Version classiqueVersion mobile

Kurt Martin et le musée des Beaux-Arts de Strasbourg

 | 
Tessa Friederike Rosebrock

Introduction. La réouverture du musée des Beaux-Arts au palais Rohan en 1948

Texte intégral

  • 1 James Joseph Rorimer, Survival. The Salvage and Protection of Art in War, New York, 1950, p. 137.

« The value of works of art to civilisation is not limited by national boundaries. »
James Joseph Rorimer, 19501

  • 2 Huit salles et un vestibule du premier étage ainsi que quelques salles rénovées des anciens apparte (...)
  • 3 Pour l’architecture et l’histoire du palais Rohan, voir Jean-Daniel Ludmann, Le palais Rohan de Str (...)
  • 4 5-27 septembre 1945, Peintures du 17e siècle ; 26 mars – 23 avril 1946, Cinquante chefs-d’œuvre de (...)
  • 5 Voir Hans Haug, « Les musées de Strasbourg au lendemain de la guerre », dans La Revue du Touring-Cl (...)
  • 6 Voir Kunstschätze aus den Straßburger Museen – Trésors d’art des musées de Strasbourg, cat. exp. Ku (...)
  • 7 Voir Procès-verbal de la séance de la Commission des musées, 27 septembre 1946, dans AMS 519 W 3.

1Le 30 octobre 1948 fut une journée particulière pour le musée des Beaux-Arts de Strasbourg. Ce jour-là, en effet, après sa fermeture pendant près de dix ans pour cause de guerre et de destruction, on ouvrait de nouveau huit des trente salles d’exposition2 du palais Rohan, ancien palais épiscopal de la ville construit entre 1727 et 1742 par Robert de Cotte3 ; et, pour la première fois, le public strasbourgeois pouvait admirer la collection de peinture dans les salles restaurées. Le palais avait été considérablement endommagé pendant la guerre, à la suite de sept bombardements. Il avait ensuite été reconstruit et, pendant cette phase, des sélections limitées d’œuvres de la collection municipale avaient été présentées dans des espaces provisoires hors du musée. Une première présentation consacrée à la peinture du xviie siècle fut proposée du 5 au 27 septembre 1945 à la Maison d’art alsacien qui, à partir de là, accueillit régulièrement des expositions4. En novembre de la même année, le musée de l’Œuvre Notre-Dame abritait dans ses espaces relativement préservés des œuvres du Moyen Âge et de la Renaissance5. Un choix des plus grands chefs-d’œuvre de la collection de peinture fut ensuite présenté en janvier 1947 à la Kunsthalle de Bâle6. La recette des entrées de toutes ces expositions montrées en dehors du musée fut utilisée pour les travaux de rénovation du palais Rohan (ill. 1)7.

ill. 1. Le palais Rohan, siège du musée des Beaux-Arts de Strasbourg à partir de 1898, façade sud donnant sur l’Ill

ill. 1. Le palais Rohan, siège du musée des Beaux-Arts de Strasbourg à partir de 1898, façade sud donnant sur l’Ill

photo © Musées de la Ville de Strasbourg

2En parcourant les salles du château, les visiteurs pouvaient non seulement retrouver les joyaux bien connus du musée de Strasbourg et prendre conscience des pertes subies par la collection, mais aussi découvrir des acquisitions effectuées pendant et immédiatement après la Seconde Guerre mondiale. Il y avait curieusement plus d’œuvres nouvelles que d’œuvres disparues.

3La collection se présentait comme une unité cohérente. Le directeur de la maison, Hans Haug (1890-1965), avait imaginé un parcours à travers la peinture du xve siècle au xviiie siècle, qu’il présentait par ordre chronologique et par école. Dans un article publié par le quotidien local la veille de l’inauguration, il revenait sur les différentes modalités d’entrée des tableaux dans la collection de Strasbourg :

  • 8 Hans Haug, « Demain s’effectuera au palais des Rohan la réouverture du musée des Beaux-Arts de Stra (...)

