Version classiqueVersion mobile

Le patrimoine comme expérience

 | 
Jean-Louis Tornatore

II. La clinique, et après ?

Démocratie patrimoniale et figures de l’immigré

Noël Barbe et Émilie Notteghem

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Le phénomène est courant, chez les colonialistes, de ne pas voir les colonisés : on massacrera donc des fantômes, c’est-à-dire personne. » (Genet 2010 : 571.)

« Démocratie patrimoniale »… À lire ces mots, le lecteur pourrait s’attendre – puisque tel est l’air du temps – à ce que soient évoqués des dispositifs d’implication citoyenne ou de mobilisation patrimoniale, des agencements inclusifs et des mécanismes relevant d’une ingénierie sociale qualifiée par le recours sémantique à la désormais quasi sacro-sainte et polysémique « participation2 ».

Ce serait, dans une approche substantialiste, faire relever la démocratie d’un régime formel, non de ce qu’elle est, c’est-à-dire un régime d’indétermination (Lefort 1994), irruptif, « qui sans cesse arrache aux gouvernements oligarchiques le monopole de la vie publique » (Rancière 2005 : 105). C’est à partir de la question démocratique qu’il s’agira de faire travailler le problème du « patrimoine de l’immigration », soit la production d’un é...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search