Version classiqueVersion mobile

Les Monts d’Aubrac au Moyen Âge

 | 
Laurent Fau

Chapitre 6. L’artisanat et la proto-industrie

Gérard Pradalié, Claude Petit, Marie-Geneviève Colin et Bernard Gratuze

Résumé

Les traces d’artisanat ou de proto-industrie, présentes dans les boraldes de l’Aubrac, nous révèlent la présence, au bas Moyen Âge, de ferrières, mines et verreries ; quelques mentions font par ailleurs état de bûcherons et de tourneurs sur bois. La fouille partielle d’une verrerie du xive s. a mis en évidence une production de verres creux décorés de cordons bleutés, que l’analyse chimique des composants permet de rattacher à l’influence méditerranéenne. Les bâtiments constitués notamment d’au moins deux fours et d’un moulin concasseur nous sont parvenus dans un très bon état de conservation.

Texte intégral

6.1 Approche historique de l’artisanat et de la proto-industrie

6.1.1 L’artisanat médiéval

  • 1  Doc. II : 704 (1401) ; Doc. I, 415 (1337). La taverne donnée à bail en 1414 pour 30 écus est peut- (...)

1Les documents sur l’ancien hôpital d’Aubrac sont peu bavards sur les activités économiques autres que l’agriculture et l’élevage. Certains, pourtant, laissent entrevoir une vie d’échanges. Le trafic du sel n’est jamais perçu directement ; par contre, celui du vin est bien attesté. On en vend à Nasbinals et Escudières, et jusque dans la taverne de La Ferrière Basse1.

  • 2  Doc. II, 648 : 570 (1448).
  • 3  « in operatorio de la sabataria » [Doc. II, 634 : 556 (1487)].
  • 4  Ce personnage appelé « magister sabatarie » [Doc II, 431 : 89 (1368)] ou « magister semellatorie » (...)
  • 5  Doc. II, 559 : 366-367 (1435).
  • 6  « Petro Marquesii, barberio sancti Ilerii, Antonio Alauserie etiam barberio, servitoribus prelibat (...)

2L’artisanat a laissé plus de traces, mais moins à l’hôpital lui-même qu’à Saint-Chély et sur tout le plateau. À Aubrac, où, au xive s., vit une centaine de personnes, sans compter les pèlerins de passage, on ne détecte aucune activité textile spécifique, ni aucun travail du bois, contrairement à Bonnefon où existe un officium fustarie2. Seule la fabrication de chaussures fait l’objet de rares renseignements. L’hôpital abrite un atelier de cordonnerie3 confié à un frère ou à un donat-savetier4, et auquel le cellérier et les grangers sont tenus de fournir des cuirs pour faire « calciamenta et alia »5. Les villages de Saint-Chély et de Prades – dans une moindre mesure pour ce dernier – rassemblent un artisanat diversifié : on y rencontre non seulement des barbiers, mais aussi des artisans du textile, du cuir et du bois, et des forgerons6.

6.1.1.1 Le textile et le cuir

  • 7  Tel inventaire après décès révèle la possession par un riche paysan de Nasbinals de deux « penches (...)
  • 8  « quadam filia pelliparii sancti Elegii » [Doc II, 606 : 524 (1471)] ; en 1460, Guillem Soldadier, (...)
  • 9  « unum moli combier ad preparandum panna, loco dicto a la yaula in supra aquam de Boralda » (Doc. (...)

3La laine est abondante sur l’Aubrac et de rares textes laissent soupçonner que le filage et le tissage sont pratiqués dans les foyers paysans7. Les manifestations d’un artisanat du cuir et du textile concernent principalement Saint-Chély. On y relève, pour le xve s., les mentions d’un pelletier et d’un chapelier8. La construction de plusieurs moulins drapiers y est prévue : l’un en 1401, un deuxième en 1450, confié à un pareur de drap, et un troisième en 14589. L’existence éventuelle de ces trois moulins sous-entend une production locale de draps dont l’importance nous échappe.

6.1.1.2 Le travail du bois

  • 10  À Saint-Chély, « Hugonet lo tornier » [Doc. I, 115 (1269), 118 (1270)] ; à Nasbinals « Guillerma T (...)
  • 11  Quand, en 1488, Aubrac ferme ses bois, il en exclut les devèzes de Bonnefon, Aulas, Regambal, Bauc (...)
  • 12  « Afforestatio torneriorum » (Doc. II, 521 : 168-169).
  • 13  Doc. II, 521 : 169, note 1.

4Saint-Chély a aussi ses tourneurs sur bois, de même que Nasbinals ou Les Angelatz, mas voisin de Camblatte, appelé aussi la Tornaria10. L’hôpital leur ouvre ses bois, pour qu’ils puissent y prélever la matière première nécessaire à la confection d’écuelles et de tranchoirs, moyennant redevances en nature11. La concession de ces bois se fait par unités de surface appelées torns et boscharo(s), le boscharo pouvant être la moitié d’un torn, comme celle dont bénéficient, en 1341, treize artisans tourneurs, dont un père et son fils aux Angelatz, et qui devra rapporter aux coseigneurs 1600 écuelles au titre de redevances12. Ne s’agissant ici que de redevances, il faut estimer le nombre total de pièces fabriquées en quantités bien supérieures. Ce que confirme le contrat signé la même année par le tourneur Jean Dalbiges : il s’engage à fabriquer ou à faire fabriquer, pour le compte d’un revendeur et à un prix fixé d’avance, plusieurs charges d’écuelles et de tranchoirs, tout en se réservant le droit de vendre directement deux charges d’écuelles et 1100 tranchoirs13. En réalité, c’est à plusieurs milliers d’unités que s’élève la production annuelle d’écuelles et de tranchoirs en terre d’Aurelle.

  • 14  Jean Cabanerius de La Ferrière vend à Étienne Valeri « xxii fornellos sive carbonerias et quilibet (...)
  • 15  ADA, E 7049, f° 117v°.
  • 16  ADA, 60 H 56, 2e cah., f° 35v° ; SLSAA, 60 H 1, f° 162.

5Autre utilisation artisanale du bois : la fabrication du charbon de bois dans les charbonnières. Tout comme le travail des tourneurs, cette activité se concentre sur la terre d’Aurelle, et en particulier dans les paroisses de Naves-d’Aubrac et de Trélans (par exemple en 1339 à La Ferrière Basse et à Sineclause au nord-est des Cats14). En 1543 encore, les habitants des Ginestes s’engagent à livrer 180 sacs de charbon à la ferrière de Saint-Laurent15 – les charbonnières étant, bien entendu, liées à l’activité métallurgique locale. Cette activité donne lieu à contestation et à organisation. Ainsi, plusieurs textes réglementent les droits des mineurs sur les bois de Valerne qui recouvrent la haute vallée du Mardonenque16 (Delmas 1990).

6.1.1.3 Le métal

  • 17  Doc. II, 656 : 593 (1454).
  • 18  Doc. I, 290 (1316), 336 (1328), 358 (1332).

6Les villages de l’Aubrac, tel Saint-Chély, ont au moins un forgeron17. Certains hameaux en ont aussi, comme Cayssac, où les Privati deviennent une famille de notables et finissent même par donner leur nom à leur mas d’origine : Les Privats18.

  • 19  ADA, 60 H 2, f° 159v°.
  • 20  ADA, 60 H 10, f° 72v°. Lors du creusement de galeries pour l’exploitation de baryte sur le filon d (...)
  • 21  Les bayles d’Aubrac et de Canilhac concèdent des terrains en terre d’Aurelle « pro faciendis miner (...)
  • 22  Doc. I, 391 : 620-624.
  • 23  Doc. II, 521 : 171.
  • 24  ADA, E 1223, f°4.

