Version classiqueVersion mobile

Mottes castrales en Provence

 | 
Daniel Mouton

Chapitre 3. Constitution d’un corpus de sites : une apparente diversité

Texte intégral

1Les recherches sur les mottes de Niozelles et de Saint-Paul-lès-Durance décrites ci-après, ont montré à la fois des similitudes et des spécificités, que ce soit dans l’organisation même des établissements ou du point de vue de la chronologie. Il paraissait hasardeux de dégager des généralités sur un échantillon aussi restreint. Les méthodes de prospection exposées au début de ce travail ont rapidement permis de percevoir la fréquence du phénomène castral. Une longue recherche de terrain a alors été menée de façon à recueillir le plus grand nombre possible d’exemples qui ont permis d’établir un corpus qui va être exposé ci-dessous. Il ne prétend en rien à l’exhaustivité. La prospection est, en effet, un travail sans fin où le hasard tient une place non négligeable. Ainsi le castrum de Podium Sanguinetum, proche de Mallemort (Bouches-du-Rhône), reste introuvable bien qu’il soit attesté dès la première moitié du xie s. À l’inverse, les mottes de Niozelles ou de Saint-Estève-Janson seraient sans doute passées inaperçues si des tessons de céramique n’y avaient été trouvés en ramassage de surface, ce qui n’est pas très fréquent. L’ensemble décrit ci-dessous est donc largement tributaire de la prospection comme le montre la carte de répartition (fig. 1). Chaque site a fait l’objet d’un relevé topographique et d’une recherche documentaire qui sont parfois assez riches d’informations, mais quelquefois les indices restent maigres. Les points communs mais aussi les particularités de ces sites vont permettre de dégager un certain nombre de caractéristiques propres au phénomène des mottes provençales.

2La recherche étant centrée sur le bassin de la Durance, les monographies sont exposées dans un ordre géographique de l’amont vers l’aval, en commençant donc par les Alpes-de-Haute-Provence, à l’est de la rivière d’abord, puis à l’ouest, pour poursuivre avec les Bouches-du-Rhône. Le Var et le Vaucluse viennent ensuite pour seulement trois sites dont chacun apporte des informations importantes. On se reportera utilement à la carte figure 1.

3.1 Alpes-de-Haute-Provence

3.1.1 Beaujeu/la Tour (FIG. 1, n° 36)

  • 1 Coord. Lambert : X = 922 450, Y = 219 395, altitude 1017 m. Cadastre, section B1 nos 15 et 16.

3À 3 600 m au nord-est de la Javie, le petit village de Beaujeu occupe une terrasse d’un fond de vallée appelée Combe Fère, vallée qui rejoint la rivière l’Arigéol, à 150 m vers le sud. Vers l’est, l’agglomération est dominée par un relief de 130 m de haut, appelé la Tour, formant une avancée entre le ravin de la Combe Fère et celui du Bourguet (fig. 40). Le toponyme, avec le terme « la Tour », signale une motte1 établie en extrémité d’éperon et isolée, au nord, par un fossé est-ouest de 10 m de large, une trentaine de mètres de long et environ 3 m de profondeur. Par le fossé, on accède vers l’est à une parcelle d’environ 400 m2 qui peut être une basse-cour. Au sommet de la motte, il ne reste de la tour qu’un pierrier informe de 10 x 7 m, évidé en son centre sur plus d’un mètre de profondeur, sans doute par des fouilleurs clandestins. Il n’est pas possible d’y déceler la forme de cet édifice. Par contre, vers l’est, un mur rectiligne, conservé au moins sur six mètres de long, laisse apparaître trois assises d’un petit appareil (20 cm au maximum) lié par un mortier qui ne subsiste qu’à l’état de traces. Ce rempart formait une enceinte apparemment quadrangulaire qui, compte tenu de la forme du relief, ne devait pas excéder 22 x 15 m. À l’angle sud-est, le mur marque un angle rentrant qui appartient peut-être à un dispositif d’accès. Vers l’est, dans la pente au‑dessous de la motte, un pierrier de 7 m de large et 12 m de longueur semble correspondre à l’effondrement d’un mur. Il a d’ailleurs son symétrique, quoique plus bas, dans la pente ouest. On y trouve des blocs calcaires bien équarris pouvant atteindre 40 cm. Il semble que ces constructions constituaient un rempart qui empêchait d’accéder au site en contournant le fossé par les pentes. Peut-être aussi protégeait-il un habitat regroupé sous la fortification selon une organisation similaire à celle du site de Saint-Peyre, à Saint-Paul-lès-Durance.

FIG. 40 Beaujeu : la Tour.

FIG. 40 Beaujeu : la Tour.
  • 2 Cart. Cluny, 2771.

4Le castrum de Beaujeu existait au moins depuis le premier quart du xie s. En effet Gaudemar et Agnès, de la famille des Mison, vicomtes de Gap (Magnani Soares-Christen 1999 : 42 ; Estienne, Nicolas 1999 : 104), donnèrent au prieuré clunisien de Ganagobie, en 1022-1023, l’église Sainte-Marie du castrum de Beaujeu2.

3.1.2 Draix / la Tour (FIG. 1, n° 35)

5La motte de Draix (fig. 41 et 42) est particulièrement intéressante du point de vue de la toponymie puisqu’elle a pu être découverte grâce à trois toponymes caractéristiques : la Motte, la Tour et la Roche.

FIG. 41 Draix : vestiges de la tour sur la motte, vue du nord-ouest.

FIG. 41 Draix : vestiges de la tour sur la motte, vue du nord-ouest.

FIG. 42 Draix : la Tour.

FIG. 42 Draix : la Tour.
  • 3 Coord. Lambert : 923 187, Y = 211 850, altitude 1071 m. Cadastre, section A, parcelles 213 à 216.
  • 4 Ce terme provient sans doute de « ravine », formation due à l’érosion et très présente dans cette z (...)
  • 5 Cette configuration est semblable à celle observée à Saint-Paul-lès-Durance (Bouches-du-Rhône) où, (...)

6À 2 800 m à l’est du village de Draix3, elle domine la petite vallée dite « ravin du Bouinenc » au fond de laquelle un hameau appelé la Rouine4 se réduit aujourd’hui à une unique exploitation agricole. Parmi les bâtiments, une petite église dédiée à Notre-Dame est axée vers le nord. Elle résulte en fait d’une restauration de fortune à l’extrémité est de l’ancien édifice dont on peut observer les vestiges au ras du sol, vers l’ouest. À environ 550 m au nord-ouest du hameau, le quartier nommé « le Défens de la Motte » a été le premier repéré. Il ne s’agit que d’une colline d’une centaine de mètres de hauteur où rien, dans la topographie, ne permet de supposer l’existence d’une motte. En réalité ce défens appartient au site que l’on peut voir, vers l’est, de l’autre côté de la vallée et qui n’est autre qu’une motte avec sa tour assez bien conservée5. Perché à 157 m au-dessus du hameau de la Rouine, ce petit château est particulièrement bien défendu par la topographie. Il occupe l’extrémité d’un éperon qui s’avance entre le ravin de l’Ubac ou de Bramaret, à l’ouest, et un autre vallon très encaissé, à l’est, le ravin de la Roche ou de l’Hubagon. Au sud et à l’est, l’à-pic est quasiment vertical. À l’ouest la pente aux abords du site est très forte et avoisine75 % ; l’accès est long et pénible. Par contre, au nord, la défense a nécessité le creusement d’un fossé afin de barrer l’éperon. Une barre rocheuse affleure à l’ouest et semble avoir été taillée pour constituer le glacis nord du fossé. Celui-ci est large de 10,6 m et, bien qu’en partie comblé, profond d’un peu moins de cinq mètres par rapport au niveau du sol de la tour. La plate-forme, de plan circulaire, a un diamètre d’environ 11 m.

  • 6 Plusieurs exemples régionaux permettent cette datation. Michel Fixot précise que le chaînage d’angl (...)

7Il est rare qu’une motte ait conservé sa tour. Celle-ci subsiste en élévation jusqu’à 4,20 m. Le plan est carré, de 7,03 m de côté, pour une épaisseur des murs de 1,54 m. L’espace intérieur de 4 x 4 m, laisse une surface de 16 m2, comparable aux 19,23 m2 de la tour de la motte de Niozelles. Dans les élévations, on n’observe aucune particularité architecturale telle qu’une ouverture ou les traces d’un plancher. La construction, de facture très soignée, a été réalisée avec un appareil de calcaire monté au mortier et prélevé à proximité comme l’imposait la topographie. Les chaînages d’angles ont été réalisés avec des blocs parallélépipédiques travaillés en bossage dont les reliefs, laissés bruts, varient de 1,5 à 2,5 cm d’épaisseur. L’aplat des bossages est large de 4 cm, la longueur des blocs est comprise entre 60,5 et 69 cm, l’épaisseur entre 24,5 et 31 cm et la profondeur 32 à 33,5 cm. Ce traitement architectural place la construction de la tour au plus tôt à la fin du xiie s.6

8On sait qu’en 1309 elle appartenait à Bertrand et Dauphin de La Roche puis, en 1336, à Jean de La Roche qui, cette année-là, la donna à Jean de Vintimille (Isnard 1913 :316). Draix et la Roche formaient deux seigneuries distinctes. Dès le viiie s., Draix semble avoir été un lieu habité puisqu’il est désigné sous le nom de Travigio (Sauze 1984 : 19), en 780, comme colonica de la villa Caladius, possession de l’abbaye de Saint-Victor de Marseille. En l’absence de fouille, il est impossible d’en savoir davantage sur la chronologie de ce site et en particulier sur son premier état.

9Au pied de l’éperon, à peu près à mi-chemin entre la motte et le hameau de la Rouine, une bergerie dénommée la Roche conserve le toponyme connu au Moyen Âge Roca Drasii ou Roca de Drays (Isnard 1913 :316). Il est d’ailleurs probable que dans ces pentes bien exposées au sud se soit développé un habitat sous la dépendance de la fortification. Le toponyme la Tour est certes utile pour repérer des sites inédits il reste cependant strictement descriptif. À l’inverse, le terme de motte est exclusivement attaché à ce type de petites fortifications et, l’instar de ce qui a été constaté à Niozelles, la Rocca désigne parfois des sites qui ne sont pas des pitons rocheux mais des simples mottes de profil tronconique.

3.1.3 Digne-les-Bains / les Dourbes (FIG. 1, n° 33)

  • 7 Coord. Lambert : X = 918 075, Y = 203 785, altitude 1057 m. Commune de Digne-les-Bains, Alpes-de-Ha (...)
  • 8 Cart. Marseille, 747.

10Le village des Dourbes (fig. 43 et 44) est blotti à l’est d’un relief qui semble être une motte7. Cette colline en tronc de cône a un plan approximativement circulaire de 58 m de diamètre à la base et 16 m au sommet à 10 m de hauteur. On notera que ces dimensions sont les mêmes que celle de la motte de Niozelles. Vers l’est, on remarque en pied de pente un épaulement caractéristique du façonnement du tertre. Une partie de celui-ci, au sud, a disparu à cause de l’érosion : le terrain particulièrement friable et presque vertical empêche de compléter le relevé. Toutefois, dans cette coupe aucun indice archéologique n’a pu être relevé : ni mobilier ni niveau d’occupation décelable si bien qu’en l’absence de toponyme caractéristique on hésite, malgré son aspect convaincant, à affirmer de façon définitive que cette butte est une motte. Le seul élément positif est une mention du seigneur durant la première moitié du xie s. En effet, Isnard des Dourbes intervint pour une donation en 10358. Au xiiie s., la seigneurie appartenait au comte de Provence (Isnard 1913 : 142-143). Les recherches concernant ce site restent à poursuivre.

FIG. 43 Les Dourbes : la motte, le village, l’église.

FIG. 43 Les Dourbes : la motte, le village, l’église.

FIG. 44 Les Dourbes.

FIG. 44 Les Dourbes.

Le plateau de Valensole

11Sept sites autour de Valensole ont été signalés par Philippe Borgard (Borgard 1983). Ce petit ensemble a d’ailleurs été le noyau géographique de départ de ce travail de recherche sur les mottes.

3.1.4 Puimoisson / Notre-Dame (FIG. 1, n° 18)

12Puimoisson est situé à environ 6 km au nord-nord-est de Riez. Le village actuel occupe, en bordure du plateau, le versant occidental de la vallée de l’Auvestre, petit affluent du Colostre qu’il rejoint en aval de Riez. Cette petite localité aurait été le lieu de la création de l’ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem (Maurel 1897) en 1104.

  • 9 Coord. Lambert : X = 905 094, Y = 179 350, altitude 683 m. Cadastre, section D, parcelles 843, 842, (...)
  • 10 Elle a été découverte par Philippe Borgard qui a remarqué et identifié le tertre à l’occasion d’une (...)

13À 1 400 m au sud-est du village actuel, une colline boisée9 au sommet de forme oblongue constitue sans aucun doute le siège du castrum primitif. Le site occupe, en rebord de plateau, un relief d’érosion façonné dans le poudingue de Valensole sur le versant sud de la vallée de l’Auvestre. L’accès se fait, après le passage à gué de la rivière, par un chemin, sans doute moderne, soigneusement empierré d’un hérisson de galets de rivière qui amène à l’entrée de l’église Notre-Dame. L’ensemble est constitué d’une motte10 et de l’église (fig. 45) qui occupent le sommet du relief sur environ 110 m de long et 40 m de large. L’église, longue de 21,70 m a fait l’objet de plusieurs remaniements. La nef mesurait 11,60 x 8,57 m, dans sa partie la plus ancienne, puis a été agrandie, vers l’ouest, par une construction un peu plus étroite, 14,10 x 7,60 m. Entre le chœur et le chevet, un espace très étroit est occupé par une sacristie au-dessus de laquelle, à l’étage, a été aménagé un très petit logement équipé d’une cheminée décorée d’un ostensoir gravé et coloré. Un autre logement, moderne, (8,57 x 4,16 m) a été adossé au chevet, il est aujourd’hui laissé à l’abandon. À l’autre extrémité, l’entrée de l’église est protégée par un porche de 4,30 x 2,70 m qui semble également d’époque moderne. Cet édifice assez vaste a été construit sur un terre-plein rectangulaire soigneusement aménagé. Au sud et au nord on observe, en effet, un mur de soutènement construit en un appareil de faible module (de 10 à 25 cm) assez irrégulier et monté au mortier. Le mur méridional, observable sur34 m de longueur, est conservé par endroits sur une hauteur de plus de 2 m. Le mur de soutènement septentrional, moins haut que le précédent, marque un angle droit vers le nord sans doute pour rattraper l’élargissement du relief. Un autre mur, transversal aux précédents, à 3,4 m à l’est de l’édifice n’est perceptible que par une arase affleurant à peine. De ces observations il ressort que, préalablement à la construction et surtout au fur et à mesure des agrandissements successifs de l’église, d’importants travaux de terrassement ont fini par former ce vaste terre-plein grossièrement rectangulaire propre à faciliter la circulation autour du sanctuaire. Malheureusement rien n’indique la période à laquelle ces transformations ont été effectuées.

FIG. 45 Puimoisson : Notre-Dame.

FIG. 45 Puimoisson : Notre-Dame.

14À l’extrémité est du site un calvaire moderne a été érigé sur la plate-forme de la motte. Celle-ci semble avoir été façonnée dans le substrat. Le tertre est de plan approximativement circulaire avec un diamètre d’environ 35 m à la base. La plate-forme dont le diamètre est de 10 m, s’élève à un peu moins de 5 m au-dessus du terre-plein de l’église. Aucune trace de construction n’y est visible. On a l’impression que la motte et l’église ont pu être séparées par un fossé qui aurait été comblé lors des travaux de nivellement décrits ci-dessus. On note en effet en pied de pente, à l’ouest du tertre, l’affleurement d’un mur parallèle à celui observé à l’est de l’église. Ils sont distants de 20,60 m et ont pu constituer des aménagements maçonnés d’un fossé de défense. Assez paradoxalement, on ne perçoit pas d’indice de fossé vers l’est, du côté du plateau où pourtant l’accès est plus aisé et le site, par conséquent, plus exposé. De plus, autour de la motte, aucune trace d’une éventuelle enceinte n’est décelable. Sur ce site comme sur la plupart des autres il est difficile, en l’absence de fouilles, de se faire une idée précise de l’organisation d’ensemble. La particularité de celui-ci est d’associer la motte et l’église à seulement quelques mètres de distance, comme à Notre-Dame d’Allemagne-en-Provence et à Saint-Paul-lès-Durance (site de Saint-Peyre).

  • 11 Cart. Lérins 1883, 203-204.
  • 12 Cart. Lérins, 230-323.

15Quelques textes peuvent fournir des indications chronologiques. Ils consignent les donations reçues par l’Ordre naissant des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem et les conflits qui s’ensuivirent. Au xie s., l’abbaye de Lérins bénéficia, comme celles de Cluny et de Saint-Victor de Marseille, de donations de terres appartenant à des lignages nobles. Ainsi en 1033, Adalgarde de Riez11 donna à l’abbaye les biens qu’elle possédait à Puimoisson. En 1093, le seigneur de Roumoules donna son fils Aldebert12 (Magnani Soares-Christen 1999 : 328) à la même abbaye et, en franc alleu, tous les biens qu’il possédait à Puimoisson et qu’il tenait de son mariage avec sa femme Stéphanie. Le texte fait mention du castrum et de la villa de Puimoisson.

3.1.5 Riez / Mauroue (FIG. 1, n° 19)

  • 13 Coord. Lambert : X = 900 950, Y = 179 100, altitude 630 m. Cadastre, section C, parcelle 66.
  • 14 Arch. Relave, 1777.
  • 15 Philippe Borgard, en indique une, à tort, au sud du site (Borgard 1983). En fait, il s’agit en fait (...)

16À environ 4 km au nord-nord-ouest de la ville de Riez, ce site13 est désigné dans un cadastre du xviiie s. comme « éminence appelée la motte »14. Il a été façonné à l’extrémité d’un éperon formé par la conjonction de deux vallons qui entaillent la formation de Valensole (fig. 46 et 47) : le ravin de Mauroue, au nord, et celui du Pas de Laval, au sud-est. Le relief ainsi formé a été barré d’un fossé encore visible, large d’environ 10 m et profond d’au moins 4 m, mais qui a été en grande partie comblé pour permettre le passage d’un chemin qui, contournant le site par le sud, traverse le fossé et monte vers le nord-est pour atteindre le plateau. Le tertre, de profil tronconique, a un diamètre d’environ 45 m à la base et 10 m au niveau de la plateforme sommitale qui domine le fond de vallée d’environ 50 m. La motte est défendue de toutes parts par des pentes à 35 %. Au sommet, une fouille clandestine est visible sous forme d’un cratère d’environ 3 m de diamètre et 0,50 m de profondeur. On y perçoit les vestiges d’une construction de forme courbe constituée de trois assises de petit appareil régulier, peut-être la base d’une tour circulaire mais rien n’est moins sûr. Cette motte semble avoir été dépourvue de basse-cour15 ce qui n’exclut pas qu’un habitat ait pu se développer en pied de pente mais aucune trace n’en a été relevée en prospection.

FIG. 46 Riez : motte de Mauroue, vue de l’ouest.

FIG. 46 Riez : motte de Mauroue, vue de l’ouest.

FIG. 47 Riez : Mauroue.

FIG. 47 Riez : Mauroue.
  • 16 ABDRS, 56 H 4.853.

17La fortification existait en 1198 puisque ce territoire de la « condamine de Mauroue et la motte qui y est incluse » furent alors donnés par Spada et Guillaume Augier de Riez aux Hospitaliers de Puimoisson16. La motte est qualifiée de « durata », c’est-à-dire « renforcée, endurcie ». Le texte exprime donc l’idée d’un ouvrage fortifié et qui, en cette fin de xiie s., semble encore en fonction ou tout au moins en bon état.

3.1.6 Valensole / la Moutte (FIG. 1, n° 30)

  • 17 Coord. Lambert : X = 181 100, Y = 887 150, altitude 475 m. Cadastre, section A, parcelle 243.

18Aux confins nord-ouest de la commune de Valensole, une motte domine la vallée de la Durance17 (fig. 48). Elle est aisément repérable grâce à son toponyme : la Moutte. Cette motte sans basse-cour a été établie à l’extrémité d’un vaste éperon orienté est-ouest, au bord du plateau de Valensole. Ce relief résulte de la conjonction de trois vallées : au sud le ravin du Bars qui reste à sec une partie de l’année, au nord la vallée de l’Asse et à l’ouest celle de la Durance. La motte n’occupe pas la partie la plus haute de l’éperon qui domine la Durance de 200 m ; elle est située dans la pente à 140 m au-dessus du fond de la vallée. La topographie a sans doute été déterminante dans le choix du site. Il est évident que les 140 m de différence d’altitude entre le fond de vallée et le haut de la motte participaient au caractère défensif et démonstratif du site. En effet, en accédant par le sud-ouest, il faut gravir une pente d’environ 40 %. La progression y est rendue encore plus difficile par les galets de la formation glacière qui jonchent le sol. Par contre, à l’est, vers le haut de l’éperon, la défense est moins bonne. Un petit ravin transversal, au nord, semble avoir été prolongé artificiellement vers le sud-est pour tenir lieu de fossé. La situation topographique de cet établissement est particulièrement remarquable : de là, on voit, vers le sud, bien au-delà de Manosque et, vers le nord, jusqu’à Ganagobie. De plus, en contrebas, passent les accès à la vallée de l’Asse, au nord, et au plateau de Valensole par le ravin du Bars, au sud. Vers l’ouest et le sud-ouest s’étend un petit terroir de piémont autour du lieu-dit le Bars où a pu se développer un habitat dépendant de la motte quoique la prospection n’ait rien livré de positif à ce sujet.

FIG. 48 Valensole : la Moutte, près du hameau du Bars, vue de l’ouest.

FIG. 48 Valensole : la Moutte, près du hameau du Bars, vue de l’ouest.

19Cet établissement a fait l’objet d’une fouille programmée dont les résultats permettent d’éclairer certaines questions posées par le site Niozelles. De forme ovale (fig. 49), la butte atteint 40 m à la base dans son grand axe, orienté NO-SE, et 28 m dans son petit axe. De même plan, de 21 x 9,50 m, la plate-forme, à 6 m de hauteur, a été soigneusement aplanie. L’ouvrage est une butte naturelle dont le sommet a été façonné en plate-forme directement dans le substrat de poudingue sans apport de matériaux.

FIG. 49 Valensole : la Moutte, constructions révélées par la fouille.

FIG. 49 Valensole : la Moutte, constructions révélées par la fouille.

20Les fouilles ont mis au jour une maison construite en galets montés au mortier de chaux, mode de construction tout à fait semblable à ce qui se pratiquait encore dans la région à une époque récente. Les murs ont une largeur de 0,50 m. L’édifice a fait l’objet d’une récupération de matériaux, si bien qu’une grande partie des murs était manquante. Toutefois, sous le mur conservé et dans son prolongement vers l’ouest, une banquette de fondation était nettement visible. Elle a pu être observée le long du fossé ainsi que sur le bord nord de la plate-forme. Sur cette base et compte tenu de l’implantation des trous de poteaux, il est possible de restituer une grande partie du plan d’ensemble. Étant donné la faible largeur des murs et la présence d’une porte au rez-de-chaussée la construction n’était pas une tour mais une maison au plan approximativement carré de 6,5 à 6,75 m de côté. À l’intérieur de l’édifice, les traces d’un foyer non aménagé ont été relevées. La façade était pourvue d’une porte de 0,95 m de large, ménagée près de l’angle sud-est du bâtiment. Elle ouvrait, au sud, sur une petite cour, en légère pente vers l’est, réalisée par décaissement du substrat et protégée par un petit talus aménagé d’environ 0,50 m de hauteur destiné, sans doute, à éviter une chute des occupants dans la pente. Ce dispositif, bien conservé mais très modeste, ne pouvait supporter un mur et n’a pas livré de trace de palissade. Il ne peut donc pas être interprété comme un vestige de rempart qui d’ailleurs n’était pas nécessaire, compte tenu de la très forte pente. Trois trous de poteaux disposés à angle droit montrent que cette cour était couverte. Ceci était indispensable puisque l’espace ayant été réalisé par creusement du substrat, le moindre orage l’aurait rempli d’eau, en particulier devant la porte ; l’accès à la maison aurait alors été impossible. Les poutres étaient ancrées dans la façade de la maison. La couverture se poursuivait, vers l’ouest, au-delà de l’angle de l’édifice, elle devait donc marquer un retour et se poursuivre ver le nord. Le mur est de la maison servait sans doute de rempart le long du fossé et se poursuivait, vers le sud, jusqu’au bord de la plate-forme. À l’ouest, au bord de la pente, un vestige de mur d’enceinte a pu être mis au jour, il devait interdire l’accès du côté opposé au fossé. Ce dernier barrait la plateforme et en réduisait la surface d’origine d’environ un tiers. Large d’un peu moins de 2 m et profond 2,50 m, ce très modeste dispositif défensif est venu doubler l’ensellement formé par le ravin naturel qui devait paraître insuffisant pour protéger le site. À l’extrémité est de la plate-forme, de l’autre côté du fossé, un relief oval de 5 x3 m était constitué du remblai de creusement du fossé. Ce relief était intentionnel car il aurait été plus facile de jeter ces résidus dans la pente. Peut-être servait-il de contre-escarpe en accentuant la profondeur du fossé. Son sommet se situait à 1,50 m au-dessus du sol de la maison et, compte tenu de la très faible largeur du fossé, il aurait été facile à un attaquant de se placer à cet endroit pour lancer des projectiles afin d’endommager la toiture. Pour cette raison, il paraît évident que le bâtiment comportait au moins un étage. Pour cette raison, on restitue également un édifice à étage dans le premier état de la motte de Niozelles. L’édicule nord-ouest qui a été observé protégeait sans doute un escalier.

  • 18 Cart. Cluny, 2284.

