Version classiqueVersion mobile

Mottes castrales en Provence

 | 
Daniel Mouton

Chapitre 2. À la lumière de l’archéologie : naissance, vie et mort d’une motte autour de l’an Mil - La roca de Niozelles (Alpes-de-Haute-Provence)

Texte intégral

2.1 Situation

  • 1 Coord. Lambert : x = 882 125, Y = 187 888. Cadastre 1983, section A1, parcelles 526 et 527.

1À mi-chemin entre Forcalquier et La Brillanne, Niozelles (fig. 1, n° 28) est situé à l’est du massif du Luberon, au bord de la route nationale 100 et à proximité de la voie antique qui reliait l’Italie à l’Espagne en passant par les Alpes1.

  • 2 L’étude géologique a été réalisée par Jacqueline Gabert, professeur de géographie, Université de Pr (...)

2La motte est établie sur le bord de la cuesta de Niozelles2 qui termine le plateau vallonné entre Niozelles et Pierrerue. Elle domine, entre 420 et 480 m d’altitude, la vallée ouest-est du Beveron qui longe le front de cette cuesta. Cette vallée, creusée essentiellement dans des marnes sableuses très tendres sous-jacentes au calcaire, est assez large pour un si petit ruisseau. La section ouest-est de la vallée du Beveron offre deux types de versants aux aptitudes très différentes. Le versant de rive droite est un ubac aux pentes raides qui s’élève à plus de 600 m d’altitude. Sculpté par l’érosion dans des conglomérats calcaires très résistants, il est accidenté de petites dépressions dissymétriques creusées dans de minces affleurements discontinus d’argiles rouges qui entrelardent les conglomérats. Au contraire, le versant de rive gauche, celui de la motte, est un adret ensoleillé dont seule la plateforme sommitale est en pente forte sur 5 à 10 m, hauteur d’un escarpement correspondant à la tranche du calcaire dit de la Fare. La base du front de cette cuesta est en pente douce dans les marnes sableuses, même si elle est accidentée d’un petit replat à rebord raide lié à un affleurement calcaire (dit de Forcalquier). Ce petit replat est le site du village moderne de Niozelles.

3Le site de la motte est une butte aux versants arrondis en voie de détachement de la cuesta par deux petits vallons affluents du Beveron. Le tertre proprement dit est donc, pour l’essentiel, constitué par un relief naturel, qui a fait l’objet au cours de son occupation d’un apport de terre considérable à son sommet. Il se présentait comme un tronc de cône d’un peu plus de 9 m de hauteur avec un diamètre de 55 m à la base. Avant la fouille, aucune structure n’était apparente. À 20 m environ en contrebas de la plate-forme, une source est encore active aujourd’hui ; elle a été captée pour alimenter un bassin de la ferme de la Grande Bastide. Il ne fait aucun doute que sa présence a contribué au choix du site. La plateforme circulaire, d’un diamètre d’environ 15 m, présentait un relief en cuvette résultant, comme le montrera la fouille, du pillage des murs de la tour de pierre. La perte de volume ainsi produite au centre du site était donc encore perceptible. Les premières couches étaient constituées de terre et de pierres mélangées correspondant aux niveaux d’abandon et donc de ruine du site perturbés à l’occasion de la récupération des matériaux. La fouille les a éliminées à certains endroits sur plus de 1 m d’épaisseur. En enlevant cette hauteur et compte tenu de la forme du tertre, le diamètre de la plate-forme était donc, à l’origine, non pas de 15 mais de 22 m. La surface à fouiller était donc plus importante qu’elle ne le paraissait au départ. Cette observation appelle par conséquent à la prudence lorsque l’on décrit des sites sans fouilles et en particulier quand on essaie d’en estimer les mesures.

2.2 État 0 : une installation temporaire

4Une première occupation, complètement inattendue, reposait directement sur le substrat géologique, exactement au centre de la plate-forme naturelle. L’ensemble ne paraît pas s’être étendu au-delà des 7 m2 qui ont été mis au jour.

5Deux lauzes (0,56 x 0,45 m) juxtaposées et posées à plat sur le sol constituent le cœur d’un foyer (fig. A, pl. h. t.) qui a suffisamment brûlé pour rougir le sol sur plusieurs centimètres d’épaisseur. Cette rubéfaction s’organise en deux zones : une partie centrée sur les dalles atteint 0,90 m de diamètre tandis qu’elle se prolonge d’un mètre vers le nord sur une largeur d’environ 0,60 m. À cet endroit ont été relevées deux cavités de 25 cm de diamètre pour 6 cm et 8 cm de profondeur. Le fond de la première était garni d’une pierre plate d’environ 12 cm de côté. Elles étaient, compte tenu de leurs dimensions et de leur forme, destinées à recevoir des pots à fonds bombés alors en usage. Ainsi peut-on observer ici de façon assez précise le mode d’utilisation du feu avec les pots de cuisson (fig. B, pl. h. t.). Le feu était allumé sur les lauzes où il produisait la braise qui était tirée et disposée contre les pots calés au sol à environ 0,70 m du foyer. Cette façon de procéder présente le double avantage de permettre une bonne maîtrise de la température de cuisson en apportant plus ou moins de braises autour du pot et une manipulation aisée des récipients qui serait impossible dans la flamme. Ceci nécessitait sans doute l’utilisation de pots à anse dont on a retrouvé de nombreux exemplaires sur les niveaux d’occupation des états suivant ce premier foyer. L’anse était placée à l’opposé des braises. Des pots trouvés dans d’autres lieux portent d’ailleurs, à l’opposé de l’anse, des traces de brûlé allant même jusqu’à déliter la surface de la panse (Pelletier 1995). Ces observations n’ont pu être faites ici puisque seulement 10 tessons de céramique grise ont été relevés autour du foyer. Ils en confirment cependant la fonction domestique. D’ailleurs, entre les deux dalles, quelques fragments de coquille d’œuf ont été relevés, laissant ainsi un indice sur la nature des aliments cuisinés.

6Deux trous de poteaux espacés de 1,56 m étaient situés de part et d’autre du foyer. L’un, à l’ouest, plutôt ovoïde, atteint 0,36 m de diamètre maximum pour une profondeur de 0,24 m. L’autre, à l’est du foyer, présente une section circulaire de 0,38 m de diamètre et était enfoncé de 0,40 m dans le substrat. Tangent à ce poteau, au sud, un bloc de tuf parallélépipédique (20 x 25 x 44 cm) reste d’une fonction obscure. À 1,20 m du précédent, un troisième poteau fait partie du même ensemble. Enfin, à 5,60 m au sud-est du foyer, un petit trou de 15 cm de diamètre et 42 cm de profondeur est stratigraphiquement lié aux précédents. De tout cela, on ne peut restituer l’organisation précise mais, compte tenu de la faible surface de ces installations et de l’absence d’épaisseur du niveau d’occupation, il paraît difficile de conclure à un premier habitat. Il s’agit plus vraisemblablement d’un abri précaire protégeant le foyer utilisé pour le chantier au moment de la construction du premier édifice (état 1).

2.3 État 1 : une grande maison

2.3.1 Les vestiges mis au jour

7La première véritable occupation se développe sur toute la surface disponible au sommet du tertre naturel. Elle s’organise autour d’un édifice principal de pierre jouxté de petites constructions de bois (fig. 4).

FIG. 4 Niozelles : état 1, fin du xe s.

FIG. 4 Niozelles : état 1, fin du xe s.

8Le piédroit nord de la porte a été posé directement sur le sol rubéfié de l’état 0. Puis une couche de nivellement de terre jaune a été apportée sur toute la surface de la plate-forme. L’édifice a alors été construit et un niveau d’occupation a été mis en activité tant à l’intérieur qu’à l’extérieur.

9Cette première construction de pierre (fig. 5 et 6) est composée d’un vaste bâtiment rectangulaire dont l’axe principal est orienté N-NE (19,5 degrés par rapport au nord), de 6,65 m de large pour une longueur comprise entre 10,5 et 11 m. Le mur pignon nord a été entièrement arasé avant construction de la tour de pierre de l’état 2 mais la pente naturelle du tertre telle qu’elle se présentait alors interdisait de dépasser 11 m. Les blocs employés sont des calcaires et des grés locaux qui affleurent aux alentours. Le façonnage des blocs est assez fruste, les modules sont irréguliers et atteignent rarement 0,50 m. Ces matériaux ont été disposés en parements entre lesquels s’insère un blocage de terre et de petites pierres, le mortier de chaux n’apparaissant qu’à la période suivante. L’épaisseur des murs est comprise entre 0,66 et 0,68 m.

FIG. 5 Niozelles : bâtiment de l’état 1 vu du nord-est.

FIG. 5 Niozelles : bâtiment de l’état 1 vu du nord-est.

FIG. 6 Niozelles : état 1, ensemble des installations.

FIG. 6 Niozelles : état 1, ensemble des installations.

10La porte, large de 1,85 m, ouvrait vers l’est. Sa construction, très soignée, a été réalisée à l’aide de blocs parallélépipédiques parfaitement taillés dont certains présentent une gorge longitudinale prouvant qu’ils étaient en réemploi. Ils ont sans doute été apportés d’ailleurs puisqu’aucune construction de pierre ne semble avoir préexisté sur le site. L’entrée de l’édifice n’est pas centrée : le montant sud se trouve à 2,65 m de l’angle sud-est du bâtiment tandis que l’autre se situe à environ 6 m de l’angle nord-est, ce qui décale l’axe de la porte au tiers sud de la façade. Si d’ailleurs on applique strictement cette proportion, la longueur du bâtiment est de 10,68 m en parfait accord avec la contrainte topographique signalée au paragraphe précédent.

11À l’intérieur du bâtiment 7 trous de poteaux ont été relevés. Leur disposition ne permet de les interpréter comme des étais de charpente. En effet, les deux trous marquant l’axe principal, et qui correspondraient au faîtage, sont décalés vers l’est. L’ensemble correspond plutôt à des aménagements intérieurs dont l’interprétation nous échappe.

12Cet édifice devait être couvert de tuiles. On a en effet retrouvé des fragments de tegulae et imbrices sur le sol d’occupation et dans les niveaux d’arasement du bâtiment. Leur très petit nombre, une dizaine, semble indiquer que ces matériaux ont été méthodiquement récupérés, peut-être pour couvrir la tour de l’état 2. Les fragments étaient surtout concentrés dans la cour devant la porte où les tuiles ont peut-être été stockées avant de servir pour le chantier suivant. Dans l’édifice, deux foyers ont été dégagés. Le plus important était situé dans la partie sud.

13Il se présentait sous la forme d’une épaisse (23 cm) croûte de terre rubéfiée grossièrement circulaire d’environ 1 m de diamètre autour de laquelle s’étalait une couche de cendre de 1 à 2 cm d’épaisseur. Aucun aménagement n’a été relevé. La présence de charbon de bois a permis un prélèvement qui a fait l’objet d’une datation radiocarbone. Un autre foyer occupait approximativement le centre de la pièce, il était un peu plus étendu que le précédent : de forme ovale son diamètre maximum atteignait 1,40 m. Il n’était matérialisé que par une rubéfaction au sol sur une épaisseur de 10 cm environ. Aucune trace de cendre n’a été relevée à proximité ; il semble donc antérieur au précédent et aurait été nettoyé avant que ce dernier ne soit mis en service. Une autre rubéfaction, de forme oblongue a été reconnue à proximité dans la partie nord de la pièce. La faiblesse de son étendue et de son épaisseur (3 à 4 cm) porte plutôt à l’interpréter comme un feu accidentel ou, en tout cas, occasionnel que comme un véritable foyer. Le niveau d’occupation ne dépassait pas 4 à 5 cm d’épaisseur, que ce soit à l’intérieur de la maison qu’à l’extérieur. Rien, à partir des traces au sol, n’indique de cloison.

14Vers l’extérieur, au nord-ouest du grand bâtiment, s’ajoutent les vestiges d’un édicule approximativement carré de 2,50 m de côté dont le mode de construction est semblable à celui du grand bâtiment : des blocs de calcaire ou de grès, certains soigneusement équarris, sont liés à la terre. Le mur ouest, le mieux conservé, atteint 0,62 m d’épaisseur, dimension proche de celle des murs de la grande pièce. Au sud il ne dépasse pas 0,50 m mais il est constitué de plusieurs moellons disposés en boutisse. Au nord, il a presque entièrement disparu. L’espace intérieur est exigu avec 1,25 m de côté, soit tout juste 1,5 m2 de surface. Les deux angles encore conservés ont fait l’objet de soins particuliers : deux gros blocs de calcaire (0,58 x 0,40 m au nord et 0,58 x 0,32 m au sud) parfaitement taillés ont été posés sur le substrat. Ils sont en tous points semblables à ceux qui constituaient le montant de la porte d’entrée du grand édifice. La présence d’une rainure sur l’un et d’un trou de scellement sur l’autre montrent d’ailleurs qu’ils sont aussi en réemploi. Les similitudes des matériaux et du mode de construction concordent avec la stratigraphie pour prouver qu’il s’agit bien là d’une partie originelle du premier bâtiment. Toutefois, les angles du grand édifice n’ont pas été traités avec autant de puissance. Lorsque celui-ci a été presque entièrement arasé pour laisser place à la tour postérieure, les deux tiers de son mur ouest ont disparu ainsi que ses liaisons avec les structures décrites ci-dessus. On ne peut donc savoir si l’ensemble était constitué d’une vaste pièce rectangulaire de 10,50 x 6,65 m s’agrandissant d’un petit appendice communicant au nord-ouest avec elle ou si l’édicule venait s’adosser au mur ouest, à l’extérieur du bâtiment.

15C’est finalement cette dernière solution qui a été retenue étant donné la fonction attribuable à cette petite construction additionnelle. Elle pouvait constituer un dispositif lié à l’accès qui, tout au moins dans la période suivante, semble s’être situé à cet endroit. On aurait pu également l’interpréter comme une tour mais, avec 1,5 m2 d’espace intérieur ce ne pouvait être un donjon, peu justifié, d’ailleurs, sur un site non fortifié mais seulement perché. L’espace serait toutefois suffisant pour le service d’un guetteur, à condition d’atteindre en hauteur le faîte du toit. C’est en fait la fouille récente d’un autre site, La Moutte à Valensole, qui a apporté la solution. On y a en effet mis en évidence une maison similaire dont on sait, pour des raisons qui seront détaillées plus loin, qu’elle comportait au moins un étage. Il apparaît donc que cette petite construction abritait très certainement un escalier permettant l’accès à l’étage. C’est, en définitive, l’hypothèse retenue pour la restitution (fig. C et D, pl. h. t.).

16Face à ce grand bâtiment de pierre, vers l’est, le reste de la plateforme était occupé par des édifices de bois dont il subsiste un ensemble de 19 trous de poteaux de section circulaire et dont l’organisation paraît assez claire. L’élément principal est constitué d’un groupe de quatre gros poteaux (fig. 7) disposés en un carré d’environ 3,50 m de côté orienté nord-sud et dont les diamètres sont compris entre 41 et 44 cm. Ils étaient enfoncés dans le sol de 81 à 86 cm. Ce sont donc de véritables poutres qui ont été fichées dans le sol avec une volonté évidente de solidité pour permettre une forte élévation. Aucune trace de sablière ne marquait le sol, si bien que cette construction semble plutôt avoir été pourvue d’un plancher surélevé.

FIG. 7 Niozelles : état 1, édifice aux quatre poutres et silo.

FIG. 7 Niozelles : état 1, édifice aux quatre poutres et silo.

17Au sud-ouest du dispositif précédent, l’unique silo de l’état 1 (fig. 7) a été creusé en bordure de la plate-forme. De profil piriforme et à fond plat, ses dimensions sont modestes : un diamètre maximum de 1 m pour 0,60 m à l’ouverture et une profondeur de 1,10 m ne permettaient guère de dépasser une capacité de stockage de 0,5 m3. Deux lauzes ont été trouvées à l’intérieur, elles servaient sans doute à le fermer. Trois trous de poteaux disposés en triangle paraissent le protéger ; ils ont pu servir de montant à de simples barrières destinées à empêcher les animaux de s’approcher. Ce dispositif a été observé sur d’autres sites médiévaux (Motte 2001 : 136).

18Immédiatement au nord de la porte du grand édifice, un alignement de quatre trous de poteaux, approximativement perpendiculaire au mur, constitue la façade d’un petit appentis de plan trapézoïdal (fig. 8) édifié en bois et en pierre selon un mode de construction observé dans la période suivante. On a en effet retrouvé le lambeau d’un muret conservé sur une assise dans l’angle nord-ouest. Il devait être de faible hauteur car la charpente était étayée, au nord comme au sud, par les poteaux. La façade, orientée vers le sud, ne semble pas avoir été posée sur un muret ; elle était sans doute entièrement en bois. Le muret ouest a été construit parallèlement à la façade du grand édifice en prenant soin de ménager un espace d’à peine 20 cm afin, sans doute, d’éviter que les eaux de pluie du grand toit ne se déversent sur le petit. À l’est, par contre, la paroi a été édifiée dans l’axe du bâti à quatre poutres, ce qui explique son plan en trapèze. Cette petite construction annexe a donc été édifiée après les deux précédentes et en fonction de leur emprise, ce qui confirme son caractère secondaire.

FIG. 8 Niozelles : état 1, petit appentis domestique.

FIG. 8 Niozelles : état 1, petit appentis domestique.

19L’ensemble offre une bonne cohérence : le grand édifice de pierre ouvrait sur une cour d’environ 20 m2 autour de laquelle se distribuaient, au nord, une petite annexe domestique, à l’est, face à la porte, le grand édifice carré de bois et, au sud-est, un silo. La fouille n’a révélé aucune trace de palissade en périphérie de la plate-forme, en particulier vers le côté sud qui a été dégagé jusqu’aux premiers degrés de la pente. Si ce n’est le perchement, le caractère défensif de cet établissement n’est guère marqué.

20Les exemples contemporains et surtout régionaux sont rares pour que l’on puisse effectuer des comparaisons. Il serait intéressant par exemple de savoir si un bâtiment de 10,70 x 6,65 m était ou non de taille exceptionnelle à cette époque, point important pour l’interprétation. En fait, une découverte récente semble répondre catégoriquement à cette question : à la même époque, un habitat rural en milieu ouvert pouvait être nettement plus grand tout en présentant un certain nombre de caractéristiques communes avec l’édifice de Niozelles. Le site de Rousset 2 à Aurons (Bouches-du-Rhône) est un habitat de 21 x 8 m (Pillard 1999), exposé au sud, et adossé à une paroi rocheuse. Les murs, épais d’environ 0,70 m, sont en pierres liées à la terre. Un porche donne accès à l’intérieur où l’espace est distribué en quatre pièces juxtaposées à peu près carrées de 20 à 25 m2 chacune. Deux foyers ont été trouvés dont l’un est particulièrement bien aménagé. Par endroits, subsistaient les restes d’un dallage. La toiture semble avoir été constituée de tuiles. Le matériel céramique est tout à fait identique à celui de Niozelles et indique donc une datation des environs de l’an Mil. Il apparaît par conséquent que le grand édifice de l’état 1 de Niozelles n’avait rien d’exceptionnel. Il convient donc de l’interpréter comme un habitat rural peut-être simplement un peu riche mais cependant démonstratif si on tient compte du perchement.

2.3.2 Essai de restitution de l’état

21Les tentatives de restitution sont toujours délicates et risquées. Elles sont toutefois indispensables à la compréhension des vestiges mis au jour et à la transmission auprès du public.

  • 3 Jean-Marie Gassend (Institut de recherche sur l’architecture antique, CNRS, USR 3155) a réalisé des (...)
  • 4 C’est la pente observée à Saint-Victor de Marseille.

22Dans un premier temps des restitutions ont été faites sur la base des relevés effectués sur le terrain et ont donné lieu à la réalisation d’aquarelles qui ont une remarquable force évocatrice3. Les hypothèses retenues sont exposées ci-après. Comme il a été dit plus haut, le bâtiment, malgré une assez faible épaisseur des murs, possédait sans doute un étage auquel on accédait par un escalier placé à l’extérieur, dans l’angle nord-ouest. Les fragments retrouvés montrent que la toiture était couverte de tuiles qui, d’après leur apparence, semblent avoir été récupérées sur un ou plusieurs sites antiques. La présence de tuiles antiques est d’ailleurs connue sur d’autres sites médiévaux comme, par exemple, à Saint-Victor de Marseille (Démians d’Archimbaud 1971 : 96) ou sur la motte de Saint-Martin-de-la-Brasque (Fixot 1975 :74). La largeur du bâtiment (6,65 m) peut justifier une toiture à deux pentes. La pente du toit, comme celle de tous ceux qui sont restitués, a été choisie à 25 cm par mètre4. La hauteur des portes a été fixée à 1,75 m, c’est sans doute un maximum.

23Le petit appentis proche de la porte de la maison avait, on l’a dit, une base de pierre qui est restituée sur hauteur de 0,50 m, à l’image de l’élévation, complète, du muret de l’annexe sud de l’état 2. Sur la base des trois trous de poteaux, une protection a été placée autour du silo sous la forme de quelques lattes de bois horizontales de façon à suggérer une possibilité qui reste cependant incertaine.

24Les 4 gros trous de poteaux suggèrent deux hypothèses, une tour de bois ou une installation agricole. L’interprétation comme tour tient à la dimension des poutres et à leur profond ancrage dans le sol. Les marnes sableuses qui constituent le substrat donnent un sol ferme mais assez facile à travailler. Aucune pierre de calage n’a été retrouvée ; les trous semblent avoir été creusés au plus près de la dimension des poutres de façon à les ajuster au mieux. Malheureusement il n’est pas possible de connaître la hauteur de cet édifice. Le bâtiment de pierre, compte tenu des hypothèses de restitution proposées plus haut, pouvait atteindre au moins 5 m au faîte du toit. Une tour, pour être significative, devrait s’élever à 6 ou7 m. Mais l’absence de traces de sablières ou d’étais d’angle suggère une structure vraiment simple qui, pour de telles hauteurs aurait certainement posé des problèmes de stabilité. Quant à sa structure et à son aspect, on entre a fortiori dans le domaine des conjectures. Certains exemples similaires ont donné lieu à des interprétations diverses en Grande-Bretagne mais il faut bien considérer que les auteurs n’avaient pas non plus d’autres arguments que des trous dans le sol. Ainsi à Abinger (Hope-Taylor 1956) un ensemble de trous de poteaux d’environ 0,40 m de section formant un rectangle de 3,85 x3,36 m sur la plate-forme d’une motte est interprété sur le modèle d’une tour de bois figurant sur un chapiteau trouvé dans les fouilles de Westminster. Dans ce cas la tour s’impose puisqu’elle occupe seule le centre de la plate-forme. Une autre motte à Lismahon présente davantage de similitudes avec Niozelles bien qu’elle soit datée du xiie s. (Waterman 1959). Une maison subrectangulaire ouvrait sur une structure à quatre trous de poteaux disposés en carré. La restitution montre une tour de guet dont le haut est aménagé d’un simple caisson de planches (Higam, Barker 1992 :323). Toutefois la proposition d’un simple porche ou une gate-house aurait été beaucoup plus convaincante quoique moins spectaculaire. On pourra dans ce sens se référer à l’interprétation d’un des bâtiments de Villiers-le-Sec (ixe-xe s.) (Cuisenier, Guidagnin 1988 : 157) pour lequel les 4 poteaux de l’entrée sont effectivement donnés pour un porche. Pour Niozelles en tout cas, le site, à cette période, n’étant pas encore protégé par un rempart on ne se risquera pas à imaginer une tour strictement militaire. À la rigueur pourrait-on hasarder l’hypothèse d’une tour de guet avec éventuellement une fonction symbolique qui confirmerait l’impression donnée par le perchement. On reste en fait à court d’arguments.

  • 5 Plusieurs exemples similaires sont déjà connus. Dans une synthèse pour la région Rhône-Alpes dirigé (...)
  • 6 Cette proposition avait déjà été faite pour le site de Foch Teloo (Van Giffen 1958 : 67) et est rep (...)
  • 7 Les essandoles sont des tuiles de bois qui ont longtemps été utilisées dans les Alpes pour couvrir (...)

