Version classiqueVersion mobile

Les funérailles princières en Europe, XVIe - XVIIIe siècle. Volume 1

 | 
Juliusz A. Chrościcki
, 
Mark Hengerer
, 
Gérard Sabatier

Les aléas des funérailles princières

Les funérailles luthériennes des Welf à l’époque moderne

Hans-Georg Aschoff
Traduction de Sébastien Schick

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Racines médiévales glorieuses, exclusion de la dignité de prince-électeur, division du lignage puis réunification partielle dans une seule et même maison, ralliement à la Réforme, accroissement de pouvoir au xviie siècle et aspirations à une élévation dans la hiérarchie princière : en quelque sorte, ces nombreuses caractéristiques faisaient des Welf les représentants typiques des dizaines de maisons princières de rang moyen que comptait le Saint Empire à l’époque moderne.

La dynastie des Welf était l’une des plus anciennes d’Europe1. Son élévation atteignit son apogée au xiie siècle sous Henri le Lion (v. 1129-1195), qui réunit entre ses mains les grands et puissants duchés de Saxe et de Bavière, créant ainsi un véritable contre-pouvoir au sein de l’Empire. Sa chute, en 1180, et la partition de ses domaines ravalèrent la dynastie au rang des « puissances d’importance régionale2 ». Le fait que les Welf ne soient pas admis dans le collège des princes-électeurs, rouage majeur de la poli...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search