Version classiqueVersion mobile

Loin de Moscou

 | 
Szymon Piotr Kubiak

En guise de conclusion – Des milliers de kilomètres

Texte intégral

  • 254 Wanda Kużko, Biedermannowie. Dzieje rodziny i fortuny 1730-1945 [Les Biedermann. Histoire d’une fam (...)

1Le 27 juillet 1952, le dimanche qui suivit l’adoption de la nouvelle Constitution de la République populaire de Pologne, la Poméranie occidentale fêta l’ouverture de la Ville des enfants à Podgrodzie. Cet ancien village de pêcheurs, dépendant de l’administration de Nowe Warpno sur la lagune de Szczecin, changea en quatre mois au point de ne plus être reconnaissable. Le maître d’œuvre, l’Union des coopératives industrielles et artisanales de Szczecin, avait réussi à renouer avec l’illustre tradition des grands camps de pionniers sur la mer Noire organisés avant la guerre sur les terres de l’industriel exproprié Gustaw Biedermann254. Les maisonnettes à toits pentus de Podgrodzie, anciennement Wendischer Berg-Altstadt, exemples typiques de l’architecture patriotique faite « de sang et de terre » du IIIe Reich, pouvaient devenir une base modèle de superstructure marxiste (ill. 57).

  • 255 Miasteczko Dziecięce Podgrodzie [Le Village d’enfants de Podgrodzie], ouvrage collectif, Varsovie, (...)

« La commission d’experts rendue sur place jugea d’emblée avoir sous les yeux un domaine d’une valeur exceptionnelle […] suffisamment de bâtiments pour héberger des milliers d’enfants, la mer, la plage, des forêts de pins, et un air pur parfait […]. On pouvait dans ces conditions y édifier un centre de loisirs du plus haut niveau, et qui sait, peut-être même… atteindre le niveau du village soviétique d’Artek, et créer en Pologne aussi une république de l’enfance joyeuse255. »

ill. 57. Carte postale de Podgrodzie, 1957

ill. 57. Carte postale de Podgrodzie, 1957

photo © archives de l’auteur

2Le jour de la cérémonie, au milieu de dizaines de drapeaux nationaux, le nouveau stade fut rempli par les jeunes citoyens et travailleurs des coopératives qui avaient dépassé les normes de rendement imposées aux ouvriers du chantier de logements de l’avenue Marszałkowska à Varsovie. Entre les discours des adultes, du ministre de l’Industrie légère, Adam Żebrowski, de la vice-ministre de l’Éducation, Zofia Dembińska, et du premier secrétaire du comité de voïévodie du pzpr de Szczecin, Jan Jabłoński lança un slogan en l’honneur de l’« ami des enfants », le camarade président Bierut. Mais ce sont les mots de Wiesław Prestel, élu président à l’âge de quatorze ans du conseil municipal de la République des enfants de Podgrodzie, qui retinrent l’attention :

  • 256 « Podgrodzie – to dziecko Arteku. Budujemy naszym dzieciom piękną przyszłość. Uroczyste otwarcie pi (...)

« Notre haine va aux fauteurs de guerre et aux génocidaires qui assassinent nos camarades de Corée et du Vietnam, qui préparent un nouveau conflit et veulent nous priver de bonheur et de joie. Tous ensemble, avec les enfants de l’héroïque Union soviétique, les enfants de la Corée en lutte, et tous les enfants du monde entier, qui ont besoin de joie et de sourires, nous allons lutter pour le bonheur et pour la paix256. »

  • 257 Kazimierz Błahij, « Rzeczpospolita najmłodszych [La république des plus petits] », Życie i Kultura, (...)

3Le fils du tisserand Witek Sułkowski prit le même engagement dans une lettre au Président257.

  • 258 Le complexe était complété par un chemin de fer à voie étroite, des terrains de sport, une infrastr (...)
  • 259 La forme des fresques murales rappelait les précédents travaux monumentaux de Lewiński à Szczecin ; (...)
  • 260 L’exposition eut lieu à Varsovie, à Zachęta, de décembre 1952 à février 1953. III Ogólnopolska Wyst (...)
  • 261 Paweł Szulc, « Podgrodzie – republika dziecięca nad Zalewem Szczecińskim [Podgrodzie – une républiq (...)
  • 262 Błahij, 1952 (note 257), p. 1. Voir note 83.
  • 263 L’exposition dans l’immeuble de la rue Wały Chrobrego fut organisée à l’approche des élections par (...)

