Version classiqueVersion mobile

Kurt Martin et le musée des Beaux-Arts de Strasbourg

 | 
Tessa Friederike Rosebrock

V. Enrichissement des collections des musées d’Alsace

Texte intégral

  • 1 Robert Wagner, Rede zur Verleihung des Kulturpreises des Gaues Baden 1940, 16 novembre 1940, repr. (...)

1Pour doter les collections de l’« éminent centre culturel1 » que devait devenir Strasbourg dans les projets de Wagner, les statuts de l’Administration générale envisageaient trois sources : 1) les objets confisqués aux collections privées, le fonds des biens dits des « ennemis du peuple et du Reich » [volks- und reichsfeindliches Vermögen] ; 2) les acquisitions sur le marché de l’art international à partir de moyens mis à disposition par l’État ; 3) les prêts provenant des réserves des musées du Reich.

1. Les biens dits des « ennemis du peuple et du Reich »

a. Législation et définition

  • 2 Kettenacker, 1973, p. 159.

« Il était malheureusement déjà de tradition en Alsace-Lorraine que beaucoup de biens privés changent de propriétaire chaque fois que l’autorité [de l’État, N.d.T.] passait de l’un [des deux États voisins] à l’autre. Dans cette région frontalière, quiconque s’exposait politiquement risquait en cas de crise de perdre ce qu’il possédait. Chasser les adversaires politiques du territoire et s’approprier leurs biens faisait partie des premières mesures prises par tout nouveau pouvoir. Ce que les partisans de l’Allemagne avaient subi en 1918, les patriotes français le subirent en 19402. »

  • 3 Voir Nicholas, 1995, p. 163. Également Bunjes (Leiter der Kunsthistorischen Forschungsstätte Paris) (...)
  • 4 Voir Thomas Buomberger, Raubkunst-Kunstraub. Die Schweiz im Handel mit gestohlenen Kulturgütern zur (...)

L’ordre d’Hitler de « sauvegarder » [sicherstellen] les œuvres d’art appartenant à l’État français, à des personnes privées et en particulier aux Juifs de France, fut proclamé le 30 juin 19403. Ces œuvres devaient être considérées comme des cautions et conservées en tant que telles jusqu’aux négociations de paix entre la France et l’Allemagne à l’issue desquelles leur sort serait fixé. Selon ce premier « ordre du Führer », les propriétaires n’étaient pas censés être automatiquement dépossédés des œuvres confisquées qui, officiellement, étaient seulement « sauvegardées »4.

  • 5 Voir Anordnung über das volks- und reichsfeindliche Vermögen im Elsass vom 13. Juli 1940. Toutes le (...)
  • 6 Voir BArch (anciennement BDC), SSO : Späth, Walter, geb. 22. März 1898 [l’orthographe du nom varie]
  • 7 Voir C.d.Z., Verwaltungs- und Polizeiabteilung à Landeskommissare in Mülhausen, Kolmar und Straßbur (...)
  • 8 Une définition détaillée des notions de Reichs- und Volksfeind utilisées dans l’ordonnance sur les (...)
  • 9 Kettenacker, 1973, p. 158.

2Suivant comme toujours avec zèle les ordres du Führer, le Gauleiter Wagner nomma par l’ordonnance du 13 juillet 19405 – deux semaines plus tard seulement – un Treuhänder [administrateur fiduciaire] pour les biens « ennemis du peuple et du Reich » en Alsace. Ce poste fut confié à un sous-officier de la SS travaillant pour la police de Mulhouse, Walter Spaeth6, chargé ainsi de gérer en Alsace les biens « ennemis du peuple et du Reich » tombant à dater de ce jour sous le coup des confiscations7. L’ordonnance mentionnée, ainsi que ses deux suppléments, précisait clairement de quels biens il s’agissait : les « ennemis du Reich » étaient les ressortissants des pays avec lesquels le Reich était en guerre ; relevaient donc aussi de ce groupe les Alsaciens appartenant à des familles de ressortissants français avant le 11 novembre 1918 et qui, en conséquence, n’étaient pas, selon la terminologie en vigueur, des Volksdeutsche [personnes d’origine allemande et vivant à l’étranger sans la nationalité allemande, N.d.T.]. Le terme d’« ennemi du peuple » désignait quant à lui un ensemble de personnes dont la définition était relativement arbitraire. Il s’agissait d’abord de tous les Juifs (qu’ils soient allemands, français ou apatrides), des Alsaciens qui étaient considérés comme personae non gratae et se trouvaient donc expulsés ou interdits de retour après leur évacuation, et enfin des Französlinge8, terme désignant les personnes se réclamant ouvertement de la France. « Pour la première fois, cette ordonnance de l’occupant allemand opérait une distinction officielle entre les ressortissants allemands devenus français par le traité de Versailles et le reste des Français9. »

  • 10 Cité d’après Buomberger, 1998, p. 32.
  • 11 Nous n’avons trouvé aucune ordonnance correspondante dans le Verordnungsblatt [Bulletin officiel] d (...)
  • 12 Voir Verordnung über die Übernahme und Verwertung des französischen Vermögens im Elsass du 1er déce (...)
  • 13 Kettenacker, 1973, p. 159.

3L’« ordre du Führer » adressé aux services de la Wehrmacht le 17 septembre 1940 étendait l’ordre précédent de confiscation des biens « ennemis du peuple » à leur expropriation. Hitler donnait pouvoir à l’Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg [ERR, Équipe d’intervention du Reichsleiter Rosenberg], de « répertorier, confisquer et transférer en Allemagne tous les autres biens culturels “sans propriétaire” [herrenlos] appartenant aux Juifs et lui paraissant précieux10 ». C’est pourquoi, les biens juifs confisqués étant le 27 novembre 194111 devenus propriété du Reich, le Gauleiter Wagner prit le 1er décembre 194112 « une ordonnance par laquelle il s’autorisait résolument à “valoriser” [verwerten, i.e. vendre, N.d.T.] les biens français confisqués. De ce jour-là, il disposa à son gré non seulement des biens des Alsaciens expulsés, mais aussi des biens français publics ou privés13. »

b. La reprise par les musées des biens privés confisqués

  • 14 Voir Antrag auf Umbenennung der Dienststelle des « Treuhänders für das volks- und reichsfeindliche (...)
  • 15 Pour la définition des biens des « ennemis du peuple et du Reich » en Alsace et les missions du plé (...)
  • 16 Pour une source attestant le recouvrement des dettes par le plénipotentiaire général pour les biens (...)
  • 17 Voir Wagner au Partei- und Staatsdienststellen, 18 juillet 1940, dans BArch R 83 Elsass/89.
  • 18 Voir C.d.Z., Verwaltungs- und Polizeiabteilung à Landeskommissare in Mülhausen, Kolmar und Straßbur (...)
  • 19 Voir liste des lieux de vente dans Rundbrief vom Chef der Zivilverwaltung im Elsass an die Museen, (...)
  • 20 C’est ce qu’on sait des ventes à Colmar entre 1940 et 1942. Voir Jean-Marie Bopp, Ma ville à l’heur (...)
  • 21 Voir C.d.Z., Verwaltungs- und Polizeiabteilung aux Herren Landeskommissare et aux Herren Stadtkommi (...)

4L’activité fiduciaire de Spaeth (à partir de décembre 1940, son titre officiel devint Generalbevollmächtigter für das volks- und reichsfeindliche Vermögen im Elsass [plénipotentiaire général pour les biens ennemis du peuple et du Reich en Alsace14]) ne portait plus seulement sur les biens artistiques, mais également sur les biens immobiliers, les terres et les actifs bancaires15 – les dettes contractées auprès des « ennemis du peuple et du Reich » étaient même de son ressort et devaient être remboursées sur un compte attaché à son service16. Les biens étaient confisqués sur place par la Sicherheitspolizei [police de sécurité]17. Cette dernière dépendait des instructions des Landeskommissare [commissaires du Land] ou, pour Mulhouse et Colmar, des Stadtkommissare, auprès desquels avaient été créés des services particuliers pour les biens « ennemis du peuple et du Reich » qui étaient subordonnés au Treuhänder et l’aidaient dans son travail18. Les biens mobiles des maisons d’habitation privées et des bâtiments publics furent réunis dans des lieux choisis à cet effet et, à intervalles réguliers, mis en vente aux enchères à Strasbourg, mais aussi à Guebwiller, Mulhouse, Colmar, Molsheim, Saverne et Sélestat19. Ces biens étaient vendus lors de ventes publiques qui avaient lieu deux ou trois fois par semaine20. Mais, auparavant, ils devaient faire l’objet d’une expertise de la part d’un spécialiste, les objets qui présentaient une valeur historique ou artistique particulière devant être mis de côté et remis aux musées locaux pour y être exposés21.

5La décision d’intégrer ou non dans un musée les pièces confisquées à des personnes privées incombait pour la région Alsace à Kurt Martin. Le 1er août 1940, le directeur de cabinet de Wagner, Gaedecke, avait adressé à la section de l’administration et de la police de l’Administration civile un courrier qui indiquait :

  • 22 Gaedecke à C.d.Z., Verwaltungs- und Polizeiabteilung, 1er août 1940, dans ADBR 126 AL/1672.

« Comme cela a été exposé au Reichssttatthalter, se trouvent parmi les biens juifs et français confisqués des objets d’art précieux tels que notamment des peintures, des sculptures, des Gobelins, des meubles anciens, de la porcelaine dont il faut éviter l’émigration et assurer la sauvegarde pour les musées d’État ou d’autres institutions publiques. Pour mener à bien cette tâche, je donne pouvoir au directeur Martin, plénipotentiaire d’État pour les collections d’art en Alsace, de prendre, en accord avec le Treuhänder Spaeth, les mesures nécessaires pour que soient sauvegardés pour l’administration des musées d’État les objets d’art précieux provenant de propriétés privées juives22. »

  • 23 Voir Angermeyer-Deubner, 1987, p. 156-157.
  • 24 Voir Reichsminister für Wissenschaft, Erziehung und Volksbildung Berlin, Erlass Z II a 1786/39 (b), (...)

6Martin avait déjà dû expertiser à Karlsruhe des objets d’art provenant de collections privées juives. Il était donc familier des lois relatives à ce qui était qualifié de « valorisation » [Verwertung]23. Par le décret Z II a 1786/39 (b) du 15 mai 1939, le Reichsminister für Wissenschaft, Erziehung und Volksbildung Bernhard Rust l’avait nommé expert pour la Devisenstelle [le bureau des devises] de Bade (doc. 7)24.

  • 25 Anja Heuss, « Wie geht es weiter? Die Verantwortung der Museen », dans Museen im Zwielicht. Ankaufs (...)
  • 26 Voir Anja Heuss, « Die Reichskulturkammer und die Steuerung des Kunsthandels im Dritten Reich », da (...)
  • 27 Voir Esther Tisa Francini, Anja Heuss et Georg Kreis, Fluchtgut – Raubgut. Der Transfer von Kulturg (...)
  • 28 Voir Heuss, 2002, p. 420-421.
  • 29 Ibid., p. 421.
  • 30 Numérotation par l’auteure du présent ouvrage.
  • 31 Voir Verzeichnis der Sachverständigen der Devisenstellen im Reich (s.d.), pièce jointe à Z II a 178 (...)

7« Les Devisenstellen faisaient partie des services financiers qui surveillaient étroitement l’émigration des Juifs et ainsi les transferts de capitaux. Ils contrôlaient en particulier les biens qu’emportaient les émigrants juifs parmi lesquels ils suspectaient des objets de valeur et des biens culturels. Les propriétaires juifs devaient déclarer les biens qu’ils emportaient avec eux25. » Sur la base de ces déclarations, les autorités financières prélevaient des Reichsfluchtsteuer [taxes de fuite du Reich] et une Judenvermögensabgabe [taxe sur les biens juifs] qui représentaient 25 % de la somme totale déclarée et devaient être versés avant la sortie d’Allemagne26. Les personnes voulant quitter l’Allemagne du fait des persécutions dont ils faisaient l’objet manquaient souvent de liquidités. On leur proposait donc pour s’acquitter de ces taxes de laisser en caution des œuvres d’art27. Les employés des Devisenstellen n’ayant pas les connaissances nécessaires pour procéder à une estimation de la valeur des objets en question, le ministère de l’Éducation désigna donc des experts pour contrôler les biens juifs qui allaient sortir d’Allemagne et rechercher d’éventuels objets précieux pour empêcher que ceux-ci ne quittent l’Allemagne28. Il était courant que les directeurs des musées les plus importants de chaque région soient appelés à jouer ce rôle d’experts et se trouvent donc « institutionnellement impliqués dans le “processus d’aryanisation”29 ». Une annexe au décret du ministre de la Culture mentionné plus haut, publiée à usage de service, comporte la liste de tous les experts du Reich parmi lesquels Martin figure sous le numéro 830. Ce document prouve que de nombreux historiens de l’art importants de l’époque occupaient ce genre de fonction31 (doc. 8).

  • 32 Voir Oberfinanzpräsident Baden in Karlsruhe à Martin : Ausweis zum Sachverständigen der Devisenstel (...)
  • 33 Voir Der Generalbevollmächtigte für das jüdische Vermögen in Baden aux Herren Landräte in Bruchsal, (...)
  • 34 Voir Heuss, 2002, p. 421-422.

8De par ce rôle d’expert auprès de la Devisenstelle de Bade, Martin se trouva chargé d’établir la valeur artistique et culturelle de peintures et d’objets d’art appartenant à des personnes privées. Au nom de la Devisenstelle, il était habilité à fixer des rendez-vous sur place et à « mettre en sécurité » les objets d’art qui se prêtaient à une utilisation par les musées, c’est-à-dire concrètement à les retirer à leurs propriétaires32. Cette activité dite d’expertise n’était pas rémunérée33. Mais il était possible de facturer aux propriétaires les frais occasionnés par l’opération. Outre ce contrôle des biens sortant d’Allemagne, les experts étaient invités à faire suivre aux autorités toutes les informations qu’ils pourraient détenir sur les collections juives inconnues. En contrepartie, ils avaient accès à tous les inventaires existants des biens appartenant à des Juifs dans leur région. Ils étaient autorisés à déléguer l’exécution de leur mission à un autre expert, tout en restant responsables vis-à-vis de la Devisenstelle et du Wissenschaftsministerium34.

  • 35 Martin à Leiter der Devisenstelle, 27 mai 1939, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 390.
  • 36 Voir ibid.
  • 37 Angermeyer-Deubner rapporte quelques cas exemplaires dans son travail sur la Kunsthalle sous le III(...)
  • 38 Voir ibid., p. 156.

9Il n’a pas été possible de déterminer quelle fut l’attitude de Kurt Martin dans l’exercice de cette mission et avec quelle fréquence il l’effectua en pays de Bade. On ne dispose que d’un seul courrier dans lequel il réagit à sa nomination en mai 1939 et demande un entretien au directeur de la Devisenstelle pour « fixer les modalités de la procédure35 ». Plus loin, il demande les registres d’émigrés juifs possédant des biens artistiques pour en prendre connaissance et se déclare prêt à transmettre à la Devisenstelle une liste des « biens artistiques entre des mains juives » connus de lui36. Contrairement à certains de ses collègues, on ne trouve dans les dossiers de la Kunsthalle de Karlsruhe aucun document écrit où Martin porte un jugement d’expertise sur des collections d’art juives37. En revanche, il existe des documents prouvant qu’il cherchait des solutions de compromis, par exemple en proposant que les propriétaires concernés cèdent de leur plein gré une œuvre à la Kunsthalle en échange de quoi ils pourraient garder les autres38 ; de même, à plusieurs reprises, il tenta de déléguer cette désagréable tâche à d’autres spécialistes des musées pour ne pas devoir s’en acquitter lui-même. On peut citer la réaction de Martin à la mission que lui avait confiée la Reichskammer der bildenden Künste d’établir une estimation pour un recueil de gravures appartenant à Hermann Haymann et se trouvant dans un entrepôt de Fribourg. En février 1943, il écrivait à son collègue Noack :

  • 39 Martin à Noack, 25 février 1943, dans StAFr D/Sm 26/4.

« Je ne peux vraiment pas venir à Fribourg pour ce recueil et vous prie donc d’examiner si vous pouviez trouver l’occasion de regarder la chose et m’écrire rapidement ce qui se trouve dans ce recueil suspect. Comme il ne faut sans doute rien en attendre de particulier, il serait sans doute également possible de demander cette faveur à Mlle Schroth. Je vous entends vous mettre vraiment en colère contre moi qui vous importune avec cette affaire, mais je ne sais réellement pas que faire d’autre et espère qu’il sera possible d’organiser une visite39. »

  • 40 La nomination d’Alfred Wolters, de la Städtische Galerie Frankfurt, comme expert pour la Devisenste (...)
  • 41 Voir Andreas Hansert, « Zum Schicksal der Sammlung Alfred Oppenheims während und nach der NS-Zeit » (...)
  • 42 Pour la délicate question des acquisitions effectuées par Ernst Buchner pour les Bayerische Staatsg (...)

Par comparaison, nous évoquerons le directeur du Städel de Francfort, Ernst Holzinger (1901-1972) qui, à partir de 1941, succéda comme expert pour la Devisenstelle de Francfort à Alfred Wolters (1884-1973)40. Les archives du Städel conservent plus de cinquante expertises de la main d’Holzinger où ce dernier se prononce sur la qualité d’ensembles d’œuvres confisquées41. Ernst Buchner, des Bayerische Staatsgemäldesammlungen, se montra quant à lui encore plus offensif en matière d’expertises. Après avoir examiné les biens à expertiser, il en transmettait directement les résultats à Hitler, et se faisait payer42.

  • 43 Voir Kurt Martin, Verzeichnis der von der Staatl. Kunsthalle Karlsruhe seit 1933 aus juedischem Bes (...)

10Mais en dépit de la probable réserve de Martin, il n’en reste pas moins que des œuvres furent bien envoyées à la Kunsthalle de Karlsruhe, comme en témoigne un « répertoire des peintures, dessins et feuilles de gravures appartenant à des Juifs et acquises [erworben] par la Kunsthalle de Karlsruhe », signé par Martin en janvier 1947 et conservé dans les Archives centrales de Karlsruhe [Generallandesarchiv] et au National Archive de Washington43.

  • 44 Voir Verzeichnis der beim Staatlichen Bevollmächtigten für das Museumswesen tätigen Mitarbeiter (do (...)
  • 45 Paul Weigt, marchand d’antiquités à Strasbourg, demeurant Stefansplan 15, travailla pendant toute l (...)
  • 46 Voir SS-Untersturmführer Johann Wilhelm Dettenberg (Abteilung Ahnenerbe) à SS-Standartenführer Fisc (...)
  • 47 Selon l’orthographe française, l’orthographe allemande étant : « Georg Heinz ». Il dirigeait l’entr (...)
  • 48 Voir les listes de la Dienststelle des volks- und reichsfeindlichen Vermögens im Elsass, dans GLA 4 (...)
  • 49 Voir les commentaires par Martin du budget provisoire de 1942 : Erläuterungen im vorläufigen Hausha (...)
  • 50 Voir Kettenacker, 1973, p. 159-160.
  • 51 C’est en tout cas ainsi que les ventes des biens « ennemis du peuple et du Reich » se passaient en (...)
  • 52 Martin à C.d.Z., Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung, 31 mars 1942, dans GLA 441 Zug. (...)

11Pour recenser et « sauvegarder » les biens artistiques alsaciens, Martin engagea à partir de 1941 trois collaborateurs qui s’occupèrent exclusivement des biens « ennemis du peuple et du Reich ». Il s’agissait de Paul Weigt, Georges Heintz et d’un certain Roth44. L’antiquaire et expert Paul Weigt45 se distingua particulièrement dans ce travail de sorte que Martin lui délégua bientôt complètement l’exécution de cette tâche qui lui posait de réels problèmes de conscience46. Heintz47 et Roth étaient chargés d’établir la liste des objets d’art alors regroupés au Bon Marché, un grand magasin de Strasbourg48. Ils classaient les objets au fur et à mesure qu’ils entraient en objets susceptibles d’intéresser les musées et autres objets. Sur la base de ce premier tri, certaines pièces pouvaient rejoindre les musées, mais seulement après paiement49. Or il s’agissait d’un simulacre de vente, d’une vente fictive où l’argent passait d’une caisse de l’Administration civile en Alsace à une autre : de celle de la section de l’Éducation auprès du chef de l’Administration civile en Alsace (Administration générale des musées du Rhin supérieur) à celle de la section de l’Administration et de la Police auprès du chef de l’Administration civile en Alsace (Treuhänder pour les biens des « ennemis du peuple et du Reich »). Ainsi l’occupant allemand pouvait-il donner à cette opération de vol organisé un vernis de légalité, et tirer de cette pseudo-transaction un profit financier50. Les prix à payer étaient en effet des prix estimés a minima, dits « prix indicatifs », qui n’avaient rien à voir avec la valeur réelle qu’auraient pu avoir les objets sur le marché de l’art51. Malgré tout, pour l’exercice budgétaire 1942, Martin demanda l’étonnante somme de 1 500 000 reichsmarks « afin d’utiliser avec profit le travail effectué depuis désormais un an et demi pour les musées d’Alsace […] et pouvoir mener à bien cet extraordinaire enrichissement des musées [en y faisant entrer] des biens culturels liés à notre sol [bodenständig]52 ». Cette notion de biens culturels « liés au sol » renvoyait aux objets d’art confisqués à des personnes privées et dont elles se trouvaient dépossédées, biens qui seraient par la suite qualifiés d’« ennemis du peuple et du Reich ». Dans les explications relatives au budget concerné, la procédure est décrite encore bien plus précisément :

  • 53 Einzelplan III (Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung). Kap. 89: Museen. Erläuterung zu (...)

« Sur ordre du chef de l’administration civile en Alsace, le directeur général des musées du Rhin supérieur a sélectionné parmi les biens artistiques confisqués par le Generalbevollmächtigter für das volks- und reichsfeindliche Vermögen un grand nombre d’objets d’art très précieux afin de les faire entrer dans les musées alsaciens pour compléter leurs collections. Mais ce patrimoine artistique ne peut être cédé par le Bevollmächtigter qu’après un paiement au prix du marché. D’après une estimation provisoire, un prix de vente de 1 500 000 reichsmarks sera à verser pour ces acquisitions53. »

12Les moyens financiers furent accordés car, dans la perspective de la réorganisation des musées alsaciens, on était parti dès le début du principe que les objets d’art appartenant aux « ennemis du peuple et du Reich » serviraient à compléter les collections des musées. Le fait que dès août 1940, avant donc la création de l’Administration générale des musées du Rhin supérieur, Kurt Martin ait été désigné pour décider si les objets d’art provenant des biens français confisqués présentaient ou non la qualité requise pour entrer au musée, dénonce l’imposture que représentait en réalité l’ordre donné par Wagner : s’il s’agissait officiellement au départ de les « sauvegarder », l’intention était bien en réalité d’en déposséder leurs propriétaires. La teneur de la note de Martin mentionnée au chap. IV. 2. du présent ouvrage, qui justifie l’augmentation de la subvention pour les musées de la Ville de Strasbourg (doc. 4), mais également les statuts de l’Administration générale (doc. 6) prouvent clairement l’intérêt politique que représentait la prétendue valorisation des objets confisqués. La note de Martin précise :

  • 54 Martin, Notiz, 13 décembre 1940, dans AMS 7 MW 249.

« Comme toujours lors de transformations politiques et économiques, les biens artistiques les plus précieux de la région sont, en Alsace aussi, susceptibles d’être vendus. Le pays ayant dû subir après 1870 et après 1918 une perte difficilement estimable quant aux valeurs artistiques et culturelles attachées à son sol, il faut aujourd’hui tout faire pour faire entrer les pièces les plus importantes dans les collections publiques54. »

Et on retrouve ces mêmes idées dans les statuts de l’Administration générale :

  • 55 Martin, Generalverwaltung der oberrheinischen Museen, Straßburg, Taulerring 8 [Statut – précision d (...)

« Du fait de la guerre de 1870-1871, l’Alsace a subi de gigantesques pertes de son patrimoine culturel local, en partie parce que des collections ont été détruites (le musée de peinture et la bibliothèque de Strasbourg), en partie parce qu’elles ont quitté le pays. Il en a été de même en 1918-1919. Il faut à tout prix empêcher les nouvelles pertes que pourraient entraîner les transformations politiques et économiques actuelles. C’est pourquoi pendant deux à trois ans des moyens exceptionnels seront nécessaires pour procéder à des acquisitions permettant de maintenir dans le pays le patrimoine libéré55. »

c. Tentatives de création d’un bureau de l’Ahnenerbe

  • 56 Heuss, 2000, p. 217 ; Buomberger, 1998, p. 32.
  • 57 Voir Dettenberg à Fischer (SS-Standartenführer und Befehlshaber der Sicherheitspolizei und des SD S (...)
  • 58 Pour Dettenberg, voir BArch (anciennement BDC), DS Ahnenerbe, G 115, Dettenberg ; Johann Wilhelm, g (...)
  • 59 Pour la personne de Wolfram Sievers, voir Achim Leube, « Wolfram Sievers, der gewichtige Mann im SS (...)
  • 60 Voir Fahrbefehl für SS-Untersturmführer Dettenberg von Berlin nach Straßburg, 9 juillet 1941, dans (...)
  • 61 Voir Kraut (SS-Obersturmführer und Sachbearbeiter für die Erfassung der Kulturgüter), Bericht über (...)

13En juillet 1941, les collaborateurs de Martin avaient saisi et répertorié environ un cinquième des biens artistiques dits herrenlos, sans propriétaire56. Le reste se trouvait encore dans des bâtiments laissés vides ou occupés par des « ennemis du peuple et du Reich » dans toute l’Alsace, entreprises, domaines ou châteaux57. C’est ce que rapporte l’Untersturmführer SS Johann Wilhelm Dettenberg58, que Wolfram Sievers, administrateur fiduciaire général des biens culturels pour les régions occupées de l’Est et en même temps administrateur de la Forschungsgemeinschaft Deutsches Ahnenerbe e.V. [Société pour la recherche sur l’héritage ancestral]59, avait dépêché à Strasbourg le 9 juillet 194160 pour évaluer la nécessité de créer un bureau extérieur dans les régions occupées d’Alsace61.

  • 62 Pour l’organisation de l’Ahnenerbe, voir Michael H. Kater, Das « Ahnenerbe » der SS 1935-1945. Ein (...)
  • 63 Voir Nicholas, 1995, p. 100.
  • 64 Il en avait été chargé par décret du Führer du 7 octobre 1939, voir Hans Buchheim, Die SS – das Her (...)
  • 65 Voir Heuss, 2000, p. 213-214.
  • 66 Voir Thomas Brünner, « Das “Ahnenerbe” der SS », en ligne sur le site du Deutsches Historisches Mus (...)
  • 67 Kraut, Vermerk zum Abschluss der Erfassungstätigkeit in Lothringen, 1er juillet 1942, dans BArch NS (...)
  • 68 Voir Sievers à Reichskommissar für die Festigung des deutschen Volkstums, 5 mars 1942, dans BArch ( (...)
  • 69 Voir Heuss, 2000, p. 215. Pour Edmund Hausen et son activité de directeur des musées de la ville de (...)
  • 70 Voir Bericht der Dienststelle des Generaltreuhänders für die Sicherstellung der Kulturgüter Zweigst (...)

14L’Ahnenerbe était la section scientifique d’archéologie de la SS fondée en 1935 par Heinrich Himmler et qu’il présidait en qualité de Reichskommissar für die Festigung des deutschen Volkstum, RKFdV [Commissaire du Reich pour le renforcement de la germanité]62. Initialement, la mission de cette section de recherche était de collecter des preuves attestant l’ascendance et la prétendue supériorité raciale de l’« aryen » et de démontrer que les origines de la culture germanique, en particulier dans les régions occupées, remontaient jusqu’à la préhistoire63. Après le début de la guerre, l’Ahnenerbe changea d’orientation. En tant que Reichskommissar, Himmler était aussi responsable du déplacement des Reichs- und Volksdeutsche [Allemands du Reich et du peuple], des Allemands vivant à l’étranger, et de leur rapatriement dans le Reich ou dans les nouvelles régions de peuplement allemandes (par exemple les Allemands de la Baltique ou du Haut-Adige)64. Il chargea l’Ahnenerbe d’inventorier et de traiter tous les « objets relevant des biens culturels » des Volksdeutsche qui allaient être déplacés65. En conséquence, dans les régions occupées, c’étaient des collaborateurs titulaires de l’Ahnenerbe qui effectuaient une grande partie des confiscations66. Mais si dans les régions occupées de l’Est les œuvres d’art avaient été sorties sans scrupules du territoire, dans les régions occupées de l’Ouest au contraire, on veilla à empêcher que les biens culturels ne quittent leur région d’origine et ne partent pour l’Allemagne « de l’intérieur », l’Altreich, puisque ces régions occupées devaient à l’avenir jouer un rôle de « bastion culturel contre l’Occident67 ». En Lorraine, par exemple, avait été créé le 1er juin 1941 un bureau extérieur de l’administrateur général pour la sauvegarde des biens culturels et, depuis, l’Ahnenerbe coordonnait toute l’activité de collecte et d’inventaire des biens culturels confisqués68. Le bureau avait commencé son activité le 12 juin 1941 à Metz. Depuis le 19 du même mois, toutes les ventes aux enchères étaient surveillées par un administrateur fiduciaire local, Edmund Hausen, directeur nouvellement nommé des musées de la ville69. Dès qu’une pièce potentiellement intéressante pour les musées apparaissait dans une vente publique, elle en était immédiatement retirée par Hausen et aussitôt envoyée au dépôt placé sous son autorité dans le couvent des Carmélites de la ville, ou bien aux maires de certaines localités pour y être « sauvegardée » sous leur responsabilité70. Un rapport intermédiaire d’activité de ce bureau pour la Lorraine daté de mars 1942 décrit la situation sur place :

  • 71 Sievers à Reichskommissar für die Festigung deutschen Volkstums, 5 mars 1942, dans BArch (anciennem (...)

« L’activité d’inventaire porte sur tout le mobilier et les objets de décoration des familles expulsées, déplacées ou ayant fui le territoire sans y revenir. Dans certains districts, jusqu’à 90 % de la population initiale a été évacuée. Leurs logements sont ouverts à tous vents. C’est également le cas à un degré supérieur encore pour les nombreux châteaux dont les propriétaires, pour la plupart des “Français de l’intérieur” [Innerfranzosen], ont été expulsés. Depuis l’été 1941, l’ensemble des biens mobiliers a été systématiquement mis aux enchères et ce au-dessous de sa valeur normale. Les ventes se font parfois très rapidement. Sans l’intervention du bureau de Lorraine, ces objets culturels et artistiques auraient été dilapidés. […] C’est pourquoi l’activité d’inventaire de l’administrateur fiduciaire revêt une importance politique nationale particulière puisqu’il s’agit de biens culturels allemands qui illustrent et prouvent à quel point la Lorraine a porté et porte toujours l’empreinte de la culture allemande71. »

  • 72 C’est à la demande de Dettenberg que Kraut s’était également rendu à Strasbourg pour appuyer les né (...)
  • 73 Voir Kraut, Bericht über Reise nach Straßburg, 29 juillet 1941, dans BArch NS 21/320a, f. 350-351v.
  • 74 Trois exemples de problèmes sont présentés dans Dettenberg, Bericht über die Erfassung von Kunst- u (...)

15Pour résoudre la question de l’utilité de l’Ahnenerbe pour inventorier et gérer les biens des « ennemis du peuple et du Reich » en Alsace, Dettenberg, accompagné de l’Obersturmführer SS Alfred Kraut, chargé de l’inventaire des biens culturels auprès du bureau principal de l’Ahnenerbe à Berlin72, rendit visite à Kurt Martin le 22 juillet 194173. Il ressortit de l’entretien que, faute de personnel, de véhicules et de carburant en quantité suffisante, le travail d’inventaire des biens « ennemis du peuple et du Reich » avait jusque-là dû affronter des problèmes tels que le marché noir, le déplacement des biens, le pillage de maisons laissées vides ou le refus de délivrer différents objets, problèmes qui avaient fait obstacle au travail systématique des collaborateurs des musées74. C’est pourquoi Martin saluait le projet de confier cette délicate responsabilité à l’Ahnenerbe, exprimant sa position sur ce point dans une lettre qu’il adressait trois jours plus tard à Dettenberg :

  • 75 Martin à Dettenberg, 25 juillet 1941, dans BArch NS 21/320a, f. 353 r et v.

« À la suite de notre entretien, je tiens à vous informer que selon moi la création d’un bureau tel que vous l’avez décrit serait très utile pour notre travail. Il serait ainsi possible d’examiner de manière systématique les biens appartenant aux ennemis du peuple et du Reich afin de constater s’il s’y trouve des biens artistiques et culturels. Cet objectif n’a pas pu être atteint jusqu’ici faute de personnel, de véhicules et de carburant. Le matériel sauvegardé jusqu’ici provient de ce fait exclusivement de possessions connues comme ayant une valeur culturelle ou signalées comme telles. Nous aurions particulièrement souhaité [un tel service] dans la mesure où votre bureau est doté de pleins pouvoirs de police. Ce qui permettrait d’éviter bien des désagréments, mais surtout de vérifier plus facilement la teneur réelle des rumeurs concernant les biens artistiques et culturels disparus ainsi que d’autres soupçons comparables75. »

  • 76 Voir Dettenberg à Sievers, 27 août 1941, dans BArch NS 21/320a, f. 333.
  • 77 Kraut, Bericht über Reise nach Straßburg, 29 juillet 1941, dans BArch NS 21/320a, f. 350-351v.
  • 78 Ibid.

16Contrairement à Martin, le Gauleiter Robert Wagner considérait la présence potentielle de cette organisation satellite de la SS en Alsace comme une intrusion inopportune dans ses attributions76. Lorsque les deux collaborateurs de l’Ahnenerbe voulurent lui expliquer les avantages de cette collaboration, il refusa abruptement de s’entretenir avec eux. Par l’intermédiaire de son directeur de cabinet Gaedecke, il fit savoir que « la collaboration avec l’administrateur fiduciaire n’était pas nécessaire parce qu’en Alsace il y avait déjà en poste un plénipotentiaire pour les saisies des biens77 ». Faute de pouvoir s’adresser à un autre interlocuteur, c’est à Gaedecke que Kraut et Dettenberg expliquèrent le domaine précis où s’exerçait l’activité du Generaltreuhänder et la nécessité d’un inventaire systématique des biens « ennemis du peuple et du Reich » en Alsace. Au nom des musées, Martin déclara quant à lui que cette aide était tout à fait souhaitable. Mais l’avis du Gauleiter, consulté à nouveau sur la question, resta inchangé « parce que, selon lui, le plénipotentiaire engagé à cette fin était doté de tous les pouvoirs nécessaires et qu’une collaboration avec l’administrateur fiduciaire général était de ce fait superflue78 ».

  • 79 Wagner cité d’après Kraut, ibid.
  • 80 Einberufung aufgrund des Eilrunderlasses des Reichsführers SS vom 16. Dezember 1939 – SIVI Nr. 844 (...)

17L’affaire fut ajournée. Kraut et Dettenberg quittèrent la ville et transmirent le dossier à leurs supérieurs Sievers et Himmler pour que ces derniers règlent le problème directement avec Wagner79. Les comptes rendus que firent les deux officiers SS de leur visite à Strasbourg manifestent le très vif intérêt que portait l’Ahnenerbe à la coordination par ses services des biens culturels alsaciens. Cet intérêt se fondait non seulement sur la quantité, mais aussi sur la qualité des objets d’art existants, deux éléments qui les autorisaient à penser que Sievers ou Himmler pourraient encore retourner l’affaire. Dettenberg, qui occupait depuis août 1940 la fonction de chargé de mission de l’administrateur fiduciaire pour les régions annexées de l’Est80, écrivait le 26 septembre 1941 à l’administrateur général pour la sauvegarde des biens à Berlin :

  • 81 Dettenberg à Generaltreuhänder für die Sicherstellung der Kulturgüter, 26 septembre 1941, dans BArc (...)

« Après l’expérience que j’ai acquise dans les régions annexées de l’Est où, mesurée à la superficie du territoire, la quantité de biens culturels était relativement peu importante et où notre tâche ne put porter ses fruits que parce que nous avons examiné très minutieusement tous les châteaux ou domaines qui pouvaient se révéler intéressants, je peux affirmer au bout d’un séjour de trois semaines en Alsace que ce petit pays recèle autant de biens artistiques que tout le Gau de Warthe, mais que sa taille étant réduite, la mission pourrait y être beaucoup plus facilement et plus rapidement menée à bien81. »

  • 82 Kraut à Himmler, 2 octobre 1941, dans BArch (anciennement BDC), DS Ahnenerbe, G 125, Kraut, Alfred, (...)

Dans le courrier où Kraut suggère à Himmler de contacter personnellement Wagner, on peut lire : « Si monsieur le Gauleiter et Reichsstatthalter ne souhaite pas, peut-être pour des raisons de prestige, la création d’un bureau de l’administrateur fiduciaire général en Alsace, il faudrait néanmoins faire en sorte que les biens culturels menacés, qui s’y trouvent en abondance, soient sauvegardés et par là même conservés pour le Gau et le Reich82. » Il résumait ensuite encore une fois pour son supérieur les avantages que représenterait la création d’un tel bureau pour l’inventaire des biens culturels alsaciens :

  • 83 Ibid.

« 1. […] l’établissement d’un inventaire serait systématiquement mis en œuvre : par district, par localité ; domaine après domaine, château après château ;
2. les chargés de mission de l’administrateur fiduciaire général sont dotés de l’autorité correspondante ;
3. les chargés de mission de l’administrateur fiduciaire général disposent d’une riche expérience non seulement en matière d’estimation des biens culturels, mais aussi en matière de recherche de biens dissimulés83. »

  • 84 Voir Kraut à Martin, 30 juillet 1941, dans BArch NS 21/320a, f. 349 r et v.
  • 85 Voir Martin à Kraut, Stellungnahme zur Errichtung einer Dienststelle des Generaltreuhänders in Stra (...)

Pour étayer plus solidement son argumentation par des documents, Kraut joignait à sa lettre un courrier de Kurt Martin. Kraut l’avait prié de formuler une deuxième fois, cette fois-ci pour Himmler, la position qu’il avait communiquée à Dettenberg en juillet de la même année84. Étant donné que l’Ahnenerbe lui offrait la possibilité de se soustraire lui-même entièrement à ce travail de confiscation, Martin avait volontiers accédé à cette demande85.

