Version classiqueVersion mobile

Les Monts d’Aubrac au Moyen Âge

 | 
Laurent Fau

Avant-propos

Laurent Fau

Résumé

En dépit d’une réputation de pays dépeuplé, subissant le froid et les intempéries, l’Aubrac possède un potentiel archéologique important, notamment pour la période médiévale. Depuis 1994, la découverte de dizaines de sites d’habitat permanent et de proto-industrie, ainsi que de centaines d’habitats temporaires est venue compléter les études antérieures, notamment historique et ethnologique.

Le travail d’une équipe pluridisciplinaire rassemblant archéologues, historiens, ethnologues et environnementalistes a permis de placer ces nouvelles données dans leur contexte et de présenter un pays montagnard à l’époque médiévale.

Texte intégral

  • 1  – Doc. I, 1 : 1-5.

1Lorsque nous prononçons le mot « Aubrac », la première image qui vient à l’esprit est celle d’un hôpital médiéval sur la route de Saint-Jacques-de-Compostelle, perdu au milieu des pâturages. Comme le souligne la formule biblique liée à son implantation « in loco horroris et vaste solutidinis »1, il venait en aide aux pèlerins dans un pays peuplé de loups et de brigands.

2Cette réputation de pays hostile à l’homme est confirmée quand nous recensons les vestiges antérieurs à cette époque. Quels sont-ils ? Une voie antique reliant Lyon à l’Espagne avec, au cœur du plateau, un relais routier accueillant les voyageurs dans un pays froid et dépeuplé. Ce parallèle entre les périodes médiévale et antique est troublant, il renforce l’image d’un pays que l’on ne fait que traverser. Ne parlons pas des temps plus reculés où l’absence de sites préhistoriques sur le plateau semble signifier qu’il ne faisait pas bon vivre alors en Aubrac. Dans un tel contexte, il est facilement compréhensible que les archéologues n’aient pas trouvé d’intérêt à entreprendre des recherches dont les résultats ne pouvaient guère concerner que de rares étapes routières ou d’anciennes cabanes de bergers.

3Cette impression a priori négative est cependant contredite par la fascination que ressentent ceux qui approchent ce pays, une attirance propre aux endroits inaccessibles et hostiles, au même titre que les océans ou les pays lointains. L’Aubrac recèle sa part de mystère à l’image du village englouti du lac de Saint-Andéol, lieu de culte païen dont on rapporte que les cloches se font encore entendre certains soirs.

4Un précurseur essaiera, dès le xixe siècle, de percer le mystère de ce pays : le docteur Prunières. Vers 1860-1870, il va chercher inlassablement le moindre indice de présence humaine sur le plateau de l’Aubrac. Il va jusqu’à sonder le fond du lac de Saint-Andéol dans l’espoir de repêcher les vestiges du village disparu. Les résultats sont au rendez-vous, avec la découverte de « nombreux villages gaulois » qui datent en fait du Moyen Âge. Si le docteur Prunières a pu se méprendre sur la datation de certains sites, il a très vite compris que les vestiges recensés pouvaient correspondre à des centres d’exploitation d’un terroir et que, par conséquent, le pays avait fait l’objet d’une véritable occupation humaine. Plus d’un siècle après ses recherches, les études archéologiques entreprises étaient restées de faible envergure. Seuls les aspects historique et ethnologique, ainsi que nous le verrons, avaient fait entre-temps l’objet de recherches approfondies. La connaissance du patrimoine archéologique de l’Aubrac quant à elle se limitait aux vestiges en élévation, à savoir la Domerie ainsi que les églises et granges monastiques environnantes.

5Lors du démarrage de nos recherches en 1994 sur le plateau de l’Aubrac et ses contreforts, nous nous sommes très vite rendus compte de l’extraordinaire conservatoire environnemental que représentait cette région. Ce paysage, constitué essentiellement de pâturages et de forêts, n’a quasiment pas évolué depuis le bas Moyen Âge, répondant ainsi à des critères économiques toujours d’actualité, permettant de pratiquer l’élevage et la gestion forestière. Le climat de ces hauts plateaux est bien évidemment à l’origine de cette tradition et a poussé l’homme, comme dans tout pays de montagne, à exploiter les animaux et les arbres.

6Contrairement aux régions de plaine, où les travaux d’aménagement ont souvent détruit au cours des dernières décennies les sites archéologiques et leur environnement, les « montagnes » d’Aubrac ont livré un patrimoine admirablement conservé. De plus, les bâtiments agricoles d’époque contemporaine conservent des spécificités intéressantes, dont l’étude se révèle riche d’enseignements pour la compréhension des vestiges archéologiques médiévaux. La présence sur le plateau de nombreuses tourbières est aussi un atout d’importance pour l’étude du paysage, l’approche palynologique ayant permis de suivre l’évolution de ce dernier pour les périodes préhistorique et surtout historique. Le patrimoine de l’Aubrac ne se limite cependant pas à son paysage, ses tourbières, son architecture ou ses vestiges. Il est aussi présent à travers une très riche documentation historique. D’époque médiévale ou moderne, les textes provenant de la Domerie sont nombreux et constituent un fonds archivistique précieux.

