Version classiqueVersion mobile

Les Monts d’Aubrac au Moyen Âge

 | 
Laurent Fau

Synthèse

Laurent Fau

Résumé

La richesse insoupçonnée de l’Aubrac s’est manifestée à travers la découverte de nombreux sites archéologiques mais aussi grâce à sa documentation écrite, son patrimoine ethnologique et son environnement. L’étude pluridisciplinaire a permis d’appréhender l’occupation médiévale de ce pays dans son ensemble. Parmi les nombreux résultats de cette étude, l’habitat permanent montagnard médiéval s’est révélé être un élément majeur.

Texte intégral

1Depuis 1994, première année d’existence du projet collectif de recherche, la région de l’Aubrac, jusque-là considérée comme quasi désertique, a livré un patrimoine exceptionnel. La prospection archéologique a permis de découvrir une trentaine de sites d’habitat permanent ou d’artisanat ; l’habitat temporaire est aussi très bien représenté avec la présence de plusieurs centaines de sites. De plus, les vestiges sont généralement dans un remarquable état de conservation et ont bénéficié d’un environnement très bien préservé. En effet, grâce à une situation géographique particulière : un secteur de hauts plateaux et de vastes forêts, les sites sont quasi fossilisés, à l’image du hameau du Barthas (commune de Nasbinals) daté du xie siècle et dont les murs possèdent des élévations pouvant atteindre deux mètres de haut. La recherche environnementale, représentée par l’étude des tourbières, de l’ancien parcellaire et du paysage actuel, permet en outre de replacer les sites archéologiques dans leur contexte.

2Ce sont donc à la fois cette abondance de sites dans un pays réputé hostile à l’homme, et leur conservation exceptionnelle associée à un environnement préservé qui constituent la richesse archéologique de l’Aubrac. Cette richesse rejoint d’une certaine manière les thèmes déjà étudiés dans cette région : l’environnement, avec en particulier l’étude des tourbières, la documentation historique ainsi que le patrimoine ethnologique. La révélation de son potentiel archéologique, essentiellement médiéval, complète à merveille ces trois premières approches.

3L’étude historique des périodes médiévale et moderne a été primordiale, tant au regard de l’histoire générale de la région qu’en ce qui concerne des recherches plus ciblées, l’habitat rural ou la Domerie, par exemple. Prenant appui sur la publication de référence de J.-L. Rigal et P.-A. Verlaguet concernant la documentation écrite médiévale de la Domerie d’Aubrac, la tâche en ce domaine a été répartie entre trois historiens qui sont intervenus chacun selon leur spécialité chronologique, du haut Moyen Âge à l’époque moderne. Les thèmes développés à partir de ce canevas favorisent, en association avec l’archéologie, l’obtention de résultats exceptionnels que seule la pluridisciplinarité peut fournir.

4Il en va de même pour l’étude palynologique qui, outre les résultats liés au contexte environnemental des sites archéologiques, permet d’appréhender une région du Massif central de façon tout à fait novatrice dans la mesure où ce sont les périodes dites « récentes » qui font l’objet de cette recherche. Le travail d’équipe entre palynologue, historiens et archéologues est à l’origine des premiers résultats sur l’histoire du paysage de l’Aubrac. À travers l’analyse de trois sites, l’étude palynologique en dégage les grandes phases et parvient à percevoir l’influence de l’activité humaine sur un paysage à vocation forestière ou pastorale.

5À partir de ce riche potentiel, ainsi que de cette volonté de travailler de façon pluridisciplinaire, nous avons pu proposer de nombreuses interprétations sur l’occupation humaine de la région de l’Aubrac. Tout d’abord, pour les périodes les plus anciennes, les premiers signes d’anthropisation se concentrent au Néolithique dans les vallées, comme en témoignent les traces d’extraction de silex ou de basaltes. Il faut attendre le Ixe siècle av. J.-C. pour voir, d’après les résultats palynologiques, apparaître les premières déforestations de la hêtraie. L’époque antique est ensuite marquée par la présence de la grande voie reliant Lyon à l’Espagne, qui traverse le plateau et donne lieu à l’installation de relais. Enfin, au cours du haut Moyen Âge, le culte du lac de Saint-Andéol, dont les origines remontent au moins à la protohistoire, est largement décrit par Grégoire de Tours et nous donne des éléments précieux sur les pratiques païennes qui survivent dans cette région. Pour cette même période du haut Moyen Âge, les données palynologiques mettent en évidence des indices d’activité pastorale sur le plateau dont les traces archéologiques n’ont cependant pas encore été retrouvées.