25La seconde hypothèse est sans doute moins noble mais nettement plus réaliste. Ces quatre poteaux peuvent être interprétés comme les vestiges d’une installation agro-domestique telle qu’un grenier, un fenil ou un gerbier. L’absence de traces au sol, excepté les trous de poteaux, suggère un édifice à plancher surélevé. Ce type de construction de bois est maintenant assez bien connu sur les sites du début du Moyen Âge et, en définitive, assez fréquent. Les formes les plus communes sont des constructions carrées à quatre poteaux, comme c’est le cas ici, ou rectangulaires à six poteaux5. Ces multiples exemples, sur des sites d’habitat rural, montrent assez que ce type de construction était courant au début du Moyen Âge et n’avait rien de spécifique aux sites fortifiés, bien au contraire. Il n’y a donc, pour Niozelles, aucune raison de voir, dans son organisation, autre chose qu’une installation à caractère agricole. La restitution propose un gerbier inspiré d’une représentation du xive s.6 tirée de la Bible de Prague. On envisage donc, comme une simple possibilité, une construction de grande hauteur, à plancher surélevé et couverte d’essandoles7. Des gerbes y auraient été stockées pour un battage différé. Cette pratique est attestée dès l’Antiquité, en particulier lorsque les moissons étaient réalisées à la faux (Garcia 1993 : 92). Afin d’éviter d’égrainer les épis, les céréales étaient fauchées avant complète maturité puis les gerbes étaient stockées pour sécher avant d’être battues au fur et à mesure des besoins. D’ailleurs, un objet métallique trouvé sur le site, quoiqu’attribuable à l’état 2, peut être interprété comme un talon de faux. Quant au silo, unique et de petite taille, il servait peut-être à conserver les semences.

26Lors de cette première période, datée, comme on le montrera plus loin, de la seconde moitié du xe s., l’établissement n’avait pas encore un caractère militaire. Cependant, le perchement, sur un site privilégié puisqu’il va devenir château, porte à interpréter l’établissement, au-delà de sa simple fonction d’habitat, comme une première étape de la motte.

27La rareté du matériel et la faible épaisseur des niveaux d’occupation de l’état 1 semblent indiquer que celle-ci a été d’assez courte durée. Ce n’est qu’à la période suivante (état 2) que le site a pris sa fonction militaire, tout en conservant sa vocation résidentielle.

2.4 État 2 : transformation du site en forteresse

28Le site a été complètement bouleversé par une transformation radicale dont on a pu observer, à la fouille, toutes les étapes. Ces travaux ont commencé par l’arasement d’une grande partie des édifices décrits ci-dessus. Le tertre a alors été agrandi et des fosses de gâchage de mortier ont été mises en place pour construire la tour et le rempart. Enfin, plusieurs édifices annexes domestiques ont été installés à l’intérieur de cet espace fortifié, tout autour du donjon (fig. 9 et 10).

FIG. 9 Niozelles : état 2.

FIG. 9 Niozelles : état 2.

FIG. 10 Niozelles : état 2, implantation des annexes.

FIG. 10 Niozelles : état 2, implantation des annexes.

2.4.1 L’organisation du chantier de construction et la mise en place de l’état 2A

29Aucun niveau d’abandon n’a été décelé entre les états 1 et 2. De plus, les constructions de la seconde période reprennent les mêmes alignements que celles de la première. Il semble donc y avoir eu une continuité d’occupation avec, peu avant l’an Mil, une volonté des occupants du premier édifice de transformer l’ensemble en forteresse. Par conséquent, les observations renforcent l’hypothèse selon laquelle le premier établissement était une première étape vers la motte. Dans un premier temps, les installations de l’état 1 ont été arasées à 0,40 m du sol. Le mur méridional de l’édifice a ainsi été conservé sur cinq assises de même que la partie sud de la façade, y compris la base du montant de la porte. Les pierres des murs ont sans doute été récupérées pour la construction suivante. Un remblai de terre jaune rapportée a permis d’ensevelir ce qui restait du premier édifice. Cette couche avait fossilisé, sous le sol de la tour, une unique assise restante du milieu de la façade. En même temps, tous les poteaux de bois ont été extraits de leurs trous à l’exception des 4 grosses poutres du grenier/ gerbier qui, sans doute à cause de leur poids, ont été sciées à une dizaine de centimètres du sol.

30On remarque le choix des constructeurs de fonder la tour sur le substrat, seul apte à supporter les énormes pressions des maçonneries. Ils l’ont implantée le plus possible vers le nord, de façon à ce qu’elle se trouve au centre de la plate-forme après l’agrandissement du tertre. Ils ne pouvaient la décaler davantage puisque la base externe du mur nord s’appuyait sur les premiers degrés de la pente, si bien qu’une première assise de grosses pierres (pouvant atteindre 0,80 m) avait été soigneusement disposée pour compenser la différence de niveau. Cette zone était visiblement considérée comme un point faible car les bâtisseurs ont littéralement noyé ce lit de pierres dans une couche de mortier de 20 à 30 cm d’épaisseur avant de commencer à bâtir. Ce n’était pas le cas des autres murs puisque deux lambeaux de fondations restés en place à l’ouest et au sud, montraient dès la première assise une maçonnerie de pierres soigneusement liées au mortier.

  • 8 Le détail des calculs est exposé p. 83 du volume I de ma thèse dactylographiée.
  • 9 Monnaie n° 3. Il s’agit du quart d’un denier du Puy.

31La plate-forme originelle n’était pas assez vaste pour recevoir l’ensemble des constructions, il a donc fallu l’agrandir. Les terrassiers ont opéré, au nord du site, un important apport de terre8, d’environ 1 600 m3, qui s’est déroulé en deux étapes : d’abord un très important remblai de terre jaune mêlée de pierres préalable à la construction de la tour et du rempart, puis, après ces travaux, un second apport qui a constitué le sol d’occupation et marquait une légère pente vers le nord. Ces travaux de terrassement ont eu le double avantage de dégager un espace suffisant pour construire le rempart et de recentrer la tour au milieu de la nouvelle plate-forme. Cet indice prouve d’ailleurs, s’il en était besoin, une véritable stratégie dans la conception de l’ensemble des constructions. L’aire sommitale est ainsi passée d’une surface d’environ 230 m2 à 380 m2 soit un agrandissement de 65 % de l’aire d’origine. La surface restant actuellement est d’environ 320 m2, une partie de la plate-forme ayant été érodée, en particulier vers l’ouest. Aucun fossé n’ayant été creusé, il a fallu que la totalité du volume soit extrait des alentours pour être montée au sommet. On n’a aucune idée du nombre de personnes et d’animaux, mules ou ânes, à l’œuvre mais on peut estimer que si une personne extrait 2 m3 par jour il faut801 jours de travail ; une douzaine d’ouvriers en viennent à bout en deux mois (66 jours). La terre contenait des pierres de modules très variables pouvant atteindre 20 à 25 cm. Comme les fouilleurs ont pu le constater par sa dureté, ce remblai a été très soigneusement damé, ce qui ne semble pas avoir été suffisant, comme on le verra plus loin. Une fois le tertre agrandi, il a été procédé, dans les remblais fraîchement ajoutés, au dégagement de l’aire rectangulaire de 9,25 x 6,75 m destinée à recevoir la base de la tour. Ce faisant, les murs du premier édifice qui se trouvaient dans l’emprise des fondations ont été complètement éliminés. Ainsi ont été élaborées les tranchées de fondation de la tour. C’est probablement à ce moment-là qu’a été effectué le dépôt, dans l’angle nord-ouest de la tranchée de fondation de la tour. On y a en effet trouvé un pot (fig. 11) de céramique grise à fond bombé, bec ponté et anse rubanée (voir fig. 23) contenant le quart d’une monnaie9 datable de la fin du xe s. et qui sera décrite plus loin. Il avait été placé dans une cavité creusée dans le sol après que les fondations de la tour ont été préparées. Afin de protéger ce dépôt, les constructeurs ont probablement disposé de belles pierres qui ont été spoliées au xvie s. Lors de ces travaux, seule la partie supérieure du pot a été cassée. Il paraît très probable que la construction de la tour a commencé par cet angle nord-ouest. Ce dépôt, véritable rituel de fondation, avait sans doute un rôle prophylactique, souvent rempli par d’autres objets (Benoît 1975 :77). À ce sujet, les Provençaux évoquent communément la « toupine », pot rempli de monnaies qui serait traditionnellement inclus dans la maçonnerie des maisons. La monnaie symbolise le souhait d’un avenir prospère ou, de façon plus large, un « signe de présage heureux » pour reprendre l’expression de Lambert d’Ardres mentionnant une bague cachée dans le tertre d’une motte en construction (Fournier 1978 : 289). Ici un quart de denier semblait suffire…

FIG. 11 Niozelles : dépôt de fondation à la base du mur de la tour.

FIG. 11 Niozelles : dépôt de fondation à la base du mur de la tour.
  • 10 Il ne restait évidemment que les parties chitineuses de l’animal qui s’est effrité à la première ma (...)

32Les constructeurs ont alors mis en œuvre, dans la partie sud-est de la plate-forme, les dispositifs de traitement du mortier de chaux qui, jusqu’alors, était inconnu sur le site. Ces installations (fig. 12), elles-mêmes essentiellement constituées de mortier de chaux, ont recouvert la base, laissée en place, de trois poteaux du gerbier de bois qui se sont trouvés ainsi fossilisés puis, au cours du temps, se sont décomposés ; c’est la raison pour laquelle les trous ont été trouvés entièrement vides sous le mortier qui conservait l’empreinte des pièces de bois. Une fosse (fosse n°1), à peu près carrée, a été maçonnée à l’est. Pour ce faire, trois murets de pierres d’environ 0,30 m de hauteur ont été bâtis au nord, à l’est et au sud puis deux poutres de bois orientées nord-sud ont été posées. L’une, à l’est, large de 0,30 m et reconnue sur 1,40 m devait atteindre 2 m de longueur. Elle garnissait la partie supérieure du muret est. L’autre, à 2,30 m à l’ouest de la précédente, était visible sur 3,80 m. Elle devait, à l’origine, se prolonger de 0,80 m vers le nord. Le mortier qui la recouvrait en a gardé le négatif : elle était large de 0,22 m et épaisse de 0,28 m. La cuve carrée (2 x 2 m) ainsi délimitée a été garnie d’une épaisse couche de mortier de chaux de façon à obtenir une cuvette à surface lisse de 0,50 m de profondeur. Celle-ci servait peut-être à éteindre la chaux qui devait séjourner dans l’eau avant le gâchage. Lors de sa mise au jour, la cuve contenait un amas de mortier d’environ 0,40 m d’épaisseur, résidu de chantier sans doute destiné à la combler grossièrement. La poutre la plus longue se prolongeait vers le sud. Elle délimitait vers l’ouest une autre surface (aire n° 2) plus vaste que la précédente (2,20 x 2,80 m) et aussi plus plane (15 cm de profondeur) qui était recouverte d’une couche régulière de mortier épaisse de 10 à 15 cm. Cette aire plane semble plus appropriée au gâchage du mortier que la précédente. Ensuite, ce qui allait devenir le sol intérieur de la tour a fait l’objet d’une préparation particulière (aire n° 3) : sur le niveau de terre jaune d’une vingtaine de centimètres d’épaisseur soigneusement nivelé qui recouvrait les niveaux de l’état 1, deux rangées des pierres orientées nord-sud et distantes l’une de l’autre de 3,20 m, ont été posées à plat. Une couche de mortier de chaux de 3 à 4 cm d’épaisseur a alors été étalée sur toute la surface intérieure de la tour dont les fondations devaient alors être en place. En passant par-dessus les deux rangées de pierres la croûte de mortier formait au centre de l’espace une cuvette qui a servi au gâchage à l’intérieur de la tour ou simplement d’aire d’attente pour le mortier frais. Ainsi les maçons travaillant à l’intérieur de l’édifice en construction pouvaient s’approvisionner directement au pied de leur échafaudage. L’aire n° 2 avait sans doute la même fonction pour l’extérieur de la tour. Sous l’une des pierres posées à plat, on a trouvé un carabe doré (carabus auratus) dans sa loge d’éclosion. L’insecte, piégé par le mortier, n’a pas pu sortir. On peut en déduire que ces travaux préparatoires à la construction de la tour ont été réalisés à la fin de l’été ou au début de l’automne10. Des dispositifs semblables ont déjà été mis en évidence sur d’autres sites. À Doué-la-Fontaine (De Boüard 1973-1974 : 21), par exemple, deux cuves grossièrement rectangulaires, l’une d’environ 3 x 4 m et l’autre de 3 x 3,40 m, étaient délimitées par des poutres. Elles présentaient elles aussi des strates de mortier et contenaient des résidus de gâchage. Un peu plus anciennes que celles de Niozelles, elles sont datées du tout début du xe s.

FIG. 12 Niozelles : chantier de construction entre l’état 1 et l’état 2, aires de gâchage du mortier.

FIG. 12 Niozelles : chantier de construction entre l’état 1 et l’état 2, aires de gâchage du mortier.

33L’élément principal de la fortification (fig. 10) est donc une tour de pierre rectangulaire de 9,25 x 6,75 m, dimensions extérieures, et dont les murs étaient à la base épais de 1,72 m. L’espace intérieur de 5,81 x3,31 m offrait ainsi une surface de 19,23 m2 au rez-de-chaussée. C’est sans doute la construction de ce donjon de grande hauteur qui a nécessité la mise en œuvre du mortier de chaux de même que la solidité et la hauteur du rempart justifiaient l’emploi de ce matériau. Les murs de la tour ayant été entièrement démontés, on en ignore l’aspect exact. Toutefois les restes du rempart et du mur intermédiaire entre celui-ci et la tour (fig. 13 et 14) montrent l’utilisation de moellons de calcaire local d’un module pouvant atteindre 0,45 m, pour la plus grande longueur, mais dont l’équarrissement est assez fruste. La médiocrité des matériaux est compensée par un usage abondant du mortier. Dans un niveau d’abandon, un parallélépipède de calcaire (35 x 28 x 20 cm) soigneusement taillé est certainement le témoin d’un chaînage d’angle.

FIG. 13 Niozelles : état 2. Vestiges du rempart et foyer de l’annexe domestique nord, vue de l’ouest. Le rempart accuse un dévers vers le nord (vers la gauche) qui a dû entraîner sa chute.

FIG. 13 Niozelles : état 2. Vestiges du rempart et foyer de l’annexe domestique nord, vue de l’ouest. Le rempart accuse un dévers vers le nord (vers la gauche) qui a dû entraîner sa chute.

FIG. 14 Niozelles : vestiges du mur barrant l’accès entre la tour et le rempart.

FIG. 14 Niozelles : vestiges du mur barrant l’accès entre la tour et le rempart.
  • 11 Les traces d’un tel chemin de ronde sont visibles en haut de la motte du Tourel (La Tour-d’Aigues, (...)

34Pour la partie supérieure de la tour, la fouille a seulement permis de détecter une couverture de tuiles car 203 fragments de tegulae et imbrices ont été trouvés à proximité. Ils étaient concentrés principalement au sud et au nord de la tour, épars sur les sols de circulation et dans les niveaux de destruction. Tous sont de petite taille (maximum 10 à 15 cm), les éléments entiers ont probablement été récupérés comme une grande partie des matériaux. Cette observation empêche de restituer une simple terrasse. Une couverture complète à quatre pentes ou à une seule exclurait la présence éventuelle d’un guetteur. Une autre possibilité serait une toiture à quatre pentes et des ouvertures permettant de voir à l’extérieur. L’hypothèse enfin retenue dans la restitution propose un chemin de ronde11 et un toit de tuiles à quatre pentes ; elle reste évidemment incertaine.

35On ignore, bien sûr, la durée de construction de cet édifice. Un ordre de grandeur peut cependant être approché dans l’exemple, quoique plus tardif, du château de Saignon (Vaucluse) : le comte de Provence ordonna en 1247 la reconstruction de la tour du castrum medianum dans un délai de deux ans (Fixot 1973-1974 : 282).

36La tour, une fois achevée, fut entourée d’un rempart polygonal dont l’épaisseur varie entre 0,95 et 1 m, construit en pierres calcaires avec quelques blocs de grès liés au mortier de chaux (fig. 13). Il suit une ligne brisée en extrême limite de la plate-forme. Bien reconnu dans la zone nord, il reposait sur le remblai d’agrandissement de la motte. Cette implantation sur un niveau insuffisamment stabilisé a probablement entraîné sa chute. On remarque, en effet, à sa base une fissure et, sur sa partie encore visible en élévation, un important dévers vers l’extérieur. Cet événement n’est peut-être pas étranger à l’abandon précoce du site. La partie est n’a pas été fouillée tandis qu’à l’ouest le rempart a complètement disparu, probablement emporté dans la pente par l’érosion. Il en va de même au sud où il ne subsiste qu’un lambeau de parement. Avec un diamètre intérieur compris entre 21 et 22 m il circonscrivait une aire d’environ 320 m2 bien protégée et qui était occupée au maximum. De l’accès par l’extérieur et du franchissement du mur d’enceinte, il ne reste aucune trace.

  • 12 Indication d’Élisabeth Sauze. Le plan, non publié, est conservé au service de l’inventaire général (...)

37Entre l’angle nord-ouest de la tour et le rempart, un mur de 0,60 m d’épaisseur, orienté nord-sud, venait fermer le passage par une porte de 1,96 m de large (fig. 14). Elle s’ouvrait vers l’ouest puisque la paroi de bois de l’annexe domestique l’empêchait de s’ouvrir dans l’autre sens. Cet obstacle à la circulation intérieure pose un problème d’interprétation : la partie protégée se situait-elle à l’est ou à l’ouest de cette porte ? Selon toute vraisemblance, une fois le rempart franchi, la porte barrait l’accès à la tour. Compte tenu de la disposition des édifices domestiques, la porte de la tour devait se situer sur la face est, plus protégée du mistral que celle de l’ouest. On se souvient d’ailleurs que l’édifice antérieur ouvrait également à l’est. Quoi qu’il en soit cette défense intérieure eut été inutile s’il avait été possible de contourner la tour par l’ouest et le sud. Un autre mur devait donc empêcher cet itinéraire. La fouille a montré qu’il ne se trouvait ni au nord, ni à l’est, ni au sud. Sans doute se situait-il à l’ouest sous les niveaux occupés ultérieurement par le pressoir. On a mis au jour, à 35 cm de l’angle nord-ouest de la tour, une pierre de 43 x30 cm posée à plat et scellée sur la fine couche de mortier correspondant à la construction de la tour et du rempart. Peut-être constitue-t-elle le dernier vestige du mur recherché. Il est certes extrêmement hasardeux de déduire l’existence d’un mur sur la base d’un si maigre élément. Toutefois, puisqu’il semble impossible que le mur nord-sud ait existé seul, la restitution du second mur à cet endroit reste hautement vraisemblable. Sa disparition s’explique par la nécessité de l’araser afin de libérer l’espace nécessaire à l’installation du pressoir. Dans cette hypothèse, on restitue un espace fermé, approximativement triangulaire (fig. 10), d’environ 8 m2 dont le sommet s’appuierait sur l’angle nord-ouest de la tour et qui constituerait un sas d’entrée protégeant l’accès. Il faudrait donc placer la porte de franchissement du rempart à l’ouest. Après l’avoir passée, le visiteur se trouvait dans un sas au-delà duquel l’accès pouvait encore lui être interdit. Puis, une fois la porte intérieure franchie, il devait pénétrer dans l’annexe domestique nord et longer le rempart pour accéder à la tour. Ce type de sas triangulaire a été observé sur le site, peut-être contemporain de la Petite Citadelle de Vauvenargues (Bouches-du-Rhône) comme on le verra plus loin. Il est également observable au château de Vaison-la-Romaine12.

38Dans l’état 2, il faut distinguer deux périodes. La première (état 2A) correspond à une occupation de la forteresse où une seule annexe domestique existait, au nord de la tour. Puis l’état 2B, à l’origine duquel d’importants travaux de nivellement ont précédé la construction de deux édifices secondaires, au sud et au sud-ouest de la tour. Il suffit de poursuivre chronologiquement le déroulement de ces travaux de construction.

2.4.2 Les annexes domestiques

2.4.2.1 État 2A

39Après la construction des éléments strictement défensifs, les installations secondaires ont commencé à occuper la place disponible entre la tour et le rempart. Dans un premier temps, un seul édifice à caractère domestique a été édifié au nord de la tour, c’est lui qu’il fallait traverser, une fois franchi le sas d’accès. Il sera désigné annexe domestique nord. Il était constitué d’un bâti de bois repérable à 7 trous de poteaux qui s’organisent selon un plan orthogonal. Trois étaient alignés à 0,90 m du mur nord de la tour et espacés entre eux de 2,96 m. Ils devaient supporter des poutres de couverture, longues d’environ 4,50 m et qui étaient sans doute fichées dans le rempart puisqu’aucun trou de poteau n’a été relevé le long de celui-ci. Aucun élément de couverture n’a été retrouvé, ce qui exclut une couverture de tuiles, de toute évidence réservées à la tour. On ne peut alors envisager qu’un toit d’essandoles, tel qu’on en voit encore dans les Alpes, ou de toute autre matière végétale. Perpendiculairement aux précédents, deux poteaux renforçaient peut-être un élément de la charpente mais pouvaient également correspondre à un aménagement intérieur. Il serait d’ailleurs possible de restituer, hypothèse invérifiable, un métier à tisser vertical sur le modèle de celui, daté du ixe s. qui figure dans le psautier d’Utrecht (Chapelot, Fossier 1980 : 127). Deux autres petits trous, proches du mur de la tour, avaient sans doute une fonction domestique qu’il n’est pas possible de restituer. Le centre de la pièce était occupé par un grand foyer aménagé rectangulaire de 2,25 x 1,35 m (fig. 15). Quelques pierres en marquaient les limites. On y a trouvé une épaisse couche de cendre recouvrant la terre rubéfiée en profondeur.

FIG. 15 Niozelles : état 2, foyer de l’annexe domestique nord. À droite, vestiges du rempart. En arrière-plan, la porte d’accès.

FIG. 15 Niozelles : état 2, foyer de l’annexe domestique nord. À droite, vestiges du rempart. En arrière-plan, la porte d’accès.

40Cet espace domestique était fermé, à l’ouest, par une paroi de planches que l’on perçoit en négatif sous forme d’une assise de pierres de 2,96 m de longueur qui avait sans doute pour fonction d’obturer un jour entre le sol et la paroi mal jointive. On peut donc en déduire que cette installation mesurait 7,45 x 5,35 m. L’abri était sans doute fermé de la même manière à l’est mais aucune trace au sol n’était visible. Tous les vestiges d’activités domestiques étaient groupés dans sa partie sud, jusqu’au pied de la tour. D’ailleurs un pot écrasé conservait le fantôme du mur spolié de celle-ci. Cette répartition spatiale du matériel renforce l’hypothèse d’une circulation par le nord, le long du rempart, pour accéder à la tour. Dans ce but, un passage large de 1,35 m avait été ménagé entre la paroi de planches ouest et le rempart.

41Le matériel récolté dans cette zone a été très abondant tant en céramique qu’en faune. Cette annexe domestique était la seule en activité durant la période 2A et elle a continué de fonctionner pendant la période 2B au cours de laquelle deux autres édifices du même type ont été construits au sud du site.

42À l’est de la tour, on a relevé la présence de deux trous de poteaux qui participent peut-être d’un dispositif d’accès à la tour. Entre les deux, un petit foyer empierré révèle des activités domestiques indéterminées. Par contre, au sol, plusieurs pierres à plat formaient par endroits un dallage grossier sur lequel on a trouvé une paire de forces. C’est dans cette zone, également, qu’a été mise au jour, en place sur le sol d’occupation, une pierre calcaire de 42 x72 x 13 cm (fig.35). Elle comporte3 marelles gravées qui témoignent de la pratique du jeu. Cette pierre est une stèle néolithique, décrite plus loin. Elle a été récupérée sans doute sur un site proche, à quelques centaines de mètres au sud, où plusieurs haches de cette période ont été ramassées en surface.

