Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’identification biométrique

 | 
Ayse Ceyhan
, 
Pierre Piazza

VII. La biométrie entre intériorisation et contestation

Chapitre 20

« Acceptabilité » de la biométrie : linéaments d’un cadre analytique

Ayse Ceyhan

Texte intégral

1Selon un sondage réalisé en 2009, environ deux tiers des Américains se déclarent concernés par le vol d’identité et 58 % seraient prêts à fournir leurs données biométriques aux autorités publiques et privées afin de protéger leur identité (Third Factor 2009). Parmi les répondants, 93 % seraient d’accord pour utiliser les empreintes digitales, tandis que 78 % opteraient pour la reconnaissance de l’iris. Mais, contrairement aux réponses des Américains, des sondages effectués en Malaisie (un des premiers pays d’Asie du Sud-Est à avoir largement adopté les solutions biométriques depuis le début des années 2000) montrent que les Malais se déclarent préoccupés par les failles de sécurité de leurs données biométriques et ne considèrent plus la biométrie comme « la » solution idéale pour protéger leur identité. Les sondages font ici état d’un affaiblissement du niveau de confiance à l’égard des solutions biométriques qui baisserait de 9 % pour les empreintes digitales et de 12 % pour la reconnaissance de l’iris (Unisys 2008). Ces résultats montrent que l’attitude des usagers et des citoyens vis-à-vis de la biométrie est variable et changeante. Sont-ils pour autant suffisants pour analyser l’« acceptabilité » de la biométrie ? Nous affirmons que les sondages forment certes des indicateurs indispensables pour évaluer les variations de l’acceptabilité des technologies complexes comme la biométrie, mais ne constituent pas les seuls éléments sur lesquels l’analyse doit se fonder.

2Il faudra également rappeler que, à l’origine, l’acceptabilité était une notion vague et difficile à appréhender. Elle renvoie à plusieurs ordres de jugement non seulement produits en fonction de facteurs à la fois subjectifs et objectifs, mais aussi structurés par certains contextes sociopolitiques, technologiques et normatifs. Cette notion est d’ailleurs souvent confondue avec « acceptation » qui, contrairement à ce que l’on peut présumer, ne signifie pas toujours l’action d’accepter un fait ou un objet directement, sans hésitation. En effet, même si elle peut être employée indistinctement pour les notions d’« approbation », de « consentement », d’« acquiescement » et d’« accord », « dans certains cas l’acceptation peut signifier action ou le fait d’accepter avec résignation, sans révolte1 ». Ainsi, l’acceptation n’est pas toujours le fruit d’un libre choix, elle peut être générée, déterminée ou façonnée par d’autres facteurs.

3L’acceptabilité est une notion forgée pour le marketing des TIC2 et la gestion de l’assurance. Dans le premier cas, elle est décrite comme le degré d’acceptation des TIC par les usagers ; dans le second, elle renvoie à la décision d’accepter (ou de refuser) un risque3. Elle est généralement mobilisée dans ces champs dans un but prédictif : mesurer l’intention et le degré de tolérance des usagers afin de prévoir la manière dont ils vont recourir à une technologie donnée. Ainsi voit-on se développer de nombreux modèles de prédiction, comme le TAM4, qui reposent sur des critères de « perception d’utilisabilité » et « facilité d’utilisation » afin d’étudier l’évolution des intentions et des attitudes des usagers dans le but de savoir si une solution informatique a ou n’a pas un avenir commercial (Davis 1989 ; Bagozzi et al. 1992). Toutefois, même si elle est déployée comme un outil de prédiction, l’acceptabilité n’est pas une notion neutre. Elle dépend de multiples variables telles que les imaginaires sociaux, la représentation que les usagers se font des artéfacts, leurs attentes, l’utilité et l’utilisabilité des solutions technologiques proposées, les risques qu’elles posent, les contextes qui structurent leur perception, etc. Tous ces facteurs font donc d’elle un concept mouvant dont les contours sont extrêmement difficiles à dessiner. En outre, rappelons que l’acceptabilité n’est pratiquement pas abordée de manière ciblée en science politique, en sociologie et en philosophie, autant de disciplines qui lui préfèrent d’autres notions : la représentation, l’institution, la légitimité, les perceptions et l’imaginaire.

  • 5 Cette étude a porté sur sept pays (États-Unis, France, Espagne, Mexique, Canada, Brésil et Hongrie) (...)
  • 6 Union européenne.

4Quant à la biométrie, la question de son acceptabilité n’est que nouvellement posée. Il convient de souligner que, depuis la systématisation de l’adoption des solutions biométriques comme dispositif d’identification dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, ce sont essentiellement l’encadrement juridique et la protection des données personnelles qui ont attiré l’attention des spécialistes. Si ces questions ont été rigoureusement débattues au sein des organismes de protection des données personnelles, du Parlement européen, du Home Office (ministère de l’Intérieur) britannique, etc., la manière dont elles ont été formulées ou perçues par les individus eux-mêmes comme une préoccupation cruciale n’a pourtant pas fait l’objet d’analyses approfondies. Une étude comparative que nous avons menée pour le compte de la Queen’s University au Canada (Ceyhan, 2010) a révélé que, dans pratiquement tous les pays alors étudiés, la biométrie et les législations portant sur la protection de la vie privée ont souffert d’un déficit d’information ne suscitant que très peu d’intérêt de la part des citoyens5. N’oublions pas que les citoyens de l’UE6 n’ont commencé à s’intéresser à cette technologie pourtant bien ancienne qu’avec l’adoption du passeport biométrique, auquel ils sont désormais contraints de recourir.

5Ce sont tout d’abord les services de marketing des entreprises productrices de solutions biométriques qui ont formulé la question de son acceptabilité. Cette question préoccupe depuis peu les responsables politiques et européens ainsi que les représentants des organismes de défense de la vie privée. Toutefois, appréhender l’acceptabilité de la biométrie n’est pas une tâche facile. L’examiner uniquement à travers les critères des TIC conduirait à méconnaître ses caractéristiques particulières et la spécificité des problématiques qu’elle génère. Avant tout, il convient donc de préciser ce qui la distingue des TIC et de fournir un cadre analytique adéquat qui permette d’examiner la question de son acceptabilité dans les dimensions pratiques, symboliques et contextuelles qui lui sont propres.

Quelques préalables

  • 7 Dans ces deux ouvrages, Pierre Lascoumes développe le concept de « l’hybride » en parlant essentiel (...)
  • 8 Commission européenne.

