme parfaitement tronconique comme si on avait cherché à se conformer à un modèle de « motte classique ». Enfin, les pentes du relief étaient elles-mêmes souvent retaillées de façon à aviver l’inclinaison et rendre l’accès encore plus difficile. Rappelons que Michel Fixot avait déjà fait cette observation sur les sites de Sannes, de Saint-Martin-de-la-Brasque et de Clermont, près d’Apt. Ce travail est bien observable au sud de la motte de Saint-Paul-lès-Durance / Saint-Peyre où la roche a été bûchée jusqu’à obtenir un front de taille presque vertical. La motte de Gréoux-les-Bains / Aurabelle semble avoir subi le même traitement sur tout son pourtour. Pour mettre en œuvre le chemisage de la motte de Rognes /Tournefort, il est évident que les pentes du relief ont dû être rectifiées. De même à La Tour-d’Aigues / le Tourel, les entablements rocheux qui affleurent dans la pente semblent avoir été bûchés, comme sur le relief du Pigeonnier, à Rousset, et dans les pentes sud de la Tourrache, à Villeneuve. À Puimoisson / Notre-Dame, le tertre paraît avoir été façonné par enlèvement du poudingue qui constitue un substrat facile à travailler. Ces procédés de terrassement ne sont d’ailleurs pas spécifiques aux mottes. Ils sont, par exemple, facilement observables tout autour du relief sur lequel a été construit le village de Chaudol (Alpes-de-Haute-Provence) (fig. 104). On n’a pas, pour l’instant, d’éléments de datation pour ces aménagements qui peuvent remonter à une période haute puisque cette agglomération est connue par les textes dès le viiie s.5 mais ce sujet sort du cadre de la présente recherche. On note également de très gros reliefs, au moins en partie artificiels, qui ont pu constituer l’assiette de maisons fortes. C’est le cas par exemple à Brignoles (Var) au lieu-dit la Carbonnelle ainsi, qu’à Pourcieux (Var) (fig. 105).

FIG. 104 Chaudol : Le village est installé sur un relief au moins en partie artificiel.

FIG. 104 Chaudol : Le village est installé sur un relief au moins en partie artificiel.

FIG. 105 Pourcieux : immédiatement au nord du village, un vaste tertre circulaire supportait peut-être une installation défensive.

FIG. 105 Pourcieux : immédiatement au nord du village, un vaste tertre circulaire supportait peut-être une installation défensive.

4.3.6 Les remparts

30Aucun des remparts observés n’est circulaire ni même courbe ; ils sont toujours polygonaux. L’observation a été précise à Niozelles où une partie du rempart de 0,95 à 1 m d’épaisseur était bien conservée. Il a été construit au bord de la rupture de pente de façon à ce que la surface utile de la plate-forme soit maximale. On a également noté ce souci d’utiliser l’espace au mieux à La Roque-d’Anthéron / le Castelas où le reste de construction, au sud, est ancré dans la paroi rocheuse à 4 m au-dessous de la plateforme. Il était épais de 1,75 m, comme le rempart de la motte de Valbonnette, site tout proche, qui était également polygonal et suivait exactement les contours du relief. À La Roque-d’Anthéron / Gontard on a observé, conservé sur 16 m de longueur, le parement du rempart rectiligne qui bifurque à angle droit vers le sud. Lorsque les vestiges sont moins bien conservés, on remarque quand même soit des restes de murs droits, soit des angles. C’est le cas à Fox-Amphoux, Saint-Estève-Janson, Le Puy-Sainte-Réparade / Collet Blanc, Beaujeu / la Tour, à Villeneuve / la Tourrache, Saint-Étienne-les-Orgues / les Orgues, Mallefougasse-Augès / Consonoves et à Gréoux-les-Bains / Aurabelle. Sur cette motte, la plate-forme a un plan circulaire mais l’assise du rempart, conservée sur près de 5 m de longueur, est rectiligne. La fouille de l’enceinte de Cadrix (Var) (Fixot 1982) a révélé des courtines parfaitement rectilignes dont la plus longue dépasse30 m pour une largeur de 0,90 m. Elle était percée d’une archère fruste qui finit d’ailleurs par être bouchée mais qui démontre les intentions militaires des bâtisseurs.

4.3.7 Les tours

31Comme il a déjà été souligné, la protection apportée par le fossé était renforcée par le positionnement de la tour à l’aplomb de celui-ci, comme on a pu l’observer sur les sites de Lambesc / Valbonnette, Saint-Paul-lès-Durance / Saint-Peyre, Saint-Martin-les-Eaux / le Castelas, Saint-Étienne-les-Orgues / les Orgues et, comme on le perçoit par la présence de pierriers importants, dans la même configuration, à Saint-Estève-Janson, à Fox-Amphoux / la Moutte, à La Roque-d’Anthéron / Gontard, à Beaujeu / la Tour et à Mallefougasse-Augès / Consonoves.

32Peu de sites ont livré des renseignements précis sur la forme et les dimensions de leur tour. Seule celle de La Tour-d’Aigues / le Tourel est conservée sur pratiquement toute sa hauteur soit 10,95 m. De plan circulaire de 6,85 m de diamètre, ses murs à la base sont épais de 1,54 m. Comme on l’a montré plus haut, la datation semble se situer assez tardivement, vers le début du xiiie s. La tour de Draix, qui n’a pas été construite avant la fin du xiie s., est de plan carré, de 7,03 m de côtés avec des murs épais de 1,54 m. Les autres donjons attestés, peu nombreux au demeurant, sont rectangulaires. Celui de Niozelles mesurait à sa base 9,25 x 6,75 m avec des murs épais de 1,72 m. Deux autres, de même plan, situés dans les Bouches-du-Rhône, sont mesurables. À Lambesc / Valbonnette, il est plus petit que le précédent : 6,60 x 5,30 m. L’effondrement de la construction n’a pas permis, pour l’instant, de mesurer l’épaisseur des murs. Enfin, celui de Saint-Paul-lès-Durance / Saint-Peyre mesurait 5,90 x 4,70 m. Les rapports longueur/largeur sont proches : 1,37 à Niozelles, 1,24 à Valbonnette et 1,25 à Saint-Peyre. Ce choix correspondait peut-être à un critère esthétique plus qu’à un impératif technique. Le site de la Plaine de la Grande Bastide à Saint-Paul-lès-Durance, daté du début du XIIIe s., présentait des bâtiments rectangulaires. Lorsque les constructions ont été entièrement spoliées, l’extraction des fondations semble en avoir, au moins par endroits, élargi les tranchées dont la largeur était comprise entre 0,85 m et 1,15 m. Par conséquent, l’épaisseur des murs n’ayant pu dépasser 0,85 m, il a semblé plus vraisemblable de ne pas restituer de tour. La fortification de Cadrix (Var) (Fixot 1982 :395- 396), attribuée au xie s., dans son premier état, ne possédait pas non plus de tour mais simplement un grand bâtiment, avec peut-être un étage, dont la surface au sol atteignait 70 m2. Les murs sud, est et ouest n’étaient autres que les courtines qui délimitaient une surface qu’il a suffi de fermer par la construction de la façade. Il n’est d’ailleurs pas certain qu’une tour n’avait pas été envisagée à l’origine puisqu’une tranchée de fondation nettement plus large et d’orientation différente avait été préparée avant qu’un repentir n’aboutisse au plan finalement mis en œuvre. Le bâtiment d’habitation avait été construit sur la partie la plus haute du tertre si bien qu’avec un étage l’ensemble devait avoir un aspect de prestige assez proche de celui d’une tour.

  • 6 Précision apportée par Guy Barruol.

33À partir des observations précédentes, il est possible d’affirmer que les premières formes des tours sur mottes étaient rectangulaires. Ce plan a continué d’être mis en œuvre dans les siècles qui ont suivi. Tel est le cas de celui de Thoard (Alpes-de-Haute-Provence) (Barruol 1993 : 217-227). Puis ont suivi, à partir de la fin du xiie s., les tours carrées et rondes sans qu’il soit possible, pour l’instant, d’établir une chronologie relative entre les deux. Il semble plutôt, et on s’en tiendra à cette hypothèse en attendant d’avoir un échantillon plus large et des éléments de datation plus précis, que ces deux dernières formes aient été contemporaines. La grande diversité des plans a déjà été montrée, dans la région d’Apt, en particulier (Fixot 1973-1974 : 271). C’est notamment le cas des donjons à plan polygonal, sans doute tardifs, tels la Roche d’Espeil ou Saint-Saturnin auxquels il convient d’ajouter ceux de Saint-Maime, près de Forcalquier et de Saint-Étienne, à la limite de Sisteron et Ribiers6.

  • 7 Cart. Marseille, 223.

34Si les plans caractérisables sont peu nombreux, il est encore plus difficile d’être précis au sujet des hauteurs des tours. Celle de Draix, avec, rappelons-le, des murs longs de 7,03 m et épais de 1,54 m a des dimensions très proches de celle, parfaitement conservée, également sur motte, de Saint-Clément dans les Hautes-Alpes (Nicolas 2002, vol. 2 :85). Celle-ci présente un plan presque carré de 7,20 x7,60 m avec des murs épais de 1,50 m. Bien que l’appareil soit plus petit, très irrégulier et beaucoup moins soigné que celui de Draix, elle est entièrement conservée en élévation, et atteint 20 m de hauteur. Par analogie, on peut proposer une même dimension pour celle de Draix. On aura remarqué que ces deux édifices, vraisemblablement contemporains, ont des épaisseurs de murs identiques. Il est donc possible que cette dimension corresponde à une mesure courante, pour ne pas dire « standard », qui semble être de 5 pieds de 30,8 cm chacun. On pourrait penser que les constructeurs respectaient une même proportion entre l’épaisseur des murs et la hauteur de la tour, pour des raisons de solidité, préoccupation que l’on perçoit, d’ailleurs, dans les retraits d’épaisseur des murs de la tour de La Tour-d’Aigues / le Tourel. Une charte de la fin du xiie s.7 exprime d’ailleurs une proportion épaisseur/ hauteur de 1/8e. Elle se vérifie dans le cas du Tourel dont l’épaisseur des murs, 1,54 m à la base, induirait une hauteur de 12,30 m, proche de l’élévation conservée de 10,95 m. Si tel était le cas, il faudrait également en déduire, pour la tour de Draix, une hauteur proche de 12 m. En fait, à Saint-Clément, la proportion épaisseur/hauteur atteint 1/13,3. Par conséquent, dans le cas de Draix, en se rapportant aux deux hypothèses précédentes, on pourrait proposer des hauteurs de 12 m (proportion de 1/8e) à 20 m (proportion de 1/13e). C’est la première option qui a été choisie pour restituer l’élévation de la tour de Niozelles, bien qu’il soit sans doute risqué de comparer les techniques de construction de la fin du xe s. avec celles du xiiies.

