Version classiqueVersion mobile

Les Monts d’Aubrac au Moyen Âge

 | 
Laurent Fau

Chapitre 4. L’habitat permanent

Étienne Hamon, Claude Petit, Laurent Fau et Elsa Frangin

Résumé

L’étude historique, environnementale et archéologique a permis d’appréhender une série d’exploitations agropastorales (mas), datée entre le xie et le xiiie s. et située à plus de 1200 m d’altitude. Cet habitat rural correspond à une implantation permanente sur le plateau, et a été fossilisé par les pâturages dès le bas Moyen Âge. Une vague de colonisation, due probablement à une importante poussée démographique au xie s., a conduit les hommes de ce pays à conquérir des lieux qui restaient encore sans occupants, à savoir les hautes terres de l’Aubrac. Cette colonisation a perduré très certainement un siècle, avant de laisser la place aux vastes pâturages installés par l’hôpital d’Aubrac. Les textes médiévaux concernant l’habitat rural sont rares ; néanmoins certains d’entre eux décrivent l’architecture civile de l’Aubrac dès le xiie s., et nous apportent ainsi de précieux renseignements venant corroborer les données archéologiques.

Une prospection de grande ampleur accompagnée d’une série de sondages archéologiques ont mis en évidence une vingtaine d’exploitations agricoles ainsi que leur environnement. Plusieurs caractéristiques telles que le regroupement de l’habitat et de l’étable sous un même toit, l’enfouissement des bâtiments, les modes de construction, des entrées aménagées, etc., témoignent d’une architecture liée à un milieu montagnard. La toiture des habitations était constituée de matériaux végétaux, sans doute du chaume de seigle ; une étude ethnologique décrit d’ailleurs les dernières couvertures de ce type encore présentes aujourd’hui sur certains bâtiments du département du Cantal. Le système de charpente reposant sur les murs porteurs ne nécessite pas de poteaux et libère ainsi l’espace intérieur.

Texte intégral

4.1 L’architecture domestique à l’époque médiévale : apport des sources écrites

4.1.1 Problématique et méthodologie

1L’Aubrac ne se présente pas, au premier abord, comme un terrain privilégié pour l’étude de la maison médiévale. Les vestiges appartenant à cette époque sont peu spectaculaires, et rares sont ceux de maisons paysannes que les reconstructions successives in situ n’ont pas effacé. En effet, l’implantation de l’habitat sur le mas n’a généralement pas varié depuis le xiie s. Les bâtiments qui subsistent remontent donc rarement au-delà de leur dernière reconstruction : au xviie s. pour les habitations, au xixe s. pour les granges et étables.

2La maison de village, souvent mieux construite, a été davantage épargnée. Des dispositions intérieures héritées de la fin du Moyen Âge se dissimulent souvent derrière des façades remaniées à l’époque moderne, comme à Saint-Chély, par exemple. Certains immeubles conçus avec un raffinement peu commun ont encore mieux résisté au temps et sont peu dénaturés, comme en témoignent des exemples à Saint-Urcize et Nasbinals. Ces derniers ne sont qu’imparfaitement représentatifs de l’habitat paysan mais ils ne sauraient pour autant être écartés de notre étude dans la mesure où ils participent à la connaissance des aspects communs à l’ensemble de l’architecture domestique.

3Si le chercheur dispose d’une documentation relativement abondante pour étudier les cadres de la vie à la fin du Moyen Âge, les sources écrites relatives à l’habitat sont cependant assez rares jusqu’au xiiie s., et concernent davantage les villages et castra que l’habitat intercalaire. Ce dernier est mieux connu à partir du xive s. grâce aux nombreux registres de minutes notariales qui constituent alors, en terme quantitatif, la première source d’information pour l’étude de la maison. S’ajoutent à ces séries des pièces de procédures judiciaires, des registres de greffes des tribunaux seigneuriaux, des aveux et dénombrements, etc. Les renseignements précis sur le bâti y sont malheureusement rares. Les immeubles concernés par les transactions ne sont pour ainsi dire jamais décrits, et aucun marché de construction n’est conservé avant les premières années du xvie s. Néanmoins, le dépouillement systématique des sources disponibles pour les xive et xve s. s’avère fructueux et offre un aperçu significatif, même si celui-ci n’est qu’artificiellement synchronique, de ce qu’est la maison médiévale en Aubrac.

4.1.2 Maîtrise d’œuvre et matières premières

  • 1  Doc. II : 304.
  • 2  ADA, E 1176, f° 34v° et 41 ; E 1178, f° 7.
  • 3  ADA, E 1157, f° 1 ; E 1160, f° 2 ; E 1167, f° 66.
  • 4  ADA, E 1161, f° 56.
  • 5  Jean Bonet de Prades est surnommé « Teulier » (ADA, E 1161, f° 24). Pierre Dolset exerce cette pro (...)

4La plupart des réalisations sont probablement effectuées par les paysans eux-mêmes, auxquels les domps d’Aubrac font appel, au titre des corvées, pour les travaux sur les domaines de l’hôpital. En 1405-1406, les habitants du Serre et de Condom sont ainsi priés d’amener chaque année à Aubrac une charretée de tuiles1. Mais des artisans spécialisés existent dans chaque gros village, susceptibles de répondre à une demande plus exigeante. En 1374-1386, un dénommé Bernard Balitrand exerce comme « lapicide » à Saint-Chély où il est locataire d’une partie de l’hôtel seigneurial2. Pierre Bonald occupe, dans ce même village, les fonctions de peyrerius et lapicide en 1443-1462, c’est-à-dire sans doute à la fois de carrier, tailleur de pierre et maître d’œuvre. Ses activités lui assurent une fortune suffisante pour qu’il devienne fermier des blés de Bonnefon en 14433. On rencontre également dans ces villages des charpentiers4 et des tuiliers5. On ne sait rien des réalisations de ces professionnels manifestement peu spécialisés. Toujours est-il que, lors des grandes campagnes de travaux entreprises dans les années 1500 sur ses propriétés, l’hôpital se tourne vers des architectes de réputation régionale, comme Antoine Salvanh (Hamon 2003 : 202).

5L’Aubrac se rattache au groupe de régions où la pierre domine largement dans l’architecture domestique. Toutefois, les aléas de la conservation de matières premières tel le bois tendent à fausser le tableau que l’on peut aujourd’hui dresser du paysage monumental médiéval. Le pays bénéficie, contrairement à nombre de provinces voisines, comme le Quercy, de l’existence de futaies susceptibles de fournir du bois d’œuvre en abondance. Ainsi, certaines maisons de village, à Saint-Chély notamment, témoignent d’un type de construction qui a dû être relativement répandu dans les villages de l’Aubrac : la maison à rez-de-chaussée construit en pierre et à étage bâti en colombage sur encorbellement. La pierre forme toutefois l’ossature de ces bâtiments et le colombage paraît constituer, pour reprendre les termes de Michel de Boüard, un « faux-semblant » (SHMESP 1973 : 197).

  • 6  ADA, E 1241, f° 70v°.
  • 7  Doc. I : 115, 160, 309 ; Doc. II : 136, 146.
  • 8  La « peyrieyra del Telh » est citée en 1392 (Doc. II : 165) ; mentions plus tardives dans ADA, 29  (...)

6La maison paysanne, combles et planchers exceptés, fait pour sa part une place tout à fait secondaire au bois. L’origine exacte de la pierre entrant dans la construction reste ignorée, tout comme le mode d’exploitation des gisements lorsque le matériau n’a pas été simplement prélevé sur place. Un oratoire construit à Saint-Chély en 1505 comporte quatre piliers de 10 paumes de long en pierre de truffet, tuf volcanique affleurant au-dessus du village où l’extraction s’est poursuivie jusqu’au xxe s.6 Quelques mentions des xiiie et xive s. signalent des carrières dans ces parages : on y parle d’un chemin de la Peirieira, d’une voie antique allant de l’hôpital vers le Theron de la Peyrieyra et même d’un mas de « La Peirieira »7. D’autres carrières semblent exister alors près de Prades, comme la « peyrieyra del Telh »8.

  • 9  Doc. I, 337, § 7.
  • 10  ADA, 29 J 7.
  • 11  ADA, E 1241, f° 57.
  • 12  Doc. II : 304.
  • 13  ADA, E 1161, f° 18.

7La pierre est rarement utilisée sans liant. La construction paysanne se contente de mortier de terre tandis que les maisons de village sont montées au mortier de sable et de chaux. Des fours à chaux (calforn), dont les ruines sont encore visibles de nos jours, s’installent sur les causses du Puy de Barry et de Gilhodes (Castelnau-de-Mandailles)9. Rares sont les indications apportées par les textes sur les matériaux de couverture avant le xvie s., date du Terrier de Lunet et des Crouzets10. Le chaume de seigle sera employé jusqu’au milieu du xxe s. sur les toits des fermes de l’Aubrac lozérien alors que, à l’image des bâtiments seigneuriaux, telle la grange des Salhens au début du xive s., certaines maisons de village reçoivent certainement une couverture en lauzes dès la fin du Moyen Âge. Du moins, l’entretien de la couverture est-il, sans surprise, au centre des préoccupations des propriétaires bailleurs : le domp d’Aubrac en fait une condition du contrat de fermage des granges, notamment celle de Puech Ginieys en 150411. Les tuiliers exploitent les gisements de schiste attestés aux environs de la serre de Condom où l’on tire, vers 1400, les lauzes destinées aux bâtiments de l’hôpital12. Dans ce secteur, une pièce de terre porte encore le nom de Las Teulas en 145313.

  • 14  ADA, E 948, f° 70 ; cah. 6, f° 14.
  • 15  ADA, E 1160, f° 39v°.
  • 16  Doc. I : 587.
  • 17  ADA, E 1115, cah. 6 ; E 1116, f° 91, 164v° et 166 ; E 1117, f° 89 ; E 1164, f° 47.
  • 18  ADA, 29 J 7, f° 62, 70 etc.

8Le mode d’approvisionnement en bois d’œuvre est mieux connu. La partie sud de la forêt d’Aubrac ainsi que les bois situés dans les vallées descendant vers le Lot sont gratuitement ouverts aux usages communs des paysans des paroisses des boraldes, tandis que ceux des villages du plateau acquittent des redevances pour en jouir. Le bois destiné à la construction est celui pour lequel les communautés jouissent des plus larges libertés d’usage. Les bois verts peuvent être coupés à cet effet en toute saison. Ainsi, en 1429, les nouveaux tenanciers du mas de Bosse reçoivent-ils la permission de prendre des arbres nécessaires aux bâtiments à construire14. En 1452, les habitants du mas de La Poujade Haute obtiennent de pouvoir traverser un pré pour prendre les troncs nécessaires à la construction de leurs maisons15. L’abattage du chêne, bois noble et porteur de fruits consommés par les porcs, est également, à titre dérogatoire, autorisé pour ces usages. Des abus amènent les seigneurs à prendre des mesures ponctuelles de protection des futaies, mais la tendance générale à la déprise démographique, accentuée lors des troubles de la guerre de Cent Ans, assure longtemps aux paysans une grande liberté en la matière. De fait, passée la notable diminution des entreprises de construction constatée après le milieu du xive s.16, une reprise se dessine dans la seconde moitié du xve s.17 De nouveaux baux de terres prévoyant l’édification de bâtiments sont conclus entre les seigneurs et les tenanciers qui jouissent d’avantages fiscaux en cas de résidence. La maison d’habitation et son courtil sont en outre privilégiés sur le long terme puisqu’ils ne paient communément qu’une géline de redevance annuelle et, occasionnellement, une journée de corvée. Vers 1540, le terrier de Lunet et des Crouzets mentionne une proportion non négligeable de maisons neuves18.

4.1.3 La maison

4.1.3.1 Terminologie

9Les textes relatifs au bâti médiéval font état d’une terminologie variable mais non interchangeable.

  • 19  « et una gallina pro casatura » [Doc. I, 93 : 150 (1266)] ; « Item (…) quod quodlibet hospicium (… (...)

10Les termes de casatura, d’hospicium, de domus, de domus fogenha, par référence au foyer, ou d’hostal sont tour à tour appliqués aux bâtiments d’habitation19, sans que l’on puisse affirmer, comme le laissent entendre certaines études relatives à d’autres régions, que la domus est la maison du paysan pauvre et l’hospicium celle du riche laboureur ou éleveur. La terminologie semble ne pas tenir compte de la distinction entre la maison de village et la ferme.

  • 20  ADA, E 2125, f° 144 ; E 913, f° 141.
  • 21  On peut rapprocher ces termes du français « masure », lui aussi dérivé de « maison », et qui sembl (...)
  • 22  ADA, E 2125, f° 144 ; E 913, f° 141.

11Une catégorie particulière de bâtiments est désignée dans les textes par le terme de casa20. Celui-ci s’applique, semble-t-il, à des formes de construction des plus diverses : bâtiments à deux niveaux, petits bâtiments d’exploitation isolés, etc. Pourtant, dans un grand nombre d’occurrences, le casal désigne les constructions en mauvais état, voire ruinées, dont le nombre s’accroît considérablement dans la seconde moitié du xive s., à la faveur d’une vague d’abandons massive. Il s’agirait de bâtiments de même nature que les casaux décrits à Toulouse à la fin du Moyen Âge21. Notons que, dans un acte de 1458, le terme d’« hospicium » a été barré par le scribe et remplacé par celui de « casa »22.

4.1.3.2 Typologie

La maison du paysan

12Le plus ancien témoignage écrit relatif à une maison de l’Aubrac figure dans le manuscrit des Miracles de Notre-Dame de Rocamadour composé vers 1172. La plupart des événements et anecdotes qui y sont relatés sont contemporains de la composition du recueil. Le récit qui suit constitue la première description connue d’une tenure dépendante de l’hôpital d’Aubrac :

13« Bernard, de l’hôpital d’Aubrac, au diocèse de Rodez, était assiégé dans sa petite demeure par des soldats et des chevaliers pillards qui voulaient lui prendre ses biens. Ces biens, il les avait acquis par son travail : la terre féconde lui donnait d’abondantes récoltes, ses bestiaux lui fournissaient la nourriture et le vêtement. Il ne cherchait à faire de tort à personne et vivait simplement sur son petit domaine ; mais quand il se vit ainsi attaqué, il fit de son mieux pour se défendre et conserver son avoir. Alors, les bandits retirent du toit de chaume une grosse quantité de paille, l’entassent à la porte de l’humble demeure et y mettent le feu. La chaumière brûle, le paysan et sa petite famille sont déjà torturés par la chaleur et par la fumée, ses bêtes mugissent, se démènent, rompent leurs attaches. Voyant enfin qu’il lui est impossible de résister, car personne ne lui viendra en aide, il implore le secours de la bienheureuse Vierge et fait vœu d’apporter une maison de cire à son église de Rocamadour. Aussitôt, comme sur l’ordre de Notre-Dame, les bandits se retirent, sans avoir achevé leur méchante action, et le paysan put débarrasser des flammes son toit à demi brûlé. C’est ainsi qu’avec l’aide de sa Libératrice, il sauva sa cabane et tout ce qu’il possédait. » (Miracles de Notre-Dame de Rocamadour, note 23, fichier 5.1°) (Albe 1996)

14Ce qu’il faut bien appeler un fait divers fournit un tableau fort réaliste de la condition paysanne au xiie s. sur l’Aubrac : une polyculture largement autarcique pratiquée dans une ferme familiale isolée où la maison à toit de chaume (mansiuncula, tugurium), dont la porte est la seule ouverture, abrite les hommes et les animaux. On se plaît à imaginer l’aspect que revêtait l’ex-voto offert, à n’en pas douter, par Bernard au sanctuaire quercinois après une mésaventure dont furent souvent victimes par la suite les gardiens de troupeaux vivant dans des mazucs isolés au milieu des estives.

  • 23  ADA, 60 H 103, reg. 57, f° 1 ; Doc. II : 259.
  • 24  ADA, E 1165, f° 41.
  • 25  Sur ce type d’habitat, voir Jean Chapelot et Robert Fossier (1980 : 199-200, 240-243).
  • 26  ADA, E 797, f° 119 et E 1158, f° 55v°.
  • 27  ADA, 29 J 7, f° 60v°.

15Il faut attendre deux siècles pour trouver dans la documentation écrite des renseignements aussi détaillés sur la maison paysanne. On dispose ainsi du témoignage d’un vol commis en 1393 dans un hospicium de Nasbinals, relaté par son propriétaire. Dans la pièce du rez-de-chaussée qui tient lieu de salle commune, le sotol, un intrus dérobe la couverture du lit avant de monter par une trappe dans le solier où est entreposé le foin. À son retour, le tenancier allume le feu puis monte au solier où il surprend le malfaiteur en train de s’enfuir par la porte percée dans le pignon23. La présence de foin sous le comble suggère qu’une partie du rez-de-chaussée est ici, comme dans l’exemple précédent, affectée à la stabulation des animaux. Si l’on ajoute à cela quelques mentions relevées de « domus sive scura », par exemple au Baulès près de Nasbinals24, on doit admettre que la maison mixte ou maison longue ou maison-étable (la scura désigne l’étable) est bien implantée dans la zone gévaudanaise de l’Aubrac où l’élevage a depuis longtemps pris l’ascendant sur les labours dans l’économie paysanne25. De nombreux exemples d’architecture vernaculaire de ce type datant des xvie-xixe s. subsistent (maison à étage aux Salces, commune de Recoules-d’Aubrac). Certains, comme la ferme des Granges à Nasbinals, ont fait l’objet de relevés dans les années 1940 et, plus récemment, par les enquêteurs du CNRS. Les pentes rouergates de l’Aubrac fournissent également des mentions médiévales de maisons-étables26, et le terrier de Lunet et des Crouzets en signale encore quelques-unes vers 154027. Mais ce type d’habitat se raréfie précocement dans cette région. Les compoix du xviie s., que l’on conserve pour les sections de Condom, Belvezet et Bonnefon, montrent clairement que les bâtiments d’exploitation sont dès lors nettement dissociés de l’habitat.

16L’archéologie, on le verra plus loin, a mis en évidence une très large diffusion de cette forme d’habitat dès le xie s. en Aubrac. Pour cette époque, la documentation écrite fait défaut et les fouilles extensives d’habitat non castral susceptible de fournir des points de comparaison sont encore rares à l’échelle du Massif central.

  • 28  ADA, E 1231, f° 44 ; E 1165, f° 14 ; E 1164, f° 47.

17Quant aux dimensions des maisons de l’Aubrac, elles ne sont connues qu’exceptionnellement. Les sources décrivent de petits bâtiments, pas nécessairement à vocation mixte, telle cette maison de trois cannes de long (6 m) citée en 1339 au mas de Fon Cassanha (Lunet), cette autre de 4 cannes (8 m) citée en 1458 à Escudières (Recoules) ou encore cette maison de 6 cannes carrées (24 m2) évoquée la même année près de Saint-Chély28.

Les bâtiments agricoles

  • 29  ADA, E 1238, f° 5 ; E 949, f° 75.
  • 30  ADA, E 913, f° 41 et 141.`
  • 31  ADA, 60 H 29 ; E 947, f° 14 ; E 2125, f° 31 ; Doc. I, 108.

18L’identification des bâtiments annexes soulève moins de difficultés. Les constructions les plus répandues sont les étables qui abritent pour l’hiver les moutons, vaches et animaux de trait. Elles sont appelées stabula, comme aux Bouals (Saint-Chély) en 142929, ou, plus fréquemment, scura, comme dans cette pagésie située au mas du Serre qui se composait, en 1467, d’une domus, d’une scura et de deux casals30. Les foins et les gerbes, lorsqu’ils ne sont pas mis en meule ou abrités dans des fenials, palharils ou palhieyras, dissociés de l’étable31, sont stockés sous la charpente de cette dernière selon un procédé en usage jusqu’à l’époque contemporaine. La construction étant adossée à la pente, l’entrée de la grange se fait de plain-pied à l’étage et le foin est descendu par une trappe.

  • 32  ADA, E 1238, f° 8.
  • 33  ADA, E 1163, f° 22 ; E 1167, f° 12.
  • 34  ADA, E 1162, f° 46.
  • 35  « cum (…) sudibus et masuco et cortile » (Doc. II : 168 et 177).

19La ferme comporte des annexes plus rudimentaires, que les textes ont rarement l’occasion de mentionner. Tels sont les poulaillers, les clocadas32, et des sots à pourceaux, nombreux dans le terrier de Lunet des années 1540 ou dans les compoix du xviie s., et déjà fréquents à l’époque médiévale33. Plus loin de la maison sont installés les mazucs, sorte de cabanes (appelées plus tard « burons ») principalement destinées à la fabrication de produits laitiers, comme l’était la « cabana dels fromatges » mentionnée à Born (Prades-d’Aubrac) en 145534. Les plus anciens mazucs sont mentionnés au Cau dans la terre d’Aurelle en 137335.

  • 36  Sur le sens du mot parra, voir Higounet (1950 : 158).
  • 37  « medietate domus cum suo curtili et (…) domus seu escure et aere contiguorum » [Doc. I, 336 : 551 (...)

20Entre ces diverses constructions sont généralement ménagés des jardins (cort, cortial, hort), vergers (verdier), des parras36 et un sol ou ayral, espace dépourvu de cultures et réservé à des activités comme le battage des grains37.

La maison de village

  • 38  ADA, 60 H 118, f° 44.

21Dans les villages, organisés de manière assez lâche autour d’une place publique, les bâtiments sont d’une grande diversité. On y rencontre de grands hôtels particuliers (Saint-Urcize), des immeubles collectifs mitoyens (Saint-Chély) et des maisons isolées par des ruelles plus ou moins étroites, les doblas, qui constituent la voirie secondaire comme à Nasbinals vers 140038.

  • 39  « Item lo solier ple de fe ho de palha » [Doc. II : 260 (1393), 263 (1394)].
  • 40  « in scalerio domus » [Doc. I, 339 : 608 (1333)] ; « gradaria » [Doc. II : 2 (1342)]. Un document (...)
  • 41  Doc. II : 539 (Saint-Chély, 1482).
  • 42  ADA, E 1164, f° 11 ; E 1166, f° 56.
  • 43  ADA, E 1162, f° 35.

22Deux types principaux de maisons forment le tissu villageois : les maisons basses avec rez-de-chaussée et comble qui se distinguent peu de la ferme du mas, et les maisons à plusieurs niveaux d’habitation, communes aux hameaux et aux gros villages. Ces dernières ont, selon les cas, leur façade (Saint-Urcize, Nasbinals) ou leur pignon sur rue (Prades-d’Aubrac). À l’instar de la ferme, l’étage inférieur porte le nom de sotol, l’étage supérieur celui de solier. Ce dernier, parfois en encorbellement, peut servir de grange à foin ou à paille39 et être accessible soit de plain-pied grâce au dénivelé du terrain, soit par une échelle intérieure ou par un escalier extérieur qui gêne parfois la circulation40. Il faut donc aux seigneurs régulièrement rappeler les dimensions maximales de ces excroissances sur rue, comme à Saint-Chély en 148241. Les deux étages peuvent être habités par une même personne qui tient alors le bâtiment « de alto in bassum » et « de basso in altum »42, ou bien être indépendants et occupés par des propriétaires distincts, un seul stagia constituant dans ce cas la domus, comme à Saint-Chély en 145443.

  • 44  ADA, E 1115, f° 4.

23Les aménagements intérieurs sont plus mal connus. Aucune indication n’apparaît dans les archives sur le traitement des sols ou sur le mode d’évacuation de la fumée, par exemple. Les rez-de-chaussée sont probablement en terre battue et les niveaux séparés par des planchers. Les premiers accueillent commerce et artisanat. Mais l’habitant d’un solier peut aussi exercer ce type d’activité comme ce villageois de Lunet qui, pour cause de nuisances, s’est vu interdire, à la demande de l’occupant du rez-de-chaussée – qualifié ici de « penus », c’est-à-dire garde-manger –, de couper du bois avec une hache ; il ne peut travailler qu’à l’aide de couteaux, poinçons ou ciseaux et ce en tenant le bois dans sa main44.

  • 45  ADA, E 1158, f° 71v°.
  • 46  ADA, E 1115, f° 4.
  • 47  ADA, E 1239, f° 19-22.

24Les problèmes d’adduction et surtout d’évacuation des eaux sont pris en considération dès la fin du Moyen Âge dans la construction villageoise. Des égouts sont parfois aménagés au pied des murs extérieurs45. À Lunet, en 1471, il est question d’« aquaria sive ayguieyria et latrina sive pemada » établies dans un solier46. En 1494, l’arrentement du Massibert (Saint-Laurent-de-Muret) laisse la liberté au précepteur de Chirac de construire sur ce domaine une maison avec ses ayguas47.

  • 48  ADA, E 1165, f° 25 ; E 1165, f° 41.

25Pour finir, quelques indications sur la valeur marchande des maisons de l’Aubrac au xve s. Un casal s’y négocie entre 2 et 5 livres, un hospicium autour de 15 livres tournois48 : des prix qui sont loin d’atteindre ceux pratiqués dans les grandes villes, où les belles maisons valent alors de 100 à 300 livres et les petites chaumières autour de 30 livres (Chevalier 1982 : 185-186).

4.1.3.3 L’habitat groupé en Aubrac au début du xvie s. d’après un document cadastral

  • 49  ADA, 29 J 7.

26Le cadastre de la paroisse de Lunet, dans la baronnie d’Aurelle, dressé en 154049, offre des éléments précieux – quoique d’une interprétation délicate – pour la recherche sur l’habitat. Contrairement aux documents antérieurs (terrier de la baronnie d’Aurelle de 1489), la description relativement détaillée des éléments du bâti permet une véritable analyse des modèles de l’habitat. Notre étude porte sur le village de Born, situé à 1100 m d’altitude. Le registre donne la description des biens de chaque tenancier (biens mobiliers et immobiliers) ; les premiers articles de chaque tenancier offrent l’énumération des biens tenus dans le village (bâtiments, cours, jardins). L’enquête est rédigée par le greffier sur le dire du tenancier « loqual a promes e jurat sus los Sans Evangelis de Nostre Senhor per davant los d. bayles de dire, declarar e nommar tots sos bes mobles et immobles ».

27Les bâtiments sont mentionnés sous la terminologie générale d’« hostal » – qui n’a pas encore le sens de maison d’habitation – quelle que soit leur fonction propre. La maison d’habitation est dénommée « hostal foganh » ou « foganha ». Le terme « pesenh » qui lui est parfois adjoint, (« hostal peseh foganh », f° 67v° ; « ung hostal foganh a pesenh », f° 60v°), pose un problème d’interprétation, étant ignoré des dictionnaires occitans. Il désigne probablement les bâtiments sans étage (« a mitat de 2 stajos, et l’autre mitat pesenh », f° 64). La mention de chambre « cambra » permet de supposer que la plupart des maisons d’habitation ne possèdent qu’une seule pièce à vivre. La chambre peut se situer au même niveau ou sur la pièce principale. Il n’existe pas d’autre pièce réservée à l’habitat. Les bâtiments agricoles sont désignés sous les termes encore en usage dans la région : « stable » ; « scura » ou « fenial » ou « palhieyra » quoique l’on puisse douter d’une spécialisation de cette pièce. Les bâtiments annexes consistent en appentis « alapen » ou « solambis », l’« escoussoyra » (scossoyra) est une pièce réservée au battage du blé ; la mention de sot prouve la présence de cochons. Les différents niveaux sont désignés par les termes de « solié » – grenier sous le toit –, et « sotol » – pièce qui peut servir de cave ou d’étable sous le niveau d’habitation. La grande majorité des bâtis sont accompagnés d’un terrain, soit simple cour « cort » ou terrain plus important « cortial » ; il existe des aires à fumier « femorayrial ».

4.2 L’habitat montagnard médiéval : apport de l’archéologie

28Les prospections pédestre et aérienne associées à la recherche historique ont permis de recenser de nombreux sites archéologiques. Avec quelques années d’expérience, nous avons réussi à distinguer les vestiges d’habitat permanent de ceux liés exclusivement au pastoralisme (burons). Cette distinction, qui apparaît aujourd’hui évidente, ne l’a pas toujours été : il existe en effet des regroupements de burons où la juxtaposition des bâtiments les uns aux autres a fait dire à certains archéologues qu’ils étaient en présence de « villages » (Prunières 1867). Plusieurs critères permettent en fait de différencier l’habitat permanent de l’habitat temporaire : le buron antérieur au xixe s. se présente toujours sous la forme d’un quadrilatère avec une ouverture systématiquement située sur le mur pignon ; en revanche, les bâtiments d’un mas offrent des plans d’une plus grande diversité (en L, rectangulaires, allongés, carrés) et ne possèdent jamais d’ouverture sur le petit côté de la bâtisse.

29Les citations par les archéologues de dizaines de villages désertés sur les Monts d’Aubrac devaient inclure de nombreux regroupements de burons. Notre prospection a permis de découvrir ou redécouvrir une vingtaine de sites ; la plupart des habitats permanents ainsi identifiés sur le terrain peuvent être rapprochés des mentions de mas recensés. En revanche, les deux tiers du corpus – soit une vingtaine d’occurrences – restent à ce jour non localisés (tabl. V et VI). Certains de ces habitats disparus ont pu être détruits au xixe s. C’est probablement le cas du site des Salles Basses, mentionné par le docteur Prunières et resté introuvable à ce jour. Actuellement, dix mas sont recensés dans le département de la Lozère et dix autres dans celui de l’Aveyron (fig. 38). Ils n’ont pas tous le même intérêt : certains sont à peine visibles et ne correspondent à aucune référence archivistique, a contrario, d’autres associent une conservation remarquable de leurs vestiges, des mentions historiques ainsi qu’un cadre environnemental bien préservé. Suivant ces critères – et d’autres beaucoup plus matériels tels que l’éloignement excessif de certains gisements – nous avons engagé des campagnes où les sites les plus prometteurs ont été sondés, d’autres simplement relevés, enfin certains n’ont fait l’objet que d’une simple fiche.

fig. 38. Montagne des Inguilhens : sites d’habitat permanent (mas) repérés sur le terrain.

tabl. v Tableau des vestiges d’habitat permanent localisés au-dessus de 1100 m d’altitude.

tabl. vi. Sites d’habitat permanent non localisés.

30Les pages qui suivent sont consacrées à la présentation des onze sites les plus significatifs sur les vingt recensés. Cependant, comme nous le rappelons à plusieurs reprises dans les notices, la lecture au sol des vestiges reste imprécise puisque les bourrelets de terre qui recouvrent les structures ne correspondent pas à leur emplacement exact. Ainsi, lors de différents sondages, nous avons remarqué que des distances relativement importantes pouvaient séparer l’alignement au sol repérable de l’implantation réelle et originelle des murs. En outre, de nombreux détails architecturaux tels que des seuils ou des murets ne sont pas toujours visibles en surface. Il convient donc de rester prudent dans ce type d’analyse. Il en va de même à propos des résultats des sondages, dans la mesure où les informations fournies ne concernent que quelques mètres carrés et ne peuvent donc en aucun cas être considérées comme des résultats généralisables à l’ensemble des sites.

31Plusieurs des gisements étudiés ont bénéficié d’une analyse environnementale qui n’est que sommairement reprise dans les notices qui suivent, le chapitre intitulé « Présentation géographique et géomorphologique de l’Aubrac » traitant de cette question (cf. chap. 1).