2.4.2.2 État 2B

43Un important apport de remblai, particulièrement repérable à une couche de petits galets de rivière recouvrait le niveau d’occupation de la période 2A. Il a précédé la construction de l’édifice annexe sud. Ce bâtiment de 7,70 x 5 m est d’un type de construction bien caractérisé : une base constituée d’un solin de pierre et une superstructure de bois qui n’est pas sans rappeler un mode architectural encore récemment répandu dans les Alpes (fig. 16). Les analyses ont montré que le bois utilisé était le chêne. Au sud, en l’absence de trous de poteaux, la charpente devait s’appuyer sur le rempart selon le même principe que pour l’annexe nord. Le muret, orienté est-ouest, avait une épaisseur variant de 0,62 à 0,75 m. Il était construit en pierres calcaires de modules irréguliers et grossièrement équarries, assemblées au mortier de chaux, et était parfaitement conservé dans toute son élévation qui ne dépassait pas 0,50 m de hauteur. De l’entrée, il subsistait un seuil de 1,52 m de large, marqué par deux dalles. Les poteaux de bois avaient été fichés dans le sol selon un alignement approximatif avant que le muret ne soit élevé. Les empreintes de poteaux dans le mortier du mur avaient conservé des sections carrées comprises ente 15 et 20 cm. La profondeur des trous atteignait 0,70 m. Les poteaux avaient donc été enfoncés de 0,20 m dans le sol avant la construction. Les espacements entre chacun d’eux étaient très irréguliers : 0,95, 1,40, 0,63 et 1,36 m, d’ouest en est. Ils servaient très certainement de support à des planches pour former une paroi de bois. L’édifice a été détruit par un incendie dans les restes duquel aucun élément de terre n’a été trouvé. On ne peut donc interpréter le muret comme un solin de soutènement d’un mur de pisé. Aucun fragment de tuile n’ayant été relevé dans ce niveau, la couverture devait être végétale, probablement en bois.

FIG. 16. Exemple de construction moderne de pierre et de bois (Lantosque, Alpes-Maritimes).

FIG. 16. Exemple de construction moderne de pierre et de bois (Lantosque, Alpes-Maritimes).

44Cette annexe domestique protégeait un foyer aménagé rectangulaire de 1,92 x 1,20 m. Il était constitué d’un dallage soigné (fig. 17) et des pierres posées à plat ou sur chant en soulignaient les contours. Au cours de son utilisation, un niveau de terre et de cendre s’est formé pour atteindre une épaisseur d’une vingtaine de centimètres. Au nord du foyer une pierre de 0,50 x 0,40 m était posée au sol, contre le mur et en légère pente vers le sud. Elle était en place et avait de toute évidence un rôle fonctionnel ; peut-être servait-elle tout simplement de siège pour une personne travaillant au foyer. Comme dans l’annexe nord, le matériel trouvé à cet endroit a été abondant. Il consistait en une grande quantité de déchets de nourriture carnée et de céramique. L’occupation de cet édifice, on l’a dit, s’est terminée par un incendie visible sous la forme d’une épaisse couche de cendre mêlée de charbons atteignant parfois 0,25 m d’épaisseur. Une poutre carbonisée a été retrouvée sur le foyer.

FIG. 17 Niozelles : foyer de l’annexe sud après enlèvement de la cendre.

FIG. 17 Niozelles : foyer de l’annexe sud après enlèvement de la cendre.

45Entre la façade de cet édifice domestique et l’angle sud-ouest de la tour, un passage de 1,10 m de large avait été ménagé pour permettre l’accès à un appentis de facture plutôt fruste : l’annexe domestique sud-ouest. Elle était constituée de poteaux de bois disposés en deux alignements sinueux parallèles à la tour et délimitant un espace approximativement rectangulaire de 4,65 x3,20 m (fig. 10). Dans la partie est de l’espace, une fosse circulaire de 1,25 m de diamètre et 0,23 m de profondeur a été trouvée vide de matériel comme une autre, un peu plus petite, relevée plus à l’est. Le sol a fourni très peu de matériel. La rusticité de cet édifice par rapport aux deux précédents porterait à le considérer comme un simple abri pour un animal. Cet appentis rudimentaire a été arasé avant la construction du pressoir (état3).

46Les constructions domestiques font donc essentiellement appel au bois. Des éléments carbonisés ont permis d’identifier l’espèce privilégiée dans les constructions (Durand 1999).

  • 13 Cart. Marseille, 1089.

47Le morceau de poutre carbonisée retrouvé sur le foyer de l’édifice annexe sud était du chêne à feuillage caduc méditerranéen ou chêne pubescent. En toute logique les constructeurs ont utilisé l’essence dominante qui présente en outre d’excellentes qualités mécaniques et de durabilité. Les pièces ont été débitées sur dosse dans du bois âgé et sec. Les autres échantillons ont révélé majoritairement la même espèce qui a été mise en œuvre au moins dès la construction de la forteresse puisque de tels fragments ont été récoltés dans la fosse de gâchage de mortier n° 1. Ce même prélèvement a fourni deux autres espèces : un morceau de branche de Buis (Buxus sempervivens) de 3,3 cm de long et 2 cm de section et trois fragments de Rosacées pomoïdes, Sorbier ou Aubépine (Sorbus ou Crataegus), espèces indifférenciables. Ils ont une section quadrangulaire de 1,2 cm de large pour une longueur de 2 à 2,5 cm. Leur forme suggère des chevilles propres à l’assemblage des pièces de chêne. S’il est logique que les constructeurs aient recherché les essences les meilleures et les plus directement disponibles, ils savaient également saisir d’autres opportunités. Ainsi vers 1080 des hommes de Turriers et de Rousset, dans les Hautes-Alpes13, en rébellion contre l’abbaye de Saint-Victor de Marseille, commirent plusieurs exactions dont celle de couper les saules des moines et d’en couvrir leur moulin. On ne saurait dire si les saules ont servi, dans ce cas, à la charpente ou à fabriquer des planches ou des bardeaux de bois. On ignore également si l’essence utilisée résultait d’un choix ou d’une simple opportunité dictée par ces violentes circonstances. Sur un site d’habitat datable du xie s. à Oze (Hautes-Alpes), l’analyse anthracologique n’a mis en évidence que du Saule (Jaubert 1987). Il est à noter que, pour la fin du Moyen Âge tout au moins, le Saule est mentionné à Aix pour des pièces de moulin ou de grue (Bernardi 1998 : 54).

48Le niveau d’incendie a été recouvert d’une couche de terre. Si on a retrouvé des éléments de charpente, aucun fragment de tuile n’a en revanche été mis au jour. La même observation a d’ailleurs été faite dans l’habitat de la fortification de la Petite Citadelle à Vauvenargues (Bouches-du-Rhône) où la couche d’incendie ne recelait pas non plus de restes de tuiles. On en déduit qu’à Niozelles, la couverture était constituée de matière végétale, certainement du bois, pratique courante dans les Alpes. Quoi qu’il en soit les éléments de cette couverture n’étaient pas fixés par des clous : le niveau d’incendie n’en ayant livré qu’un seul. Sans doute étaient-ils fixés par les chevilles dont on a retrouvé des témoignages.

  • 14 Voir plus loin, § 2.10.

49La conception d’ensemble est de caractère nettement militaire. Mais la fouille a montré que tout l’espace disponible à l’intérieur de l’enceinte était occupé par les équipements domestiques. À cela s’ajoute l’abondance du mobilier recueilli pour démontrer le caractère résidentiel du site. Il n’est d’ailleurs pas sûr que la place y ait été suffisante. L’absence de silo pour les occupations des périodes 2A et 2B qui sont les plus intenses et les plus durables pose la question du stockage. Si on admet que le rez-de-chaussée de la tour pouvait être réservé à cette fonction, il n’est pas sûr que les 19 m2 suffisaient. On a détecté des activités de forge et l’on sait, de façon certaine, qu’elles n’étaient pas effectuées à l’intérieur de l’enceinte. Il semblait donc probable qu’une partie des activités domestiques et artisanales se déroulaient à l’extérieur. Cette hypothèse a été vérifiée par des travaux ultérieurs14.

2.4.3 Essai de restitution de l’état 2

  • 15 Une transaction entre les milites de Saint-Martin-de-Brômes et Saint-Victor (Cart. Marseille, 223 e (...)

50L’essai de restitution (fig. E et F, pl. h. t.) est mené sur l’état 2B durant lequel tous les édifices à caractère domestique étaient en place. La répartition stratigraphique des tuiles permet de déceler une couverture de tuiles, tegula et imbrices, peut-être récupérées sur l’édifice antérieur. La hauteur de la tour ne nous est évidemment pas connue. L’épaisseur des murs à leur base (1,72 m) suggère une grande élévation. C’est pour cette raison, sans doute, que l’on voit apparaître le mortier sur le site. La restitution opte pour le schéma le plus répandu (Mesqui 1981 : 108) : une distribution à trois niveaux. Les mesures ont été choisies par analogie avec la tour sur motte du Tourel qui est entièrement conservée, cas qui sera étudié plus loin. Bien que plus tardive, elle fournit au moins des éléments de vraisemblance technique. En se fondant sur cet exemple, on peut supposer que, afin d’alléger la construction au fur et à mesure qu’elle gagnait en élévation, l’épaisseur des murs était réduite d’environ 0,20 m à chaque étage. L’épaisseur des murs serait ainsi passée de 1,72 m à 1,52 puis à 1,32 m. Ces retraits facilitaient, par ailleurs, l’ancrage des planchers. La hauteur minimum, par référence à l’exemple cité plus haut, a été choisie à 12,25 m15 mais elle pouvait atteindre 20 m si on prend pour exemple la tour de Saint-Clément, dans les Hautes-Alpes (Nicolas 2002 :358 ; Estienne, Nicolas 1999 : 196-199). Les deux étages avaient sans doute un rôle d’habitation et on peut penser qu’une partie du matériel retrouvé dans les niveaux situés à l’intérieur de la tour était tombée des étages après l’abandon. C’est particulièrement le cas des éléments de tabletterie en bois de cerf qui devaient orner un coffret. La porte d’entrée d’une tour est préférentiellement placée au premier étage ce qui nécessite un dispositif d’accès en partie amovible dont les poteaux au pied de la façade est faisaient peut-être partie.

51La hauteur du rempart a été choisie de telle sorte qu’elle soit suffisamment protectrice en particulier par rapport au franchissement par un homme. Il fallait, de plus, pouvoir, à l’intérieur de l’enceinte, adosser les appentis domestiques dont la partie la plus basse a été estimée à 1,75 m. La pente des toitures à 0,25 m par mètre oblige alors à fixer une élévation de la partie la plus haute à au moins3,60 m.

52Le sas d’entrée, déjà décrit, est le dernier élément maçonné de la fortification. Il constituait, après le rempart, une seconde défense où l’on pouvait encore bloquer le passage d’un intrus. Dans le cas contraire, l’accès était autorisé à l’espace de vie dans lequel l’absence de menace permettait des constructions plus fragiles. Dans l’espace domestique nord, l’accès à la tour se faisait en longeant le rempart tandis que les traces d’activités étant groupées au sud du foyer. On a donc choisi de restituer une toiture dont la partie haute était proche de la tour et descendait vers le nord, évacuant ainsi les eaux vers le rempart. Aucun système de drainage n’ayant été relevé sur l’ensemble du site, on ignore comment avait été résolu le problème pourtant crucial de l’évacuation des eaux de pluie. Dans la partie méridionale, la restitution de l’annexe domestique sud-est est plus précise puisqu’on disposait du muret sur toute son élévation. L’absence de trous de poteaux au sud permet également de supposer un ancrage de la charpente dans le rempart qui ne subsistait là qu’à l’état de lambeau. Par contre, il est plus difficile de déterminer le sens de la pente de la toiture. Elle a été restituée descendant vers le nord car, ce faisant, l’espace est suffisamment large pour que les eaux de pluie ne soient pas déversées directement contre la tour et n’entrent pas dans l’abri qui était protégé par son muret. Enfin, la toiture du petit appentis de bois édifié au sud-ouest de la tour a été placée en pente vers le sud afin que l’eau de pluie ne ruisselle pas le long du mur de la tour.

2.5 État 3 : aménagement d’un pressoir

53Enfin, quelque temps après l’abandon des installations précédentes mais toujours au xie s., des apports successifs de terre, à l’intérieur de la tour, semblent provenir des sols alentour, tandis que des pierres paraissent être tombées des murs. Des lentilles de cendre de quelques centimètres d’épaisseur se retrouvaient à différents niveaux, suggérant des occupations épisodiques sans doute liées aux activités du pressoir à huile qui constitue le dernier épisode de l’occupation du site (Mouton 2005).

54Ces installations occupaient la partie ouest, sur tout l’espace compris entre la tour et le rempart. Grâce au sol de mortier, les empreintes des principales installations ont été conservées et en permettent une bonne compréhension (fig. 18 et 19). Après enlèvement de l’appentis sud-ouest, un épais remblai de terre jaune a permis de rehausser le sol d’environ 0,70 m de façon à ménager une pente descendant vers le nord. Ce remblai préparatoire a été entièrement recouvert d’une épaisse couche de mortier de chaux qui permettait d’obtenir un sol propre et surtout d’éviter la boue que ne manquaient pas de produire les activités de pressage qui mettaient en œuvre de grandes quantités d’eau. La pose de cette chape de mortier avait été précédée de la mise en place d’un clayonnage de bois dont on a pu observer les empreintes. À l’intérieur de ce sol de mortier, un caniveau couvert avait été soigneusement maçonné. Parallèle au mur ouest de la tour il avait 13 cm de largeur, 18 cm de profondeur et 7,20 m de longueur. C’est pour lui donner de la pente que le sol avait été surélevé et qu’à son débouché une partie des aménagements antérieurs avait dû être arasés. Le fond du caniveau était constitué de pierres posées à plat et non jointives, de sorte que le liquide évacué devait charrier de la terre. Il ne pouvait donc s’agir que d’un résidu. D’ailleurs, le caniveau ne débouche pas sur un bassin dans lequel on aurait recueilli le liquide chargé d’huile ; il importait simplement d’évacuer l’eau de pressage après décantation. Le flux se déversait dans l’ouverture de la porte intérieure de l’état 2 qui avait nécessairement été enlevée. Les dispositifs défensifs étaient donc à ce moment en partie démantelés et l’appentis domestique nord n’était plus en activité tant il devait être boueux pendant les périodes d’activité de production d’huile. Plusieurs trous de poteaux semblent indiquer que l’ensemble de l’espace était couvert.

FIG. 18 Niozelles : état 3. Au premier plan, les trous des guides du pressoir. Au second plan, la cuve de trituration. Vue du sud.

FIG. 18 Niozelles : état 3. Au premier plan, les trous des guides du pressoir. Au second plan, la cuve de trituration. Vue du sud.

FIG. 19 Positionnement des activités du pressoir.

FIG. 19 Positionnement des activités du pressoir.

55Du moulin de détritage, il ne reste que le fond de la cuve qui avait un diamètre extérieur de 2,70 m et 35 cm d’épaisseur pour les parois dont il ne reste que quelques pierres en place. L’axe central avait un diamètre de 25 cm et était légèrement décentré. Il semble que la trituration ait été pratiquée directement sur le mortier ce qui devait imposer l’utilisation d’une meule légère et des réfections fréquentes. Cette cuve est identique à celle trouvée à Cadrix dans le Var (Fixot 1982 :397). On peut ainsi, par analogie, restituer une hauteur probable de la cuve de 60 cm. Pour activer la meule, il était impossible, faute d’espace, d’utiliser la traction animale ; entre le bord de la cuve et les montants du pressoir, le passage de tout juste 50 cm ne laissait place qu’au passage d’un homme. Cette observation renforce l’hypothèse d’une meule légère dont les dimensions nous sont inconnues. Immédiatement au sud de la cuve de trituration, deux trous de poteaux de 18 à 20 cm de diamètre et espacés de 33 cm indiquent l’emplacement du pressoir. Ils servaient de guide à l’arbre horizontal (prelum) qui pouvait atteindre30 cm de section pour un maximum de 4 m de long, espace libre entre le mur de la tour et le rempart restitué à l’ouest.

56À partir de ces observations, il est possible de restituer un pressoir d’un type connu dans l’Antiquité et parfois appelé « pressoir à banc » (fig. G, pl. h. t.). La poutre horizontale destinée à presser les scourtins d’olives triturées devait s’ancrer dans la paroi de la tour ou bien du rempart. On peut ainsi proposer un des types A0, A1, A2 ou A4 de la typologie établie par Jean-Pierre Brun (Brun 1986 :86) Aucune hypothèse n’est en revanche possible quant au système produisant l’énergie nécessaire au pressage. De ce point de vue, tous les dispositifs connus sont envisageables : suspension d’un poids, cabestan ou vis. Il n’en reste aucun indice et la pierre de pressage (area) a également disparu.

57Bien que la fouille n’ait livré aucun noyau d’olive on penche quand même pour ce type de production qui reste la plus vraisemblable dans cette région. Il n’est pas étonnant que les noyaux manquent car ils étaient souvent pressés à nouveau après broyage puis donnés à manger aux cochons, animaux consommés en quantité sur le site.

58Deux hypothèses peuvent expliquer la présence d’un pressoir dans ce lieu exigu et d’accès malaisé. D’abord les solides constructions du château à l’abandon permettaient de loger l’extrémité de l’arbre du pressoir dans un mur afin de pouvoir exercer les fortes pressions nécessaires au pressage. Or il n’est pas sûr que d’autres bâtiments de pierre aient été disponibles à proximité. En outre un pressoir banal a pu être installé sur le lieu symbolique de l’ancien pouvoir seigneurial ou, plus simplement, servait-il à traiter les récoltes de la réserve du seigneur. Il est d’ailleurs significatif que le seul pressoir contemporain de celui de Niozelles actuellement connu en Provence a également été mis au jour sur un site fortifié à Cadrix (Fixot 1982).

59En tout état de cause, le bon état du sol de mortier blanc et la faiblesse de la couche d’occupation dans la zone du pressoir laissent penser que celui-ci n’a pas fonctionné longtemps, quelques années tout au plus.

2.6 Abandon et destruction du site

60Après l’arrêt du fonctionnement du site, l’abandon semble avoir été total. Les bâtiments sont sans doute tombés en ruine et les pierres des murs ont été pillées. De la tour, il n’est resté que la base de la fondation nord qui contenait une telle abondance de mortier qu’elle a dû décourager les pilleurs. Deux autres petits lambeaux étaient conservés au fond des tranchées ouest et sud. La tour est donc apparue en négatif. Le pillage s’est également porté sur le rempart dont la base a cependant été épargnée au nord-est. Par contre, au nord, on n’a retrouvé que la tranchée de spoliation. Ces travaux de récupération ont vraisemblablement eu lieu, pour l’essentiel, au xvie s. comme le suggèrent une monnaie et les tessons d’une marmite trouvés dans les niveaux de destruction. Peut-être même avaient-ils été commencés plus tôt puisqu’une autre monnaie, datée du xive s., a également été trouvée, mais hors stratigraphie.

2.7 La datation

61La datation du site s’appuie sur deux séries de données : les monnaies et le radiocarbone.

2.7.1 Les monnaies

  • 16 Jean-Louis Charlet (Université d’Aix-en-Provence), que je tiens à remercier, a donné les premières (...)

62Quinze monnaies (fig. 20 et tabl. III) ont été trouvées et constituent un bon indicateur de datation16.

FIG. 20 Niozelles : monnaies (les numéros correspondent à ceux du tableau ci-dessous).

FIG. 20 Niozelles : monnaies (les numéros correspondent à ceux du tableau ci-dessous).

TABL. III Datation des monnaies.

Type

Datation

Période

1

Liard d’Henri III

1583

Abandon

2

Obole de Marseille

Vers 100 av. J.-C.

Abandon

3

Denier du Puy

980-985

2A (fondation)

4

Denier d’Otton Ier

962-973

2A-2B (occupation tour)

5

Obole d’Eudes, Limoges

Fin xe

2B

6

Prima sedes, Lyon

Fin xe-début xie

Hors stratigraphie

7

Denier de Philippe de Savoie, Turin

1290-1334

Hors stratigraphie

8

Denier de Limoges

Fin xe

Fin 2B

9

Denier d’Otton Ier

962-973

Fin 2B

10

Denier d’Arles ?

Fin xe ?

Fin 2B

11

Denier d’Arles

Fin xe

2B

12

Denier d’Arles

Fin xe

2B

13

Obole de Conrad le Pacifique

937-993

2A

14

Denier d’Arles

Fin xe

2A

15

Denier de Conrad le Pacifique

937-993

2A

63En effet, la plupart d’entre elles présentent une grande cohérence chronologique tout en s’inscrivant dans des séquences stratigraphiques parfaitement reconnues.

64Il ressort de cet ensemble que la séquence chronologique, en dehors des nos 1, 2 et 7, se situe entre 980 et le milieu du xie s. La présence de 3 monnaies coupées témoigne plutôt d’une rareté de numéraire. L’un des 2 deniers d’Otton était aggloméré à 2 monnaies de la fin du xe s., il se place donc plutôt dans la même période ou au plus tard durant la première moitié du xie s. La chronologie est nécessairement décalée lorsque l’on considère les dates de frappe et celle de circulation. Deux références principales permettent de dater ces monnaies : le trésor de Fécamp, enfoui vers 985 (Dumas-Dubourg 1971) et le trésor du Puy, daté entre 995 et 1005 (Lafaurie 1952) renvoient à des dates de dépôt et donc de circulation. L’échantillon de Niozelles leur est contemporain et place la construction de la tour vers la fin du xe s. Les monnaies n° 2 (obole grecque) et n° 7 (liard du Dauphiné) sont sans lien stratigraphique ni chronologique avec l’occupation du site. Il n’est pas impossible que la seconde date la destruction et la récupération des murs de la tour et du rempart. Elle serait en cohérence avec quelques tessons glaçurés provenant d’une marmite et trouvés dans les couches de destruction. Quant au denier de Savoie, il est également erratique et aucun des tessons trouvés sur le site ne peut se rattacher aux xiii-xive s. En revanche, on note une grande cohérence stratigraphique du reste du monnayage. Le denier du Puy (n° 3) trouvé dans le dépôt de fondation permet de situer l’édification de la tour au plus tôt vers 980-985. Les autres se trouvaient sur les sols d’occupation de l’état 2A pour les pièces nos 11, 13, 14 et 15, et 2B pour les autres. Toutes sont attribuables aux dernières décennies du xe s. et, à l’exception des deux deniers d’Otton, constituent sans aucun doute un échantillon de nummus, ces « vieux deniers » mentionnés dans les textes des xie et xiie s. (Poly 1976 : 233). Ils ont cédé le pas aux deniers d’Otton vers l’an Mil, qui ont eux-mêmes été remplacés par ceux de Melgueil à partir de la seconde moitié du xie s. L’atelier arlésien cessa d’émettre vers 985. On retiendra donc un passage de l’état 1 à l’état 2 vers 980- 990 et une occupation qui n’a guère été au-delà du premier tiers du xie s., comme le suggèrent par ailleurs les textes.

65Au-delà de la datation, ce monnayage montre une circulation monétaire qui n’a rien de local. Le numéraire d’Arles est associé à ceux d’autres régions que l’on retrouve aussi bien dans le trésor de Fécamp que dans celui du Puy. La Provence aux abords de l’an Mil était intégrée aux mêmes courants d’échanges que les autres parties de l’ancien empire carolingien.

2.7.2 Le radiocarbone

  • 17 J. Evein, P. Fortin, C. Oberlin et E. Kolic, Centre de datation par le radiocarbonne, Université Cl (...)

66Deux échantillons ont fait l’objet d’une datation radiocarbone17. Le foyer de la première occupation du site (état 0) a permis un prélèvement d’un peu plus de 10 g de charbons de bois. Les résultats sont les suivants :

Code Laboratoire : Ly-6821.

Age14C BP : 1015 +/-70 BP.

Intervalle en années réelles après correction dendrochronologique : de 896 à 1190 ap. J.-C. (intervalle de confiance : 95 %). Dates autour desquelles se situent les maxima de probabilités : +970 +1018 +1110 +1150.

67Le second échantillon provient du foyer mis au jour dans la partie sud du grand édifice de l’état 1. Il a produit les indications qui suivent :

Code Laboratoire : Ly 6926.

Age14C BP : 1065+/-35 BP.

Intervalle en années réelles après correction dendrochronologique :898-1022 ap. J.-C. Dates autour desquelles se situent les maxima de probabilités : +900 +993 ap. J.-C.

