Version classiqueVersion mobile

Du bidonville à l’hôpital

 | 
Clémence Jullien

Chapitre 5. Traitements des corps et représentations du vivant

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Don’t you see, Madam? The word piracava (delivery) itself contains both birth (pirra) and death (cavu)1 » (cité dans Van Hollen 2003 : 118).

Les dangers liés à la naissance et à la petite enfance sont bien connus des femmes, peut-être davantage encore de celles de milieux défavorisés où la part de mortalité infantile reste plus importante. Rares sont mes interlocutrices, à l’hôpital comme dans les bidonvilles, qui n’ont pas perdu au moins un enfant au cours de leur existence, à la naissance, ou dans les premières années de vie ; pour beaucoup, ces pertes représentent un tiers du nombre de leurs grossesses. Aussi les femmes précisent-elles souvent le nombre d’enfants vivants qu’elles ont, par rapport au nombre de grossesses qu’elles ont eues. Les raisons du décès sont diverses et évoquées, elles, de manière plus évasive. Certaines l’attribuent à des accidents de la vie (l’un écrasé sur la route, l’autre noyé dans une citerne) ou à des maladies (une pneumonie, « un trou dans le cœur ...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search