Version classiqueVersion mobile

Le patrimoine comme expérience

 | 
Jean-Louis Tornatore

II. La clinique, et après ?

De l’efficacité des ruines

Patrimonialisation et sanctification de Bellavista, village noir détruit (Chocó, Colombie)

Anne-Marie Losonczy

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Un grand nombre d’études sur les récentes initiatives de patrimonialisation émanant de groupes minoritaires suggèrent que ces dernières portent, le plus souvent, sur des objets et des savoirs considérés comme « traditionnels », susceptibles aussi de donner à voir au sein du pays comme à l’extérieur des frontières une image valorisée de leur singularité culturelle. À l’inverse, de récents travaux d’historiens (Auzas & Jewsiewicki 2008) mettent en avant la patrimonialisation de processus et d’événements collectifs traumatisants comme expression d’un « courant de mémoire » se structurant à l’échelle mondiale, dont le modèle est la mémorialisation de la Shoah. Ils la rattachent à l’émergence d’une nouvelle sensibilité politique et sociale transnationale, centrée sur la victime, qui signe le déclin de la centralité des héros. La patrimonialisation de souffrances collectives est soutenue par un idiome mémoriel psychologisé, qui fait de la remémoration collective la voie de guérison des li...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search