Version classiqueVersion mobile

Kurt Martin et le musée des Beaux-Arts de Strasbourg

 | 
Tessa Friederike Rosebrock

VI. Activités culturelles pendant l’Occupation

Texte intégral

1Les nombreuses acquisitions qu’effectua Kurt Martin quand il était directeur général des musées du Rhin supérieur ne donnèrent jamais lieu à des présentations publiques. Après avoir été étiquetées et inscrites sous un numéro d’inventaire dans le catalogue de la collection, les œuvres étaient évacuées dans des abris situés des deux côtés du Rhin, avec le reste des collections respectives des musées de Strasbourg et de Karlsruhe. Pendant toute la durée de la guerre, on ne put voir que des expositions organisées par les services du NSDAP ou par des Kunstvereine régionaux ne proposant que des contenus de propagande ou de l’art contemporain conforme aux consignes politiques, considéré comme artgerecht, « conforme à la race [aryenne, N.d.T.] ».

1. Le système des expositions et la promotion des artistes

a. Expositions itinérantes de propagande en provenance du Reich

  • 1 Wolfgang Schmidt, « Die Mobilisierung der Künste für den Krieg: Maler in Uniform », dans Kunst und (...)
  • 2 Voir Brenner, 1963, p. 273.
  • 3 Hugo Fischer, chef adjoint de la Propagande pour le NSDAP et président de l’Institut für Deutsche K (...)
  • 4 Voir Ines Schlenker, « Die “Großen deutschen Kunstausstellungen” und ihre Auswirkungen auf den nati (...)
  • 5 Voir Schlenker, 2007, p. 258.

2« Parce que la conviction était profondément enracinée que les Alliés n’avaient pu sortir victorieux de la Première Guerre mondiale que grâce à leur capacité à mobiliser mentalement le front de l’intérieur, il n’y eut guère d’autre camp en présence dans la Seconde Guerre mondiale qui ait investi autant et avec tant de cohérence dans la propagande et dans la logistique de communication que l’Allemagne1. » À cette fin, l’activité sociale de l’art fut également instrumentalisée en conformité avec la ligne du parti en abusant impitoyablement de son influence2. Les collections des musées du Reich ayant toutes été évacuées du fait de la guerre, la mission de propagande revenait en majorité à des expositions vantant les hauts faits du national-socialisme et à des expositions itinérantes qu’Hugo Fischer, stellvertretender Reichspropagandaleiter [chef adjoint du Reich à la Propagande]3, qualifiait d’« arme[s] dans la main de la propagande politique, culturelle et économique »4. L’objet de cette propagande était de montrer la manière dont différents domaines de la vie quotidienne prospéraient sous l’influence du national-socialisme, de prouver l’origine historique de la « race aryenne » et d’en expliquer la supériorité, ou bien de présenter une production artistique conforme au régime comme illustration des standards à respecter par les artistes de l’époque. Au fur et à mesure de la guerre, ces thèmes furent supplantés par un nouvel aspect, celui du raffermissement moral de la population. L’illustration de la culture allemande en temps de guerre était interprétée comme un signe d’espoir censé détourner l’attention du public des défaites militaires et renforcer la « foi dans la victoire finale »5. Toutes les expositions montrées dans les différents Gaue allemands étaient organisées par diverses instances de l’État étroitement liées au parti.

  • 6 Pour l’introduction du service obligatoire en Alsace, voir Kettenacker, 1973, p. 216-231 ; Anon., « (...)
  • 7 Cité d’après Hans Barkhausen, Filmpropaganda für Deutschland im Ersten und Zweiten Weltkrieg, Hilde (...)
  • 8 Schmidt, 2007, p. 286

« La propagande de guerre au sens où elle influençait et guidait la population [un domaine que Robert Wagner revendiqua particulièrement, l’Alsace ayant été en 1942 soumise contre son gré à l’incorporation militaire obligatoire pour le Reich6] était faite par le ministère de la Propagande et le commandement en chef de la Wehrmacht. Ces deux instances avaient signé pendant l’hiver 1938-1939 un accord sur la mise en œuvre de la propagande de guerre selon lequel la “guerre de propagande […] était reconnue pour l’essentiel comme un élément de combat équivalent à la guerre armée7” 8. »

  • 9 Pour l’importance de l’Institut für deutsche Kultur und Wirtschaftspropaganda au sein du système d’ (...)
  • 10 Voir Christoph Kivelitz, Die Propagandaausstellung in europäischen Diktaturen. Konfrontation und Ve (...)
  • 11 Le musée de l’Hygiène devait consacrer ses expositions exclusivement à la thématique de la Volksges (...)

De plus, la Reichsstelle zur Förderung des deutschen Schriftums [bureau du Reich pour la promotion de la littérature allemande], l’Institut für Deutsche Kultur und Wirtschaftspropaganda [Institut pour la culture allemande et la propagande économique]9, le Deutsches Propagandaatelier [Atelier allemand de propagande] et le Hygienemuseum [musée de l’Hygiène] de Dresde concevaient eux aussi des expositions10. Bien que chacun de ces organismes fût chargé de sujets bien précis et tenu de développer et de mettre en scène des thématiques concrètes d’expositions, leurs attributions se recoupaient nécessairement, ce qui, comme dans d’autres sphères de pouvoir du régime nazi, donna lieu à une radicalisation des différents programmes11.

  • 12 C’est du moins ce qui se passa pour l’exposition Entartete Kunst, organisée par l’Institut für Deut (...)
  • 13 Voir Anon., « Straßburg die oberrheinische Ausstellungsstadt. Die Vorbereitungen zur erste Grossaus (...)

3Pour qu’une exposition puisse être présentée dans un Gau, il fallait que le Gaupropagandaleiter, le directeur de la propagande de ce Gau, manifeste auprès du Reichspropagandaamt [office de la Propagande du Reich] à Berlin son intérêt pour un projet particulier et se déclare disposé à financer sa réalisation sur place. C’est le Reichspropagandaamt qui coordonnait de manière centralisée les différentes étapes des expositions et en fixait les dates12. Dès avant son annexion officielle, le Gauleiter Robert Wagner voulut faire profiter l’Alsace aussi activement que possible de ce qui se passait dans le Reich, et l’art et la propagande étaient deux des rares domaines qui le permettaient. C’est pourquoi il ordonna que soient présentées en Alsace de nombreuses expositions venant d’Allemagne dont les contenus servaient l’objectif qu’il s’était personnellement fixé, à savoir de faire des Alsaciens, dans un délai de cinq ans seulement, de « bons Allemands » et des nazis convaincus. Outre l’influence positive qu’il attendait des expositions sur l’attitude politique de la population alsacienne, elles lui permettaient en même temps d’attirer l’attention de ses collègues en politique sur « Strasbourg, la ville des expositions dans le Rhin supérieur13 ». Et un nombre de visiteurs particulièrement élevé devait lui valoir personnellement le mérite d’un travail intense de propagande et ainsi contribuer à sa gloire personnelle.

  • 14 Voir Anon., « Ausstellung “Deutsche Werkstoffe” eröffnet. Das Elsass wird den reichsdeutschen Werks (...)
  • 15 Voir Anon., « Die Ausstellung “Das Deutsche Gold” eröffnet. “Der äußerste Osten kam zum äußersten W (...)
  • 16 Voir Karl Goehner, « An der Schiffmatt. Neue Bezeichnung für das Ausstellungsgelände », dans StrNN, (...)
  • 17 Voir Anon., « Die Straßburger Wirtschaftsgrossschau. Was wir in der Straßburger Ausstellung sehen w (...)
  • 18 Voir Anon., « Der Gauleiter im Ausstellungsgelände. Besichtigung der “Großbaustelle auf dem Wacken” (...)

4Les premières expositions, modestes, par exemple Deutsche Werkstoffe [Matériaux allemands]14 ou Das deutsche Gold [L’or allemand]15, furent montrées à partir de 1940 dans le bâtiment de l’ancienne Bourse de Strasbourg ou dans la salle des fêtes de la Karl-Roos-Platz. Mais pour que de grandes manifestations ayant fait parler d’elles dans le Reich puissent être également présentées dans la région, Wagner s’attela à la rénovation et à l’aménagement de l’ancien site de la Foire de Strasbourg « Au Wacken », qui fut rebaptisé pour l’occasion « An der Schiffmatt »16. Des centaines d’artisans furent engagés pour restaurer les douze bâtiments massifs existants et construire trente nouvelles halles et pavillons ainsi qu’un parc d’attractions. Manèges, stands de tir, restaurants et cafés devaient rendre le site encore plus plaisant pour le public qui visiterait ces expositions de propagande17. La joie que tirait le Gauleiter du vif intérêt suscité par ce grand chantier dans le Reich était particulièrement soulignée dans les commentaires de la presse qui suivait les travaux18.

  • 19 Robert Wagner, Reichsstatthalter und Gauleiter, « Zwei Jahre deutsche Aufbauarbeit im Elsass. Eine (...)
  • 20 Analyse des grandes lignes de l’exposition en matière de propagande, dans Kivelitz, 1999, p. 205-20 (...)
  • 21 Voir Karlheinz Rüdiger, « Deutsche Größe. Ein Beispiel künstlerischer Ausstellungspraxis », dans Di (...)

5La première grande exposition de propagande venant du Reich fut présentée sur le nouveau site du 29 août au 21 septembre 1941. Consacrée à la Deutsche Wirtschaftskraft, la « Force économique allemande » (ill. 60), elle fut saluée par la presse comme un grand succès, avec plus de 500 000 visiteurs19. L’année suivante, le site de la Schiffmatt accueillit du 19 juin au 16 août l’exposition Deutsche Größe [Grandeur allemande] organisée par un service placé sous la responsabilité d’Alfred Rosenberg, la Dienststelle des Beauftragten des Führers für die Überwachung der gesamten geistigen und weltanschaulichen Erziehung der NSDAP [bureau du chargé de mission du Führer pour la surveillance de l’ensemble de l’éducation intellectuelle et idéologique du NSDAP]20. À l’intérieur du Reich, elle fut célébrée comme l’« apogée des expositions allemandes », tant pour son contenu purement politique que pour les techniques modernes d’exposition qui y avaient été systématiquement mises en œuvre21. Avant Strasbourg, elle avait été présentée à Berlin, Breslau, Prague, Magdebourg et Bruxelles. Son propos était de montrer l’origine de la supériorité de la culture germano-allemande sur celle de ses voisins européens. Le visiteur suivait de salle en salle un parcours historique qui allait de l’art roman jusqu’à l’époque contemporaine, jalonné par des reconstitutions de témoignages culturels du passé qu’admirait le national-socialisme – par exemple les cloîtres des Hohenstaufen, le cavalier de la cathédrale de Bamberg ou les masques de guerriers d’Andreas Schlüter – et qui devaient manifester la « grandeur intellectuelle du peuple allemand ». Le parcours se terminait par une salle d’honneur consacrée à Adolf Hitler.

ill. 60. K. Wieshala, affiche de l’exposition Deutsche Wirtschaftskraft [Force économique allemande], 1941, 85 × 59 cm

ill. 60. K. Wieshala, affiche de l’exposition Deutsche Wirtschaftskraft [Force économique allemande], 1941, 85 × 59 cm

photo © domaine public, gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg (NIM18455)

  • 22 Voir Bernadette Schnitzler, Isabelle Bardies et Jean-Pierre Legendre, « D’importantes expositions d (...)
  • 23 Analyse détaillée de la section spécifique de Strasbourg dans Bernadette Schnitzler, « L’histoire d (...)
  • 24 110 000 billets d’entrée furent vendus, voir Schnitzler, Bardies et Legendre, 2001, p. 109 ; Anon., (...)

6Pour l’étape de Strasbourg, l’exposition comprenait une section supplémentaire, intitulée « 2 000 ans de combats sur le Rhin » [2 000 Jahre Kampf am Rhein]22, qui illustrait le destin mouvementé de la région du Rhin supérieur dans la lutte entre les Francs et les Germains, la Prusse et les Français jusqu’à la situation contemporaine23. D’intenses opérations de publicité et l’obligation pour les écoles et les associations de jeunesse du parti de visiter l’exposition permirent de dépasser les 100 000 entrées et ainsi de surpasser l’étape précédente de Bruxelles en nombre de visiteurs (ill. 61)24.

ill. 61. Entrée de l’exposition Deutsche Größe [Grandeur allemande] à Strasbourg, photographie publiée dans Straßburger Monatshefte, juillet 1942

ill. 61. Entrée de l’exposition Deutsche Größe [Grandeur allemande] à Strasbourg, photographie publiée dans Straßburger Monatshefte, juillet 1942

photo © Charles Spehner, publiée dans Straßburger Monatshefte, juillet 1942, 6e année, cahier 7, p. 356

  • 25 Voir Anon., « Eröffnung der Wanderschau “Wunder des Lebens”. “Das größte Glück für den Menschen, se (...)
  • 26 Analyse des grandes lignes de l’exposition en matière de propagande dans Kivelitz, 1999, p. 97-102.
  • 27 Voir Anon., « Die kulturellen Leistungen », dans StrNN, 25 juin 1944, p. 2.

7Une troisième exposition, intitulée Wunder des Lebens [Miracles de la vie], mérite qu’on s’y arrête. Elle avait été conçue dans l’esprit de l’« idéologie du corps du peuple » par le musée de l’Hygiène de Dresde et fut présentée en avril 1944 sur le site de la Schiffmatt25. Outre une représentation positiviste des fonctions du corps humain, elle se proposait de montrer les parallèles entre l’organisme humain et le corps du peuple pour légitimer d’un point de vue biologique la forme de l’État national-socialiste26. Le bilan de l’année 1944 publié dans les journaux affichait pour ce projet et les deux autres expositions du Reich présentées la même année à Strasbourg (Schwert über dem Meer [L’épée au-dessus de la mer] et Ewige Infanterie [L’infanterie éternelle]) un total de 266 800 visiteurs27.

b. L’Amicale des artistes et amis des arts du Rhin supérieur et les expositions d’art du Rhin supérieur

  • 28 Voir Anon., « Mittelpunkt des Straßburger Kunstlebens. Gründung der Kameradschaft der Künstler und (...)

8Si les expositions de propagande organisées à l’intérieur du Reich représentèrent une activité culturelle importante à Strasbourg pendant la guerre, l’activité du Kunstverein local ne fut pas moins déterminante. La Kameradschaft der Künstler und Kunstfreunde am Oberrhein, l’Amicale des artistes et amis des arts du Rhin supérieur, fut fondée à Strasbourg le 25 février 1941 à l’initiative du Gauleiter et Reichsstatthalter Robert Wagner28. Elle se proposait de promouvoir les artistes vivant en Alsace et d’améliorer les échanges avec les artistes du Reich. À cet effet, l’association devait organiser des expositions présentant les œuvres d’artistes vivant dans la région, mais aussi inviter des artistes d’autres régions du Reich à montrer leurs œuvres à Strasbourg. Ce concept ne se limitait pas aux beaux-arts ; il prévoyait également des manifestations musicales, littéraires ou scientifiques. L’idée était de faire connaître la culture allemande et, dans la production des artistes alsaciens, de dégager le lien qui les unissait et pouvait passer pour une preuve de leur authentique « germanité » [Deutschtum]. Et pour ce faire, il s’agissait d’abord de souligner les points communs entre la production badoise et la production alsacienne.

9L’association offrait aux yeux de Wagner l’occasion parfaite de s’attaquer sur le plan culturel à la réunion des deux régions placées sous son autorité de part et d’autre du Rhin en les associant désormais sous le nom d’« Oberrheinland » [Gau du Rhin supérieur] dans les affaires du Reich. Les statuts dont on donna lecture lors de la cérémonie de fondation de l’Amicale à l’hôtel de ville de Strasbourg indiquent :

  • 29 Deuxième point des statuts de l’Amicale des artistes et amis des arts du Rhin supérieur, cité d’apr (...)

« L’association a pour objectif de promouvoir la culture allemande à travers des expositions et d’autres manifestations de type artistique dans toutes les régions, au service du peuple et du Reich. De plus, elle a pour tâche de cultiver la camaraderie entre les artistes et amis des arts ; à cette fin sera construite et entretenue une maison de l’Amicale. Dans cette maison, on réalisera des conférences, concerts et autres manifestations dans un cadre digne de l’association et conforme à ses objectifs29. »

  • 30 Pour l’histoire des Kunstvereine de Strasbourg aux xixe et xxe siècles, voir Baensch, 2007, p. 373- (...)
  • 31 Hans Bisanz, « Kitsch besonderer Art. Missglückte Idealisierungen in der NS-Kunst und im sozialisti (...)

10L’adhésion d’artistes professionnels et amateurs et d’amis des arts devait souligner le caractère populaire du Kunstverein et le distinguer de ses prédécesseurs du xixe siècle, la « Société des amis des arts » et l’« Union des artistes de Strasbourg »30. Pour les nazis, ces dernières s’adressaient seulement à une minorité d’élite, ce qui était à leurs yeux incompatible avec leur propre idéologie et avec l’intention du Führer d’« affranchir l’art de ce qu’il avait d’étranger au peuple [Volksfremdheit]31 ». À l’occasion du premier anniversaire de l’Amicale, les Straßburger Neueste Nachrichten, aujourd’hui Dernières nouvelles d’Alsace, publièrent un article dont la conclusion témoigne de cette volonté :

  • 32 Sodi, « Künstler müssen Kameraden sein! Rückschau auf ein Jahr erfolgreiche Kulturarbeit », dans St (...)

« L’un dans l’autre, au cours de sa brève existence, l’Amicale a atteint à un degré inespéré le but qu’elle s’était fixé dans ses statuts. N’étant pas un “club” très fermé comme avant-guerre, mais une réunion authentique de toutes les couches populaires aimant et pratiquant les arts, elle a réussi à faire se connaître mutuellement les artistes et amis des arts alsaciens et leurs camarades du Reich, avec toutes leurs conceptions et leurs objectifs32. »

  • 33 Pour la maison de la Brandgasse, voir Anon., « Eröffnung des Straßburger Kunsthauses. Ausstellung d (...)
  • 34 Voir Anon., « Neues Heim der Künstler und Kunstfreunde. Gemälde elsässischer Maler schmücken die Gä (...)

11Pour organiser des manifestations modestes ou de plus grande envergure, l’association disposait de son propre espace d’exposition au numéro 6 de la Brandgasse. De plus, après avoir rénové une villa de la Lessingstrasse, on la mit gracieusement à sa disposition à partir du 15 octobre 1941 pour en faire la maison de l’Amicale (ill. 62)33. En avril 1942, la maison Kammerzell, près de la cathédrale, céda aux « camarades » une de ses salles pour qu’ils y tiennent leurs réunions avec en outre la possibilité d’y présenter des expositions temporaires – un arrangement qui bénéficiait aux deux parties dans la mesure où les amis des arts y disposaient d’un lieu d’exposition supplémentaire et où, inversement, l’établissement pouvait accueillir ainsi la nouvelle clientèle liée à un public intéressé par les arts34.

ill. 62. La maison de l’Amicale des artistes et amis des arts du Rhin supérieur, Lessingstraße à Strasbourg, photographie publiée dans Oberrheinische Kunstausstellung. Malerei und Plastik der Gegenwart, cat. exp. Landesmuseum Graz, septembre-octobre 1942

ill. 62. La maison de l’Amicale des artistes et amis des arts du Rhin supérieur, Lessingstraße à Strasbourg, photographie publiée dans Oberrheinische Kunstausstellung. Malerei und Plastik der Gegenwart, cat. exp. Landesmuseum Graz, septembre-octobre 1942

photo © publiée dans Oberrheinische Kunstausstellung. Malerei und Plastik der Gegenwart, cat. exp. Landesmuseum Graz, septembre-octobre 1942, Strasbourg, 1942

  • 35 Pour les différents postes et les personnes qui les occupaient, voir notamment Anon., « Neues Heim (...)

12C’est Heiner Stähle, chargé des affaires culturelles au sein de l’Abteilung für Volksaufklärung und Propaganda [section de l’Éducation du peuple et de la Propagande] de Strasbourg, puis Gaukulturhauptstellenleiter [directeur du bureau central de la culture du Gau], qui prit en main la direction de la politique culturelle du Kunstverein tandis que le maire de Strasbourg, Robert Ernst, était désigné comme premier président. L’administrateur de l’association était le Dr Waterkamp, directeur par intérim des relations publiques et des transports de la ville. Ces choix garantissaient d’emblée à Wagner une combinaison idéale d’orientation idéologique, de financement et de gestion des espaces par la municipalité ainsi qu’un travail de relations publiques conforme à ses objectifs. Quant aux éventuels problèmes juridiques, ils devaient pouvoir être réglés par la présence d’un juriste au poste de président adjoint de l’Amicale, en la personne de Fritz Maisenbacher, conseiller du tribunal en retraite35.

  • 36 Voir Wilfried Rössling, « Kunst in Karlsruhe 1933-1945 », dans Kunst in Karlsruhe 1900-1950, cat. e (...)
  • 37 Voir ibid. ; pour la Kunsthalle de Baden-Baden et les expositions dites Ständige Kunstausstellungen(...)
  • 38 Voir Adriaan van den Broecke, « Oberrheinische Kunst im alten Schloss. Die repräsentative Schau der (...)

13Parmi les manifestations organisées par l’Amicale des artistes et amis des arts du Rhin supérieur, les Oberrheinische Kunstausstellungen [expositions d’art du Rhin supérieur] jouaient un rôle particulier. Il s’agissait d’expositions annuelles de vente d’art contemporain officiel qui servaient l’idéologie du national-socialisme en s’inspirant du modèle des Große deutsche Kunstausstellungen, GDK, les « grandes expositions d’art allemand » organisées depuis 1937 à la Haus der Kunst de Munich36. Pour stimuler la production d’œuvres d’art dans la ligne du parti qui pourraient donc impressionner le Führer, Wagner avait en 1938 fondé une manifestation comparable dans sa propre zone d’influence ; présentée d’abord dans le cadre de ce qu’on appelait l’Exposition permanente d’art [ständige Kunstausstellung] à la Kunsthalle de Baden-Baden, elle eut lieu par la suite indépendamment de celle-ci sous la dénomination d’Oberrheinische Kunstausstellungen, les Expositions d’art du Rhin supérieur37. Après la fondation de l’Amicale des artistes et amis des arts en 1941, celle-ci fut chargée d’organiser la manifestation qui se tint à partir de 1942 à Strasbourg. Sa direction était confiée à Heiner Stähle, conseillé pour les questions artistiques par le peintre Oskar Hagemann et par le directeur de la Staatliche Meisterschule für das deutsche Handwerk, l’École professionnelle d’artisanat de Strasbourg, le professeur Egon Gutmann38. Comme la Große Deutsche Kunstausstellung qui s’inscrivait dans la tradition des expositions annuelles des Unions d’artistes de Munich et où, à côté de la présentation des œuvres, la vente jouait un rôle important, les Expositions d’art du Rhin supérieur entendaient non seulement contribuer à la gloire des artistes qui y participaient, mais aussi réaliser un chiffre d’affaires aussi élevé que possible qui, à l’issue de chaque édition annuelle, pouvait être rendu public et faire de ce Gau une figure de proue en matière de culture.

  • 39 Voir Oberrheinische Kunstausstellung Baden-Baden (1) 1938, avril-juillet, Karlsruhe, 1938 ; Oberrhe (...)
  • 40 Voir Oberrheinische Kunstausstellung Baden-Baden (2), 1939.
  • 41 Voir Adriaan van den Broecke, « Oberrheinische Kunstausstellung 1942 eröffnet. In Anwesenheit von G (...)
  • 42 Anon., « Elsässer Künstler in Baden-Baden. Oberrheinische Kunstausstellung in Anwesenheit des Gaule (...)
  • 43 Kurt Bürkle, cité d’après Anon., « Elsässer Künstler in Baden-Baden. Oberrheinische Kunstausstellun (...)

14Dès le début, non seulement des artistes badois, mais aussi des artistes suisses et alsaciens purent participer à l’exposition39. En 1938 et 1939, le Gau de Bade envoya des invitations officielles aux artistes des régions limitrophes pour que l’exposition puisse présenter la production artistique de l’ensemble de la région du Rhin supérieur. Ce fut là de la part de Wagner une habile manœuvre tactique qui témoigne déjà, à ce stade précoce, de sa volonté de réaliser dans le domaine de la promotion artistique son grand projet politique de réunion des pays du Rhin supérieur. En 1939, Kurt Martin fut choisi comme juré pour sélectionner les œuvres suisses40. Les artistes alsaciens répondirent les deux fois à l’invitation mais, comme l’indique a posteriori la presse mise au pas, en regrettant que la frontière les empêche de rendre l’invitation à leurs collègues badois41. Pour la troisième exposition en 1941, les Allemands étant entrés en Alsace, il n’était plus nécessaire d’envoyer une invitation séparée aux Alsaciens ; ils pouvaient désormais exposer comme « camarades parmi les camarades42 ». Dans son discours d’inauguration, le maire de Baden-Baden, Kurt Bürkle, indiquait : « Les artistes alsaciens n’ont désormais plus rien à craindre des autorités françaises s’ils montrent leurs œuvres dans des expositions allemandes. Ces temps sont pour toujours révolus, et aujourd’hui ce sont des Allemands qui œuvrent ensemble pour l’art allemand des deux côtés du Rhin43. »

15Dans le catalogue de l’exposition qui comportait pour la première fois de nombreux textes et dont la couverture figurait la cathédrale de Strasbourg avec l’aigle allemand en surimpression (ill. 63), le commissaire de l’exposition Heiner Stähle utilise des mots très clairs pour décrire le lien entre l’Alsace et le pays de Bade et donc les intentions politiques de la manifestation :

  • 44 Heiner Stähle, « Oberrheinische Kunstausstellung 1941. Der Auftrag », dans Oberrheinische Kunstauss (...)