68En superposant les résultats des 2 prélèvements, l’intervalle en années réelles après correction est compris entre 898 et 1022, période centrée sur le xe s. Par ailleurs, la fourchette commune de dates correspondant au maximum de probabilités donne les bornes : 970-993. Il faut rappeler que ces datations sont des indicateurs de périodes et ne doivent pas être interprétées au sens strict. Toutefois, force est de souligner la grande cohérence entre la datation par les monnaies et celle obtenue par le radiocarbone.

69La chronologie proposée pour ce site est donc la suivante : les premières constructions ont été édifiées vers la fin du troisième quart du xe s. sur un site antérieurement inoccupé. Cette première occupation a été assez courte, une dizaine d’années tout au plus. Puis, vers 980-990, le site a été transformé en forteresse, avec agrandissement du tertre. L’occupation comme habitat était alors intense et s’est poursuivie pendant le premier tiers du xie s. Enfin, comme on le verra plus loin, les textes montrent qu’en 1031 le site n’était plus le lieu de résidence du seigneur, s’il l’avait jamais été. Un pressoir à huile fut alors aménagé dans la forteresse à l’abandon. Son exploitation ne semble pas avoir duré très longtemps, quelques saisons, peut-être.

2.8 Étude du mobilier

2.8.1 La céramique

2.8.1.1 Répartition du matériel céramique

70La première occupation (état 0) n’a laissé que 16 tessons. Elle a été de courte durée et s’est développée sur un espace ne dépassant pas une dizaine de mètres carrés.

71L’état 1 a fourni 340 tessons, soit 2,73 % du total, répartis en majorité dans la cour sur laquelle ouvrait l’édifice principal. On peut penser que l’intérieur de la maison était nettoyé et que les déchets étaient poussés vers l’extérieur.

72La majeure partie de la céramique (9 658 tessons, soit 77,59 % du total) est contemporaine de l’état 2. Elle était particulièrement concentrée dans les annexes domestiques nord et sud-est.

73L’état 3 n’a produit que 15,46 % de l’ensemble du matériel céramique. Certains éléments sont des résidus de l’état antérieur puisqu’un tesson de couvercle troué a ainsi été trouvé au débouché du canal du pressoir. Ce type de récipient est pourtant nettement associé au matériel de l’annexe sud, état 2B. Quoi qu’il en soit, on remarque la plus forte densité dans la tour où la stratigraphie a montré une réoccupation précaire. L’aire de pressage et le débouché du canal d’évacuation ont livré peu de céramique.

74Tout ce matériel donne une bonne représentation de ce qu’a dû être l’occupation de ce site. Il est désormais évident que, au moins pour l’état 2, le site, malgré son aspect militaire très marqué, n’en a pas moins été le lieu d’une occupation très dense en tant qu’habitat. En se risquant à une évaluation, nécessairement très approximative, on verra ci-après que l’on peut estimer la céramique à environ 300 pots, utilisés et cassés sur environ 40 ans d’occupation soit 7 à 8 récipients par an. Par contre on ne voit pas d’indices qui pourraient indiquer le nombre de personnes présentes sur le site. Compte tenu des surfaces, la motte ne pouvait guère abriter qu’une famille avec une domesticité sans doute réduite à quelques personnes.

75Ce riche ensemble de formes donne un très bon catalogue de la céramique provençale autour de l’an Mil. Il sera sans aucun doute intéressant de pouvoir le comparer aux autres découvertes à venir. Ce matériel est très abondant : 12 448 tessons ont été dénombrés. Sauf quelques très rares exceptions, cette céramique sans revêtement a été cuite en atmosphère réductrice, comme il était alors habituel en Provence. Cette vaisselle commune est sans doute d’origine locale comme semblent l’indiquer les analyses géochimiques. Plusieurs formes complètes ont pu être reconnues, dont certaines sont inédites. Il est dès lors possible d’en dresser une typologie dont les résultats sont d’autant plus utiles que la datation est bien établie et la séquence chronologique plutôt courte. On dispose désormais d’un ensemble de repères matériels très utiles pour identifier, voire dater, des sites des environs de l’an Mil.

76Les couleurs sont très variées, passant du gris presque noir au beige clair sur un même vase, voire sur deux tessons juxtaposés. Ces différences sont dues aux conditions de conservation : certains fragments se sont trouvés très vite enterrés tandis que d’autres sont restés exposés à la lumière et aux intempéries ou même au feu d’un foyer. Malgré cela, les pâtes présentent une nette homogénéité de consistance. Elles sont généralement dures, denses et sonores. La plupart ont été très bien cuites parfois à haute température comme en témoigne la présence de grains vitrifiés.

2.8.1.2 Typologie de la céramique médiévale

77Parmi les 12 448 tessons, 11 448 (92 %) ne permettent pas de déterminer des formes mais on y dénombre 2 210 éléments de fonds (17 % du total) qui ont permis d’isoler au moins 300 récipients différents, ce qui donne une première indication sur le nombre minimum d’objets. La typologie s’appuie sur les 1 000 tessons restant.

78Les rebords constituent le principal indicateur de formes. Les 568 tessons de bords ont permis d’isoler 214 pots différents parmi lesquels on distingue : 100 à bords à bandeaux (47 %) et 114 à bords simples (53 %) dont 65 sans élément de bec ni anse, 25 avec au moins une anse, 18 avec au moins un bec et 6 avec bec et anse. Les pots à bec et/ou anse ont tous un bord simple. La plupart sont incomplets, on ne peut donc pas toujours savoir si un fragment de lèvre isolé appartient ou non à un pot à bec et anse. En fait, parmi les vases suffisamment reconstitués tous ceux qui ont une anse ont également un bec. En tout, 41 becs ont été dénombrés, 34 pontés et 7 pincés. On a, par ailleurs, isolé 41 anses. On en déduit que tous les objets pourvus d’un bec, ponté ou pincé, avaient également une anse. On notera l’absence totale de petits pots à une anse et sans bec habituellement désignés sous le terme de « pégau » et qui n’apparaissent qu’à partir du xiie s. (Fixot, Pelletier 1995 : 47 ; Pelletier 1997).

Type 1 : pots à bord simple, sans anse ni bec

79Parmi les 114 objets pourvus de ce type de rebord, 65 peuvent appartenir a priori à cette catégorie (fig. 21, type 1). Toutefois, bon nombre d’entre eux sont trop fragmentaires pour qu’on ne puisse exclure qu’ils aient fait partie d’un pot à anse et/ou bec. Ce sont finalement 21 pots qui composent de façon quasi certaine cette catégorie (fig. 22, n° 1). Dans cet ensemble, les diamètres à l’ouverture sont compris entre 18,6 et 9 cm. Les formes sont globulaires, les panses des plus grandes peuvent atteindre un diamètre de 24,2 cm pour une hauteur totale de 26,5 cm. Les contenances étaient ainsi comprises entre 6,8 et 0,52 l.

FIG. 21 Niozelles: typologie des céramiques.

FIG. 21 Niozelles: typologie des céramiques.

FIG. 22 Niozelles, céramique : 1 pot à bord simple ; 2 bouteille ; 3 trompe.

FIG. 22 Niozelles, céramique : 1 pot à bord simple ; 2 bouteille ; 3 trompe.

Type 2 : pots à bord simple avec bec ponté et anse

80De ce type,34 pots différents ont été reconnus (fig. 21, type 2). Tous ont un rebord simple, généralement marqué d’une gorge interne. Leur forme globulaire est analogue à celle des pots du type 1. Le « pont » d’un pot du type 2 empêchait vraisemblablement certains éléments plus ou moins solides du contenu de passer lors du versement du liquide. Or l’analyse des déchets de consommation carnée du site a montré une nette préférence pour la consommation de petits quartiers de viandes consommés bouillis ou en ragoûts. Les pots du type 2 paraissent particulièrement adaptés à de telles pratiques culinaires.

81L’un d’entre eux (fig. 23 et 24, n° 3) a été retrouvé presque complet, cassé contre le mur nord de la tour, au sud du foyer. Son diamètre atteint 25,2 cm pour une hauteur de 27,5 cm. Il contenait donc un peu plus de 8 l. Un autre, nettement sphérique (25,8 cm de diamètre et de hauteur) approchait 9 l. Un troisième (fig. 23) retient particulièrement l’attention par la fonction pour laquelle il a été utilisé : c’est lui qui contenait le dépôt de fondation (fig. 20, n° 3). Placé au tout début de l’état 2 du site, il est en quelque sorte un objet rescapé de l’état 1. C’est d’ailleurs la seule forme identifiable pour cette période. Sa pâte est gris clair à l’intérieur et noire en surface. Ses dimensions sont plus modestes que celles des précédents : 17,7 cm de diamètre et de hauteur ; il contenait à peine 1,4 l. Majoritairement les pots à becs pontés sont de grandes dimensions.

FIG. 23 Niozelles : pots du type 2. Le plus petit contenait le dépôt de fondation.

FIG. 23 Niozelles : pots du type 2. Le plus petit contenait le dépôt de fondation.

FIG. 24 Niozelles : 1, 2 pots à bord à bandeau ; 3 pot à bec ponté.

FIG. 24 Niozelles : 1, 2 pots à bord à bandeau ; 3 pot à bec ponté.

Type 3 : pots à bord simple avec bec pincé

82Assez curieusement, il n’a pas été possible de reconstituer une forme complète de ce type. Ces becs pincés étaient façonnés sur des bords simples. Il n’est pas possible de dire si ces pots étaient de dimensions différentes des précédents. Cette forme a été beaucoup plus répandue au xiie s. sur les petites formes dites « pégaus » (Fixot, Pelletier, 1995). Quoi qu’il en soit,7 becs pincés ont été individualisés. La réalisation de tels becs verseurs, par un simple pincement du bord, est beaucoup plus simple que celle des becs pontés qui nécessite de percer le haut de la panse et de rapporter le bec façonné par ailleurs. Pourtant ces derniers sont nettement majoritaires : ils représentent83 % des pots à becs contre 17 % pour les autres. Puisque les plus nombreux étaient les plus compliqués à réaliser, on en déduit que la différence entre ces deux formes avait une raison fonctionnelle. Ceux du type3 seraient utilisés pour la manipulation et éventuellement la cuisson de liquides. À cet égard on a recherché en vain des traces de feu sur les panses et les fonds. Les très grandes variations de couleurs sur une même céramique ne permettent aucune observation de ce point de vue. Aucun argument ne permet donc de dire que telle forme a pu être moins utilisée au feu qu’une autre.

83Les anses sont présentes sur les pots de type 2 et 3. Comme il a déjà été dit, 41 anses ont été individualisées. Toutes sont du même type : anses rubanées dont un côté a été rabattu en un petit bourrelet longitudinal. Ces anses sont appliquées sur la lèvre du pot et descendent verticalement pour s’attacher au milieu de la panse dans une position diamétralement opposée au bec. Leur largeur est comprise entre 4,95 cm et 1,95 cm ; la plupart ont une largeur d’environ 4 cm. Elles sont associées de façon certaine aux pots du type 2 mais, comme on l’a montré ci-dessus, les récipients du type3 devaient également en être pourvus. Ces mêmes anses, un peu plus larges, équipaient également deux bouteilles et des gourdes (type 5 et type 6).

Type 4 : pots à rebord à bandeau

84À partir des 309 tessons de bords de ce type (fig. 21, type 4 ; fig. 24, nos 1 et 2), après comparaisons systématiques, regroupements et collages, il a été possible d’isoler un minimum de 100 pots différents. Comme pour les autres, leur forme générale est globulaire. Ils sont de modules un peu plus modestes que les pots des types précédents. Parmi ceux dont le volume peut être déterminé de façon précise, le plus gros devait contenir environ 6 l mais les autres environ 3 l. Parfois, les pots des types 1 à 4 sont agrémentés de décors. Ils sont peu nombreux et majoritairement réalisés à la roulette avec, le plus souvent plusieurs rangées de dents simples ou doubles. Le décor n’est pas toujours réalisé avec soin, il est parfois interrompu ou à peine marqué. Parfois, une ligne incisée vient s’insérer parallèlement aux rangées de dents. Les décors incisés sont rares, ils se limitent, pour un objet, à un décor ondé sur 2 petits fragments de panses et, pour un autre, à une croix sur un fond. Dans ce dernier cas, on ignore s’il s’agit d’un décor ou d’une marque car les incisions sont très peu soignées. Ceci ne peut en aucun cas être comparé aux fonds décorés de la région Rhône-Alpes (Faure-Boucharlat 2001 : 62-64). Les seuls autres ornements, peu nombreux, sont constitués de cordons rapportés.

Type 5 : bouteille à deux anses

85Ce récipient (fig. 21, type 5 ; fig. 22, n° 2) a été trouvé incomplet. Seule sa partie supérieure avec le goulot et les deux anses était conservée. De forme globulaire, son diamètre atteignait au moins 24 cm. Le goulot est muni d’un petit bec verseur. De part et d’autre, deux anses rubanées sont insérées à la partie étroite du col et s’appuient sur la panse. Ces anses servaient à la tenir mais peut-être également à la suspendre. Par comparaison avec les gourdes décrites plus bas et connues sur un autre site contemporain, il est possible de restituer une contenance comprise entre 6 et 6,5 l. Un tesson isolé montre qu’au moins deux récipients de ce type étaient présents sur le site.

Type 6 : gourde

86Une forme semblable à la précédente a pu être repérée grâce à un tesson recollant sur un fragment d’anse. La présence de l’anse et de son point d’appui sur un goulot disparu, la forme particulière du tesson et la position inhabituelle des raies de tournage sur la face interne permettent de reconnaître à coup sûr une gourde du même type que celles mises en évidence sur le site de Cucuron (Fixot, Pelletier 1983 : 115) et également datable du xie s. Dans son ensemble, le récipient est très proche, en forme et en volume, des bouteilles du type 5 mais sa particularité est d’avoir une face aplatie et donc une panse de section presque ovale. De la sorte, le goulot et les anses sont déportés près de la face plane. Cette conformation permettait d’attacher commodément cette gourde pour la transporter, par exemple, au flanc d’un animal.

87Les 6 autres goulots trouvés sur le site sont isolés, si bien qu’il n’est pas possible de dire s’ils appartenaient à des récipients de type 5 ou 6 ou bien à d’autres formes encore inédites.

88L’ensemble des objets de type 1 à 6 présente le même type de fond. On a dénombré 2 210 tessons. Les diamètres à la base sont compris entre 17,4 cm et 8 cm. Tous sont bombés ; si un fond plat est adapté à des supports plans, un fond bombé est plus facile à stabiliser sur une surface irrégulière, sol en terre battue ou intérieur d’un foyer. Le premier foyer (état 0), a d’ailleurs montré comment ces pots étaient utilisés au feu.

Type 7 : jarres de stockage

89Cinq éléments sont attribuables à cette catégorie mais ils restent trop fragmentaires pour que des formes soient déterminées avec précision. La grande rareté de ces tessons porte à penser qu’une partie des fonctions de stockage pouvait être localisée ailleurs que dans la fortification. On a pu également conserver des denrées dans des contenants de bois ou de vannerie qui ont complètement disparu mais dont on peut imaginer la présence en se référant au site contemporain de Charavines (Colardelle, Verdel 1993b : 256-257 et 238-245).

Type 8 : formes ouvertes

90Ces récipients (fig. 21, type8 ; fig. 25 et 26) étaient jusqu’à présent inconnus en Provence. Ce sont de grandes jattes de profil tronconique auxquelles sont associés des couvercles d’un type particulier (type 9). Trois exemplaires au moins de ces jattes ont été reconnus. Leur hauteur varie de 12 à 14,5 cm pour des diamètres maxima compris entre 31 et 35 cm. Les contenances atteignent de 2,2 l à 3,3 l. Elles sont pourvues d’un bec verseur mais n’ont pas d’anse. Contrairement aux pots, les fonds sont parfaitement plats et conservent quelques traces de la ficelle qui a permis au potier de les décoller du tour. Aucune trace spécifique ne permet d’affirmer qu’elles ont été au feu bien que deux d’entre elles aient été trouvées à proximité immédiate du foyer de l’annexe sud. Les tessons de la troisième étaient disséminés sur le sol d’occupation du pressoir. Ce dernier semble donc avoir fonctionné peu de temps après l’abandon de l’annexe domestique sud.

FIG. 25 Niozelles : jatte et couvercle.

FIG. 25 Niozelles : jatte et couvercle.

FIG. 26 Niozelles : jatte et couvercle.

FIG. 26 Niozelles : jatte et couvercle.

Type 9 : couvercles percés

91Ils sont également au nombre de 3 (fig. 21, type 9 ; fig. 25 et 26). Les diamètres sont compris entre 34 et 36 cm pour une hauteur de 6 à 8 cm ; ils s’adaptent parfaitement aux récipients de type8 et proviennent du même contexte. Ils sont de profil concave et pourvus à l’intérieur d’un bouton de préhension central de 5 cm de diamètre. Autour de cette poignée, 2 rangées concentriques de trous d’environ 7 mm de diamètre révèlent une fonction spécifique de ces ustensiles. On exclut la cuisson à la vapeur pour trois raisons. En premier lieu le bec verseur aurait causé une importante perte d’énergie. Ensuite, la poignée située au milieu des aliments à cuire interdirait toute préhension à chaud. De même la manipulation des jattes chaudes aurait imposé de les munir de poignées latérales ou d’anses. Ces objets ont plus vraisemblablement servi à l’élaboration de fromages. La double série de trous montre que le couvercle servait à l’égouttage. Par contre il n’est pas vraisemblable, à cause de la poignée centrale, d’imaginer un caillé versé directement dans le couvercle. Une seule solution reste dès lors envisageable : plusieurs fromages serrés dans des poches de textile ou des récipients de vannerie seraient posés pour s’égoutter sur le couvercle tout autour de la poignée centrale. Cette dernière n’aurait pas d’autre fonction que de permettre de poser et d’enlever le couvercle afin de récupérer le petit-lait. La tradition provençale ne semble pas avoir retenu ce procédé ; on ne trouve ce type d’objets sur aucun autre site médiéval de Provence. Sans doute faut-il chercher ailleurs, en Italie ou en Suisse peut-être. On a relevé en Auvergne la présence de jattes tout à fait identiques en forme, en dimensions et même en couleur de pâte et destinés à faire cailler le lait. En revanche, aucun couvercle ne semble y avoir été associé. Ces récipients appelés « crémiers » ont été fabriqués à Bort-l’Étang (Puy-de-Dôme) jusqu’à la fin du xixe s. Plusieurs exemplaires sont visibles au Musée de Lezoux.

Type 10 : trompes d’appel

  • 18 Lutz 1995. L’auteur cite un contrat de 1454 dans lequel un potier doit livrer tous les ans deux cor (...)

92Grâce aux embouts, il est possible d’isoler au moins7 objets différents parmi les 158 tessons recueillis (fig. 21, type 10 ; fig. 22, n° 3). Tous les types de pâtes observés pour les pots sont présents. Les diamètres à l’extrémité sont compris entre 7 et 4,5 cm. Aucune trompe n’a pu être entièrement reconstituée mais on peut, à partir de l’objet le moins incomplet, estimer la longueur à environ 30 cm. Toutes ont subi un lissage longitudinal qui n’a vraisemblablement pas qu’un but esthétique mais est peut-être lié au mode de fabrication. L’une d’entre elles présentait un pavillon à pans. Ces trompes sont fréquemment rencontrées sur les sites castraux qui, à la vérité, sont pratiquement les seuls à être fouillés pour cette période (Démians d’Archimbaud 1980b :308-310). Il ne semble pas pertinent de déduire, comme on le fait souvent, de la présence de trompes la pratique d’activités pastorales plutôt que la chasse ou la simple fonction d’alerte. La trompe remplissait sans doute toutes ces fonctions ensemble de la même façon qu’une cloche d’église, jusqu’à une période récente, appelait aux offices, rythmait le temps ou donnait l’alerte. La polyvalence de ces instruments a déjà été soulignée18.

  • 19 Le matériel glaçuré a été étudié par Lucy Vallauri, LAMM, Aix-en-Provence, UMR 6572.
  • 20 Fouille de Jean-Philippe Lagrue, communication orale.
  • 21 Scienze dei materiali applicate all’archeologia, Dipartimento per lo Studio del Territorio e delle (...)
  • 22 Les échanges commerciaux avec l’Islam se font soit par la Catalogne, soit par les bateaux arabes qu (...)
  • 23 Référence des analyses LAMM : AMA 163-166.

93Dans cet univers homogène de céramique grise sans revêtement, 6 tessons colorés et brillants retiennent l’attention19. Deux renvoient aux vetrina pesante (CATHMA 1992 : 65-74 ; Démians d’Archimbaud 1980b ; Piton 1993 : 14) retrouvées dans des contextes de même époque, en particulier ceux de Cadrix, Cucuron ou d’Arles. Les analyses pétrographiques effectuées dans le cadre d’une enquête franco-italienne ont mis en évidence plusieurs origines méditerranéennes dont l’Italie du nord et le Latium. Sur ce site, il est plus étonnant de retrouver quatre tessons d’une forme ouverte en argile rouge dure et très cuite contenant des nodules. Ils sont recouverts à l’extérieur par une glaçure plombifère jaune-verdâtre et, à l’intérieur, par une glaçure blanchâtre opacifiée à l’étain. Ces éléments de rebord et panse appartiennent à une grande coupe ou plat creux, d’environ 32 cm de diamètre. Ils constituent le premier exemple de faïences sur des sites terrestres provençaux de l’an Mil, avec un autre tesson du même type, trouvé sur le castrum de Fos-sur-Mer, en association également avec de la vetrina pesante20. La seule coupe complète du même type découverte en Provence provient de l’épave du Batéguier, coulé dans la baie de Cannes dans le courant du xe s. (Amouric et al. 1999 : 6). Cette technique novatrice était alors en usage dans le monde islamique du Maghreb et en Espagne du sud. C’est d’ailleurs à cette dernière zone géographique que cet objet est attribuable comme le confirme l’analyse géochimique réalisée par Claudio Capelli21. La bichromie du revêtement et la forme s’apparentent à l’ataifor d’époque califale de l’Al-Andalus, dont les plus beaux exemples sont attribués aux ateliers palatins de Médina Az Zhara, près de Cordoue, et qui sont datés du xe s. (Rossello Bordoy 1995 ; Bazzana 1991). Les dernières découvertes portent à penser que ce type de vaisselle de table a été produit dans de nombreuses autres officines de l’Espagne du sud22 mais l’échantillonage provenant de Médina Az Zhara et analysé par Maurice Picon23 présente de très fortes analogies de forme, de pâte et de glaçure avec les tessons de Niozelles. Quoi qu’il en soit, ces objets devaient paraître d’un grand luxe dans la multitude de cette vaisselle uniformément grise.

2.8.1.3 Une marmite d’époque moderne

94Dix-neuf tessons d’une marmite d’un type déjà bien connu (Pelletier, Vallauri 1996 :77, fig. 1, n° 8 ; Pasqualini, Vallauri 1988 : 175, fig. 2, nos 7 et 8) ont été récoltés épars sur les niveaux supérieurs de la fouille et dans les tranchées de destruction de la tour. Elle a sans doute été apportée et cassée par les pilleurs de pierres. On peut rapprocher cette céramique du liard d’Henri III (monnaie n° 1, 1583) trouvé en surface et placer ainsi vers la fin du xvie s. la destruction méthodique dont la tour et le rempart ont été l’objet.

2.8.1.4 La céramique antique

  • 24 Ces objets ont été examinés par Michel Bonifay, Centre Camille Jullian, UMR 6573, Université de Pro (...)

95Quelques tessons erratiques de céramique antique ont sans doute été apportés dans les remblais successifs provenant des terrains proches : céramique sigillée de la Gaule du Sud24, des formes Drag.33, Drag.35 ou 36 et Drag.37, 8 fragments d’amphores parmi lesquels on peut identifier un bord d’amphore hispanique à saumure. Aucun niveau antique n’a été repéré sur le site.

2.8.2 Le mobilier métallique

96Ce mobilier est composé de 517 éléments. Il est constitué presque exclusivement de fer et est, à quelques exceptions près, en excellent état de conservation. Ces objets, récoltés pour la très grande majorité dans les niveaux de l’état 2, peuvent être répartis en quatre ensembles principaux : les fers de traits, les outils, la clouterie et les éléments de décors ou de parure. La répartition par périodes confirme l’observation tirée de la céramique : la période 2B (58 % du nombre d’objets) est au moins trois fois plus longue que 2A (16 %).

