Version classiqueVersion mobile

Kurt Martin et le musée des Beaux-Arts de Strasbourg

 | 
Tessa Friederike Rosebrock

Remerciements

Texte intégral

1C’est à Fabrice Hergott que va en tout premier lieu ma gratitude pour m’avoir confié la responsabilité de l’étude des collections de Strasbourg et pour m’avoir accordé ainsi personnellement sa confiance. Son successeur à la direction générale des Musées de Strasbourg jusqu’en 2017, Joëlle Pijaudier-Cabot, a accueilli avec intérêt mes recherches et je lui en reste reconnaissante. Les collaborateurs des Musées de Strasbourg m’ont apporté leur concours scientifique dans la plus grande collégialité. Je remercie Dominique Jacquot, conservateur du musée des Beaux-Arts ; Bernadette Schnitzler, conservatrice du Musée archéologique ; Étienne Martin, conservateur du musée des Arts décoratifs ; Cécile Dupeux, conservatrice du musée de l’Œuvre Notre-Dame ; Monique Fuchs, conservatrice du Musée historique, Christine Spéroni, documentaliste des musées de Strasbourg ; Céline Marcle, assistante du musée des Beaux-Arts ; Véronique Stahn, assistante du musée des Arts décoratifs, et Michèle Lavallée, conservatrice au musée des Beaux-Arts.

2Thomas W. Gaehtgens, qui a dirigé ma thèse, et Horst Bredekamp ont encadré mon travail universitaire. Leur esprit d’ouverture et l’intérêt qu’ils portaient au sujet ont été une extraordinaire source de motivation. Tous deux ont encouragé l’avancement de ce travail : pour les entretiens stimulants que j’ai pu avoir avec eux, pour leur lecture critique en amont ainsi que pour le soutien qu’ils m’ont apporté dans la recherche d’un financement pour mes recherches, qu’ils reçoivent l’expression de toute ma gratitude. Des circonstances administratives ont conduit Gregor Stemmrich à être le deuxième rapporteur de ma thèse. Je lui suis extrêmement reconnaissante d’avoir spontanément accepté cette fonction. Une bourse de doctorat de la Fondation Gerda Henkel ainsi qu’une bourse de l’Office allemand d’échanges universitaires [Deutscher Akademischer Austauschdienst (DAAD)] pour des séjours de recherche scientifique à l’étranger m’ont permis, au cours de plusieurs séjours de recherche en France et ailleurs, de rassembler de nombreux documents et données.

3Les échanges que j’ai eus avec Gerhard Martin et sa femme Marie-Luise Grünig-Martin ont considérablement enrichi mon approche de la personnalité de leur père et beau-père Kurt Martin. Je leur suis reconnaissante de m’avoir confié des sources et des photographies privées ainsi que d’avoir accepté de s’entretenir avec moi, m’apportant ainsi de précieuses informations.

4Les directeurs et collaborateurs des musées et archives suivants m’ont permis d’accéder à des sources documentaires et photographiques ou m’ont soutenue dans ma recherche documentaire : Pia Müller-Tamm (Staatliche Kunsthalle Karlsruhe), Klaus Schrenk (Collections nationales de Bavière, Munich, anciennement Staatliche Kunsthalle Karlsruhe), Siegmar Holsten (Staatliche Kunsthalle Karlsruhe), Holger Jacob-Friesen (Staatliche Kunsthalle Karlsruhe), Joël Delaine (Musées municipaux de Mulhouse), Martin Schawe (Collections nationales de Bavière, Munich), Isabelle Le Masne de Chermont (autrefois chef du service des bibliothèques, des archives et de la documentation générale des Musées nationaux ; aujourd’hui directrice du département des manuscrits à la Bibliothèque nationale de France, Paris), Angès Callu (Archives nationales, Paris), Marion Veyssière (Archives nationales, Paris), Alain Prévet (Archives des Musées nationaux, Paris), Thierry Bajou (Service des musées de France), Anne Georgeon-Liskenne (Archives du ministère des Affaires étrangères, Paris), Jörn Grabowski (Archives centrales des musées berlinois), Petra Winter (Archives centrales des musées berlinois), Erdmute Krieg (Archives du Land de Bade-Wurtemberg, archives de Fribourg), Karole Vail (Solomon R. Guggenheim Museum Archive, New York). Le groupe de travail sur la recherche des provenances [Arbeitskreis Provenienzforschung e.V.] et la Société Richard Schöne pour l’histoire des musées [Richard-Schöne-Gesellschaft für Museumsgeschichte e.V., Berlin] ont également constitué une importante source d’inspiration.

5Grâce à une généreuse subvention du VG Wort, ma thèse a pu paraître en allemand à l’Akademie Verlag en 2012. Grâce au soutien des Musées de la Ville de Strasbourg et grâce au prix du Salon du livre et de la revue d’art du Festival de l’histoire de l’art 2017 pour la traduction, cet ouvrage peut être publié aujourd’hui en français, dans la collection Passages du Centre allemand d’histoire de l’art Paris, aux Éditions de la Maison des sciences de l’homme. Je remercie ici tous ceux qui ont contribué à la réussite de cette version française : Thomas Kirchner, le directeur, ainsi que Mathilde Arnoux, Sira Luthardt et Eleonore Harz du département des publications françaises du Centre allemand d’histoire de l’art ; pour la traduction, je remercie Françoise Joly ; pour la relecture Françoise Clausse et Guillaume d’Estève de Pradel ; et pour le graphisme de l’ouvrage Jacques-Antoine Bresch. Je n’oublierai jamais l’amicale relecture de mon texte par Bernadette Schnitzler des Musées de Strasbourg. Je remercie Paul Lang et Fabrice Hergott d’avoir eu l’amabilité de préfacer cet ouvrage.

Kurt Hermann Martin (1899-1975)

Kurt Hermann Martin (1899-1975)

photo © droits réservés, Musées de la Ville de Strasbourg

Table des illustrations

Titre Kurt Hermann Martin (1899-1975)
Crédits photo © droits réservés, Musées de la Ville de Strasbourg
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/18306/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 249k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search