Version classiqueVersion mobile

Kurt Martin et le musée des Beaux-Arts de Strasbourg

 | 
Tessa Friederike Rosebrock

IV. Des fonctions de plénipotentiaire pour les collections d’art en Alsace jusqu’à l’Administration générale des musées du Rhin supérieur

Texte intégral

1Martin a dû être informé de l’imminence de sa nomination immédiatement après la signature de l’armistice. Le 1er juillet 1940, il écrivait au directeur du musée de Krefeld Fritz Muthmann :

  • 1 Martin à Muthmann, 1er juillet 1940, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 90.

« La situation a beaucoup changé au cours des dernières semaines et je m’attends à être appelé à de grandes missions en Alsace. Du moins je dois me tenir prêt à prendre la conduite des musées et collections privées en Alsace. […] Comme il faut réorganiser non seulement la Kunsthalle de Karlsruhe, mais aussi les musées de Strasbourg et de Colmar, avec toutes les questions liées au retour des biens artistiques évacués […], je ne peux pas quitter Karlsruhe puisqu’il faut que je me tienne prêt à toute heure1. »

2Sa nomination comme Bevollmächtigter für die Kunstsammlungen im Elsass [plénipotentiaire pour les collections d’art en Alsace] eut lieu le 9 juillet 1940. Ses attributions étaient les suivantes :

  • 2 Chef der Zivilverwaltung im Elsass, C.d.Z., Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung à Ellg (...)

« 1. sauvegarder et inventorier les fonds de toutes les collections d’art du Land, identifier les œuvres manquantes et entamer les recherches pour leur localisation ;
2. mettre en œuvre et exécuter les mesures nécessaires au retour des biens manquants ;
3. veiller à ce que les biens artistiques soient correctement conservés et exposés ;
4. préparer la réouverture des musées2 » (doc. 1).

  • 3 Voir par exemple Bericht Baumann: Heimführung des Museums-, Kirchen- und Archivgutes aus dem Depart (...)

Ces nouvelles responsabilités ne représentaient pas à proprement parler une promotion, car elles n’avaient aucune incidence sur le salaire de Martin. Elles lui avaient été confiées conformément à sa fonction de directeur de la Kunsthalle de Karlsruhe – le principe de la réunion des fonctions administratives dans le nouveau Gau entre l’Alsace et le Bade ne faisant pas exception pour les musées. Ce nouveau titre impliquait également qu’il était responsable de l’application des projets de Wagner pour les musées du nouveau Gau Alsace-Bade, projets qui demandaient néanmoins encore, pour la plupart, à être élaborés plus avant. La relation avec le chef de l’Administration civile est parfois soulignée dans les dossiers qui rendent compte des premières activités de Martin en Alsace, où ce dernier apparaît comme plénipotentiaire du Reichsstatthalter pour les musées3.

  • 4 Thouvenin rapporte que Martin s’était directement rendu à Strasbourg le 9 juillet, Voir Thouvenin, (...)
  • 5 Pour le retour de la population alsacienne organisé par l’Administration civile allemande, voir Ern (...)
  • 6 Pour les mesures de sécurité prises à Strasbourg et les évacuations d’œuvres vers les dépôts de l’É (...)
  • 7 Le rapport Kümmel dressait la liste des œuvres d’art et objets précieux d’origine allemande qui se (...)
  • 8 Voir Günther Röhrdanz, « Wo ist der Isenheimer Altar? Auf den Spuren der von den Franzosen aus dem (...)

3Martin se rendit immédiatement à Strasbourg pour prendre son poste4. Le personnel des musées et la plus grande partie des trésors artistiques alsaciens ayant été évacués pour être protégés des dangers de la guerre, l’Administration civile se concentra d’abord sur la recherche et le retour des réfugiés et des objets de valeur5. À partir de 1939, les collections des musées alsaciens avaient été évacuées pour être mises à l’abri dans des dépôts (ill. 32)6. Ces dépôts – les châteaux de Hautefort, Bourdeilles et Périgueux en Dordogne, le château de Chambord, les dépôts des Musées nationaux français près de Paris – se trouvant en France, dans la zone non occupée par l’armée allemande, Wagner craignait de ne pas pouvoir prétendre à la récupération de ces biens originaires d’Alsace, raison pour laquelle il voulut les ramener le plus vite possible dans sa zone d’influence. La crainte de voir le gouvernement de Vichy s’opposer au retour des objets s’exprimait dans les dossiers strictement confidentiels d’application du rapport Kümmel7, mais aussi dans la presse national-socialiste qui qualifiait de « déportation » [Verschleppung] les mesures de sécurité prises au début de la guerre par les Français pour les pièces des musées alsaciens8.

ill. 32. Rue Rohan, évacuation des œuvres du palais Rohan vers le centre de la France, 1939

ill. 32. Rue Rohan, évacuation des œuvres du palais Rohan vers le centre de la France, 1939

photo © Musées de la Ville de Strasbourg

1. Le retour des œuvres évacuées

  • 9 Voir Alphonse Irjud, « Une curieuse chasse au trésor. La récupération des biens culturels », dans S (...)
  • 10 Voir Schnitzler, 1995, p. 162 ; Ernst, 1954, p. 247-249.
  • 11 Chef der Zivilverwaltung im Elsass, C.d.Z., Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung à Mart (...)

4Le 10 juillet 1940, Robert Wagner ordonna le retour des biens culturels, archives et bibliothèques qui avaient quitté l’Alsace pour être protégés des bombardements dans des dépôts français9. Fin juillet, la plus grande partie de la population alsacienne évacuée était revenue10. Le 6 août, Martin reçut officiellement l’ordre de « veiller au retour des objets d’art11 ». Avec l’aide de ses nouveaux collègues alsaciens, qui avaient en partie organisé l’évacuation des œuvres, il réussit rapidement à s’acquitter de cette mission.

  • 12 Voir Bericht Baumann : Heimführung des Museums-, Kirchen und Archivgutes aus dem Departement Dordog (...)
  • 13 Martin avait adressé Baumann à son ami Metternich, pour le cas où le retour présenterait des diffic (...)
  • 14 Voir Note pour Monsieur Baumann, chef du service des Beaux-Arts d’Alsace, 17 septembre 1940, dans G (...)
  • 15 Voir Bericht Baumann : Heimführung des Museums-, Kirchen und Archivgutes aus dem Departement Dordog (...)
  • 16 Voir Anon., « Isenheimer Altar wieder im Elsass. Auch die Straßburger Kunstschätze kamen zurück – 2 (...)

5C’est un certain Baumann, officier alsacien du Kunstschutz, le service de protection des œuvres d’art, qui fut chargé de rapatrier les œuvres des dépôts de Périgueux, Hautefort et Bourdeilles. Le 2 septembre 1940, il arriva en Dordogne avec une délégation composée d’employés du musée et de pompiers12. Aidé par le bureau parisien du Kunstschutz, en l’occurrence par le comte Franz Wolff zu Metternich (1893-1978)13, Baumann réussit, en négociant personnellement à Vichy avec le ministère de l’Instruction publique, à obtenir un pouvoir l’autorisant à rapatrier l’ensemble des « œuvres appartenant aux villes d’Alsace pour qu’elles soient restituées aux municipalités14 ». Baumann fit charger les œuvres de Hautefort dans quinze wagons et celles de Périgueux dans six, lesquels se mirent en route pour l’Alsace le 4 octobre. Le convoi, qui comprenait ces 21 wagons et une voiture pour la délégation, arriva à Strasbourg au petit matin du 6 octobre après une halte à Colmar15. La presse mise au pas par le régime nazi publia des comptes rendus euphoriques de l’opération réussie de retour des objets d’art alsaciens, en s’attachant particulièrement aux vitraux de la cathédrale de Strasbourg et au retable d’Issenheim du musée Unterlinden à Colmar, chefs-d’œuvre dont elle soulignait l’origine germanique16.

  • 17 Voir Schnitzler, 1995, p. 160-161 ; Hans Haug, « Les musées municipaux », dans Compte rendu de l’ad (...)
  • 18 Ordre de mission du 9 janvier 1941 donné par le Stadtkommissar de Strasbourg, voir Bescheinigung fü (...)
  • 19 Voir Thouvenin, 2002, p. 167 ; pour la date de l’expulsion, voir Hans Haug et Adolphe Riff, Rapport (...)
  • 20 Wagner (confidentiel) aux Herren Landeskommissare, Herren Stadtkommissare et aux Herren k. Polizeip (...)
  • 21 Ibid.
  • 22 Martin, 1967, p. 213.

