Version classiqueVersion mobile

Mottes castrales en Provence

 | 
Daniel Mouton

Chapitre 1. Le cadre et les méthodes

Texte intégral

1.1 Les mottes castrales : un sujet encore peu exploré en Provence

1Les mottes castrales de la vallée de la Durance moyenne : telle était la formulation du sujet à l’origine. Michel Fixot avait été le premier à révéler l’existence des mottes en Provence. Les fouilles qu’il avait menées et les prospections confrontées à la documentation, en particulier pour la région d’Apt, prouvaient que la prolifération des fortifications privées à partir du xie s. était une question dont beaucoup restait à explorer. L’objectif de ce travail était donc de poursuivre la recherche aussi bien sur le terrain que dans la documentation dans l’espoir de donner une matérialité archéologique à un phénomène qui était déjà connu par ces travaux et par l’énorme travail de documentation et d’analyse de Jean-Pierre Poly (Poly 1976 ; Poly, Bournazel 1998 : 111-120).

2Dans cette optique il a d’abord fallu prospecter, relever les sites et constituer un corpus suffisant pour pouvoir mener des observations de séries et opérer des choix dont la pertinence éventuelle ne serait avérée qu’une fois la fouille achevée ; tel est le lot de l’archéologue. La difficulté était accentuée par le fait que les Provençaux utilisaient des hauteurs naturelles pour installer leurs petites fortifications. Quand les sites n’ont pas été effacés par un château plus grand ou par un village, ils sont souvent retournés à la nature. Le risque est alors grand de voir des mottes partout. Il a donc fallu se forger l’obligation de s’en tenir à des critères objectifs, dans la mesure du possible.

3Le catalogue de sites s’est constitué au fil du temps. Les premiers sondages ont eu lieu à proximité immédiate de l’église Notre-Dame à Allemagne-en-Provence (Alpes-de-Haute-Provence) qui semblait, a priori, un site exemplaire : motte avec fossé et présence du bâtiment religieux. Les résultats ont été plutôt imprécis, si bien qu’il a paru hasardeux d’y lancer une fouille programmée. Le choix s’est alors porté sur la motte de la Plaine de la Grande Bastide à Saint-Paul-lès-Durance (Bouches-du-Rhône), pour plusieurs raisons. D’abord la situation topographique du site entre le terroir de Cadarache, mentionné dès le xie s., et celui de Saint-Peyre, où j’ai pu identifier une motte datable du xie s. également, laissait espérer une certaine compréhension du peuplement sur l’ensemble de la zone. De plus, la présence, à quelques centaines de mètres de là, d’une église en partie fouillée par Michel Fixot devait contribuer à compléter cette problématique. Enfin, l’appui logistique fourni par les responsables de l’infrastructure du Centre d’études nucléaires de Cadarache n’est pas non plus étranger à cette décision.

4Lorsque les travaux précédents ont été terminés, la recherche s’est orientée vers la motte de la Grande Bastide à Niozelles (Alpes-de-Haute-Provence). Outre une mention en 1031, la prospection livrait de la céramique datable du xie s. Une fouille clandestine, vraisemblablement pratiquée quelques années auparavant, laissait percevoir des niveaux archéologiques contenant du matériel. Dépassant tous les espoirs qui motivaient ces travaux, la très grande richesse des découvertes faites sur cette motte n’était pas prévisible à l’origine. La place prise par la roca de Aldefred devenait alors centrale dans cette recherche à tel point qu’une reformulation du sujet s’est imposée pour devenir « La Roca de Niozelles et les mottes castrales du bassin de la Durance moyennne… ».

5Les questions posées par le sujet peuvent se lire à plusieurs niveaux. Sur un plan général, l’objectif est d’appréhender la réalité physique des mottes et du phénomène qu’elles illustrent : la militarisation des territoires, à partir des dernières décennies du xe s., et de tenter de savoir par qui et comment ce processus avait été mis en œuvre. Ces évolutions se placent dans le cadre des troubles qui agitèrent la Provence lors de la dislocation de l’empire carolingien (Poly 1976 : 4-29 ; Fixot 1989 : 482 et suiv.). Les historiens débattent de la question de savoir s’il y a eu une véritable « privatisation » du pouvoir politique ou si la multiplication des petits châteaux privés était déjà inscrite dans l’organisation sociale carolingienne. La thèse de la mutation s’oppose à celle de l’ajustement qui, en réalité, ne fait qu’atténuer la précédente. Georges Duby (Duby 1973) et, à sa suite, Jean-Pierre Poly (Poly 1976 ; Poly, Bournazel 1998), avaient développé le point de vue « mutationniste » qui a été ensuite contesté par Dominique Barthélemy (Barthélemy 1997). Aucune des deux ne conteste l’émergence des fortifications privées, autour de l’an Mil. Jusqu’au milieu du xe s. les châteaux avaient été publics et peu nombreux, une quinzaine environ (Poly 1976 : 126-127). L’occupation sarrasine n’a sans doute eu, au plus, qu’une incidence marginale dans ces évolutions, même si c’est contre eux que Beuve est censé avoir construit son château perché de Peire Impie dont, d’ailleurs, la réalité archéologique n’est pas établie (Poly 1976 :7 ; Carozzi 1969 :30-35).

6Cette multiplication des châteaux privés, dès la seconde moitié du xe s., avait déjà été mise en évidence par les historiens mais la connaissance de la réalité physique de ces constructions faisait presque complètement défaut. L’utilisation même du terme « château » induit inévitablement des images erronées, construites à partir d’établissements beaucoup plus grands, plus ou moins bien conservés, mais qui ne sont pas antérieurs aux xiie-xiiie s. Ce sont les premières fortifications privées que cette recherche tente d’exhumer en ajoutant aux observations des historiens la documentation archéologique qui, jusqu’à présent, manquait.

7À un niveau plus ponctuel, mais non moins essentiel, il était nécessaire de fouiller des sites pour en comprendre la conception, l’organisation et tenter de dégager des éléments de la vie quotidienne pour ces périodes pourtant assez proches de nous mais encore bien mal connues. Pour cela il fallait recenser le plus possible de ces castra afin d’en approcher la densité, de comprendre l’organisation dans les terroirs, le rôle dans le peuplement et de cerner les évolutions chronologiques. Est-il nécessaire de dire que cette étude ne prétend pas apporter des réponses complètes et définitives aux questions posées par les historiens au sujet de la naissance des fortifications privées ? Elle se veut une simple contribution à un ensemble de questions qui intéressent l’histoire du peuplement de la Provence médiévale et dont certaines ont été maintes fois débattues comme celle de la villa et du castrum. Elle s’affirme, en revanche, comme une accumulation d’observations archéologiques dont certaines ont fait l’objet d’analyses les plus fines possibles tandis que d’autres ne constituent que le début d’un catalogue à poursuivre. Ce dernier permet toutefois, par la multiplication des exemples, de dégager des données générales qui étaient peu ou pas connues. À ces petites fortifications est venu s’ajouter un site beaucoup plus étendu, la Petite Citadelle, à Vauvenargues (Bizot 2001), dont la datation et l’organisation permettent de poser un certain nombre de questions relatives à la fonction des castra du xie s.

8Dans un premier temps seront exposées les méthodes mises en œuvre pour la recherche des sites. L’expérience accumulée n’est pas exempte de défauts mais pourra servir à poursuivre cette quête sans fin. Elle a d’ailleurs été utilisée par des étudiants travaillant sur les Hautes-Alpes. À partir des données collectées, l’exposé sera développé en trois parties. La première rapporte, à titre d’exemple majeur par rapport au sujet, les résultats des fouilles de Niozelles et leur mise en perspective historique. La deuxième partie recense32 monographies de sites qui viennent s’ajouter aux précédentes pour alimenter la synthèse qui occupe la troisième partie.