7L’Aubrac médiéval est plus connu pour son activité métallurgique, dont le plus ancien témoignage remonte à 126919, sans qu’il soit possible de dire s’il concerne l’argent ou le fer. L’Aubrac, et particulièrement la terre d’Aurelle, présente en effet deux types de filons métallifères. Il y a d’abord la galène, qui affleure en lisière des filons barytiques des secteurs de Saint-Martin-de-Montbon, Le Minié, Les Fessouyres et, plus au nord, Lacessat. Ces secteurs ont gardé des traces encore visibles de l’extraction et de la production d’argent : galeries et crassiers. Plusieurs documents y font référence. En 1292, une transaction entre Hugues d’Aurelle et un certain Guillem Béranger concerne des mines dans la paroisse de Saint-Martin20. Au xive s., les références directes ou indirectes à la production du métal blanc se font nombreuses : concession, en 1304, de terrains à exploiter au lieu-dit La Teule (aujourd’hui Les Rives) sur le ruisseau du Mardonenque, nouvelle concession en 130521, conflit en 1331-1333 entre les coseigneurs au sujet du Minié22, engagement d’une dette sur ce site en 1345 (Lempereur 1940), transaction en 1346 entre les coseigneurs et des mineurs au sujet d’un bois dont ces derniers revendiquent l’utilisation23, mention de moulins à argent sur le Mardonenque en 136524.

  • 25  Dans la châtellenie de Saint-Geniez, le roi perçoit un impôt de 18 deniers sur chaque mine d’argen (...)
  • 26  L’hommage prêté en 1299 par le domp d’Aubrac au comte de Rodez englobe « les mines faites ou à fai (...)
  • 27  Doc. I, 391 : 620-624 (1331-1333).
  • 28  ADA, G 467.

8L’exploitation de l’argent est source de revenus pour les autorités royale et seigneuriales : pour le roi, dont la châtellenie de Saint-Geniez englobe le Minié-Haut avec Les Farguettes des Bénézèches25, pour le comte de Rodez, seigneur supérieur de la terre d’Aurelle26, pour les coseigneurs Aubrac et Canilhac27, et même pour l’évêque de Rodez28.

  • 29  Doc. I, 415 (1337). En 1352, le Mardonenque est appelé « rivus de Ferreria seu Molina inferiori de (...)
  • 30  Doc. I, 419 ; 429.
  • 31  Il existe aussi une ferrière à La Fage sur la Bonance, paroisse de Pomeyrols [ADA, E1192, f° 1v° ( (...)

9La terre d’Aurelle recèle aussi des filons d’arkose ferreuse, le long du haut Mardonenque (appelé aussi ruisseau des Ferrières), dans le secteur de Moncan-Les Cats, qui ont donné naissance à plusieurs sites de production et d’exploitation du fer (Delmas 1990 : 421). C’est le cas à La Ferrière Basse ou Ferrière de Malcros, dont le site présente encore, rive gauche, un important crassier et des restes de bâtiments, dont un four. Un document de 1339 localise La Ferrière Basse non loin du chemin des Cats à La Frayssinède : elle regroupe alors un habitat avec sa taverne29. C’est aussi le cas à la Ferrière Haute, au nord-ouest des Cats, mentionné en 1338 et 134030, où on peut encore voir, rive droite, un important crassier et, rive gauche, les restes d’une structure mal identifiée (un four ?) (Delmas 1990 : 406)31.

  • 32  En 1404, le domp d’Aubrac fait encore hommage au comte d’Armagnac, comte de Rodez, pour la seigneu (...)

10Les témoignages écrits sur l’activité métallurgique de la terre d’Aurelle datent essentiellement, on l’a vu, de la première moitié du xive s. Ils se raréfient ensuite32, signe d’un possible recul de l’exploitation, et peut-être de l’abandon de certains sites, avant une reprise à la fin du xve s. et au xvie s. En 1513, Jacques de Beaufort, alors coseigneur avec Aubrac, concède une mouline à fer, à la limite des paroisses de Verlac et de Naves (au Minié). En 1530-1532, il est question de remettre en activité le martinet de la « Ferrière des Cats », expression qui désigne la Ferrière Basse (Delmas 1990 : 407-410, 413).

  • 33  Ce glissement est peut-être ancien puisque, dès 1397, un martinet est mentionné dans le Terrier de (...)

11Par la suite, la production de fer ne disparaît pas mais, moins liée au minerai local, elle se déplace en direction de Bonnefon, peut-être sous l’impulsion de la Domerie (Delmas 1990 : 412)33.

6.1.2 Une activité industrielle à l’époque moderne : le site de Brameloup

12La métallurgie sur les terres de l’hôpital d’Aubrac, importante à la fin du Moyen Âge, disparaît au cours du xve s. Puis une nouvelle activité de cette industrie apparaît au début du xvie s., mais sa localisation comme ses modalités techniques rompent totalement avec l’activité antérieure. Les textes en parlent peu et ne permettent pas d’en saisir avec clarté les techniques, datations ou finalités. Par contre, l’importance des vestiges archéologiques nous en fait suspecter l’ampleur, qui annonce les mutations de l’industrie à l’époque moderne.

Apport des textes

  • 34  ADA, 3 E 2039 f° 236.
  • 35  ADA, E 1563.

13Trois textes seulement ont permis de jeter un certain éclairage sur cette activité. En 1614, deux donats d’Aubrac passent une convention avec noble Louis Royer, conseiller du roi et contrôleur général des bureaux des armées de France, et maître Jean Ozilis, lieutenant en la baronnie de Calmont d’Olt, fermiers d’Aubrac, pour « trier et laver de mines de fer en la mine et lavoir que lesd. Sieurs Royer et Ozilis ont comensé à fere trabalher par cy devant en la paroisse de Sainct Pierre », les donats s’obligeant à extraire 2 000 barriques « ou plus s’il leur est possible »34. Trois ans plus tard, deux actes, passés le même jour, éclairent ce premier texte. Les mêmes Royer et Ozilis passent contrat avec deux charbonniers pour la livraison de charbon de bois au « fourneau qu est basty près le lieu de Bonefont apertenant à mesieur d’Albrac servant à fondre fer »35. L’importance de ce marché nous échapperait si l’on ne relevait l’origine lointaine des maîtres-charbonniers : l’un provenant de Dannemarie (Seine-et-Marne), l’autre de Vielmanay (Nièvre), régions de vieille tradition métallurgique.

Localisation des activités

  • 36  C’est à cet article que nous devons la découverte des actes cités ; cet historien se trompe toutef (...)

14L’identification du lieu d’origine du minerai se heurte à quelque difficulté, la mine étant située dans la paroisse dite de « Saint-Pierre ». L’activité des bailleurs, l’origine des preneurs, donats résidant aux Bourines, ainsi que la mention selon laquelle ils prendront le pain « en ceste maison des Borines », bornent les recherches aux localités proches des Bourines. Nous adoptons la conclusion de l’historien Affre (Affre 1974 : 187)36 qui localisait la mine dans la paroisse de Saint-Pierre-de-Bessuéjouls. Des traces abondantes de minerai de fer se rencontrent au pied du puech de Jou et peuvent avoir justifié une exploitation.

15Les énormes potentialités en bois – l’abbaye possédait 6 757 arpents de forêt en 1670, d’après la relation du maître des eaux et forêts Louis de Froidour – mais aussi en énergie hydraulique sont probablement à l’origine de cette implantation industrielle isolée des principaux lieux d’échanges. Le secteur appelé de manière significative « le Martinet » (appellation moderne), offre des vestiges considérables que l’on peut sans aucun doute identifier avec le site mentionné au début du xvie s. Sa localisation à l’est de Bonnefon, la présence de nombreuses constructions, l’aménagement de puissantes retenues d’eau, la présence de résidus de fonderie, en sont les éloquents témoignages. Aucune mention postérieure ne donne d’indication sur le devenir de ces installations ; toutefois l’historien Affre, souvent bien informé, indique que « cette usine, dont on ignore la date de création, fonctionnait encore vers le milieu du siècle dernier » (Affre 1974 : 187). Ce texte ayant été publié en 1903, il est difficile de savoir s’il indique par là le xviiie s. ou le xixe s.