6La deuxième partie des collections des musées, évacuée dans les dépôts des Musées nationaux au château de Chambord – surtout des toiles de petit format et des pièces provenant du Musée archéologique17 – fut rapatriée à Strasbourg par Hans Haug18. Comme tous les fonctionnaires français, Haug avait été interrogé en août 1940 par Robert Ernst sur sa position vis-à-vis du nouveau régime politique de l’Alsace, et il avait clairement déclaré ne pas approuver le changement de pouvoir ; il aurait donc dû être considéré comme « ennemi du peuple » et expulsé du pays par un arrêté d’expulsion du 18 décembre 194019. Normalement, les personnels frappés d’expulsion – à savoir les « fonctionnaires et employés […] de nationalité [Volkstum] française ou d’origine alsacienne, qui se sentaient français et se réclamaient de la France, dits Französlinge20 » – n’étaient autorisés à emporter avec eux que ce qu’ils pouvaient porter eux-mêmes, ainsi qu’une somme qui ne pouvait dépasser 250 reichsmarks (environ 5 000 francs)21. Kurt Martin parvint à transformer cette expulsion d’office en un « départ librement consenti22 », en confiant à Haug l’entière responsabilité d’effectuer le deuxième transport. Ce qui eut notamment pour conséquence que Haug, qui voulait se mettre à la disposition des Musées nationaux à Paris, put à la fin de la guerre réintégrer sans problème ses fonctions.

  • 23 Martin au Stadtkommissar Straßburg, 30 novembre 1940, dans AMS 519 W 27 et GLA 441 Zug. 1982/38, no(...)
  • 24 Voir la réponse de Rouenhoff, pièce jointe à Martin à l’Oberstadtkommissar, 30 novembre 1940, dans (...)
  • 25 Voir Martin à Metternich, 28 janvier 1941, dans AMS 519 W 27.

7Dans la demande qu’il adressa le 30 novembre 1940 au Stadtkommissar [commissaire de la Ville] de Strasbourg, Theodor Ellgering, Martin lui transmettait la lettre de démission de Haug tout en le recommandant comme expert pour le retour des œuvres conservées au dépôt de Chambord. Il soulignait l’engagement de Haug dans le retour des collections évacuées en Dordogne en appui de sa demande de lui confier toute la responsabilité de la deuxième opération de rapatriement. Martin expliquait également qu’il serait à l’avenir extrêmement judicieux pour les musées de Strasbourg « de disposer à Paris, le marché le plus important et le moins cher pour les biens artistiques alsaciens, d’un homme ayant une connaissance précise des problèmes des collections strasbourgeoises23 » (doc. 2, 3). Pour remercier Haug de prendre en charge le retour en Alsace des œuvres de Strasbourg, bien qu’en tant que Français il ne se trouvât plus au service des musées alsaciens, Martin proposait de l’autoriser à profiter du camion qui devait ramener les œuvres de Chambord à Strasbourg en y chargeant à l’aller ses effets personnels. À la suite de lettres de soutien de l’adjoint Rouenhoff et du Stadtkommissar Ellgering, le chef de l’Administration civile finit par accepter24. Pour assurer la sécurité de Haug pendant ce voyage, Martin s’adressa par courrier au Kunstschutz à Paris en priant personnellement Metternich de l’aider25.

  • 26 Voir Haug, Bericht für den Oberstadtkommissar, 18 février 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 428.
  • 27 Voir l’attestation de la Direction des musées nationaux, dépôt de Chambord, signée par Haug et Scho (...)
  • 28 Voir Haug, Bericht für den Oberstadtkommissar, 18 février 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 428.
  • 29 Voir Stadtkommissar Rouenhoff au C.d.Z., Verwaltungs- und Polizeiabteilung, s.a., Übersendung von H (...)

8Le 5 février 1941, Haug et un chauffeur se mirent en route pour Paris où devait se tenir le 10 février une réunion à laquelle il participerait avec Martin et des représentants du Kunstschutz (Felix Kuetgens, Carl Heinz Pfitzner) et de la direction du Louvre, le conservateur Jacques Billiet représentant le directeur des Musées nationaux. L’objet de cette réunion était la question du retour des œuvres de Strasbourg et celle des prêts de l’État français se trouvant avant le début de la guerre dans les musées de Strasbourg26. Il fut décidé que les œuvres des musées de Strasbourg leur seraient rendues. En revanche, on leur refusa le droit de disposer des prêts de l’État. Haug se rendit à Chambord où il procéda au chargement des pièces avec Pierre Schommer, directeur des dépôts des Musées nationaux, après avoir retiré des caisses les œuvres qui appartenaient à l’État27. Le retour s’effectua de nouveau par Paris où Haug avait été chargé par Martin de procéder à certaines acquisitions et où il récupéra quelques toiles des collections strasbourgeoises qui avaient été confiées à un restaurateur. Le 16 février 1941, le précieux chargement atteignait enfin Strasbourg28 et, le 20, Hans Haug quittait son service auprès des musées de la ville29.

  • 30 Voir Alphonse Irjud, « Le retour des biens culturels 1940-1944 », dans Revue d’Alsace, Strasbourg, (...)
  • 31 Voir Badisches Kultusministerium à Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung beim Chef der Z (...)

9Au cours de l’année 1941, de nouvelles mesures furent prises pour rapporter en Alsace les pièces restantes appartenant à des bibliothèques ou à l’Église30. En septembre, Kurt Martin fut décoré de la croix du Mérite de guerre sans glaives pour son « engagement porté par son grand sens des responsabilités dans la sauvegarde [Sicherstellung] de l’ensemble des biens artistiques du Rhin supérieur »31. En janvier 1942, Martin déclarait achevées les opérations officielles :

  • 32 Martin à C.d.Z., Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung, 29 janvier 1942, dans ADBR 162 J (...)

« Je me permets d’informer que désormais tous les biens des musées qui avaient été évacués pour être protégés des dommages de guerre et se trouvaient dans les zones occupée et non occupée de la France sont de retour en Alsace. Il ne manque aujourd’hui que quelques pièces de peu d’importance qui avaient été prêtées avant la guerre pour des expositions à Lille et à Roubaix. La plus grande partie de ces pièces est actuellement entreposée à Metz et à Saint-Avold d’où elles seront rapatriées à Strasbourg à la première occasion32. »

2. La création de l’Administration générale des musées du Rhin supérieur

  • 33 Voir rapport d’activité de Kurt Martin pour 1940, « Karlsruhe. Staatliche Kunsthalle (Tätigkeitsber (...)

10Parallèlement au retour des œuvres évacuées, Martin devait préparer la réalisation des visions de Wagner qui voulait faire du Gau de Bade-Alsace un modèle en matière de culture, doté d’une administration centrale réunissant tous les musées du Rhin supérieur. Pour ce faire, il fallait élaborer des programmes pour chacun des musées, autant sur la sécurité des œuvres dans le contexte du moment que sur le futur réaménagement des collections33.

  • 34 Voir Hanns Reich, « Straßburger Museen werden neu aufgebaut. Elsässische Kunstsammlungen im Krieg – (...)
  • 35 Voir Anon., « Elsässische Museen zeugen von deutscher Kultur. Zu den Oberrheinischen Kulturtagen in (...)
  • 36 Kurt Martin, « Museen am Oberrhein », dans Der Führer, 17 novembre 1940 (édition spéciale pour les (...)

11Les grandes lignes de la nouvelle politique des musées ne tardèrent pas à être rendues publiques. Dès septembre 1940, les habitants de Strasbourg purent prendre connaissance dans la presse de la future organisation commune des musées d’Alsace et de Bade et de la transformation de Strasbourg en « centre culturel et artistique du Rhin supérieur ». La structure d’ensemble des musées alsaciens devait obéir aux exigences et aux objectifs culturels du « Grand Reich » ; son élaboration devait se faire dans le cadre des principes qui avaient déjà fait leurs preuves en Allemagne depuis plusieurs années34. Peu après cette annonce, on présenta au public le profil de chacun des musées alsaciens en même temps qu’on souhaitait la bienvenue à Kurt Martin en tant que Staatlicher Bevollmächtigter pour les musées35. Dans le cadre des Journées culturelles du Rhin supérieur, ce dernier prit lui-même la parole dans la presse écrite le 17 novembre 1940 pour dessiner ce que serait le développement à venir des musées en Alsace. Dans son exposé, il s’en tenait strictement aux quelques repères qu’imposait la politique des musées dans le Reich. Les musées consacrés à la culture locale [Heimatmuseen] devaient garder leur vocation locale qui était liée à leur emplacement. « Mannheim et Constance s’occupent ainsi [dorénavant] de la région de la Kurpfalz, ancien électorat palatin, Constance et Ueberlingen de la région du lac, Mulhouse du Sundgau et Fribourg du Brisgau36. » Les différents établissements devaient limiter les sujets abordés pour éviter les doublons et faire en sorte que les visiteurs ne se sentent pas dépassés par les contenus. Les grandes collections municipales de peinture devaient coordonner leur travail et donner un aperçu des différents courants de l’histoire de l’art. Au sujet de Strasbourg et du projet d’en faire une grande métropole artistique, ainsi que sur les objectifs particuliers du palais Rohan, Martin écrivait pour finir :

  • 37 Ibid.

