Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’identification biométrique

 | 
Ayse Ceyhan
, 
Pierre Piazza

VI. Biométrie, identité et corps

Chapitre 18

Les insignes corporels : la biométrie comme perte de l’histoire personnelle

David Lyon

Texte intégral

  • 1 Federal Bureau of Investigation.
  • 2 Center for Identification Technology Research de l’université de Virginie-Occidentale.

1Fin 2007-début 2008, le FBI1 annonçait deux grandes initiatives concernant la biométrie. La première, Next Generation Identification (Identification de nouvelle génération), dont le coût estimé tourne autour d’un milliard de dollars des États-Unis, vise à instaurer le plus grand fichier mondial de caractéristiques corporelles – à l’usage des institutions policières bien sûr, mais également accessible aux employeurs dans certains cas – en vue de collecter des informations biométriques de type et provenance diverses, à des fins d’identification et de police scientifique. « L’objectif à long terme », d’après Lawrence Hornak du CITeR2, « est d’instaurer “des usages omniprésents” de la biométrie » (Nakashima 2007).

2La seconde initiative, baptisée Server in the Sky (« Serveur dans le ciel »), est une base de données biométriques internationale qui permettrait au FBI de collaborer avec d’autres institutions en Australie, au Canada, en Nouvelle-Zélande et en Grande-Bretagne. L’idée est de permettre des recherches avancées ainsi que des échanges d’informations à l’échelle mondiale. Il y aurait trois catégories de suspects dans ce système partagé :

« [les] “terroristes et délinquants reconnus sur le plan international”, [les] “grands délinquants et suspects de terrorisme”, et enfin les personnes soumises à des enquêtes terroristes ou les criminels possédant des liens internationaux » (Bowcott 2008).

3Nul ne sait à ce jour (en 2011) si tous ces systèmes seront intégralement mis en œuvre. Toutefois, il n’a fallu que quelques années à la biométrie pour passer du marasme économique au statut de « solution » possible au besoin croissant d’identification. Nous venons de voir que d’ores et déjà s’exprimait l’espérance en faveur d’une « biométrie omniprésente », ce qui laisse à penser que les grandes entreprises, tout comme les organismes gouvernementaux, ont pleinement foi en ces produits. Ce glissement spectaculaire dénote au moins deux choses. Premièrement, statut légitime et accès sont de plus en plus associés à la production des moyens d’identification. Deuxièmement, les moyens d’identification sont de plus en plus associés à la biométrie. Cet état de fait se vérifie non seulement dans les services du renseignement et du maintien de l’ordre, mais aussi dans les domaines du commerce, de l’emploi et d’autres applications de la vie courante.

4Aujourd’hui, c’est l’identification qui nous gouverne (Amoore 2008). Dans cette prétendue « ère de l’information », l’identification prend encore plus d’importance que dans l’univers de bureaucratie paperassière antérieur. Les infrastructures informatiques qui traitent nos données personnelles reposent sur des documents et protocoles d’identification qui jouent le rôle de médiateurs entre l’individu et les organismes auxquels il s’adresse. L’employé authentifie son « identité » au moyen d’une carte lui donnant accès à son lieu de travail, le voyageur montre son passeport pour embarquer dans l’avion et le patient sort sa carte de santé pour légitimer son accès aux soins à l’hôpital. Sans la carte et le fichier dont elle dépend, il est maintenant impossible de vérifier l’identité. Raconter son histoire ne suffit plus. Ce qui compte, c’est de pouvoir montrer sa carte.

5Or l’équation du « gouvernement par l’identification » comporte désormais un facteur supplémentaire : la biométrie. L’empreinte digitale, qui servait naguère au contrôle manuel des suspects, est aujourd’hui numérisée et intégrée aux fichiers informatiques pour vérification instantanée, automatique et à distance. Le visage, qu’il fallait mesurer et cartographier à la main – comme le faisait par exemple Alphonse Bertillon dans la France du xixe siècle (Kaluszynski 2001) – est dorénavant capturé au moyen d’une caméra, laquelle produit un « gabarit » composé de caractéristiques uniques mais instantanément comparables avec les autres données stockées dans le système. Les scans de l’iris ou de la rétine sont également exploitables, mais pour les cartes d’identité, la tendance reste pour le moment aux empreintes digitales et au visage, qu’il s’agisse de systèmes nationaux, comme en Italie, ou de systèmes partiaux à l’instar du Enhanced Drivers’ Licence (permis de conduire Plus au Canada) et autres cartes à photo. Chaque jour qui passe, le prélèvement d’échantillons corporels semble aller un peu plus de soi.

  • 3 Pour une analyse juridique de la question, cf. Milone 2001.

6Le facteur biométrique s’est rapidement imposé comme incontournable dans le développement des divers systèmes de carte d’identité, et dans tous les débats sur la question. Les attentats de septembre 2001 et la « guerre contre la “terreur” » qui s’est ensuivie ont servi d’opportunité pour une vaste remise à plat des systèmes d’identification utilisés dans le cadre de la sempiternelle quête de sécurité nationale, même si les systèmes proposés existaient déjà pour la plupart3. En outre, compte tenu du rôle central des aéroports dans les attentats « fondateurs », les techniques d’identification biométriques ont pris une place essentielle en termes non seulement de renforcement de la sécurité aérienne, mais aussi, tout simplement, de rapidité de traitement du flux des passagers. Dès mars 2002, l’aéroport Schiphol d’Amsterdam par exemple, était le premier à utiliser un scanner de l’iris pour les contrôles de sécurité, dans le cadre de son système Privium, destiné à une clientèle d’affaires pressée (CNN 2002). En 2008, le gouvernement britannique annonçait son intention de tester cette nouvelle carte sur le personnel côté piste de deux aéroports du pays (BBC News 2008). Les aéroports servent d’ores et déjà à filtrer les données (Lyon 2003 ; Adey 2007 ; Salter 2008) en vue du tri des voyageurs et de leurs bagages dans des espaces étroitement surveillés, moyennant quoi il semble naturel de tester les technologies biométriques dans ce contexte, tant en termes de pratiques sécuritaires que d’efficacité du transit aéroportuaire.

  • 4 Organisation de l’aviation civile internationale.

7De nombreux systèmes de carte d’identité nationale, qu’ils soient en vigueur ou à l’état de projet, reposent déjà sur la biométrie. Dès lors que les États-Unis ont avalisé les normes de l’OACI4 en matière de passeport, bien des pays ont considéré qu’ils n’avaient pas d’autre choix que de les suivre. Après tout, la loi de 2002 sur la protection renforcée des frontières et la réforme des visas d’entrée (Enhanced Border Security and Visa Entry Reform Act) comportait une menace implicite envers vingt-sept pays, dont l’Australie : à défaut de posséder, à terme, un passe-port biométrique lisible en machine, leurs ressortissants ne seraient plus dispensés de visa pour les courts séjours (Stanton 2008).

  • 5 Cf. Reid 2007. Le chiffre était nettement inférieur dans l’enquête de 2006, mais la question était (...)

8D’autre part, de nombreuses applications policières et privées, servant à réguler mouvements et droits d’accès, mais aussi à renforcer la sécurité des transactions, vont dans le sens d’une utilisation accrue de la biométrie. Les promoteurs de la biométrie estiment que les applications potentielles sont multiples, et ce dans toutes sortes de secteurs. Les industries biométriques sont encore en croissance régulière, notamment depuis le 11 septembre (Hindle et Zureik 2004 ; Gates 2005) ; quant aux opinions publiques, certains signes montrent qu’elles sont généralement pour – ou du moins pas activement contre – la tendance à la biométrisation des documents d’identité. Un sondage d’opinion réalisé au Canada en 2007 révélait par exemple une forte approbation (72 %) d’un projet de carte nationale d’identité comportant photographie et empreintes digitales (à comparer avec un sondage de 2006 dans lequel 53 % des sondés approuvaient assez ou fortement la notion de registre national)5.

9Dans l’histoire des pratiques d’identification, le glissement biométrique est à la fois novateur et inscrit dans une certaine continuité. Cette tension engendre au moins trois questions centrales que nous allons examiner dans les paragraphes qui suivent. La biométrie prétend améliorer les méthodes précédentes – comment évaluer cette revendication ? Pourquoi cette focalisation actuelle sur le corps à des fins d’identification, et existe-t-il un rapport avec les usages anciens de l’identification corporelle dans le contexte colonial ou le contexte du contrôle du crime ? Quelle est la résonance culturelle profonde de la biométrie dans le cadre des débats contemporains sur l’identité et l’identification ?

