Version classiqueVersion mobile

Kurt Martin et le musée des Beaux-Arts de Strasbourg

 | 
Tessa Friederike Rosebrock

Avant-propos

Texte intégral

1Collectionner, conserver, étudier, exposer et faire connaître constituent depuis toujours les piliers du travail des musées. En temps de guerre, ces missions si importantes pour la société perdent souvent de leur sens. Ce fut particulièrement le cas dans les heures les plus sombres de l’histoire allemande, sous le nazisme ; en effet, c’est souvent en empruntant des voies non légitimes que les collections s’enrichirent pendant cette période, tandis que la recherche scientifique se voyait privée de sa liberté et que les expositions étaient instrumentalisées à des fins politiques. L’Alsace et certaines parties de la Moselle jouèrent dans ce contexte un rôle particulier. Au cours des xixe et xxe siècles, les deux régions furent à plusieurs reprises le théâtre privilégié des conflits politiques qui opposaient la France et l’Allemagne ; de 1870 à nos jours, elles changèrent quatre fois d’appartenance nationale. En dépit de ces changements récurrents de régime politique – ou peut-être au contraire grâce à eux –, les collections artistiques de la Ville de Strasbourg ne cessèrent de croître. Dans la présente publication, qui se propose de reconstituer les événements qui affectèrent le musée des Beaux-Arts de Strasbourg pendant la Seconde Guerre mondiale et l’immédiat après-guerre, l’intérêt particulier pour l’histoire du musée rejoint celui qui est porté aux échanges culturels franco-allemands.

2Cet ouvrage est la traduction de la thèse que j’ai présentée en mai 2010 au département d’Histoire et de Sciences de la culture de l’Université libre [Freie Universität] de Berlin (publiée en 2012 en allemand). Elle rend compte pour une large part des résultats d’un projet de recherche piloté par les Musées de la Ville de Strasbourg dans le cadre duquel, en 2004, j’étais chargée en tant qu’attachée scientifique au musée des Beaux-Arts de reconstituer l’histoire des acquisitions de ce musée dans les années 1940 à 1944. C’est Fabrice Hergott, aujourd’hui directeur du musée d’Art moderne de la Ville de Paris et à l’époque directeur général des Musées de Strasbourg, qui avait lancé ce projet, la première étude sur la provenance de tableaux en France qui n’ait pas été directement conduite par l’État.

3La recherche sur la provenance n’en était alors qu’à ses balbutiements, en France comme en Allemagne. En décembre 1998, les États signataires de la Déclaration de Washington s’étaient engagés à intensifier la recherche sur les œuvres d’art confisquées par les nazis, mais la mise en œuvre des principes énoncés dans la Déclaration mit très longtemps à démarrer. L’investissement qu’impliquait l’examen systématique des collections publiques en termes de temps comme de financement avait été sous-estimé par les politiques. En Allemagne, la recherche ne prit son essor qu’à la fin de l’année 2007 après la fondation d’un service chargé de l’aide financière à la recherche sur la provenance [Arbeitsstelle für Provenienzforschung] au sein de l’Institut de recherche des musées attaché aux musées d’État de Berlin, Fondation du patrimoine culturel prussien [Institut für Museumsforschung der Staatlichen Museen zu Berlin, Stiftung Preußischer Kulturbesitz]. Ce service fut intégré en 2015 au Centre allemand pour les pertes du patrimoine culturel [Deutsches Zentrum Kulturgutverluste (DZK)] qui apporte aujourd’hui à la recherche un soutien exemplaire.

4La recherche sur la provenance des œuvres d’art présentes dans les collections publiques françaises s’est longtemps limitée aux œuvres dites « Musées nationaux Récupération (MNR) », c’est-à-dire des œuvres acquis par les Allemands pendant le national-socialisme identifiées comme provenant de France et récupérées après la fin de la guerre dans les différents Collecting Points des zones d’occupation en Allemagne et en Autriche, avant d’être restituées. Si aucun propriétaire légitime ne pouvait être identifié, elles étaient alors placées sous l’administration de l’État. Entre 2000 et 2004, leur provenance fut étudiée dans le cadre de la « Mission Matteoli », puis à partir de 2008 par le service des Musées de France. Jusqu’ici, aucun musée n’avait de lui-même pris l’initiative de cette sorte de recherche, ce qui donne encore davantage de valeur à celle de Fabrice Hergott pour Strasbourg.