6La biométrie est un objet complexe qui est à la source de multiples représentations. Elle n’est pas mise en avant, à l’instar d’une TIC, pour répondre à un besoin clairement précisé (comme communiquer et/ou informer). En fait, elle est l’exemple typique d’une technologie « hybride », au sens où l’entend Pierre Lascoumes (Lascoumes 1994 ; Lascoumes, Callon et Barthe 2001 : 35-36)7, c’est-à-dire hétérogène, correspondant à plusieurs finalités et renvoyant à des enjeux très divers. Elle relie un certain nombre de problématiques comme l’identification des individus, la sécurisation des documents d’identité, le contrôle de l’immigration, la lutte contre le terrorisme, le confort, l’intelligence ambiante, etc. dont la caractéristique la plus saillante est de ne pas être a priori interconnectées. Ces questions ne sont pas abordées en amont pendant la phase de la conception, mais en aval dans des « forums hybrides » où des experts, des hommes politiques, des juristes, des ingénieurs, des représentants de la CE8 et des organismes de la protection des données personnelles, etc., discutent des fonctions qui lui sont assignées ainsi que de leur impact sur la sécurité, la société et l’individu d’un point de vue juridique, éthique ou pragmatique.

  • 9 Acide désoxyribonucléique.

7Cette complexité se manifeste également sur le plan technique. La biométrie est le fruit de connexions et d’ajustements multiples entre plusieurs technologies (empreintes digitales, empreinte de l’iris, empreinte de la rétine, reconnaissance faciale, reconnaissance de la voix, ADN9, pour n’en citer que quelques-unes), plusieurs utilités (authentification, identification, sélection, acceptation, refus, etc.), finalités et objectifs (sécurisation, contrôle, protection, traitement des risques, confort, intelligence ambiante, etc.) (Didier 2004). De ce fait, il apparaît difficile de parler de « la » biométrie au singulier. Par ailleurs, son développement mobilise un réseau d’acteurs hétérogènes (concepteurs, développeurs, experts, scientifiques, chercheurs, managers, commerciaux, juristes, etc.) dont chacun traite un aspect particulier, mais dont aucun n’est spécialiste de toutes ces fonctions en même temps. Toutefois, comme l’ont signalé les responsables européens (CE 2005), les autorités politiques qui la présentent comme « la » technologie idéale pour traiter et résoudre ce continuum de problèmes créent paradoxalement son plus grand défaut : le « détournement d’usage » (function creep), c’est-à-dire le déploiement de dispositifs qui sont initialement prévus pour d’autres usages sans tenir compte de leur finalité et de leur encadrement normatif et juridique.

8Un autre facteur qui contribue à la complexité de cette technologie est son caractère éminemment politique. La biométrie est politique au moins pour deux raisons. Premièrement, son adoption est déterminée par décision politique des États de faire d’elle la clé de voûte des systèmes de sécurité pour faire face au risque global de terrorisme. Deuxièmement, en se référant aux travaux de Jean Delumeau (Delumeau 1989), on peut dire qu’elle contribue à renforcer la fonction politique de réassurance des populations dans un contexte de peurs et d’incertitudes générées par des risques globaux de violence (Ceyhan 2008). Ainsi la décision de recourir à la biométrie repose sur des logiques qui vont au-delà d’une rationalité purement économique et instrumentale. Elle est essentiellement politique en ce sens qu’elle vise à créer au sein de la population le sentiment d’être protégé par l’État et ses agences de sécurité dans un contexte d’incertitudes. Ce sentiment contribue à son tour à réaffirmer la fonction weberienne de la politique, à savoir le monopole de la violence légitime, que les attentats du 11 septembre 2001 avaient considérablement défié et effrité.

9Compte tenu de ces caractéristiques, nous affirmons que l’acceptabilité des solutions biométriques ne peut pas être réduite à un seul élément comme sa « praticabilité » et ne peut pas être mesurée que par des sondages. Elle nécessite la formulation d’un cadre analytique qui permette de l’appréhender dans son hétérogénéité et sa complexité, lesquelles doivent être saisies dans une dynamique interactive et contextuelle. En fait, l’acceptabilité est une construction sociale qui résulte des interactions entre individus et/ou groupes sociaux et institutions qui structurent des enjeux particuliers. Elle est intimement liée aux significations du monde, aux systèmes de valeurs, aux représentations sociales, aux dispositifs et aux imaginaires qui sous-tendent ces dispositifs. Enfin, elle est fortement modelée par les contextes politiques dans lesquels ces solutions sont adoptées, voire imposées sans laisser le choix de pouvoir opter pour d’autres alternatives. Ce contexte, que nous décrirons comme correspondant à un « processus de macrosécurisation » (Buzan 2006 ; Buzan et Waever 2009), constitue le facteur déterminant qui façonne l’attitude des usagers et des citoyens.

  • 10 Le constructivisme technologique s’est développé à la suite des travaux de Trevor Pinch et Bijker W (...)
  • 11 Le courant dit école de Copenhague (Copenhagen School of International Relations) s’est constitué d (...)

10Pour introduire ce cadre analytique, cet article repose sur une démarche constructiviste reliant les apports du constructivisme technologique10 à ceux du courant constructiviste, développé en relations internationales par l’école de Copenhague11. Il ne s’agit pas ici de reprendre de manière exhaustive l’ensemble de la littérature sur ce sujet, mais de fonder l’analyse sur les éléments les plus pertinents, dont les principaux postulats et questions qui en découlent sont les suivants (Krause 2003) :

11– Le constructivisme étudie le « comment » d’un processus de décision et/ou de production. Comment donc les solutions biométriques ont-elles été adoptées et acceptées par les principaux acteurs, dont les hommes politiques, les experts et les industriels, comme le dispositif le plus puissant pour [pouvoir] identifier les individus avec certitude et anticiper les risques de terrorisme ?

  • 12 Police aux frontières.

12– Les acteurs agissent à l’égard des objets sur la base de représentations symboliques et de leur identité professionnelle, sociale et politique. Comment les utilisateurs finaux tels que les agences de sécurité ou des directions comme la PAF12, se représentent-ils la biométrie et qu’est-ce qui détermine leur niveau d’acceptabilité ou de résistance ?

13– L’analyse porte, d’une part, sur les appréciations que les acteurs ont de la légitimation de leur monde social et, d’autre part, sur les relations entre ces différentes appréciations et les structures symboliques, normatives et sociales qui les conditionnent. Quel est alors l’impact des imaginaires et de la notion du risque sur le niveau d’acceptabilité de la biométrie par les utilisateurs finaux et les citoyens ?

14– L’objectif de la théorie n’est pas l’explication, voire la prédiction, dans un contexte transhistorique, mais plutôt la compréhension d’un contexte et la connaissance pratique de ses dynamiques et processus. Quel est l’impact du contexte des peurs et des incertitudes généré par les attentats du 11 septembre 2001 sur l’acceptabilié de la biométrie par les citoyens ?

Évaluer l’acceptabilité par l’utilité et l’utilisabilité du dispositif : acceptabilité pratique

  • 13 À cet égard la norme ISO 9241 précise « qu’un système est utilisable lorsqu’il permet à l’utilisate (...)