« L’Exposition d’art de l’Oberrhein de 1941 […] a traditionnellement pour mission d’approfondir l’unité qui existe sur le plan de la race et de la culture entre les hommes de cet espace chargé d’histoire qui va des Vosges à la Forêt-Noire, et ce depuis toujours en dépit de la séparation, un temps, de la rive gauche du Rhin. Après la libération de l’Alsace accomplie au cours de l’été de l’année dernière, ce sentiment d’unité s’est encore accru aujourd’hui comme jamais auparavant grâce à l’adhésion, aussi forte des deux côtés du Rhin, aux idées national-socialistes et à la personne d’Adolf Hitler44. »

  • 45 Ibid., p. 10.
  • 46 Anon., « Elsässer Künstler in Baden-Baden. Oberrheinische Kunstausstellung in Anwesenheit des Gaule (...)
  • 47 Voir Anon., « Kulturelle Einheit zwischen Schwarzwald und Vogesen. Oberrheinische Kunstausstellung (...)
  • 48 Adriaan van den Broecke, « Kunst im Bann des Zeitgeschehens. 3. Oberrheinische Kunstausstellung in (...)

Pour lui, les artistes poursuivaient en Alsace et en pays de Bade un objectif commun : « […] édifier et affermir intellectuellement et culturellement la Grande Allemagne45 ». La conception imposée par Wagner d’une « unité artistique du peuple du Rhin supérieur46 » semblait fonctionner ; elle était mise en valeur non seulement dans le discours d’inauguration et les textes du catalogue, mais aussi au sein de l’exposition à travers les éléments de sa présentation. Si, dans les expositions précédentes, les travaux des représentants des différentes régions participantes étaient présentés indépendamment les uns des autres, en 1941 on décida d’accrocher sans distinction les œuvres des artistes badois et alsaciens47. Pour que cette unité de l’Alsace et du Bade trouve en outre une expression plastique, le Gauleiter avait choisi comme sujet du concours annuel l’actualité immédiate, puisqu’il voulait voir formuler par les artistes « le passage du Rhin près de Brisach48 », c’est-à-dire l’événement historique que constitua le passage du Rhin par les soldats allemands peu avant l’attaque militaire et la prise de l’Alsace en juin 1940 (ill. 64, 65).

ill. 63. Couverture du catalogue de l’Exposition d’art du Rhin supérieur à Baden-Baden, avril-juillet 1941

ill. 63. Couverture du catalogue de l’Exposition d’art du Rhin supérieur à Baden-Baden, avril-juillet 1941

photo © archives de l’auteure

ill. 64. Karl Vocke, Le Passage du Rhin à Brisach au printemps 1940, œuvre présentée à l’Oberrheinische Kunstausstellung Baden-Baden, avril-juillet 1941

ill. 64. Karl Vocke, Le Passage du Rhin à Brisach au printemps 1940, œuvre présentée à l’Oberrheinische Kunstausstellung Baden-Baden, avril-juillet 1941

photo © publiée dans Oberrheinische Kunstausstellung Baden-Baden (3), Karlsruhe, 1941

ill. 65. Wilhelm Sauter, Le Passage du Rhin à Brisach en 1940, œuvre réalisée à l’occasion de l’Oberrheinische Kunstausstellung Baden-Baden, avril-juillet 1941

ill. 65. Wilhelm Sauter, Le Passage du Rhin à Brisach en 1940, œuvre réalisée à l’occasion de l’Oberrheinische Kunstausstellung Baden-Baden, avril-juillet 1941

photo © publiée dans Oberrheinische Kunstausstellung.Malerei und Plastik der Gegenwart, cat. exp. Landesmuseum Graz, septembre-octobre 1942

  • 49 Adriaan van den Broecke, « Oberrheinische Kunstausstellung 1942 eröffnet. In Anwesenheit von Gaulei (...)
  • 50 Voir Adriaan van den Broecke, « Oberrheinische Kunst im alten Schloss. Die repräsentative Schau der (...)
  • 51 Voir Adriaan van den Broecke, « Die Landschaft des Oberrheins im Bild. Ölmalerei auf der “Oberrhein (...)

16À partir de 1942, les Oberrheinische Kunstausstellungen furent organisées à Strasbourg. Cette relocalisation était présentée comme une confirmation du bon fonctionnement de la communauté des artistes badois et alsaciens, voire comme « expression essentielle de la collaboration d’ethnies germaniques [deutsche Stämme] de nouveau réunies49 ». L’exposition de 1942 avait pour thème l’abnégation de ceux qui, dans la population, ne combattaient pas, mais étaient prêts à se sacrifier pour la guerre. Wagner voulait que soient représentées en peinture les diverses collectes qu’il avait organisées auprès de la population civile pour les soldats du front, des collectes de lainages ou de skis, afin que cette contribution de l’Alsace à l’effort de guerre ne passe pas inaperçue dans l’opinion50. La même année, plusieurs artistes choisirent comme motif le paysage du Rhin supérieur – une manière pour nombre d’entre eux, qui étaient politiquement hésitants, de se soustraire aux sujets directement politiques (ill. 66, 67)51.

ill. 66. Otto Graeber, Collecte de lainages et dépôt de skis, œuvre présentée à l’Oberrheinische Kunstausstellung Straßburg, avril-juin 1942

ill. 66. Otto Graeber, Collecte de lainages et dépôt de skis, œuvre présentée à l’Oberrheinische Kunstausstellung Straßburg, avril-juin 1942

photo © publiée dans Oberrheinische Kunstausstellung Straßburg.Malerei und Plastik der Gegenwart, cat. exp. Strasbourg, Altes Schloss, avril-juin 1942

ill. 67. Karl Vocke, Collecte de lainages, œuvre présentée à l’Oberrheinische Kunstausstellung Straßburg, avril-juin 1942

ill. 67. Karl Vocke, Collecte de lainages, œuvre présentée à l’Oberrheinische Kunstausstellung Straßburg, avril-juin 1942

photo © publiée dans Oberrheinische Kunstausstellung Straßburg.Malerei und Plastik der Gegenwart, cat. exp. Strasbourg, Altes Schloss, avril-juin 1942

  • 52 Heiner Stähle, « Oberrheinische Kunstausstellung 1943 », dans Oberrheinische Kunstausstellung Straß (...)
  • 53 Anon., « Elsässer Künstler in Baden-Baden. Oberrheinische Kunstausstellung in Anwesenheit des Gaule (...)
  • 54 Walter Spies, « Die oberrheinische Kunstausstellung 1943 eröffnet. Malerei und Plastik der Gegenwar (...)
  • 55 Pour l’impact des œuvres des peintres de guerre sous le IIIe Reich, voir Schmidt, 2007, p. 292-295.
  • 56 Stähle, 1943, p. 6.

17En 1943, au cours de la quatrième année de la guerre, l’exposition devait prouver la fermeté et la patience de tous, faire naître l’espoir et soutenir moralement à travers l’art une population lasse de la guerre. Après l’appel à la « guerre totale », il fallait encore une fois mobiliser toutes les énergies et, dans ce contexte, la mission qui revenait à l’art était celle d’« affermir les âmes52 ». Pour prouver que « dans l’Allemagne national-socialiste, les muses ne se tais[ai]ent pas pendant la guerre53 », on présentait, à côté des contributions habituelles, une centaine de travaux exécutés sur le front par des soldats et qui avaient été envoyés à Strasbourg via la poste aux armées ou par avion54. Ces témoignages devaient mettre la population en contact immédiat avec ce qui se passait sur le théâtre de la guerre, susciter chez elle une solidarité affective avec les soldats et lui rendre confiance et fierté. Si l’armée allemande avait été en danger, les soldats n’auraient certainement pas pu se consacrer au dessin ou à la peinture55 – tel était le message. L’exposition de cette année-là se distinguait aussi par la présentation, pour la première fois, d’artisanat d’art, notamment de luxueuses tapisseries murales et de céramiques. En effet, le commissaire de l’exposition, Heiner Stähle, affirmait que les arts décoratifs « resteraient toujours l’indicateur du niveau culturel d’un peuple56 ». L’exposition était accompagnée d’un volumineux catalogue comportant une brève présentation de tous les Kunstvereine de la région du Rhin supérieur, avec leurs activités au cours des dernières années, puisque c’était finalement à eux que revenait le mérite d’avoir, en temps de guerre, produit comme on le leur demandait des valeurs culturelles.

  • 57 Hanns Reich, « Das Antlitz unserer Zeit im Kunstwerk. Zur Eröffnung der oberrheinischen Kunstausste (...)
  • 58 Voir Robert Ernst, « Gruß an den Besucher », dans Oberrheinische Kunstausstellung, cat. exp. Strasb (...)

18Le fait que Wagner ait encore organisé une exposition à Strasbourg en 1944, cinquième année de guerre, est bien la preuve de son fanatisme politique et de sa vanité personnelle. L’exposition devait « avec plus de force et de conviction que les précédentes refléter dans ses témoignages le sérieux de l’heure57 ». Ce qui signifiait que, dans le choix des travaux présentés, on percevait encore davantage que lors des précédentes éditions la guerre et son actualité, et la mise en œuvre des critères stylistiques d’un art « propre à la race [aryenne, N.d.T.] [arteigen] ». C’est pourquoi cette exposition n’avait pas choisi un thème particulier : il s’agissait de montrer les œuvres présentant au mieux les réussites de la politique culturelle national-socialiste dans l’Oberrhein58.

  • 59 Ibid., p. 6.
  • 60 Wilhelm Fritsch, « Zur oberrheinischen Kunstausstellung 1942 », dans Oberrheinische Kunstausstellun (...)

19Bien qu’officiellement l’exposition ait été conçue dans le but déclaré de dresser un bilan positif de ce qui avait été accompli sur le plan artistique depuis la prise du pouvoir par Hitler, la lecture du catalogue et des commentaires dans la presse donnent l’impression d’une propagande particulièrement agressive, qui servait à dissimuler les défaites toujours plus nombreuses de l’Allemagne sur les champs de bataille. Dans le catalogue, le maire Robert Ernst qualifie l’exposition de « témoignage de la force du peuple allemand et de la culture allemande à un moment décisif pour l’hégémonie que revendiquent notre peuple et notre Reich en Europe59 ». Wilhelm Fritsch y voyait « une part de notre manière de faire la guerre par l’esprit », qui témoignait de « la foi de notre peuple dans le Führer et la victoire ! »60. Et dans un quotidien de Strasbourg, le journaliste Hanns Reich faisait de la manifestation une profession de foi des artistes du Rhin supérieur en faveur de la « germanité » :

  • 61 Hanns Reich, « Das Antlitz unserer Zeit im Kunstwerk. Zur Eröffnung der oberrheinischen Kunstausste (...)

« Ainsi l’Oberrheinische Kunstausstellung de 1944 signifie pour nous davantage qu’une simple accumulation et une simple présentation d’œuvres d’art. Elle est une profession de foi sans équivoque en faveur de la race allemande [deutsche Art], de l’esprit allemand [deutsche Gesinnung], un appel – puisse-t-il résonner bien loin dans le Reich –, l’annonce qu’ici, dans le sud-ouest du Reich, s’est édifié un solide bastion de la culture, une création qui, née dans le silence de l’atelier, après les heures solitaires du talent créateur, débouche dans le grand courant de la volonté allemande de culture qu’aucune terreur quelle qu’elle soit ne saurait épuiser61. »

c. Des expositions au palais Rohan

20L’organisation annuelle des Oberrheinische Kunstausstellungen ayant été confiée au Kunstverein de Strasbourg, il fallait régler le problème du lieu susceptible de les accueillir. En 1941, ce furent encore une fois les salles de la Kunsthalle de Baden-Baden, mais en 1942, l’intention étant de démontrer d’une manière aussi marquante que possible l’heureuse réunion des artistes badois et alsaciens, le programme politique de l’exposition impliquait impérativement qu’elle ait lieu à Strasbourg. La maison de l’Amicale dans la Brandgasse était trop exiguë pour cette sorte de manifestations. À part les nouveaux bâtiments de la foire-exposition édifiés par Wagner sur la Schiffmatt, aucun espace n’aurait pu convenir pour accueillir les nombreuses expositions qui devaient avoir lieu en Alsace. De plus, comme celles-ci étaient organisées de manière centralisée et envoyées par le Reichspropagandaamt, plusieurs manifestations pouvaient parfois avoir lieu en même temps, ce qui posait donc des problèmes de dates. C’est la raison pour laquelle, à partir de 1941, les autorités compétentes de la municipalité de Strasbourg et de l’Amicale cherchèrent désespérément des lieux à même d’accueillir les expositions temporaires.

  • 62 Pour la situation du palais Rohan jusqu’à l’été 1941, voir Paul Martin à Hausmann, Abteilung IV, 26 (...)

21Les salles de la galerie du musée de peinture de Strasbourg étaient fermées depuis le début de la guerre. Pour éviter tout risque d’incendie que pouvaient provoquer les attaques aériennes, on avait vidé entièrement le musée ; seule une partie de la collection qui était revenue du centre de la France (région de la Loire) était entreposée dans la cave. À l’étage, les verrières des salles d’exposition avaient été recouvertes de peinture sombre pour la défense antiaérienne, ce qui altérait considérablement la luminosité et interdisait toute présentation d’œuvres. De plus, le chauffage était éteint et il aurait fallu le réparer entièrement62.

  • 63 Sous l’occupation nazie, le palais Rohan était officiellement appelé par l’occupant Schloss an der (...)
  • 64 Les Journées culturelles étaient organisées à l’initiative de Robert Wagner et devaient intégrer l’ (...)
  • 65 Voir Haug à Rouenhoff, 1er novembre 1940, dans AMS 519 W 59 : « Le 12 octobre, le Dr Martin […] est (...)
  • 66 Voir Deutsche Dichter als Maler und Zeichner, ét. par Kurt Martin, cat. exp. Heidelberger Kunstvere (...)

22L’absence d’œuvres dans les salles d’apparat du « château de l’Ill [Schloss an der Ill] », comme on appelait désormais officiellement le palais Rohan, suscita rapidement l’intérêt de potentiels utilisateurs sans rapport avec l’art – l’université par exemple, le gouvernement militaire ou encore la radio allemande63. Dans un premier temps, Kurt Martin réussit à faire barrage à leurs prétentions. Pour empêcher que le bâtiment ne soit cédé à une institution étrangère aux fonctions d’un musée et que des travaux ne modifient le cœur du palais, il proposa à l’automne 1940 d’accueillir dans la salle dite Synode, située au rez-de-chaussée du château, une exposition de littérature national-socialiste [Schrifttum] qui devait être présentée à partir du 16 novembre à Strasbourg dans le cadre des Oberrheinische Kulturtage [Journées culturelles du Rhin supérieur]64. En rappelant la fonction initiale des lieux, Martin pensait maintenir le caractère muséal du palais Rohan et prévenir toute « tentative de prise de possession par des services extérieurs65 ». Lorsqu’en décembre 1940 la ville de Hanovre s’adressa à Martin par l’intermédiaire du bureau de la propagande de Strasbourg en proposant d’organiser une exposition sur « Wilhelm Busch peintre » dans les salles du musée, Martin vit dans cette possibilité d’accueillir une exposition idéologiquement neutre l’occasion de repousser définitivement toutes les autres instances qui s’intéressaient au château et de faire avancer la rénovation des salles à laquelle il tenait beaucoup. Il avait lui-même organisé par le passé une exposition intitulée « Les poètes allemands peintres et dessinateurs » [Deutsche Dichter als Maler und Zeichner] et savait donc approximativement à quoi s’attendre avec un tel projet66. Le 13 décembre 1940, il donna donc son accord à l’adjoint Rouenhoff pour l’organisation de l’exposition au palais Rohan, mais à la condition que les salles du château soient préalablement remises en état dans les règles.

  • 67 Voir Martin à Rouenhoff, 13 décembre 1940, dans AMS 7 MW 257.

« Comme je ne connais pas le volume de l’exposition, je ne peux encore prendre aucune disposition concernant l’espace. Le mieux serait de choisir un ensemble de salles attenantes au musée du palais Rohan, plus ou moins vaste, ce qui suppose néanmoins que les salles aient été rénovées. Je saluerais cette décision qui permettrait d’amorcer la nécessaire rénovation complète du musée. L’exposition Wilhelm Busch serait l’occasion de commencer dès maintenant. La Ville de Hanovre serait officiellement organisatrice, mais en revanche il faut poser comme principe que pour tout le reste l’exposition sera l’affaire des musées de la ville, et ce pour éviter d’emblée l’intervention d’autres services67. »

  • 68 Voir Rouenhoff à Martin, 18 décembre 1940, dans AMS 7 MW 257.
  • 69 Rouenhoff à Martin, 18 décembre 1940, dans AMS 7 MW 257.
  • 70 Voir Rouenhoff à Abteilung IV, 29 janvier 1941, dans AMS 7 MW 257.
  • 71 Voir note de Rouenhoff, 7 février 1941, dans AMS 7 MW 257.
  • 72 Voir Anon., « Fachbuchausstellung im Rohan-Schloss », dans StrNN, 5 avril 1941, p. 8 ; Anon., « Fac (...)
  • 73 Künstler im feldgrauen Rock [Les artistes en uniforme vert-de-gris], organisateur : Oberkommando de (...)
  • 74 Paul Martin à Hausmann, 26 août 1941, dans AMS 519 W 59.

Rouenhoff donna son accord mais, voulant lui aussi garantir les intérêts de la municipalité, il déplora que ce soit non pas Martin, mais un conservateur extérieur au musée qui accompagne la conception de l’exposition68. Il était mécontent que le bureau de la propagande ne l’ait pas directement impliqué lui – et à travers lui la municipalité aussi – dans ce processus et se plaignit de la mauvaise coopération avec le parti : « […] encore un bel exemple de cette tendance à s’arroger les institutions et bâtiments municipaux en passant par-dessus la tête de la municipalité69 ». Après que Rouenhoff eut formulé une demande dans le même sens que Martin70, le bureau de la propagande fit savoir en février 1941, sans autre explication, que l’exposition Wilhelm Busch était ajournée sine die et que les mesures de rénovation du château ne pourraient être mises en œuvre71. Dans les mois qui suivirent, la bibliothèque du musée accueillit une autre exposition consacrée à l’écrit72, et la Wehrmacht ainsi que la Luftwaffe réussirent à présenter chacune une de leurs expositions de propagande au palais Rohan73. Mais cela se fit manifestement sans l’accord de Kurt Martin, car en août 1941 le conservateur Paul Martin écrivait encore au maire au nom de son directeur : « Nous ajoutons que monsieur le Dr Martin […] s’est prononcé […] contre toute utilisation des salles du château pour des expositions74. »

23La nouvelle année et ainsi la date prévue pour l’Oberrheinische Kunstausstellung de 1942 approchant, cette dernière devant, on le sait, avoir lieu à Strasbourg, les membres de l’Amicale des artistes et amis des arts s’impatientaient. À leur tête en particulier Egon Gutmann, qui occupait les fonctions de conseiller pour le projet d’exposition et, en sa qualité de directeur de la Meisterschule für das deutsche Handwerk, représentait les artistes vivants face à la municipalité. Il entendait bien utiliser les salles de représentation du château pour son exposition. C’est pourquoi il s’adressa en décembre par courrier au maire Robert Ernst pour que soit mis un terme au refus de Martin à l’égard duquel il nourrissait un certain scepticisme. Il écrivait :

  • 75 Gutmann à Ernst, 16 décembre 1941, dans AMS 7 MW 257.

« Si l’échange culturel avec l’Altreich doit vraiment prendre des formes généreuses et conformes au prestige de la ville, il faut par tous les moyens faire en sorte de créer une occasion d’exposition qui permette d’y faire participer des artistes de renom et de grands Kunstvereine. C’est pourquoi je suggère de vérifier encore une fois sur place si les salles du château de l’Ill ne pourraient pas au moins tant que dure la guerre, à un moment donc où les collections du musée n’y sont pas présentées, être mises à la disposition de l’art vivant et utilisées comme espace municipal d’exposition75. »

  • 76 Voir Hausmann à Gutmann, 7 janvier 1941 [faute de frappe – le contexte montre que la lettre a été r (...)
  • 77 Voir Gutmann à Hausmann, 13 janvier 1942, dans AMS 7 MW 257 ; Hausmann, Vormerkung (Protokoll zum O (...)
  • 78 Stähle à Hausmann, 19 février 1942, dans AMS 519 W 59.
  • 79 Voir Hausmann, Vormerkung (Protokoll zum Ortstermin am 6. Februar 1942), 6 février 1942, dans AMS 7 (...)
  • 80 Voir Hausmann à Stadtamt 600 (Genehmigung der Betrages von 4000 RM für die Ausführung von Instandse (...)
  • 81 Voir Stadtbaurat Beblo à Hausmann, 6 mars 1942, dans AMS 7 MW 257.
  • 82 Voir Hausmann, Aktennotiz für Herrn Dr. Ernst, 17 mars 1942, dans AMS 7 MW 257.

La réponse rédigée par le maire Hausmann confirmait l’impossibilité d’organiser des expositions au château, mais informait Gutmann que l’Orangerie serait aménagée à cet effet76. Cependant Gutmann insista à nouveau au motif que les salles du palais Rohan jouissaient d’une situation centrale, et finalement il obtint pour le 6 février 1942 un rendez-vous sur place auquel participèrent également, outre Martin et Gutmann, le maire Hausmann et Heiner Stähle, chargé des affaires culturelles au bureau de la propagande77. Après une visite commune des salles de la galerie, il fut décidé que « […] les salles de l’étage du palais Rohan seraient mises à disposition pour la durée de la guerre78 ». Les importantes mesures de rénovation longtemps avancées comme prétexte par Martin se limitèrent finalement à repeindre quelques salles et l’escalier ainsi qu’à réparer de petits dégâts des eaux79. Le montant des travaux s’éleva à la somme de 4 000 reichsmarks80. Un mois plus tard, tous les travaux envisagés étaient effectués, et après que Stähle et Gutmann eurent constaté leur exécution le 4 mars, les trois grandes salles du rez-de-chaussée furent également refaites à leur demande et équipées de nouveaux cache-radiateurs de sorte qu’elles purent elles aussi servir pour des expositions81. La tournure que prenaient les choses ne correspondait pas aux idées de Martin, comme le montrent des réclamations adressées à son sujet à la municipalité à un moment où les décisions mentionnées étaient déjà prises82.

  • 83 Voir correspondance interne du Stadtamt, « An 000 », 27 mars 1942, dans AMS 7 MW 257.

24Le 27 mars 1942, toutes les salles du château étaient aménagées, de sorte que l’on put commencer l’accrochage de la première exposition83. Pour la première fois avec l’exposition d’art du Rhin supérieur de 1942, inaugurée le 21 avril, l’Amicale des artistes pouvait bénéficier des salles du palais Rohan (ill. 68). Le catalogue décrit les raisons du choix de ce nouveau lieu d’exposition :

  • 84 Rudolf Schneider, « Kunstausstellungen in Straßburg », dans Oberrheinische Kunstausstellung Straßbu (...)

« Le rassemblement d’artistes créateurs de la rive gauche et de la rive droite du Rhin supérieur exigeait non seulement un sens de l’organisation, mais aussi des espaces où les œuvres de ces artistes importants, d’abord en nombre, trouveraient la lumière et la chaleur pour régaler les amis de l’art. […] La tradition entamée à Baden-Baden, liée au beau souvenir des expositions d’art du Rhin supérieur, où en 1938 et 1939 les Alsaciens ne furent exposés que comme artistes invités et où, à l’automne 1940, eut lieu à nouveau la première exposition commune d’art du Rhin supérieur, c’est-à-dire de l’art de la rive droite du Rhin et cette fois-ci de l’art alsacien au grand complet – cette tradition devait se poursuivre sur le sol strasbourgeois en tant que profession de foi de l’identité culturelle commune du sud-ouest de l’Allemagne. C’est ainsi que se forma au sein de l’Amicale l’idée de mettre à disposition les prestigieuses salles du vieux château. Les réserves initiales de l’administration du musée et de la défense antiaérienne s’avérèrent surmontables, et ce généreux projet trouva sa réalisation84. »

ill. 68. Couverture du catalogue de l’Exposition d’art du Rhin supérieur à Strasbourg, avril-mai 1942

ill. 68. Couverture du catalogue de l’Exposition d’art du Rhin supérieur à Strasbourg, avril-mai 1942

photo © archives de l’auteure

  • 85 Voir Verordnung 555 Z 5062 : An das Stadtamt für Ausstellungen. Durchführung von Ausstellungen, 28 (...)
  • 86 Voir Hausmann, Beteiligung der Stadt an der Durchführung von Ausstellungen der Kameradschaft der Kü (...)
  • 87 Pour les conditions particulières dans le cadre des acquisitions, voir chap. V. 2b, p. 107 sqq. du (...)

