Version classiqueVersion mobile

Kurt Martin et le musée des Beaux-Arts de Strasbourg

 | 
Tessa Friederike Rosebrock

II. Les nazis en Alsace

Texte intégral

  • 1 Elodie Thouvenin, « Kurt Martin et les musées alsaciens pendant l’Occupation (1940-1944) », dans Ca (...)

1Le 15 juin 1940, les troupes allemandes traversaient le Rhin entre Marckolsheim et Neuf-Brisach avant de s’emparer de Strasbourg le 19 juin et de hisser le drapeau nazi sur la cathédrale (ill. 16)1.

ill. 16. Drapeau frappé de la croix gammée flottant sur la cathédrale de Strasbourg, photographie publiée dans Straßburger Monatshefte, août-septembre 1940

ill. 16. Drapeau frappé de la croix gammée flottant sur la cathédrale de Strasbourg, photographie publiée dans Straßburger Monatshefte, août-septembre 1940

photo © Erich Engel, publiée dans Straßburger Monatshefte, août-septembre 1940, p. 17

  • 2 Voir Anon., « Der Führer in Strassburg », dans Der Führer, 30 juin 1940, p. 1.

2L’armistice sera officiellement signé par la France et l’Allemagne à Rethondes le 22 juin 1940. L’Allemagne avait alors conquis les trois cinquièmes de la France. La visite d’Adolf Hitler à la cathédrale de Strasbourg le 28 juin 1940, jour du 21e anniversaire de la signature du traité de Versailles, devait illustrer le début d’une nouvelle période de domination allemande en Alsace, celle du régime national-socialiste (ill. 17)2.

ill. 17. Adolf Hitler devant la cathédrale de Strasbourg, accompagné du ministre d’État Otto Meissner (à droite) et du général d’artillerie Friedrich Dollmann (à gauche), 28 juin 1940, photographie publiée dans Der Führer, 3 juillet 1940

ill. 17. Adolf Hitler devant la cathédrale de Strasbourg, accompagné du ministre d’État Otto Meissner (à droite) et du général d’artillerie Friedrich Dollmann (à gauche), 28 juin 1940, photographie publiée dans Der Führer, 3 juillet 1940

photo © Heinrich Hoffmann, bpk, Berlin, Bayerische Staatsbibliothek, Dist. RMN-Grand Palais / image bpk

1 Strasbourg sous l’administration civile allemande

  • 3 Le général Otto von Stülpnagel (1878-1948), remplacé à partir de février 1942 par son cousin, le gé (...)
  • 4 Vermerk Stuckarts über einen Anruf des Chefs der Reichskanzlei, 1er juillet 1940, dans GStA : StS P (...)

3Immédiatement après la conquête de Strasbourg et la visite d’Hitler en personne fut proclamé un règlement spécial pour l’Alsace-Moselle. Ce règlement, ne reconnaissant pas le traité de Versailles, revenait donc aux frontières d’avant 1918 et définissait la perte du Reichsland d’Alsace à la suite de la Première Guerre mondiale comme juridiquement nulle. La région se voyait immédiatement soustraite à l’autorité du chef des forces d’occupation allemandes en France3 et placée sous celle d’une Zivilverwaltung, une administration civile allemande autonome. Cette décision d’Hitler concernant l’Alsace-Moselle est attestée par une note du Staatssekretär [secrétaire d’État] Wilhelm Stuckart faisant suite à un appel de Hans Heinrich Lammers, chef de la Chancellerie du Reich, le 1er juillet 19404.

  • 5 Voir Kettenacker, 1973, p. 59 ; Anon., « Führer-Erlasse für Elsass, Lothringen und Luxemburg. Gaule (...)
  • 6 Reichsminister und Chef der Reichskanzlei Lammers [ministre du Reich et chef de la Chancellerie] au (...)
  • 7 Souligné par l’auteure. En dehors de l’Alsace et de la Moselle, cette forme administrative d’occupa (...)
  • 8 Voir Kettenacker, 1986, p. 399-400.
  • 9 « C’est seulement si le gouvernement français continuait d’être un élément souverain que l’on pouva (...)
  • 10 Voir Kettenacker, 1986, p. 400-401 ; explications plus détaillées et contexte dans id., 1973, p. 51 (...)

4Les administrations civiles n’étaient pas intégrées dans l’administration du Reich ; leurs chefs étaient directement placés sous l’autorité personnelle du Führer5. Ils devaient préparer sous leur propre responsabilité, mais en concertation avec les autorités centrales du Reich, l’intégration de leurs circonscriptions administratives dans le Reich et en particulier l’introduction de son droit dans le territoire. Pour ce faire, pendant la période de transition, les chefs des administrations civiles s’étaient vu allouer « des budgets propres avec une large marge de manœuvre6 ». Dans les faits, à partir de 1940, toutes les régions placées sous administration civile furent traitées comme des territoires du Reich, mais formellement elles n’en faisaient pas partie7. La décision d’Hitler de ne pas annexer officiellement les régions frontalières d’Alsace et de Lorraine, mais de les traiter comme si, en termes de droit international, cette étape était déjà franchie, relevait de différentes motivations8. D’abord, dans la perspective de la poursuite des hostilités avec l’Angleterre, il souhaitait que les relations avec la France de Pétain lui soient aussi favorables que possible9 ; ensuite, quelle que soit la solution pour la répartition des régions, elle ne pourrait être entérinée sur le plan international qu’après la fin de la guerre et l’entrée en vigueur d’un traité de paix ; enfin, l’administration provisoire de ces territoires pendant la période de transition les maintenait dans une sorte de flou juridique où l’on ne pouvait faire valoir aucun règlement fondé sur le droit. Les chefs de l’Administration civile étaient ainsi complètement libres d’agir à leur guise quant à la manière de réaliser leur mission de « germanisation » des territoires, ce qui se traduisit, en Alsace notamment, par une politique de discrimination sans retenue10.

  • 11 Pour les détails de la biographie, de la formation, des idées politiques et de la carrière de Rober (...)
  • 12 Kettenacker, 1973, p. 53 ; Ferdinand, 1992, p. 138 ; ces dates sont mentionnées également dans une (...)
  • 13 Voir Kettenacker, 1973, p. 69.
  • 14 Voir ibid., p. 141 ; id., 1986, p. 403 ; Der Kampf gegen den Westen 1940, éd. par P. Meier-Benneken (...)
  • 15 Voir Kettenacker, 1973, p. 141.