15Cette approche prend l’usager pour objet focal. Celui-ci peut être soit l’utilisateur direct du dispositif, soit le co-utilisateur, comme dans l’exemple du passeport biométrique, où l’individu qui possède ce passeport et les autorités qui le contrôlent sont des co-utilisateurs. En marketing et en gestion, l’acceptabilité pratique d’une nouvelle technologie est appréciée en fonction de son utilité et de son utilisabilité. Mobilisés pour l’analyse des TIC, ces concepts sont destinés à évaluer les capacités d’une technologie en fonction du degré de satisfaction que celle-ci procure aux usagers pour une utilisation spécifique. Ainsi, l’« utilité » porte sur l’adaptabilité d’une technologie aux caractéristiques du but atteindre. Quant à l’« utilisabilité », qui est devenue un maître mot dans le langage technologique13, elle porte sur la mesure de cinq dimensions essentielles pour réaliser une tâche : la facilité à apprendre, l’efficience, le sentiment de satisfaction, la facilité à mémoriser et la prévention des erreurs (Nielsen 1994).

  • 14 Government Accountability Office (États-Unis).
  • 15 Cf. le texte de Nicolas Delvaux dans cet ouvrage.
  • 16 Cf. le texte de Bernadette Dorizzi dans cet ouvrage.
  • 17 London School of Economics.
  • 18 Soft biometrics ou biométrie dite de groupe, qui porte sur l’identification d’un individu au sein d (...)

16Toutefois, comme nous l’avons indiqué précédemment, la biométrie ne peut pas être évaluée uniquement en recourant aux critères d’analyse employés pour les TIC. En effet, si l’on ne s’inscrit que dans ce cadre d’analyse, les principaux critères de mesure de l’utilité et de l’utilisabilité seraient la facilité de la capture des données biométriques, leur maniement et leur insertion dans une architecture, la disponibilité des données, le niveau de confort ressenti par l’utilisateur, l’interopérabilité, l’efficacité et l’efficience. Mais la réalisation de ces critères ne va pas de soi dans l’application des solutions biométriques. Ainsi que le montre le rapport du GAO14 (2004), des expériences menées dans des consulats américains font état de nombreuses contraintes dues aux difficultés de capture de certaines empreintes digitales, au manque de formation des agents consulaires pour réaliser cette tâche ainsi qu’aux problèmes de connexion avec les bases de données fédérales afin d’établir une correspondance entre le demandeur d’un visa et la liste des personnes à risque. De plus, comme les solutions biométriques sont déployées à l’échelle mondiale, leur interopérabilité technique et normative se heurte à plusieurs obstacles qui résultent non seulement de la rapidité des évolutions technologiques, mais aussi et surtout des choix économiques et des enjeux politiques et internationaux qui opposent les États15. L’« efficacité » porte sur la notion de performance, à savoir, la réussite de la tâche et la qualité de la performance. Quant à l’«  efficience », celle-ci consiste en la capacité à produire une tâche donnée avec le minimum d’effort. Mais, comme les solutions biométriques sont en pleine évolution et deviennent de plus en plus complexes, il est difficile de statuer avec certitude sur ces deux variables16. À cet égard, on peut mentionner la difficulté que les autorités d’évaluation éprouvent à s’adapter à la vitesse des évolutions technologiques. En effet, les premières évaluations menées par l’UE (CE 2005), la LSE17 (2005) ou le GAO (2004) qui portaient sur les techniques en vigueur, c’est-à-dire les empreintes digitales et la photographie d’identité, avaient attiré l’attention sur les difficultés de capture des empreintes en raison des facteurs qui détériorent leur qualité (travaux manuels, problèmes dermatologiques, etc.). Elles avaient ensuite mis l’accent sur les traitements informatiques des données captées et soulevé la question des « faux positifs » et des « faux négatifs ». Mais, de nos jours, les solutions biométriques intègrent de plus en plus de techniques sophistiquées pour satisfaire aux demandes pressantes des autorités politiques de trouver une réponse technologique pour rassurer les citoyens. On assiste alors à un cycle interminable de production de nouvelles techniques passant de la multibiométrie à la cryptobiometrie, de cette dernière aux soft biometrics18. Ce qui complique considérablement le travail d’évaluation de l’efficacité et de l’efficience de chaque technique.

17Parallèlement à ces questions, l’acceptabilité pratique doit être appréciée en fonction de l’impact du dispositif sur les usagers qui en font usage. Comme les usagers sont multiples et hétérogènes, il est alors nécessaire d’étudier cette question par rapport au groupe social auquel ils appartiennent. À cet égard, la PAF, qui fait partie des premiers utilisateurs finaux de cette technologie par les contrôles qu’elle effectue sur les visas et les passeports biométriques, apparaît comme un exemple pertinent.

  • 19 Enquête menée par Ayse Ceyhan et Sylvia Preuss-Laussinotte à l’aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle (...)

18Ainsi une étude19 que nous avons menée auprès des agents de la PAF à l’aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle en 2005 a révélé que les facteurs qui influencent le degré d’acceptabilité des agents étaient principalement l’âge et le niveau de formation. Nous avons constaté que plus les agents étaient jeunes et formés aux nouvelles technologies comme l’Internet, plus ils étaient enclins à utiliser les solutions biométriques pour effectuer leur travail de contrôle des documents d’identité des voyageurs. Ainsi les agents âgés entre 25 et 35 ans s’adaptaient facilement au maniement des techniques biométriques. Nous avons toutefois constaté une réticence des agents âgés de plus de 35 ans qui ont avancé comme raison principale les problèmes ergonomiques et le manque de confort qu’ils ressentaient pour effectuer leur tâche de contrôle. Ils ont ensuite évoqué les questions d’efficience, à savoir le niveau de performance à la première utilisation, les erreurs d’exécution et le degré de concentration que cette technologie leur demande. Ils ont par ailleurs argué que le passage à la biométrie modifierait la prise de décision, le rapport avec la hiérarchie et le travail en équipe.

19Ces réponses sont façonnées par la perception que les agents ont de l’utilité et de l’utilisabilité des solutions biométriques, qui est influencée par deux variables. Premièrement, leur rapport aux technologies nouvelles et leur croyance dans le progrès que ces technologies véhiculent. Cette variable explique la disposition des jeunes à consentir facilement aux changements induits par le dispositif et la réticence des plus âgés. Deuxièmement, les représentations sociales que les agents ont de leur travail de contrôle, qui fournit le cadre de référence et d’ajustements de leurs comportements (habitus) non seulement vis-à-vis des passagers, mais aussi au sein de leur hiérarchie. Cette variable explique les préoccupations des plus âgés par la façon dont la biométrisation des contrôles va influencer leur autonomie de décision et leur rapport au contrôle hiérarchique.

  • 20 Social Construction of Technology.