21La fouille a livré très peu de mobilier ; l’occupation a été peu intense et, peut-être, de courte durée. La présence de céramique grise à bord à bandeau place l’occupation entre la fin du xe et le xiie s. Deux datations radiocarbonne ont été pratiquées. L’une (Ly-3358) sur un os de bœuf trouvé dans le remplissage du fossé donne une séquence BP : 780±30 soit en âge calibré de 1216 à 1284 mais il peut provenir d’une bête morte après l’abandon du site. L’autre (Ly-13474) date un échantillon de charbons de bois recueilli dans la cour, à proximité de la porte, BP : 900±40 pour un âge calibré de 1028 à 1220. Le site du Bars est toutefois mentionné comme « castrum Albarno » dans une charte18 rédigée entre 994 et 1032. En croisant les deux précédents indices, on place l’occupation durant le premier tiers du xie s.

22Cette motte se trouvait en extrémité d’un territoire de 16 km2, à l’endroit où elle était la plus visible. Comme on le verra plus loin, il appartenait à des membres de la famille des évêques de Riez qui ont vraisemblablement voulu par cet établissement affirmer leur possession face aux usurpations des comtes de Provence qui s’étaient approprié les terres alentour aux dépens de l’abbaye de Cluny.

23On a montré plus haut que sur la motte de Niozelles, une maison perchée mais non fortifiée avait précédé la construction de la forteresse avec tour et rempart. Les dernières recherches ont mis au jour une maison tout à fait similaire sur une motte d’Allemagne-en-Provence comme on le verra plus loin. La motte du Bars a livré une organisation intermédiaire (fig. H, pl. h. t.). En effet, l’établissement ne comportait pas de tour mais une simple maison équipée toutefois d’éléments défensifs évidents : un fossé et un mur d’enceinte tout au moins sur le flanc ouest. Les très modestes dimensions du fossé montrent que ces dispositifs devaient être plus symboliques qu’efficients. La pauvreté en mobilier est vraisemblablement l’indice d’une occupation par un ou deux milites de modeste condition pour le compte des propriétaires qui, eux, habitaient ailleurs.

3.1.7 Allemagne-en-Provence /
Le Castellet (FIG. 1, n° 20)

  • 19 Coord. Lambert : X = 897 600, Y = 172 500, altitude 550 m. Cadastre, section C, parcelle 652.
  • 20 Charles-Laurent Salch (Salch 1979 : 22), confond les sites du Castellet et de Saint-Marc. Il place (...)

24La commune d’Allemagne-en-Provence possède trois mottes castrales et un site, Saint-Marc, où a dû s’établir pour une période encore indéterminée, le village médiéval (fig. 50). À peu près à mi-chemin19 entre Riez et Allemagne-en-Provence le site du Castellet (fig. 51) conserve les vestiges d’une motte castrale caractéristique. Comme les autres sites du plateau de Valensole, cette petite fortification a été établie à l’extrémité d’un éperon, orienté SO-NE, formé par la convergence du ravin du Castellet et de la vallée du Colostre20.

fig. 50 Allemagne-en-Provence : implantation des sites.

fig. 50 Allemagne-en-Provence : implantation des sites.

FIG. 51 Allemagne-en-Provence : le Castellet.

FIG. 51 Allemagne-en-Provence : le Castellet.

25Le tertre, en extrémité d’éperon, a été isolé, vers l’est, par le creusement d’un fossé, orienté NO-SE, d’une vingtaine de mètres de large et profond de 4 m, dans son état actuel. L’ouvrage présente un profil tronconique dont le plan circulaire atteint un diamètre d’environ 50 m à la base, c’est-à-dire au niveau du fond actuel du fossé. La plate-forme, de plan plutôt ovale, mesure 20 x 28 m. Elle domine le fond de vallée d’environ 90 m et est protégée par des pentes à 35 %. Sa configuration est assez complexe et elle semble avoir été perturbée, peut-être par des fouilles qui y auraient été pratiquées au xviiie s. (Féraud 1861 ; Maillet 1842-43).

26On y distingue une partie haute et une basse. Au nord, du côté du fossé, la première se présente grossièrement comme un croissant se prolongeant de part et d’autre par le talus qui borde le pourtour de la plate-forme, derniers vestiges d’un rempart fort endommagé et dont aucun élément maçonné n’est visible bien que les bases en soient sans doute en partie conservées sous les éboulements. Ces vestiges restent en tout état de cause le seul élément interprétable de tout l’ensemble. Cette enceinte qui protégeait une surface utile d’environ 250 m2 semble assez similaire à celle de Niozelles, ce qui n’implique pas que les deux mottes aient été contemporaines. Sur cette partie la plus élevée du terrain, une assise rectiligne de pierres marque sans doute la présence d’une construction dont, en réalité, il ne reste pratiquement rien. Peut-être faut-il y voir les vestiges de la tour qui fut détruite vers la fin du xive s. En effet un acte du 17 juin 1417 désigne le site comme la tour ou bastide ou maison du Castellet. La partie basse, entre deux et trois mètres au-dessous du point le plus élevé, occupe environ la moitié de l’espace sommital. Elle semble en fait résulter de fouilles anciennes qui sont peut-être celles rapportées par Benjamin Maillet. En effet, en deux endroits, le rempart a été arasé et d’assez importants volumes de terre ont été jetés dans la pente, à l’est et au sud-est, où l’accumulation de matériaux a formé une plate-forme à peu près rectangulaire de 8 x 6 m. Le même auteur y avait vu, au début du xixe s., des vestiges de constructions qu’il avait interprétés, avec pertinence, comme ceux d’un château médiéval. Il précise y avoir observé des débris d’ossements, de verre et de céramique. Aujourd’hui l’épaisseur de la végétation rend la prospection impossible.

  • 21 Cart. Marseille, 223.
  • 22 AAHP, E. DEP 166/2.
  • 23 ABDRA, B 317.
  • 24 ABDRA, B 1084 f° 46 à 49.
  • 25 Pouillés, 11-C.
  • 26 Texte conservé dans les archives de l’association Les amis du vieux Riez. Je remercie Maxime Amiel (...)

27En l’absence de fouilles la période de construction de cette fortification reste inconnue. Par contre, l’occupation médiévale est attestée par les textes. Une charte de Saint-Victor de Marseille21 cite simplement comme témoin Isnardus de Alamania en 1182 mais ne dit pas quel château il possédait. Dans la même charte, un témoin s’appelle Spata curta. Ce surnom de « courte épée » semble quelque peu péjoratif, pour marquer, peut-être, sa condition de miles de piètre envergure. Pourtant, c’est sans doute lui, alors nommé Spada, qui donna la motte de Mauroue en 1198, comme on l’a vu plus haut. Agnès Spada, sans doute sa fille, épousa Boniface III de Castellane, qui devint alors titulaire des châteaux d’Allemagne. En 121822, elle accorda aux habitants de Riez une franchise des droits d’un péage établi à Quinson. Contrairement à ce qu’affirme J.‑J.‑M. Féraud (Féraud 1861 : 345), rien ne permet de dire que cette charte a été souscrite au Castellet car y on lit simplement : « Actum est hoc Alamanie in sala mea ». Cette sala peut tout aussi bien se trouver dans le château d’Allemagne qui, à ce moment, pouvait être à Saint-Marc. Or les textes distinguent clairement le castrum d’Allemagne de celui du Castellet. En effet, le 4 février 1226, Boniface de Castellane fit hommage23 au comte Raymond Bérenger V pour les châteaux de Salernes, Villecroze, Entrecasteaux, Allemagne, Esparron, Saint-Martin-de-Brômes, le Castellet, Rousset, etc. Par la suite, un conflit (Baratier 1990 : 171) qui opposa, en 1261, Charles Ier d’Anjou à Boniface de Castellane donna lieu à une enquête24, menée en 1302, pour déterminer sous le dominium de qui se trouvait le château du Castellet. Un premier témoin rapporte que le comte avait assiégé les châteaux d’Allemagne, du Castellet, d’Esparron et de Saint-Martin-de-Bromes. Il captura trois seigneurs du Castellet qui étaient sous la seigneurie de Boniface de Castellane et les retint prisonniers avec dix autres hommes au château de Beaucaire pendant deux ans. En rapportant une anecdote de combat, un autre témoin mentionne l’église Saint-Jean du Castellet qui a aujourd’hui complètement disparu sans même avoir laissé de trace dans la toponymie. Elle existait encore au milieu du xive s. sous la désignation « Ecclesia Castelleti subtus Regium »25. Au début du xve s. le château était qualifié de « bastide tour ou maison du Castellet d’Allemagne ». Le mot bastide n’implique pas que ce site fasse partie de ces établissements mis en place au xiiie s. dans des terroirs périphériques car la mention est tardive. Cette fortification est peut-être apparue dès le xie s. mais rien ne le prouve. Son occupation ne s’est pas poursuivie au-delà du xive s. En effet, bien qu’appartenant toujours aux Castellane, elle s’était trouvée occupée, à la fin du xive s., par les routiers qui sévissaient à l’époque dans toute la Provence (Nicolas 2002 : 44-47). Excédés par leurs ravages, les habitants de Riez les chassèrent du Castellet et démolirent les bâtiments. Le propriétaire, Boniface de Castellane, leur en demanda réparation et, après plusieurs procès, finit par abandonner ses prétentions en 141726. Il renonçait même à réclamer les meubles qui y avaient été pris par des habitants de Riez, ce qui signifie qu’avant d’être occupé par les pillards, le château n’était pas à l’abandon mais peut-être simplement inoccupé.

28Le territoire de la commune actuelle d’Allemagne-en-Provence était donc, au Moyen Âge, séparé en deux seigneuries, par une limite que nous ne connaissons pas, au nord-est, le territoire du Castellet et au sud-ouest celui d’Allemagne proprement dit. C’est sans doute ce que veut signifier le rédacteur de l’acte de 1417 par l’expression : « Boniface de Castellane seigneur d’Allemagne et du Castellet dessous Riez et leurs vallées ».

3.1.8 Allemagne-en-Provence / la Moutte (FIG. 1, n° 21)

29Puisqu’au Moyen Âge le Castellet et Allemagne étaient des seigneuries distinctes, la question se pose de savoir à laquelle des deux cette petite motte appelée la Moutte appartenait. Topographiquement, elle est plus proche du Castellet (1 000 m) que du site de Saint-Marc (2 000 m), sans doute site castral d’Allemagne avant le château moderne.

30On peut donc proposer l’hypothèse selon laquelle la Moutte et le Castellet se sont succédé sur le même territoire. La Moutte, site primitif établi, on va le voir, dès la fin du xe s. et très tôt abandonnée, aurait été remplacée par un site plus vaste : le Castellet. Le territoire d’Allemagne, quant à lui, se serait développé autour de Saint-Marc lui-même peut-être précédé par la motte de Notre-Dame.

31Le ravin de la Thuilière, au nord-est du site, et une petite vallée d’érosion sans toponyme particulier, au sud-ouest, forment une digitation perpendiculaire à la vallée du Colostre qu’elle domine d’environ 60 m (fig. 52). Le substrat est constitué de poudingue de Valensole, formation glacière de galets et de marne jaune. Ce relief d’éperon a été barré par le creusement d’un fossé orienté NE-SO, large d’une douzaine de mètres. La Moutte a une forme très régulière à tel point qu’elle a été confondue au xixe s. avec un tumulus (Féraud 1861). Elle forme un tronc de cône de 9 m de haut, pour un diamètre de 47 m à la base et 13 m au sommet. Elle semble entièrement artificielle, seul cas actuellement connu en Provence où l’on se contentait habituellement d’aménager un relief naturel. Elle a peut-être été réalisée par accumulation des matériaux provenant du creusement du fossé.

FIG. 52 Allemagne-en-Provence : la Moutte, vue de l’est.

FIG. 52 Allemagne-en-Provence : la Moutte, vue de l’est.

32L’aire sommitale, grossièrement circulaire, était le siège d’une maison rectangulaire aux dimensions extérieures de 8,65 x 5,84 m et dont le grand axe était orienté NE-SO. Compte tenu des 80 cm d’épaisseur des murs, la surface intérieure approchait 30 m2 (fig. 53). La porte, large d’environ 0,85 m, était décalée vers l’est à cause, sans doute, de la présence du foyer, aménagé dans la partie ouest de la pièce. Celui-ci était délimité par une assise de galets formant un rectangle de 1,3 x 1,05 m. Il a été rehaussé, au cours de l’occupation, par apport d’une seconde assise de galets qui étaient maintenus par un cadre de bois. À l’ouest du foyer, un pot à bord à bandeau a été trouvé, complet, dans son trou de calage ménagé dans le sol. La porte était aménagée dans la façade nord puisque le mur sud était vraisemblablement aveugle pour former une défense parallèle au fossé. Elle ouvrait sur une cour où ont été relevés quatre silos.

FIG. 53 Allemagne-en-Provence : la Moutte, vestiges de la maison (fin xe s.).

FIG. 53 Allemagne-en-Provence : la Moutte, vestiges de la maison (fin xe s.).

33L’occupation du site s’est arrêtée par un violent incendie auquel nous devons l’excellent état de conservation d’un certain nombre de vestiges de bois. Le mode de construction a pu être observé avec précision grâce à la conservation d’une partie du mur est relativement épargnée par le feu. Les murs reposaient sur une sablière de bois constituée de deux poutres de chêne d’environ 12 cm de diamètre, parallèles, assemblées par des traverses. Cette structure de bois était observable sur tout le périmètre de la construction. Les poutres étaient espacées de 40 cm. Sur chacune d’elles reposait une assise de galets disposés obliquement. Immédiatement au-dessus, venait s’appuyer une autre poutre qui, elle-même, supportait une nouvelle assise de galets et ceci, sans doute, jusqu’au haut des murs. Entre ces deux parements, l’espace était rempli de terre. Enfin, ces murs étaient recouverts, à l’extérieur comme à l’intérieur du bâtiment, d’un enduit de terre soigneusement lissé de 12 à 14 cm d’épaisseur. On observe actuellement des maçonneries similaires dans les zones sismiques du Pakistan. Tout porte donc à penser que ce mode de construction a été mis en œuvre pour pallier l’instabilité du tertre constitué de remblais de terre et de galets accumulés immédiatement avant la construction. Le procédé mettait en œuvre une très grande quantité de bois, de sorte que l’incendie a été si intense qu’il a transformé une partie des matériaux en chaux, élément originellement absent de la construction. Le mur sud, dont la hauteur atteignait environ 3 m, s’est effondré à l’intérieur de la pièce, piégeant ainsi le niveau d’occupation. Les autres murs, sans doute encore partiellement en élévation après l’incendie, ont été détruits volontairement avant que le site ne soit recouvert par un important remblai de terre et de galets puis abandonné. On ignore si cet abandon a été décidé par les occupants eux-mêmes ou s’il a été imposé par une autorité ou un concurrent. De même, la fouille ne permet pas de savoir si l’incendie a été purement accidentel ou s’il résulte d’un épisode guerrier.

34En l’absence totale de textes, la datation est fournie par quatorze monnaies qui renvoient à une période 982-1005 pour l’occupation. Deux datations au radiocarbone ont été effectuées sur des éléments de bois carbonisés appartenant aux matériaux de construction. L’échantillon Ly-13475 indique une séquence -1165±35 BP soit de 778 à 977 en âge calibré. L’autre, Ly-13476, est très proche : -1140±35 BP soit de 781 à 982 en âge calibré. La fin de ces séquences est en parfaite cohérence avec les monnaies pour indiquer une construction de l’édifice vers 980 et une occupation autour de l’an Mil. Cette référence chronologique est identique à celle de Niozelles.

35Le mobilier mis au jour comprend des objets domestiques mais aussi des pièces d’armement. Pour les premiers, pots à bord à bandeau, bouteille à deux anses, pot à bec ponté et petit outillage métallique, faune assez abondante, représentent le matériel habituellement recueilli sur ce type de site. Par contre, des armes ont été mises au jour : une hache d’arme, des carreaux d’arbalète et une paire d’éperons. Ces éléments marquent indéniablement le caractère militaire de l’occupation bien que le site ne soit pas pourvu d’une tour protégée par un rempart.

3.1.9 Allemagne-en-Provence/ Saint-Marc (FIG. 1, n° 22)

  • 27 Coord. Lambert : X = 893 230, Y = 171 255, altitude 560 m. Cadastre, section C, parcelles 467 et li (...)

36À 750 m à l’est du village d’Allemagne-en-Provence, le site de Saint-Marc domine l’agglomération moderne de 140 m27. L’église est actuellement le seul édifice visible. Il présente cependant les éléments d’une organisation ancienne. L’ensemble occupe le plateau sommital (fig. 54) d’un vaste éperon orienté est-ouest séparant le ravin de Taravel de la vallée du Colostre. Il s’étend sur une longueur d’environ 230 m pour une largeur comprise entre 35 et 60 m. Le perchement à plus de 100 m au-dessus du fond de la vallée montre une volonté évidente de défense. Les pentes sont extrêmement fortes sauf à l’est où le site a été isolé du plateau par un fossé nord-sud qui atteint actuellement 5 m de profondeur pour une largeur d’une vingtaine de mètres. Immédiatement à l’est de ce fossé, et par conséquent en dehors de l’aire protégée par celui-ci, on remarque un petit monticule de plan ovale de 8,50 x 12,50 m à la base et sans véritable plate-forme sommitale. Il ne dépasse pas 1,60 m de hauteur par rapport au terrain naturel et à peine plus de 4 m au-dessus du fond du fossé identique à celle observée sur la Moutte de Valensole. Ces faibles dimensions n’autorisent pas à y voir une motte, même secondaire. Cette butte ne constituait probablement qu’un rempart de terre ou, plus simplement, une accumulation résultant du creusement du fossé. Ce dernier témoigne d’un souci de défense mais on n’observe nulle part la moindre trace d’un rempart qui l’aurait complété, soit qu’il ait disparu ou qu’il ait été inutile du fait des pentes extrêmement fortes qui protègent le site de toutes parts hormis au niveau du fossé. Entre ce dernier et l’église (Borgard 1983 : 17), un vaste terre-plein de 80 x 20 m laisse percevoir quelques traces ténues d’alignements de pierres qui pourraient correspondre à des vestiges de constructions ou aux traces d’un cimetière associé à l’église. Celle-ci occupe le centre du site. Elle est actuellement en assez bon état et porte les traces de plusieurs remaniements. Deux impostes sont visibles à l’extérieur du mur ouest. L’une montre un serpent mangeant un poisson et s’apparente à un décor du premier art roman. Des fouilles récentes menées par Yan Codou devraient préciser la chronologie de ce bâtiment.

FIG. 54 Allemagne-en-Provence : Saint-Marc.

FIG. 54 Allemagne-en-Provence : Saint-Marc.
  • 28 Par exemple à Saint-Paul-lès-Durance ou au Puy-Sainte-Réparade, pour les Bouches-du-Rhône, et Rougi (...)
  • 29 Dans une étude sur le château d’Esparron, une partie est consacrée à celui d’Allemagne dont la data (...)

37À l’ouest, l’église ouvre sur une esplanade d’environ 250 m2 qui précède un tertre de plan ovale et d’assez grandes dimensions, le grand axe, orienté est-ouest, atteint à la base 80 m et le petit axe 45 m. Il semble que ces deux espaces aient été séparés par un fossé encore perceptible bien que presque entièrement comblé. La hauteur du tertre ne dépasse pas 4 m et ne présente qu’une plate-forme assez irrégulière d’environ 37 x 15 m. Dans sa pente sud, un muret de deux assises d’appareil assez irrégulier subsiste sur une longueur de 13 m ; il ne semble destiné qu’à retenir la terre. Un mur de pierres sèches effondré et large d’environ 3 m partage la plate-forme en deux et descend dans la pente au nord du site sur plus de 100 m. Il n’est en fait qu’une limite de parcelles, sans doute moderne, bien apparente sur les plans cadastraux. En considérant la faible hauteur du tertre, sa conformation plutôt naturelle et l’absence de toute trace de constructions, il semble très hasardeux de considérer cette butte comme une motte castrale. Par contre, la présence du fossé et de l’église entre lesquels on devine des traces de constructions indique clairement que le site a été l’objet d’une occupation en grande surface. Philippe Borgard a trouvé en prospection un tesson gris décoré à la molette, indice médiéval, certes, mais pour le moins ténu. En réalité Saint-Marc est vraisemblablement le lieu où, peut-être dès le xie s., le village d’Allemagne s’est formé autour d’un castrum. Par la suite, comme dans de nombreux autres villages de Provence28 il serait descendu, au pied même de la colline où il demeure actuellement, à proximité immédiate du château moderne29. Dans cette hypothèse la question du château reste posée. Ce village, au moins protégé par un fossé devait s’organiser par rapport à une structure castrale dont, il faut le reconnaître, il ne reste pas de traces.

3.1.10 Allemagne-en-Provence / Notre-Dame (FIG. 1, n° 23)

  • 30 Coord. Lambert : X = 894 650, Y = 170 850, altitude 540 m. Cadastre, section D, parcelle 50.

38À 700 m au sud-ouest du village d’Allemagne-en-Provence le site domine la vallée du Colostre sur son versant sud30. Il a été établi sur un relief s’avançant en bordure du plateau. Par l’est, l’accès était aisé si bien que l’éperon a été barré par un fossé orienté E-O, large d’environ 20 m (fig. 55). Les autres flancs accusent une pente allant jusqu’à 33 % ce qui, pour une hauteur de 110 m, devait constituer une protection suffisante. On ignore la profondeur originelle du fossé en grande partie comblé. En son état actuel il atteint 4 m. Le tertre présente un plan elliptique orienté NO-SE de 52 x 30 m à la base. Le sommet est une plateforme de même plan de 26 x 15 m. Elle n’est actuellement horizontale que sur une surface d’environ 40 m2 dans sa partie sud. Vers le nord-ouest, la pente du tertre s’adoucit jusqu’à une aire à peu près plane d’environ 250 m2 sur laquelle a été édifiée l’église Notre-Dame (fig. 56). De plan rectangulaire de 8,30 x 5,50 m, elle est orientée à l’est. La charpente et la toiture ont disparu. Le chevet est constitué d’une abside voûtée en cul-de-four encore bien conservée. Cette partie de l’édifice a été soigneusement montée en tuf. Les murs sont constitués de galets assemblés au mortier de chaux. Les angles, plus soignés, ont été traités en moellons de tuf. La porte actuelle, ouverte dans le mur ouest, n’est pas celle d’origine dont la trace est décelable dans le mur goutterot méridional, vers la motte. Cette modification correspond à un agrandissement de l’édifice par l’ouest.

FIG. 55 Allemagne-en-Provence : motte de Notre-Dame.

FIG. 55 Allemagne-en-Provence : motte de Notre-Dame.

FIG. 56 Allemagne-en-Provence : église Notre-Dame.

FIG. 56 Allemagne-en-Provence : église Notre-Dame.

39Au début de nos recherches sur les mottes de Provence, il avait semblé judicieux de mener une étude archéologique de ce site qui pouvait présenter avec fossé, tertre et église un ensemble caractéristique. Dans cette optique une campagne de sondages avait été menée préalablement à une éventuelle fouille programmée. Ces sondages ont permis de prouver une occupation médiévale par la présence de céramique grise : tessons de pot à bec ponté et de pot à bord à bandeau caractéristiques des environs du xie s. Mais force est de constater qu’aucun élément de construction ne fut mis au jour : pas de vestiges de rempart, pas de traces d’un quelconque édifice. Les surfaces explorées étaient sans doute insuffisantes. On avait cru déceler une enceinte comblée. En effet, du côté du fossé, le bord du tertre semblait constitué d’un talus de poudingue contre lequel avait été accumulé un remblai de galets semblant remplir le centre du relief. Une coupe avait été tentée dans ce niveau mais il avait fallu abandonner à cause de l’instabilité des galets. Il avait alors semblé préférable de ne pas pousser plus avant l’exploration de ce site. Il reprend toutefois tout son intérêt après les dernières découvertes de la Moutte d’Allemagne-en-Provence où on a pu montrer que la confection d’un talus périphérique propre à contenir un important apport de matériaux était la méthode employée, localement tout au moins, pour édifier le tertre des mottes. Il est possible, par conséquent, que cette motte de Notre-Dame soit le site primitif du terroir médiéval d’Allemagne à l’instar de ce que semble avoir été la Moutte pour celui du Castellet.

3.1.11 Gréoux-les-Bains / Aurabelle (FIG. 1, n° 24)

  • 31 Coord. Lambert : X = 882 675, Y = 164 600, altitude 689 m.
  • 32 Cette motte a été trouvée et m’a été signalée par Joseph Piegay de Vinon, je tiens à l’en remercier
  • 33 ABDRA, 56H 1132 f° 11 ; ABDRA 56H 1139 f° 29 et 193.
  • 34 Par contre, de l’autre côté du fossé, à environ 250 m vers le sud, on observe les traces d’un site (...)

