Version classiqueVersion mobile

Les Monts d’Aubrac au Moyen Âge

 | 
Laurent Fau

Chapitre 3. L’Aubrac à l’époque de la Domerie

Gérard Pradalié et Étienne Hamon

Résumé

L’hôpital d’Aubrac, lié au pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, s’implante au xiie s. dans un pays détenu par de nombreuses seigneuries laïques. Il accapare bon nombre de terres du plateau qu’il bonifie en les transformant en pâturages. Son domaine ne se limite pas au seul plateau de l’Aubrac, de nombreuses possessions se situant en Gévaudan, en Auvergne et en Rouergue. Une transhumance liée à la fois au Languedoc et au Quercy, permet de faire venir des centaines de moutons au plus grand bénéfice de la Domerie. Implanté à Aubrac, l’hôpital regroupe de nombreuses constructions : outre l’église et les édifices conventuels (cloître, dortoir, aula…), il existe une hostellerie ainsi qu’un hôpital des pauvres, le tout protégé par des fortifications (enceinte, tours). Plusieurs de ces bâtiments, notamment l’église, la tour des Anglais et l’hostellerie sont encore visibles aujourd’hui. La Domerie établit un maillage du territoire par le biais d’un réseau de granges monastiques. La population, répartie dans quelques villages et aussi dans des fermes, exploite des terrains à vocation essentiellement pastorale. Dès le xiiie s., la spécialisation de l’élevage oriente la production du pays.

Texte intégral

3.1 L’encadrement des hommes

1En 1108-1125, l’hôpital d’Aubrac ne s’installe pas dans un no man’s land, mais dans un pays déjà mis en valeur – comme on le verra plus loin –, enserré dans un réseau de seigneuries et de paroisses, et parcouru de rivalités et de conflits. D’où la lenteur de sa montée en puissance : il faudra bien un siècle à la Domerie pour se faire reconnaître comme une des grandes seigneuries du plateau, et le domp devra toujours partager le pouvoir avec d’autres, en particulier avec le pouvoir royal.

3.1.1 Les pouvoirs royal et comtal

  • 1  Doc. I, 9 (1186). Alphonse II, roi d’Aragon, comte de Barcelone et marquis de Provence fait une do (...)
  • 2  Doc. II : 208, note 1 (1252, 1261, 1266, etc.) L’hommage est rendu soit au sénéchal de Nîmes-Beauc (...)
  • 3  Feuda Gabalorum, I : 33-37.
  • 4  En 1222, en pleine crise albigeoise, Raimond VII accorde sa protection à l’hôpital d’Aubrac. Le do (...)
  • 5  Doc. I, 94.
  • 6  Doc. I, 186 (1291) ; Doc. II : 163 (1373), 146, note 1 (1392), etc. C’est au titre de lieutenant g (...)
  • 7  La serre de Condom est dit en 1375 « sub resorto castri de Gleiola » (Doc. II, 485 : 98).
  • 8  En 1404, la grange de Bonnefon, le village de Prades et leurs dépendances sont dits « in et sub di (...)

2Après être passé en 1112 sous l’autorité nominale du comte de Barcelone, devenu en 1162 comte de Barcelone et roi d’Aragon1 (Porée 1919), le Gévaudan bascule en 1229 dans l’orbite capétienne et dépend alors du sénéchal royal de Beaucaire et de ses agents locaux2. À partir de cette date, le domp d’Aubrac prête régulièrement hommage au roi pour ses possessions lozériennes, qu’il les tienne seulement du roi, ou du roi et des Canilhac, comme dans le mandement de Nogaret, paroisse Saint-Pierre-de-Nogaret (Le Broulhet, La Falgouse, Nogardel, etc.) ou paroisse de Trélans (Cantecouyou, Mailhebiau, Montfalgoux, Plagnes, etc.)3 Dans l’Aubrac rouergat, on ne sait rien des droits des comtes de Toulouse jusqu’en 12664. À cette date, Alphonse de Poitiers revendique, et se fait reconnaître, la haute justice sur la serre de Condom5. En 1271, cette partie de l’Aubrac bascule à son tour sous l’autorité capétienne, en la personne du sénéchal du Rouergue et de ses représentants sur place : le juge des montagnes du Rouergue, les châtelains et bayles de Laguiole et de Saint-Genies-d’Olt6. La châtellenie royale de Laguiole englobe une partie de la paroisse de Saint-Chély-d’Aubrac7, celle de Saint-Genies comprend Bonnefon et Prades8.

  • 9  Feuda Gabalorum, II, 2 : 221-224, 226, 227.
  • 10  Sur les droits du comte de Rodez en terre d’Aurelle, voir Doc. I, 552 (1250), 147 (1280), 195 (129 (...)
  • 11  Doc. II, 535 (1404).

3Encadré et surveillé par les agents du roi, l’Aubrac dépend aussi de ses grands vassaux. Côté lozèrien, c’est l’évêque de Mende, de qui le seigneur de Peyre, le seigneur de Marchastel et le seigneur d’Apcher tiennent leur fief9. Côté aveyronnais, le comte de Rodez exerce une autorité supérieure sur la terre d’Aurelle. Ainsi, lorsqu’en 1335 les seigneurs immédiats, Canilhac et Aubrac, font défaut dans une affaire de justice, c’est son châtelain de Cabrespines qui prend les choses en main. Quand en 1340, Aubrac se dispute avec Motet de Fabrègues, un petit seigneur local, pour la possession des terroirs des Angelatz et de Camblatte, c’est encore le comte, par l’intermédiaire de son juge et de son bayle en terre d’Aurelle, qui intervient10. Pour les droits qu’il y possède, le domp d’Aubrac fait d’ailleurs hommage au comte de Rodez11, lequel est aussi présent indirectement par ses vassaux rouergats, notamment les Calmont et les Estaing.

3.1.2 Les pouvoirs seigneuriaux

  • 12  Doc. I, 390 (1333).
  • 13  Doc. I, 28 : 44.
  • 14  Doc. I, 19, 292 : 501.

4L’hôpital a fort à faire aussi avec les seigneurs locaux (fig. 23) dont il attire, par ailleurs, les générosités. Par rapport au xie s., l’influence auvergnate est en recul, d’une part parce que le roi est désormais présent par son bayle des montagnes d’Auvergne12, et d’autre part parce que certaines familles seigneuriales se retirent. Les Brossadol, autrefois vassaux des Nonette, abandonnent en 1241 leurs droits sur Breschet (Saint-Laurent-de-Veyrès)13. Les Mercœur renoncent en 1220 à toute revendication contre l’hôpital et entérinent à l’avance les donations de leurs vassaux en sa faveur ; le mas d’Escudierettes (Recoules), qui faisait partie de leur seigneurie, est ainsi abandonné aux Saint-Urcize, au xiiie s., qui le concèdent à Aubrac14.

fig. 23. Les seigneuries de l’Aubrac et de la Viadène vers 1300.

  • 15  Doc. I, 11 (1196-1216).
  • 16  Doc. I, 107 (1267). Les Salhens, qui, au xie s., sont dans la vassalité des Saint-Urcize, semblent (...)
  • 17  Doc. I, 195.
  • 18  Feuda Gabalorum, II, 1 : 88, 144 ; I : 33-37, etc.

5Vers 1200, les Saint-Urcize eux-mêmes cèdent à l’hôpital tout ce qu’ils possèdent « au-delà du bois d’Aubrac jusqu’au fleuve Lot »15. Peu de temps après, ils s’allient aux Canilhac pour former une seigneurie bipartite, à cheval sur l’Aubrac. Elle comprend, au nord, Saint-Urcize et La Roche de Longuevialle, qui devient La Roche-Canilhac et s’appuie sur des familles vassales : les Peyrebesse et les Salhens16. Au sud, les Canilhac partagent avec Aubrac ou avec le roi la terre d’Aurelle depuis 129417, et les paroisses de Saint-Germain-du-Teil, de Saint-Pierre-de-Nogaret (avec son château et sa famille éponyme vassale) et de Trélans, y compris Cantecouyou et Mailhebiau18. Leurs possessions s’étendent en pointe dans la paroisse de Saint-Andéol, avec La Rozière, et aux limites de Saint-Andéol et des paroisses aveyronnaises, avec Le Pendouliou et Campuels. Le dessin de cette seigneurie bipartite, et l’imbrication de ses possessions, entre Mailhebiau et Campuels, avec les possessions des Peyre sont sans doute l’héritage des affrontements du xie s., et le signe qu’ils se poursuivent pour le contrôle, non de la frontière entre Gévaudan et Rouergue, mais de l’importante voie de La Boleyra qui en suit le tracé. Ils expliquent aussi la constitution de cette seigneurie, à la fois auvergnate et gabalitaine, pour faire obstacle à la puissance et peut-être à l’expansionnisme des Peyre.

  • 19  Doc. I, 91 (1266), 116 (1270), etc.
  • 20  Feuda Gabalorum, II, 2 : 226-227.
  • 21  « Chalm meyana » (Doc. I, 91 : 143).
  • 22  Feuda Gabalorum, II, 2 : 221-224.
  • 23  Feuda Gabalorum, II, 2 : 66 ; Doc. I, 23 (1232). Les Revelhaca semblent faire partie de la vassali (...)

6Le domp d’Aubrac fait hommage aux Saint-Urcize – Canilhac pour les droits et les possessions que l’hôpital tient d’eux, comme il le fait aux seigneurs de Peyre pour les mêmes raisons19. La seigneurie des Peyre, la plus vaste de l’Aubrac, se compose de deux parties (fig. 23). À l’ouest, la seigneurie de Marchastel s’étend sur les paroisses de Malbouzon, Prinsuéjols, Saint-Andéol, et sur une grande partie de la paroisse de Nasbinals20 ; elle déborde même sur le versant aveyronnais, puisqu’elle comprend Cammejane21. La seigneurie de Peyre proprement dite enveloppe, à l’est, la seigneurie de Marchastel, du château des Hermaux au sud, à La Fage-Montivernoux au nord, en passant par Saint-Laurent-de-Muret22. Elle partage d’ailleurs la paroisse de La Fage-Montivernoux avec les seigneurs d’Apcher qui, du château de Mont-Alherac concédé par l’évêque de Mende, tiennent également, en partie, la paroisse de Saint-Laurent-de-Veyrès. Aubrac y est largement possessionné23.

  • 24  Doc. I, 50 (1248), 147 (1280), 188 (1292).
  • 25  Doc. I, 90 (1266), 109 (1268), 115 (1269).
  • 26  Doc. I, 299 (1318).
  • 27  Doc. I, 400 (1335).
  • 28  Doc. I, 188 (1292).
  • 29  Doc. I, 109 (1268).
  • 30  Doc. I, 78 (1264) ; Doc. II, 439 : 23 (1344).
  • 31  Doc. II, 496 : 122-123 (1385), 520 : 168 (1398).

7La carte des seigneuries rouergates est plus délicate à esquisser. Comme dans l’Aubrac auvergnat, certaines familles ne font qu’une brève apparition dans la documentation avant de disparaître. Ainsi en est-il des Benaven de Viadène24, des Roquelaure et des Cruéjouls25, dont les châteaux se dressent au sud du Lot, et qui jouent momentanément un rôle dominant, puisque les Cruéjouls sont seigneurs d’un tiers de Saint-Chély jusqu’en 1269. À l’opposé, l’Aubrac aveyronnais continue d’abriter un assez grand nombre de petits seigneurs, damoiseaux pour la plupart. À l’est, dans la seigneurie d’Aurelle, la famille éponyme, dont la première mention remonte au xie s., disparaît après 1318 : son dernier représentant est un damoiseau habitant Saint-Geniez26. Vassaux des Canilhac et de l’hôpital, les Fabrègues, puis les La Panouze, ont des droits sur le territoire de Prades, et sont en rivalité avec une famille de damoiseaux voisins, les Vialaret27. Verlac a aussi un seigneur de rang secondaire28. À l’ouest, d’autres familles de damoiseaux se manifestent épisodiquement. Les Plagnes semblent avoir leur résidence (leur château ?) à La Plagne, à l’ouest de Saint-Chèly29. Les Salgues sont installés plus au sud-ouest, sur la draye du Pouget qui monte de Saint-Côme30. Les Fonts de Vennac, enfin, contrôlent la voie romaine au sud-ouest de Bonnefon31, dans la mouvance des Calmont.

  • 32  Sur les relations difficiles entre les Belvezet et l’hôpital, les documents ne manquent pas : Doc. (...)
  • 33  « quod homatgia et recognitiones predicti castri de Bellovisu et ejus pertinentiis remaneant predi (...)
  • 34  Doc. I, 337 (1328).

8Les Belvezet sont les principaux seigneurs « indigènes » de l’Aubrac aveyronnais. Leur château (fig. 24 et 25) est à moins de 4 km au sud-ouest de l’hôpital dont il gêne et bloque même l’expansion le long de la boralde. Mais ils ne résistent pas toujours à la montée en puissance de l’hôpital, et en particulier à sa richesse financière32. D’où la nécessité de s’appuyer sur leur seigneur, les Estaing, dont ils occupent l’extrémité nord de la seigneurie33. D’où aussi la recherche d’autres appuis, au sud de Saint-Chély, dans la mouvance des Calmont, et le contrôle, sans doute très profitable, de la draye du Pouget34.

fig. 24. Le site du château de Belvezet.

fig. 25. Plan schématique du castrum de Belvezet.

  • 35  Doc. I, 90 (1266), 114 (1269), 126 (1274), 163 (1286), 180 (1290), 240 (1303), etc., et surtout Do (...)
  • 36  Doc. I, 257 (1306).
  • 37  Doc. II, 434 : 7 (1342).
  • 38  Doc. I, 163 (1286) ; Doc. II, 434 (1342), etc.

9Les Estaing sont seigneurs pour un tiers du village de Saint-Chély où ils sont les seuls à posséder un donjon, et où un bayle les représente35. Malgré une vente à l’hôpital avant 130636, ils restent les seigneurs éminents de la châtellenie de Saint-Chély37. Ils concèdent à Aubrac un certain nombre de mas sur les deux rives de la boralde. Sur la rive droite, Les Touzes, Calcidos, Le Bouissou, La Plagne ; sur la rive gauche : Frayssinouze, Verminières, Le Teil, Felezec, Tabournel, Les Clamens, Aubiac38.

  • 39  Doc. I, 115 (1269), 118 (1270), 303 (1320), 304 (1321), 305 (1321), 337 (1328), etc. ; Doc. II, 48 (...)

10Appuyée sur les châteaux ou maisons fortes de Calmont, Castelnau-de-Mandailles, Salgues et Vennac, la seigneurie de Calmont forme un bloc compact de possessions, du Lot au sud, jusqu’aux limites de la châtellenie de Saint-Chély au nord, et même au-delà. Après avoir acquis en 1269 un tiers de Saint-Chély et l’avoir revendu à l’hôpital l’année suivante, les Calmont prétendent y conserver la seigneurie éminente et les droits de justice, de même que dans les mas du Beraldes, du Recours et de Cambrassats, tenus par les Belvezet39.

3.1.3 L’encadrement ecclésiastique

11À sa création, au début du xiie s., l’hôpital d’Aubrac s’installe donc dans un environnement étroitement quadrillé par des seigneuries laïques. Il y trouve aussi un réseau paroissial déjà constitué ou en cours d’achèvement, si l’on en juge par le nombre d’églises pouvant remonter ou remontant à l’époque romane (fig. 26). On ne s’intéressera ici qu’aux églises des paroisses où Aubrac a des possessions.

fig. 26. Les paroisses vers 1300.

12Au nord, deux paroisses du diocèse de Clermont (puis de Saint-Flour) sont concernées : Saint-Rémy-de-Chaudes-Aigues et Saint-Urcize. Cette dernière attire particulièrement l’attention, moins par sa taille ou par la superbe architecture romane de son église, que par son emplacement ainsi que celui du village, en bordure de la paroisse. Comme si elle était née de l’importance de son château, au détriment d’une paroisse-matrice plus ancienne qui pourrait être celle de Recoules-d’Aubrac. Mentionnée en 1074 (Belmon 1994 : 32), Saint-Urcize pourrait donc être une paroisse et une église d’époque féodale.

  • 40  Les Salhens sont dits tantôt dans la paroisse de Nasbinals [Doc. I, 80 (1264)], tantôt dans celle (...)
  • 41  Doc. I, 161 (1286).
  • 42  Doc. I, 33 (1245), 102 (1267).

13Recoules en Gévaudan serait-elle aussi à l’origine des petites paroisses du nord-est : Granvals, Brion, La Fage-Montivernoux dont l’hôpital reçoit l’église en 1233 de l’abbaye d’Ebreuil (Allier) ? (Bousquet 1971 : 247). La réponse n’est pas certaine. Il est en revanche possible que la paroisse de Nasbinals lui doive une partie de son territoire médiéval, moins vaste que la commune actuelle. Ses limites s’appuient à l’est sur les ruisseaux des Salhens40 et de Places Naltes, laissant Montorzier à la paroisse de Saint-Andéol41. Donnée à Saint-Victor de Marseille en 1074, on retrouve Sainte-Marie de Nasbinals aux mains de l’hôpital au xiiie s.42

  • 43  Doc. I, 161 (1286).
  • 44  Un acte de 1453 évoque « le prieur des églises de Marchastel et de Saint-Andéol » (ADA, E 1171, f° (...)
  • 45  L’église de Saint-Andéol a d’abord été donnée à Saint-Sauveur de Chirac par l’évêque Aldebert de P (...)

14La paroisse de Saint-Andéol qui, on l’a vu, serait la plus ancienne de l’Aubrac, s’organise le long du haut-Bès qui lui sert d’axe sud-nord. Ses limites du xiiie s. englobent : à l’ouest une partie de l’actuelle commune de Nasbinals, au nord Marchastel, et au sud-ouest La Tioule43. C’est donc une des plus vastes de l’Aubrac. Son siège pourrait avoir glissé vers Marchastel au xve s.44 Quoi qu’il en soit et bien que l’hôpital y possède de nombreux droits et mas, l’église de Saint-Andéol, comme celle de Recoules, lui échappe au profit des templiers, puis des hospitaliers45.

15Les paroisses du versant nord de la vallée du Lot, en Lozère ou en Aveyron, ont des formes imposées par le relief. Des Salces et de Saint-Germain-du-Teil à l’est, jusqu’à Prades-d’Aubrac à l’ouest, elles épousent en général la forme allongée des serres nord-sud ou nord-est/sud-ouest, isolées les unes des autres par de profondes vallées. Bien difficile ici de proposer des paroisses-matrices, mais toutes existent au moins au xiie s., à en juger par les vestiges romans de plusieurs églises aveyronnaises (Bedel 1991 : 13-20).

  • 46  ADA, 2O 13-1, relevé de l’église de Naves d’Aubrac par Henry Pons architecte départemental, en 188 (...)
  • 47  Doc. I, 68 (1261).

16La paroisse de Naves est généralement considérée comme tardive (début xive s.) ; mais une description et un plan de l’édifice antérieur à l’édifice actuel laissent à penser qu’elle était de conception romane (Bousquet 1846-1847 : 242- 245)46. Son territoire, plus étroit qu’aujourd’hui, abandonne à la paroisse lozérienne de Trélans : Sineclause (Sanha Clausa) et Les Ginestes47.

17Verlac, dont l’église romane et le prieuré appartiennent à La Chaise-Dieu, s’allonge de Crespiac au sud, à Alte-Teste au nord-est. La Ferrière Haute ou Ferrière de Malcros en fait partie. À l’ouest, où elle doit partager la serre avec Saint-Martin-de-Montbon, ses limites sont imprécises.

18La paroisse Saint-Martin-de-Montbon a pour elle l’ancienneté de la dédicace de son église. Son territoire, parallèle à celui de Verlac, comprend le site castral d’Aurelle, avec sa chapelle, à qui elle est sans doute antérieure, et les mas de Corbières, Rascoual, Les Escoudats, Le Bournhou, Rieuzens, Vieurals et Le Cau.

  • 48  Doc. I, 431 (1340).

19Lunet, dont le portail et la première travée de l’église sont d’époque romane, est prieuré du monastère bénédictin de Menat (Puy-de-Dôme) jusqu’en 134048. Son territoire paroissial, qui est un des rares à descendre jusqu’au Lot, s’étire entre le Merdanson à l’est et le ruisseau du Bru à l’ouest, sur plus de 12 km. Born, qui n’aura de chapelle qu’au xviiie s. et d’église paroissiale qu’au xixe s., en fait partie, de même sans doute que Tournecoupe.

  • 49  Doc. I, 228 (1302), 400 (1335).

20L’église Sainte-Marie des Crouzets a gardé des vestiges romans (arcatures des murs gouttereaux). Sa paroisse, qui a été visiblement découpée dans celle de Prades, abrite deux seigneuries rivales, celles des Fabrègues et des Vialaret49.

  • 50  Doc. I, 7 (1179).
  • 51  Doc. I, 289 (1316) ; Doc. II : 629 (1477).

21L’église Saint-Laurent de Prades est mentionnée dès 1179, date à laquelle elle est donnée à l’hôpital50. Sa paroisse dessine un triangle : à l’est le ruisseau de Roudil, à l’ouest celui des Mousseaux. Au sud, les mas de Vioulac et de Vioulaguet dépendent de la châtellenie de Prades, mais appartiennent à la paroisse du Cambon51.

  • 52  « iter publicum et romieu per quod itur ab hospitale versus Spaleum » [Doc. II, 505 : 136 (1392)].
  • 53  Doc. II, 496 : 122.
  • 54  Doc. I, 158.

22Le cas de la paroisse de Saint-Chély détonne à côté des paroisses précédentes. C’est sans doute la plus vaste de l’Aubrac, surtout si on lui rajoute la paroisse de Condom, vraisemblablement créée à ses dépens. Elle seule couvre plusieurs serres, entre le ruisseau des Mousseaux à l’est, et celui de Menepeyre à l’ouest. Elle s’organise le long de la voie romaine et de la draye du Pouget, dit aussi cami roumieu52, qui monte vers Aubrac. Au sud, elle englobe Vennac qui appartient aujourd’hui à Castelnau-de-Mandailles53. La forme compacte de cette paroisse, son étendue et la dédicace de son église en font une des plus anciennes de l’Aubrac. L’église ne passe dans le patrimoine de l’hôpital qu’en 1284, renforçant sa mainmise sur le village et sur le territoire de Saint-Chély54.

23De cette revue des paroisses et des églises de l’Aubrac, découlent plusieurs remarques, dont certaines intéressent la période antérieure au xiiie s. D’abord la confirmation de l’influence auvergnate sur le versant aveyronnais, illustrée par les cas de Verlac et de Lunet. Si par ailleurs une majorité d’entre elles remontent au moins à l’époque romane, sans autre précision, on doit admettre qu’elles traduisent une occupation humaine et une mise en valeur de la région dès les xie-xiie s., question sur laquelle on reviendra. En attendant, il faut remarquer aussi la prise en main progressive, mais jamais totale, de ce réseau d’églises et de paroisses par l’hôpital : Prades (1170), Plagnes (1220), La Fage-Montivernoux (1233), Condom (avant 1245, puis 1431), Nasbinals (avant 1245), Saint-Chély (1284), Lunet (1340), soit six paroisses. Elles participent à la domination partagée de l’hôpital sur l’Aubrac.

3.2 La seigneurie de l’hôpital au Moyen Âge

24La seigneurie d’Aubrac déborde largement du plateau d’Aubrac, notamment à l’est autour de Marvejols, au nord autour de Chaudes-Aigues ou au-delà du Lot, sans parler de ses possessions plus lointaines comme à Anduze, Najac ou Lisle-en-Dodon. Il ne sera question ici que de ses possessions sur le plateau même (fig. 27).

fig. 27. Droits et possessions de l’hôpital d’Aubrac vers 1300.

  • 55  Doc. I, 9.

25L’histoire de la formation de cette seigneurie est impossible à établir dans le détail, tant la documentation est indigente. Pour les quarante premières années, elle est même totalement inexistante, comme si les plus anciens documents de son cartulaire avaient disparu, victimes du divorce d’avec Conques. Après 1162, date de la concession de la première règle écrite par l’évêque de Rodez, il y a aussi des lacunes : on ne trouve, dans le cartulaire, aucune donation ni aucune vente d’humble origine, comme s’il y avait eu sélection au profit de documents de prestige, en fonction de la personnalité de leurs auteurs. Le document 9 illustre cet état de fait : il concerne la donation en 1185 d’un cens de deux porcs et de deux moutons sur le mas d’Aybillac, près de Palmas dans la vallée de l’Aveyron, et n’a dû de parvenir jusqu’à nous qu’au nom du donateur : Alphonse II roi d’Aragon55. Il est probable que beaucoup de donations ou de ventes d’importance comparable, mais d’origine moins remarquable, n’ont pas été conservées.

3.2.1 L’extension géographique de la seigneurie

  • 56  Doc. I, 3 (1162), 33 (1245), 102 (1267).

26La carence en documents rend nécessaire de s’en remettre aux bulles pontificales – l’hôpital et ses biens sont sous la protection du pape – qui accompagnent la progression de son patrimoine56. La première bulle de 1162 ne mentionne que sept dépendances dont deux seulement sont situées sur le plateau, côté lozérien. Il s’agit de la villa de Cougoussac, au nord de Nasbinals, dans la seigneurie des Saint-Urcize, et de la villa de Chalmeta, sans doute la Chaumette, au nord-ouest de Malbouzon, aux limites de la seigneurie des Peyre. Un siècle plus tard, les bulles de 1245 et de 1267 permettent de juger de l’extension géographique de la seigneurie d’Aubrac.

3.2.1.1 Dans l’Aubrac auvergnat

  • 57  Doc. I, 11 (1196-1216), 29 (1241), 34 (1245), 35 (1245), etc.

27Les Saint-Urcize ont été probablement parmi les premiers bienfaiteurs de l’hôpital. Dès 1196-1216, tout en lui abandonnant leurs droits sur le versant aveyronnais, ils partagent avec lui un certain nombre de mas et de droits dans les seigneuries de La Roche et de Saint-Urcize, jusqu’au Déroc. Unis ensuite aux Canilhac, ils confirment ces donations et les accroissent, surtout en Lozère57.

3.2.1.2 Dans l’Aubrac lozérien

28Les possessions de l’hôpital sont ici le fruit des générosités des Saint-Urcize – Canilhac, des Peyre et, dans une moindre mesure, des Apcher. Si on laisse de côté les biens situés à Marvejols et dans ses environs, elles s’organisent en cinq groupes de villages, de granges et surtout de mas et de lieux-dits, en grande partie mentionnés dans la bulle de 1267 :

    • 58  Ce groupe comprend Brion-le-Vieux, Priondes, Costevayre, Les Levades.

    le groupe de Brion, auquel on peut rattacher La Chaumette58 ;

    • 59  Ce groupe compte une douzaine de mas, Aldy, Colombrouze, Le Védrinel, Luxal, Chaldecombe, Les Alla (...)

    le groupe de La Fage-Montivernoux, avec le village et l’église de La Fage et la grange de Salèles59 ;

    • 60  Les mas et lieux-dits de ce groupe sont énumérés dans les différentes donations ou reconnaissances (...)

    le groupe de Nasbinals, de Recoules et de Saint-Urcize, de loin le plus important, avec le village et l’église de Nasbinals, et au sud-est, à la limite de la paroisse, la grange des Salhens60 ;

    • 61  Paroisses de Trélans et de Saint-Pierre-de-Nogaret.

    le groupe de Plagnes au sud-est, avec sa grange et ses mas : Cantecouyou, Mailhebiau, Clapeyrets, Le Broulhet, Combefalgouse, Montfalgoux, etc.61 ;

    • 62  La Bessière, Les Places, La Baysse, Montorzier, Salles, La Rozière, Les Gréseils, Rabiols, paroiss (...)

    entre les Salhens et Mailhebiau, l’hôpital possède aussi un ensemble de mas et de lieux-dits dans la paroisse de Saint-Andéol, dont seule l’église semble lui échapper62.

29Au total, deux villages avec leur église (La Fage, Nasbinals), trois granges (Salèles, Les Salhens et Plagnes) et plus de quatre-vingts mas ou lieux-dits localisés, sans compter ceux qui n’ont laissé aucune trace toponymique. L’hôpital est devenu une des principales puissances de l’Aubrac lozérien, en particulier nord-lozérien, où se rencontrent les plus importantes voies du plateau. Notons en particulier qu’avec Le Déroc et Les Salhens au nord, Plagnes et les mas de la paroisse de Trélans au sud/sud-est, il contrôle le chemin de La Boleyra et son croisement avec l’ancienne voie romaine. Le patrimoine lozérien de l’hôpital est presque totalement constitué, il ne s’accroîtra plus que de façon ponctuelle.

3.2.1.3 Dans l’Aubrac aveyronnais

30En 1267, l’hôpital est loin d’avoir terminé son implantation sur le versant aveyronnais., mais les choses sont bien avancées. D’est en ouest, il étend son autorité sur le village de Prades, son église, sa grange et sa châtellenie, la grange de Bonnefon, la grange d’Aulos et le mas de Regaussou. C’est dans la serre de Condom qu’il est le mieux implanté, avec le village et l’église de Condom, la grange du Viala Bas et d’autres mas : Le Bouissou, Les Brasses, Le Serre, Le Viala Haut, etc.

  • 63  Doc. I, 195.
  • 64  Doc. I, 118 , 158. L’église de Saint-Chély est acquise par échange de l’église de Condom que l’hôp (...)

31Mais deux zones échappent encore à l’hôpital, totalement ou partiellement. D’abord, à l’est du plateau, la seigneurie d’Aurelle dont il n’acquiert la moitié qu’en 1294 et qu’il partage désormais avec les Canilhac, dans la vassalité du comte de Rodez63. Cette vaste seigneurie qui s’étend d’est en ouest sur les paroisses de Naves, Verlac, Saint-Martin-de-Montbon, Lunet, et Les Crouzets, est limitée au sud par la baylie royale de Saint-Geniez et par la seigneurie de Mandailles qui appartient aux Calmont. Seconde zone d’implantation tardive, difficile et incomplète, celle de Saint-Chély-d’Aubrac. Le village lui-même n’est acquis que pour un tiers en 1270, moyennant l’importante somme de 12 000 sous de Rodez, acquisition renforcée en 1284 par celle de l’église64. Mais jamais l’hôpital ne sera l’unique seigneur du village et de sa châtellenie : il devra toujours partager avec les Calmont, les Estaing, voire les Belvezet.

3.2.2 La seigneurie d’Aubrac : une seigneurie partagée

32Ainsi étendue, la seigneurie d’Aubrac tardive, insérée dans le tissu des autres seigneuries, entretient avec celles-ci des relations croisées qui rendent malaisée toute représentation cartographique.