« La collection que l’on présente aujourd’hui comprend donc les œuvres des écoles italienne, flamande, hollandaise et française, consignées dans le catalogue de 1938 – sans les grands formats, sans les tableaux de moindre intérêt, et sans les tableaux dont on déplore la perte. Par ailleurs, on y trouve des acquisitions, des dons et des dépôts entrés depuis 1938. Il y a là des acquisitions faites en France pendant l’Occupation, des dépôts du musée du Louvre, enfin des œuvres acquises récemment, sur les indemnités d’assurance à la suite de l’incendie8. »

  • 9 Voir Anon., « Début d’incendie au Palais Rohan », dans DNA, 14 août 1947 ; Anon., « Brand vernichte (...)
  • 10 Voir Anon., « Nach dem Brand im Rohanschloß. Die Verluste des Strassburger Kunstmuseums », dans Le (...)

4L’incendie dont parle Haug avait eu lieu dans la nuit du 12 au 13 août 1947 – une véritable catastrophe alors que le musée était enfin en plein chantier de rénovation après les horreurs de la guerre. À l’origine de cet incendie, il y avait eu la découverte de mérule dans la charpente, mérule qu’il fallait détruire en la brûlant. Lors de l’opération, une étincelle avait atteint l’une des poutres sans que personne ne s’en aperçoive et la nuit suivante, probablement à la suite d’un coup de vent, elle s’était embrasée et avait mis le feu au bâtiment, provoquant des dégâts considérables9 : deux salles déjà rénovées et complètement réaménagées abritant des tableaux de maîtres anciens, principalement des écoles flamande, allemande et hollandaise, furent entièrement détruites par le feu. Trente peintures furent entièrement consumées, vingt autres légèrement touchées. Parmi les pièces irrémédiablement perdues se trouvaient des œuvres de Martin Schongauer, Hans Baldung Grien, Lucas Cranach, Thomas de Keyser, Piero Pollaiuolo et Francesco Guardi10.

  • 11 Voir Procès-verbal de la Commission de surveillance des musées, 26 juillet 1948 ; Procès-verbal de (...)
  • 12 Voir Hans Haug, « Demain s’effectuera au palais des Rohan la réouverture du musée des Beaux-Arts de (...)
  • 13 Anthonis van Dyck, Portrait de femme, xviie siècle, huile sur toile, 102,7 × 71,5 cm (MBA 1651).
  • 14 Emanuel de Witte, Intérieur d’église gothique, 1679, huile sur bois, 63,5 × 49,5 cm (MBA 1655).
  • 15 Louis Tocqué, Portrait de la comtesse Loménie de Brienne, 1737, huile sur toile, 81,5 × 65 cm (MBA  (...)
  • 16 Francisco de Goya, Portrait de Bernardo d’Yriarte, 1797, huile sur toile, 108 × 86 cm (MBA 1660).
  • 17 Jean-Baptiste Oudry, Deux sujets de chasse, 1742, huile sur toile, 227 × 151 cm chacun (MBA 1668/16 (...)

5Les indemnités d’assurance permirent d’effectuer assez rapidement de nouvelles acquisitions11. Mais la perte de ces chefs-d’œuvre dans l’incendie était lourde, et elle semblait d’autant plus tragique que le musée n’avait quasiment subi aucune perte au cours de la guerre. Malgré les bombardements et quatre ans d’occupation de l’Alsace par les nazis, les collections n’avaient pas été touchées par les destructions ; et elles n’avaient pas non plus été élargies à des œuvres de type « Blut und Boden ». Loin de se limiter dans sa politique d’acquisition, le directeur nommé par l’occupant, Kurt Martin (1899-1975), avait en revanche acheté entre 1940 et 1944 de vastes ensembles de peinture classique qui s’inscrivaient parfaitement dans la ligne initiale de la galerie de peinture strasbourgeoise, celle d’un musée illustrant l’histoire de l’art européen du Moyen Âge jusqu’au xixe siècle. Haug évoquait avec fierté dans son article quelques-unes de ces acquisitions réalisées pendant la guerre12 : « Anthonis van Dyck : “Portrait de femme13”, Emmanuel [sic] de Witte : “Intérieur d’église14”, Louis Tocqué : “Portrait de la Comptesse [sic] Loménie de Brienne15”, Francisco de Goya : “Portrait de Bernardo d’Yriarte16”, Jean-Baptiste Oudry : “Deux sujets de chasse17” » (ill. 2, 3, 4, 5, 6, 7).