1.2 Le cadre géographique et la recherche des sites

9Dans l’approche du territoire, on n’a pas cherché à se cantonner à une circonscription religieuse ou administrative, diocèse, viguerie, etc. car il n’y avait aucune raison de penser qu’existaient des spécificités attachées à ces cadres. La Durance constitue l’axe géographique principal de cette étude, de la région de Sisteron, au nord, jusqu’à la basse vallée, vers le sud, à Mallemort, quarante kilomètres avant que la rivière ne se jette dans le Rhône, à proximité d’Avignon. Sur ce parcours, ces paysages de moyenne montagne présentent des aspects assez différents comme le Luberon ou le plateau de Valensole, mais possèdent tous des morphologies propices à l’établissement de petites fortifications perchées. En effet, l’érosion a sculpté de nombreuses vallées transversales où ne courent parfois que de petits rus intermittents. De ce fait, beaucoup de reliefs en forme d’éperons s’avancent au-dessus de vallées qui, en dehors des zones inondables, constituent des petits terroirs favorables aux activités agricoles ou pastorales et donc au peuplement. Ainsi, la géomorphologie, en créant les conditions naturelles du perchement et de la défense, a favorisé l’émergence de la motte d’éperon, type nettement majoritaire en Provence, on le montrera. La partie la plus septentrionale du territoire étudié est située à l’est de Sisteron, au nord de la vallée de la Bléone et à l’est de la Durance. Les altitudes y atteignent 1300 à 1400 m dans des paysages de pâturages où les textes placent l’élevage d’ovins dès les environs de l’an Mil. Les vallées des rivières Sasse, Riou de Jabron, Vançon et la Bléone forment des axes est-ouest qui pénètrent vers les zones d’altitudes. On rencontre les mêmes formes de paysages dans le Luberon, que ce soit au pied de la Montagne de Lure que plus bas, dans la partie la plus méridionale de la zone étudiée. Par contre, à l’est de la Durance, le plateau de Valensole présente des spécificités. Au sud de la Bléone, cette vaste formation glaciaire, très sensible à l’érosion, est coupée par plusieurs affluents de la Durance : l’Asse, le Colostre et le Verdon. Sur le plateau, le paysage semble uniformément plat mais de très nombreux ravins viennent l’échancrer et former, là aussi, des reliefs d’éperons qui ont été utilisés lorsqu’il a fallu établir des petits châteaux. C’est cette parfaite intégration au paysage qui rend la prospection difficile.

  • 1 Ces travaux de recherche ont d’ailleurs commencé dans le cadre du programme H40, sous la direction (...)

10Bien que, dès le début, la prospection ait été centrée autour du bassin de la Durance, aucune limite particulière n’avait été fixée car l’objectif était de recenser le plus grand nombre possible de sites. En effet, il était important de déterminer l’étendue du phénomène et de détecter, éventuellement, des zones vides de sites ou d’autres de plus forte concentration, objectif toutefois assez illusoire car il prétend à l’exhaustivité qui en archéologie est, par nature, vouée à l’échec1. La priorité avait été donnée à un recensement extensif. Compte tenu de l’ampleur de la tâche, il aurait été présomptueux de s’intéresser à l’ensemble de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. La prospection est un travail trop démesuré pour que l’on ne soit contraint de se limiter à une zone géographique accessible. En premier lieu, l’étude n’avait pas à se porter sur des zones déjà bien étudiées : la région d’apt (Vaucluse) par Michel Fixot (Fixot 1973-74), la Provence orientale par Jean-Claude Poteur (Poteur 1999 et 2001). Des régions plus septentrionales ont également été l’objet d’études par Marie-Pierre Estienne (Estienne 2004) et Nathalie Nicolas (Nicolas 2002). Par contre, les moyens de la détection dans le cadastre contemporain informatisé m’ont permis de découvrir des sites en dehors de la zone strictement définie au départ. Ils n’ont été l’objet d’un relevé que dans la mesure où ils m’ont paru essentiels à la compréhension du phénomène. C’est particulièrement le cas du Var, actuellement étudié de manière approfondie par Élisabeth Sauze. Ce département a d’ailleurs fourni quelques exemples de mottes très utiles dans la synthèse.

1.3 Les apports de la toponymie

11De nombreux sites inconnus restent, sans aucun doute, à découvrir. La prospection est d’autant plus difficile que la plupart des établissements ont été construits sur des reliefs naturels plus au moins aménagés. Le paysage est généralement accidenté et la couverture végétale dense ; il est pratiquement impossible de détecter une motte à distance. Il va sans dire que, pour ces raisons, la prospection aérienne n’est d’aucun secours. Les découvertes de sites à vue sont très rares lorsqu’aucun vestige construit n’est apparent. C’est pourquoi la toponymie s’est avérée être le mode d’accès le plus efficace. La détection des toponymes a été menée dans les cadastres et dans les textes.

  • 2 Le fichier RIVOLI (répertoire informatisé des voies et lieux-dits) du ministère de l’Économie et de (...)
  • 3 Les prospecteurs trouveront ces informations utiles dans les tableaux joints dans les annexes 1 à 3 (...)

12Des recherches systématiques ont été menées pour plusieurs toponymes dans le cadastre moderne informatisé2. Le nombre de sites identifiés sur le terrain est très faible par rapport à celui des toponymes trouvés, ceci pour deux raisons. En premier lieu, tout prospecteur sait que le rendement est toujours médiocre et souvent même décourageant : le terrain ne livre pas toujours ce qu’on espère y trouver. Ensuite, la zone de la présente étude est beaucoup plus restreinte que la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, si bien que la majorité des lieux-dits n’a pas été prospectée3. L’enquête menée sur le cadastre contemporain constitue un bon indicateur des sites qui ont conservé leur nom, en revanche, certains toponymes ont disparu au cours du temps. Une recherche dans les cadastres anciens est donc indispensable bien que la tâche soit infinie. Là aussi, il sera nécessaire que chaque prospecteur s’y adonne pour la région qui l’intéresse. C’est ainsi, comme on le verra plus loin, qu’un ancien cadastre de Gréoux-les-Bains mentionne la « moutte » d’Aurabelle, un autre celle de Mauroue à Riez.

13Les sources écrites mentionnent parfois des sites. On a recherché en priorité ces indications dans des textes qui concernaient la région étudiée et qui couvraient une séquence chronologique contemporaine, a priori, du développement du phénomène. Les cartulaires de Saint-Victor de Marseille (Cart. Marseille) et de Cluny (Cart. Cluny) ont été très précieux à cet égard. Ils ont pu révéler l’existence de sites et parfois donner des indications sur le terroir ainsi que sur la présence d’une église. Dans ce cas les résultats sont très largement tributaires des zones géographiques des possessions de ces abbayes ainsi que des périodes plus propices aux donations. Celles-ci ont d’ailleurs été nombreuses au xie s. alors que les fortifications privées se multipliaient. Des sources plus tardives ont également été utiles tels les actes des comtes de Provence et en particulier l’enquête sur les droits de Charles 1er d’Anjou (Enquêtes Charles 1er). D’autres sources ponctuelles ont également contribué à la découverte de sites.

14Quatre toponymes, avec leurs variantes, indiquent souvent une motte : la Motte, le Castelas, la Tour, la Roque. Malheureusement, certains sites restent anonymes, ce qui ajoute à la difficulté. Quoi qu’il en soit, la vérification sur le terrain est toujours indispensable mais les difficultés, terrain parfois très accidenté et couvertures végétales trop denses, peuvent tenir le prospecteur en échec. De plus, le site a parfois pu disparaître sous des constructions ultérieures. Ainsi à Dauphin (Alpes-de-Haute-Provence) la « Montée de la Moutte » conduit au point culminant du village où pouvait se trouver le château primitif mais rien n’en subsiste. Le cas est sans doute identique à la Motte-d’Aigues.

La Motte

15Le premier des quatre toponymes est le plus évident : « la motte » qui apparaît le plus souvent en Provence sous la forme « moutte ». Une recherche dans le cadastre actuel pour toute la région Provence-Alpes-Côte d’Azur a permis de détecter 69 formes de toponymes en « moutte », « motte » ou « mota », variante que l’on trouve dans la région proche de l’Italie.

  • 4 J’ai visité ces lieux avec Michel Fixot et Monique Zerner, Professeur à l’Université de Nice, qui a (...)
  • 5 Coord. Lambert : X = 827 500, Y = 124 625. Toutes les coordonnées sont données par rapport au quadr (...)