4On ne se contenta pas de remettre à la disposition des jeunes combattants des maisonnettes allemandes repeintes en jaune avec des toits rouges. L’ingénieur Jerzy Hryniuk, de la Coopérative de documentation technique de Szczecin, conçut pour tous les quartiers (baptisés La Forêt, La Plage, L’Allée, et L’Aéroport) quatre cantines, un cinéma, une salle de concerts avec amphithéâtre et une gare258. Ces ensembles reçurent la forme de cités de l’époque de la Renaissance avec cours d’angle, arcades, allées ou attiques. Lewiński les décora de revêtements en sgraffite et de bas-reliefs « Renaissance »259. Il puisa également dans une inspiration locale pour le tableau Kolejnictwo w Podgrodziu [Le Rail à Podgrodzie] (1952), montré dans la capitale à l’occasion de la IIIe Exposition nationale de peinture, ainsi que pour une plantureuse et plastique Cheminote de Podgrodzie (1953), présentée à l’exposition régionale au musée de Szczecin (ill. 58)260. La beauté et l’utilité de l’architecture réaliste socialiste devaient consoler les enfants – non seulement polonais, mais aussi tchécoslovaques, est-allemands, soviétiques, hongrois, bulgares, chinois, coréens et bien entendu français – du cauchemar de la guerre et des années de misère qui avaient suivi261. Kazimierz Błahij, chef de la rubrique culture de Głos Szczeciński, qui avait pu faire en privilégié l’expérience du luxe de la colonie dépendant du Parti à Varsovie, « Les Maisons de Verre », décrivit avec une authentique fierté un projet émancipateur et intégrateur262. En 1952, la vie en communauté populaire et démocratique entra dans une phase de réalisation totalitaire. Le mot d’ordre de l’homogénéisation fut « la forme nationale avec un contenu socialiste ». Tandis que les auteurs de la présentation des « Grands chantiers du socialisme » au musée de Poméranie occidentale s’attachaient à recenser et à cataloguer ces dernières, les administrations de Szczecin commencèrent à publier des plans d’urbanisme et d’architecture pour la reconstruction et la restructuration de la ville263.

ill. 58. Vue de l’Exposition régionale d’art plastique au musée de Szczecin, 1953 : au milieu, Sławomir Lewiński, Cheminote de Podgrodzie, 1953 ; au mur, de gauche à droite, Guido Reck, Portrait de Staline [d’après Fiodor Mikhaïlovitch Rechetnikov], 1953 ; Maria Wilczkiewiczowa, Eliza Branco, 1953 ; Henryk Osten-Ostachiewicz, La Bataille de Sandomierz, 1953

ill. 58. Vue de l’Exposition régionale d’art plastique au musée de Szczecin, 1953 : au milieu, Sławomir Lewiński, Cheminote de Podgrodzie, 1953 ; au mur, de gauche à droite, Guido Reck, Portrait de Staline [d’après Fiodor Mikhaïlovitch Rechetnikov], 1953 ; Maria Wilczkiewiczowa, Eliza Branco, 1953 ; Henryk Osten-Ostachiewicz, La Bataille de Sandomierz, 1953

© Sławomir Lewiński, photo : collection Jakub Lewiński

  • 264 Piotr Zaremba, « Symbol przyjaźni i socjalistycznej urbanistyki [Un symbole d’amitié et d’urbanisme (...)
  • 265 « Z manifestacji pierwszomajowej w Szczecini [La manifestation du 1er mai à Szczecin] », Życie i Ku (...)
  • 266 Les urbanistes de Łódź avaient préparé un plan de nouvelle « colonne vertébrale » socialiste pour l (...)
  • 267 Sur la réalisation partielle du projet : Maria Łopuch, « Śródmiejska Dzielnica Mieszkaniowa w Szcze (...)