5La direction de l’Administration civile pour l’Alsace fut confiée au Gauleiter et Statthalter [chef de Gaui.e. de région administrative, N.d.T. – et gouverneur] de Bade Robert Wagner (1895-1946), pour la Moselle au Gauleiter de la Sarre-Palatinat et ancien Statthalter de Vienne Josef Bürckel (1895-1944). Deux jours avant l’armistice, le 20 juin 1940, Wagner11 fut reçu au quartier général du Führer à Freudenstadt où lui fut confiée la mission de « gagner la population alsacienne au national-socialisme dans un délai de dix ans12 ». Le 2 août 1940, un « décret du Führer sur l’administration provisoire en Alsace et en Lorraine » faisait de Wagner le chef de l’Administration civile en Alsace et, le 7 août, il était nommé Gauleiter de la région13. Informé de sa nomination prochaine, il avait dès l’armistice commencé son travail dans la région occupée, de sorte que l’Administration civile allemande était complètement opérationnelle à Strasbourg dès le 16 juillet 1940 – deux semaines donc avant sa prise de fonction officielle comme Gauleiter14. Wagner avait aussitôt entamé la transformation des structures administratives. Il congédia presque tous les fonctionnaires français en confiant les fonctions qu’ils occupaient à des membres du parti ayant exercé jusque-là des fonctions administratives semblables en pays de Bade. À partir de ce moment-là, ils devaient travailler conjointement pour les deux régions du Bade et de l’Alsace, désormais réunies en un seul Gau appelé Bade-Alsace, dont Strasbourg était la capitale15.

  • 16 Pour la personnalité et la vie de Robert Ernst, voir ibid., p. 76 sqq. Après la Seconde Guerre mond (...)

6La deuxième personnalité importante du Gau de Bade-Alsace était Robert Ernst (1897-1980), chef de cabinet de Wagner, qui devait plus tard être nommé maire de Strasbourg – cette dernière fonction étant désignée dans la structure de l’Administration civile par le terme d’Oberstadtkommissar, haut-commissaire de la ville. Avant le début de la guerre, il avait dirigé le Bund der Elsass-Lothringer im Reich [association des Alsaciens-Lorrains du Reich], et faisait donc depuis vingt ans fonction d’intermédiaire entre les intérêts allemands en Alsace et les affaires alsaciennes en Allemagne16.

2 Le Gauleiter et gouverneur Robert Wagner – Politique (culturelle) et propagande

  • 17 Syré, 1997, p. 734.
  • 18 Voir Robert Salomon Wistrich, Wer war wer im Dritten Reich. Anhänger, Mitläufer, Gegner aus Politik (...)
  • 19 Horst Ferdinand affirme qu’il se considérait même comme son « ami », voir Ferdinand, 1992, p. 185.
  • 20 Syré, 1997, p. 734.
  • 21 Voir Heinrich Mann, Der Untertan, Leipzig, 1918 ; pour la trad. française, voir id., Le Sujet de l’ (...)
  • 22 Voir Ferdinand, 1992, p. 181-187.
  • 23 Voir Syré, 1997, p. 734.
  • 24 Cité d’après Grill, 1983, p. 518, se référant au New York Times du 15 août 1946. Les derniers mots (...)

7Robert Wagner était un nazi ambitieux et zélé qui comptait sans aucun doute « parmi les personnalités les plus puissantes du IIIe Reich17 » (ill. 18). Il était entré très tôt au parti NSDAP et avait participé au putsch de Munich dans la nuit du 8 au 9 novembre 1923, raison pour laquelle il avait dû comparaître comme Hitler devant le tribunal en 192418. Il se sentait personnellement lié avec le Führer19, entretenait une relation quasi amicale avec Joseph Goebbels20 et, pour le reste, il incarnait sans doute ce qu’Heinrich Mann décrit dans son roman Der Untertan [Le sujet]21 comme étant un caractère autoritaire. C’était un homme de pouvoir, un fanatique, et un antisémite absolu qui cherchait son bonheur dans la reconnaissance de son travail par Hitler22. Comme un héros des Nibelungen, il resta fidèle jusque dans la mort au mouvement et à son idole : il fut l’un des rares Gauleiter à être condamné et fut exécuté le 14 août 194623. Il mourut en prononçant ces mots : « Vive la Grande Allemagne, vive Hitler, vive le national-socialisme24 ! »

ill. 18. Robert Wagner (1895-1946), Gauleiter et Reichsstatthalter de Bade et d’Alsace

ill. 18. Robert Wagner (1895-1946), Gauleiter et Reichsstatthalter de Bade et d’Alsace

photo © Heinrich Hoffmann, bpk, Berlin, Dist. RMN-Grand Palais / image bpk

  • 25 Voir Syré, 1997, p. 742.
  • 26 Voir ibid., p. 746-747.
  • 27 Voir Christoph Zuschlag, « Entartete Kunst ». Ausstellungsstrategien im Nazi-Deutschland, Worms, 19 (...)
  • 28 Voir Ferdinand, 1992, p. 122.
  • 29 Voir Wistrich, 1983, p. 287.
  • 30 Voir Syré, 1997, p. 749.
  • 31 Kettenacker, 1986, p. 762.
  • 32 Voir Kettenacker, 1973, p. 74.
  • 33 Ibid., p. 59.
  • 34 Voir Kettenacker, 1986, p. 405-407.
  • 35 Voir ibid., p. 407. Dans le même ouvrage également, le passage déterminant du décret du Führer du 1 (...)
  • 36 Voir Kettenacker, 1986, p. 409.
  • 37 Voir Kettenacker, 1973, p. 36.
  • 38 Adolf Hitler, Mein Kampf, Munich, 1937, p. 704. Dans le même esprit, la France est désignée p. 699 (...)