25L’organisation des présentations d’art contemporain officiel ne faisait pas partie des attributions de Martin. L’occupation des différentes surfaces d’exposition, la coordination du calendrier, le montage et la réalisation technique ainsi que la propagande liée aux différents projets étaient assurés par un bureau municipal des expositions créé à Strasbourg à partir de novembre 1941 et placé sous la direction du maire Hausmann. C’étaient les organisateurs de chacune des manifestations qui étaient responsables de leur réalisation en termes de contenus et de fonctionnement85. Il était de plus officiellement convenu que Martin ne serait pas tenu d’acheter des œuvres dans les expositions de vente qui seraient organisées, dans la mesure où l’acquisition d’œuvres contemporaines était du ressort des services culturels de la Ville, la direction du musée se concentrant exclusivement sur l’extension de la collection d’art plus ancien86. Il est impossible de discerner si cette décision avait été prise seulement pour distinguer clairement les compétences et les sources financières ou si, éventuellement, elle répondait à un souhait de Martin qui voulait éviter de se trouver dans la désagréable posture de devoir porter un jugement sur de l’art contemporain dit arteigen, aryen, et en tant que tel protégé par le parti. Mais comme, dès son entrée en fonction, il avait pu négocier des conditions particulières avec la municipalité, il n’est en tout cas pas exclu que les nuances du règlement concernant les acquisitions soient à mettre au compte de Martin87.

  • 88 Voir Hausmann à Oberstadtkommissar Robert Ernst, 25 février 1942 ; Hausmann à C.d.Z., 28 février 19 (...)
  • 89 Voir Hausmann à Ausstellungsleitung « Kunst der Front », 1er juin 1943, dans AMS 7 MW 257 ; Anon., (...)

26À partir de ce moment-là, les expositions se succédèrent au palais Rohan et les salles du château ne furent que rarement vides. Il en alla de même pour les bâtiments de la foire-exposition de la Schiffmatt, les salles du Kunstverein dans la Brandgasse et le pavillon Joséphine à l’Orangerie. Après de longues discussions88, ce dernier fut finalement utilisé sans grandes transformations comme autre lieu d’exposition et son inauguration eut lieu le 5 septembre 1942 à l’occasion d’une exposition consacrée à l’« Art sur le front »89. Les seules traces – ou presque – de ces manifestations se trouvent dans la presse quotidienne régionale, car elles n’avaient qu’exceptionnellement donné lieu à la publication de catalogues ou de brochures (ill. 69). Les décomptes des heures supplémentaires des employés du musée permettent de retrouver quelles expositions furent effectivement présentées au palais Rohan. Le tableau suivant donnera un aperçu de l’utilisation des salles du palais sous l’occupation allemande :

  • Novembre 1940 : Ausstellung nationalsozialistischen Schrifttums [exposition de littérature national-socialiste]. Organisateur : inconnu ; lieu d’exposition : palais Rohan, salle Synode ; inauguration : 16 novembre 194090.
  • Avril 1941 : Deutsche Fachbuchausstellung [exposition de livres spécialisés allemands]. Organisateur : Abteilung Schrifttum des Reichsministerium für Volksaufklärung und Propaganda [bureau de l’écriture du ministère du Reich à l’Éducation du peuple et à la Propagande] ; lieu d’exposition : palais Rohan, salle de lecture de la bibliothèque du musée ; dates précises non attestées91.
  • 12-23 avril 1941 : Künstler im feldgrauen Rock [Les artistes en uniforme vert-de-gris]. Organisateur : Oberkommando des Heeres, Wehrkreis V [haut-commandement de l’armée, Ve circonscription militaire] ; lieu d’exposition : palais Rohan, localisation précise dans le château non attestée92.
  • 3-18 mai 1941: Kunst der Front [L’art sur le front]. Organisateur : deutsche Luftwaffe ; lieu d’exposition : palais Rohan, localisation précise dans le château non attestée93.
  • 21 avril – 21 mai 1942 : Oberrheinische Kunstausstellung [Exposition d’art du Rhin supérieur, édition 1942]. Organisateur : Amicale des artistes et amis des arts du Rhin supérieur pour le Gauleiter et Reichsstatthalter Robert Wagner ; lieu d’exposition : palais Rohan, salles d’exposition94.
  • 6 juin – 12 juillet 194295 : Wilhelm Busch als Maler [Wilhelm Busch peintre]. Organisateur : Wilhelm-Busch Gesellschaft Hannover [Société Wilhelm Busch de Hanovre] en collaboration avec l’Amicale des artistes et amis des arts du Rhin supérieur ; lieu d’exposition : palais Rohan, salles d’exposition96.
  • 25 juillet – 16 août 194297 : Künstler im feldgrauen Rock [Les artistes en uniforme vert-de-gris] (2). Organisateur : Heer [armée], Wehrkreis V, General der Infanterie Oswald ; lieu d’exposition : palais Rohan, salles d’exposition98.
  • 4 septembre – 4 octobre 194299 : Steierische Kunst in Straßburg [L’art de Styrie à Strasbourg]. Organisateur : Reichspropagandaamt Baden-Elsass [bureau de la Propagande de Bade et d’Alsace] (dans le cadre d’un échange culturel avec plusieurs Gaue du Reich), réalisation par l’Amicale des artistes et amis des arts du Rhin supérieur en collaboration avec l’Amicale des artistes de Styrie ; lieu d’exposition : palais Rohan, salles d’exposition100.
  • 9 octobre – 1er novembre 1942101 : Die Schöne Stadt – ihre Entschandelung und Gestaltung [La belle ville – son épuration et son aménagement ; Entschandelung : terme nazi d’architecture ; il s’agissait de débarrasser la ville d’ornements considérés comme honteux, N.d.T.]. Organisateur : Deutsche Akademie für Städtebau, Reichs- und Landesplanung [Académie allemande pour l’urbanisme, la planification du Reich et du Land] ; lieu d’exposition : palais Rohan, salles d’exposition102.
  • 2-30 décembre 1942103 : Berliner Künstler [Artistes berlinois]. Organisateur : inconnu ; lieu d’exposition : palais Rohan, salles d’exposition104.
  • 12-31 janvier 1943 : Sudetendeutsche Künstler [Artistes allemands des Sudètes]. Organisateur : inconnu ; lieu d’exposition : palais Rohan, salles d’exposition105.
  • 7 février – 14 mars 1943106 : Arthur Grimm und Philipp Kamm. Organisateur : Amicale des artistes et amis des arts du Rhin supérieur ; lieu d’exposition : palais Rohan, salles d’exposition107.
  • 27 mars – 16 mai 1943108 : Oberrheinische Kunstausstellung [Exposition d’art du Rhin supérieur, édition 1943]. Organisateur : Amicale des artistes et amis des arts du Rhin supérieur pour le Gauleiter et Reichsstatthalter Robert Wagner ; lieu d’exposition : palais Rohan, salles d’exposition109.
  • 29 mai – 27 juin 1943110 : Düsseldorfer Künstler [Artistes de Düsseldorf]. Organisateur : inconnu ; lieu d’exposition : palais Rohan, salles d’exposition111.
  • 17 juillet – 8 août 1943112 : Niedersächsiche Künstler [Artistes de Basse-Saxe]. Organisateur : Amicale des artistes et amis des arts du Rhin supérieur à l’initiative du Reichspropagandaamt de la région au sud d’Hanovre-Braunschweig ; lieu d’exposition : palais Rohan, salles d’exposition113.
  • 6 février – 5 mars 1944114 : Deutsche Kunst im Osten und Südosten [Art allemand dans l’Est et le Sud-Est]. Organisateur : Deutsche Akademie ; lieu d’exposition : palais Rohan, salles d’exposition115.
  • 19 février – 19 mars 1944116 : Ewige Infanterie [Infanterie éternelle]. Organisateur : Wehrkreiskommando V [commandement de la Ve circonscription militaire], avec la participation de la Ville de Strasbourg ; lieu d’exposition : palais Rohan, localisation dans le château non attestée117.
  • 1er-30 avril 1944118 : Oberrheinische Kunstausstellung [Exposition d’art du Rhin supérieur, édition 1944]. Organisateur : Amicale des artistes et amis des arts du Rhin supérieur pour le Gauleiter et Reichsstatthalter Robert Wagner ; lieu d’exposition : palais Rohan, salles d’exposition119.

ill. 69. Annonce pour des expositions conformes à l’idéologie du régime nazi à Strasbourg, publiée dans Straßburger Monatshefte, septembre 1942

ill. 69. Annonce pour des expositions conformes à l’idéologie du régime nazi à Strasbourg, publiée dans Straßburger Monatshefte, septembre 1942

photo © publiée dans Straßburger Monatshefte, septembre 1942, 6e année, cahier 9, partie publicitaire

2. Création de nouveaux musées en Alsace

27Si l’organisation et la présentation d’expositions itinérantes ne relevaient pas des compétences de Kurt Martin, il était en revanche responsable du schéma directeur de l’Administration générale des musées du Rhin supérieur. Le projet de répartition thématique et de réorganisation des différentes collections qu’il avait élaboré et qui reposait sur la vision de Wagner d’une région Bade-Alsace qui serait un modèle culturel fut mis en œuvre dans quelques rares cas déjà dans la période de la guerre et donna lieu à la création de nouveaux musées. Il s’agissait en l’occurrence de projets dont le Gauleiter espérait de rapides succès en termes de propagande ainsi que l’admiration du reste de l’Allemagne pour les performances réalisées dans le domaine culturel.

28En sa qualité de directeur de l’Administration générale des musées du Rhin supérieur, Kurt Martin occupait une sorte de présidence qui certes lui permettait de proposer des objectifs pour les projets et d’aider à leur réalisation, mais, à l’exception du musée de Strasbourg et de la Kunsthalle de Karlsruhe, il n’avait pas de compétences exécutives. La réalisation des programmes de création de nouveaux musées en Alsace restait du ressort des administrations municipales de chacune des villes ou bien du Reich, selon leur rattachement à telle ou telle autorité de contrôle.

a. Mulhouse – Un lieu pour l’art contemporain

  • 120 Pour la « réunion » de Mulhouse à la France [en 1798, N.d.T.], voir Susanne Tschirner, Elsass. Fach (...)
  • 121 Voir Darstellung der städtischen Museen Mühlausen, pièce jointe à Martin à « Herr Kollege », 25 nov (...)

29Pour les nazis, Mulhouse était idéologiquement une tête de pont stratégique importante. La proximité géographique avec la Suisse et la tradition qui avait fait de la ville le centre économique du sud de l’Alsace les incitaient à y représenter avec une force toute particulière la culture allemande. De plus, cette métropole textile longtemps indépendante s’était volontairement prononcée au xviiie siècle pour son rattachement à la France – un événement historique qui attisait l’ambition du régime national-socialiste de « regermaniser » activement Mulhouse120. Il y avait dans cette ville industrielle prospère un grand nombre de riches entrepreneurs qu’il fallait d’une part gagner à la cause politique nazie, mais dont la fortune d’autre part pouvait elle aussi être intéressante, car elle faisait d’eux de potentiels mécènes. Le profil du musée de Mulhouse envisagé dans le cadre de la réorganisation des musées tenait compte de ces avantages. C’est pourquoi Martin avait prévu pour Mulhouse une galerie de peinture du xixe siècle et d’époque contemporaine qui devait être complétée par un programme d’expositions temporaires consacrées à l’art contemporain officiel121.

  • 122 Voir Martine Stahl-Weber, « Les musées de Mulhouse. Le musée des Beaux-Arts », dans Musées en Alsac (...)
  • 123 Voir Martine Stahl-Weber, « Les musées de Mulhouse. Le Musée historique », dans Musées en Alsace, S (...)
  • 124 Voir Stahl-Weber, 1977 (Le musée des Beaux-Arts), p. 309. Comme le montre l’inventaire du musée, la (...)
  • 125 Voir Hanns Reich, « Straßburger Museen werden neu aufgebaut. Elsässische Kunstsammlungen im Krieg – (...)
  • 126 Martin à Oberst Blankenhorn, 24 octobre 1940, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 90 : « Sur le plan prat (...)
  • 127 Voir Martin à « Herr Kollege », 25 novembre 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 356.
  • 128 Voir Anon., « Mülhausen, die Stadt der Arbeit und der Kunst. Feierliche Weihe der Kunsthalle und Er (...)

30La collection de Mulhouse avait été fondée en 1864 par la Société industrielle, une forme précoce d’association patronale représentant les intérêts des industriels122. C’est dans le bâtiment de trois étages construit en 1883 à cet effet, et qui abrite aujourd’hui le musée de l’Impression sur étoffes, qu’étaient réunies en 1940 la collection de peinture et les collections du Musée historique123. Les pièces exposées formaient un mélange hétéroclite de multiples genres et styles artistiques de médiocre qualité qui s’était probablement retrouvé là à la suite de donations de la Société industrielle et d’acquisitions effectuées à l’occasion d’expositions locales124. Au cours des combats qui avaient eu lieu au moment de l’entrée des troupes allemandes en Alsace, certaines parties des bâtiments avaient été détruites par une explosion125. Mais les dégâts étaient limités et le musée put rouvrir ses portes peu de temps après126. En novembre 1941, Kurt Martin fut sollicité par le maire de Mulhouse afin qu’il propose un directeur pour la collection, à la suite de quoi Martin rédigea un courrier général qu’il adressa vraisemblablement à plusieurs collègues en les invitant à se présenter127. Il avait joint à cette lettre un rapport sur la situation de l’institution à pourvoir, indiquant les objectifs de sa réorganisation ainsi que la mission politique de la maison qui devait désormais s’appeler « Städtische Kunsthalle »128 :

  • 129 Darstellung der städtischen Museen Mühlausen, pièce jointe à Martin à « Herr Kollege », 25 novembre (...)

« Dans le cadre des musées du Rhin supérieur, il revient à la Kunsthalle de Mulhouse de remplir la mission particulière d’une galerie du xixe siècle et de l’époque contemporaine pour la région du Rhin supérieur, Suisse germanophone incluse. Tout ce qui, parmi les œuvres existantes, relève d’un patrimoine culturel purement français devra être retiré, les nombreuses pièces alsaciennes seront examinées afin de ne garder que ce qui est digne d’être exposé ; de même, il faut compléter la collection d’art allemand – actuellement presque complètement absent du musée –, que ce soit par des achats, des échanges ou des prêts. Il sera sans doute possible au début d’obtenir des prêts d’œuvres appartenant à l’État et peut-être à d’autres instances pour ne pas risquer de prendre des décisions trop hâtives en matière d’acquisition129. »

  • 130 Dans sa correspondance, Martin déplore à plusieurs reprises l’impossibilité d’acquérir des œuvres d (...)

31La tentative de Martin d’obtenir des prêts de la Nationalgalerie de Berlin pour en doter la Kunsthalle de Mulhouse a été présentée au chapitre V.3. S’il n’a envisagé cette option qu’à court terme, c’est notamment parce qu’il n’y avait quasiment pas d’art allemand du xixe siècle sur le marché en raison d’une demande accrue de la part des dignitaires nazis. Mais il aurait fallu de toute façon compléter ces prêts par des acquisitions, Wagner souhaitant que non seulement Mulhouse, mais aussi Strasbourg soient dotés d’un lieu d’exposition exclusivement consacré à l’art de cette époque130.

32Parallèlement à la présentation de la collection permanente au dernier étage de l’édifice, il était prévu que le premier étage accueille des expositions d’art allemand contemporain. Martin justifiait cette décision par la mission politique de l’institution qui, comme nous l’avons évoqué, reflétait l’importance accordée par le régime à Mulhouse pour le rayonnement de la culture allemande :

  • 131 Voir Darstellung der städtischen Museen Mühlausen, pièce jointe à Martin à « Herr Kollege », 25 nov (...)

« Le musée de Mulhouse a de tout temps, y compris pendant la période de 1870 à 1918, été un centre de la propagande culturelle française. C’est pourquoi, aujourd’hui tout particulièrement, il doit devenir la tête de pont d’une intense activité culturelle allemande, le lieu où s’exercera de manière concentrée et toujours renouvelée l’influence de l’art allemand. Il s’agira de montrer dans tous les contextes possibles aux habitants de Mulhouse le passé de la ville et de sa région (il n’y a guère que cent ans que le nom de Mulhouse a été imposé). La formation du goût, pour laquelle la période française n’a rien fait, est un domaine qui […] requiert d’être particulièrement cultivé131. »

  • 132 Voir ibid.
  • 133 Voir Kurt Martin, « Museen am Oberrhein », dans Der Führer, 17 novembre 1940 (édition spéciale Ober (...)
  • 134 Voir Monique Fuchs, « Approche d’une collection », dans Bulletin de la Société industrielle de Mulh (...)

33Martin mentionnait comme modèles et repères la Kunsthalle de Mannheim et le musée de Krefeld qui avaient tous deux démontré que des institutions disposant de collections modestes ou insignifiantes pouvaient devenir, grâce à la qualité de leurs expositions, des lieux importants pour l’art en Allemagne132. De fait, l’art contemporain devint rapidement le seul objet de la propagande culturelle à Mulhouse. La construction d’une collection permanente fut négligée au profit d’une intense activité d’expositions temporaires. Quand des acquisitions étaient effectuées malgré tout, il s’agissait de pièces contemporaines ou d’œuvres du xixe siècle d’artistes locaux – une légère modification, due à l’étroitesse de l’offre sur le marché, mais qui correspondait néanmoins aux priorités énoncées par Martin pour la collection du Sundgau133. Aujourd’hui encore, le musée des Beaux-Arts de Mulhouse est connu pour son importante collection de toiles signées de peintres régionaux134.

  • 135 Voir Martin à C.d.Z., 25 janvier 1943, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Savery. Paradie (...)
  • 136 1) Jacob Ruysdael, Große Landschaft [grand paysage] ; 2) Albert Cuyp, Reiterszene [scène de cavalie (...)

34À partir de 1943, le musée céda contre paiement des œuvres de valeur d’autres écoles à l’Administration générale pour consolider sa situation financière et pour que les œuvres en question soient présentées dans le contexte, bien meilleur, d’autres collections135. Six pièces rejoignirent ainsi le musée de Strasbourg136.

ill. 70. Couverture du catalogue de l’exposition consacrée à la peinture murale dans l’Oberrhein et à la peinture allemande contemporaine à la Kunsthalle de Mulhouse, décembre 1941 – janvier 1942

ill. 70. Couverture du catalogue de l’exposition consacrée à la peinture murale dans l’Oberrhein et à la peinture allemande contemporaine à la Kunsthalle de Mulhouse, décembre 1941 – janvier 1942

photo © archives de l’auteure

  • 137 C’est le peintre Lutz Binäpfel qui prit provisoirement la direction de la maison. Voir Anon., « Mül (...)
  • 138 Voir Anon., « Wandmalerei und Tafelbild. Hervorragende Künstler werden in der Kunsthalle Mülhausen (...)
  • 139 Voir Nikola Doll, Mäzenatentum und Kunstförderung im Nationalsozialismus. Werner Peiner und Hermann (...)
  • 140 Voir Doll, 2009, p. 81.

35Le nouveau musée ouvrit ses portes avant même la nomination d’un directeur137. L’inauguration eut lieu le 14 décembre 1941 à l’occasion d’une exposition consacrée à la peinture murale dans l’Oberrhein et plus généralement à la peinture allemande contemporaine [Oberrheinische Wandmalerei – Deutsche Malerei der Gegenwart] (ill. 70). Elle réunissait d’une part une série d’études de peintures murales réalisées dans le cadre d’un concours lancé par Robert Wagner pour la décoration des bâtiments publics de représentation qui devaient être édifiés après la guerre, et d’autre part de grands tableaux des artistes allemands contemporains les plus connus dont certains avaient été présentés lors de la récente Grande Exposition d’art allemand de Munich138. C’était donc une manière de présenter le lien entre des œuvres se prévalant de techniques artistiques de tout premier plan, et constituant ainsi le meilleur de la production alsacienne, et des œuvres tenues en très haute estime dans le Reich pour obéir à tous les critères stylistiques. Les arts dits monumentaux comme la peinture murale et la tapisserie étaient alors des formes artistiques promues par l’État dans la mesure où, liées à l’architecture, elles se prêtaient particulièrement bien à une instrumentalisation par la propagande visuelle139. C’est ainsi qu’à la Herrmann-Göring-Meisterschule [école professionnelle H.G.] de Cronenbourg, on enseignait exclusivement l’art de la fresque, la tapisserie, la mosaïque et la peinture sur verre140. La décision de Wagner de présenter côte à côte les œuvres primées en Alsace lors d’un concours et des tableaux distingués par Hitler et exposés à la Haus der deutschen Kunst de Munich exprime d’une part l’espoir de les voir s’influencer mutuellement ; d’autre part, ce concours de peintures murales lancé seulement dans la région de l’Oberrhein devait, dans son esprit, contribuer à intégrer la région dans la vision d’ensemble d’une Allemagne de l’avenir. Dans le catalogue, le Gaukulturreferent Heiner Stähle expliquait :

  • 141 Heiner Stähle, « Zum Wandmalereiwettbewerb », dans Oberrheinische Wandmalerei. Deutsche Malerei der (...)

« Le concours pour des peintures murales lancé par le chef de l’Administration civile en Alsace […] a pour mission de dégager rapidement des forces opérationnelles sur le plan artistique qui, à l’issue de cette confrontation idéologique d’une immense portée historique, seront à la disposition du courant déjà amorcé sur le plan de l’architecture et du style avec lequel, dans l’histoire de la culture, l’Antiquité, le gothique ou le baroque ne pourront guère rivaliser141 » (ill. 71).

ill. 71. Renatus Hetzel, Retour de l’Alsace dans le Grand Empire germanique, peinture murale présentée à l’exposition Oberrheinische Wandmalerei, Mulhouse, 1941-1942

ill. 71. Renatus Hetzel, Retour de l’Alsace dans le Grand Empire germanique, peinture murale présentée à l’exposition Oberrheinische Wandmalerei, Mulhouse, 1941-1942

photo © publiée dans Oberrheinische Wandmalerei. Deutsche Malerei der Gegenwart, cat. exp. Mulhouse, Städtische Kunsthalle, 1941

  • 142 Voir Heiner Stähle, « Deutsche Malerei der Gegenwart. Zur Einweihung der Kunsthalle Mülhausen am nä (...)
  • 143 Anon., « Mülhausen, die Stadt der Arbeit und der Kunst. Feierliche Weihe der Kunsthalle und Eröffnu (...)
  • 144 Anon., « Mülhausen, die Stadt der Arbeit und der Kunst. Feierliche Weihe der Kunsthalle und Eröffnu (...)
  • 145 Voir Willy Oeser, « Zur Eröffnung der Kunsthalle in Mülhausen », dans StrMH, janvier 1942, p. 57-58 (...)
  • 146 Anon., « Mülhausen, die Stadt der Arbeit und der Kunst. Feierliche Weihe der Kunsthalle und Eröffnu (...)
  • 147 Paul Maass, discours d’inauguration de la Kunsthalle de Mulhouse, cité d’après Anon., « Mülhausen, (...)

36Les commentaires à forte teneur politique parus dans la presse à l’occasion de l’inauguration de la Kunsthalle de Mulhouse permettent de conforter l’hypothèse esquissée au chapitre IV.3 du présent ouvrage selon laquelle Wagner entendait créer à Mulhouse l’équivalent alsacien de la métropole panallemande d’art contemporain qu’était Munich. Le musée était célébré comme « la plus grande et la plus belle Kunsthalle du sud-ouest de l’Allemagne142 », comme « un nouveau grand lieu de la politique artistique allemande et de l’éducation artistique national-socialiste143 ». On vantait la qualité des pièces présentées et leur « nouveau style allemand » « libéré de toutes les chaînes étrangères144 », en soulignant toujours que la peinture des artistes de l’Oberrhein était l’égale de celle de l’« Altreich »145. Un journal local publiait le lendemain de l’inauguration le bilan qu’avait dressé Stähle des résultats du travail d’éducation culturelle accompli au cours de l’année écoulée ; il y affirmait même « que l’exposition de Mulhouse apporterait la preuve que les meilleurs peintres de l’Oberrhein comptent même parmi les meilleurs du Reich146 ». L’idée inhérente à ce projet de réintégration de l’Alsace dans le Reich était formulée sans ambiguïté par le maire Paul Maas : « La voie est désormais libre pour faire entrer dans cette Kunsthalle de la ville […] l’art allemand et la culture allemande, la race [Art] allemande. Cette maison, construite par des travailleurs allemands et avec des moyens acquis grâce à des travailleurs allemands, sera désormais au service de l’Alsace allemande et, parce qu’elle est un lieu de l’art allemand, elle sera annonciatrice du sublime et de la beauté147. »

37Le lien entre Munich et Mulhouse fut également cultivé par la suite. Au cours de l’été 1942, la Kunsthalle inaugura une exposition présentant le travail d’artistes munichois. Dans le catalogue, la liste des œuvres est précédée d’un avant-propos du maire de Munich Paul Maass qui souligne les implications politiques du partenariat entre les deux villes lancé par Wagner et ainsi la fonctionnalisation de l’art :

  • 148 Fiehler [maire de Munich], Vorwort, dans Münchner Kunstausstellung. Malerei der Gegenwart, cat. exp (...)

