Version classiqueVersion mobile

Kurt Martin et le musée des Beaux-Arts de Strasbourg

 | 
Tessa Friederike Rosebrock

VII. La fin de la guerre à Strasbourg et en Bade

Texte intégral

  • 1 Martin était né en Suisse, mais possédait la nationalité allemande. Voir son acte de naissance, Geb (...)

1Au fur et à mesure que la guerre se poursuivait, il devenait de plus en plus difficile de maintenir une activité culturelle à Strasbourg. À partir du début de l’année 1944, on vit se multiplier dans la presse les listes de victimes et les articles laissant entendre que les opérations militaires se rapprochaient toujours davantage. Les destructions se multipliaient, mais en même temps, avec le débarquement des Alliés au début de l’été, l’espoir de la défaite du régime national-socialiste grandissait. Kurt Martin savait que, si les troupes avançaient jusqu’en Alsace, il lui faudrait prendre la fuite. Tant que son statut d’Allemand1 et son emploi auprès de l’Administration civile allemande ne seraient pas éclaircis vis-à-vis des Alliés, il se trouverait en danger sur le sol français. Les musées de Strasbourg devraient dans ce cas affronter une vacance de direction, ce qui, au pire, pouvait signifier le pillage ou la destruction des lieux abritant les œuvres et des œuvres elles-mêmes. C’est pour l’éviter que Martin repoussa aussi longtemps que possible son départ.

1. Le départ de Martin, le retour de Haug et le début d’une nouvelle collaboration

  • 2 Voir Martin, 1967, p. 215.
  • 3 Voir Hans Haug et Adolphe Riff, Rapport général sur l’activité des musées municipaux 1936-1945, Str (...)
  • 4 Description précise de tous les dégâts occasionnés par les bombardements sur les musées, voir Haug, (...)
  • 5 C’est à cet heureux concours de circonstances que l’on doit de pouvoir retrouver aujourd’hui l’hist (...)

2C’est le 6 juin 1944 que les soldats américains débarquèrent en Normandie. Le 15 août, un deuxième débarquement avait lieu en Provence. On pouvait donc supposer que la vallée du Rhin serait bientôt le théâtre d’affrontements militaires2. Strasbourg fut bombardée pour la première fois par les Américains le 11 août 1944. À 15 h 25, deux bombes frappèrent la cathédrale, la première toucha la croisée du transept, la deuxième une voûte du bas-côté nord3. Les musées tout proches souffrirent encore davantage : six bombes atteignirent le palais Rohan. Le vestibule, la salle du Synode, la façade du bâtiment principal sur la cour, la totalité de l’aile ouest et la terrasse furent presque entièrement détruits (ill. 72, 73, 74, 75, 76). Une autre bombe atteignit le musée de l’Œuvre Notre-Dame tandis que le Musée alsacien et le Musée historique furent endommagés du fait de l’écroulement de bâtiments adjacents4. Étonnamment, les bureaux de l’Administration générale des musées du Rhin supérieur qui se trouvaient dans les locaux du musée de l’Œuvre Notre-Dame ne furent pratiquement pas touchés5.

ill. 72. Le palais Rohan après le bombardement de 1944

ill. 72. Le palais Rohan après le bombardement de 1944

photo © Charles Spehner, Archives de la Ville de Strasbourg (1 FI 101 32, Palais Rohan, destructions suite au bombardement aérien du 11 août 1944)

ill. 73. Bâtiment principal du palais Rohan après le bombardement de 1944

ill. 73. Bâtiment principal du palais Rohan après le bombardement de 1944

photo © Charles Spehner, Archives de la Ville de Strasbourg (1 FI 112 47, Palais Rohan, dégâts et décombres suite au bombardement aérien du 11 août 1944)

ill. 74. Pavillon du palais Rohan après le bombardement de 1944

ill. 74. Pavillon du palais Rohan après le bombardement de 1944

photo © Charles Spehner, Archives de la Ville de Strasbourg (1 FI 101 58, Palais Rohan, dégâts et décombres suite au bombardement aérien du 11 août 1944)

ill. 75. Salle du Synode du palais Rohan après le bombardement de 1944

ill. 75. Salle du Synode du palais Rohan après le bombardement de 1944

photo © Charles Spehner, Archives de la Ville de Strasbourg (1 FI 101 55, Palais Rohan, dégâts et décombres à l’intérieur des salles du musée suite au bombardement aérien du 11 août 1944)

ill. 76. Cour d’honneur du palais Rohan après le bombardement de 1944

ill. 76. Cour d’honneur du palais Rohan après le bombardement de 1944

photo © Charles Spehner, Archives de la Ville de Strasbourg (1 FI 101 39, Palais Rohan, destructions suite au bombardement aérien du 11 août 1944)

3Onze jours plus tard, le 23 août, sur ordre de Robert Wagner, un décret du ministère de la Culture suspendait l’activité des musées dans le pays de Bade et en Alsace, et notamment les acquisitions, la tenue d’expositions et l’ensemble du travail scientifique. L’activité des musées devait dès lors se limiter à

  • « l’évacuation des objets d’art importants se trouvant dans des lieux susceptibles d’être bombardés ;
  • l’exécution des mesures de défense antiaérienne et la surveillance permanente des collections évacuées ;
  • l’exécution des mesures de conservation nécessaires pour prévenir la destruction des œuvres d’art de valeur6 ».
  • 7 Voir Martin à Pfarrer Bresch, 14 septembre 1944, dans GLA 441 Zug. 1982/38, no 60.
  • 8 Voir Martin, 1967, p. 215-216.

4Au cours des semaines qui suivirent, Martin fit tout ce qui était en son pouvoir pour protéger du mieux possible les objets appartenant aux musées alsaciens répartis dans les abris. Il optimisa par exemple la sécurité du retable d’Issenheim au Haut-Koenigsbourg et rédigea des notices d’information en français et en anglais destinées à renseigner les Alliés sur la situation géographique des différents dépôts et sur les œuvres de renommée internationale qui s’y trouvaient. Ces fiches furent distribuées au personnel de surveillance des dépôts et à tous les membres du clergé de la région que Martin avait priés personnellement de l’aider dans cette mission de protection des œuvres ; le cas échéant, ces fiches devaient être remises aux troupes qui entreraient en Alsace7. Et il informa également la Direction des musées de France8.

  • 9 Ce qu’on a appelé la « bataille de Paris » eut lieu du 22 au 25 août 1944.

5Le 22 août 1944, les troupes américaines avaient atteint Paris ; trois jours plus tard la capitale était libérée9. Hans Haug, alors toujours employé au musée de Sèvres, n’avait pas eu de nouvelles de Strasbourg depuis la fin des voyages à Paris de Martin à l’automne 1943. Les Allemands se retirant de Paris, il nourrissait quelque espoir que l’Alsace serait également bientôt libérée et repasserait sous l’autorité de la France, mais il était également inquiet pour les musées de Strasbourg puisque Martin lui avait expliqué que, en cas d’avance des Alliés sur le Rhin, il retournerait à Karlsruhe pour s’occuper de mettre en sécurité les collections de la Kunsthalle.

6Le 15 septembre, Haug rédigeait pour la Direction des musées de France un « Rapport sur la situation des musées de Strasbourg à la veille de la libération de cette ville ». À partir des informations dont il disposait, il y expliquait ce qui s’était passé dans les musées de la ville au cours des quatre dernières années, ainsi que la structure et l’activité de l’Administration générale des musées du Rhin supérieur. Haug faisait également mention de son rôle d’intermédiaire et de soutien lors des acquisitions effectuées à Paris pour le musée, en notant à propos de Kurt Martin :

  • 10 Haug, Rapport sur la situation des musées de Strasbourg à la veille de la libération de cette ville (...)

« Le docteur Kurt Martin, directeur des Musées de Karlsruhe en Bade, nommé pendant la guerre “Bevollmächtigter” (plénipotentiaire) pour les musées du Rhin supérieur, puis lors de mon départ en février 1941, chargé de la direction des musées de Strasbourg, a eu une attitude administrative et personnelle au-dessus de tout éloge : il m’a toujours affirmé travailler en vue de me rendre, après la guerre, les musées de Strasbourg enrichis dans le sens que moi-même avais tracé ; il s’est opposé à une évacuation des collections de l’autre côté du Rhin, mais j’ignore si au cours des dernières semaines cette évacuation n’a pas été, pourtant, effectuée. À ma dernière entrevue (automne 1943), il m’a dit qu’en cas d’avance alliée sur le Rhin il aurait à s’occuper avant tout de la protection de ses musées à Karlsruhe, et qu’il laisserait Strasbourg aux mains de mon premier assistant, qui s’appelle également Martin (Paul), lequel serait au courant de toutes les questions10 » (doc. 9).

  • 11 Voir Haug, 1948, p. 325 ; Schnitzler, 1995, p. 171.
  • 12 Voir Martin, 1967, p. 216.
  • 13 Voir Martin à Haug, fin septembre 1944, dans GLA 441 Zug. 1982/38, no 60.

7Dans la nuit du 24 au 25 septembre 1944, Strasbourg fut une nouvelle fois bombardée – le château des Rohan subit de nouveaux dommages affectant la charpente et les murs à la suite de l’explosion d’une bombe côté Ill, près du pont Sainte-Madeleine11. Ces dégâts et la progression rapide du front dont Martin était informé par la BBC confortèrent sa décision de quitter l’Alsace12. Il s’adressa donc par courrier à Haug pour l’informer de son départ imminent et remettre entre les mains de son prédécesseur la responsabilité des musées de Strasbourg. Manifestement, il était persuadé que l’Allemagne perdrait la guerre (doc. 10)13.

  • 14 Pour la méthode de répartition des pièces des collections entre les différents châteaux alsaciens, (...)
  • 15 Pour toutes les informations de ce paragraphe, voir Martin à Haug, fin septembre 1944, dans GLA 441 (...)

8Dans sa lettre, Martin énumérait tous les abris où avaient été déposés les trésors des musées de Strasbourg, informait Haug de leur répartition dans les différents lieux et lui indiquait les noms des personnes responsables de la surveillance des dépôts en rappelant les mesures de prudence à respecter en matière de conservation. Le dépôt principal des musées de Strasbourg se trouvait au château Mewès à Scharrachbergheim. Les autres œuvres et les archives étaient réparties entre les châteaux d’Odratzheim et de Langenberg près de Wissembourg, Walbourg, le château de la Papiermühle près de Wasselonne [Wasselnheim], les châteaux de Türckheim et de Lescot à Dachstein, le château de Kolbsheim, les châteaux du comte d’Andlau à Ittenwiller et Stotzheim, le mont Sainte-Odile et le Haut-Koenigsbourg14. Dans certains de ces dépôts, spécifiés explicitement par Martin, se trouvaient les collections de valeur confisquées par les Allemands aux « ennemis du peuple et du Reich ». Quant aux acquisitions qu’il avait effectuées pour les musées de Strasbourg, il écrivait qu’une partie d’entre elles se trouvait dans les châteaux alsaciens mentionnés, mais que la plus grande part était abritée outre-Rhin, notamment dans un dépôt de Baden-Baden. Pour des raisons de sécurité et surtout par manque de place, il n’avait pas été possible de les transférer en Alsace. Martin priait son collègue de prendre le plus tôt possible contact avec lui, la présence de ces objets dans des dépôts allemands pouvant provoquer des difficultés par rapport à leur maintien futur dans les collections des musées de Strasbourg15.

9Quant à son propre avenir, Martin l’évoquait en termes éloquents :

  • 16 Voir ibid.

« Mon intention est de tenir à Karlsruhe aussi longtemps que possible. Si néanmoins les conséquences des attaques devaient s’intensifier ou s’il devait y avoir des tirs d’artillerie, j’essaierais de me réfugier dans un petit appartement près d’Herrenhalb (près de Karlsruhe). S’il ne devait pas non plus s’avérer possible d’y rester, je camperais probablement dans les forêts, mais j’essaierais de me débrouiller pour rejoindre l’un de nos dépôts, soit à Baden-Baden, soit à l’abbaye de Saint-Trudbert. Si je peux vous faire parvenir des nouvelles, je le ferai naturellement sur-le-champ. Vous rappelez-vous qu’il y a plus de trois ans déjà, j’avais vu venir ce qui se passe aujourd’hui et que je vous avais promis, quand vous étiez parti, d’être au musée votre représentant et d’y travailler dans le sens que vous souhaitiez ? Voilà où on en est aujourd’hui, et malheureusement les choses ont duré trop longtemps. Mais je n’imaginais pas alors qu’avec le front qui se rapproche et projette son ombre effrayante, Strasbourg pourrait subir d’irrémédiables pertes. Cette idée me préoccupe et me tourmente à toute heure et j’ai pour seul espoir que la cathédrale et la ville puissent être sauvegardées. Je me suis profondément attaché à Strasbourg et à l’Alsace et j’espère être de ceux qui, dans ces terribles années, ont pu être utiles à ce pays. C’est pourquoi je crois que nous pourrons et que nous réussirons à jeter de nouveau les premiers ponts et à participer à la construction de l’avenir16. »

  • 17 Voir Chef der Sicherheitspolizei und des SD au Reichsministerium für Wissenschaft, Erziehung und Vo (...)
  • 18 Propos tenus lors d’un entretien avec l’auteure du présent ouvrage le 12 septembre 2004.

10Cette lettre reflète autant l’inquiétude de Martin au sujet des œuvres d’art alsaciennes que la menace qui pesait sur lui après quelque douze années d’activité sous le régime nazi pendant lesquelles il avait, idéologiquement, joué un double jeu. Sa position élevée dans la hiérarchie du système des musées ne cadrait pas avec le fait qu’en réalité il réprouvait le national-socialisme. Face aux troupes alliées, il lui faudrait fournir une justification complète. En présentant dans cette lettre son travail en Alsace comme une situation d’intérim due à l’absence de Haug, il révèle en outre n’avoir jamais cru que l’Allemagne sortirait victorieuse de la guerre – et donc que le projet de Wagner pour les musées de Strasbourg serait un jour réalisé ; cette position, si elle avait été connue auparavant, lui aurait valu des difficultés de la part de son supérieur de l’Administration civile qui avait, lui, des convictions national-socialistes. De fait, dans les rangs de l’Administration civile, des doutes s’étaient déjà fait jour à propos des idées de Martin et, au printemps 1945, un rapport inquiétant avait été rédigé par les services secrets de la SS sur sa personne (doc.11)17. Le fils de Kurt Martin, Gerhard Martin, raconte que son père sentait bien la méfiance croissante du parti à son égard, c’est pourquoi, la dernière année de son activité à Strasbourg, il gardait toujours prêt dans son bureau un sac à dos tout préparé contenant ce dont il aurait eu besoin pour s’enfuir – où ? – à tout moment18.

  • 19 Voir Jacques Garnier, Et Leclerc prit Strasbourg, Strasbourg, 1994.
  • 20 Voir Martin, 1967, p. 216.
  • 21 Au début de la guerre, les vitraux de la cathédrale furent emballés dans des caisses et évacués dan (...)
  • 22 Voir Kurt Martin, s.t. (prise de position relative à l’évacuation aux USA de 202 peintures entrepos (...)
  • 23 Pour le transport des œuvres à la saline de Heilbronn à l’initiative de Martin, voir Schrenk, 1997, (...)

11Les Alliés pénétrèrent dans Strasbourg le 23 novembre 1944. La libération de la ville fut l’œuvre de la division Leclerc dans le cadre de l’offensive de la 7e armée américaine sous le commandement de Patch19. Martin avait quitté la ville avec son assistante Elfriede Schulze-Battmann dans la nuit du 21 au 22 novembre, au dernier moment donc. Il avait préparé tous les documents de l’Administration générale relatifs aux musées de Strasbourg pour qu’ils soient remis aux Alliés ; les dossiers des musées badois avaient été transportés à Baden-Baden, de l’autre côté du Rhin20. Dans la nuit du départ de Martin, les vitraux médiévaux de la cathédrale qui étaient encore intacts avaient été évacués dans une saline de Heilbronn pour les protéger d’éventuelles nouvelles attaques aériennes. Un premier envoi de 53 caisses avait déjà été effectué le 15 novembre21. Le stockage des vitraux à Heilbronn comme « dépôt de la Ville de Strasbourg » avait été décidé par Martin en accord avec ses collègues alsaciens22. Il était convaincu que la saline était un lieu sûr ; il y avait d’ailleurs entreposé également la plus grande partie des peintures de la Kunsthalle de Karlsruhe ainsi que certaines de ses acquisitions pour Strasbourg23.

  • 24 Voir Schnellbach à Martin, 14, 25, 27 et 30 décembre 1944, tous les documents dans GLA 441 Zug. 198 (...)

12Dans les semaines qui suivirent, Martin travailla à la Kunsthalle de Baden-Baden où un bureau était à sa disposition pour coordonner d’autres mesures de sécurité antiaérienne pour les musées du Rhin supérieur. Il y reçut plusieurs courriers de son collègue Schnellbach qui surveillait l’entreposage des œuvres à la saline de Heilbronn et renseignait ainsi Martin sur l’état des œuvres de Strasbourg24.

  • 25 Voir Reprise de service de Hans Haug, attestation du 27-12-1944, dans AMS 519 W 27.
  • 26 Voir Hans Haug. Notes biographiques (curriculum vitae), dans AMN 030 552, Haug (Hans).
  • 27 Voir Haug au directeur des Musées nationaux, 31 décembre 1944 et Salles à Haug, 29 janvier 1945, le (...)

13Quinze jours à peine après la libération de l’Alsace, Haug revenait dans son pays. Obéissant à une instruction de la Direction des musées de France, il reprit officiellement son service pour les musées de Strasbourg le 6 décembre 194425 et en fut nommé directeur le 1er février 194526. Mais il continuait également de travailler pour le musée de Céramique de Sèvres dont il devait coordonner la réinstallation27.

  • 28 Voir Haug au directeur des Musées nationaux, 8 décembre 1944 (avec rapports en annexe : État des co (...)
  • 29 Pour Jacques Jaujard, directeur des Musées nationaux de 1939 à 1944, voir Gaston Palewski, Notice s (...)
  • 30 Son prédécesseur au ministère de l’Éducation, le communiste Joseph Billiet, dut rapidement céder sa (...)
  • 31 Pour la date, voir Isabelle Le Masne de Chermont et Laurence Sigal-Klagsbald, « L’ampleur des resti (...)

14La première chose que fit Haug dès son arrivée en Alsace fut de se faire une idée de la situation et il envoya des rapports quasi quotidiens à ses supérieurs à Paris. Son premier courrier, du 8 décembre 1944, adressé au directeur des Musées nationaux, comportait un état des lieux des bâtiments et des différentes collections d’art de Strasbourg dans leurs dépôts, ainsi qu’un croquis rendant compte des bombardements dans le centre-ville historique (ill. 77)28. Officiellement, le directeur des Musées nationaux était encore à ce moment-là Jacques Jaujard (1895-1967)29, mais dans la pratique il était déjà représenté par son futur successeur Georges Salles (1889-1966) ; Jaujard, qui s’était engagé pendant la guerre pour la sauvegarde des œuvres d’art françaises, avait été appelé au ministère de l’Éducation30 où il fut officiellement nommé au poste de directeur général des arts et lettres le 6 janvier 1945 (ill. 78)31.

ill. 77. Hans Haug, croquis montrant l’impact des bombes dans le centre-ville de Strasbourg, pièce jointe au premier courrier officiel adressé par Haug au directeur des Musées nationaux Jacques Jaujard le 8 décembre 1944 après son retour en Alsace

ill. 77. Hans Haug, croquis montrant l’impact des bombes dans le centre-ville de Strasbourg, pièce jointe au premier courrier officiel adressé par Haug au directeur des Musées nationaux Jacques Jaujard le 8 décembre 1944 après son retour en Alsace

photo © Archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine, Archives des Musées nationaux (AMN RP 2 A)

ill. 78. Jacques Jaujard (1895-1967) dans son bureau au palais du Louvre, 1940

ill. 78. Jacques Jaujard (1895-1967) dans son bureau au palais du Louvre, 1940

photo © publiée dans Pillages et Restitutions. Le destin des œuvres d’art sorties de France pendant la Seconde Guerre Mondiale, éd. par Françoise Cachin, Paris, 1997, p. 139 (© d.r.)

  • 32 Voir Haug au directeur des Musées nationaux, 18 décembre 1944, dans AMN Z 66, Strasbourg Généralité (...)
  • 33 Pour la CRA, voir chap. VII. 2e, p. 204-207.
  • 34 Voir Haug au président de la Commission de récupération artistique, 8 décembre 1944, dans MAE carto (...)

15Pour examiner l’état des œuvres originaires de Strasbourg évacuées dans les dépôts alsaciens, Haug se rendit dans tous les lieux que lui avait indiqués Martin dans sa dernière lettre32. Les premiers dépôts qu’il inspecta furent les châteaux des familles de Türckheim et Lescot à Dachstein où se trouvaient les collections privées alsaciennes saisies par l’Administration générale des musées du Rhin supérieur pour avoir appartenu à des « ennemis du peuple et du Reich ». Il relatait ses impressions le 8 décembre 1944 à Albert Henraux (1881-1953), président de la Commission de récupération artistique (CRA), chargée de la restitution des œuvres d’art à leurs propriétaires33. Haug écrivait qu’il ne pouvait jusque-là se faire une idée que pour les œuvres, livres et documents qui, lors de la première sélection, avaient été jugés d’une valeur suffisamment grande pour être récupérés par les musées. Il disposait de listes détaillées qui indiquaient tous les objets et l’adresse de leurs propriétaires. En revanche, il considérait comme perdus les objets qui avaient été vendus à des personnes privées par le Treuhänder des biens « ennemis du peuple et du Reich ». Quant aux collections des musées de Strasbourg, elles se trouvaient sous contrôle dans plusieurs dépôts et, toujours selon lui, les collections privées alsaciennes les plus importantes étaient également en sécurité. Il annonçait de plus amples renseignements après une entrevue avec Kurt Martin dont Haug soulignait explicitement, cette fois à l’intention de la Commission de récupération artistique, l’attitude exemplaire pendant toute la période de la guerre (doc. 12)34.

  • 35 Voir Haug au directeur des Musées nationaux, 10 décembre 1944, dans AMN RP 2 A, Affaires d’Alsace. (...)
  • 36 Voir Ordre de mission pour la liquidation de l’ancienne « General-direction der oberrheinischen Mus (...)
  • 37 Voir directeur des Musées nationaux à Haug, 18 décembre 1944, dans AMN Z 66, Strasbourg Généralités (...)

16Le 10 décembre 1944, Haug semble être entré en conflit avec les troupes américaines. Dans son courrier du même jour à son directeur Jaujard, il le priait de lui conférer le plus vite possible les compétences nécessaires pour qu’il puisse, par un ordre officiel de mission, liquider la Direction générale des musées du Rhin supérieur, lui demandant également de le nommer comme expert pour la région de l’Alsace auprès de la Commission de récupération artistique35. C’est seulement une fois en possession de ces papiers officiels qu’il pourrait, indiquait-il, faire preuve d’autorité face aux soldats et officiers tant américains que français – « sinon nous risquons que des gens étrangers ne veuillent s’en mêler ». L’ordre de mission suivit immédiatement (doc. 13)36. Salles envoya de plus une requête à Albert Henraux afin que les attributions de Haug en matière de restitution soient étendues37.