8Robert Wagner avait commencé à implanter le NSDAP en Bade en mars 1925, et, après la fondation du Gau, il en avait été nommé Gauleiter25. Grâce à son talent d’organisateur et de leader, le Bade devint une sorte de Gau modèle, et c’est ainsi que Wagner contribua de manière non négligeable à l’accession d’Hitler au pouvoir26. Au moment de l’assimilation des territoires dans le Reich [Gleichschaltung], le gouvernement de Berlin nomma Wagner le 8 mars 1933 Reichskommissar [commissaire du Reich] à Karlsruhe. Le lendemain, soutenu par des hommes de la SA et de la SS, il prit d’assaut le ministère de l’Intérieur badois pour exiger la démission de l’ancien gouvernement et prendre lui-même le pouvoir27. Après avoir formé un gouvernement de transition pour le pays de Bade, où il était lui-même Staatspräsident [président de l’État]28, il se vit officiellement conférer la fonction de Reichsstatthalter [gouverneur du Reich] le 5 mai 193329. Entré au Landtag de Bade en 1929 et au Reichstag en 1933, il comptait parmi les rares Gauleiter qui occupaient des fonctions non seulement dans le parti, mais aussi au sein de l’État30. Sa promotion au rang de chef de l’Administration civile en Alsace représenta le sommet de la carrière politique de Wagner. Il détenait ainsi « l’entier contrôle sur toutes les affaires du parti et de l’État, y compris sur les affaires de police, et comme Hitler laissait une grande liberté à son vieux camarade de combat qui était désormais le chef de ce nouveau territoire, il put sans guère d’entraves mettre en application sa vision du monde, racisme et impérialisme compris31 ». Dans l’espoir d’impressionner Hitler, Wagner voulait remplir sa mission au-delà des espoirs qu’on avait mis en lui. C’est la raison pour laquelle il se fixa comme objectif de mener à bien non pas en dix ans, mais en cinq la « regermanisation » de l’Alsace, ce qui impliquait que les transformations prévues devaient être encore plus rapides et radicales32. Être placé directement sous les ordres d’Hitler attisait son ambition, il se comporta donc dans la région qu’il administrait comme un « gouverneur et un véritable proconsul33 ». Ce qui eut pour conséquence qu’il s’affranchit largement des instructions données à Berlin et imposa que le Bade dispose d’un budget propre – ce qui n’était pas prévu par le décret du Führer du 2 août34. Au lieu de remettre Wagner à sa place, Hitler confirma le 18 octobre 1940 les pouvoirs discrétionnaires que son subordonné s’était octroyés par le « Deuxième décret du Führer sur l’administration provisoire en Alsace et en Lorraine », l’extension des pouvoirs ainsi entérinée valant aussi pour Bürckel en Lorraine35. Hitler savait bien qu’accorder la plus grande liberté à ces hommes de confiance ne pouvait que lui être bénéfique pour ses propres projets. Mais, au fond, tant que la guerre durait, il voulait surtout être dérangé le moins possible par ce qui se passait dans les territoires récemment annexés36. Pour lui, l’Alsace devait redevenir « allemande » et être libérée37 des « griffes de la France », « impitoyable ennemi du peuple allemand38 », sa stratégie pour la région se limitant à vrai dire à vouloir effacer l’« humiliation de Versailles ».

  • 39 Voir la 3e ordonnance du chef de l’Administration civile en Alsace, Gauleiter et Reichsstatthalter (...)
  • 40 Pour la reconstruction économique de l’Alsace, voir Kettenacker, 1973, p. 150-162.
  • 41 Voir Léon Strauss, « Alsace annexée, germanisée et nazifiée », dans L’archéologie en Alsace et en M (...)
  • 42 Pour le discours de Robert Wagner du 19 septembre 1940 lors du deuxième grand rassemblement du NSDA (...)
  • 43 Karl Brill, « Nach dem ersten Vierteljahr deutscher Aufbauarbeit im Elsass (über die Rede Robert Wa (...)
  • 44 Ibid.

9Wagner quant à lui voulait réunir en un seul les deux Gaue de Bade et d’Alsace pour en faire le Gau Oberrheinland, un Gau modèle depuis lequel la puissance du Reich devait rayonner vers l’Ouest. À cette fin, il fallait procéder à la « défrancisation » [Entwelschung], l’expulsion de tous les francophiles du territoire alsacien, laquelle allait de pair avec l’interdiction de la langue française et de tous les noms français39 ; il fallait aussi construire une économie régionale40 et parallèlement promouvoir activement la culture allemande (ill. 19, 20)41. Dans le discours qu’il prononça le 19 septembre 1940 lors du deuxième grand rassemblement du NSDAP badois en Alsace, où il annonça pour la première fois les lignes directrices de son action pour les mois à venir dans les régions occupées, comme dans son allocution du 20 octobre 1940 prononcée devant le premier rassemblement de masse du parti à Strasbourg, le redressement culturel de l’Alsace occupait une place importante42. Conformément à ces annonces, les Journées culturelles du Rhin supérieur, prévues à Strasbourg du 14 au 19 novembre 1940 et comprenant des représentations théâtrales, des concerts, des conférences et des expositions, devaient donner le coup d’envoi d’une politique culturelle désormais purement allemande en Alsace. La région devait servir d’exemple à toute l’Allemagne. Le discours prononcé par Wagner en septembre devant les membres du NSDAP avait explicitement formulé cet objectif. Après avoir déclaré qu’il allait faire revivre le théâtre et reconstruire l’université de Strasbourg « qui, à l’avenir, [devait] devenir, pour son importance politique et intellectuelle, la première de toutes les universités de la Grande Allemagne43 », il avait terminé son exposé sur la politique culturelle par ces mots : « L’Alsace doit retrouver en matière de culture le rang qu’elle a occupé des siècles durant au cours de son illustre passé allemand. Le Rhin supérieur servira de modèle à la Grande Allemagne et Strasbourg sera le centre de ce nouvel essor culturel44. »

ill. 19. Carte du Gau de Bade-Alsace, publiée dans Der Schulungsbrief. Das zentrale Monatsblatt der NSDAP und DAF, no 9/10, 1941

ill. 19. Carte du Gau de Bade-Alsace, publiée dans Der Schulungsbrief. Das zentrale Monatsblatt der NSDAP und DAF, no 9/10, 1941

photo © publiée dans Der Schulungsbrief. Das zentrale Monatsblatt der NSDAP und DAF, no 9/10, 1941

ill. 20. Alfred Spaety, Hinaus mit dem welschen Plunder [Dehors, le bric-à-brac français !], affiche de propagande nazie pour la « défrancisation » [Entwelschung] et la « regermanisation » de l’Alsace, mai 1941, 100 × 71 cm

ill. 20. Alfred Spaety, Hinaus mit dem welschen Plunder [Dehors, le bric-à-brac français !], affiche de propagande nazie pour la « défrancisation » [Entwelschung] et la « regermanisation » de l’Alsace, mai 1941, 100 × 71 cm

photo © domaine public, gallica.bnf.fr, Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg (cote NIM18451)

  • 45 Il s’agit d’une chanson populaire sur Strasbourg et les soldats morts pendant la Première Guerre mo (...)
  • 46 Anon., « Der 20. Oktober 1940 in Strassburg. Erste Grosskundgebung der National-Sozialistischen Deu (...)

10Dans son discours d’octobre, il ajoutait : « Strasbourg va s’éveiller à une nouvelle vie et ajouter à ses valeurs culturelles éternelles des valeurs nouvelles. D’immenses projets de construction attendent la ville. Strasbourg, la “merveilleuse ville” de la chanson45, doit à l’avenir être de nouveau digne de ce nom46. »

  • 47 Voir Kettenacker, 1973, p. 174.