16Dans le Vaucluse, sur les communes de Rasteau et de Gigondas deux lieux-dits « la Motte »4 désignent des plateaux ou aucun tertre n’est décelable. Certes, au cours du temps, des sites ont pu être entièrement détruits mais la proximité géographique des deux toponymes peut signifier que le mot a servi localement à désigner un type de terrain particulier dont les caractéristiques nous échappent. Il semble également possible que « moutte » ou « motte » ait servi à désigner des ouvrages non castraux ayant nécessité des apports de terre tels que des digues voire, par extension, des canaux. Cet emploi particulier du terme « motte » avait déjà été relevé par Michel de Boüard (De Boüard 1967 : 19-26). Ainsi l’enquête de Charles 1er d’Anjou mentionne, dans la ville d’Arles, une rive du Rhône appelée « motte » (Baratier et al. 1969). Par ailleurs, le lieu-dit « la Moute », trouvé dans le fichier Rivoli, sur la commune de Châteauneuf-les-Martigues est situé en terrain plat à 400 m du bord de l’étang de Berre5. Aucune élévation, même partiellement arasée, n’est détectable dans cette zone qui a dû être longtemps marécageuse. Par contre un ruisseau, sans doute aménagé, draine l’eau vers l’étang. Peut-être cet exemple renvoie-t-il à cette acception particulière du mot « motte ».

  • 6 Coord. Lambert : X = 876 500, Y = 200 750. Carte IGN 1/25000, 3341O, Forcalquier.
  • 7 Coord. Lambert : X = 950 625, Y = 134 475. Carte IGN 1/25000, 3544O, Le Muy.
  • 8 Le lieu-dit n’apparaît pas sur la carte IGN mais on le trouve dans le cadastre. Coord. Lambert : X (...)

17Par ailleurs, quelques confusions peuvent provenir de l’anthroponyme issu plus ou moins directement du toponyme « Moutte ». C’est par exemple le cas à Saint-Étienne-les-Orgues (Alpes-de-Haute-Provence) où la carte IGN6 mentionne de façon erronée « le Jas de la Moutte » alors que le cadastre porte « Campagne de Moutte », du nom de l’actuel propriétaire. La vérification est plus difficile lorsque le toponyme a survécu à la famille comme par exemple dans le cas du « Jas de Moutte » à Roquebrune-sur-Argens7, où aucun site n’est visible ; il marque sans doute l’emplacement d’une ancienne bergerie désignée par le nom de son propriétaire. À Ginasservis (Var), à 3200 m au sud-ouest du village, un lieu-dit désigné dans le cadastre « Carton de la Moute »8 mais aussi « les Moutes » ne semble pas pouvoir correspondre à une motte : il se situe en fond de vallée à l’endroit où passe un petit canal appelé « Vallat du Moulin » et aucun tertre n’y est visible. Peut-être le toponyme a-t-il pu se déplacer mais aucun site n’a été trouvé. Il est vraisemblable, là encore, que l’on soit en présence d’un anthroponyme comme semble l’indiquer le pluriel « les Moutes » qui peut désigner un ensemble de personnes composant une famille. Peut-être encore le nom désigne-t-il des aménagements canalisant l’eau du moulin.

FIG. 1 Répartition des sites actuellement recensés.

FIG. 1 Répartition des sites actuellement recensés.
  • 9 Cart. Marseille, 534.
  • 10 Coord. Lambert : X = 940 087, Y = 152 812. Carte IGN 1/25000, 3543O, Seillans, altitude 351 m. Le l (...)

18À l’exception de ces quelques exemples incertains, le mot « motte » ou « moutte » ne semble désigner, en ce qui concerne les sites archéologiques, que des petites fortifications. Dans les textes régionaux, le terme « mota » est apparu au cours de la première moitié du xie s. En effet, vers 1030-1039 le cartulaire de Saint-Victor de Marseille mentionne une « Mota Lamberti »9 qui a été identifiée comme le village de La Motte (Var) (Codou 1997) car le donateur, Guillaume III, vicomte de Marseille, a effectué d’autres donations dans ce territoire. Je ne partage pas ce point de vue car, après avoir énuméré tous les biens donnés, la charte précise : « sunt ipsi res in comitatu Forojuliense, in castro nuncupato Calars ». Or, à Callas (Var), petite agglomération située à 8 km au N-NE de Draguignan, un toponyme « le Collet Motte »10 garde très certainement la mémoire de la Mota Lamberti (fig. 1, n° 12). Il désigne l’extrémité d’un relief en éperon qui domine le terroir de fond de vallée qui se développe au sud du village actuel. Bien que la topographie soit tout à fait favorable, la prospection n’a pas permis de déceler la présence d’une motte qui a vraisemblablement été arasée. Quoi qu’il en soit, cette mention de la première moitié du xie s. est la plus ancienne pour les mottes de Provence. Le nom d’une personne a été associé à la motte comme c’était presque toujours le cas pour la sala, site résidentiel aux formes encore très mal connues qui apparaît également dans les textes autour de l’an Mil (Fixot 1975 : 68-69).

  • 11 Cart. Marseille, 570.
  • 12 Cart. Marseille, 552.
  • 13 Cart. Marseille, 553.

19Quant au village de La Motte (Var) (fig. 1, n° 9), il est nommé, à la même époque, d’abord par une mention indirecte relative à une donation datée de 103911 : dans les confronts apparaît « un pont de la Motte » sur la rivière Artuby où, sans doute, passait une voie menant au village de La Motte. Ce dernier est désigné comme castrum et villa en 1044 et comme villa vers 104512. Enfin, en 1052 le texte ne mentionne qu’un « territorium loci vocatur Mota »13, comme si le terme de motte n’était déjà plus qu’un toponyme. Le tertre est encore perceptible en bordure de l’agglomération où il sert de support à un beffroi. C’est donc à tort que Michel de Boüard avait vu dans cet exemple une digue (De Boüard 1967 : 19-26).

  • 14 Cart. Marseille, 561 ; Chartes inédites Saint-Victor n° 42.
  • 15 Cart. Marseille, 55, 555, 556, 558, 559, 560.
  • 16 Cart. Marseille, 565.
  • 17 Cart. Marseille, 1102.
  • 18 Cart. Marseille, 977.

20Plus significative encore est l’évolution des désignations relatives au site de Palayson (fig. 1, n° 8) (Codou 1997 : 284-287 ; Sauze 1999-2000) dont la première mention se place en 102814. Une terre est donnée au monastère Sainte-Marie et Saint-Jean situé « in comitatu Foroiuliense subtus castro que nominant Palagone ». Jusqu’au milieu du xie s., Palayson est toujours désigné comme castrum15, terme qui exprime une organisation, sinon un statut juridique, du château et du terroir qui en dépend (Fixot 1975 : 67-68), ensemble que l’on trouve exprimé différemment vers 1055 : « cellam […] que est sita in territorio de castello vel villa Palaione »16. Ce n’est qu’à partir du siècle suivant17 que les rédacteurs utilisent le mot de motte : « de ecclesia Beati Bartolomei de Mota Plaionis ». À ce moment, ce n’est plus un statut qui semble exprimé mais une simple description physique. Cette impression est renforcée par une mention encore plus tardive : « in toto territorio de Palaion et in toto termino de Pauca Motta »18. Cette « motte de peu » n’a donc plus rien pour impressionner ; certainement est-elle alors à l’abandon. Ces évolutions du vocabulaire ne tiennent peut-être qu’aux choix des rédacteurs qui, dans un premier temps, utilisaient des termes plutôt savants avant d’opter, un peu plus tard, pour des mots plus communs. Quoi qu’il en soit, cette motte a conservé un territoire bien délimité : terminum qui semble d’ailleurs avoir conservé son identité (Codou 1997 : 285) jusqu’au xve s. En définitive, la motte de Palayson est celle dont la mention est la plus ancienne puisque son existence a été consignée à partir de 1028, même si un autre terme que « motte » était alors utilisé.

  • 19 Cart. Marseille, 311.

21Une autre motte semble décelable à Bras (fig. 1, n° 7), village situé à 8 km au nord-est de Saint-Maximin. En 106219 Pons de Bras donna une église Saint-Eucher avec des terres. Parmi les confronts, se trouve un cours d’eau, « aqua […] que nominant Muta », dit aussi « aqua de Muta » et, un peu plus loin, « aqua de Mota ». Il s’agit sans doute d’un modeste torrent car une seule rivière, le Cauron, passe à Bras à moins que le mot ne désigne, ici encore, un canal alimentant un moulin. La prospection sur cette commune reste à faire.

  • 20 Cart. Marseille, 717.