  • 38 Voir Haug au maire de Strasbourg (copie au directeur des Musées de France), 16 décembre 1944 (avec (...)
  • 39 Voir Haug au directeur des Musées de France, 20 décembre 1944 (avec rapports en pièces jointes : No (...)

17Après avoir visité les autres dépôts, Haug adressa le 16 décembre un dossier circonstancié au maire de Strasbourg ainsi qu’à la Direction des musées de France. Il comportait une liste de toutes les collections des musées de Strasbourg avec leur état, une liste des personnels des musées qui étaient à disposition, un schéma sommaire de la marche qu’il entendait suivre pour restaurer les musées de Strasbourg et une note rédigée par Kurt Martin et traduite en français sur le fonctionnement de l’Administration générale des musées du Rhin supérieur38. Une liste des musées placés sous le contrôle de celle-ci avec un état de leur personnel fut envoyée par ses soins le 20 décembre 1944, complétée par quelques explications personnelles39.

  • 40 Direction des musées nationaux au directeur général des Arts et des Lettres, rapport du 18 décembre (...)
  • 41 Voir président de la Commission de récupération artistique à Haug, 2 octobre 1945, dans MAE carton (...)
  • 42 Voir Haug au président de la Commission de récupération, 13 août 1945 et Henraux à Glasser (chef de (...)

18Ainsi Haug avait-il achevé son état des lieux. Toutes les informations qu’il avait délivrées furent intégrées dans un rapport de Georges Salles résumant la situation des musées de Strasbourg et que ce dernier transmit à l’ancien titulaire de son poste, Jacques Jaujard, qui était maintenant son supérieur hiérarchique. Il y réitérait la demande de nomination de Haug comme expert pour les restitutions en Alsace, et cette nomination lui fut rapidement accordée40. En octobre 1945, la Commission de récupération artistique nommait Haug délégué régional pour l’Alsace41. Ce titre, qui impliquait un grade militaire, l’autorisait notamment à porter l’uniforme, ce qui devait faciliter ses relations avec les personnels des différents gouvernements militaires et officiers chargés de la protection des œuvres d’art dans le cadre du rapatriement des collections des musées de Strasbourg présentes en Allemagne42.

  • 43 Voir Badische Geschichte, 1979, p. 206-207.
  • 44 Voir Rorimer, 1950, p. 145.

19De l’autre côté du Rhin, les combats se poursuivaient avec la même intensité. Le 25 mars 1945, la 7e armée américaine et la 1re armée française avaient atteint le fleuve qui séparait l’Allemagne et la France. Mannheim fut prise par les Français entre le 26 et le 29 mars, Karlsruhe dans la journée du 4 avril par les Américains. Enfin, le 8 mai 1945, le Reich capitulait. L’accord entre les Alliés sur le règlement des zones d’occupation du 1er juillet 1945 stipulait que le Land de Wurtemberg-Bade serait divisé en deux zones distinctes. Tandis que le Nord continuerait de dépendre des Américains, c’est le gouvernement militaire français qui administrerait la partie sud43. La frontière entre les deux zones passait à la hauteur de Rastatt ; pour la franchir, il fallait des laissez-passer dont l’obtention n’allait pas sans difficultés et pouvait requérir plusieurs mois (ill. 79)44.

ill. 79. Carte de la zone française d’occupation, 1947, carte dressée, dessinée et imprimée par la Section Carto du G.M.

ill. 79. Carte de la zone française d’occupation, 1947, carte dressée, dessinée et imprimée par la Section Carto du G.M.

photo © archives de l’auteure

20La guerre était désormais terminée, mais le sort de Kurt Martin et des œuvres acquises par ses soins pendant la guerre pour le musée des Beaux-Arts de Strasbourg était loin d’être réglé, en particulier pour les œuvres qui se trouvaient en Allemagne, dans les dépôts situés dans un pays de Bade désormais placé sous une double administration alliée. En effet, comme les dépôts où Martin avait transporté les œuvres se trouvaient pour certains dans le sud et pour d’autres dans le nord de la région, il fallait trouver un accord avec le gouvernement militaire américain et avec son homologue français.

2. Les services alliés de protection des œuvres d’art

21Dès avant 1945, les Alliés avaient entamé une réflexion approfondie sur la manière de procéder à l’égard des biens culturels en Allemagne. Pour la première fois dans l’histoire, des nations en guerre s’étaient engagées pour la protection de l’héritage culturel de la puissance ennemie. Des organisations furent fondées, des lois promulguées et des stratégies développées pour protéger des destructions les bâtiments historiques et les monuments de valeur, les œuvres d’art et les collections des régions affectées par la guerre. Le pillage des œuvres d’art par les nazis en Europe conférait à ces projets une complexité particulière. Les objets indûment dérobés devaient être identifiés en tant que tels et la question de leur propriété devait être élucidée. Le présent ouvrage portant exclusivement sur le Land de Wurtemberg-Bade, le développement qui suit s’attachera uniquement aux méthodes des puissances d’occupation compétentes pour cette région, les États-Unis et la France.

a. La déclaration de Londres

  • 45 Les pays signataires étaient l’Afrique du Sud, les États-Unis, l’Australie, la Belgique, la Chine, (...)
  • 46 Voir « Die Alliierte (Londoner) Erklärung », 2000, p. 197-218 ; pour le texte en français, voir par (...)
  • 47 Tisa Francini, Heuss et Kreis, 2001, p. 328-329.
  • 48 Voir « Convention Respecting the Laws and Customs of War on Land also Known as the “Hague Conventio (...)
  • 49 Voir Löhr, 2005, p. 65-66.
  • 50 Voir Le Masne de Chermont et Sigal-Klagsbald, 2008 (L’ampleur), p. 25.

22La politique de restitution des Alliés après la Seconde Guerre mondiale en Allemagne repose sur la déclaration commune de Londres du 5 janvier 1943. Les 18 pays signataires45 y déclarent « non valables tous transferts ou transactions relatifs à la propriété, aux droits et aux intérêts de quelque nature qu’ils soient, qui sont ou étaient accomplis par les Allemands dans les territoires sous l’occupation entre 1935 et 194546 ». L’idée fondamentale était de protéger les biens culturels nationaux. « Toute opération menée par l’occupant consistant à faire disparaître un bien culturel, que ce soit par confiscation ou par une transaction “légale” [Rechtsgeschäft, d’apparence légale, N.D.T.], était considérée comme une réduction du patrimoine culturel national et donc comme un vol47. » La convention de La Haye de 1907 avait déjà ancré dans le droit international des dispositions concernant la protection de la propriété en cas de guerre, dispositions selon lesquelles toute forme de confiscation, pillage ou dommage intentionnel à l’égard des biens culturels d’un pays étranger par la puissance d’occupation était interdite48. Mais il fallut attendre la déclaration de Londres pour que cet interdit soit étendu aux ventes opérées sur le marché de l’art49. Par ordonnance du 12 novembre 1943, le Comité national français intégrait ce règlement dans la législation française50.

b. La commission Roberts et les MFA&A

  • 51 Voir Marie Hamon, « Spoliation and Recovery of cultural Property in France, 1940-1994 », dans The S (...)
  • 52 Pour la commission Roberts, voir Michael J. Kurtz, America and the Return of Nazi Contraband. The R (...)
  • 53 Voir Löhr, 2005, p. 66.
  • 54 Voir Tisa Francini, Heuss et Kreis, 2001, p. 332-333 ; pour les missions des officiers des MFA&A, v (...)

23Pour mettre en application ces dispositions, différents pays créèrent pendant la guerre des commissions de protection de l’art qui, dans la pratique ultérieure, travaillèrent en étroite collaboration avec le Supreme Headquarter, Allied Expeditionary Force (SHAEF)51. D’abord, le ministère des Affaires étrangères américain annonça le 20 août 1943 la création de l’American Commission for the Protection and Salvage of Artistic and Historic Monuments in War Areas, qui prit le nom de son président Owen J. Roberts et fut désormais simplement appelée « commission Roberts »52. Elle réunissait des historiens de l’art et des experts culturels américains de renom dont la première mission consista à établir des listes des monuments et bâtiments importants qui devaient être préservés lors des opérations militaires des unités américaines en Europe. En même temps, il s’agissait de collecter des renseignements sur les spécialistes ennemis qui soutenaient le pillage par les Allemands. Pour exécuter ces mesures dans les régions en guerre, on créa à l’automne 1944 pour les théâtres d’opérations européens un groupe spécial, réunissant des officiers dits « Museums, Fine Arts and Archives », MFA&A53. Ces spécialistes anglais et américains, avant tout des directeurs de musées et des professeurs d’histoire de l’art, devaient au niveau des états-majors prévenir sur place toute atteinte aux monuments nationaux importants et empêcher la destruction et la perte des collections d’art ou des archives publiques ou privées. Pour ce faire, ils rejoignirent sur place les troupes américaines. Après de vastes opérations de sauvegarde en Italie, ils gagnèrent la France le jour du débarquement et travaillèrent ensuite surtout en Allemagne, en Autriche et en Grèce. Leur mission était de protéger les monuments importants des bombardements, d’empêcher que les bâtiments historiques qui avaient été endommagés ne s’effondrent, de trouver les dépôts secrets où avaient été évacuées les œuvres et de mettre celles-ci en sécurité. En Allemagne, ces officiers dépendaient de l’Office of Military Government of the US-Zone (OMGUS), l’autorité américaine d’occupation54.

c. La commission Vaucher

  • 55 Le comité MacMillan s’appelait officiellement British Committee on the Preservation and Restitution (...)
  • 56 La commission interalliée s’appelait officiellement Inter-Allied Commission for the Protection and (...)
  • 57 Voir Löhr, 2005, p. 66-67.
  • 58 Pour la teneur et la signification de la loi, voir Das Gesetz Nr. 52 über Sperre und Beaufsichtigun (...)
  • 59 Voir Walter Schwarz, Rückerstattung nach den Gesetzen der alliierten Mächte, Munich, 1974, p. 24-28 (...)

24Pour faire face aux conséquences du pillage des œuvres d’art par les nazis en Europe, il fallait de plus un instrument commun à tous les pays en guerre. C’est pourquoi en mai 1944 à Londres, les ministres de l’Éducation desdits pays créèrent une commission interalliée pour la protection et la restitution de biens culturels55, placée sous la direction de Paul Vaucher, tandis qu’était également créé le Comité britannique de protection et de restitution, dit comité MacMillan56. La commission Vaucher développa des propositions théoriques concrètes sur la manière de traiter après la guerre les pillages perpétrés par les nazis. Ses principes les plus importants furent adoptés en juillet de la même année lors de la conférence de Bretton Woods sous la forme d’une résolution. Tous les objets d’art confisqués ou achetés pendant la guerre à l’étranger devaient d’abord être identifiés en tant que tels par les Alliés, puis restitués au gouvernement du pays depuis lequel l’objet en question avait été apporté dans le Reich entre 1939 et 1945. Les problèmes de droit qui se posaient devaient également être réglés grâce à une concertation interalliée. La résolution comportait déjà en germe l’idée de points de regroupement où il serait procédé à l’identification et à la répartition des œuvres – une idée qui trouverait plus tard sa réalisation concrète avec les Collecting Points57. Cette décision réglant la mise en œuvre pratique de la déclaration de Londres trouva sa formulation juridique en septembre 1944 dans la loi no 52 du commandement suprême interallié relative au blocage et au contrôle des biens pour les quatre zones d’occupation de la future Allemagne occupée58. Les œuvres d’art découvertes dans les dépôts d’Allemagne ne devaient pas sortir de la zone occupée par l’une des quatre puissances, elles devaient faire l’objet d’un inventaire et d’un contrôle, et quand leur pays d’origine pouvait être établi, lui être restituées. Le 14 juillet 1945, la loi était étendue aux œuvres confisquées en Allemagne par le régime national-socialiste qui devraient désormais faire l’objet du même contrôle59.

d. Les autres organisations

  • 60 Voir Löhr, 2005, p. 67 ; Yeide, Akinsha et Walsh, 2001, p. 56.
  • 61 Voir Löhr, 2005, p. 69.
  • 62 Voir Yeide, Akinsha et Walsh, 2001, p. 71-72. Les rapports originaux sont conservés au National Arc (...)

25Les deux organisations présentées ci-dessus n’étant pas en mesure d’obtenir auprès des Allemands des renseignements suffisamment neutres, on fit également appel pour procéder aux recherches sur les acquisitions allemandes aux services secrets américains, l’Office for Strategic Services (OSS)60, avant de créer un peu plus tard une sous-organisation, l’Art Looting Investigations Unit (ALIU). Cette dernière fut chargée, dans le cadre du contre-espionnage, de recherches particulières en matière de spoliations. Elle collectait les faits et les noms de suspects présumés : les auteurs de spoliations, les marchands d’art y ayant participé et les membres du NSDAP dont les fonctions étaient en relation avec la confiscation d’objets. Après la capitulation de l’Allemagne, les personnes en question furent interrogées sur leurs activités sous le IIIe Reich dans un centre aménagé à cet effet à Altaussee61. Les rapports rédigés par l’ALIU constituent aujourd’hui encore l’une des sources d’informations les plus importantes sur les spoliations et les personnes qui y étaient impliquées62.

e. La Commission de récupération artistique

  • 63 Il existe relativement peu de publications sur la Commission de récupération artistique. C’est prin (...)
  • 64 Voir Lorentz, 1998, p. 225 ; Hamon, 1993, p. 5-6.
  • 65 Voir Florisoone, 1946, p. 67.

26La Commission de récupération artistique (CRA) est l’équivalent français de la commission Roberts américaine et du comité MacMillan britannique63. Elle fut créée en raison du grand nombre d’objets de valeur qui, en France particulièrement, avaient disparu pendant la guerre à la suite des confiscations ou des ventes sur le marché de l’art ; elle venait compléter le travail de l’Organisation des biens et intérêts privés (OBIP) qui était depuis la Première Guerre mondiale rattachée au ministère des Affaires étrangères et chargée des réclamations de toutes sortes. L’initiative de cette nouvelle commission revient à Jacques Jaujard qui, comme nous l’avons mentionné, avait été directeur des Musées nationaux et occupait depuis décembre 1944 la fonction de directeur général des arts et lettres64. Comparable à son équivalent américain, les MFA&A, la Commission de récupération jouissait d’un pouvoir exécutif65. Ses membres devaient recueillir des renseignements sur l’origine et l’historique des objets confisqués par l’ennemi en France, et soulager l’OBIP en cas de demandes de restitution réelles portant sur des œuvres d’art. L’arrêté ministériel du 24 novembre 1944 précisait ses missions :

  • 66 Arrêté ministériel du 24 novembre 1944, art. 1er, cité d’après Florisoone, 1946, p. 68.

« La Commission de récupération artistique ayant pour objet
1. d’étudier les problèmes posés par la récupération des œuvres d’art, souvenirs historiques, objets précieux, documents d’archives, livres et manuscrits enlevés par l’ennemi ou sous son contrôle au cours de l’occupation du territoire français ;
2. de recueillir et de contrôler, en vue de cette récupération, les déclarations des intéressés et tous les éléments d’information sur les objets ainsi définis appartenant aux collectivités françaises ou à des ressortissants français66. »

  • 67 Voir Le Masne de Chermont et Sigal-Klagsbald, 2008 (L’ampleur), p. 27 ; Lorentz, 1998, p. 226.
  • 68 De son vrai nom Rosa Antonia Valland, née à Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs le 1er novembre 1898, † à (...)
  • 69 Les activités d’espionnage de Rose Valland au Jeu de paume pendant l’Occupation sont principalement (...)
  • 70 Voir Edith Standen, « Introduction. The Immediate Postwar Periode 1945-1951 », dans The Spoils of W (...)
  • 71 Pour Rorimer, voir en ligne : www.arthistorians.info/rorimerj ; Schrenk, 1997, p. 57-59.
  • 72 Voir Rorimer, 1950, p. 108-115 ; Valland, 1997, p. 218-220.
  • 73 Voir Walter I. Farmer (éd.), Die Bewahrer des Erbes. Das Schicksal deutscher Kulturgüter am Ende de (...)

27À la tête de la Commission, on nomma Albert Henraux, président de la Société des amis du Louvre et vice-président du Conseil supérieur des musées nationaux. C’est Michel Florisoone (1904 – après 1975 ?) qui était chargé de l’administration ; ayant longtemps travaillé au ministère des Affaires étrangères, il avait l’expérience des échanges interculturels et était au moment de sa nomination conservateur au Louvre67. Rose Valland (1898-1980)68 fut engagée comme secrétaire. Pendant toute l’Occupation, elle avait travaillé comme attachée de conservation au musée du Jeu de paume tout en s’engageant dans la Résistance. Sans jamais être découverte, elle avait fourni de précieuses informations sur les mécanismes du pillage du patrimoine français par l’ERR. Comme elle parlait l’allemand, elle avait appris, en épiant les conversations, le contenu et la destination des nombreux convois transportant des œuvres d’art vers l’Allemagne. Pendant toute la durée de la guerre, elle avait soigneusement consigné toutes ces informations, dressé la liste des œuvres spoliées présentées dans les expositions privées organisées pour Göring et établi des copies des inventaires. Ce qu’elle savait fut d’un grand secours pour la CRA dans le cadre de la récupération des œuvres françaises parties pour l’Allemagne69. Au cours de l’hiver 1944, elle informa les Américains de l’emplacement géographique des dépôts dont elle connaissait l’existence afin d’empêcher que, dans ces dernières années de la guerre, des œuvres françaises présentes en Allemagne ne disparaissent sous les bombardements70. Elle s’adressa pour cela à James Joseph Rorimer (1905-1966)71, l’un des officiers placés à la tête des MFA&A et qui était alors en poste à Paris. Après la guerre, Rorimer sera nommé directeur du Metropolitan Museum of Art à New York. Dans leurs souvenirs respectifs, Valland et Rorimer soulignent l’importance de cette coopération franco-américaine au début de leur travail pour la protection des œuvres d’art72. Plus tard, Rose Valland recevra de nombreuses distinctions pour son engagement envers la France. Le gouvernement français la nomma officier de la Légion d’honneur et commandeur des Arts et Lettres, elle reçut également la médaille de la Résistance, la Bundesverdienstkreuz, tandis que les Américains lui décernaient la Presidential Medal of Freedom (ill. 80)73.

ill. 80. Rose Valland (1898-1980)

ill. 80. Rose Valland (1898-1980)

photo © Archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine, Archives des musées nationaux (AMN RA 572-R19), avec l’aimable autorisation de Camille Garapont, l’ayant droit de Rose Valland

  • 74 Voir Florisoone, 1946, p. 71-72 : « 1. Toute œuvre d’art dont la provenance française est certaine (...)

28La doctrine de la Commission de récupération artistique prescrivait que toute œuvre ayant quitté la France pendant la guerre relevait de la responsabilité de la CRA et devrait être restituée à la France. Pour les œuvres considérées comme perdues, le gouvernement français exigeait une indemnité. Les acquisitions effectuées par des Allemands devaient également être restituées à la CRA qui les conserverait jusqu’à ce que leur propriétaire légal ait été retrouvé74.

  • 75 Pour un exposé à titre d’exemple de la procédure administrative de restitution par la CRA, voir Ham (...)
  • 76 Voir Lorentz, 1998, p. 227.
  • 77 Voir Corinne Hershkovitch, « Offene Rechnungen. Die Restitution von Kunstwerken in Frankreich », da (...)

29Les citoyens français furent invités par voie de presse et par radio à établir une liste des œuvres qu’ils auraient perdues pendant l’Occupation et à l’envoyer, avec les circonstances de cette perte, à l’OBIP ou, quand il s’agissait exclusivement d’objets d’art, directement à la CRA75. Ces réclamations écrites étaient enregistrées par la Commission de récupération qui ouvrait pour chaque cas un dossier qui ne serait refermé qu’une fois la restitution effectuée76. Sur la base de ces demandes de restitution fut établi un inventaire des biens volés en France, le « Répertoire des biens spoliés », dont les dix volumes furent publiés entre 1947 et 1949 par le Bureau central des restitutions du commandement en chef français en Allemagne. Les volumes 2 et 3, qui comprennent la liste des biens culturels disparus, furent adressés aux musées et galeries, en particulier en France, en Allemagne, en Autriche et aux États-Unis, pour qu’ils les restituent77.

f. « Collecting Points »

  • 78 Voir Thomas Corr Howe, Salt Mines and Castles. The Discovery and Restitution of Looted European Art(...)
  • 79 Voir Florisoone, 1946, p. 72-73.
  • 80 Voir Löhr, 2005, p. 71 ; Lorentz, 1998, p. 232.
  • 81 Voir Valland, 1997, p. 219-220 ; Lorentz, 1998, p. 229 et 232 ; Farmer, 2002, p. 93.

30Avec l’entrée des troupes alliées en Allemagne, les officiers des MFA&A se mirent à la recherche des œuvres cachées par les Allemands dans des dépôts secrets. Dans les cachettes qu’ils trouvèrent en Allemagne et en Autriche se trouvaient aussi bien des œuvres dérobées par les nazis que des œuvres provenant de musées allemands qui avaient été évacuées et mises à l’abri du fait de la guerre78. Comme la plupart des dépôts retrouvés étaient situés dans la zone d’occupation américaine79, les autres pays dépêchèrent des missions chargées de représenter respectivement leurs revendications propres et d’identifier les œuvres manquantes80. Dès avril 1945, Rose Valland avait demandé à s’acquitter de cette mission et, le 4 mai suivant, elle reçut l’ordre de rejoindre avec ses collègues Jacques Dupont et Guy Gaudson la 1re armée française placée sous les ordres du général de Lattre de Tassigny. Pour qu’ils puissent se déplacer en Allemagne au nom de la France afin de rechercher les œuvres qui avaient quitté le Jeu de Paume pendant la guerre et se trouvaient maintenant dans les caches nazies, on leur décerna à tous les trois le grade militaire de capitaine81.

  • 82 Voir Yeide, Akinsha et Walsh, 2001, p. 94.
  • 83 Voir Craig Hugh Smyth, Repatriation of the Art from the Collecting Point in Munich after Wold War I (...)
  • 84 Voir Standen, 1997, p. 123 : « Munich was the site of the first collecting point ; the second was W (...)