11L’intérêt de Wagner pour l’art et la culture avait des motivations purement fonctionnelles. Numériquement et intellectuellement, la population alsacienne devait revenir à son état d’avant 1914, il fallait donc réveiller l’identité qui, selon les nazis, était celle des Alsaciens avant que l’Alsace et la Moselle ne soient rattachées à la France en 1918. La population devait retrouver ses « racines allemandes », son appartenance à la « nation culturelle allemande » [deutsche Kulturnation], ce qui signifiait qu’elle devait appréhender et affirmer son histoire, sa langue, ses coutumes et son art comme autant d’expressions de son « essence allemande » [Wesensart]47. Concrètement, Wagner se référait régulièrement dans sa propagande à la production artistique du Moyen Âge et de la Renaissance car, pour les Alsaciens, l’identification avec la cathédrale d’Erwin von Steinbach (vers 1244 – 1318), la peinture de Grünewald (Mathis Neithardt dit Grünewald, vers 1480 – 1529) et de Hans Baldung Grien (1484/1485-1545) ou les gravures de Martin Schongauer (vers 1450 – 1491 ?) était une évidence. Ce qui était désormais particulièrement mis en relief, c’était l’idée que ces productions artistiques devaient être comprises comme le produit de l’influence culturelle germanique, ou allemande, qu’on mettait en regard de la politique culturelle des Français entre 1918 et 1940. Comparée à la brillante période médiévale dans le Rhin supérieur, la période française récente était évidemment moins remarquable.

  • 48 Robert Wagner, « Rede zur Verleihung des Kulturpreises des Gaues Baden 1940 », 16 novembre 1940, re (...)

12Wagner présentait donc le national-socialisme comme une chance de renouer avec l’âge d’or de l’art en Alsace. C’est cette idée qui explique aussi pourquoi il promouvait avec une telle force l’art contemporain. En soutenant de manière ciblée les artistes alsaciens contemporains, il entendait les motiver à produire dans ce qui devait être un nouvel art allemand des œuvres aussi mondialement reconnues que l’avaient été en leur temps celles de Schongauer ou de Grünewald – car pour Wagner, chez les artistes alsaciens, ce talent était quasi inné du fait de leur origine germanique. La réorganisation culturelle de l’Alsace sous Robert Wagner reposait donc sur deux idées principales dont découlèrent toutes les actions suivantes : se référer à et prendre pour modèles le passé germanique de l’Alsace et les xive, xve et xvie siècles, âge d’or des arts en Alsace ; réorganiser et moderniser complètement la culture dans la région de sorte qu’elle devienne le modèle à suivre pour toute l’Allemagne. D’après Wagner, Strasbourg devait donc devenir « l’éminent premier centre culturel du Reich48 ».

3 Les projets d’Hitler pour Strasbourg

  • 49 Voir Albert Speer au Reichsschatzmeister der NSDAP Schwarz, « Überblick über den Stand der städteba (...)
  • 50 Voir ibid. ; Badische Geschichte. Vom Grossherzogtum bis zur Gegenwart, éd. par Landeszentrale für (...)
  • 51 Pour le concours d’architecture organisé pour la reconfiguration de Strasbourg, voir Wolfgang Voigt (...)
  • 52 Les villes mentionnées sont dites « villes du Führer » [Führerstädte], ce sont les villes les plus (...)

13Pour réaliser ces objectifs, Wagner avait les coudées franches. Hitler ne s’intéressait ni à la manière dont les Alsaciens seraient gagnés à sa cause, ni aux modalités concrètes de la mise en place de l’administration allemande ; on ne connaît pas non plus de déclaration ou de texte où il se serait prononcé sur les programmes de construction, les transformations du monde culturel et encore moins sur l’extension des musées alsaciens. Après l’euphorie du début, qui s’était traduite par des croquis de sa main pour le nouveau centre de Strasbourg, future capitale du Gau49, Hitler semble avoir donné carte blanche à Wagner dans ce domaine. Sur la base des plans dessinés par Hitler, qui prévoyaient tout un nouveau quartier avec des logements pour les fonctionnaires, un site réservé à l’administration du Gau, un nouvel édifice pour le gouvernement, un théâtre, un nouveau bâtiment représentatif pour l’université, un hôtel et plusieurs bâtiments administratifs50, fut lancé en 1941 un concours d’architecture ; mais la décision quant au choix d’un projet parmi ceux proposés pour le « Nouveau Strasbourg » à l’issue du concours, décision qui devait revenir au Führer, ne fut jamais prise51. De même, Strasbourg ne figurait pas dans le programme de reconfiguration des villes « du IIIe Reich » – dont faisaient partie Berlin, Munich, Nuremberg, Hambourg ou Linz (ill. 21a-c, 22a-b)52.

ill. 21a. Croquis d’Adolf Hitler pour le « Nouveau Strasbourg » sur une carte française, avec notamment le grand axe est-ouest de Kehl à Strasbourg, 1940

ill. 21a. Croquis d’Adolf Hitler pour le « Nouveau Strasbourg » sur une carte française, avec notamment le grand axe est-ouest de Kehl à Strasbourg, 1940

photo © Architekturmuseum der TU München, fonds Hans et Hildegard Steinmetz (alk-17-1001)

ill. 21b. L’axe est-ouest de Kehl à Strasbourg ébauché par Hitler en 1940, dessin réalisé par Wolfgang Voigt

ill. 21b. L’axe est-ouest de Kehl à Strasbourg ébauché par Hitler en 1940, dessin réalisé par Wolfgang Voigt

photo © archives privées Wolfgang Voigt, Francfort

ill. 21c L’axe est-ouest de Kehl à Strasbourg ébauché par Hitler en 1940, schéma réalisé par Richard Beblo

ill. 21c L’axe est-ouest de Kehl à Strasbourg ébauché par Hitler en 1940, schéma réalisé par Richard Beblo

photo © archives privées Wolfgang Voigt, Francfort

ill. 22a. Hans Möhrle, Vue perspective de Strasbourg depuis l’Ouest, projet de concours pour la reconfiguration de Strasbourg, 1941

ill. 22a. Hans Möhrle, Vue perspective de Strasbourg depuis l’Ouest, projet de concours pour la reconfiguration de Strasbourg, 1941

photo © Archives de la Ville de Strasbourg (161 MW 50)

ill. 22b. Joseph Schlippe, maquette, avec la mise en œuvre de l’axe est-ouest ébauché par Hitler en 1940, projet de concours pour la reconfiguration de Strasbourg, 1941

ill. 22b. Joseph Schlippe, maquette, avec la mise en œuvre de l’axe est-ouest ébauché par Hitler en 1940, projet de concours pour la reconfiguration de Strasbourg, 1941

photo © Archives de la Ville de Strasbourg (161 MW 50)