22Deux autres mottes sont nommées dans les textes à la fin du xie s. La Motte-du-Caire (Alpes-de-Haute-Provence) (fig. 1, n° 38) est nommée dans une charte de la fin du xie s. dont le texte est mal conservé (Amargier 1967, n° 321). Matfred de Valernes (Alpes-de-Haute-Provence) donnait une église Saint-Étienne. Le début du texte mentionne « la Mota ». Puisqu’il s’agit de Valernes, l’éditeur « conjecture avec certitude » que le site est celui de La Motte-du-Caire. Ce n’est pas douteux puisqu’il existe bien, sur cette commune, un lieu-dit Saint-Étienne où subsistent quelques assises de maçonnerie difficilement visibles sous la végétation (Michel d’Annoville 1995 : 4). Matfred de Valernes fut témoin dans une charte de 106920, c’est pourquoi la première mention de la motte peut être placée dans le dernier tiers du xie s. J’ai pu constater sur place qu’une motte, au lieu-dit « Le Château », occupait le haut du relief dans la pente sud duquel s’est développé le village. Malheureusement, l’aménagement d’un important réservoir d’eau sur la plate-forme a complètement mutilé le site qui est irrémédiablement perdu pour l’archéologie. Au xiiie s. la seigneurie appartenait au comte de Provence (Isnard 1913 : 254) puis, au xive s., aux Beaufort, donataires du comte.

23Quant à La Motte-d’Aigues (Vaucluse) (fig. 1, n° 63), le toponyme est également connu depuis la fin du xie s. sous le terme « oppido muta » en 1096 (Inventaire général 1981 : 484). Une famille La Motte, vassale des comtes de Forcalquier, semble y avoir eu quelques droits, probablement à titre de coseigneurs, au xiie s. Les principaux seigneurs en furent ensuite les Sabran. Même si un toponyme « Moulas » peut en conserver le souvenir (Fixot 1976 :78), la motte n’est plus visible, probablement effacée par les constructions au cœur du village.

  • 21 « dederunt condaminam de Maurosa que durata mota Maurose que in ea continetur ».
  • 22 ABDR, 56 H 4.853.
  • 23 Arch. Relave, 1777.

24Sur le territoire de Riez (Alpes-de-Haute-Provence) une autre motte a été trouvée grâce à une charte du xiie s. (Maurel 1897 : 417-418). Deux seigneurs de Riez, Spada et Guillaume Augier donnèrent la condamine de Mauroue (fig. 1 n° 19) et la « durata mota »21 qui y était incluse. Celle-ci et la « pauca mota » de Palayson sont les deux seules mottes à avoir reçu un qualificatif. Afin d’éviter toute confusion, j’ai d’abord vérifié que l’éditeur de la charte n’avait pas fait une lecture fautive de durata pour dirruta. Le manuscrit est un très beau parchemin original22 avec une belle écriture grosse et régulière qui ne permet aucune ambiguïté. Durata signifie « renforcée », « fortifiée ». Peut-être en 1198 était-elle encore occupée. Si ce n’était pas le cas, on a ici la preuve qu’au moins elle n’était pas en ruine. On verra lors de l’étude de ce site qu’il est également mentionné sur un plan du xviiie s. comme « éminence appelée la motte »23.

  • 24 Édouard Baratier 1969, p. 412, n° 753 ; « Defensa : unum quod fuit G. de Merindolio ; item aliud qu (...)

25Les enquêtes sur les droits de Charles Ier d’Anjou, placent à Mérindol (Vaucluse) plusieurs défens dont l’un est appelé « Mota »24 (fig. 1, n° 58). Il se peut que ce défens ne soit pas le site même de la motte mais simplement un terrain qui en dépendait comme on l’a observé, par exemple, à Draix (Alpes-de-Haute-Provence) ou à Saint-Paul-lès-Durance (Bouches-du-Rhône). La topographie du château médiéval suggère la présence d’une motte. C’est une hypothèse à retenir même si les fouilles qui y ont été pratiquées ont montré une intense occupation aux xiiie et xive s. qui paraît plutôt tardive (Hurtaut 1992 ; Hurtaut 1993 ; Markievicz 1994 ; Markievicz 1995). Par ailleurs, aucune motte n’apparaît dans les cadastres anciens de la commune (Hurtaut 1995) ni dans un ouvrage relatif à son histoire (Peyre 1939). Il reste à prospecter systématiquement cette commune pour savoir si une motte a pu se trouver ailleurs qu’à l’emplacement du château médiéval.

  • 25 Coord. Lambert : X = 894 375, Y = 102 625. La carte IGN 1/25000, 3346O, Toulon, place le toponyme s (...)
  • 26 Coord. Lambert : X = 882 450, Y = 107 025. Carte IGN 1/25000, 3345O, Le Castellet/La Sainte Baume.
  • 27 Coord. Lambert : X = 874 075, Y = 100 625. Carte IGN 1/25000, 3245E, Aubagne/La Ciotat.
  • 28 Coord. Lambert : X = 957 375, Y = 153 000. Carte IGN 1/25000, 3543E, Fayence.
  • 29 Coord. Lambert : X = 905 075, Y = 114 000. Carte IGN 1/25000, 3445O, Pierrefeu-du-Var.
  • 30 Coord. Lambert : X = 888 637, Y = 155 650.

26Dans le département du Var, plusieurs toponymes de la forme Motte ou Moutte ont été trouvés grâce au cadastre. Ils désignent des lieux où une première prospection est restée infructueuse, en particulier à cause de la couverture végétale, mais devrait permettre de mettre au jour des sites encore inconnus. Tel est le cas à La Valette-du-Var, la Moutte, en limite de la commune du Revest-les-Eaux25 (fig. 1, n° 4). Un autre site est possible au Beausset (fig. 1, n° 5), la Motte26, mais il semble avoir disparu, sans doute arasé par les constructions modernes. Plus au sud, sur la commune de Saint-Cyr-sur-Mer (fig. 1, n° 15), la Moutte27, à 700 m de la côte, a donné son nom à la Baie de la Moutte. Le toponyme se place sur une colline proche de la Bastide de la Moutte. La prospection reste à compléter. Plus à l’est, à proximité du lac de Saint-Cassien, sur le territoire de Callian, la Colle Moutte du Serminier28 indique sans doute une motte mais elle n’a pas été trouvée pour l’instant. À Puget-Ville, la Moutte29, révèle une butte naturelle qui, par sa topographie et ses dimensions, peut être une motte. Sa position, à 350 m de la limite séparant le territoire de Puget-Ville de celui de Cuers, laisse pressentir un castrum établi dans les marges. Cette hypothèse reste encore à étayer car aucun indice archéologique n’a pu être relevé pour l’instant. Enfin, à l’ouest du département du Var, une « Moutte » (fig. 1, n° 11) est présente sur la commune de La Verdière30, à environ 1 800 m à l’ouest du village. Le site est encore visible mais il a fait l’objet d’importants aménagements de restanques qui le rendent difficilement lisible mais n’ont peut-être pas occulté les niveaux archéologiques.

La Roque

27Un autre toponyme, la Roque (Mouton 1997), a particulièrement retenu l’attention puisque c’est le terme roca qui désignait au xie s. la motte castrale de Niozelles. Il est également très répandu mais d’usage complexe. Certaines portent un nom d’homme, la « roca de Aldefred » à Niozelles (Alpes-de-Haute-Provence), La Roque-d’Anthéron (Bouches-du-Rhône), La Roche-des-Arnauds (Hautes-Alpes), La Rochegiron, La Roque-Alric (Vaucluse). Dans ce cas la roca désigne préférentiellement une fortification (Sauze 1999-2000). Mais ces nids d’aigles, souvent occupés pour leurs qualités défensives naturelles, ont parfois servi, dès le haut Moyen Âge, de simples repères dans le paysage.

28La recherche dans le fichier informatisé du cadastre a permis un premier dénombrement. Le toponyme la Roque, avec sa variante italienne Rocca pour les Alpes Maritimes, se répartit de la façon suivante (tabl. I) :

TABL. I Répartition du toponyme la Roque et de sa variante italienne Rocca.