20Les caractéristiques du contexte technologique et le degré de familiarité des groupes sociaux avec les nouvelles technologies sont considérés par l’approche constructiviste des technologies (SCOT20), comme des éléments déterminants qui influencent les perceptions et l’acceptabilité. Largement inspiré des travaux de Trevor Pinch et Wiebe Bijker (Pinch et Bijker 1987), cette approche adopte une démarche multidirectionnelle en opposition à une démarche linéaire. Elle examine comment les groupes sociaux formulent leurs préférences en faveur d’une technologie ou contre celle-ci, comment ils construisent des « problèmes » en fonction de leur degré de familiarité avec la technologie et comment des divergences de points de vue génèrent des conflits d’interprétation. Elle s’intéresse ensuite aux variations de la flexibilité interprétative qui convergent vers une perception commune de l’objet et donnent lieu à la stabilisation des jugements. In fine, selon cette approche, l’analyse des conflits d’interprétation et de la convergence des points de vue permet de saisir les étapes les plus déterminantes de la construction sociale de l’acceptabilité des technologies.

21Les contextes technologiques sociaux et individuels sont certes essentiels pour analyser l’acceptabilité de la biométrie. Toutefois l’analyse ne doit pas se contenter de se limiter aux usages et aux aspects pratiques, elle doit également examiner à quel point les imaginaires et les contraintes sociales et normatives conduisent les usagers et les groupes sociaux à recourir effectivement aux solutions biométriques.

Apprécier l’acceptabilité par l’impact des imaginaires et la perception des risques : l’acceptabilité sociale

22Dans l’introduction de leur étude portant sur « l’acceptabilité sociale des limitations à l’usage de l’automobile en ville pour cause environnementale », Guillaume Faburel et al. affirment que les difficultés rencontrées par les pouvoirs publics pour penser l’acceptabilité des mesures attenantes pouvaient provenir « d’un déficit d’analyse et donc de compréhension des transactions cognitives et sociales opérées par les individus entre différentes rationalités » (Faburel et al. 2007 : 20).

23Ils montrent que « les rationalités à l’œuvre dans les pratiques de mobilité ne sont pas uniquement optimisatrices au sens de l’économie néoclassique », mais qu’elles « intègrent aussi des normes, valeurs et croyances, desquelles l’environnement peut pleinement participer » (id.). Leur argument vaut également pour l’analyse de l’acceptabilité de la biométrie. En poursuivant leur analyse, nous pouvons dire que l’acceptation du passeport biométrique traduit des transactions entre des rationalités individuelles (la facilitation des contrôles d’identité aux postes frontières ou l’entrée sans visa aux États-Unis par exemple), des croyances collectives comme la foi dans la toute-puissance des technologies nouvelles (il faut faire confiance aux solutions biométriques, qui sont puissantes pour protéger contre la fraude à l’identité) et des valeurs de liberté et d’individualisation (je n’ai rien à cacher et les solutions biométriques me facilitent la vie) générées par la société du risque. L’acceptabilité résulte alors des transactions entre des rationalités pratiques et des cadres de référence symboliques et normatifs qui structurent les choix individuels et collectifs. En d’autres termes, il s’agit de l’acceptabilité sociale formulée comme l’étude des attitudes, des contraintes symboliques et normatives conduisant les usagers à recourir effectivement à l’utilisation d’une technologie donnée (Nielsen 1994).

24L’acceptabilité sociale des dispositifs technologiques renvoie aux imaginaires sociaux (Lakel et al. 2009). Toutefois, même si Pierre Musso définit l’imaginaire en la matière comme

« le réseau d’images, discours, mythes et récits entrecroisés à la production et aux usages des services, des techniques ou des produits innovants » (Musso et al. 2005 : 8),

25le concept reste flou. Il correspond plutôt à un concept parapluie qui comporte plusieurs sens : image, symbole, représentation, mythe, perception. De plus, comme le montrent les travaux de Lucien Sfez, l’imaginaire de la technologie n’est pas facilement saisissable en raison de son caractère ambivalent (Sfez 2002). En effet, plutôt que de correspondre à des images préconçues et fixes du concepteur, l’imaginaire dépend à la fois des visions du monde par lesquelles nous appréhendons la technologie et des « techno-discours » (fictions) qui encadrent et accompagnent les productions technologiques (id. : 46-47). En fait, comme « il n’est point de projet de société, ni de réalité sociale qui ne soient ainsi soutenus par des récits, des contes, voire des mythologies », « la fiction de la technologie rend possible sa réalité » (id. : 47). Mais ces fictions ne sont pas des discours vides de sens, « elles sont reprises par les gouvernements dans une politique qui s’en nourrit, les fictions prennent corps : il s’agit bien là du composé techno-politique dont l’architecture principale reste celle d’une imagerie portée par la fiction » (id.).

26Partant de là, on peut formuler trois visions du monde qui s’appliquent à la biométrie. Tout d’abord, la rationalité utilitariste : nous l’utilisons comme un outil qui nous est extérieur, nous le maîtrisons et l’appliquons pour faciliter les voyages et les contrôles. Ensuite, la rationalité systémique : la biométrie fait partie de notre environnement technologique qui est devenu une seconde nature pour nous et, dès lors, nous devons compter avec ce système complexe où ce qui compte c’est la façon dont nous allons nous adapter à ce dispositif. Enfin, la rationalité ontologique : nous sommes devenus des composants du dispositif, nous y sommes pratiquement enchâssés et nous vivons à l’image de la biométrie, qui façonne nos réflexes et comportements. Toutes ces visions s’entremêlent et s’affirment différemment en fonction des groupes sociaux, des imaginaires et des contextes et donnent lieu à des attitudes souvent ambivalentes : distance, froideur, pessimisme, adhésion, critique, résistance, etc.

  • 21 Cf. aussi le texte d’Irma Van der Ploeg dans cet ouvrage.

27Dans le processus de techno-politisation, les fictions qui portent sur la toute puissance des dispositifs biométriques sont mobilisées afin de créer au sein de la population un sentiment d’être protégé par l’État et le gouvernement. Dans cette logique, la fiction la plus puissante sur laquelle repose la biométrie est sa présentation comme une « technologie de certitude », c’est-à-dire une technologie qui permet de retrouver les paramètres de certitude perdus avec les transformations générées par la globalisation, la transnationalisation et l’individualisation. Dans cette fiction, la biométrie est présentée non seulement comme étant capable de maîtriser l’incertitude, mais aussi de prévoir le futur (Ceyhan 2008 et 2009). Pour appuyer la capacité de maîtrise de l’incertitude de la biométrie, sa focalisation sur l’unicité du corps est présentée comme son point fort. Les parties inchangeables et inaltérables du corps comme les empreintes digitales, l’empreinte de la rétine ou de l’iris, etc., permettent d’attester l’unicité d’une personne et de l’identifier avec certitude. Il s’agit d’un double processus qui à la fois naturalise et objectivise le corps en le réduisant à des paramètres informatiques (Ceyhan 2006)21. Ce processus intègre la biométrie dans un système dit intelligent, composé de logiciels possédant la capacité de procéder à des comparaisons et à des hiérarchisations nécessaires non seulement pour identifier l’individu avec certitude, mais aussi pour anticiper son comportement futur à partir de l’analyse de ses déplacements et itinéraires.