4.3.8 Des maisons : une première génération de mottes

35La présence de grandes maisons rectangulaires érigées sur des mottes constitue une découverte notable pour la compréhension du phénomène castral. Celle du premier état de Niozelles a précédé la transformation du site en forteresse. Ce n’est pas un cas isolé puisque la Moutte à Allemagne-en-Provence a livré une maison tout à fait semblable. Les dernières fouilles montrent d’ailleurs que cette dernière a été précédée par une autre maison plus petite et immédiatement antérieure. Ces édifices sont datés de la seconde moitié du xe s. L’essentiel de la défense était assuré par le perchement. À Allemagne-en-Provence, cependant, il a été nécessaire de creuser un fossé pour barrer l’accès par le plateau. Sur ce site, la fonction militaire est prouvée par le mobilier découvert. La construction mise au jour à la Moutte de Valensole, datée des premières décennies du xie s., constitue sans doute un intermédiaire entre la simple maison et la forteresse protégée par un rempart.

36Des cas analogues ont depuis longtemps été observés sur d’autres sites géographiquement éloignés, Der Husterknupp (Herrnbrodt 1958 : 222-223) ou Büderich (Herrnbrodt 1967, 66). Un habitat antérieur à la motte proprement dite et que les auteurs ont nommé Kernmotte est daté de la seconde moitié du xe s. Ces évolutions ont été synthétisées par André Debord (Debord 2000 : 66-68) qui renvoie au cas bien connu du site de Mirville, en Normandie. À cet endroit, un habitat semi-fortifié à vocation résidentielle et agricole a été transformé en motte vers le début du xiie s. (Le Maho 1983 ; Debord 2000 : 67 et 92).

37On peut donc affirmer qu’émerge en Provence, dans les dernières décennies du xe s., ce qui peut maintenant être qualifié de motte de première génération, peut-être la sala parfois mentionnée dans les chartes. Il est désormais établi qu’en Provence, comme dans les régions plus septentrionales, le développement des petits châteaux privés a été un phénomène qui, même s’il a été rapide, a progressé par étapes et montre le caractère progressif de la militarisation des territoires.

38Enfin, il est tout à fait singulier d’observer, la similitude de ces sites précoces avec la motte de troisième génération observée à Cadarache, datée du début xiiie s., qui semble marquer un retour au modèle ancien.

4.4 La fonction résidentielle

  • 8 Cart. Marseille, 58.
  • 9 Cart. Marseille, 534.
  • 10 Cart. Marseille, 684.

39La fonction résidentielle est beaucoup plus difficile à détecter que les aspects militaires, en premier lieu parce que sa définition est nettement plus subjective. En effet la résidence n’est pas seulement l’habitation. Dans un établissement strictement militaire, le soldat habite nécessairement mais ne modifie pas pour autant la destination première de la forteresse. Mais dans ce cas, seuls les militaires occupent les lieux de façon plus ou moins permanente. Le caractère résidentiel implique que le titulaire y vive avec sa maisonnée. L’occupation peut également se faire en quelque sorte par procuration lorsque, par exemple, l’évêque d’Apt donne la motte en garde à ses neveux (Fixot 1973-1974 : 261 ; Poly 1976 : 152-153). C’était sans doute aussi le cas sur La Moutte à Valensole. L’ambiguïté du terme de garde montre d’ailleurs la difficulté d’opérer un partage entre le militaire et le résidentiel. Le but principal devait être de faire valoir des droits et, par conséquent, d’exercer la justice et de percevoir des revenus mais peut-être, plus simplement de marquer une propriété sur un terroir. On décèle la fonction de résidence dans l’emploi du terme sala attaché au nom de la personne titulaire, telle la Sala comitis (Poly 1976 : 99), Sala dominica8, Sala Aicuni, Sala Baldemari (Fixot 1982 :396) ou lorsqu’à Allemagne-en-Provence, on l’a vu, Agnès Spada souscrivait, en 1218, une charte in sala mea. Et c’est sans doute la même acception que l’on retrouve dans les expressions Mota Lamberti9, roca de Aldefred, pour Niozelles10, castri de Roca Tarronis, à La Roque-d’Anthéron. En dehors des textes, qui ne sont jamais très explicites, l’archéologue dispose, pour fonder ses interprétations, d’indices fournis par l’organisation des constructions et par le mobilier mis au jour. Par exemple, la Petite Citadelle de Vauvenargues semble vouée à une fonction militaire. En effet, l’exiguïté de la tour ne permet que le guet et l’occupation a laissé des indices matériels militaires, comme l’umbo de bouclier. De plus, dans les habitations, de construction rustique, les vestiges d’activités domestiques étaient très modestes et révélaient une alimentation pauvre, dépourvue, semble-t-il, de consommation de viande.

40Dans cette perspective, il convient, au sujet de l’espace utile, de se méfier du critère d’exiguïté apparente qui n’est souvent qu’un jugement anachronique de nos contemporains. Il est évident qu’à Vauvenargues, un espace intérieur de 2,40 x 1,45 m, soit 3,5 m2, ne permet pas davantage qu’une station debout pour le guet et, éventuellement une mise à l’abri des intempéries. Par contre, dans la tour ronde du Tourel, les étages offrent des surfaces respectivement de 11,1 m2, 13,2 m2 et 14,5 m2, soit un total de près de 39 m2. À Draix, en supposant le même nombre d’étages et les mêmes retraits dans l’épaisseur des murs les espaces seraient de 16 m2, 19 m2 et 21 m2, soit 56 m2. Enfin, sur la base des mêmes hypothèses on obtient, pour le donjon de l’état 2 de Niozelles, 19 m2, 23 m2 et 25 m2, soit une surface totale de 67 m2. Sur ce site, la fouille a apporté la preuve qu’une telle surface était suffisante pour constituer le cœur même de la résidence. On aurait d’ailleurs peine à croire que des édifices de telles dimensions aient été construits uniquement pour le guet. Michel Fixot ne voit pas, à Sannes, de fonction résidentielle, compte tenu de la pauvreté des vestiges et du mobilier mais il faut compter, pour cet établissement avec la très mauvaise conservation des vestiges. Enfin, la faiblesse du perchement comme au Tourel (La Tour-d’Aigues), à Tournefort (Rognes) ou l’absence de rempart sur la motte de la Plaine de la Grande Bastide (Saint-Paul-lès-Durance), résultent sans doute moins d’une ambition militaire moins impérieuse que d’une intention principalement résidentielle. Ces établissements sont d’ailleurs tardifs et répondaient, par conséquent, à de nouvelles nécessités.

41À l’organisation des espaces construits s’ajoutent les éléments fournis par le mobilier. Contrairement à Vauvenargues où, on l’a dit, les indices trahissent une pauvreté des activités domestiques et de l’alimentation, le mobilier mis au jour à Niozelles démontre une situation totalement inverse. En premier lieu, l’abondance du mobilier céramique et métallique prouve une occupation permanente. De plus, la présence de tessons glaçurés importés ainsi que de pièces de tabletterie, d’épingles de bronze et de deux bagues fait preuve d’un certain luxe. L’alimentation carnée, abondante et de choix, plaide également en ce sens. On voit mal, par ailleurs, les fusaïoles dans les mains de soldats. Sur le site de la Moutte, à Allemagne-en-Provence on observe d’ailleurs la présence d’armes et l’absence de fusaïoles. À Niozelles, la permanence de cette occupation comme résidence a nécessité la construction des annexes domestiques sur un espace minimum qui a amené les constructeurs à agrandir le sommet du tertre. Il est certain que la présence de ces installations avait une incidence sur la dimension des plates-formes et la présence éventuelle de basses-cours.

4.5 Dimensions des plates-formes et basses-cours

42Afin de comparer les dimensions des tertres, il est nécessaire, dans un premier temps, pour de simples raisons pratiques, de les séparer en deux groupes : ceux dont les plateformes sont circulaires, d’une part, et, d’autre part, ceux pour lesquels elles sont de forme allongée. Dans un second temps on les comparera tous ensemble en prenant l’aire comme critère commun.

43Les sites dont le plan est circulaire ont un diamètre compris entre 6 et 22 m. Le plus petit correspond à la plate-forme haute du Castelas de La Roque-d’Anthéron. En fait ces dimensions, bien que très réduites, sont suffisantes pour avoir reçu une tour. On en prendra pour preuve La Tour-d’Aigues / le Tourel qui a conservé sa tour ronde de 6,85 m de diamètre sur une plate-forme de 7 m. Il n’est pas impossible, bien entendu, que le tertre ait été réduit en partie par l’érosion mais rien ne permet de penser qu’il ait jamais été beaucoup plus grand. Sur la Roque de Draix, la tour carrée, de 7 m de côté, occupe une aire circulaire de 11 m de diamètre. Toutefois, on remarque que la fondation de l’angle nord de la tour a été déchaussée, preuve que l’érosion réduit petit à petit la surface au sommet du tertre. Il faut par ailleurs tenir compte du fait que, souvent, le diamètre apparent est plus petit que celui d’origine, non pas à cause de l’érosion mais parce que l’accumulation des matériaux résultant de la ruine des constructions rehausse le niveau de la plate-forme et, par conséquent, réduit le diamètre à cause de la forme du relief en tronc de cône. C’est ainsi qu’à Niozelles le diamètre est passé de 15 m avant la fouille à 22 m après. Sur la base de l’ensemble des sites, le diamètre moyen est de 13,10 m et la dimension la plus commune est de 10-11 m. La motte circulaire dont la plate-forme est la plus grande est celle de Niozelles où l’on a montré que tout l’espace compris entre la tour et le rempart était densément occupé par les installations à caractère domestique. La surface utile à l’intérieur du rempart, tour comprise, atteignait environ 320 m2. Mais, pour des mottes plus petites au diamètre de 10 ou 11 m, cette surface se réduit à 80 ou 90 m2. En dehors de la tour, l’espace est alors particulièrement exigu. Les sites dont le sommet présente les dimensions les plus restreintes possédaient parfois une basse-cour. C’est ainsi que l’on peut interpréter la plate-forme basse du Castelas de La Roque-d’Anthéron, ce qui porte la surface disponible totale à environ 100 m2. À Saint-Martin-les-Eaux, la petite motte est également pourvue, vers l’ouest, d’un espace d’environ 40 x 40 m, soit 1 600 m2, ce qui représente alors une surface considérable où un habitat a pu se développer. Le site de La Tour-d’Aigues / le Tourel a peut-être été doté d’une basse-cour mais rien n’en est visible aujourd’hui. Les deux mottes de Consonoves et des Orgues sont celles où les basses-cours sont les plus évidentes. Chacune de celles-ci a une aire d’environ 180 m2. Par contre, certaines mottes aux dimensions modestes comme le Castelas de Venelles (8 m de diamètre), la Moutte d’Allemagne-en-Provence (12 m) ou Mauroue à Riez (10 m), Aurabelle à Gréoux-les-Bains (11 m) ou la Roque de Draix (11 m) sont nettement isolées par leur fossé et sont dépourvues de basse-cour. Les équipements domestiques se trouvaient-ils alors à l’extérieur de la plate-forme ? C’est ce que semblent montrer les travaux de Michel Fixot sur la motte de Sannes où des silos ont été mis en évidence dans les pentes du tertre (Fixot 1976 :86) et où un habitat diffus a été détecté au pied du relief. S’il n’y avait pas d’installations domestiques au sommet et pas de basse-cour, l’occupation de la motte aurait-elle été aussi permanente qu’à Niozelles ? Ce n’est pas sûr. Il faudrait, pour avancer sur ce point, fouiller une motte de petites dimensions sur laquelle les niveaux d’occupation auraient été bien conservés, ce dont l’archéologue ne peut jamais préjuger… On regrette, par ailleurs, de ne pouvoir dire si l’habitat détecté au pied de la motte de Niozelles consti-tuait des dépendances domestiques de la fortification ou s’il s’agissait déjà d’un début de groupement de l’habitat sous la forme d’un village ou, tout au moins, de son ébauche.