« Munich, berceau du national-socialisme, a pris par sa nature la plus grande part à ce tournant du destin [i.e. l’occupation par l’Allemagne]. Ainsi, l’appel lancé par la ville de Mulhouse pour que soit organisé dans sa Kunsthalle une exposition d’artistes munichois fut plus qu’une invitation qui l’honore. La réalisation de cette exposition signifiait pour Munich, capitale du mouvement, la possibilité de prouver le lien qui existe entre la cellule mère de la nouvelle Allemagne et l’extrême sud-ouest du Reich. Mais pour Munich, la ville de l’art allemand, cette exposition est aussi une mission qui l’engage, celle de témoigner dans cette région frontière de l’ouest de la volonté d’édification artistique et culturelle du IIIe Reich. […] Puissent les relations amorcées par cette exposition s’étendre à tous les domaines de l’esprit et de l’économie et ainsi déclarer éternel le lien entre ces deux peuples [Stamm] allemands du sud du Reich148. »

b. La Maison de Goethe à Strasbourg et les autres mémoriaux de Goethe

  • 149 Goethe s’était inscrit à l’université de Strasbourg d’avril 1770 à août 1771 pour mettre en pratiqu (...)
  • 150 Pour les difficultés que pose l’interprétation national-socialiste de la personne et de la littérat (...)
  • 151 On se référait sutout aux passages suivants : 1) « Et comment pourrais-je ne pas me fâcher, saint E (...)

38La propagande national-socialiste en Alsace s’appropria Johann Wolfgang von Goethe (1749-1832) de manière quasi exclusive. La description de ses études à Strasbourg dans Poésie et vérité de même que son hymne à la gloire de la cathédrale de Strasbourg et d’Erwin von Steinbach, « Architecture allemande » [Von deutscher Baukunst], composé en 1772, furent systématiquement exploités et instrumentalisés à des fins politiques149. Même si, comparée à celle d’autres classiques, l’œuvre de Goethe se prêtait dans l’ensemble plutôt mal à une interprétation dans la ligne du NSDAP150, ces deux textes offraient une matière suffisamment riche pour être utilisée afin de soutenir la propagande nazie en Alsace. En effet, selon l’interprétation national-socialiste courante, le poète non seulement revendiquait la cathédrale comme un monument allemand et ainsi un sanctuaire national, mais affirmait surtout sa fierté par rapport à sa propre culture et reconnaissait l’« essence germanique » de l’Alsace151.

  • 152 Voir Volker Gebhardt, Das Deutsche in der deutschen Kunst, Cologne, 2004, p. 12-21 et p. 106-107 ; (...)
  • 153 Voir Christa Hempel-Küter, Germanistik zwischen 1925 und 1955. Studien zur Welt der Wissenschaft am (...)

39Historiquement, les nazis n’étaient pas les premiers à voir dans l’autorité intellectuelle qu’était Goethe une instance de référence en matière d’identité allemande et de recherche d’une culture nationale. Le fait de ranger la cathédrale dans la catégorie de l’« architecture allemande » était devenu une référence pour les auteurs après Goethe dès qu’il s’agissait de la confisquer culturellement dans le sens de l’intérêt national. C’est ainsi que s’enflammèrent les querelles lancées au xixe siècle par certains intellectuels ou, après la Première Guerre mondiale, par le Français Émile Mâle contre l’histoire de l’art allemande152. Mais le débat autour de l’origine des formes architecturales gothiques et autour des écoles nationales n’était désormais plus d’actualité, et l’interprétation qu’on faisait de Goethe portait sur la politique contemporaine. On s’attachait à le présenter comme le père spirituel du national-socialisme dont il aurait approuvé les thèses, et on prétendait que ses écrits apportaient la preuve d’une appartenance de droit de l’Alsace à l’Allemagne153. Ses propos étaient instrumentalisés pour étayer cette thèse ; ils auraient été bafoués par le traité de Versailles et la cession de la région à la France, mais faisaient désormais apparaître l’occupation actuelle comme légitime.

  • 154 Voir notamment W.Fr. Könitzer, « Die Straßburger Wiedergeburt. Wie Goethe im Elsass zu sich selbst (...)
  • 155 Hempel-Küter, 2000, p. 192. L’expression paraphrase une citation de Baldur von Schirach (discours d (...)
  • 156 Le procédé n’était pas seulement utilisé par la presse pour faire à tout prix entrer Goethe et sa p (...)
  • 157 Voir Goethe in Straßburg. Das neunte, zehnte und elfte Buch von Goethes « Dichtung und Wahrheit », (...)
  • 158 Voir ibid., p. 139.

40À partir de juillet 1940, les organes de presse locaux, et en particulier les Straßburger Neueste Nachrichten, mentionnèrent quasi quotidiennement le séjour de Goethe en Alsace. On y publiait des biographies de ses amis et professeurs (Johann Heinrich Jung, dit Jung-Stilling, Franz Christian Lerse, Jakob Michael Reinhold Lenz, Johann Friedrich Oberlin, Johann Daniel Salzmann), des évocations romancées de son amour pour Friederike Brion et Lili Schönemann, des descriptions de ses promenades dans la nature alsacienne ou de l’intérêt qu’avait éveillé chez lui Johann Gottfried Herder (1744-1803) pour la poésie populaire ou encore des témoignages de sa vénération pour les formes gothiques de la cathédrale154. Les traces du « plus allemand de tous les poètes155 » devaient ainsi être gardées vivaces dans la conscience de la population et l’Alsace célébrée comme le lieu d’initiation de son génie. Le plus souvent, le procédé utilisé dans ces textes était celui d’une description populiste des événements historiques entrelacée avec des collages de citations de Goethe sorties de leur contexte littéraire156. Les formulations du xviiie siècle étaient transposées telles quelles dans les années 1940 et présentées dans leur interprétation nouvelle comme des vérités générales. La description des contrastes entre les civilisations française et allemande qui se nourrissait de ce que le poète avait vécu en Alsace n’avait à l’origine chez Goethe aucune coloration politique157, mais elle était désormais l’objet d’une interprétation nationaliste. On faisait de Goethe le héros de l’Alsace allemande et l’adversaire des Français. Mais sans jamais mentionner par exemple le fait qu’il admirait la littérature française et que ses propos relevaient plus de l’étonnement suscité chez lui par la richesse des traditions allemandes dans une contrée gouvernée par la France que d’un jugement de valeur. De fait, c’est le même Goethe qui avait goûté à Leipzig l’élégant mode de vie de ce qu’il appelait un « petit Paris » et qui s’enthousiasmait pour « la manière et l’art allemands » dans ce territoire alsacien relevant de la souveraineté française158.

  • 159 Pour Kindermann, voir Andreas Pilger, « Nationalsozialistische Steuerung und die “Irritationen” der (...)
  • 160 Pilger, 2003, p. 118.

41Le procédé utilisé est particulièrement bien illustré par un essai de Heinz Kindermann publié en octobre 1942 dans les Straßburger Monatshefte, intitulé « Goethe en Alsace ». Kindermann était professeur à l’université de Münster, après l’avoir été à Dantzig, et lecteur à la Hauptstelle Schrifttumpflege [bureau principal de l’écriture] au bureau Rosenberg159. Il était connu pour ses interprétations littéraires conformes à la ligne idéologique du parti et passait pour le « germaniste du Völkischer Beobachter ou le spécialiste des questions du livre pour Rosenberg160 ». Pour le lecteur alsacien de l’époque, sa description du cercle de Goethe débouchait sur une invitation sans équivoque à suivre l’exemple de Goethe et à reconnaître la culture allemande comme sa culture propre, supérieure à la culture française :

  • 161 Heinz Kindermann, « Goethe im Elsass », dans StrMH, octobre 1942, p. 556.

« Dès le début, Goethe entra dans le cercle animé des jeunes gens autour d’Aktuar Salzmann, un érudit actif dans d’importants domaines de la société ; dans ce cercle qui se composait exclusivement d’Allemands, en se frottant à ce qui était essentiellement français, on était particulièrement conscient de cette conditionnalité propre. C’est justement de ce point de vue que Goethe, dans Poésie et vérité, indique à propos de la conscience nationale du cercle de Salzmann : “Ainsi, à la frontière de la France, nous fûmes soudain délivrés de toute essence française.” Et le schéma biographique préparé résume comme étant le signe sous lequel fut placé tout son séjour en Alsace : [la] “germanité émergente” ! Les cercles qui gouvernaient de manière bureaucratique et dans la dépendance de Paris pouvaient bien tenter de mimer la manière française, ou de la cultiver vraiment : ces jeunes gens autour d’Aktuar Salzmann – et Goethe au milieu d’eux – leur opposaient consciemment leur “germanité”161. »

Ce texte, qui suit encore plus ou moins le texte original, est précédé et introduit par le passage suivant :

  • 162 Ibid.

« Depuis que les drapeaux du Grand Reich allemand flottent au-dessus de Strasbourg, c’est non seulement vingt lourdes années d’injustice qui se voient réparées, mais aussi l’antique circulation du sang du peuple allemand, de la culture allemande qui est rétablie après avoir été un temps interrompue. C’est aux marges de ce peuple que, depuis toujours, le pouls de la vie intellectuelle la plus intense bat le plus fort. C’est dans cet espace d’épreuves et de résistance à la frontière allemande, là où le danger de l’emprise étrangère est le plus proche que la vigilance du cœur permet souvent de trouver en premier une nouvelle voie où l’espèce est plus ferme [artbetont], ou bien le retour à la race ancestrale après ses errements dans des zones non allemandes. Pensons à ces fonctions fondamentales de l’Alsace, et alors nous ne nous étonnerons pas que ce soit précisément son paysage qui ait été destiné à parrainer l’un des plus grands bouleversements de la culture allemande, le processus du retour à la race et à l’art allemands que nous appelons habituellement le mouvement du Sturm und Drang. Dans la vie intellectuelle allemande, peu de processus révolutionnaires ont eu une portée aussi radicale162. »

  • 163 Voir Martin, Generalverwaltung der oberrheinischen Museen, Straßburg, Taulerring 8 (Statut – N.d.A. (...)
  • 164 Voir Rouenhoff, Protokoll zur Sitzung am 25. April 1941 (künftige Ausgestaltung des Straßburger Mus (...)
  • 165 Les objets que l’on peut voir actuellement au mémorial correspondent vraisemblablement à ce qui res (...)
  • 166 Voir Anon., « Goethe-Stätten. Planungen in Straßburg », 8 juin 1943, dans MZ am Abend, s.p. ; Anon. (...)

42L’idée de rendre hommage au séjour de Goethe à Strasbourg en fondant un musée d’État et d’édifier des mémoriaux sur les lieux qu’il avait fréquentés en Alsace est déjà inscrite dans les objectifs de l’Administration générale du 24 mars 1941163. Sa formulation est encore plus concrète dans les procès-verbaux des négociations avec la municipalité de Strasbourg relatives à la réorganisation des musées en avril 1941164, l’ancien logement qu’occupa Goethe au numéro 36 du Vieux-Marché-aux-Poissons étant encore prévu à ce stade pour accueillir ce musée. Peu après, la Ville acquit dans la Rupprechtsauer Allee un bâtiment qui prit plus tard le nom de Goethe-Haus [Maison de Goethe]. C’est seulement après la guerre que l’appartement du poète fut aménagé pour être ouvert au public, tout comme la maison du 22, rue de l’Ail, qui avait appartenu aux sœurs Lauth, lesquelles y recevaient la Société Salzmann, de même que le mémorial situé dans la Vieille Garde165 de Sessenheim166.

  • 167 Voir Beigeordneter Rouenhoff à Oberstadtkommissar von Straßburg, 8 mai 1941, dans AMS 7 MW 272.
  • 168 Voir Hausmann à C.d.Z., Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung, 17 novembre 1941, dans AM (...)
  • 169 Voir Dienstvertrag Albert Schmitt-Claden mit der Stadt Straßburg, s.d., dans AMS 7 MW 272.
  • 170 Voir Rouenhoff, Protokoll zur Sitzung am 25. April 1941 (künftige Ausgestaltung des Straßburger Mus (...)

43Albert Schmitt-Claden, un ancien bibliothécaire de la bibliothèque municipale de Colmar, qui dirigeait par intérim la bibliothèque de l’université et du Land, fut nommé provisoirement directeur de la Goethe-Haus avant sa fondation167. Outre cette fonction, il devait aussi s’occuper de la bibliothèque municipale installée dans le palais Rohan168, où il était placé sous les ordres de Kurt Martin. Il occupait un bureau dans le château et s’acquittait de ses tâches de bibliothécaire tout en travaillant en même temps au projet de musée169. La Maison de Goethe devant être à la fois un lieu d’hommage au poète et le centre littéraire de la ville, la combinaison d’une fonction publique – directeur de la Maison de Goethe – et d’un emploi municipal – directeur de la bibliothèque de la ville – faisait tout à fait sens170.

  • 171 Voir liste : « Goetheerinnerungen (collection d’œuvres d’art pour la Maison de Goethe venant d’autr (...)

44Pour procéder aux premiers aménagements de la Maison de Goethe, Schmitt-Claden établit une liste comprenant tous les objets d’art, livres et écrits présents dans les institutions strasbourgeoises et témoignant du séjour de Goethe en Alsace. Ils devaient être remis à la Maison de Goethe où ils seraient présentés dans une nouvelle configuration. Ce document, où figure la liste des souvenirs provenant de la galerie de peinture, des archives municipales, du musée des Arts décoratifs, du Musée historique, du chapitre de Saint-Thomas, de la bibliothèque de l’université et du cabinet des estampes, permet de dégager l’articulation thématique de cette institution aujourd’hui disparue. Il comprend les rubriques suivantes : a) J.W. Goethe : portraits et monuments ; b) professeurs, amis et imitateurs de Goethe en Alsace ; c) figures de femmes alsaciennes chez Goethe ; d) Strasbourg et l’Alsace à l’époque de Goethe ; e) manuscrits et dessins de la main de Goethe et de ses contemporains importants sur le plan littéraire171.

  • 172 Voir Schmitt-Claden, Goethe-Haus und oberrheinische Goethe-Gedenkstätten. Haushaltsplan 1942-1943, (...)
  • 173 Edith Mathis-Bergmann, « Festliche Goethe-Tage in Straßburg. Ein Rückblick auf die Gründungsfeier d (...)
  • 174 Satzung der Landesvereinigung Oberrhein der Goethe-Gesellschaft Weimar in Straßburg, 23 mai 1943, d (...)
  • 175 Voir ibid. ; Anon., « Was will die Goethegesellschaft », dans StrNN, 19 mai 1943, p. 5.
  • 176 Voir F. Decker, « Straßburger Goethetage », dans StrMH, s.a., p. 432 et Anon., « Goethe-Tage in Str (...)

45L’ouverture du musée était prévue pour le printemps 1943. C’est pourquoi Schmitt-Claden présenta son premier budget pour l’année 1942-1943172. Cet événement n’est curieusement pas documenté de manière autonome mais, à plusieurs reprises, dans la presse locale, il est question de la « Maison de Goethe nouvellement inaugurée173 » dans le cadre de la cérémonie de fondation, à Strasbourg, de l’Union pour le Rhin supérieur [Landesvereinigung Oberrhein] de la Société Goethe de Weimar entre le 22 et le 24 mai 1943. Cette union locale était liée à la Maison de Goethe, et ouverte « moyennant paiement d’une cotisation aux compatriotes allemands ou membres d’un peuple apparenté174 ». Sa mission était de faire connaître le caractère et l’œuvre du poète auprès de la population de la région, de faire avancer la recherche sur son œuvre littéraire, de promouvoir les musées et mémoriaux consacrés à Goethe dans le Rhin supérieur et dans le reste de l’Allemagne, et en règle générale de soutenir l’activité de la Goethe-Gesellschaft de Weimar175. Dans son discours d’introduction prononcé à l’occasion de ces cérémonies, Schmitt-Claden rendit compte avec fierté de son activité au cours des deux années écoulées. Grâce à ses efforts, la Maison de Goethe bénéficiait désormais d’une bibliothèque comptant environ 20 000 volumes. De plus, il avait réussi à acquérir la collection dite Ogeleit qui se composait de plus de 6 000 portraits de Goethe, illustrations, gravures et eaux-fortes ; auxquels venaient s’ajouter des souvenirs appartenant à la famille de Türckheim (la famille alsacienne de Lili Schönemann, brièvement fiancée à Goethe) et à des descendants de personnes de l’entourage de Goethe pendant son séjour à Strasbourg. Dans ce cadre, le futur directeur annonçait aussi pour la première fois publiquement qu’après la guerre, le centre de recherche littéraire de la Maison de Goethe, avec la bibliothèque et les archives, serait séparé des lieux d’exposition des souvenirs de Goethe, ces derniers devant être transférés dans un musée consacré au poète situé dans la rue du Vieux-Marché-aux-Poissons176.

  • 177 Hans Wahl (1885-1949), études à Iéna, Munich, Berlin et Paris, 1912 thèse de doctorat consacrée à l (...)
  • 178 Voir Schmitt-Claden à Oberbürgermeister von Straßburg, 22 avril 1943, dans AMS 7 MW 514.
  • 179 Voir Programm der Gründungsfeier der Landesvereinigung Oberrhein der Goethe-Gesellschaft Weimar in (...)
  • 180 Voir Gerhard Fricke, « Goethes Straßburger Wandlung ». Rede gehalten bei der Gründungsfeier der Lan (...)
  • 181 Le manuscrit se trouve parmi les documents relatifs à l’inauguration de la Maison de Goethe. Le phi (...)
  • 182 Cette information ressort d’une part de la dénomination de sa fonction dans les articles de presse (...)

46La manifestation à laquelle s’étaient rendus de toute l’Allemagne des spécialistes de haut niveau comme le directeur du Goethe-Nationalmuseum de Weimar, Hans Wahl177, le directeur du Goethe Museum de Francfort-sur-le-Main, Ernst Beutler, le recteur de l’université de Berlin, Eduard Spranger, le président de la Société Goethe de Weimar, Anton Kippenberger, et le directeur général de la Deutsche Bibliothek de Leipzig, Heinrich Uhlendahl178, dura trois jours. Son programme proposait la première de l’Urfaust au théâtre municipal, une cérémonie solennelle avec dépose de gerbe au monument érigé à la mémoire de Goethe, des conférences et des soirées de Lieder ainsi qu’une promenade à travers la ville sur les traces du prince des poètes179. Certains représentants de l’élite des germanistes nazis profitèrent de l’occasion pour présenter leurs propres exposés sur Goethe dans l’esprit évoqué en introduction. Gerhard Fricke, qui, après avoir enseigné à Göttingen et à Kiel, avait été nommé à la chaire de la prestigieuse université de Strasbourg en récompense de son engagement pour le national-socialisme dans sa discipline, consacra sa conférence solennelle à la « transformation de Goethe à Strasbourg180 », tandis qu’Heinz Kindermann présentait le texte « Goethe en Alsace » que nous avons cité. « Goethe à Strasbourg », un essai du philologue Philipp Witkop, de Fribourg, fit apparemment aussi l’objet d’une lecture publique181. Le même jour, Schmitt-Claden fut nommé administrateur de l’association Goethe de l’Oberrhein, affiliée à la Goethe-Gesellschaft de Weimar – une nouvelle étape vers l’intégration de l’Alsace dans la culture du Reich avant son futur Anschluss, son « rattachement » officiel à l’Allemagne légitimé par le droit des peuples182.

c. Le musée de l’Armée de Strasbourg

  • 183 Pour la redéfinition des musées d’histoire militaire dans les années 1930, voir Werner Hahlweg, « D (...)
  • 184 Heinrich Müller, Das Berliner Zeughaus. Vom Arsenal zum Museum, éd. par Deutsches Historisches Mus (...)
  • 185 Voir Müller, 1994, p. 214-224 ; Roth, 1990, p. 173-176 ; Lars-Holger Thümmler, Das Zeughaus Berlin (...)

47Jusqu’en 1918, les musées militaires dépendaient en Allemagne de l’administration militaire. Sous la République de Weimar, ils passèrent sous la responsabilité des ministères de la Culture des Länder. À cette époque, ils se tournèrent davantage vers l’histoire de l’art plutôt que vers les théories militaires, les arsenaux étant confrontés à la difficulté de concilier la représentation de l’histoire glorieuse de l’armée allemande avec le fait que l’Allemagne avait perdu la Première Guerre mondiale. Les choses allaient changer avec la prise du pouvoir par les nazis. C’est vers le milieu des années 1930 que s’amorça le débat sur la question du recours aux musées militaires pour éduquer le peuple, militariser toujours davantage la vie quotidienne et faire en sorte que la population apporte son soutien à la guerre. Ce débat portait sur le triple plan de l’organisation, du contenu et de la forme183. La mise au pas de l’institution muséale par l’armée, conformément aux intentions du régime, s’était pour la première fois révélée patente en 1934, lorsqu’un officier supérieur, le contre-amiral Hermann Lorey, remplaça à la tête de la Zeughaus [l’ancien arsenal de Berlin devenu musée militaire] l’historien d’art Moritz Julius Binder184. Le 21 juin 1939, Hitler décida que les musées militaires dépendraient désormais d’une administration centrale. Les musées d’histoire militaire de Berlin, Dresde, Munich et Vienne furent placés sous les ordres du haut-commandement de l’armée [Oberkommando des Heeres, OKH] et s’appelèrent désormais tous uniformément Heeresmuseen, musées de l’Armée. À partir du 1er novembre 1939, ils ne dépendirent plus des Länder, mais directement du Reich, et plus précisément d’un bureau nouvellement créé, celui du Chef der Heerenmuseen [chef des musées de l’Armée] dont le général d’infanterie Friedrich Roese prit la direction. Au début de la guerre, ce dernier dut assumer d’autres responsabilités, c’est pourquoi il fut représenté dans cette fonction par Lorey, lequel était directeur du principal musée militaire allemand185.

  • 186 Oberkommando des Heeres, Dienstanweisung für den Chef der Heeresmuseen, 22 juin 1940, dans BArch RH (...)
  • 187 Voir Müller, 1994, p. 224-225.

48Le Chef der Heerenmuseen avait pour fonction de « conseiller toutes les instances du Reich qui avaient un lien avec la science militaire (uniformes, armes et armement des armées d’hier et d’aujourd’hui dans le pays et à l’étranger)186 ». Il contrôlait les expositions, servait d’intermédiaire entre les institutions et était en outre compétent en matière de trophées et butins de guerre qu’il devait inventorier et répartir entre les musées pour qu’ils y soient exposés187.

  • 188 Le musée de l’Armée de Strasbourg a été étudié pour la première fois par Bernadette Schnitzler, néa (...)

49L’idée de fonder un musée de l’armée en Alsace revient au Gauleiter Robert Wagner188. La capitale du Gau étant transférée à Strasbourg, il proposa en juin 1941 à Kurt Martin de transférer aussi le musée de l’Armée de Bade, qu’il appréciait beaucoup, de Karlsruhe à Strasbourg. Martin refusa cette proposition en justifiant longuement son refus. Outre la perte qu’une telle mesure représenterait en termes de culture pour la ville de Karlsruhe et le fait que Strasbourg n’offrait pas de lieu adapté à la construction d’un tel musée, Martin arguait surtout des problèmes de contenu qui s’opposaient à l’installation dans l’Alsace occupée d’un musée à la gloire de l’histoire militaire allemande :

  • 189 Martin à C.d.Z., Persönlicher Referent, 12 juin 1941, dans GLA 440 Zug. 1996/23, no 1 et dans les a (...)

« L’installation du musée créerait à Strasbourg des difficultés particulières qui, à Karlsruhe, sont pour la plupart évitées. Ces difficultés résident dans le fait que la tradition militaire allemande y a été interrompue entre 1681 et 1870 et de 1918 à 1940. En plus des tentatives plus personnelles que militaires pour garder l’Alsace allemande pendant ces deux périodes, il faudrait également présenter la participation des Alsaciens aux opérations militaires françaises, en particulier pendant les guerres napoléoniennes, opérations qui ne peuvent être passées sous silence sans contradiction. Il y aurait là un danger, à savoir qu’en dépit de toute prudence du côté allemand, on crée une institution au contact de laquelle la tradition française pourrait se reformer189. »

  • 190 C.d.Z. Persönliche Abteilung à Staatl. Bevollmächtigter für das Museumswesen im Elsass, 10 juillet (...)

