Version classiqueVersion mobile

Les Monts d’Aubrac au Moyen Âge

 | 
Laurent Fau

Chapitre 2. L’Aubrac avant l’arrivée des moines

Christian Servelle, Christine Dieulafait, Francis Dieulafait et Gérard Pradalié

Résumé

Les sites préhistoriques, d’époque néolithique, se concentrent dans les boraldes et sont liés à l’extraction de matériaux.

À la période romaine, le plateau est traversé par une importante voie reliant Lyon à l’Espagne ; un relais d’étape, qui lui était associé, a été repéré. Le site du lac de Saint-Andéol, cité par Grégoire de Tours, a livré des ex-voto d’époque protohistorique ; un temple antique, implanté à proximité, a été fouillé dans les années 1950. Au xie s., les seigneuries laïques, notamment celle des Canilhac en Auvergne, des Peyre en Gévaudan et des Calmont en Rouergue, se partagent l’Aubrac.

Texte intégral

2.1 Recherches préhistoriques dans la partie méridionale du plateau

1Longtemps occupé au Quaternaire par les glaces, l’Aubrac n’a subi les premières incursions de l’homme préhistorique qu’à la fin des temps glaciaires. Sur le territoire du département de l’Aveyron, un petit nombre de sites préhistoriques est connu. Certains ont été découverts à la fin du xixe s. ou dans la première moitié du xxe s. Ces sites sont d’intérêt inégal et n’ont fait l’objet d’aucune recherche systématique. Tout au plus sont-ils sommairement décrits ou simplement cités dans les principales monographies concernant l’Aubrac. De plus, leur localisation est souvent incertaine.

2Parmi les sites signalés anciennement, seul celui de Castelviel (commune de Saint-Chély-d’Aubrac) a donné lieu à des développements plus importants (Calmels, Coste 1930 : 177 ; Deltour 1932 : 298 ; Balsan 1949 : 167). Au cours de prospections l’emplacement du site préhistorique du Castelviel a été retrouvé et localisé avec précision. Il s’agit d’une occupation en pied de falaise, l’habitat étant situé à la base de l’imposant dyke de basalte du Roc (fig. 13). Celui-ci émerge d’un replat, à mi-chemin entre la maison du Roc et celle du Castelviel. L’implantation de cette station n’est sûrement pas le fruit du hasard car le dyke constitue un lieu remarquable dans le paysage. On l’aperçoit de fort loin dans la vallée de la boralde de Saint-Chély-d’Aubrac. Le site s’étend sur quelques dizaines de mètres le long de la paroi rocheuse orientée au sud ; les bordures nord et ouest de la butte basaltique sont ennoyées par un éboulis composé de blocs de grandes dimensions. À la faveur de l’érosion naturelle du talus, situé en contre-haut de la RD 533, nous avons recueilli, à la surface du sol, des vestiges lithiques et céramiques issus de l’éboulis, épais de plus d’un mètre et présentant une structure en open-work. Sur l’étroite plate-forme qui s’étend entre la paroi rocheuse et la convexité du talus, une dépression d’ampleur métrique correspond vraisemblablement à un ancien sondage archéologique.

fig. 13. Vue des dykes basaltiques de la boralde de Saint-Chély-d’Aubrac.

3D’après les découvertes publiées il y a quelques décennies, la richesse de ce gisement préhistorique est étonnante, dans un espace géographique réputé pauvre en vestiges préhistoriques. Des silex recueillis « par corbeilles » voisinaient avec des tessons de céramiques, des percuteurs en quartz, quelques haches polies et un outillage en « silex rose » (perçoirs, racloirs ?). Fait surprenant, il est relaté la découverte d’un squelette d’enfant. Ces vestiges, dont on a perdu la trace, appellent plusieurs remarques. Les tessons de céramique que nous avons récoltés en position dérivée permettent de supposer que le site daterait du Néolithique final/Chalcolithique. C’était déjà l’opinion de Louis Balsan dans la synthèse sur l’Aubrac (Balsan 1949). Les tessons appartiennent à des récipients à fond rond, à panse parfois carénée et pourvus d’éléments de préhension de forme indéterminée ; la pâte est fine, brune ou beige ; le dégraissant est fréquemment quartzeux, les pâtes surmicacées peuvent surprendre dans un tel contexte. Les éléments organiques ne sont pas rares ; les surfaces externes ou internes des vases sont généralement bien lissées de couleur brune ou grise, claire ou foncée. L’état de conservation remarquable de ces tessons mérite d’être souligné. Bien que sommaire, la description qui est faite des haches polies « en silex », de surcroît équarries sur les côtés, nous permet de penser que la matière première pourrait être de la cinérite siliceuse exploitée dans la région de Réquista. L’éloignement des gîtes primaires n’est pas incompatible avec des échanges d’ébauches ou de lames de pierre polie sur de longues distances ; ce fait est maintenant bien établi pour les populations du Néolithique méridional. Quant au silex rose, son origine doit être locale. On peut l’identifier, sans trop d’incertitude, à la calcédoine ou jaspe des gîtes de Brameloup, situés dans la vallée voisine à la boralde de Saint-Chély-d’Aubrac.

4La diversité des vestiges archéologiques nous incite à considérer ce site comme un habitat en pied de falaise, peut-être prolongé par un abri sous-basaltique (mais rien ne permet pour l’instant de l’affirmer car les éboulis masquent la base de la paroi rocheuse). De plus, l’examen attentif des lieux nous permet d’affirmer que cette station néolithique a été le siège d’activités artisanales spécialisées. Nous y avons décelé les vestiges d’un atelier de taille des basaltes. Le dyke est constitué d’un basalte mélanocrate, porphyrique, à phénocristaux d’olivine et d’augite diversement abondants (Colin 1971). Le socle cristallin affleure à peu de distance de la butte du Roc, le long de la route descendant vers Saint‑Chély‑d’Aubrac. La roche volcanique appartient aux coulées basaltiques épanchées à la base du massif de l’Aubrac. La butte est un relief volcanique dérivé (dyke) qui a également constitué un important verrou glaciaire lors de l’englacement de la boralde de Saint-Chély-d’Aubrac au cours des phases froides quaternaires. La structure est prismatique, sa cassure esquilleuse et souvent irrégulière, de fréquents ressauts se produisant lors de la taille du basalte. Des blocs épais, des prismes et des plaques de 0,10 à 0,30 m d’envergure ont été débités, fracturés ou portent des enlèvements en petit nombre bien caractérisés, unifaciaux ou bifaciaux. La mise en relief des cristaux d’olivine et d’augite à la surface des éclats, produite par une taille intentionnelle, démontre l’ancienneté de cette industrie. L’action glaciaire par concassage et les phénomènes de décompression sur les bords de la masse minérale ne peuvent en aucun cas être à l’origine des éclats ou des enlèvements même lorsqu’ils paraissent désordonnés. Le travail du basalte réalisé en ce lieu plutôt qu’ailleurs, au regard des surfaces considérables occupées par les affleurements basaltiques, laisse à penser qu’il pourrait s’agir d’un atelier de fabrication d’ébauches de haches.

5Louis Balsan signale l’existence d’autres sites préhistoriques dans la boralde de Saint-Chély-d’Aubrac et à ses abords. Les lieux-dits cités n’ont pu être retrouvés sur la carte au 1 : 25000. L’examen du plan cadastral et une enquête auprès des habitants de la vallée permettraient peut-être de localiser précisément ces précieux témoignages de l’occupation humaine préhistorique, tels Roquelebrouze, rocher de Callongue, Roc de Basile. Les emplacements choisis par les populations préhistoriques pour installer leur habitat ou se livrer à des activités artisanales spécialisées constituent des lieux remarquables du paysage.

6Les travaux de terrassement liés aux aménagements modernes, et l’intensification des recherches en Aubrac sont à l’origine de nouvelles découvertes, dont la plus spectaculaire est incontestablement, dans le domaine de la Préhistoire, celle du site de Brameloup.

7Le site d’extraction et les ateliers de taille de Brameloup constituent un vaste complexe d’exploitation de matières siliceuses qui a fonctionné apparemment pendant plusieurs millénaires, depuis l’Épipaléolithique jusqu’à la fin du Néolithique. Les gîtes furent découverts par les hommes préhistoriques à la faveur du retrait du glacier würmien dont la présence est démontrée dans la vallée du ruisseau des Mousseaux par les dépôts morainiques abandonnés en aval du site. Celui-ci a fait l’objet d’études (Blanquet, Bories 1993 ; Boboeuf 1996). Le matériau est qualifié de Calcédoine dans l’étude de Boboeuf. Nous pensons que le terme de jaspe pourrait également s’appliquer aux faciès opaques et fortement colorés.