31Après avoir découvert les dépôts et les œuvres qui y étaient cachées, les Américains les regroupèrent à différents endroits, désignés comme Central Collecting Points (CCP), où les objets devaient être identifiés, répertoriés et finalement restitués à leur propriétaire légal ou à leur pays d’origine. Au début, il y eut plusieurs points de rassemblement puis, à partir de 1946, on concentra les œuvres sur quatre sites, Munich, Wiesbaden, Marbourg et Offenbach. En juin de cette même année, Marbourg fut fermé et les Collecting Points qui restaient se spécialisèrent chacun dans un domaine particulier. Au dépôt d’Offenbach étaient surtout regroupés les objets sacrés, les archives et les livres juifs ; à Wiesbaden, c’étaient les biens artistiques d’origine allemande tandis que Munich s’occupait surtout des restitutions aux pays étrangers82. Le travail des officiers américains dans les différents Collecting Points a été longuement documenté par leurs directeurs respectifs – à Munich, Craig Hughe Smyth (1915-2006), et à Wiesbaden Walter I. Farmer (1911-1997)83. Smyth avait développé à Munich un système d’inventaire reposant sur des property-cards qui fut repris également à Wiesbaden (ill. 81a-d)84.

ill. 81a. Property-card du Collecting Point de Wiesbaden pour une peinture du musée des Beaux-Arts de Strasbourg (Jean-Honoré Fragonard, Le Christ aux outrages, MBA 1663), recto et verso

ill. 81a. Property-card du Collecting Point de Wiesbaden pour une peinture du musée des Beaux-Arts de Strasbourg (Jean-Honoré Fragonard, Le Christ aux outrages, MBA 1663), recto et verso

photo © Bundesarchiv Koblenz (BArch B 323/590) / The U.S. National Archives and Records Administration, Washington (NARA M1947, Ardelia Hall Collection, Property cards from the Wiesbaden Central Collecting Point during the period 1945-52, card number WIE 1873/2, www.fold3.com/image/231949973)

ill. 81b. Property-card du Collecting Point de Wiesbaden pour une peinture du musée des Beaux-Arts de Strasbourg (Francisco de Herrera le Jeune, Nature morte aux poissons, désormais attribué à Giuseppe Recco, Nature morte aux poissons et crabe, MBA 1662), recto et verso

ill. 81b. Property-card du Collecting Point de Wiesbaden pour une peinture du musée des Beaux-Arts de Strasbourg (Francisco de Herrera le Jeune, Nature morte aux poissons, désormais attribué à Giuseppe Recco, Nature morte aux poissons et crabe, MBA 1662), recto et verso

photo © Bundesarchiv Koblenz (BArch B 323/590) / The U.S. National Archives and Records Administration, Washington (NARA M1947, Ardelia Hall Collection, Property cards from the Wiesbaden Central Collecting Point during the period 1945-52, card number WIE 1873/3, www.fold3.com/image/231949988)

ill. 81c. Property-card du Collecting Point de Wiesbaden pour une peinture du musée des Beaux-Arts de Strasbourg (Francisco de Goya, Portrait de Bernardo d’Yriarte, MBA 1660), recto et verso

ill. 81c. Property-card du Collecting Point de Wiesbaden pour une peinture du musée des Beaux-Arts de Strasbourg (Francisco de Goya, Portrait de Bernardo d’Yriarte, MBA 1660), recto et verso

photo © Bundesarchiv Koblenz (BArch B 323/590) / The U.S. National Archives and Records Administration, Washington (NARA M1947, Ardelia Hall Collection, Property cards from the Wiesbaden Central Collecting Point during the period 1945-52, card number WIE 1880/2, www.fold3.com/image/231950366)

ill. 81d. Property-card du Collecting Point de Wiesbaden pour une peinture du musée des Beaux-Arts de Strasbourg (Sanchez Cotan, Nature morte au cardon rose, MBA 1659), recto et verso

ill. 81d. Property-card du Collecting Point de Wiesbaden pour une peinture du musée des Beaux-Arts de Strasbourg (Sanchez Cotan, Nature morte au cardon rose, MBA 1659), recto et verso

photo © Bundesarchiv Koblenz (BArch B 323/590) / The U.S. National Archives and Records Administration, Washington (NARA M1947, Ardelia Hall Collection, Property cards from the Wiesbaden Central Collecting Point during the period 1945-52, card number WIE 1882/3, www.fold3.com/image/231950436)

  • 85 Voir Smyth, 1988, p. 94-95 ; Löhr, 2005, p. 70.
  • 86 Voir NARA Record Group RG 260, Entry 492-506 (NARA Microfilm Publication M 1947, Rolls 1-117). Un e (...)

32Pour toute œuvre arrivant au Collecting Point, on établissait une property-card, une fiche où figurait le numéro d’arrivée, une description de son état actuel ainsi que son genre artistique, le nom de son auteur, son titre, le lieu où elle avait été découverte et ses dimensions. Pour éviter toute confusion, chaque objet était enfin photographié, et un tirage en petit format était fixé sur la fiche. L’œuvre, avec sa fiche, était ensuite placée dans une réserve jusqu’à la conclusion de l’enquête sur son origine. Si la recherche portait ses fruits, on complétait la fiche en y indiquant le pays auquel elle devait être restituée et, le cas échéant, le nom de l’ancien propriétaire ainsi que la date de sortie de l’œuvre du CCP. Un double système de numérotation aidait les collaborateurs des Collecting Points à utiliser ces cartes en interne85. Ces documents, qui sont conservés dans leur intégralité à la National Archive de Washington, permettent de reconstituer avec une grande précision la présence de tel ou tel objet dans tel ou tel Collecting Point et le parcours qu’il a suivi86.

  • 87 Pour les informations de ce passage, voir Löhr, 2005, p. 70-75 ; Michael Kurtz, « The End of the Wa (...)

33Selon les zones d’occupation, la procédure de restitution au pays d’origine et le fondement juridique de celle-ci n’étaient pas les mêmes. Certes, avant même d’occuper l’Allemagne, les Alliés avaient envisagé de constituer une commission commune de restitution, mais leurs positions respectives en matière de restitution divergeaient, et cette commission commune ne vit jamais le jour. En 1945, lors des conférences interalliées successives de 1945 – juin à Moscou, septembre à Potsdam, novembre à Paris –, on tenta d’élaborer des principes communs pour la restitution des biens culturels, mais les points de vue restaient incompatibles, le principal obstacle étant le refus de l’Union soviétique de tolérer quelque forme de contrôle que ce soit dans sa zone d’Allemagne de l’Est. La France réclamait une « restitution en nature » qui impliquait que tout bien irrémédiablement perdu par et dans son pays du fait de la guerre ferait l’objet d’une compensation intégrale, c’est-à-dire qu’il serait remplacé par un bien culturel allemand. Mais l’idée de remplacer les œuvres perdues d’autres pays par des œuvres allemandes était catégoriquement rejetée par les Britanniques et les Américains qui y voyaient une forme moralement inacceptable de pillage de l’adversaire et la jugeaient donc antidémocratique et incompatible avec des négociations de paix qu’ils voulaient exemplaires. Le Conseil de contrôle allié finit par s’entendre le 21 janvier 1946 sur la restitution des œuvres d’art selon leur provenance. Il s’agissait entre les Alliés du plus petit dénominateur commun, lequel avait d’ailleurs déjà été décidé en juillet 1944 dans la résolution de Bretton-Woods. Mais malgré cet accord, il y eut de facto quatre programmes différents de restitution, dans la mesure où les modalités d’application des décisions communes restaient de la compétence de chacun des commandements en chef des puissances d’occupation alliées87.

  • 88 Voir Gesetz no 59 der Militärregierung Deutschland – Amerikanisches Kontrollgebiet vom 10. November (...)
  • 89 Voir Ordonnance no 120 du 10 novembre 1947 du gouvernement militaire français en Allemagne relative (...)
  • 90 Voir Constantin Goschler, « Die Politik der Rückerstattung in Westdeutschland », dans « Arisierung  (...)

34Dans le secteur américain, c’est la loi militaire no 59 qui constitua le fondement juridique de la restitution des biens soustraits ou spoliés pour des motifs de race, de religion ou pour des motifs politiques88. La restitution des biens spoliés dans la zone d’occupation française reposait quant à elle sur l’ordonnance no 12089. Les deux textes furent adoptés séparément le 10 novembre 1947 ; ils ne présentent guère de similitudes de contenu90. Comme les œuvres de Strasbourg avaient été placées dans des dépôts du pays de Bade qui relevaient les uns de la zone française, les autres de la zone américaine, elles ne furent pas toutes soumises à la même réglementation pour leur rapatriement en Alsace.

g. Le règlement particulier de la France pour les propriétés artistiques de Strasbourg

  • 91 Voir Martin à Haug, fin septembre 1944, dans GLA 441 Zug. 1982/38, no 60.

35Dès septembre 1944, Kurt Martin avait laissé entendre à son collègue Haug que le retour des objets provenant du musée de Strasbourg et déposés en Allemagne pourrait être problématique dans la mesure où il s’agissait pour la plupart d’acquisitions effectuées pendant la guerre91. C’est en mars 1945 que Haug fut pour la première fois contacté par les Français sur cette question.

  • 92 Voir Le Masne de Chermont et Sigal-Klagsbald, 2008 (L’ampleur), p. 26.

36Comme nous l’avons exposé dans la partie précédente, la CRA avait demandé en France que soient déclarées les pertes ou cessions d’œuvres d’art sous l’Occupation. Les antiquaires, les marchands d’art et les galeristes devaient fournir des listes des ventes effectuées pendant la guerre ainsi que des renseignements sur leurs clients. Cette procédure avait pour but de faire apparaître clairement quels objets de valeur étaient sortis de France et devaient y être rapatriés. De plus, l’État espérait retrouver ainsi la trace de collaborateurs supposés92.

  • 93 Voir Haug à Recher, 28 mars 1945, dans AMN RP 2 A, Affaires d’Alsace. Rapports Haug (1945 – 5 juill (...)
  • 94 Voir note sur l’enveloppe du courrier de Haug à Recher, 28 mars 1945 : « Prière à la direction des (...)

37C’est l’antiquaire parisien Recher qui signala à Haug que les acquisitions effectuées sous l’Occupation à Paris par des Allemands étaient soumises à des règlements particuliers. Recher se demandait où se trouvaient les œuvres achetées par Kurt Martin pendant la guerre et comment il fallait considérer ces achats effectués par un Allemand pour un musée alsacien93. Haug n’avait pas de réponse à cette question – selon les dispositions de la déclaration de Londres relatives aux restitutions, les achats d’un Allemand sur le marché de l’art parisien entre 1940 et 1944 devaient revenir à l’État français. Mais Kurt Martin, bien qu’allemand, les avait effectués pour une institution française ; certes, cette institution était sans nul doute placée sous une direction allemande, mais, dans la mesure où l’occupation de l’Alsace n’avait aucune légitimité juridique, l’institution ne pouvait en aucun cas être considérée comme allemande. Haug fit parvenir une réponse prudente à Recher par la voie hiérarchique de la Direction des musées de France pour que cette dernière en prenne connaissance94. Par le même courrier, il s’adressait de plus directement à Georges Salles pour clarifier le problème que posaient les acquisitions réalisées pour Strasbourg pendant la guerre. Il lui expliquait comment il avait procédé avec Martin pour effectuer des achats sur le marché de l’art parisien, soulignant qu’il avait été informé par son collègue de toutes les acquisitions et reconnaissant avoir été lui-même à l’origine de certaines d’entre elles en signalant à Martin des objets intéressants pour les musées de Strasbourg et en l’encourageant à les acquérir. Certaines œuvres, continuait-il, avaient été directement portées à l’inventaire des musées de Strasbourg, d’autres restant provisoirement en la possession de l’Administration générale. Après avoir exposé les faits, il s’interrogeait sur le sort qui attendait ces objets :

  • 95 Haug au directeur des Musées de France, 28 mars 1945, dans AMN RP 2 A, Affaires d’Alsace. Rapports (...)

« De 1940 à 1944, le Dr. Martin a acheté pour la Generaldirektion der oberrheinischen Museen de nombreux tableaux et objets d’art, dont la plupart étaient destinés à enrichir les séries existantes dans les musées de Strasbourg. J’étais tenu par lui au courant de ces achats, souvent consulté préalablement, parfois même c’était moi qui les ai provoqués. Tout Paris savait donc alors que je ne doutais pas du retour de l’Alsace à la France, et de mon propre retour à Strasbourg. Ce qui importe ici, c’est que tous les tableaux et objets d’art en question ont été laissés par le Dr Martin, ainsi qu’il me l’avait toujours promis, dans les dépôts des musées de Strasbourg, en Alsace même, de ce fait, dès novembre 1944, sous mon contrôle95. »

38Salles n’avait pas non plus de solution immédiate. Il s’adressa par courrier à Jacques Jaujard pour lui rendre compte de la situation décrite par Haug et proposa qu’une expertise officielle du service juridique du ministère de l’Éducation nationale et des Beaux-Arts donne une réponse sans équivoque à la question de savoir si les achats d’œuvres d’art effectués par Kurt Martin pendant l’Occupation à Paris devaient être considérés comme des « achats ennemis » :

  • 96 Directeur des Musées de France au directeur général des Arts et des Lettres, 24 avril 1945, dans AM (...)

« Cependant, les vendeurs sont touchés par le recensement actuellement en cours de ces achats faits par les Allemands dans le commerce des antiquités et objets d’art et plusieurs d’entre eux posent la question de savoir si, en raison de la réintégration de l’Alsace dans la communauté française, les achats spécialement faits par le Docteur Martin pour les Musées de Strasbourg doivent être considérés comme des achats ennemis. Il m’apparaît que cette question ne peut être tranchée que par le Comité des jurisconsultes du ministère de l’Éducation nationale et je vous serais très reconnaissant de vouloir bien l’en saisir au cours de l’une de ses plus prochaines réunions96. »

39Le conseil juridique de la Direction des musées de France, le professeur de droit Hamel, après avoir étudié les faits, rédigea une note relative à la situation juridique des œuvres achetées par Kurt Martin pour Strasbourg au nom de l’Administration générale des musées du Rhin supérieur (doc. 14). Toutes les œuvres qui figuraient déjà dans l’inventaire des musées de Strasbourg devaient être considérées comme propriétés du musée et ne pouvaient en aucun cas être vendues au profit de l’État français. Pour les objets ayant avec certitude été acquis par Kurt Martin pour les musées de Strasbourg, mais n’étant inscrits ni à l’inventaire particulier de l’Administration générale ni à quelque inventaire que ce soit, la note se montre plus prudente, mais en arrive néanmoins à la conclusion que l’Administration générale des musées du Rhin supérieur devait être entendue comme une administration temporaire, suppléante du musée, et que par conséquent ces œuvres étaient aussi propriétés de Strasbourg :

  • 97 Hamel, professeur à la faculté de droit de Paris, conseil juridique de la Direction des musées nati (...)

« En réalité, la Generaldirektion n’a été qu’un propriétaire provisoire en attendant l’accomplissement des formalités administratives d’inventaire et d’inscription au catalogue ; et c’est le musée qui, au jour de l’acquisition, a été le véritable propriétaire de l’œuvre d’art. […] Ainsi apparaît-il que toutes les œuvres d’art acquises pendant l’occupation au profit des Musées d’Alsace par la “Generaldirektion der Oberrheinischen Museen” doivent, par application de principes juridiques bien établis, être soustraites au séquestre de la Direction des Domaines et rester affectées au Musée pour lequel elles ont été acquises ; cette solution s’impose aussi bien pour les œuvres régulièrement inventoriées dans un Musée que pour celles qui, non encore inventoriées, se trouvent, en attendant leur transport dans le Musée auquel elles sont destinées, dans un dépôt provisoire97. »

  • 98 Telle est la justification officielle que donne le Collecting Point de Wiesbaden dans un document é (...)

40La situation était donc claire : les œuvres achetées par Martin à Paris pour le musée de Strasbourg ne devaient pas revenir à l’État français, mais être affectées au musée pour lequel elles avaient été achetées. La note constitue le fondement juridique du transfert de propriété de ces œuvres d’art au profit du musée des Beaux-Arts de Strasbourg et représente le point de vue officiel des Musées nationaux français sur la question. Dans le contexte de la politique française de restitution, le musée de Strasbourg occupe donc une position particulière, laquelle n’est néanmoins pas en contradiction avec les directives générales relatives à ces restitutions. Le règlement interallié concernant les œuvres d’art acquises par des Allemands dans les territoires occupés prévoyait le retour sans réserve de ces achats dans leur pays d’origine, non pas parce que l’acquisition en soi constituait un acte illégal, mais parce que, au moment du paiement des œuvres, le taux de change en vigueur en France était un taux illégal, les paiements en Hollande et en Belgique étant quant à eux souvent effectués uniquement avec de la monnaie d’occupation, les bons de caisse du Reich [Reichskassenscheine]. Le vendeur, ou le pays d’où provenait l’objet, n’avait donc pas obtenu pour la vente une somme convenable98. Étant donné que l’annexion de l’Alsace par l’Allemagne n’avait eu à aucun moment une validité juridique, que l’Alsace avait donc, juridiquement, continué pendant toute la période de l’annexion de faire partie de la France, et que les œuvres d’art achetées par Kurt Martin sur le marché de l’art parisien restaient à la disposition de l’État français, le règlement prévoyant la restitution des œuvres à l’État (à supposer que ces objets ne soient pas réclamés par des propriétaires privés) était nul et non avenu.

3. Le parcours des tableaux

a. La réhabilitation politique de Kurt Martin

  • 99 Voir Wolfgang Stopfel, « Geschichte der badischen Denkmalpflege und ihrer Dienststellen Karlsruhe, (...)

41Kurt Martin avait passé les derniers mois de la guerre avec sa famille près du lac de Constance. C’est dans cette région, qui se trouvait désormais dans la zone d’occupation française, qu’avait été déplacée par arrêté ministériel l’Administration des musées du Bade99. Après son départ d’Alsace et du fait de la nouvelle situation politique, Kurt Martin, en sa qualité de directeur général des musées du Rhin supérieur, aurait dû en réalité ne conserver que la responsabilité de la direction des musées badois. Mais il se sentait tout autant responsable des musées de Strasbourg et s’était surtout engagé pour les œuvres qu’il avait acquises au cours des quatre années écoulées pour enrichir leurs collections et qui se trouvaient maintenant dans des dépôts cachés en Allemagne.

  • 100 Waldheim près de Schienen sur la presqu’île de Höri, située dans la partie ouest du lac de Constanc (...)
  • 101 Voir Martin, Bericht/Rapport, 20 mai 1945, dans GLA 441 Zug. 1982/38, no 60.

42Dès le 20 mai 1945, il rédigea à Waldheim100 un rapport en français et en allemand sur les collections d’art badoises et l’Administration générale des musées du Rhin supérieur, destiné au gouvernement militaire français et aux instances qui remplaçaient le ministère de la Culture du Bade. On ne sait pas si cette démarche était spontanée ou si Martin y avait été invité officiellement. S’il a agi de sa propre initiative, il faut interpréter ce rapport comme une offre de services adressée à la puissance occupante française101. Martin énumère tous les musées du Bade, l’orientation de leurs collections et le nom de leurs directeurs ainsi que les dépôts d’État ayant abrité les œuvres pendant la guerre. En ce qui concerne l’Administration générale, il explique en quoi consistaient sa mission et ses propres attributions. En ce qui concerne ses achats à l’étranger, il note :

  • 102 Martin, Bericht/Rapport, 20 mai 1945, dans GLA 441 Zug. 1982/38, no 60. Souligné par l’auteure.

« À ma connaissance, les musées du pays de Bade n’ont fait aucune acquisition à l’étranger, ni pris en compte des œuvres d’art confisquées à l’étranger. Des achats de tableaux, sculptures, objets d’art industriel à l’étranger (en France et en Hollande) n’ont été effectués que par la Direction générale des musées du Rhin supérieur, à laquelle étaient également annexés les musées alsaciens depuis automne 1940, et ceci uniquement par des opérations de commerce régulières. La presque totalité des acquisitions étaient destinées à Strasbourg. Les œuvres achetées ne furent cependant pas distribuées, car toute disposition était impossible pendant la guerre. Les œuvres se trouvent dans différents dépôts (partiellement en Alsace) où elles ont pu être entreposées au mieux afin d’éviter des transports inutiles ou en vue de restaurations nécessaires. Il est de l’intérêt des musées strasbourgeois et correspond à mon propre désir que les acquisitions pour ces collections restent conservées par/pour la Ville de Strasbourg102. »

43Était jointe à ce courrier une liste précise de tous les achats effectués par Martin pendant l’Occupation au nom de l’Administration générale des musées du Rhin supérieur ainsi que des dépôts d’État dans lesquels ils se trouvaient à cette date, classés ainsi :

  • « Achats en France, dépôt à Strasbourg ou en Alsace »
  • « Achats en France, dépôt en Allemagne »
  • « Achats en Hollande »
  • « Achats en Hollande, destinés à Karlsruhe »
  • « Achats en France, destinés à Karlsruhe »
  • « Achats en Allemagne, pour Strasbourg103 »

44Ces regroupements des acquisitions par dépôt et destination allaient relever de statuts juridiques différents. En effet, certaines œuvres destinées à Strasbourg se trouvaient en dépôt en zone française, dans l’ancienne prison de Pfullendorf, au château de Lorenzenhof et au Neues Schloss de Baden-Baden. La saline de Heilbronn où étaient déposés les vitraux de la cathédrale et une grande partie des objets achetés par Martin en Hollande était quant à elle sous le contrôle des Américains.

  • 104 Pour Maurice Jardot, voir Kurt Martin, « Abschiedsworte an zwei von uns scheidende Kunstfreunde », (...)
  • 105 Gerhard Martin, dans un entretien avec l’auteure le 20 novembre 2005. Gerhard Martin se souvient qu (...)
  • 106 Plus tard, c’est selon ces modalités qu’il lui fallut se justifier vis-à-vis du gouvernement milita (...)
  • 107 Peintre parisien et officier chargé de la récupération des œuvres auprès de la 1re armée française, (...)
  • 108 Voir Valland, 1997, p. 219-222 ; Le Masne de Chermont et Sigal-Klagsbald, 2008 (L’ampleur), p. 29.
  • 109 Martin, 1967, p. 216.
  • 110 Voir ibid. ; Valland, 1997, p. 219-220.
  • 111 Voir Jürgen Klöckler, « Grundzüge der französischen Kulturpolitik im besetzten Deutschland nach dem (...)
  • 112 Voir Haug au président de la Commission de récupération artistique, 4 juin 1945, dans MAE carton no(...)
  • 113 Valland, 1997, p. 226 : « La plupart des collections visitées appartenaient aux musées du Haut-Rhin (...)

45Quelques jours après réception du rapport de Martin par ses destinataires, ce dernier fut pour la première fois de nouveau en contact avec Hans Haug. On ne sait que peu de chose sur les circonstances de son voyage en Alsace. Le fils de Kurt Martin, Gerhard Martin, se souvient que son père avait été arrêté immédiatement après la fin de la guerre, puis ramené en Alsace par Maurice Jardot (1911-2002)104, l’officier dirigeant les affaires culturelles pour le gouvernement militaire français dans le Sud-Bade, et futur directeur de la galerie Louise Leiris (anciennement Kahnweiler) à Paris (ill. 82)105. Il est probable qu’il s’agissait de confronter Kurt Martin et Hans Haug pour vérifier la véracité de ses propos106. Quoi qu’il en soit, le capitaine Jean Rigaud (1912-1999)107 et Rose Valland, qui depuis la fin des combats sillonnaient l’Allemagne pour soutenir le travail des officiers français des beaux-arts108, accompagnèrent Kurt Martin qui revenait pour la première fois « six ou déjà huit semaines après l’occupation du Bade109 » à Strasbourg où tous lui réservèrent un accueil chaleureux110 – comme il s’en souvient dans un texte de 1967 où il raconte comment il avait sauvé le retable d’Issenheim des convoitises nazies. Le programme de dénazification des Français fut mené les premiers temps de manière assez peu bureaucratique111, ainsi cette opération de même que le courrier à décharge adressé par Haug aux Musées nationaux et à la CRA suffirent-ils à lever tous les soupçons de collaboration pesant sur Martin. Hans Haug confirme ces retrouvailles avec son prédécesseur dans une lettre adressée à Albert Henraux le 4 juin 1945 : « Ayant pu rencontrer le Dr Martin… », écrit-il112. De ce jour, Martin apporta son soutien au travail du gouvernement militaire dans la recherche des œuvres d’art. En sa qualité de directeur général des musées du Rhin supérieur, il avait coordonné les mesures de défense antiaérienne et l’évacuation des œuvres de tous les musées de Bade et d’Alsace ; il connaissait donc tous les dépôts, les surveillants et même les mesures particulières de conservation prises pour certaines œuvres. Dans Le front de l’art, Rose Valland témoigne de l’importance de l’aide apportée par Kurt Martin et relate qu’à plusieurs reprises il les accompagna, Jean Rigaud et elle, dans leurs tournées d’inspection de nouveaux dépôts (doc. 15, ill. 83)113.

ill. 82. Maurice Jardot (1911-2002)

ill. 82. Maurice Jardot (1911-2002)

photo © publiée dans Maurice Jardot. Une collection passionnément utile, cat. exp. Villeneuve d’Ascq et Belfort, 2004, p. 192 (© t.d.r.)

ill. 83. Kurt Martin et Rose Valland dans un groupe de personnes non identifiées, fin des années 1940

ill. 83. Kurt Martin et Rose Valland dans un groupe de personnes non identifiées, fin des années 1940

photo © Archives de l’association « La Mémoire de Rose Valland », Saint-Etienne-de-Saint-Geoirs, avec l’aimable autorisation de Camille Garapont, l’ayant droit de Rose Valland

  • 114 Voir Schrenk, 1995, p. 74.
  • 115 Voir Rorimer, 1950, p. 144-146.
  • 116 Pour l’inondation de la saline d’Heilbronn et les notes prises par Martin, voir Schrenk, 1997, p. 6 (...)
  • 117 Martin à Schnellbach, manuscrit, s.a. [été 1945] (archives privées Gerhard Martin, Munich) : « Je s (...)