ill. 2. Anthonis van Dyck, Portrait de femme, xviie siècle, huile sur toile, 102,7 × 71,5 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

ill. 2. Anthonis van Dyck, Portrait de femme, xviie siècle, huile sur toile, 102,7 × 71,5 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1651)

ill. 3. Emmanuel de Witte, Intérieur d’église gothique, 1679, huile sur bois, 63,5 × 49,5 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

ill. 3. Emmanuel de Witte, Intérieur d’église gothique, 1679, huile sur bois, 63,5 × 49,5 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1655)

ill. 4. Louis Tocqué, Portrait de la comtesse Loménie de Brienne, 1737, huile sur toile, 81,5 × 65 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

ill. 4. Louis Tocqué, Portrait de la comtesse Loménie de Brienne, 1737, huile sur toile, 81,5 × 65 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1665)

ill. 5. Francisco de Goya, Portrait de Bernardo d’Yriarte, 1797, huile sur toile, 108 × 86 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

ill. 5. Francisco de Goya, Portrait de Bernardo d’Yriarte, 1797, huile sur toile, 108 × 86 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1660)

ill. 6. Jean-Baptiste Oudry, Sujet de chasse, 1742, huile sur toile, 227 × 151 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

ill. 6. Jean-Baptiste Oudry, Sujet de chasse, 1742, huile sur toile, 227 × 151 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1669)

ill. 7. Jean-Baptiste Oudry, Sujet de chasse, 1742, huile sur toile, 227 × 151 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

ill. 7. Jean-Baptiste Oudry, Sujet de chasse, 1742, huile sur toile, 227 × 151 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts

photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1668)

  • 18 Faute d’études suffisantes consacrées à l’histoire des institutions, il est impossible de donner de (...)

6Les événements liés à la galerie de peinture de Strasbourg pendant la Seconde Guerre mondiale et le contexte qui autorisait un bilan aussi positif de sa collection en 1948 constituent l’objet de la présente étude. Le musée des Beaux-Arts de Strasbourg est vraisemblablement le seul musée d’Europe qui ait profité matériellement de l’occupation nazie dans le cadre de changements légaux de propriétaires18. L’histoire de la collection dans les années 1940 est indissociable de la personne de Kurt Martin. Ce dernier occupa les fonctions de directeur de la Kunsthalle de Karlsruhe, puis des Bayerische Staatsgemäldesammlungen [collections nationales de Bavière] à Munich, il fut membre fondateur et longtemps président du Comité national allemand de l’ICOM [International Council of Museums] ainsi que membre du Comité d’organisation des documenta I à IV à Cassel ; mais, entre 1940 et 1944, il avait été nommé directeur de la Generalverwaltung der Oberrheinischen Museen (GVOM), l’Administration générale des musées du Rhin supérieur, dont dépendaient le musée de Strasbourg et ses œuvres, ainsi que tous les autres musées alsaciens et badois. C’est à cet aspect particulier de son travail que nous nous attacherons dans le présent ouvrage.