Reconnaissance archéologique des sites

16Les traces de l’ensemble métallurgique développé au xviie s. sont connues de longue date par la population locale. En 1991, nous en avons reconnu le site principal avec Paul Fournier de Born, sans en soupçonner le caractère moderne. Ce site fut répertorié parmi les habitats désertés de l’Aubrac, et le relevé en fut partiellement effectué (Campech et al. 1993). L’ensemble, situé aux abords de Brameloup village, comprend trois retenues artificielles ainsi que des vestiges de bâtiments.

• Le lac des Picades

17Le lac des Picades est situé sur la boralde du Mousseaux. À l’aval de la retenue actuelle, qui conserve une partie de la digue antérieure, les restes d’un bâtiment fermant la gorge sont probablement ceux d’un martinet. En 1998, nous avons récolté de nombreuses scories métalliques en aval de ce site.

18La retenue dite « l’enclave des Bonals » fermait un lac artificiel d’une surface de plus d’un hectare. Elle est de dimensions importantes (environ 3 m de puissance à la base et 3 m de hauteur, sur une centaine de mètres). Sur la rive sud-est de ce lac artificiel, les ruines d’un habitat important sont encore parfaitement conservées. Ce site, appelé aussi Les Enfrus Viel, avait fait l’objet d’un sondage archéologique en 1968, réalisé à l’intérieur d’un bâtiment. Il ne permet aucune datation, les fragments de poterie n’ayant pas fait l’objet de véritable analyse ; il est toutefois intéressant de constater la présence d’une couche indiquée comme contenant du « mâchefer et charbon de bois » (Loubière 1968).

• Malesagne

19Le site de Malesagne se présente sous la forme d’une cuvette – aujourd’hui prairie – fermée par une digue dont des vestiges importants subsistent. Lors de récents travaux d’adduction d’eau, des conduites, creusées dans des bois de section rectangulaire, ont été mises au jour. Ces canalisations d’amenées d’eau pourraient relier cette retenue avec un site en contrebas, composé d’un bâtiment et de structures maçonnées (ancien four ?). Près de cet ensemble, on relève de très nombreuses scories de fer. Enfin, une des parcelles voisines est dénommée Le Pesquieyrou (état de section de 1809), ce qui renvoie sans ambiguïté à des aménagements humains de retenues.

• Sanhe Longue

20Le site de Sanhe Longue, encore marécageux mais en voie de comblement, pourrait aussi avoir servi de retenue ; mais les travaux de voirie ont dénaturé le site possible de la digue et aucun témoignage, comme des scories de fer, n’a été trouvé.

6.1.3 Conclusion

21Les deux rapides approches de l’artisanat et de la proto-industrie médiévale et moderne sur l’Aubrac qui précèdent, fruits des études historiques et de prospections archéologiques ponctuelles, illustrent donc l’existence de diverses activités de production et d’échange dans cette région de moyenne montagne. Les métiers représentés relèvent soit des services associés à tout regroupement humain, soit de l’exploitation proprement dite des ressources géologiques du territoire. Au titre de la première catégorie, on note l’existence, à la fin du Moyen Âge, d’un cordonnier, d’un pelletier, d’un chapelier, de barbiers. Ces activités s’exercent principalement à Saint-Chély – qui semble constituer le principal regroupement villageois –, plus rarement à Prades, Bonnefon ou à l’hôpital lui-même.

22Ce que nous percevons le mieux reste cependant l’activité artisanale ou proto-industrielle directement liée à l’exploitation des ressources naturelles. Ainsi, grâce à l’abondance du bois, les mentions de tourneurs sur bois et de charbonniers ne sont pas rares dès le xive s. Les témoignages les plus anciens (dès la seconde moitié du xiie s.), les plus durables (jusqu’aux xviie et xixe s.) et aussi les plus fréquents concernent l’exploitation du minerai liée à la production d’argent et de fer. D’autre part, l’énergie hydraulique est utilisée à diverses fins : pour le travail du textile notamment mais aussi en liaison avec un atelier d’artisanat verrier.

6.2 L’atelier de production de verres creux de La Verrière à Saint-Chély-d’Aubrac

23Parallèlement aux prospections et sondages archéologiques menés sur le plateau de l’Aubrac, et qui ont enrichi notre connaissance des habitats temporaire et permanent, la prospection systématique des boraldes a été entreprise dès 1993 dans le cadre du projet collectif. Les résultats obtenus ont principalement concerné des vestiges d’artisanat ou de proto-industrie, dont l’implantation dans les vallées forestières a été largement favorisée par un contexte géologique riche en ressources minières et en cours d’eau.

24Parmi la poignée de sites clairement identifiés à l’issue de la phase de prospection, et sans revenir sur les informations fournies dans les paragraphes précédents par l’étude historique, un gisement est apparu comme emblématique du thème de la proto-industrie médiévale et moderne : le site de La Verrière, situé sur la commune de Saint-Chély-d’Aubrac (fig. 105). Choisi en vertu d’un intérêt scientifique tout à fait particulier, il permet une première approche d’une activité artisanale exercée en milieu forestier, au sein des dépendances de la Domerie d’Aubrac : l’artisanat verrier.

fig. 105. Sites de La Verrière et de proto-industrie repérés en prospection.

  • 37  « nemuz de la Veyrieyra inter duos rivos et subtres lo Ranc » (ADA, E 1117, f° 1730).

25Le gisement est situé au cœur de la forêt domaniale d’Aubrac, à 1120 m d’altitude (fig. 106). Dans l’état actuel des connaissances, la documentation historique le concernant est fort rare. Le toponyme La Veyrieyra apparaît cependant dès 1488 dans un texte qui prévoit l’arrentement des forestages de l’hôpital d’Aubrac pour une durée de trois ans37. Le lieu est d’autre part bien connu localement pour sa richesse en débris de verre et pour ses structures bâties en ruine, encore visibles malgré le couvert forestier. Sur le plan géologique, l’environnement immédiat du site est entièrement constitué de gneiss des Picades, riche en cristaux de quartz se délitant facilement ; l’alimentation en eau est aisée grâce à la présence, 30 m en contrebas, du ruisseau des Mousseaux.

fig. 106. Implantation du site de La Verrière et de son moulin.

26La prospection au sol a permis de recenser les vestiges de quatre bâtiments et deux fours, répartis sur une surface d’environ 2000 m2, et d’un moulin, distant de 140 m à l’ouest (fig. 106). Sur le site artisanal proprement dit, les différentes structures bâties, assez bien conservées, ont sans doute eu des fonctions variées liées à la production de verres elle-même, à l’habitat ou encore au stockage des matières premières (fig. 107). Les deux campagnes de sondages menées en 1994 et 1995 ont été consacrées au débroussaillage et à l’approche archéologique du bâtiment le plus vaste (zone 1), qui nous est apparu comme la construction principale, au centre de laquelle étaient visibles les vestiges d’un four. La fouille a très vite permis de confirmer que nous étions bien en présence d’un site de production de verres creux de la fin du Moyen Âge.

fig. 107. La Verrière : plan d’ensemble des bâtiments de la verrerie et localisation des sondages.

6.2.1 Les structures

27Le bâtiment principal présente un plan rectangulaire dont la superficie utile intérieure est de 60 m2 ; il est muni d’une entrée dallée sur son flanc nord. Les murs à double parement, édifiés en blocs de gneiss équarris, sont conservés sur une élévation maximale de 1,20 m (fig. 108). Les secteurs de fouille ont été implantés d’une part sur l’axe médian nord-sud de l’édifice en incluant le four, d’autre part dans son angle nord-ouest (fig. 109).

fig. 108. La Verrière : élévation des murs de la « zone 1 » dans l’angle nord-ouest.

fig. 109. La Verrière : plan des sondages du bâtiment principal « zone 1 » avec, au centre, le four.

