Version classiqueVersion mobile

¿Louis XIV espagnol?

 | 
Gérard Sabatier
, 
Margarita Torrione

Représentations

Statues royales et géographie du pouvoir sous les règnes de Charles II et de Louis XIV

Diane H. Bodart

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La destinée des monuments royaux en France et en Espagne

Le topos de l’antinomie entre les monarchies de France et d’Espagne, opposant un Roi Très-Chrétien présent auprès de ses sujets et de ses armées à un Roi Catholique gouvernant à distance, dissimulé dans le secret de ses cabinets1, paraît s’appliquer à merveille également à l’usage des monuments royaux de part et d’autre des Pyrénées. À Paris et à Madrid, les conditions de visibilité du corps royal trouvaient en effet un écho dans les modalités d’exposition des statues des monarques, ostentatoires dans la capitale française et bien plus discrètes dans la capitale espagnole. Au xviie siècle, depuis la translation des bronzes équestres d’Henri IV et de Philippe III de la Florence des Médicis, où ils avaient été exécutés dans l’atelier de Jean de Bologne, vers les cours de France et d’Espagne, les statues des Bourbons ponctuaient la topographie parisienne, tandis que celles des Austrias étaient confinées dans les jardins des palais...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search