10Quelques éclaircissements – techniques et culturels – sont nécessaires pour répondre à la première question, qui implique de passer en revue certaines prétentions de la biométrie pour les évaluer (Introna et Wood 2004). Il faudra également se demander qui formule ces prétentions, aussi bien dans la littérature technique que dans la sphère du marketing commercial (Wilson 2008). La deuxième question nous ramène aux formes d’identification en vigueur dans les colonies et dans le cadre du contrôle du crime d’autrefois, tout en nous propulsant vers les questions de discrimination ethnique (ou autres) compte tenu de la sophistication des systèmes disponibles aujourd’hui (Wickins 2007 ; Introna 2005 ; Agre 2003). Nous plongeons encore plus profond avec la troisième question : quand l’identification glisse de l’histoire à l’échantillon, que signifie ce déplacement ? La distinction corps/données est-elle encore tenable ? Quelles sont les implications culturelles d’une utilisation du corps comme mot de passe (Murray 2007) ?

Les solutions biométriques

11D’aucuns n’hésitent pas à considérer les technologies biométriques comme la panacée en vogue, la « solution » toute faite aux divers problèmes que pose le besoin organisationnel d’une identification positive. La publicité nous dit en somme que la biométrie sera sans aucun doute une composante essentielle des systèmes de sécurité publics ou privés de « demain ». La ville- État de Singapour investit fortement dans la biométrie, non seulement pour son nouveau passeport, mais aussi au niveau de projets comme l’authentification par empreintes digitales mise en œuvre sur les comptes courants de CitiBank. Qui plus est, compte tenu de la mobilité des personnes concernées, le besoin d’interopérabilité transfrontalière devrait favoriser l’adoption de normes techniques internationales. Il est certain que c’est une condition sine qua non de mise en œuvre du projet Server in the Sky du FBI, puisqu’il s’agit ici de mettre en réseau au niveau international les bases de données biométriques.

12Pourquoi la biométrie séduit-elle à ce point en tant que « solution » possible aux problèmes d’identification ? Mon dictionnaire – qui certes n’est plus tout jeune – définit la biométrie comme une « étude quantitative ou statistique de la biologie », mais les définitions actuelles présupposent un fonctionnement informatique permettant de mesurer et d’analyser les caractéristiques du corps humain. Entendons par là les empreintes digitales, scans rétiniens et de l’iris, empreintes vocales, traits du visage et dimensions de la main, toutes caractéristiques utilisables à des fins d’authentification (dans certains contextes précis, militaire ou policier par exemple, on pourra s’appuyer sur d’autres traits, comme la reconnaissance de la démarche, qui permet de s’assurer que l’on vise la bonne cible). Pour les cartes nationales d’identité, le choix se porte généralement sur le visage, le doigt ou l’œil (Biometric Technology Today 2007), l’empreinte digitale restant aujourd’hui encore l’option privilégiée (dans 75 % des applications) en termes de rapport fiabilité/coût. La biométrie n’est utilisable qu’à condition de disposer d’un système d’information complet, c’est-à-dire comportant un mécanisme de type scanner, un logiciel permettant de numériser l’information capturée et de vérifier les points de concordance, ainsi qu’une base pour stocker et comparer les données biométriques. En outre, ces données sont généralement cryptées par mesure de sécurité (Cavoukian et Stoianov 2007).

13On voit que, ce qui séduit dans la biométrie, c’est la possibilité d’identifier au moyen de caractéristiques communes à presque tous les êtres humains en tant que créatures munies de corps, via un processus relativement rapide, non invasif et peu risqué (en termes de vol d’identité, disons) pour la personne identifiée. Ses thuriféraires estiment qu’elle va aussi bien dans le sens de la sécurité que dans celui du confort, ce qui, compte tenu de la mobilité inhérente à la plupart de ses applications, constitue clairement une avancée pour tous. Tout cela suppose naturellement que le corps humain concerné puisse être facilement enrôlé dans le système (nous y reviendrons), que les modes de cryptage soient sécurisés et enfin que l’algorithme permettant de relier les données corporelles à une identité particulière soit adapté et fonctionne bien – ce dernier aspect concernant surtout l’authentification et la vérification.

  • 6 Automated Fingerprint Information System.

14De fait, stricto sensu, la biométrie relève plus, en pratique, de l’authentification et de la vérification que de l’identification. Car si vérification et identification sont deux manières de reconnaître une personne, la première présente moins de défis techniques que la seconde. Une vérification se contente de confirmer ou d’infirmer l’identité prétendue : il s’agit de répondre à la question de savoir si la personne qui se tient devant l’officier de l’immigration ou le vendeur est bien celle qu’elle prétend être. En revanche, un système d’identification doit répondre à une question plus large – » qui est-ce ? » –, pour laquelle il doit rechercher la réponse au sein d’une liste parfois très étendue dans la base de données des gabarits. Or, dans certaines circonstances, il revient à l’identification criminelle de répondre à la plus difficile des deux questions (dans le cas des fichiers automatisés d’empreintes digitales, AFIS6 par exemple). En revanche, les systèmes quotidiens à usage routinier – contrôles d’accès, connexion à un ordinateur, paiement d’allocations, cartes de passage des frontières ou cartes nationales d’identité – ne sont au fond que des systèmes de vérification.

15Cela dit, même les idées de « vérification » ou d’« authentification » sont sujettes à caution, du moins en tant qu’elles font appel à la fiabilité supposée de la biométrie pour les fonctions généralement censées leur échoir (Clarke 2002). Les possibilités d’erreur sont légion, y compris lors de la prise d’empreintes initiale et de l’association de ces empreintes avec un autre identifiant ou d’autres données. On songe par exemple au cas de Rene Ramon Sanchez, un carrossier du Bronx qui avait apparemment les mêmes empreintes digitales que Leo Rosario, un dealer de drogue risquant l’expulsion du territoire des États-Unis. Sanchez a connu plusieurs arrestations et a même passé plusieurs mois en prison, jusqu’à ce que le pot aux roses soit finalement découvert et l’affaire, résolue en 2002. Il s’est avéré qu’à l’occasion d’une procédure pour conduite en état d’ivresse en 1995 la police avait reporté par erreur ses empreintes sur une carte au nom de Rosario : ce sont ces informations qui étaient prises en compte par le système judiciaire (Weiser 2004). Aujourd’hui encore, Sanchez subit régulièrement les conséquences négatives de cette identification erronée.

  • 7 Sur cet aspect, cf. l’article de Bernadette Dorizzi dans cet ouvrage.

16La biométrie pose un autre problème : celui de la tolérance au niveau des concordances. Il y a nécessairement un écart entre les données stockées et les relevés effectués, écart qui peut entraîner aussi bien des « faux positifs » (le système associe indûment une identification et une personne donnée) que des « faux négatifs » (la bonne personne est rejetée)7. C’est sans doute un faux positif qui a valu à un avocat de l’Oregon une garde à vue en tant que témoin matériel après les attentats de Madrid en 2004, jusqu’à ce que le FBI admette avoir corrélé par erreur ses empreintes avec d’autres, trouvées près du lieu des attentats (id.).

17Tout utilisateur – autorité aéroportuaire par exemple – a la possibilité de régler ce seuil de tolérance dans les limites d’un continuum allant de basse à haute sécurité. Plus on réduit la marge de tolérance, plus on s’expose aux faux négatifs ; et, inversement, plus on l’étend, plus on risque les faux positifs. Dans le premier cas, le niveau de sécurité serait faible et laisserait donc passer plus de terroristes potentiels, alors que dans le second (tolérance moins élevée), la sécurité serait mieux assurée mais le filet « attraperait » plus d’innocents. Ces options sont généralement fonction des intérêts du principal parrain du dispositif et peuvent donc varier : toujours dans le cas des aéroports, on relâchera les contrôles si l’objectif est d’augmenter le trafic voyageurs, les resserrant au contraire en cas d’alerte nationale (Adey 2007 ; Salter 2008).

  • 8 Systèmes biométriques de reconnaissance faciale.

18Ajoutons que ces questions de seuil de tolérance ne sont guère transparentes et n’ont donc rien d’évident, que ce soit pour le grand public ou pour les opérateurs des systèmes concernés. C’est un point essentiel dans les cas que nous venons d’évoquer, dans la mesure notamment où la détention arbitraire d’innocents voyageurs considérés comme « suspects » alimente le débat sur les libertés civiles. La biométrie, à l’instar d’un certain nombre de technologies similaires, est à cet égard, selon les termes de Lucas Introna, « opaque et silencieuse » (2005 : 77), ce qui ne facilite pas l’examen sociétal. Sur la question des SRF8, cet auteur observe que le code des algorithmes, ayant un statut de logiciel propriétaire, est difficile d’accès, surtout une fois déployé. Or il a des implications parfois considérables, surtout pour certains groupes marginalisés.