40Sur la rive gauche du Verdon, la motte au quartier d’Aurabelle31 est située sur la commune de Gréoux-les-Bains32, à 5 000 m au sud-ouest de l’agglomération. Sa situation dans le terroir est singulière : au pied de la butte, vers l’est, le ravin de Malaurie constitue la limite avec la commune de Vinon-sur-Verdon. Le lieu-dit la Moutte, qui se trouve sur la commune de Gréoux-les-Bains apparaît également dans les cadastres anciens de Vinon-sur-Verdon33. Le site, de plus, est isolé de Gréoux-les-Bains par le Verdon et se trouve très proche du terroir de Saint-Julien-le-Montanier. Cette motte a été réalisée par façonnement de l’éperon rocheux qui s’avance entre le ravin de Malaurie qui le borde à l’ouest et un autre petit ravin naturel vers l’est. Dans un premier temps, un fossé est-ouest a été creusé dans la roche (fig. 57). Le chemin qui se dirige vers le hameau d’Aurabelle passait dans le fossé. Aujourd’hui, celui-ci a été élargi pour laisser le passage à la route qui se dirige vers Gréoux-les-Bains. Le tertre a une dizaine de mètres de hauteur. Au sommet, la plate-forme est à peu près circulaire avec un diamètre de 10 à 11 m. Elle était protégée par un rempart de pierre de plan polygonal dont une assise rectiligne est encore observable sur 4,90 m de longueur au sud, du côté du fossé. En l’état actuel, on ne peut en connaître l’épaisseur. Ce mur était constitué d’un appareil de blocs de calcaire de moyen module (au maximum 30 x 30 cm), assemblés au mortier. Dans les pentes, on relève çà et là quelques éclats de tuiles. Pour l’instant, la prospection n’a rien livré de plus significatif34. Le souvenir d’une église Saint-Hilaire est connu dans ce quartier (Gibelin 1908 : 51). Elle est d’ailleurs mentionnée sur un document conservé par les propriétaires, un plan qui semble être un ancien cadastre. Cette église vient compléter, de façon significative, la présence de la motte dans ce petit terroir qui n’a été intégré à la seigneurie de Gréoux qu’à partir du milieu du xve s. (Claude 2000 : 148-149). Ce terroir s’appelait Aurafreyde avant que ce toponyme ne se déplace de 4 800 m vers le nord-est, près du pont franchissant le Verdon, pour laisser place à celui d’Aurabelle. Les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem y étaient au moins coseigneurs en 1280, de même qu’Hugues des Baux, seigneur d’Allemagne, qui l’était également au moins entre 1288 et 1304. En 1273, cette seigneurie dépendait, pour partie, du domaine comtal. Un siècle plus tard, en 1379, Boniface de Castellane, héritier d’Hugues des Baux, était coseigneur d’Aurafrede, castrum qui n’était plus peuplé depuis longtemps. Enfin en 1455, Raymond de Glandevès, seigneur de Gréoux, racheta la seigneurie à Raymond de Puget, de Saint-Maximin, dont la famille en avait fait l’acquisition auprès du comte de Provence en 1441.

FIG. 57 Gréoux-les-Bains : motte d’Aurabelle.

FIG. 57 Gréoux-les-Bains : motte d’Aurabelle.

À l’ouest de la Durance

41Après les mottes du plateau de Valensole, un autre groupe a été observé à l’ouest de la Durance, dans le massif du Luberon. Comme pour les précédents, la description va suivre un cheminement du nord vers le sud. Le site de Niozelles s’intègre à cet ensemble mais ne sera pas mentionné puisqu’il a déjà et étudié plus haut.

3.1.12 Mallefougasse-Augès / Consonoves (FIG. 1, n° 32)

  • 35 Cart. Marseille, 792.
  • 36 Pouillés, 117C.
  • 37 ABDRA, B 263 f° 96.
  • 38 ABDRA, B 762 f° 6.

42À 1 800 m au sud-ouest du village de Mallefougasse, un très gros chêne, encore debout bien que mort, est indiqué dans l’ancien cadastre comme Le chêne de Consonoves (Mouton 2003b : 5-12). La carte de Cassini place Consonoves au nord-est du village de Mallefougasse si bien que, sans la mention de cet arbre, le site aurait sans doute continué à être ignoré. Ce toponyme est mentionné comme castrum dès la première moitié du xie s., en effet, vers 1045, Raimbaud et sa femme Adalais donnèrent à l’abbaye de Saint-Victor Marseille divers biens à Cannes et Nice ainsi qu’un manse dans le castrum de Consonoves35. L’église, possession de l’abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, est mentionnée en 1119 et 1178 (Barruol 2000 : 291). Elle apparaît également dans un compte de décimes de 127436. En 1295, Charles II, comte de Provence, céda à l’évêque de Sisteron son droit d’albergue sur Consonoves37. En 1385, l’abbé de Cruis était propriétaire du Castrum Consonavis38. Comme on l’a précisé ci‑dessus, en 1391-1392, Consonoves était inhabité comme nombre d’autres villages. Dans un état d’affouagement de 1540 (Pelloux 1993 : 118), des témoins mentionnaient une tour et un château en ruines.

  • 39 Coord. Lambert : X = 884 475, Y = 201 125, altitude 719 m.

43De ce château détruit, on ne voit plus la tour mais la topographie du site demeure assez explicite et présente toutes les caractéristiques d’une motte castrale. Occupant le sommet d’un relief dominant le versant méridional de la vallée de Mallefougasse39 (fig. 58) la fortification a été établie sur un éperon de forme oblongue, orienté NO-SE, qui a été barré, au sud, par un fossé d’environ 6 m de large encore assez nettement visible (fig. 59). Il présente un dispositif défensif remarquable : son bord extérieur, vers le sud, était barré par un puissant rempart de 1,40 m d’épaisseur, constitué de gros blocs de calcaire dont quelques-uns sont encore apparents. On devine par le relief, que, sous les éboulis, la base de cette contrescarpe est conservée sur plus de 30 m, sans doute sur une seule assise. Elle dessinait une ligne brisée soulignant la forme générale du fossé. Le tertre est de plan ovale, de 44 x 28 m à la base. La plate-forme, de 22 x 11 m, atteint sa plus grande hauteur au sud, en bordure du fossé, en partie comblé, dont le fond se trouve 5 m plus bas. C’est vraisemblablement dans cette zone que se dressait la tour. Dans la pente ouest du tertre, de nombreux blocs de pierre témoignent de l’effondrement de constructions et, sans doute, du rempart. De ce dernier, il subsiste en surface un lambeau sous la forme de l’arase d’un parement rectiligne qui affleure vers le nord sur 4,30 m de longueur, à un mètre en contrebas de la plate-forme. À l’extrémité nord, le site se termine, au pied du tertre, par une plateforme naturelle formée par un vaste entablement rocheux. Cette aire d’environ 180 m2 ne présente pas de traces de constructions. La ligne d’éboulis rocheux qui la sépare en deux semble résulter d’un affleurement naturel érodé. Quoi qu’il en soit, il paraît invraisemblable que cette zone n’ait pas eu une fonction au moins domestique, basse-cour sans doute rudimentaire selon un schéma tout à fait identique à celui des Orgues.

FIG. 58 Mallefougasse : motte de Consonoves.

FIG. 58 Mallefougasse : motte de Consonoves.

FIG. 59 Mallefougasse : motte de Consonoves.

FIG. 59 Mallefougasse : motte de Consonoves.

44Par sa position, mais surtout par son organisation, cette motte est également de forme très proche de celle de Valbonnette (Lambesc, Bouches-du-Rhône) qui sera décrite plus bas. Elle constitue un exemple particulièrement précieux grâce à sa mention en tant que castrum, dès la première moitié du xie s. Il est tout à fait possible, comme pour la motte de Niozelles, que sa fondation remonte à la fin du siècle précédent.

3.1.13 Saint-Étienne-les-Orgues / les Orgues (FIG. 1, n° 31)

  • 40 Cart. Marseille, 679.
  • 41 Il ne semble donc pas exact d’affirmer que l’abbaye fut créée ex nihilo comme l’a proposé Guy Barru (...)
  • 42 Cart. Marseille, 683.
  • 43 L’endroit a été prospecté par Jeanine Bourvéau.

45Le village de Saint-Étienne-les-Orgues domine une vallée que les textes médiévaux nommaient « vallis alsonica », c’est-à-dire vallée du Lauzon. Ce sont en réalité deux cours d’eau, la Laye et le Lauzon, qui, prennent leurs sources dans les pentes méridionales de la montagne de Lure et mènent leurs décours en sens opposé : le Lauzon vers l’est et la Laye vers l’ouest, à travers la commune de Saint-Étienne. Ce terroir est mentionné dans les chartes dès le xie s. En 1073, Guillaume Calcia donnait à l’abbaye de Saint-Victor de Marseille une église Notre-Dame située dans la valle Alsonica40. Cette église n’est autre que Notre-Dame de Lure où fut, par la suite, fondée l’abbaye Chalaisienne durant le troisième quart du xiie s.41 En effet, la charte de 1073 mentionne une « cumba caballaria » actuellement reconnaissable sous le nom de « combe de Chavalet » et qui, à 1 000 m à l’est de l’église, descend du sommet de la montagne de Lure. Quant au défens situé au-dessus de Notre-Dame, entre la Combe Chavalet et la limite d’Ongles, il serait à situer dans les parages du sommet appelé le Château (alt. 1 511 m). Le même Calcia donna, en 1073 également, une autre église, au vocable de Saint-Étienne42. Si chacune de ces églises possédait un cimetière c’est qu’elles s’inséraient dans des territoires habités, même si rien n’indique que la population y était déjà groupée en villages. Un travail de prospection reste à approfondir dans les pentes proches de l’église Notre-Dame et en particulier au lieu-dit le Château qui indique peut-être l’emplacement d’un ancien castrum justifiant l’existence des défens mentionnés dans la charte de 1073. Pour l’instant, aucun vestige archéologique n’a été décelé dans cette zone43.

46Quant à l’église Saint-Étienne, elle regroupait sans aucun doute l’embryon de l’agglomération actuelle du même nom et occupait certainement l’emplacement de l’église paroissiale moderne.

  • 44 ABDRA, 56 H 4621 I.
  • 45 ABDRA, B8 f° 161.
  • 46 ABDRA, B 753, f° 17.
  • 47 ABDRA, B 200.
  • 48 AAHP, E 160-2.

47On aura noté, à la lecture des deux chartes ci-dessus, qu’au xie s. le nom d’Ausonica s’applique, comme le dit explicitement la charte, à la vallée tout entière et non pas au seul site des Orgues comme ce fut le cas à partir du xiie s. où les textes nomment le seigneur des Orgues. En effet, vers 1160/1164 l’abbaye chalaisienne de Lure fut fondée par des membres de la famille Calcia et des seigneurs locaux : « Fulco de Alsonicis, Frezol et Rambaudus, frater ejus, ac nepos Raimundus Calcia… » (Barruol 1985 : 10). Uc des Orgues était présent en 1149 dans l’entourage du comte de Forcalquier44. En 1253, Olivarius de Alsonicis faisait partie des seigneurs qui se réunirent à Forcalquier au sujet de chemins péagers45. Charles Ier d’Anjou obtint la propriété de la seigneurie d’Alsonicis qui fit partie du domaine comtal jusqu’en 1349 (Pelloux 1993 : 12). Il reçut l’hommage des habitants en 127146. Lorsqu’en 1391-92 Raymond de Turenne dévasta la viguerie de Forcalquier, Saint-Étienne, Alsonicis, Fontienne, Lardiers et Consonoves étaient inhabités. Les castra de Saint-Étienne et de Alsonicis étaient encore inhabités en 140047. Au début du xve s., le castrum était appelé Alzonègues48. Enfin en 1536 (Pelloux 1993 : 9) un document mentionne « le chasteau et plasse dirrupt et inhabité des Orgues ».

  • 49 Coord. Lambert : X = 875 525, Y = 197 575, altitude 671 m.
  • 50 Cadastre de Saint-Étienne-les-Orgues, section D2, parcelle 370.

48L’occupation de l’actuel terroir de Saint-Étienne, autour des xie-xiie s., semble centrée sur trois pôles : au nord, un noyau de peuplement, sans doute encore diffus, qui, probablement, ne survécut pas au début du xiie s., autour d’une église Notre-Dame puis de l’abbaye de Lure ; au centre le village de Saint-Étienne ; au sud, de l’autre côté de la Laye, celui des Orgues dont l’occupation ne se poursuivit pas après le xive s. (Stouff 1966). Les chartes du xie s. ne mentionnent pas de castrum aux Orgues, si bien qu’il n’est pas possible de dire si la motte existait déjà. Seule est attestée l’existence du seigneur, à partir du milieu du xiie s. Toutefois les caractéristiques du site sont si proches de celles de la motte de Consonoves, qui est mentionnée au xie, que cette datation paraît très vraisemblable. Seule l’archéologie pourrait répondre à la question. La motte des Orgues (fig. 60) a été construite sur un relief d’éperon49 exposé au nord entre le ravin du collet Pialat et le ravin des Orgues50. Vers le sud, le relief a été barré par un fossé de 6 à 7 m de large (fig. 61) aujourd’hui presque entièrement comblé. Le tertre se développe vers le nord, il est haut d’environ 6 m, de plan ovale, de 34 x 24 m à la base, avec une plate-forme de 12 x7 m. Le site a visiblement fait l’objet de fouilles clandestines dont une tranchée a dégagé l’angle d’un mur immédiatement en bordure du fossé. Il est visible à l’ouest sur 6 m de longueur et au sud sur un peu plus de 3 m. Ce sont peut-être les vestiges du rempart mais plus vraisemblablement de la tour. La construction a été réalisée en appareil plutôt irrégulier de calcaire qui affleure en vastes tables dans les pentes du relief. De nombreuses pierres grossièrement équarries, vestiges de constructions, jonchent le site. Les traces d’un mur sont perceptibles sur 5,40 m à la base du tertre, au nord-ouest. Peut-être ne s’agit-il que d’un aménagement de ce qui semble être un chemin d’accès que contournerait la fortification par l’ouest pour mener à la plate-forme qui prolonge la motte vers le nord. Cette aire grossièrement triangulaire a une surface d’environ 180 m2 qui a dû faire fonction de basse-cour. Elle est assise sur un vaste entablement rocheux dont les éboulements périphériques ont dû fournir les matériaux de construction. Au nord-est, des blocs verticaux pourraient être les restes d’une poterne, d’interprétation difficile, dans l’état actuel du site. Sur la basse-cour, un pierrier en forme de croissant dont le diamètre maximum atteint presque 10 m est peut-être dû à l’effondrement d’une construction dont rien ne permet de percevoir ni la forme ni la fonction. Enfin, immédiatement au-dessous du site, dans les pentes du ravin du collet Pialat, plusieurs vestiges de constructions encore nettement visibles témoignent d’un habitat qui se situe sans doute dans la période précédant l’abandon, au plus tard au xive s. La morphologie et l’organisation du site sont en tous points identiques au site de Valbonnette (Lambesc, Bouches-du-Rhône) ou à celui, beaucoup plus proche, de Consonoves à Mallefougasse-Augès.

FIG. 60 Saint-Étienne-les-Orgues : motte des Orgues vue du nord.

FIG. 60 Saint-Étienne-les-Orgues : motte des Orgues vue du nord.

FIG. 61 Saint-Étienne-les-Orgues : motte des Orgues.

3.1.14 Villeneuve / la Moutte (FIG. 1, n° 29)

  • 51 Coord. Lambert : X = 883 500, Y = 184 325.

49Cette motte51 a été repérée sans difficulté grâce à son toponyme caractéristique sans lequel elle serait probablement passée inaperçue. Le tertre, de forme grossièrement ovoïde (fig. 62), mesure à la base 52 m dans son plus grand axe, orienté NE-SO, et 30 m dans le petit axe. À moins de 5 m au-dessus du terrain environnant, la plate-forme, approximativement elliptique, mesure 24 x 14 m. Rien, sur cette aire, ne laisse deviner la moindre construction. À l’extrémité nord-ouest, un muret en arc de cercle, conservé sur deux assises n’est sans doute qu’un simple aménagement moderne pour retenir la terre. Treize tessons de céramique grise ont été trouvés sur le site et permettent simplement de confirmer l’occupation médiévale que laisse percevoir le toponyme.

FIG. 62 Villeneuve : la Moutte.

FIG. 62 Villeneuve : la Moutte.
  • 52 Cart. Marseille, 684.

50Cette motte est originale par ses dimensions et sa situation topographique. Elle est fort peu élevée et non perchée si bien qu’elle semble a priori dépourvue de caractères défensifs. Par contre, elle est située au bord de la route qui joint encore Villeneuve à Pierrerue et qui est mentionnée dans une charte de 103152. Son emplacement était peut-être lié à la présence de cette voie. Malheureusement, en l’absence d’autres indices archéologiques et de documentation écrite, il est impossible d’en conclure quoi que ce soit.

  • 53 Cart. Marseille, 660.

51À 600 m en contrebas, vers l’est, un écart dit « Saint-Saturnin » conserve la mémoire d’une église mentionnée dès le ixe s. Le 26 mars812 Jean, évêque de Sisteron, constitua un monastère bénédictin sur la Roque de Volx, site qui conserve aujourd’hui les ruines du château médiéval. Cinq églises furent alors données par l’évêque au monastère (Février 1973 : 280-295 ; Barruol, Martel 1965 :86-88) : Sainte-Marie qui est devenue l’église Notre-Dame de l’ancien village de la Roche Amère (Roque de Volx), Saint-Jean, dont le toponyme est encore connu à 1 100 m au sud-est de la précédente, Saint-Étienne qui a disparu, Saint-Martin qui ne subsiste également que sous la forme d’un toponyme à 1 000 m au sud-ouest de Notre-Dame et enfin, à 2 000 m au nord-ouest de cette dernière, Saint-Saturnin. Celle-ci est à nouveau mentionnée vers 1060-1064 dans le cartulaire de Saint-Victor de Marseille53. Elle est située « in territorio castri », c’est-à-dire dans le territoire qui dépend du château de la Roche Amère et non pas dans son enceinte même (Martel 1982 : 59). En 1443, la population a quitté la Roque de Volx pour s’établir à Villeneuve (Loth 1928 : 12-19). L’église Notre-Dame est restée en service, il a donc fallu choisir un autre vocable, Saint-Saturnin, pour la nouvelle église paroissiale. Celui-ci était connu dans le terroir mais restait en quelque sorte vacant puisqu’il n’était plus qu’un nom de lieu-dit. Cette église était-elle associée à la motte, distante, rappelons-le de 600 m ? Ce n’est pas sûr mais dans cette hypothèse, puisqu’elle existait déjà au début du ixe s., elle aurait précédé la fortification qui n’est vraisemblablement pas antérieure à la fin du xe s. Une occupation antique (Bérard 1997 : 502) est bien attestée au quartier de Saint-Saturnin, elle semble révéler la présence d’une villa gallo-romaine. Toutefois aucun indice n’indique un peuplement de l’Antiquité tardive ni du haut Moyen Âge si bien que ce petit établissement reste extrêmement peu documenté. On ne sait donc pas si cette motte a été le siège d’un castrum et, dans cette éventualité, si elle coexistait, au xie s., avec celui de la Roque de Volx.

3.1.15 Villeneuve/la Tourrache (FIG. 1, n° 27)

  • 54 Coord. Lambert : X = 880 662, Y = 185 800.

52Aux confins de la commune de Villeneuve54, à 514 m d’altitude, cette petite fortification possède un toponyme mentionnant une tour qui a aujourd’hui disparu. Sa situation géographique est particulière. Elle se trouve en effet au point de la commune le plus éloigné du village qui est distant de 3 800 m vers le sud-est et du centre médiéval, la Roque de Volx, à 2 900 m également vers le sud-est. De ce fait elle est très proche de la limite de la commune de Niozelles qui passe à 340 m au nord et de celle de Forcalquier, à 510 m à l’ouest. Aucun texte ne mentionne ce site, on ignore donc ce qui a pu présider à son installation en cet endroit mais il semble que l’on ait eu pour souci d’occuper les marges d’un terroir.

53Les constructions ont été aménagées (fig. 63) au sommet d’une éminence rocheuse formée d’entablements qui ont été façonnés par endroits. La conservation des vestiges est très médiocre si bien que l’interprétation en est difficile. À partir de l’est, la plate-forme atteint à peine 7 m de hauteur (fig. 64). Vers l’ouest, elle domine d’une quarantaine de mètres le fond d’un petit vallon. Aménagé entre deux entablements rocheux, un chemin d’accès, d’environ 3,40 m de large, monte du sud en contournant la plateforme par l’ouest où il fallait vraisemblablement franchir une porte. Dans leur état actuel, il est impossible de savoir si les murs arasés qu’on y observe n’avaient qu’une fonction de soutènement ou s’ils participaient d’une enceinte de défense. Arrivé au nord, il fallait bifurquer vers l’est pour déboucher sur la plate-forme dont la surface utile approchait les 350 m2. Dans la partie sud de celle-ci, sont encore visibles les vestiges d’une construction rectangulaire de 8,70 x 4,50 m, approximativement orientée est-ouest. Un mur de refend sépare l’intérieur en deux pièces : l’une large d’à peine 3 m et l’autre de 4,10 m. Puisque l’épaisseur des murs ne dépasse pas 0,65 m, cet édifice ne peut être une tour. En l’absence de toute fouille, rien n’indique d’ailleurs qu’il soit médiéval ; il pourrait simplement constituer une dépendance moderne de la ferme actuelle dont les bâtiments d’habitation ne sont distants que de 70 m vers l’ouest. En revanche, la tour d’origine devait avoir un aspect suffisamment imposant pour avoir donné ainsi son nom au lieu-dit la Tourrache. Aucune trace n’en est décelable. Au bord ouest de la plate-forme, l’érosion a mis à découvert un niveau de terre cendreuse qui contient des fragments de céramique grise. Si ce mobilier est trop rare et fragmentaire pour permettre une analyse précise, il n’en prouve pas moins une occupation médiévale effective dont, de surcroît, des niveaux d’occupation ont été conservés.

FIG. 63 Villeneuve : la Tourrache.

FIG. 63 Villeneuve : la Tourrache.

FIG. 64 Villeneuve : la Tourrache, vue du sud.

FIG. 64 Villeneuve : la Tourrache, vue du sud.

54La situation de cet établissement en marge du terroir pose la question de l’occupation de l’espace par rapport à la Moutte, proche du village de Villeneuve, et au château de la Roque de Volx. Ce dernier est mentionné à partir du début du xiie s. mais son occupation a pu commencer avant. Il serait, dans un premier temps, nécessaire d’avoir des éléments de datation fiables de façon à savoir si ces sites étaient contemporains ou, au contraire, s’ils se sont succédé dans le temps. Il serait en effet essentiel de savoir s’ils étaient complémentaires ou en concurrence dans le partage de l’espace.

3.1.16 Saint-Martin-les-Eaux / le Castelas

  • 55 Coord. Lambert : X = 873 042, Y = 180 300, altitude 610 m. Cadastre, section B parcelles 53 et 43.

55À 280 m au sud du village55, un relief oblong en forme d’éperon orienté est-ouest porte les vestiges de l’ancien château (fig. 65). À l’est, un fossé nord-sud barre l’éperon et protège le site à l’endroit où l’accès est le plus facile. Il est large d’environ 8 m et est encore bien visible quoiqu’en grande partie comblé. En son milieu, la profondeur atteint à peine 1 m mais, au nord et au sud, on perçoit qu’elle était d’au moins 4 m. La motte a été implantée immédiatement à l’ouest du fossé selon un schéma observé sur bon nombre d’autres sites où la tour domine le fossé et vient ainsi parfaire le caractère défensif du site. Cette motte de petites dimensions et de forme régulière a peut-être été réalisée par apport de terre provenant du creusement du fossé, hypothèse qui ne pourrait être vérifiée que par la fouille. Le plan est approximativement circulaire d’environ 20 m à la base. La plate-forme sommitale n’est qu’à 5 m au-dessus du fossé et son diamètre atteint à peine 6,50 m, soit une surface restreinte d’environ 33 m2. Aucune trace de construction n’est perceptible mais, compte tenu de ses faibles dimensions, elle n’a pu être le support que d’une tour tout à fait modeste. Vers l’ouest le terrain descend en pente douce jusqu’au chemin qui entaille le substrat en contournant le site pour mener au village. Cette surface d’environ 40 x 40 m constitue sans aucun doute une basse-cour qui est le seul endroit où pouvait se trouver un habitat. Des vestiges de la fortification ont dû demeurer apparents suffisamment longtemps pour que le toponyme le Castelas soit fixé. Ce lieu-dit correspond sans aucun doute au noyau castral primitif.

56Située au cœur du village, à moins de 300 m de la motte, l’église, romane, porte une dédicace, malheureusement imprécise, qui renverrait à la seconde moitié du xie s. mais peut-être au début du xiie s. Elle conserve également3 petites dalles sculptées dont on connaît des exemples similaires dans d’autres églises de Provence telles que Moustiers-Sainte-Marie, Salagon, Sigonce (Thirion 1972 : 10-15). On déduit de ce repère chronologique qu’un premier noyau d’habitat s’est constitué au moins au xie s. avec une probable association de la motte et de l’église. La preuve n’en est pas apportée par les textes puisque la mention la plus ancienne ne renvoie qu’au xiiie s. (1241) où les seigneurs de Saint-Martin étaient les Lincel (Isnard 1913 :358).

FIG. 65 Saint-Martin-les-Eaux : le Castelas.

FIG. 65 Saint-Martin-les-Eaux : le Castelas.

3.2 Bouches-du-Rhône

57La plupart des mottes étudiées dans ce département se situent, pour des raisons de prospection, sur la rive méridionale de la Durance, entre Venelles et Mallemort. Ils vont être exposés suivant un cheminement de l’amont vers l’aval, c’est-à-dire de l’est vers l’ouest. On commencera par exposer les recherches menées à Saint-Paul-lès-Durance et qui ont déjà fait l’objet d’une publication détaillée (Mouton 1994b). Trois autres cas, situés dans la région d’Aix-en-Provence, viendront ensuite, d’abord Lignane, sur la commune de Puyricard, puis Rousset et, enfin, la Petite Citadelle de Vauvenargues, placée à la fin parce qu’elle constitue un cas tout à fait particulier par rapport aux autres établissements.

3.2.1 Saint-Paul-lès-Durance (FIG. 1, nos 54 et 55)

3.2.1.1 Contexte historique et archéologique

  • 56 Cart. Marseille 436.
  • 57 Visites pastorales, f° 88.
  • 58 ABDRA, B 1136, f° 6.