8La position géologique du gîte de matière siliceuse n’est pas clairement établie car les silicifications n’ont été observées en place que sur des coupes trop limitées en surface. Le socle cristallin de l’Aubrac occupe le fond de la vallée des Mousseaux. Il est constitué par un orthogneiss à biotite et amphibole, connu aussi sous le nom de gneiss des Picades, les Picades étant un lieu-dit situé près du village de Brameloup. Cette roche métamorphique s’est formée aux dépens d’anciens tufs dacitiques. Il renferme par endroits des enclaves basiques (amphibolites à grenats). Les amoncellements de blocs siliceux sont dominés, immédiatement en amont, par les falaises basatiques de Brameloup dont la roche est mélanocrate et porphyrique (olivine et augite). En contrebas, les pistes de ski permettent de prélever des échantillons dans des arkoses, qualifiées d’infraliasiques sur la carte de F. Colin (Colin 1971). En fait, étant azoïques, ces arkoses sont difficiles à situer dans l’échelle des temps géologiques. Un âge tertiaire ne peut être exclu. Cette formation paraît directement liée aux silicifications bien que ces dernières ne puissent être observées qu’en position dérivée, sous la forme de vastes amas de blocs qui ont parfois des volumes considérables (d’ordre décimétrique à métrique) et sont anguleux ou arrondis, sans matrice fine interstitielle. Ces coulées de blocs hétérométriques ou « rivières de pierres » n’ont pu se former qu’à la faveur d’une dynamique périglaciaire ou à la rigueur glaciaire (glaciers rocheux).

9La structure naturelle de ces amoncellements a été fortement perturbée dans les premiers décimètres sous la surface pour les besoins de l’exploitation de la matière première. La morphologie et l’état de surface des blocs trahissent une forte anthropisation de cette formation. Les blocs bruts voisinent avec des blocs comportant des amorces de taille caractérisées par un petit nombre d’enlèvements, des surfaces d’écrasement, des bords esquillés ou mâchés. Ce sont là les témoins de l’impuissance de l’artisan face à une matière certes tentante, car esthétiquement belle, mais rebelle à la percussion ou au contraire incontrôlable du fait du réseau des fissures (certains blocs ont subi un fendage transversal violent). Plus rarement, sont mêlés à ces blocs des nuclei dont l’exploitation est plus avancée (fig. 14). Les débris anguleux et informes abondent et remplissent les interstices entre les gros blocs ; les éclats sont plutôt rares. L’outillage est représenté par des percuteurs en calcédoine ou en jaspe. Des blocs portant des plages d’écrasement étendues doivent être interprétés comme des enclumes.

fig. 14. Trois nuclei façonnés dans la matière siliceuse exploitée sur le site de Brameloup (Saint-Chély-d’Aubrac).

10Sur les principales « rivières de pierres », l’activité de l’homme préhistorique s’est limitée au choix et à des tests de la matière siliceuse. La taille plus élaborée a été réalisée en quelques endroits précis du site. Ces ateliers sont caractérisés par la forte densité des éclats et des nuclei, ainsi que par une plus grande fréquence des matières siliceuses de belle qualité.

11Les différentes phases de l’exploitation de Brameloup sont difficiles à situer dans le temps car, comme il est de règle sur ce type de site, les vestiges céramiques et les outils en pierre caractéristiques sont rarement représentés. Selon P.-M. Blanquet et G. Bories, la diffusion de cette matière siliceuse a atteint une ampleur non négligeable puisqu’on la retrouve dans les séries lithiques de la grotte de Reycabrot, située un peu au nord de la vallée du Tarn, datées de la fin du Paléolithique supérieur. M. Boboeuf a effectué des travaux de recherche sur Brameloup, dans le cadre d’une opération de prospection, et considère qu’il a fonctionné avec certitude à la fin du Néolithique et au Chalcolithique, comme le démontre la découverte d’ébauches de pièces foliacées.

12La connaissance de l’occupation préhistorique de l’Aubrac demeure encore très fragmentaire. Cet espace géographique difficile d’accès a été insuffisamment prospecté. Quelques indices ainsi que les composantes du paysage nous conduisent cependant à penser que les hommes de la Préhistoire, plus particulièrement durant l’Holocène, ont parcouru cet espace et se sont installés au sein de cette moyenne montagne. Si la vallée de la boralde de Saint-Chély-d’Aubrac paraît la plus prometteuse, d’autres vallées, ainsi que le plateau situé dans la partie nord-est du plateau, ne doivent pas être dédaignés car le contexte géomorphologique est propice à d’autres découvertes. Diverses observations permettent d’ores et déjà d’établir que l’homme préhistorique se livrait sur l’Aubrac à des activités artisanales spécialisées, en liaison avec les potentialités minérales du milieu, qui pouvaient jouer un rôle complémentaire dans l’espace économique et entrer dans des systèmes d’échanges avec les populations installées sur les Causses voisins (Causse Comtal).

2.2 La période romaine

13Au Moyen Âge, les possessions de l’hôpital d’Aubrac s’étendent essentiellement aux zones de montagnes d’estives du plateau volcanique, en Lozère et en Aveyron, ainsi qu’aux boraldes aveyronnaises au sud. Pour l’époque romaine, ces limites ne correspondent à aucune entité homogène. Aussi a-t-il été nécessaire d’élargir quelque peu l’aire d’étude, afin de comprendre les modalités du peuplement antérieur à la création de l’hôpital d’Aubrac. Les Monts d’Aubrac (cf. chap. 1.1), et leur proche environnement (vallée du Lot, Viadène, franges de la Margeride et du Gévaudan) ont composé le terrain de l’étude, essentiellement bibliographique, avec une part de prospection sur les terroirs centraux de l’hôpital d’Aubrac.

2.2.1 État des lieux

2.2.1.1 Historique des recherches

  • 1 – Le Dr Prunières n’y ayant pas effectué de fouille les datait, en raison de l’absence de mortier d (...)
  • 2 – Au lieu-dit Puech Crémat, commune de Nasbinals.

14Le premier chercheur à s’intéresser au plateau fut, dans la deuxième moitié du xixe s., le docteur Prunières. Il publia le résultat de plusieurs années de prospection, complétées de recherches en archives (Prunières 1867). Il mentionne ainsi de nombreux villages désertés1, conservés encore parfois avec une certaine élévation ; la voie romaine de Rodez à Javols encore nettement visible ; l’ancienne église du lac Saint-Andéol dont il avait vu les fondations dans sa jeunesse ; des limites de bornage de l’ordre de Malte ; de vieilles exploitations minières ; la station routière de Ad Silanum2 qu’il a identifié et commencé à fouiller avec l’abbé Boissonnade en 1866. Ce site fit l’objet de nouvelles fouilles en 1928.

15Puis il faut attendre la deuxième moitié du xxe s. pour que les recherches reprennent sur l’Aubrac, à l’initiative de la commission des fouilles de Marvejols, avec notamment la fouille du sanctuaire du lac Saint-Andéol en 1958. Enfin, les informations disparates acquises anciennement sur la voie romaine ont fait l’objet d’une critique récente, sur la partie aveyronnaise de son parcours (Dhombres, Ginestet 1995). Pour la partie lozérienne nous ne disposons que de la reconnaissance déjà ancienne de R. Alla (Alla 1973).

16Les prospections, menées entre 1994 et 1998 par les équipes du projet collectif de recherche dans de larges zones des dépendances de la Domerie pour reconnaître l’habitat médiéval, n’ont permis de relever qu’un seul nouveau point d’occupation antique.

2.2.1.2 Les conditions d’observations et de découvertes

  • 3 – Sauf quand les vestiges ont servi pour des constructions plus récentes. « Le fermier de Bord me r (...)

17La vocation pastorale du plateau de l’Aubrac a contribué à préserver des vestiges bâtis pour la période médiévale. Les habitats permanents et temporaires du Moyen Âge et de l’époque moderne sont encore pour certains assez nettement visibles3 (cf. chap. 4.4 et 5.3). Sur le plateau, la « pelouse » de la prairie laisse aisément deviner les habitats temporaires par la présence de petites levées de terres plus ou moins marquées, suivant leur ancienneté et la profondeur du creusement originel.

18De la même façon, pour la période antique, le site de Pech Crémat s’inscrit dans cette catégorie de vestiges apparaissant dans le paysage sous forme de bourrelets de terre qui recouvrent des bases de murs conservées sur trois ou quatre assises.

19Les autres sites recensés sur le plateau ou sur le versant sud des boraldes ont été découverts à l’occasion de travaux (implantation d’une borne topographique pour le sanctuaire du lac Saint-Andéol, élargissement d’un chemin pour le site des Enfrux…) ou, lors d’une prospection sur des sites bâtis médiévaux, par la présence de tessons de céramique antique dans les taupinières. En l’absence de travaux d’aménagements, révélateurs des vestiges enfouis, et d’une activité suivie de recherche sur le terrain, cet échantillonnage de l’occupation antique est insuffisant pour être représentatif.

2.2.1.3 Les données de la toponymie

  • 4 – Avec bien sûr toutes les précautions d’usage sur les créations modernes de tels toponymes à parti (...)
  • 5 – Comme P. Sillières l’a montré pour les terroirs de Fourcès (32) et de Par‑le‑Bosc (40), en petite (...)