« Strasbourg peut s’attendre dans les prochaines années à voir ses musées se développer de manière particulièrement intense. Tandis que l’art du sud-ouest de l’Allemagne doit revenir, comme c’était le cas jusqu’ici, à la galerie de Karlsruhe, nous espérons, tout en respectant les obligations locales, pouvoir compléter la collection de Strasbourg pour l’inscrire dans un schéma d’ensemble européen tel qu’il a été esquissé par le grand Wilhelm von Bode, créateur des musées berlinois. Il est prévu [de plus] de créer à Strasbourg un musée d’ethnologie populaire en plein air qui devrait réunir dans un beau site naturel les principaux types de fermes du Rhin supérieur, mais ne se limiterait pas à cette fonction muséale en offrant aussi un cadre à des fêtes populaires avec chants et danses37. »

a. Les instances compétentes pour les musées

12La nouvelle Administration générale des musées du Rhin supérieur qui allait être mise en place devait en tant qu’instance supérieure chapeautant les musées d’Alsace trouver une légitimation en droit administratif. Il s’agissait de transformer un service alors assuré par une seule personne en une administration en règle poursuivant des objectifs concrets et dotée de budgets et de personnel ; il fallait aussi développer un projet englobant tous les musées de la zone d’influence en mettant particulièrement en valeur Strasbourg comme future capitale culturelle de la région du Rhin supérieur. Pour clarifier en termes de droit administratif les attributions de l’Administration générale en matière de musées, des négociations furent entamées entre le chef de l’Administration civile et les autorités municipales de Colmar et de Strasbourg.

  • 38 Outre les six musées mentionnés, il y avait également à Strasbourg depuis 1890 un cabinet des estam (...)
  • 39 Pour l’argumentation reposant sur le droit budgétaire, voir C.d.Z, Abteilung Erziehung, Unterricht (...)
  • 40 Pour le passage du Haut-Koenigsbourg sous l’autorité de l’État le 29 juin 1940, voir Landkommissar (...)

13En juin 1940, on comptait à Strasbourg un total de six musées, tous placés sous l’autorité de la municipalité. Il s’agissait dans le palais Rohan de la galerie de peinture, du musée des Arts décoratifs et des collections gallo-romaines. Il y avait en outre le musée de l’Œuvre Notre-Dame [Frauenhaus], le Musée alsacien et le Musée historique dans la Grande-Boucherie [in der Großen Metzig]38. L’Administration civile souhaitait faire passer un grand nombre de ces musées sous l’autorité de l’État ; en effet, le statut juridique de l’Alsace étant incertain, c’était pour Wagner le seul moyen d’exercer une influence sans partage sur les collections et d’imposer ses idées. Il entendait en particulier que le palais Rohan et sa collection accèdent à une renommée européenne et, pour ce faire, il l’aurait volontiers soustrait à l’influence de la municipalité. En outre, pour l’occupant allemand, il semblait plus simple, du point de vue du droit budgétaire, de faire financer l’ensemble des musées par l’État39. Si ce transfert de compétence se fit manifestement sans résistance pour le Haut-Koenigsbourg, autrefois musée national français, et pour le musée Unterlinden à Colmar, le passage des musées de Strasbourg sous l’autorité de l’administration allemande ne fut pas sans poser problème40.

  • 41 Premier projet d’accord du C.d.Z., Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung : Vereinbarung (...)
  • 42 Voir ibid.

14Dans le premier projet d’accord soumis à la Ville de Strasbourg par le chef de l’Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung [section Éducation, Enseignement et Formation du peuple] le 28 octobre 1940, l’Administration civile indique qu’elle entend « […] permettre aux musées du Rhin supérieur un engagement cohérent dans le travail de formation du peuple qui leur incombe, et leur assurer par ailleurs les avantages essentiels que leur vaudra la mise en œuvre par tous des mêmes méthodes pour toutes les questions concernant leur domaine d’activité41 ». Le projet de Wagner était une entreprise vaste et coûteuse, sa réalisation ne pouvait donc être financée par les seuls moyens des municipalités. En contrepartie du contrôle qui serait exercé sur les musées, Wagner proposa à la Ville de Strasbourg le versement régulier par l’État, pendant les dix années à venir, d’une subvention de 20 000 reichsmarks destinée à procéder à des acquisitions et à réorganiser les musées. Il exigeait par ailleurs que Kurt Martin, outre la fonction qu’il occupait pour l’État, soit de plus nommé directeur de tous les musées de Strasbourg afin de renforcer encore la collaboration entre la Ville et l’État42.

  • 43 Stadtkommissar Ellgering et Beigeordneter Rouenhoff au C.d.Z., Abteilung Erziehung, Unterricht und (...)
  • 44 Ibid.
  • 45 Voir Stadtkommissar Ellgering au Staatsminister Pflaumer beim C.d.Z, 21 octobre 1940, pièce jointe  (...)
  • 46 Theodor Ellgering, autrefois maire adjoint de Duisbourg, avait été engagé par Wagner pour mettre en (...)
  • 47 Voir Stadtkommissar Ellgering et Beigeordneter Rouenhoff au C.d.Z., Abteilung Erziehung, Unterricht (...)
  • 48 Voir le deuxième projet d’accord du Stadtkommissar Straßburg, Entwurf eines Übereinkommens über die (...)

15La municipalité ne se réjouit que fort modérément de cette proposition. Certes, on reconnaissait que « les moyens propres des musées ne suffiraient pas à fournir les crédits nécessaires pour mener une généreuse politique d’achats43 », mais on émettait des doutes sur l’idée « de soumettre à ce point à l’influence de l’État un domaine d’activité dans lequel la Ville avait jusque-là été totalement indépendante44 ». La Ville s’élevait en particulier contre le transfert de compétence concernant le musée de l’Œuvre Notre-Dame et les sculptures originales de la cathédrale installées dans l’hôtel du Cerf. La sécularisation de la cathédrale remettait fortement en cause leur statut juridique et posait la question de la propriété de ces œuvres45. Plutôt qu’un règlement contractuel, le Stadtkommissar Theodor Ellgering46 aurait préféré s’en tenir à la proposition d’une double direction des musées municipaux et de l’Administration générale des musées du Rhin supérieur47. Dans un contre-projet d’accord du 12 décembre 1940, il demandait, en contrepartie de son assentiment à un transfert provisoire des musées de Strasbourg sous l’autorité de l’État, une subvention annuelle de 100 000 reichsmarks sur cinq ans en exigeant que toutes les œuvres acquises sur ces fonds entrent directement en la possession de la Ville48.

  • 49 Voir Martin, Notiz, 13 décembre 1940, dans AMS 7 MW 249. Le fait que ce document sans mention d’aut (...)
  • 50 La proposition relative aux prêts émanait d’Asal, voir Gesprächsprotokoll zur Vorlage beim Stadtkom (...)

16La modification de la durée et du montant de la subvention fut acceptée par le chef de l’Administration civile. Une note de Kurt Martin du 13 décembre 1940, qui semble aujourd’hui surprenante, car idéologiquement très édulcorée, l’auteur y tenant des propos positifs quant aux exigences de la municipalité, avait contribué à cette résolution (doc. 4)49. En revanche, la demande de la municipalité concernant la propriété des œuvres acquises sur les fonds de l’État – pour la municipalité, leur entrée dans les musées de Strasbourg devait automatiquement signifier qu’elles étaient propriété de la Ville – se heurta à la résistance de l’Administration civile. On finit par s’accorder sur le principe que ces œuvres entreraient dans les musées sous la forme de prêts permanents de l’État50.

  • 51 Voir Rouenhoff, Protokoll zur Sitzung am 25. April 1941 (künftige Ausgestaltung des Straßburger Mus (...)

17C’est sur la base de ces négociations que, lors de la réunion du 25 avril 1941, Martin exposa aux représentants de la municipalité – l’Oberstadtkommissar Robert Ernst, le Stadtkämmerer Linser [receveur municipal], l’Oberverwaltungsrat Woerth [conseiller administratif] et les adjoints Rouenhoff et Beblo – les répercussions qu’aurait sur les musées le fait d’être placés sous l’autorité d’une administration générale d’État. Parmi les six musées jusque-là gérés par la Ville, seuls quatre dépendraient désormais de la municipalité. Ces institutions municipales devaient être complétées par des institutions de l’État : deux nouveaux édifices – une Kunsthalle pour la peinture du xixe siècle et un musée d’ethnographie [Volkskundemuseum] – et le bâtiment historique du numéro 2 de la rue du Vieux-Marché-aux-Poissons où Goethe avait logé durant ses études à Strasbourg, qu’il était prévu d’acheter pour en faire un musée Goethe51.

  • 52 Voir C.d.Z., Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung au Stadtkommissar, 24 mai 1941, dans (...)

18Rien ne semblait donc plus faire obstacle à un accord contractuel de collaboration entre la Ville et l’État, lorsque à la fin des négociations le chef de l’Administration civile Robert Wagner énonça des réserves sur le paragraphe 5 de l’accord qui fixait le montant de la subvention de l’État ; il laissait entendre qu’il ne pourrait garantir cette somme que pour l’année budgétaire en cours et non pas pour la durée de l’accord52. Robert Ernst refusa alors immédiatement de signer. Dans sa lettre du 18 juin 1941, il indique :

  • 53 Stadtkommissar au C.d.Z., Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung, 18 juin 1941, dans AMS (...)