2.8.2.1 Les fers de traits

97Des37 fers, il se dégage une grande homogénéité de formes. Parmi ceux-ci, une seule pointe de flèche a été trouvée, au pied du rempart sur les niveaux de dernière occupation. Elle se distingue par sa section plate et une forme losangée (fig. 27, n° 1). Longue de 65 mm et large de 13 mm elle est la seule pointe de flèche trouvée sur le site et correspond au type B défini par Valérie Serdon (Serdon 2005 : 116). Elle est identique au modèle, également unique, trouvé à Rougiers (Démians d’Archimbaud 1980b : 446, fig. 426, n° 2). Les autres sont des carreaux d’arbalète pyramidaux à section carrée dont la longueur est comprise entre 50 et 90 mm. (fig. 27, nos 2 à 8). Ils peuvent être regroupés en deux types. Pour les uns, la tige est une simple pyramide effilée prolongeant la douille, carreaux de type A ou B (Serdon 2005 :304). Dans ce cas, la douille ne dépasse pas le tiers de la longueur de l’objet. Les autres, plus massifs, sont de type D (Serdon 2005 :304). Un net rétrécissement a été forgé entre la pointe et la douille qui atteint presque la moitié de la longueur totale. L’un d’entre eux, trouvé inachevé, prouve que ces objets étaient forgés sur place et montre la façon dont le forgeron procédait : une tige de fer de section carrée était d’abord forgée en pointe à une extrémité tandis que, dans un second temps, l’autre était aplatie afin d’obtenir une tôle propre à façonner la douille par pliage. Le métal s’est fendu lors du travail de la douille qui a alors été abandonné. Il semble que, sur d’autres sites, le travail pouvait commencer par le forgeage de la douille (Serdon 2005 : 148).

FIG. 27 Niozelles : 1 pointe de flèche ; 2-8 carreaux d’arbalètes.

FIG. 27 Niozelles : 1 pointe de flèche ; 2-8 carreaux d’arbalètes.

98Tous ces objets ont été trouvés sur les niveaux les plus récents de l’état 2 correspondant aux deux ou trois décennies qui ont suivi l’an Mil. Bien que la pointe losangée ait parfois été considérée comme plus ancienne (Démians d’Archimbaud 1980b : 445), la chronologie resserrée de Niozelles montre que les différences typologiques ne sont pas à mettre en relation avec le temps mais avec la fonction.

99À l’exception de ces carreaux, aucune pièce d’arbalète n’a été trouvée à Niozelles. L’arc est présent mais très minoritaire. Ces deux types d’armes pouvaient être utilisés pour la chasse (Serdon 2005 : 50) mais la consommation de gibier, on le verra plus loin, était très marginale. Il n’est donc pas douteux, compte tenu du caractère fortifié du site, qu’elles sont d’abord des armes de guerre.

2.8.2.2 Les outils

100On a relevé 17 fragments de lames ou des soies de couteaux toutes en mauvais état. Les lames sont larges de 1,5 à 2 cm. Une armature de gaine de couteau subsiste également bien que les tiges transversales (Démians d’Archimbaud, 1980b : 445, fig. 425, nos 6-7) aient disparu à cause de leur finesse. Trois manches en os ont été mis au jour ; s’il y en eut de bois, ils n’ont pas été conservés.

101Une paire de forces (fig. 28, n° 1), de 24,5 cm de longueur, reposait sur le sol d’occupation de la période 2A. Son état est tel que le ressort a conservé toute sa souplesse. Il est communément admis que ce type d’outil est destiné à la tonte des moutons parce qu’il a été utilisé à cette fin jusqu’au xxe s., avant l’apparition des tondeuses modernes. Il n’y a pas à remettre en cause cet usage, compte tenu surtout de la présence des fusaïoles sur le site mais, en réalité, il devait être à usage multiple tout simplement comme une paire de ciseaux. Un burin (fig. 29, n° 2) à tête plate de 11 cm de longueur et 1,2 cm de diamètre maximum est aussi en très bon état comme le ciseau à bois (fig. 29, n° 1) qui a gardé son tranchant. De 15 cm de longueur, il a une section rectangulaire de 1,1 x 0,5 cm. Un autre ciseau à bois est de dimensions beaucoup plus modestes : 10 cm de long et une section carrée de 3,6 mm de côté. Un ensemble de poinçons, forets et alènes suggère le travail du cuir et du bois.

FIG. 28 Niozelles : mobilier métallique. 1 paire de forces ; 2-4 clés.

FIG. 28 Niozelles : mobilier métallique. 1 paire de forces ; 2-4 clés.

FIG. 29 Niozelles : mobilier métallique. 1 ciseau à bois ; 2 burin ; 3 fer à cheval ; 4,5 tiges d’éperons.

FIG. 29 Niozelles : mobilier métallique. 1 ciseau à bois ; 2 burin ; 3 fer à cheval ; 4,5 tiges d’éperons.

102Les restes assez corrodés d’un outil incomplet réalisé dans une épaisse tôle de fer restent d’interprétation difficile. C’est un fer plat pourvu d’un rebord à marli et d’une douille soudée, en partie écrasée, qui conservait encore quelques fibres de bois d’un manche. L’objet aurait pu évoquer une pelle mais sa dissymétrie par rapport à l’axe du manche suggère plutôt le talon d’une faux.

103Plusieurs aiguilles attestent de travaux de couture fine. L’une d’elles, quoique tordue, est complète : elle est longue de 4,2 cm pour un diamètre maximum d’à peine plus d’1 mm. Elle a conservé son chas qui, par contre, fait défaut sur deux autres qui devaient atteindre la même longueur.

2.8.2.3 Présence d’un cavalier

  • 25 Cart. Marseille, 1089.

104Seulement 6 fragments de fers à cheval (fig. 29, n° 3) ont été trouvés. Leur largeur n’excède pas 2,2 cm pour une épaisseur comprise entre 3 et 4,5 mm. L’un d’entre eux est de petit module avec 1,25 cm de large, sans doute ferrait-il une mule ou un âne. Deux tiges d’éperons attestent de la même activité (fig. 29, nos 4 et 5). Elles ont été forgées dans des tiges de fer carrées d’environ 7 mm de côté, dont une extrémité se termine par un noyau pyramidal. La tige est soit droite (n° 4) soit recourbée presque à angle droit (n° 5). Ce type d’objet a été également mis au jour à la Gayole (Var) (Démains d’Archimbaud 1980b : 450, fig. 429 n° 3). La trace d’un cheval et de son cavalier ne fait donc pas de doute. Rien de plus naturel dans ce contexte de fortification au caractère évidemment militaire. Le cheval représente alors l’attribut du miles dont il contribue à afficher la fonction et la richesse (Bonassie 1975 : 295). La bête est tout de même parfois appelée à des tâches moins prestigieuses comme le rapporte une charte25 consignant un conflit opposant l’abbaye de Saint-Victor de Marseille à Pierre de Rousset (Hautes-Alpes) vers 1080 où le cheval est utilisé pour un transport de vin.

2.8.2.4 Les clés

105Cinq clés ont été trouvées (fig. 28, nos 2 à 4). Elles sont en assez mauvais état. À une exception près, leurs modestes dimensions en font des clés de coffres plutôt que de portes. Quatre ont la tige creuse, ce sont des clés bénardes. La plus grande (no 2) est longue de 16 cm. La tige est ronde et a un diamètre de 9,7 mm. L’anneau est circulaire avec un diamètre de 3,9 cm et a une section aplatie. Le paneton rectangulaire de 2,5 x3 cm est simple et ne semble pas avoir été pourvu de dents. Une autre (n° 3), plutôt bien conservée, atteint 6,6 cm avec son anneau circulaire à section plate. À son extrémité le panneton rectangulaire (1,3 x 1,6 cm) présente deux encoches. Enfin, une dernière (n° 4), de taille plus modeste que les précédentes (4,7 cm de long), est de facture grossière. Elle a été maladroitement forgée dans un morceau de fer d’environ 5 mm d’épaisseur. La tige, de section approximativement ovale, est large de 10 mm alors que l’anneau ne dépasse pas 19 mm en diamètre. Une longue encoche isole le panneton de 15 x 14 mm sur l’arête interne duquel une autre encoche a été grossièrement réalisée par une série de sciages.

2.8.2.5 La clouterie

106Deux cent cinquante-deux clous ont été trouvés. Ils sont presque tous de même type : la tige et la tête à deux pans sont forgées dans un même fer plat. Pour ceux qui ne sont pas cassés, les longueurs sont comprises entre 2,5 et 5 cm mais le module moyen est compris entre 2,5 et 3,5 cm. Il est d’usage de les nommer « clous à ferrer » car ils sont du type de ceux que l’on trouve en place dans les fers à cheval. Toutefois leur nombre est hors de proportion avec la faible quantité de fers trouvés sur le site. Le ferrage du cheval impose de replier l’extrémité du fer que l’on a pris soin de faire dépasser de la paroi externe du sabot. Or, ici, plusieurs dizaines de clous ont la tige parfaitement droite. On peut donc penser qu’ils avaient des usages multiples. L’analyse anthracologique du niveau d’incendie de l’annexe domestique sud-est a montré que les charpentes étaient assemblées par des chevilles de bois et que la couverture était également de bois. Des clous ont donc pu être utilisés pour la fixation des essandoles de couvertures ou des planches des parois des petits édifices. Les autres types sont très minoritaires, tels quelques grands clous à tête plate et tige longue ou moyenne.

2.8.2.6 Éléments de décors et objets de parure

107Les objets de décor et de parure sont peu nombreux (fig.30, nos 1 à 7) mais témoignent d’une recherche esthétique et, sans doute, d’une richesse relative. Cinq rivets ont été recueillis : 2 à tête ronde (n° 1) de 17 mm de diamètre, un autre (n° 2) à tête en forme de fleur triangulaire à neuf pétales. Les tiges sont fixées à leur extrémité par de petites plaques carrées ou rectangulaires. On observe ainsi qu’ils étaient fixés sur des supports de 7 à 9 mm d’épaisseur. Deux autres rivets identiques (n° 3) présentent une tête en amande, longue de 3,2 et 3,5 cm et large de 1 cm, traversée par la tige qui est, comme sur les précédents, fixée par une plaquette rectangulaire (1,4 x 1,1 cm). Ces rivets garnissaient un support épais de moins de 2 mm qui pouvait être du cuir, peut-être une ceinture. Quelques pendeloques ont également été relevées.

FIG. 30 Niozelles : objets de décor et de parure. 1-3 rivets ; 4,5 bagues ; 6, 7 épingles.

FIG. 30 Niozelles : objets de décor et de parure. 1-3 rivets ; 4,5 bagues ; 6, 7 épingles.

108Une bague de fer cassée (n° 5) a été trouvée sur le sol d’occupation de l’annexe domestique sud. Elle était destinée à un doigt très fin puisque l’anneau n’a qu’un diamètre de 12 mm. Le chaton, de forme circulaire, ne présente pas de décor visible. Cet objet relève davantage d’un travail de forge fine que de la bijouterie. L’autre bague (n° 4) est en bronze. Elle est incomplète mais, contrairement à la précédente, elle est de grand diamètre (19 mm à l’intérieur). Elle est décorée de petites fleurs au dessin très fin séparées par deux petites dépressions triangulaires disposées tête-bêche. Le décor fait preuve d’une délicatesse certaine que l’on retrouve dans les objets suivants. Une épingle à cheveux en fer de 1 mm de diamètre a été trouvée dans un niveau de destruction. Il n’est donc pas sûr qu’elle soit datable du xie s. puisque les travaux de pillage des pierres de la tour sont datés du xvie s. Une très belle épingle de bronze (n° 7), fine et longue de 5 cm, est pourvue d’une tête de verre vert. Enfin, une épingle de bronze (n° 6) de 6,7 cm de longueur a été trouvée sur le sol d’occupation du premier édifice. La tête, à peu près sphérique (4,5 mm de diamètre), garnit une tige à pans, torsadée dans sa partie supérieure. Excepté quelques fragments d’objets de fer et quelques clous, cette épingle est l’un des rares objets significatifs récoltés sur le sol de l’état 1. On peut donc penser que cette occupation était déjà le fait de personnes ayant accès à un certain niveau de richesse.

109Contrairement à ce qu’on aurait pu attendre, la plus forte densité de ces objets de parure ne s’observe pas dans la tour mais dans l’édifice annexe sud où, on l’a dit plus haut, la couche d’incendie a d’ailleurs livré trois monnaies collées ensemble. On doit donc s’abstenir d’une représentation simpliste selon laquelle des personnes riches résideraient dans la tour tandis qu’une domesticité pauvre s’affairerait dans des dépendances de bois. Au contraire, même si la tour constituait l’élément principal de l’habitat, on perçoit, dans les annexes, une certaine promiscuité.

110La présence d’une pointe de flèche inachevée prouve, on l’a dit, que le travail du fer était effectué sur place. Quelques scories trouvées sur le site sont d’ailleurs à rapprocher de la lentille de forge découverte au pied du rempart nord, à l’extérieur de l’enceinte. La très faible quantité de scories et l’absence de vestiges spécifiques dans l’enceinte montrent que l’atelier de forge se situait à l’extérieur. Une forge rudimentaire, par exemple, a été mise au jour au pied de la motte de Décines (Rhône) (Bouvier et al. 1992 : 242). L’exploitation du fer est connue dans cette partie de la Provence depuis l’Antiquité (Barruol 1990 : 50 ; Martel 1963 : 40-48).

2.8.3 Tabletterie et objets en os

111Une alêne, sans doute utilisée pour le travail du cuir, a été réalisée dans une fibula de porc. Ce matériau est ici exceptionnel. En effet, grâce à sa texture très serrée et à son aspect lisse, le bois de cervidé est préférentiellement utilisé pour la fabrication des manches et autres objets. Ce n’est pas nécessairement un produit de la chasse ; les bois sont perdus lors des mues et peuvent être ramassés dans la nature. Plusieurs morceaux ont été trouvés, qui portent des traces de sciage. Douze fragments de plaquettes décorées (fig. 31), également réalisées en bois de cervidé, ont été trouvés dans la tour. Leurs épaisseurs sont comprises entre 1,5 et 3 mm. Six décors différents sont identifiables. Une succession de petits cercles ocellés orne l’axe longitudinal d’une plaque d’environ 1,7 cm de large. Des motifs plus élaborés ont été réalisés sur des objets plus larges (2,2 cm) : des séries de quatre ou cinq traits transversaux isolent des surfaces rectangulaires dont les diagonales sont gravées en doubles traits. Elles délimitent ainsi des triangles ornés chacun d’un cercle ocellé. Les traits séparant les rectangles peuvent également être pourvus du même type de cercles. Un autre décor, fragmentaire, est constitué d’une succession de deux petits cercles et de motifs en amande gravés en doubles traits épais. Enfin, deux éléments provenant certainement du même objet présentent de simples stries obliques tandis qu’un autre est quadrillé. En fait, tous ces artefacts, sauf peut-être les trois derniers, peuvent provenir d’un unique objet, probablement un coffret qui aurait été abandonné dans la tour. Il laisse percevoir une touche de raffinement, témoin sans aucun doute d’une certaine richesse.

FIG. 31 Niozelles : tabletterie en bois de cervidé.

FIG. 31 Niozelles : tabletterie en bois de cervidé.

112Trois manches de couteaux ont été façonnés également dans du bois de cervidé. L’un, long de 12 cm, est presque complet (fig. 32, n° 1) et a été trouvé dans la couche de nivellement, entre les états 1 et 2. Il est donc datable de la seconde moitié du xe s. La lame a disparu mais les trois rivets de fixation sont restés en place. Deux sont en fer et un en cuivre. Ils fixaient sur la soie les deux parties du manche. Un simple cercle ocellé décore une seule des faces du manche. Les autres sont fragmentaires. L’un est un simple fragment d’un côté de manche de 6 mm d’épaisseur dans lequel deux trous de fixation sont visibles. L’autre (fig. 32, n° 2) est une extrémité de couteau, sans doute pliable, assez élégamment façonné. On reconnaît l’encoche qui permet de saisir la pointe de la lame pour l’ouvrir. Deux rivets de fer sont conservés, le troisième trou en est dépourvu.

FIG. 32 Niozelles : manches de couteaux en bois de cervidé.

FIG. 32 Niozelles : manches de couteaux en bois de cervidé.

113Deux fourreaux, soigneusement confectionnés dans des bois de cerf, posent un problème d’interprétation. Le plus grand (fig. 33, n° 1) est long de 9 cm pour un diamètre maximum de 2,7 cm. Par la conformation naturelle de l’andouiller, il est de section ovoïde, légèrement courbé. Il n’est ouvert qu’à sa plus grande extrémité où deux trous ont été percés alors qu’on en dénombre quatre à l’autre. La surface a reçu un décor gravé de figures géométriques : un damier losangique dans la partie la plus étroite, puis des séries d’arêtes de poisson opposées qu’une bande étroite non décorée sépare d’une surface réticulée. Au-dessus, des chevrons sont surmontés de stries horizontales. Enfin l’extrémité la plus large est soulignée d’une suite de petits traits obliques. De très nettes traces d’usure ont en partie effacé ces motifs. L’autre objet (fig. 33, n° 2) est similaire mais un peu plus petit : 6,5 cm de longueur et un diamètre maximum de 1,7 cm. Contrairement au précédent il est ouvert de part en part. Seuls 2 trous ont été percés de part et d’autre d’une des extrémités. Le décor est du même type que le précédent mais n’est guère visible que dans la partie la plus étroite : deux séries de chevrons opposés sont inscrites entre deux bandes de plusieurs traits horizontaux. Le décor est en grande partie effacé à cause d’un frottement qui a laissé des traces de griffure. On s’interroge sur leur fonction. En les comparant, il ressort qu’il n’était pas nécessaire qu’ils soient troués à chaque extrémité ; ils n’étaient donc pas traversés par une tige ou un autre objet. Par contre, étant creux, ils pouvaient contenir quelque chose. Leur décor et les traces d’usure par frottement semblent indiquer qu’ils étaient portés suspendus de façon visible, sans doute sur une personne. Peut-être étaient-ils de simples pendentifs à fonction strictement décorative ou bien des amulettes à but prophylactique. Ces petits accessoires ne sont pas rares puisqu’on en observe sur d’autres sites du Moyen Âge. À Rougiers, un objet assez similaire a été désigné « pendeloque » (Démians d’Archimbaud 1980b : 426, fig. 412 n° 22). Un autre a été trouvé dans le Gers (Lassure 1995, fig. 483-484). Peut-être une découverte à venir permettra-t-elle d’en comprendre la fonction avec davantage de précision.

FIG. 33 Niozelles : étuis décorés à fonction inconnue.

FIG. 33 Niozelles : étuis décorés à fonction inconnue.

2.8.4 Les fusaïoles

114Douze fusaïoles (fig. 34) ont été trouvées. Parfois inachevées (n° 5), elles ont été réalisées dans différents matériaux : tessons de céramique grise, fragments de tuiles (n° 3), pierre ponce (n° 4), os. L’une d’entre elles a été modelée dans de l’argile (n° 2). Une autre (n° 1), de facture particulièrement soignée, a été réalisée dans du bois de cerf, elle est biconique et décorée de quatre rangées de petits cercles ocellés. Peut-être s’agit-il d’une perle décorative.

FIG. 34 Niozelles : fusaïoles.

FIG. 34 Niozelles : fusaïoles.

2.8.5 Le matériel néolithique

  • 26 Le matériel a été étudié par André d’Anna, UMR 6636, Université de Provence-CNRS.

115Ce matériel, comme la céramique antique, est résiduel et a été apporté dans les remblais en provenance de la vallée où une importante occupation néolithique est attestée en prospection aux abords immédiats de la ferme de la Grande Bastide. Bien que hors stratigraphie, les éléments mis au jour sont particulièrement intéressants pour compléter la connaissance du Néolithique local et régional26.

116Une stèle néolithique (fig. 35) a été trouvée sur le sol d’occupation de l’état 2A (E2, 203). Elle était en réemploi et servait de table de jeux puisque trois marelles y avaient été gravées. Elle a été façonnée dans un bloc de calcaire coquiller de 42 x72 x 13 cm. La base, destinée à l’origine à être enterrée, a été arrondie et est limitée, sur un côté, par un petit épaulement. Les restes d’un décor de chevrons sont encore perceptibles sous l’une des marelles médiévale. Cet objet est original par ses dimensions et par son décor, mais peut probablement être intégré au groupe provençal des stèles à décor de chevrons de la basse Durance (Sénas, Puyvert) et du bassin de Trets. Cette nouvelle stèle permet de confirmer l’extension de ce groupe dans la moyenne Durance où l’on connaissait uniquement la stèle de Villeneuve qui, bien que plus complète et plus soignée, est le plus proche élément de comparaison actuellement connu.

FIG. 35 Niozelles : stèle néolithique en réemploi comme jeu de marelle.

FIG. 35 Niozelles : stèle néolithique en réemploi comme jeu de marelle.

117Le jeu de marelles est connu depuis l’antiquité et a déjà été rencontré sur d’autres sites médiévaux de Provence (Fixot, Pelletier 1996 : 2). Trois jeux semblent avoir été gravés successivement, l’un remplaçant l’autre lorsque l’usure commençait à effacer le précédent. De l’une des trois on ne voit plus que le carré central coupé en deux par une longue ligne maladroite. Les deux autres sont plus nettes. Elles se composent chacune de trois rectangles inclus dont le plus grand atteint approximativement 16 x 18 cm. Chaque figure est séparée en quatre parties égales par deux lignes perpendiculaires qui, dans un cas seulement, se croisent, au centre de la marelle. Ce sont les seules traces de jeu relevées sur le site.

2.9 La faune

Martine Leguilloux, archéozoologue, Centre archéologique du Var, Toulon

118La motte castrale de Niozelles est remarquable par la quantité importante de restes osseux qui y a été récoltée. La concentration du matériel est en effet considérable puisque la fouille a livré 29 758 fragments osseux (19 221 restes déterminés et 10 537 restes indéterminés). L’abondance du matériel offre l’opportunité d’une étude pertinente sur l’alimentation, les conditions de vie des habitants du site ainsi qu’une meilleure approche de la gestion des troupeaux durant le haut Moyen Âge en Provence. L’occupation du site au cours de la première phase (seconde moitié du xe s.) a laissé peu des déchets de consommation. C’est au cours de l’état 2 (fin du xe - début xie s.), après la construction de structures plus imposantes, notamment défensives, que les ossements ont été rejetés en grand nombre. Lorsque le site a commencé à être désaffecté, ne laissant en fonction qu’une huilerie (état3), la fréquentation est devenue sporadique, la production de déchets se poursuit cependant, quoique plus faiblement.

2.9.1 Méthodologie et taphonomie

119Les conditions de dépôt et de conservation particulières ont produit un matériel très fragmenté et un nombre élevé de restes indéterminés (NRInd) :32,6 % du matériel osseux. Ce résultat est dû à des destructions successives d’origines diverses. Les restes ont été exposés à l’air libre peu après leur rejet, pendant un temps plus ou moins long, restant à la disposition d’animaux errants comme en témoignent les abondantes traces de rongeurs et de carnivores. Par ailleurs, le mode de vie des habitants a contribué à intensifier le phénomène de fragmentation, en particulier les actions mécaniques exercées par l’homme au moment de la découpe de boucherie, les préparations en cuisine et le rejet des déchets alimentaires sur l’ensemble du site, y compris dans des zones de circulation.

120Le travail d’identification a permis cependant le calcul d’un nombre de restes déterminés (NRD) qui prend en compte chaque os ou fragment osseux identifié en fonction de l’espèce et du segment anatomique. Tous les ossements ont été pris en compte, y compris les crânes, les vertèbres et les côtes, dans la mesure où l’identification en fonction de l’espèce était possible. La détermination des restes a été complétée par celle des petits ruminants. Lorsque la discrimination entre les os de mouton et ceux de chèvre a été possible, on a utilisé les critères développés par J. Boessneck dans son article paru en 1969 (Boessneck 1969).

121Ce premier critère d’analyse (NRD) est complété par le poids des ossements (PO), relevé en grammes. Cette donnée a été prise en compte uniquement pour les principales espèces domestiques consommées : les ovins et les caprins, les porcs et les bovins.