28L’identification d’une structure de cuisson est suggérée par la présence, au centre de la bâtisse, d’un vaste éboulis circulaire composé de pierres, de briques réfractaires, de nodules d’argile cuite et de fragments de paroi vitrifiée. L’enlèvement de ces niveaux de destruction a effectivement conduit à la mise au jour des vestiges d’un four, de forme approximativement rectangulaire et orienté selon un axe est-ouest (fig. 110). Sa construction repose directement sur le sol géologique de gneiss ; elle est constituée de deux murs latéraux, bâtis également en gneiss et liés à la terre. Le mur septentrional est de loin le mieux conservé, avec les vestiges d’un parement extérieur comptant quatre assises assez grossièrement mises en œuvre, pour une élévation atteignant parfois près d’un mètre de haut. Seuls les niveaux inférieurs du four sont encore en place, aucune trace de sole ou de voûtement n’a pu être observée.

fig. 110. La Verrière : vue de la partie inférieure du four, d’ouest en est.

29L’intérieur de la structure présente dans sa partie centrale un canal étroit légèrement renflé qui s’évase progressivement vers les deux ouvertures. L’entrée ouest est bordée par deux blocs de tuf volcanique posés de chant, qui forment les montants latéraux, et sont sans doute utilisés ici pour l’important pouvoir de concentration de la chaleur de cette roche. Le sol et les parois internes du four ont largement rougi sous l’effet des fortes températures et se délitent en fines plaquettes. L’ouverture orientale, compte tenu de sa largeur et de la taille du rocher en pente inclinée, pourrait avoir servi à enfourner le bois ; l’ouverture occidentale, plus étroite, serait alors celle par laquelle les cendres étaient retirées du foyer.

30Le plan de ce four se rapproche très nettement de ceux qui ont été fouillés dans les ateliers de Planier (Signes, Var) et de La Seube (Claret, Hérault), respectivement datés de la fin du xiiie s. et des années 1340-1350 (Foy 1988 : 150-156 ; 1989 : 77-80). À Planier, le four arasé sous la sole présente une forme grossièrement rectangulaire ; il est fait de deux alignements de blocs de pierre froide extraits du rocher affleurant et retaillé qui constitue également le sol du foyer renflé en son milieu. Aux deux extrémités se trouvent deux ouvertures dont des blocs de basalte forment les montants. Les fours 2 et 4 du site de La Seube présentent le même type de forme allongée et de chambre foyère oblongue taillée dans la roche en place.

31Les comparaisons faites par Danièle Foy sur l’ensemble des fours médiévaux connus lui permettent de distinguer – sans exclure bon nombre de nuances – deux grands types de structures : les fours méridionaux, circulaires et étagés, et les fours septentrionaux, rectangulaires et divisés horizontalement. Il est bien difficile de classer le four de La Verrière, compte tenu de son important arasement. Certes, les vestiges existants permettent de lui donner une forme de type rectangulaire, mais il ne s’agit que de la zone foyère, partie inférieure du four. À Cadrix (Saint-Maximin, Var), le four – bien conservé – est incontestablement de forme circulaire ; mais si un relevé était dressé au niveau du foyer seulement, le four présenterait une forme allongée comparable à celui de Planier ou à celui qui nous occupe. En outre, il convient de garder en mémoire l’aspect nettement circulaire de l’éboulis sous lequel était conservé le foyer du four de La Verrière : la forme de ce niveau de destruction pourrait être une rémanence de l’élévation d’origine.

32En poursuivant le sondage vers le sud dans l’axe transversal du bâtiment, la fouille a révélé une structure complémentaire accolée au four et apparemment maçonnée, à l’intérieur de laquelle a été mis en évidence un niveau d’effondrement présentant de nombreuses briquettes d’argile ayant pu appartenir à une voûte. Il pourrait s’agir d’une petite chambre annexe, juxtaposée à la partie centrale du four et destinée au refroidissement progressif des objets (four de recuit) ou à la préparation de la fritte (première fusion des matières premières, donnant un verre impur qui est ensuite broyé et mis dans des creusets pour la fusion définitive). Cette deuxième hypothèse serait plus vraisemblable que la première car cette structure annexe est certainement de dimensions assez modestes. Or, les fours de recuit étaient au contraire généralement assez vastes afin de pouvoir contenir un grand nombre d’objets, leur refroidissement étant lent et progressif.

6.2.2 La stratigraphie

33L’analyse stratigraphique de l’édifice s’est révélée fort simple et homogène, à l’exception de quelques épiphénomènes dont l’exiguïté des surfaces fouillées rendait la compréhension délicate. Dans l’angle nord-ouest de l’édifice, un sondage de 5 m2 a livré une stratigraphie d’une puissance maximale de 0,75 m, constituée à 60 % du niveau de destruction du bâtiment (fig. 111). Sous cet éboulis, un important remblai semble s’être constitué progressivement à partir du rejet ou du balayage de divers sédiments et matériaux : résidus de paroi de four endommagée, quartz finement concassé, poches cendreuses, ainsi qu’un abondant mobilier céramique, métallique et de verre. Le sol d’occupation lui-même n’est autre que le substrat grossièrement nivelé, sur lequel prennent également appui le radier de galets et d’éclats de gneiss, et l’assise de réglage constituant la base des murs.

fig. 111. La Verrière : coupe stratigraphique NE-SE du bâtiment principal, au sud du four.

34Une coupe transversale nord-sud, de 8 m de long par 1 m à 3,50 m de large selon les secteurs, a été également réalisée, pour une surface totale fouillée d’environ 20 m2. À la périphérie du four, la stratigraphie est proche du secteur précédemment décrit et se décline en trois temps : tout d’abord, l’aménagement du sol géologique et la construction de l’édifice, puis une phase d’occupation correspondant à une utilisation des lieux sur plusieurs années voire dizaines d’années – les remblais correspondants étant riches en mobilier – enfin, l’abandon de l’atelier est matérialisé par une importante couche d’éboulis. L’intérieur du four présente une séquence encore plus simple, qui se distingue cependant clairement de l’extérieur par la couleur et la granulométrie des terres de remplissage, et par l’absence de tout mobilier archéologique. Le niveau de destruction a été ici très largement perturbé par des fouilles clandestines.

6.2.3 Le mobilier

6.2.3.1 L’outillage et les matériaux spécifiques à l’artisanat du verre

35Par souci de concision, nous n’évoquerons pas ici le mobilier métallique en général ni les outils communs à tout habitat ou atelier, pour ne retenir que les découvertes spécifiques à la fabrication du verre. Elles concernent deux fragments de canne de soufflage en fer, de section circulaire avec des diamètres respectifs de 0,03 et 0,06 m ; en fer également : une petite pince de 0,06 m de long et le manche, long de 0,27 m, d’un outil de section ronde dont l’extrémité forme un rectangle au rebord rentrant (fig. 112). Ce type de râteau sans dents (Foy 1989 : 91 ; Haudicquer de Blancourt 1967 : 48) destiné à remuer la fritte a précisément été mis au jour dans le comblement de la structure annexe au four principal que nous avons interprétée plus haut comme pouvant être destinée à la préparation de la fritte.

fig. 112. La Verrière : outillage en fer et éléments de pesée liés à la fabrication du verre.

36Sans qu’il s’agisse à proprement parler d’outils, mentionnons d’autre part la découverte de deux poids en plomb : un de 48 g, marqué des armes du duché d’Auvergne, et l’autre de 365 g (fig. 112).

37Au titre de l’outillage non métallique, nous avons recueilli trois broyeurs grossièrement circulaires, d’une taille parfaitement adaptée à la main de l’homme et taillés dans du gneiss. Ils pourraient tout à fait avoir été utilisés pour le concassage du silex et du quartz entrant dans la composition du verre. Outre de nombreux éclats de silex jaspoïde et de quartz, les couches de remblai contenaient des scories et coulures de verre en abondance, ainsi que des briquettes de paroi de four.

