Version classiqueVersion mobile

Le patrimoine comme expérience

 | 
Jean-Louis Tornatore

I. Le patrimoine, etc. !

« Experts » et « communauté » dans la définition du patrimoine culturel immatériel : le cas du lakalaka tongien

Aurélie Condevaux

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, adoptée lors de la Conférence générale de l’Unesco le 17 octobre 2003, annonçait une rupture dans les modes de désignation et de sauvegarde du patrimoine. Ceux-ci devaient désormais relever du choix et de l’action des « communautés » elles-mêmes plutôt que de ceux d’experts ou d’institutions culturelles. Notons que cette évolution de la place attribuée aux savoirs experts n’est pas sans faire écho à des changements intervenus dans la démarche anthropologique au cours des dernières décennies, laquelle se présente de plus en plus comme une entreprise de co-construction d’un savoir, qui s’inscrit dans une logique de réciprocité entre le chercheur et les acteurs locaux. Ces questions sont particulièrement présentes dans l’anthropologie océaniste, où la légitimité des chercheurs « non autochtones » a été et continue d’être questionnée (Teaiwa 2006 ; White & Tengan 2001).

Il est donc étonnant, dans ce contexte, que l’inscr...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search