58Au cours du Moyen Âge, l’actuel territoire de Saint-Paul était le siège de deux seigneuries distinctes : celle de Cadarache au nord, celle de Saint-Paul, au sud (Chélini 1985). La limite entre les deux (fig. 66) est mentionnée dans un essai d’histoire locale qui la situe dans la Plaine de la Grande Bastide (Rampal 1945 : 46). La première mention de Cadarache est donnée en 108956. Sur un promontoire dominant la Durance, à 250 m à l’ouest du château, se dresse encore l’église Saint-Michel qu’il ne faut pas chercher strictement dans l’enceinte du château mais dans le territoire du castrum. Elle avait encore, en 1343, le statut d’église paroissiale57. Puis, dans une transaction datée de 1378, on apprend que le village associé au château était alors dépeuplé et détruit par la peste et les guerres (Chélini 1985 :33). En définitive, Cadarache, à partir du xive s. n’a plus été un centre de peuplement. Le château actuel a été construit au xve s. par le marquis de Villeneuve-Trans (Borricand 1979). Au xvie s., il appartenait à la famille de Valbelle puis, au xviiie, à celle de Castellane. À mi-chemin entre le château de Cadarache et Saint-Paul-lès-Durance, les ruines d’une église au lieu-dit Saint-Martin, quartier des Monges, sont proches d’un bâtiment qui aurait appartenu aux Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem58. Une villa gallo-romaine a été mise au jour à proximité immédiate de cet édifice (Chélini 1985 : 15).

FIG. 66 Saint-Paul-lès-Durance et le territoire de Cadarache.

FIG. 66 Saint-Paul-lès-Durance et le territoire de Cadarache.
  • 59 ABDRA, B 4 f° 228.
  • 60 ABDRA, B 3 f° 112.

59Sur l’autre partie du territoire, le castrum primitif, appelé dans les textes « les Annèmes », est situé dans la vallée de l’Abéou, au lieu-dit Saint-Peyre, qui tient son nom du vocable de l’église dont les ruines sont encore visibles dans l’enceinte de l’ancien château. Les textes attestent qu’il fut occupé au moins à partir du xie s. puis fut abandonné pour le site actuel de Saint-Paul-lès-Durance au cours de la première moitié du xiiie s. à la suite d’une confiscation des biens de Cadel des Annèmes par le comte en 123559. En 1349 Raymond d’Agout reçut de la reine Jeanne une somme d’argent et les revenus de plusieurs castra dont celui de Saint Paul fogasseria60. À partir du xive s. les Annèmes ne sont plus mentionnés.

3.2.1.2 Le castrum des Annèmes

  • 61 Coord. Lambert : X = 873 090, Y = 158 836.

60À 1 500 m au sud-est de l’agglomération actuelle, le site des Annèmes61, dit aujourd’hui Saint-Peyre, conserve les vestiges d’un château dominant les traces d’un ancien village protégé par une enceinte. Les aménagements pratiqués vraisemblablement au cours du xiie s. n’ont pas occulté la motte taillée dans la roche et qui constitue le castrum primitif créé au plus tard au xie s. comme le montre une monnaie ottonienne trouvée en prospection au pied de la tour. Relief d’éperon (fig. 67), il a suffi d’un fossé d’environ 8 m de large au nord-est pour isoler la zone où a été implanté le château (fig. 68). Elle est de plan ovale de 29 x 25 m pour une hauteur de 6 m. Le donjon rectangulaire de 5,90 x 4,70 m a été construit à l’aplomb du fossé. Il est actuellement conservé en élévation sur 0,80 m environ. Au sud de la tour, se développe, sur la motte, un ensemble de constructions enserrées dans une enceinte trapézoïdale de 18 x 12 m environ. Vers l’est, à 3 m en contrebas, une seconde enceinte prend appui sur la précédente pour protéger une basse-cour d’environ 240 m2 dans laquelle des vestiges de constructions sont encore visibles. Elle est protégée à l’est par l’à-pic rocheux et au nord par la partie supérieure de l’enceinte villageoise. À quelques mètres au sud du château, une église orientée dont le toponyme a conservé le vocable de Saint-Peyre est de plan rectangulaire de 12 x 6,40 m, terminé par une abside semi-circulaire. Cette église est mentionnée dès 1096 comme appartenant à l’abbaye de Villeneuve-lès-Avignon (Sauze 2001). Elle fut remplacée par celle de Saint-Paul en tant que siège paroissial au cours du xiiie s. L’ensemble constitué du château à motte, de la basse-cour et de l’église était protégé par une enceinte castrale. Enfin, sur les pentes de ce vaste relief, les vestiges du village sont décelables dans d’abondants éboulis. Il était protégé par une enceinte de 1,05 m d’épaisseur qui prolongeait la courtine nord l’enceinte castrale pour descendre vers l’est et l’ouest le long du fossé sur environ 90 m après quoi elle se dirigeait vers le sud où il n’en subsiste que quelques traces.

FIG. 67 Saint-Paul-lès-Durance : motte de Saint-Peyre (castrum des Annèmes), vue de l’est.

FIG. 67 Saint-Paul-lès-Durance : motte de Saint-Peyre (castrum des Annèmes), vue de l’est.

FIG. 68 Saint-Paul-lès-Durance : motte de Saint-Peyre (castrum des Annèmes).

FIG. 68 Saint-Paul-lès-Durance : motte de Saint-Peyre (castrum des Annèmes).

61La prospection sur le site confirme l’occupation xie-xiiie s. attestée par les textes. On perçoit également une présence humaine au ive s. mais rien ne permet d’affirmer une continuité entre les deux séquences. Dans ce cadre chronologique, l’ensemble des vestiges laisse percevoir une évolution du château à motte vers un ensemble plus élaboré et pourvu d’un village dont nous ne voyons actuellement que les traces ténues de l’état le plus tardif.

3.2.1.3 La motte de la Plaine de la Grande Bastide

62Au début des années 60, lors des travaux de construction du Centre d’études nucléaires de Cadarache la fouille de la villa gallo-romaine des Convents et celle de la nécropole de l’Antiquité tardive (Pouyé et al. 1994) avaient éveillé l’attention de quelques membres du Commissariat à l’énergie atomique pour les vestiges archéologiques. Ainsi fut remarquée une butte, pourvue d’une plate-forme sur les bords de laquelle on pouvait voir des pierres calcaires alors que le substrat était constitué de poudingue de Valensole. Le site est établi sur une hauteur naturelle conformée en éperon, dominant de 60 m le fond de la vallée, aujourd’hui siège du Centre d’études nucléaires. Le tertre (fig. 69) présente un plan ovoïde orienté est-ouest atteignant 75 x 40 m, à la base, pour une hauteur de 6 m (fig. 70). À l’extrémité ouest, en position avancée, la plate-forme subcirculaire d’environ 15 m de diamètre est en légère surélévation par rapport à la basse-cour qui, à 1,50 m en contrebas, n’offre pas plus de 200 m2 utiles. L’ensemble du tertre a subi d’importants aménagements destinés à l’agrandir. Un gros apport de remblai a été effectué au nord. On peut ainsi estimer que le sommet de la motte a été agrandi d’environ un tiers de sa surface initiale. Au pied du tertre, à 50 m vers le nord-ouest, une source, connue pour son débit régulier, a subsisté jusqu’aux travaux d’aménagements du Centre d’étude nucléaire. Le point d’eau a certainement été déterminant dans le choix du site.

FIG. 69 Saint-Paul-lès-Durance : motte de la Plaine de la Grande Bastide.

FIG. 69 Saint-Paul-lès-Durance : motte de la Plaine de la Grande Bastide.

FIG. 70 Saint-Paul-lès-Durance : motte de la Plaine de la Grande Bastide, vue de l’est.

FIG. 70 Saint-Paul-lès-Durance : motte de la Plaine de la Grande Bastide, vue de l’est.

63La fouille a permis de reconnaître en négatif le plan d’un vaste bâtiment en L dont les murs avaient été entièrement démontés à une époque indéterminée pour récupérer les pierres. L’épaisseur des murs, montés au mortier de chaux, ne dépassait pas 0,80 m. Il semble donc peu réaliste de supposer l’existence d’une tour. L’ensemble s’organise autour d’une pièce principale (B) de 9,60 x 3,50 m dans ses dimensions intérieures. Un silo de près de 3 m3 y avait été aménagé. La pièce A, perpendiculaire à la précédente, mesurait 6 x3,20 m. Elle abritait un petit silo d’à peine 1,15 m3. À ces deux pièces principales s’ajoute un édifice secondaire (D) de construction plus fruste de 3,10 x 4,40 m dans ses dimensions intérieures pour des murs épais de 0,60 m. Elle prenait appui sur la face est du bâtiment principal et, compte tenu de l’absence de mortier dans les murs, l’espace D est incontestablement un édifice annexe. On y a cependant trouvé davantage de mobilier qu’ailleurs. Sur toute l’étendue de la fouille aucune tuile n’a été trouvée, la couverture devait être en bois.

64Les deux pièces principales ouvraient sur un terre-plein bien exposé au sud, petite cour d’environ 25 m2 où un autre silo de 2,4 m3 avait été creusé (C). Plusieurs lauses tombées à l’intérieur servaient à le fermer. Vers le sud, cette petite cour n’était pas fermée, aucune trace de rempart ou de palissade n’y a été relevée. Si l’ensemble du bâtiment était imposant, il n’a pas pour autant de caractère nettement défensif si ce n’est son perchement. L’ensemble présente donc un caractère plutôt résidentiel. Il convient de souligner les similitudes avec le premier état de la motte de Niozelles, pourtant d’au moins deux siècles plus ancien. Compte tenu de tous les éléments précédents on peut tenter une restitution hypothétique du site (fig. 71).

FIG. 71 Saint-Paul-lès-Durance : motte de la Plaine de la Grande Bastide. Proposition de restitution.

FIG. 71 Saint-Paul-lès-Durance : motte de la Plaine de la Grande Bastide. Proposition de restitution.

65La céramique et quelques fragments de verre indiquent clairement une datation du début du xiiie s. Le mobilier métallique ne constitue pas un élément de datation, par contre il fournit des indications sur les activités domestiques et éventuellement sur le niveau de richesse des occupants. Deux métaux sont présents : le bronze et le fer. Les objets de bronze (fig. 72) sont de petits éléments de parure : paillettes, agrafes, petits décors de ceinture et bouclette de chaussure. Les objets de fer (fig. 73) étaient également bien conservés tels une clé (1), un battant de sonnaille (2), une boucle de ceinture rectangulaire à rouleau (3) un fragment d’armature de gaine de couteau, un ferret de bâton (4), deux couteaux dont l’un à lame pliable, une petite enclume destinée, sans doute, à redresser les clous (5). Un fer (6) et un élément de mors constitué d’une chaîne de trois maillons resserrés en8 (7) révèlent la présence d’une mule ou d’un cheval.

FIG. 72 Saint-Paul-lès-Durance : motte de Cadarache, petits objets de parure.

FIG. 72 Saint-Paul-lès-Durance : motte de Cadarache, petits objets de parure.

FIG. 73 Saint-Paul-lès-Durance : motte de Cadarache, mobilier métallique.

FIG. 73 Saint-Paul-lès-Durance : motte de Cadarache, mobilier métallique.

66L’ensemble de ce mobilier est très peu abondant. Il témoigne cependant d’une réelle occupation du site, sans pour autant être très explicite sur les activités domestiques. Le battant de sonnaille révèle une activité d’élevage mais il a été trouvé au fond du silo 1 et y est peut-être arrivé après l’abandon du site. Toutefois, la présence d’une clé de porte et d’éléments de décors d’habits porte à considérer l’ensemble comme un lieu de résidence de personnes d’un niveau social relativement élevé, en tout cas pas comme un simple établissement agricole. La position perchée et l’ampleur des bâtiments plaident d’ailleurs en ce sens.

67Le matériel permet de conclure à une occupation durant la première moitié du xiiie s. La rareté du mobilier recueilli montre une occupation de très courte durée, confirmée par l’absence de foyer, de niveau de cendre de quelque consistance ou, plus généralement, d’une réelle couche d’occupation. Tout porte à penser que cet établissement a rapidement avorté. La datation de la motte étant établie, il a paru utile de reprendre les travaux qui avaient été menés par Michel Fixot sur une église toute proche et qui s’avérait contemporaine de la motte.

3.2.1.4 L’église de la Plaine de la Grande Bastide

68Après la fouille d’un cimetière de l’Antiquité tardive, au lieu-dit la Plaine de la Grande Bastide, des travaux de terrassement avaient mis au jour, à 340 m vers le sud-est, les vestiges d’une église complètement enterrés mais conservés sur environ 1,50 m de hauteur. Dans les murs, des assises alternées suggéraient un archaïsme de construction qui laissait supposer une datation haute, peut-être contemporaine des sépultures. Dans cette hypothèse, Michel Fixot mena une fouille en 1968-69 (Fixot 1969) qui établit une occupation de la fin xiie au xive s. Après exploration de la majeure partie de l’édifice qui fut alors relevé, les travaux ne furent pas poursuivis puisque les résultats ne répondaient pas à la problématique. Des années plus tard, à la suite de la fouille de la motte, le site reprenait tout son intérêt. La campagne de fouille de 1990 a permis de préciser les éléments que les travaux antérieurs avaient largement mis en évidence. L’objectif principal de cette dernière campagne de fouille était d’établir un lien éventuel entre la motte et l’église.

  • 62 Coord. Lambert : X = 875 062, Y = 160 000.

69Cet édifice a été construit sur une terrasse du versant sud de ce fond de vallon que domine la motte à 730 m au nord-est62. Il est orienté (fig. 74) au sud-est (130° par rapport au nord). Le plan est approximativement rectangulaire de 5,50 m de large pour une longueur de 9,80 m au nord et 10,16 m au sud. La stratigraphie a montré que l’édifice religieux a été construit sur un sol vierge d’occupation médiévale. Les murs dont l’épaisseur varie de 0,80 à 0,90 m étaient constitués d’un parement réalisé avec un appareil irrégulier de blocs de calcaire tout juste dégrossis liés par un mortier très médiocre. La porte a été aménagée au milieu de la façade nord, ce qui peut paraître insolite dans cette région où les ouvertures évitent généralement le mistral. Le chœur, surélevé de 0,20 m par rapport au sol de terre battue de la nef était composé d’une partie rectangulaire de 4 x 1,10 m prolongée par une abside de 1,60 m de profondeur pour une ouverture de 2,34 m. La pierre de l’autel (fig. 75) est un monolithe de calcaire tendre de 1,05 x 0,61 m pour une épaisseur de 0,13 m. Le support, monolithique également, est un parallélépipède de 0,43 x 0,24 m et 0,80 m de hauteur dont une extrémité était pourvue d’une petite cavité rectangulaire destinée à contenir des reliques.

FIG. 74 Saint-Paul-lès-Durance : chapelle de la Plaine de la Grande Bastide.

FIG. 74 Saint-Paul-lès-Durance : chapelle de la Plaine de la Grande Bastide.

FIG. 75 Saint-Paul-lès-Durance : chapelle de la Plaine de la Grande Bastide. L’autel sur son support.

FIG. 75 Saint-Paul-lès-Durance : chapelle de la Plaine de la Grande Bastide. L’autel sur son support.

70Au sud de l’église, un édifice est venu s’adosser lorsque, au début du xive s., l’ensemble a été transformé en bâtiment à vocation agricole. Cette pièce unique de 6,20 x 3,70 m, dans ses dimensions intérieures, prend appui sur l’épaulement sud du chœur. Quelques dalles rubéfiées, posées dans l’angle sud-ouest sur le sol de terre battue, suggèrent un foyer rudimentaire. À la faveur de cette nouvelle occupation, l’édifice religieux fut transformé en dépendance dans laquelle trois silos furent creusés. Le silo 1 contenait environ 1,8 m3. Ses bords effondrés montrent qu’il fut abandonné sans être comblé. Par contre, le silo 2, d’environ 1,6 m3, avait été rebouché durant l’occupation du site. Il contenait de la terre et des pierres et notamment quelques blocs de tuf bien équarris similaires à ceux que l’on observe au niveau de la porte et des angles de l’édifice qui devait alors être en assez mauvais état. Enfin, le silo3, nettement plus petit que les précédents, 0,4 m3 environ, avait été soigneusement rempli de petits blocs de calcaire mêlés d’une terre légère contenant de la cendre et un tesson gris. Ces observations, déjà faites sur nombre d’autres sites (Fixot 1980), montrent le caractère temporaire de l’utilisation des silos. Les risques d’éboulement des parois obligeaient à combler les fosses et à en creuser de nouvelles.

71Une monnaie émise en 1186 (Fixot 1970) situe la construction de l’église vers la fin du xiie ou le début du xiiie s. S’y ajoute un denier d’argent de Robert, comte de Provence (1309-1343), qui place l’occupation de la maison dans la première moitié du xive s., datation confirmée par un méreau de plomb trouvé dans un silo. Ce type d’objet a en effet été mis au jour sur d’autres sites bien datés (Fixot 1990 : 223).

72Hormis quelques tessons erratiques du néolithique et de l’Antiquité tardive, la céramique est médiévale, des pâtes grises sans glaçure et de la céramique vernissée. La céramique grise a une large répartition chronologique alors que la glaçurée renvoie clairement au xive s. en cohérence avec le monnayage. Deux lampes de verre bleu s’ajoutent à ce mobilier (fig. 76) ; la couleur du verre et le type de décors sont proches des bouteilles du xive s. fabriquées dans les ateliers provençaux et languedociens.

FIG. 76 Saint-Paul-lès-Durance : chapelle de la Plaine de la Grande Bastide. Lampe à huile.

FIG. 76 Saint-Paul-lès-Durance : chapelle de la Plaine de la Grande Bastide. Lampe à huile.

73Le mobilier métallique est majoritairement composé d’objets de fer à caractère domestique. À l’exception de deux couteaux et de clous, tous ont été trouvés dans la maison. Une série d’outils (fig. 77) très bien conservés atteste de la nature agricole de la seconde occupation : une faucille (2), un sarcloir (4), un fragment de pelle à lame plate, une serpe de vigne (1), un burin, un crochet sans doute de boucherie, plusieurs lames de couteaux (3), un petit grelot en tôle de bronze et une clé. Bon nombre de ces objets trouvent leurs semblables dans les fouilles de Rougiers dans des niveaux datés du xive s.

FIG. 77 Saint-Paul-lès-Durance : chapelle de la Plaine de la Grande Bastide. Mobilier métallique : 1 serpe de vigne ; 2 faucille ; 3 lame de couteau ; 4 sarcloir.

FIG. 77 Saint-Paul-lès-Durance : chapelle de la Plaine de la Grande Bastide. Mobilier métallique : 1 serpe de vigne ; 2 faucille ; 3 lame de couteau ; 4 sarcloir.
  • 63 Comme celle de la motte, la faune a été étudiée par Frédérique Audouin-Rouzeau, CNRS, Paris.

74La faune63 a été étudiée grâce à un ensemble de fragments osseux provenant de la seconde occupation du site, ils témoignent pour la plupart des pratiques alimentaires. On relève la présence du bœuf domestique, de mouton et/ou de chèvre, de porc, de lapin de garenne et de volaille.

75On ignore le vocable de cette église. Élisabeth Sauze (Sauze 2001 : 278) l’identifie comme l’église Saint-Agapet, possession de l’abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, mentionnée dans une pancarte de 1178. L’hypothèse ne semble pas fondée puisque la fouille a montré qu’elle n’a pu être construite avant 1186. Bien que les dates soient proches, elles sont contradictoires et supposer l’existence d’une église antérieure ne repose sur aucun argument objectif. La stratigraphie a montré, au contraire, que l’édifice a été construit sur un sol vierge. De très nombreuses églises ont fait l’objet de réoccupations profanes aux xive et xve s., à la suite des guerres et des épidémies sans, d’ailleurs, qu’elles aient été vraiment abandonnées par l’Église (Coulet 1956 :37-41). La chronologie de cette église est en cohérence avec celle de la motte située à 750 m au nord-est. Le lien entre celle-ci et l’église peut d’ailleurs expliquer la position insolite de la porte, dans le mur nord, exposée au mistral. Cette disposition était telle qu’en entrant ou en sortant de l’église on voyait nécessairement la motte ou on en était vu.

3.2.1.5 Insertion des sites dans le terroir de Saint-Paul-lès-Durance

  • 64 D’autres régions montrent des évolutions analogues avec des petits établissements seigneuriaux au c (...)

76Ces observations montrent que les deux sites de Annèmes et de la motte de la Plaine de la Grande Bastide sont directement liés et semblent témoigner, de la part de leurs initiateurs, d’une volonté de structurer un terroir à la limite de ceux de Cadarache et de Saint-Paul, dans un cadre topographique cohérent, la Plaine de la Grande Bastide. En ce sens, il a déjà été montré que l’unité géographique a été un élément déterminant dans la structuration des territoria (Fixot 1973-1974). Si cette tentative a été un échec, le peuplement de cette zone n’en est pas moins attesté par la réoccupation du site de plaine durant la première moitié du xive s. À l’issu de cette période, l’abandon était inéluctable face aux troubles et au déclin démographique qui s’ensuivit. Cette fouille montre que l’érection de mottes a perduré pendant au moins deux siècles (Mouton 1994a). Le choix d’un site perché à la jonction de deux vallées, l’important apport de terre ainsi que la forme et les dimensions du tertre sont caractéristiques des mottes provençales. Ces dispositions constituaient sans doute un archaïsme pour le xiiie s. mais elles devaient permettre, à peu de frais, de construire un symbole de domination sur le terroir. Par contre, si ce n’est le perchement, les structures mises au jour ne présentent pas un caractère défensif mais plutôt résidentiel qui ferait du site non pas véritablement un castrum mais une motte démilitarisée64, sans doute une de ces bastida que l’on voit se multiplier à partir du second quart du xiiie s. (Coulet 1988 : 181). Ces implantations périphériques se sont développées à la faveur des tensions qui émaillèrent la première moitié du xiiie s., comme il a pu être observé ailleurs en Provence (Fixot 1973-1974). Une précision s’impose : le toponyme « Plaine de la Grande Bastide » est sans rapport avec la motte, il est dû à la présence au milieu de la vallée d’une grosse bâtisse qui appartenait à une ferme avant d’être incluse dans le Centre d’études nucléaires. Cette tentative d’établissement dans une zone périphérique en vue, sans doute, de se constituer un domaine a avorté, ce qui explique sans doute le mutisme des textes à son sujet. On ignore si l’établissement a eu le temps de générer un habitat de plaine. Une chose est sûre cependant, la nécropole de l’Antiquité tardive, fouillée à proximité de l’église, n’était plus en fonction à partir du viie s. Aucune donnée n’atteste d’un peuplement durant le haut Moyen Âge mais ce manque peut n’être dû qu’à une insuffisance de la prospection ou au caractère aléatoire de la conservation des vestiges.

77L’exploitation archéologique de ces deux sites associés aurait gagné à pouvoir s’appuyer sur des textes, mais ils font défaut. Toutefois, il est difficile d’imaginer que les transformations du terroir constatées dans les textes autour du noyau castral primitif de Saint-Peyre soient étrangères aux évolutions de la Plaine de la Grande Bastide puisqu’elles s’inscrivent dans la même séquence chronologique. On pourrait supposer, par exemple, qu’une tentative de constitution d’un centre de peuplement ait été menée par le lignage évincé du castrum des Annèmes au début du xiiie s. et que l’on voit si pauvrement loti par la suite. Mais, en l’absence de textes explicites, l’archéologie ne permet pas d’aller jusque-là, tant il est vrai qu’en replaçant les découvertes dans le contexte historique local, voire général, elle permet d’établir des parallèles mais rarement des recoupements.

78D’autres recherches archéologiques sur le castrum de Saint-Peyre seraient sans aucun doute riches d’enseignement. Elles permettraient peut-être d’établir une continuité d’occupation de ce site de hauteur entre le ive et le xie s. Il serait également intéressant de savoir si, au xie s., la motte de Saint-Peyre avait déjà provoqué la constitution d’un habitat groupé ou si le village, dont on perçoit les vestiges à l’abri de l’enceinte, ne s’est structuré qu’après l’édification de structures castrales plus élaborées, vraisemblablement au cours du xiie s.

3.2.2 Venelles/le Castellas (FIG. 1, n° 53 et
FIG. 107)

  • 65 Coord. Lambert : X = 853 620, Y = 149 950, altitude 424 m.

79Le site appelé « le Castellas », a été établi à l’extrémité est de la chaîne de la Trévaresse65 (fig.78), à moins de 600 m au nord du village actuel. Il domine de plus de 200 m le passage qui va d’Aix-en-Provence à la vallée de la Durance.

FIG. 78 Venelles : le Castellas.

FIG. 78 Venelles : le Castellas.

80Ce petit établissement présente l’aspect d’une motte tout à fait caractéristique. Elle a été façonnée dans le substrat sur un terrain plat à l’extrémité du plateau par le creusement, côté ouest, d’un fossé en arc de cercle encore très visible. Large de 7,50 m, il se développe sur 68 m de long et on voit, dans la coupe de son remplissage, au nord, qu’il était au moins profond de 5 m. Au sud, le petit cabanon de 2,80 x 2,80 m construit à la base de la butte est moderne. Il semble que le tertre ait été réalisé par apport de terre. En effet, vers l’ouest, au-delà du fossé, le terrain est plat alors que la partie la plus élevée de la motte se trouve à plus de 5 m au-dessus. La butte est de plan grossièrement circulaire avec un diamètre à la base de 31 m. Le sommet du relief est surtout constitué d’un niveau de destruction comportant de nombreuses pierres mêlées à de la terre. On n’y perçoit aucune organisation mais cette couche correspond vraisemblablement à la ruine d’une construction dont les bases peuvent être conservées. De ce fait, la plate-forme est difficilement mesurable mais elle ne devait pas excéder8 m de diamètre. L’espace était alors extrêmement restreint et ne pouvait être le siège que d’une tour de dimensions plutôt modestes autour de laquelle on a peine à imaginer un rempart. Quoi qu’il en soit, ces questions ne peuvent être résolues que par la fouille.