50Malgré les objections de Martin, le Gauleiter ordonna la création d’un musée militaire à Strasbourg. Au lieu de transférer le musée de l’Armée de Bade, il décida de construire un musée supplémentaire dont le contenu ne recouperait pas celui de la maison mère de Karlsruhe. Il soulignait qu’il n’était pas souhaitable que « le musée traite de la domination française en Alsace. Seule la tradition allemande [devait] être présentée190 ».

51Cette instruction modifiée ne simplifiait nullement la tâche de Martin, c’est ainsi qu’il s’adressa au directeur de la Zeughaus de Berlin, le contre-amiral Lorey, pour lui demander de l’aide. Il exprimait ses réserves à l’égard du projet en des termes qui laissaient entrevoir son conflit personnel un peu plus clairement que cela n’avait été le cas dans son échange avec le Gauleiter :

  • 191 Martin à Chef der Heeresmuseen (Lorey, chef des musées militaires), 26 septembre 1941, dans les arc (...)

« Vous comprendrez assurément que cette nouvelle tâche qui m’est confiée, en supplément des nombreuses autres que j’assume, me préoccupe beaucoup, d’autant plus que je dois trouver une solution qui n’implique aucune sorte de concurrence par rapport au musée de l’Armée de Karlsruhe. La difficulté principale réside néanmoins dans l’instruction donnée par M. le Reichsstatthalter de ne prendre en considération que la tradition allemande. Cela signifierait donc que, dans une structure strictement historique, je passerais entièrement sous silence 200 ans d’histoire alsacienne sous domination française. Or c’est précisément au cours de ces années que l’Alsace a produit d’exceptionnels soldats, en particulier sous Napoléon. Passer outre de tels succès, même si parfois ils ont été remportés contre l’Allemagne, non seulement ne correspondrait pas à ce que je suis personnellement, mais, à mon sens, obérerait également l’action du musée191. »

  • 192 Ibid.
  • 193 De la correspondance entre Martin et Lorey relative à la création d’un musée de l’armée pour Strasb (...)
  • 194 Voir ibid.

52Pour éluder une représentation de l’histoire de la culture militaire allemande falsifiée par le national-socialisme, Martin orienta sa réflexion vers un modèle de musée attaché avant tout à l’architecture des fortifications, nombreuses dans la région et datant aussi bien de l’époque française que de l’époque allemande. Son projet envisageait d’installer une exposition permanente dans l’une des fortifications originales du xixe siècle. Sur le plan du contenu, Martin pensait à une histoire des lignes de défense du Rhin supérieur depuis la préhistoire jusqu’à son époque. Si Lorey était d’accord avec son programme, il demanderait que lui soient prêtées pour Strasbourg des pièces d’artillerie historiques et des militaria contemporains, la deuxième mission du musée étant de « rappeler avec précision le déroulement et les victoires de la guerre actuelle192 ». Lorey approuva le projet de Martin qu’il compléta en énonçant quelques propositions193. Dans ses remerciements, le 31 octobre 1941, Martin réitérait la demande qu’il avait déjà adressée à Lorey, celle de pouvoir doter le musée qui devait être aménagé à Strasbourg avec du « matériel accumulé » – il entendait par là du butin de guerre. Certes, l’inauguration du musée n’était prévue que pour la fin de la guerre, mais il fallait réunir d’ici là les pièces à exposer et préparer une conception définitive de leur présentation194.

  • 195 Voir Martin à Generalbevollmächtigter für das volks- und reichsfeindliche Vermögen, 31 mars 1942 et (...)

53L’étape suivante était de trouver un lieu approprié pour y construire ce musée. Le site favori de Martin était les Ponts couverts, une fortification enjambant l’Ill dont la construction remonte à Vauban. Avant qu’ils puissent être transformés pour que les pièces présentées soient à l’abri de l’humidité, Martin pensait utiliser les salles de l’ancienne galerie Aktuaryus au numéro 23 de la rue de la Nuée-Bleue. Pour commencer dès que possible l’« éducation historique » et la « publicité pour la défense » ordonnées par le Gauleiter comme objectifs du futur musée de l’Armée, il était prévu d’organiser dès avant l’ouverture du musée proprement dit de modestes expositions d’objets militaires, autant que possible envoyés par le Reich195.

  • 196 Voir Martin, Aktennotiz, note sur une conversation téléphonique avec le lieutenant-colonel Klein, K (...)
  • 197 Voir Martin à Lorey, 17 avril 1942, dans les archives du Musée historique de Strasbourg, classeur : (...)
  • 198 Roese à Martin, 21 mai 1942, dans les archives du Musée historique de Strasbourg, classeur : Créati (...)
  • 199 Voir Wehrmachtskommandantur Straßburg à Martin, 29 juillet 1942, dans les archives du Musée histori (...)
  • 200 Description de la Ritterhaus dans Anon., « Straßburg wieder um eine Sehenswürdigkeit reicher. Das n (...)

54Devant régler la question de la location des lieux auprès de la Kommandantur de Strasbourg, Martin réfléchit pour la première fois à la situation administrative du futur musée196. Il demanda une nouvelle fois par courrier à Lorey à Berlin si le musée de l’Armée de Strasbourg devait à son avis dépendre de la Direction générale des musées du Rhin supérieur ou bien du bureau du Chef der Heeresmuseen197. « […] ce musée de l’armée doit être intégré dans la Wehrmacht198 », telle fut la réponse que lui donna le général d’infanterie Friedrich Roese qui, depuis le 1er mai 1942, occupait de nouveau ses fonctions de Chef der Heeresmuseen. Le 25 juillet 1942, Roese se rendit en personne à Strasbourg pour discuter de la suite des démarches avec Martin. Sur place, il choisit un lieu qui lui sembla adéquat pour y présenter provisoirement des expositions, l’ancien grand magasin Bokanowski (Boka) situé sous les Grandes Arcades, au coin de la rue des Dominicains199. Pour l’installation définitive du musée, on espérait pouvoir récupérer plus tard le bâtiment de l’ancien Directoire de la noblesse de Basse-Alsace, la Ritterhaus, place Saint-Étienne, que revendiquait encore à l’époque le Reichskriegerbund, l’Alliance des combattants du Reich200.

  • 201 Voir Martin à Roese, 11 août 1942, avec en pièce jointe rédigée par Martin : Denkschrift über die E (...)
  • 202 Il énumère : le Musée militaire de Karlsruhe, le Badisches Landesmuseum Karlsruhe, le Zeughausmuseu (...)
  • 203 Martin, Denkschrift zur Errichtung eines Heeresmuseums in Straßburg, 11 août 1942, p. 7, dans les a (...)

55À la suite de la visite de Roese à Strasbourg, Martin rédigea un mémoire sur l’installation d’un musée de l’Armée à Strasbourg, qu’il envoya par la poste au général le 11 août 1942201. Ce document de douze pages constitue une sorte de procès-verbal de leur entretien personnel du 25 juillet et formule un programme permettant la mise en place optimale de l’institution. Martin esquisse le créneau dans lequel le musée de l’Armée de Strasbourg pourrait s’inscrire, entre les musées d’histoire militaire et les musées de culture locale déjà existants dans la région du Rhin supérieur202. Sa mission spécifique serait de « vanter les mérites de la Wehrmacht à travers des représentations muséales ». Le fossé maintes fois évoqué entre la réalité historique et les intentions de la direction du Gau pourrait être surmonté grâce à un programme « justifié aussi bien historiquement que politiquement, offrant en même temps un cadre à une représentation des entreprises militaires françaises qui rendrait compte de leur valeur, l’élément décisif étant néanmoins l’accent clairement mis sur l’Allemagne ». Le sujet spécifique du musée de Strasbourg restait, comme prévu initialement, l’architecture fortifiée. Étant donné le grand nombre de bâtiments militaires existant en Alsace, Martin proposait de décentraliser la présentation des objets et de les exposer, en les regroupant de manière thématique, non seulement dans les Ponts couverts, mais aussi sur deux autres sites historiques. On pourrait ainsi proposer un grand nombre de documents de différentes époques, et le musée de l’Armée de Strasbourg serait véritablement un modèle unique : « La mise en œuvre du musée de l’Armée de Strasbourg conformément à ce programme devrait non seulement conforter sa position spécifique parmi les musées allemands de l’Armée, mais aussi remplir une mission véritablement spécifique grâce à laquelle sa signification dépasserait les limites du Gau et du Land203. »

  • 204 Voir Martin à Roese, 17 avril 1942, dans les archives du Musée historique de Strasbourg, classeur : (...)
  • 205 Voir Chef der Heeresmuseen à Verteiler, Zuteilung der Friedensstärke, die auch im Krieg in Kraft is (...)
  • 206 Martin, Denkschrift zur Errichtung eines Heeresmuseums in Straßburg, 11 août 1942, p. 9, dans les a (...)

56Outre l’explication de la manière dont le musée de Strasbourg pourrait idéalement être conçu, ce document marque également le transfert officiel de compétence de l’Administration générale au haut-commandement de l’armée. Face à cette nouvelle situation, Martin n’était plus qu’indirectement concerné par le musée de l’Armée, en tant que conseiller scientifique. Lorsqu’il avait demandé de quelle autorité administrative dépendrait le musée, il avait également proposé sa collaboration si le musée devait être placé sous le contrôle de l’armée204, mais désormais tout le personnel serait fourni par la Wehrmacht205. Martin écrivait : « Le projet proposé ne peut être réalisé dans toute son ampleur que si le musée de l’Armée envisagé à Strasbourg est géré et construit par l’autorité militaire. Les autres missions que représentent les musées à Strasbourg sont trop étendues et trop contraignantes pour que les services de l’État ou ceux de la Ville puissent procéder généreusement à sa réalisation206. » Martin recommandait d’instaurer un comité de pilotage chargé du conseil scientifique. De plus, il profitait de l’occasion pour recommander son collègue Jan Lauts comme futur directeur du musée de l’Armée de Strasbourg.

  • 207 Pour la date d’incorporation de Lauts, voir Martin à Oberst Blankenhorn, 24 octobre 1941, dans GLA (...)
  • 208 Voir Martin à Lauts, 23 juillet 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 90 (dans cette lettre, Martin p (...)
  • 209 Voir Martin à Lauts, 27 juillet 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 90 et dans les archives du Musé (...)

57Lauts avait été mobilisé pendant l’été 1941 pour servir au front et depuis, il travaillait comme radio à l’École d’interprètes militaires de Meissen207. Il espérait depuis longtemps être de nouveau muté au service des musées, c’est pourquoi Martin réfléchissait depuis un certain temps au motif qu’il pourrait avancer pour le faire revenir avec un congé208. Comme Lauts avait longtemps été employé à la Zeughaus de Berlin et qu’il pouvait se prévaloir d’une expérience éprouvée de la conception d’expositions militaires, le transfert de compétence à la Wehrmacht pour le musée de l’Armée semblait une occasion idéale pour faire revenir son ami et collègue, maintenant soldat, en Alsace. Roese voulait amorcer le processus de mutation209.

  • 210 Pour l’introduction de l’incorporation obligatoire, voir Kettenacker, 1973, p. 216-231, ici en part (...)
  • 211 Wagner, cité d’après Kettenacker, 1973, p. 222.
  • 212 Voir Kettenacker, 1973, p. 222-223. L’auteur donne les chiffres suivants : 200 000 incorporés alsac (...)

58Le service militaire obligatoire fut introduit en Alsace le 24 août 1942210. Robert Wagner obligeait les Alsaciens à partir en guerre contre leurs compatriotes français. Lui-même interprétait cette loi comme une distinction décernée à la région – c’était un honneur « que le Führer autorise les jeunes gens d’Alsace à combattre dans la victorieuse Wehrmacht de la Grande Allemagne211 ». Mais le nombre élevé de déserteurs parmi les « Malgré-nous », comme s’étaient baptisés les Alsaciens incorporés de force, reflétait une tout autre image212. Dans ce contexte, la conception à Strasbourg d’un musée à la gloire de l’armée allemande prenait une dimension nouvelle. Cependant, le haut-commandement de l’armée ne se montrait pas impressionné, la conviction qu’un musée de l’Armée pourrait renforcer l’enthousiasme de la population vis-à-vis de la guerre restait intacte.

  • 213 Voir Wehrmachtskommandantur Straßburg à Chef der Heeresmuseen Berlin, 5 septembre 1942, dans les ar (...)
  • 214 Voir Lauts à Martin, 9 octobre 1942, dans les archives du Musée historique de Strasbourg, classeur  (...)

59À partir du 1er septembre 1942, les trois étages du magasin Bokanowski (rez-de-chaussée, 1er et 2e étages) étaient disponibles pour qu’y soit installé le musée de l’Armée, conformément aux ordres donnés213. Quatre semaines plus tard, Jan Lauts reçut l’ordre de se rendre à Strasbourg pour superviser l’installation214. Les 29 et 30 octobre 1942, le général Roese s’y rendit une seconde fois – avec un grand nombre d’idées nouvelles pour le musée que Lauts communiqua par lettre à Martin :

  • 215 Lauts à Martin, 1er novembre 1942, dans les archives du Musée historique de Strasbourg, classeur : (...)

« Monsieur Roese veut non seulement faire en bas des expositions temporaires, mais commencer également en haut l’installation du musée proprement dit. […] Les réserves ont été exilées dans les caves, Roese voudrait le plus vite possible avoir peu d’objets dans les réserves, de la même manière qu’en général […] il semble faire peu de cas des uniformes et de toutes les babioles militaires historiques. Il tient apparemment davantage à ce que soit présenté un aperçu attrayant de toute l’évolution depuis les temps les plus reculés jusqu’à aujourd’hui. La guerre actuelle doit elle aussi être représentée par des objets collectés sur tous les fronts, ce qui va nous être envoyé devra être exposé le plus largement possible. […] L’idée d’avoir tellement d’espace et aucun objet à y exposer m’inquiète et m’est désagréable215. »

  • 216 Documents relatifs aux acquisitions devant servir à doter les expositions du musée de l’Armée de St (...)
  • 217 Pour le projet d’organisation, voir Lauts à Martin, 1er novembre 1942 ; un rapport établi après 194 (...)
  • 218 Voir Schmidt, 1984, p. 211.
  • 219 Voir Martin à Chef der Heeresmuseen (Roese), 12 octobre 1942, dans les archives du Musée historique (...)

60Les soldats de la Wehrmacht détachés au musée de Strasbourg s’efforcèrent de se procurer des objets susceptibles d’être exposés pour réaliser les idées de Roese216. On fit venir des pièces du Musée historique de la Ville de Strasbourg, des prêts du haut-commandement et des militaria provenant de collections alsaciennes d’« ennemis du peuple et du Reich ». On put aussi parfois intégrer des objets du musée de l’Armée de Karlsruhe quand ils étaient en double217. Mais après l’attaque aérienne sur Karlsruhe en septembre 1942, la collection fut entièrement évacuée, les objets étant d’abord transportés au château Favorite près de Rastatt, puis en partie dans une villa privée de Badenweiler et dans un dépôt de Lenzkirch en Forêt-Noire218. On ne fit donc plus qu’exceptionnellement appel à cette collection219.

  • 220 Roese à Martin, 15 avril 1943, dans les archives du Musée historique de Strasbourg, classeur : Créa (...)
  • 221 Les dernières observations officielles de Martin relatives au musée de l’Armée de Strasbourg se tro (...)
  • 222 Voir Wagner au Chef der Heeresmuseen (Roese), 19 mai 1943, dans les archives du Musée historique de (...)
  • 223 Voir Wagner au Chef der Heeresmuseen (Roese), 24 mai 1943, dans les archives du Musée historique de (...)

61En avril 1943, Roese parvint à mettre à la disposition du musée de l’Armée la Ritterhaus qu’il avait repérée220. C’est Robert Wagner qui répondit à la lettre qu’il avait adressée à Martin221. Wagner donnait son accord pour cette proposition, mais il voulait attendre la fin de la guerre pour organiser le déménagement dans ce nouveau lieu222. Quelques jours plus tard, Hitler, considérant « l’installation du musée de l’Armée à Strasbourg comme une affaire très importante pour la guerre », ordonna son exécution immédiate, sur quoi Wagner revint sur sa décision antérieure223.

  • 224 Il est possible que des documents concernant ces événements soient conservés dans les dossiers – no (...)
  • 225 Voir Wehrmachtskommandantur Straßburg à Martin, 2 décembre 1942, dans les archives du Musée histori (...)
  • 226 Voir Martin à Lauts, 22 mai 1943, dans les archives du Musée historique de Strasbourg, classeur : C (...)
  • 227 Voir Martin au Chef der Heeresmuseen (Roese), 4 août 1943, dans les archives du Musée historique de (...)

62La suite de l’installation et le transfert des objets militaires du magasin Bokanowski à la Ritterhaus ne sont guère documentés224. En mai 1943, Martin informait Jan Lauts (qui avait de nouveau été détaché à Meissen en décembre 1942225) que le poste de directeur serait attribué au lieutenant-colonel Ritscher, Lauts étant lui-même trop jeune pour ce poste226. Une lettre plutôt personnelle de Martin félicitant le général Roese qui partait à la retraite indique que l’installation du musée avait pris une tournure concrète depuis août 1943227.

  • 228 Ritscher, cité d’après Anon., « Eröffnung des Heeresmuseums in Straßburg. Brücke von ruhmreicher Ve (...)
  • 229 Voir Ritscher à Annahmestelle IX für den Führernachwuchs des Heeres. Nachwuchsoffizier Frankfurt/M. (...)

63Hitler ayant donc déclaré le musée de l’Armée de Strasbourg stratégiquement important, il fut inauguré le 5 mai 1944 malgré la situation critique de la guerre. Dans les articles de presse qui rendent compte de la cérémonie, il apparaît que l’idée défendue par Martin de présenter l’architecture fortifiée de la région avait été sacrifiée au profit d’une ouverture au pas de charge de la Ritterhaus. Dans les circonstances du moment, une variante politiquement correcte avec une véritable exigence muséale était manifestement impossible. Dans son discours, le directeur, le lieutenant-colonel Ritscher, annonçait en guise de programme : « La tradition de plus de deux cents ans de [domination de] la France en Alsace se voit surmontée au musée de l’Armée de Strasbourg, elle est présentée de telle sorte qu’elle ne peut susciter aucun espoir quel qu’il soit, même intuitif, d’une réunification avec la France228. » Pour l’exposition qui devait illustrer ce principe, on avait réuni des objets très variés. Dans la salle dite des Chevaliers étaient présentées des armes de l’époque romaine et alémanique et de l’époque des Francs, la tombe d’un légionnaire romain et des armes de chasse et de luxe avec rouets et mèches. Une deuxième salle montrait à partir de divers exemples l’évolution des uniformes et des outils militaires – voitures de combat, grenades à main, armes à feu anciennes, obusiers, mortier… Une exposition itinérante venue du Reich complétait temporairement l’ensemble en montrant des bâtiments d’habitation, de défense et des instruments de combat russes229.

  • 230 Voir Oberkommando der Wehrmacht aux Heeresmuseen Berlin, Wien, München, Dresden, Prag, Straßburg un (...)
  • 231 Voir les sources relatives à l’évacuation des objets de l’exposition (baux, listes des réserves, ju (...)

64Trois mois après l’inauguration du musée, le 19 août 1944, le haut-commandement de la Wehrmacht ordonnait de mettre fin, pour cause de guerre, à toutes les expositions militaires en cours230. Les objets du musée de l’Armée de Strasbourg furent évacués à Rothenburg ob der Tauber où ils furent répartis dans des « quartiers de repli » : les archives de la Ville, le restaurant Zur Sonne et le château de Gebsattel231.

  • 232 Pour la liquidation du musée et le sort des objets après 1945, voir Schnitzler, 2007, p. 193-194. É (...)

65Après la guerre, ces objets, qui avaient probablement été réunis par la Wehrmacht sans l’accord des différents « prêteurs », furent rendus à leurs propriétaires avec l’aide du gouvernement militaire américain. L’armée allemande, qui entendait ériger un monument à sa propre gloire en fondant ce musée de l’Armée à Strasbourg, ne laissa en Alsace que le souvenir d’un pillage organisé et sans scrupule232.

Notes de fin

1 Wolfgang Schmidt, « Die Mobilisierung der Künste für den Krieg: Maler in Uniform », dans Kunst und Propaganda im Streit der Nationen 1930-1945, cat. exp. Deutsches Historisches Museum Berlin, 26 janvier – 29 avril 2007, Dresde, 2007, p. 286.

2 Voir Brenner, 1963, p. 273.

3 Hugo Fischer, chef adjoint de la Propagande pour le NSDAP et président de l’Institut für Deutsche Kultur- und Wirtschaftspropaganda, qui était responsable de l’organisation des expositions itinérantes, voir Zuschlag, 1995, p. 223.

4 Voir Ines Schlenker, « Die “Großen deutschen Kunstausstellungen” und ihre Auswirkungen auf den nationalsozialistischen Kunstbetrieb », dans Kunst und Propaganda im Streit der Nationen 1930-1945, cat. exp. Deutsches Historisches Museum Berlin, 26 janvier – 29 avril 2007, Dresde, 2007, p. 258.

5 Voir Schlenker, 2007, p. 258.

6 Pour l’introduction du service obligatoire en Alsace, voir Kettenacker, 1973, p. 216-231 ; Anon., « Wehrpflicht im Elsass eingeführt », dans StrNN, 26 août 1942, p. 1 ainsi que p. 185 du présent ouvrage.

7 Cité d’après Hans Barkhausen, Filmpropaganda für Deutschland im Ersten und Zweiten Weltkrieg, Hildesheim, Zurich et New York, 1982, p. 12.

8 Schmidt, 2007, p. 286

9 Pour l’importance de l’Institut für deutsche Kultur und Wirtschaftspropaganda au sein du système d’expositions nazi, voir Zuschlag, 1995, p. 222-230.

10 Voir Christoph Kivelitz, Die Propagandaausstellung in europäischen Diktaturen. Konfrontation und Vergleich: Nationalsozialismus in Deutschland, Faschismus in Italien und die UdSSR in der Stalinzeit, Bochum, 1999, p. 51-60.

11 Le musée de l’Hygiène devait consacrer ses expositions exclusivement à la thématique de la Volksgesundheitspflege, du « soin de la santé du peuple ». L’Institut für deutsche Kultur- und Wirtschaftspropaganda s’était vu confier des expositions régionales et des expositions itinérantes de diffamation, par exemple la campagne menée pour l’exposition sur l’« art dégénéré » en 1937, ou celle consacrée à l’exposition Der ewige Jude, le « Juif éternel », en 1938. Le Deutsches Propaganda-Atelier était chargé de concevoir des expositions d’éducation politique et la Reichsstelle zur Förderung des deutschen Schrifttums devait utiliser les expositions comme outil de promotion de l’écrit, voir Kivelitz, 1999, p. 51-60.

12 C’est du moins ce qui se passa pour l’exposition Entartete Kunst, organisée par l’Institut für Deutsche Kultur- und Wirtschaftspropaganda, et qui tourna dans les différents Gaue plusieurs années après la première étape de Munich, voir Zuschlag, 1995, p. 222.

13 Voir Anon., « Straßburg die oberrheinische Ausstellungsstadt. Die Vorbereitungen zur erste Grossausstellung vom 19. August bis 21. September in vollem Gange », dans StrNN, 28 juin 1941, p. 3.

14 Voir Anon., « Ausstellung “Deutsche Werkstoffe” eröffnet. Das Elsass wird den reichsdeutschen Werkstoffvorsprung aufholen », dans StrNN, 30 novembre 1940, p. 3.

15 Voir Anon., « Die Ausstellung “Das Deutsche Gold” eröffnet. “Der äußerste Osten kam zum äußersten Westen”, stellte Ministerpräsident Köhler fest », dans StrNN, 6 février 1941, p. 11 ; Anon., « Eine Bernstein-Schau in Straßburg », dans StrMH, mars 1941, p. 226.

16 Voir Karl Goehner, « An der Schiffmatt. Neue Bezeichnung für das Ausstellungsgelände », dans StrNN, 7 août 1941, p. 7.

17 Voir Anon., « Die Straßburger Wirtschaftsgrossschau. Was wir in der Straßburger Ausstellung sehen werden », dans StrNN, 29 juin 1941, p. 7 ; Anon., « Der Gauleiter im Ausstellungsgelände. Besichtigung der “Großbaustelle auf dem Wacken” », dans StrNN, 25 juillet 1941, p. 7 ; Anon., « Straßburg die oberrheinische Ausstellungsstadt. Die Vorbereitungen zur ersten Großausstellung vom 27. August bis 21. September in vollem Gange », dans StrNN, 28 juin 1941, p. 3.