5Le Palais de la Culture et de la Science de Varsovie, conçu par Lev Rudniev, devint l’icône de la nouvelle esthétique, réalisant un projet ancien de Jofan pour Moscou. La claire silhouette d’un gratte-ciel s’éleva au milieu des ruines de la capitale pour être mise au rang de « symbole de l’amitié et de l’urbanisme socialiste264 », comme l’écrivit Piotr Zaremba. Et c’est avec une ferveur quasi religieuse que les étudiants de la grande école d’ingénieurs de Szczecin ont porté la maquette du bâtiment lors du défilé du 1er mai 1952265. Et c’est ce même Zaremba, maire devenu professeur, qui présenta aux habitants de la ville les projets et les principaux investissements soviétiques, non sans mettre en valeur leur environnement polonais. Comme en d’autres villes, des bâtiments monumentaux, auxquels portiques et colonnades donnaient une apparence historique, furent érigés le long de l’axe nord-sud (allée de la Libération, autre nom de l’allée Lénine, et aujourd’hui allée du Pape-Jean-Paul-II) qui devait relier les points essentiels du nouveau centre de Szczecin266. L’artère qui mène de la place du Soldat au nouveau rond-point du théâtre, à la place carrée avec obélisque et aux trois ailes d’une nouvelle Maison de la Culture édifiée en hauteur devait délimiter le périmètre d’emploi des briques de Muranów dans la construction du quartier central. Dans ce dernier, les travaux débutèrent en 1953267.

ill. 59. Piotr Zaręba, « Perspectives urbanistiques de Szczecin », Przegląd Kulturalny, no 5, 1953, p. 5, avec trois dessins de Józef Wanag (projets d’architecture pour le théâtre Wielki sur la place du Soldat, la Maison de la Culture et la place de la Réunion et de la Manifestation)

ill. 59. Piotr Zaręba, « Perspectives urbanistiques de Szczecin », Przegląd Kulturalny, no 5, 1953, p. 5, avec trois dessins de Józef Wanag (projets d’architecture pour le théâtre Wielki sur la place du Soldat, la Maison de la Culture et la place de la Réunion et de la Manifestation)

photo © Książnica Pomoska im. Stanisława Staszica w Szczecinie

ill. 59bis. Józef Wanag, Projet de Maison centrale de la culture à Szczecin, dessin illustrant l’article de Piotr Zaręba, « Perspectives urbanistiques de Szczecin », dans Przegląd Kulturalny, no 5, 1953, p. 5

ill. 59bis. Józef Wanag, Projet de Maison centrale de la culture à Szczecin, dessin illustrant l’article de Piotr Zaręba, « Perspectives urbanistiques de Szczecin », dans Przegląd Kulturalny, no 5, 1953, p. 5

photo © Książnica Pomoska im. Stanisława Staszica w Szczecinie

  • 268 Voir par exemple Marian Sulikowski, « Fragment nowego Szczecina [Un fragment du nouveau Szczecin] » (...)
  • 269 Grabska/Wallis, 1953 (note 260), p. 62-65 ; voir Emanuel Messer, « Wyciąg z bilansu o dorocznej wys (...)
  • 270 Emanuel Messer, « Gdzie się podziały centaury (Z jesiennej wystawy plastyki szczecińskiej) [Où sont (...)

6Mais rien ou presque ne fut réalisé à partir des dessins d’architecture de Józef Wanag, qui avaient été largement diffusés dans les journaux locaux et la presse nationale (ill. 59), puis déjà plus modestement présentés en mars et avril à la galerie varsovienne de Zachęta lors de la première exposition nationale de l’architecture de Pologne populaire268. À la même période, une exposition régionale d’arts plastiques se déroula à Szczecin ; mais, d’après deux critiques varsoviens, Elżbieta Grabska et Mieczysław Wallis, elle révéla une absence totale de compréhension des principes du réalisme socialiste chez les créateurs, critique reprise en partie localement – ce qui en disait long sur la réalité du rayonnement du précieux modèle de Singer269. Moins d’un an et demi plus tard, lors d’une exposition analogue, on constata une forme de lassitude devant l’art à thème. Et paradoxalement, parmi les rares œuvres inspirées d’une thématique sociale, ce sont précisément celles qui se référaient à des modèles révolutionnaires ouest-européens qui retinrent l’attention : Jerzy Brzozowski, avec son tableau Les Chômeurs de Calabre (1954), semblait reconnaître une dette envers le cycle contemporain de Guttuso (ill. 60), et la Tête de Marat (1954) sculptée par Lewiński rappelait directement le visage du héros français immortalisé sur la toile de David en 1793270.