20Dans ce contexte archéologique pauvre en prospections et fouilles, une des méthodes d’approche de l’occupation du sol pour les périodes antiques est l’analyse de la toponymie (dont les occurrences ne sont pas tributaires de la présence de chercheurs). Ce travail a été réalisé pour le département de l’Aveyron par Albenque, dans son ouvrage sur les Rutènes (Albenque 1947). Il montre, à partir d’un corpus de 580 noms avec la finale domaniale en -ac, que la densité de ces toponymes varie en Aveyron selon la richesse des terroirs naturels. La finale en -ac indique4 l’existence probable d’un domaine d’exploitation antique ou du haut Moyen Âge. Les Causses, le Lévezou et l’Aubrac en sont très peu pourvus ; mais cette rareté n’est pas un indice suffisant pour en déduire une absence d’occupation dans l’Antiquité5. Ainsi, pour le causse du Larzac, les nombreuses installations artisanales antiques d’exploitation de la résine contredisent l’absence de toponyme en -ac. Il faut donc nuancer les interprétations : -ac indique un domaine structuré ; mais une exploitation légère ou saisonnière des ressources d’un terroir est toujours possible, sans qu’il y ait création de ces toponymes.

  • 6 – Carte touristique au 1/100 000, n° 58, Rodez-Mende.

21Nous avons effectué une première approche en utilisant une carte IGN6 qui montre l’absence des toponymes en -ac aux altitudes les plus élevées des Monts d’Aubrac, alors qu’ils sont bien représentés aux alentours, y compris en Viadène (fig. 15). La localisation des découvertes de sites antiques révèle, quant à elle, l’activité des chercheurs, et notamment l’attention portée à la voie romaine longuement parcourue depuis la deuxième moitié du xixe s. Les trois sites les plus élevés en altitude – Pech Crémat (Ad Silanum), sanctuaire du lac Saint-Andéol, gué de Marchastel – sont de dimensions réduites, et ne constituent que des points d’occupation très isolés, liés au trafic de la voie et à la célébration d’un culte implanté anciennement.

fig. 15. Carte de la répartition des toponymes en -ac et des occupations gallo-romaines en Aubrac.

22Cet aperçu de l’état des recherches a mis en évidence une très faible occupation gallo-romaine dans les secteurs des Monts d’Aubrac, où l’altitude et l’exposition aux précipitations océaniques se combinent pour créer des conditions de vie particulièrement difficiles, une partie non négligeable de l’année (neige et tourmente). Par opposition, les boraldes méridionales tributaires de la vallée du Lot, en secteur métamorphique, et la Viadène présentent une densité d’indices d’occupation qui, même si elle reste faible, constitue une transition avec celle plus importante des causses méridionaux. Les zones septentrionales plus basses du plateau, dans le secteur d’affleurement du socle cristallin (la Margeride), restent peu peuplées, à l’image du sud du Cantal.

2.2.2 Structures politiques et environnement

2.2.2.1 Quel cadre politique antique pour l’Aubrac ?

23Les chercheurs s’accordent pour reconnaître dans les limites des départements actuels (Aveyron, Lozère, Cantal) celles des diocèses du Moyen Âge : Rodez, Javols, Clermont-Ferrand. Jusqu’à récemment, les historiens admettaient le fait que le diocèse de Clermont-Ferrand perpétuait l’ancien territoire des Arvernes du Bas Empire. Depuis peu, on propose de reporter ses frontières aux limites naturelles du bassin de l’Allier, pour le Haut Empire (Mennessier-Jouannet, Provost : 71-73).

  • 7 – Grégoire de Tours, Historia Francorum, X, 8.

24Les limites du diocèse de Clermont-Ferrand ont été fixées très tôt : un synode entre les évêques du Rouergue, du Gévaudan et d’Auvergne s’est tenu en effet au vie s. pour fixer les « frontières » respectives des trois diocèses7. Le lieu de cet arbitrage est à placer certainement dans la région centrale de l’Aubrac, à proximité même d’Aubrac où se trouve une croix « des Trois Évèques ».

  • 8 – La création plus tardive du diocèse de Saint-Flour, au détriment de celui de Clermont-Ferrand, ma (...)
  • 9 – D’une altitude de 1427 m, c’est le deuxième sommet de l’Aubrac après le Signal de Mailhebiau (146 (...)

25La limite entre les départements du Cantal et de l’Aveyron (qui reprend celles des diocèses de Clermont-Ferrand puis de Saint-Flour8, et de Rodez) s’appuie sur la ligne de crête des Monts d’Aubrac vers le nord-ouest ; elle ignore superbement la démarcation opérée par le cours inférieur de la Truyère et ses gorges. Le découpage s’est fait en appliquant un principe de délimitation courant en montagne, en se fixant sur un point culminant, ici le Puy de Gudette9 ; la rivière Bès, qui prend sa source à peu de distance de ce sommet et coule vers le nord, constituera la limite entre les diocèses de Clermont-Ferrand et de Javols (puis de Mende). Le diocèse de Clermont-Ferrand a peut-être ainsi tenu à affirmer d’anciens droits de parcours pastoraux sur la zone cantalienne de l’Aubrac, hérités sans doute de relations entre Gabales et Arvernes, peuples alliés à la fin du second âge du Fer. La présence de l’évêché de Clermont-Ferrand, au vie s., sur un terroir très éloigné de son centre de gravité, pourrait ainsi s’expliquer.

26Dans l’Antiquité tardive, l’Aubrac apparaît donc comme une zone de confins entre les trois cités antiques de Rodez (Segodunum), Javols (Anderitum) et Clermont-Ferrand (Augustonemetum).

2.2.2.2 Une zone de passage faiblement et inégalement peuplée ?

27Les dépendances de la Domerie d’Aubrac s’inscrivent aux limites des cités antiques de Javols (Anderitum) et de Rodez (Segodunum). La notion de zones de « fins de terre » avancée pour le Cantal par M. Provost et P. Vallat (Provost, Vallat 1996 : 47) s’applique bien ici, aux altitudes les plus hautes du plateau. Ces terres marginales et ingrates sont caractérisées par une occupation antique très lâche, voire inexistante.

28Les travaux de D. Galop (cf. chap. 1.2.4) montrent par ailleurs que l’environnement fortement boisé de l’Aubrac protohistorique reste stable entre 1300 av. J.-C. et le début de notre ère. À partir de ce moment-là, et jusqu’au ve s. ap. J.-C., l’emprise de la forêt recule légèrement au profit d’une exploitation humaine qui reste cependant, selon les analyses palynologiques effectuées dans les tourbières, très ponctuelle : l’Aubrac n’a pas été défriché ni densément occupé à la période romaine. Après le Bas Empire, par contre, le déboisement et l’activité humaine paraissent s’intensifier.

2.2.3 L’occupation antique

2.2.3.1 La voie Saint-Bertrand-de-Comminges / Lyon dans sa traversée de l’Aubrac

29L’élément majeur qui structure l’Aubrac dans l’Antiquité est la voie romaine de Saint-Bertrand-de-Comminges à Lyon (section Rodez-Javols), portée sur la carte de Peutinger (fig. 15 et 16). Construite dès le début de l’Empire (des milliaires de Claude ont été signalés en pays vellave), cette « voie de contournement » de la Narbonnaise (Sillières 1992) a laissé ici et là de nombreuses traces, notamment dans notre zone d’étude où on peut la suivre sur tout son parcours avec beaucoup de précisions.

fig. 16. La voie antique Lyon/Saint-Bertrand-de-Comminges.

  • 10 – On trouve du grès à l’est de Marchastel.
  • 11 – Les milliaires peuvent indiquer les deux distances vers les deux cités que la voie relie, ou vers (...)
  • 12 – Retrouvé et localisé précisément par Claude Petit en prospection en 1999, ce site à tegulae a liv (...)

30Son tracé a été bien identifié par J. Dhombres et J. Ginestet, dans sa partie nord-aveyronnaise. Depuis Rodez, elle suit une direction nord/nord-est, traverse la vallée du Lot à Saint-Côme, puis atteint le plateau en suivant la crête de la serre réservée par la boralde de Saint-Chély-d’Aubrac à l’ouest, et le réseau hydrographique tributaire du Mossau à l’est. Le toponyme de Lestrade (strata) lui est associé à son débouché sur le versant sud du plateau, et peut-être aussi celui d’Aubiac, situé cinq kilomètres plus au nord. Deux kilomètres plus loin, aux Enfrux, un milliaire a été retrouvé dans la seconde moitié du xixe s. Il se présentait sous la forme d’une colonne en grès10 blanc de 0,33 m de hauteur conservée, pour 0,32 m de diamètre, portant les chiffres romains gravés en creux CXVIII d’un côté, et à l’opposé, II. Ce milliaire, aujourd’hui, pourrait en fait se lire : LXVIII pour L(euga) XVIII soit 18 lieues qui correspondent à la distance entre le hameau des Enfrux et Rodez-Segodunum. Aucune hypothèse n’a été proposée pour le II sur l’autre face11. C’est aussi aux Enfrux, entre le village et la forêt domaniale d’Aubrac, qu’a été signalée ces dernières années la découverte de tegulae, témoignant d’une implantation antique en bordure de la voie romaine12. La voie traverse ensuite la forêt où elle servait encore, jusqu’à récemment, au débardage du bois.