46La collaboration de Kurt Martin avec les officiers du gouvernement militaire américain ne commença que beaucoup plus tardivement. James Rorimer, que nous avons évoqué plus haut, était en tant qu’officier chargé des affaires culturelles auprès de la 7e armée américaine responsable de la recherche des œuvres dans la partie du Bade occupée par les Américains (ill. 84). Peu après la découverte du dépôt de la saline de Heilbronn, il apparut que des infiltrations d’humidité avaient rendu totalement illisibles les listes des œuvres qui s’y trouvaient. Faute d’informations sur la provenance des 20 000 caisses environ déposées dans la saline114, et sur le principe qui avait présidé à leur transport dans ce dépôt, il semblait quasi impossible de procéder à la restitution des objets de la saline à leurs propriétaires légaux (ill. 85, 86). Rorimer parvint à retrouver Rudolph Schnellbach, l’ancien suppléant de Martin comme directeur général des musées du Rhin supérieur, lequel s’était occupé d’une bonne partie de l’opération de stockage des œuvres dans la saline. Schnellbach lui signala que Martin, qui vivait dans la partie du Bade occupée par les Français, possédait une copie des listes et savait exactement ce qui avait été apporté à Heilbronn. Rorimer se mit en quête de Martin et, après avoir dû attendre cinq mois le laissez-passer qui lui permettrait d’entrer en zone française, il finit par le retrouver début septembre 1945 à Bankholzen115. Martin, qui avait entendu parler du travail des Américains à Heilbronn, déclara avoir voulu faire personnellement passer depuis longtemps les listes à Rorimer, notamment après avoir appris l’inondation de la saline116 ; cependant, les civils n’étaient pas autorisés à passer d’une zone d’occupation à l’autre et comme de plus, du fait de sa proximité avec la Suisse, les Français avaient déclaré zone militaire interdite la presqu’île de Höri sur laquelle se trouvait Bankholzen, Martin ne pouvait quitter son lieu de résidence que si on « venait le chercher pour une mission particulière117 ».

ill. 84. James Joseph Rorimer (1905-1966) et trois soldats américains sortant des tableaux spoliés par les nazis du château de Neuschwanstein, 1945

ill. 84. James Joseph Rorimer (1905-1966) et trois soldats américains sortant des tableaux spoliés par les nazis du château de Neuschwanstein, 1945

photo © domaine public, The U.S. National Archives and Records Administration, Washington

ill. 85. La saline de Heilbronn où avaient été évacuées et mises à l’abri des œuvres d’art, principalement issues de musées allemands, avril 1945

ill. 85. La saline de Heilbronn où avaient été évacuées et mises à l’abri des œuvres d’art, principalement issues de musées allemands, avril 1945

photo © publiée dans Robert M. Edsel, Rescuing da Vinci, Dallas, 2006, p. 171

ill. 86. Vue de l’intérieur de la saline de Heilbronn, avec des œuvres provenant de la Staatliche Kunsthalle de Karlsruhe devant des caisses encore fermées

ill. 86. Vue de l’intérieur de la saline de Heilbronn, avec des œuvres provenant de la Staatliche Kunsthalle de Karlsruhe devant des caisses encore fermées

photo © publiée dans Robert M. Edsel, Rescuing da Vinci, Dallas, 2006, p. 174

  • 118 Voir Martin au Badisches Kultusministerium, 18 janvier 1946 (Betr. Erlass Nr. AI 542 vom 6. Dezembe (...)
  • 119 Voir Rorimer, 1950, p. 146.
  • 120 Voir Schrenk, 1997, p. 73.

47Martin et Rorimer se rendirent ensemble à Pfullendorf où la secrétaire de la Kunsthalle de Karlsruhe, Louise Vernickel, qui, avec Marga Eschenbach, responsable de longue date de la restauration, s’occupait depuis peu des œuvres en dépôt118, établit une copie des documents dont avait besoin Rorimer119. Grâce aux renseignements contenus dans ces quelque cinquante pages tapées à la machine, les officiers des MFA&A, et en particulier le personnel du Collecting Point de Wiesbaden sous la direction à cette époque de Dale V. Ford (1919-1979), purent commencer leur travail120. Dans son livre Survival. The Salvage and Protection of Art in War, Rorimer revient sur l’immense portée de ces documents :

  • 121 Rorimer, 1950, p. 146. Parmi les documents de Marga Eschenbach conservés au Generallandesarchiv Kar (...)

« En utilisant ces listes annotées, nous avons pu distinguer les caisses des mines de Heilbronn contenant des œuvres d’art de France et de Hollande, ainsi que d’autres caisses contenant des entrées scrupuleusement conservées, des factures de vente et des registres de toutes les transactions, en particulier des œuvres juives confisquées d’Alsace et d’ailleurs. Martin avait fait des efforts tout à fait louables pour préserver les objets, et leur enregistrement systématique était la preuve de sa rigueur et de ses bonnes intentions121. »

  • 122 Le gouvernement militaire interdisait l’embauche d’anciens membres du parti. Voir Farmer, 2002, p.  (...)
  • 123 Voir Rorimer, 1950, p. 146-147 ; c’est également ce que confirmait le fils de Kurt Martin, Gerhard (...)
  • 124 Rorimer, 1950, p. 147.
  • 125 Lauts, 1975, p. 212-213.

48Rorimer fit alors procéder à d’intenses investigations sur Kurt Martin et ses activités pendant la guerre. Il pouvait avoir besoin de son aide pour procéder au classement et à la répartition des différentes œuvres, mais il ne voulait en aucun cas travailler avec un ancien nazi122. Après avoir pris des renseignements auprès des services secrets américains (doc. 16), il se rendit lui-même en Alsace et à Paris, et finit par faire venir Martin personnellement à Strasbourg. Il le confronta à ses anciens collègues français qui durent se prononcer sur son comportement quand il était directeur à Strasbourg123. À la suite de cette vaste enquête, Martin fut lavé de tout soupçon. Rorimer note dans son livre : « Il […] sortit de cette intense vérification sans aucune charge contre lui124. » Ainsi Martin était-il réhabilité vis-à-vis de la puissance d’occupation américaine également et il put – comme le dirait plus tard son éloge funèbre – « être l’un des hommes de la première heure […] qui, au milieu des ruines, commencèrent le travail de reconstruction au plan matériel comme au plan spirituel125 ».

  • 126 Voir Rorimer à Martin, Déclaration, 2 septembre 1945 (archives privées Gerhard Martin, Munich).
  • 127 Voir Ulrike Spranger-Hauschild, « Kunst zwischen Trümmern », dans Die Kunst der frühen Jahre. Freib (...)

49Rorimer certifia à Martin la nécessité qu’il apporte son soutien au travail de recherche et de restitution des œuvres d’art, aussi bien dans le secteur américain que dans le secteur français (doc. 17)126, et il le chargea dès 1945 de remettre dès que possible en état et de réaménager la Kunsthalle de Karlsruhe127. Martin lui-même expliquait cette situation exceptionnelle dans une lettre privée :

  • 128 Martin à Rebay, 20 septembre 1946, dans SRGMA, NY, Kurt Martin to Hilla Rebay, Folder I/III: Undate (...)

« Mon activité en Alsace m’a donné la possibilité de faire continûment la preuve de ma manière de penser non seulement sur le plan théorique, mais aussi sur le plan pratique de sorte que j’ai été confirmé dans mes fonctions par les Américains comme par les Français, et que dans le petit Land de Bade coupé en deux, je suis le seul fonctionnaire qui travaille aussi bien pour l’une que pour l’autre zone128. »

  • 129 Voir Polizeipräsidium Karlsruhe à Martin, 27 septembre 1946 : « En raison des indications portées s (...)

Une semaine plus tard, Martin était officiellement lavé de tout soupçon de collaboration avec les nationaux-socialistes par la direction de la police de Karlsruhe129.

b. Rapatriement à Strasbourg du patrimoine artistique déposé en Bade

50Le refus catégorique que Martin avait opposé pendant des années à l’adhésion au NSDAP lui permettait désormais d’aider Hans Haug à rapatrier à Strasbourg les acquisitions faites pour les musées de Strasbourg au nom de l’Administration générale et entreposées dans les différents dépôts de Bade. Les deux hommes s’activèrent pour faire comprendre leur objectif commun dans le cadre des systèmes juridiques en vigueur des deux côtés du Rhin.

Secteur américain

  • 130 Voir Paul Wescher, Kunstraub unter Napoleon, Berlin, 1976, p. 49-50. Sur le sujet en général, voir (...)
  • 131 Voir Nicholas, 1995, p. 533-538.

51Pour leur zone d’occupation, les Américains avaient décidé de recueillir dans des Collecting Points toutes les œuvres d’art découvertes dans les dépôts avant qu’elles ne soient éventuellement rapatriées dans leur pays d’origine. Ils établissaient une cartographie des œuvres pour vérifier si elles avaient été « acquises » après le 1er janvier 1938 par le biais de pillage ou de vente contrainte, donc illégalement, dans un pays occupé par l’Allemagne. Ensuite il fallait en déterminer le propriétaire légal. Mais, comme cette procédure prenait beaucoup de temps et que les différents pays commençaient à formuler des exigences, les Alliés décidèrent fin juin 1945 de procéder à un rapatriement ad interim pour certaines œuvres. La décision fut confirmée à la conférence de Potsdam du 2 août 1945. Ce règlement concernait en particulier les œuvres célèbres dont l’appartenance nationale était indubitable. Pour la Belgique, il s’agissait par exemple du retable dit de l’Agneau mystique, de Gand, volé une première fois au moment de la Révolution française, puis saisi et restitué dans le cadre des réparations à l’issue de la Première Guerre mondiale130, ou bien de la Madone de Bruges, par Michel-Ange ; pour la Pologne, du retable de la basilique Sainte-Marie de Cracovie, par Veit Stoss ; pour la France, il s’agissait de la collection privée de la famille de Rothschild ou des vitraux de la cathédrale de Strasbourg (ill. 87)131. C’est le retable de Gand qui fut restitué en premier, dès septembre. L’arrivée en Belgique depuis Munich des panneaux du retable eut lieu judicieusement le 3 septembre, premier jour anniversaire de la libération de la Belgique. C’est au cours d’une cérémonie organisée au palais royal de Bruxelles que le prince héritier de Belgique reprit officiellement possession du chef-d’œuvre des frères Van Eyck.

  • 132 Voir Schrenk, 1997, p. 185.

52Le premier rapatriement en France eut lieu quelques jours plus tard, il s’agissait de 73 caisses contenant les vitraux de la cathédrale de Strasbourg. Le général Dwight D. Eisenhower s’était personnellement engagé pour que l’opération se fasse rapidement, et ce en signe de confiance entre Américains et Français (ill. 88, 89, 90)132.

ill. 87. James Joseph Rorimer et un GI inconnu découvrant au château de Neuschwanstein une valise de bijoux appartenant à la famille Rothschild

ill. 87. James Joseph Rorimer et un GI inconnu découvrant au château de Neuschwanstein une valise de bijoux appartenant à la famille Rothschild

photo © domaine public, The U.S. National Archives and Records Administration, Washington

ill. 88. Les généraux Dwight D. Eisenhower, Omar N. Bradley et George S. Patton Jr. découvrant des peintures mises en dépôt à l’usine de potasse de la saline de Merkers en Thuringe, 4 décembre 1945

ill. 88. Les généraux Dwight D. Eisenhower, Omar N. Bradley et George S. Patton Jr. découvrant des peintures mises en dépôt à l’usine de potasse de la saline de Merkers en Thuringe, 4 décembre 1945

photo © domaine public, The U.S. National Archives and Records Administration, Washington (NARA identifier 531272)

ill. 89. Officiers américains du service de protection des œuvres d’art MFA&A découvrant les vitraux de la cathédrale de Strasbourg dans la saline de Heilbronn, septembre 1945

ill. 89. Officiers américains du service de protection des œuvres d’art MFA&A découvrant les vitraux de la cathédrale de Strasbourg dans la saline de Heilbronn, septembre 1945

photo © domaine public, The U.S. National Archives and Records Administration, Washington

ill. 90. Caisses contenant les vitraux de la cathédrale de Strasbourg dans la saline de Heilbronn, septembre 1945

ill. 90. Caisses contenant les vitraux de la cathédrale de Strasbourg dans la saline de Heilbronn, septembre 1945

photo © domaine public, The U.S. National Archives and Records Administration, Washington

53Du côté alsacien, l’événement avait été précédé par une lettre que Hans Haug avait fait envoyer par le maire de Strasbourg au commissaire de la République française. Dans l’espoir qu’une intercession diplomatique de l’État français permettrait d’accélérer le rapatriement du patrimoine strasbourgeois conservé dans le secteur contrôlé par les Américains, Haug évoquait explicitement les vitraux dans son courrier auquel il avait joint une liste des œuvres qui devaient revenir à Strasbourg. Il mentionnait également Kurt Martin comme interlocuteur officiel du côté allemand :

  • 133 Haug au maire de Strasbourg, 27 juillet 1945, dans MAE carton no 711 Musées.

« En ce qui concerne les tableaux et autres objets d’art des Musées (achats faits dans les années 1940-1944 et conservés dans des dépôts en Allemagne) c’est à présent seulement que j’ai pu obtenir la liste complète. Les lieux de repli sont : d’une part les Salines de Heilbronn s/Neckar en Wurttemberg (zone américaine), et d’autre part l’ancienne Prison départementale de Pfullendorf en Bade (zone française). Comme il s’agit d’une récupération extrêmement délicate, il serait indiqué que le Conservateur des Musées de Strasbourg ou un de ses émissaires, ainsi que le Docteur Kurt Martin (antérieurement directeur intérimaire des Musées de Strasbourg), actuellement domicilié aux environs de Pfullendorf et facile à joindre par le Bureau de la Ire Armée française, soient présents à l’opération133. »

  • 134 Voir Haug, Note sur la situation du rapatriement des vitraux, tableaux et documents strasbourgeois, (...)

54À la suite de cette lettre, le commissaire de la République organisa pour le 9 septembre 1945 une entrevue entre lui-même, Albert Henraux de la CRA et le lieutenant Walter W. Horn du gouvernement militaire américain pour négocier la suite de la procédure à appliquer pour les œuvres de Strasbourg entreposées dans la saline de Heilbronn. Il fut décidé de rapatrier dès que possible les vitraux ; les caisses contenant les peintures destinées à Strasbourg, qui avaient été emballées parfois avec des tableaux destinés à la Kunsthalle de Karlsruhe, devaient dans un premier temps être ouvertes au Collecting Point de Wiesbaden pour être triées selon leur destination en présence de Kurt Martin. Il était prévu que le moment venu, Hans Haug ferait envoyer un camion pour transporter celles d’entre elles qui devaient rejoindre l’Alsace134.

  • 135 Voir Nicholas, 1995, p. 537.
  • 136 Voir Schrenk, 1997, p. 155.
  • 137 Voir Haug au président de la Commission de récupération artistique, lettre et télégramme, les deux (...)
  • 138 Voir Schrenk 1997, p. 155 ; Nicholas, 1995, p. 537.

55Le transport des vitraux de la cathédrale eut lieu le 17 septembre 1945. James Rorimer avait imposé l’idée de convoyer ces pièces extrêmement fragiles directement de Heilbronn à Strasbourg pour ne pas risquer les problèmes de conservation qu’aurait éventuellement impliqués un détour par le Collecting Point135. Le convoi composé de plusieurs camions arrivés à 14 heures à la saline rejoignit le soir même Strasbourg sans encombre avec son escorte de policiers, de photographes et de reporters136. La valeur hautement symbolique de ce rapatriement pour la relation entre la France et les États-Unis se traduisit par une visite d’Eisenhower qui se rendit personnellement le 7 octobre à Strasbourg pour y expertiser les vitraux137. Enfin, le 4 novembre 1945, une cérémonie franco-américaine célébra solennellement ce sauvetage hautement symbolique en même temps qu’elle marquait le retour triomphal de l’Alsace à la France. En remerciement de son engagement pour les vitraux de la cathédrale, James Rorimer fut décoré de la Légion d’honneur, une distinction qui, dans l’histoire, n’a été décernée qu’à un très petit nombre de citoyens américains138.

Secteur français

  • 139 Voir Jardot à l’administrateur général adjoint pour le gouvernement militaire de la zone française (...)
  • 140 Voir les documents relatifs à l’emballage et aux changements d’emballage dans la prison de Pfullend (...)
  • 141 Voir Schmittlein (chef de la division de l’éducation publique) au président de la Commission de réc (...)
  • 142 Jean-Baptiste Oudry, Deux sujets de chasse, 1742, huile sur toile, 227 × 151 cm chacun (MBA 1668/16 (...)
  • 143 Francesco Bassano, Le Christ aux outrages, xvie siècle, huile sur bois, 133 × 182 cm (MBA 2026).
  • 144 Voir Haug, Accusé de réception 2 Oudry, 1 Bassano, 19 décembre 1945, dans MAE carton no 336, D 23, (...)
  • 145 Voir Haug à François Boucher, 10 décembre 1945, dans MAE carton no 336, D 23, Strasbourg I 1, 2, 4, (...)

56C’est en octobre 1945 qu’eut lieu la première restitution en provenance de la zone d’occupation française. Pour les territoires allemands placés sous l’autorité de la France prévalait le règlement selon lequel tous les biens sortis de France au cours des quatre années précédentes devaient être retrouvés et envoyés à Paris à la Commission de récupération artistique qui devait organiser leur répartition. Mais, du fait de la disposition particulière arrêtée par les Musées nationaux mentionnée plus haut, les œuvres des musées de Strasbourg purent leur être directement rendues, sans faire le détour par Paris. Le 27 octobre, Maurice Jardot remettait à Hans Haug huit caisses et un carton contenant les œuvres conservées à Pfullendorf139 que Werner Noack, directeur de l’Augustinermuseum de Fribourg-en-Brisgau, était allé chercher entre le 18 et le 22 avant de les confier à la garde du gouvernement militaire français140. Il s’agissait des acquisitions que Martin avait faites pour les musées de Strasbourg sur les marchés de l’art français et hollandais. Comme la note des Musées nationaux concernant le statut juridique des œuvres ne réglait que celui des œuvres explicitement achetées pour Strasbourg à Paris, Haug ne prit livraison que sous réserve des dix toiles provenant de Hollande qui faisaient partie du convoi141. Il en allait de même pour l’une des trois toiles que Haug reçut le 19 décembre de la même année et qui venaient du Neues Schloss de Baden-Baden : les deux Sujets de chasse142 de Jean-Baptiste Oudry que Martin avait achetés à Paris (ill. 6, 7) ; le Christ aux outrages143 de Bassano qui venait d’Amsterdam (ill. 91)144. Haug avait initialement prévu de faire un détour par le Collecting Point de Wiesbaden pour y récupérer les premières toiles de la saline de Heilbronn145, mais on lui avait refusé le passage en zone d’occupation américaine.

ill. 91. Francesco Bassano, Le Christ aux outrages, xvie siècle, huile sur bois, 133 × 182 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

ill. 91. Francesco Bassano, Le Christ aux outrages, xvie siècle, huile sur bois, 133 × 182 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 2026)

Un traitement différent pour les achats effectués en France et en Hollande

  • 146 Schrenk, 1997, p. 93.
  • 147 Pour la date des envois, voir « Exit date » – indication au dos des property-cards du Collecting Po (...)
  • 148 Voir « Exit-Date » – indication de date au dos des property-cards des œuvres envoyées à Strasbourg (...)
  • 149 Voir contenu des 5 caisses de tableaux ramenées de Heilbronn par les autorités américaines de Wiesb (...)
  • 150 Voir Liste des tableaux ramenés de Lorenzenhof, le 15 octobre 1946 (pièce jointe à un courrier de l (...)
  • 151 Voir Martin au colonel François, 4 octobre 1946, dans MAE carton no 336, D 23, Strasbourg I 1, 2, 4 (...)
  • 152 Voir OBIP (A. Durocher) à l’administrateur général Laffon pour le gouvernement militaire de la zone (...)

57Les acquisitions de l’Administration générale déposées à Heilbronn avaient été transférées le 11 octobre 1945 avec le premier envoi au Collecting Point de Wiesbaden où elles furent photographiées, triées et inventoriées146. Il fallait opérer deux sortes de distinctions. D’abord, il fallait distinguer les œuvres destinées à Karlsruhe de celles destinées à Strasbourg, ce qui était possible grâce aux inventaires de l’Administration générale et aux indications verbales et écrites de Kurt Martin. Chacune des œuvres de ces deux catégories était ensuite examinée individuellement pour déterminer s’il s’agissait d’un achat opéré sur le marché hollandais, français ou allemand. Tous les objets provenant de Hollande et découverts en zone américaine furent rapatriés aux Pays-Bas en deux envois les 21 mars et 1er mai 1946147. Les circonstances de l’arrivée sur le marché des quelques rares œuvres achetées par Kurt Martin en Allemagne firent l’objet d’enquêtes approfondies et celles-ci rejoignirent pour la plupart la Kunsthalle de Karlsruhe. Les œuvres provenant du marché parisien et destinées à Karlsruhe furent restituées à la CRA à Paris, puisque la Kunsthalle était un musée allemand. Quant aux œuvres destinées à Strasbourg achetées à Paris, elles furent acheminées en Alsace. Le 24 mai 1946148, les officiers américains remirent au gouvernement militaire français à Baden-Baden les œuvres destinées à Strasbourg. Et le 30 juillet 1946, le colonel François, chargé de l’opération, livra à Strasbourg en tout cinq caisses contenant 59 pièces (toiles, objets d’art décoratif, œuvres sur papier)149. Le dernier rapatriement de Bade en Alsace eut lieu le 15 octobre 1946 en provenance du château de Lorenzenhof, qui avait été en principe réservé aux peintures de la Kunsthalle de Karlsruhe150. Kurt Martin avait onze jours auparavant fait savoir au colonel François quelles modalités il avait adoptées avec Hans Haug pour le voyage151. Ils se retrouveraient tous les deux à la gare d’Offenbourg pour se rendre ensemble en camion au dépôt. Au retour, le convoi s’arrêterait à Baden-Baden où les peintures provenant de Hollande seraient triées et remises aux autorités militaires françaises. Seules les peintures achetées en France rejoindraient Strasbourg. Un des courriers décidant de la marche à suivre pour les restitutions à l’Alsace, adressé par l’OBIP début 1947 au lieutenant Laffon du gouvernement militaire français à Baden-Baden, comprend la liste de tous les transports d’œuvres avec copie des listes complètes des objets rapportés de Pfullendorf, St Trudbert, Heilbronn et Lorenzenhof152.