« Du fait des nombreuses modifications du paragraphe 5, la signification de l’accord a perdu toute valeur pour la Ville de Strasbourg. La contribution de la Ville ne semble plus être en adéquation avec ce qu’apporte en retour l’État. L’objectif poursuivi par cet accord peut, à mon sens, tout aussi bien être atteint sans accord, en réunissant sur une seule personne la direction de l’Administration générale des musées et la direction des musées de la ville, comme le prévoit le paragraphe 453. »

  • 54 Voir C.d.Z., Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung à l’Oberstadtkommissar, 9 juillet 194 (...)
  • 55 Voir la dernière note de la municipalité sur la question, 29 juillet 1941, dans AMS 7 MW 249 : « Ap (...)
  • 56 Anon., « Verschleppte Kunstschätze wieder zurückgeführt. Aufbau des Museumswesens am Oberrhein – Ge (...)
  • 57 Voir Haushaltsplan 1942. Einzelplan III (Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung), chap. 8 (...)
  • 58 Voir Bedarfsanmeldung für die Zeit vom 1. April 1941 bis 30. März 1942, Titel 32 – Erwerbung von Ku (...)

19Wagner assura certes encore une fois qu’il s’efforcerait d’obtenir pour les musées de Strasbourg une subvention régulière de la part de l’État qui ne serait pas inférieure à 100 000 reichsmarks54, mais tout accord écrit entre la Ville et l’État était devenu désormais impossible55. L’objet de la plus grande convoitise de la part de l’Administration civile, le palais Rohan, resta sous l’autorité de la Ville, mais grâce à la double casquette de Kurt Martin, confirmée plus tard par un contrat écrit, le musée serait plus tard « rattaché à sa personne56 ». La subvention annoncée pour les musées municipaux, 100 000 reichsmarks, fit chaque année l’objet d’une demande à l’Administration générale, mais elle ne servit pas à des acquisitions et fut exclusivement utilisée pour des travaux d’entretien57. Toutes les acquisitions furent effectuées personnellement par Martin au nom de l’Administration générale des musées du Rhin supérieur. Et à la demande de Robert Wagner, Martin constitua pour le Reichsstatthalter une petite collection publique avec les moyens très élevés que ce dernier avait mis à sa disposition58.

b. Le premier budget en 1941

  • 59 Voir Martin, note manuscrite du 16 décembre 1940 sur le courrier du C.d.Z., Abteilung Erziehung, Un (...)
  • 60 Voir C.d.Z., Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung au Staatlicher Bevollmächtigter für d (...)
  • 61 Voir C.d.Z., Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung au Staatlicher Bevollmächtigter für d (...)

20C’est le 1er avril 1941, date du début du nouvel exercice budgétaire, que l’Administration générale des musées du Rhin supérieur fut officiellement créée. Après consultation de Robert Wagner, Martin avait fixé le budget du premier trimestre et un budget intermédiaire simplifié était entré en vigueur pour la période comprise entre le 1er janvier et le 31 mars 194159 ; l’Administration civile, section Éducation, Enseignement et Formation du peuple, conformément aux directives du règlement budgétaire du Reich et à ses dispositions en matière d’économie, exigea le 24 janvier 1941 que soient déclarées toutes les dépenses à venir dans les douze prochains mois, ainsi qu’un tableau des effectifs du personnel pour chacune des institutions60. Pour les nouveaux postes demandés, il fallait veiller à ce que « ne soient prévus que des postes qui puissent être durablement pourvus par des fonctionnaires et qui, en cas de fusion ultérieure des budgets de l’Alsace et du Bade, pourraient être maintenus61 ».

  • 62 Voir Bedarfsanmeldungen für Personal und Finanzmittel, 14 février 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, (...)
  • 63 Voir Bedarfsanmeldung für die Zeit vom 1. April 1941 bis 31. März 1942. Stellenplan für die General (...)

21Martin transmit donc la liste des besoins en termes de financement et de personnel pour l’Administration générale et les musées d’État dont il avait la charge – le musée Unterlinden à Colmar, la Maison de Goethe à Strasbourg, le Mémorial Goethe à Sessenheim et le Haut-Koenigsbourg62. Les institutions et musées municipaux continuaient comme par le passé de gérer leurs besoins eux-mêmes, une subvention leur fut allouée plus tard par l’Administration générale pour des projets spécifiques. Pour l’Administration générale, Martin demandait un adjoint, deux conservateurs, un auxiliaire scientifique, un fonctionnaire d’administration, ainsi que des moyens financiers pour les acquisitions, pour l’examen et la sauvegarde des biens dits des « ennemis du peuple et du Reich » [volks- und reichsfeindliches Vermögen] ainsi que des sommes forfaitaires pour couvrir les frais de personnel et de services extérieurs63.

  • 64 Le Dr Rudolf Schnellbach occupait depuis 1932 les fonctions de conservateur et directeur adjoint du (...)

22Les fonctionnaires nommés sur les postes scientifiques de l’Administration générale étaient tous allemands. Martin obtint la nomination de Rudolf Schnellbach64, du Kunstgewerbemuseum [musée des Arts décoratifs] de Stuttgart, comme suppléant. Après le départ de Hans Haug, Jan Lauts, un conservateur qui avait été longtemps son collaborateur à Karlsruhe, devint son assistant. Helma Konow et Elfriede Schulze-Battmann travaillaient également pour l’Administration générale. Les employés de bureau, dont Mathilde Illig, ancienne secrétaire de Haug – qui le redeviendrait après la guerre –, venaient d’Alsace.

  • 65 Voir Einreihung des städtischen Personals in die in der Verordnung vom 5. 10. 1940 vorgesehenen Ste (...)
  • 66 Pour Robert Forrer, voir Bernadette Schnitzler, Robert Forrer (1866-1947). Archéologue, écrivain et (...)
  • 67 Les données relatives au personnel de l’Administration générale des musées du Rhin supérieur et des (...)

23La totalité du personnel des musées municipaux resta en fonction65. Adolphe Riff resta conservateur du Musée historique et du Musée alsacien, et travailla un temps pour le Musée gallo-romain en remplacement de Robert Forrer, ce dernier s’étant retiré en Suisse après l’arrivée des Allemands66. Paul Martin, ancien assistant, fut nommé conservateur adjoint et reprit après le départ de Hans Haug certaines attributions de ce dernier. Alfred Pauli, qui avait principalement travaillé à la restauration des œuvres, avait quitté son service au musée pour devenir professeur à l’École des arts décoratifs, c’est Ludwig Hesselbarth, assistant auxiliaire de musée [Museumshilfassistent], qui reprit son poste en s’occupant en outre des réserves. Rodolphe Fogé, secrétaire de chancellerie [Kanzleisekretär] et Alice Kientz, sténotypiste, ainsi que les auxiliaires Cäcilie Sauer et Margarete Eidelberger restèrent attachés au secrétariat des musées municipaux ; Marie-Louise Binder, qui avait initialement travaillé comme bibliothécaire à la bibliothèque municipale, fut désormais chargée de l’aménagement de la nouvelle bibliothèque des musées67.

c. Le contrat de travail de Kurt Martin

  • 68 Voir Badisches Kultusministerium à Martin (signé par Gärtner, Baumgratz, Asal), 27 janvier 1941, da (...)

24La position occupée par Kurt Martin ne fut confirmée par un contrat officiel qu’en 1941. La proposition de prendre la direction de la Nationalgalerie, qui lui était parvenue quelque temps auparavant, lui fut d’une grande utilité pour négocier son salaire. Un courrier du ministère de la Culture de Bade du 27 janvier 1941 formulait une proposition émanant du chef de l’Administration civile d’adapter son salaire d’alors à la rémunération dont il aurait bénéficié à Berlin. Si Martin ne donnait pas suite à la proposition berlinoise, il serait nommé au 1er avril 1941 directeur général des musées du Rhin supérieur. De plus, il conserverait la direction de la Kunsthalle de Karlsruhe et dirigerait également les musées municipaux de Strasbourg. Jusqu’au début du nouvel exercice budgétaire, ses fonctions seraient définies comme une direction par intérim et, pour la période de juillet 1940 au 31 mars 1941, il recevrait une rémunération forfaitaire68.

  • 69 Ibid.

« Pour le poste [de directeur de l’Administration générale des musées du Rhin supérieur], un salaire de base conforme à l’importance de la fonction et une allocation de logement en conséquence sont exigibles. La différence par rapport à la rémunération de 18 500 reichsmarks par an proposée par Berlin […] doit être compensée par une indemnité à verser par la Ville de Strasbourg. […] Les émoluments [de Martin] à hauteur de 8 500 reichsmarks de salaire de base et de 1 368 reichsmarks d’allocation logement (bruts), avec supplément pour enfants à charge, seront complétés jusqu’à hauteur de 18 268 reichsmarks (bruts) par le versement d’une rémunération pour l’activité dans les musées d’État d’Alsace, payable par la caisse du chef de l’Administration civile à Strasbourg et d’une indemnité pour l’administration du palais Rohan payable par la Ville de Strasbourg […]69. »

  • 70 Voir Note de l’administration de la Ville : « Betrifft Vertragsabschluß mit Herrn Dr. Martin (Oberl (...)
  • 71 Voir Schlag nach! Wissenswerte Tatsachen aus allen Gebieten, Leipzig, 1941, tableau p. 240.
  • 72 Voir Oberstadtkommissar Straßburg au C.d.Z., Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung: Betr (...)
  • 73 Voir Aktennotiz der Stadtverwaltung über ein Ferngespräch mit Ministerialrat Asal, aufgenommen von (...)