ill. 60. Renato Guttuso, En Calabre, 1950, huile sur toile, 72,5 × 97 cm, Varsovie, musée national

ill. 60. Renato Guttuso, En Calabre, 1950, huile sur toile, 72,5 × 97 cm, Varsovie, musée national

© Renato Guttuso / ADAGP, Paris 2019, photo : Muzeum Narodowe w Warszawie (inv. MOW157) / Piotr Ligier – source

  • 271 La production fut conçue pour pouvoir être adaptée à d’autres présentations sur des lieux de travai (...)
  • 272 K[azimierz] Błahij, « Muzeum, ale jakie ? [Un musée, mais lequel ?] », Życie i Kultura, supplément (...)
  • 273 Artur Rasmus, « Zarekwirowane cegiełki [Des plaques confisquées] », Niedziela. Tygodnik Katolicki ( (...)
  • 274 Voir Piotr Juszkiewicz, Od rozkoszy historiozofii do « gry w nic ». Polska krytyka artystyczna czas (...)
  • 275 Paweł Machcewicz, Polski rok 1956 [L’Année 1956 en Pologne], Varsovie, p. 22.
  • 276 « Tysiące kilometrów przeleciała samotna mewa z Moskwy do Szczecina [Une mouette solitaire vole sur (...)

7Le service social de l’éducation tenta de sauver l’honneur du musée de Poméranie occidentale en organisant une exposition parallèle d’œuvres et de documents : « Les démocraties polonaise et russe dans la lutte pour la libération de l’homme271 ». L’absence de qualifications professionnelles des employés et des conflits entre cadres mirent en péril le projet d’institution tel que l’avait engagé Pacanowska-Haltrecht272. La crise s’aggrava avec les événements de l’Octobre polonais. Trois ans après le départ en retraite anticipée de la directrice, la construction du quartier d’habitation du centre-ville fut achevée, et à l’initiative de l’Église la Monnaie émit un appel à souscription Pour la reconstruction de l’église Saint-Jacques de Szczecin sous forme de timbre (1958, ill. 61). L’avers en était décoré d’un triptyque montrant au centre la silhouette d’un édifice gothique entouré d’ouvriers et de grues de chantier. Les scènes latérales représentaient un maçon, un pêcheur, un marin, une mère avec des enfants, ainsi qu’un évêque, un prêtre, un architecte, un maçon et un dessinateur. Cette composition avait été dessinée et gravée par Stefan Łukaszewski, auteur d’une série de timbres-poste à l’effigie du président Bierut (ill. 62), et parfaitement rompu à la méthode du réalisme socialiste273. Un tribunal ordonna la saisie du tirage, dont on trouve encore quelques exemplaires qui témoignent de ce retour de la forme et des motifs à des sources historiques, au moment du dégel où les autorités communistes manifestaient de l’intérêt pour un art moderniste274. Mais le déclin du parti de Staline – dieu, gendarme et dictateur venu de l’étranger – ne signifia en rien un retour à l’alternative occidentale, et c’est le modèle yougoslave qui fut le plus débattu à haut niveau275. L’opinion publique s’intéressait plutôt à l’exportation des escargots de Szczecin, ou au sort de cette mouette de Moscou qui avait volé des milliers de kilomètres en solitaire avant d’aller reposer dans le musée des Wały Chrobrego276. Les métaphores cachées dans ces informations d’apparence futile donnaient mieux à comprendre la réalité que toutes les déclarations officielles.