28Mais les techno-discours ne sont pas les seuls facteurs participant à la fabrique de l’acceptabilité de la biométrie, il faudra également penser à la représentation que se font les individus et les sociétés des risques technologiques. Dans le contexte de la société technologique, la question de l’acceptabilité se pose lorsque les risques sont avérés. La connaissance des risques vaut pour des technologies dont l’usage et la finalité sont clairement précisés, mais comme la biométrie est une technologie complexe au sens où nous l’avons défini plus haut, et comme elle repose sur les parties du corps humain, les risques qu’elle génère vont au-delà des risques techniques ou des risques d’usage entraînant de profondes interrogations éthiques et juridiques.

29Il convient par ailleurs de préciser le sens qui est donné à la notion de risque. Celle-ci fait l’objet d’usages controversés et revêt des significations complexes, incertaines et ambiguës. Dans une approche rationnelle, le risque est considéré comme une probabilité quantifiable et calculable à l’avance. On détermine alors la limite en dessous de laquelle le recours aux technologies est déclaré acceptable. Cette conception signifie que l’on est en droit de contrôler ce qui est perçu comme risque pour les sociétés et qu’on a les moyens de le faire. Mais, plus la société devient réflexive, c’est-à-dire commence à interroger ses fondamentaux non seulement par l’entremise d’un travail critique, mais aussi par les questionnements générés dans des forums hybrides (Lascoumes 1994 ; Lascoumes Callon et Barthe 2001), plus la notion de risque se rapproche de la notion d’incertitude (Bauman 2000). Car comme le note Olivier Borraz,

« l’accroissement des recherches dans un champ donné aboutit à étendre tout autant le champ des connaissances que celui des incertitudes... Qui plus est, il existe de vastes pans d’incertitude dont les scientifiques ne sont même pas conscients » (Borraz 2008 : 15).

30Pour faire face à cette difficulté, les spécialistes distinguent entre « l’incertitude technique » et « l’incertitude structurelle » développée par Schwarz et Thompson (1990). La première suppose un accord entre les experts sur l’existence et l’étendue des incertitudes, la seconde

« en revanche implique que l’appréciation des incertitudes par chaque expert est irréductible à toute autre appréciation, car elle repose sur des catégories cognitives déterminées culturellement et qui sont incompatibles entre elles. Autrement dit, chacun choisit les incertitudes et les faits qu’il entend mettre en avant, en fonction de son inscription dans les institutions sociales, constitutives de son appartenance et de son identité » (Borraz 2008 :15).

31Les solutions biométriques ne génèrent pas que des risques techniques, mais produisent de nouveaux types de risques, dont en particulier des risques éthiques. Ceux-ci sont produits par la focalisation de cette technologie sur les parties du corps, de son déploiement et de sa manipulation des données personnelles à des fins d’identification, de prévision et de prédiction. D’où les interrogations sur la finalité, les limites et les éventuels abus des systèmes biométriques et des flottements d’acceptabilité. Ce qui explique la difficulté d’obtenir une disposition à consentir durablement aux dispositifs biométriques, mais de les considérer comme faisant partie des mesures exceptionnelles adoptées dans un contexte particulier qui détermine, voir façonne, les niveaux d’acceptabilité des technologies de sécurité.

L’impact du contexte de « (macro)sécurisation » sur l’acceptabilité de la biométrie

  • 22 À l’exemple de Privacy Activism (www.privacyactivism.org/Item/65, consulté le 19 avril 2010), d’ACL (...)
  • 23 Cf. le texte de Pierre Piazza dans cet ouvrage.
  • 24 United States Visitor and Immigrant Status Indicator Technology.
  • 25 Document qui fixe les mesures de sécurisation des documents de voyage et adopte les technologies bi (...)
  • 26 Organisation de l’aviation civile internationale.
  • 27 Cette loi impose l’adoption du visa biométrique et du passeport biométrique pour des États comme la (...)
  • 28 « La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques », Transfert.net, 24 no (...)
  • 29 Règlement (UE) no 2252/2004 du Conseil du 13 décembre 2004.

32L’usage des solutions biométriques comme le passeport et les cartes d’identité s’accompagne de nombreuses contraintes comportementales, réglementaires et normatives qui se sont considérablement durcies depuis les attentats du 11 septembre 2001 et l’adoption des mesures de lutte contre le terrorisme qui les ont suivis. Mais, malgré les critiques des organismes et associations de protection de la vie privée22 et des mobilisations sur Internet23, ces contraintes n’ont pas eu pour conséquence de décourager les individus de voyager ni de refuser de se soumettre aux contrôles de sécurité. On doit cependant préciser que les individus n’ont pas eu forcément le choix de faire autrement. En effet, même si des résistances individuelles se sont exprimées comme celle du refus du philosophe Giorgio Agamben de fournir ses données biométriques dans le cadre du programme US-VISIT24 afin de pouvoir entrer sur le territoire des États-Unis (Agamben 2004), ce type de comportement ne s’est pas généralisé. La principale raison est la quasi-impossibilité pour les individus de refuser la mobilité transfrontalière, qui représente la caractéristique la plus saillante de la modernité contemporaine (Bauman 2000). De plus, avec l’adoption du document 930325 par l’OACI26 en 2000 et de l’Enhanced Border Security and Visa Reform Act27 par l’administration du président américain George Bush en 2002, la biométrisation des passeports et des visas est devenue une norme de relations internationales à laquelle il est pratiquement impossible de ne pas se conformer. À cet égard, on rappellera le refus de l’autorité grecque de la protection des données de faire usage, dans l’aéroport d’Athènes, du système d’identification biométrique pour l’enregistrement des passagers en 2003 avant les Jeux olympiques28 et sa résignation devant l’adoption de la directive européenne du 200429 obligeant la biométrisation des passeports des citoyens grecs à l’instar de tous les ressortissants des pays membres de l’UE. En effet, avec cette directive, l’UE a emboîté le pas aux États-Unis et a fait de la biométrie une obligation communautaire (passeport européen) et internationale (visa biométrique imposé aux ressortissants des pays tiers qui veulent se rendre dans un pays de l’UE).

33Dans ce contexte, il est difficile de parler d’acceptation par libre choix, il s’agit plutôt d’un consentement contraint qui s’impose en tenant compte des conséquences dommageables sur la vie personnelle, sociale et professionnelle. En conséquence, même si l’acceptation de se conformer aux nouvelles règles de sécurité et de voyage ne résulte pas d’une décision autonome des citoyens, ceux-ci se sont vu forcés de s’accommoder et d’ajuster leurs pratiques sur les mesures adoptées.