19Les SRF, bien que souvent considérés comme « efficaces, efficients et neutres », ont parfois des biais – par rapport aux Afro-Américains, aux Asiatiques, aux personnes « basanées » ou âgées par exemple – qui prennent une résonance particulière dans les pratiques sociales concrètes. Dans la vie réelle, on constate que les opérateurs, soucieux de réduire le nombre de faux négatifs, auront tendance à vouloir que les seuils d’identification soient élevés, entraînant de facto une plus grande vulnérabilité des groupes « discriminés ». Dans ce cas, de toutes petites différences identificatoires se traduiraient par une plus grande facilité d’identification algorithmique, ce qui, en dépit d’un risque accru d’erreurs, serait interprété comme un gain en précision du simple fait que le seuil aurait été relevé. Introna de conclure en ces termes :

« Des écarts apparemment minimes au niveau du taux de reconnaissance de l’algorithme peuvent de fait avoir des conséquences politiques (éthiques) importantes pour certains, une fois intégrés à l’ensemble du dispositif des pratiques de surveillance sociotechniques » (id. : 85).

20Avant d’aller plus loin, il est intéressant de questionner ici les prétentions affichées par les tenants de la biométrie. Multinationales et consultants exploitent allègrement la notion de « solution biométrique » aux problèmes de sécurité, d’autant que sûreté et sécurité prennent une importance croissante dans les mandats – et les promesses – des gouvernements élus. Par exemple, l’International Biometric Industry Association est une association à but non lucratif qui se donne pour objet

« d’élargir le champ des opportunités pour le secteur et d’obtenir le soutien des gouvernements quant à l’usage de la biométrie dans le cadre d’applications phares, tant commerciales que publiques9 ».

  • 10 Commission européenne.

21Mais il est bien difficile de dénicher des travaux indépendants évaluant leurs revendications. Il existe bien un rapport de la CE10 (2005) intitulé Biometrics at the Frontiers : Assessing the Impact on Society (La biométrie aux frontières : évaluer l’impact sur la société) qui reconnaît certaines limites, mais qui considère également comme acquise la diffusion générale des technologies biométriques dans les secteurs commerciaux. Son objectif est clairement de promouvoir « l’émergence d’une industrie biométrique européenne dynamique ».

  • 11 Organisations non gouvernementales.

22L’un dans l’autre, c’est aux militants des libertés individuelles, aux ONG11 de défense des droits de l’homme, aux « chiens de garde » de la vie privée, aux réseaux universitaires et autres qu’il incombe in fine de définir les grandes lignes d’une critique de la biométrie (Privacy International 2004 ; EPIC 2006 ; Lodge 2006 ; Magnet 2009), même si, comme nous allons le voir, certains d’entre eux contribuent parfois (malgré eux) plus au problème qu’à sa solution. Le rapport Tendances de la biométrie rédigé pour le Parlement européen, par exemple, se montre très critique sur les modes de développement de la biométrie en Europe. Son auteur, Juliet Lodge, ne mâche pas ses mots. Elle souligne que

  • 12 Union européenne.

« l’improvisation, les finances et l’industrie orientent les tendances dans les politiques et dans les choix émergents. Les opinions des 27 États membres de l’UE12divergent au sujet du choix de la biométrie, des cartes d’identité et des passeports, de l’interopérabilité, du format, de la durabilité des documents, de l’étendue technique de la technologie qui y est associée (y compris les lecteurs de documents, la formation du personnel), des codes de pratique relatifs à la qualité, de la capacité et de l’intérêt pour les mesures destinées à combattre l’action d’initiés malveillants. Il y a un décalage entre les pratiques et la rhétorique de gouvernement. On affirme que la protection des données est essentielle, mais une attention insuffisante semble être consacrée à la lutte contre les risques de fraude, y compris la délocalisation vers des entreprises du secteur privé à l’intérieur de l’État ou vers des États tiers » (Lodge 2006 : 1).

23La suite du rapport étaye ces assertions tout en avançant des propositions constructives sur l’avenir de la biométrie au sein de l’UE.

  • 13 Cf. aussi Lodge 2007.

24Juliet Lodge estime en particulier que l’UE affiche un « triple déficit » en matière de développement biométrique13. Sur le plan technique, les infrastructures informatiques sont inadaptées et incompatibles ; le traitement et l’échange d’informations ne sont pas fiables ; un certain nombre de questions se posent quant à l’interopérabilité et le transfert de données ; enfin les questions de « plantage » généralisé du système, d’obsolescence et de résistance à la fraude ne sont pas traitées convenablement. Sur le plan politique, on constate une certaine défiance au sein des différents organismes et entre eux ; on ne se demande visiblement pas assez par quels mécanismes le citoyen ordinaire risque de se faire inclure ou exclure d’un système donné pour cause de méconnaissance du principe de « consentement éclairé » ou parce qu’il n’a pas les moyens de s’offrir un dispositif pourtant obligatoire ; et le grand public se méfie du côté Big Brother des systèmes interopérables, du détournement d’usage, des fraudeurs en interne ou tout simplement des possibilités d’erreur. Dans ce troisième cas, Lodge considère qu’il s’agit d’un déficit de « communication ». La rande question est ici de savoir qui, de l’État ou des intérêts privés, dicte l’ordre du jour, compte tenu du fait que les exigences des États-Unis dominent les approches de coopération judiciaire et policière, ce qui n’est pas sans susciter quelques inquiétudes en Europe, mais également au Mexique, au Canada et ailleurs.

  • 14 On pourrait évidemment citer d’autres problèmes parallèles comme la vidéosurveillance. Cf. par exem (...)

25Au vu des sérieux écueils techniques, politiques et de communication que soulève la biométrie (Hindle et Zureik 2004 ; Murray 2007 ; Wilson 2008), on est en droit de se demander pourquoi cette technologie connaît une telle popularité en ce début de xxie siècle. Il est bien évident que certains aspects ne sont pas visibles au premier abord14. Selon Patrick O’Neil, plusieurs facteurs seraient à l’œuvre ici (O’Neil 2005). L’un d’eux est la perception du risque par le grand public. Le risque terroriste angoissant : sa probabilité est faible, mais les conséquences sont perçues comme dramatiques, voire horribles. On favorise donc dans ce cas les options à « risque zéro », qui éliminent la menace au lieu de la gérer, ce qui par la suite tend naturellement à façonner les choix effectués dans le cadre de la prévention du terrorisme.

26Par ailleurs, un autre facteur essentiel explique ce recours rapide aux technologies biométriques suite au 11 septembre 2001, c’est la forte propension des sociétés occidentales (notamment) à favoriser les « solutions » high-tech (par opposition aux options basse technologie ou simplement non technologiques), peut-être parce qu’on leur trouve une dimension suffisamment spectaculaire pour traiter un risque lui-même spectaculaire (Mosco 2004). Confortablement installée dans le sillage de ce phénomène, l’industrie biométrique profite à plein d’investissements étatiques massifs dans le secteur industriel qui, surtout aux États-Unis, indiquent assez les intérêts économiques en jeu dans le développement de ces technologies (Klein 2007 : 339-369). Comme le suggère O’Neil, si d’aucuns tiennent à ce que le grand public considère les technologies de l’information comme étant en pointe et ayant fait leurs preuves, c’est aussi pour promouvoir l’idée que la dépendance informatique est parfaitement acceptable, d’autant plus qu’elle dégage la responsabilité des faillibles humains que nous sommes (O’Neil 2005 : 559). Ces facteurs font le jeu des marchands de biométrie ; mais, au fil du temps, ils trouvent d’autres soutiens – politiciens, universitaires, voire critiques – qui ne font que renforcer leur position.

27O’Neil cite le cas de David Blunkett, alors Home Secretary (ministre de l’Intérieur) du Royaume-Uni, qui n’hésitait pas à affirmer que la biométrie rend « impossibles » le vol d’identité et les identités multiples, ainsi que le sociologue Amitai Etzioni, rassurant ses concitoyens américains sur le caractère « inviolable » d’un projet de carte d’identité biométrique (Etzioni 2002). O’Neil démontre que leurs arguments se fondent sur des taux de succès élevés à partir de tests isolés, et non pas à partir de systèmes ou de situations réels, ou bien, dans le cas des tactiques antiterroristes, sur une confusion entre « information » et « renseignement » qui introduit une suspicion, comme si des intentions suspectes venaient se greffer sur les données récoltées, qui ne sont plus alors de simples « informations ». Mais il est bien possible que les ardents défenseurs des libertés individuelles, qui comptent parmi les critiques les plus féroces de la biométrie, contribuent eux-mêmes, en surévaluant la menace que représentent ces technologies, à en exagérer l’efficacité perçue (leur reconnaissant implicitement l’efficacité qu’on leur attribue).

  • 15 Personal Identification Number.