44Les mottes dont le tertre est de forme allongée étaient le plus souvent établies sur des éperons. Si la largeur du tertre dépendait évidemment de celle du relief choisi, la longueur était, elle, déterminée par l’emplacement du fossé. Il a parfois été placé, de façon fort logique, au plus étroit du relief. Cette disposition est particulièrement visible à La Roque-d’Anthéron / Gontard mais également à Allemagne-en-Provence / Saint-Marc, à Fox-Amphoux et à Lambesc / Valbonnette. Dans les autres cas, on peut supposer que le choix tenait simplement aux dimensions des constructions que l’on prévoyait d’y installer. Michel Fixot a d’ailleurs montré qu’à Cadrix (Var) l’enceinte aurait pu être plus longue car elle n’occupait pas l’intégralité du relief. Exception faite du cas particulier du Castellas de la Roque-d’Anthéron, la plus petite est celle de la Moutte (21 x 9,50 m), ancien castrum du Bars, à Valensole et les plus grandes, celles de la Moutte à Fox-Amphoux (36 x 20 m) et Allemagne-en-Provence / le Castellet (38 x 22 m), Saint-Paul-lès-Durance / Plaine de la Grande Bastide (34 x 14 m) et, sur le territoire de la même commune, Saint-Peyre (29 x 25 m). La longueur moyenne est de 26,70 m et la largeur 15 m. Les exemples moyens sont les suivants : Beaujeu / la Tour (22 x 15 m), Villeneuve / la Moutte (24 x 14 m), Allemagne-en-Provence / Notre-Dame (26 x 15 m), Saint-Estève-Janson (28 x 12 m), La Roque-d’Anthéron / Gontard (27 x 15 m), et Rousset / Le Pigeonnier (28 x 22 m). Dans cette configuration, on imagine très bien une organisation fondée sur le même principe qu’à Niozelles : la plate-forme devait être à la fois le siège de la tour et des installations domestiques. En d’autres termes, la fortification même inclut les fonctions de la basse-cour. Les mottes circulaires sont généralement plus petites que les autres : les surfaces au sommet sont comprises entre 33 m2, pour Saint-Martin-les-Eaux / le Castelas, et 320 m2, à Niozelles, pour une moyenne de 153 m2 alors que les tertres ovales s’étendent de 113 m2 à 634 m2, avec 393 m2 de moyenne.

45La surface disponible, pas plus que la forme du tertre n’a de signification chronologique. On aurait pu émettre l’hypothèse selon laquelle les mottes auraient d’abord été de petites dimensions, comme pourrait le suggérer, par exemple, la Moutte d’Allemagne-en-Provence qui pourrait avoir précédé celle du Castellet sur le même territoire. Or, parmi les plus grandes, Niozelles se place dans la période la plus ancienne du développement des mottes. A contrario, la Roque de Draix, qui a de modestes dimensions, ne se place pas, comme on l’a dit, avant la fin du xiie s., pour son dernier état tout au moins. Il en va de même pour la motte du Tourel aux dimensions très réduites et dont la datation semble se situer au xiiie s.

4.6 Des cas particuliers ?

46Parmi les sites recensés certains n’entrent pas strictement dans les formes générales qui ont été dégagées. Il est d’ailleurs quelque peu troublant de constater qu’ils correspondent à des sites fouillés, ce qui invite à la prudence quant aux déductions fondées sur la prospection et sur la simple observation des vestiges de surface. Mais qui douterait de l’utilité de la fouille ?

47En premier lieu, il convient de rappeler l’absence de tour à l’intérieur de l’enceinte de Cadrix. Pourtant l’aspect militaire est prouvé par la présence d’une archère et, plus simplement, par le solide rempart qui protège l’ensemble. Il est très possible que la grande maison d’habitation logée dans les courtines, au point culminant, jouait un rôle similaire à celui d’un donjon. Mais l’absence de ce dernier ne suffit pas à éliminer cette fortification du catalogue de castra du xie s. ; elle permet au contraire d’en montrer la variété.

48Le château de la Petite Citadelle à Vauvenargues présente une organisation très, pour ne pas dire trop, élaborée par rapport aux petites structures des environs de l’an Mil et du xie s. On a l’impression d’être déjà en présence d’un ensemble organisé qui renvoie à des schémas plus tardifs comme le premier château de Rougiers, daté de la fin du xiie s. Pour cette raison, on gardera la question de sa datation, trop fragile pour l’instant, en suspens en espérant qu’elle puisse être précisée. Ou bien une séquence xie s. est confirmée et l’on se trouve alors en présence d’une forme particulièrement élaborée, et sans doute unique par rapport à ce qui semble avoir été le castrum « ordinaire », ou bien la datation s’oriente vers le début du xiie s. ou un peu plus tard. On se trouverait alors dans la génération suivante ou en présence d’un type intermédiaire. Jusqu’à présent, on ne connaît pas, en Provence, de fortification datée de façon certaine du xie siècle et qui présenterait des dimensions supérieures à celles évoquées pour les mottes.

49Un dernier cas tout à fait particulier a été fouillé par Michel Fixot : le Castelas de Cucuron (Fixot, Pelletier 1983). Son nom s’ajoute à son perchement sur une butte naturelle pour suggérer une fortification. La datation xie s. est attestée par le mobilier céramique ainsi que par une monnaie. Pourtant la fouille a révélé un ensemble de dispositifs à caractère agricole : trois grandes fosses-silos et une série de silos plus petits. Deux murs parallèles de pierres sèches protégeaient le tout sans qu’il soit certain qu’il ait complètement circonscrit le haut du tertre. Il est sûr que la fonction militaire n’était pas ici recherchée mais l’ensemble a tout de même été organisé dans un but de protection de récoltes. Michel Fixot met le site en parallèle avec un type de refuge italien plus tardif. On pourrait également établir un parallèle avec un phénomène moins lointain : les celleres de la plaine du Roussillon (Catafau 1998). Ces celliers pour la plupart installés, afin de protéger les récoltes, dans les sacraria proches des églises, ont été, dans certains cas, mentionnés dans des fortifications au xie s. : en 1095 un seigneur donna des celliers construits à l’intérieur d’une forcia. La création des premières celleras est interprétée comme une conséquence des troubles sociaux générés par l’aristocratie guerrière. Leur mise en œuvre se poursuit durant plusieurs siècles et nombre d’entre elles, en se groupant autour des églises, ont attiré la population et participé ainsi à l’incastellamento. Pour la Provence, les textes sont absolument muets sur ce type d’aménagements et le Castelas de Cucuron est sans doute resté un cas rare. On peut également rapprocher cet établissement de l’immense aire d’ensilage de Saint-Gilles-le-Vieux, en Languedoc (Schneider 2006), bien que les deux sites soient complètement différents dans leurs dimensions et leur organisation. Dans le cas languedocien, dont la chronologie est placée entre le xe et le xiie s., la fouille a mis au jour 450 silos sur 2 800 m2, en terrain plat sans aucun indice de fortification ni, d’ailleurs d’habitat. Mais Laurent Schneider propose l’hypothèse d’une fonction de stockage liée à une forme de prélèvement seigneurial qui peut tout à fait valoir pour le Castelas de Cucuron. Cet établissement, comme l’a souligné Michel Fixot, ne constitue pas à proprement parler un castrum mais, même s’il ne protégeait que des récoltes, il n’en reste pas moins significatif de cette période des environs de l’an Mil où la militarisation des terroirs entraîna une multiplication des fortifications. Le Castelas de Cucuron ne serait pas, contrairement à la motte, le symbole de la domination du seigneur sur le terroir mais le signe matériel de la mise en œuvre de ses droits sur la production.

4.7 L’église

50À proximité de la plupart des sites étudiés se trouve une église ou tout au moins un vocable qui en a gardé la trace. Il n’est cependant pas facile d’établir un lien certain entre les deux entités château-église surtout lorsque les distances qui les séparent sont importantes.

51Quatre sites ont une église à proximité immédiate de la motte : Saint-Paul-lès-Durance / Saint-Peyre, ancienne église paroissiale à 10 m, Allemagne-en-Provence / Notre-Dame à 11 m, Puimoisson / Notre-Dame à 29 m, Sainte-Marie à Apt / Clermont à 30 m.

  • 11 Cart. Marseille, 1120.