  • 86 Reichsgeschäftsführer Ahnenerbe à Dettenberg, 28 novembre 1941, dans BArch NS 21/320a, f. 289.
  • 87 Voir Dettenberg [confidentiel] à Fritz Scherbl (Leiter der SD-Außenstelle in Straßburg), 4 octobre (...)
  • 88 Voir Reichsgeschäftsführer Ahnenerbe à Dettenberg, 28 novembre 1941, dans BArch NS 21/320a, f. 289.
  • 89 Sievers [signature illisible, le contexte permet de déduire l’auteur du courrier] à Kaul, Höherer S (...)
  • 90 Voir Sievers à Kaul, 3 janvier 1941, dans BArch NS 21/320a, f. 285.
  • 91 Voir Sievers à Schubert (SS-Obersturmführer, Berlin), 9 mars 1942, dans BArch NS 21/320a, f. 281.

18Il semble que ni Sievers, ni Himmler n’aient par la suite tenté de convaincre à leur tour Wagner, car les derniers documents dont on dispose sur cette affaire indiquent que le travail d’inventaire fut effectué, à partir de novembre 1941, « dans le cadre de ce qui était possible, par le Höherer SS- und Polizeiführer [chef supérieur de la SS et de la police] de la Westmark, mais sans l’intervention d’un commando spécial par le bureau local, c’est-à-dire selon des modalités souples86 ». Dettenberg qui, pour des raisons personnelles, avait intérêt à être muté en Alsace87, reçut la nouvelle en même temps que celle du refus du commando souhaité88. Mais la correspondance de son supérieur Sievers avec Kaul, le chef de la SS et de la police à Stuttgart que nous avons mentionné, montre également qu’à partir de la fin de l’année 1941 l’Ahnenerbe se retira, du moins momentanément, d’Alsace89. Début 1942, Sievers admettait que même au cas où Wagner aurait pu finalement se décider à collaborer, l’Ahnenerbe ne pourrait plus garantir un approvisionnement suffisant en carburant90. C’est la raison pour laquelle la stratégie destinée à convaincre le Gauleiter fut complètement abandonnée à partir de mars 194291.

19Le Journal officiel du chef de l’Administration civile en Alsace annonce par ordonnance du 17 février 1942 la création d’un bureau de chargé de mission du Reichskommissar für die Festigung deutschen Volkstums. On pourrait penser qu’après sa résistance initiale, Wagner avait finalement cédé. Mais le texte de l’ordonnance apporte la preuve de la ferme résolution de Wagner de ne pas abandonner les rênes en Alsace ; il démontre aussi sa capacité à s’imposer, y compris manifestement contre Himmler. En effet, il s’était simplement nommé lui-même sur le poste mentionné qui, par définition, impliquait une collaboration avec Himmler et avec l’Ahnenerbe. Il détenait donc un pouvoir absolu sur toutes les décisions :

  • 92 Anordnung über die Errichtung einer Dienststelle des Beauftragten des Reichskommissars für die Fest (...)

« En ma qualité de chargé de mission du Reichskommissar für die Festigung deutschen Volkstums, j’ai fondé pour le Gau de Bade et l’Alsace un bureau, avec siège à Strasbourg, qui est placé directement sous mes ordres. Sa mission est de procéder à la mise en œuvre des principes et des dispositions établis d’un commun accord avec moi par le Reichskommissar, et pour autant que d’autres services n’aient pas déjà été chargés de cette exécution ou ne le soient pas à l’avenir, et d’en assumer la responsabilité92. »

  • 93 Pour le droit de préemption du Führer, voir Löhr, 2005, p. 39-42 ; pour l’Autriche en part., voir S (...)
  • 94 Voir Lammers (circulaire) à tous les ministères, administrations et administrations civiles, 9 octo (...)
  • 95 Voir Lammers (circulaire) à tous les ministères, administrations et administrations civiles, 18 nov (...)
  • 96 Voir Bestätigung der Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung beim Chef der Zivilverwaltung (...)
  • 97 Voir Erlass, vom 2. September 1941. Über die Verwertung des eingezogenen Vermögens von Reichsfeinde (...)
  • 98 Voir Lammers à Posse, 18 novembre 1940, dans BArch R 43, 1269b, f. 11v-12.
  • 99 Voir Heuss, 2000, p. 55.
  • 100 Le rapport de Martin n’a pu être retrouvé ni par Heuss, qui mentionne pour la première fois l’affai (...)

20Toutefois, finalement, pour les biens artistiques confisqués en Alsace, il ne fut donné suite ni aux intérêts d’Himmler ni à ceux d’Hitler. Le principe du Führervorbehalt, le droit de préemption que s’accordait Hitler pour les objets d’art confisqués93, en vigueur en Autriche depuis 1938, avait été étendu fin 1940 à l’ensemble des territoires du Reich. Une circulaire du chef de la Chancellerie du Reich, Lammers, datée du 9 octobre 1940, informait l’ensemble des administrations, ministères et chefs des administrations civiles que toute collection qui serait découverte devait être immédiatement signalée à Hans Posse, directeur de la Gemäldegalerie de Dresde et chargé de mission spécial pour le musée du Führer de Linz, ville natale d’Hitler. Posse devait juger si les objets d’art en question avaient la qualité requise pour intégrer les collections du Führermuseum94. Une autre circulaire, du 18 novembre 1940, étendait cette disposition aux régions occupées où, contrairement au Reich où le Führervorbehalt ne concernait que les collections saisies, elle concernerait également tous les objets, qu’ils appartiennent ou non à une collection95. Martin fut informé pour la première fois de cette procédure en novembre 194096 et se trouva à plusieurs reprises confronté à cette nouvelle instruction au cours des mois suivants97. Posse, ayant appris par Lammers que les chefs des administrations civiles en Alsace, en Moselle et au Luxembourg, etc. devaient l’informer en cas de saisie d’œuvres d’art98, invita Martin à rédiger un rapport sur la saisie des biens artistiques appartenant aux « ennemis du peuple et du Reich » en Alsace. Après avoir pris connaissance du rapport de Martin et de la liste des objets qui y était jointe, Posse en conclut qu’il n’y avait pas dans la région d’œuvres d’art intéressantes pour le musée du Führer99. Il fit suivre le rapport100 à Martin Bormann, accompagné de ces quelques lignes :

  • 101 Posse à Bormann, s.a., dans BArch B 323/103, no 62, f. 12.

« Je me permets de transmettre un rapport sur la saisie des biens artistiques appartenant aux ennemis du peuple et du Reich en Alsace en vous priant d’obtenir du Führer l’autorisation de remettre les objets saisis, conformément aux propositions du rapport, aux instances alsaciennes. Selon le rapport de mon collègue Martin, absolument digne de confiance, ainsi que d’après d’autres informations qui me sont parvenues, aucun objet ne peut véritablement être pris en considération pour le Führer, dans la mesure où dans les œuvres saisies ne se trouve pas un seul objet présentant une valeur exceptionnelle101. »

  • 102 Telle est l’interprétation de Schnitzler, 2006, p. 189.

Il est impossible de déterminer si ces propos correspondaient à la réalité, si Martin avait tenté de s’opposer aux dépossessions envisagées pour l’Alsace en manipulant la liste des œuvres102, ou encore si la teneur du rapport obéissait à des instructions de la part de Wagner, ce dernier se sentant une nouvelle fois entravé dans ses prérogatives. Quoi qu’il en soit, la manière dont l’Ahnenerbe avait apprécié la situation était fondamentalement différente de celle de Martin, ce qui permet en tout état de cause d’émettre quelques doutes sur la description que ce dernier avait fournie.

  • 103 Voir Christhard Schrenk, Schatzkammer Salzbergwerk. Kulturgüter überdauern in Heilbronn und Kochend (...)
  • 104 Voir GLA 441 Zug. 1981/70, no 389 : Jüdisches Vermögen und Kulturgut an Generalverwaltung der oberr (...)
  • 105 Voir Kraut, Bericht über Reise nach Straßburg, 29 juillet 1941, dans BArch NS 21/320a, f. 350-351v.
  • 106 Voir « Standorte der vom Staatl. Bevollmächtigen für das volks- und reichsfeindliche Vermögen durch (...)

21Douze mille objets furent confisqués en tout en Alsace par l’administrateur fiduciaire des biens des « ennemis du peuple et du Reich »103. Les pièces retenues pour intégrer les musées étaient surtout des meubles et des objets d’art décoratif. Seuls quelques dessins et peintures figurent sur les nombreuses listes de saisies104. À l’été 1941, les objets particulièrement précieux étaient entreposés au palais Rohan et dans le bureau de Martin au Taulerring 8, et il semble qu’ils y soient restés pendant la suite de la guerre105. Conformément à une liste non datée avec les abréviations des lieux de dépôt, les objets appartenant aux « ennemis du peuple et du Reich » achetés par les musées ne furent évacués dans des abris antiaériens qu’après le premier grand bombardement de Strasbourg en août 1944106.

  • 107 Le registre d’inventaire du Musée historique indique par exemple 460 nouvelles entrées pour cette p (...)
  • 108 Voir Schnitzler, 2006, p. 197. Schnitzler se réfère à une lettre du conservateur du Musée historiqu (...)
  • 109 1941 : collection de porcelaine Reis, reprise du Finanzamt de Heidelberg ; 1942 : nature morte napo (...)
  • 110 À titre d’exemple du soin que Martin avait apporté à l’établissement de ces documents, voir la proc (...)

22Les registres d’inventaire des musées de Strasbourg témoignent de l’augmentation des entrées d’œuvres dans les collections sous l’occupation allemande. On peut supposer que les nouvelles pièces provenaient en partie des biens confisqués à des particuliers alsaciens107. Après la guerre, les œuvres dont on put prouver qu’elles avaient été indûment acquises furent retirées des musées et des inventaires et restituées jusqu’en 1949 à leurs propriétaires légaux108. Aucune peinture provenant directement de biens « ennemis du peuple et du Reich » n’entra dans la collection du musée des Beaux-Arts. Un grand nombre d’œuvres acquises pour le musée l’ayant été sur le marché de l’art international, on ne peut catégoriquement écarter la possibilité qu’il s’agisse d’œuvres provenant de collections privées confisquées. Les inventaires de l’Administration générale pour les musées du Rhin supérieur comportent des œuvres d’art remises par des services financiers et des directions de police qui étaient effectivement des biens confisqués ayant appartenu à des Juifs109. Elles avaient toutes été soigneusement répertoriées en tant que telles par Martin et furent restituées après la guerre à leurs propriétaires légitimes110.

2. Acquisitions

  • 111 Robert Wagner, Rede zur Verleihung des Kulturpreises 1940 des Gaues Baden, 16 novembre 1940, repr. (...)

23Tandis que tous les musées avaient la possibilité de compléter leur collection avec des œuvres provenant de collections d’« ennemis du peuple et du Reich », le palais Rohan misa quant à lui pour ce faire sur l’acquisition de nouvelles œuvres. Le rôle particulier que devait jouer le musée dans le futur « centre culturel111 » que deviendrait Strasbourg a été mentionné à plusieurs reprises dans les chapitres précédents. Mais pour comprendre l’importance que Wagner accordait de fait à ce projet, il faut d’abord prendre la mesure des considérables moyens financiers mis à la disposition de Kurt Martin pour l’achat de nouvelles œuvres (ill. 33).

ill. 33. Le palais Rohan, façade sud donnant sur l’Ill, vers 1941-1944

ill. 33. Le palais Rohan, façade sud donnant sur l’Ill, vers 1941-1944

photo © Archives de la Ville de Strasbourg (1 FI 81 176, Vues de Strasbourg, 1940-1944, Collection Falkenstein)

24Dans les budgets de l’Administration générale, l’importance des sommes allouées pour de nouvelles acquisitions fait l’objet d’une justification politique. Pour la période comprise entre 1941 et 1943, les indications figurant au titre 400 « Acquisition d’objets pour la collection » comportent toujours l’explication suivante :

  • 112 Haushaltsplan 1942, Einzelplan III (Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung). Kapitel 89: (...)

« La restructuration complète des musées alsaciens implique des investissements accrus pour l’acquisition d’objets destinés aux collections. Sous la domination française, le développement des musées alsaciens s’était en partie arrêté ou, en raison de l’acquisition d’œuvres relevant de l’influence française, il s’était poursuivi dans la mauvaise direction. Dans l’intérêt de la politique nationale, il est urgent de rééquilibrer cette situation grâce à l’acquisition de chefs-d’œuvre d’origine allemande ou, au moins, d’origine non française. Le marché de l’art n’offrira plus très longtemps l’opportunité de procéder à de telles acquisitions. Ce serait faire preuve d’une irréparable négligence que de ne pas profiter largement d’occasions qui ne se reproduiront jamais112. »

25Les « occasions qui ne se reproduiront jamais » font d’abord allusion à la situation du marché de l’art à Paris à ce moment-là.

a. Le marché de l’art parisien

  • 113 Voir ALIU-report, CIR, no 2 : The Göring collection, 15 septembre 1945, dans NARA Microfilm Publica (...)
  • 114 Voir Raymonde Moulin, Le marché de la peinture en France, Paris, 1967, p. 38-40 ; Feliciano, 1998, (...)
  • 115 Voir Laurence Bertrand Dorléac, « Le marché de l’art à Paris sous l’Occupation », dans Pillages et (...)

26Dans les années 1940, Paris était la plaque tournante de l’Europe en matière d’art (ill. 34)113. Après la crise économique des années 1930 qui avait entraîné une chute des prix d’environ 70 % et avec elle la disparition d’environ un tiers des galeries parisiennes, le marché s’écroula totalement après l’invasion de la France par l’armée allemande114. Mais les marchands français réussirent rapidement à le faire renaître et, étonnamment, sous l’Occupation, les affaires furent plus florissantes que jamais115.

ill. 34. Drapeau frappé de la croix gammée flottant sur l’Arc de Triomphe à Paris, 1940

ill. 34. Drapeau frappé de la croix gammée flottant sur l’Arc de Triomphe à Paris, 1940

photo © droits d’auteur réservés, bpk, Berlin, Dist. RMN-Grand Palais / image bpk

  • 116 Voir Heuss, 2000, p. 80-81.
  • 117 Voir Nicholas, 1995, p. 207 ; Buomberger, 1998, p. 34 ; Bertrand Dorléac, 1997, p. 94.
  • 118 Voir Feliciano, 1998, p. 121.
  • 119 Voir Heuss, 2000, p. 77.
  • 120 Voir Bertrand Dorléac, 1997, p. 91-93 ; Nicholas, 1995, p. 207 ; Tisa Francini, Heuss et Kreis note (...)
  • 121 Nicholas, 1995, p. 207.

27Le 26 septembre 1940, une délégation des commissaires-priseurs se rendit auprès d’Hermann Bunjes, chef du cabinet de l’Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg qui travaillait aussi pour le bureau du Kunstschutz de l’administration militaire allemande à Paris ; à la suite de quoi les ventes furent de nouveau autorisées116. Avec, il est vrai, l’obligation d’informer le Kunstschutz de la Wehrmacht de toutes les transactions dont la valeur marchande dépasserait 100 000 francs117. Très peu de temps plus tard, le nombre des ventes publiques retrouvait son niveau d’avant guerre118. Au cours de la saison 1941-1942, l’hôtel Drouot, seule salle des ventes restée ouverte pendant l’Occupation à Paris119, vendit un million de lots120. « En mars 1942, un journal de Rotterdam rapportait à la une que l’hôtel Drouot était plein de spectateurs et d’acheteurs, et que l’année 1941 avait battu tous les records antérieurs – il citait des exemples remontant à 1824. […] L’année 1942 fut encore meilleure121. »

  • 122 Voir Feliciano, 1998, p. 122 ; Tisa Francini, Heuss et Kreis, 2001, p. 289 ; Moulin, 1967, p. 40-41 (...)
  • 123 Voir Moulin, 1967, p. 41 ; Bertrand Dorléac, 1997, p. 91 ; Feliciano, 1998, p. 122.
  • 124 Voir rapport Bunjes, s.d., CARAN, AJ40/1671, Consolidated Interrogation Report no 2 du 15 septembre (...)
  • 125 Bettina Bouresh, « “Sammeln Sie also kräftig!” Kunstrückführung ins Reich im Auftrag der Rheinische (...)
  • 126 Voir Bouresh, 1990, p. 59-75 ; id., « Kunsterwerbungen im Rahmen der Neuordnung des Rheinischen Lan (...)
  • 127 Voir Buomberger, 1998, p. 34.
  • 128 Voir Isabelle Le Masne de Chermont et Didier Schulmann, Le pillage de l’art en France pendant l’Occ (...)
  • 129 Voir Feliciano, 1998, p. 122-124.

28Il y a à cet essor du commerce plusieurs raisons. Du fait de la guerre, les biens financiers étaient devenus des valeurs peu sûres et, comme il n’y avait plus guère sur le marché d’autres marchandises de luxe, les personnes disposant de finances solides investissaient soudain leur argent dans les œuvres d’art122. Ceux qui avaient réussi à survivre à l’effondrement économique du pays commencèrent à conquérir le marché, formant une catégorie d’acheteurs entièrement nouvelle. Les tableaux représentant des sujets décoratifs, dont on espérait qu’ils seraient faciles à revendre, et les petits formats, qui étaient simples à transporter, connurent un succès inouï123. Outre cette nouvelle clientèle française, ce sont surtout les Allemands qui contribuèrent à grossir la demande d’objets d’art sur le marché parisien. Les occupants avaient obligé la Banque de France à pratiquer un taux de change extrêmement défavorable, ce qui eut notamment pour conséquence qu’une toile achetée en France pouvait aisément être revendue en Allemagne avec un profit de 100 %124. « Le franc français s’échangeait à 20 contre 1 contre le reichsmark, ce qui équivalait à une surévaluation du reichsmark d’au moins 50 %125. » Les directeurs de musées, les marchands d’art et les personnes privées affluaient ainsi en France pour procéder à de vastes acquisitions. Les musées de la Rhénanie limitrophe, en particulier, puisèrent dans cet avantageux marché parisien pour élargir leurs collections126. Ce fut également le cas de l’Alsace, comme nous allons le voir. Certains de ces acquéreurs payaient avec ce qu’on appelait les Reichskassenscheine, des billets émis à l’extérieur du Reich, lesquels ne coûtaient rien à l’État et grâce auxquels il était possible de payer les chefs-d’œuvre un prix dérisoire127. En zone occupée, les acquéreurs anglais et américains furent exclus des opérations commerciales dès l’entrée en guerre de leur pays. Dans la zone non occupée, le gouvernement de Vichy ordonna dès juin 1941 l’interdiction d’exporter les biens artistiques nationaux128. C’est ainsi que la clientèle jadis internationale de la capitale artistique qu’était Paris céda la place aux occupants et aux nouveaux riches des régions occupées par la Wehrmacht129.

  • 130 Voir ibid., p. 122 ; Le Masne de Chermont et Schulmann, 2000, p. 26.
  • 131 Ordres du 30 juin 1940 et du 17 septembre 1940, voir chap. V. 1a, p. 85-87 du présent ouvrage.
  • 132 Feliciano, 1998, p. 122.
  • 133 Pour une présentation précise de la complexité des différentes instances allemandes rivales, de leu (...)

29Le marché était stimulé entre autres par le démantèlement des grandes collections d’art. Les galeristes qui avaient fait faillite par suite de la crise économique vendirent leurs fonds, mais de nombreux marchands d’art et collectionneurs juifs qui quittaient la ville par peur des persécutions raciales durent également procéder à de vastes liquidations130. La saisie et la confiscation des biens « ennemis du peuple et du Reich » auxquelles avait donné lieu l’ordre d’Hitler de « sauvegarder » tous les biens artistiques français et spécialement les biens juifs131, telles que nous les avons décrites pour l’Alsace et la Moselle, furent exécutées à grande échelle à Paris qui était depuis longtemps la « capitale mondiale des arts132 » et abritait non seulement de grands musées nationaux, mais aussi d’innombrables commerces d’art et collections privées. Plusieurs organisations allemandes – les plus importantes d’entre elles étaient l’ambassade d’Allemagne, l’Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg et le Devisenschutzkommando [unité de contrôle des devises] – se faisaient concurrence, chacune cherchant à être seule habilitée à piller les biens juifs de France. Ces pillages ayant été largement éclairés par la recherche récente, nous n’en donnerons ici qu’un aperçu dans le cadre de leur influence sur les opérations du marché et sur les conditions dans lesquelles s’effectuèrent à Paris les achats de Kurt Martin pour le musée de Strasbourg133.

L’ambassade d’Allemagne134

  • 134 Pour le pillage des biens juifs par l’ambassade d’Allemagne à Paris, voir Nicholas, 1995, p. 163-17 (...)
  • 135 Voir Tisa Francini, Heuss et Kreis, 2001, p. 281.
  • 136 Heuss, 2000, p. 298-299 ; pour le rapport Kümmel, voir note 7 du chap. IV du présent ouvrage, en re (...)
  • 137 Voir Heuss, 2000, p. 297-301.
  • 138 Voir Treue, 1965, p. 298 ; Petropoulos, 1999, p. 167 ; Le Masne de Chermont et Schulmann, 2000, p.  (...)
  • 139 Voir Tisa Francini, Heuss et Kreis, 2001, p. 282 ; Heuss, 2000, p. 298. Des sources intéressantes s (...)
  • 140 Pour certains aspects de la convention de La Haye sur « les lois et coutumes de la guerre », voir W (...)
  • 141 Voir Treue, 1965, p. 294 ; Nicholas, 1995, p. 170.
  • 142 Par exemple le 13 août 1940, voir Nicholas, 1995, p. 168.
  • 143 Voir Nicholas, 1995, p. 170-171 et chap. V. 1a, p. 86 du présent ouvrage.
  • 144 Voir Treue, 1965, p. 299 ; Petropoulos cite ce propos d’Abetz à partir d’une lettre de l’ambassadeu (...)
  • 145 Voir Heuss, 2000, p. 303.

30Immédiatement après l’entrée des troupes allemandes en France, Otto Abetz (1903-1958), nouvellement nommé ambassadeur à Paris par le ministre des Affaires étrangères Joachim von Ribbentrop, fit établir les listes des principales collections particulières juives de la ville135. Comme il ressort d’un courrier de Ribbentrop du 3 août 1940 au haut-commandement de la Wehrmacht où il annonce l’entrée en fonctions d’Abetz, il s’agissait officiellement de retrouver et de rapatrier les œuvres volées à l’Allemagne au cours des guerres napoléoniennes qui se trouvaient en la possession de l’État français (et dont la liste figurait dans le rapport Kümmel)136. De fait, Abetz ignorait la provenance des objets pour lesquels il menait ces opérations de saisie, et seul le critère de leur valeur artistique guidait son choix. De même, la question de savoir s’il s’agissait de propriétés privées ou publiques n’était pas posée137. Dès juillet 1940, il avait saisi en collaboration avec la Gestapo et la Geheime Feldpolizei [police secrète militaire] de nombreux objets d’art qu’il avait fait déposer dans un immeuble voisin de l’ambassade d’Allemagne, rue de Lille138. Parmi eux se trouvaient notamment des pièces appartenant à de grands collectionneurs juifs tels que Edouard et Maurice Rothschild, Maurice Dreyfus, Raymond Lazare, Émile et Fernand Halphen, Paul Rosenberg, Jacques Seligmann, Georges Wildenstein et Josse Bernheim-Jeune139. Abetz en choisit un certain nombre pour décorer l’ambassade, Ribbentrop faisant de même pour compléter sa collection personnelle à Berlin. Dans ces opérations, Abetz entra en conflit avec la Wehrmacht. Les services concernés de cette dernière – le Kunstschutz, le Bibliothekschutz [service de protection des bibliothèques] et l’Archivschutz [service de protection des archives] – se conformaient à l’« ordonnance pour le maintien des trésors artistiques dans les régions occupées » publiée le 15 juillet 1940 dans le bulletin officiel du commandement militaire en s’appuyant sur les dispositions de la convention de La Haye de 1907140. Le texte interdisait à l’occupant de prendre possession de biens publics ou privés de la zone occupée. Aucune œuvre d’art mobilier ne pouvait être modifiée ou déplacée de l’endroit où elle se trouvait sans autorisation écrite de la part du commandement militaire141. Le comte Wolff von Metternich, qui dirigeait le Kunstschutz, fit plusieurs fois barrage aux opérations d’Abetz. Il lui refusa l’aide de ses collaborateurs pour le transport des œuvres et signala aux instances supérieures de sa hiérarchie les infractions de l’ambassadeur142. Mais faire sortir de France les biens juifs répondait à un vœu politique. Étant donné les résistances de la Wehrmacht, le 17 septembre 1940 Hitler donna l’ordre à l’armée d’« accorder toute l’aide possible à l’Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg dans son travail », en précisant que Rosenberg « était autorisé à transférer en Allemagne les biens culturels qui lui paraissaient précieux et à les sauvegarder dans ce pays143 ». Ainsi la Wehrmacht perdait-elle ses compétences en matière de protection des œuvres d’art. À la suite de cette décision d’Hitler, Abetz fit comprendre au commandement militaire, le 28 octobre 1940, que l’ambassade cesserait elle aussi les saisies d’objets d’art, lesquelles désormais ne seraient effectuées que par le gouvernement militaire ou sur « ordre écrit du Führer »144. Le 16 octobre de la même année, Hitler confiait officiellement la « sauvegarde » des œuvres d’art en France au Reichsministerium für Volksaufklärung und Propaganda de Goebbels, et par là même donc à l’Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg145. Avec pour conséquence que le ministère allemand des Affaires étrangères dut se séparer du produit de ses pillages. Les œuvres saisies furent déposées dans un premier temps au Louvre, puis plus tard au musée du Jeu de paume.

L’Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg

  • 146 Pour la définition des missions initiales de l’ERR, voir Treue, 1965, p. 301 sqq. ; pour les méthod (...)
  • 147 Voir Tisa Francini, Heuss et Kreis, 2001, p. 283.
  • 148 Voir Petropoulos, 1999, p. 171-173 ; Heuss, 2000, p. 86. Pour la collection d’art de Göring, voir I (...)
  • 149 Voir Heuss, 2000, p. 87 et p. 112 ; Tisa Francini, Heuss et Kreis, 2001, p. 283.

31L’équipe d’intervention du Reichsleiter Rosenberg, l’ERR, fut en matière de pillage des œuvres d’art en France occupée la plus importante organisation national-socialiste. Initialement chargée dans le cadre de la « lutte contre la judéité et la franc-maçonnerie » de retrouver « les documents, pièces officielles et dossiers nécessaires au combat intellectuel et philosophique contre l’idéologie de l’Occident »146, l’ERR s’empara quasi entièrement de la mission de saisie des biens juifs à partir d’octobre 1940147. Sa rivalité avec d’autres organismes, mais surtout le manque de moyens financiers et de possibilités de transport amenèrent Rosenberg à faire alliance avec Hermann Göring. Le Reichsmarschall mit à la disposition de l’ERR le soutien – en termes de personnel et de logistique – de la Luftwaffe qu’il commandait, en échange d’une partie des trésors saisis en France qui lui permirent de doter sa propre collection privée de Carinhall148. La collaboration entre Göring et Rosenberg dans le pillage des œuvres d’art s’avéra très lucrative, car même le Devisenschutzkommando, considéré à l’époque comme une instance rivale et également placée sous l’autorité de Göring, devait désormais lui aussi céder partiellement le produit de ses confiscations à l’ERR149.

Le Devisenschutzkommando

  • 150 Pour les missions du Devisenschutzkommando ainsi que pour le contenu des première et deuxième ordon (...)
  • 151 Officiellement, les occupants justifiaient ces confiscations par la crainte de voir ces objets se r (...)

32Le Devisenschutzkommando avait pour mission de contrôler l’ensemble des opérations bancaires et des transactions françaises pour garantir la sûreté de la monnaie et d’empêcher toute atteinte aux dispositions de l’ordonnance sur le contrôle des devises (par exemple les transactions commerciales effectuées avec des moyens de paiement non allemands ou les cessions de créances en argent). C’est dans ce sens que le Devisenschutzkommando avait le pouvoir de perquisitionner des logements ou les coffres-forts des banques et d’en retirer pour les « sauvegarder » les objets de valeur qui s’y trouveraient150. À partir de 1941, le Devisenschutzkommando put également ouvrir les coffres-forts des personnes privées pour confisquer des titres, des devises, des bijoux et parfois aussi des objets d’art dans les banques151.

  • 152 Pour Bunjes, voir Doll, 2002, p. 68-69.
  • 153 Voir Heuss, 2000, p. 79-87 ; Feliciano, 1998, p. 38-43.
  • 154 Selon un ordre fréquemment cité du 5 novembre 1940, la répartition des œuvres d’art se faisait dans (...)

33Les œuvres d’art confisquées étaient déposées au Jeu de paume pour être inventoriées par le Sonderstab Bildende Kunst [équipe spéciale Beaux-Arts] de l’ERR dirigé par Kurt von Behr ; elles y étaient ensuite emballées dans des caisses avant de partir pour l’Allemagne. C’est l’historien d’art Hermann Bunjes, déjà mentionné, qui avait la haute main sur les convois ; fréquemment, il examinait les œuvres pour le compte de diverses personnalités intéressées en Allemagne, le Reichsmarschall Göring en tête, qui l’en avait officiellement chargé152. L’historien d’art et ancien marchand d’art Bruno Lohse ainsi que Walter Andreas Hofer travaillaient également à Paris pour Göring, observant le marché français de l’art et effectuant la liaison avec l’ERR153. Certaines des œuvres confisquées étaient immédiatement réservées pour Hitler. Göring en revanche se rendait régulièrement au Jeu de paume pour choisir lui-même des œuvres parmi celles qui n’avaient pas été réservées pour Hitler154.

  • 155 Tisa Francini, Heuss et Kreis, 2001, p. 283 ; analyse des listes de saisies de l’ERR par rapport à (...)

« Entre mars 1941 et juillet 1944, ce furent 203 collections de plus de 20 000 objets, dont 11 000 tableaux, qui furent transportées en Allemagne par l’ERR. Hitler récupéra 53 objets qui furent intégrés dans sa collection et ne pouvaient constituer une valeur d’échange. Göring se choisit 634 œuvres et en utilisa une partie comme monnaie d’échange pour des transactions effectuées en amont par Hofer […]155. »

  • 156 L’entrée en Allemagne d’art moderne dit « dégénéré » était par exemple interdite, voir Petropoulos, (...)
  • 157 Voir Feliciano, 1998, p. 123 et p. 115-119.
  • 158 Voir Petropoulos, 1999, p. 174.
  • 159 Voir Mission d’étude sur la spoliation des Juifs de France. Rapport général, présidé par Jean Matté (...)
  • 160 Les procès-verbaux du procès de la Commission nationale interprofessionnelle d’épuration relatifs à (...)

34La recherche donne des réponses diverses à la question de savoir si certaines œuvres d’art provenant des biens confisqués par les nazis se retrouvèrent sur le marché de l’art. Les collections confisquées étaient essentiellement destinées à être expédiées en Allemagne après examen et inventaire. Officiellement, elles devaient servir de caution de guerre mais, en réalité, elles servirent à doter le futur musée du Führer de Linz, ou à compléter d’autres collections national-socialistes. Certains objets furent aussi monnayés lors d’opérations de troc. Mais ce qu’il est advenu des œuvres dont les nazis ne voulaient pas, par exemple pour des raisons de style, reste flou156. Hector Feliciano constate un « impact immédiat » sur le marché par suite de la saisie des collections juives et de la fuite de nombreux galeristes juifs dont les galeries avaient été « aryanisées » ou liquidées. Il décrit de plus des opérations d’échange entre des marchands d’art parisiens et l’ERR. Des œuvres confisquées provenant du Jeu de paume échangées sur le marché furent, selon lui, revendues par des marchands157. Petropoulos explique que les employés du Sonderstab Bildende Kunst de l’ERR se débarrassaient des œuvres qui « ne correspondaient pas au diktat stylistique d’Hitler » en les échangeant ou en les vendant à des marchands français ou suisses158. En 2000 a été publié en France le rapport dit rapport Mattéoli, établi à la demande de l’État par des historiens et portant sur les conséquences économiques de la Seconde Guerre mondiale pour la population juive française. Ses auteurs nient toute influence importante des œuvres spoliées sur le marché, en arguant que seules quelques œuvres appartenant à des Juifs et saisies par les nazis furent effectivement mises sur le marché159. Francini, Heuss et Kreis démontrent inversement, à l’exemple des galeries Wildenstein et Bernheim-Jeune, que l’« aryanisation » des galeries provoqua un afflux d’œuvres sur le marché, une thèse que défendent également Le Masne de Chermont et Schulmann160.

35En fin de compte, on peut supposer que seule une partie des œuvres qui circulaient sur le marché de l’art parisien dans les années 1940 s’était retrouvée dans le commerce par des moyens légaux. Celles qui provenaient d’opérations de confiscations opérées par les nazis et avaient inondé le marché ou qui, à la suite de liquidations judiciaires ou de mesures d’« aryanisation », s’étaient involontairement retrouvées mises en vente étaient tout aussi nombreuses. C’est pourquoi il est indispensable d’examiner dans quelles circonstances précises s’effectua la vente de chacune des toiles acquises par Kurt Martin pour le musée de Strasbourg sur le marché de l’art parisien.

b. La méthode de Kurt Martin

  • 161 On connaît en tout quatre inventaires différents : 1) Erwerbungen der Generalverwaltung der oberrhe (...)
  • 162 Voir GLA 441 Zug. 1981/70, no 375-381 (Erwerbungen der Generalverwaltung der oberrheinischen Museen (...)
  • 163 Pour les résultats du projet de recherche sur les entrées dans la collection du musée des Beaux-Art (...)

36De multiples sources permettent de reconstituer les achats effectués par Kurt Martin au nom de l’Administration générale des musées du Rhin supérieur. Outre plusieurs inventaires contemporains établis selon différents critères et à différents moments161, c’est surtout son abondante correspondance professionnelle entre 1940 et 1944 qui est intéressante162. La localisation de ces documents resta longtemps inconnue, y compris de la direction des musées de Strasbourg ; ce n’est qu’en octobre 2004 qu’ils furent finalement mis au jour par l’auteure du présent ouvrage dans les archives générales du Land [Generallandesarchiv] à Karlsruhe, dans le cadre d’un projet de recherche financé par le musée. Des copies ont été remises à Strasbourg, avec les factures correspondantes163. Dans la mesure où les inventaires divergent tant en ce qui concerne les renseignements qu’ils donnent sur les objets répertoriés qu’en ce qui concerne leur exhaustivité, il n’est possible de reconstituer la procédure d’acquisition d’une œuvre qu’après avoir comparé et confronté tous les registres et la correspondance relative à cette procédure.

  • 164 Voir GLA 441 Zug. 1981/70, no 375 : Erwerbungen für die Generalverwaltung der oberrheinischen Musee (...)
  • 165 Voir Vertragsabschluss mit Kurt Martin (Oberleitung der oberrheinischen Museen), remanié le 20 sept (...)
  • 166 Dans le catalogue de sa première exposition après la guerre, Hans Haug fera l’éloge de cette attitu (...)

37L’objet de notre étude étant de retracer l’évolution de la collection du musée des Beaux-Arts de Strasbourg, nous nous attacherons ici essentiellement aux peintures achetées par Kurt Martin pendant la guerre. La peinture concerne d’ailleurs la majeure partie de ses acquisitions, ce qui est évidemment lié à la mission confiée à Martin de constituer à Strasbourg une galerie de peinture de rang international. Les sculptures, les pièces d’art décoratif et les œuvres sur papier étaient moins intéressantes pour le palais Rohan et comme, dans ce domaine, Martin ne pouvait se prévaloir de connaissances très spécialisées et ne disposait pas non plus de véritables contacts chez les marchands, il n’acheta ce type d’œuvres qu’en relativement petite quantité, seulement quand elles lui étaient proposées ou lui parvenaient fortuitement164. Faire en sorte que le musée atteigne un niveau élevé de qualité et tenir la ligne esthétique officielle – telle était la mission que lui avait confiée Wagner, lequel ne lui demandait par ailleurs que de procéder aussi rapidement que possible à de nombreux achats. Dans son contrat, Martin avait réussi à se réserver le droit de décider des nouvelles acquisitions sans avis préalable d’une commission consultative, de même qu’il ne négociait les achats effectués sur les moyens budgétaires alloués par la Ville qu’avec son interlocuteur municipal direct ou avec l’Oberstadtkommissar (doc. 5)165. Le fait que ces points particuliers aient été acceptés par Wagner montre la confiance que ce dernier accordait au directeur des musées – et c’est ce qui permet d’expliquer comment les acquisitions de Martin ne se limitèrent pas aux témoignages de l’art de la Renaissance et à la peinture de paysage du xixe siècle, mais portèrent aussi sur des toiles françaises, italiennes, espagnoles et même sur des tableaux impressionnistes. Comme le montrent les listes d’acquisitions, Martin s’efforçait de compléter au mieux la collection déjà existante du palais Rohan. Il n’avait pas l’intention de la modifier pour lui donner une inflexion nazie, mais il entendait combler ses lacunes et la compléter dans le sens défini par Bode166.

  • 167 Voir Martin à Oberst Blankenhorn, 16 décembre 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 90 : « Je n’ai pa (...)

38Parfois, Martin achetait aussi pour Karlsruhe. Il semble qu’il ait disposé d’un budget à part pour la Kunsthalle, du moins jusqu’à l’installation du Badisches Kultusministerium à Strasbourg et la fusion de l’administration qui s’ensuivit. Par la suite, il se montra moins pointilleux quant à la séparation des budgets, ce qui était sans aucun doute en relation avec ses inquiétudes sur l’avenir de la collection de Karlsruhe167. Mais il y a peut-être encore une autre explication : le fait que, dans l’intervalle, Wagner avait songé à fusionner les collections de peinture de Strasbourg et de Karlsruhe. En 1942, Martin rapportait à son collègue Peter Halm ce projet que, personnellement, il récusait :

  • 168 Martin à Halm, 12 octobre 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 90.

« […] il dépendra de l’issue de la guerre et de l’organisation de l’espace du Rhin supérieur de savoir où la galerie [de Karlsruhe] sera reconstruite. Naturellement, il serait très tentant pour un directeur de musée qui n’aurait pas conscience de la tradition, et tout autant pour un Reichsstatthalter, de réunir Karlsruhe et Strasbourg en regroupant par exemple à Strasbourg les maîtres anciens et à Karlsruhe le xixe siècle. Le résultat serait une galerie dans laquelle non seulement les artistes allemands de Witz à Grünewald (avec 8 Baldung) seraient très bien représentés, mais aussi le xviie et le xviiie siècle, avec tout de même quelques Hollandais des xve et xvie siècles, dont 4 Rubens, 2 Rembrandt, 3 van Dyck, sans parler de Ruysdael, Pieter de Hoogh, Terborch, etc. ; et les Italiens seraient presque aussi bien, Strasbourg en possédant quelques très importants exemplaires. Mais je suis contre une telle fusion et ma position est désormais de repousser toute décision et, en attendant, de laisser faire le temps et le destin168. »

39À la fin de la guerre, Martin avouait à Haug qu’il avait misé sur le fait que les acquisitions faites par l’Administration générale seraient réparties entre Karlsruhe et Strasbourg dans l’intérêt de chacune des deux collections :

  • 169 Martin à Haug, 12 avril 1947, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg et GLA 441 Zug. 198 (...)