28C’est ainsi que la biométrie s’est imposée progressivement comme l’option numéro un en matière d’identification, et notamment de systèmes de vérification d’identité. Il paraît logique d’utiliser le « corps lui-même » (l’idée fait problème en soi, voir plus loin), à la fois parce que cela évite d’avoir à se rappeler un mot de passe ou à conserver un objet donné par-devers soi - même si, naturellement, cartes à puce et codes PIN15 restent bien souvent indispensables – et aussi parce que le corps, tout comme l’identité, est fréquemment considéré comme stable.

  • 16 La LSE (London School of Economics) avait par exemple critiqué (entre autres) le fait que la propos (...)

29Seulement, il est difficile de trouver des travaux de recherche indépendants sur le sujet. Les entreprises, connaissant l’énorme potentiel de ce marché, font l’article sur leurs produits, et les politiques sont rarement qualifiés pour porter un jugement technique pertinent16. On voit donc que notre première question, sur la nature et les prétentions de la biométrie dans le champ de l’identification, exige plus de recherches. Les problèmes sont complexes et, quant aux « solutions » biométriques, elles ne sont considérées comme telles que sur la base de preuves pour le moins discutables, voire souvent nébuleuses.

Biométrie et corps pour information

30L’un des aspects les plus frappants des identifiants fondés sur des caractéristiques corporelles est leur tendance à discriminer de manière inappropriée ou inégale entre les groupes humains (Muller 2004). Tout système d’identification est par nature conçu pour contribuer à distinguer entre eux les groupes de population, et aucun ne sera jamais totalement satisfaisant pour tous. Ce point soulève quelques écueils élémentaires en termes d’éthique de la classification. Comme le dit fort sagement Lucy Suchman, toute catégorie s’inscrit dans une politique (Suchman 1993). Elle fait référence à la catégorisation en tant qu’elle trahit les intentions de ses instigateurs, mais on peut y entendre également la nécessité d’un contrôle éthique et politique du phénomène. En l’espèce, les concepteurs des systèmes informatiques coopératifs ont un mode de catégorisation qui favorise la discipline et le contrôle. L’acte de classifier tend également à obscurcir les rela-tions de pouvoir, en ce sens qu’il reflétera nécessairement les besoins de celui qui classifie, comme le relèvent Bowker et Star à propos des pratiques des assureurs (1999 : 70). Quelles asymétries du pouvoir peuvent en l’occurrence nous révéler les catégories biométriques ?

31Dans son étude des « identités suspectes », Simon Cole conclut que, si l’anthropométrie (mesure du corps humain pour classification) se voulait minutieusement scientifique, la dactyloscopie (examen des empreintes digitales pour les besoins d’une enquête) était considérée comme une technologie applicable à grande échelle. Ainsi,

« il était possible de ramener “l’Autre” – population coloniale, immigrés, personnes de couleur, femmes – dans les rets de l’identification étatique » (Cole 2001 : 166).

32Au xxie siècle, peu de choses ont changé, apparemment. Si le recours aux empreintes digitales semble avoir conquis à certains égards un statut universel en termes d’identification, indépendamment du genre, de la race ou du statut social, l’identification biométrique reste plutôt associée à des situations de désavantage préexistant (droit aux prestations sociales par exemple) et à l’immigration (même si la terminologie du début du xxe siècle, « étrangers indésirables », semble peu usitée désormais).

  • 17 European Dactylographic System.
  • 18 Contrôleur européen de la protection des données.
  • 19 Cf. par exemple Van der Ploeg 1999.

33Le système Eurodac17, par exemple, vise à simplifier la comparaison des empreintes digitales des demandeurs d’asile dans les pays de l’UE, pour s’assurer qu’ils ne demandent pas l’asile en plusieurs endroits simultanément. Instauré en 2000, Eurodac, un système d’AFIS, est opérationnel depuis 2003 et son unité centrale a subi une première inspection en mars 2006. Malheureusement, tous les détails n’ont pas été publiés, compte tenu de la « sensibilité » de l’information. Lors de la publication du résumé de l’audit, le CEPD18 a noté que certaines requêtes ne respectaient pas les procédures. Apparemment, les empreintes de certains demandeurs d’asile de « catégorie 3 » – c’est-à-dire entrés illégalement, sans papiers – avaient donné lieu à des recherches trop poussées par rapport à ce qu’autorisaient les réglementations d’Eurodac (CEPD 2007). Du reste, on ne sait pas trop si le système est réellement viable sous la forme mise en avant jusqu’à présent19.

  • 20 Cf. notamment Magnet 2007.
  • 21 Sur le cas de l’Australie, cf. Wilson 2008.

34La deuxième question concerne les tendances à la continuité et à l’innovation dans la biométrie actuelle. On y perçoit l’écho de formes d’identification plus anciennes, ancrées dans le contexte colonial, et celui du contrôle de la criminalité, mais il s’agit surtout de sonder le potentiel discriminatoire (sur le plan ethnique ou autre) des systèmes plus sophistiqués dont nous disposons aujourd’hui. Prenons l’exemple du Canada et des États-Unis : l’identification biométrique contemporaine y a été développée à des fins de contrôle de la criminalité (maintien de l’ordre), d’assistance sociale (paiement des prestations sociales20) et de contrôle des frontières (délivrance des passeports). Dans chacun de ces cas, on constate que des personnes déjà marginalisées ou désavantagées – délinquants, pauvres, personnes de couleur – sont dans le collimateur, l’objectif de ces systèmes étant de faire le tri entre ceux qui sont à inclure et ceux qui doivent être exclus, les personnes de confiance et les autres, etc. S’il n’y a prima facie aucune raison de penser que les techniques biométriques risquent d’affecter négativement ces groupes vulnérables, le simple fait que ce sont précisément eux qui ont été choisis pour l’identification biométrique donne à penser qu’il faudrait pour le moins s’assurer que ce ne sera pas le cas21.

35Quant à la capacité de la biométrie à capturer fidèlement certaines caractéristiques de différents groupes sociaux, et à le faire mieux que les modes d’identification antérieurs, voilà qui soulève de nombreuses questions. On dit souvent que la biométrie remplace l’œil subjectif de l’inspecteur par le regard objectif du scanner ; mais, le problème, c’est que « l’objectivité » est compromise par la manière dont sont définies certaines différences essentielles – classe sociale, ethnicité et genre notamment. Au xxie siècle, les pratiques d’identification comme la prise d’empreintes digitales avaient la réputation de permettre de faire la distinction – réputée impossible – entre personnes d’un certain type, par exemple les « Orientaux ». De nos jours, la situation n’a guère changé, au fond, certains groupes, comme les « femmes asiatiques » (Magnet 2007), étant considérés comme relativement inconnaissables par la biométrie. Shoshana Magnet montre en quoi l’utilisation des techniques biométriques dans le cadre des prestations sociales en Californie contribue à reproduire, voire à renforcer, ces stéréotypes. Qu’il s’agisse d’immigration ou de handicap, et s’agissant tout particulièrement des femmes prétendant à des prestations sociales, le contrôle à base de prise d’empreintes digitales ne fait qu’intensifier leur criminalisation. D’après cette étude, la pauvreté est d’autant plus stigmatisée qu’elle est ainsi associée à la délinquance, une tendance motivée par les exigences de la lutte contre la fraude, et ce au moyen de méthodes normalement réservées à ceux qui enfreignent la loi. Les femmes de couleur sont particulièrement concernées (Magnet 2009). On voit que l’utilisation de la biométrie dans ce contexte a le double inconvénient de réduire à la portion congrue la préservation de l’anonymat des travailleurs sociaux et d’accroître le rôle des réglementations administratives de telle sorte que ce sont des groupes sociaux qui sont touchés, et non pas simplement les individus dont on entend prélever les caractéristiques biométriques (Rogers-Dillon 2004).

36Mais ce n’est pas tout. Non seulement les stéréotypes négatifs s’avèrent biométriquement reproductibles dans le cadre des prestations sociales, mais on peut aussi démontrer que la conception même des systèmes est défectueuse, de façon tout à fait complémentaire. D’autre part le système révèle que, tant que la question de la « race » est concernée, une partie de la littérature biométrique considère qu’au fond la vraie difficulté est d’obtenir de bons résultats avec les groupes autres que les « Blancs ». Ce n’est donc pas au point de contact que se pose le problème (disons au moment où le fonctionnaire de l’immigration interroge le fichier biométrique), mais bien avant, au stade de l’« enrôlement ».

37Certains groupes ont la réputation d’être particulièrement difficiles à enrôler, ce qui se traduit concrètement par des « taux d’échecs à l’enrôlement ». On est tenté d’en conclure, au niveau de la production biométrique par les entreprises concernées, à des taux d’échecs supérieurs chez les groupes non-blancs – Hispaniques, Noirs et Asiatiques –, ce qui à première vue pourrait les exempter des errements de l’identification biométrique. Toutefois, en corollaire de cette situation, comme l’a justement remarqué Joseph Pugliese, on peut aussi considérer que les dispositifs biométriques favorisent les Blancs à la base (Pugliese 2005). Il va de soi que, si la biométrie obligeait soudain tout un chacun à montrer « patte blanche », il y aurait lieu de s’inquiéter sérieusement.