  • 65  Doc. II, 208, note 1 (1252,1261,1266, etc.) ; Doc. I, 68, 219 (1300), etc.
  • 66  Doc. I, 91 (1266), 107 (1267), 116 : 197 (1300), etc.
  • 67  Doc. I, 242 (1304).

33Rappelons d’abord que le domp d’Aubrac est lié par une série d’hommages, qu’il les doive au roi, au comte de Rodez pour la terre d’Aurelle65, ou aux seigneurs dont l’hôpital a bénéficié des générosités de leur famille, mais qui n’ont pas renoncé à leur seigneurie éminente. Ainsi fait-il hommage, côté lozérien, aux Apcher, aux Peyre et aux Saint-Urcize – Canilhac, et sur le versant aveyronnais, aux Calmont et aux Estaing66. Dans l’autre sens, certains seigneurs qui tiennent un fief de l’hôpital lui font hommage, ainsi Motet de La Panouse pour sa seigneurie de la terre d’Aurelle67.

  • 68  « set ipsi… in tota terra mea non poterunt facere munitionem vel majorem domum » [Doc. I, 22 (1229 (...)
  • 69  Doc. II, 463 (1355 et 1356).

34La seigneurie éminente que les seigneurs bienfaiteurs d’Aubrac conservent jalousement, et pour laquelle le domp leur fait hommage, se manifeste de deux manières. Tout d’abord par la réserve du droit de fortification : l’hôpital se voit interdire toute fortification sur les terres des Peyre et des Apcher68. Au xive s., quand le pouvoir royal est reconnu partout comme le pouvoir éminent, malgré les difficultés de la guerre ou à cause d’elles, c’est ce dernier qui, en la personne de Jean d’Armagnac, lieutenant général du roi, autorise sans doute la fortification de l’hôpital, et à coup sûr la construction du fort de Prades69.

  • 70  Doc. I, 353 (1331), 139 : 244 (1279), 337 : 558 (1328) ; Doc. II, 434 : 7 (1342), etc.
  • 71  Doc. I, 236 (1303).
  • 72  Doc. I, 115 (1269), 118 (1270), 163 (1286) ; Doc. II : 68 (1356). En 1286, l’hôpital demande au se (...)
  • 73  Doc. II, 504 (1392).
  • 74  Doc. II : 223-267.

35Le roi et les seigneurs se réservent aussi le droit de haute justice qui se manifeste par l’érection de fourches patibulaires. Les Saint-Urcize en ont à Ginestouze, au nord d’Aubrac, les Apcher à La Fage-Montivernoux, les Peyre entre La Fage et Malbouzon (Fourches-vieilles ?), les Calmont aux Gardes (?), paroisse de Saint-Chély, les Estaing à Saint-Chély même70. L’hôpital semble n’exercer la haute justice qu’exceptionnellement : en terre d’Aurelle, où il la partage avec les Canilhac chargés d’exécuter les sentences71, à Saint-Chély, où il la partage aussi, et dans les environs mêmes d’Aubrac. Là, il marque son territoire, du mont des Fourches au sud, dominant Belvezet, au mont des Moussous au nord, où en 1356 le seigneur de Marchastel l’autorise à élever des fourches72. Pour le reste, il se contente de la moyenne et de la basse justice que symbolise, à Aubrac même, l’érection d’un pilori sur autorisation royale73, et que rendent çà et là ses cours de justice comme à Nasbinals ou à La Fage-Montivernoux74.

  • 75  Doc. I, 22 (1229), 26 (1236).
  • 76  Doc. I, 59.
  • 77  « Dedimus et concessimus... unam vaccam el Deroc » (Doc. I, 11) : s’agit-il d’un droit de péage en (...)
  • 78  Doc. I, 78 (1264), 132 (1276).

36Autres droits d’origine publique partagés, ceux qui sont levés sur la circulation des hommes, des animaux et des marchandises, dont l’hôpital est exempté ou dont il est bénéficiaire. À ce sujet, le contrôle de la zone des Salhens donne lieu à des contestations, voire à des affrontements. En 1229, les seigneurs de Peyre exemptent l’hôpital de tout droit de passage dans leur seigneurie75. Exemption difficile à respecter ou à faire respecter comme l’illustre l’affaire de 1254, quand plusieurs juments d’Aubrac sont tuées ou blessées par des hommes du seigneur76. Et non content d’être exempté de droits sur les chemins de l’Aubrac, l’hôpital participe peut-être à la levée de certains d’entre eux : c’est ainsi qu’on pourrait interpréter un passage d’une donation des Saint-Urcize concernant Le Déroc en 1196-121677. L’hôpital impose un autre droit d’origine publique, l’albergue, à certains de ses vassaux et aux paysans de la serre de Condom78.

3.2.3 La seigneurie d’Aubrac : une seigneurie pesante

  • 79  En 1375, frère Raymond Saurel, granger d’Aulas, témoigne sur les dévastations commises dans sa gra (...)
  • 80  « si mansus seu grangia de Salelis, in parochia de Favo investiretur et quod pagezii ibi essent » (...)
  • 81  Doc. I, 178 (1290).

37L’hôpital d’Aubrac est aussi à la tête d’une seigneurie foncière, dont certaines terres sont exploitées en faire-valoir direct, d’autres sous forme de tenures confiées à des paysans. Les granges d’Aubrac se dispersent à travers le plateau sauf en terre d’Aurelle. On en compte trois en Lozère, et de quatre à six, selon les époques, dans l’Aubrac aveyronnais : Prades, Bonnefon, Aulos, Le Viala Bas, Les Inguilhens, Penedensa. Sans doute ont-elles leurs propres terres et leurs propres pâturages sous l’autorité d’un granger79. Mais on connaît mal leur histoire et leur rôle. Leur histoire, où l’on devine des moments de crise, comme dans les granges cisterciennes : en 1266 la grange de Salèles semble sur le point d’être lotie80 ; en 1290 celle du Viala Bas est donnée à bail pour moitié à un fermier laïc81, etc. Leur rôle : on ne sait si elles sont centres de perception des redevances des mas du voisinage.

  • 82  « et confitemur nos habuisse La solidos turonenses nomine accapiti et investitionis » [Doc. I, 93  (...)
  • 83  C’est parfois le seigneur éminent, « ad mutationem domini de Petra » [Doc. I, 91 (1266)].
  • 84  Doc. I, 132 (1276), 178 (1290), etc.
  • 85  L’aide peut-être aux 3 cas [Doc. I, 236 (1303)] ou aux 5 cas [Doc. I, 116 (1270-1271)].
  • 86  Les terres sont alors dites quartives, quintives, etc. : Doc. I, 93 (1266), 142 (1278), 178 (1290) (...)
  • 87  L’oblie est en général d’une géline par an, « una gallina pro quolibet igne » [Doc. I, 96 (1266)].

38Les paysans des mas sont soumis aux redevances seigneuriales habituelles : l’acapte ou droit d’entrée82, l’arrière-acapte à changement de seigneur83, la taille parfois appelée collecte ou queste, qui peut être collective84 et à laquelle s’ajoute exceptionnellement une aide au seigneur éminent85. Viennent enfin les droits proprement fonciers, en particulier les champarts au quart, au cinquième ou au sixième86, et les oblies pour les maisons87.

  • 88  « Quod quolibet hospicium… teneatur facere manobram bis in anno dicto hospitali vel dicte grangie (...)
  • 89  « super decimis… et carnalagiis mansi appellati de Coguossac » [Doc. I, 112 (1268)].
  • 90  Les habitants de Nasbinals, Costerougnouse, Baboyères, etc. doivent le guet à Saint-Urcize et à La (...)
  • 91  Doc. I, 132 (1276).
  • 92  En 1404-1406, le domp prétend que les habitants de la serre de Condom sont « talhabiles et teneri (...)
  • 93  Doc. I, 289 (1316).
  • 94  Doc. I, 355 (1331), 387 (1333), etc.
  • 95  Doc. I, 367 et 368 (1332) ; Doc. II : 164 (1346), 111 (1383).

39Au total, les paysans de l’hôpital apparaissent comme très lourdement ponctionnés, surtout si on ajoute les corvées à faire sur les terres des granges88, les dîmes, dont les carnalages89, et parfois le service militaire dû au seigneur laïc éminent90. Leur état, s’il n’est pas celui du servage, n’en est pas éloigné. Rien d’étonnant, dans ces conditions, de les voir se dresser contre leur seigneur pour lui arracher certaines concessions : ainsi, les habitants de la serre de Condom obtiennent une véritable charte fixant leurs obligations et leurs droits91, mais doivent encore se battre en 1405 pour éviter de devenir taillables et corvéables à merci92. Cette affaire témoigne de la dureté de la seigneurie de l’hôpital, que même la crise démographique et économique que traverse alors le plateau n’incite pas à modérer les exigences. Les habitants du Serre, appelé désormais fourc, et de Condom doivent faire appel au juge royal des Montagnes, puis, en second appel, à la cour royale de Villefranche-de-Rouergue pour faire reculer leur seigneur immédiat. À cette occasion, une ébauche d’organisation municipale apparaît : ce sont les notables, les prohomes, qui mènent l’affaire à bien. Mais l’hôpital ne permet pas l’éclosion de véritables municipalités. À Prades, où en 1316, cinquante et un habitants font hommage au domp93, la seule autorité est celle de son bayle et de son sergent94. Il n’y a pas davantage de régime municipal à Saint-Chély, où la situation de co-seigneurie complique les choses et interdit la naissance d’une organisation municipale, et où l’hôpital est représenté à la fois par un bayle, par un sergent, et à la fin du xive s. par un capitaine95.

3.3 L’hôpital d’Aubrac

  • 96  La contribution la plus importante à ce jour reste le dossier documentaire réuni par Louis Causse, (...)

40Objet de l’attention d’un grand nombre d’historiens depuis un siècle et demi, l’hôpital d’Aubrac n’a, pour autant, jamais suscité d’étude archéologique approfondie. En 1865, Victor Advielle conclut la courte description qu’il consacre à l’église en affirmant que « comme presque tous les monuments de ce genre du midi de la France, le clocher de l’église d’Aubrac est lourd, massif et sans élégance » (Advielle 1865 : 368-376). Depuis l’époque où ces lignes furent écrites, fort peu d’éléments concrets sont venus enrichir le dossier96, tandis que la dégradation du site continuait d’effacer les traces des dispositions anciennes du monastère.

41Trois monuments ont survécu aux destructions révolutionnaires et à la construction, depuis deux siècles, de bâtiments agricoles ou hôteliers : l’église, la tour des Anglais et l’hôpital des pauvres (fig. 28 et 29). Tous les trois appartiennent au Moyen Âge, ce qui suggère une certaine médiocrité technique des constructions plus récentes, dont les documents signalent pourtant l’ampleur. L’étude du bâti médiéval apparaît donc prometteuse, à condition d’appliquer à ce qui en subsiste une sérieuse critique d’authenticité. Il semble en revanche plus difficile d’espérer connaître précisément la distribution des autres constructions médiévales disparues : cloître, logements et bâtiments de service, éléments de défense, etc.

FIG. 28.La Domerie d’Aubrac.

FIG. 29. La Domerie d’Aubrac.

42Le morcellement du parcellaire actuel interdisant toute fouille étendue, l’étude du sous-sol s’appuie sur quelques observations faites à l’occasion de la pose de canalisations (Rigal 1995). Les documents écrits offrent par chance des éclairages sur les dispositions des anciens bâtiments, ponctuels pour le Moyen Âge, plus larges pour l’époque moderne grâce aux inventaires et procès-verbaux de visites. Mais l’exploitation des archives des xvie-xviiie s. est encore embryonnaire, et le seul document graphique ancien disponible, le plan levé par le géomètre Portail en 1792, montre un état du monastère largement transformé par rapport à l’époque médiévale.

3.3.1 L’histoire des bâtiments du monastère

3.3.1.1 Les campagnes de travaux médiévales et modernes

  • 97  Doc. I, 3 et 4.
  • 98  Doc. I : 2 et suiv. ; Doc. II : 315, 326, 339, 390, 422, 496 §3.

43Jacques Bousquet a montré combien les circonstances historiques de la fondation du monastère restaient troubles faute de texte conservé pour les cinquante premières années de son existence (Bousquet 1992-1994 : 613-615). Celle-ci commence en 1107 avec la donation du terrain à Conques par Adalard. Une bulle de protection papale et une règle inspirée des préceptes de saint Augustin, octroyées toutes deux en 116297, affirment l’indépendance du monastère, et permettent sans doute le lancement des premiers travaux de construction. L’installation de l’hôpital sur le point le plus périlleux du trajet des pèlerins de la via Podensis suscite rapidement des légendes sur les circonstances de la fondation, et enracine dans les esprit la formule biblique « in loco horroris et vaste solitudinis » que reprennent alors à leur compte nombre de fondations monastiques isolées98. De fait, aucun habitat ne vint s’établir à proximité immédiate de l’hôpital avant le xixe s. En 1694, il n’y avait encore à Aubrac « point d’autre maison qu’un fort méchant cabaret à la porte ».

  • 99  Doc. I : 21-22.
  • 100  Doc. I : 29.
  • 101  Doc. I : 53. L’usage de passer des actes à la porte de l’église est de nouveau attesté en 1270 (ju (...)

44La chronologie de la construction du monastère repose en grande partie sur des traditions que les textes ne viennent pas toujours confirmer. Il en va ainsi du plus ancien des bâtiments encore en place, l’église, dont les dates avancées jusqu’à présent pour sa construction, les années 1198-1203, qui correspondraient au domnat d’un certain Daudé, sont sans fondement historique (Advielle 1865 ; Bousquet 1992- 1994 : 618). L’étude archéologique, on le verra, ne contredit pas cette chronologie qui suggère que les frères se sont contentés, pendant plusieurs décennies, d’un oratoire provisoire. Mais les textes sont bien muets sur les débuts de la construction. Aucune date de consécration n’est rapportée. La protection des papes est acquise dès 1162, mais aucune indulgence n’a été octroyée aux bienfaiteurs avant celle de l’évêque de Rodez en 120999. L’« ecclesia Beate Marie de Albrac » est citée pour la première fois en 1216100, puis dans un acte de 1244, passé « davant la porta de la gleia », selon une pratique qui perdure101. Des autels associés à des dévotions particulières commencent alors à être installés (Bousquet 1994 : 751-752).

  • 102  Doc. I : 160.
  • 103  Doc. I : 222.
  • 104  Doc. I : 292.

45Rien de concret ne filtre, en somme, avant le dernier tiers du xiiie s., où d’importants travaux semblent réalisés. Le fait que la pierre figure explicitement parmi les matériaux dont le monastère est exempté de péage en 1267 plaide pour des travaux en cours102 pendant cette période. Cette impression est confortée par un document de 1276 qui précise que les hommes de la serre de Condom pourront, comme tous les sujets de l’hôpital, être réquisitionnés au cas où le domp voudrait faire « magnum edifficium »103. Et la preuve semble en être fournie par le fait que l’on signale, en 1286, l’existence d’une « aula nova » à Aubrac104.

  • 105  Doc. II : 88.

46Une nouvelle phase de travaux prend place après 1350, motivée par les menaces militaires et par les épidémies. La tradition qui place en 1353 la construction de la tour dite « des Anglais », admise par la plupart des érudits, n’a pu être étayée par des textes ou inscriptions ; mais elle ne peut être totalement écartée, bien que nous estimions ce chantier plus tardif. Plus sûre est la construction, vers 1360, d’une nouvelle infirmerie pour les religieux, par frère Bernard del Clapier105.

  • 106  Doc. II : 304.
  • 107  Doc. II : 130.

47L’hôpital se dote, au tournant du xive s., de nouvelles constructions. Pour cela, les religieux mettent à profit les corvées de leurs paysans. En 1405-1406, le domp rappelle ainsi aux hommes du fourc du Serre et de Condom leurs devoirs en cas de travaux à Aubrac, et ajoute à leurs obligations une bouade annuelle « portan teula en lo luoc del Ospital, prenden la dicha teula del forc del Serre »106. On érige alors une « turris nova », attestée depuis 1426, qui est à coup sûr la tour des Anglais. En 1388-1389, les religieux ont fait fortifier l’église menacée par les incursions des hommes d’armes, excitant ainsi la colère du seigneur de Canilhac qui leur confisqua le bois d’œuvre destiné à ces travaux107.

  • 108  Doc. II : 498 §9.
  • 109  Doc. II : 457, 581.
  • 110  Doc. II : 504-506, 506 note.
  • 111  Doc. II : 582, 585.

48La conjoncture des années 1420-1440 est peu favorable aux travaux d’architecture. Si l’on en croit les accusations formulées par le procureur de l’évêque de Rodez vers 1464, le Pierre d’Estaing (1426-1461) négligea l’entretien des bâtiments et « permisit labi edificia dicti Hospitalis »108. La « desolatio » de l’hôpital, évoquée à cette date, est pourtant anachronique. Car l’activité monumentale a repris pour ne cesser qu’au milieu du xvie s. Malheureusement, le monastère, de par ses prérogatives, échappe aux visites pastorales qui nous permettraient de suivre les progrès des travaux. On note néanmoins que le clocher de l’église est construit entre 1453 et 1468109, et la nouvelle auberge en 1466110. Les logements des frères sont également rénovés : une chambre est bâtie vers 1472, une autre vers 1490111.

  • 112  Sont « lignifaber » ou « fusterius » de l’hôpital Jean Marco en 1461-1466 (Doc. II : 472 ; ADA, E  (...)
  • 113  Le maître maçon de Coussergues, Jean Graffanh, apparenté aux deux Pierre, construira, en 1516-1517 (...)
  • 114  ADA, E 813, f° 21v°, f° 22 et 69v°.
  • 115  ADA, G 179, f° 172-173v°.
  • 116  ADA, E 813, f° 94 et 114v°. Salvanh achève le jubé en 1510. Dans l’intervalle, il se voit confier (...)

49Les textes ne disent rien de l’identité et de l’origine des maîtres d’œuvre responsables des travaux avant le début du xvie s. Les titulaires de l’office de charpentier de l’hôpital, dont les noms sont connus depuis les années 1460, n’ont en charge que l’entretien courant112. À partir des années 1480, les maîtres d’ouvrage font appel aux architectes les plus en vue de la province. La personnalité des domps explique le faste de cette période pour le monastère. Déjà associé au gouvernement du monastère, Antoine d’Estaing succède, en 1495, à son oncle Jean-Pierre, député aux États Généraux de 1484 et administrateur du comté de Rodez après la chute des Armagnacs. Antoine, habile diplomate, est alors conseiller au Grand Conseil avec son frère cadet François qui deviendra évêque de Rodez. En 1501, le domp confie la construction d’une nouvelle aile du cloître, surmontée de logements, aux maçons de Coussergues, Pierre et Pierre Graffanh, père et fils113 (Bedel 1998 : 53-54). Quatre ans plus tard, il confie, par prix-fait, à deux maçons limousins, Michel Ferran et Antoine Delchié, la construction de trois nouvelles travées et de leur claire-voie, ouvrant sur le verdié et appuyées contre une fontaine. Les voûtes d’ogive portent, à la clé, les armes du domp114. Le prélat rénove ou reconstruit l’aula, à la même époque, et installe des tapisseries dans des bâtiments non identifiés115. Surtout, il embellit l’église : il en fait couvrir l’intérieur d’un badigeon blanc, puis, devenu évêque d’Angoulême, il commande, en 1508, un nouveau jubé. Il confie ce travail au tailleur de pierre Antoine Salvanh qui signe là sa première réalisation connue, et qui doit à cette rencontre avec la famille d’Estaing une brillante carrière116.

  • 117  ADA, G 179, f° 172-173v°.

50Conformément à ses dernières volontés117, le domp Antoine fut enterré en 1524 dans l’église d’Aubrac, sous un magnifique tombeau encore décrit par Moréri au xviiie s. Son successeur Antoine André poursuivit sans doute l’embellissement du monastère, comme il le fit pour les églises dépendantes de l’hôpital, à Prades notamment.

  • 118  ADA, 60 H 120.
  • 119  Mémoire sur l’état de l’hôpital d’Aubrac : 396-398.

51Peu de transformations significatives interviennent dans la période troublée qui s’étend sur un siècle, après le milieu du xvie s. Le devis de travaux établi en 1662 signale des bâtiments fort endommagés, mais fait état de « chambres neuves »118. Des travaux suivent dans les années 1660-1680, notamment dans les appartements du domp119, et, en 1694, l’évêque de Rodez en visite rencontre, au nord de la première cour, un « bastiment neuf, imparfait », de 4,6 x 2 m, couvert de lauzes mais dépourvu de planchers et d’huisseries. Le prélat résume ses impressions en disant que « les bastimens sont fort vieux, pourtant solides et épais, mal construicts, vilains obscurs et mal percés, sans aucun ordre, suite ni régularité ». L’incendie du 17 septembre 1700, qui détruit les appartements du domp, entraîne la reconstruction des ailes sud et ouest. Elles apparaissent encore sur les relevés de Portail en 1792.

3.3.1.2 Les destructions révolutionnaires

  • 120  Vente, biens nationaux, Aveyron : 417-419.
  • 121  Vente, biens nationaux, Aveyron : n° 5055, n° 5131 détail et note.

52Survient la Révolution. Les religieux quittent le monastère dans le courant de l’année 1791. L’argenterie, les livres et les archives sont transportés à Saint-Geniez. Les dégradations commencent par des vols d’outils, de grilles en fer (dont une partie de celle de la chapelle du Sépulcre dans le cloître), de cloches, de vaisselle. Les portes extérieures sont ouvertes. Une partie du mur d’enceinte s’écroule sous le premier pavillon. Le mobilier restant est vendu en novembre 1791120. Faute d’entretien et en raison de la disparition des huisseries, les bâtiments se dégradent rapidement. En 1793, ceux-ci sont vendus, à l’exception de l’église et de son clocher, en 21 lots121. Certains bâtiments ne trouvent pas preneur à cause de leur vétusté. Trois d’entre eux reviennent en fin de compte au domaine public : la tour des Anglais devient propriété du département, l’hôpital est affecté à l’administration des eaux et forêts, et l’église à la commune.

  • 122  Vente, biens nationaux, Aveyron : 387 note.
  • 123  Un rapport sur les monuments historiques du département en 1810 résume l’histoire du monastère et (...)

53Sous le Consulat, des tentatives de restauration du culte s’accompagnent de projets de travaux. Un rapport de Niel, ancien religieux d’Aubrac, du 2 messidor an xi, fait le devis des travaux de réparation urgents à l’église et à l’ancien hôpital des pauvres (Causse 1985). L’église est alors partiellement découverte. Ces travaux ne sont, semble-t-il, pas exécutés, et les bâtiments continuent à être systématiquement dépecés. L’administration réagit, poursuivant les voleurs, en 1808, devant le tribunal d’Espalion122. Mais les ruines qui s’accumulent n’intéressent guère les autorités123.

54Le jubé, dont d’importants éléments sont encore en place sur la vue intérieure de l’église vers 1833, et dont J.-L.-E. Bousquet a encore vu des débris en 1841, disparaît. Une tradition, rapportée par Deltour, veut qu’il ait été vendu en Amérique. Toujours est-il que certains fragments restent dans la région. Un élément de colonne sera remployé comme socle du bénitier de l’église de Born (Prades-d’Aubrac), et un autre comme support d’une croix du village de Prades-d’Aubrac. Deux autres blocs sculptés, l’un encastré au-dessus de la porte du nouveau présbitère, l’autre remonté sur une maison de Saint-Geniez, passent également pour provenir du jubé. La nature de la pierre et le style du décor, mêlant rinceaux et bandeaux d’oves de la première Renaissance et arcatures trilobées flamboyantes, ne laissent aucun doute quant à l’origine de ces fragments ; cette modénature annonce celle que Salvanh emploiera sur le chantier de la cathédrale de Rodez après 1513. Tel n’est pas le cas des éléments médiévaux sculptés ou moulurés, en matériau volcanique local, remployés çà et là. C’est donc avec prudence qu’il faut invoquer une autre tradition selon laquelle la « Porte de la miche », où l’on distribuait les aumônes à l’entrée du monastère, fut remontée dans une maison de Bonnefon. La qualité d’exécution de cette porte, son tracé en tiers-point et sa mouluration permettent de l’attribuer à la fin du Moyen Âge et à un commanditaire prestigieux, mais pas d’en connaître la provenance.

55Le 16 messidor an XIII, Aubrac est érigé en succursale de la paroisse de Saint-Chély afin que les bergers qui séjournent sur les montagnes durant l’été puissent assister aisément aux offices religieux. Une chapelle est installée au rez-de-chaussée du bâtiment attenant à l’hôpital des pauvres, jusqu’en 1833, date à laquelle l’administration récupère ces locaux pour y loger les gardes forestiers. La tour des Anglais est alors mise hors d’eau pour abriter une nouvelle chapelle et le presbytère.

3.3.1.3 Les restaurations contemporaines

56En 1833, lors de la visite des dessinateurs envoyés pour illustrer les Voyages pittoresques de Taylor et Nodier, il ne reste déjà presque plus que les ruines informes des bâtiments qui entouraient l’église. Mais la publication de cet ouvrage relance l’intérêt des archéologues pour le reste du monastère dont le clergé local a enrayé la ruine.

  • 124  MP, dos. 81/12, affaires générales. Les autres monuments cités sont la cathédrale de Rodez, l’abba (...)
  • 125  ADA, 22 O 222.
  • 126  MP, dos. 81/12, affaires générales et 81/12/184/20, correspondance.

57La restauration de l’église devient alors une priorité. Relayant les attentes de la population et du clergé local, l’architecte du département, Étienne Boissonnade (1796-1862), adresse au préfet, en janvier 1840, un rapport dans lequel Aubrac est l’un des cinq principaux monuments historiques du département124. Boissonnade y expose que « la Domerie d’Aubrac n’offre plus qu’un monceau de ruines », et ajoute que « cette église n’a rien de remarquable dans son architecture mais son histoire rappelle à notre pays des souvenirs extrêmement précieux ». Selon lui, l’église « de style byzantin de transition », privée de sa couverture depuis quarante ans et dont la voûte est exposée aux intempéries, doit sa survie à son « extrême solidité ». À cette date, les pierres de taille des encadrements des baies ont partiellement disparu. L’appel de Boissonnade est entendu, et l’architecte est chargé d’établir un devis de restauration de l’église qui a été érigée en paroissiale en 1842. Le 30 juin 1843, l’administration approuve un devis de 25 496 F, et confie la régie de l’ouvrage au curé Raynal. Conformément au devis de l’architecte125, l’église reçoit une nouvelle charpente et une couverture en lauzes. Les entourages des baies sont restitués. Le clocher reçoit un nouveau couronnement. Sont supprimés, semble-t-il à cette époque, les 12 échos en bronze à l’intrados de la voûte, décrits par J.‑L.‑E. Bousquet en 1841. Mais faute de financement suffisant – le roi Louis-Philippe y a contribué pour 500 F –, les travaux traînent en longueur jusqu’aux années 1860, et le devis de Boissonnade n’est pas entièrement exécuté126. Par souci d’économie, on se contente de boucher les deux lancettes latérales du pignon oriental. Les projets formés dans les années 1880 pour les restituer ne seront jamais mis à exécution.

  • 127  ADA, 22 O 222.

58Aucune intervention importante n’est ensuite documentée jusqu’en 1925. Cette année-là, deux baies des murs nord et sud du clocher sont obturées, avec l’approbation de l’architecte et inspecteur général Nodet qui obtient l’arrêté de classement de l’église le 21 octobre 1925127. En 1938, les parements supérieurs du pignon ouest et ceux du dessus de la porte d’entrée au sud s’effondrent, minés par les infiltrations. Nodet attribue ce décollement à l’absence d’éléments traversants (des boutisses) dans les murs. Mais il juge le moellon en excellent état. Il dépose les blocs encore en équilibre au-dessus des trois lancettes, et reconstitue les parements à l’aide de blocs neufs. Les travaux sont achevés fin novembre 1938. Les parements de la façade sud au niveau des trois travées occidentales, très déversés à la base du toit, sont refaits par l’entreprise Legrand d’Espalion, en 1942, d’après un devis de l’architecte Berry. Les pierres neuves sont prises dans les carrières de La Maye Nove, qui ont servi de carrière de pierre de taille en 1884 pour les travaux de la maison commune de Saint-Chély. En 1948, l’église, débarrassée de ses statues et de son chemin de croix moderne, retrouve son « austère simplicité ». En 1958, elle est en mauvais état. Un devis de 1970 de l’architecte Michel Hermite, approuvé en mars 1971, prévoit la réfection des couvertures de l’église et du clocher, l’assainissement des maçonneries encaissées de la façade ouest, et la reprise du dallage intérieur derrière l’autel (80 000 F). Le clocher reçoit alors sa nouvelle couverture. L’église ne reçoit la sienne qu’en 1984, en même temps que le mur nord est assaini.

  • 128  ADA, 22 O 222.

59Les autres bâtiments médiévaux de l’ancien monastère, qui ne bénéficient d’aucune mesure de protection au titre des Monuments historiques malgré de nombreuses demandes, ont fait l’objet d’interventions plus mesurées. L’administration des Eaux et Forêts a restauré l’hôpital des pauvres avant de le céder, à une date récente, à un particulier. De 1856 à 1860, on a construit le nouveau presbytère sur les plans de Psoyer, agent voyer de l’arrondissement d’Espalion128. La sacristie, bâtie au nord de l’église à l’époque moderne, a été alors progressivement désaffectée, pour tomber en ruine dans les années 1910.

3.3.2 Analyse architecturale des bâtiments subsistants

60Les relevés de l’époque moderne et les éléments en place confirment l’impression, laissée par les textes, d’un ensemble de constructions résultant d’adjonctions successives étalées dans le temps. Pour affronter les intempéries, les bâtiments se sont serrés à l’abri de l’église autour d’espaces libres de faible étendue. Aussi, l’emprise du monastère médiéval est-elle particulièrement réduite (fig. 30).

fig. 30. Axonométrie de l’hôpital d’Aubrac à la fin du xviiie s.

  • 129  Doc. I : 648.

61Contrairement au rigoureux schéma d’implantation des abbayes cisterciennes, ou des fondations hospitalières montagnardes des routes de pèlerinage comme Roncevaux, aucun plan directeur n’a régi la formation de l’hôpital d’Aubrac. La distinction ne s’arrête pas là, puisque ce monastère ne possède pas de salle capitulaire. L’assemblée des frères se réunit dans l’église, sous le porche qui en précède l’entrée, ou, l’hiver, dans la chambre du domp confortablement chauffée129.

