Version classiqueVersion mobile

Les funérailles princières en Europe, XVIe - XVIIIe siècle. Volume 1

 | 
Juliusz A. Chrościcki
, 
Mark Hengerer
, 
Gérard Sabatier

Les paradigmes des grandes monarchies

Les pompes funèbres des tsars et tsarines en Russie, xve-xviiie siècle

Marie-Karine Schaub

Note de l’auteur

Les traductions des citations originales russes sont de l’auteur. Afin de faciliter la recherche bibliographique au sein des catalogues francophones, les noms d’auteurs et d’ouvrages russes en notes ont été translittérés selon la norme internationale ISO 9 (1995), utilisée notamment par la Bibliothèque nationale de France et le catalogue collectif français des bibliothèques et centres de documentation de l’enseignement supérieur et de la recherche (Sudoc). En revanche, la forme francisée a été retenue pour les noms propres dans le corps du texte. (N.d.É).

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les funérailles des souverains, comme tous les autres domaines de la politique dans la Russie moderne, connurent des modifications radicales durant le règne de Pierre le Grand (1682-1725). Non seulement, après 1725, elles furent organisées à Saint-Pétersbourg, fondée en 1703 et nouvelle capitale de l’Empire depuis 1712 (à l’exception de celles de Pierre II enterré à Moscou en 1730), mais la pompe elle-même fut repensée de manière à mettre en scène une nouvelle rhétorique et une nouvelle logique des pratiques cérémonielles, valorisant la puissance impériale et revendiquant les emprunts aux rituels occidentaux. La première rupture opérée par Pierre avec le cérémonial moscovite eut lieu en 1699, lorsqu’il fit organiser les funérailles de deux de ses plus illustres généraux et conseillers, François Lefort et Patrick Gordon2. Par ailleurs, le déroulement même des différentes cérémonies fut soumis aux aléas souvent dramatiques de la succession au trône, conséquence de la loi imposée par P...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search