18 Voir Anon., « Der Gauleiter im Ausstellungsgelände. Besichtigung der “Großbaustelle auf dem Wacken” », dans StrNN, 25 juillet 1941, p. 7 : « Le Gauleiter s’est montré très satisfait de la conception et de la réalisation de l’exposition. C’est avec une joie particulière qu’il a pris connaissance de l’intérêt de l’ensemble de l’économie allemande pour l’exposition. En effet, c’est cet intérêt qui se manifeste dans le fait que le dernier mètre carré de surface disponible pour l’exposition a depuis longtemps été attribué. »

19 Robert Wagner, Reichsstatthalter und Gauleiter, « Zwei Jahre deutsche Aufbauarbeit im Elsass. Eine Rede », dans StrMH, juillet 1942, p. 363 ; Anon., « Die kulturelle Wiederaufbauarbeit eines Jahres », dans StrNN, 22 juin 1942, p. 4.

20 Analyse des grandes lignes de l’exposition en matière de propagande, dans Kivelitz, 1999, p. 205-208 ; commentaires de l’étape strasbourgeoise dans la presse : Anon., « Die Schau deutscher Größe wächst. Zwischen Kisten, Leitern und fleißigen Leuten auf der Schiffmatt », dans StrNN, 14 juin 1942, p. 8 ; Anon., « Die Ausstellung “Deutsche Größe”. Starke Erlebniswirkung der Schau über die großen Gestalten und Ereignisse unserer völkischen Geschichte », dans StrNN, 21 juin 1942, p. 3 ; Anon., « Gutenbergschau – Buchschau – Schau der Wehrmacht: Blick über die drei bedeutenden Sonderabteilungen der Ausstellung auf der Schiffmatt », dans StrNN, 18 juin 1942, p. 5 ; Anon., « Straßburgs neue Schau im Urteil der anderen. Die Ausstellung von jetzt ab bis 20 Uhr geöffnet », dans StrNN, 24 juin 1942, p. 7 ; Anon., « Deutsche Größe im deutschen Geist », dans StrNN, 25 juin 1942, p. 3 ; Anon., « Straßburg sah das unverhüllte Antlitz der Heimatgeschichte. Rückblick auf die Ausstellung “Deutsche Größe – 2 000 Jahre Kampf am Rhein” », dans StrNN, 16 août 1942, p. 8 ; Anon., « “Deutsche Größe”: Die neue Straßburger Ausstellung », dans StrMH, juillet 1942, p. 405-406.

21 Voir Karlheinz Rüdiger, « Deutsche Größe. Ein Beispiel künstlerischer Ausstellungspraxis », dans Die Kunst im Deutschen Reich, 5e année, 2e série, Munich, 1941, p. 41.

22 Voir Bernadette Schnitzler, Isabelle Bardies et Jean-Pierre Legendre, « D’importantes expositions de propagande », dans L’archéologie en Alsace et en Moselle au temps de l’annexion 1940-1944, cat. exp. Musée archéologique de Strasbourg, 24 mars – 31 août 2001 et musée de la Cour d’Or de Metz, 6 octobre 2001 – 27 janvier 2002, Strasbourg, 2001, p. 107.

23 Analyse détaillée de la section spécifique de Strasbourg dans Bernadette Schnitzler, « L’histoire de l’Alsace au service de la propagande nazie : la “Geschichtserziehungsaktion” et l’exposition “2 000 Jahre Kampf am Oberrhein” », dans NS-Kulturpolitik und Gesellschaft am Oberrhein, éd. par Konrad Krimm (Oberrheinische Studien, vol. 27), Ostfildern, 2011.

24 110 000 billets d’entrée furent vendus, voir Schnitzler, Bardies et Legendre, 2001, p. 109 ; Anon., « Der 100.000ste Ausstellungsbesucher in Sicht. Gedanken um Geschichtsepochen, die nie wiederkehren », dans StrNN, 30 juillet 1942, p. 5.

25 Voir Anon., « Eröffnung der Wanderschau “Wunder des Lebens”. “Das größte Glück für den Menschen, sein größter Reichtum, ist seine Gesundheit…” », dans StrNN, 6 avril 1944, p. 5 ; Anon., « “Das größte Wunder des Lebens – der Mensch selbst.” Das Deutsche Hygiene-Museum in Dresden – Zur gegenwärtigen Ausstellung auf der Schiffmatt », dans StrNN, 12 avril 1944, p. 5.

26 Analyse des grandes lignes de l’exposition en matière de propagande dans Kivelitz, 1999, p. 97-102.

27 Voir Anon., « Die kulturellen Leistungen », dans StrNN, 25 juin 1944, p. 2.

28 Voir Anon., « Mittelpunkt des Straßburger Kunstlebens. Gründung der Kameradschaft der Künstler und Kunstfreunde », dans StrNN, 26 février 1941, p. 5.

29 Deuxième point des statuts de l’Amicale des artistes et amis des arts du Rhin supérieur, cité d’après Anon., « Mittelpunkt des Straßburger Kunstlebens. Gründung der Kameradschaft der Künstler und Kunstfreunde », dans StrNN, 26 février 1941, p. 5.

30 Pour l’histoire des Kunstvereine de Strasbourg aux xixe et xxe siècles, voir Baensch, 2007, p. 373-387 ; pour leur histoire du point de vue national-socialiste, voir Anon., « Künstler und Kunstvereine im alten Straßburg. Kampf und Hoffnungen », dans StrNN, 12 décembre 1940, p. 6.

31 Hans Bisanz, « Kitsch besonderer Art. Missglückte Idealisierungen in der NS-Kunst und im sozialistischen Realismus », dans Kunst und Diktatur. Architektur, Bildhauerei und Malerei in Österreich, Deutschland, Italien und der Sowjetunion 1922-1956, cat. exp. Künstlerhaus Wien, 28 mars – 15 août 1994, Baden, 1994, p. 84.

32 Sodi, « Künstler müssen Kameraden sein! Rückschau auf ein Jahr erfolgreiche Kulturarbeit », dans StrNN, 25 février 1942, p. 4.

33 Pour la maison de la Brandgasse, voir Anon., « Eröffnung des Straßburger Kunsthauses. Ausstellung der Kameradschaft der Künstler am Oberrhein », dans StrNN, 8 juin 1941, p. 11 ; pour la maison de la Kameradschaft dans la Lessingstrasse, voir Adriaan van den Broecke, « Guter Auftakt zu den Kulturveranstaltungen Straßburgs. Das Kameradschaftshaus in der Lessingstrasse ein Mittelpunkt künstlerischen Lebens – Verheißungsvolles Programm für den Winter », dans StrNN, 17 octobre 1941, p. 4.

34 Voir Anon., « Neues Heim der Künstler und Kunstfreunde. Gemälde elsässischer Maler schmücken die Gästezimmer », dans StrNN, 16 avril 1942. p. 4.

35 Pour les différents postes et les personnes qui les occupaient, voir notamment Anon., « Neues Heim der Künstler und Kunstfreunde. Gemälde elsässischer Maler schmücken die Gästezimmer », dans StrNN, 16 avril 1942, p. 4 ; Adriaan van den Broecke, « Guter Auftakt zu den Kulturveranstaltungen Straßburgs. Das Kameradschaftshaus in der Lessingstrasse ein Mittelpunkt künstlerischen Lebens – Verheißungsvolles Programm für den Winter », dans StrNN, 17 octobre 1941, p. 4.

36 Voir Wilfried Rössling, « Kunst in Karlsruhe 1933-1945 », dans Kunst in Karlsruhe 1900-1950, cat. exp. Staatliche Kunsthalle Karlsruhe im Badischen Kunstverein, 24 mai – 19 juillet 1981, Karlsruhe, 1981, p. 130-131.

37 Voir ibid. ; pour la Kunsthalle de Baden-Baden et les expositions dites Ständige Kunstausstellungen, « expositions artistiques permanentes », qui s’y tenaient, voir Kunsthalle Baden-Baden. Ausstellungen, Inszenierungen, Installationen 1909-1986, éd. par Staatliche Kunsthalle Baden-Baden, Baden-Baden, 1986 (vue d’ensemble des expositions, p. 122-138).

38 Voir Adriaan van den Broecke, « Oberrheinische Kunst im alten Schloss. Die repräsentative Schau der Kameradschaft der Künstler und Kunstfreunde am Oberrhein », dans StrNN, 23 avril 1942, p. 4.

39 Voir Oberrheinische Kunstausstellung Baden-Baden (1) 1938, avril-juillet, Karlsruhe, 1938 ; Oberrheinische Kunstausstellung Baden-Baden (2) 1939, avril-juillet, Karlsruhe, 1939.

40 Voir Oberrheinische Kunstausstellung Baden-Baden (2), 1939.

41 Voir Adriaan van den Broecke, « Oberrheinische Kunstausstellung 1942 eröffnet. In Anwesenheit von Gauleiter Robert Wagner », dans StrNN, 22 avril 1942, p. 5.

42 Anon., « Elsässer Künstler in Baden-Baden. Oberrheinische Kunstausstellung in Anwesenheit des Gauleiters eröffnet », dans StrNN, 6 avril 1941, p. 4.

43 Kurt Bürkle, cité d’après Anon., « Elsässer Künstler in Baden-Baden. Oberrheinische Kunstausstellung in Anwesenheit des Gauleiters eröffnet », dans StrNN, 6 avril 1941, p. 4.

44 Heiner Stähle, « Oberrheinische Kunstausstellung 1941. Der Auftrag », dans Oberrheinische Kunstausstellung Baden-Baden (3) 1941, avril-juillet, Karlsruhe 1941, p. 9.

45 Ibid., p. 10.

46 Anon., « Elsässer Künstler in Baden-Baden. Oberrheinische Kunstausstellung in Anwesenheit des Gauleiters eröffnet », dans StrNN, 6 avril 1941, p. 4.

47 Voir Anon., « Kulturelle Einheit zwischen Schwarzwald und Vogesen. Oberrheinische Kunstausstellung in Baden-Baden », dans StrNN, 6 avril 1941, p. 17-18.

48 Adriaan van den Broecke, « Kunst im Bann des Zeitgeschehens. 3. Oberrheinische Kunstausstellung in Baden-Baden », dans StrNN, 8 avril 1941, p. 8.

49 Adriaan van den Broecke, « Oberrheinische Kunstausstellung 1942 eröffnet. In Anwesenheit von Gauleiter und Reichsstatthalter Robert Wagner », dans StrNN, 22 avril 1942, p. 5.

50 Voir Adriaan van den Broecke, « Oberrheinische Kunst im alten Schloss. Die repräsentative Schau der Kameradschaft der Künstler und Kunstfreunde am Oberrhein », dans StrNN, 23 avril 1942, p. 4.

51 Voir Adriaan van den Broecke, « Die Landschaft des Oberrheins im Bild. Ölmalerei auf der “Oberrheinischen Kunstausstellung” im alten Schloss », dans StrNN, 14 mai 1942, p. 4.

52 Heiner Stähle, « Oberrheinische Kunstausstellung 1943 », dans Oberrheinische Kunstausstellung Straßburg. Malerei und Plastik der Gegenwart. Straßburg, Baden-Baden, Karlsbad, Düsseldorf (Straßburg Altes Schloss, März bis Mai 1943), éd. par Kameradschaft der Künstler und Kunstfreunde am Oberrhein, Strasbourg, 1943, p. 5.

53 Anon., « Elsässer Künstler in Baden-Baden. Oberrheinische Kunstausstellung in Anwesenheit des Gauleiters eröffnet », dans StrNN, 6 avril 1941, p. 4 ; voir également Stähle, 1943, p. 5 : « Tandis que chez nos adversaires, les muses se taisent, en Allemagne la parole du Führer n’en est que plus à l’honneur : “L’art pour le peuple !” Jamais le besoin de valeurs culturelles pour le raffermissement de l’âme n’a été plus grand qu’en ce temps de guerre. Jamais nous n’avons été plus près qu’aujourd’hui du moment du renouveau culturel de notre peuple tout entier. »

54 Walter Spies, « Die oberrheinische Kunstausstellung 1943 eröffnet. Malerei und Plastik der Gegenwart », dans StrNN, 28 mars 1943, p. 5.

55 Pour l’impact des œuvres des peintres de guerre sous le IIIe Reich, voir Schmidt, 2007, p. 292-295.

56 Stähle, 1943, p. 6.

57 Hanns Reich, « Das Antlitz unserer Zeit im Kunstwerk. Zur Eröffnung der oberrheinischen Kunstausstellung 1944 in Straßburg », dans StrNN, 1er avril 1944, p. 3.

58 Voir Robert Ernst, « Gruß an den Besucher », dans Oberrheinische Kunstausstellung, cat. exp. Strasbourg, Altes Schloss, avril-juin 1944, éd. par Kameradschaft der Künstler und Kunstfreunde am Oberrhein, Strasbourg, 1944, p. 5 : « Les travaux les plus mûrs et les meilleurs des artistes du Rhin supérieur par les liens les plus profonds qui les attachent à l’expérience du combat. »

59 Ibid., p. 6.

60 Wilhelm Fritsch, « Zur oberrheinischen Kunstausstellung 1942 », dans Oberrheinische Kunstausstellung, cat. exp. Strasbourg, Altes Schloss, avril-juin 1944, éd. par Kameradschaft der Künstler und Kunstfreunde am Oberrhein, Strasbourg, 1944, p. 14.

61 Hanns Reich, « Das Antlitz unserer Zeit im Kunstwerk. Zur Eröffnung der oberrheinischen Kunstausstellung 1944 in Straßburg », dans StrNN, 1er avril 1944, p. 3.

62 Pour la situation du palais Rohan jusqu’à l’été 1941, voir Paul Martin à Hausmann, Abteilung IV, 26 août 1941, dans AMS 519 W 59.

63 Sous l’occupation nazie, le palais Rohan était officiellement appelé par l’occupant Schloss an der Ill [château de l’Ill]. Voir « Les musées municipaux », 1948, p. 320.

64 Les Journées culturelles étaient organisées à l’initiative de Robert Wagner et devaient intégrer l’Alsace aux Kulturwochen [semaines culturelles] qui avaient lieu tous les ans à la même époque dans le Gau de Bade. Voir Anon., « Oberrheinische Kulturtage. Großer kultureller Auftakt in Straßburg im November », dans StrNN, 16 octobre 1940, p. 3 ; voir également p. 31.

65 Voir Haug à Rouenhoff, 1er novembre 1940, dans AMS 519 W 59 : « Le 12 octobre, le Dr Martin […] est venu au musée et a dit à mon assistant Paul Martin qu’une exposition d’écrits nationaux-socialistes […] était prévue et qu’il avait proposé pour l’accueillir la salle Synode du château Rohan. Le Dr Martin avait déjà auparavant exprimé le souhait que soit organisée au plus vite une manifestation quelconque au château afin de conserver à ce dernier son caractère de musée et ainsi le préserver de toute tentative de prise de possession par des services extérieurs (la plus dangereuse étant les prétentions manifestées depuis environ six semaines par la radiodiffusion allemande). »

66 Voir Deutsche Dichter als Maler und Zeichner, ét. par Kurt Martin, cat. exp. Heidelberger Kunstverein, 28 juin – 31 août 1931, Heidelberg, 1931.

67 Voir Martin à Rouenhoff, 13 décembre 1940, dans AMS 7 MW 257.

68 Voir Rouenhoff à Martin, 18 décembre 1940, dans AMS 7 MW 257.

69 Rouenhoff à Martin, 18 décembre 1940, dans AMS 7 MW 257.

70 Voir Rouenhoff à Abteilung IV, 29 janvier 1941, dans AMS 7 MW 257.

71 Voir note de Rouenhoff, 7 février 1941, dans AMS 7 MW 257.

72 Voir Anon., « Fachbuchausstellung im Rohan-Schloss », dans StrNN, 5 avril 1941, p. 8 ; Anon., « Fachbuchausstellung in Straßburg », dans StrMH, mai 1941, p. 341.

73 Künstler im feldgrauen Rock [Les artistes en uniforme vert-de-gris], organisateur : Oberkommando des Heeres, Wehrkreis V [haut-commandement de l’armée, Ve circonscription militaire], 12-23 avril 1941 ; Kunst der Front [Art du front] 3-18 mai 1941, organisateur : deutsche Luftwaffe.

74 Paul Martin à Hausmann, 26 août 1941, dans AMS 519 W 59.

75 Gutmann à Ernst, 16 décembre 1941, dans AMS 7 MW 257.

76 Voir Hausmann à Gutmann, 7 janvier 1941 [faute de frappe – le contexte montre que la lettre a été rédigée le 7 janvier 1942], dans AMS 7 MW 257.

77 Voir Gutmann à Hausmann, 13 janvier 1942, dans AMS 7 MW 257 ; Hausmann, Vormerkung (Protokoll zum Ortstermin am 6. Februar 1942), 6 février 1942, dans AMS 519 W 59.

78 Stähle à Hausmann, 19 février 1942, dans AMS 519 W 59.

79 Voir Hausmann, Vormerkung (Protokoll zum Ortstermin am 6. Februar 1942), 6 février 1942, dans AMS 7 MW 257 : « Les salles du premier étage du château de l’Ill ont été visitées de nouveau aujourd’hui. […] On s’est entendu sur le fait que les salles sont propres à accueillir une exposition d’art […]. Il est nécessaire de rafraîchir certaines salles et en premier lieu l’escalier et la salle donnant sur ce dernier. Il faudrait en outre réparer de petits dégâts des eaux. »

80 Voir Hausmann à Stadtamt 600 (Genehmigung der Betrages von 4000 RM für die Ausführung von Instandsetzungsarbeiten am Schloss an der Ill), 25 février 1942, dans AMS 7 MW 257.

81 Voir Stadtbaurat Beblo à Hausmann, 6 mars 1942, dans AMS 7 MW 257.

82 Voir Hausmann, Aktennotiz für Herrn Dr. Ernst, 17 mars 1942, dans AMS 7 MW 257.

83 Voir correspondance interne du Stadtamt, « An 000 », 27 mars 1942, dans AMS 7 MW 257.

84 Rudolf Schneider, « Kunstausstellungen in Straßburg », dans Oberrheinische Kunstausstellung Straßburg. Malerei und Plastik der Gegenwart. Straßburg, Baden-Baden, Karlsbad, Düsseldorf (Straßburg altes Schloss, März bis Mai 1943), éd. par Kameradschaft der Künstler und Kunstfreunde am Oberrhein, Strasbourg, 1943, p. 9.

85 Voir Verordnung 555 Z 5062 : An das Stadtamt für Ausstellungen. Durchführung von Ausstellungen, 28 novembre 1941, dans AMS 519 W 59.

86 Voir Hausmann, Beteiligung der Stadt an der Durchführung von Ausstellungen der Kameradschaft der Künstler, 9 mars 1942, dans AMS 7 MW 257 : « Pour finir, on nota encore que les acquisitions d’œuvres d’art contemporain, conformément aux objectifs des institutions, doivent être effectuées par les services culturels de la Ville et non pas par la direction du musée qui s’occupe d’abord de l’acquisition d’œuvres d’autrefois. »

87 Pour les conditions particulières dans le cadre des acquisitions, voir chap. V. 2b, p. 107 sqq. du présent ouvrage..

88 Voir Hausmann à Oberstadtkommissar Robert Ernst, 25 février 1942 ; Hausmann à C.d.Z., 28 février 1942 ; Oberbaurat Dopff à Hausmann, 11 mai 1942 ; Martin à Hausmann, 23 avril 1942 ; Hausmann à Stadtamt 650, 29 mai 1942 ; tous les documents dans AMS 7 MW 257.

89 Voir Hausmann à Ausstellungsleitung « Kunst der Front », 1er juin 1943, dans AMS 7 MW 257 ; Anon., « Ausstellung‚ Kunst an der Front 1942. Eröffnung am 5. September im Stadtgarten », dans StrNN, 29 août 1942, p. 6 ; Anon., « Kunst der Front 1942. Eine Ausstellung von Soldaten der Luftwaffe in Straßburg », dans StrNN, 6 septembre 1942, p. 5.

90 Voir Haug, 1948, p. 322 ; Haug à Rouenhoff, 1er novembre 1940, dans AMS 519 W 59.

91 Voir Haug, 1948, p. 322 ; Anon., « Fachbuchausstellung im Rohan-Schloss », dans StrNN, 5 avril 1941, p. 8.

92 Pour les contenus, voir Adriaan van den Broecke, « Künstler im feldgrauen Rock. Die Ausstellung des Wehrkreises V im Rohan-Schloss in Straßburg », dans StrNN, 13 avril 1941, p. 19 ; C.H., « Künstler im feldgrauen Rock. Die Ausstellung des Heeres durch General Osswald eröffnet », dans StrNN, 15 avril 1941, p. 7 ; Adriaan van den Broecke, « Soldaten zeichneten das Kriegserlebnis. Die Ausstellung “Künstler im feldgrauen Rock” in Straßburg », dans StrNN, 16 avril 1941, p. 7. Pour les dates de l’exposition, voir Anon., « “Künstler im feldgrauen Rock” verlängert », dans StrNN, 20 avril 1941, p. 11.

93 Voir Adriaan van den Broecke, « “Kunst der Front”. Die Ausstellung der Luftwaffe vom 3. bis 18. Mai in Straßburg », dans StrNN, 29 avril 1941, p. 7 ; id., « Kunst der Front. Ausstellung des Luftgaus VII im Rohanschloss eröffnet », dans StrNN, 4 mai 1941, p. 15. Pour les dates de l’exposition, voir aussi Major (Luftgaukommando VII) à C.d.Z., 20 février 1942, dans AMS 519 W 59.

94 Voir Adriaan van den Broecke, « Oberrheinische Kunstausstellung 1942 eröffnet. In Anwesenheit von Gauleiter und Reichsstatthalter Robert Wagner », dans StrNN, 22 avril 1942, p. 5 ; Anon., « Gegenwartskunst am Oberrhein. Bilder der oberrheinischen Kunstausstellung 1942 im alten Schloss zu Straßburg », dans StrNN, 23 avril 1942, p. 3 ; Adriaan van den Broecke, « Oberrheinische Kunst im alten Schloss. Die repräsentative Schau der Kameradschaft der Künstler und Kunstfreunde am Oberrhein », dans StrNN, 23 avril 1942, p. 4 ; Adriaan van den Broecke, « Die Landschaft des Oberrheins im Bild. Ölmalerei auf der “Oberrheinischen Kunstausstellung” im alten Schloss », dans StrNN, 14 mai 1942, p. 4 ; Adriaan van den Broecke, « Plastik auf der oberrheinischen Kunstausstellung. Drei Schweizer Maler im Straßburger Kunsthaus », dans StrNN, 20 mai 1942, p. 4. Pour la date de fermeture, voir Gutmann à Hausmann, 9 mai 1942, dans AMS 7 MW 257.

95 Pour la durée de l’exposition, voir le décompte des heures supplémentaires du concierge Emil Eidelberger, qui tenait la caisse, Mitteilung an das Stadtamt, 13 juillet 1942, dans AMS 519 W 59.

96 Voir Adriaan van den Broecke, « Wilhelm Busch als Maler. Eröffnung der Wilhelm-Busch-Ausstellung in Straßburg », dans StrNN, 7 juin 1942, p. 5 ; Ernst Stilz, « Wilhelm Buschs malerisches Lebenswerk. Die Busch-Ausstellung im alten Schloss », dans StrNN, 14 juin 1942, p. 3 ; Anon., « Wilhelm Busch Ausstellung in Straßburg », dans StrMH, juillet 1942, p. 406-407.

97 Pour la durée de l’exposition, voir Anon., « Kunst als Gradmesser deutscher Kraft. Eröffnung der Ausstellung “Künstler im feldgrauen Rock” », dans StrNN, 26 juillet 1942, p. 8 ; Anon., « Ausstellungen schließen ihre Pforten. Schlussakkord auf der Schiffmatt – Über 34 000 Besucher im alten Schloss », dans StrNN, 15 août 1942, p. 6.

98 Voir Anon., « Künstler im feldgrauen Rock. Ausstellung im alten Schloss », dans StrNN, 26 juillet 1942, p. 5-6 ; Adriaan van den Broecke, « Künstler im feldgrauen Rock. Öl und Plastik », dans StrNN, 9 août 1942, p. 5.

99 Pour la durée de l’exposition, voir le décompte des heures supplémentaires du concierge Emil Eidelberger, qui tenait la caisse, Mitteilung an das Stadtamt, 12 octobre 1942, dans AMS 519 W 59.

100 Voir Anon., « Kulturaustausch zwischen Oberrhein und Steiermark. Große steiermärkische Kunstausstellung in Straßburg », dans StrNN, 2 septembre 1942, p. 5 ; Anon., « Steierische Kunst in Straßburg. Ausstellung im alten Schloss », dans StrNN, 5 septembre 1942, p. 3 ; Anon., « Kunst der Steiermark in Straßburg. Eine bemerkenswerte Kunstschau im alten Schloss eröffnet », dans StrNN, 5 septembre 1942, p. 6.

