Version classiqueVersion mobile

Kurt Martin et le musée des Beaux-Arts de Strasbourg

 | 
Tessa Friederike Rosebrock

Les Musées de la Ville de Strasbourg face à leur devoir de mémoire

Paul Lang

Texte intégral

1Dans la vie des musées, force est de constater que les moments de réflexion sur leur propre histoire sont (trop) rares, en raison du poids des obligations de la gestion quotidienne et de la priorité donnée à l’organisation d’événements. Et pourtant ces moments apparaissent indispensables car ils relèvent non seulement d’un devoir de mémoire mais aussi de notre impératif d’exemplarité en tant qu’institution publique et culturelle.

2Les musées de la Ville de Strasbourg présentent une histoire spécifique. Fondés en 1802, ils ont été placés, pendant les quatre années de l’annexion de l’Alsace-Lorraine au IIIe Reich (1940-1944), sous l’autorité de l’administration civile allemande, et leur direction a été confiée à un historien de l’art, le directeur du musée de Karlsruhe, Kurt Martin. Des acquisitions importantes ont été faites durant cette période, notamment pour le musée des Beaux-Arts. Le statut potentiellement problématique de ce patrimoine demande aujourd’hui à être réexaminé et documenté.

3En effet, en 1998, lors de la conférence de Washington sur les biens confisqués à l’époque de l’Holocauste, ont été établis des principes fondamentaux (Washington Principles on Nazi-Confiscated Art) pour régler la question du patrimoine spolié pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a été décidé notamment d’opérer un contrôle méthodique de la provenance des œuvres des musées pour identifier celles qui auraient été confisquées par les nazis et seraient par la suite entrées dans les collections au lieu d’être rendues à leurs propriétaires légitimes ; de retrouver et publier les documents d’archives essentiels ; et enfin de restituer les objets ou œuvres ainsi identifiés. Selon la loi du 20 juin 2001, ces règles s’appliquent sans délai de prescription.

4À la suite de deux demandes de restitution de tableaux dans les années 2000, Fabrice Hergott, directeur des musées de la Ville de Strasbourg, et Dominique Jacquot, conservateur en chef du musée des Beaux-Arts, ont souhaité qu’une étude soit menée sur les œuvres acquises entre 1940 et 1944 pour cette institution. Il est apparu essentiel d’entamer une recherche exhaustive dans les archives pour retrouver les sources, mais aussi mieux comprendre les événements survenus en Alsace durant l’annexion et faire la lumière sur l’historique des objets concernés. Ce travail a été confié en 2004 à Tessa Friederike Rosebrock et a abouti à une thèse soutenue en 2010 à l’Université libre de Berlin, thèse récompensée deux ans plus tard par le prix Daniel Schöpflin, et dont découle précisément le présent ouvrage.

5L’auteure a su s’appuyer sur des sources jusqu’alors inédites et inexploitées pour mettre en relief le rôle déterminant joué par Kurt Martin. Au-delà de la biographie de cet opposant au régime nazi, de l’histoire de l’Alsace annexée et du pays de Bade, cette étude pose un regard renouvelé tant sur la politique culturelle et artistique que sur la vie des institutions muséales françaises et allemandes pendant la Seconde Guerre mondiale et constitue à ce titre une contribution majeure à l’histoire des musées et des collections.

6Tessa Rosebrock a en outre porté toute son attention sur la provenance des œuvres acquises pour le musée des Beaux-Arts de Strasbourg sous l’autorité de Kurt Martin, en étant plus particulièrement vigilante à l’égard des acquisitions sur le marché de l’art parisien. Elle retrace le parcours de la collection pendant cette période troublée, entre son transfert dans des dépôts sécurisés allemands et sa réinstallation dans le palais Rohan après la fin du conflit, sans négliger pour autant les expositions organisées pendant et après la guerre. Enfin, l’ouvrage s’achève par une ouverture sur le renouveau culturel qui s’est produit après 1945 de part et d’autre du Rhin.

7L’initiative de cette étude revient à Fabrice Hergott, que j’assure ici de ma plus vive gratitude ; c’est Joëlle Pijaudier-Cabot, mon prédécesseur, qui avec sagacité en a encouragé la publication. Ma reconnaissance s’adresse également à Dominique Jacquot, conservateur en chef du musée des Beaux-Arts, ainsi qu’à Céline Marcle, assistante de conservation, pour le soutien prodigué à cette recherche. Un rôle déterminant a été assumé par Bernadette Schnitzler, qui, au-delà de sa fonction de conservatrice en chef du Musée archéologique, nous a accordé les bénéfices de sa connaissance infaillible de l’histoire de nos institutions, qu’elle a su généreusement partager. Avec la rigueur que nous reconnaissons à cette archéologue, elle a en outre effectué une relecture complète de la traduction. C’est elle qui, avec la complicité de Dominique Jacquot, avait su défendre avec éloquence la nécessité d’une traduction française de cet ouvrage, traduction réalisée avec un indéniable talent par Françoise Joly.

8Nous savons gré de leur précieuse contribution au Centre allemand d’histoire de l’art (DFK Paris) et à son directeur Thomas Kirchner, sans oublier Mathilde Arnoux, responsable des publications françaises, qui ont rendu possible cette parution et permis ainsi la diffusion en terre francophone des acquis de cette recherche. Et enfin, mes remerciements vont à Tessa Rosebrock elle-même, qui depuis 2004 a su mettre sa compétence, sa détermination, sa ténacité et son professionnalisme au service d’une meilleure connaissance de l’histoire de notre patrimoine.

9C’est précisément en tenant compte du caractère spécifique de l’histoire de Strasbourg dans le paysage muséal français que nous nous devons de continuer de manière proactive la recherche sur les œuvres confisquées qui pourraient être encore présentes dans les collections du réseau. Plus encore qu’un devoir scientifique, ce travail de vigilance, tant sur nos collections que sur nos nouvelles acquisitions, est un véritable devoir moral.

Auteur

Directeur des Musées de la Ville de Strasbourg

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search