« […] toutes les acquisitions que j’ai faites en Hollande entre 1940 et 1944 pour la Direction générale des musées du Rhin supérieur ont été payées sur des moyens provenant de la caisse du chef de l’Administration civile en Alsace. C’est déjà un facteur qui implique que ces achats étaient depuis le début destinés aux musées de Strasbourg, mais je ne cacherai néanmoins pas mon espoir d’alors de voir certains tableaux, peu nombreux, qui auraient selon mes vœux particulièrement bien complété la collection de Karlsruhe, m’être plus tard transférés par le chef de l’Administration civile en Alsace. Mais il n’y avait là-dessus aucune certitude dans la mesure où leur acquisition n’avait pas été effectuée sur les moyens de la Kunsthalle169. »

40Le chapitre qui suit permet d’éclairer la manière dont Martin procéda à ses acquisitions sur le marché international de l’art au nom de la Direction générale des musées du Rhin supérieur. Nous donnerons un aperçu de ce qu’il acheta sur une période de presque quatre ans pour montrer ainsi des habitudes et des tendances. Certes, on peut identifier dans sa manière de procéder un certain système, mais compte tenu d’une situation en perpétuel changement aussi bien dans la vie quotidienne que sur le marché de l’art, ce système se vit maintes fois mis à mal. Jonglant entre une organisation parfaite, le chaos de l’administration, des mesures de prudence et parfois, de notre point de vue d’aujourd’hui, une audace teintée de naïveté, Martin sut acquérir pendant cette courte période plus de 500 pièces dont beaucoup peuvent être qualifiées de chefs-d’œuvre.

Budget 1941-1942 – Voyages à Paris

  • 170 Une madone de Haute-Alsace provenant de la paroisse de Rappoltsweiler et une peinture attribuée à H (...)
  • 171 Parmi les 47 peintures se trouvaient également 5 gouaches, lesquelles sont comptées dans les listes (...)

41Les achats de Martin sur le marché international de l’art ne commencent qu’en janvier 1941. Il avait en effet eu suffisamment à faire pendant ses premiers mois en Alsace pour organiser le retour des biens des musées de Strasbourg évacués dans la zone non occupée, installer l’Administration générale et organiser la gestion des biens des « ennemis du peuple et du Reich ». En 1940, Martin n’acheta ainsi qu’une toile et une sculpture à des marchands de la région170. Par la suite, la situation favorable du marché, évoquée plus haut, lui permit de se tourner plus particulièrement vers le marché de l’art parisien. Sur les 60 toiles acquises en 1941, 47 le furent auprès de marchands parisiens171. Il s’agissait surtout de natures mortes et de paysages datant du xvie au xixe siècle, de portraits et de peintures de primitifs allemands, des écoles rhénanes et souabes, qui figuraient souvent des sujets religieux.

  • 172 Martin à Holstein, 6 février 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : Dietterlin) : « Il (...)
  • 173 Voir Martin à C.d.Z., Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung, 21 février 1941, avec pièce (...)
  • 174 Wagner, Quittung, 21 février 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : École allemande, Me (...)
  • 175 École allemande (lac de Constance), Crucifixion, vers 1500, huile sur bois, dimensions inconnues, b (...)
  • 176 Maître des études de draperies, Sept dignitaires ecclésiastiques, xve siècle, huile sur bois, 79 × (...)
  • 177 Jan Verbruggen, Fleurs avec perroquet et singe, attribution erronée, en réalité Pieter Casteels II, (...)
  • 178 Œuvre non identifiée, localisation inconnue.
  • 179 Voir fiche d’inventaire : Erwerbung Paris, 24. II. 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier (...)
  • 180 Voir Nachweisung über den Verbrauch des Einkaufsvorschusses von 200.000,- frcs., s.d., signé avec c (...)
  • 181 Voir Auszahlungsanordnung, 18 mars 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : École alleman (...)

42Le premier voyage de Kurt Martin à Paris pour des acquisitions eut lieu du 7 au 15 février 1941172. En amont, il avait fait une demande d’avance en liquide de 10 000 reichsmarks (200 000 francs) auprès du chef de l’Administration civile en Alsace, afin d’effectuer immédiatement sur place le paiement des objets qu’il achèterait. Il récupérerait aussi d’autres œuvres appartenant aux musées de Strasbourg dans l’atelier de Chauffrey, qui avait été chargé de les restaurer avant-guerre173. Les avances non utilisées devaient être reversées après son retour en Alsace – dans la première phase de l’activité de Martin, c’est Wagner lui-même qui accusait réception de ces sommes. Ainsi, au dos du premier « justificatif de l’utilisation de l’avance pour acquisition », on peut lire de la main du Gauleiter : « Reçu du Dr Martin en remboursement de l’avance versée. Wagner174. » Ce premier voyage donna lieu à l’achat de cinq tableaux auprès de trois marchands différents : une représentation du Christ avec six personnages, de l’école primitive allemande, achetée chez Brimo & Laroussilhe175 ; une toile représentant sept dignitaires ecclésiastiques par un maître des études de draperies, chez Gustav Rochlitz176 ; deux natures mortes du xviie siècle ou de la fin du xvie siècle177 ; ainsi qu’une scène de la vie de Marie par Barocchio178, le tout chez Georges Aubry (ill. 35, 36, 37)179. De plus, il fit l’acquisition d’objets d’art décoratif chez Georges Vandermeersch et Recher, et d’un cadre ancien chez un brocanteur180. Après avoir versé un acompte et fait rédiger sur place les factures par les différents marchands, Martin faisait régler le solde par virement181.

  • 182 Pour le certificat d’autorisation, voir Gauwirtschaftskammer Oberrhein à GVOM, 28 juillet 1943, ain (...)
  • 183 Pour des explications sur les modalités de règlement, voir Martin à Wüster, 12 mai 1941, dans GLA 4 (...)

43Pour procéder depuis l’Alsace à un virement à Paris, il fallait que les factures établies par les marchands soient visées par la Devisenstelle. C’est seulement au vu de cette autorisation que l’instance dont dépendait Martin rédigeait un ordre de virement pour la caisse du chef de l’Administration civile en Alsace, laquelle virait la somme en reichsmarks à la Badische Bank de Strasbourg. Celle-ci envoyait la somme à la Société générale à Paris qui était chargée de régler le montant aux marchands en francs, le destinataire devant au préalable présenter le certificat d’autorisation182 requis183.

ill. 35. Maître des études de draperies, Sept dignitaires ecclésiastiques, xve siècle, huile sur bois, 79 × 47 cm, Strasbourg, musée de l’Œuvre Notre-Dame – Arts du Moyen Âge

ill. 35. Maître des études de draperies, Sept dignitaires ecclésiastiques, xve siècle, huile sur bois, 79 × 47 cm, Strasbourg, musée de l’Œuvre Notre-Dame – Arts du Moyen Âge

photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1643bis)

ill. 36. Pieter Casteels II, Bouquet de fleurs (autrefois Fleurs avec perroquet et singe, attribué à Jan Verbruggen), xviie siècle, huile sur toile, 131 × 99 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

ill. 36. Pieter Casteels II, Bouquet de fleurs (autrefois Fleurs avec perroquet et singe, attribué à Jan Verbruggen), xviie siècle, huile sur toile, 131 × 99 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 44.004.0.4)

ill. 37. École française, Les Apprêts du banquet, vers 1630, huile sur toile, 91 × 114 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

ill. 37. École française, Les Apprêts du banquet, vers 1630, huile sur toile, 91 × 114 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1700)

  • 184 Voir Martin à Rochlitz, 22 mai 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : École allemande, (...)
  • 185 Des plaintes pour retards de paiement furent adressées à Martin comme à Wüster qui avait aidé Marti (...)
  • 186 Voir Wüster à Martin, 11 mai 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : École allemande, Me (...)
  • 187 Voir Brimo & de Laroussilhe à Martin, 4 juin 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : Éco (...)
  • 188 Martin à Wüster, 14 mai 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : École allemande, Meister (...)

44Bien que Martin se soit apparemment plié à ce processus fort compliqué, les achats de son premier voyage à Paris suscitèrent un certain nombre de difficultés. En effet, au cours de la semaine qu’il avait passée à Paris, une nouvelle réglementation pour les virements vers la France avait été instaurée, sans qu’il en ait eu connaissance184. De sorte que les différentes banques concernées ne purent pas exécuter avant plusieurs mois ses instructions de février. Les marchands, ne voyant pas arriver le paiement de la transaction, se plaignirent à plusieurs reprises185. Le 11 mai, Martin apprit par Adolf Wüster que le paiement n’avait manifestement pas été effectué, la banque parisienne exigeant depuis peu une autorisation de paiement de la part du gouvernement français186. Lorsque, non sans mal, l’affaire fut enfin réglée quatre mois plus tard – Brimo & de Laroussilhe confirme la réception de la somme le 4 juin 1941187 –, Martin écrivit à Wüster au sujet de l’ordre de virement donné en février et qui, en mai, n’avait toujours pas été effectué : « Je viens de recevoir votre lettre acheminée par courrier le 11 mai 1941 dont il ressort que l’histoire du paiement était plus une opération destinée à entraver l’affaire qu’une opération administrative. […] À l’avenir, et fort de cette expérience, je ne me rendrai plus à Paris qu’avec de l’argent liquide et devrai contourner tous les virements188. »

  • 189 Dates des voyages, avec pièces justificatives : 2e voyage, deux semaines, après le 9 juin 1941, voi (...)
  • 190 Martin avait effectué une partie de sa scolarité à Lausanne, voir Thouvenin, 2002, p. 167 ; Fork, 1 (...)
  • 191 Pour Hildebrand Gurlitt, l’acheteur accrédité pour la « mission spéciale » Linz sous Hermann Voss, (...)
  • 192 Albrecht Dürer, Christus als Schmerzensmann [Le Christ en homme de douleurs], xve siècle, huile sur (...)

45Après l’adoption du premier budget de l’Administration générale en avril 1941, Martin se rendit plus souvent à Paris. Environ une fois par mois, il demandait une avance pour des achats sur la somme dont il disposait à cette fin ; les archives permettent de reconstituer jusqu’au mois de décembre de la même année au moins cinq voyages dans la capitale française189. Martin parlait parfaitement français, ce qui lui ouvrait bien des portes qui restaient en revanche closes pour les acquéreurs exclusivement germanophones190. C’est donc logiquement très vite qu’il put bénéficier d’un bon réseau de relations, aussi bien parmi les marchands d’art qu’au sein de l’administration militaire allemande, lesquelles l’aidaient à trouver des œuvres, l’informaient de l’évolution des prix ou lui apportaient leur concours quand il s’agissait de se procurer diverses autorisations et autres papiers. Entre-temps, ce qui l’intéressait spécifiquement pour la collection et ce qu’il voulait acheter s’était ouvert à des domaines plus larges. On en veut pour preuve une lettre adressée par Martin au marchand d’art Hildebrand Gurlitt191 après l’achat d’une représentation du Christ, particulièrement précieuse, par Albrecht Dürer (ill. 38)192.

ill. 38. Albrecht Dürer, Le Christ en homme de douleurs, xve siècle, huile sur bois, 30 × 19 cm, Karlsruhe, Staatliche Kunsthalle

ill. 38. Albrecht Dürer, Le Christ en homme de douleurs, xve siècle, huile sur bois, 30 × 19 cm, Karlsruhe, Staatliche Kunsthalle

photo © Staatliche Kunsthalle Karlsruhe (SKK 2183)

  • 193 Martin à Gurlitt, 9 juin 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : Dürer Schmerzensmann).

« Je suis […] reconnaissant pour tout tableau important que vous pourrez me proposer. Le cas échéant j’ai aussi la possibilité de payer en devises. Naturellement, ce qui m’intéresse particulièrement, ce sont toutes les œuvres du Rhin supérieur des xve et xvie siècles, puis Sébastien Stoskopff, Schall et les autres peintres strasbourgeois des xviie et xviiie siècles. Mais d’autres œuvres entrent aussi en ligne de compte – les primitifs hollandais, Rembrandt, Van Dyck et les Italiens de bonne tenue. Le mieux serait que vous puissiez regarder le catalogue de la galerie de Strasbourg et ainsi découvrir ce qui y est déjà193. »

  • 194 Martin à Koch, 15 juin 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 90.
  • 195 Voir par exemple Martin, Bericht über die Einkäufe in Paris, 16 décembre 1941, dans GLA 441 Zug. 19 (...)

46Grâce à cette façon de procéder, de nombreux marchands lui adressaient des offres écrites concernant des œuvres que, en cas d’intérêt de sa part, ils lui réservaient souvent jusqu’à sa prochaine visite. Quand Martin venait à Paris, il examinait les toiles originales proposées. Si cela débouchait sur un achat, il payait le plus souvent immédiatement en liquide194. Comme justificatif des sommes demandées en amont auprès de l’Administration civile, le vendeur devait établir une facture. De plus, à des fins de légitimation vis-à-vis du chef de l’Administration civile en Alsace, il devait produire des rapports justifiant l’intérêt scientifique des œuvres, ainsi que leur prix195.

  • 196 Voir Martin à Frank, 31 mars 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : École allemande, Me (...)
  • 197 Voir par exemple Martin à Brimo & de Laroussilhe, 19 mars 1941, ou Martin à Frank, 31 mars 1941, le (...)

47Les œuvres achetées restaient dans les galeries parisiennes jusqu’à la clôture de la procédure de paiement. C’est seulement à ce moment-là que la société de transports Schenker, missionnée par Martin, les emballait et les conduisait dans l’un de ses entrepôts196. Comme la sortie des œuvres d’art de Paris vers l’Alsace était soumise à une réglementation compliquée, elles y restaient jusqu’à ce que Martin ait rassemblé tous les papiers nécessaires197.

Adolf Wüster

  • 198 Outre les acquisitions directes, ces chiffres comprennent également les pièces vendues par Wüster à (...)

48Le contact le plus important de Martin sur le marché de l’art parisien était un marchand d’art attaché à l’ambassade d’Allemagne à Paris, Adolf Wüster. Vingt-trois œuvres en tout passèrent par lui, toutes achetées entre 1941 et 1942 et exposées aujourd’hui encore au musée de Strasbourg198. D’autres marchands apparaissent en moyenne avec cinq à dix œuvres dans les registres, ces chiffres portant néanmoins sur la durée complète de l’activité de l’Administration générale, et non pas sur une seule année. Il faut noter que, contrairement à Wüster, la plupart de ces vendeurs étaient français – par exemple Paul Cailleux, Georges Aubry, André Schoeller, Raphael Gérard, Alice Manteau, le comte René Avogli-Trotti, Jacques Mathey, Pierre Landry, Renou & Colle, Brimo & de Laroussilhe. En dehors de ces galeristes français, Martin fit également parfois affaire avec Jacques Helfer, J.O. Leegenhoeck, Hans Wendland, Gustav Rochlitz et Hildebrand Gurlitt.

  • 199 Voir ALIU-report, List of red-flag-names, cité d’après Nancy H. Yeide, Konstantyn Akinsha et Amy Wa (...)
  • 200 Voir Feliciano, 1998, p. 139.
  • 201 Voir Erklärung des Auswärtigen Amtes über Wüsters Stellung an der Deutschen Botschaft in Paris, 22 (...)
  • 202 Feliciano, 1998, p. 138-139.

49Wüster était spécialiste de l’art français du xixe siècle199. Il vivait à Paris depuis les années 1920 et était familier de tous les arcanes du marché de l’art parisien200. Depuis l’armistice, il travaillait officiellement comme conseiller artistique pour l’ambassade d’Allemagne, avec un statut de consul à partir du 1er juin 1942201. Il habitait au 174, rue de l’Université, tout près de l’ambassade qui se trouvait au 78, rue de Lille. Les deux adresses étaient toutes proches des galeries de la rive gauche, et Wüster « rendait souvent visite aux galeries et entretenait de solides relations avec les marchands français afin qu’aucune information importante ne puisse lui échapper. Sa position privilégiée lui permettait de faire tout à fait ouvertement des affaires et, malgré son statut diplomatique, il exigeait une généreuse commission de 20 %. Son travail d’agent pour les musées de Düsseldorf et de Krefeld ainsi que pour Maria Dietrich et Karl Haberstock fut également couronné de succès202. »

  • 203 Charles Daubigny, L’Étang de Ville-d’Avray, 1875, huile sur bois, 41 × 68 cm (MBA 1676).
  • 204 Louise Moillon, Plat de prunes avec bigarade, 1632, huile sur bois, 36 × 51 cm (MBA 1689).
  • 205 Théodore Rousseau, Étude de rochers et d’arbres, 1829, huile sur toile, 53,5 × 70,3 cm (MBA 1702).
  • 206 Voir Lauts à C.d.Z., Abteilung Unterricht, Erziehung und Volksbildung, 11 septembre 1941 (envoi de (...)
  • 207 Voir Martin à Oberfinanzpräsident der Devisenstelle, 6 août 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (...)

50Wüster informait Martin des nouveautés et des prix, et l’accompagnait vraisemblablement lors de ses acquisitions. Il savait quelles pièces intéressaient Martin dans quelles galeries et ne ménageait pas ses efforts pour l’aider à les obtenir. Il ratissait le marché, prenait des réservations au nom de l’Administration générale, donnait aux marchands parisiens des nouvelles de Martin et inversement, et parfois il transférait même de l’argent. Lors de son séjour parisien d’août 1941, Martin avait ainsi réservé trois peintures. L’une était chez Wüster (un paysage de Charles Daubigny)203 et deux autres chez son collègue français Georges Aubry (une nature morte de Louise Moillon204 et des rochers dans la forêt, par Théodore Rousseau205) (ill. 39, 40, 41). En versant un acompte, il avait également réservé chez Argoutinsky un objet d’art décoratif. Contrairement aux marchands d’art français, Wüster qui avait le statut de Reichsdeutscher, d’Allemand du Reich résidant à l’étranger, pouvait passer librement les frontières. Lorsqu’il se rendit le 9 septembre à Karlsruhe afin de recevoir ses honoraires pour la toile de Daubigny, Jan Lauts lui confia également la somme destinée à payer les deux autres galeristes parisiens, somme que Wüster assura leur remettre206. Sa visite était manifestement annoncée depuis longtemps, car plusieurs semaines auparavant, directement après avoir reçu l’autorisation de la Devisenstelle, Martin avait demandé à l’Oberfinanzpräsident [directeur des services financiers] que l’argent soit versé aux galeristes par l’intermédiaire de Wüster207.

ill. 39. Charles Daubigny, L’Étang de Ville d’Avray, 1875, huile sur bois, 41 × 68 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

ill. 39. Charles Daubigny, L’Étang de Ville d’Avray, 1875, huile sur bois, 41 × 68 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1676)

ill. 40. Louise Moillon, Plat de prunes avec bigarade, 1632, huile sur bois, 36 × 51 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

ill. 40. Louise Moillon, Plat de prunes avec bigarade, 1632, huile sur bois, 36 × 51 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1689)

ill. 41. Théodore Rousseau, Étude de rochers et d’arbres, 1829, huile sur toile, 53,5 × 70,3 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

ill. 41. Théodore Rousseau, Étude de rochers et d’arbres, 1829, huile sur toile, 53,5 × 70,3 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1702)

  • 208 Voir Kontoführungsbestätigung der deutschen Bank à Chef der Zivilverwaltung im Elsass, Abteilung Er (...)
  • 209 Voir facture de Wüster à Martin, 28 mai 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Brueghel (...)

51La présence de Wüster en France et en Allemagne facilitait les choses lorsqu’il y avait des problèmes de devises. Quand les réserves en francs de l’Administration générale étaient épuisées, ou quand il était impossible de trouver assez rapidement une somme, Kurt Martin payait Adolf Wüster en reichsmarks. Ce dernier possédait un compte de consignation allemand qui était parfois utilisé pour des virements internes en Allemagne208, comme ce fut le cas par exemple lors de l’achat d’un paysage avec personnages de Jan Brueghel (ill. 42)209.

ill. 42. Jan Brueghel (attribué à), Scène de marché dans paysage fluvial, xviie siècle, huile sur cuivre, 32,5 × 41,5 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

ill. 42. Jan Brueghel (attribué à), Scène de marché dans paysage fluvial, xviie siècle, huile sur cuivre, 32,5 × 41,5 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1704)

  • 210 Alfred Sisley, Paysage avec maisons, 1873, huile sur toile, 45,7 × 61,2 cm (MBA 1675/MAMCS 55.974.0 (...)
  • 211 Voir Wüster à Martin, facture, 25 mars 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : Fragonard (...)
  • 212 Voir Wüster à Martin, 29 mars 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : Fragonard, Fragona (...)
  • 213 Martin à Wüster, 7 avril 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : Fragonard, Fragonard, H (...)
  • 214 Jean-Baptiste Camille Corot, Vue de Saint-Paterne d’Orléans, vers 1830, huile sur toile, 28,5 × 42  (...)
  • 215 Voir Martin à C.d.Z., Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung (Bitte um Auszahlungsanweisu (...)
  • 216 Renou & Colle, Confirmation, 26 août 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : Corot, Mari (...)

52Martin ne pouvant pas se rendre immédiatement à Paris dès qu’un tableau intéressant apparaissait sur le marché, et compte tenu de la complexité de la procédure à respecter pour les virements aux marchands français, Wüster faisait parfois office d’intermédiaire. Martin le priait d’acheter telle ou telle toile, puis la lui rachetait. Le 25 mars 1942, il racheta par exemple un paysage d’Alfred Sisley210 que Wüster avait acquis auparavant pour lui chez Fabiani211. C’est ce qui ressort d’un courrier où Wüster exprime des réserves quant au prix convenu et exige un prix plus élevé, et ce après la date de délivrance de la facture de Fabiani qu’il avait lui-même signée212. Fabiani étant connu pour pratiquer des prix vraiment honnêtes, Martin accepta l’augmentation du prix du tableau213. C’est par la même voie qu’une peinture de Corot214 entra aussi dans les collections de Strasbourg, après que Martin eut signé le 27 mars 1942 un ordre de virement à Adolf Wüster pour une somme de 800 000 francs215. Mais les documents relatifs à l’achat prouvent indubitablement que ce dernier avait servi d’intermédiaire pour un collègue français. Le 26 août de la même année, la galerie Renou & Colle confirmait en effet : « Reçu du docteur Martin la somme de huit cent mille francs en paiement d’un tableau de Corot : “Vue d’Orléans”. Une facture provisoire avec une description du tableau a déjà été donnée à l’acheteur216 » (ill. 43, 44).

ill. 43. Alfred Sisley, Paysage avec maisons, 1873, huile sur toile, 45,7 × 61,2 cm, Strasbourg, musée d’Art moderne et contemporain

ill. 43. Alfred Sisley, Paysage avec maisons, 1873, huile sur toile, 45,7 × 61,2 cm, Strasbourg, musée d’Art moderne et contemporain

photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MAMCS 55.974.0.692)

ill. 44. Jean-Baptiste Camille Corot, Vue de Saint-Paterne d’Orléans, vers 1830, huile sur toile, 28,5 × 42 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

ill. 44. Jean-Baptiste Camille Corot, Vue de Saint-Paterne d’Orléans, vers 1830, huile sur toile, 28,5 × 42 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1677)

Hans Haug

  • 217 Voir Ahnne, 1967, p. 9-10.
  • 218 Pour ce qui avait été convenu, voir voir chap. IV. 1, p. 72 ; l’aide apportée par Haug dans les acq (...)

53C’est pour des motifs tout à fait différents de ceux de Wüster, mais d’une manière comparable, que Martin bénéficia également de l’aide de Hans Haug. Depuis que ce dernier avait quitté Strasbourg, il travaillait comme conservateur au musée national de Céramique à Sèvres et s’occupait en même temps du dépôt des Musées nationaux à Cheverny217. Comme convenu au moment où il avait quitté l’Alsace, il informait lui aussi Martin des ventes d’œuvres dont il pensait qu’elles conviendraient pour Strasbourg, se chargeait de les faire réserver et effectuait probablement aussi seul des opérations d’achats218. Il n’existe que peu de lettres échangées pendant la guerre entre les deux historiens de l’art, ceux-ci réglant probablement la plupart des affaires oralement. Cependant, il est possible de démontrer qu’ils agissaient de concert sur le marché de l’art parisien.

  • 219 École française, Oiseaux, 1619, huile sur toile, 141 × 96 cm (MBA 1691).
  • 220 Martin à Aubry, 8 mars 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : Stillleben mit vielen Vög (...)
  • 221 Voir Martin à Haug, 3 mai 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : École allemande, Meist (...)

54En mars 1941, Martin achetait une nature morte aux oiseaux219 que Haug avait auparavant réservée pour la collection strasbourgeoise chez le marchand Georges Aubry. Sans avoir jamais vu la peinture, Martin écrivait – en français – au marchand : « J’ai appris par l’amabilité de monsieur Haug que le panneau sur bois représentant une assemblé [sic] d’oiseaux a été réservé pour le musée de Strasbourg. J’achête [sic] cette peinture définitivement et vous prie de la garder. Veuillez me faire parvenir une facture très prochainement à l’adresse qui suit : Dr. Martin, Staatliche Kunsthalle Karlsruhe, Hans Thomastrasse 2220. » Le 3 mai 1941, Martin informait son collègue français des difficultés survenues lors du paiement en lui faisant également part d’autres nouvelles acquisitions ainsi que de la situation du moment à Strasbourg. Il ressort clairement de cette lettre que Haug était au courant de toutes les affaires en cours (ill. 45)221.

ill. 45. École française, Oiseaux, 1619, huile sur toile, 141 × 96 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

ill. 45. École française, Oiseaux, 1619, huile sur toile, 141 × 96 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1691)

  • 222 Wendel Dietterlin, Auferweckung des Lazarus [Résurrection de Lazare], 1587, huile sur bois, 105 × 8 (...)
  • 223 Voir correspondance de Haug avec Albert Ludwig Jobst, 1920-1939, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (...)

55Par ailleurs, Martin mena à leur terme des transactions que Haug avait préparées au cours des années précédentes. En 1939, ce dernier avait essayé d’acheter une Résurrection de Lazare222 par Wendel Dietterlin par l’intermédiaire d’un marchand d’art allemand223. Faute de disposer de suffisamment de devises, le musée de Strasbourg ne put pas payer l’œuvre. Le 2 décembre 1940, Martin écrivait à Albert Jobst à Francfort, qui avait à l’époque proposé le tableau à la vente :

  • 224 Martin à Jobst, 2 décembre 1940, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : Dietterlin).

« […] Le conservateur des musées de la Ville de Strasbourg, M. Haug, m’a remis en ma qualité de plénipotentiaire pour les musées d’Alsace, la correspondance qu’il a échangée avec vous peu avant le début de la guerre à propos d’un tableau de Wendel Dietterlin. Je vous serais reconnaissant de m’indiquer si le tableau est encore à vendre, dans la mesure où nous sommes toujours intéressés par cette acquisition. Comme il n’y a plus aujourd’hui de problèmes de devises, le paiement s’effectuerait en reichsmarks sur les fonds d’acquisition qui sont à ma disposition pour les musées de Strasbourg224. »

  • 225 Voir Jobst à Martin, 15 décembre 1940, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : Dietterlin).
  • 226 Voir Martin à Jobst, 17 décembre 1940, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : Dietterlin).
  • 227 Voir Holstein à Martin, 1er février 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : Dietterlin).
  • 228 Voir Martin à Holstein, 3 mars 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : Dietterlin).
  • 229 Voir facture Wendel Dietterlin, Auferweckung des Lazarus, 10 mars 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, (...)

56Jobst, qui conservait le tableau en commission pour le compte de son propriétaire Paul Holstein, répondit promptement en avançant comme base de discussion pour fixer un prix en reichsmarks la somme de 32 000 marks censée avoir été convenue en 1920 avec Haug. Il réclamait en outre une commission de 20 %225. Martin estimait quant à lui cette pièce à environ 5 000 reichsmarks, un montant donc beaucoup moins élevé226. Quand le propriétaire Paul Holstein, sans connaître les prétentions éhontées de son agent, envoya directement à Strasbourg et à la surprise de tous une proposition le 1er février 1941227, Martin rompit les négociations avec le marchand. Il informa Holstein de celles qu’il avait menées parallèlement avec Jobst228 et le 10 mars 1941 la pièce était achetée directement à son propriétaire pour 6 000 reichsmarks229.

  • 230 Voir facture Drölling, Stillleben mit Bildnis seines Sohnes, et assiette de grès avec vue du châtea (...)
  • 231 Martin Drölling, L’Enfant au gigot, xixe siècle, huile sur bois, 23 × 29,5 cm (MBA 1625b).

57Le 8 octobre 1941, Hans Haug vendit une peinture de Martin Drölling aux musées de Strasbourg230, L’Enfant au gigot231. Convaincu qu’elle complèterait avantageusement la collection strasbourgeoise, il avait vraisemblablement acheté lui-même le tableau sur le marché parisien. Comme aucune indication de provenance ne figure dans les documents d’achat, il est possible qu’il se soit agi aussi d’une œuvre provenant de la collection particulière de Haug et que, confronté à des difficultés financières, celui-ci ait voulu la vendre (ill. 46).

ill. 46. Martin Drölling, L’Enfant au gigot, xixe siècle, huile sur bois, 23 × 29,5 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

ill. 46. Martin Drölling, L’Enfant au gigot, xixe siècle, huile sur bois, 23 × 29,5 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1625b)

  • 232 Voir Haug, Bestätigung über den Erhalt von 10 000 francs, 5 mars 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, n(...)
  • 233 Voir Nachweisung über den Verbrauch des Einkaufsvorschusses von 215 680,50 RM, Rücküberweisungsdatu (...)
  • 234 Pour le manque d’assurance de Martin en matière d’art décoratif, voir Martin à Haug, 11 juillet 194 (...)

58Parmi les autres achats effectués grâce à Haug, il faut aussi mentionner une miniature en émail de Josiar Barlette (vers 1660 – 1728) représentant un vieil homme portant un col à fraise. Haug certifie par un document du 5 mars 1942 avoir reçu de Martin la somme de 10 000 francs pour cette œuvre232. La preuve qu’il s’agit d’une nouvelle acquisition pour le musée de Strasbourg est apportée par le « justificatif de l’utilisation de l’avance pour acquisition » qui mentionne nommément Haug comme vendeur233. Le nom de Haug revenant régulièrement dans les documents, Wagner, qui cosignait les reçus, était forcément au courant des contributions de Haug à ces acquisitions. Sur le fond, on peut supposer que toutes les acquisitions effectuées à Paris pour la Direction générale des musées dans le domaine des arts décoratifs, et en particulier les céramiques et porcelaines, avaient été présélectionnées par Hans Haug puisque Kurt Martin – comme il le reconnaissait lui-même – n’en était pas spécialiste et s’appuyait volontiers sur l’expertise de son collègue234.

  • 235 Voir Martin à C.d.Z., Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung, 27 octobre 1942, dans GLA 4 (...)
  • 236 Voir Martin, Bericht über die Einkäufe in Paris, 16 décembre 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 38 (...)

59Martin cherchait, réservait, achetait. La rapidité avec laquelle il parvint à acquérir des œuvres de grande valeur au cours du premier exercice budgétaire de la Direction générale est sans aucune commune mesure avec ce qu’il put faire par la suite. Il s’efforça de tirer parti de la situation du marché parisien, pressentant que l’offre ne resterait pas indéfiniment aussi abondante. De fait, les prix augmentèrent considérablement dès 1941. De plus, le gouvernement de Vichy introduisit continuellement de nouvelles contraintes qui compliquaient encore l’exportation d’œuvres d’art vers l’Alsace235. Dans son « Rapport sur les acquisitions à Paris » de décembre 1941, Martin souligne ainsi rétrospectivement à quel point il avait été important d’effectuer l’année précédente autant d’acquisitions que possible236. Les longues listes des achats réalisés lors de ses derniers voyages à Paris prouvent qu’il avait largement rempli la mission qu’il s’était lui-même fixée. L’enthousiasme suscité par la quantité et la qualité des œuvres acquises en si peu de temps ressort par exemple des Mémoires du conseiller Karl Asal, du Badisches Kultusministerium, qui avait accompagné Martin en novembre 1941 lors d’un de ses voyages à Paris. Trente ans plus tard, son euphorie restait intacte :

  • 237 Karl Asal, Ausschnitte aus meinem unter 5 Regierungen verbrachten Leben, niedergeschrieben im April (...)

« Le Gauleiter et Reichsstatthalter Wagner souhaitait dès le début faire de Strasbourg la capitale culturelle de la région du Rhin supérieur qui devait réunir le Bade et l’Alsace. Il avait l’intention de transformer et d’agrandir le palais Rohan, lequel ne dépassait pas jusque-là les dimensions d’un musée de province, pour en faire une collection de stature européenne. C’est ainsi qu’il m’envoya à Paris, accompagné du directeur Martin, avec pour mission d’y acquérir des œuvres d’art pour un maximum de un million de reichsmarks. Comme à l’époque la valeur du reichsmark était en train de fondre, je m’autorisai à dépenser le double de la somme dans l’espoir, justifié, qu’en cas de contestation par la Cour des comptes, la revente d’une petite partie des acquisitions effectuées suffirait à compenser le million de reichsmarks dépensé de mon propre chef. L’opération fut un véritable succès. Des toiles d’une immense valeur, par exemple un Tiepolo, un Frans Hals et un merveilleux Goya, le portrait du marquis d’Iriarte, rejoignirent le château de Rohan dont ils constituent aujourd’hui les perles237 » (ill. 5).

Transports

  • 238 Martin à Hupp, 4 mai 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : 2 Wruggenscheiben Schöfferl (...)
  • 239 Liste des formulaires nécessaires dans Martin à Kuetgens, 10 juin 1943, dans GLA 441 Zug. 1981/70, (...)

60Vers la fin de l’année 1941, Martin s’occupa de faire transférer les œuvres du dépôt de la société parisienne Schenker jusqu’à Strasbourg. Il fallait bien en effet que la « récolte238 » rejoigne sa destination. Pour exporter les œuvres de Paris en Alsace, il fallait fournir pour chacune des pièces un certain nombre de documents : une facture spécifique établie par le marchand, une attestation d’acquisition de l’acquéreur indiquant le nom de l’œuvre, ainsi qu’une autorisation d’exportation délivrée par le Kunstschutz auprès du commandement militaire en France et enfin un accord pour la Devisenstelle – le tout en double exemplaire. De plus, une attestation indiquant le nom des œuvres et une autorisation d’exportation pour la chambre de commerce de Strasbourg étaient également obligatoires afin d’obtenir l’autorisation d’importer les œuvres, laquelle était requise si le paiement s’effectuait par virement aux marchands, pour que la somme puisse être versée par la Caisse d’Alsace-Lorraine239.

  • 240 Voir [illisible] à Wüster, 24 octobre 1941 (courrier identique pour l’envoi d’une partie des œuvres (...)
  • 241 Voir Kuetgens, Ausfuhrgenehmigung für Dr. Martin (Karlsruhe/Straßburg) nach Deutschland, 13 novembr (...)
  • 242 Télégramme de Schenker & Co à Martin, 14 novembre 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier  (...)
  • 243 Voir liste des œuvres acquises et devant être importées, destinée au commandement militaire en Fran (...)
  • 244 Martin à Oberst Blankenhorn, 16 décembre 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 90.
  • 245 Voir ibid.

61Le 24 octobre 1941, un collaborateur du Badisches Kultusministerium écrivait à Wüster de veiller à ce que les objets d’art achetés par Martin depuis février 1941 et qui étaient restés chez Schenker soient expédiés à Strasbourg « sous la forme d’un transport militaire […] selon la procédure utilisée pour les musées rhénans »240. Felix Kuetgens, pour le commandement militaire en France, autorisa l’exportation des objets le 13 novembre 1941 en notant sur le formulaire qu’ils étaient tous destinés aux musées de Karlsruhe ou de Strasbourg, raison pour laquelle leur importation en Allemagne relevait de la franchise de douane et de taxe241. Le 14 novembre, la société Schenker adressa à Martin le télégramme suivant : « Objets d’art prêts pour l’expédition vendredi. Chargement de 30 mètres cubes242. » Martin se mit donc en route pour Paris afin d’assister au chargement de ses achats. La date exacte n’est pas connue, mais le transport dut avoir lieu entre le 3 et le 10 décembre. En effet, les listes des pièces destinées au commandement militaire sont établies à la date du 3 décembre et, le 10 du même mois, Martin informait Wüster et la société Schenker que le voyage s’était bien passé243. Il devait relater plus tard à son collègue et ami de longue date du musée de l’Armée de Bade, le colonel Blankenhorn, l’aventure qu’avait représentée le voyage de ses « trésors244 » dans un camion placé sous la protection de trois brigadiers en chef du gouvernement militaire, voyage qui, du fait d’un épais brouillard, avait duré trois jours245.

  • 246 Francisco de Goya, Portrait de Bernardo d’Yriarte, 1797, huile sur toile, 108 × 84 cm (MBA 1660).
  • 247 Philippe Jacques de Loutherbourg, Scène d’amour dans un parc, xviiie siècle, huile sur toile, 38 × (...)
  • 248 Michael-Martin Drölling, Portrait de jeune fille, xixe siècle, huile sur toile, 34,3 × 26,6 cm (MBA (...)
  • 249 Thomas Couture, Les Romains de la décadence, vers 1848, huile sur toile, 22,5 × 36 cm (MBA 1674).
  • 250 Œuvre non identifiée, localisation inconnue.
  • 251 Befürwortung zum Ankauf und zur Ausfuhr aus Frankreich durch den deutschen Kunstschutz, 14 janvier (...)

62On sait que deux autres expéditions d’œuvres d’art de Paris vers Strasbourg eurent lieu début 1942. Il s’agissait de pièces pour lesquelles l’accord de la Devisenstelle n’avait pas encore été délivré ou bien d’acquisitions effectuées à une date ultérieure. Le 14 janvier, le commandement militaire autorisait l’entrée en Alsace des tableaux suivants : « Goya : Portrait de Bernardo d’Yriarte246. Loutherbourg : Scène d’amour [dans un parc]247. Drölling : Portrait de jeune fille248. Couture : esquisse pour le tableau Les Romains de la décadence249. Maître anonyme : Nature morte aux fruits250 »251 (ill. 5, 47, 48, 49). Une demande dûment remplie d’autorisation auprès de la Devisenstelle relative à cette importation fournit une justification politique, vraisemblablement standard, au transfert des œuvres d’art dans la zone d’influence allemande. C’est clairement la vieille idée national-socialiste d’une concurrence avec l’« ennemi héréditaire » qu’était la France qui ressort de la réponse à la question sur l’utilisation des marchandises :

  • 252 Antrag auf Erteilung einer Devisenbescheinigung für die Wareneinfuhr von fünf Gemälden aus Paris, s (...)