52Dans ces quatre cas, les deux édifices appartenaient physiquement au même site, si bien qu’il est facile d’en déduire que les constructeurs ont concrétisé là une volonté de marquer le lien entre le laïc et le religieux. Ceci a été démontré par Michel Fixot à Cadrix (Var) où l’église Notre-Dame avait été construite en même temps que l’enceinte, à 70 m en contrebas (Fixot 1985 : 297). Dans tous les cas, pour en être certain, il faudrait toutefois avoir des éléments de datation, soit par les textes, soit par la fouille, comme on en dispose à Saint-Paul-lès-Durance, au quartier de la Grande Bastide, pour l’église contemporaine, construite à 730 m de la motte. Dans certain cas, l’église paroissiale se trouve encore à proximité de la motte, parfois, un texte nous en rapporte l’existence ancienne. L’église Saint-Genest des Dourbes n’est distante de la butte que de 130 m tandis que l’église Sainte-Marie, à Beaujeu, a été construite à 220 m, au pied du relief appelé « la Tour ». L’église romane de Saint-Martin-les-Eaux, dédicacée au xie s., se trouve à 330 m du Castelas. Il arrive qu’elle ait été mentionnée dans les textes sans qu’il soit possible aujourd’hui de la situer sur le terrain ; c’est le cas des églises paroissiales Saint-Jean de Valbonnette à Lambesc ou de celle du Castelas de La Roque-d’Anthéron au vocable de Sainte-Marie. De la motte de Roquebrune-sur-Argens / Palayson dépendait une église Saint-Barthélémy : Ecclesia Beati Bartolomei de Mota Palaionis11. Son vocable est conservé dans une parcelle distante de la motte de 250 m. Celle-ci était peut-être paroissiale. On a signalé l’église Saint-Jean du Castellet à Allemagne-en-Provence, aujourd’hui disparue, mais mentionnée au xiiie s. et dont rien ne dit explicitement qu’elle fut paroissiale. Michel Fixot (Fixot 1975 :85) a montré qu’à Saint-Martin-de-la-Brasque l’ancien castrum était composé du Castelas et de l’église Saint-Blaise, située à 250 m environ.

53Les autres cas sont plus incertains. Une église Saint-Étienne, construite à 375 m au nord de la motte de Tournefort, dépendait de Silvacane (Constantin 1890, vol. 1 : 523). Elle aurait appartenu aux seigneurs de Tournefort jusqu’au xive s. avant d’être tenue par le chapitre de Saint-Sauveur d’Aix (Coquet 1970 : 147).

54À Gréoux-les-Bains, la motte d’Aurabelle était, semble-t-il, très proche de l’église Saint-Hilaire que la tradition orale et un cadastre ancien placent sur le même relief, à 150 m environ de l’autre côté du fossé. La motte de Lignane à Puyricard présentait sans doute la même organisation puisqu’à environ 150 m au-delà du fossé, un cimetière médiéval a été repéré. L’ancienne église Saint-Pierre de Venelles est peut-être à rechercher à 390 m au nord-est de la motte où des vestiges de sépultures sont présents. Le lien entre la motte du Collet Blanc au Puy-Sainte-Réparade et l’église Saint-Maurice, située à 1 200 m à l’ouest, est vraisemblable mais ne sera sans doute jamais prouvé. À la Roque de Draix, l’église Notre-Dame est située en fond de vallée, à 600 m de la motte, au hameau appelé la Rouine.

  • 12 Cart. Marseille, 684.

55Parfois, la distance dépasse 1 000 m et le rattachement de l’édifice religieux à la fortification devient problématique, surtout en l’absence de texte. L’église Saint-Marcellin de Niozelles était éloignée de la Roca d’environ 1 100 m. Or, si la charte de 103112 mentionne les deux sites, elle ne nous apprend rien sur leurs rapports respectifs. Il ressort du texte que l’église, située dans la villa Nuazellas, était au centre du territoire donné à l’abbaye marseillaise. L’étude du terroir a montré que ces terres étaient sans doute auparavant dépendantes de la motte. Il est donc vraisemblable que les deux sites étaient en relation étroite. Mais pourquoi une telle distance ? On peut supposer, sans pouvoir en apporter la preuve, que l’église existait déjà avant la motte et que cette dernière a été s’établir à l’endroit topographiquement le plus favorable qui n’était pas nécessairement proche et, éventuellement, sous la contrainte de considérations foncières que nous ignorons. Ce schéma semble valoir pour un site voisin : la Moutte de Villeneuve. Dans ce cas, on sait que l’église Saint-Saturnin existait dès le début du ixe s. Elle a donc précédé dans le temps la motte située à 580 m de là. De la même façon, l’église Sainte-Marie de Volx existait également en 812 puis est devenue l’église paroissiale attachée au castrum de la Roche Amère, attesté dès le xie s. Il n’est donc pas rare qu’une église ait précédé la fortification de façon d’ailleurs tout à fait logique puisque les terroirs étaient déjà occupés avant que ne se développe le phénomène castral (Fixot 1994 :36-48). On peut donc proposer une hypothèse pour une recherche future : lorsque la motte et l’église sont proches, les deux auraient été créées en même temps. Lorsqu’elles sont éloignées, plus de 600 m, par exemple, l’église a pu préexister.

  • 13 Le culte à Saint Antoine s’est répandu à partir de 1070, date du retour des reliques du saint en Da (...)
  • 14 Cart. Marseille, 239
  • 15 Cart. Marseille, 240, 243, 244, 246, 247.
  • 16 Coord. Lambert : X = 883 162, Y = 175 700. D’après Michel Fixot, la première mention du culte à Sai (...)
  • 17 Actes et lettres Charles 1er, 47 n° 190.

56Pour les autres sites, les indices sont très insuffisants. Soit que l’on soit incapable de rattacher le moindre indice d’église à la motte, comme à Villeneuve / la Tourrache, à Riez / Mauroue ou à Rousset / le Pigeonnier soit que ces indices puissent être fortuits. Ainsi à Allemagne-en-Provence, dans la vallée du Colostre, à 300 m de la Moutte, un lieu-dit Saint-Antoine indique vraisemblablement l’emplacement d’une église dont la consécration peut remonter au xie s.13 mais rien ne prouve actuellement un lien avec la motte. À Fox-Amphoux, l’église Notre-Dame, aujourd’hui disparue, avait peut-être un rapport avec la Moutte, mais rien n’est moins sûr. De même qu’on ne saurait replacer dans le terroir l’église Saint-Victor de Gontard à La Roque-d’Anthéron qui n’est peut-être pas contemporaine du castrum. En effet, elle est mentionnée pour la première fois en 104614 alors que le castrum était détruit depuis plusieurs décennies et que des donations à Saint-Victor avaient été faites entre-temps15. L’église a donc pu être construite par les moines. Elle aurait été restaurée en 1610 et ses derniers vestiges auraient disparu lors de travaux sur la Durance (Coquet 1970 : 148 n.39). Un lieu-dit Saint-Christophe est situé au pied du castrum, mais la présence de cet hagionyme ne prouve pas, là non plus, l’existence passée d’une église. Parfois également, un lieu de culte proche est connu pour avoir appartenu à une institution religieuse sans que l’on puisse établir un lien avec la motte proche. C’est le cas à La Tour-d’Aigues / le Tourel où l’église d’un couvent a été construite au bord de l’Èze à la fin du xve s. On ne sait si elle succédait alors à un édifice antérieur qui aurait pu appartenir à la motte. Parfois enfin, une église est restée alors qu’on ignore si une fortification a disparu ou si elle a même existé. C’est ainsi qu’à l’ouest de Valensole, en bordure de la Durance, l’église Sainte-Magdeleine16 à proximité du village de Villedieu appartenait à un castrum médiéval17 qui n’a laissé aucune trace sur le terrain.

57Il ressort de ces observations qu’une église était fréquemment associée à une motte. Parfois l’édifice religieux a préexisté au castrum mais ne desservait sans doute qu’une population à l’habitat disséminé dans le terroir. Il est arrivé, par contre, que l’église soit construite après la fortification comme le montre la charte relative au site de Podium sanguinetum.

4.8 Les voies

  • 18 Cart. Marseille, 684.

58Un certain nombre de sites sont situés en bordure ou à proximité de voies de circulation. L’idée, très répandue, du « contrôle » des voies est en fait extrêmement difficile à étayer et sans doute abusive. On se heurte à ce sujet au mutisme des textes et à l’impuissance de l’archéologie à répondre à ce type de question. Les mottes étaient des lieux habités au cœur de terroirs qui l’étaient également, sans doute de façon diffuse, au xie s. tout au moins. Par conséquent, il est tout à fait naturel que ces endroits aient été desservis par des voies d’accès, la plupart du temps très antérieures. Ainsi la rive gauche de la vallée du Colostre était parcourue, au moins dès la période romaine, par une voie menant de Vinon à Riez au bord de laquelle une borne milliaire a été découverte (Borgard 2003 :31-34). Les sites médiévaux d’Allemagne, en position dominante par rapport à la vallée, se sont donc nécessairement trouvés proches de cet axe de circulation. La motte de Tournefort, quant à elle, est proche du carrefour de Conil où convergent des routes également en fonction depuis l’Antiquité (Coquet 1970 :34-44). La situation de celle de Niozelles est assez semblable. Là, d’ailleurs, une charte de 103118 prend explicitement les voies pour repères : l’une (fig.38), qui monte du Lauzon, passe à la motte (roca de Aldefred) et poursuit, vers Pierrerue, jusqu’à l’autre, la voie antique dite « domitienne », comme on l’a dit dans un précédent chapitre (§ 2.11.1). Mais, à cet endroit, la topographie offrait un site propice à l’installation de la fortification, indépendamment de la présence de la voie. Tout à fait similaire semble être le cas de la motte de Lignane, établie sur une butte naturelle en bordure de l’ancien chemin d’Aix à Avignon mais dont on ne peut savoir, non plus, si elle avait une fonction particulière par rapport à cet axe qui existait depuis l’Antiquité.

59Deux établissements seulement peuvent avoir un lien direct avec une voie. Le premier, la Moutte de Villeneuve, est situé en bordure immédiate du chemin mentionné en 1031 et qui mène à la motte de Niozelles et à Pierrerue. Comme on l’a déjà souligné, cette motte n’était pas du tout perchée, faiblesse qui, de plus, n’est pas compensée par une masse imposante. Elle est au contraire de dimensions très modestes. On a alors l’impression que la voie a été un élément déterminant dans le choix de son implantation. Mais, si tel est le cas, on ne saurait en donner la raison. Le second exemple est celui de Gontard où une voie arrivait d’Aix, après être passée par Tournefort, pour traverser la Durance vers Cadenet (Lonchambon 2001 : 45-50). Ce port, mentionné dès 1037, était situé au pied du castrum. Bien que les textes ne le disent pas, il paraît clair que la fortification contrôlait le passage qui devait fournir des revenus, que ce soit par l’activité des passeurs ou par le péage qui n’est, toutefois, mentionné qu’à partir du début du xive s. On peut ajouter à ces exemples celui, plus ambigu, du castrum de Saint-Martin-de-la-Brasque. Il avait été, jusqu’au milieu du xiiie s., le lieu de perception d’un péage (Fixot 1975 :86). Dans ce cas, le positionnement de la motte à proximité d’une voie était nécessaire mais rien ne prouve que l’exercice de ce droit ait été la raison qui a motivé l’établissement de la motte à cet endroit.