6.2.3.2 Les fragments de creusets

38Les creusets sont bien représentés, qu’il s’agisse de petits spécimens réservés à la fonte des colorants ou d’objets plus volumineux destinés à la fusion du verre elle-même. Leur typologie présente des formes trapues à fonds plats et des profils presque verticaux, à bords rentrants à angle droit, légèrement amincis à leur extrémité (fig. 113). La hauteur des panses est très variable et dépend sans doute des diverses utilisations. Les formes des creusets de La Verrière sont en fait assez différentes de celles des réfractaires trouvés sur les sites producteurs provençaux et languedociens du xive s. (Rougiers, Cadrix et La Seube). Seul l’atelier de Planier possède, pour la fin du xiie s., une forme analogue (Foy 1989 : fig. 33-1). Les analogies ne sont pas plus grandes avec les creusets du site de Monte Lecco, atelier italien du xve s., dont les profils sont totalement rectilignes et dépourvus de tout bord rentrant (Fossati, Mannoni 1975 : 71). Ce n’est donc pas la typologie des creusets qui peut nous permettre de préciser à quelle période de la fin du Moyen Âge il convient de rattacher la période de production de l’atelier de Saint-Chély-d’Aubrac.

fig. 113. La Verrière : fragments de creusets.

6.2.3.3 Les productions de verre

39Les très nombreux échantillons de verrerie recueillis mettent en évidence une production originale, presque exclusivement (à 99 %) constituée de verres creux aux formes et aux décors variés, typologiquement comparables aux objets répertoriés sur divers sites producteurs ou utilisateurs de la moitié sud de la France au xive s.

40Les formes les plus fréquemment rencontrées sont :

  • des coupelles à marli (fig. 114) ou lampes en verre fin et incolore, dont la lèvre est généralement soulignée d’un cordon bleu rapporté. La couleur bleue peut également orner la partie inférieure de la coupe (décor cloisonné, chevrons) ou le fond (pastilles) ;

  • des verres à boire monochromes, principalement verres à tige et gobelets (fig. 115, 116), plus exceptionnellement verres à pied. Outre les filets bleus qui constituent le décor le plus fréquent (fig. 117), on recense, en moindre proportion, des cordons rapportés, ciselés et quelques décors moulés. Les tiges sont de section généralement circulaire, torsadées ou décorées d’un anneau médian. Les gobelets sont de forme cylindrique ou tronconique et peuvent être pourvus soit d’un fond plat souligné à l’extérieur par un petit bourrelet ou d’un cordon dentelé, soit d’un fond nettement rentrant (cône renversé) ;

  • des vases à liquide, principalement représentés par une dizaine de goulots de gourdes (fig. 118), fioles, flacons ou bouteilles fréquemment enrichis d’un décor rapporté.

fig. 114. La Verrière : mobilier en verre. Les coupelles à marli.

fig. 115. La Verrière : mobilier en verre. Les gobelets.

fig. 116. La Verrière : mobilier en verre. Les verres à tige.

fig. 117. La Verrière : mobilier en verre. Les décors de filets bleus.

fig. 118. La Verrière : vue du goulot et de l’épaulement d’une petite gourde

  • 38  Que Danièle Foy soit ici vivement remerciée pour ses observations et ses précieux conseils. Pour l (...)

41Ces découvertes révèlent donc l’existence d’un atelier de production de verres creux aux formes et aux décors variés, dont l’activité s’est vraisemblablement développée sur une partie du xives. (quelques trouvailles de fragments de gobelets et de verres à pied, inconnus sur d’autres sites avant le xve s., restent très marginales). Si les formes et les décors sont très comparables à ceux que l’on connaît dans des gisements producteurs en Provence ou Languedoc, le matériau est en revanche très différent, plus verdâtre et plus épais. Sur les conseils de Danièle Foy, une série d’analyses de la composition d’une trentaine d’échantillons sélectionnés parmi les fragments d’objets, de creusets et de déchets de fabrication a été réalisée par Bernard Gratuze au sein de l’Institut de recherche sur les Archéomatériaux du CNRS d’Orléans38. Il s’agissait de déterminer si les fondants utilisés par l’atelier de Saint-Chély-d’Aubrac étaient d’origine sodique – et donc caractéristiques des productions de l’aire méditerranéenne – ou potassique – ce qui associerait La Verrière à la zone continentale. Les résultats obtenus permettent de rattacher la verrerie de Saint-Chély-d’Aubrac à la tradition méditerranéenne même si un apport d’environ un tiers d’éléments potassiques vient nuancer partiellement cette affirmation. Du point de vue de la composition du verre, les productions rouergates semblent en quelque sorte esquisser une aire géographique de transition entre deux mondes jusque-là bien distincts.

6.2.3.4 Le mobilier céramique

42Recueilli en abondance, le mobilier céramique appartient de manière très homogène à la fin du Moyen Âge. La céramique glaçurée, très majoritaire, est constituée de pièces tournées à pâte calcaire claire ou rouge, couvertes de glaçure plombifère monochrome verte, jaune ou plus rarement marron (fig. 119). De diamètres variables, les formes représentées vont des oules et marmites globulaires avec ou sans anse aux cruches, coupelles, jattes, et plus rarement poêlons à manche tubulaire ou plats à marli. Les décors les plus caractéristiques sont des cordons rapportés, parfois dotés d’une couverte métallescente originale de teinte marron à grise, des lignes d’ondes incisées ou encore des écailles descendantes rapportées. Des éléments de céramique non glaçurée ont également été trouvés. La cuisson est généralement oxydante mais les pâtes rouges ou claires ont été fortement noircies au contact du feu. Les formes les plus représentatives sont les marmites globulaires à fond bombé et les cruches au col assez haut (fig. 120).

fig. 119. La Verrière : la céramique glaçurée et décorée.

fig. 120. La Verrière : formes caractéristiques de céramique non glaçurée à cuisson oxydante.

43L’étude du mobilier céramique confirme que l’occupation du site de La Verrière peut être datée du bas Moyen Âge et plus précisément du xive s. Comme pour le verre, les rares éléments légèrement plus tardifs, tels que les manches tubulaires de poêlons, restent très isolés et ne permettent pas à eux seuls de supposer que l’activité de l’atelier se poursuit au xve s., période pour laquelle on manque au demeurant cruellement de documentation.

6.2.4 Le moulin

44À 140 m environ à l’ouest de la zone de production, un moulin, dont l’existence est vraisemblablement liée à celle de l’atelier a fait l’objet d’observations et de relevés. Cette puissante bâtisse rectangulaire d’une surface de près de 25 m2 est montée à pierres sèches au pied d’un escarpement rocheux et dotée d’une entrée sur son flanc est. Divers aménagements sont visibles malgré les éboulis, notamment les vestiges d’une vaste cuve bâtie et, percée dans le mur sud, d’une ouverture permettant l’écoulement de l’eau en direction du ruisseau. Au sommet des rochers qui surplombent le bâtiment, le tracé d’un canal de dérivation destiné à l’alimentation en eau du moulin a également été repéré.

6.2.5 Conclusion

  • 39  LY.8108 ; 655 ± 40 BP (Centre de datation par le radiocarbone de l’université de Lyon I).

45Le site de La Verrière à Saint-Chély-d’Aubrac a été implanté dans un contexte géographique et géologique particulièrement favorable : couvert forestier, gisements de silex jaspoïde et de quartz à proximité, ruisseau en contrebas. Quatre bâtiments, deux fours et un moulin sont assez bien conservés et la fouille partielle du bâtiment principal témoigne d’une occupation homogène dans le courant du xive s., étalée sans doute, si l’on en croit les typologies de mobilier, sur plusieurs décennies. Une datation par le radiocarbone39 confirme cette hypothèse chronologique en situant entre 1303 et 1370 les probabilités maximales de datation. La mention, en 1488, du toponyme La Veyriera doit donc sans doute être interprétée comme celle d’un nom de lieu-dit devenu d’usage courant à la fin du xve s. et marquant le souvenir d’une activité artisanale désormais obsolète.

46Premier atelier de verrier identifié et localisé pour le Rouergue du bas Moyen Âge, le gisement de La Verrière est à l’origine d’une production variée, constituée de nombreuses formes de verres creux (coupelles ou lampes, verres à tige, gobelets, verres à pied, vases à liquide), typologiquement comparables aux formes connues sur les sites producteurs ou utilisateurs contemporains de la moitié sud de la France.