101 Pour la durée de l’exposition, voir le décompte des heures supplémentaires du concierge Emil Eidelberger, qui tenait la caisse, Mitteilung an das Stadtamt, 4 novembre 1942, dans AMS 519 W 59.

102 Voir Anon., « Es geht um Straßburgs Stadt als “Wunderschöne”. Eine bedeutsame Tagung der Städtebauer – Zukunftspläne mit realen Unterlagen », dans StrNN, 20 octobre 1942, p. 6 ; Anon., « “Der Straßburger soll straßburgisch bauen…” Ein Blick in eine lehrreiche Ausstellung », dans StrNN, 11 octobre 1942, p. 5.

103 Pour la durée de l’exposition, voir le décompte des heures supplémentaires du concierge Emil Eidelberger, qui tenait la caisse, Mitteilung an das Stadtamt, 6 janvier 1943, dans AMS 519 W 59.

104 Voir les photographies de l’exposition Berliner Künstler, dans StrNN, 6 décembre 1942, pas d’article.

105 Voir le décompte des heures supplémentaires du concierge Emil Eidelberger, qui tenait la caisse, Mitteilung an das Stadtamt, 2 février 1943, dans AMS 519 W 59.

106 Décompte des heures supplémentaires du concierge Emil Eidelberger, qui tenait la caisse, Mitteilung an das Stadtamt, 15 mars 1943, dans AMS 519 W 59.

107 Voir Anon., « Zwei oberrheinische Maler : Arthur Grimm – L. Philipp Kamm. Eröffnung einer bemerkenswerten Ausstellung der beiden Künstler im alten Schloss in Straßburg », dans StrNN, 8 février 1943, p. 4 ; Anon., « L. Philipp Kamm und Arthur Grimm. Die Februarausstellung im alten Schloss », dans StrNN, 12 février 1943, p. 5.

108 Pour la durée de l’exposition, voir le décompte des heures supplémentaires du concierge Emil Eidelberger, qui tenait la caisse, Mitteilung an das Stadtamt, 18 mai 1943, dans AMS 519 W 59.

109 Walter Spies, « Die oberrheinische Kunstausstellung 1943 eröffnet. Malerei und Plastik der Gegenwart », dans StrNN, 28 mars 1943, p. 5 ; id., « Oberrheinische Kunst der Gegenwart. Die 3. Kriegsausstellung im alten Schloss zu Straßburg », dans StrNN, 1er avril 1943, p. 5 ; id., « Kunst und Handwerk. Die Keramik in der oberrheinischen Kunstausstellung », dans StrNN, 4 avril 1943, p. 5 ; Anon., « Kunst unter Waffen. Zu Arbeiten von Soldaten in der oberrheinischen Kunstausstellung 1943 », dans StrNN, 1er mai 1943, p. 8.

110 Pour la durée de l’exposition, voir le décompte des heures supplémentaires du concierge Emil Eidelberger, qui tenait la caisse, Mitteilung an das Stadtamt, 28 juin 1943, dans AMS 519 W 59.

111 Voir Anon., « Malerei und Plastik vom Niederrhein. Ausstellung Düsseldorfer Künstler im alten Schloss », dans StrNN, 5 juin 1943, p. 5.

112 Pour la durée de l’exposition, voir le décompte des heures supplémentaires du concierge Emil Eidelberger, qui tenait la caisse, Mitteilung an das Stadtamt, 10 août 1943, dans AMS 519 W 59.

113 Hans Mensler, « Ausstellung niedersächsischer Künstler in Straßburg. Vom 17. Juli bis 8. August im alten Schloss », dans StrNN, 19 juillet 1943, p. 3.

114 Pour la durée de l’exposition, voir le décompte des heures supplémentaires du concierge Emil Eidelberger, qui tenait la caisse, Mitteilung an das Stadtamt, 22 mars 1944, dans AMS 519 W 59.

115 Voir Anon., « Deutsche Kunst im Osten und Südosten. Die große Ausstellung der deutschen Akademie im Straßburger Schloss eröffnet », dans StrNN, 7 février 1944, p. 4 ; Anon., « Wie die Elsässer Schwaben und Sachsen wurden. Was die Ausstellung “Deutsche Kunst im Osten und Südosten” erzählt », dans StrNN, 27 février 1944, p. 3.

116 Voir Mitteilung des Stadtobersekretärs Foge an das Stadtamt 200 über die Anstellung einer Nachtwache von vier Mann für das Museum im Rahmen der Ausstellung “Ewige Infanterie”, 22 février 1944, dans AMS 519 W 59.

117 Anon., « “Ewige Infanterie” in Straßburg. Vor der Eröffnung einer sehenswerten Schau im “alten Schloss” », dans StrNN, 17 février 1944, p. 5.

118 Pour la durée de l’exposition, voir le décompte des heures supplémentaires du concierge Emil Eidelberger, qui tenait la caisse, Mitteilung an das Stadtamt, 8 mai 1944, dans AMS 519 W 59. Inauguration de l’exposition le 1er avril 1944, voir Anon., « Oberrheinische Kunstausstellung 1944 eröffnet. Eine eindrucksvolle Schau deutschen Kunstschaffens am Oberrhein », dans StrNN, 2 avril 1944, p. 4.

119 Hanns Reich, « Das Antlitz unserer Zeit im Kunstwerk. Zur Eröffnung der oberrheinischen Kunstausstellung 1944 in Straßburg », dans StrNN, 1er avril 1944, p. 3 ; Anon., « Oberrheinische Kunstausstellung 1944 eröffnet. Eine eindrucksvolle Schau deutschen Kunstschaffens am Oberrhein », dans StrNN, 2 avril 1944, p. 4 ; Ingeborg Spies-Hakert, « Oberrheinische Kunstausstellung 1944 in Straßburg. Die Arbeiten in Öl und Tempera », dans StrNN, 5 avril 1944, p. 3 ; Anon., « Oberrheinische Kunstausstellung 1944. Graphik und Aquarell », dans StrNN, 12 avril 1944, p. 3 ; Anon., « Oberrheinische Kunstausstellung 1944. Plastik », dans StrNN, 13 avril 1944, p. 3.

120 Pour la « réunion » de Mulhouse à la France [en 1798, N.d.T.], voir Susanne Tschirner, Elsass. Fachwerkdörfer und historische Städte, Burgen und Kirchen im Weinland zwischen Rhein und Vogesen, Cologne, 2003, p. 131-135.

121 Voir Darstellung der städtischen Museen Mühlausen, pièce jointe à Martin à « Herr Kollege », 25 novembre 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 356.

122 Voir Martine Stahl-Weber, « Les musées de Mulhouse. Le musée des Beaux-Arts », dans Musées en Alsace, Strasbourg, 1977, p. 309.

123 Voir Martine Stahl-Weber, « Les musées de Mulhouse. Le Musée historique », dans Musées en Alsace, Strasbourg, 1977, p. 259. Indication de l’année dans Monique Fuchs, « Peintures et estampes des Beaux-Arts de Mulhouse – 1987 », dans Bulletin de la Société industrielle de Mulhouse, no 4/1987, p. 123-124.

124 Voir Stahl-Weber, 1977 (Le musée des Beaux-Arts), p. 309. Comme le montre l’inventaire du musée, la plupart des entrées dans la collection proviennent, jusqu’à nos jours, de dons, de donations et d’achats de la Société industrielle. Voir Monique Fuchs, « Peintures et estampes des Beaux-Arts de Mulhouse – 1987. Inventaire des collections », dans Bulletin de la Société industrielle de Mulhouse, no 4/1987, p. 123-186.

125 Voir Hanns Reich, « Straßburger Museen werden neu aufgebaut. Elsässische Kunstsammlungen im Krieg – Bilder haben ihre Schicksale – Zerstörtes Kunstgut », dans StrNN, 7 septembre 1940, p. 5.

126 Martin à Oberst Blankenhorn, 24 octobre 1940, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 90 : « Sur le plan pratique, il n’y a vraiment guère autre chose à faire que de s’inquiéter de la conservation des objets mis à l’abri, et cette inquiétude est vraiment grande […]. Il n’y a qu’à Mulhouse qu’il y ait de l’espoir, car il n’y a pas ici de grosses réparations proprement dites, seulement des dégâts de guerre qui doivent être réparés, et sur le plan de l’administration, c’est une immense différence. »

127 Voir Martin à « Herr Kollege », 25 novembre 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 356.

128 Voir Anon., « Mülhausen, die Stadt der Arbeit und der Kunst. Feierliche Weihe der Kunsthalle und Eröffnung der großen Kunstausstellung/Kulturpreis für oberelsässisches Kunstschaffen », dans Mülhauser Tagblatt, 15 décembre 1941, p. 3.

129 Darstellung der städtischen Museen Mühlausen, pièce jointe à Martin à « Herr Kollege », 25 novembre 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 356.

130 Dans sa correspondance, Martin déplore à plusieurs reprises l’impossibilité d’acquérir des œuvres de peintres du xixe siècle. Voir Martin à Geissler-Thoma, 27 février 1942 : « À Strasbourg, la question de l’art allemand du xixe siècle est encore ouverte. Il est prévu de construire une Kunsthalle qui doit abriter de telles collections et devrait se faire connaître en organisant des expositions et des conférences. Mais il n’est plus du tout possible aujourd’hui de construire une collection du meilleur art allemand du xixe siècle, et nous espérons pouvoir après la guerre exposer ce vœu au Führer afin qu’avec son aide nous puissions trouver la bonne solution. Pour Strasbourg justement, ce serait particulièrement important que les collections ne soient pas seulement locales, mais puissent mettre en valeur le meilleur de l’art allemand en général » ; Martin à von Lorck, 8 avril 1943 : « On doit construire à Strasbourg une bonne collection d’art allemand du xixe siècle, pour laquelle il n’y a pratiquement rien dans les fonds actuels. Mais pour Strasbourg justement, il est quasiment crucial que l’art allemand soit représenté avec force et dans ce qu’il a d’essentiel, puisque s’y rencontrent l’essence de la France et l’essence de l’Allemagne et que donc, à la forte influence de Paris, doit pouvoir répondre une représentation équivalente du côté allemand. » Les deux documents dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 90.

131 Voir Darstellung der städtischen Museen Mühlausen, pièce jointe à Martin à « Herr Kollege », 25 novembre 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 356.

132 Voir ibid.

133 Voir Kurt Martin, « Museen am Oberrhein », dans Der Führer, 17 novembre 1940 (édition spéciale Oberrheinische Kulturtage in Straßburg).

134 Voir Monique Fuchs, « Approche d’une collection », dans Bulletin de la Société industrielle de Mulhouse, no 4/1987, p. 115-122 ; Isabelle de Lannoy, « La collection des tableaux de Henner du musée des Beaux-Arts de Mulhouse », dans Bulletin de la Société industrielle de Mulhouse, no 2/1987, p. 35-44 ; Caroline Mercet-Lesage, « Frederic-Theodore Lix (1830-1897). Un peintre illustrateur de son temps », dans Bulletin de la Société industrielle de Mulhouse, no 2/1987, p. 45-49.

135 Voir Martin à C.d.Z., 25 janvier 1943, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Savery. Paradies der Tiere) : « La Kunsthalle de Mulhouse est dans une situation particulièrement fâcheuse : elle conserve en effet surtout des œuvres françaises de mauvaise qualité qui ne peuvent plus être exposées et qui, même aujourd’hui, se vendraient mal. L’objectif pour Mulhouse doit être de construire dans la mesure du possible une galerie allemande, et cela me semble faisable si nous nous limitons à l’art du xixe siècle et d’aujourd’hui dans le Rhin supérieur. Cela permettrait de créer un contexte cohérent lié au paysage qui proposerait donc au visiteur quelque chose qui ferait sens. Même pour cet objectif limité, il nous faut de gros moyens. Pour les obtenir, il a été décidé de céder petit à petit le fonds d’œuvres françaises et d’œuvres anciennes pour acquérir à la place des artistes du Rhin supérieur du xixe siècle et d’aujourd’hui. Dans un premier temps, les œuvres cédées devraient être proposées aux autres musées du Rhin supérieur pour qu’aucune œuvre ne quitte ce territoire si elle est susceptible d’y être utilisée, même en un autre lieu. »

136 1) Jacob Ruysdael, Große Landschaft [grand paysage] ; 2) Albert Cuyp, Reiterszene [scène de cavaliers] ; 3) Georg Flegel, Stillleben [nature morte] ; 4) Jos de Momper, Landschaft [paysage] ; 5) Salvatore Rosa, Landschaft mit mythologischer Szene [paysage avec scène mythologique] ; 6) Jan v. Kessel, Stillleben [nature morte]. Voir pièce jointe de Martin à C.d.Z., 25 janvier 1943, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Savery. Paradies der Tiere).

137 C’est le peintre Lutz Binäpfel qui prit provisoirement la direction de la maison. Voir Anon., « Mülhausen, die Stadt der Arbeit und der Kunst. Feierliche Weihe der Kunsthalle und Eröffnung der großen Kunstausstellung/Kulturpreis für oberelsässisches Kunstschaffen », dans Mülhauser Tagblatt, 15 décembre 1941, p. 3. Comme le montrent la correspondance de Martin et divers avant-propos de catalogues, la direction fut plus tard confiée à Albert Schröder. Voir Martin à Schröder, 18 décembre 1942 et Martin à Schröder, 4 mars 1943, les deux documents dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Frau v. Clossmann, Freiburg) ; Albert Schröder, Vorwort, dans Ausstellung Künstlergilde Sundgau 1943, organisée par la Gemeinschaft zur Förderung der Deutschen Kunst in Mülhausen und Umgebung e.V., Mulhouse, 1943, s.p.

138 Voir Anon., « Wandmalerei und Tafelbild. Hervorragende Künstler werden in der Kunsthalle Mülhausen ausstellen », dans Mülhauser Tagblatt, 20 décembre 1941, p. 3 ; Willy Oeser, « Zur Eröffnung der Kunsthalle in Mülhausen », dans StrMH, janvier 1942, p. 57-58.

139 Voir Nikola Doll, Mäzenatentum und Kunstförderung im Nationalsozialismus. Werner Peiner und Hermann Göring, Weimar, 2009, p. 81-84 ; Maike Bruhn, Kunst in der Krise (vol. 1 : Hamburger Kunst im “Dritten Reich”), Hambourg et Munich, 2001, p. 141.

140 Voir Doll, 2009, p. 81.

141 Heiner Stähle, « Zum Wandmalereiwettbewerb », dans Oberrheinische Wandmalerei. Deutsche Malerei der Gegenwart, cat. exp. inaugurale de la Kunsthalle de Mulhouse, décembre 1941 – janvier 1942, Mulhouse, 1941, s.p.

142 Voir Heiner Stähle, « Deutsche Malerei der Gegenwart. Zur Einweihung der Kunsthalle Mülhausen am nächsten Sonntag », dans Mülhauser Tagblatt, 9 décembre 1941, p. 3 ; Anon., « Wandmalerei und Tafelbild. Hervorragende Künstler werden in der Kunsthalle Mülhausen ausstellen », dans Mülhauser Tagblatt, 10 décembre 1941, p. 3.

143 Anon., « Mülhausen, die Stadt der Arbeit und der Kunst. Feierliche Weihe der Kunsthalle und Eröffnung der großen Kunstausstellung – Kulturpreis für oberelsässisches Kunstschaffen », dans Mülhauser Tagblatt, 15 décembre 1941, p. 3.

144 Anon., « Mülhausen, die Stadt der Arbeit und der Kunst. Feierliche Weihe der Kunsthalle und Eröffnung der großen Kunstausstellung – Kulturpreis für oberelsässisches Kunstschaffen », dans Mülhauser Tagblatt, 15 décembre 1941, p. 3.

145 Voir Willy Oeser, « Zur Eröffnung der Kunsthalle in Mülhausen », dans StrMH, janvier 1942, p. 57-58 : « L’exposition comprend en outre une série d’œuvres de grande valeur de la peinture allemande récente qui ont fait leurs preuves à la Haus der deutschen Kunst de Munich ou ailleurs dans le Reich et qui sont l’expression de la volonté actuelle de l’art allemand. C’est la première fois qu’on les voit si nombreuses et avec une telle qualité en Alsace. Les œuvres d’artistes du Rhin supérieur qui sont également présentées prouvent que leur savoir-faire s’intègre pour une grande part tout à fait dignement » ; Walter Schradin, « Deutsche Kunst in Mülhausen. Oberrheinische Wandmalerei », dans Mülhauser Tagblatt, 16 décembre 1941, p. 3 : « Les […] tableaux […] présentent une intéressante vue en coupe de la création allemande contemporaine. Elle est d’autant plus intéressante et instructive que des artistes du Reich tout entier se sont donné rendez-vous dans l’exposition de Mulhouse. C’est ainsi que les rapprochements qui ne manquent pas de se présenter permettent de constater avec joie que nos artistes du Rhin supérieur soutiennent tout à fait la comparaison avec leurs camarades des autres Gau du Reich » ; Adriaan van den Broecke, « Deutsche Kunst der Gegenwart. Zur Ausstellung in der Mülhauser Kunsthalle », dans StrNN, 20 décembre 1941, p. 6 : « Tournons-nous encore brièvement vers nos peintres du Rhin supérieur qui se montrent en moyenne tout à fait à la hauteur de cette exposition du Reich. »

146 Anon., « Mülhausen, die Stadt der Arbeit und der Kunst. Feierliche Weihe der Kunsthalle und Eröffnung der großen Kunstausstellung – Kulturpreis für oberelsässisches Kunstschaffen », dans Mülhauser Tagblatt, 15 décembre 1941, p. 3.

147 Paul Maass, discours d’inauguration de la Kunsthalle de Mulhouse, cité d’après Anon., « Mülhausen, die Stadt der Arbeit und der Kunst. Feierliche Weihe der Kunsthalle und Eröffnung der großen Kunstausstellung – Kulturpreis für oberelsässisches Kunstschaffen », dans Mülhauser Tagblatt, 15 décembre 1941, p. 3.

148 Fiehler [maire de Munich], Vorwort, dans Münchner Kunstausstellung. Malerei der Gegenwart, cat. exp. Kunsthalle Mülhausen, 11 juillet – 9 août 1942, Munich, 1942. D’autres expositions organisées à la Kunsthalle de Mulhouse sont attestées par les catalogues qui les accompagnent : Sächsische Künstler, 20 mars – 20 avril 1942 ; Düsseldorfer Künstler, 25 juillet – 31 août 1943 ; Jahresausstellung der Künstlergilde Sundgau 1943 ; Jahresausstellung Künstlergilde Sundgau 1944. Pour la suite des expositions et la promotion des artistes à Mulhouse, voir Walter Schradin, « Mülhausen als Pflegestätte der bildenden Kunst », dans Oberrheinische Kunstausstellung Straßburg. Malerei und Plastik der Gegenwart. Straßburg, Baden-Baden, Karlsbad, Düsseldorf (Straßburg altes Schloss, März bis Mai 1943), éd. par Kameradschaft der Künstler und Kunstfreunde am Oberrhein, Strasbourg, 1943, p. 40-43.

149 Goethe s’était inscrit à l’université de Strasbourg d’avril 1770 à août 1771 pour mettre en pratique les connaissances en français qu’il avait acquises pendant ses premiers semestres à Leipzig et passer son doctorat en droit. Sur le plan littéraire, il s’éloigne alors de la littérature de l’Aufklärung pour se tourner vers le Sturm und Drang. Le texte qu’il consacre à la cathédrale de Strasbourg fera partie du recueil Von deutscher Art und Kunst publié en 1773 par Herder qui peut être considéré comme le manifeste de ce courant littéraire. Voir Johann Wolfgang von Goethe, Aus meinem Leben. Dichtung und Wahrheit, Neuntes, Zehntes und Elftes Buch (von 1811/1812), dans id., Poetische Werke, Berlin, 1960, vol. 13, p. 383-541 ; id., « Von Deutscher Baukunst. D.M. Ervini à Steinbach 1773 », dans id., Schriften zur Kunst und Literatur, éd. par Harald Steinhagen, Stuttgart, 1999, p. 13-23. Pour la trad. française, voir id., Souvenirs de ma vie – Poésie et vérité, trad. et préface de Pierre du Colombier, Paris, 1941 ; et id., « Architecture allemande », dans Écrits sur l’art, introduction de Tzvetan Todorov, trad. de Jean-Marie Schaeffer, Paris, 1996, p. 75-86.

150 Pour les difficultés que pose l’interprétation national-socialiste de la personne et de la littérature de Goethe, voir Karl Robert Mandelkow, Goethe in Deutschland. Rezeptionsgeschichte eines Klassikers, vol. 2 (1918-1982), Munich, 1989, p. 78-88 et p. 92-93.

151 On se référait sutout aux passages suivants : 1) « Et comment pourrais-je ne pas me fâcher, saint Erwin, lorsque les esthéticiens allemands diminuent ton œuvre en lui accolant le nom de gothique, se fiant aux calomnies de voisins envieux, alors qu’ils devraient remercier Dieu de pouvoir clamer bien haut : “Voilà l’architecture allemande” ; car les Italiens ne peuvent pas se prévaloir d’en avoir une qui leur soit propre, et encore moins les Français » ; 2) « Et personne ne précipitera Erwin de la hauteur à laquelle il s’est élevé. Voici son œuvre, approchez afin d’y reconnaître le sentiment le plus profond pour la vérité et beauté des harmonies, un sentiment agissant de l’intérieur d’une âme allemande puissante et rugueuse, sur la scène cléricale, bornée et pleine de ténèbres du Moyen Âge », Goethe, 1996, p. 83 et p. 85 ; 3) « Et comme je trouvais cet édifice bâti sur une vieille terre allemande, comme sa construction avait été poussée si loin en un siècle tout allemand, comme le nom du maître d’œuvre, sur la modeste pierre tombale, avait une sonorité et une origine allemande, j’osai, encouragé par la valeur de ce chef-d’œuvre, changer le nom, jusqu’alors décrié, de l’architecture gothique et la revendiquer pour notre nation comme architecture allemande ; et, d’abord de vive voix, puis dans un petit essai, dédié aux mânes d’Erwin de Steinbach, je ne manquai pas de mettre au jour mes sentiments patriotiques », Goethe, 1941, p. 248.

152 Voir Volker Gebhardt, Das Deutsche in der deutschen Kunst, Cologne, 2004, p. 12-21 et p. 106-107 ; Baensch, 2007, p. 79-85. Pour le débat sur l’art comme élément de constitution de l’identité nationale en Allemagne, voir Hans Belting, Die Deutschen und ihre Kunst. Ein schwieriges Erbe, Munich, 1992, en part. p. 7-21.

153 Voir Christa Hempel-Küter, Germanistik zwischen 1925 und 1955. Studien zur Welt der Wissenschaft am Beispiel von Hans Pyritz, Berlin, 2000, p. 193-194. La tentative d’instrumentaliser Goethe pour en faire une figure d’identification et une sorte de locomotive du national-socialisme n’était pas un phénomène limité à l’Alsace. Le texte de Goethe sur l’avenir de l’Allemagne [Gedanke an Deutschlands Zukunft] était décrit par Hans Wahl, directeur du Goethe-Nationalmuseum de Weimar, comme une « prophétie annonçant le IIIe Reich ». Dans la revue Der Nationalsozialist également publiée à Weimar, on pouvait lire que « Goethe […] aurait manifesté la plus grande sympathie pour le mouvement national-socialiste s’il en avait été […] le contemporain ». Cité d’après Burkhard Stenzel, « Goethe. Schwierigkeiten bei der Umwandlung einer literarhistorischen Zeitschrift im Nationalsozialismus », dans Literaturwissenschaft und Nationalsozialismus, éd. par Holger Dainat et Lutz Danneberg, Tübingen, 2003, p. 127-128 ; Birgitta Almgren, Germanistik und Nationalsozialismus. Affirmation, Konflikt und Protest. Traditionsfelder und zeitgebundene Wertung in Sprach- und Literaturforschung am Beispiel der Germanisch-Romanischen Monatsschrift von 1929-1943, Uppsala, 1997, p. 190-191.

154 Voir notamment W.Fr. Könitzer, « Die Straßburger Wiedergeburt. Wie Goethe im Elsass zu sich selbst fand », dans StrNN, 13 juillet 1940, p. 6 ; Philipp Witkop, « Goethe im Elsass », dans StrNN, 9 août 1940, p. 7 ; Heinz Kindermann, « Goethe im Elsass », dans StrMH, octobre 1942, p. 555-563 ; Friedrich Baser, « Goethe erlebt das Elsass und die Elsässer », dans StrMH, janvier 1941, p. 30-36 ; Karl Willy Straub, « Mensch und Kämpfer Oberlin. Zum 200. Geburtstag des großen Elsässers », dans StrNN, 31 août 1940, p. 13 ; Adolf Grolmann, « Der deutsche Oberlin im Spiegel der Dichtung », dans StrNN, 31 août 1940, p. 13 ; Erwin H. Rainhalter, « Jung-Stilling. Goethes Straßburger Freund. Zu seinem 200. Geburtstag am 12. September », dans StrNN, 12 septembre 1940, p. 4 ; Anon., « Goethes Urfaust. Zur Aufführung im Theater der Stadt Straßburg », dans StrNN, 18 avril 1943 (supplément du dimanche) ; Dr Casper, « Goethes wahre Sendung. Das Erlebnis des Dämonischen im Denken und Schaffen eines großen Deutschen », dans StrNN, 23 mai 1943, p. 8.