  • 153 Voir par exemple Martin à Rademacher, 25 mars 1946, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 94 ou Lauts (pour (...)
  • 154 Voir Martin à Langlotz, 9 février 1946, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 390.

58Kurt Martin décrit à plusieurs reprises dans sa correspondance privée les règlements adoptés pour ces restitutions. Certains de ses collègues allemands, ayant appris qu’il aidait les Alliés dans ce travail, s’adressèrent à lui pour s’enquérir de leur propre situation. Les réponses de Martin permettent de conclure qu’il avait été informé très tôt des décisions des Alliés et avait réglé son comportement en conséquence153. C’est en tout cas ce qui ressort d’un courrier adressé à Ernst Langlotz, de l’Akademisches Kunstmuseum de Bonn, qu’il informe en février 1946 des dispositions prises dans les différentes zones d’occupation en matière de restitutions ainsi que de son expérience en la matière154. Les descriptions de sa collaboration avec les Alliés, autant américains que français, en donnent une image exclusivement positive (doc. 18).

  • 155 Voir Schnitzler, 1995, p. 171-172 ; Haug, 1948, p. 325-326.

59Une fois arrivés à Strasbourg, les achats des années 1940 furent de nouveau mis en dépôt. Les destructions qu’avait subies le palais Rohan interdisaient d’y exposer les œuvres. Comme la conservation de la collection du musée, répartie dans de nombreux châteaux alsaciens, posait des problèmes, Haug avait dès le début de l’année 1945 organisé avec la municipalité de Strasbourg l’aménagement d’entrepôts provisoires qui pourraient accueillir les collections des musées jusqu’à la réouverture. Pour les tableaux modernes, on avait vidé trois salles de l’hôtel de ville ; la peinture italienne et la peinture hollandaise se trouvaient au Petit Lycée, rue des Écrivains ; le mobilier précieux du xviiie siècle était au 11, quai Nicolas tandis que les tableaux des écoles alsacienne, espagnole et française étaient abrités dans les rares salles encore intactes du château155. Ces œuvres y avaient été entreposées dès la fin des combats ; venaient maintenant s’y ajouter les restitutions en provenance du pays de Bade.

c. Le litige relatif aux acquisitions en provenance des Pays-Bas

  • 156 Pour les difficultés survenues dans la collaboration entre les différentes organisations alliées de (...)

60La démarche individuelle des puissances d’occupation en matière de restitution conduisit parfois également à des litiges, comme ce fut le cas pour les œuvres acquises par Kurt Martin en Hollande au nom de l’Administration générale, qui firent neuf ans durant l’objet d’un conflit juridique entre la France et les Pays-Bas qui remonta jusqu’aux deux gouvernements et ne put être réglé qu’en 1954156.

  • 157 Pour d’autres indications sur Schmittlein, voir note 24 du chap. VIII du présent ouvrage.
  • 158 Schmittlein au président de la Commission de récupération artistique, 10 novembre 1945, dans MAE ca (...)
  • 159 Voir président de la Commission de récupération artistique à Haug, 11 janvier 1946, dans MAE carton (...)
  • 160 Voir Haug au président de la Commission de récupération artistique, 14 janvier 1946, dans MAE carto (...)

61Lors de la remise des œuvres du dépôt de Pfullendorf aux musées de Strasbourg en octobre 1945, Raymond Schmittlein (1904-1974)157, chef de la division de l’Éducation publique dans la zone d’occupation française, avait informé la CRA du statut encore non élucidé des objets de provenance hollandaise : « […] il reste entendu que le retour à la Hollande des œuvres qui y ont été acquises – régulièrement d’ailleurs semble-t-il – peut toujours être envisagé et que leur dévolution devra faire l’objet d’une décision à prendre, après enquête avec nos alliés158. » De fait, les objets furent réclamés quelques mois plus tard seulement par le gouvernement hollandais159. Hans Haug, à qui Albert Henraux (CRA) avait adressé en janvier 1946 une liste des œuvres à restituer, réagit par la négative à cette demande. Non seulement parce que certaines des œuvres réclamées ne se trouvaient pas à Strasbourg, mais aussi parce qu’il n’existait pas de fondement juridique l’obligeant à restituer à l’État hollandais des œuvres ayant été achetées pour la collection de Strasbourg. Haug priait Henraux de prendre auprès du gouvernement des Pays-Bas des renseignements sur le contexte de cette réclamation avant de réagir160.

  • 161 Hans L.C. Jafé [orthographe allemande Jaffé], conservateur et directeur adjoint du Stedelijk Museum (...)
  • 162 Voir Haug au président de la Commission de récupération artistique, 19 mars 1946, dans MAE carton n(...)
  • 163 Voir ibid. : « […] l’expert allemand stipule que l’Alsace n’étant juridiquement pas un pays alleman (...)

62La réponse d’Henraux se fit attendre. Le 15 mars 1946, l’officier hollandais Hans L.C. Jafé (1915-1984)161 se présenta à Strasbourg pour récupérer les achats effectués en Hollande qui avaient été conservés à Pfullendorf et à Baden-Baden avant de rejoindre Strasbourg. Haug se rappela donc au souvenir de la CRA en rendant compte de ce qui s’était passé et en expliquant que, comme pour la première réclamation, la liste des objets qu’il avait reçue de Jafé ne correspondait pas aux œuvres qui figuraient sur les documents attestant leur transfert depuis les dépôts et qui se trouvaient effectivement à Strasbourg. De plus, il s’en tenait à sa position, à savoir que la propriété des objets achetés par Martin aux Pays-Bas pour un musée situé en Alsace n’était pas établie clairement. Cela valait de la même manière pour les achats effectués en Hollande par l’Administration générale et destinés à Strasbourg, qui avaient passé la guerre dans la saline de Heilbronn et étaient maintenant conservés au Collecting Point de Wiesbaden en zone d’occupation américaine162. Jafé avait, toujours selon Haug, justifié la prétention des Pays-Bas sur ces œuvres par le fait que, sous l’Occupation, Strasbourg aurait été allemande et que par conséquent les œuvres d’art achetées sur le marché hollandais, selon la déclaration de Londres, devaient être rapatriées dans leur pays d’origine. C’est précisément à cette allégation que Haug s’opposait catégoriquement – juridiquement, l’Alsace n’avait jamais été allemande dans la mesure où il n’y avait jamais eu officiellement de rattachement de l’Alsace au Reich, comme d’ailleurs les Allemands l’avaient entre-temps eux-mêmes reconnu. Pour preuve, il joignait à sa lettre une note rédigée au sujet d’un achat effectué pour la Maison de Goethe à Strasbourg, dans laquelle un expert allemand établissait sans ambiguïté que l’Alsace ne faisait pas partie de l’Allemagne sous le IIIe Reich et que les contrats passés avec les institutions de la région devaient donc respecter les mêmes formes que les autres contrats passés avec des pays étrangers163.

  • 164 Voir président de la Commission de récupération artistique à Haug, 22 mars 1946, dans MAE carton no(...)
  • 165 Voir Exit date au dos des property-cards du Collecting Point de Wiesbaden : « shipped to Holland, 2 (...)
  • 166 Voir indication du depot-possessor sur les property-cards mentionnées dans la note précédente.
  • 167 Voir Martin, Note concernant la restitution de tableaux au gouvernement hollandais, 29 septembre 19 (...)

63Après réception de cette lettre, Henraux décida que la complexité du problème dépassait les compétences de la CRA et qu’il fallait donc examiner la question au niveau diplomatique164. En mars 1946, les Américains avaient rendu à l’État hollandais toutes les acquisitions de l’Administration générale en Hollande réunies au Collecting Point de Wiesbaden sans faire de différence entre celles qui étaient destinées à Strasbourg et celles qui avaient été achetées pour Karlsruhe ; il semblait donc inévitable de faire intervenir des instances supérieures165. La restitution avait eu lieu sur la base du règlement du Conseil de contrôle allié du 21 janvier 1946 qui ordonnait la restitution à leur pays d’origine de tous les objets acquis par les Allemands dans les territoires occupés selon leur provenance. La difficulté, en l’occurrence, était que Kurt Martin avait été de fait aussi directeur d’un musée allemand, mais que les achats qu’il avait effectués étaient en priorité destinés au musée de Strasbourg – une institution qui, conformément au statut national de l’Alsace depuis 1918, était restée française sans interruption. Comme les toiles concernées avaient de plus été entreposées à la saline de Heilbronn dans les sections du dépôt qui étaient prévues pour la Kunsthalle de Karlsruhe166, et que les numéros d’inventaire inscrits sur les étiquettes apposées au dos comportaient l’inscription en allemand « Le directeur général par intérim des musées du Rhin supérieur » [der kommiss. Generaldirektor der oberrheinischen Museen], on était en droit de supposer qu’elles étaient destinées à un musée allemand. Kurt Martin, qui savait que seuls les dossiers de l’Administration générale permettraient de conclure à la dévolution des peintures à une collection (Strasbourg ou Karlsruhe) et que l’appartenance nationale – allemande ou française – de l’Administration générale était une question d’interprétation, en avait dès septembre 1945 appelé au gouvernement militaire français pour qu’il entame des négociations avec les Américains afin d’empêcher la restitution aux Pays-Bas des tableaux qu’il avait achetés pour Strasbourg (doc. 19)167. Or le rapatriement qu’il souhaitait éviter avait malgré tout eu lieu.

  • 168 Voir président de la Commission de récupération artistique au ministère des Affaires étrangères, di (...)
  • 169 Voir ministre des Affaires étrangères au ministre de l’Éducation nationale (Commission de récupérat (...)

64Henraux fit intervenir le ministère français des Affaires étrangères, plus exactement, la direction des accords techniques, pour demander une médiation avec le gouvernement des Pays-Bas168. Le ministère demanda donc des explications sur les achats et leurs circonstances – ces pièces avaient-elles fait l’objet de transactions illicites ? Avaient-elles été extorquées sous la contrainte ? D’où provenaient les moyens de paiement169 ? Haug prit les renseignements correspondants auprès de Kurt Martin, réfuta les soupçons d’acquisitions potentiellement illicites en arguant que l’argent de ces transactions provenait strictement du circuit monétaire alsacien, comme il l’explique dans sa réponse du 8 août :

  • 170 Haug au président de la Commission de récupération artistique, 8 août 1946, dans MAE carton no 416, (...)

« Au sujet de la régularité des achats, j’ai eu une longue conversation avec le Dr Martin qui m’a affirmé que les fonds dont il disposait lui étaient confiés par le “Chef der Zivilverwaltung im Elsass” ; il s’agit de fonds provenant des contribuables alsaciens ou de la vente publique des biens spoliés en Alsace. […] Je vous confirme, d’autre part, que les acquisitions faites chez les marchands hollandais ont été la suite normale de relations d’avant-guerre, donc ont été effectuées en vente libre. Aucune pression n’a été exercée sur les différents marchands, ce dont ceux-ci peuvent témoigner170. »

  • 171 Pour la date, voir Florisoone, Note sur les achats du Dr. Kurt Martin pour les musées de Strasbourg (...)
  • 172 Pour la fondation Stichting Nederlands Kunstbezit, voir Muller et Schretlen, 2002 ainsi qu’en ligne (...)
  • 173 Voir Schnitzler, 2008, p. 154-155.

65Le ministère français des Affaires étrangères convoqua donc une réunion le 21 février 1947 sur la question de savoir à qui devaient légalement revenir les achats faits en Hollande pendant l’Occupation, maintenant conservés à Strasbourg171. Étaient présents le ministre plénipotentiaire de l’ambassade des Pays-Bas à Paris, M. Boissevain, M. Lamperrière, directeur des services de l’OBIP, Albert Henraux de la CRA et plusieurs représentants du Stichting Nederlands Kunstbezit, l’organisme central chargé de la récupération et du rapatriement des œuvres spoliées en Hollande172. Boissevain et Lamperrière exposèrent la position de leurs pays respectifs, puis les représentants du gouvernement français conclurent que les œuvres réclamées par les Pays-Bas devaient rester dans les musées de Srasbourg. Cette décision était fondée sur le fait que les objets avaient été acquis au cours de transactions régulières qui n’avaient été réalisées ni à des prix exceptionnels par rapport au marché ni sous la contrainte et dont le financement avait été assuré par les contribuables alsaciens. Les représentants des Pays-Bas campèrent cependant sur leur position, de sorte qu’on se sépara sans qu’un accord ait été trouvé173.

  • 174 Voir Haug à Martin, 18 mars 1947, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg et GLA 441 Zug. (...)
  • 175 Voir Martin à Haug, 12 avril 1947, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg et GLA 441 Zug (...)

66Pour conforter l’argumentation de la France en faveur des musées de Strasbourg, Hans Haug invita alors Kurt Martin à exposer encore une fois par écrit sa politique d’achat sur le marché de l’art hollandais. Il le priait de donner des renseignements précis sur les objets achetés pour Strasbourg et sur ceux achetés pour Karlsruhe ainsi que sur le système qu’il avait adopté pour les répartir dans les différents abris. Il voulait également connaître la source financière des achats et demandait à Martin de prendre position sur ses transactions avec des marchands notoirement connus pour avoir également vendu à des nazis comme de Boer, Bachstitz, Hoogendijk et Lütjens174. La réponse de Martin du 12 avril 1947 explique en détail comment il avait procédé en matière d’acquisitions aux Pays-Bas et confirme les indications qu’il avait précédemment données oralement (doc. 20, 21)175.

  • 176 Voir ministère des Affaires étrangères, directeur de l’Office des biens et intérêts privés au prési (...)
  • 177 Voir Jolles à Haug, 19 septembre 1949, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg.
  • 178 Voir Haug à Jolles, 29 septembre 1949, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg.
  • 179 Joachim Beuckelaer, Le Marché aux poissons, 1568, huile sur bois, 119 × 165 cm (MBA 1960) ; Pieter (...)
  • 180 Voir Haug au directeur des musées de France et Haug à Maurice Richard, ministre plénipotentiaire, d (...)
  • 181 Voir Florisoone, Note sur les achats du Dr Kurt Martin pour les musées de Strasbourg et sur le tabl (...)

67Haug envoya ce courrier à la CRA qui le fit à son tour suivre à l’Organisation des biens et intérêts privés, celle-ci le transmettant finalement à la Stichting Nederlands Kunstbezit et au gouvernement hollandais176. Deux ans s’écoulèrent sans que les autorités françaises aient de nouvelles des Pays-Bas. La lettre semblait avoir eu les résultats escomptés et l’État hollandais paraissait avoir accepté la décision prise lors de la séance de février 1947. Mais le 19 septembre 1949, le musée de Strasbourg reçut un courrier du directeur de la Stichting Nederlands Kunstbezit, J. Jolles, qui menaçait de saisir un total de 15 pièces (8 peintures et 7 objets d’art décoratif) acquises par Kurt Martin sur le marché hollandais pendant la guerre et qui se trouvaient à Strasbourg. Jolles exigeait le rapatriement immédiat de ces œuvres aux Pays-Bas, il est vrai une fois de plus sans évoquer sur quel fondement juridique officiel s’appuyait cette exigence177. Haug confirma la réception du courrier, mais en se gardant bien d’indiquer que la liste de Jolles – s’il prétendait récupérer l’intégralité des achats de Martin en Hollande alors présents au musée de Strasbourg – était incomplète178. En effet, les peintures de Joachim Beuckelaer, Pieter Claesz et Cornelis van Haarlem ne figuraient pas dans la demande179. Enfin, Haug informa ses supérieurs à Paris qui lui firent savoir que l’État français maintenait sur cette question sa position de février 1947180. Dans la mesure où aucun élément nouveau n’était intervenu sur le plan juridique, où les objets en question n’avaient été l’objet ni de ventes sous contrainte ni d’une dépossession illégale et où les moyens de paiement provenaient d’Alsace, Haug devait opposer à cette revendication un refus catégorique181.

  • 182 Voir directeur général des Arts et des Lettres au directeur général des Affaires économiques, sous- (...)

68Deux ans passèrent encore avant que les représentants des Pays-Bas ne reviennent à la charge pour imposer leurs intérêts. Cette fois-ci, ils tentèrent d’utiliser la pression en rapprochant différents cas de transferts légaux et illégaux d’œuvres d’art entre les deux États. Le 11 novembre 1951, Jacques Jaujard informait le département des affaires économiques du ministère des Affaires étrangères que la fondation Nederlands Stichting Kunstbezit ajournerait la restitution à la France du Jardin à Pontoise de Camille Pissarro tant que les œuvres achetées par Strasbourg sur le marché de l’art hollandais pendant l’occupation allemande ne seraient pas restituées aux Pays-Bas. Le tableau de Pissarro appartenait avant la guerre à la collection de Maurice de Rothschild, il avait été volé par les nazis, puis s’était retrouvé aux Pays-Bas, au musée Kröller-Müller d’Otterlo, à la suite d’un échange avec Hermann Göring. Ce dernier avait échangé trois œuvres de primitifs allemands appartenant à la collection du musée contre sept tableaux impressionnistes. Cinq d’entre eux étaient des œuvres volées par l’ERR en France, et le Jardin à Pontoise en faisait partie182.

  • 183 Voir Schnitzler, 2008, p. 157-158.
  • 184 Voir Florisoone, Note sur les achats du Dr Kurt Martin pour les musées de Strasbourg et sur le tabl (...)
  • 185 Voir Florisoone à Jaujard, 1er octobre 1951, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg.
  • 186 Voir Haug à Florisoone, 26 septembre 1951, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg. Sur l (...)
  • 187 Voir Schnitzler, 2008, p. 158.
  • 188 Voir « Tableaux acquis en Hollande pendant l’Occupation (1941-1944). Essai de résumé du point de vu (...)
  • 189 Röel dirigea de 1936 à 1945 le Stedelijk Museum d’Amsterdam, avant de devenir directeur général du (...)
  • 190 Voir Valland au ministre plénipotentiaire, directeur de l’OBIP, 11 janvier 1952, dans MAE carton no(...)
  • 191 Valland à Röel, 11 janvier 1952, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg (sous-dossier : (...)
  • 192 L’ensemble des négociations d’après-guerre entre l’Alsace et les Pays-Bas concernant les acquisitio (...)
  • 193 Voir Valland à Röel, 11 janvier 1952, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg (sous-dossi (...)
  • 194 Voir Schnitzler, 2008, p. 158. Elle se réfère à une lettre de Valland à Haug du 10 avril 1952.

69La question fut débattue le 7 décembre 1951 devant le Comité interministériel des restitutions lors d’une séance de l’OBIP à laquelle participaient également Hans Haug et Rose Valland, qui représentait la CRA183. La discussion s’appuyait sur une « Note sur les achats du Dr Kurt Martin pour les musées de Strasbourg et sur le tableau de Pissarro retrouvé en Hollande184 », établie par Michel Florisoone et envoyée par ses soins au ministère de l’Éducation185, à laquelle il avait joint une liste établie par Haug des objets envoyés en Hollande depuis le Collecting Point de Wiesbaden186. Comme il semblait manifeste que la raideur du gouvernement hollandais relevait d’un malentendu, voire de l’ignorance de la situation particulière de l’Alsace et des musées de Strasbourg pendant la guerre, on décida d’activer des contacts personnels avant que l’amalgame des deux cas de restitution ne dégénère en conflit entre les deux États187. C’est Rose Valland qui prit l’initiative. Munie d’une prise de position écrite des musées de Strasbourg rédigée par Haug188, elle contacta le directeur du Rijksmuseum d’Amsterdam, David Cornelis Röel (1894-1961)189, et réussit à le convaincre de plaider en faveur de la France auprès des Hollandais. Röel se déclara prêt à expliquer personnellement le point de vue des Français au ministre hollandais des Finances190. Pour ce faire, Rose Valland lui résuma les principaux arguments dans une note écrite : « Le musée de Strasbourg est français. Il appartient à une province qui bien que temporairement annexée et occupée par l’Allemagne, n’a pu en aucun cas, même pendant la guerre, être considérée comme allemande. Le problème qui nous occupe n’entre donc pas dans le cadre des restitutions à réclamer à l’Allemagne, mais dans celui d’un accord entre Nations Unies191. » Elle rappelait également que l’achat des œuvres d’art avait été financé avec l’argent des contribuables alsaciens et que, de ce fait, l’Alsace comme les Pays-Bas avaient été économiquement lésés : les Pays-Bas parce qu’ils n’avaient pas perçu pour les œuvres vendues des sommes correspondant à leur juste valeur, les paiements ayant été effectués en devises d’occupation ; la France parce qu’elle avait réuni des fonds pour 38 peintures et objets d’art décoratif, mais n’avait actuellement accès qu’à 15 pièces192. Dans un esprit de conciliation, Hans Haug, représentant le musée de Strasbourg, était même prêt à accepter la restitution aux Pays-Bas de plus des deux tiers des œuvres achetées en Hollande par l’Administration générale, et ce bien que le ministère des Affaires étrangères ait confirmé le caractère parfaitement légal de la transaction, et ainsi le droit de propriété que pouvait exercer le musée sur ces objets avec donc, en conséquence, la possibilité d’entamer officiellement des procédures juridiques. Son objectif était qu’on s’en tienne simplement au statu quo – chacune des deux parties devant pouvoir conserver la part des acquisitions qui lui avait d’ores et déjà été restituée193. Mais Röel ne réussit pas lui non plus à convaincre le ministère hollandais des Finances. Le Pissarro resta en Hollande et la résolution du cas de Strasbourg toujours bloquée194.

  • 195 Voir directeur général des Arts et des Lettres à M. Richard (directeur de l’Office des biens et int (...)
  • 196 Voir Hamel (professeur à la faculté de droit de Paris, conseil juridique de la Direction des musées (...)

70C’est la raison pour laquelle la CRA décida au nom du Comité interministériel des restitutions de demander une expertise juridique à l’OBIP195. Le conseil juridique qui avait déjà été diligenté pour les achats de l’Administration générale à Paris, le professeur Hamel, donna donc le 29 octobre 1953 un résumé de la situation qui établissait clairement que les deux demandes de restitution représentaient deux cas juridiquement tout à fait différents qui ne pouvaient en aucun cas être mis en relation. Tandis que le tableau de Pissarro, volé à la collection Rothschild dans le cadre de la confiscation des biens juifs, représentait un cas typique de spoliation nazie, les acquisitions d’œuvres pour Strasbourg constituaient des transactions juridiquement légales entre un musée français et des marchands libres du marché hollandais de l’art. Si les acquisitions avaient été destinées à un musée allemand, les conditions décrites sur la base de la déclaration de Londres auraient obligatoirement donné lieu à une révision des transferts de propriété. Mais comme les moyens de paiement utilisés pour acheter les œuvres provenaient exclusivement de la caisse du chef de l’Administration civile en Alsace, alimentée par les revenus fiscaux alsaciens et par là même donc par des Français, cette réglementation ne pouvait s’appliquer. Il n’existait ni dans le droit hollandais ni dans le droit français de clause définissant comme un délit devant être annulé le commerce général d’œuvres d’art en temps de guerre. C’est pourquoi le Pissarro devait être restitué à la France – et cela à plus forte raison après que le musée Kröller-Müller avait récupéré les tableaux de primitifs allemands perdus dans l’échange avec Göring ; les acquisitions effectuées en Hollande et alors conservées à Strasbourg devaient rester en Alsace196.