ill. 61. Stefan Łukaszewski, Pour la reconstruction de l’église Saint-Jacques de Szczecin, appel à souscription sous forme de timbre-poste, 1958

ill. 61. Stefan Łukaszewski, Pour la reconstruction de l’église Saint-Jacques de Szczecin, appel à souscription sous forme de timbre-poste, 1958

photo © archives de l’auteur

ill. 62. Stefan Łukaszewski, timbre-poste à l’effigie du président Bierut, émit à l’occasion du 7e anniversaire de la République populaire de Pologne, le 22 juillet 1951

ill. 62. Stefan Łukaszewski, timbre-poste à l’effigie du président Bierut, émit à l’occasion du 7e anniversaire de la République populaire de Pologne, le 22 juillet 1951

photo © archives de l’auteur – source

Notes de fin

254 Wanda Kużko, Biedermannowie. Dzieje rodziny i fortuny 1730-1945 [Les Biedermann. Histoire d’une famille et d’une fortune 1730-1945], Łódź, 2000, p. 129-133.

255 Miasteczko Dziecięce Podgrodzie [Le Village d’enfants de Podgrodzie], ouvrage collectif, Varsovie, 1953, p. 9-10, cité d’après Barbara Sowińska-Adamczyk, Miasteczko dziecięce. Monografia Podgrodzia 1952-1973 [Un village d’enfants. Monographie sur Podgrodzie 1952-1973], Police, 2015, p. 27. Sur l’architecture d’Artek : Arne Winkelmann, Das Pionierlager Artek. Realität und Utopie in der sowjetischen Architektur der sechziger Jahre [Le Camp de pionniers d’Artek. Réalité et utopie de l’architecture soviétique des années 1960], thèse de doctorat, Bauhaus-Universität Weimar, 2003, p. 31-36 (https://e-pub.uni-weimar.de/opus4/frontdoor/index/index/docId/86). Voir également Johannes-Martin Kamp, Kinderrepubliken. Geschichte, Praxis und Theorie radikaler Selbstregierung in Kinder- und Jugendheimen [Les Républiques d’enfants. Histoire, praxis et théorie de l’autogestion radicale dans les centres pour jeunes et pour enfants], Opladen, 1995. Le 16 juillet 1952, on ouvrit aussi sur le lac Werbellinsee en Allemagne de l’Est, et sur le modèle soviétique, la république de pionniers « Wilhelm Pieck », centre conçu par Richard Paulick. Voir Ilona Rohowski, « Joachimsthal. Die ehemalige Pionierrepublik “Wilhelm Pieck” am Werbellinsee [Joachimsthal. L’ancienne république de pionniers “Wilhelm Pieck” sur le Werbellinsee] », Brandenburgische Denkmalpflege, no 1, 2015, p. 37-48.

256 « Podgrodzie – to dziecko Arteku. Budujemy naszym dzieciom piękną przyszłość. Uroczyste otwarcie pierwszego w Polsce Miasteczka Dziecięcego [Podgrodzie est l’enfant d’Artek. Nous construisons un bel avenir pour nos enfants. Ouverture solennelle du premier village d’enfants en Pologne] », Głos Szczeciński, no 179, 28 juillet 1952, p. 3.

257 Kazimierz Błahij, « Rzeczpospolita najmłodszych [La république des plus petits] », Życie i Kultura, supplément hebdomadaire de Głos Szczeciński, 26 juillet 1952, p. 3.

258 Le complexe était complété par un chemin de fer à voie étroite, des terrains de sport, une infrastructure de baignade, un « village de la joie » et une exploitation agricole. Archives nationales de Szczecin, Union des coopératives de travail de Szczecin, cote 2056, p. 45 ; Sowińska-Adamczyk, 2015 (note 255), p. 39-47.

259 La forme des fresques murales rappelait les précédents travaux monumentaux de Lewiński à Szczecin ; voir Wystawa obrazów i przemysłu artystycznego [Exposition de tableaux et d’artisanat d’art], éd. par Guido Reck, cat. exp. Szczecin, 1949.

260 L’exposition eut lieu à Varsovie, à Zachęta, de décembre 1952 à février 1953. III Ogólnopolska Wystawa Plastyki [IIIe Exposition d’art plastique de Pologne], Varsovie, 1952, p. 24 (le nom de l’artiste est erroné). Voir Elżbieta Grabska et Mieczysław Wallis, « Wystawa okręgowa w Szczecinie [Exposition régionale à Szczecin] », Przegląd Artystyczny, no 3, 1953, p. 62-65.