6En ce qui concerne le Moyen Âge – notre véritable centre d’intérêt – nous avons donc réparti les sites selon trois thèmes : habitat permanent, habitat temporaire et artisanat ou proto-industrie.

7Les activités de transformation de matières premières se concentrent dans les vallées encaissées, les boraldes, qui descendent jusqu’à la rivière Lot ; elles sont représentées essentiellement par des exploitations de charbons de bois, de minerai, de fer ou de verre.

8Les sources écrites nous apprennent que des métiers n’ayant laissé quasiment aucune trace matérielle étaient bien présents, tels les tourneurs sur bois ou les bûcherons. Il est à noter toutefois que la plupart de ces activités, à l’exception peut-être de l’exploitation des mines de plomb argentifère, ne sont reconnues par les textes ou par la fouille qu’à partir du bas Moyen Âge. Nous avons choisi, sur le terrain, de sonder une verrerie qui s’est révélé être l’un des rares ateliers de verres creux connus au xive siècle dans le Sud-Ouest de la France. Elle est implantée dans un environnement qui lui permettait d’avoir, à proximité immédiate, le bois de chauffage, la motricité de l’eau ainsi que les gisements de quartz ou de silex jaspoïde. L’étude a permis de repérer un moulin concasseur, deux fours et quatre bâtiments. Sa production est essentiellement représentée par des coupelles, des gobelets ainsi que des verres à tige finement décorés de filets bleus sur un fond translucide, formes et décors tout à fait comparables aux productions de cette période.

9L’habitat temporaire est quant à lui très présent sur les pâturages du plateau. Ces habitations sommaires, exécutées à partir de matériaux périssables, permettaient de loger les bergers et de fabriquer le fromage ; elles ont été progressivement remplacées par les burons, construits en pierre à partir du xviiie siècle. Les études historique mais aussi ethnologique et archéologique ont permis de mieux comprendre comment est construit un buron en mottes, la façon dont il fonctionne et pourquoi il se déplace. Les sondages pratiqués sur la montagne de Cammejane ont révélé des structures très rudimentaires, où la terre et la pierre – extraites lors de l’excavation du sol – sont réutilisées pour la construction du buron, un simple toit de mottes de gazon venant recouvrir l’ensemble.

10Le bâti est divisé en deux parties situées dans le prolongement l’une de l’autre : l’habitat et l’aire de fabrication dans une première pièce suivie d’une cave d’affinage à demi enterrée à l’arrière du bâtiment. Liés fréquemment à un bail de location renouvelé annuellement, les mazucs étaient très souvent reconstruits chaque année à un endroit différent afin que le bétail puisse progressivement fumer l’ensemble de la parcelle. Les structures étudiées datent des xviie-xviiie siècles et correspondent très certainement aux derniers burons de la montagne réalisés en matériaux périssables.

11L’habitat permanent intercalaire, qu’il soit sous forme de hameau ou de ferme, s’est révélé lui aussi d’une extrême richesse et a bénéficié d’un investissement plus important de notre part. C’est d’ailleurs ce thème qui a constitué l’axe de recherche privilégié du projet collectif. Une vingtaine de sites a pu être recensée, et pour ceux qui ont été sondés, c’est-à-dire six d’entre eux, les datations s’échelonnent du xie au xiiie siècle. Grâce à une étude comparative et à l’apport des textes connus pour cette période, on peut émettre l’hypothèse que la plupart des sites localisés mais non sondés appartiennent également à l’époque médiévale. L’implantation et l’architecture de ces bâtiments ont été influencées par le climat rigoureux du pays et comportent de ce fait des spécificités montagnardes intéressantes : bâti enterré, isolation des murs, entrées aménagées, habitat mixte… De plus, ces exploitations se trouvent dans un paysage dont le terroir d’origine a été en grande partie fossilisé. L’approche pluridisciplinaire a permis une étude approfondie et globale de l’exploitation agricole dans son ensemble, évitant ainsi de dissocier les bâtiments de leur environnement, c’est-à-dire des terrains exploités.