60Que ce soit le long d’axes importants, comme la voie domitienne et celle d’Aix à Avignon ou en bordure de chemins secondaires, dont on ignore généralement la datation, on ne dispose d’aucune série de sites qui aurait pu accréditer l’idée d’implantations intentionnelles et quelque peu systématiques. Il est, a fortiori, impossible de citer un seul cas où une motte serait à l’origine du tracé d’un chemin. À Gontard, c’est l’existence du gué qui a dû générer la constitution du castrum et non l’inverse. C’est plutôt vers l’occupation des terroirs qu’il faut rechercher les raisons qui ont présidé au choix des lieux d’implantation des mottes.

4.9 Insertion dans le terroir

61En dehors des aspects strictement physiques, les premières petites fortifications privées ne peuvent être considérées que par rapport à leur terroir, espace qu’elles occupent et dominent physiquement et juridiquement à tel point que le mot castrum a très vite désigné l’ensemble du territoire attaché au château. La constitution des territorria en même temps que la mise en place des fortifications privées est un phénomène que Michel Fixot a déjà mis en évidence pour d’autres parties de la Provence (Fixot 1975). La question se pose alors de l’étendue de ces territoires et de la position que la motte y occupait. S’y trouve-t-elle en situation centrale ou périphérique ? Son terroir lui-même est-il au cœur d’un peuplement ou cantonné dans des marges ? La confrontation des textes, peu nombreux et rarement explicites, et des observations de terrain permet quelques observations même si imprécisions et incertitudes restent nombreuses.

62En premier lieu, il serait infondé et d’ailleurs illogique d’accréditer l’idée selon laquelle tous ces petits châteaux étaient organisés en réseaux pour contrôler le territoire. Certes, il semble, comme on le verra plus loin, que la multiplication des fortifications privées ait fini par produire un maillage géographique serré, mais celui-ci ne résulte que de la juxtaposition de créations liées à l’initiative locale ; un maillage, sans doute, mais certainement pas un réseau. Même si les historiens en débattent actuellement, ils s’accordent pour admettre, aux xe et xie s., un affaiblissement du pouvoir comtal qui, de ce fait n’était pas en position d’organiser des réseaux castraux

4.9.1 Un exemple privilégié d’étude : le plateau de Valensole

  • 19 Cart. Cluny, 105-106.
  • 20 Le vicus subsiste dans le toponyme Barras, hameau situé à 3 200 m à l’ouest de Valensole.
  • 21 Cart. Cluny, 105.
  • 22 Cart. Cluny, 106.
  • 23 Cart. Cluny, 105.
  • 24 D’après Jean-Pierre Poly (Poly 1997 : 155), le grand-père de Maïeul aurait reçu, en précaire d’un é (...)
  • 25 Cart. Cluny, 1837.
  • 26 Toponyme identifié par Élisabeth Sauze.

63Le plateau de Valensole fournit à cet égard une zone privilégiée d’observation grâce aux possessions que l’abbaye de Cluny avait reçues de Maïeul. Elles font l’objet de mentions dès les premières années du xe s. et jusque vers 1037. Les plus anciennes chartes ont été rédigées le 3 septembre 90919 et montrent l’étendue considérable des biens de Fouquier, père de Maïeul. La première décrit les biens qu’il donne en usufruit à son épouse Raymonde dans les comtés d’Apt, Aix, Sisteron et Riez. La seconde consigne son alleu dans le comté de Riez en reprenant presque mot pour mot les termes de la précédente. L’ensemble (fig. 106) est composé de plusieurs villae dont certaines sont encore identifiables : en premier lieu, dans l’ager Varracensis (Poly 1997 : 150)20, la villa de Valensole et son église Saint-Maxime, aujourd’hui consacrée à saint Maïeul. Ensuite la « villa Abia »21 ou « Abiacum cum ecclesia in honore Sancte Mariae »22 est identifiable comme le lieu-dit Aubanet (Rosenwein 1994 :33) avec l’église Notre-Dame, à 3 300 m au nord-est de l’agglomération de Valensole. Une autre, nommée Marigas23 ou Margis correspond sans aucun doute aux Marges (les Grandes Marges et les Petites Marges) à 4 500 m au sud-ouest de la ville. Il n’y reste pas trace de l’église Saint-Étienne indiquée dans les textes. Ce domaine clunisien de Valensole se trouva, à la fin du xe s., en possession de la famille des comtes de Provence soit que Maïeul décidât de le leur céder en précaire (Rosenwein 1994 : 27) soit que les grands provençaux s’en soient emparé à la faveur des troubles qui opposèrent au xe s. les Guillelmides, dont faisait partie le père de Maïeul (Iogna-Prat 1994 : 9), aux Bourguignons de Bozon. Ces épisodes ont été analysés par Jean-Pierre Poly (Poly 1976 : 92-95) pour qui le domaine de Maïeul ne fut concédé en précaire au comte Guillaume 1er vers 990 que pour légitimer une possession d’origine douteuse24. Cette cession marqua le début d’une restitution qui paraît avoir été longue et pleine des péripéties grâce auxquelles nous disposons de plusieurs textes. Dans la première charte datée des environs de 990, Guillaume 1er, demande qu’après sa mort, retourne à l’abbaye de Cluny la villa de Valensole que Maïeul lui avait donnée et qu’il possède en indivision avec son frère Roubaud25. La plupart des confronts sont reconnaissables (Poly 1997 : 174-176) et permettent de situer ce domaine qui correspond, en grande partie, à l’actuelle commune de Valensole. D’un côté la limite descend par la vallée Sigomagna dont le nom subsiste au lieu-dit Seguin, immédiatement après l’Ubac de la Font Sainte. Cette vallée, aujourd’hui appelée Ravin de la Combe, prend naissance aux abords du lieu-dit le Grand Champ Clos, à la limite du territoire de Brunet. En poursuivant jusqu’à la Durance, la limite rejoint la Valle Longa, aujourd’hui Ravin de Vallelongue qui marque la limite entre les communes de Gréoux-les-Bains et de Valensole. Ce vallon se forme à environ 1 200 m à l’ouest des Grandes Marges, « ad finem que nominant Marginis ». Dans la partie est, la limite va de la vallée « que dicitur Albidro », aujourd’hui Ravin d’Aubeire26, limite entre les territoires de Riez et de Valensole. Le lieu-dit Aubeire est situé à 6 200 m à l’est-nord-est de l’agglomération. De là, le confront se poursuit jusqu’à la voie publique qui descend à Brunet. Au sud, la limite suit le Ravin d’Aubeire jusqu’aux Marges. Enfin à l’ouest, elle suit la vallée Sigomagna jusqu’à la voie de Brunet. L’ensemble de ces confronts délimite le territoire de la commune de Valensole à l’exception tout à fait notable du territoire du Bars qui se trouve, de ce fait, délimité négativement : au nord, la vallée de l’Asse, à l’ouest, celle de la Durance, au sud le ravin de la Combe (vallée Sigomagna) et à l’est la limite actuelle de Valensole, du lieu-dit le Grand Champ Clos jusqu’à l’Asse. En suivant la ligne de piémont, afin d’exclure les zones inondables, cet ensemble représente une surface d’environ 16 km2.

FIG. 106 Les terres de Maïeul sur le plateau de Valensole.

FIG. 106 Les terres de Maïeul sur le plateau de Valensole.
  • 27 Cart. Cluny, 2268.
  • 28 Cart. Cluny, 2284.
  • 29 Cart. Marseille, 630.
  • 30 Jean-Pierre Poly (Poly 1997 : 151 n. 66), propose l’étymologie saeptam fontem, « source close » qui (...)
  • 31 D’après Élisabeth Sauze, Diliada a formé « dieu », ainsi Villedieu est la forme française de Villa (...)
  • 32 Cart. Cluny, 2917.
  • 33 Cart. Cluny, 2916.

64La mention de castra dans cette zone commence à la fin du xe s. En effet, à partir des environs de 99427 apparaît la mention d’un castrum Arginzoscum qui reste encore non localisé mais qui devrait se situer vers Saint-Martin-de-Brômes (Pécout 1998 : 234). Le Bars, quant à lui, est dominé par le site de la Moutte qui justifie le terme de castrum utilisé dans une charte dont la datation est toutefois plus imprécise (994-1032)28 dans laquelle Eldebert et sa femme Stéphanie font don d’un manse à Cluny. Ces personnages n’appartiennent pas à la famille comtale mais à celle des Riez puisque Eldebert est le frère de l’évêque de Riez Almerade et de Guérin, « prince de Riez » (Rosenwein 1997 : 135 ; Magnani Soares-Christen 1999 : 67). Ils précisent tenir ces terres « ex alode parentorum nostrorum ». En 1018, la comtesse Adalaïs, veuve de Guillaume 1er, donna à l’abbaye de Saint-Victor de Marseille29 un territoire qui venait du patrimoine de Maïeul : la villa Septem Fontes, aujourd’hui encore identifiable dans le toponyme Ubac de la Font Sainte30, situé à 3 200 m au nord-ouest de la ville de Valensole. Les limites sont les suivantes : à l’est, la terre de Valensole, à l’ouest, celle du Bars et de Mirabeau, au sud la limite de Gréoux-les-Bains, au nord, la Durance. Le toponyme Mirabeau ne peut être identifié dans cette zone ; il ne persiste nulle part et les sites d’où l’on voit un vaste panorama sont très nombreux au bord du plateau, au-dessus de la vallée de la Durance. Il est à souligner qu’aucune terre ne peut avoir à proprement parler la Durance pour limite nord. Cela signifie que les orientations données ne prétendent pas à la précision géographique mais servent de simples repères par rapport aux autres confronts. Toutefois, si on se place au débouché de Vallongue, la Durance, par son orientation vers le nord-est, peut être considérée comme se situant au nord. Une vingtaine d’années plus tard, la terre ci-dessus était toujours en possession des comtes de Provence. Le toponyme Diliada, dans lequel on reconnaît celui de Villedieu31, situé à l’extrémité ouest de ce terroir, était désormais associé à la Font Sainte. En effet, en 1037, le comte Guillaume III32 donna ces terres à Cluny, donation confirmée par ses cousins Geoffroy et Bertrand33. Dans ces textes, Diliadam et Septem Fontes sont qualifiés de « villulae » et se jouxtent pour former une seule terre. Ce diminutif peut signifier que ces terroirs résultaient de la division d’une villa auparavant plus étendue. L’ensemble du territoire de la Font Sainte et Villedieu, mesure environ 39 km2. Chacune de ces villule aurait alors une surface moyenne proche de 20 km2, surface comparable à celle du castrum de la motte du Bars. Quoi qu’il en soit, chaque territoire constitué n’avait pas nécessairement de fortification. Par exemple, une prospection attentive n’a pas permis de détecter la présence d’un site fortifié à proximité de Villedieu où l’église Sainte-Madeleine reste le seul témoin datable du xie s. Il en va de même au sujet de Septem Fontes : un relief dont la pente nord, nommée Ubac de la Font Sainte, était a priori favorable car formé en éperon, à la jonction du Ravin de la Combe et du Ravin des Cognets. On a pu constater sur le terrain qu’il n’y a jamais eu de motte à cet endroit.