  • 53 Voir BArch R 43 II/1023, feuillets 65 et 69 sq.
  • 54 Voir Klaus Backes, Hitler und die bildenden Künste. Kulturverständnis und Kunstpolitik im Dritten R (...)
  • 55 Les ouvrages populaires tout comme les ouvrages scientifiques d’histoire de l’art consacrés à la ca (...)
  • 56 Voir Karl Asal, « Ausschnitte aus meinem unter 5 Regierungen verbrachten Leben, niedergeschrieben i (...)
  • 57 Kettenacker, 1973, p. 198.
  • 58 Voir Anon., « Weihestunde im Strassburger Münster. Die deutsche Besatzung der elsässischen Grenzsta (...)
  • 59 Voir http://www.provoweb.de/f4-cms/w/pages/provoweb/data/Archiv/Nationalsozialismus/zsa1490/default (...)
  • 60 Voir Wagner à Lammers, 31 juillet 1940, dans BArch R 43 II/1338d, cité d’après Kettenacker, 1973, p (...)
  • 61 Cité d’après Backes, 1988, p. 178 (source : BArch NL 118/12 [7. 8. 1940]).
  • 62 Wagner à Lammers, 31 juillet 1940, dans BArch R 43 II/1338d, cité d’après Kettenacker, 1973, p. 197 (...)
  • 63 Reichsministerium des Inneren au Chef der Reichskanzlei, 24 août 1940 (BA 43 II/1338d), cité d’aprè (...)
  • 64 Kettenacker, 1973, p. 198.

14Selon Albert Speer, Hitler avait mis en 1940 une somme de 106 000 reichsmarks à disposition pour couvrir les frais de préparation et la réalisation d’études pour un monument à Bismarck, somme qui fut complétée en janvier par un versement de 50 000 reichsmarks53. Mais, finalement, ce projet de monument ne fut pas non plus poursuivi au-delà du stade du concours54. Même l’intérêt d’Hitler pour la cathédrale de Strasbourg, mentionnée à plusieurs reprises comme symbole de la « germanité » au nom de la prétendue supériorité de ses formes gothiques sur celles de ses équivalents français antérieurs, semble n’être plus vraiment vif fin 194055. Après sa première visite dans la nouvelle capitale du Gau, il avait déclaré que la cathédrale de Strasbourg occupait une place toute particulière dans l’histoire culturelle allemande et représentait un joyau singulier de l’héritage allemand en Alsace. Étant donné l’importance que lui accordait le Führer, la cathédrale fut provisoirement fermée au culte catholique afin de la rendre à l’Église protestante à laquelle elle avait été retirée en 1681, ou bien encore de la déclarer « lieu sacré de la nation » allemande [Nationalheiligtum]56. Après une « célébration de la victoire mâtinée de religion57 » organisée par la Wehrmacht dans la cathédrale le 7 juillet 194058, sa fermeture fut officiellement annoncée quatre jours plus tard59. C’est Hitler qui était à l’origine de cette mesure, comme l’atteste un courrier adressé par Robert Wagner au secrétaire d’État Heinrich Lammers le 31 juillet 194060. Dès le mois d’août, Goebbels confirmait que la cathédrale, « l’édifice gothique le plus parfait, ne serait pas rendu au culte, mais serait transformé en lieu sacré de la nation allemande61 ». Et Robert Wagner, l’homme d’Hitler en Alsace, considérait lui aussi la cathédrale comme « le lieu sacré de toute la nation allemande » ; il l’aurait volontiers vouée au culte du « soldat allemand qui, après de nombreux siècles de sacrifices et de combats entre l’Allemagne et la France, avait finalement emporté la victoire62 ». Pour finir, on s’en tint à une solution de compromis. Les offices catholiques furent certes interdits, mais on renonça pour l’heure à faire de la cathédrale un lieu sacré, et ce pour des raisons stratégiques, le Reichsministerium des Inneren [ministère de l’Intérieur du Reich] ayant émis quelques réserves : « Si, au moment où l’orientation de la population alsacienne vers le national-socialisme n’en est qu’à ses débuts, on annonçait la transformation de la cathédrale de Strasbourg en église protestante ou en lieu sacré de la nation allemande, cela pourrait être lourd de conséquences pour l’évolution ultérieure dans une Alsace encore largement catholique et strictement religieuse63 » (ill. 23)64.

ill. 23. La cathédrale de Strasbourg, vue depuis l’ouest, photographie publiée dans Kurt Bauch, Straßburg, Berlin, 1941

ill. 23. La cathédrale de Strasbourg, vue depuis l’ouest, photographie publiée dans Kurt Bauch, Straßburg, Berlin, 1941

photo © Jonny Lüsing, publiée dans Kurt Bauch, Straßburg, Berlin, 1941, ill. 1

15Il n’est pas certain que Wagner ait poursuivi dans ses propres projets les premières impulsions données par Hitler pour la reconfiguration de Strasbourg. Le fait que ce dernier lui ait laissé le champ totalement libre pour leur réalisation peut cependant être interprété comme une forme d’appui, ou tout au moins un assentiment tacite, et c’est d’ailleurs ainsi que Wagner lui-même le présentait – notamment dans le discours solennel qu’il prononça à l’occasion de la remise du prix de la culture du Gau de Bade en 1940, où il déclarait :

  • 65 Robert Wagner, Rede zur Verleihung des Kulturpreises des Gaues Baden 1940, 16 novembre 1940, repr. (...)

« C’est pourquoi nous sommes décidés 1) à remettre au jour les valeurs culturelles passées de Strasbourg pour les faire renaître dans une nouvelle beauté ; 2) à agrandir la ville par un nouveau quartier comprenant un grand nombre d’édifices monumentaux. Nous ferons de même à l’extérieur, dans la campagne. Ce n’est pas un secret si je vous informe que le Führer lui-même se sent des devoirs vis-à-vis de cette ville, ce qui signifie que nous pouvons être certains qu’il nous aidera personnellement65. »

Notes de fin

1 Elodie Thouvenin, « Kurt Martin et les musées alsaciens pendant l’Occupation (1940-1944) », dans Cahiers alsaciens d’archéologie, d’art et d’histoire, Strasbourg, 2002, cahier XLV, p. 165 ; Lothar Kettenacker, Nationalsozialistische Volkstumspolitik im Elsass, éd. par Institut für Zeitgeschichte München, Stuttgart, 1973, p. 51. Pour la prise de la ville par la Wehrmacht, voir Anon., « Strassburg unser! », dans Der Führer, 20 juin 1940, p. 1 ; pour le drapeau frappé de la croix gammée hissé sur la cathédrale, voir Anon., « Wie die erste deutsche Flagge auf dem Strassburger Münster gehisst wurde », dans StrMH, octobre 1940, p. 170-171.