3.3.2.1 L’église

62L’église d’Aubrac, dédiée à la Vierge, est un monument exemplaire de la recherche d’austérité qui caractérise la phase de mutation mettant fin à l’art roman dans l’aire méridionale. Elle illustre plus généralement la tendance à la sévérité dans la France de Philippe-Auguste (fig. 31). Mais l’étude de ce monument demeure délicate en raison de son caractère atypique à l’échelle régionale, tandis qu’en Limousin, l’existence d’un corpus plus étendu de ce type d’édifice a permis à Claude Andrault de mettre en évidence une rupture avec les traditions romanes dans les années 1170-1180 (Andrault-Schmitt 1997). Le dépouillement de la structure et du décor, mis en évidence par Jacques Bousquet (Bousquet 1994 : 751), rend particulièrement délicate une datation précise de cet édifice.

fig. 31. L’église d’Aubrac.

Description

63Le plan adopte la forme d’un quadrilatère de 24 x 12 m, sans transept, divisé en quatre travées régulières, délimitées par les doubleaux qui renforcent la voûte en berceau brisé couvrant l’unique vaisseau. Les structures murales externes sont conçues pour supporter la poussée de cette voûte, tout en contribuant au dépouillement d’ensemble et à la simplicité de l’enveloppe. Les murs latéraux sont épaulés par de larges contreforts saillants, réunis par des arcades en plein cintre à simple rouleau dont le sommet est situé presque un mètre cinquante au-dessus du niveau du départ de la voûte. Elles servent donc moins de système de décharge qu’à raidir le sommet des murs gouttereaux ou à charger les contreforts. Ces derniers, sans ressauts ni glacis, sont simplement surmontés latéralement d’une imposte chanfreinée au départ des arcs. Leur intégration dans les pignons et leur réunion par des arcs atténuent les effets d’articulation au profit d’une impression de massivité et de juxtaposition de plans.

  • 130  Ce type de percement est mis en œuvre lors de l’agrandissement de la collégiale de Saint-Junien en (...)

64Le plan de l’église est lié à la recherche d’une lumière continue. Absentes au nord pour d’évidentes raisons climatiques, de modestes fenêtres sont percées dans les trois autres murs. Toutes tracées en plein cintre, sans mouluration, elles possèdent un double ébrasement, plus profond côté interne. L’originalité du système d’éclairage réside principalement dans l’existence de deux triplets avec des lancettes, ouvertes, face à face, dans les deux murs pignons de l’église. Le fait que la lancette centrale ne soit pas plus haute que les autres, ajouté au tracé en plein cintre, suggère une date précoce. Mais les triplets sont surmontés d’un oculus, type de percement qui trahit une date avancée dans le xiie s.130

65Les murs, dans l’épaisseur desquelles quelques armoires ou piscines sont percées, sont discrètement scandés en hauteur par de courts segments de colonnettes engagées, suspendues sur des consoles moulurées, et surmontées de chapiteaux à feuilles lisses. Le tailloir de ces chapiteaux est formé du ressaut d’une corniche en quart-de-rond qui marque le départ de la voûte dont l’appareil de blocs taillés prolonge celui des murs latéraux. Les chapiteaux soutiennent des doubleaux à simple rouleau. Signalons enfin des techniques de construction de grande qualité, condition nécessaire à la stabilité de ce type de nef à berceau brisé, non contrebuté par des collatéraux. Les murs épais de 2 m environ sont montés avec un double parement de pierre de taille de moyen appareil régulièrement assisé, et un fourrage intérieur. L’architecte a utilisé au mieux les ressources minérales volcaniques locales : avec la prudence qu’imposent les évidentes réfections, il semble que les voûtes et les arcs réunissant les contreforts extérieurs aient été taillés dans un matériau plus léger – une sorte de tuf – que l’appareil des murs, lui-même taillé dans un matériau plus tendre que les cailloux de basalte du blocage interne.

66La couverture en lauzes de schiste, posée, à l’origine, directement sur l’extrados des voûtes remblayées, repose aujourd’hui sur un voligeage. La corniche en quart-de-rond, formant coyau au sommet des murs, constitue le seul élément mouluré des façades.

La place de l’église d’Aubrac dans l’architecture de la fin de l’époque romane

  • 131  Certaines églises du Midi présentent toutefois un aspect comparable sur ce point à l’église d’Aubr (...)
  • 132  En Limousin, chevet plat et nef unique forment ainsi un parti architectural caractéristique des ég (...)

67L’édifice bénéficie du résultat des recherches architecturales, entreprises depuis les années 1130, sur le couvrement de vaisseaux uniques, d’une certaine ampleur, et qui ont fait du midi la terre d’élection de la nef unique couverte d’un berceau brisé ; citons les cathédrales de Saint-Pons-de-Thomières (vers 1150-1170) et d’Agde (après 1175), dotées elles aussi de contreforts-arcades, comme l’est l’église rouergate de Castelnau-Pégayrols fidèle pour sa part au berceau plein cintre. À Aubrac, l’espace intérieur est peu articulé, choix qui cadre mal avec la conception de la structure murale à la fin de l’âge roman ; les colonnettes engagées sont discrètes, et c’est l’impression de continuité des surfaces murales qui domine131. Reste que ce type de chevet plat est unique dans l’architecture médiévale de l’Aubrac. Antérieurs de quelques décennies, les chevets en hémicycle de Nasbinals et Saint-Urcize, dotés de chapelles rayonnantes, traduisent une vocation à l’ostension de reliques, qui est absente à Aubrac. Comme dans les provinces de l’ouest du Massif central, l’existence du chevet plat semble liée à l’essor de certains ordres religieux, et notamment à celui des chanoines réguliers132.

  • 133  Des photos de l’église du xiie s., en ruine, ont été publiées par Annie Bras dans Revue du Rouergu (...)
  • 134  C’est le cas de l’église de Saint-Sulpice-Laurière par exemple, dépendante de Saint-Martial de Lim (...)

68Quelle a pu être l’influence sur Aubrac de la construction de l’église abbatiale cistercienne de Bonneval, achevée avant 1178 ? L’absence d’étude archéologique sur ce monument, reconstruit en 1894-1896, laisse cependant en suspens la question133. Toutefois, à contre-courant des transformations subies par l’architecture cistercienne dans la seconde moitié du xiie s., l’église d’Aubrac marque un retour à la simplicité. La recherche d’austérité a freiné l’emploi de l’ogive – pourtant connue dans le midi depuis le second quart du xiie s. – et des structures allégées qui en découlent. Le berceau brisé est conservé, comme il l’est parfois également en Limousin, fortement influencé par l’abbaye de Grandmont dont la règle, composée vers 1130, donnait des instructions précises en matière de sobriété134.

69La formule combine donc les influences de l’architecture monastique du xiie s. et les traditions méridionales romanes. Le parti qui en résulte exprime la volonté de développer le chœur des religieux au détriment de l’accueil des fidèles. En définitive, il semble qu’il faille revoir la chronologie proposée par Jacques Bousquet qui estimait que l’église avait été mise en chantier dès les années 1162 (Bousquet 1992- 1994 : 618). Ses principales caractéristiques invitent à en repousser la construction dans les années 1180-1200.

Travaux postérieurs à la construction

  • 135  Doc. II : 126.

70L’adjonction médiévale la plus significative a porté sur la construction du clocher, mise en chantier en 1453 et achevée avant 1468135. Cet ouvrage succéda certainement à un clocher plus ancien. L’importance du rôle joué par les cloches dans l’assistance aux voyageurs égarés sur le plateau implique en effet l’existence d’un campanile, dès la fondation de l’hôpital. Des chambres furent immédiatement aménagées à l’étage de cette nouvelle tour.

  • 136  ADA, 60 H 9 ; Doc. II : 148 note, 155, 309, 312, 365, 388, 452 et suiv. ; Doc. II : 524. Les reven (...)

71On est très mal informé sur la liturgie et sur l’état du mobilier, du décor et des vitraux médiévaux de l’église d’Aubrac, faute d’inventaire ancien. Il ne fait en revanche pas de doute que d’importants aménagements intérieurs ont affecté l’église après sa construction. On voit, dès les années 1250, le luminaire prendre de l’importance et les chapellenies se multiplier, mouvement qui s’amplifie après 1350 (Bousquet 1994 : 751-752)136. Malgré ces créations, aucune construction n’est ajoutée entre les contreforts ; les nouveaux autels sont aménagés à l’intérieur de l’église.

  • 137  ADA, E 813, f° 114v°.

72Dès le xiiie s., un chœur est matérialisé dans l’église, et peut-être déjà surélevé par rapport à la nef. Il est sans doute depuis longtemps pourvu de stalles lorsqu’en 1508 le domp Antoine d’Estaing met en chantier un « polpitre » pour isoler le chœur des religieux. Construit en calcaire du causse comtal, ce jubé semble épargné par les occupants du monastère en 1569 et 1595, et offre encore, en 1694, l’aspect « d’une belle sculpture en pierre blanche ». Il abritait deux autels sur les côtés et supportait un petit orgue. Le domp Antoine, qui fit blanchir l’église avant 1511 pour en harmoniser les parements avec la pierre du jubé137, est certainement le donateur des quatre colonnes de cuivres surmontées d’anges tenant des chandeliers encore en place autour de l’autel en 1694. Ce type d’aménagement jouit en effet d’un immense succès autour de 1500, à l’image du ciborium offert par l’évêque François, frère d’Antoine, à la cathédrale de Rodez dans les mêmes années (Bion de Marlavagne 1875b : 179).

  • 138  Doc. I : 597 (1332).

73Il est difficile d’identifier les anciens accès à l’église, qui ont varié au fil du temps pour s’adapter aux transformations des dispositions intérieures du bâtiment et de ses abords. Des deux portes actuellement ouvertes au sud de la nef, la plus à l’est, percée en plein cintre, donnait accès au chœur des religieux ; la plus à l’ouest, en tiers-point et dotée de voussures continues, fut ouverte sur la nef au xive ou xve s. Ses claveaux furent numérotés au moment du démontage et du remontage nécessités par la restauration des années 1840. Toutes deux étaient accessibles depuis la galerie basse du cloître. Éventuellement contemporain de cette porte, le « porticu » de 1332138 correspond peut-être au vestibule de l’église que l’évêque de Rodez désigne sous le nom de « chapitre » en 1694, et décrit comme une salle carrée de 8 pas de côté, couverte d’une voûte reposant sur un pilier central. Deux autres portes anciennes sont aujourd’hui murées : l’une au niveau du sol de l’église, dans le pignon occidental ; l’autre dans l’angle sud-ouest de la nef, à un mètre cinquante de hauteur.

3.3.2.2 Le cimetière

  • 139  Doc. II : 154 (1397), 583 (1478).
  • 140  Doc. II : 545-546.

74Les religieux ont sans doute longtemps été enterrés dans l’église ou dans le cloître. Il existait, certainement dès le xiie s., un cimetière pour les laïcs qui trépassaient à l’hôpital, qu’il s’agisse des serviteurs ou des pauvres qui y étaient recueillis139. Un nouveau cimetière fut aménagé à leur usage en 1483 « extra dictum Hospitale seu ecclesiam dicti Hospitalis de Altobraco, remotumque abhinc, pro corporibus pauperum in dicto Hospitali confluentium et aliorum et presentim infectorum tempore pestis vigentis »140.

75L’actuel cimetière d’Aubrac, installé au pied du pignon occidental de l’église, avec laquelle il communiquait par une porte, occupe sans doute l’emplacement délimité au xve s. La mention de 1662, qui le qualifie de « cimetière des pèlerins », est d’autant plus surprenante qu’il s’agit du seul aménagement identifié comme étant spécialement destiné aux pèlerins ; l’hôtellerie (fig 32), l’infirmerie et la savaterie ont pu héberger, soigner et chausser les fidèles en route vers Compostelle, mais aucun texte n’en apporte confirmation. Contre toute attente, les pèlerins semblent les grands absents de la vie quotidienne de cet hôpital au Moyen Âge, hôpital qui fut précisément fondé pour les accueillir.

fig. 32. L’hostellerie médiévale d’Aubrac.

3.3.2.3 La tour des Anglais

  • 141  Doc. II : 569.
  • 142  Doc. II : 585 (1493).

76La « turris nove », où semble se trouver la chambre du domp en 1426, est, pensons-nous, le monument connu aujourd’hui sous le nom de « tour des Anglais »141. Jusqu’au xixe s., on y entre par un escalier extérieur couvert qui mène, à trois mètres de hauteur, à une porte défendue (en 1694) par une grille de fer. Ce premier étage, comme le niveau qu’il surmonte, est voûté. Les étages supérieurs, desservis par un escalier en vis aménagé dans l’angle sud-est, sont planchéiés. Le rez-de-chaussée sert de cave, les trois étages supérieurs de chambres en 1493142, les niveaux supérieurs de grenier et de galetas. Au xviie s. (1694), chacune des chambres est pourvue d’une cheminée. Cette tour, qui a perdu son couronnement de mâchicoulis (seules les consoles subsistent) après la Révolution, n’était pas aussi isolée qu’aujourd’hui. Des bâtiments y étaient accolés – dont une écurie en 1793 – qui ont subsisté jusqu’au début du xxe s., comme l’attestent des photos anciennes. Les encadrements des baies, nettement élargis, résultent des remaniements du xixe s., qui ont supprimé l’escalier extérieur en pierre.

3.3.2.4 L’hôpital des pauvres

  • 143  « Domo et hospitalis ubi pauperes recipiuntur » [Doc. I : 595 (1332)] ; voir également Doc. II : 7 (...)
  • 144  Doc. II : 580-585 passim (1452-1490).
  • 145  Doc. I : 595 ; Doc. II : 583, 585 (1476).

77Élément essentiel du monastère, l’hospitalis pauperum apparaît dans les textes au début du xive s.143 Il est alors régi par un frère et une sœur, et se situe sous la aula nova. Les bâtiments subsistants, au nord de la route départementale, face à la tour des Anglais, sont le fruit d’une reconstruction, datable de la seconde moitié du xve s. Les sources écrites de cette période renvoient de fait à l’édifice actuel144 qui, à la fin du Moyen Âge, accueille à l’étage une partie des chambres des donats et leur chauffoir145.

  • 146  Doc. II : 580-582, 584.
  • 147  Doc. II : 581, 583.

78À l’est, donnant sur le teron des Goutals, une petite étable mitoyenne, destinée aux muletiers (d’où son nom d’étable des goutals ou coutals), abrite sous ses combles d’autres donats146. Au moins 5 cellules fermant à clé y sont aménagées, et une communication existe avec le chauffoir installé dans l’hôpital147. Cette étable a disparu.

79Le rapport de 1694 décrit des dispositions à peu près identiques. L’hôpital des pauvres possède un rez-de-chaussée voûté où se succèdent, d’est en ouest, une chapelle, un dortoir de 14 lits et une cuisine. À l’étage, où l’on monte par un escalier de pierre (qui a sans doute remplacé l’escalier extérieur en bois donnant à l’étage sur une porte bouchée), se trouve la chambre des dames à trois lits, le dortoir des donats, formé de 8 petites cellules réparties 4 à 4 de part et d’autre d’un couloir, et des lieux communs. Le lavoir, qui occupe à cette époque l’angle sud-ouest de l’hôpital, est peut-être un ajout moderne.

3.3.3 Essai de restitution du monastère médiéval

Les tours, l’enceinte et les portes d’accès

  • 148  Doc. II : 580-584 passim.

80Du xiiie au xve s., l’hôpital d’Aubrac s’est progressivement entouré de murs, scandés par des « tours » intégrées dans les espaces de vie. Au Moyen Âge se dresse ainsi, au sud du monastère semble-t-il, la « tour de la cuisine » près de laquelle les frères occupent des chambres148 : la chambre « de la cosina » citée vers 1450, et celle au-dessus de la cuisine et du carnier, jouxtant la tour de la cuisine, que le prêtre Guillaume Cayron fit construire peu avant 1472. On trouve aussi une chambre « infra turrim de la cosina, subtus stagiam superiorem dicte turris », qui fait l’objet de réparations dans les années 1478-1480. Contre cette tour il y a donc, en rez-de-chaussée, la cuisine proprement dite et le carnier, ainsi qu’un escalier extérieur qui permet d’accéder à un solier qui sert de grenier (1480-1481).

  • 149  Doc. II : 381, 382.
  • 150  « Camera desupra portam » [Doc. II : 569 (1422)] ; chambre dite « infra turrim de la porta » [Doc. (...)
  • 151  Doc. II : 584 (1483), 585 (1491).
  • 152  Doc. II : 680 (fores inferioris curtis, 1446), 712, 719.
  • 153  ADA, 60 H 104, f° 12.

81Autre tour évoquée au milieu du xve s., celle qui défend la principale porte d’entrée du monastère, ou « portam exteriorem »149. Elle abrite une ou plusieurs chambres150. Sur elle, s’appuient des murs d’enceinte, à la fin du xve s.151 Passée cette porte, on trouve une première cour au fond de laquelle s’ouvre une autre porte152. En 1408, le témoin d’une altercation se tient en effet « inter duas portas fortalicii Hospitalis »153. Cette seconde porte est peut-être surmontée d’une tour : en 1694, on signale une horloge « montée dans une petite tour au-dessus de l’entrée de la troisième cour et au bout de l’appartement de Monsieur le dom ». Au moins trois gabions maçonnés et couverts renforcent encore l’enceinte en 1662 : à la première porte, près de la grande écurie, et près de l’église, et peut-être un autre au coin de la grange du sacristain.

Le cloître

  • 154  Doc. II : 320 (in claustro superior).
  • 155  Doc. II : 504 (1466), 570 (1449).

82Les mentions du claustrum, dont on sait par les documents de l’époque moderne qu’il s’étendait au sud de l’église, sont tardives, suggérant une construction à la fin du xiiie s. Dès le début du xive s., le cloître possède deux niveaux, particularité qui traduit le souci de densifier le bâti pour offrir aux hommes une meilleure protection contre les intempéries154. Un escalier à vis assure la communication entre les deux niveaux. L’expression « infra claustrum », que l’on rencontre au xve s., désigne sans doute la galerie basse155. Au niveau du « bas cloître » au nord, se trouve le vestibule d’accès à l’église. Au début du xvie s., le cloître est rénové ou agrandi d’une aile sur deux niveaux. Vers la même époque, on y aménage, au sud-est, une chapelle du Sépulcre (citée en 1694) qui abrite sans doute un groupe de la mise au tombeau du Christ, thème particulièrement en faveur aux xve et xvie s. Les deux fragments de remplage en pierre volcanique, de la fin de l’époque gothique, mis au jour au printemps 2001 lors de la construction de la Maison de l’Aubrac, proviennent sans doute des arcades de ce cloître. Il est également possible que la petite vasque godronnée, en marbre, de style Renaissance, conservée dans l’église de Born (Prades-d’Aubrac), provienne de la fontaine attestée en 1662 – voire dès 1505 – dans le cloître, fontaine alimentée par la source captée près de l’hôpital des pauvres. Avant sa transformation en bénitier, l’eau s’en écoulait par quatre orifices décorés de têtes de lions.

  • 156  Doc. II : 585 (1491).
  • 157  Doc. II : 556 (1487). Cette cour est appelée la « curtis sabatarie » en 1464 (ADA, E 1169, f°39).
  • 158  Doc. II : 576.
  • 159  Doc. II : 583 (1475), 584 (1483).
  • 160  Doc. II : 585 (1491).
  • 161  « Quodam stabulum juxta turrim magnam en ante fabricam » (Doc. II : 576).

83Un passage conduit de l’église à l’hôpital des pauvres en direction de la grande tour. Il est bordé de chambres que l’on reconstruit vers 1490156. Au nord, devant l’hôpital des pauvres, s’étend une cour (« curtis sive patu »), sur laquelle ouvre le bâtiment de la semellatoria, également dite « operatorium de la sabataria »157. Une chambre sur deux niveaux jouxte l’atelier en 1477158. Cette savaterie est surmontée d’une aula, dite la « aula magna exterioris ». Sur cette même cour, près de la grande tour, donne également la forge (fabrica), elle aussi surmontée de chambres159. Les chambres au-dessus de la forge sont dites « infra septa » en 1491, c’est-à-dire sous le mur d’enceinte du monastère160. Il y a également, en 1477, une étable près de la grande tour et devant la forge161.

L’aula

  • 162  Doc. I : 292.
  • 163  Doc. II : 569.
  • 164  Doc. II : 524, 574 (1425), 569 (1443), 572 (1478), etc.
  • 165  Doc. II : 695, 738.

84Il y a donc à Aubrac, dès 1286 au moins, une aula où le domp exerce les prérogatives de son pouvoir temporel162. Est-ce la même que la « aula nova supra hospitale pauperum » citée en 1356 et que la « aula dompni » de 1416163 ? Les occurrences de ce terme de « aula » restent étonnamment rares. La aula se confond peut-être tout simplement avec la chambre du domp, souvent mentionnée pour sa part, et où le chapitre se réunit dans certaines occasions au xve s.164 Dans cette hypothèse, la « cambra nova » ou « camera nova » citée en 1475 et 1487165 correspondrait à la « aula nova bassa » dans laquelle le marché pour la construction du jubé fut conclu en 1508. Par la suite, les appartements du domp ne paraissent avoir subi que de légères modifications, du moins jusqu’au milieu du xviie s. En 1662, on accède encore à la « salle du seigneur domp », pourvue d’un cabinet, par un escalier à vis.

Les logements des frères

  • 166  Doc. I : 591 (1332) ; Doc. II : 543, 594, 597, 598 (1332).
  • 167  ADA, 60 H 104, f° 19v°.

85Le privilège de disposer d’une chambre individuelle était accordé au domp, au cellérier, à tous les prêtres et dignitaires du couvent, comme le prieur de Nasbinals, et à la plupart des religieux claustraux, notaires et chevaliers, sous la condition de l’entretenir et parfois de la construire à leurs frais166. Les plus grandes de ces chambres pouvaient accueillir, comme en 1409, les assises de la cour de justice de l’hôpital167.

  • 168  Doc. II : 583 (1478).
  • 169  Doc. I : 137, 144, 591, 594, 597, 598, 603, 604, 609, 612, 664.
  • 170  Doc. II : 321.
  • 171  Doc. II : 581, 585 (1492).

86Dès le xive s., le dortoir commun n’est plus qu’un souvenir. Le dormitorium des frères consiste en réalité en un ensemble de cellules situées près du cimetière, entre l’église et la grande tour168. Mais d’autres chambres sont dispersées dans le couvent169. Pour supporter le froid, il n’est pas rare qu’on y loge à deux, quand on ne cherche pas d’autres sources de chaleur : celle des animaux et celle des foyers qui brûlent dans la forge ou à l’hôpital des pauvres. Le confort des cellules n’est pas si mauvais puisque des femmes ne répugnent pas à s’y aventurer170. Mais la place manque au xve s., si bien que les frères vont jusqu’à s’installer à proximité immédiate du nouveau clocher, voire à l’intérieur même de celui-ci171.

Chauffoir et réfectoire

  • 172  ADA, 60 H 104, f° 12 et 46.
  • 173  Doc. II : 638.
  • 174  Doc. II : 581-583.

87Les hivers sont rudes à Aubrac. Aussi l’hôpital met-il à la disposition de ses membres plusieurs chauffoirs collectifs. Le « calfado » des prêtres est cité en 1410-1411172 et encore dans les années 1450-1470173 ; un autre, affecté aux donats, est situé près de leur dortoir, au-dessus de l’étable des Goutals174.

  • 175  Doc. I : 387 et suiv. (vers 1290).
  • 176  Doc. II : 529.

88Le réfectoire où les frères prennent leurs repas en commun est rarement mentionné175. Il faut certainement le situer à proximité des cuisines, peut-être déjà au rez-de-chaussée de la tour sud, comme c’est le cas à la fin du xviiie s. Lui aussi est entouré de chambres : la « camera tinelli » est ainsi évoquée en 1479176.

Bâtiments non localisés

  • 177  Doc. I : 115, 252.
  • 178  Doc. II : 527.
  • 179  Actes passés « in botelharia » (ADA, E 1164, f° 45 (1458) ; ADA, E 1241, f° 82).

89Un certain nombre de dépendances du monastère, dont les textes attestent l’existence au Moyen Âge, sont difficiles à localiser. Sont dans ce cas : le four, connu en raison d’actes passés « in fornello » à la fin du xiiie s.177, le cellier ou « pincernaria » cité en 1477178 et la bouteillerie, mentionnée en 1458 et 1505179.

  • 180  Doc. I : 497 ; Doc. II : 88, 567, 568.
  • 181  Doc. II : 522.
  • 182  Doc. II : 156, 157, 566, 567.

90Citée en 1316-1317, visiblement à l’écart des principaux bâtiments monastiques, l’infirmerie est installée dans un hospicium ou domus depuis les années 1360 au moins180. N’accueillant théoriquement que les membres du monastère, elle se développe au xve s. grâce à une fondation d’un religieux181. Administrée par un frère et servie par une sœur, elle semble pourvue de quatre lits. Elle est sans doute chauffée, ce qui explique que l’on y traite des affaires courantes du monastère en hiver182. En 1662, elle jouxte une tour et est pourvue d’une galerie portée par des piliers maçonnés.

Les bâtiments hors de l’enceinte

  • 183  ADA, 60 H 104, f° 12.
  • 184  ADA, E 947, f° 88v°.
  • 185  Doc. II : 583.

91L’existence d’une place ou « couderc » devant la principale entrée du monastère, au sud, semble un fait acquis. En 1408, le témoin d’une altercation qui se déroule sur cette place observe la scène depuis la fenêtre de la chambre du dom183. Mais il est difficile d’affirmer que cette place ne fait qu’un avec le couderc entouré de bâtiments. En 1415, deux donats se partagent effectivement « portionem hospicii scituati in coderco dicti Hospitalis »184, et ce couderc est encore cité en 1476185.

  • 186  Doc II : 636, 721.

92D’autres indices font penser à la présence de logements de religieux hors de l’enceinte. En 1461, on parle de la « domus habitationis domini Petri Vitalis, presbyteri », maison dotée d’une chambre à l’étage et d’une « camera bassa » ; en 1458, il est question de la « camera exterioris » de P. Bousquet186.

L’auberge

  • 187  Doc. I : 144.
  • 188  Doc. II : 703, 704.
  • 189  ADA, E 1176, f° 118.
  • 190  Doc. II : 454.
  • 191  Doc. II : 497 §8.
  • 192  Doc. II : 504-506, 506 note.
  • 193  Doc. II : 527, 528 note, 556, 567, 568, 753.

93Jusqu’au xiiie s., les hôtes de l’hôpital sont hébergés dans une « camera hospitum »187. Puis on construit une auberge qui, à la faveur de l’essor des échanges commerciaux et de la transhumance, devient l’un des bâtiments les plus importants du monastère. C’est sans doute là que séjournent les maquignons qui viennent régulièrement de Marvejols vers 1400188. La plus ancienne mention remonte à 1396 lorsqu’un acte est passé « in escalario de la taverna vialha »189, à identifier peut-être avec le « gradarium domus hostalarie » que l’on retrouve en 1453190. Il n’est pas exclu qu’elle ne fasse alors qu’un avec l’hôpital des pauvres puisque l’on parle, en 1464, de la « domus deputata ad recipiendum pauperes et peregrinos » de laquelle, quelques années auparavant, son titulaire aurait fait une hôtellerie payante pour les voyageurs191. Les critiques formulées sur ce point par l’évêque ne sont sans doute pas étrangères au fait que l’on décide, en 1466, de bâtir une nouvelle hôtellerie (« diversorium sive hostalarium » ou « sive taverne »), afin, sans doute, de rendre au vieil hôpital des pauvres sa fonction initiale. À cette date, le domp nomme un nouveau fermier de l’hôtellerie qui devra faire construire une maison de deux étages « am cals et am arena » de 7 cannes sur 3 dans l’œuvre192. Le bail augmente fortement dans les années qui suivent, preuve de la hausse de la fréquentation de cette auberge par les acteurs de l’économie pastorale avec lesquels la Domerie passe, dans ce lieu, divers contrats193.

94Le bâtiment du xve s. est sans doute toujours en place en 1694 lorsque l’évêque Philippe de Luzignan décrit un « fort méchant cabaret » devant la porte du monastère, et il correspond peut-être à l’auberge flanquée d’une grange que relève le géomètre Portail en 1792.

Les bâtiments agricoles

  • 194  ADA, 60 H 104, f° 36.
  • 195  ADA, E 949, f° 75.
  • 196  ADA, 60 H 104, f° 12.
  • 197  ADA, E 947, f° 74.
  • 198  Doc. II : 506 note.
  • 199  Doc. II : 580-582.

95Au fil du temps, des étables ont été installées à l’intérieur et autour du monastère. Certaines sont à l’usage de la mense commune, comme la « domus sive stabula bovinorum » citée en 1413194, et sans doute l’étable des Bouals, attestée au début du xve s.195 D’autres bâtiments agricoles sont affectés aux divers offices. Il existe ainsi une étable, appelée « de l’enfermaria » en 1408, qui s’élève à proximité d’une « platea »196. En 1414, un acte est passé devant la « stabulum taberne »197, laquelle taverne ou hôtellerie possède une grande et une petite étable en 1476198 ; l’une d’elles a peut-être survécu jusqu’à la Révolution. À l’est de l’hôpital des pauvres, s’étend le « teron dels cotals » (Les Goutals) où se dresse une étable, citée dans les années 1450-1470, dont l’étage sert de dortoir pour les donats199.

  • 200  Doc. II : 574, 575.
  • 201  Doc. II : 580, 581, 720.
  • 202  Doc. II : 585 (1468), 583 (1478).
  • 203  Doc. II : 576.

96Il y a encore des bâtiments à l’usage particulier des membres du monastère. Un acte de 1453 nous montre au moins trois étables côte à côte tenues par deux donats et un frère200. Dans les années 1450 toujours, le jardin de l’hôpital des pauvres est bordé par au moins deux étables : l’une est à l’usage de deux religieux, l’autre du sacristain201. À l’est de l’église, sous le clocher neuf et le cloître, il y a encore un grenier appelé « de sobre lo coven »202. Parmi les annexes agricoles d’Aubrac, citons enfin « quodam pratum cum quodam hospicio in pertinentiis dicti Hospitalis », en 1477203.

3.4 Les granges de l’hôpital au nord du Lot à l’époque médiévale

  • 204  Pour la France, un point sur la question a été fait par Philippe Racinet (1998). La plupart des ét (...)
  • 205  Pour l’aspect architectural, voir Jacques Miquel (1981).

97La recomposition du paysage seigneurial au xiie s. en Aubrac a coïncidé avec un certain nombre de transformations dans les structures et dans la répartition du peuplement. La plus spectaculaire et inattendue pour l’historien est la désertion des mas d’altitude, phénomène qui entretient des liens de cause à effet difficiles à établir avec l’installation des seigneuries religieuses. La conséquence la plus durable de cette installation reste cependant la constitution des granges monastiques204. Elle est aussi la plus spectaculaire car l’Aubrac fournit quelques-uns des plus beaux exemples de ces granges fortifiées qui font l’originalité du paysage monumental rouergat médiéval205.