Départements

Nombre de toponymes

%

Alpes-de-Haute-Provence

3

1,9

Alpes-Maritimes

47 dont 26 rocca

30,1

Hautes-Alpes

0

0

Bouches-du-Rhône

41

26,3

Var

37

23,7

Vaucluse

28

17,9

total

156

100

29Cette inégale répartition est d’autant plus étonnante que la géomorphologie ne peut en être la cause : les Hautes-Alpes et les Alpes-de-Haute-Provence ne sont pas les départements les moins pourvus en reliefs rocheux. Toutefois plusieurs sites des Alpes-de-Haute-Provence connus comme « rocca » dans les textes médiévaux sont aujourd’hui nommés « la roche » comme La Roche de Volx ou La Roche, près du hameau de La Rouine à Draix. Le recensement a alors été étendu aux termes Roche, Rocher et Rochette qui, ajoutés au précédent, a produit la répartition suivante (tabl. II) :

TABL. II Répartition du toponyme la Roque et de ses différentes variantes.

Départements

Nombre de toponymes

%

Alpes-de-Haute-Provence

67

26,6

Alpes-Maritimes

104

43,3

Hautes-Alpes

74

11,2

Bouches-du-Rhône

52

4,6

Var

46

3,7

Vaucluse

54

10,7

total

397

100

30Ainsi se trouve rétabli un certain équilibre entre les départements, avec cette fois une prédominance des Hautes-Alpes, probablement à cause du relief. L’absence actuelle de la forme « Roque » dans ce département ne peut s’expliquer que par une évolution linguistique qui a conservé la « rocca » sous sa forme « roche », évolution que l’on constate également, quoique dans une moindre mesure, pour les Alpes-de-Haute-Provence.

  • 31 Élizabeth Sauze (Sauze 1984) place cette villa dans le Vaucluse entre Cadenet, Cucuron, Ansouis et (...)
  • 32 Roquerousse ? Auriol, Bouches-du-Rhône, (Cart. Marseille juin 1064- 1070, 292).
  • 33 Roquevaiyre, Bouches-du-Rhône, (Cart. Marseille 1212, 930).
  • 34 Goult, Vaucluse, (Cart. Marseille 30 nov. 1031 ou 1032, 425).
  • 35 Gordes, Vaucluse, (Cart. Marseille 30 nov. 1031 ou 1032, 425).
  • 36 Aiglun, Var, (Cart. Marseille 1 juin 1039, 782).
  • 37 Roquebrune, Var, (Cart. Marseille 1135, 844).
  • 38 Roquebrune, Var, (Cart. Marseille 1062, 546).
  • 39 Salernes, Var, (Cart. Marseille xie s., 518).
  • 40 Volx, Alpes-de-Haute-Provence, (Cart. Marseille, 660).
  • 41 Grimaud, Var, (Cart. Marseille 1185, 974).
  • 42 Saint-Geniez, Alpes-de-Haute-Provence, (Cart. Marseille 1035, 718).

31Sur la base des textes, une trentaine de lieux ont été relevés. La distinction entre site archéologique et simple éminence rocheuse n’est pas aisée mais elle est capitale pour la prospection archéologique. Le Polyptyque de Wadalde indique une « colonica super Roca » dans la Villa Marciana. Cette première mention datable de 813-81431 montre que la rocca est déjà un repère dans le paysage, probablement depuis longtemps. Toutefois rien ne permet de dire qu’il s’agisse d’un site occupé par l’homme. Elle n’est sans doute qu’une éminence rocheuse aisément repérable. Les mentions deviennent plus nombreuses à partir du xie s., au moment où le temporel de l’abbaye de Saint-Victor de Marseille se développe et où, de ce fait, les textes sont plus nombreux. Fréquemment, apparaissent des qualificatifs physiques du relief : « rocca rossa » ou « rocca ruffa »32, « rocha varia »33, « rocca acuta »34, « rocca ventrosa »35, « roca clausa »36, « roca taiada »37, « rocca bruna »38, « rocha oliva »39, « roca amaritudinis »40. D’autres dépourvus de qualificatif : « molinum de rocca »41 ou « rocha » dans le castrum de Dromon42.

  • 43 Cart. Marseille, 714, 718, 721, 726, 727.

32Les confronts décrits dans certaines chartes montrent que les rochers et barres rocheuses servaient de repères et souvent de limites. Les donations faites à l’abbaye de Saint-Victor au xie s. dans le terroir de Saint-Geniez par les membres des lignages issus des Dromon illustrent cette observation. Plusieurs fois le même paysage est décrit en utilisant les « roques » comme points significatifs. Les terres données aux moines au cours du xie s. sont la plupart du temps très étendues et leurs limites sont naturelles : les grands domaines n’ont pas encore été entièrement morcelés mais l’évolution est en cours. Dans les siècles suivants on se référera de plus en plus aux autres propriétés pour borner les terres43. L’éminence est la seule qualité de ces rochers dont rien ne porte à penser qu’ils aient connu une occupation humaine. Pourtant ce terroir en train d’être structuré fait partie du territoire du castrum de Dromon, petite fortification érigée au sommet d’un rocher visible de loin. Mais les terres données ne lui sont pas adjacentes, c’est pourquoi la forteresse n’est pas nommée.

  • 44 Cart. Marseille, 684.
  • 45 Cart. Marseille, 1096.
  • 46 Cart. Marseille, 410, 419, 420.
  • 47 Cart. Marseille, 289.
  • 48 Cart. Marseille, 332.
  • 49 Cart. Marseille, 696.
  • 50 Cart. Marseille, 714.
  • 51 Cart. Marseille, 1106.
  • 52 Cart. Marseille 1135, 844.

33Pour identifier une fortification, l’association de la Rocca à nom de personne semble pertinente. Tel est le cas à Niozelles où référence est faite en 103144 à la roca de Aldefred, motte castrale dont on verra plus loin que plusieurs campagnes de fouilles ont montré une occupation dès la seconde moitié du xe s. (Mouton 1994a). De même Roquemartine à Eyguière, cité vers 110045, est le siège d’une fortification médiévale. La Roque-d’Anthéron (fig. 1, n° 46) s’est développée à partir d’une « roque » appelée aujourd’hui « rocher du Castelas », piton rocheux du versant nord de la chaîne des Côtes. On verra plus loin, dans l’étude monographique consacrée à ce site, que Tarron est le nom d’un homme qui reste attaché à cette roque. D’autres sont sans doute dans ce cas comme la « Rocha Guidonis »46, la « Roketta de Bono », Puyloubier47, la « Rocca Baronis », Signes, Var48 et peut-être la « rocca vocatur mons celeus », Rousset, Alpes-de-Haute-Provence49. Par contre, dans le même département, la « Roca de Catia »50 à Saint-Geniez n’est qu’une longue barre rocheuse appelée aujourd’hui « Montagne de Gache ». Parfois le nom associé peut être soit celui d’un quartier, telle la « roca barbara » pour Sainte-Barbe à Marseille51, soit celui d’une microrégion ou d’un « pays » : « rocca venaisii »52 dans le Comtat Venaissin.

  • 53 Cart. Marseille février 1043, 1067.
  • 54 Saint-Geniez, Alpes-de-Haute-Provence.
  • 55 Cart. Marseille, 726.

34Au xie s., il apparaît parfois nécessaire de préciser le caractère naturel de la rocca comme si cela n’allait pas de soi. Un domaine proche de Reillane (Alpes-de-Haute-Provence) a, entre autres confronts, une « rocam naturalem »53 et à Dromon54, on se repère vers 1040 à une « dente de Roca »55. Si la précision est nécessaire c’est que les fortifications privées se sont multipliées depuis plusieurs décennies et si souvent sur des pitons rocheux que le terme roca est alors parfois employé pour désigner une fortification même si elle n’est pas établie sur un tel relief.

35Dans une étude sur les châteaux du Rouergue, A. Debord (Debord 1990) émettait l’hypothèse selon laquelle, pour cette région, « ce sont les rocas qui ont joué le rôle de mottes » et pressentait qu’une étude systématique sur ces rocas permettrait d’en faire la preuve. Cette démonstration est possible en Provence à partir de plusieurs sites. Celui de Niozelles présente toutes les caractéristiques morphologiques d’une motte mais est pourtant désigné par roca. Cette stricte concordance entre les mots « motte » et « roque » n’est pas fortuite ; d’autres exemples permettent de le montrer. Ainsi, à Saint-Paul-lès-Durance (Mouton 1994b) le site de Saint‑Peyre (fig. 1, n° 54) s’est développé autour d’une motte d’éperon réalisée, par façonnement du rocher. Aménagement d’un relief naturel rocheux, elle domine de 90 m le fond de vallée et présente donc toutes les caractéristiques d’une roca. Or, un indice indirect montre que ce château était désigné par le terme « motte » puisqu’à 2200 m au sud-est, le cadastre révèle un lieu-dit « plaine de la motte » en fond de vallée où aucune motte n’est décelable. Ce toponyme désigne sans aucun doute une terre dépendant du château qui se trouve ici clairement désigné comme « motte » malgré sa morphologie qui justifierait plutôt le terme de « roque ». Dans les Alpes-de-Haute-Provence, la recherche de toponymes significatifs a livré un « Défens de la Motte » sur les pentes d’une vallée du territoire de Draix près du hameau de la Rouine. Comme dans le cas précédent cette terre appartenait à la motte aisément repérable par le toponyme « la Tour » sur l’autre versant de la vallée.