« Les tableaux ont été acquis à la demande du chef de l’Administration civile en Alsace. Il s’agit de tableaux destinés aux musées de la ville de Strasbourg qui ont été achetés pour des motifs particulièrement politiques. Ces œuvres doivent prouver que l’administration publique en Alsace a, même en temps de guerre, fait œuvre d’édification culturelle et ce dans des dimensions qui dépassent largement les acquisitions effectuées du côté français. Au vu de ces raisons, l’Administration militaire pour la France, service du Kunstschutz, a non seulement donné l’autorisation de les acquérir et de les exporter, mais elle a aussi apporté [à cette entreprise, N.d.T.] toute forme de soutien puisqu’on pouvait craindre que deux de ces œuvres ne soient acquises du côté français252. »

ill. 47. Philippe Jacques de Loutherbourg, Scène d’amour dans un parc, xviiie siècle, huile sur toile, 38 × 29 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

ill. 47. Philippe Jacques de Loutherbourg, Scène d’amour dans un parc, xviiie siècle, huile sur toile, 38 × 29 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1671)

ill. 48. Martin Drölling, Portrait de jeune fille, xixe siècle, huile sur toile, 34,3 × 26,6 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

ill. 48. Martin Drölling, Portrait de jeune fille, xixe siècle, huile sur toile, 34,3 × 26,6 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA *1681)

ill. 49. Thomas Couture, Les Romains de la décadence, vers 1848, huile sur toile, 22,5 × 36 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

ill. 49. Thomas Couture, Les Romains de la décadence, vers 1848, huile sur toile, 22,5 × 36 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1674)

  • 253 Voir Wüster, Bestätigung über den Erhalt von 4 135 000 ffrs., 3 mars 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/7 (...)
  • 254 Le 29 avril, Haupt, directeur de la Badische Hochschule der bildenden Künste, l’École des beaux-art (...)

63Après confirmation le 3 mars par Wüster que les œuvres avaient bien été payées253, elles furent rapidement livrées à Karlsruhe254.

  • 255 Voir Wüster, Rechnung, 25 mars 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : Fragonard, Fragon (...)
  • 256 Pour les bases juridiques, voir Journal officiel du 12 novembre 1941, p. 4884 : « Instruction sur l (...)

64Un second achat groupé de cinq tableaux et de quelques objets d’art décoratif fut facturé le 25 mars 1942 par Wüster255. Mais comme à ce stade les dispositions pour l’importation de marchandises en Alsace avaient de nouveau changé, il ne put retirer les fonds virés par Martin depuis Strasbourg pour régler d’autres marchands parisiens256.

L’« Elsass Clearing »

  • 257 Par l’ordonnance du 1er mars 1941, le reichsmark devenait le seul moyen de paiement pour l’Alsace. (...)
  • 258 Voir Lagebericht des Militärbefehlshabers in Frankreich [rapport sur la situation du commandement m (...)
  • 259 Voir Lagebericht des Militärbefehlshabers in Frankreich, février-mars 1942, point V.5, consultable (...)

65Dès janvier 1942, dans son rapport sur la situation, le commandement militaire en France avait attiré l’attention sur le déséquilibre monétaire entre l’Alsace, dont la monnaie était le reichsmark257, et la France où les paiements continuaient de se faire en francs. L’accord de compensation entre la France, l’Alsace et la Moselle présentait au 6 janvier de cette année-là un solde de (seulement) 1,5 million de reichsmarks en défaveur de la France. Mais cela ne correspondait pas à la situation réelle dans la mesure où les exportations de marchandises vers l’Alsace-Moselle étaient beaucoup plus importantes que les importations en France de marchandises venant d’Alsace. Ce déséquilibre reposait sur le fait que les acheteurs alsaciens et lorrains, notamment à Paris, contournaient l’accord de compensation en effectuant des paiements en espèces258. En conséquence, le rapport rédigé par le commandement militaire en France pour les mois de février et mars 1942 indique que l’administration militaire s’est entendue avec le Reichswirtschaftsministerium [ministère de l’Économie du Reich] pour n’autoriser à l’avenir les investissements allemands en France que s’ils respectaient la réglementation française en matière de devises. Cette procédure s’établit dans le langage courant sous le nom d’« Elsass Clearing »259.

  • 260 Voir Martin, note résumant la teneur d’un appel de Wüster du 30 avril, 5 mai 1942, dans GLA 441 Zug (...)
  • 261 Voir Hupp à Martin, 2 mai 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : 2 Wruggenscheiben Schö (...)
  • 262 Voir Martin, note résumant la teneur d’un appel de Wüster du 30 avril, 5 mai 1942, dans GLA 441 Zug (...)

66Désormais, le règlement des sommes virées par Martin en France ne put se faire qu’en passant par la caisse de compensation Alsace-Moselle qui exigeait néanmoins pour l’effectuer une autorisation du ministère des Finances français. Outre les factures nécessaires jusque-là, il fallait dorénavant une autorisation écrite de la chambre de commerce, dont Wüster estimait que l’établissement prendrait probablement plusieurs mois. L’Alsace étant toujours considérée par le ministère français des Finances comme un territoire français et Wüster s’attendant à des difficultés, il décida immédiatement après avoir pris connaissance de ces informations de régler de ses propres deniers les œuvres encore restées à Paris au printemps 1942 et les ajouta à un transport par camion destiné aux Städtische Kunstsammlungen de Düsseldorf qu’il était justement en train d’organiser260. De là, elles purent sans problème rejoindre Karlsruhe261. Du fait de ces complications, Wüster demanda qu’à l’avenir les transactions ne passent plus par lui, ce qui eut pour conséquence que les acquisitions de l’Administration générale à Paris se raréfièrent262.

Budget 1942-1943 – Acquisitions en Hollande

  • 263 Voir Gerard Aalders, Geraubt! Die Enteignung jüdischen Besitzes im Zweiten Weltkrieg, Cologne, 2000 (...)

67Au cours du deuxième exercice budgétaire de l’Administration générale, Martin se tourna vers le marché de l’art hollandais. En Hollande, le commerce était également en plein essor263. En raison des difficultés qui entravaient désormais l’importation en Alsace de marchandises en provenance de Paris, le marché hollandais représentait une nouvelle occasion d’acquérir des œuvres d’art à bon compte.

  • 264 Les inventaires indiquent pour 1942 : 27 acquisitions auprès de marchands et de personnes privées e (...)
  • 265 Voir de Boer à Martin, 4 juillet 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : Binoit).
  • 266 Pour le marchand d’art Pieter de Boer, voir Adrian Venema, Kunsthandel in Nederland 1940-1945, Amst (...)
  • 267 Voir de Boer à Martin, 19 août 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : Binoit).
  • 268 Peter Binoit, Fruchtstillleben mit Weintrauben [Nature morte de fruits avec grappes de raisin], xvi (...)
  • 269 Voir Martin à de Boer, confirmation d’achat, 9 décembre 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Do (...)

68Pour les 80 tableaux achetés en 1942, un tiers des marchands étaient hollandais264. Comme à Paris, Martin avait très rapidement fait savoir aux marchands néerlandais ce qu’il cherchait. Après qu’il eut manifesté son intérêt pour des tableaux de l’entourage de Stoskopff265, en août 1941, Pieter de Boer266, un marchand d’Amsterdam spécialiste des natures mortes, envoya pour la première fois pour examen à la Kunsthalle de Karlsruhe267 un tableau de Peter Binoit268, à la suite de quoi Martin acheta le tableau pour l’Administration générale269. Étant donné la qualité du travail et la facilité de l’opération, Jan Lauts, chargé d’envoyer la confirmation d’achat au marchand, rappelait l’intérêt que portait son supérieur à d’autres tableaux :

  • 270 Lauts à de Boer, 10 septembre 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : Binoit).

« Si vous deviez avoir connaissance d’autres œuvres de cet entourage, nous vous serions reconnaissants d’attirer notre attention sur elles. Il serait pour nous du plus grand intérêt de pouvoir obtenir une œuvre attribuée avec certitude à Daniel Soreau, le maître du peintre strasbourgeois Stoskopf [sic] ; le directeur Martin vous a déjà écrit de son côté que nous sommes intéressés par tous les maîtres qui faisaient partie de ce cercle. Pour la Kunsthalle de Karlsruhe, nous cherchons depuis longtemps un bon Coninxloo dont l’attribution soit certaine et qui soit si possible signé. Ce qui serait en outre important pour nous serait de trouver un bon et incontestable Terborch270. »

  • 271 La durée de son séjour n’est pas connue, mais Martin était en tout cas à Amsterdam le 19 février 19 (...)
  • 272 Voir de Boer à Martin, Liste des œuvres pour l’offre du 9 avril 1942, 20 avril 1942, dans GLA 441 Z (...)

69Quelques mois passèrent avant que Martin ait de nouveau des nouvelles de Pieter de Boer. Entre-temps, il s’était personnellement rendu aux Pays-Bas pour y faire ses premiers pas sur ce marché271. En avril 1942, il recevait un courrier du marchand d’Amsterdam lui proposant pas moins de 17 toiles272.

  • 273 De Boer à Martin, 9 avril 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Van der Heyden, Van Go (...)

« Lors de votre visite, je vous avais promis de vous informer si de nouvelles œuvres intéressantes se présentaient. C’est le cas aujourd’hui. Outre une œuvre majeure d’Adriaen van der Werff, une belle nature morte de chasse d’Adriaen van Utrecht, divers bons tableaux d’agréables petits maîtres hollandais, nous avons chez nous un magnifique petit Jan van der Heyden, un extraordinaire paysage fluvial de Jan van Goyen et une petite scène d’hiver du même, une magnifique nature morte de Willem Kalff et un tableau très beau et intéressant du très rare Jan Mancadam. Cela vaudrait certainement la peine que vous veniez dès que possible273. »

  • 274 Voir Martin à de Boer, 20 avril 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Van der Heyden, (...)
  • 275 Voir de Boer à Martin, 29 avril 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Van der Heyden, (...)
  • 276 Martin à de Boer, 5 mai 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Van der Heyden, Van Goye (...)
  • 277 Jan van Goyen, Winterlandschaft [Paysage d’hiver], 1653, huile sur bois, 23,5 × 40,5 cm (NK 1820).
  • 278 Jan van der Heyden, Ansicht einer holländischen Stadt [Vue d’une ville hollandaise], xviie siècle, (...)
  • 279 Voir Rechnung Jan van der Heyden, Jan van Goyen, 3 juin 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Do (...)
  • 280 Voir de Boer à Martin, 8 juillet 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Van der Heyden, (...)
  • 281 Il s’agissait d’un décret assouplissant les dispositions des échanges monétaires entre l’Allemagne (...)

70Martin ne pouvait pas se déplacer aussi rapidement274. C’est pourquoi on se contenta d’abord d’échanger des documents photographiques275, avant de procéder à des réservations fermes276. Le 3 juin, Martin se rendait à Amsterdam et achetait le paysage d’hiver de Jan van Goyen277 et la vue d’une ville hollandaise278 de Jan van der Heyden279. En Hollande, il pouvait régler ses acquisitions par virement280, car depuis le 1er avril 1941, avait été adoptée une compatibilité directe entre les deux monnaies, ce qui suspendait de fait la frontière monétaire281.

Transports

  • 282 Pour l’expédition des achats de février 1942 par de Boer, voir de Boer à Martin, 11 mars 1942 ainsi (...)
  • 283 Voir Martin à de Boer, 15 juillet 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Van der Heyden (...)

71Une fois le règlement effectué, les achats réalisés par Martin en Hollande étaient envoyés à Karlsruhe par un transporteur ou, comme dans ce cas précis, Martin les transportait lui-même282. Il escomptait éviter ainsi à la frontière les problèmes de droits de douane et d’échange de devises ; les difficultés qu’il avait connues pour l’exportation de ses achats parisiens ne devaient en aucun cas se reproduire283. Avant de venir chercher les tableaux, il présenta brièvement son idée à de Boer :

  • 284 Martin à de Boer, 1er août 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Van der Heyden, Van G (...)

« Je vous serais […] très reconnaissant de faire emballer les tableaux pour moi. Je pense prendre dans ma valise tous ceux qui sont de dimensions inférieures à 40 cm. Éventuellement, il serait plus pratique que je prenne par exemple le tableau de van der Heyden sans cadre dans ma valise et que je transporte son cadre et le plus grand van Goyen dans un paquet séparé ou une petite caisse facile à porter. Je vous prierais de faire emballer la caisse ou le paquet pour ce tableau de telle manière qu’en cas de contrôle à la douane, je puisse facilement montrer la toile et la réemballer284. »

  • 285 Konrad Faber von Kreuznach, Portrait d’Anna Martoffin, 1528, huile sur bois, 14 × 11,5 cm (MBA 1985 (...)
  • 286 Pour le marchand d’art Hoogendijk à Amsterdam, voir Venema, 1986, p. 267-270 ; Heijbroek et Griensv (...)
  • 287 Le musée de Strasbourg possède une toile de Savery envoyée sans doute depuis le Collecting Point de (...)
  • 288 Voir Martin à Hoogendijk, 15 juillet 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Faber von K (...)
  • 289 Voir Martin à Beets, 16 mars 1943 (achat Jodocus de Momper) : « Je vous prie de garder pour le mome (...)

Ces deux toiles hollandaises, comme le Portrait d’Anna Martoffin par Konrad Faber von Kreuznach285 acheté chez Hoogendijk286, et un petit Paradis des animaux de Roeland Savery287 acheté chez Cassirer, passèrent ainsi la frontière avec Martin avant de rejoindre le musée (ill. 50, 51)288. Plusieurs autres transports effectués par Martin sont connus pour 1943289.

ill. 50. Konrad Faber von Kreuznach, Portrait d’Anna Martoffin, 1528, huile sur bois, 14 × 11,5 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

ill. 50. Konrad Faber von Kreuznach, Portrait d’Anna Martoffin, 1528, huile sur bois, 14 × 11,5 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1985)

ill. 51. Roeland Savery, Paysage de forêt avec animaux, xviie siècle, huile sur toile, 96 × 140 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

ill. 51. Roeland Savery, Paysage de forêt avec animaux, xviie siècle, huile sur toile, 96 × 140 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 44.976.0.16)

  • 290 Voir Martin à Kuetgens, 11 août 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Zwei Zunftscheib (...)
  • 291 Pour les marchands d’art hollandais demandant des certificats d’entrée des objets qu’ils avaient ve (...)
  • 292 Interrogé à la fin de la guerre sur les raisons de ce choix, Martin répondit : « Les acquisitions p (...)

72Que le transport s’effectue via un transporteur ou dans une valise, les achats effectués en Hollande n’avaient jamais pour destination Strasbourg, ils étaient adressés à la Staatliche Kunsthalle de Karlsruhe. Et ce non seulement parce que c’est là qu’étaient traitées – sous la direction de Luise Vernickel – toutes les opérations de facturation de l’Administration générale, mais aussi parce que l’importation en Alsace d’objets en provenance de Hollande, c’est-à-dire d’un territoire occupé à l’autre, aurait été extrêmement compliquée en termes de droit administratif290. L’exportation de tableaux vers Karlsruhe, en outre, présentait des avantages pour les marchands hollandais dans la mesure où les ventes à une collection publique allemande étaient affranchies de taxe sur la valeur ajoutée291. Ainsi, les tableaux destinés à Strasbourg auraient dû ensuite les uns après les autres quitter Karlsruhe et franchir le Rhin mais, faute de temps et de coordination pour organiser l’évacuation des œuvres dans des lieux protégés des bombardements, les choses en allèrent finalement autrement. Ce qui eut pour conséquence que, à la fin de la guerre, toutes les œuvres achetées en Hollande par l’Administration générale se trouvaient sans exception dans des abris près de Karlsruhe292.

Acquisitions accélérées

73Procéder à de nouvelles acquisitions figurait explicitement dans le cahier des charges de Martin ; c’est la raison pour laquelle il devait accomplir aussi rapidement que possible cette tâche. À la fin de chaque exercice budgétaire annuel en particulier, cette pression donnait lieu à des décisions d’achat parfois précipitées. Au printemps 1942, la somme allouée et non dépensée était semble-t-il extrêmement élevée, car les archives attestent un nombre étonnant d’achats – de tentatives d’achats comme d’achats réellement effectués – réalisés à la hâte. Dès février, Martin écrivait à Walther Bernt, un expert de Munich spécialisé dans la peinture des Pays-Bas :

  • 293 Martin à Bernt, 10 février 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : Joseph Anton Koch : G (...)

« J’ai encore à ma disposition des sommes considérables qui devraient être dépensées avant le 1er avril de cette année, faute de quoi elles deviendraient caduques et ne pourraient être reportées. On pourrait tout à fait penser à une pièce de premier ordre, voire une œuvre de Rembrandt, un beau Rubens ou toute autre chose pouvant convenir au cadre de la galerie de peinture de Strasbourg ou à celui de Karlsruhe. Pouvez-vous m’aider293 ? »

  • 294 Martin à Böhler, 19 mars 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : Fragonard, Fragonard, H (...)

74Le 19 mars, il priait le marchand Julius Böhler, lui aussi de Munich, de lui faire aussitôt une proposition avec photo et prix pour un portrait de femme de Runge : « Il faudrait toutefois que je puisse disposer de ces documents d’ici mercredi ou jeudi de la semaine prochaine pour pouvoir, le cas échéant, venir immédiatement à Munich voir l’original. La décision serait alors l’affaire d’un jour ou deux294. »

  • 295 Jan Siberechts, Landschaft mit Hirten, Schafen und Kühen [Paysage avec bergers, moutons, et vaches] (...)
  • 296 Pour le marchand d’art Kurt Bachstitz à La Haye, voir Venema, 1986, p. 283.

75Une facture du 26 mars atteste l’achat par Martin d’un paysage de Jan Siberechts295, achat décidé faute de temps à partir d’une reproduction de catalogue. La toile provenant de La Haye ayant été livrée à Karlsruhe, Martin fait part au marchand Bachstitz296 de son soulagement quant à la qualité de l’œuvre :

  • 297 Martin à Bachstitz, 1er mai 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : Jan Siberechts, Land (...)

« Je peux aujourd’hui vous informer que le tableau de Jan Siberechts est arrivé hier intact à Karlsruhe. J’ai également reçu aujourd’hui une quittance de 30 000 florins hollandais du précédent propriétaire, de sorte que la procédure d’achat est complètement achevée. C’est la première fois de ma vie que j’ai acheté un tableau sans l’avoir vu et examiné précisément. J’y ai été obligé par l’urgence, et seules les circonstances tout à fait exceptionnelles de ces derniers jours m’ont empêché de me rendre en Hollande. Mais d’un autre côté, si j’avais hésité, je n’aurais plus pu disposer de cet argent. Vous comprendrez certainement que, malgré la description et la reproduction chez Fokker, je n’étais pas complètement rassuré jusqu’à ce que je puisse voir le tableau de mes propres yeux. Il est maintenant là, je ne vous cache pas que je m’en réjouis et ne regrette en aucun cas de l’avoir acheté297. »

Intermédiaires

  • 298 Martin à de Boer, 25 février 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : Beuckelaer, Vosmaer (...)
  • 299 La galerie Cassirer de Berlin fut contrainte à la liquidation par les lois nazies de 1937. De 1933 (...)
  • 300 Voir Martin à Haug, 12 avril 1947, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg et GLA 441 Zug (...)
  • 301 Voir Günther Haase, Kunstraub und Kunstschutz. Eine Dokumentation, Hildesheim, 1991, p. 185 : « Pli (...)
  • 302 Le bureau placé sous la direction de Kajethan Mühlmann saisissait les œuvres d’art répondant à la d (...)
  • 303 Pour le travail de Plietzsch pour le bureau Mühlmann, voir Nicholas, 1995, p. 139-140 ; pour sa bio (...)

76Contrairement à ce qui était le cas à Paris, Martin ne pouvait s’appuyer sur aucun intermédiaire précis aux Pays-Bas. Il devait faire confiance aux petits services que lui rendaient à l’occasion divers galeristes et marchands d’art. Dans l’espoir d’acquérir un travail de Pieter de Hoogh – qui était déjà réservé par quelqu’un d’autre –, Martin chargea par exemple Pieter de Boer en février 1942 d’acheter le tableau en son nom dans les plus brefs délais : « Si ce travail devait néanmoins s’avérer disponible, je vous confirme notre accord selon lequel je vous donne pouvoir d’acquérir le tableau pour la somme de 100 000 florins hollandais298. » Helmuth Lütjens, qui gérait la galerie Cassirer alors établie à Amsterdam299, et dont Martin était un vieil ami300, l’informait de ce qui se passait sur le marché et essaya parfois de l’aider dans ses acquisitions. Dans trois cas au total, on peut démontrer qu’il y a eu aussi collaboration avec le marchand d’art berlinois Eduard Plietzsch. Ce dernier était expert en peinture hollandaise et, bien qu’officiellement sa position par rapport au parti ait été plutôt critique301, il travaillait depuis 1940 pour le bureau Mühlmann à La Haye, dont l’activité aux Pays-Bas était comparable à celle de l’ERR dans la France occupée302. Martin avait connu Plietzsch avant la guerre et l’appréciait pour ses connaissances. C’est vraisemblablement pour cette raison qu’il ne recula pas devant la collaboration avec Plietzsch en dépit du travail de ce dernier pour Mühlmann303.

  • 304 Voir Martin à Lauts, 30 juin 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Terborch Musikstund (...)
  • 305 Voir Eduard Plietzsch, Gerard Ter Borch, Vienne, 1944.
  • 306 Gerard Terborch, Cornelis de Graeff (1650-1778), 1674, huile sur toile, 38,5 × 28,5 cm (NK 2925).
  • 307 Voir fiche NK 2925, consultable en ligne : www.herkomstgezocht.nl.
  • 308 Voir Bachstitz à Martin, 20 mars 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : Jan Siberechts, (...)
  • 309 Voir Martin à Plietzsch, 15 juillet 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Terborch Kna (...)
  • 310 Voir Lütjens à Martin, 30 juin 1942 (en tout trois lettres différentes portant toutes la même date) (...)
  • 311 Voir Plietzsch à Martin, 27 juin 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Terborch Knaben (...)
  • 312 Voir Plietzsch à Martin, 15 juillet 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Terborch Kna (...)
  • 313 Voir ibid.
  • 314 Voir Plietzsch à Martin (télégramme), 16 juillet 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : (...)
  • 315 Martin à C.d.Z., Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung: Zahlungsanweisung für Knabenbild (...)

77Tout le monde savait que Martin s’intéressait aux toiles de Gerard Terborch. Mais comme le peintre était très apprécié, notamment par Hitler, le succès se fit longtemps attendre304. Au cours de l’été 1942, Plietzsch, qui connaissait bien l’œuvre de l’artiste, à qui il consacra d’ailleurs une monographie en 1944305, réussit à acheter deux de ses toiles pour l’Administration générale sans que Martin soit obligé de se rendre en Hollande. Le premier tableau était le portrait de Cornelis de Graeff enfant306, un prêt de la famille Zuilen van Nijvelt qui se trouvait depuis janvier 1933 au Mauritshuis de La Haye307. Martin avait vu plusieurs fois la toile dans les salles du musée308. Au moment où elle devait être mise en vente, plusieurs marchands offrirent leurs services à Martin pour jouer les intermédiaires309. Les négociations avec les propriétaires se révélèrent difficiles. Au début, il fut impossible de s’entendre sur un prix – ce qui était entre autres dû au fait que les différents marchands enchérissaient au nom de Martin310 – jusqu’à ce que finalement Plietzsch emporte la transaction pour 80 000 florins hollandais311. Ayant appris après coup que la peinture était destinée à une institution allemande, les propriétaires voulurent revenir sur la transaction déjà conclue312. Plietzsch évoqua alors la possibilité de faire appel à un avocat313, sur quoi la famille finit par consentir à la vente314. Les 80 000 florins hollandais furent versés par Martin directement à la comtesse Zuilen van Nijvelt, qui était une parente de la famille Rothschild, mais possédait la nationalité hollandaise315.

  • 316 Anon. (autrefois attribué à Gerard Terborch), Musizierendes Paar [Couple de musiciens], xviie siècl (...)
  • 317 Voir Martin à Lauts, 30 juin 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Terborch Musikstund (...)
  • 318 Gerard Terborch, Das Konzert [Le concert], vers 1655, huile sur bois, 57,1 × 45,7 cm (SMB 791G).
  • 319 A.M. de Wild était un fournisseur non associé qui avait à plusieurs reprises procuré des œuvres au (...)
  • 320 De Wild à Martin, 22 juillet 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Terborch Musikstund (...)
  • 321 Voir fiche NK 2740, consultable en ligne : www.herkomstgezocht.nl.
  • 322 Voir Martin à Plietzsch, 8 juillet 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Terborch Knab (...)
  • 323 Voir Plietzsch à Martin, 10 juillet 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Terborch Mus (...)
  • 324 De Wild à Dienststelle Mühlmann, 9 juillet 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Terbo (...)
  • 325 Voir de Wild à Martin, 22 juillet 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Terborch Musik (...)

78Le tableau que Martin appelait Musikstunde [Cours de musique]316 avait été découvert dans une collection particulière hollandaise317. Cette version modifiée du tableau berlinois de Terborch dit Das Konzert [Le concert]318 lui avait été proposée par A.M. de Wild319. Le vendeur se réjouissait beaucoup de conclure cette transaction et fit même préparer une caisse particulière pour que Martin puisse transporter la toile en toute sécurité par le train320. Martin ignorait que – et dans quelles circonstances – le vendeur avait lui-même acquis fort récemment le tableau auprès d’une collection particulière de Wassenaar321. Plietzsch, chargé par Martin de procéder à l’achat322, récupéra le tableau le 9 juillet 1942323. De Wild, le vendeur, certifia la transaction comme suit : « J’assure par la présente vous avoir vendu pour le compte de la Staatliche Kunsthalle de Karlsruhe un tableau de Gerard Terborch, Le Cours de musique, pour la somme de 52 500 florins hollandais324. » Le montant fut ainsi versé non pas à de Wild, mais sur le compte du bureau Mühlmann. Manifestement Plietzsch avait avancé la somme325. À la fin de la guerre, les deux toiles de Terborch furent déclarées comme ayant fait l’objet d’une transaction illégale ; elles se trouvent aujourd’hui en la possession du Nederland Kunstbezit-collectie.

  • 326 Pieter Claesz, Nature morte au crabe, 1644, huile sur bois, 46 × 63 cm (MBA 1819).
  • 327 Voir Plietzsch à Martin, 16 mars 1943, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Pieter Claesz). (...)
  • 328 Plietzsch à Martin, 16 mars 1943, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Pieter Claesz).

79Voulant acheter une nature morte de Pieter Claesz326, Martin utilisa le compte officiel du bureau Mühlmann pour disposer sur place de liquidités et éviter de perdre sa subvention faute d’avoir utilisé l’argent dans les délais prévus par le budget annuel. Plietzsch avait attiré son attention sur ce travail qui n’intéressait pas le bureau Mühlmann327, écrivant le 16 mars qu’il avait vu chez le marchand van der Ploeg une nature morte exceptionnellement bonne de Pieter Claesz – « sans doute la plus belle œuvre du maître que j’aie jamais rencontrée328 » (ill. 52). La réaction de Martin fut enthousiaste :

  • 329 Martin à Plietzsch, 20 mars 1943, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Pieter Claesz).

« Cher Dr Plietzsch, si vous m’écrivez qu’il s’agit de la plus belle œuvre de Pieter Claesz que vous connaissiez, c’est pour moi un jugement de poids. C’est pourquoi je suis pratiquement décidé à acheter le tableau. Mais votre message est aussi le bienvenu d’un autre point de vue ; en effet je dispose encore d’argent, mais seulement jusqu’au 1er avril, début du prochain exercice budgétaire, après quoi il ne pourrait être reporté sur l’année suivante. Pour témoigner expressément de mon intérêt pour le tableau et profiter d’autre part de cette occasion d’utiliser les moyens dont je dispose, j’ai fait virer pour vous la somme de 20 000 florins hollandais sur le compte du secrétaire d’État Dr Mühlmann, le même compte que celui sur lequel nous avions viré à l’époque le montant de l’achat du concert de Terborch. Pardonnez-moi de l’avoir fait sans vous consulter, étant donné le temps qu’il faut malheureusement aujourd’hui pour acheminer la correspondance, c’était d’après mes calculs le seul moyen vraiment sûr de pouvoir encore effectuer le paiement avant le 1er avril329. »

ill. 52. Pieter Claesz, Nature morte au crabe, 1644, huile sur bois, 46 × 63 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

ill. 52. Pieter Claesz, Nature morte au crabe, 1644, huile sur bois, 46 × 63 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1819)

  • 330 Voir Martin à van der Ploeg, 20 mars 1943, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Pieter Clae (...)
  • 331 Plietzsch plaça le tableau en sécurité dans une chambre forte de la banque de Rotterdam en attendan (...)
  • 332 Voir Reichkommissar für die besetzten niederländischen Gebiete, Dienststelle Mühlmann, Rechnung Pie (...)

80Martin demanda des reproductions à van der Ploeg et envoya une réservation ferme pour l’Administration générale330. Les photos qui lui parvinrent lui suffirent pour prendre une décision. Plietzsch fut chargé d’acheter pour lui le tableau avec l’argent qui avait été viré et de le conserver331. Pour éviter d’éventuelles difficultés de la part des services comptables, Plietzsch antidata la facture de deux semaines332.

Correspondance sur la provenance

  • 333 Buomberger, 1998, p. 300.
  • 334 Cornelis Jacobsz. Delff, Grande nature morte, xvie-xviie siècles, huile sur bois, 79 × 125 cm (MBA  (...)
  • 335 Martin à Hoogendijk, 25 février 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : Van Delff).
  • 336 Le baron Carel Wouter Frederik Paulus van Sweerts de Landas Wyborgh (1854-1940) était chambellan de (...)
  • 337 Joachim Beuckelaer, Le Marché aux poissons, 1568, huile sur bois, 119 × 165 cm (MBA 1960).
  • 338 Martin à de Boer, 25 février 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : Beuckelaer, Vosmaer (...)
  • 339 Voir facture de Boer, 19 février 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : Beuckelaer, Vos (...)
  • 340 Philips Wouwerman, Le Passage du gué (Bohémiens), xviie siècle, huile sur bois, 32 × 36 cm (MBA 196 (...)
  • 341 La peinture vient de la collection Captain Robert B. Brassey de Londres, antérieurement : jusqu’en (...)

81Il est frappant de constater que, pour ses achats auprès de marchands hollandais, les demandes de Martin concernant la provenance des œuvres qu’il souhaite acheter se multiplient. Bien qu’à l’époque, dans le commerce de l’art, il ait été d’usage « qu’un acquéreur ne s’enquière pas de la provenance333 », Martin cherchait fréquemment à obtenir ce genre de renseignements sur les tableaux. Par exemple en demandant la facture de la Grande nature morte de Cornelis Delff334 au marchand Hoogendijk, il écrivait : « Je vous serais reconnaissant de me faire savoir en même temps ce que l’on sait d’important quant à la provenance de ce tableau335. » Hoogendijk joignit à sa réponse une facture ainsi qu’un certificat d’origine. Le propriétaire précédent était le baron Sweerts de Landas Wyborgh336. De même, après l’achat du Marché aux poissons337 de Joachim Beuckelaer auprès de de Boer, il se renseigna sur l’historique du tableau338, apprenant ainsi qu’il provenait de la collection de Wychel van Lellens339. Cette méthode permettait à Martin de disposer de certificats d’origine détaillés, parfois même complets. Ce fut par exemple le cas pour Le Passage du gué (Bohémiens)340 de Philips Wouwerman, dont Hoogendijk fournit, avec la facture, un état de huit ventes remontant jusqu’au xviiie siècle (ill. 53, 54, 55)341. Les archives comprennent parfois également des demandes de provenance rédigées par Martin pour des achats antérieurs, mais les cas sont plus rares. Grâce aux bonnes relations qu’il entretenait à Paris et à sa présence fréquente dans la capitale française, le danger de se voir proposer des toiles provenant de collections spoliées semblait moindre.

  • 342 Voir la liste des achats en Hollande, Ankäufe in Holland, jointe avec d’autres listes au rapport de (...)
  • 343 En tout, trois acquisitions chez Schiltmann : 1) Barend Avercamp, Winterlandschaft [Paysage d’hiver (...)
  • 344 Voir Hoogendijk à Martin, 23 mars 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Van Delff).
  • 345 Voir Kunst-Inventar der Gen. Verwaltung 1943.

82Dans les années 1942 et 1943, Martin acheta environ 40 toiles aux Pays-Bas342. Outre le commerce de Pieter de Boer, qui lui fournit la majorité des pièces, il faut mentionner parmi les vendeurs les galeries Paul Cassirer et Hoogendijk à Amsterdam. À La Haye, les pièces achetées venaient de chez Bachstitz, d’Eduard Plietzsch et du bureau Mühlmann ainsi que de M.J. Schiltmann343. Comme à Paris, les marchands hollandais lui faisaient des propositions écrites, envoyant parfois aussi des photographies. Ils ne pouvaient pas apporter eux-mêmes les pièces puisque les marchands hollandais – comme les marchands français à Paris – n’avaient pas le droit de passer la frontière344. Quand Martin voulait prendre des décisions sur certaines acquisitions, il lui fallait donc se rendre lui-même en Hollande. D’après les entrées d’œuvres consignées dans l’inventaire de l’Administration générale, il passa la frontière environ tous les trois mois à partir de février 1942345.

ill. 53. Cornelis Delff, Grande Nature morte, xvi-xviie siècles, huile sur bois, 79 × 125 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

ill. 53. Cornelis Delff, Grande Nature morte, xvi-xviie siècles, huile sur bois, 79 × 125 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1703)

ill. 54. Joachim Beuckelaer, Le Marché aux poissons, 1568, huile sur bois, 119 × 165 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

ill. 54. Joachim Beuckelaer, Le Marché aux poissons, 1568, huile sur bois, 119 × 165 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1960)

ill. 55. Philips Wouwerman, Le Passage du gué (Bohémiens), xviie siècle, huile sur bois, 32 × 36 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

ill. 55. Philips Wouwerman, Le Passage du gué (Bohémiens), xviie siècle, huile sur bois, 32 × 36 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1963)

Budget 1943-1944 – Acquisitions en Allemagne

  • 346 Voir « Die Alliierte (Londoner) Erklärung vom 5. Januar 1943. Inhalt, Auslegung und Rechtsnatur in (...)
  • 347 Voir Martin à Langlotz, 9 février 1946, dans 441 Zug. 1981/70, no 390 : « D’après mon souvenir, les (...)
  • 348 Pour la hausse des prix aux Pays-Bas, voir Aalders, 2000, p. 119. Martin fut informé de cette évolu (...)
  • 349 Voir Martin à Haug, 12 avril 1947, dans MAE carton no 416, P 64 musées de Strasbourg et GLA 441 Zug (...)
  • 350 Voir chap. VII. 2g, p. 212-215 et chap. VII. 3c, p. 230-239 du présent ouvrage.

83Le 5 janvier 1943, les Alliés signaient à Londres une déclaration commune décrétant nuls et non avenus « tous transferts ou transactions relatifs à la propriété, aux droits et aux intérêts, de quelque nature qu’ils soient » accomplis dans les régions occupées par les Allemands depuis 1939 jusqu’à la fin de la guerre346. En faisait également partie le commerce de l’art. On peut supposer, d’après la correspondance de Martin, qu’il avait été informé relativement tôt de cette disposition347. Comme en outre les prix pratiqués à Paris autant qu’aux Pays-Bas avaient considérablement augmenté, il se tourna désormais principalement vers l’Allemagne348. Plus tard, il justifiera l’achat de quelques toiles en France et en Hollande après janvier 1943 par l’espoir qu’il aurait alors nourri que ces achats pour les musées de Strasbourg qui, juridiquement, se trouvaient sur le sol français, n’entreraient pas dans le cadre du règlement mentionné349, et ce fut effectivement le cas350.

  • 351 Voir Angelika Enderlein, Der Berliner Kunsthandel in der Weimarer Republik und im NS-Staat. Zum Sch (...)
  • 352 Voir discours de Goebbels, 18 février 1943, extraits repr. dans Das Dritte Reich. Weltanspruch und (...)
  • 353 Enderlein, 2006, p. 145.
  • 354 Voir ibid., p. 149-150 ; pour l’évolution des prix sur le marché de l’art allemand pendant la Deuxi (...)

84Mais en Allemagne aussi, le marché avait changé. Il était désormais rare que soient proposées des œuvres d’art de premier ordre. Et en raison d’une demande effrénée suscitée par l’incertitude économique dans laquelle la guerre plongeait les Allemands, des pièces parfois sans grande valeur atteignaient des prix exorbitants351. Le 18 février 1943, Goebbels parla pour la première fois publiquement de « guerre totale »352. La « mobilisation » qui s’ensuivit et le recrutement de toutes sortes de personnels pour participer à l’effort de guerre eurent également des conséquences sur le marché de l’art. « Le nombre des ventes aux enchères diminua significativement au cours de l’année 1943 ; en septembre 1944, elles étaient complètement suspendues353. » Malgré la raréfaction des ventes, les prix pratiqués au cours de cette année 1943 dans les salles des ventes furent les plus élevés jamais atteints sous le nazisme. En 1944, étant donné qu’on pouvait espérer acheter à bas prix dans les ventes publiques, il n’y eut quasi aucune offre d’œuvres d’art à prix fixe sur le marché, dans la mesure où les marchands pouvaient escompter des gains plus considérables dans les ventes aux enchères354.

85L’évolution que nous avons décrite explique pourquoi, à partir de 1943, Martin se montra plus réservé que les années précédentes. Outre les difficultés liées à l’offre, il faut aussi évoquer chez lui des scrupules d’ordre moral : alors que les attaques aériennes touchaient pour la première fois son environnement immédiat, l’extension de la collection ne lui apparaissait plus comme prioritaire. Il écrivait en juillet 1943 à son collègue Kurt Bauch :

  • 355 Martin à Bauch, 2 juillet 1943, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 90. Martin écrivait déjà en avril de (...)

« La guerre prend peu à peu des formes qui me font apparaître la poursuite des achats pour notre musée comme problématique et humainement guère défendable. C’est pourquoi je vais peu à peu régler les affaires en cours surtout avec l’étranger et investir toute mon énergie dans la défense antiaérienne pour laquelle nous avons heureusement eu jusqu’ici tout le succès que nous pouvions espérer355. »

86Sur le fond, on peut retenir que le nombre et la qualité des œuvres acquises à partir de 1943 par la Direction générale baissèrent et que la part des arts décoratifs et des œuvres gravées augmenta par rapport à la peinture.