La culture de l’identification biométrique

38La troisième question nous ramène à certaines considérations élémentaires : quand l’identification passe de l’histoire à l’échantillon, quel est le sens de ce glissement ? La dichotomie habituelle corps/données, que présupposent les discours universitaire et judiciaire modernes, est-elle tenable ? Quelles sont les implications culturelles d’une utilisation du corps en tant que mot de passe ?

39Commençons par un commentaire très général sur la question de la fiabilité des traces corporelles pour l’identification et la vérification d’identité. Les malentendus sur l’identification biométrique trouvent souvent leur origine dans les présupposés sur la stabilité de ce que nous considérons comme notre corps et sur les liens qu’il entretient avec sa représentation comme « information ». Inutile de le préciser, dans ce domaine comme dans bien d’autres, il est de bon ton aujourd’hui de considérer comme immatérielle l’information circulant par voie numérique, ce qui obscurcit la discussion de ce qui se passe réellement lorsque les gens sont identifiés par des moyens biométriques. Dès lors qu’on utilise des mesures prises directement sur le corps à des fins d’identification – le corps comme « mot de passe » –, alors il ne s’agit plus simplement d’information sur les personnes (Agre 2003). C’est le corps lui-même qui est utilisé et vécu de manière nouvelle, ce qui soulève ni plus ni moins que des questions ontologiques et éthiques (Van der Ploeg 2005).

  • 22 Cf. aussi Ian Hacking 1982.

40En un sens, d’ailleurs assez évident, l’identification biométrique soulève des enjeux éthiques et culturels qui dépassent ceux de l’usage pré-électronique des données corporelles pour l’identification. La plupart des formes modernes de catégorisation, surtout au xxe siècle, opéraient une connexion au cas par cas entre l’individu et le fichier – relier les empreintes digitales trouvées sur une scène de crime et un suspect par exemple. Même si Michel Foucault a écrit sur le concept de « biopouvoir » dans son Histoire de la sexualité (1976) en le présentant comme un développement moderne fondamental au terme duquel l’État contrôle la population et réglemente les corps à travers la classification, le concept a pris un relief tout particulier ces dernières décennies22.

41Aujourd’hui, la catégorisation est au cœur des processus d’identification. Les bases de données offrent, en temps réel, une catégorisation à grande échelle qui permet de générer des listes de suspects (ou de récipiendaires, ou de personnes acceptables) (Van der Ploeg 2005 : 83). Ces dispositifs sont à l’œuvre dans bien des domaines, pas seulement le maintien de l’ordre, le paiement des allocations ou le contrôle des frontières ; citons également le lieu de travail ou l’identification commerciale. L’idée du « biopouvoir » comme moyen de régulation prend tout son sens dans ces contextes, puisqu’il repose fortement sur la surveillance. Classifier des populations, communiquer le résultat de ces classifications et décider des actions à entreprendre (Ericson et Haggerty 1997 : 90) : voilà précisément ce qu’autorisent la surveillance en général et la surveillance par vérification de l’identité biométrique en particulier.

  • 23 Acide désoxyribonucléique.

42Une fois le corps identifié via un code numérique, il devient possible de le repenser en tant qu’« information », comme le démontrent Van der Ploeg (2005) et, d’une manière légèrement différente, Hayles (1999). Les descriptions anatomico-physiques modernes qui nous sont familières semblent trouver une moindre résonance dans un monde où les médias numériques se sont accaparé tant de relations au quotidien. Le « corps informatisé » mérite une considération attentive. En effet, à mon sens, tant que sera maintenue la distinction entre le « corps lui-même » et « l’information sur le corps », les réactions éthiques normatives seront inadaptées. Dans ce cas, les problématiques liées à la biométrie risquent de se limiter à la question de savoir si les mesures du corps à enrôler – les doigts, les yeux – entrent bien dans le cadre prédéfini, ou si les données traitées sont conformes à telle ou telle réglementation, elle-même héritée de telle ou telle conception de la vie privée. Selon les termes de Van der Ploeg, l’idée d’« intégrité corporelle » a sans doute sa pertinence ici. Elle s’appuie en particulier sur l’analogie entre les radiographies de l’« intérieur » des corps et le prélèvement d’échantillons ADN23, toujours de l’« intérieur » (Van der Ploeg 2005 : 94).

  • 24 Notons au passage qu’on retrouve des enjeux similaires dans le cadre de l’utilisation d’implants de (...)

43Mais la distinction intérieur/extérieur fait déjà problème pour nous, puisque l’objet même des mesures biométriques est de générer de l’information sur l’identité (ou pour le moins de connecter le « corps » et les « données »)24. La question posée à juste titre par Van der Ploeg est de savoir à quel moment le « corps lui-même » devient « information ». Ajoutons que cette information est encore plus intimement liée à ce que « je » suis que ne l’est mon numéro de sécurité sociale ou le code de ma carte bancaire. Le corps informatisé exige de nouvelles façons de penser l’intégrité, à la hauteur du glissement subi par les définitions du corps, de l’anatomique à l’informatique. On pourrait suggérer en particulier, sur le plan éthique, d’élargir le traitement réservé à ce qu’il était convenu d’appeler l’« intégrité corporelle » pour y inclure toutes les données concernant le corps ou qui en sont extraites – notamment l’ADN –, reconnaissant ainsi que le « corps » est en partie constitué de ce qu’on affirme à son sujet.

  • 25 Cf. par exemple Donald MacKay 1969.

44On peut se demander comment l’information et le corps se sont ainsi séparés ou, comme le dit Katherine Hayles, comment l’information « a perdu son corps » (Hayles 1999). Cet auteur observe que l’information s’est « désincarnée » au sein des systèmes de communication modernes. Elle entend par là que, dans le cadre des moyens de communication électroniques, on part du principe que l’information et son contexte matériel ont consommé la rupture, tant et si bien qu’il devient possible de parler d’information « désincarnée ». Cette supposition s’est imposée vers le milieu du xxe siècle, lorsque faisait rage le débat sur les « nouveaux » moyens de communication, mais elle fut contestée à l’époque25 et Hayles la conteste à nouveau. Car, s’il existe des avantages à laisser une information, apparemment insensible à l’influence de tout contexte social, politique ou culturel, flotter librement au gré des réseaux de communication, le processus engendre tout de même une déperdition considérable.

45Dans un ouvrage consacré à ce qu’il est convenu d’appeler la « société de surveillance », j’ai moi-même consacré un chapitre à la « disparition des corps », avec l’idée, voisine de celle avancée par Hayles, que la communication contemporaine est de plus en plus dépeuplée (Lyon 2001). Autrement dit, il semblerait que soyons en train de bâtir un monde dans lequel les corps physiques sont superflus en termes de communication ; l’information communiquée peut être – est souvent – considérée indépendamment de la personne physique qui l’a produite. Toutefois, si la distinction est pertinente dans certains cas, les deux sont au fond inséparables, comme le font justement remarquer Hayles et d’autres. Pourquoi ? Parce que ces actes de communication concernant le corps et l’information sur le corps définissent en partie la personne incarnée. Mon être physique dans le monde, mes chances économiques et sociales dans la vie reposent concrètement sur des données qui ne sont que « sur moi », « à propos de moi ». La biométrie sert, selon la formulation de Van der Ploeg (2005), à les écrire sur le corps.

46On pourrait dire que les systèmes de surveillance servent à « rapatrier » ces corps en voie de disparition, en les rendant visibles aux yeux des divers organismes, agences, autorités, etc. (Lyon 2001). La surveillance contribue à la « visibilité » des citoyens par l’État (Scott 1998). En un sens, l’existence même des systèmes de surveillance contemporains reconnecte les personnes considérées comme entités corporelles avec les données qui les concernent, les constituant tantôt en consommateurs à forte valeur ajoutée, tantôt en terroristes potentiels, en mauvais payeurs, en bénéficiaires de vols gratuits ou autres. Donc il devient de plus en plus difficile d’être « invisible » (ou simplement anonyme) dans un monde saturé de surveillance. Les processus de surveillance contribuent ainsi à ce que Haggerty et Ericson (2000) nomment la « disparition de la disparition ». La biométrie pousse encore un peu plus loin le bouchon, puisqu’elle fait entrer les « données corporelles » dans le champ de vision du surveillant du « qui nous sommes », à un niveau très élémentaire mais extrêmement lourd de conséquences.

