Version classiqueVersion mobile

Loin de Moscou

 | 
Szymon Piotr Kubiak

Repères biographiques

Gérard Singer (1929, Paris – 2007, Paris)

Texte intégral

ill. 63. Gérard Singer, portrait photographique

ill. 63. Gérard Singer, portrait photographique

© Gérard Singer / ADAGP, Paris 2019, photo : archives Claudette Singer, galerie Mercier & Associés, Paris

1929

1Gérard Singer naît le 25 janvier dans la maison parisienne d’un couple aisé aux racines juives. Son père, Max Singer (Zingher), originaire de Roumanie, vit des revenus de l’usine textile familiale à Kichinev. Sa mère, Antonina Kapellner, vient d’une famille connue de Petite Pologne. Son cousin, Mieczysław Kaplicki (Maurycy Kapellner), dermatologue de renom, ancien soldat des Légions polonaises, sera maire de Cracovie dans les années 1934-1939.

1937

2Encouragé depuis son plus jeune âge à développer ses talents plastiques, il débute le 5 mars au XLVIIIe Salon des indépendants. Âgé de huit ans, il expose – aux côtés, entre autres, d’Édouard Goerg et d’Albert Marquet – deux tableaux, L’Usine de verre et La Tempête.

1937

3Le 3 novembre, il ouvre sa première exposition individuelle à la galerie Jean Charpentier. Le catalogue fait état de dix-neuf tableaux à l’huile et de quarante-six dessins, et il est accompagné d’un texte du célèbre critique Louis Vauxcelles. Les sujets comprennent des scènes avec des sportifs, des paysages, des vues portuaires, ainsi que des intérieurs de galeries de maîtres au musée du Louvre. Le tout jeune artiste fait sensation dans la presse quotidienne, les magazines féminins et les périodiques pour enfants, qui le qualifient de « Mozart de la peinture » (ill. 16).

1938

4Il envoie ses tableaux dans une tournée nationale organisée par l’Association des peintres des salons parisiens.

1939

5Il présente quinze œuvres dans une exposition individuelle ouverte le 15 juillet au champ de courses hippiques du bois de Boulogne.

1940

6Après l’entrée des nazis à Paris, il fuit avec sa famille vers le sud de la France, en zone occupée par les Italiens. Il est inscrit comme élève dans un lycée de Nice.

1943

7En octobre, il part à la campagne. Ses parents sont dénoncés alors qu’il est absent de Nice. Comme ils possèdent de faux papiers leur attribuant la nationalité roumaine, ils se réfugient à Sabaudia. Dépourvue de papiers aryens, la mère d’Antonina est déportée et meurt au camp de concentration d’Auschwitz – un traumatisme qui accompagnera jusqu’à la fin de sa vie la sœur de l’artiste, l’écrivaine Yvonne Singer-Lecocq, témoin de l’événement.

1943-1944

8Il s’engage dans la Résistance française près du mont Revard, en Savoie, où il fait le messager entre groupes de maquisards. Il note ses expériences, dont une attaque de troupes de la ss le 10 juin 1944, dans un carnet de guerre. À côté de scènes où des alpinistes luttent dans le maquis, on y voit des études d’armes, des scènes d’arrestation, d’exécution et de libération (ill. 20-21). Vingt-neuf de ces dessins seront publiés dans un reportage sur un combattant du Vercors, François-Jean Armorin : Le Temps des terroristes, dans une édition pour bibliophiles (Paris, Franc-Tireur, 1945, ill. 22-23).

1944

9Après la Libération, il s’inscrit à l’Académie de la Grande Chaumière à Paris.

1945

10Le 20 novembre, il ouvre une exposition individuelle à la galerie parisienne Durand-Ruel. Georges Huisman, homme politique de renom et animateur de la vie culturelle, créateur du festival du film de Cannes, en rédige le catalogue. Parmi quarante tableaux à l’huile et vingt gouaches, on trouve un autoportrait, un portrait de sa sœur, des vues de Nice et de Paris, ainsi qu’une étude d’anatomie. Sensibilisé pendant la guerre aux opinions de gauche antifascistes et anticollaborationnistes, Gérard adhère au Parti communiste français. Il devient membre du Club français d’alpinisme et entame des études à l’École des beaux-arts dans l’atelier de sculpture et de fresque de Pierre-Henri Ducos de La Haille.