7Nous avons délibérément choisi en effet de combiner une double approche : l’histoire de l’institution et la biographie de Kurt Martin pour pouvoir étudier aussi précisément que possible, à partir des faits historiques et politiques et des réalités structurelles, l’histoire de la collection de peinture de Strasbourg sous l’occupation nazie, un sujet jusqu’ici négligé par la recherche, en examinant aussi les contraintes et les marges de manœuvre qui furent celles de Martin dans l’exercice de sa fonction. Nous nous pencherons sur ses activités – largement inconnues jusqu’ici – en Alsace et dans le pays de Bade sous le IIIe Reich et immédiatement après la guerre, en nous appuyant sur des sources jusqu’ici inexplorées, accessibles dans les archives françaises, américaines et allemandes, telles que les correspondances professionnelles et privées, les actes administratifs et les commentaires de la presse contemporaine. Ces documents dessinent les contours de sa personnalité et permettent de se faire une idée du difficile problème que soulève la carrière de cet homme commencée sous le nazisme, où il aura joué un rôle important dans le monde de l’art, et poursuivie néanmoins après 1945. À travers cet exemple d’un directeur de musée, il est possible d’aborder la question complexe de la continuité du personnel en poste sous le IIIe Reich et qui le resta après, question que ne se sont posée que relativement tardivement les sciences humaines et en particulier l’histoire de l’art, communément déclarée a-politique.

8En dépit d’une description détaillée de l’attitude adoptée par Martin pour ses acquisitions des années 1940 dans les territoires occupés par l’Allemagne notamment, et d’une présentation approfondie de la législation alliée en matière de restitution après 1945 en ce qui concerne les œuvres achetées pour Strasbourg, notre ouvrage n’a pas pour objectif de présenter des études de cas ou de retracer de manière exhaustive les provenances des œuvres. Il nous importe plutôt de décrire précisément ce qui s’est passé, de reconstituer le fonctionnement des structures au sein des systèmes politiques successifs dans lesquels opéraient les protagonistes et, enfin, d’apporter à ces développements les preuves que fournissent les documents contemporains. Dans ce contexte, la relation de Kurt Martin à Hans Haug, son prédécesseur et successeur au poste de directeur de la collection de Strasbourg – l’amitié de toute une vie –, fera l’objet d’une attention particulière.

  • 19 Les institutions d’enseignement des régions occupées de l’Est ont été étudiées par Sabine Arend. Vo (...)
  • 20 Voir Frank-Rutger Hausmann, « Wozu Fachgeschichte der Geisteswissenschaften im “Dritten Reich”? », (...)

9Les analyses comparables portant sur des personnalités qui ont exercé elles aussi à la même époque des fonctions dans un cadre institutionnel sont rares19. Frank-Rutger Hausmann a récemment réuni une documentation sur l’état de la recherche relative à l’histoire de l’art sous le national-socialisme et il identifie des recherches fructueuses sur les enseignants et les universités, mais de réels déficits existent en ce qui concerne l’histoire des musées. Il déplore en particulier l’absence d’études biographiques sur les personnalités qui dirigèrent les institutions importantes, sur leur pratique de la collection et de l’exposition, et sur leur réseau20.

  • 21 Les principes de la conférence de Washington sont consultables en ligne : www.ngv.vic.gov.au/wp-con (...)
  • 22 Voir le site dédié aux MNR, « Musées nationaux Récupération », sigle désignant l’ensemble des œuvre (...)
  • 23 Les résultats de ce travail de recherche sont pour la plupart parus dans les publications de la Koo (...)

10Les musées n’ont abordé la recherche sur la période 1933-1945 qu’il y a une dizaine d’années. Lors de la conférence sur les biens confisqués à l’époque de l’Holocauste, qui a eu lieu en décembre 1998 à Washington, ont été énoncés onze principes qui « favorisent la résolution des questions liées aux œuvres d’art confisquées par les nazis21 ». Depuis, les musées se sont sentis (eux aussi) tenus de rechercher dans leurs collections la présence éventuelle d’un patrimoine spolié. En France, ce travail de recherche a été entamé de manière centralisée sous l’égide du ministère de la Culture, et en se limitant aux collections nationales au sein desquelles la recherche se concentre sur des questions bien précises22. En Allemagne, certaines institutions ont immédiatement créé des postes temporaires consacrés à la recherche sur les provenances. Dans cette première phase, il s’agissait d’abord d’identifier les entrées « illégales » dans les collections dues à la politique nazie de spoliation des œuvres d’art. Les résultats de ce travail (par exemple pour le musée Wallraf-Richartz de Cologne, la Kunsthalle de Hambourg, les collections d’État de Bavière ou les collections de Dresde) ont été publiés les années suivantes à travers un grand nombre d’articles portant souvent sur des cas particuliers d’acquisitions de peintures23. Mais les acteurs – les directeurs ou les collaborateurs des institutions – et le rôle des musées au sein du système politique ont rarement été suffisamment intégrés dans ces reconstitutions détaillées de l’historique des acquisitions.