2 Voir Anon., « Der Führer in Strassburg », dans Der Führer, 30 juin 1940, p. 1.

3 Le général Otto von Stülpnagel (1878-1948), remplacé à partir de février 1942 par son cousin, le général Karl-Heinrich von Stülpnagel (1886-1944).

4 Vermerk Stuckarts über einen Anruf des Chefs der Reichskanzlei, 1er juillet 1940, dans GStA : StS Pfundtner, Rep. 320, no 379, voir Kettenacker, 1973, p. 53.

5 Voir Kettenacker, 1973, p. 59 ; Anon., « Führer-Erlasse für Elsass, Lothringen und Luxemburg. Gauleiter Wagner als Chef der Zivilverwaltung nun dem Führer unmittelbar unterstellt », dans StrNN, 8 août 1940, p. 1.

6 Reichsminister und Chef der Reichskanzlei Lammers [ministre du Reich et chef de la Chancellerie] au Reichsminister der Finanzen [ministre des Finances], 30 septembre 1940, dans BArch R 1501, 351 et BArch R 43 II/760 a.

7 Souligné par l’auteure. En dehors de l’Alsace et de la Moselle, cette forme administrative d’occupation était également celle des régions annexées de fait par les nazis : Luxembourg, Carinthie (aujourd’hui en Autriche), Haute-Carniole et Basse-Styrie (aujourd’hui en Slovénie), et la ville de Bialystok (aujourd’hui en Pologne). Voir Lothar Kettenacker, « Die Chefs der Zivilverwaltung im Zweiten Weltkrieg », dans Verwaltung contra Menschenführung im Staat Hitlers. Studien zum politisch-administrativen System, éd. par Dieter Rebentisch et Karl Treppe, Göttingen, 1986, p. 400.

8 Voir Kettenacker, 1986, p. 399-400.

9 « C’est seulement si le gouvernement français continuait d’être un élément souverain que l’on pouvait espérer que les colonies françaises ne se rallient pas à l’Angleterre », Kettenacker, 1973, p. 53.

10 Voir Kettenacker, 1986, p. 400-401 ; explications plus détaillées et contexte dans id., 1973, p. 51–57.

11 Pour les détails de la biographie, de la formation, des idées politiques et de la carrière de Robert Wagner (anciennement Robert Backfisch), voir Ludger Syré, « Der Führer vom Oberrhein. Robert Wagner, Gauleiter, Reichsstatthalter in Baden und Chef der Zivilverwaltung im Elsass », dans Die Führer der Provinz. NS-Biographien aus Baden und Württemberg, éd. par Michael Kissener et Joachim Scholtyseck, Constance, 1997, p. 733-779. Également Kettenacker, 1973, p. 67-75 ; Johnpeter Horst Grill, The Nazi Movement in Baden 1920-1945, Chapel Hill, 1983, p. 472-487 ; id., « Robert Wagner – Der “Herrenmensch” im Elsass », dans Die Braune Elite 2. 21 weitere biographische Skizzen, éd. par Ronald Smelser, Enrico Syring et Rainer Zitelmann, Darmstadt, 1993, p. 254-267 ; Horst Ferdinand, « Die Misere der totalen Dienstbarkeit. Robert Wagner (1895-1946), NSDAP-Gauleiter, Reichsstatthalter von Baden, Chef der Zivilverwaltung im Elsass », dans Eberbacher Geschichtsblatt, no 91, 1992, p. 97-209.

12 Kettenacker, 1973, p. 53 ; Ferdinand, 1992, p. 138 ; ces dates sont mentionnées également dans une note de la délégation française auprès du président de la Commission allemande d’armistice, le général Stülpnagel, 3 septembre 1940, point 4, dans BArch R 43 II/1339.

13 Voir Kettenacker, 1973, p. 69.

14 Voir ibid., p. 141 ; id., 1986, p. 403 ; Der Kampf gegen den Westen 1940, éd. par P. Meier-Bennekenstein et Alfred Six, réd. par Hans Volz (Dokumente der deutschen Politik, vol. 8.2), Berlin, 1943, p. 497.

15 Voir Kettenacker, 1973, p. 141.

16 Pour la personnalité et la vie de Robert Ernst, voir ibid., p. 76 sqq. Après la Seconde Guerre mondiale, Robert Ernst prit personnellement position sur sa carrière sous le national-socialisme, voir Robert Ernst, Rechenschaftsbericht eines Elsässers, Berlin, 1954.

17 Syré, 1997, p. 734.

18 Voir Robert Salomon Wistrich, Wer war wer im Dritten Reich. Anhänger, Mitläufer, Gegner aus Politik, Wirtschaft und Militär, Kunst und Wissenschaft, Munich, 1983, p. 287.

19 Horst Ferdinand affirme qu’il se considérait même comme son « ami », voir Ferdinand, 1992, p. 185.

20 Syré, 1997, p. 734.

21 Voir Heinrich Mann, Der Untertan, Leipzig, 1918 ; pour la trad. française, voir id., Le Sujet de l’Empereur, trad. par Paul Baudry, Paris, 2014.

22 Voir Ferdinand, 1992, p. 181-187.

23 Voir Syré, 1997, p. 734.

24 Cité d’après Grill, 1983, p. 518, se référant au New York Times du 15 août 1946. Les derniers mots de Wagner sont également repris dans Le Nouveau Journal de Strasbourg, 15 août 1946, p. 1. Les documents du procès Wagner, les articles de presse sur le sujet ainsi que le compte rendu personnel de Wagner, dans lequel il conteste tous les chefs d’accusation, dans ADBR 1065 W/1.

25 Voir Syré, 1997, p. 742.

26 Voir ibid., p. 746-747.

27 Voir Christoph Zuschlag, « Entartete Kunst ». Ausstellungsstrategien im Nazi-Deutschland, Worms, 1995, p. 78 ; description détaillée de la prise de pouvoir en Bade dans Ferdinand, 1992, p. 121-123.