1946-1947

11Il part en expédition au sud du Maroc. De retour à Paris via Venise, il rapporte des esquisses attestant un dépassement de l’esthétique naïve d’un amateur ; ses formes se font expressives, simplifiées et monumentales. Lors du VIIe Salon des artistes de moins de trente ans, ouvert le 9 novembre 1947 à la galerie des Beaux-Arts à Paris, il présente le dessin Refuge. Cette manifestation créée sous l’Occupation regroupe de jeunes représentants du réalisme, dont Bernard Buffet, Mireille Glodek-Miailhe et Jean-Robert Ipoustéguy.

1950

12Il coorganise le Ier Salon des jeunes peintres, qui ouvre dans cette même galerie le 26 janvier. Il expose un triple portrait à l’huile, Les Métallos, inspiré de la méthode soviétique du réalisme socialiste. Le président du jury est le journaliste et critique d’art Pierre Descargues, qui deviendra plus tard rédacteur en chef du plus important hebdomadaire communiste français, Les Lettres françaises. L’artiste, qui défend le réalisme dans ses colonnes, accuse le Salon de soutenir les intérêts privés des marchands. Cette diatribe est reprise en Pologne par le Przegląd Artystyczny. Apprenant que, dans la ville de Nice qu’il connaît bien, les dockers ont déclenché le 14 février une manifestation contre la guerre, Singer décide d’immortaliser la scène du rejet du V2 à la mer. Il commence à travailler à une immense toile dans son atelier rue de Vaugirard, près de Montparnasse (ill. 1 et 37-39) ; il réalise des études de personnages individuels en invitant ses amis et voisins à poser, dont Claudette Petit, qu’il épousera deux ans plus tard. Trois événements importants ont lieu en avril-mai. Le peintre expose à la Salle des Métallurgistes ses tableaux Le Cortège et La Cantine des jeunes à côté d’œuvres de Jean Amblard, Édouard Pignon et Jean Vénitien. Simultanément, Les Lettres françaises entament la publication en feuilleton du roman soviétique Loin de Moscou, de Vassili Ajaïev, pour lequel Singer prépare quarante-quatre dessins (ill. 35). Le livre paraît chez les Éditeurs français réunis, l’officine du pcf, en deux volumes illustrés (ill. 3). Le 28 avril, Maurice Thorez, secrétaire général du Parti communiste français, reçoit pour son cinquantième anniversaire un folio qui porte des autographes des militants de la section de Chaillot-Dauphine, et que Singer décore à la main de scènes évoquant l’appel de Stockholm (ill. 36), le document signé un mois plus tôt à l’issue du Congrès mondial de la paix réuni à Varsovie.

1951

13En janvier, il expose au IIe Salon des jeunes peintres une huile, Paysage de Sabaudia, et en avril, au Salon des indépendants, un Portrait. Cette manifestation présente de plus en plus d’œuvres réalistes, dues notamment à l’émigration polonaise, à Felicja Pacanowska ou à Mela Muter, dont La Mort d’un ouvrier, tableau politiquement engagé. La traduction d’une nouvelle extraite du recueil Expériences humaines – de Bogdan Hamery, le pionnier du réalisme socialiste en Pologne – bénéficie, pour sa publication le 13 septembre dans les colonnes des Lettres françaises, d’une illustration de Singer. L’artiste crée des images de travailleurs dans des intérieurs (La Famille C.). Mais c’est le Salon d’automne qui fait vraiment connaître son nom lorsque le tableau Le 14 février 1950 à Nice est décroché le 6 novembre par la police avec six autres toiles à thématique de gauche (ill. 46). L’événement fait le tour du monde, et la reproduction de la toile se retrouve entre autres dans le Time. Quand Singer en exécute une version lithographiée (ill. 64), il est décidé que l’original sera offert à Maurice Thorez pour son cinquante-deuxième anniversaire, qui coïncide avec le IVe Congrès national de l’Union de la jeunesse républicaine de France. Une souscription est lancée (ill. 65), et on met en vente un tirage spécial avec une reproduction pour soutenir cette initiative (ill. 66). Le roman Tiens bon la rampe !, de Pierre Abraham, ancien résistant, conseiller municipal de Nice et rédacteur en chef de la revue Europe, et dont l’action se situe autour des événements du 14 février 1950, est publié chez les Éditeurs français réunis (ill. 48). La couverture de la traduction en tchèque (Držte se soudruzi !), publiée un an plus tard par les éditions Naše Vojsko, reprend un dessin de Singer sur le même motif (ill. 49).