  • 13 – Lors de la vérification du site en juillet 2000, quelques tessons de céramiques romaines mêlés à (...)

31Une fois passée la limite des départements de l’Aveyron et de la Lozère, cette voie garde les mêmes caractéristiques et descend régulièrement en direction du nord-est. Ce tracé septentrional a été reconnu par R. Alla. Au passage du ruisseau des Fontanilles, la voie est dotée de la station routière de Ad Silanum. Puis elle chemine dans les pâturages et sous un chemin de terre presque jusqu’au pont de Marchastel. À une centaine de mètres après le gué, on trouve les traces d’un grand bâtiment rectangulaire en bordure de la voie13, déjà signalé par R. Alla. Elle est ensuite recouverte par le chemin de Rieutord à Malbouzon, puis son tracé, désormais orienté vers l’est et Aumont-Aubrac, se confond avec celui de la D. 987 jusqu’à Aumont où il oblique vers le sud-est en direction de Javols, certainement à l’emplacement de la D. 50. R. Alla signale un milliaire non inscrit sur cette portion de voie. Situé anciennement sur la place du village de Malbouzon, il a été transporté et replanté, à l’envers, au carrefour du chemin de Rieutord et de la D. 987, et sert de support à une croix. Sa forme ne laisse aucun doute quant à son identification : une base carrée et une colonne d’un seul tenant, en granit. La hauteur du fût cylindrique conservé (0,80 m) ne permet pas d’espérer qu’une partie de l’inscription, si elle existait, ait été conservée. R. Alla signale encore un milliaire après Aumont-Aubrac, mais nous n’avons pu le retrouver.

32Le sondage réalisé en 1996 par D. Schaad (Schaad 1996) dans la forêt d’Aubrac, sur la portion la mieux conservée de la voie antique, a montré un aménagement très simple mais observant les techniques romaines des voiries : après le creusement d’une tranchée profonde de 0,30 m sur une largeur d’environ 6 m, et la pose des dalles de bordure de chant qui en limitent l’emprise, un radier de terre et d’éclats de basalte a été construit pour supporter les pierres de la chaussée constituée de blocs de basalte posés à plat, calés par des éclats (fig. 17). Cette chaussée pourrait avoir été recouverte, pour la protéger, d’une couche de terre graveleuse constituant la surface de roulement (fig. 18).

33On peut supposer que la création ex nihilo de cette voie romaine, reliant les cités de Rodez et Javols par un tracé le plus direct possible, s’intègre, comme l’a souligné P. Sillières (Sillières 1992 : 434), dans un projet politique plus vaste de liaison entre deux capitales de provinces très éloignées l’une de l’autre : Lyon, capitale des Gaules, et Saint-Bertrand-de-Comminges.

34Une autre voie de communication pourrait avoir été utilisée à l’époque antique. Elle s’embrancherait sur la « draille d’Aubrac » qui reliait l’agglomération de Millau (Conda-tomagus) au plateau, en passant par Séverac. Cette variante rejoindrait la vallée du Lot, non à la Canourgue/Banassac mais à hauteur de Campagnac, à 8 kilomètres en aval, puis gagnerait le Signal de Mailhebiau, le point le plus haut de l’Aubrac. Dans son tracé depuis la vallée du Lot, à partir d’Estables (stabulum) jusqu’à proximité d’Aubrac, la draille (ou draye) suit la ligne de crête au sud-ouest de la boralde de Caldeyrac, passe au lieu-dit LEstrade (strata) puis, après le Signal de Mailhebiau et la croix de la Rode, se tient sensiblement parallèle à la ligne de crête des Monts d’Aubrac. Elle est marquée, sur une grande partie de son parcours, par la limite départementale entre l’Aveyron et la Lozère, et la route départementale 15. Après la croix des Trois Évêques, elle devrait se diriger vers le nord-ouest, mais nous n’avons pas effectué de reconnaissance de terrain dans ce secteur.

  • 14 – Cette voie très ancienne, guidée par les lignes de partage des eaux et évitant avec soins les sou (...)

35La proposition d’une utilisation de cette voie à l’époque antique repose sur les indices toponymiques de LEstrade et Estables, habituellement liés aux grandes voies antiques. Estables vient de stabula, écurie, nom donné parfois aux relais routiers du Haut Empire, ou du bas latin stabulum, gîte, maison (Grenier 1934 : 284-285). La présence de vestiges gallo-romains dans ce secteur confirme une occupation antique du lieu-dit. Notons aussi la juxtaposition de cette voie, sur tout son parcours depuis la vallée du Lot jusqu’après la croix des Trois Évêques, avec les limites des départements. Les quelques reconnaissances faites le long de ce chemin n’ont pas apporté d’autres éléments de preuves. Jusqu’à récemment, la draille d’Aubrac était un chemin de transhumance, avec son tracé caractéristique en ligne de crête. Ce parcours a pu aussi être utilisé, à ces mêmes fins, plus anciennement que la période romaine. D’autre part, la direction générale sud-est/nord-ouest du chemin amène à suggérer une seconde hypothèse, récurrente dans la littérature archéologique14 : l’existence d’une « voie des métaux » ou « voie du sel » à l’âge du Bronze et l’âge du Fer, qui relierait l’Atlantique à la Méditerranée en passant par le sud du Massif central. Elle reste largement hypothétique, en l’absence de découvertes précises sur tout son parcours. Bien identifiée vers le nord-ouest en Limousin, les différents auteurs qui s’y sont intéressés supposent qu’elle emprunte au sud-est un des parcours de transhumance depuis le rivage méditerranéen. Entre les deux points où elle est bien identifiée, à savoir les Causses et le Limousin, cette voie pourrait passer par le sud du Cantal (Mennessier-Jouannet, Provost 1994 : 50-51) et par l’Aubrac, en suivant le tracé qui vient d’être décrit.

fig. 17. Coupe stratigraphique de la voie romaine.

fig. 18. La voie antique dans la forêt domaniale (Saint-Chély-d’Aubrac).

2.2.3.2 La station routière de Ad Silanum

36En bordure de la voie romaine, à trois kilomètres au nord de la forêt d’Aubrac, des vestiges de construction ont été découverts au xixe s. et identifiés comme étant ceux de la station routière de Ad Silanum portée, sur la table de Peutinger, entre Javols et Rodez (fig. 19). Ces vestiges se situent au lieu-dit Pech Crémat. Le site a été sondé dès 1866 par l’abbé Boissonnade et le Dr Prunières (Albenque 1948 : 141-142), puis en 1928 par le Dr Ayrinhac et l’abbé Calmels, et enfin en 1958-1960 par Jacques André (Gallet de Santerre 1959 : 475 ; 1962 : 640).

fig. 19. Vue aérienne de la station routière antique de Puech Crémat (Ad Silanum).

  • 15 – Certainement ceux des années 1959-1960.
  • 16 – Cette régularité dans la métrique des quelques murs visibles nous a beaucoup étonnés. Elle est la (...)
  • 17 – Balmelle (1937) conteste l’identification de la monnaie de Valentinien III ; la monnaie la plus r (...)

37Les vestiges, encore en partie visibles à l’ouest du ruisseau de Places Naltes (fig. 20), ont fait l’objet d’une reconnaissance durant l’été 1997, puis d’une vérification en 1999. Ils se présentent sous la forme de petites levées de terre disposées orthogonalement. Les anciens sondages15, encore ouverts, confirment l’existence, sous ces levées, de murs à double parement liés au mortier de chaux. Ils sont bâtis avec le basalte local et ponctuellement d’autres matériaux comme du granit taillé et du grès, pierres qui se trouvent naturellement à quelques kilomètres à l’est du site. Ces murs forment un quadrilatère de 36 x 30 m, doté d’au moins une annexe externe à l’est. Un corps de bâtiment occupe tout le côté nord du quadrilatère et donne, au sud, sur une cour enclose. L’épaisseur des murs varie de 0,90 m de large pour les murs extérieurs du quadrilatère, à 0,60 m pour les murs porteurs du bâtiment, et 0,45 m pour les murs de cloisons16. Ces observations s’accordent mal avec celles faites par Albenque, qui décrit deux bâtiments de part et d’autre de la voie antique, l’un de 50 x 20 m, l’autre de 30 x 20 m. En fait, à l’endroit des vestiges, un passage coupe le bâtiment et ses annexes en deux parties, dont les dimensions correspondent sensiblement à la description de cet auteur (fig. 20). Le mobilier observé sur place comprend de la céramique commune et de la sigillée de la deuxième moitié du ier et du iie s. Les recherches anciennes (Albenque 1948 : 142) signalent en outre une marque du potier Secundus sur sigillée et « plusieurs monnaies de bronze en mauvais état dont une de Valentinien III (432-455) »17.

fig. 20. Relevé schématique des vestiges de la montagne de Puech Crémat.

38Deux zones d’épandage de tessons de céramique et de fragments de tuiles indiquent que l’occupation antique devait être plus étendue, à l’est de ces premiers bâtiments, de l’autre côté de la voie antique, et au nord, au-delà du ruisseau, où l’on discerne encore un mur de terrasse avec son retour, en bordure de la voie.