47Le tableau n’est pas encore complet pour autant. Car ces données corporelles ont une portée fort restreinte, et ne portent encore que sur des éléments isolés du corps « physique ». Dans le même temps, elles font l’impasse sur les manières dont le corps est en partie constitué de ces critères choisis pour le « définir » (plus d’autres que nous verrons plus loin). En un sens (ou plusieurs), la surveillance peut faire « réapparaître » les corps, mais ce sont des corps qui déjà ne sont plus définis qu’en termes « mêmeté » avec d’autres données. Parce qu’ils sont les produits de données fragmentaires traitées par machine, ils ne sont que des « corps » rationalisés (et réductionnistes), comme aurait pu le dire Paul Ricœur (1992). Ces identités corporelles permettent de classifier et d’évaluer à partir d’« échantillons », mais excluent la possibilité d’entendre la voix de la personne dont le corps est examiné, sous la forme de « récits » qu’il ou elle pourrait raconter. Or il est possible que ces histoires fassent partie intégrante des corps, à telle enseigne que, sans elles, le « corps » soit incomplet.

48Dans le sillage de Ricœur, nous voyons donc surgir pour le corps une nouvelle voie d’identification, celle qu’il qualifie de « corps autodésignant » (Ricœur 1992 : 47). Contrairement à ce qui se passe dans le cas de la biométrie, qui se résume au fond à un jeu de similitudes et de différences par rapport à d’autres corps, le corps autodésigné est ouvert à l’Autre (Ceyhan 2008). Il est conçu comme produit par des récits, des histoires, et non pas simplement par les données corporelles abstraites qui font l’ordinaire de la biométrie. Cela nous ramène à l’inquiétude de Bauman à propos du risque constant de voir nos identités construites par d’autres, et des négociations nécessaires pour s’assurer que les canaux de communication entre ces différentes conceptions de l’identité restent ouverts (Bauman, 2010). Ainsi, même quand la biométrie joue un rôle dans les processus d’identification, cette perspective mettrait l’accent sur son inadéquation en l’absence d’un souci correspondant d’« autoattestation de soi ».

49Pourquoi est-ce si important ? Parce que l’identification biométrique a une portée limitée, et pas seulement dans le sens où les technologies risquent de ne pas « marcher » ou de favoriser – par inadvertance – certains groupes par rapport à d’autres. L’identification biométrique est limitée parce qu’elle fonctionne sur une définition contestée du « corps », au terme de laquelle corps et information peuvent être considérés comme des entités séparées, où les données abstraites agissent par procuration, en lieu et place d’autres définitions (in-admissibles), comme par exemple les récits que racontent les gens (« l’autoattestation de soi » chez Ricœur). Sachant que les identités dont on a confié la « vérification » aux systèmes biométriques contemporains sont, en première instance du moins, celles de groupes marginalisés et vulnérables – suspects de terrorisme, bénéficiaires d’allocations et délinquants potentiels –, l’idée de ne se fier qu’à ces données abstraites ouvre clairement la porte à l’injustice.

Au-delà de la biométrie ?

  • 26 Radio Frequency Identification.
  • 27 Food and Drugs Administration.

50Dans un article sur le corps, il n’est pas superflu de mentionner deux autres enjeux émergents, qui touchent plus ou moins à la biométrie et sont susceptibles de faire de plus en plus débat ces prochaines années : d’une part l’ADN employé à des fins d’identification, de l’autre l’utilisation d’implants RFID26 dans le corps pour suivre à la trace, en temps réel, des personnes identifiables. La Grande-Bretagne possède le plus gros fichier ADN au monde (créé en 1995), utilisé essentiellement à des fins de police scientifique. Les techniques permettant d’exploiter l’ADN trouvé dans le sang, les fluides corporels, les cheveux ou les tissus humains pour établir un lien fiable entre des suspects, des crimes et des victimes sont désormais très répandues. Par ailleurs, depuis que la FDA27 a autorisé en 2005 l’utilisation limitée d’implants RFID dans le corps humain aux États-Unis, de nouvelles questions se posent également sur cette technologie. Si l’ADN repose sur ce qu’on peut appeler des « données corporelles », on ne le considère généralement pas comme une caractéristique biométrique (bien que certains le qualifient de « biométrie ultime »). Et, tandis que la biométrie est utilisable en conjonction avec une puce RFID insérée dans le corps, les implants soulèvent des questions qui vont au-delà de celles qu’engendre la seule biométrie.

51En Grande-Bretagne, le fichier ADN national contient des données sur 5,2 % de la population ; par contraste, aux États-Unis, le fichier équivalent ne couvre que 0,5 % de la population américaine. Bien que prévu initialement, en 1995, pour faciliter les enquêtes criminelles – viol ou meurtre –, sa portée fut étendue, entre 2000 et 2005, à quasiment toute la population délinquante (Norris 2006). Pis encore, on y retrouve désormais quiconque a été arrêté pour une infraction donnant lieu à procès-verbal, que des charges aient été retenues ou non, et même certains volontaires du type témoin visuel d’un crime. En Angleterre, les détails restent dans le fichier même si la personne concernée est innocente. De plus, comme c’est le cas pour d’autres technologies de surveillance, il est vite apparu que certains types de tri bien précis étaient plus fréquents que d’autres. Les caractéristiques mentionnées précédemment, s’ajoutant à des pratiques policières discriminatoires, font que certains secteurs de la population ont plus de risques d’être « profilés » que les autres. Près de 40 % des individus noirs de sexe masculin ont un profil dans la base, contre 9 % des blancs et 13 % des asiatiques (Randerson 2006).

  • 28 Cité dans Nelkin et Andrews 2003 : 108.

52On retrouve des inégalités comparables dans d’autres contextes d’utilisation de l’ADN. Les services de santé, et notamment les compagnies d’assurance médicale, s’appuient de plus en plus sur les données génétiques identifiables pour prédire les besoins futurs en termes de santé. Ces données sont par ailleurs d’un grand intérêt pour certains employeurs. Si ces organismes sont informés à l’avance de complications médicales éventuelles, il est clair que l’individu pourrait avoir à en subir le contrecoup. C’est le genre de scénario qui apparaît dans le film Gattaca (1997), où une « sous-classe génétique » subit systématiquement des désavantages infligés par ceux qui sont génétiquement privilégiés ou « valides ». Si jamais l’ADN finissait un jour par s’intégrer sérieusement dans un éventuel dispositif national de carte d’identité – le biologiste moléculaire Leroy Hood a suggéré un jour que « tout notre génome et tout notre historique médical tiendront un jour sur une carte de crédit »28 – voilà le genre de questions sur lesquelles les citoyens auraient à coup sûr besoin d’être rassurés.

53Si les puces RFID implantées sur des humains étaient récemment encore confinées au monde de la science-fiction, elles seront bientôt utilisables comme moyen généralisé d’identification personnelle, semble-t-il. La puce, durable, de la taille d’un grain de riz, pourrait « contenir – ou faire le lien vers – des informations concernant l’identité, les caractéristiques physiologiques, la santé, la nationalité et les droits d’accès à certaines zones sécurisées » de la personne chez qui elle serait implantée (Foster et Jaeger 2007). Sachant que la FDA en autorise aujourd’hui l’usage médical aux États-Unis, que l’on s’en sert du Mexique (dans le cadre de la sécurité de fonctionnaires exposés) à l’Espagne (le Baja Beach Club de Barcelone fut le premier à proposer aux clients volontaires une puce les identifiant et permettant des transactions bancaires), il est permis de penser que les implants RFID vont croître en popularité.

54On retrouve dans les critiques éthiques, sociales et politiques préliminaires de ces implants un grand nombre de questions déjà soulevées à propos des cartes nationales d’identité. Les applications médicales seront-elles systématiquement soumises à un consentement informé ? Ces applications seraient-elles réellement volontaires en cas d’application, disons, aux travailleurs immigrés ? Qu’est-ce qui s’opposerait à ce qu’on les suive à la trace en toute indiscrétion ? Par ailleurs, à défaut de cryptage, la sécurité des données ne serait pas assurée ; et, comme pour les autres systèmes d’identification, le risque de détournement d’usage est énorme. Qui plus est, le fait d’implanter l’appareillage dans la chair elle-même soulève des questions qui ne se posent pas avec un identifiant que la personne doit simplement porter sur elle – des questions d’intégrité du corps. Certes, cette intégrité est déjà compromise, diront certains, par certains aspects de la biométrie, mais l’implant a tout du passage à la vitesse supérieure (Van der Ploeg 2005).

  • 29 Cf. par exemple le travail conduit par le Conseil de l’Europe sur la biométrie (Conseil de l’Europe (...)