25Finalement, Martin était moins bien payé pour la direction de l’Administration générale qu’il ne l’aurait été comme directeur de la Nationalgalerie de Berlin. Ce constat n’est pas sans importance si l’on veut porter un jugement sur sa carrière professionnelle sous le national-socialisme. Ce poste était équivalent à celui d’un Regierungsdirektor (catégorie A 1 b)70, ce qui selon la grille des salaires des fonctionnaires de 1941 correspondait à 10 600 reichsmarks de salaire de base auxquels s’ajoutait une allocation logement de 1 368 à 1 548 reichsmarks (doc. 5)71. En novembre 1941, Martin signa le contrat qui lui confiait la direction de tous les musées municipaux de Strasbourg – en sus de la direction de l’Administration générale –, activité pour laquelle il toucherait un supplément de salaire de 1 200 reichsmarks par an72. Comme la rémunération d’un fonctionnaire pour une activité supplémentaire ne pouvait dépasser la somme de 1 800 reichsmarks, mais que les rétributions de Martin n’atteignaient toujours pas le niveau de ce qu’il aurait pu toucher à Berlin, on lui attribua, sur les fonds propres du chef de l’Administration civile, une bourse annuelle de 600 reichsmarks pour des publications d’histoire de l’art73. Son salaire annuel atteignait ainsi la somme de 13 948 reichsmarks.

3. Les projets de l’Administration générale pour les musées alsaciens

  • 74 Voir Martin : Generalverwaltung der oberrheinischen Museen, Straßburg, Taulerring 8 [Statut – préci (...)
  • 75 Voir Premier projet de contrat : Erster Vertragsentwurf von C.d.Z., Abteilung Erziehung, Unterricht (...)
  • 76 Voir Martin, texte portant sur la définition de l’Administration générale des musées du Rhin supéri (...)
  • 77 Si, dans les statuts de l’Administration générale, il est question de huit musées et non de six (vo (...)
  • 78 Martin : Generalverwaltung der oberrheinischen Museen, Straßburg, Taulerring 8 [Statut – précision (...)

26L’Administration générale des musées du Rhin supérieur devait, en tant qu’administration d’État instaurée pour durer, coordonner la reconstruction et l’extension des collections selon les critères fixés par le Reich et promouvoir la collaboration des musées régionaux entre eux ainsi que les échanges avec les musées du Reich74. Le travail scientifique et le travail pédagogique des différentes institutions placées sous sa responsabilité – expositions, conférences et publications – étaient coordonnés par l’Administration générale, et il en allait de même pour les acquisitions liées aux collections ainsi que pour tout ce qui concernait la communication75. À partir de 1942, les compétences de l’Administration générale furent étendues à la défense antiaérienne76. L’Administration générale dirigeait en tout « huit77 musées à Strasbourg, trois à Mulhouse, deux à Colmar, un à Haguenau, Sélestat et Wissembourg, et enfin le château du Haut-Koenigsbourg, ainsi que 17 musées locaux et musées d’ethnographie régionale en Alsace ; auxquels venaient s’ajouter les trois musées d’État de Karlsruhe78 ».

  • 79 Voir Martin : Generalverwaltung der oberrheinischen Museen, Straßburg, Taulerring 8 [Statut – préci (...)
  • 80 Voir C.d.Z., Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung à Martin, 12 mars 1941, dans GLA 441 (...)

27Parmi les documents relatifs au premier budget se trouve un texte qui correspond à une sorte de statut de l’Administration générale des musées du Rhin supérieur79. Les prévisions budgétaires de l’Administration générale devant être présentées à Berlin et approuvées par le ministre des Finances du Reich, Martin fut invité à rédiger un document d’orientation exposant les dépenses et l’organisation de la nouvelle administration en Alsace et justifiant le financement demandé par l’exposé de ses besoins (doc. 6)80. La création de la nouvelle administration générale y est ainsi justifiée :

  • 81 Martin : Generalverwaltung der oberrheinischen Museen, Straßburg, Taulerring 8 |Statut – précision (...)

« La réunion de tous les musées de la région du Rhin supérieur obéit […] non seulement à des raisons objectives, mais aussi à des impératifs politiques dans la mesure où, contrairement à l’époque française où les collections alsaciennes avaient pour mission de souligner leur lien avec une région de culture et de tradition françaises, elles doivent aujourd’hui apporter la preuve que le passé de l’Alsace est un passé germanique en soulignant la culture commune à tout l’espace du Rhin supérieur. C’est pourquoi tous les musées, aussi divers soient-ils dans leur singularité, doivent aujourd’hui travailler selon le même principe politique et être débarrassés des tendances françaises, tout comme des objets français. Pour ce faire, il faut y introduire des biens culturels allemands, issus en particulier de la région du Rhin supérieur, qu’il nous faut encore, dans de nombreux cas, collecter et acquérir. Les musées alsaciens doivent de plus être structurés et organisés en s’appuyant sur les techniques modernes de la muséographie allemande afin que leur influence sur le peuple, mais aussi leur rayonnement se propagent vers l’Ouest81. »

  • 82 Pour les projets en matière de musées à Strasbourg, voir Rouenhoff, Protokoll zur Sitzung am 25. Ap (...)

28Les musées de la Ville de Strasbourg devaient eux aussi changer sous l’égide de l’Administration générale. Le palais Rohan, où se trouvaient auparavant la galerie de peinture, le musée des Arts décoratifs et le Musée archéologique, devait former un vaste complexe comprenant la galerie de peinture, le musée des Arts décoratifs et une bibliothèque des arts, la fusion de cette dernière avec la bibliothèque de Karlsruhe étant déjà décidée. La collection de peinture devait être complétée par un grand nombre de nouvelles acquisitions ; seules les œuvres des maîtres anciens jusqu’au xviiie siècle compris seraient présentées dans les salles du château, tandis que la peinture du xixe siècle serait accueillie par une nouvelle Kunsthalle indépendante construite dans le « futur quartier de représentation » de Strasbourg. Le musée des Arts décoratifs ne devait pas « connaître de nouvelle extension ». Les collections du Musée archéologique, qui appartenaient seulement pour 35 % à la Ville et pour le reste en partie à l’État et en partie à une société privée assurant la gestion du musée, devaient après la guerre intégrer un musée du Land consacré à la préhistoire et à l’histoire antique. De même, il était prévu que l’État reprenne les collections du Musée alsacien qui seraient intégrées dans un futur Volkskundemuseum, un musée d’ethnographie qui serait « déplacé du centre-ville vers les espaces verts prévus ». Le musée de l’Œuvre Notre-Dame resterait sous le contrôle de la Ville, comme le Musée historique dont la présentation se concentrerait désormais plutôt sur l’histoire de la ville de Strasbourg. La troisième institution placée sous l’autorité de l’État était la future Maison de Goethe déjà mentionnée. Avec le Mémorial Goethe de Sessenheim, elle devait non seulement rendre hommage au poète et à son histoire, mais également devenir le « centre des activités littéraires de la région »82.

29Les seules traces, ou presque, de la vision culturelle développée par Wagner pour la région du Rhin supérieur qui réunissait désormais les deux Gaue de Bade et d’Alsace se trouvent dans les dossiers de l’Administration générale. Martin avait développé un projet convaincant qui obéissait aussi bien aux vœux du Gauleiter qu’aux principes de la muséologie contemporaine. D’après les documents dont nous disposons, il est impossible de reconstituer dans le détail les instructions qu’il avait reçues pour ces projets. Mais il y a d’indéniables parallèles entre son programme et les projets d’organisation de l’ensemble des musées du Reich. Wagner semble avoir tenté de reproduire en miniature en Alsace le programme qu’Hitler avait tracé pour toute l’Allemagne et qui prévoyait des centres artistiques présentant chacun des thématiques différentes. Faute d’instructions concrètes pour sa propre zone, l’élève, qui s’était autoproclamé élève modèle, avait imité le maître :

30La combinaison d’un musée des chefs-d’œuvre et d’une Kunsthalle consacrée au xixe siècle prévue pour Linz était reprise à l’identique pour Strasbourg.

31À travers la promotion de l’art germanique de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance (en particulier au musée Unterlinden de Colmar et au musée de l’Œuvre Notre-Dame) dont la région du Rhin supérieur est effectivement le centre, ainsi qu’avec l’orientation résolue des musées locaux et des musées de culture locale sur la région, il s’acquittait de l’un des principes fondamentaux du national-socialisme en matière de politique des musées – l’accent mis sur l’art régional.

  • 83 Voir chap. VI. 1b, p. 152-161 et chap. VI. 2a, p. 170-175 du présent ouvrage.

32L’inauguration à Mulhouse d’un espace d’exposition pour l’art contemporain en décembre 1941, l’organisation à intervalles réguliers d’Oberrheinische Kunstausstellungen [expositions d’art du Rhin supérieur], ainsi que la fondation, à l’initiative de Wagner, d’une Kameradschaft der Künstler und Kunstfreunde am Oberrhein [camaraderie des artistes et amis des arts] s’inspiraient du modèle de Munich, centre de la production artistique contemporaine grâce aux Große deutsche Kunstausstellungen [grandes expositions artistiques allemandes] annuelles83.