  • 34 Actes et lettres Charles 1er, 47 n° 190.
  • 35 Pouillés, 108.

65Qu’est-il advenu de ces terres ? Elles sont restées en possession de l’abbaye de Cluny jusqu’au xve s. au moins. Une charte de 1270 nomme trois castra : Valensole, Villedieu et Le Bars34. Quelques années plus tard, en 1274, les comptes de décimes35 en distinguent les trois églises. En 1415 Le Bars et Villedieu furent pris à ferme par Pons de Rousset (Coulet 1988 : 293) dont le château, reconstruit à l’époque moderne, est encore visible à 5 300 m au sud de Villedieu.

  • 36 Cart. Cluny, 2285.
  • 37 Cart. Cluny, 1866, 1990, 1991.

66Compte tenu des éléments précédents, il est possible de replacer la motte du Bars dans son contexte historique. Il faut d’abord souligner qu’il est exceptionnel que le territoire d’une motte soit délimité avec autant de précision. La documentation écrite montre que le castrum du Bars est déjà établi aux environs de l’an Mil et sans doute dès la fin du xe s., à l’instar de son voisin, celui d’Archinzoscum. Contrairement à la plupart des terres de Valensole qui étaient tenues, sans doute par accaparement, par les comtes de Provence, le castrum du Bars appartenait à la famille de Riez. D’ailleurs, d’autres biens de ce territoire étaient alors aux mains de personnages qui leur étaient apparentés ou alliés comme le montre une donation au lieu-dit Arelenna36 (Magnani Soares-Christen 1999 : 69), aujourd’hui hameau d’Arlane, à 3 500 m à l’est de Valensole. Cette donation était faite par le couple Dodo et Belilde qui vendait à Cluny, pour vingt-huit sous et une épée, des terres « que nobis de propriétate nostra advenit… ». Dans ce cas, comme dans celui du Bars, les donateurs précisaient qu’ils étaient aleutiers et ne tenaient donc pas ces biens du patrimoine de Maïeul. Sans doute les possédaient-ils du temps de Fouquier, avant les usurpations des partisans d’Hugues d’Arles. En tout cas, on ne peut que relever la position enclavée du territoire du Bars dans les biens possédés par Maïeul et ses précaristes comtaux. C’est sans doute cette situation qui justifiait qu’une motte fut édifiée, sans doute par Eldebert de Riez, affirmation de la possession du terroir et revendication d’existence face à de puissants voisins. Ces prétentions sont d’ailleurs perceptibles dans les réclamations que l’évêque Almérade de Riez, frère du précédent, avait soutenues face à Cluny au sujet de droits sur l’église de Valensole et son patrimoine37 (Magnani Soares-Christen 1999 : 29). En cohérence avec les éléments qui précèdent, la fouille de la motte du Bars a prouvé, on l’a vu (§3.1.6), une occupation proche de l’an Mil. Toutefois, les indices archéologiques placent cette séquence plutôt dans les deux premières décénies du xie s. qu’à la fin du xe.

  • 38 Cart. Cluny, 105-106.

67On a vu, à la lecture des chartes, que nombre de terroirs mentionnés au début du xe s., avant que n’apparaissent les châteaux privés, possédaient une église. Jusqu’alors, seule celle-ci semble avoir été le point d’organisation d’un peuplement sans doute dispersé dans le terroir. C’est le cas de Valensole dont l’église Saint-Maxime est mentionnée dès 90938 de même que Abiacum avec l’église Sainte-Marie et une autre « villa cum ecclesia Sancti Tirsi ». On a vu plus haut qu’aux confins de Lambesc (Albanès 1882 : 186), l’église Saint-Jean de Valbonnette semble également avoir préexisté à la motte. De même l’abbaye de Saint-Victor de Marseille reçut, en 1073, l’église Notre-Dame au versant méridional de la montagne de Lure, où les textes ne mentionnent pas de castrum.

4.9.2 La basse vallée de la Durance : densité et étendue des terroirs

68S’il reste difficile de mesurer l’étendue des territoires placés sous la dépendance des mottes, faute de pouvoir disposer de limites précises, il est toutefois possible d’approcher une densité des sites lorsque nous disposons d’un échantillon suffisamment grand, comme c’est le cas dans la basse vallée de la Durance (fig. 107). Une dizaine de sites ont été décrits précédemment, qui s’échelonnent sur le versant sud de la vallée, dans les Bouches-du-Rhône, entre Mallemort et Venelles : Mallemort / la Moutte, Lambesc / Valbonnette, La Roque-d’Anthéron / le Castellas, Gontard, Saint-Estève-Janson, Puy-Sainte-Réparade / le Collet Blanc, Félines, Venelles / le Castelas, petites fortifications qui ont très certainement coexisté au xie s. Pour cette raison, on a exclu la motte de Tournefort qui semble plus tardive et ne se situe pas directement sur la vallée de la Durance. Par ailleurs, on n’a pas encore trouvé l’emplacement du castrum de Podium Sanguinetum à placer sans doute entre Mallemort et Valbonnette. Les distances séparant ces sites sont les suivantes (tabl. X) :

FIG. 107 Les sites de la basse vallée de la Durance.

FIG. 107 Les sites de la basse vallée de la Durance.

TABL. X Distance séparant les mottes.

de

à

distance

Mallemort / la Moutte

Lambesc / Valbonnette

7000 m

Lambesc / Valbonnette

La Roque-d’Anthéron / le Castellas

3200 m

La Roque-d’Anthéron / le Castelas

Gontard

4000 m

Gontard

Saint-Estève-Janson

3600 m

Saint-Estève-Janson

Le Puy-Sainte-Réparade / le Collet blanc

5000 m

Le Puy-Sainte-Réparade / le Collet Blanc

Félines

3500 m

Félines

le Castelas / Venelles

3300 m

69La distance moyenne est alors de 4 228 m mais la plus grande fréquence se situe autour 3 500 m. D’ailleurs, si on suppose un castrum de Podium Sanguinetum à mi-chemin entre Mallemort et Valbonnette, la moyenne serait de 3700 m. S’il se plaçait vers le lieu-dit Roque-Rousse, qui est distant de Mallemort et de Valbonnette de respectivement de 6 500 et 6 000 m, la distance moyenne atteindrait 3 900 m. Chacun de ces petits châteaux primitifs couvrait par conséquent un territoire d’un rayon compris entre 1 500 et 2 000 m. Du côté de la Durance cette distance était souvent plus courte si l’on considère les zones inondables, comme à Gontard, à Saint-Estève-Janson, Valbonnette ou Mallemort. En revanche, elle était certainement plus grande sur les reliefs, vers le sud, bien qu’il ne soit pas possible d’en connaître les limites exactes. Cette forte densité de sites n’est certainement pas généralisable ; elle correspond sans doute à une aire assez fortement peuplée autour du xie s., alors que d’autres zones géographiques étaient sans doute plus désertes. Des rayons compris entre 1 500 et 2 000 m correspondent à des aires de 7 à 12,5 km2, dimensions à rapprocher des territoires individualisés au nord-ouest du plateau de Valensole et qui atteignent 15 à 20 km2. En Gascogne, pour des châteaux plus tardifs on observe une densité de l’ordre d’une forteresse pour 10 km (Cursente 1980 : 56).

  • 39 Cart. Marseille, 684.
  • 40 Cart. Marseille, 919.
  • 41 Cart. Marseille, 16, 247.

70Les chartes des xe et xie s. montrent que la majorité des confronts reconnaissables sont naturels : rivières, vallées et lignes de crêtes. Il faut y ajouter les voies. Ainsi à Niozelles la charte de 103139 limite la terre donnée par deux voies, une rivière et le haut d’une montagne. Sur le plateau de Valensole ce sont essentiellement la Durance, des vallées et une voie. À Lambesc / Valbonnette les limites actuelles suivent encore strictement les lignes de crêtes qui circonscrivent la vallée. À Saint-Étienne-les-Orgues, la charte de donation de l’église Notre-Dame donne pour limites, à l’est, la combe de Chavalet et, à l’ouest, la limite d’Ongles qui, elle-même, épouse une ligne de crêtes. Il semble donc que lorsque ces territoires se sont constitués ils ne se sont pas déterminés par rapport à des limites foncières existantes mais comme si, dans des terres inoccupées, on s’était contenté de chercher des frontières naturelles. Les limites des anciennes paroisses, qui correspondent généralement aux communes actuelles, conservent souvent ces bornages appuyés sur le relief comme, par exemple, le ravin de Vallongue, cité plus haut, qui marque encore aujourd’hui la limite entre Gréoux-les-Bains et Valensole. À l’instar de ce qu’on observe dans cette zone, il apparaît que certains bornages de domaines plus anciens ont été conservés et que des territoria se sont constitués par divisions à l’intérieur de leurs limites. On perçoit également ce morcellement, dans la vallée de la Durance, au cours du xie s. lorsque Teubert de Roca, titulaire du Castelas de la Roque-d’Anthéron, donna, en 1048, le Mont-Goiron et l’église de Valbonnette où se constituait un castrum. Un peu plus tard, et à proximité, l’archevêque d’Aix40 donna l’autorisation de construire une église dans la forêt située devant le castrum de Podium Sanguinetum qui, lui, existait depuis au moins 104041. Or cette construction dans la forêt montre une densification de l’occupation vers des territoires vierges et témoigne de la constitution du réseau paroissial.