55Les enjeux de l’identification biométrique soulèvent des questions à plusieurs niveaux, du très élémentaire « Est-ce que ça marche ? » jusqu’à « Les conséquences sont-elles réellement justes et équitables ? » et « Que signifient culturellement des corps définis par des données ? ». Certaines, parmi les plus pressantes, ne trouveront pas de solution satisfaisante si on ne traite qu’un niveau ou l’autre. Il est très difficile de dénicher des travaux de recherche indépendants sur la première question, étant donné l’implication des entreprises de haute technologie qui produisent et distribuent les « solutions » biométriques au gré des appels d’offres gouvernementaux. De même, avec la deuxième question, nous avons vu que certaines problématiques fondamentales – par exemple, le calibrage actuel des systèmes biométriques favorise-t-il les Blancs ? – ne semblent même pas posées, du moins pas là où cela compte vraiment. Il est évident que les origines et les effets de ces processus varient avec les pays. Mais, s’il y a un enjeu significatif ici, alors ses implications seront encore plus étendues si notre troisième domaine, celui des corps définis par les données, s’avère de quelque importance lui aussi. Car, s’il est démontré que les technologies biométriques actuelles sont faussées sur le plan « racial » – ce qui exigera des recherches plus approfondies –, cela ne peut qu’avoir de profondes répercussions éthiques et ontologiques pour l’industrie, les utilisateurs et les consommateurs touchés. Aujourd’hui en effet, la biométrie n’est plus confinée aux processus de vérification d’identité aux frontières, dans le seul cadre du mouvement physique. Elle est également présente dans tout ce qui touche à l’identification, à travers le glissement vers un mode de gouvernement axé sur l’identité. Elle touche ainsi aussi bien la sphère commerciale que celle du voyage par exemple. On voit ressurgir des questions aussi familières que cruciales – détournement d’usage, violations de la vie privée, utilisation abusive de données – qui méritent un vrai débat ; or c’est précisément un domaine où l’on voit se développer actuellement d’excellents travaux de recherche et d’orientation politique29.

56Pour autant, il ne faudrait pas s’arrêter en si bon chemin. Ces questions ouvrent d’autres problématiques – par exemple la stigmatisation sociale comme conséquence de pratiques comme l’exploration de données (data mining) et le profilage, où la dimension biométrique est en progression constante. Comme le dit très bien Van der Ploeg (2005 : 78), « (...) par le truchement de la biométrie, les corps risquent de finir marqués au sceau d’identités forgées à l’aune de très anciennes inégalités sociales et politiques ». Plus que jamais, le débat glisse vers les libertés individuelles, les droits de l’homme et la justice sociale. On peut traiter ces problématiques en termes conventionnels – d’ailleurs légitimes – de confiance entre les citoyens et l’État, mais l’enjeu est également, par définition, international et même planétaire, comme le montre bien la course à la normalisation et à l’interopérabilité – songeons au programme Server in the Sky. Sans oublier que toutes ces questions s’inscrivent dans un cadre bien plus large : il s’agit de définir notre humanité dans cet âge numérique. Si l’on confie au corps informatisé le soin de définir cette humanité, en transcendant les anciennes conceptions anatomico-physiologiques du corps tout en ignorant les récits que propose le corps dans l’autoattestation de soi, alors il faudra non seulement veiller à ne pas tomber dans le travers de considérer les données corporelles comme une simple information « immatérielle », mais aussi à entretenir un débat sérieux et informé sur la question de savoir où, quand et dans quelles circonstances l’identification biométrique est acceptable ou non. Aujourd’hui, et c’est regrettable, les rares discussions tombent sous la coupe de quelques entrepreneurs, politiciens et soi-disant experts.

57Ce qui nous ramène à la question de savoir ce qu’un identifiant national peut bien signifier pour le « citoyen ordinaire » de ce temps. Car c’est lui qui est touché au premier chef, et non simplement l’entrepreneur ou le politicien. L’identification biométrique n’est qu’une dimension de la quête vers de nouveaux identifiants, laquelle, comme nous l’avons vu, possède sa propre histoire – d’ailleurs mitigée –, implique toujours une forme de tri social, n’obéit pas seulement aux impératifs de « l’État » mais aussi à ceux des grandes entreprises high-tech et de la technologie des protocoles eux-mêmes, et qui par ailleurs se développe à l’échelle planétaire. Mais, si les dispositifs nationaux d’identification ont pour vocation d’identifier les citoyens, quelles sont alors les implications pour ceux-ci ? Ces économies politiques, ces technologies qui informent les nouveaux identifiants sont-elles un simple ajout, une sorte d’extension, ou bien contribuent-elles à l’avènement d’une citoyenneté nouvelle, d’un cybercitoyen ? Du reste, les citoyens ont-ils voix au chapitre sur la question des modes d’identification des citoyens ?

Bibliographie

Adey Peter, 2007. « “May I have your attention”: Airport Geographies of Spectatorship, Position and (Im)mobility », Environment and Planning D: Society and Space, 25 : 516-536.

Agre Philip E, 2003. « Your Face Is not a Bar Code: Arguments against Automatic Face Recognition in Public Places », http://polaris.gseis.ucla.edu/pagre/bar-code.html (consulté le 13 avril 2010).

Amoore Louise, 2008. « Governing by Identity », in Colin J. Bennett et David Lyon, (éd.), Playing the Identity Card: Surveillance, Security and Identification in Global Perspective. Londres/New York, Routledge : 21-36.

Bauman Zygmunt, 2010. Identité. Paris, L’Herne.

BBC News (British Broadcasting Corporation News), 7 novembre 2008. « People “Can’t Wait for ID Cards” », http://news.bbc.co.uk/2/hi/uk_news/politics/7712275.stm (consulté le 13 avril 2010).

Biometric Technology Today, octobre 2007. « Survey Part One: National ID – Europe ».

Bowcott Owen, 15 janvier 2008. « FBI Wants Instant Access to British Identity Data », The Guardian, http://www.guardian.co.uk/uk/2008/jan/15/world.ukcrime (consulté le 13 avril 2010).

Bowker Geoffrey, Star Susan Leigh, 1999. Sorting Things Out: Classification and its Consequences. Cambridge (MA), MIT Press.

Cavoukian Ann, Stoianov Alex, 2007. Biometric Encryption, Toronto, (Office of the Information and Privacy Commissioner/Ontario.

CE (Commission européenne) (Institute for Prospective Technological Studies), 2005. - « Biometrics at the Frontiers: Assessing the Impact on Society », http://cybersecurity.jrc.ec.europa.eu/pages/ProjectlibestudyBiometrics.htm (consulté le 13 avril 2010).

CEPD (Contrôleur européen de la protection des données), 2007. Summary Report of the European Data Protection Supervisor on the Eurodac Audit (2006),http://www.edps.europa.eu/EDPSWEB/webdav/shared/Documents/Supervision/Eurodac/07-11-09_Eurodac_audit_summary_EN.pdf (consulté le 13 avril 2010).

Ceyhan Ayse, 2008. « Technologization of Security: Management of Uncertainty and Risk in the Age of Biometrics », Surveillance and Society, 5, 2 : 102-23.

Clarke Roger, 2002. « Biometrics’ Inadequacies and Threats, and the Need for Regulation », http://www.rogerclarke.com/DV/BiomThreats.html (consulté le 13 avril 2010).

CNN (Cable News Network), 27 mars 2002. « Schiphol Back Eye Scan Security », http://archives.cnn.com/2002/WORLD/europe/03/27/schiphol.security/index.html (consulté le 13 avril 2010).

Cole Simon A, 2002. Suspect identities: A History of Fingerprintings and Criminal Identification. Cambridge (MA), Harvard University Press.

Conseil de l’Europe, 2005. Rapport d’étape sur les principes de l’application de la Convention 108 à la collecte et au traitement des données biométriques, http://www.coe.int/T/F/Affaires_juridiques/Coop %E9ration_juridique/Protection_des_donn %E9es/ (consulté le 13 avril 2010).

EPIC (Electronic Privacy Information Center). 2006. « Biometric Identifiers », http://epic.org/privacy/biometrics/ (consulté le 13 avril 2010).

Ericson Richard, Haggerty Kevin, 1997. Policing the Risk Society. Toronto, University of Toronto Press.

— 2000. « The Surveillant Assemblage », British Journal of Sociology, 51, 4 : 605-622.

Etzioni Amitai, 14 janvier 2002. « You’ll Love those National ID Cards », The Christian Science Monitor, www.csmonitor.com/2002/0114/p11s1-coop.html (consulté le 13 avril 2010).

Foster Kenneth R., Jaeger Jan, mars 2007. « RFID Inside », IEEE Spectrum, www.spectrum.ieee.org/mar07/4939 (consulté le 13 avril 2010).

Foucault Michel, 1976. Histoire de la sexualité (vol. 1). Paris, Gallimard.

Gates Kelly A., 2005. « Biometrics and Post 9/11 Technostalgia », Social Text, 83 : 35-54.

Goold Benjamin, 2004. CCTV and Policing: Public Area Surveillance and Police Practices in Britain. Oxford, Oxford University Press.