3.4.1 Chronologie des créations et disparitions

98Aucun texte ne fait état de l’existence d’une grange sur les domaines de l’hôpital d’Aubrac avant le milieu du xiiie s., alors que le monastère existe depuis plus de cent ans. Cette lacune documentaire nous prive d’une chronologie des fondations, ainsi que d’éléments permettant de saisir les motivations des religieux qui se sont probablement inspirés du système déjà adopté sur leurs possessions par les cisterciens et les clunisiens. On devine toutefois que l’essor décisif a lieu dans la première moitié du xiiie s. puisque, lorsque les textes deviennent plus nombreux vers 1250, une dizaine de granges sont constituées au nord du Lot (fig. 33).

fig. 33. Les granges monastiques en Aubrac à l’époque médiévale.

  • 206  ADA, G 404.
  • 207  ADA, E 797, f° 70 ; Doc. II : 596.
  • 208  Doc. II : 107.
  • 209  Doc. II : 88, 89.
  • 210  ADA, 60 H 103, reg. 56, f° 25 ; Doc. II : 257.
  • 211  ADA, E 1117, cah. 5, f° 174.

99Le document qui en fait foi est la bulle de Clément IV mettant, en 1267, l’hôpital d’Aubrac avec ses dépendances sous la protection du Saint-Siège206. Elle énumère, sans ordre hiérarchique, les « grangie » d’Aulos, Cisternes, Prades, Bonnefon, Les Salhens, Salèles, Le Viala, Plagnes et Malet. Les fondations se font moins nombreuses ensuite. De 1333 date la première mention connue de la « aula » du Telh, alias Penedensa207. La grange de Castelvieil, près de Belvezet, est citée pour la première fois en 1373208 ; celles des Brasses et des Inguilhens apparaissent dans un texte de 1368209. Elles sont alors sans doute récentes, la conjoncture des années 1270-1350 étant trop défavorable à ce type d’exploitation du sol pour supposer des créations à cette époque. Puech Ginieys, située entre Aubrac et Nasbinals, semble exister en 1392210 et Ginestouze apparaît comme grange en 1488211.

  • 212  Doc. II : 124, 150, 282-291 ; ADA, E 947, f° 12v° ; E 1168, f° 1.
  • 213  ADA, 60 H 104, f° 46v°.

100Les domaines de l’hôpital vont être exploités jusqu’à la Révolution sous des régimes divers, mais en conservant leurs limites médiévales. La grange des Inguilhens constitue une exception notable à cette continuité. De nouveau citée comme grange en 1386, elle est toujours unie au vestiaire de l’hôpital en 1393 et apparaît encore dans les textes en 1404, 1410, etc., jusqu’à sa dernière mention connue en 1462212. Sa durée de vie fut donc particulièrement courte, et l’on ne peut exclure que les religieux aient renoncé à l’habiter dès l’installation d’un climat d’insécurité persistant dans les années 1375-1390. Un texte semble conforter cette hypothèse : le 12 juin 1412, le sergent de l’hôpital est en tournée dans le secteur ; le notaire qui enregistre l’exploit situe l’acte à la « grangiam de Guilhem », puis biffe le premier mot qu’il remplace par « herbatgium »213. Les bâtiments qu’il a sous les yeux sont peut-être déjà à l’abandon. L’emplacement de cette grange a été identifié ; il correspond aux ruines relevées dans le terroir de Térondet, au sud de l’actuelle montagne des Inguilhens, en lisière de forêt. (Fau, Hamon 1998 : 18-29).

3.4.2 Localisation

  • 214  Doc. II : 161, 162.

101Le caractère tardif de l’implantation en Aubrac d’un réseau de granges monastiques laisse imaginer les obstacles qui ont pu s’élever devant l’installation de ce système d’exploitation. En effet, le plus difficile à surmonter consistait, dans un contexte de forte pression démographique, à rassembler de grandes surfaces agricoles d’un seul tenant. Les religieux ont certainement pu acquérir de grosses propriétés seigneuriales ou alleutières, aux Salhens par exemple, et en reprendre l’exploitation à leur compte. Ils ont pu ensuite acquérir des pagésies limitrophes pour agrandir ces domaines, comme cela est attesté à Aulos en 1347214. Mais il leur a fallu, dans la plupart des cas, défricher de vastes espaces vacants, et donc amputer les zones d’exercice des droits des communautés paysannes.

102Pourtant, plus que les opportunités d’acquisition, c’est la nécessité d’une gestion cohérente de l’espace qui explique la répartition et la hiérarchie des installations réalisées.

  • 215  L’enquête menée à cette occasion a été publiée (Mémoire sur l’état de l’hôpital d’Aubrac).

103Au-dessus de 1100 m d’altitude, deux granges jouent un rôle économique de premier plan au Moyen Âge : le monastère d’Aubrac lui-même, dont l’administration des terres est répartie entre divers offices claustraux, et Plagnes (Trélans), à laquelle sont attachés de vastes pâturages à bestiaux autour de Malhebiau. Des domaines plus modestes existent dès le xiiie s. aux Salhens (Nasbinals) et à Salèles (Le Fau-de-Peyre), et de nouveaux sont créés aux xive et xve s. au centre des estives à Puech Ginieys et à Ginestouze (Nasbinals). L’époque moderne verra encore la création de nouvelles granges-burons, à proximité de l’hôpital cette fois : La Maye Nove et Les Goutals. En 1595, la grange dite « lou Mazuq dez Goutals » fut incendiée, en même temps que celle des Salhens215. De ces domaines facilement constitués à l’écart des mas, il ne subsiste aujourd’hui, en dehors du site éponyme de la région, aucun bâtiment important d’époque médiévale, mais seulement des indices archéologiques relevés en prospection. À Plagnes et aux Salhens, le docteur Prunières signalait, au xixe s., des vestiges anciens au voisinage des bâtiments de la ferme moderne.

  • 216  ADA, 60 H 2, inventaire du xviiie s., 2e partie, f° 23.

104Sur les bords du plateau, entre 900 et 1100 m d’altitude, plusieurs domaines ont été créés sur d’anciennes terres communes paysannes. Tel est le cas sans doute du plus vaste d’entre eux, Bonnefon (Saint-Chély-d’Aubrac), dont l’apparition dans un réseau relativement serré de mas ne manque toutefois pas d’étonner. La grange d’Aulos (Saint-Chély) est pour sa part établie dans un secteur moins densément occupé. Plus au sud, à une altitude voisine, se constitue, à proximité immédiate du village de Prades, le domaine de La Salle qui devient assez vite la résidence ordinaire des domps. Malgré sa qualité de grange, ce château reste un grenier à blé et non le centre d’une grosse exploitation agricole : en 1522, le domaine de La Salle ne possède que trois grands prés totalisant 25 journées216. Il n’est d’ailleurs jamais question d’un granger à sa tête.

105Outre la grange de Castelvieil, près de Belvezet, trois ou quatre granges secondaires, de taille comparable aux plus grosses pagésies, existent aux limites des paroisses de Condom et de Saint-Chély, dans le fourc du Serre : aux Inguilhens, aux Brasses, au Viala et à Penedensa, dans un secteur où l’abbaye de Bonneval a également fondé une grange, La Roquette (Curières).

106À proximité du Lot, là où Bonneval installe la grange de Masse, l’hôpital d’Aubrac s’est implanté à Cisternes (Castelnau-de-Mandailles), Malet et Levinhac (Saint-Côme).

3.4.3 Composition

107Les données concernant la composition et le fonctionnement des granges sont d’une précision très variable selon les cas. Il est difficile d’appliquer au domaine des Inguilhens les caractéristiques de celui de Bonnefon, bien connues grâce à une riche documentation. Il apparaît du moins clairement que les conditions naturelles ont engendré de notables différences dans la composition des domaines exploités.

108Au-dessus de 1000 m les granges sont essentiellement constituées de devèzes, de pâturages d’été et de prés de fauche qui fournissent le foin à la stabulation hivernale de troupeaux plus ou moins grands. Quelques parcelles abritées sont labourées pour assurer la subsistance du personnel.

  • 217  ADA, E 1238, f° 11.

109Entre 900 et 1100 m, les granges parviennent à une certaine diversité des productions. Bonnefon, dont les terres s’échelonnent à des altitudes comprises entre 900 et 1300 m et s’étendent sur environ 300 ha depuis les Enfrux jusqu’à Bosse et Lamic, comporte des prés et des jardins, au centre du domaine où se dressent les bâtiments. En contrebas, existent d’autres prés et quelques labours. Dans le creux des vallons boisés, tournent plusieurs moulins. Au nord, s’étendent de vastes pâturages d’été et des forêts dont l’accès est défendu aux paysans des environs217. Enfin, plusieurs parcelles de vigne situées à Gilhodes et La Molière (Castelnau-de-Mandailles) sont rattachées à Bonnefon au xive ou xve s.

  • 218  Doc. II : 88.
  • 219  ADA, 60 H 104, f° 44.

110Certaines granges ont des productions spécialisées. Celle des Brasses, située sur les rives de la boralde de Poujade, est chargée, en 1368, de cultiver du lin et du chanvre, matière première des draps et couvertures de l’infirmerie de l’hôpital218. Celles du plateau jouent, pour leur part, un rôle capital dans la surveillance des activités pastorales estivales. C’est sur leurs domaines que les animaux saisis, errants ou malades, sont gardés par les grangers qui assurent le contrôle de la transhumance. En octobre 1400, la grange de Plagnes accueille même les assises de la cour de justice de l’hôpital jugeant les délits pastoraux219. Ces domaines sont parfois au centre même de montagnes d’estive accueillant les animaux hivernant sur place, d’autres troupeaux de l’hôpital ou bien le cheptel de locataires étrangers. Au xive s., Puech Ginieys possède ainsi la montagne de Bossolenas, tandis que la grange de Plagnes détient le Puy de Plagnes et la devèze de Clapayret, et que Bonnefon reçoit l’usage des montagnes de Sinhourset et de Ruscles.

111À la diversité des activités répond la variété des bâtiments d’exploitation. Autour d’une aula seigneuriale – le terme est employé pour Le Telh-Penedensa, Prades et Bonnefon – dotée des équipements nécessaires au confort des régisseurs, on trouve des viviers à poissons, aires à battre, greniers, moulins, fours et de nombreuses dépendances pour abriter les animaux, les hommes et les activités artisanales.

  • 220  Doc. II : 17, 62.
  • 221  ADA, C 1452.
  • 222  ADA, E 1160, f° 99.
  • 223  Doc. II : 523.

112Les troubles de la guerre de Cent Ans imposent la mise en défense des domaines, à commencer semble-t-il par la aula de Prades, fortifiée dès les années 1340220. Après 1375, celle-ci apparaît dotée de murailles, d’une curtis, d’un pont-levis et d’une porte bien gardée. La forteresse est régulièrement réparée, notamment vers 1402 quand les officiers du domp détruisirent plusieurs maisons du village pour utiliser les poutres aux travaux de la demeure seigneuriale221. La fin des hostilités s’accompagne d’aménagements de confort : en 1455, un maçon et un charpentier y sont à l’œuvre222. Tous ces travaux rendent aisée l’installation de prisons, dont les occupants les plus assidus se révèlent être les frères de l’hôpital eux-mêmes : des cachots existent vers 1470 à Bonnefon et Aulos223.

  • 224  ADA, E 1176, f° 22.
  • 225  ADA, E 1166, f° 43 ; E 1167, f° 12.
  • 226  ADA, E 1157, f° 1 ; E 1160, f° 2 ; E 1167, f° 66.

113À Bonnefon la tour est citée dès 1392224, mais nous n’avons pas de preuve qu’il s’agisse de celle qui s’y dresse aujourd’hui (fig. 34). Dans cette grange, d’importants agrandissements sont entrepris autour de 1460, date à laquelle est mentionné un nouveau tinel « sive domus nuncupata vulgariter lo ostal nou »225. Pour la paternité de ces constructions, une forte probabilité se porte sur la personne de Pierre Bonald, peyrerius et lapicide à Saint-Chély en 1443-1462, régulièrement en rapport avec les grangers du domaine. Le maçon, preuve d’une ascension sociale attribuable à de nombreuses commandes, est fermier des blés de Bonnefon en 1443226.

fig. 34. La grange monastique de Bonnefon.

  • 227  Doc. I : 31, 32.
  • 228  ADA, 60 H 127.
  • 229  Doc. II, 627 : 545, 546 (1483).

114Toutes ces granges sont dotées d’oratoires, et plusieurs de véritables chapelles indépendantes, à commencer par Plagnes où c’est autour d’une église dédiée à sainte Foy et donnée à Aubrac peu avant 1220 par Aldebert de Peyre que la grange se développe227. Peut-être reconstruite entre-temps, cette chapelle existe toujours en 1429. En 1768, il n’en reste qu’une vieille muraille « dite autrefois la chapelle » à proximité de l’écurie228. Bonnefon possède la sienne en 1392, mais on y construit, vers 1480, une véritable église, entourée d’un cimetière229, qui deviendra à l’époque moderne une annexe de Saint-Chély. À Prades en revanche, la chapelle citée en 1410, enserrée dans les murs du château, restera toujours à l’usage privé des domps et de leurs familiers.

3.4.4 Exploitation

3.4.4.1 Revenus

  • 230  ADA, 60 H 118, f° 9, 10.
  • 231  ADA, 60 H 118, f° 22. On peut fabriquer environ 60 pains d’une livre dans un setier de blé.

115Les inventaires du bétail et les comptages des grains, effectués dans les premières décennies du xve s., donnent un aperçu de l’importance respective des domaines de l’hôpital230. Le 10 août 1413, les greniers de Prades contiennent 1 127 setiers de seigle, 355 de froment et 327 d’avoine. Le compte des réserves du mois d’août 1415 donne des volumes similaires. À Aulos, en février 1414, sont stockés seulement 150 setiers de blé et à Bonnefon environ 500 en mai de l’année suivante. Les réserves varient sensiblement d’une saison à l’autre selon les ponctions qui y sont opérées. Les grains ne sont que partiellement consommés par le personnel, et une bonne partie des réserves reste à l’abri des greniers fortifiés, pour les semailles de l’année suivante ou pour constituer une provision en cas de pénurie. Le stock négociable restant est suffisant pour alimenter le marché local et pour attiser les convoitises des voleurs et des bandes armées231.

  • 232  Doc. II : 301.
  • 233  Doc. II : 599.
  • 234  ADA, E 1161, f° 29.

116Les revenus des granges ont deux origines distinctes : le produit de l’exploitation de la réserve (récoltes de céréales et profit des animaux hivernés sur place) et les recettes des redevances dues par les paysans des mas voisins du domaine au domp d’Aubrac, à la fois seigneur foncier et, en général, principal décimateur. L’importance des revenus de l’impôt est difficile à évaluer. Le rôle fiscal des granges n’est que rarement évoqué mais il semble bien que chaque domaine de l’hôpital joue le rôle d’un centre de perception. Tout mas ou village est, en fonction de son emplacement, dans le ressort d’une grange pour l’ensemble des contributions dues au domp, y compris les corvées. En 1405-1406, chaque habitant de la serre de Condom doit ainsi une journée de faucheur sur l’une des granges de l’hôpital, à l’exception de celles, trop éloignées, des Bourines et des Salhens232. En 1429, les hommes de Bosse doivent effectuer des gardes à Bonnefon233. Un acte de 1454 précise que c’est sur les prés de la grange des Salhens que les exploitants d’un pré situé dans les limites de la montagne de Rabiols (Saint-Laurent-de-Muret) doivent effectuer une journée de faucheur234.

117Ainsi, chaque paroisse ou section de paroisse, même cernée par des boraldes difficilement franchissables, relève d’une grange que chaque tenancier de l’hôpital peut atteindre en moins d’une heure de marche. Nul doute donc, qu’à côté d’un souci de complémentarité des productions agricoles entre domaines, ces commodités de gestion des terroirs paysans ont guidé les religieux dans le choix de leurs sites. Les granges forment ainsi des pôles d’activité économique essentiels pour les forcs, regroupement de hameaux à caractère fiscal qui vont donner naissance, après la Révolution, aux sections communales. La moisson, la fenaison et le battage des récoltes, ou encore la période du paiement des impôts, donnent lieu à de grandes réunions de paysans.

118L’emprise seigneuriale préexistante à l’arrivée des religieux a, dans certaines paroisses, rendu ce quadrillage de l’espace impossible à mettre en place. Aucune grange ne fut jamais implantée sur la terre d’Aurelle dont l’hôpital n’exerçait que la co-seigneurie. Les revenus des censives de ce territoire furent donc administrés selon des principes différents, ceux de l’amodiation.

3.4.4.2 Administration et fonctionnement

  • 235  ADA, E 1117, f° 171 ; Doc. II : 206.
  • 236  ADA, 60 H 2, inventaire du xviiie s., 2e partie, f° 23.
  • 237  ADA, E 797, f° 114, 115.

119Plusieurs formes d’exploitation des granges sont pratiquées entre le xiiie et le xve s., mais l’administration directe prévaut toujours durant cette période. La charge de granger est généralement conférée pour quelques saisons, mais certains membres méritants de l’hôpital obtiennent exceptionnellement des concessions illimitées dans le temps. Les domaines périphériques sont administrés ainsi, comme la grange de Puech Ginieys détenue successivement par les chevaliers Jean de la Fage (1472-1484) et Bonet del Peyrou (1487-1504)235. En 1522, dans la déclaration pour l’amortissement, le domp précise que la montagne, maison, prés et labours de Puech Ginieys sont communément affectés à un frère lai pour son entretien236. Le granger a toujours de larges attributions et de lourdes responsabilités puisqu’il est chargé de défendre les intérêts de son maître contre les paysans en veillant tout particulièrement au bornage des terres limitrophes, devoir rappelé au granger de Cisternes en 1333237.

  • 238  ADA, E 1157, f° 5 et E 1158, f° 45 ; Doc. II : 608-609.
  • 239  Par exemple celui de Bonnefon en 1456 (ADA, E 1163, f° 33).
  • 240  Doc. II : 88, 89.

120Le domp avance au granger, au début de chaque saison, les sommes nécessaires pour couvrir les frais d’exploitation, engager des laboureurs, faneurs ou moissonneurs en plus des corvéables, éventuellement pour préparer les vignes (Malet), et surtout pour entretenir les domestiques et familiers. La variété des offices claustraux qu’abrite l’hôpital est reproduite, à une moindre échelle, dans les granges les plus importantes. Bonnefon a ainsi au xve s., un herbassier responsable des pacages, un bouvier, un vacher, un semencier et un charpentier238. Au terme de la saison, fin septembre, le granger rend compte de son gouvernement239 et reçoit un salaire, tandis que la quasi-totalité des profits de l’exploitation revient à la mense commune ou aux offices claustraux. L’infirmerie et le vestiaire d’Aubrac disposent, par exemple, des revenus des Brasses et des Inguilhens depuis 1368240.

  • 241  Doc. I, 132 : 226, 178 : 315, 316 ; Doc. II : 162.
  • 242  ADA, 60 H 118, f° 12 ; Doc. I : 314-316.

121Assez tôt cependant, le système de la ferme vient concurrencer celui de l’exploitation directe, notamment pour les plus petites des granges. Elles se retrouvent, peu de temps après leur fondation, exploitées par des fermiers étrangers au monastère, voire tenues en emphytéose perpétuelle par des paysans. Salèles, Les Brasses, Le Viala et Penedensa connaissent, semble-t-il, ces types de faire-valoir dès le xiiie s.241. La plupart d’entre elles paraissent en effet ne jamais avoir eu de granger à leur tête242.

  • 243  ADA, E 1157, f° 1 et 5.
  • 244  ADA, E 1166, f° 32.
  • 245  ADA, E 1117, f° 149.
  • 246  En 1450, on parle de l’« arrentement de Gévaudan vers Malagazana » (ADA, E 1163, f° 32). En 1487, (...)
  • 247  Mémoire sur l’état de l’hôpital d’Aubrac.

122Dans les plus grands centres, l’arrentement est, dans un premier temps au début du xive s., limité aux revenus en blés des redevances (champarts, dîmes…) dues par les habitants du ressort fiscal du domaine. Les fermiers sont alors des religieux de l’hôpital puis, à partir du xve s., des laïcs membres de cette communauté, des membres du clergé paroissial, des notables ou des paysans. Ainsi, en 1443-1444, sur les sept rentiers des blés d’Aulos, de Bonnefon et du Telh, quatre sont membres de l’hôpital et trois sont des paysans ou artisans de Saint-Chély243. En 1460, le fermier du quint et de la dîme des blés de Bonnefon est un chapelier de Saint-Chély244. En 1483, Pierre Raymond, prêtre de ce village, est rentier des gélines et des blés du Telh245. Ces concessions font l’objet d’un acte notarié que l’hôpital transcrit dans son registre d’amodiations, le Liber arrendamentorum, avec les baux des revenus des terres situées hors des dépendances d’une grange246. Au xvie s., les revenus sont concédés annuellement au plus offrant à l’occasion d’enchères tenues à l’hôpital ou à Prades. Pour chaque cas, les enchérissements, dichas, sont préalablement fixés selon la valeur de la mise à prix. Au milieu du xvie s., les enchères se tiennent devant l’église de Prades le 30 juin ; les rentiers sont alors presque tous des laïcs247.

  • 248  Doc. II : 206.
  • 249  Doc. II : 216.
  • 250  Doc. II : 706.
  • 251  Doc. II : 722.
  • 252  Doc. II : 506, 733.

123Les domps vont conserver aussi longtemps que possible le contrôle de l’exploitation des granges. Ce contrôle se relâche lorsque les domaines trop éloignés d’Aubrac doivent être concédés pour de longues durées. En 1346, la grange des Salhens, presque ruinée par une mauvaise administration, est confiée à un religieux de l’hôpital à condition qu’il y apporte des améliorations248. La grange de Plagnes devient à cette époque un véritable bénéfice familial. De 1391 à 1467, quatre membres de la famille Rigal s’y succèdent comme grangers. En 1391, elle est donnée à bail à Étienne Rigal l’aîné et Jean Pelat249. En 1429, Pelat est mort et Étienne l’aîné s’associe à son frère cadet Étienne. Les deux hommes pourront en jouir leur vie durant en y entretenant un prêtre et en payant annuellement 10 florins au vestiaire de l’hôpital. Il leur est interdit, même en cas de mésentente, de se partager l’exploitation250. En 1467, Étienne le jeune et son nouvel associé résignent leur bénéfice251. Le granger qui les remplace, frère Raymond Schapat, est toujours en poste en 1489252.

  • 253  ADA, E 1179, f° 6-8 ; Doc. II : 165, 166.

124À la faveur des troubles de la fin du xive s., l’hôpital adopte des mesures exceptionnelles pour faire face à l’absence de candidats à la gestion directe de ses domaines. Il confie, en 1392, les terres de la plus étendue des granges de l’Aubrac, Bonnefon, à cinq paysans des hameaux voisins, sous le régime de l’emphytéose. Le domp se réserve les principaux bâtiments, les étangs, les bois de chênes, la possibilité d’y faire paître des animaux et celle de faire moudre ses blés gratuitement au moulin du domaine. Les tenanciers doivent également rentrer les foins de plusieurs parcelles de prés demeurées affectés à la mense conventuelle, et surtout établir six feux à Bonnefon dans les six mois qui suivent la transaction253.

  • 254  Doc. II : 608.

125Cette tentative sans précédent de fixer l’habitat paysan autour d’une grange, dans l’espoir d’en faire une bastide, avorte – sauf peut-être à Bosse –, comme échouent alors la plupart des réacensements de mas désertés. Il faut attendre la Révolution, et surtout le démembrement du domaine au début du xxe s., pour que des exploitations paysannes s’installent durablement à Bonnefon. Au xve s., la grange est de nouveau exploitée par des religieux, même si ces derniers sont souvent des fermiers. Ainsi est-elle cédée pour cinq ans, en 1495, à un frère de l’hôpital contre 300 setiers de seigle, 50 lugées de foin par an et bien d’autres obligations254.

  • 255  Doc. II : 333-342, 473, 474.

126Le système d’afferme, généralisé à la fin du xve s. à la plupart des offices claustraux, permet aussi à l’hôpital de gérer un domaine (censives et réserve) exceptionnellement étendu avec un personnel religieux de plus en plus réduit par les règlements intérieurs de l’hôpital. Des statuts du xve s. limitent ainsi à 70 le nombre des religieux255.

3.5 Les cadres de vie et la mutation pastorale de la fin du Moyen Âge

127Regroupés dans quelques gros villages et, pour la plupart, dispersés dans une multitude de mas, les habitants de l’Aubrac sont, toutes professions confondues, dépendants d’un milieu naturel difficile. Sans disparaître, ces contraintes séculaires semblent s’effacer dans la deuxième partie du Moyen Âge devant l’atout majeur de la région, l’espace, dont les réserves et l’ouverture sur l’extérieur vont permettre à l’Aubrac de participer aux mutations démographiques et économiques de la période. Les variations dans la répartition du peuplement vont accompagner l’essor ininterrompu d’une économie pastorale qui fait cohabiter à la maison, au village et sur la montagne l’homme et l’animal.

3.5.1 Les cadres de la vie paysanne en Aubrac vers 1300

3.5.1.1 Les villages

  • 256  Doc. I, 289 : 492, 493.
  • 257  Doc. I, 118 : 201, 377 : 605.
  • 258  Doc. II, 434 : 6-12, 318, 319.

128L’Aubrac est, au Moyen Âge comme de nos jours, un pays d’habitat majoritairement dispersé, mais où les villages ne sont pas totalement absents. Les deux villages principaux de l’Aubrac aveyronnais sont Prades et Saint-Chély-d’Aubrac. En 1316, Prades rassemble autour de son église paroissiale 51 feux – dont 15 ont une femme à leur tête – ce qui en fait un village d’environ 200 habitants256. Dès 1270, le castrum de Saint-Chély en a sans doute autant puisque le tiers du village vendu à Aubrac compte 17 feux. Dominé par la tour d’Estaing, il est ceinturé d’un fossé257, mais seule l’église offre un refuge efficace en cas d’agression. On la reconstruit en la fortifiant en 1411258.

  • 259  Doc. I, 354 : 577-578.

129Sur le plateau lozérien, les villages sont plus nombreux dans la partie nord qu’ailleurs. On peut ranger dans cette catégorie : un autre village castral, Marchastel (13 feux en 1331), mais aussi Rieutort (17 feux) et Malbouzon (19 feux)259, ainsi que les vieux villages de Nasbinals, Recoules et Saint-Urcize, bien que nous n’ayons aucune estimation de leur population. Leur organisation n’a rien de remarquable – Saint-Urcize conserve quelques éléments de fortification datables du xive ou xve s. – et leur habitat se laisse mal appréhender. Ce dernier point sera évoqué dans le chapitre consacré aux formes de l’architecture domestique.

  • 260  Doc. I, 90 : 136-141 ; « ubi homines Sancti Elegii habent usum pascendi » [Doc. I, 175 : 309 (1289 (...)
  • 261  Doc. I, 71 : 115-118 (1262).
  • 262  ADA, 60 H 42 (30 juin 1507).
  • 263  Doc. I, 282 : 485, 486.
  • 264  Doc. I, 205 : 357 (1298) ; Doc. II : 752, 760, 765 (1414 et 1415).

130Les villages de l’Aubrac vivent d’un terroir plus ou moins vaste qui, sans exclure la présence de mas, se singularise d’abord par l’existence de pâturages collectifs. Ainsi, Saint-Chély est entouré d’un réseau serré de mas cultivés sur les deux rives de la Boralde, et ses habitants disposent de pâturages communaux, sur le rebord du plateau, qui font l’objet, dès 1266, d’un accord entre les co-seigneurs et Aubrac : on les délimite mais on les laisse ouverts au bétail des deux parties260. La situation est identique en 1262 à Belvezet où l’on fixe les limites des pâturages des seigneurs et des habitants du castrum, et de ceux de l’hôpital, mais où l’on maintient leur utilisation en commun261. L’étendue des pâturages communs n’est pas figée. La pression pastorale va par exemple inciter les hommes de Saint-Chély à négocier avec le domp d’Aubrac la jouissance des pâturages de Roquebasse, entre la Boralde et les Enfrux. Ils l’obtiendront en 1507 contre un cens annuel de 5 sous par usager262. Un document d’avril 1313 décrit le paysage autour de Saint-Urcize, paysage varié de mas, avec maisons, courtils, jardins et surtout champs (cinq) et prés (six), sans compter ceux qu’abritent deux devèzes dont l’une est dite du village. Il y a aussi deux bois et une montagne des Cabaniels qui pourraient correspondre à des communaux263. Nasbinals est apparemment le mieux doté des villages du plateau en communaux. Ses habitants se partagent l’usage des territoires des Fraus et de Las Olas, au sud et au sud-ouest, avant que l’hôpital ne les réserve à ses propres troupeaux ou ne les loue aux habitants du village264.

3.5.1.2 Les mas

131Plus que les villages, les mas sont la forme d’habitat la plus répandue du plateau. La précocité de la dispersion et la stabilité des implantations rejoignent les observations faites par Charles Higounet pour le Rouergue central (Higounet 1950). Entre le xe et le xvie s., deux phénomènes, envisagés par ailleurs dans cette étude, viennent contrarier ces tendances de fond : les créations et désertions d’habitats sur les hauteurs du plateau, et la formation des granges monastiques. La première mention des mas remonte au xie s. En 1074, les seigneurs de Saint-Urcize et leurs vassaux donnent à Saint-Victor de Marseille l’église de Saint-Urcize, la villa de Nasbinals et un certain nombre de villas et de mas qu’il est impossible de localiser dans leur ensemble (Belmont 1994). Parmi eux un « mansus Ingibaldi » qui, comme de nombreux mas de Conques à la même époque (Gournay 1988 : 174-182), porte sans doute le nom de son tenancier, et la villa de Montgros, au sud-est de Nasbinals, qui sera plus tard qualifiée de mas.

  • 265  Doc. I, 197 : 347 (1296), 290 : 494 (1316).
  • 266  ADA, E 945, f° 11.
  • 267  Doc. I, 426 : 663 note 3.
  • 268  Doc. I, 27 : 43 (1236), 102 : 163 (1267).
  • 269  ADA, E 797, f° 78. Vers 1450-1460, on parle du mas de « Gratacap alias de Suquet » (ADA, E 1163, f (...)
  • 270  Cayssac est cité en 1328 (Doc. I, 336 : 550, 551). Avant 1392, le tenancier Jean Bonald habite Les (...)
  • 271  ADA, E 1169, f° 24.
  • 272  Doc. II : 6 ; ADA, E 1176, f° 34v° (1375) ; E 949, f° 5 et 38 ; E 1117, cah. 4, f° 157 (xve s.)