  • 84 Kurt Martin, « Museen am Oberrhein », dans Der Führer, 17 novembre 1940 (édition spéciale des Journ (...)
  • 85 Pour les objectifs formulés par Hitler en matière de politique des musées en Allemagne, voir chap.  (...)

33En définissant le musée de l’Armée de Karlsruhe comme un « livre d’histoire ouvert84 » et en inaugurant à Strasbourg en 1944 le musée de l’Armée envisagé dès 1941, Wagner se proposait de motiver la population à s’engager pour la guerre – de la même manière qu’Hitler voulait faire des musées de Berlin des lieux de représentation de la puissance militaire85.

Notes de fin

1 Martin à Muthmann, 1er juillet 1940, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 90.

2 Chef der Zivilverwaltung im Elsass, C.d.Z., Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung à Ellgering [maire de Strasbourg], mit der Bitte um Weiterleitung an Martin zur Kenntnisnahme, 9 juillet 1940, dans AMS 7 MW 249.

3 Voir par exemple Bericht Baumann: Heimführung des Museums-, Kirchen- und Archivgutes aus dem Departement Dordogne, 21 octobre 1940, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 428.

4 Thouvenin rapporte que Martin s’était directement rendu à Strasbourg le 9 juillet, Voir Thouvenin, 2002, p. 167 ; Martin écrira lui-même plus tard que c’était « fin juillet 1940 », voir Martin, 1967, p. 212. Sa correspondance avec Muthmann confirme qu’il avait rapidement commencé à travailler : « J’ai pris entre-temps mon poste de l’Administration générale des musées alsaciens et pour le moment et sans doute également pour un certain temps, je ne serai toujours que quelques heures à Karlsruhe. Il s’agit en priorité d’établir ce qui a été évacué du côté français et où, car nous voulons le plus rapidement possible organiser le retour des objets. Les Français ont presque entièrement évacué les biens : de nombreux trains de marchandises étaient pleins d’objets provenant des archives et des bibliothèques. Rien que pour la bibliothèque de l’université de Strasbourg, 2 millions de volumes ont été évacués. » Martin à Muthmann, 15 juillet 1940, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 90.

5 Pour le retour de la population alsacienne organisé par l’Administration civile allemande, voir Ernst, 1954, p. 247-249.

6 Pour les mesures de sécurité prises à Strasbourg et les évacuations d’œuvres vers les dépôts de l’État, voir Bernadette Schnitzler, « Les musées de Strasbourg de 1939 à 1945 », dans Revue d’Alsace, Strasbourg, 1995, p. 158-162 ; id., 2009 (Histoire des musées de Strasbourg), p. 205-208.

7 Le rapport Kümmel dressait la liste des œuvres d’art et objets précieux d’origine allemande qui se trouvaient en France – occupée et non occupée – depuis les guerres napoléoniennes. Elle avait été établie en 1939-1940 par une commission placée sous la direction du directeur des musées de Berlin, Otto Kümmel. Et ce dans le but de « rapatrier » dans le Reich les œuvres inventoriées. Faisaient également partie de cette commission Franz Rademacher, Otto Apfelstaedt et Hans Baumann. On trouvera une photocopie du rapport Kümmel notamment à la Watson-Library du Metropolitan Museum of Art de New York. Pour le rapport Kümmel, voir Lynn H. Nicholas, Der Raub der Europa. Das Schicksal europäischer Kunstwerke im Dritten Reich, Munich, 1995, p. 164 sqq. (pour la trad. française, voir id., Le pillage de l’Europe. Les œuvres d’art volées par les nazis, Paris, 1995) ; Hector Feliciano, Das verlorene Museum. Vom Kunstraub der Nazis, Berlin, 1998, p. 27 sq. (pour la trad. française, voir id., Le musée disparu. Enquête sur le pillage d’œuvres d’art en France par les nazis, Paris, 2008) ; Petropoulos, 1999, p. 161 sqq. ; Heuss, 2000, p. 251-277, en part. p. 267-277. Pour les œuvres volées sous Napoléon, voir Bénédicte Savoy, Patrimoine annexé. Les biens culturels saisis par la France en Allemagne autour de 1800, Paris, 2003, vol. 1, p. 317-342. On trouvera d’autres ouvrages et textes de témoins sur le rapport Kümmel dans Wilhelm Treue, « Zum Nationalsozialistischen Kunstraub in Frankreich. Der “Baratzky-Bericht” », dans Vierteljahreshefte für Zeitgeschichte, cahier 13 (1965), p. 285-337 ; Rose Valland, Le front de l’art. Défense des collections françaises 1939-1945, Paris, 1997 (1re éd. 1961), p. 19-26.

8 Voir Günther Röhrdanz, « Wo ist der Isenheimer Altar? Auf den Spuren der von den Franzosen aus dem Elsass verschleppten Kunstgüter », dans Der Führer, 15 septembre 1940 ; voir également Niels v. Holst [Leiter des Außenamtes der Staatlichen Museen zu Berlin, directeur du Bureau international des musées de Berlin] aux conservateurs de province – notamment à Kurt Martin –, 1er août 1940, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 428 : « VI. = Kunstgut aus den jetzt ans Reich kommenden französischen Gebieten (Elsass usw.), das sich heute im Innern Frankreichs befindet. Beispiel: Isenheimer Altar, heute verschleppt. »

9 Voir Alphonse Irjud, « Une curieuse chasse au trésor. La récupération des biens culturels », dans Saisons d’Alsace, 1991-1992, no 114, p. 80.

10 Voir Schnitzler, 1995, p. 162 ; Ernst, 1954, p. 247-249.

11 Chef der Zivilverwaltung im Elsass, C.d.Z., Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung à Martin : Notiz! Rückführung von Kunst- und Wertgegenständen, 7 août 1940, dans ADBR 162 J/68.

12 Voir Bericht Baumann : Heimführung des Museums-, Kirchen und Archivgutes aus dem Departement Dordogne, 21 octobre 1940, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 428. Il s’agissait peut-être de l’historien d’art Hans Baumann de Düsseldorf (voir supra, notes 3 et 7), mais cette hypothèse n’est guère vraisemblable.

13 Martin avait adressé Baumann à son ami Metternich, pour le cas où le retour présenterait des difficultés, voir Bericht Baumann : Heimführung des Museums-, Kirchen und Archivgutes aus dem Departement Dordogne, 21 octobre 1940, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 428.

14 Voir Note pour Monsieur Baumann, chef du service des Beaux-Arts d’Alsace, 17 septembre 1940, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 428 : « Suivant les ordres donnés par M. le Secrétaire d’État à l’Instruction publique, les œuvres appartenant aux villes d’Alsace seront immédiatement restituées aux municipalités. »

15 Voir Bericht Baumann : Heimführung des Museums-, Kirchen und Archivgutes aus dem Departement Dordogne, 21 octobre 1940, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 428.

16 Voir Anon., « Isenheimer Altar wieder im Elsass. Auch die Straßburger Kunstschätze kamen zurück – 22 Wagen mit kostbaren elsässischen Kleinodien trafen ein », dans Badische Chronik/Badische Posse, 10 octobre 1940 ; Anon., « Elsässische Kunstschätze zurückgekehrt. Die Münsterfenster wieder in Straßburg/Kolmar hat den Isenheimer Altar wieder », dans Der Führer, 10 octobre 1940 (supplément du dimanche) ; Anon., « Mathias Grünewald im Flüchtlingszug. Elsässische Kunstschätze kehrten zurück – Millionenwerte in Güterwagen », dans Badische Chronik/Badische Posse, 16 octobre 1940.

17 Voir Schnitzler, 1995, p. 160-161 ; Hans Haug, « Les musées municipaux », dans Compte rendu de l’administration de la ville de Strasbourg 1935-1945, éd. par l’Office municipal de statistique de Strasbourg, Strasbourg, 1948, vol. 2, p. 318.

18 Ordre de mission du 9 janvier 1941 donné par le Stadtkommissar de Strasbourg, voir Bescheinigung für Haug, ausgestellt vom Oberkriegsverwaltungsrat Kuetgens, 10 février 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 428.

19 Voir Thouvenin, 2002, p. 167 ; pour la date de l’expulsion, voir Hans Haug et Adolphe Riff, Rapport général sur l’activité des musées municipaux 1936-1945, Strasbourg, 1947, s.p. (tapuscrit, inédit, ayant servi de base pour la publication du compte rendu de l’administration de la ville de Strasbourg 1935-1945, différent sur le contenu de la version imprimée), dans les archives du MBA ; Haug, 1948, p. 321.

20 Wagner (confidentiel) aux Herren Landeskommissare, Herren Stadtkommissare et aux Herren k. Polizeipräsidenten in Straßburg und Mühlhausen, 30 juillet 1940, dans BArch R 83 Elsass/89.

21 Ibid.

22 Martin, 1967, p. 213.

23 Martin au Stadtkommissar Straßburg, 30 novembre 1940, dans AMS 519 W 27 et GLA 441 Zug. 1982/38, no 41.

24 Voir la réponse de Rouenhoff, pièce jointe à Martin à l’Oberstadtkommissar, 30 novembre 1940, dans AMS 519 W 27. À la fin de la guerre, Haug remercie Rouenhoff de la « manière chevaleresque » dont ce dernier s’était engagé pour qu’on annule son expulsion bien qu’il ait su que Haug « refuse de se plier à la situation créée en Alsace par les nazis », voir Haug à Rouenhoff, 14 juin 1948, dans AMS 519 W 134.