122Le nombre minimum d’individus (NMI) est le troisième critère de retenu. Il a été calculé à partir des appariements de latéralisation et en fonction de l’âge. Des classes ont été déterminées en fonction du degré d’épiphysation des articulations selon les barèmes établis par Robert Barone (Barone 1986 :76) et de l’état d’éruption des dents (selon les indications de Hillson 1986). Le nombre minimum d’individus a été estimé pour les principales espèces domestiques, les porcs, les ovins et les caprins, les bovins.

123Les mesures ostéométriques ont été relevées dans le guide d’ostéométrie d’Angela von den Driesch (von den Driesch 1976). Quelques valeurs ont permis le calcul de hauteur au garrot à partir des coefficients utilisés dans la publication de la faune de l’oppidum de Manching (Boessneck et al. 1971).

2.9.2 L’étude archéozoologique

124La répartition des restes par état est très déséquilibrée, la faune de l’état 2 représente à elle seule plus de 90 % des restes retrouvés. L’augmentation des restes s’accompagne d’un plus grand nombre d’espèces pour cet état (tabl. IV). La répartition topographique des restes est inégale. Le lot le plus conséquent provient du secteur nord-est, le secteur ouest ayant donné le moins de fragments. Cependant aucune différence majeure n’est apparue dans la composition des lots (espèces, distribution anatomique, âges) entre les divers secteurs.

TABL. IV La faune des différents états : espèces, nombre de restes déterminés (NRD), poids des ossements (PO) et nombre de restes indéterminés (NRInd).

TABL. IV La faune des différents états : espèces, nombre de restes déterminés (NRD), poids des ossements (PO) et nombre de restes indéterminés (NRInd).

125Le bétail, petits ruminants, porcs et bovins, constitue l’essentiel du matériel récolté. On note néanmoins la présence de nombreuses autres espèces qui constituaient également une part de l’alimentation des habitants de la motte, les oiseaux, les lagomorphes et les animaux sauvages, mais bien que relativement variée cette faune tenait une place moindre dans l’alimentation carnée.

2.9.2.1 Les petits ruminants : les moutons et les chèvres

126Le calcul du nombre de restes déterminés situe les petits ruminants comme la catégorie d’animaux domestiques la plus fréquemment consommée avec les porcs.

127Le taux de fréquence de leurs restes conserve une remarquable stabilité d’un état à l’autre :35 % à 41 % du matériel osseux du gisement (tabl. IV). L’importante fragmentation des restes et la jeunesse des animaux ont limité les possibilités de différenciation au niveau de l’espèce des os de petits ruminants et un seul reste de chèvre a été déterminé, dans un niveau de l’état 2B, tandis que les ossements de moutons sont présents dans presque tous les états (tabl. V).

TABL. V Répartition des restes des principales espèces domestiques par segments anatomiques : le matériel de l’état 1 à 3 (NRD).

TABL. V Répartition des restes des principales espèces domestiques par segments anatomiques : le matériel de l’état 1 à 3 (NRD).

128Le calcul des âges des individus montre peu de changement dans la courbe de mortalité des animaux d’un état à l’autre : on observe toujours une notable proportion de très jeunes bêtes, âgées de moins de 3 mois et un faible taux d’animaux adultes de plus de 5 ans (tabl. VI). Des éléments des tarses de quelques animaux (talus) donnent une indication sur la taille des adultes présents sur le site. Ce sont des individus de petite taille et graciles ; deux hauteurs au garrot ont été calculées pour l’état 2A, 67 et 62 cm (tabl. VII), une seule pour l’état 2B, 66 cm (tabl. VIII).

TABL. VI Répartition du nombre minimum d’individus en fonction des classes d’âges.

TABL. VI Répartition du nombre minimum d’individus en fonction des classes d’âges.

TABL. VII Ostéométrie des animaux de l’état 2A.

TABL. VII Ostéométrie des animaux de l’état 2A.

TABL. VIII Ostéométrie des animaux de l’état 2B.

TABL. VIII Ostéométrie des animaux de l’état 2B.

129Les restes d’ovins-caprins les plus nombreux sont les vertèbres et les côtes et, dans de moindres proportions, les os longs des membres. Les fragments de crâne de moutons (les os des mandibules et des crânes), bien que consommés, sont beaucoup moins fréquents. On note également la rareté des os des pieds (métapodes et phalanges : tabl. V). Un tel déficit signe généralement un abattage et un traitement des carcasses hors de la zone de rejet des déchets.

130Pour l’abattage, les animaux étaient suspendus par les pattes postérieures avant d’être dépecés et débités ; c’est ce que laissent supposer les coups parallèles sur la surface ventrale des atlas. Ensuite, on ôtait les pieds et sectionnait la tête de l’animal. Les métapodes, les os des carpes et des tarses sont rares : les pieds étaient sectionnés aux extrémités distales des tibias. Quelques traces de boucherie ont été relevées sur les crânes d’ovins-caprins, cependant comme il s’agit surtout de jeunes animaux, la fragilité de leurs os a occasionné un morcellement important des restes rendant les observations plus difficiles. Les rares chevilles osseuses retrouvées (0,2 % des restes) ont été sectionnées à leur base.

131Après avoir éviscéré les animaux, séparé les pieds et la tête, on pratiquait une section longitudinale pour obtenir deux demi-carcasses. Les vertèbres depuis les cervicales jusqu’aux lombaires étaient sectionnées par le milieu dans le sens de la longueur. Les côtes étaient débitées en associant trois ou quatre vertèbres. Celles-ci étaient par la suite sectionnées à la moitié de leur longueur. La plupart des membres étaient ensuite découpés en petits morceaux ; seuls quelques humérus et radius sont restés entiers, à l’exception de leurs épiphyses, éliminées lors de la désarticulation des quartiers. Ce traitement des carcasses observé à Niozelles était le plus largement répandu au Moyen Âge bien qu’il ne soit pas le seul pratiqué. Il ne deviendra systématique qu’à partir du xive s. (Audoin, Marinval-Vigne 1987 : 45-52 ; Leguilloux 1992 : 171-190).

132À Niozelles, comme sur d’autres sites contemporains, le caractère le plus marquant de cette découpe réside dans l’utilisation presque exclusive de la percussion qui s’oppose à la découpe nette et tranchante à l’aide d’un couteau de boucher telle qu’on la pratiquait dans l’Antiquité. En effet, après une découpe fractionnante qui séparait les os longs au niveau des articulations, ils étaient morcelés en deux ou trois morceaux par des percussions. Ce traitement des morceaux de viande est également appliqué aux quartiers des deux autres espèces, les porcs et les bovins. La percussion des quartiers de viande, pour fracturer les os permettait une meilleure diffusion de la moelle lors de la fabrication des ragoûts ou autres préparations alimentaires. Le résultat était une viande et des bouillons plus gras mais comportant de nombreux éclats d’os qui devaient se disperser dans les plats que l’on consommait.

2.9.2.2 Les porcs

133Les os de porcs sont en quantités aussi importantes que les restes d’ovins-caprins :37 à 47 % de la totalité des restes selon les états (tabl. IV). Comme chez les petits ruminants, le morcellement des restes a limité le décompte du nombre minimum d’individus et la détermination de l’âge des animaux au moment de la mort. Sur la base des résultats obtenus pour les états 2A et 2B on peut situer l’abattage et la consommation d’animaux âgés de 6 mois à 24 mois (tabl. V : sur une base de 134 individus pour l’état 2A et 254 pour l’état 2B), avec une préférence plus marquée pour les animaux âgés de moins de 6 mois (un tiers des bêtes consommées : fig. 36). Quelques mesures ont été relevées sur les os des pieds d’animaux adultes : d’après les restes de l’état 2A, les hauteurs au garrot (tabl. VII) étaient comprises entre 64 et 81 cm avec une moyenne de 76 cm et, d’après ceux de l’état 2B, entre 66 et 76,5 cm avec une moyenne de 72 cm (tabl. VIII). Ces chiffres sont à prendre à titre indicatif compte tenu du petit nombre de mesures relevées sur les os.

FIG. 36 Répartition en fonction des différentes classes d’âges des animaux abattus.

FIG. 36 Répartition en fonction des différentes classes d’âges des animaux abattus.

134La présence de très jeunes animaux et la rareté des adultes suggèrent la pratique d’un élevage et d’un abattage dissociés du lieu de consommation. L’analyse des restes va également dans ce sens, la représentation de chaque segment anatomique variant fortement (tabl. V). Les vertèbres sont presque absentes, les côtes sont plus nombreuses, mais leur fragmentation semble en être la raison principale. Les morceaux les plus fréquents numériquement sont les restes de crâne : c’est à partir de ces restes qu’ont été comptabilisé le NMI et les âges. Le nombre de restes des membres antérieurs et celui des membres postérieurs est équivalent. Ces parties sont cependant moins nombreuses dans l’ensemble que les restes de mandibules et de crânes.

135À Niozelles, les carcasses de porcs n’étaient pas sectionnées longitudinalement comme celle des petits ruminants. Les plats de côtes gauches et droits étaient ôtés par une section continue des apophyses transverses. Les vertèbres thoraciques mais aussi cervicales et lombaires restaient entières et pouvaient être ensuite désossées. Les côtes, après avoir été séparées des vertèbres thoraciques, étaient sectionnées au tiers de leur longueur. Les fragments de neurocrânes de porcs portent fréquemment des traces de découpe transversale, ce qui indique une consommation régulière de demi-têtes de cochons.

2.9.2.3 Les bovins

136Les quantités de viande de bovin consommées devaient être faibles ; les restes découverts sont en petit nombre, sauf au cours de l’état3 (tabl. IV). Le calcul de la taille a pu être effectué sur un seul reste, un métatarse de vache de l’état 2A donnant une valeur de 108 cm au garrot (tabl. VII). Cependant, plusieurs mesures relevées sur les talus de l’état 2B (tabl. VIII) indiquent un domaine de variation qui entre dans la même catégorie d’individus signalés à la même époque sur l’ensemble des régions (Forest, Rodet-Belarbi 2000 :79).

137La fracturation par percussion des os longs des membres antérieurs et postérieurs est également systématique sur les os de bovidés. Destinée à favoriser la récupération de la moelle, elle a contribué au morcellement des os et réduit les possibilités de détermination des âges d’abattage.

138La levée de l’échine pour les carcasses de bovins était systématique. Les quelques vertèbres comptabilisées dans le lot portaient les traces de la découpe ayant séparé les apophyses transverses de l’axe vertébral, des cervicales aux lombaires. Cette technique de découpe génère de gros morceaux de viande désossée. Les os longs de bovins étaient très morcelés et peu nombreux, mais il semble que le principe de débitage et de dépeçage ait été identique à celui des autres animaux : séparation de la tête, des pieds (ces restes sont quasiment absents des lots) et transport de carcasses prédécoupées sur le site de consommation. Sur les os des crânes, des traces de découpe résultant du désossage des têtes ont été relevées ; leur localisation suggère le désossage des joues, de la langue, du museau. Sur un os pelvien, une trace de découpe de 26 mm de longueur a été laissée par un objet peu tranchant aiguisé d’un seul côté et qui a laissé une incision profonde mais irrégulière et peu franche. Une telle marque révèle le découpage des carcasses à l’aide d’une petite hachette de boucher.

139Les techniques de boucherie varient selon les sites à cette période. À la Charité-sur-Loire, du xie au xive s., c’est la levée de l’échine, chez le bœuf comme chez le mouton, qui domine, mais ensuite la fente médiane deviendra la règle. Bien qu’elle réduise le choix des morceaux consommés, cette technique facilite la découpe et en réduit la durée (Audoin, Marinval-Vigne 1987 : 45-52).

2.9.2.4 Les oiseaux de basse-cour

140Les espèces de volailles de basse-cour sont seulement au nombre de quatre, la principale espèce reconnue étant la poule, ainsi que quelques restes d’oie et de canard et trois restes de pintade. La proportion totale de ces restes est plus importante pour les états 1 et 3 (5,3 % pour l’état 1 et 8 % pour l’état3), pour les états intermédiaires, les proportions chutent (4,2 % pour l’état 2A, 2,6 % pour l’état 2B), probablement en raison du nombre plus élevé de restes déterminés apparaissant dans ces niveaux.

2.9.2.5 La faune sauvage

141La faune sauvage semble avoir été peu consommée. Les restes d’animaux sauvages sont rares, malgré une certaine variété : deux espèces de cervidés (cerfs et chevreuils), sangliers, lièvre, espèces à fourrure (ours et blaireau). Les ossements de ces espèces ne représentent que 0,9 % du nombre total de restes ce qui peut paraître très faible pour un site aristocratique.

2.9.3 Conclusion

2.9.3.1 Les animaux dans l’alimentation

  • 27 Fouille du service municipal d’archéologie de Fos-sur-Mer, responsable J.‑Ph. Lagrue, 1992-1993.
  • 28 Matériel en cours de publication. Responsable de la fouille M. Bonifay (CNRS).

142Le choix alimentaire des habitants de la motte de Niozelles était orienté vers une alimentation carnée composée de viande d’animaux de lait, agneaux et porcelets (fig. 36), mais également volailles de basse-cour (poules, canards, oies, pintades). Une situation que l’on trouve rarement sur les sites provençaux au début du Moyen Âge où les études montrent une alimentation basée majoritairement sur la viande de mouton. À Fos-sur-Mer27, au xe s., le comblement de silos par des restes alimentaires au pied d’un site castral montre clairement cette prépondérance (47,6 %) ; dans le matériel retrouvé dans des niveaux d’occupation du xie s. leur proportion augmente (58 %) (Leguilloux 2004). À Marseille28, sur le site de la Bourse, le comblement de la corne du port entre le xe et xie s., était composé de déchets de consommation constitués majoritairement de restes d’ovins-caprins (67,8 %).

143Dans des régions proches comme en Languedoc oriental, les restes d’ovins et de caprins sont majoritaires par rapport aux ossements de porc dans les lots provenant de sites occupés entre 800 et 1200. En Languedoc occidental, les porcs sont plus fréquents (Forest 1997-1998 : 147) tandis que les restes de bovins sont abondants dans les zones lagunaires de la région camarguaise (Gardeisen 1993). En revanche, sur les sites de même nature comme le castrum de Saint-Saturnin en Languedoc, occupé autour de l’an Mil, on retrouve des proportions équilibrées entre restes d’ovins-caprins et de porcins (Ginouvez, Schneider 1988).

144Dans les régions voisines, le porc était l’animal choisi de préférence pour la consommation. Un essai de synthèse sur la région Rhône-Alpes, montre une tendance nettement favorable aux restes de porcs, plus fréquents entre le xe et le xie s. (Faure-Boucharlat, Forest 2001 : fig. 45). Ces proportions sont des tendances moyennes, chaque cas considéré séparément offrant des particularités. À Lyon, le dégagement d’un habitat identifié comme une « villa carolingienne », rue Pierre Audry, offre un exemple du type d’alimentation adopté par les classes privilégiées dans le courant du ixe s. : les restes d’ovins-caprins et de porcs y sont en proportions égales et proviennent d’animaux jeunes, moins de 24 mois pour les moutons-chèvres, moins de 36 mois pour les porcs (Olive 2001 :390), résultats similaires à ceux observés pour la motte castrale de Niozelles.

  • 29 Les os d’animaux sauvages, de cerfs en particulier, étaient plus appréciés pour l’artisanat en rais (...)

145Parallèlement, on note des divergences dans la part des oiseaux de basse-cour entre les résultats obtenus à Niozelles et ceux des sites de régions limitrophes. Ainsi, dans la région Rhône-Alpes, on signale un taux élevé d’ossements d’oiseaux sur les sites occupés entre le xe et le xie s. (Faure-Boucharlat, Forest 2001, fig. 45). Un seul parallèle est apparu : le faible taux de restes d’animaux chassés qui, sur l’ensemble des sites considérés, est réduit. Malgré sa valorisation sociale et symbolique, la chasse jouait un rôle mineur dans l’alimentation du Moyen Âge en Provence, aussi bien dans les villes que dans les castra (Jourdan 1977 : 95-112 ; Jourdan 1980 : 229-235 ; Leguilloux 1992 : 171-190). À Rougiers, on ne retrouve dans le village ou dans le château, qu’un seul animal sauvage pour 40 animaux domestiques, pour toute la période d’occupation du village, de la fin du xiie s. à la fin du xive s. (Jourdan 1977 : 95-112). En Languedoc, sur le castrum de Saint-Saturnin (Ginouvez, Schneider 1988 : 115-121), vers l’an Mil, les restes d’animaux sauvages sont absents. La faible proportion de la faune sauvage dans l’alimentation est un phénomène qui a également été observé pour cette période sur l’ensemble de la France (Yvinec 1988 : 123-126 ; Faure-Boucharlat, Forest 2001 : fig. 45). Cependant, la fréquence des ossements d’animaux chassés, retrouvés dans les dépôts alimentaires, est probablement minorée par une récupération et une utilisation des ossements pour la tabletterie29. La présence à Niozelles de déchets de tabletterie (bois de cervidés) mélangés aux déchets de consommation confirme cette pratique qui a également été observée à Rougiers dans des dépotoirs du xiie s. (Jourdan 1977 : 95-112).

2.9.3.2 La sélection des animaux pour la consommation

146La catégorie d’âge qui prédomine chez les ovins-caprins est celle des individus jeunes, avant leur état adulte. La place prépondérante de cette catégorie se retrouve sur l’ensemble du site et à chaque état. La forte proportion de moutons et de porcs abattus avant sevrage ou avant l’âge adulte indique une gestion des troupeaux ne visant pas une exploitation économique (production de matières premières : lait, laine) mais correspond à une volonté de sélectionner une viande de qualité. L’absence d’adultes réformés confirme qu’il s’agit d’individus sélectionnés pour la boucherie, probablement prélevés dans des troupeaux entretenus aux abords de la motte. Cette sélection est rare sur les sites ruraux. En région Rhône-Alpes, les animaux sélectionnés sont majoritairement des bêtes adultes et jeunes adultes (Faure-Boucharlat, Forest 2001 : 106-107). La sélection prioritaire de jeunes bêtes dans l’alimentation ne trouve de parallèle que sur le site de Saint-Saturnin en Languedoc : les ovins-caprins ont été abattus avant3 mois, les porcs avant 5 mois pour une moitié des individus et entre 12 et 18 mois pour l’autre moitié (Ginouvez, Schneider 1988 : 119).

147Les vestiges fauniques de Niozelles révèlent, par leur abondance, une très forte consommation de viande, en particulier au cours de l’état 2 (fin du xe-début xie s.). L’étude montre clairement une sélection des animaux visant une recherche de qualité passant par la sélection des espèces, des âges d’abattage et des quartiers consommés. La spécificité du site de Niozelles apparaît nettement lorsqu’on compare ces résultats à ceux d’études menées sur des sites contemporains. Il se dégage de cette analyse régionale une structure si particulière de la faune de Niozelles qu’elle pourrait correspondre à une d’alimentation de personnes appartenant à une classe sociale privilégiée.

2.10 À la recherche d’un habitat associé à la motte

148La fouille de la plate-forme sommitale a apporté de nombreuses observations sur la vie quotidienne et sur l’organisation de la fortification. On a remarqué qu’un seul silo avait été utilisé sur le site et seulement lors du premier état. Même s’il est communément admis que le rez-de-chaussée d’une tour pouvait tenir lieu de réserve de denrées on pouvait penser que le stockage se pratiquait également à l’extérieur. Les indices de travaux de métallurgie étaient également évidents mais hors de la fortification. Dès lors, il apparaissait essentiel de rechercher si une occupation pouvait être mise en évidence à proximité immédiate de la motte. L’existence d’un habitat en pied de pente avait d’ailleurs été montrée par Michel Fixot à Sannes, Saint-Martin-de-la-Brasque et Cucuron (Fixot 1976 :88 ; Fixot, Pelletier 1983 : 95-96). Toutefois, les contraintes matérielles font que cet aspect des recherches n’a encore jamais été vraiment abordé. C’est pourquoi, il a paru nécessaire de mener des actions spécifiques sur l’habitat associé aux premières fortifications.

149Lors des premiers travaux de prospection et de relevés topographiques dans la parcelle située à l’est de la motte, des tessons de céramique grise ramassés en surface pouvaient suggérer la présence d’un habitat. Quelques sondages avaient été effectués sans succès. Aussi convenait-il de mener des travaux de prospection plus précis de façon à pouvoir implanter des sondages éventuels autrement qu’au hasard. Dans ce but une série de carottages a été pratiquée sans donner de résultats concluants.

150Par contre, des travaux d’aménagements au sud du site ont permis de détecter une zone d’habitat dont les caractères, faute d’exploitation archéologique approfondie, restent très flous. Au sud de la route (fig. 37), deux tranchées ont été ouvertes préalablement à la construction d’un bâtiment agricole. Le premier sondage a révélé les restes de deux murs parallèles réalisés à l’aide de blocs grossièrement équarris réunis par un blocage de petites pierres. Ces vestiges semblent désigner une cabane dont la longueur pouvait atteindre 4 m pour une largeur de 2,25 m. La stratigraphie montre une occupation en plusieurs séquences. Entre les deux murs, un sol, à peu près horizontal, a livré un matériel qui indique une occupation autour de l’an Mil, comme sur la motte. Ces mêmes travaux ont également mis à vif le talus en glacis soutenant la frange sud de la route nationale. À deux endroits, des restes d’habitat ont été mis en évidence dans la coupe. On en conclut simplement que cet habitat s’étendait au moins sur plusieurs centaines de mètres carrés. Le second sondage, ouvert à 8 m au sud-ouest du précédent n’a révélé aucune trace de construction mais a confirmé une occupation datable des ve-vie s. qui avait été pressentie grâce à la prospection de surface.

FIG. 37 Niozelles : motte et habitat associé (d’après sondages AFAN).

FIG. 37 Niozelles : motte et habitat associé (d’après sondages AFAN).

151Dans la même zone, un autre chantier a été l’occasion d’apporter des observations complémentaires. La modernisation de la route nationale 100 a nécessité son déplacement vers le nord de façon à la dégager des bâtiments de la ferme de la Grande Bastide. Trois grandes tranchées, d’une trentaine de mètres de longueur chacune, préalables à une fouille de sauvetage, ont été ouvertes et ont permis de confirmer la présence d’un habitat médiéval ainsi qu’une occupation du Néolithique ou du Bronze Ancien. Là encore des vestiges d’un habitat contemporain de la motte ont été mis en évidence sous forme de restes de murs de cabanes et d’un groupe de sept silos.

152Bien qu’extrêmement parcellaires, les données récoltées à la suite des travaux routiers à Niozelles permettent d’affirmer avec certitude qu’un habitat s’est développé autour de la motte certainement dès le début du xie s. Il serait capital d’en connaître l’organisation. Il est regrettable que la fouille de sauvetage n’ait pas été réalisée. S’agit-il de simples dépendances domestiques ou agricoles de la motte ou a-t-on déjà affaire à un habitat regroupé ? L’étendue des vestiges plaiderait plutôt pour la seconde hypothèse car l’emprise de tous ces vestiges dépasse 8 000 m2 et il y a toutes les raisons de penser qu’ils se poursuivent plus au nord, vers la motte. Seul un dégagement en très grande surface dans le cadre d’une fouille programmée pourrait apporter des résultats scientifiquement probants. Quoi qu’il en soit, même si un habitat occupant une surface de plusieurs milliers de mètres carrés était mis en évidence, il resterait sans doute difficile de trancher entre une interprétation comme simples dépendances de la motte ou comme village déjà constitué. Élizabeth Zadora-Rio (Zadora-Rio 1995 : 145-153) a souligné la quasi-impossibilité de convergence entre les observations presque exclusivement topographiques de l’archéologue et les éléments d’appartenance à une communauté organisée que recherche l’historien. Malgré cela, la recherche sur l’habitat rural en Provence autour de l’an Mil reste à faire et quelques établissements proches de Niozelles semblent propices. Ce serait sans doute le cas du lieu-dit Brives, sur la commune de Forcalquier, à environ 600 m à l’ouest de la motte de la Tourrache (commune de Villeneuve), la prospection a permis de relever un grand nombre de tessons de céramique datables également des environs de l’an Mil. À quelques dizaines de mètres vers le nord, on remarque une concentration de céramique de l’Antiquité tardive. Or ce site se trouve à moins de 800 m au sud de celui de Saint-Alban de Niozelles, lieu où ces deux séquences chronologiques ont été également observées.