11Au bout de dix ans, les résultats de cette approche n’étaient pas vraiment satisfaisants au niveau général des musées allemands, ce qui était en grande partie dû au manque de financement et de personnel ; c’est la raison pour laquelle un département de recherche sur les provenances, l’« Arbeitsstelle für Provenienz Forschung », attaché à l’Institut für Museumsforschung [institut de recherche sur les musées] de Berlin, a été créé le 13 novembre 2007. Il se proposait de soutenir sur le plan du contenu, mais surtout sur le plan financier, la recherche sur la provenance dans les musées, les bibliothèques et les archives24. Depuis, de nombreuses institutions allemandes ont engagé des collaborateurs chargés de retracer les acquisitions, ainsi que l’histoire des institutions sous le national-socialisme.

  • 25 Les résultats de cette étude menée sous la direction d’Uwe Fleckner par le Centre de recherche sur (...)

12Au Städel de Francfort-sur-le-Main, un groupe d’historiens de l’art et d’historiens extérieurs à l’institution a entamé une vaste étude sur la fondation et ses directeurs entre 1933 et 194525. Ce projet présente des parallèles avec le présent ouvrage, dans sa manière de faire la lumière sur une micro-histoire pour s’ouvrir à un macro-contexte. Notre travail, consacré à un musée français, reste néanmoins singulier.

13Pour mieux comprendre le profil de la collection de Strasbourg et les décisions techniques qui furent prises pour elle, notre analyse, limitée à la période 1933-1948, sera précédée d’une histoire de la collection depuis sa fondation jusqu’à l’arrivée de la Wehrmacht en Alsace.

Notes de fin

1 James Joseph Rorimer, Survival. The Salvage and Protection of Art in War, New York, 1950, p. 137.

2 Huit salles et un vestibule du premier étage ainsi que quelques salles rénovées des anciens appartements du rez-de-chaussée, voir Anon., « Wiedereröffnung des Musée des Beaux-Arts », dans DNA, 29 octobre 1948.

3 Pour l’architecture et l’histoire du palais Rohan, voir Jean-Daniel Ludmann, Le palais Rohan de Strasbourg, Strasbourg, 1979 ; Étienne Martin, Le palais Rohan. Musée des Arts décoratifs, Strasbourg, 1998.

4 5-27 septembre 1945, Peintures du 17e siècle ; 26 mars – 23 avril 1946, Cinquante chefs-d’œuvre de peinture ; 19 août – 13 septembre 1946, L’Alsace, vue par les artistes ; voir Procès-verbal de la séance de la Commission des musées, 27 septembre 1946, dans AMS 519 W 3.

5 Voir Hans Haug, « Les musées de Strasbourg au lendemain de la guerre », dans La Revue du Touring-Club de France, Paris, no 562, mars 1947, p. 43-45 ; id., « Les musées municipaux », dans Compte rendu de l’administration de la ville de Strasbourg 1945-1955, éd. par l’Office municipal de statistique de Strasbourg, Strasbourg, 1957, vol. 2, p. 179.

6 Voir Kunstschätze aus den Straßburger Museen – Trésors d’art des musées de Strasbourg, cat. exp. Kunsthalle Basel, 18 janvier – 2 mars 1947, Bâle, 1947.

7 Voir Procès-verbal de la séance de la Commission des musées, 27 septembre 1946, dans AMS 519 W 3.

8 Hans Haug, « Demain s’effectuera au palais des Rohan la réouverture du musée des Beaux-Arts de Strasbourg », dans DNA, 29 octobre 1948.