155 Hempel-Küter, 2000, p. 192. L’expression paraphrase une citation de Baldur von Schirach (discours du 14 juin 1937 prononcé lors de l’ouverture du Festival de la jeunesse allemande à Weimar, dans Goethe an uns. Ewige Gedanken des großen Deutschen, Berlin, 1942, p. 5-11).

156 Le procédé n’était pas seulement utilisé par la presse pour faire à tout prix entrer Goethe et sa poésie dans la ligne du parti, on le retrouvait pareillement dans des débats littéraires de type universitaire pour défendre la même ligne. Voir Hempel-Küter, 2000, p. 193.

157 Voir Goethe in Straßburg. Das neunte, zehnte und elfte Buch von Goethes « Dichtung und Wahrheit », éd. et commenté par Michael Scherer, Munich, 1962, p. 133 et p. 140.

158 Voir ibid., p. 139.

159 Pour Kindermann, voir Andreas Pilger, « Nationalsozialistische Steuerung und die “Irritationen” der Literaturwissenschaft. Günther Müller und Heinz Kindermann als Kontrahenten am Münster’schen Germanistischen Seminar », dans Literaturwissenschaft und Nationalsozialismus, éd. par Holger Dainat et Lutz Dannenberg, Tübingen, 2003, p. 113-118.

160 Pilger, 2003, p. 118.

161 Heinz Kindermann, « Goethe im Elsass », dans StrMH, octobre 1942, p. 556.

162 Ibid.

163 Voir Martin, Generalverwaltung der oberrheinischen Museen, Straßburg, Taulerring 8 (Statut – N.d.A.), 24 mars 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70. no 91.

164 Voir Rouenhoff, Protokoll zur Sitzung am 25. April 1941 (künftige Ausgestaltung des Straßburger Museumswesens), 29 avril 1941, dans AMS 7 MW 249 et AMS 7 MW 263.

165 Les objets que l’on peut voir actuellement au mémorial correspondent vraisemblablement à ce qui reste des différentes institutions qu’il était prévu de consacrer à Goethe en Alsace sous le national-socialisme. Voir G. Klein, « Musées de Bas-Rhin. Le mémorial Goethe à Sessenheim », dans Musées en Alsace, Strasbourg, 1977, p. 188.

166 Voir Anon., « Goethe-Stätten. Planungen in Straßburg », 8 juin 1943, dans MZ am Abend, s.p. ; Anon., « Goethe-Tage in Straßburg », dans Abendblatt/Morgenblatt, 28 mai 1943, s.p. (les deux documents dans le dossier de presse de la Maison de Goethe, dans AMS 7 MW 516).

167 Voir Beigeordneter Rouenhoff à Oberstadtkommissar von Straßburg, 8 mai 1941, dans AMS 7 MW 272.

168 Voir Hausmann à C.d.Z., Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung, 17 novembre 1941, dans AMS 7 MW 272.

169 Voir Dienstvertrag Albert Schmitt-Claden mit der Stadt Straßburg, s.d., dans AMS 7 MW 272.

170 Voir Rouenhoff, Protokoll zur Sitzung am 25. April 1941 (künftige Ausgestaltung des Straßburger Museumswesens), 29 avril 1941, dans AMS 7 MW 249 et AMS 7 MW 263.

171 Voir liste : « Goetheerinnerungen (collection d’œuvres d’art pour la Maison de Goethe venant d’autres musées) », dans les archives des Musées de Strasbourg.

172 Voir Schmitt-Claden, Goethe-Haus und oberrheinische Goethe-Gedenkstätten. Haushaltsplan 1942-1943, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 91.

173 Edith Mathis-Bergmann, « Festliche Goethe-Tage in Straßburg. Ein Rückblick auf die Gründungsfeier der Landesvereinigung Oberrhein », s.a., s.l. (dossier de presse de la Maison de Goethe, dans AMS 7 MW 516).

174 Satzung der Landesvereinigung Oberrhein der Goethe-Gesellschaft Weimar in Straßburg, 23 mai 1943, dans AMS 7 MW 514.

175 Voir ibid. ; Anon., « Was will die Goethegesellschaft », dans StrNN, 19 mai 1943, p. 5.

176 Voir F. Decker, « Straßburger Goethetage », dans StrMH, s.a., p. 432 et Anon., « Goethe-Tage in Straßburg », dans Abendblatt/Morgenblatt, 28 mai 1943, s.p. (dossier de presse de la Maison de Goethe, dans AMS 7 MW 516).

177 Hans Wahl (1885-1949), études à Iéna, Munich, Berlin et Paris, 1912 thèse de doctorat consacrée à l’histoire de la revue Teutsche Merkur, 1913-1919 employé au Goethe- und Schiller-Archiv Weimar, 1918-1949 directeur du Goethe-Nationalmuseum.

178 Voir Schmitt-Claden à Oberbürgermeister von Straßburg, 22 avril 1943, dans AMS 7 MW 514.

179 Voir Programm der Gründungsfeier der Landesvereinigung Oberrhein der Goethe-Gesellschaft Weimar in Strassburg, 23 et 24 mai 1943, dans AMS 7 MW 514. Voir également les commentaires de la presse sur le sujet : Anon., « Goethe-Tage in Strassburg. Landesvereinigung Oberrhein der Goethe-Gesellschaft Weimar », dans StrNN, 13 mai 1943, p. 5 ; Edith Mathis-Bergmann, « Festliche Goethe-Tage in Straßburg. Ein Rückblick auf die Gründungsfeier der Landesvereinigung Oberrhein », s.a., s.l. ; Anon., « Goethe-Tage in Straßburg, 28. Mai 1943 », dans Abendblatt/Morgenblatt, s.p. ; F. Decker, « Straßburger Goethetage », dans StrMH, s.l., p. 452 (tous ces documents dans le dossier de presse de la Maison de Goethe, dans AMS 7 MW 516).

180 Voir Gerhard Fricke, « Goethes Straßburger Wandlung ». Rede gehalten bei der Gründungsfeier der Landesvereinigung Oberrhein der Goethe-Gesellschaft Weimar am 22. Mai 1943, Strasbourg, 1943.

181 Le manuscrit se trouve parmi les documents relatifs à l’inauguration de la Maison de Goethe. Le philologue Philipp Witkop, qui travaillait à l’université de Fribourg-en-Brisgau, était mort en décembre 1942, il ne peut donc avoir prononcé lui-même cette conférence. Il semble que ce soit sa dernière communication scientifique. Voir Scheuermann à Hausmann, 13 mai 1943, dans AMS 7 MW 514. Le texte fut publié la même année. Voir Philipp Witkop, Goethe in Straßburg, Fribourg-en-Br., 1943.

182 Cette information ressort d’une part de la dénomination de sa fonction dans les articles de presse mentionnés, et d’autre part de sa correspondance à la suite de la cérémonie de fondation de la Landesvereinigung du 22 au 24 mai 1943. Voir AMS 7 MW 514.

183 Pour la redéfinition des musées d’histoire militaire dans les années 1930, voir Werner Hahlweg, « Die Heeresmuseen. Wesen und Aufgabe », dans Museumskunde, nlle série, 7, 1935, p. 59-71. Cette évolution explique également le succès de la création du musée de l’Armée en Bade à Karlsruhe en 1934 (voir chap. III. 2a, p. 46-50 du présent ouvrage).

184 Heinrich Müller, Das Berliner Zeughaus. Vom Arsenal zum Museum, éd. par Deutsches Historisches Museum Berlin, Berlin, 1994, p. 216.

185 Voir Müller, 1994, p. 214-224 ; Roth, 1990, p. 173-176 ; Lars-Holger Thümmler, Das Zeughaus Berlin im Zweiten Weltkrieg. Eine Studie zu den Aufgaben und der Wirksamkeit des Museums, URL : https://web.archive.org/web/20080210085847/www.dhm.de/texte/zhwk2.html.

186 Oberkommando des Heeres, Dienstanweisung für den Chef der Heeresmuseen, 22 juin 1940, dans BArch RH 62/105.

187 Voir Müller, 1994, p. 224-225.

188 Le musée de l’Armée de Strasbourg a été étudié pour la première fois par Bernadette Schnitzler, néanmoins sans qu’elle ait consulté les archives militaires dans les archives fédérales [Bundesarchiv-Militärarchiv] de Fribourg-en-Brisgau. Ce que nous avons fait pour le présent ouvrage. Voir Bernadette Schnitzler, « Le “Heeresmuseum”, un projet de musée de l’Armée en Alsace annexée », dans Cahiers alsaciens d’archéologie, d’art et d’histoire, L, 2007, p. 185-194.

189 Martin à C.d.Z., Persönlicher Referent, 12 juin 1941, dans GLA 440 Zug. 1996/23, no 1 et dans les archives du Musée historique de Strasbourg, classeur : Création d’un musée militaire (Armeemuseum) 1941 sqq.

190 C.d.Z. Persönliche Abteilung à Staatl. Bevollmächtigter für das Museumswesen im Elsass, 10 juillet 1941, dans les archives du Musée historique de Strasbourg, classeur : Création d’un musée militaire (Armeemuseum) 1941 sqq. : « Malgré vos réserves, M. le Reichsstatthalter continue de tenir pour nécessaire l’idée de fonder un musée militaire à Strasbourg. Strasbourg, ancienne ville forte et ville de soldats, est si étroitement liée à la vie militaire du Reich qu’on y déplorerait particulièrement l’absence d’un musée de l’armée. Naturellement, M. le Reichsstatthalter ne souhaite pas que la période de la domination française en Alsace soit traitée dans ce musée. Seule la tradition allemande doit être présentée. M. le Reichsstatthalter ne pense plus à transférer le Musée militaire de Bade de Karlsruhe à Strasbourg. »

191 Martin à Chef der Heeresmuseen (Lorey, chef des musées militaires), 26 septembre 1941, dans les archives du Musée historique de Strasbourg, classeur : Création d’un musée militaire (Armeemuseum) 1941 sqq.

192 Ibid.

193 De la correspondance entre Martin et Lorey relative à la création d’un musée de l’armée pour Strasbourg, il ne reste pratiquement que les courriers de Martin. La réponse de Lorey et ses propositions de contenu sont évoquées par Martin dans sa lettre de remerciement. Voir Martin à Lorey, 31 octobre 1941, dans les archives du Musée historique de Strasbourg, classeur : Création d’un musée militaire (Armeemuseum) sqq.

194 Voir ibid.

195 Voir Martin à Generalbevollmächtigter für das volks- und reichsfeindliche Vermögen, 31 mars 1942 et Martin à Robert Wagner, 31 mars 1942, les deux documents dans les archives du Musée historique de Strasbourg, classeur : Création d’un musée militaire (Armeemuseum) 1941 sqq.

196 Voir Martin, Aktennotiz, note sur une conversation téléphonique avec le lieutenant-colonel Klein, Kommandantur Straßburg, 17 avril 1942, dans les archives du Musée historique de Strasbourg, classeur : Création d’un musée militaire (Armeemuseum) 1941 sqq.

197 Voir Martin à Lorey, 17 avril 1942, dans les archives du Musée historique de Strasbourg, classeur : Création d’un musée militaire (Armeemuseum) 1941 sqq.

198 Roese à Martin, 21 mai 1942, dans les archives du Musée historique de Strasbourg, classeur : Création d’un musée militaire (Armeemuseum) 1941 sqq.

199 Voir Wehrmachtskommandantur Straßburg à Martin, 29 juillet 1942, dans les archives du Musée historique de Strasbourg, classeur : Création d’un musée militaire (Armeemuseum) 1941 sqq.

200 Description de la Ritterhaus dans Anon., « Straßburg wieder um eine Sehenswürdigkeit reicher. Das neuerstandene Ritterhaus », dans StrNN, 12 août 1942, p. 5.

201 Voir Martin à Roese, 11 août 1942, avec en pièce jointe rédigée par Martin : Denkschrift über die Errichtung eines Heeresmuseums in Straßburg, dans les archives du Musée historique de Strasbourg, classeur : Création d’un musée militaire (Armeemuseum) 1941 sqq.

202 Il énumère : le Musée militaire de Karlsruhe, le Badisches Landesmuseum Karlsruhe, le Zeughausmuseum Mannheim, le Musée historique de Strasbourg, le musée de l’Histoire de la ville de Wissembourg, un musée de la garnison qui devait être créé à Mulhouse et le Haut-Koenigsbourg.

203 Martin, Denkschrift zur Errichtung eines Heeresmuseums in Straßburg, 11 août 1942, p. 7, dans les archives du Musée historique de Strasbourg, classeur : Création d’un musée militaire (Armeemuseum) 1941 sqq.

204 Voir Martin à Roese, 17 avril 1942, dans les archives du Musée historique de Strasbourg, classeur : Création d’un musée militaire (Armeemuseum) 1941 sqq.

205 Voir Chef der Heeresmuseen à Verteiler, Zuteilung der Friedensstärke, die auch im Krieg in Kraft ist für das Festungsmuseum Straßburg, 21 avril 1943 et Oberkommando des Heeres à Heeresmuseum Straßburg, 21 octobre 1944 (pièce jointe : organigramme des postes pour le musée de l’Armée de Strasbourg, 1er novembre 1944), les deux documents dans BArch RH 62/110.

206 Martin, Denkschrift zur Errichtung eines Heeresmuseums in Straßburg, 11 août 1942, p. 9, dans les archives du Musée historique de Strasbourg, classeur : Création d’un musée militaire (Armeemuseum) 1941 sqq.

207 Pour la date d’incorporation de Lauts, voir Martin à Oberst Blankenhorn, 24 octobre 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 90 ; pour l’activité de Lauts à Meissen et sa qualification pour la direction du musée de l’Armée, voir Martin, Denkschrift über die Einrichtung eines Armeemuseums in Straßburg, 11 août 1942 et Martin à Wehrmachtskommandantur, 15 août 1942, les deux documents dans les archives du Musée historique de Strasbourg, classeur : Création d’un musée militaire (Armeemuseum) 1941 sqq.

208 Voir Martin à Lauts, 23 juillet 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 90 (dans cette lettre, Martin propose d’affecter Lauts aux travaux de sauvetage ordonnés par le Führer).

209 Voir Martin à Lauts, 27 juillet 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 90 et dans les archives du Musée historique de Strasbourg, classeur : Création d’un musée militaire (Armeemuseum) 1941 sqq.

210 Pour l’introduction de l’incorporation obligatoire, voir Kettenacker, 1973, p. 216-231, ici en part. p. 223 ; Anon., « Wehrpflicht im Elsass eingeführt », dans StrNN, 26 août 1942, p. 1.

211 Wagner, cité d’après Kettenacker, 1973, p. 222.

212 Voir Kettenacker, 1973, p. 222-223. L’auteur donne les chiffres suivants : 200 000 incorporés alsaciens et lorrains, dont 25 000 morts, 22 000 disparus, 10 000 blessés graves. Si l’on en croit les indications françaises, il y eut 40 000 déserteurs. Cela signifie qu’un Alsacien ou Lorrain sur cinq échappa au service militaire en s’enfuyant en France ou en « passant à l’ennemi ». Victor Beyer, longtemps conservateur aux musées de Strasbourg, a publié ses souvenirs du recrutement obligatoire sous Wagner. Voir Victor Beyer, La fureur et le mépris. Souvenirs d’un “Malgré-nous”, Illkirch, 2001.

213 Voir Wehrmachtskommandantur Straßburg à Chef der Heeresmuseen Berlin, 5 septembre 1942, dans les archives du Musée historique de Strasbourg, classeur : Création d’un musée militaire (Armeemuseum) 1941 sqq.

214 Voir Lauts à Martin, 9 octobre 1942, dans les archives du Musée historique de Strasbourg, classeur : Création d’un musée militaire (Armeemuseum) 1941 sqq.

215 Lauts à Martin, 1er novembre 1942, dans les archives du Musée historique de Strasbourg, classeur : Création d’un musée militaire (Armeemuseum) 1941 sqq.

216 Documents relatifs aux acquisitions devant servir à doter les expositions du musée de l’Armée de Strasbourg, dans BArch RH 62/107 et les archives du Musée historique de Strasbourg, classeur : Acquisitions pour le Heeresmuseum.

217 Pour le projet d’organisation, voir Lauts à Martin, 1er novembre 1942 ; un rapport établi après 1944 par le conservateur Paul Martin relatif à la liquidation de l’institution apporte la preuve qu’on s’était effectivement procuré les pièces mentionnées. Voir Paul Martin, Rapport concernant la liquidation du “Heeresmuseum” au F.E.C, place Saint-Étienne, les deux documents dans les archives du Musée historique de Strasbourg, classeur : Liquidation des fonds du Heeresmuseum (1945/47), Restitution des biens spoliés à leurs propriétaires.

218 Voir Schmidt, 1984, p. 211.

219 Voir Martin à Chef der Heeresmuseen (Roese), 12 octobre 1942, dans les archives du Musée historique de Strasbourg, classeur : Création d’un musée militaire (Armeemuseum) 1941 sqq.

220 Roese à Martin, 15 avril 1943, dans les archives du Musée historique de Strasbourg, classeur : Création d’un musée militaire (Armeemuseum) 1941 sqq.

221 Les dernières observations officielles de Martin relatives au musée de l’Armée de Strasbourg se trouvent dans un rapport résumant les décisions prises et les travaux effectués jusqu’en décembre 1942. Voir Martin, Bericht über die Errichtung eines Heeresmuseums in Straßburg, 10 décembre 1942, dans les archives du Musée historique de Strasbourg.

222 Voir Wagner au Chef der Heeresmuseen (Roese), 19 mai 1943, dans les archives du Musée historique de Strasbourg, classeur : Création d’un musée militaire (Armeemuseum) 1941 sqq.

223 Voir Wagner au Chef der Heeresmuseen (Roese), 24 mai 1943, dans les archives du Musée historique de Strasbourg, classeur : Création d’un musée militaire (Armeemuseum) 1941 sqq.

224 Il est possible que des documents concernant ces événements soient conservés dans les dossiers – non consultés pour le présent ouvrage – des National Archives de Washington sous les cotes NARA 390/45/26/02-390/45/27/04, boxes 474-475 : Heeresmuseum Strasbourg 1940-1944.

225 Voir Wehrmachtskommandantur Straßburg à Martin, 2 décembre 1942, dans les archives du Musée historique de Strasbourg, classeur : Création d’un musée militaire (Armeemuseum) 1941 sqq.

226 Voir Martin à Lauts, 22 mai 1943, dans les archives du Musée historique de Strasbourg, classeur : Création d’un musée militaire (Armeemuseum) 1941 sqq. : « Il semble qu’il y ait une interdiction générale de recourir pour la patrie à votre classe d’âge et aux classes immédiatement antérieures et postérieures, si les personnes concernées sont “utilisables pour la guerre” [k.v., kriegsverwendbar]. La seule possibilité serait que vous soyez affecté à Strasbourg pour l’une ou l’autre possibilité, donc pour la construction d’une exposition ou quelque chose de semblable. »

227 Voir Martin au Chef der Heeresmuseen (Roese), 4 août 1943, dans les archives du Musée historique de Strasbourg, classeur : Création d’un musée militaire (Armeemuseum) 1941 sqq.

228 Ritscher, cité d’après Anon., « Eröffnung des Heeresmuseums in Straßburg. Brücke von ruhmreicher Vergangenheit zur Gegenwart », dans Mülhauser Tagblatt, 5 mai 1944, s.p.

229 Voir Ritscher à Annahmestelle IX für den Führernachwuchs des Heeres. Nachwuchsoffizier Frankfurt/M., 8 août 1944, dans BArch RH 62/106. Récit d’une visite de l’exposition dans Anon., « Eine Ruhmesstätte deutscher Waffen. Eröffnung des Heeresmuseums in Straßburg in Anwesenheit des Gauleiters », dans StrNN, 4 mai 1944, p. 5.

230 Voir Oberkommando der Wehrmacht aux Heeresmuseen Berlin, Wien, München, Dresden, Prag, Straßburg und Metz, 18 août 1944, dans BArch RH 62/105.

231 Voir les sources relatives à l’évacuation des objets de l’exposition (baux, listes des réserves, justificatifs du règlement des affaires courantes), dans BArch RH 62/109.

232 Pour la liquidation du musée et le sort des objets après 1945, voir Schnitzler, 2007, p. 193-194. Également classeur : Heeresmuseum, Évacuation à Rothenburg ob der Tauber, dans les archives du Musée historique de Strasbourg.

Table des illustrations

Titre ill. 60. K. Wieshala, affiche de l’exposition Deutsche Wirtschaftskraft [Force économique allemande], 1941, 85 × 59 cm
Crédits photo © domaine public, gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg (NIM18455)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18341/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Titre ill. 61. Entrée de l’exposition Deutsche Größe [Grandeur allemande] à Strasbourg, photographie publiée dans Straßburger Monatshefte, juillet 1942
Crédits photo © Charles Spehner, publiée dans Straßburger Monatshefte, juillet 1942, 6e année, cahier 7, p. 356
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18341/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre ill. 62. La maison de l’Amicale des artistes et amis des arts du Rhin supérieur, Lessingstraße à Strasbourg, photographie publiée dans Oberrheinische Kunstausstellung. Malerei und Plastik der Gegenwart, cat. exp. Landesmuseum Graz, septembre-octobre 1942
Crédits photo © publiée dans Oberrheinische Kunstausstellung. Malerei und Plastik der Gegenwart, cat. exp. Landesmuseum Graz, septembre-octobre 1942, Strasbourg, 1942
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18341/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre ill. 63. Couverture du catalogue de l’Exposition d’art du Rhin supérieur à Baden-Baden, avril-juillet 1941
Crédits photo © archives de l’auteure
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18341/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre ill. 64. Karl Vocke, Le Passage du Rhin à Brisach au printemps 1940, œuvre présentée à l’Oberrheinische Kunstausstellung Baden-Baden, avril-juillet 1941
Crédits photo © publiée dans Oberrheinische Kunstausstellung Baden-Baden (3), Karlsruhe, 1941
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18341/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 442k
Titre ill. 65. Wilhelm Sauter, Le Passage du Rhin à Brisach en 1940, œuvre réalisée à l’occasion de l’Oberrheinische Kunstausstellung Baden-Baden, avril-juillet 1941
Crédits photo © publiée dans Oberrheinische Kunstausstellung.Malerei und Plastik der Gegenwart, cat. exp. Landesmuseum Graz, septembre-octobre 1942
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18341/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre ill. 66. Otto Graeber, Collecte de lainages et dépôt de skis, œuvre présentée à l’Oberrheinische Kunstausstellung Straßburg, avril-juin 1942
Crédits photo © publiée dans Oberrheinische Kunstausstellung Straßburg.Malerei und Plastik der Gegenwart, cat. exp. Strasbourg, Altes Schloss, avril-juin 1942
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18341/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 443k
Titre ill. 67. Karl Vocke, Collecte de lainages, œuvre présentée à l’Oberrheinische Kunstausstellung Straßburg, avril-juin 1942
Crédits photo © publiée dans Oberrheinische Kunstausstellung Straßburg.Malerei und Plastik der Gegenwart, cat. exp. Strasbourg, Altes Schloss, avril-juin 1942
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18341/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 479k
Titre ill. 68. Couverture du catalogue de l’Exposition d’art du Rhin supérieur à Strasbourg, avril-mai 1942
Crédits photo © archives de l’auteure
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18341/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 342k
Titre ill. 69. Annonce pour des expositions conformes à l’idéologie du régime nazi à Strasbourg, publiée dans Straßburger Monatshefte, septembre 1942
Crédits photo © publiée dans Straßburger Monatshefte, septembre 1942, 6e année, cahier 9, partie publicitaire
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18341/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
Titre ill. 70. Couverture du catalogue de l’exposition consacrée à la peinture murale dans l’Oberrhein et à la peinture allemande contemporaine à la Kunsthalle de Mulhouse, décembre 1941 – janvier 1942
Crédits photo © archives de l’auteure
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18341/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 382k
Titre ill. 71. Renatus Hetzel, Retour de l’Alsace dans le Grand Empire germanique, peinture murale présentée à l’exposition Oberrheinische Wandmalerei, Mulhouse, 1941-1942
Crédits photo © publiée dans Oberrheinische Wandmalerei. Deutsche Malerei der Gegenwart, cat. exp. Mulhouse, Städtische Kunsthalle, 1941
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18341/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 266k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search