32Notre étude porte également sur la montagne des Inguilhens où se trouvent trois sites d’habitat permanent. Cette densité, associée à une évolution chronologique allant des mas du Moyen Âge aux burons d’époques moderne et contemporaine, permet de mieux comprendre le fonctionnement d’une montagne sur près de mille ans. De 1999 à 2002, nous avons entrepris une fouille programmée pluriannuelle sur le site de Cantegal aux Inguilhens, où nos recherches se sont intéressées à la fois à une maison longue et à l’étude environnementale de la montagne. Cette étude de cas approfondie fait l’objet d’une présentation monographique détaillée (cf. chap. 4.2.3).

4.2.1 Les sites prospectés

  • 50  Pour les sites de Truc del Coucut, Roc des Loups et Foun Bello : prospection d’E. Frangin (Fau et (...)
  • 51  Pour les sites du Peyrou et de Labessière : prospection de C. et F. Dieulafait (Fau et al. 1998).

33Les activités de terrain ont débuté sous la forme de campagnes de prospections pédestre et aérienne. La prospection pédestre n’ayant pu être systématique, compte tenu de la superficie de la région prise en compte, les sites prospectés ont donc été sélectionnés à partir des indications historiques, toponymiques ou des informations orales données par la population ou les érudits locaux. Cette approche du territoire a fourni des résultats significatifs, qui permettent d’asseoir notre vision de l’habitat agropastoral de l’Aubrac sur des études de cas plus nombreuses qu’à travers les seuls sites sondés. Parallèlement, un relevé d’ensemble des vestiges lisibles au sol a concerné cinq sites se trouvant en Lozère. Il s’agit du Roc des Loups (fig. 39b) et du Truc del Coucut (fig. 39a) sur la commune de Prinsuéjouls, de Foun Bello (fig. 39c)50 (Fau et al. 1998) et du Peyrou (fig. 39e et 40) à Marchastel, enfin de Labessière (fig. 39d) à Nasbinals51 (Fau et al. 1998). En dépit d’une assez grande inégalité de leur état général de conservation, ces vestiges s’avèrent comparables, tant en ce qui concerne les conditions de leur implantation que dans leur organisation interne ou dans les caractéristiques du bâti. Pour éviter de proposer une lecture fastidieuse et répétitive, nous avons préféré donner ici une synthèse thématique et comparée plutôt qu’un compte rendu monographique.

fig. 39. Plan schématique des sites : a Truc del Coucut, b Roc des Loups, c Foun Bello, d La Bessière, e Le Peyrou.

fig. 40. Le Peyrou : vue aérienne d’une partie du site.

34Les différents hameaux sont tous situés entre 1220 et 1300 m d’altitude, à proximité d’éminences géologiques, buttes basaltiques ou massifs granitiques. Ces affleurements servent de carrière et fournissent les matériaux de construction des bâtiments généralement installés en contrebas de la masse rocheuse, sur les versants disposant de l’exposition la plus favorable ou, dans le cas de Foun Bello, au cœur d’une cuvette naturelle ouverte à l’est. L’implantation d’un site est donc largement conditionnée, comme nous le verrons pour les habitats sondés, par la proximité immédiate des matériaux utiles à la construction, par la possibilité de bénéficier d’une vue panoramique la plus vaste possible sur les terres environnantes et par la faculté de disposer les bâtiments sur un micro-relief favorable (pente bien exposée, cuvette…) Autre dénominateur commun nécessaire à l’installation humaine : la présence proche d’une source, qui n’est jamais éloignée de plus d’une centaine de mètres.

35Chaque ensemble de vestiges couvre une superficie variable, depuis le cas le plus ramassé de Foun Bello qui rassemble neuf structures sur une surface de 6 000 m2, à celui du Peyrou qui compte 25 bâtisses réparties sur près de 3 ha. Les bâtiments ou groupes de bâtiments sont toujours organisés autour ou en fonction d’une ou deux voies qui constituent souvent, à l’intérieur du regroupement communautaire, le prolongement des chemins d’accès depuis les plateaux ou vallées environnantes. Sur le site du Peyrou, une rue a été repérée au nord-ouest et mène à la source située au pied de la butte basaltique. Au Roc des Loups, un sentier venant du nord-ouest est délimité par une terrasse artificielle et par un bornage de pierres régulièrement espacées. Les trois autres sites sont assez bien structurés autour de deux voies, dont le point de convergence forme un espace central plus ou moins vaste que nous serions tentés d’interpréter comme une place du hameau. Ainsi, à Labessière, les structures bâties sont réparties de part et d’autre d’un secteur créé par l’élargissement d’un unique chemin qui est toujours en service de nos jours. Au Truc del Coucut, on individualise un espace de circulation – peut-être le débouché d’une voie venant du sud-est – dont la largeur varie de 5 à 15 m. Au centre du site, cet axe principal croise un second chemin large de 1,5 à 2,5 m, bordé de murets, qui mène à la source. Enfin, c’est sur le site de Foun Bello que le bâti semble le mieux organisé : deux accès au hameau, depuis l’est et le sud, ont été mis en évidence par la prospection aérienne. À l’intérieur de la cuvette qui abrite les bâtiments, deux voies de 5 à 8 m de large débouchent sur un espace central d’environ 250 m2, bien lisible à la faveur des terrasses artificielles qui le délimitent partiellement. Le site lui-même est fermé à l’ouest et au sud-ouest par un muret d’un mètre d’épaisseur.

36Le nombre et la disposition des bâtiments ne semblent pas obéir à des règles bien définies et ne paraissent pas davantage dépendre de la superficie du site. Le Roc des Loups et Labessière ne comptent respectivement que 7 structures, celles-ci étant, dans le second cas, associées à 2 enclos. On recense 9 édifices sur le gisement de Foun Bello, dont 8 sont regroupées et une isolée. Les 11 bâtiments du Truc del Coucut sont assez dispersés au regard de la superficie du site qui atteint tout de même 1,2 ha. Sur ce point, le cas du site du Peyrou se distingue nettement des précédents, avec 25 bâtisses réparties en 4 ensembles bien différenciés sur les flancs nord-ouest, sud-ouest, sud-est et est de la butte, auxquels s’ajoute un bâtiment au sommet. L’ensemble n’en conserve pas moins un plan très lâche, le seul secteur nord-ouest semblant regrouper les habitations alors que les autres pourraient relever davantage de zones destinées à l’élevage.

37Les plans des bâtiments sont relativement standardisés et se répartissent en trois principaux types qui se retrouvent dans la grande majorité des sites :

  • les édifices rectangulaires à pièce unique sont répertoriés sur trois sites au moins, avec des dimensions variant de 8,5 à 17 m de long et de 5,5 à 8,50 m de large, pour des superficies intérieures allant de 40 à 110 m2. On en compte 16 au total ;

  • les bâtiments allongés de forme rectangulaire, comportant deux ou trois pièces successives, sont au nombre de 10. Leurs surfaces utiles sont plus grandes, avec un minimum de 71 m2 et un maximum de 256 m2, relevé pour une maison de trois pièces située au centre du hameau de Foun Bello ;

  • les bâtisses en L sont présentes sur tous les sites (14 cas recensés). Elles sont de dimensions variées, pour des superficies allant de 65 à 150 m2, et le plus souvent constituées de deux ou trois pièces.

38Aux côtés de ces types de plan principaux figurent de rares exceptions, telle une structure en T à Foun Bello, formée d’un bâtiment allongé auquel une pièce a été accolée. Un autre cas particulier a été observé à Labessière sous la forme d’un bâtiment cruciforme, l’originalité de ce plan résultant d’un réaménagement de l’édifice : deux pièces semblent avoir été ajoutées au nord et au sud d’un corps central rectangulaire, d’orientation est-ouest, qui existait seul à l’origine.

39Les édifices à deux ou trois pièces peuvent souvent être interprétés comme des maisons mixtes, à l’exception toutefois du regroupement nord-ouest du site du Peyrou où les murs de refend internes sont très épais et apparemment dépourvus d’ouverture. Cette particularité s’explique par le fait que, sur ce gisement à la différence des quatre autres, le secteur d’habitat semble séparé de la zone d’élevage. Les bâtiments rectangulaires liés à cette fonction d’élevage sont concentrés en divers autres points du site et sont, pour certains d’entre eux, associés à des enclos identifiés sous la forme de vastes quadrilatères de 16 m de côté en moyenne (fig. 40).

40Cet important centre d’élevage n’est toutefois pas le seul lieu où des enclos sont visibles, puisque l’on en recense également sur les autres sites à l’exception de celui du Roc des Loups. Ils peuvent être délimités soit par des murets soit par des levées de terre, et leur superficie varie de 120 à 500 m2 – un cas spécifique ayant été mis en évidence à Labessière avec un enclos d’environ 30 m de côté accolé sur son flanc nord à un bâtiment en L muni de deux ouvertures.

41Les bâtiments qui apparaissent sous le pâturage semblent creusés dans le substrat. Il s’agit là de se prémunir contre le froid, le même objectif guidant d’autres caractéristiques du mode de bâtir : murs larges de 1 m à 1,30 m, mise en œuvre systématique du double parement avec blocage interne de terre et de cailloutis – y compris sur le site du Peyrou où l’utilisation de sections d’orgue basaltique de forme polygonale aurait pu dispenser les constructeurs de cette technique (fig. 90).

42Les entrées sont généralement situées sur le côté est ou sud des édifices, et leur largeur oscille entre 0,90 et 1,40 m, la moyenne étant de 1,10 m. Parfois, de rares bâtiments s’ouvrent à l’ouest, versant fortement exposé aux intempéries. La protection des accès est alors nécessaire et assurée soit naturellement par la présence de constructions assez proches, soit par un aménagement particulier. À plusieurs reprises, celui-ci se présente sous la forme d’un muret oblique qui, en rejoignant le seuil, donne à l’entrée une forme en V et constitue ainsi une sorte d’abri. Une particularité observée sur le site du Truc del Coucut est à noter dans ce domaine, il s’agit d’un avant-corps en quart de cercle qui protégeait l’entrée des bâtisses principales.

43Ces descriptions et observations faites sur les sites prospectés se rapprochent fortement de celles réalisées sur les six gisements ayant bénéficié de sondages.

4.2.2 Les sites sondés

4.2.2.1 Tournecoupe

Localisation et étude environnementale

44Le site de Tournecoupe (Fau 1994) se trouve en bordure de la forêt domaniale d’Aubrac à près de 1300 m d’altitude, au nord de la commune de Prades-d’Aubrac (Aveyron) (fig. 41). Il s’agit d’un secteur orienté plein sud qui décrit un cirque à l’abri des vents dominants balayant le plateau. Le gisement se situe dans la partie amont du bassin-versant du ruisseau du Bru, il est recouvert de prairie en cours d’enfrichement consécutif à une baisse d’exploitation. Plusieurs sources, présentes dans cette zone, se rejoignent en partie basse pour former le ruisseau du Bru. Une étude palynologique a mis en évidence une activité pastorale importante dès le viie s. ap. J.-C., ponctuée régulièrement par une gestion des pâturages par le feu (cf. étude palynologique chap. 1.2).

fig. 41. Tournecoupe : vue aérienne du site.

45Le socle rocheux est proche de la surface et de nombreux affleurements de blocs de basalte émergent du sol. Les parcelles de Tournecoupe sont divisées par sections qui convergent vers le centre du cirque, à l’exception d’une, de forme ovale, qui renferme précisément une partie du site. Cette parcelle fut créée au début du xixe s. afin de donner un revenu au prêtre de la paroisse de Born. Son aménagement a endommagé les vestiges, le mur de clôture étant constitué de blocs provenant très certainement des bâtiments médiévaux.

Enquête orale et historique

46La tradition locale nous apprend que les vestiges d’habitations encore perceptibles à Tournecoupe correspondent à l’ancien village de Born (distant de 4 km). Ce dernier fut décimé par la peste, le seul survivant ayant dû son salut à une source miraculeuse qui se trouve à l’emplacement où il aurait fondé le village actuel.

47Ces ruines ont toujours suscité la curiosité : au début du xxe s., un instituteur y amenait ses élèves fouiller sans qu’aucun document ou objet n’ait pu être retrouvé. Dans les années 80, plusieurs sondages clandestins ont mis au jour du mobilier archéologique que nous avons pu observer et sur la nature duquel nous reviendrons plus loin.

  • 52  Doc. I : 340-344.
  • 53  ADA, E 1232, f° 6.
  • 54  ADA, 60 H, cité par Deltour (1932 : 124-125).

48S’agissant des sources historiques, il existe plusieurs textes concernant le site ou son secteur. Une première mention datant de 1294 atteste de l’achat par l’hôpital d’Aubrac de la moitié de la baronnie d’Aurelle – dont Tournecoupe dépend – et de ses herbages52. Un autre document datant de 1341 nous informe que le toponyme est déjà considéré comme pâturage53. Les arrentements des « herbes de la terre d’Aurelle » bénéficient d’un statut spécifique par rapport aux autres montagnes du plateau puisqu’elles étaient, jusqu’au milieu du xive s., occupées conjointement par des paysans et des locataires. En 1516, après de nombreux conflits entre les seigneuries d’Aubrac et d’Aurelle, les herbages de Tournecoupe et du Cau reviennent à Aubrac54.

Plan général (fig. 42)

49Les structures sont visibles sous la forme de bourrelets de terre : la précision de l’implantation des murs est donc approximative. La photographie aérienne a permis de compléter de façon spectaculaire l’observation à terre puisque de nombreux bâtiments ainsi que des indices de voirie ou de parcellaire ont pu être repérés. En revanche, la végétation, impénétrable par endroits du fait d’une forte concentration de genêts, peut masquer d’éventuelles bâtisses. Des alignements très difficiles à interpréter se trouvent précisément sous cette végétation ; ils sont représentés en pointillé sur le plan et pourraient correspondre à des structures supplémentaires (fig. 42).

fig. 42. Tournecoupe : plan synthétique du site.

50Le site occupe une bande de terrain de 130 m de long sur 100 de large, soit une superficie avoisinant 1,3 ha. Les vestiges sont encadrés à l’est comme à l’ouest par une source. Ce sont au total 18 bâtiments qui ont pu être recensés. Les bâtisses sont agencées de façon homogène le long de trois rues qui se prolongent en voies, le plan général du site semblant beaucoup plus rationnel que la plupart des autres observés en Aubrac. Nous avons donc à Tournecoupe un hameau bien ordonné par rapport à la voirie.

Les voies, le parcellaire

51Les apports de la photographie aérienne, de la prospection pédestre et de l’étude du cadastre ancien ont fourni des résultats très intéressants pour restituer le site et sa voirie. Un superbe chemin en creux orienté nord-est/sud-ouest est facilement identifiable, il rejoint au centre de l’habitat groupé une deuxième voie située quasiment à sa perpendiculaire qui, elle, est orientée nord-ouest/sud-est. L’extrémité sud-est de celle-ci forme, avec le chemin en creux, une boucle qui se raccorde à une voie mentionnée sur le cadastre napoléonien ; elle relie le village de Born et sa région au plateau lozérien (fig. 43). L’extrémité nord-ouest se perd dans les pâturages en direction de l’actuelle station de ski de Brameloup. D’une largeur de 2,50 m en moyenne, les rues demeurent relativement rectilignes malgré quelques légères courbures. L’intersection des trois voies n’a pas donné lieu à la création d’une place.

fig. 43. Tournecoupe : implantation du site par rapport au cadastre napoléonien.

52Les vestiges se trouvent sur une pente naturelle où plusieurs replats ont été aménagés en terrasses artificielles. La limite nord de l’habitat groupé se trouve au pied de l’une d’entre elles, les bâtiments ne franchissant pas la rupture de pente. Une série de 6 structures très allongées forme la limite sud. Elles semblent associées à un grand espace de forme ovale d’une superficie approximative de 8 000 m2 qui pourrait correspondre à une terrasse ou un enclos (fig. 41).

Les bâtiments

53Rappelons encore une fois que les bâtiments n’ont pas été fouillés. Seuls des sondages ont pu être pratiqués dans deux d’entre eux : il convient donc d’observer la plus grande prudence.

54On relève plusieurs plans différents : ils peuvent être de forme rectangulaire, carrée, à annexe, en L ou ouverte. Les plans rectangulaires ou en L sont toutefois les plus fréquents sur les sites d’habitats de l’Aubrac, ce qui se vérifie ici avec 7 exemples.

55Le plan carré est relativement rare. Les exemples de ce type sont au nombre de 4 à 5 (no VI, VIII, X, XII, XVI ?), leurs dimensions variant de 7 à 9 m de côté, l’épaisseur des talus de 0,80 à 1,50 m. Les bâtiments à annexe (no XI, XV, XVIII) constituent aussi une spécificité du site. Les structures rectangulaires ou carrées semblent posséder une pièce annexe largement ouverte vers l’extérieur. Il pourrait s’agir dans certains cas d’un enclos. Pour d’autres, tel le bâtiment xi que nous avons sondé, cet aménagement correspondrait à une entrée aménagée. Les bâtisses ouvertes (no I ?, IV, V), au nombre de 2 ou 3, se trouvent dans la partie sud-ouest du site et bordent une importante terrasse. Leurs dimensions varient de 8 m sur 18 à 12 m sur 26 ; elles possèdent une très grande ouverture à l’est, pouvant aller de 6 à 15 m. Si l’absence de talus correspond bien à de telles ouvertures, ces structures pourraient être attribuées à des aires de stabulation associées à un large enclos.

Les sondages

56Nous avons réalisé deux sondages dans les bâtiments VII et xi, situés au centre du hameau. Les murs conservent une élévation de 2 à 3 assises pour une hauteur maximale d’un mètre. Ils ont la particularité de posséder un appareil peu soigné, constitué de gros blocs de basalte où aucune trace de taille n’a pu être observée. Ces blocs proviennent très certainement des affleurements rocheux présents sur le site ; ils peuvent mesurer jusqu’à 0,60 m de long pour une épaisseur de 0,35 m. Les pierres sont disposées de façon totalement anarchique ; le mur est composé de deux parements externes associés à un blocage constitué de petites pierres et de terre servant de liant. Le tout a une épaisseur qui varie de 1,10 à 1,50 m. De telles constructions interdisent de penser à une grande élévation. Elles pourraient correspondre à une architecture de maison-toit où les dimensions de toiture compensent la faible hauteur des murs.

57La stratigraphie des deux bâtiments est pauvre : sous la couche de terre végétale se trouve un niveau de terre fine de couleur jaune à marron clair d’une épaisseur de 0,20 m qui recouvre par endroits des concentrations de charbons de bois et de terre rubéfiée. Les traces d’incendie reposent directement sur le sol naturel et, remarque importante, sont présentes dans les deux sondages. Le niveau géologique est constitué d’un affleurement de blocs de basalte se décomposant par endroits en cailloutis (fig. 44).

fig. 44. Tournecoupe : coupe NO-SE du bâtiment XI.

58Les éléments matériels découverts dans le bâtiment VII se résument à une planche de bois calcinée. Elle mesure 0,90 m de long pour 0,23 m de large et comporte deux alignements de quatre chevilles de bois d’un diamètre de 0,015 m. Leur écartement est régulier, selon un espacement de 0,20 m. Sans que nous puissions être formels, l’implantation inclinée des chevilles dans la planche pourrait correspondre aux barreaux verticaux d’une mangeoire.

59Le sondage du bâtiment XI a livré, dans la couche de terre rubéfiée, une dizaine de tessons de céramique : il s’agit de fragments de panse de petite taille, à cuisson oxydante, comportant peu de dégraissants (particules de mica essentiellement). Aucune forme n’est malheureusement assez distincte pour proposer une datation.

60D’autre part, de gros fragments de poteries ainsi qu’un abondant mobilier ferreux (outils, clé, fer à équidé, fer à bâton...), provenant d’anciennes fouilles clandestines, ont pu être étudiés. La céramique est tout à fait comparable à celle que nous avons découverte, certaines formes indiquent une datation entre le xiie et le xiiie s.

Interprétation/datation

61Situé à prés de 1 300 m d’altitude, dans un contexte géographique favorable qui compense une altitude élevée, le site de Tournecoupe se révèle exceptionnel. Un groupement d’habitats présente, de façon tout à fait singulière en Aubrac, un plan rationnel et ordonné autour d’une voirie. Cette dernière se rattache à un réseau de chemins reliant les serres de Prades et de Born au plateau. Les bâtisses ont des plans très diversifiés ainsi que des formes rares, voire inédites pour la région, telles que des structures carrées ou à annexe. Le mobilier recueilli lors du sondage réalisé dans le bâtiment xi permet de penser que ce dernier était voué à l’habitat, ce qui semble confirmé par sa situation au cœur du hameau. Comme nous le verrons dans les paragraphes suivants, ces vestiges paraissent en marge des critères habituels rencontrés sur les autres sites médiévaux de l’Aubrac.

62Un prélèvement sur la planche de bois calcinée mise au jour dans le bâtiment VI a permis d’effectuer une datation radiocarbone dont le résultat, Gif- 9990 : 770 ± BP soit 1207- 1299 ap. J.-C., rejoint l’analyse céramologique. Il est intéressant de noter que cette datation du xiiie s. se trouve être la plus tardive de notre enquête.

4.2.2.2 Le Barthas

Localisation et étude environnementale

63Le site du Barthas (Fau 1995) se trouve au sud de la commune de Nasbinals ; les vestiges sont localisés sur un plan légèrement incliné vers le nord-est, au pied d’un versant de pelouse d’où émergent plusieurs affleurements de basalte. Des dépressions humides sont drainées au nord par le ruisseau de Places Naltes. En fait, trois coulées de basalte se superposent ; leur rôle géomorphologique apparaît avec netteté dans le paysage sous la forme d’entablements étagés. Le site est implanté sur un talus qui sépare les deux paliers les plus élevés.

64Les bâtiments construits à l’aide de blocs de pierre sont groupés selon deux ensembles distincts : l’un sur la partie basse du talus exposé au nord-est, l’autre se trouvant à mi-hauteur sur le versant. Les murs et les pavages sont constitués de blocs collectés sur place ; la proximité du stock de matériaux, en amont de la pente où se trouvent les bâtisses, a permis aux constructeurs de faire simplement rouler la pierre de quelques dizaines de mètres pour s’approvisionner (fig. 45). La présence de ces blocs ainsi que celle de plusieurs sources explique peut-être l’implantation surprenante de cet habitat à 1300 m d’altitude sur un versant tourné vers le nord.

fig. 45. Le Barthas : plan de situation des zones d’approvisionnement en blocs destinés à la construction.

Enquête orale et historique

  • 55  ADA, 60 H 104, f° 14v°.
  • 56  Doc. I : 193 ; ADL, G 733.

65Actuellement, le site se trouve sur deux « montagnes » différentes : la partie nord dépend du buron du Barthas de Montorzier, la partie sud de celui de la Devèze de Montorzier. Cette situation est récente puisqu’elle résulte du démembrement post-révolutionnaire de l’unique montagne de Montorzier dont l’existence est attestée dès 140855. La seule autre mention connue du toponyme de « mas de Montorzier », évoqué au sujet d’un confront, est relevée dans un hommage du Domp d’Aubrac au roi de France en 127056.

66Le site du Barthas est connu depuis de nombreuses années, les ruines apparentes ont toujours intrigué les historiens et archéologues de l’Aubrac. Il s’inscrit dans cette série de villages abandonnés du plateau que le docteur Prunières avait inventorié dès 1867. Louis de Malafosse, en 1901, fut le seul à ne pas attribuer ces vestiges à la préhistoire ou à l’époque gauloise, mais davantage, sans pouvoir le prouver, à l’époque médiévale (De Malafosse 1901).

Plan général

67Les bâtiments n’ayant pas été mis au jour, mais seulement repérés au sol, nous proposons un relevé synthétique des vestiges (fig. 46) et non un plan d’ensemble précis.

fig. 46. Le Barthas : plan synthétique du site.

68L’implantation des structures est répartie en deux secteurs : au nord un groupe se compose de 8 bâtisses (fig. 47), et, 90 mètres plus au sud, un second ensemble est constitué de 7 bâtiments. L’agencement des vestiges semble bien structuré, le groupe septentrional comprend 2 longues unités mesurant chacune près de 30 m de long et divisées en 3 pièces. Elles sont entourées de 3 autres bâtisses et paraissent constituer chacune un habitat avec des bâtiments annexes. Le groupe méridional reprend ce même schéma dans sa partie est ; en revanche, les bâtisses situées à l’ouest sont disposées de façon plus anarchique. La similitude du bâti laisse supposer une contemporanéité des deux groupes. Hormis le chemin actuel lié au passage entre les deux parcelles, aucune trace de voirie n’a pu être repérée.

fig. 47. Le Barthas : plan synthétique du secteur nord et implantation des sondages.

Les bâtiments

69Les 15 bâtisses présentes sur le site sont assez bien conservées pour permettre de décrire leurs formes générales ainsi que leurs dimensions. Différents types de structures ont pu être individualisés.

70Trois bâtiments allongés se caractérisent par un agencement linéaire avec 3 pièces dans le prolongement l’une de l’autre, disposées suivant un schéma identique : une grande salle à une extrémité, une médiane et enfin une plus petite, souvent située en amont de la déclivité. Les communications entre les pièces sont constituées de passages internes, généralement placés côté est du bâtiment, et non dans l’axe. Deux seuils permettent de communiquer avec l’extérieur : le premier dessert la pièce médiane et possède une largeur moyenne d’un mètre ; le second, large d’1,50 m, concerne la grande salle. Ils sont disposés à l’est, à l’abri des vents dominants apportant les intempéries.

71Ce type de plan allongé est connu en Aubrac grâce aux constructions contemporaines encore visibles, également composées de 3 pièces communiquant entre elles. En effet, l’enquête ethnologique dirigée par G.‑H. Rivière (CNRS et al. 1970-1986) décrit des bâtiments où la grange-étable est construite dans le prolongement de l’habitation, un seul toit recouvrant l’ensemble. L’étable n’est séparée de la pièce de vie que par une simple cloison, une porte permettant un accès direct au bétail.

72Une grande majorité de bâtiments (11 d’entre eux) se présente sous la forme d’un simple rectangle. Leurs dimensions sont très variables puisque les largeurs vont de 6,50 à 11,50 m et les longueurs de 11 à 25 m. Les seuils ont une largeur variable d’1 à 1,50 m. La destination de ces bâtisses semble être purement agropastorale.

73Deux dernières structures respectent un plan en équerre, composé d’une longue bâtisse (17 et 23 m) flanquée d’un second espace rectangulaire (7 et 8 m) disposé à la perpendiculaire du premier. Aucun sondage n’ayant été pratiqué sur ce type d’édifice, leur vocation reste inconnue.

74Les murs, d’une largeur moyenne d’1,50 m, présentent un mode de construction classique en Aubrac, à savoir un double parement qui renferme un blocage de terre et de cailloutis (fig. 48, 49).

fig. 48. Le Barthas : relevé du mur ouest du bâtiment VIII.

fig. 49. Le Barthas : sondage 1 dans le bâtiment IV.

75Le niveau de sol des bâtiments est excavé par rapport à l’extérieur. Ce décaissement, accentué côté talus, permet d’obtenir un niveau de circulation relativement plan à l’intérieur des bâtisses malgré la déclivité du terrain. Deux sondages pratiqués dans les unités VI et VII ont notamment permis de découvrir différents types de sols (fig. 47, 49). La bâtisse rectangulaire VI possède un pavage constitué de blocs de basalte mesurant en moyenne 0,15 sur 0,20 m, typique des intérieurs de bergerie ou d’étable. Le sondage du bâtiment allongé VII a pris en compte les deux pièces principales. La salle la plus grande présente un dallage, la seconde, un sol de terre. Ces observations renforcent l’hypothèse selon laquelle la plus grande partie de la bâtisse, dallée, correspondrait à l’aire de stabulation et, en revanche, la pièce dotée d’un sol en terre battue recevrait l’habitation.

76La présence de pavage ou de dallage est tout à fait logique dans une aire de stabulation : elle évite que les animaux ne surcreusent le sol et elle facilite l’évacuation des fumiers. Quant à la pièce habitée, un sol de terre battue y est préféré pour bénéficier d’une meilleure isolation thermique.

77La stratigraphie s’est révélée décevante : sous le niveau de terre végétale, une couche de remblai contenant le mobilier recouvre directement les sols. Ceux-ci reposent sur le terrain naturel constitué de gros blocs de basalte et de terre de couleur marron foncé (fig. 50).

fig. 50. Le Barthas : stratigraphie sud du bâtiment VII.

78Le mobilier est à l’image de la stratigraphie : les ossements ainsi que les objets en matière organique ont disparu dans le milieu acide que constituent les sols du plateau de l’Aubrac. Les objets en fer sont quasi-inexistants (une lamelle et deux clous de fer à équidé), seule la céramique présente une petite centaine de tessons dont la plupart sont de très faibles dimensions ; un seul fragment de lèvre éversée, attribuable au Moyen Âge central, figure dans cet inventaire (fig. 51). La répartition du mobilier est toutefois intéressante puisque 76 des 96 tessons recueillis ont été trouvés dans la pièce médiane de la structure VII, renforçant ainsi notre hypothèse selon laquelle elle constituerait l’habitation. D’autre part, les deux clous de fer à équidé ont été recueillis dans la partie que nous attribuons à l’aire de stabulation.

fig. 51. Le Barthas : éléments représentatifs du mobilier recueilli.

Interprétation/datation

79Le site du Barthas présente un groupe de bâtiments agropastoraux parfaitement homogènes, typiques d’un mas de moyenne montagne. Cette unité d’exploitation est étonnamment installée sur un versant orienté au nord ; mais cette implantation apparemment défavorable est compensée par la présence, en amont des bâtisses, de blocs rocheux servant de carrière, ainsi que de plusieurs sources à proximité immédiate. De plus, la position légèrement dominante permettant de découvrir un large horizon peut avoir été également un critère déterminant, dans un contexte agropastoral, pour l’installation de cet habitat.

80Le plan du hameau semble s’organiser de façon très rationnelle puisque, notamment dans la partie nord, 2 structures allongées considérées comme des habitations sont entourées respectivement de 3 bâtisses rectangulaires à vocation agropastorale. Les maisons longues concentrent vraisemblablement l’aire de stabulation et l’habitation. Cet habitat mixte de montagne permet d’une part de ne pas sortir l’hiver pour s’occuper des bêtes et également de bénéficier du chauffage animal.

81Le rare mobilier découvert permettrait de dater les vestiges du Moyen Âge, attribution chronologique que confirment les analyses radiocarbones (LY.8109 : 10170 ± 60 BP, soit 839-1115 ap. J.-C.)

4.2.2.3 Les Places Hautes

Localisation et étude environnementale

82Le site des Places Hautes (Fau 1996) est implanté sur le plateau, à près de 5 km au sud de Nasbinals et à un peu plus d’1 km au nord des vestiges du Barthas. Situé à 1240 m d’altitude, il domine légèrement la vallée du ruisseau de Places Naltes et se trouve à l’emplacement d’un verrou qui sépare la dépression humide de Puech Crémat Bas de celle s’étendant dans la partie aval du ruisseau de Places Naltes. Il s’agit d’un endroit privilégié, exposé sur le versant sud et surplombant de quelques mètres une source.

83Plusieurs pointements du substratum basaltique émergent du talus oriental de la colline des Places Hautes. Le gisement archéologique occupe approximativement la zone de contact entre deux coulées de roches volcaniques. Les matériaux lithiques qui se trouvent en surface peuvent présenter un débit convenable pour servir de pierre à bâtir.

Enquête orale et historique

  • 57  Ce site a été découvert par É. Hamon.