25 Voir Martin à Metternich, 28 janvier 1941, dans AMS 519 W 27.

26 Voir Haug, Bericht für den Oberstadtkommissar, 18 février 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 428.

27 Voir l’attestation de la Direction des musées nationaux, dépôt de Chambord, signée par Haug et Schommer et confirmant qu’une peinture, une aquarelle et dix dessins ont été retirés des caisses de Strasbourg, 13 février 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 428.

28 Voir Haug, Bericht für den Oberstadtkommissar, 18 février 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 428.

29 Voir Stadtkommissar Rouenhoff au C.d.Z., Verwaltungs- und Polizeiabteilung, s.a., Übersendung von Haugs Möbelverzeichnis zur Mitnahme nach Paris (liste du 18 décembre 1940) et Bestätigung über die Ausstellung der zur Ausreise notwendigen Papiere, dans AMS 7 MW 270 [liste des meubles de Haug devant être transportés à Paris et attestation confirmant l’établissement des papiers nécessaires pour la sortie d’Alsace].

30 Voir Alphonse Irjud, « Le retour des biens culturels 1940-1944 », dans Revue d’Alsace, Strasbourg, 1994, p. 281-315 ; id., 1991/1992, p. 79-94.

31 Voir Badisches Kultusministerium à Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung beim Chef der Zivilverwaltung im Elsass, 27 mai 1944, dans GLA 235/38288.

32 Martin à C.d.Z., Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung, 29 janvier 1942, dans ADBR 162 J/68.

33 Voir rapport d’activité de Kurt Martin pour 1940, « Karlsruhe. Staatliche Kunsthalle (Tätigkeitsbericht 1940) », dans Oberrheinische Kunst. Jahrbuch der oberrheinischen Museen, 10e année, 1942, p. 202-203.

34 Voir Hanns Reich, « Straßburger Museen werden neu aufgebaut. Elsässische Kunstsammlungen im Krieg – Bilder haben ihre Schicksale – Zerstörtes Kunstgut », dans StrNN, 7 septembre 1940, p. 5.

35 Voir Anon., « Elsässische Museen zeugen von deutscher Kultur. Zu den Oberrheinischen Kulturtagen in Straßburg », dans StrNN, 14 novembre 1940, p. 6.

36 Kurt Martin, « Museen am Oberrhein », dans Der Führer, 17 novembre 1940 (édition spéciale pour les Journées culturelles du Rhin supérieur à Strasbourg).

37 Ibid.

38 Outre les six musées mentionnés, il y avait également à Strasbourg depuis 1890 un cabinet des estampes. Ce dernier avait été intégré en 1939 à la bibliothèque d’art du palais Rohan, raison pour laquelle il n’en est jamais fait mention en tant que musée autonome dans les négociations. Pour l’histoire du cabinet des estampes de Strasbourg, voir Nadine Lehni, « Les musées de Strasbourg. Le cabinet des estampes et des dessins », dans Musées en Alsace, Strasbourg, 1977, p. 87-99.

39 Pour l’argumentation reposant sur le droit budgétaire, voir C.d.Z, Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung au Stadtkommissar Straßburg, 11 février 1941, dans AMS 7 MW 249.

40 Pour le passage du Haut-Koenigsbourg sous l’autorité de l’État le 29 juin 1940, voir Landkommissar des Kreises Schlettstadt [Sélestat] au C.d.Z., Verwaltungs- und Polizeiabteilung, 25 mars 1941 ; pour Colmar, voir Vereinbarung zwischen dem Chef der Zivilverwaltung im Elsass, vertreten durch die Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung und der Stadt Kolmar, vertreten durch den Oberstadtkommissar, über die Übernahme des Unterlindenmuseums in staatliche Verwaltung, 22 octobre 1941, les deux documents dans ADBR 126 AL/1672.

41 Premier projet d’accord du C.d.Z., Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung : Vereinbarung über die Zusammenarbeit zwischen Staat und Stadt Straßburg auf dem Gebiet des Museumswesens, 28 octobre 1940, dans AMS 7 MW 249.

42 Voir ibid.

43 Stadtkommissar Ellgering et Beigeordneter Rouenhoff au C.d.Z., Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung, 12 décembre 1940, dans AMS 7 MW 249.

44 Ibid.

45 Voir Stadtkommissar Ellgering au Staatsminister Pflaumer beim C.d.Z, 21 octobre 1940, pièce jointe : « Über die Rechtverhältnisse des Straßburger Münsters und des Stifts unser Frauen Werk » et Vertrag betreffend die Übernahme der Münsterbauhütte durch die Hochbauverwaltung des Chefs der Zivilverwaltung, 7 octobre 1942, § 5, les deux documents dans ADBR 126 AL/1672.

46 Theodor Ellgering, autrefois maire adjoint de Duisbourg, avait été engagé par Wagner pour mettre en place l’administration allemande à Strasbourg. Au bout de neuf mois, il fut remplacé par Hausmann dans cette fonction proche de celle de maire et officiellement désignée comme celle de Stadtkommissar von Straßburg, commissaire de la Ville de Strasbourg. Pour la fonction d’Ellgering, voir Voigt, 2008, p. 32-33.

47 Voir Stadtkommissar Ellgering et Beigeordneter Rouenhoff au C.d.Z., Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung, 12 décembre 1940, dans AMS 7 MW 249.

48 Voir le deuxième projet d’accord du Stadtkommissar Straßburg, Entwurf eines Übereinkommens über die Verwaltung der Straßburger städtischen Museen, 12 décembre 1940, dans AMS 7 MW 249.

49 Voir Martin, Notiz, 13 décembre 1940, dans AMS 7 MW 249. Le fait que ce document sans mention d’auteur ait été rédigé par Kurt Martin est attesté par un ajout de sa main : « Elsässisches Museum » [Musée alsacien] en bas de la page, ainsi que par une note également de sa main sur un courrier qu’il avait peu de temps auparavant reçu du bureau du chef de l’Administration civile et où il commente la demande formulée dans la lettre d’établir « pour le Chef de l’Administration civile un budget intermédiaire pour la période entre le 1er janvier et le 31 mars 1941 » : « Le budget du premier trimestre a été établi après consultation personnelle de M. Wagner, chef de l’Administration civile, Section E.U.V le 12 décembre 1940 ; justification du fonds d’acquisition à hauteur de 100 000 reichsmarks envoyée par écrit le 14 [sic] XII 40 sous forme de note à l’Oberregierungsrat Mayer [conseiller supérieur du gouvernement] et à l’adjoint Rouenhoff. 16 XII 40, M. », voir note manuscrite de Martin sur C.d.Z. à Martin, 22 novembre 1940, dans GLA 441, Zug. 1981/70, no 91.

50 La proposition relative aux prêts émanait d’Asal, voir Gesprächsprotokoll zur Vorlage beim Stadtkommissar : Betrifft Übereinkommen mit dem Chef der Zivilverwaltung über die Verwaltung der städtischen Museen (unterzeichnet von Rouenhoff), 11 janvier 1941 ; pour le consentement de l’Administration civile, voir C.d.Z., Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung au Stadtkommissar, 11 février 1941 ; pour l’accord de la part de l’administration de la Ville, voir Stadtkommissar à C.d.Z., 21 février 1941, les trois documents dans AMS 7 MW 249.

51 Voir Rouenhoff, Protokoll zur Sitzung am 25. April 1941 (künftige Ausgestaltung des Straßburger Museumswesens), 29 avril 1941, dans AMS 7 MW 249 et AMS 7 MW 263.

52 Voir C.d.Z., Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung au Stadtkommissar, 24 mai 1941, dans AMS 7 MW 249.

53 Stadtkommissar au C.d.Z., Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung, 18 juin 1941, dans AMS 7 MW 249.

54 Voir C.d.Z., Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung à l’Oberstadtkommissar, 9 juillet 1941, dans AMS 7 MW 249.

55 Voir la dernière note de la municipalité sur la question, 29 juillet 1941, dans AMS 7 MW 249 : « Apparemment le chef de l’Administration civile laisse tomber l’idée d’un accord et adopte le point de vue de la Ville consistant à s’en tenir à la réunion en une seule personne des fonctions de directeur du musée et de directeur général. »

56 Anon., « Verschleppte Kunstschätze wieder zurückgeführt. Aufbau des Museumswesens am Oberrhein – Gemeinsame staatliche Verwaltung », dans Völkischer Beobachter, 30 juin 1941, p. 5.

57 Voir Haushaltsplan 1942. Einzelplan III (Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung), chap. 89 : Museen. Dans le document, Titel 401 : Zuschussgewährung an die Städtischen Museen in Straßburg = 100 000 RM. Explication du titre 401 : « Le chef de l’Administration civile accorde une subvention de 100 000 reichsmarks pour les frais de fonctionnement des cinq musées de la ville de Strasbourg », dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 91.

58 Voir Bedarfsanmeldung für die Zeit vom 1. April 1941 bis 30. März 1942, Titel 32 – Erwerbung von Kunstwerken: 1.000.000 RM, 20 février 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 91.