  • 18 – Sur le tracé des grandes voies antiques, on trouvait des mansio, relais d’étape tous les 40 km (? (...)

39L’identification de ces vestiges comme statio18 sur la voie Rodez-Javols est plus que probable. Même s’il n’existe pas de plan-type de station routière dans l’Empire romain, la position de ces bâtiments en bordure de la voie confirme leur fonction de relais. Il s’agit certainement d’une mansio, relais d’étape, telle qu’elle est indiquée sur la carte de Peutinger, à 54 km de Rodez et 40 km de Javols.

40L’identification de Ad Silanum, « près de Silanum », invitait aussi à rechercher une agglomération à peu de distance. Les prospections, tant anciennes que récentes, n’ont livré aucun indice d’autres constructions à proximité. Cette lacune remet en lumière l’intérêt de la lecture de Silanum comme « eau jaillissante » qui pourrait se rapporter, selon Prunières, à la cascade de Déroc située à moins de 4 km à vol d’oiseau. R. Oursel (Oursel 1961) a observé, dans un aménagement de terrasse devant la ferme de Déroc et jouxtant la cascade, les traces d’un « retranchement » qu’il proposait d’identifier comme le Silanum de la table de Peutinger. Cet aménagement, revu par l’équipe de prospection, s’apparente à des limites parcellaires plus récentes, et le terrain enclos lui-même est vierge de tout vestige d’occupation. L’observation stratigraphique d’une longue tranchée axiale (1 m de profondeur, plus de 40 m de long) parallèle à la voie, et réalisée lors de travaux dans cette parcelle en 1997, n’a révélé aucun mobilier, ni niveau anthropisé.

2.2.3.3 Le sanctuaire du lac Saint-Andéol

  • 19 – La mention du point topographique d’altitude 1232 m dans l’article de la revue du Gévaudan est un (...)

41En dehors de la voie romaine et des rares vestiges qui lui sont associés, un autre site d’époque antique est connu sur le plateau de l’Aubrac. Il s’agit du sanctuaire du lac Saint-Andéol (fig. 21). Il est signalé par des textes du haut Moyen Âge (cf. chap. 2.3), mais n’a été localisé qu’en 1953, lors de l’implantation d’une borne topographique. Il a fait l’objet de sondages en juillet 1956 par la Commission du musée de Marvejols. Les résultats préliminaires ont été publiés sous la forme d’un court article (Marnhac et al. 1956). Malgré le caractère parfois peu précis de ces renseignements19, l’équipe du PCR a pu retrouver l’emplacement du sanctuaire. Il ne se distingue plus aujourd’hui que par le petit tas de déblais rejetés autour de la structure (11 x 8 m) par la fouille. Les résultats du sondage de 1956 n’ont, pour l’heure, pas pu être vérifiés et complétés.

fig. 21. Lac de Saint-Andéol.

  • 20 – De tels sanctuaires ont été mis en évidence par Jean-Luc Schenck dans la moyenne montagne des Pyr (...)

42D’après les auteurs, il s’agit d’un tertre de grand axe nord-sud, au sol grossièrement nivelé et ceint d’un mur ou muret en pierres non liées au mortier. Au centre de ce tertre, la roche est entaillée orthogonalement et pourrait avoir supporté des cloisons de bois20 qui sont à mettre en relation avec les fragments de tegulae d’une toiture, retrouvés sur le site. Le mobilier recensé est caractéristique des sanctuaires : nombreuses statuettes d’animaux ou représentant des divinités féminines, monnaies… Les statuettes (fig. 22) figurant des volailles ou des déesses sont habituelles dans la région ; par contre, la présence et, semble-t-il, la forte représentation des chevaux est à remarquer (Vernhet 1993) car cela pourrait être la marque d’une activité particulière à l’Aubrac. La série monétaire issue des fouilles comprend 29 monnaies dont les dates d’émission se situent entre les règnes d’Auguste (dupondii de Nimes, à partir de 27 av. J.-C.) et de Constance II (337-361) ; il est à noter l’abondance relative des monnaies du iie s. (9 exemplaires sur les 17 identifiés). Ce sanctuaire lié au culte des eaux a donc fonctionné pendant toute la période romaine. Il a sans doute pris le relais de pratiques culturelles plus anciennes, qu’une découverte fortuite récente vient documenter de manière assurée : deux vases datés des iie-ier s. av. J.-C. ont été ramassés par des plongeurs dans le lac lui-même (Gruat, Izac-Imbert 2002).

fig. 22. Statuettes provenant de la fouille du temple de Saint-Andéol réalisée en 1957.

43Le lac glaciaire de Saint-Andéol a donc été un lieu de réunions et de fêtes depuis au moins la fin du second âge du Fer, et ce jusqu’à la fin du xixe s. L’étude diachronique des sanctuaires du lac Saint-Andéol et de leur environnement est en cours et sera publiée prochainement.

44De ce rapide aperçu des diverses traces d’occupation antique, nous pouvons établir quelques traits caractéristiques du plateau de l’Aubrac qui se présenterait, à l’aube du Moyen Âge, comme suit. Cette zone de moyenne montagne n’est que très faiblement occupée et la forêt y domine encore largement. Le culte des eaux, rapporté par Grégoire de Tours, y rassemble cependant chaque année une foule nombreuse, dont les offrandes permettent d’entrevoir les activités : toisons, formes de fromages… Le pastoralisme apparaît comme le mode d’exploitation essentiel du terroir. La voie romaine et sa station de Ad Silanum se présentent comme des créations volontaires de l’Empire. La voie Rodez-Javols ne reprend pas un chemin plus ancien ; elle est construite ex nihilo pour couper au plus court entre les deux cités. Voie et relais routier antique font figure d’anomalies dans ce milieu pastoral et forestier ; ils se surimposent, sans les modifier, au terroir existant et à ses usagers.

2.3 L’Aubrac médiéval jusqu’à la création de l’hôpital

2.3.1 Avant l’an Mil

  • 21 – À l’exception des fouilles d’A. Ferdière et A. Trintignac à Javols.

45Comme bien d’autres régions, l’Aubrac du haut Moyen Âge souffre d’un manque presque total de documents écrits, lacune que ne pallie aucune fouille archéologique pour la période considérée21. Les rares allusions écrites révèlent pourtant un pays bien vivant. Si on en croit un célèbre passage de Grégoire de Tours du vie s., le pèlerinage de Saint-Andéol continue à être fréquenté : il le décrit, attirant sur les bords du lac, pendant 3 jours, une foule de paysans venus y jeter des offrandes et banqueter. Parmi ces offrandes, aucun objet en céramique ni aucune représentation de chevaux, comme à la période antérieure, mais des fromages, des toisons de laine – en rapport avec l’élevage des moutons – et des « tissus et des étoffes utilisés dans les habits masculins » (Rouche 1979 : 398-399, 578, 687).

  • 22 – « Mons enim erat in Gabalitano territorio cognomento Helarius lacum habens magnum… Post multa ver (...)
  • 23 – La graphie Helarius pose problème, mais Clovis Brunel a bien montré la fragilité et parfois la co (...)
  • 24 – Le passage de Grégoire de Tours qui attribue à Hilaire de Poitiers un haut fait d’Hilaire de Mend (...)

46D’après Grégoire de Tours, un prêtre du Gévaudan devenu évêque, soucieux de déraciner ce pèlerinage et les croyances qui le fondaient, aurait fait construire une église, sans doute à la place du sanctuaire païen. L’auteur localise le lac dans le territoire des Gabales, sur la montagne surnommée Helarius22. Ce nom a fait couler beaucoup d’encre. Il a été rapproché de celui d’Hilarius, le grand évêque de Poitiers mort en 367 que le texte de Grégoire de Tours dans les Monumenta Germaniae Historica désigne comme le titulaire de l’église, et de celui d’Hilarus, évêque de Mende au milieu du vie s. Hilarus, qui s’est transformé en Chély, est le patron, à leur origine, de plusieurs églises de la région : Saint-Chély-d’Apcher, Saint-Chély-d’Aubrac, Saint-Chély-de-Séverac (le-château), etc. (Brunel 1925)23. C’est à ce dernier qu’il faut attribuer la construction de la première église des bords du lac24, ce qui pourrait expliquer pourquoi la montagne aurait alors porté son nom, la « montagne d’Hilarus » et pourquoi l’église édifiée ne lui aurait pas été dédiée. C’est en effet le patronage d’un martyr originaire du Vivarais voisin, Andéol, qui aurait été choisi.

47Il n’y a plus aucune trace apparente de cette église, siège d’une grande paroisse médiévale. On ne sait même pas où la localiser exactement : sur le promontoire rocheux qui domine immédiatement le lac au sud-est et où se dresse une croix, ou sur le site de Cap Combatut à 200 m au sud-est.