5Au cours de ces dernières années, beaucoup de choses se sont passées de part et d’autre du Rhin. Au plus tard depuis l’affaire Gurlitt, le « trésor » découvert à Schwabing (Munich) [Schwabinger Kunstfund] en 2015, la problématique de la provenance est devenue un sujet dont on parle dans le monde entier. De même, le nombre de personnes travaillant dans ce domaine a considérablement augmenté. La plus grande association internationale de chercheurs sur la provenance [Arbeitskreis Provenienzforschung e.V.] ne comptait en 2000 que quatre membres, alors qu’en août 2019 ils étaient plus que 300. Cette association réunit des chercheurs d’Allemagne, d’Autriche, de Suisse, de France, de Grande-Bretagne, des Pays-Bas et des États-Unis dont la spécialité est la recherche de provenance dans les collections (œuvres d’art, livres, archives). Ces chercheurs se soutiennent mutuellement dans leur recherche, forment des réseaux et définissent des critères autant en ce qui concerne les méthodes que la formation des jeunes chercheurs dans ce domaine.

6En France, la recherche sur la provenance connaît actuellement un nouvel essor. L’arrêté du 17 avril 2019 a entériné la création d’« une mission de recherche et de restitution des biens culturels spoliés entre 1933 et 1945 », qui doit apporter son concours scientifique à la recherche sur la provenance et à la résolution des questions de restitution dans les bibliothèques, les archives et les musées français. Hormis le budget, le rôle de la mission française est comparable à celui du DZK en Allemagne avec lequel des accords officiels de coopération ont été conclus. Concrètement, la mission doit développer les moyens de la recherche de provenance ; étudier, en plus des MNR, aussi les collections publiques nationales ; travailler les dossiers concernant les biens culturels qui sont mentionnés dans les requêtes de la Commission pour l’indemnisation des victimes de spoliation (CIVS) ; sensibiliser les conservateurs de musées, bibliothèques et archives à la problématique des œuvres spoliées et à la recherche de provenance ; et au final, développer les formations initiales et continues. Pour mieux marquer sa vocation, ce nouveau service n’est pas rattaché à la Direction générale des patrimoines (dont la vocation est notamment d’enrichir le patrimoine national), mais au secrétariat général du ministère de la Culture. Pour cette même raison, la décision de restituer (ou non) une œuvre sera prise par un collège réuni par la CIVS, c’est-à-dire sous l’autorité du Premier ministre qui prendra formellement la décision.

7Du fait de l’expiration du délai de consultation de nombreuses archives – selon la loi française, les archives sont en général accessibles 75 ans après la date de création du document concerné –, la recherche sur le marché de l’art pour la période de l’Occupation connaît elle aussi actuellement un nouvel élan. C’est ce que montrent des initiatives telles que l’élaboration d’un « Répertoire des acteurs du marché de l’art en France sous l’Occupation (RAMA) », un travail mené par l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) à Paris en coopération avec l’Université technique [Technische Universität] de Berlin dans le but de documenter et d’étudier les différents acteurs du marché de l’art en France sous l’occupation allemande en s’appuyant sur le dépouillement des sources disponibles au niveau mondial, mais aussi sur les différents colloques et publications réalisés notamment sous l’égide du Centre allemand d’histoire de l’art à Paris. Ainsi le moment pour la traduction de mon livre est-il particulièrement bien choisi.

8Aucune modification n’a été apportée au présent ouvrage par rapport à son état originel de 2012. Il représente l’un des tout premiers exemples d’étude d’une collection française issue de la recherche sur la provenance et sur le contexte historique en France et en Allemagne. Depuis sa première parution, en allemand, de nombreux autres ouvrages importants sur les questions de provenance et sur l’histoire des collections ont été publiés. C’est délibérément que nous n’en avons pas tenu compte, pour conserver le texte dans sa version initiale. Même si l’Allemagne est autrement concernée que la France et s’est logiquement engagée plus tôt et dans une tout autre mesure pour les études de provenance dans les institutions publiques, pour moi, c’est curieusement la France qui m’a incitée à partir de 2014 à me consacrer à ce type de recherche, à approfondir le sujet et donc à écrire ce livre.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search