84Contrairement à d’autres sites de l’Aubrac, celui des Places Hautes semble totalement inconnu de la population ainsi que des érudits locaux ; il n’a donc pas donné lieu à des récits ou des légendes. Les vestiges ont été découverts au cours de la prospection pédestre en 199557.

  • 58  ADA, E 797, f° 66-67.
  • 59  ADA, 60 H 104, f° 28v°.
  • 60  ADA, 60 H 104, f° 31v°.

85Si les textes ne mentionnent pas cet habitat, ils nous apprennent en revanche que, dès 1333, le lieu est une montagne (pâturages)58. En 1410, celle-ci est divisée en deux : Les Places Hautes59 et Les Places Basses60.

Plan général

86Le nombre de bâtiments est restreint : c’est d’ailleurs ce qui constitue le grand intérêt du site (fig. 52). Le plan se résume à une grande bâtisse orientée nord-sud, scindée en deux parties distinctes, et à un deuxième bâtiment venant à la perpendiculaire du premier. En contrebas, une source aménagée et un four à pain viennent compléter ce plan de « ferme modèle ». Les structures découvertes sont dans un état de conservation suffisamment correct pour être relevées et décrites, les arases de murs sont visibles en de nombreuses parties.

fig. 52. Les Places Hautes : plan synthétique du site.

Les voies, les structures et le parcellaire environnant

87Des traces de voirie et de parcellaire ont pu être repérées mais ces indices restent ponctuels et très diffus : ils n’ont donc pas été pris en compte dans le relevé général. Un grand enclos semble se dessiner à l’est du site, de même qu’un chemin borné par plusieurs blocs de pierre longeant la façade ouest du grand bâtiment. En revanche, une source apparaît de façon précise à quelques mètres en contrebas de ce dernier : deux alignements de pierres disposés en V, d’une longueur de 2,50 m chacun, laissent supposer un aménagement qui facilitait l’accès au point d’eau.

88À l’extrémité sud-ouest du même bâtiment et à une dizaine de mètres à l’ouest de la source, légèrement à l’écart, se trouve un four à pain. Ses dimensions sont modestes puisqu’il mesure environ 2 m de profondeur sur 2,40 m de façade ; l’abside est bien identifiable alors que le mur de façade est moins visible. Il est orienté logiquement vers l’est, à l’abri des vents dominants (fig. 53).

fig. 53. Les Places Hautes : vue du four à pain.

Les bâtiments

89Le bâtiment nord-sud est de grandes dimensions avec une emprise au sol de 33 m de long sur 8 m de large. Il est divisé en deux parties inégales, la pièce la plus au sud mesurant 19 m de long, l’autre 10 m environ. La cloison qui les sépare est un mur appareillé de 0,90 m d’épaisseur alors que les murs porteurs ont une largeur de 1,60 m en moyenne. Les seuils diffèrent par leur largeur : celui de la partie sud mesure 2,20 m, pour 1,20 m seulement côté nord. L’entrée sud est prolongée à l’extérieur par un aménagement qui forme un coude.

90Le deuxième bâtiment est perpendiculaire au premier, formant ainsi un L renversé, à l’intérieur duquel un espace relativement plan a pu servir de cour, à l’abri des vents dominants. Ses dimensions sont de 7,50 m de large et 15 m de long, les murs ont une épaisseur moyenne de 1,20 m. L’entrée semble aménagée : deux murets incurvés prolongent le seuil.

91La largeur des murs porteurs varie de 1,25 à 1,60 m, l’élévation maximale observée est de 1,80 m. Leur mode de construction est similaire à celui des autres sites étudiés : le parement est constitué de blocs de basalte, de 0,60 m par 0,40 m en moyenne, agencés sans liant et simplement calés, parfois à l’aide de petites pierres. Un blocage interne constitué de cailloutis associé à de la terre se trouve entre les deux parements. Outre sa qualité architecturale, cette manière de bâtir est utilisée pour les performances d’isolation thermique qu’elle procure. L’appareil n’est pas toujours régulier et se modifie au fil de l’élévation : de gros blocs forment la première assise, qui repose directement sur le substrat, les suivantes sont légèrement plus petites.

Les sondages

92Les sondages pratiqués dans chaque pièce des bâtiments I et II permettent à la fois de mieux connaître les dispositions internes des structures et de recueillir du mobilier fournissant des éléments de datation du site.

93La partie sud de l’unité principale a révélé un pavage composé de blocs de basalte ayant une dimension moyenne de 0,40 m de côté ; à certains endroits, des dallettes de quelques centimètres de long viennent combler les interstices. Les sols de la pièce nord et de la deuxième structure sont en terre mêlée à du cailloutis. La réalisation d’un sondage dans la pièce nord du bâtiment I a conduit à la mise au jour d’un caniveau, creusé dans le substrat, dont les côtés sont constitués de dalles de basalte. Cet aménagement longe le mur est et se poursuit sous le seuil ; il n’est pas possible de le situer plus précisément dans la bâtisse, dans la mesure où il n’a pas pu être observé dans sa totalité. Sa fonction est très certainement liée à l’évacuation des eaux de ruissellement, le sol étant surcreusé par rapport au terrain naturel (fig. 54).

fig. 54. Les Places Hautes : caniveau découvert dans la partie réservée à l’habitation du bâtiment.

94La stratigraphie du site est très succincte : elle est composée d’une couche de terre végétale d’une épaisseur moyenne de 0,25 m, recouvrant un niveau de terre brune de 0,30 m, qui renferme des fragments de poterie ainsi que des charbons de bois, et repose directement sur le sol naturel.

95Le mobilier recueilli est essentiellement constitué de tessons de céramiques, très fragmentés pour la plupart d’entre eux (1 à 2 cm2). Seuls trois éléments ferreux (une plaque informe, une pointe et un coin d’outil) font exception. Les découvertes d’ossements animaux sont rarissimes en Aubrac, compte tenu de l’acidité du sol. Le site des Places Hautes a livré plusieurs fragments de dents dont l’émail a résisté à ce milieu hostile. Il s’agit de dents de jeune bovidé découvertes dans la pièce sud du grand bâtiment.

96La répartition du mobilier est édifiante : pour trois sondages de superficie sensiblement identique, la pièce nord de la structure principale a livré 492 tessons, alors qu’aucun n’a été trouvé dans la pièce sud et que la bâtisse II en renfermait seulement 9. Sur plus de 500 tessons, l’étude typologique demeure restreinte puisque seulement 12 fragments de lèvres, 3 fragments de goulots et un seul de fond se distinguent du lot (fig. 55). Cependant, plusieurs groupes peuvent être différenciés, le plus important d’entre eux, très majoritaire, rassemblant des fragments de céramique tournée à fin dégraissant (sable, mica), à pâte homogène et micacée.

fig. 55. Les Places Hautes : mobilier céramique.

97Leur couleur varie suivant le mode de cuisson, avec une majorité d’oxydo-réductrice (285 tessons) et de réductrice (135 tessons). À noter la présence de deux groupes particuliers, le premier caractérisé par une pâte blanche à fin dégraissant (13 tessons) et le deuxième représenté par une céramique fine, d’une épaisseur de quelques millimètres, de couleur grise et à dégraissant très petit. Ce lot de céramiques est attribuable à l’époque médiévale, dans une fourchette comprise entre le xie et le xiiie s.

Interprétation / datation

98Le nombre restreint de bâtiments constitue la grande originalité de ce mas. Nous avons là un exemple d’une seule unité agricole contrairement aux autres sites qui se présentent pour la plupart sous forme de hameau. La disposition des constructions ainsi que leur aspect très rationnel laissent supposer un ensemble homogène, n’ayant pas reçu de modifications importantes par la suite. Chaque bâtiment semble avoir sa destination : dans le premier, l’habitat accolé à l’étable pavée, et certainement une remise agricole ou une grange dans le second. Du mas, la vue est très étendue et les habitants peuvent surveiller les troupeaux, ce qui représente encore une fois un élément important dans un contexte d’élevage.

99Certaines particularités architecturales permettent une bonne adaptation aux conditions climatiques très rigoureuses de ce pays :

  • utilisation de la chaleur animale grâce à l’habitat mixte,

  • isolation thermique obtenue par le blocage des murs fait de terre entre deux parements et par l’encaissement du bâti par rapport au sol extérieur,

  • orientation et aménagement des entrées,

  • implantation au midi dans une combe abritée et proche d’une source.

100L’analyse radiocarbone réalisée sur des fragments de charbon de bois permet de proposer la datation suivante, LY.8110 : 945 ± 40 BP soit, en âge calibré, 1025-1191 ap. J.-C.

101Le site des Places Hautes fait donc partie d’un habitat intercalaire médiéval du plateau de l’Aubrac. Son existence se situe entre le xie et le xiie s. au vu de la céramique découverte ainsi que des analyses radiocarbones ; une mention de 1333 nous apprend que les pâturages remplacent cet habitat dès le bas Moyen Âge.

4.2.2.4 La montagne des Inguilhens

Localisation et présentation des sites

  • 61  Doc. I : 225.

102La montagne des Inguilhens (Fau et al. 1999) se situe à l’est de la commune de Condom-d’Aubrac dans le département de l’Aveyron (fig. 38). Elle est séparée du plateau par les bois de Rigambal et d’Oriobal. Actuellement, l’absence de route carrossable, associée à cet écrin de forêts, donne l’image d’une montagne isolée. Cependant, plusieurs chemins de terre traversent la montagne, ils desservent deux burons de pierre et se dirigent vers la Domerie d’Aubrac et Saint-Urcize. Cette séparation physique d’avec le plateau constitue une véritable frontière naturelle qui a influencé la constitution d’une communauté villageoise. L’habitat permanent de ce secteur ne s’est apparemment jamais regroupé, laissant au village de Condom un pôle cultuel comme l’atteste l’église paroissiale accompagnée de son cimetière, puis, plus tard, un rôle administratif avec la présence de la mairie. Cette absence d’habitat regroupé n’est pas un échec, comme nous pourrions le penser en prenant pour référence le schéma languedocien où la multiplication des villes neuves est liée à une expansion de l’habitat rural. Dans ce pays de montagne, au contraire, la présence de mas gardant chacun leur autonomie est l’indicateur d’une certaine aisance de leur propriétaire, l’éleveur ayant peu de tâches collectives, hormis la fenaison et le gardiennage des troupeaux. Il existe pourtant une réelle communauté où le système d’entraide et le bien commun permettent au paysan d’exister : la montagne des Inguilhens est un terrain partagé par la collectivité. Indispensable à un développement conséquent de l’élevage grâce au déplacement des troupeaux du mois de mai au mois d’octobre, la montagne constitue un bien communautaire d’une grande valeur. Ce système d’exploitation a des origines médiévales puisqu’un texte mentionnant une transaction de 1276 entre les habitants du fourc et le domp d’Aubrac nous indique que ces paysans font valoir leur droit et obtiennent ainsi la jouissance de l’herbe, du bois et de l’eau des Inguilhens61.

103La communauté décrite dans l’acte est donc regroupée sous forme de « fourc », qui ne se calque pas sur les limites paroissiales mais correspond – au moins au bas Moyen Âge – à l’assiette pour la taille seigneuriale habituellement imposée par la paroisse. Le fourc rassemble les fermes du Teil, des Mazes, de Lasbros, du Cros, du Viala Bas, du Bouissou, du Serre et de La Vialatelle, excluant en revanche Le Viala Haut. Ces habitats situés sur une courbe de niveau oscillant entre 950 et 1050 m se développent en arc de cercle sur toute la largeur de la serre. À l’abri des frimas régnant à des altitudes trop élevées, les paysans y exercent une agriculture tournée essentiellement vers l’élevage, où l’estive organisée sur la montagne des Inguilhens devait jouer un rôle essentiel. Encore aujourd’hui, les bêtes sont parquées à l’entrée et à la sortie de l’hiver (aux mois d’octobre et d’avril) ; durant l’été, elles sont « envoyées à la montagne ».

104Situé entre 1150 m et 1280 m d’altitude, le territoire des Inguilhens est en effet principalement constitué de vastes pâtures sur une superficie d’environ 170 ha (fig. 56). Les parcelles sont divisées en lanières par de nombreuses clôtures de fils de fer barbelés qui fragmentent un paysage constitué, à l’origine, de grandes étendues. Ces herbages se trouvent sur un terrain basaltique où quelques affleurements se manifestent sous la forme de gros blocs. Cependant, la montagne des Inguilhens n’est pas constituée uniquement de pâturages ; la forêt joue un rôle majeur, pour le bois bien sûr mais aussi pour les animaux qui, selon la saison et la chaleur, traversaient la forêt pour rejoindre de modestes pâturages sur le plateau. Jusqu’il y a encore peu de temps, le bétail avait le droit de paître en forêt à condition de passer la nuit sur les pâturages afin de les fumer.

fig. 56. Les Inguilhens : carte de l’habitat agropastoral médiéval et post-médiéval.

105Une première campagne de prospection archéologique de la montagne des Inguilhens s’est déroulée en 1994, complétée les années suivantes. Elle a permis de cartographier les différents habitats permanents (fig. 56). Il faut distinguer 3 sites : celui de Cantegal, le plus au nord, Térondet, en lisière de forêt à l’extrême sud des pâturages, et enfin Roc Guiral, davantage au sud-ouest, bordant le chemin d’accès à la montagne. En outre, une série de 12 burons apparaît dans la partie nord des pâturages ; mais la prospection aérienne révèle des traces infimes laissant supposer l’existence de bien d’autres structures de ce type, certainement remblayées. L’étude menée de 1994 à 1996 à Cammejane (commune de Saint-Chély-d’Aubrac) (Hamon 1994a ; Guilbaut et al. 1995, 1996) a ainsi démontré que le fonctionnement et l’occupation d’une montagne sur plusieurs siècles pouvaient laisser les traces de très nombreux burons. Pour la plupart, ils étaient construits en matériaux périssables et formaient une dépression rectangulaire dans la pâture, après leur abandon. Nous avons recensé plus de 80 burons sur la montagne de Cammejane ; nous pouvons donc imaginer que les burons des Inguilhens ont été aussi très nombreux et que la plupart d’entre eux ont pu être remblayés.

106En 1997 et 1998, nous avons pratiqué une série de sondages sur les trois sites de la montagne afin de mieux apprécier leur état de conservation et surtout de les situer chronologiquement.

Cantegal

• Localisation et étude environnementale

107Les vestiges de Cantegal, situés à 1230 m d’altitude, sont les plus élevés des habitats permanents recensés sur la montagne des Inguilhens. Ils sont implantés sur une pente assez prononcée, baignée par le soleil puisqu’elle est orientée au sud. Les bâtiments sont ainsi à l’abri du froid et des intempéries venant de l’ouest. Cette situation permet aussi de bénéficier d’une large vue sur le paysage. Plusieurs blocs de basalte affleurent le sol ; ils ont servi à la construction des bâtisses. Étant toujours à proximité immédiate des bâtiments, la pierre est utilisée telle quelle, éventuellement débitée mais jamais taillée. Les sources ou zones humides sont nombreuses aux alentours du site, mais se trouvent cependant éloignées de quelques centaines de mètres en contrebas de l’habitat. Nous n’avons pas localisé de source aménagée voisine des structures mais nul doute qu’une a dû servir de fontaine au hameau.

• Enquête orale et découvertes antérieures
  • 62  ADA, E 1168, f° 5.

108Les vestiges des Inguilhens n’ont pas engendré, à notre connaissance, de légendes ou de recherches particulières. Caractérisés simplement par des bourrelets de terre ou des dépressions de terrain, ils ne sont pas très spectaculaires. Les textes concernant la montagne des Inguilhens apparaissent relativement tard – à partir de 1462 seulement62 – dans l’énumération des montagnes de location dépendantes de l’hôpital. Le site d’habitat permanent n’est jamais mentionné.

• Le plan d’ensemble

109Le relevé d’ensemble a été effectué dans un contexte qui ne nous permet pas une très grande précision : en effet, la végétation et les éboulements nous conduisent à proposer des alignements où il n’est pas facile de repérer les arases de murs et les seuils. Les dimensions fournies traduisent l’état actuel du bâti qui n’est pas toujours dégagé, il convient donc de considérer ces mesures avec prudence. Nous avons recensé 12 bâtiments implantés sur une superficie de plus de 2 ha (fig. 57). La densité est donc faible et donne l’aspect d’un bâti inorganisé, au sein d’un tissu très lâche. Les bâtisses sont disposées en fonction de la voirie, elles ne sont pas pour autant bien structurées le long des rues comme nous avons pu l’observer sur le site de Tournecoupe (Fau 1994). Ici leur orientation et leur disposition demeurent relativement anarchiques.

fig. 57. Les Inguilhens, Cantegal : plan synthétique du site.

• Les bâtiments

110Les vestiges sont visibles en prospection pédestre et surtout en prospection aérienne grâce aux murs qui forment des bourrelets de terre bien perceptibles sous le pâturage (fig. 58 et 59). Nous retrouvons les formes classiques de l’habitat agropastoral connu sur l’Aubrac, c’est à dire le bâtiment allongé, en L ou en équerre et enfin rectangulaire. Les épaisseurs de murs ne sont pas faciles à observer, les murs étant souvent masqués par des mottes d’herbe. Les différentes interventions archéologiques ont permis de constater qu’elles varient de 1,10 à 1,40 m.

fig. 58. Les Inguilhens, Cantegal : vue aérienne du site.

fig. 59. Les Inguilhens, Cantegal : vue aérienne de la partie nord du site.

Le bâtiment allongé (structure II).

111Une unité se distingue des autres : elle se caractérise par un agencement linéaire de trois pièces se situant dans le prolongement l’une de l’autre et donnant à l’ensemble un aspect allongé. Ses dimensions, exceptionnelles, atteignent 35 m de long pour 8 m de large, hors tout. Ce type de bâtiment allongé est fréquent sur les sites d’habitats permanents médiévaux de l’Aubrac. De plus, cette forme a perduré jusqu’au début du xxe s., prouvant ainsi qu’elle est tout à fait adaptée à cette zone montagneuse. En général, il s’agit d’une maison mixte, divisée entre l’aire de stabulation et l’habitat, la première chauffant le second. Le caractère peu commun de cette structure II tient à sa superficie : il s’agit de l’une des plus importantes, découvertes en Aubrac. Les deux ouvertures repérées se situent sur le côté sud du bâtiment, à l’abri des intempéries. Disposées le long de la pente allant d’est en ouest, elles desservent 3 grandes pièces. Cet agencement est tout à fait comparable aux bâtisses du Barthas (Fau 1995). Nous reviendrons en détail sur ce bâtiment et ses abords immédiats, dont l’intérêt exceptionnel a justifié une fouille extensive (cf. chap. 4.2.3).

112Les bâtiments en L ou en équerre (structures I, VI, VII). Trois bâtisses sur les 12 présentes sur le site sont disposées en forme de L ; deux d’entre elles (bâtiments VI et VII) ont des proportions comparables (respectivement 388 et 289 m2), même si leur orientation diffère. Ce type de plan pourrait être une variante de la maison allongée, l’habitat occupant l’un des côtés du L, l’aire de stabulation étant alors située dans la seconde partie. Un sondage pratiqué dans le bâtiment VI a permis de faire plusieurs constats : la base du mur qui sépare les deux côtés n’est pas du tout celle d’un mur de cloison car son épaisseur de 1,60 m est identique, voire supérieure, à celle des murs extérieurs ; aussi peut-on se demander s’il existe une communication interne et si cette séparation laisse passer la chaleur animale vers l’habitat. Le deuxième bâtiment (VII) est orienté différemment, l’intérieur du L étant tourné vers le sud-ouest. Un des côtés semble posséder une large ouverture, sans que nous puissions déterminer s’il s’agit d’un enclos à bétail annexé à un bâtiment ou d’un habitat mixte. Le troisième édifice en équerre (I), situé à l’extrémité septentrionale du hameau à proximité du bâtiment II, mesure 22 m sur 16. Toutes ces observations demeurent très succinctes dans la mesure où la lecture des vestiges à travers la pâture reste aléatoire.

113Les bâtiments rectangulaires (structures IV, V, VIII, IX, X, XI). La majorité des constructions du site est de forme rectangulaire, avec 6 unités comptabilisées. Seules les dimensions varient : de 11 m de long pour 6 de large pour le plus petit bâtiment, et de 17 m de long pour 9 de large pour le plus grand. Ce plan très commun ne facilite pas l’interprétation de leur fonction. Les observations effectuées sur d’autres sites ainsi qu’un sondage sur le bâtiment V permettent toutefois de constater qu’il s’agit généralement de bâtisses à destination agropastorale. L’emplacement du seuil est important car il peut donner de précieuses indications sur la fonction du bâtiment. En effet, les burons d’époque moderne ont en général leur entrée disposée sur le mur pignon alors que les bâtisses médiévales agricoles la présentent sur le mur gouttereau. Malheureusement, en ce qui concerne le site de Cantegal, les seuils sont rarement bien distincts, toutefois quand ils le sont, ils se présentent systématiquement sur le grand côté du bâti.

Les structures atypiques (structures III, XII).

114Le relevé a permis d’observer un bâtiment de forme carrée (III) ayant un dénivelé très important entre les niveaux interne et externe. En surface, l’herbe masque toute maçonnerie, ce qui rend difficile la moindre interprétation. Il est à noter que cette forme carrée figure parmi les plus rares au sein des bâtiments médiévaux recensés en Aubrac. Une dernière structure (XII) apparaît complètement à l’ouest du site ; masquée par des arbustes, elle semble toutefois former un vaste quadrilatère d’environ 20 m de côté dont l’ouverture se situerait au sud. Cet ensemble particulier pourrait correspondre à un parc.

• Les rues et les voies

115Deux axes principaux traversent le site et viennent se rejoindre perpendiculairement à hauteur des bâtiments. Le premier, orienté sud-ouest/nord-est, semble suivre la serre de Condom pour aboutir sur le site, alors que le deuxième, orienté sud-est/nord, arrive du secteur de la Domerie d’Aubrac et se poursuit vers Laguiole. Ces voies traversent le hameau et se transforment à son niveau en rues principales ; ce phénomène a été observé sur plusieurs sites de l’Aubrac mais ici, contrairement au site de Tournecoupe (Prades d’Aubrac) (cf. chap. 4.2.2.1), les bâtisses ne sont pas véritablement ordonnées par rapport à ces axes. Toutefois, si la voie orientée est-ouest ne paraît pas avoir structuré le hameau, il n’en va pas de même pour l’axe nord-sud où 6 bâtiments s’implantent de façon linéaire de part et d’autre de celui-ci, sur un fort dénivelé. Un second alignement, en pied de pente, regroupe 6 autres bâtisses qui sont desservies par une rue sinueuse dont la largeur est variable.

116Le mas de Cantegal se structure donc logiquement en fonction du dénivelé, répartissant les bâtiments à deux niveaux (1225 m et 1240 m d’altitude). La jonction entre les deux principaux axes se situe, de façon assez confuse, dans la partie sud du hameau associant un réseau de ruelles ainsi qu’un parcellaire arrondi qui pourrait être interprété comme un deuxième parc. Des cheminements plus étroits, entre deux bâtiments ou longeant une parcelle, ont été observés. Ils sont matérialisés par des alignements de blocs de basalte ou des dénivelés. Symbolisaient-ils des limites de parcelles ou de voiries ? Supportaient-ils une clôture en matériaux périssables ou avaient-ils valeur de bornes ? Une fois de plus, l’absence de réelles fouilles ne permet pas de répondre à ces questions.

• Les sondages

117En 1997, deux sondages ont été pratiqués dans les bâtiments V et VI. Le premier, implanté au niveau du mur sud de la structure V sur une superficie de 9 m2, a permis de dégager une partie de l’intérieur de la bâtisse, le seuil et l’espace extérieur devant celui-ci. Le second, réalisé dans le bâtiment VI sur une superficie de 7,5 m2, se situe de part et d’autre du mur séparant les deux pièces formant un L. Notre choix a été motivé par l’intérêt de sonder deux types de bâtisses différents – dont les arases de murs étaient assez lisibles sous la pâture pour en connaître le plan général – et relativement proches l’une de l’autre pour établir éventuellement des relations entre elles.

La stratigraphie.

118La stratigraphie est sensiblement la même dans les deux sondages : une couche de terre d’humus d’une épaisseur de 0,20 m en moyenne recouvre un niveau d’une puissance de 0,25 m, reposant directement sur le sol naturel, et qui renferme du mobilier et quelques fragments de charbon de bois. Il est malheureusement difficile de parler de niveau d’occupation étant donné qu’une seule et même couche constitue les niveaux de remblais et d’occupation. Seule la densité du mobilier augmente au contact du sol géologique. Le problème de la stratigraphie se pose dans la quasi-totalité des bâtiments sondés de l’Aubrac, l’absence de données significatives nous privant de renseignements fondamentaux qui permettraient de comprendre la construction, la fréquentation et l’abandon des sites.

119La partie ouest du sondage du bâtiment VI a révélé, à 0,35 m de profondeur sous le niveau de sol actuel, une couche contenant une forte proportion de charbon de bois et de terre rubéfiée, sur une superficie de 1,50 m2 et sur 0,10 m d’épaisseur. Nous avons prélevé des échantillons de charbons de bois dans cette couche ayant été au contact du feu, afin d’effectuer une datation au radiocarbone.

120Dans la partie est, une cavité de 0,45 m2, bordée de petits blocs de basalte, indique une structure en creux dont la fonction nous échappe compte tenu de l’exiguïté du secteur fouillé.

Le mobilier.

121Le mobilier recueilli est essentiellement constitué de tessons de céramiques très fragmentés. D’autre part, une dizaine d’éléments ferreux tels qu’une lame de couteau, un fragment de fer à équidé et des clous se distingue du lot de céramiques.

122L’étude de la répartition du mobilier est intéressante puisqu’elle révèle une forte concentration dans le bâtiment en équerre (52 tessons dans une pièce, 37 dans l’autre), alors que le second sondage dans un modeste bâtiment rectangulaire n’a livré que 13 tessons. Cette dernière bâtisse pourrait donc être identifiée, tant par son plan que par la faible proportion de mobilier, à un bâtiment à vocation agricole.

123Si, au total, 102 tessons de poterie ont été découverts, très peu de formes sont représentées : on compte seulement 3 fragments de lèvres ou de fond ainsi que 3 fusaïoles (fig. 77 et 79). La majorité des tessons (78 d’entre eux) correspond à une céramique à pâte grossière, feuilletée, légèrement micacée ayant un dégraissant grossier (quartz, végétal...) Les rares exemples de formes nous montrent des lèvres éversées et arrondies ainsi qu’un fond bombé, un seul fragment de panse étant doté d’un décor. Leur couleur varie suivant le mode de cuisson (avec une majorité d’oxydo-réductrice), allant de l’orangé au brun. Un deuxième groupe, bien plus restreint puisqu’il représente seulement 13 tessons, se différencie du premier par une pâte plus fine, d’une couleur variant du gris au brun, légèrement micacée, ayant une surface lisse et un très fin dégraissant. Ce lot de céramiques est attribuable à l’époque médiévale, plus précisément à une période située entre le xie et le xiiie s.

• Interprétation/datation

124Le regroupement de la douzaine de bâtisses observé sur le site de Cantegal ne présente pas a priori une organisation bien structurée, les bâtiments s’inscrivant dans un tissu très lâche. Leurs formes sont de plusieurs types, à présent bien connus pour cette période en Aubrac : allongé, en équerre ou rectangulaire. L’originalité réside ici dans la présence d’aménagements externes aux structures, sous la forme d’alignements de blocs de basalte qui révèlent la présence de petits enclos ou de voiries.

125L’étude topographique, architecturale ou du mobilier révèle une forte similitude avec d’autres sites sondés, en particulier ceux qui ont été datés des xie et xiie s. Les résultats des datations radiocarbones effectuées sont les suivants, LY.8740 : 975±BP soit 1007-1163 ap. J.-C. Ces datations sont conformes au mobilier découvert et s’intègrent de façon très cohérente à la série de structures agropastorales découvertes jusqu’à aujourd’hui sur le plateau de l’Aubrac.

Roc Guiral

• Localisation et étude environnementale
  • 63  Site découvert par P. Pradel.

126Découvert en 199763, ce site se trouve au sud de la montagne des Inguilhens à quelques dizaines de mètres de la forêt et de la piste qui la longe (fig. 56). Il présente, à l’image de Cantegal, des structures formant des bourrelets sous les pâturages ainsi que, par endroits, des alignements de pierres.

127L’implantation de ces bâtiments répond aux critères habituels que nous avons déjà recensés sur de nombreux sites de l’Aubrac, à savoir : la présence, en surface, de blocs de pierre suffisamment nombreux pour fournir la matière première à la construction des bâtisses, et l’existence d’une source à proximité immédiate, juste en contrebas, afin d’éviter les problèmes de ruissellement et d’humidité aux abords des bâtiments. Enfin, l’établissement du site sur un versant sud-est permet de s’abriter des intempéries venues de l’ouest, ainsi que du froid.

• Enquête orale et découvertes antérieures

128Le site de Roc Guiral semble être totalement inconnu, tant de la population qui fréquente ce secteur que des archéologues ou des historiens ; nous n’avons retrouvé aucun renseignement ou légende le concernant, le seul indice anthropique étant la source située en contrebas qui était appelée « lavoir ».

• Le plan d’ensemble

129Par comparaison avec celui de Cantegal, le plan d’ensemble du site de Roc Guiral est plus petit et semble mieux structuré (fig. 60) : 7 bâtiments s’organisent autour d’une voirie et de plusieurs enclos, et constituent très probablement une même unité agricole. En effet, la disposition de 5 bâtisses rectangulaires souvent liées à des petites parcelles, et de 2 autres se faisant vis-à-vis de part et d’autre du chemin, correspond bien à l’échelle d’un mas.

fig. 60. Les Inguilhens, Roc Guiral : plan synthétique du site.

130De nombreux espaces délimités par des alignements de pierre ont été observés sur le site : il s’agit certainement d’enclos. Il est à noter également que plusieurs replats se trouvant aux abords des bâtiments pourraient correspondre à d’anciennes parcelles cultivées. Ces observations semblent accréditer l’hypothèse selon laquelle les mas médiévaux de l’Aubrac étaient essentiellement tournés vers l’élevage tout en pratiquant une activité agricole complémentaire (céréales, légumineuses...)

• Les bâtiments

131Les 7 bâtiments du site ont des formes qui diffèrent peu : ils sont tous rectangulaires. En revanche, leurs dimensions varient, de 6 m sur 12 à 6 m sur 20. Nous avons repéré, uniquement dans la structure II, un double seuil et une cloison qui sépare le bâtiment en deux ; le bâtiment III posséderait également une cloison. Il peut s’agir d’une habitation mixte, avec d’un côté le lieu de vie et de l’autre l’aire de stabulation, schéma classique des maisons de l’Aubrac et même plus généralement du milieu montagnard.

132Ces descriptions ont été effectuées dans l’état actuel de visibilité, la végétation peut donc masquer de nombreux détails architecturaux dans d’autres bâtiments. Pour les mêmes raisons, la largeur des murs est difficile à établir ; seuls ceux découverts dans le sondage sont fiables : le mur porteur côté nord mesure 1 m de large et le mur de cloison 0,60 m. Les observations de terrain laissent supposer que ces dimensions doivent être approximativement identiques pour les autres bâtiments.