132Vers 1300, il y a encore des mas à noms de famille. Sur le versant aveyronnais, dans la zone de Saint-Chély, on peut citer Bolet, près de l’Estremailhes, où vit en 1296 Hugues Bolet265, ou Le Liandis où les Glandis résideront jusqu’au xixe s.266. Au nord de Born, dans la terre d’Aurelle, le mas du Bru est, en 1339, aux mains des frères Pierre et Guillaume Bru267. Les hommes s’identifient à leur mas, et réciproquement. Aussi les noms des mas sont-ils sujets à changement quand la personnalité du tenancier s’avère suffisamment marquante : à Saint-Chély le mas de Raffi est surnommé Poujoulis, dès le xiiie s., avant de prendre définitivement ce nom au xviie s.268 ; Gratacap deviendra, après des décennies d’hésitation, Suquet, du nom du tenancier attesté en 1333269 ; Cayssac ne sera plus connu, passé le xve s., que par le nom des Bonals que lui impose la famille Bonal270. Certains changements de noms s’expliquent pour des raisons plus prosaïques : Merdalhac (Les Crouzets) est aussi pudiquement appelé Belnom, un alias dont on s’étonne qu’il ait mis si longtemps à s’imposer271. D’autres restent en revanche énigmatiques, comme le cas du mas de La Talhada (Saint-Chély) dont le nom, concurrencé par celui de Renjart aux xive et xve s., change définitivement au xvie s.272

  • 273  ADA, E 797, f° 14v°.
  • 274  Doc. I, 388 : 616 (1333), 391 : 620 (1331-1333), 422 : 658 note 1 (1339). Deux siècles plus tard, (...)
  • 275  Doc. I, 419 : 654 (1338), 424 : 660, 661 note 1 (1338-1339), 425 : 662 note 1 (1339).
  • 276  Doc. I, 354 : 578.

133Dans la majorité des cas, les mas, quand ils sont habités, abritent plusieurs familles. Elles peuvent être issues d’une même souche si, comme à Greffeuille (Saint-Chély) en 1332, deux frères, Jean et Gérald de Greffeuille, se partagent les maisons et leur mobilier, les terres et le cheptel constituant le mas initial pour former deux exploitations273. Les alliances entraînent alors une diversification des patronymes. En 1333- 1339, nous avons six noms différents à Born274, sept noms à la Ferrière Haute et Basse275. Il existe donc des hameaux constitués d’un certain nombre d’exploitations et rassemblant jusqu’à une quarantaine d’habitants, comme à Rieutortet (Nasbinals) où, en 1331, on compte dix chefs de famille276.

  • 277  Alors que le mas du Cau est encore habité en 1373, il y aura 6 pagésies désertes en 1402 (Doc. II  (...)
  • 278  ADA, E 1164, f° 7 (1457) ; E 1117, cah. 1bis, f° 71v° (1480) et cah. 3, f° 139 (1483).
  • 279  ADA, 29 J 7 ; E 949, f° 20 (Espalion, 1423) ; E 1235, f° 70 (Montfalgoux, 1491) ; archives privées (...)
  • 280  « Boria sive pagesia » [ADA, E 913, f° 141 (1467)] ; « factum sive boria » [E 1235, f° 41 (1488)]  (...)
  • 281  ADA, E 947, f° 15v°.

134Ces exploitations familiales sont généralement appelées pagésies277, terme employé seul ou dans les expressions comme « factum seu pagesia », « pagesia sive hereditate et affario » ou encore « affarium et pagesiam »278. On relève également les termes de « capmas » ou de « capmas sive affar » qui pourraient avoir désigné le noyau primitif des manses d’origine carolingienne ou un mas n’ayant pas été subdivisé en pagésies279. Inversement, celui de « borie » caractériserait les tenures issues du démembrement du terroir du manse. Ses occurrences sont d’ailleurs tardives280, à l’image du mas de La Borie de Tauriac qui apparaît dans les textes vers 1410, étroitement encadré par les mas de La Plagne, Salecroup, Greffeuille, Le Beraldes et par le ruisseau de Boralde281.

L’habitat

135Cette diversité démographique se traduit d’abord dans l’habitat, tel que les textes et l’archéologie permettent de le reconstituer. La question étant détaillée ultérieurement, contentons-nous ici de préciser que les maisons, pour lesquelles les pagès payent une redevance mineure d’une géline, sont accompagnées d’annexes pour les animaux ou pour les récoltes et d’enclos contigus.

136L’archéologie retrouve aujourd’hui les traces au sol de ces bâtiments médiévaux lorsqu’ils ont été précocement abandonnés. On peut identifier des mas à une seule exploitation et sans doute à une seule famille, comme ceux de Roc Guiral (Condom-d’Aubrac) et des Places Hautes (Nasbinals) datés tous les deux des xie-xiie s. (Fau, Hamon 1998 ; Fau 1996). Plus faciles à repérer sont les mas à plusieurs exploitations pouvant regrouper une vingtaine de bâtiments. La prospection (Campech et al. 1993 ; Dieulafait et al. 1996 ; Frangin 1998) en a révélé un grand nombre et trois ont été fouillés : le Barthas (Nasbinals) et Cantegal (Condom), attribués aussi aux xie-xiie s., et Tournecoupe (Prades-d’Aubrac) délaissé à la fin du xiiie s. (Fau, Hamon 1998 ; Fau 1994 ; Fau 1995).

Les terres cultivées

  • 282  ADA, E 1176, f° 118v°.

137Il y a toujours, au Moyen Âge, des mas et des pagésies qui pratiquent agriculture et élevage. Aussi bien l’exploitation paysanne comprend-elle un certain nombre de parcelles cultivées. Elles sont, à en juger par les formules décrivant des pagésies entières, d’une grande variété : en 1396 une pagésie du mas de Baboyères (Nasbinals) comprend « domus, casalia, curtes, curtilia, patus, femorayrals, orti, ortalia, prata, campi, devesie, nemora, issartalia, molendina alieque terre culte vel inculte, hereme vel vestite »282.

  • 283  Doc. II : 117 (1373).
  • 284  Doc. II : 250.

138Les maisons sont en général accompagnées de jardins, y compris dans les mas d’altitude comme Le Cau283. Arbres fruitiers et légumineuses y poussent à l’abri de murets de pierre sèche. Les jardins permettent aussi la culture du chanvre dont la récolte a lieu en été selon une pratique attestée à Nasbinals en 1397284 (fig. 35).

  • 285  Doc. II : 100.
  • 286  En 1333, la ferme des blés d’Auvergne et du Gévaudan ne rapporte à l’hôpital que 580 setiers, alor (...)
  • 287  Doc. I, 112 : 182 (1268), 353 : 575 (1331) ; « terram quintivam in qua dictum hospitale percipere (...)
  • 288  Doc. II : 218 (1396).
  • 289  Le Cher [Doc. I, 366 : 596 (1332)], Costerougnouse et La Chaumette [Doc. II : 88, 89 (1368)].

139Quant aux terres labourées et cultivées en céréales, elles ne concernent en moyenne qu’une parcelle sur sept, soit beaucoup moins que les parcelles en prairie. Il est vrai que les conditions d’altitude et d’exposition limitent leur extension. Sur le versant aveyronnais, qu’il s’agisse du fourc du Serre, de la zone de Saint-Chély ou de la terre d’Aurelle, les mas qui pratiquent une certaine céréaliculture s’arrêtent vers 1100 m, tel Le Bru en 1375285. Les terres de Lozère sont plus nettement encore défavorables aux blés286. Pourtant, la limite de la culture des céréales y est plus élevée. En 1270 et 1331, on cultive du seigle à Cogoussac, vers 1130-1140 m, où l’hôpital a des terres à champart d’un cinquième (terres quintives) en 1393287 ; de même à Escudières, vers 1150- 1160 m, où le champart, à la même époque, est d’un quart (terres quartives)288. Au xive s., est aussi évoquée l’éventualité de faire des blés au Cher vers 1180-1190 m, ainsi qu’à Costerougnouse et à La Chaumette vers 1200 m289.

  • 290  Les Brasses [Doc. I, 364 : 595 (1332)], Le Viala Bas [Doc. I, 178 : 314 (1290)], Belvezet [Doc. I, (...)
  • 291  Nasbinals (Doc. II : 234), Le Déroc (Doc. II : 263), Nasbinal [Doc. II : 712 (1445)], Escudières [ (...)

140La carte des moulins confirme la prédominance céréalière du versant aveyronnais. Les moulins y sont nombreux, en particulier le long des boraldes de Poujade et de Saint-Chély : Les Brasses, Le Viala Bas, Aubrac, Les Touzes, Belvezet, Le Béraldès, etc.290 Ils sont plus rares du côté lozérien, mais il en existe au moins un à Nasbinals en 1393 (fig. 35) et un autre au Déroc en 1394, et on en construira plusieurs à partir de 1445 comme pour accompagner une reprise agricole291.

fig. 35. Occupation du sol et paysages agropastoraux dans les limites de l’actuelle commune de Nasbinals vers 1400.

  • 292  ADA, E 797, f° 123-129 (début du xive s.)
  • 293  Doc. II : 241.
  • 294  En 1392, à Cogoussac, on vole 11 cartons chargés sur deux chariots à destination de Montpeyroux. D (...)
  • 295  Doc. I, 346 : 565 (1330).

141Dès qu’on s’éloigne de la vallée du Lot, les céréales cultivées sont presque exclusivement le seigle et l’avoine, dont le rapport dans les redevances des tenanciers est presque toujours de 2/3 de seigle et 1/3 d’avoine292. Blé d’hiver, le seigle est semé à l’automne. La culture de l’avoine, blé de printemps, répond à la nécessité première de nourrir chevaux – nombreux à être engraissés sur le plateau – et bêtes de somme ; mais elle entre aussi certainement dans l’alimentation des hommes. Au printemps 1394, deux frères de Nasbinals avaient ainsi semé dans leurs champs 11 quartes de blé yvernegen (seigle) et 4 setiers de blé marcenz (avoine)293. Si le versant aveyronnais paraît encore autosuffisant, il n’en est peut-être pas de même du plateau lozérien294. La culture du froment n’est pas totalement absente de l’Aubrac si l’on en juge par l’existence d’un lieu-dit Camp Fromental à l’est de Saint-Chély ou par la construction d’un moulin fromentier sur le ruisseau de Nasbinals en 1445295.

  • 296  Ainsi à Cadepau (Prades) où les terres sont « quartives », « duabus sestariis terre per parras exc (...)
  • 297  Doc. I, 325 : 542.

142Les céréales font parfois l’objet d’une culture soignée sur les parcelles fumées et bien travaillées, proches des maisons, les parras, souvent exemptées du champart comme le montrent plusieurs exemples à Prades vers 1270296. Il arrive aussi que les grains soient semés dans les fraus (les landes), selon sans doute une rotation très lâche laissant place à une longue jachère : en 1326, à Frayssinouse (Saint-Chély), Pierre Sudre, tenancier d’une pagésie, est autorisé à semer du blé « elz fraux » comme les autres pagès297. Plus généralement les champs cultivés en céréales bénéficient des mêmes protections que les prairies.

Les prairies

  • 298  Doc. II : 250-251.
  • 299  Doc. I, 108 : 175.

143Sur les terroirs des mas habités, les prairies l’emportent largement sur les parcelles en céréales. C’est que la rigueur des hivers de l’Aubrac oblige à une longue stabulation des animaux et à d’importantes réserves de foin stockées dans des meules ou dans les granges des mas, appelées pour l’occasion femorairils. En 1397, le sergent de l’hôpital à Nasbinals saisit un fenerium dans un pré des bords de la Gambaize298. En 1298, le tenancier du mas de Cadepau pourra construire « palharils et femorairils »299.

  • 300  « in ressequandis pratis ipsius Hospitalis vel dicte grangie » [Doc. I, 132 : 224 (1276)] ; « ad a (...)
  • 301  La censive du mas des Touzes comprend, entre autres, cinq coupes d’avoine, six coupes de seigle et (...)
  • 302  « sicut vallatum claudit ipsum » [Doc. I, 108 : 175 (1268)] ; « per metas lapideas ibi plantadas » (...)
  • 303  Doc. II : 167 (1398).
  • 304  ADA, E 1231, f° 57.
  • 305  Doc. I, 354 : 582 (1331).

144Pour accélérer la pousse des herbes, on irrigue300, et quand vient le moment de la fenaison, l’hôpital fait appel aux corvées de fauche de ses tenanciers sur ses propres prés301. Longtemps ceux-ci ne sont pas clôturés, mais simplement limités par des fossés, des rigoles ou par des bornes de pierre, les bola ou meta302 ou encore des empilements de blocs appelés clapasses303. Les prés sont d’ailleurs ouverts dès la première récolte achevée et jusqu’au printemps suivant pour permettre la vaine pâture. Le regain appelé retro ou reboybre est livré au bétail tenu par les paysans du mas selon une pratique générale mais peut-être tardive. Certaines prairies, les devèzes, ne sont ni fauchées ni soumises à la vaine pâture mais accueillent les bœufs de labour et autres grosses bêtes qui contribuent à leur fumure. En 1340, Jean Auguy de Moncan obtient des co-seigneurs d’Aurelle le droit de faire « de suis terris propriis suam devesiam propriam », pour « omnibus bobus suis aratoriis et saumeriis bastum portantibus »304. D’où le rapprochement devesis-femadis suggéré en 1331305.

Les biens communaux : pâturages et bois

  • 306  « dictos mansos et eorum pascua » [Doc. I, 48 : 79 (1247)]. En 1395, le mas de Baboyères avait son (...)
  • 307  En 1340, la devèze de La Molinquière, près du mas du Bournhou (Saint-Martin-de-Montbon) est faite (...)
  • 308  Doc. II : 607.
  • 309  Doc. I : 140 (1266), 215 (1274).

145En général, comme les villages, les mas à plusieurs pagésies disposent de leurs propres pâturages collectifs sur lesquels les éleveurs peuvent engager un berger commun306. Chaque mas possède une devèze dont l’usage est soumis à un règlement strict307, un couderc ou patu de quelques ares bordé et abrité par les bâtiments du hameau et surtout des fraus de grande étendue. Les mas n’ont toutefois pas tous les pâturages suffisants pour accueillir leurs animaux. Ainsi, en 1489, les habitants d’Artigues demanderont à continuer de bénéficier des herbes de Bonnefon308. Mais grâce à l’augmentation de la charge de bétail, les terrains de parcours à usage extensif voient leur qualité s’améliorer. La pratique du parc, attestée en Rouergue comme en Gévaudan, favorise leur bonification309 (Porée 1919 : 341, §2).

  • 310  Il est convenu « quod dictum Hospitale possit et debeat pascere cum animalibus ipsius Hospitalis e (...)
  • 311  ADA, E 1160, f° 53v°.

146Ces terrains accueillent à la fois le bétail des habitants, celui de l’extérieur qu’ils prenaient a cabal, et celui des habitants des mas contigus : il y a là une pratique communautaire avérée et reconnue au xiiie s. Ainsi, en 1270, l’hôpital et Déodat de Canilhac se mettent d’accord sur l’utilisation réciproque des pâturages et des bois de leurs mas contigus310. Même les coudercs de quelques ares pouvaient être communs à plusieurs hameaux comme au Viala Haut, à La Cave et au Viala Bas en 1452311.

  • 312  Doc. I, 354 : 583.
  • 313  Doc. II : 567.
  • 314  ADA, E 1179, f° 6-8 ; Doc. II : 161-162.
  • 315  Doc. II : 161-162 (Aulos, 1347).
  • 316  Doc. II : 598-599.

147Les bois font partie des vacants sauf, et cela se produit de plus en plus, quand ils sont mis en défens au bénéfice des granges monastiques ou de concessionnaires qui y introduisent des animaux ou y pratiquent des activités artisanales. En 1331, les habitants de Marchastel et de son mandement se voient interdire l’accès à la « devesia nemoris del Salhens »312. En 1488, les forestages de l’hôpital sont arrentés pour trois ans313. Bien dotées de pâturages, les communautés utilisent la forêt davantage comme une source d’approvisionnement en matière première que comme une zone de pacage. Elles disposent du droit de ramasser librement du bois mort pour la fabrication des outils aratoires et des clôtures, et pour le chauffage314. De mai à septembre, l’usage des chars à cet effet est interdit. Les paysans ont également l’usage des bois verts en hiver, selon les règles de l’affouage, et en toutes saisons pour la construction et le charronnage, mais toujours après accord du seigneur315. L’abattage des chênes est réservé à la construction316.

  • 317  Doc. II : 164-165. Sur les droits de forestage des habitants de la paroisse de Prades, voir le ter (...)

148Cette relative liberté à l’égard des arbres sur pied s’explique par l’interdiction faite aux paysans de vendre les produits coupés ou ramassés. La faible importance de la consommation domestique limite donc les excès. Il s’en produit pourtant, amenant les seigneurs à prendre des mesures ponctuelles de mise en défens. Ainsi vers 1380, le domp suspend temporairement la coupe des arbres verts dans les bois communs de Bosse et de Prades317.

Mas habités et mas désertés

  • 318  Doc. I, 32 : 52 (1244), 129 : 218 (1275), 54 : 88 (1250) etc.

149Vers 1300 – et l’évolution est amorcée depuis plus d’un demi-siècle – le mot « mas » a changé de sens sous l’effet du dépeuplement d’un certain nombre d’entre eux. Les expressions « mas vestit o erm », « investire et deinvestire », « tam in vestitu quam in heremo », etc. accompagnent désormais presque systématiquement les concessions, donations et accords concernant les mas et les pâturages de l’Aubrac318.

  • 319  Ainsi, le mas de La Mercadaria (Trélans) en 1261 (Doc. I, 68 : 110), ou les mas des Touzes et des (...)
  • 320  En 1254, Aubrac et Astorg de Peyre se partagent 7 mas : « quod dictus Astorgius de Petra et sui ha (...)
  • 321  Doc. I, 66 : 106, 114 : 184, 251 : 433 , 435.
  • 322  Doc. I, 178 : 134 (1290).

150On peut donc proposer une définition nouvelle du mas. Il n’est plus seulement une unité fiscale comme il avait pu l’être à l’époque carolingienne (Higounet 1950), ni une unité d’exploitation paysanne puisque beaucoup de mas, sans doute la majorité, abritent plusieurs feux. Il a désormais acquis une définition territoriale : il est en effet perçu comme un territoire dont les limites sont connues et indiquées dans les textes319. Par conséquent, non seulement on peut les diviser320 ou à l’inverse les regrouper en forcs, mais les scribes hésitent sur le vocabulaire à utiliser : mansum, locum, territoriu, affar, et, dans la deuxième moitié du xive s., tenguda. Parmi les nombreux exemples possibles, on peut retenir celui du mas de Felezec, en face de Saint-Chély, sur la rive gauche de la Boralde, qualifié successivement de « fazenda » en 1260, « mansus » en 1269, « territorium et affar » en 1306321. Même les granges monastiques, parfois qualifiées de mas, se définissent désormais par leur territoire322.

151Cette évolution sémantique consacre une transformation capitale de certains mas de l’Aubrac qui oblige à distinguer, dès avant 1300, entre mas habités en permanence dont l’activité se partage encore entre agriculture et élevage, et mas désertés dont les terres sont désormais totalement vouées à l’élevage extensif.

3.5.2 La spécialisation pastorale, xiiie-xve siècles

  • 323  En 1192, un habitant de Curières donne à l’abbaye de Bonneval un cheval valant 300 sous (Cart. Bon (...)
  • 324  Doc. I, 112 : 181.
  • 325  Doc. I, 116 : 196.
  • 326  Le seigneur de Peyre évoque, en 1236, « boves, oves atque eque mee » (Doc. I, 26 : 42).

152Les paysans de l’Aubrac tirent une grande partie de leurs revenus de l’élevage, activité dont l’essor apparaît comme un phénomène majeur dans l’histoire de l’économie européenne à la fin du Moyen Âge. Sur l’existence de leurs troupeaux avant le xive s., nous n’avons que des allusions indirectes323. On apprend ainsi que le domp d’Aubrac et le commandeur de Lacapelle-Livron se disputent les carnalages du mas de Cogoussac324 en 1268 ou que le premier reconnaît en 1270 aux paysans des mas des Saint-Urcize – Canilhac le droit d’accéder aux herbages, aux eaux et aux bois des mas contigus appartenant à l’hôpital325. Nous n’avons rien de précis, non plus, sur les troupeaux des seigneurs laïcs, comme les Peyre, que seuls évoquent en termes généraux quelques documents du xiiie s.326

3.5.2.1 Les troupeaux de l’hôpital d’Aubrac

153Restent les troupeaux de l’hôpital qui donnent, en premier lieu, une idée de l’éventail de l’élevage pratiqué. Les premières manifestations indirectes de leur existence remontent aux années 1200-1240 quand les grandes maisons seigneuriales, les Saint-Urcize, les Apcher et les Peyre reconnaissent aux religieux la propriété de mas et de droits de pacage.

  • 327  « cum armentis et equitiis et aliis animalibus pecoribus dicti Hospitalis » [Doc. I, 30 : 48 (1242 (...)
  • 328  Doc. I, 59 : 94-97.
  • 329  La dernière mention connue de chevaux élevés par l’hôpital date de 1331 (Doc. I, 356 : 588). En 13 (...)

154En ce qui concerne les chevaux et surtout les juments, ils forment, au milieu du xiiie s., un vrai troupeau327. En 1254, un incident sérieux oppose le seigneur de Peyre et l’hôpital au sujet de juments provenant des mas situés entre Salèles et Magazone au nord de Malbouzon, dont Aubrac revendique la propriété. Ces juments ayant été blessées ou tuées au Déroc par des hommes du seigneur de Peyre, l’hôpital obtient réparation328. Puis les mentions de ce troupeau se raréfient et disparaissent même, au xive s., pour laisser place à des mentions isolées d’équidés329 dont aucune n’atteste de leur emploi comme bêtes de somme ou de trait.

  • 330  Doc. I, 205 : 357-359.
  • 331  Doc. I, 369 : 598 (1332), 417 : 649 (1336) ; Doc. II : 89 (1368).
  • 332  En 1407-1408, le maître-vacher de l’hôpital est encore un frère, Jean de la Fage (ADA, 60 H 104, f (...)
  • 333  Doc. II : 111.
  • 334  Doc. II : 166.
  • 335  Doc. II : 608-609, § 14.
  • 336  ADA, C 1344, f° 21.
  • 337  ADA, C 1347, f° 3.

155Surprenante est aussi, dans un pays aujourd’hui réputé pour sa race bovine, la faible place des bêtes à cornes, du moins au xiiie s. En 1298, quand l’hôpital afferme la garde de son troupeau, il n’est aucunement question des bovins : seuls sont nommés chevaux et ovins330. Le troupeau bovin de l’hôpital se constitue au cours du xive s. Il faut attendre 1332 pour voir apparaître un « bajulus vacerius » de l’hôpital que l’on retrouve en 1336 qualifié de « bajulus et custos vaccarum », puis en 1368 de « magister vacarum »331. Les titulaires de cet office sont des frères puis, de plus en plus souvent, des donats du monastère332. La principale grange consacrée à l’élevage, Bonnefon, entretient dès lors un ou plusieurs « bubulci »333 qui logent dans un « casal » en 1392334. Au siècle suivant, la grange emploie un herbassier, un bouvier et un vacher en charge de 55 grosses bêtes335. En 1397, le « governador del bestial d’Albrac » fait passer 340 grosses bêtes « vassivas » et 80 « lachieyras » au péage du comte d’Armagnac sur le causse Comtal336. Vingt ans plus tard, le nombre de grosses bêtes transhumantes n’a guère changé : 300 « vassivas » et 100 « lachieyras »337. Il reste toujours inférieur à celui des ovins mais la valeur marchande des bovins tend désormais à dépasser celle du menu bétail dont la quantité semble avoir – les chiffres précis manquent – sensiblement baissé depuis la fin du xiiie s.

  • 338  Doc. II : 750-751.
  • 339  « Item tradimus vobis, ut supra, erbas del cause de Leborinas prout alias dicte bailivie consuever (...)
  • 340  En 1331, un document atteste « quod cum ipsum Hospitale adducat, et adducere consueverit ab antiqu (...)

156Quant aux ovins, il faut rapprocher les 3 000 têtes de 1298 des chiffres donnés les 10-12 octobre 1414 : ces jours-là le troupeau de l’hôpital compte 860 ovins et celui de la grange de Bonnefon 973, soit au total 1 833 têtes338. L’importance numérique du troupeau d’ovins d’Aubrac soulève la question de son entretien hivernal. Il est possible qu’une partie soit nourrie sur place dans les étables du plateau et qu’une autre descende à l’automne au sud du Lot sur le causse de la grange des Bourines. C’est la situation qu’éclaire l’acte de 1298339. Mais depuis déjà plusieurs années, peut-être parce que les pâturages des Bourines sont devenus insuffisants, le bétail de l’hôpital hiverne en Quercy. En 1271, l’hôpital se plaint en effet des extorsions jadis commises par les officiers du comte Alphonse de Poitiers à Caylus et Villeneuve sur ses troupeaux revenant du Quercy (Enjalbert 1979 : 132). Vers 1310, on rencontre ces animaux sur les domaines de la commanderie templière de Lacapelle-Livron (Tarn-et-Garonne) ou sur ceux du prieuré de Laramière (Lot) (Bousquet 1971). Le troupeau remonte au printemps, participant dès lors aux mouvements de transhumance qui affectent aussi le bétail extérieur340.

3.5.2.2 Les troupeaux extérieurs

Les baux à cheptel

  • 341  Le bail stipule « quod homines habitantes et qui pro tempore habitabunt in manso de Trelans (…) po (...)
  • 342  Doc. I, 126 : 215.
  • 343  Doc. II : 161 (1346), 262 (1394), 434 (1449).

157Les habitants des villages et des mas ont le droit d’utiliser les pâturages communautaires non seulement avec leurs propres animaux mais aussi pour des animaux extérieurs qu’ils prennent en charge, hiver comme été, a cabal, ad captaniam ou ad medium lucrum. La première allusion à des baux à cheptel date de 1266 et concerne les habitants de Trélans autorisés, pour cela, à pénétrer sur les pâturages des mas voisins de La Mercadaria et de L’Hermet341. Cette forme d’élevage, qui ne concerne souvent qu’un petit nombre d’animaux, est aussi évoquée à Saint-Chély dans un acte de 1274342. Elle se généralise ensuite, et l’on possède de nombreux contrats notariés pour les xive et xve s.343

Le bétail étranger

  • 344  L’acte indique « quod homines Sancti Helegii (…) possint depascere de herbis terrarum dicti castri (...)
  • 345  Doc. I, 132 : 226.
  • 346  Doc. I, 178 : 315-316.

158L’acte de 1274 reconnaît à tous les habitants de Saint-Chély, qu’ils dépendent du seigneur d’Estaing ou de l’hôpital, le droit d’accueillir jusqu’à 300 moutons et chèvres sur les pâturages du village. Le chiffre semble considérable mais sa portée doit être nuancée : d’une part la période d’accueil paraît limitée à l’été, d’autre part seuls les résidents permanents, propriétaires d’une bergerie et d’un parc, et capables d’assurer l’entretien des bergers (pane) et des animaux (sale), bénéficient de ce droit344. Le cas de Saint-Chély n’est pas isolé : deux ans plus tard, au fourc du Serre, la communauté des habitants autorise la grange du Serre à faire entrer chaque été 50 moutons étrangers sur les pâturages communs et se réserve de permettre aux résidents comme aux non-résidents d’en introduire aussi345. Enfin, quand en 1290 Jean Teyssèdre afferme la moitié de cette même grange, il se fait reconnaître le droit d’utiliser les pâturages du Serre pour 250 animaux autres que les siens « per statem tantum »346.

  • 347  « ita tamen quod si ego vel aliquis successorum meorum locaverimus dicta pascua vel herbas aliquib (...)
  • 348  Doc. I, 48 : 77-78.

159Mais l’accueil en été du bétail étranger est antérieur à cette fin du xiiie s. Il se manifeste dès les années 1240 lorsque les troupeaux d’Aubrac et de ses granges entrent en concurrence avec le bétail que les seigneurs laïcs accueillaient jusqu’alors ou que d’autres institutions ecclésiastiques, comme les templiers, y introduisent sans doute depuis peu. Le premier témoignage date de 1241 quand, tout en ouvrant leurs pâturages aux animaux de l’hôpital, les Saint-Urcize – Canilhac se réservent la possibilité de les louer, éventualité qu’ils réaffirment en 1245, 1246 et encore en 1270347. En 1247, le domp d’Aubrac promet de louer les pâturages de ses mas de Colombrouze, La Fage, etc. à ceux qui louent aussi les pâturages du seigneur d’Apcher à Montlaurat (Mont-Alhérac ?) au détriment du troupeau même d’Aubrac à qui on interdit d’y pénétrer avant vingt ans348. Cette location des pâturages en été se généralise ensuite, en particulier de la part de l’hôpital qui, au même moment, met en valeur les montagnes du plateau.

  • 349  Le seigneur d’Estaing se plaint que l’hôpital s’introduise sur les pâturages de Saint-Chély « cum (...)
  • 350  Doc. I, 337 : 555 (1328). En 1341, les herbassiers de la terre d’Aurelle sont accusés d’avoir intr (...)
  • 351  Doc. I, 337 : 552. L’autorisation de lever un péage aurait été initialement donnée à Anselme de Sa (...)

160À la fin du xiiie s., on assiste donc à un afflux massif de bétail étranger dont les textes fournissent quelques illustrations. Ces troupeaux se distinguent à la fois des animaux tenus ad captaniam et de ceux qui sont accueillis l’été par les utilisateurs des pâturages communautaires du fourc du Serre ou de Saint-Chély. Ils font partie de ce qu’un acte de 1342 appelle l’« amas », c’est-à-dire les troupeaux transhumants349. Ils sont confiés par leurs propriétaires, le temps d’un été, à de véritables entrepreneurs de transhumance, loueurs de pâturages, appelés bailiviers, cabaliers ou herbassiers, aidés de nombreux bergers qu’ils rémunèrent directement350. Les quelques données chiffrées dont nous disposons laissent entrevoir une véritable invasion estivale. Confirmant un acte de 1270, le baron de Calmont reconnaît, en 1326, au seigneur de Belvezet, la possession du péage du Pouget, sur la draye (fig. 36) qui monte de la vallée du Lot. Belvezet touchera, sur chaque millier de moutons de passage, 5 sous de Rodez, et il est prévu que le nombre de 2 000 bêtes puisse être dépassé351.

fig. 36. Voie de transhumance (draille ou draye) bordée de murets.

  • 352  Doc. I, 54 : 87-89.

161D’où viennent ces moutons ? La seule provenance sûre est le Quercy, d’autant plus que la commanderie templière de Lacapelle-Livron possède dans l’Aubrac lozérien un certain nombre de droits de pâturages qui font l’objet d’un partage avec l’hôpital en 1250352. Mais d’autres provenances ne sont pas exclues à cette époque (Bousquet 1971 : 233-240).

