Version classiqueVersion mobile

Les funérailles princières en Europe, XVIe - XVIIIe siècle. Volume 1

 | 
Juliusz A. Chrościcki
, 
Mark Hengerer
, 
Gérard Sabatier

Les aléas des funérailles princières

Les funérailles contrastées des rois de Prusse au xviiie siècle

Ewald Frie
Traduction de Juliette Guilbaud

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans la seconde moitié des années 1970, la République démocratique allemande (RDA) entreprenait la reconstruction de la cathédrale de Berlin. Apparemment, les autorités de la RDA étaient tentées de présenter

la crypte des Hohenzollern comme faisant jeu égal avec la crypte des Wettin dans la cathédrale de la Sainte-Trinité à Dresde, les tombeaux des tsars dans le Kremlin et la cathédrale Pierre-et-Paul de Saint-Pétersbourg, la crypte des rois de Pologne dans la cathédrale du Wawel à Cracovie, la crypte des Capucins pour la maison de Habsbourg à Vienne, les tombeaux des rois de France dans la basilique Saint-Denis, ou encore la crypte des souverains espagnols à l’Escurial, près de Madrid1.

Il n’y avait qu’un problème : la crypte n’abritait presque aucun roi.

La cathédrale de Berlin fut décrétée nécropole des Hohenzollern en 1536 par le prince-électeur Joachim II2, qui y fit transférer les restes de ses deux prédécesseurs, enterrés jusque-là à l’abbaye de Lehnin, dans le Brandebourg.

Ses s...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search