• Les enclos

133Nous avons dénombré 3 enclos. Le premier se situe au sud du site, entre les bâtiments I et II ; sa partie ouest est délimitée par un dénivelé de terrain, il a une superficie d’environ 800 m2. Le deuxième se trouve au nord du bâtiment III et couvre une superficie de 1750 m2. Bien que ces deux structures soient mitoyennes, elles ne paraissent pas présenter de communication directe entre elles. Enfin, le troisième enclos s’inscrit dans le prolongement du second. Sa partie est borde la voirie principale et semble dépendre davantage des deux bâtiments situés le plus au nord ; ses dimensions sont beaucoup plus modestes puisque sa superficie ne dépasse pas 365 m2. Les limites de ces enclos sont matérialisées par un surcreusement de la déclivité naturelle ou, dans les parties non pentues, par un alignement de gros blocs de basalte. Ces derniers ne constituent pas de mur et devaient servir de base à une clôture de pierre aujourd’hui disparue ou à une clôture végétale.

• Les rues et les voies

134Une voie, de 3,40 m de large en moyenne, traverse le site du nord au sud reliant le plateau à Condom-d’Aubrac. Facilement repérable grâce à son emprise encore bien distincte, elle se situe au bas de la pente et divise ainsi en deux groupes les bâtiments, la plupart se trouvant sur son flanc ouest, deux d’entre eux étant en contrebas. Des diverticules semblent exister pour relier les bâtisses et les enclos à la voirie principale, un cheminement bordé d’un alignement de pierres donne accès à la source. L’alignement des enclos ainsi que celui du bâtiment IV laisse supposer que le hameau s’est développé en fonction du chemin.

135La voirie joue visiblement un rôle fondamental dans l’organisation spatiale des bâtiments et des enclos ; elle contribue largement à conférer au site son aspect structuré.

• Le sondage

136Un sondage a été pratiqué en 1998 dans le bâtiment II qui comporte deux seuils, une particularité qui permet de supposer la présence d’une habitation. L’emprise du secteur fouillé intègre le mur de cloison, privilégiant la salle située vers l’ouest. Elle embrasse également l’extérieur en incluant l’espace situé entre les deux seuils.

Les structures.

137La fouille a permis de mettre au jour, dans le bâtiment II, le mur nord-est qui mesure en moyenne 1 m de large ; il est constitué, comme à l’accoutumée dans l’Aubrac, d’un double parement de blocs de basalte non taillés et d’un blocage de terre (fig. 61). Le mur de cloison est également formé d’un double parement renfermant un blocage. à l’extérieur du bâtiment, nous avons découvert un mur arrondi formant un demi-cercle entre les deux seuils. Par comparaison avec l’étude ethnologique menée sur des burons récents (CNRS et al. 1970-1986) et avec d’autres sites archéologiques tels que Foun Bello (commune de Marchastel, Lozère), ce type de structure correspondrait à un aménagement permettant d’accueillir un jardin potager. Il faut souligner l’emplacement particulièrement bien choisi de ce jardinet, à l’abri des bâtiments, à proximité immédiate de la maison et souvent surélevé par rapport au niveau de circulation afin de le rendre inaccessible aux animaux. Le mur qui en dessine les limites est constitué d’un amas de blocs, de cailloutis et de terre sans véritable parement ; la superficie ainsi enclose doit être environ de 2,5 m2. Le comblement est composé de plusieurs couches de remblai recouvrant le sol naturel dans lesquelles quelques fragments de charbons de bois ont été recueillis.

fig. 61. Les Inguilhens, Roc Guiral : relevé du parement interne du mur NE du sondage dans le bâtiment II.

La stratigraphie.

138Tout en étant plus complexe que celle de Cantegal, la stratigraphie du site de Roc Guiral n’a pas pour autant révélé d’informations primordiales (fig. 62). Sous un niveau de radicelles d’herbes d’une épaisseur moyenne de 0,10 m, se trouve une couche de terre marron foncé mêlée parfois à des lentilles de gravier (d’une puissance de 0,45 m). Elle repose sur une strate constituée de blocs de pierres associés à une terre de même couleur, épaisse de 0,20 m. Un dernier niveau d’une puissance de 0,15 m environ se situe au contact du terrain naturel ; il est composé d’une terre fine de couleur marron foncé renfermant plusieurs fragments de charbons de bois ainsi que quelques tessons de poterie.

fig. 62. Les Inguilhens, Roc Guiral : stratigraphie SO du sondage dans le bâtiment II.

Le mobilier.

139Plusieurs fragments de céramiques ont permis de proposer une datation comprise entre le xie et le xiiie s. Ils présentent en effet des caractéristiques tout à fait comparables aux autres poteries découvertes sur les sites de cette période, c’est-à-dire une céramique dont la pâte est grossière, légèrement micacée et feuilletée. Une seule forme est identifiable sur les 5 tessons découverts : elle correspond à un goulot de dourne quasi-identique à ceux qui ont été recueillis sur le site des Places Hautes, daté des xie-xiiie s.

140L’étude de la répartition du mobilier montre logiquement une concentration des fragments de charbons de bois ainsi que des tessons de céramiques à l’intérieur du bâtiment.

• Interprétation/datation

141Lorsque nous observons attentivement le plan du site de Roc Guiral (fig. 60), nous nous apercevons qu’il s’agit d’une seule unité agricole avec très certainement l’habitation au centre de l’exploitation et, tout autour, les bâtiments agricoles ainsi que les enclos. Cet habitat rural se situe en altitude, son implantation répond d’une part aux critères de protection contre le froid (exposition, orientation des bâtiments) et d’autre part à une certaine proximité des « matières premières » : la pierre, dont la présence est discrète mais qui affleure à cet endroit, et l’eau, une source étant aménagée en contrebas du bâti.

142Nous avons également découvert un aménagement particulier : un espace situé entre les deux seuils, à l’extérieur du bâtiment VI, délimité par un mur en arc de cercle plaqué contre le mur porteur de la bâtisse. Il s’agirait vraisemblablement d’un jardin potager contigu à l’habitation. À notre connaissance, ce site est le seul, avec celui des Places Hautes (Fau 1994), à présenter une unique unité agricole. Des différences demeurent cependant entre les deux gisements : le plan de Roc Guiral est plus confus que celui des Places Hautes ; il n’a pas un aspect aussi ramassé et fonctionnel, les bâtisses étant relativement éloignées les unes des autres.

  • 64  Ly-9048, âge14C BP : 880±BP soit 1047-1245 ap. J.-C.

143Grâce à la présence de plusieurs fragments de charbons de bois, nous avons pu effectuer une datation radiocarbone dont les dates les plus probables sont 1070, 1130 et 117664, résultat cohérent avec les rares données céramologiques.

144Les fouilles, ainsi que les datations radiocarbone des sites de Roc Guiral et de Cantegal, distants seulement de 1200 m, permettent d’envisager que les deux sites soient synchrones. Cette hypothèse, très importante pour nos recherches, permet d’imaginer deux mas datant des xie et xiie s. se partageant la montagne des Inguilhens : Roc Guiral, la plus petite des exploitations, gérant la partie sud de la montagne, et Cantegal, gérant la partie nord, nettement plus importante. Les deux zones seraient séparées par la partie marécageuse centrale (fig. 56).

Térondet

• Localisation

145Sondé également durant l’été 1998, le site de Térondet correspond à la troisième zone d’habitat permanent recensée sur la montagne des Inguilhens (fig. 56). Il est implanté à 900 m au sud de Cantegal, à 450 m à l’est de Roc Guiral et à quelques centaines de mètres au nord de la boralde de La Poujade. Les vestiges se situent pour la plupart dans la forêt, à quelques dizaines de mètres des pâturages.

• Enquête orale et historique
  • 65  ADA, E 1168, f° 1.

146Les bâtiments de Térondet sont visibles dans le sous-bois, ils sont connus de la population locale et des chasseurs mais n’ont pas pour autant suscité de légende particulière. En revanche, plusieurs textes mentionnent une grange monastique dépendant de l’hôpital d’Aubrac en 1368, 1386, 1393, 1404 et 146265 sur le territoire des Inguilhens. Après une prospection systématique de la montagne des Inguilhens, nous pensons que les vestiges de Térondet correspondent à cette dépendance d’Aubrac. Contrairement à d’autres granges de la Domerie, cette structure fait partie des petites exploitations dont les revenus, sans doute modestes, étaient octroyés au vestiaire de l’hôpital (cf. chap. 3.3.4.1). Elle disparaît très certainement dès la fin du xve s., sa faible rentabilité expliquant peut-être la relative brièveté de son existence. Malheureusement, les textes ne font que mentionner la grange mais ne délivrent aucun détail sur son mode d’exploitation ou sur ses occupants.

• Plan général

147Les bâtiments sont divisés en deux parties par une piste forestière qui a détruit l’angle d’une grande bâtisse rectangulaire (fig. 63). Un vaste enclos dépendant du site se trouve au nord de cette dernière, dans les pâturages. Réparties dans un espace de 65 m de côté, quatre structures adoptent un plan très rationnel. Elles s’inscrivent dans un grand quadrilatère, créant ainsi entre elles une aire qui pourrait être assimilée à une cour centrale. Les bâtiments se situent en amont d’une source située sur le versant sud, bénéficiant ainsi d’un apport d’eau potable à proximité immédiate tout en évitant les problèmes de ruissellement et d’humidité.

fig. 63. Les Inguilhens, Térondet : plan synthétique du site.

148La déclivité de la pente reste relativement modeste ; en revanche une rupture existe au niveau de la source. Un chemin a pu être repéré à l’ouest des bâtiments, il longe la voirie actuelle et se poursuit très probablement vers l’est ; il pourrait alors relier la région de Condom à celle de la Domerie d’Aubrac.

149L’observation du mode de construction des bâtisses ainsi que leur disposition laissaient supposer, avant même d’avoir sondé le site, qu’il s’agissait de bâtiments tout autres que ceux de Cantegal et Roc Guiral, l’implantation des bâtiments et leur construction témoignant d’un procédé plus élaboré.

• Les voies, les structures, le parcellaire environnant

150Non loin du bâtiment I se trouve un grand quadrilatère de 20 x 33 m (structure V), formé d’un côté par une déclivité, de l’autre par un alignement de pierres. La partie occidentale possède une forme arrondie. Il serait logique de restituer une entrée côté est, tournée vers les bâtiments, ce que confirme l’existence d’un cheminement bordé de blocs, orienté vers le bâtiment I. Il s’agit vraisemblablement d’un enclos ; sa proximité avec le bâtiment I, considéré comme une grange-étable, rend le tout très cohérent, l’ensemble étant axé vers le nord, c’est-à-dire vers les pâturages. L’aire centrale délimitée par les quatre bâtiments, quant à elle, a également dû être aménagée, comme en témoigne un alignement de pierres se trouvant dans le prolongement de l’entrée est du bâtiment IV.

151Ces structures s’inscrivent dans une vaste parcelle de près de 5 ha bornée, à l’est, par une voie qui semble relier le site à la montagne et, au nord, par un très long mur de clôture se raccordant à cette dernière. Si la concordance chronologique entre la construction de ce mur et celle des quatre bâtiments était avérée, cette zone pourrait être interprétée comme une importante parcelle de pâture ou comme la limite territoriale de la grange monastique.

• Les bâtiments
Le bâtiment I.

152Le bâtiment I est situé au nord de la piste forestière actuelle, la construction de celle-ci ayant d’ailleurs détruit l’angle sud-est de la structure. Il s’agit d’une vaste bâtisse rectangulaire, sans cloison apparente, d’environ 32 m de long pour 12 m de large ; la forme et les dimensions exceptionnelles de cette unité nous permettent de supposer que nous sommes en présence d’une importante grange-étable.

Le bâtiment II.

153Cet ensemble apparaît comme le plus complexe, la végétation et l’absence de sondage n’aidant pas à la lecture des vestiges. L’interprétation que nous pouvons en faire, qui relève plus de l’hypothèse que du constat rigoureux, est qu’il s’agit d’un double bâtiment, séparé par un couloir se terminant à l’est par une quatrième partie rectangulaire. Les dimensions hors tout de cette bâtisse sont proches du carré (21 x 20 m). Son entrée semble se trouver à l’ouest, tournée vers l’aire centrale et les autres structures.

Le bâtiment III.

154C’est le bâtiment le plus méridional. De superficie assez modeste (84 m2), il est constitué d’une pièce rectangulaire, dont l’élévation des murs est conservée par endroits sur 2 m de hauteur. Au nord, les vestiges de deux murs parallèles peuvent être attribués à une entrée ou à un auvent. Comme nous le verrons pour le bâtiment IV, l’analyse du côté sud de la bâtisse, située nettement en contrebas, laisse supposer l’existence d’un plancher dans le prolongement de la partie nord afin de créer un niveau de circulation sur l’ensemble de la superficie. La situation privilégiée de cette bâtisse, implantée plus au sud près de la source, ainsi que ses proportions font penser à une habitation.

Le bâtiment IV.

155Ce bâtiment rectangulaire mesure 17,50 m de long pour 8 m de large (fig. 64). Comme dans le cas précédent, il est divisé en deux parties qui se situent à des niveaux distincts. Le sol de la pièce se situant côté nord (contre le talus) domine celui de la salle sud de 1,60 m. Nous pouvons vraisemblablement imaginer ici encore qu’un plancher se trouvant dans le prolongement du pavage de la salle nord recouvrait la salle sud.

fig. 64. Les Inguilhens, Térondet : plan du bâtiment IV.

156Les murs sont conservés sur une élévation atteignant à certains endroits plus d’un mètre de haut, ils sont soigneusement appareillés : deux parements de blocs de basalte encadrent un blocage de terre et de cailloutis. Leurs largeurs sont en moyenne de 1,10 m. Les blocs ne présentent aucune trace de taille et le mortier n’a jamais été employé. En revanche, le soin apporté à la construction de ces murs et en particulier à leurs angles atteste une très bonne maîtrise de l’art de bâtir. Nous sommes ici en présence de véritables chaînages d’angle, pour la première fois en Aubrac.

157Le bâtiment possède deux entrées, desservant chacune une pièce. Elles sont soigneusement aménagées à l’extérieur, notamment celle située côté sud, qui présente un mur disposé en biais créant ainsi une ouverture en entonnoir. L’accès à la pièce nord se fait de plain-pied alors que celui de la pièce sud semble être obturé par un mur qui masque certainement un escalier ou une pente, existant à l’origine. Ce mur, découvert en limite de sondage, n’a pu être démonté pour vérifier cette hypothèse.

158Les sols sont soigneusement pavés de blocs de basalte de 0,20 m de côté en moyenne. Ce type de pavage, au moins pour la pièce nord, pourrait correspondre à celui d’une étable ou d’une écurie.

• Le sondage

159Un sondage a été pratiqué dans les deux pièces du bâtiment IV (sondage A pour la partie nord, B pour la partie sud), intégrant dans son emprise le mur de cloison. Les niveaux de sol étaient proches de la surface puisqu’ils se trouvaient sous une couche d’humus ou d’éboulis d’une épaisseur variant de 0,05 m à 0,50 m. Sous le pavage du sondage A, nous avons repéré un caniveau bâti qui devait évacuer les eaux de ruissellement vers l’extérieur de la bâtisse, en passant sous le seuil. Il a une largeur de 0,50 m et une profondeur de 0,25 m en moyenne.

160Le mobilier est excessivement rare : une penture de porte en fer, découverte dans le sondage A à quelques centimètres du niveau actuel, est le seul objet présent dans cette zone (fig. 65). Un unique tesson de céramique a été recueilli sous le sol du sondage B. Orné d’un engobe jaune à vernis plombifère, ce fragment est remarquable car il fournit un précieux jalon chronologique. Il est en effet comparable à ceux qui ont été trouvés lors de la fouille du site de La Verrière à Saint-Chély-d’Aubrac, une verrerie du xive s. (cf. chap. 6.2), et peut donc être attribué à cette période. Par ailleurs, la découverte de nombreux fragments de lauzes trouées nous indique la présence de toitures minérales et non plus végétales, peut-être significative d’un habitat plus récent.

fig. 65. Les Inguilhens, Térondet : penture de porte.

• Interprétation/datation

161L’analyse architecturale, associée à l’étude du rare mobilier découvert sur le site, laisse supposer une datation plus tardive que les sites précédemment étudiés. Cela confirmerait ainsi l’hypothèse, fondée sur les sources historiques, selon laquelle nous serions en présence de bâtiments de la fin du Moyen Âge correspondant à une grange monastique.

162À l’inverse des sites de Cantegal et de Roc Guiral, celui de Térondet se présente de façon beaucoup mieux agencée. La datation avancée par les historiens comme par les archéologues, le xive s., explique certainement ce constat. La disposition des quatre bâtiments en carré libérant un vaste espace central, la source en contrebas au sud, l’enclos tourné vers les pâtures au nord, non loin d’une vaste grange-étable, sont autant de dispositions qui montrent une organisation beaucoup plus structurée qu’au cours des siècles précédents. L’appareil des murs observé sur chaque bâtiment semble identique ; il en va de même pour leur largeur (1,10 m), ce qui démontre bien l’homogénéité de la construction sur ce site.

163En comparant cet exemple avec les mas plus anciens, nous nous apercevons également que le mode de construction n’est absolument plus le même : les parements des murs sont plus soignés, les bâtiments sont pourvus de chaînages d’angle, la toiture de lauze a remplacé celle de chaume, l’habitation semble séparée de l’aire de stabulation. Enfin, cette dernière prend des proportions très imposantes à en croire les dimensions du bâtiment I. Si cette évolution architecturale par rapport aux mas est certainement liée à la chronologie plus tardive, il faut cependant garder à l’esprit qu’il s’agit vraisemblablement ici d’une grange monastique et non d’une simple ferme et que, par conséquent, les améliorations architecturales sont peut-être également dues au statut particulier de ce site. Cette impression est confirmée par le fait que les bâtiments de Térondet se rapprochent très nettement des vestiges mis au jour dans d’autres granges monastiques, comme celle de La Grange du Mont en Bourgogne (Beck 1989).

Chronologie et interprétation de la montagne des Inguilhens

164La situation particulière de la montagne des Inguilhens sur l’Aubrac, qui est d’autre part une des rares montagnes de pâturage a être isolée du plateau par la forêt, nous a incités à choisir ce secteur pour y effectuer une étude approfondie permettant de mieux comprendre l’activité agropastorale. Les résultats sont au rendez-vous puisque les prospections pédestre et aérienne associées à l’enquête orale ont permis d’identifier trois sites d’habitat permanent ainsi que toute une série de burons en mottes. L’enquête historique couplée à l’analyse archéologique permet de donner un cadre chronologique aux structures découvertes. Nous pouvons donc proposer une interprétation de ces données : l’occupation médiévale de la montagne semble débuter aux xie-xiie s. avec, très certainement, la présence de deux mas se partageant le lieu : d’une part le site de Roc Guiral (7 bâtiments) et d’autre part celui de Cantegal, plus important (12 bâtiments).

165Ces habitats sont reliés entre eux par une voirie qui paraît se prolonger en direction de la Domerie, du plateau et de la serre de Condom. L’architecture et la topographie de ces bâtisses nous sont bien connues, notamment en les comparant avec celles découvertes lors des fouilles précédentes en Aubrac ; nous retrouvons les mêmes critères d’implantation et de construction qui répondent de façon systématique aux problèmes d’intempéries et de froid à de telles altitudes.

166Au xive s., l’hôpital implante une grange monastique sur la montagne, à la lisière de la forêt. Elle succède ainsi aux mas qui n’ont pas dû survivre plus d’un siècle, les habitants ayant alors probablement regagné des contrées moins hostiles à quelques kilomètres de là, à une altitude beaucoup moins élevée, tout en continuant à s’occuper à distance des terres des Inguilhens comme cela se pratique encore aujourd’hui. La grange monastique se tourne vers l’élevage mais ses revenus sont modestes et elle survivra à peine un siècle. Elle aura certainement transformé, dans ce laps de temps, de nombreuses terres de landes en pâtures.

  • 66  ADA, E 813, f° 62.

167Une autre mention beaucoup plus tardive atteste pour la première fois, au début du xvie s., de l’existence d’un buron sur la montagne66. Ce type de construction, destiné à la production fromagère, sera actif jusqu’au milieu du xxe s.

168Nous voyons que ces vestiges témoignent des tentatives de colonisation de terres d’altitude. La première poussée est très certainement liée à la pression démographique qui impose d’établir de nouveaux fronts sur les terres vacantes ; la seconde, plus institutionnelle, correspond à la mainmise de la Domerie sur ces lieux grâce à la grange. La durée limitée de ces deux essais de colonisation dénonce une réelle difficulté à vivre dans de telles conditions climatiques.

169Un constat s’impose à l’issue de cette recherche : ce secteur, qui a priori semblait perdu et loin de tout, dont il faut préciser qu’il se situe sur une « île » séparée par les frontières naturelles que constituent les boraldes et les forêts, est en fait un lieu de contact, intimement lié au réseau d’estive d’une communauté paysanne.

170Ainsi, la richesse patrimoniale de cette montagne, qui présente mille ans d’activité agropastorale, est exceptionnelle. Nous percevons notamment cette dynamique propre aux terres d’estives du Massif central, où les terrains sont exploités selon un faire-valoir direct ou indirect, en fonction de critères sociaux et/ou économiques.

171Les vestiges qui sont conservés sur cette montagne sont en outre parfaitement représentatifs des autres sites d’habitat recensés, prospectés et/ou sondés en Aubrac, tant en ce qui concerne les critères d’implantation que l’organisation topographique des hameaux ou la forme des bâtiments. Au-delà de cette phase d’analyse comparée, il restait à poursuivre et approfondir l’enquête archéologique, en fouillant des superficies plus importantes pour confirmer la fonction des bâtisses et mieux comprendre le mode de vie des habitants.

4.2.3 La fouille extensive d’une maison mixte de Cantegal (montagne des Inguilhens, Condom-d’Aubrac)

172Le site de Cantegal a été choisi pour conduire, dans le cadre d’une fouille programmée réalisée de 1999 à 2002, l’étude exhaustive d’un habitat mixte. Notre choix s’est porté sur le bâtiment II, qui constituait la seule habitation repérée avec certitude (fig. 66).

fig. 66. Les Inguilhens, Cantegal, bat. II : vue d’ensemble.

4.2.3.1 Étude architecturale

L’implantation

173Comme nous l’avons vu lors de la description du site dans son ensemble (cf. chap. 4.2.2.4), le bâtiment II est implanté sur le versant sud-ouest du mamelon, ce qui lui permet de bénéficier d’une bonne exposition ainsi que d’un abri naturel. Sa situation lui donne, de plus, une position dominante par rapport à la plupart des autres bâtiments. Enfin, elle est desservie par l’une des voies principales du mas, qui se trouve à quelques mètres en contrebas, et orientée selon un axe nord-sud. Un cheminement est-ouest permet de relier la bâtisse à cette voirie. Plusieurs structures, très certainement à vocation agropastorale, entourent cette habitation et semblent dépendre directement d’elle. Ce noyau de trois à quatre bâtisses constituerait un ensemble qui pourrait donc correspondre à une unité agricole.

174Ces premiers constats permettent de penser que l’habitation étudiée occupe une place privilégiée pour ne pas dire dominante dans le mas de Cantegal.

Le plan général

175La structure étudiée mesure dans sa totalité 35 m de long sur 8 de large, proportions tout à fait exceptionnelles pour notre zone d’étude (fig. 67). Le bâtiment se présente donc sous la forme d’un vaste rectangle allongé. Il est divisé en deux parties : l’habitation et l’aire de stabulation qui se situe en contrebas dans la pente. Une troisième pièce, dont le mode de construction et l’orientation diffèrent, est située à l’est du vaisseau principal. Elle possède une communication interne qui la relie à l’habitation ; les différences remarquées entre ces deux salles laisseraient penser à un agrandissement de la bâtisse. À titre de comparaison, les maisons mixtes du site du Barthas (Nasbinals, Lozère) comportent également une troisième pièce se trouvant en amont de la pente, reliée à la partie centrale par une communication interne, le tout formant un seul bâtiment, sans changement d’axe.

FIG. 67. Les Inguilhens, Cantegal, bat. II : plan d’ensemble.

176Ce plan de maison mixte est, rappelons-le bien, connu en Aubrac, il est comparable à d’autres sites déjà repérés en Lozère, comme par exemple les sites du Barthas (Fau 1995 et cf. chap. 4.2.2.2) ou des Places Hautes (Fau 1996 et cf. chap. 4.2.2.3) (commune de Nasbinals). Il correspond à un type de construction, présent également dans le nord de l’Europe, qui rassemble sous un même toit êtres humains et animaux. Les long houses anglaises ou scandinaves sont construites en bois ; ici nous étudions une architecture de pierre, d’influence montagnarde mais aussi méridionale.

Les murs et techniques de construction

177La construction d’un bâtiment en Aubrac obéit généralement aux mêmes critères, qu’il corresponde à un habitat permanent (mas des xie-xiie s.) ou temporaire (burons du xixe s.) Dans une logique d’économie de transports de matériaux, le maximum d’éléments est prélevé sur place. Le choix du terrain est donc primordial : tous les sites de mas découverts en Aubrac sont sans exception implantés sur un terrain où affleurent des blocs de pierre.

178À Cantegal, le bâtiment est à demi enterré pour éviter d’être trop exposé aux intempéries. Cette position présente également un double avantage pour la construction : tout d’abord, le bâtisseur réalise des murs porteurs dont l’élévation sera moins importante que dans une construction classique. Le second intérêt réside dans le creusement du sol naturel où tous les matériaux seront systématiquement exploités : la pierre, bien sûr, mais aussi la terre et le cailloutis comme liant des murs, les mottes d’herbe très certainement comme élément de couverture, le niveau géologique, extrêmement compact dans ce secteur, comme sol, complété, pour les endroits les plus fréquentés, par du cailloutis. Nous le voyons, les bâtisseurs ont eu le souci d’implanter cette maison à l’endroit même où la plupart des matériaux étaient disponibles ; un déplacement de quelques dizaines de mètres dans la forêt aura suffi pour se procurer le bois de charpente ou un complément de blocs de pierre. Si le mode d’approvisionnement des matériaux ainsi que la façon d’opérer peuvent paraître, dans un premier temps, tout à fait empiriques, nous allons voir, en fait, qu’il existe un véritable art de bâtir.

179À observer les murs du bâtiment, notamment les premières assises du parement interne, disposées à même le sol, sans fondement, nous constatons un mode de construction soigné qui nécessite un réel savoir-faire. Le choix de blocs pouvant atteindre 0,80 m de côté, ainsi que la diversité de leur agencement nécessitent, à l’évidence, une longue expérience de la part du bâtisseur (fig. 68 et 70).

fig. 68. Les Inguilhens, Cantegal, bat. II : élévation interne du mur nord.

fig. 69. Les Inguilhens, Cantegal, bat. II : parement interne du mur nord.

fig. 70. Les Inguilhens, Cantegal, bat. II : a, b et c élévation interne des murs sud.

180Inscrits dans une pente naturelle orientée nord-est/sud-ouest, la plus grande part du mur nord ainsi que le mur est sont enterrés, les deux autres – aux orientations opposées – se trouvent, au moins partiellement, à une altitude supérieure au niveau de sol. Cette observation est importante puisque nous avons constaté que le mode de construction des murs est différent selon qu’ils se trouvent ou non sous le sol naturel. Dans les parties enterrées, les murs sont constitués d’un parement interne derrière lequel un blocage de terre, de cailloutis et de blocs de pierre vient au contact du terrain géologique. Ces parois sont donc plaquées contre le substrat entaillé et, de ce fait, ne possèdent pas de parement externe. Les deux premières assises sont formées de blocs parallélépipédiques très réguliers, ayant fait l’objet généralement d’un débitage intentionnel (fig. 69). En revanche, dès que l’élévation dépasse le niveau de sol, son mode de construction diffère : c’est le cas du mur nord dans sa moitié ouest. Ce dernier change légèrement d’axe et passe d’un simple parement interne, appuyé contre la paroi, à un appareil à double parement comportant un blocage interne de cailloutis et de terre (fig. 68).

181Enfin, l’observation du mur ouest ainsi que celle d’une portion du mur sud montrent un autre procédé de mise en œuvre. Ces murs auraient dû se trouver en élévation et donc adopter un appareil à double parement ; hors, pour éviter d’exposer de telles surfaces de murs au contact extérieur, les bâtisseurs les ont doublés en adjoignant des murets arrondis, retenant des massifs de terre. Ces aménagements permettent de lutter contre le froid et de créer une isolation de la bâtisse au même titre que les parties enterrées. Les murs sud et ouest bénéficient donc, comme les murs est et nord, d’un simple parement interne.

182La technique de construction de cette bâtisse, de prime abord rudimentaire, s’est révélée être d’une grande ingéniosité pour combattre le froid. L’efficacité de ce type de bâti est telle qu’elle lui a permis de perdurer jusqu’au début du xxe s.

183Par ailleurs, il est intéressant de remarquer que le mur sud présente, dans sa partie ouest, une différence de traitement de l’élévation. Les constructeurs ont procédé à un changement d’inclinaison de l’appareil : l’agencement des blocs ne suit plus la pente mais devient horizontal et rejoint ainsi le mur pignon ouest dont les assises sont également horizontales (fig. 70a).

184Le module des premières rangées de pierres est relativement homogène dans la partie basse de la bâtisse ; en revanche on observe une différence de matériaux dans la réalisation de la pièce située à l’est. Les blocs de basalte ne sont plus aussi volumineux, leurs formes s’apparentent souvent à des dalles épaisses qui entraînent une autre technique de construction, les assises sont plus nombreuses, certains blocs sont équarris pour être intégrés à l’ensemble. Cet appareil, qui se distingue du reste du bâtiment, laisse supposer que la pièce orientale a été rajoutée dans un second temps. Une telle extension est sans doute intervenue peu après la première construction à en juger par le caractère synchrone du mobilier mis au jour.

185Avec une hauteur actuelle maximale de 1 m, l’élévation des murs reste tout à fait modeste. Le cubage des blocs de basalte découverts lors de la fouille permet de restituer une élévation d’environ 2 m. Il faut certainement imaginer un immense toit venant couvrir la bâtisse et compenser ainsi la faible élévation des murs.

Les aménagements externes

186Le bâtiment étudié est préservé du froid et des intempéries par de nombreuses particularités architecturales. À l’extrémité est de la bâtisse, deux alignements de pierres forment un angle aigu vers l’amont de la pente, délimitant un blocage de pierres de basalte qui englobe le mur pignon. Cet aménagement correspond à un « bec » placé au ras du sol, dans le but de détourner les eaux de ruissellement particulièrement abondantes lors de la fonte des neiges ou lors des violents orages de l’été.

187À l’extérieur du mur nord, à la jonction entre les pièces centrale et orientale, un alignement de pierres d’une longueur de près de 7 m, se trouve également au ras du sol. Disposé en épis et orienté en fonction de la pente, il a vraisemblablement la même fonction que le « bec » : éviter que l’eau ne pénètre dans la bâtisse surcreusée. Le rajout de la pièce à l’est semble avoir sectionné cette structure comme l’indique l’absence de blocs à son contact ; de plus le module des pierres de ce mur en épis est tout à fait comparable à celui de l’habitat et de l’aire de stabulation. Cet alignement a tout de même conservé son utilité lors de l’agrandissement de la bâtisse, déviant l’eau de ruissellement au nord de celle-ci.