48Cette église n’est pas la première du Gévaudan où les prémices de la christianisation remontent au iiie s., si l’on suit le récit de la vie de saint Privat, martyrisé par des Alamans à Javols (Rouche 1979 : 276). Plus sûre est l’existence au ve s. du siège épiscopal de Javols : Sidoine Apollinaire le signale comme vacant juste avant la conquête de l’Auvergne par Euric vers 470 (Rouche 1979 : 41, 485). Cette vacance, qu’il attribue à la persécution d’Euric, est peut-être à l’origine du transfert de Javols à Mende (Rouche 1979 : 276, 624). Elle illustre en tout cas les difficultés et les hésitations de la christianisation de l’Aubrac dont le pèlerinage à Saint-Andéol, un siècle plus tard, porte aussi témoignage. Saint-Andéol pourrait être néanmoins la première église de l’Aubrac, antérieure aux églises dédiées à saint Hilarus, qui datent au plus tard de l’époque carolingienne, époque à laquelle apparaît aussi l’église Saint-Jean de Recoules (Lauranson-Rosaz 1987 : 315).

  • 25 – Grégoire de Tours, Hist. Franc., X, 8.

49Bref, la christianisation de l’Aubrac ne semble pas avoir été plus tardive qu’ailleurs, par exemple en Limousin (Aubrun 1981). Les divisions ecclésiastiques y sont même précoces si l’on en juge par un autre passage de Grégoire de Tours, mentionnant un synode d’évêques aux confins des territoires d’Auvergne, du Gévaudan et du Rouergue (à Saint-Andéol ?)25, ce qui sous-entend l’existence, dès cette époque, des diocèses de Clermont, de Mende et de Rodez dans leurs limites médiévales.

  • 26 – Doc. I, 52 (1250).

50Ce synode témoigne d’une autre caractéristique de l’Aubrac, celle d’un pays de contact, ouvert sur l’extérieur. Le culte de Saint-Andéol en est une illustration, même si nous ne savons pas par quel cheminement il est arrivé jusqu’au cœur du plateau, et si la voie romaine de Lyon à Rodez, par Javols et Ad Silanum a pu être un axe majeur de la pénétration du christianisme à partir de l’ancienne capitale des Gaules. Sidoine Apollinaire évoque peut-être son tracé aveyronnais, lorsque s’étant rendu d’Auvergne à Rodez, il note qu’elle traverse une forêt de feuillus, laquelle pourrait être identifiée comme la forêt d’Aubrac (Rouche 1979 : 186, 565). Mais Sidoine vient d’Auvergne. Il a donc, avant d’emprunter, sans doute à partir de Ad Silanum, la voie romaine en direction de Rodez, utilisé une voie nord-sud qui descend d’Auvergne par Chaudes-Aigues, Recoules-d’Aubrac et Nasbinals, et qui, au-delà de Ad Silanum, file vers le sud-est en direction de la vallée du Lot lozérien et de Banassac. Cette grande voie, appelée au Moyen Âge central, voie de La Boleyra26, est contrôlée par la puissance publique : au nord, à Recoules, c’est une curtis comtale mentionnée en 927 (Lauranson-Rosaz 1987 : 105, 315-316) ; au sud, à Banassac, c’est un oppidum, siège d’un atelier monétaire à l’époque mérovingienne (Rouche 1979 : 188-189).

51Ces deux grands axes, l’un nord-est/sud-ouest et l’autre nord/sud-est, n’excluent pas d’autres itinéraires carrossables, et notamment ceux qu’empruntent les pèlerins du lac de Saint-Andéol, affluant sur leurs chariots remplis de victuailles. On a remarqué que leurs offrandes au lac sont en rapport avec l’élevage : chevaux à l’époque romaine, moutons au vie s. Ce renseignement est à rapprocher de ce que nous savons des droits de certaines églises sur les montagnes de la région. Vers 600, Saint-Julien de Brioude envoie ses animaux estiver sur les saltus montenses où ils sont exemptés de pascualia (Bousquet 1971 : 227). Certes rien ne dit que cette mention se rapporte à l’Aubrac, mais rien ne permet de l’exclure si on rappelle les liens qui, au xe s., uniront Brioude et le Gévaudan. Au viiie s., l’église de Reims possède des biens en Rouergue, Gévaudan et Auvergne, dont il serait étonnant qu’ils ne comportent pas des pâturages (Rouche 1979 : 245).

  • 27 – Innocentius a été comte de Gévaudan avant de devenir évêque de Rodez.

52Ainsi, il n’est pas impossible que, dès le haut Moyen Âge, l’Aubrac soit un pays d’élevage et accueille des troupeaux transhumants. Dans cette hypothèse, aussi bien Recoules-d’Aubrac que Banassac sont bien placés pour en tirer des revenus de caractère public, ce qui permet de comprendre – autant que l’exploitation de la résine du Causse – le rôle monétaire exceptionnel de Banassac (Rouche 1979 : 188-189). Les noms de Recoules et de Banassac illustrent aussi la présence de la puissance publique sur le plateau. Elle seule peut expliquer les droits des églises de Brioude et de Reims, dont l’origine royale ou comtale ne fait pas de doute. Dès le vie s., le Gévaudan est un comté27 (Brunel 1925 : 98). En 927, la région est sous l’autorité d’Acfred, duc d’Aquitaine et abbé de Brioude, lequel donne la curtis de Recoules à la famille vicomtale de Brioude. Cette donation enclenche le processus qui fait des Brioude des comtes de Gévaudan à la fin du xe s., au-dessus d’une famille vicomtale qui étend son autorité sur Banassac (Lauranson-Rosaz 1987 : 105, 110, 136, 317). C’est alors qu’apparaissent les grandes divisions politiques de l’Aubrac : non seulement le comté de Gévaudan qui, après les Brioude, passe aux Rouergue-Carlat avant de se rapprocher de Millau à la fin du xie s., mais aussi la vicomté de Clermont au nord et le comté de Rouergue au sud-ouest.

2.3.2 Un xie siècle seigneurial agité

53À un Aubrac dominé au xe s. par les puissances comtales, succède au xie s. un Aubrac divisé entre plusieurs seigneuries, et enjeu de luttes seigneuriales qui pourraient expliquer la création de l’hôpital.

  • 28 – Il n’est pas possible de préciser si l’église de Marchastel est déjà celle du village castral ou (...)

54Au nord, la seigneurie dominante est celle des Nonette, de la famille des vicomtes de Clermont. Par leurs vassaux les Saint-Urcize, et leurs arrières-vassaux les Salhens, les Peyrebesse et les Montgros, ils étendent leur autorité sur les zones de Saint-Urcize et de Nasbinals, jusqu’aux Salhens (Lauranson-Rosaz 1987 : 376 ; Belmon 1994). Côté lozèrien, les Apcher ne font pas encore parler d’eux et les Canilhac, sans doute descendants de la famille vicomtale de Gévaudan, sortent à peine de l’obscurité en 1060 quand ils confient à Saint-Victor de Marseille le soin de réformer leur monastère de la Canourgue (Belmon 1993 : 81). Les Peyre sont moins mal connus. Leur château, siège possible d’une viguerie carolingienne, est à la tête d’une grande seigneurie qui englobe à l’ouest une partie de l’Aubrac, ainsi qu’en témoigne la liste des églises léguées en 1109 par l’évêque Aldebert II de Peyre, dans laquelle figurent celles de Prinsuéjouls et de Marchastel (Belmon 1993 : 85)28. On peut aussi déduire de ce document que le château de Marchastel existait au moins dès le xie s.

  • 29 – L’église de Saint-Chély est dite en 1082 « de subtus Belviter », Cart. Marseille, n° 835 : 200-20 (...)
  • 30 – Cart. Conques, n° 572 (1060).

55En Rouergue, faute de documents, on ne peut dire si les Estaing sont déjà possessionnés en Aubrac, sauf à voir dans les Belvezet leurs vassaux dès cette époque29. Même constatation pour les Calmont : la présence en 1060 de Guilhem de Plagnes aux côtés d’Hugues de Calmont laisse supposer qu’ils sont déjà présents sur le plateau, au moins par vassaux interposés ; mais il faudrait être sûr que ce personnage appartient bien à la famille de Plagnes d’Aubrac, à l’ouest de Saint-Chély30.

  • 31 – C’est dans ce château qu’Amblard II de Nonette, dit le malivernat, fait garder vers 1010 un priso (...)
  • 32 – Cette identification erronée est attribuable à H. de Barrau. Elle n’a guère été remise en questio (...)
  • 33 – Cart. Conques, n° 138.
  • 34 – « hoc est debitum quod debetur ad Malivernas », Cart. Bonneval, n° 29 (1162-1178). En 1196-1216, (...)
  • 35 – Avec Perse, Hugues de Calmont donne à Conques en 1060 « la moitié du tonlieu du sel du pont d’Esp (...)
  • 36 – Cart. Conques, n° 138 et 572.