  • 66 Au 60, chemin de Font Cuberte. J’ai vu la photographie d’une de ces sépultures. Michel Fixot avait (...)
  • 67 Cart. Marseille, 261

81Sur le plateau, aucun vestige n’est apparent, qui pourrait signaler un habitat. Par contre, celui-ci a pu se développer en contrebas de la motte. En effet, à 375 m vers le nord-est, lors de la construction d’une maison66 plusieurs squelettes ont été trouvés, qui attestent de l’existence d’un cimetière. Sous réserve qu’il soit médiéval, il signalerait sans doute la proximité d’une église qui, avec la motte, constituerait les deux points d’ancrage d’un noyau de peuplement. C’est sans doute dans ce secteur qu’il convient de replacer l’église Saint-Pierre aujourd’hui disparue (Coulet 1988 : 763, n. 199). La documentation n’est pas d’un grand secours pour dater cette fortification. Un texte du xie s. a été mentionné (Masson 1914-1937, XV : 108) mais reste introuvable, à ma connaissance. Il ferait la distinction entre Velenna vetula et Venella nova, le premier relevant du chapitre de la cathédrale d’Aix et le second de Saint-Victor de Marseille. Si tel était le cas, cela signifierait que la motte a été abandonnée dès le xie s. au profit d’un nouveau centre de peuplement, ce qui est tout à fait possible. Pour l’instant, le texte le plus ancien qui nous soit accessible est une charte de Saint-Victor de Marseille67 datée de 1014 mais qui se rapporte à l’église Saint-Hippolyte, possession de l’abbaye. Ce lieu-dit demeure à 2 000 m au sud de l’agglomération actuelle. Malheureusement, ce texte ne nous éclaire en rien sur l’organisation du castrum au début du xie s. On sait simplement qu’il existait déjà un château à la fin du xiie s. En effet une charte de 1192 (Villeneuve 1821-1829) consigne un échange entre la commanderie d’Aix et le comte de Provence Alphonse Ier par qui fut donnée une maison à Bertrand de Venelles pour l’achat du château. Rien ne prouve cependant que ce château soit la motte car, à la fin du xiie s., il pouvait déjà en exister un autre à l’emplacement de l’ancien village qui a été détruit par le tremblement de terre de 1909. Au xive s., l’église proche du Castellas était encore en état mais le quartier était occupé par des constructions délabrées et des jardins (Coulet 1988 : 235).

82Sans fouilles, on ne peut, pour ce site, que rester sur une hypothèse : le premier site fortifié médiéval de Venelles serait la motte du Castellas avec son église vieille au vocable de Saint-Pierre. Cet ensemble aurait pu se constituer autour de l’an Mil. Par la suite un autre château, sans doute plus vaste, se serait établi à l’emplacement du village, centre de l’agglomération jusqu’en 1909.

3.2.3 Le Puy-Sainte-Réparade/ le Collet Blanc

  • 68 Coord. Lambert : X = 849 787, Y = 155 225.

83Au quartier du Collet Blanc, la motte du Puy-Sainte-Réparade est située sur un petit relief à l’altitude 322 m. Dans la pente nord-ouest, elle est distante de 800 m de l’ancien village médiéval appelé la Quille68 (fig. 79). La fortification occupe un relief naturel aménagé mais laisse percevoir peu de vestiges (Delaval 1982 : 40-42 et 51-54). À 5 m de hauteur, une plate-forme très grossièrement circulaire d’environ 18 m de diamètre présente, sur son bord nord-est, les restes d’un mur de 0,65 m d’épaisseur sur une longueur d’environ 13 m. Au nord, il marque un retour à angle droit qui est matérialisé par un très gros bloc parallélépipédique, parfaitement taillé, de 0,65 x 1,60 m pour une hauteur de 0,55 m. Cet élément constitue un renfort de fondation qui, compte tenu de l’épaisseur (0,65 m) et de la position en bord de plate-forme, ne peut être celle d’une tour mais plutôt d’un rempart. À 5 m vers le sud-ouest et parallèlement au précédent, un talus, interrompu en son milieu, souligne peut-être un second mur avec une ouverture. L’ensemble formerait alors un bâtiment d’environ 5 x 13 m ; mais rien n’est moins sûr, car dans le talus, aucune assise de pierres n’est décelable et il peut tout aussi bien s’agir d’un aménagement rudimentaire postérieur. Vers l’ouest, une petite éminence ovale d’environ 7 x 3 m à son sommet, semble isolée de la plate-forme précédente par un fossé d’environ 2 m de profondeur pour 5 m de large. Il n’est toutefois pas certain que cette conformation soit artificielle. Elle peut en effet être due à l’érosion. Dans ce cas, la plate-forme originelle aurait été de plan ovale de 30 x 20 m. La prospection sur le site lui-même n’a pas fourni de matériel. Par contre, dans les pentes au sud-ouest du site, la prospection livre sur une grande étendue de très nombreux tessons, très fragmentés, de céramique grise qui laissent percevoir la présence d’un habitat médiéval.

FIG. 79 Le Puy-Sainte-Réparade : motte au quartier du Collet Blanc.

FIG. 79 Le Puy-Sainte-Réparade : motte au quartier du Collet Blanc.

84Le terroir a été étudié par Éric Delaval (Delaval 1982 : 40-55). Les éléments concernant le site du Collet Blanc et son environnement peuvent se résumer comme suit. Au xie s., une charte de 1082-1092 mentionne l’ancienne église paroissiale que l’auteur place à côté de celle de Saint-André. En pied de pente, le lieu-dit l’Église Vieille, à 1 200 m à l’ouest de la motte, correspond à un hameau qui se serait fixé au xviie s. autour de la vieille église Saint-André, après abandon du castrum médiéval. Au cours du xiie s., lorsque l’habitat s’est groupé sur l’ancien oppidum de la Quille, le rôle paroissial a été transféré de l’église Saint-Maurice, vouée alors à la disparition, à celle de Sainte-Réparade. Dans un acte de 1155, Hugues d’Eguilles et sa sœur donnèrent à l’archevêque d’Aix, Pons de Lubière, ce qu’ils possédaient au Puy-Sainte-Réparade. L’acte est fait « in castro podii Sancte-Reparade, in domo domini archiepiscopi ». Il semble donc que le château, dont il subsistait il y a encore quelques décennies une partie de la tour, avait alors été édifié. Ces vestiges témoignaient toutefois d’un état postérieur puisqu’ils présentaient un appareil en bossage.

85Bien que les textes soient peu explicites, il paraît très vraisemblable que la motte ait constitué au xie s. le castrum primitif avec l’église Saint-Maurice et un habitat, perceptible en prospection, épars dans les pentes ouest « juxta idem castrum occidentem versus… ». Puis, dans le courant du xiie ou au début du xiiie s., le nouveau château, perché sur le site le plus élevé, aurait structuré le village qui a duré jusqu’au xviie avant de redescendre en plaine. Dès le xiie s., la seigneurie du Puy-Sainte-Réparade appartenait aux archevêques d’Aix qui se trouvèrent par la suite sous la suzeraineté du comte de Provence. Durant le Moyen Âge le terroir du Puy-Sainte-Réparade n’était pas aussi étendu qu’aujourd’hui. En effet, ceux de Féline et Saint-Canadet en étaient distincts.

  • 69 Cart. Marseille, 109.
  • 70 GCN, Instr. II.
  • 71 GCN, I, Instr. XII.
  • 72 Coord. Lambert : X = 851 125, Y = 152 162, altitude 441 m.

86Au quartier de Féline subsistent les vestiges d’un petit château dont la construction remonte au moins au xiie s. Au xie s., ce terroir est désigné comme celui d’une villa puisque vers 106069 l’abbaye de Saint-Victor reçut d’Odile, épouse du vicomte de Marseille, un manse « in villa quam vocant Filinas ». Une église est mentionnée à la fin du xie s.70. Cette charte de 1082-92 ne qualifie pas Féline de castrum. Il faut pour cela attendre la bulle d’Alexandre III en 117571 qui signale une église « in castro de Fellinis… » Éric Delaval en déduit que ce château aurait été construit au cours du xiie s. C’est vraisemblable, mais on doit tout de même émettre une réserve. On montrera dans la synthèse l’équivalence, dès le xie s., des termes villa et castrum. On ne peut donc pas exclure, sur la seule base des textes, que le château de Féline ait pu être édifié au cours du xie s. Actuellement ruiné, il a été construit sur une éminence naturelle72 dans les pentes nord du massif de la Trévaresse, à 900 m au sud-ouest du village de Saint-Canadet. La butte, d’environ 5 m de hauteur, présente une plate-forme grossièrement ovale de 60 x 40 m. Ces dimensions sont sans doute trop vastes pour que l’on puisse considérer le site comme une motte mais on ne peut pas l’exclure. En effet, la dégradation des bâtiments a provoqué une telle accumulation de matériaux que le tertre originel était sans doute plus petit qu’il n’y paraît. Il est certain que ce site mériterait une étude complète. Les ruines encore en élévation témoignent sans doute d’un état tardif. Un pan de mur monté en petit appareil lié au mortier est conservé sur 4 m de hauteur. L’état de destruction ne permet pas de dresser même une ébauche de plan. Éric Delaval y a observé une pièce carrée de 5 m de côté qui n’est plus visible aujourd’hui.

  • 73 GCN, I, Instr. XVII.
  • 74 GCN, I, Instr. XVIII, col.23.

87Le castrum de Féline est encore mentionné comme tel en 1199 et Saint-Canadet est, de manière persistante, désigné comme villa73. Au début du xiiie s., le « castrum Sancti Canadeti » apparaît dans la liste des castra dépendant de l’archevêché d’Aix74. Il semble en fait que ce castrum soit constitué du village de Saint-Canadet, qui s’est formé au début du xiiie s., du château de Féline, des églises et du terroir. Depuis la seconde moitié du xve s., Saint-Canadet et Féline font partie du terroir du Puy-Sainte-Réparade (Delaval 1982 : 60).

3.2.4 Saint-Estève-Janson (FIG. 1, n° 48 et
FIG. 107)

  • 75 Coord. Lambert : X = 845 912, Y = 158 575, altitude 350 m.

88Une petite fortification a été établie sur un éperon rocheux que l’érosion a façonné en rebord du plateau qui domine la Durance de 130 m sur son versant sud, à 850 m à l’ouest du village actuel75 (fig. 80 et 81). L’éperon, orienté N-NO mesure approximativement 60 x 50 m. Il est isolé du plateau par un fossé creusé dans le rocher d’à peu près 7 m de large pour une profondeur actuelle de 2,70 m. L’accès au site avait probablement lieu par ce fossé d’où l’on devait atteindre un premier bâtiment long de 14,20 m et large de 4,80 m dont les murs étaient épais de 0,75 m. Il barrait l’espace entre la plate-forme sommitale et le fossé auquel il était parallèle. Une porte y ouvrait à l’est. Son piédroit nord, soigneusement maçonné, est encore visible sur environ 0,60 m de hauteur. Si on restitue une structure symétrique vers le sud, cette ouverture devait être large d’environ 2,15 m. L’espace intérieur devait se présenter comme un long couloir de 12,70 x 3,40 m sur l’aménagement duquel il est actuellement impossible d’en savoir davantage. Par son plan en longueur et surtout son orientation à l’ouest, ce bâtiment ne peut-être une église. Sans doute s’agit-il d’un châtelet dans lequel un escalier pouvait permettre d’accéder à l’espace sommital protégé par un rempart polygonal. Celui-ci a une épaisseur de 0,97 m et est reconnaissable sur quatre tronçons conservés vers les quatre points cardinaux. L’aire ainsi protégée atteignait 28,30 x 12,60 m soit une surface de 265 m2. À l’extrémité sud de cette surface, on note un pierrier qui constitue le point culminant du site. Probablement marque-t-il l’effondrement de la tour qui aurait été construite en défense du fossé, comme on l’a observé sur d’autres sites.

89Une seconde enceinte est décelable vers l’est, dans la pente. Ses murs ont 1 m d’épaisseur. L’un est orienté est-ouest et est conservé sur une longueur de 12,20 m. En son milieu, sur sa face nord, prend appui un autre mur qui descend sur 9,60 m de longueur, jusqu’à une altitude de 14 m inférieure au point le plus haut du site ; puis marque un angle d’environ 78° pour remonter vers le nord sur 13,30 m, après quoi on en perd la trace. Cette enceinte qui protégeait vraisemblablement un habitat constitue sans doute une basse-cour. Elle peut toutefois correspondre à une évolution plus tardive où l’habitat s’est groupé à l’abri d’une enceinte villageoise à l’instar de ce qui a été observé au site de Saint-Peyre, à Saint-Paul-lès-Durance. Quelques tessons de céramique grise ont pu être ramassés en prospection au pied du lambeau de rempart sommital conservé à l’est de la plate-forme. Ils appartiennent à des petites formes qui suggèrent le xiie s. (Fixot, Pelletier 1995 : 47).

  • 76 ABDRA, 3 H, 72.
  • 77 Pouillés, 2D, 10A, 30C 43A.

90Une église Saint-Estève dépendait, en 1082, du chapitre d’Aix alors qu’au xiie s. elle appartenait à Saint-Victor de Marseille avant d’être cédée, en 1159, à l’abbaye de Silvacane (Masson 1914-1937, XV : 284). En 1191 les moines de Silvacane achetèrent des biens situés dans ce territoire qui était alors appelé Saint-Étienne du Tertre76. Cette dénomination était encore en usage aux xiiie et xive s. avec, déjà accolé, le nom de Janson77. Cette mention ne permet pas de dire si le site était alors occupé. Mais l’appellation « tertre », bien qu’originale, serait tout à fait adaptée à ce site castral qui peut être considéré comme une motte puisqu’il est tout à fait similaire à la Moutte de Fox-Amphoux (Var) ou à celle, beaucoup plus proche, de Valbonnette.

FIG. 80 Saint-Estève-Janson.

FIG. 80 Saint-Estève-Janson.

FIG. 81 Saint-Estève-Janson.

FIG. 81 Saint-Estève-Janson.

3.2.5 Rognes / Tournefort (FIG. 1, n° 49 et
FIG. 107)

  • 78 L’auteur a réuni de nombreuses informations mais se livre souvent à des interprétations hasardeuses

91La motte de Tournefort, à 5,5 km au sud-est du village de Rognes (fig. 82), s’insère dans un terroir dont l’occupation est connue depuis (Coquet 1970)78 l’Antiquité. Elle a été établie sur un relief naturel au nord du massif de la Trévaresse, à proximité du carrefour de Conil où convergent plusieurs voies antiques. Des occupations du Bronze final et de l’âge du Fer sont attestées à Conil même ou à proximité (Bouloumié 1986 : 41-47). Un cimetière du haut Moyen Âge, avec mobilier, y a été découvert et est actuellement étudié par Françoise Stutz dans le cadre d’une thèse. On ignore, pour l’instant, si ces sépultures étaient associées à une église.

FIG. 82 Rognes/Tournefort.

FIG. 82 Rognes/Tournefort.
  • 79 Cart. Richerenches, nos 1, 2, 12, 74, 75.
  • 80 GCN, Instr. XVIII, col.23.

92Le toponyme désigne une tour dont il ne reste aujourd’hui aucun vestige visible. Par contre il subsiste une motte qui a été soigneusement chemisée pour pallier sans doute les effets de l’érosion et lui donner un aspect plus imposant. En l’absence d’indices archéologiques, on ne peut fixer la période de fondation de cette motte qui nous apparaît aujourd’hui fortement amputée par les constructions ultérieures. Une datation du viiie s. (Coquet 1970 : 169) est évidemment fantaisiste. On ne sait rien non plus sur le lignage qui a été à l’origine de cette fortification. Il a été écrit (vicomtes de Marseille) que les seigneurs de Tournefort sont les donateurs du même nom qui, entre 1136 et 1164, offrirent des biens qu’ils possédaient à Bourbonton dans le Vaucluse pour la fondation du monastère de l’ordre du Temple de Richerenches. Mais dans les chartes du cartulaire de Richerenches79 on ne voit que des événements relatifs au Vaucluse, sans qu’à aucun moment le moindre indice ne se rapporte à Rognes ni même au diocèse d’Aix. Or cette famille peut tenir son nom d’ailleurs car les lieux-dits Tournefort ne sont pas rares : c’est par exemple le nom d’une commune des Alpes-Maritimes. On connaît également ce toponyme sur la commune de Barras (Alpes-de-Haute-Provence). Noël Coulet (Coulet 1988 :731, n. 292) considère que le lignage de Tournefort est « petit » et « d’apparition tardive ». Il serait à l’origine de cette bastide dont la fondation se placerait au xiiie s. Lorsqu’elle s’établit à Aix au xve s., cette famille avait conservé des droits sur la bastide et ses terres. Tournefort est probablement, à l’origine, un terroir en marge de celui de Rognes sans que l’on puisse dire, faute de textes, quelle était la nature de cette motte. La première mention est tardive : le site est désigné comme « bastida de Tornafort » au début du xiiie s.80 alors que Rognes est un castrum. Il en est de même du territoire de Beaulieu qui jouxte Tournefort, à l’est, et qui, jusqu’au xvie s. était seulement désigné comme bastide du seigneur de Rognes (Coquet 1970 : 178).

FIG. 83 Rognes/Tournefort. Chemisage de la motte.

FIG. 83 Rognes/Tournefort. Chemisage de la motte.

93La motte est constituée d’une éminence naturelle de safre. En l’absence de fouille, il n’est pas possible de savoir si elle a fait l’objet d’un apport de terre. Elle a été largement amputée par la construction des bâtiments modernes qui la jouxtent au sud. La moitié du tertre environ semble avoir disparu. Elle apparaît aujourd’hui comme une butte de forme ovalee de 35 x 25 m et haute de 8 m. La plate-forme atteint 12,40 x 21 m et présente une surface horizontale et bien aplanie. Aucune trace de construction n’y est décelable, aucun matériel n’a été récolté en prospection. Par contre, ce site est remarquable par le chemisage polygonal en glacis (fig.83) dont il a été pourvu dans sa partie basse et sans doute, à l’origine, sur tout son pourtour. Seule la moitié nord en est conservée. Ce traitement architectural est vraisemblablement un ajout tardif.

  • 81 Un habitat s’étendait sur plusieurs centaines de mètres autour du site. De nombreux silos sont enco (...)

94Le polygone présente actuellement quatre pans complets et un autre, à l’est, en grande partie détruit. Chacun, haut de 4 m, accuse une pente formant un angle de 111,5° par rapport à l’horizontale et un dévers de 1,40 m entre la base et l’assise supérieure. On a d’abord avivé les pentes de la butte originelle puis la maçonnerie en a suivi le contour. Pour cette raison le plan est quelque peu irrégulier : les pans mesurent à la base, en partant de l’ouest, 9,60 m, 11,60 m, 9,80 m,8,80 m. Les angles les séparant sont respectivement de 160°, 145°, 150°, 156° et 123°. Le parement unique, épais de 25 cm, est constitué d’un petit appareil régulier lié au mortier. Les joints sont creux sur 5 à 10 cm probablement à cause de l’effritement du mortier. Au-dessous, un blocage de pierres brutes, également liées au mortier, est épais d’environ 40 cm. La base est soulignée par une assise de fondation constituée de blocs plus importants et débordant de 10 à 15 cm. Si la maçonnerie du parement a été réalisée avec une réelle maîtrise il en va tout autrement des angles séparant les pans. De gros blocs ont été taillés, souvent avec maladresse, en fonction de l’angle à construire avec une face externe courte et une longue, puis montés en disposition alternée à la manière d’un chaînage d’angle. Dans une construction à angles droits, la taille des pierres est beaucoup plus simple : des parallélépipèdes suffisent. Ici les artisans n’ont pas su résoudre deux difficultés concomitantes : d’une part, compte tenu de l’angle particulier (entre 123° et 160°), les surfaces de contact entre les blocs d’angles sont insuffisantes, d’autre part le respect du dévers impliquait une taille complexe qui n’a pas été correctement réalisée. Par conséquent, les angles ont moins bien résisté au temps que le reste de la construction. L’assise supérieure du chemisage a été particulièrement soignée, les blocs y sont de modules très réguliers et parfaitement alignés. Elle se situe à un niveau de 4 m inférieur au sommet de la motte. Ainsi, non seulement cette maçonnerie ne peut constituer la base de la tour, mais elle n’est pas davantage l’assise d’un rempart qui aurait nécessairement dépassé le niveau de la plate-forme. Elle joue sans doute le double rôle de glacis défensif et de protection contre l’érosion. Le rempart d’origine serait à rechercher plus haut, en bordure de plate-forme ; toutefois aucune irrégularité de terrain ne permet d’en percevoir les traces. Ses pierres, comme celles de la tour, ont peut-être été récupérées pour servir à bâtir les constructions modernes. Ce type de chemisage est rare mais pas unique. J’ai vu les vestiges d’un dispositif similaire sur la motte de Piécard à Sarrians (Vaucluse)81. Malheureusement, celle-ci a fait l’objet de nombreux aménagements modernes et s’en trouve complètement défigurée. Sarrians se situe à 31 km au sud de Richerenches. Ici émerge un lien entre le site de Tournefort et le Vaucluse. S’il avait été prouvé que la famille donatrice aux templiers était bien titulaire de la motte des Bouches-du-Rhône on n’aurait pas manqué de voir dans cette similitude architecturale la preuve de la transmission d’un modèle. On s’en abstiendra. Un autre chemisage est également conservé au castrum de Saignon (Vaucluse), au sommet du piton rocheux qui supportait la tour. Il est d’une facture beaucoup plus soignée que celui de Tournefort, les angles, en particulier, sont réalisés avec une réelle maîtrise. Peut-être n’était-il destiné qu’à parfaire l’aplanissement de la plate-forme car il n’ajoute rien à la défense, déjà assurée par les parois verticales du rocher. À Tournefort, puisque la motte n’a pas été établie sur un éperon, la tour devait se situer au centre de la plateforme que l’on peut placer approximativement au point de convergence des médiatrices des côtés du polygone. Cette zone correspond à une excavation, pratiquée dans la pente sud, qui résulte peut-être de la récupération des matériaux du donjon. Un alignement de quelques pierres y suggère d’ailleurs une assise mais à 2,50 m au-dessous du niveau de la plate-forme, il est sans doute tardif. L’établissement a en fait été largement détruit par les constructions modernes. Il serait par conséquent illusoire, dans une fouille, d’espérer découvrir des vestiges de constructions significatives. Par contre, la partie conservée de la plate-forme est suffisamment étendue pour permettre de mettre au jour des sols et espérer ainsi établir une chronologie. Cette aire conserve peut-être des traces du rempart et d’installations domestiques.

95Dans la masse du tertre, une installation troglodyte a été taillée dans le safre, très vraisemblablement à l’époque moderne. Située au sud-est de la motte, elle a été creusée alors que le chemisage avait déjà été en partie détruit par la construction des bâtiments modernes adjacents. En effet, au sud de l’entrée, un parement de pierres récupérées dans le chemisage de la motte sert à étayer de gros blocs de safre qui, sans cela, auraient tôt fait de s’effondrer. Un vestibule carré de 2,10 m de côté précède une petite pièce large de 1,70 m et profonde de 2,55 m. Ce réduit n’a aucune fonction commune avec la fortification originelle car il aurait facilité un dangereux travail de sape. Il a sans doute servi de cave ou peut-être de glacière.

96Cette bastide d’aspect particulier se situe en marge du terroir de Rognes et semble être restée une fortification de statut secondaire. Quoique vraisemblablement tardive, elle a été conçue d’après le modèle classique de la motte qui est resté en vigueur jusqu’au xiiie s., comme on l’a montré à Saint-Paul-lès-Durance.

3.2.6 La Roque-d’Anthéron/ Gontard (FIG. 1, n° 47 et FIG. 107)

  • 82 Coord. Lambert : X = 842 823, Y = 161 125.

97Situé à l’extrémité est de la commune de La Roque-d’Anthéron, à 3 200 m de l’agglomération moderne, le castrum de Gontard occupe le sommet d’une hauteur naturelle (fig. 84) qui, à 256 m d’altitude, domine la vallée de la Durance de plus de 100 m82.

FIG. 84 La Roque-d’Anthéron. Castrum de Gontard.

FIG. 84 La Roque-d’Anthéron. Castrum de Gontard.

98Bien que les vestiges en soient mal conservés, il est possible d’en comprendre l’organisation d’ensemble (fig. 85). Le sommet de ce relief de forme oblongue a été façonné par creusement, dans la roche calcaire, d’un fossé au sud-ouest. Quoiqu’aujourd’hui en grande partie comblé, il devait atteindre 7 m de large pour isoler la fortification dans sa partie la plus accessible. Partout ailleurs, la protection était assurée soit par un escarpement rocheux, vers l’ouest, soit par une très forte pente, au nord et à l’ouest. La partie fortifiée présente un plan grossièrement triangulaire (27 x 15 m) dont la base, au nord-est, est parallèle à la Durance. Seule cette partie a conservé les traces d’un mur d’enceinte dont on observe quelques assises sur environ 16 m de longueur. À l’est, il marque un angle droit et se dirige vers le sud où l’on perd sa trace. S’il n’est pas possible de suivre davantage son tracé, on peut supposer, compte tenu de la configuration de terrain, qu’il décrivait un polygone irrégulier. On peut estimer la surface ainsi protégée à un maximum de 350 m2. Au centre, un relief d’éboulis approximativement conique révèle la ruine d’une construction qui pourrait être la tour, si l’on se réfère aux autres sites semblables (Valbonnette, par exemple). Le sommet de cet amas pierreux, où l’on observe des traces de mortier blanc, émerge à 2 m au-dessus du niveau actuel du reste de rempart. On peut donc penser que, dans les niveaux inférieurs, la base de l’édifice est encore conservée. Un simple dégagement des pierres superficielles permettrait sans doute d’en connaître le plan sans même avoir à atteindre les niveaux d’occupation. L’information serait d’importance, compte tenu de la datation haute établie par les textes.

FIG. 85 La Roque-d’Anthéron. Castrum de Gontard.

FIG. 85 La Roque-d’Anthéron. Castrum de Gontard.
  • 83 Cart. Marseille, 239 à 246.

99La prospection de surface livre surtout des fragments de dolium qui attestent d’une occupation antique. Toutefois un fragment d’anse rubanée à pâte grise, peut tout à fait s’insérer dans une séquence chronologique des environs de l’an Mil, en conformité avec les sources écrites83, bien qu’une fois encore l’indice soit particulièrement ténu.

  • 84 Cart. Marseille, 243.
  • 85 Cart. Marseille, 240.
  • 86 Cart. Marseille, 246.
  • 87 Cart. Marseille, 242.
  • 88 Cart. Marseille, 240.
  • 89 Cart. Marseille, 245.