153Sur la base de toutes les informations collectées sur la motte et ses abords, il devient possible, en les replaçant dans un cadre géographique et historique plus large, de tenter une mise en perspective.

2.11 Interprétation et développements historiques

154Cette motte castrale, site résidentiel de hauteur, s’est transformée, à la fin du xe s., en une forteresse intensément occupée. Était-elle le centre de la seigneurie encore désignée comme villa en 1031 ? Pour tenter d’éclairer cette question, il est nécessaire de rassembler les éléments qui permettent d’approcher l’occupation de la villa nuazellas. Les textes et la prospection montrent une organisation plus complexe qu’il n’y paraissait a priori. La recherche de terrain et la documentation écrite nous apportent d’importantes précisions sur la topographie locale entre les ve-vie et le xie s., voire au-delà (fig. 38). D’autres textes permettent de saisir quelques aspects de la famille du seigneur de Niozelles, lignage alpin qui, au xie s., mais peut-être avant, avait établi son pouvoir sur le bassin de la Durance moyenne.

2.11.1 Éléments d’occupation du terroir de l’Antiquité tardive au xie siècle : une organisation bipolaire

155L’occupation antique ne fait pas de doute sur le territoire de Niozelles bien qu’aucun site n’ait encore pu être caractérisé autrement que par de simples ramassages de surface (Darnas 1995). Au quartier de Mercier, une importante concentration de tessons de céramique commune associés à de la sigillée sud-gauloise et de la sigillée claire africaine suggère une occupation du ier à la fin du iiie s., au moins. Ces traces révèlent une occupation en bordure d’un plateau dominant au nord la vallée du Beuveron et qui est de toute évidence associée à la voie antique, dite « domitienne », qui passe à 150 m au sud (fig. 38).

FIG. 38 Position des sites mentionnés sur le territoire de Niozelles.

FIG. 38 Position des sites mentionnés sur le territoire de Niozelles.

156Par ailleurs, deux sites témoignent d’une occupation se rapportant à l’antiquité tardive et aux environs de l’an Mil : Saint-Alban et les abords de la Grande Bastide, à proximité immédiate de la motte.

2.11.1.1 À l’ouest, une occupation aux environs du château médiéval

  • 30 Coord. Lambert : X = 880 337, Y = 186 937. Cadastre B1, parcelles 94 à 99.
  • 31 BN Robert.
  • 32 Un compte de décimes de 1274 (Pouillés, 116F) en mentionnant « Guillelmus Morrelli, clericus et ben (...)
  • 33 AAHP, E 138/2, f° 81v°.
  • 34 AAHP, E 138/2, f° 8v° : « aultre terre au quartier de ville, confronte le chemin allant des bastide (...)
  • 35 AAHP, E 138/1 f° 7 : « il y a grande nécessité de bastir une église dans le lieu, attendu que les h (...)
  • 36 Niozelles a : le 14 mai Pierre Bonard, travailleur, se marie avec Clère Suba : « ledit Bonard a été (...)
  • 37 Niozelles b, f° 36.

157La partie occidentale du terroir conserve, à 800 m à l’ouest du village moderne, les vestiges du château médiéval30 qui reste à étudier (fig. 39). Une tour circulaire d’environ 6,30 m de diamètre est bâtie sur une hauteur naturelle à 475 m d’altitude. Elle est conservée sur environ 5 m de hauteur. Le parement extérieur est constitué de moellons réguliers et bien assisés. La pièce du rez-de-chaussée était rectangulaire (3,36 x 3,10 m). Un aménagement tardif l’a couverte d’une voûte dont on perçoit encore quelques éléments. Vers le sud et le sud-est, subsiste encore sur 6 m de hauteur un puissant mur d’enceinte très bien maçonné, conservé sur une longueur d’environ 35 m et dont la base est inclinée en glacis. Dans les parcelles environnantes, la prospection a livré une abondante céramique médiévale qui indique une occupation à partir du xie s. En effet, outre des tessons de céramique grise caractéristique du xie s., on note la présence d’au moins une jatte identique à celles trouvées dans l’annexe domestique sud de la motte. L’occupation du château est attestée en 1353 lorsqu’un contrat de mariage entre Agnès de Sabran et le baron d’Oraison a été signé dans le château fort de Niozelles31. Le château moderne, vaste bâtisse rectangulaire avec tours d’angles, aurait remplacé le précédent au début du xvie s., au cœur du village actuel. Ce dernier résulte lui-même du transfert de l’habitat primitivement situé dans l’ancienne enceinte castrale. Par contre, il a fallu plus d’un siècle pour que l’église du village moderne remplace l’ancien sanctuaire paroissial. Deux églises existaient au Moyen Âge, l’une au vocable de Saint-Étienne, mentionnée dès le xiie s. (Didier 1954 : 185-188, n° 3), était probablement le siège de la paroisse32 et l’autre, à celui de Sainte-Marie, déjà présente au xiie s. ainsi que dans les pouillés des xiiie et xive s. L’une, sans doute la première, était proche de la tour de l’ancien château médiéval33 et l’autre, se trouvait non loin de là vraisemblablement à l’emplacement de l’ancienne ferme appelée « l’église vieille », aujourd’hui restaurée en maison d’habitation. Un terrier de 1654 place l’église paroissiale au quartier de Ville ou Ville vieille34qui désigne sans doute l’ancien village groupé autour du château médiéval. En 1670, une délibération de la communauté souligne l’urgence de bâtir un sanctuaire dans le village, la vieille église étant trop éloignée35. Un mariage y a encore été célébré en 167936. L’église actuelle a été construite au cœur du village moderne à partir de 1681 à l’initiative du chapitre de Forcalquier et de Gaspard de Glandevès, seigneur de Niozelles. La date de 1685, gravée à la porte, marque l’achèvement des travaux. D’ailleurs, Marguerite de Félix, veuve de Gaspard de Glandevès, fut inhumée à la « vieille paroisse » le 10 janvier 1681 et sa dépouille fut transférée dans la nouvelle église paroissiale en 168637. En résumé, l’ancien sanctuaire paroissial, consacré à Saint-Étienne et proche du château médiéval s’est déplacé au cœur du village moderne en conservant le vocable de Saint-Étienne. Il semble avoir été purement et simplement abandonné puisqu’à peine un siècle plus tard la carte de Cassini (n° 153) le signale en ruine.

FIG. 39 Niozelles : vue aérienne du château médiéval.

  • 38 Coord. Lambert : X = 880 337, Y = 186 950. Cadastre, B1, parcelles 32, 525, 524a et 567.

158Le lieu-dit Saint-Alban38 est situé à 1300 m au sud-ouest du village actuel et à 750 m au sud-sud-ouest du château médiéval. Le vocable conserve la mémoire d’une église qui semble avoir été en activité au moins à partir du xiie s., mais sans doute avant, et jusqu’au xviiie s., comme on le verra ci‑après. Elle a laissé place à une maison moderne construite, semble-t-il, dans les restes de l’ancien sanctuaire.

  • 39 Ces recherches de terrain ont été menées par Jeanine Bourvéau que je tiens à remercier pour son eff (...)
  • 40 La céramique provient d’une surface d’environ 200 m2 à la pointe ouest de la parcelle 567.
  • 41 Pour la céramique d’Antiquité tardive, voir Pelletier et al. (1991).

159À proximité immédiate, la prospection39 a livré de nombreuses traces d’occupation allant de l’Antiquité au début du Moyen Âge. Dans une parcelle labourée40, au sud de la maison, plusieurs milliers de tessons jonchaient le sol et attestent d’une occupation du ier au viie s.41 et aux xexie s. L’hiatus apparent des viiie et ixe s. ne fait sans doute que refléter notre incapacité actuelle à les distinguer dans le matériel recueilli. Il n’est donc pas sûr qu’il y ait eu alors interruption, de même qu’une continuité n’est pas prouvée.

160Il convient en outre d’ajouter un chapiteau, à épannelage complexe, correspondant à une demie colonne engagée ou à un pilastre : une seule face est sculptée. Cette sculpture de facture fruste est à rapprocher d’autres chapiteaux préromans répertoriés dans des lieux voisins (Fixot 1996 : 205- 206 ; Barruol 1990 :77 et 85). On peut donc avancer, sans conteste, une datation xie s., voire antérieure, qui serait d’ailleurs en concordance avec la céramique ci-dessus. Cet élément architectural a été trouvé dans un mur de la maison actuelle de Saint-Alban lors de travaux d’aménagements intérieurs. Or, cet édifice présente, en place au-dessus de la porte d’entrée, un arc appareillé où l’on perçoit des joints à bandeaux. Il peut témoigner de l’ancienne église ou de ses dépendances.

  • 42 Un bulletin paroissial Chez nous 1933 (collection privée), rapporte que « On prétend qu’autrefois, (...)

161Dans des parcelles proches, plusieurs sarcophages de pierre ont été exhumés. Ils font partie d’un ensemble dont, d’après les habitants du quartier, plusieurs pièces ont été dispersées. Ils attestent de la présence d’un cimetière dont l’existence était connue et qui, pour l’instant, reste à dater42.

  • 43 Niozelles b, f° 44.
  • 44 AAHP, E 138/1 f° 147.

162Les indices archéologiques permettent donc de penser que la fondation de ce sanctuaire, avec le cimetière qui lui était attaché, précède nettement la date de sa première mention en 1155 (Didier 1954 : 185-188, n° 3). Quoi qu’il en soit, cette église était encore en fonction vers la fin du xviie s. puisqu’un religieux y fut enterré en 167243. Une délibération de la communauté, du 2 avril 1730, précise « que l’ermitage de Saint-Alban va tomber en ruine et (les consuls) ont unanimement délibéré de le faire réparer et de le faire mettre aux enchères »44. Quelques mois plus tard, les mêmes consignent : « qu’il leur est revenu que Jacques Borel de la ville de Gap, sous le nom de frère Jean Baptiste, ermite, viendrait volontiers habiter l’ermitage de Saint-Alban, terroir dudit lieu, à la place de frère saint Donat qui l’habitait auparavant » L’église a donc perduré, quoiqu’en mauvais état, au moins jusqu’à la première moitié du xviiie s.

2.11.1.2 À l’est, une occupation à proximité de la motte

163Au quartier de La Grande Bastide, à proximité immédiate de la motte, la prospection a livré des éléments qui indiquent une occupation simultanée à celle de Saint-Alban, dans une vaste pièce de terre qui a connu une riche occupation au moins entre l’Antiquité tardive et le xie s., période à laquelle elle constituait la « condamine du seigneur ».

  • 45 Cart. Marseille, 684.
  • 46 Ce terme est sans doute la forme passive du verbe brugir qui se traduirait par « il est fait du bru (...)
  • 47 « Poio Aregu » est une forme originale pour ce village qui est habituellement désigné comme Petra R (...)
  • 48 Cart. Marseille, 685.
  • 49 Cart. Marseille, t. II, p. 665.
  • 50 Élizabeth Sauze conteste cette identification et y verrait plutôt Saint-Vincent-sur-Jabron, plus pr (...)

164En 103145, Isnard de Niozelles fait don à Saint-Victor de Marseille d’une terre dans la villa Nuazellas. Il donne l’église Saint-Marcellin avec les terres environnantes. Il est aisé d’en reconnaître les confronts et de prendre ainsi la mesure de la donation. La première limite est un gué sur le Lauzon à un lieu-dit « gadum de campo bladaldi ». Ce passage à gué de la voie domitienne est identifié (Barruol 1990 : 43) à proximité de la ferme des Bons Enfants. Puis, la limite suit le cours du Lauzon qui descend vers le sud jusqu’à « brugidur »46 et poursuit ensuite par la verticem montem jusqu’à la via publica qui va vers le Beuveron. Puis, elle suit cette voie qui monte vers la « condaminam dominicam », à la « roca de Aldefred », puis elle poursuit en direction de Pierrerue47 jusqu’à la voie domitienne toute proche « via que est justa » et, enfin, rejoint le gué. La terre ainsi donnée représente plus de 250 ha. L’importance de cette donation d’un seul tenant, caractéristique des donations de la première moitié du xie s., montre qu’Isnard de Niozelles possédait de grandes surfaces de terre. Il est évident qu’il ne donnait là qu’une partie de son patrimoine. Il offrait, en outre, un demi-manse, cultivé par un nommé Pons Spina, fils de Gautier, « in castello Sancti Vincentii ». Ce vocable n’est pas très répandu en Provence mais plusieurs localisations sont possibles. Une fois encore on remarque l’équivalence, dans l’esprit des rédacteurs, du château « castellum » avec le territoire qui en dépend. Dans la charte suivante48, l’abbé Isarn constitue en dot pour l’église cette terre évaluée à une modiée, située « in territorio castelli Sancti Vincentii ad Aramis ». Ce dernier nom, d’après l’index du cartulaire49, désigne la rivière Caramy. Elle prend sa source à Mazaugues, dans le Var et passe à Brignoles. Une recherche dans le fichier informatisé du cadastre actuel a permis de localiser un lieu-dit Saint-Vincent sur la commune de Vins-sur-Caramy, dans le Var, à environ 7 km au nord-est de Brignoles50. Une église au vocable de Saint-Vincent est implantée sur un site dominant alors que la fortification médiévale, aujourd’hui à l’abandon a été érigée sur un piton rocheux à 1 000 m au sud-est de l’église. Cette terre, située dans la Provence de l’Est, reste très excentrée au regard du patrimoine des Niozelles, tout au moins pour ce qu’on en connaît.

  • 51 AAHP, E 138/2, 1654, f° 76.
  • 52 AAHP, E 138/2, 1654, f° 110.
  • 53 M. Borel, village de Niozelles. Ce témoignage a été recueilli par Jeanine Bourvéau que je remercie.

165L’église Saint-Marcellin qui fait l’objet de la donation de Niozelles a disparu sans laisser de traces sur le cadastre. Il a pourtant été possible de la situer assez précisément. Pour cela trois terriers conservés aux Archives départementales de Digne-les-Bains ont permis une première approximation. Dans le plus ancien51, on apprend qu’une terre au quartier de Saint-Marcellin est située au sud du chemin de La Brillanne. Une autre terre52, appartenant au chapitre de Forcalquier, qui paraît avoir succédé aux moines de Saint-Victor de Marseille pour les droits sur l’église Saint-Marcellin, est située entre le Beuveron et le chemin de La Brillanne à Forcalquier et à l’est du chemin qui va de Villeneuve à Pierrerue. Il en ressort que la terre de Saint-Marcellin est située entre le Beuveron, la route de La Brillanne à Forcalquier et la route de Villeneuve à Pierrerue. Or, un habitant de Niozelles53 a signalé une source dite de Saint-Marcellin au sud de la route de La Brillanne, à l’est du lieu-dit « la Tuilière ». Il précise également avoir vu la découverte d’ossements humains lors de l’élargissement du virage de la Tuilière, il y a une soixantaine d’années. La tradition orale y place un ancien couvent. La prospection n’a pas révélé d’ossements mais des fragments de tegulae et quelques tessons de céramique grise médiévale ont pu être ramassés dans cette zone. Ainsi l’église était située au centre du terroir objet de la donation du début du xie s. À environ 800 mètres vers le nord, le toponyme « les Moines » semble marquer la place d’un ancien établissement monastique mais, en réalité, il est issu d’un nom de famille plusieurs fois mentionné dans les cadastres du xviiie s.

  • 54 On a en effet observé un éloignement analogue sur un site, nettement plus tardif, de la Plaine de l (...)
  • 55 AAHP, E 138/3, cadastre de 1784 f° 1v°.
  • 56 AAHP, E 138/3 f° 5.
  • 57 AAHP, E 138/3 f° 14 v°.

166Les chartes sont malheureusement muettes sur le statut primitif de l’église Saint-Marcellin. Peut-être était-elle le lieu de culte associé à la motte ? Dans cette hypothèse, il convient de souligner le relatif éloignement de l’église et de la fortification (environ 800 m), deux ensembles que l’on a l’habitude, sans doute à tort, de considérer plutôt groupés54. La donation de 1031 indique que la route de Villeneuve à Pierrerue descend (en progressant du sud vers le nord) vers le Beuveron puis monte vers la condamine du seigneur, à « la roca de Aldefred ». La condamine se situait donc soit à l’est soit à l’ouest de la route ; le terrier le plus récent permet de la localiser à l’occident55. Enfin, sur le cadastre de 1807 le Jas Verdet et la Grande Bastide sont situés à l’ouest de la route de Villeneuve à Pierrerue, le fossé qui les sépare place donc la Condamine du même côté. Il s’agit donc de cette grande pièce de terre appartenant encore aujourd’hui à la Grande Bastide et qui a fait l’objet d’une prospection attentive. Dans cette vaste parcelle, la prospection décrite plus haut atteste d’une occupation de l’Antiquité tardive bien qu’aucun habitat n’a encore été mis au jour. En revanche, les labours ont mis en évidence un cimetière à la limite sud-est de la parcelle. Une fouille clandestine a été pratiquée vers le début des années80, semble-t-il. Il m’a été possible de voir une photographie montrant une inhumation en pleine terre mais aucune indication supplémentaire n’a pu être obtenue. Après les labours, des ossements sont visibles et de nombreuses lauzes laissent penser que certaines tombes étaient coffrées avec ce matériau. Ce type de sépultures est connu ailleurs en Provence et a été daté, par exemple à Cadarache (Pouyé et al. 1994), du vie s. et de la première moitié du viie s. Cette datation reste à démontrer pour Niozelles mais elle serait tout à fait en concordance avec le matériel céramique récolté en prospection. Aucun lieu de culte associé à ce cimetière n’est actuellement connu. Cependant dans le terrier du milieu du xviiie s.56 on rencontre une église « Saint-Deydier » qui semble située dans ces parages. Un peu plus loin, suit la description de La Grande Bastide et son affar57. De ces passages et de plusieurs autres, il ressort que le Rocher correspond à la barre rocheuse au bord de laquelle les tombes ont été mises au jour, au sud de la parcelle. L’église Saint-Deydier semble située également dans cette zone. Existait-elle au xie s. ou avant ? On ne saurait le dire. Dans l’affirmative, on l’aurait facilement associée à la motte. Elle n’est pas mentionnée dans la charte de 1034 mais la Condamine n’était pas donnée à Saint-Victor, elle a simplement servi de confront. En revanche, si cette église n’apparaît pas non plus dans les pouillés des xiiie et xive s. c’est que, peut-être, elle n’existait pas encore. Par contre, au xviiie s. elle était abandonnée. Il est à craindre qu’on ne puisse en savoir davantage. La céramique médiévale est abondante dans cette parcelle et particulièrement dans la zone nord où elle a été ramassée en prospection et lors de sondages décrits plus haut.

  • 58 AAHP, E 138/2, f° 43.

167Les églises Saint-Étienne, Saint-Alban, Saint-Marcellin et Saint-Deydier ne sont pas les seules à occuper le terroir. On voit ainsi apparaître au xviie s., de façon tout à fait fugace, une chapelle Saint (e?)-Claire qui semble très proche de Saint-Alban, sans doute s’agit-il d’une chapelle annexe de l’église voire située à l’intérieur même de celle-ci. Dès sa première mention58 elle est signalée en ruine puis elle n’apparaît plus ni dans les textes ni dans la toponymie moderne.

168La villa nuazellas semble, par conséquent, s’organiser dès les ve-vie s. autour de deux pôles. Le premier, à l’est, révèle une occupation de l’Antiquité tardive avec un cimetière qui conserve peut-être la mémoire de l’église Saint-Deydier, occupation relayée, à partir de la fin du xe s. par la motte à laquelle semble associée l’église Saint-Marcellin. Le second est situé à l’ouest, autour de l’ancienne église paroissiale et du château médiéval, sans doute occupé dès le xie s. À proximité, on relève une occupation des ve-vie s. à l’église Saint-Alban dont le cimetière n’est pas daté. Que ce soit à l’est ou à l’ouest du terroir les occupations de l’Antiquité tardive puis du début du Moyen Âge sembleraient accréditer l’idée d’une continuité d’occupation de l’espace autour de cimetières et d’églises dont on ne connaît d’ailleurs pas le statut. Dans l’état actuel des connaissances, cette permanence est loin d’être sûre. Le cas est fréquent en Provence où des églises du xie s. succèdent à d’autres de l’Antiquité tardive sans solution de continuité entre les deux périodes (Février 1994).

2.11.2 Les Niozelles, une famille apparentée aux Dromon

  • 59 Éizabeth Sauze précise que ce nom correspond au provençal Audifren.
  • 60 Cart. Marseille, 684.

169Si la motte est désormais archéologiquement bien connue il n’en est pas de même de son statut juridique. Dans le texte de 1031 elle n’est pas explicitement attribuée à Isnard de Niozelles mais est désignée roca de Aldefred59. Or ce nom est totalement inconnu dans le lignage et la parenté du seigneur de Niozelles. Deux hypothèses sont alors envisageables : soit la motte et le château ont coexisté soit l’un a succédé à l’autre. Dans le premier cas, la motte n’aurait pas appartenu à Isnard de Niozelles mais à un autre lignage inconnu qui aurait occupé la partie est du terroir, pour son propre compte ou celui des Niozelles, avec pour siège la motte et l’église Saint-Marcellin. Isnard de Niozelles, quant à lui, aurait possédé la partie ouest du terroir avec l’église paroissiale et le château, dans un état moins évolué que les vestiges qui demeurent aujourd’hui. En effet, on ne peut exclure la coexistence de deux châteaux, aux environs de l’an Mil, dont un, la motte, possible satellite du précédent, aurait avorté. Cette organisation aurait ainsi conservé la bipolarité décrite ci-dessus, hypothèse séduisante. Toutefois, force est de constater que toute la partie est, environ un tiers de la « villa nuazellas », appartenait à Isnard précisément jusqu’à ce qu’il la donne à Saint-Victor de Marseille. De plus, au sud de la motte, la Condamine, qu’il ne donne pas, lui appartient puisqu’elle est appelée « condaminam dominicam »60. Si, à cela, on ajoute toute la partie ouest de la villa, autour du château médiéval, force est de constater qu’il reste fort peu de place pour un terroir spécifique à la motte et qui aurait été fort enclavé au milieu des terres d’Isnard.

170La seconde hypothèse ne pourra pas davantage être prouvée mais est plus vraisemblable. La donation de 1031 témoignerait d’une véritable réorganisation du terroir. La fortification ancienne était alors abandonnée, peut-être à cause de l’effondrement de son rempart à la base duquel on a observé un important dévers. C’est alors que le pressoir aurait été construit tandis qu’un nouveau château aurait été établi à l’ouest avec son église dédiée à Saint-Étienne en laissant l’est du terroir aux moines de Saint-Victor. C’est d’ailleurs une évolution analogue qui semble s’être opérée entre le xve et le xviie s. avec la construction du château moderne et de l’église actuelle. Dans ce cas, le nommé Aldefred a pu être un dernier occupant de la motte quand celle-ci avait déjà perdu sa fonction originelle. Peut-être tenait-il le pressoir pour le compte du seigneur. En l’absence de preuves écrites on ne peut aller plus loin sur des questions auxquelles l’archéologie ne peut répondre. Dans cette optique on pourrait envisager de lever ces doutes en fouillant les vestiges du château médiéval. On y trouverait à coup sûr une occupation du xie s. comme le fait pressentir la prospection. Mais cette observation ne permettrait pas de trancher sur le fait de savoir si les occupations de la motte et du château ont été concomitantes ou successives. La solution ne pourrait être apportée qu’avec l’évidence d’un premier état du château antérieur aux dernières décennies du xe s., avant la construction du premier état de la motte.

  • 61 Cart. Marseille, 713.
  • 62 Cart. Marseille, 684.
  • 63 On observe une telle pratique par exemple dans le cartulaire de Saint-Victor de Marseille (Cart. Ma (...)