59 Voir Martin, note manuscrite du 16 décembre 1940 sur le courrier du C.d.Z., Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung au Staatlicher Bevollmächtigter für das Museumswesen im Elsass, du 22 novembre 1940 ; C.d.Z., Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung au Staatlicher Bevollmächtigter für das Museumswesen im Elsass, 22 novembre 1940, les deux documents dans GLA 441, 1981/70, no 91.

60 Voir C.d.Z., Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung au Staatlicher Bevollmächtigter für das Museumswesen im Elsass, 24 janvier 1941 et 11 février 1941, les deux documents dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 91. Avec également des déclarations de personnel pour les différentes institutions.

61 Voir C.d.Z., Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung au Staatlicher Bevollmächtigter für das Museumswesen im Elsass, 11 février 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 91.

62 Voir Bedarfsanmeldungen für Personal und Finanzmittel, 14 février 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 91.

63 Voir Bedarfsanmeldung für die Zeit vom 1. April 1941 bis 31. März 1942. Stellenplan für die Generalverwaltung der oberrheinischen Museen, 20 février 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 91. Pour les possessions « ennemies du peuple et du Reich », voir p. 95-113.

64 Le Dr Rudolf Schnellbach occupait depuis 1932 les fonctions de conservateur et directeur adjoint du Kunstgewerbemuseum de Stuttgart, il avait posé sa candidature pour l’Alsace en 1940 (voir Bewerbung Schnellbach bei der Generalverwaltung der oberrheinischen Museen, 18 juillet 1940, ainsi que la correspondance qui s’ensuivit et l’accord du Ministerialrat Asal du 22 avril 1941 sur la création d’un poste de fonctionnaire, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 431). À partir de la fin de l’automne 1940, il travailla une semaine par mois pour l’Administration générale des musées du Rhin supérieur ; au cours de l’été 1941, on lui confia le poste de directeur adjoint du directeur général dans les fonctions que ce dernier occupait pour l’État, voir Schnellbach à Asal, 3 juillet 1941 et attestation de travail établie par Martin pour Schnellbach, 31 janvier 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 431 ; également Martin à Stadtamt, 15 juin 1942, dans AMS 7 MW 263 : « Le Dr Schnellbach est mon représentant dans mes attributions pour l’État de directeur général par intérim des musées du Rhin supérieur. » À partir du 1er avril 1942, Schnellbach travailla à plein temps à Strasbourg, voir Martin à Halm, 8 avril 1942, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 90. À la fin de la guerre, Schnellbach prit la direction du Badisches Landesmuseum de Karlsruhe.

65 Voir Einreihung des städtischen Personals in die in der Verordnung vom 5. 10. 1940 vorgesehenen Steuergruppen, dans AMS 7 MW 270.

66 Pour Robert Forrer, voir Bernadette Schnitzler, Robert Forrer (1866-1947). Archéologue, écrivain et antiquaire, éd. par la Société savante d’Alsace en coéd. avec Les Musées de Strasbourg, Strasbourg, 1999.

67 Les données relatives au personnel de l’Administration générale des musées du Rhin supérieur et des musées de Strasbourg sont tirées de Hans Haug et Adolphe Riff, Rapport général sur l’activité des musées municipaux 1936-1945, Strasbourg, 1947, s.p. (dactylographié, inédit, ayant servi de base pour la publication du compte rendu de l’administration de la Ville de Strasbourg 1935-1945, différent sur le contenu de la version imprimée), dans les archives du MBA ; avec d’autres indications sur les personnels employés à la surveillance et à la caisse.

68 Voir Badisches Kultusministerium à Martin (signé par Gärtner, Baumgratz, Asal), 27 janvier 1941, dans GLA 235/40248.

69 Ibid.

70 Voir Note de l’administration de la Ville : « Betrifft Vertragsabschluß mit Herrn Dr. Martin (Oberleitung der städtischen Museen) », 6 août 1941, dans AMS 7 MW 249.

71 Voir Schlag nach! Wissenswerte Tatsachen aus allen Gebieten, Leipzig, 1941, tableau p. 240.

72 Voir Oberstadtkommissar Straßburg au C.d.Z., Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung: Betrifft Verpflichtung des Leiters der Straßburger städtischen Museen, 12 novembre 1941, dans AMS 7 MW 249 et AMS 7 MW 263.

73 Voir Aktennotiz der Stadtverwaltung über ein Ferngespräch mit Ministerialrat Asal, aufgenommen von Frl. Seidel, 23 octobre 1941, dans AMS 7 MW 249.

74 Voir Martin : Generalverwaltung der oberrheinischen Museen, Straßburg, Taulerring 8 [Statut – précision de l’auteure], 24 mars 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 91.

75 Voir Premier projet de contrat : Erster Vertragsentwurf von C.d.Z., Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung : « Vereinbarung über die Zusammenarbeit zwischen Staat und Stadt Straßburg auf dem Gebiet des Museumswesens », § 3, 28 octobre 1940, et Deuxième projet de contrat : Zweiter Vertragsentwurf vom Straßburger Stadtkommmissar : « Entwurf eines Übereinkommens über die Verwaltung der Straßburger städtischen Museen », § 3, 12 décembre 1940, les deux documents dans AMS 7 MW 249.

76 Voir Martin, texte portant sur la définition de l’Administration générale des musées du Rhin supérieur, s.t., 24 août 1942. Note manuscrite d’identification sur le feuillet : « Remis personnellement cette proposition à M ; Asal le 24 août 42. M. Asal s’est déclaré prêt à remanier le texte sur le plan juridique et à m’en rendre alors compte. M. », dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 94.

77 Si, dans les statuts de l’Administration générale, il est question de huit musées et non de six (voir p. 84), c’est soit parce que dans les premières négociations les collections installées au palais Rohan (galerie de peinture et musée des Arts décoratifs) étaient comptées comme un seul musée, soit parce que les deux futurs musées prévus à Strasbourg étaient déjà intégrés dans le calcul.

78 Martin : Generalverwaltung der oberrheinischen Museen, Straßburg, Taulerring 8 [Statut – précision de l’auteure], 24 mars 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 91. Les archives du ministère français des Affaires étrangères conservent une liste de 26 musées pour l’Alsace, sans compter les musées de Strasbourg : « Altkirch, musée de Sundgau ; Bouxwiller, musée de la Ville ; Cornay, musée de la Ville ; Guebwiller, musée du Florival ; Haut-Koenigsbourg, musée du Château ; Kaysersberg, Musée historique ; mont Sainte-Odile, Musée ; Mulhouse, musée des Beaux-Arts ; Mulhouse, musée des Arts décoratifs ; Mulhouse, collection numismatique ; Mulhouse, collection de la Société industrielle ; Mulhouse, Musée industriel ; Munster, Musée historique ; Niederbronn-les-Bains, musée de la Ville ; Obernai, Musée historique ; Ribeauvillé, musée de la Ville ; Riquewihr, Musée ; Sainte-Marie-aux-Mines, musée de la Société industrielle ; Saverne, musée de la Ville ; Sélestat, musée de la Ville ; Sessenheim, musée de Goethe ; Thann, Musée historique ; Wissembourg, musée Westercamp. » Liste des musées d’Alsace contrôlés par la Generaldirektion der oberrhein. Museen, dans MAE carton no 382, P 14 Alsace-Lorraine, 11 (divers).

79 Voir Martin : Generalverwaltung der oberrheinischen Museen, Straßburg, Taulerring 8 [Statut – précision de l’auteure], 24 mars 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 91.

80 Voir C.d.Z., Abteilung Erziehung, Unterricht und Volksbildung à Martin, 12 mars 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 91.

81 Martin : Generalverwaltung der oberrheinischen Museen, Straßburg, Taulerring 8 |Statut – précision de l’auteure], 24 mars 1941, dans GLA 441 Zug. 1981/70, no 91.

82 Pour les projets en matière de musées à Strasbourg, voir Rouenhoff, Protokoll zur Sitzung am 25. April 1941 (künftige Ausgestaltung des Straßburger Museumswesens), 29 avril 1941, dans AMS 7 MW 249 et AMS 7 MW 263. Les extraits mentionnés dans ce passage sont tirés de cette source.

83 Voir chap. VI. 1b, p. 152-161 et chap. VI. 2a, p. 170-175 du présent ouvrage.

84 Kurt Martin, « Museen am Oberrhein », dans Der Führer, 17 novembre 1940 (édition spéciale des Journées culturelles du Rhin supérieur à Strasbourg) : « À Karlsruhe, le musée de l’Armée continue d’être un livre ouvert d’histoire de la défense allemande dans la région du Rhin supérieur, un témoignage permanent de l’incomparable action du pays et du peuple pour l’unité à venir du Reich. »

85 Pour les objectifs formulés par Hitler en matière de politique des musées en Allemagne, voir chap. III. 1, p. 42-47 ; pour le musée de l’Armée de Strasbourg, voir chap. VI. 2c, p. 181-188 du présent ouvrage.

Table des illustrations

Titre ill. 32. Rue Rohan, évacuation des œuvres du palais Rohan vers le centre de la France, 1939
Crédits photo © Musées de la Ville de Strasbourg
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18331/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 245k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search