  • 56 Cart. Marseille 1194, 1112.

36Elle conserve dans sa pente sud une bergerie qui s’appelle encore « la Roche ». Ainsi pour un même site voit-on encore employer, dans la toponymie actuelle, les trois termes : la motte, la roche, la tour. À Marseille même, l’observation peut être renouvelée (Codou 1995) : une charte concerne un « molendinum de rocca »56 également appelé « Moulin de la Moutte » (Mortreuil 1872) et situé au quartier de la Moutte (fig. 1, n° 39). Là encore l’association de « motte » et de « roque » est significative.

37Au moment où se sont développées les premières fortifications privées, de simple éminence lointaine et presque inaccessible, la roque est parfois devenue lieu habité fortifié. Il n’est certainement pas de meilleure forteresse que celle dont le caractère imprenable est visible aux yeux de tous.

Le Castelas

  • 57 Cart. Marseille, 714.

38Un troisième groupe de toponymes désigne explicitement un château sous la forme de : le Castelas, le Castellet, le Chastelard et d’autres formes proches, dérivées de castellum ou castelletum. Toutefois ils sont si nombreux et leurs significations si diverses qu’il serait sans doute vain d’en analyser les différents aspects afin de dégager quelques outils pertinents pour la recherche de terrain. La seule solution est, en se rendant systématiquement sur place, de poursuivre cette recherche sans fin… La difficulté est alors accentuée par son usage aussi bien pour des mottes, comme à Saint-Martin-de-la-Brasque, Sannes, Cucuron, Venelles, La Roque-d’Anthéron, Allemagne-en-Provence, Saint-Martin-les-Eaux, etc. que pour des fortifications plus récentes : Aurons, Lambesc, Cadolive, Gréoux-les-Bains, Oraison, Saint-Martin-de-Brômes et bien d’autres. Quelquefois le toponyme semble renvoyer à un grand établissement comme à Châteaufort (Alpes-de-Haute-Provence) alors qu’il désigne, en fait, une petite fortification assimilable à une motte (fig. 2). Elle occupe l’extrémité d’un relief formé, au nord, par le Sasse et, au sud, par le ravin de la Pène. Le castrum, installé au sommet d’un rocher séparé en deux parties et aux parois verticales n’a pas laissé de traces construites sur la plateforme. Les vestiges d’une construction, non datés au demeurant, sont encore perceptibles contre le pied de la paroi rocheuse, à l’est. Le petit village de Châteaufort s’est regroupé entre l’église et la fortification. L’établissement est mentionné vers 1030 lors d’une donation à Saint-Victor de Marseille effectuée par la puissante famille des Mison-Dromon ; ils donnent le « pascuum et patuum per totum territorium de Castri Forti usque in Sazam flumen »57.

  • 58 Coord. Lambert : X = 692 237, Y = 164 137. Carte IGN 1/25000, 3143E, Lambesc.
  • 59 Coord. Lambert : X = 956 875, Y = 140 600. Carte IGN 1/25000, 3544E, Fréjus/Saint-Raphaël.

39Le terme fut également appliqué à des enceintes protohistoriques comme à Cadenet (Castelar)58 ou à Fréjus (le Castellas)59. Enfin il ne correspond quelquefois qu’à des entablements rocheux naturels qui ont pu être confondus avec des fortifications en ruines comme à Castellane (le Castellard). Cette diversité explique que pas moins de 267 sites de ce type ont été recensés.

FIG. 2 Châteaufort (Alpes-de-Haute-Provence) : ancien castrum.

FIG. 2 Châteaufort (Alpes-de-Haute-Provence) : ancien castrum.

La Tour

  • 60 É. Sauze précise qu’en dehors de la tour, il convient de considérer deux autres formes : « torn », (...)

40D’autres sites sont repérables par le mot « tour » et ses variantes. Ce sont par exemple les mottes de la Tour à Draix, déjà cité, de Tournefort60 à Rognes (Bouches-du-Rhône) ou de la Tourrache à Villeneuve (Alpes-de-Haute-Provence) qui seront étudiées plus loin. À Aurent (Alpes-de-Haute-Provence), la tradition orale désigne la motte de cette façon. On a ainsi recherché les toponymes de ce type, par la même méthode que les précédents. La vérification de terrain à mener est immense.

Podium

41Enfin, un site d’habitat de hauteur est parfois désigné par « podium » ou « puy » comme, par exemple, Le Puy-Sainte-Réparade (Bouches-du-Rhône), Puimoisson (Alpes-de-Haute-Provence), etc. Cette référence semble nettement plus topographique qu’archéologique. Pour l’instant, il semble qu’un seul cas de motte porte ce type d’appellation, la motte de Piécard, à Sarrians, dans le Vaucluse. Elle présente des particularités qui seront mentionnées plus loin. Par ailleurs, on cherche, entre Mallemort et Charleval le castrum de Podium Sanguinetum. Là encore tout reste à faire.

  • 61 Coord. Lambert : X = 848 775, Y = 135 363. Carte IGN 1/25000, 3244O, Aix-en-Provence. Ce site n’a p (...)

42Enfin, il arrive que des mottes aient été découvertes à vue. Il faut pour cela l’œil exercé d’un archéologue attentif à ce type de sites qui est encore largement absent du champ de bon nombre de chercheurs. Quoi qu’il en soit cette méthode reste très limitée. C’est ainsi que Michel Fixot a trouvé la motte de Palayson à Roquebrune-sur-Argens (Var) et que Philippe Borgard a vu celle de Notre-Dame à Puimoisson. Gaëtan Congès a repéré la motte d’Aurent (Alpes-de-Haute-Provence) en passant dans la vallée. La motte de la Plaine de la Grande Bastide à Cadarache a également été trouvée à vue par M. Rey, alors responsable des services techniques du Centre d’études nucléaires. Pour ma part c’est de cette façon que j’ai détecté le site des Dourbes et celui, encore douteux, de Luynes61.

1.4 Répartition géographique des sites

43L’ensemble des données ci-dessus, auxquelles il est utile de joindre les sites déjà publiés par d’autres, peut être synthétisé dans une carte de répartition couvrant les trois départements de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Soixante-huit cas y sont recensés mais elle est évidemment provisoire. La très inégale répartition géographique n’est que le reflet de l’état de la prospection.

44Une grande partie de ces sites va être exposée dans les chapitres qui suivent, il ne paraît donc pas utile de surcharger dès à présent de commentaires. Sur la carte (fig. 1) les points noirs indiquent des sites certains que j’ai vus sur le terrain ou qui ont fait l’objet de publications circonstanciées. Outre celles que l’on doit à Michel Fixot, et auxquelles il sera fait abondamment référence par la suite, il convient d’ajouter deux mottes du Var. La motte de Saint-Roch / Saint-Estève à Hyères (fig. 1, n° 3) (Borréani 1993), établie sur un éperon barré par un fossé, a un plan approximativement circulaire. Aucun élément de datation n’est actuellement disponible. L’autre, est un site incertain (Broecker 1994), situé dans un terroir de plaine au sud-ouest du Castellet au lieu-dit la Pinède (fig. 1, n° 6). Rien ne semble subsister des constructions primitives, s’il y en eût jamais, mais seulement les restes d’une église, au vocable de Notre-Dame, à abside semi-circulaire très remaniée par des bâtiments modernes. Elle n’est mentionnée pour la première fois qu’au xive s. ; elle a pu, comme le suggère l’auteur, prendre la place des constructions anciennes. Le tertre est, par contre, encore bien visible (Broecker 1989) : vaste terre-plein de plan ovale de 80 x 22 m et haut d’environ 5 m, il semble organisé en une partie haute et une plate-forme rectangulaire qui a pu jouer le rôle de basse-cour, pour autant que cette configuration ne soit pas postérieure au premier état. À l’ouest, un chemin tracé approximativement nord-sud borde le tertre et a pu prendre la place d’un fossé. Si aucune mention explicite de ce site n’est attestée au xie s., le terroir fit l’objet d’un partage par le comte Guillaume dès la fin du xe s. (Amargier 1978).

