Version classiqueVersion mobile

¿Louis XIV espagnol?

 | 
Gérard Sabatier
, 
Margarita Torrione

Épilogue

1715 : Que reste-t-il des Pyrénées ?

Gérard Sabatier

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Vérité au deçà des Pyrénées, erreur au-delà », écrivait Pascal à l’aube du règne personnel de Louis XIV1. « Il n’y a plus de Pyrénées, elles sont abîmées, et nous ne sommes qu’un ! », s’exclama l’ambassadeur Castel dos Rios à Versailles le 16 novembre 1700 quand Louis XIV présenta son petit-fils Philippe d’Anjou comme le nouveau roi d’Espagne2. Les études qu’on vient de lire montrent que, si les Pyrénées n’étaient pas « fondues » ou « abîmées » comme le voulait l’ambassadeur dans son enthousiasme, elles n’étaient pas (plus ?) la barrière étanche séparant les deux univers radicalement différents de l’adage pascalien. Que restait-t-il des Pyrénées après le demi-siècle de compétition à laquelle s’étaient livrées les deux cours ? Quels emprunts avait faits, quels refus avait opposés le roi Bourbon au « modèle espagnol », si tant est qu’on puisse encore parler de « modèle », alors que l’historiographie espagnole a démonté ce prétendu monolithe d’une identité hispanique si peu conforme ...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search