7Face aux fortes potentialités archéologiques, écologiques et historiques de l’Aubrac, il nous est apparu indispensable de travailler de façon pluridisciplinaire en constituant une équipe associant archéologues, ethnologues, paléoenvironnementalistes et historiens. Devant un grand nombre de sites, pour la plupart non datés mais supposés appartenir au Moyen Âge, il a fallu définir un cadre cohérent dans lequel nous pouvions insérer ces données tout en fixant des limites chronologiques, géographiques et thématiques. Nous avons développé dans le même temps une méthode de prospection et d’inventaire pour recenser le plus de gisements possible. Cette méthode de travail nous a permis d’aborder les sites archéologiques de cette région non seulement de façon monographique mais également en tenant compte de leur contexte environnemental et historique. Enfin, l’apport d’une riche documentation écrite pour les périodes médiévale et moderne, nous a incités à privilégier ce cadre chronologique, sans pour autant délaisser une approche diachronique.

8Le cadre géographique était quant à lui relativement facile à établir dans la mesure où la région de l’Aubrac, située aux confins des départements de l’Aveyron, du Cantal et de la Lozère est une entité en soi ; son territoire nous est apparu cependant trop vaste pour une enquête archéologique. La carte des possessions de la Domerie au xive siècle, restée inchangée jusqu’à la Révolution, paraissait constituer une bonne base puisque d’une part, elle limitait notre étude à la partie est de l’Aubrac, et, d’autre part, elle correspondait aux zones renfermant la grande majorité des premiers sites repérés. En outre, ceux-ci devaient certainement dépendre de l’hôpital ; le titre retenu pour le projet collectif de recherche fut donc « Approche de l’habitat et de l’activité économique en moyenne montagne : les dépendances de la Domerie d’Aubrac ». Depuis lors, nous savons que la plupart des sites d’habitats permanents ne dépendaient pas de la Domerie puisqu’ils ont été datés, dans leur majorité, du xie et du début du xiie siècle, période antérieure à l’établissement de l’hôpital. Ces limites territoriales restent néanmoins tout à fait valables pour notre enquête, car elles présentent le double avantage d’englober la majeure partie du plateau et de nombreuses vallées boisées – paysages bien représentatifs de la topographie de l’Aubrac – et de rassembler la majorité des sites.

9Les cadres géographique et chronologique retenus, nous avons mis en place plusieurs équipes de travail. En premier lieu les membres du projet ont défini différents thèmes à étudier : le paysage, la relation entre le milieu naturel et l’homme, le patrimoine archéologique avant l’arrivée des moines, le cadre seigneurial, la création et le mode de fonctionnement de l’abbaye, le système d’estive. Si les sujets retenus par l’équipe étaient relativement documentés, les résultats ont été quant à eux largement tributaires des enquêtes de terrain, organisées méthodiquement pour servir au mieux la problématique. Cette application sur le terrain a par ailleurs été très diverse puisqu’elle consistait à la fois à prospecter, à sonder certains sites, ainsi qu’à effectuer des carottages palynologiques ou des études géomorphologiques.

10Les méthodes d’approche se devaient d’être multiples pour tenter d’enregistrer un maximum de données. Nous avons donc eu recours à la méthode dite « d’archéologie extensive » définie par Jean-Marie Pesez (Pesez 1988a). Il s’agit d’une série de moyens d’investigation qui, présentés séparément ont tous leurs limites mais qui, utilisés de manière concomitante, apportent les informations les plus performantes pour l’étude d’un terroir. Cette notion de terroir permet en outre une approche des sites dans leur ensemble et non pas isolés de leur contexte.

11L’étude historique a révélé une vingtaine de sites d’habitat ; plusieurs mentions d’anciens mas désignent en effet les montagnes au bas Moyen Âge. La difficulté majeure concernait cependant, comme c’est malheureusement le cas bien souvent, l’attribution d’une mention à un site précis sur le terrain ; sept d’entre eux toutefois ont pu être repérés avec certitude. Nous avons également pris en compte le contexte historique en définissant les limites de paroisses, la voirie, la cadastration, pour resituer les gisements dans leur environnement.

12En liaison directe avec l’étude des sources, la toponymie a permis d’obtenir des indications précieuses pour la prospection, dans un pays d’une grande permanence linguistique. L’exemple du « Barthas » – terme définissant un endroit envahi par les ronces ou les buissons – facilement repérables dans un contexte de pâturage, a ainsi révélé des vestiges de bâtiments dans lesquels ce type de végétation s’est aisément développé. L’enquête orale s’est également avérée très fructueuse, notamment auprès des érudits locaux et des anciens bergers qui connaissent à merveille la région et dont la mémoire du pays est fortement ancrée.

13La prospection pédestre a donné, elle aussi, de très bons résultats, sur les pâturages ainsi qu’en forêt ; il va de soi que sur des superficies aussi importantes les prospections systématiques n’ont pu être que ciblées, en particulier grâce aux informations toponymiques ou orales.

