Version classiqueVersion mobile

Le patrimoine comme expérience

 | 
Jean-Louis Tornatore

II. La clinique, et après ?

À propos d’une candidature Unesco et de l’organisation des publics

Retours critiques sur les réglages du dossier du Biou d’Arbois

Flavie Ailhaud et Noël Barbe

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« […] je dirai que la critique, c’est le mouvement par lequel le sujet se donne le droit d’interroger la vérité sur ses effets de pouvoir et le pouvoir sur ses discours de vérité ; la critique, ce sera l’art de l’inservitude volontaire, celui de l’indocilité réfléchie. » (Foucault 1990 : 39.)

Ce texte s’origine dans une posture et un moment. Se dire ethnologue ou anthropologue, ou se faire ainsi qualifier, c’est a minima se voir assigner une place dans un espace ordonné et délimité par des objets de recherche et les concepts par lesquels ils sont saisis, ainsi que par la position du sujet qui les appréhende1’. Soit des modalités de production de savoirs s’agissant d’un objet (ethnos, anthropos). Être conseiller à l’ethnologie – ce qui est le cas de l’un des auteurs de ce texte – ou travailler dans le cadre d’une opération soutenue par une direction régionale des Affaires culturelles (Drac) – ce qui est le cas de la candidature du Biou –, ce serait être dans un rapport répétitif et sa...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search