261 Paweł Szulc, « Podgrodzie – republika dziecięca nad Zalewem Szczecińskim [Podgrodzie – une république des enfants au bord de la lagune de Szczecin] », Pamięć i Przyszłość, no 3, 2013, p. 64.

262 Błahij, 1952 (note 257), p. 1. Voir note 83.

263 L’exposition dans l’immeuble de la rue Wały Chrobrego fut organisée à l’approche des élections par le comité de voïévodie du Front national. « Wielkie budowle socjalizmu [Les grands chantiers du socialisme] » et « Oto Ameryka [Ça, c’est l’Amérique. Des expositions que chacun devrait aller voir] », Kurier Szczeciński, no 253, 22 octobre 1952, p. 3.

264 Piotr Zaremba, « Symbol przyjaźni i socjalistycznej urbanistyki [Un symbole d’amitié et d’urbanisme socialiste] », Życie i Kultura, supplément hebdomadaire de Głos Szczeciński, no 16, 12 avril 1952, p. 6. Voir aussi id., « O narodową architekturę [L’architecture nationale] », Życie i Kultura, no 48, 6 décembre 1952, p. 1 ; « Spotkanie mieszkańców Szczecina z budowniczymi Pałacu Kultury i Nauki [Rencontre entre les habitants de Szczecin et les constructeurs du Palais de la Culture et de la Science] », Głos Szczeciński, no 87, 13 avril 1954, p. 6. Parmi l’abondante littérature, largement enrichie ces dernières années, sur la reconstruction de Varsovie, on peut citer : Waldemar Baraniewski, Pałac w Warszawie [Le Palais de Varsovie], Varsovie, 2014 ; Michał Murawski, Kompleks Pałacu. Życie społeczne stalinowskiego wieżowca w kapitalistycznej Warszawie [Le Complexe du Palais. La vie sociale d’un gratte-ciel stalinien dans la Varsovie capitaliste], Varsovie, 2015 ; Jako dowód i wyraz przyjaźni. Reportaże o Pałacu Kultury [Preuve et témoignage d’amitié. Reportage], éd. par Magdalena Budzińska et Monika Sznajderman, Varsovie, 2015 ; Beata Chomątowska, Pałac. Biografia intymna [Le Palais. Une biographie intime], Cracovie, 2015.

265 « Z manifestacji pierwszomajowej w Szczecini [La manifestation du 1er mai à Szczecin] », Życie i Kultura, supplément hebdomadaire de Głos Szczeciński, no 19, 3 mai 1952, p. 5.

266 Les urbanistes de Łódź avaient préparé un plan de nouvelle « colonne vertébrale » socialiste pour l’ancienne capitaliste. Voir Aleksandra Sumrok, Architektura i urbanistyka Łodzi okresu realizmu socjalistycznego [L’Architecture et l’urbanisme de Łódź dans la période du réalisme socialiste], Varsovie, 2010, p. 136-143.

267 Sur la réalisation partielle du projet : Maria Łopuch, « Śródmiejska Dzielnica Mieszkaniowa w Szczecinie [Le quartier de logements du centre de Szczecin] », Przegląd Zachodniopomorski, no 1, 2011, p. 89-107.