  • 356 Voir Martin à C.d.Z., Abteilung Wissenschaft, Erziehung und Volksbildung, 8 mars 1943, dans GLA 441 (...)
  • 357 Toutes ces indications dans Inventar der Generalverwaltung der Oberrheinischen Museen Straßburg et (...)

87Au cours de l’année civile 1943, Martin acheta en tout 40 tableaux dont 21 provenaient d’Allemagne, 8 de Paris et 5 des Pays-Bas. Est également attesté le transfert de 5 toiles de la Kunsthalle de Mulhouse, certaines étant des propriétés de la Ville, d’autres provenant de biens des « ennemis du peuple et du Reich »356. Pour l’année calendaire 1944 sont consignées dans les inventaires 14 autres entrées de tableaux provenant exclusivement d’Allemagne. La plupart de ces œuvres achetées par Martin avaient appartenu à des collections particulières. Il acheta en outre des pièces provenant des dépôts d’autres musées et, contrairement à son habitude, il participa lui-même à des enchères357.

L’exemple de la maison de ventes Hans W. Lange

  • 358 Caroline Flick, à Berlin, travaille à une vaste étude consacrée à la maison Hans W. Lange (1937-194 (...)

88La maison Hans W. Lange, de Berlin (commerce d’art « aryanisé » de Paul Graupe), fut l’une des rares adresses qui continua d’organiser des ventes en Allemagne au cours des deux dernières années de la guerre. Lange joua un rôle important dans le pillage des collections juives. Un décret du 15 novembre 1940 du Reichsfinanzministerium avait fixé les dispositions de la collaboration de la maison Lange avec les services financiers, de sorte que Lange mit en vente un nombre relativement important d’objets d’art juifs confisqués par ces services358. Il est aujourd’hui difficile de savoir jusqu’à quel point les acquéreurs potentiels étaient au courant de ces circonstances.

  • 359 Voir Enderlein, 2006, p. 146.
  • 360 Lange est ici un exemple parmi d’autres. L’Administration générale effectua également des acquisiti (...)
  • 361 Jan Siberechts, Die Furt [Le gué], 1685, huile sur toile, 105,5 × 121 cm (SKK 2182) ; pour l’achat, (...)
  • 362 Jan Fyt, Jagdstillleben mit Papagei [Nature morte de chasse avec perroquet], xviie siècle, huile su (...)
  • 363 Disparue.
  • 364 Voir notices des lots nos 170, 97 et 70, vente aux enchères des 12 et 13 mai 1942, maison Hans W. L (...)
  • 365 Vente du 25 au 27 janvier 1943, maison Hans W. Lange : Tableaux du Moyen Âge et de la Renaissance. (...)
  • 366 La présence de Rudolf Schnellbach à la vente de Berlin est attestée par sa signature sur les fiches (...)
  • 367 Voir Martin, Gutachten über die ehemalige Sammlung Harry Fuld, 9 mars 1954, dans HHStAW 460/00Z, no(...)
  • 368 L’Inventar der Generalverwaltung der oberrheinischen Museen Straßburg mentionne en relation avec la (...)

89En 1943, Lange organisa trois ventes ; deux à Berlin, en janvier et en avril, et une vente d’automne à Vienne où, ayant conclu une alliance avec le Dorotheum, il avait transféré une partie de son commerce359. Martin, qui n’achetait que très rarement dans les ventes faute de pouvoir obtenir des renseignements sur l’historique des objets, dérogea pour une fois à cette règle. Ce que proposait Lange correspondait à la ligne que s’était fixée Martin en matière d’achats pour l’Administration générale, ce qui explique cette exception qui, donc, n’obéissait pas à des considérations personnelles360. Martin avait d’ailleurs déjà fait affaire avec Lange avant 1943. En 1941, il avait acheté par son intermédiaire une scène de marché de Jan Siberechts361 provenant de la collection Korte et, en 1942, lors de la vente des 12 et 13 mai, trois petits travaux – une nature morte de Jan Fyt362, une représentation du Teufelsbrücke bei Kassel [Pont du Diable près de Cassel] par Johann Georg Primavesi363 et une aquarelle de Friedrich Kaiser364. À la suite des ventes de 1943 entrèrent dans la collection de l’Administration générale une Vierge en albâtre de la région du Rhin supérieur et une Déploration alsacienne en grès365. Martin avait dépêché son collègue Schnellbach à Berlin pour enchérir sur ces deux pièces qui intéressaient les musées alsaciens du fait de leur contexte régional366. Selon son propre témoignage, il ne savait pas à l’époque que les sculptures provenaient de la collection d’Harry Fuld, un Juif de Francfort367. Les œuvres furent restituées à leur ancien propriétaire en 1954368.

  • 369 Clara Peeters, Stillleben mit Blumen und Goldpokalen [Nature morte aux fleurs et aux coupes d’or], (...)
  • 370 Pour sa provenance, voir Aktennotiz Schnellbach, 9 octobre 1943, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 378 (...)
  • 371 Leopold von Kalckreuth, Kostümprobe / Velasquez Prinzessin [Essai de costume – princesse Vélasquez] (...)
  • 372 Voir Johannes v. Kalckreuth à Martin, 21 novembre 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier (...)
  • 373 Voir Münchner Versteigerungshaus Weinmüller, Rechnung Los Nr. 1196, 5 décembre 1942 et Martin à Ber (...)
  • 374 Voir Inventar der Generalverwaltung der oberrheinischen Museen Straßburg.

90Lors de la vente de Vienne des 5 et 6 octobre, Schnellbach remporta encore une nature morte de Clara Peeters369, anciennement dans la collection Benedikt de Berlin, et ayant auparavant appartenu à l’officier de cavalerie Isenberg de Travenort370. En dehors de quelques œuvres graphiques provenant d’une vente chez Boener à Leipzig en 1943 et d’un Essai de costume371 du comte Leopold von Kalckreuth, acheté aux enchères chez Adolph Weinmüller372 à Munich par l’intermédiaire du marchand Walther Bernt à la demande du fils de l’artiste373, ce sont les seules pièces figurant dans les inventaires de l’Administration générale que Martin ait acquises dans des salles des ventes374.

Transactions avec des musées

  • 375 Voir Noack à Martin, 8 mai 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : de Keuninck).
  • 376 Kerstiaen de Keuninck, Waldlandschaft mit Holzfällern und Tobias mit dem Engel [Paysage de forêt av (...)
  • 377 Voir Noack à Martin, 8 mai 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : de Keuninck).
  • 378 Voir Martin à Noack, 16 mai 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : de Keuninck).
  • 379 Voir Martin à Noack, 28 mai 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : de Keuninck).
  • 380 Voir Martin à Noack, 11 juin 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : de Keuninck).
  • 381 Voir Noack à Martin, 27 juin 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : de Keuninck).
  • 382 Voir Noack à GVOM, Rechnung de Keuninck, 13 août 1942 (Dossier : de Keuninck).

91Pour étoffer la collection, il était également possible de procéder à des échanges avec d’autres musées. Dès avril 1942, Martin s’était adressé à son collègue Werner Noack de l’Augustinermuseum de Fribourg, car il supposait l’existence dans ses dépôts d’un tableau d’Alexander Keirincx qu’il aurait volontiers échangé ou acheté pour Karlsruhe375. Il n’y avait pas de Keirincx dans les collections de Fribourg, mais Noack proposa à la place à Martin une autre toile, Waldlandschaft mit Holzfällern und Tobias mit dem Engel [Paysage de forêt avec bûcherons et Tobias avec l’ange]376, par le peintre de Frankenthal Kerstiaen de Keuninck. Si Martin était intéressé, écrivait-il, il lui fallait faire une proposition officielle de prix que Noack pourrait présenter pour accord au maire de la ville377. Martin se renseigna auprès de divers marchands et spécialistes et demanda finalement à Noack s’il serait d’accord pour une somme comprise entre 5 000 et 6 000 reichsmarks378. Devant les hésitations de Noack, Martin proposa de faire procéder à une seconde estimation par des collègues qu’il devait rencontrer quelques jours plus tard à Berlin pour une réunion au Kaiser Friedrich Museum379. Ce qui donna lieu à une deuxième proposition, cette fois de 7 500 reichsmarks, étayée par six avis d’experts différents380. Le maire de Fribourg donna son accord et le tableau déclaré objet de valeur fut expédié à Karlsruhe381. La transaction fut considérée comme terminée après le règlement de la facture du 13 août 1942 (ill. 56)382.

ill. 56. Kerstiaen de Keuninck, Paysage de forêt avec bûcherons et Tobias avec l’ange, xviie siècle, huile sur bois, 40,5 × 56 cm, Karlsruhe, Staatliche Kunsthalle

ill. 56. Kerstiaen de Keuninck, Paysage de forêt avec bûcherons et Tobias avec l’ange, xviie siècle, huile sur bois, 40,5 × 56 cm, Karlsruhe, Staatliche Kunsthalle

photo © Staatliche Kunsthalle Karlsruhe (SKK 2204)

  • 383 Reichsprotektorat Böhmen und Mähren à Martin, 8 mars 1943, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 378 (Dossi (...)
  • 384 Voir Martin à Reichsprotektorat in Böhmen und Mähren, 17 mars 1943, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 3 (...)
  • 385 Voir correspondance relative à l’achat entre Martin et Maria Gillhausen (plusieurs lettres), dans G (...)
  • 386 Voir Cibulka à Martin, 17 octobre 1944, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 378 (Dossier : Tausch Grund g (...)
  • 387 Voir Martin à Cibulka, 25 octobre 1944, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 378 (Dossier : Tausch Grund g (...)
  • 388 Voir Reisebescheinigung Elfriede Schulze-Battmann, janvier 1945, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 378 (...)
  • 389 Voir Protokoll, 8 janvier 1945, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 378 (Dossier : Tausch Grund gegen Sto (...)
  • 390 Sébastien Stoskopff, Les Cinq Sens ou L’Été, 1633, huile sur toile, 114 × 186 cm (MBA 1695) ; Sébas (...)
  • 391 Sébastien Stoskopff, Stillleben mit Gläsern und Silberpokalen [Nature morte aux verres et aux coupe (...)

92Les cessions d’œuvres d’un musée à un autre étaient relativement rares, mais les échanges, dont pouvaient profiter les deux collections concernées, étaient plus fréquents. Pour compléter l’ensemble des œuvres de Sébastien Stoskopff, peintre strasbourgeois de natures mortes, Martin envoya à Prague son assistante Elfriede Schulze-Battmann. En janvier 1943, il demandait par courrier au Reichsprotektor in Böhmen und Mähren [gouverneur du Reich en Bohême et Moravie] si la Nature morte aux verres et aux coupes d’argent de Stoskopff, qui faisait partie de la collection du château de Prague, pouvait éventuellement faire l’objet d’un échange. Après réception, en mars de la même année, d’une réponse positive383, Martin choisit une œuvre de sa collection qu’il pourrait échanger et ce fut l’une des deux scènes de marché du peintre pragois Norbert Grund384 qu’il avait achetées pour l’Administration générale en mars 1942 chez Maria Gillhausen à Munich385. Les négociations avec la Chancellerie pragoise sur une valeur d’échange convenable durèrent plus d’un an, et finalement le directeur de la galerie de Bohême et de Moravie Cibulka écrivit en octobre 1944 à Martin que l’échange pourrait avoir lieu à la condition que le tableau de Grund soit apporté en mains propres à Prague386. À ce moment-là, les Alliés avaient débarqué en France, et l’on pouvait supposer que la vallée du Rhin serait bientôt le théâtre d’opérations de guerre. Les transports publics de la région ayant suspendu leur activité en raison des attaques aériennes, Martin ne pouvait donc pas – et ne voulut pas – abandonner les musées dont il était responsable387. Ce fut son assistante Elfriede Schulze-Battmann qui, en janvier 1945, passa la frontière avec la toile de Grund et revint aussitôt avec l’œuvre de Stoskopff388. La remise du tableau à Prague se fit le 8 janvier 1945, sans bourse délier389. Après deux toiles de Stoskopff acquises sur le marché de l’art parisien chez Pierre Landry390, c’était donc la troisième pièce du peintre qui venait compléter la collection de l’Administration générale (ill. 57, 58, 59)391.

ill. 57. Sebastian Stoskopff, Les Cinq Sens ou L’Été, 1633, huile sur toile, 114 × 186 cm, Strasbourg, musée de l’Œuvre Notre-Dame – Arts du Moyen Âge

ill. 57. Sebastian Stoskopff, Les Cinq Sens ou L’Été, 1633, huile sur toile, 114 × 186 cm, Strasbourg, musée de l’Œuvre Notre-Dame – Arts du Moyen Âge

photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1695)

ill. 58. Sebastian Stoskopff, Les Cinq Sens à l’horloge de table, vers 1635, huile sur toile, 49 × 66 cm, Strasbourg, musée de l’Œuvre Notre-Dame – Arts du Moyen Âge

ill. 58. Sebastian Stoskopff, Les Cinq Sens à l’horloge de table, vers 1635, huile sur toile, 49 × 66 cm, Strasbourg, musée de l’Œuvre Notre-Dame – Arts du Moyen Âge

photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1709)

ill. 59. Sebastian Stoskopff, Nature morte aux verres et aux coupes d’argent, xviie siècle, huile sur toile, 65 × 54 cm, Karlsruhe, Staatliche Kunsthalle

ill. 59. Sebastian Stoskopff, Nature morte aux verres et aux coupes d’argent, xviie siècle, huile sur toile, 65 × 54 cm, Karlsruhe, Staatliche Kunsthalle

photo © Staatliche Kunsthalle Karlsruhe (SKK 2232)

c. Bilan

  • 392 L’Inventar der Generalverwaltung der oberrheinischen Museen Straßburg consigne en tout 196 acquisit (...)
  • 393 Ces chiffres correspondent à des indications garanties a minima correspondant aux résultats de la p (...)
  • 394 La formule est de Hans Wendland, qui savait à quel point Martin récusait l’ERR et qui connaissait l (...)

93Au nom de l’Administration générale des musées du Rhin supérieur, Martin acheta en tout environ 200 peintures392 – 81 d’entre elles à Paris, 76 en Allemagne, 40 aux Pays-Bas, 7 en Alsace et 2 en Suisse393. Tandis que dans les territoires occupés – France et Pays-Bas – ses achats provenaient exclusivement du commerce de l’art, en Allemagne en revanche il acheta aussi auprès de personnes privées et parfois lors de ventes. En Allemagne également, certaines des œuvres qu’il fit entrer dans la collection avaient fait partie de collections juives et lui avaient été fournies par les services fiscaux, les services de police ou les bureaux des devises. À Paris, il n’effectua aucune opération à l’hôtel Drouot, car il était très difficile de reconstituer l’origine des œuvres d’art proposées dans les ventes aux enchères à l’étranger. De même, Martin refusa les objets provenant du Jeu de paume, bien conscient qu’il s’agissait d’œuvres spoliées. Son « opposition muette394 » vis-à-vis de l’Einsatzstab Rosenberg était bien connue.

  • 395 Voir chap. V. 2b.

94Martin ne se montra pas aussi restrictif en ce qui concerne les galeristes et marchands d’art avec lesquels il fit affaire et il acheta parfois à des marchands dont on sait aujourd’hui qu’ils étaient impliqués dans le pillage par les nazis, en tiraient profit ou furent accusés de collaboration à la fin de la guerre. Quelques-unes de ces transactions doivent forcément être considérées comme très peu sûres dans la mesure où il est impossible d’exclure que les pièces négociées aient fait partie de collections juives spoliées. Pose également problème sa décision de faire affaire avec la maison Lange, notoirement connue pour vendre des objets provenant de collections confisquées par les nazis ou entrés en la possession des banques à la suite des remises coercitives pour le patrimoine juif [Judenvermögensabgabe]. Il faut néanmoins porter au crédit de Martin le fait qu’il ait tenu absolument à ce que soient établies des factures et que, pour de nombreux achats, il ait cherché à connaître la provenance des œuvres395. Il est également notable que Martin se soit conformé dans sa politique d’achat aux principes posés pour la collection de Strasbourg avant qu’il n’en soit directeur, et qu’il ait délibérément ignoré les intentions du Gauleiter Robert Wagner pour les musées du Bade-Alsace. Après la déclaration de Londres de janvier 1943, qui frappait de nullité juridique le commerce pratiqué dans les régions occupées par les Allemands, il changea fondamentalement d’attitude en matière d’acquisition.

  • 396 Attribution erronée, en réalité Alexander Andriassen, Stillleben mit Fischen und Austern [Nature mo (...)
  • 397 Pour Haberstock, voir Horst Kessler, Karl Haberstock. Umstrittener Kunsthändler und Mäzen, éd. par (...)
  • 398 Voir la correspondance entre Martin et Haberstock relative à une nature morte de Georg Flegel (sign (...)

95Pour résumer, on pourrait dire que la politique pratiquée par Kurt Martin pour l’Administration générale en matière d’acquisition sur le marché international entre 1940 et 1944 reflète une prise de conscience progressive de sa propre activité dans l’ombre du régime illégal des nazis. En effet, après l’euphorie du début, à un moment où il pouvait se réjouir des possibilités quasi inépuisables d’achats, on voit qu’il se montre de moins en moins assuré et multiplie les questions sur la provenance des œuvres ; enfin, vers la fin de la guerre, son attitude est empreinte de la plus grande prudence tandis que la valeur des objets qu’il achète est de moins en moins élevée. Certains cas particuliers néanmoins viennent contredire cette interprétation de son évolution – par exemple l’achat en mars 1943 d’une nature morte de Georg Flegel396 chez Karl Haberstock397, alors que ce dernier était le principal acheteur pour le compte du musée d’Hitler à Linz398.

96Il y a donc des ambivalences dans la méthode de Kurt Martin. En 1947, la sœur du marchand d’art Hans Wendland, détenu pour collaboration avec les nazis, le pria de décrire sa politique d’acquisition sur le marché parisien de l’art pendant la guerre, ce qu’il fit comme suit :

  • 399 Voir Martin à Margarete Wendland, 22 octobre 1947, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 86a.

« J’ai à plusieurs reprises […] souligné que, par principe, je n’effectuerais aucune acquisition provenant de collections confisquées, évitant toujours de rencontrer M. Lose qui, comme on me l’avait dit, gérait ces collections. De la même manière, je ne me suis jamais rendu au Jeu de paume où étaient apparemment rassemblées ces œuvres. D’emblée, mon attitude fut dictée par la volonté d’éviter à tout prix toutes les injustices liées à la guerre et au national-socialisme et d’effectuer mes acquisitions comme j’aurais voulu les effectuer s’il n’y avait pas eu de guerre399. »

C’est le seul témoignage de justification que l’on connaisse de Martin en rapport avec ses voyages à Paris.

3. Tentatives de prêts en provenance du Reich

  • 400 Hanns Reich, « Straßburger Museen werden neu aufgebaut. Elsässische Kunstsammlungen im Krieg – Bild (...)

97Pour doter les musées alsaciens de nouvelles œuvres d’art, il existait aussi une troisième possibilité, les donations et prêts d’œuvres en provenance du Reich. Les donations privées apparurent pour la première fois en septembre 1940. Les Strasburger Neueste Nachrichten rendent compte d’un marchand de livres anciens de Leipzig qui, « dans la joie de voir Strasbourg redevenir allemand », avait offert au palais Rohan deux œuvres graphiques du xviiie siècle. L’auteur de l’article laisse entendre que d’autres « donations d’importance sur le plan artistique » pourraient avoir lieu à l’avenir et qu’il en reparlerait le moment venu. L’article se termine par ces mots : « Ainsi, main dans la main avec la reconstruction politique et économique du pays d’Alsace qui a été si lourdement touché, la vie culturelle elle aussi refleurira et l’Alsace redeviendra le riche pays de culture allemande qui, durant de longs siècles de notre histoire, a été la fierté et le joyau du Reich400. »

  • 401 Reichsminister für Wissenschaft, Erziehung und Volksbildung à Generaldirektor der Staatlichen Musee (...)
  • 402 Pour les goûts esthétiques d’Hitler, voir Löhr, 2005, p. 177 sqq. ; Petropoulos, 1999, p. 234-242.
  • 403 Pour les fonctions de Rave, voir Fritz Jacobi, « Die Nationalgalerie », dans Die Stunde Null. ÜberL (...)
  • 404 Rave à Generaldirektor der Staatlichen Museen zu Berlin, 21 novembre 1941, dans SMB-ZA I/NG 947.
  • 405 Voir ibid.

98La discussion sur les prêts d’œuvres d’art provenant de musées allemands commença un an plus tard. Dans un rapport de novembre 1941 sur les musées en Alsace, Robert Wagner abordait auprès du Reichserziehungsminister Bernhard Rust la question de savoir « si, compte tenu des intérêts nationaux en jeu à la frontière occidentale [de l’Allemagne], l’influence culturelle allemande ne pourrait pas être renforcée dans les musées par le don ou le prêt d’œuvres adéquates jusque-là conservées dans les réserves des musées centraux de Berlin401 ». Cette proposition portait principalement sur la peinture allemande du xixe siècle, un genre qui attirait beaucoup d’amateurs du fait de la prédilection que lui accordait Hitler402 et qui, de ce fait, se raréfiait désormais sur le marché de l’art. Cette proposition rencontra l’approbation du ministre qui fit donc part de l’idée aux musées de Berlin. Leur directeur général Otto Kümmel s’adressa alors à la Nationalgalerie dont c’était le domaine de compétence en demandant qu’on établisse des listes de propositions en ce sens. Paul Ortwin Rave, conservateur à la Nationalgalerie qu’il dirigea par intérim entre 1937 et 1950403, se montra ouvert à cette idée : « Le point de vue du chef de l’Administration civile en Alsace est sans aucun doute justifié. La Nationalgalerie va, dans la mesure du possible, soutenir les efforts qui sont fournis en Alsace404. » Il demanda que la liste des œuvres susceptibles d’être éventuellement cédées ne soit établie qu’après concertation avec Kurt Martin, lequel avait de toute façon annoncé sa visite dans la capitale pour décembre 1941405.

  • 406 Voir Baensch, 2007, p. 115-119.
  • 407 Ibid., p. 118.

99L’envoi d’objets d’art en Alsace par la Nationalgalerie de Berlin s’inscrivait dans une sorte de tradition. Déjà après la guerre franco-allemande, le Kunstverein nouvellement créé à Strasbourg en février 1883 avait demandé à l’empereur l’autorisation d’emprunter des peintures à la Nationalgalerie pour organiser des expositions. Le Kunstverein qui, au moment où les Allemands venaient de s’installer en Alsace, devait faire fonction de vitrine culturelle de l’Allemagne, obtint par décret impérial du 15 juin 1883 que soit instaurée une collaboration de dix ans avec la Nationalgalerie, celle-ci prêtant régulièrement des œuvres pour les expositions temporaires de Strasbourg, comme le faisait aussi l’Akademie der Künste de Berlin406. L’idée de « promouvoir un sentiment d’appartenance entre le Reichsland [de l’époque] et l’Allemagne407 » grâce à la présence à Strasbourg de toiles provenant de Berlin n’était donc pas une nouveauté, mais bien un modèle qui avait fait ses preuves sous l’Empire.

  • 408 Voir Martin à Rave, 10 janvier 1942, dans SMB-ZA I/NG 947.
  • 409 Voir Rave à Martin, 2 janvier 1942, dans SMB-ZA I/NG 947.

100Comme Martin, qui était à l’origine de la demande du chef de l’Administration civile408, ne se rendit finalement pas à Berlin en décembre 1941 et d’ailleurs ne se préoccupa plus de cette question, Rave le relança au sujet des prêts en janvier 1942409. La réponse de Martin ne se fit pas attendre ; il y confirmait l’intérêt des musées du Rhin supérieur pour les œuvres de Berlin :

  • 410 Martin à Rave, 10 janvier 1942, dans SMB-ZA I/NG 947.

« Nous sommes dans une situation très critique dans la mesure où, dans les petits musées – Mulhouse, Colmar, etc. – en particulier, nous n’avons trouvé presque exclusivement que des œuvres françaises qui ne peuvent plus être exposées aujourd’hui. Dans ce cas, la mission politique rejoint les vœux du directeur de musée car, de fait, il n’y a [dans ces musées] pas une seule œuvre de qualité, et je défends face à une telle situation le point de vue que dans l’Alsace allemande nous ne devons exposer en matière de tableaux français que des œuvres qui, de par leur qualité, pourraient être exposées dans d’autres musées allemands. Je vous serais donc véritablement très reconnaissant si vous pouviez m’envoyer quelque chose, étant persuadé que je ne vous volerais en aucune manière, et que même, dans la majorité des cas, je vous soulagerais410. »

  • 411 Voir Martin à Rave, 10 et 22 janvier 1942, et 17 avril 1942, tous les documents dans SMB-ZA I/NG 94 (...)
  • 412 L’échange entre la toile de Degas, Le Souper au bal d’après Menzel, 1879, huile sur toile, 46 × 60  (...)
  • 413 Voir chap. VI. 2a, p. 170-175 du présent ouvrage.

101Cependant, la Nationalgalerie n’envoya finalement rien à Strasbourg. À plusieurs reprises, Martin annonça à Rave qu’il allait venir faire un choix dans les réserves de Berlin, mais il se décommanda toujours peu de temps avant la date prévue, de sorte que l’idée n’aboutit jamais411. L’échange entre une toile de Degas achetée par Martin à Paris contre deux toiles de Slevogt et de Blechen de la Nationalgalerie donna lieu dans la correspondance entre les deux directeurs à des négociations qui firent passer les prêts temporaires au second plan412. La guerre qui s’intensifiait ainsi que le changement d’orientation décidé pendant l’hiver 1941 pour la Kunsthalle de Mulhouse firent le reste. Le projet d’y remplacer les œuvres françaises, de moindre qualité, par des œuvres allemandes du xixe siècle s’effaça au profit de l’idée de faire de Mulhouse un lieu d’exposition de l’art contemporain, ce qui fut chose faite dès son inauguration en décembre 1941413. Différentes expositions temporaires y présentèrent ensuite des œuvres contemporaines conformes à l’idéologie du régime, lesquelles, contrairement à la peinture du xixe siècle, étaient en nombre suffisant sur le marché de l’art. Pour le NSDAP, la culture allemande pouvait être aussi efficacement représentée de cette manière en Alsace.

Notes de fin

1 Robert Wagner, Rede zur Verleihung des Kulturpreises des Gaues Baden 1940, 16 novembre 1940, repr. dans StrMH, décembre 1940, p. 300 ; voir p. 32 sq. du présent ouvrage.

2 Kettenacker, 1973, p. 159.

3 Voir Nicholas, 1995, p. 163. Également Bunjes (Leiter der Kunsthistorischen Forschungsstätte Paris) à Borr (Oberbefehlshaber des Einsatzstabs Reichsleiter Rosenberg), 18 août 1942, Betrifft französische Einsprüche gegen Sicherstellung herrenlosen jüdischen Kunstbesitzes in besetztem Frankreich, dans BArch NS 30/180.

4 Voir Thomas Buomberger, Raubkunst-Kunstraub. Die Schweiz im Handel mit gestohlenen Kulturgütern zur Zeit des Zweiten Weltkrieges, éd. par Bundesamt für Kultur (BAK) et Nationale Informationsstelle für Kulturgüter-Erhaltung (NIKE), Zurich, 1998, p. 28-29 ; Nicholas, 1995, p. 163.

5 Voir Anordnung über das volks- und reichsfeindliche Vermögen im Elsass vom 13. Juli 1940. Toutes les ordonnances qui suivront sur les biens « ennemis du peuple et du Reich » se réfèrent à cette ordonnance du 13 juillet qui n’est pas reproduite dans le Bulletin officiel du chef de l’Administration civile en Alsace. Pour toutes ces ordonnances, voir La persécution des Juifs de France 1940-1944 et le rétablissement de la légalité républicaine. Recueil des textes officiels, éd. par Claire Andrieu, Paris, 2000, p. 230-236.

6 Voir BArch (anciennement BDC), SSO : Späth, Walter, geb. 22. März 1898 [l’orthographe du nom varie].

7 Voir C.d.Z., Verwaltungs- und Polizeiabteilung à Landeskommissare in Mülhausen, Kolmar und Straßburg (Organisationserlass bzgl. der Verwaltung des volks- und reichsfeindlichen Vermögens im Elsass), 1er août 1940, dans BArch R 83 Elsass/89.

8 Une définition détaillée des notions de Reichs- und Volksfeind utilisées dans l’ordonnance sur les biens des « ennemis du peuple et du Reich en Alsace » du 13 juillet 1940 est donnée par Rinckenberger, voir W. Rinckenberger, L’Alsace. Rempart français sur le Rhin. L’Alsace administrative, politique et économique de 1940 à 1944, Paris, 1947, p. 125-127 ; concrétisation et modalités d’application complétant l’ordonnance sur les biens des « ennemis du peuple et du Reich » en Alsace du 13 juillet 1940, par les deuxième et troisième ordonnances du 7 août 1940 (dans Verordnungsblatt des Chefs der Zivilverwaltung im Elsass 1940, no 1 [publié le 24 août 1940], p. 4-5) et du 15 janvier 1941 (dans Verordnungsblatt des Chefs der Zivilverwaltung im Elsass 1941, no 4 [publié le 3 février 1941], p. 62) ; diverses nuances d’interprétation des deux notions avec tous les cas particuliers (par exemple rassische Mischehen, les mariages racialement mixtes) se trouvent dans l’ordonnance sur les biens des « ennemis du peuple et du Reich » en Alsace d’août 1941 (s.j.). Voir C.d.Z., Generalbevollmächtigter für das volks- und reichsfeindliche Vermögen à tous les services, 3 novembre 1941, dans ADBR 631 D/34.

9 Kettenacker, 1973, p. 158.

10 Cité d’après Buomberger, 1998, p. 32.

11 Nous n’avons trouvé aucune ordonnance correspondante dans le Verordnungsblatt [Bulletin officiel] du C.d.Z. en Alsace. La date est mentionnée dans un courrier portant sur l’application de la 11e ordonnance relative au Reichsbürgergesetz [loi sur la citoyenneté du Reich] en Alsace. Voir Der Generalbevollmächtigte für das volks- und reichsfeindliche Vermögen aux Landeskommissare in Altkirch, Gebweiler, Hagenau, Kolmar, Molsheim, Mülhausen, Rappoltsweiler, Schlettstadt, Straßburg, Thann, Weissenburg, Zabern et aux Oberstadtkommissare in Mülhausen und Kolmar, 13 mai 1942, dans ADBR 631 D/34.

12 Voir Verordnung über die Übernahme und Verwertung des französischen Vermögens im Elsass du 1er décembre 1941, dans Verordnungsblatt des Chefs der Zivilverwaltung im Elsass 1941, no 41 (publié le 3 décembre 1941), p. 711.

13 Kettenacker, 1973, p. 159.

14 Voir Antrag auf Umbenennung der Dienststelle des « Treuhänders für das volks- und reichsfeindliche Vermögen im Elsass » in Dienststelle des « Generalbevollmächtigten für das volks- und reichsfeindliche Vermögen im Elsass », 24 décembre 1940, dans ADBR 631 D/33.

15 Pour la définition des biens des « ennemis du peuple et du Reich » en Alsace et les missions du plénipotentiaire général pour les biens ennemis du peuple et du « Reich » en Alsace, voir Verordnung über das feindliche Vermögen im Elsass vom 16. Dezember 1941, dans Verordnungsblatt des Chefs der Zivilverwaltung im Elsass 1942, no 1 (publié le 12 janvier 1942), p. 20, § 5 et 21, § 10 ; déjà repr. à l’identique dans l’ordonnance du 13 juillet 1940.

16 Pour une source attestant le recouvrement des dettes par le plénipotentiaire général pour les biens « ennemis du peuple et du Reich » en Alsace, voir Oberfinanzpräsident Karlsruhe (Devisenstelle) à Generalbevollmächtigter für das volks- und reichsfeindliche Vermögen : Allgemeine Genehmigung zur Verfügung über volks- und reichsfeindliches Vermögen, 11 octobre 1941, dans BArch R 83 Elsass/89.

17 Voir Wagner au Partei- und Staatsdienststellen, 18 juillet 1940, dans BArch R 83 Elsass/89.

18 Voir C.d.Z., Verwaltungs- und Polizeiabteilung à Landeskommissare in Mülhausen, Kolmar und Straßburg (Organisationserlass bzgl. der Verwaltung des volks- und reichsfeindlichen Vermögens im Elsass), 1er août 1940 ainsi que les explications concernant l’exécution du décret, 13 septembre 1940, dans BArch R 83 Elsass/89.

19 Voir liste des lieux de vente dans Rundbrief vom Chef der Zivilverwaltung im Elsass an die Museen, 1er août 1941, dans ADBR 631 D/36 ; Bernadette Schnitzler, « Les spoliations de biens culturels en Alsace annexée (1940-1944) – des mesures générales à quelques cas concrets », dans Cahiers alsaciens d’archéologie, d’art et d’histoire, XLIX, 2006, p. 194.

20 C’est ce qu’on sait des ventes à Colmar entre 1940 et 1942. Voir Jean-Marie Bopp, Ma ville à l’heure nazie. Colmar 1940-1945, Strasbourg, 2004.

21 Voir C.d.Z., Verwaltungs- und Polizeiabteilung aux Herren Landeskommissare et aux Herren Stadtkommissare in Mülhausen und Kolmar : Richtlinien für die Verwaltung und Verwertung volks- und reichsfeindlichen Vermögens, 18 septembre 1940, dans BArch R 83 Elsass/89.

22 Gaedecke à C.d.Z., Verwaltungs- und Polizeiabteilung, 1er août 1940, dans ADBR 126 AL/1672.

23 Voir Angermeyer-Deubner, 1987, p. 156-157.

24 Voir Reichsminister für Wissenschaft, Erziehung und Volksbildung Berlin, Erlass Z II a 1786/39 (b), 15 mai 1939, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 390.

25 Anja Heuss, « Wie geht es weiter? Die Verantwortung der Museen », dans Museen im Zwielicht. Ankaufspolitik 1933-1945 (colloque des 11 et 12 décembre 2001 à Cologne) / Die eigene Geschichte. Provenienzforschung an deutschen Kunstmuseen im internationalen Vergleich (colloque du 20 au 22 février 2002 à Hambourg), éd. par Koordinierungsstelle für Kulturgutverluste, Magdebourg, 2002, p. 420.

26 Voir Anja Heuss, « Die Reichskulturkammer und die Steuerung des Kunsthandels im Dritten Reich », dans Sediment. Mitteilungen zur Geschichte des Kunsthandels, éd. par Zentralarchiv des internationalen Kunsthandels (zadik), Bonn, 1998, cahier 3, p. 54.

27 Voir Esther Tisa Francini, Anja Heuss et Georg Kreis, Fluchtgut – Raubgut. Der Transfer von Kulturgütern in und über die Schweiz 1933-1945 und die Frage der Restitution, éd. par Unabhängige Expertenkommission Schweiz Zweiter Weltkrieg, Zurich, 2001, p. 46.

28 Voir Heuss, 2002, p. 420-421.

29 Ibid., p. 421.

30 Numérotation par l’auteure du présent ouvrage.

31 Voir Verzeichnis der Sachverständigen der Devisenstellen im Reich (s.d.), pièce jointe à Z II a 1786/39, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 390. Cette liste a été publiée pour la première fois dans Heuss, 2002, p. 435-445, la source indiquée étant : Thüringisches Hauptstaatsarchiv Weimar, Oberfinanzpräsident Thüringen in Rudolfstadt – 693, Bl 85-90. Des copies du document se trouvent également dans BArch R 139 II/110. Pour le rôle joué par les fonctionnaires des musées dans la confiscation des collections juives par les services financiers du régime nazi, voir Tisa Francini, Heuss et Kreis, 2001, p. 46-49.

32 Voir Oberfinanzpräsident Baden in Karlsruhe à Martin : Ausweis zum Sachverständigen der Devisenstelle, 20 juin 1939, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 390.

33 Voir Der Generalbevollmächtigte für das jüdische Vermögen in Baden aux Herren Landräte in Bruchsal, Buchen, Emmendingen, Kehl, Konstanz, Lörrach, Mosbach, Mülheim, Offenburg, Rastatt, Sinsheim, Tauberbischofsheim, Villingen, Herren Polizeipräsidenten in Mannheim, Herren Polizeidirektoren in Baden-Baden, Freiburg, Heidelberg, Pforzheim, 29 novembre 1940, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 390.

34 Voir Heuss, 2002, p. 421-422.

35 Martin à Leiter der Devisenstelle, 27 mai 1939, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 390.

36 Voir ibid.

37 Angermeyer-Deubner rapporte quelques cas exemplaires dans son travail sur la Kunsthalle sous le IIIe Reich. L’auteure du présent ouvrage a étudié les archives sur lesquelles s’appuie Angermeyer-Deubner et conclu à une situation plutôt à la décharge de Martin. Voir Angermeyer-Deubner, 1987, p. 155-157.

38 Voir ibid., p. 156.

39 Martin à Noack, 25 février 1943, dans StAFr D/Sm 26/4.

40 La nomination d’Alfred Wolters, de la Städtische Galerie Frankfurt, comme expert pour la Devisenstelle est attestée par le doc. 8, numéro d’ordre 10. À partir de 1941, son collègue Ernst Holzinger, directeur du Städel qui était alors une fondation privée, fut nommé Sachverständiger für die Sicherung und Verwertung von Kulturgut aus jüdischem Besitz für Zwecke des Reiches [expert pour la sauvegarde et la valorisation pour le Reich des biens culturels ayant appartenu à des Juifs]. Par la suite, Wolters n’apparut plus guère dans ses fonctions d’expert, tout au plus comme suppléant d’Holzinger. Le fait que l’ordre ait été donné une fois par les services fiscaux (Devisenstelle) et une fois par le Reichserziehungsministerium s’explique par un changement dans l’attribution des compétences, les deux institutions ayant néanmoins toujours collaboré dans ce domaine, voir Heuss, 1998. Pour le rôle d’Ernst Holzinger dans la spoliation de biens juifs au profit du Städel, voir Andreas Hansert, Kunsterwerbungen zwischen Raub und Rettung. Ernst Holzinger als Städeldirektor 1938 bis 1972 (manuscrit d’une conférence à la Haus am Dom, 6 juillet 2009), dans ISG FFM, S 6a/620 ; Esther Tisa Francini, « Im Spannungsfeld zwischen privater und öffentlicher Institution. Das Städelsche Kunstinstitut und seine Direktoren 1933-1945 », dans Museum im Widerspruch. Das Städel und der Nationalsozialismus, éd. par Uwe Fleckner et Max Hollein, Berlin, 2011, p. 106-108.

41 Voir Andreas Hansert, « Zum Schicksal der Sammlung Alfred Oppenheims während und nach der NS-Zeit », dans Moritz Daniel Oppenheim. Die Entdeckung des jüdischen Selbstbewusstseins in der Kunst, éd. par Georg Heuberger et Anton Merk, Francfort-sur-le-Main, 2000, p. 310.