12Bien entendu, au terme d’une étude collective aussi diversifiée, les questions affluent, notamment en ce qui concerne l’habitat permanent : qui sont les habitants de ces mas ? Pourquoi se sont-ils installés dans des lieux aux conditions climatiques aussi dures ? Comment ont-ils vécu ? Pourquoi en sont-ils partis ? Sont-ils représentatifs de la société rurale aubracienne de cette époque ?

13Nous pouvons penser que les mas découverts sur le plateau pourraient être liés à des tentatives de mise en valeur de ce terroir par les différentes seigneuries laïques. La vie sur le plateau à 1200-1400 mètres d’altitude ne devait pas être très agréable, et ces terrains sont susceptibles d’être restés à l’écart de toute véritable colonisation jusqu’à l’époque médiévale. Les zones situées sous la barre des 1000 mètres ont été prioritairement occupées et ont longtemps suffi à faire face aux besoins de subsistance de la population.

14Dans ces conditions difficiles, les gens qui s’établissent sur les plateaux sont certainement des familles qui n’ont pas trouvé place ailleurs ; à ce titre, il est intéressant, en prenant toutes les mesures de prudence qui s’imposent, de comparer ce phénomène aux fermes qui s’implantent sur le plateau à la fin du xixe siècle. Ces deux périodes présentent des maisons mixtes allongées ou en équerre, entourées de bâtiments agricoles, d’un four à pain et d’un point d’eau aménagé. Ainsi, les habitants de ces mas pouvaient vivre en autarcie totale pendant de nombreux mois d’hiver, régnant sur un territoire souvent étendu, dans lequel leur propre troupeau mais aussi les bêtes venues en estive pâturaient. Les paysans établis alors ont choisi de s’installer dans une zone certes peu accueillante pour l’homme mais probablement encore vacante, plutôt que de s’exiler loin de leur pays d’origine. Le parallèle entre les xie-xiie siècles et le xixe siècle reste fragile, voire osé, mais force est de constater que ce sont les seules périodes du deuxième millénaire qui ont fixé un habitat permanent sur le plateau, certainement pour des raisons de surpopulation en plaine.

15En ce qui concerne le niveau de vie de ces colons du Moyen Âge, il semblerait que le revenu de ces exploitations ne soit pas si misérable que nous pourrions l’imaginer. Certes, les familles qui partaient conquérir de nouvelles terres aussi hostiles que celles de l’Aubrac ne possédaient sans doute pas grand-chose pour les retenir là où elles vivaient auparavant, il serait cependant caricatural de considérer ces paysans comme des personnes sans aucune ressource. En effet, alors que les textes sont muets sur la question du statut du paysan en Aubrac au Moyen Âge, les résultats archéologiques et environnementaux nous incitent à pondérer l’a priori de pauvreté extrême que nous associons à cette région. Observons les vestiges découverts : que ce soit les sites du Barthas, des Places Hautes, de Roc Guiral ou de Cantegal, les bâtiments d’habitation sont loin d’être des masures. Bien sûr, selon nos critères d’hommes du xxie siècle, le confort qu’ils offrent peut paraître plus que rudimentaire, mais ces maisons longues n’ont rien à voir avec des cabanes de berger. Des bâtisses avoisinant fréquemment les 30 mètres de long abritent, sous un même toit, les bêtes d’un côté et les hommes de l’autre, ces derniers se regroupant autour de l’oustal et pouvant être certainement nombreux au vu des superficies dont ils disposaient.