56Si la documentation n’a laissé aucun témoignage direct des relations entre ces seigneurs, certains signes laissent à penser qu’elles ne furent pas toujours pacifiques. La présence indirecte des Saint-Urcize à Montgros et aux Salhens, et celle des Peyre à Marchastel laissent deviner une rivalité pour la domination du centre de l’Aubrac et en particulier de ses grands axes de circulation. Mais c’est surtout pour le contrôle de l’Aubrac aveyronnais jusqu’à la vallée du Lot que la lutte semble avoir été âpre entre Nonette et Saint-Urcize d’un côté, et Calmont de l’autre. Non contents de dominer la planèze de Saint-Flour vers 1000-1020 (Lauranson-Rosaz 1987 : 376), les Nonette mettent la main, à cette époque, sur le Castrum Persum31 qui a été confondu à tort avec Castelpers, canton de Naucelle. Il s’agit en réalité du château disparu de Perse, situé dans la vallée du Lot au-dessus de l’église de Perse et d’Espalion, sur le Puech de Vermus qui fait face à celui de Calmont (Barrau 1853-1860 : vol. I, 697 ; Blanc 1928 : 77-84)32. Ils possèdent même l’alleu d’Espalion qu’ils abandonnent vers 1030 à Conques33. Cette date sonne le signal du reflux des Nonette de la vallée du Lot, au profit des Calmont, même s’ils ne disparaissent pas totalement de l’Aubrac aveyronnais et si leurs vassaux, les Saint-Urcize, y conservent des droits jusque vers 120034. À l’origine de leur conflit, sans doute le contrôle de la voie de Ad Silanum qui passe au pied de Vermus et de Calmont, et qui, devenue chemin du sel35, se dédouble à Saint-Côme : à l’est le tracé traditionnel (GR. 65), à l’ouest le chemin d’Aubrac, qui l’emporte sans doute déjà (GR. 66) ; à l’issue du conflit, la confirmation de l’implantation des Calmont sur l’Aubrac. Dans les relations entre Nonette et Calmont, un monastère intervient qui, pour prix de ses services (?), reçoit des Nonette l’alleu d’Espalion (1030), et des Calmont l’église de Perse (1060)36 : il s’agit de Conques.

57L’Aubrac est aussi, au xie s., une terre de rivalités ecclésiastiques. Le réseau des églises de cette époque n’est pas connu en totalité, mais avant l’an Mil existent avec une quasicertitude les églises de Saint-Andéol, Saint-Chély-d’Apcher, Saint-Chély-d’Aubrac et Saint-Jean de Recoules. Le mouvement de la réforme dite grégorienne, porté par Saint-Victor de Marseille bénéficiaire de plusieurs donations d’églises, est l’occasion de découvrir un encadrement ecclésiastique beaucoup plus serré. Dès 1060, les victorins s’installent à La Canourgue, et deux ans plus tard à Monastier-Chirac (Belmon 1993 : 75-81). De là, ils rayonnent vers l’ouest à Saint-Geniez-d’Olt, et surtout dans l’Aubrac où ils reçoivent successivement les églises de Nasbinals et de Saint-Urcize en 1074, et de Saint-Chély-d’Aubrac en 1082 (Belmon 1994). À l’origine de cette pénétration, les seigneurs laïcs Canilhac, Peyre, Saint-Urcize, et pour ce qui est du Rouergue, Pons, l’évêque grégorien de Rodez.

  • 37 – Cart. Conques, n° 43, 45, 46, 285, 356, 394, 441, 460, 478…
  • 38 – Cart. Conques, n° 32, 82, 188, 442, 556, 564, 572… La liste des églises est remarquable : Espeyra (...)
  • 39 – Cart. Conques, n° 553 (1031-1060).
  • 40 – « De salvetate apud Gabalitanum », Cart. Conques, n° 443.
  • 41 – Doc. 1,18 (1220).

58L’arrivée de Conques sur le plateau est plus récente, tout en participant d’une tradition plus ancienne et plus régionale, celle de la Paix de Dieu. Au xie s., le monastère s’implante sur la planèze de Saint-Flour : Tanavelle, Valuéjouls, Ussel, Pierrefiche37. À la même époque, il pousse ses avantages dans la vallée du Lot, de la région d’Entraygues à celle d’Espalion, jusqu’à Pomayrols38. Dans l’Aubrac, il ne possède encore qu’une seule église accompagnée de son village (« villa aedificata ») : Lacalm au nord de Laguiole39. Puis la situation semble se débloquer grâce aux Peyre : début xiie s., l’évêque Aldebert II de Peyre donne à Conques les mas de Prinsuéjouls (avec son église) et de Malbouzon, où une église de sauveté est construite avant 115340. On peut rattacher à cette donation les droits que Conques semble avoir possédés sur la chapelle de Plagnes, au nord-ouest des Hermaux, jusque vers 122041 (Rigal, Verlaguet 1913-1926 : rubrique no 24).

  • 42 – Cart. Conques, n° 498.
  • 43 – Doc. I, 17.

59Couronnement de cette implantation tardive et relativement lâche : la fondation entre 1108 et 1125 de l’hôpital d’Aubrac confié à ses soins42 (Pradalié 1999). Comment l’interpréter ? La bulle de 1216 qui nous rapporte tardivement l’histoire de ses débuts, présente son fondateur, le flamand Adalard, comme un pèlerin revenant de Saint-Jacques-de-Compostelle au début du xiie s.43 Comme c’est l’époque à laquelle Conques devient une des étapes du pèlerinage de Galice, il y a tout lieu de croire qu’il y a fait étape et qu’il y a été sensible à l’image que, depuis plus d’un siècle, et par la rédaction du Livre des miracles de sainte Foy, Conques s’efforce de donner d’elle-même : celle d’un champion de la Paix de Dieu. On retrouve d’ailleurs le reflet de cette image dans le vocabulaire de la bulle de 1216 et des autres documents relatant les origines de l’hôpital : Aubrac y est un lieu de non-droit où les pèlerins subissent des violences de la part de latrones (brigands), particulièrement à partir d’une spelunca latronum (repaire de brigands). Autant de termes dénonçant le monde seigneurial et visant peut-être plus précisément le château de Belvezet dont les seigneurs auront toujours avec Aubrac des relations détestables. Ce qui nous ramène au contexte politique du xie s. et sans doute aux luttes entre seigneurs auvergnats, lozériens et rouergats pour le contrôle de l’Aubrac et de ses accès, et à la réaction de l’Église régionale.

  • 44 – « et suscipio de manu abbatis illum mansum de Malasanna ad salvetatem faciendam », Doc. I, 2 (110 (...)
  • 45 – Doc. I, 4, 12.

60L’hôpital d’Aubrac, lieu de paix, est donc créé à l’initiative d’un grand personnage, étranger à la région et neutre, comme sera créée la sauveté de Malesaignes (Cantal), que le même Adalard s’engage à fonder44, ou celle de Malbouzon, autre création de Conques. La fondation de l’hôpital d’Aubrac s’insère donc dans le mouvement de la Paix de Dieu, avec le soutien vraisemblable de l’évêque de Rodez, qui lui donnera en 1162 une règle écrite et l’exemptera en 1199 du commun de paix45.

61Reste à expliquer pourquoi Aubrac a échappé si vite au contrôle de Conques, dès 1162 ou avant. Les historiens du monastère, dont J. Bousquet, notent que l’abbatiat de Boniface (1108-1125), contemporain de la création de l’hôpital, amorce le déclin du monastère et une hémorragie de ses possessions (Bousquet 1992-1994 : 313-316). Que s’est-il passé sur le terrain où, on l’a remarqué, l’implantation de Conques était récente et lâche ? Un conflit avec l’évêque Pierre II à la personnalité et à l’épiscopat remarquables ? L’hypothèse n’est pas à écarter, mais l’absence de documents laisse la question en suspens.

62Les rivalités politiques et ecclésiastiques dont l’Aubrac est l’objet jusque vers 1120 – date probable de la fondation de l’hôpital – de la part de pouvoirs situés à sa périphérie n’ont de sens que si le plateau est pour eux un enjeu majeur : on verra plus loin qu’il connaît aux xe-xie s. un essor démographique et économique, lequel explique pleinement leur intérêt. La fondation de l’hôpital annonce la fin de cette situation. Sur les plans politique et ecclésiastique, l’Aubrac cesse d’être marginalisé : il a désormais un centre qui contrebalance de plus en plus les pouvoirs périphériques et lui donnent une véritable personnalité. Sur les plans économique et paysager, la fondation et le développement de l’hôpital sont concomittants de profondes transformations qui façonnent son visage actuel.

Notes

1 – Le Dr Prunières n’y ayant pas effectué de fouille les datait, en raison de l’absence de mortier dans les murs, de la période gauloise.

2 – Au lieu-dit Puech Crémat, commune de Nasbinals.

3 – Sauf quand les vestiges ont servi pour des constructions plus récentes. « Le fermier de Bord me racontait il y a trois ou quatre ans, avoir démoli dans l’ancien oppidum de cette montagne, assez de maisons pour faire un mur de clôture de 2 km de long. C’est ainsi qu’à Salles Basses (…) une grande maison de campagne et d’immenses écuries se sont récemment élevées avec les débris de l’ancien village de Salles, où l’on comptait une soixantaine de constructions, dont les fondations sont encore visibles » (Prunières 1867 : 30).