3.5.2.3 La transhumance

162Sous l’impulsion de l’hôpital qui envoie ses animaux hiverner sur les Causses, l’Aubrac et le Quercy deviennent, vers le milieu du xiiie s., les deux pôles d’une transhumance à longue distance, et ces déplacements saisonniers l’un des ressorts essentiels de l’économie régionale. Dans les deux zones, les herbes sont louées chaque année à des entrepreneurs de transhumance. Le système atteint, au début du xive s., un point d’équilibre que les grandes épidémies et la guerre de Cent Ans ne vont pas remettre en cause (fig. 37).

  • 353  ADA, 60 H 104.

163Les documents sont assez nombreux pour brosser un tableau de la transhumance dans les années 1400. Les plus grands troupeaux (jusqu’à 3 000 ovins et 200 bovins) sont alors ceux de seigneurs laïcs (comte d’Armagnac, seigneur de Sévérac) ou ecclésiastiques (hôpital d’Aubrac, abbayes de Nonenque et de Marcilhac). Mais la transhumance est également contrôlée par des entrepreneurs, marchands, maquignons et bouchers, qui louent des montagnes après avoir pris en charge des animaux. Ceux-là viennent parfois de très loin, des environs de Limoges, de Toulouse et du Bas-Languedoc. Une enquête de 1452 mentionne ainsi quelques troupeaux de moutons languedociens au sud-est du plateau, aux Salces et aux Hermaux (Feneyrou 1963). En 1408353, les bovins qui estivent sur le Puy de Plagnes semblent appartenir au seigneur de Murles, village situé à 20 km au nord de Montpellier au milieu de garrigues, où hivernaient toujours des moutons transhumant vers l’Aubrac dans les années 1960 (CNRS et al. 1971 : 129). Outre ces quelques exemples, la majorité des animaux paraissent originaires du Quercy ou du Gévaudan.

164Il est possible de retracer l’itinéraire d’un troupeau transhumant venant du Quercy dans les années 1400. Au début du mois de mai, les animaux, confiés à des bergers ou vachers recrutés sur la montagne, se mettent en route. Ils empruntent les principales voies de communication, qualifiées de drailles ou drayes (fig. 36) pour l’occasion, qui relient les causses de Gramat et de Limogne à Rodez, puis Rodez à la montagne. Leur parcours est jalonné de péages : sur le causse Comtal, puis à Espalion, Saint-Côme, Saint-Geniez pour franchir le Lot, au Pouget avant d’arriver à Aubrac, et enfin sur la montagne aux Moussous, au Déroc et au pont de Marchastel (fig. 37).

165fig. 37. La transhumance vers l’Aubrac aux xive et xve s.

166Les troupeaux et les hommes circulent librement sur les estives, à condition de respecter les limites de locations ainsi que les contraintes sanitaires imposant l’isolement des animaux malades. Les hommes veillent donc nuit et jour sur les bêtes et les bayles seigneuriaux s’appliquent à faire régner l’ordre pastoral. Fin octobre, parfois plus tard si le temps le permet, les animaux regagnent leurs étables ou leurs pâturages d’hiver.

167Les textes et les analyses palynologiques situent dans les années 1450-1550 l’âge d’or de l’économie pastorale, et son point culminant au milieu du xvie s. Durant cette période, d’immenses fortunes se constituent grâce à la transhumance. Par contrat passé à Aubrac en 1499, un marchand de Figeac vend ainsi à un négociant d’Aix-en-Provence les 2 600 brebis qu’il a fait estiver sur la montagne de la Chaumette, le tout pour la somme considérable de 1 300 ducats d’or. Les négociants des villages de Nasbinals et de Saint-Urcize, où se tiennent les marchés à bestiaux à la fin de l’été ou à l’automne, profitent également de cette manne pour s’enrichir.

168L’époque est favorable à de nouvelles productions animales : dans la seconde moitié du xve s., est expérimentée la fabrication, sur les meilleures estives, de fromage de vache selon une technique importée de Haute-Auvergne. Cette activité nécessite des investissements [outillage, aménagement de caves dans les mazucs (burons) etc.] qui la rendent particulièrement sensible à la conjoncture. Son développement sera donc freiné par les guerres de Religion qui, à la fin du xvie s., vont porter atteinte à la transhumance à longue distance. La production fromagère connaîtra un nouvel essor au xviiie s., accéléré au xixe par le recul de la transhumance ovine au profit de la transhumance bovine, mais brisé au xxe s. Le dernier buron de l’Aubrac à pratiquer la fabrication de la fourme, celui du Théron de Montorzier, a cessé son activité à l’automne 1999.

3.5.3 Les transformations du paysage

3.5.3.1 Le développement des prairies de fauche

  • 354  Doc. I, 325 : 542 (1326).

169C’est le phénomène du développement des prairies de fauche qui illustre le mieux la spécialisation pastorale. Cette évolution résulte d’une volonté commune des seigneurs et des paysans d’accroître les capacités de la stabulation hivernale pour répondre à une conjoncture favorable à l’élevage. Un verbe résume ce processus : « apradire »354.

  • 355  Doc. I, 387 : 611 (1333).
  • 356  « et pro dicta ampliacione et aliis eorum pratis dant anno quolibet dicto Hospitali L’solidos ruth (...)

170Les coutumes locales semblent avoir, de longue date, offert aux paysans la possibilité, sous certaines conditions, de transformer un labour en pré et inversement. Ces transformations s’étendent au cours du xive s., sans être, dans un premier temps, considérées comme irréversibles. Les terres acensées contre un loyer en argent pour faire des prés sont en effet soumises au quint des blés dès qu’elles connaissent de nouveau l’araire355. Mais les seigneurs tendent à interdire cette dernière éventualité. L’appât du gain est d’ailleurs tel que les éleveurs oublient d’avertir leur maître de ces changements qui requièrent la délivrance d’un nouveau contrat d’acapte assorti de nouvelles redevances. En 1327, les frères Bonal des Enfrux, ayant agrandi leurs prés sans autorisation, sont condamnés à verser 50 sous par an à l’hôpital356.

  • 357  Doc. I, 188 : 334 (Lunet, 1292), 192 : 338 (Les Crouzets, 1293), 225 : 399 (Le Cambon, 1302).
  • 358  Doc. I, 366 : 596 (Le Chier, 1332), 370 : 598-599 (Lac de Souveyrols, 1332), 282 : 485-486 (Saint- (...)

171De 1290 à 1332, plusieurs actes de la zone Saint-Chély – Bonnefon concernent la création ou l’acensement de mas. Tous font une part remarquable aux prés : même le territoire de Camp Fromental, en face de Saint-Chély, paraît envahi par les prés. On a d’autres témoignages ponctuels et contemporains de leur extension, dans le sud de l’Aubrac aveyronnais357, dans certains mas de Lozère et autour de Saint-Urcize358.

  • 359  ADA, E 1160, f° 27v° (1452) ; E 1116-1117, passim (année 1473- 1489) etc.
  • 360  ADA, E 947, f° 29 et 50 ; E 1180, f° 67v° (1414) ; E 1160, f° 39v° (1452) ; E 1162, f° 5v° et 11v° (...)
  • 361  ADA, E 1180, f° 101, 102v° (1410, 1411, 1419) ; E 1161, f° 16v°, 17v° (1453).

172Suspendu dans les années 1350-1390, le processus de création de prés connaît une nette accélération à la faveur de l’embellie passagère de l’économie autour des années 1400. Les transformations touchent d’abord les terres labourables, jugées les moins productives, ainsi que les pâturages non fauchés. Le mouvement reprend au milieu du xve s. ; il concerne un nombre considérable de champs déguerpis lors des troubles de la guerre de Cent Ans. On pourrait citer des dizaines de parcelles ainsi transformées à Prades359, Saint-Chély360 et Condom361. Certains labours abandonnés sont bien remis en culture, notamment à Prades dans les années 1470-1490, mais leur nombre reste insignifiant.

  • 362  ADA, E 1165, f° 87 (1459) ; Doc. II : 602 (1473) etc.
  • 363  ADA, E 1161, f° 29 (1453).
  • 364  Voir par exemple, Doc. II : 600 (Aubiac, 1454), 601 (Bonnefon, 1456) ; bail d’« una vernha (…) ad (...)
  • 365  ADA, E 1117, f° 161v°.

173Les éleveurs investissent les fonds de vallées où les îlots et les rives des ruisseaux sont faciles à mettre en valeur par l’irrigation362, ainsi que les montagnes des environs de Nasbinals (La Chaumette, Costerougnouse, Bossolenas, Ginestouze) et du sud-est du plateau (Rabiols)363. Les zones humides des hauteurs – vernhas, sanhas ou tourbières – sont à leur tour drainées364, notamment sur la montagne des Cats dans la terre d’Aurelle qui comporte plusieurs enclaves fauchées dont un pré de quatre journées dit « lo Prat Sanhas »365.

Le perfectionnement de l’irrigation des prés

174La végétation herbacée qui résulte des défrichements est fragile et quelques années d’abandon suffisent pour voir revenir les genêts, les bruyères et les aulnes. De même que, sur les pâturages d’altitude, il faut une charge de bétail suffisante pour la stabiliser, l’herbe ne prospère que dans des prés régulièrement fauchés et irrigués. L’irrigation, adoucissante l’hiver et rafraîchissante l’été, joue donc un rôle accru dans la gestion de ces nouveaux terroirs.

  • 366  Voir un exemple en 1460 aux Poujoulis près de Bonnefon (ADA, E 1164, f° 36). Le terme de « levata  (...)
  • 367  ADA, E 913, f° 52 (Belvezet) ; ADL, H 439, f° 41.
  • 368  Exemple de rigole faisant la limite entre deux prés à Prades en 1457 (ADA, E 1164, f° 40).
  • 369  ADA, E 1165, f° 1 (Le Viala Haut, 1458).

175Sous réserve d’une autorisation du seigneur, l’eau est captée dans les ruisseaux par des rigoles ou levata d’une vingtaine de centimètres de largeur366. En l’absence de point d’eau, les paysans ont aussi la possibilité de recueillir les eaux de ruissellement367. Ces levées, aménagées à l’aide d’un taille-pré, matérialisent souvent les limites des parcelles et apparaissent à ce titre dans de multiples transactions368. L’utilisation de ces aménagements varie d’une saison à l’autre. À Condom, au xve s., les rigoles d’irrigation peuvent être mises en eau du mercredi soir au vendredi matin, durant le printemps et l’été, et trois jours par semaine à compter du mercredi soir, le reste de l’année369. Cette stricte réglementation témoigne d’un souci de ménager les parties concernées par l’installation et l’usage de ces rigoles et surtout de gérer au mieux les ressources dont dépend également le bon fonctionnement des moulins.

Le recul des pratiques communautaires

  • 370  ADA, E 1161, f° 26 ; E 1160, f° 52 (1452).

176La vaine pâture est la première pratique à avoir souffert des nouvelles orientations de l’économie. Avantageuse pour les possesseurs de petits troupeaux dont les prés et labours nécessitaient l’apport de fumier étranger, elle privait les éleveurs spécialisés de leurs meilleurs foins. Ces éleveurs vont donc reprendre à leur compte la pratique consistant à réserver, sur les terres communes, des devèzes destinées aux animaux de traits et aux bêtes à engraisser. Ils s’affranchissent de la vaine pâture, d’abord en aménageant, aux marges de leur exploitation, des lopins réservés toute l’année à leurs troupeaux, puis en mettant en défens les meilleures parcelles de fauche. Sur ces dernières, avec l’accord du seigneur, la période de vaine pâture est repoussée jusqu’à la Toussaint, voire au delà, afin de protéger les secondes herbes : au milieu du xve s., la réglementation du ban de Prades permet la mise en défens jusqu’à la Saint-André (30 novembre)370.

  • 371  « quod possis facere devesiam, excepta quod dictam devesiam non possis deffendere (…) a festo vide (...)
  • 372  Doc. II : 166 (1392). En 1489, le seigneur concède « quoad eorum devesias, illas volumus et ordina (...)
  • 373  ADA, E 1176, f° 91. Une autorisation de même type est donnée en 1375 à un paysan du Montelh à Prad (...)
  • 374  ADA, E 1180, f° 106 (1416) ; E 1160, f° 27v° (1452) ; E 1161, f° 26 (1453) ; E 1163, f° 10 (1456)  (...)
  • 375  ADA, E 1115, f° 63v° (Vioulac, 1471) ; E 1116, f° 116v° et 118v° (Prades, 1473) ; E 1117, f° 100 ( (...)

177Les premiers exemples se rencontrent à la fin du xiiie s.371, puis le mouvement prend de l’ampleur372, encouragé par les crises de la fin du xive s. qui multiplient les friches tout en diminuant la pression démographique. À partir des années 1370, les renouvellements de baux ruraux se font dans des conditions plus favorables à l’intérêt individuel des éleveurs. Un habitant du Caussanel (Prades) obtient ainsi en 1379 le droit de « sarrandi, claudendi et amparandi secundam erbam sive lo reboybre » sur un de ses prés373. Les dérogations seigneuriales se multiplient dès le début du xve s., en particulier dans la paroisse de Prades374, et le phénomène s’amplifie dans le dernier quart du xve s. : deux parcelles sont concernées en 1471, trois en 1473, autant en 1481 et 1487, encore deux en 1492, etc.375

  • 376  ADA, E 1162, f° 11v° (Saint-Chély, 1454) ; E 1163, f° 10 (Prades, 1456).
  • 377  ADA, E 1116, f° 118v°.

178Le processus de mise en défens, poursuivi dans la première moitié du xvie s., a eu, malgré son ampleur, des conséquences sociales et économiques limitées. Les dérogations au droit commun de pacage sont restées strictement individuelles et ont concerné principalement les terres abandonnées ou auparavant labourées et nouvellement mises en herbes, comme à Saint-Chély et Prades dans les années 1450376. Au demeurant, la mise en défens des secondes herbes était suspendue pour la durée de stabulation des animaux. Les entorses à la vaine pâture n’ont donc jamais entraîné de protestation massive des usagers, du moins tant que les servitudes de passage étaient respectées, ce qui ne fut pas le cas à Prades en 1473377.

  • 378  En 1386, l’acquéreur d’un pré doit dresser un mur à la limite de la parcelle contiguë (ADA, E 1176 (...)
  • 379  Terrier de la paroisse, archives privées. Un pré clos est également établi à Lunet en 1411 (ADA, E (...)
  • 380  ADA, E 947, f° 95.

179Ces nouvelles formes d’exploitation des prairies vont pourtant donner le signal d’une mutation profonde du paysage puisqu’elles impliquent l’usage de clôtures vouées, à terme, à devenir fixes. À l’instar de plusieurs régions françaises de bocage, le paysage agricole actuel de l’Aubrac résulte largement des mutations de la fin du Moyen Âge. L’aménagement de clôtures permanentes est précoce autour des villages de Saint-Chély378 et surtout de Prades, à tel point qu’en 1398, dans cette dernière paroisse, entre 10 et 20 % des parcelles fauchées sont déjà clôturées379. Les murets de pierre sèche semblent être le mode de fermeture le plus répandu, tel ce pré aux premières et secondes herbes limité par un paries à Prades en 1415380. Cette transformation du paysage sera parachevée au xviiie s., époque à laquelle le libre pacage hivernal des prés, rendu de plus en plus difficile par la multiplication des clôtures, disparut définitivement sur l’Aubrac.

3.5.3.2 Le recul de l’habitat permanent

  • 381  L’accord précise « quod si mansio in dicto castro in tribus locis fieret sive tres fossi aut tres (...)
  • 382  « salvo quod Hospitale possit suas proprietates, si locus accideret, investire » (Doc. I, 90 : 140 (...)
  • 383  Doc. I, 180 : 316-317 (Les Touzes, 1290), 251 : 435 (Felezec, 1306), 311 : 516 (Les Enfrux, 1322), (...)

180Le recul de l’habitat permanent est parfois antérieur, sinon contemporain de la spécialisation animale. Mais il ne s’agit pas d’un processus linéaire et inexorable : plusieurs indices témoignent au contraire que les hommes de l’Aubrac ne se sont pas résignés à la disparition des mas habités et à la transformation de leur terroir en montagnes. Il n’est que de rappeler les références aux mas vestits ou herms, nombreuses dans les années 1240-1300, comme si l’abandon d’un mas n’est pas encore perçu comme une réalité irréversible. À interpréter dans le même sens la possibilité que se réservent les seigneurs, à la même époque, de peupler ou de repeupler des terres inhabitées. En 1262, le seigneur de Belvezet et l’hôpital se mettent d’accord sur l’utilisation en commun de pâturages proches du castrum, sauf si trois familles de paysans viennent à s’y installer, auquel cas le bétail d’Aubrac sera exclu381. En 1266, c’est au tour de l’hôpital d’envisager la possibilité de fermer ses pâturages aux hommes de Saint-Chély, au cas où ils seraient habités382. Cette éventualité se concrétise d’ailleurs sur le versant aveyronnais, de 1290 à 1332, par la création ou la tentative de création de plusieurs pagésies ou mas : aux Touzes en 1290, à Felezec en 1306, aux Enfrux en 1322, à Frayssinouse en 1326, à Camp Fromental en 1330 et au Telh en 1332383. Une véritable lutte est engagée entre l’homme et l’animal, entre le champ, le pré et le pâturage, et d’où l’animal, le pré et le pâturage sortent en grande partie victorieux, mais pas totalement.

La chronologie des désertions

  • 384  Doc. I, 92 : 148 (1266).
  • 385  Doc. I, 112 : 181 (1268).

181La spécialisation animale est concomitante de l’extension des pâturages à la surface du plateau. Il n’est pas aisé de la suivre en raison de l’absence presque totale de documents pour le xiie s. et de l’imprécision de leur vocabulaire pour les périodes suivantes. Rappelons à ce sujet que l’évolution du mot « mas » vers un sens territorial, au xiiie s., nous prive de toute certitude quant à son occupation ou à sa désertion éventuelle. Rares sont les textes qui précisent qu’un mas est inoccupé384. D’où le choix de deux autres critères : on retiendra d’abord la transformation d’un mas en simple lieu-dit, qui semble témoigner d’une désertion même si le mot mas est réutilisé ultérieurement385 ; on retiendra ensuite, dans la documentation écrite, la transformation d’un mas en tenguda ou montanha, c’est-à-dire en pâturage loué, critère presque aussi sûr que le critère archéologique. Avec ces quelques moyens, il est possible d’esquisser une carte et une chronologie des désertions de mas, préalables à la transformation de leur territoire en pâturages.

  • 386  Doc. I : 225 (1276).

182Sur le versant aveyronnais, les premiers cas datés d’abandons de mas remontent au xiie s., et concernent Cantegal et Roc Guiral (Fau, Hamon 1998 ; Galop 1995b). Que deviennent alors les terres libérées ? Sans doute des pâturages supplémentaires pour le fourc du Serre et la grange du Viala Bas386 avant que ne s’installe, au xive s., la grange des Inguilhens. Elle-même est abandonnée dès le milieu du xve s. au profit de pâturages de location.

  • 387  Doc. I : 340-344.
  • 388  Doc. II : 283.
  • 389  Doc. II : 150, 169, 171, 173, 177 et 613, etc.
  • 390  Archives privées, terrier de 1398, p. 55 ; ADA, E 1177, f° 138 (1399).

183Plus à l’est, le hameau de Tournecoupe, abandonné à la fin du xiiie s., sans doute peu de temps avant qu’Aubrac n’obtienne la jouissance de ces terres à la faveur de l’acquisition de la moitié de la baronnie d’Aurelle en 1294387, laisse place à des herbages que l’hôpital met en location en 1345. L’aveu rendu en 1404 au comte d’Armagnac par le domp pour le « mas » de Tournecoupe garde le souvenir de cet habitat388. Non loin de là, Le Cau et Les Cats sont au contraire des mas habités – le premier au moins jusqu’en 1373, le second au moins jusqu’en 1341 – mais dont les pâturages font l’objet d’une appropriation par l’hôpital qui les loue en 1341, 1345, 1393, etc.389 Cas de figure tardif mais similaire : le mas du Pas-de-l’Ase au-dessus de Prades, déserté peu avant 1398, est réacensé en 1399, mais sans succès. Son territoire devient par la suite une montagne d’estive dont la surface, environ 14 ha, correspondrait à l’étendue de la pagésie disparue390 (Petit 1995 : 307).

  • 391  Doc. I, 11.
  • 392  Doc. I, 91.
  • 393  Doc. I, 39, 91, 116 etc.
  • 394  Doc. I, 53, 68, 116 etc.

184Sur le plateau lozérien, dans les textes de la première donation des Saint-Urcize à Aubrac en 1196-1216391, les mentions de demi-mas, de mas tenus en commun, de deux tenensas laissent soupçonner l’existence de vastes pâturages dès cette époque dans la zone de La Roche et de Saint-Urcize. Plus au sud, c’est la paroisse de Saint-Andéol qui est touchée la plus précocement. Lorsqu’en 1266 le domp d’Aubrac fait hommage au seigneur de Peyre pour les possessions et les droits qu’il tient de lui, l’acte distingue nettement les mas habités des paroisses de Recoules et Nasbinals (comme Escudierettes ou Montgros), des simples lieux-dits de la paroisse de Saint-Andéol (La Bessière, La Baysse, Saint-Andéol lui-même et, au sud, Montorzier, Salles, La Tioule, Rabiols, Les Deux Sœurs, etc.) qui ne sont presque jamais qualifiés de mas392. Cette carte des probables pâturages du xiiie s. est à compléter par Cazalets et Les Greselhs393 et, dans la paroisse de Trélans à l’extrême sud, par Malhebiau et Cantecouyou qualifiés alternativement de simples lieux-dits, mas ou territoires394.

185La zone la plus touchée par ces désertions est l’ancienne seigneurie des Peyre. Vers 1170, Astorg IV décide de se replier sur le Bès et la Rimeize en abandonnant la partie occidentale du mandement de Marchastel à l’hôpital d’Aubrac et aux templiers (Belmon 1993). Ces donations coïncident avec la fin de la révolte des nobles du Gévaudan (1163-1170) consécutive à la reconnaissance faite au roi de France par l’évêque de Mende, révolte qui aurait ravagé les domaines – dont Marchastel – sur lesquels l’évêque Aldebert du Tournel s’était vu reconnaître son dominium en 1152. Malheureusement, l’absence de censier et de document comptable concernant les Peyre au xiie s. empêche de saisir l’évolution de l’habitat et du contrôle seigneurial sur la paysannerie, grande absente des sources (Belmon 1993 : 82, 85).

  • 395  Doc. II : 88.
  • 396  Doc. I, 48 ; Doc. II : 227.
  • 397  Doc. I, 116, 314, 134, etc.
  • 398  Doc. I, 306 ; Doc. II : 150, 705.
  • 399  Puech Ginieys devient une grange de l’hôpital à la fin du xive s. (Doc. II : 355, 562, 725).
  • 400  Doc. I, 91, 161, etc. ; Doc. II : 67.

186Au xive s., sans doute à la faveur de la crise générale qui n’épargne pas le plateau, les pâturages continuent à s’étendre. Au nord-est, dans les paroisses de Brion et de La Fage-Montivernoux, La Chaumette – une des premières possessions d’Aubrac –, villa en 1162, mas au xiiie s., n’est plus que tenguda en 1368395, en même temps que le mas de Colombrouze (1247) devient territoire en 1393396. Les herbages gagnent aussi autour de Saint-Urcize, Bouxols, Chavestras, Calmsobeiros397, et surtout dans la paroisse de Nasbinals. On les voit s’étendre autour du village à Costerougnouse398, Bossolenas et Puech Ginieys399, et au sud-ouest, dans les environs mêmes de l’hôpital, au Buisson, à Ginestouze, Montayredos (près de Fontanilles), Cammejane, etc.400, où ils rejoignent ceux de la paroisse de Saint-Andéol.

  • 401  Campils correspond pour sa part au Roc de Campuels aux environs du Pendouliou. Rocacalva est ident (...)

187La répétition presque à l’identique jusqu’à l’époque moderne de ces listes de mas, pourtant devenus lieux-dits et montagnes, témoigne de leur permanence des siècles durant. Pour le xive s., en tout cas, les noms des pâturages sont ceux qui figurent déjà dans les reconnaissances du siècle précédent. La coïncidence toponymique se vérifie pour La Chaumette, Costerougnouse, Le Bouissou, La Garde, Montorzier, Ruscles, Pendouliou, La Bessière, La Baysse, Malhebiau et peut-être Bor (Vors ?). Elle vaut aussi pour Puech Ginieys, Les Goutals, Ginestouze, Bossolenas, Cammejane, Les Salhens, Salles, Rabiols, La Tioule et peut-être Sinhourset (Sanharossa ?)401.

  • 402  Le mas du Pelegri, près de Malbouzon, est encore habité avec certitude en 1331 ; plus tard, il n’y (...)

188Tous les mas habités n’en disparaissent pas pour autant. Dans la première partie du xive s., et sans doute plus tard, de gros hameaux se maintiennent, on l’a vu, dans la seigneurie de Peyre402. À la fin du xive s., dans l’actuelle commune de Nasbinals, des mas sont encore habités : Baboyères, Le Cher, Nasbinals, Montgros, Montgrousset, Le Baulès, Le Déroc et Les Salhens (où une grange a pu succéder à une résidence familiale du même nom). Mais dès cette époque les herbages occupent les deux tiers du plateau lozérien, surtout dans sa partie méridionale, et l’étroite concordance de toponymie entre mas ou lieux-dits du xiiie s. et pâturages du xive s. permet une localisation approximative des anciens habitats, voire des limites de leurs finages, que les montagnes auraient conservées.

Les témoignages du terrain

  • 403  Le Dr Prunières prétendait avoir relevé 24 villages. Louis de Malafosse en avait vu pour sa part u (...)

189De ces montagnes, lointaines héritières des mas des xie-xiie s., le docteur Prunières, qui parcourut l’Aubrac au milieu du xixe s., eut le premier le pressentiment que chacune était « le terroir d’un antique village plus ou moins désert ». Il avait été intrigué par l’existence médiévale de la paroisse de Saint-Andéol dont le siège, à l’origine près du lac du même nom, avait pu être déplacé à Marchastel lors de la désertion des mas du plateau (Prunières 1867). La substitution n’a certainement pas été partout aussi systématique mais ce terme de mas, et a fortiori celui de villa, permet pour la plupart des vestiges identifiés d’écarter sans réserve l’hypothèse d’un habitat temporaire. Ce dernier, bien connu par les textes de la fin du Moyen Âge, présente des caractéristiques archéologiques distinctes de celles des ruines repérées sur les sites présumés d’anciens mas. Le docteur Prunières avait vu des ruines à Cazalets, Les Traps, Montorzier, Salles Basses, La Baysse, Bor, Rabiols, Les Salhens, Sinhourset et dans « vingt autres lieux » qu’il n’a pas cru bon de citer (Prunières 1867 : 19-20)403. Mais il englobait probablement dans cette énumération des regroupements de mazucs, des villages temporaires d’estive (Les Traps ?) ou d’anciens bâtiments de granges monastiques ou de résidence seigneuriale (Les Salhens ?).

190Tous les sites mentionnés par Prunières n’ont pu être retrouvés. Plusieurs ont été localisés comme le site – complexe par l’enchevêtrement de structures de diverse nature – de La Baysse Haute et les villages de Bor, de Rabiols et surtout du « Bartas dé Montourzié » où subsistent les vestiges les plus éloquents de cette forme d’habitat. Ceux-ci sont aujourd’hui partagés entre les montagnes du Barthas et de La Devèze de Montorzier, toutes deux issues du démembrement, au xixe s., de la montagne de Montorzier dont l’existence est attestée dès les années 1400. Il pourrait donc s’agir de l’ancien mas de Montorzier, évoqué comme tel jusqu’au xvie s., en lisière des domaines pour lesquels Aubrac rendait hommage aux seigneurs de Canilhac. D’autres ruines observées par Prunières n’ont pas été localisées, comme celles de Cazalets dont le toponyme (casal = bâtiment) confirmerait toutefois la transformation d’un habitat permanent en pâturage.

  • 404  Le toponyme des Places (des Salhens) apparaît pour la première fois en 1333, qualifiant une montag (...)
  • 405  Doc. I : 94, 142, 578, 585.
  • 406  ADA, E 1117, f° 194.
  • 407  Notons que ce toponyme est aussi celui d’un village déserté des pentes du Puy de Côme (Puy-de-Dôme (...)

191De nouveaux regroupements de bâtiments médiévaux ont, en revanche, été repérés au Roc des Loups, à Foun Bello, au Truc del Coucut et à La Bessière, ainsi que des bâtiments isolés aux Places Hautes404 et à La Baysse du Milieu. Foun Bello et Le Roc des Loups sont des toponymes à consonance moderne mais l’un de ces sites correspond peut-être au mas du Pelegri dont on soupçonne l’existence dans ces parages, bien que sa localisation dans les textes anciens soit hésitante405. La prospection est restée infructueuse sur la montagne du Buisson mais un document de 1492 y signale encore de vieux murs406. Le territoire de Ruscles recelait encore des ruines, il y a quelques décennies (Bedel 1998 : 27). Quant au mas de Villa Vetus ou Villa Vielha, il est trop proche des Cazalets pour qu’il s’agisse, comme Prunières le pensait, du site de la station gallo-romaine407. La concentration de plusieurs de ces sites à proximité de l’ancienne voie romaine suggère que cet itinéraire, délaissé sur la plus grande partie de son tracé à l’époque des grandes transhumances, jouait encore un rôle au milieu du Moyen Âge.

3.5.3.3 Les montagnes

192Là où l’habitat permanent résiste, et en particulier sur le versant aveyronnais autour de Saint-Chély, résistent aussi les seigneuries laïques comme Estaing et Belvezet. En revanche, les désertions profitent aux seigneuries ecclésiastiques, les templiers, Bonneval et Aubrac, qui interviennent directement dans la formation des pâturages d’estive, les montagnes.

Le rôle de l’hôpital

  • 408  Doc. I, 59 : 94.
  • 409  « commune mansum del Fanh » [Doc. I, 11 : 18-19 (1196-1216)] ; « medietatem pro indiviso mansi app (...)
  • 410  En 1229, le seigneur de Peyre autorise l’hôpital à introduire des animaux sur ses pâturages de Pey (...)
  • 411  Doc. II : 1-16, 542.