  • 197 Voir directeur général des Arts et Lettres à M. Richard (directeur de l’Office des biens et intérêt (...)
  • 198 Haug à Florisoone, 26 novembre 1953, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg.

71Cette note d’expertise apporta enfin toute la clarté nécessaire. En énonçant les faits, en mettant en regard les lois et règlements du droit français et du droit hollandais applicables dans cette situation, et en les complétant par des éclaircissements sur les dispositions internationales en matière de restitutions, elle statuait de manière irréfutable. Après avoir pris connaissance du rapport Hamel, Jacques Jaujard fut même d’avis que les œuvres rendues à la Hollande provenant du Collecting Point de Wiesbaden devraient aussi être réclamées par le musée de Strasbourg197, mais Haug avait déjà laissé entendre auprès de Michel Florisoone qu’il n’avait pas l’intention de poursuivre les négociations. C’est non sans un certain humour qu’il concluait : « Juridiquement, nous avons autant et même plus de droits à revendiquer cette autre part qu’eux la nôtre. Donc conclusion conciliante : partager la poire en deux198. »

72Le résultat de l’expertise juridique aurait dû donner lieu à la restitution immédiate de la toile de Pissarro à la France et au règlement du conflit portant sur les tableaux achetés en Hollande. Mais une année supplémentaire se passa sans que rien ne bouge, et c’est seulement grâce à une ruse de Rose Valland que le vent finit par tourner.

  • 199 Le programme dit « programme Rechtsherstel », qui définit dans l’immédiat après-guerre les principe (...)
  • 200 Pour l’histoire de la collection de Friedrich Gutmann, son hypothèque puis sa « valorisation » par (...)
  • 201 Voir ministère des Affaires étrangères de la République française au ministre des Finances de la Ho (...)
  • 202 Relation exhaustive des faits dans Valland au ministre des Affaires étrangères, 17 juin 1954, dans (...)

73Au printemps 1954, elle fut dépêchée à La Haye pour discuter des deux cas avec des représentants du ministère hollandais des Finances. Au cours des entretiens, elle fit intervenir un autre tableau dont on savait que sa restitution rapporterait à ce ministère, et donc aussi à l’État hollandais, le paiement par ses anciens propriétaires d’une indemnité de transfert conséquente199. Le tableau Paysage avec voitures de Jan van Goyen avait été pendant l’Occupation volé à la collection particulière du banquier juif Friedrich Gutmann200 et exporté en Allemagne201. De là, il s’était retrouvé par erreur à Paris après 1945. La CRA avait décidé, après examen du cas, de le renvoyer définitivement aux Pays-Bas, mais cette décision n’avait pas encore été rendue publique. Au cours des négociations avec les Hollandais, Valland évoqua l’échange de ce tableau contre le Pissarro… La restitution du Jardin à Pontoise fut chose faite le 13 mai 1954202.

  • 203 Voir Valland au ministre des Affaires étrangères, 17 juin 1954, dans MAE carton no 416, P 64 Musées (...)
  • 204 Voir ministère des Affaires étrangères de la République française au ministre des Finances de la Ho (...)

74Pour les œuvres de Strasbourg, Rose Valland obtint aussi un accord garantissant le statu quo. Sous condition d’une lettre officielle du ministère français des Affaires étrangères reconnaissant la légitimité des demandes de restitutions dans le sens des restitutions par provenance fixées par le Conseil de contrôle allié et confirmant la réception de la partie des acquisitions effectuées en Hollande pour l’Administration générale transférée par les Américains aux Pays-Bas, le ministre des Finances hollandais s’engageait à ne pas adresser de nouvelles demandes à Strasbourg203. Comme Valland savait que cette condition serait acceptée par les Français, elle donna son accord. Elle joignit au courrier informant le ministère français des Affaires étrangères de la restitution du Pissarro une lettre qu’elle avait préparée et que le ministre n’aurait plus qu’à retranscrire sur un papier à en-tête officiel et à signer. Valland y rappelait la relation compliquée de l’Alsace à l’Allemagne, et attirait l’attention du gouvernement hollandais sur le risque qu’il y aurait à continuer de prétendre que l’Alsace aurait appartenu à l’Allemagne pendant la guerre204 :

  • 205 Voir ibid.

« Le musée de la ville de Strasbourg achetant des tableaux en Hollande, sous une autorité étrangère, n’acceptera jamais d’être confondu avec un acquéreur allemand, d’autant plus que la totalité des œuvres d’art acquises par ce musée a été payée avec l’argent des contribuables alsaciens. C’est ainsi que cette affaire, parce qu’elle concerne l’Alsace, se place avant tout [sur] un plan politique et risque de déclencher des réactions dont l’importance dépasserait de beaucoup celle des quelques ventes et achats qui sont à l’origine de ce litige205. »

  • 206 Valland à Haug, 18 octobre 1954, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg.
  • 207 Haug à Valland, 20 octobre 1954, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg.

75Le 18 octobre 1954, Valland informait Hans Haug : « Voilà qui est fait ! Vous êtes désormais légitime propriétaire des tableaux hollandais “dits de Strasbourg”206. » Haug en fut plus qu’heureux, même si apparemment il s’était attendu à cette issue. Dans sa lettre de remerciement à Valland, il avouait néanmoins avoir fait figurer quelques-unes des œuvres dites hollandaises dans un catalogue de natures mortes qu’il allait prochainement publier, même si c’était « avec quelques battements de cœur », la question de leur propriété n’étant toujours pas résolue207.

  • 208 Voir Valland à Haug, 2 novembre 1954, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg.
  • 209 Voir Haug à Valland, 12 novembre 1954 (« Confidentiel »), dans MAE carton no 416, P 64 Musées de St (...)
  • 210 Voir Haug à Valland, 12 novembre 1954, avec pièces jointes : Liste des tableaux et objets d’art acq (...)

76Quelques semaines seulement plus tard, cette décision prématurée devait lui valoir de sérieuses inquiétudes pour les toiles qu’il avait enfin obtenues. Quand Rose Valland lui indiqua qu’elle avait plusieurs listes différentes et que pour clore définitivement le dossier, il lui fallait un inventaire des œuvres provenant de Hollande qui se trouvaient effectivement à Strasbourg208, Haug dut avouer à sa collègue dans un courrier confidentiel que les listes de revendications de la Stichting Nederlands Kunstbezit étaient depuis le début incomplètes, mais qu’il n’avait jamais déclaré les objets non réclamés. Comme deux des toiles passées sous silence figuraient dans le catalogue des natures mortes qui venait d’être imprimé parmi les acquisitions des années 1942-1943 sur le marché de l’art hollandais, il craignait des difficultés a posteriori209. C’est pourquoi il adressa à Paris deux listes – l’une correspondait à la liste officielle des revendications de la Stichting, tandis que figuraient en plus dans l’autre le Marché aux poissons de Joachim Beuckelaer et la nature morte de Pieter Claesz210. Les deux tableaux se trouvent toujours aujourd’hui dans la collection du musée des Beaux-Arts (ill. 54, 52). Haug laissa à Rose Valland le soin de décider laquelle des deux déclarations serait intégrée dans le dossier (doc. 22).

77Le litige que nous venons de décrire illustre bien la signification de la propriété des biens culturels au niveau des États. Ce sont les mêmes circonstances qui expliquent que les Alliés et les puissances d’occupation n’avaient pu adopter une loi de restitution unique pour toutes les zones d’occupation. Le cas des tableaux « hollandais » de Strasbourg n’est ainsi qu’un exemple particulièrement complexe de la manière dont, dans l’immédiat après-guerre, chacune des nations essaya par tous les moyens – et en toute connaissance ou non de la législation en vigueur – de limiter autant que possible les pertes de biens culturels qu’elle avait dû subir à cause de la guerre.

Notes de fin

1 Martin était né en Suisse, mais possédait la nationalité allemande. Voir son acte de naissance, Geburtsschein – Auszug aus dem Geburtsregister des Zivilstandskreises Zürich, vol. 1, p. 202, no 403, 1899 ; également « Kurt Hermann Martin », Staatsangehörigkeitsausweis Großherzogtum Baden, 6 avril 1916 (archives privées Gerhard Martin, Munich).

2 Voir Martin, 1967, p. 215.

3 Voir Hans Haug et Adolphe Riff, Rapport général sur l’activité des musées municipaux 1936-1945, Strasbourg 1947, s.p. (dactylographié, inédit, ayant servi de base pour la publication du compte rendu de l’administration de la ville de Strasbourg 1935-1945, différent sur le contenu de la version imprimée), dans les archives du MBA.

4 Description précise de tous les dégâts occasionnés par les bombardements sur les musées, voir Haug, 1948, p. 324-325 ; Paul Martin, Bericht über den Fliegerangriff auf das alte Schloss am 11. August 1944, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 94.

5 C’est à cet heureux concours de circonstances que l’on doit de pouvoir retrouver aujourd’hui l’histoire de l’institution à partir des dossiers de son administration. L’intégrité des documents est attestée par une lettre adressée à la fin du mois par Kurt Martin à son collègue Katz. Voir Martin à P.C. Katz, 30 août 1944, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 378 (Dossier Savery : Landschaft mit Tieren und Gemäuer) : « Le bâtiment de mon service à Strasbourg a été directement touché par une bombe, et même si nos bureaux sont restés entiers, beaucoup de choses ont été bouleversées de sorte qu’il n’a pas été possible dans un premier temps d’effectuer la correspondance. »

6 Badisches Kultusministerium, Erlass A/K 8492, Verwirklichung des totalen Kriegseinsatzes, 23 août 1944, dans GLA 235/40413.

7 Voir Martin à Pfarrer Bresch, 14 septembre 1944, dans GLA 441 Zug. 1982/38, no 60.

8 Voir Martin, 1967, p. 215-216.

9 Ce qu’on a appelé la « bataille de Paris » eut lieu du 22 au 25 août 1944.

10 Haug, Rapport sur la situation des musées de Strasbourg à la veille de la libération de cette ville, 15 septembre 1944, dans AMN RP 2 A, Affaires d’Alsace. Rapports Haug (1945 – 5 juillet et 1944 – 15 septembre). Pour ce qui est mentionné ici concernant l’assurance donnée par Martin qu’il dirigerait les musées de Strasbourg dans le sens souhaité par Haug, voir également Martin, 1967, p. 212.

11 Voir Haug, 1948, p. 325 ; Schnitzler, 1995, p. 171.

12 Voir Martin, 1967, p. 216.

13 Voir Martin à Haug, fin septembre 1944, dans GLA 441 Zug. 1982/38, no 60.

14 Pour la méthode de répartition des pièces des collections entre les différents châteaux alsaciens, voir Thouvenin, 2002, p. 171. Les originaux des schémas de répartition des œuvres se trouvent au palais Rohan. Voir Listes des œuvres d’art des musées de Strasbourg déposées pendant la Deuxième Guerre mondiale au château de Mewes à Scharrachbergheim et à Stotzheim, dans les archives du MBA.

15 Pour toutes les informations de ce paragraphe, voir Martin à Haug, fin septembre 1944, dans GLA 441 Zug. 1982/38, no 60.

16 Voir ibid.

17 Voir Chef der Sicherheitspolizei und des SD au Reichsministerium für Wissenschaft, Erziehung und Volksbildung, 28 mars 1945 (SD-Bericht Dr. Kurt Martin, « Betr. Undurchsichtige Machenschaften des ehemaligen Direktors der Landeskunstsammlungen, Dr. Martin – Isenheimer Altar » [Objet : agissements louches de l’ancien directeur des collections du Land, Dr Martin]), dans BArch R 4901, vol. 5, no 12261.

18 Propos tenus lors d’un entretien avec l’auteure du présent ouvrage le 12 septembre 2004.

19 Voir Jacques Garnier, Et Leclerc prit Strasbourg, Strasbourg, 1994.

20 Voir Martin, 1967, p. 216.

21 Au début de la guerre, les vitraux de la cathédrale furent emballés dans des caisses et évacués dans le dépôt du musée de Strasbourg au château de Hautefort. L’Administration civile ayant exigé du gouvernement de Vichy le retour de toutes les œuvres d’art alsaciennes au cours de l’été 1940, ils furent entreposés dans la crypte de la cathédrale. À la suite des bombardements du centre-ville de Strasbourg à l’automne 1944, on décida de les évacuer dans un lieu de repli plus sûr. 73 caisses contenant des vitraux purent être évacuées à Heilbronn, 80 restèrent à Strasbourg. Voir Schrenk, 1997, p. 154-155.

22 Voir Kurt Martin, s.t. (prise de position relative à l’évacuation aux USA de 202 peintures entreposées au Collecting Point de Wiesbaden), 12 avril 1948, dans GNM, Nürnberg, DKA Nachlass Kurt Martin, I, B-530.

23 Pour le transport des œuvres à la saline de Heilbronn à l’initiative de Martin, voir Schrenk, 1997, p. 38-39.

24 Voir Schnellbach à Martin, 14, 25, 27 et 30 décembre 1944, tous les documents dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 86a.

25 Voir Reprise de service de Hans Haug, attestation du 27-12-1944, dans AMS 519 W 27.

26 Voir Hans Haug. Notes biographiques (curriculum vitae), dans AMN 030 552, Haug (Hans).

27 Voir Haug au directeur des Musées nationaux, 31 décembre 1944 et Salles à Haug, 29 janvier 1945, les deux documents dans AMN 0 30 552, Haug (Hans) : 1945, 27 novembre. Sa double mission au musée de Sèvres et à Strasbourg.

28 Voir Haug au directeur des Musées nationaux, 8 décembre 1944 (avec rapports en annexe : État des collections des musées de Strasbourg ; État des bâtiments des musées de Strasbourg ; croquis), dans AMN RP 2 A, Affaires d’Alsace. Rapports Haug (1945 – 5 juillet et 1944 – 15 septembre).

29 Pour Jacques Jaujard, directeur des Musées nationaux de 1939 à 1944, voir Gaston Palewski, Notice sur la vie et les travaux de Jacques Jaujard 1895-1967, Paris, 1968.

30 Son prédécesseur au ministère de l’Éducation, le communiste Joseph Billiet, dut rapidement céder sa place dans les circonstances liées à la Libération. Jaujard, dont les mérites et l’engagement pour les collections françaises sous l’Occupation étaient notoires, prit ses fonctions peu après la libération de Paris en septembre 1944. Voir Bertrand Dorléac, 1993, p. 291.

31 Pour la date, voir Isabelle Le Masne de Chermont et Laurence Sigal-Klagsbald, « L’ampleur des restitutions de l’après-guerre : la politique de restitution des patrimoines artistiques des pays occupés », dans À qui appartenaient ces tableaux ? La politique française de recherche de provenance, de garde et de restitution des œuvres d’art pillées durant la Seconde Guerre mondiale, cat. exp. musée d’Israël, Jérusalem, 18 février – 3 juin 2008 et musée d’Art et d’Histoire du judaïsme, Paris, 24 juin – 28 septembre 2008, Paris, 2008, p. 34.

32 Voir Haug au directeur des Musées nationaux, 18 décembre 1944, dans AMN Z 66, Strasbourg Généralités – Expositions (1944 – 30 décembre). Notes et rapports concernant les musées de Strasbourg et les dépôts d’évacuation par les services allemands.

33 Pour la CRA, voir chap. VII. 2e, p. 204-207.

34 Voir Haug au président de la Commission de récupération artistique, 8 décembre 1944, dans MAE carton no 382, P 14 Alsace-Lorraine, 11 (divers).

35 Voir Haug au directeur des Musées nationaux, 10 décembre 1944, dans AMN RP 2 A, Affaires d’Alsace. Rapports Haug (1945 – 5 juillet / 1944 – 15 septembre).

36 Voir Ordre de mission pour la liquidation de l’ancienne « General-direction der oberrheinischen Museen », s.a. ; d’après la chronologie des documents, celui-ci devrait avoir été établi en décembre 1944, dans AMN RP 2 A, Affaires d’Alsace. Rapports Haug (1945 – 5 juillet / 1944 – 15 septembre).

37 Voir directeur des Musées nationaux à Haug, 18 décembre 1944, dans AMN Z 66, Strasbourg Généralités – Expositions (1945 – 3 janvier. Rapport sur les dépôts aux environs de Strasbourg).

38 Voir Haug au maire de Strasbourg (copie au directeur des Musées de France), 16 décembre 1944 (avec rapports en annexe : Récapitulation des collections des musées de Strasbourg ; État du personnel du 10 décembre 1944 ; Propositions pour la marche à suivre lors de la restauration des musées ; Note sur l’organisation des musées de l’Alsace sous l’Occupation ; Note sur l’Administration générale des musées du Rhin supérieur établie par Kurt Martin en 1942, traduite en français), dans AMN RP 2 A, Affaires d’Alsace. Rapports Haug (1945 – 5 juillet / 1944 – 15 septembre) également en copie, dans MAE carton no 382, P 14 Alsace-Lorraine, 11 (divers).

39 Voir Haug au directeur des Musées de France, 20 décembre 1944 (avec rapports en pièces jointes : Note sur l’organisation des musées d’Alsace sous l’Occupation ; Note sur l’Administration générale des musées du Rhin supérieur établie par Kurt Martin en 1942, traduite en français ; Direction générale des musées haut-rhénans, État du personnel en 1943-44 ; Liste des musées d’Alsace contrôlés par la « Generaldirektion der oberrh. Museen »), dans AMN Z 66, Strasbourg Généralités – Expositions (Note sur l’organisation des musées d’Alsace pendant l’occupation allemande, 1940-1944).

40 Direction des musées nationaux au directeur général des Arts et des Lettres, rapport du 18 décembre 1944 (indication de la date seulement sur l’exemplaire de la deuxième localisation), dans AMN RP 2 A, Affaires d’Alsace. Rapports Haug (1945 – 5 juillet / 1944 – 15 septembre) et dans AMN Z 66, Strasbourg Généralités – Expositions (1944 – 30 décembre. Notes et rapports concernant des musées de Strasbourg et les dépôts d’évacuation par les services allemands), et dans MAE carton no 382, P 14 Alsace-Lorraine, 11 (divers).

41 Voir président de la Commission de récupération artistique à Haug, 2 octobre 1945, dans MAE carton no 382, P 14 Alsace-Lorraine, 6 (Situation de M. Haug auprès de la CRA, 1945).

42 Voir Haug au président de la Commission de récupération, 13 août 1945 et Henraux à Glasser (chef de la division « Récupération et restitutions »), 20 août 1945, les deux documents dans MAE carton no 382, P 14 Alsace-Lorraine, 6 (Situation de M. Haug auprès de la CRA, 1945).

43 Voir Badische Geschichte, 1979, p. 206-207.

44 Voir Rorimer, 1950, p. 145.

45 Les pays signataires étaient l’Afrique du Sud, les États-Unis, l’Australie, la Belgique, la Chine, la Grande-Bretagne, la Grèce, l’Inde, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Nouvelle-Zélande, la Norvège, la Pologne, la Tchécoslovaquie, l’Union soviétique, la Yougoslavie et la France.

46 Voir « Die Alliierte (Londoner) Erklärung », 2000, p. 197-218 ; pour le texte en français, voir par exemple : http://mjp.univ-perp.fr/france/fli4.htm.

47 Tisa Francini, Heuss et Kreis, 2001, p. 328-329.

48 Voir « Convention Respecting the Laws and Customs of War on Land also Known as the “Hague Convention of 1907” », dans The Spoils of War. World War II and its Aftermath: The Loss, Reappearance and Recovery of Cultural Property, éd. par Elizabeth Simpson, New York, 1997, p. 278-280 (en part. art. 47 et 56) ; pour la convention de La Haye sur « les lois et coutumes de la Deuxième Guerre mondiale », voir Fiedler, 1998, p. 87-96.

49 Voir Löhr, 2005, p. 65-66.

50 Voir Le Masne de Chermont et Sigal-Klagsbald, 2008 (L’ampleur), p. 25.

51 Voir Marie Hamon, « Spoliation and Recovery of cultural Property in France, 1940-1994 », dans The Spoils of War. World War II and its Aftermath: The Loss, Reappearance and Recovery of Cultural Property, éd. par Elizabeth Simpson, New York, 1997, p. 65.

52 Pour la commission Roberts, voir Michael J. Kurtz, America and the Return of Nazi Contraband. The Recovery of Europe’s Cultural Treasures, New York, 2006, p. 48-56 ; Ruth M. Meyer, « Die Roberts Commission », dans Walter I. Farmer (éd.), Die Bewahrer des Erbes. Das Schicksal deutscher Kulturgüter am Ende des Zweiten Weltkrieges, Berlin, 2002, p. 133-155 ; Yeide, Akinsha et Walsh, 2001, p. 56-57.

53 Voir Löhr, 2005, p. 66.

54 Voir Tisa Francini, Heuss et Kreis, 2001, p. 332-333 ; pour les missions des officiers des MFA&A, voir Kurtz, 2006, p. 74-78.

55 Le comité MacMillan s’appelait officiellement British Committee on the Preservation and Restitution of Art, Archives and other Material in Enemy Hands. Il fut officiellement créé le 8 ou le 9 mai 1944. Voir Anon., « Comité britannique pour la protection et la restitution des œuvres d’art », dans Mouseion, 1946, p. 75-76 ; pour la date, voir Tisa Francini, Heuss et Kreis, 2001, p. 333.

56 La commission interalliée s’appelait officiellement Inter-Allied Commission for the Protection and Restitution of Cultural Materials, mais elle était généralement désignée sous le nom de commission Vaucher, du nom de son directeur, Paul Vaucher. Voir Kurtz, 2006, p. 62 ; Tisa Francini, Heuss et Kreis, 2001, p. 331 ; Löhr, 2005, p. 67.

57 Voir Löhr, 2005, p. 66-67.

58 Pour la teneur et la signification de la loi, voir Das Gesetz Nr. 52 über Sperre und Beaufsichtigung von Vermögen, éd. et commenté par Hans Dölle et Konrad Zweigert, Stuttgart, 1947.

59 Voir Walter Schwarz, Rückerstattung nach den Gesetzen der alliierten Mächte, Munich, 1974, p. 24-28 ; Tisa Francini, Heuss et Kreis, 2002, p. 336-338.

60 Voir Löhr, 2005, p. 67 ; Yeide, Akinsha et Walsh, 2001, p. 56.

61 Voir Löhr, 2005, p. 69.

62 Voir Yeide, Akinsha et Walsh, 2001, p. 71-72. Les rapports originaux sont conservés au National Archive à Washington. Pour faciliter l’accès à la recherche internationale, ils ont fait l’objet d’une publication sur microfilm. Voir OSS Art Looting Investigation Unit Reports 1945-1946, dans NARA Microfilm Publication M 1782.