188De part et d’autre des entrées, deux structures en arc de cercle masquent l’élévation sud, elles sont remplies de terre et présentent donc des massifs surélevés par rapport aux niveaux de circulation (fig. 71). Comme sur le site de Roc Guiral, l’étude ethnologique des fermes et burons du xixe s. nous apporte des renseignements précieux quant à la fonction de telles structures : outre leur rôle fondamental déjà évoqué dans l’isolation de la maison grâce à un apport de terre accolé aux murs gouttereaux, elles permettent de créer un espace pouvant accueillir un jardin potager. Cet endroit protégé du bétail, à l’abri des intempéries et à proximité immédiate de la maison, constitue effectivement un lieu idéal pour les cultures domestiques. La fouille minutieuse n’a cependant pas permis de trouver de mobilier carpologique venant étayer cette hypothèse, le terrain acide de l’Aubrac ne laissant que peu de chance de mettre au jour de tels éléments. À noter, dans l’axe de chaque massif, la présence de calages de trous de poteaux dont la fonction reste difficilement identifiable.

fig. 71. Les Inguilhens, Cantegal, bat. II : jardinet, entre les deux seuils du mur sud.

189Le mur ouest quant à lui reçoit un mur en arc de cercle qui vient contrebuter les poussées de la bâtisse vers l’aval de la pente.

Les accès

190La fouille du bâtiment a permis de mettre au jour deux accès desservant la bâtisse. La pièce se trouvant en contre-haut ne semble pas avoir reçu d’ouverture vers l’extérieur, le mauvais état de conservation de son mur sud ne nous permet toutefois pas d’être formels à ce sujet. En revanche, les entrées du bâtiment principal sont très bien identifiées puisque nous avons découvert, au niveau du mur sud, l’entrée de l’habitation située à l’est, celle de l’aire de stabulation, à l’ouest.

191L’entrée de l’habitation, mesurant 1,60 m de large, est constituée d’un dallage extérieur qui s’interrompt au contact du jardinet. À cet endroit, deux encoches dans les blocs de basalte situés de part et d’autre du seuil indiquent une première fermeture. Un espace, se présentant sous la forme d’un couloir d’une longueur de 3 m, amène jusqu’à la véritable entrée de la bâtisse. Ce passage a reçu un sol de terre qui logiquement devait être couvert. Dans cette hypothèse, il constituait un sas qui évitait de faire rentrer le froid ainsi que les précipitations dans la partie chauffée. L’idée est séduisante d’autant plus que cet aménagement n’est pas présent dans l’accès à la stabulation. À noter qu’aucune trace de ferrure liée à une fermeture n’a été observée sur cette bâtisse, pas plus dans le mobilier découvert lors des fouilles ; le système de fermeture devait être composé de calage ou de butée en bois. Le dallage extérieur est d’une superficie légèrement supérieure à 2 m2, il est agencé avec un véritable sens de l’esthétique puisque les dalles de basalte adoptent une disposition en « marguerite » du plus bel effet (fig. 72). L’exutoire d’un caniveau situé dans le couloir d’accès débouche sous l’une de ces dalles, il permet d’évacuer les eaux de ruissellement vers l’extérieur du bâtiment. Par comparaison, la présence d’un dallage situé devant l’entrée est systématique dans les burons de l’Aubrac : elle évite généralement le surcreusement du terrain dû aux passages répétés et limite la rentrée de boue dans la bâtisse par temps de pluie.

fig. 72. Les Inguilhens, Cantegal, bat. II : dallage extérieur du seuil de l’habitation.

192Le seuil de l’étable possède également des aménagements particuliers : sa largeur de 2 m au niveau de l’entrée se réduit à l’extrémité des deux jardinets, ne mesurant plus que 1,30 m. Ce rétrécissement est dû à l’orientation du muret est qui n’est pas parallèle à son vis-à-vis, le muret ouest. Se trouvant en biais, il donne à cette entrée une forme de V, dont la pointe est orientée vers l’extérieur de la bâtisse (fig. 73). Cette disposition très particulière est peut-être liée à la configuration du terrain. La pente au-devant des accès est très prononcée et, comme nous l’avons vu, un cheminement orienté est-ouest permet d’accéder à l’une des voies principales du mas. Dans ce contexte, l’entrée en V pourrait permettre aux attelages tractant un charroi de sortir de l’étable tout en effectuant un virage quasiment en angle droit. Aucune preuve matérielle n’étayant cette hypothèse, il convient de rester prudent quant à cette supposition.

fig. 73. Les Inguilhens, Cantegal, bât. II : seuil de l’aire de stabulation.

193Un dallage de basalte, d’une superficie de 6 m2, est présent au-devant du seuil, son agencement paraît moins minutieux que celui de l’habitation. La découverte d’une grosse dalle recouvrant les autres pourrait résulter d’un rehaussement lié à des problèmes d’humidité.

4.2.3.2 Organisation interne

L’habitation

194La pièce principale du bâtiment – dénommée en occitan l’oustal, salle où se trouve le foyer – est le lieu de vie, notamment durant la longue période hivernale. La superficie importante de cette pièce (60 m2) est délicate à interpréter : doit-on considérer cette demeure comme ayant une certaine aisance ou au contraire comme un lieu où vivent en surpopulation un maximum de personnes ? La réponse serait bien sûr hasardeuse.

195Nous avons vu que l’habitation, surcreusée par rapport au niveau du sol naturel, subit très souvent des problèmes d’infiltration d’eau, notamment lors de la fonte des neiges. Pour lutter contre cette humidité, la pièce de vie de Cantegal présente un système de drainage. Contrairement à d’autres sites d’habitat étudiés en Aubrac, elle n’est pas drainée par des caniveaux mais par des alignements de pierres qui convergent vers le seuil où un véritable caniveau récupère, concentre et évacue les eaux de ruissellement vers l’extérieur. Ces alignements, pas toujours aisés à repérer, sont simplement disposés de façon plus ou moins concentrée suivant le pendage et les lignes d’écoulement. Les deux autres pièces ne semblent pas comporter de dispositif semblable.

196Le sol de l’habitation, comme d’ailleurs ceux des différentes pièces, est également difficile à retrouver, les phénomènes de colluvionnement l’ayant souvent balayé. Le niveau de circulation est constitué à l’origine par le substrat naturel creusé lors de la construction de la bâtisse ; ce dernier, quand il vient d’être dégagé, est extrêmement dur et remplit donc pleinement sa fonction. Une fois à l’air libre, cette surface perd son aspect compact et se désagrège très facilement.

197Nous n’avons pas noté de subdivisions ou d’aménagements internes qui auraient pu cloisonner la pièce ; toutefois, il n’est pas à exclure que certaines structures en matériaux périssables aient pu exister, n’ayant pas laissé de traces visibles lors de la fouille.

198Le point de repère principal est constitué par un foyer central, situé dans la partie est de la pièce (fig. 74). Comme en témoigne le mobilier bien spécifique trouvé dans son secteur, à savoir fusaïole, aiguisoir, molette et même jeux de plateaux (cf. chap. 4.2.2.4, § Cantagal, le mobilier), il a logiquement concentré autour de lui les activités domestiques. La découverte de ce foyer à l’intérieur de la bâtisse revêt donc une importance capitale puisqu’il est l’un des rares indices attestant la destination de la salle que nous avons dégagée. Il est placé au centre de l’habitation pour une diffusion de la chaleur la plus large possible mais est curieusement décalé vers l’est par rapport à la porte d’entrée. Il se trouve en fait dans l’axe de la communication interne avec la pièce est se situant en contre-haut, qui bénéficie ainsi de l’apport calorique.

fig. 74. Les Inguilhens, Cantegal, bât. II : foyer de la pièce principale.

199Sa construction est très soignée : une grande dalle de basalte de 0,90 m de large sur 0,80 m de long est encadrée par deux « chenets » constitués de blocs allongés dressés de chant, d’une longueur respective de 0,70 m. Côté ouest, il est ouvert vers le centre de l’habitation et, côté opposé, il est constitué de petites pierres (0,20 m de côté en moyenne) formant un arc de cercle rappelant une abside. La pierre foyère comporte des traces de chauffe : sa surface est craquelée, lézardée ; toutefois l’absence de concentration de charbons de bois sur, ou aux abords, du foyer n’a pas permis de réaliser une étude anthracologique.

200Non loin de cet aménagement, accolées au mur sud, plusieurs structures arrondies composées de blocs de basalte, d’un diamètre de 0,40 m chacune, pourraient correspondre à des cendriers, c’est-à-dire à des chauffe-plats alimentés par la braise du foyer. Leur fonction serait de garder les aliments au chaud.

L’aire de stabulation

201La partie ouest du bâtiment est constituée d’une pièce ayant une superficie interne de 60 m2 également, elle se trouve dans la continuité de la partie habitation, séparée à l’origine par une cloison. Sa vocation ne fait pas de doute : il s’agit de l’aire de stabulation associée à l’habitat, correspondant au schéma de la maison mixte désormais bien connu en Aubrac. La séparation entre les deux espaces est en toute logique en bois, permettant ainsi une meilleure transmission de la chaleur animale vers le lieu de vie. La cloison n’a laissé que peu de traces au sol, seul un trou de poteau d’un diamètre de 0,50 m, situé approximativement dans l’axe de la pièce, atteste de sa présence.

202Le sol semble identique à celui de l’habitation, à savoir le niveau naturel très compact. Cependant, la zone se trouvant à l’entrée de l’aire de stabulation présente, sur une superficie d’une dizaine de mètres carrés, un cailloutis qui évite ainsi un surcreusement à cet endroit le plus fréquenté. Si l’on observe la déclivité du sol de cette pièce, on constate qu’il varie de plus d’un mètre. Les problèmes de colluvionnement ne sont pas responsables de ce fait, et il apparaît très clairement que le sol d’origine de l’étable était fortement incliné, ce qui semble difficile à imaginer aujourd’hui. Les témoignages de plusieurs éleveurs et bergers confirment que le bétail peut s’adapter facilement à une aire de stabulation « pentue ».

203Ce fort pendage converge vers l’angle sud-ouest du bâtiment où se trouve une structure en creux (fig. 75). Il s’agit d’une fosse ovale de 1,40 m de long sur 1 m de large, ayant une profondeur de 0,30 m. Située au point le plus bas du bâtiment, cette fosse avait pour fonction de recueillir une partie du lisier de l’étable qui s’y écoulait par gravité ; des exemples comparables ont pu être observés encore au xxe s. en Aubrac. L’amendement des prés et des champs a un rôle primordial dans un contexte montagnard. Aussi ce type de structure était-il tout à fait logique : le paysan récupérait le lisier et les fumiers de l’étable et les épandait dans les champs et les prés proches de la maison, souvent les plus précieux ; cette activité pouvait se faire y compris l’hiver lorsque la neige recouvre les terrains.

fig. 75. Les Inguilhens, Cantegal, bat. II : fosse au SO de l’aire de stabulation.

204Cette fosse a conservé dans un milieu humide des éléments de fer associés à des restes ligneux ainsi que des dents d’un jeune bovidé. La mise au jour d’ossements de bovidé associée à celle de clous de fer à équidé est fondamentale pour nous renseigner sur le bétail qui occupait la bâtisse. En effet, cela laisse supposer que plusieurs races animales devaient séjourner dans cette pièce. Selon les pratiques d’élevage contemporaines connues en Aubrac, cette cohabitation est tout à fait possible à condition de séparer les différents animaux par des cloisons de bois. Les termes d’écurie, de bergerie ou d’étable semblent donc trop précis, c’est pourquoi nous avons donné à cette pièce le terme générique d’aire de stabulation.

La partie est

205La troisième pièce qui compose cet ensemble se trouve à l’extrémité est, elle couvre une superficie de 45 m2. À observer sa disposition, il apparaît qu’elle n’est pas dans le prolongement des deux autres. De plus, comme nous l’avons déjà précisé, l’appareil des murs ainsi que le mode de construction diffèrent du reste de la bâtisse. Ces constatations font donc penser à l’adjonction d’une pièce à un bâtiment d’origine, comme on peut encore le voir fréquemment sur des maisons contemporaines. Le module de construction met ici en œuvre des dalles de dimensions plus modestes que dans les autres parties de la bâtisse : des dalles de 0,40 m de long sur 0,10 m de large environ sont conservées dans l’angle nord-est, le mur nord est fait de blocs de basalte de 0,50 m de large sur 0,30 m de long en moyenne. L’appareil est constitué d’un double parement qui laisserait supposer la présence de murs en élévation et non plus enterrés.

206Une communication interne existe avec l’habitation : dans l’axe du bâtiment, face au foyer, un bloc du mur de l’habitation est remplacé par plusieurs petits moellons sur une largeur de 0,80 m. L’espace entre les deux pièces comporte un fort dénivelé ; les niveaux d’origine ainsi que les murs n’ont pas résisté au colluvionnement à cet endroit, aussi aucun indice d’aménagement n’est visible. Nous pouvons supposer néanmoins, étant donné la forte déclivité, qu’un escalier pentu ou une échelle devait relier les deux salles. Le sol du bâtiment est certainement, comme ailleurs, le substrat, aucun aménagement interne n’a pu être remarqué. La fonction de cette extension n’est pas connue, même si la communication interne dans l’axe du foyer la rattache directement à l’espace de vie.

207Le mobilier découvert, quasi inexistant, n’aide guère à déterminer l’usage de la pièce. Seuls 7 tessons de céramique et 2 objets lithiques ont été recueillis. À noter la présence d’une meule, certainement une meule dormante, servant de moellon dans le mur nord.

208Le caractère synchrone de l’occupation de cet ajout avec le reste du bâtiment nous est confirmé par une datation radiocarbone et par le fait que les céramiques y sont comparables à celles découvertes dans le reste du chantier.

4.2.3.3 La stratigraphie

209À l’image des autres sites d’habitats médiévaux du plateau, l’étude stratigraphique du bâtiment II de Cantegal n’apporte que peu d’informations. Comme nous l’avons toujours remarqué en Aubrac, la stratigraphie de ce type de vestiges archéologiques n’est jamais complexe. Les violents orages ainsi que le ruissellement des eaux de neige, souvent responsables de phénomènes de colluvionnement, expliquent en partie ce manque de données (fig. 76).

FIG. 76. Les Inguilhens, Cantegal, bat. II : plan d’ensemble avec les éboulis.

210De façon globale, la coupe stratigraphique du site se présente de la façon suivante : sous l’herbe composée par un tapis de radicelles, une terre brune, meuble, d’une épaisseur moyenne de 0,25 m, recouvre généralement un niveau constitué de la même terre associée à des blocs de basalte. Correspondant à la phase d’abandon, cette dernière couche comporte logiquement une proportion de blocs de pierres plus importante aux contacts des murs, son épaisseur allant de 0,20 à 0,60 m. Elle repose directement sur le niveau naturel, très dur à l’origine, qui a servi de sol primitif. Le sol géologique varie énormément d’aspect : composé de gravier de couleur rouge par endroits, il peut se transformer en couche de terre grise compacte ; ailleurs, la roche de basalte apparaît de façon extrêmement délitée. Cette variation, et surtout la désagrégation de surface, correspondent à un phénomène d’érosion ; les témoignages des agriculteurs comme des maçons concordent pour décrire un sol très dur lorsqu’on le découvre, et pouvant parfaitement servir de niveau de circulation, chose qu’ont dû expérimenter les paysans du Moyen Âge. Par endroits, l’interface de ces deux derniers niveaux semble conservé, comme l’indiquerait la découverte de plusieurs tessons de céramiques en connexion ou les niveaux de sols empierrés qui sont à l’évidence bien plus faciles à identifier (pavage extérieur, cailloutis de la stabulation). Leur présence est précieuse puisqu’ils nous donnent les cotes d’altitude des niveaux de la bâtisse avec certitude. En revanche, comme nous le verrons dans le chapitre concernant la répartition du mobilier, des tessons de céramiques sont concentrés dans les zones d’exutoire de ravinement, tel le seuil de l’habitation. Le mécanisme de ce ravinement semble plus compliqué qu’il n’y paraît : le mobilier est par endroits en position primaire, comme aux abords du foyer, alors que dans la même pièce des phénomènes d’érosion ont déplacé de nombreux tessons de céramiques (éléments les plus légers) ; cela nous indique que ces phénomènes ne se sont pas produits de façon systématique à l’intérieur de la bâtisse. Cette description vaut d’ailleurs également pour les abords immédiats du bâtiment.

211La question des niveaux de sol et de fréquentation mérite quelques explications : durant les premières campagnes, nous étions logiquement à la recherche d’une association entre une concentration de mobilier et une couche de terre relativement compacte, ordinairement significative d’un niveau de circulation. Après plusieurs années de fouilles, il nous a fallu admettre que ce schéma n’existait pas en Aubrac, dans la mesure où le mobilier découvert n’est pas associé à une véritable couche anthropisée mais se trouve au contraire au contact du substrat. La pauvreté d’informations que livrent les coupes stratigraphiques du site masque donc tous les indices d’évolution chronologique de la bâtisse.

212Un exemple de réutilisation du bâtiment à la fin du Moyen Âge illustre bien ce manque de lisibilité : dans la partie ouest de l’aire de stabulation, une occupation très ponctuelle a été repérée dans l’éboulis. La présence de plusieurs tessons d’une seule céramique glaçurée bien caractéristique du bas Moyen Âge associée à la datation radiocarbone de charbons de bois prélevés dans ce secteur (tabl. VII) a permis de dater cette occupation du xive s. De toute évidence cette cabane liée à l’estive a été aménagée dans l’éboulis du mas médiéval, profitant ainsi du surcreusement de la bâtisse pour installer une construction ou établir une simple halte à l’abri des vents dominants. Cette occupation était matérialisée par la présence diffuse de quelques éléments mobiliers ayant très souvent percolé jusqu’à la base de l’éboulis, au contact du niveau naturel. La stratigraphie n’a en revanche rien laissé paraître.

Échantillon

Localisation (date)

Delta C13

Âge conventionnel (BP)

Âge calibré

Erl-5509

Bât. II : habitat (1999)

- 24,8

- 971 ± 45

988-1161 (93,6 %)

Erl-5511

Bât. II : pièce est (2002)

- 27,5

- 972 ± 39

996-1159 (95,4 %)

Erl-5510

Bât. II : aire de stabulation (2001)

- 25,5

- 781 ± 41

1187-1293 (95,2 %)

Ly-9592

Bât. II : habitat (1999)

- 25,47

- 890 ± 25

1040-1216 (95 %)

Ly-11307

Bât. II : aire de stabulation (2002)

- 26,71

- 710 ± 50

1245-1389 (95 %)

Ly-8740

Bât. VI (1997)

- 975 ± 40

1007-1163 (95 %)

TABL. VII. Les Inguilhens, Cantegal : tableau des datations radiocarbones.

4.2.3.4 Le mobilier

  • 67  Au titre des éléments lithiques, il convient de signaler également la présence d’une cinquantaine (...)

213Nous avons découvert, dans ou aux abords du bâtiment, 282 objets ou fragments d’objets, dont 251 tessons de céramique, 21 éléments en fer ainsi que 10 objets lithiques67. L’importance de ce lot paraît dérisoire compte tenu de la surface dégagée, 450 m2. À titre de comparaison, le site d’habitat médiéval de Charavines dans l’Isère, exceptionnel il est vrai, a livré plus de 40000 tessons de céramiques pour une surface fouillée de 500 m2.

214La rareté du mobilier ne nous surprend pas dans la mesure où les opérations menées en Aubrac nous ont habitués à ce constat. Elle paraît toutefois difficile à interpréter comme un signe de pauvreté de ses occupants, la profusion d’objets n’étant pas à nos yeux un « signe extérieur de richesse » dans le monde paysan ; de ce point de vue, les dimensions de la bâtisse ainsi que son mode de construction seraient des critères plus pertinents. De plus, l’enquête ethnologique a démontré l’importance du mobilier en bois, notamment dans l’outillage ; nous pouvons facilement imaginer une situation similaire pour la période qui nous concerne. Un autre constat dommageable est l’absence, dans la terre acide de l’Aubrac, de restes organiques et notamment l’extrême rareté d’ossements qui auraient permis, dans un contexte d’élevage, d’obtenir des renseignements précieux sur le bétail de ces terres d’estive.

215En revanche, la rareté du mobilier nous a certainement engagés à porter une attention soutenue lors du dégagement des blocs de pierre présents dans la bâtisse et à découvrir ainsi, sur un certain nombre d’entre eux, des traces anthropiques (frottements, gravure) pas toujours faciles à repérer.

La céramique

216Les 251 tessons découverts sont pour la plupart de petites dimensions. Les formes sont rares : seuls six fragments de bords, un fond, une anse et une unique forme complète ont été observés (fig. 77). Les décors sont également en petit nombre : il s’agit de décors incisés peu lisibles dont l’un est effectué à la molette (fig. 78). Devant une représentation aussi aléatoire, il est important d’observer la plus grande prudence dans l’analyse du mobilier céramique et de ne pas en tirer de généralités. En revanche, la méconnaissance profonde de ce type de céramique dans cette région et à cette époque mérite un descriptif précis des découvertes effectuées.

fig. 77. Les Inguilhens, Cantegal, bat. II : céramiques. Fragments de bords et forme complète.

fig. 78. Les Inguilhens, Cantegal, bat. II : céramiques.

217S’il est difficile, sur des lots aussi peu volumineux, d’établir des statistiques, nous pouvons cependant distinguer plusieurs catégories (groupes I à VI) selon des critères prenant en considération le type de pâte, la couleur de celle-ci, son épaisseur, et le type de dégraissant utilisé.

• Groupe I (108 tessons) : céramique à cuisson réductrice

218La pâte est grise à noire, rugueuse avec des surfaces granulées. Le dégraissant est grossier, fait de gros grains de quartz et de quelques paillettes de mica. L’épaisseur de la pâte varie de 0,5 à 0,9 cm. La majorité des tessons présente une surface intérieure noircie, avec parfois des caramels de cuisson. Tous les tessons sont modelés.

• Groupe II (67 tessons) : céramique à cuisson réductrice

219La pâte, grise à beige, est plus fine que celle du groupe précédent. Elle est homogène avec des surfaces légèrement granuleuses. Le dégraissant est moyen à fin, fait de petits grains de quartz et de paillettes de mica. L’épaisseur de la pâte varie de 0,3 à 0,6 cm. Tous les tessons sont modelés.

• Groupe III (20 tessons) : céramique à cuisson réductrice

220La pâte est très fine, de couleur grise. Le dégraissant employé est très fin, micacé. Les surfaces intérieures et extérieures sont de couleur noire. L’épaisseur de la pâte est, en moyenne, de 0,2 cm. Tous les tessons sont modelés.

• Groupe IV (1 élément) : céramique à cuisson oxydante

221La pâte est fine, de couleur rouge. Le dégraissant est moyen. Ce groupe ne comporte qu’un seul objet : une fusaïole (fig. 79, no 2), d’un diamètre de 4,3 cm, et qui porte un décor de petites incisions rayonnant autour du trou central sur l’une de ses faces. Cet objet a certainement été réalisé à partir d’une tuile gallo-romaine.

• Groupe V (42 tessons) : céramique à cuisson oxydo-réductrice

222La pâte est fine, grise à beige, avec une phase oxydante plus marquée à la cuisson. Le dégraissant utilisé est moyen à fin avec de petits grains de quartz et des paillettes de mica. Ce groupe comporte des tessons modelés présentant des traces de lissage horizontal ainsi que des fragments tournés.

• Groupe VI (13 tessons) : céramique glaçurée

223La pâte est fine, blanche à grise. Le dégraissant est fin. La surface externe est recouverte d’un vernis plombifère de couleur jaune. Tous les tessons sont tournés. La présence de cette céramique est liée à une réoccupation du site au xive s.

224Pour ce qui concerne la typologie, les formes sont peu nombreuses : il s’agit de petites oules correspondant à de simples pots à cuire. La présence d’une anse laisse supposer une forme de gourde ou de pégau (fig. 78, no 2). Les lèvres éversées dessinent un profil arrondi ou droit (fig. 77), les fonds sont légèrement bombés (fig. 78, no 3). La forme complète présente un profil très renflé, de petites dimensions (20 cm de diamètre à l’ouverture pour 32 cm de haut) (fig. 77, no 7). Les rares décors sont incisés ; l’un présente un décor à la molette (fig. 78, no 5), les deux autres des séries de traits dont le dessin ne permet de dire s’il s’agit d’un véritable décor régulier ou de simple graffites (fig. 77, nos 1 et 4).

225Une série de cinq fusaïoles révèle des modes de fabrication différents : l’une d’elles est très certainement découpée dans une tegula, une deuxième dans une céramique, les trois autres sont modelées (fig. 79).

fig. 79. Les Inguilhens, Cantegal, bat. II : fusaïoles en céramique.

Le mobilier métallique

226Au total, 21 objets ou fragments d’objets ferreux ont été découverts sur le site. Plusieurs éléments identifiables peuvent être répartis en différentes catégories : les clous (8 dont 7 de maréchalerie), les outils (lames de couteaux, serpe, alêne), les éléments de harnachement (boucle, pièce dentée) et enfin un lot qui pourrait être lié à un meuble, type coffre (éléments de fermeture, de placage, gond).

Les clous

227Il s’agit essentiellement de clous de ferrage (fig. 80), modèles bien connus pour ces périodes. Certains sont droits et attestent de ce fait qu’ils n’ont pas servi. La tête est de forme parallélépipédique ou arrondie, leur longueur varie de 2,6 cm (usagé) à 3,6 cm (droit). Une autre pointe en fer correspond vraisemblablement à un clou d’une longueur de 4 cm (fig. 80, no 6). Nous avons associé à ce mobilier un fragment de fer à équidé découvert dans le sondage du bâtiment VI en 1997 (fig. 80, no 4).

fig. 80. Les Inguilhens, Cantegal, bat. II : clous de ferrage et fragment de fer à équidé.

Les éléments de harnachement

228Également représentatif de l’importance des équidés dans ce contexte rural, nous avons découvert un fragment de boucle en arc de cercle (fig. 81, no 9) présentant le départ d’un axe droit qui pourrait correspondre à un élément de harnais ; sa longueur est de 4,2 cm. Une plaque dentée (fig. 81, no 8) est rattachée à cette catégorie de façon beaucoup plus aléatoire : très mince, elle ne correspond pas à un outil mais davantage à une plaque décorative.

fig. 81. Les Inguilhens, Cantegal, bat. II : mobilier métallique.

Les outils

229Un fragment de serpe (fig. 82, no 1) comporte une soie droite de 2,5 cm de long et une lame de section rectangulaire, conservée sur une longueur de 7,5 cm. Une pointe de section carrée (fig. 80, no 3) de 8,6 cm de long, dont l’extrémité a été incurvée, pourrait correspondre à un poinçon ou à une alêne. Enfin, trois lames de couteaux ont été mises au jour à Cantegal : deux exemplaires découverts dans le bâtiment II sont en mauvais état (fig. 82, nos 2 et 3), en revanche celui issu du bâtiment VI est dans un état de conservation excellent (fig. 82, no 4). La soie est présente sur les deux premiers exemplaires. La longueur de la seule lame intacte est de 12,4 cm ; ne possédant pas de soie, elle présente un trou à rivet à sa base.

fig. 82. Les Inguilhens, Cantegal, bat. II : fragment de serpe et lames de couteaux.

Les garnitures de meuble (?)

230La présence, dans le milieu humide de la fosse à lisier, d’un amas de fer lié à des traces infimes d’éléments ligneux, nous a permis d’interpréter les différents éléments qui le constituaient comme étant éventuellement liés à un meuble type coffre. Un objet de fer, sous la forme d’un large crochet, englobe une seconde partie arrondie percée en son centre, le tout étant très mince et ayant une longueur de 8,2 cm (fig. 81, no 1). Ces deux pièces font penser à des éléments de placage ; l’une d’elles possède à sa base des traces de bois. Elles étaient associées à une tige incurvée (fig. 81, no 4) dont l’extrémité élargie et perforée de façon linéaire pourrait correspondre à une partie de serrure. Enfin, un gond (fig. 81, no 7) de petite dimension (5 cm de long), trouvé également dans l’aire de stabulation, appartiendrait également à un meuble.

Le mobilier lithique

231Les objets lithiques sont relativement nombreux sur le site. Leurs fonctions sont très diversifiées allant du jeu de plateau à l’outil. Nous incluons dans ce paragraphe la découverte de 48 fragments de dalles de schiste.

Les outils
  • 68  Identification réalisée par C. Servelle.

232Ils peuvent être divisés en deux catégories : d’une part les outils identifiables, souvent confectionnés dans un matériau autre que le basalte local (molette, aiguisoir), et d’autre part des blocs ou des galets de basalte présentant des traces évidentes d’usure, d’outils ou de chauffe, liées apparemment à une activité humaine, difficile toutefois à déterminer avec précision68.

Les aiguisoirs

233Les deux modèles découverts sont des blocs de section quadrangulaire de micaschiste à dominante gréseuse, de longueur comparable (30 et 26 cm) (fig. 83). De nombreuses traces de polissage font état de leur fonction d’affûtage des couteaux et outils. Une seule face possède des traces pour le premier, pour l’autre deux côtés sont concernés. La dimension des objets et leur forme laissent supposer une prise en main de la pierre pour présenter une face privilégiée à l’affûtage.

fig. 83. Les Inguilhens, Cantegal, bat. II : aiguisoirs en pierre.

La meule

234Réemployé dans le mur nord de la pièce est, un bloc de basalte de 44 cm de long pour 30 de large possède une partie concave avec traces d’usure. Cette pierre pourrait correspondre à une meule dormante.

La molette

235Un galet de granite (fig. 84, no 6) d’un diamètre de 6 cm, de forme hémisphérique obtenue par piquetage, présente une plage polie par l’usure. Cet objet est un broyeur ; frotté sur une meule dormante, il permettait de moudre diverses préparations culinaires.

fig. 84. Les Inguilhens, Cantegal, bat. II : galets en pierre.

Les galets de basalte présentant des traces d’usure, d’outils ou de chauffe

236Nous avons trouvé un galet de basalte de 10,5 cm de long sur 8 de large, dont la face concave est légèrement abrasée (fig. 84, no 1). La prise en main de ce galet est très ergonomique et laisse supposer un travail de va-et-vient sur une surface malléable, comme l’atteste la présence de fines stries irrégulières. Il pourrait éventuellement s’agir d’un outil lié au travail du cuir, de type lissoir.

237Un second galet de 26,5 cm de long sur 10 de large possède une surface plane ainsi qu’une extrémité abrasée par un matériau peu dur. Enfin, un troisième galet de basalte de 14,5 cm de long et 11 de large a été découvert à proximité du foyer, présentant des fissures allant jusqu’à 0,6 cm de profondeur, de coloration grise, liées à un phénomène thermique (pierre de chauffe ?)

Les jeux

238Deux jeux de plateau étaient présents sur le site. Il s’agit de dalles de basalte gravées. Le premier jeu est une marelle à main inscrite sur une dalle de 30 cm sur 18 (fig. 85, no 2). Des traits maladroits (déviés par des cristaux d’olivine et d’augite) forment des lignes entrecroisées ; aujourd’hui ternies, ces traces effectuées sur le moment laissent une empreinte blanche sur un fond gris bien visible.

fig. 85. Les Inguilhens, Cantegal, bat. II : jeux de plateau gravés sur dalle de basalte.