16Alors, ne pourrait-on pas voir dans la présence de ces mas l’existence d’une « vague » de colonisation qui n’aurait pas forcément échoué ? Elle aurait même réussi dans de nombreux cas, et était vraisemblablement encouragée par les seigneuries. En revanche, elle n’aurait pas perduré plus d’un siècle, c’est-à-dire jusqu’à la fin du xiie ou le début du xiiie siècle au plus tard, la pression démographique étant moins importante et les paysans abandonnant par conséquent ces franges pionnières. L’analyse palynologique de la tourbière de la Source du Roc vient confirmer cette hypothèse en faisant apparaître un important déboisement au début du xiie siècle, suivi d’une intensification de l’activité pastorale au siècle suivant.

17En effet, à partir du milieu du xiiie siècle, le paysage d’Aubrac change : l’Hôpital pratique essentiellement un faire-valoir indirect sur des pâturages que les marchands de bestiaux quercinois ou languedociens louent de plus en plus cher. Devant cette activité très rentable, les religieux réorganisent le plateau, reprenant souvent le terroir des anciens mas, occupé par la lande, pour les transformer en « montagne ». À partir du xve siècle, les bovins ne sont plus élevés uniquement pour la viande mais aussi pour le lait qui, grâce au savoir-faire auvergnat et plus précisément cantalien, va permettre de produire un excellent fromage. Les montagnes se dotent alors de toute une infrastructure saisonnière liée à la confection du fromage, c’est-à-dire des burons construits en matériaux périssables à chaque début de saison. Ce n’est qu’au xviiie siècle que les premiers burons de pierre font leur apparition, synonymes d’une plus grande stabilité mais aussi d’une plus grande valeur dans la mesure où le bâtiment qui perdure dans le temps devient un véritable bien.

18Parallèlement, l’apport des sources historiques permet de connaître la création et le fonctionnement de l’hôpital, bousculant une fois de plus un certain nombre de préjugés. L’hôpital s’implante sur un tissu seigneurial très ancien, large et complexe, qui provoque un enchevêtrement de pouvoirs où chacun revendique ses terres de l’Aubrac. La Domerie s’établissant tardivement en Aubrac (au milieu du xiie siècle), elle rencontre évidemment tout ce maillage du terroir préexistant. En conséquence, l’image traditionnelle des moines s’installant sur le plateau de l’Aubrac, dont les terres vacantes et incultes sont bonifiées grâce à leur présence et deviennent quelques décennies plus tard de riants pâturages, est à nuancer.

19À l’issue de notre étude, il apparaît donc que les exploitations agropastorales sont présentes sur l’Aubrac au moins dès le xie siècle ; elles sont implantées sur les derniers terrains inoccupés qui étaient aussi les plus hostiles. En dépit d’un climat difficile, les populations ont mis en place un système agricole où l’élevage dominait et où le terroir semblait relativement bien structuré, se divisant en de nombreux « mas » qui sont peut-être à l’origine des « montagnes » actuelles du plateau. Par la suite, les moines de l’Hôpital ont très vite saisi l’intérêt économique qu’il y avait à transformer ces landes en pâturages.

20Cette terre d’Aubrac pourrait être qualifiée d’idéale pour l’archéologue, l’historien ou l’environnementaliste qui s’intéresse au Moyen Âge ; cependant, ce tableau idyllique comporte de cruels manques, qu’ils soient dus aux données elles-mêmes ou à l’organisation de notre étude.