71Il est rare de trouver dans les textes les descriptions précises des terroirs mais on est souvent frappé, lors des prospections, de considérer sur le terrain, souvent au pied même des fortifications, des ensembles agricoles encore actuels, fermes et finages, qui aident à comprendre les raisons de ces implantations (Fixot 1973-1974 : 282). À Niozelles, outre la terre de l’église Saint-Marcellin, donnée aux moines, on voit encore, au sud de la motte, les vastes pièces de terre que la charte appelle « condamine du seigneur » et que les terriers du xviie s. désignent comme « tènement noble de la Grande Bastide ». À Valbonnette, la motte était au cœur du domaine de fond de vallée qui est encore aujourd’hui planté de vignes et d’arbres fruitiers. Le site le plus démonstratif à cet égard est sans conteste la Moutte de Fox-Amphoux qui domine une vaste plaine de plus de 400 ha dont le centre était d’ailleurs occupé dans l’antiquité par une villa gallo-romaine au lieu-dit le Logis (Brun 1999 : 412-415), carrefour ou convergent actuellement cinq routes. Terroir plus modeste mais tout aussi bien délimité : la vallée de Draix, encore en exploitation aujourd’hui, entre la motte, au nord, et le Défens de la Motte qui lui fait face. Pour les sites de la basse vallée de la Durance, comme pour ceux des franges du plateau de Valensole, s’il est facile de constater les limites du côté des terres inondables, il est en revanche impossible d’estimer l’emprise des terres agricoles. Sans doute les zones de piémont étaient-elles largement mises en œuvre y compris pour des activités piscicoles, comme le montre la charte, déjà citée, relative au Podium Sanguinetum, mais on serait bien en peine de savoir si sur les hauteurs et les plateaux, des terres étaient cultivées ou constituaient simplement des zones boisées qui, d’ailleurs, étaient également d’une grande utilité.

4.9.3 Position périphérique : motte et bastide

72À l’instar de la motte du Bars, plusieurs autres occupent une position très excentrée, voire aux confins d’un terroir. C’est le cas de la motte d’Aurabelle, sur la commune de Gréoux-les-Bains. On retiendra, dans un premier temps, la position topographique remarquable de ce castrum en marge du terroir de Gréoux-les-Bains. On a dit, dans un chapitre précédent (§3.1.11), que cette motte était au cœur d’un petit terroir qui n’a été intégré à la seigneurie de Gréoux qu’à partir du milieu du xve s., après avoir appartenu, au moins pour partie, aux Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en 1280 et à Hugues des Baux, seigneur d’Allemagne, au moins entre 1288 et 1304. Seule une fouille permettrait de préciser la période d’apparition de cette fortification. Sa situation topographique est remarquable à deux égards. D’une part, son territoire est assez facilement mesurable en prenant pour limite nord, le Verdon (en excluant les zones inondables), au sud, Saint-Julien-le-Montanier, à l’ouest, Vinon et enfin, à l’est, la limite de Gréoux -les-Bains : soit une surface de près de 10,4 km2, assez modeste par rapport à la moyenne estimée plus haut pour la basse vallée de la Durance. D’autre part, la motte est exactement située sur la limite entre Gréoux-les-Bains et Vinon-sur-Verdon, qui passe au pied du tertre, à l’ouest, comme si la motte était là en situation avancée et barrait l’accès à son terroir. Cette position de défense d’une « frontière » est d’ailleurs observable à l’extrême ouest de la Provence où l’établissement camarguais d’Albaron fait face à celui appelée la Motte, sur la commune de Saint-Gilles, de l’autre côté du Rhône. Sur le plateau de Valensole, la motte de Mauroue semble également positionnée en marge du territoire de Riez, à la limite de la commune de Puimoisson.

73Si certaines de ces mottes, en position excentrée, peuvent avoir été fondées au xie s., il semble que ce soit le plus souvent le cas des sites les plus tardifs, mottes de troisième génération souvent qualifiées de « bastides ». En étudiant les châteaux dans la campagne de Pelissanne, Michel Fixot (Fixot 1973-1974 : 253-257) avait mis en évidence cette nouvelle génération de petites fortifications : les bastides, dont les premières apparurent durant la première moitié du xiiie s. La bastide de la Penne, par exemple, ne présente guère de différences avec une motte plus ancienne. Sa construction, antérieure à 1246, eut pour objectif de permettre à la famille d’Aurons de se constituer un territorium dans les marges de celui de Pelissanne. La bastide de Bonrecueil, sur le territoire de la Barben, présente des caractéristiques très proches. Ces fortifications sont appelées dans les textes bastida ou turris.

  • 42 GCN, Instr. XVIII col. 23.
  • 43 ABDRA, B 278.

74Parmi l’ensemble des sites étudiés ici, certains semblent pouvoir correspondre à cette dernière génération. En sélectionnant les cas qui ne semblent pas être antérieurs au xiiie s. et dont la position géographique est périphérique, trois sites sont éligibles : Saint-Paul-lès-Durance / la Plaine de la Grande Bastide, Rognes /Tournefort et Villeneuve / la Tourrache. Pour le premier, la datation xiiie s. a été prouvée par la fouille. Le site est venu s’insérer dans la vallée, à la limite des terroirs de Cadarache et de Saint-Peyre. De plus, les constructions mises au jour étaient organisées autour d’un bâtiment principal rectangulaire de 9,60 x 3,50 m dont la surface hors œuvre (33,6 m2) est très proche de celle de la bastide de la Penne (35 m2). Cette motte s’inscrit tout à fait dans le type des bastides. Le deuxième, Tournefort, implanté en périphérie du terroir de Rognes, est cette motte chemisée dont la plate-forme ne garde, en apparence, pas de vestiges. Sa mention comme « bastida de Tornafort » au début du xiiie s.42 la place sans conteste dans la même catégorie que la précédente. On a souligné également la situation en marge de la motte de Villeneuve / la Tourrache, complètement excentrée sur le territoire communal, à 340 m de la limite de Niozelles et à 510 m de celle de Forcalquier. Peut-être appartenait-elle à Hugues de la Roque de Volx qui fut contraint, pour lui avoir causé des torts, de rendre au comte Guillaume Ier de Forcalquier des biens et des droits qu’il possédait, en 112643 (Poly 1976,324 n. 58), sur le pourtour de sa seigneurie, à Manosque, La Brillanne, Niozelles et Saint-Maime. Des trois sites, c’est celui où la caractérisation en tant que bastide est la moins assurée puisqu’elle ne tient en fait qu’à sa situation géographique. L’hypothèse pourrait être vérifiée par une fouille qui permettrait au moins de déterminer sa séquence chronologique.

75Malgré leur construction tardive, tout au moins pour les deux premiers, ces sites ont en commun d’avoir été fondés sur tertres : ils ont été conçus comme des mottes. Il est certain qu’au xiiie s. (Fixot 1973-1974 : 258), alors qu’existaient de grands châteaux, cette conception révèle un archaïsme qui témoigne sans doute de la puissance symbolique de la motte dans les siècles précédents. D’ailleurs, selon Noël Coulet (Coulet 1988 :731, n. 297), les bastides étaient conçues comme des ensembles fortifiés qui, par la suite seulement, ont pu évoluer en maisons de campagne. Elles se sont établies dans des territoires périphériques avec une nette volonté politique d’affirmer le symbole d’un pouvoir.

76La dénomination de « bastide » n’est pas exempte d’une certaine ambiguïté comme le montre le cas de l’enceinte de Cadrix dans le Var (Fixot 1985 : 289-298). Cette fortification à caractère militaire et résidentiel fut construite au xie s., peut-être à la fin de ce siècle, elle ne prend donc pas place parmi la dernière génération. Mentionnée pour la première fois au début du xiiie s. elle est qualifiée de « bastide » puis de « castrum ». La première expression ne qualifiait certainement pas le site à l’origine puisqu’elle n’était pas utilisée dans les textes du xie s. Il ne s’agit certainement pas d’une approximation de langage car le rédacteur du premier texte distingue clairement 11 bastides contre 350 castra (Coulet 1988 :729 n. 273). Il est probable qu’on ne connaîtra jamais le ou les critères qui fondaient cette distinction. Sur le territoire de la villa de Saint-Maximin, Michel Fixot a vu deux bastides modernes succéder aux fortifications primitives : l’enceinte du xie s. a laissé place à la Bastide de Bayons, située à un kilomètre dans la plaine et le château de Recours, qui a suivi la même évolution. Il arrive, en effet, qu’un site portant le nom de « bastide » soit proche d’une motte comme à Niozelles / la Grande Bastide, ou à Saint-Paul-lès-Durance / la Plaine de la Grande Bastide. Faut-il y voir une solution de continuité entre une fortification primitive et une riche demeure campagnarde ? La démonstration reste à faire. Il est possible qu’ici le mot ne soit utilisé que pour désigner de grosses bâtisses à vocation d’habitat et d’exploitation agricole sans statut particulier. Dans les deux cas, les constructions sont encore en fonction aujourd’hui. À Cadarache, à 1 000 m au nord-ouest de la motte, le bâtiment aujourd’hui occupé par des services du Centre d’études nucléaires est sans aucun doute celui qui a donné son nom à la plaine. Toutefois rien n’indique qu’il ne soit pas moderne. À Niozelles, la configuration est plus complexe. La Grande Bastide est un corps de bâtiments disposés le long de la route nationale et qui domine les grandes pièces de terre que nous avons identifiées comme la condamine du seigneur, citée en 1031. Dans un terrier de 1784 ces terres et les bâtiments sont appelés « tènement noble de la Grande Bastide ». Mais cette appellation ne doit certainement rien à la motte car ces étendues constituaient vraisemblablement la réserve agricole du château moderne, construit au début du xvie s. et qui se dresse encore à l’est du village. Or les bâtiments de la Grande Bastide, situés immédiatement en contrebas de la motte, peuvent également avoir été construits à cette époque, ce qui expliquerait, d’ailleurs, le pillage des ruines de la motte, daté également du xvie s. Il semble, enfin, que les mentions plus tardives emploient le mot « bastide » pour désigner toute grosse bâtisse comme, par exemple, dans le texte de 1417, le Castellet d’Allemagne est désigné « bastide tour ou maison du Castellet ».

4.9.4 Position centrale : la motte et le village

77À l’inverse des exemples précédents, certaines mottes occupent une position centrale dans les terroirs où elles sont, ou ont été, au cœur du peuplement. Cela paraît évident lorsque le nom de la commune a conservé le terme « motte » tel La Motte-du-Caire (Alpes-de-Haute-Provence), La Motte (Var) ou La Motte-d’Aigues (Vaucluse). Parfois la butte est encore visible dans l’agglomération, ou à proximité immédiate, comme dans les deux premiers cas précédents et aux Dourbes, à Aurent, Saint-Martin-les-Eaux, Beaujeu ou Saignon, autour du Castrum medianum. Dans d’autres cas, elles étaient au cœur d’un habitat qui s’est déplacé par la suite, comme à Venelles, Saint-Estève-Janson, le Castellas de La Roque-d’Anthéron, Valbonnette, Allemagne-en-Provence / Saint-Marc ou à Saint-Paul-lès-Durance / Saint-Peyre. D’autres ont, sans doute, trop tôt disparu pour qu’un village ait eu le temps de se former à leur ombre ; c’est sans doute le cas de Niozelles, motte abandonnée dès la première moitié du xie s., et où le village médiéval s’est constitué autour du château plus récent. Sur un ensemble de quarante sites, on en dénombre dix-sept, soit 42 %, autour desquels un village s’est constitué. Mais, le plus souvent, la motte n’est qu’une cause indirecte de la constitution du village dans la mesure où elle s’est transformée, au cours du xiie s., en véritable château, qui a lui même généré l’incastellamento. On observe très clairement cette évolution à Saint-Paul-lès-Durance / Saint-Peyre où la motte est encore visible malgré les structures castrales postérieures.