Hacking Ian, 1982. « Biopower and the Avalanche of Printed Numbers », Humanities in Society, 5 : 279-295.

Hayles Katherine, 1999. How we Became Posthuman: Virtual Bodies in Cybernetics, Literature and Informatics. Chicago, University of Chicago Press.

Hindle Karen, Zureik Elia, 2004. « Governance, Security and Technology: The Case of Biometrics », Studies in Political Economy, 73: 113-137.

Introna Lucas, 2005. « Disclosive Ethics and Information Technology: Disclosing Facial Recognition System », Ethics and Information Technology, 7, 2 : 75-86.

Introna Lucas, Wood David, 2004. « Picturing Algorithmic Surveillance: The Politics of Facial Recognition Systems », Surveillance and Society, 2, 2-3: 177-198.

Kaluszynski Martine, 2001. « Republican Identity: Bertillonage as Government Technique », in Jane Caplan et John Torpey (éd.), Documenting Individual Identity: The Development of State Practices Since the French Revolution. Princeton (NJ), Princeton University Press : 123-139.

Klein Naomi, 2007. The Shock Doctrine: The Rise of Disaster Capitalism. Toronto, Knopf Canada.

Lodge Juliet, septembre 2006. Tendances de la biométrie (rapport rédigé à la demande de la Commission des libertés civiles, justice et affaires intérieures du Parlement européen), www.pedz.uni-mannheim.de/daten/edz-ma/ep/06/pe378.262-fr.pdf (consulté le 13 avril 2010).

— (éd.), 2007. Are You Who You Say Your Are? The UE and Biometric Borders. Nijmegen, Wolf Legal Publisher.

LSE (London School of Economics), 2005. The Identity Project. Londres, LSE Department of Information Systems.

Lyon David, 2001. Surveillance Society: Monitoring Everyday Life. Buckingham, Open University Press.

— 2003. « Airports as Data Filters: Converging Surveillance Systems after September 11 », Information, Communication and Ethics in Society, 1, 1 : 13–20.

MacKay Donald, 1969. Information, Mechanism and Meaning. Cambridge (MA) : The MIT Press.

Magnet Shoshana, 5 juin 2007. « Are Biometrics Race-neutral? », http://www.anonequity.org/weblog/archives/2007/06/are_biometrics_raceneutral.php (consulté le 13 avril 2010).

— 2009. « Bio-benefits: Technologies of Criminalization, Biometrics and the Welfare System », in Sean P. Hier et Josh Greenberg (éd.), Surveillance: Power, Problems and Politics. Vancouver, UBC Press : 169-183.

Milone Mark G., 2001. « Biometric Surveillance: Searching for Identity », The Business Lawyer, 57, 1 : 497-513.

Mosco Vincent, 2004. The Digital Sublime: Myth, Power and Cyberspace. Cambridge (MA), MIT Press.

Muller Benjamin, 2004. « (Dis)Qualified Bodies: Securitization, Citizenship and “Identity Management” », Citizenship Studies, 8, 3 : 279-294.

Murray Heather, 2007. « Monstrous Play in Negative Spaces: Illegible Bodies and the Cultural Construction of Biometric Technology », The Communication Review, 10, 4 : 347-365.

Nakashima Ellen, 22 décembre 2007. « FBI Prepares Vast Database of Biometrics », Washington Post, 22 décembre, http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2007/12/21/AR2007122102544.html (consulté le 13 avril 2010).

Nelkin Dorothy, Andrews Lori, 2003. « Surveillance Creep in the Genetic Age », in David Lyon (éd.), Surveillance as Social Sorting: Privacy, Risk, and Digital Discrimination. Londres/New York, Routledge: 94-110.

Norris Clive, 2006. « Expert Report: Criminal Justice », in A Report on the Surveillance Society. Londres, Office of the Information Commissioner.

O’Neil Patrick H, 2005. « Complexity and Counter-terrorism: Thinking about Biometrics », Studies in Conflict and Terrorism, 28, 6: 547-566.

Privacy International, 2004. « Files and Biometric Identifiers on more than a Billion Passengers to be Computerised and Shared Globally by 2015 », http://www.privacyinternational.org/article.shtml ?cmd %5B347 %5D =x-347-62397 (consulté le 13 avril 2010).

Pugliese Joseph, 2005. « In silico Race and the Heteronomy of Biometric Proxies: Biometrics in the Context of Civilian Life, Border Security and Counter-terrorism Laws », The Australian Feminist Law Journal, 23 : 1-32.

Randerson James, 5 janvier 2006. « DNA of 37% of Black Men Held by Police », The Guardian, http://www.guardian.co.uk/world/2006/jan/05/race.ukcrime (consulté le 13 avril 2010).

Reid Angus, 1er août 2007. « Canadians Open to National ID Card », Global Monitor, www.angus-reid.com/polls/view/16691 (consulté le 13 avril 2010).

Ricœur Paul, 1992. Soi-même comme un autre. Paris, Seuil, 1990.

Rogers-Dillon Robin, 2004. The Welfare Experiments: Politics and Policy Evaluation. Stanford (CA), Stanford Law and Politics.

Salter Mark B. (éd), 2008. Politics at the Airport, Minneapolis (MN), University of Minnesota Press.

Scott James, 1998. Seeing Like a State: How Certain Schemes to Improve the Human Condition Have Failed. New Haven (CT), Yale University Press.

Stanton Jeffrey M., 2008. « ICAO and the Biometric RFID Passeport: History and Analysis », in Colin. J.Bennett et David Lyon (éd.), Playing the identity Card. Surveillance, Security and Identification in Global Perspective. Londres et New-York, Routledge : 253-267.

Suchman Lucy, 1993. « Do categories have politics? », Computer – Supported Cooperative Work; 2, 3 : 177-190.

Van der Ploeg Irma, 1999. « The Illegal Body: “Eurodac” and The Politics of Biometric Identification », Ethics and Information Technology, 1, 4 : 295-302.

— 2005. The Machine-Readable Body. Maastricht, Shaker.

Weiser Benjamin, 31 mai 2004. « Can Prints Lie? Yes, Man Finds to his Dismay », The New York Times, http://www.nytimes.com/2004/05/31/nyregion/31IDEN.html ?pagewanted =1 (consulté le 13 avril 2010).

Wickins Jeremy, 2007. « The Ethics of Biometrics: The Risk of Social Exclusion from the Widespread Use of Electronic Identification », Science and Engineering Ethics, 13 : 45-54.

Wilson Dean, 2008. « Australian Biometrics and Global Surveillance », Inter-national Criminal Justice Review, 14, 3 : 207-219.

Notes

1 Federal Bureau of Investigation.

2 Center for Identification Technology Research de l’université de Virginie-Occidentale.

3 Pour une analyse juridique de la question, cf. Milone 2001.

4 Organisation de l’aviation civile internationale.

5 Cf. Reid 2007. Le chiffre était nettement inférieur dans l’enquête de 2006, mais la question était liée à une autre concernant la base de données elle-même.

6 Automated Fingerprint Information System.

7 Sur cet aspect, cf. l’article de Bernadette Dorizzi dans cet ouvrage.

8 Systèmes biométriques de reconnaissance faciale.

9 http://www.ibia.org/ (consulté le 19 avril 2009).

10 Commission européenne.

11 Organisations non gouvernementales.

12 Union européenne.

13 Cf. aussi Lodge 2007.

14 On pourrait évidemment citer d’autres problèmes parallèles comme la vidéosurveillance. Cf. par exemple Goold 2004: 20-39.

15 Personal Identification Number.

16 La LSE (London School of Economics) avait par exemple critiqué (entre autres) le fait que la proposition de carte d’identité britannique ait fait le choix de la biométrie avant que la phase de tests soit arrivée à son terme (LSE 2005).

17 European Dactylographic System.

18 Contrôleur européen de la protection des données.

19 Cf. par exemple Van der Ploeg 1999.

20 Cf. notamment Magnet 2007.

21 Sur le cas de l’Australie, cf. Wilson 2008.

22 Cf. aussi Ian Hacking 1982.

23 Acide désoxyribonucléique.

24 Notons au passage qu’on retrouve des enjeux similaires dans le cadre de l’utilisation d’implants de type RFID (Radio Frequency Identification), voire – pour certains délinquants libérés sur parole ou soumis à un couvre-feu – de type GPS (Global Positioning System), à la fois pour vérifier les identités et pour rattacher ces corps identifiés à un lieu précis.

25 Cf. par exemple Donald MacKay 1969.

26 Radio Frequency Identification.

27 Food and Drugs Administration.

28 Cité dans Nelkin et Andrews 2003 : 108.

29 Cf. par exemple le travail conduit par le Conseil de l’Europe sur la biométrie (Conseil de l’Europe 2005).

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par