193Le processus de mainmise de l’hôpital sur une grande partie du plateau n’a pas laissé de trace nette dans la documentation, sauf en ce qui concerne les mas habités comme ceux que se partagent, en 1254, le seigneur de Peyre et le domp d’Aubrac408. Pour ce qui est des pâturages, la situation est d’abord celle d’une utilisation en commun. Quand les Saint-Urcize font leurs premières donations à l’hôpital, il n’est question que de mas en indivision et donc d’une mise en commun des herbages409. Lorsque les Canilhac et les Peyre ouvrent leurs propres pâturages, il s’agit encore d’un usage communautaire, à titre gracieux pour l’hôpital qui n’a rien à payer, ni péage, ni leude, ni pasquerium pour son bétail410. Ces pratiques, en vigueur dans les années 1240- 1250, se retrouvent tout au long du Moyen Âge là où se maintiennent des communautés d’habitants (villages, mas) dont elles garantissent la survie et, pour certains de leurs membres, une aisance assurée : ainsi, à Saint-Chély en 1342 ou plus tard en 1482, lorsque les habitants des mas entourant la grange de Bonnefon, qu’ils aient l’hôpital ou Estaing pour seigneur, se voient confirmer l’usage des pâturages du fourc pour leur propre bétail411. Mais là où disparaissent les hommes, ces pratiques, qui n’ont plus de raison d’être, disparaissent aussi.

  • 412  Doc. I, 22 : 34-36, 26 : 41-42, 30 : 46-49.
  • 413  Doc. I, 39 : 64-66.
  • 414  Doc. I, 60 : 97-98 (1254).
  • 415  Doc. I, 52 : 84-85, 54 : 87-89.
  • 416  Doc. I, 59 : 94-97, 90 : 136-141, 91 : 141-144, etc.

194Dès lors, ce phénomène s’accompagne d’une appropriation des espaces inhabités, essentiellement par l’hôpital. On en devine les prémices dans les années 1229-1242, quand le seigneur de Peyre, tout en autorisant l’hôpital à utiliser ses pâturages de Peyre et de Marchastel, lui interdit à trois reprises (1229, 1236 et 1242) d’y élever des fortifications qui seraient le symbole d’une appropriation412. Si cette dernière est donc bloquée un moment par le plus puissant seigneur de la région, elle triomphe ensuite, insidieusement, à la faveur d’actes de délimitation. En 1246, D. de Canilhac et l’hôpital se partagent les pâturages des Greselhs de part et d’autre du ruisseau descendant de Cantecouyou vers le sud413. D. de Canilhac garde ce qui est du côté des Hermaux à l’est, Aubrac reçoit ce qui est à l’ouest et qui continue à faire partie de la seigneurie éminente des Canilhac, comme l’atteste un document de 1254414. Mais rien, dans l’acte de partage, ne le rappelle, comme si la zone attribuée à l’hôpital l’était en toute propriété. Il en va de même de la délimitation de la terre d’Aurelle en 1250, ou de la division des pâturages avec Lacapelle-Livron la même année415 : à aucun moment ne sont évoqués les droits des seigneurs éminents, les Canilhac et les Peyre. D’où la réaction des intéressés qui, à partir de 1254 et surtout de 1266, dans un tir groupé de documents sur une quinzaine d’années, ne cessent de rappeler leurs droits, en particulier en matière de haute justice : les Peyre en 1266, 1277, 1278, 1279, les Apcher en 1267, les Saint-Urcize – Canilhac en 1270 et 1276, les Estaing en 1274416

  • 417  En 1170, Bernard-Guillaume Brunencs leur a vendu des droits de pacage entre Lacalm et Aubrac ; en  (...)

195Peine perdue, l’échec de cette réaction seigneuriale entérine un vrai partage vertical : aux seigneurs laïcs, la seigneurie éminente, à l’hôpital d’Aubrac, la seigneurie utile et la mainmise de fait sur une grande partie des pâturages aveyronnais et lozériens. Plus question, dans ces conditions, de droits communautaires dans les pâturages. Dans cette conquête des herbages, l’hôpital a pris une avance décisive sur ses concurrents. Les cisterciens de Bonneval, par exemple, devront se contenter de droits de pacage dans les zones de l’Aubrac à forte occupation humaine417.

La formation des montagnes

196Partiellement vidé de ses hommes et pris en main par de nouveaux seigneurs, le plateau et ses rebords immédiats sont en mesure d’offrir les terrains de parcours que recherchent les troupeaux transhumants qui s’accroissent dans les domaines de la vallée du Lot et des Causses. L’accueil du bétail étranger se pratique depuis longtemps sur l’Aubrac. La nouveauté, à la fin du xiiie s., réside dans la systématisation de ce mode d’exploitation de l’espace. À l’Aubrac des mas et des villages s’oppose désormais l’Aubrac des pâturages de location dont l’hôpital tire des revenus en constante augmentation. Pour cela, il lui faut mettre en place un système original de gestion des pacages.

  • 418  Doc. I, 39 : 65.
  • 419  Doc. I, 369 : 598.

197L’établissement de la chronologie de ce processus repose sur la prise en considération de l’évolution de la terminologie attachée aux pâturages d’altitude, et notamment sur l’apparition du terme de tenguda puis de montanha pour désigner non plus un terroir naturel ou un pays – le bailliage des Montagnes d’Auvergne s’étend, au Moyen Âge, sur les limites actuelles du Cantal – mais une unité d’estive qui porte un nom. Si l’on excepte de rares et incertaines occurrences de montagnes dès les années 1240, par exemple pour Les Greseilhs en 1246418, les mentions de ces unités de location datent, pour les premières et de façon isolée, des années 1330, et se multiplient par la suite. En 1331, les habitants de Marchastel employant des attelages pour leurs forestages dans les bois d’Aubrac sont priés de ne plus laisser pénétrer leurs animaux dans les pâturages en location. De l’année suivante date la première vente d’herbe connue sur le plateau, celle de la tenguda des Places des Salhens, cédée pour la coquette somme de 47 livres et 10 sous tournois419.

  • 420  Doc. II : 190.
  • 421  Les premières listes de montagnes figurent dans les comptes de la Domerie vers 1410 (Doc. II : 751 (...)

198Le découpage de l’espace pastoral est alors bien engagé, ce que confirme le fait que les montagnes sont juxtaposées, comme celles de La Garde et du Buisson en 1346420. Lorsque les registres de comptes ou de justice apparaissent vers 1390-1400, la liste des montagnes comprend plus d’une trentaine de noms421. Le parcellaire est constitué, et il ne connaîtra pratiquement plus d’évolution jusqu’à l’époque contemporaine, si ce n’est une subdivision des unités existantes. On relève en effet, dès le xive s., des noms de montagnes affectés des qualificatifs de « haut », « bas » ou « milieu ».

  • 422  Cart. Bonneval, 185.

199Comment ces montagnes se présentent-elles ? Vastes (de 100 à 500 ha), leurs limites sont matérialisées par des éléments naturels (ruisseaux, crêtes rocheuses, etc.), par des chemins ou par des bornes artificielles, là notamment où ces parcelles de location jouxtent les censives paysannes. Ces bornes de pierre servent également à fixer les frontières entre juridictions, comme entre Malhebiau et Alte-Teste où se séparent Gévaudan et Rouergue, et comme autour du lac de Saint-Andéol où les montagnes de l’hôpital d’Aubrac jouxtent celles des hospitaliers de Saint-Jean. Dans ce secteur, des bornes marquées d’une grande croix pattée subsistent. La situation restera inchangée jusqu’à l’apparition, au xixe s., des murets de pierre sèche qui forment aujourd’hui à la surface du plateau un maillage plus ou moins lâche. Les troupeaux transhumants ne sauraient donc divaguer, d’autant que les prés de fauche occupent toujours les zones propices et que la lande ou la pelouse sont ponctuellement mises en culture après écobuage, pratique attestée à Curières en 1260 où l’on laboure « la terra delz dihz locs ab foc »422. Il faudra encore plusieurs générations pour que les montagnes forment des entités homogènes, libres de parcelles de cultures ou de prés, et franches de droits d’usages. Les animaux sont sous bonne garde nuit et jour, ce qui entraînera l’éclosion d’un habitat temporaire, étudié plus loin.

  • 423  Doc. I, 354 : 582. On rencontre actuellement le toponyme Lou Fumadis sur un territoire au nord-est (...)
  • 424  ADA, E 1163, f° 46.

200Comme pour les prairies, les montagnes de location s’étendent aux dépens des usages collectifs. En 1331, les habitants de Marchastel se voient interdire l’accès dans les « femadis et devesiis » qui bordent la voie antique qu’ils empruntent pour l’affouage423. À Nasbinals, les paysans doivent partager, dès les années 1290, leurs fraus communs avec l’hôpital qui monnaie aussi leur accès aux pâturages des Oules à l’ouest du village. Pour continuer à en jouir, il leur faut, vers 1400, payer un loyer annuel fort élevé aux religieux. Dans ce contexte, les relations entre éleveurs des différents mas de la paroisse s’enveniment au sujet de l’usage des herbes demeurées communes, au point de déclencher, en 1462-1463, un procès que doit trancher la cour de la sénéchaussée de Beaucaire424.

  • 425  Location sur trois ans [Doc. I : 598 (1332)], ou à vie [Doc. II : 625 (1495)].

201Qui sont les concurrents des paysans du plateau ? La Domerie, qui réserve à ses troupeaux les parcelles entourant l’hôpital et celles des environs du Trap et de Montorzier. Mais surtout les locataires étrangers, qui concluent avec les religieux des baux à durée variable, annuels, pluriannuels ou permanents425.

3.5.3.4 Conclusion : l’hôpital d’Aubrac et le paysage

  • 426  Doc. I, 198-199 : 347-351, 272-274 : 466-475, 294 : 503-507.

202La concomitance globale de la spécialisation animale et de la mainmise de la Domerie sur une grande partie du plateau soulève la question du rôle de l’hôpital dans la formation du paysage médiéval. À travers le prisme des documents concernant les deux premiers siècles de son existence, il est tentant de le rendre responsable de l’extension des prairies et des herbages. Il est vrai qu’au xive s. sa puissance et sa richesse se manifestent essentiellement par l’étendue des pâturages qu’il contrôle – plusieurs milliers d’hectares –, par les revenus qu’il tire de leur location et, à un moindre degré, par l’importance de son troupeau. Les nombreuses démarches entreprises dans les années 1290-1310 par les templiers et les hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem pour s’annexer les domaines de l’hôpital dans le but d’obtenir les fourrages nécessaires pour leurs cavaleries témoignent de l’intérêt qu’offrent désormais les terrains de parcours pour bestiaux426.

203Mais il ne faut pas sous-estimer la place des hommes et des espaces cultivés, même au xive s. En fait, il y a alors deux Aubrac, et d’abord un Aubrac aveyronnais où le dynamisme des communautés humaines maintient des pratiques agricoles et où l’élevage, en tant qu’activité exclusive, ne concerne que les marges nord au contact du plateau lozérien. On constate la vigueur de la vie agricole dans les zones du Serre, de Saint-Chély et de Bonnefon, à la fin du xiiie s. et au début du siècle suivant, qui se manifeste par la création ou la tentative de création de mas, même si ces mas font une large part aux prairies et aux activités d’élevage. L’intérêt des seigneurs, quels qu’ils soient, n’est pas de dominer des espaces désertés mais de conserver des mas habités et des paysans qui versent des redevances et témoignent de leurs droits sur le terrain.

204Même dans l’Aubrac lozérien, beaucoup plus tourné vers l’élevage, subsistent, au xive s., des zones de fort peuplement. Les paroisses de Brion, La Fage, Malbouzon, Prinsuéjols, le nord de la paroisse de Saint-Andéol autour de Marchastel, l’est de la paroisse de Nasbinals et le nord de la paroisse de Recoules conservent de solides hameaux, qu’ils appartiennent aux Apcher, aux Peyre ou à l’hôpital. Autant dire que ce dernier, dans la partie qu’il contrôle, n’a pas cherché à transformer le plateau en un no man’s land de pâturages, mais que son impact sur le paysage se coule dans une évolution historique dont au moins les prémices lui échappent. Pour la comprendre, il faut remonter aux xe-xiie s. où la palynologie et l’archéologie s’accordent pour donner une idée d’ensemble de l’occupation du sol. La palynologie décèle, pour cette période, une vague de défrichements accompagnée d’une montée continue des activités agropastorales – en particulier pastorales – suivie d’un affaissement aux xiiie-xive s. L’archéologie confirme indirectement ces données en mettant au jour, dans quatre sondages sur six, des mas dont l’existence ne dépasse pas le xiie s., à la fois sur le versant aveyronnais et sur le plateau lozérien. Si l’on recoupe ces informations avec celles des textes, rares pour les xe-xiie s., plus nombreux ensuite, on peut esquisser l’histoire du paysage de l’Aubrac dans la deuxième partie du Moyen Âge.

205Les xe-xiie s., et notamment le xie, apparaissent comme une période de forte mise en valeur et de peuplement, par l’intermédiaire d’un réseau serré de mas pratiquant agriculture et élevage plus ou moins intensif ; d’où peut-être la vigueur des luttes seigneuriales pour en assurer la maîtrise. Alors comment expliquer que cette période prenne fin au cours du xiie s., alimentant pour longtemps, dans l’historiographie du monastère, le mythe d’un Aubrac désert ? À défaut de raisons climatiques ou politiques, on peut ranger l’abandon de certains mas parmi les désertions de croissance qui auraient affecté un front pionnier de défrichements et de créations, marginaux et risqués, à la limite des possibilités agricoles du plateau. Ces désertions se seraient traduites par un réaménagement de l’espace dont n’auraient profité que partiellement les villages castraux : en effet, si Saint-Urcize et Saint-Chély réussissent à regrouper une certaine population, on ne peut en dire autant de Belvezet et de Marchastel. Les abandons de mas, en particulier familiaux comme Roc Guiral ou Les Places Hautes, auraient surtout profité aux gros mas de plusieurs feux, appelés plus tard villages, si caractéristiques de l’habitat médiéval de l’Aubrac.

206Quoi qu’il en soit, la forte pression humaine, agricole et animale des xe-xiie s. a fait place ensuite à une déprise dont la palynologie et l’archéologie portent témoignage. En particulier, à un élevage local généralisé, aurait succédé un élevage extérieur extensif, moins présent au fil de l’année et donc moins apparent dans les données palynologiques. Paradoxalement, la spécialisation pastorale de l’Aubrac se traduirait ainsi par un recul relatif des marqueurs de la présence animale.

207Quel rôle l’hôpital a-t-il pu jouer dans ce processus ? Il faut remarquer d’abord que sa fondation, au début du xiie s., intervient une fois passée la grande période de colonisation. Quand apparaissent les premiers documents de son chartrier, au début du xiiie s., une grande partie des terres des seigneurs de Peyre et de Saint-Urcize – Canilhac est déjà transformée en pâturages et vouée à l’élevage. Les seigneurs laïcs en disposent encore, qui accueillent parmi d’autres les troupeaux des moines. Autant dire que l’hôpital n’a aucune responsabilité dans la désertion des mas et dans leur reconversion en herbages entre les années 1150 et 1250. Il profite alors d’un contexte défavorable aux seigneurs laïcs touchés par le dépeuplement partiel de leurs possessions et plus facilement disposés à lui octroyer des droits sur des herms que sur des terres habitées et mises en valeur. Une fois dans la place, l’hôpital pousse ses avantages, développant son troupeau, accueillant du bétail extérieur et, pour finir, s’appropriant des pâturages sur lesquels les seigneurs laïcs ne conservent que la seigneurie éminente. L’hôpital devient alors un acteur essentiel de la transformation du paysage qu’il contribue à accélérer et dont l’aboutissement est la formation des montagnes d’estive.

Notes

1  Doc. I, 9 (1186). Alphonse II, roi d’Aragon, comte de Barcelone et marquis de Provence fait une donation à l’hôpital. Pour une vue d’ensemble de la présence aragonaise voir Porée, 1919.

2  Doc. II : 208, note 1 (1252, 1261, 1266, etc.) L’hommage est rendu soit au sénéchal de Nîmes-Beaucaire, soit au juge royal de Marvejols. Il se traduit par le versement symbolique d’une obole d’or [Doc. II : 214 (1373)].

3  Feuda Gabalorum, I : 33-37.

4  En 1222, en pleine crise albigeoise, Raimond VII accorde sa protection à l’hôpital d’Aubrac. Le document est rédigé non à Aubrac même, mais à Chirac (Doc. I, 20).

5  Doc. I, 94.

6  Doc. I, 186 (1291) ; Doc. II : 163 (1373), 146, note 1 (1392), etc. C’est au titre de lieutenant général du roi que le comte Jean d’Armagnac autorise en 1355 l’utilisation du fort de Prades (Doc. II, 463).

7  La serre de Condom est dit en 1375 « sub resorto castri de Gleiola » (Doc. II, 485 : 98).

8  En 1404, la grange de Bonnefon, le village de Prades et leurs dépendances sont dits « in et sub districtu castellanie sancti Genesii rippe Olti » (Doc. II, 535 : 287). Le bayle royal de Saint-Geniez intervient aussi en terre d’Aurelle, par exemple au Minier en 1331- 1333 (Doc. I, 391).

9  Feuda Gabalorum, II, 2 : 221-224, 226, 227.

10  Sur les droits du comte de Rodez en terre d’Aurelle, voir Doc. I, 552 (1250), 147 (1280), 195 (1294), 219 (1300), 236 (1303), 400 (1335), 414 : 646, note 1 (1337). Dans le document 195 de 1294, la terre d’Aurelle est ainsi définie : « movet et est de feudo immediato et dominio et ressorto et superioritate domini nostri comitis Ruthene ».

11  Doc. II, 535 (1404).

12  Doc. I, 390 (1333).

13  Doc. I, 28 : 44.

14  Doc. I, 19, 292 : 501.

15  Doc. I, 11 (1196-1216).

16  Doc. I, 107 (1267). Les Salhens, qui, au xie s., sont dans la vassalité des Saint-Urcize, semblent hésiter ensuite entre les Peyre et les Saint-Urcize – Canilhac : Doc. I, 22 (1229), 80 (1264), 307 (1321) ; Doc. II, 513 (1397), etc.

17  Doc. I, 195.

18  Feuda Gabalorum, II, 1 : 88, 144 ; I : 33-37, etc.

19  Doc. I, 91 (1266), 116 (1270), etc.

20  Feuda Gabalorum, II, 2 : 226-227.

21  « Chalm meyana » (Doc. I, 91 : 143).

22  Feuda Gabalorum, II, 2 : 221-224.

23  Feuda Gabalorum, II, 2 : 66 ; Doc. I, 23 (1232). Les Revelhaca semblent faire partie de la vassalité des Apcher : Doc. I, 67 (1260), 107 (1267).

24  Doc. I, 50 (1248), 147 (1280), 188 (1292).

25  Doc. I, 90 (1266), 109 (1268), 115 (1269).

26  Doc. I, 299 (1318).

27  Doc. I, 400 (1335).

28  Doc. I, 188 (1292).

29  Doc. I, 109 (1268).

30  Doc. I, 78 (1264) ; Doc. II, 439 : 23 (1344).

31  Doc. II, 496 : 122-123 (1385), 520 : 168 (1398).

32  Sur les relations difficiles entre les Belvezet et l’hôpital, les documents ne manquent pas : Doc. I, 71 (1262), 81 (1264), 251 (1306), 337 (1328).

33  « quod homatgia et recognitiones predicti castri de Bellovisu et ejus pertinentiis remaneant predicto domino de Stangno » Doc. II : 14 (1342).

34  Doc. I, 337 (1328).

35  Doc. I, 90 (1266), 114 (1269), 126 (1274), 163 (1286), 180 (1290), 240 (1303), etc., et surtout Doc. II, 434 (1342).

36  Doc. I, 257 (1306).

37  Doc. II, 434 : 7 (1342).

38  Doc. I, 163 (1286) ; Doc. II, 434 (1342), etc.

39  Doc. I, 115 (1269), 118 (1270), 303 (1320), 304 (1321), 305 (1321), 337 (1328), etc. ; Doc. II, 487 (1377).

40  Les Salhens sont dits tantôt dans la paroisse de Nasbinals [Doc. I, 80 (1264)], tantôt dans celle de Saint-Andéol [Doc. I, 91 (1266)].

41  Doc. I, 161 (1286).

42  Doc. I, 33 (1245), 102 (1267).

43  Doc. I, 161 (1286).

44  Un acte de 1453 évoque « le prieur des églises de Marchastel et de Saint-Andéol » (ADA, E 1171, f° 13). Renseignement de Étienne Hamon que je remercie.

45  L’église de Saint-Andéol a d’abord été donnée à Saint-Sauveur de Chirac par l’évêque Aldebert de Peyre en 1109 (ADL, H 113 ; BEC, 1916, acte n° II). Au xiiie s., elle appartient aux Templiers (ADL G 1915), avec un certain nombre de pâturages (Doc. I, 54). Renseignements de Étienne Hamon.

46  ADA, 2O 13-1, relevé de l’église de Naves d’Aubrac par Henry Pons architecte départemental, en 1880. L’architecte Pons date l’édifice du début du xiie s. et l’abbé Bousquet utilise à son sujet l’expression « style byzantin » qui s’applique alors au roman. Renseignements de Claude Petit que je remercie.

47  Doc. I, 68 (1261).

48  Doc. I, 431 (1340).

49  Doc. I, 228 (1302), 400 (1335).

50  Doc. I, 7 (1179).

51  Doc. I, 289 (1316) ; Doc. II : 629 (1477).

52  « iter publicum et romieu per quod itur ab hospitale versus Spaleum » [Doc. II, 505 : 136 (1392)].

53  Doc. II, 496 : 122.

54  Doc. I, 158.

55  Doc. I, 9.

56  Doc. I, 3 (1162), 33 (1245), 102 (1267).

57  Doc. I, 11 (1196-1216), 29 (1241), 34 (1245), 35 (1245), etc.

58  Ce groupe comprend Brion-le-Vieux, Priondes, Costevayre, Les Levades.

59  Ce groupe compte une douzaine de mas, Aldy, Colombrouze, Le Védrinel, Luxal, Chaldecombe, Les Allatieux, La Védrine, Les Fournets, Les Fours, Le Grand Viala, Pelegri. On peut lui adjoindre Les Gouttes et Rimeizenc dans la paroisse de Fau-de-Peyre.

60  Les mas et lieux-dits de ce groupe sont énumérés dans les différentes donations ou reconnaissances des Saint-Urcize et des Peyre.

61  Paroisses de Trélans et de Saint-Pierre-de-Nogaret.

62  La Bessière, Les Places, La Baysse, Montorzier, Salles, La Rozière, Les Gréseils, Rabiols, paroisse Saint-Laurent-de-Muret, etc.

63  Doc. I, 195.

64  Doc. I, 118 , 158. L’église de Saint-Chély est acquise par échange de l’église de Condom que l’hôpital récupérera en 1431 (Doc. II, 556).

65  Doc. II, 208, note 1 (1252,1261,1266, etc.) ; Doc. I, 68, 219 (1300), etc.

66  Doc. I, 91 (1266), 107 (1267), 116 : 197 (1300), etc.

67  Doc. I, 242 (1304).

68  « set ipsi… in tota terra mea non poterunt facere munitionem vel majorem domum » [Doc. I, 22 (1229)] ; Doc. I, 26 (1236), 28 (1241), 30 (1242).

69  Doc. II, 463 (1355 et 1356).

70  Doc. I, 353 (1331), 139 : 244 (1279), 337 : 558 (1328) ; Doc. II, 434 : 7 (1342), etc.

71  Doc. I, 236 (1303).

72  Doc. I, 115 (1269), 118 (1270), 163 (1286) ; Doc. II : 68 (1356). En 1286, l’hôpital demande au seigneur de Peyre de ne pas dresser, dans sa seigneurie, de fourches qui soient visibles depuis Aubrac : « quod dictus dominus Al. seu successores ejus furcas erigere seu tenere non possint, nec debeant, in loco aliquo qui seu furce ibi posite videri possint a solo quod est ad capud ecclesie Beate Marie predicti hospitalis vel a teronte ipsius hospitalis dicto de Sanh Alazart » (Doc. I, 161).

73  Doc. II, 504 (1392).

74  Doc. II : 223-267.

75  Doc. I, 22 (1229), 26 (1236).

76  Doc. I, 59.

77  « Dedimus et concessimus... unam vaccam el Deroc » (Doc. I, 11) : s’agit-il d’un droit de péage en nature ?

78  Doc. I, 78 (1264), 132 (1276).

79  En 1375, frère Raymond Saurel, granger d’Aulas, témoigne sur les dévastations commises dans sa grange par les « Anglais ». Ceux-ci s’en sont pris notamment aux bœufs de labour (Doc. II, 485).

80  « si mansus seu grangia de Salelis, in parochia de Favo investiretur et quod pagezii ibi essent » [Doc. I, 91 (1266)].

81  Doc. I, 178 (1290).

82  « et confitemur nos habuisse La solidos turonenses nomine accapiti et investitionis » [Doc. I, 93 (1266)].

83  C’est parfois le seigneur éminent, « ad mutationem domini de Petra » [Doc. I, 91 (1266)].

84  Doc. I, 132 (1276), 178 (1290), etc.

85  L’aide peut-être aux 3 cas [Doc. I, 236 (1303)] ou aux 5 cas [Doc. I, 116 (1270-1271)].

86  Les terres sont alors dites quartives, quintives, etc. : Doc. I, 93 (1266), 142 (1278), 178 (1290), etc.

87  L’oblie est en général d’une géline par an, « una gallina pro quolibet igne » [Doc. I, 96 (1266)].

88  « Quod quolibet hospicium… teneatur facere manobram bis in anno dicto hospitali vel dicte grangie ipsuis hospitalis, semel in ressequandis pratis ipsuis hospitalis vel dicte grangie, et alia vice in aliis necessitatibus ipsuis hospitalis seu predicte grangie cum fuerint requisiti » [Doc. I, 132 (1276)]. Voir aussi : Doc. I, 180 (1290), 203 (1298), etc.

89  « super decimis… et carnalagiis mansi appellati de Coguossac » [Doc. I, 112 (1268)].

90  Les habitants de Nasbinals, Costerougnouse, Baboyères, etc. doivent le guet à Saint-Urcize et à La Roche-Canilhac [Doc. II : 238 (1393), 705 (1414-1416)].

91  Doc. I, 132 (1276).

92  En 1404-1406, le domp prétend que les habitants de la serre de Condom sont « talhabiles et teneri ad tallias, toltas, manobras et boatas ad sui et dicti sui conventus omnimodam voluntatem » [Doc. II, 538 : 301 (1405-1406)].

93  Doc. I, 289 (1316).

94  Doc. I, 355 (1331), 387 (1333), etc.

95  Doc. I, 367 et 368 (1332) ; Doc. II : 164 (1346), 111 (1383).

96  La contribution la plus importante à ce jour reste le dossier documentaire réuni par Louis Causse, architecte des bâtiments de France (Causse 1985). La meilleure description a été donnée par Raymond Oursel (1978).

97  Doc. I, 3 et 4.

98  Doc. I : 2 et suiv. ; Doc. II : 315, 326, 339, 390, 422, 496 §3.

99  Doc. I : 21-22.

100  Doc. I : 29.

101  Doc. I : 53. L’usage de passer des actes à la porte de l’église est de nouveau attesté en 1270 (juxta portam ecclesie) (Doc. I : 204).

102  Doc. I : 160.

103  Doc. I : 222.

104  Doc. I : 292.

105  Doc. II : 88.

106  Doc. II : 304.

107  Doc. II : 130.

108  Doc. II : 498 §9.

109  Doc. II : 457, 581.

110  Doc. II : 504-506, 506 note.

111  Doc. II : 582, 585.

112  Sont « lignifaber » ou « fusterius » de l’hôpital Jean Marco en 1461-1466 (Doc. II : 472 ; ADA, E 1169, f° 49) : Antoine Daurde, donat, en 1472 (Doc. II : 581-581 ; ADA, E 1115, cah. 1, f° 64v° et 69), Antoine de la Forest en 1501 (Bedel 1998 : 53), Pierre Vidal, donat, en 1504 (ADA, E 813, f° 67).

113  Le maître maçon de Coussergues, Jean Graffanh, apparenté aux deux Pierre, construira, en 1516-1517, le chœur de la chapelle du château de Palmas pour l’évêque François d’Estaing (ADA, G 174, f° 239-240v°). Notons que c’est à Coussergues que François d’Estaing confirme à Antoine Salvanh, en 1524, le prix-fait de construction de l’église de Saint-Côme (ADA, G 177, f° 32-33). La ville semble familière aux Estaing : Pierre d’Estaing en est prieur en 1445.

114  ADA, E 813, f° 21v°, f° 22 et 69v°.

115  ADA, G 179, f° 172-173v°.

116  ADA, E 813, f° 94 et 114v°. Salvanh achève le jubé en 1510. Dans l’intervalle, il se voit confier la construction de la façade de l’église Saint-Jean d’Espalion. En 1513, il devient maître-maçon de la cathédrale de Rodez dont il construit, en 1513-1526, le clocher pour l’évêque François d’Estaing. Il bâtit, après 1521, l’église de Saint-Côme pour le domp Antoine, prieur du lieu. Il reconstruit, dans les années 1530, l’église des Annonciades de Rodez.

117  ADA, G 179, f° 172-173v°.

118  ADA, 60 H 120.

119  Mémoire sur l’état de l’hôpital d’Aubrac : 396-398.

120  Vente, biens nationaux, Aveyron : 417-419.

121  Vente, biens nationaux, Aveyron : n° 5055, n° 5131 détail et note.

122  Vente, biens nationaux, Aveyron : 387 note.

123  Un rapport sur les monuments historiques du département en 1810 résume l’histoire du monastère et de ses religieux, précisant que « Les bâtiments qu’ils occupaient n’avaient rien de remarquable (…) ; ils n’offraient que des constructions ordinaires, distribuées sans ordre et sans aucun rapport entre elles ; les seuls monuments qu’on y découvrait étaient les tombeaux qui contenaient les ossements d’un grand nombre de ceux qui leurs avaient donné leur bien. » (MP, dos. 81/12, affaires générales).

124  MP, dos. 81/12, affaires générales. Les autres monuments cités sont la cathédrale de Rodez, l’abbatiale de Conques, la collégiale de Belmont-sur-Rance ainsi que la chartreuse et l’église Notre-Dame de Villefranche-de-Rouergue. Boissonnade restaurera également les trois premiers d’entre eux. La biographie consacrée par R. Taussat à Boissonnade (Taussat 1996) ne fait pas état de son intervention à Aubrac.

125  ADA, 22 O 222.

126  MP, dos. 81/12, affaires générales et 81/12/184/20, correspondance.

127  ADA, 22 O 222.

128  ADA, 22 O 222.

129  Doc. I : 648.

130  Ce type de percement est mis en œuvre lors de l’agrandissement de la collégiale de Saint-Junien en Limousin autour de 1200 (Andrault-Schmitt 1997 : 24).

131  Certaines églises du Midi présentent toutefois un aspect comparable sur ce point à l’église d’Aubrac, telle celle de Marnans dans la Drôme.