ill. 64. Gérard Singer, Le 14 février à Nice (Le V2 à la mer), 1950, lithographie, 50 × 65 cm, Szczecin, musée national

ill. 64. Gérard Singer, Le 14 février à Nice (Le V2 à la mer), 1950, lithographie, 50 × 65 cm, Szczecin, musée national

© Gérard Singer / ADAGP, Paris 2019, photo : Towarzystwo Przyjaciół Muzeum Narodowego w Szczecinie [Société des amis du musée national de Szczecin]

ill. 65. Appel à souscription pour l’organisation du IVe Congrès national de l’Union de la jeunesse républicaine de France, 1951, impression offset recto verso sur papier, 21 × 14 cm, Szczecin, musée national

ill. 65. Appel à souscription pour l’organisation du IVe Congrès national de l’Union de la jeunesse républicaine de France, 1951, impression offset recto verso sur papier, 21 × 14 cm, Szczecin, musée national

© Gérard Singer / ADAGP, Paris 2019, photo : Towarzystwo Przyjaciół Muzeum Narodowego w Szczecinie [Société des amis du musée national de Szczecin]

ill. 65. (verso)

ill. 65. (verso)

© Gérard Singer / ADAGP, Paris 2019, photo : Towarzystwo Przyjaciół Muzeum Narodowego w Szczecinie [Société des amis du musée national de Szczecin]

ill. 66. Tirage spécial de l’appel à souscription pour l’organisation du IVe Congrès national de l’Union de la jeunesse républicaine de France, mis en vente pour soutenir l’achat du tableau Le 14 février à Nice (Le V2 à la mer) de Gérard Singer, 1951, impression offset sur papier, 30 × 35 cm, Szczecin, musée national

ill. 66. Tirage spécial de l’appel à souscription pour l’organisation du IVe Congrès national de l’Union de la jeunesse républicaine de France, mis en vente pour soutenir l’achat du tableau Le 14 février à Nice (Le V2 à la mer) de Gérard Singer, 1951, impression offset sur papier, 30 × 35 cm, Szczecin, musée national

© Gérard Singer / ADAGP, Paris 2019, photo : Towarzystwo Przyjaciół Muzeum Narodowego w Szczecinie [Société des amis du musée national de Szczecin]

1952

14En janvier, il présente au IIIe Salon des jeunes peintres, transféré à la galerie La Boétie, le tableau La Cantine. Boursier de la Direction des beaux-arts de la Ville de Paris, il envoie la toile Le 14 février 1950 à Nice à l’Exposition des arts plastiques français modernes qui se tient à la galerie Zachęta de Varsovie. Le 1er mars, il se rend en Pologne avec Vénitien pour effectuer l’accrochage des œuvres et rencontrer des artistes polonais, ainsi que des étudiants des écoles des beaux-arts de la capitale et de Cracovie. Ils sont salués à l’aéroport par le professeur Aleksander Rafałowski, puis, lors de leurs visites, par des rapatriés de France, dont Tomasz Gleb et Wojciech Fangor – lequel avait peint deux ans plus tôt les événements de Nice en parallèle avec Singer. L’immense toile (la plus grande de toutes celles exposées) de l’artiste français (le plus jeune de tous les participants) suscite l’admiration du public, lors du vernissage le 17 mars, et les louanges de Ryszard Stanisławski, Zygmunt Kałużyński et Zbigniew Herbert. Outre les œuvres des deux délégués, on pouvait voir celles qu’avaient envoyées notamment Amblard, Marquet, Glodek-Miailhe et Pignon, les modernistes de gauche Pablo Picasso et Fernand Léger, ainsi que la fine fleur du réalisme socialiste, André Fougeron et Boris Taslitzky. Les œuvres de ces derniers sont acquises par le ministère polonais de la Culture et des Beaux-Arts pour le musée national de Varsovie, en plus de toiles à contenu idéologique de Bernard Lorjou et Paul Rebeyrolle, et d’une tapisserie de Marc Saint-Saëns. La toile de Singer suit le même chemin avant d’aboutir au musée de Poméranie occidentale, contrairement à ce qui avait été prévu par le jeune Français.