  • 30 Cf. la note 11.

34Cette façon de se conformer à la norme et d’ajuster son comportement ne peut être comprise sans une analyse du contexte qui a généré l’adoption systématique des dispositifs biométriques par les États. Pour ce faire, nous nous proposons de mobiliser deux concepts développés par l’école dite constructiviste des Relations internationales (école de Copenhague)30, à savoir les concepts de « sécurisation » et de « macrosécurisation ». Ces concepts peuvent être pertinents pour examiner comment, à un moment donné, une question comme celle de la modernisation des documents d’identité s’est transformée en une préoccupation de sécurité, et comment cette dernière est devenue un enjeu politique pour les gouvernements, qui ont fait de la surveillance un mode opératoire pour leur gestion des populations (Lyon, 2003).

35Développée par Ole Waever (1995), la sécurisation signifie le processus par lequel les préoccupations de sécurité sont construites en mobilisant des référents d’amitié et d’inimitié, ou de danger et de menace. Selon cette approche, la sécurité est créée par un speech act, c’est-à-dire, un acte d’énonciation qui la présente comme une préoccupation urgente. Déployé dans le cadre de la pragmatique linguistique suite aux travaux de John Austin (1962), le speech act signifie une action (ordre, requête, assertion, promesse, etc.) réalisée par la plus petite unité de langage, qui peut même être un simple mot comme « danger » ou « terreur ». Pour que le speech act soit entendu, ce qui importe ce n’est pas l’existence d’un objet référent concret et/ou d’un fait objectif, mais le performatif, c’est-à-dire la force illocutoire de l’énonciation. En d’autres termes, comme le précise Austin, énoncer (dire) c’est exécuter une action (faire) (Austin 1962 : 42). Ainsi créée, la sécurité devient alors un concept auto-référentiel qui tire principalement sa force de son énonciation et non d’un fait quelconque. Ainsi, quand, après les attaques du 11 septembre 2001, George Bush a affirmé : « Les États-Unis ont déclaré la guerre contre la terreur », c’est la force illocutoire de cette énonciation qui a constitué l’objet, à savoir la lutte contre le terrorisme, et l’a fait entendre comme une préoccupation urgente par les opinions publiques.

36Pour que le speech act réussisse, c’est-à-dire pour qu’un problème soit reconnu et accepté comme un problème de sécurité par les citoyens, deux conditions sont nécessaires. Premièrement, il faut que l’énonciation soit faite par des acteurs qui ont la légitimité de produire ce type de discours, c’est-à-dire les autorités politiques et les acteurs en charge de la lutte contre le terrorisme et le maintien de la sécurité. Le speech act réussit quand ces autorités présentent quelque chose comme « une menace existentielle » à la société ou à une institution et justifient l’adoption des mesures extraordinaires comme celles qui ont été préconisées par le Patriot Act après les attentats du 11 septembre. En ce faisant, le speech act modifie la nature du problème en l’élevant du statut de politique normale au statut de politique extraordinaire caractérisée par l’adoption des mesures exceptionnelles (Buzan, Waever et Wilde 1998 : 26). Mais, pour être entendu, le speech act doit s’inscrire dans le cadre des débats ayant trait à la problématique, à savoir : la lutte contre le terrorisme, le renforcement de la sécurité des transports, la sécurisation des titres d’identité, etc. Cela nous amène à la seconde condition, qui est celle de l’auditoire. Pour qu’un speech act produise un effet immédiat, il faut qu’il réponde aux attentes d’une audience en utilisant les références discursives qui lui font sens. Ainsi, dans le contexte de peurs généré par les attentats du 11 septembre, les audiences (sociales, politiques, partisanes, adversaires, professionnelles, etc.) ont été plus sensibles aux speech acts mobilisant les références à la sécurité et la protection du pays, des frontières, des infrastructures critiques, etc., qu’aux discours préconisant une analyse des causes qui ont mené les auteurs des attentats à commettre leurs actes.

37Les travaux d’Ole Waever (1995) ont eu le mérite d’introduire un élément d’analyse pertinent qui permet d’éclairer les processus langagiers par lesquels un acte de sécurité est créé et reçu comme tel par les différentes audiences. Toutefois, trop focalisée sur les effets de langage, cette approche risque de confiner l’analyse exclusivement dans un cadre linguistique et de l’empêcher de s’élargir à l’examen des contextes politiques et internationaux qui ont constitué le facteur essentiel dans le modelage de l’« acceptabilité » de la biométrie par les individus.

  • 31 Référence aux manifestations contre la guerre en France et contre le passage des soldats américains (...)

38Il serait alors opportun d’élargir l’horizon du processus de sécurisation en l’élevant du niveau étatique au niveau global, où les niveaux d’analyse (individuel, local, national et international) sont de plus en plus interconnectés. C’est la tâche que se donne Barry Buzan dans ses derniers travaux sur la sécurisation (Buzan 2006 ; Buzan et Waever 2009). Il propose ainsi de remplacer le concept de sécurisation par celui de « macrosécurisation », défini comme « une sécurisation qui se propose de formuler des problèmes de sécurité, de les interconnecter et de les mettre sur agenda sur une échelle globale » (Buzan 2006 : 1). À l’instar de la guerre froide, la macrosécurisation porte sur une construction universaliste des menaces et/ou d’objets référents et de cadres de référence qui justifient l’adoption des mesures exceptionnelles (idem). Selon Buzan, de nos jours, c’est la guerre contre le terrorisme qui a remplacé la guerre froide en matière de macrosécurisation dans les pays qui se sont ralliés à la « guerre » menée par les États-Unis, même si dans certains pays, comme la France ou la Turquie, des pans entiers de l’opinion publique se sont opposés à la guerre contre l’Irak31. Ce qui explique le succès relatif de la macrosecurisation c’est sa capacité d’interconnecter diverses préoccupations comme la lutte contre l’immigration clandestine, la lutte contre les armes biologiques et chimiques, la lutte contre la cybercriminalité, la lutte contre la fraude aux documents d’identité, etc., de les lier à la lutte contre le terrorisme en mobilisant les discours de peur et d’incertitude et de les présenter comme une préoccupation universelle à laquelle tous les « alliés » sont confrontés.