42 Pour la délicate question des acquisitions effectuées par Ernst Buchner pour les Bayerische Staatsgemäldesammlungen sous le régime nazi, en particulier pour celles provenant de biens juifs confisqués, voir Petropoulos, 2000, p. 26-39 ; Helena Perena Saez, « Ernst Buchner. Eine Annäherung », dans Kunstgeschichte im Nationalsozialismus. Beiträge zur Geschichte einer Wissenschaft zwischen 1930 und 1950, Weimar, 2005, p. 146-153.

43 Voir Kurt Martin, Verzeichnis der von der Staatl. Kunsthalle Karlsruhe seit 1933 aus juedischem Besitz erworbenen Gemaelde, Zeichnungen und druckgraphischen Blaetter, 28 janvier 1947, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 390 et dans NARA Microfilm Publication M 1947.

44 Voir Verzeichnis der beim Staatlichen Bevollmächtigten für das Museumswesen tätigen Mitarbeiter (document de la main de Louise Vernickel, inspectrice de l’administration), 20 février 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 91.

45 Paul Weigt, marchand d’antiquités à Strasbourg, demeurant Stefansplan 15, travailla pendant toute l’occupation allemande pour l’Administration générale, voir Martin à Robert Küven, 18 janvier 1945, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 86a. Il profita de son statut pour échanger à plusieurs reprises des objets en sa possession contre des objets prétendument plus appropriés provenant des réserves du Treuhänder, voir GLA 441 Zug. 1981/70, no 389, f. 1-2. Pour l’activité de Weigt auprès du Generalbevollmächtigter des « volks- und reichsfeindlichen » Vermögens, voir notamment une lettre anonyme de dénonciation adressée à Spaeth, 29 novembre 1943, dans ADBR 631 D/37 (Ordner 1-22: Besondere Personalangelegenheiten) ; Schnitzler, 2006, p. 195-196.

46 Voir SS-Untersturmführer Johann Wilhelm Dettenberg (Abteilung Ahnenerbe) à SS-Standartenführer Fischer, Befehlshaber der Sicherheitspolizei und des SD Straßburg : Bericht über die Erfassung von Kunst- und Kulturgut im Ober- und Unter-Elsass, 25 juillet 1941, dans BArch NS 21/320a, f. 380 : « Dès la fin de la campagne à l’ouest, le chef de l’Administration civile en Alsace, le Gauleiter Robert Wagner, donna l’ordre de sauvegarder les valeurs muséales (objets d’art) d’Alsace. La mission en fut confiée au Dr Martin, conservateur de musée, en tant que plénipotentiaire général pour les musées en Alsace. Le Dr Martin chargea de l’exécution de cette mission M. Paul Weigt qui, dans le cadre des moyens et des compétences qui lui étaient attribués, mit en œuvre avec abnégation ses connaissances et sa longue expérience des biens artistiques en Alsace. »

47 Selon l’orthographe française, l’orthographe allemande étant : « Georg Heinz ». Il dirigeait l’entrepôt du grand magasin Le Bon Marché à Strasbourg, voir Schnitzler, 2006, p. 190.

48 Voir les listes de la Dienststelle des volks- und reichsfeindlichen Vermögens im Elsass, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 389.

49 Voir les commentaires par Martin du budget provisoire de 1942 : Erläuterungen im vorläufigen Haushaltsplan 1942: Einzelplan III (Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung), chap. 89 : Museen, Erläuterung zu Titel 501: Kosten der Sichtung und Erwerbung von reichs- und volksfeindlichem Kunstbesitz, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 91.

50 Voir Kettenacker, 1973, p. 159-160.

51 C’est en tout cas ainsi que les ventes des biens « ennemis du peuple et du Reich » se passaient en Lorraine. Voir Bericht der Dienststelle des Generaltreuhänders für die Sicherstellung der Kulturgüter Zweigstelle Lothringen (s. indication d’auteur), 9 décembre 1941, dans BArch (anciennement BDC), DS Ahnenerbe, G 125, Kraut, Alfred, geb. 8. Juli 1900 : « La valeur constatée par nous des biens culturels inventoriés se monte à 1 028 487 reichsmarks. La valeur de base servant au calcul n’est pas la valeur sur le marché de l’art d’aujourd’hui, beaucoup plus élevée, mais le prix minimal pouvant être atteint lors d’une vente aux enchères (prix indicatifs). »

52 Martin à C.d.Z., Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung, 31 mars 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 91.

53 Einzelplan III (Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung). Kap. 89: Museen. Erläuterung zu Titel 501: Kosten der Sichtung und Erwerbung von reichs- und volksfeindlichem Kunstbesitz, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 91.

54 Martin, Notiz, 13 décembre 1940, dans AMS 7 MW 249.

55 Martin, Generalverwaltung der oberrheinischen Museen, Straßburg, Taulerring 8 [Statut – précision de l’auteure], 24 mars 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 91.

56 Heuss, 2000, p. 217 ; Buomberger, 1998, p. 32.

57 Voir Dettenberg à Fischer (SS-Standartenführer und Befehlshaber der Sicherheitspolizei und des SD Straßburg), Bericht über die Erfassung von Kunst- und Kulturgut im Ober- und Unter-Elsass, 25 juillet 1941, dans BArch NS 21/320a, f. 380-383.

58 Pour Dettenberg, voir BArch (anciennement BDC), DS Ahnenerbe, G 115, Dettenberg ; Johann Wilhelm, geb. 1. Oktober 1908 (f. 1211 sqq.) ; également BArch (anciennement BDC), PK, B 278, Dettenberg, Willi Johann, geb. 1. Oktober 1908 (f. 2345 sqq.) ; BArch (anciennement BDC), RS, A 5463, Dettenberg, Johann Wilhelm, geb. 1. Oktober 1908 (f. 539 sqq.) ; BArch (anciennement BDC), SS Listen, A 21, Dettenberg, Johann Wilhelm (f. 1924).

59 Pour la personne de Wolfram Sievers, voir Achim Leube, « Wolfram Sievers, der gewichtige Mann im SS-Ahnenerbe », dans L’archéologie nazie en Europe de l’Ouest / Nazi–Archäologie in Westeuropa, éd. par Jean-Pierre Legendre, Laurent Olivier et Bernadette Schnitzler, Gollion, 2007, p. 121-131.

60 Voir Fahrbefehl für SS-Untersturmführer Dettenberg von Berlin nach Straßburg, 9 juillet 1941, dans BArch NS 21/320a, f. 392.

61 Voir Kraut (SS-Obersturmführer und Sachbearbeiter für die Erfassung der Kulturgüter), Bericht über Reise nach Straßburg, 29 juillet 1941, dans BArch NS 21/320a, f. 350-351v.

62 Pour l’organisation de l’Ahnenerbe, voir Michael H. Kater, Das « Ahnenerbe » der SS 1935-1945. Ein Beitrag zur Kulturpolitik des Dritten Reiches, Munich, 1997 ; pour une comparaison de l’activité de l’Ahnenerbe dans les territoires occupés de l’Est et dans ceux de l’Ouest, voir Heuss, 2000, p. 205-249.

63 Voir Nicholas, 1995, p. 100.

64 Il en avait été chargé par décret du Führer du 7 octobre 1939, voir Hans Buchheim, Die SS – das Herrschaftsinstrument. Befehl und Gehorsam, Munich, 1979, p. 182 sq.

65 Voir Heuss, 2000, p. 213-214.

66 Voir Thomas Brünner, « Das “Ahnenerbe” der SS », en ligne sur le site du Deutsches Historisches Museum de Berlin : www.dhm.de/lemo/html/nazi/innenpolitik/ahnenerbe.

67 Kraut, Vermerk zum Abschluss der Erfassungstätigkeit in Lothringen, 1er juillet 1942, dans BArch NS 21/320a, f. 68.

68 Voir Sievers à Reichskommissar für die Festigung des deutschen Volkstums, 5 mars 1942, dans BArch (anciennement BDC), DS Ahnenerbe, G 125, Kraut, Alfred, geb. 8. Juli 1900 ; ordonnance d’Himmler relative à la création d’un bureau central de sauvegarde des biens culturels en Lorraine, 19 mars 1941, dans BArch NS 21/320a, p. 237.

69 Voir Heuss, 2000, p. 215. Pour Edmund Hausen et son activité de directeur des musées de la ville de Metz entre 1940 et 1944, voir Isabelle Bardies, « Les musées de Metz entre 1940 et 1944 », dans L’archéologie en Alsace et en Moselle au temps de l’annexion 1940-1944, cat. exp. Musée archéologique de Strasbourg, 24 mars – 31 août 2001, et musée de la Cour d’Or de Metz, 6 octobre 2001 – 27 janvier 2002, Strasbourg, 2001, p. 115-118 ; Jean-Pierre Legendre, « Edmund Hausen. Kurator und “Kunsträuber” », dans Ausgeraubt! Aktuelle Fragen zum nationalsozialistischen Kulturgutraub in Europa, éd. par Marie-Paule Jungblut, Luxembourg, 2007, p. 76-84.

70 Voir Bericht der Dienststelle des Generaltreuhänders für die Sicherstellung der Kulturgüter Zweigstelle Lothringen (s. indication d’auteur), 9 décembre 1941, dans BArch (anciennement BDC), DS Ahnenerbe, G 125, Kraut, Alfred, 8. Juli 1900.

71 Sievers à Reichskommissar für die Festigung deutschen Volkstums, 5 mars 1942, dans BArch (anciennement BDC), DS Ahnenerbe, G 125, Kraut, Alfred, 8. Juli 1900.

72 C’est à la demande de Dettenberg que Kraut s’était également rendu à Strasbourg pour appuyer les négocations, voir Dettenberg à Reichssicherheitshauptamt Berlin, cachet de réception du 17 juillet 1941, dans BArch NS 21/320a, f. 377 ; pour l’activité de Kraut auprès de l’Ahnenerbe, voir BArch (anciennement BDC) RS, D 254, Kraut, Alfred, geb. 8. Juli 1900 ; BArch (anciennement BDC) SSO 209 A, Kraut, Alfred, geb. 8. Juli 1900. Dans le même dossier, quelques doubles des documents cités en relation avec Kraut dans BArch NS 21/320a.

73 Voir Kraut, Bericht über Reise nach Straßburg, 29 juillet 1941, dans BArch NS 21/320a, f. 350-351v.

74 Trois exemples de problèmes sont présentés dans Dettenberg, Bericht über die Erfassung von Kunst- und Kulturgut im Ober- und Unter-Elsass, 25 juillet 1941, dans BArch NS 21/320a, f. 381-382. Voir également Weigt à Dettenberg, 26 août 1941, dans BArch NS 21/320a, f. 405 sq. ; rapports relatifs à différents délits dans la copie du 29 juillet par Kraut, en pièce jointe à Kraut à SS-Gruppenführer Kaul, Höherer SS- und Polizeiführer b. d. Reichssatthaltern in Württemberg und Baden, 3 otobre 1941, dans BArch NS 21/320a, f. 300-305 ; rapports originaux, p. 335-342.

75 Martin à Dettenberg, 25 juillet 1941, dans BArch NS 21/320a, f. 353 r et v.

76 Voir Dettenberg à Sievers, 27 août 1941, dans BArch NS 21/320a, f. 333.

77 Kraut, Bericht über Reise nach Straßburg, 29 juillet 1941, dans BArch NS 21/320a, f. 350-351v.

78 Ibid.

79 Wagner cité d’après Kraut, ibid.

80 Einberufung aufgrund des Eilrunderlasses des Reichsführers SS vom 16. Dezember 1939 – SIVI Nr. 844 III/39-151-Sdb.P., voir Kraut à Ergänzungsamt der Waffen-SS, 20 janvier 1941, dans BArch (anciennement BDC), DS Ahnenerbe, G 115, Dettenberg, Johann Wilhelm, geb. 1. Oktober 1908, f. 1234.

81 Dettenberg à Generaltreuhänder für die Sicherstellung der Kulturgüter, 26 septembre 1941, dans BArch NS 21/320a, f. 318r-319r.

82 Kraut à Himmler, 2 octobre 1941, dans BArch (anciennement BDC), DS Ahnenerbe, G 125, Kraut, Alfred, geb. 8. Juli 1900 ; projet de lettre, dans BArch NS 21/320a, f. 312r-313v.

83 Ibid.

84 Voir Kraut à Martin, 30 juillet 1941, dans BArch NS 21/320a, f. 349 r et v.

85 Voir Martin à Kraut, Stellungnahme zur Errichtung einer Dienststelle des Generaltreuhänders in Straßburg, 26 septembre 1941, dans BArch NS 21/320a, f. 316.

86 Reichsgeschäftsführer Ahnenerbe à Dettenberg, 28 novembre 1941, dans BArch NS 21/320a, f. 289.

87 Voir Dettenberg [confidentiel] à Fritz Scherbl (Leiter der SD-Außenstelle in Straßburg), 4 octobre 1941, dans BArch NS 21/320a, f. 294-295.

88 Voir Reichsgeschäftsführer Ahnenerbe à Dettenberg, 28 novembre 1941, dans BArch NS 21/320a, f. 289.

89 Sievers [signature illisible, le contexte permet de déduire l’auteur du courrier] à Kaul, Höherer SS- und Polizeidienstführer bei den Reichstatthaltern in Württemberg und Baden, s.a. : Bezug: Dort. Schreiben vom 15. 8. 1941, dans BArch NS 21/320a, f. 327-328.

90 Voir Sievers à Kaul, 3 janvier 1941, dans BArch NS 21/320a, f. 285.

91 Voir Sievers à Schubert (SS-Obersturmführer, Berlin), 9 mars 1942, dans BArch NS 21/320a, f. 281.

92 Anordnung über die Errichtung einer Dienststelle des Beauftragten des Reichskommissars für die Festigung deutschen Volkstums vom 17. Februar 1942, dans Verordnungsblatt des Chefs der Zivilverwaltung im Elsass 1942, no 7 (publié le 4 mars 1942), p. 86.

93 Pour le droit de préemption du Führer, voir Löhr, 2005, p. 39-42 ; pour l’Autriche en part., voir Schwarz, 2004, p. 35 ; sources dans BArch R 43 II, 1269a.

94 Voir Lammers (circulaire) à tous les ministères, administrations et administrations civiles, 9 octobre 1940, dans ADBR 162 J/68.

95 Voir Lammers (circulaire) à tous les ministères, administrations et administrations civiles, 18 novembre 1940, dans BArch R 43 II, 1269b, f. 11 r et v.

96 Voir Bestätigung der Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung beim Chef der Zivilverwaltung im Elsass, 20 novembre 1940, réponse à la circulaire de Lammers du 9 octobre 1940, dans ADBR 162 J/68 : « Le Dr Martin, plénipotentiaire pour les musées en Alsace, est informé. »

97 Voir Erlass, vom 2. September 1941. Über die Verwertung des eingezogenen Vermögens von Reichsfeinden, VII : « Le Führer s’est réservé le droit d’utiliser les objets d’art confisqués dans les Gaue de Vienne, Carinthie, Bas-Danube, Salzbourg, Tyrol et Vorarlberg (décret circulaire non publié du R.M.d.I. [Reichsministerium des Inneren] du 2-1-1941, I a 885/40-3800a) et il a approuvé la proposition d’étendre ce droit à l’ensemble du territoire du Reich, étant entendu qu’il ne souhaite décider que de l’utilisation des collections artistiques confisquées. Le Dr Posse, directeur de la Gemäldegalerie de Dresde, est chargé par le Führer de préparer ces décisions. Ce dernier doit être informé dès le moment où une collection va être saisie. » Voir également : Allgemeine Grundsätze der Verwaltung und Verwertung des Vermögens aus dem Elsass abgesiedelter Personen, 9 septembre 1943, III.3 : « Les objets artistiques et culturels (par exemple tableaux, meubles d’art particuliers, documents officiels, collections, bibliothèques à caractère scientifique ou artistique) seront systématiquement proposés à l’Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung avant toute utilisation. Ce dernier service décidera dans le cadre des instructions qu’il a reçues si la vente ou le transport de ces œuvres artistiques ou culturelles vers l’Est et leur sortie d’Alsace ou du Gau de Bade entraînent un dommage pour le soin de l’art et de la culture en Alsace. Si le service mentionné n’approuve pas la valorisation envisagée, elle se fera sur demande au profit de l’administration des musées et des archives ou de toute instance que cette administration aura proposée. La Direction générale des musées est tenue de faire en sorte que la valorisation des objets d’art issus de saisies soit faite en accord avec le chargé de mission spécial du Führer pour les collections artistiques. » Les deux documents dans ADBR 631 D/34.

98 Voir Lammers à Posse, 18 novembre 1940, dans BArch R 43, 1269b, f. 11v-12.

99 Voir Heuss, 2000, p. 55.

100 Le rapport de Martin n’a pu être retrouvé ni par Heuss, qui mentionne pour la première fois l’affaire, ni par l’auteure du présent ouvrage dans ses recherches aux Archives fédérales de Coblence. Par courrier du 27 mars 1941, Posse remercie Martin de lui avoir envoyé ce rapport et commente : « Comme je le vois dans ce dernier [courrier], il n’y a en Alsace, parmi les biens sauvegardés provenant de propriétés ennemies du Reich et du peuple, vraiment rien d’important qui pourrait être soumis à une décision dans le sens du décret du Führer. C’est pourquoi je souscris à votre demande et me joins à elle. » Posse à Martin, 27 mars 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 391.

101 Posse à Bormann, s.a., dans BArch B 323/103, no 62, f. 12.

102 Telle est l’interprétation de Schnitzler, 2006, p. 189.

103 Voir Christhard Schrenk, Schatzkammer Salzbergwerk. Kulturgüter überdauern in Heilbronn und Kochendorf den Zweiten Weltkrieg, Heilbronn, 1997, p. 90. Le nombre d’œuvres indiqué dans le texte correspond à une liste transmise par Kurt Martin en septembre 1945 à James R. Rorimer, officier américain chargé de la protection des œuvres d’art. Thouvenin et Schnitzler mentionnent quant à eux, à partir du rapport annuel rétrospectif de l’administration de la Ville de Strasbourg, le chiffre de 15 000 peintures, objets et meubles saisis et déposés au palais Rohan. Voir Thouvenin, 2002, p. 169 ; Schnitzler, 1995, p. 168 ; Haug, 1948, p. 321.

104 Voir GLA 441 Zug. 1981/70, no 389 : Jüdisches Vermögen und Kulturgut an Generalverwaltung der oberrheinischen Museen ; GLA 441 Zug. 1981/70, no 390 : Kulturgut aus beschlagnahmtem jüdischen Besitz (listes, inventaire, correspondance A-L) 1939-1949 ; GLA 441 Zug. 1981/70, no 391 : Kulturgut aus beschlagnahmtem jüdischen Besitz (listes, inventaire, correspondance A-L) 1939-1949.

105 Voir Kraut, Bericht über Reise nach Straßburg, 29 juillet 1941, dans BArch NS 21/320a, f. 350-351v.

106 Voir « Standorte der vom Staatl. Bevollmächtigen für das volks- und reichsfeindliche Vermögen durch die staatl. Museen käuflich erworbenen Gegenstände », Anon., s.d., dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 390.

107 Le registre d’inventaire du Musée historique indique par exemple 460 nouvelles entrées pour cette période, mais les fonds des autres collections s’enrichirent eux aussi. Voir Schnitzler, 1995, p. 168.

108 Voir Schnitzler, 2006, p. 197. Schnitzler se réfère à une lettre du conservateur du Musée historique, Paul Martin, au Dr A. Caen-Staentz à Roanne le 18 juin 1946. Il y est question des événements de l’année 1949, l’année indiquée par Schnitzler correspond donc probablement à une faute de frappe ; avec moins de précisions sur le sujet, voir Thouvenin, 2002, p. 169.

109 1941 : collection de porcelaine Reis, reprise du Finanzamt de Heidelberg ; 1942 : nature morte napolitaine au poisson, xviie siècle, reprise du Polizeipräsidium Freiburg (autrefois en possession de Sara Ella Boehm) ainsi que trois toiles du Finanzamt Heidelberg : un portrait d’enfant de Greuze, un portrait d’homme flamand à la rose, une représentation du Christ devant Pilate par un peintre italien inconnu du xviie siècle ; 1943 : des cartons à dessins contenant des œuvres de Slevogt, Kubin, Klemm entre autres, du Finanzamt de Mulhouse ; 1944 : huit œuvres graphiques, de biens « ennemis du peuple et du Reich » à Mannheim : représentation d’un village de pêcheurs par Schönleber, représentation de la Rippoldsau (lithographie) par Merian, portrait de Muschinger (gravure sur cuivre) par Sadeler, portrait de Schalk (estampe) par Schenk, représentation de Lörrach (aquatinte) par Weichelt, représentation de Baden-Baden (aquatinte) par Weichelt, Weißenburg/Die Warnung (lithographie) par Wentzel, vue de Bad Peterstal (sous-verre). En outre un portrait de jeune fille par Corinth (peinture), du Finanzamt de Mannheim. Voir Inventar der Generalverwaltung der Oberrheinischen Museen Straßburg.

110 À titre d’exemple du soin que Martin avait apporté à l’établissement de ces documents, voir la procédure d’achat de la nature morte au poisson napolitaine du Finanzamt de Fribourg en 1942, provenant des biens de Sara Ella Boehm, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : Fischstillleben aus dem Besitz von Frau Sara Ella Boehm). Pour la procédure de reprise de la toile par le musée, voir correspondance Martin-Noack, février 1942, dans StAFr D/Sm 26/4 ; pour sa restitution, voir Gundo Boehm à Martin, 1er juin 1949 et Martin à Gundo Boehm, 3 juin 1949, les deux documents dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 390. La toile qui, malgré les tentatives d’intercession de Martin auprès de Gundo Boehm après 1945, se trouvait en 2011 encore en dépôt à l’Augustinermuseum de Fribourg, a récemment été restituée aux descendants de sa propriétaire légale.

111 Robert Wagner, Rede zur Verleihung des Kulturpreises 1940 des Gaues Baden, 16 novembre 1940, repr. dans StrMH, décembre 1940, p. 300.

112 Haushaltsplan 1942, Einzelplan III (Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung). Kapitel 89: Museen. Erläuterung zu Tit. 400: Erwerbung von Sammlungsgegenständen, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 91.

113 Voir ALIU-report, CIR, no 2 : The Göring collection, 15 septembre 1945, dans NARA Microfilm Publication M 1782 ; Buomberger, 1998, p. 35.

114 Voir Raymonde Moulin, Le marché de la peinture en France, Paris, 1967, p. 38-40 ; Feliciano, 1998, p. 121-122 ; Buomberger, 1998, p. 30.

115 Voir Laurence Bertrand Dorléac, « Le marché de l’art à Paris sous l’Occupation », dans Pillages et restitutions. Le destin des œuvres d’art sorties de France pendant la Seconde Guerre mondiale (Actes du colloque organisé par la Direction des musées de France le 17 novembre 1996 à l’amphithéâtre Rohan de l’École du Louvre), Paris, 1997, p. 91.

116 Voir Heuss, 2000, p. 80-81.

117 Voir Nicholas, 1995, p. 207 ; Buomberger, 1998, p. 34 ; Bertrand Dorléac, 1997, p. 94.

118 Voir Feliciano, 1998, p. 121.

119 Voir Heuss, 2000, p. 77.

120 Voir Bertrand Dorléac, 1997, p. 91-93 ; Nicholas, 1995, p. 207 ; Tisa Francini, Heuss et Kreis notent même pour cette période « environ deux millions d’objets [vendus aux enchères] », voir Tisa Francini, Heuss et Kreis, 2001, p. 290.

121 Nicholas, 1995, p. 207.

122 Voir Feliciano, 1998, p. 122 ; Tisa Francini, Heuss et Kreis, 2001, p. 289 ; Moulin, 1967, p. 40-41 : « La fonction économique de la peinture, valeur refuge et hypothétique valeur de spéculation, s’est alors précisée. À côté de l’or, des devises étrangères, des valeurs boursières, des autres catégories d’objets rares, la peinture a servi à placer un avoir qu’il fallait protéger contre l’inflation et dérober au contrôle de l’État. Le tableau peut se dissimuler et s’échanger aisément, entrer dans un circuit clandestin qui échappe à la reconnaissance par le fisc. Il peut être non seulement l’objet mais le moyen d’un trafic international – dans certains cas, en effet, le bulletin de cession de propriété du tableau constitue une garantie offerte par son détenteur à un financier qui se charge pour lui d’une opération à l’étranger. »

123 Voir Moulin, 1967, p. 41 ; Bertrand Dorléac, 1997, p. 91 ; Feliciano, 1998, p. 122.

124 Voir rapport Bunjes, s.d., CARAN, AJ40/1671, Consolidated Interrogation Report no 2 du 15 septembre 1945, BAR E 7160-07 1968/54, vol. 116, cité d’après Buomberger, 1998, p. 34, note 36. Également Göring Report, dans NARA CIR, no 2 : The Göring collection, 15 septembre 1945, dans NARA Microfilm Publication M 1782.

125 Bettina Bouresh, « “Sammeln Sie also kräftig!” Kunstrückführung ins Reich im Auftrag der Rheinischen Provinzialverwaltung 1940-1945 », dans Kunst auf Befehl? Dreiundreissig bis fünfundvierzig, éd. par Bazon Brock et Achim Preiß, Munich, 1990, p. 73, note 43.

126 Voir Bouresh, 1990, p. 59-75 ; id., « Kunsterwerbungen im Rahmen der Neuordnung des Rheinischen Landesmuseums Bonn 1939-1945. Eine Fallstudie », dans Museen im Zwielicht. Ankaufspolitik 1933-1945 (colloque des 11 et 12 décembre 2001 à Cologne) / Die eigene Geschichte. Provenienzforschung an deutschen Kunstmuseen im internationalen Vergleich (colloque du 20 au 22 février 2002 à Hambourg), éd. par Koordinierungsstelle für Kulturgutverluste, Magdebourg, 2002, p. 41-52 ; Nikola Doll, « Die “Rhineland-Gang”: Ein Netzwerk kunsthistorischer Forschung im Kontext des Kunst- und Kulturraubes in Westeuropa », dans Museen im Zwielicht, 2002, p. 53-78 ; Katja Terlau, « Das Wallraf-Richartz-Museum in der Zeit zwischen 1933-1945 », dans Museen im Zwielicht, 2002, p. 21-40 ; id., « Das Wallraf-Richartz-Museum und seine Ankaufspolitik 1933-1945. Vorläufiger Forschungsbericht », dans Wallraf-Richartz-Jahrbuch, vol. 62, Cologne, 2001, p. 277-292 ; Rainer Budde, « Anmerkungen zu den Erwerbungen des Wallraf-Richartz-Museums in den Jahren 1941-1944 », dans Wallraf-Richartz-Jahrbuch, vol. 47, Cologne, 1985-1986, p. 19-28. En général, sur les achats des directeurs de musées allemands à Paris, voir Feliciano, 1998, p. 121-151.

127 Voir Buomberger, 1998, p. 34.

128 Voir Isabelle Le Masne de Chermont et Didier Schulmann, Le pillage de l’art en France pendant l’Occupation et la situation des 2 000 œuvres confiées aux musées nationaux : contribution de la Direction des musées de France et du Centre Pompidou aux travaux de la mission d’étude sur la spoliation des Juifs de France, Paris, 2000, p. 10 ; Feliciano, 1998, p. 122 ; Tisa Francini, Heuss et Kreis, 2001, p. 289.

129 Voir Feliciano, 1998, p. 122-124.

130 Voir ibid., p. 122 ; Le Masne de Chermont et Schulmann, 2000, p. 26.

131 Ordres du 30 juin 1940 et du 17 septembre 1940, voir chap. V. 1a, p. 85-87 du présent ouvrage.

132 Feliciano, 1998, p. 122.

133 Pour une présentation précise de la complexité des différentes instances allemandes rivales, de leurs fonctions respectives et de leurs objectifs, voir Heuss, 2000, p. 95-134 ; résumé de la situation sur le marché de l’art et présentation des trois équipes d’intervention spéciales les plus importantes en matière de spoliations à Paris, voir Tisa Francini, Heuss et Kreis, 2001, p. 280-290. La situation générale est présentée dans Laurence Bertrand Dorléac, L’art de la défaite 1940-1944, Paris, 1993, et Feliciano, 1998.

134 Pour le pillage des biens juifs par l’ambassade d’Allemagne à Paris, voir Nicholas, 1995, p. 163-171 ; Heuss, 2000, p. 297-303 ; Tisa Francini, Heuss et Kreis, 2001, p. 280-282 ; Feliciano, 1998, p. 36-38 ; Treue, 1965, p. 285-299 ; Petropoulos, 1999, p. 166-168 et p. 174.

135 Voir Tisa Francini, Heuss et Kreis, 2001, p. 281.

136 Heuss, 2000, p. 298-299 ; pour le rapport Kümmel, voir note 7 du chap. IV du présent ouvrage, en relation avec Abetz, voir Feliciano, 1998, p. 27-38 ; Nicholas, 1995, p. 164-168.

137 Voir Heuss, 2000, p. 297-301.

138 Voir Treue, 1965, p. 298 ; Petropoulos, 1999, p. 167 ; Le Masne de Chermont et Schulmann, 2000, p. 18.

139 Voir Tisa Francini, Heuss et Kreis, 2001, p. 282 ; Heuss, 2000, p. 298. Des sources intéressantes sur ce point se trouvent dans PAAA Deutsche Botschaft Paris, AZ 2495 : Verzeichnis der durch deutsche Behörden beschlagnahmten Kunstgegenstände aus jüdischem Besitz in Frankreich, o.J., Paris geheim 72/1, et dans PAAA Deutsche Botschaft Paris, AZ 2490, Sonderband: Jüdischer Kunstbesitz, seine Sicherstellung, Paris geheim, 62/3.

140 Pour certains aspects de la convention de La Haye sur « les lois et coutumes de la guerre », voir Wilfried Fiedler, « Kulturgüter als Kriegsbeute. Völkerrechtliche Probleme seit dem Ende des Zweiten Weltkrieges », dans Das Geschäft mit der Raubkunst. Fakten, Thesen, Hintergründe, éd. par Matthias Frehner, Zurich, 1998, p. 87-96.

141 Voir Treue, 1965, p. 294 ; Nicholas, 1995, p. 170.

142 Par exemple le 13 août 1940, voir Nicholas, 1995, p. 168.

143 Voir Nicholas, 1995, p. 170-171 et chap. V. 1a, p. 86 du présent ouvrage.

144 Voir Treue, 1965, p. 299 ; Petropoulos cite ce propos d’Abetz à partir d’une lettre de l’ambassadeur au gouvernement militaire du 28 octobre 1940, aux archives fédérales de Coblence. Voir Petropoulos, 1999, p. 174.

145 Voir Heuss, 2000, p. 303.

146 Pour la définition des missions initiales de l’ERR, voir Treue, 1965, p. 301 sqq. ; pour les méthodes réellement appliquées, voir Heuss, 2000, p. 102-118.

147 Voir Tisa Francini, Heuss et Kreis, 2001, p. 283.

148 Voir Petropoulos, 1999, p. 171-173 ; Heuss, 2000, p. 86. Pour la collection d’art de Göring, voir Ilse von zur Mühlen, Die Kunstsammlung Hermann Görings. Ein Provenienzbericht der Staatlichen Bayerischen Gemäldesammlungen, Munich, 2004 ; Heuss, 2000, p. 73-93 ; Günther Haase, Die Kunstsammlung des Reichsmarschalls Hermann Göring: eine Dokumentation, Berlin, 2002 ; Nancy Yeide, Beyond the Dreams of Avarice. The Hermann Göring Collection, Dallas, 2009.

149 Voir Heuss, 2000, p. 87 et p. 112 ; Tisa Francini, Heuss et Kreis, 2001, p. 283.

150 Pour les missions du Devisenschutzkommando ainsi que pour le contenu des première et deuxième ordonnances provisoires sur les devises du 10 mai et du 14 août 1940, voir Treue, 1965, p. 299-301.

151 Officiellement, les occupants justifiaient ces confiscations par la crainte de voir ces objets se retrouver en territoire ennemi en raison de la fuite de leurs propriétaires, voir Treue, 1965, p. 300.

152 Pour Bunjes, voir Doll, 2002, p. 68-69.

153 Voir Heuss, 2000, p. 79-87 ; Feliciano, 1998, p. 38-43.

154 Selon un ordre fréquemment cité du 5 novembre 1940, la répartition des œuvres d’art se faisait dans l’ordre suivant : à Hitler revenait le premier choix, puis venaient Göring et, en troisième lieu, Rosenberg. Les œuvres de qualité qui restaient devaient ensuite partir pour l’Allemagne et être utilisées par les musées. Celles qui ne remplissaient pas ces critères de qualité étaient vendues ou échangées. Voir Petropoulos, 1999, p. 175 ; pour le texte original de l’ordre et des explications détaillées, voir Heuss, 2000, p. 85 sqq.

155 Tisa Francini, Heuss et Kreis, 2001, p. 283 ; analyse des listes de saisies de l’ERR par rapport à la population juive de France (effectifs, noms, position sociale des personnes spoliées, répartition entre arrondissements, etc.), dans Le Masne de Chermont et Schulmann, 2000, p. 21-24.

156 L’entrée en Allemagne d’art moderne dit « dégénéré » était par exemple interdite, voir Petropoulos, 1999, p. 174-175.

157 Voir Feliciano, 1998, p. 123 et p. 115-119.

158 Voir Petropoulos, 1999, p. 174.

159 Voir Mission d’étude sur la spoliation des Juifs de France. Rapport général, présidé par Jean Mattéoli, 2000, p. 84-85, disponible en ligne : http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/BRP/004000897/0000.pdf (URL obsolète, dernière consultation le 6 avril 2018). Chap. « Marché de l’art florissant », p. 84 : « Parmi les œuvres mises sur le marché, un très petit nombre, désormais bien repéré, a été cédé par l’ERR. Les opérations dont elles ont été l’objet ont pu être reconstituées » ; chap. « L’aryanisation des galeries », p. 85 : « Quelques tableaux ont été mis sur le marché à la suite de l’aryanisation des galeries, mais celle-ci eut finalement peu d’impact sur le marché de l’art. » Pour l’ensemble de la question, voir p. 78-87 (selon la table des matières ; p. 79-88 dans le document pdf).

160 Les procès-verbaux du procès de la Commission nationale interprofessionnelle d’épuration relatifs à Roger Duquoy, qui dirigea de septembre 1940 jusqu’à la fin de la guerre la galerie (juive) Wildenstein, permettent de reconstituer la procédure d’« aryanisation » d’une galerie parisienne, voir AN F/12/9629 (Dossier : Duquoy). Bertrand Dorléac donne la liste des galeries parisiennes « aryanisées » en mentionnant également celles qui avaient volontairement confié leurs affaires à un intermédiaire, voir Bertrand Dorléac, 1997, p. 94 ; Tisa Francini, Heuss et Kreis, 2001, p. 290-309, en part. p. 309 ; Le Masne de Chermont et Schulmann, 2000, p. 26.

161 On connaît en tout quatre inventaires différents : 1) Erwerbungen der Generalverwaltung der oberrheinischen Museen Straßburg ab 1940 chronologisch nach Ländern geordnet [Acquisitions de l’Administration générale… à partir de 1940, classées chronologiquement par pays] ; 2) Inventar der Generalverwaltung der oberrheinischen Museen Straßburg [Inventaire de l’Administration générale…] ; 3) Kunst-Inventar der Gen. Verwaltung 1943 [Inventaire artistique de l’Administration générale 1943] ; 4) Leihgabenverzeichnis der Staatlichen Kunsthalle Karlsruhe angelegt im März 1937 [Inventaire des prêts de la Staatliche Kunsthalle Karlsruhe établi en mars 1937]. Les inventaires originaux se trouvent à la Staatliche Kunsthalle Karlsruhe (direction) ; le no 3 aux Archives générales du Land à Karlsruhe [Generallandesarchiv Karlsruhe], GLA 441 Zug. 1981/70, no 379. Tous les inventaires sont en copie dans les archives du MBA. Dans le contexte de la répartition des œuvres d’art à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, il existe deux autres listes importantes : Verzeichnis der aus dem Besitz der Generalverwaltung der oberrheinischen Museen an die städtischen Museen Straßburg abgegebenen Kunstwerke (= Beilage B. Listung der Kunstwerke, die zwischen 1940 und 1944 für die Straßburger Museen erworben wurden und diesen direkt übergeben wurden) [Inventaire des œuvres en possession de l’Administration genérale… remises aux musées municipaux de Strasbourg (= annexe B. Liste des œuvres d’art achetées entre 1940 et 1944 pour les musées de Strasbourg et données directement aux musées)] et Gemälde aus dem Besitz der Kunsthalle Karlsruhe (= Beilage A: Listung der von der Kunsthalle Karlsruhe an den CCP Wiesbaden abgegebenen Kunstwerke) [Peintures en la possession de la Kunsthalle Karlsruhe (= annexe A : Liste des œuvres d’art de la Kunsthalle Karlsruhe remises au Collecting Point Wiesbaden)], les deux dans BArch B 323/504, et en photocopie dans les archives du MBA. Dans la suite, nous citerons les inventaires en indiquant leur titre, sans leur lieu de conservation.

162 Voir GLA 441 Zug. 1981/70, no 375-381 (Erwerbungen der Generalverwaltung der oberrheinischen Museen). Les cotes des dossiers que nous utiliserons dans la suite pour indiquer nos sources se réfèrent au système de classement des dossiers des GLA, également adopté pour les archives du musée de Strasbourg.

163 Pour les résultats du projet de recherche sur les entrées dans la collection du musée des Beaux-Arts de Strasbourg pendant l’occupation allemande de l’Alsace, voir Tessa Friederike Rosebrock, « Die Straßburger Museen in der Zeit von 1940-1944. Rückführung, Ankauf und Bergung von Kunstwerken unter Kurt Martin und der Generaldirektion der oberrheinischen Museen », dans Jahrbuch der Staatlichen Kunstsammlungen in Baden-Württemberg, vol. 43 (2006), p. 99-122 ; id., « Provenienzforschung an den Straßburger Museen », dans Ausgeraubt! Aktuelle Fragen zum nationalsozialistischen Kulturgutraub in Europa, éd. par Marie-Paule Jungblut, Luxembourg, 2007, p. 85-94 ; les provenances respectives des tableaux concernés sont enregistrées dans la base de données interne du musée de Strasbourg, « Basisliste MBA Inventar 1940-1947 » ; pour les détails de la documentation et du déroulement de l’étude, voir Rapport des recherches effectuées du 19 avril au 31 octobre 2004 pour les musées de Strasbourg, établi par Tessa Friederike Rosebrock (dactylographié, inédit, consultable au musée des Beaux-Arts de Strasbourg et auprès de la municipalité de Strasbourg).