132  En Limousin, chevet plat et nef unique forment ainsi un parti architectural caractéristique des églises du début de l’époque gothique (Andrault-Schmitt 1997 : 27).

133  Des photos de l’église du xiie s., en ruine, ont été publiées par Annie Bras dans Revue du Rouergue, n° 69, printemps 2002 : 1 et 13.

134  C’est le cas de l’église de Saint-Sulpice-Laurière par exemple, dépendante de Saint-Martial de Limoges (Andrault-Schmitt 1997 : 28-31 et 352-353).

135  Doc. II : 126.

136  ADA, 60 H 9 ; Doc. II : 148 note, 155, 309, 312, 365, 388, 452 et suiv. ; Doc. II : 524. Les revenus en nature et en argent sont gérés par le sacristain qui les emploie aux services et à l’entretien de l’église (Doc. II : 457-458).

137  ADA, E 813, f° 114v°.

138  Doc. I : 597 (1332).

139  Doc. II : 154 (1397), 583 (1478).

140  Doc. II : 545-546.

141  Doc. II : 569.

142  Doc. II : 585 (1493).

143  « Domo et hospitalis ubi pauperes recipiuntur » [Doc. I : 595 (1332)] ; voir également Doc. II : 72 (1356), 88 (1368).

144  Doc. II : 580-585 passim (1452-1490).

145  Doc. I : 595 ; Doc. II : 583, 585 (1476).

146  Doc. II : 580-582, 584.

147  Doc. II : 581, 583.

148  Doc. II : 580-584 passim.

149  Doc. II : 381, 382.

150  « Camera desupra portam » [Doc. II : 569 (1422)] ; chambre dite « infra turrim de la porta » [Doc. II : 570 (1449] ; chambre « supra primum portale infra septa dicti monasterii ».

151  Doc. II : 584 (1483), 585 (1491).

152  Doc. II : 680 (fores inferioris curtis, 1446), 712, 719.

153  ADA, 60 H 104, f° 12.

154  Doc. II : 320 (in claustro superior).

155  Doc. II : 504 (1466), 570 (1449).

156  Doc. II : 585 (1491).

157  Doc. II : 556 (1487). Cette cour est appelée la « curtis sabatarie » en 1464 (ADA, E 1169, f°39).

158  Doc. II : 576.

159  Doc. II : 583 (1475), 584 (1483).

160  Doc. II : 585 (1491).

161  « Quodam stabulum juxta turrim magnam en ante fabricam » (Doc. II : 576).

162  Doc. I : 292.

163  Doc. II : 569.

164  Doc. II : 524, 574 (1425), 569 (1443), 572 (1478), etc.

165  Doc. II : 695, 738.

166  Doc. I : 591 (1332) ; Doc. II : 543, 594, 597, 598 (1332).

167  ADA, 60 H 104, f° 19v°.

168  Doc. II : 583 (1478).

169  Doc. I : 137, 144, 591, 594, 597, 598, 603, 604, 609, 612, 664.

170  Doc. II : 321.

171  Doc. II : 581, 585 (1492).

172  ADA, 60 H 104, f° 12 et 46.

173  Doc. II : 638.

174  Doc. II : 581-583.

175  Doc. I : 387 et suiv. (vers 1290).

176  Doc. II : 529.

177  Doc. I : 115, 252.

178  Doc. II : 527.

179  Actes passés « in botelharia » (ADA, E 1164, f° 45 (1458) ; ADA, E 1241, f° 82).

180  Doc. I : 497 ; Doc. II : 88, 567, 568.

181  Doc. II : 522.

182  Doc. II : 156, 157, 566, 567.

183  ADA, 60 H 104, f° 12.

184  ADA, E 947, f° 88v°.

185  Doc. II : 583.

186  Doc II : 636, 721.

187  Doc. I : 144.

188  Doc. II : 703, 704.

189  ADA, E 1176, f° 118.

190  Doc. II : 454.

191  Doc. II : 497 §8.

192  Doc. II : 504-506, 506 note.

193  Doc. II : 527, 528 note, 556, 567, 568, 753.

194  ADA, 60 H 104, f° 36.

195  ADA, E 949, f° 75.

196  ADA, 60 H 104, f° 12.

197  ADA, E 947, f° 74.

198  Doc. II : 506 note.

199  Doc. II : 580-582.

200  Doc. II : 574, 575.

201  Doc. II : 580, 581, 720.

202  Doc. II : 585 (1468), 583 (1478).

203  Doc. II : 576.

204  Pour la France, un point sur la question a été fait par Philippe Racinet (1998). La plupart des études récentes portent sur le nord et l’est du pays, Picardie et Bourgogne notamment.

205  Pour l’aspect architectural, voir Jacques Miquel (1981).

206  ADA, G 404.

207  ADA, E 797, f° 70 ; Doc. II : 596.

208  Doc. II : 107.

209  Doc. II : 88, 89.

210  ADA, 60 H 103, reg. 56, f° 25 ; Doc. II : 257.

211  ADA, E 1117, cah. 5, f° 174.

212  Doc. II : 124, 150, 282-291 ; ADA, E 947, f° 12v° ; E 1168, f° 1.

213  ADA, 60 H 104, f° 46v°.

214  Doc. II : 161, 162.

215  L’enquête menée à cette occasion a été publiée (Mémoire sur l’état de l’hôpital d’Aubrac).

216  ADA, 60 H 2, inventaire du xviiie s., 2e partie, f° 23.

217  ADA, E 1238, f° 11.

218  Doc. II : 88.

219  ADA, 60 H 104, f° 44.

220  Doc. II : 17, 62.

221  ADA, C 1452.

222  ADA, E 1160, f° 99.

223  Doc. II : 523.

224  ADA, E 1176, f° 22.

225  ADA, E 1166, f° 43 ; E 1167, f° 12.

226  ADA, E 1157, f° 1 ; E 1160, f° 2 ; E 1167, f° 66.

227  Doc. I : 31, 32.

228  ADA, 60 H 127.

229  Doc. II, 627 : 545, 546 (1483).

230  ADA, 60 H 118, f° 9, 10.

231  ADA, 60 H 118, f° 22. On peut fabriquer environ 60 pains d’une livre dans un setier de blé.

232  Doc. II : 301.

233  Doc. II : 599.

234  ADA, E 1161, f° 29.

235  ADA, E 1117, f° 171 ; Doc. II : 206.

236  ADA, 60 H 2, inventaire du xviiie s., 2e partie, f° 23.

237  ADA, E 797, f° 114, 115.

238  ADA, E 1157, f° 5 et E 1158, f° 45 ; Doc. II : 608-609.

239  Par exemple celui de Bonnefon en 1456 (ADA, E 1163, f° 33).

240  Doc. II : 88, 89.

241  Doc. I, 132 : 226, 178 : 315, 316 ; Doc. II : 162.

242  ADA, 60 H 118, f° 12 ; Doc. I : 314-316.

243  ADA, E 1157, f° 1 et 5.

244  ADA, E 1166, f° 32.

245  ADA, E 1117, f° 149.

246  En 1450, on parle de l’« arrentement de Gévaudan vers Malagazana » (ADA, E 1163, f° 32). En 1487, ce sont les redevances de Montfalgoux qui sont arrentées (ADA, E 1235, f° 20 et 58).

247  Mémoire sur l’état de l’hôpital d’Aubrac.

248  Doc. II : 206.

249  Doc. II : 216.

250  Doc. II : 706.

251  Doc. II : 722.

252  Doc. II : 506, 733.

253  ADA, E 1179, f° 6-8 ; Doc. II : 165, 166.

254  Doc. II : 608.

255  Doc. II : 333-342, 473, 474.

256  Doc. I, 289 : 492, 493.

257  Doc. I, 118 : 201, 377 : 605.

258  Doc. II, 434 : 6-12, 318, 319.

259  Doc. I, 354 : 577-578.

260  Doc. I, 90 : 136-141 ; « ubi homines Sancti Elegii habent usum pascendi » [Doc. I, 175 : 309 (1289)].

261  Doc. I, 71 : 115-118 (1262).

262  ADA, 60 H 42 (30 juin 1507).

263  Doc. I, 282 : 485, 486.

264  Doc. I, 205 : 357 (1298) ; Doc. II : 752, 760, 765 (1414 et 1415).

265  Doc. I, 197 : 347 (1296), 290 : 494 (1316).

266  ADA, E 945, f° 11.

267  Doc. I, 426 : 663 note 3.

268  Doc. I, 27 : 43 (1236), 102 : 163 (1267).

269  ADA, E 797, f° 78. Vers 1450-1460, on parle du mas de « Gratacap alias de Suquet » (ADA, E 1163, f° 56v° et E 1170, f° 15v°).

270  Cayssac est cité en 1328 (Doc. I, 336 : 550, 551). Avant 1392, le tenancier Jean Bonald habite Les Bonals (ADA, E 1179, f° 3). En 1508, on parle du mas des « Bonals sive de Cayssac » (ADA, E 813, f° 97).

271  ADA, E 1169, f° 24.

272  Doc. II : 6 ; ADA, E 1176, f° 34v° (1375) ; E 949, f° 5 et 38 ; E 1117, cah. 4, f° 157 (xve s.)

273  ADA, E 797, f° 14v°.

274  Doc. I, 388 : 616 (1333), 391 : 620 (1331-1333), 422 : 658 note 1 (1339). Deux siècles plus tard, Born abrite 13 feux répartis entre 9 patronymes différents (ADA, 29 J 7, f° 59-73v°).

275  Doc. I, 419 : 654 (1338), 424 : 660, 661 note 1 (1338-1339), 425 : 662 note 1 (1339).

276  Doc. I, 354 : 578.

277  Alors que le mas du Cau est encore habité en 1373, il y aura 6 pagésies désertes en 1402 (Doc. II : 177 et 613).

278  ADA, E 1164, f° 7 (1457) ; E 1117, cah. 1bis, f° 71v° (1480) et cah. 3, f° 139 (1483).

279  ADA, 29 J 7 ; E 949, f° 20 (Espalion, 1423) ; E 1235, f° 70 (Montfalgoux, 1491) ; archives privées, terrier de 1398, p. 51.

280  « Boria sive pagesia » [ADA, E 913, f° 141 (1467)] ; « factum sive boria » [E 1235, f° 41 (1488)] ; « boria sive mas » [E 1239, f° 19 (1494)].

281  ADA, E 947, f° 15v°.

282  ADA, E 1176, f° 118v°.

283  Doc. II : 117 (1373).

284  Doc. II : 250.

285  Doc. II : 100.

286  En 1333, la ferme des blés d’Auvergne et du Gévaudan ne rapporte à l’hôpital que 580 setiers, alors que la seule châtellenie de Prades en fournit 900 (Doc. II, 388 : 612, 613).

287  Doc. I, 112 : 182 (1268), 353 : 575 (1331) ; « terram quintivam in qua dictum hospitale percipere debet et consuevit quartum et quintum bladorum » [Doc. II : 253 (1393)].

288  Doc. II : 218 (1396).

289  Le Cher [Doc. I, 366 : 596 (1332)], Costerougnouse et La Chaumette [Doc. II : 88, 89 (1368)].

290  Les Brasses [Doc. I, 364 : 595 (1332)], Le Viala Bas [Doc. I, 178 : 314 (1290)], Belvezet [Doc. I, 337 : 552 (1328)], Le Béraldès [Doc. I, 251 : 434 (1306)], etc.

291  Nasbinals (Doc. II : 234), Le Déroc (Doc. II : 263), Nasbinal [Doc. II : 712 (1445)], Escudières [Doc. II : 719-721 (1457 et 1461)], etc.

292  ADA, E 797, f° 123-129 (début du xive s.)

293  Doc. II : 241.

294  En 1392, à Cogoussac, on vole 11 cartons chargés sur deux chariots à destination de Montpeyroux. D’où venait ce seigle ? (Doc. II : 257). Au xviiie s., le déficit de céréales est criant dans toutes les paroisses de l’Aubrac aveyronnais : État du diocèse de Rodez, 549-553 (Condom et Saint-Chély), 564-566 (Prades), 571-572 (Lunet).

295  Doc. I, 346 : 565 (1330).

296  Ainsi à Cadepau (Prades) où les terres sont « quartives », « duabus sestariis terre per parras exceptis » [Doc. I, 108 : 174 (1268)] ou au capmas de Perchoresca (Prades) [Doc. I, 142 : 246 (1278)].

297  Doc. I, 325 : 542.

298  Doc. II : 250-251.

299  Doc. I, 108 : 175.

300  « in ressequandis pratis ipsius Hospitalis vel dicte grangie » [Doc. I, 132 : 224 (1276)] ; « ad asaquandum prata » [Doc. I, 180 : 317 (1290)] etc.

301  La censive du mas des Touzes comprend, entre autres, cinq coupes d’avoine, six coupes de seigle et « unum sechorem » à la Saint-André (Doc. I, 180 : 316-317).

302  « sicut vallatum claudit ipsum » [Doc. I, 108 : 175 (1268)] ; « per metas lapideas ibi plantadas » [Doc. I, 370 : 599 (1332)].

303  Doc. II : 167 (1398).

304  ADA, E 1231, f° 57.

305  Doc. I, 354 : 582 (1331).

306  « dictos mansos et eorum pascua » [Doc. I, 48 : 79 (1247)]. En 1395, le mas de Baboyères avait son « pastor ovium dicti mansi » (Doc. II : 261).

307  En 1340, la devèze de La Molinquière, près du mas du Bournhou (Saint-Martin-de-Montbon) est faite pour « duo animalia bovina aratoria ultra boves et saumerios (…) et alia animaliain dicta eorum devesia teneri consueta » (Doc. I, 429 : 665-666). En 1393, la devèze de Nasbinals est aussi réservée aux bœufs, à l’exclusion des chevaux (Doc. II : 235).

308  Doc. II : 607.

309  Doc. I : 140 (1266), 215 (1274).

310  Il est convenu « quod dictum Hospitale possit et debeat pascere cum animalibus ipsius Hospitalis et hominum suorum in terra dicti domini D., scilicet in locis vicinis et contiguis ipsi Hospitali et mansis ipsius Hospitalis pro ut sunt vicini et contigui predicto Hospitali (…) et (…) quod dictis dominus D. et ejus successores, et homines eorum, possint et debeant pascere cum animalibus suis in terra predicti Hospitalis et uti aqui, lignis et nemoribus in locis tamen vicinis et contiguis ipsi domino D. et terre hominibus et mansi suis » (Doc. I, 16 : 196).

311  ADA, E 1160, f° 53v°.

312  Doc. I, 354 : 583.

313  Doc. II : 567.

314  ADA, E 1179, f° 6-8 ; Doc. II : 161-162.

315  Doc. II : 161-162 (Aulos, 1347).

316  Doc. II : 598-599.

317  Doc. II : 164-165. Sur les droits de forestage des habitants de la paroisse de Prades, voir le terrier de 1398 (arch. privées) et l’importante étude d’E. Plagnard (1910).

318  Doc. I, 32 : 52 (1244), 129 : 218 (1275), 54 : 88 (1250) etc.

319  Ainsi, le mas de La Mercadaria (Trélans) en 1261 (Doc. I, 68 : 110), ou les mas des Touzes et des Calcidors (Saint-Chély), en 1290 (Doc. I, 180 : 316-317). Il arrive même qu’un chemin en fasse le tour comme en 1247 : « sicut quedam strata sive carrals claudit dictos mansos et eorum pascua » [Doc. I, 48 : 79 (1247)].

320  En 1254, Aubrac et Astorg de Peyre se partagent 7 mas : « quod dictus Astorgius de Petra et sui habeant in perpetuum duas partes predictorum VII mansorum (…) et quod predicti VII mansii dividantur per quatuor probos viros » (Doc. I, 59 : 95).

321  Doc. I, 66 : 106, 114 : 184, 251 : 433 , 435.

322  Doc. I, 178 : 134 (1290).

323  En 1192, un habitant de Curières donne à l’abbaye de Bonneval un cheval valant 300 sous (Cart. Bonneval, 87).

324  Doc. I, 112 : 181.

325  Doc. I, 116 : 196.

326  Le seigneur de Peyre évoque, en 1236, « boves, oves atque eque mee » (Doc. I, 26 : 42).

327  « cum armentis et equitiis et aliis animalibus pecoribus dicti Hospitalis » [Doc. I, 30 : 48 (1242)].

328  Doc. I, 59 : 94-97.

329  La dernière mention connue de chevaux élevés par l’hôpital date de 1331 (Doc. I, 356 : 588). En 1394, le loup a dévoré une jument confiée à cheptel par une habitante de Saint-Urcize à un habitant d’Escudières « ad yvernandum et (…) ad stivandum » (Doc. II : 264).

330  Doc. I, 205 : 357-359.

331  Doc. I, 369 : 598 (1332), 417 : 649 (1336) ; Doc. II : 89 (1368).

332  En 1407-1408, le maître-vacher de l’hôpital est encore un frère, Jean de la Fage (ADA, 60 H 104, f° 18). En 1471, le donat Jean Gely est récompensé pour ses fonctions de « pastorem et custodem animalium nostrorum bovinorum », (Doc. II : 575).

333  Doc. II : 111.

334  Doc. II : 166.

335  Doc. II : 608-609, § 14.

336  ADA, C 1344, f° 21.

337  ADA, C 1347, f° 3.

338  Doc. II : 750-751.

339  « Item tradimus vobis, ut supra, erbas del cause de Leborinas prout alias dicte bailivie consueverunt depascere et tenere » (Doc. I, 205 : 358).

340  En 1331, un document atteste « quod cum ipsum Hospitale adducat, et adducere consueverit ab antiquo, per se et per suos fratres, grangerios et familiares, plures et diversos greges diversorum animalium armalinorum et equorum ac aliorum minutorum de Caturcinio, anno quolibet, in montanis dicti Hospitalis, tempore estivali, et deinde redducere et descendere de dictis montanis in dicto Caturcinio, tempore hyemali » etc. [Doc. I, 356 : 588 (1331)]. En 1415, après avoir fait l’inventaire du troupeau de Bonnefon le scribe note : « lo bestial sobre escrich es totz a Leborinas et en Querci » (Doc. II : 765).

341  Le bail stipule « quod homines habitantes et qui pro tempore habitabunt in manso de Trelans (…) possint pascere in pascis mansorum del Hermet et de la Merchaderia (…) bestiaria sua propria et illa que ad captaniam tenent vel tenebunt ab aliquibus ad medium lucrum necnon et bestias pastorum eorum qui comedent panem eorum (…) » (Doc. I, 92 : 148).

342  Doc. I, 126 : 215.

343  Doc. II : 161 (1346), 262 (1394), 434 (1449).

344  L’acte indique « quod homines Sancti Helegii (…) possint depascere de herbis terrarum dicti castri (…) et in ipsis cum animalibus suis et que tenebunt ad captaniam et etiam tenere ibidem et depascere ultra predicta quilibet habitantium ibidem et faciens ibidem locum et focum per yemen et estatem CCC animalia ovina vel caprina aliena, que custodiantur et pascantur proprio pane et sale, videlicet unusquisque predictorum que teneantur in ovilis sive pargue » (Doc. I, 126 : 214, 215). C’est toujours ce chiffre de 300 en 1342 (Doc. II : 6).

345  Doc. I, 132 : 226.

346  Doc. I, 178 : 315-316.

347  « ita tamen quod si ego vel aliquis successorum meorum locaverimus dicta pascua vel herbas aliquibus aliis » (Doc. I, 29 : 45) ; Doc. I, 36 : 61 ; 42 : 69 ; 116 : 196.

348  Doc. I, 48 : 77-78.

349  Le seigneur d’Estaing se plaint que l’hôpital s’introduise sur les pâturages de Saint-Chély « cum omnibus animalibus propriis et extraneis que adducit vocatis del amas » (Doc. II : 3, 7, 13). Quant au bétail dit d’« esparge », il semble qu’il s’agisse de bétail errant dont on ignore les propriétaires (Doc. II : 63-66).

350  Doc. I, 337 : 555 (1328). En 1341, les herbassiers de la terre d’Aurelle sont accusés d’avoir introduit des vaches malades de la polmonieyra sur les pâturages du Cau (Doc. II : 169).

351  Doc. I, 337 : 552. L’autorisation de lever un péage aurait été initialement donnée à Anselme de Saint-Chély selon R. Noël (1978a : 118).

352  Doc. I, 54 : 87-89.

353  ADA, 60 H 104.

354  Doc. I, 325 : 542 (1326).

355  Doc. I, 387 : 611 (1333).

356  « et pro dicta ampliacione et aliis eorum pratis dant anno quolibet dicto Hospitali L’solidos ruthenenses » (Doc. I : 549).

357  Doc. I, 188 : 334 (Lunet, 1292), 192 : 338 (Les Crouzets, 1293), 225 : 399 (Le Cambon, 1302).

358  Doc. I, 366 : 596 (Le Chier, 1332), 370 : 598-599 (Lac de Souveyrols, 1332), 282 : 485-486 (Saint-Urcize, 1313).

359  ADA, E 1160, f° 27v° (1452) ; E 1116-1117, passim (année 1473- 1489) etc.

360  ADA, E 947, f° 29 et 50 ; E 1180, f° 67v° (1414) ; E 1160, f° 39v° (1452) ; E 1162, f° 5v° et 11v° (1454), E 1116, passim (1472-1474).

361  ADA, E 1180, f° 101, 102v° (1410, 1411, 1419) ; E 1161, f° 16v°, 17v° (1453).

362  ADA, E 1165, f° 87 (1459) ; Doc. II : 602 (1473) etc.

363  ADA, E 1161, f° 29 (1453).

364  Voir par exemple, Doc. II : 600 (Aubiac, 1454), 601 (Bonnefon, 1456) ; bail d’« una vernha (…) ad ops de fayre prat » [Doc. II : 602 (Prades, 1473)]. Pour les sanhas voir par exemple ADA, E 1053, cah. 2, f° 17 et 18v° (Nasbinals, 1420) ; E 1158, f° 29 (Recoules, 1447) ; 60 H 103, cah. 1, f° 11 et cah. 5, f° 11v° (Nasbinals, 1466) ; E 1116, cah. 5, f° 194v° (Nasbinals, 1492).

365  ADA, E 1117, f° 161v°.

366  Voir un exemple en 1460 aux Poujoulis près de Bonnefon (ADA, E 1164, f° 36). Le terme de « levata » vient de la l’occitan « leba » qui signifie ôter le gazon et la terre pour tracer une rigole. On rencontre également le terme de « bedal » ou « bezal ».

367  ADA, E 913, f° 52 (Belvezet) ; ADL, H 439, f° 41.

368  Exemple de rigole faisant la limite entre deux prés à Prades en 1457 (ADA, E 1164, f° 40).

369  ADA, E 1165, f° 1 (Le Viala Haut, 1458).

370  ADA, E 1161, f° 26 ; E 1160, f° 52 (1452).

371  « quod possis facere devesiam, excepta quod dictam devesiam non possis deffendere (…) a festo videlicet beati Andree apostoli usque ad festum Pasche » [Doc. I, 178 : 315 (1290)].

372  Doc. II : 166 (1392). En 1489, le seigneur concède « quoad eorum devesias, illas volumus et ordinamus custodiri a festo Anunciationis beate Marie Virginis, in mense martii, usque ad festum Omnium Sanctorum et non ultra » [Doc. II : 733 (1489)]. En 1470, on ferme un pré au-dessus de Saint-Chély « usque ad tempos consuetum quo devesie et los reboybres deffenduntur in dicto loco » (Doc. II : 595-596).

373  ADA, E 1176, f° 91. Une autorisation de même type est donnée en 1375 à un paysan du Montelh à Prades (ADA, E 1177, f° 49).

374  ADA, E 1180, f° 106 (1416) ; E 1160, f° 27v° (1452) ; E 1161, f° 26 (1453) ; E 1163, f° 10 (1456) ; Doc. II : 601 (1468), etc.

375  ADA, E 1115, f° 63v° (Vioulac, 1471) ; E 1116, f° 116v° et 118v° (Prades, 1473) ; E 1117, f° 100 (Prades, 1481), 106v° (Le Caussanel, 1481), 153 (Le Caussanel, 1486) et 155 (Prades, 1487) ; E 1238, f° 18v° et 19v° (Prades, 1492).

376  ADA, E 1162, f° 11v° (Saint-Chély, 1454) ; E 1163, f° 10 (Prades, 1456).

377  ADA, E 1116, f° 118v°.

378  En 1386, l’acquéreur d’un pré doit dresser un mur à la limite de la parcelle contiguë (ADA, E 1176, f° 23). En 1460, un autre pré est vendu avec une bande de terre de cinq paumes de large pour construire un mur (ADA, E 1164, f° 36). D’autres autorisations de placer des clôtures sont enregistrées à Prades en 1452 (ADA, E 1160, f° 27v°) et 1454 (ADA, E 1162, f° 34v° ; E 797, cah. 2, f° 18).

379  Terrier de la paroisse, archives privées. Un pré clos est également établi à Lunet en 1411 (ADA, E 947, f° 19v°).

380  ADA, E 947, f° 95.

381  L’accord précise « quod si mansio in dicto castro in tribus locis fieret sive tres fossi aut tres familie in eodem castro habitarent, non debent animalia dicte domus causa pascendi infra dictos terminos aliquatenus introire » (Doc. I, 71 : 117).

382  « salvo quod Hospitale possit suas proprietates, si locus accideret, investire » (Doc. I, 90 : 140).

383  Doc. I, 180 : 316-317 (Les Touzes, 1290), 251 : 435 (Felezec, 1306), 311 : 516 (Les Enfrux, 1322), 325 : 542-543 (Frayssinouse, 1326), 346 : 565 (Camp Fromental, 1330), 367 : 597 (Le Telh, 1332) etc.

384  Doc. I, 92 : 148 (1266).

385  Doc. I, 112 : 181 (1268).

386  Doc. I : 225 (1276).

387  Doc. I : 340-344.

388  Doc. II : 283.

389  Doc. II : 150, 169, 171, 173, 177 et 613, etc.

390  Archives privées, terrier de 1398, p. 55 ; ADA, E 1177, f° 138 (1399).

391  Doc. I, 11.

392  Doc. I, 91.

393  Doc. I, 39, 91, 116 etc.

394  Doc. I, 53, 68, 116 etc.

395  Doc. II : 88.

396  Doc. I, 48 ; Doc. II : 227.

397  Doc. I, 116, 314, 134, etc.

398  Doc. I, 306 ; Doc. II : 150, 705.

399  Puech Ginieys devient une grange de l’hôpital à la fin du xive s. (Doc. II : 355, 562, 725).

400  Doc. I, 91, 161, etc. ; Doc. II : 67.

401  Campils correspond pour sa part au Roc de Campuels aux environs du Pendouliou. Rocacalva est identifiable au lieu-dit Roquecaule entre Aubrac et Saint-Urcize où se trouvait, en 1673, une métairie entourée de pâturages (ADA, 60 H 95).

402  Le mas du Pelegri, près de Malbouzon, est encore habité avec certitude en 1331 ; plus tard, il n’y a plus que des pâturages dans ce secteur (Doc. II : 578, 586).

403  Le Dr Prunières prétendait avoir relevé 24 villages. Louis de Malafosse en avait vu pour sa part une quinzaine (Malafosse 1901).

404  Le toponyme des Places (des Salhens) apparaît pour la première fois en 1333, qualifiant une montagne d’estive (ADA, E 797, f° 66-67v°).

405  Doc. I : 94, 142, 578, 585.

406  ADA, E 1117, f° 194.

407  Notons que ce toponyme est aussi celui d’un village déserté des pentes du Puy de Côme (Puy-de-Dôme).

408  Doc. I, 59 : 94.

409  « commune mansum del Fanh » [Doc. I, 11 : 18-19 (1196-1216)] ; « medietatem pro indiviso mansi appellati los Gotals » [Doc. I, 116 : 191 (1270)] ; « medietatem indivisam mansi vocati Calm Sobeiros » (Doc. I : 192) ; etc.

410  En 1229, le seigneur de Peyre autorise l’hôpital à introduire des animaux sur ses pâturages de Peyre et de Marchastel « et nichil mihi vel meis inde facere teneantur » [Doc. I, 22 (1229)]. D. de Canilhac en fait autant dans ses deux seigneuries de Canilhac et de Saint-Urcize « absque ullo pretio et mercede » [Doc. I, 30 : 45-49 (1241-1242)].

411  Doc. II : 1-16, 542.

412  Doc. I, 22 : 34-36, 26 : 41-42, 30 : 46-49.

413  Doc. I, 39 : 64-66.

414  Doc. I, 60 : 97-98 (1254).

415  Doc. I, 52 : 84-85, 54 : 87-89.

416  Doc. I, 59 : 94-97, 90 : 136-141, 91 : 141-144, etc.

417  En 1170, Bernard-Guillaume Brunencs leur a vendu des droits de pacage entre Lacalm et Aubrac ; en 1228, le seigneur de Saint-Urcize et G. Revelhac leur en ont cédé à Saint-Urcize et Curières (Cart. Bonneval, 38, 146).

418  Doc. I, 39 : 65.

419  Doc. I, 369 : 598.

420  Doc. II : 190.

421  Les premières listes de montagnes figurent dans les comptes de la Domerie vers 1410 (Doc. II : 751-752, 759-762) ; voir également ADA, 60 H 104.

422  Cart. Bonneval, 185.

423  Doc. I, 354 : 582. On rencontre actuellement le toponyme Lou Fumadis sur un territoire au nord-est de Marchastel.

424  ADA, E 1163, f° 46.

425  Location sur trois ans [Doc. I : 598 (1332)], ou à vie [Doc. II : 625 (1495)].

426  Doc. I, 198-199 : 347-351, 272-274 : 466-475, 294 : 503-507.

Table des illustrations

Légende fig. 23. Les seigneuries de l’Aubrac et de la Viadène vers 1300.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19403/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende fig. 24. Le site du château de Belvezet.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19403/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende fig. 25. Plan schématique du castrum de Belvezet.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19403/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende fig. 26. Les paroisses vers 1300.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19403/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende fig. 27. Droits et possessions de l’hôpital d’Aubrac vers 1300.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19403/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende FIG. 28.La Domerie d’Aubrac.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19403/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende FIG. 29. La Domerie d’Aubrac.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19403/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende fig. 30. Axonométrie de l’hôpital d’Aubrac à la fin du xviiie s.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19403/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende fig. 31. L’église d’Aubrac.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19403/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende fig. 32. L’hostellerie médiévale d’Aubrac.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19403/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende fig. 33. Les granges monastiques en Aubrac à l’époque médiévale.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19403/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende fig. 34. La grange monastique de Bonnefon.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19403/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende fig. 35. Occupation du sol et paysages agropastoraux dans les limites de l’actuelle commune de Nasbinals vers 1400.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19403/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende fig. 36. Voie de transhumance (draille ou draye) bordée de murets.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19403/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 34k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search