39La question qu’on peut se poser avec Buzan est de savoir si cette macrosécurisation sera durable et continuera de susciter la même adhésion des États aux mesures imposées comme normes indispensables de sécurité malgré les atteintes aux libertés publiques. Selon Buzan, son avenir dépendra de plusieurs facteurs, tels que les évolutions de la violence (comment les groupes terroristes vont-ils réagir et s’adapter aux mesures de lutte contre le terrorisme ?), l’engagement des États-Unis dans la lutte contre le terrorisme (est-ce que les citoyens américains vont continuer à supporter les mesures qui restreignent leurs libertés ?), la légitimité des États-Unis comme leader de macrosecurisation sur la scène internationale (est-ce que les alliés vont continuer à prendre le train en marche et continuer à reconnaître le leadership américain ou bien est-ce que leur soutien va s’effriter en raison de l’unilatéralisme des Américains ?), le soutien et l’adhésion à l’interconnexion de diverses préoccupations sous la bannière de la sécurité et de la lutte contre le terrorisme (est-ce que les audiences vont continuer à se mobiliser avec les mêmes speech acts focalisés sur le terrorisme ?) et enfin la capacité des autres types de sécurisations qui font partie de cette macrosécurisation globale comme la sécurisation des questions d’identité nationale (est-ce que les questions qui ne sont pas a priori des questions de sécurité vont continuer à intéresser les opinions publiques et recevoir leur adhésion ?) (Buzan 2006 ; Buzan et Waever 2009). Toutes ces questions montrent que la macrosécurisation reste encore un outil puissant de gouvernementalité, entendue au sens foucaldien de « techniques et procédures destinées à diriger la conduite des hommes » (Foucault 2004 : 111). Dans ce cadre, il apparaît difficile de recourir au concept d’acceptabilité limité à sa seule formulation marketing. Il convient plutôt de l’envisager comme faisant partie des modalités d’une gouvernementalité par macrosécurisation et peurs qui a cours depuis les attentats du 11 septembre.

40De nos jours, la question de l’acceptabilité de la biométrie est posée en faisant appel à un certain nombre de critères d’évaluation insatisfaisants. Ceux-ci correspondent à des rationalités qui ne renseignent pas sur sa complexité et sur les logiques à l’œuvre dans son adoption comme norme de sécurité. Ces rationalités pratiques et instrumentales s’inscrivent dans une approche prédictive qui est utilisée pour mesurer l’acceptabilité des TIC, mais cette approche n’est pas pertinente pour appréhender l’acceptabilité de la biométrie dans toute sa complexité. Technologie complexe et hybride, celle-ci marque une rupture avec les techniques d’identification traditionnelles en combinant en son sein plusieurs finalités qui ne sont pas a priori facilement interconnectables. Sa multi-finalité (identification, surveillance, lutte contre le terrorisme, confort, etc.) constitue en fait l’obstacle majeur expliquant pourquoi il est impossible de l’appréhender comme les TIC et d’apprécier son acceptabilité en ne déployant que les outils de marketing et de prédiction. Les services de marketing ont beau mettre l’accent sur son utilisabilité et son déploiement dans la vie de tous les jours comme une technologie de confort (à l’exemple des ordinateurs personnels munis d’empreintes digitales), l’analyse de son « acceptabilité » réclame pourtant un cadre analytique qui ne considère pas l’acceptabilité comme une attitude automatique et naturelle, mais comme une construction sociale déterminée dans un contexte particulier. Si la question de l’« acceptabilité » de la biométrie par les citoyens se pose de plus en plus actuellement, c’est en raison de l’imposition de cette technologie comme norme de sécurité (pour faire face aux risques et incertitudes générés par les attentats du 11 septembre 2001) et de ses impacts directs sur la vie des individus qu’impliquent le maniement des données personnelles et le type de surveillance institué. De là découle la nécessité de recourir à un cadre analytique ne se limitant pas aux seules dimensions pratiques, mais qui renvoie à la combinaison de ces dernières avec les contextes symboliques, politiques et internationaux qui structurent son adoption comme la meilleure solution technopolitique pour faire face aux incertitudes générées par la globalisation, la fluidification et la transnationalisation de la violence.

Bibliographie

Agamben Giorgio, 10 janvier 2004. « Non au tatouage biopolitique », Le Monde.

Austin John L., 1962. How to Do Things with Words?. Oxford Clarendon Press (traduction française 1970, Quand dire c’est faire, Paris, Seuil).

Bauman Zygmunt, 2000. Liquid Modernity. Cambridge, Polity Press.

Bagozzi Richard P, Davis Fred D., Warshaw Paul R., 1992. « Development and Test of a Theory of Technology Learning and Usage », Human Relations, 45, 7 : 660-686.

Borraz Olivier, 2008. Les politiques du risque. Paris, Presses de Sciences Po.

Buzan Barry, 2006. « The “War on Terrorism” as the New “Macro-securitization”? », Oslo Workshop, 2-6 février.

Buzan Barry, Waever Ole, 2009. « Macro-securitization and Security Constellations : Reconsidering Scale in Securitization Theory », Review of International Studies, 35, 2 : 253-276.

Buzan Barry, Waever Ole, de Wilde Jaap, 1998. Security : A New Framework for Analysis. Boulder (CO), Lynne Rienner Publishers.

CE (Commission européenne), 2005. « Biometrics at the Frontiers : Assessing the Impact on Society », Rapport EU Commission Joint Centre DG IRC.

Ceyhan Ayse (éd.), 2005. Gendarmerie et technologies. Étude pour le CPGN (Centre de prospective de la Gendarmerie nationale), Paris, ministère de la Défense.

— 2006. « Enjeux d’identification et de surveillance à l’heure de la biométrie », Cultures & Conflits, 64 : 33-49.

— 2008. « Technologization of Security : Management of Uncertainty and Risk in the Age of Biometrics », Surveillance and Society, 5, 2 : 102-123.

— 2009. « Lutte contre le terrorisme : la technologie n’est pas neutre », La Revue Internationale et stratégique, 74 : 19-27.

— 2010. « Privacy in France in the Age of Security and Information Technologies », in David Lyon et al. (éd), Surveillance, Privacy, and the Globalization of Personal Data: International Comparisons. Montréal/Kingston, McGill-Queen’s University Press.

Davis Fred D., 1989. « Perceived Usefulness, Perceived Ease of Use, and User Acceptance of Information Technology », MIS Quarterly, 13, 3 : 319-340.

Davis Fred D., Bagozzi Richard P., Warshaw Paul R. 1989. « User Acceptance of Computer Technology : A Comparison of Two Theoretical Models », Management Science, 35 : 982-1 003.

Delumeau Jean, 1989. Rassurer et protéger. Le sentiment de sécurité dans l’Occident d’autrefois. Paris, Fayard.

Didier Bernard, 2004. « Biométries », in OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques), Économie de la sécurité. Paris, éditions de l’OCDE : 39-70.

Faburel Guillaume, Charre Sarah, Grenier Aline, 2007. « L’acceptabilité sociale des limitations à l’usage de l’automobile en ville pour cause environnementale », Air pur, 73 : 19-29.

Foucault Michel, 2004. Sécurité, territoire, population. Cours au Collège de France 1977-1978. Paris, Gallimard/Seuil.

Gao (US Government Accountability Office), septembre 2004. Border Security: State Department Rollout of Biometric Visas on Schedule, but Guidance Is Lagging, http://www.gao.gov/new.items/d041001.pdf (consulté le 19 avril 2010).