164 Voir GLA 441 Zug. 1981/70, no 375 : Erwerbungen für die Generalverwaltung der oberrheinischen Museen in Straßburg/Elsass – Plastiken (1940-1942) ; GLA 441 Zug. 1981/70, no 376 : Erwerbungen für die Generalverwaltung der oberrheinischen Museen in Straßburg/Elsass – Graphik (1941-1943).

165 Voir Vertragsabschluss mit Kurt Martin (Oberleitung der oberrheinischen Museen), remanié le 20 septembre 1941, dans AMS 7 MW 249.

166 Dans le catalogue de sa première exposition après la guerre, Hans Haug fera l’éloge de cette attitude de Martin, voir Hans Haug, Introduction, dans Trésors d’art des musées de Strasbourg – Kunstschätze aus den Straßburger Museen, cat. exp. Kunsthalle Basel, 18 janvier – 2 mars 1947, Bâle, 1947, p. 17. Repr. du passage concerné, voir chap. VIII, p. 247.

167 Voir Martin à Oberst Blankenhorn, 16 décembre 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 90 : « Je n’ai pas acheté seulement pour Strasbourg, mais aussi pour Karlsruhe, car je suis convaincu que dans un délai relativement court, l’argent va se tarir et que l’apparente abondance fera place à la plus grande austérité. Plus vite le gouvernement s’installera à Strasbourg, plus cette austérité se fera sentir, justement à Karlsruhe. C’est pourquoi il faut combler maintenant autant de lacunes que possible, car plus tard, nous allons sans doute être longtemps sur la paille. »

168 Martin à Halm, 12 octobre 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 90.

169 Martin à Haug, 12 avril 1947, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg et GLA 441 Zug. 1981/70, no 18.

170 Une madone de Haute-Alsace provenant de la paroisse de Rappoltsweiler et une peinture attribuée à Hans Baldung Grien représentant la mort de Marie, de chez le marchand d’antiquités Paul Weigt, de Strasbourg. La même année, Martin acheta pour la Kunsthalle de Karlsruhe auprès d’une personne privée de Magdebourg un tableau de Hans Thoma, Agathe mit Hund [Agathe au chien]. Voir Inventar der Generalverwaltung der oberrheinischen Museen Straßburg, nos 1-3.

171 Parmi les 47 peintures se trouvaient également 5 gouaches, lesquelles sont comptées dans les listes parmi les peintures. De plus, 12 œuvres furent achetées auprès de marchands en Allemagne, et une aux Pays-Bas. Voir Inventar der Generaldirektion der oberrheinischen Museen Straßburg.

172 Martin à Holstein, 6 février 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : Dietterlin) : « Il faut que j’aille demain à Paris, d’où je rentrerai le 15 février. »

173 Voir Martin à C.d.Z., Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung, 21 février 1941, avec pièces jointes (Betr. Erwerbung von Kunstgegenständen und Büchern für die Generalverwaltung der els. Museen, Straßburg), dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : École allemande, Meister von Straßburg, Barocchio, Verbruggen, Nature morte, école franç. fin xvie siècle).

174 Wagner, Quittung, 21 février 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : École allemande, Meister von Straßburg, Barocchio, Verbruggen, Nature morte, école franç. fin xvie siècle).

175 École allemande (lac de Constance), Crucifixion, vers 1500, huile sur bois, dimensions inconnues, brûlé en 1947 (MBA 1646).

176 Maître des études de draperies, Sept dignitaires ecclésiastiques, xve siècle, huile sur bois, 79 × 47 cm (MBA 1643bis).

177 Jan Verbruggen, Fleurs avec perroquet et singe, attribution erronée, en réalité Pieter Casteels II, Bouquet de fleurs, xviie siècle, huile sur toile, 131 × 99 cm (MBA 44.004.0.4) ; École française, Les Apprêts du banquet, vers 1630, huile sur toile, 91 × 114 cm (MBA 1700).

178 Œuvre non identifiée, localisation inconnue.

179 Voir fiche d’inventaire : Erwerbung Paris, 24. II. 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : École allemande, Meister von Straßburg, Barocchio, Verbruggen, Nature morte, école franç. fin xvie siècle).

180 Voir Nachweisung über den Verbrauch des Einkaufsvorschusses von 200.000,- frcs., s.d., signé avec cachet du Chef der Zivilverwaltung im Elsass, Abteilung Wissenschaft, Erziehung und Volksbildung, le 21 février 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : École allemande, Meister von Straßburg, Barocchio, Verbruggen, Nature morte, école franç. fin xvie siècle).

181 Voir Auszahlungsanordnung, 18 mars 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : École allemande, Meister von Straßburg, Barocchio, Verbruggen, Nature morte, école franç. fin xvie siècle).

182 Pour le certificat d’autorisation, voir Gauwirtschaftskammer Oberrhein à GVOM, 28 juillet 1943, ainsi que Martin à Stepanoff, 4 août 1943, les deux dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 378 (Dossier : Dutter, Cotan, Herrera).

183 Pour des explications sur les modalités de règlement, voir Martin à Wüster, 12 mai 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : École allemande, Meister von Straßburg, Barocchio, Verbruggen, Nature morte, école franç. fin xvie siècle) ainsi que Martin à Koch, 15 juin 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 90.

184 Voir Martin à Rochlitz, 22 mai 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : École allemande, Meister von Straßburg, Barocchio, Verbruggen, Nature morte, école franç. fin xvie siècle) : « Le paiement du solde dû pour l’acquisition que j’ai effectuée a donné lieu à quelques difficultés parce que, justement pendant mon séjour à Paris, de nouvelles dispositions ont été prises du côté allemand pour le virement des sommes en francs. »

185 Des plaintes pour retards de paiement furent adressées à Martin comme à Wüster qui avait aidé Martin dans ses acquisitions. Brimo & de Laroussilhe à Martin, 7 mars 1941 ; Wüster à Martin, 14 avril 1941 ; Wüster à Martin, 26 avril 1941 ; Rochlitz à Martin, 6 avril 1941 ; Aubry à Martin, 25 avril 1941 ; Rochlitz à Martin, 16 mai 1941 ; Brimo & de Laroussilhe à Martin, 7 mai 1941, tous les documents dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : École allemande, Meister von Straßburg, Barocchio, Verbruggen, Nature morte, école franç. fin xvie siècle).

186 Voir Wüster à Martin, 11 mai 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : École allemande, Meister von Straßburg, Barocchio, Verbruggen, Nature morte, école franç. fin xvie siècle).

187 Voir Brimo & de Laroussilhe à Martin, 4 juin 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : École allemande, Meister von Straßburg, Barocchio, Verbruggen, Nature morte, école franç. fin xvie siècle).

188 Martin à Wüster, 14 mai 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : École allemande, Meister von Straßburg, Barocchio, Verbruggen, Nature morte, école franç. fin xvie siècle).

189 Dates des voyages, avec pièces justificatives : 2e voyage, deux semaines, après le 9 juin 1941, voir Martin à Gurlitt, 9 juin 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : Dürer) ; 3e voyage, du 29 juillet au 4 août 1941, voir planning du voyage de Martin par Lauts (manuscrit, deux pages), s.d., dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : Valentin, Descente de Croix, Schongauer, Cranach, Rousseau, Männl. Bildnis, Französ. Realist, Oudry, Baur, Brentel, Hans), attesté également par les dates des factures établies par les marchands pour les objets d’art acquis lors de ce voyage dans le même dossier ; 4e voyage, du 6 au 14 octobre 1941, Martin était accompagné de Paul Weigt, voir frais de voyage de Weigt, 16 octobre 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : Tiepolo, Ankündigung der Hirten, Drölling, Hl. Sebastian, Guitarrespielerin, Fläm. Landschaft, Peters, Delacroix) ; 5e voyage, avec Karl Asal, du 10 au 13 novembre 1941. Pour la date de départ du dernier voyage, voir Martin à C.d.Z., Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung, 27 octobre 1941 ; pour la durée du séjour, voir dates des quittances 1-12 établies par les marchands du 11 au 13 novembre 1941, pièces jointes à Nachweisung über den Verbrauch des Einkaufszuschusses von 4 Millionen französischen Franken [justificatif d’utilisation de l’avance pour acquisitions de 4 millions de francs français], dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : de Witte, van Dyck, Oudry, Huyn, Drölling, Guercino, Tocqué, Degas, Corot) ; 6e séjour à Paris entre le 28 novembre et le 3 décembre 1941. Martin effectua des acquisitions puis, au retour, il accompagna l’expédition en Alsace de plusieurs œuvres acquises à Paris au cours des derniers mois, voir dates des factures 1-17, pièces jointes à Nachweisung über den Verbrauch des Einkaufvorschusses von 2 000 000 französischen Franken [justificatif d’utilisation de l’avance pour acquisition de 2 millions de francs français], 16 décembre 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : Schall, Courbet, Robert, Foucquières, Stoskopff).

190 Martin avait effectué une partie de sa scolarité à Lausanne, voir Thouvenin, 2002, p. 167 ; Fork, 1999, p. 256-257. Un courrier d’Erhard Göpel, marchand et critique d’art au service du Reichskommissar pour les régions occupées des Pays-Bas et principal acquéreur dans la région pour le musée de Linz, montre les nombreux liens de Martin avec les marchands français, voir Göpel à Martin, 13 janvier 1943, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 106 : « À Paris, j’ai croisé votre piste à plusieurs reprises et je suis étonné de constater jusque dans quels coins vous vous êtes avancé. Les gens sont rayonnants quand ils entendent votre nom. Manifestement, vous avez fait impression sur les Français par la qualité de vos acquisitions, même si vos moyens n’étaient pas illimités. »

191 Pour Hildebrand Gurlitt, l’acheteur accrédité pour la « mission spéciale » Linz sous Hermann Voss, voir Vanessa-Maria Voigt, Kunsthändler und Sammler der Moderne im Nationalsozialismus. Die Sammlung Sprengel 1934-1945, Berlin, 2007, p. 130-155 ; Meike Hoffmann et Nicola Kuhn, Hitlers Kunsthändler Hildebrand Gurlitt 1895-1956, Munich, 2016.

192 Albrecht Dürer, Christus als Schmerzensmann [Le Christ en homme de douleurs], xve siècle, huile sur bois, 30 × 19 cm (SKK 2183).

193 Martin à Gurlitt, 9 juin 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : Dürer Schmerzensmann).

194 Martin à Koch, 15 juin 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 90.

195 Voir par exemple Martin, Bericht über die Einkäufe in Paris, 16 décembre 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : Schall, Courbet, Robert, Foucquières, Stoskopff).

196 Voir Martin à Frank, 31 mars 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : École allemande, Meister von Straßburg, Barocchio, Verbruggen, Nature morte, école franç. fin xvie siècle) : « Tous les objets souhaités sont partis chez Schenker & Co pour être emballés et seront prêts à rejoindre d’autres objets à expédier. »

197 Voir par exemple Martin à Brimo & de Laroussilhe, 19 mars 1941, ou Martin à Frank, 31 mars 1941, les deux documents dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : École allemande, Meister von Straßburg, Barocchio, Verbruggen, Nature morte, école franç. fin xvie siècle).

198 Outre les acquisitions directes, ces chiffres comprennent également les pièces vendues par Wüster à l’Administration générale en tant qu’intermédiaire d’autres galeries.

199 Voir ALIU-report, List of red-flag-names, cité d’après Nancy H. Yeide, Konstantyn Akinsha et Amy Walsh, AAM Guide to Provenance Research, Washington, 2001, p. 272-273.

200 Voir Feliciano, 1998, p. 139.

201 Voir Erklärung des Auswärtigen Amtes über Wüsters Stellung an der Deutschen Botschaft in Paris, 22 septembre 1943, dans PAAA Personalakte Adolf Wüster, AZ Paris 1797 : « Wüster, Adolf Konsul, 1941-1944 ». L’ALIU-report indique le 16 juillet 1942 comme date [erronée] de la nomination de Wüster au rang de consul (ALIU-report, List of red-flag-names, cité d’après Yeide, Akinsha et Walsh, 2001, p. 272-273). Cette date est en fait celle de l’établissement de son contrat, voir Dienstvertrag Adolf Wüster, 16 juillet 1942, dans PAAA Personalakte Adolf Wüster, AZ 017014, vol. 1, Rep. IV. Personalia, no 804 et PAAA Personalakte Adolf Wüster, AZ 017015, vol. 1, Rep. IV, Personalia, no 804.

202 Feliciano, 1998, p. 138-139.

203 Charles Daubigny, L’Étang de Ville-d’Avray, 1875, huile sur bois, 41 × 68 cm (MBA 1676).

204 Louise Moillon, Plat de prunes avec bigarade, 1632, huile sur bois, 36 × 51 cm (MBA 1689).

205 Théodore Rousseau, Étude de rochers et d’arbres, 1829, huile sur toile, 53,5 × 70,3 cm (MBA 1702).

206 Voir Lauts à C.d.Z., Abteilung Unterricht, Erziehung und Volksbildung, 11 septembre 1941 (envoi de trois quittances établies par Wüster pour Aubry, Argoutinsky et lui-même le 9 septembre 1941), dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : Moyllon, Rousseau, Daubigny, Gude).

207 Voir Martin à Oberfinanzpräsident der Devisenstelle, 6 août 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : Moyllon, Rousseau, Daubigny, Gude) : « L’Administration générale des musées du Rhin supérieur a l’intention d’acquérir dans le commerce parisien des œuvres d’art de valeur et importantes pour les musées de Strasbourg pour un montant de 418 500 francs ; l’achat des objets a été autorisé par M. le chef de service [ici : der Herr Referent, non nommé]. M. Adolf Wüster, attaché à l’ambassade d’Allemagne à Paris, s’est déclaré prêt à se charger de transférer l’argent à Paris et de le verser aux marchands. C’est pourquoi nous demandons de bien vouloir autoriser M. Adolf Wüster à effectuer ces acquisitions et à transférer 418 500 francs français (quatre cent dix-huit mille cinq cents francs). Vous trouverez ci-joint une attestation du Badisches Ministerium des Kultus und Unterrichts. »

208 Voir Kontoführungsbestätigung der deutschen Bank à Chef der Zivilverwaltung im Elsass, Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung, 12 octobre 1942, dans MAE carton no 382, P 14 Alsace-Lorraine, 29 (Opérations effectuées pendant l’Occupation dans les musées du Haut-Rhin) : « En réponse à votre demande du 5 de ce mois, nous vous informons que nous tenons pour M. Adolf Wüster un compte de consignation (Feldpost no 43200) sur lequel nous pouvons créditer sans autorisation particulière des sommes perçues d’Allemagne. Par définition, le crédit de ce compte est exclusivement à disposition pour des versements à l’intérieur de l’Allemagne ; nous faisons encore remarquer que, sur le plan des devises, M. Wüster n’est considéré comme « Allemand de l’intérieur » [Inländer] qu’en raison des biens qu’il possède à l’intérieur de l’Allemagne. Nous vous prions de bien vouloir en prendre bonne note et signons – Heil Hitler ! Deutsche Bank Berlin. »

209 Voir facture de Wüster à Martin, 28 mai 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Brueghel). Note sur la facture : « Ce montant de 10 300 reichsmarks peut être versé sur mon compte à la Deutsche Bank Berlin, W 8 Behrensstrasse Adolf Wüster F.P. Nr. 43 200. » Jan Brueghel (attribué à), Scène de marché dans paysage fluvial, xviie siècle, huile sur cuivre, 32,5 × 41,5 cm (MBA 1704).

210 Alfred Sisley, Paysage avec maisons, 1873, huile sur toile, 45,7 × 61,2 cm (MBA 1675/MAMCS 55.974.0.692).

211 Voir Wüster à Martin, facture, 25 mars 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : Fragonard, Fragonard, Heda, von Beyeren, Sisley, etc.).

212 Voir Wüster à Martin, 29 mars 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : Fragonard, Fragonard, Heda, von Beyeren, Sisley, etc.).

213 Martin à Wüster, 7 avril 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : Fragonard, Fragonard, Heda, von Beyeren, Sisley, etc.).

214 Jean-Baptiste Camille Corot, Vue de Saint-Paterne d’Orléans, vers 1830, huile sur toile, 28,5 × 42 cm (MBA 1677).

215 Voir Martin à C.d.Z., Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung (Bitte um Auszahlungsanweisung), 27 mars 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : Corot, Maria kniend in got. Kirchenraum).

216 Renou & Colle, Confirmation, 26 août 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : Corot, Maria kniend in got. Kirchenraum).

217 Voir Ahnne, 1967, p. 9-10.

218 Pour ce qui avait été convenu, voir voir chap. IV. 1, p. 72 ; l’aide apportée par Haug dans les acquisitions effectuées à Paris pour le musée de Strasbourg est mentionnée par Ahnne et par Lauts. Ahnne, 1967, p. 9-10 : « Grâce à Kurt Martin, de connivence avec Haug alors à Paris, le musée de Strasbourg s’est enrichi de plusieurs tableaux français, alsaciens, espagnols de tout premier ordre, acquis le plus régulièrement du monde sur le marché des arts » ; Lauts, 1975, p. 212 : « Haug observait le marché de l’art parisien et transmettait bien des indications utiles » ; Jan Lauts, entretien avec Josef Werner, compte rendu du 25 juillet 1984, dans StAK 8/StS 17, no 106 : « Haug acheta alors pour Martin sur le marché de l’art français de nombreux tableaux. » Pour le témoignage de Haug lui-même sur les achats effectués à Paris pour les musées de Strasbourg pendant l’Occupation, voir doc. 9, paragraphe 3, p. 411 du présent ouvrage.

219 École française, Oiseaux, 1619, huile sur toile, 141 × 96 cm (MBA 1691).

220 Martin à Aubry, 8 mars 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : Stillleben mit vielen Vögeln).

221 Voir Martin à Haug, 3 mai 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : École allemande, Meister von Straßburg, Barocchio, Verbruggen, Nature morte, école franç. fin xvie siècle).

222 Wendel Dietterlin, Auferweckung des Lazarus [Résurrection de Lazare], 1587, huile sur bois, 105 × 83,8 cm (SKK 2181).

223 Voir correspondance de Haug avec Albert Ludwig Jobst, 1920-1939, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : Dietterlin).

224 Martin à Jobst, 2 décembre 1940, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : Dietterlin).

225 Voir Jobst à Martin, 15 décembre 1940, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : Dietterlin).

226 Voir Martin à Jobst, 17 décembre 1940, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : Dietterlin).

227 Voir Holstein à Martin, 1er février 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : Dietterlin).

228 Voir Martin à Holstein, 3 mars 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : Dietterlin).

229 Voir facture Wendel Dietterlin, Auferweckung des Lazarus, 10 mars 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : Dietterlin).

230 Voir facture Drölling, Stillleben mit Bildnis seines Sohnes, et assiette de grès avec vue du château de Karlsruhe, 8 octobre 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : Tiepolo, Ankündigung der Hirten, Drölling, Hl. Sebastian, Guitarrespielerin, Fläm. Landschaft, Peters, Delacroix).

231 Martin Drölling, L’Enfant au gigot, xixe siècle, huile sur bois, 23 × 29,5 cm (MBA 1625b).

232 Voir Haug, Bestätigung über den Erhalt von 10 000 francs, 5 mars 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : Goya, Schall, Couture, Lauterburg, Drölling, etc.).

233 Voir Nachweisung über den Verbrauch des Einkaufsvorschusses von 215 680,50 RM, Rücküberweisungsdatum der Restbeträge 17 mai 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : Goya, Schall, Couture, Lauterburg, Drölling, etc.).

234 Pour le manque d’assurance de Martin en matière d’art décoratif, voir Martin à Haug, 11 juillet 1947, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 379 : « J’espère avoir assez avancé avec les travaux de la Favorite d’ici à la fin de l’été pour pouvoir commencer à déballer et examiner la collection de céramique. Dois-je mentionner combien vos conseils me seraient précieux ? »

235 Voir Martin à C.d.Z., Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung, 27 octobre 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : De Witte, van Dyck, Oudry, Huyn, Drölling, Guercino, Tocqué, Degas, Corot) : « Avec l’autorisation et la participation de M. le chef de service [ici : der Herr Referent, non nommé], de nombreuses œuvres d’art ont été acquises à Paris. Le règlement s’est fait en partie sur les 2 000 000 francs emportés en liquide, des factures ayant été établies. Outre ce montant, des œuvres ont également été acquises pour une valeur de 3 400 000 francs. Pour effectuer ces paiements, je demande que soit mise à ma disposition en francs français la somme de 4 000 000 francs pour que je puisse personnellement l’emporter avec moi à Paris. C’est intentionnellement que ce dernier montant est plus élevé, pour pouvoir profiter de l’occasion si une offre devait nous être faite. Je me permets encore d’attirer votre attention sur le fait qu’il s’agit très vraisemblablement de la dernière possibilité d’achat à Paris, dans la mesure où la procédure de sortie des œuvres d’art fait désormais l’objet de difficultés accrues. »

236 Voir Martin, Bericht über die Einkäufe in Paris, 16 décembre 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : Schall, Courbet, Robert, Foucquières, Stoskopff) : « Les prix qui ont été payés pour les œuvres correspondent en moyenne à la moitié, dans certains cas même à un pourcentage encore moins élevé des sommes qui sont exigées en Allemagne. Mais surtout, en Allemagne, le marché s’est complètement tari de sorte qu’il est pratiquement impossible d’obtenir un objet de quelque importance. Même à Paris, les prix connaissent une forte hausse ; en un an, ils ont quadruplé. Mais même depuis juillet, on constate une hausse notable des prix que j’évalue à entre 30 et 50 % […]. Il faudrait donc arriver à réaliser toute acquisition acceptable, non seulement parce que l’offre diminue de plus en plus, mais aussi parce que le pouvoir d’achat du franc français a chuté. »

237 Karl Asal, Ausschnitte aus meinem unter 5 Regierungen verbrachten Leben, niedergeschrieben im April 1975 vom Ministerialrat a.D. Professor Dr. jur. Karl Asal, Freiburg i. Br., Alemannenstr. 6, p. 21-22, dans StAF T1, no 1 (Zug. 2005/0025), Nachlass Asal.

238 Martin à Hupp, 4 mai 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : 2 Wruggenscheiben Schöfferlin [?], Rubens).

239 Liste des formulaires nécessaires dans Martin à Kuetgens, 10 juin 1943, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 378 (Dossier : Dutter, Cotan, Herrera).

240 Voir [illisible] à Wüster, 24 octobre 1941 (courrier identique pour l’envoi d’une partie des œuvres à Karlsruhe signé par Asal), les deux documents dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : Schall, Courbet, Robert, Foucquières, Stoskopff).

241 Voir Kuetgens, Ausfuhrgenehmigung für Dr. Martin (Karlsruhe/Straßburg) nach Deutschland, 13 novembre 1941, dans GLA 41 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : Schall, Courbet, Robert, Foucquières, Stoskopff).

242 Télégramme de Schenker & Co à Martin, 14 novembre 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : Schall, Courbet, Robert, Foucquières, Stoskopff).

243 Voir liste des œuvres acquises et devant être importées, destinée au commandement militaire en France, 3 décembre 1941 ; Martin à Wüster, 10 décembre 1941 ; Martin à Cossa, 10 décembre 1941, tous les documents dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : Schall, Courbet, Robert, Foucquières, Stoskopff).

244 Martin à Oberst Blankenhorn, 16 décembre 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 90.

245 Voir ibid.

246 Francisco de Goya, Portrait de Bernardo d’Yriarte, 1797, huile sur toile, 108 × 84 cm (MBA 1660).

247 Philippe Jacques de Loutherbourg, Scène d’amour dans un parc, xviiie siècle, huile sur toile, 38 × 29 cm (MBA 1673).

248 Michael-Martin Drölling, Portrait de jeune fille, xixe siècle, huile sur toile, 34,3 × 26,6 cm (MBA *1681).

249 Thomas Couture, Les Romains de la décadence, vers 1848, huile sur toile, 22,5 × 36 cm (MBA 1674).

250 Œuvre non identifiée, localisation inconnue.

251 Befürwortung zum Ankauf und zur Ausfuhr aus Frankreich durch den deutschen Kunstschutz, 14 janvier 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : Goya, Schall, Couture, Lauterburg, Drölling, etc.).

252 Antrag auf Erteilung einer Devisenbescheinigung für die Wareneinfuhr von fünf Gemälden aus Paris, s.d., § Verwendungszweck, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : Goya, Schall, Couture, Lauterburg, Drölling, etc.).

253 Voir Wüster, Bestätigung über den Erhalt von 4 135 000 ffrs., 3 mars 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : Goya, Schall, Couture, Lauterburg, Drölling, etc.).

254 Le 29 avril, Haupt, directeur de la Badische Hochschule der bildenden Künste, l’École des beaux-arts du Bade, remercie Martin de lui avoir récemment montré ses nouvelles acquisitions à la Kunsthalle. Il indique avoir particulièrement apprécié le portrait de Goya qui, donc, devait déjà se trouver à Karlsruhe à ce moment-là. Voir Haupt à Martin, 29 avril 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : Goya, Schall, Couture, Lauterburg, Drölling, etc.).

255 Voir Wüster, Rechnung, 25 mars 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : Fragonard, Fragonard, Heda, von Beyeren, Sisley, etc.).

256 Pour les bases juridiques, voir Journal officiel du 12 novembre 1941, p. 4884 : « Instruction sur les règlements avec l’Alsace et la Lorraine (départements du Haut-Rhin, du Bas-Rhin et de la Moselle) ». L’accord concernant les règlements avec l’Alsace et la Lorraine fut remplacé par un nouvel accord, publié au Journal officiel du 13 juin 1942, p. 2064 sq. : « Instruction sur les règlements avec l’Alsace et la Lorraine, départements du Haut-Rhin, du Bas-Rhin et de la Moselle ». Voir également Lagebericht des Militärbefehlshabers in Frankreich [rapport sur la situation du commandement militaire en France] de décembre 1941 à janvier 1942, note 150, consultable en ligne : www.ihtp.cnrs.fr/prefets/fr/content/lagebericht-dezember-1941-januar-1942-mbf.

257 Par l’ordonnance du 1er mars 1941, le reichsmark devenait le seul moyen de paiement pour l’Alsace. Pour l’introduction de la nouvelle monnaie, la disparition du franc français et les modifications du système bancaire, voir Kettenacker, p. 153-156 ; Anon., « Die Reichsmark im Elsass endgültig eingeführt », dans StrNN, 8 février 1942.

258 Voir Lagebericht des Militärbefehlshabers in Frankreich [rapport sur la situation du commandement militaire en France] de décembre 1941 à janvier 1942, point V.5, consultable en ligne : www.ihtp.cnrs.fr/prefets/fr/content/lagebericht-dezember-1941-januar-1942-mbf : « Ce résultat ne correspond pas à la situation de fait dans la mesure où le volume des exportations de marchandises vers l’Alsace-Lorraine était beaucoup plus important que celui des importations en Alsace-Lorraine. Manifestement, pour la plupart, les acheteurs alsaciens et lorrains ont encore payé en espèces les livraisons de marchandises en provenance de France au lieu de les régler selon les modalités de l’accord de compensation entre la France, l’Alsace et la Lorraine. L’administration militaire ne peut pas encourager ces pratiques eu égard aux accords conclus et pour éviter de désavantager les acheteurs qui effectuent correctement leurs règlements, conformément à l’accord de compensation. »

259 Voir Lagebericht des Militärbefehlshabers in Frankreich, février-mars 1942, point V.5, consultable en ligne : www.ihtp.cnrs.fr/prefets/fr/content/lagebericht-februar-marz-1942-mbf : « En accord avec le RWM [Reichswirtschaftsministerium], les investissements allemands prévus à long terme en France ne pourront plus à l’avenir être exécutés qu’en respectant les réglementations françaises en matière de devises, c’est-à-dire avec l’autorisation du ministère français des Finances, pour protéger les acquéreurs allemands du danger de pertes ultérieures. Mais, étant donné le clearing défavorable, le RWM établira des critères très stricts pour l’obtention des autorisations en question. Seuls les investissements prévus seulement pour la durée de l’Occupation seront financés à l’avenir via les caisses de crédit du Reich. »

260 Voir Martin, note résumant la teneur d’un appel de Wüster du 30 avril, 5 mai 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : Goya, Schall, Couture, Lauterburg, Drölling, etc.).

261 Voir Hupp à Martin, 2 mai 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : 2 Wruggenscheiben Schöfferlin [?], Rubens) : « À la demande de M. Wüster, deux caisses qui vous sont destinées ont été ajoutées à un transport de collections d’art depuis Paris. Ces caisses vous sont envoyées. »

262 Voir Martin, note résumant la teneur d’un appel de Wüster du 30 avril, 5 mai 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : 2 Wruggenscheiben Schöfferlin [?], Rubens).

263 Voir Gerard Aalders, Geraubt! Die Enteignung jüdischen Besitzes im Zweiten Weltkrieg, Cologne, 2000, p. 118-119.

264 Les inventaires indiquent pour 1942 : 27 acquisitions auprès de marchands et de personnes privées en Allemagne, 26 acquisitions aux Pays-Bas, 25 dans des galeries parisiennes ainsi que deux blasons-vitraux du Rhin supérieur provenant de la galerie Fischer de Lucerne en Suisse.

265 Voir de Boer à Martin, 4 juillet 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : Binoit).

266 Pour le marchand d’art Pieter de Boer, voir Adrian Venema, Kunsthandel in Nederland 1940-1945, Amsterdam, 1986, p. 228-253 ; également ALIU-report, List of red-flag-names, cité d’après Yeide, Akinsha et Walsh, 2001, p. 285 ; Jan Frederik Heijbroek et A. Th. P. Griensven, Kunst, kennis en kwaliteit. De Vereenigung van Handelaren in Oude Kunst in Nederland 1911-heden, Zwolle, 2007, p. 162-176.

267 Voir de Boer à Martin, 19 août 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : Binoit).

268 Peter Binoit, Fruchtstillleben mit Weintrauben [Nature morte de fruits avec grappes de raisin], xviie siècle, huile sur bois, 2,8 × 62,7 cm (NK 1619).

269 Voir Martin à de Boer, confirmation d’achat, 9 décembre 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : Binoit).

270 Lauts à de Boer, 10 septembre 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : Binoit).

271 La durée de son séjour n’est pas connue, mais Martin était en tout cas à Amsterdam le 19 février 1942, voir de Boer à Martin, 19 février 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : Beuckelaer, Vosmaer, Westphäl. Schule, de Vos) : « Ci-inclus, nous nous permettons de vous envoyer la facture des œuvres que vous avez achetées aujourd’hui. » En réalité, Martin avait aussi été annoncé pour octobre 1941, voir Lauts à de Boer, 10 septembre 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : Binoit) : « M. le directeur Martin viendra vraisemblablement en Hollande dans la première moitié du mois d’octobre et viendra vous voir. » Mais comme de Boer décrit a posteriori sa rencontre avec Martin en février 1942 comme leur premier contact personnel, on peut déduire que ce premier voyage n’a vraisemblablement pas eu lieu. Voir de Boer à Martin, 5 mars 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : Beuckelaer, Vosmaer, Westphäl. Schule, de Vos).

272 Voir de Boer à Martin, Liste des œuvres pour l’offre du 9 avril 1942, 20 avril 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Van der Heyden, Van Goyen).

273 De Boer à Martin, 9 avril 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Van der Heyden, Van Goyen).

274 Voir Martin à de Boer, 20 avril 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Van der Heyden, Van Goyen).

275 Voir de Boer à Martin, 29 avril 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Van der Heyden, Van Goyen).

276 Martin à de Boer, 5 mai 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Van der Heyden, Van Goyen).

277 Jan van Goyen, Winterlandschaft [Paysage d’hiver], 1653, huile sur bois, 23,5 × 40,5 cm (NK 1820).

278 Jan van der Heyden, Ansicht einer holländischen Stadt [Vue d’une ville hollandaise], xviie siècle, huile sur bois, 34 × 39 cm (NK 2441).

279 Voir Rechnung Jan van der Heyden, Jan van Goyen, 3 juin 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Van der Heyden, Van Goyen).

280 Voir de Boer à Martin, 8 juillet 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Van der Heyden, Van Goyen) ainsi que l’ensemble des paiements de l’Administration générale aux marchands hollandais, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 375-381.

281 Il s’agissait d’un décret assouplissant les dispositions des échanges monétaires entre l’Allemagne et les Pays-Bas, et plafonnant les exportations de marchandises et de valeurs financières à 5 000 reichsmarks. Les transferts dépassant cette limite devaient faire l’objet d’une autorisation de la part du gouvernement. Pour le fondement juridique, voir BArch R 43II/1633a, f. 39 : Berliner Börsenzeitung, 2 avril 1941, p. 1, cité d’après Petropoulos, 1999, p. 185 ; Gerard Aalders, « The Looting and (Non) Restitution of Art in the Netherlands 1940-2001 », dans Revisiting the National Socialist Legacy: Coming to Terms with Forced Labor. Expropriation, Compensation and Restitution, éd. par Oliver Rathkolb, Innsbruck et al., 2002, p. 117.

282 Pour l’expédition des achats de février 1942 par de Boer, voir de Boer à Martin, 11 mars 1942 ainsi que le bon de livraison de Gruijter & Co, 24 mars 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : Beuckelaer, Vosmaer, Westphäl. Schule, de Vos) ; envoi d’un portrait hollandais de jeune fille (achat chez Cassirer), voir Lütjens à Martin, 23 mars 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : Holländ. Mädchenbildnis) ; envoi d’une nature morte de Cornelis [van] Delff (achat chez Hoogendijk), voir Hoogendijk à Martin, 6 mars 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : Van Delff).

283 Voir Martin à de Boer, 15 juillet 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Van der Heyden, Van Goyen).

284 Martin à de Boer, 1er août 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Van der Heyden, Van Goyen).

285 Konrad Faber von Kreuznach, Portrait d’Anna Martoffin, 1528, huile sur bois, 14 × 11,5 cm (MBA 1985).

286 Pour le marchand d’art Hoogendijk à Amsterdam, voir Venema, 1986, p. 267-270 ; Heijbroek et Griensven, 2007, p. 227.

287 Le musée de Strasbourg possède une toile de Savery envoyée sans doute depuis le Collecting Point de Wiesbaden (Roeland Savery, Paysage de forêt avec animaux, xviie siècle, huile sur toile, 96 × 140 cm [MBA 44.976.0.16]). Le tableau fut découvert au musée lors d’une inspection en 1976, sans qu’on ait une indication de sa provenance. En 1942, Martin avait acheté une toile de l’artiste sur le même thème chez Paul Cassirer & Co à Amsterdam, ce qui expliquerait que le travail ait été envoyé tardivement au musée de Strasbourg. Mais les dimensions des deux œuvres ne sont pas les mêmes. Le Savery acheté en 1942 par Martin (NK 2478) mesurait env. 28 × 42 cm et fut restitué en 1946 à l’État hollandais (no 10 de la liste 1a, no WIE 1867/20) en même temps que les autres acquisitions effectuées en Hollande (voir Inventar der Generalverwaltung der Oberrheinischen Museen Straßburg). Le tableau de Strasbourg mesure quant à lui 96 × 140 cm, il n’aurait donc pas tenu dans le bagage à main de Martin. Pour les dimensions, voir Rechnung Savery, 3 juin 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Savery. Paradies der Tiere). Un autre tableau du même artiste, Landschaft mit Tieren [Paysage avec animaux, 55 × 109 cm], fut acquis par Martin en 1943 chez Pieter de Boer (NK 1612). Il a lui aussi été restitué aux Pays-Bas. Voir fiches NK 2478 et 1612, consultable en ligne : www.herkomstgezocht.nl.

288 Voir Martin à Hoogendijk, 15 juillet 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Faber von Kreuznach, Unbekannter Meister) : « Je viendrai chercher moi-même le petit tableau de Faber von Kreuznach pour l’emporter à Karlsruhe. Je ne me souviens plus exactement si ce petit tableau était seulement encadré, ou s’il était placé avec son cadre dans un cadre plus grand ou dans une boîte en verre. Si cela devait être le cas, je vous prie de joindre le grand cadre à l’envoi qui nous sera adressé pour que je n’aie pas à le traîner inutilement avec moi » ; Martin à Lütjens, 10 août 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Savery. Paradies der Tiere) : « Je voulais juste brièvement vous dire que je suis bien arrivé à Karlsruhe et que grâce à votre excellent emballage, j’ai pu déballer sans dommage le Savery et les autres tableaux. »

289 Voir Martin à Beets, 16 mars 1943 (achat Jodocus de Momper) : « Je vous prie de garder pour le moment le tableau à Amsterdam jusqu’à ce que je vous donne des instructions pour l’envoi. S’il n’est pas trop lourd, je le prendrai personnellement avec moi lors de mon prochain voyage » ; Martin à Bachstitz, 16 mars 1943 (achat Cuyp) : « Comme je vous l’ai sans doute déjà écrit, je vous serais très reconnaissant si vous pouviez garder pour le moment le tableau chez vous. Si possible, je le transporterai moi-même, ce qui est sans doute aujourd’hui le mode de transport le plus sûr. » Les deux documents dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Pieter Claesz).

290 Voir Martin à Kuetgens, 11 août 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Zwei Zunftscheiben Schötterlin, Stöffelin) : « […] Je vous prie de m’envoyer à Karlsruhe, à l’adresse de la Staatliche Kunsthalle, Hans Thomastr. 2, l’attestation pour les deux vitraux avec l’accord de la Devisenstelle, car toutes les opérations de facturation sont effectuées ici, également celles de Strasbourg. » Également Martin à Noack, 3 août 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : de Keuninck) : « Je vous prie de faire établir les factures à l’Administration générale des musées du Rhin supérieur à Strasbourg, Taulerring 8, mais de les envoyer à l’adresse de la Staatliche Kunsthalle de Karlsruhe. Ceci parce que toutes les opérations de facturation, également celles concernant Strasbourg, se font ici à Karlsruhe. » Cette situation resta la même jusqu’en septembre 1942, au moment où la Kunsthalle dut être évacuée du fait d’une attaque aérienne contre la ville (2 et 3 septembre 1942, voir Werner, 1986, p. 249) pour céder la place à des « services vitaux de la Ville ». À partir de ce moment, l’administration de la Kunsthalle fut installée dans un abri. Voir Martin à Noack, 14 septembre 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : de Keuninck) : « La Kunsthalle doit être entièrement vidée pour laisser la place à des services vitaux [de la municipalité] qui ont été détruits. C’est pourquoi il vaut mieux attendre avant d’envoyer le tableau que nous soyons installés dans nos abris » ; Martin à Noelle-Galerie Matthiesen, 1er septembre 1943, dans GL 441 Zug. 1981/70, no 378 (Dossier : Jagdstillleben mit Rehbock) : « Il est essentiel que vous n’adressiez pas le tableau à la Hans Thomastrasse 2, car la Kunsthalle a dû être entièrement évacuée du fait de lourdes attaques aériennes, pour faire place à des services vitaux de la ville. Tout ce qui arrive à cette adresse, est automatiquement réexpédié vers un abri où j’ai transféré l’administration de la Kunsthalle. »

291 Pour les marchands d’art hollandais demandant des certificats d’entrée des objets qu’ils avaient vendus à une collection publique allemande afin de bénéficier de remises de taxes, voir de Boer à GVOM, 27 novembre 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : Binoit) ; de Boer à Martin, 19 février 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : Beuckelaer, Vosmaer, Westphäl. Schule, de Vos) ; Lütjens à Martin, 14 mars 1972, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : Holländ. Mädchenbildnis), etc.