78En fait, certains sites qui se sont établis dans des marges sont restés à l’écart faute, sans doute, d’avoir pu fixer une population suffisante. Quant aux autres, leurs territoires se sont agrandis au cours du temps. En effet les communes actuelles, qui couvrent en général les mêmes territoires que les paroisses d’ancien régime, s’étendent sur des surfaces nettement plus étendues que les castra primitifs. Les exemples sont très nombreux : Saint-Paul-lès-Durance a inclus Cadarache, La Roque-d’Anthéron comprend le territoire de Gontard, Rognes s’est adjoint deux terroirs qui lui étaient distincts (Tournefort et Beaulieu), Allemagne-en-Provence a absorbé la seigneurie du Castellet, Gréoux-les-Bains celle d’Aurabelle, Riez la motte de Mauroue et son terroir, Valensole les castra du Bars, Villedieu et Rousset. On a également vu plus haut que Consonoves appartient à la commune de Mallefougasse-Augès et que Saint-Étienne-les-Orgues a connu trois pôles de peuplement : Notre-Dame où a été fondée l’abbaye Chalaisienne, Saint-Étienne et les Orgues. Enfin, le territoire de Roquebrune-sur-Argens était au xie s. composé de la villa Palaio avec sa motte, de la villa Burnis et de la villa vallis (Sauze 1999-2000 : 21).

4.10 Villa et castrum

79La documentation utilisée tout au long de cette étude a essentiellement été puisée dans des textes du xie s., période capitale pour la multiplication des petites fortifications privées, comme on l’a montré. Très souvent, pour désigner des territoires, les chartes emploient les termes de villa et de castrum. Les historiens se sont souvent adonnés à l’analyse de la différence supposée entre ces deux mots. Sans prétendre apporter de réponses définitives sur ce point, il est possible de tirer les quelques conclusions qui s’imposent à la lecture des chartes consultées ici.

  • 44 Cart. Marseille, 105-106.

80Le mot villa a servi, dès l’époque carolingienne, à désigner des entités territoriales. Les exemples sont nombreux dans le polyptyque de Wadalde qui décrit en 813-814 les domaines de l’église de Marseille (Sauze 1984). Villa et parfois ager désignaient alors des ensembles à l’intérieur desquels étaient recensés des colonica, vercaria ou villare. Tous les biens donnés dans le comté de Sisteron et de Riez par Fouquier de Valensole à sa femme en 90944, étaient qualifiés de villae.

  • 45 Cart. Cluny, 2268.
  • 46 Cart. Cluny, 2284.

81Ceux donnés à Cluny par le comte Guillem, en 990, portaient le même qualificatif. Des confronts étaient précisés, qui prouvent que l’on entendait bien désigner des territoires. Le terme de castrum ne commence à être utilisé, pour désigner le même terroir, qu’à partir de la fin du xe s.45. Enfin, quand, vers l’an Mil46, le territoire du Bars s’est constitué, autour de la Moutte, une charte mentionne le « castrum qui dicitur Albarno […] vel […] ejus dominium ».

  • 47 Pierre Bonnassie (Bonnassie 1975 : 218) a montré pour la Catalogne, où la documentation est beaucou (...)
  • 48 Cart. Marseille, 565.
  • 49 Actes et lettres Charles 1er, 47, n° 190.

82La villa est donc un territoire habité, comme le montre la présence de manses cultivés et d’églises47. Le mot castrum commence à être utilisé à partir de la fin du xe s. lorsque les petites fortifications privées se sont multipliées. Au cours du xie s., les termes de villa et de castrum sont utilisés simultanément. Dans les textes, l’ambivalence des deux mots est évidente. Leur utilisation simultanée pour désigner une même entité renforce cette impression de synonymie. La motte de Palayson est désignée vers 1055 « castellum vel villa Palaione »48. Il n’y a pas de raison de traduire vel par « et » (Codou 1997 : 284) mais par « ou », signifiant ainsi l’équivalence des termes que l’on perçoit dans d’autres exemples49.

83Il semble, pour résumer, que villa et castrum sont équivalents pour désigner un territoire habité, sans doute de façon diffuse. Ils expriment une même réalité, mais une réalité qui se transforme. Le glissement progressif, jamais vraiment définitif, du premier vers le second, mais, semble-t-il, jamais dans l’autre sens, illustre l’émergence des fortifications dans les terroirs, phénomène dont cette étude entend montrer la réalité sur le terrain : la militarisation des domaines (Fixot 1975 : 67 ; Poly 1976 : 127) que Georges Duby a présentée comme le « morcellement du droit de commander et de punir » (Duby 1973 : 184).

Notes

1 L’abandon des sites perchés a souvent précédé un mouvement de « recolonisation des plaines » soit à la suite du déplacement du château, soit dans le cadre d’une reconquête agraire (Estienne 2004 : 250-252).

2 Le creux observable pour le xiie s. sur la courbe inférieure tient d’abord à la faiblesse de la documentation pour cette période. De plus, certains sites ont connu des réoccupations tardives après abandon, comme à Cadrix ou à Saint-Martin-de-la-Brasque, ce qui a pour effet d’augmenter le nombre de sites sur la période tardive.

3 Les tentatives pour essayer de visualiser sur les cartes le panorama visible à partir des sites sont restées vaines à cause de deux difficultés : la végétation actuelle forme, la plupart du temps, un écran qui empêche de voir au moins une partie des alentours. De plus, pour avoir la véritable vue d’origine, il faudrait monter en haut de la tour qui a disparu en totalité ou en partie (sauf à La Tour-d’Aigues / le Tourel).

4 On a déjà souligné que celui de Gréoux-les-Bains / Aurabelle n’est pas significatif.

5 Cart. Marseille, 31.

6 Précision apportée par Guy Barruol.

7 Cart. Marseille, 223.

8 Cart. Marseille, 58.

9 Cart. Marseille, 534.

10 Cart. Marseille, 684.

11 Cart. Marseille, 1120.

12 Cart. Marseille, 684.

13 Le culte à Saint Antoine s’est répandu à partir de 1070, date du retour des reliques du saint en Dauphiné (cours de licence de Michel Fixot).

14 Cart. Marseille, 239

15 Cart. Marseille, 240, 243, 244, 246, 247.

16 Coord. Lambert : X = 883 162, Y = 175 700. D’après Michel Fixot, la première mention du culte à Sainte Madeleine se place à Aix, à la fin du xie s. Jacques Thirion (Thirion 1980 : 67) date cet édifice du xie s. On s’interroge sur la raison pour laquelle Jean-Pierre Poly (Poly 1997 : 176 n. 115) attribue à cette église le vocable de Saint-Laurent plutôt que Sainte-Madeleine.

17 Actes et lettres Charles 1er, 47 n° 190.

18 Cart. Marseille, 684.

19 Cart. Cluny, 105-106.

20 Le vicus subsiste dans le toponyme Barras, hameau situé à 3 200 m à l’ouest de Valensole.

21 Cart. Cluny, 105.

22 Cart. Cluny, 106.

23 Cart. Cluny, 105.

24 D’après Jean-Pierre Poly (Poly 1997 : 155), le grand-père de Maïeul aurait reçu, en précaire d’un évêque de Valence, le domaine de Valensole « en récompense d’un bon choix politique ». Par la suite, les parents de Maïeul étant morts, le parti bourguignon s’empara de leurs biens jusqu’à la restitution à Cluny par Guillaume le Libérateur.

25 Cart. Cluny, 1837.

26 Toponyme identifié par Élisabeth Sauze.

27 Cart. Cluny, 2268.

28 Cart. Cluny, 2284.

29 Cart. Marseille, 630.

30 Jean-Pierre Poly (Poly 1997 : 151 n. 66), propose l’étymologie saeptam fontem, « source close » qui est possible. Par contre, il affirme à tort que « septemfontes » deviendra le territoire du Bars, l’Albarnum du xe s. puisque, dans une charte (Cart. Marseille, 630), la terre du Bars sert explicitement de limite à Septem Fontes. En réalité, ce sont deux territoires différents puisque limitrophes.

31 D’après Élisabeth Sauze, Diliada a formé « dieu », ainsi Villedieu est la forme française de Villa Diliada.

32 Cart. Cluny, 2917.

33 Cart. Cluny, 2916.

34 Actes et lettres Charles 1er, 47 n° 190.

35 Pouillés, 108.

36 Cart. Cluny, 2285.

37 Cart. Cluny, 1866, 1990, 1991.

38 Cart. Cluny, 105-106.

39 Cart. Marseille, 684.

40 Cart. Marseille, 919.

41 Cart. Marseille, 16, 247.

42 GCN, Instr. XVIII col. 23.

43 ABDRA, B 278.

44 Cart. Marseille, 105-106.

45 Cart. Cluny, 2268.

46 Cart. Cluny, 2284.

47 Pierre Bonnassie (Bonnassie 1975 : 218) a montré pour la Catalogne, où la documentation est beaucoup plus abondante qu’en Provence, que le terme recouvrait en fait des formes de territoires assez différentes.

48 Cart. Marseille, 565.

49 Actes et lettres Charles 1er, 47, n° 190.

Table des illustrations

Titre FIG. 101 Nombre de sites en activité du xe au xive s.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19587/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Titre TABL. IX Sites où l’on décèle au moins un élément à caractère défensif.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19587/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre FIG. 102 Fréquence des hauteurs de perchement.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19587/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre FIG. 103 Fréquence des hauteurs de tertre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19587/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Titre FIG. 104 Chaudol : Le village est installé sur un relief au moins en partie artificiel.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19587/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre FIG. 105 Pourcieux : immédiatement au nord du village, un vaste tertre circulaire supportait peut-être une installation défensive.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19587/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre FIG. 106 Les terres de Maïeul sur le plateau de Valensole.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19587/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre FIG. 107 Les sites de la basse vallée de la Durance.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19587/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 41k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search