6.2.6 Étude d’éléments de production de La Verrière de St-Chély-d’Aubrac

47Si la production de l’atelier de La Verrière à Saint-Chély-d’Aubrac est typologiquement comparable aux formes connues sur les sites du xive s. du sud de la France, le verre utilisé pour les objets fabriqués dans l’atelier rouergat est plus verdâtre et plus épais que celui travaillé dans le midi. C’est donc l’analyse de la composition du verre qui devrait nous permettre de rattacher cet atelier, situé sur la zone charnière qu’est la bordure méridionale du Massif central, aux modes de production de l’aire méditerranéenne ou de l’aire continentale. Ces régions sont en effet bien différenciées par la nature des fondants utilisés : l’emploi de fondants sodiques obtenus à partir des cendres de plantes halophytes caractérise les productions du littoral méditerranéen, tandis que les fondants calco-potassiques produits par combustion de végétaux forestiers (fougères, hêtres, sapins, chênes…) sont utilisés dans la zone continentale.

6.2.6.1 Méthode d’analyse

48Pour la caractérisation chimique des objets, la méthode d’analyse multi-élémentaire utilisée est la spectrométrie de masse couplée à un plasma inductif avec prélèvement par ablation laser (LA-ICP-MS) (Gratuze 1999 ; Gratuze et al. 2001). Cette technique présente plusieurs avantages : le dosage d’un nombre important d’éléments, ce qui permet une caractérisation chimique complète des objets, un prélèvement de matière dont la trace est totalement invisible à l’œil nu (diamètre inférieur à 0,08 mm pour une profondeur de 0,15 mm). D’un point de vue analytique, cela permet de s’affranchir des problèmes de corrosion de surface.

49Le matériel étudié comprend des fragments d’objets finis qui correspondent aux productions de l’atelier, ainsi que des déchets de fabrication et des coulures de verre retrouvées sur des fragments de creusets ou de parois de four (tabl. x).

tabl x. Liste du matériel étudié. Les fragments d’objets sont référencés par « Aub » suivi du n° de l’unité stratigraphique ; les déchets ne sont identifiés que par le numéro de l’unité stratigraphique. Lorsque plusieurs objets d’une même U.S. ont été analysés, ceux-ci sont indexés à l’aide d’une lettre. Pour les échantillons polychromes, les lettres « i » et « b » font respectivement référence aux parties incolores et bleues de l’objet.

6.2.6.2 Résultats

La composition chimique du verre produit par l’atelier de La Verrière (tabl. XIII et XIV)

tabl xiii. Résultat d’analyse des fragments d’objets en verre de Saint-Chély-d’Aubrac (teneurs en % et en ppm, 1ppm = 1 10-4%)

Tabl. xiv. Résultat d’analyse des fragments d’objets en verre de Saint-Chély-d’Aubrac (teneurs en % et en ppm, 1ppm = 1 10-4%)

50L’ensemble des échantillons de verre étudiés (fragments d’objets et déchets de production) appartient à la famille des verres calco-alcalins fabriqués à partir de cendres de plantes. L’élément alcalin majoritaire y est le sodium. La teneur en soude y est toutefois très variable et les verres analysés contiennent une quantité relativement importante de potasse et de chaux. Sur le diagramme de classification simplifiée des grandes familles de verre, en fonction des fondants utilisés pour leur fabrication et des périodes de production (fig. 121), l’alignement des points, représentant les verres de l’atelier de Saint-Chély-d’Aubrac, permet de rattacher la production de l’atelier aux verres calco-sodiques à soude végétale de tradition méditerranéenne. On notera cependant un déplacement des points vers le pôle potassique, qui traduit une influence continentale (verre à fondant calco-potassique). Cette répartition particulière semble indiquer que le verre fabriqué à Saint-Chély-d’Aubrac résulte du mélange de deux fondants végétaux de types différents : sodium et calco-potassique. Cette hypothèse est confirmée par le diagramme binaire (fig. 122) où l’on observe que la teneur en soude des verres analysés est inversement proportionnelle aux teneurs en chaux (CaO), en potasse (K2O) et en magnésie (MgO).

fig. 121. La Verrière : classification simplifiée des grandes familles de verre, en fonction des fondants utilisés pour leur fabrication et des périodes de production. L’alignement des points, représentant les verres de l’atelier de Saint-Chély-d’Aubrac, se situe entre le pôle des verres sodiques à base de cendres de plantes et celui des verres calco-potassiques.

fig. 122. La Verrière : diagrammes binaires Na2O- MgO, Na2O-K2O, Na2O-CaO. Une corrélation négative entre les oxydes et la soude est mise en évidence.

51Sur les autres diagrammes binaires (fig. 123, 124, 125), certains autres constituants mineurs et traces du verre présentent une corrélation inverse par rapport à la soude : ce sont principalement le phosphore (P2O5), le rubidium (Rb2O), le strontium (SrO) et, dans une moindre mesure, le bore, l’uranium et le cérium. Par contre, d’autres sont corrélés avec la soude : ce sont principalement le chlore (Cl), le lithium (Li2O) et le zirconium (ZrO2).

fig. 123. La Verrière : diagrammes binaires Na2O- P2O5, Na2O-Cl. Une corrélation négative entre le phosphore et la soude, et positive avec le chlore est mise en évidence.

fig. 124. La Verrière : diagrammes binaires Na2O- Rb2O, Na2O-SrO. Une corrélation négative entre ces oxydes et la soude est mise en évidence.

fig. 125. La Verrière : diagrammes binaires Na2O- ZrO2, Na2O-Li2O. Une corrélation positive entre ces oxydes et la soude est mise en évidence.

52On observe enfin (fig. 126) que la proportion des éléments alcalins (soude et potasse) et alcalino-terreux (chaux et magnésie) par rapport à la silice (environ 2/3 de silice pour 1/3 de fondant) est légèrement inférieure pour les verres sodiques par rapport aux verres plus riches en potasse et en chaux.

fig. 126. La Verrière : diagramme binaire « éléments majeurs amenés par le fondant ». La plus forte proportion de silice est mise en évidence dans les verres sodiques par rapport aux verres « sodo-calcopotassiques ».

53Les relations observées entre ces différents constituants confirment l’hypothèse d’un mélange de deux produits de composition et d’origine différentes : d’une part un fondant sodique dont les principales impuretés sont le chlore, mais aussi le lithium et le zirconium, et, d’autre part, un fondant calco-potassique qui amène principalement de la magnésie, du phosphore, du rubidium, du strontium, mais aussi du cérium et de l’uranium.

54Le fondant sodique, qui peut être considéré comme l’une des matières premières principales de la verrerie, est probablement une soude obtenue en calcinant des plantes halophytes du littoral méditerranéen ; quant aux modes d’introduction du fondant calco-potassique, plusieurs hypothèses sont envisageables :

  • il a pu être incorporé par les verriers lors de la fabrication du verre, en mélangeant aux cendres sodiques des cendres forestières, potassiques. Elles peuvent soit avoir été achetées, comme la soude, soit éventuellement produites sur place ou provenir du recyclage des cendres des fours de la verrerie ;

  • il a pu aussi être incorporé involontairement au verre sous forme de groisil (verre recyclé) potassique que les verriers de Saint-Chély-d’Aubrac collectent dans la région environnante.

55Il est difficile de trancher entre ces deux hypothèses, d’autant que les verriers peuvent aussi avoir introduit la potasse via ces deux modes. Tout au plus, peut-on calculer la quantité maximale de groisil calco-potassique ou de cendres de végétaux forestiers incorporés au verre produit par l’atelier de La Verrière. Les résultats de cette simulation montrent que celle-ci est de l’ordre de 30 à 40 % (tabl. xi).

tabl. xi. Simulation des compositions de verre obtenues pour différents mélanges : matières vitrifiables/groisil ou cendres sodiques/cendres potassiques.

56Les corrélations observées entre la plupart des éléments mineurs et traces, et la soude et la potasse, semblent suggérer que la source de silice utilisée est relativement pure, ce que confirme la découverte sur le site d’éclats de quartz et de silex.