268 Voir par exemple Marian Sulikowski, « Fragment nowego Szczecina [Un fragment du nouveau Szczecin] », Architektura, no 1-2, 1950, p. 44 ; Piotr Zaremba, « Piękny Szczecin roku 1960 [Le beau Szczecin de 1960] », Życie i Kultura, supplément hebdomadaire de Głos Szczeciński, no 38, 20 septembre 1952, p. 2 ; id., « Nad wielkim planem [Sur un grand plan] », Życie i Kultura, 4 octobre 1952, p. 2 ; « Przystępujemy do przebudowy Szczecina. Oś Północ-Południe będzie kręgosłupem miasta [Nous passons à la restructuration de Szczecin. L’axe nord-sud sera la colonne vertébrale de la ville] », Kurier Szczeciński, no 245, 13 octobre 1952, p. 3 ; « Szczecin – miasto półmilionowe [Szczecin, un demi-million d’habitants] », Kurier Szczeciński, no 37, 12 février 1953, p. 1, 3 ; Kazimierz Błahij, « Miasto pełne światła [Szczecin, une ville pleine de lumière] », Głos Szczeciński, no 92, 17 avril 1953, p. 4 ; « Cegła muranowska dla Szczecińskiej Dzielnicy Mieszkaniowej [La brique de Muranów pour le quartier d’habitation de Szczecin] », Kurier Szczeciński, no 110, 9 mai 1953, p. 1 ; Józef Baran, « Podróż w szczeciński rok 1961 [Voyage dans l’année 1961 à Szczecin] », Kurier Szczeciński, no 173, 22 juillet 1953, p. 8 ; Piotr Zaremba, « Jutro naszego miasta [Le demain de notre ville] », Głos Szczeciński, no 312, 31 décembre 1953, p. 7 ; id., « Urbanistyczne perspektywy Szczecina [Perspectives de l’urbanisme de Szczecin] », Przegląd Kulturalny, no 5, 1953, p. 5 ; id., « Program odbudowy Szczecina : Główne kierunki odbudowy [Le programme de la reconstruction de Szczecin : lignes directrices] », Życie i Kultura, no 12, 10 avril 1954, p. 1 ; « Szczecin bliskiej przyszłości [Le Szczecin de l’avenir proche] », Kurier Szczeciński, no 86, 11 avril 1954, p. 1 ; « Stolica zapozna się z dorobkiem i planami architektonicznymi Szczecina [La capitale prend connaissance de l’acquis et des projets architectoniques de Szczecin] », Kurier Szczeciński, no 86, 11 avril 1954, p. 3 ; Piotr Zaremba, « Program odbudowy Szczecina : Jak zbudujemy nowe śródmieście Szczecina [Programme de la reconstruction de Szczecin : comment nous allons construire le nouveau centre-ville] », Życie i Kultura, no 13, 17 avril 1954, p. 1 ; id., « Program odbudowy Szczecina : Odbudowa dzielnic peryferyjnych [Programme de reconstruction de Szczecin : la reconstruction des quartiers périphériques] », Życie i Kultura, no 14, 24 avril 1954, p. 1 ; B. Kos, « Spotkanie z architektami. Jaki będzie nowy Szczecin ? [Rencontre avec les architectes. Comment sera le nouveau Szczecin ?] », Życie i Kultura, no 44, 27 novembre 1954, p. 1 ; M[ieczysław] Janowski, « Wszyscy jesteśmy budowniczymi naszego miasta [Nous sommes tous les bâtisseurs de notre ville] », Głos Szczeciński, no 1, 1er-2 janvier 1955, p. 5. Un seul projet pour Szczecin est mentionné dans le catalogue de la Ire Exposition générale de l’architecture de Pologne populaire (mars-avril 1953) à Zachęta ; voir Czapelski, 2016 (note 112), p. 146.

269 Grabska/Wallis, 1953 (note 260), p. 62-65 ; voir Emanuel Messer, « Wyciąg z bilansu o dorocznej wystawie plastyki szczecińskiego oddziału zpap [Bilan de l’exposition annuelle de la section de Szczecin de l’Union des artistes plasticiens polonais] », Życie i Kultura, supplément hebdomadaire de Głos Szczeciński, no 17, 9 mai 1953, p. 6 ; F.J., « Sztuka to nie “zjawa koloru” – to twórczy obraz prawdy życia. Na marginesie wystawy szczecińskich artystów plastyków [L’art n’est pas un “jeu de couleurs”, il est une image créatrice de la vérité de la vie] », Kurier Szczeciński, no 111, 10-11 mai 1953, p. 4.

270 Emanuel Messer, « Gdzie się podziały centaury (Z jesiennej wystawy plastyki szczecińskiej) [Où sont passés les centaures (L’exposition d’automne des plasticiens de Szczecin)] », Życie i Kultura, supplément hebdomadaire de Głos Szczeciński, no 42, 13 novembre 1954, p. 1, 3.