  • 62 Coord. Lambert : 943 475, Y = 114 375. Ce site m’a été signalé par Gaëtan Congès, SRA, Aix-en-Prove (...)

45À Gassin (fig. 1, n° 2), au lieu-dit Saint-Martin62, une hauteur naturelle dans les pentes de laquelle des entablements rocheux semblent avoir été retaillés se présente comme un petit tertre tronconique tout à fait caractéristique, haut d’environ 5 m. Au sommet, la plate-forme circulaire a un diamètre de 15 m. Le toponyme semble indiquer l’emplacement d’une église qui peut avoir été associée au site. Aucun indice n’a été trouvé en prospection.

FIG. 3 Aurent (Alpes-de-Haute-Provence) : la motte jouxte l’église.

FIG. 3 Aurent (Alpes-de-Haute-Provence) : la motte jouxte l’église.
  • 63 Coord. Lambert : X = 950 975, Y = 203 137, altitude 1212 m. Carte IGN 1/25000, 3541E, Annot / Entre (...)
  • 64 Cadastre, section G, n° 165.
  • 65 Pouillés, 266A.
  • 66 Coord. Lambert : X = 947 375, Y = 111 550.
  • 67 Ce site m’a été aimablement signalé par Roger Zerubia qui travaille au relevé et à l’étude de l’ens (...)
  • 68 Cette motte a été trouvée par Gaétan Congès, SRA PACA, que je remercie.
  • 69 Cette fouille a été menée par Maxime Gadur.

46Dans les Alpes-de-Haute-Provence, le très beau site de Aurent63 (fig. 1, n° 34) occupe, au cœur de la vallée, l’extrémité du petit plateau sur lequel s’est développé le village64 (fig.3). Elle a été placée à l’extrémité d’un relief en éperon qui s’avance, vers le sud, entre le ravin de la rivière le Coulomp et le ravin de Grave Plane. Le tertre proprement dit, qui sert actuellement de support à un calvaire, est tronconique et ne présente pas de traces de constructions. C’est par erreur que l’emplacement de la motte est nommé sur le cadastre « la Four » puisque les habitants du village l’appellent « la Tour ». Aurent a été, du xive au xviie s. un fief des Pontevès ; Fouque de Pontevès l’avait acquis d’un Maurin en 1328 (Isnard 1913 : 27-28). L’église est mentionnée lors du dernier quart du xive s.65. Cette motte, à proximité immédiate du village et toute proche de l’église, est, avec celle des Dourbes, un exemple caractéristique d’un petit castrum qui a cristallisé un noyau de peuplement qui commence à revivre depuis quelques années après avoir été abandonné vers le milieu du xxe s. Élisabeth Sauze m’a montré une motte sur la commune de Ramatuelle (Var) (fig. 1, n° 13) au lieu-dit Carbonel66, à environ 800 m au nord de l’agglomération. L’endroit est nommé Ville Vieille dans les cadastres anciens. À moins de 300 m au sud-est, on note la présence d’une église Saint-André. Signalons enfin, au nord du Vaucluse, bien que très excentré par rapport à la présente étude, le château médiéval d’Uchaux (fig. 1, n° 56) dont l’enceinte extérieure coupe le pied d’une motte conservée et encore visible dans les taillis. Trois autres sites ont été récemment découverts. L’un domine le village de Mézel (Alpes-de-Haute-Provence) (fig. 1, n° 68) où l’on perçoit des traces de l’ancien castrum autour de l’église Notre-Dame. La motte est encore bien visible, isolée par un fossé en extrémité de relief67. À l’ouest de la Durance, le lieu-dit Piouzin (fig. 1, n° 67), conserve les vestiges de ce qui fut sans doute le château primitif de Peyruis, sous la forme d’une motte tronconique encore bien visible et d’une église entièrement ruinée68. Plus au sud, aux abords du village de Pierrevert (Alpes-de-Haute-Provence), la fouille d’urgence69 d’un cimetière au lieu-dit Saint-Michel (fig. 1, n° 66) a révélé l’existence d’une fortification protégée par un fossé. Même si la topographie a été largement perturbée par des constructions environnantes, il ne fait pas de doute que ce castrum est à classer parmi les mottes.

47Chaque cas indiqué par une étoile (fig. 1) est considéré comme probable. Ils correspondent à ceux dont on n’a pas la preuve sur le terrain mais dont l’identification en tant que motte est hautement vraisemblable. Ainsi, dans le Var, la pointe à l’est de la commune de Saint-Tropez s’appelle « la Moutte » (fig. 1, n° 1). Les propriétés très fermées empêchent l’accès mais la faible densité de l’habitat laisse espérer que la motte a pu être conservée.

48Dans le Var, le village de Baudinard-sur-Verdon (fig. 1, n° 16) est dominé par les vestiges du château médiéval dont il ne subsiste que la ruine du donjon et que la tradition orale nomme « la motte », ce qui permet de déduire que, bien que le relief ait été extrêmement perturbé par des constructions et des aménagements modernes, le château primitif devait être une motte. Non loin de là, à moins de 800 m à l’ouest du village de Sainte-Croix-de-Verdon, le lieu-dit le Castelas (fig. 1, n° 17) a été le cadre d’une opération immobilière à caractère touristique qui a complètement remodelé l’endroit. Toutefois si on se reporte aux photographies aériennes antérieures à l’aménagement du lac, on perçoit à cet endroit une butte qui peut être interprétée comme motte. Ceci est d’autant plus vraisemblable que le toponyme indique sans doute une ancienne fortification mais, compte tenu de l’état actuel du site, la preuve ne pourra jamais être faite. D’autres mottes sont également probables, comme la Moutte à Mallemort (fig. 1, n° 43), en position dominante au-dessus du village, ou le site indirectement désigné par la « montée de la Moutte » à Dauphin (fig. 1, n° 26). Quoi qu’il en soit, ces deux sites ne sont plus visibles sur le terrain.

49Enfin, les sites signalés par un triangle sont « possibles » et demandent encore une recherche de terrain. C’est le cas dans le Var pour la Moutte à La Valette-du-Var (fig. 1, n° 4), la Moutte à Saint-Cyr-sur-Mer (fig. 1, n° 15), la Motte au Beausset (fig. 1, n° 5) et « Aqua de Muta » à Bras (fig. 1, n° 7), la Moutte à Marseille (fig. 1, n° 39). On indique dans cette rubrique celle de Châteauneuf-les-Martigues bien qu’il soit peu probable qu’il y ait eu une motte à cet endroit. De même que le site supposé de Luynes (fig. 1, n° 41), mentionné plus haut et qui reste encore très incertain.

50Pour terminer, signalons deux cas particuliers classés parmi les mottes « possibles ». En premier lieu le Castelas de Cucuron (fig. 1, n° 61). Ce n’est pas une motte, mais sa datation et son caractère défensif le situent dans le même contexte historique de militarisation des terroirs autour de l’an Mil si bien qu’il a été jugé utile de le porter sur la carte. Ses particularités seront discutées plus loin. En second lieu, le castrum de Podium Sanguinetum (fig. 1, n° 44) reste encore réfractaire à la prospection mais on verra plus loin qu’il se situe entre Mallemort (fig. 1, n° 43) et Valbonnette (fig. 1, n° 45).

51Comme on l’a dit plus haut, la forte densité des mottes dans la vallée de la Durance est due à une prospection plus avancée. Dans les autres zones de Provence, à l’exception de la haute montagne, les sites ont certainement été aussi nombreux. On peut d’ores et déjà déduire de ces premières approches que la région Provence-Alpes-Côte d’Azur recèle encore un très grand nombre de sites inédits.