1953

15Il réalise le tableau Rue de Buci, qui représente dans l’esprit de Fougeron une rue de Paris rendue célèbre par une manifestation organisée par des communistes en 1942 dans le cadre de la Résistance (ill. 67). Lors du Le Salon d’automne, inauguré le 4 novembre, il expose un immense paysage, Les Environs de Laon : une vaste plaine avec au fond une cathédrale, et au premier plan un camp militaire américain de l’Alliance atlantique. Le tableau, inspiré par son service militaire l’année précédente, suscite l’admiration de Louis Aragon, qui lui consacre un long article dans Les Lettres françaises. Selon le critique, le paysage est historiquement et politiquement marqué par les combats séculaires qui ont forgé l’identité française ainsi que par l’« occupant » capitaliste actuellement présent. Le slogan de la guerre froide « Ami, go home ! » sera repris autour de l’exposition.

ill. 67. Gérard Singer, Rue de Buci, 1953, huile sur toile, Paris, galerie Mercier & Associés

ill. 67. Gérard Singer, Rue de Buci, 1953, huile sur toile, Paris, galerie Mercier & Associés

© Gérard Singer / ADAGP, Paris 2019, photo : galerie Mercier & Associés, Paris

1954-1957

16Tout en gardant ses opinions politiques de gauche, il rejette comme la majorité des artistes français la doctrine du réalisme socialiste. Son œuvre est de plus en plus reconnue. En 1954, il reçoit le prix National et le prix Fénéon. L’année suivante, une bourse d’État lui permet d’effectuer un séjour à La Ciotat, où il retrouve les objets de ses fascinations d’enfance. Il se rapproche du style expressif de Buffet avec des scènes de dockers et des portraits de pacifistes engagés, Frédéric et Irène Joliot-Curie (1956), présentés au Ve Salon des peintres témoins de leur temps. Après les événements de Budapest de 1956, il quitte le Parti. Son dégoût du stalinisme s’exprime une dernière fois dans le refus d’illustrer le roman Le Monument (1958) de l’épouse d’Aragon, Elsa Triolet. Le livre est fondé sur une histoire vraie, celle d’Otakar Švec, auteur d’un monument à Staline à Prague, qui s’est suicidé sous la pression de la police secrète et de l’ostracisme d’une partie du milieu artistique. Singer se réinvente cette fois en sculpteur non figuratif.

1958-1964

17Il commence à développer une troisième dimension dans la peinture. Ses paysages inspirés de vues aériennes se rapprochent de l’abstraction chère à Nicolas de Staël et de la facture du matériau pictural. Un séjour de quatre mois au Centre nucléaire de Saclay accroît son intérêt pour les techniques de la construction, et pour la construction en tant que processus, ce qu’il traduit par des « natures mortes électroniques ». Il expose à nouveau lors d’une exposition collective de l’École de Paris chez Charpentier (1958), et individuellement à Londres à la Kalman Gallery, puis à Paris à la galerie Lorenceau (1959). Cette dernière exposition suscite l’intérêt général de la critique. En 1960, il représente la France aux côtés de Hans Hartung et de Jean Fautrier à la XXXIe Biennale de Venise. Un an plus tard, participant à la IIe Biennale de Paris, il réalise un espace tridimensionnel dans lequel le visiteur est invité à pénétrer. Il imagine des reliefs pour le lycée de Vincennes (1962-1963) et celui d’Orthez (1963-1964), ainsi qu’un projet non réalisé pour le concours du Civic Center Plaza de San Francisco (1964). Lors d’expositions collectives aux États-Unis et en France (1963-1964), il présente des travaux sur trépied au centre de la galerie, qu’il appelle « peinture dans l’espace ».

1965

18Il réalise pour l’exposition « Babel 65 » au musée Galliera un Passage de l’autre côté, immense structure para-architectonique en substance époxyde et en polystyrène, où se révèle sa deuxième grande passion : l’alpinisme. À partir de là, il crée des équivalents en trois dimensions de peintures de paysages à l’intérieur de la galerie et dans l’espace public qui constituent une proposition originale et précieuse d’artiste déjà mûr.