100La première mention84 précisément datée nous renvoie à février 1037, au début d’une série de donations au monastère de Saint-Victor de Marseille. La seconde85 peut lui être légèrement antérieure, située par l’éditeur du cartulaire entre août 1032 et 1039. Quoi qu’il en soit ces textes nous apportent des indications particulièrement précieuses. Ainsi apprend-on qu’en 1037 le château avait été détruit par le passé et était retourné à l’abandon. Aux environs de 1037, les terres composant une partie ou peut-être la totalité du territoire du castrum de Gontard étaient détenues par un lignage dont le personnage principal est nommé Bencelenus. Un autre groupe est lié au précédent puisque Bencelenus les désigne comme « heredes mei » sans que l’on puisse établir leurs liens exacts. La plupart des membres de ce deuxième groupe sont cousins entre eux et ils avaient reçu leurs biens, en propre alleu, par donation de leur seigneur Bencelenus, ce qui n’implique pas qu’ils en étaient parents mais ne l’exclut nullement. Quelques éléments de la topographie locale percent au fil de ces donations. En plus de terres dont la plupart ne sont pas exactement situables, Bencelenus donne le port et la rive de la Durance située sous le château de Gontard et tout ce qui y est destiné à l’usage des hommes86. Le port indique un passage de la Durance, détenu par Pons Alfant87 dont les droits s’étendaient également sur les terres alentour88. Vers 1050 Vuilelmus, fils de Bencelenus, donna la moitié d’un bois situé entre la Durance et le château89. Ainsi un bois séparait la fortification désertée et en ruine de la rive de la Durance où étaient aménagées les installations nécessaires à la traversée de la rivière.

  • 90 Cart. Marseille, 243.
  • 91 Visites pastorales, f° 100v°.

101Les causes de l’abandon de la fortification ne nous sont pas connues. On ne sait si elle a été détruite intentionnellement ou si elle a simplement été abandonnée. Une chose est sûre cependant : le territoire n’était nullement déserté puisque les terres étaient détenues par les familles donatrices. Et surtout, la traversée de la Durance, avec son port, devait générer une activité dont les revenus ont pu s’avérer plus lucratifs que la simple détention du castrum. Un habitat a pu se développer autour du port et ainsi rendre inutile le château comme lieu de résidence. Ceci n’explique toutefois pas l’abandon de sa fonction militaire. Y aurait-il eu accaparement de cette fonction par un autre castrum proche ? C’est possible puisque le Castelas de La Roque-d’Anthéron n’est qu’à 4 000 m vers l’ouest et son titulaire, Teutbert de Roca, intervenait comme témoin dans la donation de 103790. Les chartes du xie s. ne mentionnent pas d’église que l’on puisse rattacher au castrum. Une église Saint-Victor de Gontard est de mention tardive, 134491 et n’est pas désignée comme paroissiale. On relève seulement le lieu-dit Saint-Christophe à moins de 700 m vers l’est, au pied de la colline de Gontard.

102Ce petit castrum vient compléter une série de fortifications aux aspects très proches qui s’espacent régulièrement dans les pentes de la chaîne des Côtes. Puisque, en 1037, il était abandonné depuis longtemps, sa fondation se place sans doute vers la fin du xe s. et sa séquence d’activité n’a pu excéder quelques décennies.

3.2.7 La Roque-d’Anthéron / le Castellas (FIG. 1, n° 46 et FIG. 107)

  • 92 Coord. Lambert : X = 839 021, Y = 160 087, altitude 414 m.

103Le site éponyme de La Roque-d’Anthéron est actuellement désigné Rocher de Castellas92. Ce piton rocheux (fig. 86 et 87), sur lequel subsistent quelques vestiges d’une fortification, émerge des pentes de la chaîne des Côtes et domine l’agglomération moderne située à 1,3 km au nord. Ce castrum a été le siège d’une seigneurie dont les titulaires sont mentionnés dès le xie s., mais nous sont mieux connus par les textes du xiie s. lorsque s’est développé le patrimoine de l’abbaye de Silvacane.

FIG. 86 La Roque-d’Anthéron : le Castellas.

FIG. 86 La Roque-d’Anthéron : le Castellas.

FIG. 87 La Roque-d’Anthéron : le Castellas vu du sud-ouest.

FIG. 87 La Roque-d’Anthéron : le Castellas vu du sud-ouest.
  • 93 Cart. Marseille, 243.

104En 1037 Teutbert de Roca, on l’a dit ci-dessus, intervint comme témoin de la donation d’une terre à Gontard93. C’est également lui qui donna le Mont-Goiron et l’église de Valbonnette en 1048. La Roque était donc, dès la première moitié du xie s., le château d’une famille possédant aux alentours des terres et plusieurs églises.

  • 94 Pouillés, 9D. dAf n° 102 - Mottes castrales en Provence
  • 95 Visites pastorales, f° 100v°.

105L’appellation actuelle de la commune provient du nom d’un seigneur du xiie s. nommé Tarron. Cette étymologie a parfois donné lieu à des interprétations fantaisistes mais Joseph Hyacinthe Albanès en a reconstitué les éléments de façon précise (Albanès 1882 : 163-200). C’est à cette étude que sont empruntées les données qui suivent. Une donation à Silvacane par le comte de Provence Raymond Bérenger II, datée du 23 juillet 1150, fait état, parmi les témoins, de deux frères : Guilelmus de illa Roca et Raimundus de la Roca. Le premier, Willelmus de Rocca, est également témoin d’une autre donation au même monastère le 11 novembre 1168. Une charte de 1164 précise « hominibus de Roca, in territorio de Roca, sub tenemento de Roca, domini de Roca ». Un des seigneurs de La Roque, au cours de la seconde moitié du xiie s., ajoute au toponyme son nom ou plutôt son surnom : Bertrandi Terronis (1164), Tarrons (1192), Tarrun (1196), Tarron (1204), Bertan Tarron (1212). Ainsi voit-on, à partir du xiiie s., la seigneurie nommée : « tenementum castri de Roca Tarronis » (1248), « castrum de Roca Terone » (1276), « Rupes Tarronis » et « Rocha Tarroni » (1298) puis « castrum de Rocha Anthorronis » (1351), « castrum Roque d’Antarron » (1353). La forme moderne était donc pratiquement établie au xive s. Tarron est frère de Raymond de Châteauneuf. Cette famille de La Roque est également apparentée aux Fuveau. Ils s’opposèrent ensemble à l’abbaye de Silvacane en 1193 et se référèrent alors à des chartes de 1144 et 1145 dans lesquelles avaient été données des terres situées dans les territoires environnants, souvent difficiles à situer actuellement. Ces possessions allaient de Silvacane à Valbonette et jusqu’à Rognes. Ils avaient également donné aux moines le droit de pacage sur les prés de la Roque. Parmi les témoins de cette donation figure Willelmus de Clarmon, prêtre de l’église de la Roque. Cette église, dédiée à Sainte-Marie, dépendait du chapitre d’Aix (Sauze 2001 : 259) ; elle était appelée en 127494 « Ecclesia de Rocha Terarioni » et en 1344 « Parrochialis ecclesia de Ruppe-Tarroni »95. Le territoire du castrum de la Roque constitue donc la paroisse primitive, organisée autour du rocher du Castelas.

106Les évolutions ultérieures peuvent se résumer comme suit (Masson 1932-1937, XV : 279-272) : les terres de la Roque, Lambesc et Janson furent achetées par le roi René qui, en 1452, les donna à son gendre, Charles de Lorraine. Celui-ci les donna à son tour à l’un de ses officiers, Jean de la Terre en 1488. La fille de ce dernier, Antoinette, épousa Jean III de Forbin. Son successeur, Annibal de Forbin, fit construire à l’emplacement de l’agglomération actuelle le petit château, en 1598, puis le grand, en 1605. Ainsi le peuplement, par une évolution que l’on retrouve dans de nombreuses communautés, s’est-il déplacé d’une zone perchée en bordure de plateau vers des espaces plus larges à proximité de terres basses alors mises en valeur et devenues moins insalubres. Il suffit de se référer à l’exemple tout proche, mais un peu plus tardif, de Charleval qui a succédé à Valbonnette.

107Ce castrum de très petites dimensions mais aux allures résolument défensives était donc en activité au moins depuis les premières décennies du xie s. jusqu’au xive s. L’exiguïté de la fortification a amené certains auteurs à la considérer comme un simple poste d’observation (Galibert 1991 :31). Pourtant il s’agit bel et bien du castrum originel, très resserré sur lui-même, à l’instar des autres petites fortifications primitives, mottes ou roques. Les vestiges sont ténus et l’organisation d’ensemble est assez difficile à appréhender. À près de 170 m au-dessus de la Durance, ce piton calcaire qui émerge sur les pentes sud de la chaîne des Côtes atteint 23 m de hauteur. Il est approximativement orienté NE-SO et mesure, à la base, 44 m de longueur pour une largeur comprise entre 11 et 20 m. Les parois sont presque verticales et l’accès en est particulièrement difficile. On y parvient actuellement par le milieu de la paroi ouest où la hauteur est la plus faible (un peu plus de 6 m). Rien ne permet d’affirmer que l’accès d’origine se situait à cet endroit. On n’observe nulle part de trace d’un dispositif qui aurait pu remplir cette fonction si bien que les occupants devaient utiliser des échelles, facilement escamotables.

108L’espace supérieur, 25 m de longueur pour une largeur comprise entre 5 et 11 m, s’organise en deux parties. La plus basse est une plate-forme à peu près rectangulaire de 12 x 6 m, la partie la plus étroite n’atteint pas 5 m. Elle est plane et aucune trace d’aménagement n’y est décelable si ce n’est, à son extrémité ouest, un renfoncement d’à peu près 2 m de profondeur, aménagé dans le front de taille mais dont la fonction reste obscure. Le terrain monte en pente douce vers l’ouest, jusqu’à la partie la plus haute, à 3 m au-dessus. C’est une petite plate-forme de contour grossièrement semi-circulaire (10 m de diamètre maximum) qui conserve les seuls vestiges de construction sous forme d’un mur, épais de 1,70 m, subsistant sur près de 6 m de long. Le parement est bien appareillé de blocs de calcaire bien équarris montés au mortier. La base du mur prend appui dans la pente rocheuse, à 4 m au-dessous de la plate-forme. Pas tout à fait rectiligne, il marque un léger angle rentrant, montrant ainsi la volonté d’utiliser l’espace au maximum en suivant au plus près les contours du rocher. Ce reste correspond sans doute à la base de la tour, défendant le sud, partie la plus vulnérable au lancer de projectiles depuis la colline voisine. Dans la zone ouest de cette plate-forme, une fosse de forme ovale, de 1,20 x 2,40 m et encore profonde de 1,50 m, a été creusée dans le rocher pour servir, sans doute, de silo ou de citerne. L’espace disponible, 5,40 x 4,20 m, au maximum, ne laissait place qu’à une tour de dimensions modestes mais suffisante, grâce à un perchement exceptionnel, pour exprimer la force militaire et la domination sur le terroir. Seule cette partie haute devait être fortifiée. La plate-forme basse atteignant une largeur d’à peine 5 m, un rempart aurait considérablement réduit la surface libre et n’aurait sans doute rien ajouté à l’efficacité défensive de la paroi rocheuse verticale. Le rocher étant pratiquement à nu sur l’ensemble du site, il serait assez peu vraisemblable qu’une fouille nous fasse avancer dans la compréhension de cette « roque ».

109Au pied du rocher, par contre, sur la face nord, un habitat a laissé quelques traces taillées dans la paroi sous forme d’encoches carrées d’une trentaine de centimètres de côtés. Elles servaient de points d’ancrage à des poutres qui permettent de restituer un bâtiment de 4,50 m de large et 6,20 m de haut. On y perçoit un plancher à une cinquantaine de centimètres au‑dessus du sol actuel. Il était soutenu, vers l’est, par une poutre nettement plus grosse que les trois autres. À 3,60 m au-dessus, un second plancher, supporté par cinq poutres, ne se situait qu’à 0,60 m au-dessous de la ligne de toiture. Ces indices ne semblent pas interprétables comme les vestiges d’un dispositif d’accès, ils conservent plutôt le souvenir d’un habitat que l’on ne peut situer chronologiquement par rapport à la fortification.

3.2.8 Lambesc / Valbonnette (FIG. 1, n° 45 et FIG. 107)

  • 96 Coord. Lambert : X = 836 075, Y = 160 325.
  • 97 Ce site m’a été signalé par Joël Gauthier que je remercie ainsi que la propriétaire, Mme Chorro, qu (...)

110La fortification de Valbonnette occupe le cœur d’un terroir aux confins de Lambesc96, au nord de la chaîne des côtes, à proximité de la Durance97. Ce terroir est borné par des limites physiques : vallée, crêtes, barres rocheuses. Il forme encore aujourd’hui, autour du château moderne, une propriété privée d’environ 600 ha qui semble avoir en grande partie conservé ses limites anciennes (fig. 88).

FIG. 88 Lambesc : Valbonnette, la motte et le château moderne.

FIG. 88 Lambesc : Valbonnette, la motte et le château moderne.
  • 98 Jean-Baptiste Astier (Astier 1908 : 18, n. 2) précise avec raison : « il s’agit de l’ancien Castell (...)
  • 99 GCN, Instr. XVIII, col. 23.
  • 100 ABDRA, B 366.
  • 101 Visites pastorales, f° 101.
  • 102 ABDRA, B 969, f° 30.

111Dans les textes, les premières mentions de Valbonnette remontent du xie s. lors d’une donation aux églises de Sainte-Marie et Saint-Michel. Celles-ci, fondées par un clerc nommé André, constituent un noyau primitif précédant l’abbaye cistercienne de Silvacane qui vit le jour en 1145 (Pascalet 1954). En 1048, Teutbert de la Roque donna, avec son frère Eldebert et sa femme Aremberte, le Mont-Goiron et l’église paroissiale de Saint-Jean dans le territoire de Valbonnette (Albanès 1882, 186). De 1119 à 1178 cette église faisait partie des dépendances de l’abbaye de Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon avant d’être cédée à Silvacane (Sauze 2001 : 258). Le territoire de Valbonnette est donc déjà occupé et constitué en paroisse au xie s. Un château peut dès lors former le point d’ancrage du peuplement et abriter les seigneurs du lieu, peut-être les donateurs ci-dessus. Malheureusement le texte est muet au sujet de la fortification : il utilise le terme territorium et non castrum ou villa qui aurait pu nous éclairer sur le statut de cette terre. Ce terroir était-il déjà le siège d’une seigneurie ou simplement partie du castrum plus vaste de Lambesc fondé en 961 (Villeneuve 1821-1829 : 939) ? En 1184 une donation de terres à l’abbaye de Silvacane est effectuée par Pierre de Pannelos, fils de Raymond, chevalier seigneur de Valbonnette (Grasset 1913). La présence d’un Willelmus de Valleboneta comme témoin (Albanès 1882 : 192) dans un plaid qui oppose, en 1193, l’abbaye de Silvacane à Tarrons, seigneur de La Roque-d’Anthéron, et à son frère Raymond de Châteauneuf, confirme l’existence de cette seigneurie, au xiie s. tout du moins. En 1200, Pierre de Lambesc et sa femme Porcellette donnèrent à Silvacane leurs possessions de Valbonnette (Pascalet 1954 :36 n. 7). Puis, en 1221, l’abbaye de Silvacane acquit le quart du château pour 6 000 sols guillermins98. Dans une liste des castra du diocèse d’Aix pour le début du xiiie s.99, Val boneta est cité sans aucune autre précision alors que la presque totalité des autres sites sont qualifiés de castrum, villa ou bastida. En 1257 l’évêque de Marseille reçut, entre autres terres, celle de Valbonnette de Charles d’Anjou en échange de la juridiction de ville supérieure de Marseille100. Vers la fin du xiiie s., Valbonnette était un castrum en pleine activité. En effet, les habitants de Saint-Cannat s’étaient révoltés contre la queste levée en 1278 par l’évêque de Marseille. Le procès qui s’ensuivit ne put se tenir dans cette paroisse pour des raisons de sécurité ; c’est à Valbonnette, en présence des habitants du lieu, que l’évêque tint sa cour de justice « in praedicto castro de Vallis bonetae coram populo ipsius castri vocato… » (Belsunce 1747-1751 : 296-302). Au début du xive s., la paroisse existait encore : la vicairie fut donnée, en 1331, au prêtre de Cucuron, Guillaume Boysserie (Grasset 1913 : 253). Mais la suite de ce siècle fut marquée par une série de procès entre l’abbaye de Silvacane et les coseigneurs de Valbonette au sujet de l’exercice des droits seigneuriaux. Des troubles incessants amenèrent le déclin de l’abbaye. De cette époque semble dater la suppression de la paroisse de Valbonette (Constantin 1890 : 498) qui, toutefois existait encore en 1344101. On peut supposer que la baisse démographique observée à cette époque partout ailleurs a également frappé ce territoire. Le château a alors pu être abandonné. En 1473, l’évêque de Marseille échangea cette terre au roi René contre la Baronnie d’Aubagne102. Les descendants de celui-ci ont fini par se désintéresser de la seigneurie de Valbonnette qui, petit à petit, s’est morcelée (Astier 1908 :30) pour devenir un écart entre Lambesc et Charleval. Ce dernier village fut fondé par César de Cadenet, coseigneur de Valbonnette, en 1741.

112Ce premier château de Valbonnette a été édifié sur un relief naturel orienté SO-NE oblong et défendu à l’ouest par un escarpement rocheux d’une quinzaine de mètres de hauteur et à l’est par un fossé barrant le relief naturel en forme d’éperon (fig. 89). Ce relief culmine à 302 m d’altitude et domine les terres du fond de vallée d’environ 90 m. L’ensemble, fossé compris, est long de 53 m et large de 28 m. Le fossé, large de près de 10 m, est aujourd’hui largement comblé par les pierres de l’éboulement du rempart et n’est plus profond que de 3 m par rapport à la base du mur d’enceinte qui est encore nettement visible. À cet endroit, on peut constater que son épaisseur atteignait 1,75 m. Les constructions, bien que très ruinées, permettent une assez bonne lecture d’ensemble. Elles ont été construites en appareil assez régulier de calcaire local lié au mortier de chaux. À l’ouest, le rempart prend naissance de part et d’autre de l’abrupt rocheux qui, sur cette extrémité, suffisait à la défense. Ce solide mur d’enceinte de 1,75 m d’épaisseur décrit un polygone irrégulier qui suit la forme du relief naturel de façon à circonscrire un espace le plus vaste possible et qui atteint environ 400 m2. Dans la partie est, le relief est plus élevé à cause d’un effondrement qui laisse apparaître les vestiges d’une tour rectangulaire de 6,60 x 5,30 m. En effet les assises externes des murs affleurent dans un grand tas d’éboulis montrant que le site n’a jamais fait l’objet de récupération de matériaux. On peut donc penser que la base de la tour est conservée sur au moins 1 m de hauteur, voire davantage. Sur le plan, une épaisseur des murs de 1,75 m a été restituée, en pure hypothèse, identique à celle du rempart. Cette dimension est peut-être exagérée ; elle dépendait de la hauteur de l’édifice qu’il n’est évidemment pas possible de connaître. Quoi qu’il en soit, cette tour constituait l’élément principal de la fortification. Il semble qu’elle ait été isolée par un mur qui lui était parallèle, immédiatement à l’est. Celui-ci n’est pas rectiligne : au sud de la tour, il marque un angle et se dirige vers le sud-ouest. Faute d’indices suffisants il n’est pas possible d’expliquer cette particularité de construction. La partie comprenant la tour représente une surface de 130 m2. Le reste de l’espace, situé à l’ouest, à environ trois mètres en contrebas de l’ensemble précédent, est une plateforme à peu près plane d’environ 200 m2. Il n’a pas semblé utile aux constructeurs d’enlever le rocher de 5,30 x 1,70 m et haut de 1,20 m situé à l’ouest de la plate-forme. Cet espace tenait sans doute lieu de basse-cour et on peut y supposer des installations domestiques.

FIG. 89 Lambesc : motte de Valbonnette.

FIG. 89 Lambesc : motte de Valbonnette.

113L’accès à la fortification a été aménagé au sud par un bel escalier réalisé en calcaire local encore nettement visible, bordé de part et d’autre d’une ligne de moellons aussi parfaitement taillés que les marches, toutes monolithes. Cette bordure lui donne un aspect particulièrement soigné. Il montait en ligne brisée : dans sa partie actuellement la plus basse, dont on perd la trace dans les taillis, il marque un angle droit puis monte en ligne droite vers le nord-est jusqu’au rempart qu’il longe vers l’ouest pour atteindre l’entrée dont aucun élément apparent ne subsiste. Toutefois, compte tenu des vestiges du rempart et de l’escalier ainsi que de la conformation du terrain, l’entrée est restituable dans le rempart sud à un peu plus de 5 m de l’extrémité de l’à-pic rocheux.

114Par sa situation, son organisation et ses dimensions, cette fortification est tout à fait semblable à celle, toute proche, de Saint-Estève-Janson ou celle plus lointaine de la Moutte à Fox-Amphoux (Var). Elle nous apparaît dans son état le plus tardif et les différents éléments décrits n’ont sans doute pas tous été construits en même temps. L’escalier, en particulier, est d’une facture beaucoup plus soignée que le reste des constructions visibles ; on peut penser qu’il est plus récent.

115Les éléments de datation restent incertains quoique l’occupation de ce terroir, on l’a dit, soit attestée dès le xie s. L’hypothèse d’une construction à cette période est tout à fait vraisemblable. La prospection sur le site n’a livré qu’un seul tesson de céramique à pâte rose orangée qui renvoie au plus tôt au xiiie s. Cet indice est beaucoup trop ténu pour être significatif. Il convient de souligner que l’établissement, bien protégé à l’intérieur d’une propriété privée et apparemment exempt de pillages au cours du temps, serait privilégié pour une étude archéologique.

3.2.9 Mallemort / la Moutte (FIG. 1, n° 43 et FIG. 107)

  • 103 Coord. Lambert : X = 829 050, Y = 163 062.

116Le village de Mallemort103 occupe une position topographique particulière au sommet d’une petite colline qui émerge d’une quarantaine de mètres dans le fond de la vallée de la Durance. Au nord, en bordure de l’agglomération, il ne subsiste de l’ancien château que le donjon, assez médiocrement conservé, qui a fait l’objet de plusieurs réfections au cours du temps. Il était encore en état, semble-t-il, au début du xixe s. (Masson 1914-1937, XV : 517). Une photographie du début du xxe s. montre la tour telle qu’elle est encore conservée aujourd’hui ; mais on voit qu’elle appartenait à un ensemble plus vaste dont on observe des parties ruinées qui ont été englobées dans des habitations modernes. On doit souligner qu’au Moyen Âge, un bac permettait, à Mallemort, de traverser la Durance.

  • 104 Cart. Marseille, 919.
  • 105 GCN, Instr. II, col 3-4.
  • 106 Cadastre, section C1, parcelles 73, 84, 87, 88, 89.
  • 107 Visites pastorales, f° 55.

117Dès la fin du xie s., les textes mentionnent le castrum de Mallemort. En 1099104, Pierre, archevêque d’Aix, donna à Saint-Victor de Marseille une église à construire par les soins de Raymond Jonas. L’église paroissiale, Saint-Michel, ressortissait, en 1204, de l’abbaye de Montmajour. Une bulle datée des environs de 1092105 confirmait aux chanoines de Saint-Sauveur « ecclesias de castro Malaemortis, sanctae Mariae Scilicet et sancti Michaelis ». Les ruines de l’église Sainte-Marie étaient encore visibles au xviie s. « sur l’éminence où se trouve le cimetière » (Constantin 1890 : 504-505), à moins de 300 m au sud-est du château actuel. Or cette observation est d’importance car c’est dans ce quartier, point culminant du village, que l’on relève le toponyme « la Moute » qui indique sans aucun doute l’emplacement du castrum primitif. Il est situé vers l’est, immédiatement au-dessous du cimetière106. Les parcelles sont actuellement en friche mais rien ne permet d’y déceler un relief qui évoquerait une motte. Le site se trouvait sans doute un peu plus haut, à l’emplacement même du cimetière. Puisqu’une église Sainte-Marie existait déjà en 1082, il faut en déduire que le texte mentionné plus haut en concernait une autre, à construire en 1099. La première, plus ancienne, devait être celle qui était associée au castrum primitif, c’est-à-dire à la motte érigée au point haut du village. Il faut sans doute situer la deuxième à 1 800 m au sud-est, au lieu-dit Notre-Dame-du-Plan. Cette précision toponymique « du plan » permettait sans doute de la distinguer de l’autre église au même vocable. Au xive s., dans ce lieu, une église Sainte-Marie menaçait ruine107.

118On ignore quand la motte fut abandonnée au profit de l’autre château. L’archéologie ne peut répondre à cette question puisque la motte a entièrement disparu.

3.2.10 Podium Sanguinetum (FIG. 1, n° 44)

  • 108 L’hypothèse d’identifier Podium Sanguinetum au Castelas de la Roque d’Anthéron (Sauze 2001 : 259) n (...)
  • 109 Cart. Marseille, 16.
  • 110 Cart. Marseille, 247.
  • 111 Cart. Marseille, 919.
  • 112 L’abbé Constantin (Constantin 1890 : 504), ne voit là, à tort, qu’une seule et même église. Podium (...)
  • 113 En provençal, sanguinedo désigne un lieu planté de cornouillers (Fourvières 1992 : 675). C’est sans (...)
  • 114 Pouillés, 12B n.1.
  • 115 Visites pastorales, f° 56v°.