171Quoi qu’il en soit, quelques textes nous apportent des précisions sur la famille d’Isnard de Niozelles. Une autre charte du Cartulaire de Saint-Victor61 montre qu’en 1030 Isnard et sa femme ont, avec d’autres, donné à l’abbaye des terres à Dromon, au Comté de Gap. La donation porte sur deux manses dans le castrum de Dromon et sur l’église de Saint-Géniès. Ces terres étaient tenues en indivision puisque plusieurs signataires sont intervenus comme donateurs, parmi lesquels Isnard de Niozelles et sa femme Dalmatia ainsi qu’Isnard de Volonne et sa femme Dalmatia. Par ailleurs, dans la charte n° 712 d’octobre de la même année, Féraud évêque de Gap confirme la donation de l’église de Saint-Géniès. Parmi les témoins signent Isnard de Volonne et sa femme Dalmatia ainsi que Ysoard de Mison et sa femme Dalmatia. Jean-Pierre Poly les pense tous membres de la famille des Mison (Poly 1972 : 67). Marie-Pierre Estienne (Estienne 1999 : 125-126), dans la généalogie des Mevouillon-Mison, donne une place centrale à Isoard de Mison et à son frère Gaudemard mais ne mentionne pas Isnard de Niozelles. Eliana Magnani Soares (Magnani-Soares-Christen 1999 : 235 n.305) voit plutôt Isnard de Niozelles rattaché à ce groupe par alliance parce qu’il n’intervient seul pour aucune autre donation autour de Dromon. Mais que ces trois hommes aux noms identiques ou proches – Isnard de Niozelles n’a-t-il pas un fils nommé Ysoard62 ? – qui apparaissent dans des donations autour des mêmes biens en indivision soient mariés à des femmes ayant le même nom est assez singulier. Or, au moins une des trois Dalmatia ne peut pas être née dans la famille de Mison-Dromon puisqu’elle est mariée à Ysoard de Mison. Le plus vraisemblable, mais les présomptions ne font pas des preuves, serait de considérer, comme le fait Jean-Pierre Poly, ces hommes comme faisant partie de la famille des Mison-Dromon. La similitude des noms des femmes signifierait qu’ils trouvaient leurs épouses dans un même lignage, sans doute lié par une communauté d’intérêts, où l’habitude était de nommer les filles Dalmatia63.

  • 64 Cart. Marseille, 713.
  • 65 Cart. Marseille, 659.
  • 66 Cart. Marseille, 793.
  • 67 Cette extinction de lignage a été observée pour d’autres familles nobles. C’est le cas des Porcelet (...)
  • 68 ABDRA, B 278.
  • 69 ABDRA, B 512.
  • 70 ABDRA, B 30.
  • 71 AAHP, B2219, f° 400.
  • 72 ABDRA, L 3123.

172Que ce soit par naissance ou par alliance, Isnard de Niozelles appartenait à une famille dont le pouvoir s’étendait, probablement à partir de Dromon, sur le bassin de la Durance moyenne : L’Escale, Thoard, Faucon, Mison, Volonne et Niozelles. Or cette famille est devenue au cours du xie s. détentrice d’importantes prérogatives. En effet tous ces personnages sont de la famille des comtes ou vicomtes de Gap (Laplane 1983 : 424). De plus, Guillaume Bertrand 1er, comte de Provence a signé en tant que témoin lors de la donation de Dromon en 103064. On retrouve par ailleurs Isnard de Niozelles et son frère Willelmus (tous deux fils d’Isnard de la donation de 1031, charte n° 684) présents à une assemblée comtale en 104465. Isnard était également témoin d’une donation faite à Saint-Victor par Miron, vicomte de Sisteron66 en 1057. Certes, leur rôle devait être modeste puisqu’ils n’apparaissent qu’en derniers signataires et peut-être intervenaient-ils simplement à titre de voisins puisqu’en 990 le château de Lurs était la résidence d’Odile de Vence et de Miron, parents de Miron, vicomte de Sisteron (Poly 1976 : 92-93). Toutefois, leur présence aux côtés de Miron pour des donations relatives à des biens situés dans le Comté de Nice n’est pas sans rappeler que, jusqu’en 1031, les Niozelles possédaient, comme il a été dit plus haut, des terres en Provence de l’Est dans le castrum de Saint-Vincent. Peut-être tenaient-ils du lignage d’Odile de Vence ces terres qui, pour beaucoup d’entre elles, ne furent repeuplées qu’après la reconquête de 972. Curieusement, à partir de la fin du xie s. on ne rencontre plus les Niozelles dans les chartes (Laplane 1983 : 426)67. Niozelles est ensuite citée dans un texte de 112668 mais pour rapporter l’abandon par Hugues de la Roque à Guillaume Ier de Forcalquier de territoires situés dans les environs de Volx. Puis, en 1220, un arbitrage reconnut à Guillaume de Sabran, comte de Forcalquier, les terres de Niozelles (d’Hozier 1897). Le 16 juin 1337, un Guillaume de Sabran prêta hommage au comte de Provence pour la terre de Niozelles69. Au début du xvie s., Jean Chauvesse de Joye, chanoine d’Aix, acquit les droits sur Niozelles, La Brillanne et Pierrerue et prêta hommage en 150670. Anne de Matheaud de Joye prêta hommage en 1596. Le 15 septembre 1626 Charles de Castellane Adhemar de Matheaud de Joye vendit la terre de Niozelles aux Glandevès71 qui la possédèrent jusqu’à la Révolution. Marie Antoine Jean-Louis de Glandevès fut condamné à mort le8 ventôse de l’an II72 et une partie de ses biens fut vendus comme biens nationaux.

173L’édification de la fortification de Niozelles n’est donc pas un événement qui intéresse seulement la stricte histoire de ce terroir. La fouille met en lumière l’un des aspects matériels de l’émergence d’un lignage qui étend géographiquement son pouvoir sur la vallée de la Durance autour de l’an Mil. Les donations des années 1030 n’en sont qu’un épisode mais à ce moment ces familles étaient déjà implantées sur leurs terroirs respectifs depuis au moins deux générations puisque ce sont au moins des cousins et non des frères (ils n’auraient pas les mêmes noms) qui se réunissent pour donner ce qui leur appartient en indivision. D’ailleurs, ces donations à Saint-Victor se font dans un cadre plus large d’alliances militaires entre certaines familles provençales (Poly 1976 : 184).

174Ces considérations permettent de proposer quelques hypothèses quant à l’interprétation des structures de l’état 1. La fouille a montré la brièveté de cette première occupation et son prolongement immédiat dans l’état 2. Le premier état s’est-il constitué à l’initiative de la famille fondatrice de la fortification de pierre ? C’est vraisemblable puisque la fouille a montré une absence d’abandon et une réorganisation immédiate du site. L’établissement primitif, état 1, même s’il n’était pas fortifié, constitue, ne serait-ce que par son perchement et, qui plus est, sur un site que l’occupation postérieure désigne comme privilégié, une première étape. On pourrait la qualifier de « protomotte » mais il suffit de reprendre le terme déjà consacré, on l’a dit plus haut, de Kernmotte. Ce premier établissement pourrait correspondre à ce que les textes provençaux désignent comme sala (Fixot 1982 :396). Quoi qu’il en soit, cette première étape montre que la motte n’est pas apparue soudainement sous sa forme militaire. Son développement a été progressif même si ces évolutions se sont concentrées sur une période assez courte de deux ou trois décennies, tout au plus. Ces observations montrent que ces petites fortifications ne se sont pas multipliées pour répondre à l’insécurité générée par les luttes entre les grands ; dans ce cas, la militarisation aurait été urgente. D’ailleurs, lorsque le premier établissement s’est constitué à Niozelles, vers 975-980, cette période troublée touchait à sa fin et le pouvoir comtal commençait à se reconstituer (Fixot 1989 : 491 ; Baratier 1990 : 123). Le développement de ces fortifications correspond bien plus à un mouvement de mise en valeur des terroirs dont on verra plus loin qu’ils étaient de petites dimensions, ce qui semble justifier leur grand nombre.

Notes

1 Coord. Lambert : x = 882 125, Y = 187 888. Cadastre 1983, section A1, parcelles 526 et 527.

2 L’étude géologique a été réalisée par Jacqueline Gabert, professeur de géographie, Université de Provence. Je tiens à l’en remercier.

3 Jean-Marie Gassend (Institut de recherche sur l’architecture antique, CNRS, USR 3155) a réalisé des documents d’une qualité exceptionnelle. Sa rapidité et son sens du dialogue permettent une incomparable adaptabilité. Je tiens à le remercier vivement de sa disponibilité. Toutes les aquarelles ont été réalisées gracieusement et parfois refaites lorsque les interprétations ont évolué.

4 C’est la pente observée à Saint-Victor de Marseille.

5 Plusieurs exemples similaires sont déjà connus. Dans une synthèse pour la région Rhône-Alpes dirigée par Élise Boucharlat (Faure-Boucharlat 2001), voir la monographie de la fouille de Château Gaillard, Le Recourbe (Ain) par Georges Vicherd, p. 177-223, en particulier la figure 25, n° 31. Au village de Villiers-le-Sec (ixe-xe s.) (Village Charlemagne 1988), une infrastructure similaire a été mise en évidence et interprétée comme un grenier. Le même type de vestiges a été mis au jour en Seine-et-Marne, (Gentili, Hourlier 1995 : 132, pl. X), à Serron (Seine-et-Marne), ive-vie s. Dans le même ouvrage (Gentili, Hourlier 1995 : 147 et 150), Florence Carré et Marc Guillon décrivent le site de Tournedos / Val-de-Reuil (Eure), viie-xive s. qui ne comporte pas moins de 15 greniers à quatre poteaux. Voir également, en Ille-et-Vilaine, les sites de Montours et La Chapelle Saint-Aubert (Catteddu 2001). Se reporter, enfin, à un ouvrage plus général (Chapelot, Fossier 1980 : 86, fig. f-g).

6 Cette proposition avait déjà été faite pour le site de Foch Teloo (Van Giffen 1958 : 67) et est reprise par Élise Faure-Boucharlat (Faure-Boucharlat 2001 : 89, fig. 29).

7 Les essandoles sont des tuiles de bois qui ont longtemps été utilisées dans les Alpes pour couvrir les bâtiments. (Nicolas 2002 : 432), c’est donc ce type de couverture qui a été retenu pour la restitution.

8 Le détail des calculs est exposé p. 83 du volume I de ma thèse dactylographiée.

9 Monnaie n° 3. Il s’agit du quart d’un denier du Puy.

10 Il ne restait évidemment que les parties chitineuses de l’animal qui s’est effrité à la première manipulation. Philippe Richoux, entomologiste à l’Université de Lyon, précise qu’on ne peut imaginer que la larve, extrêmement fragile, ait été apportée avec la terre car les manipulations l’auraient détruite. Animal nocturne, elle devait se trouver sur le site, à proximité, et est venue se loger sous la pierre pour mener sa diapose selon un comportement tout à fait habituel chez un carabe. Ce processus, chez carabus auratus, a lieu vers la fin de l’été.

11 Les traces d’un tel chemin de ronde sont visibles en haut de la motte du Tourel (La Tour-d’Aigues, Vaucluse) qui est toutefois plus tardive (xiiie s.) et de plan circulaire.

12 Indication d’Élisabeth Sauze. Le plan, non publié, est conservé au service de l’inventaire général du patrimoine culturel, région PACA, DRAC d’Aix-en-Provence.

13 Cart. Marseille, 1089.

14 Voir plus loin, § 2.10.

15 Une transaction entre les milites de Saint-Martin-de-Brômes et Saint-Victor (Cart. Marseille, 223 et 1 182) convient que la maison des moines doit être construite de quatre cannes de hauteur pour quatre pans de large, soit 7,92 m x 0,99 m. Puisqu’il y a huit pans dans une canne (Coulet 1988 : 1067) le rapport épaisseur / hauteur est de 1/8e. Si l’on se réfère à cette proportion, la tour de Niozelles pouvait atteindre 13,73 m.

16 Jean-Louis Charlet (Université d’Aix-en-Provence), que je tiens à remercier, a donné les premières identifications de ces monnaies. Elles ont ensuite été étudiées par Jean Lafaurie. La très grande majorité des éléments numismatiques sont issus de son étude. Pour le catalogue avec description détaillée des monnaies, voir ma thèse dactylographiée, vol. I, p. 138 à 143.

17 J. Evein, P. Fortin, C. Oberlin et E. Kolic, Centre de datation par le radiocarbonne, Université Claude-Bernard Lyon 1, Villeurbane.

18 Lutz 1995. L’auteur cite un contrat de 1454 dans lequel un potier doit livrer tous les ans deux cors en terre cuite pour les gardes du château de Rodheim (Hesse). Par ailleurs il mentionne des cors de pèlerinage qui se sont fabriqués par milliers afin que les pèlerins expriment leur ferveur au moment de l‘exposition de reliques.

19 Le matériel glaçuré a été étudié par Lucy Vallauri, LAMM, Aix-en-Provence, UMR 6572.

20 Fouille de Jean-Philippe Lagrue, communication orale.

21 Scienze dei materiali applicate all’archeologia, Dipartimento per lo Studio del Territorio e delle sue Risorse, Gênes, Italie.

22 Les échanges commerciaux avec l’Islam se font soit par la Catalogne, soit par les bateaux arabes qui sillonnent alors la Méditerranée. Mais les denrées ne proviennent pas toutes d’Al-Andalus ; l’Afrique du Nord, la Syrie ou l’Orient byzantin sont également très productifs (Bonassie 1975 : 417).

23 Référence des analyses LAMM : AMA 163-166.

24 Ces objets ont été examinés par Michel Bonifay, Centre Camille Jullian, UMR 6573, Université de Provence-CNRS, que je remercie pour sa collaboration.

25 Cart. Marseille, 1089.

26 Le matériel a été étudié par André d’Anna, UMR 6636, Université de Provence-CNRS.

27 Fouille du service municipal d’archéologie de Fos-sur-Mer, responsable J.‑Ph. Lagrue, 1992-1993.

28 Matériel en cours de publication. Responsable de la fouille M. Bonifay (CNRS).

29 Les os d’animaux sauvages, de cerfs en particulier, étaient plus appréciés pour l’artisanat en raison d’une texture plus uniforme de l’os et d’une plus grande résistance.

30 Coord. Lambert : X = 880 337, Y = 186 937. Cadastre B1, parcelles 94 à 99.

31 BN Robert.

32 Un compte de décimes de 1274 (Pouillés, 116F) en mentionnant « Guillelmus Morrelli, clericus et beneficiatus ecclesie et rector ecclesie Beate Marie juxta Niuzelles », paraît faire une distinction entre l’église de Niozelles et celle consacrée à Sainte Marie qu’il place d’ailleurs non pas à Niozelles même mais à proximité. Puis (Pouillés 125E), le compte royal de 1351 semble renouveler cette séparation en distinguant le « vicarius de Niusellis » et le « prior Beate Marie de Niusellis ».

33 AAHP, E 138/2, f° 81v°.

34 AAHP, E 138/2, f° 8v° : « aultre terre au quartier de ville, confronte le chemin allant des bastides dittes de Rolland et l’église parrochialle, autre chemin de la ditte église, […], le vallat dit la Retrarse et les murailles, fine barrin de Ville Vieille et chemin allant de laditte église aux bastides dittes des Nobles ». Ce dernier lieu est encore identifiable sur le cadastre du xixe s. comme « la grange du noble ». De même que le ravin de la Retrache est précisément celui qui passe sous le rempart encore conservé au sud-est de la tour. La mention de Fine Barrin de Ville Vieille semble indiquer que l’ancien village est encore partiellement occupé bien que l’ensemble du terrier montre bien que l’agglomération actuelle est alors le centre du peuplement. En plus de l’église, on perçoit également la présence de son cimetière dans le même document (f° 58v°) : « une terre au quartier dit de Ville confronte terre du seigneur dudit lieu, le cimetière de l’église, chemin de la bastide des nobles à l’église ». Plus loin, (f° 81v°) : « Aultre terre audist quartier de Ville confronte ledist Seigneur en deux parts, la muraille et la tour proche de l’église ». Dans le cadastre de 1675 (f° 101v°), le quartier de Ville est désormais appelé Ville Vieille, « Terre au quartier de Ville Vieille confrontant du levant le vallat de la retrache, du midi terre de madame, du couchant chemin allant de Niozelles à St Mayme et du septentrion le ruisseau du beveron ».

35 AAHP, E 138/1 f° 7 : « il y a grande nécessité de bastir une église dans le lieu, attendu que les habittants sont en danger de mourir sans les sacrements comme il est arrivé à plusieurs particuliers attendu les lougement (sic) de l’église et la rivière qu’il faut passer et le danger des saints sacrements passant sur une planche et la couline qu’il faut grimper au temps de l’hiver »

36 Niozelles a : le 14 mai Pierre Bonard, travailleur, se marie avec Clère Suba : « ledit Bonard a été assisté de Jean et André bonards (sic) ses deux frères, son dit père n’ayant pu monter la montagne de l’église à cause de sa vieillesse ». Or l’église moderne se trouve en terrain plat au cœur du village actuel.

37 Niozelles b, f° 36.

38 Coord. Lambert : X = 880 337, Y = 186 950. Cadastre, B1, parcelles 32, 525, 524a et 567.

39 Ces recherches de terrain ont été menées par Jeanine Bourvéau que je tiens à remercier pour son efficacité.

40 La céramique provient d’une surface d’environ 200 m2 à la pointe ouest de la parcelle 567.

41 Pour la céramique d’Antiquité tardive, voir Pelletier et al. (1991).

42 Un bulletin paroissial Chez nous 1933 (collection privée), rapporte que « On prétend qu’autrefois, au quartier de Saint-Alban, existait un couvent de Clarisses… Le fait est qu’on y trouve beaucoup de tombeaux et d’ossements ».

43 Niozelles b, f° 44.

44 AAHP, E 138/1 f° 147.

45 Cart. Marseille, 684.

46 Ce terme est sans doute la forme passive du verbe brugir qui se traduirait par « il est fait du bruit ». L’expression désigne sans doute une cascade (fig. 38) située à proximité du Moulin de Ventre. Cette interprétation m’a été donnée par Élisabeth Sauze que je remercie.

47 « Poio Aregu » est une forme originale pour ce village qui est habituellement désigné comme Petra Rua dans les autres chartes.

48 Cart. Marseille, 685.

49 Cart. Marseille, t. II, p. 665.

50 Élizabeth Sauze conteste cette identification et y verrait plutôt Saint-Vincent-sur-Jabron, plus proche de Niozelles.

51 AAHP, E 138/2, 1654, f° 76.

52 AAHP, E 138/2, 1654, f° 110.

53 M. Borel, village de Niozelles. Ce témoignage a été recueilli par Jeanine Bourvéau que je remercie.

54 On a en effet observé un éloignement analogue sur un site, nettement plus tardif, de la Plaine de la Grande Bastide à Saint-Paul-lès-Durance qui sera exposé plus loin. La même remarque peut être faite pour le site de Vins-sur-Caramy où l’église Saint-Vincent et le château sont éloignés d’environ 1000 m.

55 AAHP, E 138/3, cadastre de 1784 f° 1v°.

56 AAHP, E 138/3 f° 5.

57 AAHP, E 138/3 f° 14 v°.

58 AAHP, E 138/2, f° 43.

59 Éizabeth Sauze précise que ce nom correspond au provençal Audifren.

60 Cart. Marseille, 684.

61 Cart. Marseille, 713.

62 Cart. Marseille, 684.

63 On observe une telle pratique par exemple dans le cartulaire de Saint-Victor de Marseille (Cart. Marseille, 1089) vers 1080, au passage suivant : « et Pierre de Rousset qui avait reçu sa femme du même Jean (Jean de Turriers alors décédé) et Vilelmus fils du susdit Pierre qui avait pris la fille du susdit Jean ». Sur les alliances matrimoniales des familles aristocratiques, voir Florian Mazel (Mazel 2002 : 35).

64 Cart. Marseille, 713.

65 Cart. Marseille, 659.

66 Cart. Marseille, 793.

67 Cette extinction de lignage a été observée pour d’autres familles nobles. C’est le cas des Porcelet dont pourtant la puissance avait été plus grande et plus durable que celle des Niozelles (Aurell 1986 : 173-176).

68 ABDRA, B 278.

69 ABDRA, B 512.

70 ABDRA, B 30.

71 AAHP, B2219, f° 400.

72 ABDRA, L 3123.

Table des illustrations

Titre FIG. 4 Niozelles : état 1, fin du xe s.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19567/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre FIG. 5 Niozelles : bâtiment de l’état 1 vu du nord-est.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19567/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre FIG. 6 Niozelles : état 1, ensemble des installations.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19567/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre FIG. 7 Niozelles : état 1, édifice aux quatre poutres et silo.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19567/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre FIG. 8 Niozelles : état 1, petit appentis domestique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19567/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre FIG. 9 Niozelles : état 2.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19567/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre FIG. 10 Niozelles : état 2, implantation des annexes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19567/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre FIG. 11 Niozelles : dépôt de fondation à la base du mur de la tour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19567/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre FIG. 12 Niozelles : chantier de construction entre l’état 1 et l’état 2, aires de gâchage du mortier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19567/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre FIG. 13 Niozelles : état 2. Vestiges du rempart et foyer de l’annexe domestique nord, vue de l’ouest. Le rempart accuse un dévers vers le nord (vers la gauche) qui a dû entraîner sa chute.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19567/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre FIG. 14 Niozelles : vestiges du mur barrant l’accès entre la tour et le rempart.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19567/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre FIG. 15 Niozelles : état 2, foyer de l’annexe domestique nord. À droite, vestiges du rempart. En arrière-plan, la porte d’accès.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19567/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre FIG. 16. Exemple de construction moderne de pierre et de bois (Lantosque, Alpes-Maritimes).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19567/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre FIG. 17 Niozelles : foyer de l’annexe sud après enlèvement de la cendre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19567/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre FIG. 18 Niozelles : état 3. Au premier plan, les trous des guides du pressoir. Au second plan, la cuve de trituration. Vue du sud.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19567/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre FIG. 19 Positionnement des activités du pressoir.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19567/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre FIG. 20 Niozelles : monnaies (les numéros correspondent à ceux du tableau ci-dessous).
Légende TABL. III Datation des monnaies.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19567/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre FIG. 21 Niozelles: typologie des céramiques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19567/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre FIG. 22 Niozelles, céramique : 1 pot à bord simple ; 2 bouteille ; 3 trompe.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19567/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre FIG. 23 Niozelles : pots du type 2. Le plus petit contenait le dépôt de fondation.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19567/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre FIG. 24 Niozelles : 1, 2 pots à bord à bandeau ; 3 pot à bec ponté.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19567/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre FIG. 25 Niozelles : jatte et couvercle.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19567/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre FIG. 26 Niozelles : jatte et couvercle.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19567/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre FIG. 27 Niozelles : 1 pointe de flèche ; 2-8 carreaux d’arbalètes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19567/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre FIG. 28 Niozelles : mobilier métallique. 1 paire de forces ; 2-4 clés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19567/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre FIG. 29 Niozelles : mobilier métallique. 1 ciseau à bois ; 2 burin ; 3 fer à cheval ; 4,5 tiges d’éperons.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19567/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre FIG. 30 Niozelles : objets de décor et de parure. 1-3 rivets ; 4,5 bagues ; 6, 7 épingles.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19567/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre FIG. 31 Niozelles : tabletterie en bois de cervidé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19567/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre FIG. 32 Niozelles : manches de couteaux en bois de cervidé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19567/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Titre FIG. 33 Niozelles : étuis décorés à fonction inconnue.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19567/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre FIG. 34 Niozelles : fusaïoles.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19567/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre FIG. 35 Niozelles : stèle néolithique en réemploi comme jeu de marelle.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19567/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre TABL. IV La faune des différents états : espèces, nombre de restes déterminés (NRD), poids des ossements (PO) et nombre de restes indéterminés (NRInd).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19567/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre TABL. V Répartition des restes des principales espèces domestiques par segments anatomiques : le matériel de l’état 1 à 3 (NRD).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19567/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre TABL. VI Répartition du nombre minimum d’individus en fonction des classes d’âges.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19567/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre TABL. VII Ostéométrie des animaux de l’état 2A.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19567/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre TABL. VIII Ostéométrie des animaux de l’état 2B.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19567/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre FIG. 36 Répartition en fonction des différentes classes d’âges des animaux abattus.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19567/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre FIG. 37 Niozelles : motte et habitat associé (d’après sondages AFAN).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19567/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre FIG. 38 Position des sites mentionnés sur le territoire de Niozelles.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19567/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende FIG. 39 Niozelles : vue aérienne du château médiéval.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19567/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 30k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search