Krause Keith, 2003. « Approche critique et constructiviste des études de la sécurité », Annuaire français des relations internationales, IV : 600-612.

Lakel Amar et al., 2009. Imaginaire(s) des technologies d’information et de communication. Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Lascoumes Pierre, 1994. L’éco-pouvoir. Environnements et politiques. Paris, La Découverte.

Lascoumes Pierre, Callon Michel, Barthe Yannick, 2001. Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique. Paris, Seuil.

LSE (London School of Economics & Political Science, The Department of Information Systems), mars 2005. The Identity Project: An Assessment of the UK Identity Cards Bill & Its Implications. Interim Report, Londres.

Lyon David, 2003. Surveillance After September 11. Cambridge, Polity Press.

Musso Pierre et al., 2005. Fabriquer le futur : L’imaginaire au service de l’innovation. Paris, Éditions Village mondial.

Nielsen Jacob, 1994. Usability Engineering. San Francisco (CA), Morgan Kaufmann.

Pinch Trevor J., Wiebe Bijker E., 1987. « The Social Construction of Facts and Artifacts : On How the Sociology of Science and the Sociology of Technology Might Benefit Each Other », in Bijker E. Wiebe et al. (éd.), The Social Construction of Systems: New Directions in the Sociology and History of Technology, Cambridge (MA), MIT Press : 17-50.

Schwartz Michiel, Thompson Michael, 1990. Divided We Stand: Redefining Politics, Technology and Social Choice. Philadelphia (PA), University of Pennsylvania Press.

Sfez Lucien, 2002. Technique et idéologie, Paris Seuil.

Third Factor, 21 octobre 2009. « Americans Will Give Biometrics to Prevent ID Theft », http://www.thirdfactor.com/2009/10/21/americans-will-give-biometrics-to-prevent-id-theft (consulté le 19 avril 2010).

Unisys, 3 décembre 2008. « Overall Level of Support for Biometrics Declines in Malaysia », http://www.unisys.com.sg/about__unisys/news_a_events/20081203_2.htm (consulté le 19 avril 2010).

Waever Ole, 1995. « Securitization and Desecuritization », in Ronnie D. Lipschutz (éd), On Security. New York, Columbia University Press : 46-86.

Notes

1 Office québécois de la langue française, http://66.46.185.79/bdl/gabarit_bdl.asp?id=2920, (consulté le 19 avril 2010).

2 Technologies de l’information et de la communication.

3 http://webstore.iec.ch/preview/info_isoiecguide73%7Bed1.0%7Db.pdf (consulté le 19 avril 2010). Il est par ailleurs précisé que selon l’ISO/IEC 73 (International Standardisation Organisation/ International Electrotechnical Commission), l’acceptation du risque dépend des critères retenus par la ou les personnes qui prennent la décision.

4 Technology Acceptance Model.

5 Cette étude a porté sur sept pays (États-Unis, France, Espagne, Mexique, Canada, Brésil et Hongrie) auxquels se sont ensuite ajoutés deux autres pays (Chine et Japon). En France, les enquêtes ont par exemple montré qu’en 2006 seulement 23 % des répondants avaient entendu parlé de la biométrie contre 48 % qui affirmaient connaître la vidéosurveillance et 54 %, le GPS (Global Positioning System).

6 Union européenne.

7 Dans ces deux ouvrages, Pierre Lascoumes développe le concept de « l’hybride » en parlant essentiellement des « forums hybrides », qui sont des espaces ouverts où des groupes hétérogènes peuvent se mobıliser pour débattre des choix techniques qui engagent le collectif. Ce sont des groupes hétérogènes ainsi que les problèmes soulevés qui lient ces domaines purement scientifiques et techniques aux questions économiques et éthiques.

8 Commission européenne.

9 Acide désoxyribonucléique.

10 Le constructivisme technologique s’est développé à la suite des travaux de Trevor Pinch et Bijker Wiebe (Pinch et Wiebe 1987), qui portent essentiellement sur la construction sociale des artéfacts et des systèmes.

11 Le courant dit école de Copenhague (Copenhagen School of International Relations) s’est constitué dans les années 1980 autour des travaux pionniers développés par Barry Buzan (1991) et d’Ole Waever (1995) afin d’analyser les transformations des enjeux de la sécurité générées par la globalisation dans une perspective considèrant que les problèmes de sécurité ne sont pas naturels, mais socialement construits.

12 Police aux frontières.

13 À cet égard la norme ISO 9241 précise « qu’un système est utilisable lorsqu’il permet à l’utilisateur de réaliser sa tâche avec efficacité, efficience et satisfaction dans le contexte d’utilisation spécifiée ».

14 Government Accountability Office (États-Unis).

15 Cf. le texte de Nicolas Delvaux dans cet ouvrage.

16 Cf. le texte de Bernadette Dorizzi dans cet ouvrage.

17 London School of Economics.

18 Soft biometrics ou biométrie dite de groupe, qui porte sur l’identification d’un individu au sein d’un groupe donné par l’analyse de son accent ou de son style vestimentaire. Sur ce point, cf. le texte d’Irma Van der Ploeg dans cet ouvrage.

19 Enquête menée par Ayse Ceyhan et Sylvia Preuss-Laussinotte à l’aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle au mois de mai 2005 pour le compte du Centre de prospective de la Gendarmerie nationale (Ceyhan 2005).

20 Social Construction of Technology.

21 Cf. aussi le texte d’Irma Van der Ploeg dans cet ouvrage.

22 À l’exemple de Privacy Activism (www.privacyactivism.org/Item/65, consulté le 19 avril 2010), d’ACLU (American Civil Liberties Union) (, consulté le 19 avril 2010) ou de Privacy International (www.privacyinternational.org, consulté le 19 avril 2010).

23 Cf. le texte de Pierre Piazza dans cet ouvrage.

24 United States Visitor and Immigrant Status Indicator Technology.

25 Document qui fixe les mesures de sécurisation des documents de voyage et adopte les technologies biométriques comme techniques de sécurisation.

26 Organisation de l’aviation civile internationale.

27 Cette loi impose l’adoption du visa biométrique et du passeport biométrique pour des États comme la France dont les ressortissants de sont pas soumis à l’obtention d’un visa pour entrer aux États-Unis (Visa Waiver Program).

28 « La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques », Transfert.net, 24 novembre 2003, http://www.transfert.net/La-Grece-bannit-la-biometrie-de (consulté le 19 avril 2010).

29 Règlement (UE) no 2252/2004 du Conseil du 13 décembre 2004.

30 Cf. la note 11.

31 Référence aux manifestations contre la guerre en France et contre le passage des soldats américains en Turquie se soldant par le refus de l’Assemblée nationale turque de donner son accord au transit des forces américaines.

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par