Les matières colorantes utilisées

57Les objets étudiés sont rarement incolores. Le verre présente généralement une teinte verdâtre ou bleutée due à la présence des oxydes de fer, dont les propriétés colorantes sont plus ou moins neutralisées par la présence de manganèse (agent décolorant aussi appelé « savon des verriers »). Le verre peut également être d’une couleur bleu foncé due à la présence de cobalt.

58Pour ce qui concerne les objets verdâtres et incolores, on n’observe pas de corrélation entre les teneurs en fer et en manganèse et la couleur du verre. On peut donc penser que la couleur dominante du verre résulte principalement des conditions oxydo-réductrices qui régnaient à l’intérieur des fours. Les oxydes de fer et de manganèse ont probablement été introduits involontairement dans le verre, en tant qu’impuretés des matières premières : le fer peut provenir de la silice et des cendres, et le manganèse essentiellement des cendres. Les verres un peu plus bleutés ont tous, par contre, des teneurs plus importantes en cobalt et en cuivre, même si elles restent toutefois relativement faibles (fig. 127). On peut supposer une introduction accidentelle de ces deux composants.

fig. 127. La Verrière : diagramme binaire CoO-CuO. Teneurs en cobalt et en cuivre dans les matières colorantes utilisées.

59L’agent colorant des filets de verre bleu, utilisés comme décors par les verriers de Saint-Chély-d’Aubrac, est le cobalt. La coloration devait probablement être effectuée au sein de l’atelier, car le verre des filets bleus présente la même variabilité de composition (soude-potasse) que le verre non coloré.

60Des études antérieures, effectuées par notre laboratoire sur l’origine du cobalt utilisé dans l’industrie verrière et céramique, de la Protohistoire au xviie s., montrent que la nature des éléments traces associés au cobalt varie d’une part selon la localisation des gisements exploités et d’autre part en fonction de la chronologie des objets (Gratuze et al. 1992, 1996). Lors de cette étude, il a été montré que l’exploitation des différents gisements et les modes de traitement du minerai peuvent servir de marqueurs spatio-temporels. Nous avons alors proposé une chronologie de l’utilisation des différentes sortes de pigments ainsi qu’une identification des zones d’approvisionnement (tabl. xii).

Groupe

Association chimique

Extension chronologique

Origine supposée

1

Co, Co-Sb ? Co-Cu ? Co-Mn ?

De la Protohistoire au xiiie s.

Inconnue

2

Co-Zn-Pb-In-Fe

Du xiiie au xve s.

Monts métallifères, Erzgebirge (Allemagne), Freiberg ?

3

Co-Ni-Mo-Fe

Autour de 1500

Monts métallifères, Erzgebirge, (Allemagne) ?

4

Co-As-Ni-Bi-W-Mo-U-Fe

Du xvie au xviiie s.

Monts métallifères, Erzgebirge (Allemagne), Schneeberg

TABL. XII. Principales caractéristiques des colorants à base de cobalt définis lors de l’étude des verres

61Le minerai de cobalt utilisé par les verriers de Saint-Chély est caractérisé par la présence de zinc, d’indium, de plomb, de fer, de cuivre, d’étain, d’antimoine et, dans une moindre mesure, de nickel et d’arsenic (fig. 128). En comparant les résultats obtenus ici à ceux de notre étude des verres et des céramiques bleus au cobalt, on remarque que le colorant bleu utilisé appartient au groupe cobalt-zinc-indium-plomb. La période d’utilisation de ce type de pigment s’étale du xiie au xve s, ce qui est en parfait accord avec les données archéologiques qui situent l’activité de la verrerie au xive s.

fig. 128. La Verrière : diagrammes binaires CoOSnO2, CoO-PbO, CoO-ZnO et CoO-In. Une corrélation positive entre ces éléments est mise en évidence.

6.2.6.3 Conclusion

62La verrerie de Saint-Chély-d’Aubrac se rattache, de par l’utilisation principale d’un fondant sodique obtenu à partir de cendres de plantes végétales, aux sites de production méditerranéens. Les résultats de cette étude mettent cependant en évidence soit un apport de groisil en provenance des verreries de l’aire continentale, soit un ajout de cendres d’origine forestière (pouvant aller jusqu’à 30 % à 40 % au maximum). Les analyses ne permettent pas à ce jour de trancher entre ces deux hypothèses.

63Le colorant bleu utilisé par les verriers présente toutes les caractéristiques du safre utilisé par l’industrie verrière européenne du xiiie au xve s., ce qui est en accord avec la datation proposée pour le site.

64Ces résultats illustrent bien la forte variabilité de composition que l’on peut rencontrer dans les productions des verreries médiévales. Elle est ici renforcée par l’utilisation de groisil ou par le mélange de cendres d’origines différentes (ou les deux), mais peut aussi se retrouver dans les verreries plus « classiques », ne serait-ce que par la variabilité de composition des cendres : celles-ci diffèrent en effet en fonction des espèces végétales utilisées, de la nature du sol, ou de la saison où a été effectuée la récolte. Cette variabilité est aussi un facteur limitatif important pour l’étude de la diffusion des productions des ateliers de verriers.

Notes

1  Doc. II : 704 (1401) ; Doc. I, 415 (1337). La taverne donnée à bail en 1414 pour 30 écus est peut-être celle de l’hôpital (Doc. II : 753).

2  Doc. II, 648 : 570 (1448).

3  « in operatorio de la sabataria » [Doc. II, 634 : 556 (1487)].

4  Ce personnage appelé « magister sabatarie » [Doc II, 431 : 89 (1368)] ou « magister semellatorie » [Doc. II, 559 : 366-367 (1435)] tient l’« officium seu administrationem sabbaterie dicti hospitalis » [Doc. II, 650 : 574 (1425)].

5  Doc. II, 559 : 366-367 (1435).

6  « Petro Marquesii, barberio sancti Ilerii, Antonio Alauserie etiam barberio, servitoribus prelibati domini » [Doc. II : 602 : 522 (1465)] ; « Submissio Vitalis Matat, sartoris loci… de Pratis » [Doc II, 605 : 523 (1471)].

7  Tel inventaire après décès révèle la possession par un riche paysan de Nasbinals de deux « penches de lana » [Doc. II : 241 (1394)] ; on compte 3 tisserands au Viala Haut en 1333 : Durand, son fils Raymond, et Bernard (Doc. I, 380) ; Le Crozet (Vernac) a aussi son « teysseyre », [Doc. II : 149, note 1 (1392)].

8  « quadam filia pelliparii sancti Elegii » [Doc II, 606 : 524 (1471)] ; en 1460, Guillem Soldadier, chapelier de Saint-Chély, afferme les blés de Bonnefon (Doc. II : 601).

9  « unum moli combier ad preparandum panna, loco dicto a la yaula in supra aquam de Boralda » (Doc. II, 656 : 591 ; Doc. II, 656 : 593 et note 1). En 1473, Prades aura aussi son moli combier avant deux ans (Doc. II, 657 : 602).

10  À Saint-Chély, « Hugonet lo tornier » [Doc. I, 115 (1269), 118 (1270)] ; à Nasbinals « Guillerma Torneria » [Doc. I, 385 (1333)] ; « in loquo vocato de la Torneria alias des Angelatz » [Doc. I, 414 : 646, note 1 (1340)], sur le chemin de Prades à Tournecoupe. Il est tentant de voir dans le nom de torneria une allusion aux tourneurs de cette zone qui sont aussi des paysans.

11  Quand, en 1488, Aubrac ferme ses bois, il en exclut les devèzes de Bonnefon, Aulas, Regambal, Baucarial, La Veyrière, et « scutellas et cicossoria dels tornies pro ut est fieri consuetum » [Doc. II, 647 : 567 (1488)]. En 1402, le droit d’entrée dans une pagésie de la paroisse de Naves (?) est de « duas xxas cissoriorum » (Doc. II : 613).

12  « Afforestatio torneriorum » (Doc. II, 521 : 168-169).