Notes

1 Ces travaux de recherche ont d’ailleurs commencé dans le cadre du programme H40, sous la direction de Jean-Marie Pesez (Pesez 1985). Le but était de dresser un inventaire systématique des fortifications médiévales en vue de constituer une base de données de tous les sites pour, dans un premier temps, plusieurs régions pilotes dont la Provence. La tâche était démesurée et s’est heurtée d’emblée aux difficultés de trouver un mode unique de description des sites. Il est d’ailleurs significatif que le colloque de Caen sur les mottes, en 1980, n’ait pas tenté de dresser un catalogue des sites (CRAM 1981). Toute étude géographique est sans cesse à compléter : c’est, par exemple, le cas dans d’autres régions alpines, en Dauphiné et en Savoie (Colardelle, Mazard 1979 ; Bois et al. 1994).

2 Le fichier RIVOLI (répertoire informatisé des voies et lieux-dits) du ministère de l’Économie et des Finances contient tous les lieux-dits du cadastre actuel avec indication, pour chacun, du matricule de la commune. Le Laboratoire d’archéologie médiévale méditerranéenne, UMR 6572, CNRS - Université de Provence, dispose de ce fichier pour la région PACA par l’intermédiaire du service régional de l’archéologie (DRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur)

3 Les prospecteurs trouveront ces informations utiles dans les tableaux joints dans les annexes 1 à 3 du volume III de ma thèse dactylographiée.

4 J’ai visité ces lieux avec Michel Fixot et Monique Zerner, Professeur à l’Université de Nice, qui avait signalé ces toponymes.

5 Coord. Lambert : X = 827 500, Y = 124 625. Toutes les coordonnées sont données par rapport au quadrillage kilométrique Lambert zone III. Dans le cas présent, elles ont été mesurées à partir de l’emplacement du toponyme sur le cadastre de 1813 (section F3 parcelle n° 108). Les très nombreux aménagements qu’a subis cette zone durant ces dernières décennies ont élargi le quartier appelé « La Moute » si bien que la carte de l’IGN au 1/25 000, n° 3144O, Martigues /Étang de Berre, a déplacé le lieu-dit sensiblement vers le sud.

6 Coord. Lambert : X = 876 500, Y = 200 750. Carte IGN 1/25000, 3341O, Forcalquier.

7 Coord. Lambert : X = 950 625, Y = 134 475. Carte IGN 1/25000, 3544O, Le Muy.

8 Le lieu-dit n’apparaît pas sur la carte IGN mais on le trouve dans le cadastre. Coord. Lambert : X = 882 250, Y = 155 125.

9 Cart. Marseille, 534.

10 Coord. Lambert : X = 940 087, Y = 152 812. Carte IGN 1/25000, 3543O, Seillans, altitude 351 m. Le lieu-dit n’est pas mentionné sur carte mais a été trouvé dans le fichier RIVOLI (cadastre).

11 Cart. Marseille, 570.

12 Cart. Marseille, 552.

13 Cart. Marseille, 553.

14 Cart. Marseille, 561 ; Chartes inédites Saint-Victor n° 42.

15 Cart. Marseille, 55, 555, 556, 558, 559, 560.

16 Cart. Marseille, 565.

17 Cart. Marseille, 1102.

18 Cart. Marseille, 977.

19 Cart. Marseille, 311.

20 Cart. Marseille, 717.

21 « dederunt condaminam de Maurosa que durata mota Maurose que in ea continetur ».

22 ABDR, 56 H 4.853.

23 Arch. Relave, 1777.

24 Édouard Baratier 1969, p. 412, n° 753 ; « Defensa : unum quod fuit G. de Merindolio ; item aliud quod vocatur Mota ; item aliud defensum quod vocatur garriga del romaniges ; item duas partes defensi quod vocatur Podium Bernardi ; item quoddam defensum ultra Durencia quod vocatur Passacostas ».

25 Coord. Lambert : X = 894 375, Y = 102 625. La carte IGN 1/25000, 3346O, Toulon, place le toponyme sur la commune du Revest-les-Eaux alors que les cadastres des xixe et xxe s. le consignent sur La Valette.

26 Coord. Lambert : X = 882 450, Y = 107 025. Carte IGN 1/25000, 3345O, Le Castellet/La Sainte Baume.

27 Coord. Lambert : X = 874 075, Y = 100 625. Carte IGN 1/25000, 3245E, Aubagne/La Ciotat.

28 Coord. Lambert : X = 957 375, Y = 153 000. Carte IGN 1/25000, 3543E, Fayence.

29 Coord. Lambert : X = 905 075, Y = 114 000. Carte IGN 1/25000, 3445O, Pierrefeu-du-Var.

30 Coord. Lambert : X = 888 637, Y = 155 650.

31 Élizabeth Sauze (Sauze 1984) place cette villa dans le Vaucluse entre Cadenet, Cucuron, Ansouis et Villelaure.

32 Roquerousse ? Auriol, Bouches-du-Rhône, (Cart. Marseille juin 1064- 1070, 292).

33 Roquevaiyre, Bouches-du-Rhône, (Cart. Marseille 1212, 930).

34 Goult, Vaucluse, (Cart. Marseille 30 nov. 1031 ou 1032, 425).

35 Gordes, Vaucluse, (Cart. Marseille 30 nov. 1031 ou 1032, 425).

36 Aiglun, Var, (Cart. Marseille 1 juin 1039, 782).

37 Roquebrune, Var, (Cart. Marseille 1135, 844).

38 Roquebrune, Var, (Cart. Marseille 1062, 546).

39 Salernes, Var, (Cart. Marseille xie s., 518).

40 Volx, Alpes-de-Haute-Provence, (Cart. Marseille, 660).

41 Grimaud, Var, (Cart. Marseille 1185, 974).

42 Saint-Geniez, Alpes-de-Haute-Provence, (Cart. Marseille 1035, 718).

43 Cart. Marseille, 714, 718, 721, 726, 727.

44 Cart. Marseille, 684.

45 Cart. Marseille, 1096.

46 Cart. Marseille, 410, 419, 420.

47 Cart. Marseille, 289.

48 Cart. Marseille, 332.

49 Cart. Marseille, 696.

50 Cart. Marseille, 714.

51 Cart. Marseille, 1106.

52 Cart. Marseille 1135, 844.

53 Cart. Marseille février 1043, 1067.

54 Saint-Geniez, Alpes-de-Haute-Provence.

55 Cart. Marseille, 726.

56 Cart. Marseille 1194, 1112.

57 Cart. Marseille, 714.

58 Coord. Lambert : X = 692 237, Y = 164 137. Carte IGN 1/25000, 3143E, Lambesc.

59 Coord. Lambert : X = 956 875, Y = 140 600. Carte IGN 1/25000, 3544E, Fréjus/Saint-Raphaël.

60 É. Sauze précise qu’en dehors de la tour, il convient de considérer deux autres formes : « torn », du latin turnum, qui est un oronyme et « tor », du latin torum, monticule ou bras mort de rivière.

61 Coord. Lambert : X = 848 775, Y = 135 363. Carte IGN 1/25000, 3244O, Aix-en-Provence. Ce site n’a pas de toponyme particulier. Il est situé en bordure d’un lotissement appelé Plein Soleil. Le relief ressemble beaucoup à une motte. Il a été aménagé d’une calade qui est sans doute une ancienne aire de battage. Une prospection fine permettrait peut-être d’aller plus avant dans la caractérisation du site.

62 Coord. Lambert : 943 475, Y = 114 375. Ce site m’a été signalé par Gaëtan Congès, SRA, Aix-en-Provence.

63 Coord. Lambert : X = 950 975, Y = 203 137, altitude 1212 m. Carte IGN 1/25000, 3541E, Annot / Entrevaux. Cette motte m’a également été signalée par Gaëtan Congès.

64 Cadastre, section G, n° 165.

65 Pouillés, 266A.

66 Coord. Lambert : X = 947 375, Y = 111 550.

67 Ce site m’a été aimablement signalé par Roger Zerubia qui travaille au relevé et à l’étude de l’ensemble.

68 Cette motte a été trouvée par Gaétan Congès, SRA PACA, que je remercie.

69 Cette fouille a été menée par Maxime Gadur.

Table des illustrations

Titre FIG. 1 Répartition des sites actuellement recensés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19562/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre FIG. 2 Châteaufort (Alpes-de-Haute-Provence) : ancien castrum.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19562/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre FIG. 3 Aurent (Alpes-de-Haute-Provence) : la motte jouxte l’église.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19562/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 35k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search