9 Voir Anon., « Début d’incendie au Palais Rohan », dans DNA, 14 août 1947 ; Anon., « Brand vernichtet im Rohanschloß 60 Gemälde », dans Nouvel Alsacien, 14 août 1947 ; Anon., « Après l’incendie au château des Rohan, 20 tableaux détruits ou endommagés », dans Journal d’Alsace et de la Lorraine, 15 août 1947.

10 Voir Anon., « Nach dem Brand im Rohanschloß. Die Verluste des Strassburger Kunstmuseums », dans Le Journal, 22 août 1947 ; Anon., « Les travaux de restauration du château des Rohan se poursuivent. Une mise au point au sujet d’un incendie récent », dans DNA, 22 août 1947. Les œuvres détruites des artistes mentionnés étaient : Martin Schongauer, Maria im Erdbeerhag [Marie au buisson de fraises] ; Hans Baldung Grien, Die Steinigung des heiligen Stephanus [Lapidation de saint Étienne] ; Lucas Cranach, 1. Kreuzigung [Crucifixion], 2. Adam und Eva [Adam et Ève] ; Thomas de Keyser, Die Regenten der Goldschmiedegilde in Amsterdam [Les régents de la guilde des orfèvres d’Amsterdam] ; Piero Pollaiuolo, Madonna mit Kind [Vierge à l’enfant] ; Francesco Guardi, Ansicht von Venedig [Vue de Venise] ; voir Haug, Liste des tableaux détruits au cours de l’incendie, 13 août 1947 et Haug, Liste définitive des tableaux réparables, 13 août 1947, les deux documents dans MBA, archives du musée, classeur : Restauration/Incendie 1947.

11 Voir Procès-verbal de la Commission de surveillance des musées, 26 juillet 1948 ; Procès-verbal de la Commission de surveillance des musées, 28 octobre 1948 et procès-verbaux des commissions suivantes, dans AMS 519 W 3.

12 Voir Hans Haug, « Demain s’effectuera au palais des Rohan la réouverture du musée des Beaux-Arts de Strasbourg », dans DNA, 29 octobre 1948.

13 Anthonis van Dyck, Portrait de femme, xviie siècle, huile sur toile, 102,7 × 71,5 cm (MBA 1651).

14 Emanuel de Witte, Intérieur d’église gothique, 1679, huile sur bois, 63,5 × 49,5 cm (MBA 1655).

15 Louis Tocqué, Portrait de la comtesse Loménie de Brienne, 1737, huile sur toile, 81,5 × 65 cm (MBA 1665).

16 Francisco de Goya, Portrait de Bernardo d’Yriarte, 1797, huile sur toile, 108 × 86 cm (MBA 1660).

17 Jean-Baptiste Oudry, Deux sujets de chasse, 1742, huile sur toile, 227 × 151 cm chacun (MBA 1668/1669).

18 Faute d’études suffisantes consacrées à l’histoire des institutions, il est impossible de donner des informations définitives en ce qui concerne les transferts de propriété aux musées de Hollande et de Belgique. En revanche, dans de nombreux musées européens, on constate que, sur le plan purement numérique, les collections ont été complétées grâce à des prêts de l’État, mais sans que les musées puissent prétendre à la propriété de ces œuvres. Il s’agit d’objets d’art qui, à l’issue des procédures de restitution qui suivirent la Seconde Guerre mondiale, ne pouvaient être attribués à aucun propriétaire et dont l’État, auquel ces procédures les avaient attribués, se trouve le « détenteur provisoire ». En Allemagne, ces pièces sont appelées « Leihgaben der Bundesrepublik Deutschland » [prêts de la République fédérale d’Allemagne], et sont gérées par le Bundesamt für Allgemeine Dienste und offene Vermögensfragen (BADV) ; en France, ces œuvres appartiennent au fonds « Musées nationaux Récupération », qui dépend de la Direction des musées de France.