239Le second jeu présente un quadrillage de six colonnes sur six (fig. 85, no 1). Les traits sont là aussi maladroits, irréguliers, parfois discontinus. La dalle de 43 cm sur 22 a été préparée : les bords ont des stigmates de percussions, des enlèvements qui permettent une meilleure préhension du bloc. Si le jeu de marelle à main est bien connu au Moyen Âge, celui-ci semble beaucoup plus énigmatique puisque nous n’avons pas trouvé d’exemple similaire. Le seul élément de comparaison serait un tailloir de chapiteau roman conservé au musée des Augustins à Toulouse, où deux joueurs disputent une partie de jeu de plateau comportant six colonnes et six rangées (Musée des Augustins 1989 : 150).

240Une série de quatre pièces de basalte circulaires (fig. 84, no 2 à 5), d’un diamètre de 2 cm en moyenne, a été trouvée, sans lien direct avec les jeux de plateau. Toutefois, compte tenu de leur dimension, il est tentant de les interpréter comme des jetons de jeu.

Les dalles de micaschiste

241Une cinquantaine de fragments de plaquettes de micaschiste ont été découverts. La plupart sont des éléments de faibles dimensions (quelques centimètres carrés) ; seuls cinq exemplaires atteignent 24 cm de long et 15 de large en moyenne. Sur les fragments les plus importants, nous avons observé de façon systématique des traces d’outils ; certains présentent même la naissance d’une perforation. Il s’agit sans nul doute d’éléments de couverture, bien connus dans la région. Certaines carrières de micaschiste sont attestées dans les boraldes voisines.

242Cependant le nombre de plaquettes trouvé est dérisoire au regard de la superficie de toiture du bâtiment fouillé. La question se pose de savoir si le matériau a été récupéré ou si ce type de couverture n’affectait qu’une partie de la toiture. Jusqu’à présent, les sondages pratiqués sur les mas médiévaux n’avaient jamais permis de découvrir une couverture minérale ; seule la grange monastique de Térondet, datée du xive s., faisait exception.

243L’étude spatiale de la découverte des plaquettes de micaschiste nous indique qu’elles sont pour la plupart situées aux abords des murs porteurs (fig. 86). Ce positionnement laisse supposer l’existence d’une couverture mixte, les dalles recouvrant et protégeant l’arase des murs sur les premières rangées et laissant la place au chaume pour le reste de la toiture. Ce type de couverture était encore présent dans la région il y a quelques dizaines d’années.

FIG. 86. Les Inguilhens, Cantegal : répartition du mobilier.

Les charbons de bois et les analyses radiocarbone

244Nous n’avons collecté que de petits fragments de charbons de bois disséminés, sans remarquer de concentration notable liée, par exemple, à une partie rubéfiée du site. Il n’a donc pas été possible de réaliser les analyses anthracologiques qui auraient pu permettre d’obtenir des informations sur l’essence des bois utilisés, tant pour le bâti que pour l’usage domestique ou l’outillage.

  • 69  Il s’agit des laboratoires suivants : Physikalisches Institut der Universität Erlangen-Nürnberg et (...)

245En revanche, de nombreuses séries d’analyses de datation radiocarbone ont été pratiquées. Ceci est essentiellement dû au fait que le mobilier découvert est rare et mal connu. Grâce à ces analyses, nous disposons de quelques précieux jalons chronologiques. Le tableau VII présente les résultats obtenus sur le site de Cantegal. La première colonne mentionne les laboratoires d’Erlangen (Erl) ou de Lyon (Ly), accompagnés du numéro de référence69. La deuxième colonne situe les échantillons prélevés : bâtiment II ou VI (sondé en 1997) (fig. 57), habitation, aire de stabulation ou pièce se trouvant à l’est. Les trois autres colonnes présentent les différents critères de datation, à savoir Delta C13, datation BP et datation calibrée. Au total, six datations ont été réalisées dont cinq concernent le bâtiment II et une le bâtiment VI. Nous avons multiplié les analyses de datation sur un même lieu, à partir de deux laboratoires différents, pour obtenir des résultats comportant un maximum de fiabilité. Cette double datation permet de proposer une « moyenne chronologique ».

246À l’intérieur du bâtiment II, les pièces d’habitation et orientale présentent une fourchette chronologique large s’échelonnant de la fin du xe s. au début du xiiie s. Les dates autour desquelles se situent les probabilités maximales varient de 988 à 1161. L’aire de stabulation présente, quant à elle, une fourchette chronologique plus tardive avec des dates de probabilités maximales se situant autour de 1187-1375. Par ailleurs, nous avons vu que la présence de tessons de céramique glaçurée corrobore une datation se situant vers le xive s., cette occupation tardive correspond à une réutilisation ponctuelle d’une partie du bâtiment.

247Enfin, le bâtiment VI est daté entre 1007 et 1163, avec un maximum de probabilités autour de 1030, 1110 et 1150. Les deux bâtiments étudiés (II et VI) semblent donc synchrones.

248Malgré une grande fragmentation (hormis pour le bâtiment VI), ces échantillons ne présentent pas de très grands écarts de datation et semblent cohérents avec le reste du mobilier découvert, ceci quelque soit le laboratoire d’analyses.

Ossements, matière organique et analyses paléo-environnementales

  • 70  Ces ossements ont été analysés par Y. Ligneureux, archéozoologue, que nous tenons à remercier.

249La découverte d’ossements en Aubrac est rarissime. Généralement, seules les dents, grâce à leur émail, ou des ossements très durs tels que les rochers du crâne résistent à l’acidité de la terre. À Cantegal, nous avons eu la chance de découvrir dans la fosse à lisier, qui avait permis le maintien d’un taux d’humidité supérieur au reste du bâtiment, plusieurs ossements venant d’un même crâne de bovin subadulte âgé de trois ans. Cette découverte exceptionnelle nous renseigne bien évidemment sur la population animale qui occupait l’aire de stabulation. Nous avons trouvé quatre molaires supérieures, deux molaires inférieures, deux rochers (boîte crânienne) ainsi que de nombreux petits fragments70.

  • 71  Analyses géothermiques effectuées par L. Van der Plaesten, du laboratoire Archéolabs (réf. ARC01/R (...)

250La conservation, dans ce milieu clos, d’ossements mais aussi de traces d’éléments ligneux associés à du fer nous a incités à pratiquer des prélèvements de terre pour effectuer des analyses carpologiques ainsi que de phosphates. Malheureusement, les résultats, tant pour les graines que pour la présence de phosphates, ont été négatifs71.

La répartition spatiale du mobilier

251Le mobilier découvert a été systématiquement relevé afin de pouvoir le positionner par rapport au bâti (fig. 86). Cette tâche, réalisée par un procédé de triangulation, a pris un temps d’exécution relativement important ; elle nous paraissait néanmoins indispensable afin de recueillir un maximum de données face à une carence stratigraphique importante.

  • 72  Nous avons mesuré l’importance de ce phénomène en découvrant, lors des campagnes de fouilles, la t (...)

252Les résultats sont à la fois intéressants et contradictoires : d’une part, une certaine organisation à l’intérieur du bâti semble être révélée et, d’autre part, des phénomènes de colluvionnement ont balayé de nombreux éléments72. Ce colluvionnement du site après abandon semble d’ailleurs, au moins par endroits, avoir perturbé cette étude. En effet, des concentrations importantes de mobilier dans le seuil d’habitation, se poursuivant à l’extérieur dans la zone correspondant au « fil » d’écoulement des eaux de ruissellement, laissent supposer des perturbations naturelles importantes. Cela semble être également le cas dans la partie basse de l’aire de stabulation.

253En dépit de ces aléas, c’est logiquement autour du foyer que nous avons trouvé une forte proportion d’objets tels qu’aiguisoir, couteaux, jeux, céramiques, molette et fusaïoles, qui témoignent de la vie quotidienne concentrée à cet endroit emblématique de la maison.

254Enfin, la pièce se trouvant à l’est ne contient quasiment aucun objet ; seuls sept tessons de céramique et deux outils lithiques ont été découverts, ce qui ne suffit pas à définir sa fonction.

4.2.3.5 Conclusion

255La fouille, sur le site de Cantegal, d’un bâtiment allongé associant l’habitation et l’aire de stabulation a permis d’aborder de nombreux aspects de l’habitat rural médiéval que les différentes campagnes de prospections et de sondages d’évaluation n’avaient fait qu’effleurer. Le dégagement d’une superficie de 450 m2 environ fut un travail parfois difficile compte tenu du climat du pays, nécessitant un investissement en temps – quatre campagnes de trois semaines chacune de 1999 à 2002, avec une équipe d’une quinzaine de personnes en moyenne – qui peut également paraître lourd. Cependant, la fouille d’une maison mixte d’une longueur de plus de trente mètres datant du Moyen Âge central est inédite dans la région ; il était donc important de pouvoir réaliser cette opération. Les résultats sont au rendez-vous dans la mesure où les caractéristiques architecturales de cette structure ont pu être mises en évidence ; en revanche, le mobilier, les restes de faune, la stratigraphie ou même les agencements internes de la bâtisse n’ont pas livré des informations à la hauteur de nos espérances. Le phénomène de colluvionnement, associé à l’acidité de la terre, est certainement en partie responsable de ces lacunes.

256Contrairement à ce que des idées préconçues nous auraient fait attendre, ce n’est pas à l’intérieur mais à l’extérieur du bâtiment que nous avons obtenu finalement de nombreuses données. Ce constat justifie pleinement le choix de fouiller les abords immédiats d’une structure et non de prendre les murs porteurs comme limite d’emprise de fouille. Située à une altitude de 1245 m, l’habitation a nécessité des aménagements importants pour se préserver du froid et des intempéries notamment en période hivernale. La bâtisse est ainsi constituée d’une véritable « armure » qui la protège des agressions climatiques. Ici, les aménagements de défense de l’habitation ne servent pas à se protéger des hommes mais des éléments naturels.

257Au-delà de ces interprétations issues des observations de terrain, on peut s’interroger sur le nombre de personnes qui pouvaient vivre dans cette maison. Ses dimensions sont grandes et sont même les plus importantes observées jusqu’à présent en Aubrac. On pourrait donc supposer qu’elle abritait de nombreux habitants. Le problème est plus délicat qu’il n’y paraît : s’agit-il d’une unité familiale, à savoir entre 5 et 10 personnes vivant dans une habitation relativement spacieuse, ou sommes-nous au contraire face à un lieu qui accueillait de nombreuses personnes contraintes de cohabiter dans l’une des rares, voire la seule habitation du hameau, en particulier lors de la période d’estive ? Nous verrons en conclusion de ce chapitre que la seconde hypothèse pourrait être validée.

4.2.4 Éléments de synthèse sur l’habitat permanent médiéval en Aubrac

  • 73  Doc. I : 193.

258Les informations recueillies grâce aux différentes et successives approches archéologiques conduites au cours de dix années de recherches menées sur le plateau de l’Aubrac sont nombreuses et permettent désormais d’avoir une assez bonne vision d’ensemble de l’habitat permanent médiéval de cette région. Au-delà de différences au cas par cas, qui rendent chaque site unique, de fortes similitudes dominent, aussi bien pour les critères d’implantation que pour le plan général des hameaux ou la forme des constructions. Devant cette flagrante parenté, nous serions tentés de rapprocher la datation de tous les sites prospectés de celle, médiévale, mise en évidence pour les habitats agropastoraux sondés ou plus largement fouillés. La tentation est d’autant plus grande qu’au moins l’un des gisements prospectés – celui de Labessière à Nasbinals – est mentionné dans un texte du Moyen Âge73. Cette conviction profonde ne sera pourtant donnée ici qu’à titre d’hypothèse, dans la mesure où l’absence de toute datation objective – que seule pourrait apporter l’approche stratigraphique – interdit d’aller au-delà dans l’interprétation. Cette réserve étant faite, rappelons, dans le cadre de la présente synthèse, les différents éléments qui caractérisent cet habitat de moyenne montagne.

4.2.4.1 L’environnement

259L’environnement immédiat des bâtiments découverts présente des constantes et des similitudes qui ne semblent pas être le fruit du hasard. Au contraire, elles correspondent à des critères fondamentaux pour la vie des personnes qui s’y sont installées.

260L’élément déterminant à l’origine de l’installation de ces habitations n’est pas, comme l’on pourrait s’y attendre logiquement, l’eau mais la présence de la pierre. En effet, tous les sites recensés sont implantés sur des terrains comportant des rochers en surface ; suivant les cas, les bâtiments sont situés au milieu des blocs ou distants seulement de quelques dizaines de mètres. Les différents types de roches sont le granite, le gneiss et surtout le basalte que l’on peut trouver sous forme d’orgue, ou de blocs érodés issus du domaine périglaciaire. L’étude géomorphologique de plusieurs gisements a permis de démontrer que l’homme s’installe à proximité immédiate de la matière première pour l’utiliser dans la construction. Il transporte la pierre sur de très petites distances ou la fait rouler, le cas échéant, lorsque le site est en contrebas. Il l’utilise souvent sans la tailler, incluant parfois, dans les bâtiments, d’énormes blocs inamovibles. Si la présence à proximité immédiate d’un point d’eau semble moins déterminante que celle de la pierre, une source existe cependant, en général à faible distance des vestiges dans ce pays très irrigué.

261Par ailleurs, de multiples observations ont été faites sur les chemins se trouvant aux abords immédiats des sites, grâce aux nombreuses traces fossilisées dans les pâturages. La mise en perspective de ces données a souvent permis de comprendre l’organisation spatiale des hameaux. Il n’a malheureusement pas été possible de rattacher ce réseau au contexte général de la voirie à l’époque médiévale, car les cadastres napoléonien et actuel présentent une importante densité de chemins, sans que l’on puisse établir une quelconque chronologie relative.

262Les données relatives à l’étude du paysage, obtenues notamment grâce aux premiers résultats de l’enquête palynologique, semblent démontrer que le pâturage s’est installé progressivement au cours du bas Moyen Âge après avoir souvent succédé à un terrain de landes. Actuellement, la majorité des vestiges se trouve dans les pâturages, seuls deux d’entre eux se situent en lisière de forêt ouvrant sur de vastes prairies. Les bâtiments recensés en forêt sont tous liés à une activité artisanale ou proto-industrielle et ne présentent pas de regroupements d’habitations au véritable sens du terme. Un constat s’impose : les sites d’habitats recensés sont donc présents exclusivement sur le plateau ; ils ont une vocation purement agropastorale et délaissent la forêt.

4.2.4.2 L’implantation des bâtiments

263Les bâtiments découverts sont pour la plupart installés sur une déclivité, entre 1100 et 1400 m d’altitude, et dont le pendage est rarement accentué. Les raisons de ce choix d’implantation sont multiples :

  • la première, à nos yeux, pourrait être la recherche d’un emplacement favorable offrant un vaste panorama pour la surveillance des troupeaux ;

  • la seconde semblerait correspondre à la volonté de s’isoler du vent, souvent violent dans ce pays. Les bâtisses sont la plupart du temps construites le long de la pente, mais lorsqu’elles bordent une rue, elles se situent parfois perpendiculairement à celle-ci. Dans la grande majorité des cas, l’exposition au nord est évitée, alors qu’aucune ouverture n’est située sur le versant ouest, exposé aux intempéries dans un pays sous l’influence d’un climat océanique. Des exceptions à cette règle se rencontrent lorsque plusieurs bâtiments se protègent mutuellement ;

  • enfin, les maisons sont toutes excavées par rapport au terrain naturel. Lorsque nous avons pu distinguer la partie étable de la partie habitation, nous nous sommes aperçus que cette dernière se trouvait systématiquement sur le côté amont de la pente pour mieux s’enfoncer dans le sol et être ainsi protégée au maximum du froid tout en obtenant un niveau horizontal. Un léger pendage facilite l’évacuation, à l’extérieur de la bâtisse, des eaux de ruissellement ainsi que du purin de l’étable, évitant ainsi de souiller l’habitat.

4.2.4.3 Les différents types de regroupements

264Le nombre de bâtiments qui constituent un site peut être variable. On discerne, dans la plupart d’entre eux, dix à vingt structures, ce qui pourrait correspondre à la présence de deux à cinq foyers dans ce que l’on qualifierait aujourd’hui de hameau. Plusieurs incertitudes doivent cependant nous ramener à la prudence : d’abord, tous les vestiges ne sont certainement pas visibles à l’œil nu, certains étant trop arasés ou d’autres dissimulés sous la végétation (genêt, bruyère...) D’autre part, nous ne pouvons pas savoir si les bâtiments recensés sur un site sont synchrones ; s’ils ne le sont pas, le risque de comptabiliser de nombreuses structures appartenant à différentes générations est grand.

265Les sites ne renfermant qu’un petit nombre de bâtisses (entre deux et six) sont plus rares. Il s’agit généralement d’unités d’exploitation comprenant un seul foyer et correspondant à la ferme actuelle (Les Places Hautes et Roc Guiral).

4.2.4.4 La structure de l’agglomération : rue, place, source, four...

266L’organisation spatiale des hameaux est très hétérogène : plusieurs sites révèlent un plan tout à fait cohérent alors que d’autres sont beaucoup plus confus ; l’absence de vérification de chronologie pour certains d’entre eux limite malheureusement l’interprétation. De plus, les observations ont été faites à la surface des pâturages et n’ont rien à voir avec une fouille extensive qui, elle seule, permettrait l’étude exhaustive d’un site.

267Une analyse précise des plans de ces groupes de bâtiments montre cependant qu’ils s’organisent fréquemment en modules : c’est le cas sur le site du Barthas où l’unité agricole paraît évidente. Dans des regroupements de deux à cinq structures, on discerne parfois l’habitation, souvent conçue sous forme de maison mixte, et les bâtisses agricoles. Plusieurs de ces modules sont juxtaposés les uns aux autres et ne forment pas à proprement parler un hameau structuré. D’autres sont mieux organisés et s’agencent par rapport à une rue. Nos investigations sont encore trop récentes pour savoir si ce dernier type d’organisation atteste d’une différence sensible dans la datation des vestiges ; le fait est que le site de Tournecoupe, qui est le plus tardif (xiiie s.), semble le mieux structuré avec ses rues et ses limites de parcelles.

268Le terme de rue est d’ailleurs peut-être excessif pour ce type d’habitat. Souvent c’est un chemin qui traverse ou dessert le hameau, et c’est autour de lui que les bâtiments sont construits. Tournecoupe, Cantegal et Foun Bello présentent une intersection de voies autour desquelles les bâtisses se sont implantées. Il en va de même pour la place, ou tout au moins l’espace central du hameau, dans certains sites lozériens (Foun Bello, Truc del Coucut...) Son existence est loin d’être systématique et n’apparaît donc pas comme une composante vitale de l’aménagement du mas médiéval.

269Un autre élément intimement lié à ces structures est la source ; située en contrebas comme nous l’avons dit, à une distance plus ou moins grande des bâtiments, elle semble jouer un rôle primordial. Malheureusement, à l’heure actuelle, le piétinement des bovins perturbe considérablement les abords des points d’eau. Nous avons tout de même pu observer un aménagement particulier sur le site des Places Hautes, avec deux alignements de pierres.

270La présence du four à pain est, elle aussi, très difficile à appréhender dans la mesure où aucune fouille extensive n’a été pratiquée. Le site des Places Hautes a livré un four à pain (fig. 52) qui se trouve légèrement à l’écart du bâti, certainement pour préserver les bâtiments d’un éventuel incendie ; son ouverture est visible à l’est, à l’abri des intempéries.

271Par ailleurs, la prospection pédestre, confirmée par les investigations aériennes, a permis de découvrir sur certains sites quelques parcelles aménagées proches des bâtisses ; il s’agit de replats, souvent liés à un bâtiment, qui font penser à des enclos ou à des parcelles cultivées. Dans la première hypothèse, ces espaces peuvent permettre aux animaux de se mettre à l’abri en allant directement du pâturage à l’étable ; ce type de fonctionnement existe encore aujourd’hui en Aubrac. Dans le deuxième cas, des parcelles clôturées préservent certaines cultures privilégiées d’un éventuel accès du bétail.

272Aucune enceinte ni palissade, de même qu’aucun bâtiment défensif n’ont été observés, ce qui semble bien confirmer l’aspect exclusivement agropastoral de ces habitations.

4.2.4.5 Les bâtiments : fonction, forme, dimensions, orientation, aménagements...

273Les bâtiments repérés sur l’Aubrac varient en fonction de leurs dimensions mais finalement peu par rapport à leur forme. En les comparant au bâti contemporain, on s’aperçoit que la maison médiévale est très proche de celle du début du xxe s. (CNRS et al. 1970-1986) (fig. 87, 88).

fig. 87. Condom-d’Aubrac : ferme des Brasses.

fig. 88. Recoules-d’Aubrac : exemple d’habitat mixte.

274Les bâtiments agricoles sont très souvent rectangulaires ou parfois carrés ; leur superficie varie de 89 à 162 m2 selon leur destination : étable, remise agricole, grange... L’habitation, quant à elle, semble obéir à deux types de plans : soit la maison mixte, c’est-à-dire l’habitation et l’étable sous le même toit, l’une dans le prolongement de l’autre ou éventuellement en forme de L (Les Places Hautes, Barthas, Cantegal…), soit la maison indépendante de l’étable (Tournecoupe, Térondet) (Chapelot, Fossier 1980).

La maison mixte

275Bien connue aux époques médiévale et moderne, la maison mixte de l’Aubrac n’étonne guère dans un pays où le climat est particulièrement rude. La chaleur animale dégagée dans l’étable chauffe l’habitation ; en outre, la communication interne entre les deux bâtiments évite de sortir pour s’occuper des animaux.

276Généralement, le plan classique situe l’habitation dans le prolongement de l’étable ; cette dernière se trouve légèrement en contrebas pour éviter les infiltrations de lisier dans la partie habitat, le tout formant ainsi une maison longue qui peut mesurer plus de 30 m de long. Comme c’est le cas sur les sites des Places Hautes, du Barthas et de Cantegal, l’étable atteint une longueur équivalente au double de celle de l’habitation. Cette dernière est souvent divisée en deux : une partie jouxtant l’étable, dans laquelle on peut pénétrer depuis l’extérieur, et une seconde, à l’extrémité de la bâtisse, qui est desservie par la première salle. La succession linéaire de deux à trois pièces confère à la maison un plan allongé comparable à ceux des long houses du nord de l’Europe ou des « barrades » du centre de la France.

277Quant à la disposition en L de certains bâtiments, l’habitation y serait implantée dans le petit côté et l’étable dans l’autre. Cependant, seule l’enquête ethnologique permet d’émettre cette hypothèse, aucun constat n’a pu être réalisé sur le terrain.

La maison élémentaire

278Cette maison est, contrairement à la maison mixte, réservée uniquement aux personnes et se présente sous la forme d’un simple rectangle. La présence de ce type d’habitat n’est pas véritablement attestée en Aubrac ; cependant, il est troublant de constater que les seuls exemples pouvant se rattacher à cette catégorie appartiennent aux deux sites les plus tardifs de notre étude, à savoir Tournecoupe et la grange de Térondet.

279Nous avons peut-être repéré une maison élémentaire sur le site de Tournecoupe. Ce site du xiiie s. présente une habitation qui semble s’inscrire dans un rectangle indépendant de l’étable. Cette maison occupe une place privilégiée dans le hameau puisqu’elle se situe au centre, juste à la jonction des trois rues. Deux murs perpendiculaires dessinent une probable entrée, ouverte vers le sud. Un sondage pratiqué à l’intérieur a livré du mobilier domestique relativement abondant, ce qui pourrait accréditer ici l’existence d’un lieu de vie, contrairement aux bâtiments agricoles ne renfermant quasiment jamais d’éléments matériels. En revanche, l’exiguïté de la fouille n’a pas permis d’attester la présence éventuelle d’un foyer.

280De même, la grange de Térondet ne semble pas présenter d’habitat mixte mais plus vraisemblablement des maisons indépendantes et des étables considérablement plus grandes que celles des maisons mixtes.

Le bâtiment agricole

281Les bâtisses à usage agricole sont certainement les plus fréquentes sur les sites puisqu’elles représentent en moyenne 80 % des structures découvertes. De nombreuses unités rectangulaires font penser à des étables ou des écuries ; certaines d’entre elles sont d’ailleurs associées à des enclos. Il est très difficile de leur attribuer une fonction précise (étable, grange, remise agricole...) lorsqu’une des seules constatations possible est celle de la forme rectangulaire des bâtisses. Toutefois, un type de sol, le pavage, semble caractéristique de l’aire de stabulation. La rareté du mobilier découvert dans les sondages tendrait aussi à confirmer cette destination.

282Les bâtisses comportent généralement une seule entrée, orientée à l’est, dont la largeur peut varier de 1 m à 2,20 m. Contrairement aux burons, le seuil n’est jamais situé sur le mur pignon.

Les aménagements internes et externes des habitations

283L’intérieur des maisons mixtes peut être constitué de deux à trois pièces. Les habitations du site du Barthas possèdent deux espaces vraisemblablement occupées par l’homme ; celui qui se trouve à l’extrémité du bâtiment n’a jamais de communication avec l’extérieur. Seule la salle qui jouxte l’étable ou l’écurie possède un seuil de porte. Nous pouvons penser qu’elle correspond à l’oustal, c’est-à-dire à la pièce de vie associée au foyer. Confirmant cette hypothèse – et premier exemple du genre sur les sites étudiés à ce jour – la découverte d’un foyer ouvert à Cantegal, dans la partie centrale d’un bâtiment composé de trois salles. Il s’agit d’une plaque foyère en basalte placée à même le sol, encadrée de deux dalles disposées de chant ayant certainement une fonction de chenets. Sa position au centre de la pièce, au ras du sol, devait permettre un chauffage le plus diffus possible.

284Une cloison, de largeur inférieure aux murs porteurs, sépare l’habitation de l’aire de stabulation. Elle est généralement construite en pierre, à l’exception de la maison mixte de Cantegal où la découverte d’un trou de poteau est révélatrice d’une architecture de bois.

285Le sol peut être pavé ou en terre, à même le niveau naturel. Les aires de stabulation sont généralement pavées avec des blocs de basalte arrondis ou plus rarement avec de grandes dalles. Nous retrouvons encore ce procédé dans les étables du début du xxe s. ; il a pour avantage de permettre de récupérer facilement le fumier et d’éviter que le bétail ne glisse. Il empêche également la détérioration du sol par les animaux. À Cantegal, l’aire de stabulation de la maison mixte est dotée d’un sol de terre obtenu par le nivellement du substrat, ainsi que d’une fosse où l’on recueillait le lisier, précieux fertilisant en ce milieu montagnard. Les découvertes de clous de fers à équidé et, dans cette même pièce, de dents de jeunes bovidés nous laissent penser que plusieurs espèces animales pouvaient cohabiter en ce lieu. Cette pratique, encore répandue il y a peu de temps, est réalisable à condition de cloisonner l’espace à l’aide de parcs pour séparer les animaux des différentes espèces.

286Le sondage pratiqué dans l’habitation des Places Hautes a permis d’étudier un caniveau d’évacuation qui traversait la maison et allait se déverser à l’extérieur. Il passait sous le seuil d’entrée afin de drainer les eaux de ruissellement abondantes du bâtiment excavé. Une découverte identique a été observée à Térondet ainsi qu’à Cantegal.

287Le même souci de gestion des eaux de ruissellement peut conduire à des aménagements externes : ainsi, dans le cas de la maison mixte de Cantegal, un bec de pierre, associé à un mur disposé en épi, a été construit en amont du bâtiment sur ce terrain pentu où le toit était en partie au contact du sol.

288Pour abriter les bâtisses des intempéries, les entrées font également l’objet d’un soin particulier : elles sont soit coudées, soit en entonnoir. Pour cette dernière, le chemin d’accès était alors encadré de deux murets et surcreusé pour éviter que le froid et la neige ne s’engouffrent à l’intérieur. Profitant de ces murets arrondis le long des bâtiments, des petites parcelles de terre sont aménagées. Elles ont une double fonction : en premier lieu, elles servent d’isolant thermique en doublant les murs en élévation, et en second lieu, elles constituent un jardinet idéal, protégé des animaux, à proximité immédiate de l’habitation.

289Plusieurs devants de portes sont pavés alors que l’intérieur de la pièce de vie ne l’est pas. Nous retrouvons ces mêmes aménagements dans les burons, et selon les témoignages des anciens bergers, ils permettaient d’éviter que l’eau et la boue ne pénètrent à l’intérieur, sur un sol de terre.

290Enfin, les seuils d’entrée ont une largeur qui varie quasiment du simple au double suivant la fonction du bâtiment : 1,10 m en moyenne pour la pièce de vie, 2 m pour l’aire de stabulation. Cette différence de largeur au profit de l’étable est sans doute destinée à faciliter les déplacements du bétail, voire des éventuels attelages ; le dispositif d’accès dissymétrique présent à Cantegal en témoigne. Les montants latéraux des entrées sont souvent constitués de deux énormes blocs. La pierre de seuil peut être monolithe. Aucune trace de dispositif de fermeture, gond ou crapaudine, n’a été découverte sur les montants ou les seuils.

4.2.4.6 Les murs et la technique de construction

291Les murs observés ne font jamais appel à l’utilisation du mortier ; en fait, les deux parements de pierres sont reliés par un blocage constitué de terre et de cailloutis. Cette technique de construction employée, d’une grande simplicité, perdure jusqu’au xxe s. en Aubrac. Les premières assises sont souvent composées de blocs importants mesurant jusqu’à 1,20 m de côté, il n’est pas rare que l’homme ait intégré dans un mur un rocher resté naturellement in situ. Les pierres ne sont jamais taillées mais parfois équarries, leur agencement est très adroit, faisant appel parfois à des dallettes pour obtenir autant que possible une assise régulière.

292Les murs présentent des aspects différents selon la nature des pierres et selon leur forme (fig. 89, 90) : arrondies, en dalles, polygonales (orgue basaltique). Il est à noter que l’on trouve systématiquement un blocage interne à base de terre, y compris dans les constructions utilisant des orgues basaltiques. Outre l’aspect architectural, qui donne une certaine élasticité à la construction de pierre, il s’agit d’un moyen supplémentaire pour se protéger du froid en créant une isolation thermique de terre. Cette terre et le cailloutis proviennent du creusement de la construction, les bâtiments étant excavés pour se prémunir des rigueurs climatiques, avec parfois des différences de niveaux de plus d’un mètre entre l’intérieur et l’extérieur de la bâtisse.

fig. 89. Le Peyrou : élévation d’un mur constitué de fragments d’orgue basaltique.

fig. 90. Permanence de l’art de bâtir à l’époque contemporaine.

293L’épaisseur des murs est très variable, allant de 1 m à 1,60 m ; toutefois, une norme se dégage à 1,20 m d’épaisseur. Les murs internes séparant l’habitation de l’étable ont une épaisseur moyenne de 0,90 m. Leur hauteur devait être relativement faible. Nous avons retrouvé des vestiges possédant encore cinq assises d’élévation pour une hauteur avoisinant deux mètres, mais les zones de démolition n’ont jamais révélé de gros volumes de pierres ; même en tenant compte d’éventuelles récupérations postérieures à l’abandon, ce constat est trop systématique pour être fortuit. L’intérieur du bâtiment étant souvent surcreusé, nous pouvons supposer que le toit devait être d’une grande portée et venait se poser sur des murs trapus.

294Les fondations sont très peu profondes pour ne pas dire inexistantes puisqu’elles s’appuient directement sur le terrain naturel qui sert également de niveau de sol. Lors des différents sondages pratiqués, nous n’avons jamais retrouvé de traces de tranchée de fondation.