4 – Avec bien sûr toutes les précautions d’usage sur les créations modernes de tels toponymes à partir d’anthroponymes plus récents. Ici on ne prend en considération que la fréquence des noms en -ac et non leur capacité à révéler précisément sur le terrain le site d’un domaine antique.

5 – Comme P. Sillières l’a montré pour les terroirs de Fourcès (32) et de Par‑le‑Bosc (40), en petite Aquitaine, l’absence de ces toponymes peut aussi très bien être la marque d’une déprise d’un terroir entre l’Antiquité et le Moyen Âge (Sillières 1992).

6 – Carte touristique au 1/100 000, n° 58, Rodez-Mende.

7 – Grégoire de Tours, Historia Francorum, X, 8.

8 – La création plus tardive du diocèse de Saint-Flour, au détriment de celui de Clermont-Ferrand, marque bien l’éloignement de cette zone de la sphère d’influence de la cité clermontoise.

9 – D’une altitude de 1427 m, c’est le deuxième sommet de l’Aubrac après le Signal de Mailhebiau (1469 m).

10 – On trouve du grès à l’est de Marchastel.

11 – Les milliaires peuvent indiquer les deux distances vers les deux cités que la voie relie, ou vers la cité la plus proche et la frontière du territoire. Le « II » ne correspond à aucune des deux possibilités ; un « III » nous amènerait à la limite actuelle des départements de l’Aveyron et de la Lozère, à partir du site des Enfrux (cf. note suivante).

12 – Retrouvé et localisé précisément par Claude Petit en prospection en 1999, ce site à tegulae a livré quelques rares tessons de céramiques communes antiques et un fragment de bord de commune à engobe orangé du Haut-Empire. Des anomalies microtopographiques (replats successifs) indiquent un aménagement de ce secteur sur une centaine de mètres au plus, à une distance de 30 à 50 m de la voie.

13 – Lors de la vérification du site en juillet 2000, quelques tessons de céramiques romaines mêlés à des fragments de poteries plus récentes furent retrouvés.

14 – Cette voie très ancienne, guidée par les lignes de partage des eaux et évitant avec soins les sources d’humidité a été particulièrement bien étudié, dans l’espace Lémovice, par J.-M. Desbordes.

15 – Certainement ceux des années 1959-1960.

16 – Cette régularité dans la métrique des quelques murs visibles nous a beaucoup étonnés. Elle est la marque, avec les dimensions mêmes du bâtiment principal (environ 100 pieds sur 120 pieds), d’un édifice construit selon un programme architectural sans doute modeste, mais prévu à l’avance. On n’a pas affaire ici à un bâtiment vernaculaire.

17 – Balmelle (1937) conteste l’identification de la monnaie de Valentinien III ; la monnaie la plus récente serait alors une monnaie de Trajan Dèce (249-251).

18 – Sur le tracé des grandes voies antiques, on trouvait des mansio, relais d’étape tous les 40 km (?) correspondant à une journée de trajet en moyenne, et des mutatio, petits relais intermédiaires tous les 8 à 15 km, selon les époques et les conditions du terrain (Grenier 1934 : 202). Les deux sont qualifiés de statio (l’endroit où l’on s’arrête) ; la mansio offre un endroit pour dormir au contraire de la mutatio.

19 – La mention du point topographique d’altitude 1232 m dans l’article de la revue du Gévaudan est une coquille typographique. C’est à partir d’un article paru dans « Lou Païs » n° 47, décembre 1957, que l’emplacement du sanctuaire a pu être retrouvé.

20 – De tels sanctuaires ont été mis en évidence par Jean-Luc Schenck dans la moyenne montagne des Pyrénées centrales (Schenk 1996). Ils sont liés à des activités pastorales et/ou minières. On y retrouve des offrandes classiques comme des monnaies et des autels votifs caractéristiques de la zone pyrénéenne, mais aussi des objets « aberrants » qui y ont été amenés volontairement comme des éclats de silex ou des fragments de stalactites. Une pièce bifaciale préhistorique en basalte, retrouvée en 1997 à quelques mètres des rives du lac, sous la croix actuelle, pourrait appartenir à ce type d’offrandes particulières.

21 – À l’exception des fouilles d’A. Ferdière et A. Trintignac à Javols.

22 – « Mons enim erat in Gabalitano territorio cognomento Helarius lacum habens magnum… Post multa vero tempora, quidam sacerdos…, episcopatus adsumpto… basilicam in honore beati Helarii Pictavensis eminus ab ora stagni aedificavit, in qua reliquias ejus locavit. », Grégoire de Tours, De Glor. conf., MGH : 749-750.

23 – La graphie Helarius pose problème, mais Clovis Brunel a bien montré la fragilité et parfois la confusion des noms dérivés d’Hilarius et d’Hilarus : en 1268 par exemple Saint-Chély (d’Aubrac) est désigné sous le nom de Sanctus Elerius. Il a aussi prouvé que saint Chély ne pouvait provenir de sanctus Elegius, saint Éloi, l’actuel patron de l’église.

24 – Le passage de Grégoire de Tours qui attribue à Hilaire de Poitiers un haut fait d’Hilaire de Mende est une interpolation sur laquelle l’éditeur Krusch ne prend pas parti : « suspicantur nonnulli falsum fuisse in hac narratione Gregorium, qui Hilarum Gabalitanum cum Hilario Pictavensi confuderit », Grégoire de Tours, De Glor. conf., MGH : 750, note 1. Par ailleurs la graphie Helanus retenue par Migne est le résultat d’une mauvaise lecture (Patrologie latine : col. 830-831).

25 – Grégoire de Tours, Hist. Franc., X, 8.

26 – Doc. I, 52 (1250).

27 – Innocentius a été comte de Gévaudan avant de devenir évêque de Rodez.

28 – Il n’est pas possible de préciser si l’église de Marchastel est déjà celle du village castral ou s’il s’agit encore de l’église de Saint-Andéol.

29 – L’église de Saint-Chély est dite en 1082 « de subtus Belviter », Cart. Marseille, n° 835 : 200-201. L’utilisation du nom de Belvezet pour localiser Saint-Chély témoigne de son importance en Aubrac et sans doute de l’existence de son château.

30 – Cart. Conques, n° 572 (1060).

31 – C’est dans ce château qu’Amblard II de Nonette, dit le malivernat, fait garder vers 1010 un prisonnier que sainte Foy aurait délivré (Liber miraculorum, liv. I, chap. 33).

32 – Cette identification erronée est attribuable à H. de Barrau. Elle n’a guère été remise en question jusqu’à aujourd’hui, sauf par P. Blanc.

33 – Cart. Conques, n° 138.

34 – « hoc est debitum quod debetur ad Malivernas », Cart. Bonneval, n° 29 (1162-1178). En 1196-1216, les Saint-Urcize abandonnent encore à l’hôpital tout ce qu’ils possèdent « ultra nemus de Altobraco usque ad flumen Olti », Doc. I, 11.

35 – Avec Perse, Hugues de Calmont donne à Conques en 1060 « la moitié du tonlieu du sel du pont d’Espalion », Cart. Conques, n° 572.

36 – Cart. Conques, n° 138 et 572.

37 – Cart. Conques, n° 43, 45, 46, 285, 356, 394, 441, 460, 478…

38 – Cart. Conques, n° 32, 82, 188, 442, 556, 564, 572… La liste des églises est remarquable : Espeyrac, Golinhac, Roussy, Perse, Pomayrols, Saint-Saturnin-de-Lenne, Campagnac.

39 – Cart. Conques, n° 553 (1031-1060).

40 – « De salvetate apud Gabalitanum », Cart. Conques, n° 443.

41 – Doc. 1,18 (1220).

42 – Cart. Conques, n° 498.

43 – Doc. I, 17.

44 – « et suscipio de manu abbatis illum mansum de Malasanna ad salvetatem faciendam », Doc. I, 2 (1108-1125).

45 – Doc. I, 4, 12.

Table des illustrations

Légende fig. 13. Vue des dykes basaltiques de la boralde de Saint-Chély-d’Aubrac.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19383/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende fig. 14. Trois nuclei façonnés dans la matière siliceuse exploitée sur le site de Brameloup (Saint-Chély-d’Aubrac).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19383/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende fig. 15. Carte de la répartition des toponymes en -ac et des occupations gallo-romaines en Aubrac.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19383/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende fig. 16. La voie antique Lyon/Saint-Bertrand-de-Comminges.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19383/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende fig. 17. Coupe stratigraphique de la voie romaine.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19383/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 9,0k
Légende fig. 18. La voie antique dans la forêt domaniale (Saint-Chély-d’Aubrac).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19383/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende fig. 19. Vue aérienne de la station routière antique de Puech Crémat (Ad Silanum).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19383/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende fig. 20. Relevé schématique des vestiges de la montagne de Puech Crémat.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19383/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende fig. 21. Lac de Saint-Andéol.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19383/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende fig. 22. Statuettes provenant de la fouille du temple de Saint-Andéol réalisée en 1957.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/19383/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 47k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search