Version classiqueVersion mobile

¿Louis XIV espagnol?

 | 
Gérard Sabatier
, 
Margarita Torrione

Représentations

Le portrait royal à l’espagnole sous Philippe IV et Charles II

Miguel Moran Turina

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il est bien connu que la carrière artistique de Saint-Exupéry a été brisée très tôt – en vérité, à son commencement, dès qu’il montra son premier dessin à un adulte – et que, pour cette raison, il ne savait représenter que des « serpents boas ouverts ou fermés » digérant un éléphant. Je pense que Rigaud a connu un sort approchant. Non, bien sûr, que l’on ait étouffé sa carrière dans l’œuf dès l’enfance, mais parce que lui aussi ne savait représenter qu’une seule chose : des rois de France.

À la fin de l’année 1700, on lui commanda le premier portrait officiel du jeune Philippe V mais, en dépit de l’indubitable intérêt qu’il porta à la réalisation d’un travail aussi important, il n’atteignit pas son objectif : le portrait est magnifique, mais ce n’est pas le portrait d’un roi d’Espagne. Il ressemble trop à celui de Louis XIV, que Rigaud peignit aussitôt après et qui est devenu, à la longue, l’image archétypique du monarque français. Même l’inévitable habit noir que porte Philippe – dé...

Auteur

Université Complutense, Madrid

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search