4.2.4.7 L’élévation et la comparaison ethnologique

295La comparaison ethnologique semble d’un grand secours pour émettre des hypothèses sur l’élévation des constructions. L’étude menée par l’équipe du CNRS et débutée dans les années 1960 nous est, à ce titre, très utile (CNRS et al. 1970-1986). Il faut toutefois rester circonspect et ne pas établir de relation trop rapide entre nos découvertes médiévales et l’habitat contemporain. Cependant, la comparaison entre ces deux périodes est tentante car l’architecture des fermes médiévales et contemporaines semble répondre à une même logique d’économie agraire : agriculture à dominante pastorale pratiquant la culture du seigle, même à très faible rendement.

296Lorsqu’on observe une habitation de l’Aubrac du xixe s., on s’aperçoit que les ouvertures peuvent être rares, toujours par nécessité absolue de se prémunir contre le froid ; parfois, seule une petite fenêtre éclaire la cuisine et la salle de vie, quelques jours sont présents dans l’étable. Malgré l’absence d’indices visibles sur les vestiges, tout laisse à penser que l’habitation de l’époque médiévale est une préfiguration de ce type d’architecture. En effet, le bâtiment devait être à peine visible de l’extérieur dans la mesure où l’élévation est quasi-inexistante, une majorité de murs se trouvant au-dessous du niveau de sol ; seul le toit de chaume était sans doute apparent.

297La présence d’une cheminée n’est pas forcément attestée, nous n’en avons trouvé aucune trace lors de la fouille. Nous connaissons par ailleurs plusieurs exemples d’habitat où la fumée s’échappe par le toit et les ouvertures, y compris en milieu montagnard où la neige recouvre l’habitation durant la période hivernale. L’atmosphère devait y être passablement enfumée, de même que très sombre puisque cette bâtisse, enterrée, ne comportait sans doute pas ou peu de fenêtres.

  • 74  Les miracles de Notre-Dame de Rocamadour : 188-189.

298Le toit, vraisemblablement de grandes dimensions, possédait a priori une couverture végétale comme semblent l’attester la rareté des découvertes d’éléments lithiques ainsi que le seul texte décrivant une maison paysanne de l’Aubrac au xiie s.74 L’enquête ethnologique a permis de repérer et de décrire plusieurs toits de chaume dans la région (cf. chap. 4.3) ; ils pouvaient également être recouverts d’autres végétaux : genêts, bruyère, mottes d’herbes. La présence de quelques fragments de lauze à Cantegal indique que parfois la jonction entre la couverture et les murs était protégée par une ou deux rangées de dalles de schiste. Cet aménagement assurait une meilleure étanchéité des arases de murs et évitait que le bétail ne mange les parties proches du sol par temps de sécheresse.

299Une seule exception concerne le site de Térondet où les bâtiments d’une grange monastique datant du xive s. étaient apparemment recouverts en totalité de dalles de schiste. Le statut de cet habitat ainsi que sa chronologie tardive expliquent aisément ce cas particulier, assez éloigné de celui du mas des xie-xiiie s.

4.2.5 Conclusion

300La prospection archéologique a permis de recenser et de relever une vingtaine de sites, six ont été sondés, une maison mixte a été également explorée dans le cadre d’une fouille extensive.

301La description de ces vestiges nous donne une première approche d’un habitat médiéval à vocation agropastorale dans un milieu montagnard. Notre étude, qui visait à inventorier et à sonder les gisements les plus significatifs, n’a pas permis, par définition, d’analyser de façon complète et exhaustive les sites que l’on vient de décrire. Toutefois, grâce à cet inventaire, nous voyons à quel point le tissu rural médiéval de l’Aubrac est intact. Comme l’écrivait avec beaucoup de clairvoyance le docteur Prunières, chaque « montagne » de pâturage semble être l’héritière d’une exploitation agricole.

302Devant une telle densité de vestiges préservés dans leur contexte historique et géographique, il était fondamental d’aborder l’étude d’un terroir dans sa globalité. Ainsi, nous avons replacé l’habitat rural dans son contexte et recherché les indices souvent fugaces que sont le parcellaire, la voirie ou le paysage. Ces exploitations agricoles sont directement liées à un territoire comprenant, selon les informations historiques et palynologiques, quelques modestes cultures et surtout des pâtures et friches livrées aux troupeaux d’ovins, mais aussi de bovins et d’équidés.

303Un premier constat d’importance concerne le mode de construction de ces bâtiments. Ils sont tous édifiés en pierres, chose rare en matière d’habitat rural dans cette fourchette chronologique des xe-xiiie s. au regard des autres régions ou pays. Est-ce en fonction de la grande disponibilité de ce matériau, alors que la forêt médiévale sur le plateau se fait déjà rare ? S’agit-il d’une tradition de construction d’influence montagnarde ou/et méditerranéenne qui se perpétue ? La réponse réside peut-être dans ces deux hypothèses. En tout état de cause, le fait de s’implanter sur un terrain où les hommes trouvent sur place tous les matériaux de construction a été primordial. Seule la toiture devait nécessiter un minimum de bois, les mottes de gazon ayant pu servir également d’éléments de couverture. Nous sommes dans le cas typique de la maison qui ne coûte rien, c’est-à-dire qui ne demande aucune dépense, si ce n’est physique.

304Sur l’ensemble du plateau, deux types de hameaux semblent se dessiner : ceux organisés en module avec une unité d’habitation entourée de bâtiments agropastoraux (type Barthas), et ceux implantés de façon beaucoup plus anarchique où, sur une quinzaine de bâtisses relativement éloignées les unes des autres, seule une habitation apparaît distinctement (type Cantegal). Si le type « Barthas » paraît tout à fait adapté à la période hivernale de l’Aubrac avec ses bâtiments rapprochés et protégés, il n’en va pas de même pour le type « Cantegal » qui contient des structures étalées sur deux hectares. Il est, en effet, difficile de concevoir une occupation permanente de bâtisses aussi éloignées les unes des autres durant des mois d’hiver où la neige devait paralyser le pays. On pourrait dès lors imaginer une lecture à deux niveaux de cette dernière catégorie de site : une exploitation comparable à celle d’un mas classique pour la partie se trouvant aux abords de l’habitation, associée à des structures plus éloignées, dont l’usage serait lié au pastoralisme. Selon ce schéma, les bâtiments les plus périphériques pourraient être réservés à l’accueil des troupeaux transhumants au cours des périodes estivales. Cette vaste unité agropastorale aurait donc une double fonction : celle d’une ferme habituelle durant toute l’année mais aussi celle d’un habitat temporaire durant la période d’estive. Après avoir, au début de notre étude, différencié les sites d’habitat permanent médiévaux des structures d’habitat temporaire d’époque moderne, nous serions donc en présence ici d’un habitat médiéval faisant la synthèse des deux. L’existence, dès le xiie s., de ce type de structures liées à la transhumance sous-entendrait une relation jusqu’alors insoupçonnée entre les exploitations agropastorales du plateau et les troupeaux extérieurs.

305Les sites découverts correspondent en fait au « mas » languedocien qui comprend donc l’exploitation au sens large (Higounet, 1950). Leur datation s’échelonne du xie au xiiie s. selon les analyses radiocarbone. La fourchette chronologique proposée par l’archéologie cadre parfaitement avec l’enquête historique et palynologique. L’hypothèse est donc la suivante : nous serions en présence d’un habitat rural dispersé intimement lié à son terroir, dont les occupants ont colonisé les derniers terrains vacants, c’est-à-dire les plus hostiles à l’homme, essentiellement aux xie et xiie s. Vivant de la polyculture et surtout de l’élevage, ces paysans sont restés sur ces terres jusqu’à ce que la Domerie les accapare pour les bonifier et les transformer en de vastes pâturages. Ceux-ci, loués à très bon prix ou recevant les bêtes de l’abbaye, étaient autrement plus rentables que les droits seigneuriaux perçus sur la modeste population paysanne qui a dû partir. Cette grande mutation a vraisemblablement eu lieu très vite après l’arrivée des moines qui, grâce aux dons mais aussi à une politique d’achat, ont pu rapidement mettre en valeur les terres nouvellement acquises. Les sites les plus tardifs, en particulier celui de Tournecoupe, daté du xiiie s., correspondent à des secteurs cédés à l’abbaye au bout de nombreuses années de conflits avec les seigneuries laïques voisines.

306Ces datations tendraient donc à prouver qu’il s’agit d’un habitat existant avant l’arrivée des moines de l’hôpital et qui aurait peu à peu disparu avec la mise en place du système d’estive ; conclusion contraire à notre idée de départ selon laquelle il existait un lien direct entre ces structures et l’abbaye.

307Nos travaux ont ainsi permis d’une part, de remettre en cause notre postulat d’origine et donc de partir sur de nouvelles bases de recherches et, d’autre part, de révéler un potentiel archéologique majeur.

4.3 Essai de reconstitution des charpentes de toitures végétales

308Lors des sondages archéologiques pratiqués sur l’habitat médiéval en Aubrac, l’ensemble des bâtiments retrouvés possédait des murs construits en pierres, mais aucun élément de couverture (lauze, tuile, ardoise…) n’a été mis au jour. La toiture de ces édifices semblait donc entièrement constituée de matériaux périssables : bois pour la charpente et végétaux pour la couverture. Des couvertures végétales sont par ailleurs mentionnées en Aubrac dans les sources écrites, notamment pour l’époque moderne.

309En revanche, le type de charpente utilisé n’est pas définissable à partir des données historiques ou archéologiques. Un relevé de charpentes supportant les vestiges d’un toit en chaume a donc été mené durant l’été 1998, afin d’avoir une comparaison ethnographique, l’Aubrac étant réputé pour être resté fidèle à ses traditions architecturales. Les couvertures en chaume ont en effet perduré dans la région de l’Aubrac jusque dans les années 1960, mais ont pour la plupart disparues par manque d’entretien et ont été remplacées par la lauze. Seul le département du Cantal et ses marges en ont conservé quelques vestiges. Ces toitures de chaume n’ont pas été étudiées lors de l’enquête ethnologique menée le CNRS durant les années 1960-1970 (CNRS et al. 1970-1986). Nous avons donc étudié les charpentes supportant encore actuellement un toit de chaume afin de préserver une trace de ce patrimoine de l’Aubrac et surtout, dans le cadre de notre enquête, de comprendre quel genre de charpente pouvait être le mieux adapté à ce type de couverture.

310Cette étude ne part pas de l’affirmation que les charpentes actuelles sont similaires à celles du Moyen Âge, mais est destinée à apporter quelques repères et hypothèses dans un essai de reconstitution de la toiture des bâtiments médiévaux de l’Aubrac. La référence ethnographique peut en effet permettre de pallier en partie les lacunes des autres sources historiques et archéologiques et peut également guider à l’interprétation des données fournies par la recherche archéologique (Esquieu, Pesez 1998). Cette étude s’est également appuyée sur la littérature ethnologique, notamment celle traitant de l’Auvergne, afin d’avoir d’autres références concernant les charpentes supportant des couvertures végétales. Les travaux ethnographiques abordant les toitures en végétaux et leur mode de support datent pour les plus récents des années 80 et sont en majorité inclus dans des monographies régionales. Aucune synthèse nationale ne semble encore avoir été réalisée. Les relevés de charpentes supportant des couvertures en végétaux ne se rencontrent aussi quasiment pas dans les publications. Nous ne possédons donc que très peu de comparaisons iconographiques pour les charpentes relevées en Aubrac.

311Cette enquête ethno-archéologique a également pour objectif de définir les éventuelles traces qu’auraient pu laisser les supports de la toiture sur les vestiges archéologiques. Nous nous sommes donc en partie intéressés aux exemples archéologiques où des essais de reconstitution des charpentes ont été menés à partir de l’examen des vestiges. La seule synthèse sur les charpentes des habitats ruraux médiévaux est celle écrite par Jean Chapelot et Robert Fossier (1980), et s’avère donc assez ancienne.

4.3.1 Les charpentes de toits en chaume dans un hameau actuel de l’Aubrac

4.3.1.1 Présentation du site

  • 75  Les villages de l’Aubrac ne possèdent plus de couverture de chaume à cause des risques d’incendie.
  • 76  Les trois maisons, possédant encore une couverture de chaume en partie protégée par un toit en tôl (...)
  • 77  Actuellement, seule la maison de M. Raynal est encore véritablement habitée.
  • 78  Ce plan de rez-de-chaussée est quasi similaire à celui observé pour les maisons mixtes médiévales (...)

312Le choix des charpentes s’est fait à partir de prospections dans les hameaux actuels de la partie lozérienne de l’Aubrac, à la périphérie du Cantal, département réputé pour avoir conservé une partie de ces toits de chaume75. Le hameau de Cougoussac sur la commune de Recoules-d’Aubrac (Lozère) s’est avéré être un des derniers à posséder des maisons encore recouvertes de chaume dans l’Aubrac. Établi à une altitude de 1132 m, ce hameau est composé d’une quinzaine de bâtiments. Les trois charpentes relevées76 se trouvent dans des granges destinées à stocker le foin, toutes à l’étage d’un édifice dont le rez-de-chaussée est subdivisé en deux pièces, salle de vie pour les hommes77 et étable, cette dernière occupant souvent les 2/3 de la superficie78. L’étage est soit accessible par un escalier extérieur, soit par une rampe aménagée.

313La date de construction des édifices et surtout celle des charpentes est difficile à établir. Les charpentes pourraient quand même avoir été réalisées au xixe s., car leurs pièces de bois présentent des traces de débitage à la hache, destiné essentiellement à enlever l’aubier, technique qui a été remplacée au xxe s. par celle du sciage industriel. Certaines pièces de bois ont toutefois été remplacées ou rajoutées a posteriori.

314Pour chaque charpente, nous avons relevé une coupe transversale à l’échelle 1/20 et mesuré, quand cela était possible, l’intervalle entre chaque chevron et arbalétrier. Le plan général du grenier, à l’étage des bâtiments, a été relevé à l’échelle 1/100. Seule la maison recouverte par la charpente no 1 a pu être relevée en intégralité : plans des deux niveaux et coupe transversale de l’élévation.

4.3.1.2 Description des charpentes

315Les trois charpentes étudiées présentent les mêmes caractéristiques générales. Elles ne différent que par leur état de conservation, leurs dimensions et leurs modes d’assemblage, ainsi que par certaines formes de leurs pièces. Le chaume est constitué de paille de seigle, appelée aussi glui. Les principales pièces des charpentes, souvent d’un équarrissage assez faible, ont été façonnées dans du pin, bois le plus fréquent de nos jours en Aubrac.

La charpente no 1 Fig. 91a

  • 79  Hauteur mesurée à partir du plancher de l’étage.

316Cette charpente semble la mieux conservée puisque presque aucune pièce de bois n’a été remplacée ou n’a disparu. Le chaume, protégé sur les deux pentes du toit par de la tôle ondulée, est également encore bien en place. La surface couverte par la charpente est longue de 12 m et large de 7 m, soit une superficie de 84 m2. La hauteur sous faîtière79 est de 5,60 m. La pente de la toiture a une inclinaison d’environ 45°. La hauteur des murs, à partir du plancher, est d’environ 1 m, la hauteur sous plancher étant de 2,20 m.

317La charpente est constituée de 13 couples de chevrons-formant-fermes. L’intervalle entre deux chevrons a été mesuré entre 0,80 et 1 m, formant ainsi des travées assez régulières. De section carrée de 0,16 m de côté, les chevrons reposent sur une sablière (de section rectangulaire de 0,18 x 0,12 m de côté) sur le sommet des murs gouttereaux. Des pannes de section carrée de 0,16 m de côté supportent ces chevrons à une hauteur de 2,80 à 3 m. Ces pannes intermédiaires sont soutenues par des échantignolles, petites pièces de bois encastrées dans les chevrons et les arbalétriers. Deux paires d’arbalétriers espacées d’environ 2,50 m soutiennent la panne faîtière par leur assemblage. Cette dernière a une section carrée de 0,18 m de côté et ses deux extrémités reposent sur les murs pignons.

318Les arbalétriers de section carrée de 0,20 m de côté sont, à leur base, en partie encastrés dans les murs gouttereaux. Ils reposent également sur un potelet haut d’environ 0,80 m et de section carrée de 0,14 m de côté. Une jambe de force, de section carrée de 0,12 m de côté, est également assemblée au potelet et à l’arbalétrier. La présence du potelet et de la jambe de force compensent ainsi l’absence d’entrait et soulagent les murs gouttereaux en reportant une partie de la charge de la charpente sur le plancher. Ce dernier, dont l’épaisseur n’a pu être mesurée, repose sur un emmarchement du mur (qui mesure 0,90 m de large au rez-de-chaussée et est réduit à 0,80 m à l’étage). Il est soutenu par des solives de section circulaire qui sont encastrées dans les murs pignons.

319Plusieurs modes d’assemblage des pièces de la charpente ont pu être distinguées. Les couples d’arbalétriers et de chevrons sont assemblés à mi-bois et chevillés. Les potelets sont encastrés dans les arbalétriers par tenon et mortaise, deux chevilles de bois renforçant l’assemblage. La jambe de force est assemblée à l’arbalétrier et au potelet par embrèvement simple, des chevilles de bois liant les pièces dans le sens transversal.

320La couverture de chaume est déposée sur un lattis disposé perpendiculairement sur les chevrons. Les bottes de chaume sont attachées par des nœuds de paille à des lattes épaisses de 0,03 à 0,04 m, longues de 0,10 à 0,20 m et espacées d’environ 0,10 m. Elles sont reliées aux chevrons par des chevilles de bois. À la base des chevrons, de courtes pièces de bois rectangulaires de section carrée de 0,08 m de côté, appelées « coyaux », sont destinées, de par leur plus forte inclinaison, à faire déborder le chaume du mur, protégeant la maçonnerie des ruissellements et compensant ainsi l’absence de gouttière. Ces coyaux sont assemblés aux chevrons par embrèvement simple et par une cheville de bois.

La charpente no 2 Fig. 91b

321Cette charpente est très mal conservée, puisque plusieurs de ses pièces ont disparu. Il manque ainsi une sablière au sommet d’un des murs gouttereaux et, au niveau de la coupe relevée, un arbalétrier n’est plus soutenu par la combinaison potelet-jambe de force dont l’existence est tout de même avérée par la présence de trous de mortaise ou de chevilles dans l’arbalétrier. D’autres pièces ont été remplacées. Un poteau électrique a ainsi été réutilisé en tant que chevron. Une partie de la toiture ne comporte plus de chaume (plusieurs lattes rattachant la couverture à la charpente ayant glissé) et est donc seulement recouverte de tôle. Il est difficile de dire si cet état de dégradation est plus dû à un manque d’entretien ou au fait que la charpente a un âge plus avancé que la charpente no 1.

fig. 91. Coupes des charpentes : a, no 1 ; b, no 2 ; c, no 3.

322La charpente no 2 couvre une longueur de 13,50 m pour une largeur de 6,50 m, soit une superficie d’environ 88 m2. Sa hauteur sous faîtière est de 5,40 m et le toit présente une pente inclinée de 45°. Hormis sa longueur, ses dimensions sont donc très proches de la charpente no 1. Dix‑huit couples de chevrons-formant-fermes, espacés entre 0,80 m et 1,20 m, ont été dénombrés. Ces chevrons ont une épaisseur plus faible que ceux de la charpente no 1, puisque leur section carrée n’a que 0,14 m de côté. Les pannes intermédiaires sur lesquelles reposent les chevrons sont différentes de celles de la charpente no 1. Celle à l’ouest a une section semi-circulaire de 0,20 m de diamètre et est située à une hauteur de 3,2 m, tandis que celle à l’est a une section rectangulaire de 0,20 m de côté et est à une hauteur d’environ 2,80 m. Cette dernière est en partie encastrée dans une encoche aménagée dans les chevrons.

323Au centre du grenier, deux paires d’arbalétriers sont espacées d’environ 3,50 m. Les potelets les supportant sont plus hauts que dans la charpente no 1, puisqu’ils montent jusqu’à une hauteur de 1,20 à 1,30 m. Les murs ont aussi une élévation plus importante au-dessus du plancher : 1,50 m au lieu de 1 m pour la charpente no 1, avec une hauteur identique sous plancher de 2,20 m. Il semble donc que la hauteur des potelets et la longueur de la jambe de force soient proportionnelles à celle des murs, la base des arbalétriers reposant au sommet des maçonneries.

  • 80  Par contre, les chevrons ne sont pas assemblés au niveau de la coupe relevée, mais reposent de man (...)

324Pour ce qui concerne les modalités d’assemblage, on retrouve les mêmes types que dans la charpente no 1 : mi-bois pour les arbalétriers80, tenon et mortaise pour l’assemblage du potelet et de l’arbalétrier, et embrèvement simple pour l’assemblage de la jambe de force au potelet. La seule différence réside dans l’assemblage de la jambe de force à l’arbalétrier qui est faite par tenon et mortaise et non par embrèvement. Des chevilles de bois renforcent chacun de ces assemblages comme dans la charpente no 1. Aucun coyau n’a été relevé à la base des chevrons au niveau de la coupe relevée. Mais ceux-ci sont encore présents à l’extrémité de certains chevrons, la couverture de chaume recouvrant des murs épais de 0,80 m.

La charpente no 3 Fig. 91c

325La troisième charpente relevée n’est plus recouverte de chaume que sur un seul versant du toit. L’autre est couvert de lauzes et le lattis a donc été remplacé par un voligeage de lattes épaisses, clouées à des planches parallèles aux chevrons. Il semble, par contre, que peu de pièces de la charpente n’aient été remplacées.

  • 81  Ce nombre a été évalué car plusieurs parties de la charpente n’étaient pas accessibles, le grenier (...)
  • 82  Des pièces de bois longues de 20 m sont en effet difficiles à trouver.

326Couvrant une superficie de 143,50 m2 (20,50 x 7 m), cette charpente a une hauteur sous faîtière de 6,40 m ; la pente du toit a une inclinaison de 50° (cette plus forte pente étant due à sa plus grande élévation). Du fait de la plus grande longueur couverte, environ 20 couples de chevrons81, espacés de 0,70 à 0,80 m, constituent les fermes de la charpente. Les pannes intermédiaires ont une section carrée de 0,16 à 0,20 m de côté. Chaque panne ne soutient pas les chevrons sur toute la longueur du bâtiment82, et au moins deux à trois pièces longitudinales à des hauteurs différentes assument la fonction de panne sur chacun des versants du toit.

327Quatre à cinq couples d’arbalétriers, espacés de 2,50 m à 3,50 m, sont soutenus, comme pour les charpentes no 1 et no 2, par des potelets et des jambes de force. Mais la charpente no 3 présente la particularité de posséder une pièce de bois supplémentaire, le blochet, servant de liaison transversale entre le potelet et la jambe de force. Cette pièce rectangulaire, longue de 0,60 à 0,80 m et de section carrée d’environ 0,12 m de côté, est parfois présente des deux côtés de l’arbalétrier et est en partie encastrée dans les murs gouttereaux. Ce blochet est lié à la jambe de force par une cheville de bois.

328Les potelets sont plus hauts que les murs puisqu’ils ont une longueur de 1,80 m à 1,90 m, et l’élévation des murs au-dessus du plancher ne dépasse pas les 1,60 m, avec une longueur sous plancher de 2,20 m. Le mur gouttereau méridional a toutefois été en partie surélevé pour redresser la pente du toit couverte de lauzes, ces dernières nécessitant une inclinaison du toit plus faible que le chaume. Les potelets ont une section carrée de 0,20 m de côté, donc aussi importante que celle des arbalétriers. Cette forte section est destinée à soutenir la plus grande élévation des arbalétriers.

329Les modes d’assemblage de la charpente no 3 sont identiques à ceux de la charpente no 1. Sur la pente du toit où le chaume est encore en place, celui-ci est attaché à un lattis similaire à la charpente no 1 et les chevrons sont prolongés par des coyaux qui ont par contre été supprimés sur le côté recouvert de lauzes.

330Le pignon oriental du bâtiment possède sur ses rampants des redents, degrés recouverts de pierres plates en schiste et destinés à faciliter l’accès au toit pour poser ou réparer le chaume. Ces redents, exhaussant le pignon, servent également de protection contre l’incendie ou les vents.

4.3.1.3 Synthèse

331Les trois charpentes étudiées ne comportent pas de supports intérieurs ; elles reposent au contraire sur les murs et libèrent ainsi l’espace intérieur. Ces charpentes se distinguent aussi de la ferme triangulée par le fait qu’aucun entrait ne relie les arbalétriers ou les chevrons – de petites planches ont tout de même été rajoutées au sommet des arbalétriers et servent ainsi d’entrait retroussé. Elles ne constituent pas non plus un système de « cruck » ou « semi-cruck » (Chapelot, Fossier 1980), les pièces de bois utilisées, en particulier les arbalétriers, ne présentant pas une forme courbe.

332Le rôle des murs gouttereaux dans le soutien de la charpente est tout de même réduit par la présence des potelets et jambes de force, parfois reliés par un blochet. Le poids de la charpente est ainsi en partie reportée sur ces éléments de supports des arbalétriers. La hauteur des potelets et la longueur des jambes de force semblent proportionnées à la longueur des arbalétriers et à la hauteur des murs, les murs hauts étant en effet moins aptes à résister aux poussées de la charpente. Ce système est à rapprocher de celui appelé à « ferme de surcroît » qui, outre l’Auvergne, se rencontre aussi, pour des toits en chaume, en Normandie (Brier, Brunet 1984) et en Bretagne (Le Couëdic, Trochet 1985). Ce type de charpente est réputé pour permettre l’agrandissement de l’espace sous comble, ce qui est essentiel pour un espace de stockage tel que les granges.

333Enfin, les deux pentes du toit s’appuyant sur les murs pignons, ces derniers ont aussi un rôle dans le soutien de la charpente.

4.3.2 Comparaison avec les données archéologiques

334Il faut tout d’abord insister sur le fait qu’au moins 6 à 8 siècles séparent les charpentes précédemment décrites de celles des habitats médiévaux retrouvés sur les plateaux de l’Aubrac. Durant ce laps de temps, les techniques de charpenterie ont forcément évolué. Par exemple, les éléments de liaison ou de contreventement longitudinal, telles que les pannes faîtières ou intermédiaires, ne sont attestés qu’à partir de la fin du xve s. dans l’habitat rural (Chapelot, Fossier 1980). En outre, dans l’état actuel de la recherche, rien ne laisse penser que les édifices médiévaux ont possédé un étage, l’élévation de leurs murs ne dépassant pas les 1,50 à 2 m, par comparaison à l’habitat actuel où les murs ont une hauteur de 3 à 3,50 m.

335Les sondages et fouilles effectués dans les bâtiments médiévaux de l’Aubrac n’ont mis au jour aucun trou de poteau ou trace de support de la charpente. Comme pour les toits de chaume du hameau de Cougoussac, la charpente devait donc reposer sur les murs gouttereaux. Les murs médiévaux dégagés ont en effet une forte épaisseur – en moyenne de 1,2 m – et étaient assez bas. De par leur massivité, ils pouvaient ainsi supporter les poussées de la toiture. Par contre, les murs ont toujours été retrouvés éboulés, ce qui ne permet pas de certifier de l’existence d’une sablière haute, si celle-ci a réellement existé, ou de repérer des traces d’ancrage des chevrons ou des arbalétriers.

336De même, l’existence d’un potelet soutenant l’arbalétrier ou le chevron à sa base ne peut être attestée par les données archéologiques. Le potelet, reposant sur le sol en terre battue, a pu n’être que faiblement enfoncé et ne laisser ainsi aucune trace. La légèreté d’une couverture végétale permet toutefois de supposer que les pièces de bois utilisées dans les charpentes médiévales pouvaient être en petit nombre et surtout de faibles sections, comme dans les charpentes présentées ci-dessus.

  • 83  Il se peut aussi que ces lauzes soient les seuls vestiges d’une récupération massive d’un toit en (...)

337Il faut toutefois signaler que, lors de la récente fouille effectuée en Aubrac sur un habitat médiéval déserté (Fau et al. 1999), il a été mis au jour 13 fragments de lauzes de schiste aux bords retouchés. Le faible nombre retrouvé peut indiquer qu’elles ne couvraient qu’en partie la toiture, seulement disposées sur l’arase des murs afin de mieux les protéger des intempéries et aussi éviter le pourrissement du chaume83. Cette utilisation limitée de la lauze n’a par contre pas été reconnue sur les toits en chaume subsistant en Aubrac.

4.3.3 Les autres sources pour une restitution archéologique des charpentes médiévales

4.3.3.1 Les données issues de la littérature ethnologique

Les spécificités d’une couverture végétale

338Les couvertures en végétaux, notamment celles en chaume, sont tout à fait appropriées à un milieu de moyenne montagne tel que l’Aubrac. Leurs caractéristiques permettent en effet une protection efficace contre le froid et les intempéries. Le chaume est un bon isolant thermique, conservant bien la chaleur à l’intérieur de l’habitat. Il possède aussi une certaine étanchéité, les pluies glissant sur la paille à condition toutefois que le toit ait une forte pente, au minimum de 45°, pour que les eaux ruissellent rapidement et soient rejetées loin de la maçonnerie. Cet important pendage de la toiture permet également de se débarrasser de la neige.

339Une couverture végétale nécessite toutefois un entretien constant car elle pourrit avec la neige et l’humidité. Sa durée de vie est ainsi évaluée de 20 à 30 ans. Un autre inconvénient réside dans les risques d’incendie, mais dans un contexte d’habitat dispersé, tel que celui de l’Aubrac à l’époque médiévale, ce danger est tout de même limité.

340Le chaume peut être parfois constitué de paille de blé, mais il est le plus souvent formé de paille de seigle. Cette dernière est en effet réputée pour être souple, solide et quasi imputrescible. De plus, le seigle se cultive partout, notamment dans les pays montagnards. La couverture en chaume de seigle a donc été très répandue et est restée fréquente jusqu’au xxe s. dans certaines régions à climat rigoureux telles que la Bretagne, la Normandie ou l’Auvergne. L’habitant, en cultivant sur place le seigle nécessaire (Baritou 1975), pouvait lui-même réparer sa toiture, d’autant plus que la couverture de chaume est simple à poser. La faible charge de la couverture permet aussi une économie importante du bois d’œuvre de la charpente.

Aperçu de types de charpente supportant des toitures en végétaux

341La conception d’une charpente est en partie liée aux caractéristiques de son matériau de couverture (Robert 1982). Sa nature et son poids entraînent en effet certaines exigences techniques influant par exemple sur la pente du toit. Une couverture de chaume nécessite ainsi une inclinaison supérieure à 40°, tandis qu’une couverture de lauzes ou de tuiles doit avoir une pente plus faible (entre 20° et 30°).

342Les systèmes de charpente utilisés tiennent aussi compte des traditions locales. En Auvergne, les types de charpente de toit en chaume décrites dans la littérature ethnologique se rapprochent ainsi de celles étudiées en Aubrac.

• Charpente à chevrons-formant-fermes

343D’après Maurice Robert (1982), les exemples ethnographiques de toitures de chaume en Auvergne présentent souvent des charpentes à chevrons-formant-fermes sans entrait, charpentes dites aussi « à tenailles ». Les paires de chevrons assemblés au faîtage sont espacées environ tous les mètres et reposent sur des sablières encastrées dans la maçonnerie du sommet des murs gouttereaux.