13  Doc. II, 521 : 169, note 1.

14  Jean Cabanerius de La Ferrière vend à Étienne Valeri « xxii fornellos sive carbonerias et quilibet habeat tam in longitudine quam in latitudine VIII cannas ; item unum fornellum quod habeat tantum VI cannas » (Doc. I, 657 : 662-663, note 1). Dans les bois que l’hôpital ouvre aux habitants de la seigneurie de Marchastel, il est interdit de faire charbonerias, ferreyras, veyreyras, etc. [Doc. I, 354 : 583 (1331)]. Sur le territoire de Bonnefon existe un lieu-dit la « vernha del Carbonier » [Doc. II : 600 (1454)].

15  ADA, E 7049, f° 117v°.

16  ADA, 60 H 56, 2e cah., f° 35v° ; SLSAA, 60 H 1, f° 162.

17  Doc. II, 656 : 593 (1454).

18  Doc. I, 290 (1316), 336 (1328), 358 (1332).

19  ADA, 60 H 2, f° 159v°.

20  ADA, 60 H 10, f° 72v°. Lors du creusement de galeries pour l’exploitation de baryte sur le filon de Saint-Martin, des objets de bois auraient été découverts dans les années 1950-60.

21  Les bayles d’Aubrac et de Canilhac concèdent des terrains en terre d’Aurelle « pro faciendis mineriis et tenendis cum crosis et ancrosis, balmis et retrobalmis, plateis, molendinis, crotis et bassotis et foraminibus » (Doc. I, 246 : 425-427). Ces mines sont situées paroisse de Verlac, « territoria de Roqualta et de Olquis », entre Verlac et Saint-Geniez, sans doute au Minié-Bas.

22  Doc. I, 391 : 620-624.

23  Doc. II, 521 : 171.

24  ADA, E 1223, f°4.

25  Dans la châtellenie de Saint-Geniez, le roi perçoit un impôt de 18 deniers sur chaque mine d’argent (ADA, C 1192, Livre de reconnaissance, copie du xviie s., f° 2).

26  L’hommage prêté en 1299 par le domp d’Aubrac au comte de Rodez englobe « les mines faites ou à faire avec leurs droits ou leurs appartenances » (ADA, 60 H 2, 2e partie, f° 4).

27  Doc. I, 391 : 620-624 (1331-1333).

28  ADA, G 467.

29  Doc. I, 415 (1337). En 1352, le Mardonenque est appelé « rivus de Ferreria seu Molina inferiori del Malcros » (Doc. II, 521 : 173).

30  Doc. I, 419 ; 429.

31  Il existe aussi une ferrière à La Fage sur la Bonance, paroisse de Pomeyrols [ADA, E1192, f° 1v° (1336)].

32  En 1404, le domp d’Aubrac fait encore hommage au comte d’Armagnac, comte de Rodez, pour la seigneurie d’Aurelle et pour les « minerium terreque mineriorum apparentium » (Doc. II, 535 : 282).

33  Ce glissement est peut-être ancien puisque, dès 1397, un martinet est mentionné dans le Terrier de Prades d’Aubrac (f° 48, archives privées).

34  ADA, 3 E 2039 f° 236.

35  ADA, E 1563.

36  C’est à cet article que nous devons la découverte des actes cités ; cet historien se trompe toutefois lorsqu’il parle d’une quinzaine d’ouvriers, le texte mentionnant seulement « sera tenu tenir tel nombre de personnels que besoing sera à ses propres cousts et despens ».

37  « nemuz de la Veyrieyra inter duos rivos et subtres lo Ranc » (ADA, E 1117, f° 1730).

38  Que Danièle Foy soit ici vivement remerciée pour ses observations et ses précieux conseils. Pour les résultats détaillés des analyses cf. chap. 6.2.6.

39  LY.8108 ; 655 ± 40 BP (Centre de datation par le radiocarbone de l’université de Lyon I).

Table des illustrations

Légende fig. 105. Sites de La Verrière et de proto-industrie repérés en prospection.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19438/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende fig. 106. Implantation du site de La Verrière et de son moulin.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19438/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende fig. 107. La Verrière : plan d’ensemble des bâtiments de la verrerie et localisation des sondages.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19438/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende fig. 108. La Verrière : élévation des murs de la « zone 1 » dans l’angle nord-ouest.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19438/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende fig. 109. La Verrière : plan des sondages du bâtiment principal « zone 1 » avec, au centre, le four.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19438/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende fig. 110. La Verrière : vue de la partie inférieure du four, d’ouest en est.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19438/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende fig. 111. La Verrière : coupe stratigraphique NE-SE du bâtiment principal, au sud du four.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19438/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende fig. 112. La Verrière : outillage en fer et éléments de pesée liés à la fabrication du verre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19438/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende fig. 113. La Verrière : fragments de creusets.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19438/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende fig. 114. La Verrière : mobilier en verre. Les coupelles à marli.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19438/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende fig. 115. La Verrière : mobilier en verre. Les gobelets.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19438/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende fig. 116. La Verrière : mobilier en verre. Les verres à tige.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19438/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende fig. 117. La Verrière : mobilier en verre. Les décors de filets bleus.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19438/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende fig. 118. La Verrière : vue du goulot et de l’épaulement d’une petite gourde
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19438/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende fig. 119. La Verrière : la céramique glaçurée et décorée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19438/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende fig. 120. La Verrière : formes caractéristiques de céramique non glaçurée à cuisson oxydante.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19438/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende tabl x. Liste du matériel étudié. Les fragments d’objets sont référencés par « Aub » suivi du n° de l’unité stratigraphique ; les déchets ne sont identifiés que par le numéro de l’unité stratigraphique. Lorsque plusieurs objets d’une même U.S. ont été analysés, ceux-ci sont indexés à l’aide d’une lettre. Pour les échantillons polychromes, les lettres « i » et « b » font respectivement référence aux parties incolores et bleues de l’objet.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19438/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende tabl xiii. Résultat d’analyse des fragments d’objets en verre de Saint-Chély-d’Aubrac (teneurs en % et en ppm, 1ppm = 1 10-4%)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19438/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Légende Tabl. xiv. Résultat d’analyse des fragments d’objets en verre de Saint-Chély-d’Aubrac (teneurs en % et en ppm, 1ppm = 1 10-4%)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19438/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende fig. 121. La Verrière : classification simplifiée des grandes familles de verre, en fonction des fondants utilisés pour leur fabrication et des périodes de production. L’alignement des points, représentant les verres de l’atelier de Saint-Chély-d’Aubrac, se situe entre le pôle des verres sodiques à base de cendres de plantes et celui des verres calco-potassiques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19438/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende fig. 122. La Verrière : diagrammes binaires Na2O- MgO, Na2O-K2O, Na2O-CaO. Une corrélation négative entre les oxydes et la soude est mise en évidence.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19438/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende fig. 123. La Verrière : diagrammes binaires Na2O- P2O5, Na2O-Cl. Une corrélation négative entre le phosphore et la soude, et positive avec le chlore est mise en évidence.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19438/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende fig. 124. La Verrière : diagrammes binaires Na2O- Rb2O, Na2O-SrO. Une corrélation négative entre ces oxydes et la soude est mise en évidence.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19438/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende fig. 125. La Verrière : diagrammes binaires Na2O- ZrO2, Na2O-Li2O. Une corrélation positive entre ces oxydes et la soude est mise en évidence.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19438/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende fig. 126. La Verrière : diagramme binaire « éléments majeurs amenés par le fondant ». La plus forte proportion de silice est mise en évidence dans les verres sodiques par rapport aux verres « sodo-calcopotassiques ».
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19438/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende tabl. xi. Simulation des compositions de verre obtenues pour différents mélanges : matières vitrifiables/groisil ou cendres sodiques/cendres potassiques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19438/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende fig. 127. La Verrière : diagramme binaire CoO-CuO. Teneurs en cobalt et en cuivre dans les matières colorantes utilisées.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19438/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende fig. 128. La Verrière : diagrammes binaires CoOSnO2, CoO-PbO, CoO-ZnO et CoO-In. Une corrélation positive entre ces éléments est mise en évidence.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19438/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 22k

Auteurs

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search