63 Il existe relativement peu de publications sur la Commission de récupération artistique. C’est principalement dû au fait que les dossiers de la CRA conservés au ministère des Affaires étrangères (MAE) et également appelés « Fonds Rose Valland » ne peuvent être consultés. C’est pourquoi toutes les indications qui suivent se réfèrent aux recherches de Marie Hamon et Claude Lorentz (outre un schéma de l’organisation établi à l’époque par son chef d’alors, Michel Florisoone). Voir Florisoone, 1946, p. 67-73 ; Marie Hamon, La récupération des œuvres d’art spoliées 1944-1993, Paris, 1993 (dactylographié, inédit, consultable au ministère des Affaires étrangères, archives et documentation) ; id., 1997, p. 63-66 ; Claude Lorentz, La France et les restitutions allemandes au lendemain de la Seconde Guerre mondiale 1943-1954, Paris, 1998, p. 225-240. Il faut également mentionner d’autres publications ultérieures importantes : Le Masne de Chermont et Schulmann, 2000, p. 33 sqq. et Le Masne de Chermont et Sigal-Klagsbald, 2008 (L’ampleur), p. 23-41 ; id., « Restitution in Frankreich », dans Raub und Restitution. Kulturgut aus jüdischem Besitz von 1933 bis heute, éd. par Inka Bertz et Michael Dorrmann, cat. exp. Jüdisches Museum Berlin en collaboration avec Jüdisches Museum Frankfurt am Main, 19 septembre 2008 – 25 janvier 2009, Berlin, 22 avril – 2 août 2009, Francfort-sur-le-Main, Göttingen, 2008, p. 273-278 ; Adeline Cacan de Bissy, « La Commission de récupération artistique », dans Pillages et restitutions. Le destin des œuvres d’art sorties de France pendant la Seconde Guerre mondiale (Actes du colloque organisé par la Direction des musées de France le 17 novembre 1996 à l’amphithéâtre Rohan de l’École du Louvre), Paris, 1997, p. 101-105.

64 Voir Lorentz, 1998, p. 225 ; Hamon, 1993, p. 5-6.

65 Voir Florisoone, 1946, p. 67.

66 Arrêté ministériel du 24 novembre 1944, art. 1er, cité d’après Florisoone, 1946, p. 68.

67 Voir Le Masne de Chermont et Sigal-Klagsbald, 2008 (L’ampleur), p. 27 ; Lorentz, 1998, p. 226.

68 De son vrai nom Rosa Antonia Valland, née à Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs le 1er novembre 1898, † à Ris-Orangis le 18 septembre 1980.

69 Les activités d’espionnage de Rose Valland au Jeu de paume pendant l’Occupation sont principalement décrites dans son propre témoignage. Voir Valland, [1961] 1997 ; également Corinne Bouchoux, Rose Valland. La résistance au musée, Paris, 2006 ; Le Masne de Chermont et Sigal-Klagsbald, 2008 (L’ampleur), p. 27 ; Lorentz, 1998, p. 229-230 ; Meyer, 1997, p. 140-141 ; Hamon, 1997, p. 63. En 2009-2010, le Centre d’histoire de la Résistance et de la déportation de Lyon a rendu hommage à cette héroïne nationale à travers l’exposition La Dame du Jeu de paume. Rose Valland sur le front de l’art, 3 décembre 2009 – 2 mai 2010.

70 Voir Edith Standen, « Introduction. The Immediate Postwar Periode 1945-1951 », dans The Spoils of War, 1997, p. 122.

71 Pour Rorimer, voir en ligne : www.arthistorians.info/rorimerj ; Schrenk, 1997, p. 57-59.

72 Voir Rorimer, 1950, p. 108-115 ; Valland, 1997, p. 218-220.

73 Voir Walter I. Farmer (éd.), Die Bewahrer des Erbes. Das Schicksal deutscher Kulturgüter am Ende des Zweiten Weltkrieges, Berlin, 2002, p. 94.

74 Voir Florisoone, 1946, p. 71-72 : « 1. Toute œuvre d’art dont la provenance française est certaine doit être renvoyée en France et placée sous la responsabilité de la C.R.A., en attendant sa restitution aux propriétaires en accord avec les ministères intéressés. 2. Pour les œuvres dont la perte aura été constatée, la France demande l’adoption du principe d’équivalence selon la valeur totale des pertes. 3. Les œuvres vendues librement aux Allemands devront faire retour à la C.R.A. qui les gardera comme séquestre jusqu’à ce qu’une décision intérieure française intervienne. 4. Les frais de retour ne pourront incomber aux propriétaires au moins jusqu’à l’entrepôt des œuvres du musée du Jeu de paume, lieu officiel de rassemblement à Paris. »

75 Pour un exposé à titre d’exemple de la procédure administrative de restitution par la CRA, voir Hamon, 1993, p. 9-10 ; Florisoone, 1946, p. 72.

76 Voir Lorentz, 1998, p. 227.

77 Voir Corinne Hershkovitch, « Offene Rechnungen. Die Restitution von Kunstwerken in Frankreich », dans Osteuropa. Kunst im Konflikt. Kriegsfolgen und Kooperationsfelder in Europa, 56e année, cahier 1-2/2006, p. 443 ; Le Masne de Chermont et Schulman, 2000, p. 35-36.

78 Voir Thomas Corr Howe, Salt Mines and Castles. The Discovery and Restitution of Looted European Art, Indianapolis et New York, 1946 ; Nicholas, 1995, p. 431-482.

79 Voir Florisoone, 1946, p. 72-73.

80 Voir Löhr, 2005, p. 71 ; Lorentz, 1998, p. 232.

81 Voir Valland, 1997, p. 219-220 ; Lorentz, 1998, p. 229 et 232 ; Farmer, 2002, p. 93.

82 Voir Yeide, Akinsha et Walsh, 2001, p. 94.

83 Voir Craig Hugh Smyth, Repatriation of the Art from the Collecting Point in Munich after Wold War II: Backround and Beginnings, with Reference Especially to the Netherlands, La Haye, 1988 ; id., « The Establishment of the Munich Collecting Point », dans The Spoils of War, 1997, p. 126-130 ; Farmer, 2002. L’histoire du Collecting Point de Munich est étudiée depuis quelques années par Iris Lauterbach. Ont déjà été publiés sur le sujet : Iris Lauterbach, « “Arche Noah”. “Museum ohne Besucher”? – Der Central Collecting Point in München », dans Entehrt. Ausgeplündert. Arisiert. Entrechtung und Enteignung der Juden, éd. par Koordinierungsstelle für Kulturgutverluste, Magdebourg, 2005, p. 334-352 ; id., « Raub und Restitution. Zur Geschichte des Central Collecting Point in München, 1945-1949 », dans Kulturgutverluste, Provenienzforschung Restitution. Sammlungsgut mit belasteter Herkunft in Museen, Sammlungen und Archiven, éd. par Landesstelle für die nichtstaatlichen Museen in Bayern beim Bayerischen Landesamt für Denkmalpflege, Munich et Berlin, 2007, p. 39-47 ; id., « Der Central Collecting Point in München 1945-1949. Kunstschutz, Restitution und Wissenschaft », dans Raub und Restitution, 2008, p. 195-201; id., Der Central Collecting Point in München. Kunstschutz, Restitution, Neubeginn, Berlin et Munich, 2015.

84 Voir Standen, 1997, p. 123 : « Munich was the site of the first collecting point ; the second was Wiesbaden, where conditions were much the same […]. »

85 Voir Smyth, 1988, p. 94-95 ; Löhr, 2005, p. 70.

86 Voir NARA Record Group RG 260, Entry 492-506 (NARA Microfilm Publication M 1947, Rolls 1-117). Un ensemble quasi complet des property-cards du Collecting Point de Wiesbaden est en outre conservé aux archives fédérales de Coblence (BArch B 323/586-595).

87 Pour les informations de ce passage, voir Löhr, 2005, p. 70-75 ; Michael Kurtz, « The End of the War and the Occupation of Germany, 1944-1952. Laws and Conventions Enacted to Counter German Appropriations: The Allied Control Council », dans The Spoils of War, 1997, p. 112-116 ; id., 2006, p. 81-108.

88 Voir Gesetz no 59 der Militärregierung Deutschland – Amerikanisches Kontrollgebiet vom 10. November 1947 : « Restitution feststellbarer Vermögensgegenstände an Opfer der nationalsozialistischen Unterdrückungsmaßnahmen », dans Amtsblatt der Militärregierung Deutschland – Amerikanisches Kontrollgebiet, édition G du 10 novembre 1947, p. 1 sqq. Pour la teneur et la genèse de la loi américaine no 59 relative aux restitutions, voir Schwarz, 1974, p. 23-58.

89 Voir Ordonnance no 120 du 10 novembre 1947 du gouvernement militaire français en Allemagne relative à la restitution de biens ayant fait l’objet de spoliations, dans Journal officiel. Amtsblatt des französischen Oberbefehlshabers in Deutschland, no 119 (14-11-1947), p. 1219-1222. Pour la teneur et la genèse de l’ordonnance française no 120 relative aux restitutions, voir Schwarz, 1974, p. 287-324.

90 Voir Constantin Goschler, « Die Politik der Rückerstattung in Westdeutschland », dans « Arisierung » und Restitution. Die Rückerstattung jüdischen Eigentums in Deutschland und Österreich nach 1945 und 1989, éd. par id. et Jürgen Lillteicher, Göttingen, 2002, p. 108-109.

91 Voir Martin à Haug, fin septembre 1944, dans GLA 441 Zug. 1982/38, no 60.

92 Voir Le Masne de Chermont et Sigal-Klagsbald, 2008 (L’ampleur), p. 26.

93 Voir Haug à Recher, 28 mars 1945, dans AMN RP 2 A, Affaires d’Alsace. Rapports Haug (1945 – 5 juillet / 1944 – 15 septembre).

94 Voir note sur l’enveloppe du courrier de Haug à Recher, 28 mars 1945 : « Prière à la direction des musées de France de transmettre cette lettre après en avoir pris connaissance », dans AMN RP 2 A, Affaires d’Alsace. Rapports Haug (1945 – 5 juillet et 1944 – 15 septembre).

95 Haug au directeur des Musées de France, 28 mars 1945, dans AMN RP 2 A, Affaires d’Alsace. Rapports Haug (1945 – 5 juillet / 1944 – 15 septembre), et dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg.

96 Directeur des Musées de France au directeur général des Arts et des Lettres, 24 avril 1945, dans AMN RP 2 A, Affaires d’Alsace. Rapports Haug (1945 – 5 juillet / 1944 – 15 septembre).

97 Hamel, professeur à la faculté de droit de Paris, conseil juridique de la Direction des musées nationaux : Note concernant la situation juridique des œuvres d’art acquises pendant l’Occupation par la Generaldirektion der oberrheinischen Museen en vue d’enrichir les collections des musées alsaciens, 8 juin 1945, dans AMN Z 66, Strasbourg Généralités – Expositions (1945 – 8 juin). Souligné par l’auteure.

98 Telle est la justification officielle que donne le Collecting Point de Wiesbaden dans un document établi par Edith Standen et intitulé « Déclaration relative à la saisie et à la restitution des œuvres d’art acquises pendant la guerre par l’Administration générale des musées du Rhin supérieur » [Erklärung über die Beschlagnahme und Zurückgabe von denjenigen Kunstwerken, die während des Krieges von der Generalverwaltung der oberrheinischen Museen erworben wurden], 23 octobre 1946, dans SKK (Direktion), Ordner « Restitution Militärregierung, Quittungen » : « La section Monuments, Fine Arts & Archives (Kunstschutz) de la Restitution Branch du gouvernement militaire de Grande-Hesse constate que le fait d’avoir sorti ces œuvres de la collection publique de Karlsruhe et de les avoir remises aux chargés de mission de la France et des Pays-Bas n’entraîne pas une inculpation pour acte illégal de l’organisation qui a acquis ces objets en France et aux Pays-Bas dans la période 1940-1944. Mais les achats ne sont pas reconnus valides et légaux dans la mesure où ils ont été payés par de l’argent d’occupation ou d’autres moyens de paiement qui ne constituent pas une valeur constante pour les personnes privées ou le pays d’où provenaient ces valeurs. »

99 Voir Wolfgang Stopfel, « Geschichte der badischen Denkmalpflege und ihrer Dienststellen Karlsruhe, Straßburg und Freiburg », dans Denkmalpflege in Baden-Württemberg, 4/2003, cahier 33, p. 298-299 ; Rorimer, 1950, p. 145 ; Martin à Rademacher (Rheinisches Landesmuseum Bonn), 2 juillet 1946, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 94 : « Nous avons vécu le dernier acte de la guerre dans la région du lac de Constance près de la frontière suisse où mon service a été transféré ces dernières semaines. »

100 Waldheim près de Schienen sur la presqu’île de Höri, située dans la partie ouest du lac de Constance, entre Stein am Rhein et Radolfszell. Petit dépôt inofficiel des objets d’art privés et refuge de la famille Martin.

101 Voir Martin, Bericht/Rapport, 20 mai 1945, dans GLA 441 Zug. 1982/38, no 60.

102 Martin, Bericht/Rapport, 20 mai 1945, dans GLA 441 Zug. 1982/38, no 60. Souligné par l’auteure.

103 Titres des différentes listes d’objets jointes en annexe au rapport de Martin. Voir ibid.

104 Pour Maurice Jardot, voir Kurt Martin, « Abschiedsworte an zwei von uns scheidende Kunstfreunde », dans Das Kunstwerk, 3/1949, cahier 7, p. 53 ; id., Erinnerungen an die französische Kulturpolitik in Freiburg i. Br. nach dem Krieg, Sigmaringen, 1974, s.p. ; Dorit Schäfer et Holger Jacob-Friesen, « “Wir brauchen Bewegung über die Grenzen hin …”. Französische Graphik für Karlsruhe », dans Picasso, Matisse, Chagall… Französische Druckgraphik 1900-1950, cat. exp. Staatliche Kunsthalle Karlsruhe, 22 juillet – 24 septembre 2006, Karlsruhe, 2006, p. 8-21 ; Anon., « Maurice Jardot. Biographie », dans Maurice Jardot. Une collection passionnément utile, cat. exp. musée d’Art moderne de Lille Métropole, 16 avril – 1er août 2004 et musée de Belfort, 16 avril – 31 juillet 2005, Villeneuve-d’Ascq, 2004, p. 193 ; Christophe Cousin, Donation Maurice Jardot. Cabinet d’un amateur en hommage à Daniel-Henry Kahnweiler, Belfort, 2004.

105 Gerhard Martin, dans un entretien avec l’auteure le 20 novembre 2005. Gerhard Martin se souvient que les bonnes connaissances en français de son père avaient représenté une bonne suprise pour Jardot.

106 Plus tard, c’est selon ces modalités qu’il lui fallut se justifier vis-à-vis du gouvernement militaire américain.

107 Peintre parisien et officier chargé de la récupération des œuvres auprès de la 1re armée française, voir Valland, 1997, p. 221 ; Lorentz, 1998, p. 232.

108 Voir Valland, 1997, p. 219-222 ; Le Masne de Chermont et Sigal-Klagsbald, 2008 (L’ampleur), p. 29.

109 Martin, 1967, p. 216.

110 Voir ibid. ; Valland, 1997, p. 219-220.

111 Voir Jürgen Klöckler, « Grundzüge der französischen Kulturpolitik im besetzten Deutschland nach dem Zweiten Weltkrieg », dans Konturen neuer Kunst. Konstanzer Kunstwochen 1946, cat. exp. Städtische Wessenberg-Galerie Konstanz, 7 septembre – 6 octobre 1996, Constance, 1996, p. 11. Pour une étude complète de la dénazification en Sud-Bade, voir Reinhard Grohnert, Die Entnazifizierung in Baden 1945-1949. Konzeptionen und Praxis der « Epuration » am Beispiel eines Landes der französischen Besatzungszone, Stuttgart, 1991.

112 Voir Haug au président de la Commission de récupération artistique, 4 juin 1945, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg. Les retrouvailles de Haug et Martin eurent probablement lieu la veille. Jean Rigaud, qui a consigné son premier contact avec Kurt Martin à la date du 12 mai 1945, notait dans son journal pour le 3 juin 1945 un voyage à Strasbourg à l’issue duquel eut lieu une longue réunion dans le bureau de Haug. Voir Carnet Jean Rigaud (18 avril – 27 août 1945), dans les archives de l’association Rose Valland. Je remercie Emmanuelle Polack et Alain Prévet de m’avoir indiqué ce document et de me l’avoir procuré.

113 Valland, 1997, p. 226 : « La plupart des collections visitées appartenaient aux musées du Haut-Rhin dont le chef, le directeur Kurt Martin, s’était acquis pendant la guerre la reconnaissance des Strasbourgeois. Il nous accompagna souvent dans les tournées d’inspections entreprises avec Jean Rigaud. »

114 Voir Schrenk, 1995, p. 74.

115 Voir Rorimer, 1950, p. 144-146.

116 Pour l’inondation de la saline d’Heilbronn et les notes prises par Martin, voir Schrenk, 1997, p. 64-67 et p. 71-73.

117 Martin à Schnellbach, manuscrit, s.a. [été 1945] (archives privées Gerhard Martin, Munich) : « Je suis toujours au lac de Constance avec la restriction vraiment inhabituelle de ne pouvoir quitter cette zone frontière que si l’on vient me chercher pour une mission particulière. C’est ce qui s’est passé très vite après l’Occupation et se répète de plus en plus souvent jusqu’ici. Nous ne visitons pas seulement nos dépôts, mais aussi d’autres de la zone d’occupation française, et je suis même allé avec le capitaine Rigaud et mademoiselle Valland à Strasbourg où j’ai été reçu tout à fait cordialement. »

118 Voir Martin au Badisches Kultusministerium, 18 janvier 1946 (Betr. Erlass Nr. AI 542 vom 6. Dezember 1945), dans GLA 235/40258.

119 Voir Rorimer, 1950, p. 146.

120 Voir Schrenk, 1997, p. 73.

121 Rorimer, 1950, p. 146. Parmi les documents de Marga Eschenbach conservés au Generallandesarchiv Karlsruhe se trouve une copie du Kunst-Inventar der Gen. Verwaltung 1943 (voir sur ce point la note 161 du chap. V du présent ouvrage), qui dresse la liste de toutes les acquisitions de l’Administration générale avec le lieu et la date d’acquisition, le numéro d’inventaire et le dépôt. Cette copie comporte de nombreuses annotations manuscrites en anglais – il s’agit éventuellement d’une partie des documents utilisés par Rorimer. Voir « Erwerbungen der Generaldirektion der oberrheinischen Museen », dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 16.

122 Le gouvernement militaire interdisait l’embauche d’anciens membres du parti. Voir Farmer, 2002, p. 37.

123 Voir Rorimer, 1950, p. 146-147 ; c’est également ce que confirmait le fils de Kurt Martin, Gerhard Martin, dans un entretien avec l’auteure le 12 septembre 2004.

124 Rorimer, 1950, p. 147.

125 Lauts, 1975, p. 212-213.

126 Voir Rorimer à Martin, Déclaration, 2 septembre 1945 (archives privées Gerhard Martin, Munich).

127 Voir Ulrike Spranger-Hauschild, « Kunst zwischen Trümmern », dans Die Kunst der frühen Jahre. Freiburg 1945-1960, cat. exp. Städtische Museen Freiburg, 5 septembre – 18 octobre 1992, Fribourg-en-Br., 1992, p. 39.

128 Martin à Rebay, 20 septembre 1946, dans SRGMA, NY, Kurt Martin to Hilla Rebay, Folder I/III: Undated up to December 1948.

129 Voir Polizeipräsidium Karlsruhe à Martin, 27 septembre 1946 : « En raison des indications portées sur votre formulaire, vous n’êtes pas concerné par la loi du 5 mars 1946 sur la dénazification et la démilitarisation. » Cachet : 20 mai 1947 (archives privées Gerhard Martin, Munich).

130 Voir Paul Wescher, Kunstraub unter Napoleon, Berlin, 1976, p. 49-50. Sur le sujet en général, voir Savoy, 2003.

131 Voir Nicholas, 1995, p. 533-538.

132 Voir Schrenk, 1997, p. 185.

133 Haug au maire de Strasbourg, 27 juillet 1945, dans MAE carton no 711 Musées.

134 Voir Haug, Note sur la situation du rapatriement des vitraux, tableaux et documents strasbourgeois, se trouvant dans les salines de Heilbronn (pièce jointe à Haug au président de la Commission de récupération artistique, 12 septembre 1945), dans MAE carton no 382, P 14 Alsace-Lorraine, 5 (Rapatriement d’œuvres d’art appartenant à Strasbourg).

135 Voir Nicholas, 1995, p. 537.

136 Voir Schrenk, 1997, p. 155.

137 Voir Haug au président de la Commission de récupération artistique, lettre et télégramme, les deux documents du 14 septembre 1945, dans MAE carton no 382, P 14 Alsace-Lorraine, 5 (Rapatriement d’œuvres d’art appartenant à Strasbourg).

138 Voir Schrenk 1997, p. 155 ; Nicholas, 1995, p. 537.

139 Voir Jardot à l’administrateur général adjoint pour le gouvernement militaire de la zone française d’occupation, 5 novembre 1945, dans MAE carton no 224, B 19, BIA 166, 1945-1950 et dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg (sous-dossier : 1947-1951).

140 Voir les documents relatifs à l’emballage et aux changements d’emballage dans la prison de Pfullendorf, 18-22 octobre 1945, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 18.

141 Voir Schmittlein (chef de la division de l’éducation publique) au président de la Commission de récupération artistique, 10 novembre 1945, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg (sous-dossier : 1947-1951). Il s’agissait des œuvres suivantes : Philips Wouwerman, Le Passage du gué (Bohémiens) (MBA 1963/MAMCS 44.976.0.6) ; Konrad Faber von Kreuznach, Portrait d’Anna Martoffin (MBA 1985) ; Pieter Claesz, Nature morte au crabe (MBA 1819) ; Antonio Veneziano, La Descente du Saint Esprit (MBA 1966) ; Joachim Beuckelaer, Marché aux poissons (MBA 1960) ; Gerrit Willemz Horst, Soldats jouant aux dés (MBA 1967) ; Leopold von Kalckreuth, Marie (MBA 1968/MAMCS 55.974.0516) ; Cornelis Delff, Grande nature morte (MBA 1703) ; Cornelis van Haarlem, Allégorie sur la vanité et le repentir / L’amour humain et l’amour divin (MBA 1969) ; Willem van de Velde, Marine (MBA 1964). Cette dernière œuvre n’apparaît pas sur le bordereau de remise des œuvres du 27 octobre 1945, car elle avait été endommagée pendant le transport, mais elle avait elle aussi passé la guerre à Pfullendorf. Voir Kunst-Inventar der Gen. Verwaltung 1943, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 379.

142 Jean-Baptiste Oudry, Deux sujets de chasse, 1742, huile sur toile, 227 × 151 cm chacun (MBA 1668/1669).

143 Francesco Bassano, Le Christ aux outrages, xvie siècle, huile sur bois, 133 × 182 cm (MBA 2026).

144 Voir Haug, Accusé de réception 2 Oudry, 1 Bassano, 19 décembre 1945, dans MAE carton no 336, D 23, Strasbourg I 1, 2, 4, 5, 8.

145 Voir Haug à François Boucher, 10 décembre 1945, dans MAE carton no 336, D 23, Strasbourg I 1, 2, 4, 5, 8.

146 Schrenk, 1997, p. 93.

147 Pour la date des envois, voir « Exit date » – indication au dos des property-cards du Collecting Point de Wiesbaden, dans BArch B 323/586-595. Pour le transfert des toiles aux Pays-Bas, voir note 165 du chap. VII.

148 Voir « Exit-Date » – indication de date au dos des property-cards des œuvres envoyées à Strasbourg depuis le Collecting Point de Wiesbaden, dans BArch B 323/586-595.