292 Interrogé à la fin de la guerre sur les raisons de ce choix, Martin répondit : « Les acquisitions provenant de Hollande ont […] sans exception été évacuées dans les dépôts situés près de Karlsruhe, puis au cours de la guerre, avec le contenu de ces dépôts, à Pfullendorf et Heilbronn. Et ce dans le simple but de protéger ces nouvelles acquisitions en les mettant à l’abri dans le dépôt le plus proche placé sous ma responsabilité et ainsi éviter de nouveaux transports et de nouveaux frais. […] Ce furent donc seulement des raisons pratiques qui m’amenèrent à faire transporter les acquisitions hollandaises dans nos dépôts, avec en outre le fait que ces dépôts étaient particulièrement bien protégés contre tous les dangers possibles dans la mesure où ils avaient été organisés suffisamment tôt. » Martin à Haug, 12 avril 1947, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg et dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 18.

293 Martin à Bernt, 10 février 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : Joseph Anton Koch : Grimselpass).

294 Martin à Böhler, 19 mars 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : Fragonard, Fragonard, Heda, von Beyeren).

295 Jan Siberechts, Landschaft mit Hirten, Schafen und Kühen [Paysage avec bergers, moutons, et vaches], 1670, huile sur toile, 74,5 × 83,5 cm (NK 1618).

296 Pour le marchand d’art Kurt Bachstitz à La Haye, voir Venema, 1986, p. 283.

297 Martin à Bachstitz, 1er mai 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : Jan Siberechts, Landschaft mit Schafen und Kühen).

298 Martin à de Boer, 25 février 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : Beuckelaer, Vosmaer, Westphäl. Schule, de Vos).

299 La galerie Cassirer de Berlin fut contrainte à la liquidation par les lois nazies de 1937. De 1933 à 1939, elle poursuivit son activité à Amsterdam sous la direction d’Helmuth Lütjens, et de 1937 à 1975 à Londres sous la direction de Grete Ring et Marianne Feilchenfeldt. En 1948, Walter Feilchenfeldt, collaborateur de la galerie, fonda une nouvelle filiale à Zurich, la galerie Walter Feilchenfeldt qui existe encore aujourd’hui (www.walterfeilchenfeldt.ch). Voir Ein Fest der Künste. Paul Cassirer. Der Kunsthändler als Verleger, éd. par Rahel E. Feilchenfeldt et Thomas Raff, Munich, 2006, p. 405.

300 Voir Martin à Haug, 12 avril 1947, dans MAE carton no 416, P 64 Musées de Strasbourg et GLA 441 Zug. 1981/70, no 18.

301 Voir Günther Haase, Kunstraub und Kunstschutz. Eine Dokumentation, Hildesheim, 1991, p. 185 : « Plietzsch n’était pas membre du parti. Il refusait de signer une lettre en la faisant précéder de “Heil Hitler”. Plietzsch était même contre le parti. Il restait un civil et un marchand d’art et prenait une provision de 15 % pour les peintures qui passaient entre ses mains. »

302 Le bureau placé sous la direction de Kajethan Mühlmann saisissait les œuvres d’art répondant à la définition des biens « ennemis » [Feindvermögen] – les pièces appartenant à des collections privées autant que les prêts dans les musées. De plus, il achetait sur le marché de l’art. Les pièces étaient inventoriées et faisaient l’objet de listes, parfois avec des expertises, avant d’être vendues en Allemagne à Hitler, Göring ou à d’autres dignitaires du parti ainsi qu’à des musées ou des maisons de vente. Voir Aalders, 2000, p. 113-118 ; Petropoulos, 1999, p. 180-187 ; en ligne : http://residence.aec.at/rax/kun_pol/UND/MISC/frank_muhl.html.

303 Pour le travail de Plietzsch pour le bureau Mühlmann, voir Nicholas, 1995, p. 139-140 ; pour sa biographie, voir Laura Meier-Ewert, « Eduard Plietzsch. Dem Zeitgeist stets zu Diensten », dans Gute Geschäfte. Kunsthandel in Berlin 1933-1945, cat. exp. Aktives Museum im Centrum Judaicum Berlin, 10 avril – 31 juillet 2011, Berlin, 2011, p. 87-92.

304 Voir Martin à Lauts, 30 juin 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Terborch Musikstunde) : « Depuis que nous pouvons acheter, je cherche un Terborch, qui n’est représenté ni à Strasbourg, ni chez nous. Il n’y a rien, ni en France, ni en Allemagne. […] Autant que je sache, Posse a pu acheter 3 ou 4 Terborch dont l’un venait du commerce tandis que les autres proviennent de collections confisquées. Les autres musées allemands, en particulier les musées rhénans, qui cherchent tous comme des fous des tableaux de Terborch, n’ont rien trouvé. »

305 Voir Eduard Plietzsch, Gerard Ter Borch, Vienne, 1944.

306 Gerard Terborch, Cornelis de Graeff (1650-1778), 1674, huile sur toile, 38,5 × 28,5 cm (NK 2925).

307 Voir fiche NK 2925, consultable en ligne : www.herkomstgezocht.nl.

308 Voir Bachstitz à Martin, 20 mars 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : Jan Siberechts, Landschaft mit Schafen und Kühen).

309 Voir Martin à Plietzsch, 15 juillet 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Terborch Knabenbildnis) : « Je mentionne brièvement encore comment le Dr Lütjens est lié à l’affaire du portrait de de Graeff. Lui-même, comme également M. Bachstitz, m’avaient parlé de ce tableau et le Dr Lütjens m’avait même montré la correspondance qu’il avait entretenue dans cette affaire. »

310 Voir Lütjens à Martin, 30 juin 1942 (en tout trois lettres différentes portant toutes la même date), dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Terborch Knabenbildnis).

311 Voir Plietzsch à Martin, 27 juin 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Terborch Knabenbildnis).

312 Voir Plietzsch à Martin, 15 juillet 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Terborch Knabenbildnis).

313 Voir ibid.

314 Voir Plietzsch à Martin (télégramme), 16 juillet 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Terborch Knabenbildnis).

315 Martin à C.d.Z., Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung: Zahlungsanweisung für Knabenbildnis Terborch, 18 juillet 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Terborch Knabenbildnis). Pour les liens de parenté entre les Zuilen van Nijvelt – Zuylen van Nyevelt et les Rothschild, voir Heuss, 2000, p. 57.

316 Anon. (autrefois attribué à Gerard Terborch), Musizierendes Paar [Couple de musiciens], xviie siècle, huile sur toile, 46 × 37 cm (NK 2740).

317 Voir Martin à Lauts, 30 juin 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Terborch Musikstunde).

318 Gerard Terborch, Das Konzert [Le concert], vers 1655, huile sur bois, 57,1 × 45,7 cm (SMB 791G).

319 A.M. de Wild était un fournisseur non associé qui avait à plusieurs reprises procuré des œuvres au bureau Mühlmann. Voir Venema, 1986, p. 295.

320 De Wild à Martin, 22 juillet 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Terborch Musikstunde).

321 Voir fiche NK 2740, consultable en ligne : www.herkomstgezocht.nl.

322 Voir Martin à Plietzsch, 8 juillet 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Terborch Knabenbildnis) : « Demande conclusion la plus favorable pour Terborch, concert de Wild. Exigé 58, offert 50 par courrier le 30 juin » et Plietzsch à Martin, 10 juillet 1942, les deux documents dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Terborch Musikstunde).

323 Voir Plietzsch à Martin, 10 juillet 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Terborch Musikstunde) : « […] vous informe avec le plus grand dévouement que notre Bureau a, pour votre compte, acquis fermement auprès du Dr de Wild à La Haye la “scène de musique” de Gerard Terborch pour la somme de 50 000 florins, plus 2 500 de provision à payer au Dr de Wild. »

324 De Wild à Dienststelle Mühlmann, 9 juillet 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Terborch Musikstunde).

325 Voir de Wild à Martin, 22 juillet 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Terborch Musikstunde) : « J’ai appris entre-temps que le virement va se faire par le bureau du Dr Mühlmann et arrivera dans les prochains jours. »

326 Pieter Claesz, Nature morte au crabe, 1644, huile sur bois, 46 × 63 cm (MBA 1819).

327 Voir Plietzsch à Martin, 16 mars 1943, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Pieter Claesz). Il n’était pas rare que les renseignements soient transmis de cette manière. Ce fut aussi le cas pour un travail de Coninxloo, que Martin acheta en 1943. Voir Plietzsch à Martin, 8 février 1943, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 378 (Dossier : Coninxloo).

328 Plietzsch à Martin, 16 mars 1943, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Pieter Claesz).

329 Martin à Plietzsch, 20 mars 1943, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Pieter Claesz).

330 Voir Martin à van der Ploeg, 20 mars 1943, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Pieter Claesz).

331 Plietzsch plaça le tableau en sécurité dans une chambre forte de la banque de Rotterdam en attendant que Martin vienne le chercher au moment qui lui conviendrait. Voir Plietzsch à Martin, 12 mai 1943, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Pieter Claesz).

332 Voir Reichkommissar für die besetzten niederländischen Gebiete, Dienststelle Mühlmann, Rechnung Pieter Claesz, 2 mars 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Pieter Claesz).

333 Buomberger, 1998, p. 300.

334 Cornelis Jacobsz. Delff, Grande nature morte, xvie-xviie siècles, huile sur bois, 79 × 125 cm (MBA 1703).

335 Martin à Hoogendijk, 25 février 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : Van Delff).

336 Le baron Carel Wouter Frederik Paulus van Sweerts de Landas Wyborgh (1854-1940) était chambellan de la reine Wilhelmine de Hollande. Après sa mort, les œuvres d’art qu’il possédait furent vendues aux enchères chez Marle en Bignell à La Haye (27-29 novembre 1940). Hoogendijk emporta le tableau de Delff qui était le lot no 37. Nous remercions Charles Dumas (RKD) de cette indication.

337 Joachim Beuckelaer, Le Marché aux poissons, 1568, huile sur bois, 119 × 165 cm (MBA 1960).

338 Martin à de Boer, 25 février 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : Beuckelaer, Vosmaer, Westphäl. Schule, de Vos) : « Je vous serais très reconnaissant de bien vouloir me donner encore toutes les informations qu’il nous faut connaître quant à la provenance des œuvres que nous avons achetées. »

339 Voir facture de Boer, 19 février 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : Beuckelaer, Vosmaer, Westphäl. Schule, de Vos).

340 Philips Wouwerman, Le Passage du gué (Bohémiens), xviie siècle, huile sur bois, 32 × 36 cm (MBA 1963).

341 La peinture vient de la collection Captain Robert B. Brassey de Londres, antérieurement : jusqu’en 1878 en la possession de Lord Bective ; jusqu’en 1872 J. Gellott ; jusqu’en 1856 Brown ; jusqu’en 1848 chez Casimir Perier ; jusqu’en 1845 chez Carlof Apanville ; jusqu’en 1797 dans la collection Wattier Paris ; jusqu’en 1789 collection Lollies Paris. Voir Hoogendijk à Martin, certificat de provenance pour Wouwerman, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Wouwerman, Van der Velde).

342 Voir la liste des achats en Hollande, Ankäufe in Holland, jointe avec d’autres listes au rapport de Martin du 20 mai 1945, dans GLA 441 Zug. 1982/38, no 60. Sur cette liste, qui ne comprend que 31 peintures, ne figurent pas les tableaux suivants : Pieter Claesz, Stillleben [Nature morte] ; Cornelis van Haarlem, Irdische und himmlische Liebe [Amour terrestre et Amour céleste] ; Jacopo Bassano, Flagellatio Christi ; école de Cologne, St. Johannes [Saint Jean] ; Jean Binoit, Stillleben mit Maus [Nature morte à la souris] ; Jacob Ruysdael, Dünenlandschaft [Paysage de dunes] ; Cuyp (van Kalckreuth), Szene mit Pferden [Scène avec des chevaux] ; Guido Reni, Apostelkopf [Tête d’apôtre] ; école française, Stillleben mit Pfirsichen [Nature morte avec pêches]. Voir par comparaison les listes des œuvres évacuées dans les dépôts, « Liste des œuvres d’art de provenance hollandaise à Pfullendorf », « Liste des œuvres d’art de provenance hollandaise à Baden-Baden », « Liste des œuvres d’art de provenance hollandaise à Heilbronn », « Liste des œuvres d’art de provenance hollandaise à Lorenzenhof », toutes les listes dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 16 ; concernant les property-cards des tableaux provenant du Collecting Point de Wiesbaden et restitués à la Hollande, voir note 165 du chap. VII.

343 En tout, trois acquisitions chez Schiltmann : 1) Barend Avercamp, Winterlandschaft [Paysage d’hiver], xviie siècle, huile sur bois, 38,5 × 52 cm (NK 2482) ; 2) Willem Kalff, Stillleben mit chinesischer Schüssel und Pokal [Nature morte avec plat chinois et coupe], xviie siècle, huile sur bois, 55 × 47 cm (NK 2491) ; 3) Jan van Goyen, Flusslandschaft mit Kirche am rechten Ufer, davor Stadtmauer [Paysage fluvial avec église sur la rive droite, devant rempart], 1642, huile sur bois, 42 × 64,5 cm (NK 2614), documentation des procédures d’acquisition dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381.

344 Voir Hoogendijk à Martin, 23 mars 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Van Delff).

345 Voir Kunst-Inventar der Gen. Verwaltung 1943.

346 Voir « Die Alliierte (Londoner) Erklärung vom 5. Januar 1943. Inhalt, Auslegung und Rechtsnatur in der Diskussion der Nachkriegsjahre », dans Private Law in the International Arena. From National Conflict Rules towards Harmonization and Unification (Liber Amicorum Kurt Siehr), éd. par Jürgen Basedow et al., La Haye, 2000, p. 197-218 ainsi que p. 292 sq. du présent ouvrage ; voir également la déclaration en français, par exemple en ligne : http://mjp.univ-perp.fr/france/fli4.htm (N.d.T.).

347 Voir Martin à Langlotz, 9 février 1946, dans 441 Zug. 1981/70, no 390 : « D’après mon souvenir, les puissances alliées ont déjà annoncé à la radio en 1941 ou 1942 que tous les achats effectués de notre côté dans les régions occupées n’ont aucune valeur juridique. »

348 Pour la hausse des prix aux Pays-Bas, voir Aalders, 2000, p. 119. Martin fut informé de cette évolution par Eberhard Göpel, qui travaillait pour le Reichskommissar für die besetzten niederländischen Gebiete. Voir Göpel à Martin, 19 janvier 1943, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 90 : « Ici, en Hollande, les prix ont connu depuis mon retour une énorme hausse, et maintenant on paie pour une bricole des prix pour lesquels, il y a un an, on pouvait encore acheter des tableaux importants. » En septembre 1942, Martin écrivait à Mme Paul-Pescatore, de la Nationalgalerie de Berlin, qu’en raison des prix, c’était la fin des acquisitions à Paris et qu’aucune autorisation de la part de la Devisenstelle ne serait plus accordée. Voir Martin à Paul-Pescatore, 22 septembre 1943, dans SMB-ZA I/NG 943.

349 Voir Martin à Haug, 12 avril 1947, dans MAE carton no 416, P 64 musées de Strasbourg et GLA 441 Zug. 1981/70, no 18 : « [Je] me doutais […] que tous les achats effectués du côté allemand étaient enregistrés par eux [les marchands d’art hollandais] dans la perspective d’une restitution. Comme je considérais moi-même que la guerre était perdue, il aurait tout de même été naturel de me dispenser de voyages tout à fait laborieux et fatigants en Hollande si je n’avais pas été fermement convaincu que mes acquisitions pour Strasbourg resteraient à Strasbourg. Je crois même m’en être ouvert à vous à Paris et crois également me souvenir avoir fait de même auprès de l’un ou l’autre de ces messieurs hollandais. »

350 Voir chap. VII. 2g, p. 212-215 et chap. VII. 3c, p. 230-239 du présent ouvrage.

351 Voir Angelika Enderlein, Der Berliner Kunsthandel in der Weimarer Republik und im NS-Staat. Zum Schicksal der Sammlung Graetz, Berlin, 2006, p. 146.

352 Voir discours de Goebbels, 18 février 1943, extraits repr. dans Das Dritte Reich. Weltanspruch und nationaler Zusammenbruch 1939-1945, éd. par Wolfgang Michalka, Munich, 1985, p. 294 sq.

353 Enderlein, 2006, p. 145.

354 Voir ibid., p. 149-150 ; pour l’évolution des prix sur le marché de l’art allemand pendant la Deuxième Guerre mondiale en général, p. 127-156.

355 Martin à Bauch, 2 juillet 1943, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 90. Martin écrivait déjà en avril de la même année à son collègue Michailkow : « Les possibilités de construction pour les musées s’assombrissent toujours davantage du fait des attaques aériennes, car tout immeuble détruit fera reculer la réalisation de nos projets de construction. Et nous ne sommes même pas au terme, mais bien au début des événements qui nous concernent directement. » Dans une lettre à Majer-Kym, il écrit de même : « […] Et pourtant on vit sans cesse dans l’inquiétude de ce que va nous apporter la nuit suivante. C’est quand même une étrange existence qui oscille entre destruction et restauration, et souvent je ne peux m’empêcher de penser aux grandes fourmilières que nous détruisions jadis à coups de bâtons dans notre malveillance d’enfants. Tout de suite après, ces animaux laborieux allaient se procurer de nouvelles aiguilles et mottes de terre pour les reconstruire. » Martin à Michailkow, 20 avril 1943 et Martin à Majer-Kym, 22 mai 1943, les deux documents dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 90.

356 Voir Martin à C.d.Z., Abteilung Wissenschaft, Erziehung und Volksbildung, 8 mars 1943, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Frau v. Clossmann, Freiburg).

357 Toutes ces indications dans Inventar der Generalverwaltung der Oberrheinischen Museen Straßburg et Kunst-Inventar der Gen. Verwaltung 1943.

358 Caroline Flick, à Berlin, travaille à une vaste étude consacrée à la maison Hans W. Lange (1937-1945) et à son rôle dans les spoliations et l’utilisation des biens culturels par les nazis. Pour l’« aryanisation » de la maison Paul Graupe par Lange, voir Heuss, 1998, p. 52-53. Pour la biographie des deux marchands, voir Patrick Golenia, « Paul Graupe. Starauktionator, Devisenbeschaffer, Verfolgter », dans Gute Geschäfte. Kunsthandel in Berlin 1933-1945, cat. exp. Aktives Museum im Centrum Judaicum Berlin, 10 avril – 31 juillet 2011, Berlin, 2011, p. 47-52 ; Caroline Flick, « Hans W. Lange. Antiquitäten als Lebensinhalt », dans Gute Geschäfte, 2011, p. 59-66.

359 Voir Enderlein, 2006, p. 146.

360 Lange est ici un exemple parmi d’autres. L’Administration générale effectua également des acquisitions en 1943 auprès d’une deuxième maison, Boerner à Leizig. C’est là que fut notamment achetée la toile de Caspar David Friedrich, Kirchhofspforte (anciennement Plauener Friedhof bei Dresden) [Porte de cimetière, anciennement Cimetière de Plauen près de Dresde], 1822, huile sur toile, 38 × 33,8 cm (SKK 2213) provenant de la collection F. Kramer à Halberstadt. La toile était un cadeau de l’artiste qui entra ainsi dans cette collection (voir dédicace au dos).

361 Jan Siberechts, Die Furt [Le gué], 1685, huile sur toile, 105,5 × 121 cm (SKK 2182) ; pour l’achat, voir GLA 441 Zug. 1981/70, no 380 (Dossier : Jan Siberechts, Landschaft mit Furt).

362 Jan Fyt, Jagdstillleben mit Papagei [Nature morte de chasse avec perroquet], xviie siècle, huile sur toile, 92 × 123,5 cm (SKK 2201).

363 Disparue.

364 Voir notices des lots nos 170, 97 et 70, vente aux enchères des 12 et 13 mai 1942, maison Hans W. Lange : Geheimrat P. Berlin und verschiedener deutscher Kunstbesitz, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Jan Fyt, Friedrich Kaiser, Primavesi).

365 Vente du 25 au 27 janvier 1943, maison Hans W. Lange : Tableaux du Moyen Âge et de la Renaissance. Sculpture du Moyen Âge. Meubles, bronzes, tapisseries, montres en or, 1) lot 301 : Marie, Rhin supérieur, vers 1470, albâtre, H 39 cm, lot no 301, ill. dans Georg Swarzenski, « Deutsche Alabasterplastik des 15. Jahrhunderts », dans Städel-Jahrbuch 1 (1921), p. 167-213, pl. 27 ; 2) lot 313 : Mise au tombeau, Alsace, après 1520, grès, H 44 cm, ill. dans Otto Schmitt et Georg Swarzenski, Meisterwerke der Bildhauerkunst in Frankfurter Privatbesitz, Francfort-sur-le-Main, 1921-1924, vol. 1, p. 178.

366 La présence de Rudolf Schnellbach à la vente de Berlin est attestée par sa signature sur les fiches d’enchérisseur. Pour la vente de Vienne, voir GLA 441 Zug. 1981/70, no 378 (Dossier : Peeters).

367 Voir Martin, Gutachten über die ehemalige Sammlung Harry Fuld, 9 mars 1954, dans HHStAW 460/00Z, no 4 WiK 4653, f. 52-54 : « Ces deux sculptures ont été achetées par la Staatiche Kunsthalle Karlsruhe en 1942 et 1943 à la société C. [sic] W. Lange, Berlin, pour respectivement 5 520 et 8 050 reichsmarks, sans que leur origine, la collection Harry Fuld, ait été connue. […] J’ai vu à plusieurs reprises l’ancienne collection Fuld, et je me souviens encore de quelques pièces. Le fait que cela ne soit pas le cas pour l’ensemble [de la collection], est prouvé par le fait que je ne sus pas identifier les œuvres mentionnées ci-dessus comme faisant partie de cette collection. » Pour la collection Fuld, voir Georg Swarzenski, « Die Sammlung Harry Fuld in Frankfurt », dans Kunstblatt 2 (1918), p. 78-90 ; en relation avec la vente Lange fin janvier 1943, voir Caroline Flick, « Raubkunst exemplarisch. Harry Fuld, Hans W. Lange, Kurt Gerstein und Henri Matisses “Le Mur rose” », dans Jahrbuch für Westfälische Kirchengeschichte, Bielefeld, 2009, vol. 105, p. 448-461.

368 L’Inventar der Generalverwaltung der oberrheinischen Museen Straßburg mentionne en relation avec la localisation des deux pièces (nos 383 et 384) une restitution au propriétaire précédent, Harry Fuld (Londres) par décret ministériel K 5157 du 23 septembre 1954. Cette restitution figure également sur le site fédéral de la recherche sur les provenances (www.lostart.de) et sur le site du Badisches Landesmuseum Karlsruhe (www.landesmuseum.de/website/Deutsch/Museum/Forschung/Provenienzforschung). Le groupe de la déploration alsacienne a été vendu en 1965 au Badisches Landesmuseum Karlsruhe par la galerie Fritz et Peter Natahn de Zurich, par l’intermédiaire de l’historien d’art Arthur Kauffmann, de Londres. La pièce fait toujours partie de la collection sous le nom Grablegung Christi [Mise au tombeau du Christ] (no inv. 65/102).

369 Clara Peeters, Stillleben mit Blumen und Goldpokalen [Nature morte aux fleurs et aux coupes d’or], 1612, huile sur bois, 59,5 × 49 cm (SKK 2222). Correspondance relative à l’acquisition dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 378 (Dossier : Peeters). Kurt Martin suivait très attentivement les offres d’enchères de Lange ; c’est ce que montre le catalogue de la vente de l’automne 1943 à Vienne qu’il a entièrement annoté à la main, avec des estimations générales de prix, et pour chaque pièce l’enchère maximal qu’il autorisait Schnellbach à pousser. Voir Catalogue d’enchères des 5 et 6 octobre 1943, Haus Hans W. Lange, Verschiedener deutscher Kunstbesitz. Gemälde Alter und Neuerer Meister. Plastik – Möbel – Keramik (archives privées Gerhard Martin, Munich).

370 Pour sa provenance, voir Aktennotiz Schnellbach, 9 octobre 1943, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 378 (Dossier : Peeters).

371 Leopold von Kalckreuth, Kostümprobe / Velasquez Prinzessin [Essai de costume – princesse Vélasquez], 1903, huile sur toile, 176 × 160 cm (localisation inconnue).

372 Voir Johannes v. Kalckreuth à Martin, 21 novembre 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Kalckreuth).

373 Voir Münchner Versteigerungshaus Weinmüller, Rechnung Los Nr. 1196, 5 décembre 1942 et Martin à Bernt, 5 décembre 1942, les deux documents dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Kalckreuth).

374 Voir Inventar der Generalverwaltung der oberrheinischen Museen Straßburg.

375 Voir Noack à Martin, 8 mai 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : de Keuninck).

376 Kerstiaen de Keuninck, Waldlandschaft mit Holzfällern und Tobias mit dem Engel [Paysage de forêt avec bûcherons et Tobias avec l’ange], xviie siècle, huile sur toile, 40,5 × 56 cm (SKK 2204).

377 Voir Noack à Martin, 8 mai 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : de Keuninck).

378 Voir Martin à Noack, 16 mai 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : de Keuninck).

379 Voir Martin à Noack, 28 mai 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : de Keuninck).

380 Voir Martin à Noack, 11 juin 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : de Keuninck).

381 Voir Noack à Martin, 27 juin 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : de Keuninck).

382 Voir Noack à GVOM, Rechnung de Keuninck, 13 août 1942 (Dossier : de Keuninck).

383 Reichsprotektorat Böhmen und Mähren à Martin, 8 mars 1943, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 378 (Dossier : Tausch Grund gegen Stoskopff).

384 Voir Martin à Reichsprotektorat in Böhmen und Mähren, 17 mars 1943, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 378 (Dossier : Tausch Grund gegen Stoskopff).

385 Voir correspondance relative à l’achat entre Martin et Maria Gillhausen (plusieurs lettres), dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 377 (Dossier : Grund Landschaft).

386 Voir Cibulka à Martin, 17 octobre 1944, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 378 (Dossier : Tausch Grund gegen Stoskopff).

387 Voir Martin à Cibulka, 25 octobre 1944, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 378 (Dossier : Tausch Grund gegen Stoskopff).

388 Voir Reisebescheinigung Elfriede Schulze-Battmann, janvier 1945, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 378 (Dossier : Tausch Grund gegen Stoskopff).

389 Voir Protokoll, 8 janvier 1945, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 378 (Dossier : Tausch Grund gegen Stoskopff).

390 Sébastien Stoskopff, Les Cinq Sens ou L’Été, 1633, huile sur toile, 114 × 186 cm (MBA 1695) ; Sébastien Stoskopff, Les Cinq Sens à l’horloge de table, vers 1635, huile sur toile, 49 × 66 cm (MBA 1709).

391 Sébastien Stoskopff, Stillleben mit Gläsern und Silberpokalen [Nature morte aux verres et aux coupes d’argent], xviie siècle, 65 × 54 cm (SKK 2232).

392 L’Inventar der Generalverwaltung der oberrheinischen Museen Straßburg consigne en tout 196 acquisitions de peintures auxquelles il faut néanmoins ajouter deux travaux qui apparaissent si on compare cet inventaire au Kunst-Inventar der Gen. Verwaltung 1943 et se trouvent aujourd’hui au musée des Beaux-Arts de Strasbourg ou à la Staatliche Kunsthalle Karlsruhe (Jacopo Bassano, Le Christ aux outrages [MBA 2016] ; Johannes Zick, Kreuzabnahme [Descente de croix ; SKK 2236]). Dans le Kunstinventar der Gen. Verwaltung 1943 figurent en tout 210 acquisitions de peintures dont il faut retirer au moins trois entrées, une entrée apparaissant deux fois, et deux numéros ne correspondant à aucune entrée d’œuvre. Les deux inventaires présentent donc une différence de neuf tableaux dont la localisation est inconnue, mais dont huit ont été achetés en avril 1943 auprès de l’université de Fribourg, voir Kunst-Inventar der Gen. Verwaltung 1943, no G 166 – G 173.

393 Ces chiffres correspondent à des indications garanties a minima correspondant aux résultats de la présente étude ; il ne s’agit pas de données chiffrées définitives.

394 La formule est de Hans Wendland, qui savait à quel point Martin récusait l’ERR et qui connaissait la prudence qui caractérisait sa politique d’acquisition ; Wendland écrivait à sa sœur : « Sinon je savais que Martin nourrissait une opposition muette vis-à-vis de ces individus. » Wendland, cité d’après Margarete Wendland à Martin, 9 octobre 1947, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 86a.

395 Voir chap. V. 2b.

396 Attribution erronée, en réalité Alexander Andriassen, Stillleben mit Fischen und Austern [Nature morte aux poissons et aux huîtres], xviie siècle, 53 × 85,5 cm (SKK 2212).

397 Pour Haberstock, voir Horst Kessler, Karl Haberstock. Umstrittener Kunsthändler und Mäzen, éd. par Christof Trepesch, Munich et Berlin, 2008 ; bref résumé biographique dans Marion Goers et Christine Kühnl-Sager, « Galerie Haberstock. Karl Haberstock – von Hitler geschätzter Kunsthändler », dans Gute Geschäfte, 2011, p. 53-58.

398 Voir la correspondance entre Martin et Haberstock relative à une nature morte de Georg Flegel (signée : « G Flu »), mars 1943, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 381 (Dossier : Frau v. Clossmann, Freiburg). Il ressort des registres comptables de Haberstock qu’il avait acheté l’œuvre immédiatement avant, en mars 1943, à A. Poliakof à Paris. Voir Kessler, 2008, p. 277, ill. p. 312.

399 Voir Martin à Margarete Wendland, 22 octobre 1947, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 86a.

400 Hanns Reich, « Straßburger Museen werden neu aufgebaut. Elsässische Kunstsammlungen im Krieg – Bilder haben ihre Schicksale – Zerstörtes Kunstgut », dans StrNN, 7 septembre 1940, p. 5.

401 Reichsminister für Wissenschaft, Erziehung und Volksbildung à Generaldirektor der Staatlichen Museen zu Berlin (Kümmel), 15 novembre 1941, dans SMB-ZA I/NG 947.

402 Pour les goûts esthétiques d’Hitler, voir Löhr, 2005, p. 177 sqq. ; Petropoulos, 1999, p. 234-242.

403 Pour les fonctions de Rave, voir Fritz Jacobi, « Die Nationalgalerie », dans Die Stunde Null. ÜberLeben 1945, cat. exp. Museum Europäischer Kulturen Berlin, 8 mai 2005 – 16 avril 2006, Berlin, 2005, p. 90.

404 Rave à Generaldirektor der Staatlichen Museen zu Berlin, 21 novembre 1941, dans SMB-ZA I/NG 947.

405 Voir ibid.

406 Voir Baensch, 2007, p. 115-119.

407 Ibid., p. 118.

408 Voir Martin à Rave, 10 janvier 1942, dans SMB-ZA I/NG 947.

409 Voir Rave à Martin, 2 janvier 1942, dans SMB-ZA I/NG 947.

410 Martin à Rave, 10 janvier 1942, dans SMB-ZA I/NG 947.

411 Voir Martin à Rave, 10 et 22 janvier 1942, et 17 avril 1942, tous les documents dans SMB-ZA I/NG 947.

412 L’échange entre la toile de Degas, Le Souper au bal d’après Menzel, 1879, huile sur toile, 46 × 60 cm (MNR 226, aujourd’hui au musée d’Orsay, Paris) et les deux toiles respectivement de Philipp Hackert, Landschaft mit schlafendem Leierspieler [Paysage avec joueur d’orgue de Barbarie dormant],1805, huile sur toile, 74,8 × 106,5 cm (SKK 2237) et Max Slevogt, Waldlandschaft bei Neukastel [Paysage de forêt près de Neukastel], 1921, huile sur toile, 76,5 × 96,5 cm (SKK 2437), constitue un cas particulier passionnant que l’auteure du présent ouvrage a présenté. Voir les premiers résultats de cette étude dans Malerei des 20. Jahrhunderts. Bestandskatalog staatliche Kunsthalle Karlsruhe, ét. par Siegmar Holsten (avec des contributions de Angelika Beckmann, Regine Hess, Ariane Mensger, Tessa Rosebrock et Horst Vey), Petersberg, 2011, p. 338-341.

413 Voir chap. VI. 2a, p. 170-175 du présent ouvrage.

Table des illustrations

Titre ill. 33. Le palais Rohan, façade sud donnant sur l’Ill, vers 1941-1944
Crédits photo © Archives de la Ville de Strasbourg (1 FI 81 176, Vues de Strasbourg, 1940-1944, Collection Falkenstein)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18336/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre ill. 34. Drapeau frappé de la croix gammée flottant sur l’Arc de Triomphe à Paris, 1940
Crédits photo © droits d’auteur réservés, bpk, Berlin, Dist. RMN-Grand Palais / image bpk
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18336/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre ill. 35. Maître des études de draperies, Sept dignitaires ecclésiastiques, xve siècle, huile sur bois, 79 × 47 cm, Strasbourg, musée de l’Œuvre Notre-Dame – Arts du Moyen Âge
Crédits photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1643bis)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18336/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 373k
Titre ill. 36. Pieter Casteels II, Bouquet de fleurs (autrefois Fleurs avec perroquet et singe, attribué à Jan Verbruggen), xviie siècle, huile sur toile, 131 × 99 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts
Crédits photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 44.004.0.4)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18336/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre ill. 37. École française, Les Apprêts du banquet, vers 1630, huile sur toile, 91 × 114 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts
Crédits photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1700)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18336/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 394k
Titre ill. 38. Albrecht Dürer, Le Christ en homme de douleurs, xve siècle, huile sur bois, 30 × 19 cm, Karlsruhe, Staatliche Kunsthalle
Crédits photo © Staatliche Kunsthalle Karlsruhe (SKK 2183)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18336/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Titre ill. 39. Charles Daubigny, L’Étang de Ville d’Avray, 1875, huile sur bois, 41 × 68 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts
Crédits photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1676)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18336/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Titre ill. 40. Louise Moillon, Plat de prunes avec bigarade, 1632, huile sur bois, 36 × 51 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts
Crédits photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1689)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18336/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre ill. 41. Théodore Rousseau, Étude de rochers et d’arbres, 1829, huile sur toile, 53,5 × 70,3 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts
Crédits photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1702)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18336/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre ill. 42. Jan Brueghel (attribué à), Scène de marché dans paysage fluvial, xviie siècle, huile sur cuivre, 32,5 × 41,5 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts
Crédits photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1704)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18336/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre ill. 43. Alfred Sisley, Paysage avec maisons, 1873, huile sur toile, 45,7 × 61,2 cm, Strasbourg, musée d’Art moderne et contemporain
Crédits photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MAMCS 55.974.0.692)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18336/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
Titre ill. 44. Jean-Baptiste Camille Corot, Vue de Saint-Paterne d’Orléans, vers 1830, huile sur toile, 28,5 × 42 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts
Crédits photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1677)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18336/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 329k
Titre ill. 45. École française, Oiseaux, 1619, huile sur toile, 141 × 96 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts
Crédits photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1691)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18336/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre ill. 46. Martin Drölling, L’Enfant au gigot, xixe siècle, huile sur bois, 23 × 29,5 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts
Crédits photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1625b)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18336/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 327k
Titre ill. 47. Philippe Jacques de Loutherbourg, Scène d’amour dans un parc, xviiie siècle, huile sur toile, 38 × 29 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts
Crédits photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1671)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18336/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre ill. 48. Martin Drölling, Portrait de jeune fille, xixe siècle, huile sur toile, 34,3 × 26,6 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts
Crédits photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA *1681)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18336/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre ill. 49. Thomas Couture, Les Romains de la décadence, vers 1848, huile sur toile, 22,5 × 36 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts
Crédits photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1674)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18336/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 285k
Titre ill. 50. Konrad Faber von Kreuznach, Portrait d’Anna Martoffin, 1528, huile sur bois, 14 × 11,5 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts
Crédits photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1985)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18336/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 433k
Titre ill. 51. Roeland Savery, Paysage de forêt avec animaux, xviie siècle, huile sur toile, 96 × 140 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts
Crédits photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 44.976.0.16)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18336/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 426k
Titre ill. 52. Pieter Claesz, Nature morte au crabe, 1644, huile sur bois, 46 × 63 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts
Crédits photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1819)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18336/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre ill. 53. Cornelis Delff, Grande Nature morte, xvi-xviie siècles, huile sur bois, 79 × 125 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts
Crédits photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1703)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18336/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 319k
Titre ill. 54. Joachim Beuckelaer, Le Marché aux poissons, 1568, huile sur bois, 119 × 165 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts
Crédits photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1960)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18336/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre ill. 55. Philips Wouwerman, Le Passage du gué (Bohémiens), xviie siècle, huile sur bois, 32 × 36 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts
Crédits photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1963)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18336/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 382k
Titre ill. 56. Kerstiaen de Keuninck, Paysage de forêt avec bûcherons et Tobias avec l’ange, xviie siècle, huile sur bois, 40,5 × 56 cm, Karlsruhe, Staatliche Kunsthalle
Crédits photo © Staatliche Kunsthalle Karlsruhe (SKK 2204)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18336/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Titre ill. 57. Sebastian Stoskopff, Les Cinq Sens ou L’Été, 1633, huile sur toile, 114 × 186 cm, Strasbourg, musée de l’Œuvre Notre-Dame – Arts du Moyen Âge
Crédits photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1695)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18336/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre ill. 58. Sebastian Stoskopff, Les Cinq Sens à l’horloge de table, vers 1635, huile sur toile, 49 × 66 cm, Strasbourg, musée de l’Œuvre Notre-Dame – Arts du Moyen Âge
Crédits photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1709)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18336/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre ill. 59. Sebastian Stoskopff, Nature morte aux verres et aux coupes d’argent, xviie siècle, huile sur toile, 65 × 54 cm, Karlsruhe, Staatliche Kunsthalle
Crédits photo © Staatliche Kunsthalle Karlsruhe (SKK 2232)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18336/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 116k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search