14Enfin, la prospection aérienne a certainement constitué le moyen le plus spectaculaire de repérer un grand nombre de sites archéologiques. Pratiquée exclusivement au-dessus des pâturages, elle a rapidement permis de localiser quantité de nouveaux gisements, alors que les prises de vue réalisées sur des sites préalablement connus ont révélé des structures illisibles au sol.

15À l’issue de la phase de prospection, il s’est avéré nécessaire de classer les dizaines d’indices de site recensés. Un tri thématique a été effectué en les regroupant en trois grandes parties : l’habitat permanent, c’est-à-dire le hameau ou la ferme, l’habitat temporaire, lié au système d’estive et enfin la proto-industrie. À l’intérieur de chaque thème, nous avons établi un ordre hiérarchique allant de la simple mention au site attesté par les textes et dont les vestiges sont encore visibles.

16Dès la première année de travail, allant de pair avec la prospection, des campagnes de relevés de terrain ont été programmées. Nous avons choisi par la suite les gisements les plus prometteurs révélés par la prospection pour effectuer des sondages archéologiques. Même ponctuels, ces sondages ont souvent permis d’émettre des hypothèses sur les fonctions des différents sites et surtout de les dater grâce aux analyses radiocarbones ainsi qu’à l’étude du rare mobilier découvert. Les spécificités de l’habitat temporaire furent ainsi facilement identifiées, la forme rectangulaire des creusements à flanc de colline ainsi que la concentration des structures ne laissant pas de doute sur leurs fonctions. Dans une certaine mesure, les vestiges concernant l’artisanat étaient eux aussi aisément reconnaissables grâce à leur situation géographique, puisqu’ils se situent tous dans les vallées boisées, au plus près des matières premières indispensables à leur activité.

17La multiplication des interventions sur le terrain a facilité une étude comparative entre les sites d’habitats sondés, qui sont au nombre de six, et ceux simplement recensés (une vingtaine au total). Alors que les vestiges d’habitat temporaire voire de proto-industrie semblaient relativement homogènes, il n’en allait pas de même pour l’habitat permanent aux aspects fort variés. Celui-ci présentait en effet de nombreux gisements au potentiel archéologique très prometteur. Plusieurs éléments laissaient entrevoir tout l’intérêt qu’il y avait à approfondir l’étude de cette question. La documentation historique nous indiquait que ces vestiges avaient été fossilisés par les pâturages dès le Moyen Âge et pouvaient correspondre aux unités agropastorales des « mas » ; les données archéologiques proposaient des datations s’échelonnant du xie au xiiie siècle, enfin la présence de tourbières permettait d’étudier l’environnement paysager des sites.

18Le thème retenu, l’habitat agropastoral, a ainsi permis à notre programme de recherche de se développer tout en renforçant l’aspect interdisciplinaire du projet. Les campagnes de prospection se sont par ailleurs poursuivies en conservant leur aspect « généraliste », prenant donc en compte tous les gisements découverts.

19Ce type de démarche pourrait être qualifié de recherche sélective, dans la mesure où tous les sites ont été recensés et où de nombreuses pistes de travail ont été lancées les premières années pour ensuite se concentrer, au fur et à mesure de l’avancée de la recherche, vers un sujet fédérateur. Pour autant, les thèmes de départ n’ont pas été délaissés ; renonçant à une étude exhaustive irréalisable, nous avons choisi de sélectionner pour chacun d’eux un site assez révélateur et exemplaire, à savoir la montagne de Cammejane (commune de Saint-Chély-d’Aubrac, Aveyron) pour l’habitat temporaire, La Verrière (commune de Saint-Chély-d’Aubrac également) illustrant la proto-industrie dans les forêts des vallées.

20Les séries de sondages effectués sur les sites d’habitats permanents nous ont permis, dans le même esprit, de sélectionner le plus intéressant d’entre eux à nos yeux, celui de la montagne des Inguilhens, pour y entreprendre de 1999 à 2002 la fouille extensive d’un habitat mixte.

21Les résultats de ces dix années de recherche, objets de la présente publication, permettent désormais de mieux appréhender la genèse d’un monde agropastoral que seule la recherche ethnologique avait jusque-là approché.

Notes

1  – Doc. I, 1 : 1-5.

Auteur

Archéologue spécialisé dans l’étude de l’habitat rural médiéval, Laurent Fau est ingénieur d’études au Service régional de l’Archéologie de Midi-Pyrénées, chercheur et responsable du programme : « Peuplement montagnard à l’époque médiévale » à l’UMR 5608 « Unité toulousaine d’Archéologie et d’Histoire » (CNRS, ministère de la Culture, université de Toulouse 2, Inrap). Il a coordonné pendant cinq ans un Projet collectif de recherche sur l’habitat et l’activité économique en moyenne montagne et a conduit plusieurs opérations programmées dans le Sud-Ouest de la France parmi lesquelles on peut citer l’habitat médiéval de Cantegal (Aveyron) et celui de Troucou (Cantal).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search