149 Voir contenu des 5 caisses de tableaux ramenées de Heilbronn par les autorités américaines de Wiesbaden, et remises aux musées de Strasbourg par le colonel François à Baden-Baden le 30-7-1946 (pièce jointe à un courrier de l’OBIP [A. Durocher] à l’administrateur général Laffon pour le gouvernement militaire de la zone française d’occupation, 23 mai 1947), dans MAE carton no 240, B 49, BIA 754, 1947-1951. Dans le cadre d’une enquête menée en 1956 auprès des musées ouest-allemands par l’Office fédéral pour les restitutions extérieures [Bundesamt für äußere Restitutionen] sur les restitutions effectuées dans le passé par ces musées, Jan Lauts indiquait le 23 octobre 1946 comme date officielle de remise au Collecting Point de Wiesbaden des acquisitions effectuées à l’étranger par l’Administration générale des musées du Rhin supérieur. La liste des pièces qui figure en annexe mentionne aussi bien les achats effectués en Hollande et restitués aux Pays-Bas que les œuvres achetées sur le marché de l’art parisien et remises à Strasbourg. Cette date est troublante car, comme l’attestent les sources contemporaines et comme nous l’avons décrit ici, une partie des œuvres avait déjà été restituée à Strasbourg le 30 juillet 1946. Il est vraisemblable que la date du 23 octobre soit celle de la fin des restitutions et donc celle du quitus. Voir Lauts à Bundesamt für äußere Restitutionen, 6 décembre 1956, dans BArch B 323/504. Pour le contexte de l’enquête du Bundesamt für äußere Restitutionen, voir Anja Heuss, « Die Restitution von Kulturgütern in Deutschland 1945-1966 », dans Eine Debatte ohne Ende? Raubkunst und Restitution im deutschsprachigen Raum, éd. par Julius H. Schoeps et Andrea-Dorothea Ludewig (publications du Centre Moses Mendelsohn d’études européennes de Potsdam), Berlin, 2007, p. 28 sqq.

150 Voir Liste des tableaux ramenés de Lorenzenhof, le 15 octobre 1946 (pièce jointe à un courrier de l’OBIP [A. Durocher] à l’administrateur général Laffon pour le gouvernement militaire de la zone française d’occupation, 23 mai 1947), dans MAE carton no 240, B. 49, BIA 754, 1947-1951.

151 Voir Martin au colonel François, 4 octobre 1946, dans MAE carton no 336, D 23, Strasbourg I 1, 2, 4, 5, 8 et GLA 441 Zug. 1981/70, no 18 ; pour la préparation de ce voyage, voir Haug à Martin, 21 juin 1946, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 256 et Martin à Haug, 9 octobre 1946, les deux documents dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 18.

152 Voir OBIP (A. Durocher) à l’administrateur général Laffon pour le gouvernement militaire de la zone française d’occupation, 23 mai 1947, avec en pièces jointes : Liste des tableaux et objets d’art ramenés de Pfullendorf le 27-10-1945 par le G.M. de Fribourg (Cap. Jardot) ; Meubles anciens (spoliés) ramenés le 27-6-1946 de St. Trudbert près de Badenweiler-Untermünstertal ; Inventaire des tableaux de Sundgau ; Contenu de 5 caisses de tableaux ramenées de Heilbronn par les autorités américaines de Wiesbaden, et remises aux musées de Strasbourg par le colonel François à Baden-Baden le 30-7-1946 ; Liste des tableaux ramenés de Lorenzenhof, le 15-10-1946, dans MAE carton no 240, B. 49, BIA 754, 1947-1951.

153 Voir par exemple Martin à Rademacher, 25 mars 1946, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 94 ou Lauts (pour Martin) à Auktionshaus Malmedé à Bonn, 30 octobre 1946, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 18.

154 Voir Martin à Langlotz, 9 février 1946, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 390.

155 Voir Schnitzler, 1995, p. 171-172 ; Haug, 1948, p. 325-326.

156 Pour les difficultés survenues dans la collaboration entre les différentes organisations alliées de protection des œuvres d’art et de restitution, voir Löhr, 2005, p. 78. Les documents ayant servi à reconstituer le litige présenté dans ce chapitre proviennent essentiellement des archives du ministère des Affaires étrangères français, MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg. Une deuxième version des documents de la succession Hans Haug a récemment été découverte et étudiée par Bernadette Schnitzler dans le service de documentation des musées de Strasbourg. Voir Bernadette Schnitzler, « Hans Haug et l’“affaire” des tableaux hollandais de Strasbourg (1945-1954) », dans Cahiers alsaciens d’archéologie, d’art et d’histoire, Strasbourg, 2008, cahier LI, p. 151-160.

157 Pour d’autres indications sur Schmittlein, voir note 24 du chap. VIII du présent ouvrage.

158 Schmittlein au président de la Commission de récupération artistique, 10 novembre 1945, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg (sous-dossier : 1947-1951).

159 Voir président de la Commission de récupération artistique à Haug, 11 janvier 1946, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg.

160 Voir Haug au président de la Commission de récupération artistique, 14 janvier 1946, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg.

161 Hans L.C. Jafé [orthographe allemande Jaffé], conservateur et directeur adjoint du Stedelijk Museum Amsterdam, responsable des rapatriements depuis la zone française d’occupation. Voir Eelke Muller et Helen Schretlen, BetwistBezit. De Stichting Nederlands Kunstbezit en de teruggave van roofkunst na 1945, Zwolle, 2002, p. 31-32 et p. 47.

162 Voir Haug au président de la Commission de récupération artistique, 19 mars 1946, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg.

163 Voir ibid. : « […] l’expert allemand stipule que l’Alsace n’étant juridiquement pas un pays allemand, le contrat est à considérer comme étant à faire avec un pays étranger. Je ne vois pas pourquoi, quel que soit le régime sous lequel vivent les Musées de Strasbourg, ce soit toujours à leur désavantage que tournent les affaires. »

164 Voir président de la Commission de récupération artistique à Haug, 22 mars 1946, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg.

165 Voir Exit date au dos des property-cards du Collecting Point de Wiesbaden : « shipped to Holland, 21 March 46 ». Il s’agissait des numéros suivants : WIE 1861/3, WIE 1861/4, WIE 1865/6, WIE 1867/13, WIE 1867/20, WIE 1869/4, WIE 1870/4, WIE 1871/4, WIE 1872/1, WIE 1872/2, WIE 1872/3, WIE 1874/7a, WIE 1879/2, WIE 1879/4, WIE 1879/6, WIE 1880/1, WIE 1881/1, WIE 1882/2, WIE 1883/5, WIE 1884/4, WIE 1884/5, WIE 1884/8, WIE 1886/5, WIE 1887/1. Les fiches des autres tableaux restitués WIE 1864/2 et WIE 4022 indiquent comme date de sortie le 1er mai 1946. Toutes les fiches originales dans BArch B 323/586-595. Les numéros sont également consignés dans Farmer, 2002, p. 176, mais avec des dates d’envoi différentes, le 27 mars et le 5 mai 1946.

166 Voir indication du depot-possessor sur les property-cards mentionnées dans la note précédente.

167 Voir Martin, Note concernant la restitution de tableaux au gouvernement hollandais, 29 septembre 1945, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 19.

168 Voir président de la Commission de récupération artistique au ministère des Affaires étrangères, directeur des accords techniques, sous-direction des intérêts français et étrangers, s.a., dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg.

169 Voir ministre des Affaires étrangères au ministre de l’Éducation nationale (Commission de récupération artistique), 27 mars 1946, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg.

170 Haug au président de la Commission de récupération artistique, 8 août 1946, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg.

171 Pour la date, voir Florisoone, Note sur les achats du Dr. Kurt Martin pour les musées de Strasbourg et sur le tableau de Pissarro retrouvé en Hollande, 21 septembre 1951, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg ; Schnitzler, 2008, p. 155.

172 Pour la fondation Stichting Nederlands Kunstbezit, voir Muller et Schretlen, 2002 ainsi qu’en ligne : www.herkomstgezocht.nl.

173 Voir Schnitzler, 2008, p. 154-155.

174 Voir Haug à Martin, 18 mars 1947, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg et GLA 441 Zug. 1981/70, no 18.

175 Voir Martin à Haug, 12 avril 1947, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg et GLA 441 Zug. 1981/70, no 18.

176 Voir ministère des Affaires étrangères, directeur de l’Office des biens et intérêts privés au président de la Commission de récupération artistique, 28 mai 1947, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg ; Schnitzler, 2008, p. 155.

177 Voir Jolles à Haug, 19 septembre 1949, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg.

178 Voir Haug à Jolles, 29 septembre 1949, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg.

179 Joachim Beuckelaer, Le Marché aux poissons, 1568, huile sur bois, 119 × 165 cm (MBA 1960) ; Pieter Claesz, Nature morte au crabe, 1644, huile sur bois, 47 × 63 cm (MBA 1819) ; Cornelis van Haarlem, Allégorie sur la vanité et le repentir / L’amour humain et l’amour divin, 1616, huile sur bois, 100 × 125 cm (MBA 1969).

180 Voir Haug au directeur des musées de France et Haug à Maurice Richard, ministre plénipotentiaire, directeur de l’Office des biens et intérêts privés, 29 septembre 1949, les deux documents dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg.

181 Voir Florisoone, Note sur les achats du Dr Kurt Martin pour les musées de Strasbourg et sur le tableau de Pissarro retrouvé en Hollande, 21 septembre 1951, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg ; Schnitzler, 2008, p. 157.

182 Voir directeur général des Arts et des Lettres au directeur général des Affaires économiques, sous-direction des intérêts français et étrangers, 7 novembre 1951, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg.

183 Voir Schnitzler, 2008, p. 157-158.

184 Voir Florisoone, Note sur les achats du Dr Kurt Martin pour les musées de Strasbourg et sur le tableau de Pissarro retrouvé en Hollande, 21 septembre 1951, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg.

185 Voir Florisoone à Jaujard, 1er octobre 1951, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg.

186 Voir Haug à Florisoone, 26 septembre 1951, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg. Sur la liste manquent à juste titre les toiles de Daniel Vosmeaer, Holländische Landschaft mit Landhaus [Paysage hollandais avec maison de campagne] (NK 1986) et Paul de Vos, Jagdstück [Sujet de chasse] (NK 2418). Les œuvres avaient passé la guerre au dépôt de Lorenzenhof, situé dans la zone d’occupation française, et n’avaient donc pas été restituées à l’État hollandais via le Collecting Point des Américains, mais par un autre chemin.

187 Voir Schnitzler, 2008, p. 158.

188 Voir « Tableaux acquis en Hollande pendant l’Occupation (1941-1944). Essai de résumé du point de vue des musées de Strasbourg », pièce jointe au courrier de Haug au directeur de l’Office des biens et intérêts privés M. Lampérière pour transmission à Valland, 15 décembre 1951, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg.

189 Röel dirigea de 1936 à 1945 le Stedelijk Museum d’Amsterdam, avant de devenir directeur général du Rijksmuseum d’Amsterdam. Voir en ligne : www.arthistorians.info/roelld.

190 Voir Valland au ministre plénipotentiaire, directeur de l’OBIP, 11 janvier 1952, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg (sous-dossier : Restitutions en cours avec la Hollande, 1952) : « Monsieur Roël a paru apprécier et approuver que nos démarches se présentent sous la forme d’une recherche d’accords et d’entretiens amicaux. Il a accepté de présenter au ministère des Finances néerlandais le point de vue français (je n’ose pas dire de le soutenir). »

191 Valland à Röel, 11 janvier 1952, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg (sous-dossier : Restitutions en cours avec la Hollande, 1952) : « La totalité des acquisitions faites pour Strasbourg a été payée avec des fonds tirés de l’économie alsacienne. Bien entendu, cet argent servit à obtenir des florins d’occupation. En conséquence de cette opération, la Hollande et l’Alsace furent l’une et l’autre lésées dans leur économie, puisque la France n’a reçu en contre-valeur des sommes versées pour l’ensemble des tableaux et objets d’art, qu’une petite part de ce qu’elle avait payé. » Souligné par l’auteure.

192 L’ensemble des négociations d’après-guerre entre l’Alsace et les Pays-Bas concernant les acquisitions en Hollande porte sur 15 + 23 peintures et objets d’art décoratif (à Strasbourg + Hollande), soit 38 objets au total. Mais les listes n’étaient pas complètes. En effet, Martin avait déjà acheté 39 peintures en Hollande. Le nombre exact d’objets d’art décoratif n’a pas pu être retrouvé. Voir note 165 du chap. VII du présent ouvrage.

193 Voir Valland à Röel, 11 janvier 1952, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg (sous-dossier : Restitutions en cours avec la Hollande, 1952).

194 Voir Schnitzler, 2008, p. 158. Elle se réfère à une lettre de Valland à Haug du 10 avril 1952.

195 Voir directeur général des Arts et des Lettres à M. Richard (directeur de l’Office des biens et intérêts privés), 9 décembre 1953, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg.

196 Voir Hamel (professeur à la faculté de droit de Paris, conseil juridique de la Direction des musées nationaux), Rapport, 29 octobre 1953, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg.

197 Voir directeur général des Arts et Lettres à M. Richard (directeur de l’Office des biens et intérêts privés), 9 décembre 1953, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg.

198 Haug à Florisoone, 26 novembre 1953, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg.

199 Le programme dit « programme Rechtsherstel », qui définit dans l’immédiat après-guerre les principes de la politique néerlandaise de restitution, prévoyait que, si les collectionneurs qui avaient été contraints à vendre des œuvres sous le nazisme les récupéraient, ils devaient verser à l’État le montant du prix de vente qu’ils avaient perçu. Voir Frank Kuitenbrouwer, « Raubkunst aus dem Zweiten Weltkrieg in den Niederlanden », dans Raub und Restitution, 2008, p. 259 ; Anja Heuss, « Der Fall Goudstikker. Die Niederlande und die Raubkunst », dans Das Geschäft mit der Raubkunst. Fakten, Thesen, Hintergründe, éd. par Matthias Frehner, Zurich, 1998, p. 106.

200 Pour l’histoire de la collection de Friedrich Gutmann, son hypothèque puis sa « valorisation » par les nazis, ainsi que sa restitution après la guerre, voir Richard Winkler, « “Händler, die ja nur ihrem Beruf nachgingen”. Die Münchner Kunsthandlung Julius Böhler und die Auflösung jüdischer Kunstsammlungen im “Dritten Reich” », dans Entehrt. Ausgeplündert. Arisiert. Entrechtung und Enteignung der Juden, éd. par Koordinierungsstelle für Kulturgutverluste, Magdebourg, 2005, p. 226-233.

201 Voir ministère des Affaires étrangères de la République française au ministre des Finances de la Hollande, s.a. (projet de lettre de Rose Valland, accompagnant sa lettre du 17 juin 1954), dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg.

202 Relation exhaustive des faits dans Valland au ministre des Affaires étrangères, 17 juin 1954, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg.

203 Voir Valland au ministre des Affaires étrangères, 17 juin 1954, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg.

204 Voir ministère des Affaires étrangères de la République française au ministre des Finances de la Hollande, s.a. (projet de lettre de Rose Valland, accompagnant sa lettre du 17 juin 1954), dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg.

205 Voir ibid.

206 Valland à Haug, 18 octobre 1954, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg.

207 Haug à Valland, 20 octobre 1954, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg.

208 Voir Valland à Haug, 2 novembre 1954, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg.

209 Voir Haug à Valland, 12 novembre 1954 (« Confidentiel »), dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg.

210 Voir Haug à Valland, 12 novembre 1954, avec pièces jointes : Liste des tableaux et objets d’art acquis par les musées de Strasbourg en Hollande pendant l’occupation allemande et retrouvés en zone d’occupation française en 1945, en double exemplaire, différents, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg. La peinture de Cornelis van Haarlem, Allégorie sur la vanité et le repentir / L’amour humain et l’amour divin (MBA 1969), non déclarée, n’y figurait pas, probablement par erreur.

Table des illustrations

Titre ill. 72. Le palais Rohan après le bombardement de 1944
Crédits photo © Charles Spehner, Archives de la Ville de Strasbourg (1 FI 101 32, Palais Rohan, destructions suite au bombardement aérien du 11 août 1944)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18346/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 493k
Titre ill. 73. Bâtiment principal du palais Rohan après le bombardement de 1944
Crédits photo © Charles Spehner, Archives de la Ville de Strasbourg (1 FI 112 47, Palais Rohan, dégâts et décombres suite au bombardement aérien du 11 août 1944)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18346/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 402k
Titre ill. 74. Pavillon du palais Rohan après le bombardement de 1944
Crédits photo © Charles Spehner, Archives de la Ville de Strasbourg (1 FI 101 58, Palais Rohan, dégâts et décombres suite au bombardement aérien du 11 août 1944)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18346/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre ill. 75. Salle du Synode du palais Rohan après le bombardement de 1944
Crédits photo © Charles Spehner, Archives de la Ville de Strasbourg (1 FI 101 55, Palais Rohan, dégâts et décombres à l’intérieur des salles du musée suite au bombardement aérien du 11 août 1944)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18346/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre ill. 76. Cour d’honneur du palais Rohan après le bombardement de 1944
Crédits photo © Charles Spehner, Archives de la Ville de Strasbourg (1 FI 101 39, Palais Rohan, destructions suite au bombardement aérien du 11 août 1944)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18346/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre ill. 77. Hans Haug, croquis montrant l’impact des bombes dans le centre-ville de Strasbourg, pièce jointe au premier courrier officiel adressé par Haug au directeur des Musées nationaux Jacques Jaujard le 8 décembre 1944 après son retour en Alsace
Crédits photo © Archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine, Archives des Musées nationaux (AMN RP 2 A)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18346/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 329k
Titre ill. 78. Jacques Jaujard (1895-1967) dans son bureau au palais du Louvre, 1940
Crédits photo © publiée dans Pillages et Restitutions. Le destin des œuvres d’art sorties de France pendant la Seconde Guerre Mondiale, éd. par Françoise Cachin, Paris, 1997, p. 139 (© d.r.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18346/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre ill. 79. Carte de la zone française d’occupation, 1947, carte dressée, dessinée et imprimée par la Section Carto du G.M.
Crédits photo © archives de l’auteure
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18346/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Titre ill. 80. Rose Valland (1898-1980)
Crédits photo © Archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine, Archives des musées nationaux (AMN RA 572-R19), avec l’aimable autorisation de Camille Garapont, l’ayant droit de Rose Valland
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18346/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre ill. 81a. Property-card du Collecting Point de Wiesbaden pour une peinture du musée des Beaux-Arts de Strasbourg (Jean-Honoré Fragonard, Le Christ aux outrages, MBA 1663), recto et verso
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18346/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Crédits photo © Bundesarchiv Koblenz (BArch B 323/590) / The U.S. National Archives and Records Administration, Washington (NARA M1947, Ardelia Hall Collection, Property cards from the Wiesbaden Central Collecting Point during the period 1945-52, card number WIE 1873/2, www.fold3.com/image/231949973)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18346/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre ill. 81b. Property-card du Collecting Point de Wiesbaden pour une peinture du musée des Beaux-Arts de Strasbourg (Francisco de Herrera le Jeune, Nature morte aux poissons, désormais attribué à Giuseppe Recco, Nature morte aux poissons et crabe, MBA 1662), recto et verso
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18346/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 984k
Crédits photo © Bundesarchiv Koblenz (BArch B 323/590) / The U.S. National Archives and Records Administration, Washington (NARA M1947, Ardelia Hall Collection, Property cards from the Wiesbaden Central Collecting Point during the period 1945-52, card number WIE 1873/3, www.fold3.com/image/231949988)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18346/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 980k
Titre ill. 81c. Property-card du Collecting Point de Wiesbaden pour une peinture du musée des Beaux-Arts de Strasbourg (Francisco de Goya, Portrait de Bernardo d’Yriarte, MBA 1660), recto et verso
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18346/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 995k
Crédits photo © Bundesarchiv Koblenz (BArch B 323/590) / The U.S. National Archives and Records Administration, Washington (NARA M1947, Ardelia Hall Collection, Property cards from the Wiesbaden Central Collecting Point during the period 1945-52, card number WIE 1880/2, www.fold3.com/image/231950366)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18346/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 938k
Titre ill. 81d. Property-card du Collecting Point de Wiesbaden pour une peinture du musée des Beaux-Arts de Strasbourg (Sanchez Cotan, Nature morte au cardon rose, MBA 1659), recto et verso
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18346/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 993k
Crédits photo © Bundesarchiv Koblenz (BArch B 323/590) / The U.S. National Archives and Records Administration, Washington (NARA M1947, Ardelia Hall Collection, Property cards from the Wiesbaden Central Collecting Point during the period 1945-52, card number WIE 1882/3, www.fold3.com/image/231950436)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18346/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 965k
Titre ill. 82. Maurice Jardot (1911-2002)
Crédits photo © publiée dans Maurice Jardot. Une collection passionnément utile, cat. exp. Villeneuve d’Ascq et Belfort, 2004, p. 192 (© t.d.r.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18346/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Titre ill. 83. Kurt Martin et Rose Valland dans un groupe de personnes non identifiées, fin des années 1940
Crédits photo © Archives de l’association « La Mémoire de Rose Valland », Saint-Etienne-de-Saint-Geoirs, avec l’aimable autorisation de Camille Garapont, l’ayant droit de Rose Valland
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18346/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Titre ill. 84. James Joseph Rorimer (1905-1966) et trois soldats américains sortant des tableaux spoliés par les nazis du château de Neuschwanstein, 1945
Crédits photo © domaine public, The U.S. National Archives and Records Administration, Washington
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18346/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Titre ill. 85. La saline de Heilbronn où avaient été évacuées et mises à l’abri des œuvres d’art, principalement issues de musées allemands, avril 1945
Crédits photo © publiée dans Robert M. Edsel, Rescuing da Vinci, Dallas, 2006, p. 171
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18346/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Titre ill. 86. Vue de l’intérieur de la saline de Heilbronn, avec des œuvres provenant de la Staatliche Kunsthalle de Karlsruhe devant des caisses encore fermées
Crédits photo © publiée dans Robert M. Edsel, Rescuing da Vinci, Dallas, 2006, p. 174
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18346/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 449k
Titre ill. 87. James Joseph Rorimer et un GI inconnu découvrant au château de Neuschwanstein une valise de bijoux appartenant à la famille Rothschild
Crédits photo © domaine public, The U.S. National Archives and Records Administration, Washington
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18346/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre ill. 88. Les généraux Dwight D. Eisenhower, Omar N. Bradley et George S. Patton Jr. découvrant des peintures mises en dépôt à l’usine de potasse de la saline de Merkers en Thuringe, 4 décembre 1945
Crédits photo © domaine public, The U.S. National Archives and Records Administration, Washington (NARA identifier 531272)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18346/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre ill. 89. Officiers américains du service de protection des œuvres d’art MFA&A découvrant les vitraux de la cathédrale de Strasbourg dans la saline de Heilbronn, septembre 1945
Crédits photo © domaine public, The U.S. National Archives and Records Administration, Washington
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18346/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre ill. 90. Caisses contenant les vitraux de la cathédrale de Strasbourg dans la saline de Heilbronn, septembre 1945
Crédits photo © domaine public, The U.S. National Archives and Records Administration, Washington
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18346/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Titre ill. 91. Francesco Bassano, Le Christ aux outrages, xvie siècle, huile sur bois, 133 × 182 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts
Crédits photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 2026)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18346/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 270k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search