19 Les institutions d’enseignement des régions occupées de l’Est ont été étudiées par Sabine Arend. Voir Sabine Arend, Studien zur deutschen kunsthistorischen “Ostforschung” im Nationalsozialismus: die kunsthistorischen Institute an den (Reichs-) Universitäten Breslau und Posen und ihre Protagonisten im Spannungsfeld von Wissenschaft und Politik (thèse de doctorat), Berlin, Humboldt-Universität, 2009, consultable en ligne : http://edoc.hu-berlin.de/dissertationen/arend-sabine-2009-07-15/PDF/arend.pdf (vérifié le 6 avril 2018, comme toutes les URL qui suivent).

20 Voir Frank-Rutger Hausmann, « Wozu Fachgeschichte der Geisteswissenschaften im “Dritten Reich”? », dans Kunstgeschichte im “Dritten Reich”. Theorien, Methoden, Praktiken, éd. par Ruth Heftrig, Olaf Peters et Barbara Schellewald, Berlin, 2008, p. 3-38, en part. p. 13 et p. 18-19.

21 Les principes de la conférence de Washington sont consultables en ligne : www.ngv.vic.gov.au/wp-content/uploads/2014/05/Washington-Conference-Principles-on-Nazi-confiscated-Art-and-the-Terezin-Declaration.pdf.

22 Voir le site dédié aux MNR, « Musées nationaux Récupération », sigle désignant l’ensemble des œuvres issues de la spoliation artistique confiées aux musées de France : www2.culture.gouv.fr/documentation/mnr.

23 Les résultats de ce travail de recherche sont pour la plupart parus dans les publications de la Koordinierungsstelle für Kulturverluste [Bureau de coordination pour les pertes culturelles] de Magdebourg.

24 Voir le site du Deutsches Zentrum Kulturgutverluste : www.kulturgutverluste.de.

25 Les résultats de cette étude menée sous la direction d’Uwe Fleckner par le Centre de recherche sur l’art dit dégénéré de Hambourg ont été récemment publiés, voir Museum im Widerspruch. Das Städel und der Nationalsozialismus, éd. par Uwe Fleckner et Max Hollein, Berlin, 2011. La publication de l’ouvrage avait été précédée le 19 février 2010 par une première présentation des résultats lors d’un congrès public à Francfort. Voir Julia Voss, « Und wer weint um die Witwe Nathan? Das Frankfurter Städel lässt seine Geschichte von 1933 bis 1945 erforschen: Zeiten “entarteter Kunst” und des Bilderraubs aus jüdischen Sammlungen. Man nannte das damals “Dienst am Museum” », dans FAZ, 22 février 2010.

Table des illustrations

Titre ill. 1. Le palais Rohan, siège du musée des Beaux-Arts de Strasbourg à partir de 1898, façade sud donnant sur l’Ill
Crédits photo © Musées de la Ville de Strasbourg
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18311/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 329k
Titre ill. 2. Anthonis van Dyck, Portrait de femme, xviie siècle, huile sur toile, 102,7 × 71,5 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts
Crédits photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1651)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18311/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre ill. 3. Emmanuel de Witte, Intérieur d’église gothique, 1679, huile sur bois, 63,5 × 49,5 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts
Crédits photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1655)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18311/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 331k
Titre ill. 4. Louis Tocqué, Portrait de la comtesse Loménie de Brienne, 1737, huile sur toile, 81,5 × 65 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts
Crédits photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1665)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18311/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre ill. 5. Francisco de Goya, Portrait de Bernardo d’Yriarte, 1797, huile sur toile, 108 × 86 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts
Crédits photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1660)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18311/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre ill. 6. Jean-Baptiste Oudry, Sujet de chasse, 1742, huile sur toile, 227 × 151 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts
Crédits photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1669)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18311/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre ill. 7. Jean-Baptiste Oudry, Sujet de chasse, 1742, huile sur toile, 227 × 151 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts
Crédits photo © Musées de la Ville de Strasbourg (MBA 1668)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18311/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 407k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search