119Ce castrum, qui existait dès la première moitié du xie s., reste aujourd’hui introuvable108. Le 15 octobre 1040109, Guillaume II, vicomte de Marseille, donna à l’abbaye de Saint-Victor des terres situées dans ce territoire. En 1045110, Rostaing et sa femme Ermengarde donnèrent la part qu’ils avaient du port de Gontard et au Podium Sanguinetum. La mention de pêcheries, dans cette charte, inciterait à chercher du côté de la Durance mais chaque terroir n’était pas nécessairement constitué d’un seul tenant. En 1099111, Pierre, archevêque d’Aix, donna, en plus de l’église Sainte-Marie de Mallemort, l’autorisation de construire une église112 dans ce territoire. Les donations concernant ce castrum sont faites avec d’autres biens situés soit à Gontard, soit à Mallemort. Il faut donc le chercher dans le massif de la chaîne des Côtes. Deux hypothèses sont envisageables : soit le site correspond à l’un des castra qui nous sont déjà connus et dont le nom aurait changé par la suite, soit il a complètement disparu. On peut d’abord éliminer Mallemort et Gontard que les textes mentionnent en même temps que celui que nous cherchons. Ce n’est pas non plus le Castellas de La Roque qui était déjà dénommé comme tel puisqu’en 1037 Teutbert de Roca intervint comme témoin de la donation d’une terre à Gontard. Il en va de même pour Goiron et Valbonnette dont les noms sont déjà établis en 1048 (Albanès 1882 : 186). Il ne resterait dans cette zone que le site primitif de Saint-Estève-Janson dont on ne connaît le nom qu’à partir de 1191 : sancti stephani de Tertris, comme il a été dit plus haut. Mais aucun argument ne peut être avancé dans ce sens. Il reste encore une possibilité si l’on considère la signification possible du toponyme : podium signifie « hauteur » et sanguinetum113 ou sanguinolentis, se réfère au sang pour évoquer, sans doute, la couleur rouge. Or, un lieu-dit Roque-Rousse est situé sur le territoire de Lambesc114, à la limite de celui de Vernègues. De plus, au xiiie s., existait une « Ecclesia Beate Marie de Rocha Rossa » semblant appartenir au territoire de Mallemort et qui était encore en fonction en 1342115. La synonymie des toponymes et le vocable de Sainte-Marie désignent de façon quasi certaine l’église dont la construction était annoncée dans la charte de 1099. Malheureusement, elle a complètement disparu. La prospection dans la chaîne des Côtes est pour l’instant restée infructueuse mais elle se poursuit dans le quartier de Roque-Rousse.

3.2.11 Puyricard / Lignane (FIG. 1, n° 50)

120L’habitude a été prise d’appeler « motte de Lignane » une butte, bien visible de la route nationale7 (fig. 90), et située à 750 m au sud-est du lieu-dit Lignane. On conservera cette dénomination bien que le site se trouve en réalité au quartier de l’Auberge Neuve, sur la commune de Puyricard.

FIG. 90 Puyricard : motte de Lignane.

FIG. 90 Puyricard : motte de Lignane.
  • 116 Coord. Lambert : X = 845 662, Y = 146 962, altitude 278 m. Cadastre Aix-en-Provence, section NE par (...)
  • 117 Puyricard fait partie, aujourd’hui, de la commune d’Aix-en-Provence.

121Cette éminence naturelle, établie au bord de l’ancien chemin d’Aix à Avignon116, ne domine guère de plus d’une dizaine de mètres les terrains environnants. Elle est de forme oblongue (fig. 91) orientée approximativement est-ouest et a été traitée comme les reliefs d’éperon qui sont en général nettement plus escarpés : un fossé nord-sud, large d’une quinzaine de mètres et aujourd’hui presque complètement comblé, isolait la motte proprement dite. Celle-ci, haute d’environ 9 m, présente un plan grossièrement circulaire d’environ 70 m de diamètre à la base et 20 m au niveau de la plate-forme. Sur celle-ci, aucune trace de construction n’est perceptible mais on observe dans la pente du tertre des blocs de pierre épars qui laissent deviner la présence de murs effondrés. En bordure de plate-forme, vers le nord, le site a été creusé dans le but d’y implanter un ball-trap. Michel Fixot y a observé en coupe une couche de cendre proche de 1 m d’épaisseur qui pourrait révéler la présence d’un silo. Vers l’ouest, le pied de pente est souligné par un talus orienté nord-sud qui résulte vraisemblablement de l’abaissement, à force de labours, du niveau de la parcelle située à l’ouest. On peut tout de même se demander si l’origine de ce talus n’est pas en relation avec la motte. Elle pourrait conserver la trace de l’enceinte d’une basse-cour mais rein n’est moins sûr. Par ailleurs, dans les parcelles environnantes, les labours font remonter régulièrement des fragments de céramique grise et d’objets de fer. Une fusaïole d’argile a également été ramassée. Ces éléments sont trop dégradés et trop peu nombreux pour permettre une datation mais ils attestent de façon certaine une occupation médiévale. Les labours ont tendance à étaler les vestiges. Le mobilier peut donc provenir de l’occupation de la motte mais on peut également penser qu’un habitat associé au site s’est développé aux alentours. Du point de vue topographique, le site de Lignane est situé sur la limite est de la commune de Puyricard117, à 3 800 m du Castelas, ancien château des évêques d’Aix. Il faut également rappeler qu’il a été implanté au bord de l’ancienne voie d’Aix à Avignon.

FIG. 91 Puyricard : motte de Lignane.

FIG. 91 Puyricard : motte de Lignane.
  • 118 Pouillés, 4C.
  • 119 Pouillés, 22.
  • 120 Visites pastorales, f° 103v°.
  • 121 Cadastre : section NE, parcelles 28, 29 et 30.
  • 122 Un rapport est conservé au Service régional de l’archéologie d’Aix-en-Provence. Il a été rédigé par (...)
  • 123 Note manuscrite de Guy Bertucci datée du 16 juin 1975.

122Pratiquement aucun texte ne se réfère à ce site. Mention est faite de Letinana en 1251118, puis de l’« ecclesia Sancti Jacobi de Lesinana » vers 1300119. Cette dernière coexistait, au milieu du xive s., avec l’église « Beate-Marie de Lesinhana »120. L’une d’entre elles était très proche de la motte puisqu’à un peu plus de 100 m vers l’est121 un ensemble de tombes à coffrages de lauzes, sans dalles de fond, a été mis au jour lors de la construction d’une maison particulière122. De nombreuses tombes y ont alors été détruites. Le rapport de sauvetage signale également les traces d’une église confirmée par la tradition orale. Une autre pièce du dossier123 relève également la présence de lauses et d’ossements ainsi que de céramique grise médiévale.

123La présence de la motte avec son église en bordure de voie et en limite de terroir apporte un exemple supplémentaire de ces castra souvent restés inconnus dans des zones périphériques. Tout au plus sait-on (Coulet 1988 : 266) qu’une famille de notaires, les Raynaud, était implantée dans le quartier de Lignane depuis au moins 1353 mais rien ne permet d’établir un lien avec la motte et encore moins d’en connaître davantage sur son statut.

3.2.12 Rousset/le Pigeonnier (FIG. 1, n° 40)

  • 124 Coord. Lambert : X = 865 392, Y = 136 600, altitude 231 m.

124À moins de 400 m à l’ouest du cœur de l’agglomération moderne, le Pigeonnier124 de Rousset présente les caractéristiques d’une motte tout à fait originale par rapport aux autres sites de Provence et dont on pourrait penser qu’elle est en très grande partie artificielle. Bien que l’assise en soit une petite éminence naturelle où l’on voit affleurer une barre rocheuse dans la pente sud, la régularité du relief et les arêtes nettes qui en soulignent les contours suggèrent un façonnement par apport de terre (fig. 92).

FIG. 92 Rousset : le Pigeonnier.

FIG. 92 Rousset : le Pigeonnier.
  • 125 Les pigeonniers carrés du Pays d’Aigues mesurent entre 3,10 m et 5,70 m de côté, à l’exception, il (...)
  • 126 Ces sondages ont été effectués par Bruno Bizot, conservateur au SRA PACA et qui m’a aimablement tra (...)

125Le tertre a une forme rectangulaire aux angles arrondis (52 x37 m à la base) et ne dépasse pas 5 m de hauteur (fig. 93). Le haut de la butte s’organise en deux plates-formes. Sur le flanc est, un chemin permet l’accès au terre-plein haut, aire de 28 x 22 m qui supporte un pigeonnier. Celui-ci est d’aspect particulièrement massif. Son plan carré mesure 7,50 m de côté et les murs atteignent 1,12 m d’épaisseur. La porte, large de 0,87 cm ouvre vers le sud, direction vers laquelle est aussi orientée la pente du toit. Certes, il s’agit bien d’un pigeonnier mais les grandes dimensions de ses côtés125 par rapport à sa hauteur peuvent laisser penser que les constructeurs ont pu reprendre les bases d’une ancienne tour. On peut en rapprocher les dimensions de celles de la tour de la motte de Draix (Alpes-de-Haute-Provence) :7,03 m de côtés pour des murs épais de 1,54 m. Un édifice, aujourd’hui complètement arasé, a été adossé au mur est du pigeonnier. De ce premier terre-plein on accède, par l’est, à un second, situé un mètre plus bas vers le nord-ouest. Un peu plus petit que l’autre (18 x 18 m) il suggère une fonction de basse-cour. Les deux aires sont séparées par un glacis de terre très soigné. Nulle part on ne perçoit de vestiges de rempart. En 2000, des constructions de maisons sont venues s’adosser aux pentes est du site qui a alors fait l’objet de sondages126 dont les résultats ont été négatifs. Une tranchée de 18 x 1 m a été ouverte dans l’axe longitudinal du site ; elle coupe ainsi la plate-forme basse jusqu’au-delà de la rupture de pente sud. Aucun matériel ni la moindre trace de sol d’occupation n’ont pu être relevés. Sous la fine couche d’humus affleure une argile compacte. Une seconde tranchée de 12 x 1,50 m a été explorée en pied de pente, à l’ouest de la plate-forme basse. Là encore, aucun indice archéologique n’a été détecté. Sous l’humus, la même couche d’argile compacte a été observée.

FIG. 93 Rousset : le Pigeonnier.

FIG. 93 Rousset : le Pigeonnier.

126Ces observations ne font que renforcer les doutes sur la nature de ce site. Cependant, par sa forme et sa régularité, le tertre ne paraît pas naturel. Puisqu’aucun apport de terre n’a été observé, il a dû être façonné par enlèvement de matériaux. On imagine assez mal comment une simple installation à vocation agricole aurait justifié un tel travail de terrassement. Les textes n’apportent pas non plus d’indices au sujet de ce site. L’abbaye de Saint-Victor de Marseille possédait à Rousset un prieuré mentionné dès 1050 (Constantin 1890, I :365) comme « cella Sancti Petri de Favarico » puis, en 1200 « castrum quondam de Favaro ». Le toponyme Favary est conservé à 2 600 m au sud-ouest du village. Ce castrum ne correspond donc pas au site décrit ci-dessus.

127En l’absence de fouilles plus complètes, on ne peut exclure définitivement l’hypothèse d’une motte castrale, qui reste toutefois douteuse.

3.2.13 Vauvenargues / la Petite Citadelle : une forme transitoire entre la motte et le grand château ?

  • 127 Coord. Lambert : X = 869 225, Y = 144 750. Cadastre, Vauvenargues, section C6, parcelle 174.

128La fortification de la Petite Citadelle127, à 500 m environ au nord-ouest du Col des Portes, commune de Vauvenargues a fait l’objet de campagnes de fouilles qui ont ouvert des perspectives quant à l’étude des castra du xie s. (Bizot 2001). L’établissement semble avoir contrôlé un ancien chemin dont on perçoit les traces, à l’ouest du site, et qui reliait sans doute, par la vallée de Vauvenargues, la région d’Aix au Haut-Var et à la Haute-Provence.

  • 128 Un sas triangulaire est observable au château de Vaison-la-Romaine. Voir documents de l’Inventaire (...)

129Le cœur de l’établissement est constitué d’une petite enceinte quadrangulaire (fig. 94) composée d’un rempart et d’une tour protégeant un terre-plein central de 180 m2. Ce donjon rectangulaire de 4,70 x 5,60 m est encore en élévation sur plus de 3 m vers le nord. À l’intérieur, il ne présente qu’une surface utile d’à peine 3,5 m2, évidemment insuffisante pour une fonction d’habitation. Entre la tour et le rempart du bord de falaise, un mur refendait l’espace, en ménageant, vers l’est, une aire triangulaire d’environ 25 m2 qui constituait peut-être un sas d’entrée similaire à celui pressenti sur la motte de Niozelles128. Cet ensemble était enserré dans une seconde enceinte, beaucoup plus vaste, d’environ 1 700 m2, qui prenait appui, au sud-est, sur l’église. Celle-ci, édifiée au bord de la falaise, présentait une nef rectangulaire de 8,35 x 5,05 m, ouverte sur une abside semi-circulaire de 3,75 m, dimensions extérieures. À partir de là, le rempart se dirigeait vers le nord-ouest puis vers l’ouest pour rejoindre le bord de la falaise. Un habitat, repéré sous la forme de deux maisons pourvues d’aménagements domestiques, prenait appui sur l’intérieur de cette ligne de rempart. Plus à l’ouest, les traces de deux autres pièces ont été repérées. Une restitution du site a été réalisée en collaboration avec Jean-Marie Gassend (fig. 95).

FIG. 94 Vauvenargues : la Petite Citadelle.

FIG. 94 Vauvenargues : la Petite Citadelle.

FIG. 95 Vauvenargues : la Petite Citadelle, fin (?) xie s. Proposition de restitution, vue du nord.

FIG. 95 Vauvenargues : la Petite Citadelle, fin (?) xie s. Proposition de restitution, vue du nord.

130Sur le pourtour extérieur du site, quelques assises d’un rempart protohistorique de pierres sèches, large d’environ 0,90 m, ont été mises en évidence. Il n’a pas servi de base à l’enceinte médiévale mais a contribué à sa structuration en fournissant les matériaux et une topographie adaptée. Cette occupation protohistorique est datable du second âge du fer, deux fibules indiquant une présence humaine vers la fin du ve s., mais la plage chronologique est sans doute plus large

131Le matériel médiéval est peu abondant. La plupart des tessons de céramique renvoient à une large séquence comprise entre le xie et le xiiie s. Le seul élément caractéristique est une bouteille à deux anses (Pelletier 1997 : 119) dont la forme, quoique plutôt rare, est connue sur d’autres sites. Un exemplaire était présent à Niozelles au début du xie s. avec, cependant, un volume nettement plus important. Cet objet tendrait à placer l’occupation médiévale au xie s. mais son petit volume renverrait plutôt vers la fin de ce siècle, voire au début du xiie, période à partir de laquelle les modules diminuent de façon sensible (Démians d’Archimbaud, Pelletier 1995 : 47). Un carreau d’arbalète, à pointe pyramidale de section carrée et douille conique est d’un type connu en Provence aussi bien autour de l’an Mil à Niozelles qu’au xiiie s. à Rougiers. Un umbo de bouclier trouvé dans le niveau d’abandon médiéval prouve le caractère militaire de l’établissement.

132La conception de cet ensemble médiéval paraît témoigner d’une nette évolution par rapport aux premières fortifications privées du début du Moyen Âge provençal. En effet, la présence sur le même site d’une double enceinte, d’une tour, d’un habitat et d’une église réunit tous les éléments d’un castrum. Mais on verra plus loin, dans la synthèse, que les premières fortifications privées, mottes et roques, qui se multiplièrent dans la région à partir des dernières décennies du xe s. et au cours du xie, étaient de très petites dimensions : à l’intérieur des enceintes, les surfaces étaient comprises entre 80 et 350 m2. Les églises étaient souvent distantes de plusieurs dizaines, voire plusieurs centaines, de mètres. Dans le cas présent, la fortification couvre une surface de 1 700 m2 et l’église participe du dispositif défensif même. Un tel développement spatial a dû imposer la mise en œuvre d’un très important chantier de construction et, sans doute, de travaux d’entretien conséquents. L’occupation devait nécessiter un nombre de personnes plus important que sur une simple motte où l’habitat était beaucoup plus exigu. En témoignent d’ailleurs les maisons d’habitation ; elles étaient construites en pierre et assez spacieuses alors qu’à Niozelles autour de l’an Mil, les dépendances étaient de bois et très petites. L’église incluse dans le rempart extérieur, l’habitat solidaire de la muraille, les deux enceintes structurées autour d’un noyau central occupé par la tour : tout contribue à montrer que cet établissement n’a pas été réalisé par ajouts successifs mais qu’il a, au contraire, été conçu sur la base d’un schéma délibéré regroupant une fonction temporelle, nettement militaire, et une fonction religieuse, avec une organisation qui manifeste déjà des caractères communautaires. L’exiguïté de la tour exclut une fonction d’habitation « noble », comme c’est, au contraire, le cas à Niozelles. Le donjon de Vauvenargues ne devait servir, au-delà de sa fonction symbolique, que de tour de guet, renforçant par là l’impression d’un site exclusivement dévolu à des fonctions militaires.

133La datation précise de cet établissement devient dès lors indispensable à la connaissance de l’évolution des fortifications médiévales. On ne peut, en conséquence, que conclure sur une hypothèse dont la vérification reste essentielle : ce site de la Petite Citadelle témoignerait d’une étape de transition entre les mottes, fortifications extrêmement ramassées sur elles-mêmes, et les grands châteaux qui se sont multipliés à partir du courant du xiie s. et que nous voyons encore dominer les villages qui se sont groupés à leur pied. Dans un premier temps, une datation absolue par radiocarbone, à l’aide des charbons trouvés dans l’habitat, permettrait peut-être de vérifier si l’occupation se situe plutôt vers le début xiie s. De plus, malgré une stratigraphie perturbée par la faible épaisseur des niveaux archéologiques, la fouille d’un seul habitat a fourni de très intéressantes observations quant à l’organisation des espaces domestiques. Il est certain également que la présence des restes de denrées stockées mériterait une analyse attentive. Il n’est pas douteux qu’une fouille extensive du site serait très fructueuse pour une meilleure connaissance de la vie quotidienne sur un tel site à caractère militaire. En revanche, en l’absence de textes, il est illusoire d’espérer avoir des précisions sur la fonction exacte de cet ensemble militaire : contrôle d’une voie de passage, comme sa situation topographique et géographique le laisse supposer, ou centre d’occupation d’un terroir dont, de toute façon, les limites nous échappent complètement.

3.3 Vaucluse (FIG. 1, n° 65)

134Un seul site du département du Vaucluse, le Tourel, sur la commune de La Tour‑d’Aigues, a fait l’objet d’une étude précise. Situé au sud du Luberon, il s’ajoute aux mottes de la basse Durance décrites ci-dessus, mais présente des spécificités qui complètent l’ensemble du catalogue. Il en va de même pour deux établissements du Var, à Fox-Amphoux et à Roquebrune-sur-Argens, qui, bien que très éloignés de la zone étudiée, apportent chacun des éléments utiles à la compréhension du phénomène des mottes.

La Tour-d’Aigues / le Tourel

  • 129 Coord. Lambert : X = 857 637, Y = 161 937. Cadastre, section F1, parcelles 112 à 116.

135À 1 600 m au sud-ouest du village de La Tour-d’Aigues, le site du Tourel129 conserve, au bord de l’Èze, les vestiges d’un ancien couvent et d’une fortification médiévale. Du couvent, fondé en 1478 au bord de la rivière, il reste les ruines de l’église (Inventaire général : 629-630 et 658). Vers 1660, ce site fut abandonné et remplacé par une bastide (31 x 12,80 m) construite à proximité du donjon médiéval, à l’abri des crues du cours d’eau. Il resta en fonction jusqu’en 1774 et sert aujourd’hui d’habitation particulière (fig. 96).

FIG. 96 La Tour-d’Aigues : motte et bastide du Tourel.

FIG. 96 La Tour-d’Aigues : motte et bastide du Tourel.

136À 37 m à l’est du précédent bâtiment, un donjon circulaire sur motte demeure en très bon état de conservation. Le tertre est une modeste éminence rocheuse (fig. 97) qui semble avoir été complétée par un apport de terre de façon à constituer une motte de petites dimensions, de plan approximativement ovale de 28 x36 m, à la base, elle atteint 7 m de hauteur. La tour, construite avec soin dans un calcaire local, a un diamètre extérieur de 6,85 m. Elle occupe la totalité de la plate-forme. L’appareil est régulier et constitué de blocs bien équarris dont les modules sont, pour la plupart, compris entre 25 et 35 cm. Le bâtiment s’organise en un rez-de-chaussée et deux étages qui étaient séparés par des planchers. La pièce du bas avait une hauteur de 2,72 m et un diamètre de 3,76 m, soit une surface de 11,10 m2. Vers le sud, une porte de 0,97 m de large et 1,90 m de haut a été aménagée dans le mur, épais de 1,55 m. Surmontée par un linteau de bois, elle n’est pas d’origine et a probablement été percée à l’époque moderne pour permettre un accès facile lorsque la tour a été transformée en pigeonnier. La seule ouverture authentique est un jour aménagé à 2,40 m au-dessus du sol. Pour 43 cm de hauteur, il est large de 12 cm à l’extérieur et de 28 cm vers l’intérieur. Plus bas, à 1,28 m au-dessus du sol, une autre ouverture de 33 x 53 cm est d’époque moderne et a été réalisée par enlèvement de matériaux. L’accès aux étages supérieurs devait se faire, comme c’est encore le cas aujourd’hui, par des échelles car aucune trace d’escalier n’est perceptible dans l’architecture. Trois poutres soutenaient le plancher du premier étage dont le diamètre est un peu plus grand que le précédent. Le mur est en effet marqué par un retrait de 17 cm, le diamètre de la pièce atteint donc 4,10 m, soit une surface de 13,2 m2. Cette réduction de l’épaisseur du mur (1,38 m au lieu de 1,55) permettait à la fois d’alléger le poids des parties supérieures et d’avoir une meilleure assise pour le plancher. L’accès primitif se faisait à cet étage par une porte de 1,06 m de large et 2,38 m de hauteur, ouvrant vers le nord. Le linteau appareillé marque un léger cintre avec une flèche de 11 cm. Elle est encore bien visible quoiqu’obturée, au droit du parement extérieur, par une maçonnerie de 38 cm d’épaisseur. Aux trois autres points cardinaux se trouvaient des jours ouvrant à un peu plus de 2 m au-dessus du niveau du plancher. Ceux du sud et de l’est sont larges respectivement de 42 cm et 46 cm et hauts de 72 cm et 74 cm, tandis qu’à l’ouest, il a été partiellement obturé et ne mesure plus que38 x 47 cm. À l’extérieur, ces ouvertures ont des largeurs comprises entre 8 et 10 cm. La pièce du second étage accuse également un retrait qui porte son diamètre à 4,30 m, soit une surface de 14,5 m2. Elle était couverte d’une coupole maçonnée dont le départ est conservé dans la partie nord où la tour subsiste dans sa plus grande élévation. Compte tenu du profil relevé, il a été restitué un rayon de 2,40 m. La hauteur au centre de la pièce serait alors de 4,30 m. Les parties supérieures ont été dégradées par des aménagements modernes ; la transformation en pigeonnier a nécessité l’ajout de plusieurs assises vers le nord pour permettre la pose d’un toit en pente. Vers le sud, le mur est moins épais et suggère un petit chemin de ronde autour de la coupole. En s’en tenant aux assises régulières qui, de toute évidence, sont d’origine, la hauteur minimale de la tour devait être de 10,95 m.

FIG. 97 La Tour-d’Aigues : motte du Tourel, vue du nord-ouest.

FIG. 97 La Tour-d’Aigues : motte du Tourel, vue du nord-ouest.

137Excepté ce donjon, il ne subsiste pratiquement rien du reste de la fortification dont les vestiges ont sans doute été abondamment pillés pour la construction des bâtiments conventuels. Seul au pied du tertre, vers le nord, un mur d’un peu plus de 9 m de long est conservé. Il n’est épais que de 38 cm et a été construit de moëllons, si bien qu’il n’est pas certain qu’il soit contemporain de la tour. De tels donjons circulaires sont rares en Provence. Un seul autre exemplaire similaire, la tour d’Embarbe, est connu, dans la région d’Apt (Fixot 1973-1974 : 265). Toutefois la conception générale de la construction du Tourel appelle une comparaison avec un donjon géographiquement très éloigné, celui de Pembroke, en Angleterre (Toy 1963 : 112-116 ; Cathcart King 1977). Celui-ci, plus massif, est également circulaire, avec des étages séparés par de simples planchers et est couvert par une coupole maçonnée entourée d’un chemin de ronde. Ce donjon a été construit vers l’année 1200. La conception tout à fait semblable de celui du Tourel plaide donc pour une construction au début du xiiie s. Il faut que la tour du Tourel soit particulière pour qu’il soit nécessaire de chercher des parallèles aussi lointains, mais la Provence de la fin du xiie s., ou début du xiiie, a produit un autre donjon à coupole, celui de Simiane-la-Rotonde, incomparablement plus prestigieux, il est vrai (Barruol 1981 : 248-268 ; Barruol 1996 : 277-288).

138Les textes ne suffisent pas à fixer le début de ce site, la première mention ne remonte qu’au milieu du xive s. Les Solliès, officiers au service du comte, étaient, en 1345 (Coulet 1988,731), seigneurs du castrum de Turrelho depuis au moins une génération soit vers le début du xive s. Il serait par conséquent tentant de placer la construction de cette tour au cours du xiiie s. (Inventaire général 1981 : 658). Sans doute participe-t-elle de ce mouvement de construction de petites fortifications qui s’est développé à partir de la deuxième moitié du xiie et la première moitié du xiiie s. Le Tourel serait une bastide implantée en périphérie du territoire de Pertuis, en conservant la symbolique de la motte, à l’instar de celle de la Plaine de la Grande Bastide, à Saint-Paul-lès-Durance.

3.4 Var

3.4.1 Fox-Amphoux / la Moutte (FIG. 1, n° 10)

139Malgré son éloignement de la zone principale d’étude, le bassin de la Durance, la motte de Fox-Amphoux revêt un caractère déterminant dans cette recherche. En effet cette petite fortification, qui appartient à un type très majoritaire en Provence, a conservé son toponyme la Moutte. Elle peut donc être considérée comme un modèle type. Les lignes qui suivent décrivent le site et sa topographie, ses apports particuliers à l’ensemble du phénomène seront exposés dans la synthèse.

