Version classiqueVersion mobile

Mottes castrales en Provence

 | 
Daniel Mouton

Préface

Michel Fixot

Texte intégral

1Introduire cet ouvrage renvoie à un passé personnel, à cet intérêt ancien pour les « fortifications de terre » de Basse-Normandie sous la conduite de Michel de Boüard. Présentant dans son cours d’archéologie le programme du centre de recherches archéologiques médiévales qu’il venait de fonder, il avait déclaré, suite à la fouille maintenant bien oubliée qui venait d’être effectuée sur le site de l’enceinte de Buchy, dans le pays de Bray : « nous fouillerons ce type d’installation jusqu’à en comprendre la signification ». Reporter plus tard ce programme en Provence, en se fondant sur prospections et fouilles, selon le souhait de Gabrielle Démians d’Archimbaud, devait se révéler problématique en un temps où, simultanément, capotait la grande entreprise nationale du fameux programme H40 de la sous-direction de l’Archéologie, sans doute trop ambitieux dans ses perspectives de classification et dans ses prétentions à faire entrer des situations trop diverses dans les cases d’une informatique archéologique naissante.

2Finalement, et un peu paradoxalement par rapport à ce qu’il semblait de la vigueur du phénomène historique de la « fortification de terre » et de ses manifestations, c’est justement en Provence que certaines des perspectives énoncées connaissent maintenant leur aboutissement, alors que la problématique paraît avoir été peu à peu délaissée tandis que l’archéologie médiévale, comme toute l’archéologie métropolitaine, évoluait vers d’autres méthodes, d’autres structures et d’autres intérêts scientifiques et chronologiques.

3Il faut donc rendre hommage à Daniel Mouton pour la ténacité avec laquelle il s’est colleté avec la question une fois la problématique reprise, dans une région que, « normand » lui aussi, il découvrait. De fait, il n’était pas possible d’apporter une réponse rapide. Et l’on passera sur les circonstances d’une vie professionnelle qui n’était pas en prise directe sur l’archéologie, tant s’en faut. Ce furent d’abord les difficultés habituelles d’une prospection qui, d’une part, visait à l’exhaustivité, au moins dans une région, celle de la moyenne Durance et qui, d’autre part, devait produire plus largement un échantillonnage significatif. Puis il y eut la phase des relevés comme occupation de week-end. Enfin, en devoir de vacances, celle de l’exploration d’un certain nombre de sites dans des circonstances de moins en moins favorables aux initiatives de fouilles programmées. Ce long travail, qui fut aussi pédagogique auprès de nombreux étudiants, démontre maintenant l’importance du phénomène, importance non seulement relative à la densité des sites mais également à leur répartition dans le temps – plus de deux siècles. Répondant aux questionnements les plus anciens, cette recherche met particulièrement en valeur les aspects morphologiques propres à la région et la diversité des fonctions.

4Reconnaissons à Daniel Mouton une ingéniosité particulière à dominer personnellement au fur et à mesure les obstacles matériels ou techniques, que ce soit l’idée de l’usage du fichier RIVOLI pour l’enquête toponymique, la pratique acquise pour effectuer les relevés, le travail de nettoyage et de dessin des objets archéologiques. Il y a également l’appel à diverses collaborations efficaces que l’enthousiasme du chercheur et la richesse des données ont suscitées, par exemple dans le domaine des analyses de prélèvements, dans celui de la numismatique ici si précieuse, ou encore pour les restitutions graphiques entre aquarelles de Jean-Marie Gassend et 3D. Mais, au préalable, il faut constater cet excellent sens du terrain, indispensable à quelque échelle que ce soit, de la topographie à l’observation stratigraphique fine. En outre, il n’était pas question d’échapper à la lecture des sources écrites qui apportaient d’emblée un éclairage particulier sur le site principal de l’étude et sur son contexte.

5Il n’y a pas de hasard, et ce travail méticuleux et opiniâtre a forcé la chance, notamment à l’occasion de la fouille de cette motte de Niozelles qui constituera dorénavant la référence méridionale pour ce type de site que ce soit pour la description d’un processus de militarisation d’un habitat fixé dans la deuxième moitié du xe s. sur une butte naturelle ou pour le matériel archéologique recueilli et parfaitement daté.

6La motte castrale ne fut sans doute pas la forme unique adoptée pour les premières fortifications privées en Provence, ce que montre d’ailleurs la présentation du site de la Citadelle à Vauvenargues, mais, dans ses modalités très variées, décrites ici de manière concrète, et souvent sous l’aspect d’une rocca, la motte castrale apparaît maintenant dans la région étudiée et ainsi qu’elle l’a été ailleurs en Occident, comme une forme archéologique essentielle aux alentours de l’an mil, davantage présente aux populations rurales que les grands châteaux comtaux, à cause de cette densité même que révèle l’étude. Malgré les inévitables échecs, disparitions ou déplacements ultérieurs des habitats au sein du même territoire, son rôle apparaît notable d’abord dans la fixation d’un premier réseau villageois dont les éléments furent plus fluides que ceux de la deuxième génération illustrée par la fouille du village de Rougiers. Cette empreinte de la motte castrale sur le paysage est également sensible pour des formes de dispersion précoces qui, un peu plus tard aussi, au xiiie s., furent désignées dans les sources provençales par le terme bastida. C’est ce que révèle notamment la motte de Cadarache qui porte encore au xiiie s. un véritable bâtiment d’exploitation qui renvoie à celui qui existait à Niozelles plus de deux siècles auparavant. Dans ce cas encore, installée en rapport avec un petit territoire naturel, la motte est susceptible de marquer durablement le paysage habité.

7 Enfin, il est agréable de rappeler que le développement de cette recherche a créé non seulement des liens scientifiques mais aussi des liens d’amitié et de complicité. Ceux-ci ont entraîné à plusieurs reprises Daniel Mouton sur d’autres chemins, ceux de l’archéologie paléochrétienne en Afrique. Ce ne fut pas un détournement. Depuis lors, Daniel Mouton a ajouté la fouille de deux nouvelles mottes à son palmarès.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search