344Sur les plateaux ou montagnes de l’Auvergne, notamment dans le département du Cantal, les murs sont très épais pour se protéger du froid, souvent peu élevés, et sont capables de supporter la toiture. On remarque aussi dans ces régions la présence de couples d’arbalétriers qui reposent sur des poteaux posés sur le sol et qui sont assemblés à ces derniers par tenon et mortaise. Une jambe de force, assemblée par embrèvement au poteau et à l’arbalétrier, sert à assurer la solidarité de l’ensemble. Cette description correspond donc en grande partie à celle des charpentes relevées dans le hameau de Cougoussac en Aubrac. Il est toutefois mentionné que les potelets, sur lesquels reposent les arbalétriers, peuvent être parfois engagés dans les murs gouttereaux.

345D’après Luc Breuillé (Breuillé et al. 1980), dans les montagnes volcaniques de l’Auvergne, les couvertures de chaume sont portées par des charpentes à « chevrons-portant-fermes » (de signification sûrement similaire aux chevrons-formant-fermes). Les chevrons sont de faible section et espacés environ tous les 0,80 m. Ils sont bloqués à leur base dans la maçonnerie – donc sans l’intermédiaire d’une sablière –, mais aucune panne ne les supporte. Sur ces chevrons, des lattes ou perches horizontales, espacées environ tous les 0,30 m, sont destinées à y attacher les gerbes de paille.

346Il est aussi intéressant de mentionner le cas des paillers, annexes agricoles recouvertes de genêts que l’on retrouve sur les hauts cantons des départements de l’Hérault et du Tarn (Cablat 1982), dans un milieu de moyenne montagne proche de celui de l’Aubrac. Mentionnés dès le xviie s., certains de ces paillers étaient encore visibles dans les années 80. Avant le xviiie s., le genêt était aussi employé pour la couverture de maisons d’habitations. Les paillers ont des murs pignons de grande hauteur sur lesquels porte la panne faîtière. La charpente repose sur les murs gouttereaux qui ne dépassent guère le mètre en élévation. Les chevrons, à peine équarris à la hache, sont encastrés sur une sablière au faîte des murs porteurs. La panne faîtière est également portée par l’entrecroisement des couples de chevrons qui sont assemblés à mi-bois et chevillés. Sur ces chevrons-formant-fermes espacés environ tous les 0,90m, des lattes de bois sont clouées horizontalement tous les 0,30 à 0,50 m pour accrocher la couverture de genêts.

• Charpente à ferme ou comble de surcroît

347La charpente à chevrons-formant-fermes reposant sur les murs ou sur un potelet n’est pas le seul type de charpente rencontré pour des toitures en chaume ou en autre matériau végétal. Il y a aussi la charpente dite à ferme ou comble de surcroît. Elle est exclusivement construite à l’étage des bâtiments, d’où son appellation. Elle est caractérisée par la présence d’une jambe de force, parfois reliée à un potelet et/ou un blochet. La jambe de force soutient l’arbalétrier, pièce maîtresse de la charpente, et atténue ainsi le rôle porteur des murs gouttereaux. L’allongement de la jambe de force est par conséquent proportionnel au développement du volume sous comble et à la hauteur des murs (Le Couëdic, Trochet 1985). Pour certaines charpentes à comble de surcroît, l’existence de blochets, qui reposent parfois sur les sablières des murs gouttereaux, donne la possibilité de se passer d’entrait et ainsi d’accroître le volume disponible. Les blochets, portant parfois les couples d’arbalétriers, permettent aussi de maintenir l’écartement de ces derniers.

348Jacques Fréal (1979) a aussi relevé dans le département de la Lozère un type de charpente presque comparable à celui rencontré dans le hameau de Cougoussac et également assez proche de la définition de la charpente à ferme ou comble de surcroît. Les arbalétriers de la charpente lozérienne sont en effet encastrés à leur base dans la maçonnerie des murs, et reposent de même sur des potelets et des jambes de force. Toutefois, quelques différences sont remarquables, notamment avec les charpentes relevées à Cougoussac : le sommet des murs y est taillé obliquement afin que les chevrons les recouvrent entièrement, l’existence de coyaux n’étant ainsi plus nécessaire. En outre, les chevrons sont portés par trois pannes intermédiaires en plus de la panne faîtière. Un faux entrait relie les paires d’arbalétriers.

• Charpente en cruck

349On doit aussi signaler, dans les types de charpentes supportant des couvertures végétales, celui du cruck où les arbalétriers, éléments principaux de la charpente, ont une forme courbe et reposent soit sur le sol, soit sur des dés de pierre faisant saillie des murs gouttereaux, soit directement dans les murs. Ce genre de charpente, sans support intérieur, peut parfois donner aux murs un rôle important dans le soutien de la toiture. La charpente en cruck est de nos jours encore attestée en Bretagne et dans le Limousin, mais a été aussi rencontrée en Auvergne, dans le département du Puy-de-Dôme.

• Association lauze et chaume

350Pour ce qui concerne l’association de la lauze et du chaume, telle qu’elle a été envisagée pour un bâtiment médiéval fouillé en Aubrac (cf. chap. 4.3.2), plusieurs exemples ethnologiques peuvent être aussi signalés. Ce mode de couverture mixte est encore visible aujourd’hui sur les maisons traditionnelles des Cévennes. M.-C. Bailly-Maître (1998) indique également que ce type de couverture se retrouve aujourd’hui dans les montagnes de l’Oisans et dans le Piémont italien, en particulier sur les maisons semi-enterrées. Les lauzes placées à la base du toit, sur le sommet des murs, permettent que le chaume ne se détériore pas au contact du sol, le schiste absorbant l’humidité. Ces lauzes ou ardoises peuvent également recouvrir le faîte de la toiture en chaume.

351Pour conclure, précisons que les types de charpentes présentés ne sont pas exclusifs aux couvertures végétales. Ils peuvent, d’autre part, avoir plusieurs variantes. La diversité règne dans l’habitat rural. Une charpente peut ainsi mêler des éléments empruntés à différents genres de charpentes, tel que cela a pu être observé à Cougoussac.

4.3.3.2 L’observation archéologique des traces laissées par les supports de charpente

352Les toitures sans supports intérieurs, comme celles décrites dans les exemples ethnologiques présentés ci-dessus, peuvent parfois être reconstituées à partir de l’examen des vestiges archéologiques.

353Certaines pièces de la charpente peuvent en effet avoir laissées leurs empreintes en négatif dans les murs en pierres ou à la base de ceux-ci, l’interprétation de ces traces pouvant être facilitée par la comparaison avec les exemples ethnographiques. Le système de charpente appelé cruck peut ainsi être identifiable par la présence de trous de poteaux obliques à la base des parois intérieures des murs ou par l’existence de dés de pierre encastrés à intervalle régulier dans la maçonnerie. Lors de la fouille du village médiéval déserté de Wharram Percy (xiie-xive s.) dans le Yorkshire en Angleterre (Beresford, Hurst 1990), la charpente des bâtiments recouverts de chaume a pu être reconstituée par le relevé de telles traces. Certains arbalétriers courbes étaient également encastrés dans les murs. Cette restitution de charpente du type cruck a aussi été permise par la comparaison ethnographique avec les cottages de la région.

354Au village médiéval de Lann Gouh (xie s.) sur la commune de Melrand dans le département du Morbihan (André 1982), il a été remarqué que la partie supérieure des murs était légèrement inclinée pour recevoir l’appui des chevrons supportant une couverture de chaume. Les murs étaient aussi assez bas et épais pour pouvoir contrebuter les poussées de la toiture.

355Au site de Brandes-en-Oisans, village médiéval de mineurs à 1800 m d’altitude, sur la commune de l’Alpes-d’Huez dans le département de l’Isère (Bailly-Maître 1998), plusieurs indices archéologiques ont permis de reconstituer la toiture qui reposait en totalité sur les murs. Des poteaux, soutenant probablement les chevrons ou les arbalétriers de la charpente, étaient ainsi encastrés à l’angle des murs et de façon irrégulière dans les parements intérieurs des murs gouttereaux. La couverture en chaume de seigle a été attestée par la découverte d’une épaisseur de paille carbonisée sur le sol d’un bâtiment incendié. Une des maisons fouillées avait aussi conservé sur le sommet d’un de ses murs latéraux un alignement de dalles de schiste inclinées.

356La fouille d’un village médiéval déserté sur la commune de Collandres dans le département du Cantal (Simon-Coste 1988) a également permis de relever dans les murs gouttereaux et aux angles des bâtiments l’existence de trous de poteaux de faibles diamètres qui peuvent constituer les vestiges de supports de la charpente.

357Les charpentes des habitats médiévaux pourraient ainsi être comparables aux exemples ethnologiques de toits en chaume reconnus dans le Cantal, où la charpente repose sur des potelets encastrés dans les murs.

4.3.4 Hypothèses pour une reconstitution des toitures médiévales en Aubrac

358En l’absence de mise au jour dans les bâtiments médiévaux de l’Aubrac d’éléments de couverture et de trace de supports intérieurs de la charpente, il semble admis que les toitures étaient composées de végétaux et reposaient exclusivement sur les murs. Les comparaisons ethnographiques permettent d’émettre plusieurs hypothèses sur la restitution de ces toitures médiévales et notamment sur l’agencement des pièces de la charpente.

359La plus envisageable consisterait en un ensemble de fermes assez rapprochées et formées de chevrons, ceux-ci pouvant être de faible section de par la petite charge de la couverture en végétaux. Ces chevrons-arbalétriers pouvaient reposer sur le sommet des murs qui, par leur importante épaisseur et leur faible élévation, reconnues en fouille, étaient capables de supporter la charge de la toiture. L’existence de sablières hautes ou de pannes ne semble pas obligatoire, ces pièces étant surtout destinées à soulager les murs du poids des chevrons. Les chevrons-arbalétriers devaient tout de même être bloqués à leur base dans la maçonnerie. On peut envisager, comme au village médiéval de Lann Gouh dans le Morbihan, que le sommet des murs était légèrement infléchi pour recevoir les chevrons. Mais cette supposition ne peut être confirmée que par l’observation archéologique. Cela n’a pas encore été possible en Aubrac car le sommet des murs médiévaux a toujours été retrouvé effondré. On peut aussi conjecturer que les chevrons-formant-fermes étaient soutenus par des poteaux de faible section et de faible hauteur reposant sur le sol, comme dans les charpentes actuelles relevées en Aubrac, ou par des jambettes encastrées dans les murs. Ce dernier cas devrait ainsi laisser des traces d’ancrage dans la maçonnerie, ce qui, pour l’instant, n’a pas été repéré dans les murs médiévaux de l’Aubrac. De la même façon, si aucune charpente à arbalétriers courbes n’a été relevée dans les exemples ethnographiques de l’Aubrac, l’hypothèse d’une charpente en cruck ne peut être totalement écartée pour l’époque médiévale. Des bois ayant une croissance naturelle cintrée ont pu être utilisés. Mais l’existence de ce type de charpente ne peut être aussi attestée que par le repérage de trous d’ancrage des arbalétriers dans les murs ou par la présence de dés de pierre faisant saillie de la maçonnerie.

360Pour les modes d’assemblage des pièces de la charpente médiévale, on peut présumer de l’utilisation de fourches naturelles, système d’assemblage le plus élémentaire pour des pièces de bois qui devaient être peu ou pas équarries (Chapelot, Fossier 1980), ou peut-être parfois d’embrèvements simples. L’utilisation de cordages en paille a aussi pu constituer une solution pour relier les pièces de la charpente. La variété des assemblages relevés dans les exemples ethnographiques semble en effet peu valable pour les charpentes médiévales, l’assemblage à tenon et mortaise n’apparaissant pas avant le xiiie s. et l’assemblage à mi-bois se rencontrant essentiellement pour des pièces de bois équarries.

361La toiture en végétaux des bâtiments médiévaux devait aussi posséder deux pentes de forte déclivité (entre 40° et 60°) qui recouvraient entièrement les murs afin de les protéger des intempéries fréquentes en Aubrac. Il est par contre difficile de déterminer si les chevrons étaient prolongés de coyaux ou si le sommet des murs était taillé en oblique. Difficile également d’estimer la hauteur exacte sous faîtage, celle-ci devant toutefois être assez élevée de par le fort pendage du toit.

362Pour ce qui concerne le matériau de couverture, la paille de seigle a pu être utilisée puisque des analyses palynologiques à partir des tourbières proches des habitats médiévaux de l’Aubrac ont montré que le seigle y était cultivé à des altitudes supérieures à 1200 m. On peut aussi envisager une couverture de bruyères ou de genêts, ces derniers étant encore utilisés récemment dans le Cantal pour couvrir des annexes agricoles (Robert 1982). Il est également possible que les bâtiments médiévaux de l’Aubrac aient été couverts de mottes de gazon, qui, comme le chaume, est un bon isolant. On peut enfin envisager une utilisation limitée du schiste pour couvrir, et donc protéger, le faîte des murs. Une toiture en végétaux, de par ses caractéristiques, était tout à fait appropriée à un milieu de montagne tel que celui de l’Aubrac ; et, de même que pour la construction des bâtiments, le mode de couverture devait être lié aux matières premières disponibles.

4.3.5 Le problème de l’évacuation de la fumée du foyer domestique

  • 84  Concernant le hameau médiéval de Cantegal sur la commune de Condom-d’Aubrac dans le département de (...)

363Une fouille réalisée sur un habitat médiéval de l’Aubrac84 (Fau et al. 1999) a permis de dégager les vestiges d’un foyer rectangulaire ouvert, aménagé à même le sol. Celui-ci se trouvait quasiment au milieu de la pièce centrale d’un bâtiment allongé et était limité par plusieurs pierres enfoncées dans le sol de terre battue. Mais aucun dispositif apparent pour l’évacuation de sa fumée n’a pu être relevé dans la pièce. On peut tout de même noter que la position centrale de ce foyer pouvait constituer une sécurité pour la couverture en chaume, par comparaison avec un foyer qui serait aménagé contre le parement d’un des murs et qui serait donc plus proche de la toiture.

364En l’absence de tout élément permettant le tirage et l’évacuation de la fumée du foyer domestique, on peut admettre que la fumée devait sortir par la porte ou les éventuelles baies, et parfois même seulement par les interstices de la couverture de chaume ou les fissures des murs. On doit donc imaginer un intérieur couramment enfumé.

365D’après de nombreux témoignages ethnographiques, parfois encore actuels, ce mode d’évacuation de la fumée n’est pas du tout exceptionnel (Pesez 1986). Ainsi, en Sicile et en Hongrie, des maisons traditionnelles pourvues d’un foyer ouvert et parfois même d’un four ne possèdent toujours pas de dispositif d’évacuation de la fumée. De même, au xixe s., dans certaines de nos régions françaises telles l’Ariège ou la Vendée par exemple, l’intérieur de plusieurs habitations paysannes était toujours enfumé et recouvert de suie car la fumée du foyer ne s’évacuait que partiellement par la porte et les fenêtres, rares et exiguës.

366Une autre solution pour l’évacuation de la fumée pouvait consister en l’aménagement d’un orifice dans la toiture, à la verticale du foyer. Pour empêcher le vent et la pluie de s’engouffrer, ce trou pouvait être bouché par une membrane, une vessie de porc par exemple (Levalet 1978). Des lauzes perforées, comme celles retrouvées en petit nombre sur le site du village médiéval anglais de Tresmorn (Pesez 1986), ont pu être aussi disposées autour de ces trous ou évents aménagés dans le toit pour protéger de la fumée la couverture de chaume ou de mottes de gazon. Il est possible que les quelques lauzes mises au jour sur le site de Cantegal en Aubrac aient eu la même fonction, mais aucune trace de perforation pour les clous de fixation à la couverture n’a été relevée.

367Sur certains sites d’habitats ruraux médiévaux, tel celui de Wharram Percy en Angleterre (Beresford, Hurst 1990), des trous de piquets entourant le foyer ouvert au centre de la pièce peuvent constituer les ultimes traces d’une structure suspendue au-dessus du feu, hotte ou trémie en bois ou en argile. Sur le site de Charavines en Isère (Colardelle, Verdel 1993), ce type d’aménagement a pu être reconstitué par la découverte de deux pièces de bois, en place de part et d’autre du foyer, qui devaient constituer les consoles d’un linteau supportant une hotte de planches de bois enduites d’argile, dont les éléments étaient effondrés in situ. Ce dispositif, plus élaboré pour l’évacuation de la fumée, était aussi très répandu jusqu’au xixe s. dans les maisons traditionnelles de Lorraine sous le nom de foyer à « ciel ouvert » (Gérard 1981). Il est également à rapprocher de la « cheminée sarrazine » caractéristique des maisons traditionnelles du Centre-Est et du Sud-Ouest de la France jusqu’au xixe s. (Pesez 1986).

368Mais il est aussi possible que les dispositifs de tirage et d’évacuation de la fumée n’aient laissé aucun vestige. Par exemple, dans le cas de l’existence d’un étage ou d’un comble – ce qui n’a pu être démontré pour les bâtiments médiévaux de l’Aubrac – la hotte aurait pu reposer sur les poutres du plancher (Pesez 1986), ce système ne nécessitant donc pas de supports au sol.

369Si, malgré ces pistes archéologiques et ethnographiques, le problème de l’évacuation de la fumée du foyer des habitats médiévaux à couverture végétale de l’Aubrac reste encore à résoudre, on peut toutefois admettre que la solution la plus élémentaire d’évacuation de la fumée par la porte et les fentes laissées par la couverture est une hypothèse satisfaisante.

370Seules de nouvelles données archéologiques pourraient confirmer certaines autres hypothèses formulées. D’autant plus que, le corpus ethnologique étudié – c’est-à-dire les trois charpentes de toits en chaume du hameau de Cougoussac – ne peut être considéré comme tout à fait généralisable, car les charpentes, relevées dans une seule et même petite unité d’habitat, peuvent constituer un cas unique. Il serait donc intéressant de pouvoir les comparer à d’autres charpentes supportant des couvertures en chaume, si celles-ci subsistent, dans d’autres hameaux de l’Aubrac.

371L’investigation dans la documentation ethnologique a toutefois montré que, dans la construction des charpentes destinées à une toiture végétale, la diversité est courante, en particulier entre ces habitats ruraux isolés ne subissant donc peu les influences extérieures.

372En guise de source complémentaire, il serait peut-être intéressant d’étudier les éventuelles charpentes construites au Moyen Âge dans les églises ou châteaux de l’Aubrac, afin d’avoir d’autres éléments de comparaison.

Notes

1  Doc. II : 304.

2  ADA, E 1176, f° 34v° et 41 ; E 1178, f° 7.

3  ADA, E 1157, f° 1 ; E 1160, f° 2 ; E 1167, f° 66.

4  ADA, E 1161, f° 56.

5  Jean Bonet de Prades est surnommé « Teulier » (ADA, E 1161, f° 24). Pierre Dolset exerce cette profession à Saint-Chély en 1507 (ADA, 60 H 42).

6  ADA, E 1241, f° 70v°.

7  Doc. I : 115, 160, 309 ; Doc. II : 136, 146.

8  La « peyrieyra del Telh » est citée en 1392 (Doc. II : 165) ; mentions plus tardives dans ADA, 29 J 7.

9  Doc. I, 337, § 7.

10  ADA, 29 J 7.

11  ADA, E 1241, f° 57.

12  Doc. II : 304.

13  ADA, E 1161, f° 18.

14  ADA, E 948, f° 70 ; cah. 6, f° 14.

15  ADA, E 1160, f° 39v°.

16  Doc. I : 587.

17  ADA, E 1115, cah. 6 ; E 1116, f° 91, 164v° et 166 ; E 1117, f° 89 ; E 1164, f° 47.

18  ADA, 29 J 7, f° 62, 70 etc.

19  « et una gallina pro casatura » [Doc. I, 93 : 150 (1266)] ; « Item (…) quod quodlibet hospicium (…) unam gallinam censualem » [Doc. I, 132 : 224 (1276)] ; ADA, E 1116, f° 115v° ; E 1117, f° 189 ; E 1162, f° 23 ; E 1164, f° 6 ; E 1165, f° 5.

20  ADA, E 2125, f° 144 ; E 913, f° 141.

21  On peut rapprocher ces termes du français « masure », lui aussi dérivé de « maison », et qui semble désigner des maisons en ruine à Paris aux xive et xve s.

22  ADA, E 2125, f° 144 ; E 913, f° 141.

23  ADA, 60 H 103, reg. 57, f° 1 ; Doc. II : 259.

24  ADA, E 1165, f° 41.

25  Sur ce type d’habitat, voir Jean Chapelot et Robert Fossier (1980 : 199-200, 240-243).

26  ADA, E 797, f° 119 et E 1158, f° 55v°.

27  ADA, 29 J 7, f° 60v°.

28  ADA, E 1231, f° 44 ; E 1165, f° 14 ; E 1164, f° 47.

29  ADA, E 1238, f° 5 ; E 949, f° 75.

30  ADA, E 913, f° 41 et 141.`

31  ADA, 60 H 29 ; E 947, f° 14 ; E 2125, f° 31 ; Doc. I, 108.

32  ADA, E 1238, f° 8.

33  ADA, E 1163, f° 22 ; E 1167, f° 12.

34  ADA, E 1162, f° 46.

35  « cum (…) sudibus et masuco et cortile » (Doc. II : 168 et 177).

36  Sur le sens du mot parra, voir Higounet (1950 : 158).

37  « medietate domus cum suo curtili et (…) domus seu escure et aere contiguorum » [Doc. I, 336 : 551 (1326)].

38  ADA, 60 H 118, f° 44.

39  « Item lo solier ple de fe ho de palha » [Doc. II : 260 (1393), 263 (1394)].

40  « in scalerio domus » [Doc. I, 339 : 608 (1333)] ; « gradaria » [Doc. II : 2 (1342)]. Un document du milieu du xive s. stipule « quod habitatores dicti loci [Saint-Chély] (…) possint facere bescalms et gitatz (…) dum tamen transitus hominum, boum et quadrigarum et aliorum quorumcumque possint, de subtus, absque impedimento dictorum bescalms libere pertranscire (sic) ; adhiciendo quod nichilominus valeant facere gradaria et tabularia dictis domibus contigua ad introitum dictorum hospiciorum habentia tres palmos amplitudinis ad manus et ultra » (Doc. II : 10).

41  Doc. II : 539 (Saint-Chély, 1482).

42  ADA, E 1164, f° 11 ; E 1166, f° 56.

43  ADA, E 1162, f° 35.

44  ADA, E 1115, f° 4.

45  ADA, E 1158, f° 71v°.

46  ADA, E 1115, f° 4.

47  ADA, E 1239, f° 19-22.

48  ADA, E 1165, f° 25 ; E 1165, f° 41.

49  ADA, 29 J 7.

50  Pour les sites de Truc del Coucut, Roc des Loups et Foun Bello : prospection d’E. Frangin (Fau et al. 1998).

51  Pour les sites du Peyrou et de Labessière : prospection de C. et F. Dieulafait (Fau et al. 1998).

52  Doc. I : 340-344.

53  ADA, E 1232, f° 6.

54  ADA, 60 H, cité par Deltour (1932 : 124-125).

55  ADA, 60 H 104, f° 14v°.

56  Doc. I : 193 ; ADL, G 733.

57  Ce site a été découvert par É. Hamon.

58  ADA, E 797, f° 66-67.

59  ADA, 60 H 104, f° 28v°.

60  ADA, 60 H 104, f° 31v°.

61  Doc. I : 225.

62  ADA, E 1168, f° 5.

63  Site découvert par P. Pradel.

64  Ly-9048, âge14C BP : 880±BP soit 1047-1245 ap. J.-C.

65  ADA, E 1168, f° 1.

66  ADA, E 813, f° 62.

67  Au titre des éléments lithiques, il convient de signaler également la présence d’une cinquantaine de fragments de schiste provenant certainement de la toiture.

68  Identification réalisée par C. Servelle.

69  Il s’agit des laboratoires suivants : Physikalisches Institut der Universität Erlangen-Nürnberg et le Centre de datation par le radiocarbone de l’Université Claude Bernard à Lyon 1-Centre des Sciences de la Terre-CNRS.

70  Ces ossements ont été analysés par Y. Ligneureux, archéozoologue, que nous tenons à remercier.

71  Analyses géothermiques effectuées par L. Van der Plaesten, du laboratoire Archéolabs (réf. ARC01/R2716G).

72  Nous avons mesuré l’importance de ce phénomène en découvrant, lors des campagnes de fouilles, la terre transportée par l’eau de ruissellement provenant des terrains décapés la saison précédente.

73  Doc. I : 193.

74  Les miracles de Notre-Dame de Rocamadour : 188-189.

75  Les villages de l’Aubrac ne possèdent plus de couverture de chaume à cause des risques d’incendie.

76  Les trois maisons, possédant encore une couverture de chaume en partie protégée par un toit en tôle, appartiennent à MM. Peyrat, père et fils, et à M. Raynal, que je remercie vivement de leur accueil.

77  Actuellement, seule la maison de M. Raynal est encore véritablement habitée.

78  Ce plan de rez-de-chaussée est quasi similaire à celui observé pour les maisons mixtes médiévales retrouvées en Aubrac.

79  Hauteur mesurée à partir du plancher de l’étage.

80  Par contre, les chevrons ne sont pas assemblés au niveau de la coupe relevée, mais reposent de manière indépendante sur la panne faîtière.

81  Ce nombre a été évalué car plusieurs parties de la charpente n’étaient pas accessibles, le grenier servant également de débarras.

82  Des pièces de bois longues de 20 m sont en effet difficiles à trouver.

83  Il se peut aussi que ces lauzes soient les seuls vestiges d’une récupération massive d’un toit en totalité recouvert de ces plaquettes de schiste.

84  Concernant le hameau médiéval de Cantegal sur la commune de Condom-d’Aubrac dans le département de l’Aveyron.

Table des illustrations

Légende fig. 38. Montagne des Inguilhens : sites d’habitat permanent (mas) repérés sur le terrain.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende tabl. v Tableau des vestiges d’habitat permanent localisés au-dessus de 1100 m d’altitude.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Légende tabl. vi. Sites d’habitat permanent non localisés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende fig. 39. Plan schématique des sites : a Truc del Coucut, b Roc des Loups, c Foun Bello, d La Bessière, e Le Peyrou.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende fig. 40. Le Peyrou : vue aérienne d’une partie du site.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende fig. 41. Tournecoupe : vue aérienne du site.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende fig. 42. Tournecoupe : plan synthétique du site.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende fig. 43. Tournecoupe : implantation du site par rapport au cadastre napoléonien.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende fig. 44. Tournecoupe : coupe NO-SE du bâtiment XI.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende fig. 45. Le Barthas : plan de situation des zones d’approvisionnement en blocs destinés à la construction.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende fig. 46. Le Barthas : plan synthétique du site.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende fig. 47. Le Barthas : plan synthétique du secteur nord et implantation des sondages.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende fig. 48. Le Barthas : relevé du mur ouest du bâtiment VIII.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende fig. 49. Le Barthas : sondage 1 dans le bâtiment IV.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende fig. 50. Le Barthas : stratigraphie sud du bâtiment VII.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende fig. 51. Le Barthas : éléments représentatifs du mobilier recueilli.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende fig. 52. Les Places Hautes : plan synthétique du site.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende fig. 53. Les Places Hautes : vue du four à pain.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende fig. 54. Les Places Hautes : caniveau découvert dans la partie réservée à l’habitation du bâtiment.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende fig. 55. Les Places Hautes : mobilier céramique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende fig. 56. Les Inguilhens : carte de l’habitat agropastoral médiéval et post-médiéval.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende fig. 57. Les Inguilhens, Cantegal : plan synthétique du site.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende fig. 58. Les Inguilhens, Cantegal : vue aérienne du site.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende fig. 59. Les Inguilhens, Cantegal : vue aérienne de la partie nord du site.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende fig. 60. Les Inguilhens, Roc Guiral : plan synthétique du site.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende fig. 61. Les Inguilhens, Roc Guiral : relevé du parement interne du mur NE du sondage dans le bâtiment II.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende fig. 62. Les Inguilhens, Roc Guiral : stratigraphie SO du sondage dans le bâtiment II.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende fig. 63. Les Inguilhens, Térondet : plan synthétique du site.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende fig. 64. Les Inguilhens, Térondet : plan du bâtiment IV.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende fig. 65. Les Inguilhens, Térondet : penture de porte.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende fig. 66. Les Inguilhens, Cantegal, bat. II : vue d’ensemble.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 67. Les Inguilhens, Cantegal, bat. II : plan d’ensemble.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende fig. 68. Les Inguilhens, Cantegal, bat. II : élévation interne du mur nord.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende fig. 69. Les Inguilhens, Cantegal, bat. II : parement interne du mur nord.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende fig. 70. Les Inguilhens, Cantegal, bat. II : a, b et c élévation interne des murs sud.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende fig. 71. Les Inguilhens, Cantegal, bat. II : jardinet, entre les deux seuils du mur sud.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende fig. 72. Les Inguilhens, Cantegal, bat. II : dallage extérieur du seuil de l’habitation.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende fig. 73. Les Inguilhens, Cantegal, bât. II : seuil de l’aire de stabulation.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende fig. 74. Les Inguilhens, Cantegal, bât. II : foyer de la pièce principale.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende fig. 75. Les Inguilhens, Cantegal, bat. II : fosse au SO de l’aire de stabulation.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 76. Les Inguilhens, Cantegal, bat. II : plan d’ensemble avec les éboulis.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende fig. 77. Les Inguilhens, Cantegal, bat. II : céramiques. Fragments de bords et forme complète.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende fig. 78. Les Inguilhens, Cantegal, bat. II : céramiques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende fig. 79. Les Inguilhens, Cantegal, bat. II : fusaïoles en céramique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende fig. 80. Les Inguilhens, Cantegal, bat. II : clous de ferrage et fragment de fer à équidé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende fig. 81. Les Inguilhens, Cantegal, bat. II : mobilier métallique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende fig. 82. Les Inguilhens, Cantegal, bat. II : fragment de serpe et lames de couteaux.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende fig. 83. Les Inguilhens, Cantegal, bat. II : aiguisoirs en pierre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende fig. 84. Les Inguilhens, Cantegal, bat. II : galets en pierre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende fig. 85. Les Inguilhens, Cantegal, bat. II : jeux de plateau gravés sur dalle de basalte.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende FIG. 86. Les Inguilhens, Cantegal : répartition du mobilier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende fig. 87. Condom-d’Aubrac : ferme des Brasses.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende fig. 88. Recoules-d’Aubrac : exemple d’habitat mixte.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende fig. 89. Le Peyrou : élévation d’un mur constitué de fragments d’orgue basaltique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende fig. 90. Permanence de l’art de bâtir à l’époque contemporaine.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende fig. 91. Coupes des charpentes : a, no 1 ; b, no 2 ; c, no 3.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19413/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 72k

Auteurs

Archéologue spécialisé dans l’étude de l’habitat rural médiéval, Laurent Fau est ingénieur d’études au Service régional de l’Archéologie de Midi-Pyrénées, chercheur et responsable du programme : « Peuplement montagnard à l’époque médiévale » à l’UMR 5608 « Unité toulousaine d’Archéologie et d’Histoire » (CNRS, ministère de la Culture, université de Toulouse 2, Inrap). Il a coordonné pendant cinq ans un Projet collectif de recherche sur l’habitat et l’activité économique en moyenne montagne et a conduit plusieurs opérations programmées dans le Sud-Ouest de la France parmi lesquelles on peut citer l’habitat médiéval de Cantegal (Aveyron) et celui de Troucou (Cantal).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search