21Tout d’abord, certaines lacunes irrémédiables sont dues au terrain lui-même, comme par exemple l’absence de restes organiques et notamment d’ossements. Les conséquences sont importantes, car comment parler d’une civilisation pastorale sans qu’aucune approche de l’archéozoologie ne soit possible ? Cet exemple des limites de nos propos peut être étendu à la plupart des sciences dites « exactes » : dendrochronologie, étude des phosphates, climatologie, sédimentologie… Lorsque l’on connaît le poids et l’apport de ces disciplines, c’est une part très importante d’une recherche pluridisciplinaire qui a ainsi été exclue de notre étude. À propos du domaine historique, il existe également une contrainte objective lourde de conséquence : la quasi-absence de textes antérieurs à la fin du xiie siècle. Alors que nous avons eu la grande chance de mettre en évidence, grâce à l’archéologie, une occupation humaine du plateau de l’Aubrac aux xie et xiie siècles, l’extrême rareté des sources relevant de cette période constitue un manque particulièrement regrettable.

22En ce qui concerne nos recherches elles-mêmes, il est important d’en préciser les limites de temps, matérielles et interprétatives. Plusieurs études ont livré des résultats intéressants qui parfois, comme c’est le cas pour l’habitat permanent, peuvent avoir valeur d’exemple. Cependant, la rapidité de nos interventions sur le terrain ainsi que la faible emprise de fouille nous impose une certaine prudence, les surfaces explorées n’étant pas suffisantes pour autoriser des interprétations catégoriques. Nous avons essayé de retenir pour chaque thème un exemple caractéristique pouvant être représentatif des autres. Ainsi, la montagne de Cammejane a représenté le système d’estive, le site de La Verrière celui de la proto-industrie ; à travers le terroir de Nasbinals, mieux connu par les textes, nous pensons avoir approché une grande partie de celui de l’Aubrac. Seul l’habitat permanent, beaucoup plus hétérogène, a bénéficié de l’exemple de plusieurs sites afin que nos interprétations puissent être légitimes. Cette méthode permet d’avancer très vite mais risque de devenir caricaturale si l’on n’y prend pas garde, l’étude de cas pouvant devenir beaucoup trop restrictive : lorsque nous parlons de l’artisanat, il s’agit pour la majeure partie de celui du xive siècle, mais rien ne nous permet d’être affirmatif pour les siècles antérieurs. Le schéma selon lequel l’artisanat occuperait les vallées et l’habitat se développerait sur les plateaux n’est-il pas erroné dans la mesure où le premier date du bas Moyen Âge et le second essentiellement des xie-xiie siècles ? Selon les mêmes réserves, l’étude ponctuelle de trois tourbières permet-elle de définir de façon générale le paysage ?

23Au moment de conclure, tentons de cerner ce que notre étude peut apporter au thème de recherche que constitue l’habitat dispersé médiéval. Rappelons en premier lieu qu’à ce sujet, l’ensemble des travaux de Jean-Marie Pesez, notamment les plus récents (Pesez 1999, Esquieu et Pesez 1998), ainsi que les études qui lui ont été offertes (Feller, Manne, Piponnier 1998) nous ont servis de référence. Dans la même veine, la mise en perspective proposée par Benoît Cursente au sujet de l’habitat dispersé, en introduction aux xviiie journées internationales de Flaran, a également nourri nos réflexions (Cursente 1999).

24Cependant, force est de constater que l’habitat rural médiéval reste peu connu dans le sud de la France au regard de l’habitat castral ou urbain. Cette méconnaissance s’accentue lorsque nous comparons l’habitat dispersé aux regroupements villageois. De plus, au plan national et même international, la majorité des régions présente des vestiges d’habitats à architecture de bois, difficilement comparable à nos découvertes. Toutefois, un certain nombre de recherches ont permis de mettre au jour un habitat agricole de pierre du Moyen Âge central. La Bretagne a été l’une des premières régions dans ce cas : Les sites de Melrand (André 1982) ou de Pen-er-Malo (Bertrand 1971) présentent des exemples de maisons mixtes similaires à celles de l’Aubrac, plus d’ailleurs par le mode de construction que par la forme ou les dimensions.