28 Voir Ferdinand, 1992, p. 122.

29 Voir Wistrich, 1983, p. 287.

30 Voir Syré, 1997, p. 749.

31 Kettenacker, 1986, p. 762.

32 Voir Kettenacker, 1973, p. 74.

33 Ibid., p. 59.

34 Voir Kettenacker, 1986, p. 405-407.

35 Voir ibid., p. 407. Dans le même ouvrage également, le passage déterminant du décret du Führer du 18 octobre 1940 : « Les territoires alsaciens et lorrains doivent être le plus vite possible rendus à leur germanité [deutsches Volkstum]. Pour atteindre rapidement et sans difficultés cet objectif, l’initiative de toutes les mesures servant à la reconstruction des territoires alsaciens et lorrains doit formellement émaner des chefs de l’Administration civile directement placés sous mon autorité. Les chefs de l’Administration civile des territoires alsaciens et lorrains relèvent exclusivement de ma responsabilité. C’est pourquoi ils reçoivent leurs instructions exclusivement de moi. »

36 Voir Kettenacker, 1986, p. 409.

37 Voir Kettenacker, 1973, p. 36.

38 Adolf Hitler, Mein Kampf, Munich, 1937, p. 704. Dans le même esprit, la France est désignée p. 699 comme « l’ennemi de loin le plus terrible ».

39 Voir la 3e ordonnance du chef de l’Administration civile en Alsace, Gauleiter et Reichsstatthalter Wagner, sur la réintroduction de la langue maternelle, repr. dans Der Kampf gegen den Westen, 1943, p. 516-517.

40 Pour la reconstruction économique de l’Alsace, voir Kettenacker, 1973, p. 150-162.

41 Voir Léon Strauss, « Alsace annexée, germanisée et nazifiée », dans L’archéologie en Alsace et en Moselle au temps de l’annexion 1940-1944, cat. exp. Musée archéologique de Strasbourg, 24 mars – 31 août 2001 et musée de la Cour d’Or de Metz, 6 octobre – 27 janvier 2002, Strasbourg, 2001, p. 15-17 ; pour la « rééducation culturelle » des Alsaciens sous Wagner, voir Kettenacker, 1973, p. 174-184.

42 Pour le discours de Robert Wagner du 19 septembre 1940 lors du deuxième grand rassemblement du NSDAP, voir Karl Brill, « Nach dem ersten Vierteljahr deutscher Aufbauarbeit im Elsass », dans StrMH, novembre 1940, p. 159-160 ; pour le discours du 20 octobre 1940, voir Anon., « Der 20. Oktober 1940 in Strassburg. Erste Grosskundgebung der National-Sozialistischen Deutschen Arbeiter-Partei im Elsass. Aus der Rede des Reichsstatthalters Gauleiter Robert Wagner », dans StrMH, novembre 1940, p. 206-218 ; le même texte est également publié en tant que discours prononcé par le Reichsstatthalter Wagner, chef de l’Administration civile en Alsace, sur le « destin alsacien » lors du premier grand rassemblement de masse national-socialiste à Strasbourg le 20 octobre 1940, dans Der Kampf gegen den Westen, 1943, p. 518-530.

43 Karl Brill, « Nach dem ersten Vierteljahr deutscher Aufbauarbeit im Elsass (über die Rede Robert Wagners am 19. September 1940, Zweite grosse Arbeitstagung der NSDAP) », dans StrMH, octobre 1940, p. 159-160.

44 Ibid.

45 Il s’agit d’une chanson populaire sur Strasbourg et les soldats morts pendant la Première Guerre mondiale. Les paroles et la mélodie sont reproduites dans Der Führer [supplément du dimanche], 30 juin 1940.

46 Anon., « Der 20. Oktober 1940 in Strassburg. Erste Grosskundgebung der National-Sozialistischen Deutschen Arbeiter-Partei im Elsass. Aus der Rede des Reichsstatthalters Gauleiter Robert Wagner », dans StrMH, novembre 1940, p. 216.

47 Voir Kettenacker, 1973, p. 174.

48 Robert Wagner, « Rede zur Verleihung des Kulturpreises des Gaues Baden 1940 », 16 novembre 1940, repr. dans StrMH, décembre 1940, p. 300.

49 Voir Albert Speer au Reichsschatzmeister der NSDAP Schwarz, « Überblick über den Stand der städtebaulichen Arbeiten in den Gaustädten », 19 février 1941, repr. dans Jost Dülffer, Jochen Thies et Josef Henke, Hitlers Städte. Baupolitik im Dritten Reich, Cologne et Vienne, 1978, p. 76.

50 Voir ibid. ; Badische Geschichte. Vom Grossherzogtum bis zur Gegenwart, éd. par Landeszentrale für politische Bildung Baden-Württemberg, Stuttgart, 1979, p. 203.

51 Pour le concours d’architecture organisé pour la reconfiguration de Strasbourg, voir Wolfgang Voigt, Planifier et construire dans les territoires annexés. Architectes allemands en Alsace de 1940 à 1944, Strasbourg, 2008, en part. p. 53-110 ; Bénédicte Leclerc, « Urbanisme national-socialiste en France. Les projets pour le “Nouveau Strasbourg” 1940-1944 », dans Histoire de l’art, 1988/1, p. 61-86 ; id., « Un grand projet pour Strasbourg. Urbanisme national-socialiste », dans Saisons d’Alsace, 1992/1993, no 114, p. 113-116. Les maquettes et plans encore existants sont conservés aux Archives municipales (AMS) et au Musée historique de la Ville de Strasbourg.

52 Les villes mentionnées sont dites « villes du Führer » [Führerstädte], ce sont les villes les plus importantes des projets de reconfiguration urbaine prévus dans le Grossdeutsches Reich, l’« Empire de la Grande Allemagne ». Les autres villes prévues étaient : Augsbourg, Bayreuth, Breslau (aujourd’hui Wroclaw), Dresde, Düsseldorf, Graz, Münster, Oldenbourg, Posen (aujourd’hui Poznan), Salzbourg, Sarrebrück, Hanovre, Cologne, Innsbruck, Königsberg, Stettin, Weimar, Wurtzbourg. Voir Albert Speer au Reichsschatzmeister der NSDAP Schwarz, « Überblick über den Stand der städtebaulichen Arbeiten in den Gaustädten », 19 février 1941, repr. dans Dülffer et al., 1978, p. 64-65.

53 Voir BArch R 43 II/1023, feuillets 65 et 69 sq.

54 Voir Klaus Backes, Hitler und die bildenden Künste. Kulturverständnis und Kunstpolitik im Dritten Reich, Cologne, 1988, p. 176-178.