1966-1991

19Il expérimente avec des masses plastiques synthétiques soumises à des traitements thermiques. Il en résulte des structures monumentales de « contre-architecture » qui entrent dans l’histoire de la sculpture : Ambulatoire, pour la Xe Biennale de Middelheim (1969), œuvre transférée en 1971 à Vitry-sur-Seine ; des patios pour le complexe scolaire George-Sand de La Châtre, ainsi que pour l’Institut universitaire de technologie de Saint-Denis (1970) ; Déambulatoire, pour Évry (1972-1976) ; Escalier de béton multicolore, pour Saint-Chamond (1979) ; Passerelle et cheminement, pour L’Isle-d’Abeau (1978-1982) ; Permutant, dispositif paysage (1982-1983), installé au Harper College de l’Illinois ; Canyoneaustrate, pour le parc du Palais des Sports de Paris-Bercy (1982-1988). En 1984, il commence à réaliser des dessins par ordinateur, où continuent à s’exprimer ses inspirations géologiques. Il participe pendant tout ce temps à des expositions, et se lie à la galerie Jeanne-Bucher. Le 11 juillet 1991, une maladie soudaine interrompt une œuvre qui assure à Singer, aux côtés de César, Jean Dubuffet et Piotr Kowalski, une place de choix dans l’art multimédia des années 1960-1980.

2007

20Il meurt le 7 février à Paris.

21Daniel Abadie, « Chronologie », dans Gérard Singer, éd. par Bernard Ceysson, Jean-Luc Daval et Daniel Abadie, Genève, 1995.

22Yvonne Singer-Lecocq, La Peau-mémoire, Paris, 1998.

23Karolina Zychowicz, Paryska lewica w stalinowskiej Warszawie. Wystawa współczesnej plastyki francuskiej w cbwa w 1952 roku [La Gauche parisienne dans la Varsovie de Staline. Exposition d’art plastique français moderne au cbwa en 1952], Varsovie, 2014.

24Catalogues et coupures de presse des archives Claudette Singer, mises en dépôt à la galerie Mercier & Associés à Paris.

Bibliographie

Daniel Abadie, « Chronologie », dans Gérard Singer, éd. par Bernard Ceysson, Jean-Luc Daval et Daniel Abadie, Genève, 1995.

Yvonne Singer-Lecocq, La Peau-mémoire, Paris, 1998.

Karolina Zychowicz, Paryska lewica w stalinowskiej Warszawie. Wystawa współczesnej plastyki francuskiej w cbwa w 1952 roku [La Gauche parisienne dans la Varsovie de Staline. Exposition d’art plastique français moderne au cbwa en 1952], Varsovie, 2014.

Catalogues et coupures de presse des archives Claudette Singer, mises en dépôt à la galerie Mercier & Associés à Paris.

Table des illustrations

Titre ill. 63. Gérard Singer, portrait photographique
Crédits © Gérard Singer / ADAGP, Paris 2019, photo : archives Claudette Singer, galerie Mercier & Associés, Paris
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/17133/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 409k
Titre ill. 64. Gérard Singer, Le 14 février à Nice (Le V2 à la mer), 1950, lithographie, 50 × 65 cm, Szczecin, musée national
Crédits © Gérard Singer / ADAGP, Paris 2019, photo : Towarzystwo Przyjaciół Muzeum Narodowego w Szczecinie [Société des amis du musée national de Szczecin]
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/17133/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 562k
Titre ill. 65. Appel à souscription pour l’organisation du IVe Congrès national de l’Union de la jeunesse républicaine de France, 1951, impression offset recto verso sur papier, 21 × 14 cm, Szczecin, musée national
Crédits © Gérard Singer / ADAGP, Paris 2019, photo : Towarzystwo Przyjaciół Muzeum Narodowego w Szczecinie [Société des amis du musée national de Szczecin]
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/17133/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Titre ill. 65. (verso)
Crédits © Gérard Singer / ADAGP, Paris 2019, photo : Towarzystwo Przyjaciół Muzeum Narodowego w Szczecinie [Société des amis du musée national de Szczecin]
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/17133/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre ill. 66. Tirage spécial de l’appel à souscription pour l’organisation du IVe Congrès national de l’Union de la jeunesse républicaine de France, mis en vente pour soutenir l’achat du tableau Le 14 février à Nice (Le V2 à la mer) de Gérard Singer, 1951, impression offset sur papier, 30 × 35 cm, Szczecin, musée national
Crédits © Gérard Singer / ADAGP, Paris 2019, photo : Towarzystwo Przyjaciół Muzeum Narodowego w Szczecinie [Société des amis du musée national de Szczecin]
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/17133/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre ill. 67. Gérard Singer, Rue de Buci, 1953, huile sur toile, Paris, galerie Mercier & Associés
Crédits © Gérard Singer / ADAGP, Paris 2019, photo : galerie Mercier & Associés, Paris
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/17133/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 271k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search