  • 130 Coord. Lambert : X = 902 900, Y = 149 375, altitude 483 m.

140À 1 200 m au sud-ouest du village de Fox-Amphoux130, les constructeurs ont mis à profit un éperon rocheux approximativement orienté nord-sud (fig. 98) à l’extrémité méridionale duquel un fossé d’un peu plus de 13 m de large a été taillé dans la roche. Il est en partie comblé mais le fond se trouve encore à 6 m au-dessous du point le plus élevé de la plateforme. Le muret de pierre sèche qui en facilite aujourd’hui la traversée n’est pas d’origine. La motte est de plan ovale de 53 x 41 m à la base, c’est-à-dire au niveau du fond du fossé. Les traces d’un rempart sont visibles sous forme d’une arase qui affleure mais dont on ne perçoit que le parement extérieur si bien qu’on en ignore l’épaisseur. À l’ouest, il est rectiligne sur environ 20 m. Deux tronçons subsistent au nord et au sud-est. Ce mur d’enceinte avait peut-être un tracé rectangulaire mais plus vraisemblablement polygonal si on en juge par le contour de l’aire sommitale. Celle-ci est presque rectangulaire :36 x 19,80 m soit une surface disponible d’environ 700 m2. Elle n’est pas plane, en effet une grande accumulation de pierres, dans la zone sud-est, relève le niveau de sorte qu’on observe plus de trois mètres de différence entre les angles sud-est et nord-ouest. Ce pierrier résulte vraisemblablement de l’effondrement de la tour. En pied de pente, à environ 6 m au-dessous du niveau supérieur, des traces de murs ont également été relevées. Elles ne font vraisemblablement pas partie d’une seconde enceinte mais sans doute servent-elles simplement à retenir la terre.

FIG. 98 Fox-Aphoux : la Moutte.

FIG. 98 Fox-Aphoux : la Moutte.
  • 131 Pouillés, 66F.
  • 132 Yann Codou (Codou 1997, II : 221) propose que Waldemar Forsanus, mentionné en 1035 comme l’un des p (...)

141Cette motte est très certainement la fortification primitive de Fox. C’est peut-être dans cette zone qu’il faudrait replacer le lieu-dit Villa Veteri avec son église Notre-Dame131 qui pourrait tout à fait correspondre au noyau de peuplement du début du Moyen Âge et dont la situation topographique est tout à fait significative : elle domine de plus de 50 m la plaine de Fox-Amphoux, vaste terroir au centre duquel une agglomération et un temple des ier et iie s. ont d’ailleurs été découverts au lieu-dit le Logis (Brun 1999, 412-415). L’agglomération moderne a elle-même repris une disposition similaire en s’installant simplement sur un relief plus vaste et plus élevé. Les mentions de Fox-Amphoux sont assez tardives et ne nous apportent donc aucun renseignement sur la motte. On sait seulement qu’en 1235 (Baratier et al. 1969 : 159)132 le comte Raymond Bérenger V céda à Blacas le Troubadour, seigneur d’Aups et époux de Laure de Castellane, ses droits à Tourtour et Fox-Amphoux contre la seigneurie de Séranon. Blacas le Troubadour, après une jeunesse de « chevalier brigand », adopta une attitude politique plus mesurée et devint, à partir de 1195, un personnage proche des comtes Alphonse II puis Raymond Bérenger V (Aurell 1989 :78-79).

3.4.2 Roquebrune-sur-Argens / Palayson (FIG. 1, n° 8)

  • 133 Coord. Lambert : X = 947 525, Y = 138 937, altitude 53 m.
  • 134 Cette motte a été découverte « à vue » par Michel Fixot.

142À 2 600 m au nord de l’agglomération de Roquebrune-sur-Argens, au quartier de Saint-Barthélémy une motte133 appartenait au Moyen Âge au territoire de Palayson134. Elle a été installée sur une petite éminence naturelle sur laquelle un important volume de terre a sans doute été rapporté (fig. 99) ; aucun affleurement rocheux n’est apparent. Le tertre, de 7 m de hauteur, est tronconique et présente un plan qui, à l’origine, devait être circulaire (fig. 100). Il semble qu’une partie du relief a été entamée, à l’est, de sorte que la plate-forme est actuellement semi-circulaire avec un diamètre de 11 m. À la base, le diamètre maximum du tertre atteint 41 m. Exception faite de cette anomalie de forme probablement due à l’érosion, elle présente un aspect analogue aux mottes entièrement artificielles connues dans la plupart des autres régions. À l’ouest, au sud et au sud-est le terrain se prolonge en pente douce jusqu’à une rupture de pente qui pourrait être interprétée comme la limite d’une basse-cour. Pour le confirmer il faudrait cependant faire la preuve que cette zone contenait des installations à caractère domestique. Or rien n’est moins sûr car aucun vestige n’y est décelable pas plus que sur l’aire sommitale, d’ailleurs. Par contre on est assuré d’une occupation dès l’Antiquité puisque dans les parcelles situées immédiatement au sud de nombreux tessons de sigillée et de céramique commune peuvent être ramassés.

FIG. 99 Roquebrune-sur-Argens : motte de Palayson, vue de l’est.

FIG. 99 Roquebrune-sur-Argens : motte de Palayson, vue de l’est.

FIG. 100 Roquebrune-sur-Argens : motte de Palayson.

FIG. 100 Roquebrune-sur-Argens : motte de Palayson.
  • 135 Cart. Lerins, 1882, XVII.
  • 136 Cart. Marseille, 561.
  • 137 Cart. Marseille, 565.
  • 138 Cart. Marseille, 1102.

143La motte de Palayson est aussi connue par les textes (Codou 1997 : 284-287) qui, du premier quart du xie s. jusqu’au début du xiiie s., utilisent pour la désigner un vocabulaire qui évolue de façon significative. Après 1022135, un certain Amic donna à l’abbaye de Lérins un manse situé dans la villa de Palayson. Cette même personne fit don en 1028 au prieuré victorin de Sainte-Marie et Saint-Jean, d’une terre arable à proximité du castrum de Palayson136. Le même prieuré a reçu en 1034 et 1035 des biens de la part de Lambert, son épouse et ses fils. Plusieurs autres chartes de Saint-Victor montrent qu’au cours du xie s. Palayson, est un castrum constitué, avec son territorium. En 1055 la fortification est explicitement désignée « castello vel villa Palaione »137. Par contre cette fortification n’est désignée comme motte qu’au xiie siècle lorsque Guillaume de Poitiers, représentant de l’Ordre du Temple, remit au prieuré de Sainte-Marie de Palayson l’église Saint-Barthélémy : « ecclesia Beati Bartolomei de Mota Palaionis »138.

144Ce site constitue un exemple explicite, un modèle pourrait-on dire : dans une villa se constitue, au moins dès le début du xie s., un castrum sous la forme d’une motte pourvue d’un territorium et d’une église qui semble d’ailleurs avoir possédé des droits paroissiaux (Codou 1997 : 284 n. 256). Rares sont les sites pour lesquels les textes sont aussi précis.

Notes

1 Coord. Lambert : X = 922 450, Y = 219 395, altitude 1017 m. Cadastre, section B1 nos 15 et 16.

2 Cart. Cluny, 2771.

3 Coord. Lambert : 923 187, Y = 211 850, altitude 1071 m. Cadastre, section A, parcelles 213 à 216.

4 Ce terme provient sans doute de « ravine », formation due à l’érosion et très présente dans cette zone.

5 Cette configuration est semblable à celle observée à Saint-Paul-lès-Durance (Bouches-du-Rhône) où, rappelons-le, en fond de vallée, la « plaine de la motte » est située à quelques centaines de mètres du site de Saint-Peyre.

6 Plusieurs exemples régionaux permettent cette datation. Michel Fixot précise que le chaînage d’angle, au sud-ouest du bras du transept sud de l’abbaye du Thoronet est daté de la fin du xiie s., de même que le dortoir de l’abbaye de Silvacane. Guild Rollins Jr (Guild 1987 : 160-161), date les bossages de la façade de l’édifice claustral extrême ouest de la cathédrale d’Aix-en-Provence du dernier quart du xiie s. Cet édifice est mentionné pour la première fois en 1175. Yann Codou place dans les décennies 1170-1180 la construction du mur nord de l’église des moniales de l’abbaye de la Celle (Codou 2005) dans L’abbaye de la Celle (Var). Voir également Jean Mesqui (Mesqui 1987).

7 Coord. Lambert : X = 918 075, Y = 203 785, altitude 1057 m. Commune de Digne-les-Bains, Alpes-de-Haute-Provence. Cadastre : section 71B, parcelles 165 et 166.

8 Cart. Marseille, 747.

9 Coord. Lambert : X = 905 094, Y = 179 350, altitude 683 m. Cadastre, section D, parcelles 843, 842, 827.

10 Elle a été découverte par Philippe Borgard qui a remarqué et identifié le tertre à l’occasion d’une visite de l’église Notre-Dame.

11 Cart. Lérins 1883, 203-204.

12 Cart. Lérins, 230-323.

13 Coord. Lambert : X = 900 950, Y = 179 100, altitude 630 m. Cadastre, section C, parcelle 66.

14 Arch. Relave, 1777.

15 Philippe Borgard, en indique une, à tort, au sud du site (Borgard 1983). En fait, il s’agit en fait d’une charbonnière en contrebas du chemin et nettement au‑dessous du site.

16 ABDRS, 56 H 4.853.

17 Coord. Lambert : X = 181 100, Y = 887 150, altitude 475 m. Cadastre, section A, parcelle 243.

18 Cart. Cluny, 2284.

19 Coord. Lambert : X = 897 600, Y = 172 500, altitude 550 m. Cadastre, section C, parcelle 652.

20 Charles-Laurent Salch (Salch 1979 : 22), confond les sites du Castellet et de Saint-Marc. Il place l’abandon de ce dernier et la construction du nouveau château vers la fin du xive s.

21 Cart. Marseille, 223.

22 AAHP, E. DEP 166/2.

23 ABDRA, B 317.

24 ABDRA, B 1084 f° 46 à 49.

25 Pouillés, 11-C.

26 Texte conservé dans les archives de l’association Les amis du vieux Riez. Je remercie Maxime Amiel de m’en avoir aimablement fourni une copie. Il s’agit d’une charte du 17 juin 1417 copiée vers 1850 par Benjamin Maillet, maire de Riez, dans le « Cartulaire de Mélan » qui semble dater des environs de 1600. Le texte de la transcription par Benjamin Maillet est fourni en annexe 15 de ma thèse dactylographiée.

27 Coord. Lambert : X = 893 230, Y = 171 255, altitude 560 m. Cadastre, section C, parcelles 467 et limitrophes.

28 Par exemple à Saint-Paul-lès-Durance ou au Puy-Sainte-Réparade, pour les Bouches-du-Rhône, et Rougiers dans le Var.

29 Dans une étude sur le château d’Esparron, une partie est consacrée à celui d’Allemagne dont la datation est abordée, de façon imprécise (Vinchon 1993, t. 2 : 32). Il semble qu’aucun élément d’architecture ne soit antérieur au xve s. (Baratier et al. 1969 : 159).

30 Coord. Lambert : X = 894 650, Y = 170 850, altitude 540 m. Cadastre, section D, parcelle 50.

31 Coord. Lambert : X = 882 675, Y = 164 600, altitude 689 m.

32 Cette motte a été trouvée et m’a été signalée par Joseph Piegay de Vinon, je tiens à l’en remercier.

33 ABDRA, 56H 1132 f° 11 ; ABDRA 56H 1139 f° 29 et 193.

34 Par contre, de l’autre côté du fossé, à environ 250 m vers le sud, on observe les traces d’un site antique, dans la pente à une cinquantaine de mètres au‑dessus du chemin du ravin de Malaurie. Dans une excavation qui semble due à une fouille clandestine assez récente, les déblais contiennent un mobilier caractéristique. J’y ai relevé un fragment de dolium, des tessons de sigillée et un fragment d’amphore gauloise à fond plat. D’après Dominique Garcia, CNRS, Centre Camille Jullian, cet ensemble situe l’activité du site au ier s. de notre ère. Quelques tessons de céramique modelée à gros dégraissant blanc semblent indiquer que l’occupation a commencé longtemps avant. Des fragments de tuiles calcinées à cœur et très déformées portent à penser que ces vestiges sont ceux d’un atelier de tuilier. Ces vestiges antiques correspondent sans doute à la mention de découvertes de monnaies antiques dans le quartier d’Aurabelle (Bérard 1997 : 224).

35 Cart. Marseille, 792.

36 Pouillés, 117C.

37 ABDRA, B 263 f° 96.

38 ABDRA, B 762 f° 6.

39 Coord. Lambert : X = 884 475, Y = 201 125, altitude 719 m.

40 Cart. Marseille, 679.

41 Il ne semble donc pas exact d’affirmer que l’abbaye fut créée ex nihilo comme l’a proposé Guy Barruol (Barruol 1984 : 7). Certes le comte Guillaume de Forcalquier rappelle dans une charte de 1207 qu’il avait donné antérieurement (en 1165/1166) une terre à Lure ad edificandum ecclesiam mais cela n’empêche pas l’existence d’une église antérieure qui était peut-être abandonnée à la fin du xiie s.

42 Cart. Marseille, 683.

43 L’endroit a été prospecté par Jeanine Bourvéau.

44 ABDRA, 56 H 4621 I.

45 ABDRA, B8 f° 161.

46 ABDRA, B 753, f° 17.

47 ABDRA, B 200.

48 AAHP, E 160-2.

49 Coord. Lambert : X = 875 525, Y = 197 575, altitude 671 m.

50 Cadastre de Saint-Étienne-les-Orgues, section D2, parcelle 370.

51 Coord. Lambert : X = 883 500, Y = 184 325.

52 Cart. Marseille, 684.

53 Cart. Marseille, 660.

54 Coord. Lambert : X = 880 662, Y = 185 800.

55 Coord. Lambert : X = 873 042, Y = 180 300, altitude 610 m. Cadastre, section B parcelles 53 et 43.

56 Cart. Marseille 436.

57 Visites pastorales, f° 88.

58 ABDRA, B 1136, f° 6.

59 ABDRA, B 4 f° 228.

60 ABDRA, B 3 f° 112.

61 Coord. Lambert : X = 873 090, Y = 158 836.

62 Coord. Lambert : X = 875 062, Y = 160 000.

63 Comme celle de la motte, la faune a été étudiée par Frédérique Audouin-Rouzeau, CNRS, Paris.

64 D’autres régions montrent des évolutions analogues avec des petits établissements seigneuriaux au caractère beaucoup plus résidentiel que militaire. Voir, par exemple, le château de Rubercy (Calvados) (Lorren 1977).

65 Coord. Lambert : X = 853 620, Y = 149 950, altitude 424 m.

66 Au 60, chemin de Font Cuberte. J’ai vu la photographie d’une de ces sépultures. Michel Fixot avait vu le site lors de ces travaux et atteste qu’il s’agissait d’un cimetière.

67 Cart. Marseille, 261

68 Coord. Lambert : X = 849 787, Y = 155 225.

69 Cart. Marseille, 109.

70 GCN, Instr. II.

71 GCN, I, Instr. XII.

72 Coord. Lambert : X = 851 125, Y = 152 162, altitude 441 m.

73 GCN, I, Instr. XVII.

74 GCN, I, Instr. XVIII, col.23.

75 Coord. Lambert : X = 845 912, Y = 158 575, altitude 350 m.

76 ABDRA, 3 H, 72.

77 Pouillés, 2D, 10A, 30C 43A.

78 L’auteur a réuni de nombreuses informations mais se livre souvent à des interprétations hasardeuses.

79 Cart. Richerenches, nos 1, 2, 12, 74, 75.

80 GCN, Instr. XVIII, col.23.

81 Un habitat s’étendait sur plusieurs centaines de mètres autour du site. De nombreux silos sont encore bien visibles. Une citerne a été fouillée, son remplissage contenait des céramiques du début du xive s. (Bellet 1999 : 6).

82 Coord. Lambert : X = 842 823, Y = 161 125.

83 Cart. Marseille, 239 à 246.

84 Cart. Marseille, 243.

85 Cart. Marseille, 240.

86 Cart. Marseille, 246.

87 Cart. Marseille, 242.

88 Cart. Marseille, 240.

89 Cart. Marseille, 245.

90 Cart. Marseille, 243.

91 Visites pastorales, f° 100v°.

92 Coord. Lambert : X = 839 021, Y = 160 087, altitude 414 m.

93 Cart. Marseille, 243.

94 Pouillés, 9D. dAf n° 102 - Mottes castrales en Provence

95 Visites pastorales, f° 100v°.

96 Coord. Lambert : X = 836 075, Y = 160 325.

97 Ce site m’a été signalé par Joël Gauthier que je remercie ainsi que la propriétaire, Mme Chorro, qui nous a laissé le libre accès au site.

98 Jean-Baptiste Astier (Astier 1908 : 18, n. 2) précise avec raison : « il s’agit de l’ancien Castellas dont il reste à peine un pan de mur et non du château actuel plus moderne ». Il ajoute (p. 40, n. 1) : « le château actuel de Valbonnette […] a été construit en 1669, à peu de distance du Castellas ».

99 GCN, Instr. XVIII, col. 23.

100 ABDRA, B 366.

101 Visites pastorales, f° 101.

102 ABDRA, B 969, f° 30.

103 Coord. Lambert : X = 829 050, Y = 163 062.

104 Cart. Marseille, 919.

105 GCN, Instr. II, col 3-4.

106 Cadastre, section C1, parcelles 73, 84, 87, 88, 89.

107 Visites pastorales, f° 55.

108 L’hypothèse d’identifier Podium Sanguinetum au Castelas de la Roque d’Anthéron (Sauze 2001 : 259) n’est pas convaincante. On a vu plus haut que dès le xie s. ce dernier était connu comme « Roca » ; on ne voit pas pourquoi le même site serait en même temps appelé podium sanguinetum.

109 Cart. Marseille, 16.

110 Cart. Marseille, 247.

111 Cart. Marseille, 919.

112 L’abbé Constantin (Constantin 1890 : 504), ne voit là, à tort, qu’une seule et même église. Podium sanguinentum ne serait qu’un quartier de Mallemort. Pourtant les chartes distinguent bien les deux castra et celle de 1099 précise bien « Preterea… alteram edificandi ecclesiam ».

113 En provençal, sanguinedo désigne un lieu planté de cornouillers (Fourvières 1992 : 675). C’est sans doute le sens qu’il faut attribuer à la véritable origine de ce nom de lieu. Mais la latinisation sanguinolentis montre qu’une confusion a pu se faire dès le Moyen Âge.

114 Pouillés, 12B n.1.

115 Visites pastorales, f° 56v°.

116 Coord. Lambert : X = 845 662, Y = 146 962, altitude 278 m. Cadastre Aix-en-Provence, section NE parcelles 30 et 31.

117 Puyricard fait partie, aujourd’hui, de la commune d’Aix-en-Provence.

118 Pouillés, 4C.

119 Pouillés, 22.

120 Visites pastorales, f° 103v°.

121 Cadastre : section NE, parcelles 28, 29 et 30.

122 Un rapport est conservé au Service régional de l’archéologie d’Aix-en-Provence. Il a été rédigé par Michel-Édouard Bellet qui y relate une mission de mars 1975 consécutive à des fouilles clandestines.

123 Note manuscrite de Guy Bertucci datée du 16 juin 1975.

124 Coord. Lambert : X = 865 392, Y = 136 600, altitude 231 m.

125 Les pigeonniers carrés du Pays d’Aigues mesurent entre 3,10 m et 5,70 m de côté, à l’exception, il est vrai de celui du château de Villelaure qui atteint, exceptionnellement, 9 m (Inventaire général 1981 : 98).

126 Ces sondages ont été effectués par Bruno Bizot, conservateur au SRA PACA et qui m’a aimablement transmis ces informations.

127 Coord. Lambert : X = 869 225, Y = 144 750. Cadastre, Vauvenargues, section C6, parcelle 174.

128 Un sas triangulaire est observable au château de Vaison-la-Romaine. Voir documents de l’Inventaire Général, clichés de Marc Heller nos 88.84.0071.XR et 88.84.0080.ZRA.

129 Coord. Lambert : X = 857 637, Y = 161 937. Cadastre, section F1, parcelles 112 à 116.

130 Coord. Lambert : X = 902 900, Y = 149 375, altitude 483 m.

131 Pouillés, 66F.

132 Yann Codou (Codou 1997, II : 221) propose que Waldemar Forsanus, mentionné en 1035 comme l’un des principaux donateurs de la famille de Dromon à Saint-Victor (Cart. Marseille, 718), tirait son nom de Fox. Ce n’est pas impossible puisque Isnard de Niozelles, à la même époque, apparenté au même groupe familial, était lui-même possesseur de terres dans le Var, à Vins-sur-Caramy (Cart. Marseille, 685).

133 Coord. Lambert : X = 947 525, Y = 138 937, altitude 53 m.

134 Cette motte a été découverte « à vue » par Michel Fixot.

135 Cart. Lerins, 1882, XVII.

136 Cart. Marseille, 561.

137 Cart. Marseille, 565.

138 Cart. Marseille, 1102.

Table des illustrations

Titre FIG. 40 Beaujeu : la Tour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre FIG. 41 Draix : vestiges de la tour sur la motte, vue du nord-ouest.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre FIG. 42 Draix : la Tour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre FIG. 43 Les Dourbes : la motte, le village, l’église.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre FIG. 44 Les Dourbes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre FIG. 45 Puimoisson : Notre-Dame.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre FIG. 46 Riez : motte de Mauroue, vue de l’ouest.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre FIG. 47 Riez : Mauroue.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre FIG. 48 Valensole : la Moutte, près du hameau du Bars, vue de l’ouest.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre FIG. 49 Valensole : la Moutte, constructions révélées par la fouille.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre fig. 50 Allemagne-en-Provence : implantation des sites.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre FIG. 51 Allemagne-en-Provence : le Castellet.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre FIG. 52 Allemagne-en-Provence : la Moutte, vue de l’est.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Titre FIG. 53 Allemagne-en-Provence : la Moutte, vestiges de la maison (fin xe s.).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre FIG. 54 Allemagne-en-Provence : Saint-Marc.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre FIG. 55 Allemagne-en-Provence : motte de Notre-Dame.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre FIG. 56 Allemagne-en-Provence : église Notre-Dame.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre FIG. 57 Gréoux-les-Bains : motte d’Aurabelle.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre FIG. 58 Mallefougasse : motte de Consonoves.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre FIG. 59 Mallefougasse : motte de Consonoves.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre FIG. 60 Saint-Étienne-les-Orgues : motte des Orgues vue du nord.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre FIG. 62 Villeneuve : la Moutte.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre FIG. 63 Villeneuve : la Tourrache.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre FIG. 64 Villeneuve : la Tourrache, vue du sud.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre FIG. 65 Saint-Martin-les-Eaux : le Castelas.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre FIG. 66 Saint-Paul-lès-Durance et le territoire de Cadarache.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre FIG. 67 Saint-Paul-lès-Durance : motte de Saint-Peyre (castrum des Annèmes), vue de l’est.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre FIG. 68 Saint-Paul-lès-Durance : motte de Saint-Peyre (castrum des Annèmes).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre FIG. 69 Saint-Paul-lès-Durance : motte de la Plaine de la Grande Bastide.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre FIG. 70 Saint-Paul-lès-Durance : motte de la Plaine de la Grande Bastide, vue de l’est.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre FIG. 71 Saint-Paul-lès-Durance : motte de la Plaine de la Grande Bastide. Proposition de restitution.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre FIG. 72 Saint-Paul-lès-Durance : motte de Cadarache, petits objets de parure.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 9,4k
Titre FIG. 73 Saint-Paul-lès-Durance : motte de Cadarache, mobilier métallique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre FIG. 74 Saint-Paul-lès-Durance : chapelle de la Plaine de la Grande Bastide.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre FIG. 75 Saint-Paul-lès-Durance : chapelle de la Plaine de la Grande Bastide. L’autel sur son support.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Titre FIG. 76 Saint-Paul-lès-Durance : chapelle de la Plaine de la Grande Bastide. Lampe à huile.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Titre FIG. 77 Saint-Paul-lès-Durance : chapelle de la Plaine de la Grande Bastide. Mobilier métallique : 1 serpe de vigne ; 2 faucille ; 3 lame de couteau ; 4 sarcloir.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre FIG. 78 Venelles : le Castellas.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre FIG. 79 Le Puy-Sainte-Réparade : motte au quartier du Collet Blanc.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre FIG. 80 Saint-Estève-Janson.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre FIG. 81 Saint-Estève-Janson.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre FIG. 82 Rognes/Tournefort.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre FIG. 83 Rognes/Tournefort. Chemisage de la motte.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre FIG. 84 La Roque-d’Anthéron. Castrum de Gontard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre FIG. 85 La Roque-d’Anthéron. Castrum de Gontard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre FIG. 86 La Roque-d’Anthéron : le Castellas.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre FIG. 87 La Roque-d’Anthéron : le Castellas vu du sud-ouest.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre FIG. 88 Lambesc : Valbonnette, la motte et le château moderne.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre FIG. 89 Lambesc : motte de Valbonnette.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre FIG. 90 Puyricard : motte de Lignane.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre FIG. 91 Puyricard : motte de Lignane.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre FIG. 92 Rousset : le Pigeonnier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre FIG. 93 Rousset : le Pigeonnier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre FIG. 94 Vauvenargues : la Petite Citadelle.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre FIG. 95 Vauvenargues : la Petite Citadelle, fin (?) xie s. Proposition de restitution, vue du nord.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre FIG. 96 La Tour-d’Aigues : motte et bastide du Tourel.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre FIG. 97 La Tour-d’Aigues : motte du Tourel, vue du nord-ouest.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre FIG. 98 Fox-Aphoux : la Moutte.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre FIG. 99 Roquebrune-sur-Argens : motte de Palayson, vue de l’est.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre FIG. 100 Roquebrune-sur-Argens : motte de Palayson.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19577/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 18k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search