55 Les ouvrages populaires tout comme les ouvrages scientifiques d’histoire de l’art consacrés à la cathédrale regorgent à l’époque de comparaisons qualitatives entre le gothique français et le gothique allemand. La presse quotidienne se fondait même sur la cathédrale de Strasbourg pour légitimer l’occupation allemande de l’Alsace. Voir par exemple Anna Maria Renner, « Bauwerk deutschen Schicksals », dans Der Führer [supplément du dimanche], 30 juin 1940 ; dans le même esprit Daniel Krencker, « Die deutsche Kunst in Elsass und Lothringen », dans Deutsches Elsass Deutsches Lothringen. Ein Querschnitt aus Geschichte, Volkstum und Kultur, éd. par Otto Meissner, Berlin, 1941, p. 97-108. Parmi les textes à caractère scientifique, voir par exemple Hans Janzten, « Das Strassburger Münster », dans Oberrheinische Heimat. Das Elsass, éd. par Hermann Eris Busse, Fribourg-en-Br., 1940, 27e année, p. 269-288. Pour le débat des historiens d’art sur les formes gothiques de la cathédrale de Strasbourg et leur appartenance française ou allemande, voir en résumé Baensch, 2007, p. 79-85.

56 Voir Karl Asal, « Ausschnitte aus meinem unter 5 Regierungen verbrachten Leben, niedergeschrieben im April 1975 vom Ministerialrat a.D. Professor Dr. jur. Karl Asal, Freiburg i. Br., Alemannenstr. 6 », p. 21, dans StAF T1, no 1 (Zug. 2005/0025), Nachlass Asal.

57 Kettenacker, 1973, p. 198.

58 Voir Anon., « Weihestunde im Strassburger Münster. Die deutsche Besatzung der elsässischen Grenzstadt feiert den Waffenstillstand », dans StrNN, 8 juillet 1940, p. 9 ; Anon., « Feierstunde im Strassburger Münster. Dankgottesdienst der deutschen Division – Ein historische Stunde », dans Der Führer, 9 juillet 1940, p. 3.

59 Voir http://www.provoweb.de/f4-cms/w/pages/provoweb/data/Archiv/Nationalsozialismus/zsa1490/default.htm?cp=provoweb/data/Archiv/Nationalsozialismus/zsa1490 (URL obsolète, dernière consultation le 6 avril 2018).

60 Voir Wagner à Lammers, 31 juillet 1940, dans BArch R 43 II/1338d, cité d’après Kettenacker, 1973, p. 343.

61 Cité d’après Backes, 1988, p. 178 (source : BArch NL 118/12 [7. 8. 1940]).

62 Wagner à Lammers, 31 juillet 1940, dans BArch R 43 II/1338d, cité d’après Kettenacker, 1973, p. 197 ; voir également Ferdinand, 1992, p. 140.

63 Reichsministerium des Inneren au Chef der Reichskanzlei, 24 août 1940 (BA 43 II/1338d), cité d’après Kettenacker, 1973, p. 198.

64 Kettenacker, 1973, p. 198.

65 Robert Wagner, Rede zur Verleihung des Kulturpreises des Gaues Baden 1940, 16 novembre 1940, repr. dans StrMH, décembre 1940, p. 301.

Table des illustrations

Titre ill. 16. Drapeau frappé de la croix gammée flottant sur la cathédrale de Strasbourg, photographie publiée dans Straßburger Monatshefte, août-septembre 1940
Crédits photo © Erich Engel, publiée dans Straßburger Monatshefte, août-septembre 1940, p. 17
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18321/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 311k
Titre ill. 17. Adolf Hitler devant la cathédrale de Strasbourg, accompagné du ministre d’État Otto Meissner (à droite) et du général d’artillerie Friedrich Dollmann (à gauche), 28 juin 1940, photographie publiée dans Der Führer, 3 juillet 1940
Crédits photo © Heinrich Hoffmann, bpk, Berlin, Bayerische Staatsbibliothek, Dist. RMN-Grand Palais / image bpk
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18321/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 329k
Titre ill. 18. Robert Wagner (1895-1946), Gauleiter et Reichsstatthalter de Bade et d’Alsace
Crédits photo © Heinrich Hoffmann, bpk, Berlin, Dist. RMN-Grand Palais / image bpk
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18321/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre ill. 19. Carte du Gau de Bade-Alsace, publiée dans Der Schulungsbrief. Das zentrale Monatsblatt der NSDAP und DAF, no 9/10, 1941
Crédits photo © publiée dans Der Schulungsbrief. Das zentrale Monatsblatt der NSDAP und DAF, no 9/10, 1941
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18321/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Titre ill. 20. Alfred Spaety, Hinaus mit dem welschen Plunder [Dehors, le bric-à-brac français !], affiche de propagande nazie pour la « défrancisation » [Entwelschung] et la « regermanisation » de l’Alsace, mai 1941, 100 × 71 cm
Crédits photo © domaine public, gallica.bnf.fr, Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg (cote NIM18451)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18321/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre ill. 21a. Croquis d’Adolf Hitler pour le « Nouveau Strasbourg » sur une carte française, avec notamment le grand axe est-ouest de Kehl à Strasbourg, 1940
Crédits photo © Architekturmuseum der TU München, fonds Hans et Hildegard Steinmetz (alk-17-1001)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18321/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
Titre ill. 21b. L’axe est-ouest de Kehl à Strasbourg ébauché par Hitler en 1940, dessin réalisé par Wolfgang Voigt
Crédits photo © archives privées Wolfgang Voigt, Francfort
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18321/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 455k
Titre ill. 21c L’axe est-ouest de Kehl à Strasbourg ébauché par Hitler en 1940, schéma réalisé par Richard Beblo
Crédits photo © archives privées Wolfgang Voigt, Francfort
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18321/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 445k
Titre ill. 22a. Hans Möhrle, Vue perspective de Strasbourg depuis l’Ouest, projet de concours pour la reconfiguration de Strasbourg, 1941
Crédits photo © Archives de la Ville de Strasbourg (161 MW 50)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18321/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Titre ill. 22b. Joseph Schlippe, maquette, avec la mise en œuvre de l’axe est-ouest ébauché par Hitler en 1940, projet de concours pour la reconfiguration de Strasbourg, 1941
Crédits photo © Archives de la Ville de Strasbourg (161 MW 50)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18321/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 359k
Titre ill. 23. La cathédrale de Strasbourg, vue depuis l’ouest, photographie publiée dans Kurt Bauch, Straßburg, Berlin, 1941
Crédits photo © Jonny Lüsing, publiée dans Kurt Bauch, Straßburg, Berlin, 1941, ill. 1
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18321/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 328k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search