25Plus proche de notre terrain d’étude, le Limousin (Conte, Desgranges 1987) ou le Languedoc (Gasco 1983) ont également fourni des exemples de ce type. Récemment, les nombreuses fouilles préventives liées aux grands tracés autoroutiers, notamment en Quercy, ont mis en évidence plusieurs exemples d’habitats ruraux (Boudartchouk 1997 ; Poignant 1999). Pourtant, l’approche comparative de ces maisons médiévales reste décevante : la destination du bâtiment ainsi que sa datation sont certes analogues, des similitudes existent entre ces structures de pierre, mais les ressemblances s’arrêtent là.

26C’est avant tout sa spécificité montagnarde qui caractérise l’habitat de l’Aubrac. Notre recherche comparative s’est donc orientée dans cette direction. Les exemples de fouilles de sites montagnards demeurent rares. Un travail exemplaire dans les Pyrénées françaises, précisément en Cerdagne (Rendu, 2001), est consacré exclusivement à l’habitat pastoral mais n’a malheureusement pas de véritable lien avec notre étude. En revanche, situé toujours en Catalogne, dans la région de Berguedà, la fouille d’un habitat permanent, celui des mas de Vilosiu (Bolòs 1996), présente un bâti situé à plus de mille mètres d’altitude, dont la typologie rejoint en partie celle observée sur les plateaux du Massif central. De même, l’étude menée dans les Alpes à Brandes-en-Oisans (Bailly-Maître 1998) permet de constater de réelles convergences. Ceci peut paraître surprenant dans la mesure où ce site abrite les vestiges d’un village de mineurs datant du xiiie siècle, peu comparable a priori avec l’Aubrac. En fait, le dénominateur commun est l’adaptation à la montagne, les constructions des mineurs à 1800 mètres d’altitude présentant de fortes similitudes avec les bâtiments des paysans de l’Aubrac : maison creusée dans le substrat, matériaux de l’excavation réutilisés dans la construction, drainage des eaux de ruissellement à l’intérieur de la bâtisse, caractéristiques architecturales des murs… en résumé autant de caractéristiques architecturales comparables afin de se préserver du froid et des intempéries.

27Enfin et en toute logique, les comparaisons les plus pertinentes avec notre étude se trouvent au cœur du Massif Central lui-même, dont l’histoire sur le peuplement médiéval est bien connue grâce au travail de synthèse de Gabriel Fournier (Fournier 1962). Les fouilles cantaliennes des habitats de Cotteuges, de Collandres (Simon-Coste 1988) ainsi que dans une moindre mesure, de Saint-Victor-de-Massiac (Tixier, Liabeuf 1984) fournissent des points de comparaison qui ouvrent une perspective de recherche passionnante au niveau de cette région de moyenne montagne.

28Si l’on devait retenir, au terme de cette étude, le principal apport qu’elle a fourni parmi l’extraordinaire richesse des informations qu’ont livrée toutes les disciplines, ce serait sans nul doute cette architecture paysanne montagnarde du Moyen Âge. Le nombre restreint de données comparables fait de ce type d’enquête un domaine novateur, d’autant plus important à appréhender que le paysage de l’Aubrac, constitué de grands plateaux situés entre 1000 et 1500 mètres d’altitude, a de nombreux parallèles en France comme à l’étranger. Le patrimoine découvert en Aubrac pourrait donc avoir des correspondances dans d’autres régions, à commencer par les autres secteurs du Massif central. Si cette hypothèse se confirmait, un axe de recherche particulièrement intéressant pourrait être alors développé.

Auteur


Archéologue spécialisé dans l’étude de l’habitat rural médiéval, Laurent Fau est ingénieur d’études au Service régional de l’Archéologie de Midi-Pyrénées, chercheur et responsable du programme : « Peuplement montagnard à l’époque médiévale » à l’UMR 5608 « Unité toulousaine d’Archéologie et d’Histoire » (CNRS, ministère de la Culture, université de Toulouse 2, Inrap). Il a coordonné pendant cinq ans un Projet collectif de recherche sur l’habitat et l’activité économique en moyenne montagne et a conduit plusieurs opérations programmées dans le Sud-Ouest de la France parmi lesquelles on peut citer l’habitat médiéval de Cantegal (Aveyron) et celui de Troucou (Cantal).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search