271 La production fut conçue pour pouvoir être adaptée à d’autres présentations sur des lieux de travail dans la ville. « Ciekawa wystawa w Muzeum Pomorza Zachodniego [Une intéressante exposition au musée de Poméranie occidentale] », Życie i Kultura, supplément hebdomadaire de Głos Szczeciński, no 42, 13 novembre 1954, p. 1.

272 K[azimierz] Błahij, « Muzeum, ale jakie ? [Un musée, mais lequel ?] », Życie i Kultura, supplément hebdomadaire de Głos Szczeciński, no 13, 2 avril 1955, p. 1, 3.

273 Artur Rasmus, « Zarekwirowane cegiełki [Des plaques confisquées] », Niedziela. Tygodnik Katolicki (Szczecin), no 21, 2008 (www.niedziela.pl/wydruk/53424/nd).

274 Voir Piotr Juszkiewicz, Od rozkoszy historiozofii do « gry w nic ». Polska krytyka artystyczna czasu odwilży [Des délices de l’historiosophie au « jeu pour rien ». La critique d’art à l’époque du dégel en Pologne], Poznań, 2005, notamment p. 68-120.

275 Paweł Machcewicz, Polski rok 1956 [L’Année 1956 en Pologne], Varsovie, p. 22.

276 « Tysiące kilometrów przeleciała samotna mewa z Moskwy do Szczecina [Une mouette solitaire vole sur des milliers de kilomètres de Moscou à Szczecin] », Kurier Szczeciński, no 212, 4 septembre 1952, p. 1 ; « Szczecińskie ślimaki eksportujemy do Francji [Nous exportons des escargots de Szczecin en France] », Kurier Szczeciński, no 174, 23 juillet 1953, p. 5.

Table des illustrations

Titre ill. 57. Carte postale de Podgrodzie, 1957
Crédits photo © archives de l’auteur
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/17123/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Titre ill. 58. Vue de l’Exposition régionale d’art plastique au musée de Szczecin, 1953 : au milieu, Sławomir Lewiński, Cheminote de Podgrodzie, 1953 ; au mur, de gauche à droite, Guido Reck, Portrait de Staline [d’après Fiodor Mikhaïlovitch Rechetnikov], 1953 ; Maria Wilczkiewiczowa, Eliza Branco, 1953 ; Henryk Osten-Ostachiewicz, La Bataille de Sandomierz, 1953
Crédits © Sławomir Lewiński, photo : collection Jakub Lewiński
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/17123/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Titre ill. 59. Piotr Zaręba, « Perspectives urbanistiques de Szczecin », Przegląd Kulturalny, no 5, 1953, p. 5, avec trois dessins de Józef Wanag (projets d’architecture pour le théâtre Wielki sur la place du Soldat, la Maison de la Culture et la place de la Réunion et de la Manifestation)
Crédits photo © Książnica Pomoska im. Stanisława Staszica w Szczecinie
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/17123/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre ill. 59bis. Józef Wanag, Projet de Maison centrale de la culture à Szczecin, dessin illustrant l’article de Piotr Zaręba, « Perspectives urbanistiques de Szczecin », dans Przegląd Kulturalny, no 5, 1953, p. 5
Crédits photo © Książnica Pomoska im. Stanisława Staszica w Szczecinie
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/17123/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre ill. 60. Renato Guttuso, En Calabre, 1950, huile sur toile, 72,5 × 97 cm, Varsovie, musée national
Crédits © Renato Guttuso / ADAGP, Paris 2019, photo : Muzeum Narodowe w Warszawie (inv. MOW157) / Piotr Ligier – source
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/17123/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Titre ill. 61. Stefan Łukaszewski, Pour la reconstruction de l’église Saint-Jacques de Szczecin, appel à souscription sous forme de timbre-poste, 1958
Crédits photo © archives de l’auteur
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/17123/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 385k
Titre ill. 62. Stefan Łukaszewski, timbre-poste à l’effigie du président Bierut, émit à l’occasion du 7e anniversaire de la République populaire de Pologne, le 22 juillet 1951
Crédits photo © archives de l’auteur – source
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/17123/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 112k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search